Jump to content
The World News Media

Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Exode 23-24 - Semaine du 7 Septembre 2020


Recommended Posts

  • Member

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 7 Septembre 2020 - Exode 23-24.docx

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 7 Septembre 2020 - Exode 23-24.pdf

 

Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Exode 23-24

Exode 23:9 : Comment Jéhovah a-t-il fait appel à l’empathie des Israélites ? (w16.10 9 § 4).

« Tu ne dois pas opprimer le résident étranger. Vous savez bien ce que ressent un étranger, puisque vous étiez des résidents étrangers en Égypte. »

4 Plutôt que d’ordonner aux Israélites de respecter les étrangers, Jéhovah a fait appel à leur empathie (Exode 23:9 ; note).

Les Israélites savaient ce qu’était « l’existence du résident étranger ». En effet, même avant que les Hébreux soient réduits en esclavage, il est probable que les Égyptiens les aient évités par orgueil racial ou par préjugés religieux (Gen. 43:32 ; 46:34 ; Ex. 1:11-14). Les Israélites avaient connu une vie amère en tant que résidents étrangers, mais Jéhovah s’attendait à ce qu’ils traitent l’étranger « comme un indigène » parmi eux (Lév. 19:33, 34). - w16.10 9 § 4

Jéhovah rappelait régulièrement aux Israélites qu’ils avaient eux-mêmes connu les souffrances que subit un résident étranger dans un pays qui n’est pas le sien, et qu’il leur fallait par conséquent manifester aux résidents étrangers parmi eux l’état d’esprit généreux et protecteur dont eux-mêmes n’avaient pas bénéficié. Jéhovah voulait non seulement que les Israélites respectent les étrangers, mais aussi qu’ils se souviennent de ce que cela faisait d’être étranger. Fondamentalement, le résident étranger, surtout le prosélyte, devait être traité en frère. – it-2 Résident étranger

L’empathie est la “ faculté de s’identifier à quelqu’un, de ressentir ce qu’il ressent ”. Elle a également été définie comme la capacité de se mettre à la place des autres. Elle implique donc, premièrement, comprendre la situation de quelqu’un et, deuxièmement, partager les sentiments que fait naître en lui cette situation. Oui, l’empathie nous porte à ressentir la douleur de l’autre dans notre cœur. Bien que le mot “ empathie ” ne figure pas dans la Bible, on y trouve des allusions indirectes à cette qualité, comme la sympathie. – TG2002  15/4

Exode 23:20, 21 : Qu’est-ce qui permet de déduire que l’ange mentionné ici est Michel ? (it-2 280).

« J’envoie un ange devant toi pour te protéger pendant la route et pour te faire entrer dans le lieu que j’ai préparé. 21 Prête-lui attention et obéis-lui. Ne te rebelle pas contre lui, car il ne pardonnera pas vos transgressions, parce que mon nom est en lui. »

1. Le seul saint ange, excepté Gabriel, nommé dans la Bible et le seul appelé “ archange ”. (Jude 9.) La première mention de ce nom figure dans le dixième chapitre de Daniel, où Mikaël est présenté comme “ un des principaux princes ” ; il vint en aide à un ange moins puissant à qui s’opposait “ le prince du royaume de Perse ”. Mikaël était appelé “ votre prince [celui du peuple de Daniel] ” et “ le grand prince qui se tient là en faveur des fils [du] peuple [de Daniel] ”. (Dn 10:13, 20, 21 ; 12:1.) Ces indications identifient Mikaël à l’ange qui conduisit les Israélites à travers le désert (Ex 23:20, 21, 23 ; 32:34 ; 33:2). Cette déduction est confirmée par le fait que “ Mikaël l’archange eut un différend avec le Diable et qu’il discutait au sujet du corps de Moïse ”. — Jude 9. - it-2 p280

“Michel” signifie “Qui est comme Dieu?”, ce qui montre que ce premier prince soutient la souveraineté de Jéhovah. Puisque Michel est également un défenseur du peuple de Dieu, nous avons de bonnes raisons de l’identifier à l’ange que Dieu envoya au-devant des Israélites des siècles plus tôt, et dont le nom n’est pas précisé. – TG1985  1/11

Exode 23 :20-23 - Qui était l’ange mentionné dans ce passage, et en quel sens le nom de Jéhovah était-il “ en lui ” ? Selon toute vraisemblance, cet ange était Jésus sous sa forme préhumaine. Il fut utilisé pour guider les Israélites vers la Terre promise. Le nom de Jéhovah est “ en lui ”, parce que Jésus joue un rôle primordial dans la défense et la sanctification du nom de son père. TG2004  15/3 p24

Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ?

À l’époque où les Israélites vivaient en Terre promise, ils ont dû choisir entre adorer Jéhovah et servir d’autres dieux. Le choix pouvait sembler facile. Mais il aurait pour résultat soit la vie, soit la mort. Les Israélites n’arrivaient pas à prendre une décision sage. Ils n’avaient pas foi en Jéhovah, et ils ne voulaient pas l’écouter. Ils ne lui faisaient pas confiance, et ils ne prenaient pas le temps de mieux le connaître, ou d’étudier sa sagesse. S’ils avaient fait cela, ils auraient appris des choses qui les auraient aidés à prendre de sages décisions. Les Israélites étaient influencés par les gens d’autres pays. Ces étrangers ont réussi à les faire penser comme eux, et ils ont même pris des décisions à leur place. Résultat ? Les Israélites ont imité ces étrangers et ont adoré leurs faux dieux. Pourtant, longtemps avant, Jéhovah les avait prévenus contre ce danger (Exode 23:2).

L’exemple des Israélites nous enseigne que, si nous voulons prendre des décisions sages, nous devons nous servir de la Parole de Dieu. Chaque humain est responsable de ses choix. Un chrétien ne devrait donc pas donner à quelqu’un d’autre la responsabilité de prendre des décisions à sa place. Chacun devrait plutôt apprendre ce qui est bien selon Jéhovah, et décider de le faire. ws2017/Mars §6,7

Quels principes de la Loi de Moïse ont sans doute aidé Yiphtah ? Non seulement Yiphtah était un puissant guerrier, mais aussi il étudiait les manières d’agir de Dieu avec Son peuple. Sa bonne compréhension de l’histoire d’Israël lui permettait de savoir précisément ce qui était bien ou mal aux yeux de Jéhovah. Les principes divins contenus dans la Loi mosaïque avaient façonné tant sa pensée que son cœur. Il savait que Jéhovah désapprouve la rancune et veut que ses adorateurs s’aiment les uns les autres. La Loi lui avait aussi appris à ne pas fermer les yeux sur les besoins des autres, même de ceux qui avaient de la « haine » pour lui (Exode 23 :5). La réaction de Yiphtah a peut-être aussi été influencée par les exemples de fidèles du passé comme Joseph, qui a fait preuve de miséricorde envers ses frères même s’« ils se mirent à le haïr ». Méditer sur de tels exemples a sûrement aidé Yiphtah à choisir une ligne de conduite qui plaisait à Jéhovah. Nul doute que le comportement de ses frères l’a profondément blessé, mais cela ne l’a pas retenu de servir Jéhovah et Son peuple. Pour lui, défendre le nom de Jéhovah comptait plus que n’importe quel conflit personnel. Il était résolu à continuer d’agir avec foi, ce qui lui a valu des bénédictions, à lui et aux autres. Il a laissé la pensée de Jéhovah guider ses décisions. Il a rejeté les influences du monde qui l’entourait.

Prendrons-nous exemple sur Yiphtah ? Nous avons peut-être été déçus ou traités injustement par des frères. Si c’est le cas, ne laissons pas ces difficultés nous empêcher d’assister aux réunions ou de nous investir pleinement dans le service de Jéhovah et dans la vie de l’assemblée. À l’exemple de Yiphtah, nous pouvons, grâce aux normes divines, surmonter les situations négatives et ainsi continuer à être une force pour le bienTG2016/Avril p9 §8-10

Selon la Loi mosaïque, si l’animal d’un ennemi était tombé sous le poids de sa charge, il fallait aider cet ennemi à le relever (

    Hello guest!
). En coopérant ainsi, des ennemis pouvaient devenir amis. Comme les chrétiens font preuve d’amour, beaucoup de leurs adversaires s’adoucissent. Si nous témoignons de l’amour à nos ennemis, même à des persécuteurs acharnés, et que l’un d’eux accepte le véritable christianisme, quel bonheur ce seraTG2014  15/6  p17 §5

La corruption des pouvoirs publics a été définie comme l’abus, pour un profit personnel, de l’autorité publique que quelqu’un détient. Cette façon d’agir ne date pas d’hier. Dans la Bible, une loi concernant les affaires judiciaires interdisait les pots-de-vin. Cette pratique était donc déjà bien connue il y a plus de 3 500 ans (

    Hello guest!
). Bien sûr, la corruption ne se limite pas aux pots-de-vin. Parfois, des fonctionnaires corrompus s’approprient des biens, profitent de certains avantages auxquels ils n’ont pas droit, voire détournent carrément des fonds. Ils peuvent aussi utiliser leur position pour favoriser injustement leur famille ou leurs amis.

Bien que la situation puisse sembler sans espoir, la Bible montre non seulement que des changements encore plus grands sont possibles, mais aussi qu’ils vont se produire. TG2015  1/1 p3

Jéhovah a fourni des lois qui protégeaient la Terre promise de la surexploitation. Par exemple, les Israélites devaient laisser leurs champs, leurs vignes et leurs oliveraies en jachère tous les sept ans (

    Hello guest!
). La fertilité du sol était ainsi préservée. Nous pouvons être assurés que sous la domination du Royaume de Dieu, un gouvernement céleste dirigé par Jésus Christ, la terre connaîtra une productivité agricole sans précédent. Alors qu’il était sur terre, Jésus Christ, que Dieu a établi pour diriger ce Royaume, a prouvé sa capacité à maîtriser les forces naturelles préjudiciables à l’agriculture.
    Hello guest!
décrit les conditions qui existeront quand il se servira de ce pouvoir pour guérir la terre et ses habitants. On lit dans ce Psaume : “ Il y aura abondance de grain sur la terre ; sur le sommet des montagnes, ce sera la profusion. Son fruit sera comme au Liban, et ceux qui sont de la ville fleuriront comme la végétation de la terre. ” (
    Hello guest!
). Une surabondance de produits récoltés dans la joie, voilà ce qui attend le peuple de Dieu dans le monde nouveau qu’Il promet. RV2003  8/10 p9

Depuis des siècles, les Juifs considéraient le magnifique temple de Jérusalem comme le centre de leur culte. Ils s’y rendaient trois fois par an pour sacrifier à leur Dieu, Jéhovah (

    Hello guest!
). Mais Jésus disait que tout cela changerait et que les « vrais adorateurs » adoreraient « avec l’esprit et la vérité ». Le temple juif était une construction matérielle située dans un lieu géographique précis. Mais l’esprit et la vérité ne sont pas matériels, ni ne sont limités à un quelconque lieu physique. Jésus expliquait donc que le véritable culte chrétien n’aurait pas pour centre une construction matérielle ou un lieu physique, ni qu’il ne dépendrait d’un tel endroit — que ce soit le mont Guerizim, le temple de Jérusalem, ou tout autre lieu sacré. En disant d’adorer avec l’esprit, Jésus voulait dire qu’il fallait se laisser guider par l’esprit saint de Dieu pour, entre autres choses, comprendre les Écritures. Par conséquent, Dieu acceptera notre culte non parce que nous adorons dans un endroit précis, mais parce que notre culte est conforme à ce que la Bible enseigne et qu’il est guidé par l’esprit saint. – wp2016 n°2 p8

Pour le peuple de Jéhovah, les assemblées remontent aux temps de l’Israël antique

    Hello guest!
. Ces rassemblements étaient des événements joyeux. Ils aidaient tous ceux qui étaient présents à garder l’esprit fixé sur la Parole de Dieu. De la même manière, les assemblées des Témoins de Jéhovah des temps modernes se concentrent sur les intérêts spirituels. Pour des observateurs objectifs, des rassemblements aussi joyeux sont la preuve indéniable que les Témoins sont unis par les liens solides de la fraternité chrétienne. – TG2001  26/9 p8

C’est dans notre plus grand intérêt que l’Organisation de Jéhovah nous exhorte à suivre ce conseil de l’apôtre Paul dans

    Hello guest!
. Les fêtes annuelles et autres rassemblements liés au culte bâtissaient la spiritualité des Israélites. De plus, des évènements comme la fête des Huttes célébrée aux jours de Néhémie étaient très joyeux (
    Hello guest!
). Les réunions et les assemblées nous procurent des bienfaits semblables. Tirons pleinement profit de ces dispositions prises en faveur de notre santé spirituelle et de notre bonheurTG2014  15/5 p26 §11

Exode

    Hello guest!
— Que signifiait le commandement interdisant de faire cuire un chevreau dans le lait de sa mère ? Faire cuire un chevreau (ou le petit d’un autre animal) dans le lait de sa mère était, selon certains, un rite païen destiné à attirer la pluie. De plus, Jéhovah a prévu que le lait d’une mère serve à nourrir son petit ; l’utiliser pour faire cuire sa progéniture relèverait de la cruauté. Cette loi enseignait donc la compassion au peuple de Dieu. – TG2004  15/3 p24

Que devaient faire les Israélites pour que Jéhovah continue de les bénir ? Pendant des centaines d’années, les Israélites ont fait l’objet de l’amour de Jéhovah, qui les comblait de bienfaits tant matériels que spirituels. Ces bienfaits dépendaient de leur obéissance à la Loi divine, qui, entre autres choses, leur dictait d’offrir régulièrement à Jéhovah « le meilleur des premiers fruits mûrs » du sol (

    Hello guest!
). En le faisant, ils démontraient qu’ils ne considéraient pas l’amour et les bénédictions de Dieu comme acquis. La Loi de Jéhovah exigeait que tous les sacrifices offerts au temple soient de la meilleure qualité possible. Dieu n’acceptait pas les sacrifices qui présentaient des défauts. Selon Philon, écrivain juif du Ier siècle de notre ère, les prêtres examinaient les animaux « de la tête aux pieds » afin de s’assurer qu’ils étaient en parfaite santé, « sans tache ni défaut d’aucune sorte ».

Qu’en est-il de nous ? Bien qu’aujourd’hui nous ne soyons pas tenus d’offrir des sacrifices, il est normal que nous montrions à Jéhovah notre amour en l’honorant avec nos « choses de valeur ». Comment ? Bien sûr, nous pouvons nous servir de nos ressources matérielles pour soutenir l’œuvre du Royaume sur les plans local ou mondial. Que nous ayons beaucoup ou peu matériellement, c’est assurément une excellente façon d’exprimer notre amour à Jéhovah. Mais il existe d’autres façons de montrer à Jéhovah que nous l’aimons. – TG2015  15/9 p23 §6,7

Jéhovah n’a pas forcé les Israélites à lui jurer obéissance ni à entrer dans cette relation privilégiée. Ils ont déclaré de leur plein gré : “ Tout ce qu’a dit Jéhovah, nous sommes prêts à le faire. ” (Ex. 19:8). Trois jours plus tard, Dieu leur a indiqué ce qu’il exigeait de la nation qu’il s’était choisie. Ils ont tout d’abord entendu les Dix Commandements, puis Moïse leur a rapporté d’autres commandements que l’on retrouve d’Exode 20:22 à Exode 23:33. Comment ont-ils réagi ? “ Tout le peuple répondit d’une seule voix et dit : ‘ Toutes les paroles qu’a dites Jéhovah, nous sommes prêts à les exécuter. ’ ” (Ex. 24:3). Moïse a ensuite écrit ces lois dans “ le livre de l’alliance ” et les a lues à haute voix afin que toute la nation puisse les réentendre. Finalement, pour la troisième fois, les Israélites ont fait ce vœu : “ Tout ce qu’a dit Jéhovah, nous sommes prêts à le faire et à obéir. ” — Ex. 24:4, 7, 8. – TG2012  15/10 p22 §11

Les Israélites ont eu de mauvaises fréquentations et ils l’ont payé cher. Lorsque Jéhovah les a libérés de l’esclavage en Égypte et les a conduits en Terre promise, voici ce qu’il leur a dit au sujet des relations qu’ils auraient avec les habitants de ce pays : « Tu ne devras pas te prosterner devant leurs dieux, ni te laisser entraîner à les servir ; tu ne devras rien faire qui ressemble à leurs œuvres, mais il faudra absolument que tu les démolisses et que tu brises leurs colonnes sacrées. Vous devrez servir Jéhovah votre Dieu » (

    Hello guest!
).

Au bout du compte, la plupart des Israélites n’ont pas obéi aux directives divines. Ils ne sont pas restés fidèles à Dieu. C’est pourquoi Jésus leur a dit : « Voyez ! Votre maison vous est abandonnée » (

    Hello guest!
). Jéhovah a rejeté Israël et a transféré sa bénédiction à la congrégation chrétienne nouvellement formée

En tant qu’adorateurs de Jéhovah, il nous faut rester à l’écart de ce système de choses mauvais et chercher de saines fréquentations parmi nos millions de frères et sœurs fidèles à Dieu. Rester proches d’humains guidés par la sagesse divine nous aidera à « tenir ferme dans la foi » en ces jours si difficiles. Songeons aux perspectives que cela ouvre à chacun de nous : Si nous prenons garde à nos fréquentations en ces derniers jours, nous survivrons sûrement à la fin de ce système mauvais et entrerons dans le monde nouveau juste de Jéhovah, à présent si proche – TG2015  15/8 p24 §8,19

En quel sens Moïse a-t-il vu Dieu ? Moïse contempla “l’apparence de Jéhovah” alors qu’il se trouvait sur le mont Sinaï en compagnie d’Aaron et d’autres hommes. Voici ce que relate

    Hello guest!
: “Ils virent le Dieu d’Israël. Et sous ses pieds il y avait ce qui ressemblait à un ouvrage en dalles de saphir et aux cieux mêmes quant à la pureté.” Comment Moïse, accompagné de ces hommes, put-il ‘voir le Dieu d’Israël’, puisque Dieu lui avait dit: “Nul homme ne peut me voir et demeurer en vie”?
    Hello guest!
fournit l’explication: “Il n’étendit pas sa main contre les hommes de distinction des fils d’Israël, mais ils eurent une vision du vrai Dieu et ils mangèrent et burent.” C’est donc au travers d’une vision que Moïse et les hommes qui l’accompagnaient ont contemplé l’apparence de Dieu. – TG1988  15/5 p21

Link to post
Share on other sites

  • Views 412
  • Replies 1
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic





  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

    • César Chávez

      César Chávez 502

      Member
      Joined:
      Last active:
    • CBell

      CBell 3

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Claud's Lst  »  misette

      Bonjour ma sœur Misette. Comment vas-tu ? J'espère avec l'aide de Jéhovah toute la communauté et especialement toi vont bien. 
      Je n'ai pas reçu la réunion de cette semaine, est-ce qu'il y a un problème pour cette semaine ? 
           Bonne journée ou soirée 
                                   Agape 
      · 1 reply
    • folens  »  Eric Ouellet

      Bonjour Eric merci pour cet exposé.
      Bonne journée Michel
      1LE BATEAU.pdf
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      La sagesse est plus précieuse que l’or et la crainte envers Jéhovah est notre salut.
       
      La vraie sagesse de Dieu est un cadeau inestimable, car seul ceux qui obéissent et suivent ces préceptes en recoivent les bienfaits. En Psaume 111:10 déclare ceci: “La crainte de Jéhovah est le commencement de la sagesse.”
      Qu’est-ce que cela veut dire? La sagesse est la capacité d’utiliser efficacement sa connaissance et son intelligence pour résoudre un problème, éviter un danger, atteindre un objectif. Elle sous-entend un bon jugement. Le commencement, la première partie, le fondement de cette sagesse, c’est la crainte de Jéhovah. Pourquoi cela? Bien que toute création est l’œuvre de ses mains et dépend de lui. Il a accordé aux humains le libre arbitre, mais pas la faculté de diriger leurs pas avec succès sans tenir compte de sa direction (Josué 24:15; Jérémie 10:23). Nous ne connaîtrons le succès durable qu’à la condition de bien saisir ces idées fondamentales sur la vie, et de nous y conformer. Si notre connaissance de Jéhovah nous donne la ferme conviction que la volonté divine est promise au succès, et qu’il tiendra sa promesse de récompenser ses fidèles, alors la crainte pieuse nous poussera à agir sagement. — Proverbes 3:21-26; Hébreux 11:6.
      Prenons un exemple: Il y a quelques dizaines d’années, un jeune homme fréquentait l’université de Saskatchewan, au Canada. Au programme de sa formation figurait la biologie, et on lui a enseigné l’évolution. Après avoir été diplômé, il s’est spécialisé dans la physique nucléaire, profitant d’une bourse pour continuer ses études à l’université de Toronto. Au cours de ses études, il a constaté dans la structure des atomes révélaient des témoignages stupéfiants d’un ordre et d’une finalité extraordinaire . Mais personnes ne répondait pas à ces questions: Qui a conçu tout cela? Quand? Et pourquoi? Sans ces réponses, pouvait-il utiliser sagement ses connaissances dans un monde remplis interrogations ? Qu’est-ce qui le guiderait? Le nationalisme? Le désir de gratifications matérielles? Avait-il acquis la vraie sagesse?
      Peu après avoir été diplômé, cet homme ainsi que sa femme se sont mis à étudier la Bible avec les Témoins de Jéhovah. Dans la Parole de Dieu, ils ont peu à peu trouvé les réponses qui leur manquaient. Ils ont appris à connaître le Créateur, Jéhovah Dieu. En étudiant ce qui est arrivé à Moïse à la mer Rouge, à Daniel et à ses compagnons à Babylone, ils ont appris l’importance de craindre Dieu, et non les hommes (Exode 14:10-31; Daniel 3:8-30). Cette crainte pieuse mêlée d’un amour sincère pour Jéhovah a commencé à les animer. Rapidement, leur vie a changé. Enfin cet homme connaissait Celui dont il avait étudié l’œuvre en biologie. Il a progressivement compris le dessein de Celui dont il avait constaté la sagesse dans ses cours de physique. Au lieu d’employer sa connaissance à élaborer des instruments de destruction, il a choisi, avec sa femme, d’aider autrui à aimer Dieu et son prochain. Ils ont entrepris le service de prédicateurs du Royaume de Dieu à plein temps. Par la suite, ils ont suivi les cours de Galaad, l’École biblique de la Société Watchtower, et ont été nommés missionnaires.
      Bien entendu, tout le monde ne peut pas être missionnaire. Mais tous nous pouvons bénéficier de la sagesse fondée sur la crainte de Jéhovah. Si nous cultivons cette sagesse, nous ne consacrerons pas le meilleur de notre vie à étudier les philosophies humaines, qui n’échafaudent que des suppositions sur le but de la vie. Nous nous appliquerons à l’étude de la Bible, livre inspiré de Jéhovah Dieu, la Source de la vie, celui qui peut nous donner la vie éternelle (Psaume 36:9; Colossiens 2:8). Au lieu de nous rendre esclaves d’un système commercial chancelant, au bord de la ruine, nous écouterons Jéhovah, qui nous conseille de nous contenter de la nourriture et du vêtement, et d’accorder à nos relations avec lui la priorité dans notre existence (1 Timothée 6:8-12). Au lieu de nous comporter comme si notre avenir dépendait d’une belle situation dans le monde actuel, nous croirons la Parole de Jéhovah, qui nous affirme que le monde est en train de passer, de même que le désir du monde, alors que celui qui fait la volonté divine demeure pour toujours. — 1 Jean 2:17.
      Dans le livre de Proverbes 16:16, Salomon nous encourage par cette déclaration certaine: “Acquérir la sagesse [la sagesse qui commence par la crainte de Jéhovah], oh! combien cela vaut mieux que l’or! Et acquérir l’intelligence est préférable à l’argent.” Poussés par cette sagesse et cette intelligence, nous considérerons l’accomplissement de la volonté de Dieu comme le premier centre d’intérêt de notre vie. Et quelle activité Dieu a-t-il confiée à ses Témoins en cette période de l’histoire humaine? Faire connaître son Royaume par la prédication et aider les personnes sincères à devenir de vrais disciples de Jésus Christ (Matthieu 24:14; 28:19, 20). Il s’agit d’une activité dont on retire une satisfaction véritable et un grand bonheur. C’est donc à propos que la Bible dit: “Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, et l’homme qui acquiert le discernement.” — Proverbes 3:13.
      Elle nous retient de commettre le mal
      Un deuxième bienfait que nous procure la crainte de Dieu est qu’elle nous retient de commettre le mal. Celui qui respecte profondément Dieu ne détermine pas par lui-même ce qui est bien et mal. Il ne tient pas pour mauvais ce que Dieu déclare bon, ni ne considère comme bon ce que Dieu déclare mauvais (Psaume 37:1, 27; Ésaïe 5:20, 21). De plus, celui que motive la crainte pieuse ne se contente pas de savoir ce que Jéhovah déclare bon ou mauvais. Une telle personne aime ce que Jéhovah aime et elle hait ce que Jéhovah hait. En conséquence, elle agit en harmonie avec les préceptes divins. Ainsi, comme le dit Proverbes 16:6, “par la crainte de Jéhovah, on se détourne du mal”. Cette crainte pieuse devient une motivation puissante qui permet d’atteindre des résultats qu’on n’obtiendrait pas même si une personne commence tout juste à l’éprouver, la crainte pieuse peut lui donner le courage de ne pas faire quelque chose qu’elle regretterait le restant de ses jours. Au Mexique, par exemple, une femme enceinte a demandé à une chrétienne Témoin de Jéhovah ce qu’elle pensait de l’avortement. La chrétienne lui a lu plusieurs versets bibliques, puis lui a tenu ce raisonnement: “Pour le Créateur, la vie est très importante, même la vie de ceux qui ne sont pas encore nés.” (Exode 21:22, 23; Psaume 139:13-16). Des examens laissaient entendre que le bébé serait anormal. Néanmoins, après ce qu’elle avait vu dans la Parole de Dieu, cette femme a décidé de garder son enfant. Son médecin a refusé de la revoir, et son mari l’a menacée de la quitter, mais elle a tenu bon. Elle a finalement donné naissance à une magnifique petite fille, normale et en bonne santé. Par gratitude, elle a recherché les Témoins et s’est mise à étudier la Parole de Dieu avec eux. Moins d’un an après, son mari et elle se faisaient baptiser. Quelques années plus tard, à une assemblée de district, tous deux ont été enchantés de rencontrer la chrétienne qui avait parlé à la femme la première fois. Ils lui ont présenté leur jolie fillette de quatre ans. Incontestablement, le respect de Dieu et le désir puissant de ne pas lui déplaire exercent une grande influence.
      La crainte pieuse peut nous garder d’un grand nombre de mauvaises actions (2 Corinthiens 7:1). Cultivée avec soin, elle est capable d’aider quelqu’un à mettre un terme à des péchés cachés, connus de lui seul et de Jéhovah. Elle peut l’aider à se libérer de la dépendance de l’alcool ou de la drogue. Un ancien drogué d’Afrique du Sud a raconté: “Au fur et à mesure que j’apprenais à connaître Dieu, la crainte de le décevoir ou de lui déplaire grandissait en moi. Je savais qu’il m’observait, et je désirais ardemment son approbation. Cela m’a incité à me débarrasser de la drogue qui était en ma possession en la jetant dans les toilettes.” La crainte pieuse a aidé des milliers de personnes de la même manière. — Proverbes 5:21; 15:3.
      La crainte salutaire de Dieu nous préserve également de la crainte de l’homme. La plupart des humains connaissent, à des degrés divers, la crainte de l’homme. Les apôtres de Jésus Christ l’ont abandonné et se sont enfuis lorsque les soldats se sont emparés de lui dans le jardin de Gethsémané. Plus tard, dans la cour du grand prêtre, désarçonné et en proie à la crainte, Pierre a nié faire partie des disciples de Jésus et même le connaître (Marc 14:48-50, 66-72; Jean 18:15-27). Mais grâce à l’aide qu’ils ont reçue, les apôtres ont retrouvé leur équilibre spirituel. Par contre, aux jours du roi Jéhoïakim, Urie, fils de Schémaïah, fut terrassé par la crainte au point d’abandonner son service de prophète de Jéhovah et de fuir le pays, ce qui ne l’empêcha pas d’être capturé et tué. — Jérémie 26:20-23.
      Comment vaincre la crainte de l’homme? 
      Après nous avoir prévenus que “trembler devant les hommes, voilà ce qui tend un piège”, Proverbes 29:25 ajoute: “Mais celui qui se confie en Jéhovah sera protégé.” La réponse tient donc dans la confiance en Jéhovah. Cette confiance s’appuie sur la connaissance et l’expérience. L’étude de sa Parole nous démontre que les voies de Jéhovah sont droites. Nous découvrons des événements attestant qu’il est digne de confiance, que ses promesses sont sûres (y compris celle de la résurrection), qu’il est amour et qu’il est tout-puissant. Lorsqu’ensuite nous agissons conformément à cette connaissance, accomplissant ce que Jéhovah demande et rejetant fermement ce qu’il condamne, nous commençons à constater dans notre propre cas qu’il prend soin de ses serviteurs avec amour et que l’on peut compter sur lui. Nous acquérons personnellement la certitude que sa puissance est à l’œuvre pour que s’accomplisse sa volonté. Notre confiance en lui s’accroît, de même que notre amour pour lui et notre désir sincère de ne pas lui déplaire. Cette confiance est bâtie sur un fondement solide. Elle est un rempart contre la crainte de l’homme.
      Notre confiance en Jéhovah, alliée à la crainte pieuse, nous rendra fermes en faveur du bien dans le cas où un employeur menacerait de nous renvoyer si nous refusions de participer à des pratiques commerciales malhonnêtes (voir Michée 6:11, 12). Grâce à cette crainte pieuse, des milliers de chrétiens persévèrent dans le vrai culte malgré l’opposition de membres de leur famille. Elle donne aussi aux jeunes le courage de se faire connaître comme Témoins de Jéhovah à l’école, et elle les affermit face aux moqueries de leurs camarades de classe qui méprisent les principes bibliques. Ainsi, une adolescente Témoin de Jéhovah a dit: “Ce qu’ils pensent m’est bien égal. L’important, c’est ce que pense Jéhovah.”
      La même conviction donne aux vrais chrétiens la force de rester attachés aux voies de Jéhovah lorsque leur vie est en jeu. Ils savent qu’ils risquent d’être persécutés par le monde. Ils sont conscients que les apôtres ont été fouettés et que même Jésus Christ a été frappé et tué par des hommes méchants (Marc 14:65; 15:15-39; Actes 5:40; voir aussi Daniel 3:16-18). Mais les serviteurs de Jéhovah sont assurés qu’il peut leur donner la force d’endurer, qu’avec son aide ils peuvent remporter la victoire, que Jéhovah récompensera sans faute ses fidèles, si besoin en les ressuscitant dans son monde nouveau. Leur amour pour Dieu ajouté à la crainte pieuse les pousse puissamment à éviter toute action qui pourrait lui déplaire.
      C’est parce qu’ils étaient animés d’une telle motivation que les Témoins de Jéhovah ont supporté les horreurs des camps de concentration nazis dans les années 30 et 40. Ils ont pris à cœur le conseil de Jésus consigné en Luc 12:4, 5: “D’autre part, je vous le dis à vous, mes amis: Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et qui après cela ne peuvent rien faire de plus. Mais je vais vous indiquer qui vous devez craindre: craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la Géhenne. Oui, je vous le dis, Celui-là, craignez-le.” Par exemple, Gustav Auschner, un Témoin qui avait été interné dans le camp de concentration de Sachsenhausen, a écrit plus tard: ‘Les SS ont exécuté August Dickmann et ont menacé de nous passer tous par les armes si nous refusions de signer un document par lequel nous abjurions notre foi. Pas un seul n’a signé. Notre crainte de déplaire à Jéhovah était plus forte que la crainte de leurs balles.’ La crainte de l’homme mène aux compromis, mais la crainte de Dieu nous affermit pour faire le bien.
      La préservation de la vie
      Noé a connu les derniers jours du monde antédiluvien. Jéhovah avait décidé de détruire le monde d’alors en raison de la méchanceté des humains. Toutefois, en attendant, Noé a vécu dans un monde où régnaient la violence, l’immoralité sexuelle choquante et le mépris de la volonté divine. Noé a prêché la justice, et pourtant “ils ne s’aperçurent de rien jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous”. (Matthieu 24:39.) Noé n’a cependant pas renoncé à l’activité que Dieu lui avait confiée. Il fit “selon tout ce que Dieu lui avait ordonné. Ainsi fit-il”. (Genèse 6:22.) Qu’est-ce qui a permis à Noé, année après année et jusqu’au déluge, de toujours agir comme il convenait? Hébreux 11:7 répond: “Par la foi, Noé, divinement averti de choses qu’on ne voyait pas encore, fit montre d’une crainte pieuse.” Pour cette raison, sa femme, ses fils, leurs femmes et lui ont été sauvés du déluge.
       Notre époque ressemble de bien des manières à celle de Noé (Luc 17:26, 27). De nouveau un avertissement est lancé. Révélation 14:6, 7 parle d’un ange qui vole au milieu du ciel et invite les gens de toute nation et tribu et langue à ‘craindre Dieu et à lui donner gloire’. Quel que puisse être le comportement du monde autour de vous, obéissez à ces paroles, puis transmettez l’invitation à autrui. À l’instar de Noé, agissons avec foi et manifestons une crainte pieuse. Par cela, des vies peuvent être sauvées: la vôtre et celle de nombre de vos semblables. Lorsque nous considérons les bienfaits dont profitent ceux qui craignent le vrai Dieu, nous ne pouvons que souscrire aux paroles du psalmiste divinement inspiré qui chanta: 
      “Heureux est l’homme qui craint Jéhovah, dans les commandements de qui il prend grand plaisir!” — Psaume 112:1.

      · 0 replies
    • Darlene  »  T.B. (Twyla)

      I can not open study material 
      · 0 replies
    • Darlene  »  T.B. (Twyla)

      Can not open weekly study material 
      · 3 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,683
    • Total Posts
      131,936
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,943
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Jess
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.