Jump to content

Location

France

  1. What's new in this club
  2. JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU 9-15 septembre 2019 Recherchons des perles spirituelles HÉBREUX 9-10 Hé 9:16, 17 : Que signifient ces versets ? (w92 1/3 31 § 4-6). Quand Jésus prit la coupe de vin pour la passer à ses disciples, il dit : “ Cette coupe signifie la nouvelle alliance en vertu de mon sang, qui doit être versé en votre faveur. ” (Luc 22:20, NW). Cette allusion à la nouvelle alliance est très importante, par rapport aux bienfaits reçus et aux bienfaits partagés. Si nous reprenons la lettre aux Hébreux, nous pourrons identifier cette alliance et mieux apprécier son importance. L’expression nouvelle alliance suppose l’existence d’une alliance précédente et en principe, quand quelque chose de nouveau s’avère nécessaire, cela sous-entend l’abandon de ce qui est devenu vieux. Paul écrit à ce propos : “ En disant : alliance nouvelle, il rend vieille la première. Or ce qui est vieilli et vétuste est près de disparaître. ” La première alliance en question fut l’ancienne alliance de la loi conclue avec l’Israël selon la chair par la médiation de Moïse. Mais “ c’est en effet en les blâmant ” que Jéhovah déclara aux Israélites les paroles suivantes, prononcées déjà à l’époque de Jérémie : “ Voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit Jéhovah : Je mettrai ma loi au dedans d’eux et je l’écrirai sur leur cœur (...). Je pardonnerai leur iniquité et je ne me souviendrai plus de leur péché. ” — Héb. 8:8, 13, Jé ; Jér. 31:33, 34, AC. 18 Pour valider une alliance et pardonner l’iniquité, il faut verser du sang. “ Un testament (une alliance, NW) en effet, n’est valide qu’à la suite du décès, (...) et sans effusion de sang il n’y a point de rémission. ” Jésus est le médiateur de la nouvelle alliance, laquelle est validée par son sang versé. Son sang fournit également le moyen légal de pardonner réellement les péchés et de purifier “ notre conscience ” alors que les sacrifices d’animaux selon l’ancienne alliance de la loi ne procuraient — et encore, de façon toute symbolique — que “ la pureté de la chair ”. — Héb. 9:13, 14, 17, 22, Jé w62 225 En ce qui concerne la nouvelle alliance, qui est “ l’homme faisant l’alliance ” ? Jéhovah est l’Auteur de la nouvelle alliance, alors que Jésus est “ l’homme faisant l’alliance ”, c’est-à-dire qu’il en est le médiateur. Par sa mort, Jésus a fourni le sacrifice nécessaire à la validation de cette alliance. — Luc 22:20 ; Héb. 9:15.La Tour de Garde,15/10/2008, p. 32 ASSURANCE-VIE Une police d'assurance-vie ne peut être réclamée que si la personne couverte par celle-ci décède. Essayer de simuler un décès pour réclamer l'assurance est une fraude. De la même manière, Adam est mort en raison de son péché. Ainsi, celui qui payait la rançon devait aussi mourir pour satisfaire la justice de Dieu. (Rom 5:12) Mais si Jésus est le Dieu Tout-Puissant, il ne peut pas mourir. (Habakkuk 1:12) S'il ne mourait pas vraiment, comment la rançon pouvait-elle être valable et aider l'humanité à être rachetée? Mais nous savons que la rançon ne ressemble pas à une police d'assurance contre la fraude et que Jésus n'a pas simulé sa mort. Jésus en tant que fils, distinct du Père, est mort et la rançon a été effective. Une personne distincte, son père, Jéhovah, le ressuscita (Actes 10:40) Nécessité du sang pour valider une alliance. Le rédacteur inspiré de la lettre aux Hébreux traite de deux alliances principales, l’alliance de la Loi et l’alliance nouvelle. Dans cet examen, il explique que Christ est médiateur de l’alliance nouvelle (Hé 9:15). Ses paroles contenues en Hébreux 9:16 constituent un sujet de controverse parmi les biblistes. En conséquence, ce verset est rendu des façons suivantes : “ Oui, là où il y a testament, la mort du testateur est une nécessité présente. ” (Ch). “ Car là où il y a testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. ” (Jé). “ Car là où il y a alliance, il faut que la mort de l’homme faisant l’alliance soit fournie. ” (MN). “ Car là où il y a alliance il est nécessaire que la mort de celui qui a fait l’alliance soit apportée. ” (The Emphasised Bible, par J. Rotherham, 1897). “ Car là où il y a alliance il est nécessaire que la mort de la victime de l’alliance intervienne. ” — The Holy Bible, par R. Young, 1887. La traduction littérale se lit comme suit dans des versions interlinéaires du texte grec : “ Où car alliance, mort nécessité être apportée de celui qui a fait alliance pour lui-même. ” (Hé 9:16, Int). “ Car où il y a une alliance, la mort il y a nécessité d’être offerte de celui qui fait alliance. ” — The Interlinear Greek-English New Testament, par Alfred Marshall. La traduction de diathêkê par “ alliance ” rend correctement la pensée du rédacteur. La traduction “ testament ”, qui figure dans de nombreuses versions, ne concorde pas avec l’emploi du terme dans la Septante ainsi que dans de nombreux endroits des Écritures grecques chrétiennes (Lc 1:72 ; Ac 3:25 ; 7:8 ; Rm 9:4 ; 11:27 ; Hé 8:6-10 ; 12:24). “ Testament ” n’a rien à voir non plus avec ce dont parle Paul, puisque dans le contexte il traite de l’alliance de la Loi et de l’alliance nouvelle. Ni l’alliance de la Loi ni l’alliance nouvelle n’étaient un “ testament ”. En Hébreux 9:16, l’apôtre Paul parlait manifestement d’alliances entre Dieu et l’homme (et non entre homme et homme), qui exigeaient des sacrifices. Et il est à noter que, particulièrement chez les Hébreux, l’accès auprès de Dieu et les alliances avec lui se faisaient habituellement grâce à des sacrifices, les victimes étant parfois coupées en morceaux quand il s’agissait d’entrer dans une alliance. Il est tout à fait clair que l’alliance de la Loi et l’alliance nouvelle exigeaient une effusion de sang pour entrer en vigueur et être valides devant Dieu. Autrement, Dieu ne les aurait pas considérées comme valides ni n’aurait traité les individus concernés en personnes liées à lui par une alliance (Hé 9:17). Pour que l’alliance de la Loi soit validée, des animaux (des taureaux et des boucs) furent sacrifiés, prenant la place de Moïse, le médiateur (Hé 9:19). Pour valider la nouvelle alliance, c’est la vie humaine de Jésus Christ qui fut sacrifiée. — Lc 22:20 ; voir Appendice MN, p. 1713. it-2 244 Hé 10:5-7 : Quand Jésus a-t-il prononcé ces paroles, et que signifient-elles ? (it-1 263-264). Après avoir signalé la portée limitée des sacrifices d’animaux, Paul écrit : “ Quand [Jésus] entre dans le monde, il dit : ‘ “ Sacrifice et offrande, tu n’en as pas voulu, mais tu m’as préparé un corps. Tu n’as pas agréé holocaustes et sacrifice pour le péché. ” Alors j’ai dit : “ Vois ! Je suis venu (dans le rouleau du livre il est écrit à mon sujet) pour faire ta volonté, ô Dieu ! ” ’ ” — Hébreux 10:5-7. 4 Paul cite Psaume 40:6-8 pour expliquer que Jésus n’est pas venu perpétuer “ sacrifice et offrande ”, “ holocaustes et sacrifice pour le péché ”. Au moment où l’apôtre écrit ces lignes, ces rites n’ont plus l’approbation divine. Jésus est venu avec un corps préparé par son Père céleste, un corps équivalent à celui que Dieu avait préparé pour Adam (Genèse 2:7 ; Luc 1:35 ; 1 Corinthiens 15:22, 45). Fils parfait de Dieu, il est la “ semence ” de la femme annoncée en Genèse 3:15 et, bien qu’ayant été ‘ meurtri au talon ’, il va faire en sorte de ‘ meurtrir Satan à la tête ’. Jéhovah a ainsi fourni en la personne de Jésus le moyen de salut attendu par les hommes de foi depuis Abel.w00 15/8 18 Au moment de son baptême, Jésus priait (Luc 3:21). Tout porte à croire qu’à cet instant de son existence il a réalisé les paroles de Psaume 40:6-8. C’est ce que l’apôtre Paul a indiqué plus tard en lui attribuant ces propos : “ Sacrifice et offrande, tu n’en as pas voulu, mais tu m’as préparé un corps. ” (Hébreux 10:5). Ainsi, Jésus montrait qu’il savait que Dieu ‘ ne voulait pas ’ que l’on continue à offrir des sacrifices d’animaux au temple de Jérusalem. Il comprenait qu’en revanche Dieu lui avait préparé un corps humain parfait que lui-même offrirait en sacrifice, et que ce geste supprimerait ensuite la nécessité des sacrifices d’animaux. Désirant ardemment se soumettre à la volonté de Dieu, Jésus a dit encore dans sa prière : “ Vois ! Je suis venu (dans le rouleau du livre il est écrit à mon sujet) pour faire ta volonté, ô Dieu ! ” (Hébreux 10:7). Quel magnifique exemple de courage et d’attachement désintéressé Jésus a laissé ce jour-là pour tous ceux qui deviendraient plus tard ses disciples ! — Marc 8:34. w96 1/7 14 En se présentant pour être baptisé, Jésus accomplissait réellement les paroles des “Prophètes”. L’apôtre Paul indique quelles prophéties Jésus accomplit. Dans Hébreux 10:5-10, il dit à propos de Jésus au moment de sa présentation pour être baptisé : “C’est pourquoi, en entrant dans le monde, il dit : “‘Sacrifice et offrande, tu n’en as pas voulu, mais tu m’as préparé un corps. Tu n’as approuvé ni holocaustes ni offrande pour le péché.” Alors j’ai dit : “Voici, je viens (dans le rouleau du livre il est écrit de moi) pour faire ta volonté, ô Dieu.”’ (...) Par ladite ‘volonté’ nous avons été sanctifiés par l’offrande du corps de Jésus-Christ une fois pour toutes.” Jésus accomplissait le Psaume 40:7-9. La “volonté” de Dieu exigeait que Jésus se sacrifie, qu’il offre son “corps”. 25 Puisque la prophétie exigeait cela, Jésus aurait eu mauvaise conscience s’il n’était pas venu pour accomplir la volonté particulière de Dieu, donc s’il ne s’était pas présenté à Jean pour être baptisé. Il est évident que le baptême de Jésus avait une signification symbolique. Ce n’était pas un “symbole de repentance pour le pardon des péchés”, mais le symbole de sa venue ou de sa présentation pour accomplir la “volonté” de Dieu qui incluait l’offrande de son corps en sacrifice une fois pour toutes. Étant Juif, Jésus était déjà sous la loi de Moïse et membre de la seule nation de la terre alors vouée à Dieu pour faire “tout ce qu’a dit Jéhovah”. Étant également le fils premier-né de Marie, que Joseph, son mari, adopta comme s’il était le sien, Jésus fut sanctifié pour appartenir à Dieu (Ex. 13:1, 2, Da). C’est pourquoi Joseph et Marie durent racheter Jésus, afin qu’il puisse accomplir un travail profane (Nomb. 3:13-51 ; 18:14-16). Ainsi, le baptême de Jésus ne représentait pas l’offrande de sa personne à Dieu, mais sa présentation pour faire la volonté de Dieu en allant jusqu’à se sacrifier. 26 Jéhovah Dieu montra qu’il acceptait la présentation de son Fils Jésus en répandant sur lui son esprit saint au moment où il sortait de l’eau et en faisant entendre des cieux sa voix disant : “Celui-là est mon Fils, le bien-aimé, que j’ai approuvé.” (Mat. 3:16, 17). Après cela, Jean-Baptiste présenta Jésus oint comme “l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde”. (Jean 1:18-36 ; Actes 10:37, 38.) Jésus accomplit la volonté de Dieu jusqu’à la fin de sa vie dans la chair. Au cours de la dernière nuit qu’il passa sur la terre en tant qu’homme, il pria Dieu en ces termes : “Mon Père, s’il n’est pas possible que ceci passe sans que je le boive, que ta volonté se fasse.” (Mat. 26:39-44). Selon Jean 19:30, le lendemain, vers trois heures de l’après-midi alors qu’il était pendu au poteau de torture, “Jésus dit : ‘C’est accompli !’ et, baissant la tête, il rendit son souffle”. Ainsi, conformément à la volonté de Dieu, le corps de Jésus fut offert une fois pour toutes.w73 110
  3. JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU 2-8 septembre2019 Recherchons des perles spirituelles HÉBREUX 7-8 Hé 8:3 : Quelle est la différence entre les dons et les sacrifices qui étaient offerts sous la Loi mosaïque ? (w00 15/8 14 § 11). “ Tout grand prêtre, dit Paul, est établi pour offrir et des dons et des sacrifices. ” (Hébreux 8:3). Remarquez que l’apôtre divise les offrandes que faisait le grand prêtre d’Israël en deux catégories : les “ dons ” et les “ sacrifices ” (ou “ sacrifices pour les péchés ”). (Hébreux 5:1.) De même que l’on fait généralement des dons (des cadeaux) par affection et reconnaissance, pour entretenir une amitié ou encore pour gagner la faveur ou l’approbation de quelqu’un (Genèse 32:20 ; Proverbes 18:16), de même nombre d’offrandes prescrites par la Loi pouvaient être considérées comme des “ dons ” faits à Dieu pour obtenir son approbation et sa faveur . En cas de transgression, la Loi exigeait une restitution, et on offrait des “ sacrifices pour les péchés ” pour faire réparation.w00 15/8 14 Hé 8:13 : En quel sens l’alliance de la Loi est-elle devenue « périmée » aux jours de Jérémie ? (it-1 79 § 7). Comment l’alliance de la Loi devint-elle “ périmée ” ? Cependant, l’alliance de la Loi devint en un sens “ périmée ” quand Dieu annonça par l’intermédiaire du prophète Jérémie qu’il y aurait une alliance nouvelle (Jr 31:31-34 ; Hé 8:13). En 33 de n. è., elle fut annulée du fait de la mort de Christ sur le poteau de supplice (Col 2:14) et fut remplacée par l’alliance nouvelle. — Hé 7:12 ; 9:15 ; Ac 2:1-4. it-1 79 Christ est le Médiateur de l’alliance meilleure prédite par l’intermédiaire de Jérémie, alliance sous laquelle les péchés peuvent vraiment être pardonnés et les consciences purifiées ; cela, jamais la Loi n’a pu l’accomplir. Les Dix Paroles, les lois fondamentales de l’alliance de la Loi, étaient écrites sur de la pierre ; la loi de la nouvelle alliance l’est sur des cœurs. La parole prophétique que Jéhovah prononça par l’intermédiaire de Jérémie rendit périmée l’alliance de la Loi, promise à disparaître en son temps. — 8:6-13 ; Jr 31:31-34 ; Dt 4:13 ; 10:4. it-1 1099 Quand Jésus prit la coupe de vin pour la passer à ses disciples, il dit : “ Cette coupe signifie la nouvelle alliance en vertu de mon sang, qui doit être versé en votre faveur. ” (Luc 22:20, NW). Cette allusion à la nouvelle alliance est très importante, par rapport aux bienfaits reçus et aux bienfaits partagés. Si nous reprenons la lettre aux Hébreux, nous pourrons identifier cette alliance et mieux apprécier son importance. L’expression nouvelle alliance suppose l’existence d’une alliance précédente et en principe, quand quelque chose de nouveau s’avère nécessaire, cela sous-entend l’abandon de ce qui est devenu vieux. Paul écrit à ce propos : “ En disant : alliance nouvelle, il rend vieille la première. Or ce qui est vieilli et vétuste est près de disparaître. ” La première alliance en question fut l’ancienne alliance de la loi conclue avec l’Israël selon la chair par la médiation de Moïse. Mais “ c’est en effet en les blâmant ” que Jéhovah déclara aux Israélites les paroles suivantes, prononcées déjà à l’époque de Jérémie : “ Voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit Jéhovah : Je mettrai ma loi au dedans d’eux et je l’écrirai sur leur cœur (...). Je pardonnerai leur iniquité et je ne me souviendrai plus de leur péché. ” — Héb. 8:8, 13, Jé ; Jér. 31:33, 34, AC. Pour valider une alliance et pardonner l’iniquité, il faut verser du sang. “ Un testament (une alliance, NW) en effet, n’est valide qu’à la suite du décès, (...) et sans effusion de sang il n’y a point de rémission. ” Jésus est le médiateur de la nouvelle alliance, laquelle est validée par son sang versé. Son sang fournit également le moyen légal de pardonner réellement les péchés et de purifier “ notre conscience ” alors que les sacrifices d’animaux selon l’ancienne alliance de la loi ne procuraient — et encore, de façon toute symbolique — que “ la pureté de la chair ”. — Héb. 9:13, 14, 17, 22, Jé.w62 225 Une alliance meilleure transmise par un meilleur médiateur La nouvelle alliance n’est pas le simple renouvellement de l’ancienne alliance que les Israélites ont rompue. Certainement pas, car l’apôtre Paul a écrit aux chrétiens de Rome: “Vous n’êtes pas sous la loi, mais sous la faveur imméritée.” (Romains 6:14). C’est véritablement une nouvelle alliance, et il fallait s’attendre à ce qu’elle fût meilleure, car le Dieu Tout-Puissant, Jéhovah, est capable d’améliorer la situation de ceux qu’il admet dans la nouvelle alliance. Tout d’abord, en instituant la nouvelle alliance il a suscité un meilleur médiateur ou intermédiaire. Contrairement au prophète Moïse, ce médiateur n’était ni imparfait ni marqué par le péché. L’alliance de la Loi transmise par le médiateur Moïse était bonne en elle-même. Toutefois, cette alliance prévoyait le sacrifice d’animaux dont le sang ne pourrait jamais effacer les péchés humains. Aussi, pour que l’alliance instituée par Jéhovah soit meilleure, il lui faudrait un meilleur médiateur et un sacrifice meilleur. Ce médiateur absolument indispensable se révéla être Jésus Christ. Soulignant la supériorité de ce Médiateur sur le prophète Moïse, la Bible donne l’explication suivante: “Mais maintenant Jésus a obtenu un service public plus excellent, de sorte qu’il est aussi le médiateur d’une alliance bien meilleure, qui a été légalement établie sur des promesses meilleures. (...) En disant: ‘alliance nouvelle’, il a rendu ancienne la première.” — Hébreux 8:6, 13. L’“ancienne” alliance est remplacée Cette alliance “ancienne” ou désuète cessa d’exister 50 jours après la résurrection du Médiateur de la nouvelle alliance. Cela eut lieu le jour de la Pentecôte. Le matin même commença l’antitype de la fête juive de la Récolte. Comment cela? Eh bien, 120 disciples du Médiateur de la nouvelle alliance se rassemblèrent dans une chambre haute à Jérusalem et reçurent l’esprit saint promis, en accomplissement de la prophétie de Joël (2:28-32). C’était la confirmation de l’entrée en vigueur de la nouvelle alliance par le moyen d’une preuve audible et visible pour tous les témoins. Quand Jésus sortit des eaux baptismales et que l’esprit saint fut répandu sur lui, cet esprit fut miraculeusement symbolisé par une colombe planant au-dessus de sa tête. Mais pour ce qui est des 120 disciples hébreux réunis le jour de la Pentecôte, comment leur onction avec de l’esprit saint fut-elle rendue manifeste? Par l’apparition de langues, comme de feu, au-dessus de leurs têtes, et par la faculté dont ils furent dotés de proclamer la Parole de Dieu dans des langues étrangères jusque-là inconnues d’eux. — Matthieu 3:16; Actes 2:1-36. Il devrait être évident pour les Juifs et leurs rabbins que la loi mosaïque n’est plus en vigueur. Depuis la destruction de Jérusalem par les légions romaines en 70, ils n’ont plus de temple. En outre, à ce moment-là, leurs documents généalogiques ont été perdus ou détruits. Ils sont donc incapables de savoir qui appartient à la tribu de Lévi, et qui descend d’Aaron et peut faire fonction de grand prêtre pour la nation juive. Au lieu de se dire les uns aux autres: “Connaissez Jéhovah!”, ils regardent comme un sacrilège le fait de prononcer le nom divin. Aussi, contrairement aux Témoins de Jéhovah, ils ne se réjouissent pas du fait que l’“ancienne” alliance a été remplacée par la nouvelle alliance. “Une alliance éternelle” À l’opposé des Juifs d’aujourd’hui, les Témoins de Jéhovah ont un Grand Prêtre actif qui officie à la droite de Dieu dans les cieux. Il est le Médiateur de la nouvelle alliance, un Médiateur bien plus grand que Moïse.ws 101-103 Jésus devint le Médiateur d’une nouvelle alliance, de même que Moïse avait été le médiateur de l’alliance de la Loi. Le contraste entre ces deux alliances est aussi clairement établi par l’apôtre Paul, qui parle du ‘ document manuscrit consistant en décrets ’, lequel a été ôté du chemin par la mort de Jésus sur le poteau de supplice. Jésus ressuscité comme Grand Prêtre est “ serviteur public du lieu saint et de la tente véritable que Jéhovah a dressée et non pas l’homme ”. Sous la Loi, les prêtres offraient “ un service sacré dans une représentation typique et une ombre des choses célestes ”, conformément au modèle donné par Moïse. “ Mais maintenant Jésus a obtenu un service public plus excellent, de sorte qu’il est aussi le médiateur d’une alliance bien meilleure, qui a été établie légalement sur de meilleures promesses. ” L’ancienne alliance est tombée en désuétude et a été abolie en tant que code écrit qui dispense la mort.si 24
  4. JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU 26 août–1er septembre 2019 Recherchons des perles spirituelles HÉBREUX 4-6 Hé 4:12 : Qu’est-ce que « la parole de Dieu » dans ce contexte ? (w16.09 13). Nous avons de bonnes raisons d’exercer la foi dans la parole de Jéhovah. Paul a écrit : “ La parole de Dieu est vivante et puissante ; elle est plus acérée qu’aucune épée à double tranchant et elle pénètre jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et de leur moelle, et elle est à même de discerner les pensées et les intentions du cœur. ” (Hébreux 4:12). La parole, ou message, de Dieu est effectivement “ plus acérée qu’aucune épée à double tranchant ”. Les chrétiens hébreux devaient se souvenir de ce qui était arrivé à leurs ancêtres. Ne tenant pas compte du jugement de Jéhovah annonçant qu’ils périraient dans le désert, ils avaient essayé d’entrer en Terre promise. Moïse les avait pourtant avertis : “ Les Amaléqites et les Cananéens sont là devant vous ; à coup sûr, vous tomberez par l’épée. ” Mais les Israélites s’obstinèrent ; “ alors descendirent les Amaléqites et les Cananéens qui habitaient dans cette montagne, et ils les attaquèrent et les mirent en déroute jusqu’à Horma ”. (Nombres 14:39-45.) La parole de Jéhovah est plus acérée qu’aucune épée à double tranchant, et quiconque y reste sourd délibérément est assuré d’en subir les conséquences. — Galates 6:7-9. 19 Avec une puissance extraordinaire, la parole de Dieu “ pénètre jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et de leur moelle ”. Elle pénètre les pensées et les mobiles des individus, un peu comme si, allant au plus profond des os, elle mettait à nu la moelle ! Bien que les Israélites libérés de l’esclavage d’Égypte aient accepté d’observer la Loi, Jéhovah savait qu’au plus profond d’eux-mêmes ils n’étaient pas reconnaissants pour Ses dispositions et Ses exigences (Psaume 95:7-11). Ils ne se souciaient pas tant de faire la volonté de Dieu que de satisfaire leurs désirs charnels. C’est pourquoi ils ne sont pas entrés dans le repos que Dieu avait promis, mais ils ont péri dans le désert w98 15/7 18-19 En elles-mêmes les pages de la Bible ne sont que du papier marqué à l’encre, qu’elles soient reliées simplement ou artistiquement. Cependant, lorsqu’on commence à étudier avec un cœur honnête ces paroles inspirées par l’esprit, on en retire une grande force ; c’est pourquoi l’on peut vraiment dire que le lecteur avisé absorbe l’esprit de Dieu. C’est en réalité une des importantes manifestations de l’esprit saint en raison de la puissance qu’il donne à la Parole de Dieu. Il produit des effets lorsqu’il commence à influencer notre vie. “Car la Parole de Dieu est vivante et exerce un pouvoir et elle est plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants et perce jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et de leurs moelles, et elle est capable de discerner les pensées et les intentions du cœur.” (Héb. 4:12). La Parole de Dieu est aussi pénétrante que cela ! Elle pénètre nos mobiles. Elle distingue entre ce que nous paraissons être en tant que créatures vivantes ou âmes, et ce que nous sommes réellement selon notre cœur, nos actions et notre esprit. Si nous la laissons agir dans notre vie, elle s’opposera aux fausses pensées, aux mobiles impurs et aux désirs égoïstes. Elle peut créer en nous une force puissante qui nous conduira vers la justice. — Jér. 17:9, 10.w68 44 21 Avec quelque chose de nouveau dans notre esprit, nous pouvons commencer à changer notre manière de penser et de vivre. Avec la Parole de Dieu remplissant notre esprit et notre cœur, nous avons une force puissante et nouvelle qui travaille en nous. Cette Parole n’est pas morte, dénuée d’intérêt, sans caractère pratique ni interprétation des événements de notre époque et incapable de nous protéger contre la corruption des temps immoraux actuels. Au contraire, elle est vivante et source de conviction. Elle peut révéler mieux qu’aucun psychologue du monde ce qu’il y a de bon en nous. Elle n’est pas lettre morte mais le jugement qu’elle contient s’exécutera sûrement. Voici ce que déclara l’apôtre Paul : “ Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. ” — Héb. 4:12. “ LA PAROLE de Dieu est vivante et puissante. ” (Héb. 4:12). Par ces mots, l’apôtre Paul attirait l’attention sur le pouvoir qu’a le message de la Bible de toucher les cœurs et de transformer des vies.w12 15/12 3 En Hébreux 4:12, “ la parole de Dieu ” est comparée à une arme plus acérée qu’aucune épée à double tranchant qui peut pénétrer les pensées et les motivations de quelqu’un, le perçant en quelque sorte jusqu’à la moelle, la partie la plus profonde des os it-2 307 Avec quelle force le message de la Parole de Dieu agit-il ? Avec une force prodigieuse. Paul a écrit en effet : “ La parole de Dieu est vivante et puissante ; elle est plus acérée qu’aucune épée à double tranchant et elle pénètre jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et de leur moelle, et elle est à même de discerner les pensées et les intentions du cœur. ” — Hébreux 4:12. 16 Le message de la Parole de Dieu est ‘ plus acéré qu’aucune épée à double tranchant ’. Son pouvoir de pénétration est infiniment supérieur à n’importe quel outil ou instrument humain. Il pénètre au plus profond de l’individu ; il peut le changer de l’intérieur, modifier son état d’esprit et ses goûts, faire de lui un authentique ouvrier de Dieu. Quel outil puissant ! 17 La Parole de Dieu dévoile la personnalité la plus profonde de l’individu en contraste avec ce qu’il pense être ou ce qu’il donne à voir de lui (1 Samuel 16:7). Un méchant peut dissimuler ce qu’il est derrière une façade de bienveillance ou de piété. Certains font bonne figure dans des intentions malveillantes. Des orgueilleux jouent les humbles tout en aspirant aux louanges. Mais en faisant découvrir à l’humble ce qu’il a vraiment dans le cœur, la Parole de Dieu va l’inciter irrésistiblement à se dépouiller de la vieille personnalité et à “ revêtir la personnalité nouvelle qui a été créée selon la volonté de Dieu dans une justice et une fidélité vraies ”. (Éphésiens 4:22-24.) w 03 15/11 11 L’apôtre Paul écrivit : “ La parole [ou : message (logos)] de Dieu est vivante et puissante ; elle est plus acérée qu’aucune épée à double tranchant et elle pénètre jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et de leur moelle, et elle est à même de discerner les pensées et les intentions du cœur. ” (Hé 4:12). Elle atteint le cœur de l’individu et révèle s’il vit réellement en accord avec les principes droits. — 1Co 14:23-25. La parole de Dieu est la vérité et peut sanctifier quelqu’un pour que Dieu l’utilise (Jn 17:17). Elle a le pouvoir de rendre sage et heureux ; elle peut accomplir toute action que Dieu prévoit pour elle (Ps 19:7-9 ; Is 55:10, 11). Elle peut équiper parfaitement l’homme pour toute œuvre bonne et le rendre capable de vaincre le méchant. — 2Tm 3:16, 17 ; voir aussi 1Jn 2:14. it-2 494 Jéhovah exerce sa puissance d’une autre manière encore. Hébreux 4:12 déclare : “ La parole de Dieu est vivante et puissante. ” Avez-vous déjà constaté la puissance extraordinaire de la parole de Dieu, du message inspiré par son esprit et conservé dans la Bible ? Cette parole est capable de fortifier, de bâtir la foi et d’aider à opérer de profonds changements en soi. À des chrétiens qu’il mettait en garde contre les gens à la conduite foncièrement immorale, l’apôtre Paul a rappelé : “ Pourtant c’est là ce qu’étaient certains d’entre vous. ” (1 Corinthiens 6:9-11). “ La parole de Dieu ” avait exercé sur eux sa puissance et les avait aidés à se réformer.cl 41-42 “ La parole de Dieu est vivante ” 20 Quand Paul a écrit que “ la parole de Dieu est vivante ”, il ne parlait pas de la Parole écrite de Dieu, la Bible. Le contexte montre qu’il avait à l’esprit les promesses divines. Il entendait rappeler que lorsque Dieu fait une promesse, il la tient. C’est ce que Jéhovah lui-même a attesté par l’intermédiaire du prophète Isaïe : “ Ma parole [...] ne reviendra pas vers moi sans résultat, mais elle [...] aura du succès dans ce pour quoi je l’ai envoyée. ” (Is. 55:11). Par conséquent, ne cédons pas à l’impatience si les choses ne vont pas aussi vite que nous le souhaitons. Jéhovah n’a jamais cessé de travailler à l’accomplissement de son dessein, et il le mènera à bien. — Jean 5:17. 21 Parmi les membres de la “ grande foule ”, certains sont âgés et servent Jéhovah depuis des dizaines d’années (Rév. 7:9). Beaucoup ne s’attendaient pas à vieillir dans ce système de choses. Pour autant, ils ne cèdent pas au découragement (Ps. 92:14). Ils sont convaincus que “ la parole de Dieu est vivante ”, autrement dit que les promesses divines ne resteront pas lettre morte, et que Jéhovah travaille à leur accomplissement. Puisqu’il accorde une grande importance à son dessein, nous le réjouissons quand nous faisons de sa volonté notre priorité. Depuis le début du septième jour, Dieu se repose, confiant que rien ne peut entraver son dessein et que son peuple collaborera à sa réalisation. w11 15/7 29, 32 ‘ La parole de Dieu est puissante ’ 4 La parole, ou message, de Dieu est extrêmement puissante (Héb. 4:12). Figurément, elle est plus acérée qu’aucune épée forgée par l’homme, car elle pénètre jusqu’à la division des os et de leur moelle. La vérité biblique atteint les tréfonds d’un individu et pénètre ses pensées et ses sentiments, dévoilant ce qu’il est intérieurement. Elle peut exercer un pouvoir transformateur et provoquer des changements authentiques. (Lire Colossiens 3:10.) La Parole de Dieu est en effet capable de changer des vies. De plus, la Bible est un livre d’une sagesse sans pareille. Elle renferme des renseignements précieux qui montrent comment vivre dans un monde compliqué. Elle éclaire non seulement nos pas au présent, mais aussi la route devant nous (Ps. 119:105). Son concours est inestimable quand nous rencontrons des difficultés ou choisissons nos amis, nos divertissements, un emploi, notre habillement, etc. (Ps. 37:25 ; Prov. 13:20 ; Jean 15:14 ; 1 Tim. 2:9). L’application des principes bibliques nous permet de nous entendre avec les autres (Mat. 7:12 ; Phil. 2:3, 4). La route étant bien éclairée devant nous, nous sommes en mesure d’envisager les effets à long terme de nos décisions (1 Tim. 6:9). Par ailleurs, les Écritures annoncent le dessein de Dieu, ce qui nous aide à accorder notre mode de vie avec ce dessein (Mat. 6:33 ; 1 Jean 2:17, 18). À n’en pas douter, celui qui se laisse diriger par les principes divins mène une vie riche de sens. En outre, réfléchissons à l’arme puissante qu’est la Bible dans notre guerre spirituelle. La parole de Dieu a été appelée par Paul “ l’épée de l’esprit ”. (Lire Éphésiens 6:12, 17.) Présenté correctement, son message peut libérer de l’esclavage spirituel de Satan. C’est une épée qui sauve des vies au lieu de les détruire. Ne devrions-nous pas nous efforcer de la manier avec habileté ?w10 15/2 10-11 Hé 6:17, 18 : Que sont les « deux choses immuables » dont parlent ces versets ? (it-1 799 § 7). L’espérance de la vie éternelle et de l’incorruptibilité concernant ceux qui sont “ participants de l’appel céleste ” (Hé 3:1) est solidement fondée ; c’est quelque chose sur quoi ils peuvent compter avec confiance. Elle repose sur deux choses dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, à savoir sa promesse et son serment. En outre, cette espérance réside en Christ, qui est désormais immortel dans les cieux. C’est pourquoi elle est décrite comme “ une ancre pour l’âme, à la fois sûre et ferme, et elle pénètre à l’intérieur du rideau [comme le grand prêtre entrait dans le Très-Saint le jour des Propitiations], là où un précurseur est entré en [leur] faveur, Jésus, qui est devenu pour toujours grand prêtre à la manière de Melkisédec ”. — Hé 6:17-20.it-1 799-800 L’apôtre Paul, quant à lui, fait ce qui équivaut à un serment en 2 Corinthiens 1:23 et en Galates 1:20 pour donner plus de force au témoignage qu’il présente à ses lecteurs. Il parle également du serment comme d’un moyen habituel et convenable de mettre fin à une contestation, et attire l’attention sur le fait que Dieu, “ lorsqu’il s’est proposé de montrer plus abondamment aux héritiers de la promesse le caractère immuable de son conseil, est intervenu par un serment ”, jurant par lui-même puisqu’il ne pouvait pas jurer par quelqu’un de plus grand. Dieu ajouta ainsi à sa promesse une garantie légale et offrit une double assurance au moyen de “ deux choses immuables dans lesquelles il est impossible que Dieu mente ”, c’est-à-dire sa promesse elle-même et son serment (Hé 6:13-18). Paul souligne en outre que Christ fut fait Grand Prêtre à la suite d’un serment de Jéhovah et qu’il fut donné comme gage d’une alliance meilleure (Hé 7:21, 22). Les Écritures font plus de 50 fois mention de serments faits par Jéhovah lui-même.w86 15/1 18 Fait intéressant, le mot grec traduit par “encouragement” en Philippiens 2:1 et en Hébreux 6:18 vient d’un verbe qui signifie “exercer une bonne influence par la parole” ou “parler à quelqu’un d’une manière positive et bienveillante”.w86 15/1 18 DIEU DONNE L’EXEMPLE 3 Jéhovah Dieu lui-même fut le premier à donner de l’encouragement. Aussitôt après l’acte par lequel Adam plongea l’humanité dans le péché, Dieu annonça qu’il susciterait un sauveur. Par là même, il fournit une raison d’espérer aux descendants d’Adam non encore venus au monde. Dieu n’oublia pas sa promesse, au contraire, il la souligna et l’amplifia par des paroles annoncées à ses serviteurs au cours des générations suivantes. Au sujet de la promesse divine faite à Abraham, la Bible déclare : “ De cette manière Dieu, lorsqu’il se proposa de faire voir plus abondamment aux héritiers de la promesse l’immutabilité de son conseil, intervint par un serment, afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible à Dieu de mentir, nous qui avons fui vers le refuge, nous ayons un puissant encouragement à saisir l’espérance qui est placée devant nous. Cette espérance, nous l’avons comme une ancre pour l’âme, à la fois sûre et ferme. ” (Héb. 6:17-19, NW). Oui, en fournissant à ses serviteurs une raison solide d’espérer, Dieu les encourage. Il affermit leur confiance et leur donne la possibilité d’envisager l’avenir sans crainte. Ses promesses infaillibles consignées dans la Bible constituent une source intarissable de force pour nous qui vivons dans ce vingtième siècle. “ Car toutes les choses qui ont été écrites dans le passé le furent pour notre instruction, afin que par notre endurance et par la consolation des Écritures nous ayons l’espérance. ” — Rom. 15:4, NW.w63 648-9 Saisissez l’espérance qui vous est proposée L’APÔTRE Paul écrivit que “nous commençons à avoir vraiment part au Christ, si toutefois nous gardons ferme jusqu’à la fin la confiance que nous avions au début”. (Hébreux 3:14.) Il parla aussi de la nécessité de “saisir l’espérance qui nous est proposée”. — Hébreux 6:18. 2 Peut-être êtes-vous Témoin de Jéhovah depuis peu, mais sûr de vos convictions et zélé. Ou bien êtes-vous un témoin chrétien depuis des dizaines d’années et avez-vous le sentiment d’être fermement engagé dans la voie de la vérité. Quel que soit notre cas, nous connaissons probablement tous des chrétiens qui ont cessé de marcher dans la voie de la vérité, comme cela arrivait aussi au premier siècle (Philippiens 3:18; Actes 20:30). Certains peuvent peu à peu perdre la foi, commencer à s’intéresser aux choses matérielles ou céder à la tentation et pécher. 3 Comment pouvons-nous éviter que cela nous arrive? Eh bien, considérons les conseils que nous donne la lettre aux Hébreux. Nous constaterons qu’ils sont tout à fait appropriés pour notre temps, comme le démontre l’endurance fidèle de nombreux Témoins d’aujourd’hui que ces conseils ont affermis.w83 15/5 21-6 4 La lettre aux Hébreux fut adressée à des chrétiens qui ‘avaient part à l’appel céleste’. Ils avaient été oints de l’esprit de Dieu et espéraient fermement aller au ciel, après Christ qui leur avait ouvert la voie. Comme vous pouvez l’imaginer, ‘cette espérance était comme une ancre pour l’âme, sûre autant que ferme’. Cependant, Paul attirait leur attention sur la nécessité de “saisir l’espérance qui nous est proposée”. (Hébreux 3:1; 6:18-20.) Si cela était indispensable pour eux, à combien plus forte raison aujourd’hui pour le reste des chrétiens oints et pour la “grande foule” de leurs frères qui espèrent survivre à la “grande tribulation” prochaine! — Révélation 7:9, 15. 5 Dans cette lettre aux Hébreux, Jéhovah nous met en garde contre le danger d’“aller à la dérive”, de ‘tomber’, de devenir ‘indolents’, de ‘reculer pour la destruction’ ou de ‘demander qu’on nous dispense d’entendre’ Jésus (Hébreux 2:1; 6:6, 12; 10:39; 12:25). On y trouve donc d’excellents conseils qui nous aideront à montrer “la même diligence afin d’avoir la pleine certitude de l’espérance jusqu’à la fin” et à demeurer parmi “ceux qui ont foi pour la conservation de l’âme en vie”. — Hébreux 6:11; 10:39.
  5. “ Plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants ” QUE peut-il y avoir de plus tranchant qu’aucune épée à deux tranchants ? D’après l’apôtre Paul, c’est la Parole de Dieu, la Bible : “ Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. ” — Héb. 4:12. Aux jours de l’apôtre Paul, une des armes utilisées dans les combats était la dague à deux tranchants. Elle était surtout employée dans le corps-à-corps, destinée à poignarder plutôt qu’à sabrer. Cette arme illustrait donc bien l’efficacité de la Parole de Dieu telle que Paul le voulait, car cette dernière est capable de trancher et de distinguer entre l’âme et l’esprit. Elle fait la distinction entre l’âme, créature vivante, et l’esprit, attitude mentale, mettant ainsi à nu les pensées et intentions du cœur. Il y a aujourd’hui des écoles contradictoires de psychologie en nombre infini. Toutes s’efforcent de sonder le cœur humain et de découvrir ses secrets. Aucune de leurs théories, ni toutes ensemble, ne peuvent soutenir la comparaison avec la Parole de Dieu car elle a été rédigée par Celui qui fit le cœur humain. Cette Parole nous révèle Son opinion sur le cœur du genre humain déchu : “ Le cœur est rusé plus que toute autre chose et corrompu : qui le connaîtra ? ” Ni les psychologues, ni les psychiatres, mais “ moi, Jéhovah, qui sonde les cœurs et qui éprouve les reins ”. — Jér. 17:9, 10, AC. De nombreux exemples nous montrent à quel point la Parole de Dieu fait la discrimination entre les actes et les intentions. Il faut citer à ce propos les paroles de Matthieu 6:1-8. Nous pouvons ne pas être instruits de celles-ci, mais, si nous déployons nos actes de piété et de charité en public, le mérite cesse. Même nos intentions apparaissent suspectes et nous devenons des hypocrites. Les institutions de charité qui publient les dons reçus dans l’intention d’encourager des donateurs travaillent contre l’intérêt de ces derniers. C’est dans un cas semblable, en Matthieu 7:1-5, que Jésus qualifia d’hypocrisie la tendance à porter un jugement exagéré — dans un sens comme dans l’autre — sur les actes de notre prochain, alors que l’on est profondément aveuglé sur soi-même. Notre manque d’objectivité rend nos motifs suspects. Sommes-nous, consciemment ou non, en train de nous exalter ? L’apôtre Paul fit preuve d’un discernement mental aigu. En I Corinthiens 13:1-3, il montre que l’éloquence, l’enseignement et les œuvres charitables ne nous profiteront en aucun cas si nos motifs ne sont pas purs. Veuillez également remarquer sa pénétrante compréhension du cœur humain quand il dit, à propos des contributions pour les frères dans le besoin : “ Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur. ” Quand une cause valable est portée à notre connaissance, nous voulons aussitôt nous montrer généreux, “ grand-cœur ”. Mais quand vient le moment de passer aux actes, on réfléchit, on calcule, on s’aperçoit que notre résolution n’était qu’une impulsion et que la prudence conseille de donner moins ! Nous ne devrions donner ni avec rapacité, ni sous la contrainte, “ car Dieu aime celui qui donne avec joie ”. — II Cor. 9:7. Citant les Écritures hébraïques sur le sujet de la discipline divine, Paul montre aussi un profond discernement. Lorsque nous sommes châtiés, nous sommes prêts à adopter des solutions extrêmes : ou bien nous rejetons la correction en nous rebellant, ou bien nous nous attristons au point de tout abandonner, découragés. Paul rejette les solutions extrêmes et montre qu’il faut les éviter : “ Mon fils, ne méprise pas la discipline de Jéhovah, ni ne t’abandonne au désespoir quand il te corrige ; car Jéhovah discipline celui qu’il aime. ” — Héb. 12:5, 6, NW. Pierre savait bien que, comme pour des brebis littérales, il faut pour les brebis chrétiennes beaucoup d’efforts, un travail long et dur. Il n’y a plus de place pour l’égoïsme, disposition d’une humanité déchue. Il n’y a plus de place pour un berger qui remplit ses devoirs en gémissant, ou simplement parce qu’il n’a pas le choix ou encore parce qu’il y est obligé, comme s’il transportait un lourd fardeau. Au lieu de manifester une telle disposition, il devrait servir volontairement, en appréciant son privilège. Pierre mit encore en garde les bergers contre le fait de servir pour un gain malhonnête. Une position de surveillance s’accompagne de tentations particulières. Combien peut-il sembler naturel à la nature humaine égoïste d’incliner à la malhonnêteté et de profiter égoïstement des conditions ! Une preuve de cela est fournie par les bergers du temps de l’ancien Israël, par ceux de l’époque de Jésus, par ceux de nos jours. Les bergers doivent servir avec zèle, non pour un gain personnel, mais pour l’amour de Jéhovah et de ses brebis. Mettant l’accent sur un autre manquement humain, Pierre lance un avertissement aux bergers qui veulent dominer sur le troupeau. Comme il est facile de se prendre trop au sérieux quand on reçoit une responsabilité ! Nous sommes vite enclins à faire le complexe du dictateur ou du patron et à diriger avec hauteur ! Cela pourrait même se faire en bonne conscience à cause d’une estimation exagérée de ses responsabilités. Aussi, il est conseillé aux bergers de se conduire comme ils voudraient voir les brebis le faire, avec humilité. La loi de Moïse donna un bon conseil à celui qui était roi. Il devait lire chaque jour la Parole de Dieu de peur qu’il ne se sente meilleur que ses sujets. — Deut. 17:19, 20. En vérité, la Parole de Dieu est plus tranchante qu’une épée à deux tranchants. Elle partage, divise ou distingue entre l’âme et l’esprit, entre notre vie d’homme et notre attitude mentale. Elle met à nu les pensées et intentions de notre cœur parce qu’elle nous commande ce que nous devons et ne devons pas faire. w60 291
  6. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 19 AOUT 2019 - HEBREUX 1-3.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 19 AOUT 2019 - HEBREUX 1-3.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Hébreux 1-3 Hébreux 1:3 : Jésus a-t-il toujours ressemblé à son Père au même degré ? (it-1 1170). « Il est le reflet de la gloire de Dieu et la représentation exacte de son être même, et il soutient toutes choses par sa parole puissante. Après avoir fait une purification pour nos péchés, il s’est assis à la droite de la Majesté dans les hauteurs » Jésus a-t-il toujours ressemblé à son Père au même degré ? Le Fils premier-né de Dieu, qui devint plus tard l’homme Jésus, est à l’image de son Père. Puisque c’est manifestement à ce Fils que Dieu parlait lorsqu’il déclara : “ Faisons l’homme à notre image ”, on en déduit que la ressemblance du Fils avec son Père, le Créateur, existait dès sa création. Quand il était sur la terre en tant qu’homme parfait, il refléta les qualités et la personnalité de son Père autant qu’il était possible à l’intérieur des limites humaines, de sorte qu’il put dire : “ Qui m’a vu a vu le Père aussi. ”. Toutefois, cette ressemblance fut certainement accentuée lorsque Jésus fut ressuscité pour la vie spirituelle et reçut de son Père, Jéhovah Dieu, “ tout pouvoir [...] dans le ciel et sur la terre ”. Dieu l’ayant élevé à “ une position supérieure ”, Jésus reflétait désormais la gloire de son Père à un degré encore plus grand qu’avant de quitter le ciel pour venir sur la terre. Il est maintenant ‘ la représentation exacte de l’être même de Dieu ’. Hé 1:2-4. - it-1 1170 La lettre aux Hébreux commence par diriger notre attention sur la position supérieure du Christ qui est maintenant un esprit glorieux, “la représentation exacte de l’être même de Dieu”. Cela ne signifie pas pour autant que le Père et le Fils sont une même personne ou un seul dieu, car Hébreux 1:3 ajoute que Jésus “est assis à la droite de la Majesté de Dieu, Nouveau Testament en français courant] dans les hauteurs”. Des textes comme Hébreux 2:10 et 5:5, 8 montrent également que Jéhovah est supérieur au Fils. Toutefois, Christ a maintenant “un nom [une position ou une réputation] plus excellent que le leur [celui des anges]”. — Hébreux 1:4. – TG1983 15/5 §10 Hébreux 1:10-12 : Pourquoi l’apôtre Paul a-t-il appliqué Psaume 102:25-27 à Jésus Christ ? (it-1 478 § 1). « Au commencement, ô Seigneur, tu as posé les fondations de la terre, et les cieux sont les œuvres de tes mains. 11 Ils périront, mais toi, tu subsisteras ; et comme un vêtement, ils s’useront tous, 12 et tu les rouleras comme un manteau, comme un vêtement, et ils seront remplacés. Mais toi tu es le même, et tes années ne s’achèveront jamais. » Psaume 102:25-27 « Autrefois, tu as posé les fondations de la terre, et les cieux sont l’œuvre de tes mains. 26 Ils périront, mais toi, tu subsisteras ; comme un vêtement, ils s’useront tous. Comme des habits, tu les remplaceras, et ils disparaîtront. 27 Mais toi tu es le même, et tes années ne s’achèveront jamais. » Les paroles de Psaume 102:25, 26 s’appliquent à Jéhovah Dieu, mais l’apôtre Paul les cite aussi relativement à Jésus Christ. Pourquoi ? Parce que le Fils unique-engendré de Dieu fut son Agent personnel dans la création de l’univers physique. Paul oppose l’existence permanente du Fils de Dieu à celle de la création physique que Dieu, s’il le voulait, pourrait ‘ enrouler comme un manteau ’ et mettre de côté. — Hé 1:1, 2, 8, 10-12 ; voir aussi 1 Pierre 2:3, note « mais, pour cela, vous devez avoir goûté que le Seigneur est bon. » - it-1 478 § 1 102:25 — Qui a “posé les fondements de la terre”? Le psalmiste parlait de Dieu, mais l’apôtre Paul a appliqué ces paroles à Jésus Christ. Il s’avère qu’elles s’appliquent aussi à Jésus, car il a créé l’univers en tant qu’Instrument de Jéhovah (Colossiens 1:15, 16). On pouvait donc dire également de Jésus qu’il avait “posé les fondements de la terre”. – TG1986 15/12 p29 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Un Dieu qui communique - Puisqu’il éprouve un grand amour pour ses créatures, Dieu leur donne amplement la possibilité de le connaître, Lui, ainsi que ses desseins. Il lui est arrivé de communiquer par l’intermédiaire d’anges et par l’intermédiaire d’hommes auxquels il transmettait des directives et des révélations, comme Moïse, mais surtout par l’intermédiaire de son Fils, Jésus Christ (Hé 1:1, 2) – it1 p637 Jéhovah va bientôt utiliser son Fils, Jésus Christ, pour « réduire à rien celui qui a le moyen de causer la mort, c’est-à-dire le Diable » (Hébreux 2:14). La Bible montre d’ailleurs que le Diable lui-même sait « qu’il lui reste peu de temps » (Révélation 12:12). Dieu va aussi supprimer tous ceux qui causent la méchanceté – TG2019/1 Quand Dieu choisit quelqu’un pour l’appel céleste (Hébreux 3:1), il le fait entrer dans son alliance sur le sacrifice du Christ. Jésus Christ est le Médiateur de la nouvelle alliance et la Semence principale d’Abraham. Par sa médiation, il aide ceux qui sont dans la nouvelle alliance à devenir partie intégrante de la vraie semence d’Abraham (Hébreux 2:16) et ce grâce au pardon de leurs péchés. Jéhovah les déclare justes. 1t-1 p76 Nous lisons dans la Bible: “Toute maison, en effet, est construite par quelqu’un, et celui qui a tout construit, c’est Dieu.” (Hébreux 3:4, Bible de Jérusalem). Si toute maison, au demeurant simple, doit avoir un constructeur, alors l’univers, infiniment plus complexe, ainsi que l’immense variété des formes de vie sur la terre doivent également avoir eu un constructeur. Et puisque nous reconnaissons l’existence d’humains qui ont inventé divers objets tels l’avion, la télévision ou l’ordinateur, ne devrions-nous pas reconnaître l’existence de Celui qui leur a permis de réaliser ces choses en les dotant d’un cerveau ? - Dieu se soucie-t-il, p8 §22 Paul a écrit “ toute maison, en effet, est construite par quelqu’un, mais celui qui a construit toutes choses, c’est Dieu ”. (Hé 3:4.) Jéhovah fait ce que bon lui semble de ce qu’il a lui-même bâti, l’utilisant comme il lui convient, tout comme le fait l’homme qui construit une maison. Il est le Créateur de toutes choses, est le Bâtisseur par excellence (it-1 p912 Le manque de foi en Dieu est un péché de première gravité, puisqu’il est un signe de méfiance à son égard ou de manque de confiance en sa capacité d’accomplir ce qu’il a décidé de faire (Hé 3:12, 13, 18, 19). Le péché abîme par conséquent le reflet que donne l’homme de la ressemblance et de la gloire de Dieu ; il prive l’homme de la sainteté, c’est-à-dire le rend souillé, impur, terni aux sens spirituel et moral. – it-2 p520 Péché En Hébreux chapitres 3, l’apôtre Paul montre que les Juifs dans le désert n’avaient pas pu entrer dans le repos, ou sabbat, de Dieu en raison de leur désobéissance et de leur manque de foi (Hé 3:18, 19). Ceux qui purent entrer en Terre promise sous la conduite de Josué connurent un repos, mais ce n’était pas le repos total qu’on connaîtrait sous le Messie. Ce n’était qu’un type, une ombre de la réalité. Toutefois, explique Paul, il reste “ un repos de sabbat pour le peuple de Dieu ”. (Hé 4:9.) Ceux qui se montrent obéissants et qui exercent la foi en Christ goûtent de ce fait un “ repos de sabbat ” où ils se reposent de ‘ leurs œuvres ’, œuvres par le moyen desquelles ils essayaient autrefois de paraître justes. Paul montre par-là que le sabbat, ou repos, de Dieu se poursuivait à son époque et que des chrétiens y entraient, ce qui indique que le jour de repos de Dieu dure des milliers d’années. – it-2 p841 Le manque de foi en Dieu est un péché de première gravité, puisqu’il est un signe de méfiance à son égard ou de manque de confiance en sa capacité d’accomplir ce qu’il a décidé de faire (Hé 3:12, 13, 18, 19). L’apôtre Paul parle du “ pouvoir trompeur du péché ” qui endurcit le cœur des humains (Hé 3:13-15) – it-2 p510 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? Jésus est digne d’être honoré - Jésus est-il digne d’un tel hommage ? Assurément ! Dans sa lettre aux Hébreux, l’apôtre Paul explique qu’“ établi héritier de toutes choses ”, “ il s’est assis à la droite de la Majesté dans les hauteurs ”. (Hébreux 1:2-4.) Dieu l’a élevé “ afin qu’au nom de Jésus plie tout genou ….. Christ utilisera bientôt cette position élevée et les pouvoirs étendus qui s’y rattachent pour faire de la terre un paradis. Sous la direction divine, et grâce à son sacrifice rédempteur, il mettra fin à toute forme de douleur et de tristesse pour le bien de ceux qui se soumettront à sa domination juste. Ne mérite-t-il pas que nous l’honorions, le respections et lui obéissions ? RV2000 8/4 Certains ont abandonné la vérité progressivement, peut-être sans même s’apercevoir de ce qui se passait. Une telle personne ne s’éloigne peut-être pas volontairement de la vérité, mais elle laisse sa relation avec Jéhovah s’affaiblir et risque même de finir par la perdre. Dans sa lettre aux Hébreux, Paul a signalé qu’un chrétien pourrait perdre la foi et cesser de tenir ferme de deux manières (Hébreux 2:1 ; 3:12). Il emploie les expressions « aller à la dérive » et « s’éloigner ». Quand un bateau dérive, au début, c’est parfois imperceptible. Peu à peu toutefois, l’écart qui le sépare de la berge se creuse. Mais un bateau peut s’éloigner parce que son occupant le pousse loin du rivage délibérément. Ces deux situations illustrent bien l’état de ceux qui se laissent tromper, qui laissent leur confiance en la vérité s’affaiblir – TG2013 15/12 p9 §11 2:14, 15 — Le fait que Satan “ a le moyen de causer la mort ” signifie-t-il qu’il peut faire mourir prématurément qui il veut ? Absolument pas. Cependant, dès l’instant où Satan s’est engagé dans la voie de la méchanceté en Éden, ses mensonges ont causé la mort, car Adam a péché et il a transmis à la famille humaine le péché et la mort. Par ailleurs, les agents terrestres de Satan persécutent les serviteurs de Dieu, parfois jusqu’à la mort, comme l’illustre le cas de Jésus. Mais cela ne signifie pas que Satan a tout pouvoir pour tuer qui il veut. Autrement, il est certain qu’il aurait éliminé tous les adorateurs de Jéhovah depuis bien longtemps. Jéhovah protège son peuple collectivement et empêche Satan de l’exterminer. Même s’il permet que certains d’entre nous meurent consécutivement aux attaques de Satan, nous sommes sûrs qu’il réparera tout mal subi. – TG2008 15/10 p32 Pour espérer vivre éternellement dans le monde nouveau, il nous faut avoir la foi, et la garder forte. Tout comme une plante a besoin d’eau, notre foi a besoin d’être nourrie. Contrairement à une plante artificielle, une vraie plante ne cesse de changer. Si elle manque d’eau, elle se flétrit, mais si elle est régulièrement arrosée, elle prospère. Privée d’eau, une plante jusque-là robuste finira par mourir. Il en va de même pour notre foi. Si nous la négligeons, elle se flétrira et mourra (Héb. 3:12). Par contre, si nous l’entretenons, elle restera vivante et continuera d’« augmenter ». Nous serons « robustes dans la foi » - TG2016/10 p26 §5
  7. Lettre ouverte à Daro Weilburg Cher Daro, Je dois tout d’abord te demander de pardonner mon audace, puisque, bien que de près de quinze ans ton cadet, je me vois dans l'obligation de te faire des reproches. Ne crois pas que je veuille te manquer de respect. Mais ayant comme prédécesseur Elihu, qui, malgré sa jeunesse, ne se retint pas de reprendre le vénérable Job, je crois pouvoir en toute bonne conscience suivre l’exemple de ce sage personnage de l’antiquité. J’ai visionné quelques-unes de tes vidéos sur internet. Je réponds ici, car tu as bloqué tous les commentaires sur ta page, il est donc impossible de te joindre. Je ne doute pas un instant que tu sois une personne sincère, mais attention! dans les jours les plus sombres de l'histoire moderne, des hommes sincères en ont exterminé des centaines de milliers d'autres. La sincérité n’implique pas avoir raison ou être excusable de n’importe laquelle de nos actions ou de toutes sortes de propos. Tenant ce préambule à l'esprit, j’espère tu comprendras que je puisse avoir trouvé choquantes deux de tes vidéos que tu as mises en ligne et dans lesquelles tu abordes le thème des agressions d’enfants au sein de l’organisation des témoins de Jéhovah, en prenant comme base l’affaire hautement médiatisée de Candace Conti. Tu trouves improbable qu'une femme puisse avoir attendu des années avant de révéler l’agression dont elle a été victime et tu la traites de menteuse. Mais que sais-tu de ce qui se passe dans la tête d'une enfant qui a une confiance totale dans les adultes et qui ne peut imaginer que l'un d'entre eux puisse lui faire du mal, particulièrement s’il s’agit d’un proche, un membre de la famille, un frère de la congrégation, voire un ancien? Ces jeunes filles n'avaient probablement aucune idée de ce qui leur arrivait. Certaines étaient menacées ou étaient victimes de chantage, si elles parlaient. C'est ainsi que fonctionnent les choses avec les pédophiles. Au sein de l'Église catholique, comme chez les témoins de Jéhovah, ou dans toutes les institutions où des adultes sont en contact avec des enfants. Tu remarqueras que la Tour de Garde du mois de mai 2019, bien que n’apportant aucunes solutions aux victimes, ne dit pas autre chose: [Il est] très facile pour quelqu’un qui a de mauvaises intentions de tromper un enfant. Les agresseurs font croire aux enfants des choses dangereuses. Ils disent par exemple que ce qui s’est passé est de la faute de l’enfant, qu’il ne doit en parler à personne, que, s’il en parle, personne ne le croira ou ne lui prêtera attention, ou que les actes sexuels entre un adulte et un enfant sont une façon normale d’exprimer son amour. À cause de tels mensonges, un enfant risque d’avoir un raisonnement faussé et une vision déformée de la réalité pendant de nombreuses années. (w19 mai p. 15, § 7) Et toi, tu voudrais condamner ces innocentes? Tu voudrais leur refuser le droit à la justice, parce que de nombreuses années ont passées? Tu soutiens la procédure imposée par le Collège Central des deux témoins, alors que le propre du pédophile est d'agir dans le secret? Tu parles de médecine légale alors qu'il est déjà difficile pour une femme de faire reconnaître un viol qu'elle vient de subir en tant qu’adulte? Comment infliger ceci à une enfant? Comme tu es cruel! À t’entendre, il semblerait que Candace Conti se soit réveillée un beau matin et qu'elle soit allée sur le net, ait trouvé une photo d’un homme qu'elle ne connaît ni d'Ève ni d'Adam et ait décidé de l'accuser, tout cela, dans un but vénal. Cela te semble plausible? Pour moi, cela paraît difficile. Toi qui es passé sous les fourches caudines de la justice, tu peux comprendre ce que peut ressentir une personne qui doit affronter un tribunal et son lot de juges, procureurs, avocats, généralement des hommes, bien souvent incrédules, perplexes ou sceptiques, parfois hostiles. Dans ton cas, ce sont tes propres fautes qui t’ont conduit sur le banc des accusés. Mais tu ne peux pas te mettre à la place d’une femme qui s’humilie en avouant avoir été violée tout en ressentant de la honte pour ce qu’elle a subit, alors qu’elle répète inlassablement, encore et encore la même histoire. Il faudrait avoir une force de caractère surprenante pour échafauder un tel mensonge. Que certaines l’aient fait, je veux bien le croire, la perfidie n’est pas l’apanage de l’un ou l’autre des sexes, mais là, nous parlons de milliers de cas. Des milliers de menteuses? Tu affirmes: cela ne se produit dans aucune Salle du Royaume, où que ce soit dans le monde. Il est impossible que les anciens ou le parent d'un enfant permettent à un homme d'emmener seul un jeune enfant dans le ministère. C'est un mensonge. Ça ne se produira jamais. Dans aucune Salle du Royaume, 120'000 dans le monde entier, cela ne se produira pas, c'est un mensonge. ("Is Candace Conti lying about being molested by A JW elder at 9?" sur Youtube) Cher Daro, permets-moi de te dire que tu te fourvoies complètement, car voici quelle est la réalité: en plus de cinquante ans, j'ai fréquenté environ une dizaine de congrégations dans trois états différents. Je peux donc confirmer que laisser un enfant seul avec un adulte est un fait habituel dans toutes les congrégations! Après tout, ne sommes-nous pas censés vivre dans un paradis spirituel dans lequel tout le monde est beau et gentil? Qui peut nous faire du mal? Parce que, si cela est le cas, alors où est le paradis? Pour certains, ce serait plutôt l’enfer. Peut-être les choses ont-elles évolué dernièrement, le Collège Central ayant revu sa politique afin de chercher à se garer des demandes d’indemnisations toujours plus nombreuses pour n’avoir rien fait pour protéger les plus faibles d’entre ses ouailles, préférant faire peser la responsabilité sur les parents et les anciens s'il devait arriver quelque chose à un enfant de la congrégation. Mais le mal qui a été fait dans le passé, lui, ne peut être changé. Pour finir, les termes que tu emploies à propos de Barbara Anderson ne sont pas dignes de quelqu'un qui se dit disciple et membre de l’autoproclamée unique vraie religion rassemblant le peuple de Dieu (tu remarqueras que j’ai évité d’employer le terme “chrétien”, celui-ci ne pouvant qualifier que celui qui suit le Christ et non une organisation). Cette femme a été la voix de milliers de victimes silencieuses qui ont trouvé, grâce à elle, le courage de sortir de leur galère. Alors, par respect pour une personne qui a donné des années de sa vie à ce combat et en a payé le prix fort, tu devrais mesurer tes paroles. Cher Daro, je sais que tu auras de la peine à accepter mes commentaires, mais c'est une affaire entre Dieu et toi. Pour ma part, je crois avoir fait mon devoir. Avec mon affection chrétienne, Baruq
      Hello guest!
  8. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 12 AOUT 2019 - TITE 1 – PHI LÉMON.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 12 AOUT 2019 - TITE 1 – PHI LÉMON.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : TITE 1 - PHILEMON Tite 1:12 : Explique pourquoi ce verset ne justifie pas les préjugés ethniques (w89 15/5 31 § 5). « L’un d’entre eux, leur propre prophète, a dit : « Les Crétois sont toujours menteurs, ce sont des bêtes sauvages néfastes, des goinfres paresseux. » Il n’acquiesçait certainement pas à un quelconque affront raciste fait à l’ensemble des Crétois, car il savait qu’il y avait en Crète d’excellents chrétiens que Dieu avait agréés et oints de Son esprit saint. Il s’y trouvait suffisamment de chrétiens dévoués pour former des congrégations “de ville en ville”. Bien que ces chrétiens ne fussent pas parfaits, ils n’étaient à coup sûr ni des menteurs ni des gloutons paresseux, sinon Jéhovah leur aurait retiré son approbation. Il y avait vraisemblablement aussi en Crète, comme dans toutes les nations de nos jours, des gens sincères attristés par la condition morale déplorable qui régnait autour d’eux et prêts à accueillir favorablement le message chrétien. – TG1989 15/5 Le mensonge, la gloutonnerie et la paresse étaient choses courantes chez les Crétois et, semble-t-il, ces défauts transparaissaient chez certains chrétiens. C’est pourquoi Tite devait les reprendre sévèrement et leur montrer ce qui était exigé des chrétiens, qu’ils soient jeunes ou âgés, hommes ou femmes, esclaves ou libres. Personnellement, Tite devait se montrer un exemple de belles œuvres et manifester de l’intégrité dans son enseignement. – it-2 p1083 Paul nota que les Crétois avaient la détestable réputation d’être des ‘menteurs, des bêtes sauvages néfastes, des gloutons désœuvrés’. (Tite 1:12.) Cela ne signifie pas que ces traits de caractère étaient inhérents aux Crétois ni que tous les Crétois correspondaient à cette description. La preuve: Paul donna des instructions à Tite pour qu’il trouve des Crétois qui n’avaient pas ces défauts et qu’il les établisse à des positions de responsabilité dans la congrégation chrétienne. Il faut admettre qu’il est parfois tentant de conclure qu’il y a des ethnies qui ont certains défauts “dans le sang”. Par exemple, il se peut que beaucoup d’individus appartenant à un même groupe racial soient au chômage. Bien des personnes en tireront cette conclusion hâtive: “Ils sont paresseux.” Un chrétien, par contre, éprouvera de la compassion. Il se rend compte qu’une foule de gens sont ‘dépouillés et disséminés’ par ce monde égoïste et méchant. Dans de nombreux pays, les préjugés raciaux et les conditions économiques empêchent certaines catégories de personnes d’exercer un métier. Aussi, ce qui semble être de la paresse est souvent de l’affliction et du désespoir. Ces gens ont besoin d’aide spirituelle, de compréhension, et non pas de critiques acerbes.- RV1985 8/2 p7 Parmi les premiers chrétiens, certains avaient été des voleurs ou des extorqueurs, mais ils avaient changé de mode de vie. Pour montrer quelle était la réputation des habitants de Crète, l’apôtre cita l’un d’eux, peut-être le poète Épiménides, en disant: “Les Crétois sont toujours menteurs, ce sont des bêtes sauvages néfastes, des gloutons désœuvrés.”. Chez les Grecs, le mot “Crétois” était devenu synonyme de “menteur”. Mais certains habitants de la Crète changèrent de conduite et devinrent de véritables chrétiens. Parmi eux, il y avait même des anciens qui avaient fini par acquérir la réputation d’être ‘exempts d’accusation, non avides de gains déshonnêtes, amis du bien, justes, fidèles, maîtres d’eux-mêmes’. — Tite 1:7, 8. – TG82 1/5 Philémon 15, 16 : Pourquoi Paul n’a-t-il pas demandé à Philémon de rendre à Onésime sa liberté ? (w08 15/10 31 § 4). « Peut-être est-ce précisément pour cette raison qu’il s’est échappé pour un peu de temps : afin que tu le retrouves pour toujours, 16 non plus comme un esclave, mais mieux qu’un esclave, comme un frère tendrement aimé, surtout par moi, mais par toi encore bien plus, aussi bien comme un esclave que comme un frère dans le Seigneur » Paul voulait s’en tenir strictement à sa mission, savoir : “ prêcher le royaume de Dieu et enseigner les choses concernant le Seigneur Jésus Christ. ” Il a donc décidé de rester en dehors des problèmes de société, tel celui de l’esclavage. Actes 28:31. TG2008 15/10 La position des chrétiens du 1er siècle. Il y avait une multitude d’esclaves dans l’Empire romain, et certains maîtres en possédaient des centaines, voire des milliers. L’esclavage était une institution protégée par le gouvernement impérial. Les chrétiens du 1er siècle ne s’opposaient pas à l’autorité gouvernementale dans ce domaine ni n’encourageaient les esclaves à se révolter. Ils reconnaissaient aux autres, y compris à leurs frères chrétiens, le droit, légal, de posséder des esclaves. C’est pourquoi l’apôtre Paul renvoya Onésime, un esclave fugitif. Parce qu’il était devenu chrétien, Onésime retourna de son plein gré chez son maître, se soumettant ainsi à un frère chrétien en tant qu’esclave. Pour un esclave, c’était une bénédiction d’avoir un maître chrétien, car celui-ci était tenu de le traiter de façon juste et équitable – it-1 p793 Onésime, esclave fugitif que Paul aida à devenir chrétien. Onésime était un serviteur de Philémon, un chrétien de Colosses, mais s’était enfui de cette ville pour se rendre à Rome. Peut-être même avait-il volé son maître afin de faire ce voyage de 1400 kms (Col 4:9 ; Phm 18). Il est très possible qu’Onésime ait rencontré Paul grâce à Philémon, ou tout au moins qu’il l’ait entendu parler de lui ; car, bien qu’il ne soit pas spécifié que Paul soit allé à Colosses dans le cadre de ses voyages missionnaires, celui-ci voyagea dans la région et connaissait Philémon. En tout cas, dans des circonstances qui ne sont pas précisées, Onésime avait rencontré Paul à Rome et n’avait pas tardé à devenir chrétien (Phm 10). Malgré tout, Onésime était toujours un esclave fugitif, et l’ordre social de l’époque obligeait Paul à le renvoyer à son propriétaire, quoiqu’à regret, car il était devenu un excellent compagnon. Toutefois, l’apôtre ne pouvait en aucune façon forcer Onésime à repartir chez son maître ; ce retour dépendait donc du bon vouloir d’Onésime et en résulta. Quand il renvoya Onésime, Paul prit des dispositions pour que Tychique l’accompagne et que les deux hommes transmettent une lettre et un rapport à Colosses. Paul donna aussi à Onésime sa lettre à Philémon, bien qu’il espérât être relâché et avoir le plaisir de le revoir personnellement, car son emprisonnement touchait à sa fin (Phm 22). Cette lettre était ce qu’on pourrait appeler une lettre de réintroduction et de recommandation pour Onésime, dans laquelle Paul assurait Philémon qu’Onésime était devenu un excellent ministre chrétien et avait revêtu une nouvelle personnalité. Même si ce dernier était légalement en droit de punir sévèrement Onésime, Paul lui a demandé d’accueillir aimablement son esclave, en raison de leur amitié et de l’amour chrétien Paul plaidait aussi afin que leurs retrouvailles soient davantage celles de deux chrétiens que celles d’un esclave et de son maître. Il demandait à Philémon de mettre sur son propre compte toute dette qu’Onésime pouvait avoir envers lui. Si Onésime était redevable à Philémon, Paul se proposait même de rembourser sa dette. Paul aurait certes pu user de son autorité pour contraindre Philémon à agir de la manière qui convenait en la circonstance ; mais il a préféré traiter cette question avec tact et amour. En agissant ainsi, il était convaincu d’obtenir la coopération de Philémon, qui ferait même davantage que ce qui lui était demandé. Paul montrait qu’il était convaincu que Philémon saurait pardonner et qu’il irait au-delà de ce que Paul demandait. – it-2 p445 Comme Paul l’explique dans la suite de sa lettre, des situations qui prennent une tournure apparemment défavorable se révèlent souvent profitables par la suite (versets 15 à 21). En fait, la fuite d’Onésime a tourné à l’avantage de Philémon. Comment cela? En ce sens que Philémon ne va pas retrouver un esclave qui risque d’être malhonnête ou de mauvaise volonté, mais un frère honnête et serviable. Paul demande à Philémon de recevoir Onésime comme si c’était lui-même, Paul, qu’il recevait. – TG1991 15/2 p23 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Jéhovah est “ le Dieu de vérité ”. Tite 1:2 Il est fidèle dans toutes ses manières d’agir. Ses promesses sont certaines, car il ne peut mentir. Il juge selon la vérité, c’est-à-dire selon ce que les choses sont réellement, et non en se fiant aux apparences. Tout ce qui émane de lui est pur et sans défaut. Ses décisions judiciaires, sa loi, ses commandements et sa parole sont vérité, sont toujours vrais et légitimes, et s’opposent à toute injustice et à toute erreur. – it-2 p1135. Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? “ Ayant des enfants croyants ” - Dans les instructions qu’il a données à Tite concernant l’établissement de responsables dans les congrégations crétoises, Paul stipulait : “ S’il y a quelque homme qui soit exempt d’accusation, mari d’une seule femme, ayant des enfants croyants qui n’aient pas été sous une accusation de débauche ni indisciplinés. Il faut en effet qu’un surveillant soit exempt d’accusation en tant qu’intendant de Dieu. ” Que faut-il entendre par ‘ avoir des enfants croyants ’ ? — Tite 1:6, 7. L’expression “ enfants croyants ” désigne des jeunes gens qui ont déjà voué leur vie à Jéhovah et sont baptisés, ou qui progressent vers l’offrande de soi et le baptême. Les membres de l’assemblée s’attendent à ce que les enfants d’un ancien soient raisonnablement bien élevés et obéissants. Il devrait être évident qu’un ancien fait tout son possible pour bâtir la foi de ses enfants –TG1996 15/10 p21 Selon Tite 1:6, les enfants d’un chrétien doivent-ils tous être baptisés pour que celui-ci remplisse les conditions requises d’un ancien? Paul énumère les conditions requises des hommes qui assument la fonction d’ancien dans la congrégation. L’une de ces conditions est qu’ils soient ‘exempts d’accusation et qu’ils aient des enfants croyants’. Il ne faudrait pas en déduire que les enfants d’un ancien doivent tous être baptisés, car certains peuvent être très jeunes. À la lecture de Tite 1:6, il est raisonnable de conclure que les enfants mineurs d’un ancien doivent être baptisés ou étudier la vérité biblique, l’accepter, l’appliquer et progresser vers le baptême, tandis qu’ils se trouvent sous le mérite familial. Un ancien doit tout faire pour que ses enfants deviennent des disciples et ne soient pas “sous le coup d’une accusation de débauche ni insoumis”. On discerne mieux le sens de ce verset lorsque l’on considère l’emploi que la Bible fait du mot “croyant”. Bien sûr, on peut avoir foi, ou croire, en bien des choses. Toutefois, dans les Écritures, le terme “croyant” désigne le plus souvent celui qui accepte le christianisme et se fait baptiser. C’est particulièrement en se faisant baptiser que quelqu’un montre qu’il est croyant. Les enfants d’un ancien peuvent ne pas être encore suffisamment mûrs sur les plans physique, affectif ou spirituel pour se faire baptiser. Cependant, conformément à Tite 1:6, ils sont “croyants” s’ils progressent vers le baptême dans la mesure où leur âge et leurs capacités le leur permettent – TG1989 15/2 p29 Pour être efficace, un responsable doit être capable d’enseigner. Comme Paul l’a écrit à Tite, il doit être « fermement attaché à la parole fidèle pour ce qui est de son art d’enseigner, afin qu’il soit capable d’exhorter par l’enseignement qui est salutaire et aussi de reprendre les contradicteurs » (Tite 1:9). Il est capable de raisonner avec autrui, d’argumenter, de surmonter des objections et de faire l’application des Écritures de manière à convaincre ses auditeurs et à affermir leur foi. Un responsable emploie ses capacités d’enseignant tant en époque favorable qu’en époque difficile (2 Tim. 4:2). Il a la patience nécessaire pour reprendre avec douceur une personne qui a commis une faute ou pour convaincre quelqu’un qui a des doutes et l’inciter à pratiquer de belles œuvres motivées par la foi. S’il est capable d’enseigner soit devant un auditoire soit en privé, cela montre qu’il remplit cette condition requise essentielle. – od 35 §16 Tite 1:9 - Un bon berger chrétien ne force pas une brebis à agir de telle ou telle façon. Non, il réfléchit à la manière dont il stimulera son cœur. Il attirera peut-être son attention sur les principes bibliques à considérer avant de prendre une décision importante. Il reverra avec elle ce que les publications ont dit sur la question. Il l’exhortera à réfléchir aux conséquences de tel ou tel choix sur ses relations avec Jéhovah. Il pourra aussi insister sur l’importance de demander à Dieu sa direction avant de prendre une décision. La seule autorité que les responsables chrétiens détiennent leur vient des Écritures. Alors ils doivent absolument se servir de la Bible avec habileté et adhérer à son contenu. Ils se garderont ainsi d’un éventuel abus de pouvoir. Car ils ne sont que sous-bergers ; chaque membre de l’assemblée est responsable devant Jéhovah et Jésus de ses propres décisions – TG2013 15/11 p29 §11,12 1:15 — Comment “ toutes choses ” peuvent-elles être “ pures pour les purs ” mais impures “ pour les gens souillés et sans foi ” ? La réponse se trouve dans le sens que Paul donne à l’expression “ toutes choses ”. Il parle, non pas des choses qui sont condamnées directement dans la Parole écrite de Dieu, mais de celles sur lesquelles les Écritures laissent aux croyants une certaine latitude de choix. Pour une personne dont les pensées concordent avec les normes divines, ces choses sont pures. Mais pour celle qui a un raisonnement erroné et dont la conscience est souillée, c’est l’inverse. – TG2008 15/10 p30 En Crète, certains restaient “ attachés à la circoncision ”. Ils affichaient ainsi ouvertement leur désaccord avec le collège central, ‘ en enseignant des choses qu’ils ne devaient pas enseigner ’. (Tite 1:10, 11.) Leurs raisonnements erronés les incitaient peut-être à vouloir conserver des prescriptions issues de la Loi sur les aliments et sur la pureté rituelle. Ou peut-être même ajoutaient-ils des règles à ce que disait la Loi, comme l’avaient fait leurs prédécesseurs aux jours de Jésus, et propageaient-ils des fables juives et des commandements d’hommes. Ces raisonnements avaient un effet négatif sur leur jugement et sur leur sens moral, en un mot, sur leur conscience. Paul écrit : “ Pour les gens souillés et sans foi rien n’est pur. ” Leur conscience avait fini par être si déformée qu’elle ne constituait plus pour eux un guide fiable pour agir ou juger. Qui plus est, ils jugeaient leurs compagnons chrétiens sur des choses qui relevaient du choix personnel, des domaines dans lesquels tel chrétien pouvait décider d’agir d’une certaine manière, et tel autre d’une manière différente. Sous ce rapport, les Crétois en question considéraient comme impur ce qui, en réalité, ne l’était pas. . Ils déclaraient connaître Dieu, mais leurs œuvres prouvaient le contraire. — Tite 1:16. Paul énonçait une vérité générale concernant deux catégories de personnes, celles qui étaient moralement et spirituellement pures, et celles qui ne l’étaient pas – TG2007 15/10 p25 §4,5 La lettre à Philémon révèle l’amour et l’unité qui existaient chez les chrétiens du 1er siècle. On y apprend que les premiers chrétiens s’appelaient “ frère ” et “ sœur ”. (Philém. 2, 20.) De plus, elle démontre aux chrétiens de notre temps comment faire entre eux l’application pratique des principes chrétiens. En ce qui concerne Paul, nous trouvons ici l’expression de son amour fraternel, de son respect pour les relations courtoises et la propriété d’autrui ; il montre également un tact délicat et une humilité digne d’éloges. Au lieu de contraindre Philémon à pardonner à Onésime en faisant peser sur lui son autorité de surveillant à la tête de la congrégation chrétienne, Paul fait appel à son amour chrétien et à son amitié personnelle. Aujourd’hui, les surveillants peuvent tirer profit de la façon pleine de tact avec laquelle Paul s’adressa à Philémon. 1t-1 amour
  9. Vidéo par écrit Des jeunes qui honorent Jéhovah.docx Vidéo par écrit Des jeunes qui honorent Jéhovah.pdf
      Hello guest!
    Vidéo par écrit : « Des jeunes qui honorent Jéhovah » (Plusieurs jeunes pionniers font des commentaires) « Avant d’être pionnière, j’avais peur de ne pas atteindre mon objectif chaque mois. » « Au début, ce n’était pas facile parce que je n’avais pas de voiture » « Mon patron n’a pas accepté mon temps partiel » « C’était très dur de trouver l »équilibre entre l’école et mon service » « La crainte de l’homme m’a beaucoup freinée parce que j’avais du mal à parler aux gens » « Avoir un bon programme, c’était vraiment compliqué » « Mon frère et moi, on est seuls dans la vérité. Ma famille ne comprenait pas pourquoi on voulait aller prêcher » « Je ne pensais pas que je serais une bonne pionnière. « J’ai un diabète de type 1 depuis que j’ai cinq ans. Je me suis toujours demandé si j’allais arriver à trouver l’équilibre entre ma santé et mon service » « Les difficultés ne semblent pas si énormes maintenant mais avant, ça me semblait insurmontable. C’est génial de voir comment Jéhovah m’a aidé. » « La prière m’a aidée à surmonter mes craintes. » « Jéhovah a utilisé ma famille pour m’aider. » « Mon père a été le premier à m’encourager à prendre le service. Quand j’ai commencé, il m’a promis que toute la famille me soutiendrait. Quand j’ai parlé à des frères et sœurs qui étaient pionniers dans leur jeunesse, ça m’a vraiment aidée. C’était très encourageant et ça m’a donné envie de le vivre par moi-même et de me faire mes propres souvenirs dans le service à plein temps. » « Il a fallu que je me débrouille par moi-même. Je n’avais pas de voiture, donc je marchais ou je prenais le bus. » « J’ai dû réfléchir à mes priorités. J’ai calculé combien d’heures il fallait que je prêche chaque semaine. Donc j’ai regardé mon programme de la semaine et j’ai pu voir quels jours je pouvais aller prêcher, quels jours j’allais à l’école et aussi combien de temps je devais consacrer à mes devoirs et à l’étude. » « Pour moi c’était bien d’avoir un programme et de l’avoir sous les yeux. J’ai vu que l’objectif horaire n’était pas si difficile à atteindre et j’ai eu beaucoup moins peur de prendre le service. » « Je me suis d’abord fixé l’objectif d’être pionnière les mois d’activité spéciale. Puis j’ai pris le service auxiliaire tous les mois et finalement j’ai commencé le service de pionnier permanent. » « Une des meilleures façons pour moi de me préparer au service de pionnier a été d’être d’abord pionnière auxiliaire. Ça m’a aidée à surmonter toutes les difficultés du service de pionnier. » « J’ai pensé à Malachie 3 :10 « Apportez à l’entrepôt toute la dîme, pour qu’il y ait de la nourriture dans ma maison ; et s’il vous plaît, mettez-moi à l’épreuve dans ce domaine, dit Jéhovah des armées, pour voir si je n’ouvrirai pas pour vous les écluses du ciel et si je ne déverserai pas sur vous une bénédiction jusqu’à ce que vous ne manquiez de rien. » C’est sûr, j’avais confiance en Jéhovah, mais là, j’avais l’occasion de le mettre à l’épreuve. » « J’ai prié, j’ai mis ma confiance en Jéhovah et j’ai rempli une demande. » « Quelques temps après avoir remis ma demande pour être pionnier, un frère m’a appelé et m’a proposé un travail. » « J’ai été au chômage pendant trois mois et ça n’a pas été facile. Mais pendant cette période, j’ai mis Jéhovah à la première place. Il m’a soutenue et il ne m’a pas abandonnée » « J’ai pris rendez-vous avec des frères et sœurs les jours où je savais qu’il n’y aurait pas beaucoup de monde qui pourrait prêcher et ça m’a beaucoup aidée. Ça m’a permis d’organiser un peu mieux mon programme et aussi d’apprendre à mieux connaître mes frères et sœurs. » « Une de mes plus grandes joies a été d’être pionnière avec ma mère. On a eu le privilège de faire l’école des pionniers ensemble, ça a été un moment très spécial pour moi. » « Psaume 16 :8 « Je garde constamment Jéhovah devant moi. Puisqu’il est à ma droite, je ne serai jamais ébranlé. » me rappelle que Jéhovah est juste à côté de moi. Quand je prêche, c’est comme si Jéhovah me tenait par la main. » « En étant pionnier, je rends Jéhovah heureux et ça me fait plaisir. Il m’a beaucoup donné et je peux enfin lui offrir quelque chose en retour » « En y repensant, prendre le service de pionnier, c’est la meilleure décision que j’ai jamais prise. Ça m’a ouvert de nouveaux horizons dans le service pour Jéhovah et ça m’a aussi donné le désir de rester dans le service à plein temps. » « Aider quelqu’un à marcher sur la route de la vie éternelle, c’est la plus belle chose qui soit ; c’est vraiment irremplaçable. » « Tout ce que je peux dire c’est : « Si tu es jeune, devient pionnier ! » Jeunes, soyez « zélés pour les belles œuvres » Dans sa lettre inspirée écrite à Tite, l’apôtre Paul a dit que les jeunes hommes, dont Tite, devaient s’efforcer d’être ‘des exemples de belles œuvres en toutes choses’ (Tt 2:6, 7). Plus loin dans le même chapitre, il indique que le peuple de Jéhovah est purifié pour qu’il puisse être « zélé pour les belles œuvres » (Tt 2:14). Parmi ces belles œuvres figure l’œuvre de prédication et d’enseignement au sujet du royaume de Dieu. Peux-tu employer la force de ta jeunesse pour être pionnier auxiliaire ou permanent ? (Pr 20:29). Si tu souhaites devenir pionnier, réfléchis à une manière réaliste d’y parvenir (Lc 14:28-30). Par exemple, comment gagneras-tu ta vie quand tu seras dans le service à plein temps ? Comment atteindras-tu ton objectif horaire ? Fais de ton projet un sujet de prière (Ps 37:5). Parle avec tes parents, ou avec des pionniers qui s’en sortent bien, de la manière dont tu comptes t’organiser. Ensuite, passe à l’action. C’est sûr, Jéhovah bénira tes efforts zélés ! ˙ Quelles difficultés certains jeunes ont-ils surmontées pour devenir pionniers, et comment ont-ils fait ? ˙ Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à devenir pionniers permanents ? ˙ Pourquoi est-ce important de se fixer un emploi du temps pour la prédication ? ˙ Comment les membres de l’assemblée peuvent-ils encourager et soutenir un pionnier ? ˙ Quels bienfaits retire-t-on à être pionnier ?
  10. JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU 19-25 août 2019 Recherchons des perles spirituelles HÉBREUX 1-3 Jésus a-t-il toujours ressemblé à son Père au même degré ? (it-1 1170). Jésus a-t-il toujours ressemblé à son Père au même degré ? Le Fils premier-né de Dieu, qui devint plus tard l’homme Jésus, est à l’image de son Père (2Co 4:4). Puisque c’est manifestement à ce Fils que Dieu parlait lorsqu’il déclara : “ Faisons l’homme à notre image ”, on en déduit que la ressemblance du Fils avec son Père, le Créateur, existait dès sa création (Gn 1:26 ; Jn 1:1-3 ; Col 1:15, 16). Quand il était sur la terre en tant qu’homme parfait, il refléta les qualités et la personnalité de son Père autant qu’il était possible à l’intérieur des limites humaines, de sorte qu’il put dire : “ Qui m’a vu a vu le Père aussi. ” (Jn 14:9 ; 5:17, 19, 30, 36 ; 8:28, 38, 42). Toutefois, cette ressemblance fut certainement accentuée lorsque Jésus fut ressuscité pour la vie spirituelle et reçut de son Père, Jéhovah Dieu, “ tout pouvoir [...] dans le ciel et sur la terre ”. (1P 3:18 ; Mt 28:18.) Dieu l’ayant élevé à “ une position supérieure ”, Jésus reflétait désormais la gloire de son Père à un degré encore plus grand qu’avant de quitter le ciel pour venir sur la terre (Ph 2:9 ; Hé 2:9). Il est maintenant ‘ la représentation exacte de l’être même de Dieu ’. — Hé 1:2-4.it-1 image La résurrection pour l’immortalité et l’incorruptibilité. Jésus Christ acquit l’immortalité au moment de sa résurrection, et il possède depuis “ une vie indestructible ”. (1Tm 6:15, 16 ; Hé 7:15-17.) Étant la “ représentation exacte de [l’] être même ” de son Père, le Dieu incorruptible (Hé 1:3 ; 1Tm 1:17), Jésus ressuscité jouit également de l’incorruptibilité it-1 1181 La lettre aux Hébreux commence par diriger notre attention sur la position supérieure du Christ qui est maintenant un esprit glorieux, “la représentation exacte de [l’]être même [de Dieu]”. Cela ne signifie pas pour autant que le Père et le Fils sont une même personne ou un seul dieu, car Hébreux 1:3 ajoute que Jésus “est assis à la droite de la Majesté [de Dieu, Nouveau Testament en français courant] dans les hauteurs”. Des textes comme Hébreux 2:10 et 5:5, 8 montrent également que Jéhovah est supérieur au Fils. Toutefois, Christ a maintenant “un nom [une position ou une réputation] plus excellent que le leur [celui des anges]”. — Hébreux 1:4. 11 À l’exemple des anges fidèles, nous devons reconnaître la position glorieuse du Christ. Citant Psaume 97:7 (selon la version grecque des Septante), Hébreux 1:6 dit: “Que tous les anges de Dieu lui rendent hommage!” Dans d’autres traductions, les anges “se prosternent” devant le Fils. Selon le contexte cela signifie que même les anges rendent hommage à Jésus qu’ils considèrent comme le principal représentant de Dieu et comme son Fils glorifié. Ils reconnaissent qu’il a été “couronné de gloire et d’honneur” et qu’il a reçu l’autorité sur la terre habitée à venir. — Hébreux 2:5, 9.w83 15/5 18 À propos de la condition de Jésus depuis sa résurrection et son ascension au ciel, la Parole de Dieu déclare : “Il est le reflet de sa gloire [celle de Dieu] et la représentation exacte de son être.” (Héb. 1:3). Il doit donc être esprit, tout comme “Dieu est Esprit”. — Jean 4:24. C’est pourquoi, quand Saul de Tarse (qui se rendait à Damas pour y persécuter les chrétiens) rencontra Jésus-Christ, il ne vit aucune forme ni aucun corps, uniquement une lumière si vive qu’elle le rendit aveugle (Actes 9:3-9). Il convenait que Jésus apparaisse ainsi à Saul, car dans sa position glorieuse il est la “représentation exacte” de la personne de son Père et Dieu (Héb. 1:3 ; Jean 20:17). g73 22/11 4 Au sujet du Roi, c’est-à-dire de Jésus-Christ ressuscité, il est écrit qu’il est “ le reflet de sa gloire (celle de Dieu) et l’empreinte de sa personne ”. (Héb. 1:3). En vérité, la liberté relative de ce Fils glorifié est une liberté d’action très grande qui approche celle de Dieu lui-même. Mais, Jéhovah en sa qualité de souverain Supérieur est le seul qui possède la liberté absolue. 27 À la différence de Jéhovah, la liberté de toutes les créatures, de Jésus-Christ à l’homme fidèle, est limitée dans une mesure plus ou moins grande, selon le degré d’infériorité de la position qu’elles occupent.w52 331, 361 Hé 1:10-12 : Pourquoi l’apôtre Paul a-t-il appliqué Psaume 102:25-27 à Jésus Christ ? (it-1 478 § 1). Pourquoi Hébreux 1:10-12 cite-t-il Psaume 102:25-27 et l’applique-t-il au Fils, alors que d’après le psaume cette déclaration concerne Dieu? Parce que c’est par l’entremise de son Fils que Dieu a réalisé les œuvres créatrices décrites par le psalmiste. (Voir Colossiens 1:15, 16; Proverbes 8:22, 27-30.) On peut noter qu’Hébreux 1:5b cite le texte de II Samuel 7:14 et l’applique au Fils de Dieu. Bien que ce texte se soit d’abord réalisé sur Salomon, l’application qui en est faite ensuite à Jésus Christ ne signifie nullement que Salomon et Jésus sont une seule et même personne. Jésus est “plus que Salomon” et il accomplit une œuvre qui avait été préfigurée par ce qu’a fait Salomon. — Luc 11:31.rs 421 Qui a “posé les fondements de la terre”? Le psalmiste parlait de Dieu, mais l’apôtre Paul a appliqué ces paroles à Jésus Christ (Hébreux 1:10, 11). Il s’avère qu’elles s’appliquent aussi à Jésus, car il a créé l’univers en tant qu’Instrument de Jéhovah (Colossiens 1:15, 16). On pouvait donc dire également de Jésus qu’il avait “posé les fondements de la terre”.w86 15/12 29 Les paroles de Psaume 102:25, 26 s’appliquent à Jéhovah Dieu, mais l’apôtre Paul les cite aussi relativement à Jésus Christ. Pourquoi ? Parce que le Fils unique-engendré de Dieu fut son Agent personnel dans la création de l’univers physique. Paul oppose l’existence permanente du Fils de Dieu à celle de la création physique que Dieu, s’il le voulait, pourrait ‘ enrouler comme un manteau ’ et mettre de côté. — Hé 1:1, 2, 8, 10-12 ; voir aussi 1P 2:3, note.it-1 478 Le premier verset de ce psaume montre que le psalmiste s’adressait à Jéhovah. Mais en Hébreux 1:10-12, l’apôtre Paul attribue les qualités en question à Jésus Christ, car Jésus est celui que Dieu a utilisé pour accomplir son œuvre créatrice et à qui il a actuellement remis toute autorité “dans les cieux et sur la terre”. (Mat. 28:18; Col. 1:15-17.) Par ses qualités et ses actions, Jésus représente donc pleinement Dieu auprès des hommes.w79 15/10 30
  11. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 5 AOUT 2019 - 2 Timothée 1-4.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 5 AOUT 2019 - 2 Timothée 1-4.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : 2 Timothée 1-4 2 Timothée 2:3, 4 : Comment limiter au maximum notre participation aux « affaires commerciales de la vie » ? (w17.07 10 § 13). « Comme un excellent soldat de Christ Jésus, sois prêt à supporter des souffrances. 4 Aucun homme servant comme soldat ne se laisse entraîner dans les affaires commerciales de la vie s’il veut gagner l’approbation de celui qui l’a enrôlé comme soldat. » 13 Timothée aussi était un homme de foi. Paul l’a appelé « excellent soldat de Christ Jésus », puis il lui a dit : « Aucun homme servant comme soldat ne se laisse entraîner dans les affaires commerciales de la vie, afin de gagner l’approbation de celui qui l’a enrôlé comme soldat » (2 Tim. 2:3, 4). Aujourd’hui, les disciples de Jésus (dont une armée de un million de serviteurs à plein temps) appliquent le conseil de Paul autant que leur situation le leur permet. Ils résistent aux incitations de la publicité et du monde, en se rappelant que « l’emprunteur est serviteur de l’homme qui prête » (Prov. 22:7). Rien ne ferait plus plaisir à Satan que de nous voir dépenser tout notre temps et notre énergie à travailler comme des esclaves pour son monde commercial. Certaines de nos décisions peuvent nous rendre prisonniers de dettes pendant des années. Devoir rembourser de gros crédits pour une habitation, des études, une voiture ou même un mariage luxueux, cela peut mettre quelqu’un en difficulté financière. Faire preuve de sagesse pratique, c’est donc aussi simplifier sa vie, et réduire ses dettes et ses dépenses. Ainsi, on se libère pour travailler comme un esclave pour Dieu plutôt que pour le système commercial – TG2017.07.10 Paul explique cela d’une manière franche et vigoureuse, disant que les chrétiens sont employés au service du Christ comme des soldats. Tous les chrétiens ne doivent poursuivre qu’un seul but. Ils doivent avoir les yeux fixés sur celui qui les a appelés comme soldats et lui obéir. Étant au service du Christ et marchant sur ses traces, ils ne peuvent faire qu’une chose : “Comme un excellent soldat de Christ Jésus, sois prêt à supporter des souffrances. 4 Aucun homme servant comme soldat ne se laisse entraîner dans les affaires commerciales de la vie s’il veut gagner l’approbation de celui qui l’a enrôlé comme soldat. ”2Tim. 2:3, 4. Un soldat du Christ ne partage pas ni ne peut partager ses intérêts. Il ne tente pas de faire égoïstement des affaires et d’être en même temps un soldat. Quand quelqu’un est enrôlé comme soldat, c’est là son travail. Quand il est désigné pour garder les intérêts du roi, il ne s’endort pas. Le chrétien demeure dans le service qui lui a été assigné. Il reste conscient de ses responsabilités. Paul, l’ancien Saul de Tarse, savait ce que signifiait être soldat. Quand on l’envoya persécuter les chrétiens, il avait une tâche à accomplir et il l’accomplit. Il obéit aux ordres. Quand il fut converti au christianisme et qu’il reçut le nom de Paul, il était déterminé à être un bon soldat de l’armée chrétienne. Il se revêtit de l’armure donnée par Dieu et était prêt à supporter les épreuves et les difficultés attachées à la tâche du soldat. Si pour être chrétien aux jours de Paul il fallait être un soldat vigilant et fidèle, il faut également manifester les mêmes qualités de nos jours. Jésus l’a déclaré en termes très clairs à l’homme riche : “ Vends ce que tu possèdes... suis-moi. ” Paul l’a dit en des termes tout aussi nets : “ Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie. ”- TG1959 15/2 §5 La publicité commerciale aussi peut nous faire perdre notre joie. Comment cela ? Le monde de Satan essaie de nous convaincre que nous devrions acheter des choses dont nous n’avons pas vraiment besoin. À quoi sert la publicité ? Ceux qui la créent affirment qu’elle constitue un service public parce qu’elle fournit une information sur les produits. Chacun sait que la publicité ne se contente pas d’informer ; son but est de vendre. Elle n’est ni objective ni neutre. Les publicités efficaces exercent une influence sur le consommateur et l’incitent à acheter le produit concerné. En outre, la publicité vend plus que des produits ; elle vend des marques. Mais rappelons-nous ces paroles de Jésus : « Personne ne peut travailler comme un esclave pour deux maîtres ; car ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez travailler comme des esclaves pour Dieu et pour la Richesse » (Matthieu 6:24). Nous ne pouvons pas servir avec joie Jéhovah tout en cherchant à profiter au maximum de ce monde. – ws2016/2 p30 2 Timothée 2:23 : Cite une manière de ‘rejeter les débats sots et stupides’ (w14 15/7 14 § 10). « De plus, rejette les débats sots et stupides, sachant qu’ils provoquent des disputes. » 10 De nos jours, les serviteurs de Jéhovah n’affrontent pas souvent l’apostasie au sein même de la congrégation. Mais s’il nous arrive d’être en contact avec des enseignements non bibliques, quelle qu’en soit la provenance, nous devons les rejeter fermement. Il ne serait pas prudent de se lancer dans des discussions avec des apostats, que ce soit face à face, en laissant un commentaire sur leur blog ou par tout autre moyen de communication. Même avec l’intention de venir en aide à ces gens, participer à de telles conversations serait contraire à l’ordre biblique que nous venons d’examiner. Le peuple de Dieu rejette totalement l’apostasie. Il y renonce. – TG2014 15/7 p14 À quoi Paul pensait-il ? À l’époque, il y avait des frères qui étaient des apostats : ils disaient des mensonges sur Jéhovah. D’autres frères enseignaient des idées qui provoquaient des disputes. Certaines de leurs idées n’étaient pas complètement contraires à ce que dit la Bible, mais elles menaçaient la paix dans la congrégation. Certains membres de la congrégation prêchaient des enseignements apostats. D’autres propageaient apparemment des idées suscitant des controverses. Même si elles n’étaient pas franchement contraires aux Écritures, ces idées causaient des divisions. Elles provoquaient des chamailleries et des querelles sur des mots. Il en résultait une ambiance spirituellement malsaine C’est pour cela que Paul a dit à Timothée de « refuser les discussions sottes et stupides ». À notre époque, c’est rare de rencontrer des apostats dans une congrégation. Mais nous risquons d’entendre ou de lire ailleurs des idées qui sont contraires à ce que dit la Bible. Alors nous devons être bien décidés à refuser d’écouter ces idées. C’est dangereux d’échanger des idées avec des apostats. Refusons de parler directement avec eux, de leur envoyer des lettres par Internet ou de communiquer avec eux par un autre moyen. Si nous avons des discussions avec eux, nous désobéissons à Jéhovah, même si nous le faisons pour les aider à changer d’avis. Jéhovah nous donne l’ordre de refuser d’écouter les idées des apostats. - TG2014 15/7 Quelle devrait être notre réaction face à ceux qui attaquent en public l’œuvre du Royaume? Il arrive de temps en temps que des apostats et d’autres personnes s’opposent au message du Royaume, critiquent en public les activités et les enseignements du peuple de Jéhovah, se servant pour cela de la télévision, de la radio ou d’articles dans les journaux et les magazines. Habituellement, la meilleure manière d’agir consiste à ignorer de telles choses, nous souvenant en cela de l’exemple laissé par Jésus: “Quand il était insulté, il ne rendait pas l’insulte. Quand il souffrait, il ne menaçait pas, mais il continuait à s’en remettre à celui qui juge justement.” — I Pierre 2:23. Certains pensent peut-être que nous devrions répondre en participant à des émissions de radio et de télévision ou peut-être en écrivant des lettres aux journaux, etc. Cependant, une telle action ne sert souvent qu’à donner encore plus de publicité aux critiques et aux enseignements erronés de nos adversaires. Quand des personnes aux convictions différentes expriment leur désaccord avec insistance, les Témoins de Jéhovah évitent de se lancer dans des débats stériles. – km1982/8 L’apostasie, c’est prendre position contre la vérité contenue dans la Bible. Les apostats se rebellent contre Jéhovah et contre Jésus, le Roi du royaume de Dieu, et ils poussent les autres à se joindre à eux. Ils veulent faire naître des doutes dans l’esprit de ceux qui adorent Jéhovah. Certains membres de l’assemblée du premier siècle sont devenus apostats, et il en est de même de nos jours. Ceux qui sont fidèles à Jéhovah n’ont rien à faire avec les apostats. Nous ne voudrons jamais laisser les pressions qu’on exerce sur nous ou la curiosité nous amener à lire ou à écouter les idées des apostats. Nous sommes fidèles à Jéhovah et nous n’adorons que lui. lls donnent l’impression qu’ils ont de l’amour, mais leurs intentions sont égoïstes. L’amour hypocrite est particulièrement détestable parce que c’est une contrefaçon utilisée pour tromper. Une telle hypocrisie peut tromper des humains, mais pas Jéhovah. – lvs p238 Des apostats et d’autres opposants utilisent nos publications sur leurs sites pour essayer d’y attirer entre autres des Témoins de Jéhovah. Le but de ces sites est de faire naître des doutes chez les lecteurs. Certains encore utilisent des contenus de nos publications ou notre logo jw.org dans des publicités, sur des produits destinés à être vendus ou sur des applications pour appareils mobiles. En défendant nos droits d’auteur et nos marques déposées, nous nous assurons une base légale pour empêcher de tels abus – TG2018/4 p30 Quelle attitude devons-nous donc adopter envers des opposants à la vérité qui cherchent à miner la foi que nous avons acquise. Nous devons nous efforcer d’avoir un comportement chrétien vis-à-vis de ces opposants. Ce serait manquer de bon jugement que de se lancer dans des débats publics avec ceux qui essaient de susciter des divisions. Ne vous laissez pas troubler par ces adversaires. Leur conduite ne fera pas de mal à la vérité, pas plus qu’elle n’empêchera Jéhovah de réaliser ce qui est annoncé dans sa Parole. - TG1983 1/6 p26 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Paul a écrit à Timothée : “ Dieu ne nous a pas donné un esprit de lâcheté, mais de puissance [...]. Ne prends donc pas honte du témoignage au sujet de notre Seigneur. ” (2 Timothée 1:7, 8). Après avoir lu ces paroles, demandons-nous : ‘ Ai-je honte de ma foi ou suis-je courageux ? Au travail (ou à l’école), est-ce que je dis que je suis Témoin de Jéhovah ou est-ce que je le cache ? Ai-je honte d’être différent ou suis-je fier de me démarquer par mes relations avec Jéhovah ? ’ Si quelqu’un craint de prêcher la bonne nouvelle ou d’être mal vu à cause de ses convictions, rappelons-lui l’exhortation que Jéhovah a adressée à Josué : “ Sois courageux et fort. ” N’oublions jamais que ce qui compte, ce n’est pas l’opinion de nos collègues ou de nos camarades, mais celle de Jéhovah et de Jésus Christ – TG2003 1/3 p9 Que ressentiriez-vous si après vous être entraîné pendant des mois pour un marathon, vous gagnez cette course puis êtes disqualifié pour avoir enfreint une des règles sans le savoir ? Vous auriez l’impression que tous vos efforts ont été vains. Pourrait-il en être de même du culte que vous rendez à Dieu ? L’apôtre Paul a comparé notre culte à une compétition d’athlétisme : “ Si quelqu’un lutte dans les jeux, il n’est couronné que s’il a lutté selon les règles. ” (2 Timothée 2:5). Nous obtenons la faveur de Dieu si nous l’adorons “ selon les règles ”, c’est-à-dire de la façon que lui approuve. Nous ne pouvons pas choisir notre propre chemin pour aller vers Dieu. Pas plus qu’un coureur ne peut choisir son circuit et s’attendre à être déclaré vainqueur de la course. – TG2011 1/10 p8 Selon Malachie, Jéhovah prête attention à la façon dont ses serviteurs se comportent les uns envers les autres (Mal. 3:16). En fait, il « connaît ceux qui lui appartiennent » (2 Tim. 2:19). Il est très attentif à la moindre chose que nous faisons ou disons. Si nous manquons de gentillesse envers nos frères et sœurs, il le remarque. Mais nous pouvons être sûrs qu’il remarque aussi quand nous sommes hospitaliers, généreux, prêts à pardonner et bons – TG2018/7 §17 Alors que nous avançons dans « les derniers jours », l’attitude de certains à qui nous prêchons va sans doute empirer (2 Tim. 3:1, 13). Mais ne laissons pas leurs réactions nous faire perdre notre compassion ou notre joie. Jéhovah peut nous donner la force de « continuer à vaincre le mal par le bien ». Jéhovah est conscient des difficultés que nous avons en prédication. Il se réjouit beaucoup quand nous imitons sa miséricorde. Nous pouvons être certains qu’il sait exactement quel est le bon moment pour mettre fin au monde actuel. En attendant, notre prédication est urgente (2 Tim. 4:2) – TG2018/7 2 Timothée 3:4 parle des personnes qui recherchent tellement les plaisirs qu’elles en délaissent Dieu. En effet, ce verset ne dit pas que les gens aimeraient les plaisirs plus que Dieu, ce qui signifierait qu’ils l’aimeraient un peu. Mais il dit : « plutôt qu’amis de Dieu ». Un bibliste a écrit : « Ce verset ne signifie absolument pas qu’ils aiment Dieu dans une certaine mesure. Il signifie qu’ils ne l’aiment pas du tout. » C’est un sérieux avertissement donné à ceux qui aiment excessivement les plaisirs ! On peut dire qu’ils se laissent « entraîner » par les « plaisirs de cette vie » (Luc 8:14). – TG2018/1 §15 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? Ne sous-estimez jamais le bien qu’une visite peut faire à une de nos sœurs ou à un de nos frères âgés. Quand il est arrivé à Rome, un chrétien du nom d’Onésiphore a cherché Paul avec soin, l’a trouvé, puis ‘ l’a souvent réconforté ’. (2 Timothée 1:16, 17.) – TG2004 15/5 p20 §18 Celui qui « nomme le nom de Jéhovah renonce à l’injustice » d’une autre manière encore. Laquelle ? Il ne fréquente pas ceux qui pratiquent l’injustice. Remarquons qu’après l’image du « solide fondement de Dieu », Paul recourt à une autre image. Il parle d’« une grande maison » dans laquelle ne se trouvent « pas seulement des récipients en or et en argent, mais aussi en bois et en terre cuite ; les uns pour un usage honorable, mais les autres pour un usage vulgaire » (2 Tim. 2:20, 21). Ensuite, Paul exhorte les chrétiens à se tenir « à distance », ou à se séparer, des ustensiles destinés à un usage « vulgaire ». Que signifie cette image ? Paul compare la congrégation chrétienne à « une grande maison » et ses membres à des « récipients », ou accessoires à usage domestique. Dans une maison, certains ustensiles peuvent être contaminés par des substances dangereuses ou par un environnement insalubre. L’occupant doit les maintenir séparés des ustensiles propres, notamment de ceux qui servent à cuisiner. Pareillement aujourd’hui, les adorateurs de Jéhovah, qui s’efforcent de mener une vie pure, ne doivent pas être les intimes de membres de la congrégation qui persistent à ne pas tenir compte des principes divins. Si cela concerne des individus à l’intérieur de la congrégation, à combien plus forte raison faut-il « se détourner » de la fréquentation d’individus extérieurs à la congrégation. Les individus qui n’ont pas une conduite conforme aux exigences divines sont des ‘ vases pour un usage vulgaire ’. En revanche, en vivant en accord avec la volonté de Dieu, nous serons ‘ des vases pour un usage honorable, sanctifiés ou mis à part pour le service de Jéhovah et préparés pour toute œuvre bonne ’. Demandons-nous donc : ‘ Suis-je “ un vase pour un usage honorable ” ? Ai-je une bonne influence sur les autres croyants ? Suis-je un membre de la congrégation qui travaille épaule contre épaule avec les autres adorateurs ? ’. – TG2014 15/7 p15 Quand notre amitié avec Jéhovah est menacée, nous devons agir avec rapidité et fermeté. C’est ce que Paul suggérait quand il a dit à Timothée : « Fuis donc les désirs de la jeunesse » (2 Tim. 2:22). À cette époque, Timothée était déjà adulte. Il avait probablement passé la trentaine. Toutefois, les « désirs de la jeunesse » ne tentent pas que les jeunes. Face à ce genre de désirs, Timothée devait « fuir ». Autrement dit, il devait « renoncer à l’injustice ». En l’absence de la discipline appropriée, plus d’un jeune s’est laissé aller à des comportements cédant à l’esprit de compétition, à la convoitise, à la fornication, à l’amour de l’argent et à la poursuite des plaisirs. Ce sont là autant de “ désirs de la jeunesse ” que la Bible nous presse de fuir. Aujourd’hui, le chrétien qui tient compte de ce conseil prend, sans hésiter ni tarder, des mesures fermes contre ce qui menace sa spiritualité. – TG2014 15/7 p16 §18 L’amour de soi mentionné en 2 Timothée 3:2 n’est pas un amour normal et équilibré. C’est un amour dénaturé et égoïste. Celui qui s’aime de façon excessive pense de lui-même « plus qu’il ne faut penser ». Il se soucie plus de lui-même que des autres. Quand les choses se passent mal, il rejette la responsabilité sur les autres plutôt que de l’assumer. Un commentaire biblique le compare à « un hérisson qui [...] se roule en boule, restant au chaud dans sa douce fourrure », mais « tournant ses piquants vers les autres ». Cette personne n’est pas vraiment heureuse. – TG2018/1 §5 Nous le savons, Timothée a décidé de poursuivre des objectifs spirituels. Mais qu’est-ce qui lui en a donné l’envie ? Dans la deuxième lettre qu’il lui a adressée, Paul a cité deux facteurs déterminants : “ Demeure dans les choses que tu as apprises et qu’on t’a persuadé de croire, sachant de quelles personnes tu les as apprises et que depuis ta toute petite enfance tu connais les écrits sacrés. ” (2 Timothée 3:14, 15). Remarquons les trois aspects de l’apprentissage que Paul a mentionnés : 1) connaître les Écrits sacrés, 2) être persuadé de croire et 3) devenir sage pour le salut grâce à la foi en Christ Jésus. La foi de Timothée, foi qui le poussait à faire une déclaration publique, reposait sur sa connaissance des Écritures. L’avait-il acquise tout seul ? Non. Il avait eu besoin d’aide pour accéder à la connaissance exacte et à l’intelligence spirituelle de ce qu’il lisait (Colossiens 1:9). On l’avait “ persuadé de croire ”. Le fait qu’il ait eu cette connaissance ‘ depuis sa toute petite enfance ’ laisse entendre, compte tenu d’un père très certainement incroyant, que sa mère et sa grand-mère ont été les premières à l’instruire. — 2 Timothée 1:5. Grâce à l’influence que des chrétiens ont eue sur lui, Timothée a pu faire de bons choix. TG2007 1/5 p24 §5 Lire la Bible, c’est comme se regarder attentivement dans un miroir. Le puissant message de la Parole de Dieu nous permet de voir ce que nous sommes réellement. Autrement dit, il fait la distinction entre ce que nous semblons être et ce que nous sommes vraiment. Tel un miroir, il montre ce qui est à corriger. La Bible ne se contente pas de révéler quels sont les changements nécessaires, elle nous aide aussi à les effectuer. L’apôtre Paul a déclaré : “ Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour reprendre, pour remettre les choses en ordre, pour discipliner dans la justice. ” (2 Timothée 3:16, 17). Remarquez que, sur les quatre effets utiles mentionnés, trois impliquent un changement d’état d’esprit et de comportement : reprendre, remettre les choses en ordre et discipliner. Si nous avons besoin de nous regarder souvent dans la glace pour vérifier notre aspect, à combien plus forte raison devrions-nous lire régulièrement la Parole de Dieu – TG2006 1/8 p13 “ Prêche la parole, fais-le avec insistance. ” 2 Timothée 4:2. - Notons que la forme du verbe grec employé par Paul dans l’expression ‘ prêcher avec insistance ’ suggère l’idée d’urgence. À la manière d’un chirurgien consciencieux qui est très concentré sur son travail parce qu’une vie est en jeu, le chrétien qui prêche avec insistance se concentre sur son ministère. Par exemple, il réfléchit aux problèmes ou aux questions qui préoccupent les gens. Parfois même il modifie son programme de manière à aller les voir à un moment qui leur convienne. Prêcher avec insistance, motivé par un sentiment d’urgence, implique également de se fixer des priorités. Imaginez : Vous avez passé un examen médical et vous recevez les résultats. Votre médecin vous convoque et vous dit : “ Votre état est inquiétant ! Vous disposez d’un mois tout au plus pour agir. ” Qu’allez-vous faire ? Vous allez certainement écouter ses recommandations, rentrer chez vous et revoir attentivement vos priorités. – km2014/10 §7,8 Vient alors le moment où Paul comprend que sa fin est proche ; apparemment, son exécution est imminente. Il envoie à Timothée une dernière lettre, écrite sous inspiration divine. Elle contient ces paroles touchantes : « Fais tout ton possible pour venir vers moi bientôt » (2 Timothée 4:9). Paul aime tendrement Timothée ; il l’appelle « mon enfant bien-aimé et fidèle dans le Seigneur » (1 Corinthiens 4:17). Il est tout à fait logique que, voyant sa mort approcher, il désire avoir son ami à ses côtés ! Chacun de nous devrait se demander : « Les gens viennent-ils vers moi pour trouver de la consolation quand ils rencontrent des difficultés ? » Timothée est-il finalement arrivé à temps pour voir Paul ? Nous ne le savons pas. Nous savons par contre qu’il a toujours fait tout son possible pour réconforter et encourager Paul et bien d’autres personnes. Timothée a vécu en harmonie avec la signification de son nom, à savoir « Celui qui honore Dieu ». Et il a laissé un exemple remarquable de foi que chacun d’entre nous – TG2015 1/11 p15 Certains chrétiens du 1er siècle ont aimé le monde. Par exemple, Paul a écrit : « Démas [...] m’a abandonné parce qu’il a aimé le présent système de choses » (2 Tim. 4:10). La Bible ne précise pas les choses du monde que Démas a aimées et qui l’ont amené à abandonner Paul. Peut-être son amour pour les biens matériels est-il devenu plus fort que son amour pour les choses spirituelles. Si c’était le cas, il est passé à côté de bienfaits exaltants. Au profit de quoi ? Le monde pouvait-il lui offrir quelque chose de meilleur que les bénédictions qu’il aurait reçues en servant Dieu aux côtés de Paul ? Il peut nous arriver la même chose qu’à Démas. Il est normal, en tant que chrétien, de vouloir subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Satan peut exploiter nos désirs par le « pouvoir trompeur de la richesse » Beaucoup pensent que l’argent les rendra heureux, ou que réussir, c’est posséder. Mais ils se trompent lourdement. Ce genre de raisonnement pourrait nous faire perdre notre bien le plus précieux : notre amitié avec Jéhovah. – TG2015 15/5 p16 §11,12
  12. Vidéo par écrit Apprenez à rejeter les mauvaises compagnies.docx Vidéo par écrit Apprenez à rejeter les mauvaises compagnies.pdf Vidéo par écrit : « Apprenez à rejeter les mauvaises compagnies » A la Salle du Royaume au cours d’une réunion « On doit bien connaître Jéhovah. Et ça implique de bien connaître ses pensées. Il faut être réceptifs à une telle analyse et faire tous les changements nécessaires. Par exemple, lisons ensemble 1 Corinthiens 15 :33 « Ne vous laissez pas tromper. Les mauvaises fréquentations font perdre les bonnes habitudes. ». (Traduction du Monde Nouveau). On connaît très bien ce principe, mais y-a-t-il un domaine dans votre vie où il est difficile de le mettre en pratique ? A son lieu de travail « Eh John ! Y a personne qui peut recevoir les clients ce soir. Tu peux le faire ? Merci. » John « Jusque-là ça ne faisait pas partie de mon travail. Mais il faut bien que je fasse vivre ma famille. Et puis, ce ne sont pas vraiment mes amis. Je peux gérer. Enfin je crois. » A la Salle du Royaume au cours d’une réunion : « ….on peut être exposés à de mauvaises compagnies de manière subtile. Et il faut peut-être se poser d’autres questions. Est-ce que les réseaux sociaux nous amènent à avoir de mauvaises compagnies ? Il y a peut-être d’autres situations qui pourraient nous exposer à de mauvaises fréquentations…. ». Une jeune sœur : « Je ne pense pas. A part quelques amis de mon ancienne congrégation. Waouh ! Ils n’ont pas l’air très en forme spirituellement. Mais si je reste en contact avec eux et que je vois ce qu’ils font, peut-être que je pourrais les aider. » A la Salle du Royaume « …peuvent nous faire du mal. C’est peut-être quelque chose de très précis. Ou peut-être que les mauvaises compagnies se trouvent là où on ne les attend pas. Un jeune frère : « Je ne joue en ligne qu’avec des amis Témoins. Mais c’est vrai que des fois, ils se connectent avec d’autres joueurs que je ne connais pas. Et ça arrive qu’ils choisissent des jeux qui craignent un peu. Mais je pense que mes amis les connaissent. Donc ils ne doivent pas être si mal. ». A la Salle du Royaume « C’est très important de rejeter les mauvaises compagnies. On peut reprendre le Psaume 26 « Juge-moi, ô Jéhovah, car j’ai marché dans mon intégrité ; en toi, ô Jéhovah, j’ai mis ma confiance, je n’ai pas vacillé. Examine-moi, ô Jéhovah, et mets-moi à l’épreuve….. » John : « Je me suis dit que ce discours ne me concernait pas. Mais est-ce qu’elles n’ont vraiment aucune influence sur moi, ces mauvaises compagnies ? Si je refuse de dîner avec les clients, je pourrais perdre mon travail. Mais ça, justement c’est s’inquiéter du lendemain. Jésus a dit : Ne vous inquiétez donc jamais, disant : “Qu’allons-nous manger ?” ou : “Qu’allons-nous boire ?” ou : “Qu’allons-nous mettre ?”. Jéhovah sait que j’ai besoin de travailler. Et je veux être un bon exemple pour mes enfants parce qu’eux aussi vont faire face à de mauvaises compagnies. ». La jeune sœur : 1 Corinthiens 15 :33 « Ne vous laissez pas tromper. Les mauvaises fréquentations font perdre les bonnes habitudes. ». Ce que postent mes amis, c’est de pire en pire : leurs photos et leurs commentaires. 2 Timothée 2 :16 « Mais rejette les discours creux qui profanent ce qui est saint, car ils mèneront toujours plus vers le manque de respect pour Dieu ». (TMN). Je m’intéresse à leurs « discours creux » sur les réseaux. Je vais essayer de les aider autant que je peux mais suivre ce qu’ils postent c’est pas la meilleure solution. » Le jeune frère : « J’ai raconté à ma mère ce qui se passait quand je jouais avec mes amis. Elle m’a donné de bonnes idées sur ce que je pouvais regarder dans le Guide de recherche. « Mode de vie chrétien » « Amitié » « Comment se détendre sainement » « Avec qui vais-je me défendre ? » Il est dit ! « Avec qui ai-je envie de me détendre ? » « Respecte-t-il les valeurs et les normes morale définies dans la Bible ? » Bonne question. Je ne sais même pas qui sont ces gens parfois. Psaume 119 :63 « Je suis l’ami de tous ceux qui te craignent et de ceux qui suivent tes ordres » (TMN). Si je ne les connais que sur les jeux en ligne, bien je ne peux pas savoir s’ils craignent Jéhovah. A la Salle du Royaume : « Prenons ensemble 1 Timothée 1 :5 « Le but de cette instruction, en effet, c’est l’amour qui vient d’un cœur pur, d’une bonne conscience et d’une foi sans hypocrisie. » (TMN) Nous formons notre conscience avec les principes de la Bible qui révèlent ce que Jéhovah pense. Dans notre situation, il y a peut-être plusieurs principes qui entrent en jeu. Mais si on les identifie et si on les applique, on sera heureux d’avoir un cœur pur et une bonne conscience. Passe du temps avec ceux qui aiment Jéhovah Pourquoi devons-nous passer du temps avec ceux qui aiment Jéhovah ? Parce que nos fréquentations ont sur nous une influence soit positive soit négative (Pr 13:20). Par exemple, tant qu’il côtoyait le grand prêtre Joad, le roi Joas faisait « ce qui est bien aux yeux de Jéhovah » (2Ch 24:2). Mais après la mort de Joad, à cause de mauvaises fréquentations, Joas a quitté Jéhovah (2Ch 24:17-19). Au Ier siècle de notre ère, l’apôtre Paul a comparé l’assemblée chrétienne à une « grande maison » et les membres de l’assemblée, aux « ustensiles » d’une maison. Nous restons des ‘instruments pour un usage honorable’ si nous fuyons la compagnie de toute personne qui fait ce qui déplaît à Jéhovah, même s’il s’agit d’un membre de notre famille ou de l’assemblée (2Tm 2:20, 21). Continuons donc de nous lier d’amitié avec ceux qui aiment Jéhovah et qui nous encouragent à le servir. ˙ Comment pourrions-nous laisser entrer dans notre vie des personnes peu fréquentables ? ˙ Qu’est-ce qui a aidé les trois personnages de cette fiction à mettre fin à de mauvaises fréquentations ? ˙ Quels principes bibliques peuvent t’aider à choisir avec sagesse qui tu fréquentes ?
      Hello guest!
    Vidéo courte d'une personne âgée handicapée 68412893_2487262021497423_4945917014737682432_n.mp4
  13. JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU semaine du 12-18 août 2019 Recherchons des perles spirituelles TITE 1–PHILÉMON Explique pourquoi ce verset ne justifie pas les préjugés ethniques (w89 15/5 31 § 5). Abordant les difficultés des congrégations dans une lettre à Tite, Paul cita les paroles d’un prophète de l’endroit selon lequel “ les Crétois sont toujours menteurs, ce sont des bêtes sauvages néfastes, des goinfres désœuvrés ”. (Tt 1:10-12.) On pense que ces paroles sont d’Épiménide, poète crétois du VIe siècle av. n. è. Les Grecs partageaient cette vision des Crétois de l’Antiquité, car le nom Crétois devint chez eux synonyme de menteur. it-1 567 En Crète, certains hommes qui fréquentaient la congrégation étaient restés “attachés à la circoncision”. Ils n’étaient pas d’accord avec le collège central de Jérusalem. Au lieu de garder leur opinion pour eux, ces “insoumis” enseignaient que la circoncision était indispensable au salut. Pis encore, ces “vains discoureurs” portaient aux nues des “fables juives” et des commandements qui n’émanaient même pas de la Loi mosaïque. Ces gens habiles à ‘leurrer’ leurs semblables ruinaient la foi de “maisonnées entières”. Les congrégations de Crète menaçaient de se disloquer. — Tite 1:10, 11, 14.w83 1/5 13 Un prophète crétois a même dit de son propre peuple: “Les Crétois sont toujours menteurs, ce sont des bêtes sauvages néfastes, des gloutons désœuvrés.” L’apôtre Paul s’est souvenu de ces paroles lorsqu’il a dû réduire au silence de faux enseignants qui se trouvaient parmi les chrétiens de l’île de Crète. Toutefois, Paul ne disait pas que tous les chrétiens de Crète étaient menteurs, néfastes, paresseux et gloutons (Tite 1:5-12). Non, car les chrétiens ne parlent pas d’autrui avec mépris. Qui plus est, la majorité de ces chrétiens avaient revêtu la “personnalité nouvelle”, et certains d’entre eux possédaient les qualités spirituelles requises pour être nommés anciens. Nous devrions réfléchir à cet exemple, si jamais nous étions tentés d’émettre des remarques défavorables à l’encontre de nos frères et sœurs spirituels d’autre race ou nationalité. Considérons les autres comme supérieurs à nous 11 D’un autre côté, si un chrétien avait une préférence pour une race ou pour une nation, cela transparaîtrait probablement dans ses paroles ou dans ses actes; et certains pourraient être froissés de cette partialité, surtout dans les congrégations où se mêlent diverses races. À n’en pas douter, aucun chrétien ne voudrait ainsi porter atteinte à l’unité du peuple de Dieu (Psaume 133:1-3). Par conséquent, si une tendance à la partialité demeurait dans le cœur d’un chrétien, il pourrait prier de cette manière: “Scrute-moi, ô Dieu, et connais mon cœur. Examine-moi, et connais mes pensées troublantes, et vois s’il y a en moi quelque voie douloureuse, et conduis-moi dans la voie des temps indéfinis.” — Psaume 139:23, 24. 12 Montrons-nous réalistes et n’oublions pas que nous sommes tous des humains imparfaits, qui ne seraient rien devant Dieu si Jésus Christ n’avait pas offert sa vie en sacrifice (1 Jean 1:8 à 2:2). Par conséquent, qu’est-ce qui fait que nous sommes différents des autres? Puisque nous n’avons rien que nous n’ayons reçu, pourquoi nous glorifierions-nous ou glorifierions-nous d’autres personnes, qui sont de la même origine ethnique que nous? — Voir 1 Corinthiens 4:6, 7.w88 15/5 18 “ PAUL, esclave de Dieu et apôtre de Jésus Christ [...] à Tite, mon véritable enfant selon une foi qui nous est commune. ” (Tite 1:1, 4). Ainsi commence la lettre de Paul à Tite, son collaborateur et associé de longue date, qu’il a laissé sur l’île de Crète pour mieux organiser les congrégations. Tite se voyait confier là une tâche considérable. Cette île, dont on a dit qu’elle avait été le lieu de résidence “ du père des dieux et des hommes ”, était à l’origine du dicton : “ crétiser un Crétois ”, c’est-à-dire “ à menteur, menteur et demi ”. La fausseté de ses habitants était proverbiale, au point que Paul a même cité leur propre prophète, qui a dit : “ Les Crétois sont toujours menteurs, ce sont des bêtes sauvages néfastes, des goinfres désœuvrés. ” (1:12). Au temps de Paul, les Crétois ont également été décrits comme suit : “ Les Crétois sont des gens instables, de mauvaise foi et querelleurs. Leur avarice, leur licence, leur fausseté et leur ivrognerie étaient plus qu’ordinaires ; les Juifs qui s’étaient installés parmi les insulaires semblent avoir été plus loin qu’eux dans l’immoralité. ” C’est dans un tel climat que les congrégations de Crète ont pris naissance ; il était donc vraiment indispensable pour les croyants de ‘ rejeter l’impiété et les désirs de ce monde, et de vivre avec bon sens et justice et attachement à Dieu ’, comme les y exhortait Paul. — 2:12.si 239 Pourquoi Paul n’a-t-il pas demandé à Philémon de rendre à Onésime sa liberté ? (w08 15/10 31 § 4). La position des chrétiens du Ier siècle. Il y avait une multitude d’esclaves dans l’Empire romain, et certains maîtres en possédaient des centaines, voire des milliers. L’esclavage était une institution protégée par le gouvernement impérial. Les chrétiens du Ier siècle ne s’opposaient pas à l’autorité gouvernementale dans ce domaine ni n’encourageaient les esclaves à se révolter. Ils reconnaissaient aux autres, y compris à leurs frères chrétiens, le droit, légal, de posséder des esclaves. C’est pourquoi l’apôtre Paul renvoya Onésime, un esclave fugitif. Parce qu’il était devenu chrétien, Onésime retourna de son plein gré chez son maître, se soumettant ainsi à un frère chrétien en tant qu’esclave (Phm 10-17).it-1 794 Quand il rencontra Onésime, un esclave qui s’était enfui de chez son maître, qu’il l’eut converti au christianisme, Paul ne le déclara pas affranchi. Il le renvoya plutôt vers son maître, Philémon, vers l’esclavage, mais sous un maître chrétien (Philém. 10-16). w61 239 Mieux qu’un esclave: À propos du retour d’Onésime, l’esclave de Philémon qui s’était enfui, Paul déclara: “[Peut-être s’est-il] échappé pour une heure, afin de t’être rendu pour toujours, non plus comme un esclave, mais mieux qu’un esclave, comme un frère bien-aimé, — ce qu’il est particulièrement pour moi, mais combien plus pour toi, aussi bien dans les rapports selon la chair que dans le Seigneur.” (Philémon 15, 16). Dans l’Empire romain, l’esclavage était autorisé par le gouvernement impérial, que Paul reconnaissait comme faisant partie des “autorités supérieures”. (Romains 13:1-7.) Il n’a pas préconisé une révolte d’esclaves, mais a aidé les hommes qui étaient dans cette situation à trouver la liberté spirituelle en devenant chrétiens. En accord avec les instructions qu’il avait lui-même données pour que les esclaves soient soumis à leurs maîtres, Paul renvoya à Philémon son esclave Onésime (Colossiens 3:22-24; Tite 2:9, 10). Onésime était maintenant plus qu’un esclave au sens où on l’entend généralement. Il était devenu un compagnon chrétien bien-aimé qui, acceptant le principe de la soumission relative, serait un meilleur esclave, un esclave qui se laisserait diriger par les lois divines et manifesterait un amour fraternel.w91 15/2 23 Pourquoi Paul n’a-t-il pas demandé à Philémon d’accorder à Onésime la liberté ? Paul voulait s’en tenir strictement à sa mission, savoir : “ prêch[er] le royaume de Dieu et enseign[er] les choses concernant le Seigneur Jésus Christ. ” Il a donc décidé de rester en dehors des problèmes de société, tel celui de l’esclavage. — Actes 28:31.w08 15/10 31
  14. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 29 Juillet 2019 - 1 Timothée 4-6.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 29 Juillet 2019 - 1 Timothée 4-6.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : 1 Timothée 4-6 1 Timothée 4:2 : Comment une personne peut-elle ‘marquer sa conscience au fer rouge’ et pourquoi est-ce dangereux ? lvs 23-24 § 17 « entraînés par l’hypocrisie d’hommes qui disent des mensonges, dont la conscience est comme marquée au fer rouge. » 17 L’apôtre Pierre a écrit : « Gardez une bonne conscience » (1 Pierre 3:16). Que se passera-t-il si quelqu’un continue de ne pas tenir compte des principes de Jéhovah ? Malheureusement, sa conscience finira par ne plus l’avertir. Elle sera « comme marquée au fer rouge », pour reprendre l’expression de Paul (1 Timothée 4:2). Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de te brûler gravement ? À l’endroit où tu t’es brûlé, la peau devient tellement dure que tu ne sens plus rien. Si quelqu’un continue de faire des choses mauvaises, sa conscience va devenir insensible, et finalement, elle arrêtera de fonctionner. - lvs 23-24 § 17 Quand Paul parle d’une conscience comme marquée au fer rouge, il veut dire qu’elle est comme de la chair brûlée, couverte de tissu cicatriciel et dépourvue de terminaisons nerveuses, qui ne ressent plus rien. Ceux qui ont une telle conscience ne peuvent avoir le sens du bien et du mal. Ils ne respectent pas la liberté que Dieu leur accorde, et, en se rebellant, ils deviennent esclaves d’une conscience corrompue. Il est facile de pervertir sa conscience. Elle ne nous mettrait plus en garde contre les apostats et contre d’autres situations qui nous feraient abandonner la foi. – it-1 p515 Paul a parlé d’hommes qui sont “ marqués au fer rouge dans leur conscience ”. Un fer rouge brûle la chair, qui reste marquée et insensible. Beaucoup ont une conscience qui est en quelque sorte morte. Elle est tellement marquée et est devenue si insensible qu’elle a cessé de mettre en garde, de protester, de susciter de la honte ou de la culpabilité. Bon nombre de nos contemporains ont définitivement tiré un trait sur le sentiment de culpabilité. Le sentiment de culpabilité peut justement être le moyen qu’utilise notre conscience pour nous dire que nous avons fait quelque chose de mal. – lv 22 1 Timothée 4:13 : Pourquoi Paul a-t-il encouragé Timothée à continuer de s’appliquer à la lecture publique ? (it-2 122 § 1-2). « En attendant que je vienne, continue à t’appliquer à la lecture publique, à l’exhortation, à l’enseignement. » Dans la congrégation chrétienne. Au 1er siècle, peu de gens possédaient des copies des nombreux rouleaux de la Bible, ce qui rendait la lecture publique indispensable. L’apôtre Paul ordonna qu’on lise publiquement ses lettres lors des réunions des congrégations chrétiennes et qu’on les échange avec celles qu’il avait adressées à d’autres congrégations, afin qu’elles soient lues également. Paul conseilla au jeune surveillant chrétien Timothée de s’appliquer “ à la lecture publique, à l’exhortation, à l’enseignement ”. Celui qui fait une lecture publique doit lire couramment (Hab 2:2). Cette lecture étant destinée à fournir un enseignement, il faut qu’il comprenne bien ce qu’il lit, qu’il ait une bonne intelligence de l’intention du rédacteur et qu’il veille soigneusement à ne pas donner une idée ou une impression fausse aux auditeurs. Selon Révélation 1:3, ceux qui lisent à haute voix cette prophétie, ainsi que ceux qui en entendent les paroles et les observent, ceux-là seront heureux - it-2 122 § 1-2 Une partie des réunions chrétiennes était consacrée à la lecture publique, dont le peuple de Dieu avait l’habitude depuis Moïse. Timothée, qui était ancien, devait s’appliquer à lire à haute voix, pour le bien de ceux qui n’avaient pas de copies des Écritures. Il est fort probable que, durant la lecture publique de la Parole de Dieu, tous écoutaient attentivement afin de ne rien en perdre, et que, de retour à la maison, parents et enfants discutaient de ce qui avait été lu. – TG2011 15/6 §19 Quand l’apôtre Paul a conseillé à Timothée de continuer à s’appliquer à la lecture, il parlait précisément d’une lecture faite au profit d’auditeurs. Pour faire une lecture publique efficace, il ne suffit pas de prononcer des mots inscrits sur une feuille. Le lecteur doit comprendre le sens des mots et saisir les idées qu’ils expriment. Ce n’est qu’à cette condition qu’il pourra transmettre correctement les idées et reproduire exactement les sentiments. Cela demande, il va sans dire, une préparation soigneuse et des répétitions. – be 26 Étant donné que la Bible est le fondement de notre enseignement, il est utile de pouvoir la lire correctement. Les Lévites avaient le privilège de lire la Loi mosaïque au peuple de Dieu. Trébuchaient-ils sur les mots ou lisaient-ils d’une manière monotone ? Non. La Bible dit en Néhémie 8:8 : “ Ils lisaient à haute voix dans le livre, dans la loi du vrai Dieu ; elle était expliquée, et on en donnait le sens ; et ils faisaient comprendre la lecture. ” Il arrive que des orateurs à la parole facile se révèlent de piètres lecteurs. Comment peuvent-ils s’améliorer ? En s’exerçant. En lisant et en relisant à voix haute jusqu’à le faire d’une manière fluide. Si la Bible est disponible sur cassettes audio dans votre langue, notez l’accent oratoire et la modulation du lecteur, ainsi que la prononciation des noms propres et autres mots peu courants. En outre, dans certaines langues, la Traduction du monde nouveau possède une aide à la prononciation. Moyennant de la pratique, même des noms comme Maher-Shalal-Hash-Baz peuvent être lus sans accrocher TG1999 15/3 p20 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Si nous voulons servir Jéhovah éternellement, nous ne devons pas être motivés uniquement par le sens du devoir. À Timothée, qui servait Jéhovah depuis de nombreuses années, l’apôtre Paul fit cette exhortation : “ Exerce-toi en ayant pour but l’attachement à Dieu. ” (1 Timothée 4:7). L’attachement naît dans un cœur rempli de reconnaissance envers quelqu’un. “ L’attachement à Dieu ” est l’expression d’une profonde déférence pour Jéhovah, d’une grande affection inspirée par une estime illimitée pour sa personne et ses voies. Ce sentiment nous fait désirer que tous tiennent son nom en haute estime. Tel est l’attachement que nous devons cultiver si nous voulons marcher à toujours au nom de Jéhovah, le seul vrai Dieu – wt chap2 Si nous remarquons que le désir de devenir plus riche grandit dans notre cœur, agissons rapidement pour corriger notre façon de penser (1 Tim. 6:7, 8). Si nous ne le faisons pas, notre cœur sera partagé, et Jéhovah n’acceptera pas notre culte. En effet, il « exige un attachement sans partage » - TG2019/10 §6 Jéhovah récompense ses serviteurs fidèles en leur accordant la vie ; mais quelle sorte de vie ? Voyons... Ce que vous vivez actuellement, est-ce cela, la vraie vie ? La plupart d’entre nous répondrions que la réponse est évidente. Il est certain que nous respirons, mangeons et buvons. Par conséquent, nous vivons. Et dans les moments les plus heureux de notre existence, il nous arrive peut-être de dire : “ Ça, c’est la vraie vie ! ” Toutefois, la Bible indique que, dans un sens important, aucun humain ne vit vraiment aujourd’hui. La Parole de Dieu nous encourage à ‘ saisir fermement la vie véritable ’. (1 Timothée 6:19.) Ces paroles montrent que “ la vie véritable ” est quelque chose que nous espérons connaître dans l’avenir. Quand nous serons parfaits, nous serons vivants au plein sens du terme, car nous vivrons comme Dieu voulait à l’origine que nous vivions. Lorsque nous vivrons sur la terre transformée en paradis, et que nous serons en parfaite santé, dans la paix et le bonheur, enfin nous connaîtrons “ la vie véritable ”, la vie éternelle (1 Timothée 6:12). Comment pouvons-nous ‘ saisir fermement la vie véritable ’ ? Dans le même contexte, Paul a invité les chrétiens à “ travailler au bien ” et à “ être riches en belles œuvres ”. (1 Timothée 6:18.) Il est donc capital que nous appliquions les vérités que nous avons apprises dans la Bible - Qu’enseigne la Bible ? p192-193 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? Il y a quelque 2 000 ans, l’apôtre Paul a écrit sous inspiration divine : “ L’exercice corporel est utile à peu de chose, mais l’attachement à Dieu est utile à toutes choses puisqu’il a la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir. ” (1 Timothée 4:8). Les propos de Paul montrent que l’utilité de l’exercice, quoique réelle, est loin d’être aussi grande que l’utilité à long terme de bonnes relations avec Dieu. Par conséquent, les vrais chrétiens s’efforcent d’être équilibrés dans leur désir de rester en bonne santé, en ne permettant jamais à “ l’exercice corporel ” de prendre le pas sur le culte qu’ils rendent à Dieu. Les chrétiens ont conscience que plus ils sont en bonne santé, plus ils peuvent manifester avec zèle leur amour pour Dieu et pour leur prochain. L’exercice, associé à une alimentation équilibrée et à suffisamment de repos, est essentiel pour jouir d’une bonne santé. Étant donné qu’ils considèrent leur corps comme un don de Dieu, les vrais chrétiens en prennent soin et s’efforcent de conserver de bonnes habitudes dans ces domaines. – RV2005 22/5 p11 Paul encouragea Timothée à ‘ ne laisser personne mépriser sa jeunesse ’. Cela peut indiquer que Timothée était quelque peu timide et qu’il hésitait à affirmer son autorité (1 Timothée 4:12). Néanmoins il était capable d’être autonome, et c’est en toute confiance que Paul a pu l’envoyer accomplir des missions lourdes de responsabilités. Quand Paul reconnut la nécessité d’une surveillance théocratique ferme dans la congrégation d’Éphèse, il recommanda vivement à Timothée d’y rester pour qu’il ‘ ordonne à certains de ne pas enseigner une autre doctrine ’. Bien qu’il se soit vu confier de nombreuses responsabilités, Timothée était modeste. Et en dépit de la timidité qui l’habitait, il était courageux. Par exemple, il se rendit à Rome pour aider Paul qui passait devant les tribunaux à cause de sa foi. De fait, Timothée subit lui-même une période d’emprisonnement, de toute évidence pour la même raison – TG1999 15/9 p31 L’apôtre Paul a exhorté Timothée à devenir un exemple en parole et en conduite (1 Tim. 4:12). Nous aussi, nous devrions avoir des paroles et une conduite exemplaires, particulièrement lorsque nous accomplissons notre ministère, car elles peuvent déterminer si nous toucherons ou non le cœur des personnes que nous rencontrons - km 9/1996 p1 Timothée, jeune homme, avait reçu une lourde responsabilité : il était surveillant de la congrégation d’Éphèse. Paul lui fit cette exhortation : “ Ne néglige pas le [ou : ne sois pas insouciant du] don en toi qui t’a été donné par suite d’une prédiction et lorsque le collège des anciens a posé les mains sur toi. ” Timothée devait faire de vigoureux efforts pour ne pas être négligent. Il lui fallait s’absorber dans la lecture, l’enseignement correct, la conduite convenable, l’exhortation, en donnant l’exemple et en manifestant de l’intérêt par une attention constante. Sinon, il risquait de tout perdre par négligence, par manque d’intérêt véritable envers la faveur que Dieu lui accordait. Paul dit à Timothée de réfléchir à sa conduite, à son ministère et à son enseignement, autrement dit de méditer dessus. Étant surveillant, Timothée devait particulièrement veiller à enseigner une doctrine exacte et à avoir un mode de vie exemplaire— 1Tm 4:11-16 – it-2 p387 À peu près à l’époque où Paul a écrit aux Philippiens, il a également envoyé une lettre à Timothée, à qui il avait confié une lourde responsabilité, celle de nommer des anciens et des assistants ministériels. À l’évidence, Timothée était devenu un surveillant digne de confiance. Pourtant, dans sa lettre, Paul lui a rappelé comment il pouvait rendre ‘ ses progrès manifestes pour tous ’. (1 Tim. 4:15.) Or, Timothée avait déjà fait des progrès remarquables ! Que voulait donc dire Paul ? Et comment appliquer aujourd’hui son conseil ? Paul s’était rendu en Macédoine, mais il avait demandé à Timothée de rester à Éphèse. Pour quelle raison ? Certains chrétiens étaient devenus des ferments de discorde ; ils introduisaient dans la congrégation des enseignements mensongers. Timothée avait pour mission de préserver la congrégation de la corruption spirituelle. Comment y parviendrait-il ? Notamment en donnant l’exemple. 6 “ Deviens un exemple pour les fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté, lui a conseillé Paul. Réfléchis à ces choses ; absorbe-toi en elles, pour que tes progrès soient manifestes pour tous. ” (1 Tim. 4:12, 15). Les progrès dont parlait Paul portaient donc sur des qualités spirituelles. En réalité, chaque chrétien devrait avoir le souci de progresser dans ces cinq domaines. Nos progrès spirituels ne constituent pas une montée en grade, mais traduisent notre détermination à faire la volonté de Dieu avec abnégation. Prendre cette orientation montre que nous laissons Dieu guider nos pas dans tous les domaines de la vie, ce qu’il fait infiniment mieux que nous– TG2009 15/12 p12 Le conseil de l’apôtre Paul à Timothée de ‘ faire constamment attention à lui et à son enseignement ’ vaut pour chaque chrétien (1 Timothée 4:16). Difficile, en effet, d’aider les autres à obtenir le salut si l’on ne fait pas d’abord attention à soi. Pour cela, il s’agit avant tout de ne pas perdre de vue l’époque à laquelle nous vivons. Les anciens doivent eux aussi chérir leurs attributions de service. Comme le fait remarquer Paul, une des façons de le montrer consiste pour eux à ‘ faire attention à leur enseignement ’. À la différence des dirigeants charismatiques de ce monde, ils attirent l’attention sur Dieu, et non sur leur personne – TG1999 15/3 p10 Aujourd’hui, les chrétiens ne sont plus soumis aux décrets de la loi mosaïque (Romains 7:6). Toutefois, ils ne sont pas pour autant dispensés de montrer des égards aux personnes âgées. Cela ressort des instructions que l’apôtre Paul a données au surveillant chrétien Timothée: “Ne critique pas un aîné avec dureté. Au contraire, supplie-le comme un père, (...) les femmes âgées comme des mères.” (I Timothée 5:1, 2). Le jeune Timothée, Paul le lui avait certifié, avait autorité pour donner des ordres (I Timothée 1:3). Néanmoins, si quelqu’un de plus âgé que lui, et en particulier un surveillant chrétien, commettait une erreur de jugement ou prononçait une déclaration inexacte, Timothée ne devait pas le ‘critiquer avec dureté’, comme un inférieur. Il devait plutôt le ‘supplier comme un père’, avec respect. Timothée était tenu d’avoir les mêmes égards envers les femmes âgées de la congrégation. Oui, il devait toujours, en quelque sorte, ‘se lever devant les cheveux gris’. – TG1987 1/6 p5 Ceux qui mettent en pratique ces principes bibliques ‘ honorent vraiment les veuves ’. (1 Timothée 5:3) Honorer quelqu’un, c’est lui témoigner du respect. Les personnes que l’on honore se sentent appréciées, aimées et respectées. Elles n’ont pas l’impression que les autres les aident simplement par sens du devoir. Les veuves âgées étaient particulièrement l’objet de l’honneur qui consistait à recevoir une aide pécuniaire régulière. Ces femmes ne disposaient d’aucunes ressources et ne pouvaient que ‘mettre leur espoir en Dieu et persévérer nuit et jour dans les supplications et les prières’. (Verset 5.) Comment leurs prières étaient-elles exaucées? Par l’intermédiaire de la congrégation. Les choses étant ainsi organisées, les veuves qui en étaient dignes recevaient de quoi vivre modestement. Bien sûr, si une veuve avait des moyens financiers ou des parents susceptibles de la prendre en charge, ces dispositions n’étaient pas nécessaires– TG2001 1/5 p6 “Mais celle [la veuve] qui recherche les plaisirs des sens, avertit Paul, est [spirituellement] morte, quoique vivante.” (Verset 6). Paul n’explique pas en quel sens certaines veuves, selon l’expression littérale utilisée dans la Traduction interlinéaire du Royaume (angl.), ‘se comportaient voluptueusement’. Peut-être certaines devaient-elles lutter contre leurs “impulsions sexuelles”. (Verset 11.) Toutefois, d’après le Lexique grec-anglais de Liddell et Scott, ‘se comporter voluptueusement’ pouvait également signifier ‘vivre dans la mollesse, dans un confort ou une facilité excessive’. Il se peut donc que certaines de ces veuves aient voulu s’enrichir grâce à la congrégation, qui aurait alors financé leur vie extravagante et immodérée. Quoi qu’il en soit, Paul indique que ces personnes-là ne méritaient pas de recevoir le soutien de la congrégation. - TG2001 1/5 p6 Paul dit ensuite: “Qu’on inscrive sur la liste [de celles qui recevront un soutien financier] une veuve qui n’ait pas moins de soixante ans.” Il semble bien qu’à l’époque de Paul une femme âgée de plus de soixante ans ait été considérée comme incapable de subvenir à ses besoins et peu susceptible de se remarier. “Par contre, déclare Paul, les jeunes veuves, refuse-les [sur la liste], car lorsque leurs impulsions sexuelles viennent se mettre entre elles et le Christ, elles veulent se marier, encourant un jugement pour avoir fait peu de cas de leur première déclaration de foi.” — Versets 9, 11, 12. Si les jeunes veuves avaient pu être inscrites sur “la liste”, certaines auraient peut-être hâtivement annoncé leur intention de demeurer célibataires. Toutefois, avec le temps, elles auraient eu du mal à maîtriser leurs “impulsions sexuelles” et auraient désiré se remarier, ‘encourant un jugement parce qu’elles auraient fait peu de cas de leur première déclaration de foi’ par laquelle elles se seraient engagées à rester célibataires. Paul pare à cette éventualité en déclarant: “Je veux donc que les jeunes veuves se marient, qu’elles aient des enfants.” — Verset 14. - TG2001 1/5 p6 Que faire maintenant si un membre âgé de la congrégation se trouve dans une situation difficile, qu’il ait besoin d’argent, par exemple ? En premier lieu, il faudrait savoir si des enfants ou des proches pourraient intervenir. Cette démarche serait conforme au principe énoncé en 1 Timothée 5:4 : “ Si une veuve a des enfants ou des petits-enfants, que ceux-ci apprennent d’abord à pratiquer l’attachement à Dieu dans leur propre maisonnée et à s’acquitter fidèlement envers leurs parents et grands-parents de ce qu’ils leur doivent en compensation, car cela est agréable aux yeux de Dieu. ” Dans nombre de cas, il n’est pas nécessaire d’apporter un soutien financier, une “ compensation ” matérielle. Certaines veuves ont assez d’argent pour vivre ; d’autres bénéficient des prestations sociales qui sont versées dans leur pays. Cependant, quand une veuve est dans le besoin, les membres de sa famille se doivent d’intervenir. Et si elle n’a pas de parents proches ou si ceux-ci sont dans l’impossibilité de l’aider, les Écritures encouragent les autres chrétiens à lui porter secours De la patience, des visites et plusieurs discussions peuvent leur être nécessaires pour définir précisément les besoins d’un compagnon âgé : ménage, courses, transport aux réunions, lecture de la Bible ou des publications chrétiennes, etc. Les anciens s’efforcent ensuite de prendre des mesures pratiques et de faire en sorte qu’elles soient efficaces – TG2006 1/6 p6 Paul a demandé à Timothée de rappeler à ses compagnons chrétiens “ de travailler au bien, d’être riches en belles œuvres, d’être généreux, prêts à partager, amassant en lieu sûr pour eux-mêmes un beau fondement pour l’avenir, afin qu’ils saisissent fermement la vie véritable ”. (1 Tim. 6:17-19.) L’apôtre recommandait ainsi à ses frères de cultiver la générosité. Même en période de difficultés économiques, nous pouvons favoriser un esprit généreux. Comment ? Par exemple, en proposant à ceux qui n’ont pas de moyen de locomotion de les emmener prêcher, de les conduire aux réunions ou de les reconduire chez eux. Quant à ceux qui bénéficient de ces actes de bonté, ils contribueront au bel esprit de leur assemblée en se montrant reconnaissants. Ils pourront peut-être participer aux frais de carburant, qui ne cessent d’augmenter. En outre, si nous nous organisons pour passer davantage de temps avec nos frères et sœurs, ne se sentiront-ils pas appréciés et utiles ? Quand nous sommes riches de bonnes actions “ envers ceux qui nous sont apparentés dans la foi ” et que nous sommes disposés à leur offrir de notre temps et de nos ressources, non seulement nous renforçons l’amour que nous éprouvons pour eux, mais nous créons dans l’assemblée un esprit chaleureux – TG2012 15/2 p19-20 §6 6:15, 16 — Ces paroles s’appliquent-elles à Jéhovah Dieu ou à Jésus Christ ? Ces paroles s’appliquent à celui dont elles décrivent la manifestation, à savoir Jésus Christ (1 Tim. 6:14). En comparaison des humains qui règnent ou de ceux qui dominent, Jésus est l’“ unique Souverain ”, et lui seul a l’immortalité. Depuis son ascension vers les cieux invisibles, personne sur la terre “ ne peut voir ” Jésus avec ses yeux physiques. – TG2008 15/9 p31 En quel sens Jésus est-il “ celui qui seul a l’immortalité ” ? Le premier dont la Bible dit qu’il a reçu le don de l’immortalité est Jésus Christ. Les paroles inspirées de l’apôtre Paul en Romains 6:9 révèlent que Jésus ne possédait pas l’immortalité avant d’être ressuscité par Dieu. On lit : “ Christ, maintenant qu’il a été relevé d’entre les morts, ne meurt plus ; la mort ne domine plus sur lui. ”. C’est pourquoi, lorsque 1 Timothée 6:15, 16 présente Jésus comme “ le Roi de ceux qui règnent et le Seigneur de ceux qui dominent ”, cela signifie qu’il se distingue de tous les autres rois et seigneurs en ce qu’il est “ celui qui seul a l’immortalité ”. En effet, les autres rois et seigneurs meurent puisqu’ils sont mortels, comme moururent aussi les grands prêtres d’Israël. En revanche, Jésus glorifié, établi par Dieu Grand Prêtre a “ une vie indestructible ”. Ici, le mot “ indestructible ” traduit le terme grec akatalutos, qui signifie littéralement “ indissoluble ”. Il est formé du préfixe privatif a suivi d’autres mots évoquant une “ dissolution » Ainsi donc, la vie immortelle que Jésus reçut à sa résurrection n’est pas seulement une vie sans fin : elle est à l’abri de toute détérioration ou dissolution, à l’abri de toute destruction. – it-1 p1175
  15. Bonsoir Salomon merci pour tes recherches. A bientôt Michel 1 La Bible en accord avec la Science.pdf
  16. Dieu veille sur son organisation Pour se référer à un des actes terribles de Jéhovah, pensons, par exemple, à la destruction de la ville de Jéricho. Quel acte puissant, terrible ! Jéhovah Dieu avait promis de conduire son peuple dans le pays où coulaient le lait et le miel ; il le fit et donna aux Israélites l’assurance de combattre pour eux et de remporter la victoire. Il leur révéla comment aurait lieu la destruction de Jéricho. Veuillez en lire le récit biblique dans Josué 6:1-26. Jéhovah Dieu surveilla chaque pas de son peuple qui agit selon ses ordres. Il fit sa part et Jéhovah la sienne. Les murs s’effondrèrent. Il est juste de dire que ce fut un miracle. Après l’écroulement des murailles, Jéhovah continua de s’intéresser à son peuple choisi. Il désirait qu’il restât pur et obéissant. 3 À ce moment apparaît l’égoïste Acan (Josué 7:1-26). Lorsqu’Acan fut découvert, toute la nation d’Israël se mit sans aucun doute à trembler, car les recherches faites pour trouver le coupable révélèrent la puissance et la vigilance de Jéhovah Dieu. Acan était devenu un voleur. Aux yeux des Israélites il paraissait pur extérieurement, mais il n’en était rien car intérieurement il était impur. L’égoïsme était le principe directeur de ses actions ; il ne sut que faire de l’amour ni de l’adoration de Jéhovah ni de l’obéissance à ses commandements. Il crut connaître une meilleure voie que celle consistant à se conformer aux instructions de l’organisation de Jéhovah. Josué, qui fut choisi par Jéhovah pour conduire le peuple, parla au nom de Dieu lorsqu’il lui indiqua comment, quand et où il devait marcher et ce qu’il devait faire. Acan ne marchait pas avec ce peuple par amour. Non, il s’intéressait avant tout à ce qu’il pourrait en retirer. Son cœur se livra à la cupidité. 4 Que se passa-t-il ensuite parmi le peuple choisi de Jéhovah par suite de l’impureté d’Acan ? “ Josué et tout Israël avec lui prirent Acan, fils de Zérach, l’argent, le manteau, le lingot d’or, les fils et les filles d’Acan, ses bœufs, ses ânes, ses brebis, sa tente, et tout ce qui lui appartenait ; et il les fit monter dans la vallée d’Acor. Josué dit : Pourquoi nous as-tu troublés ? l’Éternel te troublera aujourd’hui. Et tout Israël le lapida. On les brûla au feu, on les lapida. ” — Josué 7:24, 25. 5 Le peuple fut sans doute fort surpris de la manière utilisée par Jéhovah pour découvrir Acan — selon la tribu, la famille, la maison, jusqu’à Acan lui-même, dans sa propre tente. C’est là que furent trouvés le manteau, l’or et tout ce qu’il avait dérobé de la ville de Jéricho. Oui, Jéhovah Dieu veilla sur son organisation. Il veilla sur les Israélites lorsqu’ils firent le tour de la ville, il regarda les murailles lorsqu’elles s’écroulèrent, il veilla sur son peuple lorsqu’il pénétra dans la ville pour y chercher les choses qu’il devait apporter à Jéhovah. Il s’aperçut qu’Acan, l’égoïste, n’éprouvait pas d’amour pour Dieu ni pour ses frères. Songez que vous aussi vivez maintenant sous les regards et la puissante main du même Dieu vivant, Jéhovah, et non pas de dieux de pierre, de bois ou de métal qui ne voient pas et ne vivent pas ! 6 Il est des personnes qui persistent dans une conduite égoïste ; elles ne veulent ni se purifier intérieurement, ni modifier leur point de vue. Quelques-unes d’entre elles ont pénétré dans l’organisation de Jéhovah. Ne soyez pas l’une d’elles car Jéhovah voit ce qui se passe. Il peut agir sans intermédiaire et vous jeter rapidement dehors, de sorte que vous aurez quelque peine à vous rendre compte de ce qui vous est arrivé si soudainement, si subitement. Mais, aussi longtemps que vous vous confiez sincèrement en Jéhovah et restez dans son organisation en faisant preuve de vigilance, que vous vous en tenez à sa Parole et obéissez aux commandements de Jéhovah, son esprit et ses bénédictions seront votre part. Si vous violez ses commandements, vous n’obtiendrez pas sa faveur, mais serez punis. Jésus dit : “ Si vous m’aimez, vous observerez mes commandements. ” (Jean 14:15, NW). Vous le voyez, toute l’organisation de Jéhovah Dieu est fondée sur l’amour et non pas sur l’égoïsme et l’impureté. Certaines personnes pensent parfois pouvoir accomplir diverses choses sans être punies. Toutefois, si ce qu’elles ont fait n’est pas conforme au commandement de Dieu, elles n’échapperont pas. Elles succomberont comme Acan. 7 Pensez à Ananias. Son cas nous fournit un exemple de plus de la grandeur de Jéhovah Dieu, de ses actes terribles et de la puissance de son esprit saint. Il voulut accréditer un mensonge. Il tomba et expira parce qu’il avait menti, s’était donné l’apparence d’accomplir quelque chose de merveilleux, de grand, tandis qu’en réalité il dépouillait l’organisation de Jéhovah (Actes 5:1-6). Cet événement nous donne cet avertissement : Ne mentez jamais à Jéhovah. N’essayez pas d’agir égoïstement avec son équitable organisation. Ne faites jamais pénétrer la déshonnêteté et l’impureté dans l’assemblée de Jéhovah Dieu, vous agiriez en égoïste. La meilleure manière d’agir d’un vrai chrétien est celle-ci : “ Chaque jour je te bénirai, et je célébrerai ton nom à toujours et à perpétuité. ” (Ps. 145:2). C’est précisément ce que nous devons faire, nous qui sommes entrés dans la société du Monde Nouveau de Jéhovah. Ne cherchez pas à ternir la gloire du royaume de Jéhovah et de son organisation en agissant comme Acan ou Ananias. La société du Monde Nouveau de Jéhovah est une partie de la sainte organisation de Dieu. Reconnaissez-la, faites-en partie dès maintenant et servez avec elle à travers Harmaguédon jusque dans son équitable monde nouveau sans fin, où chacun aimera Jéhovah et ses semblables qui auront survécu. 8 Vouer notre vie à Jéhovah Dieu signifie le servir pour toujours. Il ne s’agit pas de le servir un peu de temps à autre, il ne s’agit pas d’un dada ou passe-temps, mais de faire ceci : “ Chaque jour je te bénirai. ” Vous adorez Jéhovah Dieu en accomplissant votre service. Il est de votre devoir de célébrer son nom, de parler de sa gloire, de raconter à d’autres ce que votre Dieu a fait. Exaltez son nom, parlez en faveur de son nom, montrez au monde entier que vous êtes son serviteur, que vous pouvez vivre dans le bonheur, l’amour étant votre force motrice ! 9 Publiez parmi tous les peuples que Jéhovah règne et que son royaume est un gouvernement glorieux et permanent. Jésus dit : “ Allez donc, faites des disciples parmi les personnes de toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du saint esprit, leur enseignant à observer tout ce que je vous ai ordonné. ” — Mat. 28:19, 20, NW. w54 1/3
  17. Bonjour Salomon merci pour ton travail de recherches et ton partage. Amitiés fraternelles MichelApprendre_la_sagesse.pps Bible et Médecine.pdf
  18. JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU 5-11 août 2019 Recherchons des perles spirituelles 2 TIMOTHÉE 1-4 2Tm 2:3, 4 : Comment limiter au maximum notre participation aux « affaires commerciales de la vie » ? (w17.07 10 § 13). Paul explique cela d’une manière franche et vigoureuse, disant que les chrétiens sont employés au service du Christ comme des soldats. Tous les chrétiens ne doivent poursuivre qu’un seul but. Ils doivent avoir les yeux fixés sur celui qui les a appelés comme soldats et lui obéir. Étant au service du Christ et marchant sur ses traces, ils ne peuvent faire qu’une chose : “ Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus-Christ. Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé. ” (II Tim. 2:3, 4). Un soldat du Christ ne partage pas ni ne peut partager ses intérêts. Il ne tente pas de faire égoïstement des affaires et d’être en même temps un soldat. Quand quelqu’un est enrôlé comme soldat, c’est là son travail. Quand il est désigné pour garder les intérêts du roi, il ne s’endort pas. Le chrétien demeure dans le service qui lui a été assigné. Il reste conscient de ses responsabilités. Paul, l’ancien Saul de Tarse, savait ce que signifiait être soldat. Quand on l’envoya persécuter les chrétiens, il avait une tâche à accomplir et il l’accomplit. Il obéit aux ordres. Quand il fut converti au christianisme et qu’il reçut le nom de Paul, il était déterminé à être un bon soldat de l’armée chrétienne. Il se revêtit de l’armure donnée par Dieu et était prêt à supporter les épreuves et les difficultés attachées à la tâche du soldat. Si pour être chrétien aux jours de Paul il fallait être un soldat vigilant et fidèle, il faut également manifester les mêmes qualités de nos jours. Jésus l’a déclaré en termes très clairs à l’homme riche : “ Vends ce que tu possèdes... suis-moi. ” Paul l’a dit en des termes tout aussi nets : “ Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie. ” Comment quelqu’un qui se dit chrétien doit-il envisager aujourd’hui la question ? De la même manière. Il devrait persévérer dans les choses qu’il a apprises, être un disciple honnête et non un hypocrite.w59 52 . Nous devons plaire à Jésus-Christ, car il nous a enrôlés dans l’armée théocratique et nous sommes ses soldats. Montrons que nous sommes de bons soldats en souffrant à cause de son nom. 11 Jésus-Christ, notre Chef, a dit : “ Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. ” (Mat. 6:24). En tant que soldats de Jésus-Christ, nous sommes engagés dans une guerre contre les esprits méchants dans les lieux célestes. Nous devons continuer à prêcher la bonne nouvelle du royaume de Dieu afin que sa lumière mette en déroute les forces des ténèbres.w55 123 Si Satan ne réussit pas à nous vaincre par un assaut mené de front, par la persécution, il nous faut néanmoins être sur nos gardes pour qu’aucune force d’infiltration d’une nature plus subtile ne perce notre armure spirituelle. Le guerrier spirituel ne recherche pas une vie de facilité dans ce monde mais il combat sous les ordres du Chef des peuples, veillant à ce que l’appât du gain ne vienne dresser nul obstacle dans son combat spirituel. Il est de fait que les affaires commerciales sont un moyen subtil de triompher de beaucoup de personnes, et cela graduellement, par un amour grandissant pour les choses matérielles et l’argent qui peut nous acquérir les agréments de cette vie. Un vrai soldat ne recherche pas les commodités de l’existence ni la sécurité trompeuse des richesses, car il sait que tout ce dont il a besoin, ce sont les choses nécessaires de la vie ainsi que le contentement pour qu’il puisse poursuivre la prédication de la Parole dans la bonne comme dans la mauvaise saison. Il regarde les choses matérielles en sa possession comme une disposition de Jéhovah pour qu’il puisse continuer la guerre spirituelle. 15 Il n’y a aucune raison d’amasser quantité de biens matériels que, de toute façon, nous ne pourrons emporter dans le Monde Nouveau ; mais satisfaisons-nous du nécessaire de la vie et veillons à ce que les choses matérielles nous gardent dans le ministère w57 245 « NE TE LAISSE PAS ENTRAÎNER DANS LES AFFAIRES COMMERCIALES DE LA VIE » 12 De quelle autre façon peut-on gagner l’amitié de Jéhovah ? En réduisant nos rapports avec le monde commercial et en nous servant de notre situation pour rechercher les vraies richesses. Prenons l’exemple d’Abraham, homme de foi du passé. Obéissant, il a quitté la riche ville d’Our pour habiter sous des tentes parce qu’il voulait entretenir son amitié avec Jéhovah (Héb. 11:8-10). Il a toujours considéré Jéhovah comme la Source de la vraie richesse. Il n’a pas recherché des avantages matériels, ce qui aurait été un manque de confiance (Gen. 14:22, 23). Jésus a encouragé ce genre de foi quand il a dit à un jeune homme riche : « Si tu veux être parfait, va vendre tes biens et donne aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel, puis viens, suis-moi » (Mat. 19:21). Cet homme-là n’a pas eu une foi totale comme Abraham. Mais d’autres humains, si. 13 Timothée aussi était un homme de foi. Paul l’a appelé « excellent soldat de Christ Jésus », puis il lui a dit : « Aucun homme servant comme soldat ne se laisse entraîner dans les affaires commerciales de la vie, afin de gagner l’approbation de celui qui l’a enrôlé comme soldat » (2 Tim. 2:3, 4). Aujourd’hui, les disciples de Jésus (dont une armée de un million de serviteurs à plein temps) appliquent le conseil de Paul autant que leur situation le leur permet. Ils résistent aux incitations de la publicité et du monde, en se rappelant que « l’emprunteur est serviteur de l’homme qui prête » (Prov. 22:7). Rien ne ferait plus plaisir à Satan que de nous voir dépenser tout notre temps et notre énergie à travailler comme des esclaves pour son monde commercial. La Tour de Garde (étude),7/2017, p. 10-11 Un bon soldat s’attend à vivre des moments difficiles et il est conscient qu’il lui faut être prêt à servir en tout temps et à endurer les conditions les plus éprouvantes. Tant qu’il participe à la guerre, il ne recherche ni le confort ni ce qui lui plaît. Son temps et son énergie sont à la disposition de son supérieur. De plus, pour servir, le soldat abandonne son activité, sa ferme, son commerce ou son métier. Il ne s’absorbe pas dans d’autres choses qui pourraient détourner sa pensée et son énergie du combat crucial dans lequel il est engagé. S’il le faisait, cela lui coûterait probablement la vie ou serait fatal à ceux qui dépendent de lui. Selon certains historiens, les soldats romains n’étaient autorisés à exercer aucun métier et il leur était interdit de gérer des biens en tant que tuteurs ou curateurs, de façon à ne pas être distraits de leur rôle de soldat. Même sous la Loi mosaïque, les hommes mariés depuis peu et les propriétaires d’une maison qu’ils n’avaient pas encore inaugurée ou d’une vigne qui n’avait pas encore porté de fruit étaient exemptés du service militaire. Quelqu’un qui avait peur faisait certainement un mauvais soldat et sapait le moral de ses compagnons ; c’est pourquoi un tel homme, sous la Loi, était exempté (Dt 20:5-8). Par conséquent, les chrétiens, aussi bien d’origine juive que d’origine gentile, étaient en mesure de saisir la force de l’exemple de Paul.it-2 1001 Un excellent soldat: Paul adresse à Timothée l’exhortation suivante: “Prends ta part pour ce qui est d’endurer le mal, comme un excellent soldat de Christ Jésus. Personne, en servant comme soldat, ne se mêle aux entreprises commerciales de la vie, afin de pouvoir donner satisfaction à celui qui l’a enrôlé comme soldat.” (2 Timothée 2:3, 4). Un fantassin romain ‘endurait le mal’ quand il devait transporter ses lourdes armes, une hache, une hotte, de la nourriture pour trois jours et d’autres accessoires encore (La Guerre des Juifs de Josèphe, traduction d’Arnauld d’Andilly, livre 3, chapitre 6). Il ne cherchait pas à faire des affaires, car cela n’aurait pas été du goût de ses supérieurs, ses dépenses étant de toute manière couvertes. De façon comparable, le chrétien subit des épreuves parce qu’il est un “excellent soldat de Christ”. Il travaille pour satisfaire aux obligations définies dans les Écritures, mais il ne permettra pas à des préoccupations d’ordre matériel de l’absorber de façon excessive, au point de l’empêcher de prendre part à la guerre spirituelle (1 Thessaloniciens 2:9). En prêchant de maison en maison, il brandit “l’épée de l’esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu”, et permet à des personnes de se libérer des croyances erronées (Éphésiens 6:11-17; Jean 8:31, 32). Que tous les soldats chrétiens continuent ainsi de plaire à Jésus Christ et à Jéhovah, car des vies sont en jeu ! w91 15/1 31 15 Le soldat ne peut prendre part à tous les aspects de la vie civile. Pareillement, nous ne devons pas nous laisser entraver par les activités de ceux qui n’appartiennent pas à l’armée du Seigneur, qui sont, en réalité, dans le camp adverse. Voilà pourquoi Paul dit ensuite à Timothée: “Personne, en servant comme soldat, ne se mêle aux entreprises commerciales de la vie, afin de pouvoir donner satisfaction à celui qui l’a enrôlé comme soldat.w91 1/11 17 Soldats de Christ Jésus 4 Il s’ensuit que tous ceux qui se rangent dans le camp de ces chrétiens oints et qui les soutiennent deviennent à leur tour la cible de cette guerre sans merci. Aussi l’exhortation vibrante de Paul s’applique-t-elle à chaque Témoin de Jéhovah. Nous lisons: “Prends ta part pour ce qui est d’endurer le mal, comme un excellent soldat de Christ Jésus. Personne, en servant comme soldat, ne se mêle aux entreprises commerciales de la vie, afin de pouvoir donner satisfaction à celui qui l’a enrôlé comme soldat.” (II Timothée 2:3, 4). Le service que nous accomplissons sous les ordres du Grand Maréchal nommé par Jéhovah doit donc prendre le pas sur toute autre activité de notre vie.w83 1/6 17 C’est pourquoi, afin d’aider Timothée à continuer de se concentrer sur des objectifs spirituels, Paul l’a encouragé par ces mots : “ Aucun homme servant comme soldat ne se laisse entraîner dans les affaires commerciales de la vie, afin de gagner l’approbation de celui qui l’a enrôlé comme soldat. ” (2 Timothée 2:4). Un soldat en service actif ne peut se permettre de se laisser distraire par des préoccupations propres à la vie civile. Sa vie et celle d’autres personnes dépendent de lui : il doit être toujours prêt à exécuter les ordres de son commandant. Puisque vous êtes un soldat sous les ordres de Christ, vous devez vous aussi veiller à ne pas vous disperser et à ne pas vous laisser accaparer par des préoccupations d’ordre matériel qui vous empêcheraient d’accomplir pleinement votre ministère, lequel sauve des vies. — Matthieu 6:24 ; 1 Timothée 4:16 ; 2 Timothée 4:2, 5. 19 Plutôt que de chercher à mener une vie confortable, cultivez l’esprit de sacrifice. Paul a fait cette recommandation à Timothée : “ Sois disposé à te passer des agréments de la vie, en soldat de Christ Jésus. ” (2 Timothée 2:3, The English Bible in Basic English) w07 1/5 28 2Tm 2:23 : Cite une manière de ‘rejeter les débats sots et stupides’ (w14 15/7 14 § 10). La Parole de Dieu donne des conseils précis sur les sortes d’injustices auxquelles les chrétiens doivent renoncer, c’est-à-dire qu’ils doivent rejeter. Par exemple, dans le contexte immédiat de 2 Timothée 2:19, Paul dit « de ne pas se battre sur des mots » et d’« évit[er] les discours vides » (lire 2 Timothée 2:14, 16, 23). Certains membres de la congrégation prêchaient des enseignements apostats. D’autres propageaient apparemment des idées suscitant des controverses. Même si elles n’étaient pas franchement contraires aux Écritures, ces idées causaient des divisions. Elles provoquaient des chamailleries et des querelles sur des mots. Il en résultait une ambiance spirituellement malsaine. C’est pourquoi Paul a insisté sur la nécessité de rejeter « les discussions sottes et stupides ». 10 De nos jours, les serviteurs de Jéhovah n’affrontent pas souvent l’apostasie au sein même de la congrégation. Mais s’il nous arrive d’être en contact avec des enseignements non bibliques, quelle qu’en soit la provenance, nous devons les rejeter fermement. Il ne serait pas prudent de se lancer dans des discussions avec des apostats, que ce soit face à face, en laissant un commentaire sur leur blog ou par tout autre moyen de communication. Même avec l’intention de venir en aide à ces gens, participer à de telles conversations serait contraire à l’ordre biblique que nous venons d’examiner. Le peuple de Dieu rejette totalement l’apostasie. Il y renonce. 11 L’apostasie n’est toutefois pas la seule menace à la paix de la congrégation. Les différences d’opinion sur les divertissements peuvent provoquer des « discussions sottes et stupides ». Bien sûr, si certains encouragent la pratique d’un divertissement contraire aux normes morales de Jéhovah, les surveillants chrétiens ne doivent pas le tolérer juste pour éviter les conflits (Ps. 11:5 ; Éph. 5:3-5). Les anciens se gardent bien, néanmoins, de faire valoir leurs propres opinions. Ils suivent fidèlement cette exhortation adressée aux surveillants chrétiens : « Faites paître le troupeau de Dieu qui vous est confié, non [...] en personnes qui commandent en maîtres ceux qui sont l’héritage de Dieu, mais en devenant des exemples pour le troupeau » (1 Pierre 5:2, 3 ; lire 2 Corinthiens 1:24).La Tour de Garde,15/7/2014, p. 14-15
  19. appel céleste Vous êtes-vous déjà demandé comment une personne avec l'appel céleste sait qu'elle a cet appel? Eh bien, imaginez que vous venez de postuler à un emploi. Le propriétaire de l'entreprise affirme avoir d'autres demandes d'emploi à prendre en compte et qu'il prendra sa décision pendant la nuit. Il dit que la personne qu'il choisira recevra un appel le lendemain entre 9h et 17h. Vous rentrez chez vous, réglez votre alarme et passez une bonne nuit de sommeil. Vous vous levez tôt et vous vous préparez-. Vous êtes assis a cote du téléphone toute la journée à partir de 8 heures. Vous aviez même le combiné avec vous lorsque vous vous êtes occupés de la nourriture et que vous vous occupiez de toute affaire nécessaire. 18 heures vient et votre téléphone n'a pas sonné de toute la journée. Maintenant, puisque vous n'étiez jamais sans le téléphone, commenceriez-vous à vous demander "Ai-je reçu l'appel et ne l'ai-je pas réalisé?" Le fait est que si vous devez vous demander si vous avez été appelé, il y a de fortes chances que ce ne soit pas le cas.
  20. Hello Misette, je te remercie pour tes recherches et ton partage qui est toujours le bienvenu. A bientôt te lire Michel Ps tu es de quelle assemblée? Moi je suis de Thouars dans le 79 INSOLITE-et-EXTRA.pps Invitatio.pps
  21. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 22 Juillet 2019 - 1 Timothée 1-3.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 22 Juillet 2019 - 1 Timothée 1-3.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : 1 Timothée 1-3 1 Timothée 1:4 : Pourquoi Paul met-il en garde Timothée contre le fait de prêter attention à des généalogies ? (it-1 980 § 2). « ni de prêter attention à des histoires fausses et à des généalogies. Celles-ci ne mènent à rien d’utile ; elles ne font que donner lieu à des suppositions infondées plutôt que d’apporter quelque chose qui vient de Dieu en ce qui concerne la foi » Les études et les discussions sur ce genre de sujets étaient stériles, et ce d’autant plus à l’époque où Paul écrivit à Timothée. La tenue de registres généalogiques pour prouver son ascendance avait perdu de son importance puisque Dieu n’admettait désormais plus aucune distinction entre Juif et Gentil dans la congrégation chrétienne (Ga 3:28). De plus, les généalogies avaient déjà établi l’ascendance de Christ par la lignée de David. Enfin, peu après cette exhortation de Paul, Jérusalem allait être détruite et, avec elle, les registres de la nation juive. Dieu ne les préserva pas. C’est pourquoi Paul désirait que Timothée et les congrégations ne se détournent pas des choses importantes pour passer du temps à des recherches et à des controverses sur des filiations personnelles, qui n’apporteraient rien à la foi chrétienne. Les généalogies données par la Bible suffisent à prouver que Jésus est le Messie, la question généalogique qui importe le plus aux chrétiens. Les autres généalogies des Écritures attestent l’authenticité du texte biblique, démontrant à l’évidence qu’il s’agit vraiment d’un récit historique - it-1 980 § 2 Par des moyens subtils et trompeurs, le Diable se sert souvent d’éléments du monde, d’apostats et autres opposants à la vérité pour détourner notre attention vers des questions secondaires. Tout se passe comme si, se rendant compte qu’il a peu de chance de nous vaincre par une attaque directe, frontale, il essayait de nous faire trébucher en nous amenant à nous plaindre et à nous livrer à des discussions sottes, attitudes dénuées de toute spiritualité. Montrons-nous des guerriers vigilants en étant aussi attentifs à ces dangers que nous le sommes aux attaques frontales. – TG1996 15/12 p19 §17 Il y a quelques personnes qui s’intéressent encore aux généalogies parce qu’elles aimeraient découvrir les souches de leur famille. Mais à vrai dire, retracer chaque branche de son arbre généalogique et identifier ses ancêtres n’apporte pas grand-chose. Les chrétiens savent que tous les hommes sont imparfaits et qu’il n’y a pas de quoi se vanter ou se sentir humilié à cause de lointains ancêtres. Timothée se trouvait alors à Éphèse, en Asie Mineure. Il y avait là-bas de nombreux Juifs qui étaient devenus chrétiens, mais certains d’entre eux restaient attachés aux coutumes juives. Ils aimaient retracer leurs ascendances et celles des autres, et en discuter, plus par orgueil ou par désir d’étaler leur connaissance qu’en raison d’un quelconque intérêt pratique. Si une généalogie peut éventuellement être utile à quelqu’un pour régler des questions juridiques, ce serait perdre son temps et nuire à sa foi que de gloser dessus ou d’en tirer vanité. Une seule généalogie est vraiment importante: celle de Jésus Christ. Pourquoi et quel intérêt revêt-elle pour nous aujourd’hui ? L’une des plus puissantes raisons pour que nous nous y intéressions est qu’elle nous aide à édifier et à fortifier notre foi. Tout ce que Dieu nous a donné dans ce but nous est nécessaire si nous ne voulons pas faiblir dans les épreuves et sous les assauts de ceux qui tentent de détruire notre foi. Nous voulons aussi pouvoir prouver aux autres que Jésus Christ est le Messie et leur offrir une base solide sur laquelle ils pourront exercer la foi. – TG1978 1/7 p15 1 Timothée 1:17 : Pourquoi Jéhovah est-il le seul à pouvoir être appelé « Roi d’éternité » ? (cl 12 § 15). « Au Roi d’éternité, impérissable, invisible, au seul Dieu, soient honneur et gloire à tout jamais. Amen. » 15 Un autre titre s’applique exclusivement à Jéhovah, celui de “ Roi d’éternité ”. (1 Timothée 1:17 ; Révélation 15:3.) Même si cela dépasse notre entendement, Jéhovah est éternel. Psaume 90:2 l’affirme : “ Depuis des temps indéfinis et pour des temps indéfinis tu es Dieu. ” Jéhovah n’a donc pas eu de commencement ; il a toujours été. Il est fort justement appelé “ l’Ancien des jours ”, Celui dont l’existence précède à l’infini l’apparition de n’importe quoi ou de n’importe qui d’autre dans l’univers (Daniel 7:9, 13, 22). Dès lors, qui pourrait valablement contester sa légitimité de Souverain Seigneur ? – cl 12 §15 Jéhovah est le Créateur de toutes choses, la grande Cause Première ; il est donc incréé, sans commencement. “ Par le nombre ses années sont inscrutables. ”. Il est impossible de lui donner un âge, car il n’existe pas de point de départ à partir duquel compter. Bien que sans âge, il est à juste titre appelé “ l’Ancien des jours ”, puisque son existence remonte sans fin dans le passé. Il est aussi sans fin dans les temps à venir, puisqu’il est incorruptible, non sujet à la mort. C’est pourquoi il est appelé le “ Roi d’éternité ”, pour qui mille ans sont comme une veille de quelques heures pendant la nuit. Même en remontant le temps aussi loin que possible, on ne trouvera jamais un début à Dieu. Il a toujours existé et il existera toujours. L’éternité est donc une caractéristique fondamentale du Tout-Puissant. Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? La Bible relie une bonne conscience à la foi et à l’amour. L’apôtre Paul a écrit : « Le but de cet ordre, [...] c’est l’amour qui vient d’un cœur pur, d’une bonne conscience et d’une foi sans hypocrisie » (1 Tim. 1:5). Plus nous éduquerons et écouterons notre conscience, plus notre amour pour Jéhovah et notre foi se renforceront. En réalité, la manière dont nous nous servons de notre conscience révèle la profondeur de notre spiritualité, la qualité de notre cœur et la force de notre désir de plaire à Jéhovah. Ce que nous dicte notre voix intérieure reflète le genre de personnes que nous sommes réellement. TG2015 15/9 p9§3 Nous pouvons cultiver le bon état d’esprit en imitant celui de Jéhovah. Il n’a jamais cessé d’être le “ Dieu heureux ”. (1 Timothée 1:11.) Tandis qu’il attend, il est heureux, car il continue de travailler à l’accomplissement de son dessein : élever à l’état de perfection les humains qui l’aiment, perfection qu’il avait prévue pour eux lorsqu’il les a créés. Et il constate les résultats réjouissants de son travail : des millions de personnes ont été attirées vers le vrai culte. Jésus a dit : “ Mon Père n’a cessé de travailler jusqu’à maintenant, et moi je ne cesse de travailler. ” (Jean 5:17). Faire des choses pour les autres est indispensable au bonheur. Les vrais chrétiens non plus n’attendent pas les bras croisés. Au contraire, ils poursuivent leurs efforts pour aider leurs semblables à connaître le dessein de Dieu concernant le genre humain. – TG2007 1/3 p17 Pour connaître le monde nouveau, l’instruction est indispensable. « Dieu veut que toutes sortes d’hommes soient sauvés et parviennent à une connaissance exacte de la vérité », lit-on en 1 Timothée 2:3, 4. Cette vérité comprend les enseignements de la Bible concernant ce que nous pourrions appeler la constitution du Royaume de Dieu — les lois et les principes grâce auxquels ce Royaume régnera, et dont on peut trouver des exemples dans le Sermon sur la montagne prononcé par Jésus Christ. La “ connaissance exacte de la vérité ” est une condition essentielle à la foi (1 Timothée 2:4). Seule “ la vérité ”, affirme la Bible, “ vous libérera ” des enseignements trompeurs, qu’ils soient scientifiques ou religieux – RV2016/4 Jéhovah a fait preuve d’une sagesse et d’un amour sans pareils quand il a pris des dispositions pour libérer les humains du péché et de ses terribles conséquences, l’imperfection et la mort. Il a fait en sorte que naisse un fils exempt du péché dont tous les autres humains ont hérité, le péché du premier homme, Adam. Cette disposition, la rançon, a été fournie pour que chaque humain qui vit conformément aux principes divins puisse obtenir la vie éternelle. 1 Timothée 2:5, 6. Le ‘ saint secret de l’attachement à Dieu ’. Le meilleur exemple d’attachement à Dieu est celui de Jésus Christ. L’apôtre Paul écrivit à Timothée : “ Oui, il faut avouer qu’il est grand, le saint secret de cet attachement à Dieu : ‘ Il a été manifesté dans la chair, a été déclaré juste dans l’esprit, est apparu aux anges, a été prêché parmi les nations, a été cru dans le monde, a été enlevé dans la gloire. ’ ” (1Tm 3:16). Adam, homme parfait, n’avait pas donné un exemple parfait d’attachement à Dieu. Aucun de ses enfants, nés imparfaits, ne pouvait laisser un tel exemple. Qui le pourrait donc ? La venue du Fils de Dieu sur la terre et son intégrité fournirent la réponse, ce qui révéla l’explication du saint secret. C’est vers lui que Timothée devait porter ses regards pour avoir un exemple parfait de conduite empreinte d’attachement à Dieu. — 1Tm 3:15. – it-1 Attachement à Dieu Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? À une époque, l’apôtre Paul était, lui aussi, “ un homme insolent ”, qui recourait à la violence pour parvenir à ses fins 1 Timothée 1:13. Toutefois, lorsqu’il a pris conscience de la miséricorde et de l’amour que Jéhovah Dieu et Jésus Christ lui témoignaient, il s’est efforcé en retour d’imiter ces qualités. Bien que fermement attaché aux principes chrétiens, Paul a appris à se montrer doux envers les autres. Il ne se retenait pas d’exprimer sa tendre affection pour ses frères. Nous aussi, nous pouvons apprendre à être pleins d’une tendre compassion en lisant régulièrement la Parole de Dieu, et en méditant sur l’amour et sur la miséricorde que Jéhovah Dieu et son fils, Jésus Christ, nous ont déjà manifestés. Nous permettrons ainsi au pouvoir de la Parole de Dieu d’adoucir notre cœur. – RV2005/8 Chacun de nous pèche ; chacun de nous a besoin du pardon de Dieu. “ Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver des pécheurs ”, a déclaré Paul en 1 Timothée 1:15. En sacrifiant sa vie pour nous, Jésus a permis le pardon de nos péchés. Ainsi, le véritable adorateur de Dieu se sent soulagé : il est débarrassé du poids accablant de la culpabilité. Il peut avoir une conscience pure et être heureux, confiant que, tant qu’il s’attachera pleinement à faire la volonté de Dieu, ses péchés lui seront pardonnés. – RV2007/8 Les hommes ayant des responsabilités au sein des congrégations ont remarqué les progrès de Timothée, qui était un jeune homme de presque ou d’à peine 20 ans. Ils ont certainement été touchés de voir la façon dont il fortifiait et encourageait tous ceux qu’il côtoyait. Mais plus important encore, Jéhovah a remarqué Timothée. Il a inspiré des prédictions à son sujet — celles-ci indiquaient peut-être comment le jeune homme servirait un jour de nombreuses congrégations. Durant sa visite, Paul a vu que Timothée pouvait être un précieux compagnon lors de ses voyages missionnaires. Les frères de Lystres étaient du même avis. Ils ont posé les mains sur le jeune homme, un geste qui signifiait qu’il était choisi pour une mission spéciale au service de Jéhovah (1 Timothée 1:18) – TG2015 1/11 p14 Au temps de Timothée, des chrétiens s’étaient laissé distraire et entraîner loin de la lumière de Jéhovah ; leur foi avait fait naufrage en se heurtant à ‘ des écueils ’, tels le matérialisme, l’immoralité, ou encore l’apostasie. Ainsi, comme au Ier siècle, certains aujourd’hui “ ont fait naufrage en ce qui concerne leur foi ”. (1 Timothée 1:19) Le monde nouveau est comparable au port d’attache vers lequel nous faisons cap. Il est maintenant tout proche. Quelle tragédie ce serait si nous perdions l’approbation de Jéhovah – TG2007 15/10 p12-15 Paul nous avertit que notre foi, comme un navire, peut faire naufrage. Il parle en effet de ‘ posséder foi et bonne conscience, que quelques-uns ont rejetées, et ils ont fait naufrage en ce qui concerne leur foi ’. (1 Timothée 1:19.) Au 1er siècle de notre ère, les navires étaient en bois. Leur navigabilité dépendait de la qualité du bois utilisé et du soin apporté à leur construction. Ce que nous pourrions appeler le navire de notre foi doit se maintenir à flot au cœur des mers houleuses de l’humanité. Pour cela, il faut qu’il soit bien construit, et la qualité de cette construction dépend de nous. Christ est le fondement de cette “ foi ”. Pour rester attachés à la véritable “ foi ” chrétienne, nous avons besoin d’une foi solide. – TG1999 15/7 p15 §1,2 En mettant ses frères en garde contre le risque de ‘ faire naufrage ’, Paul avait présents à l’esprit certains individus qui avaient ‘ rejeté ’ leur bonne conscience et perdu la foi (1 Timothée 1:19). Hyménée et Alexandre, par exemple, étaient tombés dans l’apostasie ; ils s’étaient écartés de la vérité et ils en parlaient en mal (1 Timothée 1:20). De nos jours, des apostats, qui s’écartent de la vérité, battent “ l’esclave fidèle et avisé ” par leurs propos, ce qui revient à mordre la main qui les a nourris spirituellement. Certains d’entre eux ressemblent au “ mauvais esclave ” ; c’est comme s’ils disaient : “ Mon maître tarde. ” (Matthieu 24:44-49). Ils nient que la fin de l’actuel système de choses méchant est proche et ils dénigrent la classe de l’esclave qui, par vigilance spirituelle, entretient le sentiment d’urgence chez les serviteurs de Jéhovah. Ces apostats réussissent à ‘ bouleverser la foi de quelques-uns ’, provoquant des naufrages spirituels.- TG1999 15/7 p17 §7 Dans d’autres cas, au lieu de ressentir des remords de conscience pour une certaine attitude, le chrétien se laisse entraîner perfidement par son cœur à chercher une échappatoire intellectuelle dans le doute, les critiques ou même l’apostasie. S’il arrive à se convaincre que les fondements mêmes de sa foi sont faux, il ne se sent plus obligé de vivre à l’intérieur des limites qu’ils fixent. Les individus de ce genre repoussent toute bonne conscience et ‘font naufrage pour ce qui est de leur foi’. — 1 Timothée 1:19. Bien sûr, on peut abandonner la vérité pour quelque autre raison. Mais, quelle qu’elle soit, elle est presque invariablement liée au cœur. – TG1989 15/7 p22 Lorsque les autorités du monde cherchent à entraver la prédication de la bonne nouvelle, nous sommes poussés à prier “à propos de rois et de tous ceux qui sont haut placés”. Dans quel but? “Afin que nous continuions à mener une vie paisible et calme, avec piété et sérieux parfaits.” (1 Tim. 2:1, 2). Ces prières sont en réalité en faveur de nos frères du monde entier. Nous prions pour que les autorités soient favorablement disposées envers notre œuvre. - km 11/1990 p8 La Bible encourage les chrétiens à s’habiller « avec modestie et bon sens » (1 Timothée 2:9, 10). S’habiller « avec modestie » signifie ne pas attirer l’attention par des vêtements tape-à-l’œil, provocants ou suggestifs. Quant au « bon sens », il nous aide à choisir des vêtements, qui ne sont ni débraillés ni excentriques. Ces principes laissent toutefois la place à une grande variété de choix personnels. Les femmes qui se parent, “ avec modestie et bon sens ”, attestent qu’elles révèrent Dieu. Lorsqu’elles s’arrangent avec modestie, les chrétiennes font honneur aux enseignements de Dieu et à l’assemblée - jl 8 Paul a écrit : “ Je ne permets pas à la femme [...] de dominer sur l’homme, mais qu’elle soit dans le silence. Car Adam a été formé le premier, Ève ensuite. ” (1 Timothée 2:12, 13). Cela ne veut pas dire qu’une femme doive rester totalement silencieuse lors d’une réunion de la congrégation chrétienne. Elle est tenue de garder le silence en ce sens qu’elle ne doit pas entrer en contestation avec un homme. Elle ne doit pas déprécier sa fonction ni chercher à enseigner la congrégation. C’est aux hommes qu’a été confiée la responsabilité de présider la congrégation et de l’enseigner, mais les femmes apportent une large contribution aux réunions chrétiennes en y participant de diverses manières. – TG2007 15/1 p4 La Bible dit qu’une chrétienne est « préservée [ou : sauvée] grâce à la maternité » (1 Tim. 2:15). Cela signifie-t-il que donner naissance à un enfant ou en adopter un, procure la vie éternelle ? Non, mais plutôt que si une femme a des enfants à élever en plus de devoir s’occuper de son foyer, cela peut lui éviter de devenir une désœuvrée, de bavarder sur les autres et de se mêler de leurs affaires. Paul a souligné le rôle déterminant de la femme au sein de la famille. Si elle demeure “ dans la foi et l’amour et la sanctification, avec du bon sens ”, la femme qui ‘ a des enfants et dirige sa maisonnée ’ ne sera pas portée à adopter une conduite qui ne bâtit pas. Sa spiritualité sera ainsi “ préservée ”. En tenant compte des conseils de Paul, de nombreuses jeunes femmes échapperont aux pièges de Satan. – TG2017/6 p6 1 Timothée 3:1 Le verbe grec rendu par « aspirer à » signifie tendre le bras pour saisir quelque chose qui se trouve peut-être au-delà de notre portée habituelle. En utilisant ce mot, l’apôtre Paul a souligné que les progrès spirituels demandent des efforts. Imagine un frère qui réfléchit à son avenir dans l’assemblée. Il n’est peut-être pas assistant ministériel pour l’instant, mais il comprend qu’il doit cultiver des qualités spirituelles. Tout d’abord, il s’efforce de remplir les conditions requises d’un assistant ministériel. Avec le temps, il espère acquérir les aptitudes spirituelles pour être surveillant. À chaque fois, il fournit de grands efforts pour devenir apte à assumer plus de responsabilités dans l’assemblée. Pareillement, il est bien que les frères et sœurs qui veulent devenir pionniers, béthélites ou volontaires pour la construction de Salles du Royaume fournissent des efforts pour atteindre leurs objectifs – TG2016/8 p21 Les hommes qui, de façon désintéressée, s’efforçaient de devenir des surveillants, capables d’enseigner dans la congrégation, ‘ désiraient une belle œuvre ’. (1Tm 3:1.). Mais certains s’étaient érigés en enseignants sans avoir été nommés ou sans satisfaire aux conditions requises. Les personnes auxquelles Jacques pensait étaient probablement du même genre que les individus dont Paul parla à Timothée : “ Certains se sont détournés vers de vains bavardages, voulant être des enseignants de la loi, mais ne comprenant ni les choses qu’ils disent ni celles sur quoi ils se montrent si fermes dans leurs affirmations. ” (1Tm 1:6, 7). Apparemment, ces hommes convoitaient l’autorité qu’acquiert celui qui enseigne ses compagnons croyants – it-1 p773
  22. JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES 29 juillet–4 août 2019 1 TIMOTHÉE 4-6 1Tm 4:2 : Comment une personne peut-elle ‘marquer sa conscience au fer rouge’, et pourquoi est-ce dangereux ? (lvs 23-24 § 17). Notre Créateur nous a dotés d’une conscience qui peut être exercée à distinguer le bien et le mal. Jointe à une bonne connaissance, la conscience est un guide sensible. Mais si, de propos délibéré, par insouciance ou par indifférence, on transige constamment avec elle, sa voix cesse peu à peu de se faire entendre. La conscience de l’hypocrite en particulier devient insensible. L’apôtre Paul dit à ce propos : “Par l’hypocrisie d’hommes qui disent des mensonges, marqués dans leur conscience comme au fer rouge.” En effet, quand, par suite d’une brûlure, les terminaisons nerveuses sont détruites dans une partie de notre corps, celle-ci devient insensible à la douleur ; nous ne sommes plus protégés, car nous ne sommes pas avertis par la sensation de douleur que ces terminaisons nerveuses transmettent habituellement. Ainsi en est-il de la conscience des hypocrites — I Tim. 4:2.w71 351 Quand Paul parle d’une conscience comme marquée au fer rouge, il veut dire qu’elle est comme de la chair brûlée, couverte de tissu cicatriciel et dépourvue de terminaisons nerveuses, qui ne ressent plus rien (1Tm 4:2). Ceux qui ont une telle conscience ne peuvent avoir le sens du bien et du mal. Ils ne respectent pas la liberté que Dieu leur accorde, et, en se rebellant, ils deviennent esclaves d’une conscience corrompue. Il est facile de pervertir sa conscience. Le but du chrétien doit être celui proposé en Actes 23:1 : “ Frères, c’est avec une conscience tout à fait nette que je me suis conduit devant Dieu jusqu’à ce jour. ” it-1 515, 1140 Le Créateur vous a doté d’une conscience vous permettant de faire la différence entre le bien et le mal. Les animaux inférieurs n’ont pas cette faculté, et c’est là l’une des nombreuses preuves du profond abîme qui sépare l’homme de la bête. On peut dresser un chien et lui apprendre à ne pas prendre certains objets, mais on ne peut lui enseigner que c’est mal de voler. Pour comprendre les principes moraux, il faut raisonner, ce que les bêtes muettes sont incapables de faire. Il s’ensuit que si un homme permet à sa conscience de s’endurcir, d’être marquée au fer rouge puis de se cicatriser et de devenir insensible, en se livrant sans cesse volontairement au péché ou en commettant des écarts de conduite, il est semblable à la bête muette. C’est comme si, moralement, le signal d’alarme cessait de fonctionner pour avoir été trop souvent méprisé. L’apôtre Pierre nous apprend qu’un tel homme subira la colère de Dieu pour prix de cette injustice. — II Pierre 2:12, 13. L’endurcissement qui suit la pratique du péché est visible partout, comme cela avait d’ailleurs été prédit : “Dans les dernières périodes, certains se détourneront de la foi, (...) marqués dans leur conscience comme au fer rouge.” On peut leur appliquer les paroles de Jérémie à propos des Israélites de son époque : “Avaient-ils honte parce qu’ils avaient commis l’abomination ? Ils n’ont eu même aucune honte, ils n’ont même pas connu la confusion” ou rougi. Ils sont semblables à la femme infidèle qui commet l’adultère et dit : “Je n’ai point fait de mal.” — I Tim. 4:1, 2 ; Jér. 6:15 ; Prov. 30:20. w66 675; g63 La conscience est une faculté de l’esprit. Le très sage Créateur nous en a dotés. Puisque la conscience est le sentiment intérieur du bien et du mal, elle nous accuse ou nous excuse. Elle juge. Elle décide quant à la qualité morale des pensées ou actions et nous révèle si ce que nous croyons est bien. Outre qu’elle exprime son jugement, la conscience fait davantage encore : elle accorde du plaisir ou inflige de la peine pour une bonne ou une mauvaise action. Quelle étonnante faculté que ce don de Dieu ! Mais, que ne fait pas cette conscience ? Elle ne nous instruit pas au sujet de ce qu’est le bien ; elle ne nous fournit pas un modèle nous permettant de juger le bien et le mal. Ainsi, à moins d’être éclairée et formée d’après un modèle sûr de la justice, cette conscience est simplement notre propre jugement du bien ou du mal de nos actions. Une conscience non éclairée peut mener au désastre comme la Parole de Dieu le déclare : “ Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort. ” — Prov. 14:12. Personne ne devrait donc conclure hâtivement qu’il a fait le bien à coup sûr seulement parce qu’il suit la voix de sa conscience. Si cette dernière n’est pas éduquée, elle peut très bien le tromper. La Bible dit : “ Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant ; qui peut le connaître ? ” Oui, une conscience peut nous abuser si complètement qu’elle nous excusera pour avoir fait quelque chose de malhonnête.w58 51 . Paul a parlé d’hommes qui sont “ marqués au fer rouge dans leur conscience ”. (1 Timothée 4:2.) Un fer rouge brûle la chair, qui reste marquée et insensible. Beaucoup ont une conscience qui est en quelque sorte morte. Elle est tellement marquée et est devenue si insensible qu’elle a cessé de mettre en garde, de protester, de susciter de la honte ou de la culpabilité. Bon nombre de nos contemporains ont définitivement tiré un trait sur le sentiment de culpabilité it-1 -1140 Paul a donné cet avertissement : “ Dans les périodes à venir quelques-uns abandonneront la foi, faisant attention à des paroles inspirées trompeuses et à des enseignements de démons, par l’hypocrisie d’hommes qui disent des mensonges, étant comme marqués au fer rouge dans leur conscience. ” (1 Timothée 4:1, 2). Une conscience marquée “ au fer rouge ” est comme de la chair brûlée, couverte de tissus cicatriciels et totalement insensibilisée. Elle ne nous mettrait plus en garde contre les apostats et contre d’autres situations qui nous feraient abandonner la foi.w06 15/11 23-24 17 L’apôtre Pierre a écrit : “ Ayez une bonne conscience. ” (1 Pierre 3:16). Une conscience qui est pure aux yeux de Jéhovah Dieu est un bienfait inestimable. Cela n’a rien à voir avec la conscience de tant de gens aujourd’hui. Paul a parlé d’hommes qui sont “ marqués au fer rouge dans leur conscience ”. (1 Timothée 4:2.) Un fer rouge brûle la chair, qui reste marquée et insensible. Beaucoup ont une conscience qui est en quelque sorte morte. Elle est tellement marquée et est devenue si insensible qu’elle a cessé de mettre en garde, de protester, de susciter de la honte ou de la culpabilité. Bon nombre de nos contemporains ont définitivement tiré un trait sur le sentiment de culpabilité.« Amour de Dieu », p. 22 Ce n’est que la conscience éduquée divinement qui, en raison de ses remords et de ses repentirs, constitue un guide sûr. Elle seule s’accorde avec la description : “ La conscience de l’homme est une lampe du Seigneur, elle sonde toutes les profondeurs du cœur. ” Elle doit être claire, nette et sensible si nous désirons “ avoir une bonne conscience ”. — Rom. 13:5, NW ; 2:15 ; Jér. 10:23 ; Prov. 20:27, AT ; I Pi. 3:16. Mais qu’en est-il de ceux qui font la sourde oreille à la voix de leur conscience ou rationalisent leurs mauvaises actions pour réduire au silence les protestations légitimes de leur conscience ? Si on agit brutalement et étourdiment alors qu’elle crie, on la blesse, si on se bute avec elle et qu’on la meurtrit à plusieurs reprises, elle s’endurcira et se cicatrisera pour se guérir et se protéger. La Bible décrit ceux qui agissent ainsi comme “ ayant leur propre conscience cautérisée ” (Da). Lorsque la chair est cautérisée par un fer chaud, il se forme une cicatrice sans terminaisons nerveuses et dépourvue de sensibilité. Les consciences ainsi marquées sont incapables de percevoir le bien ou le mal et leurs possesseurs sont plutôt “ comme des bêtes sans raison... nées pour être prises et détruites ” (Da), puisque les bêtes n’ont pas de conscience. De tels hommes considèrent tout ce qui a trait à la question sexuelle comme une simple impulsion biologique qui doit être satisfaite plutôt que comme l’expression d’un amour désintéressé. Comme les animaux, ces hommes sont devenus insensibles aux principes de conduite élevés et se sont dégradés au delà de tout sens moral. La Parole de Dieu met en garde les chrétiens afin qu’ils évitent une telle obscurité et une telle aliénation mentales en menant une vie pieuse : “ Vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur cœur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité. ” — I Tim. 4:2 ; II Pi. 2:12 ; Éph. 4:17-19. Les personnes réfléchies ne se préoccupent pas seulement de l’effondrement moral, mais de l’indifférence qui règne à cet égard, de l’acceptation de cet état de choses, de l’insensibilité et de la dureté des cœurs, de la déchéance de beaucoup de personnes “ au delà de tout sens moral ”. Cette déchéance morale s’étend bien au delà de la moralité sexuelle ; elle pénètre toutes les pensées et tous les actes de l’humanité. Une importante revue des États-Unis demandait : “ La morale est-elle passée de mode ? ” L’ecclésiastique R. J. McCracken posa cette question fort appropriée : “ L’aspect moral de la nation — sa politique, ses affaires, sa littérature, son théâtre, ses cinémas, sa radio, ses stations de télévision — est-il chrétien ? ” Bouleversé par l’effondrement de la morale, l’ecclésiastique Reinhold Niebuhr dit : “ On ne comprend pas pourquoi tout semble aller de travers dans l’histoire actuelle de l’homme. ” “Agissez selon votre conscience” Quand ils soulèvent certaines questions sur les relations humaines, notamment sur l’honnêteté ou la justice, les gens s’entendent souvent répondre: “Agissez selon votre conscience.” Celui qui donne un tel conseil l’accompagne généralement d’un haussement d’épaules, d’une part parce qu’il hésite à donner un bon conseil et d’autre part parce qu’il pense qu’un conseil plus précis ne serait de toute façon pas suivi. Cette expression est devenue si courante que sa signification a évolué au point de vouloir pratiquement dire: “Faites tout ce que votre conscience vous permet.” Quelqu’un qui a peut-être des scrupules de conscience sur un certain point se convaincra lui-même et réfléchira au moyen de justifier sa conduite douteuse, voire malhonnête, apaisant ainsi sa conscience et se trouvant des excuses pour persévérer dans cette voie. Celui qui adopte un tel raisonnement risque de développer une conscience insensible qui ne lui sera plus d’aucun conseil. Elle sera comme les tissus d’une cicatrice laissée par une brûlure profonde. Ces tissus sont insensibles et ne transmettent plus la sensation de douleur qui incite à fuir un danger (I Tim. 4:2). Étant donné où cela peut mener, nous opposerons à l’adage mentionné plus haut cet excellent conseil: Ne transigez jamais avec votre conscience. w78 1/3 22 lorsque vous approchez la main d’une flamme. Votre sens du toucher vous avertit du danger et vous retirez votre main. Mais que se passe-t-il si votre main est devenue très calleuse ou si vous avez une cicatrice importante due à une brûlure antérieure ? Dans ce cas, votre sens du toucher peut être émoussé. L’endroit de votre main où il y a des callosités ou une cicatrice est devenu insensible. De la même manière, quelqu’un peut rendre sa conscience insensible s’il n’en tient jamais compte ou s’il l’étouffe. L’apôtre Paul parla d’hommes qui étaient “comme marqués au fer rouge dans leur conscience”. (I Tim. 4:2.) Selon Paul, de tels hommes, qui n’avaient aucun remords de conscience, pouvaient mentir, agir hypocritement ou tromper volontairement des chrétiens. 18 Par conséquent, si quelqu’un ignore ou étouffe sa conscience, non seulement elle ne le tourmentera plus quand il fera le mal, mais elle ne le guidera pas convenablement pour lui éviter de commettre une mauvaise action. L’état des gens qui agissent ainsi est décrit dans Éphésiens 4:19 par ces mots : “Leur sens moral une fois émoussé, ils se sont livrés à la débauche au point de perpétrer avec frénésie toute sorte d’impureté.” (Jérusalem). Il est facile de comprendre pourquoi Hitler voulait amener les hommes à cet état. Leur conscience ne les retenant plus, ils feraient alors tout ce qu’on leur demanderait, même les choses les plus viles. Nous ne voulons certainement pas devenir ainsi. Nous désirons plutôt que notre conscience continue à fonctionner, à réagir. w73 21 Il faut que notre conscience soit éclairée et purifiée par la vérité de la Parole de Dieu. Il est si facile de développer une conscience souillée qui condamne ce qui est pur aux yeux de Dieu. Comment ? En suivant les conceptions humaines de la justice, en nous attachant à elles et en refusant d’avancer avec la lumière croissante que Dieu répand sur ses dispositions de salut. Les pharisiens se souillèrent de cette façon, de sorte qu’ils ne virent rien de pur dans les actes et dans les enseignements de Jésus et de ses disciples. Comment en arrivèrent-ils à ce point-là ? En acceptant des fables religieuses et des commandements d’hommes à la place de la Parole de Dieu. C’est pourquoi il nous est dit d’être sains dans la foi et de ne pas nous attacher à des fables judaïques et à des commandements d’hommes qui se détournent de la vérité. “ Tout est pur aux purs ; aux souillés et aux incroyants, rien n’est pur ; mais leur esprit et leur conscience sont souillés. Ils déclarent connaître Dieu et ils le renient par leurs œuvres, étant abominables et désobéissants et inaptes à toute œuvre bonne. ” Quelle chose terrible pour des personnes justes à leurs yeux de se trouver dans une telle condition ! Efforçons-nous de l’éviter. — Tite 1:13-16, Liénart.w52 139, 163 1Tm 4:13 : Pourquoi Paul a-t-il encouragé Timothée à continuer de s’appliquer à la lecture publique ? (it-2 122 § 1-2). Dans la congrégation chrétienne. Au Ier siècle, peu de gens possédaient des copies des nombreux rouleaux de la Bible, ce qui rendait la lecture publique indispensable. L’apôtre Paul ordonna qu’on lise publiquement ses lettres lors des réunions des congrégations chrétiennes et qu’on les échange avec celles qu’il avait adressées à d’autres congrégations, afin qu’elles soient lues également (Col 4:16 ; 1Th 5:27). Paul conseilla au jeune surveillant chrétien Timothée de s’appliquer “ à la lecture publique, à l’exhortation, à l’enseignement ”. — 1Tm 4:13. Celui qui fait une lecture publique doit lire couramment (Hab 2:2). Cette lecture étant destinée à fournir un enseignement, il faut qu’il comprenne bien ce qu’il lit, qu’il ait une bonne intelligence de l’intention du rédacteur et qu’il veille soigneusement à ne pas donner une idée ou une impression fausse aux auditeurs Ceux qui possédaient des rouleaux des Saintes Écritures n’en étaient pas moins des privilégiés. Comment la majorité des premiers chrétiens avaient-ils alors accès à la Parole de Dieu ? On trouve un indice dans une précédente lettre de Paul, où il encourage Timothée en ces termes : “ En attendant que je vienne, continue à t’appliquer à la lecture publique. ” (1 Tim. 4:13). Une partie des réunions chrétiennes était donc consacrée à la lecture publique, dont le peuple de Dieu avait l’habitude depuis Moïse. — Actes 13:15 ; 15:21 ; 2 Cor. 3:15. Timothée, qui était ancien, devait s’appliquer à lire à haute voix, pour le bien de ceux qui n’avaient pas de copies des Écritures. Il est fort probable que, durant la lecture publique de la Parole de Dieu, tous écoutaient attentivement afin de ne rien en perdre, et que, de retour à la maison, parents et enfants discutaient de ce qui avait été lu. w11 15/6 18-19 Bien lire les Écritures 18 Paul a adressé cette exhortation à Timothée : “ Continue à t’appliquer à la lecture publique, à l’exhortation, à l’enseignement. ” (1 Timothée 4:13). Étant donné que la Bible est le fondement de notre enseignement, il est utile de pouvoir la lire correctement. Les Lévites avaient le privilège de lire la Loi mosaïque au peuple de Dieu. Trébuchaient-ils sur les mots ou lisaient-ils d’une manière monotone ? Non. La Bible dit en Nehémia 8:8 : “ Ils lisaient à haute voix dans le livre, dans la loi du vrai Dieu ; elle était expliquée, et on en donnait le sens ; et ils faisaient comprendre la lecture. ” 19 Il arrive que des orateurs à la parole facile se révèlent de piètres lecteurs. Comment peuvent-ils s’améliorer ? En s’exerçant. En lisant et en relisant à voix haute jusqu’à le faire d’une manière fluide. Si la Bible est disponible sur cassettes audio dans votre langue, notez l’accent oratoire et la modulation du lecteur, ainsi que la prononciation des noms propres et autres mots peu courants. En outre, dans certaines langues, la Traduction du monde nouveau possède une aide à la prononciation. Moyennant de la pratique, même des noms comme Maher-Shalal-Hash-Baz peuvent être lus sans accrocher. — Isaïe 8:1.w99 15/3 20 3 Par lecture publique nous entendons toute lecture à haute voix faite au profit d’un ou de plusieurs auditeurs. Ces derniers profiteront-ils pleinement de la lecture si le lecteur écorche des mots, fait des pauses mal à propos ou place l’accent oratoire de telle façon qu’il obscurcit le sens de la phrase? Seront-ils attentifs s’il manque d’enthousiasme, lisant d’une manière monotone? Pour bien lire devant un groupe de personnes il faut se préparer à l’avance. Quand on doit faire une lecture à haute voix, il est toujours recommandé de parcourir le texte auparavant, même s’il ne s’agit que de lire les paragraphes à l’étude de livre. Sinon, les assistants n’en retireront pas le maximum de bienfaits, et ils risqueront d’apprendre des prononciations erronées. D’où la nécessité pour chaque ministre de s’appliquer à la lecture publique. — Hab. 2:2.sg 28 Applique-toi à la lecture, à l’exhortation et à l’enseignement 13 Paul invite ensuite Timothée à continuer de ‘s’appliquer à la lecture publique, à l’exhortation, à l’enseignement’. (I Timothée 4:13.) Dans d’autres lettres, il a fait l’éloge de Timothée, en le présentant comme un ministre fidèle et capable (Philippiens 2:20-22; II Timothée 1:4, 5). Cependant, il lui conseille ici de continuer à prendre à cœur les responsabilités fondamentales qui lui incombent en sa qualité de surveillant. Si vous avez été nommé surveillant dans votre congrégation, ‘continuez-vous à vous appliquer’ dans ce domaine? Par exemple, prêtez-vous attention aux suggestions du Manuel pour l’École du ministère théocratique afin de vous corriger de vos défauts, ou bien avez-vous tendance à penser que tout cela ne concerne que les débutants? Étudiez-vous assidûment la Bible et les publications de la Société pour pouvoir ‘exhorter en toute longanimité et avec l’art d’enseigner’? — II Timothée 4:2; Tite 1:9.w85 1/5 16
  23. Bonjour Atsu Smith, je n'ai pas ce fichier en Epub, désolé. Peut être qu'un frère ou une sœur pourra nous le convertir. Bonne journée Michel Alternatives à la transfusion sanguine.pdf
  24. Merci beaucoup pour carnets question biblique mais j'aimerais vous demander si pouvez m'envoyer ça en format Epub ? Fraternel
  25. Bonsoir Misette, merci pour ton bon travail, tes recherches et ton partage. Bon weekend, bonne prédication. Nous avons commencé la distribution des invitations pour notre assemblée régionale. A bientôt te lire Michel Carnet questions bibliques et f - WATCHTOWER BIBLE.pdf Diaporamas Hazard ou conception.ppt
  26.  




×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.