Jump to content

misette

Member
  • Content Count

    216
  • Joined

  • Last visited

About misette

  • Rank
    Advanced Member

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Misette c'est féminin Je suis une soeur Merci pour l'illustration du Psaume 23
  2. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 20 MAI 2019 - 2 Corinthiens 11-13.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 20 MAI 2019 - 2 Corinthiens 11-13.pdf JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU Recherchons des perles spirituelles (8 min) : 2 Corinthiens 11-13 2 Corinthiens 12:2-4 : Que désignent probablement le « troisième ciel » et le « paradis » ? (w18.12 8 § 10-12). « Je connais un homme qui est en union avec Christ et qui, il y a 14 ans, a été emporté jusqu’au troisième ciel — je ne sais pas si c’était dans son corps ou hors de son corps, mais Dieu le sait. Oui, je connais un tel homme — je ne sais pas si c’était dans son corps ou en dehors de son corps, mais Dieu le sait — qui a été emporté dans le paradis et a entendu des paroles qui ne peuvent pas être rapportées et qu’il n’est pas permis à un homme de dire. » Le « troisième ciel » mentionné en 2 Corinthiens 12:2 désigne probablement le Royaume dirigé par Jésus Christ et les 144 000, autrement dit « le nouveau ciel » (2 Pierre 3:13). Pourquoi « troisième » ? Parce que le Royaume est une domination de la plus haute qualité. Le « paradis » dans lequel Paul a été « emporté » lors d’une vision désigne probablement trois choses qui existeront en même temps dans le monde nouveau : 1) le paradis sur terre à venir, 2) le paradis spirituel, qui existera dans une mesure plus grande encore qu’aujourd’hui, et 3) « le paradis de Dieu » au ciel. - w18.12 8 § 10-12 L’apôtre Paul parle d’un homme qui fut “ emporté [...] jusqu’au troisième ciel ” et “ dans le paradis ”. Puisque les Écritures ne parlent d’aucune autre personne qui aurait connu un tel phénomène, il est plausible qu’il s’agisse de ce que Paul lui-même avait vécu. Certains ont cherché à rapprocher l’expression de Paul, “ troisième ciel ”, et l’idée ancienne des rabbins selon laquelle il y aurait plusieurs niveaux dans le ciel, voire “ sept cieux ” au total. Mais les Écritures n’appuient nullement cette pensée. Comme on l’a vu, elles ne disent pas que les cieux sont divisés en niveaux. Il faut plutôt compter sur le contexte pour déterminer s’il s’agit des cieux à l’intérieur de l’étendue atmosphérique de la terre, des cieux de l’espace sidéral, des cieux spirituels ou d’autre chose encore. Il semble que l’expression “ troisième ciel ” désigne la forme la plus élevée de domination : celle du Royaume messianique. – it-1 p473 Jésus Christ dirige actuellement une immense œuvre de construction spirituelle. Elle concerne un paradis spirituel qui, comme l’arche en son temps, vise à assurer la sécurité et la survie des pratiquants du vrai culte. Pour être sauvés lors de la grande tribulation, il nous faut rester à l’intérieur de ce paradis. Tout autour, c’est le monde de Satan, prêt à engloutir tous ceux qui tomberont dans la somnolence spirituelle. Nous devons donc impérativement ‘ veiller ’ et nous montrer prêts pour le jour de Jéhovah. – TG2003 15/12 p19 §22 L’expression « paradis spirituel » fait partie de notre vocabulaire théocratique. Elle désigne la condition dans laquelle nous nous trouvons, un environnement exceptionnel et d’une grande richesse spirituelle, qui nous permet d’être en paix avec Dieu et avec nos frères. Bien sûr, nous ne devrions pas en conclure que les expressions « paradis spirituel » et « temple spirituel » sont synonymes. Le temple spirituel, c’est les dispositions relatives au vrai culte prises par Dieu. Le paradis spirituel permet quant à lui de reconnaître clairement ceux qui ont l’approbation de Dieu et qui le servent aujourd’hui dans le temple spirituel 6 TG2015 15/7 §10 2 Corinthiens 13:12 : Que désigne apparemment l’expression « un saint baiser » ? (it-1 753 § 5). « Saluez-vous les uns les autres par un saint baiser. » Le “ saint baiser ”. Les premiers chrétiens pratiquaient le “ saint baiser ” (Rm 16:16 ; 1Co 16:20 ; 2Co 13:12 ; 1Th 5:26) ou “ baiser d’amour ” (1P 5:14) qui ne s’échangeait peut-être qu’entre personnes du même sexe. Il est possible que cette forme de salutation des premiers chrétiens corresponde à la coutume qu’avaient les anciens Hébreux de se saluer par un baiser. Bien que les Écritures ne fournissent aucun détail à ce sujet, le “ saint baiser ” ou “ baiser d’amour ” reflétait de toute évidence l’amour sain et l’unité qui régnaient dans la congrégation chrétienne. — Jn 13:34, 35. - it-1 753 § 5 L’apôtre Paul encourageait les chrétiens du premier siècle à se ‘saluer l’un l’autre par un saint baiser’. (Rom. 16:16 ; I Cor. 16:20 ; II Cor. 13:12 ; I Thess. 5:26.) De son côté, l’apôtre Pierre les exhorta dans le même esprit en disant : “Saluez-vous les uns les autres par un baiser d’amour.” (I Pierre 5:14). Bien que la Bible ne fasse pas connaître les détails relatifs à cette coutume en vigueur chez les chrétiens du premier siècle, un examen rapide de cette habitude d’embrasser courante chez les Hébreux éclairera un peu la question Dans les temps bibliques, le baiser était un signe d’affection chez des hommes liés par une amitié profonde (II Sam. 19:39 ; Actes 20:37). Ces marques d’amitié et d’affection pourraient sembler étranges à des personnes qui ont appris à se montrer plus réservées dans l’expression de leurs sentiments. Mais pour les gens de ce temps-là, le baiser n’était pas plus extraordinaire que ne l’est aujourd’hui une cordiale poignée de main échangée entre bons amis. Paul et Pierre n’introduisaient pas une nouvelle coutume chrétienne ou un rite religieux solennel. Ils observaient plutôt une coutume déjà établie à leur époque. Chez les chrétiens, il ne s’agissait pas d’une simple formalité, mais le baiser était le reflet des relations fraternelles et de l’unité spirituelle qui régnaient parmi ceux que le vrai culte avait réunis. Quand des frères chrétiens se saluaient “l’un l’autre par un saint baiser”, ce baiser ne présentait aucune familiarité indécente ni aucun caractère scandaleux. C’était une marque d’affection pieuse et chaste. Les vrais chrétiens de notre époque cultivent aussi cette affection et cette fraternité étroites, chaudes et chastes, même si la coutume locale en matière de salutations n’est pas la même – TG1969 p319 Paul dit aux Romains de ‘se saluer les uns les autres par un saint baiser’. Par ces mots, cependant, il n’inaugurait pas un nouvel usage chrétien ou un rite religieux. À son époque, il était fréquent que l’on donne un baiser sur le front, sur les lèvres ou sur la main en signe d’accueil, d’affection ou de respect. Par conséquent, dans ce texte Paul faisait simplement allusion à une coutume courante de son temps. — Romains 16:16. – TG1990 1/8 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? LA PERSÉCUTION : UN SIGNE DE LA DÉSAPPROBATION DE DIEU ? Si un gouvernement interdisait notre culte, nous pourrions en conclure à tort que nous n’avons pas la bénédiction de Jéhovah. Mais n’oublie pas : la persécution n’est pas le signe que Jéhovah est mécontent de nous. Pense à l’apôtre Paul. Il avait l’approbation de Dieu, c’est certain. Il a eu l’honneur d’écrire 14 lettres des Écritures grecques chrétiennes, et il a été « apôtre des nations ». Pourtant, il a été durement persécuté (2 Corinthiens 11:23-27). Ce que Paul a subi nous enseigne que Jéhovah permet que ses fidèles serviteurs soient persécutés. – TG2019/7 p8 §3 La Bible déclare : « Quoi que ce soit que nous demandions selon sa volonté, il nous entend » (1 Jean 5:14). Est-ce à dire que Dieu accorde automatiquement à ses adorateurs tout ce qu’ils demandent ? Pas forcément. Réfléchissez au cas de l’apôtre Paul : Par trois fois, il a supplié Dieu de lui ôter « une épine dans la chair » (2 Corinthiens 12:7, 8). Il s’agissait peut-être d’une maladie oculaire chronique. Ce devait être très frustrant pour lui ! En effet, il avait reçu le don de guérison et il avait même réalisé une résurrection. Pourtant, il devait endurer sa propre maladie. Même si ses supplications n’ont pas eu le résultat qu’il voulait, Paul a accepté la réponse de Dieu avec reconnaissance (2 Corinthiens 12:9, 10). Comme Paul, aujourd’hui les adorateurs de Dieu doivent parfois persévérer dans la prière avant de percevoir la réponse de Dieu ou accepté la réponse de Dieu avec reconnaissance – TG2014 1/ 4 p5 Lorsqu’il évoquait son “ épine dans la chair ”, Paul a observé que la puissance du Christ était “ comme une tente ” au-dessus de lui (2 Cor. 12:7-9). Il sentait que Dieu le protégeait par le moyen de Christ, tout comme celui qui se trouve dans une tente se sent protégé des éléments. De même que Paul, nous ne sommes pas obligés de céder à nos faiblesses ni de nous laisser écraser par nos problèmes. Pour rester spirituellement forts, mettons à profit toutes les dispositions que Jéhovah prend par l’intermédiaire de son organisation. Faisons tout ce qui est humainement possible de faire, puis tournons-nous vers Jéhovah avec la totale conviction qu’il guidera nos pas. Quand nous constaterons de quelle façon la puissance de Dieu nous aide à vaincre nos faiblesses, nous pourrons dire, comme Paul : “ Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis puissant. ” 2 Cor. 12:10. TG2008 15/6 p6 En réponse aux prières de Paul, Dieu dit : “ Ma faveur imméritée te suffit ; car ma puissance est en train d’être rendue parfaite dans la faiblesse. ” Paul déclare à son tour : “ Très volontiers donc je me glorifierai plutôt pour ce qui est de mes faiblesses, pour que la puissance du Christ reste au-dessus de moi comme une tente. ” (2 Corinthiens 12:9). Ainsi, Paul avait constaté que, par l’intermédiaire de Christ, la puissance protectrice de Dieu le couvrait, telle une tente. Aujourd’hui, Jéhovah répond à nos prières de la même façon. Il étend au-dessus de nous sa protection, telle une tente. Bien entendu, une tente n’empêche pas la pluie de tomber ni le vent de souffler, mais elle fournit une certaine protection contre les éléments. De même, l’abri dont nous disposons par “ la puissance du Christ ” n’empêche pas les épreuves de fondre sur nous ni les malheurs de s’abattre. Toutefois, il nous procure une protection spirituelle contre les éléments déchaînés de ce monde et contre les attaques de son chef, Satan. Comme Paul, peut-être subissez-vous actuellement une épreuve persistante. Si Jéhovah semble ne rien faire, est-ce parce qu’il est inconscient de votre situation ou qu’il se désintéresse de vous ? La réponse est un non catégorique ! Jéhovah se préoccupe au plus haut point de chacun de ses fidèles. Par conséquent, même si vous endurez une épreuve qui ‘ ne s’écarte pas de vous ’, vous pouvez être convaincu que Jéhovah est conscient de votre lutte et qu’il a répondu au ‘ bruit de votre clameur ’. – TG2006 15/12 p24 §17,18 Quelles que soient nos capacités, ce que nous pouvons accomplir par nos propres forces est limité. C’est un fait que nous devons tous admettre. Prenons l’exemple de l’apôtre Paul. Malgré ses nombreuses capacités, il avait des limites qui l’empêchaient de faire tout ce qu’il souhaitait. Quand il a prié à ce sujet, Jéhovah lui a répondu : « Ma puissance est en train d’être rendue parfaite dans la faiblesse. » Paul a compris la leçon. C’est pourquoi il a dit : « Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis puissant » (2 Cor. 12:7-10). Que voulait-il dire ? Paul avait compris que ce qu’il pouvait faire par lui-même était limité. Il avait besoin de l’aide de quelqu’un de bien plus puissant. Dieu, par son esprit saint, pouvait le fortifier quand il se sentait faible. Mais il pouvait aussi lui donner la capacité de faire des choses qu’il n’aurait jamais pu accomplir tout seul. C’est pareil pour nous. Jéhovah, par son esprit saint, peut nous rendre vraiment forts – TG2018/1 §9 L’apôtre Paul était heureux d’être “ entièrement dépensé ” pour son ministère chrétien (2 Cor. 12:15). Pareillement aujourd’hui, de nombreux chrétiens œuvrent diligemment comme pionniers. D’autres, chargés de lourdes responsabilités familiales, ménagent dans leur emploi du temps bien rempli de la place pour participer chaque semaine au ministère. D’autres encore, qui ont de graves ennuis de santé, utilisent leur peu d’énergie pour soutenir la cause du Royaume. N’est-il pas encourageant de voir les serviteurs de Dieu, quel que soit leur âge ou leur situation, se dépenser au service de Jéhovah ? – km2007/6 p1 L’apôtre Paul a appelé notre Créateur “ le Dieu d’amour et de paix ”. (2 Corinthiens 13:11.) Pourquoi ?. Parce qu’il aimait profondément les humains, Dieu a offert son Fils bien-aimé en rançon, donnant à quiconque exerce la foi en lui la possibilité de vivre éternellement après avoir été libéré de la souffrance qui résulte du péché. Cela ne nous incite-t-il pas à aimer Dieu et à nous approcher de lui ? Dieu manifeste son amour non seulement aux humains dans leur ensemble, mais aussi à chaque personne en particulier qui a foi en lui. – TG2008 1/9 p5 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? Rappelons-nous comment Satan s’y est pris pour tromper Ève. L’apôtre Paul a écrit : “ J’ai peur que d’une manière ou d’une autre — comme le serpent a séduit Ève par sa ruse — votre intelligence ne se corrompe loin du Christ. ” (2 Corinthiens 11:3). En se servant d’un serpent, un animal d’ordinaire prudent, Satan a séduit Ève : il l’a persuadée d’adopter une conduite aux conséquences désastreuses. Pour cela, il s’est efforcé de corrompre son intelligence, de fausser son raisonnement. Sa tactique a réussi. Ève l’a écouté, et sa façon de voir les choses a changé : ce qui était répréhensible est devenu désirable. Son intelligence ayant été corrompue, il devenait facile d’amener Ève à commettre un péché. Satan n’a pas changé. Son principe de base reste le même : corrompre l’intelligence de sorte que les péchés s’ensuivent. Pour diffuser sa propagande, Satan dispose de la politique, de la religion, du commerce et des divertissements du système actuel. Les chrétiens ne sont pas à l’abri des méthodes de Satan. Heureusement, Jéhovah nous avertit des méthodes de Satan – Livre Amour de Dieu p192 Paul ne considérait pas son métier comme une vocation ou une carrière. Il ne l’exerçait que pour subvenir à ses besoins dans le ministère, pour annoncer la bonne nouvelle ‘ sans qu’il en coûte rien ’ à personne (2 Cor. 11:7). Et Priscille et Aquila, comment considéraient-ils leur travail profane ? Certainement comme Paul, puisqu’ils étaient chrétiens. D’ailleurs, quand Paul a quitté Corinthe en 52, ils ont déménagé et l’ont suivi à Éphèse, où leur maison a servi de lieu de réunion pour la congrégation locale (1 Cor. 16:19). Plus tard, ils sont revenus à Rome, puis de nouveau à Éphèse. Ces croyants zélés donnaient la priorité aux intérêts du Royaume et se sont dépensés volontiers au service des autres, ce qui leur a valu la gratitude de “ toutes les congrégations des nations ”. Aujourd’hui, les chrétiens imitent Paul, Aquila et Priscille. Ainsi, des ministres zélés font tout “ pour n’imposer de fardeau coûteux à personne ”. Dignes d’éloges, beaucoup de prédicateurs à plein temps travaillent à temps partiel ou comme saisonniers pour gagner leur vie tout en suivant leur vocation, le ministère chrétien. Comme Aquila et Priscille, beaucoup de serviteurs de Jéhovah ouvrent cordialement leur foyer aux responsables de circonscription – Livre Rends témoignage p148-150. Vers l’an 55, Paul envoya Tite à Corinthe pour qu’il aide la congrégation à rassembler les dons destinés aux chrétiens de Judée qui se trouvaient dans le besoin, et peut-être aussi pour voir si elle suivait les conseils qu’il lui avait adressés. Écrivant par la suite aux Corinthiens, Paul leur rappela la visite encore récente de Tite et leur posa cette question: “Est-ce que Tite vous a tant soit peu exploités? N’avons-nous pas marché dans le même esprit ? sur les mêmes traces?” (2 Corinthiens 12:18). Qu’entendait Paul par marcher “dans le même esprit” et “sur les mêmes traces”? L’apôtre indiquait par-là que Tite et lui œuvraient dans l’unité. Tite accompagnait parfois Paul dans ses voyages, et nul doute qu’il avait beaucoup appris grâce à lui. Toutefois, l’unité qui existait entre les deux hommes avait un fondement plus solide: tous deux entretenaient de belles relations avec Jéhovah et suivaient les traces de Christ; oui, Tite imitait Paul comme Paul imitait le Christ. Par conséquent, c’est dans l’esprit de Jésus et sur ses traces que marchaient ces deux disciples. Il n’est donc pas étonnant que les vrais chrétiens, qui marchent “dans le même esprit” et sur “les mêmes traces” que Paul et Tite, jouissent d’une unité incomparable - TG 1988 1/5 p16 §3-5 13:5. ‘ ’Examinez-vous sans cesse pour voir si vous êtes dans la foi » implique de juger notre conduite d’après ce que nous apprenons de la Bible. ‘ S’examiner ce que nous sommes nous-mêmes ’ signifie évaluer notre niveau de spiritualité, notamment la finesse de nos “ facultés de perception ” et l’étendue de nos œuvres de foi. Appliquons le sage conseil de Paul, et nous continuerons à marcher sur la voie de la vérité. – TG2008 15/7 p28 L’apôtre Paul a fourni certains moyens de cultiver un point de vue positif. Il a adressé cette exhortation à la congrégation de Corinthe : « Examinez-vous sans cesse pour voir si vous êtes dans la foi ; vérifiez sans cesse ce que vous êtes vous-mêmes. (2 Cor. 13:5). « La foi » désigne l’ensemble des croyances révélées dans la Bible. Si nos paroles et nos actes sont en accord avec ces croyances, nous passons l’épreuve avec succès : nous montrons que nous sommes « dans la foi ». Bien sûr, nous devons comparer notre vie avec l’intégralité des enseignements chrétiens. Il n’est pas question de faire un tri en fonction de nos préférences. Tu hésites peut-être à te soumettre à cette épreuve, surtout si tu as peur d’échouer. Pourtant, le regard que Jéhovah porte sur nous est plus important que le nôtre et ses pensées bien plus hautes que les nôtres. Dieu observe ses adorateurs, non pour les condamner, mais pour découvrir leurs qualités et leur venir en aide. Si tu te sers de sa Parole « pour voir si tu es dans la foi », tu te verras davantage comme lui te voit. Cette démarche peut t’aider à remplacer l’idée selon laquelle tu n’as pas de valeur à ses yeux par cette assurance biblique : Tu es précieux aux yeux de Jéhovah. Et là, ce sera comme si les rideaux d’une pièce plongée dans le noir s’ouvraient pour laisser entrer le soleil. Une bonne façon de mener cet examen personnel consiste à méditer sur l’exemple de fidèles dont parle la Bible. Compare leur situation ou leurs sentiments aux tiens, et demande-toi ce que tu aurais fait à leur place. – TG2014 15/3 p13 §5-7 En 33 de notre ère, le Diable a meurtri la Semence, Jésus Christ, en provoquant sa mort. Ce faisant, Satan accomplissait l’Écriture et apportait par là même la preuve, bien que ce ne fût évidemment pas son intention, que Jéhovah est un Dieu de vérité. Sa haine de la vérité et de la justice ainsi que son attitude d’esprit orgueilleuse et non repentante l’ont conduit à faire exactement ce que Dieu avait prédit. Ainsi, pour tout opposant à la vérité, fût-ce Satan en personne, se vérifie ce principe : “ Nous ne pouvons rien faire contre la vérité, mais seulement pour la vérité. ” — 2 Corinthiens 13:8. – TG1997 1/6 p9 Les chrétiens sont semblables à des bateaux dans l’océan de l’humanité. Notre objectif est d’“être finalement trouvés par Jéhovah sans tache et sans défaut, et dans la paix”. (2 Pierre 3:14.) Mais tout comme pour un bateau, des forces, internes et externes, tendent à nous faire dévier. Par conséquent, combien sont appropriées ces paroles que Paul a adressées aux Corinthiens: « nous prions : pour votre redressement.’ continuez à vous laisser redresser »— 2 Corinthiens 13:9, 11. À notre époque, les Témoins de Jéhovah doivent eux aussi travailler à leur redressement. Satan le Diable ‘fait la guerre’ contre nous, s’efforçant fébrilement de briser notre intégrité. Nous devons également faire sans cesse la guerre à nos tendances pécheresses héréditaires. Sans un redressement constant, nous pourrions facilement dévier – TG1990 1/11 p29-31
  3. Merci mais c'est surtout qu'il faut remercier d'avoir cette nourriture pour nous encourager dans la fin de ce système.
  4. vidéo Entretenons nos lieux de culte.docx vidéo Entretenons nos lieux de culte.pdf Vidéo par écrit : « Entretenons nos lieux de culte » Dès les temps anciens, les serviteurs de Jéhovah ont instauré des lieux de culte. Ce modèle a été suivi jusqu’à notre époque. Aujourd’hui, partout dans le monde, nous nous réunissons dans des Salles du Royaume. C’est là que nous recevons réconfort et direction spirituelle grâce à l’organisation de Jéhovah. Et c’est là que nous bénéficions de la compagnie encourageante de nos frères et sœurs. Mais nos Salles du Royaume jouent un autre rôle encore. Elles sont les centres du culte pur au niveau local. Un frère a déclaré : « En Indonésie où je vie, notre congrégation a invité des fonctionnaires locaux et des voisins à la journée « portes ouvertes » qui a précédé l’inauguration de notre Salle du Royaume. Le maire, qui était présent, a été impressionné par la qualité du bâtiment, sa fonctionnalité et son beau jardin. Il a dit : « la propreté de cette Salle reflète l’authenticité de votre foi ». Sa remarque nous a rendus tellement fier de servir notre Dieu Jéhovah. » Ce genre de fait nous rappelle l’importance de ne jamais banaliser nos lieux de culte. Alors, comment pouvons-nous montrer à Jéhovah notre reconnaissance pour nos Salles du Royaume ? Quand nos Salles du Royaume sont propres et en ordre, elles reflètent les qualités et la personnalité du Dieu que nous adorons, un Dieu d’ordre (1 Corinthiens 14 :31). De plus, le nettoyage régulier de nos lieux de culte permet de protéger la santé de ceux qui se réunissent, et leur maintenance prolonge la durée de vie des bâtiments eux-mêmes. Bien sûr, les congrégations sont les premières responsables de la maintenance mais les représentants du LDC peuvent apporter leur aide où il y a besoin et former d’autres frères à inspecter les Salles et à faire des réparations en toute sécurité. Rappelons-nous que nous ne devrions pas accomplir seul une tâche qui présente un risque à la Salle du Royaume. Il faut toujours respecter les consignes de sécurité. Quand un problème est identifié tôt, il peut être corrigé en moins de temps et à moindre coût. Nous honorons Jéhovah en utilisant les offrandes avec sagesse tout comme nous l’honorons en faisant un don. Aux temps bibliques, quand il a fallu récolter des fonds pour rénover la maison de Jéhovah, de nombreuses personnes ont répondu avec joie à cet appel. Qu’elles aient peu ou beaucoup, elles ont donné généreusement. Nos Salles du Royaume sont plus que de simples bâtiments : ce sont des lieux de culte dédiés à Jéhovah. En entretenant de notre mieux ces lieux de culte, nous montrons que nous aimons nos frères et sœurs, les nouveaux et plus important encore, Jéhovah, Celui qui avec amour, nous donne de magnifiques lieux de culte pour l’adorer ! Pourquoi avons-nous des Salles du Royaume ? Nous recevons réconfort et direction spirituelle grâce à l’organisation de Jéhovah. Et c’est là que nous bénéficions de la compagnie encourageante de nos frères et sœurs. Elles sont les centres du culte pur au niveau local. Pourquoi est-il important de maintenir notre Salle du Royaume propre et en bon état ? Le nettoyage régulier de nos lieux de culte permet de protéger la santé de ceux qui se réunissent, et leur maintenance prolonge la durée de vie des bâtiments eux-mêmes. En quoi participer au programme de maintenance t’est-il profitable ? Les représentants du LDC peuvent apporter leur aide où il y a besoin et former d’autres frères à inspecter les Salles et à faire des réparations en toute sécurité. Pourquoi la sécurité est-elle importante, et quelles mesures de sécurité sont présentées dans la vidéo ? Nous ne devrions pas accomplir seul une tâche qui présente un risque à la Salle du Royaume. Il faut toujours respecter les consignes de sécurité. Nous ne devrions pas accomplir seul une tâche qui présente un risque à la Salle du Royaume. Il faut toujours respecter les consignes de sécurité. Comment pouvons-nous honorer Jéhovah par nos offrandes ? En utilisant les offrandes avec sagesse tout comme nous l’honorons en faisant un don. cpw_F_r240P[1].mp4
  5. Merci Folens C'est pour tout le monde. Je trouve qu'on peut mieux retenir par écrit et y relire à tout moment.
  6. video - Les yeux des aveugles s'ouvriront.docx video - Les yeux des aveugles s'ouvriront.pdf Résumé de la vidéo : Talita Alnashi : « Les yeux des aveugles s’ouvriront » Frère Geoffrey Jackson (Conseil d’administration) : Commençons par rendre visite à une famille de Stockholm en Suède Les parents, Usama et Kristina, ont deux filles, Talita et Isabella. Quand Talita est née, les médecins lui ont découvert une cataracte aux deux yeux. La cataracte est un trouble de la vision qui survient quand le cristallin devient opaque. Les médecins ont opéré Talita pour qu’elle ne perde pas complètement la vue. Une situation dramatique pour des parents. Aujourd’hui Talita a 7 ans. Elle voit à peine d’un œil et ne voit plus du tout de l’autre. Dans ce système de choses, éduquer un enfant dans les voies de Jéhovah n’est déjà pas si simple même quand il est en bonne santé. Voyons comment les parents de Talita si sont pris pour lui donner une solide éducation spirituelle malgré ses problèmes de vue. Talita déclare : « J’ai hâte de pouvoir bien voir et de jouer avec un ours et un lion et de m’asseoir sur le dos d’un tigre » Son père : « Jéhovah nous fait une promesse magnifique en Isaïe 35 :5 « les yeux des aveugles s’ouvriront » Sa mère : « ça été difficile d’en arriver là où nous en sommes aujourd’hui. Nous remercions Jéhovah pour toute l’aide qu’il nous a apporté. » Son père : « Quand Talita a pu sortir de la maison après son opération, on a tenu aller aux réunions » Sa mère : « Ce qui nous a beaucoup aidé, c’est de pouvoir jeter notre fardeau sur Jéhovah. On a prié ensemble, on a beaucoup pleurer ensemble, parce que c’était très dur » Son père : « Une des difficultés, c’est qu’il faut décrire à Talita, toutes les images ;on doit lui dire qui entre en scène, et tout ce qui se passe. » Sa mère : « Mais, on a à notre disposition tellement de choses incroyables sur JW.ORG et aux réunions. Talita aime beaucoup lire Ecoute Le Grand Enseignant . Grâce aux questions, elle vit les histoires » Son père : « Elle a une excellente mémoire et elle retient énormément tout ce qu’elle dit. Quand on est avec des amis, souvent les interroge. Talita : « J’aime beaucoup chanter les cantiques » Sa mère : « Talita s’est fixé l’objectif d’apprendre encore plus de cantiques. Ce qui nous aide beaucoup, c’est la belle musique qu’on a sur le site et les vidéos de Caleb et Sophia » Son père : « Comme elle connaît bien Le Recueil d’histoires bibliques, du coup elle arrive à répondre avec ses mots à elle. Par exemple, on lui demande « sais-tu ce qui est arrivé à David ». Si elle connaît la réponse, on l’encourage à répondre à la réunion ». Talita : « Quand je réponds aux réunions, Jéhovah est content parce qu’il aime les enfants ». Sa mère : « Elle demande souvent aux frères et sœurs « est-ce que tu aimes Jéhovah ? » et ça la rend encore plus proche d’eux. ». Un des plus beaux moments où on a vu que la spiritualité de Talita avait grandi, c’est quand elle a passé une nuit chez ses grands-parents. Mes parents ne sont pas TJ. Sa grand-mère avait dit que Dieu n’existe pas. Quand Talita est rentré à la maison, elle a dit : « avant de dormir, j’ai prié Jéhovah et je lui ai demandé, s’il te plaît d’aider grand-mère que tu existes, que tu es réel. » Son père : « On essaie de garder notre merveilleuse espérance vivante. Donc, on parle souvent de ce qu’on fera dans le Paradis. On attend avec impatience le moment où Talita pourra à nouveau voir et on vivra dans le Paradis avec tous nos amis. Ce sera merveilleux ! » Talita : « Je pense que Jéhovah a très envie de me voir jouer avec un tigre » ˙ Quelle est l’« épine dans la chair » de Talita ? Quand Talita est née, les médecins lui ont découvert une cataracte aux deux yeux. ˙ Quelles promesses bibliques aident Talita et ses parents à rester positifs ? « Jéhovah nous fait une promesse magnifique en Isaïe 35 :5 « les yeux des aveugles s’ouvriront » ˙ Peu après l’opération de Talita, comment ses parents ont-ils montré qu’ils s’appuyaient sur Jéhovah ? « Ce qui nous a beaucoup aidé, c’est de pouvoir jeter notre fardeau sur Jéhovah. On a prié ensemble, on a beaucoup pleurer ensemble, parce que c’était très dur » ˙ Comment les parents de Talita utilisent-ils ce que l’Organisation met à notre disposition pour faire grandir l’amour pour Dieu dans le cœur de leur fille ? « Talita aime beaucoup lire Ecoute Le Grand Enseignant. Grâce aux questions, elle vit les histoires », Le Recueil d’histoires bibliques, chanter les cantiques, les vidéos de Caleb et Sophia ˙ Qu’est-ce qui montre que Talita fait des progrès spirituels malgré son « épine dans la chair » ? « Comme elle connaît bien Le Recueil d’histoires bibliques, du coup elle arrive à répondre avec ses mots à elle. Par exemple, on lui demande « sais-tu ce qui est arrivé à David ». Si elle connaît la réponse, on l’encourage à répondre à la réunion » ˙ Qu’est-ce qui t’encourage dans l’exemple de Talita ?
  7. video.docx Résumé de la Vidéo : Ce que nos opérations de secours ont apporté à nos frères des Antilles ˙ Quelles conséquences les ouragans Irma et Maria ont-ils eues sur nos frères des Antilles ? Un frère déclare : « Pour moi, Irma était un monstre ». Une sœur : Par moments, la maison tremblait tellement, que j’ai cru qu’elle allait sécrouler On n’a pas arrêté de prier Jéhovah ˙ Comment Jéhovah a-t-il utilisé ses serviteurs pour aider nos frères des Antilles ? Il y avait beaucoup de pillages sur l’île. Les supermarchés et les grands magasins étaient détruits. La congrégation et les filiales de La Barbade et de France ont envoyé des frères sur le champ. Malgré la pluie et le vent, les frères sont venus fixer une bâche que nous avions mise sur le toit pour qu’elle ne s’envole pas. Finalement, le conteneur de 12 mètres est arrivé et c’était formidable. Il y avait des petits mots à l’intérieur : les frères nous disaient qu’ils priaient pour nous. En plus de la nourriture, ils nous envoyaient de jolis messages pour nous encourager. On les a distribués aux frères et ils étaient très heureux. Il y a eu un groupe de secours qui s’est mis en place. Très rapidement, il a fallu mesurer la dimension de ce qui nous attendait. L’un des objectifs premier de ce comité de secours, c’était d’apporter en urgence une aide spirituelle à nos compagnons. Ils nous ont demandé de venir ici dans un cadre pastoral, une mission pastorale en vue d’encourager nos compagnons et de passer chez eux, et surtout de pouvoir ainsi les écouter. Au départ, nous avons constitué un groupe composé d’une aide médicale, technique, une aide psychologique aussi. 7 Une fois les denrées arrivées, il a fallu avec une équipe déjà sur place, confectionner des cartons afin d’avoir un conditionnement qui permette de les mettre dans ce conteneur et de faire partir la marchandise le week-end même. Mais pour l’instant les objectifs étaient surtout de réparer, de mettre nos frères et sœurs à l’abri de la pluie. Les congrégations ont joué le jeu effectivement d’une part parce qu’elles ont été très réactives. ˙ Qu’ont ressenti les victimes des ouragans en constatant l’amour et la générosité de leurs frères ? Nos compagnons ont été très généreux. Il y avait beaucoup de kits alimentaires qui étaient arrivés, des produits de premières nécessicités. Mais ce qui nous a surtout touché, c’est le courage des compagnons. Ils ont beaucoup apprécié déjà qu’ils soient venus et que la filiale soit à leurs côtés. Ils ont vraiment ressenti une aide, du réconfort des compagnons qui se trouvaient loin. Ils l’ont souvent dit : Ils ressentent l’attention particulière de l’Organisation de Jéhovah. Quand il y a un ouragan, on ne peut plus compter sur soi-même. On doit compter sur Jéhovah à chaque instant. Il est notre Protecteur : c’est lui qui va nous protéger. Nous devons donc lui faire entièrement confiance. Les dépenses liées aux catastrophes pourraient s’élever à 25 millions de dollars (22 277 000 millions d’euros). Mais maintenant que les dégâts ont été entièrement évalués et alors que d’autres catastrophes se sont produites, nous estimons que les dépenses liées aux opérations de secours atteindront environ 60 millions de dollars (53 500 000 millions d’euros). ˙ Combien de frères et soeurs ont participé aux opérations de secours aux Antilles ? Jusque-là, rien qu’aux Antilles, plus de 4100 frères et sœurs venant d’une dizaine de pays, ont apporté leur aide. Nous tenons à remercier tous ceux qui ont participé aux opérations de secours. Merci pour vos sacrifices et pour votre état d’esprit volontaire. ˙ Comment pouvons-nous tous soutenir les opérations de secours ? Un tel rapport nous rend fiers du peuple de Jéhovah. Ses membres s’aiment sincèrement les uns les autres, comme Jésus l’avait dit à propos de ses vrais disciples. Le Collège central apprécie beaucoup le soutien que vous apportez par vos offrandes généreuses, votre état d’esprit volontaire et vos prières. ˙ Après avoir vu cette vidéo, qu’est-ce que ça te fait d’appartenir à cette organisation pleine d’amour ? Cette vidéo nous a montré tout ce qui a été fait dans seulement quelques-uns des endroits touchés par les ouragans. 702018128_F_cnt_1_r360P.mp4
  8. ˙ Combien de frères et soeurs ont participé aux opérations de secours aux Antilles ? Jusque-là, rien qu’aux Antilles, plus de 4100 frères et sœurs venant d’une dizaine de pays, ont apporté leur aide. Nous tenons à remercier tous ceux qui ont participé aux opérations de secours. Merci pour vos sacrifices et pour votre état d’esprit volontaire. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 13 MAI 2019 - 2 Corinthiens 7-10.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 13 MAI 2019 - 2 Corinthiens 7-10.pdf video.docx JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU Recherchons des perles spirituelles (8 min) : 2 Corinthiens 7-10 2 Corinthiens 9:15 : Qu’est-ce que l’« indescriptible don gratuit » de Dieu ? (w16.01 12 § 2). « Merci à Dieu pour son indescriptible don gratuit » Paul savait que le sacrifice parfait du Christ garantissait la réalisation des magnifiques promesses de Dieu (2 Corinthiens 1:20). Cet « indescriptible don gratuit » engloberait donc toute la bienveillance et la bonté de cœur que Jéhovah nous témoignerait par l’intermédiaire de Jésus. Ce don est tellement extraordinaire que le langage humain ne suffit pas à le décrire. Quel effet doit-il avoir sur nous ? À quelles actions concrètes doit-il nous pousser quand on se prépare à célébrer le Mémorial de la mort du Christ - w16.01 12 § 2 Qu’est-ce que ce don nous pousse à faire ? Il nous pousse 1) à imiter Jésus fidèlement, 2) à aimer nos frères et sœurs, et 3) à pardonner aux autres de tout notre cœur. Ce don est « indescriptible », car les mots ne peuvent pas décrire toute sa valeur.- w16.01 Indescriptible : Si fort, si important qu'on ne peut le décrire. La rançon est si merveilleuse qu’il est impossible d’en faire une description complète 2 Corinthiens 10:17 : Que signifie ‘se vanter à propos de Jéhovah’ ? (g99 8/7 20-21). « Mais celui qui se vante, qu’il se vante à propos de Jéhovah. » Dans les Écritures grecques chrétiennes, le verbe kaukhaomaï, traduit par “ se montrer fier, se glorifier ”(se vanter), est pris en bonne ou en mauvaise part. Ainsi, Paul dit qu’on est en droit de ‘ se glorifier (se vanter), s’appuyant sur l’espérance de la gloire de Dieu ’. Il fait également cette recommandation : “ Celui qui se vante, qu’il se vante en Jéhovah. ” (Romains 5:2 ; 2 Corinthiens 10:17). Cela signifie être fier d’avoir pour Dieu Jéhovah, sentiment qui nous poussera à nous glorifier (vanter) de sa réputation. g99 8/7 20-21 Se vanter, se glorifier évoque souvent l’idée d’orgueil égoïste. La Bible montre que nul homme n’a la moindre raison de se glorifier en lui-même ou en ce qu’il a accompli. Dans la congrégation chrétienne de Corinthe, certains étaient gonflés d’orgueil, fiers d’eux-mêmes ou d’autres hommes, ce qui causait des divisions dans la congrégation. En se tournant vers des hommes plutôt que vers Christ, ils avaient des pensées charnelles. Ces gens ne s’intéressaient pas au bien-être spirituel de la congrégation, mais ils voulaient se vanter des apparences, sans vraiment chercher à aider leurs compagnons chrétiens à cultiver un cœur bon devant Dieu (2Co 5:12). C’est pourquoi l’apôtre Paul reprit sévèrement la congrégation en lui montrant qu’aucun de ses membres n’avait de raison de se vanter en qui que ce soit, si ce n’était en Jéhovah Dieu et en ce qu’il avait fait en leur faveur – it2 Orgueil Les prétentieux ne s’intéressaient pas à l’unité et à la santé spirituelle de la congrégation. Ils préféraient se vanter des apparences plutôt que d’aider leurs compagnons dans la foi à se présenter devant Dieu avec un cœur bon. C’est pourquoi Paul a repris la congrégation. Mais Paul lui-même ne se vantait-il pas ? Certains ont pu le penser en raison de ce qu’il disait sur son apostolat. Mais “ pour Dieu ”, il fallait qu’il se vante. Il se vantait de ses références d’apôtre pour que les Corinthiens n’abandonnent pas Jéhovah. Il agissait ainsi pour les ramener à Dieu, car de faux apôtres étaient en train de les entraîner dans la mauvaise direction. Toutefois, Paul n’était pas constamment à vouloir impressionner tout le monde par ses œuvres – TG1998 15/12 §4,5 Lorsque, en qualité de ministres chrétiens, nous accomplissons quelque chose dans le service de Jéhovah, vantons-nous en lui, et non en nous-mêmes. . Après tout, ce n’est qu’avec des armes spirituelles “puissantes du fait de Dieu” que nous sommes capables de renverser les faux raisonnements. Il n’y en a qu’un et un seul en qui nous pouvons nous vanter et plus nous apprendrons de lui, plus nous voudrons nous vanter en lui. C’est Jéhovah Dieu – TG1990 15/9 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? “ Puisque nous avons ces promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, parachevant la sainteté dans la crainte de Dieu. ” (2 Corinthiens 7:1). Jéhovah veut que nous nous abstenions des pratiques qui altèrent notre chair, notre organisme, et qui ravagent notre esprit, notre inclination mentale dominante. Nous devons donc rejeter les dépendances connues pour être nuisibles à la santé physique et mentale. La Bible nous indique d’ailleurs une raison impérieuse de nous ‘ purifier de toute souillure ’. Notez le début de 2 Corinthiens 7:1 : “ Puisque nous avons ces promesses. ” Quelles promesses ? Les versets qui précèdent l’indiquent ; il s’agit des promesses suivantes de Jéhovah : “ Je vous accueillerai. Et je serai pour vous un père. ” (2 Corinthiens 6:17, 18). Rendez-vous compte ! Jéhovah vous promet de vous accorder sa protection et de vous aimer, comme un père prend soin d’un fils ou d’une fille ! Mais Jéhovah ne réalisera ces promesses que si vous rejetez les souillures “ de la chair et de l’esprit ”. Il serait donc insensé de permettre à l’une de ces habitudes ou de ces pratiques répugnantes de vous priver de vos relations étroites et précieuses avec Jéhovah - « Amour de Dieu » p93-95 §20;21 “ La tristesse qui vient de Dieu produit une repentance qui conduit au salut ”. On manifeste une telle tristesse quand on considère, après une mauvaise action, avoir péché contre Dieu. Ce sentiment incite à rechercher le pardon de Dieu et à cesser de mal agir. “ Mais la tristesse du monde produit la mort. ” Cela concerne la personne qui est triste de voir sa faute dévoilée et d’en subir un préjudice, mais qui ne désire pas obtenir le pardon de Dieu (2Co 7:10, 11). - it-1 p632-633 “ Dieu aime celui qui donne avec joie ” Cette déclaration, consignée en 2 Corinthiens 9:7, est un principe directeur pour les Témoins de Jéhovah. En donnant de leur temps, de leur énergie et de leurs biens matériels au profit d’autrui, ils s’efforcent de suivre l’exhortation suivante : “ Aimez, non pas en parole ni avec la langue, mais en action et vérité. ”1 Jean 3:18. Quand naît un besoin, par exemple lorsqu’une catastrophe naturelle survient, les Témoins se sentent honorés d’aider les sinistrés. Les Témoins de Jéhovah ne paient pas de dîme ni ne sollicitent de fonds d’aucune manière. Leur œuvre est financée entièrement par des offrandes volontaires – RV2008/5 p21 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? Ce n’est pas seulement lorsqu’on donne un conseil que la franchise est indispensable. Paul a écrit à la congrégation de Corinthe : “ J’ai une grande franchise à votre égard. Je me glorifie grandement à votre sujet. ” (2 Corinthiens 7:4). Paul ne s’est pas retenu de féliciter ses frères et sœurs quand ils le méritaient. L’amour l’a conduit à se concentrer sur les qualités de ses compagnons chrétiens, même s’il connaissait leurs faiblesses. Aujourd’hui encore, l’assemblée est bâtie lorsque les anciens ne se retiennent pas de féliciter leurs frères et sœurs. – TG2006 15/5 p15 L’apôtre Paul savait ce que signifie être abattu. “En fait, dit-il, à notre arrivée en Macédoine, notre chair n’a pas connu de soulagement (...) — en dehors il y avait des luttes, au-dedans des craintes. Toutefois Dieu, qui console ceux qui sont jetés à bas, nous a consolés par la présence de Tite.” (2 Corinthiens 7:5, 6). Son découragement découlait de plusieurs situations pénibles qui survenaient en même temps. Il y avait ‘des luttes en dehors’ — de sévères persécutions qui mettaient sa vie elle-même en danger. En outre, il y avait ‘des craintes au-dedans’, c’est-à-dire l’inquiétude au sujet des congrégations, telles que celle de Corinthe. Quelques mois plus tôt, Paul avait écrit sa première lettre aux chrétiens de Corinthe. Il y avait condamné plusieurs mauvaises choses qui existaient dans la congrégation et, apparemment, il s’inquiétait de la façon dont les Corinthiens allaient réagir à sa lettre. Néanmoins, Paul a été consolé lorsque Tite est venu de Corinthe et lui a rapporté la réaction favorable des Corinthiens. De même aujourd’hui, Jéhovah peut utiliser un de ses serviteurs pour nous communiquer une bonne nouvelle et apaiser notre sentiment de détresse. – TG1992 15/7 p19 Comme les Israélites de l’Antiquité, nous devons veiller à ce que nos sacrifices volontaires conviennent à Dieu. Nous devons rester équilibrés, nous acquitter d’abord de nos responsabilités relatives à notre famille et au culte pour Jéhovah. Nous ne devrions pas sacrifier du temps et des ressources pour d’autres au point de négliger le bien-être spirituel ou physique de notre famille. Nous offririons en quelque sorte ce que nous n’avons pas (2 Corinthiens 8:12). De plus, il nous faut entretenir notre propre spiritualité. Soyons certains, cependant, que si nous nous conformons aux normes bibliques, nos sacrifices nous apporteront beaucoup de joie et de satisfaction et seront particulièrement « agréés» de Jéhovah. – TG2013 15/12 p15 §16 Les frères du Collège central s’efforcent d’être fidèles et avisés dans leur façon d’utiliser les offrandes. Ils prient pour prendre de bonnes décisions, établissent un budget et le respectent. Aux temps bibliques, ceux qui s’occupaient des offrandes suivaient des instructions précises pour faire en sorte qu’elles servent uniquement au culte de Jéhovah. Des siècles plus tard, l’apôtre Paul a réuni de l’argent pour secourir les frères de Judée. Il a veillé à ce que les frères choisis pour transporter les offrandes soient des personnes qui se préoccupaient « de ce qui est droit, non seulement aux yeux de Jéhovah, mais aussi aux yeux des hommes » 2 Corinthiens 8:18-21. L’organisation suit des procédures strictes dans sa façon d’utiliser les offrandes. – TG2018/1 §12 “ En effet, si quelqu’un a de la bonne volonté, alors le don qu’il fait en fonction de ce qu’il a, et non de ce qu’il n’a pas, est particulièrement approuvé” (2 Corinthiens 8:12). Dieu ne demande pas aux chrétiens de s’endetter pour offrir des cadeaux coûteux. En fait, quand on donne “ selon ce qu’on a ”, ce don n’est pas tout juste satisfaisant, il est “ agréable ” à Dieu. Quel contraste rassurant avec le slogan “ achetez maintenant, payez plus tard ” diffusé pendant les fêtes – TG2012 1/12 p5 Beaucoup de personnes habitent dans des pays où la vie est très difficile et où il y a beaucoup de pauvreté. L’organisation de Jéhovah essaie d’aider les frères de ces pays. (2 Corinthiens 8:14) Pourtant, même nos frères et sœurs qui sont pauvres trouvent qu’il est important de donner. Au 1er siècle, les frères et sœurs de Macédoine étaient dans une « profonde pauvreté », mais ils ont insisté pour donner de l’argent à d’autres frères et sœurs pauvres. Nous aussi, donnons ce que nous pouvons pour montrer que nous remercions Jéhovah pour les bénédictions qu’il nous a données. Jéhovah se réjouit quand il les voit donner avec joie ce qu’ils peuvent. (2 Corinthiens 9:7) – TG2013 15/12 §14,15 Quels buts nos activités de secours visent-elles ? Paul a répondu à cette question dans sa deuxième lettre aux Corinthiens (2 Corinthiens 9:11-15). Il a mis en évidence trois objectifs que permet d’atteindre le « ministère de ce service public ». Premièrement, les activités de secours glorifient Jéhovah. Remarquez le nombre de fois où Paul attire l’attention sur Dieu dans les cinq versets mentionnés ci-dessus. Il parle d’un « remerciement à Dieu » et de « beaucoup de remerciements envers Dieu » (versets 11, 12). Il dit que les secours amènent les chrétiens à « glorifier Dieu » et à louer « l’extraordinaire faveur imméritée de Dieu » (versets 13, 14). Et il conclut par un « Grâces soient rendues à Dieu » (verset 15). Comme Paul, nous voyons dans les opérations de secours des occasions de glorifier Jéhovah et de « parer » ses enseignements Deuxièmement, nous pourvoyons aux besoins de nos compagnons (2 Cor. 9:12a). Nous tenons à répondre aux besoins immédiats de nos frères et sœurs et à alléger leurs souffrances. Pourquoi ? Parce que les membres de l’assemblée forment « un seul corps » et que, « si un membre souffre, tous les autres membres souffrent avec lui » (1 Cor. 12:20, 26). C’est donc l’affection fraternelle et la compassion qui poussent de nombreux frères et sœurs à porter secours à leurs compagnons sinistrés. Ceux qui ne partagent pas notre foi ne sont pas insensibles à nos opérations de secours. Troisièmement, nous aidons les sinistrés à reprendre leurs activités spirituelles. Pourquoi est-ce important ? Selon Paul, ceux qui reçoivent du secours se sentent poussés à exprimer « beaucoup de remerciements envers Dieu » (2 Cor. 9:12b). Or comment pourraient-ils mieux témoigner leur gratitude envers Jéhovah qu’en reprenant leurs activités spirituelles le plus vite possible ? - Royaume en action p210-216 §7-12 Paul mettait en pratique ce qu’il prêchait. Quand il a eu affaire aux “ super-apôtres ” de la congrégation de Corinthe, il a exhorté les frères en ces termes : “ Or moi, Paul, je vous en supplie par la douceur et la bonté du Christ, moi si humble d’apparence quand je suis parmi vous, alors que, quand je suis absent, je me montre hardi à votre égard. ” (2 Corinthiens 10:1). Paul imitait réellement le Christ. Remarquons qu’il en appelait aux frères “ par la douceur ” du Christ. Il n’agissait donc ni avec arrogance ni en dictateur. Son exhortation a sans aucun doute attendri les membres de la congrégation qui avaient le cœur bon. Il a apaisé les tensions et favorisé la paix et l’unité dans la congrégation. Ne pourrions-nous pas tous l’imiter ? Les anciens, en particulier, devraient calquer leurs actions sur celles du Christ et de Paul. – TG2003 1/ 4 p24 §14 Nous devons tout d’abord mener une lutte intense contre Satan et son monde méchant. Il est indispensable de résister à l’influence des « forteresses » du monde, qui comprennent ses doctrines, ses philosophies et ses pratiques nuisibles comme l’immoralité sexuelle, l’usage du tabac ou de la drogue et l’abus d’alcool. De plus, nous devons constamment combattre nos faiblesses charnelles et le découragement (2 Cor. 10:3-6). Est-ce vraiment possible de vaincre des adversaires aussi puissants ? Oui, mais à condition de se battre. Se servant de l’exemple du boxeur de son époque, Paul a dit de lui-même : « Voici de quelle façon je dirige mes coups : je les dirige de façon à ne pas battre l’air » (1 Cor. 9:26). À l’image d’un boxeur, nous devons repousser nos adversaires. Jéhovah nous y aide en nous entraînant. Il fournit des directives salvatrices dans sa Parole. Correctement exposée, quelle action peut avoir la vérité de la Parole de Dieu ? Elle ‘ renverse des forteresses ’, c’est-à-dire dévoile les fausses doctrines, les pratiques nuisibles et les philosophies qui reflètent la sagesse humaine imparfaite. Nous l’employons pour faire tomber toute idée qui “ se dresse contre la connaissance de Dieu ”. Ses enseignements nous permettent d’aider nos semblables à conformer leurs pensées à la vérité. Jéhovah nous aide également grâce aux publications, aux réunions et aux assemblées. Mettons-nous en pratique ce que nous apprenons ? Si nous ne le faisons pas, cela reviendrait à « battre l’air », à ne pas nous opposer pleinement à notre adversaire. – TG2016/9 p8-9 §2,3 Le responsable de circonscription s’efforce d’apporter une aide spirituelle à tous, jeunes et vieux. Il serait donc normal que nous lui témoignions notre reconnaissance. Mais qu’en serait-il si nous le critiquions en raison de ses points faibles ou le comparions désavantageusement à d’autres responsables ayant visité l’assemblée ? Ne serait-ce pas pour lui des plus démoralisant ? Paul n’a certainement pas été encouragé d’entendre certains critiquer son activité. Des chrétiens de Corinthe faisaient, semble-t-il, des remarques désobligeantes sur son apparence et ses talents d’orateur. Que Paul fût ou non bon orateur, il méritait le respect dû à un apôtre. Ses discours publics conservés dans la Bible portent l’empreinte d’un orateur convaincant. Certains membres bravaient l’autorité théocratique“ Ses lettres ont du poids et de la force, disaient-ils, mais sa présence en personne est faible et sa parole méprisable. ” (2 Corinthiens 10:10). Heureusement, les responsables de circonscription entendent en général des paroles qui traduisent plutôt l’amour et la reconnaissance. – TG1996 15/11 p13 §14 Résumé de la Vidéo : Ce que nos opérations de secours ont apporté à nos frères des Antilles ˙ Quelles conséquences les ouragans Irma et Maria ont-ils eues sur nos frères des Antilles ? Un frère déclare : « Pour moi, Irma était un monstre ». Une sœur : Par moments, la maison tremblait tellement, que j’ai cru qu’elle allait sécrouler On n’a pas arrêté de prier Jéhovah ˙ Comment Jéhovah a-t-il utilisé ses serviteurs pour aider nos frères des Antilles ? Il y avait beaucoup de pillages sur l’île. Les supermarchés et les grands magasins étaient détruits. La congrégation et les filiales de La Barbade et de France ont envoyé des frères sur le champ. Malgré la pluie et le vent, les frères sont venus fixer une bâche que nous avions mise sur le toit pour qu’elle ne s’envole pas. Finalement, le conteneur de 12 mètres est arrivé et c’était formidable. Il y avait des petits mots à l’intérieur : les frères nous disaient qu’ils priaient pour nous. En plus de la nourriture, ils nous envoyaient de jolis messages pour nous encourager. On les a distribués aux frères et ils étaient très heureux. Il y a eu un groupe de secours qui s’est mis en place. Très rapidement, il a fallu mesurer la dimension de ce qui nous attendait. L’un des objectifs premier de ce comité de secours, c’était d’apporter en urgence une aide spirituelle à nos compagnons. Ils nous ont demandé de venir ici dans un cadre pastoral, une mission pastorale en vue d’encourager nos compagnons et de passer chez eux, et surtout de pouvoir ainsi les écouter. Au départ, nous avons constitué un groupe composé d’une aide médicale, technique, une aide psychologique aussi. 7 Une fois les denrées arrivées, il a fallu avec une équipe déjà sur place, confectionner des cartons afin d’avoir un conditionnement qui permette de les mettre dans ce conteneur et de faire partir la marchandise le week-end même. Mais pour l’instant les objectifs étaient surtout de réparer, de mettre nos frères et sœurs à l’abri de la pluie. Les congrégations ont joué le jeu effectivement d’une part parce qu’elles ont été très réactives. ˙ Qu’ont ressenti les victimes des ouragans en constatant l’amour et la générosité de leurs frères ? Nos compagnons ont été très généreux. Il y avait beaucoup de kits alimentaires qui étaient arrivés, des produits de premières nécessicités. Mais ce qui nous a surtout touché, c’est le courage des compagnons. Ils ont beaucoup apprécié déjà qu’ils soient venus et que la filiale soit à leurs côtés. Ils ont vraiment ressenti une aide, du réconfort des compagnons qui se trouvaient loin. Ils l’ont souvent dit : Ils ressentent l’attention particulière de l’Organisation de Jéhovah. Quand il y a un ouragan, on ne peut plus compter sur soi-même. On doit compter sur Jéhovah à chaque instant. Il est notre Protecteur : c’est lui qui va nous protéger. Nous devons donc lui faire entièrement confiance. Les dépenses liées aux catastrophes pourraient s’élever à 25 millions de dollars (22 277 000 millions d’euros). Mais maintenant que les dégâts ont été entièrement évalués et alors que d’autres catastrophes se sont produites, nous estimons que les dépenses liées aux opérations de secours atteindront environ 60 millions de dollars (53 500 000 millions d’euros). ˙ Comment pouvons-nous tous soutenir les opérations de secours ? Un tel rapport nous rend fiers du peuple de Jéhovah. Ses membres s’aiment sincèrement les uns les autres, comme Jésus l’avait dit à propos de ses vrais disciples. Le Collège central apprécie beaucoup le soutien que vous apportez par vos offrandes généreuses, votre état d’esprit volontaire et vos prières. ˙ Après avoir vu cette vidéo, qu’est-ce que ça te fait d’appartenir à cette organisation pleine d’amour ? Cette vidéo nous a montré tout ce qui a été fait dans seulement quelques-uns des endroits touchés par les ouragans. 60145705_316064219073796_8397459588294639616_n.mp4 702018128_F_cnt_1_r360P.mp4
  9. Bonjour mon frère je n arrive pas a télécharger les fichiers en PDF

    Peux tu me aider

    Grand merci de avant

    Helene gilles

     

    1. misette

      misette

      Bonsoir

      Peut être que tu as pas la dernière version d'Adobe Acrobat Reader qui permet de bien télécharger les fichiers PDF

      Tu inscris dans Google  recherche  télécharger Adobe acrobat reader autrement le fichier en word

      Je le remets le fichier PDF

       

      RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 6 MAI 2019 - 2 Corinthiens 4-6.pdf

       

       

       

       

  10. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 6 MAI 2019 - 2 Corinthiens 4-6.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 6 MAI 2019 - 2 Corinthiens 4-6.pdf JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU Recherchons des perles spirituelles (8 min) : 2 Corinthiens 4-6 2 Corinthiens 4:7 : Que désigne l’expression « ce trésor dans des vases en terre » ? (w12 1/2 p28 § 6-7). « Cependant, nous avons ce trésor dans des vases en terre, pour que cette puissance qui dépasse la normale soit celle de Dieu et non pas celle qui vient de nous. » Le trésor dont parlait l’apôtre Paul est ‘ ce ministère ’ qui consiste à ‘ manifester la vérité ’. Frère Splane a rappelé aux élèves que les cinq mois qu’ils avaient passés à étudier les ont préparés pour une affectation spéciale dans ce ministère. Ils doivent tenir cette affectation en haute estime. L’orateur a expliqué que les “ vases de terre ” sont nos corps de chair. Il a comparé un vase en terre avec un vase en or. Les vases en or ne servent pas souvent. Par contre, les vases en terre sont faits pour être utilisés. Si nous mettions un trésor dans un vase en or, l’attention risquerait d’être attirée autant sur le vase que sur le trésor qu’il contient. La leçon pour les élèves : “ Vous ne voulez pas attirer l’attention sur vous-mêmes. En tant que missionnaires, votre objectif est de diriger les personnes vers Jéhovah. Vous êtes de modestes vases de terre. ” L’orateur a poursuivi la comparaison en expliquant qu’aux temps bibliques certains vases étaient conçus pour résister au feu et d’autres étaient enduits d’une épaisse couche de vernis pour éviter les éclats. La leçon à retenir ? Au cours des premiers mois dans leur affectation, les missionnaires vont certainement se forger une épaisse couche de vernis. Ils seront moins sensibles aux critiques, moins prompts à s’offusquer. “ Vous découvrirez que vous êtes plus endurants que vous ne le pensez ”, leur a dit frère Splane. Jéhovah a confié ce trésor qu’est la prédication non pas aux anges mais à des vases de terre. “ Cela montre que Jéhovah a confiance en vous ”, a-t-il conclu. - w12 1/2 p28 § 6-7 Bien souvent, les trésors matériels s’accompagnent de beaucoup de douleurs et apportent seulement des bienfaits limités ou temporaires. En revanche, notre ministère nous procure des bienfaits permanents, à nous ainsi qu’à autrui. Grâce à lui, des personnes sincères apprennent à connaître Jéhovah, opèrent les changements nécessaires dans leur vie et obtiennent l’espérance certaine de vivre éternellement. En tenant en haute estime notre ministère, nous avons un but satisfaisant dans la vie, le sentiment durable d’accomplir une œuvre utile et un espoir réjouissant pour l’avenir – km2/07 p1 Ce trésor est la mission que Dieu donne de prêcher, et les vases de terre sont les humains à qui Jéhovah a confié ce trésor. Ces humains n’en demeurent pas moins imparfaits et limités ; c’est pourquoi Paul poursuit en expliquant que, puisque cette mission leur est confiée, il faut que “ cette puissance qui passe la normale soit celle de Dieu et non pas celle qui vient de nous ”. (2 Corinthiens 4:7.) Nous sommes en effet assurés que Jéhovah nous accordera la puissance nécessaire pour accomplir le travail qui nous attend – TG2000 1/7 p18 2 Corinthiens 6:13 : Comment pouvons-nous obéir à la recommandation d’‘ouvrir tout grand notre coeur ’ ? (w09 15/11 p21 § 7). « Alors, en réponse à notre affection — je vous parle comme à mes enfants — vous aussi, ouvrez tout grand votre cœur. » Comment nous ‘ élargir ’ pour ce qui est de manifester l’amour fraternel ? Il est assez fréquent que les gens du même âge ou de la même origine ethnique cherchent à se rapprocher, ou encore que ceux qui ont les mêmes goûts en matière de divertissement passent du temps ensemble. Mais si le fait de partager avec certains chrétiens les mêmes centres d’intérêt nous éloigne des autres, alors, c’est qu’il nous faut nous ‘ élargir ’. Demandons-nous : ‘ Est-il rare que je prêche ou que je me détende avec ceux qui ne font pas partie de mon cercle d’amis ? À la Salle du Royaume, est-ce que je limite mes contacts avec ceux qui sont arrivés récemment dans l’assemblée, considérant que c’est à eux de gagner peu à peu mon amitié ? Est-ce que je salue aussi bien les plus âgés que les plus jeunes ? ’ - w09 15/11 p21 § 7 Paul encourageait les Corinthiens à s’élargir dans leur amour pour leurs compagnons. Il leur fallait remplacer la méfiance et la mesquinerie par un état d’esprit positif et un cœur généreux. Un serviteur de Dieu qui s’élargit en amour apprécie sincèrement ses compagnons. Il les tient en haute estime, respecte leur dignité et se soucie de leurs besoins. Même quand il a une raison légitime de se plaindre, il est prompt à pardonner et rejette toute rancune. Il préfère accorder à ses compagnons le bénéfice du doute. Sa générosité de cœur lui permet de manifester le genre d’amour auquel Jésus pensait lorsqu’il a dit : “ Par là tous sauront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour entre vous. ” Si nous ouvrons « tout grand notre cœur », nous remplacerons les préjugés par l’amour. L’amour véritable nous permettra de ne pas nous limiter aux amis que nous avons déjà, mais de chercher à nous lier d’amitié, au sein de l’assemblée, avec ceux dont nous ne sommes pas proches. Qui peuvent-ils être ? Certains sont timides ou, pour une raison ou pour une autre, ont peu d’amis. D’emblée, nous pourrions penser que nous n’avons pas grand-chose en commun avec eux, si ce n’est que nous pratiquons le même culte S’élargir signifie aussi que nous nous montrerons compréhensifs à l’égard de ceux qui ont des besoins particuliers. Connaissez-vous quelqu’un qui souffre d’une maladie chronique ou qui rencontre une autre épreuve ? S’élargir en amour et cultiver un cœur généreux nous aidera à nous montrer compatissants vis-à-vis de ces compagnons et à les soutenir TG07 1/1p9 Pour honorer les autres, vous pouvez prendre l’initiative de les saluer aux réunions. Vous pouvez aussi les inviter à prêcher ou à préparer une réunion avec vous. Avec un tel comportement, la tendre affection ne peut que grandir. Dans l’assemblée, tant sur le plan familial qu’individuel, on peut ‘ s’élargir ’ en se rendant visite, par exemple pour partager un repas simple, ou en se livrant ensemble à des activités saines – TG2004 1/10 p16-17 Pourquoi est-il important d’apprendre à connaître nos frères et sœurs ? Les amitiés se renforcent : Lorsque nous faisons mieux connaissance avec nos compagnons chrétiens, leur foi, leur endurance et leurs autres qualités nous apparaissent de façon plus évidente. Leurs défauts s’amenuisent à nos yeux et les liens d’amitié se resserrent. Lorsque nous nous connaissons bien, nous sommes davantage en mesure de nous bâtir et de nous consoler mutuellement. Nous pouvons devenir les uns pour les autres “ une aide qui fortifie ” afin de résister aux influences malsaines du monde de Satan Allez vers les autres : Comment pouvons-nous nous élargir dans nos tendres affections envers nos compagnons chrétiens ? Lors des réunions chrétiennes, ne vous contentez pas de saluer vos frères et sœurs. Efforcez-vous d’entamer une conversation intéressante. Sans pour autant être indiscret, témoignez un intérêt personnel à votre interlocuteur. Une autre façon d’aller vers les autres est de les inviter à votre table. Vous pouvez aussi prendre rendez-vous avec eux pour prêcher ensemble. Lorsque nous prenons l’initiative de faire plus ample connaissance avec nos frères, nous favorisons l’unité de l’assemblée. Avons-nous tendance à nouer des liens uniquement avec ceux de notre âge ou avec ceux qui ont les mêmes centres d’intérêt que nous ? Nous ne devrions pas laisser de tels critères conditionner nos amitiés dans l’assemblée. En nous élargissant dans nos tendres affections, nous nous fortifions mutuellement et nous favorisons la paix dans l’assemblée km 5/2004 p4 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? À propos de Celui qui est à l’origine de la lumière, tant physique que spirituelle, Paul écrit : “ Dieu est celui qui a dit : ‘ Que des ténèbres brille la lumière ’, et il a éclairé nos cœurs pour les illuminer avec la glorieuse connaissance de Dieu par la face de Christ. ” (2 Corinthiens 4:6). Puisque Jéhovah nous accorde l’immense honneur de faire de nous ses ministres, gardons-nous purs, afin d’être en mesure de refléter sa gloire comme des miroirs. Les individus qui sont dans les ténèbres spirituelles sont incapables de voir la gloire de Jéhovah ou le reflet qu’en donne Jésus Christ. Mais nous qui servons Jéhovah, nous captons la lumière glorieuse qui émane des Écritures et nous la reflétons vers autrui. Ceux qui sont actuellement dans les ténèbres ont absolument besoin de la lumière venant de Dieu pour échapper à la destruction. D’où notre joie et notre zèle à obéir au commandement divin d’illuminer les ténèbres, à la gloire de Jéhovah. TG2004 15/3 p17 §9,10 Il se peut que, malgré la présence d’amis secourables à nos côtés, nous ayons du mal à affronter nos difficultés quotidiennes. Peut-être vous sentez-vous parfois perdu et avez-vous l’impression de ne pas voir le bout du tunnel. Dans ce cas, c’est plus que jamais le moment de vous tourner vers Jéhovah et de lui demander son esprit saint. “ Lorsque je suis faible, a écrit l’apôtre Paul, c’est alors que je suis puissant. ” (2 Corinthiens 4:7-10 ; 12:10) Paul savait que l’esprit de Dieu pouvait compenser les faiblesses humaines, de quelque nature qu’elles soient. Sachez donc que, si vous vous sentez faible ou que vous ayez besoin d’aide, la force agissante de Dieu peut vous revigorer. Paul a même écrit qu’il ‘ prenait plaisir dans les faiblesses ’. Car c’est quand il était faible qu’il sentait l’esprit saint agir sur lui. Vous pouvez, vous aussi, connaître ce sentiment TG2010 15/3 p14§16 “ Nous ne renonçons pas ; au contraire, même si l’homme que nous sommes extérieurement dépérit, à coup sûr l’homme que nous sommes intérieurement se renouvelle de jour en jour. ” — 2 Corinthiens 4:16. Notez l’expression “ de jour en jour ”. Elle suppose que l’on profite des dispositions de Jéhovah quotidiennement. Dans la mesure où, régulièrement, “ de jour en jour ”, nous prions Jéhovah et méditons sur ses qualités inestimables et sur ses promesses, nous pouvons compter sur lui : il nous soutiendra par sa puissance. Ne laissons pas passer une journée sans nous être intéressés à des questions spirituelles. Il se peut que nous dépérissions sur le plan physique. Mais si nous continuons de nous nourrir des précieuses promesses de Dieu, nous sommes régénérés sur le plan spirituel – TG2004 15/4 p25 §1 Jéhovah nous a fait un don merveilleux : c’est la faculté de se représenter mentalement des choses jamais vues est un don de Dieu. Elle nous permet de faire des projets judicieux et de savourer à l’avance des choses agréables. Jéhovah connaît l’avenir et, dans les Écritures, il nous dit bien des fois ce qui va se produire. Nous pouvons ainsi former des images mentales de l’avenir. En fait, la capacité de nous imaginer des choses jamais vues nous permet d’exercer la foi (2 Cor. 4:18). – TG2015 15/5 p19 §1 La foi doit jouer un rôle central dans notre existence, pas un rôle accessoire. Contrairement à ceux qui n’ont pas foi en Jéhovah, nous portons nos regards au-delà du présent. La foi nous aide à voir “ Celui qui est invisible ” et à courir la course avec endurance. Bien que notre course ne soit pas facile, il est possible de la terminer. - 2 Cor. 5:7. – TG2011 15/9 p16 §17 Paul a déclaré : « L’amour que le Christ a nous oblige » (2 Corinthiens 5:14, 15). Paul comprenait que nous ne pouvons pas accepter l’extraordinaire amour du Christ sans nous sentir « obligés » de vivre pour lui. Quand notre esprit saisit pleinement ce que Jéhovah a fait pour nous et que notre cœur est touché par son amour, nous désirons vivre entièrement pour Christ Jésus. Qu’est-ce que cela implique ? Celui qui comprend que le sacrifice de Jésus a le pouvoir de le libérer des effets du péché — et désire montrer sa reconnaissance pour cette disposition — devrait s’efforcer de vivre en accord avec ce que Dieu souhaite pour lui. Cela signifie acquérir la compréhension de ce que Dieu demande, éduquer sa conscience selon les principes bibliques et mener sa vie en harmonie avec eux. Ceux qui aiment Jéhovah se sentent poussés à imiter l’exemple du Christ, à marcher comme il a marché et à suivre fidèlement ses traces. Par notre obéissance, nous démontrons notre amour pour Dieu et pour Christ. – TG2016/1 p13 Se vouer à Dieu et se faire baptiser, c’est entrer dans une famille incomparable. Tout d’abord, Jéhovah devient notre Père et notre Ami. Avant notre baptême, nous étions éloignés de lui ; nous voilà réconciliés avec lui (2 Corinthiens 5:19). Grâce au sacrifice de Christ, nous nous sommes approchés de Dieu, et lui s’approche alors de nous – TG2006 1/ 4 p30 §18 2 Cor. 6:1, 2: “Travaillant avec lui, nous vous supplions aussi de ne pas accepter la faveur imméritée de Dieu pour en manquer le but. Car il dit: ‘En un temps favorable je t’ai entendu, et en un jour de salut je t’ai secouru.’ Voici, c’est maintenant le temps tout à fait favorable. Voici, c’est maintenant le jour du salut.” La possibilité nous est actuellement donnée d’obtenir le salut. Dieu n’exercera pas indéfiniment sa faveur imméritée envers les humains pécheurs. Aussi devons-nous veiller à ne pas en manquer le but. – rs Péché 2 Cor. 6:14-18: “Quels rapports y a-t-il entre la justice et le mépris de la loi? Ou quelle association y a-t-il entre la lumière et les ténèbres? Par ailleurs, quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? Ou quelle part a le fidèle avec l’incroyant? Et quelle entente y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? (...) ‘“C’est pourquoi sortez du milieu d’eux, et séparez-vous”, dit Jéhovah, “et ne touchez plus à la chose impure”’; ‘“et je vous accueillerai (...), et vous serez pour moi des fils et des filles”, dit Jéhovah, le Tout-Puissant.’” On peut rompre avec les pratiques non chrétiennes qui font appel aux sentiments en cultivant un amour sincère pour Jéhovah et le vif désir de lui plaire. Une personne qui connaît et aime vraiment Dieu n’a pas du tout le sentiment qu’elle nuit à son bonheur quand elle rejette les pratiques qui honorent de faux dieux ou qui favorisent le mensonge. Son amour sincère lui permet de se réjouir avec la vérité, et non de l’injustice – rs Fêtes Un amour sincère pour Dieu et pour la vérité contenue dans la Bible a attiré des millions de gens vers une organisation qui remplit ces critères bibliques et d’autres encore. Les Témoins de Jéhovah du monde entier forment un groupe organisé et uni qui s’efforce de faire la volonté de Dieu. Ils ont confiance dans cette promesse : “ Je résiderai parmi eux et je marcherai parmi eux, et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. ” (2 Corinthiens 6:16). Vous aussi, vous pouvez connaître cette merveilleuse bénédiction si vous adorez Jéhovah Dieu avec son organisation. – TG2011 1/6 p13 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? A l’époque de Jésus comme à celle de Moïse la majorité des Israélites ont rejeté la possibilité unique qui s’offrait à eux. Il en va de même à notre époque. La plupart des gens rejettent la bonne nouvelle que nous prêchons. Cela ne nous surprend pas. Paul a écrit en effet : “ Si donc la bonne nouvelle que nous annonçons est vraiment voilée, elle est voilée chez ceux qui périssent, chez qui le dieu de ce système de choses a aveuglé l’intelligence des incrédules. ” 2 Corinthiens 4:3, 4. Certes, Satan s’évertue à cacher la bonne nouvelle, mais en plus bien des personnes se voilent la face parce qu’elles refusent de voir. TG2005 15/8 p21 §7 “Le dieu de ce système de choses”, Satan le Diable, encourage toutes sortes de pratiques qui pervertissent le désir d’adorer qui est en l’homme, désir qui lui vient de Dieu (II Cor. 4:4). Certains dirigeants ont été vénérés comme des dieux. Des millions d’hommes se prosternent devant des idoles. Des millions d’autres sont en adoration devant des acteurs ou des athlètes qui sortent du commun. On accorde fréquemment un honneur indu à la créature au cours de certaines célébrations. Cet esprit est si répandu que ceux qui aiment vraiment Jéhovah et qui veulent lui vouer un attachement exclusif doivent veiller jour après jour à ne pas se laisser gagner par son influence. – rs Esprit du monde Les chrétiens du 1er siècle avaient besoin d’une bonne acuité spirituelle. Ils accomplissaient leur ministère dans des conditions adverses. Paul a déclaré : “ Nous sommes pressés de toute manière, mais non à l’étroit, sans pouvoir bouger ; nous sommes perplexes, mais non absolument sans issue ; nous sommes persécutés, mais non abandonnés ; nous sommes jetés à terre, mais non détruits. ” — 2 Corinthiens 4:8, 9. Malgré cela, les fidèles disciples ont tenu bon. Une foi solide en Dieu leur a permis de dire avec Paul : “ Nous ne renonçons pas ; au contraire, même si l’homme que nous sommes extérieurement dépérit, à coup sûr l’homme que nous sommes intérieurement se renouvelle de jour en jour. ” D’où tenaient-ils ces forces quotidiennement renouvelées ? Paul poursuit : “ Car bien que la tribulation soit momentanée et légère, elle produit pour nous une gloire dont le poids est de plus en plus extraordinaire et qui est éternelle ; tandis que nous fixons nos yeux, non pas sur les choses qui se voient, mais sur celles qui ne se voient pas. Car les choses qui se voient sont temporaires, mais celles qui ne se voient pas sont éternelles. ” — 2 Corinthiens 4:16-18. Paul encourageait ses frères chrétiens à ne pas laisser les soucis, les difficultés, les persécutions, bref les épreuves de toutes sortes, occulter la glorieuse récompense placée devant eux. Il leur fallait voir par-delà la situation qu’ils traversaient, et fixer leurs regards sur l’issue heureuse de la course chrétienne. Voilà comment leur détermination à poursuivre la lutte était chaque jour renouvelée. À notre époque, les chrétiens ont tout autant besoin de posséder une excellente acuité spirituelle. – TG1996 15/2 p27-29 Si nous continuons de mettre le Royaume à la première place dans notre vie et ne perdons pas de vue les bienfaits éternels qu’il apportera, nous pourrons nous aussi résister à la tentation de transiger en échange d’un soulagement temporaire de nos tourments. — 2 Cor. 4:16-18. – TG2010 15/7 p12 5:5 — Que veut dire “ livrer un [...] homme méchant à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé ” ? Lorsqu’un chrétien pratique un péché grave et ne s’en repent pas, il est excommunié. Dès lors, il fait de nouveau partie du monde de Satan. C’est en ce sens qu’il est livré à Satan. En l’expulsant, l’assemblée a détruit, c’est-à-dire ôté du milieu d’elle, un élément corrupteur, préservant ainsi l’esprit, ou attitude dominante, de l’assemblée – TG2008 15/7 p28 Au sujet de cette mission spéciale confiée à Jésus, Paul écrit : “ Celui qui n’a pas connu le péché, [Dieu] l’a fait péché pour nous, afin que nous devenions justice de Dieu par son moyen. ” (2 Corinthiens 5:21). L’expression “ fait péché ” peut aussi se traduire par ‘ fait sacrifice pour le péché ’. “ Il est, dit l’apôtre Jean, un sacrifice propitiatoire pour nos péchés, pas seulement pour les nôtres cependant, mais aussi pour ceux du monde entier. ” Ainsi, avec le sacrifice de Jésus les chrétiens disposent d’un moyen d’accès auprès de Dieu bien supérieur à celui que les sacrifices de la Loi ont offert aux Israélites pendant un temps. Quiconque exerce la foi dans ce sacrifice rédempteur et obéit à Dieu peut obtenir le pardon de ses péchés et la faveur divine. – TG2000 15/8 p18 §5 De quelle façon, les vrais chrétiens se différencient-ils des membres des fausses religions ? Ils « disent la vérité ». Paul a expliqué : « Nous nous recommandons comme ministres de Dieu [...] par des paroles véridiques » (2 Cor. 6:4, 7). Cela signifie qu’une personne vraiment honnête dit toujours la vérité. – TG2018/10 p6 §14 Paul a consigné sous inspiration un principe essentiel dont il faut tenir compte pour choisir un conjoint : “ Ne formez pas d’attelage disparate avec des non-croyants. ” (2 Corinthiens 6:14). Paul faisait ici appel à une illustration tirée du monde agricole. Si on attelle sous un même joug deux animaux de tailles ou de forces très différentes, les deux vont souffrir. De même, attelés ensemble par le mariage, un croyant et un non-croyant connaîtront inévitablement des frictions et des tensions. Si l’un d’eux veut se garder dans l’amour de Jéhovah et que l’autre ne s’en soucie pas vraiment, voire pas du tout, ils n’auront pas les mêmes priorités dans la vie et cela risque fort de provoquer un malaise profond entre eux. L’association spirituelle d’un vrai chrétien et de quelqu’un qui ne l’est pas constituerait un “ attelage disparate ”, une situation boiteuse. Cela ne pourrait que compromettre la foi du chrétien. Il arrive que des chrétiens célibataires estiment qu’un attelage mal assorti vaut toujours mieux que la solitude dont ils souffrent sur le moment. Certains décident d’ignorer le conseil biblique et se marient avec quelqu’un qui ne sert pas Jéhovah. Bien souvent, l’issue est douloureuse. Ils se retrouvent en compagnie d’une personne avec qui ils ne peuvent pas partager les choses les plus importantes de la vie. La solitude que cette situation engendre est parfois plus insupportable encore que celle qu’ils ressentaient avant le mariage. Heureusement, des milliers de chrétiens célibataires font confiance aux conseils divinement inspirés et les suivent fidèlement. Même s’ils aspirent à se marier un jour, ils restent célibataires jusqu’à ce qu’ils trouvent un conjoint parmi les adorateurs de Jéhovah. - « Amour de Dieu », p113 §9,10
  11. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 29 AVRIL 2019 - 2 Corinthiens 1-3.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 29 AVRIL 2019 - 2 Corinthiens 1-3.pdf JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU Recherchons des perles spirituelles (8 min) : 2 Corinthiens 1-3 2 Corinthiens 1:22 : Que sont le « gage » et le « sceau » que chaque chrétien oint reçoit de Dieu ? (w16.04 32). « Il a aussi mis son sceau sur nous et nous a donné dans nos cœurs le gage de ce qui est à venir, à savoir l’esprit » ▪ Le gage : D’après un ouvrage de référence, le terme grec rendu par « gage » en 2 Corinthiens 1:22 était « un terme juridique et commercial » désignant « le premier versement, les arrhes, l’acompte, qui paient à l’avance une partie du prix d’achat et garantissent ainsi le droit à l’article en question, ou qui valident un contrat ». Dans le cas des oints, Jéhovah leur donne à l’avance un gage de leur récompense. Le paiement complet décrit en 2 Corinthiens 5:1-5 signifie pour eux revêtir un corps céleste incorruptible. Leur récompense comprend également le don de l’immortalité. En grec moderne, un terme voisin désigne une bague de fiançailles. C’est une image appropriée pour ceux qui feront partie de l’épouse symbolique de Christ (2 Cor. 11:2 ; Rév. 21:2, 9). ▪ Le sceau : Dans le passé, le sceau servait de signature prouvant la propriété, l’authenticité ou l’autorisation. Dans le cas des oints, ils sont « scellés », ou marqués, au sens figuré par l’esprit saint en tant que propriété de Dieu (Éph. 1:13, 14). Cependant, le sceau d’un chrétien oint ne devient définitif qu’à un certain moment avant qu’il meure, fidèle, ou bien avant le déclenchement de la grande tribulation - w16.04 p32 Paul a comparé l’esprit saint à un sceau. Jéhovah oint ces chrétiens de son esprit saint pour indiquer qu’ils lui appartiennent. C’est à la Pentecôte de l’an 33 que les premiers chrétiens juifs commencèrent à être scellés, quand ils furent oints de l’esprit saint. Quand ces esclaves sont adoptés comme fils spirituels de Dieu, ils reçoivent par avance un gage de leur héritage céleste, un sceau, ou garantie. L’esprit de Dieu était à l’époque — et il est encore aujourd’hui — pour les fidèles chrétiens oints un sceau, c’est-à-dire un ‘gage de ce qui était à venir’, à savoir la vie céleste dans l’immortalité. Cette onction ne concerne que 144 000 disciples - TG2007 1/1 p31 De plus, tous les oints ne prennent pas conscience de leur appel céleste exactement de la même manière. Pour certains, cette prise de conscience est soudaine et pour d’autres, elle est progressive. Mais quoi qu’il en soit, chacun possède ce dont l’apôtre Paul a parlé ainsi : « Après avoir cru, vous avez été scellés de l’esprit saint promis, qui est un gage par anticipation de notre héritage » (Éph. 1:13, 14). Cette opération particulière de l’esprit saint est comparable à un acompte, une garantie (ou gage) de ce qui est à venir. Ce « gage » donne aux chrétiens oints l’intime conviction d’avoir l’espérance céleste TG2016/1 p18 2 Corinthiens 2:14-16 : À quoi Paul faisait-il peut-être référence quand il a parlé d’« un cortège triomphal » ? (w10 1/8 23). « Mais merci à Dieu qui toujours nous emmène à sa suite dans un cortège triomphal en compagnie du Christ et qui répand par notre intermédiaire le parfum de sa connaissance en tout lieu ! 15 Car pour Dieu nous sommes un agréable parfum de Christ qui se diffuse parmi ceux qui sont en train d’être sauvés et parmi ceux qui vont à la destruction ; 16 pour ces derniers, c’est une odeur de mort menant à la mort, pour les autres, un parfum de vie menant à la vie. Et qui est qualifié pour cela ? » ▪ Paul a écrit : “ Dieu [...] nous conduit dans un cortège triomphal en compagnie du Christ et [...], par notre intermédiaire, rend perceptible en tout lieu l’odeur de sa connaissance. Car pour Dieu nous sommes une agréable odeur de Christ parmi ceux qui sont en train d’être sauvés et parmi ceux qui périssent ; pour ceux-ci, une odeur venant de la mort pour la mort, pour ceux-là, une odeur venant de la vie pour la vie. ” — 2 Corinthiens 2:14-16. L’apôtre faisait allusion à la coutume romaine d’organiser un cortège de célébration en l’honneur d’un général qui avait vaincu des ennemis de l’État. À ces occasions, on exposait le butin ainsi que les prisonniers de guerre et on menait des taureaux au sacrifice, tandis que le général victorieux et son armée recevaient les acclamations de la foule. Au terme de la procession, on sacrifiait les taureaux et on exécutait vraisemblablement un bon nombre de prisonniers. La métaphore de l’“ agréable odeur de Christ ” qui signifierait la vie pour certains et la mort pour d’autres est “ sans doute tirée de la coutume romaine de brûler de l’encens sur le chemin du cortège, déclare une encyclopédie (The International Standard Bible Encyclopedia). Le parfum qui était synonyme de triomphe pour les vainqueurs rappelait aux captifs l’exécution qui les attendait probablement ”. - w10 1/8 p23 CORTÈGE TRIOMPHAL - Cortège officiel célébrant la victoire sur un ennemi. Le mot grec thriambeuô, qui signifie “ conduire dans un cortège triomphal ”, ne figure que deux fois dans les Écritures, chacune dans un contexte métaphorique quelque peu différent. — 2Co 2:14 ; Col 2:15. Dans l’image, Paul et ses compagnons chrétiens, sujets dévoués de Dieu, tels des fils, des officiers de haut rang et des soldats victorieux, “ en compagnie du Christ ” suivent tous dans le défilé le Dieu qui les conduit en un grandiose cortège triomphal le long d’une voie parfumée de fleurs. Par leur attachement à la Bible et leur prédication du message réconfortant qu’elle renferme, les vrais chrétiens diffusent “ une agréable odeur ” de vie qui plaît à Jéhovah.- it-1 p548 Que voulait faire ressortir l’apôtre Paul où il parle de lui-même et de ses compagnons comme d’une “odeur”? On comprendra mieux ces paroles en considérant certaines caractéristiques des processions triomphales romaines. Quand l’armée victorieuse revenait et qu’elle défilait dans la ville de Rome, on parfumait l’air en brûlant de l’encens sur les autels des temples. L’odeur de cet encens signifiait différentes choses selon les personnes. Pour les soldats vainqueurs, l’odeur était délicieuse, annonciatrice d’honneurs, d’avancement et de richesse. Mais pour les captifs, qui étaient traités sans merci et que l’on faisait aussi défiler dans les rues, l’encens brûlé avait une odeur désagréable, car il leur rappelait qu’ils seraient exécutés à la fin de la procession. De même, le message proclamé par l’apôtre Paul et ses compagnons était comme une odeur délicieuse pour ceux qui l’acceptaient, mais une infection pour ceux qui le rejetaient. - TG1978 1/1 p32 Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? La principale source de consolation, c’est Jéhovah, notre Père céleste compatissant (2 Corinthiens 1:3, 4). Jéhovah est le plus grand exemple d’empathie (la capacité à ressentir personnellement la peine que les autres ressentent). Nous pouvons être absolument certains que Jéhovah veut nous aider. Comme c’est réconfortant de savoir qu’il comprend nos sentiments et qu’il donne la consolation dont nous avons tant besoin. Un des moyens que Jéhovah utilise est « la consolation de l’esprit saint » (Actes 9:31). En effet, sa force agissante est une source très puissante de consolation. Jésus a promis que le Père donnerait volontiers « de l’esprit saint à ceux qui le lui demanderaient » - TG2017/7 p13 Jéhovah « nous console dans toute notre tribulation » (2 Cor. 1:3, 4). Il peut apaiser notre esprit, notre cœur et nos émotions au moyen de sa Parole, de son esprit saint et de la nourriture spirituelle dispensée par l’esclave fidèle – TG2017/2 L’habitude de prier régulièrement Jéhovah nous rapproche de lui, et cela aussi nous aide à nous préparer en vue de la persécution. Plus nous nous reposons sur notre Père céleste en recourant à la prière, plus nous augmentons notre confiance en lui (2 Corinthiens 1:8-10). Nos relations avec Dieu seront alors si solides qu’aucun ennemi, homme ou démon, ne pourra les briser. – TG1983 1/8 p18 §12 Paul a traversé d’innombrables épreuves et a même parfois frôlé la mort (2 Cor. 1:8-10). Pourtant, il n’avait pas une peur maladive de mourir. Il puisait de la consolation dans la certitude d’avoir le soutien de Dieu. Il a déclaré : « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des tendres miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation » (2 Cor. 1:3, 4). Paul ne s’est pas apitoyé sur son sort. Ses tribulations l’ont plutôt aidé à cultiver la compassion, ce qui a affiné son aptitude à consoler les autres. Nous avons tous enduré des souffrances plus ou moins intenses. Mais, comme Paul l’a souligné, les épreuves nous rendent plus aptes à consoler ceux qui traversent des moments difficiles. Aussi, soyons sensibles à la souffrance de nos compagnons et imitons Jéhovah en étant une source de consolation. TG2013 15/3 Paul et ses compagnons n’ont peut-être pas su que demander dans la prière lorsqu’ils ont subi la tribulation dans le district d’Asie. Étant ‘accablés à l’extrême, au-delà de leurs forces, ils sentaient en eux-mêmes qu’ils avaient reçu la sentence de mort’. Mais ils ont demandé à d’autres de supplier pour eux et ont mis leur confiance en Dieu, qui peut relever les morts, et il les a effectivement secourus (2 Corinthiens 1:8-11). Qu’il est réconfortant de savoir que Jéhovah Dieu entend les prières de ses fidèles serviteurs et qu’il agit en conséquence – TG1992 15/9 p13§13 Face à des décisions d’ordre personnel, les chrétiens sincères doivent faire un choix qui leur permettra de garder une conscience pure et tranquille devant Dieu. Leur désir devrait être de pouvoir dire en toutes circonstances: “Notre conscience en témoigne (...): nous nous sommes conduits dans le monde, et plus particulièrement à votre égard, avec sainteté et avec une sincérité conforme à la volonté de Dieu.” (II Corinthiens 1:12). Un chrétien montrera jusqu’à quel point il aime Jéhovah et ses principes dans les décisions qu’il prendra sur des questions de conscience – TG1982 15/2 §9 3:2 — Qu’est-ce qui “ n’a pas encore été manifesté ” aux chrétiens oints, et qui ceux-ci verront-ils “ tel qu’il est ” ? Ce qui n’a pas encore été manifesté aux chrétiens oints, c’est l’apparence qu’ils auront quand ils seront ressuscités au ciel avec un corps spirituel. Cependant, ils savent que ‘ lorsque Dieu sera manifesté, ils seront semblables à lui, parce qu’ils le verront tel qu’il est ’, lui, “ l’Esprit ”. — 2 Cor. 3:17, 18 – TG2008 15/8 Paul a indiqué à ses compagnons chrétiens qui est la Source de la vraie liberté. Il a écrit : « Jéhovah est l’Esprit ; et là où est l’esprit de Jéhovah, là est la liberté » (2 Cor. 3:17). Quelques versets avant 2 Corinthiens 3:17, Paul a mentionné ce qui est arrivé à Moïse quand il est descendu du mont Sinaï après avoir été en présence d’un ange de Jéhovah. Son visage émettait des rayons de lumière ! En le voyant, le peuple avait eu peur, et Moïse avait dû mettre un voile sur son visage (2 Cor. 3:7, 13). Mais Paul a expliqué que « quand on se tourne vers Jéhovah, le voile est enlevé » (2 Cor. 3:16). Que signifient ces paroles ? Jéhovah, le Créateur de toutes choses, est le seul à posséder une liberté absolue, ou illimitée. Il est donc logique qu’en la présence de Jéhovah, « là où est [son] esprit », il y ait la liberté. Toutefois, pour bénéficier de cette liberté, nous devons nous « tourner vers Jéhovah », c’est-à-dire développer une relation personnelle avec lui. Les Israélites qui se trouvaient dans le désert après avoir été libérés d’Égypte voyaient les choses d’un point de vue humain, et pas du point de vue de Jéhovah. C’était comme s’ils avaient un voile sur leur cœur et leur esprit : ils ne voulaient pas voir tout ce que Jéhovah avait fait pour eux. En effet, la seule chose qui les intéressait, c’était d’utiliser leur toute nouvelle liberté pour satisfaire des désirs physiques. La liberté que l’esprit de Jéhovah procure est plus qu’une libération d’un esclavage physique. L’esprit de Jéhovah libère de l’imperfection et de la mort, ainsi que du faux culte et de ses pratiques - TG2018/4 §2-5 Comment le peuple de Jéhovah aujourd’hui peut-il ‘refléter comme des miroirs la gloire de Jéhovah’? (2 Corinthiens 3:18.) La gloire de Dieu brille par le moyen de “la glorieuse bonne nouvelle au sujet du Christ, qui est l’image de Dieu”. Les Témoins de Jéhovah reflètent cette gloire en parlant de la gloire de Jéhovah et de la gloire de son Royaume dirigé par son Fils – TG1990 15/8 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? Paul a propagé avec zèle le message du Royaume en Asie Mineure et en Europe, où il a fondé de nombreuses congrégations. Certaines d’entre elles ont eu sa visite à plusieurs reprises. Dans ses lettres, il a parfois jugé nécessaire de jurer qu’il disait la vérité (Gal. 1:20). Quand des Corinthiens lui ont reproché de ne pas être digne de confiance, il a écrit pour sa défense : “ Aussi vrai que Dieu est fidèle, la parole que nous vous avons adressée n’est pas Oui et cependant Non. ” (2 Cor. 1:18). À ce moment-là, Paul avait quitté Éphèse et traversait la Macédoine en direction de Corinthe. Au départ, il avait prévu de retourner à Corinthe avant de se rendre en Macédoine (2 Cor. 1:15, 16). Mais il est parfois nécessaire de modifier un itinéraire. Les surveillants itinérants le savent bien. Ils procèdent à ces changements non pas pour des questions de préférence ou des raisons peu sérieuses, mais parce qu’il le faut. Pour en revenir à Paul, c’est dans l’intérêt de la congrégation de Corinthe qu’il avait différé sa venue. En quoi était-ce bénéfique ? Quelque temps après avoir défini son itinéraire initial, Paul avait reçu des nouvelles troublantes : on tolérait à Corinthe des dissensions et des comportements immoraux (1 Cor. 1:11 ; 5:1). Pour redresser la situation, il a rédigé sa première lettre aux Corinthiens, dans laquelle il a inclus des conseils fermes. Puis, au lieu d’embarquer directement pour Corinthe, Paul a décidé de laisser aux chrétiens de cette ville le temps d’appliquer ses recommandations. Ainsi, lorsqu’il se rendrait finalement sur place, sa visite serait plus encourageante. Dans sa seconde lettre, il a certifié que c’était là la raison du changement : “ J’invoque Dieu comme témoin contre mon âme même que c’est pour vous épargner que je ne suis pas encore venu à Corinthe. ” (2 Cor. 1:23). Ne ressemblons jamais aux détracteurs de Paul. Manifestons plutôt un profond respect pour ceux qui ont été placés à notre tête. – TG2012 15/10 p29 §6,7 Comment « considérer » celui que la honte et le désespoir dus à un péché passé continuent d’accabler, alors qu’il a fait le nécessaire pour se rétablir ? Parlant d’un transgresseur de Corinthe repentant, Paul a écrit : « Vous devriez lui pardonner volontiers et le consoler, de peur que d’une manière ou d’une autre un tel homme ne soit englouti par sa tristesse excessive. Je vous exhorte donc à confirmer votre amour pour lui » (2 Cor. 2:7, 😎. D’après un lexique, le terme traduit par « confirmer » signifie « ratifier, valider, rendre juridiquement contraignant ». Nous ne pouvons pas nous contenter de supposer que l’intéressé comprend que nous l’aimons et que nous nous soucions de lui. Il a besoin de le constater à travers notre état d’esprit et nos actes. – TG2008 15/7 p28 §7 Ce qui est important, c’est le profond amour et l’intérêt que nous portons à ceux que nous enseignons. Paul a écrit ceci aux Corinthiens : “C’est vous-mêmes qui êtes notre lettre, inscrite sur nos cœurs, connue et lue par tous les humains. Car on vous montre comme étant une lettre de Christ écrite par nous en tant que ministres, inscrite non avec de l’encre, mais avec l’esprit d’un Dieu vivant, non sur des tablettes de pierre, mais sur des tablettes de chair, sur des cœurs.” (II Cor. 3:2, 3). Quand on a un profond amour pour ceux qu’on enseigne, les enseignés seront comme des ‘lettres’ inscrites sur nos cœurs. Comme nous comptons sur l’aide de l’esprit de Dieu et que nous faisons tout notre possible dans la limite de nos capacités, ceux qui accueillent notre enseignement deviendront comme des lettres de Christ, inscrites par l’esprit de Dieu sur des cœurs. Oui, l’effet de l’esprit de Dieu sur leurs cœurs les incitera à manifester une personnalité chrétienne qu’on pourra voir ou ‘lire’. Luttez-vous avec énergie en tant que ‘collaborateur’ de Dieu pour produire de telles ‘lettres’ ? – TG1974 1/6 p344 §23 La Parole de Dieu explique ce qui rend quelqu’un qualifié pour prêcher la bonne nouvelle chrétienne. Sous l’inspiration divine, l’apôtre Paul a écrit : “ Ce n’est pas que de nous-mêmes nous soyons qualifiés pour estimer quelque chose comme venant de nous, mais notre capacité vient de Dieu qui nous a vraiment qualifiés pour être ministres. ” (2 Corinthiens 3:5, 6). Celui qui est ‘ qualifié ’ est compétent et digne d’entreprendre une tâche donnée. Les vrais ministres de la bonne nouvelle sont bel et bien qualifiés pour prêcher. Ils sont capables, compétents, dignes d’effectuer cette œuvre. Mais d’où vient cette capacité ? de Jéhovah. Il veille à ce que tous ses serviteurs fidèles soient qualifiés, aptes à effectuer le travail qu’il leur confie. Comment donc Jéhovah rend-il capables aujourd’hui les vrais chrétiens ? Trois moyens qu’il utilise pour cela : 1) sa Parole, 2) son esprit saint et 3) son organisation terrestre. – TG2002 15/2 §3,4 Que nous soyons actuellement persécutés ou non, nous devrions nous soucier de nos compagnons chrétiens. 2 Cor. 1:8 Aujourd’hui, en cas de persécution, notre souci pour la sécurité de nos frères nous rend “ prudents comme des serpents ”. Nous poursuivons l’œuvre de prédication avec prudence et refusons de trahir nos frères en divulguant leurs noms ou d’autres informations aux persécuteurs. – TG2008 15/2 §18 Pourquoi Jésus s’appelle-t-il lui-même “ l’Amen ” ? Ce titre confère une autorité juridique à son message. “ Amen ” est la transcription d’un mot hébreu qui signifie “ certainement ”, “ ainsi soit-il ! ” ; on le dit à la fin des prières pour donner son adhésion aux sentiments qui viennent d’être exprimés. Jésus est “ l’Amen ”, parce que son intégrité parfaite et sa mort sacrificielle confirment et garantissent la réalisation de toutes les précieuses promesses de Jéhovah (2 Corinthiens 1:20). Depuis lors, toutes les prières sont à juste titre adressées à Jéhovah par l’intermédiaire de Jésus. – re chap13 §4 Paul a pressé les chrétiens de Corinthe de réintégrer le coupable. Pour quelle raison ? Pour qu’ils ne soient “ pas dupes de Satan ”, explique l’apôtre. Apparemment, le pécheur s’était repenti et avait purifié sa vie (2 Corinthiens 2:8-11). Si les Corinthiens refusaient de réintégrer cet homme repentant, ils seraient alors dupes de Satan en ce sens qu’ils se montreraient aussi durs et impitoyables que le Diable le souhaitait. Très probablement, ils ne tardèrent pas à ‘ lui pardonner et à le consoler ’. — 2 Corinthiens 2:5-7. – TG2006 15/11 p27
  12. Rajout 1 Corinthiens 14:8, 9 - Si le signal qui sort de la trompette est confus, qui se préparera au combat ? De même, si, avec votre langue, vous ne prononcez pas des paroles faciles à comprendre, comment saura-t-on ce qui est dit ? En fait, vous parlerez en l’air » L’apôtre Paul a utilisé l’exemple de la sonnerie de la trompette au temps d’Israël qui servait à rassembler le peuple ou l’armée au combat, à l’importance d’avoir des paroles facilement compréhensibles. Si le son de la trompette n’était pas clair, l’armée en marche pouvait subir des conséquences désastreuses. Pareillement, des paroles imprécises peuvent prêter à confusion ou induire en erreur. – TG2015 15/12 p15
  13. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 22 AVRIL 2019 -1 Corinthiens 14-16.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 22 AVRIL 2019 -1 Corinthiens 14-16.pdf JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU Recherchons des perles spirituelles (8 min) : 1 Corinthiens 14-16 1 Corinthiens 14:34, 35 : L’apôtre Paul a-t-il interdit aux femmes de parler ? (w12 1/9 9, encadré). « que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de prendre la parole. Qu’elles soient soumises, comme le dit aussi la Loi. 35 Si elles veulent des explications, qu’elles interrogent leurs maris à la maison, car il est honteux pour une femme de prendre la parole dans l’assemblée. » [Encadré, page 9] L’apôtre Paul a-t-il interdit aux femmes de s’exprimer ? “ Que les femmes se taisent dans les congrégations ”, a écrit Paul (1 Corinthiens 14:34). Que voulait-il dire par là ? Mettait-il en doute leur intelligence ? Non. D’ailleurs, il a souvent parlé en bien de l’enseignement des femmes (2 Timothée 1:5 ; Tite 2:3-5). Dans cette même lettre aux Corinthiens, Paul demandait aussi à tous ceux qui avaient le don des langues et de prophétie de se taire lorsqu’un autre parlait (1 Corinthiens 14:26-30, 33). Apparemment, certaines chrétiennes étaient si enthousiastes au sujet de leur nouvelle foi qu’elles interrompaient l’orateur pour poser des questions, comme c’était la coutume dans le monde grec. Pour éviter ce désordre, Paul les a encouragées à interroger “ leurs propres maris à la maison ”. — 1 Corinthiens 14:35. Au cours de ce qui était vraisemblablement des réunions publiques, lorsque “ la congrégation entière ” et des “ non-croyants ” s’assemblaient en un même lieu, il fallait que les femmes “ se taisent ”. Si ‘ elles voulaient apprendre quelque chose, elles pouvaient interroger leurs propres maris à la maison, car il était honteux pour une femme de parler dans une congrégation Si elle n’était pas autorisée à enseigner dans une réunion de la congrégation, la femme pouvait cependant instruire à l’extérieur de la congrégation des personnes qui désiraient apprendre la vérité biblique et la bonne nouvelle au sujet de Jésus Christ. Elle était également autorisée à ‘ enseigner ce qui est bon ’ aux jeunes femmes (et aux enfants) au sein de la congrégation (Tt 2:3-5). Toutefois, elle n’avait pas le droit d’exercer l’autorité sur un homme ni de contester ce que les hommes disaient, dans les réunions de la congrégation par exemple. Elle devait se rappeler ce qui était arrivé à Ève, ainsi que les propos par lesquels Dieu définit la position de la femme après qu’Adam et Ève eurent péché – it1 p875 Pourquoi Paul donne-t-il ce commandement aux sœurs de se taire ? Pour préserver l’ordre au sein de la congrégation. Peut-être certaines sœurs contestaient-elles ce qui était dit dans la congrégation. La mise au point de Paul a aidé les chrétiennes à rejeter cet esprit frondeur et à accepter humblement leur place dans la disposition arrêtée par Jéhovah en matière d’autorité, notamment vis-à-vis de leurs maris. Par leur silence, elles indiqueraient aussi qu’elles n’aspirent pas à enseigner la congrégation. Il ne convient pas, en effet, qu’une femme assume la fonction d’enseignant. Paul n’écrira-t-il pas à Timothée : “ Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ou de dominer sur l’homme, mais qu’elle soit dans le silence. ” 1 Timothée 2:12. Est-ce à dire qu’une chrétienne ne doit jamais s’exprimer aux réunions ? Non. Elles peuvent faire des commentaires. En résumé, les chrétiennes “ se taisent ” en ce sens qu’elles ne cherchent pas à endosser le rôle dévolu aux hommes ni à instruire la congrégation. Elles ne posent pas de questions polémiques qui risqueraient de saper l’autorité de ceux qui enseignent. “Si elles veulent apprendre quelque chose, qu’elles questionnent à la maison leur propre mari, car il est honteux pour une femme de parler dans une congrégation.” (1 Corinthiens 14:35). Il veut dire par là que, si une chrétienne ne comprend pas ou n’approuve pas une déclaration quelconque faite ou lue pendant une réunion, elle ne doit pas soulever de controverse devant l’assemblée. Elle demandera plutôt à son mari, quand elle sera chez elle, des éclaircissements sur la question. En assumant leur propre rôle dans la congrégation, elles contribuent beaucoup à ce que les réunions se déroulent dans une atmosphère paisible, de sorte que ‘ tout se fasse pour bâtir ’. - TG2006 1/3 p28-29 1 Corinthiens 14:34, 35 - Ces paroles rédigées sous l’inspiration de Dieu invitaient les chrétiennes à prêter attention à l’enseignement prodigué par des hommes désignés à cet effet. Elles devaient garder le silence, sans chercher à avoir part à l’instruction donnée en public. Par leur conduite et leur attitude, ces chrétiennes démontraient leur soumission aux dispositions prises par la congrégation en matière d’enseignement. Il aurait été déplacé qu’une femme soulève un débat en public, manifestant ainsi son désaccord avec les membres masculins de la congrégation ou laissant entendre que leur enseignement n’était pas clair. Cette attitude aurait traduit un manque d’humilité et de modestie, et elle aurait nui à l’ordre et au sérieux qui doivent présider aux réunions de la congrégation. Par contre, une fois chez elle, la chrétienne pouvait interroger son mari croyant pour qu’il l’aide à adopter une saine optique. Posées dans le cadre du foyer, les questions qui préoccupaient une chrétienne ne risquaient pas de rejaillir sur elle et de donner l’impression qu’elle était effrontée ou qu’elle ne savait pas garder sa place. En rappelant qu’il était mal que la femme se substitue à un enseignant, l’apôtre Paul, loin de se fier à son propre jugement, s’en référait à l’autorité des Écritures. – RV1978 8/9 p27 1 Corinthiens 15:53 : Que signifie devenir immortel et impérissable ? (it-1 1181). « Il faut en effet que ce qui est périssable devienne impérissable, et que ce qui est mortel devienne immortel. » Incorruptibilité Unis à Jésus dans la ressemblance de sa résurrection, ses cohéritiers sont aussi ressuscités pour acquérir, non seulement la vie éternelle comme créatures spirituelles, mais encore l’immortalité et l’incorruptibilité. Ayant vécu, servi fidèlement, et étant morts dans leur corps humain corruptible, ils reçoivent alors un corps spirituel incorruptible, ce que Paul explique clairement en 1 Corinthiens 15:42-54. Dès lors, le terme immortalité a sans doute trait à la qualité de la vie qu’ils possèdent : éternelle et indestructible, tandis que le mot incorruptibilité se rapporte apparemment à l’organisme ou au corps que Dieu leur donne, et qui est par nature à l’abri de la déchéance, du dépérissement ou de la destruction. Il semble donc que Dieu leur accorde le pouvoir de subsister de manière autonome, sans dépendre de sources d’énergie extérieures comme ses autres créatures de chair ou spirituelles. Dieu leur témoigne ainsi une confiance extraordinaire. Toutefois, cette existence indépendante et indestructible ne les soustrait pas à la direction divine. À l’instar de leur Chef Christ Jésus, ils demeurent soumis à la volonté et aux directives de leur Père - it-1 p1181 L’immortalité désigne la qualité de la vie que quelqu’un possède, le fait qu’elle soit sans fin et indestructible. Les mots “ immortel ” ou “ immortalité ” n’apparaissent pas dans les Écritures hébraïques, mais elles montrent, toutefois, que Jéhovah Dieu, la Source de toute vie, n’est pas sujet à la mort, donc qu’il est immortel Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ? Parlant de Jéhovah, Paul a également écrit : « Dieu est un Dieu, non pas de désordre, mais de paix » (1 Cor. 14:33). Notez que l’apôtre n’oppose pas le désordre à l’ordre, mais à la paix. Pourquoi ? Parce que l’ordre en lui-même ne garantit pas la paix. Par exemple, une troupe de soldats peut se rendre au front en marchant au pas ; seulement cette façon ordonnée de se déplacer ne débouchera pas sur la paix, mais sur la guerre. Les chrétiens veulent donc se rappeler cette vérité essentielle : tout système ordonné qui n’est pas fondé sur la paix s’écroule tôt ou tard. La paix divine, en revanche, favorise un ordre durable.– Livre Le Royaume en action p120 Dans la communauté chrétienne du 1er siècle, Paul est un homme de renom. On le serait à moins : pour les besoins de son ministère, il a parcouru des milliers de kilomètres sur terre et sur mer, et on ne compte plus les congrégations qu’il a fondées. Outre le don de parler en langues étrangères, il a reçu de Jéhovah des visions (1 Corinthiens 14:18). Dieu lui a également inspiré la rédaction de 14 lettres, incorporées plus tard aux Écritures grecques chrétiennes. À l’évidence, Paul a œuvré bien plus que tous les autres apôtres. 1 Corinthiens 15:10. Certains pourraient croire que Paul éprouve une satisfaction intense à être ainsi sur le devant de la scène et fait même étalage de son autorité. Or il n’en est rien, car ce fer de lance de l’activité chrétienne est un homme modeste. “ Je suis, dit-il, le plus petit des apôtres. ” Et d’ajouter : “ Je ne suis pas digne d’être appelé apôtre, parce que j’ai persécuté la congrégation de Dieu. ” (1 Corinthiens 15:9). L’ancien persécuteur n’oublie jamais que ses relations avec Dieu sont déjà pure faveur imméritée ; combien plus ses exceptionnelles attributions de service. Il n’a donc pas le sentiment que ses résultats extraordinaires dans le ministère le rendent supérieur aux autres. Paul est un exemple pour nous, chrétiens. Quelles que soient ses attributions, aucun d’entre nous ne devrait se sentir supérieur aux autres – TG2000 1/8 p14 Paul savait que s’il lui était permis d’accomplir son ministère, c’était uniquement grâce à la faveur imméritée de Dieu. Il la mentionne plus de 90 fois dans ses 14 lettres, plus que tout autre écrivain biblique (1 Corinthiens 15:10). Il était profondément reconnaissant à Dieu de l’avoir traité avec miséricorde, et il voulait tout faire pour que Dieu n’ait pas le sentiment de lui avoir accordé sa faveur imméritée en vain. Voilà pourquoi il a « peiné bien plus » que tous les autres apôtres. Son exemple nous convainc que, si nous confessons nos péchés et changeons de conduite, Jéhovah est disposé à nous pardonner même des péchés graves, à les effacer en vertu de la rançon offerte par Jésus. C’est là une leçon importante pour celui qui a du mal à croire que le sacrifice de Christ puisse le racheter lui aussi – TG2013 15/1 p23 « De même [...] qu’en Adam tous meurent, de même aussi dans le Christ tous seront rendus à la vie » (1 Corinthiens 15:22). Étant descendants d’Adam, nous « mourons » tous. En effet, nous ne pouvons pas échapper aux griffes de la maladie et de la mort, ni nous réconcilier avec Dieu et être innocents devant lui. Et étant de simples humains, nous ne pouvons ramener « à la vie » ni nous-même ni qui que ce soit d’autre. Nous avons cruellement besoin d’aide parce que le prix de la rançon est au-dessus de nos moyens. Livrés à nous-mêmes, nous serions impuissants. Par amour, Jéhovah a volontairement payé le « traitement » vital dont nous avons besoin, afin que par le moyen de Jésus « tous [soient] rendus à la vie ». Comment la rançon permet-elle cela ? « Le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. » En effet, la foi dans le sang versé de Jésus rend possible le pardon des péchés et la vie éternelle. Et que signifiera la rançon pour nos chers disparus ? « Puisque [...] la mort vient par un homme, la résurrection des morts vient aussi par un homme [Jésus] » (1 Corinthiens 15:21). Aucun don n’a été offert par une personne plus haut placée ni motivé par un amour plus grand que ne l’a été le sacrifice de Jésus. Personne n’a jamais renoncé à autant de choses que Jéhovah. Et aucun autre don ne comble un besoin plus important que ce sacrifice qui nous libère du péché et de la mort. Oui, aucun don ne peut égaler la rançon, dont la valeur est indescriptible. – TG2017/2 p3 Puisque le Royaume est un gouvernement dont Jéhovah se sert pour amener la terre et ses habitants humains à la perfection et les réconcilier avec lui, quel rôle le Roi Jésus Christ et les 144 000 rois-prêtres joueront ils après le Millénaire ? “ Puis, la fin, quand il remettra le royaume à son Dieu et Père, quand il aura réduit à rien tout gouvernement et tout pouvoir et puissance. Car il faut qu’il règne jusqu’à ce que Dieu ait mis tous les ennemis sous ses pieds. ” — 1 Corinthiens 15:24, 25. Si le Royaume doit être remis à Dieu, pourquoi les Écritures disent-elles qu’il durera à jamais ? Parce que ses réalisations, elles, subsisteront pour toujours. Christ sera honoré éternellement pour le rôle qu’il aura joué dans la justification de la souveraineté divine. Mais avec le péché et la mort définitivement éradiqués et les humains rachetés, il n’y aura plus besoin de Rédempteur. Au terme de la domination millénaire du Royaume, l’existence d’un gouvernement auxiliaire entre Jéhovah et les humains obéissants ne sera plus nécessaire. ‘ Dieu sera toutes choses pour tous. ’ 1 Corinthiens 15:28. – TG2000 15/10 p20 Concernant les offrandes, l’apôtre Paul a énoncé un principe (1 Corinthiens 16:1, 2). Sous inspiration, il a encouragé ses frères de Corinthe non pas à décider du montant de leurs offrandes en fonction de l’argent qui leur reste à la fin de la semaine, mais plutôt à mettre de l’argent de côté dès le début de la semaine, selon leurs moyens. Comme au 1er siècle, les frères et sœurs de notre époque planifient leurs dons, selon leurs moyens. Nos offrandes pour le soutien des intérêts du Royaume seront constantes si elles sont prévues à l’avance et faites systématiquement. Jéhovah attache beaucoup de prix à une telle générosité. – TG2013 15/12 p14 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ? En Israël, on sonnait de la trompette pour rassembler le peuple ou le renvoyer chez lui, ainsi que pour encourager l’armée au combat. La Bible utilise l’exemple de la sonnerie de trompette pour illustrer l’importance d’avoir des paroles facilement compréhensibles. Si le son de la trompette n’était pas clair, l’armée en marche pouvait subir des conséquences désastreuses. Pareillement, si nos paroles sont imprécises, elles peuvent prêter à confusion ou induire en erreur. Bien sûr, les efforts que nous faisons pour être concis et clairs ne devraient pas nous amener à parler brutalement ou sans tact (1 Corinthiens 14:8, 9). TG2015 15/12 p21 §13 Lorsque l’assemblée de Corinthe s’est mise à faire les choses d’une manière radicalement différente des autres assemblées, Paul lui a écrit : “ Comment ? Est-ce de chez vous que la parole de Dieu est sortie, ou est-ce seulement jusqu’à vous qu’elle est parvenue ? ” (1 Corinthiens 14:36). Paul s’est servi de cette question pour corriger leur point de vue et les aider à comprendre qu’ils ne devaient pas agir indépendamment. Lorsqu’elles suivaient la direction donnée par les apôtres, les congrégations croissaient et prospéraient. – TG2011 1/6 p14 La Parole de Dieu ne mentionne pas dans le détail toutes les dispositions ou procédures nécessaires à la bonne marche de l’assemblée. Cependant, la Bible dit clairement : “ Que tout se fasse décemment et avec ordre. ” (1 Corinthiens 14:40). Le Collège central se plie à cette instruction en mettant en place diverses procédures et directives pour faciliter le fonctionnement harmonieux et ordonné de l’assemblée. Les chrétiens qui assument des responsabilités sont des exemples d’obéissance lorsqu’ils mettent en œuvre ces dispositions avec promptitude. Eux-mêmes se montrent ‘ raisonnables et disposés à obéir ’ aux surveillants dont ils dépendent. C’est pourquoi dans chaque groupe de prédication, dans chaque assemblée, dans chaque circonscription et dans chaque pays, nous avons le bonheur de servir Jéhovah dans l’unité et de manière ordonnée, ce qui fait honneur au Dieu heureux. 1 Corinthiens 14:33 – Livre Amour de Dieu p49 Paul était persuadé que Jésus a été relevé d’entre les morts. Et pour justifier sa conviction, il rappelle « que Christ est mort pour nos péchés selon les Écritures ; et qu’il a été enterré, oui qu’il a été relevé le troisième jour selon les Écritures ; et qu’il est apparu à Céphas, puis aux douze ». Il ajoute ensuite : « Après cela il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont demeurés en vie jusqu’à présent, mais quelques-uns se sont endormis dans la mort. Après cela il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres ; mais, en tout dernier lieu, il m’est apparu à moi aussi » (1 Corinthiens 15:3-8). Paul commence par affirmer avec force que Christ est mort pour nos péchés, a été enterré puis ressuscité. Comment peut-il en être aussi sûr ? Notamment grâce à de nombreux témoignages. La majorité de ces témoins sont encore en vie aux jours de Paul, et peuvent confirmer que ces apparitions ont eu lieu (1 Corinthiens 15:6). On peut facilement ignorer le témoignage d’une personne ou deux, mais pas celui de 500 ou plus. Notons également cette précision de Paul : la mort, ainsi que l’enterrement et la résurrection de Jésus, ont eu lieu « selon les Écritures ». Ces évènements accomplissaient en effet des prophéties messianiques des Écritures hébraïques, indiquant par-là que Jésus était le Messie promis. Certains doutaient, à l’époque de Paul comme à la nôtre, que Jésus ait été relevé. Si Jésus n’avait pas été ressuscité, nous n’aurions probablement jamais entendu parler de lui. TG2013 1/3 p3 Qu’apprenons-nous de la façon dont Jésus s’est comporté envers sa famille ? Il ne s’est pas vexé quand certains ont prétendu qu’il avait perdu la raison. Même après son exécution et sa résurrection, il a continué d’encourager sa famille en apparaissant à Jacques, un de ses demi-frères. Cette apparition semble avoir contribué à convaincre Jacques, mais également ses autres demi-frères, sa mère, qu’il était le Messie. Ainsi, quand les apôtres et d’autres disciples se sont réunis à Jérusalem dans une chambre haute, ils étaient présents et, de toute évidence, ils ont eux aussi reçu l’esprit saint. Par la suite, Jacques mais également Jude, un autre demi-frère de Jésus, ont reçu de beaux privilèges (1 Cor. 15:7). – TG2014 15/3 p4 Des années plus tard, quand sa qualité d’apôtre lui sera contestée, Paul défendra son autorité en faisant valoir l’épisode de la route de Damas. “ Ne suis-je pas apôtre ? N’ai-je pas vu Jésus notre Seigneur ? ” rétorquera-t-il. Et après avoir rappelé que Jésus ressuscité était apparu à d’autres aussi, Saul (Paul) ajoutera : “ Mais, en tout dernier lieu, il m’est apparu à moi aussi, comme à quelqu’un qui est né avant terme. ” (1 Corinthiens 15:8). C’était en quelque sorte comme si Saul, par sa vision de la gloire céleste de Jésus, avait eu l’honneur de naître, c’est-à-dire de ressusciter, pour la vie spirituelle avant l’heure. Saul a accepté avec reconnaissance son privilège et s’est efforcé de s’en montrer digne. “ Je suis le plus petit des apôtres, et je ne suis pas digne d’être appelé apôtre, parce que j’ai persécuté la congrégation de Dieu, écrira-t-il. Mais [...] sa faveur imméritée [c’est-à-dire celle de Dieu] à mon égard ne s’est pas révélée vaine, mais j’ai peiné bien plus [que tous les autres apôtres]. ” — 1 Corinthiens 15:9, 10. Peut-être à la manière de Saul vous rappelez-vous l’époque où vous avez compris que pour obtenir la faveur de Dieu il vous faudrait renoncer à des croyances profondément ancrées en vous. Sans aucun doute avez-vous souvent remercié Jéhovah de vous avoir permis de comprendre la vérité. Quand Saul a vu la lumière et a compris ce qu’on attendait de lui, il n’a pas hésité. Le restant de sa vie sur la terre, il a œuvré avec zèle et détermination en ce sens. Quel excellent exemple pour tous ceux qui recherchent la faveur de Jéhovah à notre époque – TG200015/1 p29 Certains chrétiens de la Corinthe antique ne savent pas quoi penser de la résurrection ; d’autres n’y croient tout simplement pas. Si la résurrection n’est pas une réalité, quelles en sont les conséquences ? Paul l’explique dans la première lettre qu’il adresse à ces chrétiens : « Si vraiment il n’y a pas de résurrection des morts, Christ non plus n’a pas été relevé. Mais si Christ n’a pas été relevé, notre prédication, bien sûr, est vaine, et notre foi est vaine. Et même nous sommes trouvés de faux témoins de Dieu, [...] votre foi est inutile ; vous êtes encore dans vos péchés. Oui, aussi ceux qui se sont endormis dans la mort en union avec Christ ont péri » (1 Corinthiens 15:13-18). Paul commence son raisonnement par une affirmation difficilement contestable : Si les morts ne peuvent pas être relevés, alors Christ, qui est mort, n’a pas pu être relevé. Dans ce cas, la prédication de la Bonne Nouvelle est vaine, un immense canular. En effet, la résurrection de Christ est un élément-clé de la doctrine chrétienne. Elle est étroitement liée aux enseignements fondamentaux de la Bible relatifs à la souveraineté de Dieu, à son nom, à son Royaume et à notre salut. Si la résurrection n’a pas eu lieu, le message que Paul et les autres apôtres proclament est vide de sens et sans valeur. - TG2013 1/3 p4 La Bible parle du moment où “ la mort sera réduite à rien ”, c’est-à-dire où elle n’existera plus (1 Cor. 15:26). Deux catégories de personnes bénéficieront de ce changement. Les membres de la “ grande foule ” actuellement en vie pourront entrer dans le monde nouveau promis avec l’espoir de connaître une vie sans fin. Quant aux milliards d’humains déjà morts, il leur sera possible de ressusciter. Pouvez-vous imaginer l’allégresse lorsque ceux qui composent la “ grande foule ” accueilleront les ressuscités ? – TG2012 15/9 p11 Qu’en sera-t-il de l’issue ultime de la maladie, la conséquence inévitable du péché : la mort ? Elle est notre « dernier ennemi », l’adversaire devant lequel tous les humains imparfaits doivent tôt ou tard capituler (1 Cor. 15:26). Mais fait-elle le poids face à Jéhovah ? Notez ce qu’Isaïe a prédit : « Il engloutira la mort pour toujours ; oui, le Souverain Seigneur Jéhovah essuiera les larmes de dessus tous les visages » (Is. 25:8). Voyez-vous ce que cela veut dire ? Plus d’enterrements, plus de cimetières, plus de larmes de chagrin ! Ce sont au contraire des larmes de joie qui couleront quand Jéhovah accomplira sa prodigieuse promesse de résurrection. Les innombrables blessures infligées par la mort pourront enfin guérir. Livre Royaume en action p237 15:29 — Que signifie ‘ être baptisé pour être des morts ’ ? Paul ne recommandait pas de baptiser les vivants à la place des morts qui n’avaient pas reçu le baptême. Il voulait dire que les chrétiens oints de l’esprit sont immergés dans une vie durant laquelle ils demeurent intègres jusqu’à leur mort, après quoi ils sont ressuscités pour une vie spirituelle. – TG2008 15/7 p27 Les loisirs et les divertissements comblent un besoin important. Mais il pourrait y avoir danger si nous amuser était notre principal objectif dans la vie. Au Ier siècle, beaucoup pensaient ainsi : « Mangeons et buvons, car demain il nous faudra mourir » (1 Cor. 15:32). Le même état d’esprit règne aujourd’hui dans de nombreuses régions du monde. - TG2017/5 p22 Paul a donné ce conseil : “ Restez éveillés, tenez ferme dans la foi. ” (1 Corinthiens 16:13). Ainsi, rester éveillé suppose d’être fermement établi dans la foi chrétienne. Comment resterons-nous éveillés ? En approfondissant notre connaissance de la Parole de Dieu. De bonnes habitudes d’étude individuelle et la fréquentation régulière des réunions renforcent notre foi. Un aspect important de celle-ci consiste à nous souvenir constamment du jour de Jéhovah. En revoyant de temps à autre les preuves bibliques que nous approchons de la fin du système actuel, nous éviterons de perdre de vue les vérités importantes qui s’y rattachent. Il est bon également d’observer le déroulement des événements mondiaux qui accomplissent les prophéties bibliques. Un frère allemand a écrit : “ Chaque fois que je suis les informations (les guerres, les tremblements de terre, la violence et la pollution de la planète), cela me rappelle que nous sommes près de la fin. ”- TG2003 1/1 p18
  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More

×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.