Jump to content
The World News Media

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 23 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 12-13


Recommended Posts

  • Member

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 23 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 12-13.docx

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 23 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 12-13.pdf

Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Hébreux 12-13

Hébreux 12:1 : Comment l’exemple laissé par la « grande nuée de témoins » nous encourage-t-il ? (w11 15/9 17-18 § 11).

« Donc, nous aussi, puisque nous sommes entourés d’une si grande nuée de témoins, débarrassons-nous de tout poids et du péché qui nous entrave facilement, et courons avec endurance la course qui est placée devant nous, »

11 Les “ témoins ” composant cette “ grande nuée ” étaient des serviteurs de Jéhovah qui étaient restés fidèles jusqu’à la fin de leur vie. Ils étaient donc comparables à des athlètes accomplis qui avaient réussi à terminer leur course. Imaginez ce que pourrait éprouver un marathonien s’il se savait, entouré d’anciens coureurs de haut niveau qui l’observent et l’encouragent. Ne se sentirait-il pas poussé à faire de son mieux, et même à se surpasser ? Les “ témoins ” de la “ grande nuée ” avaient prouvé que, malgré les difficultés, il était possible de gagner la course. En songeant à leur exemple, les chrétiens hébreux du Ier siècle pouvaient prendre courage et ‘ courir la course avec endurance ’. Nous le pouvons, nous aussi. - w11 15/9 17-18 § 11

Paul parle de ces fidèles serviteurs de Dieu comme d’une “ grande nuée de témoins ”. (Hébreux 12:1.) Le mot grec rendu ici par “ nuée ” désigne non pas un nuage de taille et de forme, bien définies, aux contours bien nets, mais une masse nuageuse informe. Ce terme est approprié, car les fidèles serviteurs de Dieu du temps passé ont été si nombreux qu’ils sont comparables à une énorme masse nuageuse. Cette ‘masse nuageuse’ de témoins a commencé à se former peu après la rébellion contre la souveraineté de Dieu en Éden. Les chrétiens d’aujourd’hui sont entourés d’une “ grande nuée ” de beaux exemples — tant de notre époque que du passé– TG2003 15/1 p5

Les paroles de Paul montrent qu’un chrétien peut parfois s’embarrasser de charges inutiles. Il ne s’agit pas forcément de péchés graves. Un chrétien peut, par exemple, faire une erreur de jugement qui lui complique sérieusement la vie et lui rend très difficile la course qui est proposée aux serviteurs de Dieu. Le désir d’accumuler des biens matériels superflus ou d’avoir un train de vie coûteux ; le sentiment que la richesse constitue un gage de sécurité ou de bonheur. Ainsi chargé, le chrétien risque de ralentir et de ne plus réellement se soucier de Dieu Paul encourage les chrétiens à aller de l’avant dans la course en attirant leur attention non sur des spectateurs passifs, mais sur le bel exemple d’autres hommes et femmes qui furent eux aussi des coureurs, et particulièrement en les exhortant à avoir les yeux fixés sur celui qui est déjà sorti vainqueur et qui est maintenant leur Juge, Christ Jésus. – it-1 Jeux

Dans les jeux antiques, les coureurs n’étaient pas alourdis par des vêtements ou un équipement, un seul coureur recevait le prix. Dans la course pour la vie, c’est différent. Dieu “ veut que toutes sortes d’hommes soient sauvés et parviennent à une connaissance exacte de la vérité ”. (1 Tim. 2:3, 4.) Beaucoup ont remporté la course avant vous, et aujourd’hui beaucoup courent à vos côtés (Héb. 12:1, 2). Le prix sera remis à tous ceux qui n’abandonnent pas. Alors, ayons un mental de vainqueur. Ce n’est pas le moment d’entretenir des doutes ou des incertitudes quant à ce que Jéhovah fera   TG2011 15/11 §20

Imaginez que vous soyez en train de courir dans un stade. Vous foncez, tous muscles tendus, le regard fixé sur la ligne d’arrivée. Qui vous observe sur les gradins? Ce sont d’anciens champions. Bien loin d’être de simples spectateurs, ils étaient tous autrefois des témoins actifs, tant en paroles qu’en actes. Il se peut que l’apôtre Paul ait songé à une scène analogue lorsqu’il a rédigé sa lettre aux Hébreux, vers l’an 61 de notre ère. Ces chrétiens avaient besoin d’une foi ferme. . Quel encouragement d’être ‘entourés par une si grande nuée de personnes qui rendent témoignage’! Cela nous incite à rejeter tout poids qui pourrait nous empêcher de progresser spirituellement. Cela nous aide aussi à ne pas perdre notre foi ou à ne pas manquer de foi — ce qui serait un péché — et à courir avec endurance la course chrétienne pour la vie éternelle Nous risquons facilement de nous laisser vaincre par le manque de foi si nous nous intéressons trop aux activités du présent système - TG1967 15/1

Hébreux 13:9 : Que signifie ce verset ? (w89 15/12 22 § 10).

« Ne vous laissez pas égarer par des enseignements divers et étrangers, car il vaut mieux que le cœur soit affermi par la faveur imméritée que par des aliments, qui ne sont d’aucun profit à ceux qui leur accordent beaucoup d’importance »

10 Par conséquent, les Hébreux devaient veiller à ne pas ‘se laisser emporter par les doctrines diverses et étrangères’ des judaïsants (Galates 5:1-6). Ce n’est pas par de tels enseignements, mais ‘par la faveur imméritée, que le cœur est affermi’, afin de demeurer inébranlable dans la vérité. Certains, semble-t-il, discutaient à propos d’aliments et de sacrifices, car Paul dit que le cœur n’est pas affermi “par des aliments qui n’ont été d’aucun profit pour ceux qui s’y attachent”. Seules procurent des bienfaits spirituels la piété et la reconnaissance pour la rançon versée, et non pas la consommation de certains aliments ni l’observance de jours particuliers (Romains 14:5-9). Qui plus est, le sacrifice du Christ a rendu inefficaces les sacrifices lévitiques. - w89 15/12 22 § 10

Dans les second et troisième siècles, les gnostiques qui se disaient chrétiens se vantaient d’être les seuls à avoir sondé les profondeurs de la connaissance. Par la spéculation, ils prétendaient avoir découvert “ les choses profondes ” inconnues du chrétien ordinaire. Peu disposés à se borner à la vérité divinement révélée, et affirmant qu’il était impossible d’arriver aux vrais enseignements du Christ, ils se mirent à introduire des philosophies orientale et grecque sous l’étiquette de connaissance supérieure. Des doctrines, à peine ébauchées, inventées par les hommes, en furent le résultat, et nombre de personnes se tournèrent vers des fables – TG1963 p56

L’apôtre Paul déclare : “ Ne vous laissez pas emporter par des enseignements divers et étrangers. ” (Hébreux 13:9). Quelle sorte d’enseignements ? Puisqu’ils sont susceptibles de nous “ emporter ”, Paul désigne manifestement des raisonnements qui entament notre équilibre spirituel. Qui formule ces enseignements étrangers ? Paul a dit à un groupe d’anciens : “ Du milieu même de vous, des hommes se lèveront et diront des choses perverses pour entraîner les disciples à leur suite. ” (Actes 20:30). Effectivement, de nos jours comme du temps de Paul, des individus qui ont fait partie de la congrégation chrétienne essaient d’égarer les brebis en disant “ des choses perverses ” : des demi-vérités et des mensonges purs et simples. Pour reprendre les termes de l’apôtre Pierre, ils emploient “ des paroles trompeuses ”, des paroles qui ressemblent à la vérité, mais qui n’ont en réalité aucune valeur – TG2004  1/9 §10

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ?

« Ne devrions-nous pas [...] nous soumettre plus volontiers au Père ? » (HÉB. 12:9). Nous devons  nous soumettre à Jéhovah parce qu’il est notre Créateur. Comme il nous a créés, il a le droit d’établir des normes et de nous demander de les respecter Jéhovah veut que nous lui obéissions, pas seulement par peur de lui déplaire, mais avant tout par amour pour lui ; il désire que nous le considérions comme notre Père aimant. Dans sa lettre aux Hébreux, l’apôtre Paul a expliqué que nous devons ‘nous soumettre volontiers au Père’ parce qu’il nous forme « pour notre bien » (Hébreux 12:9-11). – TG2019/9§1,2

On peut comparer la manière dont la discipline administrée par Jéhovah nous est profitable à la façon dont un fruit vient à maturité. La Bible dit au sujet de la discipline de Dieu : “ Elle rapporte à ceux qu’elle a formés un fruit de paix, c’est-à-dire la justice. ” (Hébreux 12:11). De même qu’il faut du temps à un fruit pour qu’il mûrisse, de même il nous en faut pour changer nos façons de voir les choses conformément à la formation que Dieu nous dispense. Par exemple, si nous devions perdre des privilèges de service dans l’assemblée pour nous être mal conduits, notre désir d’attendre Dieu nous empêcherait de nous décourager et d’abandonner. – TG2007  3/1 p19

« Ayez bon courage » (Hébreux 13:6). Notre confiance en Jéhovah nous donne du courage, quelles que soient les difficultés que nous rencontrons. Et ce courage nous permet d’avoir un état d’esprit positif. Notre amour fraternel associé à cet état d’esprit positif nous aide à bâtir et à réconforter nos compagnons - TG2016/1 p10 §17

Quand, pendant la grande tribulation, les nations nous attaqueront, nous aurons besoin de courage et nous devrons mettre notre confiance en Jéhovah comme jamais auparavant Hébreux 13:6. Si nous apprenons à compter sur Jéhovah dès aujourd’hui, nous aurons le courage nécessaire pour faire face à l’attaque de Gog  TG2019/10 §16

“ Nous avons un autel dont ceux qui font un service sacré à la tente n’ont pas le droit de manger. ” (Hébreux 13:10). De quel autel Paul parlait-il ? L’autel dont Paul parle est symbolique. Les chrétiens disposent d’un autel symbolique en ce sens qu’ils peuvent approcher Dieu grâce au sacrifice de Jésus, qui fait propitiation pour le péché et donne accès au pardon de Jéhovah et au salut éternel. – TG1989 15/12 p15§11

Paul parle des sacrifices auxquels Dieu prend plaisir. Il écrit: “Par lui Jésus, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui font la déclaration publique pour son nom. D’autre part, n’oubliez pas de faire le bien et de partager avec autrui, car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir.” (Hébreux 13:15, 16). Le service sacré que nous offrons à Jéhovah, “avec crainte pieuse et effroi”, est fondé sur l’amour désintéressé dont Jésus a fait preuve. Ce service se rapporte en particulier à notre prédication, car, par Christ le Grand Prêtre, ‘nous offrons à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui font la déclaration publique pour son nom’. - TG1989 15/12 p15§13

Après avoir demandé aux Hébreux de prier pour lui, Paul exprime un vœu qui est une prière. Il dit: “Or, que le Dieu de paix qui a fait remonter d’entre les morts le grand berger des brebis avec le sang d’une alliance éternelle, notre Seigneur Jésus, vous équipe de toute bonne chose pour faire sa volonté, réalisant en nous, par Jésus Christ, ce qui est agréable à ses yeux; à qui soit la gloire à tout jamais! Amen.” (Hébreux 13:20, 21). Songeant à une terre où régnera la paix, “le Dieu de paix” a ressuscité le Christ à la vie immortelle dans le ciel; c’est au ciel que Jésus a présenté les mérites de son sang, dont l’effusion a validé la nouvelle alliance. Cette alliance est éternelle, car ceux qui vivront sur la terre recevront des bienfaits permanents de l’action des 144 000 fils spirituels de Dieu qui régneront avec Jésus dans le ciel et avec qui la nouvelle alliance a été conclue. C’est par l’entremise de Christ que Dieu, à qui nous rendons gloire, ‘nous équipe de toute bonne chose dont nous avons besoin pour faire sa volonté et être agréables à ses yeux’ – TG1989  15/12 §19

13:20 — Pourquoi est-il dit que la nouvelle alliance est “ éternelle  ? Pour trois raisons : 1) Elle ne sera jamais remplacée,

2) ses effets sont permanents et 3) les “ autres brebis ” profiteront encore de cette disposition après Armaguédon.TG15/10/2008

Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

“ Courons avec endurance la course qui est placée devant nous, a écrit l’apôtre Paul, tandis que nous avons les yeux fixés sur l’Agent principal de notre foi et Celui qui la porte à la perfection : Jésus. ” (Hébreux 12:1, 2). Pour réussir à mener une vie de fidélité, nous devons avoir les yeux fixés sur Jésus Christ. ‘ avoir les yeux fixés ’ signifie  diriger son attention sans distraction ”, “ concentrer le regard sur ”. Si l’espace d’un instant le coureur grec dans le stade détournait son attention de la piste et de la ligne d’arrivée vers laquelle il filait pour la porter sur la foule qui l’observe, il perdait de la vitesse. Il en est de même du chrétien.Des causes de distraction peuvent entraver nos progrès spirituels. Nous devons donc avoir les yeux fixés sur Jésus Christ. Avoir les yeux fixés sur Jésus suppose que l’on suive son exemple.TG2005  15/9 p21

 Vous n’avez encore jamais résisté jusqu’au sang  Hébreux 12:4. Paul voulait dire résisté jusqu’à la mort. Ils disposaient d’exemples de serviteurs de Dieu restés fidèles jusqu’à la mort. Même si les Hébreux à qui Paul écrivait n’avaient pas été éprouvés jusqu’à ce point, ils n’en avaient pas moins besoin de progresser vers la maturité, de bâtir leur foi pour endurer quoi qu’il advienne – TG2002  15/4 p30

Des égards pour les boiteux spirituels. Paul fit remarquer que beaucoup parmi eux n’étaient pas mûrs spirituellement et devaient progresser davantage (Hé 5:12-14). Puis, après avoir parlé de discipline, il dit : “ Continuez à faire des sentiers droits pour vos pieds, afin que ce qui est boiteux ne se démette pas, mais que plutôt il guérisse. ” (Hé 12:13). Même les plus forts doivent veiller attentivement à la façon dont ils marchent dans le christianisme, afin que ceux qui sont plus faibles, les “ boiteux ” spirituels, ne trébuchent pas ni ne se blessent. Si ceux qui sont forts dans la foi usaient de leur liberté spirituelle pour faire certaines choses permises, ils risqueraient de faire trébucher ceux dont la foi est plus faible. Paul montre aussi que le chrétien devrait, spirituellement parlant, fortifier ses propres ‘ jambes ’ afin de ne pas boiter ni trébucher à cause de ce qui arrive ou de la conduite de quelqu’un. Il devrait se rendre fort pour rester ferme dans le christianisme. Quand quelqu’un aime la loi de Dieu, rien ne peut le faire boiter au sens spirituel - it-1 p357-358

L’apôtre Paul a conseillé à ses compagnons dans la foi de veiller à ce “ qu’il n’y ait pas de personne ayant une conduite sexuelle immorale ni d’homme n’ayant aucun respect pour les choses sacrées, comme Ésaü, qui en échange d’un seul plat a donné ses droits de premier-né ”. — Hébreux 12:14-16. Pourquoi Paul a-t-il assimilé les actions d’Ésaü à une conduite sexuelle immorale? Parce que celui qui a l’état d’esprit d’Ésaü risque de ne pas respecter les choses sacrées. Cela peut l’amener à commettre des péchés graves. Chacun de nous peut donc se demander : ‘ Suis-je parfois tenté de vendre mon héritage chrétien, la vie éternelle, pour quelque chose d’aussi éphémère qu’un plat de lentilles ? Est-ce que, sans m’en rendre compte, je ne mépriserais pas les choses sacrées ? ’ Ésaü était impatient de satisfaire un besoin physique. Il a dit à Jacob : “ Vite, s’il te plaît, donne-moi à avaler de ce rouge. ” (Genèse 25:30). Malheureusement, certains serviteurs de Dieu ont dit en quelque sorte : “ Vite ! Pourquoi attendre un mariage honorable ? ” Ils ont voulu satisfaire à tout prix leurs désirs sexuels, ce qui est devenu leur plat de lentilles. – TG2002  1/5 p10

 

 

Paul nous demande de veiller “avec soin à ce que personne ne soit privé de la faveur imméritée de Dieu; à ce qu’aucune racine vénéneuse, venant à pousser, ne cause du trouble, et que beaucoup n’en soient souillés”. (Hébreux 12:15.) Celui qui est mécontent et qui trouve à redire à ce qui se fait dans l’assemblée est comparable à une “racine vénéneuse” qui peut croître rapidement et venir contaminer les pensées saines des autres membres de l’assemblée. Nous pouvons lutter contre les critiques en songeant aux innombrables bienfaits que la vérité nous a apportés. Celui qui se laisse attirer par l’immoralité ou qui, comme Ésaü, ne fait “aucun cas des choses sacrées” se trouve devant un autre danger (Hébreux 12:16). Paul associe ces deux tendances, car l’une peut aisément conduire à l’autre. – TG1989 15/12 p14 §15,16

Paul a félicité les chrétiens de Jérusalem pour l’endurance dont ils avaient fait preuve, notamment lors de périodes difficiles : Ces félicitations chaleureuses leur ont sans aucun doute fait beaucoup de bien. Cependant, Paul les a aussi mis en garde contre une tendance qui risquait d’attiédir leur zèle. Il leur a expliqué qu’un chrétien ne doit pas “ repousser celui qui parle ”, autrement dit ne doit pas se chercher des excuses pour refuser d’obéir aux commandements de Dieu. — Héb. 12:25. Nous devons nous acquitter de nos responsabilités chrétiennes avec zèle, sans nous chercher des excuses. Ne perdons pas de vue que notre service sacré est une question de vie ou de mort. – TG2010  15/4 p10

Nous lisons en Aggée 2:6 : “ Voici ce qu’a dit Jéhovah des armées : ‘ Encore une fois — c’est un peu de temps — je vais ébranler le ciel et la terre, et la mer et le sol ferme.” ” À propos de ce verset, l’apôtre Paul a écrit : “ Il a promis, en disant : ‘ Encore une fois, je secouerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. ’ Or cette expression ‘ encore une fois ’ indique la suppression des choses qui sont ébranlées en tant que choses qui ont été faites, afin que demeurent les choses qui ne sont pas ébranlées [le Royaume]. ” (Hébreux 12:26, 27). En effet, le présent système de choses dans son intégralité va être ‘ secoué ’ de la terre pour laisser place au monde nouveau instauré par Dieu. – TG2006  15/5 p31

Notre foi repose vraiment sur des “réalités que pourtant l’on ne voit pas”. (Hébreux 11:1.) En Hébreux 12:18-27, Paul poursuit en parlant de quelques-unes de ces réalités invisibles. Il rappelle les événements impressionnants qui se produisirent au mont Sinaï quand Dieu parla directement à Israël. En cette occasion, Moïse dit: “Je suis effrayé et tremblant.” L’apôtre ajoute alors: “Mais vous vous êtes approchés d’un mont Sion et d’une ville du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, et de myriades d’anges, en assemblée générale.” À l’époque de l’antique Israël, la voix de Dieu qui se fit entendre au mont Sinaï ébranla la terre, mais maintenant, dit Paul, Jéhovah fait cette promesse: “Une fois encore, je secouerai non seulement la terre, mais aussi le ciel.” Bien que ces paroles s’adressent en premier lieu aux chrétiens oints de l’esprit, la “grande foule” des autres brebis peut aussi leur prêter attention. Saisissons-nous bien l’importance de ce que dit Paul ? Nous nous tenons devant une assemblée composée de dizaines de milliers d’anges. Bien sûr, nous nous tenons aussi devant Jéhovah. À sa droite se trouve Jésus Christ. La situation dans laquelle nous nous trouvons est certes plus imposante et notre responsabilité plus grande que ne l’étaient celles des Hébreux d’autrefois au mont Sinaï. En outre, l’ébranlement que provoquera la bataille d’Amarguédon anéantira les cieux et la terre de maintenant, où règne la méchanceté. Aussi n’est-ce pas le moment de ‘demander qu’on nous dispense d’entendre’ la Parole de Dieu et de lui obéir. – TG1989 15/12 p14 §17

Nous vivons l’époque la plus effrayante de l’histoire humaine. Étant Témoins de Jéhovah, nous avons été envoyés jusque dans la partie la plus lointaine de la terre pour prêcher la bonne nouvelle du Royaume de Dieu, qui est maintenant instauré dans les cieux. Pour ce faire, nous devons avoir une foi inébranlable, une foi qui ne défaille pas, une foi qui nous permette d’accepter la discipline de Jéhovah. Si nous avons une foi semblable, nous continuerons “d’avoir de la faveur imméritée, faveur par laquelle nous pouvons servir Dieu par un service sacré et d’une manière qui lui soit agréable, avec crainte pieuse et effroi”. Hébreux 12:28 Oui, nous continuerons de témoigner en faveur de Jéhovah et nous ne nous lasserons pas TG1989 15/12 p14 §18

« Pensez à ceux qui sont en prison, comme si vous étiez emprisonnés avec eux, et à ceux qui sont maltraités, puisque vous aussi vous êtes dans un corps physique.» (Hébreux 13:3). Paul ne parlait pas ici des prisonniers en général, mais des frères emprisonnés pour leur foi. Lui-même était en prison depuis quatre ans quand il a écrit ces mots aux chrétiens hébreux. Il les a d’ailleurs félicités d’avoir « eu de la compassion pour ceux qui étaient en prison » (Héb. 10:34). Contrairement aux frères qui étaient personnellement venus en aide à Paul alors qu’il se trouvait en prison, les chrétiens hébreux n’étaient pas sur place. Alors comment pouvaient-ils « penser » à Paul ? En priant ardemment en sa faveur (Héb. 13:18, 19). De même aujourd’hui, nous ne sommes peut-être pas physiquement présents aux côtés de nos frères emprisonnés. Nous ne sommes donc pas forcément en mesure de leur fournir une aide pratique, comme le font les Témoins qui vivent près de prisons. Mais nous pouvons montrer notre compassion et notre affection fraternelle en gardant constamment ces fidèles à l’esprit et en les mentionnant dans nos prières, en suppliant Jéhovah pour eux – TG2016/1  p10

« Que le mariage soit honorable chez tous » (Hébreux 13:4). Le mot “ honorable ” qualifie quelque chose que l’on estime et qui est précieux. Or, c’est exactement ainsi que Jéhovah considère le mariage : il le tient en haute estime, parce qu’il est précieux. Rester moralement pur est une autre façon de manifester l’amour fraternel. S’il arrivait que quelqu’un « nuise » à un frère ou à une sœur et « lèse ses droits » en commettant l’immoralité sexuelle soit avec lui ou elle, soit avec un membre de sa famille, cela briserait la confiance sur laquelle repose l’amour fraternel. Imagine également ce que ressentirait une femme si elle découvrait que son mari l’avait trahie en regardant de la pornographie. Une telle conduite serait-elle une marque d’amour pour elle et de respect pour l’institution du mariage ? – TG2016/1 p10 §15

« Contentez-vous des choses présentes » (Hébreux 13:5). Le véritable contentement est fondé sur notre confiance en Jéhovah. Il nous permet d’avoir un point de vue équilibré sur les biens matériels. Il nous aide à comprendre que nos relations avec Jéhovah et nos compagnons chrétiens sont bien plus importantes que tout ce que l’argent peut acheter. Une personne qui manifeste le contentement n’est pas du genre à se plaindre, à grogner ou à critiquer ; elle ne cède pas non plus à l’envie ni à l’avidité, des sentiments qui peuvent empêcher que l’amour fraternel grandisse. Une personne qui manifeste le contentement n’est pas immunisée contre les inquiétudes liées à l’argent ; en revanche, elle sait les relativiser. Le contentement favorise plutôt la générosité TG2016/1 p10 §16

 

 

Link to post
Share on other sites

  • Views 577
  • Replies 1
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic





  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Claud's Lst  »  misette

      Bonjour ma sœur Misette. Comment vas-tu ? J'espère avec l'aide de Jéhovah toute la communauté et especialement toi vont bien. 
      Je n'ai pas reçu la réunion de cette semaine, est-ce qu'il y a un problème pour cette semaine ? 
           Bonne journée ou soirée 
                                   Agape 
      · 1 reply
    • folens  »  Eric Ouellet

      Bonjour Eric merci pour cet exposé.
      Bonne journée Michel
      1LE BATEAU.pdf
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      La sagesse est plus précieuse que l’or et la crainte envers Jéhovah est notre salut.
       
      La vraie sagesse de Dieu est un cadeau inestimable, car seul ceux qui obéissent et suivent ces préceptes en recoivent les bienfaits. En Psaume 111:10 déclare ceci: “La crainte de Jéhovah est le commencement de la sagesse.”
      Qu’est-ce que cela veut dire? La sagesse est la capacité d’utiliser efficacement sa connaissance et son intelligence pour résoudre un problème, éviter un danger, atteindre un objectif. Elle sous-entend un bon jugement. Le commencement, la première partie, le fondement de cette sagesse, c’est la crainte de Jéhovah. Pourquoi cela? Bien que toute création est l’œuvre de ses mains et dépend de lui. Il a accordé aux humains le libre arbitre, mais pas la faculté de diriger leurs pas avec succès sans tenir compte de sa direction (Josué 24:15; Jérémie 10:23). Nous ne connaîtrons le succès durable qu’à la condition de bien saisir ces idées fondamentales sur la vie, et de nous y conformer. Si notre connaissance de Jéhovah nous donne la ferme conviction que la volonté divine est promise au succès, et qu’il tiendra sa promesse de récompenser ses fidèles, alors la crainte pieuse nous poussera à agir sagement. — Proverbes 3:21-26; Hébreux 11:6.
      Prenons un exemple: Il y a quelques dizaines d’années, un jeune homme fréquentait l’université de Saskatchewan, au Canada. Au programme de sa formation figurait la biologie, et on lui a enseigné l’évolution. Après avoir été diplômé, il s’est spécialisé dans la physique nucléaire, profitant d’une bourse pour continuer ses études à l’université de Toronto. Au cours de ses études, il a constaté dans la structure des atomes révélaient des témoignages stupéfiants d’un ordre et d’une finalité extraordinaire . Mais personnes ne répondait pas à ces questions: Qui a conçu tout cela? Quand? Et pourquoi? Sans ces réponses, pouvait-il utiliser sagement ses connaissances dans un monde remplis interrogations ? Qu’est-ce qui le guiderait? Le nationalisme? Le désir de gratifications matérielles? Avait-il acquis la vraie sagesse?
      Peu après avoir été diplômé, cet homme ainsi que sa femme se sont mis à étudier la Bible avec les Témoins de Jéhovah. Dans la Parole de Dieu, ils ont peu à peu trouvé les réponses qui leur manquaient. Ils ont appris à connaître le Créateur, Jéhovah Dieu. En étudiant ce qui est arrivé à Moïse à la mer Rouge, à Daniel et à ses compagnons à Babylone, ils ont appris l’importance de craindre Dieu, et non les hommes (Exode 14:10-31; Daniel 3:8-30). Cette crainte pieuse mêlée d’un amour sincère pour Jéhovah a commencé à les animer. Rapidement, leur vie a changé. Enfin cet homme connaissait Celui dont il avait étudié l’œuvre en biologie. Il a progressivement compris le dessein de Celui dont il avait constaté la sagesse dans ses cours de physique. Au lieu d’employer sa connaissance à élaborer des instruments de destruction, il a choisi, avec sa femme, d’aider autrui à aimer Dieu et son prochain. Ils ont entrepris le service de prédicateurs du Royaume de Dieu à plein temps. Par la suite, ils ont suivi les cours de Galaad, l’École biblique de la Société Watchtower, et ont été nommés missionnaires.
      Bien entendu, tout le monde ne peut pas être missionnaire. Mais tous nous pouvons bénéficier de la sagesse fondée sur la crainte de Jéhovah. Si nous cultivons cette sagesse, nous ne consacrerons pas le meilleur de notre vie à étudier les philosophies humaines, qui n’échafaudent que des suppositions sur le but de la vie. Nous nous appliquerons à l’étude de la Bible, livre inspiré de Jéhovah Dieu, la Source de la vie, celui qui peut nous donner la vie éternelle (Psaume 36:9; Colossiens 2:8). Au lieu de nous rendre esclaves d’un système commercial chancelant, au bord de la ruine, nous écouterons Jéhovah, qui nous conseille de nous contenter de la nourriture et du vêtement, et d’accorder à nos relations avec lui la priorité dans notre existence (1 Timothée 6:8-12). Au lieu de nous comporter comme si notre avenir dépendait d’une belle situation dans le monde actuel, nous croirons la Parole de Jéhovah, qui nous affirme que le monde est en train de passer, de même que le désir du monde, alors que celui qui fait la volonté divine demeure pour toujours. — 1 Jean 2:17.
      Dans le livre de Proverbes 16:16, Salomon nous encourage par cette déclaration certaine: “Acquérir la sagesse [la sagesse qui commence par la crainte de Jéhovah], oh! combien cela vaut mieux que l’or! Et acquérir l’intelligence est préférable à l’argent.” Poussés par cette sagesse et cette intelligence, nous considérerons l’accomplissement de la volonté de Dieu comme le premier centre d’intérêt de notre vie. Et quelle activité Dieu a-t-il confiée à ses Témoins en cette période de l’histoire humaine? Faire connaître son Royaume par la prédication et aider les personnes sincères à devenir de vrais disciples de Jésus Christ (Matthieu 24:14; 28:19, 20). Il s’agit d’une activité dont on retire une satisfaction véritable et un grand bonheur. C’est donc à propos que la Bible dit: “Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, et l’homme qui acquiert le discernement.” — Proverbes 3:13.
      Elle nous retient de commettre le mal
      Un deuxième bienfait que nous procure la crainte de Dieu est qu’elle nous retient de commettre le mal. Celui qui respecte profondément Dieu ne détermine pas par lui-même ce qui est bien et mal. Il ne tient pas pour mauvais ce que Dieu déclare bon, ni ne considère comme bon ce que Dieu déclare mauvais (Psaume 37:1, 27; Ésaïe 5:20, 21). De plus, celui que motive la crainte pieuse ne se contente pas de savoir ce que Jéhovah déclare bon ou mauvais. Une telle personne aime ce que Jéhovah aime et elle hait ce que Jéhovah hait. En conséquence, elle agit en harmonie avec les préceptes divins. Ainsi, comme le dit Proverbes 16:6, “par la crainte de Jéhovah, on se détourne du mal”. Cette crainte pieuse devient une motivation puissante qui permet d’atteindre des résultats qu’on n’obtiendrait pas même si une personne commence tout juste à l’éprouver, la crainte pieuse peut lui donner le courage de ne pas faire quelque chose qu’elle regretterait le restant de ses jours. Au Mexique, par exemple, une femme enceinte a demandé à une chrétienne Témoin de Jéhovah ce qu’elle pensait de l’avortement. La chrétienne lui a lu plusieurs versets bibliques, puis lui a tenu ce raisonnement: “Pour le Créateur, la vie est très importante, même la vie de ceux qui ne sont pas encore nés.” (Exode 21:22, 23; Psaume 139:13-16). Des examens laissaient entendre que le bébé serait anormal. Néanmoins, après ce qu’elle avait vu dans la Parole de Dieu, cette femme a décidé de garder son enfant. Son médecin a refusé de la revoir, et son mari l’a menacée de la quitter, mais elle a tenu bon. Elle a finalement donné naissance à une magnifique petite fille, normale et en bonne santé. Par gratitude, elle a recherché les Témoins et s’est mise à étudier la Parole de Dieu avec eux. Moins d’un an après, son mari et elle se faisaient baptiser. Quelques années plus tard, à une assemblée de district, tous deux ont été enchantés de rencontrer la chrétienne qui avait parlé à la femme la première fois. Ils lui ont présenté leur jolie fillette de quatre ans. Incontestablement, le respect de Dieu et le désir puissant de ne pas lui déplaire exercent une grande influence.
      La crainte pieuse peut nous garder d’un grand nombre de mauvaises actions (2 Corinthiens 7:1). Cultivée avec soin, elle est capable d’aider quelqu’un à mettre un terme à des péchés cachés, connus de lui seul et de Jéhovah. Elle peut l’aider à se libérer de la dépendance de l’alcool ou de la drogue. Un ancien drogué d’Afrique du Sud a raconté: “Au fur et à mesure que j’apprenais à connaître Dieu, la crainte de le décevoir ou de lui déplaire grandissait en moi. Je savais qu’il m’observait, et je désirais ardemment son approbation. Cela m’a incité à me débarrasser de la drogue qui était en ma possession en la jetant dans les toilettes.” La crainte pieuse a aidé des milliers de personnes de la même manière. — Proverbes 5:21; 15:3.
      La crainte salutaire de Dieu nous préserve également de la crainte de l’homme. La plupart des humains connaissent, à des degrés divers, la crainte de l’homme. Les apôtres de Jésus Christ l’ont abandonné et se sont enfuis lorsque les soldats se sont emparés de lui dans le jardin de Gethsémané. Plus tard, dans la cour du grand prêtre, désarçonné et en proie à la crainte, Pierre a nié faire partie des disciples de Jésus et même le connaître (Marc 14:48-50, 66-72; Jean 18:15-27). Mais grâce à l’aide qu’ils ont reçue, les apôtres ont retrouvé leur équilibre spirituel. Par contre, aux jours du roi Jéhoïakim, Urie, fils de Schémaïah, fut terrassé par la crainte au point d’abandonner son service de prophète de Jéhovah et de fuir le pays, ce qui ne l’empêcha pas d’être capturé et tué. — Jérémie 26:20-23.
      Comment vaincre la crainte de l’homme? 
      Après nous avoir prévenus que “trembler devant les hommes, voilà ce qui tend un piège”, Proverbes 29:25 ajoute: “Mais celui qui se confie en Jéhovah sera protégé.” La réponse tient donc dans la confiance en Jéhovah. Cette confiance s’appuie sur la connaissance et l’expérience. L’étude de sa Parole nous démontre que les voies de Jéhovah sont droites. Nous découvrons des événements attestant qu’il est digne de confiance, que ses promesses sont sûres (y compris celle de la résurrection), qu’il est amour et qu’il est tout-puissant. Lorsqu’ensuite nous agissons conformément à cette connaissance, accomplissant ce que Jéhovah demande et rejetant fermement ce qu’il condamne, nous commençons à constater dans notre propre cas qu’il prend soin de ses serviteurs avec amour et que l’on peut compter sur lui. Nous acquérons personnellement la certitude que sa puissance est à l’œuvre pour que s’accomplisse sa volonté. Notre confiance en lui s’accroît, de même que notre amour pour lui et notre désir sincère de ne pas lui déplaire. Cette confiance est bâtie sur un fondement solide. Elle est un rempart contre la crainte de l’homme.
      Notre confiance en Jéhovah, alliée à la crainte pieuse, nous rendra fermes en faveur du bien dans le cas où un employeur menacerait de nous renvoyer si nous refusions de participer à des pratiques commerciales malhonnêtes (voir Michée 6:11, 12). Grâce à cette crainte pieuse, des milliers de chrétiens persévèrent dans le vrai culte malgré l’opposition de membres de leur famille. Elle donne aussi aux jeunes le courage de se faire connaître comme Témoins de Jéhovah à l’école, et elle les affermit face aux moqueries de leurs camarades de classe qui méprisent les principes bibliques. Ainsi, une adolescente Témoin de Jéhovah a dit: “Ce qu’ils pensent m’est bien égal. L’important, c’est ce que pense Jéhovah.”
      La même conviction donne aux vrais chrétiens la force de rester attachés aux voies de Jéhovah lorsque leur vie est en jeu. Ils savent qu’ils risquent d’être persécutés par le monde. Ils sont conscients que les apôtres ont été fouettés et que même Jésus Christ a été frappé et tué par des hommes méchants (Marc 14:65; 15:15-39; Actes 5:40; voir aussi Daniel 3:16-18). Mais les serviteurs de Jéhovah sont assurés qu’il peut leur donner la force d’endurer, qu’avec son aide ils peuvent remporter la victoire, que Jéhovah récompensera sans faute ses fidèles, si besoin en les ressuscitant dans son monde nouveau. Leur amour pour Dieu ajouté à la crainte pieuse les pousse puissamment à éviter toute action qui pourrait lui déplaire.
      C’est parce qu’ils étaient animés d’une telle motivation que les Témoins de Jéhovah ont supporté les horreurs des camps de concentration nazis dans les années 30 et 40. Ils ont pris à cœur le conseil de Jésus consigné en Luc 12:4, 5: “D’autre part, je vous le dis à vous, mes amis: Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et qui après cela ne peuvent rien faire de plus. Mais je vais vous indiquer qui vous devez craindre: craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la Géhenne. Oui, je vous le dis, Celui-là, craignez-le.” Par exemple, Gustav Auschner, un Témoin qui avait été interné dans le camp de concentration de Sachsenhausen, a écrit plus tard: ‘Les SS ont exécuté August Dickmann et ont menacé de nous passer tous par les armes si nous refusions de signer un document par lequel nous abjurions notre foi. Pas un seul n’a signé. Notre crainte de déplaire à Jéhovah était plus forte que la crainte de leurs balles.’ La crainte de l’homme mène aux compromis, mais la crainte de Dieu nous affermit pour faire le bien.
      La préservation de la vie
      Noé a connu les derniers jours du monde antédiluvien. Jéhovah avait décidé de détruire le monde d’alors en raison de la méchanceté des humains. Toutefois, en attendant, Noé a vécu dans un monde où régnaient la violence, l’immoralité sexuelle choquante et le mépris de la volonté divine. Noé a prêché la justice, et pourtant “ils ne s’aperçurent de rien jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous”. (Matthieu 24:39.) Noé n’a cependant pas renoncé à l’activité que Dieu lui avait confiée. Il fit “selon tout ce que Dieu lui avait ordonné. Ainsi fit-il”. (Genèse 6:22.) Qu’est-ce qui a permis à Noé, année après année et jusqu’au déluge, de toujours agir comme il convenait? Hébreux 11:7 répond: “Par la foi, Noé, divinement averti de choses qu’on ne voyait pas encore, fit montre d’une crainte pieuse.” Pour cette raison, sa femme, ses fils, leurs femmes et lui ont été sauvés du déluge.
       Notre époque ressemble de bien des manières à celle de Noé (Luc 17:26, 27). De nouveau un avertissement est lancé. Révélation 14:6, 7 parle d’un ange qui vole au milieu du ciel et invite les gens de toute nation et tribu et langue à ‘craindre Dieu et à lui donner gloire’. Quel que puisse être le comportement du monde autour de vous, obéissez à ces paroles, puis transmettez l’invitation à autrui. À l’instar de Noé, agissons avec foi et manifestons une crainte pieuse. Par cela, des vies peuvent être sauvées: la vôtre et celle de nombre de vos semblables. Lorsque nous considérons les bienfaits dont profitent ceux qui craignent le vrai Dieu, nous ne pouvons que souscrire aux paroles du psalmiste divinement inspiré qui chanta: 
      “Heureux est l’homme qui craint Jéhovah, dans les commandements de qui il prend grand plaisir!” — Psaume 112:1.

      · 0 replies
    • Darlene  »  T.B. (Twyla)

      I can not open study material 
      · 0 replies
    • Darlene  »  T.B. (Twyla)

      Can not open weekly study material 
      · 3 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,683
    • Total Posts
      131,936
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,943
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Jess
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.