Jump to content

misette

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 FEVRIER 2019 - ROMAINS 1-3

Topic Summary

Created

Last Reply

Replies

Views

misette -
misette -
1
273

Top Posters


Recommended Posts

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 FEVRIER 2019 - ROMAINS 1-3.docx

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 FEVRIER 2019 - ROMAINS 1-3.pdf

JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU

Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Romains 1-3

Romains 3:4 : De quelles façons Dieu peut-il être « reconnu véridique » ? (w08 15/6 30 § 5).

« Bien sûr que non ! Mais que Dieu soit reconnu véridique, même si tout homme est reconnu menteur, comme c’est écrit : « Pour que tu te révèles juste dans tes paroles et que tu l’emportes lorsqu’on te juge. »

Quand la parole de l’homme est en contradiction avec ce que Dieu dit dans sa Parole, nous sommes convaincus “ que Dieu sera trouvé véridique ”. Nous nous fions donc au message de la Bible et nous agissons en harmonie avec la volonté de Dieu. En participant avec zèle à l’œuvre consistant à prêcher le Royaume et à faire des disciples, nous pouvons aider autrui à constater que Dieu est véridique. - w08 15/6 30 § 5

Jéhovah est fidèle dans toutes ses manières d’agir. Ses promesses sont certaines, car il ne peut mentir. Il juge selon la vérité, c’est-à-dire selon ce que les choses sont réellement, et non en se fiant aux apparences.

L’honneur de Dieu est lié à sa parole. Il ne peut donc la laisser irréalisée, car cela signifierait alors qu’il n’est pas tout-puissant, qu’il n’est pas véridique et qu’il n’est pas le “Dieu de vérité”. À notre époque, sa parole n’est pas retournée à lui sans résultats quand vint le moment de libérer le reste des Israélites spirituels de la domination de Babylone la Grande et de le rétablir dans sa faveur et à son service sur la terre à partir de 1919. – livre Détresse (sl) chap7 §16

Jéhovah est “ abondant [...] en vérité ”. (Exode 34:6.). Il ne trompe jamais ses fidèles. Le nom même de Jéhovah atteste de sa véracité. Ce nom signifie “ Il fait devenir ”. Il présente Jéhovah comme le Dieu qui devient Celui qui réalise progressivement toutes ses promesses. Personne d’autre n’a cette capacité. Puisqu’il est le Suprême, rien ne peut contrecarrer l’accomplissement de ses desseins. Non seulement il est véridique, mais lui seul a le pouvoir et la sagesse nécessaires pour faire se réaliser toutes ses paroles. Jéhovah est le Dieu de vérité. Il détient la vérité sur tout. Étant véridique dans toutes ses voies, Jéhovah attend de ses adorateurs qu’ils soient eux aussi véridiques. Quiconque souhaite être l’ami de Jéhovah doit exprimer la vérité “ dans son cœur ”, et pas simplement avec ses lèvres. Les vrais amis de Dieu doivent avoir le cœur sincère et faire preuve d’une “ foi sans hypocrisie ”, car les actes de véracité viennent du cœur. – TG2003  1/8

Romains 3:24, 25 : Comment « la rançon payée par Christ Jésus » pouvait-elle, avant d’avoir été payée, couvrir « les péchés qui s’étaient produits dans le passé » ? (w08 15/6 29 § 6).

« et c’est comme don gratuit qu’ils sont déclarés justes par sa faveur imméritée, en raison de la libération par la rançon payée par Christ Jésus.  Dieu l’a présenté comme offrande de réconciliation, réconciliation rendue possible grâce à la foi en son sang. C’était pour manifester sa propre justice, parce que Dieu dans son indulgence pardonnait les péchés qui s’étaient produits dans le passé »

La première prophétie messianique, consignée en Genèse 3:15, s’est réalisée en 33 de n. è. quand Jésus a été mis à mort sur un poteau de supplice (Gal. 3:13, 16). Toutefois, à l’instant où Jéhovah a prononcé cette prophétie, de son point de vue, le prix de la rançon était pour ainsi dire déjà payé, car rien ne peut empêcher Dieu de réaliser ce qu’il décide de faire. Par conséquent, sur la base du sacrifice à venir de Jésus Christ, Jéhovah a pu pardonner les péchés des descendants d’Adam qui exerçaient la foi dans cette promesse. La rançon rend également possible la résurrection de ces humains des temps préchrétiens - w08 15/6 29 § 6

Pour compenser la perte de la vie humaine parfaite, il fallait offrir, ou sacrifier, une vie d’égale valeur à celle d’Adam : une vie humaine parfaite. Aucun descendant imparfait d’Adam ne pouvait payer un tel prix. Seul Jésus le pouvait. En donnant sa vie, Jésus a payé la rançon qui permettrait de délivrer l’humanité de l’esclavage du péché. Il a ainsi offert aux descendants du premier couple humain la possibilité de goûter la même vie parfaite que ce couple avait connue. – TG2014  1/3

Jéhovah a fait en sorte que même les humains, ayant vécu avant Christ, bénéficient de la rançon. À ses yeux, dès l’instant où il a annoncé la venue d’un Sauveur pour l’humanité, la rançon était pour ainsi dire payée, car il sait que son dessein ne peut échouer. Des siècles plus tard, l’apôtre Paul a exprimé sa gratitude envers Dieu pour « la libération par la rançon payée par Christ Jésus ». Il a ajouté que Dieu « pardonnait les péchés qui s’étaient produits dans le passé pendant qu’il usait de patience » (Rom. 3:21-26). Ainsi, sans le sacrifice de Jésus, aucun humain ne pourrait être proche de Dieu. - TG2014  15/8 §8

Après la rébellion d’Adam et Ève, Jéhovah a révélé son intention de produire une Semence qui serait meurtrie au talon (Genèse 3:15). Cette prophétie s’est réalisée lorsque les ennemis de Dieu ont mis à mort Jésus Christ sur un poteau de supplice. Rien ne peut empêcher le Dieu Tout-Puissant, Jéhovah, de réaliser ce qu’il souhaite. C’est pourquoi, à peine l’homme était-il tombé dans le péché que Dieu, par anticipation, considérait la rançon comme déjà payée ; il pouvait dès lors entretenir des relations avec ceux qui exerçaient la foi dans l’accomplissement de ses promesses. C’est ce qui a permis à des descendants d’Adam, eux aussi pécheurs, tels que Hénok, Noé et Abraham, de marcher avec lui et d’être ses amis, sans pour autant nuire à sa sainteté.

L’aspect le plus remarquable de la rançon ne réside pas dans ce qu’elle nous apporte, mais dans ce qu’elle révèle sur Jéhovah : elle montre qu’il est un Dieu d’une justice parfaite qui peut entretenir des relations avec des humains pécheurs tout en demeurant pur et saint. S’il ne s’était pas proposé de fournir la rançon, aucun descendant d’Adam, pas même Hénok, Noé ou Abraham, n’aurait pu marcher avec Jéhovah ni être son ami. . N’avons-nous pas toutes les raisons d’être reconnaissants à Jéhovah d’avoir envoyé son Fils bien-aimé sur la terre, et à Jésus d’avoir offert sa vie en rançon pour nous ? – TG2005  1/11

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ?

L’apôtre Paul a mentionné un aspect primordial de notre service sacré quand il a écrit : “ Dieu, à qui j’offre un service sacré avec mon esprit pour ce qui est de la bonne nouvelle concernant son Fils, m’est témoin que sans cesse je fais toujours mention de vous dans mes prières. ” (Romains 1:9). La prédication de la bonne nouvelle n’est donc pas seulement un service public accompli en faveur de ceux qui l’entendent, mais aussi un acte d’adoration envers Jéhovah Dieu. Qu’on nous écoute ou pas, cette œuvre est un service sacré offert à Jéhovah. Les efforts que nous faisons pour parler à nos semblables des qualités et des desseins bienveillants de notre cher Père céleste nous procurent assurément beaucoup de joie – TG2000 p15/11  12 §12

Manifestations et causes de la colère. Dieu manifeste sa colère directement ou indirectement. Pour l’exprimer, il peut se servir de ses lois qui régissent les choses naturelles, ou bien de personnes comme instruments. Ceux qui violent ses lois morales s’exposent à sa colère et reçoivent en eux-mêmes “ le plein salaire que méritait leur égarement ”. Ils connaissent une mentalité désapprouvée, la déchéance, la maladie, la querelle et la mort (Romains 1:18, 24, 27-32). Jésus Christ est le principal exécuteur de la colère de Dieu ; il manifestera complètement la colère divine pour la déverser sur les méchants - it-1 p494

Le témoignage de la création. Les œuvres de création attestent que Dieu existe. Mais, selon Paul, même certaines personnes qui ont “ connu Dieu ” ont caché cette vérité. Au lieu de servir Dieu conformément à la vérité concernant son dessein éternel et sa Divinité, elles se sont fait des idoles et les ont adorées. N’étant pas des dieux réels, les idoles sont un mensonge (Jr 10:14). Venant des Israélites, le culte de ces “ dieux de la nature ” était de l’apostasie : ils étouffaient la vérité au profit d’un mensonge, comportement opposé à toute raison qui consiste à adorer la création plutôt que Celui qui l’a créée. Par conséquent, ces personnes, bien qu’ayant la vérité de Dieu, l’ont troquée “ contre le mensonge et [...] ont vénéré la création — lui offrant un service sacré — plutôt que Celui qui a créé ”. En se tournant vers le mensonge de l’idolâtrie, elles sont tombées dans toutes sortes de pratiques dépravées. Romains 1:18-31. - it-2 p1135

Quand nous voyons le monde impur dans lequel nous vivons, nous ne pouvons que nous exclamer: C’est exactement comme aux jours de Noé, ou comme au temps de Sodome et de Gomorrhe! Nos contemporains ressemblent vraiment aux Cananéens dépravés et aux Israélites qui retombaient continuellement dans le péché! Alors que le monde s’enfonce toujours plus dans le bourbier de l’immoralité, nous pouvons nous rappeler l’avertissement suivant de l’apôtre Paul: “Ceux qui pratiquent de telles choses méritent la mort.” (Rom. 1:18, 26-32). Non, le Dieu d’amour ne tolérera pas plus longtemps l’incroyable méchanceté du présent système de choses. Il va bel et bien détruire ceux qui souillent la terre, sa propriété – TG1981  15/4 p8 §12

Jéhovah ne bénit pas l’actuel système de choses méchant. Paul a déclaré que “ la colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété ”. (Rom. 1:18-20.) Cette future expression de la colère de Dieu, appelée Armaguédon dans la Bible, prouvera sans conteste qu’il existe bel et bien. Il ne permettra pas que ceux qui ont rejeté sa souveraineté dominent indéfiniment la terre. La Bible avertit qu’il va prochainement passer à l’action contre eux. Ceux qui persistent à mener une vie contraire aux principes divins n’échapperont donc pas aux conséquences de leurs actes. De nos jours, la colère de Dieu ressort des messages de condamnation qui s’abattent telles des plaies sur le monde de Satan et dont nombre de nos publication se font l’écho - TG 2010  15/8 p13 §5

La patience de Jéhovah concourt au salut - Depuis le moment où les humains ont lamentablement péché jusqu’à aujourd’hui, Jéhovah a été un Dieu patient. Avant le déluge, sa patience a permis qu’un avertissement suffisant soit lancé et qu’un moyen de salut soit construit. Mais sa patience a atteint ses limites, et le déluge est venu. Pareillement de nos jours, Jéhovah déploie une grande patience ; elle s’exerce d’ailleurs plus longtemps que certains ne l’imaginaient. Mais ce n’est pas une raison pour abandonner. Cela reviendrait à critiquer la patience divine. Paul a demandé en effet : “ Méprises-tu la richesse de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, parce que tu ne sais pas que la bonté de Dieu veut te conduire à la repentance ? ” — Romains 2:4. Si nous imitons son amour et sa patience, nous continuerons avec longanimité de prêcher la bonne nouvelle du Royaume de Dieu et d’enseigner autrui à se soumettre au Royaume. Arrêter de prêcher reviendrait à vouloir mettre un terme à la patience de Jéhovah et à ne pas admettre son dessein, qui est de conduire les gens à la repentance. Quand nous réfléchissons à la patience que Jéhovah nous manifeste, cela nous encourage à être plus patients avec les autres. Aucun de nous ne peut savoir dans quelle mesure nous avons encore besoin de la patience de Dieu pour obtenir son approbation et le salut. Aussi, ne considérons pas avec impatience la manière dont Jéhovah règle les choses. – TG2001 1/11 p13 §17-19

Dans la congrégation chrétienne primitive, Juifs et non-Juifs étaient égaux. “ Gloire, honneur et paix pour tout homme qui fait ce qui est bon, a expliqué Paul, pour le Juif d’abord et aussi pour le Grec. Car il n’y a pas de partialité chez Dieu. ” (Romains 2:10, 11). Ce n’était pas leur origine ethnique qui déterminait si des personnes bénéficiaient ou non de la faveur imméritée de Jéhovah, mais leur réaction lorsqu’elles apprenaient à le connaître et découvraient quelles perspectives la rançon offerte par son Fils, Jésus, leur ouvrait. Jéhovah accorde la louange en toute impartialité. Et nous ? – TG2003  15/6  p14 §11

Dieu veut que nous comprenions ses normes de justice et qu’elles nous soient profitables, c’est pourquoi il nous a dotés d’une conscience. La Bible parle de la conscience comme d’une loi écrite dans notre cœur qui « témoigne » pour dire si ce que nous faisons est bien ou mal (Romains 2:15). Qu’est-ce que cela nous apporte ? Quand notre conscience est éduquée selon les normes de Dieu, elle peut nous retenir de commettre des actions mauvaises ou nuisibles. Et si nous faisons une erreur, elle peut nous pousser à nous repentir et à rectifier notre conduite. Assurément, bien comprendre les normes de justice de Dieu nous est profitable et nous rapproche de lui – TG2019 publique n°1

PARDONNÉS GRÂCE À LA FAVEUR IMMÉRITÉE - Au chapitre 3, nous lisons : « Tous [...] ont péché [...], et c’est comme don gratuit qu’ils sont déclarés justes par sa faveur imméritée, en raison de la libération par la rançon payée par Christ Jésus » (Rom. 3:23, 24). Qu’entendait Paul par « faveur imméritée » ? Il a utilisé un mot grec qui, selon un ouvrage de référence, désigne « la faveur divine, [...] un bienfait conféré généreusement sans espoir ou attente de retour ». Elle n’est ni gagnée ni méritée. Jéhovah n’était pas obligé d’envoyer son Fils sur la terre pour fournir la rançon. De plus, étant imparfaits et pécheurs, les humains ne méritaient pas ce que Dieu et Jésus ont fait en donnant une rançon permettant le pardon. Recevoir le pardon et la perspective de vivre éternellement est donc véritablement une faveur qui est imméritée. Nous devons attacher une grande valeur au don de la faveur imméritée de Dieu et le laisser influencer notre vie chaque jour. – TG2016/12 §4,7

L’apôtre Paul écrivit ces mots à la congrégation de Rome qui comptait des chrétiens juifs et non juifs : “Dieu est-il le Dieu des Juifs seulement? Ne l’est-il pas aussi des gens des nations? Oui, aussi des gens des nations, si vraiment Dieu est un seul qui déclarera justes les circoncis par suite de la foi et justes les incirconcis grâce à leur foi.” — Rom. 3:29, 30. Dieu a donc en vue pour notre temps non pas un gouvernement national, mais un gouvernement universel pour des gens de toutes nationalités. L’alliance que Jéhovah avait conclue avec Abraham, quelque 2 000 ans avant l’époque de Paul, avait promis des bénédictions pour les gens de toutes les nations, ce qui montrait que Dieu s’intéresse à toute l’humanité  TG1978  1/6  p17

Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

La Parole écrite de Dieu est appelée “ les saintes Écritures ”, ou les “ écrits sacrés ”. Elle fut rédigée sous l’influence de l’esprit saint, et elle a le pouvoir de sanctifier, autrement dit de rendre saints, ceux qui obéissent à ses commandements.  -     Romains 1:2 - it-2 p861

Par amour pour ses frères de Rome, Paul a écrit : “ Je désire ardemment vous voir pour vous communiquer quelque don spirituel, afin que vous soyez affermis ; ou plutôt pour qu’il y ait un échange d’encouragements parmi vous, chacun étant encouragé grâce à la foi de l’autre, la vôtre comme la mienne. ” (Romains 1:11, 12). Paul tenait pour un don spirituel la capacité d’affermir la foi d’autrui par des paroles. Par l’échange de tels dons spirituels, ces chrétiens allaient consolider la foi l’un de l’autre et s’encourageraient mutuellement. Et cela est toujours nécessaire. Dans le système méchant qui nous entoure nous subissons tous d’une manière ou d’une autre des pressions. Un échange régulier d’encouragements peut toutefois nous aider à persévérer. Cette notion d’échange, donner et recevoir, est importante pour garder de la vigueur spirituelle. S’il est vrai que de temps à autre nous avons tous besoin de réconfort, nous avons également tous la possibilité de bâtir spirituellement autrui. – TG1998  15/2  p26-27

À la Pentecôte, Pierre parla à ceux qui étaient venus de pays lointains, y compris à des prosélytes, en les qualifiant tous de “ frères ”. Parfois, on distinguait les chrétiens en les appelant ‘ frères ,’ des chrétiennes qu’on appelait ‘ sœurs ’, mais il était d’usage d’employer le terme “ frères ” pour saluer des groupes mixtes et de ne pas l’appliquer qu’aux hommes. Ils faisaient désormais partie d’une seule famille spirituelle, et ils étaient unis par l’amour et la foi. C’est pourquoi, dans leurs lettres aux congrégations, les apôtres appelaient souvent les autres disciples « frères »  Romains 1 :13 – TG2018/6 §8

L’apôtre Paul se sentait personnellement tenu de communiquer la bonne nouvelle aux autres. Il a écrit : “ Je suis débiteur des Grecs et des Barbares, des sages et des insensés : il y a donc chez moi un ardent désir de vous annoncer la bonne nouvelle, à vous aussi qui êtes à Rome. ” (Rom. 1:14, 15). Par gratitude pour la miséricorde qui lui avait été manifestée, Paul se sentait tenu d’essayer d’aider les autres à bénéficier, tout comme lui, de la faveur imméritée (1 Tim. 1:12-16). C’était comme s’il avait une dette envers chaque personne qu’il rencontrait, dette qu’il ne pouvait rembourser qu’en lui annonçant la bonne nouvelle. Avez-vous le sentiment d’avoir une telle dette envers les gens de votre territoire ? – TG2008  15/7 p6 §13

1:14, 15. L’apôtre Paul se sentait dans l’obligation de prêcher. Il savait que Jéhovah avait fait en sorte que toutes sortes d’hommes puissent être sauvés grâce au sang précieux de son Fils. Inlassablement et avec empressement, il s’est appliqué à s’acquitter de la dette qu’il avait envers ses semblables en leur annonçant la bonne nouvelle. Comme Paul, les chrétiens de notre époque s’efforcent d’annoncer la bonne nouvelle à leurs contemporains en toute occasion. La “ grande tribulation ” approchant à grands pas, il est urgent que nous recherchions les personnes bien disposées. Que l’amour sincère pour notre prochain nous incite à nous activer dans cette œuvre salvatrice. Nous avons de nombreuses raisons d’annoncer la bonne nouvelle avec zèle. L’une d’elles est que nous sommes débiteurs des humains qui ont été achetés avec le sang de Jésus et que nous sommes dans l’obligation de les aider spirituellement. – TG2008  15/6 p30

L’usage naturel du corps. Il ne convient pas que l’homme et la femme utilisent leur corps de quelque manière qui ne soit pas en harmonie avec les fonctions pour lesquelles Dieu l’a créé. À cet égard, tout ce qui n’est pas naturel est péché. Les Écritures expliquent ce qu’est l’impureté et quelle condamnation encourent ceux qui s’y livrent : “ Voilà pourquoi Dieu les a livrés à des désirs sexuels honteux, car leurs femelles ont changé l’usage naturel de leur corps en celui contre nature ; et pareillement les mâles aussi ont laissé l’usage naturel de la femelle et se sont enflammés dans leur passion les uns pour les autres, mâles avec mâles, faisant ce qui est obscène et recevant en eux-mêmes le plein salaire que méritait leur égarement. ” De telles personnes s’abaissent au niveau de la bête (Romains 1:26, 27). Elles vont après les choses mauvaises de la chair parce que, comme les animaux, elles sont dépourvues de raison, n’ayant aucune spiritualité. – it-2 p378

Pourquoi une partie de la Bible a-t-elle été rédigée en grec ? Selon l’apôtre Paul, “ les déclarations sacrées de Dieu ” furent confiées aux Juifs (Romains 3:1, 2). Par conséquent, la première partie de la Bible fut presque intégralement rédigée en hébreu, la langue des Juifs. Par contre, les Écritures chrétiennes furent rédigées en grec. Pourquoi ? Au IVe siècle avant notre ère, les soldats d’Alexandre le Grand parlaient différents dialectes du grec classique, qui allaient bientôt fusionner pour former la koinè ou grec commun. Les conquêtes d’Alexandre contribuèrent à faire du grec commun la langue internationale. À l’époque de ces conquêtes, les Juifs étaient très largement dispersés. Beaucoup n’étaient jamais revenus en Palestine après l’exil babylonien, qui avait pris fin des siècles auparavant. Nombre de Juifs finirent donc par ne plus comprendre l’hébreu ancestral et par parler le grec (Actes 6:1). C’est à leur intention que fut réalisée la Septante, une traduction des Écritures hébraïques en koinè.

Le Dictionnaire de la Bible fait remarquer qu’aucune autre langue ne possédait “ la richesse, la souplesse et le caractère universel et international du grec ”. Son vocabulaire étendu et précis, sa grammaire aux ressources multiples et ses verbes capables de rendre de subtiles nuances de sens en faisaient “ une langue de communication, de circulation, de propagation, précisément la langue qu’il fallait au christianisme ”. On comprend dès lors pourquoi le grec a été choisi pour consigner par écrit le message chrétien – TG2009  1/4

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites






×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation