Jump to content
The World News Media

Eric Ouellet

Member
  • Content Count

    7
  • Joined

  • Last visited

4 Followers

About Eric Ouellet

  • Rank
    Newbie
  • Birthday 10/29/1973

Recent Profile Visitors

15,947 profile views

Single Status Update

See all updates by Eric Ouellet

  1.  

    La vraie beauté des serviteurs de Dieu se distingue par leur amour désintéressé 

     

    Romain chapitre 12:

    LA BEAUTÉ est l’une des choses qui contribuent à la joie de vivre. Cependant, il y a diverses formes de beauté. Ainsi, la beauté d’un spectacle de sons harmonieux excitent les sens de notre corps, par nos yeux, nos oreilles, certaine fois le frémissement de notre peau, l'accélération du battement de notre coeur et qui explose en nous d'une vive énergie intérieure. La lecture d’une œuvre littéraire charme l’esprit et nous fait voyager dans l'univers de nos rêves et pourtant nous sommes éveillés. Jéhovah nous a créé pour que notre vie soit un bonheur constant. Mais la vie dans ce monde n'est pas toujours facile. Mais rien ne surpasse la beauté de la compassion d'une personne au coeur morale.

    En effet, la beauté du coeur morale éveille ce qu’il y a de meilleur en nous : notre conscience et nos principes acquis sur le chemin de la Parole de Dieu. Des actions faites avec un amour désintéressée et manifesté d'abnégation de soi revêtent une réelle beauté. Il en est ainsi des marques de compassion que Jéhovah manifesta au fil des millénaires.
    Jéhovah est un Dieu compatissant, comme l’indique la Bible à maintes reprises. Ce fut par compassion que Jéhovah envoya des messagers angéliques pour faire sortir Lot et sa famille des villes condamnées de Sodome et Gomorrhe (Gen. 19:16, 17). Au cours de toute son histoire, la nation d’Israël fut l’objet de la compassion de Jéhovah Dieu, ainsi qu’il est écrit : “[Jéhovah], le Dieu de leurs pères, envoya vers eux des messagers pour les avertir de plusieurs danger à mainte reprise. Très souvent Jéhovah  protégeait son peuple comme un Père aimant pour qu'elle raison, car il avait de la compassion envers son peuple et envers de sa demeure”. D’autre part, à propos de ceux qui le servent fidèlement de nos jours Il est une protection pour tout ces serviteurs au coeur fidèles, comme exalte le psalmiste David: “ Ô vous qui aimez Jéhovah, haïssez le mal. Il garde la vie de ses fidèles: il les sauve de la main des méchants.  La lumière est apparut pour les justes, et la joie pour ceux qui ont le coeur droit.  — (psaume 97: 10-11)

    Jésus-Christ, le Fils de Dieu, comprenait l’importance et la nécessité d’être compatissant, comme le prouvent ses paroles et ses actions. Dans la parabole du fils prodigue, il opposa le père compatissant au fils aîné inaccessible à la pitié. En outre, il opposa le bon Samaritain, pris de compassion à la vue de l’homme roué de coups, dépouillé et laissé à demi-mort sur le chemin, au prêtre et au Lévite qui firent semblant de ne pas l'avoir vue et ne montrèrent aucune pitié. — Luc 10:30-33 ; 15:20, 27-32.
    Par ailleurs, Jésus mettait en pratique ce qu’il prêchait. En fait, on est en droit d’affirmer qu’il consacra tout son ministère terrestre à montrer de la compassion pour les nécessiteux et les affligés, sur le plan physique comme sur le plan spirituel. Il est écrit : “À la vue des foules, il en eut pitié, car elles étaient dépouillées et ballottées comme des brebis sans berger.” En les enseignant, il leur procura l’aide dont elles avaient besoin. Que de fois il se montra compatissant pour le peuple dont il discernait les besoins physiques, en guérissant les malades, en nourrissant la foule, voire même en ressuscitant les morts, en ramenant à la vie des bien-aimés disparus. — Mat. 9:36 ; 11:28-30 ; 14:14 ; 15:32 ;20:34 ; Marc 1:41 ; Luc 7:13, Sg.

    Ne rendez à personne le mal pour le mal. Tenez compte ce qui est beau du point de vue de tous les hommes. ” — ROMAINS 12:17.

    QUAND un enfant se fait bousculer par son frère ou sa sœur, sa première réaction est en général de rendre la pareille. Malheureusement, les enfants ne sont pas les seuls à se comporter ainsi. De nombreux adultes aussi ont cette tendance. Quand quelqu’un les offense, ils veulent riposter. Oh ! bien sûr, la plupart des adultes ne bousculeront pas littéralement leur offenseur, mais ils trouveront des moyens plus subtils de le lui faire payer. Ils répandront peut-être des propos malveillants sur son compte ou trouveront des moyens d’entraver sa réussite. Quelle que soit la méthode employée, le but est le même : se venger.

    Bien que le désir de revanche soit profondément ancré chez les humains, les vrais chrétiens le répriment. Ils s’efforcent de suivre cette injonction de l’apôtre Paul : “ Ne rendez à personne le mal pour le mal. ” (Romains 12:17). Qu’est-ce qui nous incitera à nous conformer à ce précepte élevé ? De qui, en particulier, ne devrions-nous pas nous venger ? Quels avantages y a-t-il à renoncer à la vengeance ? Pour répondre à ces questions, examinons le contexte des paroles de Paul et voyons comment d’après Romains chapitre 12 c’est faire preuve de justice, d’amour et de modestie que de s’abstenir de rendre le mal pour le mal.

    “ Je vous supplie donc ”

    Paul examine quatre domaines étroitement liés qui concernent la vie d'un chrétien. Ils portent sur les relations que nous entretenons avec Jéhovah, avec nos compagnons chrétiens, avec les personnes qui ne partagent pas notre foi et avec les autorités gouvernementales. Paul indique qu’il y a une raison fondamentale de résister aux mauvaises inclinations, notamment à celle de se venger. Il dit en effet : “ Je vous supplie donc, frères, par les compassions de Dieu, de présenter votre corps comme un sacrifice vivant, saint et que Dieu peut approuver: un service sacré que vous offrez en utilisant votre raison. ” (Romains 12:1). Remarquez la présence du mot “ donc ”, qui sert à amener la conséquence de ce qui précède. Paul dit en fait : ‘ Compte tenu de ce que je viens de vous expliquer, je vous supplie de faire ce que je vais maintenant vous dire. ’ 

    Dans les 11 premiers chapitres de sa lettre, Paul a parlé d’un magnifique privilège — celui de régner avec Christ dans le Royaume de Dieu —, privilège offert tant aux Juifs qu’aux Gentils, mais que les Juifs n’ont pas saisi (Romains 11:13-36). Cet insigne honneur pouvait être conféré uniquement “ par les compassions de Dieu ”. Comment les chrétiens devaient-ils répondre à l’immense faveur imméritée que Dieu leur témoignait ? Leurs cœurs devaient être remplis d’une reconnaissance si profonde qu’elle les pousserait à faire ce que Paul dit ensuite : “ Présente[z] vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu : un service sacré avec votre raison. ” (Romains 12:1). Mais comment, au juste, ces chrétiens pouvaient-ils se présenter comme “ un sacrifice ” à Dieu ?

    Paul poursuit : “ Cessez de vous conformer à ce système de choses-ci, mais transformez-vous en renouvelant votre intelligence, pour pouvoir éprouver personnellement ce qu’est la volonté de Dieu, bonne, agréable et parfaite. ” (Romains 12:2). Au lieu de permettre à l’esprit du monde de modeler leurs pensées, ils devaient les renouveler pour qu’elles soient conformes à celles de Christ (1 Corinthiens 2:16 ;Philippiens 2:5). Ce principe devrait influencer le comportement quotidien de tous les vrais chrétiens ; nous sommes donc concernés.
    Tout comme les chrétiens de Rome, qui étaient oints de l’esprit, nous sommes profondément reconnaissants à Dieu pour la compassion qu’il nous a témoignée et qu'Il nous témoigne, par son Amour, sa mésicorde, sa gratitude, sa sagesse, son soutient, dans les difficultés de la vie et qu’il continue de le manifester chaque jour de notre vie. Donc, un cœur rempli de gratitude nous incite à servir Dieu de toute notre force et avec toutes nos ressources et toutes nos capacités. Ce désir sincère nous incite aussi à faire le maximum pour penser, non comme le monde, mais comme Christ. Si nous avons la pensée de Christ, cela se verra à la manière dont nous traitons les autres, qu’ils servent Jéhovah ou non (Galates 5:25). Et pour revenir au sujet qui nous intéresse : En ayant la pensée de Christ, nous nous sentons poussés à résister au puissant désir de nous venger. — 1 Pierre 2:21-23. Regardons cette exemple de notre modèle parfait relaté par l'apôtre Pierre: C'est en effet à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour "nous", "nous" laissant un modèle pour que "nous suivions" fidèlement ses traces. "Jésus" n'a pas commis de péché, et on n'a pas trouvé de tromperie dans sa bouche. Quand on l'insultait, il ne rendait pas l'insulte. Quand il souffrait, il ne menaçait pas, mais il s'en remettait à Celui qui juge avec justice.

    “ Que votre amour soit sans hypocrisie ”

    Nous nous retenons de rendre le mal pour le mal non seulement parce qu’il est juste d’agir ainsi, mais encore parce que c’est faire preuve d’amour. Remarquez comment l’apôtre Paul s’étend ensuite sur cette motivation qu’est l’amour. Dans la lettre qu’il écrit aux Romains, il emploie plusieurs fois le mot “ amour ” (agapê en grec) lorsqu’il fait référence à l’amour de Dieu et à celui du Christ (Romains 5:5, 8 ; 8:35, 39). Toutefois, au chapitre 12, il emploie agapê d’une autre manière : pour parler de l’amour du prochain. Après avoir indiqué que les serviteurs de Dieu ont différents dons spirituels, Paul mentionne une qualité que chacun d’entre nous doit cultiver. Il déclare : “ Que votre amour soit sans hypocrisie. ” (Romains 12:4-9). Les vrais chrétiens sont reconnaissables notamment à l’amour qu’ils manifestent envers autrui (Marc 12:28-31). Paul nous exhorte à nous assurer de la sincérité de notre amour.

    Manifester un amour sans hypocrisie

    En Romain 12:9 Paul précise ensuite comment se manifeste l’amour sans hypocrisie. “ Ayez en aversion ce qui est mauvais, attachez-vous à ce qui est bon ”, Ayez en aversion ” et “ s’attacher au bien” sont des expressions fortes. On peut remplacer “ avoir en aversion ” par “ haïr intensément ce qui est mauvais ”. Plus que les conséquences du mal, c’est le mal lui-même que nous devons haïr. Quant au terme “ s’attacher ”, il rend un verbe grec qui signifie littéralement “ coller". Un chrétien qui aime sincèrement est si fermement “ collé ”, ou attaché, à ce qui est bon que cet amour devient une partie intégrante de sa personnalité. 

    Paul mentionne à plusieurs reprises une manifestation d’amour spécifique. Il déclare : “ Continuez à bénir ceux qui vous persécutent ; bénissez et ne maudissez pas. ” “ Ne rendez à personne le mal pour le mal. ” “ Ne vous vengez pas vous-mêmes, bien-aimés. ” ‘ Ne vous laissez pas vaincre par le mal, mais continuez à vaincre le mal par le bien. ’ (Romains 12:14, 17-19, 21). Les paroles de Paul ne laissent aucun doute sur la manière dont nous devons traiter les personnes qui ne partagent pas notre foi, même celles qui s’opposent à nous.

    “ Continuez à bénir ceux qui vous persécutent "

    Comment pouvons-nous suivre l’exhortation de Paul à ‘ continuer à bénir ceux qui nous persécutent ’ ? (Romains 12:14.) Jésus a dit à ses disciples : “ Continuez d’aimer vos ennemis et de prier pour ceux qui vous persécutent. ” (Matthieu 5:44 ; Luc 6:27, 28). Comment pouvons-nous bénir nos persécuteurs ? En priant pour eux, implorant Dieu d’ouvrir à la vérité les yeux de ceux qui s’opposent à nous par ignorance (2 Corinthiens 4:4). Il est vrai qu’il peut paraître étrange de demander à Dieu de bénir un persécuteur. Toutefois, plus notre état d’esprit ressemblera à celui de Christ, plus nous parviendrons à manifester de l’amour à nos ennemis (Math 5:44 ,Luc 23:34). Jésus dit:" Moi je vous le dit: "Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent. " Jésus lors de son châtiment sur le poteau de supplice il dit : " Père pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font" Ils se partagèrent ses vêtements en les tirant au sort. (Psaume 22:7,8)

    Le disciple Étienne suiva l'exemple de Jésus peu après la Pentecôte de l'an 33, des hommes qui s’opposaient à la congrégation chrétienne ont arrêté Étienne, l’ont traîné hors de Jérusalem, et l’ont lapidé. Avant de mourir, Étienne a crié : “ Jéhovah, ne leur compte pas ce péché. ” (Actes 7:58–8:1). Parmi ceux en faveur de qui Étienne a prié ce jour-là figurait Saul de Tarse, qui avait assisté au meurtre d’Étienne, meurtre qu’il approuvait. Plus tard, Jésus quand il fut ressuscité est apparu à Saul. Cet ancien persécuteur est devenu un disciple de Christ, puis l’apôtre Paul, le rédacteur de la lettre aux Romains (Actes 26:12-18). Conformément à la prière d’Étienne, de toute évidence Jéhovah a pardonné à Paul le péché d’avoir été un persécuteur (1 Timothée 1:12-16). Il n’est donc pas étonnant que Paul ait exhorté les chrétiens à ‘ continuer à bénir ceux qui les persécutent ’. Il savait par expérience que des persécuteurs peuvent un jour devenir des serviteurs de Dieu. De nos jours, touchés par le comportement pacifique des adorateurs de Jéhovah, certains opposants sont devenu témoins de Jéhovah.

    “ Soyez en paix avec tous les hommes ”

    Paul formule une autre exhortation sur la manière de traiter ceux qui partagent ou non notre foi. Il déclare : “ Ne rendez à personne le mal pour le mal. ” Cette exhortation est une conséquence logique de ce qu’il a dit précédemment, à savoir : “ Ayez en aversion ce qui est mauvais. ” D’ailleurs, comment un chrétien pourrait-il dire qu’il a vraiment en aversion ce qui est mauvais s’il recourait au mal pour se venger ? Ce serait tout sauf avoir un amour “ sans hypocrisie ”. Paul ajoute : “ Tenez compte ce qui est beau au point de vue de tous les hommes. ” (Romains 12:9, 17). Comment appliquer ces paroles?
    Précédemment, écrivant aux Corinthiens, Paul avait évoqué la persécution que les apôtres subissaient. Il avait dit : “ Nous sommes devenus un spectacle pour le monde, et pour les anges, et pour les hommes. [...] Quand on nous insulte, nous bénissons ; quand on nous persécute, nous supportons ; quand on nous diffame, nous supplions. ” (1 Corinthiens 4:9-13). De même, les vrais chrétiens aujourd’hui sont observés par les gens de ce monde. Lorsque ceux qui nous côtoient remarquent les belles choses que nous faisons, même quand nous sommes traités de manière injuste, ils peuvent être incités à prêter une oreille plus attentive au message chrétien que nous communiquons. — 1 Pierre 2:12.
    Jusqu’où, toutefois, devrions-nous aller pour favoriser la paix ? Aussi loin que possible. Paul dit à ses compagnons chrétiens : “ Si possible, pour autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. ” (Romains 12:18). Les expressions “ si possible ” et “ pour autant que cela dépend de vous ” indiquent que faire la paix ne sera peut-être pas toujours possible. Par exemple, nous n’enfreindrons pas un commandement de Dieu par souci de préserver la paix ( Hébreux 12:14). Néanmoins, nous faisons tout ce que nous pouvons faire sans transiger avec les principes justes pour être en paix “ avec tous les hommes ”.

    “ Ne vous vengez pas vous-mêmes ”

    Paul énonce à présent une raison impérieuse de ne pas se venger : la modestie. Il déclare : “ Ne vous vengez pas vous-mêmes, bien-aimés, mais donnez du champ à la colère ; car il est écrit : ‘ À moi la vengeance ; c’est moi qui paierai de retour, dit Jéhovah. ’ ” (Romains 12:19). Un chrétien qui cherche à prendre sa revanche est présomptueux. Il s’arroge un droit que seul Dieu détient (Matthieu 7:1). De plus, en se faisant justice lui-même, il montre qu’il manque de foi dans cette promesse de Jéhovah : “ C’est moi qui paierai de retour. ” À l’opposé, les vrais chrétiens en sont convaincus : Jéhovah fera en sorte “ que la justice soit rendue à ceux qu’il a choisis ”. (Luc 18:7, 8 ;2 Thessaloniciens 1:6-8.) Par modestie, un serviteur laissent à Dieu le soin d’exercer la vengeance. — Jérémie 30:23, 24 ; Romains 1:18.

    Nous serviteurs de Jehovah nous devons manifester de l'amour envers nos ennemis car se venger d’un ennemi endurcirait notre cœur ; à l’inverse, traiter un ennemi avec bonté et douceur peut adoucir le cœur de notre ennemi et préserver notre coeur morale pur. Suivons le conseil que Paul a dit aux chrétiens de Rome : “ Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s’il a soif, donne-lui à boire ; car en faisant cela tu entasseras des charbons ardents sur sa tête. ” (Romains 12:20 ;Proverbes 25:21, 22). 

    Le pardon par notre amour envers nos ennemis nous libère de toute souffrances

    L’expression “ entasser des charbons ardents sur sa tête ” est une figure de style évoquant un procédé métallurgique utilisé dans les temps bibliques. On déposait une couche de charbons dans le four. On introduisait ensuite le minerai que l’on recouvrait d’une autre couche de charbons. Les charbons ardents entassés sur le minerai augmentaient la chaleur, de sorte que le métal fondait et était débarrassé de ses impuretés. D’une façon similaire, en traitant un opposant avec bonté, il se peut que nous fassions “ fondre ” sa dureté et ressortir ses qualités (2 Rois 6:14-23). En fait, ce qui a tout d’abord attiré de nombreuses personnes vers le vrai culte, ce sont les actes de bonté des serviteurs de Jéhovah à leur ennemis.
    Le pardon par notre amour envers nos ennemis nous libère de toute souffrances car Jéhovah garde la vie de ses serviteurs et il le sauve de la main des méchants.

    Usons de justice, d’amour et de modestie 

    Ce bref examen de Romains chapitre 12 nous aura permis de discerner plusieurs raisons importantes pour lesquelles nous ne ‘ rendons à personne le mal pour le mal ’. Premièrement, c’est faire preuve de justice que de se retenir de se venger. Compte tenu de la compassion que Jéhovah Dieu nous a témoignée, il est juste et raisonnable que nous nous offrions à lui et que nous obéissions volontiers à ses commandements, notamment celui d’aimer nos ennemis. Deuxièmement, c’est faire preuve d’amour que de refuser de rendre le mal pour le mal. En résistant à l’envie de se faire justice soi-même et en favorisant la paix, avec amour nous espérons aider même de farouches adversaires à devenir des adorateurs de Jéhovah. Troisièmement, c’est se montrer modeste que de s’interdire de se venger. En effet, céder à ce désir serait de la présomption, car Jéhovah déclare : “ À moi la vengeance. ” La Parole de Dieu fait par ailleurs cette mise en garde : “ La présomption est-elle venue ? Alors viendra le déshonneur ; mais la sagesse est avec les modestes. ” (Proverbes 11:2). Laisser à Jéhovah le soin d’exercer la vengeance est une marque non seulement de sagesse mais aussi de modestie.

    "Cessons de nous conformer à ce système de choses-ci, mais transformez-vous en renouvelant notre intelligence, pour pouvoir éprouver personnellement ce qu’est la volonté de Dieu, bonne, agréable et parfaite. ” (Romains 12:2).
    Tout comme les chrétiens de Rome, qui étaient oints de l’esprit, nous devons  profondément être reconnaissants à Dieu pour la compassion qu'Il nous témoigne, par son Amour, sa miséricorde, sa gratitude, sa sagesse, son soutien dans les difficultés de la vie et qu’il continue de nous manifester chaque jour de notre vie. Donc, un cœur rempli de gratitude nous incite à servir Dieu de toute notre force et avec toutes nos ressources et toutes nos capacités. Ce désir sincère nous incite aussi à faire le maximum pour penser, non comme le monde, mais comme Christ. Si nous avons la pensée de Christ, cela se verra à la manière dont nous traitons les autres, qu’ils servent Jéhovah ou non.
    Nous les serviteurs de Jéhovah, c'est par notre amour pour notre prochains et envers nos ennemis que se témoignent le privilège unique de se montrer compatissants en apportant la bonne nouvelle du Royaume de Dieu à ceux qui ont faim et soif de justice. Aujourd’hui, comme au temps du ministère terrestre de Jésus, nombreuses sont les personnes qui sont comme des brebis sans berger, même si l'opposition à notre message d'amour de Dieu qui est souvent repoussé, gardons espoir que notre travail de trouver des brebis en cette période ardu de la fin réjouit le coeur de notre Dieu Jéhovah . — Mat. 24:14.
    Suivons l'importance du message inspiré de l'apôtre Paul :  Que votre amour soit sans hypocrisie. Ayez en horreur ce qui est mauvais, attachez-vous à ce qui est bon.  Aimez-vous comme les membres d’une famille et ayez une tendre affection les uns pour les autres. Soyez toujours les premiers à vous honorer les uns les autres.  Soyez travailleurs, et non paresseux. Débordez de zèle grâce à l’esprit. Travaillez comme esclaves pour Jéhovah.  Réjouissez-vous grâce à l’espérance. Endurez dans les épreuves. Persévérez dans la prière. Partagez avec les saints selon leurs besoins. Faites toujours preuve d’hospitalité. Continuez à bénir ceux qui vous persécutent; bénissez et ne maudissez pas. Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent ; pleurez avec ceux qui pleurent.  Portez sur les autres le même regard que sur vous-mêmes ; ne fixez pas votre pensée sur ce qui est ambitieux, mais laissez-vous guider par ce qui est humble. Ne devenez pas sages à vos propres yeux.
    Ne rendez à personne le mal pour le mal. Tenez compte de ce qui est beau du point de vue de tous les hommes.  
    Aimons-nous les uns les autres dans l'amour et l'unité. 

    345.jpeg

×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.