Jump to content
The World News Media

Recommended Posts

  • Member

    Hello guest!

The remittance market has to realize their days are numbered.... and with establishing a community of businesses that have real-world uses, the people theree don't have to convert to fiat at all.

I am going to be keeping an eye on this for sure.

LN is such a huge win for BTC.

El Salvador Animation GIF by European Space Agency - ESA

 

Link to post
Share on other sites

  • Views 86
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

  • Similar Content

    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      "Quiero hacer un llamado de forma especial a los hombres del ejército. Hermanos, cada uno de ustedes es uno de nosotros. Somos la misma Gente. Los agricultores y los campesinos que asesinan son sus hermanos y hermanas. Cuando escuchan las palabras de un hombre que les dice que asesinen, piensen en su lugar en las palabras de Dios, "¡No matarás!" Ningún soldado está obligado a obedecer una orden contraria a la Ley de Dios", expresó monseñor un día antes que lo asesinaran el 24 de marzo de 1980.
      Casi 40 años después de su asesinato, el sacerdote católico salvadoreño será canonizado el próximo domingo por el papa Francisco en el Vaticano.
      Leer más: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      20171118_203347.mp4
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      La tormenta tropical Selma golpeó las costas salvadoreñas el 28 de octubre con ráfagas de viento de 70 kilómetros por hora y provocó que el 1 de noviembre flotarán quelonios muertos en el mar.
      El Salvador
      La muerte de alrededor de 400 tortugas marinas en la costa Pacífico de El Salvador se debió a la proliferación de saxitoxinas producto de la tormenta tropical Selma, que ingresó a este país el 28 de octubre, informó Ministerio de Medio Ambiente y Recursos Naturales (MARN).
      "La mortandad de tortugas fue consecuencia de dos fenómenos combinados: Tormenta tropical Selma y saxitoxinas, según los estudios preliminares", precisó en su cuenta en Twitter el MARN.

       
       
       
      Leer más: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      In the country’s first camp for internally displaced people since the civil war, 70 people are living on a basketball court: ‘We won’t go back’

      People have dinner at the shelter for the displaced community of El Castaño. A total of 19 families left their community after receiving threats. Photograph: Encarni Pindado for the Guardian
      A gloomy group of men and women watch in silence as a truckload of armed soldiers slowly drive past the basketball court where they are living in makeshift plastic shelters.
      This encampment in Caluco, a small town 40 miles west of the capital, San Salvador, is home to about 70 people from a nearby farming community, forced to flee their homes after a recent escalation of gang violence.
      It is El Salvador’s first camp for internally displaced people since the 12-year civil war, when an estimated one million people were forcibly displaced and 80,000 killed.
      The war between the leftist guerrillas and US-supported military dictatorships ended in 1992, but peace never came to this small Central American country, where the social and economic inequalities which triggered the conflict remain unresolved. Social exclusion, state repression and gang violence have steadily grown worse, and in recent years, El Salvador has become the world’s most violent country outside a declared war zone.
      Ironically, the region around Caluco was spared much of the civil war bloodletting, said the local mayor, Bianca Oriana, who set up the camp in the shadows of the Santa Ana volcano. “In this area, we were not badly affected by the war violence. For us, the gangs are much worse,” she said.
      The Caluco camp serves as the latest stark warning that extreme violence is again displacing huge numbers of Salvadorans, forcing entire families to leave home in search of safety.
      More than 1,000 people, including several entire communities, are known to have been internally displaced since the beginning of 2015, according to human rights activists in El Salvador. The actual number is likely to be much higher.
      Tens of thousands more have fled the country altogether. In the past year, almost 40,000 Salvadorans travelling in family groups, and unaccompanied children, were apprehended by US border control agents.
      While the worst violence was once concentrated in deprived urban areas, it has since spread to small towns and rural communities.
      Caluco is a picturesque semi-rural district with about 9,000 inhabitants. About seven years ago, Barrio 18 Sureños – one of the three largest gangs in the country - started forming clicas, or cells, in the area.
      “At first they didn’t cause any problems, it was just about belonging to something –but then came the drugs and violence,” said Oriana.
      According to local people, around three years ago, the gang leaders suddenly started carrying high-calibre weapons and pressuring families to cooperate: providing money and food whenever demanded, or acting as lookouts for police or soldiers.
      The murder rate inched up steadily, despite the presence of an army base in the district; one by one, families started to leave.
      One of the worst-affected communities was El Castaño, where a 64-year-old man called Francisco Barrientos was killed after allegedly refusing to cooperate with a gang led by one of his nephews. His relatives responded by burning down the house of the gang leader’s mother.
      “We knew this was a declaration of war, but I am happy we did it,” said a family member, who asked not to be named. “They had been doing bad things for a long time.” 

       The military are in charge of the 24-hour security of the shelter for displaced people in Caluco, Sonsonate. Photograph: Encarni Pindado for the Guardian
      In response, the gang ordered the entire community to leave – on pain of death. Within days, almost every family had abandoned their corn and yucca fields, and fled with only the clothes on their backs.
      Since then, the national police have sent in reinforcements from the anti-gang unit, and 35 alleged gang members have been detained and paraded in front of TV cameras. Human Rights groups say El Salvador’s new mano dura – or iron fist – policy against the gangs has resulted in the indiscriminate targeting of young men.
      The families in the camp have been told they must soon return home, but many are too scared – both of the gang members and the local police – and are considering fleeing the country.
      “Those who are guilty should pay, but those who are innocent should be let go,” said one 53-year-old woman, whose eldest son was among those arrested. “We won’t go back; we can’t trust the police who have stained my son’s name. I don’t know where we’ll go, but maybe to another country.”
      https://www.theguardian.com/global-development/2016/sep/30/el-salvador-gang-violence-displaced-refugees-camp
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Earthquake hits, triggering tsunami warnings, after Nicaragua Caribbean coastline battered by hurricane

      A 7.0 magnitude earthquake has shaken El Salvador and Nicaragua, just an hour after a powerful hurricane hit Nicaragua's eastern coast.
      The double whammy was a grim test for a largely poor region which lacks resources and emergency plans for natural disasters.
      Salvadoran authorities issued a tsunami alert as a precaution after the tremor, which struck around 75 miles off the coast of El Salvador, at a depth of 20 miles beneath the Pacific Ocean, according to the US Geological Survey. The quake was first measured at a magnitude of 7.2 but was then downgraded.
      "Hazardous" waves measuring about up to 1m (three feet) are possible to hit coastal areas within 300km of the quake's epicentre.
      Shaking was also felt in the Nicaraguan capital of Managua, and as far as the Costa Rican capital San Jose.
      Nicaragua's president, Daniel Ortega, declared a state of emergency immediately after the quake. The country was already on alert for an hurricane which struck earlier the same day, as was Costa Rica.
      There were no immediate reports of damage or casualties, according to the country's civil defense agency.
      Just one hour before the earthquake, a powerful hurricane, Otto, packing winds of 110mph, made landfall on Nicaragua's Caribbean coast.
      Thousands of people had already been evacuated from coastal areas into shelters - a total of 7,000 people are expected to evacuate in Nicaragua alone. Government officials said some people had refused to evacuate but did not say how many. Earlier this week, four people died in Panama due to outer bands of the storm.
      The heavy rains it was offloading were likely to cause dangerous flooding and mud slides, according to the US National Hurricane Center, as much as 20 inches of rain are expected in isolated areas across northern Costa Rica and southern Nicaragua. Schools were shut down and emergency teams were mobilised.
      Otto was the southernmost hurricane to ever make landfall in Central America, the NHC said, and residents were not prepared.
      The storm came ashore on Thursday near the Costa Rican border on the town of San Juan de Nicaragua, also known as Greytown. Residents said they were scared, and saw heavy rains and winds rip off roofs and bring down cable lines. In the town of Bluefields, panic buying meant bottled water and lamps were swept off the shelves, and some residents fled in boats while others hammered themselves into their homes with metal sheeting, praying the storm would move on.
      Otto will weaken as it moves inland and will likely become a tropical storm by Thursday evening, the center added. It is currently travelling west at around 9mph, chewing its way along both sides of Costa Rica's and Nicaragua's coastlines.
       
      http://www.independent.co.uk/news/world/americas/el-salvador-nicaragua-earthquake-today-tsunami-warning-72-magnitude-quake-pacific-ocean-damage-death-a7437491.html




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • K625XM

      Hello Twyla,
      I am not able to view the study materials.  Can you help me out pls ?  Thank you.
      · 0 replies
    • Claud's Lst  »  misette

      Bonjour ma sœur Misette. Comment vas-tu ? J'espère avec l'aide de Jéhovah toute la communauté et especialement toi vont bien. 
      Je n'ai pas reçu la réunion de cette semaine, est-ce qu'il y a un problème pour cette semaine ? 
           Bonne journée ou soirée 
                                   Agape 
      · 3 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Bonjour Eric merci pour cet exposé.
      Bonne journée Michel
      1LE BATEAU.pdf
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      La sagesse est plus précieuse que l’or et la crainte envers Jéhovah est notre salut.
       
      La vraie sagesse de Dieu est un cadeau inestimable, car seul ceux qui obéissent et suivent ces préceptes en recoivent les bienfaits. En Psaume 111:10 déclare ceci: “La crainte de Jéhovah est le commencement de la sagesse.”
      Qu’est-ce que cela veut dire? La sagesse est la capacité d’utiliser efficacement sa connaissance et son intelligence pour résoudre un problème, éviter un danger, atteindre un objectif. Elle sous-entend un bon jugement. Le commencement, la première partie, le fondement de cette sagesse, c’est la crainte de Jéhovah. Pourquoi cela? Bien que toute création est l’œuvre de ses mains et dépend de lui. Il a accordé aux humains le libre arbitre, mais pas la faculté de diriger leurs pas avec succès sans tenir compte de sa direction (Josué 24:15; Jérémie 10:23). Nous ne connaîtrons le succès durable qu’à la condition de bien saisir ces idées fondamentales sur la vie, et de nous y conformer. Si notre connaissance de Jéhovah nous donne la ferme conviction que la volonté divine est promise au succès, et qu’il tiendra sa promesse de récompenser ses fidèles, alors la crainte pieuse nous poussera à agir sagement. — Proverbes 3:21-26; Hébreux 11:6.
      Prenons un exemple: Il y a quelques dizaines d’années, un jeune homme fréquentait l’université de Saskatchewan, au Canada. Au programme de sa formation figurait la biologie, et on lui a enseigné l’évolution. Après avoir été diplômé, il s’est spécialisé dans la physique nucléaire, profitant d’une bourse pour continuer ses études à l’université de Toronto. Au cours de ses études, il a constaté dans la structure des atomes révélaient des témoignages stupéfiants d’un ordre et d’une finalité extraordinaire . Mais personnes ne répondait pas à ces questions: Qui a conçu tout cela? Quand? Et pourquoi? Sans ces réponses, pouvait-il utiliser sagement ses connaissances dans un monde remplis interrogations ? Qu’est-ce qui le guiderait? Le nationalisme? Le désir de gratifications matérielles? Avait-il acquis la vraie sagesse?
      Peu après avoir été diplômé, cet homme ainsi que sa femme se sont mis à étudier la Bible avec les Témoins de Jéhovah. Dans la Parole de Dieu, ils ont peu à peu trouvé les réponses qui leur manquaient. Ils ont appris à connaître le Créateur, Jéhovah Dieu. En étudiant ce qui est arrivé à Moïse à la mer Rouge, à Daniel et à ses compagnons à Babylone, ils ont appris l’importance de craindre Dieu, et non les hommes (Exode 14:10-31; Daniel 3:8-30). Cette crainte pieuse mêlée d’un amour sincère pour Jéhovah a commencé à les animer. Rapidement, leur vie a changé. Enfin cet homme connaissait Celui dont il avait étudié l’œuvre en biologie. Il a progressivement compris le dessein de Celui dont il avait constaté la sagesse dans ses cours de physique. Au lieu d’employer sa connaissance à élaborer des instruments de destruction, il a choisi, avec sa femme, d’aider autrui à aimer Dieu et son prochain. Ils ont entrepris le service de prédicateurs du Royaume de Dieu à plein temps. Par la suite, ils ont suivi les cours de Galaad, l’École biblique de la Société Watchtower, et ont été nommés missionnaires.
      Bien entendu, tout le monde ne peut pas être missionnaire. Mais tous nous pouvons bénéficier de la sagesse fondée sur la crainte de Jéhovah. Si nous cultivons cette sagesse, nous ne consacrerons pas le meilleur de notre vie à étudier les philosophies humaines, qui n’échafaudent que des suppositions sur le but de la vie. Nous nous appliquerons à l’étude de la Bible, livre inspiré de Jéhovah Dieu, la Source de la vie, celui qui peut nous donner la vie éternelle (Psaume 36:9; Colossiens 2:8). Au lieu de nous rendre esclaves d’un système commercial chancelant, au bord de la ruine, nous écouterons Jéhovah, qui nous conseille de nous contenter de la nourriture et du vêtement, et d’accorder à nos relations avec lui la priorité dans notre existence (1 Timothée 6:8-12). Au lieu de nous comporter comme si notre avenir dépendait d’une belle situation dans le monde actuel, nous croirons la Parole de Jéhovah, qui nous affirme que le monde est en train de passer, de même que le désir du monde, alors que celui qui fait la volonté divine demeure pour toujours. — 1 Jean 2:17.
      Dans le livre de Proverbes 16:16, Salomon nous encourage par cette déclaration certaine: “Acquérir la sagesse [la sagesse qui commence par la crainte de Jéhovah], oh! combien cela vaut mieux que l’or! Et acquérir l’intelligence est préférable à l’argent.” Poussés par cette sagesse et cette intelligence, nous considérerons l’accomplissement de la volonté de Dieu comme le premier centre d’intérêt de notre vie. Et quelle activité Dieu a-t-il confiée à ses Témoins en cette période de l’histoire humaine? Faire connaître son Royaume par la prédication et aider les personnes sincères à devenir de vrais disciples de Jésus Christ (Matthieu 24:14; 28:19, 20). Il s’agit d’une activité dont on retire une satisfaction véritable et un grand bonheur. C’est donc à propos que la Bible dit: “Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, et l’homme qui acquiert le discernement.” — Proverbes 3:13.
      Elle nous retient de commettre le mal
      Un deuxième bienfait que nous procure la crainte de Dieu est qu’elle nous retient de commettre le mal. Celui qui respecte profondément Dieu ne détermine pas par lui-même ce qui est bien et mal. Il ne tient pas pour mauvais ce que Dieu déclare bon, ni ne considère comme bon ce que Dieu déclare mauvais (Psaume 37:1, 27; Ésaïe 5:20, 21). De plus, celui que motive la crainte pieuse ne se contente pas de savoir ce que Jéhovah déclare bon ou mauvais. Une telle personne aime ce que Jéhovah aime et elle hait ce que Jéhovah hait. En conséquence, elle agit en harmonie avec les préceptes divins. Ainsi, comme le dit Proverbes 16:6, “par la crainte de Jéhovah, on se détourne du mal”. Cette crainte pieuse devient une motivation puissante qui permet d’atteindre des résultats qu’on n’obtiendrait pas même si une personne commence tout juste à l’éprouver, la crainte pieuse peut lui donner le courage de ne pas faire quelque chose qu’elle regretterait le restant de ses jours. Au Mexique, par exemple, une femme enceinte a demandé à une chrétienne Témoin de Jéhovah ce qu’elle pensait de l’avortement. La chrétienne lui a lu plusieurs versets bibliques, puis lui a tenu ce raisonnement: “Pour le Créateur, la vie est très importante, même la vie de ceux qui ne sont pas encore nés.” (Exode 21:22, 23; Psaume 139:13-16). Des examens laissaient entendre que le bébé serait anormal. Néanmoins, après ce qu’elle avait vu dans la Parole de Dieu, cette femme a décidé de garder son enfant. Son médecin a refusé de la revoir, et son mari l’a menacée de la quitter, mais elle a tenu bon. Elle a finalement donné naissance à une magnifique petite fille, normale et en bonne santé. Par gratitude, elle a recherché les Témoins et s’est mise à étudier la Parole de Dieu avec eux. Moins d’un an après, son mari et elle se faisaient baptiser. Quelques années plus tard, à une assemblée de district, tous deux ont été enchantés de rencontrer la chrétienne qui avait parlé à la femme la première fois. Ils lui ont présenté leur jolie fillette de quatre ans. Incontestablement, le respect de Dieu et le désir puissant de ne pas lui déplaire exercent une grande influence.
      La crainte pieuse peut nous garder d’un grand nombre de mauvaises actions (2 Corinthiens 7:1). Cultivée avec soin, elle est capable d’aider quelqu’un à mettre un terme à des péchés cachés, connus de lui seul et de Jéhovah. Elle peut l’aider à se libérer de la dépendance de l’alcool ou de la drogue. Un ancien drogué d’Afrique du Sud a raconté: “Au fur et à mesure que j’apprenais à connaître Dieu, la crainte de le décevoir ou de lui déplaire grandissait en moi. Je savais qu’il m’observait, et je désirais ardemment son approbation. Cela m’a incité à me débarrasser de la drogue qui était en ma possession en la jetant dans les toilettes.” La crainte pieuse a aidé des milliers de personnes de la même manière. — Proverbes 5:21; 15:3.
      La crainte salutaire de Dieu nous préserve également de la crainte de l’homme. La plupart des humains connaissent, à des degrés divers, la crainte de l’homme. Les apôtres de Jésus Christ l’ont abandonné et se sont enfuis lorsque les soldats se sont emparés de lui dans le jardin de Gethsémané. Plus tard, dans la cour du grand prêtre, désarçonné et en proie à la crainte, Pierre a nié faire partie des disciples de Jésus et même le connaître (Marc 14:48-50, 66-72; Jean 18:15-27). Mais grâce à l’aide qu’ils ont reçue, les apôtres ont retrouvé leur équilibre spirituel. Par contre, aux jours du roi Jéhoïakim, Urie, fils de Schémaïah, fut terrassé par la crainte au point d’abandonner son service de prophète de Jéhovah et de fuir le pays, ce qui ne l’empêcha pas d’être capturé et tué. — Jérémie 26:20-23.
      Comment vaincre la crainte de l’homme? 
      Après nous avoir prévenus que “trembler devant les hommes, voilà ce qui tend un piège”, Proverbes 29:25 ajoute: “Mais celui qui se confie en Jéhovah sera protégé.” La réponse tient donc dans la confiance en Jéhovah. Cette confiance s’appuie sur la connaissance et l’expérience. L’étude de sa Parole nous démontre que les voies de Jéhovah sont droites. Nous découvrons des événements attestant qu’il est digne de confiance, que ses promesses sont sûres (y compris celle de la résurrection), qu’il est amour et qu’il est tout-puissant. Lorsqu’ensuite nous agissons conformément à cette connaissance, accomplissant ce que Jéhovah demande et rejetant fermement ce qu’il condamne, nous commençons à constater dans notre propre cas qu’il prend soin de ses serviteurs avec amour et que l’on peut compter sur lui. Nous acquérons personnellement la certitude que sa puissance est à l’œuvre pour que s’accomplisse sa volonté. Notre confiance en lui s’accroît, de même que notre amour pour lui et notre désir sincère de ne pas lui déplaire. Cette confiance est bâtie sur un fondement solide. Elle est un rempart contre la crainte de l’homme.
      Notre confiance en Jéhovah, alliée à la crainte pieuse, nous rendra fermes en faveur du bien dans le cas où un employeur menacerait de nous renvoyer si nous refusions de participer à des pratiques commerciales malhonnêtes (voir Michée 6:11, 12). Grâce à cette crainte pieuse, des milliers de chrétiens persévèrent dans le vrai culte malgré l’opposition de membres de leur famille. Elle donne aussi aux jeunes le courage de se faire connaître comme Témoins de Jéhovah à l’école, et elle les affermit face aux moqueries de leurs camarades de classe qui méprisent les principes bibliques. Ainsi, une adolescente Témoin de Jéhovah a dit: “Ce qu’ils pensent m’est bien égal. L’important, c’est ce que pense Jéhovah.”
      La même conviction donne aux vrais chrétiens la force de rester attachés aux voies de Jéhovah lorsque leur vie est en jeu. Ils savent qu’ils risquent d’être persécutés par le monde. Ils sont conscients que les apôtres ont été fouettés et que même Jésus Christ a été frappé et tué par des hommes méchants (Marc 14:65; 15:15-39; Actes 5:40; voir aussi Daniel 3:16-18). Mais les serviteurs de Jéhovah sont assurés qu’il peut leur donner la force d’endurer, qu’avec son aide ils peuvent remporter la victoire, que Jéhovah récompensera sans faute ses fidèles, si besoin en les ressuscitant dans son monde nouveau. Leur amour pour Dieu ajouté à la crainte pieuse les pousse puissamment à éviter toute action qui pourrait lui déplaire.
      C’est parce qu’ils étaient animés d’une telle motivation que les Témoins de Jéhovah ont supporté les horreurs des camps de concentration nazis dans les années 30 et 40. Ils ont pris à cœur le conseil de Jésus consigné en Luc 12:4, 5: “D’autre part, je vous le dis à vous, mes amis: Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et qui après cela ne peuvent rien faire de plus. Mais je vais vous indiquer qui vous devez craindre: craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la Géhenne. Oui, je vous le dis, Celui-là, craignez-le.” Par exemple, Gustav Auschner, un Témoin qui avait été interné dans le camp de concentration de Sachsenhausen, a écrit plus tard: ‘Les SS ont exécuté August Dickmann et ont menacé de nous passer tous par les armes si nous refusions de signer un document par lequel nous abjurions notre foi. Pas un seul n’a signé. Notre crainte de déplaire à Jéhovah était plus forte que la crainte de leurs balles.’ La crainte de l’homme mène aux compromis, mais la crainte de Dieu nous affermit pour faire le bien.
      La préservation de la vie
      Noé a connu les derniers jours du monde antédiluvien. Jéhovah avait décidé de détruire le monde d’alors en raison de la méchanceté des humains. Toutefois, en attendant, Noé a vécu dans un monde où régnaient la violence, l’immoralité sexuelle choquante et le mépris de la volonté divine. Noé a prêché la justice, et pourtant “ils ne s’aperçurent de rien jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous”. (Matthieu 24:39.) Noé n’a cependant pas renoncé à l’activité que Dieu lui avait confiée. Il fit “selon tout ce que Dieu lui avait ordonné. Ainsi fit-il”. (Genèse 6:22.) Qu’est-ce qui a permis à Noé, année après année et jusqu’au déluge, de toujours agir comme il convenait? Hébreux 11:7 répond: “Par la foi, Noé, divinement averti de choses qu’on ne voyait pas encore, fit montre d’une crainte pieuse.” Pour cette raison, sa femme, ses fils, leurs femmes et lui ont été sauvés du déluge.
       Notre époque ressemble de bien des manières à celle de Noé (Luc 17:26, 27). De nouveau un avertissement est lancé. Révélation 14:6, 7 parle d’un ange qui vole au milieu du ciel et invite les gens de toute nation et tribu et langue à ‘craindre Dieu et à lui donner gloire’. Quel que puisse être le comportement du monde autour de vous, obéissez à ces paroles, puis transmettez l’invitation à autrui. À l’instar de Noé, agissons avec foi et manifestons une crainte pieuse. Par cela, des vies peuvent être sauvées: la vôtre et celle de nombre de vos semblables. Lorsque nous considérons les bienfaits dont profitent ceux qui craignent le vrai Dieu, nous ne pouvons que souscrire aux paroles du psalmiste divinement inspiré qui chanta: 
      “Heureux est l’homme qui craint Jéhovah, dans les commandements de qui il prend grand plaisir!” — Psaume 112:1.

      · 0 replies
    • Darlene  »  T.B. (Twyla)

      I can not open study material 
      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,684
    • Total Posts
      131,963
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,943
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Jess
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.