Jump to content

admin

Minneapolis: Video showing the brutal arrest of George Floyd, who later died

Recommended Posts

Share this post


Link to post
Share on other sites

Looks like there are videos here that match up with the same kinds of videos that came out of Ferguson, Missouri. Where white persons were brought in from other places, even policemen, in order to instigate violence and looting. The assumption is apparently made that if looting can be instigated or exacerbated, that police violence against African Americans will be forgiven.

This kind of "false flag" is used to delegitimize protests. Trump responds on Twitter by threatening to use the military to shoot the looters. Ironically, Trump was the person who recently released 1960's JFK documents that (inadvertently?) exposed the false flag plan by the American government to kill hundreds of Americans in Miami in order to blame it on Cuba to get sympathy for dropping bombs on Cuba. And just now, in the ADD manner of "Oh! Look! A squirrel!" Trump just literally tweeted a minute ago out of the blue: "China!" (Nothing else yet; no context.)

I have no idea what's true and what isn't about these videos, or the ones from Ferguson, Mo, or Charlottesville, etc. But it does undoubtedly show a white person covering his own identity while breaking windows in the midst of the Minneapolis protests. There are other supporting videos, too.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Whoa. They worked together on overlapping shifts. Any bad blood between them?

”If Chauvin and Floyd were not meeting for the first time in the moments before Floyd’s death, that could potentially mean that there was a deeper motive behind the murder” says the source.

What if it turns out that the motive has nothing at all to do with race?

Share this post


Link to post
Share on other sites

I proposed (facetiously) in ‘No Fake News but Plenty of Hogwash’ that there be ‘A Shooting Channel.’ Put all shootings on ‘The Shooting Channel’—white on black, white on white, black on white, black on black. Ban shootings on all other channels. Let viewers decide for themselves which ones are horrible and which ones are yawners. Otherwise, the media comes along later and starts a race war.

Beyond question, the current happening is horrible. Still, when it is shown 20 times a day—how can that not be seen as deliberately stoking rage that will result in cascading calamity to totally innocent persons. The tiny Minneapolis businesses burned out in the days following were predominantly minority-owned. I think it is not such a foolish statement to say that those who would stoke this are “the enemy of the American people”

It is an article of faith among the reformers of this system of things that “sunlight is the best disinfectant,” and that “When you shine the spotlight of journalism on this or that evil, the cockroaches disappear.” They may disappear, but that does not mean that they die. They just go elsewhere, and one is faced with the scriptural truth of Ecclesiastes 1:15: “That which is crooked cannot be made straight.“ ‘God’s kingdom come‘ such as Jehovah’s Witnesses proclaim is up to the task, but as for human efforts? The track record is not promising. More often than not, they take a horrible event and make it worse. Tweeted Sheryl Atkinson on May 30th: Minnesota officials: "Every person arrested last night was from out of state." Locals: "We don't know these folks." Exactly.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.refinery29.com/en-us/2020/05/9846485/darnella-frazier-filmed-george-floyd-death-harassment?utm_source=twitter&utm_medium=tweet

Darnella Frazier, the 17-year-old who took the video of George Floyd being suffocated and killed by police on Monday, now says that she's facing a series of concerning messages online. Frazier took the video as proof of police brutality and the pain felt by thousands of people around the country, but is now the subject of some harassment as a result.

According to her Facebook page, Frazier has been receiving numerous questions about why she didn't fight off police for the duration of the 10 minute video depicting police kneeing Floyd in the neck. In her response, she says that she was scared as a 17-year-old to attempt to fight off any cops or help Floyd.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

That strikes me as not a bad answer from a 17 year old. Everyone has a smart phone these days and it is in the culture that if you see something you record it.

It is the fellow cops who saw fit to not interfere that you wonder about.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...

  • Similar Content

    • By admin
      https://7news.com.au/news/world/man-in-wheelchair-allegedly-shot-in-face-by-police-during-protest-c-1083095
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      'Biased assumptions'
      While most of the comments on the post in the Facebook page debated the merits of the celebrations and the priorities of the district, some focused on the religious beliefs of those who don't celebrate Halloween.
      Halloween began as the Celtic festival Samhain, where people would light bonfires and wear costumes to frighten ghosts, according to History.com. Due to its roots, the holiday isn't celebrated by certain religions or groups, including Jehovah's Witnesses, some Christians, Orthodox Jews and Muslims.
      "It is the stated strategy of some to use our own laws against us," reads on comment on Facebook. "Wake up people. Nothing is an 'American Tradition' anymore. (And many who move here aren't doing so to become American)."
      Another comment asked "Who is ruining traditions?" The response from a different person, which has since been deleted, read: "Muslims."
      Kucinski said statements such as these are "very hurtful to people who are equally American but may be of a different culture, religion, or hold different beliefs than those who are making these comments."
      "This discussion has emboldened certain voices in our community to make sweeping biased assumptions against groups of people that may or may not be the ones that are holding their kids home from school," she said. "Does it matter what group or groups are keeping their kids home and missing a fun celebration at school? No."
      Littman said it's anyone's right to not celebrate a holiday, though others don't have to follow suit.  
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      At home in Minnesota
      To refugee Sivasundaram, his home in Burnsville feels like paradise.
      "I am so happy here," said Sivasundaram, wearing the reflective vest from his job as a forklift operator. On a recent evening, he rested for a few minutes before going to his night job stocking shelves at a Target store.
      His wife, Manchuladevy Ravindran, soon walked in, home from her job as a housekeeper in a nearby motel, and started cooking dinner for her three boys.
      Some people would call it a stressful life — but not this family. They compare it with the life they had before.
      Until 2006, they lived in Sri Lanka, an island south of India. They were part of an ethnic group called Tamils, which the government often treats like terrorists.
      Soldiers rampaged through their village in a raid, slaughtered Sivasundaram's mother, and burned her house down. When he complained to the government, his life was threatened.
      The family fled to Kuala Lumpur, Malaysia, where they remained for eight years. "I did house cleaning, plumbing, cutting grass, driving a taxi," recalled Sivasundaram.
      The family remembers, above all, the crime.
      "You couldn't use a phone in the street. Someone would take it," said Sivasundaram. "Someone would cut off the ears of old ladies for the earrings."
      The boys faced a unique danger. "They would have kidnapped me for the military, or sold me to another country," said Kapilas, his 17-year-old son.
      The family made a Minnesota contact through their Jehovah's Witnesses church. As soon as they arrived, neighbors knocked on their front door to welcome them.
      The boys had been raised as English-speakers and have assimilated rapidly.
      They laugh about the quirks of their new homeland. "I like Chick-Fil-A. The food in Malaysia is healthier, but this is tastier," said Simraj, 16.
      Apilas, 13, is fascinated by boneless fish, which he never encountered in Malaysia. "I always ask: Is that fish, or is that steak?" he said.
      Kapilas marveled at his new, low-stress life. "We have security and peace. Here, all I have to worry about is studying," he said.
      They gathered for a meal at a time necessitated by their hectic schedules — 11 p.m.
      In three years, they have saved enough to buy a car, then a house. "There is a great future here for all of us," said the father. Their success is shared by others. Simraj named 10 relatives and friends who have since followed them to America.
      At the end of the interview, the father was asked whether he had anything else to say.
      He is not fluent in English, so when asked a question, he looks pleadingly at his sons for help.
      Kapilas translated.
      "No," he said. "Just thank you."
      Read more: 




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Posts

  • Topics

  • Members

    No members to show

  • Recent Status Updates

    • folens  »  Eric Ouellet

      Bonjour Eric, merci pour cet exposé sur Hanna, Bonne journée. Michel
      ENTRETIEN AVEC DIEU.pptx
      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      LA FOI D'HANNA ENVERS DIEU APPORTE SA RÉCOMPENSE
      UNE femme de foi adresse une prière à Jéhovah. Convaincue que c’est Dieu qui l’a relevée de la poussière, transformant son abattement en exultation, elle le loue à haute voix.
      Cette femme, c’est Hanna. Qu’est-ce qui explique son spectaculaire changement d’état d’âme ? Pourquoi est-elle à présent si joyeuse ? En quoi ce qu’elle a vécu peut-il nous être utile ? Intéressons-nous à son histoire.
      Une famille sous pression
      Hanna est l’une des deux femmes d’Elqana, un Lévite de la région d’Éphraïm (1 Samuel 1:1, 2a ; 1 Chroniques 6:33, 34). Bien que n’entrant pas dans le dessein originel de Dieu pour l’humanité, la polygamie est autorisée et réglementée sous la Loi mosaïque. Elle est néanmoins une source fréquente de discorde. La vie de cette famille, qui pourtant adore Jéhovah, en témoigne.
      Hanna est stérile, tandis que Peninna, l’autre femme d’Elqana, a plusieurs enfants. Peninna se comporte en rivale. — 1 Samuel 1:2b.
      Pour une Israélite, la stérilité est un déshonneur, et même un signe de la défaveur divine. Mais, dans le cas de Hanna, rien n’indique que son incapacité de procréer soit liée à la désapprobation de Dieu. Peninna ne la console pas pour autant ; elle se prévaut au contraire de son statut de mère pour l’humilier.
      Au sanctuaire de Jéhovah
      Malgré ces tensions, la famille entreprend le voyage annuel en direction du sanctuaire de Jéhovah, à Shilo, pour y offrir des sacrifices. L’aller-retour de quelque 60 kilomètres se fait vraisemblablement à pied. Cet événement doit être particulièrement pénible pour Hanna. En effet, Peninna et ses enfants reçoivent plusieurs portions du sacrifice de communion, alors que Hanna, elle, n’en reçoit qu’une seule. Peninna trouve là une opportunité supplémentaire de la blesser et de la mettre dans l’embarras ; il semble que Jéhovah ait “ fermé sa matrice ”, et elle ne manque pas de le lui rappeler. Tous les ans, c’est le même calvaire. Tous les ans, Hanna pleure et cesse de manger. Ces voyages qui normalement devraient la mettre en joie la plongent dans une profonde détresse. Hanna se rend néanmoins chaque année au sanctuaire de Jéhovah. — 1 Samuel 1:3-7.
      Voyez-vous en quoi Hanna est un bel exemple ? Comment réagissez-vous lorsque vous êtes déprimé ? Vous isolez-vous et évitez-vous les contacts avec vos compagnons chrétiens ? Ce n’est pas ce qu’a fait Hanna. Les rassemblements avec les adorateurs de Jéhovah étaient pour elle une habitude de vie. Même face à des circonstances éprouvantes, il devrait en être de même pour nous. — Psaume 26:12 ; 122:1 ; Proverbes 18:1 ; Hébreux 10:24, 25.
      Elqana tente de réconforter Hanna et il l’amène à exprimer ses sentiments profonds. “ Hanna, pourquoi pleures-tu et pourquoi ne manges-tu pas ? Pourquoi ton cœur a-t-il mal ? lui demande-t-il. Est-ce que je ne vaux pas mieux pour toi que dix fils ? ” (1 Samuel 1:8). Peut-être n’a-t-il pas conscience de la malveillance de Peninna. Et peut-être Hanna préfère-t-elle se taire plutôt que de se plaindre. Quoi qu’il en soit, cette femme spirituelle se tourne vers Jéhovah dans la prière pour retrouver la paix intérieure.
      Le vœu de Hanna
      Les sacrifices de communion étaient consommés dans le sanctuaire. Après avoir quitté la salle à manger, Hanna prie Dieu (1 Samuel 1:9, 10). “ Ô Jéhovah des armées, implore-t-elle, si tu ne manques pas de regarder l’affliction de ton esclave et si vraiment tu te souviens de moi, si tu n’oublies pas ton esclave et si vraiment tu donnes à ton esclave un descendant mâle, oui je le donnerai à Jéhovah pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne viendra pas sur sa tête. ” — 1 Samuel 1:11.
      La prière de Hanna est précise. Elle demande un fils, et elle fait le vœu que cet enfant sera toute sa vie un naziréen de Dieu (Nombres 6:1-5). Ce vœu nécessite l’approbation de son mari, et certaines actions ultérieures d’Elqana montrent qu’il approuve l’engagement pris par sa chère femme. — Nombres 30:6-8.
      À cause de la manière dont Hanna prie, le grand prêtre Éli la croit ivre. Il voit effectivement ses lèvres frémir, mais il ne l’entend pas parler. C’est qu’en fait Hanna prie dans son cœur, avec ferveur (1 Samuel 1:12-14). Imaginez ce qu’elle ressent lorsque le grand prêtre l’accuse d’être ivre ! Pourtant, elle lui répond respectueusement. Comprenant alors que Hanna était en train de prier “ dans l’abondance de [son] inquiétude et de [son] dépit ”, il lui dit : “ Que le Dieu d’Israël accorde ta requête. ” (1 Samuel 1:15-17). Sur ces paroles, Hanna s’en va ; elle mange et “ son visage ne par[aît] plus soucieux ”. — 1 Samuel 1:18.
      Que nous enseigne tout cela ? Lorsque nous prions Jéhovah à propos de nos inquiétudes, nous pouvons lui exprimer ce que nous ressentons et lui adresser des requêtes sincères. Si nous avons fait tout notre possible pour résoudre le problème, alors nous devrions laisser les choses entre ses mains. C’est ce qu’il y a de mieux à faire. — Proverbes 3:5, 6.
      Après une prière fervente, il est fréquent que des serviteurs de Jéhovah ressentent une sérénité comparable à celle que Hanna a éprouvée. Voici ce qu’a écrit l’apôtre Paul au sujet de la prière : “ Ne vous inquiétez de rien, mais en tout, par la prière et la supplication avec action de grâces, faites connaître vos requêtes à Dieu ; et la paix de Dieu, qui surpasse toute pensée, gardera vos cœurs et vos facultés mentales par le moyen de Christ Jésus. ” (Philippiens 4:6, 7). Après nous être déchargés de notre fardeau sur Jéhovah, nous devons le laisser s’en occuper. Puis, comme dans le cas de Hanna, il n’y a plus lieu de s’inquiéter. — Psaume 55:22.
      Un fils “ prêté ” à Jéhovah
      Dieu se tourne alors vers Hanna. Peu après, elle porte un enfant. Elle met au monde un garçon (1 Samuel 1:19, 20). C’est l’une des rares fois où la Bible fait état de la responsabilité de Dieu dans la naissance de l’un de ses serviteurs. L’enfant d’Elqana et de Hanna, Samuel, deviendra effectivement le prophète de Jéhovah, un prophète qui jouera un rôle important dans la mise en place de la monarchie d’Israël.
      Il est certain que Hanna parle de Jéhovah à Samuel dès sa petite enfance. Mais oublie-t-elle le vœu qu’elle a fait ? Absolument pas ! “ Dès que le garçon sera sevré, je devrai l’amener ; il devra paraître devant Jéhovah et habiter là pour des temps indéfinis ”, déclare-t-elle. Et en effet, une fois l’enfant sevré — peut-être à l’âge de trois ans ou un peu plus —, elle l’amène au sanctuaire, comme elle l’avait promis. — 1 Samuel 1:21-24 ; 2 Chroniques 31:16.
      Après avoir offert un sacrifice à Jéhovah, Hanna et son mari présentent Samuel à Éli. Hanna tient certainement la main de son petit garçon lorsqu’elle dit à Éli : “ Pardon, mon seigneur ! Par la vie de ton âme, mon seigneur, je suis la femme qui se tenait près de toi, en ce lieu, pour prier Jéhovah. C’est à propos de ce garçon que je priais, pour que Jéhovah m’accorde ma requête, ce que je lui demandais. Et moi, à mon tour, je l’ai prêté à Jéhovah. Oui, tous les jours qu’il sera, c’est quelqu’un de demandé pour Jéhovah. ” Ainsi commence, pour Samuel, une vie au service de Dieu. — 1 Samuel 1:25-28 ; 2:11.
      Le temps passe ; bien sûr Hanna n’oublie pas son fils. Les Écritures relatent : “ Sa mère avait coutume de lui faire un petit manteau sans manches, et elle le lui montait, d’année en année, quand elle montait avec son mari pour sacrifier le sacrifice annuel. ” (1 Samuel 2:19). Hanna prie sans aucun doute pour Samuel. Tous les ans, lorsqu’elle lui rend visite, elle l’encourage à coup sûr à demeurer fidèle dans son service pour Dieu.
      Pendant l’une de ces visites, Éli bénit les parents du garçon. Il déclare à Elqana : “ Que Jéhovah t’assigne une descendance de cette femme, à la place du prêt qui a été prêté à Jéhovah. ” C’est ainsi que le couple est récompensé par la naissance de trois autres fils et de deux filles. — 1 Samuel 2:20, 21.
      Quel formidable exemple pour les parents chrétiens ! Beaucoup de mères et de pères se montrent, eux aussi, disposés à prêter, figurément parlant, leurs enfants à Jéhovah ; en effet, ils les encouragent à entreprendre une forme de service à plein temps, même si cela implique que leur fils, ou leur fille, vive loin d’eux. De tels parents aimants méritent des louanges pour les sacrifices qu’ils font. Jéhovah les récompensera.
      Une prière qui déborde de joie
      Comme Hanna est heureuse, elle que la stérilité affectait tant autrefois ! Les Écritures ne contiennent que peu de prières faites par des femmes. Mais, en ce qui concerne Hanna, elles en rapportent deux. La première expose ses sentiments alors qu’elle est humiliée et affligée. La seconde exprime son exultation et son action de grâces ; elle commence par ces mots : “ Oui, mon cœur exulte en Jéhovah. ” Hanna se réjouit ensuite que ‘ même la stérile ait mis au monde ’. Et elle loue Jéhovah, celui “ qui élève [...], qui relève le petit de la poussière ”. Vraiment, il est celui qui “ de la fosse aux cendres [...] fait remonter le pauvre ”. — 1 Samuel 2:1-10.
      Cet épisode de la vie de Hanna, dont le récit a été inspiré par Dieu, montre que les imperfections, voire la malveillance, des autres peuvent nous blesser. Toutefois, nous ne devons pas permettre à ce genre d’épreuves de nous priver de notre joie de servir Dieu. Jéhovah est, par excellence, Celui qui entend la prière, qui répond aux appels à l’aide de ses fidèles et qui les délivre de l’affliction. Il leur accorde une paix profonde et de nombreuses autres bénédictions. — Psaume 22:23-26 ; 34:6-8 ; 65:2.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      1 Samuel 2 : 1-10
      Hannah pria Dieu en ces mots:
      Mon cœur se réjouit au sujet de Jéhovah
      ma force grandit grâce à Jéhovah.
      Ma bouche s’ouvre toute grande contre mes ennemis,
      car je me réjouis de tes actes sauveurs.
      Il n’y a personne qui soit saint comme Jéhovah,
      il n’y a personne qui soit comme toi,
      il n’y a pas de rocher comme notre Dieu.
      Arrêtez de parler avec orgueil ;
      que rien d’arrogant ne sorte de votre bouche,
      car Jéhovah est un Dieu qui sait tout
      et il juge les actions avec justice.
      Les arcs des hommes forts sont brisés,
      mais les hommes faibles reçoivent de la force
      Ceux qui mangeaient bien doivent trouver du travail pour avoir du pain,
      mais les affamés ne souffrent plus de la faim.
      La femme stérile a donné naissance à sept fils,
      mais celle qui avait beaucoup de fils est devenue stérile.
      Jéhovah tue et il garde en vie,
      il fait descendre dans la Tombe et il en fait remonter.
      Jéhovah fait devenir pauvre et il fait devenir riche,
      il abaisse et il élève.
      Il relève le petit de la poussière
      et fait remonter le pauvre du tas de cendres
      pour les faire asseoir avec les princes
      et leur offrir une place d’honneur.
      À Jéhovah appartiennent les fondations de la terre ;
      sur elles, il pose le monde
      Il veille sur les pas de ses fidèles,
      mais les méchants seront tués dans l’obscurité,
      car ce n’est pas par la force que l’homme triomphe. 
      Jéhovah anéantira ceux qui combattent contre lui ;
      pour exprimer sa colère, il fera gronder le tonnerre dans le ciel.
      Jéhovah jugera jusqu’aux extrémités de la terre,
      il donnera du pouvoir à son roi et il fera grandir la force de son oint.
       
       
       


      · 1 reply
    • anniemsbelle@gmail.com  »  Queen Esther

      Do you have the print out for the regional convention 
      · 1 reply
    • anniemsbelle@gmail.com  »  Queen Esther

      Do you have the print out for the regional convention 
      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      62,923
    • Total Posts
      123,221
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,677
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Steave
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.