Jump to content

misette

Member
  • Content Count

    255
  • Joined

  • Last visited

About misette

  • Rank
    Advanced Member

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Vidéo par écrit Endurons malgré ..... nos imperfections.docx Vidéo par écrit Endurons malgré ..... nos imperfections.pdf Vidéo par écrit : « Endurons malgré …. nos imperfections ? » Frère Cázares : « J’ai connu la vérité quand j’étais enfant, et depuis, j’ai toujours dû lutter pour avoir une conduite qui plaise à Jéhovah. J’ai du mal à me maîtriser, à rester calme. Quand je suis arrivé dans ce pays, un frère s’est montré désagréable envers moi et il n’a pas été très accueillant. Du coup, je me suis mis à lui en vouloir, à tel point que quand il me téléphonait, je lui répondais très sèchement. Ma femme a dû m’aider, en me rappelant que ce frère et moi, on est tous les deux imparfaits et que ce que j’éprouvais pour lui, ça n’était pas sain. Pendant toute cette période, je me suis vraiment senti mal et ma relation avec Jéhovah en a souffert. La discipline ne fait jamais plaisir, surtout quand on reçoit une lettre de la filiale qui nous conseille sur quelque chose qu’on n’a pas bien fat. Ça met vraiment mal à l’aise. Mais j’ai essayé de me dire qu’en suivant les conseils de Jéhovah, j’en retirerais des bienfaits. La prière, les principes bibliques et la conviction que Jéhovah me donnerait la direction dont j’avais besoin, tout cela m’a beaucoup aidé. Comme le dit le Psaume 103:14 « Car il sait bien de quoi nous sommes formés, il se souvient que nous sommes poussière. » C’est comme s’il me disait : « Mon fils, tu fais beaucoup d’erreurs, mais je t’aime quand même. Je peux t’utiliser à mon service et je sais que tu y arriveras ». Et, bien sûr, c’est possible parce que Jéhovah a toujours aidé chacun de ses serviteurs, depuis Abel jusqu’à aujourd’hui. On est tous imparfaits. « Un jour où je travaillais sur une installation électrique, j’ai été électrocuté. Quand le médecin m’a vu, il a estimé qu’il fallait m’amputer les deux mains. J’avais perdu mes mains ! Il y avait tellement de choses que je ne pourrais plus faire. Comment est-ce que j’allais pouvoir travailler ? Prendre soin de mes enfants ? De ma femme ? La première chose que j’ai demandée, c’était une Bible. Je voulais voir si je pouvais encore tourner les pages, et j’y suis arrivé. Ça m’a rendu si heureux. Aujourd’hui, j’ai un travail qui me permet de prendre soin de ma famille. Je suis peintre, soudeur et menuisier. Je peux même conduire pour aller au travail. Je me suis concentré sur mes priorités, comme mon rôle d’ancien dans la congrégation et surtout ma famille que je voulais continuer d’aider à progresser spirituellement. Etre bien occupé dans les activités spirituelles m’a aidé à ne pas me focaliser sur mon handicap. Parfois, j’oublie même que je suis handicapé. Jéhovah m’a toujours soutenu. Depuis que j’ai eu mon accident, j’ai vu comment Jéhovah m’a aidé à aller de l’avant, grâce à ma famille, ma femme et mes enfants, et aux frères et sœurs de la congrégation. Un jour, je venais de faire un discours, et une petite fille m’a donné une lettre et un dessin qu’elle avait fait de moi. Elle m’a remercié et m’a encouragé en me disant que très bientôt, dans le Paradis, Jéhovah me redonnera mes mains. Ce genre de choses, comme pouvoir tenir la main de ma femme, celles de mes enfants, les porter et jouer avec eux, c’est ce que j’attends, et je suis convaincu que ça va arriver, grâce à Jéhovah. Un jeune frère : « J’ai été arrêté et condamné à deux ans et demi de prison pour ma neutralité. C’était un univers totalement nouveau pour moi et très impressionnant. Je ne connaissais personne, et je ne savais pas à quoi m’attendre. J’étais le seul Témoin. Je priais constamment Jéhovah pour qu’il me donne la force de régler n’importe quel problème de façon pacifique et de résister ç n’importe quelle difficulté. Dans cette situation, seules la prière et la Parole de Dieu me réconfortaient. Mais un jour, on m’a confisqué ma Bible. Heureusement, on me l’a rendue quelque temps plus tard. J’avais le droit d’avoir des publications à une condition : que je ne prêche pas. Bon, je n’avais pas le droit de prêcher, mais ça ne voulait pas dire que je n’avais pas le droit de parler….. J’étais déterminé à rester fidèle quoi qu’il arrive. Ma bonne conduite a eu un effet positif sur les autres prisonniers. Certains se sont mis à lire la Bible ; j’avais même souvent du mal à la récupérer quand je voulais la lire. Je ne disais pas de gros mots et je veillais à rester propre. Ça n’a pas échappé aux responsables de la prison. Un jour, ils m’ont dit : « Comme tu es propre et honnête, on voudrait que tu sois notre chef cuisinier » C’est comme ça que je suis arrivé en cuisine. Je voyais constamment la main de Jéhovah. J’ai passé des moments incroyables à parler de ma foi. Certains mois, j’y ai même consacré 120 heures et j’ai laissé plus de 100 publications. Grâce à Jéhovah, j’ai pu rester dans le service à plein temps pendant toute la période que j’ai passée en prison. Ça m’a comblé de joie ! 1 Pierre 5 :9 qui dit que toute la communauté des frères subit le même genre de souffrances que moi, m’a beaucoup encouragé. Je suis sûr que, quelle que soit la situation dans laquelle on se retrouve, ou les personnes qui nous entourent, Jéhovah ne nous abandonnera jamais. Le jour de ma libération est finalement arrivé. Comme je n’avais rien dit à ma mère, elle a été très surprise. Je n’oublierai jamais ce moment où nous avons été réunis. Contre quoi, même après son baptême, frère Cázares a-t-il toujours dû lutter ? De quelles différentes manières a-t-il été corrigé ? jwbcov_F_201705_03_r240P.mp4
  2. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 23 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 12-13.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 23 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 12-13.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Hébreux 12-13 Hébreux 12:1 : Comment l’exemple laissé par la « grande nuée de témoins » nous encourage-t-il ? (w11 15/9 17-18 § 11). « Donc, nous aussi, puisque nous sommes entourés d’une si grande nuée de témoins, débarrassons-nous de tout poids et du péché qui nous entrave facilement, et courons avec endurance la course qui est placée devant nous, » 11 Les “ témoins ” composant cette “ grande nuée ” étaient des serviteurs de Jéhovah qui étaient restés fidèles jusqu’à la fin de leur vie. Ils étaient donc comparables à des athlètes accomplis qui avaient réussi à terminer leur course. Imaginez ce que pourrait éprouver un marathonien s’il se savait, entouré d’anciens coureurs de haut niveau qui l’observent et l’encouragent. Ne se sentirait-il pas poussé à faire de son mieux, et même à se surpasser ? Les “ témoins ” de la “ grande nuée ” avaient prouvé que, malgré les difficultés, il était possible de gagner la course. En songeant à leur exemple, les chrétiens hébreux du Ier siècle pouvaient prendre courage et ‘ courir la course avec endurance ’. Nous le pouvons, nous aussi. - w11 15/9 17-18 § 11 Paul parle de ces fidèles serviteurs de Dieu comme d’une “ grande nuée de témoins ”. (Hébreux 12:1.) Le mot grec rendu ici par “ nuée ” désigne non pas un nuage de taille et de forme, bien définies, aux contours bien nets, mais une masse nuageuse informe. Ce terme est approprié, car les fidèles serviteurs de Dieu du temps passé ont été si nombreux qu’ils sont comparables à une énorme masse nuageuse. Cette ‘masse nuageuse’ de témoins a commencé à se former peu après la rébellion contre la souveraineté de Dieu en Éden. Les chrétiens d’aujourd’hui sont entourés d’une “ grande nuée ” de beaux exemples — tant de notre époque que du passé– TG2003 15/1 p5 Les paroles de Paul montrent qu’un chrétien peut parfois s’embarrasser de charges inutiles. Il ne s’agit pas forcément de péchés graves. Un chrétien peut, par exemple, faire une erreur de jugement qui lui complique sérieusement la vie et lui rend très difficile la course qui est proposée aux serviteurs de Dieu. Le désir d’accumuler des biens matériels superflus ou d’avoir un train de vie coûteux ; le sentiment que la richesse constitue un gage de sécurité ou de bonheur. Ainsi chargé, le chrétien risque de ralentir et de ne plus réellement se soucier de Dieu Paul encourage les chrétiens à aller de l’avant dans la course en attirant leur attention non sur des spectateurs passifs, mais sur le bel exemple d’autres hommes et femmes qui furent eux aussi des coureurs, et particulièrement en les exhortant à avoir les yeux fixés sur celui qui est déjà sorti vainqueur et qui est maintenant leur Juge, Christ Jésus. – it-1 Jeux Dans les jeux antiques, les coureurs n’étaient pas alourdis par des vêtements ou un équipement, un seul coureur recevait le prix. Dans la course pour la vie, c’est différent. Dieu “ veut que toutes sortes d’hommes soient sauvés et parviennent à une connaissance exacte de la vérité ”. (1 Tim. 2:3, 4.) Beaucoup ont remporté la course avant vous, et aujourd’hui beaucoup courent à vos côtés (Héb. 12:1, 2). Le prix sera remis à tous ceux qui n’abandonnent pas. Alors, ayons un mental de vainqueur. Ce n’est pas le moment d’entretenir des doutes ou des incertitudes quant à ce que Jéhovah fera TG2011 15/11 §20 Imaginez que vous soyez en train de courir dans un stade. Vous foncez, tous muscles tendus, le regard fixé sur la ligne d’arrivée. Qui vous observe sur les gradins? Ce sont d’anciens champions. Bien loin d’être de simples spectateurs, ils étaient tous autrefois des témoins actifs, tant en paroles qu’en actes. Il se peut que l’apôtre Paul ait songé à une scène analogue lorsqu’il a rédigé sa lettre aux Hébreux, vers l’an 61 de notre ère. Ces chrétiens avaient besoin d’une foi ferme. . Quel encouragement d’être ‘entourés par une si grande nuée de personnes qui rendent témoignage’! Cela nous incite à rejeter tout poids qui pourrait nous empêcher de progresser spirituellement. Cela nous aide aussi à ne pas perdre notre foi ou à ne pas manquer de foi — ce qui serait un péché — et à courir avec endurance la course chrétienne pour la vie éternelle Nous risquons facilement de nous laisser vaincre par le manque de foi si nous nous intéressons trop aux activités du présent système - TG1967 15/1 Hébreux 13:9 : Que signifie ce verset ? (w89 15/12 22 § 10). « Ne vous laissez pas égarer par des enseignements divers et étrangers, car il vaut mieux que le cœur soit affermi par la faveur imméritée que par des aliments, qui ne sont d’aucun profit à ceux qui leur accordent beaucoup d’importance » 10 Par conséquent, les Hébreux devaient veiller à ne pas ‘se laisser emporter par les doctrines diverses et étrangères’ des judaïsants (Galates 5:1-6). Ce n’est pas par de tels enseignements, mais ‘par la faveur imméritée, que le cœur est affermi’, afin de demeurer inébranlable dans la vérité. Certains, semble-t-il, discutaient à propos d’aliments et de sacrifices, car Paul dit que le cœur n’est pas affermi “par des aliments qui n’ont été d’aucun profit pour ceux qui s’y attachent”. Seules procurent des bienfaits spirituels la piété et la reconnaissance pour la rançon versée, et non pas la consommation de certains aliments ni l’observance de jours particuliers (Romains 14:5-9). Qui plus est, le sacrifice du Christ a rendu inefficaces les sacrifices lévitiques. - w89 15/12 22 § 10 Dans les second et troisième siècles, les gnostiques qui se disaient chrétiens se vantaient d’être les seuls à avoir sondé les profondeurs de la connaissance. Par la spéculation, ils prétendaient avoir découvert “ les choses profondes ” inconnues du chrétien ordinaire. Peu disposés à se borner à la vérité divinement révélée, et affirmant qu’il était impossible d’arriver aux vrais enseignements du Christ, ils se mirent à introduire des philosophies orientale et grecque sous l’étiquette de connaissance supérieure. Des doctrines, à peine ébauchées, inventées par les hommes, en furent le résultat, et nombre de personnes se tournèrent vers des fables – TG1963 p56 L’apôtre Paul déclare : “ Ne vous laissez pas emporter par des enseignements divers et étrangers. ” (Hébreux 13:9). Quelle sorte d’enseignements ? Puisqu’ils sont susceptibles de nous “ emporter ”, Paul désigne manifestement des raisonnements qui entament notre équilibre spirituel. Qui formule ces enseignements étrangers ? Paul a dit à un groupe d’anciens : “ Du milieu même de vous, des hommes se lèveront et diront des choses perverses pour entraîner les disciples à leur suite. ” (Actes 20:30). Effectivement, de nos jours comme du temps de Paul, des individus qui ont fait partie de la congrégation chrétienne essaient d’égarer les brebis en disant “ des choses perverses ” : des demi-vérités et des mensonges purs et simples. Pour reprendre les termes de l’apôtre Pierre, ils emploient “ des paroles trompeuses ”, des paroles qui ressemblent à la vérité, mais qui n’ont en réalité aucune valeur – TG2004 1/9 §10 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? « Ne devrions-nous pas [...] nous soumettre plus volontiers au Père ? » (HÉB. 12:9). Nous devons nous soumettre à Jéhovah parce qu’il est notre Créateur. Comme il nous a créés, il a le droit d’établir des normes et de nous demander de les respecter Jéhovah veut que nous lui obéissions, pas seulement par peur de lui déplaire, mais avant tout par amour pour lui ; il désire que nous le considérions comme notre Père aimant. Dans sa lettre aux Hébreux, l’apôtre Paul a expliqué que nous devons ‘nous soumettre volontiers au Père’ parce qu’il nous forme « pour notre bien » (Hébreux 12:9-11). – TG2019/9§1,2 On peut comparer la manière dont la discipline administrée par Jéhovah nous est profitable à la façon dont un fruit vient à maturité. La Bible dit au sujet de la discipline de Dieu : “ Elle rapporte à ceux qu’elle a formés un fruit de paix, c’est-à-dire la justice. ” (Hébreux 12:11). De même qu’il faut du temps à un fruit pour qu’il mûrisse, de même il nous en faut pour changer nos façons de voir les choses conformément à la formation que Dieu nous dispense. Par exemple, si nous devions perdre des privilèges de service dans l’assemblée pour nous être mal conduits, notre désir d’attendre Dieu nous empêcherait de nous décourager et d’abandonner. – TG2007 3/1 p19 « Ayez bon courage » (Hébreux 13:6). Notre confiance en Jéhovah nous donne du courage, quelles que soient les difficultés que nous rencontrons. Et ce courage nous permet d’avoir un état d’esprit positif. Notre amour fraternel associé à cet état d’esprit positif nous aide à bâtir et à réconforter nos compagnons - TG2016/1 p10 §17 Quand, pendant la grande tribulation, les nations nous attaqueront, nous aurons besoin de courage et nous devrons mettre notre confiance en Jéhovah comme jamais auparavant Hébreux 13:6. Si nous apprenons à compter sur Jéhovah dès aujourd’hui, nous aurons le courage nécessaire pour faire face à l’attaque de Gog TG2019/10 §16 “ Nous avons un autel dont ceux qui font un service sacré à la tente n’ont pas le droit de manger. ” (Hébreux 13:10). De quel autel Paul parlait-il ? L’autel dont Paul parle est symbolique. Les chrétiens disposent d’un autel symbolique en ce sens qu’ils peuvent approcher Dieu grâce au sacrifice de Jésus, qui fait propitiation pour le péché et donne accès au pardon de Jéhovah et au salut éternel. – TG1989 15/12 p15§11 Paul parle des sacrifices auxquels Dieu prend plaisir. Il écrit: “Par lui Jésus, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui font la déclaration publique pour son nom. D’autre part, n’oubliez pas de faire le bien et de partager avec autrui, car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir.” (Hébreux 13:15, 16). Le service sacré que nous offrons à Jéhovah, “avec crainte pieuse et effroi”, est fondé sur l’amour désintéressé dont Jésus a fait preuve. Ce service se rapporte en particulier à notre prédication, car, par Christ le Grand Prêtre, ‘nous offrons à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui font la déclaration publique pour son nom’. - TG1989 15/12 p15§13 Après avoir demandé aux Hébreux de prier pour lui, Paul exprime un vœu qui est une prière. Il dit: “Or, que le Dieu de paix qui a fait remonter d’entre les morts le grand berger des brebis avec le sang d’une alliance éternelle, notre Seigneur Jésus, vous équipe de toute bonne chose pour faire sa volonté, réalisant en nous, par Jésus Christ, ce qui est agréable à ses yeux; à qui soit la gloire à tout jamais! Amen.” (Hébreux 13:20, 21). Songeant à une terre où régnera la paix, “le Dieu de paix” a ressuscité le Christ à la vie immortelle dans le ciel; c’est au ciel que Jésus a présenté les mérites de son sang, dont l’effusion a validé la nouvelle alliance. Cette alliance est éternelle, car ceux qui vivront sur la terre recevront des bienfaits permanents de l’action des 144 000 fils spirituels de Dieu qui régneront avec Jésus dans le ciel et avec qui la nouvelle alliance a été conclue. C’est par l’entremise de Christ que Dieu, à qui nous rendons gloire, ‘nous équipe de toute bonne chose dont nous avons besoin pour faire sa volonté et être agréables à ses yeux’ – TG1989 15/12 §19 13:20 — Pourquoi est-il dit que la nouvelle alliance est “ éternelle ” ? Pour trois raisons : 1) Elle ne sera jamais remplacée, 2) ses effets sont permanents et 3) les “ autres brebis ” profiteront encore de cette disposition après Armaguédon.TG15/10/2008 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? “ Courons avec endurance la course qui est placée devant nous, a écrit l’apôtre Paul, tandis que nous avons les yeux fixés sur l’Agent principal de notre foi et Celui qui la porte à la perfection : Jésus. ” (Hébreux 12:1, 2). Pour réussir à mener une vie de fidélité, nous devons avoir les yeux fixés sur Jésus Christ. ‘ avoir les yeux fixés ’ signifie diriger son attention sans distraction ”, “ concentrer le regard sur ”. Si l’espace d’un instant le coureur grec dans le stade détournait son attention de la piste et de la ligne d’arrivée vers laquelle il filait pour la porter sur la foule qui l’observe, il perdait de la vitesse. Il en est de même du chrétien.Des causes de distraction peuvent entraver nos progrès spirituels. Nous devons donc avoir les yeux fixés sur Jésus Christ. Avoir les yeux fixés sur Jésus suppose que l’on suive son exemple.TG2005 15/9 p21 “ Vous n’avez encore jamais résisté jusqu’au sang ” Hébreux 12:4. Paul voulait dire résisté jusqu’à la mort. Ils disposaient d’exemples de serviteurs de Dieu restés fidèles jusqu’à la mort. Même si les Hébreux à qui Paul écrivait n’avaient pas été éprouvés jusqu’à ce point, ils n’en avaient pas moins besoin de progresser vers la maturité, de bâtir leur foi pour endurer quoi qu’il advienne – TG2002 15/4 p30 Des égards pour les boiteux spirituels. Paul fit remarquer que beaucoup parmi eux n’étaient pas mûrs spirituellement et devaient progresser davantage (Hé 5:12-14). Puis, après avoir parlé de discipline, il dit : “ Continuez à faire des sentiers droits pour vos pieds, afin que ce qui est boiteux ne se démette pas, mais que plutôt il guérisse. ” (Hé 12:13). Même les plus forts doivent veiller attentivement à la façon dont ils marchent dans le christianisme, afin que ceux qui sont plus faibles, les “ boiteux ” spirituels, ne trébuchent pas ni ne se blessent. Si ceux qui sont forts dans la foi usaient de leur liberté spirituelle pour faire certaines choses permises, ils risqueraient de faire trébucher ceux dont la foi est plus faible. Paul montre aussi que le chrétien devrait, spirituellement parlant, fortifier ses propres ‘ jambes ’ afin de ne pas boiter ni trébucher à cause de ce qui arrive ou de la conduite de quelqu’un. Il devrait se rendre fort pour rester ferme dans le christianisme. Quand quelqu’un aime la loi de Dieu, rien ne peut le faire boiter au sens spirituel - it-1 p357-358 L’apôtre Paul a conseillé à ses compagnons dans la foi de veiller à ce “ qu’il n’y ait pas de personne ayant une conduite sexuelle immorale ni d’homme n’ayant aucun respect pour les choses sacrées, comme Ésaü, qui en échange d’un seul plat a donné ses droits de premier-né ”. — Hébreux 12:14-16. Pourquoi Paul a-t-il assimilé les actions d’Ésaü à une conduite sexuelle immorale? Parce que celui qui a l’état d’esprit d’Ésaü risque de ne pas respecter les choses sacrées. Cela peut l’amener à commettre des péchés graves. Chacun de nous peut donc se demander : ‘ Suis-je parfois tenté de vendre mon héritage chrétien, la vie éternelle, pour quelque chose d’aussi éphémère qu’un plat de lentilles ? Est-ce que, sans m’en rendre compte, je ne mépriserais pas les choses sacrées ? ’ Ésaü était impatient de satisfaire un besoin physique. Il a dit à Jacob : “ Vite, s’il te plaît, donne-moi à avaler de ce rouge. ” (Genèse 25:30). Malheureusement, certains serviteurs de Dieu ont dit en quelque sorte : “ Vite ! Pourquoi attendre un mariage honorable ? ” Ils ont voulu satisfaire à tout prix leurs désirs sexuels, ce qui est devenu leur plat de lentilles. – TG2002 1/5 p10 Paul nous demande de veiller “avec soin à ce que personne ne soit privé de la faveur imméritée de Dieu; à ce qu’aucune racine vénéneuse, venant à pousser, ne cause du trouble, et que beaucoup n’en soient souillés”. (Hébreux 12:15.) Celui qui est mécontent et qui trouve à redire à ce qui se fait dans l’assemblée est comparable à une “racine vénéneuse” qui peut croître rapidement et venir contaminer les pensées saines des autres membres de l’assemblée. Nous pouvons lutter contre les critiques en songeant aux innombrables bienfaits que la vérité nous a apportés. Celui qui se laisse attirer par l’immoralité ou qui, comme Ésaü, ne fait “aucun cas des choses sacrées” se trouve devant un autre danger (Hébreux 12:16). Paul associe ces deux tendances, car l’une peut aisément conduire à l’autre. – TG1989 15/12 p14 §15,16 Paul a félicité les chrétiens de Jérusalem pour l’endurance dont ils avaient fait preuve, notamment lors de périodes difficiles : Ces félicitations chaleureuses leur ont sans aucun doute fait beaucoup de bien. Cependant, Paul les a aussi mis en garde contre une tendance qui risquait d’attiédir leur zèle. Il leur a expliqué qu’un chrétien ne doit pas “ repousser celui qui parle ”, autrement dit ne doit pas se chercher des excuses pour refuser d’obéir aux commandements de Dieu. — Héb. 12:25. Nous devons nous acquitter de nos responsabilités chrétiennes avec zèle, sans nous chercher des excuses. Ne perdons pas de vue que notre service sacré est une question de vie ou de mort. – TG2010 15/4 p10 Nous lisons en Aggée 2:6 : “ Voici ce qu’a dit Jéhovah des armées : ‘ Encore une fois — c’est un peu de temps — je vais ébranler le ciel et la terre, et la mer et le sol ferme.” ” À propos de ce verset, l’apôtre Paul a écrit : “ Il a promis, en disant : ‘ Encore une fois, je secouerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. ’ Or cette expression ‘ encore une fois ’ indique la suppression des choses qui sont ébranlées en tant que choses qui ont été faites, afin que demeurent les choses qui ne sont pas ébranlées [le Royaume]. ” (Hébreux 12:26, 27). En effet, le présent système de choses dans son intégralité va être ‘ secoué ’ de la terre pour laisser place au monde nouveau instauré par Dieu. – TG2006 15/5 p31 Notre foi repose vraiment sur des “réalités que pourtant l’on ne voit pas”. (Hébreux 11:1.) En Hébreux 12:18-27, Paul poursuit en parlant de quelques-unes de ces réalités invisibles. Il rappelle les événements impressionnants qui se produisirent au mont Sinaï quand Dieu parla directement à Israël. En cette occasion, Moïse dit: “Je suis effrayé et tremblant.” L’apôtre ajoute alors: “Mais vous vous êtes approchés d’un mont Sion et d’une ville du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, et de myriades d’anges, en assemblée générale.” À l’époque de l’antique Israël, la voix de Dieu qui se fit entendre au mont Sinaï ébranla la terre, mais maintenant, dit Paul, Jéhovah fait cette promesse: “Une fois encore, je secouerai non seulement la terre, mais aussi le ciel.” Bien que ces paroles s’adressent en premier lieu aux chrétiens oints de l’esprit, la “grande foule” des autres brebis peut aussi leur prêter attention. Saisissons-nous bien l’importance de ce que dit Paul ? Nous nous tenons devant une assemblée composée de dizaines de milliers d’anges. Bien sûr, nous nous tenons aussi devant Jéhovah. À sa droite se trouve Jésus Christ. La situation dans laquelle nous nous trouvons est certes plus imposante et notre responsabilité plus grande que ne l’étaient celles des Hébreux d’autrefois au mont Sinaï. En outre, l’ébranlement que provoquera la bataille d’Amarguédon anéantira les cieux et la terre de maintenant, où règne la méchanceté. Aussi n’est-ce pas le moment de ‘demander qu’on nous dispense d’entendre’ la Parole de Dieu et de lui obéir. – TG1989 15/12 p14 §17 Nous vivons l’époque la plus effrayante de l’histoire humaine. Étant Témoins de Jéhovah, nous avons été envoyés jusque dans la partie la plus lointaine de la terre pour prêcher la bonne nouvelle du Royaume de Dieu, qui est maintenant instauré dans les cieux. Pour ce faire, nous devons avoir une foi inébranlable, une foi qui ne défaille pas, une foi qui nous permette d’accepter la discipline de Jéhovah. Si nous avons une foi semblable, nous continuerons “d’avoir de la faveur imméritée, faveur par laquelle nous pouvons servir Dieu par un service sacré et d’une manière qui lui soit agréable, avec crainte pieuse et effroi”. Hébreux 12:28 Oui, nous continuerons de témoigner en faveur de Jéhovah et nous ne nous lasserons pas TG1989 15/12 p14 §18 « Pensez à ceux qui sont en prison, comme si vous étiez emprisonnés avec eux, et à ceux qui sont maltraités, puisque vous aussi vous êtes dans un corps physique.» (Hébreux 13:3). Paul ne parlait pas ici des prisonniers en général, mais des frères emprisonnés pour leur foi. Lui-même était en prison depuis quatre ans quand il a écrit ces mots aux chrétiens hébreux. Il les a d’ailleurs félicités d’avoir « eu de la compassion pour ceux qui étaient en prison » (Héb. 10:34). Contrairement aux frères qui étaient personnellement venus en aide à Paul alors qu’il se trouvait en prison, les chrétiens hébreux n’étaient pas sur place. Alors comment pouvaient-ils « penser » à Paul ? En priant ardemment en sa faveur (Héb. 13:18, 19). De même aujourd’hui, nous ne sommes peut-être pas physiquement présents aux côtés de nos frères emprisonnés. Nous ne sommes donc pas forcément en mesure de leur fournir une aide pratique, comme le font les Témoins qui vivent près de prisons. Mais nous pouvons montrer notre compassion et notre affection fraternelle en gardant constamment ces fidèles à l’esprit et en les mentionnant dans nos prières, en suppliant Jéhovah pour eux – TG2016/1 p10 « Que le mariage soit honorable chez tous » (Hébreux 13:4). Le mot “ honorable ” qualifie quelque chose que l’on estime et qui est précieux. Or, c’est exactement ainsi que Jéhovah considère le mariage : il le tient en haute estime, parce qu’il est précieux. Rester moralement pur est une autre façon de manifester l’amour fraternel. S’il arrivait que quelqu’un « nuise » à un frère ou à une sœur et « lèse ses droits » en commettant l’immoralité sexuelle soit avec lui ou elle, soit avec un membre de sa famille, cela briserait la confiance sur laquelle repose l’amour fraternel. Imagine également ce que ressentirait une femme si elle découvrait que son mari l’avait trahie en regardant de la pornographie. Une telle conduite serait-elle une marque d’amour pour elle et de respect pour l’institution du mariage ? – TG2016/1 p10 §15 « Contentez-vous des choses présentes » (Hébreux 13:5). Le véritable contentement est fondé sur notre confiance en Jéhovah. Il nous permet d’avoir un point de vue équilibré sur les biens matériels. Il nous aide à comprendre que nos relations avec Jéhovah et nos compagnons chrétiens sont bien plus importantes que tout ce que l’argent peut acheter. Une personne qui manifeste le contentement n’est pas du genre à se plaindre, à grogner ou à critiquer ; elle ne cède pas non plus à l’envie ni à l’avidité, des sentiments qui peuvent empêcher que l’amour fraternel grandisse. Une personne qui manifeste le contentement n’est pas immunisée contre les inquiétudes liées à l’argent ; en revanche, elle sait les relativiser. Le contentement favorise plutôt la générosité TG2016/1 p10 §16
  3. Vidéo par écrit Que ferez-vous pendant l’année de la sécheresse.docx Vidéo par écrit Que ferez-vous pendant l’année de la sécheresse.pdf mwbv_F_201909_05_r720P.mp4 Vidéo par écrit : « Que ferez-vous pendant l’année de sécheresse ? » « Chers élèves, vous êtes vraiment comme de beaux arbres plantés le long du fleuve Galaad. » « Jérémie 17 :8 nous parle de tels arbres. « Il deviendra comme un arbre planté près de l’eau, qui étend ses racines jusqu’au ruisseau. Il ne ressentira pas la chaleur quand elle arrivera, mais ses feuilles resteront bien vertes. L’année de la sécheresse, il ne s’inquiétera pas et il ne cessera pas de produire des fruits. » « On peut dire que vous avez bien profité des eaux spirituelles qui coulent, ici, à Galaad. Aujourd’hui, vous êtes diplômés, vous allez rejoindre vos affectations. Vos feuilles sont bien vertes et vous produisez des fruits, figurément parlant. » « Mais avez-vous remarqué au verset 8 ce que doivent affronter les serviteurs de Dieu comparés à des arbres ? « L’année de la sécheresse et la chaleur quand elle arrivera ». « Il n’est pas dit « si la chaleur arrive », mais « quand elle arrivera ». « Mais que désignent « la chaleur » et « l’année de la sécheresse » ? « La chaleur » peut désigner différentes sortes de difficultés. Et, en plus de ce que vous avez déjà vu en classe sur ce verset, j’aimerais m’arrêter sur une épreuve en particulier : la persécution. Les restrictions imposées à notre œuvre ou son interdiction ont pour but de nous faire peur. Les articles défavorables sur les Témoins de Jéhovah visent à nous faire douter. Des chefs religieux et des opposants critiquent notre neutralité, notre respect du point de vue de la Bible sur la sexualité et le mariage, sur l’excommunication ou sur d’autres sujets encore. Et en plus de tout cela, certains de nos frères sont arrêtés et jetés en prison. On peut vraiment dire que Satan « fait monter le thermomètre ». « Alors qu’arrive-t-il aux arbres, aux justes ? Est-ce qu’ils se dessèchent et meurent pendant la sécheresse à cause de la peur et des doutes ? Non. Au verset 8, Jéhovah dit que les justes « ne ressentiront pas la chaleur et qu’ils ne s’inquièteront pas de la sécheresse ». Pourquoi Jéhovah est-il convaincu que les arbres justes ne souffriront pas de la chaleur ni de la sécheresse ? Le verset 7 de Jérémie 17, dit « Béni est l’homme qui fait confiance à Jéhovah et qui place son espérance en Jéhovah ». « Alors, que ferez-vous pendant « l’année de la sécheresse » ? Faites confiance à Jéhovah. « Satan veut briser notre confiance en Jéhovah. Exactement comme au commencement avec Eve, quand il lui a demandé : « Est-ce vrai que….? » « Tout le système de Satan repose sur la peur et le doute. La persécution, c’est comme quand un avion est secoué par des turbulences. Un jour, j’étais dans un avion et il y avait une dame qui hurlait de peur. Elle criait à la moindre secousse. Elle était complètement terrifiée. J’étais désolé pour elle. Mais ceux qui avaient l’habitude de prendre l’avion, mangeaient et lisaient, ils regardaient des films ; ils ne faisaient même pas attention aux turbulences. Pourquoi ? Par expérience, ils savaient que l’avion pouvait très bien supporter ces petites secousses, qu’il avait été conçu pour ça. Ils n’étaient donc pas inquiets. » « Eh bien, nous sommes comme des passagers habitués à prendre l’avion. Nous ne laissons pas les turbulences de ce monde, les persécutions, nous faire peur ou nous faire douter. Avec Jéhovah et Jésus comme pilotes, nous n’avons rien à craindre, n’est-ce pas ? » « Examinons deux façons de faire confiance à Jéhovah, comme nous y invite Jérémie 17 :7. Nous allons parler de la confiance dans « l’esclave fidèle et avisé », puis de la confiance dans les principes de la Bible. ». « Parlons tout d’abord de la confiance dans « l’esclave fidèle et avisé ». « L’esclave fidèle et avisé a été choisi et établi par Jéhovah, et l’expérience nous a montré que nous pouvons lui faire confiance. La confiance se construit sur le vécu, les expériences positives. Pensons é tout ce qui nous est arrivé de bien parce que nous avons suivi les conseils de l’esclave fidèle et avisé. Mais certains pourraient se dire : « Bon, ce que dit le Collège central, c’est bien pour les Etats-Unis, mais ils ne savent pas comment c’est ici, là où je suis affecté. Ici, on ne peut pas faire comme ça ». Mais la confiance en l’esclave fidèle et avisé ne dépend pas de l’endroit où on vit. Les conseils que Jéhovah nous donne par l’intermédiaire l’Esclave, s’appliquent au peuple de Dieu tout entier, partout sur la terre. » « En fait, avoir peur, c’est avoir un trou de mémoire, c’est oublier tout ce que Jéhovah a fait pour nous. Satan veut nous faire oublier tous les bienfaits que nous avons reçus en suivant l’esclave fidèle et avisé. Il veut que, dans un moment de panique, nous en venions à nous dessécher sous la chaleur. 2 Thessaloniciens 2 :2 nous dit de « ne pas nous laisser rapidement ébranler dans notre bon sens ni effrayer » en particulier par les rumeurs. Votre confiance dans l’esclave fidèle et avisé va être mise à l’épreuve. C’est sûr, Satan va faire en sorte que ça arrive. Peut-être par des pensées du genre : « Je suis mieux placé qu’eux pour savoir » ou par des informations déformées que vous lirez ou entendrez. Dans tous les cas, c’est un piège. Rejetez de telles idées. Ayez confiance dans ce que vous savez sur l’esclave fidèle et avisé. Comme le déclare Isaïe 30 :15 « votre force sera de rester calme et d’avoir confiance ». Rappelez-vous, l’esclave fidèle et avisé a été choisi et établi par Jéhovah et nous savons par expérience que nous pouvons faire confiance à ces frères. « Maintenant, abordons le deuxième point : la confiance dans les principes bibliques. Les principes de la Bible sont des trésors de sagesse indémodables que Jéhovah nous offre. Mais de nos jours beaucoup critiquent notre choix de vivre selon ces principes. Ils disent : « A notre époque, c’est dépassé ». Cependant, nous avons confiance dans les principes de la Bible parce que nous savons par expérience qu’ils marchent toujours. J’ai demandé à une sœur ce qui l’aidait à rester sereine dans des situations éprouvantes. Elle m’a répondu : « A chaque problème son verset ». La mère de Jésus, Marie, avait le même réflexe. Luc 2 :51 dit que « Marie avait pris l’habitude de garder ces paroles dans son cœur ». Comme un arbre absorbe l’eau, Marie se nourrissait des enseignements et des miracles extraordinaires de Jésus ; Et pour Marie, la chaleur de l’épreuve est arrivée quand les pharisiens, les sadducéens, ses voisins, et peut-être même sa propre famille, ont commencé à s’en prendre à Jésus, à l’insulter, à salir sa réputation et à lui prêter de mauvais mobiles. Qu’est-ce qui a aidé Marie à résister à la chaleur de l’épreuve ? Les eaux spirituelles qu’elle avait soigneusement gardées dans son cœur. » « Et vous, quels principes de la Bible et quels beaux souvenirs gardez-vous dans votre cœur pour qu’ils vous aident face aux persécutions ? Soyez comme Marie : souvenez-vous de toutes les fois où appliquer les principes bibliques vous a aidés. Accrochez-vous aux principes de la Bible. Ils marchent toujours, et ils ne sont jamais dépassés. » « Ni vous, ni personne ne pourrez trouver de meilleurs principes de vie. Rappelez-vous, nous avons confiance dans les principes de la Bible parce qu’ils viennent de Jéhovah et parce nous avons constaté personnellement qu’ils fonctionnent toujours. » « Ainsi ; avoir confiance dans l’esclave fidèle et avisé et avoir confiance dans les principes de la Bible sont deux façons parmi tant d’autres de montre notre confiance en Jéhovah. » « Alors, que ferez-vous pendant l’année de la sécheresse ? Faîtes confiance en Jéhovah. Pensez aux oiseaux. Quand ils volent dans le ciel, est-ce qu’ils s’inquiètent ? « Oh, je crois que je vais tomber. J’ai très peur » Bien sûr que non. Les oiseaux ne s’en font pas pour ça. Pourquoi ? Parce qu’ils ont confiance dans les ailes et dans l’instinct que Jéhovah leur a donnés ; ils savent voler. De même, nous n’avons pas à nous inquiéter devant les mensonges, l’interdiction, ou quand on critique les principes bibliques. » « Grâce à Jéhovah, nous avons tout ce qu’il faut pour voler : l’esclave fidèle et avisé, les principes bibliques, la prière, l’esprit saint, etc. » « Alors que la fin de ce monde approche et que la chaleur s’intensifie, rappelons-nous ceci : la peur et le doute sont des réflexes, mais la confiance et le courage sont des choix. » La foi et la confiance sont étroitement liées. Par exemple, une foi forte en Jéhovah nous aide à avoir confiance qu’il nous protégera et prendra soin de nous (Ps 23:1, 4 ; 78:22). Attendons-nous à ce que Satan intensifie ses attaques à mesure que la fin de ce monde approche (Ré 12:12). Qu’est-ce qui nous aidera à tenir bon ? 1. En quel sens sommes-nous comparables à l’« arbre » mentionné en Jérémie 17:8 ? 2. Cite une difficulté comparable à « la chaleur ». 3. Quel effet la « chaleur » a-t-elle sur l’« arbre », et pourquoi ? 4. Qu’est-ce que Satan veut briser ? 5. En quel sens sommes-nous comparables à des passagers habitués à prendre l’avion ? 6. Pourquoi devons-nous continuer à faire confiance à l’esclave fidèle et avisé, et comment notre confiance va-t-elle être mise à l’épreuve ? 7. Même si cela nous attire des moqueries, pourquoi devons-nous continuer à avoir confiance dans les principes bibliques ?
  4. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 16 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 11.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 16 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 11.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Hébreux 11 Hébreux 11:4 : Sur quoi la foi d’Abel reposait-elle ? (it-1 907-908). « Par la foi, Abel a offert à Dieu un sacrifice de plus grande valeur que celui de Caïn, et en raison de cette foi, il a reçu le témoignage qu’il était juste, car Dieu a approuvé ses dons ; et bien qu’il soit mort, par sa foi il parle encore. » Exemples de foi des temps anciens. Tous les membres de la “ si grande nuée de témoins ” dont parle Paul (Hé 12:1) avaient de bonnes raisons d’avoir la foi. Abel, par exemple, connaissait sûrement la promesse divine relative à la “ semence ” qui meurtrirait “ le serpent ” à la tête. Or, il eut des preuves tangibles que la sentence prononcée par Jéhovah contre ses parents en Éden s’était accomplie. Hors d’Éden, Adam et sa famille mangeaient du pain à la sueur de leur visage parce que le sol était maudit et qu’il produisait par conséquent épines et chardons. Abel constata probablement que le désir d’Ève était vers son mari et qu’Adam la dominait. Il entendit certainement sa mère parler des douleurs qui accompagnaient ses grossesses. En outre, l’entrée du jardin d’Éden était bel et bien gardée par des chérubins et par la lame flamboyante d’une épée (Gn 3:14-19, 24). Toutes ces choses constituaient une “ démonstration évidente ” et donnaient à Abel l’assurance que la délivrance viendrait par le moyen de ‘ la semence de la promesse ’. Aussi, poussé par sa foi, il ‘ offrit à Dieu un sacrifice ’, qui s’avéra être de plus grande valeur que celui de Caïn. — Hé 11:1, 4. - it-1 907-908 Abel est le premier humain à avoir manifesté cette qualité remarquable. Il a fait preuve d’une foi si forte que son exemple est vivant. Il constitue un modèle stimulant que nous pouvons suivre. C’est en tirant leçon de sa foi et en nous efforçant de l’imiter que nous entendons Abel nous parler. – TG2013 1/1 p12 Abel avait foi dans la promesse de Dieu de susciter une Semence qui sauverait les humains fidèles. Quoiqu’il ne lui ait pas été révélé comment les choses se passeraient, il savait que quelqu’un allait devoir être meurtri au talon, ce qui l’avait, semble-t-il, amené à la conclusion qu’une effusion de sang serait nécessaire — la notion même du sacrifice. Abel offrit donc à la Source de la vie un don de vie et de sang. Probablement a-t-il agi ainsi en ayant en vue la réalisation de la promesse de Jéhovah et pour montrer qu’il l’attendait ardemment. Outre qu’elle fut l’élément qui plut à Jéhovah dans le sacrifice d’Abel, cette manifestation de foi a donné une certaine idée de ce qu’est fondamentalement un sacrifice, à savoir un moyen par lequel des humains pécheurs peuvent s’avancer vers Dieu pour obtenir sa faveur. – TG2000 15/8 p13 Hébreux 11:5 : Comment la foi d’Hénoch a-t-elle été récompensée ? (wp17.1 12-13) « Par la foi, Hénoch a été déplacé pour ne pas voir la mort, et on ne le trouvait nulle part, parce que Dieu l’avait transféré ; avant d’être transféré, il avait reçu le témoignage qu’il avait plu à Dieu. » Alors, en quel sens Hénok a-t-il été « transféré pour ne pas voir la mort » ? Jéhovah a sans doute transféré avec douceur Hénok de la vie à la mort pour lui épargner les douleurs de la mort. Mais Hénok a d’abord reçu « le témoignage qu’il avait plu à Dieu ». De quelle façon ? On peut supposer que, juste avant de mourir, Hénok a reçu une vision de Dieu, peut-être une vision de la terre transformée en paradis. Ayant reçu ce signe saisissant de l’approbation de Jéhovah, Hénok s’est endormi dans la mort. Parlant de Hénok et d’autres hommes et femmes fidèles, l’apôtre Paul a écrit : « Dans la foi, tous ceux-là sont morts » (Hébreux 11:13). Il se peut qu’ensuite ses ennemis aient cherché son corps ; mais « on ne le trouvait nulle part » : Jéhovah l’avait sans doute fait disparaître, de manière à empêcher quiconque de le profaner ou de s’en servir pour promouvoir la fausse religion. Pareillement, Dieu a sûrement veillé à ce que les corps de Moïse et de Jésus soient préservés de tels abus (Deutéronome 34:5, 6 ; Luc 24:3-6 ; Jude 9). - wp17.1 12-13 “ Hénok a été transféré pour ne pas voir la mort ”, a écrit l’apôtre Paul (Hébreux 11:5). Cela ne signifie pas que Dieu l’a fait aller au ciel pour qu’il y poursuive sa vie. Jésus fut le premier à monter au ciel. Le fait que Hénok a été “ transféré pour ne pas voir la mort ” peut vouloir dire que Dieu l’a fait tomber dans une extase de prophète pendant laquelle il lui a ôté la vie. De cette façon, Hénok n’a pas souffert, il n’a pas ‘ vu la mort ’, entre les mains de ses ennemis. Le seul moyen de salut est la rançon fournie par le sacrifice de Jésus. À l’époque de Hénok, cette rançon n’avait pas encore été payée. Par conséquent, Hénok n’est pas allé au ciel ; il dort dans la mort en attendant sa résurrection sur la terre – TG2004 1/1 p29 Paul explique qu’“ avant son transfert, [Hénok] avait le témoignage qu’il avait plu à Dieu ”. (Hébreux 11:5.) Qu’est-ce que cela veut dire ? On peut supposer qu’avant de s’endormir dans la mort Hénok a reçu une vision, peut-être du paradis terrestre dans lequel il se réveillera sous peu. D’une manière ou d’une autre, Jéhovah lui a fait savoir que sa fidélité lui avait plu ; il avait réjoui le cœur de Jéhovah. Il est émouvant, n’est-ce pas, de réfléchir à ce que cet homme a vécu. Hénok a vécu 365 ans, bien moins longtemps que la plupart de ses contemporains. Mais l’important pour ceux qui aiment Jéhovah c’est de le servir fidèlement jusqu’à la fin de leurs jours Aimeriez-vous mener vous aussi une existence caractérisée par la foi ? Alors méditez sur l’attitude de ces personnages exemplaires ; voyez-les comme des personnes bien réelles. Soyez résolu à vivre par la foi, jour après jour. Souvenez-vous également que ceux qui ont foi ne servent pas Jéhovah pour une date, une limite qui correspondrait au moment où Dieu accomplira toutes ses promesses. C’est pour toujours que nous sommes déterminés à servir Jéhovah. Agir ainsi, c’est s’assurer le meilleur mode de vie qui soit dans le système de choses actuel et dans celui qui est à venir. Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Hébreux 11:6 « D’ailleurs, sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu, car celui qui s’avance vers Dieu doit croire qu’il existe et qu’il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent de tout cœur. » Récompenser fait partie intégrante de la personnalité et des actions de Jéhovah. Notre foi n’est complète que si nous sommes fermement convaincus que Dieu récompensera ceux qui le cherchent réellement, car « la foi est l’attente assurée de choses qu’on espère » (Héb. 11:1). L’expression « ceux qui le cherchent de tout cœur » emporte l’idée d’intensité et d’effort soutenu. Ce verset nous offre une garantie : nos efforts soutenus seront bénis. Par qui ? Par le seul vrai Dieu, “ qui ne peut mentir ” Avoir foi signifie donc être sûr que les bénédictions promises par Dieu se réaliseront – TG2016/12 p24 §1,2 Noé ne pensait pas qu’il lui suffisait d’être quelqu’un de bien. Il a aussi été un « prédicateur de justice » courageux en parlant publiquement de sa foi en Jéhovah. « Grâce à cette foi il a condamné le monde », a écrit l’apôtre Paul (Héb. 11:7). Noé a sans doute subi beaucoup de moqueries et d’opposition, peut-être même des menaces. Mais il n’avait pas peur des hommes. Il avait le courage que Jéhovah donne à ses serviteurs fidèles. Demande-toi : « Est-ce que je continuerai à faire ce qui est juste selon Dieu, même si certains se moquent de moi ou me critiquent ? Suis-je convaincu que Jéhovah peut pourvoir aux besoins de ma famille, même quand c’est difficile de gagner sa vie ? » Si, comme Noé, tu as foi en Jéhovah et que tu lui obéis, sois sûr qu’il prendra soin de toi – TG2018/2 Jéhovah promet de protéger ceux qui l’aiment et lui font confiance. Quel genre de protection offre-t-il ? Il est vrai que, ponctuellement, Jéhovah a protégé physiquement certains de ses serviteurs, notamment ceux qui constituaient des maillons de la lignée menant au Messie promis. D’un autre côté, beaucoup d’hommes et de femmes fidèles ont subi de plein fouet les attaques de Satan visant à leur faire renier leur foi. Ils ont été emprisonnés, parfois torturés, et certains même ont été mis à mort (Héb. 11:34-39). S’ils ont eu la force d’endurer, c’est parce que Jéhovah les avait protégés spirituellement et les avait aidés à rester fidèles. Ce qui nous amène à dire que le Psaume 91 évoque une protection spirituelle. – TG2010 15/1 Moïse a décidé de servir Dieu. Quand il avait environ 40 ans, il a choisi de se joindre aux Hébreux, le peuple de Dieu, plutôt que d’être connu comme le « fils de la fille de Pharaon » (Héb. 11:24). Il a donc abandonné une position importante. En se plaçant du côté des Hébreux, qui étaient esclaves en Égypte, il a pris le risque de subir la colère de Pharaon, un dirigeant puissant qui était considéré comme un dieu. Quel acte de foi remarquable ! Moïse avait une confiance totale en Jéhovah. Une telle confiance est la base d’une relation durable avec Dieu. Quelle est la leçon ? Comme Moïse, nous avons tous un jour ou l’autre une décision à prendre : servirons-nous Dieu et nous joindrons-nous à ses serviteurs ? Un tel choix nous obligera sans doute à faire des sacrifices. Et nous devrons peut-être prendre le risque de subir l’opposition de ceux qui ne connaissent pas Jéhovah. Mais si nous avons une confiance totale dans notre Père céleste, nous pourrons compter sur son soutien – TG2019/12 §5,6 Paul a écrit : “ Par la foi, il a quitté l’Égypte, sans craindre la fureur du roi, car il est resté ferme comme s’il voyait Celui qui est invisible. ” — Hébreux 11:27.- Pour les besoins de sa mission divine (affranchir les Israélites du joug égyptien), Moïse dut paraître à maintes reprises devant le tyrannique Pharaon, en présence d’une cour pleine de religieux et de militaires éminents. Sans doute les murs du palais étaient-ils couverts d’idoles. Mais contrairement à tous ces dieux sans vie des Égyptiens, Jéhovah, quoi que invisible, était bien réel pour Moïse. Dès lors, comment celui-ci aurait-il pu avoir peur de Pharaon ? Où Moïse a-t-il trouvé le courage de paraître plusieurs fois devant Pharaon ? Les Écritures nous disent que “ l’homme Moïse était de beaucoup le plus humble de tous les hommes qui étaient sur la surface du sol ”. (Nombres 12:3.) À l’évidence, c’est donc sa grande spiritualité et la conviction d’avoir le soutien de Dieu qui ont donné à Moïse la force de représenter ‘ l’Invisible ’ devant le cruel roi d’Égypte. L’amitié de Moïse avec Jéhovah est devenue si étroite que c’était comme s’il voyait son Père céleste Voyons à présent de quelles manières ceux qui, aujourd’hui, “ voient ” le Dieu invisible expriment leur foi en lui. On exprime sa foi et on reste ferme comme si l’on voyait Celui qui est invisible quand on prêche courageusement en dépit de la persécution. – TG2001 15/6 p19-20 §6-8 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? « La foi est l’attente assurée de choses qu’on espère, la démonstration évidente de réalités que pourtant on ne voit pas » (Hébreux 11:1). Paul explique que deux sortes de « choses » invisibles sont l’objet de notre foi. Premièrement, il y a les réalités présentes qu’« on ne voit pas ». Nos yeux ne peuvent pas voir certaines « réalités », telles que Jéhovah, son Fils ou le Royaume établi dans le ciel. L’expression « attente assurée » signifie plus qu’un sentiment intérieur ou qu’un doux rêve. La foi désigne donc une conviction basée sur des preuves solides. Pour que son attente soit assurée, une personne doit disposer de raisons valables qui la confortent dans cette confiance. Cette attente est si ferme qu’elle détermine nos priorités dans la vie. Deuxièmement, il y a les « choses qu’on espère » : des évènements qui n’ont pas encore eu lieu. Par exemple, nous ne pouvons pas voir le monde nouveau que le Royaume de Dieu apportera bientôt. – RV2016/3 p12 Que devons-nous faire pour que Dieu nous écoute ? Sans la foi, nous ne pouvons pas nous adresser à Dieu par la prière. Nous devons être convaincus qu’il existe et qu’il se soucie de nous. Nous pouvons renforcer notre foi en étudiant la Bible. Jéhovah veut que notre foi repose sur des faits et un raisonnement logique, non sur des philosophies humaines ou des traditions religieuses. Pour acquérir une foi forte en Dieu, nous devons d’abord être convaincus qu’il existe. Nous n’y croyons pas parce que nous avons envie d’y croire, mais parce que nous avons examiné les faits et usé de notre « raison ». En effet, la vraie foi se base sur les preuves et les garanties que nous trouvons dans la Parole de Dieu (Hébreux 11:1, 6). Nous devons prier avec sincérité et humilité. Même le Fils de Dieu, Jésus, se montrait humble quand il priait. Alors, plutôt que de dicter à Dieu ce qu’il doit faire, essayons de comprendre ce qu’il attend de nous en lisant la Bible. Nous pourrons ainsi prier en harmonie avec la volonté de Dieu – TG2013 1/8 Hébreux 11:7 met en valeur la foi de Noé, qui, « après avoir été divinement averti de choses qu’on ne voyait pas encore, a montré une crainte de Dieu et a construit une arche pour sauver sa maisonnée ». Noé a exercé sa foi en construisant une immense arche. Ses voisins ont dû lui demander pourquoi il entreprenait une construction aussi colossale. Noé a-t-il gardé le silence, ou leur a-t-il dit de s’occuper de leurs affaires ? Sûrement pas ! Sa foi l’a incité à prêcher hardiment et à avertir ses contemporains du jugement imminent de Dieu. Il leur a très probablement répété mot pour mot ce que Jéhovah lui avait dit : « La fin de toute chair est venue devant moi, car la terre est pleine de violence à cause d’eux ….. » Noé a certainement fait savoir à ses semblables quel était le seul moyen d’être sauvés, en répétant l’ordre de Dieu : « Tu devras entrer dans l’arche. » Ainsi, Noé a aussi exercé sa foi en étant un « prédicateur de justice » Comment Noé a-t-il acquis une telle foi ? À l’évidence, il a pris le temps de réfléchir à tout ce qu’il savait sur Jéhovah, et il s’est laissé guider par cette connaissance. Il est hors de doute qu’il priait Dieu. En fait, il en est devenu si proche qu’il ‘ marchait avec Dieu ’. En tant que chef de famille, Noé prenait plaisir à consacrer du temps à sa maisonnée et à s’occuper d’elle avec amour. Cela sous-entend qu’il se souciait des intérêts spirituels de sa femme, de ses trois fils et de ses belles-filles. Comme Noé, les vrais chrétiens d’aujourd’hui savent que Jéhovah mettra bientôt fin à ce système de choses impie. Nous ne connaissons ni le jour ni l’heure de cette intervention, mais nous sommes conscients qu’imiter la foi et l’obéissance de ce “ prédicateur de justice ” nous vaudra “ le maintien en vie de l’âme ” - TG2016/10 p27 La Bible dit au sujet d’Abraham : « Il attendait la ville ayant des fondements véritables, ville dont Dieu est le bâtisseur et l’auteur » (Héb. 11:10). Abraham croyait fermement qu’un jour il verrait cette ville, le Royaume de Dieu, diriger la terre. Ce sera en effet le cas. Imagine la joie qu’il aura à vivre dans le Paradis et à continuer de fortifier son amitié avec Jéhovah ! Comme il sera ému d’apprendre que, pendant les milliers d’années ayant suivi sa mort, son exemple de foi aura aidé les serviteurs de Jéhovah ! Dans le Paradis, il apprendra même que la façon dont Isaac lui a été rendu était un « exemple » préfigurant quelque chose de beaucoup plus grand (Héb. 11:19). Et il apprendra que la peine qu’il a ressentie au moment où il s’apprêtait à sacrifier Isaac a aidé des millions de fidèles à imaginer la peine que Jéhovah a ressentie quand il a offert son Fils, Jésus Christ, en rançon. En effet, l’exemple d’Abraham nous aide à être encore plus sensibles à ce qu’a exigé la rançon, le plus beau geste d’amour de toute l’Histoire. Soyons déterminés à imiter la foi d’Abraham. Continuons d’apprendre à mieux connaître Jéhovah et restons-lui fidèles - TG2016/2 p12 Que dire de Sara, la femme d’Abraham ? À 90 ans, alors qu’elle n’avait pas d’enfant, sa vision positive de l’avenir lui a permis d’agir avec foi. Elle a en quelque sorte vu sa descendance jouir des bénédictions promises par Jéhovah (Héb. 11:11, 12). Pourquoi nourrissait-elle cette perspective ? Parce que Jéhovah avait dit à son mari : « Je la bénirai et même je te donnerai d’elle un fils ; oui, je la bénirai et elle deviendra des nations ; des rois de peuples viendront d’elle » (Gen. 17:16). Ayant ensuite mis au monde un fils, Isaac, Sara avait une bonne raison de se représenter mentalement l’accomplissement du reste de la promesse faite à Abraham. Nous sommes tout aussi capables de former de saines images mentales de choses qui s’accompliront à coup sûr. Quelle faculté extraordinaire - TG2015 15/5 p21 Hébreux 11:13 dit de certains fidèles de l’époque préchrétienne : « Dans la foi, tous ceux-là sont morts sans avoir obtenu l’accomplissement des promesses, mais ils les ont vues de loin et les ont saluées. » Abraham était l’un d’eux. A-t-il gardé présente à l’esprit l’heureuse espérance de vivre sous le règne de la « semence » promise ? Jésus a répondu clairement à cette question quand il a dit à ses opposants : « Abraham votre père s’est beaucoup réjoui dans l’espoir de voir mon jour, et il l’a vu et s’est réjoui » (Jean 8:56). Il en fut de même de Sara, d’Isaac, de Jacob et de bien d’autres qui plaçaient leur espérance dans le futur Royaume, « dont Dieu est le bâtisseur et l’auteur » (Héb. 11:8-11). Comment Abraham et sa famille ont-ils gardé une foi forte ? Ils ont probablement continué d’apprendre à connaître Dieu en écoutant des hommes et des femmes de foi plus âgés, en recevant des révélations divines et en lisant des écrits anciens dignes de confiance. Mais surtout, ils n’ont pas oublié ce qu’ils avaient appris ; ils chérissaient les promesses et les exigences de Dieu, et les méditaient. Leur espérance était si certaine qu’ils étaient prêts à affronter n’importe quelle épreuve pour rester fidèles à Dieu. – TG2016/10 p22 Depuis toujours, tous ceux qui aiment vraiment Jéhovah se sentent étrangers dans le monde. Par exemple, alors qu’ils se déplaçaient de campement en campement en Canaan, des adorateurs fidèles de Dieu « ont déclaré publiquement qu’ils étaient des étrangers et des résidents temporaires » (Héb. 11:13). De même, les disciples oints de Christ, dont le « droit de cité se trouve dans les cieux », se considèrent « comme des étrangers et des résidents temporaires » dans le système de choses actuel. Les « autres brebis » de Christ « ne font pas » non plus « partie du monde, comme Jésus ne faisait pas partie du monde ». Mais le peuple de Dieu n’est pas sans « chez-soi ». En effet, nous jouissons de la protection de la demeure la plus accueillante et la plus sûre qu’on puisse imaginer. Nous la discernons par les yeux de la foi. – TG2013 15/3 Réfléchissons à ce que Dieu a demandé un jour à Abraham : « S’il te plaît, prends ton fils, ton fils unique que tu aimes tant, Isaac, et [...] offre-le en holocauste » (Gen. 22:2). Imagine ce qu’Abraham a dû ressentir ! Jéhovah lui avait promis que toutes les nations seraient bénies par le moyen de sa descendance. Il avait aussi indiqué que cette descendance passerait par Isaac Mais comment cela pourrait-il arriver si Abraham sacrifiait son fils ? Paul a expliqué qu’Abraham était convaincu que Dieu pouvait ressusciter Isaac (Hébreux 11:17-19). La Bible ne dit pas qu’Abraham pensait qu’Isaac reviendrait rapidement à la vie, peut-être au bout de quelques heures, d’une journée ou même d’une semaine. Il ne pouvait pas savoir quand son fils serait ressuscité. Mais il était sûr que Jéhovah redonnerait la vie à Isaac. – TG2017/12 p6
  5. Vidéo par écrit : « Attachons-nous du prix à nos réunions ? » C’est principalement par nos réunions chrétiennes, et nos assemblées de circonscription et régionales que Jéhovah nous enseigne. Et pour les béthélites, viennent s’ajouter le culte matinal et le programme du lundi soir. Si vous deviez isoler un passage biblique rappelant la nécessité d’assister à ces programmes, lequel choisiriez-vous ? Probablement Hébreux 10 :24,25. Nous le connaissons bien : « soucions-nous les uns des autres pour nous inciter à l’amour et aux belles œuvres ; 25 n’abandonnons pas nos réunions, comme c’est l’habitude de quelques-uns, mais encourageons-nous mutuellement, et cela d’autant plus que vous voyez le jour approcher. ». Pour ceux qui ont l’habitude d’abandonner les réunions, ce passage sonne un peu comme une vieille rengaine. On le cite et on l’entend si souvent qu’il n’a peut-être pas sur eux l’effet qu’il devrait. Mais si on l’examine dans son contexte, Hébreux 10 :24,25 peut être une puissante incitation à assister aux réunions, où Jéhovah peut les enseigner et les guider sur le sentier de la droiture, pour reprendre les termes de la prière de David dans le texte de ce jour. Donc, on va voir ensemble quelque chose que vous pouvez montrer à un étudiant de la Bible qui n’assiste pas encore aux réunions, ou à un inactif qui manque beaucoup de réunions. Réfléchissons tout d’abord à ceci : « Que savons-nous sur la lettre aux Hébreux ? ». Eh bien Paul l’a écriteaux Juifs qui s’étaient convertis au Christianisme, et c’était pour insister sur la supériorité du culte chrétien comparé à la pratique du judaïsme, qu’ils avaient abandonnée. Dans Hébreux 1 :1,2, Paul écrit : « Autrefois, Dieu a parlé à nos ancêtres par les prophètes à bien des reprises et de bien des manières. 2 Maintenant, à la fin de ces jours, il nous a parlé par un Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, et par l’intermédiaire de qui il a fait les systèmes de choses. ». Ensuite, Paul met en contraste différentes caractéristiques de la Loi mosaïque avec celles du Christianisme : l’alliance, le médiateur, la tente du culte, la prêtrise, les sacrifices, le sang. Il montre à quel point, sous tous ces aspects, il vaut mieux adorer Dieu en qualité de disciple du Christ. En fait, il montre que les caractéristiques du judaïsme ne sont qu’un modèle établi par Dieu pour annoncer des choses beaucoup plus grandes qui trouveraient leur plein accomplissement en Christ et en son sacrifice, conformément au but de la Loi. Il se concentre sur les services merveilleux que Jésus accomplit dans sa fonction de Grand Prêtre céleste. Il montre que la prêtrise du Christ est de loin supérieure à celle qui s’exerçait par la tribu de Lévi. N’étant pas descendant d’Aaron, Jésus n’a pas obtenu la prêtrise par hérédité. Il a été nommé directement par Jéhovah. Contrairement aux prêtres israélites, il n’a pas besoin de sucesseur puisqu’il vit pour toujours. Et donc, en qualité de Grand Prêtre, Jésus pouvait accomplir pour nous des choses qu’aucun prêtre humain ne pourrait jamais accomplir. Par exemple, Hébreux 4 :14-16 « Ainsi, puisque nous avons un grand prêtre souverain qui a traversé le ciel, Jésus le Fils de Dieu, tenons fermement la déclaration publique de notre foi en lui. Car nous n’avons pas un grand prêtre incapable de compatir à nos faiblesses, mais un grand prêtre qui, sous tous rapports, a été mis à l’épreuve comme nous, mais sans péché. Avançons-nous donc vers le trône de la faveur imméritée en parlant avec confiance, pour recevoir miséricorde et trouver faveur imméritée afin d’être secourus au bon moment ». Donc, Jésus est un grand prêtre supérieur à tout autre, car en devenant un homme de chair et de sang, il a subi toutes sortes de persécutions et peut, compatir à nos faiblesses bet nous secourir. Chacun de nous peut donc être sûr de bénéficier de cette considération miséricordieuse et compatissante quand il en a le plus besoin, ou, comme dit Paul, « au bon moment ». Hébreux 7 :25 « Donc, il peut aussi sauver totalement ceux qui s’avancent vers Dieu par son intermédiaire, parce qu’il est toujours vivant pour intercéder en leur faveur. ». Hébreux 8 :1 « Or, voici le point capital de ce que nous sommes en train de dire : Nous avons un tel grand prêtre, et il s’est assis à la droite du trône de la Majesté dans le ciel ». On comprend que Paul dise : « Voici le point capital ». Etant des descendants d’Adam, nés pécheurs, nous avons besoin de ce Grand Prêtre miséricordieux. Et comme Jésus est à la droite de Jéhovah, il bénéficie de l’écoute de Dieu, ce qui lui permet d’intercéder auprès de lui en notre faveur et de lui demander de nous faire miséricorde. Hébreux 9 :24 « Car Christ n’est pas entré dans un lieu saint fait par des mains, qui est une réplique de la réalité, mais dans le ciel même, où il se présente maintenant devant Dieu en notre faveur. ». Verset 12 « Il est entré dans le lieu saint, non pas avec le sang de boucs et de jeunes taureaux, mais avec son propre sang, une fois pour toutes, et il a obtenu pour nous une délivrance éternelle. ». La fin du verset 14 montre qu’il peut aussi « purifier notre conscience des œuvres mortes, pour que nous puissions offrir un service sacré au Dieu vivant ». De plus, le sacrifice de Jésus n’a pas besoin d’être renouvelé, comme ceux qu’offraient les prêtres aaroniques, parce que son sacrifice enlève nos péchés pour de bon. Nous sommes réellement pardonnés, et nos consciences sont purifiées, des choses que la Loi mosaïque n’a jamais pu accomplir. Enfin, Paul déclare que ce Grand Prêtre est entré dans le ciel même pour se présenter devant Dieu pour nous. Vous vous rendez compte. Maintenant, réfléchissez à tous les services que ce Grand Prêtre accomplit en notre faveur. Jésus compatit à nos faiblesses et plaide en notre faveur auprès de Dieu. Nous obtenons miséricorde et secours quand nous en avons le plus besoin. Et nous avons dès à présent une conscience purifiée et, à long terme, nous bénéficierons du salut éternel. Sachant cela, que devrions-nous faire pour montrer que nous attachons du prix à tous les services accomplis par notre Grand Prêtre ? Paul ne nous laisse pas dans l’ignorance. Dans Hébreux 10 :19, Paul fait ressortir trois choses : « Ainsi, frères, puisque nous avons, par le sang de Jésus, de l’assurance pour utiliser la voie d’accès au lieu saint, voie qu’il a ouverte pour nous comme un chemin nouveau et vivant à travers le rideau, c’est-à-dire sa chair, et puisque nous avons un grand prêtre établi sur la maison de Dieu » Faisons trois choses. La première Hébreux 10 :22 « Approchons-nous de Dieu avec un cœur sincère et une foi totale, le cœur purifié, par aspersion, d’une conscience méchante et le corps lavé avec une eau pure. ». De quoi Paul parle-t-il ? De la prière. Nous devons prier avec une solide foi dans le nom de Jésus et supplier humblement Jéhovah de pardonner nos péchés. C’est la disposition que Jéhovah a prise en notre faveur. Hébreux 10 :23 mentionne une deuxième chose que nous pouvons faire : « Tenons fermement la déclaration publique de notre espérance sans vaciller, car celui qui a promis est fidèle. ». De quoi est-il question ici ? De déclarer sans vaciller notre espérance dans ce moyen de salut. Nous pouvons le faire aux réunions de notre assemblée par des commentaires exprimant notre foi et, en allant prêcher pour enseigner ces vérités. La troisième chose que nous pouvons faire, verset 24 « Et soucions-nous les uns des autres pour nous inciter à l’amour et aux belles œuvres ». Bien sûr, nous assistons à nos réunions chrétiennes, aux assemblées, au culte matinal et au programme du lundi soir. Nous le faisons régulièrement parce que nous attachons du prix aux services de notre Grand Prêtre. Nous avons besoin et voulons que Jésus se trouve en présence de Jéhovah pour qu’il parle en notre faveur. Donc, nous voulons tout faire pour assister à ces rassemblements, où nous pouvons entendre Jésus nous enseigner par l’intermédiaire de son assemblée et de son « esclave fidèle et avisé ». Quels services notre Grand Prêtre, Jésus, accomplit-il en notre faveur ? Cite trois façons de montrer que nous attachons du prix à ces services.
  6. Vidéo par écrit Attachons-nous du prix à nos réunions.docx Vidéo par écrit Attachons-nous du prix à nos réunions.pdf
      Hello guest!
    jwbmw_F_201503_02_r360P.mp4
  7. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 9 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 9-10.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 9 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 9-10.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Hébreux 9-10 Hébreux 9:16, 17 : Que signifient ces versets ? (w92 1/3 31 § 4-6). « Car là où il y a alliance, il faut que la mort de l’homme faisant l’alliance soit établie, 17 car une alliance est validée par la mort, puisqu’elle n’est pas en vigueur tant que l’homme faisant l’alliance est en vie » Paul a précisé qu’une mort était requise pour valider les alliances entre Dieu et des humains. L’alliance de la Loi en est un exemple. Moïse en était le médiateur, celui qui a mis en place ce pacte entre Dieu et l’Israël selon la chair. Moïse a donc joué un rôle capital; il a été l’homme qui a traité avec les Israélites lorsqu’ils entrèrent dans l’alliance. Moïse pouvait ainsi être considéré comme l’homme qui contractait l’alliance de la Loi, laquelle provenait de Jéhovah. Mais Moïse a-t-il dû verser son sang pour que l’alliance de la Loi entre en vigueur? Non. À la place ont été offerts des animaux dont le sang remplaçait celui de Moïse. — Hébreux 9:18-22. Qu’en est-il de la nouvelle alliance entre Jéhovah et la nation de l’Israël spirituel? Jésus Christ a rempli le rôle glorieux d’intermédiaire, de Médiateur entre Jéhovah et l’Israël spirituel. Bien que Jéhovah soit à l’origine de cette alliance, elle repose sur Jésus Christ. Non seulement Jésus en est le Médiateur, mais, alors qu’il était dans la chair, il a également eu des rapports directs avec les premiers humains appelés à être admis dans cette alliance (Luc 22:20, 28, 29). En outre, il remplissait les conditions requises pour fournir le sacrifice nécessaire à la validation de l’alliance. Il ne s’agissait pas de sacrifier de simples animaux, mais une vie humaine parfaite. Paul pouvait donc parler du Christ comme de l’homme qui contracte la nouvelle alliance. Après que “Christ est entré (...) dans le ciel même, afin de paraître maintenant pour nous devant la personne de Dieu”, la nouvelle alliance est devenue valide. — Hébreux 9:12-14, 24. En parlant de Moïse et de Jésus comme d’hommes ayant contracté des alliances, Paul ne laissait pas entendre que ces hommes étaient à l’origine de ces alliances, qui étaient bel et bien le fait de Dieu. En revanche, ces deux hommes ont été intimement liés en tant que médiateurs à la mise en place de ces alliances respectives. Et dans chaque cas, une mort a été nécessaire: celle d’animaux à la place de Moïse, et celle de Jésus qui a donné son propre sang en faveur de ceux qui sont dans la nouvelle alliance. - w92 1/3 31 § 4-6 9:16 — En ce qui concerne la nouvelle alliance, qui est “ l’homme faisant l’alliance ” ? Jéhovah est l’Auteur de la nouvelle alliance, alors que Jésus est “ l’homme faisant l’alliance ”, c’est-à-dire qu’il en est le médiateur. Par sa mort, Jésus a fourni le sacrifice nécessaire à la validation de cette alliance. – TG2008 15/10 §32 En Hébreux 9:16, l’apôtre Paul parlait manifestement d’alliances entre Dieu et l’homme (et non entre homme et homme), qui exigeaient des sacrifices. Et il est à noter que, particulièrement chez les Hébreux, l’accès auprès de Dieu et les alliances avec lui se faisaient habituellement grâce à des sacrifices, les victimes étant parfois coupées en morceaux quand il s’agissait d’entrer dans une alliance. Il est tout à fait clair que l’alliance de la Loi et l’alliance nouvelle exigeaient une effusion de sang pour entrer en vigueur et être valides devant Dieu. Autrement, Dieu ne les aurait pas considérées comme valides ni n’aurait traité les individus concernés en personnes liées à lui par une alliance (Hé 9:17). Pour que l’alliance de la Loi soit validée, des animaux (des taureaux et des boucs) furent sacrifiés, prenant la place de Moïse, le médiateur (Hé 9:19). Pour valider la nouvelle alliance, c’est la vie humaine de Jésus Christ qui fut sacrifiée – it-2 p244 Hébreux 10:5-7 : Quand Jésus a-t-il prononcé ces paroles, et que signifient-elles ? (it-1 263-264). « C’est pourquoi, quand il entre dans le monde, il dit : « “Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as préparé un corps. Tu n’as accepté ni holocaustes ni sacrifices pour le péché.” Alors j’ai dit : “Vois ! Je viens (dans le rouleau, il est écrit à mon sujet) pour faire ta volonté, ô Dieu !” » Luc rapporte que Jésus priait au moment de son baptême (Luc 3:21). Selon le rédacteur de la lettre aux Hébreux, lorsque Jésus Christ entra “ dans le monde ” (non pas à sa naissance, car il était incapable de lire et de prononcer les paroles ci-dessous, mais quand il se présenta pour être baptisé et qu’il commença son ministère), il dit, selon Psaume 40:6-8 : “ Sacrifice et offrande, tu n’en as pas voulu, mais tu m’as préparé un corps. [...] Vois ! Je suis venu (dans le rouleau du livre il est écrit à mon sujet) pour faire ta volonté, ô Dieu ! ” (Hé 10:5-9). De par sa naissance, Jésus était membre de la nation juive, laquelle se trouvait dans une alliance nationale avec Dieu, savoir l’alliance de la Loi (Ex 19:5-8 ; Ga 4:4). C’est pourquoi Jésus était déjà dans des relations d’alliance avec Jéhovah Dieu quand il se présenta à Jean pour être baptisé. Il allait donc au-delà de ce que la Loi exigeait de lui. Il se présentait lui-même à son Père Jéhovah pour faire Sa “ volonté ” : offrir son propre corps “ préparé ” et faire cesser les sacrifices d’animaux qui étaient offerts conformément à la Loi. L’apôtre Paul fait ce commentaire : “ Par cette ‘ volonté ’-là, nous avons été sanctifiés grâce à l’offrande du corps de Jésus Christ une fois pour toutes. ” (Hé 10:10). Dans le cas de Jésus, la volonté du Père incluait aussi son activité relative au Royaume ; c’est également en vue de ce service que Jésus se présenta (Luc 4:43 ; 17:20, 21). Jéhovah accepta et reconnut la présentation de son Fils en l’oignant d’esprit saint et en disant : “ Tu es mon Fils, le bien-aimé ; je t’ai agréé. ”- it-1 263-264 « TU M’AS PRÉPARÉ UN CORPS » - Hébreux 10 :5 Ces mots ont été prononcés par Jésus dans une prière au moment sans doute de son baptême. À quoi ressemblait ce corps ? Environ 30 ans plus tôt, l’ange Gabriel avait révélé à Marie : « Tu concevras dans ta matrice et tu mettras au monde un fils, [...] le Fils de Dieu » (Luc 1:31, 35). Jésus était donc un homme parfait, tout comme Adam à sa création. Il devait être un homme bien bâti et avoir les traits de sa mère, Marie, qui était d’origine juive. – TG2017/6 p8 Paul cite Psaume 40:6-8 pour expliquer que Jésus n’est pas venu perpétuer “ sacrifice et offrande ”, “ holocaustes et sacrifice pour le péché ”. Au moment où l’apôtre écrit ces lignes, ces rites n’ont plus l’approbation divine. Jésus est venu avec un corps préparé par son Père céleste, un corps équivalent à celui que Dieu avait préparé pour Adam. – TG2000 15/8 p18 Au moment de son baptême, Jésus priait (Luc 3:21). Tout porte à croire qu’à cet instant de son existence il a réalisé les paroles de Psaume 40:6-8. C’est ce que l’apôtre Paul a indiqué plus tard en lui attribuant ces propos : “ Sacrifice et offrande, tu n’en as pas voulu, mais tu m’as préparé un corps. ” (Hébreux 10:5). Ainsi, Jésus montrait qu’il savait que Dieu ‘ ne voulait pas ’ que l’on continue à offrir des sacrifices d’animaux au temple de Jérusalem. Il comprenait qu’en revanche Dieu lui avait préparé un corps humain parfait que lui-même offrirait en sacrifice, et que ce geste supprimerait ensuite la nécessité des sacrifices d’animaux. Désirant ardemment se soumettre à la volonté de Dieu, Jésus a dit encore dans sa prière : “ Vois ! Je suis venu (dans le rouleau du livre il est écrit à mon sujet) pour faire ta volonté, ô Dieu ! ” (Hébreux 10:7). Quel magnifique exemple de courage et d’attachement désintéressé Jésus a laissé ce jour-là pour tous ceux qui deviendraient plus tard ses disciples – TG1996 1/7 p14 §5 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Jéhovah a mis en place quelque chose de bien plus extraordinaire que le temple : le grand temple spirituel, c’est-à-dire la disposition permettant aux humains de l’adorer en vertu du sacrifice de Jésus (Héb. 9:11, 12). Ce n’est pas un bâtiment comme le temple. C’est un temple symbolique, qui glorifie Jéhovah beaucoup plus qu’un bâtiment. On l’appelle le temple spirituel. C’est le moyen qui permet aux humains de devenir les amis de Jéhovah et de l’adorer. Ce moyen existe seulement grâce au sacrifice de Jésus. Ce moyen a commencé à exister en l’année 29, quand Jésus a été baptisé et a été oint Grand Prêtre du temple spirituel de Jéhovah. Comment Jéhovah aide-t-il aujourd’hui les humains à se réconcilier avec lui ? Grâce à notre œuvre consistant à faire des disciples. En conséquence, chaque année, des millions de personnes étudient la Bible, des milliers se font baptiser et des centaines d’assemblées sont formées. – TG2016/11 La foi en la rançon nous donne accès à un pardon total. La Parole de Dieu nous garantit que nos péchés peuvent être « effacés » Jéhovah adopte ses serviteurs oints de l’esprit, qui deviennent alors ses enfants. Quant à ceux d’entre nous qui faisons partie des « autres brebis », c’est comme si Jéhovah avait établi un certificat d’adoption à notre nom. Une fois que nous aurons atteint la perfection et passé avec succès l’épreuve finale, Jéhovah sera heureux de signer le certificat, pour ainsi dire, faisant de nous ses enfants terrestres bien-aimés. L’amour de Jéhovah pour ses enfants est éternel. Les bienfaits de la rançon le seront également (Hébreux 9:12). Ce don ne perdra jamais de sa valeur. Aucun individu ni aucun pouvoir ne peut nous le retirer. Il n’y a rien que le Diable puisse faire pour empêcher tous ceux qui se repentent sincèrement d’entrer un jour dans la famille de Jéhovah. Jésus est mort « une fois pour toutes ». Ainsi, la rançon a été payée de façon définitive (Hébreux 9:24-26). Elle annule complètement la condamnation héritée d’Adam. Grâce au sacrifice de Christ, nous ne sommes plus esclaves de ce monde dirigé par Satan et nous ne vivons plus dans la crainte de la mort – TG2017/2 §15,16 Après sa résurrection, Jésus “ est entré [...] dans le ciel même, pour paraître maintenant pour nous devant la personne de Dieu. ” (Hébreux 9:24). Deux vérités importantes se dégagent. Premièrement, Dieu a un lieu de résidence. Deuxièmement, il est une personne, et non pas une force omniprésente qu’on ne peut définir. – TG2009 1/ 2 Une bonne conscience. Il faut s’approcher de Jéhovah avec une conscience purifiée (Hé 10:22). Le chrétien doit s’efforcer constamment de garder une conscience droite en toutes choses – it-1 p513 La faveur imméritée de Jéhovah nous procure de nombreux bienfaits, mais nous ne devons pas avoir la présomption de penser qu’il accepte n’importe quelle conduite. Certains premiers chrétiens cherchaient à « transforme[r] la faveur imméritée de [...] Dieu » en « prétexte pour se livrer au dérèglement » (Jude 4). Ces chrétiens infidèles pensaient apparemment qu’ils pouvaient pécher et ensuite compter sur Jéhovah pour leur pardonner. Pire, ils essayaient d’entraîner leurs frères dans leur conduite méprisante. Aujourd’hui encore, celui qui agit ainsi a « outragé avec mépris l’esprit de la faveur imméritée » (Héb. 10:29). Satan fait croire à certains chrétiens qu’ils peuvent présumer de la miséricorde de Dieu et commettre des péchés impunément. Mais si Jéhovah est désireux de pardonner aux pécheurs repentants, il attend toutefois de nous que nous livrions un dur combat contre nos tendances pécheresses. – TG2016/7 §16 De nos jours, aucun adorateur de Jéhovah ne s’en prend physiquement aux adversaires du culte pur. “ C’est à moi qu’appartient la vengeance ”, déclare Dieu (Héb. 10:30). Le mieux et le plus judicieux est de laisser à Dieu le soin de décider quand et contre qui il faut faire venir la vengeance. Dieu, lui, a une connaissance complète des faits, et, quand il sévit contre quelqu’un, c’est dans une justice parfaite. Même lorsque des ennemis de la vérité nous injurient ou nous persécutent, ayons confiance en Jéhovah – TG2011 15/11 Depuis le premier fidèle, Abel, tous les serviteurs de Jéhovah ont à lutter. L’apôtre Paul a dit aux chrétiens hébreux qu’ils ont « enduré (supporté) un grand combat dans les souffrances » en essayant de gagner l’approbation et la bénédiction de Jéhovah (Hébreux 10:32-34). Aujourd’hui, nous sommes dans la course pour la vie éternelle, et des ennemis veulent détourner notre attention pour nous faire perdre notre joie et nos récompenses futures. Notre « lutte » la plus dure est contre Satan et son monde. Pour continuer de lutter et pour gagner, nous devons nous rappeler pourquoi nous luttons : c’est pour avoir l’approbation et la bénédiction de Jéhovah. – ws2016/9 p9 §5 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? L’Arche servait d’archives où on mettait en sûreté les saints rappels ou témoignage ; son contenu principal était les deux tablettes du témoignage ou Dix Commandements (Ex 25:16). On y avait ajouté une “ jarre d’or contenant la manne, et le bâton d’Aaron qui avait bourgeonné ”, mais ils furent ôtés de l’Arche avant la construction du temple de Salomon (Hé 9:4) - it-1 p159 Les sacrifices requis par la Loi donnée à Israël préfiguraient le sacrifice du Fils de Dieu et la prêtrise prévue par la Loi représente sa prêtrise royale au ciel (avec des prêtres adjoints) pendant son Règne millénaire (Hé 9:23, 24 – 10 :1 ) Par conséquent, la Loi devint un “ précepteur menant à Christ ”. – it-2 p674 Paul a associé la mort de Jésus à une autre fête juive annuelle, le jour des Propitiations. On lit en Hébreux 9:25, 26 : “ Ce n’est pas non plus afin [que Jésus] s’offre lui-même souvent, comme le grand prêtre en effet entre dans le lieu saint d’année en année [le jour des Propitiations] avec du sang qui n’est pas le sien. [...] Mais maintenant il s’est manifesté une fois pour toutes à l’achèvement des systèmes de choses pour abolir le péché grâce au sacrifice de sa personne. ” Puisque le sacrifice de Jésus a remplacé le sacrifice offert chaque année le jour des Propitiations, il est logique de commémorer sa mort une fois par an. Il n’existe aucune raison biblique de le faire plus souvent. – TG2003 1/1 Jésus a prouvé son amour pour les humains en acceptant de sacrifier sa vie humaine pour faire la volonté de Dieu. Paul a écrit : « Jésus dit : “Vois ! Je suis venu pour faire ta volonté.” [...] Par cette “volonté”-là, nous avons été sanctifiés grâce à l’offrande du corps de Jésus Christ une fois pour toutes » (Héb. 10:9, 10). Aucun humain ne peut faire preuve d’un plus grand amour. – TG2017/8 p27 Jésus a patienté. En l’an 33, après être resté intègre sur la terre jusqu’à sa mort, il a présenté la valeur de son sacrifice à Jéhovah au ciel. Pourtant, il a dû attendre 1914 avant de commencer à régner (Hébreux 10:12, 13). Et il devra attendre la fin de son Règne de mille ans pour que tous ses ennemis soient totalement détruits. L’attente aura été longue, mais nous pouvons être sûrs qu’elle en aura valu la peine – TG2017/8 §17 Jésus est le premier à avoir mentionné une vie au ciel après la mort. Il a dit à ses apôtres qu’il leur préparerait une place dans le ciel. C’était une idée nouvelle pour les serviteurs de Dieu. L’apôtre Paul a expliqué plus tard que Jésus, après sa mort et sa résurrection au ciel, a “ ouvert ” (ou inauguré) pour ses disciples “ un chemin nouveau et vivant ”, un chemin qu’aucun autre humain n’avait emprunté jusque-là. — Hébreux 10:19, 20. Est-ce à dire que dès lors tous les fidèles iraient au ciel ? Non, car la résurrection au ciel avait un lien étroit avec une mission confiée à certains humains seulement – TG2011 1/6 L’apôtre Paul a invité les membres des assemblées à ‘se soucier les uns des autres’ (Hébreux 10:24). Par cette expression, il nous encourage à apprendre à nous connaître. En apprenant à connaître d’autres membres de l’assemblée, nous nous rendons compte qu’ils ont réussi à surmonter des difficultés semblables à celles que nous avons. Ils peuvent donc nous aider à venir à bout des nôtres. – Livre Volonté de Jéhovah, p9 Au 1er siècle, ceux qui acceptèrent le christianisme, mais qui adoptèrent ensuite un mode de vie immoral, se révélèrent des “ ennemis du poteau de supplice ”. (Ph 3:18, 19.) Leurs actions prouvaient qu’ils n’avaient aucune reconnaissance pour les bienfaits qui découlaient de la mort de Jésus sur le poteau de supplice. Ils ‘ piétinaient le Fils de Dieu et considéraient comme une chose ordinaire le sang de l’alliance par lequel ils avaient été sanctifiés ’. — Hé 10:29. – it-2 p622 Paul a parlé des frères qui étaient en prison pour leur foi. Il a félicité la congrégation parce qu’elle avait montré « de la compassion pour ceux qui étaient en prison » (Hébreux 10:34). Paul était en prison depuis 4 ans, et certains frères et sœurs l’aidaient. Mais d’autres habitaient loin. Comment pouvaient-ils l’aider eux aussi ? Ils pouvaient continuer de prier pour lui avec beaucoup de force. Aujourd’hui, beaucoup de Témoins sont en prison parce qu’ils ont foi en Jéhovah. Les frères et sœurs qui habitent près des prisons peuvent faire des choses pratiques pour les aider. Mais beaucoup d’entre nous habitent loin des chrétiens emprisonnés. Comment pouvons-nous les aider, et ne pas les oublier ? L’amour fraternel nous poussera à prier avec force pour eux. – TG2016 1/10 §13,14 Pour être endurant, il ne suffit pas de supporter les difficultés avec détermination. L’endurance implique d’être patient, courageux et ferme, de ne pas perdre espoir dans les épreuves, devant les obstacles, face à la tentation ou sous la persécution. Puisque nous vivons ‘ dans l’attachement à Dieu par notre relation avec Christ Jésus ’, nous nous attendons à être persécutés. Nous devons être endurants si nous voulons prouver notre amour envers Jéhovah et acquérir les qualités nécessaires au salut. Sans endurance, nous n’obtiendrons pas la vie éternelle. — Hébreux 10:36. Nous devons donc endurer jusqu’à la fin, que ce soit la fin de notre vie ou la fin du système de choses méchant. Dans les deux cas, nous devons rester fidèles à Dieu. Cependant, si nous n’ajoutons pas l’attachement à Dieu à notre endurance, nous ne pourrons pas plaire à Dieu et nous n’aurons pas la vie éternelle – TG2002 15/7 §5,6 Puisque la grande tribulation est très proche, nous voulons faire partie « de ceux qui ont foi » pour être sauvés. (Hébreux 10:39) Nous devons donc faire des efforts pour renforcer notre foi. Nous voulons être parmi ceux qui seront récompensés quand Jésus Christ, notre Roi, sera révélé. – TG2015 15/10 §2
  8. Vidéo par écrit L'organisation de Dieu à l'oeuvre les coulisses du musée de Warwick.docx Vidéo par écrit L'organisation de Dieu à l'oeuvre les coulisses du musée de Warwick.pdf mwbv_F_201909_04_r240P.mp4 Vidéo par écrit : « L’organisation de Dieu à l’œuvre » Les coulisses du musée de Warwick Anthony Morris Collège central Avez-vous déjà visité un Béthel, terme qui signifie « Maison de Dieu » ? La visite des installations d’une de nos filiales vous aidera à mieux comprendre comment notre œuvre est organisée. Le Comité des coordinateurs, un comité du Collège central, a pris de nombreuses dispositions pour rendre votre visite agréable et instructive. En 2013, lorsque le Collège central a annoncé que le siège mondial allait déménager à Warwick (Etat de New-York), voici ce que nous avons dit : « Et une fois que tout sera terminé, nous serons ravis d’accueillir les frères du monde entier pour qu’ils visitent le siège mondial parce que nous aurons de très belles surprises pour vous et pas simplement un magnifique environnement mais de vrais trésors spirituels que vous allez beaucoup apprécier quand vous viendrez. A présent, au siège mondial situé aux Etats-Unis, il est possible de visiter au Béthel de Warwick, trois expositions. Depuis mars 2017, date de l’ouverture du musée qui les abritent jusqu’à fin 2018, nous avons accueilli plus d’un demi-million de visiteurs. Cela représente une moyenne de 1200 personnes par jour du lundi au vendredi. Que nécessite l’accueil de tant de visiteurs dans ce musée en perpétuelle évolution pour que tous profitent bien de leur visite. Voyons cela. La coordination de ces visites est assurée par le service des musées. Cela prend en compte : le calendrier des visites, l’invitation et la formation des hôtes et des hôtesses d’accueil, l’accueil et l’orientation des visiteurs venant du monde entier, et l’entretien des expositions et du matériel audio. Tout ce travail est effectué non seulement par des béthélites permanents mais aussi par des volontaires, des télévolontaires et des serviteurs non-résidents. Comme vous le savez sans doute, les visites se font sans guides. Un dispositif audio est donc remis à chaque visiteur. Les appareils se rechargent la nuit. On les programme en fonction de la langue des groupes de visiteurs. Il y a 13 langues dont la langue des signes américaine. Dès qu’on nous rend les appareils, on les désinfecte et on nettoie les cordons tour de cou. C’est pour moi, un vrai bonheur de travailler ici à Warwick et un immense honneur d’accueillir mes frères et sœurs et d’être à leur service. Mais dans les coulisses, il y a plus que cela. Par exemple, les équipes de téléassistance informatique et d’art graphique. Pour réaliser des activités interactives, notre équipe « Expérience Utilisateurs » fait des dessins sur la base d’instructions reçues, notamment en rapport avec le contenu et l’ambiance souhaités. Après validation, nos développeurs prennent le relais et créent des logiciels interactifs. La conception d’une exposition commence dès qu’on nous en donne le thème. Puis on réunit les pièces du musée, et on veut vraiment que l’exposition soit conçue autour de ces pièces. On veut absolument qu’elle soit à la fois pédagogique et artistique. Dans notre rôle de concepteurs, nous favorisons l’aspect éducatif, pour que les visiteurs apprennent quelque chose, tout en nous servant d’effets artistiques, pour qu’ils soient touchés par ce qu’ils apprennent. L’acquisition et la conservation de pièces de musée demandent aussi beaucoup de travail. Régulièrement des frères du monde entier font don de bibles rares d’une grande valeur et d’objets historiques exceptionnels. Des artisans expérimentés restaurent les bibles et les pièces rares, tout en formant d’autres frères et sœurs à cette tâche. En nous donnant la Bible, Jéhovah nous a donné un trésor. Nous y trouvons ses promesses auxquelles il associe son Nom. Les bibles anciennes, que présente l’exposition, nous racontent comment la Bible est parvenue jusqu’à nous et comment le Nom divin a été conservé dans ses pages. En nous faisant tant de dons d’objets et tant de bibles, il faut former des frères et sœurs pour restaurer et entretenir les bibles. Une fois restaurées, ces bibles peuvent être prêtées à d’autres filiales pour un besoin particulier. Comme indiqué dans 1 Chroniques 28 :21, lorsque Salomon a construit le temple, Jéhovah a pourvu à des ouvriers de bonne volonté et habiles, sachant effectuer toutes sortes de travaux. De même, Jéhovah a pourvu à des ouvriers de bonne volonté et habiles pour aménager et entretenir ces musées. L’aménagement et l’entretien d’un musée, d’une telle taille et d’une telle qualité, coûteraient par an des millions de dollars. Le recours aussi souvent que possible à des volontaires et à des télé-volontaires, a énormément réduit les dépenses par rapport au coût d’un tel projet dans un autre contexte. A ces trois expositions permanentes, s’ajoutent des expositions temporaires qui sont par la suite envoyées dans d’autres Béthels. Ces échanges permettent à des filiales de profiter de ces expositions ou de disposer de bibles rares. Chacune de ces expositions demande des mois de préparation. Le Comité des coordinateurs nous a donné des instructions sur cette exposition qui allait être sur la Russie, ainsi sur le thème : « Nous n’abandonnerons pas ». L’objectif était de raconter l’histoire de nos frères et sœurs de Russie au cours des cent dernières années et le remarquable exemple qu’ils nous donnent, en particulier à notre époque, face à une opposition qui se durcit. Les recherches ont débuté en avril 2017 et les dessinateurs se sont mis au travail à la fin de l’été. L’objectif était que cette exposition soit prête pour l’assemblée générale et l’inauguration en octobre. Elle est restée ouverte 10 mois. En août 2018, on en a fait un inventaire rigoureux puis on l’a démonté et mise dans des caisses et expédiée en Europe centrale où elle devait être installée. En parallèle, on avait lancé le projet de l’exposition qui allait la remplacer, intitulé : « Le courage » et qui devait être prêt pour l’assemblée générale. Une filiale, qui prépare une exposition, reçoit régulièrement des instructions du siège mondial ; par exemple, avant sa validation définitive, le contenu d’une exposition est examiné par le service des musées de Warwick. Lorsqu’une filiale souhaite faire une exposition, elle écrit au Comité des coordinateurs ; et si le Comité des coordinateurs donne son accord, on collabore avec le Comité d’Edition pour obtenir un budget et l’autorisation d’obtenir un emplacement. Actuellement, nous avons 4 sortes d’exposition : sur la Bible, sur l’histoire théocratique, sur le fonctionnement d’un Béthel et quand il s’agit d’une exposition temporaire, sur un thème ponctuel. Quel que soit le type d’exposition choisi, une filiale l’adaptera à la couleur locale. Ici, à Selters en Allemagne, la configuration de l’espace dédié à l’exposition n’est pas comme à Warwick. Il a donc fallu retoucher l’exposition en conséquence. On a dû monter des murs et agencer les choses différemment. Grâce à l’aide et à l’expérience de nos frères du service du musée, on a pu conserver le style de l’exposition d’origine. On était très heureux de l’enthousiasme avec lequel le chantier était soutenu et au bout de 15 jours, tout était installé. L’exposition n’est pas très grande mais elle marque énormément les visiteurs et ils se sentent encore plus liés à leurs frères et sœurs de Russie. Fin 2018, au moins 35 filiales avaient reçu de l’aide pour préparer leurs expositions. Ces filiales accueillent plus de 500 000 visiteurs par an. Que faisons-nous pour créer et enrichir les expositions des filiales ? Comme dans une exposition le plus important ce sont les pièces exposées, en coopération avec le service informatique du siège mondial, on constitue un catalogue général interrogeable. Les filiales peuvent le consulter pour obtenir des renseignements sur une pièce donnée : des photos, un descriptif détaillé, sa disponibilité et l’endroit où elle se trouve afin de l’emprunter pour les besoins d’une exposition. Pour conserver et protéger ces objets, on aide les filiales à déterminer l’intensité d’éclairage appropriée. On apporte également notre aide en rapport avec les supports d’exposition, la projection d’images et dans certains cas pour que le visiteur se sente en totale immersion, les écrans tactiles interactifs et les systèmes audio directionnels. Les objets de notre collection viennent du monde entier et sont cédés par des frères et sœurs, des assemblées locales, des salles d’assemblées, des béthélites et parfois même, des non témoins. Ils peuvent décider soit d’en faire don, soit de les prêter pour une exposition temporaire. Malheureusement, le musée de Warwick ne peut pas retenir tous les articles. Quand on nous propose une pièce, on prend en compte sa rareté, son utilité et selon le cas, la langue d’origine. On réfléchit aussi à l’impression que l’objet produira sur les visiteurs. Cela nous aide à déterminer s’il trouvera sa place dans le musée de Warwick ou dans celui d’une autre filiale. Possédez-vous un objet ayant une valeur historique que vous aimeriez mettre à disposition, n’hésitez pas à écrire à Warwick, au service des musées. Cet objet pourrait bien trouver sa place dans l’un de nos musées dans le monde. Le Collège central vous invite chaleureusement à visiter le Béthel de votre pays ainsi que le siège mondial aux Etats-Unis si votre situation le permet. Nous sommes certains que vous trouverez cette visite instructive et qu’elle renforcera votre conviction que Jéhovah agit et guide son peuple dans ces derniers jours.
  9. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 2 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 7-8.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 2 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 7-8.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Hébreux 7-8 Hébreux 8:3 : Quelle est la différence entre les dons et les sacrifices qui étaient offerts sous la Loi mosaïque ? (w00 15/8 14 § 11). « En effet, tout grand prêtre est établi pour offrir et des dons et des sacrifices ; il était donc nécessaire que celui-ci aussi ait quelque chose à offrir. » 11 “ Tout grand prêtre, dit Paul, est établi pour offrir et des dons et des sacrifices. ” (Hébreux 8:3). Remarquez que l’apôtre divise les offrandes que faisait le grand prêtre d’Israël en deux catégories : les “ dons ” et les “ sacrifices ” (ou “ sacrifices pour les péchés ”). (Hébreux 5:1.) De même que l’on fait généralement des dons (des cadeaux) par affection et reconnaissance, pour entretenir une amitié ou encore pour gagner la faveur ou l’approbation de quelqu’un (Genèse 32:20 ; Proverbes 18:16), de même nombre d’offrandes prescrites par la Loi pouvaient être considérées comme des “ dons ” faits à Dieu pour obtenir son approbation et sa faveur . En cas de transgression, la Loi exigeait une restitution, et on offrait des “ sacrifices pour les péchés ” pour faire réparation. Le Pentateuque (en particulier l’Exode, le Lévitique et les Nombres) parle abondamment de plusieurs sortes de sacrifices et d’offrandes. Bien qu’il puisse être très difficile d’en assimiler et d’en retenir tous les détails, quelques caractéristiques des différents types de sacrifices méritent notre attention. - w00 15/8 14 Le mot « offrande » traduit souvent l »hébreu « qorban ». Dans le récit où Jésus condamne une pratique indélicate des scribes et des Pharisiens, Marc donne à « qorbân » le sens de « don voué à Dieu » - Marc 7 :11 Les sacrifices requis sous l’alliance de la Loi annonçaient tous Jésus Christ et son sacrifice, ou les bienfaits qui découlent de ce sacrifice. À l’époque du ministère de Jésus Christ sur la terre, une pratique condamnable s’était instaurée en rapport avec les dons voués à Dieu. À ce sujet, Jésus dénonça l’hypocrisie des Pharisiens, parce qu’ils faisaient passer leur tradition avant la loi de Dieu. Prétendant sauvegarder pour Dieu ce qui avait été déclaré “ qorbân ”, ils faisaient fi de l’exigence divine d’honorer ses parents (Mt 15:3-6). Il suffisait de dire : ‘ Que ce soit qorbân ’ ou ‘ C’est qorbân ’ à propos de la totalité ou d’une partie de ses biens. Les Pharisiens d’alors enseignaient qu’une fois ses biens déclarés “ qorbân ”, don voué à Dieu, on ne pouvait plus s’en servir pour combler les besoins de ses parents, quelle que soit leur indigence, mais on pouvait en user soi-même jusqu’à sa mort si on le souhaitait. Par conséquent, les Pharisiens avaient beau prétendre honorer Dieu, leurs cœurs n’étaient pas en accord avec ses exigences justes. Hébreux 8:13 : En quel sens l’alliance de la Loi est-elle devenue « périmée » aux jours de Jérémie ? (it-1 79 § 7). « En disant « alliance nouvelle », il a rendu la précédente périmée. Or, ce qui est périmé et qui vieillit est sur le point de disparaître. » Comment l’alliance de la Loi devint-elle “ périmée ” ? Cependant, l’alliance de la Loi devint en un sens “ périmée ” quand Dieu annonça par l’intermédiaire du prophète Jérémie qu’il y aurait une alliance nouvelle (Jr 31:31-34 ; Hé 8:13). En 33 de n. ère, elle fut annulée du fait de la mort de Christ sur le poteau de supplice (Col 2:14) et fut remplacée par l’alliance nouvelle. — Hé 7:12 ; 9:15 ; Ac 2:1-4. - it-1 79 § 7 L’admission de ces 120 disciples dans la nouvelle alliance indiquait que l’“ ancienne ” alliance, l’alliance de la Loi, était désormais périmée. L’ancienne alliance avait-elle échoué ? Nullement ! Il est vrai que son remplacement signifiait que l’Israël selon la chair n’était plus le peuple particulier de Dieu. “En disant: ‘alliance nouvelle’, il a rendu ancienne la première. Or ce qui est ancien et qui vieillit est près de disparaître.” Cette nouvelle alliance allait susciter ce que l’ancienne alliance mosaïque n’avait pu produire, à savoir “un royaume de prêtres et une nation sainte”. La “nation sainte” admise dans la nouvelle alliance constitue un Israël spirituel composé de chrétiens qui sont Juifs ou Israélites au-dedans, en ce sens que leur circoncision est celle du cœur et non celle qui se fait dans la chair – TG1998 1/ 2 p13 Bien qu’en un sens elle soit devenue « périmée » quand Jéhovah a annoncé par Jérémie qu’il conclurait une alliance nouvelle avec Israël, l’alliance de la Loi ne cesserait pas avant que la nouvelle alliance entre en vigueur (Héb. 8:13). Alors seulement Dieu pourrait considérer les Juifs et les croyants d’origine gentile sous le même jour. En effet, leur « circoncision » serait « celle du cœur par l’esprit, et non par un code écrit » (Rom. 2:29). En concluant la nouvelle alliance avec eux, Dieu mettrait ses lois « dans leur pensée » et « les écrirai[t] » « dans leurs cœurs » (Héb. 8:10). Les membres de la nouvelle alliance seraient au total 144 000, et ils formeraient une nouvelle nation, « l’Israël de Dieu », un Israël spirituel – TG2014 15/10 §11 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Par l’intermédiaire du roi David, Jéhovah a révélé qu’il conclurait directement avec Jésus une alliance visant un double objectif. Premièrement, Jésus « s’assiérait à la] droite de Dieu » jusqu’à ce qu’il soumette ses ennemis. Deuxièmement, Jésus serait « prêtre pour des temps indéfinis à la manière de Melchisédech ». Pourquoi « à la manière de Melchisédech » ? Parce que bien avant qu’un descendant d’Abraham hérite de la Terre promise, Melchisédech, roi de Salem, était « prêtre du Dieu Très-Haut » (Héb. 7:1-3). Il avait été nommé à cette fonction directement par Jéhovah. C’est le seul personnage dont les Écritures hébraïques précisent qu’il a été à la fois roi et prêtre. De plus, comme elles ne mentionnent aucun prédécesseur ni successeur à Melchisédech, il peut être qualifié de « prêtre à perpétuité », ou prêtre pour toujours. Par cette alliance que Jéhovah a conclue avec lui, Jésus est nommé directement prêtre, et il le restera « pour toujours à la manière de Melchisédech » (Héb. 5:4-6). Voilà qui montre clairement que Jéhovah s’est engagé de manière légale à utiliser le Royaume messianique pour accomplir son dessein originel concernant les humains et la terre. – TG2014 15/10 §16,17 Jéhovah a récompensé son Fils en lui accordant quelque chose qu’il n’avait pas encore possédé durant son existence préhumaine : la vie indestructible au ciel (Héb. 7:15-17, 28). Jéhovah a été heureux d’agir ainsi parce que Jésus est resté parfaitement intègre dans les épreuves les plus terribles. Jésus a ainsi fourni à son Père la meilleure réponse qui soit, un démenti irréfutable à Satan, qui prétend que les humains servent Dieu par égoïsme et non en raison d’un amour indéfectible. Pour rester justes aux yeux de Dieu, il nous faut continuer d’exercer la foi dans le sang versé de Jésus. Ainsi, nous ne devrions pas laisser passer un seul jour sans remercier Jéhovah de nous avoir tellement aimés. Nous devons aussi continuer à étudier la Parole de Dieu et à nous efforcer de mener une vie conforme à son message – TG2009 15/1 §5 Au 1er siècle, des “ choses profondes de Dieu ” ont été révélées. Par exemple, on a compris que le tabernacle, et plus tard les temples, préfiguraient une réalité spirituelle bien plus grande. Paul a parlé de cette réalité comme de “ la tente véritable que Jéhovah a dressée, et non pas l’homme ”. (Héb. 8:2) qui est venue à l’existence en 29 de notre ère, quand Jésus s’est fait baptiser et que Jéhovah l’a agréé comme étant celui qui deviendrait un sacrifice parfait. Il s’agissait d’un grand temple spirituel, un moyen d’avoir accès auprès de Dieu grâce au sacrifice et à la prêtrise de Jésus Christ.- TG2010 15/7 p20 De nombreux serviteurs de Jéhovah sont des exemples d’amour désintéressé. Aucun code de lois écrit n’identifie le peuple de Dieu aujourd’hui. À la place, nous voyons l’accomplissement de ce qui est mentionné en Hébreux 8:10 : “ ‘ Voici l’alliance que je contracterai avec la maison d’Israël après ces jours-là ’, dit Jéhovah. ‘ Oui, je mettrai mes lois dans leur pensée, et dans leurs cœurs je les écrirai. Oui, je deviendrai leur Dieu, et eux deviendront mon peuple. ’ ” Chérissons toujours la loi de l’amour que Jéhovah a écrite dans nos cœurs. Saisissons chaque occasion de manifester cette qualité. – TG2005 15/8 p24 §19 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? Le repas du Seigneur nous permet de réfléchir à la valeur de la rançon, mais aussi à l’humilité et au courage de Jésus. Nous sommes très reconnaissants qu’il continue à manifester ces qualités en tant que Grand Prêtre au ciel, qui intercède en notre faveur (Héb. 7:24, 25). Nous montrons notre reconnaissance en commémorant fidèlement sa mort, comme il nous l’a ordonné (Luc 22:19, 20). Nous le faisons le jour qui correspond au 14 nisan, la date la plus importante de l’année. – TG2019/1 p20 §11 La Bible déclare au sujet de Jésus : “ Il peut aussi sauver complètement ceux qui s’avancent vers Dieu par son intermédiaire, parce qu’il est toujours vivant pour solliciter pour eux. ” (Hébreux 7:25). Autrement dit, il est habilité à intercéder, avec compassion, en faveur de ceux qui “ s’avancent vers Dieu par son intermédiaire ”. Cela ne signifie pas que l’on doive prier Jésus, qui en quelque sorte ferait suivre nos requêtes, mais plutôt que l’on prie Dieu au nom de Jésus, reconnaissant par-là l’autorité dont il est investi. – RV2010/11 p21 Par sa résurrection et son ascension à la droite de Dieu, Jésus Christ est devenu “ plus haut que les cieux ” (Hé 7:26) en ce sens qu’il fut ainsi établi “ bien au-dessus de tout gouvernement, et pouvoir, et puissance, et seigneurie [...], non seulement dans ce système de choses-ci, mais encore dans celui qui est à venir ”. – it-1 p480 Quantité d’hommes ont été grands prêtres par le passé. Toutefois, Jésus exerce la fonction de Grand Prêtre d’une manière tout à fait unique. En quel sens ? Paul explique : “ Il n’a pas besoin chaque jour, comme les grands prêtres, d’offrir des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés et ensuite pour ceux du peuple (car cela, il l’a fait une fois pour toutes quand il s’est offert lui-même) ; car la Loi établit grands prêtres des hommes ayant de la faiblesse, mais la parole du serment qui est intervenu après la Loi établit un Fils, lequel est rendu parfait pour toujours. ” — Héb. 7:27, 28. Jésus était un homme parfait, l’équivalent exact d’Adam avant que celui-ci ne pèche. En tant que tel, Jésus était le seul humain à pouvoir offrir un sacrifice parfait et complet, le genre de sacrifice qui n’avait nul besoin d’être renouvelé. Sous la Loi mosaïque, les sacrifices étaient offerts quotidiennement. Tous ces sacrifices et les services de la prêtrise n’étaient cependant qu’une ombre de ce que Jésus allait accomplir (Héb. 8:5 ; 10:1). En somme, la fonction de Grand Prêtre assumée par Jésus est unique en raison de son efficacité et de sa permanence – TG2008 15/12 p14 §15,16
  10. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 2 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 7-8.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 2 SEPTEMBRE 2019 - HEBREUX 7-8.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Hébreux 7-8 Hébreux 8:3 : Quelle est la différence entre les dons et les sacrifices qui étaient offerts sous la Loi mosaïque ? (w00 15/8 14 § 11). « En effet, tout grand prêtre est établi pour offrir et des dons et des sacrifices ; il était donc nécessaire que celui-ci aussi ait quelque chose à offrir. » 11 “ Tout grand prêtre, dit Paul, est établi pour offrir et des dons et des sacrifices. ” (Hébreux 8:3). Remarquez que l’apôtre divise les offrandes que faisait le grand prêtre d’Israël en deux catégories : les “ dons ” et les “ sacrifices ” (ou “ sacrifices pour les péchés ”). (Hébreux 5:1.) De même que l’on fait généralement des dons (des cadeaux) par affection et reconnaissance, pour entretenir une amitié ou encore pour gagner la faveur ou l’approbation de quelqu’un (Genèse 32:20 ; Proverbes 18:16), de même nombre d’offrandes prescrites par la Loi pouvaient être considérées comme des “ dons ” faits à Dieu pour obtenir son approbation et sa faveur . En cas de transgression, la Loi exigeait une restitution, et on offrait des “ sacrifices pour les péchés ” pour faire réparation. Le Pentateuque (en particulier l’Exode, le Lévitique et les Nombres) parle abondamment de plusieurs sortes de sacrifices et d’offrandes. Bien qu’il puisse être très difficile d’en assimiler et d’en retenir tous les détails, quelques caractéristiques des différents types de sacrifices méritent notre attention. - w00 15/8 14 Le mot « offrande » traduit souvent l »hébreu « qorban ». Dans le récit où Jésus condamne une pratique indélicate des scribes et des Pharisiens, Marc donne à « qorbân » le sens de « don voué à Dieu » - Marc 7 :11 Les sacrifices requis sous l’alliance de la Loi annonçaient tous Jésus Christ et son sacrifice, ou les bienfaits qui découlent de ce sacrifice. À l’époque du ministère de Jésus Christ sur la terre, une pratique condamnable s’était instaurée en rapport avec les dons voués à Dieu. À ce sujet, Jésus dénonça l’hypocrisie des Pharisiens, parce qu’ils faisaient passer leur tradition avant la loi de Dieu. Prétendant sauvegarder pour Dieu ce qui avait été déclaré “ qorbân ”, ils faisaient fi de l’exigence divine d’honorer ses parents (Mt 15:3-6). Il suffisait de dire : ‘ Que ce soit qorbân ’ ou ‘ C’est qorbân ’ à propos de la totalité ou d’une partie de ses biens. Les Pharisiens d’alors enseignaient qu’une fois ses biens déclarés “ qorbân ”, don voué à Dieu, on ne pouvait plus s’en servir pour combler les besoins de ses parents, quelle que soit leur indigence, mais on pouvait en user soi-même jusqu’à sa mort si on le souhaitait. Par conséquent, les Pharisiens avaient beau prétendre honorer Dieu, leurs cœurs n’étaient pas en accord avec ses exigences justes. Hébreux 8:13 : En quel sens l’alliance de la Loi est-elle devenue « périmée » aux jours de Jérémie ? (it-1 79 § 7). « En disant « alliance nouvelle », il a rendu la précédente périmée. Or, ce qui est périmé et qui vieillit est sur le point de disparaître. » Comment l’alliance de la Loi devint-elle “ périmée ” ? Cependant, l’alliance de la Loi devint en un sens “ périmée ” quand Dieu annonça par l’intermédiaire du prophète Jérémie qu’il y aurait une alliance nouvelle (Jr 31:31-34 ; Hé 8:13). En 33 de n. ère, elle fut annulée du fait de la mort de Christ sur le poteau de supplice (Col 2:14) et fut remplacée par l’alliance nouvelle. — Hé 7:12 ; 9:15 ; Ac 2:1-4. - it-1 79 § 7 L’admission de ces 120 disciples dans la nouvelle alliance indiquait que l’“ ancienne ” alliance, l’alliance de la Loi, était désormais périmée. L’ancienne alliance avait-elle échoué ? Nullement ! Il est vrai que son remplacement signifiait que l’Israël selon la chair n’était plus le peuple particulier de Dieu. “En disant: ‘alliance nouvelle’, il a rendu ancienne la première. Or ce qui est ancien et qui vieillit est près de disparaître.” Cette nouvelle alliance allait susciter ce que l’ancienne alliance mosaïque n’avait pu produire, à savoir “un royaume de prêtres et une nation sainte”. La “nation sainte” admise dans la nouvelle alliance constitue un Israël spirituel composé de chrétiens qui sont Juifs ou Israélites au-dedans, en ce sens que leur circoncision est celle du cœur et non celle qui se fait dans la chair – TG1998 1/ 2 p13 Bien qu’en un sens elle soit devenue « périmée » quand Jéhovah a annoncé par Jérémie qu’il conclurait une alliance nouvelle avec Israël, l’alliance de la Loi ne cesserait pas avant que la nouvelle alliance entre en vigueur (Héb. 8:13). Alors seulement Dieu pourrait considérer les Juifs et les croyants d’origine gentile sous le même jour. En effet, leur « circoncision » serait « celle du cœur par l’esprit, et non par un code écrit » (Rom. 2:29). En concluant la nouvelle alliance avec eux, Dieu mettrait ses lois « dans leur pensée » et « les écrirai[t] » « dans leurs cœurs » (Héb. 8:10). Les membres de la nouvelle alliance seraient au total 144 000, et ils formeraient une nouvelle nation, « l’Israël de Dieu », un Israël spirituel – TG2014 15/10 §11 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Par l’intermédiaire du roi David, Jéhovah a révélé qu’il conclurait directement avec Jésus une alliance visant un double objectif. Premièrement, Jésus « s’assiérait à la] droite de Dieu » jusqu’à ce qu’il soumette ses ennemis. Deuxièmement, Jésus serait « prêtre pour des temps indéfinis à la manière de Melchisédech ». Pourquoi « à la manière de Melchisédech » ? Parce que bien avant qu’un descendant d’Abraham hérite de la Terre promise, Melchisédech, roi de Salem, était « prêtre du Dieu Très-Haut » (Héb. 7:1-3). Il avait été nommé à cette fonction directement par Jéhovah. C’est le seul personnage dont les Écritures hébraïques précisent qu’il a été à la fois roi et prêtre. De plus, comme elles ne mentionnent aucun prédécesseur ni successeur à Melchisédech, il peut être qualifié de « prêtre à perpétuité », ou prêtre pour toujours. Par cette alliance que Jéhovah a conclue avec lui, Jésus est nommé directement prêtre, et il le restera « pour toujours à la manière de Melchisédech » (Héb. 5:4-6). Voilà qui montre clairement que Jéhovah s’est engagé de manière légale à utiliser le Royaume messianique pour accomplir son dessein originel concernant les humains et la terre. – TG2014 15/10 §16,17 Jéhovah a récompensé son Fils en lui accordant quelque chose qu’il n’avait pas encore possédé durant son existence préhumaine : la vie indestructible au ciel (Héb. 7:15-17, 28). Jéhovah a été heureux d’agir ainsi parce que Jésus est resté parfaitement intègre dans les épreuves les plus terribles. Jésus a ainsi fourni à son Père la meilleure réponse qui soit, un démenti irréfutable à Satan, qui prétend que les humains servent Dieu par égoïsme et non en raison d’un amour indéfectible. Pour rester justes aux yeux de Dieu, il nous faut continuer d’exercer la foi dans le sang versé de Jésus. Ainsi, nous ne devrions pas laisser passer un seul jour sans remercier Jéhovah de nous avoir tellement aimés. Nous devons aussi continuer à étudier la Parole de Dieu et à nous efforcer de mener une vie conforme à son message – TG2009 15/1 §5 Au 1er siècle, des “ choses profondes de Dieu ” ont été révélées. Par exemple, on a compris que le tabernacle, et plus tard les temples, préfiguraient une réalité spirituelle bien plus grande. Paul a parlé de cette réalité comme de “ la tente véritable que Jéhovah a dressée, et non pas l’homme ”. (Héb. 8:2) qui est venue à l’existence en 29 de notre ère, quand Jésus s’est fait baptiser et que Jéhovah l’a agréé comme étant celui qui deviendrait un sacrifice parfait. Il s’agissait d’un grand temple spirituel, un moyen d’avoir accès auprès de Dieu grâce au sacrifice et à la prêtrise de Jésus Christ.- TG2010 15/7 p20 De nombreux serviteurs de Jéhovah sont des exemples d’amour désintéressé. Aucun code de lois écrit n’identifie le peuple de Dieu aujourd’hui. À la place, nous voyons l’accomplissement de ce qui est mentionné en Hébreux 8:10 : “ ‘ Voici l’alliance que je contracterai avec la maison d’Israël après ces jours-là ’, dit Jéhovah. ‘ Oui, je mettrai mes lois dans leur pensée, et dans leurs cœurs je les écrirai. Oui, je deviendrai leur Dieu, et eux deviendront mon peuple. ’ ” Chérissons toujours la loi de l’amour que Jéhovah a écrite dans nos cœurs. Saisissons chaque occasion de manifester cette qualité. – TG2005 15/8 p24 §19 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? Le repas du Seigneur nous permet de réfléchir à la valeur de la rançon, mais aussi à l’humilité et au courage de Jésus. Nous sommes très reconnaissants qu’il continue à manifester ces qualités en tant que Grand Prêtre au ciel, qui intercède en notre faveur (Héb. 7:24, 25). Nous montrons notre reconnaissance en commémorant fidèlement sa mort, comme il nous l’a ordonné (Luc 22:19, 20). Nous le faisons le jour qui correspond au 14 nisan, la date la plus importante de l’année. – TG2019/1 p20 §11 La Bible déclare au sujet de Jésus : “ Il peut aussi sauver complètement ceux qui s’avancent vers Dieu par son intermédiaire, parce qu’il est toujours vivant pour solliciter pour eux. ” (Hébreux 7:25). Autrement dit, il est habilité à intercéder, avec compassion, en faveur de ceux qui “ s’avancent vers Dieu par son intermédiaire ”. Cela ne signifie pas que l’on doive prier Jésus, qui en quelque sorte ferait suivre nos requêtes, mais plutôt que l’on prie Dieu au nom de Jésus, reconnaissant par-là l’autorité dont il est investi. – RV2010/11 p21 Par sa résurrection et son ascension à la droite de Dieu, Jésus Christ est devenu “ plus haut que les cieux ” (Hé 7:26) en ce sens qu’il fut ainsi établi “ bien au-dessus de tout gouvernement, et pouvoir, et puissance, et seigneurie [...], non seulement dans ce système de choses-ci, mais encore dans celui qui est à venir ”. – it-1 p480 Quantité d’hommes ont été grands prêtres par le passé. Toutefois, Jésus exerce la fonction de Grand Prêtre d’une manière tout à fait unique. En quel sens ? Paul explique : “ Il n’a pas besoin chaque jour, comme les grands prêtres, d’offrir des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés et ensuite pour ceux du peuple (car cela, il l’a fait une fois pour toutes quand il s’est offert lui-même) ; car la Loi établit grands prêtres des hommes ayant de la faiblesse, mais la parole du serment qui est intervenu après la Loi établit un Fils, lequel est rendu parfait pour toujours. ” — Héb. 7:27, 28. Jésus était un homme parfait, l’équivalent exact d’Adam avant que celui-ci ne pèche. En tant que tel, Jésus était le seul humain à pouvoir offrir un sacrifice parfait et complet, le genre de sacrifice qui n’avait nul besoin d’être renouvelé. Sous la Loi mosaïque, les sacrifices étaient offerts quotidiennement. Tous ces sacrifices et les services de la prêtrise n’étaient cependant qu’une ombre de ce que Jésus allait accomplir (Héb. 8:5 ; 10:1). En somme, la fonction de Grand Prêtre assumée par Jésus est unique en raison de son efficacité et de sa permanence – TG2008 15/12 p14 §15,16
  11. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 26 AOUT 2019 - HEBREUX 4-6.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 26 AOUT 2019 - HEBREUX 4-6.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Hébreux 4-6 Hébreux 4:12 : Qu’est-ce que « la parole de Dieu » dans ce contexte ? (w16.09 13). « Car la parole de Dieu est vivante et puissante ; elle est plus aiguisée qu’aucune épée à deux tranchants et elle pénètre jusqu’à diviser l’âme d’avec l’esprit, et les jointures d’avec la moelle, et elle est capable de discerner les pensées et les intentions du cœur. » ▪ Le contexte indique que l’apôtre Paul parlait des déclarations de Dieu concernant son dessein, comme celles que contient la Bible. Hébreux 4:12 est souvent cité dans nos publications pour montrer que la Bible a le pouvoir de transformer des vies, et il est tout à fait correct de faire cette application. Cependant, il est utile d’examiner Hébreux 4:12 dans son contexte. Paul exhortait ici les chrétiens hébreux à coopérer aux desseins de Dieu, dont beaucoup ont été présentés dans les écrits sacrés. Il a pris l’exemple des Israélites délivrés d’Égypte, qui avaient la perspective d’entrer dans le pays promis « ruisselant de lait et de miel », où ils jouiraient d’un vrai repos (Ex. 3:8 ; Deut. 12:9, 10). C’était ce que Dieu avait déclaré concernant son dessein. Mais les Israélites ont ensuite endurci leur cœur et n’ont pas exercé la foi ; la plupart ne sont donc pas entrés dans ce repos. Cependant, Paul a ajouté qu’il restait « une promesse d’entrer dans le repos de Dieu » (Héb. 3:16-19 ; 4:1). À l’évidence, cette « promesse » fait partie des déclarations de Dieu concernant son dessein. Tout comme les chrétiens hébreux, nous pouvons découvrir ce dessein et y coopérer. Pour souligner que cette promesse s’appuie sur les Écritures, Paul a cité des parties de Genèse 2:2 et Psaume 95:11. Cela nous touche assurément de savoir qu’« il reste une promesse d’entrer dans le repos de Dieu ». Nous sommes convaincus qu’il est possible d’entrer dans ce repos annoncé, et nous agissons dans ce but. Nous ne cherchons pas à suivre la Loi de Moïse ni à gagner l’approbation de Jéhovah par d’autres œuvres. Bien plutôt, avec foi, nous coopérons joyeusement au dessein révélé de Dieu et continuerons à le faire. Mais, comme évoqué plus haut, la « parole de Dieu » mentionnée en Hébreux 4:12 peut en un sens s’appliquer à la Bible. Des milliers de personnes dans le monde étudient la Bible et y découvrent les déclarations de Dieu concernant son dessein. Cette étude en motive beaucoup à changer de mode de vie, à exercer la foi et à se faire baptiser. L’effet de « la parole de Dieu » dans leur vie montre clairement qu’elle « est vivante et puissante ». Les déclarations de Dieu sur son dessein contenues dans la Bible ont déjà eu un effet sur nous, et elles continueront de se révéler puissantes dans notre vie. – TG2016/9 La parole vivante qui contient la promesse d’entrer dans le repos de Dieu est plus acérée qu’une épée, car elle fait une division chez une personne (en fonction de sa réaction au contact de cette parole) entre ce qu’elle semble être (l’âme) et ce qu’elle est réellement (l’esprit). Elle peut pénétrer les pensées et les motivations de quelqu’un Elle atteint le cœur de l’individu et révèle s’il vit réellement en accord avec les principes droits. La Bible contient les pensées de Jéhovah. Par conséquent, à chaque fois que nous la lisons, nous laissons ces pensées influencer notre façon de voir les choses et d’agir. Sans la Bible, il serait impossible de connaître Jéhovah, ni les bienfaits merveilleux qui découlent du sacrifice rédempteur du Christ ; sans elle, il ne serait pas non plus possible de comprendre les conditions à remplir pour obtenir la vie éternelle dans le Royaume juste de Dieu ou sous sa domination. – it-1 p1098 De nombreux synonymes désignent la parole de Dieu. Par exemple, au Psaume 119, où il est question plus de 20 fois de la ou des “ parole(s) ” de Jéhovah, les parallélismes poétiques lui font correspondre des termes tels que loi, rappels, ordres, prescriptions, commandements, décisions judiciaires et ordonnances. Cela aussi montre que l’expression “ parole ” signifie une pensée ou un message complets. Les multiples manières dont la parole de Dieu est désignée en indiquent l’étendue et le sens. Elle est “ la ‘ parole ’ [ou : ‘ déclaration ’ (rhêma)] de la foi ” (Rm 10:8, Int), “ la parole [ou : message (forme de logos)] de justice ” (Hé 5:13) et “ la parole de la réconciliation ”. (2Co 5:19.) La parole ou message de Dieu est comparable à une “ semence ” qui, plantée dans une bonne terre, porte beaucoup de fruit (Lc 8:11-15) ; on lit aussi que ses déclarations ‘ courent avec rapidité ’. — Ps 147:15. - It-2 La Parole “ La parole de Dieu ” n’est pas de l’histoire morte et enterrée ; elle est vivante ! Les promesses bibliques avancent irrésistiblement vers leur réalisation. L’influence du message de la Bible sur les vraies motivations du cœur est plus puissante que tout ce que nous pourrions dire nous-mêmes. – wt 24 Hébreux 6:17, 18 : Que sont les « deux choses immuables » dont parlent ces versets ? (it-1 799 § 7). « Pareillement, lorsqu’il a décidé de montrer plus clairement aux héritiers de la promesse que son projet est immuable, Dieu a renforcé sa promesse par un serment, 18 afin que, par deux choses immuables dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous qui nous sommes enfuis dans le refuge, nous ayons un puissant encouragement à saisir fermement l’espérance qui est placée devant nous » L’espérance de la vie éternelle et de l’incorruptibilité concernant ceux qui sont “ participants de l’appel céleste ” (Hé 3:1) est solidement fondée ; c’est quelque chose sur quoi ils peuvent compter avec confiance. Elle repose sur deux choses dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, à savoir sa promesse et son serment. En outre, cette espérance réside en Christ, qui est désormais immortel dans les cieux. C’est pourquoi elle est décrite comme “ une ancre pour l’âme, à la fois sûre et ferme, et elle pénètre à l’intérieur du rideau comme le grand prêtre entrait dans le Très-Saint le jour des Propitiations, là où un précurseur est entré en leur faveur, Jésus, qui est devenu pour toujours grand prêtre à la manière de Melkisédec ”. it-1 p799 En fondant solidement notre espérance sur la promesse de Dieu et sur son serment, nous parviendrons plus facilement à rester sur la voie de la vérité. Ces promesses ont trait à des événements inscrits dans le “calendrier” divin. Nous pouvons être certains que Dieu tiendra ses promesses. Il a d’ailleurs donné une garantie en prononçant un serment, en s’engageant de manière irrévocable. Les “ deux choses immuables ” que Dieu n’annulera jamais sont sa promesse et son serment, sur lesquels reposent nos attentes. – TG1999 15/8 p4 Dans la Bible, un vœu est une promesse sérieuse faite à Jéhovah. Par exemple, la promesse de faire quelque chose, d’offrir quelque chose, de commencer un certain service, ou de ne pas faire certaines choses. On fait un vœu volontairement, en utilisant sa liberté de choix. Personne n’est obligé de faire un vœu. Mais si on décide d’en faire un, Jéhovah le considère comme une promesse dont on doit s’acquitter. D’après la Bible, un vœu est aussi important qu’un serment. Un serment, c’est quand une personne jure de faire ou de ne pas faire quelque chose – TG2017/4 §13 Paul parle du serment comme d’un moyen habituel et convenable de mettre fin à une contestation, et attire l’attention sur le fait que Dieu, “ lorsqu’il s’est proposé de montrer plus abondamment aux héritiers de la promesse le caractère immuable de son conseil, est intervenu par un serment ”, jurant par lui-même puisqu’il ne pouvait pas jurer par quelqu’un de plus grand. Dieu ajouta ainsi à sa promesse une garantie légale et offrit une double assurance au moyen de “ deux choses immuables dans lesquelles il est impossible que Dieu mente ”, c’est-à-dire sa promesse elle-même et son serment – it2 Serment Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Qu’est-ce que le “ repos ” dont l’apôtre Paul a parlé en Hébreux 4:9-11, et comment peut-on “ entrer dans ce repos ” ? Aux chrétiens hébreux du 1er siècle l’apôtre Paul a écrit : “ Il reste [...] un repos de sabbat pour le peuple de Dieu. Car l’homme qui est entré dans le repos de Dieu s’est reposé lui aussi de ses œuvres, comme Dieu des siennes. Faisons donc tout notre possible pour entrer dans ce repos. ” — Hébreux 4:9-11. En déclarant que Dieu se reposait de ses œuvres, Paul faisait apparemment référence à ce qui est dit en Genèse 2:2, où nous lisons : “ Pour le septième jour Dieu acheva son œuvre qu’il avait faite ; et il s’est mis à se reposer le septième jour de toute son œuvre qu’il avait faite. ” Pourquoi Jéhovah s’est-il mis “ à se reposer le septième jour ” ? Certainement pas parce qu’il avait besoin de reprendre des forces après “ toute son œuvre qu’il avait faite ”. Le verset suivant nous donne cette indication : “ Dieu s’est mis à bénir le septième jour et à le rendre sacré, parce qu’en lui il se repose effectivement de toute son œuvre que Dieu a créée dans le but de faire. ” Notons qu’“ il reste [...] un repos de sabbat pour le peuple de Dieu ”, et que l’apôtre a exhorté ses compagnons chrétiens à faire tout leur possible “ pour entrer dans ce repos ”. Cela montre que lorsque Paul a écrit ces mots “ le septième jour ”, le repos de Dieu, qui avait débuté quelque 4 000 ans plus tôt, était toujours en cours. Il prendra fin seulement quand le dessein de Dieu à l’égard de l’humanité et de la terre sera totalement accompli, à la fin du Règne millénaire de Jésus Christ, le “ Seigneur du sabbat ”- TG2001 1/10 p30 4:9-11 — Comment pouvons-nous “ entrer dans le repos de Dieu ” ? À la fin des six jours de création, Dieu s’est reposé de ses œuvres créatrices, assuré que son dessein à l’égard de la terre et de l’humanité se réaliserait. Nous “ entrons dans ce repos ” en cessant de produire des œuvres dans le seul souci de paraître justes et en acceptant les dispositions que Dieu a prises pour notre salut. Quand nous exerçons la foi en Jéhovah et suivons docilement son Fils au lieu de poursuivre nos intérêts égoïstes, nous recevons chaque jour des bénédictions qui s’avèrent réconfortantes et reposantes. Le grand jour de repos de Jéhovah est une longue période, car il parle de ce jour comme étant encore accessible, de sorte que par la foi et l’obéissance les chrétiens peuvent entrer dans le repos de ce jour. S’agissant d’un jour saint, c’est une époque de soulagement et de réjouissance pour les chrétiens, même au milieu d’un monde épuisé et accablé par le péché – TG2008 15/8 p32 L’ampleur prise par la méchanceté en ce “ temps de la fin ” rend la foi en Celui qui est invisible particulièrement nécessaire. Devant la généralisation de la malhonnêteté et de l’immoralité sexuelle, il est sage de nous rappeler que, même quand aucun humain ne nous voit, Jéhovah, lui, nous observe. Certains l’oublient, profitant d’être seuls pour se livrer à des actes que les Écritures réprouvent. N’oublions pas ce qu’a dit l’apôtre Paul : “ Chacun de nous rendra compte à Dieu pour soi-même. ” (Romains 14:12). Soyons bien conscients que chaque fois que nous péchons, c’est contre Jéhovah. Cela nous aidera à respecter ses principes élevés et à nous garder d’une conduite impure. “ Il n’y a pas de création qui ne soit manifeste aux regards de Dieu, nous rappelle la Bible, mais toutes choses sont nues et mises à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. ” (Hébreux 4:13). Nous devons effectivement rendre compte à Dieu, mais c’est bien sûr d’abord par amour que nous faisons sa volonté et que nous nous conformons à ses normes justes. – TG2001 15/6 p22 §15,16 Jéhovah s’intéresse à chaque aspect de notre vie. Il veut que nous traitions les autres avec justice et amour. Et il remarque ce que nous faisons et disons même dans notre vie privée (Héb. 4:13). – TG2019/2 §18 Nous nous avançons vers le trône de Dieu par la prière. Dans sa faveur imméritée, Jéhovah nous permet de nous avancer vers son trône céleste par la prière. Paul en parle comme du « trône de la faveur imméritée » et nous invite à nous avancer vers lui « avec franchise » (Héb. 4:16a). Jéhovah nous accorde ce privilège par l’intermédiaire de son Fils, « grâce à qui nous avons franchise et accès avec confiance par le moyen de notre foi en lui » (Éph. 3:12). Pouvoir accéder à Jéhovah par la prière est assurément une manifestation incomparable de sa faveur imméritée. Nous trouvons du secours au bon moment. Paul nous a encouragés à parler à Jéhovah avec franchise dans la prière, « pour que nous puissions obtenir miséricorde et trouver faveur imméritée pour du secours au bon moment » (Héb. 4:16b). Chaque fois qu’une épreuve ou l’angoisse nous assaille, nous pouvons crier vers Jéhovah pour recevoir son aide miséricordieuse. Même si nous ne le méritons pas, il répond à notre appel, souvent par le moyen de compagnons chrétiens – TG2016/7 p24 §12,13 Jésus a tenu bon parce qu’il méditait sur “ la joie qui était placée devant lui ”, la récompense de sa fidélité (Hébreux 12:2). Cela ne l’a pas empêché parfois d’‘ offrir des supplications ainsi que des requêtes avec des cris puissants et des larmes ’. (Hébreux 5:7.) Nous arrive-t-il de prier avec la même intensité ? Que pense alors Jéhovah ? Le même verset montre qu’il a entendu Jésus “ favorablement ”. Il en sera de même pour nous. Pourquoi ? Jéhovah connaît nos limites et il vient à notre aide. Tout le monde a des limites quant à ce qu’il est capable d’endurer. Jéhovah sait mieux que nous quand nous sommes sur le point d’atteindre nos limites. Avec amour, il manifeste alors “ miséricorde et [...] faveur imméritée pour du secours au bon moment ”. (Hébreux 4:16.) C’est ce qu’il a fait pour Jésus, mais aussi pour beaucoup d’autres. – TG2006 1/6 p13 Si nous voulons nous porter vers la maturité, nous devons faire tout notre possible pour obéir à Jéhovah. Comme l’illustre l’exemple de Jésus Christ, souvent l’obéissance s’apprend de par les choses que nous subissons. (Hébreux 5:8, 9. « Bien que fils, il a appris l’obéissance par les souffrances qu’il a subies. Et après avoir été rendu parfait, il est devenu cause de salut éternel pour tous ceux qui lui obéissent ») Quand il était au ciel, Jésus obéissait déjà à son Père. Toutefois, durant son ministère terrestre, il a accompli la volonté de son Père à travers bien des souffrances physiques et morales. Son obéissance en dépit des épreuves extrêmes l’a “ rendu parfait ” pour les nouvelles fonctions que Dieu prévoyait de lui confier, celles d’être Roi et Grand Prêtre. Et nous ? Sommes-nous déterminés à obéir à Jéhovah, même lorsque surviennent des situations oppressantes ? – TG2009 15/5 p11 §12 Bien que les injustices dont nous sommes témoins dans le présent système aient de quoi nous déconcerter, il est possible de porter avec succès ce fardeau, pourvu que nous axions notre vie sur le service divin. Alors, notre récompense sera certaine (Héb. 6:10). En fait, cette récompense sera si grande que toutes les épreuves et tribulations que nous aurons pu subir ne nous paraîtront plus que “momentanées et légères” – TG1979 15/1 §17 Vous est-il déjà arrivé de faire plaisir à un ami sans qu’il nous remercie ? C’est profondément décevant d’être généreux envers quelqu’un qui fait peu de cas de notre générosité, ou pire, qui l’oublie complètement. Jéhovah n’agit pas ainsi quand on le sert de tout son cœur. Jéhovah s’estimerait injuste s’il ne se montrait pas reconnaissant. Hébreux 6:10 déclare : “ Dieu n’est pas injuste pour oublier votre œuvre et l’amour que vous avez montré pour son nom, en ce que vous avez servi les saints et que vous continuez à les servir. ” Pensez à ce que ce verset signifie. Jéhovah considérerait comme une injustice de sa part, comme un péché, d’oublier ce que tu as déjà fait et ce que tu continues de faire à son service. Ce qui rend cette déclaration remarquable, c’est que Dieu manifeste de la reconnaissance à des humains qui, certes, lui sont dévoués, mais sont pécheurs et n’atteignent pas à sa gloire – TG2007 1/2 p17 §2 Zèle dans le service de Jéhovah. Associant le zèle à la confiance dans les promesses de Jéhovah, Paul a écrit : “ Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour avoir la pleine certitude de l’espérance jusqu’à la fin. ” (Hébreux 6:11). La bonne nouvelle contenue dans la Bible nous a procuré “ la pleine certitude de l’espérance ”. Cette espérance, solidement fondée sur la Parole de Dieu, “ ne déçoit pas ”Si nous nous dépensons à son service, Jéhovah nous soutiendra. Et chaque fois que nous constaterons ce soutien, notre confiance en lui se renforcera ; nous deviendrons “ fermes, inébranlables ”. Notre foi se renouvellera et notre espérance s’affermira – TG2006 1/1 p24 §18 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? Quand Paul a écrit aux chrétiens hébreux, il s’inquiétait parce qu’ils n’étaient pas tous en phase avec l’accomplissement du dessein de Dieu. (Hébreux 4:1 « puisque la promesse d’entrer dans son repos est toujours en vigueur, soyons sur nos gardes de peur que l’un d’entre vous soit considéré comme indigne d’elle ». Comment cela ? Le problème venait de leur obéissance à la Loi mosaïque. Pendant 1 500 ans, tout Israélite soucieux de plaire à Dieu et de collaborer à la réalisation de son dessein avait dû respecter cette Loi. Mais la mort de Jésus l’avait abolie. Des chrétiens, cependant, n’acceptaient pas ce changement et tenaient à continuer d’observer certains rites de la Loi. Aujourd’hui, aucun chrétien ne soutiendra qu’il faut se conformer à certains rites de la Loi mosaïque pour obtenir le salut – TG2011 15/7 p26 §13 Le Fils de Dieu avait encore des choses à apprendre, car il entrait dans le dessein de Jéhovah de le former pour faire de lui un Grand Prêtre compatissant, capable de “ compatir à nos faiblesses ”. (Hébreux 4:15.) C’est une des raisons pour lesquelles le Fils est venu sur terre comme humain. Homme de chair et de sang, Jésus s’est alors trouvé dans des situations et a été soumis à des influences que, jusque-là, il n’avait fait qu’observer depuis le ciel. Désormais, il était à même d’éprouver des sensations et des émotions d’humains, telles que la fatigue, la soif et la faim. Il a également subi toutes sortes de difficultés et de souffrances. C’est ainsi qu’il a “ appris l’obéissance ” et a acquis toutes les qualités qui allaient lui permettre d’assumer sa fonction de Grand Prêtre. — Hébreux 5:8-10. – TG200015/2 p11 §7 On peut apprendre dans la souffrance nombre de choses qui nous qualifient davantage pour le service divin, comme en témoigne le cas de Jésus Christ. Il donna sans aucun doute le meilleur exemple pour ce qui est de se reposer sur son Père céleste. Bien que parfait, Jésus pria intensément dans les souffrances. En endurant les plus terribles souffrances dans la chair, il acquit l’expérience dont il avait besoin pour être un grand prêtre compatissant, ce qui nous permet maintenant de nous approcher de Dieu par Christ avec un entier franc-parler, confiants que Jésus comprend notre situation et qu’il plaidera en notre faveur comme un grand prêtre miséricordieux. — Héb. 4:15, 16. – TG1979 15/1 §7 Les Écritures déclarent : « Aux jours de sa chair Christ a offert des supplications ainsi que des requêtes à Celui qui pouvait le sauver de la mort — avec des cris puissants et des larmes —, et il a été entendu favorablement pour sa crainte de Dieu » (Hébreux 5:7). Ayant offert des supplications et des requêtes, Jésus est resté fidèle à Dieu jusqu’à la dernière seconde de sa vie terrestre. C’est pourquoi Jéhovah a sauvé son Fils bien-aimé de la mort et lui a donné la vie éternelle dans les cieux. Nous aussi, nous sommes capables de rester fidèles à notre Père céleste, quelles que soient les tentations et les épreuves qui nous attendent peut-être. Oui, nous pouvons obtenir le prix, la vie éternelle, à condition de rester « vigilants en vue des prières ». -TG2013 15/11 p7 §18 À la différence de la lecture, qui peut être une détente, l’étude réclame systématiquement un effort mental. À propos de Christ, préfiguré par le roi-prêtre Melkisédec, l’apôtre Paul a fait cette remarque : “ Nous avons beaucoup à dire, et des choses difficiles à expliquer, puisque vous êtes devenus durs d’oreille. [...] La nourriture solide est pour les hommes mûrs, pour ceux qui, par l’usage, ont les facultés de perception exercées à distinguer et le bien et le mal. ” (Hébreux 5:11, 14). De même que la nourriture solide demande à être mâchée avant d’être avalée et digérée, de même les pensées spirituelles profondes exigent de la réflexion pour être absorbées et retenues – TG2000 1/10 p13 §2 Au cours de son explication sur le rôle de Jésus en tant que “ grand prêtre à la manière de Melkisédec ”, Paul a déclaré : “ À son sujet, nous avons beaucoup à dire, et des choses difficiles à expliquer, puisque vous êtes devenus durs d’oreille. En effet, alors que vous devriez être des enseignants, compte tenu du temps, vous avez de nouveau besoin que quelqu’un vous enseigne depuis le commencement les choses élémentaires des déclarations sacrées de Dieu ; et vous en êtes arrivés au point d’avoir besoin de lait, non de nourriture solide. ” — Héb. 5:10-12. Tout porte à croire que certains chrétiens d’origine juive n’avaient pas avancé dans la compréhension de la vérité, ni progressé spirituellement. Par exemple, ils avaient du mal à accepter les éclaircissements en rapport avec la Loi et la circoncision. Il leur était difficile de renoncer aux traditions liées au sabbat hebdomadaire et au jour annuel des Propitiations. C’est pourquoi Paul les a encouragés à exercer leurs facultés de perception afin de pouvoir distinguer le bien du mal, et leur a conseillé de ‘ se porter vers la maturité ’. (Héb. 6:1, 2.) Ce rappel à l’ordre a dû en pousser certains à réfléchir à l’usage qu’ils faisaient de leur capacité de réflexion, ce qui les a probablement aidés à progresser. Qu’en est-il de nous ? – TG2010 15/5 p22 Dans sa lettre aux Hébreux, Paul a été très franc (Hébreux 5:7, 11-14). Il n’a pas mâché ses mots ! Il a dit à ses frères qu’ils étaient « devenus durs d’oreille ». Pourquoi s’est-il montré aussi énergique ? Parce qu’il reflétait l’amour et l’inquiétude de Jéhovah pour ces chrétiens qui essayaient de survivre en n’absorbant que du lait spirituel. Connaître les dogmes fondamentaux du christianisme est bien sûr capital. Mais pour progresser vers la maturité chrétienne, la « nourriture solide » est indispensable. Au lieu de progresser au point d’être des enseignants, les Hébreux avaient besoin d’être enseignés. Pourquoi ? Parce qu’ils boudaient la « nourriture solide ». Demande-toi : « Ai-je le bon point de vue sur la nourriture spirituelle solide ? Est-ce que je l’absorbe ? Ou bien est-ce que je fuis la prière et l’étude profonde de la Bible ? Si c’est le cas, le problème viendrait-il en partie de mes habitudes d’étude ? » Il nous faut non seulement prêcher, mais aussi enseigner et faire des disciples – TG2014 15/11 p17 §15,16 Que signifie être mûr ? La maturité implique davantage que la croissance physique. La Bible dit que les personnes mûres « ont les facultés de perception exercées à distinguer et le bien et le mal » (Héb. 5:14). Ainsi, une personne mûre sait ce qui est bien aux yeux de Jéhovah et est résolue dans son cœur à s’y tenir. En conséquence, elle n’est pas facilement tentée de faire le mal, ni n’a besoin qu’on la pousse constamment pour faire le bien. Il est donc tout à fait normal de s’attendre à ce qu’un jeune qui se fait baptiser respecte les normes de Dieu même lorsque ses parents ou d’autres adultes ne sont pas là – TG2016/3 p5§5 Qui peut discerner le bien du mal ? Ceux dont l’esprit reçoit constamment la nourriture spirituelle de la Parole de Dieu. Cette connaissance aiguise leurs “facultés perceptives” et entraîne leur jugement à ne pas se laisser facilement tromper (Hébreux 5:14) – TG1982 1/4 “ Portons-nous vers la maturité. ” (Hébreux 6:1). La maturité est pour le chrétien un objectif remarquable. À la différence de la perfection, qui est pour l’instant hors de portée des humains, la maturité est un objectif tout à fait accessible. Et les chrétiens qui acquièrent cette qualité éprouvent plus de joie encore à servir Jéhovah. Pour quelle raison ? Un chrétien mûr est un homme spirituel. Il porte sur les choses le même regard que Jéhovah (Jean 4:23). Paul a écrit : “ Ceux qui vivent selon la chair pensent aux choses de la chair, mais ceux qui vivent selon l’esprit, aux choses de l’esprit. ” (Romains 8:5). Celui qui a une vision charnelle n’éprouve pas beaucoup de joie, car il a tendance à ne voir que sa propre personne, à s’arrêter sur des aspects superficiels et à être attiré par les choses matérielles. Une vision spirituelle rend joyeux, car elle se focalise sur Jéhovah, le “ Dieu heureux ”. (1 Timothée 1:11.) Une personne spirituelle est désireuse de plaire à Jéhovah et elle garde sa joie même dans les épreuves. Pourquoi ? Parce que les épreuves sont pour elle l’occasion de défendre son intégrité chrétienne et d’infliger un démenti à Satan, autant de choses qui réjouissent notre Père céleste - « Amour de Dieu » p199§9,10 Paul a inclus l’enseignement sur la résurrection dans « la doctrine fondamentale concernant le Christ » (Héb. 6:1, 2). Et il a montré clairement qu’il avait foi en la résurrection (Actes 24:10, 15, 24, 25). Même si le dogme de la résurrection fait partie des « choses élémentaires » de la Bible, ce n’est pas pour autant un enseignement simpliste. Nous devons l’étudier avec soin (Héb. 5:12). Pourquoi ? Beaucoup de personnes qui commencent à étudier la Bible découvrent les résurrections qui ont eu lieu dans le passé, comme celle de Lazare. Elles apprennent aussi qu’Abraham, Job, et Daniel étaient sûrs qu’il y aurait une résurrection future. Mais comment prouverais-tu à quelqu’un que les promesses concernant la résurrection sont sûres, même si elles ont été faites il y a plusieurs siècles ? Par ailleurs, la Bible dit-elle quand la résurrection aura lieu ? La réponse à ces questions renforcera notre foi. – TG2017/12 §3,4 La Bible compare l’espérance chrétienne à “ une ancre pour l’âme, à la fois sûre et ferme ”. (Hébreux 6:18, 19.) Ayant survécu à plus d’un naufrage, Paul connaissait toute la valeur d’une ancre. En cas de tempête les marins jetaient l’ancre. Aux prises avec une tempête, les marins jetaient l’ancre. Une fois celle-ci accrochée fermement au fond de l’eau, le navire avait une chance d’affronter la tempête avec une sûreté relative, au lieu d’être emporté vers le rivage et de s’écraser sur les rochers. De même, en cas d’épreuve l’espérance biblique, “ sûre et ferme ”, nous permet de préserver notre équilibre affectif, mental et spirituel. Si nous nous cramponnons à cette espérance, il nous sera plus facile de rester à distance des dangers, de puiser la force nécessaire pour vivre en accord avec les normes divines au lieu de céder à l’esprit désorienté et immoral qui imprègne le monde d’aujourd’hui. – RV2009/5 p10
  12. Vidéo par écrit Que peux tu faire pour servir au Béthel.docx Vidéo par écrit Que peux tu faire pour servir au Béthel.pdf
      Hello guest!
    Vidéo par écrit : « Que peux-tu faire pour servir au Béthel ? » Qu’il est réconfortant de voir des millions de personnes venir adorer Jéhovah ! Elles sont des milliers à nous rejoindre chaque semaine. Jéhovah accélère son œuvre de rassemblement et cela nous rend très heureux. Mais qui est prêt à aider pour produire des Bibles, des publications, des enregistrements audio et des vidéos qui nous nourrissent spirituellement et qui nous permettent d’accomplir l’œuvre de prédication et d’enseignement ? Le Béthel est un endroit extraordinaire. Des chrétiens mûrs y offrent un service sacré à Jéhovah en coopérant étroitement avec les frères du Christ. Ils apportent de l’aide aux frères et sœurs du monde entier et soutiennent la prédication. La famille du Béthel est un groupe de serviteurs de Jéhovah voués et baptisés qui vivent et travaillent ensemble. Ils vivent d’une façon toute particulière Le Psaume 133 :1 qui dit « Oh ! qu’il est bon et qu’il est agréable pour des frères d’habiter unis ensemble ! ». Quel plaisir de voir que de nombreux frères et sœurs se sont rendus disponibles pour goûter le privilège unique de servir au Béthel et ainsi faire plus pour Jéhovah ! Avez-vous déjà réfléchi à cet objectif ? Etre volontaire pour servir au Béthel un jour, c’est comme frapper à une porte qui donne accès à de nombreuses occasions de faire plus pour Jéhovah. Evidemment pour servir au Béthel, Il faut être prêt à faire des sacrifices et à se rendre utile là où il y a besoin de renfort, peu importe où. C’est l’état d’esprit qu’avait le prophète Isaïe 6 :8 « Puis j’ai entendu la voix de Jéhovah qui demandait : « Qui enverrai-je et qui ira pour nous ? » J’ai répondu : « Me voici ! Envoie-moi ! ». Quand Isaïe a appris qu’il avait la possibilité de faire plus au service de Jéhovah, il a accepté de bon cœur, même s’il ne savait pas exactement ce qu’il devrait faire. Ça lui suffisait de savoir que c’était Jéhovah qui l’invitait à remplir une mission particulière, et il voulait se porter volontaire. C’est le même état d’esprit que manifestent les béthélites du monde entier. Qu’est-ce qui pousse tant de frères et sœurs à servir au Béthel ? C’est l’amour pour Jéhovah qui les incite à mettre les intérêts du Royaume avant les leurs. Comme le dit le livre Prédicateurs page 295 « Dans cette œuvre, ils n’acquièrent ni position ni biens. Ils désirent honorer Jéhovah et se contentent des dispositions prises pour eux en matière de nourriture et de logement, et d’une petite somme d’argent en remboursement de leurs frais ». Y-a-t-il des bienfaits à servir de cette façon toute particulière ? Ceux qui s’offrent volontairement pour être béthélites, sont pleinement récompensés. Nicklas : « L’amour et l’unité que nous ressentons ici est incomparable. Ça n’a rien à voir avec une entreprise, parce qu’ici, on peut travailler avec des amis tous les jours. » Men : « Quand on a les mêmes objectifs, on est sur la même longueur d’onde et on coopère bien. C’est comme ça ici » Luigi : « Parfois, on te confie une tâche que tu n’as jamais faite avant. Mais il y a de nombreux frères et sœurs expérimentés qui peuvent t’aider, autant sur le plan technique que sur le plan personnel. » Carsten : « Que ce soit au culte matinal ou à La Tour de Garde, écouter les commentaires pratiques et très utiles de nos frères et sœurs, est vraiment encourageant. On sent qu’ils aiment Jéhovah, et leurs commentaires nous aident à l’aimer encore plus, nous aussi » Rahël : « Au Béthel, on a le meilleur des employeurs : c’est Jéhovah. Aucun employeur n’est aussi reconnaissant et attentionné. Donc, par amour pour lui, on est tout simplement heureux de lui donner le meilleur de nous-mêmes. » Stefanie : « A chaque fois que je pense à ce qui est fait au Béthel, les publications produites et expédiées, les vidéos réalisées pour nos assemblées, et la traduction effectuée en de si nombreuses langues, je suis toute émue, j’en ai la chair de poule ! » Jalon : « Quelle que soit mon activité, je suis super heureux parce que je sais que je soutiens les frères du Christ. » Donc que peut faire un jeune pour servir au Béthel ? « Mes parents m’ont appris à me concentrer sur les choses spirituelles. Donc toute notre vie tournait autour de la prédication, autour des activités spirituelles, même pendant les vacances scolaires. Ça a vraiment aidé notre famille à rester proche de Jéhovah et ça m’a permis de ne pas perdre de vue mes objectifs » « J’aime beaucoup lire. Une fois, mon père m’a dit : « Au fait, pourquoi tu ne lirais pas la Bible ? ». Maintenant ça me semble évident, mais à l’époque, je ne l’avais jamais lue en entier. Et quand j’ai fini de lire la Bible, ça a vraiment changé ma façon de voir les choses, ça m’a convaincu que c’était la vérité. Et ça m’a aidé à rester concentré sur les choses spirituelles. C’est comme ça que j’ai commencé à faire des progrès et à atteindre mes objectifs. » « Dans mon assemblée, j’ai été aux publications, à la sonorisation et à la scène. Ces responsabilités m’ont appris à travailler dur et à faire pleins de choses différentes pour Jéhovah. Les anciens prêchaient beaucoup avec moi. Parfois, je me disais : »Je n’y arrive pas. Ça me fait trop. Je n’en peux plus. Je n’arriverai jamais à atteindre cet objectif. Mais un jour, un ancien m’a lu un verset où Jéhovah encourage Josué à être courageux. Ça m’a vraiment aidé à être courageux, moi aussi, pour atteindre l’objectif d’aller au Béthel. Quand j’ai visité le Béthel, j’ai vu que les béthélites étaient des gens normaux, avec de belles qualités que j’avais envie d’imiter. Ils étaient très hospitaliers, très chaleureux et très abordables. Ça m’a motivé pour atteindre mon objectif, pour être comme eux. Conditions requises : (La France) – Pour servir au Béthel, il y a des conditions requises à remplir. SPIRITUALITE Vous devez aimer profondément Jéhovah et son organisation, et le montrer en obéissant aux normes bibliques. Vous devez être connus comme une personne spirituelle. MORALITE Vous devez respecter les normes morales que Jéhovah a fixées : c’est-à-dire rejeter toute forme d’impureté et toute conduite sexuelle immorale. Vous devez avoir une conscience nette et être en paix avec Jéhovah, avec son organisation et avec vous-mêmes. VETEMENTS ET ASPECT GENERAL Vos vêtements et votre aspect général doivent convenir à un ministre chrétien, même pendant les moments de détente. Les styles extrêmes, très à la mode ou qui nous identifient à des gens qui ne servent pas Jéhovah ne sont pas acceptables au Béthel. DIVERTISSEMENTS Celui qui remplit une demande pour le Béthel ne doit pas lire, écouter ou regarder quoi que ce soit d’inapproprié pour un chrétien. Cela inclut la pornographie, la musique dégradante ou n’importe quel divertissement qui met en scène des actes sexuels immoraux, du spiritisme ou de la violence. AGE Ceux qui remplissent une demande pour servir au Béthel, doivent avoir entre 19 et 35 ans, parfois une exception peut être faite pour quelqu’un qui a dépassé 35 ans, mais qui a des compétences particulières (comme une expérience dans le domaine médical ou technique, des compétences en traduction, ou dans le bâtiment : plomberie, électricité maintenance et conduite d’engins de chantier, menuiserie). Ceux qui ont de telles qualifications peuvent remplir une demande. SANTE Pour servir au Béthel et à plein temps, vous devez avoir une bonne santé physique, mentale et affective et être capables de travailler de longues heures. LANGUE Vous devez savoir lire, écrire et parler la langue principale du territoire de votre filiale. Cela vous permettra de communiquer avec les autres, de recevoir une formation et de travailler en toute sécurité. DUREE D’ENGAGEMENT Ceux qui remplissent une demande s’engagent à servir au Béthel au moins 1 an, période pendant laquelle ils recevront, une formation pour continuer dans cette forme de service. Nous n’encourageons pas les frères et sœurs à faire de longues études pour acquérir des compétences spécifiques en pensant qu’ils auront plus de chances d’être appelés au Béthel. La meilleure façon de se préparer pour servir au Béthel, c’est d’être pionnier permanent. Au Béthel, on a surtout besoin de frères célibataires. Cependant, tous ceux qui remplissent les conditions requises, y compris les sœurs, sont encouragés à remplir une demande pour être volontaire temporaire. Servir comme volontaire temporaire au Béthel peut vous offrir la possibilité de servir Jéhovah d’autres façons encore. Si vous avez envie de servir au Béthel, quel formulaire devriez-vous demander au comité de service de votre assemblée ? Comme il y a deux types de formulaires, priez et réfléchissez bien à votre situation. Ensuite, décidez si vous voulez remplir une demande d’admission comme volontaire (A-19), destinée à ceux qui souhaitent servir sur une courte période, comme une semaine ou plusieurs mois, ou une demande pour devenir membre de l’Ordre international des serviteurs spéciaux à plein temps des Témoins de Jéhovah (A-8), destinée à ceux qui veulent servir au Béthel pendant 1 an ou plus. Si le Comité de la filiale estime que vous pouvez répondre à un besoin, il décidera où vous serez le plus utile, que ce soit au Béthel ou dans la construction. Remplir une de ces demandes peut vous ouvrir la porte vers de nombreuses façons de servir Jéhovah et son organisation. Bien sûr, même si nous avons un tel esprit de sacrifice, notre situation ne nous permet pas forcément de servir au Béthel. Mais nous pouvons encourager les autres à le faire. Vous êtes parents, suivez l’exemple d’autres adorateurs de Dieu comme Anne et Elkana : ils ont fait en sorte que leur fils puisse servir Jéhovah d’une façon particulière. Continuez de parler à vos enfants de l’objectif de servir au Béthel et entretenez leur intérêt pour le service à plein temps par votre exemple et vos paroles positives. Si vous le pouvez, visitez avec eux notre siège mondial aux Etats-Unis, ou alors prenez des dispositions pour visiter le Béthel qui s’occupe du territoire où vous vivez. De telles visites permettront aux jeunes de voir de leurs propres yeux le travail qui est fait au Béthel pour favoriser les intérêts du Royaume. Anciens, aidez les jeunes de vos assemblées qui peuvent élargir leur service pour Jéhovah à remplir les conditions requises. Jéhovah cherche toujours des personnes prêtes à répondre à son invitation à élargir leur service pour lui. Comme aux jours d’Isaïe, il demande : « Qui enverrai-je et qui ira pour nous ? ». Répondrez-vous comme le prophète : « Me voici ! Envoie-moi ! » ? Nous vous encourageons à progresser vers la maturité spirituelle et à servir Jéhovah de toute votre âme. En temps voulu, vous pourrez vous qualifier pour servir au Béthel, ou dans une autre forme de service passionnant, et ainsi utiliser plus pleinement la santé et la force que Jéhovah vous a données, tout cela pour sa louange. Soyez assurés que nous vous aimons pour l’esprit volontaire que vous manifestez alors que vous vous qualifiez pour servir plus Jéhovah. Des oeuvres bonnes qui ne tombent pas dans l’oubli Tous les vrais chrétiens peuvent accomplir pour Jéhovah des œuvres bonnes dont il se souviendra éternellement. À l’image d’un père ou d’une mère qui attache un grand prix aux réalisations de ses enfants, Jéhovah n’oublie pas notre oeuvre ni l’amour que nous montrons pour son nom (Mt 6:20 ; Hé 6:10). Bien sûr, nous n’avons pas tous les mêmes possibilités dans la vie ni les mêmes capacités. Pourtant, si nous servons Jéhovah de notre mieux, nous avons des raisons de nous réjouir (Ga 6:4 ; Col 3:23). Au fil des années, des milliers de frères et soeurs ont servi au Béthel. Peux-tu te porter volontaire pour le service au Béthel ? Si ce n’est pas le cas, peux-tu encourager un compagnon à le faire, ou aider un béthélite à persévérer dans cette forme de service ?. ˙Quelle raison devrait pousser quelqu’un à vouloir servir au Béthel ? ˙ Que disent certains au sujet des bienfaits que leur apporte le service au Béthel ? ˙ Quelles sont les conditions requises pour entrer au Béthel ? ˙ Comment fait-on une demande d’entrée au Béthel ? Conditions requises pour entrer au Béthel ˙ Aimer sans réserve Jéhovah et son organisation. ˙ Respecter des normes morales élevées et avoir une conscience pure devant Jéhovah. ˙ Avoir une tenue vestimentaire et un aspect général dignes d’un ministre chrétien. ˙ Avoir des divertissements qui conviennent à un chrétien. ˙ Avoir entre 19 et 35 ans (sauf exceptions). ˙ Être en bonne santé mentale, psychique et physique. ˙ Bien savoir lire, écrire et parler la langue principale de la filiale. ˙ Être disposé à rester au Béthel une année au moins
  13. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 19 AOUT 2019 - HEBREUX 1-3.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 19 AOUT 2019 - HEBREUX 1-3.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : Hébreux 1-3 Hébreux 1:3 : Jésus a-t-il toujours ressemblé à son Père au même degré ? (it-1 1170). « Il est le reflet de la gloire de Dieu et la représentation exacte de son être même, et il soutient toutes choses par sa parole puissante. Après avoir fait une purification pour nos péchés, il s’est assis à la droite de la Majesté dans les hauteurs » Jésus a-t-il toujours ressemblé à son Père au même degré ? Le Fils premier-né de Dieu, qui devint plus tard l’homme Jésus, est à l’image de son Père. Puisque c’est manifestement à ce Fils que Dieu parlait lorsqu’il déclara : “ Faisons l’homme à notre image ”, on en déduit que la ressemblance du Fils avec son Père, le Créateur, existait dès sa création. Quand il était sur la terre en tant qu’homme parfait, il refléta les qualités et la personnalité de son Père autant qu’il était possible à l’intérieur des limites humaines, de sorte qu’il put dire : “ Qui m’a vu a vu le Père aussi. ”. Toutefois, cette ressemblance fut certainement accentuée lorsque Jésus fut ressuscité pour la vie spirituelle et reçut de son Père, Jéhovah Dieu, “ tout pouvoir [...] dans le ciel et sur la terre ”. Dieu l’ayant élevé à “ une position supérieure ”, Jésus reflétait désormais la gloire de son Père à un degré encore plus grand qu’avant de quitter le ciel pour venir sur la terre. Il est maintenant ‘ la représentation exacte de l’être même de Dieu ’. Hé 1:2-4. - it-1 1170 La lettre aux Hébreux commence par diriger notre attention sur la position supérieure du Christ qui est maintenant un esprit glorieux, “la représentation exacte de l’être même de Dieu”. Cela ne signifie pas pour autant que le Père et le Fils sont une même personne ou un seul dieu, car Hébreux 1:3 ajoute que Jésus “est assis à la droite de la Majesté de Dieu, Nouveau Testament en français courant] dans les hauteurs”. Des textes comme Hébreux 2:10 et 5:5, 8 montrent également que Jéhovah est supérieur au Fils. Toutefois, Christ a maintenant “un nom [une position ou une réputation] plus excellent que le leur [celui des anges]”. — Hébreux 1:4. – TG1983 15/5 §10 Hébreux 1:10-12 : Pourquoi l’apôtre Paul a-t-il appliqué Psaume 102:25-27 à Jésus Christ ? (it-1 478 § 1). « Au commencement, ô Seigneur, tu as posé les fondations de la terre, et les cieux sont les œuvres de tes mains. 11 Ils périront, mais toi, tu subsisteras ; et comme un vêtement, ils s’useront tous, 12 et tu les rouleras comme un manteau, comme un vêtement, et ils seront remplacés. Mais toi tu es le même, et tes années ne s’achèveront jamais. » Psaume 102:25-27 « Autrefois, tu as posé les fondations de la terre, et les cieux sont l’œuvre de tes mains. 26 Ils périront, mais toi, tu subsisteras ; comme un vêtement, ils s’useront tous. Comme des habits, tu les remplaceras, et ils disparaîtront. 27 Mais toi tu es le même, et tes années ne s’achèveront jamais. » Les paroles de Psaume 102:25, 26 s’appliquent à Jéhovah Dieu, mais l’apôtre Paul les cite aussi relativement à Jésus Christ. Pourquoi ? Parce que le Fils unique-engendré de Dieu fut son Agent personnel dans la création de l’univers physique. Paul oppose l’existence permanente du Fils de Dieu à celle de la création physique que Dieu, s’il le voulait, pourrait ‘ enrouler comme un manteau ’ et mettre de côté. — Hé 1:1, 2, 8, 10-12 ; voir aussi 1 Pierre 2:3, note « mais, pour cela, vous devez avoir goûté que le Seigneur est bon. » - it-1 478 § 1 102:25 — Qui a “posé les fondements de la terre”? Le psalmiste parlait de Dieu, mais l’apôtre Paul a appliqué ces paroles à Jésus Christ. Il s’avère qu’elles s’appliquent aussi à Jésus, car il a créé l’univers en tant qu’Instrument de Jéhovah (Colossiens 1:15, 16). On pouvait donc dire également de Jésus qu’il avait “posé les fondements de la terre”. – TG1986 15/12 p29 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Un Dieu qui communique - Puisqu’il éprouve un grand amour pour ses créatures, Dieu leur donne amplement la possibilité de le connaître, Lui, ainsi que ses desseins. Il lui est arrivé de communiquer par l’intermédiaire d’anges et par l’intermédiaire d’hommes auxquels il transmettait des directives et des révélations, comme Moïse, mais surtout par l’intermédiaire de son Fils, Jésus Christ (Hé 1:1, 2) – it1 p637 Jéhovah va bientôt utiliser son Fils, Jésus Christ, pour « réduire à rien celui qui a le moyen de causer la mort, c’est-à-dire le Diable » (Hébreux 2:14). La Bible montre d’ailleurs que le Diable lui-même sait « qu’il lui reste peu de temps » (Révélation 12:12). Dieu va aussi supprimer tous ceux qui causent la méchanceté – TG2019/1 Quand Dieu choisit quelqu’un pour l’appel céleste (Hébreux 3:1), il le fait entrer dans son alliance sur le sacrifice du Christ. Jésus Christ est le Médiateur de la nouvelle alliance et la Semence principale d’Abraham. Par sa médiation, il aide ceux qui sont dans la nouvelle alliance à devenir partie intégrante de la vraie semence d’Abraham (Hébreux 2:16) et ce grâce au pardon de leurs péchés. Jéhovah les déclare justes. 1t-1 p76 Nous lisons dans la Bible: “Toute maison, en effet, est construite par quelqu’un, et celui qui a tout construit, c’est Dieu.” (Hébreux 3:4, Bible de Jérusalem). Si toute maison, au demeurant simple, doit avoir un constructeur, alors l’univers, infiniment plus complexe, ainsi que l’immense variété des formes de vie sur la terre doivent également avoir eu un constructeur. Et puisque nous reconnaissons l’existence d’humains qui ont inventé divers objets tels l’avion, la télévision ou l’ordinateur, ne devrions-nous pas reconnaître l’existence de Celui qui leur a permis de réaliser ces choses en les dotant d’un cerveau ? - Dieu se soucie-t-il, p8 §22 Paul a écrit “ toute maison, en effet, est construite par quelqu’un, mais celui qui a construit toutes choses, c’est Dieu ”. (Hé 3:4.) Jéhovah fait ce que bon lui semble de ce qu’il a lui-même bâti, l’utilisant comme il lui convient, tout comme le fait l’homme qui construit une maison. Il est le Créateur de toutes choses, est le Bâtisseur par excellence (it-1 p912 Le manque de foi en Dieu est un péché de première gravité, puisqu’il est un signe de méfiance à son égard ou de manque de confiance en sa capacité d’accomplir ce qu’il a décidé de faire (Hé 3:12, 13, 18, 19). Le péché abîme par conséquent le reflet que donne l’homme de la ressemblance et de la gloire de Dieu ; il prive l’homme de la sainteté, c’est-à-dire le rend souillé, impur, terni aux sens spirituel et moral. – it-2 p520 Péché En Hébreux chapitres 3, l’apôtre Paul montre que les Juifs dans le désert n’avaient pas pu entrer dans le repos, ou sabbat, de Dieu en raison de leur désobéissance et de leur manque de foi (Hé 3:18, 19). Ceux qui purent entrer en Terre promise sous la conduite de Josué connurent un repos, mais ce n’était pas le repos total qu’on connaîtrait sous le Messie. Ce n’était qu’un type, une ombre de la réalité. Toutefois, explique Paul, il reste “ un repos de sabbat pour le peuple de Dieu ”. (Hé 4:9.) Ceux qui se montrent obéissants et qui exercent la foi en Christ goûtent de ce fait un “ repos de sabbat ” où ils se reposent de ‘ leurs œuvres ’, œuvres par le moyen desquelles ils essayaient autrefois de paraître justes. Paul montre par-là que le sabbat, ou repos, de Dieu se poursuivait à son époque et que des chrétiens y entraient, ce qui indique que le jour de repos de Dieu dure des milliers d’années. – it-2 p841 Le manque de foi en Dieu est un péché de première gravité, puisqu’il est un signe de méfiance à son égard ou de manque de confiance en sa capacité d’accomplir ce qu’il a décidé de faire (Hé 3:12, 13, 18, 19). L’apôtre Paul parle du “ pouvoir trompeur du péché ” qui endurcit le cœur des humains (Hé 3:13-15) – it-2 p510 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? Jésus est digne d’être honoré - Jésus est-il digne d’un tel hommage ? Assurément ! Dans sa lettre aux Hébreux, l’apôtre Paul explique qu’“ établi héritier de toutes choses ”, “ il s’est assis à la droite de la Majesté dans les hauteurs ”. (Hébreux 1:2-4.) Dieu l’a élevé “ afin qu’au nom de Jésus plie tout genou ….. Christ utilisera bientôt cette position élevée et les pouvoirs étendus qui s’y rattachent pour faire de la terre un paradis. Sous la direction divine, et grâce à son sacrifice rédempteur, il mettra fin à toute forme de douleur et de tristesse pour le bien de ceux qui se soumettront à sa domination juste. Ne mérite-t-il pas que nous l’honorions, le respections et lui obéissions ? RV2000 8/4 Certains ont abandonné la vérité progressivement, peut-être sans même s’apercevoir de ce qui se passait. Une telle personne ne s’éloigne peut-être pas volontairement de la vérité, mais elle laisse sa relation avec Jéhovah s’affaiblir et risque même de finir par la perdre. Dans sa lettre aux Hébreux, Paul a signalé qu’un chrétien pourrait perdre la foi et cesser de tenir ferme de deux manières (Hébreux 2:1 ; 3:12). Il emploie les expressions « aller à la dérive » et « s’éloigner ». Quand un bateau dérive, au début, c’est parfois imperceptible. Peu à peu toutefois, l’écart qui le sépare de la berge se creuse. Mais un bateau peut s’éloigner parce que son occupant le pousse loin du rivage délibérément. Ces deux situations illustrent bien l’état de ceux qui se laissent tromper, qui laissent leur confiance en la vérité s’affaiblir – TG2013 15/12 p9 §11 2:14, 15 — Le fait que Satan “ a le moyen de causer la mort ” signifie-t-il qu’il peut faire mourir prématurément qui il veut ? Absolument pas. Cependant, dès l’instant où Satan s’est engagé dans la voie de la méchanceté en Éden, ses mensonges ont causé la mort, car Adam a péché et il a transmis à la famille humaine le péché et la mort. Par ailleurs, les agents terrestres de Satan persécutent les serviteurs de Dieu, parfois jusqu’à la mort, comme l’illustre le cas de Jésus. Mais cela ne signifie pas que Satan a tout pouvoir pour tuer qui il veut. Autrement, il est certain qu’il aurait éliminé tous les adorateurs de Jéhovah depuis bien longtemps. Jéhovah protège son peuple collectivement et empêche Satan de l’exterminer. Même s’il permet que certains d’entre nous meurent consécutivement aux attaques de Satan, nous sommes sûrs qu’il réparera tout mal subi. – TG2008 15/10 p32 Pour espérer vivre éternellement dans le monde nouveau, il nous faut avoir la foi, et la garder forte. Tout comme une plante a besoin d’eau, notre foi a besoin d’être nourrie. Contrairement à une plante artificielle, une vraie plante ne cesse de changer. Si elle manque d’eau, elle se flétrit, mais si elle est régulièrement arrosée, elle prospère. Privée d’eau, une plante jusque-là robuste finira par mourir. Il en va de même pour notre foi. Si nous la négligeons, elle se flétrira et mourra (Héb. 3:12). Par contre, si nous l’entretenons, elle restera vivante et continuera d’« augmenter ». Nous serons « robustes dans la foi » - TG2016/10 p26 §5
  14. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 12 AOUT 2019 - TITE 1 – PHI LÉMON.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 12 AOUT 2019 - TITE 1 – PHI LÉMON.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : TITE 1 - PHILEMON Tite 1:12 : Explique pourquoi ce verset ne justifie pas les préjugés ethniques (w89 15/5 31 § 5). « L’un d’entre eux, leur propre prophète, a dit : « Les Crétois sont toujours menteurs, ce sont des bêtes sauvages néfastes, des goinfres paresseux. » Il n’acquiesçait certainement pas à un quelconque affront raciste fait à l’ensemble des Crétois, car il savait qu’il y avait en Crète d’excellents chrétiens que Dieu avait agréés et oints de Son esprit saint. Il s’y trouvait suffisamment de chrétiens dévoués pour former des congrégations “de ville en ville”. Bien que ces chrétiens ne fussent pas parfaits, ils n’étaient à coup sûr ni des menteurs ni des gloutons paresseux, sinon Jéhovah leur aurait retiré son approbation. Il y avait vraisemblablement aussi en Crète, comme dans toutes les nations de nos jours, des gens sincères attristés par la condition morale déplorable qui régnait autour d’eux et prêts à accueillir favorablement le message chrétien. – TG1989 15/5 Le mensonge, la gloutonnerie et la paresse étaient choses courantes chez les Crétois et, semble-t-il, ces défauts transparaissaient chez certains chrétiens. C’est pourquoi Tite devait les reprendre sévèrement et leur montrer ce qui était exigé des chrétiens, qu’ils soient jeunes ou âgés, hommes ou femmes, esclaves ou libres. Personnellement, Tite devait se montrer un exemple de belles œuvres et manifester de l’intégrité dans son enseignement. – it-2 p1083 Paul nota que les Crétois avaient la détestable réputation d’être des ‘menteurs, des bêtes sauvages néfastes, des gloutons désœuvrés’. (Tite 1:12.) Cela ne signifie pas que ces traits de caractère étaient inhérents aux Crétois ni que tous les Crétois correspondaient à cette description. La preuve: Paul donna des instructions à Tite pour qu’il trouve des Crétois qui n’avaient pas ces défauts et qu’il les établisse à des positions de responsabilité dans la congrégation chrétienne. Il faut admettre qu’il est parfois tentant de conclure qu’il y a des ethnies qui ont certains défauts “dans le sang”. Par exemple, il se peut que beaucoup d’individus appartenant à un même groupe racial soient au chômage. Bien des personnes en tireront cette conclusion hâtive: “Ils sont paresseux.” Un chrétien, par contre, éprouvera de la compassion. Il se rend compte qu’une foule de gens sont ‘dépouillés et disséminés’ par ce monde égoïste et méchant. Dans de nombreux pays, les préjugés raciaux et les conditions économiques empêchent certaines catégories de personnes d’exercer un métier. Aussi, ce qui semble être de la paresse est souvent de l’affliction et du désespoir. Ces gens ont besoin d’aide spirituelle, de compréhension, et non pas de critiques acerbes.- RV1985 8/2 p7 Parmi les premiers chrétiens, certains avaient été des voleurs ou des extorqueurs, mais ils avaient changé de mode de vie. Pour montrer quelle était la réputation des habitants de Crète, l’apôtre cita l’un d’eux, peut-être le poète Épiménides, en disant: “Les Crétois sont toujours menteurs, ce sont des bêtes sauvages néfastes, des gloutons désœuvrés.”. Chez les Grecs, le mot “Crétois” était devenu synonyme de “menteur”. Mais certains habitants de la Crète changèrent de conduite et devinrent de véritables chrétiens. Parmi eux, il y avait même des anciens qui avaient fini par acquérir la réputation d’être ‘exempts d’accusation, non avides de gains déshonnêtes, amis du bien, justes, fidèles, maîtres d’eux-mêmes’. — Tite 1:7, 8. – TG82 1/5 Philémon 15, 16 : Pourquoi Paul n’a-t-il pas demandé à Philémon de rendre à Onésime sa liberté ? (w08 15/10 31 § 4). « Peut-être est-ce précisément pour cette raison qu’il s’est échappé pour un peu de temps : afin que tu le retrouves pour toujours, 16 non plus comme un esclave, mais mieux qu’un esclave, comme un frère tendrement aimé, surtout par moi, mais par toi encore bien plus, aussi bien comme un esclave que comme un frère dans le Seigneur » Paul voulait s’en tenir strictement à sa mission, savoir : “ prêcher le royaume de Dieu et enseigner les choses concernant le Seigneur Jésus Christ. ” Il a donc décidé de rester en dehors des problèmes de société, tel celui de l’esclavage. Actes 28:31. TG2008 15/10 La position des chrétiens du 1er siècle. Il y avait une multitude d’esclaves dans l’Empire romain, et certains maîtres en possédaient des centaines, voire des milliers. L’esclavage était une institution protégée par le gouvernement impérial. Les chrétiens du 1er siècle ne s’opposaient pas à l’autorité gouvernementale dans ce domaine ni n’encourageaient les esclaves à se révolter. Ils reconnaissaient aux autres, y compris à leurs frères chrétiens, le droit, légal, de posséder des esclaves. C’est pourquoi l’apôtre Paul renvoya Onésime, un esclave fugitif. Parce qu’il était devenu chrétien, Onésime retourna de son plein gré chez son maître, se soumettant ainsi à un frère chrétien en tant qu’esclave. Pour un esclave, c’était une bénédiction d’avoir un maître chrétien, car celui-ci était tenu de le traiter de façon juste et équitable – it-1 p793 Onésime, esclave fugitif que Paul aida à devenir chrétien. Onésime était un serviteur de Philémon, un chrétien de Colosses, mais s’était enfui de cette ville pour se rendre à Rome. Peut-être même avait-il volé son maître afin de faire ce voyage de 1400 kms (Col 4:9 ; Phm 18). Il est très possible qu’Onésime ait rencontré Paul grâce à Philémon, ou tout au moins qu’il l’ait entendu parler de lui ; car, bien qu’il ne soit pas spécifié que Paul soit allé à Colosses dans le cadre de ses voyages missionnaires, celui-ci voyagea dans la région et connaissait Philémon. En tout cas, dans des circonstances qui ne sont pas précisées, Onésime avait rencontré Paul à Rome et n’avait pas tardé à devenir chrétien (Phm 10). Malgré tout, Onésime était toujours un esclave fugitif, et l’ordre social de l’époque obligeait Paul à le renvoyer à son propriétaire, quoiqu’à regret, car il était devenu un excellent compagnon. Toutefois, l’apôtre ne pouvait en aucune façon forcer Onésime à repartir chez son maître ; ce retour dépendait donc du bon vouloir d’Onésime et en résulta. Quand il renvoya Onésime, Paul prit des dispositions pour que Tychique l’accompagne et que les deux hommes transmettent une lettre et un rapport à Colosses. Paul donna aussi à Onésime sa lettre à Philémon, bien qu’il espérât être relâché et avoir le plaisir de le revoir personnellement, car son emprisonnement touchait à sa fin (Phm 22). Cette lettre était ce qu’on pourrait appeler une lettre de réintroduction et de recommandation pour Onésime, dans laquelle Paul assurait Philémon qu’Onésime était devenu un excellent ministre chrétien et avait revêtu une nouvelle personnalité. Même si ce dernier était légalement en droit de punir sévèrement Onésime, Paul lui a demandé d’accueillir aimablement son esclave, en raison de leur amitié et de l’amour chrétien Paul plaidait aussi afin que leurs retrouvailles soient davantage celles de deux chrétiens que celles d’un esclave et de son maître. Il demandait à Philémon de mettre sur son propre compte toute dette qu’Onésime pouvait avoir envers lui. Si Onésime était redevable à Philémon, Paul se proposait même de rembourser sa dette. Paul aurait certes pu user de son autorité pour contraindre Philémon à agir de la manière qui convenait en la circonstance ; mais il a préféré traiter cette question avec tact et amour. En agissant ainsi, il était convaincu d’obtenir la coopération de Philémon, qui ferait même davantage que ce qui lui était demandé. Paul montrait qu’il était convaincu que Philémon saurait pardonner et qu’il irait au-delà de ce que Paul demandait. – it-2 p445 Comme Paul l’explique dans la suite de sa lettre, des situations qui prennent une tournure apparemment défavorable se révèlent souvent profitables par la suite (versets 15 à 21). En fait, la fuite d’Onésime a tourné à l’avantage de Philémon. Comment cela? En ce sens que Philémon ne va pas retrouver un esclave qui risque d’être malhonnête ou de mauvaise volonté, mais un frère honnête et serviable. Paul demande à Philémon de recevoir Onésime comme si c’était lui-même, Paul, qu’il recevait. – TG1991 15/2 p23 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Jéhovah est “ le Dieu de vérité ”. Tite 1:2 Il est fidèle dans toutes ses manières d’agir. Ses promesses sont certaines, car il ne peut mentir. Il juge selon la vérité, c’est-à-dire selon ce que les choses sont réellement, et non en se fiant aux apparences. Tout ce qui émane de lui est pur et sans défaut. Ses décisions judiciaires, sa loi, ses commandements et sa parole sont vérité, sont toujours vrais et légitimes, et s’opposent à toute injustice et à toute erreur. – it-2 p1135. Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? “ Ayant des enfants croyants ” - Dans les instructions qu’il a données à Tite concernant l’établissement de responsables dans les congrégations crétoises, Paul stipulait : “ S’il y a quelque homme qui soit exempt d’accusation, mari d’une seule femme, ayant des enfants croyants qui n’aient pas été sous une accusation de débauche ni indisciplinés. Il faut en effet qu’un surveillant soit exempt d’accusation en tant qu’intendant de Dieu. ” Que faut-il entendre par ‘ avoir des enfants croyants ’ ? — Tite 1:6, 7. L’expression “ enfants croyants ” désigne des jeunes gens qui ont déjà voué leur vie à Jéhovah et sont baptisés, ou qui progressent vers l’offrande de soi et le baptême. Les membres de l’assemblée s’attendent à ce que les enfants d’un ancien soient raisonnablement bien élevés et obéissants. Il devrait être évident qu’un ancien fait tout son possible pour bâtir la foi de ses enfants –TG1996 15/10 p21 Selon Tite 1:6, les enfants d’un chrétien doivent-ils tous être baptisés pour que celui-ci remplisse les conditions requises d’un ancien? Paul énumère les conditions requises des hommes qui assument la fonction d’ancien dans la congrégation. L’une de ces conditions est qu’ils soient ‘exempts d’accusation et qu’ils aient des enfants croyants’. Il ne faudrait pas en déduire que les enfants d’un ancien doivent tous être baptisés, car certains peuvent être très jeunes. À la lecture de Tite 1:6, il est raisonnable de conclure que les enfants mineurs d’un ancien doivent être baptisés ou étudier la vérité biblique, l’accepter, l’appliquer et progresser vers le baptême, tandis qu’ils se trouvent sous le mérite familial. Un ancien doit tout faire pour que ses enfants deviennent des disciples et ne soient pas “sous le coup d’une accusation de débauche ni insoumis”. On discerne mieux le sens de ce verset lorsque l’on considère l’emploi que la Bible fait du mot “croyant”. Bien sûr, on peut avoir foi, ou croire, en bien des choses. Toutefois, dans les Écritures, le terme “croyant” désigne le plus souvent celui qui accepte le christianisme et se fait baptiser. C’est particulièrement en se faisant baptiser que quelqu’un montre qu’il est croyant. Les enfants d’un ancien peuvent ne pas être encore suffisamment mûrs sur les plans physique, affectif ou spirituel pour se faire baptiser. Cependant, conformément à Tite 1:6, ils sont “croyants” s’ils progressent vers le baptême dans la mesure où leur âge et leurs capacités le leur permettent – TG1989 15/2 p29 Pour être efficace, un responsable doit être capable d’enseigner. Comme Paul l’a écrit à Tite, il doit être « fermement attaché à la parole fidèle pour ce qui est de son art d’enseigner, afin qu’il soit capable d’exhorter par l’enseignement qui est salutaire et aussi de reprendre les contradicteurs » (Tite 1:9). Il est capable de raisonner avec autrui, d’argumenter, de surmonter des objections et de faire l’application des Écritures de manière à convaincre ses auditeurs et à affermir leur foi. Un responsable emploie ses capacités d’enseignant tant en époque favorable qu’en époque difficile (2 Tim. 4:2). Il a la patience nécessaire pour reprendre avec douceur une personne qui a commis une faute ou pour convaincre quelqu’un qui a des doutes et l’inciter à pratiquer de belles œuvres motivées par la foi. S’il est capable d’enseigner soit devant un auditoire soit en privé, cela montre qu’il remplit cette condition requise essentielle. – od 35 §16 Tite 1:9 - Un bon berger chrétien ne force pas une brebis à agir de telle ou telle façon. Non, il réfléchit à la manière dont il stimulera son cœur. Il attirera peut-être son attention sur les principes bibliques à considérer avant de prendre une décision importante. Il reverra avec elle ce que les publications ont dit sur la question. Il l’exhortera à réfléchir aux conséquences de tel ou tel choix sur ses relations avec Jéhovah. Il pourra aussi insister sur l’importance de demander à Dieu sa direction avant de prendre une décision. La seule autorité que les responsables chrétiens détiennent leur vient des Écritures. Alors ils doivent absolument se servir de la Bible avec habileté et adhérer à son contenu. Ils se garderont ainsi d’un éventuel abus de pouvoir. Car ils ne sont que sous-bergers ; chaque membre de l’assemblée est responsable devant Jéhovah et Jésus de ses propres décisions – TG2013 15/11 p29 §11,12 1:15 — Comment “ toutes choses ” peuvent-elles être “ pures pour les purs ” mais impures “ pour les gens souillés et sans foi ” ? La réponse se trouve dans le sens que Paul donne à l’expression “ toutes choses ”. Il parle, non pas des choses qui sont condamnées directement dans la Parole écrite de Dieu, mais de celles sur lesquelles les Écritures laissent aux croyants une certaine latitude de choix. Pour une personne dont les pensées concordent avec les normes divines, ces choses sont pures. Mais pour celle qui a un raisonnement erroné et dont la conscience est souillée, c’est l’inverse. – TG2008 15/10 p30 En Crète, certains restaient “ attachés à la circoncision ”. Ils affichaient ainsi ouvertement leur désaccord avec le collège central, ‘ en enseignant des choses qu’ils ne devaient pas enseigner ’. (Tite 1:10, 11.) Leurs raisonnements erronés les incitaient peut-être à vouloir conserver des prescriptions issues de la Loi sur les aliments et sur la pureté rituelle. Ou peut-être même ajoutaient-ils des règles à ce que disait la Loi, comme l’avaient fait leurs prédécesseurs aux jours de Jésus, et propageaient-ils des fables juives et des commandements d’hommes. Ces raisonnements avaient un effet négatif sur leur jugement et sur leur sens moral, en un mot, sur leur conscience. Paul écrit : “ Pour les gens souillés et sans foi rien n’est pur. ” Leur conscience avait fini par être si déformée qu’elle ne constituait plus pour eux un guide fiable pour agir ou juger. Qui plus est, ils jugeaient leurs compagnons chrétiens sur des choses qui relevaient du choix personnel, des domaines dans lesquels tel chrétien pouvait décider d’agir d’une certaine manière, et tel autre d’une manière différente. Sous ce rapport, les Crétois en question considéraient comme impur ce qui, en réalité, ne l’était pas. . Ils déclaraient connaître Dieu, mais leurs œuvres prouvaient le contraire. — Tite 1:16. Paul énonçait une vérité générale concernant deux catégories de personnes, celles qui étaient moralement et spirituellement pures, et celles qui ne l’étaient pas – TG2007 15/10 p25 §4,5 La lettre à Philémon révèle l’amour et l’unité qui existaient chez les chrétiens du 1er siècle. On y apprend que les premiers chrétiens s’appelaient “ frère ” et “ sœur ”. (Philém. 2, 20.) De plus, elle démontre aux chrétiens de notre temps comment faire entre eux l’application pratique des principes chrétiens. En ce qui concerne Paul, nous trouvons ici l’expression de son amour fraternel, de son respect pour les relations courtoises et la propriété d’autrui ; il montre également un tact délicat et une humilité digne d’éloges. Au lieu de contraindre Philémon à pardonner à Onésime en faisant peser sur lui son autorité de surveillant à la tête de la congrégation chrétienne, Paul fait appel à son amour chrétien et à son amitié personnelle. Aujourd’hui, les surveillants peuvent tirer profit de la façon pleine de tact avec laquelle Paul s’adressa à Philémon. 1t-1 amour

×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.