Jump to content
The World News Media

An Inside Look At The Stanley Theater’s Celestial Restoration


Guest Kurt

Recommended Posts

  • Guest

January 5, 2017

inside stanley theater journal square jersey city

When it opened in 1928, The Stanley Theater in Journal Square was one of the greatest old movie palaces and the second-largest on the East Coast, next to Radio City. Presenting both orchestral and stage shows plus Hollywood new releases, it quickly became a cultural hub in the bustling Journal Square neighborhood.

“This was a refuge for the people of Jersey City,” notes historian Richard Polton.

the stanley theater journal square under construction
© Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania.

Designed by architect Fred Wesley Wentworth in a grand Venetian theme, the theater continued to thrive into the 1960s, with entertainers ranging from The Three Stooges, Jimmy Durante, Tony Bennett, Janis Joplin and Dolly Parton, to The Grateful Dead. By the 1970s, however, the theater, like many of its kind, suffered from disrepair and became a grindhouse.

vintage stanley theater photos jersey city
© Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania.

The spectacular elements of the space left to be forgotten, the intricate metalwork was painted over and the Wurlitzer organ removed before it shut down for good on April 20, 1978. But in 1983, the neglected theater was purchased for $1.8 million by the Watchtower Bible and Tract Society from Delaware Corporation, for use as an Assembly Hall for Jehovah’s Witnesses. The story of its renovation, an unfolding of willing hands and minds, transformed the once-entertainment hall into a sacred place of worship.

stanley theater restoration
Courtesy of Jehovah’s Witnesses
stanley theater lobby journal square
Courtesy of Jehovah’s Witnesses
 

In 1988, the theater, which is on the NJ Registry of Historic Places, underwent an initial renovation phase, but the latest, completed in a nine-month period from 2012-2013, has restored even more value and splendor to the space. Situated in direct proximity to 

    Hello guest!
, the two exemplify the polar opposite results of restoration productivity, raising the question, once again, of funding for such a massive undertaking of a historic space.

stanley theater watchtower
Courtesy of Jehovah’s Witnesses

“We are largely self-financed,” said Robert Warren, media consultant for the World Headquarters of Jehovah’s Witnesses, noting that the project was funded by individual donations from Witnesses across the world. “Whoever wants to build a tower must first count the cost,” he cited biblically, attributing the successful funding to strategic planning. “Rather than start and escalate, we evaluate first.”

Over two thousand Witness volunteers from across the United States worked together on the large scale project, with work completed through volunteers only with the exception of contractors for only high-risk safety needs. Pooling from various skill-sets, training often occurred from Witness to Witness.

journal square history
Courtesy of Jehovah’s Witnesses

“It was wonderful to see the willing spirit of them,” said Chris Simonson, Operations Manager. Simonson noted that one volunteer from Italy knowledgeable on precious metals restoration was vital to revive the copper and brass finishes that had been painted over in thick layers.

The team also found objects that were there already, but tucked away. “A lot of small storage rooms were boarded up,” Simonson said. “We found areas people hadn’t been in for years and 30-year-old chandeliers in boxes, which were in good condition, but dirty. We discovered copper scrollwork on the side of the building, under paint, which we thought was woodwork at first.”

stanley theater journal square seats

In peeling away layers, the team was able to preserve elegance but infuse it with comfort. For example, in refurbishing the seating, the group kept in mind that people would be seated for longer periods during congregation meetings than originally, when the theater was used for entertainment. “We lost 600 seats but kept the beauty,” Simonsson said.

“We know it is a privilege and we consider it an honor to be here,” Simonsson added. The attention to preserving the original design is evident from the facade to the stage itself. At the exterior entrance, a shiny copper marquee spans above a pair of solid brass doors, with arched windows above it.

“They really did build this to last,” added Warren.

stanley theater journal square lobby

The three-story lobby is fixed with columns, a center staircase with trompe l’oeil alabaster handrails and balusters, original gas lamps (since converted to lightbulbs), velvet drapes, and stained glass windows of faux “Chartre Blue” in the foyer. Biblical murals by Hungarian painter Willy Pogany originally adorned the ceiling and walls and were completed in the 1988 renovation.

tiffany chandelier waldorf astoria stanley theater
Courtesy of Jehovah’s Witnesses

Another focal point of the lobby is the thirteen-foot crystal chandelier suspended from the second floor. Sourced from New York’s Waldorf-Astoria Hotel in the 1920s, it dates to circa 1890, and is illuminated by 144 bulbs that reflect onto 4,500 hanging crystal teardrops. The fixture is maintained with twice-yearly cleaning. A direct gaze up at it reveals its snowflake shape. On the floor beneath it, is the original compass chiseled by hand, whose tiles were chipped out and placed back in, during the renovation.

jehovahs witnesses jersey city
Courtesy of Jehovah’s Witnesses

The theater itself, seating over 3,000, features an outdoor courtyard theme of grottoes, arches and columns and a proscenium arch modeled after the Rialto Bridge. Sourced materials include marble from Italy, Texas and Vermont, limestone from Indiana, and granite from Maine to face the Corinthian columns. On the sides of the theater, functional, original antiquated lion head fountains date to the 1920s and the “exit” signs were kept and restored. The copper overlay on the doors were polished by hand to bring back gloss, the ticket booth ceiling is original, and the grand staircase in the lobby was modeled after the Vanderbilt Mansion in Newport, RI.

stanley theater journal square lobby staircase

stanley theater journal square plasterwork

“We automatically assign a sacredness to the building because of our worship,” said Warren, of Witness Assembly Halls. “Having this space adds to the grandeur of why we are here.”

stanley theater journal square stage

stanley theater journal square scene

stanley theater journal square sign

Indeed the religious group has utilized the space for its unique needs. Events are held in 13 languages and The Stanley is a worldwide destination, hosting a meeting with 44 countries in October. The fine acoustics are a plus for the music-heavy congregations, and beneath the stage, where the orchestra pit once was, is a Baptism pool.

stanley theater journal square seating

The expansive, domed, white plaster, eighty-five-foot ceiling once permitted an open sky effect with a “stars and moving clouds” show that was created by a projecting device—the “Brenkert Brenograph.” Some of the points of light in the ceiling still work today, creating a twinkle-star-like effect, invoking congregation members to feel they are gazing up at Heaven itself.

    Hello guest!

Link to post
Share on other sites

  • Views 3.3k
  • Replies 3
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

there is a "special" brochure that I had seen in the "jw-archive.com" long time ago.  

Jehovah’s Witnesses Renovate Historic Venue for Bible Education Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Stanley Theater Renovation Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  

  • 2 years later...
  • Similar Content

    • By Bible Speaks
      An Inside Look At The Stanley Theater’s Celestial Restoration
      By Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. - 
      January 5, 2017
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.

    • By misette
      ça donne envie d'assister à une assemblée

      Traduit de l'anglais   c'est en anglais en dessous
        L'Assemblée annuelle se tiendra les 7 et 8 octobre 2017 avec une grande rétrospective de la construction de Warwick

      Un regard intérieur sur la restauration
      du Théâtre Stanley
      Par Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.   - 5 janvier 2017     Quand il a ouvert en 1928, The Stanley Theatre dans Journal Square était l'un des plus grands palais de vieux films et le deuxième plus grand sur la côte Est, à côté de Radio City. Présentant à la fois des spectacles d'orchestre et de scène ainsi que des nouvelles sorties de Hollywood, il est rapidement devenu un carrefour culturel dans le quartier animé de Square Journal. "C'était un refuge pour les habitants de Jersey City", note l'historien Richard Polton. © Watch Tower Société de la Bible et des Traités de Pennsylvanie.
      Conçu par l'architecte Fred Wesley Wentworth dans un grand thème vénitien, le théâtre a continué à prospérer dans les années 1960, avec des artistes allant des trois marionnettes, Jimmy Durante, Tony Bennett, Janis Joplin et Dolly Parton, à The Grateful Dead. Dans les années 1970, cependant, le théâtre, comme beaucoup de son genre, a souffert de délabrement et est devenu un grindhouse. © Watch Tower Société de la Bible et des Traités de Pennsylvanie.
      Les éléments spectaculaires de l'espace laissé à l'oubli, la métallurgie complexe a été peinte sur et l'organe Wurlitzer a enlevé avant sa fermeture pour de bon le 20 avril 1978. Mais en 1983, le théâtre négligé a été acheté pour 1,8 millions de dollars par la Watchtower Bible Et Tract Society de la Delaware Corporation, pour servir de salle d'assemblée pour les témoins de Jéhovah. L'histoire de sa rénovation, un déploiement de mains et d'esprits volontaires, a transformé la salle de spectacles une fois en lieu de culte sacré. Courtoisie des Témoins de Jéhovah Courtoisie des Témoins de Jéhovah
      En 1988, le théâtre, inscrit au Registre des lieux historiques du Nouveau-Brunswick, a subi une première phase de rénovation, mais le dernier, terminé en neuf mois, de 2012 à 2013, a redonné encore plus de valeur et de splendeur à l'espace. Situé à proximité immédiate Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.   , les deux illustrent les résultats opposés polaires de la productivité de la restauration, soulevant la question, encore une fois, du financement d'un tel engagement massif d'un espace historique. Courtoisie des Témoins de Jéhovah
      "Nous sommes en grande partie autofinancés", a déclaré Robert Warren, consultant des médias pour le siège mondial des Témoins de Jéhovah, notant que le projet a été financé par des dons individuels de témoins à travers le monde. «Quiconque veut construire une tour doit d'abord compter le coût», a-t-il cité bibliquement, attribuant le financement réussi à la planification stratégique. "Plutôt que de commencer et d'escalader, nous évaluons d'abord." Plus de deux mille bénévoles témoins de partout aux États-Unis ont travaillé ensemble sur le projet de grande envergure, avec le travail accompli par des bénévoles seulement à l'exception des entrepreneurs pour les seuls besoins de sécurité à haut risque. Regroupant des compétences diverses, la formation s'est souvent déroulée d'un témoin à l'autre. Courtoisie des Témoins de Jéhovah
      «C'était merveilleux de voir l'esprit volontaire d'entre eux», a déclaré Chris Simonson, directeur des opérations. Simonson a noté qu'un volontaire d'Italie bien informé sur la restauration de métaux précieux était vital pour relancer les finitions de cuivre et de laiton qui avaient été peintes en couches épaisses. L'équipe a également trouvé des objets qui étaient déjà là, mais cachés. «De nombreuses petites salles de stockage ont été installées», a déclaré Simonson. "Nous avons trouvé des endroits où les gens n'étaient pas entrés depuis des années et des lustres de 30 ans dans des boîtes, qui étaient en bon état, mais sales. Nous avons découvert des rouleaux de cuivre sur le côté du bâtiment, sous la peinture, que nous avons pensé être du bois en premier. En pelant les couches, l'équipe a pu conserver l'élégance mais l'insuffler avec le confort. Par exemple, en rénovant les sièges, le groupe a gardé à l'esprit que les gens seraient assis pendant des périodes plus longues pendant les réunions de la congrégation qu'à l'origine, lorsque le théâtre était utilisé pour le divertissement. "Nous avons perdu 600 places, mais gardé la beauté", a déclaré Simonsson. "Nous savons que c'est un privilège et nous considérons comme un honneur d'être ici", a ajouté Simonsson. L'attention à la préservation de la conception originale est évidente de la façade à la scène elle-même. A l'entrée extérieure, un chapiteau de cuivre brillant s'étend au-dessus d'une paire de portes en laiton massif, avec des fenêtres cintrées au-dessus. «Ils ont vraiment construit ce dernier pour durer», a ajouté Warren. Le lobby de trois étages est fixé avec des colonnes, un escalier central avec des mains courantes en trompe l'oeil en albâtre et des balustres, des lampes à gaz originales (depuis converties en ampoules), des rideaux de velours et des vitraux de faux "Chartre Blue" dans le foyer. Les peintures murales bibliques du peintre hongrois Willy Pogany ornaient à l'origine le plafond et les murs et furent complétées dans la rénovation de 1988. Courtoisie des Témoins de Jéhovah
      Un autre point focal du lobby est le lustre de cristal de treize pieds suspendu au deuxième étage. Originaire de l'hôtel Waldorf-Astoria de New York dans les années 1920, il date de 1890 et est illuminé par 144 ampoules qui reflètent sur 4 500 larmes de cristal pendantes. Le montage est maintenu avec un nettoyage deux fois par an. Un regard direct sur elle révèle sa forme de flocon de neige. Sur le plancher au-dessous, est la boussole originale ciselée à la main, dont les tuiles ont été déchiquetées et replacées dans, au cours de la rénovation. Courtoisie des Témoins de Jéhovah
      Le théâtre lui-même, plus de 3.000 places, dispose d'une cour extérieure thème des grottes, des arcs et des colonnes et un arc de proscenium modelé après le pont du Rialto. Les matériaux fournis comprennent le marbre de l'Italie, du Texas et du Vermont, du calcaire de l'Indiana et du granit du Maine pour faire face aux colonnes corinthiennes. Sur les côtés du théâtre, les fontaines fonctionnelles et originales de tête de lion datent des années 1920 et les panneaux de «sortie» ont été conservés et restaurés. Le recouvrement de cuivre sur les portes a été polie à la main pour ramener le brillant, le plafond du guichet est original, et le grand escalier dans le hall a été modelé après le Vanderbilt Mansion à Newport, RI. «Nous attribuons automatiquement un caractère sacré à l'édifice en raison de notre culte», a déclaré Warren, de Witness Assembly Halls. "Avoir cet espace ajoute à la grandeur de pourquoi nous sommes ici." En effet, le groupe religieux a utilisé l'espace pour ses besoins uniques. Les événements se tiennent en 13 langues et le Stanley est une destination mondiale, accueillant une réunion avec 44 pays en octobre. La belle acoustique est un atout pour les congrégations musicales lourdes, et au-dessous de la scène, où la fosse d'orchestre a été une fois, est un bassin de baptême. Le plâtre blanc expansif, bombé, plafond de quatre-vingt-cinq pieds a permis un effet de ciel ouvert avec un spectacle «étoiles et nuages en mouvement» qui a été créé par un dispositif de projection - le «Brenkert Brenograph.» Certains des points de lumière dans Le plafond fonctionne encore aujourd'hui, créant un effet de scintillement-star-like, en invoquant les membres de la congrégation de se sentir qu'ils regardent vers le ciel lui-même.
       
      ENGLISH
      An Inside Look At The Stanley Theater's Celestial Restoration
      By Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. - January 5, 2017 Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  
      When it opened in 1928, The Stanley Theater in Journal Square was one of the greatest old movie palaces and the second-largest on the East Coast, next to Radio City. Presenting both orchestral and stage shows plus Hollywood new releases, it quickly became a cultural hub in the bustling Journal Square neighborhood.
      “This was a refuge for the people of Jersey City,” notes historian Richard Polton.
      © Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania. Designed by architect Fred Wesley Wentworth in a grand Venetian theme, the theater continued to thrive into the 1960s, with entertainers ranging from The Three Stooges, Jimmy Durante, Tony Bennett, Janis Joplin and Dolly Parton, to The Grateful Dead. By the 1970s, however, the theater, like many of its kind, suffered from disrepair and became a grindhouse.
      © Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania. The spectacular elements of the space left to be forgotten, the intricate metalwork was painted over and the Wurlitzer organ removed before it shut down for good on April 20, 1978. But in 1983, the neglected theater was purchased for $1.8 million by the Watchtower Bible and Tract Society from Delaware Corporation, for use as an Assembly Hall for Jehovah's Witnesses. The story of its renovation, an unfolding of willing hands and minds, transformed the once-entertainment hall into a sacred place of worship.
      Courtesy of Jehovah's Witnesses Courtesy of Jehovah's Witnesses   In 1988, the theater, which is on the NJ Registry of Historic Places, underwent an initial renovation phase, but the latest, completed in a nine-month period from 2012-2013, has restored even more value and splendor to the space. Situated in direct proximity to Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , the two exemplify the polar opposite results of restoration productivity, raising the question, once again, of funding for such a massive undertaking of a historic space.
      Courtesy of Jehovah's Witnesses “We are largely self-financed,” said Robert Warren, media consultant for the World Headquarters of Jehovah's Witnesses, noting that the project was funded by individual donations from Witnesses across the world. “Whoever wants to build a tower must first count the cost,” he cited biblically, attributing the successful funding to strategic planning. “Rather than start and escalate, we evaluate first.”
      Over two thousand Witness volunteers from across the United States worked together on the large scale project, with work completed through volunteers only with the exception of contractors for only high-risk safety needs. Pooling from various skill-sets, training often occurred from Witness to Witness.
      Courtesy of Jehovah's Witnesses “It was wonderful to see the willing spirit of them,” said Chris Simonson, Operations Manager. Simonson noted that one volunteer from Italy knowledgeable on precious metals restoration was vital to revive the copper and brass finishes that had been painted over in thick layers.
      The team also found objects that were there already, but tucked away. “A lot of small storage rooms were boarded up,” Simonson said. “We found areas people hadn't been in for years and 30-year-old chandeliers in boxes, which were in good condition, but dirty. We discovered copper scrollwork on the side of the building, under paint, which we thought was woodwork at first.”

      In peeling away layers, the team was able to preserve elegance but infuse it with comfort. For example, in refurbishing the seating, the group kept in mind that people would be seated for longer periods during congregation meetings than originally, when the theater was used for entertainment. “We lost 600 seats but kept the beauty,” Simonsson said.
      “We know it is a privilege and we consider it an honor to be here,” Simonsson added. The attention to preserving the original design is evident from the facade to the stage itself. At the exterior entrance, a shiny copper marquee spans above a pair of solid brass doors, with arched windows above it.
      “They really did build this to last,” added Warren.

      The three-story lobby is fixed with columns, a center staircase with trompe l'oeil alabaster handrails and balusters, original gas lamps (since converted to lightbulbs), velvet drapes, and stained glass windows of faux “Chartre Blue” in the foyer. Biblical murals by Hungarian painter Willy Pogany originally adorned the ceiling and walls and were completed in the 1988 renovation.
      Courtesy of Jehovah's Witnesses Another focal point of the lobby is the thirteen-foot crystal chandelier suspended from the second floor. Sourced from New York's Waldorf-Astoria Hotel in the 1920s, it dates to circa 1890, and is illuminated by 144 bulbs that reflect onto 4,500 hanging crystal teardrops. The fixture is maintained with twice-yearly cleaning. A direct gaze up at it reveals its snowflake shape. On the floor beneath it, is the original compass chiseled by hand, whose tiles were chipped out and placed back in, during the renovation.
      Courtesy of Jehovah's Witnesses The theater itself, seating over 3,000, features an outdoor courtyard theme of grottoes, arches and columns and a proscenium arch modeled after the Rialto Bridge. Sourced materials include marble from Italy, Texas and Vermont, limestone from Indiana, and granite from Maine to face the Corinthian columns. On the sides of the theater, functional, original antiquated lion head fountains date to the 1920s and the “exit” signs were kept and restored. The copper overlay on the doors were polished by hand to bring back gloss, the ticket booth ceiling is original, and the grand staircase in the lobby was modeled after the Vanderbilt Mansion in Newport, RI.


      “We automatically assign a sacredness to the building because of our worship,” said Warren, of Witness Assembly Halls. “Having this space adds to the grandeur of why we are here.”



      Indeed the religious group has utilized the space for its unique needs. Events are held in 13 languages and The Stanley is a worldwide destination, hosting a meeting with 44 countries in October. The fine acoustics are a plus for the music-heavy congregations, and beneath the stage, where the orchestra pit once was, is a Baptism pool.

      The expansive, domed, white plaster, eighty-five-foot ceiling once permitted an open sky effect with a “stars and moving clouds” show that was created by a projecting device—the “Brenkert Brenograph.” Some of the points of light in the ceiling still work today, creating a twinkle-star-like effect, invoking congregation members to feel they are gazing up at Heaven itself.
       
       
       
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      CLIFTON — Each year, Jehovah's Witnesses in Clifton look forward to their annual three-day regional convention. The 2016 convention will be held at the Jersey City Assembly Hall, the former Stanley Theater in Journal Square, in Jersey City on July 29 to 31, and again from Sept. 9 to 11.
      Jack Kelly, Jerrold Sameth, and Shaun Dew, all from Clifton will be featured speakers at the "Remain Loyal to Jehovah!" Regional Convention of Jehovah's Witnesses.
      More than 3,000 worshippers are expected to attend this special event and hear a variety of talks, demonstrations, interviews, and more than 40 video presentations as well as two full length Bible dramas that focus on the practical application of the Bible to the problems and challenges of everyday life including coping with the tragic loss of the death of a family member.
      A key feature of each program will be the baptism of new witnesses which will be held at each program on Saturday at noon.
      The Clifton residents will be featured as speakers on talks that will cover family life, Bible prophecy, and the application of Bible principles in everyday life.
      The program will be at the Assembly Hall of Jehovah's Witnesses which is located at 2932 Kennedy Blvd in Jersey City. Admission is free and no collections are taken.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

    • Just keep in mind, in the end! None of it matters. God is the "only" game in town that people should be playing.
    • Actually, NOT! What is said about China in mostly true. However, they do have a good system for hiding the truth, and human atrocities. Now, the assumption is misplaced with SpaceX. The only debris that is uncontrollable, are from mishaps or China's deliberate actions. There's enough space junk, from all the nations that want to step up their space dominance. However, that debris has  certain a certain amount of programmed reentry. Now telecommunication in the other hand, expect thy're obsolete
    • Some metallic debris crashed through the ceiling of my house, grazed the edge of my bed, bolting me upright, and set fire to the clothes locker. Furious, I got XI on the phone and was prepared to give him a piece of my mind when I saw USA on the crumpled wing. ”Anything for the homeland,” I said, and went back to sleep. Few things are funnier than seeing the SNL libs go into conniptions at the thought of working with him.
    • I should also mention that some of the problem could be the "cult of Elon Musk." Mr. Musk can say the stupidest things and it doesn't matter because of the personality cult around him and the technocrats who love him.
    • I love a few things about China, but I hate other things, and there are plenty of good reasons to criticize it. I have found that when people decide to attack a person or people they don't like or speak against a country they don't like, that facts don't always matter. For example, you said that SpaceX debris is usually controlled while Chinese debris is not. This misses the point completely about the Google query. It's about uncontrolled debris that might fall out of orbit. Reading some
  • Members

    • Pudgy

      Pudgy 81

      Member
      Joined:
      Last active:
    • BroRando

      BroRando 33

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • folens  »  Eric Ouellet

      Bonjour Eric merci pour cet exposé.
      Bonne journée Michel
      1LE BATEAU.pdf
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      La sagesse est plus précieuse que l’or et la crainte envers Jéhovah est notre salut.
       
      La vraie sagesse de Dieu est un cadeau inestimable, car seul ceux qui obéissent et suivent ces préceptes en recoivent les bienfaits. En Psaume 111:10 déclare ceci: “La crainte de Jéhovah est le commencement de la sagesse.”
      Qu’est-ce que cela veut dire? La sagesse est la capacité d’utiliser efficacement sa connaissance et son intelligence pour résoudre un problème, éviter un danger, atteindre un objectif. Elle sous-entend un bon jugement. Le commencement, la première partie, le fondement de cette sagesse, c’est la crainte de Jéhovah. Pourquoi cela? Bien que toute création est l’œuvre de ses mains et dépend de lui. Il a accordé aux humains le libre arbitre, mais pas la faculté de diriger leurs pas avec succès sans tenir compte de sa direction (Josué 24:15; Jérémie 10:23). Nous ne connaîtrons le succès durable qu’à la condition de bien saisir ces idées fondamentales sur la vie, et de nous y conformer. Si notre connaissance de Jéhovah nous donne la ferme conviction que la volonté divine est promise au succès, et qu’il tiendra sa promesse de récompenser ses fidèles, alors la crainte pieuse nous poussera à agir sagement. — Proverbes 3:21-26; Hébreux 11:6.
      Prenons un exemple: Il y a quelques dizaines d’années, un jeune homme fréquentait l’université de Saskatchewan, au Canada. Au programme de sa formation figurait la biologie, et on lui a enseigné l’évolution. Après avoir été diplômé, il s’est spécialisé dans la physique nucléaire, profitant d’une bourse pour continuer ses études à l’université de Toronto. Au cours de ses études, il a constaté dans la structure des atomes révélaient des témoignages stupéfiants d’un ordre et d’une finalité extraordinaire . Mais personnes ne répondait pas à ces questions: Qui a conçu tout cela? Quand? Et pourquoi? Sans ces réponses, pouvait-il utiliser sagement ses connaissances dans un monde remplis interrogations ? Qu’est-ce qui le guiderait? Le nationalisme? Le désir de gratifications matérielles? Avait-il acquis la vraie sagesse?
      Peu après avoir été diplômé, cet homme ainsi que sa femme se sont mis à étudier la Bible avec les Témoins de Jéhovah. Dans la Parole de Dieu, ils ont peu à peu trouvé les réponses qui leur manquaient. Ils ont appris à connaître le Créateur, Jéhovah Dieu. En étudiant ce qui est arrivé à Moïse à la mer Rouge, à Daniel et à ses compagnons à Babylone, ils ont appris l’importance de craindre Dieu, et non les hommes (Exode 14:10-31; Daniel 3:8-30). Cette crainte pieuse mêlée d’un amour sincère pour Jéhovah a commencé à les animer. Rapidement, leur vie a changé. Enfin cet homme connaissait Celui dont il avait étudié l’œuvre en biologie. Il a progressivement compris le dessein de Celui dont il avait constaté la sagesse dans ses cours de physique. Au lieu d’employer sa connaissance à élaborer des instruments de destruction, il a choisi, avec sa femme, d’aider autrui à aimer Dieu et son prochain. Ils ont entrepris le service de prédicateurs du Royaume de Dieu à plein temps. Par la suite, ils ont suivi les cours de Galaad, l’École biblique de la Société Watchtower, et ont été nommés missionnaires.
      Bien entendu, tout le monde ne peut pas être missionnaire. Mais tous nous pouvons bénéficier de la sagesse fondée sur la crainte de Jéhovah. Si nous cultivons cette sagesse, nous ne consacrerons pas le meilleur de notre vie à étudier les philosophies humaines, qui n’échafaudent que des suppositions sur le but de la vie. Nous nous appliquerons à l’étude de la Bible, livre inspiré de Jéhovah Dieu, la Source de la vie, celui qui peut nous donner la vie éternelle (Psaume 36:9; Colossiens 2:8). Au lieu de nous rendre esclaves d’un système commercial chancelant, au bord de la ruine, nous écouterons Jéhovah, qui nous conseille de nous contenter de la nourriture et du vêtement, et d’accorder à nos relations avec lui la priorité dans notre existence (1 Timothée 6:8-12). Au lieu de nous comporter comme si notre avenir dépendait d’une belle situation dans le monde actuel, nous croirons la Parole de Jéhovah, qui nous affirme que le monde est en train de passer, de même que le désir du monde, alors que celui qui fait la volonté divine demeure pour toujours. — 1 Jean 2:17.
      Dans le livre de Proverbes 16:16, Salomon nous encourage par cette déclaration certaine: “Acquérir la sagesse [la sagesse qui commence par la crainte de Jéhovah], oh! combien cela vaut mieux que l’or! Et acquérir l’intelligence est préférable à l’argent.” Poussés par cette sagesse et cette intelligence, nous considérerons l’accomplissement de la volonté de Dieu comme le premier centre d’intérêt de notre vie. Et quelle activité Dieu a-t-il confiée à ses Témoins en cette période de l’histoire humaine? Faire connaître son Royaume par la prédication et aider les personnes sincères à devenir de vrais disciples de Jésus Christ (Matthieu 24:14; 28:19, 20). Il s’agit d’une activité dont on retire une satisfaction véritable et un grand bonheur. C’est donc à propos que la Bible dit: “Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, et l’homme qui acquiert le discernement.” — Proverbes 3:13.
      Elle nous retient de commettre le mal
      Un deuxième bienfait que nous procure la crainte de Dieu est qu’elle nous retient de commettre le mal. Celui qui respecte profondément Dieu ne détermine pas par lui-même ce qui est bien et mal. Il ne tient pas pour mauvais ce que Dieu déclare bon, ni ne considère comme bon ce que Dieu déclare mauvais (Psaume 37:1, 27; Ésaïe 5:20, 21). De plus, celui que motive la crainte pieuse ne se contente pas de savoir ce que Jéhovah déclare bon ou mauvais. Une telle personne aime ce que Jéhovah aime et elle hait ce que Jéhovah hait. En conséquence, elle agit en harmonie avec les préceptes divins. Ainsi, comme le dit Proverbes 16:6, “par la crainte de Jéhovah, on se détourne du mal”. Cette crainte pieuse devient une motivation puissante qui permet d’atteindre des résultats qu’on n’obtiendrait pas même si une personne commence tout juste à l’éprouver, la crainte pieuse peut lui donner le courage de ne pas faire quelque chose qu’elle regretterait le restant de ses jours. Au Mexique, par exemple, une femme enceinte a demandé à une chrétienne Témoin de Jéhovah ce qu’elle pensait de l’avortement. La chrétienne lui a lu plusieurs versets bibliques, puis lui a tenu ce raisonnement: “Pour le Créateur, la vie est très importante, même la vie de ceux qui ne sont pas encore nés.” (Exode 21:22, 23; Psaume 139:13-16). Des examens laissaient entendre que le bébé serait anormal. Néanmoins, après ce qu’elle avait vu dans la Parole de Dieu, cette femme a décidé de garder son enfant. Son médecin a refusé de la revoir, et son mari l’a menacée de la quitter, mais elle a tenu bon. Elle a finalement donné naissance à une magnifique petite fille, normale et en bonne santé. Par gratitude, elle a recherché les Témoins et s’est mise à étudier la Parole de Dieu avec eux. Moins d’un an après, son mari et elle se faisaient baptiser. Quelques années plus tard, à une assemblée de district, tous deux ont été enchantés de rencontrer la chrétienne qui avait parlé à la femme la première fois. Ils lui ont présenté leur jolie fillette de quatre ans. Incontestablement, le respect de Dieu et le désir puissant de ne pas lui déplaire exercent une grande influence.
      La crainte pieuse peut nous garder d’un grand nombre de mauvaises actions (2 Corinthiens 7:1). Cultivée avec soin, elle est capable d’aider quelqu’un à mettre un terme à des péchés cachés, connus de lui seul et de Jéhovah. Elle peut l’aider à se libérer de la dépendance de l’alcool ou de la drogue. Un ancien drogué d’Afrique du Sud a raconté: “Au fur et à mesure que j’apprenais à connaître Dieu, la crainte de le décevoir ou de lui déplaire grandissait en moi. Je savais qu’il m’observait, et je désirais ardemment son approbation. Cela m’a incité à me débarrasser de la drogue qui était en ma possession en la jetant dans les toilettes.” La crainte pieuse a aidé des milliers de personnes de la même manière. — Proverbes 5:21; 15:3.
      La crainte salutaire de Dieu nous préserve également de la crainte de l’homme. La plupart des humains connaissent, à des degrés divers, la crainte de l’homme. Les apôtres de Jésus Christ l’ont abandonné et se sont enfuis lorsque les soldats se sont emparés de lui dans le jardin de Gethsémané. Plus tard, dans la cour du grand prêtre, désarçonné et en proie à la crainte, Pierre a nié faire partie des disciples de Jésus et même le connaître (Marc 14:48-50, 66-72; Jean 18:15-27). Mais grâce à l’aide qu’ils ont reçue, les apôtres ont retrouvé leur équilibre spirituel. Par contre, aux jours du roi Jéhoïakim, Urie, fils de Schémaïah, fut terrassé par la crainte au point d’abandonner son service de prophète de Jéhovah et de fuir le pays, ce qui ne l’empêcha pas d’être capturé et tué. — Jérémie 26:20-23.
      Comment vaincre la crainte de l’homme? 
      Après nous avoir prévenus que “trembler devant les hommes, voilà ce qui tend un piège”, Proverbes 29:25 ajoute: “Mais celui qui se confie en Jéhovah sera protégé.” La réponse tient donc dans la confiance en Jéhovah. Cette confiance s’appuie sur la connaissance et l’expérience. L’étude de sa Parole nous démontre que les voies de Jéhovah sont droites. Nous découvrons des événements attestant qu’il est digne de confiance, que ses promesses sont sûres (y compris celle de la résurrection), qu’il est amour et qu’il est tout-puissant. Lorsqu’ensuite nous agissons conformément à cette connaissance, accomplissant ce que Jéhovah demande et rejetant fermement ce qu’il condamne, nous commençons à constater dans notre propre cas qu’il prend soin de ses serviteurs avec amour et que l’on peut compter sur lui. Nous acquérons personnellement la certitude que sa puissance est à l’œuvre pour que s’accomplisse sa volonté. Notre confiance en lui s’accroît, de même que notre amour pour lui et notre désir sincère de ne pas lui déplaire. Cette confiance est bâtie sur un fondement solide. Elle est un rempart contre la crainte de l’homme.
      Notre confiance en Jéhovah, alliée à la crainte pieuse, nous rendra fermes en faveur du bien dans le cas où un employeur menacerait de nous renvoyer si nous refusions de participer à des pratiques commerciales malhonnêtes (voir Michée 6:11, 12). Grâce à cette crainte pieuse, des milliers de chrétiens persévèrent dans le vrai culte malgré l’opposition de membres de leur famille. Elle donne aussi aux jeunes le courage de se faire connaître comme Témoins de Jéhovah à l’école, et elle les affermit face aux moqueries de leurs camarades de classe qui méprisent les principes bibliques. Ainsi, une adolescente Témoin de Jéhovah a dit: “Ce qu’ils pensent m’est bien égal. L’important, c’est ce que pense Jéhovah.”
      La même conviction donne aux vrais chrétiens la force de rester attachés aux voies de Jéhovah lorsque leur vie est en jeu. Ils savent qu’ils risquent d’être persécutés par le monde. Ils sont conscients que les apôtres ont été fouettés et que même Jésus Christ a été frappé et tué par des hommes méchants (Marc 14:65; 15:15-39; Actes 5:40; voir aussi Daniel 3:16-18). Mais les serviteurs de Jéhovah sont assurés qu’il peut leur donner la force d’endurer, qu’avec son aide ils peuvent remporter la victoire, que Jéhovah récompensera sans faute ses fidèles, si besoin en les ressuscitant dans son monde nouveau. Leur amour pour Dieu ajouté à la crainte pieuse les pousse puissamment à éviter toute action qui pourrait lui déplaire.
      C’est parce qu’ils étaient animés d’une telle motivation que les Témoins de Jéhovah ont supporté les horreurs des camps de concentration nazis dans les années 30 et 40. Ils ont pris à cœur le conseil de Jésus consigné en Luc 12:4, 5: “D’autre part, je vous le dis à vous, mes amis: Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et qui après cela ne peuvent rien faire de plus. Mais je vais vous indiquer qui vous devez craindre: craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la Géhenne. Oui, je vous le dis, Celui-là, craignez-le.” Par exemple, Gustav Auschner, un Témoin qui avait été interné dans le camp de concentration de Sachsenhausen, a écrit plus tard: ‘Les SS ont exécuté August Dickmann et ont menacé de nous passer tous par les armes si nous refusions de signer un document par lequel nous abjurions notre foi. Pas un seul n’a signé. Notre crainte de déplaire à Jéhovah était plus forte que la crainte de leurs balles.’ La crainte de l’homme mène aux compromis, mais la crainte de Dieu nous affermit pour faire le bien.
      La préservation de la vie
      Noé a connu les derniers jours du monde antédiluvien. Jéhovah avait décidé de détruire le monde d’alors en raison de la méchanceté des humains. Toutefois, en attendant, Noé a vécu dans un monde où régnaient la violence, l’immoralité sexuelle choquante et le mépris de la volonté divine. Noé a prêché la justice, et pourtant “ils ne s’aperçurent de rien jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous”. (Matthieu 24:39.) Noé n’a cependant pas renoncé à l’activité que Dieu lui avait confiée. Il fit “selon tout ce que Dieu lui avait ordonné. Ainsi fit-il”. (Genèse 6:22.) Qu’est-ce qui a permis à Noé, année après année et jusqu’au déluge, de toujours agir comme il convenait? Hébreux 11:7 répond: “Par la foi, Noé, divinement averti de choses qu’on ne voyait pas encore, fit montre d’une crainte pieuse.” Pour cette raison, sa femme, ses fils, leurs femmes et lui ont été sauvés du déluge.
       Notre époque ressemble de bien des manières à celle de Noé (Luc 17:26, 27). De nouveau un avertissement est lancé. Révélation 14:6, 7 parle d’un ange qui vole au milieu du ciel et invite les gens de toute nation et tribu et langue à ‘craindre Dieu et à lui donner gloire’. Quel que puisse être le comportement du monde autour de vous, obéissez à ces paroles, puis transmettez l’invitation à autrui. À l’instar de Noé, agissons avec foi et manifestons une crainte pieuse. Par cela, des vies peuvent être sauvées: la vôtre et celle de nombre de vos semblables. Lorsque nous considérons les bienfaits dont profitent ceux qui craignent le vrai Dieu, nous ne pouvons que souscrire aux paroles du psalmiste divinement inspiré qui chanta: 
      “Heureux est l’homme qui craint Jéhovah, dans les commandements de qui il prend grand plaisir!” — Psaume 112:1.

      · 0 replies
    • Darlene  »  T.B. (Twyla)

      I can not open study material 
      · 0 replies
    • Darlene  »  T.B. (Twyla)

      Can not open weekly study material 
      · 3 replies
    • Deborah T. Calloway  »  T.B. (Twyla)

      Thank you so much for the meeting work book. I really appreciate your hard work 
      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,683
    • Total Posts
      131,884
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,943
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Jess
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.