Jump to content

misette

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 7 OCTOBRE 2019 - Jacques 3-5

Topic Summary

Created

Last Reply

Replies

Views

misette -
misette -
1
475

Top Posters


Recommended Posts

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 7 Octobre 2019 - Jacques 3-5.pdf

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 7 Octobre 2019 - Jacques 3-5.docx

Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Jacques 3-5

Jacques 4:5 : Quel verset Jacques cite-t-il ici ? (w08 15/11 20 § 6).

« Ou bien pensez-vous que c’est sans raison que l’Écriture dit : « L’état d’esprit qui s’est installé en nous désire sans cesse avec envie » ?

Jacques ne cite pas un verset en particulier. En revanche, il est possible que ces paroles divinement inspirées soient fondées sur l’idée générale qui ressort de textes comme Genèse 6:5 ; 8:21 ; Proverbes 21:10 et Galates 5:17 - w08 15/11 20 § 6

Nous avons tous une tendance innée à faire le mal (Genèse 8:21 ; Romains 7:18-20). Nous pouvons cependant combattre cette tendance si nous reconnaissons nos faiblesses et comptons sur l’aide de Jéhovah pour les surmonter – TG1998 1/9 p13

Sa Parole nous apprend que les humains pécheurs ont une inclination mauvaise, un “ esprit ”, qui se manifeste notamment par “ une tendance à l’envie ”. (Genèse 8:21) Si donc nous nous rendons compte que nous avons besoin de combattre l’envie, l’orgueil ou quelque autre inclination mauvaise, demandons à Dieu de nous aider par son esprit saint. – TG1997  15/11 p20

Le matérialisme peut mener à la convoitise et pousser quelqu’un à jalouser ceux qui semblent jouir d’une meilleure situation que lui. C’est pourquoi Jacques nous met en garde contre les ‘tendances humaines à l’envie.

Se basant sur le fait qu’aucun verset précis des Écritures hébraïques ne correspond exactement aux termes que Jacques utilise, certains commentateurs ont émis l’opinion qu’il citait un texte apocryphe ou des écrits qui auraient été perdus. Toutefois, les rédacteurs inspirés des Écritures grecques chrétiennes utilisaient logiquement l’expression ‘l’Écriture dit’ pour introduire des citations de certaines parties du canon inspiré ou des allusions à celles-ci, que ce soit dans des livres écrits dans la langue hébraïque originale ou dans une traduction grecque. Ils ne faisaient pas de citations des livres non canoniques appelés Apocryphes.- TG1977 p735

Jacques 4:11, 12 : En quel sens celui qui « dit du mal d’un frère » dit-il « du mal de la loi » ? (w97 15/11 20-21 § 8).

« Frères, arrêtez de dire du mal les uns des autres. Celui qui dit du mal d’un frère ou qui juge son frère dit du mal de la loi et juge la loi. Or si tu juges la loi, tu n’es pas un pratiquant de la loi, mais un juge. 12 Un seul est Législateur et Juge : celui qui peut sauver et détruire. Mais toi, qui es-tu pour juger ton prochain ? »

8 Parler contre un autre chrétien est un péché (Jacques 4:11, 12). Or, certains sont critiques à l’égard de leurs compagnons parce qu’ils se croient plus justes qu’eux ou qu’ils veulent s’élever en abaissant les autres (Psaume 50:20 ; Proverbes 3:29). Le terme grec traduit par ‘ parler contre ’ emporte l’idée d’hostilité et sous-entend formuler une accusation fausse ou exagérée. Cela revient à porter contre un frère un jugement défavorable. En quoi est-ce ‘ parler contre la loi et juger la loi ’ de Dieu ? Rappelons-nous que les scribes et les Pharisiens ‘ mettaient habilement de côté le commandement de Dieu ’ et jugeaient selon leurs propres normes (Marc 7:1-13). Pareillement, si nous condamnions un frère que Jéhovah n’aurait pas condamné, ne serions-nous pas en train de ‘ juger la loi de Dieu ’ et de pécher en laissant entendre qu’elle est inappropriée ? Par ailleurs, en faisant des reproches injustes à notre frère, nous n’accomplirions pas la loi de l’amour. — Romains 13:8-10. w97 15/11 20-21 § 8

En agissant ainsi, ils violent les règles divines de justice, règles qui sont fondées sur l’amour. Jacques était en droit d’utiliser un langage aussi puissant, car les chrétiens ont reçu l’ordre d’aimer leurs frères. Or, ferait-on preuve d’amour à leur égard en les critiquant et en jugeant leurs actions, leurs mobiles et leur façon de vivre d’après des critères autres que ceux de la Bible ? Certainement pas ; au contraire, celui qui porterait un tel jugement se mettrait au-dessus de la loi d’amour donnée par Dieu. Il ‘jugerait cette loi’, considérant qu’elle ne s’applique pas à lui.

Pourquoi une personne en vient-elle à juger injustement ses frères ? Peut-être veut-elle leur imposer sa conscience à propos de questions strictement personnelles, à moins qu’elle se base sur ses goûts et sa manière de faire les choses pour juger leurs mérites et leurs mobiles. Dans ce cas, cette personne ne tient pas compte du fait que les hommes sont très différents les uns des autres et qu’ils ont des besoins et des goûts divers. Il est donc vital de veiller à ne pas avoir une trop haute opinion de soi-même. Aucun humain imparfait ne peut s’ériger en juge des autres.

Il est donc clair que les chrétiens ne peuvent porter un jugement ou une appréciation sur quelqu’un que s’ils ont une raison biblique pour cela. S’ils le faisaient en se fondant sur leur opinion ou sur leurs préférences personnelles,  ils risqueraient de s’attirer un jugement défavorable de la part de Jéhovah Dieu, le Juge suprême. – TG1975 p318

Pourquoi devons-nous ‘ cesser de juger ’ autrui ? D’abord, parce que notre autorité est limitée. Après avoir rappelé qu’“ il n’y a qu’un seul législateur et juge ”, Jéhovah, le disciple Jacques pose cette question pertinente : “ Qui es-tu pour juger ton prochain ? ” (Jacques 4:12 ) Ensuite, notre nature pécheresse fausse souvent notre jugement. Préjugés, orgueil blessé, jalousie, volonté de paraître justes : bien des sentiments et des mobiles peuvent déformer notre perception des autres. Quand on y pense, d’autres limites encore nous imposent de réprimer notre esprit critique. Lisons-nous dans les cœurs ? Connaissons-nous tout des gens ? Alors, de quel droit prêtons-nous de mauvais mobiles à nos compagnons ou dénigrons-nous leurs efforts pour servir Dieu ? Plutôt que de nous focaliser sur leurs manquements, imitons Jéhovah en cherchant ce qu’il y a de bon en eux. – Livre Approchez-vous chap16 § 14

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ?

Nous avons été créés “ à la ressemblance de Dieu ”, ce qui n’est pas le cas des animaux (Jacq. 3:9). De ce fait, nous sommes dotés des qualités divines que sont l’amour, la sagesse et la justice – TG2010  15/10 §7

Jéhovah favorise les humbles, et pas les orgueilleux (Jacques 4:6). Il cache la vérité « aux sages et aux intellectuels », à ceux qui sont sages et instruits aux yeux des hommes et qui, par orgueil, pensent ne pas avoir besoin de son aide. Par contre, il révèle la vérité aux « tout-petits », à ceux qui se tournent vers lui d’un cœur sincère et avec l’humilité d’un enfant – TG2013 1/1

Aujourd’hui encore, Jéhovah souhaite ‘ s’attacher ’ à ceux qui le servent par amour. “ Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous ”, nous dit sa Parole (Jacques 4:8). C’est à la fois une invitation et une promesse. Jéhovah nous invite à venir à lui. Il est disposé à nous recevoir comme amis. Par ailleurs, si nous nous approchons de lui, il promet la réciproque : lui aussi s’approchera de nous. Nous goûterons alors quelque chose de très grande valeur : “ l’intimité avec Jéhovah. ” (Psaume 25:14). Ce mot, “ intimité ”, emporte l’idée d’un entretien confidentiel avec un ami très cher. – Livre Approchez-vous p16 §2

Nous devrions toujours tenir compte de Jéhovah et de sa loi (Jacques 4:13-17). Les individus trop sûrs d’eux dédaignent Dieu. Plutôt que de nous vanter en faisant abstraction de Dieu, nous ferions mieux de prendre pour devise : “ Si Jéhovah le veut, nous vivrons et ferons aussi ceci ou cela. ” Jacques 4 :15. L’expression “ si Jéhovah le veut ” indique que nous nous efforçons de nous conformer à sa volonté – TG1997 15/11 p21

La Bible ordonne à ceux qui veulent «s’approcher de Dieu » : « Nettoyez vos mains [...] et purifiez vos cœurs » (Jacq. 4:8). Celui qui attache du prix à son amitié avec Jéhovah s’efforce de lui plaire dans tous les aspects de sa vie, y compris ses pensées. Pour avoir un « cœur pur », nous devons concentrer notre esprit sur ce qui est pur (ou chaste), vertueux et digne de louanges  Bien entendu, Jéhovah n’oublie pas que, par nature, nous sommes imparfaits. Il sait que nous sommes sujets aux mauvais désirs. Nous sommes néanmoins conscients que, quand nous entretenons de mauvaises pensées au lieu de faire notre possible pour les repousser, nous l’attristons. Réfléchir à cette idée renforcera notre détermination à garder des pensées pures. – TG2015  15/6 p14 §4

Patienter, c’est accepter volontiers de devoir attendre. Cet aspect de la patience est mis en valeur en Jacques 5:7, 8. Pourquoi faut-il accepter volontiers de devoir attendre que Jéhovah agisse ? La réponse nous est donnée dans la comparaison de Jacques : Un agriculteur sème, mais il ne maîtrise pas le climat ni la croissance des plantes. Il ne peut pas faire que le temps passe plus vite. Il accepte de devoir attendre patiemment « le précieux fruit de la terre ». De même, tandis que nous attendons la réalisation des promesses de Jéhovah, il y a beaucoup de circonstances que nous ne pouvons pas maîtriser. Comme l’agriculteur, nous devons patienter – TG2017/8 p4 §5

Jacques 5:11 nous donne cette assurance : “Nous déclarons heureux ceux qui ont enduré. Vous avez entendu parler de l’endurance de Job et vous avez vu ce que Jéhovah a fait pour lui à la fin, et vous avez constaté que Jéhovah est plein de tendre affection [ou “très compatissant”]  et miséricordieux.” » Jéhovah a parfaitement compris la situation de Job, et nous pouvons être sûrs qu’il comprend aussi parfaitement les difficultés que nous traversons. Dieu ne provoque pas les malheurs. Mais se pourrait-il qu’il incite ses créatures à mal agir ? Impossible. Jamais Dieu ne mettrait quelqu’un à l’épreuve en l’incitant à mal agir. – TG2014  1/7 p4

Il nous arrive à tous de commettre des erreurs. Toutefois, ne laissons jamais un sentiment d’indignité ou le découragement nous submerger. Lorsque nous tombons, relevons-nous et avançons, même si cela implique de solliciter l’aide des anciens de la congrégation. Comme l’a écrit Jacques, “ la prière de la foi rétablira celui qui est souffrant, et Jéhovah le relèvera. De plus, s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné ”. (Jacq. 5:15.) N’oubliez jamais que Jéhovah est vraiment miséricordieux et qu’il vous a attiré et guidé vers l’assemblée parce qu’il a vu votre potentiel. Tant que vous le servirez d’un cœur complet, il ne vous abandonnera pas – TG2012  15/7 §17

Prie du fond du cœur avec celui qui souffre. Une personne déprimée n’a parfois pas la force de prier. Peut-être qu’elle se sent indigne de parler à Jéhovah. Si nous voulons réconforter une telle personne, nous pouvons prier avec elle, en utilisant son nom. Nous pouvons dire à Jéhovah à quel point elle compte pour nous et pour l’assemblée. Nous pouvons lui demander d’apaiser et de consoler sa précieuse brebis. De telles prières peuvent être particulièrement réconfortantes. Il ne manquera pas d’utiliser l’esprit saint pour rendre chacun de nous “ courageux et très fort ”  (Jacques 5:16).

Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

Ce n’est pas facile d’atteindre la ligne d’arrivée. Il faut de la discipline et de la détermination. Un seul homme, Jésus Christ, a été capable de franchir cette ligne sans avoir jamais trébuché. Alors que nous, ses disciples, « tous, nous trébuchons souvent », selon l’expression de Jacques (Jacq. 3:2). Comme c’est vrai ! Nous subissons tous nos imperfections et celles des autres. C’est ce qui nous fait parfois trébucher, puis chanceler et ralentir l’allure. Il se peut même que nous tombions, mais nous nous relevons et continuons à courir. Pour certains, la chute est si grave qu’ils ont besoin d’aide pour se relever et reprendre la course. Ainsi, il peut nous arriver, une fois ou même plusieurs, de trébucher ou de tomber –TG2013  15/3 p4 §4

Jacques 3:5 : « Voyez quel petit feu suffit pour incendier une si grande forêt ! » Mais pourquoi le rédacteur biblique disait-il cela ? Jacques établissait en fait une comparaison, comme le montre le verset 6 : « La langue est un feu. » La langue représente la faculté de parler. Comme le feu, nos paroles peuvent causer d’immenses dégâts. La Bible dit même que « la mort et la vie sont au pouvoir de la langue ». Bien sûr, on ne va pas s’interdire d’utiliser le feu parce qu’on a peur des dégâts qu’il pourrait faire. De même, on ne va pas s’interdire de parler parce qu’on a peur de dire quelque chose de dommageable. La clé, c’est la maîtrise. Un feu maîtrisé permet de cuire des aliments, de se réchauffer ou de s’éclairer la nuit. Si nous maîtrisons notre langue, nous pourrons utiliser son pouvoir pour honorer Dieu et faire du bien aux autres – TG2015  15/12 p18 §2

Pour débusquer le gibier, il arrive qu’un chasseur mette le feu à la végétation. Ensuite, il n’a plus qu’à capturer les animaux qui tentent de fuir. Figurément parlant, le Diable essaie de mettre le feu à l’assemblée. Il espère ainsi que les chrétiens quitteront ce lieu sûr et se précipiteront tout droit vers lui. Comment pourrions-nous involontairement lui faciliter la tâche et nous laisser prendre au piège ? Jacques a comparé la langue à un feu. (Jacques 3:6-8.) Si nous ne maîtrisons pas notre langue, nous risquons d’allumer un “ incendie ” dans l’assemblée. Comment cela pourrait-il se produire ? Imaginons la scène suivante : lors d’une réunion, on annonce qu’une sœur vient d’être nommée pionnière permanente. Une fois la réunion terminée, deux proclamatrices commentent la nouvelle. L’une s’en réjouit et souhaite que la pionnière s’épanouisse dans son service. L’autre met en doute ses mobiles et laisse entendre qu’elle cherche seulement à se distinguer. De ces deux proclamatrices, laquelle aimeriez-vous avoir pour amie ? On devine aisément qui risque le plus de mettre le feu à l’assemblée par ses propos. – TG2012  15/8 p20 §3,4

Jacques écrit : “ Si quelqu’un ne trébuche pas en parole, celui-là est un homme parfait, capable de tenir aussi tout son corps en bride.  Jacques 3:5-12. Étant imparfaits, tous, y compris les très bons enseignants, nous “ trébuchons souvent ”. Trébucher en parole est l’un des manquements les plus courants et les plus susceptibles de causer du tort.  Contrairement à Jésus Christ, nous n’avons pas une maîtrise parfaite de notre langue. Si tel était le cas, nous pourrions aussi maîtriser les autres membres de notre corps. Après tout, une bride et un mors suffisent à diriger un cheval, et c’est un petit gouvernail qui permet au barreur de diriger où il le veut un grand bateau même poussé par des vents violents. Comparée à un cheval, une bride n’est pas grand-chose ; de même qu’un gouvernail par rapport à un bateau. Quant à la langue, à côté du corps humain elle est un petit membre “ et qui pourtant se vante de grandes choses ”. Puisque les Écritures indiquent franchement que Dieu n’aime pas que l’on se glorifie, recherchons son aide pour nous dominer dans ce domaine – TG1997  15/11 p16 §13,14

La sagesse divine exige que nous soyons pacifiques. Cela implique que nous nous gardions d’être agressifs, belliqueux et de faire quoi que ce soit qui trouble la paix. Jacques appuie cette idée quand il écrit : “ La semence du fruit de justice se sème dans la paix pour ceux qui font la paix. ” (Jacq. 3:18). Remarquez l’expression ‘ faire la paix ’. Dans l’assemblée, sommes-nous connus pour favoriser la paix ou pour la troubler ? Avons-nous souvent des différends avec nos compagnons ? Avons-nous tendance à nous vexer pour un rien ou à offenser les autres ? – TG2008  15/3

Nous pouvons être victorieux dans notre guerre spirituelle contre le Diable et les forces spirituelles méchantes qu’il dirige. Nous n’avons pas de raison de trembler de peur devant Satan, puisque le disciple Jacques a écrit : “ Soumettez-vous [...] à Dieu ; mais opposez-vous au Diable, et il fuira loin de vous. ” (Jacques 4:7). Une façon de passer à l’offensive dans le combat contre Satan et les créatures spirituelles méchantes qui se sont liguées avec lui consiste à rejeter les pratiques occultes ou magiques, et à ne rien avoir à faire avec ceux qui se livrent à de telles pratiques. Les Écritures montrent clairement que les serviteurs de Jéhovah doivent refuser de chercher les présages ou de toucher à l’astrologie, à la divination et au spiritisme. Si nous sommes actifs et forts sur le plan spirituel, nous n’avons pas à craindre que quelqu’un nous jette un sort. – TG2006  15/1 p30 §19

Certains des premiers chrétiens sont tombés dans l’orgueil et sont devenus arrogants. “ Vous tirez fierté de vos vantardises arrogantes ”, a écrit Jacques à leur propos. Puis il a ajouté : “ Toute fierté de ce genre est mauvaise. ” (Jacques 4:16). Nous vanter de ce que nous avons accompli ou de nos privilèges dans notre service pour Jéhovah ne nous grandit en rien, bien au contraire. Nous n’oublions pas ce qui est arrivé à l’apôtre Pierre qui, dans un moment de trop grande confiance en lui, s’est vanté – TG2005 1/6 p13 §17

5:20 — De qui “ celui qui ramène un pécheur de l’erreur de sa voie ” sauve-t-il l’âme de la mort ? Le chrétien qui ramène un individu de sa conduite pécheresse fait échapper l’âme de ce repentant à la mort spirituelle, voire à la destruction éternelle. Celui qui secourt le pécheur de cette façon ‘ couvre aussi une multitude de péchés ’, ceux du repentant. – TG2008  15/11 p20

Share this post


Link to post
Share on other sites


  • Forum Statistics

    61,655
    Total Topics
    114,352
    Total Posts
  • Member Statistics

    16,501
    Total Members
    1,592
    Most Online
    didiervaissiere
    Newest Member
    didiervaissiere
    Joined




  • Topics

  • Posts

    • I voted your remark "sad" because it truly is. It is a meaningless non-sequitur with no relevance ... which you think is profound.
    • Maybe you jw's will get lucky and your hero Hitler will start ruling again.
    • Trump is a pugilist, fully capable of vulgarity. It doesn’t really bother me. In some regards, it is refreshingly candid. It is not for nothing that the Bible calls the political nations “beasts.” They behave that way—ripping and tearing at each other and indeed, at anyone who gets in their way. So I am not put off by someone who drops the pretense and carries on to call a spade a spade. As much as ones might like the facade of being “presidential,” and of respecting the “dignity” of fellow world leaders, ought they not produce results to earn that respect? The hospital operating room can expect awed dignity when it routinely save lives—conducting the most delicate of procedures. But if the results degenerate to indistinguishable from that of a butcher shop, surely that aura of admiration will fade. “Laws are like sausages. It’s better not to see them being made,” is the old saying, and it is the butcher shop comparison that wins out over the precision operating room. It almost does my heart good to see Trump brawling with his political counterparts as they do their utmost to preserve “dignity.”  Moreover, you would almost expect Jehovah’s (American) servants to see that. They don’t because they truly are apolitical. They follow politics hardly at all, and there is a fair number of them that consider even a comment about the topic as akin to ripping a loud one at the concert hall—it is just gauche—it is as though deliberately contaminating the soufflé with the street rock salt. The JW Governing Body works hard to keep the squabbles of politics out of the congregation and to safeguard its neutrality.  Keeping truly neutral is not easy. Geoffrey Jackson reflects on how (Australian) candidates of his youth offered dramatically different proposals regarding the military draft—a matter that would affect him greatly. Updating his struggle to the present—adapting it to brothers today who might be personally advantaged or disadvantaged by the proposals of a given political figure—he ventured on how some might truly strive to be neutral and yet in the back of their head was the thought: “I hope that idiot doesn’t come into power.” He said it about two years ago. It is impossible for me not to wonder what “idiot”—if there was one—he had in mind.  Of course, Witnesses are politically neutral due to their advocacy for God’s kingdom—the one of the Sermon on the Mount—“thy kingdom come, thy will be done, on earth as it is in heaven.” “God’s will is done in heaven,” I tell the householder as I glance upward. “I mean, I guess it is—surely he has it all running smoothly up there—but it sure isn’t done on earth. Pockets of it here and there may be, but nobody would ever say that the world runs that way it does today according to God’s will. According to the prayer, we should not expect that until the kingdom comes.” Jehovah’s Witnesses don’t go campaigning for human governments because they are announcing God’s government which will tackle and solve the problems human governments consistently flounder on. If Witnesses today did reflect on national politics—and the particulars are replicated in many nations—they might reflect that Trump’s enemies are the “one world government” people of the humanist variety—180 degrees apart from the one world government of the “God’s kingdom” variety. They are the humanists who would rise above national boundaries to blur or even erase them. They are humanists who yet pursue the dream of the League of Nations, reinvigorated after WWII as the United Nations. A worldwide blending of peoples and their interests into one common government by man, incorporating whatever is the humanistic thinking holding sway at the time. These ones fully expect those of government (largely themselves) to be granted dignity in light of the noble task they have assumed—it doesn’t matter if praiseworthy results are slow to come—it is the intention that matters. The common working people know it is a crock. They see their own interests being sold out for the loftier “higher” interests of these they would call the “elites.” Their economic interests are tamped down. Their moral values are shoved aside. They are astounded, to take an example, to think that biological differences should not determine male and female, and dismayed to see the view that completely defies their common sense and all of recorded history take the world by storm under the new tidal wave of humanists. They don’t think these guys deserve any dignity at all, so when a photo-shopped Trump is bare-knuckle boxing with the CNN moniker (bastion of world-government think), they love it, and they also love it that the dignified crowd are aghast. ....To highlight the GB’s challenge in encouraging all to stay on the same neutral page, I wrote the following in No Fake News but Plenty of Hogwash: “They just about succeeded in their mission to re-instill complete neutrality – they were alllmmoooost there, when along came the summer Olympics in Rio. On the second day of the Olympics, I mentioned to Tom Pearlsnswine in the field ministry that Hillary had worn a bright pants suit. “Christians are no part of the world!” he rebuked me. On the third day of the Olympics, at the Kingdom Hall, I told him that Trump had tied his shoe. “We must fix our eyes on Jerusalem above!” he said. On the fifth day of the Olympics, I dropped by his home while he was watching the games on TV. He screamed: “Look at that medal count, Tommy!” he shouted. “We’re cleaning up!”  
  • Popular Now

  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Who's Online (See full list)

×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.