Jump to content

The Librarian

Distributing Bible Literature in Congo

Recommended Posts



  • Similar Content

    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      From Ugandan camp to Lowell, a Congolese family starts again

      HARDSHIP, AND HOPE: Sendegeya Bayavuge joins his family, newly arrived from Africa, on the porch of their apartment in Lowell. With him, from left, are Dusenge Tuyishime, 14, Maria Uwimana, 16, Nyirakabanza Muhawenimana, 20, Sarah Nyiramana Bayavuge, 6, their mother, Vanisi Uzamukunda, 43, and Lea Nyiramahoro, 11. See a slide show at lowellsun.com. (SUN / JOHN LOVE)
      LOWELL -- The Congolese family's home in Lowell is sparsely decorated, a sign of their recent arrival.
      There's no art on the walls, no photos of smiling faces, no toys cluttering the floors. However, there is furniture and food and the basic necessities for a fresh start in the United States.
      The family of seven -- father Sendegeya Bayavuge, 52, mother Vanisi Uzamukunda, 43, and five children ages 6-20 -- arrived in early February with help from a resettlement agency. The family had spent the past two decades at a Ugandan refugee camp after fleeing violent unrest in their native Democratic Republic of Congo, a country located in Central Africa.
      "I see America as good and I can live in America," said Sendegeya through an
      interpreter on a recent Monday afternoon, his hands clasped together as he sat in the corner of the living room. "I see here they have security. The way I was (living in Uganda), I was always in fear ... with security, I find everything good."
      Maria Uwimana, 16, sat on a carpet beside her father in the family's second-floor apartment. Three of her siblings, sisters Nyirakabanza Muhawenimana, 20, and Lea Nyiramahoro, 11, and brother Dusenge Tuyishime, 14, sat across the room on a worn, cream-colored couch. The family's "princess," 6-year-old Sarah Nyiramana Bayavuge, nestled onto her mother's lap.
      The family was spared in late January from President Donald Trump's executive order on immigration, which in part suspended the refugee admissions program for 120 days. Vanisi recalled hearing about the order as she waited with her family in a hotel for their flight to the United States.
      "He said he don't want the guests. We lost the hope to come," Vanisi said through the interpreter. "After the situation changed and we came here, we were happy.
      "I'm really grateful that they were not immediately impacted by the proposed suspension of the resettlement program," said Cheryl Hamilton, director of the Lowell site of the International Institute of New England, the agency assigned to resettle the family in partnership with the State Department.
      A refugee is someone who has fled from his or her country and cannot return due to fears of persecution based on religion, race, nationality, political opinion or membership in a particular group and, according to the State Department. Since 1975 the U.S. has welcomed over 3 million refugees from all over the world. The city of Lowell has received 508 Iraqis, 220 Somalis, 31 Syrians, and 7 Sudanese during the 10-year period from 2007 through January 2017, according to federal data analyzed by the Associated Press.
      Hamilton said about half of her staff's cases are refugees from the Congo since the U.S. government committed to accepting 25,000 of them across the country. According to 2009-2013 data on Massachusetts refugee arrivals from the Massachusetts Office for Refugees and Immigrants, 25 percent of 11,155 refugees admitted in the state hailed from the Congo.
      Journey to a new life
      It took over 24 hours for Sendegeya, Vanisi and their family to arrive in Lowell. They first stopped in Manchester, N.H. before being brought by resettlement workers to the light yellow multi-family house they now call home.
      "In the beginning, we had a fear to fly because it was our first time to go on the airplane," Sendegeya said.
      daughters, Maria Uwimana, 16. (SUN / JOHN LOVE)
      "After that, we realized we are with other people."
      He and Vanisi are bracing for the long road ahead. The children are still waiting to be enrolled in school, and the family as a whole is still struggling with having left their eldest child behind in Uganda. They don't have immediate family here and don't speak English. The language barrier, both parents admit, is a big obstacle they hope to overcome so they can have a better chance at finding jobs to support their family. Back in Uganda, Sendegeya worked as a farmer.
      "I think that anybody moving into a new community, you're having to rebuild your entire social network and, with that, obviously being less familiar with employment opportunities or navigating transportation," Hamilton said. "Essentially, you are rebuilding every area of your life."
      The United States allocates $925 per individual for the first three months in the country, according to Hamilton. Like with other refugee families the International Institute of New England helps resettle, Sendegeya and Vanisi's family will have access to integration services for the first year and be eligible to come back to the organization for employment services for up to a year and benefit from citizenship services for five years. Hamilton said her staff also offers other programs, such as after-school homework help.
      "Obviously, the federal financial assistance is lean and it's remarkable the resiliency and the ability of families to navigate and overcome these challenges," Hamilton said.
      Vanisi said her greatest fear involves protecting her children. Recently, while the children played outside, the mother said a neighbor warned them to be quiet and threatened to call the police.
      "We saw our neighbor just coming to give us a warning without saying 'Good morning' or 'Welcome,'" Vanisi recalled. "It was just a warning -- 'Kids, shut up!'"
      The incident was traumatic for Vanisi, who said her family now spends most of their time inside their home.
      "In Uganda, it's different because in Uganda you can play and dance," she said. "Not that kind of warning."
      There have been tiny victories through the murkiness. The family found a market with familiar foods and established a friendship with fellow Jehovah's Witnesses in nearby Chelmsford. Twice a week, members of the Kingdom Hall of Jehovah's Witnesses pick up the family for meetings.
      The four daughters later walked up a flight of stairs to proudly show off their rooms -- Nyirakabanza and Maria in one, and Lea and Sarah in the other. Both rooms are bare except for neatly made twin-sized beds. In Lea and Sarah's closet, there are clothes and several pairs of shoes. The family's only son, Dusenge, has his own room. He remained quiet for the duration of the family's interview and smiled shyly when asked about his thoughts on his new home.
      "Right now, what I like and what I have desired, I have found it," he said through the interpreter, his hands fiddling with a pale pink throw. "Everything is OK for me."
      Ask the eldest, Nyirakabanza and Maria, what they dream of becoming someday and their eyes light up. Both said they hope to become nurses to help others.
      "I'm happy here, but not yet," Nyirakabanza said, later clarifying that she is still sorting out her feelings about the family's new life in America. "I will be happy and confirm the happiness when I see my achievement. My goal is to go to school to continue my education -- to become someone self-sufficient. If I achieve that, I will be very very happy."

      SWEET HOME: Sarah Nyiramana Bayavuge, 6, and her sister Lea Nyiramahoro, 11, in their new bedroom. The family was spared in late January from President Donald Trump's executive order on immigration. (SUN / JOHN LOVE)
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Bible Speaks
      The set of Likasi is regional French-speaking, Democratic Republic of the Congo in Katanga province.. We welcomed 41 new baptized to an audience of about 2,000 people.   Es el conjunto de Likasi expresión francesa regional, República Democrática del Congo, en la provincia de Katanga. Dimos la bienvenida a 41 nuevos bautizados a una audiencia de cerca de 2.000 personas. Merci beaucoup M!
    • By Bible Speaks
      The set of Likasi is regional French-speaking, Democratic Republic of the Congo in Katanga province..
      We welcomed 41 new baptized to an audience of about 2,000 people.
      Es el conjunto de Likasi expresión francesa regional, República Democrática del Congo, en la provincia
      de Katanga. Dimos la bienvenida a 41 nuevos bautizados a una audiencia de cerca de 2.000 personas.
      Merci beaucoup M!
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Conozca a los intrépidos Testigos que realizan un viaje extraordinario para transportar publicaciones bíblicas.

      502016521_S_cnt_1_r720P.mp4




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Posts

  • Topics

  • Members

    • misette

      misette 154

      Member
      Joined:
      Last active:
    • folens

      folens 4

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • folens  »  Eric Ouellet

      Bonjour Eric, merci pour cet exposé sur Hanna, Bonne journée. Michel
      ENTRETIEN AVEC DIEU.pptx
      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      LA FOI D'HANNA ENVERS DIEU APPORTE SA RÉCOMPENSE
      UNE femme de foi adresse une prière à Jéhovah. Convaincue que c’est Dieu qui l’a relevée de la poussière, transformant son abattement en exultation, elle le loue à haute voix.
      Cette femme, c’est Hanna. Qu’est-ce qui explique son spectaculaire changement d’état d’âme ? Pourquoi est-elle à présent si joyeuse ? En quoi ce qu’elle a vécu peut-il nous être utile ? Intéressons-nous à son histoire.
      Une famille sous pression
      Hanna est l’une des deux femmes d’Elqana, un Lévite de la région d’Éphraïm (1 Samuel 1:1, 2a ; 1 Chroniques 6:33, 34). Bien que n’entrant pas dans le dessein originel de Dieu pour l’humanité, la polygamie est autorisée et réglementée sous la Loi mosaïque. Elle est néanmoins une source fréquente de discorde. La vie de cette famille, qui pourtant adore Jéhovah, en témoigne.
      Hanna est stérile, tandis que Peninna, l’autre femme d’Elqana, a plusieurs enfants. Peninna se comporte en rivale. — 1 Samuel 1:2b.
      Pour une Israélite, la stérilité est un déshonneur, et même un signe de la défaveur divine. Mais, dans le cas de Hanna, rien n’indique que son incapacité de procréer soit liée à la désapprobation de Dieu. Peninna ne la console pas pour autant ; elle se prévaut au contraire de son statut de mère pour l’humilier.
      Au sanctuaire de Jéhovah
      Malgré ces tensions, la famille entreprend le voyage annuel en direction du sanctuaire de Jéhovah, à Shilo, pour y offrir des sacrifices. L’aller-retour de quelque 60 kilomètres se fait vraisemblablement à pied. Cet événement doit être particulièrement pénible pour Hanna. En effet, Peninna et ses enfants reçoivent plusieurs portions du sacrifice de communion, alors que Hanna, elle, n’en reçoit qu’une seule. Peninna trouve là une opportunité supplémentaire de la blesser et de la mettre dans l’embarras ; il semble que Jéhovah ait “ fermé sa matrice ”, et elle ne manque pas de le lui rappeler. Tous les ans, c’est le même calvaire. Tous les ans, Hanna pleure et cesse de manger. Ces voyages qui normalement devraient la mettre en joie la plongent dans une profonde détresse. Hanna se rend néanmoins chaque année au sanctuaire de Jéhovah. — 1 Samuel 1:3-7.
      Voyez-vous en quoi Hanna est un bel exemple ? Comment réagissez-vous lorsque vous êtes déprimé ? Vous isolez-vous et évitez-vous les contacts avec vos compagnons chrétiens ? Ce n’est pas ce qu’a fait Hanna. Les rassemblements avec les adorateurs de Jéhovah étaient pour elle une habitude de vie. Même face à des circonstances éprouvantes, il devrait en être de même pour nous. — Psaume 26:12 ; 122:1 ; Proverbes 18:1 ; Hébreux 10:24, 25.
      Elqana tente de réconforter Hanna et il l’amène à exprimer ses sentiments profonds. “ Hanna, pourquoi pleures-tu et pourquoi ne manges-tu pas ? Pourquoi ton cœur a-t-il mal ? lui demande-t-il. Est-ce que je ne vaux pas mieux pour toi que dix fils ? ” (1 Samuel 1:8). Peut-être n’a-t-il pas conscience de la malveillance de Peninna. Et peut-être Hanna préfère-t-elle se taire plutôt que de se plaindre. Quoi qu’il en soit, cette femme spirituelle se tourne vers Jéhovah dans la prière pour retrouver la paix intérieure.
      Le vœu de Hanna
      Les sacrifices de communion étaient consommés dans le sanctuaire. Après avoir quitté la salle à manger, Hanna prie Dieu (1 Samuel 1:9, 10). “ Ô Jéhovah des armées, implore-t-elle, si tu ne manques pas de regarder l’affliction de ton esclave et si vraiment tu te souviens de moi, si tu n’oublies pas ton esclave et si vraiment tu donnes à ton esclave un descendant mâle, oui je le donnerai à Jéhovah pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne viendra pas sur sa tête. ” — 1 Samuel 1:11.
      La prière de Hanna est précise. Elle demande un fils, et elle fait le vœu que cet enfant sera toute sa vie un naziréen de Dieu (Nombres 6:1-5). Ce vœu nécessite l’approbation de son mari, et certaines actions ultérieures d’Elqana montrent qu’il approuve l’engagement pris par sa chère femme. — Nombres 30:6-8.
      À cause de la manière dont Hanna prie, le grand prêtre Éli la croit ivre. Il voit effectivement ses lèvres frémir, mais il ne l’entend pas parler. C’est qu’en fait Hanna prie dans son cœur, avec ferveur (1 Samuel 1:12-14). Imaginez ce qu’elle ressent lorsque le grand prêtre l’accuse d’être ivre ! Pourtant, elle lui répond respectueusement. Comprenant alors que Hanna était en train de prier “ dans l’abondance de [son] inquiétude et de [son] dépit ”, il lui dit : “ Que le Dieu d’Israël accorde ta requête. ” (1 Samuel 1:15-17). Sur ces paroles, Hanna s’en va ; elle mange et “ son visage ne par[aît] plus soucieux ”. — 1 Samuel 1:18.
      Que nous enseigne tout cela ? Lorsque nous prions Jéhovah à propos de nos inquiétudes, nous pouvons lui exprimer ce que nous ressentons et lui adresser des requêtes sincères. Si nous avons fait tout notre possible pour résoudre le problème, alors nous devrions laisser les choses entre ses mains. C’est ce qu’il y a de mieux à faire. — Proverbes 3:5, 6.
      Après une prière fervente, il est fréquent que des serviteurs de Jéhovah ressentent une sérénité comparable à celle que Hanna a éprouvée. Voici ce qu’a écrit l’apôtre Paul au sujet de la prière : “ Ne vous inquiétez de rien, mais en tout, par la prière et la supplication avec action de grâces, faites connaître vos requêtes à Dieu ; et la paix de Dieu, qui surpasse toute pensée, gardera vos cœurs et vos facultés mentales par le moyen de Christ Jésus. ” (Philippiens 4:6, 7). Après nous être déchargés de notre fardeau sur Jéhovah, nous devons le laisser s’en occuper. Puis, comme dans le cas de Hanna, il n’y a plus lieu de s’inquiéter. — Psaume 55:22.
      Un fils “ prêté ” à Jéhovah
      Dieu se tourne alors vers Hanna. Peu après, elle porte un enfant. Elle met au monde un garçon (1 Samuel 1:19, 20). C’est l’une des rares fois où la Bible fait état de la responsabilité de Dieu dans la naissance de l’un de ses serviteurs. L’enfant d’Elqana et de Hanna, Samuel, deviendra effectivement le prophète de Jéhovah, un prophète qui jouera un rôle important dans la mise en place de la monarchie d’Israël.
      Il est certain que Hanna parle de Jéhovah à Samuel dès sa petite enfance. Mais oublie-t-elle le vœu qu’elle a fait ? Absolument pas ! “ Dès que le garçon sera sevré, je devrai l’amener ; il devra paraître devant Jéhovah et habiter là pour des temps indéfinis ”, déclare-t-elle. Et en effet, une fois l’enfant sevré — peut-être à l’âge de trois ans ou un peu plus —, elle l’amène au sanctuaire, comme elle l’avait promis. — 1 Samuel 1:21-24 ; 2 Chroniques 31:16.
      Après avoir offert un sacrifice à Jéhovah, Hanna et son mari présentent Samuel à Éli. Hanna tient certainement la main de son petit garçon lorsqu’elle dit à Éli : “ Pardon, mon seigneur ! Par la vie de ton âme, mon seigneur, je suis la femme qui se tenait près de toi, en ce lieu, pour prier Jéhovah. C’est à propos de ce garçon que je priais, pour que Jéhovah m’accorde ma requête, ce que je lui demandais. Et moi, à mon tour, je l’ai prêté à Jéhovah. Oui, tous les jours qu’il sera, c’est quelqu’un de demandé pour Jéhovah. ” Ainsi commence, pour Samuel, une vie au service de Dieu. — 1 Samuel 1:25-28 ; 2:11.
      Le temps passe ; bien sûr Hanna n’oublie pas son fils. Les Écritures relatent : “ Sa mère avait coutume de lui faire un petit manteau sans manches, et elle le lui montait, d’année en année, quand elle montait avec son mari pour sacrifier le sacrifice annuel. ” (1 Samuel 2:19). Hanna prie sans aucun doute pour Samuel. Tous les ans, lorsqu’elle lui rend visite, elle l’encourage à coup sûr à demeurer fidèle dans son service pour Dieu.
      Pendant l’une de ces visites, Éli bénit les parents du garçon. Il déclare à Elqana : “ Que Jéhovah t’assigne une descendance de cette femme, à la place du prêt qui a été prêté à Jéhovah. ” C’est ainsi que le couple est récompensé par la naissance de trois autres fils et de deux filles. — 1 Samuel 2:20, 21.
      Quel formidable exemple pour les parents chrétiens ! Beaucoup de mères et de pères se montrent, eux aussi, disposés à prêter, figurément parlant, leurs enfants à Jéhovah ; en effet, ils les encouragent à entreprendre une forme de service à plein temps, même si cela implique que leur fils, ou leur fille, vive loin d’eux. De tels parents aimants méritent des louanges pour les sacrifices qu’ils font. Jéhovah les récompensera.
      Une prière qui déborde de joie
      Comme Hanna est heureuse, elle que la stérilité affectait tant autrefois ! Les Écritures ne contiennent que peu de prières faites par des femmes. Mais, en ce qui concerne Hanna, elles en rapportent deux. La première expose ses sentiments alors qu’elle est humiliée et affligée. La seconde exprime son exultation et son action de grâces ; elle commence par ces mots : “ Oui, mon cœur exulte en Jéhovah. ” Hanna se réjouit ensuite que ‘ même la stérile ait mis au monde ’. Et elle loue Jéhovah, celui “ qui élève [...], qui relève le petit de la poussière ”. Vraiment, il est celui qui “ de la fosse aux cendres [...] fait remonter le pauvre ”. — 1 Samuel 2:1-10.
      Cet épisode de la vie de Hanna, dont le récit a été inspiré par Dieu, montre que les imperfections, voire la malveillance, des autres peuvent nous blesser. Toutefois, nous ne devons pas permettre à ce genre d’épreuves de nous priver de notre joie de servir Dieu. Jéhovah est, par excellence, Celui qui entend la prière, qui répond aux appels à l’aide de ses fidèles et qui les délivre de l’affliction. Il leur accorde une paix profonde et de nombreuses autres bénédictions. — Psaume 22:23-26 ; 34:6-8 ; 65:2.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      1 Samuel 2 : 1-10
      Hannah pria Dieu en ces mots:
      Mon cœur se réjouit au sujet de Jéhovah
      ma force grandit grâce à Jéhovah.
      Ma bouche s’ouvre toute grande contre mes ennemis,
      car je me réjouis de tes actes sauveurs.
      Il n’y a personne qui soit saint comme Jéhovah,
      il n’y a personne qui soit comme toi,
      il n’y a pas de rocher comme notre Dieu.
      Arrêtez de parler avec orgueil ;
      que rien d’arrogant ne sorte de votre bouche,
      car Jéhovah est un Dieu qui sait tout
      et il juge les actions avec justice.
      Les arcs des hommes forts sont brisés,
      mais les hommes faibles reçoivent de la force
      Ceux qui mangeaient bien doivent trouver du travail pour avoir du pain,
      mais les affamés ne souffrent plus de la faim.
      La femme stérile a donné naissance à sept fils,
      mais celle qui avait beaucoup de fils est devenue stérile.
      Jéhovah tue et il garde en vie,
      il fait descendre dans la Tombe et il en fait remonter.
      Jéhovah fait devenir pauvre et il fait devenir riche,
      il abaisse et il élève.
      Il relève le petit de la poussière
      et fait remonter le pauvre du tas de cendres
      pour les faire asseoir avec les princes
      et leur offrir une place d’honneur.
      À Jéhovah appartiennent les fondations de la terre ;
      sur elles, il pose le monde
      Il veille sur les pas de ses fidèles,
      mais les méchants seront tués dans l’obscurité,
      car ce n’est pas par la force que l’homme triomphe. 
      Jéhovah anéantira ceux qui combattent contre lui ;
      pour exprimer sa colère, il fera gronder le tonnerre dans le ciel.
      Jéhovah jugera jusqu’aux extrémités de la terre,
      il donnera du pouvoir à son roi et il fera grandir la force de son oint.
       
       
       


      · 1 reply
    • anniemsbelle@gmail.com  »  Queen Esther

      Do you have the print out for the regional convention 
      · 1 reply
    • anniemsbelle@gmail.com  »  Queen Esther

      Do you have the print out for the regional convention 
      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      62,929
    • Total Posts
      123,194
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,677
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    nido
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.