Jump to content

misette

Member
  • Content Count

    301
  • Joined

  • Last visited

About misette

  • Rank
    Advanced Member

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 24 Février 2020 - Genèse 20-21.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 24 Février 2020 - Genèse 20-21.pdf Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Genèse 20-21 Genèse 20:12 : Sara était-elle la soeur d’Abraham ? (wp17.3 12, note) « Et puis, elle est vraiment ma sœur, la fille de mon père, mais pas la fille de ma mère ; et elle est devenue ma femme. » Sara était la demi-sœur d’Abraham. Ils avaient le même père, Téra, mais pas la même mère (Genèse 20:12). Bien qu’une telle union ne soit pas convenable aujourd’hui, il est important de garder à l’esprit que les choses étaient différentes en ce temps-là. Les humains étaient plus proches de la perfection (dont Adam et Ève avaient joui mais qu’ils avaient perdue). Dans le cas de ces humains robustes, l’union entre proches parents ne présentait manifestement pas de risque génétique pour la descendance. Cependant, quatre siècles après l’époque d’Abraham, l’espérance de vie était semblable à la nôtre ; la Loi mosaïque interdisait alors les unions entre proches parents (Lévitique 18:6). - wp17.3 12, note Pourquoi Dieu a-t-il jadis autorisé des mariages entre frères et sœurs ? Dieu a créé Adam et Ève parfaits, et il avait pour dessein que toute l’humanité descende d’eux. Au début, pendant quelques générations, des mariages seraient évidemment contractés entre proches parents. Mais bien que le péché eût déjà fait son apparition à cette époque reculée, il y avait relativement peu de risques que les enfants soient affligés de tares importantes. En effet, les humains étaient encore très proches de la perfection dont Adam et Ève avaient joui, comme l’atteste leur longévité. Cependant, quelque 2 500 ans après qu’Adam a péché, Dieu a interdit les mariages incestueux pour protéger les générations futures. Cela a élevé la moralité sexuelle de ses serviteurs au-dessus de celle des peuples alentour, car, à l’époque, ceux-ci se livraient à toutes sortes de pratiques dépravées. De nos jours, les mariages entre frères et sœurs ne sont pas autorisés parmi les chrétiens. Celui qui se marie avec un proche parent risque fort de transmettre à ses enfants des tares héréditaires. – rs p228 Bien qu’avancée en âge, Sara était très belle d’apparence. C’est pourquoi Abraham lui avait demandé de dire, chaque fois que ce serait nécessaire au cours de leurs voyages, qu’il était son frère, de crainte que d’autres le tuent pour la prendre (Gn 20:13). En Égypte, cela valut à Sara d’être emmenée dans la maisonnée de Pharaon sur recommandation de ses princes. Mais l’intervention divine empêcha Pharaon de la violer. Il renvoya alors Sara à Abraham et leur demanda de quitter le pays. Il fournit également un sauf-conduit pour Abraham et ses biens – it-2 Sara Genèse 21:33 : En quel sens Abraham a-t-il ‘loué le nom de Jéhovah’ ? (w89 1/7 20 § 9) « Après cela, Abraham planta un tamaris à Bersabée, et là, il loua le nom de Jéhovah, le Dieu éternel. » 9 Abraham accomplit alors un autre acte de foi. Le récit rapporte qu’“il bâtit là un autel à Jéhovah”. (Genèse 12:7.) Cela signifie vraisemblablement qu’il offrit un animal en sacrifice, car le mot hébreu rendu par “autel” signifie “lieu de sacrifice”. Par la suite, Abraham répéta des actes de foi semblables dans d’autres parties du pays. Par ailleurs, il ‘invoqua le nom de Jéhovah’. (Genèse 12:8; 13:18; 21:33.) L’expression hébraïque traduite par “invoquer le nom de Jéhovah” a également pour sens “proclamer (prêcher) le nom”. Le patriarche dut proclamer hardiment le nom de son Dieu, Jéhovah, devant sa maisonnée et devant les Cananéens. Pareillement, de nos jours, tous ceux qui recherchent l’amitié de Dieu doivent invoquer son nom avec foi. Il leur faut entre autres participer à la prédication publique, en “offrant sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui font la déclaration publique pour son nom”. - w89 1/7 20 § 9 Invoquer le nom de Jéhovah signifie connaître ce nom, le respecter profondément ainsi que faire confiance au porteur de ce nom et compter sur lui. Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ? Dieu détailla les pratiques sexuelles qu’il avait en horreur : adultère, inceste, homosexualité et bestialité (Lévitique 18:6-23). Jéhovah a interdit formellement que l’être humain se fasse passer pour quelqu’un de l’autre sexe dans une intention immorale (Deutéronome 22:5). La Bible enseigne invariablement que les seules relations sexuelles approuvées par Dieu sont celles qui unissent deux personnes de sexe différent dans le cadre du mariage (Genèse 20:1-5, 14). - RV2003 8/10 Satan s’efforça très tôt de contrecarrer la promesse relative à la “ semence ” qui devait venir par Abraham (Gn 12:7). C’est sans doute lui qui essaya de faire que Sara soit souillée et soit indigne de donner naissance à la semence ; mais Dieu la protégea (Gn 20:1-18). Satan fit tout son possible pour détruire ceux que Dieu choisit comme semence d’Abraham, ceux qui constituaient la nation d’Israël, en les incitant à pécher et en dressant contre eux d’autres nations, ce qui est manifeste tout au long de l’histoire biblique. – it-2 Satan C’est parce que Jéhovah examine le cœur qu’il a fait montre de considération même à l’égard de non-croyants. On en tient pour preuve la manière dont il a traité Abimélek, le roi de la ville philistine de Guérar. Abimélek, qui ne savait pas qu’Abraham et Sara étaient mari et femme, avait envoyé prendre Sara pour qu’elle devienne sa femme. Mais, avant que le roi puisse concrétiser son projet, Jéhovah lui a dit dans un rêve : “ Moi aussi, je sais bien que c’est dans la droiture de ton cœur que tu as fait cela, et c’est moi également qui te retenais de pécher contre moi. C’est pourquoi je ne t’ai pas permis de la toucher. Mais maintenant, rends la femme de cet homme, car c’est un prophète, et il suppliera pour toi. Reste donc en vie. ” — Gen. 20:1-7. Abimélek adorait de faux dieux ; Jéhovah aurait donc été en droit de le traiter avec sévérité. Mais il a discerné qu’en la circonstance cet homme avait agi en toute sincérité. C’est donc avec clémence qu’il lui a indiqué ce qu’il devait faire afin d’obtenir le pardon et de ‘ rester en vie ’. N’est-ce pas là un Dieu que nous pouvons être fiers d’adorer ? – TG2008 15/10 §4,5 Sara et son mari résidèrent temporairement à Guérar. Là, de nouveau, Abraham présenta sa femme comme sa sœur. Le roi de Guérar, Abimélek, prit alors Sara. Cette fois encore, l’intervention de Jéhovah lui évita d’être violée. Abimélek la rendit à Abraham et donna à ce dernier du bétail ainsi que des serviteurs et des servantes, peut-être en compensation pour l’avoir privé temporairement de sa femme. De plus, il donna à Abraham 1 000 pièces d’argent (env. 2 200 $) . Ces pièces d’argent devaient servir de preuve que Sara était lavée de tout opprobre quant à sa moralité. Quelque temps plus tard, ce roi conclut une alliance de paix et de confiance mutuelle avec Abraham à Béer-Shéba. Genèse 20 : 1-18 ; 21:22-34 - it-2 p897 La Bible dit qu’Abraham était prophète (Genèse 20:7). Abraham, le premier homme à être appelé “prophète” dans la Bible. Dans les Écritures, ce mot désigne un porte-parole de Dieu qui délivre un message à ses semblables. Or, si Abraham fut un vrai prophète, tous les hommes ont la possibilité d’en retirer des bienfaits, car le message qu’il reçut contenait une bonne nouvelle pour l’ensemble de l’humanité. La Bible rapporte en effet que Dieu fit cette promesse à Abraham: “Grâce à toi se béniront assurément toutes les familles du sol.” Abraham ne fut pas un “prophète” comme les autres, car Jéhovah l’utilisa pour jouer un grand “drame symbolique”, dans lequel le patriarche eut l’insigne honneur de représenter prophétiquement Dieu lui-même - TG1989 1/7 À 90 ans, Sara peut enfin savourer le moment qu’elle attendait depuis si longtemps. Elle donne un fils à son cher époux, qui a maintenant 100 ans ! Abraham appelle le bébé Isaac, ou « Rire », comme Dieu l’a demandé. Nous pouvons imaginer Sara, éreintée mais radieuse, expliquant : « Dieu m’a donné l’occasion de rire ; tous ceux qui en entendront parler riront avec moi. » (Genèse 21:6). Ce don miraculeux de Jéhovah lui a sans nul doute procuré de la joie jusqu’à la fin de ses jours. Mais il a aussi entraîné de grandes responsabilités. – TG2017/5 p14 Quand Abraham prépara “ un grand festin le jour où on sevra Isaac ” alors âgé d’environ 5 ans, Sara vit Yishmaël, le fils d’Agar, qui avait, lui, environ 19 ans, “ en train de plaisanter ” au sujet d’Isaac. Il ne s’agissait pas d’un innocent jeu d’enfant. Comme le laisse entendre le verset suivant du récit, Yishmaël provoquait peut-être Isaac sur sa qualité d’héritier. Il trahissait ainsi très tôt l’hostilité qu’il allait manifester plus tard, selon ce qu’avait annoncé l’ange de Jéhovah (Gn 16:12). Craignant sans doute pour l’avenir d’Isaac, Sara demanda à Abraham de chasser Agar et son fils. Jéhovah Dieu appuya cette requête. Cela déplut à Abraham, mais, suivant les instructions divines, il exauça la requête de sa femme. Tôt le lendemain matin, il renvoya Agar avec son fils, après lui avoir donné du pain et une outre d’eau. — Gn 21:8-14. – Agar erra dans le désert de Béer-Shéba, se perdit, semble-t-il. Quand l’eau vint à manquer et que Yishmaël fut épuisé, “ elle jeta l’enfant sous un des buissons ”. (Gn 21:14, 15) L’expression “ jeta l’enfant ” ne signifie pas que Yishmaël était un bébé porté dans les bras. Le mot hébreu yèlèdh (enfant) ne désigne pas nécessairement un petit enfant, mais souvent un adolescent ou un jeune homme. Yishmaël n’était pas très vigoureux durant son adolescence (Gn 16:12). Il est donc possible qu’il se soit épuisé le premier et que sa mère ait dû le soutenir. Cela n’est pas inconcevable, car à cette époque-là les femmes, et surtout les esclaves, étaient habituées à porter chaque jour de lourds fardeaux. Apparemment, Agar s’épuisa à son tour au point de ne plus pouvoir soutenir Yishmaël ; elle le déposa donc, peut-être un peu brusquement, sous le premier abri venu, un buisson. – it-1 p55 La Parole de Dieu nous conseille de ne pas nous précipiter quand nous avons une décision importante à prendre. Si nous prenons le temps de peser tous les aspects ou éléments d’une question, notre décision sera sans doute meilleure. Avant de décider quoi faire, un chef de famille devrait prendre le temps d’effectuer des recherches dans les Écritures et nos publications, et d’écouter le point de vue des autres membres de sa famille. Souviens-toi que Dieu a exhorté Abraham à écouter sa femme (Gen. 21:9-12). Un jour, elle a dit à son mari, Abraham, quelque chose qui ne lui a pas plu. Mais Jéhovah a dit à Abraham : « Écoute-la » Un mari chrétien prendra rarement une décision qui s’oppose à ce que la Bible dit – TG2017/3 p13 Les femmes aussi ont une certaine influence dans la famille. La Bible parle de femmes attachées à Dieu qui, sans déroger au principe de l’autorité, ont pris l’initiative d’aiguiller leurs maris dans une bonne direction ou de leur éviter de commettre des fautes de jugement (Genèse 21:9-12). Une femme peut être plus vive d’esprit ou plus douée que son mari dans divers domaines, mais elle n’en doit pas moins lui témoigner “ un profond respect ”. Si elle cherche avant tout à plaire à Dieu, elle utilisera ses capacités pour épauler son mari plutôt que de le dénigrer ou d’essayer de le dominer. Quand un mari et une femme sont heureux en mariage, cela ne veut pas dire qu’ils sont d’accord sur tout. Si tu n’es pas toujours d’accord avec ton conjoint, ne te décourage pas. Le plus important, c’est de continuer à vous traiter avec amour et respect même quand vous n’êtes pas d’accord– cl chap10 p97 Le fait que la femme chrétienne doit avoir un esprit doux et paisible ne signifie pas qu’elle n’a pas d’opinions ni que son point de vue est sans intérêt. Dans les temps anciens, des femmes qui vivaient en accord avec les principes divins, telles Sara et Rébecca, n’ont pas hésité à exprimer leurs préoccupations, et le récit biblique indique que Jéhovah a approuvé leur initiative (Genèse 21:8-12). Les femmes chrétiennes peuvent elles aussi exprimer leurs sentiments. Toutefois, elles veillent à faire preuve de considération et se gardent d’avoir des paroles humiliantes. La communication qu’elles ont avec leurs maris devient alors certainement plus agréable et leurs attentes sont davantage prises en considération. – TG2007 1/5 §16 Conformément à la signification du nom Yishmaël, “ Dieu entendit ” l’appel au secours du jeune homme et lui fournit l’eau dont il avait besoin, ce qui lui permit de vivre et de devenir archer. Nomade du désert de Parân, il réalisa la prophétie qui avait été prononcée à son sujet : “ Il deviendra un zèbre d’homme. Sa main sera contre tous et la main de tous sera contre lui ; et il campera devant la face de tous ses frères. ” (Gn 21:17-21) – it-2 p1206
  2. Vidéo par écrit N'aimez pas le monde.docx Vidéo par écrit N'aimez pas le monde.pdf ttps://www.jw.org/fr/biblioth%C3%A8que/videos/#fr/mediaitems/WebHomeSlider/pub-jwbmw_201508_1_VIDEO Vidéo par écrit : « N’aimez pas le monde » Robert LUCCIONI Assistant du Comité d’édition L’avertissement contenu en 1 Jean 2 :15 est très clair. « N’aimez pas le monde ni les choses qui sont dans le monde. » C’est intéressant de noter que le verset établit une différence entre « aimer le monde » et « aimer les choses qui sont dans le monde ». Pourquoi est-ce important de méditer sur cette idée ? On lit dans le commentaire que le cœur est traître et qu’on ne se rend peut-être pas compte à quel point les choses du monde peuvent nous influencer. Maintenant, c’est évident qu’aucun d’entre nous n’aime le monde. Nous sommes dégoûtés par les injustices, l’immoralité, les guerres, la criminalité, la corruption, l’oppression subie par des victimes innocentes. Nous attendons impatiemment le jour où Jéhovah mettra fin à toutes ces choses. Nous n’aimons pas le monde. Même si nous n’aimons pas le monde, est-il possible que nous développions un amour pour les choses du monde ? La différence qu’il y a entre aimer le monde et aimer les choses qui sont dans le monde peut nous faire penser au récit de Loth. Dans Genèse chapitre 11, on nous présente Loth. On y découvre Abraham, Sara et Loth, le neveu d’Abraham, quittant Our pour Harran. Un peu plus tard, à la mort de Téra, le père d’Abraham, Loth suit fidèlement Abraham et Sara, qui quittent Harran. Il a sans aucun doute foi dans la promesse de Jéhovah selon laquelle il bénirait toutes les nations de la terre par le moyen d’Abraham. Et si vous regardez la carte qui se trouve à la fin de notre Bible, vous verrez que Loth a suivi fidèlement Abraham et Sara et qu’il a fait le chemin jusqu’au territoire qui deviendrait la nation d’Israël. Ils ont finalement dû aller en Egypte à cause d’une famine. Ensuite, ils sont revenus, et c’est à cette époque, d’après Genèse 13, le pays ne pouvait plus tous les accueillir, eux et toutes leurs possessions, leurs troupeaux et leurs gardiens de troupeaux. La dispute est donc arrivée. Abraham, qui ne voulait pas que cela continue, a proposé à Loth, qu’ils se séparent. Et on lui a permis de choisir en premier. Lisons le récit à ce stade et voyons ce qui se passe. Genèse 13 :11-13 « Alors Loth choisit pour lui toute la plaine du Jourdain et il déplaça son camp vers l’est. C’est ainsi qu’ils se séparèrent. Abram habita au pays de Canaan, et Loth habita parmi les villes de la plaine. Finalement, il installa sa tente près de Sodome. Mais les hommes de Sodome étaient mauvais. Ils péchaient gravement contre Jéhovah. » Vous notez ici que Loth a commencé à déplacer tout son bétail et tous ses gardiens de troupeaux vers l’Est. Et il est dit que Loth a d’abord habité parmi les villes du district, et que finalement il a dressé sa tente près de Sodome. Ensuite, quelque temps plus tard, les rois de cette région ont fait la guerre au roi d’Elam et à d’autres rois. Notez en Genèse 14 :11-12 où est Loth à ce moment-là : « Les vainqueurs prirent tous les biens de Sodome et de Gomorrhe, ainsi que tous leurs vivres, et ils repartirent. Loth, le neveu d’Abram, habitait alors à Sodome. Ils le prirent lui aussi, ainsi que ses biens, et ils continuèrent leur chemin. » Alors où est Loth à présent ? Il habite à Sodome. En Genèse chapitre 19, on voit que les anges inspectent la ville. Au verset 3, il est dit : « Toutefois, il insista tellement qu’ils allèrent chez lui. Alors il leur prépara un festin, fit cuire du pain sans levain, et ils mangèrent. ». Donc Loth avait une maison à Sodome. En Genèse 19 :9, les hommes mauvais déclarent : « Pousse-toi ! » Et ils ajoutèrent : « Cet étranger qui est venu vivre ici ose nous juger ! Maintenant, nous allons te faire plus de mal qu’à eux. » Et ils bousculèrent Loth et s’avancèrent pour enfoncer la porte. » Un résident étranger ? Où sont passés son bétail et ses gardiens de troupeaux ? En Luc 17 :28, on lit : « Ce sera aussi comme aux jours de Loth : Les gens mangeaient, ils buvaient, ils achetaient, ils vendaient, ils plantaient, ils construisaient. » Est-il possible que Loth ait laissé son bétail et ses gardiens de troupeaux pour monter une affaire à Sodome, par exemple un commerce ? En Genèse 19 :12, les anges demandent : « Puis les deux hommes dirent à Loth : « Qui as-tu encore ici ? Tes gendres, tes fils, tes filles — tous les membres de ta famille —, fais-les sortir de la ville. » Le récit nous apprend qu’il est sorti pour parler seulement à ses gendres. Rien n’indique qu’il soit allé voir un autre membre de sa famille. Vous avez remarquez, Loth, qui avait beaucoup de bétail, qui était avec Abraham, et qui se déplaçait dans les villes du district, a installé son campement près de Sodome, est venu habiter dans la ville, et a fini par avoir sa maison à Sodome. Que s’est-il passé ? Nous savons que Loth n’est pas devenu comme les Sodomites. Sous inspiration, l’apôtre Pierre, dans sa deuxième lettre au chapitre 2 :8, a appelé Loth un « juste ». Il a dit que ce que Loth voyait et entendait quand il habitait parmi eux le tourmentait de jour en jour à cause de leurs actions illégales. Loth n’aimait pas le monde, il était tourmenté par le monde. On n’a pas plus d’informations à ce sujet, on ne peut pas tirer de conclusions hâtives. Mais on se pose forcément la question suivante : N’aimait-il pas les choses du monde ? Lui ou sa famille n’ont-ils pas laissé les choses du monde les influencer ? C’est vrai, il a pu se sortir de cette situation. Il était considéré comme juste par Jéhovah. Mais regardez la souffrance à laquelle il a dû faire face : il a perdu sa femme, et apparemment tous ses biens. La dernière chose qu’on lit à propos de son histoire, c’est qu’il vivait dans les montagnes, dans une cave, avec ses deux filles. Rien à voir avec Abraham, qui s’est clairement tenu séparé des villes de Canaan, des Cananéens, et qui a été abondamment béni par Jéhovah. Quelle est la leçon ? Nous ne sommes pas certains du contexte dans lequel Loth a dû faire ces choix. Mais le récit nous pousse à nous interroger sur les choix que nous faisons dans notre vie. Nous n’aimons vraiment pas le monde ! Mais les décisions que nous prenons, les choix que nous faisons, montrent-ils que nous aimons les choses du monde ? Est-ce que nous nous rapprochons de plus en plus des choses du monde ? Vous voyez, aimer le monde, ou les choses du monde, peut nous causer beaucoup de souffrances et de chagrin. D’où l’importance de réfléchir, comme le commentaire du texte de 1 Jean 2 :15 nous le fait remarquer, « N’aimez pas le monde ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour pour le Père n’est pas en lui » au genre de personne qu’il nous faut être. Regardez l’importance de cette idée au verset 17 : « De plus, ce monde est en train de disparaître, et son désir aussi, mais celui qui fait la volonté de Dieu vivra pour toujours. » Tires-tu profit de la brochure Examinons les Écritures chaque jour ? Est-ce que la lecture du texte du jour et de son commentaire dans la brochure Examinons les Écritures chaque jour fait partie de tes habitudes spirituelles ? Si ce n’est pas le cas, peux-tu l’inclure dans ton programme ? Beaucoup le font tôt dans la journée. De cette façon, ils peuvent y réfléchir durant leurs activités quotidiennes (Jos 1:8 ; Ps 119:97). Comment pourrais-tu profiter encore plus du texte du jour ? Lis les versets qui encadrent le texte du jour pour connaître le contexte. Essaie de trouver un récit biblique qui illustre le principe de ce verset. Puis détermine comment tu peux mettre ce principe en pratique dans ta vie. Si tu laisses la Parole de Dieu influencer tes décisions, elle dirigera ta vie et tu en retireras de grands bienfaits (Ps 119:105). Dans le monde entier, les familles du Béthel utilisent la brochure Examinons les Écritures chaque jour au moment du petit-déjeuner. Ces dernières années, de nombreux cultes matinaux ont été postés sur JW Télédiffusion dans la catégorie ÉVÈNEMENTS ET DISCOURS. À quand remonte la dernière fois où tu as examiné un ou plusieurs de ces discours ? Peut-être que certains d’entre eux correspondent exactement à tes besoins. Par exemple, quelle influence le récit de Loth pourrait-il avoir sur tes décisions ? ˙ Sur quel principe biblique ce culte matinal est-il basé ? ˙ Comment le récit de Loth met-il en évidence le danger qu’il y a à aimer le monde et les choses qui sont dans le monde ? (Genèse 13:12 « Abram habita au pays de Canaan, et Loth habita parmi les villes de la plaine. Finalement, il installa sa tente près de Sodome » Genèse 14:12 « Loth, le neveu d’Abram, habitait alors à Sodome. Ils le prirent lui aussi, ainsi que ses biens, et ils continuèrent leur chemin » Genèse 19:3) Toutefois, il insista tellement qu’ils allèrent chez lui. Alors il leur prépara un festin, fit cuire du pain sans levain, et ils mangèrent. (Genèse 19:12) Puis les deux hommes dirent à Loth : « Qui as-tu encore ici ? Tes gendres, tes fils, tes filles — tous les membres de ta famille —, fais-les sortir de la ville. (Genèse 19:24-26) Alors Jéhovah fit pleuvoir sur Sodome et Gomorrhe du soufre et du feu. Cela venait de Jéhovah, du ciel. 25 Ainsi il détruisit ces villes, oui toute la plaine avec tous les habitants des villes et la végétation. 26 Mais la femme de Loth, qui le suivait, regarda derrière elle. Et elle devint une colonne de sel. ˙ Comment montrons-nous que nous aimons Jéhovah, et non le monde ni les choses qui sont dans le monde ? Comment puis-je montrer tout au long de la journée que j’accorde beaucoup de valeur à la Parole de Jéhovah ? jwbmw_F_201508_01_r240P.mp4
  3. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 Février 2020 - Genèse 18-19.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 Février 2020 - Genèse 18-19.pdf Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Genèse 18-19 Genèse 18:1, 22 : En quel sens Jéhovah est-il ‘apparu à Abraham’ et est-il ‘resté avec lui ’ ? (w88 15/5 23 § 5-6) « Par la suite, Jéhovah apparut à Abraham près des grands arbres de Mamré, alors qu’il était assis à l’entrée de la tente au moment du jour où il fait le plus chaud. » Verset 22 « Puis les hommes partirent en direction de Sodome, mais Jéhovah resta avec Abraham. » ‘Aucun homme n’a vu Dieu’ Nous sommes désormais en mesure de comprendre pourquoi Abraham s’est adressé à un porte-parole angélique de Dieu qui s’était matérialisé comme s’il avait parlé à Jéhovah Dieu lui-même. Puisque cet ange exprima exactement ce que Jéhovah voulait communiquer à Abraham et puisqu’il était Son représentant personnel, le récit biblique pouvait dire: “Jéhovah lui apparut.” — Genèse 18:1. Rappelez-vous qu’un porte-parole angélique de Dieu est capable de transmettre Ses messages aussi fidèlement qu’un téléphone ou qu’une radio peuvent transmettre nos paroles à une autre personne. On comprend donc facilement pourquoi Abraham, Moïse, Manoah et d’autres encore ont pu converser avec un ange matérialisé comme avec Dieu lui-même. Bien qu’ils aient pu contempler ces anges et la gloire de Dieu qui se reflétait en eux, ils n’ont pu voir Dieu pour autant. Par conséquent, cela ne contredit en rien ces paroles de l’apôtre Jean: “Aucun homme n’a jamais vu Dieu.” (Jean 1:18). En fait, ces hommes ont vu des représentants angéliques de Dieu, mais non Dieu lui-même - w88 15/5 23 § 5-6 Quand Abraham reçut la visite de “trois hommes” qui étaient manifestement des envoyés de Dieu, il les salua en disant : « S’il te plaît, Jéhovah, si j’ai trouvé faveur à tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter chez ton serviteur. (Genèse 18:3). Il est évident que Jéhovah n’était pas apparu en chair et en os à Abraham, car ‘nul homme ne peut voir Dieu et demeurer en vie’. Abraham a dû s’exprimer ainsi parce qu’il reconnaissait que ces “hommes”, et peut-être l’un d’entre eux plus particulièrement, représentait Jéhovah Quand les “trois hommes” eurent transmis au patriarche le message important dont ils étaient porteurs, message relatif à la “postérité” promise, ils tournèrent leur attention vers Sodome et Gomorrhe. Une comparaison de Genèse 18:22 et 19:1 nous fournit la preuve que les “hommes” qui rendirent visite à Abraham étaient des anges. L’un d’eux, qui représentait Jéhovah, resta avec Abraham, tandis que les deux autres messagers célestes partirent pour Sodome.- TG1982 15/8 Genèse 19:26 : Pourquoi la femme de Loth est-elle devenue « une colonne de sel » ? (w19.06 20 § 3) « Mais la femme de Loth, qui le suivait, regarda derrière elle. Et elle devint une colonne de sel. » SOIS PATIENT 3 Loth a pris une mauvaise décision : il a choisi de vivre au milieu des habitants de Sodome, qui avaient une conduite sexuelle très immorale (2 Pierre 2:7, 8). La région était fertile, mais le choix de Loth d’aller habiter à Sodome lui a valu de nombreuses difficultés. Sa femme a désobéi à Jéhovah, peut-être parce qu’elle aimait trop cette ville ou qu’elle s’était trop attachée à certaines personnes qui vivaient là. Et elle a perdu la vie quand Dieu a fait tomber une pluie de feu et de soufre sur la région. Pense aussi aux deux filles de Loth. Les hommes de Sodome à qui elles étaient fiancées sont morts. Loth, pour sa part, a perdu sa maison, ses biens et, pire que tout, sa femme (Gen. 19:12-14, 17, 26). Au cours de cette période angoissante pour Loth, Jéhovah a-t-il manqué de patience envers lui ? Non. - w19.06 20 § 3 Pourquoi la femme de Lot a-t-elle regardé derrière elle ? Était-ce par curiosité ? par manque de foi ? Ou bien regrettait-elle tout ce qu’elle laissait à Sodome (Luc 17:31) ? Quelle qu’en soit la raison, sa désobéissance lui a coûté la vie. Songez un peu : elle est morte le même jour que les habitants pervers de Sodome et Gomorrhe ! On comprend dès lors pourquoi Jésus a dit : “ Souvenez-vous de la femme de Lot. ” À notre époque aussi il est capital de ne pas regarder en arrière, figurément parlant. Jésus a souligné cette idée quand il a répondu à un homme qui voulait retourner chez lui pour faire ses adieux à sa famille avant de devenir son disciple : “ Aucun homme qui a mis la main à la charrue et regarde les choses qui sont derrière n’est fait pour le royaume de Dieu. ” (Luc 9:62). Jésus était-il dur, déraisonnable ? Pas du tout. Il était conscient que la requête de son interlocuteur n’était qu’une excuse pour se soustraire à sa responsabilité. Et il a associé le fait de remettre une décision à plus tard à celui de “ regarde[r] les choses qui sont derrière ”. Que le laboureur regarde momentanément derrière lui ou qu’il abandonne carrément sa charrue et fasse demi-tour, cela change-t-il quelque chose ? Non. Dans un cas comme dans l’autre, il détourne son attention de sa tâche, qui en pâtit. Plutôt que d’être tournés vers le passé, nous devons diriger résolument notre regard vers l’avenir. Nous avons une bonne raison de ne pas regarder les choses qui sont derrière : nous vivons “ les derniers jours ”. – TG2012 15/3 Elle s’était enfuie avec son mari, mais, au fond d’elle-même, était-elle entièrement d’accord avec lui? Rien dans le récit biblique ne nous laisse entendre qu’elle approuvait tant soit peu la conduite immorale des Sodomites. Toutefois, son amour pour Dieu était-il plus fort que les liens qui la retenaient à son foyer et aux biens matériels qu’elle y possédait ? L’épreuve révéla ce qu’elle avait dans le cœur. Il semble que Lot et sa famille étaient presque arrivés à Zoar, ou sur le point d’entrer dans cette ville, lorsque, désobéissant à l’ordre divin, elle se retourna et regarda en arrière. Le récit rapporte qu’elle devint alors “une colonne de sel”. km1999/4 Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ? Sarah obéissait à son mari et le considérait comme son « seigneur » (Gen. 18:12). Quand des conjoints manquent de respect l’un envers l’autre, cela transparaît généralement dans leur façon de parler ou dans le ton de leur voix. S’ils ne règlent pas ce problème de fond, leur mariage court au désastre – TG2013 15/5 §11 La Bible montre que Jéhovah a toujours guidé ses serviteurs de façon organisée. Par exemple, des hommes de foi, tel Abraham, commandaient à leur famille et à leurs serviteurs en ce qui concerne le culte de Jéhovah. Celui-ci révélait sa volonté à Abraham (Genèse 12:1) et le chargeait d’instruire les siens. Dieu dit: “Je suis entré en relations avec lui [Abraham] pour qu’il donne ordre à ses fils et à sa maisonnée après lui, afin qu’ils gardent la voie de Jéhovah.” (Genèse 18:19). Cette disposition ordonnée permettait à un groupe d’humains d’adorer Jéhovah comme il convient. Comme autrefois, Jéhovah a aujourd’hui une organisation visible. Grâce à cet instrument, il éduque son peuple pour la vie dans le monde nouveau – pe chap23 §4,31 Abraham dirigeait le culte en enseignant ceux de sa maisonnée à ‘ garder la voie de Jéhovah, pour pratiquer la justice et le jugement ’. (Genèse 18:19.) De nos jours, les chefs de famille chrétiens peuvent puiser un encouragement dans l’exemple d’Abraham, qui a réussi à enseigner aux membres de sa famille à s’appuyer sur Jéhovah et à agir avec justice - TG2004 15/5 Jéhovah ne choisit pas de savoir à l’avance tout ce qui va se passer. Bien sûr, s’il le veut, il peut savoir ce qui arrivera (Isaïe 46:10). Mais la Bible enseigne qu’il ne fait pas le choix de tout savoir à l’avance (Genèse 18:20, 21 ; 22:12). Jéhovah est un Dieu aimant et juste, alors il respecte notre libre arbitre, c’est-à-dire qu’il ne se mêle pas des choix que nous faisons – ws2017/2 Quand un humain est en colère, on ne comprend pas toujours pourquoi il s’est mis dans cet état ; de plus, il s’en prend à n’importe qui. Il en est tout autrement de Jéhovah. Même très en colère, il agit toujours avec justice. Quand il punit ses ennemis, il ne fait jamais mourir « le juste avec le méchant » (Gen. 18:22-25). Et Jéhovah a toujours de bonnes raisons de se mettre en colère – Livre Le Culte pur (rr) chapitre 18 §5 Dieu écoute attentivement les humains, ce qui témoigne là encore de ses bonnes manières. Quand Abraham a soulevé des questions concernant les habitants de Sodome, Jéhovah a patiemment répondu à chacune d’elles (Gen. 18:23-32). Il n’a pas considéré que les préoccupations d’Abraham lui faisaient perdre son temps. Par ailleurs, Jéhovah écoute les prières de ses serviteurs et les lamentations des pécheurs repentants. Ne devrions-nous pas l’imiter, en écoutant les autres lorsqu’ils nous parlent ? – TG2009 15/11 §4 Loth et ses filles ont survécu à la destruction des villes méchantes de Sodome et de Gomorrhe grâce à deux anges, qui les ont escortés hors de la région (Genèse 19:1, 15-26). Les anges nous protègent-ils encore de nos jours ? Si nous adorons Jéhovah conformément à sa Parole, nous pouvons être sûrs que ces créatures invisibles et puissantes nous accordent leur protection. Il nous faut toutefois être conscients que les anges sont avant tout au service de Dieu, et non des hommes. Ils obéissent aux ordres divins, et non aux exigences ou aux requêtes humaines. Ce n’est donc pas à eux, mais à Jéhovah Dieu, que nous devons demander de l’aide. . Évidemment, comme nous ne voyons pas les anges, nous ne pouvons dire dans quelle mesure Dieu les utilise pour aider les humains en diverses circonstances. Nous savons, en revanche, que Jéhovah ‘ montre sa force en faveur de ceux dont le cœur est complet à son égard ’ – TG2006 15/1 « Est-ce que le Juge de toute la terre ne fera pas ce qui est juste ? » (Genèse 18:25). Abraham avait confiance en Jéhovah. Il n’a donc pas demandé cela parce qu’il doutait. Sa question montrait plutôt qu’il était sûr que Jéhovah jugerait les villes de Sodome et de Gomorrhe avec une justice parfaite. Il était sûr que Jéhovah ne ferait jamais « mourir le juste avec le méchant ». Pour lui, c’était une chose impossible à imaginer. Pourquoi Abraham était-il sûr que Jéhovah ferait toujours ce qui est juste ? Parce que Jéhovah est le plus grand modèle du droit et de la justice. C’est réconfortant de savoir que Jéhovah est toujours juste. Par contre, le monde d’aujourd’hui est plein d’injustices. Tant que nous vivrons dans ce système de choses, nous subirons forcément des injustices. Aussi, avons-nous tendance à conjecturer sur les jugements futurs de Jéhovah ? Peut-être nous demandons-nous qui précisément survivra à Armaaguédon ou qui sera ressuscité ? Si ces sujets nous préoccupent, il serait bien que nous nous rappelions la question d’Abraham. Si, comme lui, nous pensons que Jéhovah est un Père bienveillant et que nous ayons une confiance totale en sa justice et en sa miséricorde, nous ne perdrons pas de temps dans des débats stériles ni ne nous laisserons miner par les inquiétudes ou le doute.– TG2017/4 Même des serviteurs de Dieu fidèles peuvent temporairement perdre le sens des priorités. Parlons de Loth. Il a appris de la bouche de deux visiteurs angéliques que Dieu allait détruire Sodome et Gomorrhe. La nouvelle n’a pas dû le surprendre, car il était ‘ affligé grandement par la conduite déréglée de ces gens qui bravaient la loi ’. (2 Pierre 2:7.) Pourtant, lorsque les deux anges ont voulu l’escorter hors de Sodome, il “ s’attardait ”. Les anges ont presque été obligés de l’emmener de force avec sa famille. Juste après, sa femme a désobéi aux anges qui avaient dit de ne pas regarder en arrière. Ce relâchement lui a coûté cher (Genèse 19:14-17, 26). “ Souvenez-vous de la femme de Lot ”, a prévenu Jésus. La mésaventure de Loth illustre l’importance de prendre les avertissements au sérieux. Nous qui servons Jéhovah, nous discernons le signe du temps de la fin. Nous avons besoin de ‘ garder constamment à l’esprit la présence du jour de Jéhovah. Plus que jamais, nous devons demeurer éveillés. TG2003 1/1 p16 §20 Prêcher avec insistance, motivé par un sentiment d’urgence, implique de se fixer des priorités. (Genèse 19:15.) Imaginez : Vous avez passé un examen médical et vous recevez les résultats. Votre médecin vous convoque et vous dit : “ Votre état est inquiétant ! Vous disposez d’un mois tout au plus pour agir. ” Qu’allez-vous faire ? Vous allez certainement écouter ses recommandations, rentrer chez vous et revoir attentivement vos priorités. – TG2012 15/3 Comment Jéhovah se montre-t-il raisonnable ? Avec bienveillance, il prend en considération les sentiments de ses serviteurs et il est souvent disposé à accéder à leurs demandes. Regarde comment il a traité le juste Loth. Ayant décidé de détruire les villes de Sodome et Gomorrhe, il lui donne l’ordre formel de fuir vers les montagnes. Mais, pour certaines raisons, Loth le supplie de l’autoriser à se réfugier ailleurs. Rends-toi compte : Loth demande en réalité à Jéhovah de modifier ses instructions ! (Genèse 19:17-20).Il pourrait être tentant de juger Loth faible ou désobéissant. Jéhovah n’était-il pas capable de le garder en vie n’importe où ? Ses craintes étaient donc injustifiées. Reste qu’il avait peur : Loth ressentait ce qu’il ressentait et Jéhovah a fait preuve de souplesse. Il lui a permis de fuir vers une ville qu’il avait prévu de détruire (Genèse 19:21, 22). C’est évident, Jéhovah n’est ni strict ni rigide. Il est conciliant et raisonnable. – TG2013 15/6 §13,14 Le lac de feu et de soufre est symbolique. En outre, le feu et le soufre nous rappellent la fin de Sodome et de Gomorrhe, que Dieu a détruites à cause de leur grande méchanceté. Le moment venu, “ Jéhovah fit pleuvoir sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu venant de Jéhovah, des cieux ”. (Genèse 19:24.) Ce qui frappa les deux villes est appelé “ la punition judiciaire d’un feu éternel ”. (Jude 7.) Pourtant, les deux villes n’ont pas été éternellement tourmentées. Elles ont plutôt été effacées, supprimées pour toujours ainsi que leurs habitants dépravés. Ces villes n’existent plus aujourd’hui, et nul ne peut les situer avec certitude. – re chap40 §27
  4. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 10 Février 2020 - Genèse 15-17.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 10 Février 2020 - Genèse 15-17.pdf Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Genèse 15-17 Genèse 15:13, 14 : Quand les 400 années d’oppression ont-elles commencé et quand se sont-elles terminées ? (it-1 465 § 5) « Et Dieu dit à Abram : « Il faut que tu saches que tes descendants deviendront des étrangers dans un pays qui ne sera pas à eux. Les habitants de ce pays les réduiront en esclavage et les opprimeront pendant 400 ans. 14 Mais je jugerai la nation qu’ils serviront et, après cela, ils partiront avec de nombreux biens. » Jéhovah dit à Abram (Abraham) : “ Sache bien que ta semence deviendra résidente étrangère dans un pays qui ne sera pas le sien ; ils devront les servir et vraiment ceux-ci les affligeront pendant quatre cents ans. ” (Gn 15:13). Cette parole lui fut dite avant la naissance de la “ semence ”, l’héritier promis, Isaac. En 1932 av. n. è. naquit Yishmaël, fils qu’Abram eut par la servante égyptienne Agar, puis en 1918 Isaac vit le jour (Gn 16:16 ; 21:5). Si on compte 400 ans en remontant le temps à partir de l’Exode, qui marqua la fin de ‘ l’affliction ’ annoncée (Gn 15:14), on arrive à 1913 av. n. è., date à laquelle Isaac avait environ cinq ans. Il semble qu’il fut sevré à ce moment-là et, déjà ‘ résident étranger ’ dans un pays qui n’était pas le sien, il connut alors le début de l’affliction prédite, sous la forme des ‘ plaisanteries ’ de Yishmaël, âgé de 19 ans environ (Gn 21:8, 9). Les railleries de Yishmaël à l’encontre de l’héritier d’Abraham pourraient paraître sans importance à l’époque actuelle, mais ce n’était pas le cas à l’époque des patriarches. C’est ce que montrent la réaction de Sara et l’approbation de Dieu concernant son insistance à faire renvoyer Agar et son fils Yishmaël (Gn 21:10-13). Le fait même que cet incident fut rapporté en détail dans le récit divin est signe qu’il marqua le début de la période d’affliction annoncée, période de 400 ans qui ne se terminerait qu’avec l’Exode. — Ga 4:29. – it-1 p465§5 Quand la parole annonçant que la descendance d’Abram serait affligée durant 400 ans s’est-elle réalisée ? Cette période d’affliction a débuté en 1913 avant notre ère quand, vers l’âge de 5 ans, Isaac, le fils d’Abraham, a été sevré et que son demi-frère Yishmaël, âgé de 19 ans, a été trouvé “ en train de plaisanter ” à son sujet. Elle s’est achevée en 1513 avant notre ère, quand les Israélites ont été libérés d’Égypte. – TG2004 15/1 p26 Genèse 15:16 : En quel sens les descendants d’Abraham sont-ils revenus en Canaan « à la quatrième génération » ? (it-1 844 § 7) « Et tes descendants reviendront ici à la quatrième génération, car la faute des Amorites n’est pas encore à son comble. » “ À la quatrième génération. ” Il faut se rappeler que Jéhovah avait dit à Abraham que ses descendants reviendraient en Canaan à la quatrième génération (Gn 15:16). Pendant la totalité des 430 ans entre le moment où l’alliance abrahamique prit effet et l’Exode, il y eut plus de quatre générations, même si on tient compte de la grande longévité des hommes de l’époque, d’après le récit. Toutefois, les Israélites ne résidèrent effectivement en Égypte que 215 ans. Si on prend l’exemple d’une seule tribu d’Israël, celle de Lévi, on peut compter les ‘ quatre générations ’ qui suivirent l’entrée en Égypte de la façon suivante : 1) Lévi, 2) Qehath, 3) Amram et 4) Moïse. — Ex 6:16, 18, 20. Accomplissement : En raison d’une famine en Canaan, quatre générations de descendants d’Abraham ont vécu en Égypte. D’abord en tant qu’étrangers, puis en tant qu’esclaves astreints à la fabrication de briques en argile et en paille. Pour ne citer que la lignée de Lévi, arrière-petit-fils d’Abraham qui s’est installé en Égypte avec son vieux père, les quatre générations sont : 1) Lévi, 2) son fils Qehath, 3) son petit-fils Amram et 4) son arrière-petit-fils, Moïse (Exode 6:16, 18, 20). En 1513 avant notre ère, Moïse a conduit les Israélites hors d’Égypte. Jéhovah s’est retenu d’exécuter son jugement sur les Amorites (ou Cananéens) pendant quatre générations. Pour quelle raison ? Parce qu’il est patient. Il a attendu jusqu’à ce que tout espoir d’amélioration se soit envolé. À l’exemple de Jéhovah, il nous faut être patients - RV2012/ p16 Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ? Au lieu de se concentrer sur les « choses [...] qui sont sur la terre », Abraham « eut foi en Jéhovah » (Gen. 15:6). Il pensait toujours aux choses d’en haut : il se concentrait sur les promesses de Dieu. Par conséquent, sa foi a été récompensée. En effet, le Dieu Très-Haut lui est apparu et lui a dit : « “S’il te plaît, regarde vers les cieux et compte les étoiles, si tu peux les compter.” Puis il lui [a] dit : “Ainsi deviendra ta semence” » (Gen. 15:5). Comme ces paroles ont dû rassurer Abraham ! À chaque fois qu’il contemplerait les cieux étoilés, il se rappellerait la promesse de Jéhovah de multiplier sa semence. Et au moment voulu par Dieu, il a, comme promis, engendré un héritier. Comme Abraham, nous attendons la réalisation de promesses divines. Si nous ne pensons pas constamment aux choses d’en haut, la réalisation de ces promesses pourrait nous sembler tarder et nous risquerions de ralentir dans nos activités spirituelles. – TG2014 15/10 p28 §8 Lorsque Jéhovah a fourni des informations importantes à Abraham, il l’a fait oralement, mais aussi en se servant de supports visuels. Une nuit, il a fait sortir Abraham en plein air et lui a dit : “ S’il te plaît, regarde vers les cieux et compte les étoiles, si tu peux les compter. [...] Ainsi deviendra ta semence. ” (Gen. 15:5). . Même si cette promesse semblait irréalisable d’un point de vue humain, Abraham a été profondément marqué par cet épisode et a eu foi en Jéhovah. Nous pouvons aider nos étudiants à comprendre les vérités bibliques et à en apprécier la valeur en faisant bon usage des supports visuels, comme nos vidéos. 16:2 — Convenait-il que Sara offre sa servante Agar comme femme à Abraham ? La proposition de Sara correspondait à la coutume de l’époque selon laquelle une femme stérile devait fournir une concubine à son mari afin qu’il engendre un héritier. La polygamie est apparue chez les descendants de Caïn. Elle a fini par s’imposer et a été adoptée par certains adorateurs de Jéhovah (Genèse 16:1-3). Malgré tout, Jéhovah n’a jamais abandonné la norme originelle qu’est la monogamie (Genèse 2:21, 22). Noé et ses fils, à qui le commandement ‘ d’être féconds et de remplir la terre ’ a été répété, étaient manifestement tous monogames. Jésus Christ a plus tard réaffirmé que la monogamie était la règle. – TG2004 15/1 p27 Abraham écoutait les suggestions de ceux qui étaient sous son autorité. La Bible ne relate que quelques rares conversations entre Abraham et Sara. Il est donc d’autant plus remarquable qu’à deux reprises dans ces récits Abraham a tenu compte du point de vue de sa femme (Genèse 16:2). Une fois, d’ailleurs, Sara lui a fait une suggestion qui lui a beaucoup déplu. Mais Jéhovah lui-même a fait remarquer à Abraham qu’elle avait raison ; humblement, Abraham s’est laissé convaincre et a suivi la suggestion de sa femme. Sara disait ce qu’elle pensait lorsque la situation l’exigeait, par exemple lorsqu’Abraham n’a pas identifié certains dangers qui menaçaient sa famille. Genèse 16:5 Un mari qui suit les conseils bibliques n’intimide pas sa femme. Il n’exige pas qu’elle se soumette à tous ses caprices. Il gagnera le respect de sa femme en exerçant son autorité avec compassion. Egalement, nous pouvons faire preuve d’humilité dans notre manière de réagir aux suggestions. Au lieu de balayer une bonne idée simplement parce que ce n’est pas la nôtre, la sagesse nous dictera d’en tenir compte. Quelqu’un qui imite Abraham en écoutant les suggestions des autres et en accomplissant des tâches ingrates pour leur rendre service gagne l’approbation de Jéhovah. – TG2012 1/1 p10 Agar a méprisé Sara, qui en a voulu à Abraham (Gen. 16:3-6) ; Yishmaël « est contre tous et la main de tous est contre lui » (Gen. 16:12). Pourquoi la Bible fait-elle mention de tels conflits ? D’une part, pour aider les humains imparfaits à comprendre pourquoi ils doivent préserver la paix. D’autre part, pour nous montrer comment le faire. Il nous est utile de lire les histoires de personnes réelles qui se sont heurtées à des problèmes réels. Nous découvrons ce que leurs efforts ont produit et pouvons ainsi les imiter. Tout cela nous aide à savoir ce que nous devons faire ou ne pas faire pour régler des situations semblables TG2016/5 p3 §1,2 Dès le XXe siècle av. n. ère, Jéhovah a eu un groupe distinct d’adorateurs sur terre. Abraham, appelé « le père de tous ceux qui ont foi », était chef d’une maisonnée qui comptait des centaines d’individus. Jéhovah a conclu une alliance avec lui et ses descendants (Gen. 17:1, 2). Il lui a dit : « Voici mon alliance que vous garderez, entre moi et vous, oui ta semence après toi : tout mâle parmi vous devra se faire circoncire [...] et cela devra servir de signe de l’alliance entre moi et vous » (Gen. 17:10, 11). Par conséquent, Abraham et tous les éléments masculins de sa maisonnée ont été circoncis (Gen. 17:24-27). La circoncision était un signe physique qui identifiait la descendance d’Abraham au seul groupe d’adorateurs étant dans une relation d’alliance avec Jéhovah. – TG2014 15/11 p18 §2 L’alliance de la circoncision. L’alliance de la circoncision fut scellée en 1919 av. n. ère, alors qu’Abraham avait 99 ans. Jéhovah la conclut avec le patriarche et sa semence selon la chair ; tous les mâles de sa maisonnée, y compris les esclaves, devaient être circoncis ; quiconque refusait devait être retranché de son peuple (Gn 17:9-14). Plus tard, Dieu décréta que tout résident étranger qui désirait manger la Pâque (celui qui souhaitait devenir un adorateur de Jéhovah avec Israël) aurait à circoncire les mâles de sa maisonnée (Ex 12:48, 49). La circoncision servait de sceau de la justice par la foi qu’avait Abraham alors qu’il était dans l’état d’incirconcision, et de signe physique de la relation d’alliance qui liait ses descendants par Jacob avec Jéhovah. Dieu reconnut la circoncision jusqu’à la fin de l’alliance de la Loi, en 33 de n. è. Même si on pratiquait la circoncision sous la Loi, Jéhovah montra à maintes reprises qu’il attachait bien plus d’importance à sa signification symbolique en conseillant aux Israélites de ‘ circoncire le prépuce de leur cœur ’. – it-1 p79 Parfois, Jéhovah a donné un nouveau nom à quelqu’un qui devait jouer un nouveau rôle. La femme d’Abraham, qui était stérile, a reçu le nom de Sara, qui signifie “ Princesse ”. Pourquoi ? Jéhovah a expliqué : “ Je la bénirai et même je te donnerai d’elle un fils ; oui, je la bénirai et elle deviendra des nations ; des rois de peuples viendront d’elle. ” (Genèse 17:16). À l’évidence, comprendre pourquoi Sara avait reçu un nouveau nom impliquait comprendre son nouveau rôle. TG2010 1/7 p4 L’alliance abrahamique annonçait l’entrée en fonction d’un Roi et de ses codirigeants dans le Royaume de Dieu, et elle constitue le fondement légal du Royaume des cieux. Combien de temps cette alliance restera-t-elle en vigueur ? C’est une « alliance pour des temps indéfinis », précise Genèse 17:7. Elle restera en vigueur jusqu’à ce que le Royaume messianique détruise les ennemis de Dieu et que toutes les familles de la terre soient bénies. En fait, ceux qui vivront alors sur la terre en bénéficieront éternellement. L’alliance qu’il a conclue avec Abraham montre que Jéhovah est déterminé à accomplir son dessein voulant que la terre soit remplie d’humains justes – TG2014 15/10 p7 §12 Chaque fois que Jéhovah lui donnait un ordre, Abraham obéissait immédiatement (Genèse 17:22, 23). Parfois, ces ordres étaient assez simples à mettre en œuvre ; d’autres, par contre, réclamaient beaucoup d’abnégation. Il arrivait même à Abraham de ne pas comprendre pourquoi Dieu lui demandait de faire telle chose. Mais cela n’avait pas d’importance à ses yeux. Du moment que Dieu le lui demandait, Abraham s’exécutait volontiers. Il considérait chacun de ces ordres comme une occasion de manifester son amour pour Jéhovah. QUELLES LEÇONS POUVONS-NOUS TIRER DE SON EXEMPLE ? Nous pouvons imiter Abraham en témoignant de l’affection aux autres, en particulier à nos proches. – TG2012 1/1 p10 Dieu a choisi personnellement le nom de certains enfants. Ainsi, il ordonna à Abraham et à Sara d’appeler leur fils Isaac, nom qui signifie “ Rire ”. Quand Abraham apprend que Jéhovah a l’intention de bénir Sara en lui permettant d’être mère, le patriarche « tombe sur sa face et se met à rire » Genèse 17:17, 19. Il est abasourdi et transporté de joie Cela allait leur rappeler constamment la réaction qu’ils avaient eue en apprenant qu’ils auraient un fils dans leur vieillesse. Une fois que Isaac devenu un fidèle serviteur de Dieu, son nom continua très certainement d’évoquer de joyeux souvenirs pour Abraham et Sara. - TG2009 1/ 2 p13
  5. Vidéo par écrit Comment resserrer les liens du mariage.docx Vidéo par écrit Comment resserrer les liens du mariage.pdf
      Hello guest!
    Vidéo par écrit : « Comment resserrer les liens du mariage » « Je m’appelle Kiara et mon mari, Shaan. Notre fils,Akil, a déménagé récemment dans un territoire où il y a besoin de renfort. Je n’avais jamais pris conscience de toute la joie qu’il nous apportait. Ça me manque tellement. C’est un peu calme maintenant. Et en plus, avec Shaan, j’ai l’impression qu’on est de moins en moins proches. (Son de la télévision) Kiara vient s’asseoir à côté de son mari qui regarde la télé. Kiara : « J’ai essayé de lui parler, mais ça ne s’est pas bien passé. Shaan : « Depuis qu’Akil est parti, c’est devenu difficile entre Kiara et moi. » Shaan reçoit un sms de Kiara « Je vais chez Susan ce soir. Il y a de quoi manger dans le frigo » Shaan : « Elle est si sérieuse maintenant. J’aimerais tellement qu’elle soit plus joyeuse et qu’elle rit plus comme quand Akil était là. Même si ça me fait mal de l’admettre, j’ai l’impression qu’on n’est plus aussi proches qu’avant. Même Akil s’en est aperçu » Akil : « S’il vous plaît, est-ce que je peux vous poser une question ? Est-ce que vous allez bien tous les deux ? Parce que ça n’a pas l’air d’aller très fort. » Shaan : « Mais si, on va bien. On va très bien, hein, Kiara ? » Kiara : « Oui, on va bien. Tout se passe bien. » Kiara : « En fait, on ne trompait personne, à part nous peut-être. Et pour la première fois, nous nous sommes dit ce que ressentions vraiment. Nous savions que nous étions sur une pente dangereuse. Nous devions réagir, et rapidement. Nous avons lu ensemble le passage de Romains 12 :10 « Soyez toujours les premiers à vous honorer les uns les autres » Shaan : « Nous avons réfléchi à l’exemple d’Abraham et de Sara. Ils n’étaient pas parfaits, mais ils ont vraiment fait des efforts : ils se témoignaient de l’honneur en s’écoutant et en se montrant de l’affection. J’ai dit à Kiara : « Je sais que je peux être un meilleur mari » Et c’est vraiment ce que je voulais, parce que je l’aime profondément. » Kiara : « J’ai dit à Shaan « Et si on faisait des efforts ensemble. » Et c’est ce qu’on a fait. Quelques mois plus tard, nous avons décidé d’être pionniers ensemble. Maintenant, nous avions beaucoup de choses à nous dire Shaan : « J’avais l’impression de découvrir une nouvelle facette de la personnalité de Kiara » Kiara : « Comme pour Abraham et Sara, notre mariage n’est pas parfait. Il y aura encore des moments difficiles. Mais en faisant de gros efforts pour appliquer les principes de la Bible, nous avons surmonté cette période compliquée, et nous sommes même plus proches qu’avant. » Comment les conjoints peuvent resserrer leurs liens ? Abraham et Sara sont de beaux exemples de conjoints qui s’aimaient et se respectaient (Genèse 12:11-13 « Juste avant d’entrer en Égypte, il dit à Saraï, sa femme : « Écoute-moi, s’il te plaît : Je sais à quel point tu es belle. Quand les Égyptiens te verront, ils diront : “C’est sa femme.” Et ils me tueront, mais ils te laisseront en vie. S’il te plaît, dis que tu es ma sœur pour que, grâce à toi, tout aille bien pour moi et pour qu’on ne me tue pas. » 1 Pierre 3:6 « telle Sara qui obéissait à Abraham et l’appelait « seigneur ». Et vous êtes devenues ses filles, à condition de continuer à faire le bien et de ne pas céder à la peur. ». Néanmoins, leur vie de couple n’était pas parfaite, et ils ont dû endurer des épreuves. Quelles leçons les couples peuvent-ils retirer de l’exemple d’Abraham et Sara ? Discutez ensemble. Ne te vexe pas et sois compréhensif si ton conjoint te parle sous le coup de l’émotion ou de l’irritation (Genèse 16:5,6 « Alors Saraï dit à Abram : « C’est de ta faute si elle me fait du mal. C’est moi qui l’ai mise dans tes bras, mais quand elle s’est rendu compte qu’elle était enceinte, elle s’est mise à me mépriser. Que Jéhovah juge entre toi et moi. » Abram lui répondit : « Écoute ! C’est ta servante. Fais-lui ce qui te semble bon. » Alors Saraï l’humilia. Et Agar s’enfuit loin d’elle ». Organisez-vous pour passer du temps ensemble. Dis à ton conjoint que tu l’aimes et montre-le-lui. Par-dessus tout, gardez Jéhovah au centre de votre couple en étudiant, en priant et en lui rendant un culte ensemble (Ec 4:12). Les couples solides honorent Jéhovah, l’Auteur de l’institution sacrée qu’est le mariage. ˙ Dans cette fiction, quels signes montraient que Shaan et Kiara s’éloignaient l’un de l’autre ? ˙ Pourquoi une communication franche est-elle indispensable dans la vie de couple ? ˙ Comment l’exemple d’Abraham et Sara a-t-il aidé Shaan et Kiara ? ˙ Qu’ont fait Shaan et Kiara pour resserrer leurs liens ? ˙ Pourquoi les conjoints ne doivent-ils pas s’attendre à avoir une vie de couple parfaite ? Pour en savoir plus sur la façon de resserrer les liens de ton mariage, examine les articles suivants qui apparaissent dans Réveillez-vous ! et sur jw.org˙ : « Quand les enfants sont partis » (g2017.4 p10-11) « Comment parler d’un problème avec son conjoint » (g2016.3 p10-11) « Si votre mariage vous déçoit » (g 2014.3 p14-15) « Comment mieux écouter » (g 2013.12 p12-13) « Comment arrêter de se disputer » (g 2013.2 p4-5) jwb_F_201902_03_r360P.mp4
  6. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 3 Février 2020 - Genèse 12-14.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 3 Février 2020 - Genèse 12-14.pdf Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Genèse 12-14 Genèse 13:8, 9 : Quand nous réglons un désaccord, comment pouvons-nous imiter Abraham ? (w16.05 p5 § 12) « ‘Alors Abram dit à Loth : « Écoute-moi, s’il te plaît : Il ne faut pas qu’il y ait de dispute entre moi et toi, entre mes gardiens de troupeaux et tes gardiens de troupeaux, car nous sommes frères. 9 Tout le pays n’est-il pas à ta disposition ? S’il te plaît, sépare-toi de moi. Si tu vas à gauche, alors j’irai à droite ; mais si tu vas à droite, alors j’irai à gauche. » 12 Parmi les récits bibliques où des serviteurs de Dieu ont réglé dans la paix un problème qui aurait pu les diviser, il y a celui concernant Abraham et son neveu Loth, évoqué en introduction. Les deux hommes possédaient des troupeaux, et leurs bergers se sont apparemment querellés au sujet des pâturages. Soucieux d’éliminer les tensions, Abraham a laissé Loth décider du territoire où leurs maisonnées respectives s’installeraient (Gen. 13:1, 2, 5-9). Quel bel exemple ! Il a recherché la paix, et non ses propres intérêts. A-t-il été perdant pour s’être montré généreux ? Pas du tout. Juste après cet incident avec Loth, Jéhovah lui a promis de grandes bénédictions (Gen. 13:14-17). Dieu ne permettra jamais que ses serviteurs subissent des pertes durables pour avoir suivi ses principes et réglé les désaccords avec amour. - w16.05 p5 § 12 La plupart des épreuves que nous traversons se rapportent aux inquiétudes quotidiennes de la vie. Abraham a dû gérer des tensions entre ses gardiens de bétail et ceux de son neveu Loth (Genèse 13:5-7). Pareillement aujourd’hui, il arrive que les différences de personnalité et les petites jalousies tendent les relations, voire ébranlent la paix de la congrégation. “ Là où il y a jalousie et esprit de dispute, il y a désordre et toute chose vile. ” (Jacques 3:16). Il est indispensable que nous ne renoncions pas, mais que nous fassions passer la paix avant l’orgueil, comme Abraham, et que nous recherchions l’intérêt des autres. Il n’est pas facile de rester pacifique quand on est convaincu d’avoir été traité injustement par un autre chrétien. On lit en Proverbes 12:18 : “ Il existe tel homme qui parle inconsidérément comme avec des coups d’épée. ” Des paroles irréfléchies, même prononcées innocemment, peuvent provoquer un profond chagrin. Notre chagrin sera pire encore si nous avons le sentiment d’avoir été calomniés ou victimes d’un bavardage impitoyable. Mais un chrétien ne doit pas renoncer parce qu’il est blessé ! Dans cette situation, prenez l’initiative de rectifier les choses en parlant gentiment à votre offenseur. Cherchez à lui pardonner. En combattant le ressentiment, nous nous apaiserons et nous rétablirons les relations avec notre frère. Abraham n’a pas ruminé le ressentiment qu’il avait peut-être éprouvé à l’égard de Lot. Il est même allé au secours de son neveu et de sa famille. - TG2001 15/8 p26-27 Selon la Genèse, ayant appris qu’une dispute avait opposé ses bergers et ceux de son neveu Loth, Abraham fit le premier pas vis-à-vis de Loth. Abraham ne voulait à aucun prix qu’une chicane altère leurs relations. Pour cela, il était disposé à sacrifier le droit de choisir que lui donnait son âge, oui, il était prêt à renoncer à quelque chose. Effectivement, il laissa Lot décider de l’endroit où il voulait installer sa maisonnée et ses troupeaux, et celui-ci choisit pour lui la région verdoyante de Sodome et Gomorrhe. Les deux hommes se quittèrent en paix. Sommes-nous prêts à agir dans le même esprit qu’Abraham pour maintenir des relations paisibles avec les autres ? Ce cas biblique est un magnifique modèle. “ Que nulle querelle ne se prolonge ”, avait dit Abraham à Loth. Il souhaitait réellement arriver à une solution amiable, et nul doute qu’une telle invitation à conserver des relations paisibles a contribué à dissiper le malentendu. Ensuite, il conclut sur ces mots : “ Car nous sommes frères. ” Pourquoi sacrifier leurs belles relations à une histoire de préférences personnelles ou d’amour-propre ? Ainsi, Abraham se concentra sur ce qui était important. Il garda sa dignité tout en honorant son neveu. – TG2000 15/8 p24 Abraham a cherché la paix - Les événements survenus dans la vie d’Abraham révèlent qu’il modelait sa personnalité sur celle de Dieu. Plutôt que de laisser une querelle persister entre ses gardiens de bétail et ceux de son neveu Loth, il a suggéré de séparer leurs camps et a invité Loth, pourtant son cadet, à choisir le pays qu’il préférait. Abraham s’employait à préserver la paix. Au cas où nous aurions à choisir entre insister sur nos droits et faire des concessions pour préserver la paix, remarquons que Jéhovah n’a pas laissé Abraham souffrir d’avoir montré de la considération à Loth. Bien au contraire, après cela il a promis à Abraham et à sa semence tout le pays que le patriarche pouvait voir à la ronde – TG2004 15/5 p27 En plus de nous motiver à accomplir des tâches difficiles au service de Dieu, la foi favorise la paix et la tranquillité. Abraham, pourtant plus âgé, a laissé son neveu Loth choisir les meilleurs pâturages lorsque leurs gardiens de bétail se sont querellés et qu’une séparation est devenue nécessaire (Genèse 13:7-12). Abraham a dû prier avec foi pour que Dieu l’aide à résoudre ce problème. Au lieu de faire passer ses intérêts en premier, il a réglé la question dans la paix. Si nous sommes en désaccord avec un autre chrétien, prions avec foi et ‘ cherchons la paix ’ en nous souvenant de la considération d’Abraham. Genèse 14:18-20 : En quel sens Lévi a-t-il « payé des dîmes par l’intermédiaire d’Abraham » ? (Hé 7:4-10 ; it-2 654) « Et Melchisédech, roi de Salem, apporta du pain et du vin ; il était prêtre du Dieu Très-Haut. 19 Puis il bénit Abram et dit : « Qu’Abram soit béni par le Dieu Très-Haut, Celui qui a fait le ciel et la terre ! 20 Et loué soit le Dieu Très-Haut, qui t’a livré tes ennemis ! » Et Abram lui donna le dixième de tout » Melkisédec, roi de Salem, fut un prêtre (kohén) tout à fait particulier. La Bible ne parle ni de ses ancêtres, ni de sa naissance, ni de sa mort. Il n’avait pas reçu la prêtrise de manière héréditaire et il n’eut ni prédécesseurs ni successeurs dans sa charge. Melkisédec détenait la double fonction de roi et de prêtre. Sa prêtrise fut supérieure à la prêtrise lévitique, Lévi lui ayant en quelque sorte payé des dîmes puisqu’il était encore dans les reins d’Abraham au moment où celui-ci offrit des dîmes à Melkisédec et reçut sa bénédiction (Gn 14:18-20 ; Hé 7:4-10). Sous ces rapports, Melkisédec préfigura Jésus Christ, le “ prêtre pour toujours à la manière de Melkisédec ”. — Hé 7:17. - it-2 p654 ‘ Il reçut des dîmes de Lévi. ’ La position sacerdotale de Melkisédec n’avait pas de rapport avec la prêtrise d’Israël et, comme l’indiquent les Écritures, elle était supérieure à celle de la prêtrise aaronique. Parmi les autres indices marquant cette supériorité figure la déférence témoignée à Melkisédec par Abraham, l’ancêtre de toute la nation d’Israël et donc de la tribu sacerdotale de Lévi. Abraham, l’“ ami de Jéhovah donna le dixième, ou “ dîme ”, à ce prêtre du Dieu Très-Haut. Paul montre que les Lévites percevaient des dîmes de leurs frères qui étaient également issus des reins d’Abraham. Pourtant, note-t-il, Melkisédec, “ qui ne tirait pas généalogiquement son origine d’eux, a prélevé des dîmes sur Abraham ”, de sorte que “ par l’intermédiaire d’Abraham même Lévi, qui reçoit des dîmes, a payé des dîmes, car il était encore dans les reins de son ancêtre quand Melkisédec est allé à sa rencontre ”. Ainsi, alors qu’eux-mêmes percevaient des dîmes du peuple d’Israël, les prêtres lévitiques, représentés en leur ancêtre Abraham, payèrent des dîmes à Melkisédec. La supériorité de la prêtrise de Melkisédec est aussi montrée par le fait qu’il bénit Abraham, et à ce sujet Paul souligna que “ le plus petit est béni par le plus grand ”. Ces éléments et d’autres encore font de Melkisédec un type approprié du Grand Prêtre souverain Jésus Christ Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ? Pourquoi Abraham a-t-il demandé à sa femme de dire qu’elle était sa sœur ? (Gen. 12:10-13). En fait, Sara était la demi-sœur d’Abraham. Si Sara avait dit qu’elle était sa femme, Abraham aurait pu se faire tuer. Il n’aurait alors pas pu produire la descendance que Dieu lui avait promise – TG2017/12 La Bible indique que Dieu a le pouvoir d’agir sur la santé de quelqu’un. Il a puni certains humains en les frappant d’une maladie. Ce fut par exemple le cas du pharaon de l’époque d’Abraham et plus tard, de Miriam, la sœur de Moïse (Gen. 12:17). Dieu avait averti les Israélites que s’ils se montraient infidèles, il ferait venir sur eux « toute maladie et toute plaie ». D’un autre côté, il pouvait protéger son peuple de la maladie. Il pouvait aussi guérir des humains. Il a par exemple guéri Job, qui avait une maladie si pénible qu’il souhaitait mourir. C’est certain, Dieu a le pouvoir de guérir une personne malade. Il en va de même pour son Fils. La Bible nous apprend qu’il a miraculeusement guéri des lépreux, des épileptiques, des aveugles et des paralysés. Ces guérisons sont un avant-goût de ce qu’il fera sur une grande échelle dans le monde nouveau. Comme c’est encourageant ! À cette époque, « aucun habitant ne dira : “Je suis malade” » - TG2015 15/12 §3,4 Dès les temps anciens, les serviteurs de Dieu ont pratiqué le culte pur en des lieux bien définis. Noé, Abraham, Isaac, Jacob et Moïse ont érigé des autels. Gen. 12 :7. Sur l’ordre de Jéhovah, les Israélites ont construit le tabernacle. Plus tard, ils ont bâti un temple. Plus tard, ils ont bâti un temple. Après leur retour de l’exil à Babylone, les juifs se sont régulièrement rassemblés dans des synagogues. Aujourd’hui, pour adorer et être instruits, les serviteurs de Jéhovah se réunissent dans les dizaines de milliers de Salles du Royaume du monde. Aucune Salle du Royaume ne peut à juste titre être appelée « maison de Jéhovah » au sens où cette expression désignait le temple de Jérusalem – TG2015 15/7 p27-31 §1,2 Quand Jéhovah lui a ordonné d’emmener sa maisonnée au pays de Canaan, Abraham a obéi de bon gré. En raison de sa foi et de son obéissance, Jéhovah a conclu avec lui une alliance : « Je ferai de toi une grande nation et je te bénirai », lui a-t-il promis (Gen. 12:2). Mais des années plus tard, Abraham et sa femme, Sara, n’avaient toujours pas d’enfant. Jéhovah avait-il oublié sa promesse ? De plus, la vie en Canaan n’était pas facile. Abraham et les siens avaient quitté Our, ville prospère de Mésopotamie, et dit adieu à leur maison et à leurs parents. Ils avaient parcouru plus de 1 500 kilomètres pour atteindre Canaan, où ils ont vécu sous des tentes, connu la famine et se sont battus contre des pillards (Gen. 12:5, 10 ; 13:18 ; 14:10-16). Pourtant, ils n’ont pas désiré retourner au confort de la ville d’Our. Comme Abraham, nous attendons la réalisation de promesses divines. Si nous ne pensons pas constamment aux choses d’en haut, la réalisation de ces promesses pourrait nous sembler tarder et nous risquerions de ralentir dans nos activités spirituelles. Souviens-toi qu’Abraham n’a jamais oublié « la ville ayant des fondements véritables » - TG2014 15/10 p28§7,9 Jéhovah avait ordonné à Abraham de quitter sa maison située à Our, en Mésopotamie, pour aller au pays de Canaan et il conclut une alliance - Genèse 12 :1-3. Il s’agit là de la première mention écrite de l’alliance abrahamique, l’alliance que Jéhovah Dieu a conclue avec Abraham. On ignore quand exactement cette alliance a été conclue. Mais elle est entrée en vigueur en 1943 av. n. è., lorsqu’Abraham, âgé de 75 ans, a quitté Harân et traversé l’Euphrate. À plusieurs reprises, Jéhovah a réitéré sa promesse à Abraham, ajoutant chaque fois des détails - Gen. 13:15-17 . l’alliance abrahamique restera en vigueur jusqu’à ce que le Royaume messianique détruise les ennemis de Dieu et que toutes les familles de la terre soient bénies. En fait, ceux qui vivront alors sur la terre en bénéficieront éternellement. L’alliance qu’il a conclue avec Abraham montre que Jéhovah est déterminé à accomplir son dessein voulant que la terre soit remplie d’humains justes – TG2014 15/10 p7 Abram accomplit un autre acte de foi. Le récit rapporte qu’“il bâtit là un autel à Jéhovah”. (Genèse 12:7.) Cela signifie vraisemblablement qu’il offrit un animal en sacrifice, car le mot hébreu rendu par “autel” signifie “lieu de sacrifice”. Par la suite, Abram répéta des actes de foi semblables dans d’autres parties du pays. Par ailleurs, il ‘invoqua le nom de Jéhovah’. (Genèse 12:8; 13:18; 21:33.) L’expression hébraïque traduite par “invoquer le nom de Jéhovah” a également pour sens “proclamer (prêcher) le nom”. Le patriarche dut proclamer hardiment le nom de son Dieu, Jéhovah, devant sa maisonnée et devant les Cananéens (Genèse 14:22-24). Pareillement, de nos jours, tous ceux qui recherchent l’amitié de Dieu doivent invoquer son nom avec foi. Il leur faut entre autres participer à la prédication publique, en “offrant sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui font la déclaration publique pour son nom”. – TG1999/4 §9 Abraham : Son courage Abraham observe sa famille, ses serviteurs ; la maisonnée s’apprête à entrer en Canaan (Genèse 12:1-5). Il sent un poids sur ses épaules ; ces hommes, ces femmes, ces enfants, tous dépendent de lui. Comment va-t-il pouvoir assurer leur subsistance dans un pays inconnu ? Cela n’aurait-il pas été plus facile dans leur région d’origine, la contrée prospère d’Our, avec ses vastes pâturages, une terre riche et de l’eau en abondance ? Et puis, se demande-t-il, que se passera-t-il si un jour je tombe malade dans ce pays ? ou si je meurs ? Qui prendra soin de ma famille ? Même si ces pensées le préoccupent, Abraham ne se laisse pas tétaniser par la peur. Il est déterminé à agir, à obéir à l’ordre de Dieu, advienne que pourra. C’est ça, le courage, le vrai. – TG2012 1/1 p6 COMMENT ABRAHAM A-T-IL MANIFESTÉ SON COURAGE ? Abraham était disposé à se démarquer des autres. Il avait grandi dans un milieu où les gens adoraient une multitude de divinités et d’idoles. Mais il n’a pas eu peur du qu’en-dira-t-on ; il a fait ce qu’il savait être juste. Il n’a pas hésité à choisir une autre voie ; il a décidé d’adorer un seul Dieu, “ le Dieu Très-Haut ”, Jéhovah. — Genèse 14:21, 22. - TG2012 1/1 p6 Même l’union la plus heureuse n’est pas parfaite. Des conjoints qui s’aiment ne sont pas toujours d’accord. C’était le cas d’Abraham et Sarah (Gen. 21:9-11). Pourtant leurs désaccords ne les ont jamais désunis. Pourquoi ? Parce qu’ils se traitaient avec dignité et respect. Par exemple, Abraham disait « s’il te plaît » à sa femme (Gen. 12:11). De son côté, Sarah obéissait à son mari et le considérait comme son « seigneur » (Gen. 18:12). Quand des conjoints manquent de respect l’un envers l’autre, cela transparaît généralement dans leur façon de parler ou dans le ton de leur voix. S’ils ne règlent pas ce problème de fond, leur mariage court au désastre – TG2013 15/5 p14 §11 Sara était non seulement une adoratrice de Dieu obéissante, mais aussi une excellente épouse. Au lieu d’entrer en compétition avec son mari pour diriger la famille, Sara avait du respect pour lui. Elle le soutenait avec amour dans son rôle de chef de famille. C’était une femme attirante avant tout par sa personnalité. Comment les femmes d’aujourd’hui peuvent-elles imiter ses qualités ? “ L’exemple de Sara ne dois pas hésiter à donner son point de vue à son mari. En tant que chef de famille, le mari a la responsabilité de prendre la décision finale, tout en faisant tout leur possible, l’épouse pour que cette décision soit une réussite. ” Sara nous enseigne une leçon peut-être plus remarquable encore : Même si elle était très belle, elle ne s’est pas enorgueillie de sa beauté physique (Genèse 12:10-13). Avec humilité, elle a plutôt soutenu Abraham dans les bons et les mauvais moments de leur vie commune. Sans conteste, Abraham et Sara formaient un couple plein de foi, d’humilité et d’amour, où chacun était une véritable bénédiction pour l’autre. – TG2012 1/1 p6 Quel exemple Jéhovah et Jésus nous ont-ils laissé quant aux bonnes manières ? Malgré sa position élevée, Jéhovah traite les humains avec prévenance et respect. Il s’est adressé à Abraham et à Moïse en employant un terme hébreu souvent traduit par “ s’il te plaît ”. (Gen. 13:14) Il écoute les humains. C’est également ce que faisait Jésus, qui était toujours disposé à aider ceux qu’il rencontrait, et qu’il appelait d’ailleurs souvent par leur nom. – TG2009 15/12 p3 En plus de nous motiver à accomplir des tâches difficiles au service de Dieu, la foi favorise la paix et la tranquillité. Abraham, pourtant plus âgé, a laissé son neveu Loth choisir les meilleurs pâturages lorsque leurs gardiens de bétail se sont querellés et qu’une séparation est devenue nécessaire (Genèse 13:7-12). Abraham a dû prier avec foi pour que Dieu l’aide à résoudre ce problème. Au lieu de faire passer ses intérêts en premier, il a réglé la question dans la paix. Si nous sommes en désaccord avec un autre chrétien, prions avec foi et ‘ cherchons la paix ’ en nous souvenant de la considération d’Abraham – TG2013 15/1 La Terre promise des temps anciens était un délice pour l’œil. Elle a été décrite à juste titre comme “ un pays ruisselant de lait et de miel ”. (Genèse 13:10 ) Si Jéhovah a pu accorder à son ancien peuple un pays aussi riche, une terre aussi belle, il peut certainement donner à ses fidèles serviteurs d’aujourd’hui un merveilleux paradis, fait de montagnes, de vallées, de rivières et de lacs, qui couvrira la terre entière. Dans toute sa diversité, la Terre promise des temps antiques n’était qu’un avant-goût du paradis spirituel que connaissent actuellement les Témoins de Jéhovah et du Paradis littéral dans le monde nouveau à venir. Lorsque Jéhovah donnera cette demeure paradisiaque aux humains obéissants, ils seront heureux d’en explorer les moindres recoins, et de pouvoir le faire éternellement – TG1996 15/8
  7. « Sois un ouvrier qualifié » Un menuisier qualifié sait se servir de ses outils. De même, « un ouvrier qui n’a aucune raison d’avoir honte » sait se servir des outils de la panoplie d’enseignant (2Tm 2:15). Vérifie si tu connais bien certains de nos outils pour la prédication en répondant aux questions ci-dessous. ÉCOUTEZ DIEU : VOUS VIVREZ POUR TOUJOURS À qui cet outil est-il destiné ? (mwb17.03 5 § 1-2). La brochure Écoutez Dieu est destinée à ceux qui ont du mal à étudier sur la base d’un texte. Elle permet d’enseigner des vérités bibliques fondamentales à l’aide d’images. Chaque leçon fait deux pages et contient des illustrations soigneusement préparées. Des flèches guident la discussion d’une illustration à l’autre. La brochure Écoutez Dieu : Vous vivrez pour toujours a les mêmes illustrations que la brochure Écoutez Dieu, mais elle contient plus de texte et peut donc être utilisée par des étudiants qui arrivent un peu à lire. Les proclamateurs préfèrent souvent s’en servir pour enseigner pendant que l’étudiant suit dans Écoutez Dieu. Un encadré contenant des informations supplémentaires figure sur de nombreuses pages et peut être examiné en fonction des capacités de l’étudiant. Comment peux-tu t’en servir dans le cadre d’un cours biblique ? (km 7/12 3 § 6). 6Étant donné qu’Écoutez Dieu ne contient pas de questions, on ne pourra pas l’étudier par questions et réponses à la façon de Qu’enseigne la Bible ? Par contre, dans chaque culture, on aime les histoires. Servez-vous donc des images pour raconter les histoires bibliques. Expliquez les images. Soyez enthousiastes. Demandez à la personne de dire ce qu’elle voit et ce qu’elle en pense. Lisez les versets donnés en référence en bas de page et raisonnez à partir de ceux-ci. Posez des questions pour faire participer la personne et vous assurer qu’elle comprend. Si elle utilise Écoutez Dieu, vous vivrez pour toujours, lisez ensemble les explications et les versets correspondant à chaque image. De quel autre outil faudra-t-il te servir pour préparer au baptême un étudiant de la Bible ? (km 7/12 3 § 7). 7 Aidons la personne à aller plus loin : Nous espérons que ces discussions donneront à la personne l’envie d’apprendre à lire pour apprendre à connaître Jéhovah par elle-même (Mat. 5:3 ; Jean 17:3). Au bout d’un certain temps, vous pourrez peut-être lui proposer de lui apprendre à lire et passer d’Écoutez Dieu à Écoutez Dieu, vous vivrez pour toujours. Toutefois, l’étude de l’une ou l’autre de ces brochures ne suffira pas pour que quelqu’un soit prêt à se faire baptiser. Il lui faudra ensuite étudier une publication qui donne une meilleure compréhension de la Bible, comme Qu’enseigne la Bible ? DIEU A DE BONNES NOUVELLES POUR NOUS ! Quelle est la particularité de cette publication d’étude ? (km 3/13 5 § 3-5). 3Ses caractéristiques : Beaucoup de nos publications d’étude sont écrites de façon à ce qu’une personne comprenne la vérité, même toute seule. Ce n’est pas le cas de la nouvelle brochure. Elle est conçue pour qu’une personne étudie la Bible avec un enseignant. C’est pour cela que, lorsque nous l’offrons aux gens, il est bien de lire un paragraphe ou deux et d’en discuter avec eux. Comme les paragraphes sont courts, nous pouvons les examiner avec une personne sur le pas de sa porte ou sur son lieu de travail. Il est bien de commencer par la leçon 1, mais rien ne nous empêche de commencer par une autre leçon. 4 Dans beaucoup de nos publications, les réponses aux questions se trouvent dans les paragraphes. Mais dans cette brochure, les réponses se trouvent principalement dans la Bible. En général, les gens respectent plus la Bible que nos publications. Voilà pourquoi les versets en référence ne sont presque jamais reproduits dans les paragraphes. Ces versets sont à lire directement dans la Bible. Cela permet à l’étudiant de se rendre compte que ce qu’il apprend vient de Dieu (Is. 54:13). 5 Dans la brochure, tous les versets ne sont pas expliqués. Sais-tu pourquoi ? C’est afin de permettre à l’étudiant de poser des questions, et au proclamateur d’utiliser ses capacités d’enseignant. Il est donc important de bien se préparer pour chaque étude. Il y a cependant un piège à éviter : trop parler. Nous aimons expliquer ce que dit la Bible. Mais ne serait-il pas mieux d’inviter l’étudiant à commenter lui-même les versets ? À l’aide de questions bien choisies, nous l’aiderons à trouver lui-même la signification des versets (Actes 17:2). Quand tu en donnes une à une personne, que devrais-tu t’efforcer de faire ? (km 9/15 3 § 1). 1 Comme l’indiquait Le ministère du Royaume de juillet, la brochure De bonnes nouvelles de la part de Dieu ! fait partie des outils importants dont nous disposons pour enseigner la Bible. Les versets donnés en référence ne sont pas cités dans les paragraphes. L’étudiant peut ainsi avoir le plaisir d’être enseigné directement par la Bible. Beaucoup de nos publications d’étude sont conçues pour permettre au lecteur d’apprendre par lui-même, mais celle-ci est faite pour être étudiée avec un enseignant. Quand nous la proposons à quelqu’un, il est donc bien de lui montrer comment se passe un cours pour qu’il ressente la joie qu’il y a à découvrir les bonnes nouvelles de la Bible (Mat. 13:44). Comment peux-tu t’en servir dans le cadre d’un cours biblique ? (mwb16.01 8). 1. Lis la question numérotée et imprimée en gras pour aider ton interlocuteur à se concentrer sur l’idée principale. 2. Lis le paragraphe qui suit. 3. Lis les versets en italique et pose des questions avec tact pour aider ton interlocuteur à voir la réponse qu’ils apportent à la question numérotée. 4. S’il y a un autre paragraphe sous cette question, répète les étapes 2 et 3. Si une vidéo de jw.org correspond à la question numérotée, montre-la au cours de la discussion. 5. Pour être sûr que ton interlocuteur comprend l’idée principale, demande-lui de répondre à la question numérotée. À quel moment devrais-tu passer de cette brochure au livre Que nous enseigne la Bible ? (km 3/13 7 § 10). 10Passer au livre Qu’enseigne la Bible ? : Après plusieurs discussions et si l’étude se tient régulièrement, il est possible, soit de passer au livre Qu’enseigne la Bible ?, soit de finir la brochure Bonnes nouvelles. Le proclamateur fera preuve de bon jugement pour déterminer quand passer au livre. Lorsque l’on passe au livre Qu’enseigne la Bible ?, faut-il commencer par le premier chapitre ? Il n’y a pas de règle. Chaque étudiant est différent. Cependant, il peut être bénéfique pour la personne d’approfondir dans le livre Qu’enseigne la Bible ? Les thèmes dont on a déjà discuté avec elle. QUE NOUS ENSEIGNE LA BIBLE ? Comment se servir des résumés de chapitres et des notes ? (mwb16.11 5 § 2-3). LES RÉSUMÉS : Dans la plupart des cas, il sera possible d’utiliser la méthode habituelle pour donner le cours : lire le paragraphe du livre Qu’enseigne réellement la Bible ? puis poser la question. Mais que faire si la personne ne parle pas bien la langue ou ne lit pas bien ? Dans ce cas, tu peux décider d’utiliser le livre Enseigne. Les résumés des chapitres peuvent alors être utilisés comme support pour le cours, et tu peux encourager l’étudiant à lire le chapitre de son côté. Chaque vérité biblique peut en principe être enseignée lors d’un cours d’une quinzaine de minutes. Les résumés ne contenant pas tous les détails des chapitres, l’enseignant devra bien se préparer, en tenant compte des besoins de l’étudiant. Si l’enseignant donne le cours sur la base du chapitre, le résumé peut servir de révision. LES NOTES : Les termes et les notions qui se trouvent dans les notes sont classés dans l’ordre où ils apparaissent dans le livre. L’enseignant pourra décider d’examiner ou non une note du livre Enseigne pendant le cours. QUI FAIT LA VOLONTÉ DE JÉHOVAH ? À quel moment dois-tu te servir de cet outil ? (mwb17.03 8 § 1). La brochure Qui fait la volonté de Jéhovah ?* a été conçue pour être examinée au début ou à la fin de chaque cours biblique. Les parties 1 à 4 permettent à l’étudiant de se familiariser avec le peuple que nous formons, les parties 5 à 14 l’aident à connaître nos activités et les parties 15 à 28 lui présentent notre organisation à l’œuvre. Il est généralement préférable de suivre l’ordre de la brochure, à moins qu’il ne soit plus intéressant pour l’étudiant qu’une des parties soit examinée plus tôt. Chaque partie ne fait qu’une page et peut, avec la plupart des étudiants, faire l’objet d’une discussion de cinq à dix minutes. Quel est son mode d’emploi ? (mwb17.03 8, encadré). · Attire l’attention de l’étudiant sur la question qui constitue le titre de la partie. · Lisez ensemble la partie, soit en entier soit par section. · Discutez de ce que vous venez de lire. Sers-toi des questions qui se trouvent à la fin de la page ainsi que des images. Lisez les versets cités qui sont appropriés et discutez-en. Explique-lui que les intertitres en gras répondent à la question du titre. · S’il y a un encadré « Allez plus loin... », lisez-le ensemble, et encourage l’étudiant à suivre les suggestions qui y figurent. Sois un ouvrier qualifié.docx Sois un ouvrier qualifié.pdf
  8. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 27 Janvier 2020 - Genèse 9-11.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 27 Janvier 2020 - Genèse 9-11.pdf Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Genèse 9-11 Genèse 9:20-22, 24, 25 : Pour quelle raison possible Noé a-t-il maudit Canaan à la place de Cham ? (it-1 421 § 4). « 20 Noé commença par être cultivateur, et il planta une vigne. 21 Un jour, il but du vin, devint ivre et enleva ses vêtements dans sa tente. 22 Cham, le père de Canaan, vit la nudité de son père et le raconta à ses deux frères, qui étaient dehors 24 Quand Noé se réveilla de son ivresse, et qu’il apprit ce que lui avait fait son plus jeune fils, 25 il dit : « Maudit soit Canaan. Qu’il devienne le dernier des esclaves de ses frères. » Il se peut que Canaan lui-même ait été impliqué directement dans l’incident et que son père, Cham, ne l’ait pas corrigé. Ou bien que, parlant prophétiquement sous l’inspiration divine, Noé ait vu d’avance que les descendants de Canaan hériteraient de la tendance mauvaise de Cham, peut-être déjà manifeste chez son fils Canaan. La malédiction se réalisa en partie quand les Israélites, des Sémites, soumirent les Cananéens. Ceux qui ne furent pas détruits (par exemple les Guibéonites [Jos 9]) devinrent esclaves d’Israël. Des siècles plus tard, la malédiction continua de se réaliser quand les descendants de Canaan, fils de Cham, furent assujettis par les puissances mondiales japhétiques que furent l’Empire médo-perse, la Grèce et Rome. it-1 421 §4 Pourquoi Noé a-t-il maudit Canaan ? Tout porte à croire que Canaan s’était rendu coupable d’un acte pervers sur la personne de son grand-père Noé. Cham, le père de Canaan, avait assisté à la scène, mais au lieu d’intervenir, il a propagé la nouvelle autour de lui, alors que les deux autres fils de Noé, Sem et Japhet, ont fait le nécessaire pour couvrir leur père. Cela leur a valu des bénédictions. Canaan, lui, a été maudit, et Cham a dû supporter les conséquences de la honte que s’était attirée sa progéniture. – TG2004 1/1 p31 Après le déluge, la première malédiction prononcée par un être humain fut celle que Noé adressa à Canaan, le fils de Cham, le condamnant à devenir l’esclave de Sem et de Japhet. La malédiction eut son plus grand accomplissement quelque huit siècles plus tard, lorsque Canaan fut conquis par Israël, nation sémite (Gn 9:25-27). C’est pourquoi Josué dit des Guibéonites, descendants de Canaan, qu’ils étaient “ des maudits ”, et que pour cette raison ils furent relégués au rang d’esclaves. Jos 9:23. It-2 Malédiction Il est possible que Jéhovah ait tenu compte de certains facteurs qui auraient favorisé l’ivresse, tels que la fatigue, par exemple. L’incident est rapporté en peu de mots dans le livre de la Genèse, et aucun autre passage des Écritures n’en fait mention. Selon toute évidence, c’est involontairement que Noé a bu du vin au point de s’enivrer, mais la Bible est muette sur ce qui a provoqué cette ivresse : fatigue, chagrin, ou autre chose. En réalité, il est possible que le changement survenu dans les conditions atmosphériques à la suite du déluge ait activé la fermentation du vin, et que Noé ne s’en soit pas rendu compte. Toutefois, il est absolument certain que cet homme de foi n’était pas un ivrogne invétéré. Rien dans la Bible ne nous autorise à penser qu’il avait l’habitude de boire du vin au point de s’enivrer. En fait, les Écritures ne disent pas qu’il y eut jamais récidive de sa part. – TG1968 1/ 2 Genèse 10:9, 10 : Pourquoi Nemrod a-t-il été qualifié de « puissant chasseur en opposition avec Jéhovah » ? it-2 403 « C’était un puissant chasseur en opposition avec Jéhovah. C’est pourquoi il y a un dicton : « Comme Nemrod, puissant chasseur en opposition avec Jéhovah. » 10 Les premières villes de son royaume furent Babel, Érek, Akkad et Kalné, au pays de Shinéar. » À son commencement, le royaume de Nemrod comprenait les villes de Babel, Érek, Akkad et Kalné, toutes au pays de Shinéar (Gn 10:10). Par conséquent, ce fut probablement sous sa direction que débuta la construction de Babel et de sa tour. Cette déduction est également en accord avec l’opinion juive traditionnelle. Josèphe écrivit : “ [Nemrod] peu à peu transforme l’état de choses en une tyrannie. Il estimait que le seul moyen de détacher les hommes de la crainte de Dieu, c’était qu’ils s’en remettent toujours à sa propre puissance. Il promet de les défendre contre une seconde punition de Dieu qui veut inonder la terre : il construira une tour assez haute pour que les eaux ne puissent s’élever jusqu’à elle et il vengera même la mort de leurs pères. Le peuple était tout disposé à suivre les avis de [Nemrod], considérant l’obéissance à Dieu comme une servitude ; ils se mirent à édifier la tour [...] ; elle s’éleva plus vite qu’on eût supposé. ” — Antiquités judaïques, I, 114, 115 (IV, 2, 3). it-2 403 Si l’homme n’agissait pas mal en tuant des animaux dans le but de se procurer la nourriture dont il avait besoin, il n’avait pas pour autant le droit de tuer inutilement, pour le simple plaisir de chasser ou en guise de prouesse, ce que fit sans aucun doute Nemrod, qui se rebella contre Dieu. Nemrod s’opposa au Créateur, qui n’avait absolument pas destiné les hommes à se diriger eux-mêmes. Nemrod a fondé des villes importantes, mais il l’a fait en opposition avec Jéhovah. Nemrod, roi de Babel et bâtisseur de plusieurs villes, a donc indéniablement participé à la construction de la tour de Babel. En s’opposant à Jéhovah Dieu, Nemrod adorait en réalité Satan. Quand “il passa en Assyrie”, Nemrod s’appliqua à étendre sa domination politique, peut-être par la force. Il devint ainsi “un puissant chasseur”, non seulement d’animaux, mais aussi d’humains. – it-1 p124 Après le déluge, Nemrod fut le premier homme à se distinguer comme “ puissant chasseur en opposition avec Jéhovah ”, certainement parce qu’il considérait la chasse comme un sport. Rien n’indique que les Israélites aient jamais pratiqué la chasse comme un sport. Par contre, ils chassaient certains animaux, tels que les gazelles et les cerfs, pour se nourrir et ils tuaient des bêtes sauvages pour défendre leur vie ou celle de leurs animaux domestiques, et pour protéger leurs récoltes it-2 p403. Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ? On ne devrait donc pas s’étonner de lire dans la Bible que la paix régnera entre les humains et les animaux. Rappelons que, lorsque Noé et sa famille sont sortis de l’arche après le déluge, Jéhovah leur a dit : “ Une crainte de vous et une terreur de vous continuera d’être sur toute créature vivante de la terre. ” Depuis, nombre d’animaux ont le réflexe autoprotecteur de fuir les humains (Gen. 9:2, 3). Mais Jéhovah peut très bien supprimer une partie de cette crainte, de cette terreur, pour que les humains puissent s’acquitter de leur mission originelle à l’égard des animaux. Que de moments joyeux connaîtront ceux qui vivront alors sur la terre – TG2012 15/9 §9 Après le déluge, l’humanité, réduite à huit âmes, a pris un nouveau départ. Dans une déclaration valable pour tous les humains, Dieu en a révélé davantage sur la valeur qu’il attache à la vie et au sang. Il a annoncé que les humains pouvaient manger de la chair animale, mais il a apporté cette restriction : “ Tout animal qui se meut et qui est vivant pourra vous servir de nourriture. Comme pour la végétation verte, oui je vous donne tout cela. Seulement la chair avec son âme — son sang — vous ne devez pas la manger. ” (Genèse 9:3, 4). Selon l’interprétation de certains Juifs, ces paroles voulaient dire que les humains ne devaient pas manger la chair ou le sang d’un animal encore vivant. Mais le temps attesterait que l’interdiction divine portait sur la consommation de sang dans le but d’entretenir la vie. En outre, le décret divin transmis par Noé constituait une étape importante dans l’accomplissement du grand dessein de Dieu lié au sang, dessein grâce auquel les humains obtiendraient la vie éternelle. Ce commandement s’applique à tous les descendants de Noé, jusqu’à nos jours. Jéhovah demandera des comptes à tous les humains qui n’auront pas respecté la vie et le sang – TG2004 15/6 p15 §5 À cette même époque, Jéhovah donne à tous les descendants de Noé des lois claires pour les guider dans leur vie. Il leur interdit notamment de tuer et de consommer du sang. Il conclut aussi une alliance avec l’humanité : il promet qu’il ne détruira plus les êtres vivants par un déluge. Pour prouver qu’il accomplira cette promesse, il permet aux humains de voir pour la première fois un spectacle magnifique : l’arc-en-ciel. Depuis ce jour-là, chaque arc-en-ciel nous rappelle cette promesse rassurante et pleine d’amour de Jéhovah (Genèse 9:1-17). – TG2013 1/8 p15 Les humains devaient ‘ remplir la terre ’, ce qui ne signifiait pas simplement procréer, mais aussi étendre continuellement l’habitat humain sur tout le globe (Gn 9:1, 7). Logiquement, ces facteurs en eux-mêmes limiteraient les problèmes sociaux, les limiteraient généralement au cercle familial et rendraient improbables les frictions qui se produisent souvent dans les zones à forte densité de population ou surpeuplées. Le projet illicite conçu à Babel prévoyait cependant un processus inverse, c’est-à-dire la concentration des humains pour éviter qu’ils ne soient “ dispersés sur toute la surface de la terre ”. (Gn 11:1-4) Puis, par ailleurs, Nemrod abandonna la domination patriarcale et forma le premier “ royaume ”. – it-2 p825 Quand Noé et sa famille sont sortis de l’arche, Dieu a fait apparaître un arc-en-ciel : c’était un signe rappelant la promesse selon laquelle il ne supprimerait plus jamais d’humains au moyen d’un déluge. La stupéfiante beauté de ce symbole multicolore a dû profondément les marquer (Genèse 9:12-17). – TG2013 1/10 Comment Abraham a-t-il appris à connaître Jéhovah ? A cette époque-là, Dieu a des serviteurs fidèles sur terre. Sem par exemple. Bien qu’il ne soit pas le plus âgé des trois fils de Noé, il est souvent mentionné en premier, probablement parce que sa foi est remarquable. Après le Déluge, Noé a parlé de Jéhovah comme du « Dieu de Sem » (Gen. 9:26). C’est donc que Sem a respecté Jéhovah et le culte pur. Abraham a-t-il connu Sem ? Sem, lui, n’a pas pris part à la rébellion de Nemrod. Par conséquent, lorsque Jéhovah a confondu les langues des constructeurs, Sem et sa famille ont continué de parler la première langue des hommes, celle de Noé. En grandissant, Abraham a dû développer beaucoup d’admiration pour Sem. De plus, celui-ci est mort alors qu’Abraham était âgé. Ainsi Abraham a peut-être appris à connaître Jéhovah grâce à Sem. – Imitez p26 §4,5 La Bible montre qu’à une époque, les humains vivaient bien plus longtemps qu’aujourd’hui. Noé avait 600 ans au moment du Déluge. Genèse 9 : 29 « Noé vécut donc en tout 950 ans, puis il mourut. » Comment expliquer une telle longévité ? Tous ces hommes ont vécu à une époque proche de celle où les humains étaient parfaits. C’est probablement l’une des principales raisons de leur longévité. – TG2019 n°3p6 La Parole de Dieu montre que les nations du monde se donnèrent très tôt des rois humains. Genèse 10:8-12 nous apprend que, peu de temps après le déluge, les hommes se rebellèrent contre Jéhovah en mettant déjà sur pied des royaumes humains. Ceci eut lieu sous l’influence de Satan le Diable qui le premier, contesta la légitimité de la domination de Jéhovah en se rebellant contre lui et en essayant d’amener d’autres créatures à ne plus l’adorer. Dieu a laissé du temps au méchant pour lui permettre de justifier son défi, mais il a aussi révélé l’issue de cet affrontement – TG1981 15/3 §6 Sous certains aspects, la civilisation antédiluvienne disposait d’avantages que nous n’avons pas aujourd’hui. Par exemple, tout le monde parlait la même langue (Genèse 11:1). Cela facilitait les réalisations artistiques et scientifiques exigeant l’effort collectif de nombreuses personnes aux talents variés. De plus, la longévité exceptionnelle dont la plupart des humains jouissaient leur permettait de bâtir sur ce qu’ils apprenaient au fil des siècles. – TG2002 1/3 À Babel (ou Babylone), qui devint finalement la plus grande de ces villes de l’Antiquité, les hommes s’efforcèrent de contrecarrer le dessein de Dieu, qui avait demandé expressément que les humains se répandent sur toute la terre pour la peupler. Les gens de cette époque-là se dirent: “Allons! Bâtissons-nous une ville et aussi une tour dont le sommet soit dans les cieux et faisons-nous un nom célèbre, de peur que nous ne soyons dispersés sur toute la surface de la terre.” (Genèse 11:4). Les fondateurs de Babel apprirent à leurs dépens une leçon importante. Si un projet humain va à l’encontre du dessein divin, “ c’est le conseil de Jéhovah qui tiendra ”. Cependant, Dieu étant intervenu, ils échouèrent dans leurs projets et se dispersèrent progressivement en différents points du globe, emportant avec eux leurs conceptions religieuses rebelles. . Ainsi Babylone donna-t-elle naissance à un empire universel de la fausse religion, que le livre de la Révélation appelle Babylone la Grande et dont il prédit le malheur TG1982 1/6 D’après la Bible, alors que les hommes construisaient Babel, Dieu a « confondu leur langage pour qu’ils n’écoutent pas [“ne comprennent pas”, note] le langage l’un de l’autre » (Genèse 11:7). Par conséquent, ils « cessèrent [...] de bâtir la ville » et furent « dispersés sur toute la surface de la terre » (Genèse 11:8, 9). Ainsi, la Bible ne dit pas que les langues d’aujourd’hui proviennent toutes d’une seule langue mère. Elle explique plutôt que plusieurs langues, apparemment pleinement développées, sont apparues brusquement. Ces langues, bien distinctes les unes des autres, permettaient d’exprimer toute la gamme des pensées et des sentiments humains. La Bible nous apprend que Jéhovah Dieu a confondu le langage des bâtisseurs de Babel parce qu’ils s’étaient rebellés contre lui (Genèse 11:4-7). Cependant, il a promis qu’il « changera la langue des peuples en une langue pure, pour qu’ils invoquent tous le nom de Jéhovah, pour qu’ils le servent épaule contre épaule » (Sophonie 3:9). Cette « langue pure », les vérités que la Parole de Dieu enseigne, unit actuellement des gens du monde entier. On peut raisonnablement penser qu’à l’avenir Dieu renforcera cette unité en donnant aux humains une langue commune, annulant ainsi la confusion créée à Babel. – TG2013 1/9 Si la croyance en l’immortalité de l’âme n’a pas vu le jour en Éden, quand est-elle apparue ? Nous ne le savons pas exactement. Par contre, nous savons que le faux culte a complètement disparu à l’époque de Noé. Aucune fausse croyance n’a survécu au Déluge parce que les seuls survivants, Noé et sa famille, adoraient le vrai Dieu. C’est donc après le Déluge que le dogme de l’immortalité de l’âme humaine a dû apparaître. Après que Dieu a jeté la confusion dans le langage des humains à Babel, ils se sont dispersés « sur toute la surface de la terre » (Gen. 11:8, 9). Ils ont certainement emmené avec eux l’idée que les humains ont une âme immortelle. Quel que soit le moment où cette fausse croyance est apparue, nous sommes certains que le « père du mensonge », Satan le Diable, en était à l’origine et qu’il était content de la voir se répandre partout sur la terre – TG2019/12 p15
  9. Hello Misette, merci pour ton collier de perles. Bon dimanche et à bientôt te lire Michel

    Depliants.pdf

    1. misette

      misette

      MERCI BEAUCOUP POUR LES DEPLIANTS   TRES INTERESSANT

  10. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 20 Janvier 2020 - Genèse 6-8.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 20 Janvier 2020 - Genèse 6-8.pdf Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Genèse 6-8 Gn 7:2 : De toute évidence, sur quoi reposait la distinction entre les animaux purs et les animaux impurs ? w04 1/1 29 § 7 « Tu dois prendre avec toi sept animaux de chaque espèce pure, le mâle et sa femelle ; de tout animal impur, deux seulement, le mâle et sa femelle » 7:2 — Sur quoi reposait la distinction entre animaux purs et impurs ? La distinction se faisait apparemment sur des critères sacrificiels, et non alimentaires. Avant le déluge, les humains ne consommaient pas de viande. Les qualificatifs “ pur ” et “ impur ” en rapport avec les aliments sont apparus avec la Loi mosaïque et sont devenus caducs quand la Loi a été abolie (Actes 10:9-16 ; Éphésiens 2:15). À l’évidence, Noé savait ce qu’il convenait d’offrir en sacrifice pour adorer Jéhovah. Dès qu’il fut sorti de l’arche, “ Noé bâtit un autel à Jéhovah, il prit quelques-unes de toutes les bêtes pures et de toutes les créatures volantes pures, et offrit des holocaustes sur l’autel ”. — Genèse 8:20.- w04 1/1 29 § 7 Animaux purs et impurs. On note une classification des animaux dans les instructions que Dieu donna à Noé : celui-ci devait prendre avec lui dans l’arche sept représentants de toute espèce pure et deux de toute espèce impure (Gn 7:2, 3, 8, 9). Puisque Dieu n’avait pas encore autorisé les hommes à manger de la viande, cette distinction entre animaux purs et impurs se fit probablement d’après ce que Jéhovah jugeait convenable pour les sacrifices. C’est pourquoi, lorsqu’il sortit de l’arche, Noé sut distinguer les animaux purs qu’il convenait d’offrir sur l’autel (Gn 8:20). Noé et sa famille pouvaient alors manger n’importe quel animal, sans restriction. Jéhovah leur dit en effet : “ Tout animal qui se meut et qui est vivant pourra vous servir de nourriture. ” — Gn 9:3. – it-1 Animaux Mais que dire de la précision “ le mâle et sa femelle ”, aussitôt après le mot “ sept ” en Genèse 7:2 ? Certains en ont conclu que Noé avait reçu l’ordre de prendre sept couples de chaque espèce d’animaux purs. Cependant, les bêtes pures n’ont pas été préservées uniquement dans un but de reproduction. Genèse 8:20 nous apprend qu’après être sorti de l’arche, “ Noé bâtit un autel à Jéhovah, il prit quelques-unes de toutes les bêtes pures et de toutes les créatures volantes pures, et offrit des holocaustes sur l’autel ”. Disposant de sept spécimens de chaque espèce pure, Noé a pu en offrir un en sacrifice et laisser les trois couples restants assurer la multiplication de l’espèce sur la terre. –TG2007 15/3 p31 Gn 7:11 : D’où provenait manifestement l’eau du Déluge ? (w04 1/1 29 § 8). « Dans la 600e année de Noé, le 17e jour du 2e mois, ce jour-là, toutes les sources du ciel jaillirent et les écluses du ciel s’ouvrirent » 7:11 — D’où provenait l’eau du déluge ? Le deuxième “ jour ”, ou période de création, Dieu forma l’“ étendue ” ou l’atmosphère de la terre, en séparant les eaux qui seraient “ au-dessous de l’étendue ” d’avec celles qui seraient “ au-dessus ” d’elle (Genèse 1:6, 7). Les eaux situées “ au-dessous ” de l’étendue sont celles qui recouvraient la surface de la terre. Bien “ au-dessus ” de la surface terrestre se trouvaient, en état de suspension, des quantités considérables de vapeur d’eau formant un “ immense abîme ”. C’est cette eau qui tomba à l’époque de Noé. - w04 1/1 29 § 8 Lors de la formation de l’étendue ou atmosphère, les eaux de la surface de la terre furent séparées d’autres eaux au-dessus de l’étendue. Cela explique pourquoi, au sujet du déluge, il est écrit que “ se fendirent toutes les sources de l’immense abîme d’eau et les écluses des cieux s’ouvrirent ”. (Gn 7:11) Au déluge, les eaux en suspension au-dessus de l’étendue tombèrent apparemment comme par des canaux ainsi que sous forme de pluie. Quand cet immense réservoir se fut vidé, les “ écluses des cieux ”, en quelque sorte, “ se fermèrent ”. . L’eau tomba jusqu’à ce que les montagnes elles-mêmes soient submergées Et la pluie torrentielle sur la terre dura quarante jours et quarante nuits’. “ Les eaux submergèrent la terre ” durant cent cinquante jours — Gn 8:2. – it-1 p474 L’ampleur du déluge. Il ne s’agissait pas d’une crue soudaine ni d’une grosse averse locale. En effet, le mot grec utilisé dans la Bible pour parler du déluge est kataklusmos, cataclysme. Une inondation locale survient et disparaît en quelques jours ; le déluge dura plus d’un an, la majeure partie de ce temps ayant été nécessaire à la baisse de l’eau. Il serait insensé de croire que Noé passa peut-être 50 ans à construire un énorme bateau d’environ 40 000 m3 pour que sa famille et quelques animaux survivent à une simple inondation locale. Si seule une région relativement petite était concernée, pourquoi fallut-il faire entrer dans l’arche des spécimens de “ toute créature vivante de toute sorte de chair ” afin de “ conserver en vie une descendance à la surface de toute la terre ” ? Ce fut bel et bien un déluge universel, tel qu’il n’en était jamais survenu avant et qu’il n’en est pas survenu depuis. “ Les eaux submergèrent la terre à ce point que toutes les grandes montagnes qui étaient sous tous les cieux furent recouvertes. De quinze coudées [env. 6,50 m] au-dessus les eaux les submergèrent et les montagnes furent recouvertes. ” L’explication de la Bible selon laquelle une masse d’eau était suspendue au-dessus de la terre au début de l’histoire humaine est donc logique. Cette vapeur d’eau avait créé le climat uniformément chaud que l’on sait avoir régné jadis sur toute la terre. D’autre part, ce fut l’eau jaillie de cet immense réservoir, et non simplement une violente chute de pluie, qui a provoqué le déluge universel. Sous l’action des eaux de cette immense voûte liquide, que de changements la terre a subis ! Le poids énorme de l’eau provoqua évidemment des bouleversements et des déformations de la croûte terrestre relativement épaisse. C’est ainsi que des montagnes surgirent, d’anciens sommets s’élevèrent à de nouvelles hauteurs, des bas-fonds marins se creusèrent davantage et de nouveaux rivages apparurent. D’autre part, la chute subite de cette masse d’eau et les soulèvements brutaux déterminèrent la formation de très hautes vagues impétueuses qui accomplirent en quelques jours ce qui, selon de nombreux savants, aurait nécessité des millénaires par un lent processus d’érosion. De puissants torrents d’eau creusèrent des vallées et des gorges profondes. D’énormes roches se brisèrent les unes contre les autres et furent projetées à une grande distance de leur emplacement naturel, comme autant de cailloux. - TG1969 1/1 p3 Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ? Le récit qui se rapporte à l’époque de Noé nous donne un exemple de ce qui peut heurter les sentiments de Jéhovah. En ces jours-là, “ la terre se remplit de violence. Alors Dieu vit la terre et, voyez, elle était pervertie, car toute chair avait perverti sa voie sur la terre ”. Qu’a ressenti Dieu devant cette dépravation et cette violence ? Il “ regretta d’avoir fait les hommes sur la terre, et il fut peiné dans son cœur ”, rapporte la Bible (Genèse 6:5, 6, 11, 12). Il regretta, en ce sens qu’il changea d’attitude à l’égard de la génération antédiluvienne, tant elle était devenue mauvaise. ? Le terme hébreu traduit ici par “ regretta ” se rapporte à un changement d’état d’esprit ou d’intention. Étant parfait, Jéhovah n’a pas commis d’erreur lorsqu’il a créé l’homme. Par contre, il changea effectivement d’attitude mentale envers la génération méchante qui vivait avant le déluge. Créateur des humains, il devint leur destructeur en raison du mécontentement que leur méchanceté lui causait. La protection qu’il a accordée à certains humains prouve que les regrets qu’il éprouvait ne concernaient que ceux qui étaient devenus mauvais. Dieu cessa de porter sur les humains son regard de Créateur. Il devint leur destructeur. C’est ainsi qu’il fit venir le déluge pour se débarrasser de cette méchanceté TG2004 26/6 p5 Noé put rassembler dans l’arche tous les animaux nécessaires pour leur perpétuation après le déluge. La Bible ne dit pas qu’il dut garder en vie toutes les variétés d’animaux. Elle dit plutôt : “ Des créatures volantes selon leurs espèces et des animaux domestiques selon leurs espèces, de tous les animaux qui se meuvent sur le sol selon leurs espèces, deux de chaque y entreront, vers toi, pour les garder en vie. ” (Gn 6:20 ; 7:14, 15). Jéhovah savait qu’il suffisait de préserver des représentants des différentes “ espèces ”, puisqu’ils se reproduiraient en diverses variétés après le déluge. Après la baisse des eaux du déluge, ces “ espèces ” fondamentales relativement peu nombreuses sortirent de l’arche et se dispersèrent sur la surface de la terre, engendrant avec le temps de nombreuses variétés de leurs “ espèces ”. Même si beaucoup de variétés nouvelles sont apparues depuis le déluge, les “ espèces ” survivantes sont restées fixes et inchangées, conformément à la Parole immuable de Jéhovah Dieu. - it-1 p798 6:22. Bien que la construction de l’arche ait pris des années, Noé a fait exactement ce que Dieu avait ordonné. En conséquence, sa famille et lui ont été préservés lors du déluge. Jéhovah s’adresse à nous par sa Parole écrite et il utilise son organisation pour nous guider. C’est notre intérêt d’écouter et d’obéir. – TG2004 1/1 p30 Quel spectacle inoubliable ! De tous horizons, ils arrivent par centaines ! Certains trottent, d’autres volent ou sautent, sans compter ceux qui rampent ou se dandinent. Noé et sa famille ont devant eux une diversité époustouflante de tailles, de formes, mais aussi de comportements. Inutile d’imaginer un pauvre Noé en train de batailler ou de chercher à attraper et à amadouer tous ces animaux sauvages pour les faire monter à bord ! Le récit dit que les animaux « entrèrent vers Noé à l’intérieur de l’arche deux par deux, mâle et femelle, comme Dieu l’avait ordonné à Noé. » (Genèse 7:9). Certains pourraient se demander : « Mais comment cela a-t-il pu se faire ? Et comment tous ces animaux ont-ils pu vivre ensemble en paix dans un espace aussi limité ? » D’après vous, Jéhovah, le Créateur de l’univers, n’a-t-il pas le pouvoir de maîtriser les animaux qu’il a créés ? Ne peut-il pas les apprivoiser ou les rendre dociles si nécessaire ? Rappelez-vous que c’est Jéhovah qui a ouvert en deux la mer Rouge. Une fois, il a même immobilisé le soleil. Pourquoi n’aurait-il pas pu accomplir tout ce qui est décrit dans le récit concernant Noé ? Non seulement il le pouvait, mais il l’a fait ! – TG2013 1/ 4 p14 Imaginez à quoi ressemble la vie de Noé et de sa famille les 40 premiers jours après que Jéhovah ferme la porte. Jour après jour, la pluie continue de s’abattre sur l’arche. Les journées des huit passagers sont bien remplies : ils s’occupent les uns des autres, entretiennent l’endroit où ils vivent et soignent les animaux. Tout à coup, une forte secousse ! Tout le bâtiment se met bouger. L’arche se déplace ! Portée par les eaux, elle s’élève de plus en plus, jusqu’à ce qu’« elle flotte très haut au-dessus de la terre » (Genèse 7:17). Quelle démonstration impressionnante de la puissance de Jéhovah ! – TG2013 1/8 p13 Après 40 jours et 40 nuits, la pluie s’arrête enfin ; nous sommes au mois de décembre 2370 avant notre ère. Mais pour les occupants de l’arche, l’aventure est loin d’être finie. L’embarcation remplie d’animaux se laisse porter par les courants, seule au milieu d’un océan qui recouvre la terre entière, bien au-dessus du sommet des montagnes (Genèse 7:19, 20). Vous représentez-vous Noé en train d’organiser les tâches les plus difficiles ? Avec ses fils, Sem, Cham et Japhet, il doit nourrir, laver et soigner les animaux. Bien sûr, Dieu a pu faire en sorte que les animaux sauvages restent tranquilles pendant toute la durée du Déluge. Après tout, il avait bien su les rendre assez obéissants pour qu’ils entrent dans l’arche. De toute évidence, Noé tient un journal de bord précis. Ce journal signale quand la pluie a commencé à tomber et quand elle s’est arrêtée. Il révèle aussi que les eaux ont submergé la terre pendant 150 jours. Puis, après que le niveau de l’eau a diminué, l’arche se pose sur « les montagnes d’Ararat », situées dans l’actuelle Turquie. Nous sommes à présent en avril 2369 avant notre ère. Ce n’est que 73 jours plus tard, en juin, que les sommets des montagnes apparaissent. Trois mois plus tard, en septembre, Noé décide d’enlever une partie du toit de l’arche. Ce dur travail est récompensé quand les rayons du soleil et l’air frais remplissent l’arche. Un peu plus tôt, Noé a cherché à savoir si la terre était redevenue sûre et habitable. Il a d’abord envoyé un corbeau, qui a fait plusieurs allées et venues, en se posant peut-être sur l’arche de temps en temps. Puis il a envoyé une colombe, qui, après être revenue plusieurs fois vers lui, a finalement trouvé un endroit où se poser (Genèse 7:24–8:13). Noé accordait sans aucun doute plus d’importance à Dieu qu’à ses tâches quotidiennes. Nous pouvons facilement imaginer toute la famille se réunir régulièrement pour prier et parler de la façon dont leur Père céleste les avait protégés. Noé tenait compte de Jéhovah dans chacune de ses décisions importantes. Même quand il a vu que la terre était « devenue sèche », après plus d’un an passé à bord de l’arche, il n’a pas cherché à ouvrir la porte pour faire sortir tous les occupants, qui commençaient peut-être à se sentir un peu à l’étroit (Genèse 8:14). Non, il a attendu d’en recevoir l’ordre de Jéhovah. Aujourd’hui, les chefs de famille peuvent apprendre beaucoup de cet homme de foi. Il était organisé, travailleur, patient et soucieux de protéger ceux qui étaient sous sa responsabilité. Par-dessus tout, il mettait la volonté de Jéhovah à la première place dans sa vie. Si nous imitons la foi de Noé dans ces domaines, cela profitera à tous ceux que nous aimons. TG2013 1/8 p14 8:11 — Si les arbres ont été ravagés par le déluge, où la colombe a-t-elle trouvé la feuille d’olivier ? Deux explications sont envisageables. L’olivier est un arbre très résistant. L’un d’eux a très bien pu rester en vie sous l’eau pendant quelques mois. Lorsque les eaux ont baissé, il s’est retrouvé sur la terre ferme et a produit des feuilles. Cependant, la colombe a aussi pu prendre une feuille d’un tout jeune rejeton qui avait poussé après la baisse des eaux. – TG2004 1/1 p31 Pourquoi Noé a-t-il envoyé hors de l’arche un corbeau, puis une colombe? Pourquoi un corbeau? Premier oiseau nommé dans la Bible (Gn 8:7). Cet oiseau au vol puissant a la faculté de se nourrir de toutes sortes d’aliments, y compris des cadavres. Il est possible que Noé ait envoyé le corbeau pour voir s’il reviendrait ou bien s’il se tiendrait hors de l’arche, à l’écart, se nourrissant peut-être de la chair restée sur les carcasses découvertes par le retrait des eaux et l’apparition de la terre ferme. Le corbeau n’est toutefois pas resté à l’écart. La Bible dit qu’il est revenu, mais elle ne précise pas qu’il est revenu vers Noé. Peut-être se reposait-il sur l’arche entre ses vols durant lesquels il recherchait la nourriture qui flottait sur les eaux encore présentes sur la terre. Noé a par la suite décidé d’envoyer une colombe. Nous lisons: “La colombe ne trouva pas de lieu de repos pour la plante de son pied, et ainsi elle revint vers lui dans l’arche.” (Genèse 8:9). Cela laisse supposer que la colombe pouvait servir à déterminer, à sa manière, si les eaux du déluge avaient diminué. La colombe est en confiance parmi les humains. Noé pouvait s’attendre à revoir la colombe, qui ne reviendrait pas simplement se reposer sur l’arche, mais reviendrait vers lui. La colombe allait donc pouvoir apporter à Noé des indices qui lui indiqueraient qu’elle avait trouvé la terre ferme ou des plantes sortant de terre. La première fois que Noé a envoyé la colombe, elle est revenue simplement vers lui dans l’arche. La deuxième fois elle est revenue avec une feuille d’olivier. La troisième fois, elle n’est pas revenue, ce qui indiquait que Noé avait à présent la possibilité de quitter l’arche en toute sécurité. — Genèse 8:8-12. – TG1992 15/1 p31 Noé accordait sans aucun doute plus d’importance à Dieu qu’à ses tâches quotidiennes. Nous pouvons facilement imaginer toute la famille se réunir régulièrement pour prier et parler de la façon dont leur Père céleste les avait protégés. Noé tenait compte de Jéhovah dans chacune de ses décisions importantes. Même quand il a vu que la terre était « devenue sèche », après plus d’un an passé à bord de l’arche, il n’a pas cherché à ouvrir la porte pour faire sortir tous les occupants, qui commençaient peut-être à se sentir un peu à l’étroit (Genèse 8:14). Non, il a attendu d’en recevoir l’ordre de Jéhovah. Aujourd’hui, les chefs de famille peuvent apprendre beaucoup de cet homme de foi. Il était organisé, travailleur, patient et soucieux de protéger ceux qui étaient sous sa responsabilité. Par-dessus tout, il mettait la volonté de Jéhovah à la première place dans sa vie. – TG2013 1/8 p14
  11. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 13 Janvier 2020 - Genèse 3-5.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 13 Janvier 2020 - Genèse 3-5.pdf Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Genèse 3-5 Genèse 4:23, 24 : Pourquoi Lamek a-t-il composé ce poème ? (it-2 105). « Lamek composa ces paroles pour ses femmes Ada et Zila : « Entendez ma voix, femmes de Lamek, prêtez l’oreille à ma parole : J’ai tué un homme qui m’avait blessé, oui, un jeune homme qui m’avait frappé. Si Caïn doit être vengé 7 fois, alors Lamek 77 fois. » Le poème que Lamek composa pour ses femmes (Gn 4:23, 24) reflète l’ambiance de violence qui régnait en ce temps-là. Le voici : “ Entendez ma voix, femmes de Lamek, prêtez l’oreille à ma parole : J’ai tué un homme pour m’avoir blessé, oui, un jeune homme pour m’avoir donné un coup. Si Caïn doit être vengé sept fois, alors Lamek soixante-dix fois et sept. ” Apparemment, Lamek plaidait la légitime défense, soutenant que son meurtre n’était pas volontaire, contrairement à celui de Caïn. Il affirmait qu’en se défendant, il avait tué l’homme qui l’avait frappé et blessé. Par son poème, il demandait donc à être protégé de quiconque chercherait à se venger de lui pour avoir tué son agresseur.- it-2 p105 Le poème que Lamek composa pour ses femmes. Il est le premier homme à avoir eu deux femmes (Gn 4:23, 24) Il reflète l’ambiance de violence qui régnait en ce temps-là. Apparemment, Lamek plaidait la légitime défense, soutenant que son meurtre n’était pas volontaire, contrairement à celui de Caïn. Il affirmait qu’en se défendant il avait tué l’homme qui l’avait frappé et blessé. Par son poème, il demandait donc à être protégé de quiconque chercherait à se venger de lui pour avoir tué son agresseur – it-2 Lamek Genèse 4:26 : En quel sens, de toute évidence, les contemporains d’Énosh ont-ils commencé à « appeler le nom de Jéhovah » ? (it-1 352). « Seth eut un fils lui aussi ; il l’appela Énosh. À cette époque-là, on commença à appeler le nom de Jéhovah. » L’‘ invocation du nom de Jéhovah ’ qui commença à l’époque d’Énosh, avant le déluge, ne devait pas être pure, légitime, car Abel, longtemps auparavant, avait déjà dû s’adresser à Dieu en utilisant le nom divin (Gn 4:26 ; Hé 11:4). Si, comme l’affirment certains biblistes, cette invocation du nom de Dieu doit s’entendre en ce sens qu’on faisait de ce nom un mauvais usage, qu’on l’appliquait de façon indigne à des humains ou à des idoles, alors cela constituait un blasphème. Voir ÉNOSH. ÉNOSH - Fils de Seth, qu’il eut à l’âge de 105 ans. Énosh avait 90 ans quand il devint père de Qénân, et il vécut 905 ans. Son nom figure également dans les généalogies en 1 Chroniques 1:1 et en Luc 3:38. À son époque, “ on commença d’invoquer le nom de Jéhovah ”. (Gn 4:26.) Vraisemblablement, cela ne veut pas dire qu’on se mit à invoquer Jéhovah avec foi et par un culte pur, comme l’avait fait Abel plus de 105 ans avant la naissance d’Énosh. Certains hébraïsants pensent que ce texte devrait être traduit par une expression comme “ on commença de manière sacrilège ” ou “ alors commença la profanation ”. Le Targoum Jérusalem dit au sujet de l’époque d’Énosh : “ Ce fut la génération durant laquelle ils commencèrent à s’égarer, à se faire des idoles et à les appeler du nom de la Parole du Seigneur. ” Peut-être certains se donnèrent-ils le nom de Jéhovah ou l’attribuèrent-ils à d’autres hommes au travers desquels ils prétendaient adorer Dieu ; à moins qu’ils n’aient attribué son nom à des objets qu’ils adoraient. Quand on se mit à “ invoquer le nom de Jéhovah ”, à l’époque d’Énosh, il ne semble pas que cela fût sincère (Gn 4:26), puisque l’homme de foi cité après Abel n’est pas Énosh, mais Hénoch. Ce dernier “ marchait avec le vrai Dieu ”, ce qui dénote que Dieu approuvait ce qu’il faisait pour avoir accès auprès de lui (Gn 5:24 ; Hé 11:5). Toutefois, la prophétie de Hénoch rapportée en Jude 14, 15 indique qu’à son époque le manque de respect envers Dieu était largement répandu – it-1 p35 Aux jours d’Énosh, petit-fils d’Adam, les hommes pratiquèrent, semble-t-il, une forme d’idolâtrie : “ À cette époque-là on commença d’invoquer le nom de Jéhovah. ” (Gn 4:26). Mais manifestement il ne s’agissait pas d’invocations à Jéhovah mues par la foi, ce qu’avait fait le juste Abel bien des années plus tôt et qui lui avait valu de mourir en martyr par la main de son frère Caïn (Gn 4:4, 5, 8). Apparemment, ce qui fit son apparition aux jours d’Énosh, c’est une forme de faux culte dans lequel on faisait un usage mauvais ou inconvenant du nom de Jéhovah. Soit des hommes s’octroyaient le nom de Dieu ou le donnaient à d’autres humains (par l’intermédiaire desquels ils faisaient semblant de s’approcher de Dieu pour l’adorer), soit ils donnaient ce nom à des idoles (désirant des supports visibles et palpables pour tenter d’adorer le Dieu invisible). – it-1 p1164 Les gens ont commencé à invoquer le nom de Jéhovah ; mais ils ne le faisaient pas avec révérence, dans le but de l’adorer. Ils utilisaient de toute évidence le nom sacré de Dieu d’une façon blasphématoire et irrespectueuse. Cette ‘ invocation du nom de Jéhovah ’ était une forme d’apostasie Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ? Satan a usé d’artifices subtils. (Genèse 3:1-5) Premièrement, il n’a pas employé le nom Jéhovah mais le terme “ Dieu ”. On notera que, dans le premier verset du chapitre 3, le rédacteur de la Genèse, lui, a utilisé le nom personnel de Dieu. Deuxièmement, au lieu d’évoquer l’“ ordre ” de Dieu, Satan s’est juste enquis de ce qu’il avait “ dit ”. (Gen. 2:16.) Par ce biais, il a certainement cherché à minimiser la valeur de cet ordre. Troisièmement, alors qu’il ne s’adressait qu’à Ève, il a recouru au pronom pluriel “ vous ”. Qui sait s’il n’a pas tenté ainsi de flatter l’orgueil de la femme, de lui faire croire qu’elle était quelqu’un d’important — en somme qu’elle représentait son couple. Le stratagème a-t-il fonctionné ? À l’évidence, oui. Ève s’est manifestement arrogé le droit de parler pour elle et son mari puisqu’elle a répondu au serpent : “ Du fruit des arbres du jardin nous pouvons manger. ” Satan a aussi déformé les faits. Il a insinué que Dieu était injuste en imposant à Adam et Ève de ne pas manger de “ tout arbre du jardin. ” Puis il a amené la femme à penser à sa propre personne et au moyen d’améliorer son sort, du moins en théorie, en devenant “ comme Dieu ”. Finalement, Ève a concentré son attention sur l’arbre et son fruit plutôt que sur les relations qu’elle entretenait avec Celui qui lui avait tout donné. (Genèse 3:6.) Malheureusement, en mangeant du fruit, elle a montré que Jéhovah n’était pas la personne la plus importante dans sa vie. – TG2011 15/5 p16 §4,5 Satan a choisi sa cible avec soin. Ève était la créature intelligente la plus jeune de l’univers. Profitant de son inexpérience, il a cherché à la tromper et à la séduire. En se cachant derrière un serpent, un animal extrêmement prudent, il a astucieusement dissimulé ses intentions pleines d’audace et d’ambition (Genèse 3:1). Satan a attiré et captivé l’attention d’Ève qui savait que les serpents ne parlent pas. Elle aussi avait sans doute observé cet animal prudent. Le stratagème de Satan a donc éveillé sa curiosité ; il l’a amenée à se focaliser sur la seule chose de tout le jardin qui lui était interdite. Il a semé le doute dans l’esprit d’Ève en insinuant que Dieu la privait de quelque chose de bon et restreignait inutilement sa liberté. Il misait en fait sur l’éventualité que l’amour-propre d’Ève soit plus fort que son amour pour le Dieu qui lui avait tout donné (Genèse 3:4, 5). Hélas ! sa manœuvre a atteint son but ; ni Ève ni Adam n’avaient cultivé dans leur cœur l’amour et la reconnaissance qu’ils auraient dû avoir pour Jéhovah. Pareillement de nos jours, Satan n’encourage-t-il pas l’égocentrisme et les raisonnements trompeurs ? TG2011 1/1 p12 C’est important que nous soyons convaincu qu’il n’y a rien de mieux pour nous que d’obéir à Jéhovah. Satan veut que nous pensions que les normes fixées par Dieu sont trop difficiles à respecter. Il veut aussi que nous pensions que nous serons plus heureux si on décidait nous-même ce qui est bien et ce qui est mal. C’est ce qu’il a essayé de faire croire aux humains depuis l’époque du jardin d’Éden (Genèse 3:1-6). Aujourd’hui encore, il continue à le faire. – lvs chap17 p226 §3 Ce que Jéhovah a fait pour Adam et Ève peu après leur péché est un excellent exemple de bienveillance. Le premier couple avait cousu « des feuilles de figuier » pour se faire « des pagnes ». Mais Jéhovah savait qu’ils auraient besoin de vêtements plus adaptés à la vie à l’extérieur du jardin d’Éden. En effet, le sol désormais maudit allait produire « des ronces et des chardons ». Jéhovah a donc fait preuve de bienveillance en leur fournissant « de longs vêtements de peau » (Gen. 3:7, 17, 18, 21). – TG2018/11 p28 3:8 — Jéhovah parlait-il à Adam directement ? La Bible révèle que, lorsque Jéhovah a parlé à des humains, il l’a fait souvent par l’entremise d’un ange. Le principal porte-parole de Dieu était son Fils unique-engendré, appelé “ la Parole ”. Tout porte à croire que Dieu communiquait avec Adam et Ève par son intermédiaire - TG2004 1/1 p29 Jéhovah avait dit à Adam : « Le jour où tu [...] mangeras de l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais, tu mourras à coup sûr. » Adam a peut-être pensé que Dieu parlait d’un « jour » de 24 heures. Après avoir violé l’ordre divin, il pouvait s’attendre à ce que Jéhovah réagisse avant le coucher du soleil. C’est « vers le moment du jour où souffle la brise » que Jéhovah s’est adressé au couple (Gen. 3:8). Il a, en quelque sorte, tenu audience pour établir les faits d’après les réponses d’Adam et Ève (Gen. 3:9-13). Puis il a prononcé sa sentence contre les malfaiteurs (Gen. 3:14-19). S’il les avait exécutés sur-le-champ, son dessein concernant Adam et Ève et leurs descendants aurait échoué. Bien qu’il ait confirmé la peine de mort et que les effets du péché se soient immédiatement fait sentir, il a permis à Adam et Ève d’avoir des enfants, qui pourraient bénéficier de dispositions qu’il prendrait. Ainsi, du point de vue de Dieu, Adam et Ève sont morts le jour où ils ont péché. Et, en fait, ils sont morts avant la fin d’un « jour » de 1 000 ans – TG2014 15/9 p24-25 3:17 — En quel sens et pendant combien de temps le sol a-t-il été maudit ? La malédiction prononcée sur le sol le rendrait désormais pénible à cultiver. Les descendants d’Adam ressentaient à ce point les conséquences de la malédiction du sol, avec ses épines et ses chardons, que Lamek, le père de Noé, évoqua “ la douleur de nos mains provenant du sol que Jéhovah a maudit ”. (Genèse 5:29.) Après le déluge, Jéhovah bénit Noé et ses fils, leur faisant savoir que sa volonté était qu’ils remplissent la terre. Il avait, semble-t-il, retiré la malédiction qui frappait le sol. – TG2004 1/1 p29 Quand Adam, le premier homme, a désobéi délibérément au commandement divin, Dieu lui a dit : “ À la sueur de ton visage tu mangeras du pain jusqu’à ce que tu retournes au sol, car c’est de lui que tu as été pris. Car tu es poussière et tu retourneras à la poussière. ” (Genèse 3:19). Où était Adam avant que Jéhovah le crée à partir de la poussière ? Nulle part. Il n’existait pas, tout simplement. Ce serait comme s’il n’avait jamais été créé Quand donc Jéhovah Dieu a dit à Adam qu’il ‘ retournerait à la poussière ’, il entendait par là qu’il mourrait et retournerait aux éléments du sol. Adam n’allait pas passer dans le domaine spirituel. À sa mort, il redeviendrait non existant. Sa punition serait la mort, l’absence de vie, pas un transfert dans un autre monde. – TG2001 15/7 p5 Pourquoi trouvons-nous parfois difficile de nous soumettre à Jéhovah ? Une des raisons est que nous avons tous hérité du péché et que nous sommes imparfaits. Nous avons donc tendance à nous rebeller. Quand Adam et Ève se sont rebellés contre Dieu en mangeant du fruit interdit, ils ont établi leurs propres normes (Gen. 3:22). Comme eux, la plupart des humains aujourd’hui préfèrent ne pas tenir compte de Jéhovah. Ils choisissent de décider par eux-mêmes de ce qui est bien et mal.- TG2019/9 §14 Les chérubins. Certaines des premières créatures spirituelles à apparaître aux humains ont laissé un exemple qui peut nous aider à endurer dans une affectation difficile. Jéhovah Dieu « posta à l’est du jardin d’Éden les chérubins et la lame flamboyante d’une épée qui tournoyait sans arrêt pour garder le chemin de l’arbre de vie » (Gen. 3:24). Ces chérubins n’avaient assurément pas été créés pour cette affectation ! En effet, le péché et la rébellion ne faisaient pas partie du dessein de Jéhovah pour les humains. Pourtant, on ne lit nulle part dans la Bible que les chérubins, des créatures spirituelles de haut rang, se seraient plaints d’être trop qualifiés pour cette tâche. Ils ne se sont pas ennuyés ni n’ont abandonné. Obéissants, ils sont restés à leurs postes et ont enduré jusqu’à ce que leur tâche soit achevée, peut-être au moment du Déluge, plus de 1 600 ans après ! – TG2016/4 p16 §12 Abel était perspicace sur le plan spirituel ; Caïn ne l’était pas. Mais ce n’était pas la seule différence entre eux. Ils avaient aussi des mentalités différentes. C’est pourquoi, “ tandis que Jéhovah regardait avec faveur Abel et son offrande, il ne regarda pas avec faveur Caïn et son offrande ”. Caïn n’avait probablement songé que superficiellement à son offrande et l’offrit pour la forme. Mais Dieu n’approuvait pas le formalisme. Le cœur de Caïn était devenu mauvais, et Jéhovah discerna qu’il avait de mauvais mobiles. La réaction de Caïn lorsque son sacrifice fut rejeté dévoila d’ailleurs son véritable état d’esprit. Au lieu de se remettre en question, “ Caïn s’enflamma d’une grande colère, et son visage s’allongea ”. (Genèse 4:5.) Son comportement trahissait des pensées et des intentions méchantes. – TG2002 15/1 p21 Dieu nous met en garde lorsque nous montrons de mauvaises inclinations. Pour bien saisir cet aspect de son observation attentive, voyons comment il a traité Caïn, qui « s’enflamma d’une grande colère » parce qu’il n’avait pas obtenu l’approbation divine (Genèse 4:3-7). Jéhovah lui a vivement conseillé de « se mettre à bien agir ». Il l’a prévenu que, sinon, le péché était « tapi à l’entrée ». Puis il lui a demandé : « Te rendras-tu maître de lui ? » Dieu voulait que Caïn tienne compte de l’avertissement et qu’« il y ait élévation », que Caïn retrouve sa faveur. Il conserverait alors une bonne relation avec Dieu. Que dire de nous aujourd’hui ? Les yeux de Jéhovah voient clair dans notre cœur ; nous ne pouvons pas lui cacher nos inclinations et nos motivations. Notre Père bienveillant veut que nous marchions dans les voies de la justice ; pourtant, il ne nous force pas à changer de route. Lorsque nous allons dans la mauvaise direction, il nous met en garde par sa Parole, la Bible. Comment ? Dans notre lecture biblique quotidienne, nous tombons souvent sur des passages qui nous aident à surmonter de mauvaises tendances ou des inclinations malsaines. De plus, nos publications chrétiennes traitent parfois d’une difficulté contre laquelle nous luttons et nous montrent comment la surmonter. Enfin, aux réunions de la congrégation, chacun de nous reçoit au bon moment les conseils dont il a besoin ! Toutes ces mises en garde sont vraiment la preuve que Jéhovah surveille chacun de nous individuellement et avec amour – TG2014 15/4 p28 §4-6 Caïn n’adorait que Jéhovah, mais celui-ci n’a pas accepté son culte. En effet, il a vu que de mauvaises tendances grandissaient dans le cœur de Caïn (1 Jean 3:12). Pour l’aider, il l’a averti en disant : « Si tu te mets à bien agir, n’auras-tu pas de nouveau mon approbation ? Par contre, si tu ne le fais pas, le péché te guette à la porte, et il veut te dominer ; mais te rendras-tu maître de lui ? » (Gen. 4:6, 7). C’est comme si Jéhovah lui disait : « Si tu te repens et que tu choisis d’être de mon côté, je serai avec toi. ». Si Caïn avait changé d’état d’esprit, Jéhovah aurait accepté son culte. Mais il n’a pas écouté le conseil. Ses mauvaises pensées et ses désirs égoïstes l’ont mené à commettre de mauvaises actions. Plus jeune, il n’avait probablement jamais imaginé qu’il s’opposerait un jour à Jéhovah. C’est pourtant ce qu’il a fini par faire : il s’est rebellé contre Dieu et a tué son propre frère – Comme Caïn, un chrétien aujourd’hui pourrait prétendre adorer Jéhovah tout en faisant des choses que celui-ci déteste. Il pourrait être actif en prédication et régulier aux réunions, mais dans le même temps entretenir des fantasmes ou pensées sexuelles immorales, de l’avidité, ou de la haine envers un autre chrétien. De tels sentiments ou pensées pourraient l’amener à pécher. Les autres ne savent peut-être pas ce que nous pensons ou faisons, mais Jéhovah voit tout et il sait si nous sommes complètement de son côté ou pas – TG2018/7 p17 §3-5 “ Après cela, Caïn dit à Abel son frère : ‘ Allons aux champs. ’ Et voici ce qui arriva : tandis qu’ils étaient aux champs, Caïn se jeta sur Abel son frère et le tua. ” (Genèse 4:8). Ainsi, Caïn désobéit et commit un meurtre de sang-froid. Il ne manifesta pas le moindre remords quand Jéhovah lui demanda : “ Où est Abel ton frère ? ” Pire, il rétorqua avec une insolence impassible : “ Je ne sais pas. Suis-je le gardien de mon frère ? ” (Genèse 4:9). En mentant effrontément et en niant sa responsabilité, Caïn prouva qu’il n’avait pas de cœur. La conduite de Caïn indique que nous avons tous le choix, que ceux qui choisissent de pécher s’éloignent de Dieu et que Jéhovah exécute ses jugements sur celui qui ne se repent pas.- TG2002 15/1 p22 Jéhovah a dévoilé le lien étroit qui existe entre la vie et le sang et il a affirmé leur caractère sacré peu après l’assassinat d’Abel. “ Écoute ! a-t-il dit à Caïn. Le sang de ton frère crie du sol vers moi. ” (Genèse 4:10). Aux yeux de Jéhovah, ce sang représentait la vie d’Abel, vie que Caïn avait abrégée sauvagement. Dans un certain sens, donc, le sang d’Abel criait vers Dieu pour réclamer vengeance. – Livre « Amour de Dieu » p74 4:15 — De quelle façon Jéhovah a-t-il ‘ établi un signe pour Caïn ’ ? La Bible ne dit pas qu’un signe (ou une marque) fut placé sur le corps de Caïn. Ce signe consistait certainement en un décret solennel que chacun connaissait et respectait, et dont le but était d’empêcher que Caïn soit tué par vengeance. – TG2004 1/1 p29 Pourquoi Dieu a-t-il jadis autorisé des mariages entre frères et sœurs? Le récit biblique indique que Caïn s’est marié avec l’une de ses sœurs (Gen. 4:17; 5:4), ou peut-être une nièce, et qu’Abram a pris pour femme sa demi-sœur (Gen. 20:12). Mais plus tard, dans la loi qui a été donnée par l’entremise de Moïse, de tels mariages ont été formellement interdits (Lév. 18:9, 11). De nos jours, ils ne sont pas autorisés parmi les chrétiens. Celui qui se marie avec un proche parent risque fort de transmettre à ses enfants des tares héréditaires. Pourquoi les mariages entre frères et sœurs n’étaient-ils pas jugés inconvenants au début de l’histoire humaine? Dieu a créé Adam et Ève parfaits, et il avait pour dessein que toute l’humanité descende d’eux (Gen. 1:28; 3:20). Au début, pendant quelques générations, des mariages seraient évidemment contractés entre proches parents. Mais bien que le péché eût déjà fait son apparition à cette époque reculée, il y avait relativement peu de risques que les enfants soient affligés de tares importantes. En effet, les humains étaient encore très proches de la perfection dont Adam et Ève avaient joui, comme l’atteste leur longévité. (Genèse 5:3-8; 25:7.) Cependant, quelque 2 500 ans après qu’Adam a péché, Dieu a interdit les mariages incestueux pour protéger les générations futures. Cela a élevé la moralité sexuelle de ses serviteurs au-dessus de celle des peuples alentour, car, à l’époque, ceux-ci se livraient à toutes sortes de pratiques dépravées – rs p228 Ève avait-elle raison de dire qu’elle avait produit son fils Caïn “ avec l’aide de Jéhovah ” ? Lorsque son premier fils Caïn naquit hors du Paradis, Ève s’exclama : “ J’ai produit un homme avec l’aide de Jéhovah. ” (Gn 4:1). Dans le récit biblique, Ève est la première personne à employer le nom de Dieu, ce qui montre que les tout premiers humains connaissaient le nom Jéhovah. Par la suite, Ève donna le jour à Abel ainsi qu’à d’autres enfants, garçons et filles. Adam avait 130 ans quand elle enfanta un fils qu’elle appela du nom de Seth, et elle dit : “ Dieu a assigné une autre semence à la place d’Abel, parce que Caïn l’a tué. ” Elle n’avait pas tort de s’exprimer ainsi à la naissance de Caïn, puis à celle de Seth, puisque c’était Dieu qui avait donné à elle et à Adam les facultés procréatrices, et aussi parce que, grâce à la faveur imméritée de Dieu qui ne l’avait pas mise à mort aussitôt après qu’elle eut transgressé son commandement, elle avait pu connaître la maternité. Le récit de la Genèse concernant Ève s’achève sur la naissance de Seth. Gn 4:25 ; 5:3, 4. – it-1p829 Certains affirment que l’espérance de vie d’alors n’était pas si longue, et que les années mentionnées dans le récit biblique en réalité désignent des mois. Est-ce vrai ? Prenons le cas de Maalalel. La Bible déclare : “ Maalalel vécut soixante-cinq ans. Puis il devint père de Yared. [...] tous les jours de Maalalel se montèrent à huit cent quatre-vingt-quinze ans, et il mourut. ” (Genèse 5:15-17). Si une année représente un mois, Maalalel serait devenu père à seulement cinq ans ! La vérité, c’est qu’à l’époque on était plus proche de la vitalité parfaite du premier homme Adam. On vivait des siècles, au sens littéral. – TG2002 1/3 p5-6 5:24 — En quel sens Dieu a-t-il ‘ pris Hénoch ’ ? Il semble que Hénoch était en danger de mort, mais que Dieu n’a pas permis qu’il souffre entre les mains de ses ennemis. “ Hénoch a été transféré pour ne pas voir la mort ”, a écrit l’apôtre Paul (Hébreux 11:5). Cela ne signifie pas que Dieu l’a fait aller au ciel pour qu’il y poursuive sa vie. Jésus fut le premier à monter au ciel. Le fait que Hénoch a été “ transféré pour ne pas voir la mort ” peut vouloir dire que Dieu l’a fait tomber dans une extase de prophète pendant laquelle il lui a ôté la vie. De cette façon, Hénoch n’a pas souffert, il n’a pas ‘ vu la mort ’, entre les mains de ses ennemis. Hénoch a vécu 365 ans, bien moins longtemps que la plupart de ses contemporains. Mais l’important pour ceux qui aiment Jéhovah c’est de le servir fidèlement jusqu’à la fin de leurs jours. Nous savons que c’est ce qu’a fait Hénoch, car “ avant son transfert, il avait le témoignage qu’il avait plu à Dieu ”. Les Écritures n’indiquent pas comment Jéhovah l’a fait savoir à Hénoch. Néanmoins, avant que Hénoch ne meure, Dieu l’a assuré de son approbation, et nous pouvons être certains que Jéhovah se souviendra de lui à la résurrection– TG2004 1/1 p29 Noé était déjà fidèle à Jéhovah depuis plus de 500 ans quand celui-ci lui a demandé de construire une arche. Elle servirait à sauver des personnes et des animaux (Gen. 5:32). En plus de cela, Noé devait aussi nourrir sa femme et ses enfants, ce qui lui demandait de gros efforts, car avant le Déluge, le sol était très difficile à cultiver (Gen. 5:28, 29). Cependant, il n’a pas centré sa vie sur les besoins matériels de sa famille. Même si la construction de l’arche l’a bien occupé pendant peut-être 40 ou 50 ans, il a continué de donner à Jéhovah la priorité. Et il l’a fait jusqu’à sa mort, 350 ans après le Déluge. Comment imiter la foi et l’obéissance de Noé. Nous le pouvons en faisant ce qui est juste, en restant à l’écart du monde de Satan et en mettant Jéhovah en premier dans notre vie – TG2018/2 p3 §6-9
  12. Vidéo par écrit Un chirurgien orthopdique parle de sa foi.docx Vidéo par écrit Un chirurgien orthopdique parle de sa foi.pdf
      Hello guest!
      Hello guest!
    Vidéo par écrit : « Un chirurgien orthopédique parle de sa foi » Irène HOF LAURENCEAU : « J’ai étudié la médecine à l’université de Zurich en Suisse et ensuite je me suis spécialisée en chirurgie orthopédique. Je ne croyais pas en un créateur puisque j’étais convaincu que les espèces sont venues à l’existence par l’évolution. En comparant l’anatomie entre les différents organismes, on reconnaît des irrégularités et pour moi, c’était logique qu’il y a un lien entre ces irrégularités ; que ça nous indique qu’on vient d’un ancêtre commun. Après les études de médecine, j’ai travaillé aux hôpitaux dans le service de chirurgie. En orthopédie, une grande partie c’est de mettre des prothèses pour remplacer des articulations qui sont malades, qui ne fonctionnent plus. Le genou ne se plie pas ou ne s’étend pas seulement, il y a aussi un petit glissement, une petite rotation. Avec une prothèse de genou, on n’arrive pas à avoir la mobilité complète d’un genou sain, d’un genou normal. Quelqu’un qui fait du patinage ou de la danse, ça nous oblige à croire qu’il y a un concepteur supérieur à nous. Pour qu’un pied puisse fonctionner correctement, il faut une harmonie entre les articulations, les tendons, les muscles, le système nerveux ; c’est difficile d’imaginer que c’est le fruit de l’évolution. Quand quelqu’un est venu chez moi pour parler de la Bible, j’ai trouvé plus logique les arguments pour la Création ; et de plus, j’ai appris qu’il y a des scientifiques renommés que même eux-aussi ont des doutes dans la théorie de l’évolution. En étudiant la Bible, j’ai mieux appris à connaître qui est Dieu ; c’est comme un aliment, il faut le goûter pour voir s’il est bon. Donc, il faut étudier la Bible pour se rendre compte si c’est vrai. Vidéo par écrit : « Un zoologiste parle de sa foi » Yaroslav DOVHANYCH – « Je suis diplômé du département de zoologie de l’université d’Oujhorod (Ukraine) et je suis spécialisé en zoologie. J’aime beaucoup la nature et je veux la protéger. Selon la théorie de l’évolution, il n’y a pas de créateur et tout a été conçu par une série de changements et de combinaisons aléatoires. Je ne pouvais pas prouver cette théorie mais j’y croyais et j’ai trouvé ça logique ; c’est pour ça que j’étais évolutionniste et même un ardent défenseur de cette théorie. Quand j’étudiais le fonctionnement des systèmes écologiques dans la réserve de biosphère des Carpates en Ukraine, j’observais la nature sous l’angle de la théorie de l’évolution. En étudiant la nature de cette manière, j’ai commencé à remarquer des choses qui allaient contre cette théorie, des choses qui n’auraient pas pu apparaître par sélection naturelle. Quand j’ai commencé à me demander si un créateur existait, j’ai découvert encore plus de faits qui contredisaient la théorie de l’évolution. Qui affirmerait qu’un logiciel est apparu par hasard ? Les évolutionnistes, eux, aiment croire que l’ADN est le fruit de l’évolution. Prenons un exemple : Vous avez dans vos mains des cubes en bois où sont écrites des lettres ; vous les jetez sur la table et d’un coup une belle encyclopédie se forme. Il y a encore moins de chance que l’ADN vienne de l’évolution. Quand j’ai commencé à penser sérieusement à la possibilité que le monde ait été créé, j’ai réfléchi sur l’idée suivante : Je savais que la religion explique que le monde a été créé par Dieu ; alors, j’ai décidé d’examiner différents enseignements religieux, y compris ce que dit la Bible sur la manière dont Dieu a créé le monde. La Bible est très vieille, elle a des milliers d’années et pourtant son contenu est encore exact et digne de foi aujourd’hui. Elle contient de nombreuses prophéties, des prédictions d’évènements. Ces évènements devaient se passer dans un avenir lointain parfois plusieurs siècles plus tard. L’Histoire confirme qu’ils se sont bien réalisés comme la Bible l’avait annoncé. Ces prédictions ont dû être faites par quelqu’un dont les capacités dépassent largement celles de l’homme. C’est la preuve que l’Auteur de la Bible n’est pas l’homme mais quelqu’un de beaucoup plus intelligent et qui a des capacités que l’homme n’a pas. Sais-tu expliquer pourquoi tu crois en la création Si quelqu’un te demandait pourquoi tu crois en la création, que lui dirais-tu ? Pour pouvoir répondre avec assurance, tu dois faire deux choses : D’abord, vérifier personnellement que la vie a été créée (Romains 12:1, 2). Ensuite, réfléchir à la façon d’expliquer ta croyance (Proverbes 15:28). ˙ Pourquoi Irène Hof Laurenceau croit-elle en la création plutôt qu’en l’évolution ? ˙ Pourquoi Yaroslav Dovhanych croit-il en la création plutôt qu’en l’évolution ? ˙ Comment expliquerais-tu à quelqu’un pourquoi tu crois en la création ? ˙ Dans ta langue, quels outils fournis par l’organisation de Jéhovah t’aideront à te convaincre toi-même et à prouver à d’autres que Dieu a tout créé ? pcr_F_05_r240P.mp4 jwbiv_F_201604_02_r240P.mp4
  13. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 6 Janvier 2020 - Genèse 1-2.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 6 Janvier 2020 - Genèse 1-2.pdf Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Genèse 1-2 Genèse 1:1 : Que dit la Bible au sujet de l’âge de la Terre ? (w15 1/6 5). « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. » L’âge de la Terre et de l’univers Les scientifiques estiment que la Terre a 4 milliards d’années et que l’univers est apparu il y a 13 ou 14 milliards d’années. La Bible ne dit pas à quand remonte la création de l’univers. Et elle n’affirme nulle part que la Terre a seulement quelques milliers d’années. On lit dans le premier verset de la Bible : « Au commencement Dieu créa les cieux et la terre » (Genèse 1:1). Cette déclaration d’ordre général laisse toute latitude aux scientifiques pour déterminer l’âge du monde physique sur la base de principes scientifiques bien établis. - w15 1/6 p5 En déclarant : “ Au commencement Dieu créa les cieux et la terre ” (Gn 1:1), les Écritures restent vagues pour ce qui est du temps. La Bible ne dit pas à quand remonte la création des cieux étoilés et de la terre. Par conséquent, l’emploi du terme “ commencement ” ne peut être contesté, quel que soit l’âge que les savants veuillent attribuer au globe terrestre, aux différentes planètes et aux autres corps célestes. Il se peut que la création des cieux et de la terre matériels remonte à des milliards d’années. Les premiers mots de la Genèse, “ au commencement ”, renvoient à des milliards d’années dans le passé. Les événements qui ont lieu durant les six “ jours ” de création (des périodes d’activité créatrice) sont décrits comme ils auraient été perçus par un observateur humain, s’il s’en était trouvé un sur la terre. Genèse 1:26 : Jésus a-t-il été cocréateur ? (it-2 16-17). « Puis Dieu dit : « Faisons l’être humain à notre image, à notre ressemblance, et qu’il tienne dans la soumission les poissons de la mer, les animaux ailés du ciel, les animaux domestiques, toute la terre et tous les animaux rampants qui se déplacent sur la terre. » Il ne fut pas un cocréateur. La participation du Fils à l’œuvre créatrice ne fit cependant pas de lui un cocréateur aux côtés de son Père. Le pouvoir de créer venait de Dieu par le moyen de son esprit saint, ou force agissante (Gn 1:2 ; Ps 33:6). Et puisque Jéhovah est la Source de toute vie, toute création animée, visible et invisible, lui doit la vie (Ps 36:9). Le Fils fut donc, non un cocréateur, mais l’agent, ou l’instrument, par l’intermédiaire duquel Jéhovah, le Créateur, travailla. Jésus attribua lui-même la création à Dieu, comme le fait l’ensemble des Écritures - voir CRÉATION.- it-2 16-17 Création - La première création de Jéhovah fut son “ Fils unique-engendré ” (Jn 3:16), “ le commencement de la création de Dieu ”. (Ré 3:14.) Jéhovah utilisa ce “ premier-né de toute création ” pour créer toutes les autres choses, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre, “ les visibles et les invisibles ”. (Col 1:15-17.) Le témoignage divinement inspiré de Jean concernant ce Fils, la Parole, est que “ toutes choses vinrent à l’existence par son intermédiaire, et [qu’]en dehors de lui pas même une chose ne vint à l’existence ” ; et l’apôtre identifie la Parole à Jésus Christ, qui était devenu chair Ce personnage, présenté comme la sagesse personnifiée, déclare : “ Jéhovah lui-même m’a produite comme le commencement de sa voie ” ; puis il parle de sa collaboration avec Dieu le Créateur en qualité d’“ habile ouvrier ” de Jéhovah (Pr 8:12, 22-31). En raison de cette collaboration étroite entre Jéhovah et son Fils unique-engendré dans l’activité créatrice, et parce que le Fils est “ l’image du Dieu invisible ” (Col 1:15 ; 2Co 4:4), c’est sans doute à son Fils unique-engendré et “ habile ouvrier ” que Jéhovah adressa ces paroles : “ Faisons l’homme à notre image. ” — Gn 1:26. Pas même le Fils premier-né, qui a collaboré à la création en tant que son “habile ouvrière”, ne peut être comparé à Jéhovah sous ce rapport. Jéhovah Dieu, le Créateur de toutes choses, est le Bâtisseur par excellence (Hé 3:4 ; Jb 38:4-6). Le Logos (la Parole), qui devint Jésus Christ, était l’habile Ouvrier qu’Il utilisa pour tout créer La Bible appelle Jésus “ le premier-né de toute création ”. (Colossiens 1:15.) Cela signifie qu’il existait avant l’univers physique ! Combien de temps le Père et le Fils ont-ils passé ensemble ? L’univers, estiment les scientifiques, aurait 13 milliards d’années. Or, même si ce chiffre est juste, il demeure insuffisant pour mesurer la vie du Fils premier-né de Jéhovah ! Qu’a-t-il fait durant tout ce temps ? Il était l’“ habile ouvrier ” de son Père, situation dont il se réjouissait. Jéhovah et son Fils ont donc travaillé ensemble pour créer tout ce qui existe. TG2003 1/7 p15 §5 Il existe aussi un rapport entre la puissance créatrice de Jéhovah et sa souveraineté. Le titre “ Créateur ” distingue Jéhovah de tout ce qui existe dans l’univers et qui est immanquablement “ création ”. Même son Fils unique-engendré, qui fut “ un habile ouvrier ” pendant la création, n’est jamais appelé Créateur ni cocréateur dans la Bible (Proverbes 8:30 ; Matthieu 19:4). Il n’est que “ le premier-né de toute création ”. (Colossiens 1:15.) Sa position de Créateur confère donc à Jéhovah le droit naturel d’exercer un pouvoir souverain exclusif sur l’ensemble de l’univers – cl p55 Le récit de la Genèse s’ouvre par cette déclaration simple mais puissante : “ Au commencement Dieu créa les cieux et la terre. ” (Genèse 1:1). Les biblistes sont unanimes : ce verset évoque un acte distinct de ceux qui ont été accomplis durant les jours de création décrits à partir du verset 3. Ce n’est pas sans implications. Conformément aux paroles d’introduction de la Bible, l’univers, dont la planète Terre, existait depuis une période indéterminée avant que ne commencent les jours de création. Les géologues évaluent l’âge de la terre à 4 milliards d’années et, selon les calculs des astronomes, l’univers n’aurait pas moins de 15 milliards d’années. Ces découvertes ou les affinements dont elles pourraient faire l’objet , contredisent-elles Genèse 1:1 ? Non. La Bible ne précise pas l’âge des “ cieux et de la terre ”. Donc, la science ne réfute pas la Bible. RV2006/9p19 Jéhovah a fait preuve d’amour en accordant au Fils spirituel qu’il créa en premier le privilège de participer avec lui à toutes les autres œuvres de création, tant spirituelle que matérielle, et il s’est montré généreux en le faisant savoir, ce qui honore son Fils (Gn 1:26 ; Col 1:15-17). Il n’a donc pas craint une éventuelle rivalité, ce qui aurait dénoté une faiblesse ; au contraire, il a témoigné d’une confiance absolue en sa légitime souveraineté (Ex 15:11) ainsi qu’en la fidélité et en l’attachement de son Fils. Il accorde à ses fils spirituels une liberté relative dans l’accomplissement de leurs tâches, leur permettant même parfois de s’exprimer sur la manière dont ils s’acquitteraient de missions spéciales – it-1 p1249 Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ? D’après Genèse 1:6, Dieu a produit l’“ étendue ”, c’est-à-dire l’atmosphère. Puis, selon les versets 11 et 12, il a fait apparaître l’herbe, les plantes et les arbres. Tout cela indique que l’oxygène existait, ce qui permettrait par la suite aux humains et aux animaux d’entretenir leur vie par la respiration – TG2008 1/9 p28 La Parole de Dieu fait cette recommandation aux vrais chrétiens : “ Devenez donc des imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés. ” (Éphésiens 5:1). Ces paroles expriment remarquablement la confiance de Dieu en ses adorateurs. En effet, Jéhovah Dieu a créé l’homme à Son image, selon Sa ressemblance (Genèse 1:26, 27). Il a donc doté les humains de qualités qui reflètent les siennes. Dès lors, quand la Bible encourage le chrétien à ‘ devenir un imitateur de Dieu ’, c’est comme si Jéhovah lui disait : ‘ J’ai confiance en toi. Je sais que, malgré tes imperfections, tu as la capacité de me ressembler dans une certaine mesure. ’- TG2008 1/10 p15 Origine du langage. À sa création, Adam, le premier homme, disposait d’un vocabulaire et était capable de forger des mots nouveaux, donc d’élargir ce vocabulaire. Si Dieu ne lui avait pas donné de vocabulaire, l’homme qui venait d’être créé n’aurait pas été plus capable que les animaux dépourvus de raison de comprendre les instructions que son Créateur lui communiquait verbalement (Gn 1:27-30 ; 2:16-20). Donc, même si l’homme, créature intelligente, est de toutes les créatures terrestres la seule capable d’un véritable langage, le langage n’est pas né avec lui, mais provient de Jéhovah Dieu, son Créateur parfaitement sage. – it-2 p110 Dieu a assujetti les animaux au premier homme, Adam. Il ne les a pas dotés de la raison ni de la spiritualité. Adam, lui, était une forme de vie supérieure : il était fait “ à l’image de Dieu ”, capable de refléter la personnalité de son Créateur, Jéhovah (Genèse 1:27). Mais cela n’autorisait pas les humains à dominer sur la faune sans tenir compte de Dieu. Ainsi, c’est parce que Jéhovah lui en a donné le privilège qu’Adam a entrepris de donner un nom aux bêtes. Jéhovah l’a d’ailleurs aidé en “ les amenant vers lui pour voir comment il appellerait chacune d’elles ”. (Genèse 2:19.) Ce n’est donc qu’en suivant les directives du Créateur que l’homme pourrait s’occuper efficacement des animaux. – RV2011/12 p10 Le premier couple humain le connaissait. Ce n’est pas à Moïse que le nom Jéhovah fut révélé en premier, car le premier homme le connaissait certainement. Le nom figure la première fois dans le récit divin en Genèse 2:4, à la suite de la relation des actes de création de Dieu, et il identifie le Créateur des cieux et de la terre à “ Jéhovah Dieu ”. Il est raisonnable de penser que c’est Jéhovah Dieu qui fit connaître à Adam ce récit de la création. La Genèse ne le précise pas, mais elle ne dit pas non plus explicitement que Jéhovah expliqua à Adam qui se réveillait d’où venait Ève. Pourtant, les paroles d’Adam quand il accueillit Ève, montrent qu’on lui avait indiqué de quelle façon Dieu l’avait formée, à partir de son corps (Gn 2:21-23). Jéhovah et son fils humain eurent sans aucun doute de nombreuses conversations dont le court récit de la Genèse ne fait pas mention.- it-1 p1249 C’est Jéhovah qui assura l’arrosement initial du sol au moyen d’une brume qui montait de la terre, et il institua les lois gouvernant l’évaporation de l’eau et sa chute sous forme de pluie (Gn 2:5, 6). Le deuxième jour de création, Dieu produisit une étendue en faisant que de l’eau demeure sur la terre et qu’il s’en élève une grande quantité loin au-dessus du globe ; ce sont sans aucun doute les eaux au-dessus de l’étendue qui fournirent celle par laquelle les méchants furent plus tard détruits dans le déluge. — Gn 1:6-8 - it-1 p676 Juste avant de créer une femme pour le premier homme, Dieu a déclaré : « Il n’est pas bon que l’homme reste seul. Je vais lui faire une aide qui lui corresponde » Genèse 2:18. L’homme et la femme auraient donc des rôles complémentaires. Dieu n’avait pas prévu que la femme soit identique à l’homme ni qu’elle rivalise avec lui. Elle devait être son pendant. Ensemble, ils pourraient s’acquitter de la mission que Dieu leur avait confiée : remplir la terre de leur descendance Genèse 1:28. RV2013/11 p15 Jéhovah Dieu est l’Éducateur et Instructeur suprême, sans égal. Adam, le fils terrestre de Dieu, fut créé avec la faculté de parler une langue (Gn 2:19, 20, 23). Il fut instruit au sujet de la création (Gn chap. 1, 2) et de ce que Dieu attendait de lui. — Gn 1:28-30 ; 2:15-17. – it-1 p697 Jéhovah a invité des humains à travailler avec lui. Par exemple, il a permis à Adam de donner un nom aux animaux (Gen. 2:19, 20). Imagine la joie qu’a dû ressentir Adam à observer les animaux, à étudier leurs caractéristiques et à choisir un nom approprié pour chacun d’eux ! Jéhovah aurait pu leur donner lui-même un nom. N’est-il pas le Créateur ? Mais avec amour, il a confié cette tâche à Adam. Il n’avait pas besoin de se protéger contre eux, pas même contre les bêtes sauvages. Ils étaient en paix avec lui. Comme leur compagnie devait lui être agréable Il lui a aussi offert la possibilité d’étendre le Paradis au-delà des frontières de l’Éden (Gen. 1:27, 28). Hélas ! Adam a choisi de ne pas collaborer avec Dieu, attirant ainsi le malheur sur lui-même et sur tous ses descendants - TG2016/1 p29 §3 Après avoir examiné ce qu’il avait créé, Jéhovah Dieu a annoncé le début d’un septième jour — non pas un jour de 24 heures, mais une longue période durant laquelle il se reposerait de son activité créatrice en rapport avec la terre (Gen. 2:2). Ce jour de repos n’a pas encore pris fin (Héb. 4:9, 10). La Bible ne révèle pas quand exactement il a commencé. Nous savons cependant que c’était quelque temps après la création d’Ève, il y a environ 6 000 ans. Sous le Règne millénaire de Jésus Christ, maintenant proche, s’accomplira le dessein de Dieu : la terre deviendra un paradis éternel peuplé d’humains parfaits (Gen. 1:27, 28). Qu’est-ce qui nous permet de croire fermement en cet avenir heureux ? Le fait que “ Dieu s’est mis à bénir le septième jour et à le rendre sacré ”. C’était là la garantie que, quels que soient les problèmes qui pourraient surgir, son dessein se réaliserait à coup sûr au terme de son jour de repos. “ Le septième jour ” donc, Dieu s’est reposé, ou s’est arrêté quant à ses activités créatrices afin de laisser ce qu’il avait créé se développer en harmonie avec sa volonté. - TG2012 15/10 p22 §2 Il y a quelque 6 000 ans, Jéhovah Dieu définissait son dessein au sujet de la population de notre planète. Il déclara au premier couple humain: “Soyez féconds, et devenez nombreux, et remplissez la terre, et soumettez-la.” (Genèse 1:28). Remarquez que le dessein de Dieu consistait à remplir la terre, et non à la surpeupler. Le Créateur laissera donc la population mondiale croître jusqu’à un certain point — en fonction de la capacité de production alimentaire, de l’équilibre écologique et en maintenant une densité de population acceptable. On peut penser que le Créateur des facultés de reproduction de l’homme limitera fort justement leur utilisation de manière que la terre connaisse un degré parfait de peuplement. Nul besoin alors d’avortements pour ralentir la croissance démographique. Par le moyen du Royaume de son Fils, Jésus Christ, Jéhovah fera en sorte que la terre transformée en paradis soit raisonnablement remplie d’humains obéissants - RV1988 8/4 p27 Jéhovah est le Travailleur par excellence. On lit en Genèse 1:1 : “ Au commencement Dieu créa les cieux et la terre. ” Ayant achevé son œuvre de création concernant la terre, Dieu a qualifié le résultat de “ très bon ”. (Genèse 1:31) En d’autres termes, il était pleinement satisfait de tout son travail en rapport avec la terre. Jéhovah, le “ Dieu heureux ”, avait manifestement éprouvé une grande joie à être un travailleur productif. – Livre Amour de Dieu p172 §4 Jéhovah a-t-il fini d’utiliser sa puissance pour créer ? La Bible dit qu’ayant achevé son œuvre créatrice du sixième jour “ il s’est mis à se reposer le septième jour de toute son œuvre qu’il avait faite ”. (Genèse 2:2.) L’apôtre Paul a montré que ce septième “ jour ” dure plusieurs milliers d’années, puisqu’il était toujours en cours à son époque (Hébreux 4:3-6). Mais ce ‘ repos ’ est-il total ? Non, car Jéhovah ne cesse jamais de travailler. Par ‘ repos ’, il faut donc comprendre seulement l’arrêt de la création physique concernant la terre. À aucun moment, en revanche, Jéhovah n’a cessé d’œuvrer à la réalisation de ses desseins, que ce soit en inspirant les Saintes Écritures ou en travaillant même à “ une nouvelle création ”. – Livre Approchez-vous p56 Dans un sens physique, nous sommes poussière. “Jéhovah Dieu forma l’homme de la poussière du sol et souffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint une âme vivante.” (Genèse 2:7). Cette description simple de la création de l’homme est conforme à la réalité scientifique. Les plus de 90 composants chimiques du corps humain se retrouvent tous dans la “poussière du sol”. Qui pouvait produire des créatures aussi complexes à partir de la seule poussière, si ce n’est Jéhovah? Même si nous avons été faits à partir de la poussière du sol, nous avons beaucoup plus de valeur qu’une poignée de terre Ce qui prouve que nous sommes précieux pour Jéhovah. Tout d’abord, il a créé les humains avec la capacité d’imiter ses qualités (Gen. 1:27). Il les a ainsi faits supérieurs au reste de la création physique. Et il leur a confié la responsabilité de prendre soin de la Terre et des animaux. – TG1994 1/9 p8 §1,2 Lorsqu’Adam fut créé, Dieu forma le corps de l’homme. Pour que ce corps nouvellement créé vive et reste en vie, il avait besoin de l’esprit (force vitale) et de la respiration. Genèse 2:7 dit que Dieu “ souffla dans ses narines le souffle [forme de neshamah] de vie, et l’homme devint une âme vivante ”. “ Le souffle de vie ” doit désigner plus que le simple souffle, ou entrée d’air dans les poumons. Dieu donna sans doute à Adam et l’esprit, ou étincelle de vie, et le souffle nécessaire pour le garder vivant. Alors Adam commença à avoir vie en tant que personne, à manifester des traits de personnalité, et par ses paroles et ses actions il pouvait révéler qu’il était supérieur aux animaux, qu’il était un “ fils de Dieu ”, fait à Sa ressemblance et à Son image. — Gn 1:27 - it-2 p1147 Vie Le récit de la création dit : « Jéhovah Dieu forma alors l’homme avec de la poussière tirée du sol et il souffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint une âme vivante. » L’expression « une âme vivante » traduit le mot hébreu nèphèsh, qui signifie littéralement « créature qui respire » (Genèse 2:7, note). La Bible montre donc que Dieu n’a pas créé les humains avec une âme qui serait immortelle, mais que chaque humain est « une âme vivante », ou « un être vivant ». C’est pourquoi vous ne trouverez dans aucun texte biblique l’expression « âme immortelle ». – wp2017 n°4 p5 Lorsqu’il créa la femme, Dieu ne la fit pas séparément et distincte de l’homme en la formant à partir de la poussière du sol, comme pour la création d’Adam. Il prit une côte du flanc d’Adam, à partir de laquelle il façonna un vis-à-vis parfait, la femme Ève (Gn 2:21, 22). Adam resta néanmoins un homme parfait, uni désormais à ‘ l’os de ses os et à la chair de sa chair ’, sa femme (Gn 2:23). De plus, cela n’eut sur les cellules reproductrices d’Adam aucune répercussion qui aurait affecté la structure des côtes de ses enfants, garçons ou filles. Tant les hommes que les femmes ont 24 côtes. Il est intéressant de noter que si on enlève une côte elle repousse, elle se remplace, à condition que demeure le périoste (la membrane de tissu conjonctif qui recouvre l’os). Le récit ne dit pas si Jéhovah Dieu procéda ou non de la sorte ; toujours est-il qu’étant le Créateur de l’homme Dieu connaissait forcément cette propriété exceptionnelle de l’os costal. – it-1 p549 Jéhovah créa Ève, la première femme, à partir de l’une des côtes d’Adam. Elle était donc de la même “espèce” que l’homme, “l’os de [ses] os et la chair de [sa] chair”, et non un animal inférieur. En harmonie avec ce fait, le récit divinement inspiré déclare: “C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et il devra s’attacher à sa femme, et ils devront devenir une seule chair.” (Genèse 2:23, 24). Le mot hébreu traduit par le verbe “s’attacher” signifie littéralement “adhérer très fortement, comme avec de la colle”. Ce terme suggère que les conjoints devraient être des compagnons inséparables. Ainsi, le mariage n’est pas un caprice, mais un lien permanent. Et même si elle est parfois mise à l’épreuve, cette union s’avère généralement indéfectible quand les conjoints se respectent mutuellement. – TG1989 15/5 p16 §3 Au début de l’Histoire humaine, Dieu a dit : « L’homme quittera son père et sa mère et devra s’attacher à sa femme, et ils devront devenir une seule chair » (Gen. 2:24). Cela, c’était au moment où Dieu célébrait le premier mariage. Mais depuis, à cause de l’imperfection, la formation d’un nouveau couple peut mettre à l’épreuve les relations familiales. En général, l’autorité du mari remplace celle des parents. En effet, Dieu donne au mari autorité sur sa femme. Mais cela n’est pas toujours facile pour certains jeunes mariés. D’après la Bible, une épouse doit accepter de se laisser diriger par son mari plutôt que par ses parents. Les relations avec la belle-famille peuvent être difficiles et causer des tribulations au nouveau couple. TG2017/6 p5 §4 Jéhovah a déclaré : “ L’homme quittera son père et sa mère et devra s’attacher à sa femme. ” (Gen. 2:24). Que faut-il comprendre par-là ? Quand un homme et une femme se marient, ils doivent revoir la place qu’ils accorderont désormais à leurs amis et à leurs proches. C’est en premier lieu à leur conjoint qu’ils offriront leur temps et leur attention. Ils ne peuvent plus donner la priorité à leurs amis ou à leurs proches ; la nouvelle famille qu’ils forment à présent en pâtirait. Ils ne laisseront pas non plus leurs parents se mêler de leurs décisions ou de leurs désaccords. Ils doivent maintenant s’attacher l’un à l’autre. Telle est la recommandation de Dieu. – TG2011 15/1 p14 §9 3:8 — Jéhovah parlait-il à Adam directement ? La Bible révèle que, lorsque Jéhovah a parlé à des humains, il l’a fait souvent par l’entremise d’un ange. Le principal porte-parole de Dieu était son Fils unique-engendré, appelé “ la Parole ”. (Jean 1:1.) Tout porte à croire que Dieu communiquait avec Adam et Ève par son intermédiaire – TG2004 1/1 p28 Jéhovah avait dit à Adam : « Le jour où tu [...] mangeras de l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais, tu mourras à coup sûr. » Adam a peut-être pensé que Dieu parlait d’un « jour » de 24 heures. Après avoir violé l’ordre divin, il pouvait s’attendre à ce que Jéhovah réagisse avant le coucher du soleil. C’est « vers le moment du jour où souffle la brise » que Jéhovah s’est adressé au couple (Gen. 3:8). Il a, en quelque sorte, tenu audience pour établir les faits d’après les réponses d’Adam et Ève (Gen. 3:9-13). Puis il a prononcé sa sentence contre les malfaiteurs (Gen. 3:14-19). S’il les avait exécutés sur-le-champ, son dessein concernant Adam et Ève et leurs descendants aurait échoué. Bien qu’il ait confirmé la peine de mort et que les effets du péché se soient immédiatement fait sentir, il a permis à Adam et Ève d’avoir des enfants, qui pourraient bénéficier de dispositions qu’il prendrait. Ainsi, du point de vue de Dieu, Adam et Ève sont morts le jour où ils ont péché. Et, en fait, ils sont morts avant la fin d’un « jour » de 1 000 ans – TG2014 15/9 p24-25

×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.