Jump to content

salomon

Joyaux de la parole de Dieu  ROMAINS 7-8 -Recherchons des perles spirituelles  18-24 février 2019

Topic Summary

Created

Last Reply

Replies

Views

salomon -
salomon -
1
95

Top Posters


Recommended Posts


                                                                                                                      Joyaux de la parole de Dieu                                                                                                                                                                                                                                                                 ROMAINS 7-8
                                                                                                                     Recherchons des perles spirituelles
                                                                                                                                18-24 février 2019

 

                                                                                                            Perles_Tahiti.jpg


             
 Rm 8:26, 27 : Comment Jéhovah peut-il répondre aux « gémissements [qui] ne sont pas exprimés » ? (w09 15/11 7 § 20).


Dans les Écritures, le mot “ chair ” désigne parfois le corps humain (1 Rois 21:27), mais aussi l’homme dans son état d’imperfection, le descendant pécheur du rebelle Adam (Éphésiens 2:3 ; Psaume 51:5 ; Romains 5:12). Notre héritage adamique se traduit par ‘ la faiblesse de la chair ’. (Romains 6:19.) Or, comme Paul nous en avertit, “ penser à la chair [...] signifie la mort ”. (Romains 8:6.) “ Penser à la chair ”, c’est en l’occurrence être dominé et aiguillonné par les désirs de la chair déchue (1 Jean 2:16). Celui qui s’efforce de plaire à Dieu est donc tiraillé constamment entre ses aspirations spirituelles et sa nature pécheresse qui l’incite aux “ œuvres de la chair ”. (Galates 5:17-23 ; 1 Pierre 2:11.) Après avoir décrit ce combat intérieur douloureux, Paul s’est exclamé : “ Homme misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps voué à cette mort ? ” (Romains 7:24 w01 15/3 10, 15 
 

Romains 8:6. Avant d’effectuer une action, bonne ou mauvaise, nous y avons forcément pensé. Celui qui fixe constamment son attention sur les choses de la chair ne tarde pas à développer une attitude mentale axée uniquement sur elles. Celles-ci finissent en général par avoir entièrement prise sur ses opinions, ses centres d’intérêt et ce qu’il affectionne.


 Qu’est-ce qui occupe les pensées de nos contemporains dans leur grande majorité ? L’apôtre Jean a écrit : “ Tout ce qui est dans le monde — le désir de la chair et le désir des yeux et l’orgueilleux étalage de ses moyens d’existence — ne vient pas du Père, mais vient du monde. ” (1 Jean 2:16). Les désirs dont parle Jean se rapportent à la débauche, au prestige, aux biens matériels, etc. Ces thèmes envahissent livres, revues, journaux, films, émissions télévisées et Internet, notamment parce que c’est à cela que pensent la plupart des personnes et que c’est ce dont elles ont réellement envie. Or “ penser à la chair [...] signifie la mort ” — spirituelle aujourd’hui et physique dans un proche avenir. Pourquoi ? “ Parce que penser à la chair signifie inimitié contre Dieu, car elle n’est pas soumise à la loi de Dieu, et même, elle ne peut pas l’être. Ceux donc qui vivent selon la chair ne peuvent plaire à Dieu. ” — Rom. 8:7, 8.

 “ Penser à l’esprit signifie vie ”, la vie éternelle dans l’avenir, “ et paix ”, la paix intérieure et la paix avec Dieu dès aujourd’hui. Dans la pratique, qu’implique “ penser à l’esprit ” ? Fixer constamment son attention sur les choses de l’esprit de manière à développer une attitude mentale axée sur elles. Notre façon de penser est alors “ soumise à la loi de Dieu ” et s’harmonise avec la sienne. Ainsi, lorsque se présente une tentation, nous n’avons aucun doute quant à la conduite à adopter. Nous sommes poussés vers le bon choix, un choix guidé par l’esprit de Dieu.


 Il est donc essentiel de fixer nos pensées sur les choses de l’esprit. Pour y parvenir, ‘ mobilisons nos facultés mentales pour l’action ’, mettons au centre de notre vie des activités spirituelles régulières, comme la prière, la lecture et l’étude de la Bible, les réunions et la prédication (1 Pierre 1:13). Ne permettons pas aux choses de la chair d’être une source de distraction. En pensant aux choses de l’esprit, nous continuerons à marcher selon l’esprit. Cela nous vaudra des bénédictions, car penser à l’esprit signifie vie et paix. — Gal. 6:7, 8.     w11 15/11 14

                                                                                                                                 Le désir de la chair


 En quel sens Paul a-t-il dit que “le désir de la chair signifie la mort”? La Bible emploie souvent le mot “chair” pour parler de l’homme dans son état d’imperfection, ‘conçu dans le péché’ du fait qu’il descend du rebelle Adam (Psaume 51:5; Job 14:4). L’apôtre exhortait donc les chrétiens à ne pas arrêter leurs pensées sur les tendances, les élans et les désirs menant au péché qui naissent de leur chair imparfaite, déchue. Pourquoi faut-il y veiller? Dans un autre passage, Paul cite les œuvres de la chair et poursuit par cet avertissement: “Ceux qui pratiquent de telles choses n’hériteront pas du royaume de Dieu.” — Galates 5:19-21.


 Pourtant, n’y a-t-il pas une grande différence entre penser à quelque chose et le pratiquer? Penser à une chose, il est vrai, n’amène pas toujours à la traduire par des actes. Toutefois, il s’agit ici plus que d’une pensée passagère. Paul emploie le mot grec phronêma, qui signifie “façon de penser, inclination d’esprit, (...) visée, aspiration, désir”. Ainsi donc, “penser à la chair” signifie être asservi à, être en proie à, être dominé par, réagir selon les désirs de la chair déchue. — 1 Jean 2:16 . w94 15/6 13-17 
“Le désir de la chair”


Qu’est-ce qui peut interrompre notre recherche de la paix? Paul fait mention d’un élément quand il dit: “Le désir de la chair signifie la mort, mais le désir de l’esprit signifie la vie et la paix; parce que le désir de la chair signifie inimitié contre Dieu.” (Romains 8:6, 7). Par le mot “chair”, Paul désigne notre condition déchue d’humains imparfaits ayant hérité de tendances pécheresses. Celui qui cède aux inclinations de la chair déchue ne connaît plus la paix. Un chrétien qui commettrait des actes sexuels immoraux, qui mentirait, volerait, se droguerait ou enfreindrait de quelque autre manière la loi divine, et cela sans en éprouver de repentir, briserait la paix qui existe entre Jéhovah et lui (Proverbes 15:8, 29; 1 Corinthiens 6:9, 10; Révélation 21:8). Qui plus est, si un chrétien accorde davantage d’importance aux choses matérielles qu’aux choses spirituelles, une lourde menace pèse sur la paix qui l’unit à Dieu. — Matthieu 6:24; 1 Jean 2:15-17. w91 1/3 21 


En Romains chapitre 8, l’apôtre Paul conseille aux chrétiens, qui sont des humains imparfaits, de ne pas marcher selon la chair. Pour y parvenir, ils doivent se garder des tendances ou des impulsions charnelles, et des raisonnements d’un cœur imparfait. Le fait de ‘désirer’ les choses qui sont en accord avec l’esprit saint de Dieu les aide dans ce domaine. — Romains 8:1-5.


Paul dresse ensuite un parallèle: “Le désir de la chair signifie la mort, mais le désir de l’esprit signifie la vie et la paix; parce que le désir de la chair signifie inimitié contre Dieu, car il n’est pas soumis à la loi de Dieu.” (Romains 8:6, 7). C’est aux humains que s’appliquent ces deux versets. Les humains, et en particulier les chrétiens, ne devraient pas tourner leurs pensées vers les choses de la chair déchue, autrement dit concevoir du “désir” pour elles. Au contraire, ils doivent tourner leurs pensées vers les choses qui sont en harmonie avec l’esprit et que celui-ci inspire; ils doivent nourrir du “désir” pour ces choses. w90 1/12 30

“ LE CHARNEL tend à la mort, et le spirituel, à la vie et à la paix ”, a écrit l’apôtre Paul (Romains 8:6, La Bible, par P. de Beaumont). Par ces paroles, l’apôtre mettait le doigt sur le fait qu’être une personne spirituelle n’est pas une simple question de convenance personnelle ou de tendance naturelle. Il s’agit en réalité d’une question de vie ou de mort. En quel sens quelqu’un de spirituel reçoit-il ‘ vie et paix ’ ? D’après la Bible, une telle personne est, dès à présent, en paix avec elle-même ainsi qu’avec Dieu et, dans l’avenir, elle recevra la vie éternelle en récompense (Romains 6:23 ; Philippiens 4:7). On comprend donc pourquoi Jésus a déclaré : “ Heureux ceux qui sont conscients de leur pauvreté spirituelle. ” — Matthieu 5:3. 


                                                                                                                      “ La pensée de Christ ”


L’apôtre Paul ne s’est pas contenté de signaler qu’il est important d’être spirituel et que l’on en retire des bienfaits. Il avait également beaucoup à dire sur ce qu’est la vraie spiritualité. Aux chrétiens de la ville antique de Corinthe, il a expliqué la différence entre l’homme physique, qui obéit aux impulsions de la chair, et l’homme spirituel, qui attache du prix aux choses spirituelles. Voyez en quels termes : “ L’homme physique ne reçoit pas les choses de l’esprit de Dieu, car elles sont une sottise pour lui. ” L’homme spirituel, par contre, se distingue par le fait qu’il a “ la pensée de Christ ”. — 1 Corinthiens 2:14-16.
Avoir “ la pensée de Christ ” signifie fondamentalement avoir “ la même attitude mentale qu’avait Christ Jésus ”. (Romains 15:5 ; Philippiens 2:5.) En d’autres termes, l’homme spirituel pense comme Jésus et marche sur Ses traces (1 Pierre 2:21 ; 4:1). Plus quelqu’un va calquer la façon de penser de Christ, plus sa spiritualité deviendra profonde et plus il s’approchera du but, celui d’obtenir ‘ vie et paix ’. — Romains 13:14.


                                                                                                       Apprendre à connaître “ la pensée de Christ ”


Cependant, pour avoir la pensée de Christ, il faut d’abord connaître cette pensée. Ainsi, l’acquisition de la connaissance relative à la façon de penser de Jésus constitue le premier pas vers la spiritualité. Mais comment parvenir à connaître la pensée de quelqu’un qui a vécu sur terre il y a 2 000 ans ? Voyons, comment en êtes-vous venu à connaître les personnages historiques de votre pays, par exemple ? Probablement en lisant des ouvrages les concernant. De la même façon, la lecture de l’histoire de Jésus contribue largement à saisir la pensée de Christ. — Jean 17:3. 


La vie de Jésus est consignée dans les Évangiles, quatre récits historiques détaillés, écrits par Matthieu, Marc, Luc et Jean. En les lisant attentivement, vous comprendrez la façon de penser de Jésus, et vous discernerez la profondeur de ses sentiments et les mobiles qui l’animaient. Si vous prenez le temps de méditer sur ce que vous lisez, vous vous créerez une image mentale du genre de personne qu’il était. Même si vous vous considérez déjà comme un disciple de Christ, lire et méditer ainsi vous aidera à “ continue[r] à croître dans la faveur imméritée et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ ”. — 2 Pierre 3:18.


Ayant cela à l’esprit, examinons maintenant quelques passages des Évangiles pour comprendre ce qui faisait de Jésus une personne si spirituelle. Puis, réfléchissez à la manière d’imiter le modèle qu’il a laissé. — Jean 13:15 w07 1/8 4

Rm 8:26, 27 : Comment Jéhovah peut-il répondre aux « gémissements [qui] ne sont pas exprimés » ? (w09 15/11 7 § 20).

Puisque c’est l’esprit saint qui a inspiré la composition des prières originelles qui sollicitent Dieu, on peut dire que l’esprit “sollicite, en accord avec Dieu, pour des saints”. C’est de cette façon que “l’esprit vient en aide à notre faiblesse”. (Romains 8:26, 27.) Et Dieu écoute ces sollicitations de l’esprit dans son rôle d’intercesseur.
34 Il n’est donc pas étonnant que, lorsqu’ils examinent les prières inspirées consignées dans les Psaumes et dans d’autres parties des Saintes Écritures, les chrétiens tombent sur des prières qui traduisent exactement ce qu’ils ressentaient, qui disent exactement ce qu’ils voulaient demander à Dieu soit pour eux-mêmes, soit pour toute la congrégation. Ces chrétiens sont profondément émus lorsqu’ils découvrent de telles prières qui, inspirées de l’esprit, disent les choses avec tant de justesse. Leurs “gémissements inexprimés” n’ont pas été vains; ils n’ont pas été mal interprétés ni méprisés. C’est ainsi que dans les Écritures inspirées de l’esprit ils apprennent à connaître les mots articulés que l’esprit a employés lorsqu’il a sollicité pour eux devant Dieu. Ils se sentent affermis dans la conviction qui fut celle de Paul, lorsqu’il dit: “Nous savons que Dieu fait concourir toutes ses œuvres au bien de ceux qui aiment Dieu.” — Romains 8:28.
35 L’esprit saint opère puissamment pour faire concourir hs 133

8:26, 27. Lorsque nous nous trouvons dans des situations si bouleversantes que nous ne savons pas quoi demander dans la prière, “ l’esprit lui-même sollicite pour nous ”. Puis Jéhovah, Celui ‘ qui entend la prière ’, considère les prières consignées dans sa Parole et qui sont adaptées à nos besoins comme venant de nous. — Ps. 65:2 w08 15/6 30
L’“ intention ” de l’esprit. En Romains 8:26, 27, Paul explique que les serviteurs de Dieu ne savent pas toujours exactement quoi demander comme ils en ont besoin quand ils prient. Cependant, Dieu sait qu’ils désirent que sa volonté soit faite. Il sait aussi de quoi ses serviteurs ont besoin. Par le passé, Dieu a fait consigner dans sa Parole de nombreuses prières inspirées, qui expriment sa volonté ou sa pensée à leur égard. Il agrée donc ces prières inspirées comme étant ce que son peuple aimerait dire et ce pour quoi il aimerait prier, et en conséquence il les exauce. Dieu connaît les cœurs sincères et il connaît aussi la “ pensée ” des choses qu’il a fait dire à son esprit par l’intermédiaire des rédacteurs de la Bible. Il sait “ quelle est l’intention [la pensée] de l’esprit ” lorsque celui-ci “ sollicite ”, ou intercède, pour eux  it-2 524-525, 663
Parfois, nous sommes tellement englués dans nos difficultés que nous ne trouvons même pas les mots pour en parler à Dieu. Jéhovah ignore-t-il pour autant tout de notre détresse ? Romains 8:26 répond : “ L’esprit aussi vient en aide à notre faiblesse ; car le problème, le voici : ce pour quoi nous devons prier comme nous en avons besoin, nous ne le savons pas, mais l’esprit lui-même sollicite pour nous avec des gémissements qui n’ont pas été exprimés. ” Que signifie ce verset ? Certains fidèles du passé ont composé sous inspiration divine des prières qui traduisent précisément nos sentiments ; Jéhovah, le Dieu ‘ qui entend la prière ’, peut considérer que c’est exactement ce que nous voulons lui dire. — Psaume 65:2 w09 1/6 30


 Les Écritures contiennent quantité de prières et de pensées qui rejoignent nos “ gémissements qui n’ont pas été exprimés ”. Prenons par exemple Psaume 119:121-128. La façon dont les choses sont dites ici est peut-être appropriée pour notre situation. Ainsi, si nous craignons d’être spoliés, nous pourrons demander l’aide divine dans les mêmes termes que le psalmiste (versets 121-123). Et si nous avons à prendre une décision très délicate ? Nous pouvons alors prier Jéhovah pour que son esprit nous aide à nous souvenir de ses rappels et à les appliquer (versets 124, 125) w05 15/4 18-19 

Montrant que nous avons besoin d’aide pour prier Dieu correctement, l’apôtre Paul déclara: “Ce que nous devons demander dans nos prières comme il le faudrait, nous ne le savons pas.” (Rom. 8:26). Tous les chrétiens en font souvent l’expérience. Nous pouvons bien des fois trouver dans le livre des Psaumes l’aide nécessaire pour exprimer plus pleinement à Dieu nos pensées et nos désirs les plus profonds. — Voir Éphésiens 5:19; Colossiens 3:16.
Du fait que les Psaumes abordent les divers sentiments humains, le lecteur se sent personnellement attiré par la chaleur qui s’en dégage. Se reconnaissant dans les Psaumes, il a le sentiment que ceux-ci s’adressent à lui ou ont été écrits pour lui. Ils atteignent ses pensées et ses mobiles les plus profonds et sondent son cœur, ce qui l’incite à rectifier certaines choses dans sa vie. En agissant ainsi, le lecteur s’enrichit spirituellement et apprend à connaître Dieu plus intimement. Tous devraient lire entièrement les Psaumes, du premier au dernier. On ne peut qu’en retirer des bienfaits.; w79 15/10 31


L’apôtre Paul encourage les chrétiens à poursuivre leur combat pour la foi, ‘tandis qu’avec toutes sortes de prières et de supplications ils prient en toute occasion, dans l’esprit’. (Éph. 6:18.) Toute prière, qu’elle soit audible ou silencieuse, a un but. Mais il y a plusieurs sortes de prières : les “intercessions”, faites en faveur d’autres chrétiens, les “actions de grâces” ou les bénédictions, et les “supplications” adressées à propos de certains besoins ou problèmes particuliers (I Tim. 2:1 ; Phil. 4:6). Nous prions aussi en de nombreuses occasions. Certaines circonstances particulières nous incitent à invoquer Dieu spontanément, mais nous le prions régulièrement à d’autres occasions, telles que les réunions de la congrégation (Jacq. 5:13-16 ; Actes 6:5, 6). Les prières doivent donc être appropriées aux circonstances.


Quand nous prions, il convient d’être aussi précis que possible, car nos prières ont un but ou servent un dessein particulier à la circonstance. Elles ne doivent être ni confuses, ni décousues, ni incohérentes. Par exemple, quand on prend un repas, en général il ne convient pas de prononcer une longue prière qui traiterait de choses n’ayant aucun rapport ou qu’un rapport très lointain avec la circonstance. Une prière courte atteindra son but. Par contre, dans une prière prononcée au début ou à la fin d’une journée, nous souhaiterons peut-être mentionner des choses qui concernent notre vie de tous les jours ou la famille de nos frères du monde entier. Une telle prière inclura donc davantage de pensées. Bien sûr, il arrive parfois que “ce que nous devons demander dans nos prières comme il le faudrait, nous ne le savons pas, mais l’esprit lui-même sollicite pour nous par des gémissements inexprimés”. (Rom. 8:26.) Dieu accepte nos prières sincères dites dans ces conditions et il les exauce en fonction de nos besoins, comme si nous l’avions justement prié de nous répondre de cette manière.w77 4
 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites






×

Important Information

Terms of Service Confirmation