Jump to content
The World News Media

Knott's Berry Farm closes ride after complaints from mental health advocates


Recommended Posts

  • Member

 

    Hello guest!

Quote
A popular Halloween attraction at Knott's Berry Farm and California's Great America was shutting down, officials announced Wednesday, after some took to social media calling the display "offensive" to those suffering from mental illness.

The virtual reality attraction, which essentially focuses on a story line about a possessed patient running wild in a hospital, consists of strapping parkgoers into a chair before they are given VR goggles. If the game becomes too intense for them, customers can press the "panic button."

One person who took to social media was Kay Warren, wife of pastor and author Rick Warren, who lost his son to mental illness
Quote
Kay Warren
    Hello guest!

Knots Berry Farm has a psychiatric ward with a demonic patient in their Halloween set. This is NOT entertainment. I'm infuriated that they use the pain &suffering of millions of people for laughs or thrills. Take it down!

 

 

Link to post
Share on other sites

  • Views 418
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  

  • Similar Content

    • By Isabella
      When it comes to choosing our entertainment and recreation we need to treat those choices like we would a traffic light. How so? 
      Red Traffic Light: It is life threatening to proceed with such activities. Entertainment that centers around the love of violence, sexual immorality, spiritism or that shows a lack of respect for life are clearly things God hates. Running these red lights can cost us our hope of gaining everlasting life or hurt others. Even if we run a red light without getting hit, God’s eyes are like cameras that see what we do. So we might be getting away with running spiritual red lights now, but later we may pay for it when the ticket arrives in the mail. 
      Yellow Traffic Light: Slow down or proceed with caution. Some decisions are really up to each individuals conscience. For example, wether or not to serve wine at a party. However, it is wise to consider not just our own “right of way” when making such decisions. Just as someone approaching a yellow light will check the surroundings before deciding to keep going or stop, we must take the time to learn and adjust to consciences of those around us. We wouldn’t want to inadvertently cause an accident.
      Green Traffic Light: It is safe to proceed with such activities. These can include spiritual activities, a simple gathering with brothers and sisters, various outdoor activities and so on. Some of the entertainment the world offers may have a green light as well but we still must be alert. Like a stale green light will eventually turn red, worldly entertainment that starts off clean can quickly introduce unclean things that will require us to slam on the brakes and stop watching.
      Making such decisions is like driving a car, each of us must apply 1 Corinthians 10:23,24 “keep on seeking, not his own advantage, but that of the other person.” By doing so we can all safely make it to our destination in good health and with an undamaged conscience. 
    • By James Thomas Rook Jr.
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.   The Supreme Court Rejected a Case About the Jehovah’s Witnesses and Sex Abuse
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. October 8, 2019   Yesterday, the Supreme Court announced that Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. concerning the organization that oversees the Jehovah’s Witnesses. We can breathe a huge sigh of relief that the case won’t be overturned. (In that link, it’s case 19-40 on page 42.)
       
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  
      The case, which involved child molestation and religious secrecy, centered around an incident that took place on July 15, 2006.
      J.W., a nine-year-old girl with Jehovah’s Witness parents, was invited to her first slumber party at the home of Gilbert Simental. He had a daughter her age, so that wasn’t too weird. Two other girls (sisters) were also at the party. These families all knew and trusted Simental because, while he was no longer a local Witness leader, he had spent more than a decade as an elder in the faith. He was a religious leader who stepped down, he said, to spend more time with his son. They believed him. They all respected him. It’s why they allowed their girls into his home.
      During that party, everyone got into a pool in the backyard… including Simental. And he proceeded to molest J.W. and the sisters. He did it again later that night. The sisters eventually told their parents, who reported Simental to local Witness elders (which is what they’re taught to do in these situations).
      Simental confessed to some of the allegations, and the elders basically gave him a faith-based slap on the wrist: a reprimand that had no meaning outside church circles.
      Things changed only when the sisters’ school principal learned about what happened and, as required by law, reported the abuse to local law enforcement. Police soon contacted J.W.’s family asking for their story, but after consulting with the Witnesses, her father chose not to speak with the cops.
      It was a year later when J.W., then 10 years old, told her parents what Simental did to her in the pool. It infuriated them, and they told the Witness elders that they wanted a restraining order against him. The elders told him not to do that since it would require informing the police about what Simental did — and they preferred to keep his actions private.
      Here’s the bigger problem: There’s reason to believe the Witnesses were aware that Simental was a child molester… and they kept it from the families. Simental was allowed to be a religious leader — earning respect from the community — even though higher-ups in the religion knew that he shouldn’t be around children.
      It raised an important question: How much blame did the Witnesses deserve for what happened at that pool party?
      J.W.’s family eventually filed a criminal lawsuit against Simental and a separate civil suit against the Watchtower Society (the Witnesses’ governing organization). They basically said the Witnesses should have informed congregation members about Simental and stopped him from being around children. They never should have allowed him to be a religious leader.
      The Watchtower Society’s argument? They didn’t know Simental was a child molester, and the pool party occurred after he was no longer a religious leader, and the slumber party wasn’t a church-sponsored event, so leave them out of this.
      (To be clear, I’m simplifying the details of this case and the legal journey quite a bit.)
      When this case went to trial in California, J.W.’s family demanded that the Watchtower Society produce documents relating to what they knew about child molesters within the faith. The Witnesses had already admitted to keeping lists of problematic leaders along with their specific “crimes” — similar to the Catholic Church. If Simental was on that list — from 1997, nearly a decade before the pool incident — it would essentially be a smoking gun showing the Witnesses knew he was a threat to kids but did nothing about it.
      But the Witnesses refused to hand over that material. They treated it like Catholics treat confession: It’s private information, they argued, and to reveal what was said internally would violate their religious beliefs.
      J.W.’s family didn’t buy that argument. The information they wanted wasn’t bound by clergy-penitent confessional privilege. It’s not like Simental told the elders what he had done in order to confess his sins. He was caught. The Witnesses were merely shielding him from legal punishment.
      In the criminal trial, Witnesses elders were forced to admit their practices and that the private discussions they had about abusive clergy members were not considered confidential under the law.
      Mark O’Donnell, writing at JWSurvey, Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. :
       
        Simental’s appeal got him nowhere. He’s in prison today. But there were still so many questions about what responsibility the Witnesses had in this whole matter.  
      J.W.’s family wanted to know why Simental, a known pedophile, was promoted within the Jehovah’s Witnesses. Why did they allow him to be around children? Why didn’t they warn families? Why did they just give him a slap on the wrist?
      In 2013, the civil trial began against the Watchtower Society, but again, the Witnesses didn’t want to provide necessary documents. They eventually lost the case. In 2015, the Riverside Superior Court of California awarded J.W. a judgment of $4,016,152.39. This past December, the Fourth District Court of Appeal in California Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. .
      You get the idea: The Witnesses refused to hand over internal data, presumably because it would’ve been like handing over a loaded gun. So the courts had no choice but to assume the plaintiff was telling the truth and the Watchtower Society was negligent in their handling of Simental.
      Earlier this year, in a Hail Mary attempt to reverse their punishment, the Watchtower Society Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . They wanted the justices to say that documents relating to child abuse within a religious group can be kept confidential.
      Here’s how the Witnesses’ attorney introduced his case to the justices. (You don’t need a law degree to see how he just completely dismissed the molestation.)
      Watchtower attorney Paul Polidoro said the Supreme Court needed to consider whether California violated the Constitution when it held the Jehovah’s Witnesses responsible for what Simental did “during non-church activity,” forced them to hand over internal communications, and punished them for protecting everyone’s “privacy rights.”
      J.W.’s attorney Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. asking the Court to flat-out reject this case.
      Indeed, that’s what the Court decided. When the first set of orders in the new term was released yesterday, there was this case among many many others, in the list of those which would not get heard this term.
       
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  
      It was the right move. There’s nothing further to debate here. Finally, this case has been put to rest.
      (Image via Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . Large portions of this article were published earlier)
         
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
    • By James Thomas Rook Jr.
      For the past week, large and small headlines on all the Internet News sources have been hyping the controversy of a new movie by NBC ( The "Nobody But Clinton" ) network/ Universal Studios, about rich elite liberals kidnapping conservatives (the ones Hildabilly Clinton called "Deplorables" and putting them on an estate to be hunted like animals, for "sport". 
      It is SUPPOSED to be a satire ... and that is how it is being marketed, on political trends now operating in America, if they continue on the track they are now headed ... but others say it is just an evil movie,. 
      The movie is the 2019  "THE HUNT"
      I suppose some people will appreciate the satire, some the bloodshed, some the story line, or any number of factors, as varied as there are humans with different viewpoints. Some will despise the movie, for the same, or very different reasons.
      Satires push things to absurd scenarios and conclusions to get you to think, but many people cannot recognize satire without someone holding up a sign in front of them that says "SATIRE".
      I have not seen the movie, and may not see it ... certainly not at box office prices ... but about 65% of the people of the United States are mad as hell about SOME aspect of the movie.
      It might be worth the effort to actually know ... about what.
      My guess it is a Thriller Movie, about a possible future civil war. 
      But ... I am speaking now from complete ignorance, and LAWDY, Ah hates being ignorant!
      Since if you keep up with daily news, it is impossible to avoid learning about all the hub-bub surrounding this movie, which will be out September 27, perhaps you may be interested in one EXTREMELY intelligent and common sensical man's viewpoint, Mark Steyn.
       
       
      Mark Steyn on 2019 movie The Hunt.wmv
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      What is borderline personality disorder (BPD)?
      If you have borderline personality disorder (BPD), you probably feel like you’re on a rollercoaster—and not just because of your unstable emotions or relationships, but also the wavering sense of who you are. Your self-image, goals, and even your likes and dislikes may change frequently in ways that feel confusing and unclear.
      People with BPD tend to be extremely sensitive. Some describe it as like having an exposed nerve ending. Small things can trigger intense reactions. And once upset, you have trouble calming down. It’s easy to understand how this emotional volatility and inability to self-soothe leads to relationship turmoil and impulsive—even reckless—behavior. When you’re in the throes of overwhelming emotions, you’re unable to think straight or stay grounded. You may say hurtful things or act out in dangerous or inappropriate ways that make you feel guilty or ashamed afterwards. It’s a painful cycle that can feel impossible to escape. But it’s not.
      BPD is treatable
      In the past, many mental health professionals found it difficult to treat borderline personality disorder (BPD), so they came to the conclusion that there was little to be done. But we now know that BPD is treatable. In fact, the long-term prognosis for BPD is better than those for depression and bipolar disorder. However, it requires a specialized approach. The bottom line is that most people with BPD can and do get better—and they do so fairly rapidly with the right treatments and support.
      Healing is a matter of breaking the dysfunctional patterns of thinking, feeling, and behaving that are causing you distress. It’s not easy to change lifelong habits. Choosing to pause, reflect, and then act in new ways will feel unnatural and uncomfortable at first. But with time you’ll form new habits that help you maintain your emotional balance and stay in control.
      Read more here: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      As more and more people discuss mental health issues in public forums, it seems to be lifting some of the stigma surrounding the topic. New research reveals that the number of students seeking help for mental health problems has risen considerably between 2009 and 2015.
      Anxiety, depression, and panic attacks are on the rise among U.S. college students, suggests a new study.
      Sara Oswalt, from the University of Texas at San Antonio, is the lead author of the new study, which was published in the Journal of American College Health.
      According to estimates that the scientists cite, around 26 percent of people aged 18 and above in the United States live with a mental health condition in any given year.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By admin
      Millions of lobsters worldwide are cheering.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Date:
      March 12, 2018
      Source:
      University of British Columbia
      Summary:
      Therapy dog sessions for stressed-out students are an increasingly popular offering at North American universities. Now, new research confirms that some doggy one-on-one time really can do the trick of boosting student wellness.
      Therapy dog sessions for stressed-out students are an increasingly popular offering at North American universities. Now, new research from the University of British Columbia confirms that some doggy one-on-one time really can do the trick of boosting student wellness.
      "Therapy dog sessions are becoming more popular on university campuses, but there has been surprisingly little research on how much attending a single drop-in therapy dog session actually helps students," said Emma Ward-Griffin, the study's lead author and research assistant in the UBC department of psychology. "Our findings suggest that therapy dog sessions have a measurable, positive effect on the wellbeing of university students, particularly on stress reduction and feelings of negativity."
      In research published today in Stress and Health, researchers surveyed 246 students before and after they spent time in a drop-in therapy dog session. Students were free to pet, cuddle and chat with seven to 12 canine companions during the sessions. They also filled out questionnaires immediately before and after the session, and again about 10 hours later.
      The researchers found that participants reported significant reductions in stress as well as increased happiness and energy immediately following the session, compared to a control group of students who did not spend time at a therapy dog session. While feelings of happiness and life satisfaction did not appear to last, some effects did.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      BOULEVARD, California, EE.UU. (AP) — Setenta y siete personas que ingresaron a Estados Unidos de forma ilegal fueron encontradas atestadas en un camión cerca de la frontera de California con México bajo un calor sofocante, y el conductor fue encausado por transportar a personas para obtener un beneficio económico, informaron las autoridades.
      Cinco menores estaban entre las personas que fueron halladas el lunes por la tarde en el compartimiento de carga de un camión que estaba pintado de café para asemejarse a un vehículo del servicio de mensajería UPS, de acuerdo con las autoridades.
      La Patrulla de Caminos de California detuvo al camión debido a que no tenía placas y estaba zigzagueando sobre una autopista de la pequeña y desértica comunidad de Boulevard, en el condado de San Diego, a 8 kilómetros (5 millas) de distancia de la frontera.
      Un agente de la Patrulla Fronteriza que pasaba por la zona se detuvo y le ofreció su ayuda al elemento de la patrulla de caminos, indicó el periódico The San Diego Union-Tribune, citando una denuncia penal.
      Leer más: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By The Librarian
      At 5:50 AM, the Kingdom Hall parking lot was filled. In less than 6 hours, breakfast and lunch for nearly 400 people was planned, gathered, and successfully served. Only in Jehovah's organization. Shows the importance of being prepared for disasters. Shared by @the__vanimal 
    • Guest Kurt
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Everyone knows that a dog is a man’s best friend, but a recently released Swedish study is giving that hackneyed saying a whole new meaning for men — and women — everywhere.
      The study, published in Scientific Reports on Friday, found that dog ownership may really help you live longer.
      The study tracked, over a period of 12 years, more than 3.4 million Swedish adults without a history of heart disease. Overall, the study concluded, dog ownership was associated with lower risk of cardiovascular disease and "all-cause mortality" in the general population.
      The effects of dog ownership were especially pronounced in single-person households, where the presence of a pet lowered the risk of death by 33 percent and chances of a heart attack by 11 percent.
      The study linked ownership of breeds originally bred for hunting, including terriers and retrievers, with the lowest risk of CVD.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      (CNN)The benefits that come with owning a dog are clear-- physical activity, support, companionship -- but owning a dog could literally be saving your life
      Dog ownership is associated with a reduced risk for cardiovascular disease and death, finds a new Swedish study published Friday in the journal Scientific Reports.
      For people living alone, owning a dog can decrease their risk of death by 33% and their risk of cardiovascular related death by 36%, when compared to single individuals without a pet, according to the study. Chances of a heart attack were also found to be 11% lower.
      Multi-person household owners also saw benefits, though to a lesser extent. Risk of death among these dog owners fell by 11% and their chances of cardiovascular death were 15% lower. But their risk of a heart attack was not reduced by owning a dog.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      A Madera police dispatcher who is a church elder is charged with sexually assaulting a 17-year-old girl he mentored, Fresno police reported.
      Fresno police received an anonymous tip on Sept. 20 about Martin Ramos, 43, and launched an investigation, Sgt. Daniel Macias said.
      Investigators learned that Ramos was an elder at a Jehovah’s Witnesses church in the 4000 block of West McKinley Avenue. There, he met a teen girl and her family three years ago.
      Ramos mentored the girl, and the two communicated through text messages. At one point, the two exchanged “inappropriate” photos and their relationship turned physical, Macias said.
      During the course of the investigation, police learned Ramos worked as a dispatcher with the Madera Police Department.
      Ramos was arrested Sept. 21 and cooperated with police.
      He is charged with felony oral copulation, possession and distribution of child pornography and misdemeanor child molestation. Ramos pleaded not guilty to all charges earlier this month and is out on bail. He is due back in court in November.
      Brianna Calix: 559-441-6166, bcalix@fresnobee.com, @BriannaCalix

      Martin Ramos FRESNO POLICE DEPARTMENT

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      (CNN)Reinforcements from other regions are helping firefighters contain more of the largest wildfires devastating Northern California, though strong winds expected over the weekend could challenge those gains, a fire chief said Friday.
      Meanwhile, officials are making grim discoveries -- victims burnt beyond recognition -- as they search blackened ruins of some of the 5,700 homes and business that have been destroyed.
      "Some of (the remains) are merely ashes and bones," Sonoma County Sheriff Rob Giordano said at a Thursday evening news conference. "And we may never get truly confirmative identification on ashes. When you're cremated, you can't get an ID."
      Thirty-six people have been killed since the wildfires began Sunday night, making this outbreak one of the deadliest in state history, according to the California Department of Forestry and Fire Protection (Cal Fire).
      Read more: http://edition.cnn.com/2017/10/13/us/california-fires-updates/
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Feeling blue? You can now ask Google for help.
      The search giant wants people with depression to seek treatment and will prompt US users when they search for depression-related terms: “Check if you’re clinically depressed.”
      Users will then be directed to a clinically validated questionnaire, called a PHQ-9, to measure their level of depression, Google explained on its blog. The questionnaire is not meant to replace a mental health professional.
      Google — which partnered with the National Alliance on Mental Illness (NAMI) to create the self-evaluation — hopes the confidential survey will spur more people to broach the subject with their doctor.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      In the brains of Alzheimer’s patients, many of the genes required to form new memories are shut down by a genetic blockade, contributing to the cognitive decline seen in those patients.
      MIT researchers have now shown that they can reverse that memory loss in mice by interfering with the enzyme that forms the blockade. The enzyme, known as HDAC2, turns genes off by condensing them so tightly that they can’t be expressed.
      For several years, scientists and pharmaceutical companies have been trying to develop drugs that block this enzyme, but most of these drugs also block other members of the HDAC family, which can lead to toxic side effects. The MIT team has now found a way to precisely target HDAC2, by blocking its interaction with a binding partner called Sp3.
      “This is exciting because for the first time we have found a specific mechanism by which HDAC2 regulates synaptic gene expression,” says Li-Huei Tsai, director of MIT’s Picower Institute for Learning and Memory and the study’s senior author.
      Blocking that mechanism could offer a new way to treat memory loss in Alzheimer’s patients. In this study, the researchers used a large protein fragment to interfere with HDAC-2, but they plan to seek smaller molecules that would be easier to deploy as drugs.
      Picower Institute postdocs Hidekuni Yamakawa, Jemmie Cheng, and Jay Penney are the lead authors of the study, which appears in the Aug. 8 edition of Cell Reports.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      The age at which a male first sees pornography is associated with certain sexist attitudes later in life, according to a team of researchers from the University of Nebraska.
      Their survey revealed the younger the first viewing occurred, the more likely a male was to want power over women.
      While if they were older, they were more likely to be sexually promiscuous.
      Of the 330 undergraduates surveyed, with a median age of 20, the average age they first saw pornography was 13.
      The youngest was only five, while the oldest was 26.
      The unpublished findings were presented at a convention in Washington.
      Playboy lifestyle
      Lead researcher Alyssa Bischmann and her team asked the men, the vast majority of whom were heterosexual and white, when they first saw porn and whether it was intentional, accidental or forced.
      They were then asked 46 questions which measured how they conformed to one of two behavioural traits - seeking power over women or sexually promiscuous behaviour and living a playboy lifestyle.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      At an office for Healthy Minds in High Wycombe, England, psychological well-being practitioners perform hourlong evaluations over the phone to decide what type of therapy is most appropriate for people who call asking for help. CreditAndrew Testa for The New York Times
       
      LONDON — England is in the midst of a unique national experiment, the world’s most ambitious effort to treat depression, anxiety and other common mental illnesses.
      The rapidly growing initiative, which has gotten little publicity outside the country, offers virtually open-ended talk therapy free of charge at clinics throughout the country: in remote farming villages, industrial suburbs, isolated immigrant communities and high-end enclaves. The goal is to eventually create a system of primary care for mental health not just for England but for all of Britain.
      At a time when many nations are debating large-scale reforms to mental health care, researchers and policy makers are looking hard at England’s experience, sizing up both its popularity and its limitations. Mental health care systems vary widely across the Western world, but none have gone nearly so far to provide open-ended access to talk therapies backed by hard evidence. Experts say the English program is the first broad real-world test of treatments that have been studied mostly in carefully controlled lab conditions.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.    
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Date:
      July 17, 2017
      Source:
      Perelman School of Medicine at the University of Pennsylvania
      Summary:
      More than a third of Americans don’t get enough sleep, and growing evidence suggests it’s not only taking a toll on their physical health through heart disease, diabetes, stroke, and/or other conditions, but hurting their mental health as well.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Date:
      June 6, 2017
      Source:
      Michigan State University
      Summary:
      The power of friendship gets stronger with age and may even be more important than family relationships, indicates new research.
      The power of friendship gets stronger with age and may even be more important than family relationships, indicates new research by a Michigan State University scholar.In a pair of studies involving nearly 280,000 people, William Chopik found that friendships become increasingly important to one’s happiness and health across the lifespan. Not only that, but in older adults, friendships are actually a stronger predictor of health and happiness than relationships with family members.“Friendships become even more important as we age,” said Chopik, assistant professor of psychology. “Keeping a few really good friends around can make a world of difference for our health and well-being. So it’s smart to invest in the friendships that make you happiest.”
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      As the Harvard Women’s Health Watch reported, “Dozens of studies have shown that people who have satisfying relationships with family, friends and their community are happier, have fewer health problems, and live longer.”
      In a study of 7,000 men and women in Alameda County, Calif., begun in 1965, Lisa F. Berkman and S. Leonard Syme found that “people who were disconnected from others were roughly three times more likely to die during the nine-year study than people with strong social ties,” John Robbins recounted in his marvelous book on health and longevity, “Healthy at 100.”
      This major difference in survival occurred regardless of people’s age, gender, health practices or physical health status. In fact, the researchers found that “those with close social ties and unhealthful lifestyles (such as smoking, obesity and lack of exercise) actually lived longer than those with poor social ties but more healthful living habits,” Mr. Robbins wrote. However, he quickly added, “Needless to say, people with both healthful lifestyles and close social ties lived the longest of all.”
      In another study, published in The New England Journal of Medicine in 1984, researchers at the Health Insurance Plan of Greater New York found that among 2,320 men who had survived a heart attack, those with strong connections with other people had only a quarter the risk of death within the following three years as those who lacked social connectedness.
      Researchers at Duke University Medical Center also found that social ties can reduce deaths among people with serious medical conditions. Beverly H. Brummett and colleagues reported in 2001 that among adults with coronary artery disease, the mortality rate was 2.4 times higher among those who were socially isolated.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      At Locol, a fast-food chain in California, a cup of premium coffee costs just $1, or $1.50 with milk and sugar.
       
      LOS ANGELES — The $1 cup of coffee is divisive, as drinks go.
      For some, it’s a staple of the American morning: a comforting routine, a good deal. Anything that costs more than $1 is needlessly expensive, a waste of money — the coffee from a deli, diner or doughnut cart is all you need to start the day. For others, the $1 cup is suspiciously cheap. Maybe it tastes bad, or its production does harm to the land and is unfair to laborers. If you have to pay more, then that is probably a reflection of a drink’s true cost.
      Can the two viewpoints be reconciled? Is it possible for high-quality coffee to be inexpensive? At Locol, the self-described “revolutionary fast food” chain opened last year by the chefs Roy Choi and Daniel Patterson, the answer is yes.
      Locol’s stated mission is to bring wholesome, affordable food to underserved neighborhoods. The coffee delivers. Obtained and roasted according to the same lofty standards found at Intelligentsia Coffee, Stumptown Coffee Roasters or any of the small, innovative companies that have transformed the high end of the industry in the past decade, Locol’s coffee is clean and flavorful.
      But unlike those shops, where a cup can cost $3 or more, Locol charges just $1 for a 12-ounce coffee, or $1.50 if you want milk and sugar. Rather than offer free condiments and pass on the cost to all customers, those who want milky, sweet coffee pay for their pleasures, while drinkers of black coffee get a break. As for getting it chilled, that’s on the house: Iced coffee costs the same as hot.
      “There’s an extreme democratization that I really want to make happen in coffee,” said Tony Konecny, the head of Locol’s coffee operation, who goes by Tonx. Good coffee, he said, should be brought to a broad audience, not just a “self-selecting group” of epicures.
      “Coffee still thinks that mass appeal is a sign of selling out and inauthenticity, but everybody wears Levi’s,” he said of the culture. “I think contemporary coffee has failed to find the consumers it should be finding.”
      A few of those consumers were lingering at the Locol in the Watts neighborhood of Los Angeles on a recent bright day. Some were nursing aguas frescas, others were holding court while R&B played at block-party volume from an array of speakers embedded in the ceiling. One person was sorting through a small tower of paperwork.

      Locol’s stated mission is to bring wholesome, affordable food to underserved neighborhoods.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Dance your heart out
      "As a model, it's my job to know my angles and my body for posing for the camera," Lee told Self magazine. "But saying affirmations and dancing in the mirror has become part of my self-care routine. Dancing in general makes me feel present and alive, but adding in positive sayings to myself makes me feel empowered and puts you in the right place mentally and emotionally before you leave your home." —Precious Lee
      Treat yourself
      "The best way I know for sure to stay in steady makeover mode is to take care of yourself," Oprah Winfrey wrote in an issue of O, The Oprah Magazine. "To feed yourself with love and loving thoughts. To eat food that's delicious to you and to your body. To engage in loving practices, like giving yourself the gift of stillness at least five minutes a day. To surround yourself with people who bring you light, and to banish all forms of negative energy." —Oprah Winfrey
      Make your body happy
      "I mostly go for hourlong hikes with friends," Kristen Bell said to Self magazine, "but sometimes, I'll do Pilates or 20 minutes of calisthenics…I go through spurts. Working out for me has nothing to do with body image. I refuse to look in the mirror and hate myself. My goal isn't to change my body—it's to make my body happy." —Kristen Bell
      Find joy in the little things
      "You can't look to…anything from the outside to fill you up," Jennifer Garner told O, The Oprah Magazine. "You have to find it in the small things in everyday life—which I do a million times a day: a hot cup of tea, a hummingbird. Stop, take that in, receive it, get joy from it." —Jennifer Garner
      Connect
      As Lily Collins explained to Seventeen magazine, "It's important to relate to one another about issues that you're having, because the second you open up and someone else says, 'Oh, me too. I feel the same way,' then all of a sudden, you feel more at peace with yourself and you can feel more confident with who you are." —Lily Collins
      Take a hiatus
      At the end of last summer, Selena Gomez announced she was taking time off for herself. "I want to be proactive and focus on maintaining my health and happiness," she explained in a statement. It was later reported, that she checked into a Tennessee rehab facility to make her mental wellness top priority. Gomez's vocal support for self-care marked a shift in the collective dialogue, homing in on the need to take time for ourselves. —Selena Gomez
      Carve quality time with your kids
      "If I make my kids something delicious and we sit down to eat it, and I put my phone away and I really listen, that is such money in the bank," 43-year-old Gwyneth Paltrow told Self. Balancing a career with motherhood isn't easy for anyone, but it's a juggling act Paltrow has come to relish. "It's a fantastic age," she says, of being 44. "You can still find yourself at a party at 3 a.m., but you also know enough about who you are and how that informs the choices you make." —Gwyneth Paltrow
      Purpose, not perfection
      "It's really about changing the conversation. It's not about perfection. It's about purpose," the singing sensation told Elle U.K. "We have to care about our bodies and what we put in them. Women have to take the time to focus on our mental health—take time for self, for the spiritual, without feeling guilty or selfish. The world will see you the way you see you, and treat you the way you treat yourself." —Beyoncé
      Food is fuel
      "Getting busy and realizing that food was fuel and simply getting older," said Lena Dunham in People was the key to body acceptance. "I really feel good with my size now," she said. "I know when I say that people are like, 'mm-hmm,' but I just do! It used to be when I went into a room with all thin women I felt like, what's wrong with me? Now I just feel special." —Lena Dunham
      http://www.mindbodygreen.com/0-28822/9-celebrity-self-care-tips-youll-definitely-want-to-steal.html?utm_source=mbg&utm_medium=email&utm_content=daily&utm_campaign=170215




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

    • 4Jah2me

      4Jah2me 569

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Que nos sacrifices de paix venant du coeur soit pur aux services de Dieu
      Le Lévitique a été écrit il y a 3 500 ans, mais Jéhovah l’a préservé pour nous instruire  (Rom. 15:4). Ce livre nous aide à comprendre ce que Jéhovah pense et ressent. Nous devrions donc nous y intéresser de près. En fait, nous pouvons tirer beaucoup de leçons de ce livre inspiré de Dieu. Examinons-en quatre.
      COMMENT OBTENIR L’APPROBATION DE JÉHOVAH
      Première leçon : nous devons avoir l’approbation de Jéhovah si nous voulons qu’il accepte nos sacrifices. Chaque année, le jour de la Réconciliation, la nation d’Israël se rassemblait et des sacrifices d’animaux étaient offerts. Ces sacrifices rappelaient aux Israélites qu’ils avaient besoin d’être purifiés de leurs péchés. Mais avant d’entrer dans le Très-Saint avec du sang provenant des sacrifices, le grand prêtre devait d’abord accomplir une autre tâche, une tâche dont l’objectif était bien plus important que le pardon des péchés de la nation.
      (Lire Lévitique 16:12, 13.) Imagine la scène : Nous sommes le jour de la Réconciliation. Le grand prêtre entre dans le tabernacle. C’est la première des trois fois où il va entrer dans le Très-Saint ce jour-là. Dans une main, il tient un récipient contenant de l’encens parfumé, et dans l’autre un récipient à feu en or rempli de braises. Il s’arrête un instant devant le rideau du Très-Saint. Puis, avec un profond respect, il entre et va se placer devant l’arche de l’Alliance. De façon figurée, il se trouve en présence de Jéhovah lui-même ! Puis il verse avec soin l’encens sacré sur les braises, et la pièce se remplit d’un parfum délicat. Plus tard, il va de nouveau entrer dans le Très-Saint avec du sang provenant des sacrifices pour le péché. Remarque qu’il brûle l’encens avant de présenter le sang des sacrifices pour le péché
      Qu’apprenons-nous de ce que le grand prêtre devait faire avec l’encens le jour de la Réconciliation ? La Bible montre que, pour Jéhovah, les prières de ses fidèles adorateurs sont comparables à de l’encens (Ps. 141:2 ; Rév. 5:8). Comme nous venons de le voir, c’était avec un profond respect que le grand prêtre apportait l’encens jusque devant l’arche de l’Alliance, qui symbolisait la présence de Jéhovah. De la même façon, quand nous nous approchons de Jéhovah par la prière, nous le faisons avec beaucoup de respect. Nous sommes très reconnaissants au Créateur de l’univers de nous permettre de nous approcher de lui comme un enfant le fait avec son père (Jacq. 4:8). Il accepte que nous soyons ses amis ! (Ps. 25:14). Nous apprécions tellement cet honneur que nous ne voudrions jamais le décevoir.
      Souviens-toi que le grand prêtre devait brûler l’encens avant de pouvoir offrir les sacrifices. Ainsi, il faisait le nécessaire pour avoir l’approbation de Dieu au moment où il les offrirait. Qu’est-ce que cela nous apprend au sujet de Jésus ? Avant de pouvoir offrir sa vie en sacrifice, il a fallu qu’il fasse quelque chose d’essentiel, dont l’objectif était bien plus important que le salut des humains. Qu’a-t-il dû faire ? Il a dû rester fidèle à Dieu et obéir à ses commandements durant toute sa vie sur terre, ce qui permettrait à Jéhovah d’accepter son sacrifice. En restant intègre, Jésus prouverait qu’accomplir la volonté de Jéhovah est la meilleure façon de vivre. Et il justifierait la souveraineté de son Père : il apporterait la preuve que sa façon de gouverner est bonne et juste.
      Durant sa vie sur la terre, Jésus a toujours obéi parfaitement aux normes de Jéhovah. Aucune tentation ni aucune épreuve, ni même la mort atroce qui l’attendait, n’a pu affaiblir son désir de défendre la façon de gouverner de son Père (Phil. 2:8). Dans l’épreuve, Jésus priait « avec des cris puissants et des larmes » (Héb. 5:7). Ses prières intenses venaient d’un cœur fidèle à Dieu, et elles renforçaient son désir de lui rester obéissant. Pour Jéhovah, les prières de Jésus étaient comme le parfum délicat de l’encens. Par sa façon de vivre, Jésus a grandement réjoui le cœur de son Père et a justifié sa souveraineté.
      Nous imiterons Jésus en faisant le maximum pour rester fidèles à Jéhovah et obéir à ses lois. Et dans l’épreuve, comme nous voulons lui plaire, nous le supplierons de nous aider. Nous montrerons alors que nous soutenons sa souveraineté. Nous savons qu’il ne répondra pas à nos prières si nous avons une conduite qu’il n’approuve pas. Cependant, si nous respectons ses normes, nous pouvons être sûrs que nos prières sincères seront pour lui comme de l’encens au parfum délicat. Nous pouvons également être certains que notre fidélité et notre obéissance réjouiront notre Père céleste (Prov. 27:11).
      NOUS SERVONS DIEU PAR RECONNAISSANCE ET PAR AMOUR
      Deuxième leçon : nous servons Jéhovah parce que nous éprouvons pour lui de la reconnaissance. Pour développer cette idée, parlons des sacrifices de paix, un autre aspect important du vrai culte dans l’ancien Israël. Dans le livre du Lévitique, nous apprenons qu’un Israélite pouvait offrir un sacrifice de paix « pour exprimer sa reconnaissance » à Dieu (Lév. 7:11-13, 16-18). Il offrait ce sacrifice, non pas parce qu’il était obligé de le faire, mais parce qu’il le voulait. Il s’agissait donc d’un sacrifice qu’une personne faisait volontairement parce qu’elle aimait son Dieu, Jéhovah. Cette personne ainsi que sa famille et les prêtres mangeaient ensuite la viande de l’animal sacrifié. Mais certaines parties de l’animal étaient réservées exclusivement à Jéhovah. Lesquelles ?
      Troisième leçon : par amour pour Jéhovah, nous lui donnons ce que nous avons de meilleur. Jéhovah considérait la graisse comme la meilleure partie de l’animal. Il a aussi fait savoir que d’autres parties de l’animal, comme les rognons, étaient particulièrement précieuses pour lui (lire Lévitique 3:6, 12, 14-16). Cela lui faisait donc très plaisir quand un Israélite lui offrait volontairement ces parties de l’animal et la graisse. Cet Israélite montrait qu’il désirait vraiment lui offrir le meilleur. De la même façon, Jésus a offert à Jéhovah ce qu’il avait de meilleur en le servant de toute son âme et par amour (Jean 14:31). Pour Jésus, faire la volonté de son Père était un plaisir ; il avait un amour profond pour la loi de Dieu (Ps. 40:8). Comme cela a dû réjouir Jéhovah de voir son Fils le servir avec autant d’enthousiasme !
      Comme ces sacrifices de paix, notre service pour Jéhovah est une façon de lui montrer ce que nous ressentons pour lui. Nous lui donnons ce que nous avons de meilleur, et nous le faisons parce que nous l’aimons de tout notre cœur. Comme cela doit le réjouir de voir des millions de personnes le servir avec plaisir parce qu’elles ont un profond amour pour lui et pour ses normes ! Cela nous réconforte de savoir que Jéhovah voit non seulement nos actions, mais aussi nos mobiles, et qu’il y accorde de la valeur. Par exemple, si tu es âgé et que tu ne peux plus en faire autant qu’avant, sois certain que Jéhovah comprend tes limites. Tu penses peut-être que tu n’as pas grand-chose à lui offrir. Mais lui, il voit que ton profond amour pour lui te pousse à faire ce que tu peux. Il accepte avec plaisir ce que tu as de mieux à lui donner.
      Que nous apprennent les sacrifices de paix ? Alors que le feu consumait les meilleures parties de l’animal, la fumée s’élevait vers le ciel et cela faisait très plaisir à Jéhovah. Tu peux donc être sûr que Jéhovah est vraiment content de toi quand tu fais tout ce que tu peux pour le servir (Col. 3:23). Imagine son sourire d’approbation. Il considère comme très précieux les efforts que tu fournis à son service, qu’ils soient grands ou petits, et il ne les oubliera jamais (Mat. 6:20 ; Héb. 6:10).
      JÉHOVAH BÉNIT SON ORGANISATION
      Quatrième leçon : Jéhovah bénit la partie terrestre de son organisation. Rappelle-toi ce qui est arrivé en 1512 avant notre ère, quand le tabernacle a été dressé au pied du mont Sinaï (Ex. 40:17). Moïse a présidé une cérémonie durant laquelle Aaron et ses fils ont été établis prêtres. La nation d’Israël s’était rassemblée pour voir les prêtres présenter leurs premiers sacrifices (Lév. 9:1-5). Comment Jéhovah a-t-il montré qu’il approuvait cette nouvelle prêtrise ? Alors qu’Aaron et Moïse bénissaient le peuple, Jéhovah a fait descendre du ciel un feu qui a complètement consumé le sacrifice sur l’autel (Lévitique 9:23,24)
      Dans quel objectif Jéhovah a-t-il provoqué ce spectacle impressionnant à la fin de la cérémonie durant laquelle Aaron a été établi grand prêtre ? Il voulait montrer par là qu’il soutenait pleinement la prêtrise aaronique. Et les Israélites ont clairement vu qu’elle avait son approbation. Ils avaient donc toutes les raisons de la soutenir eux aussi. Est-ce important pour nous de savoir cela ? Oui ! La prêtrise en Israël n’était qu’une « ombre » d’une prêtrise bien meilleure. Le Christ est le Grand Prêtre par excellence et 144 000 humains seront prêtres et rois à ses côtés au ciel (Héb. 4:14 ; 8:3-5 ; 10:1).
      En 1919, Jésus a choisi un petit groupe de frères oints pour former l’« esclave fidèle et avisé ». Cet esclave dirige la prédication et donne aux disciples du Christ « leur nourriture au bon moment » (Mat. 24:45). Avons-nous des preuves que Dieu l’approuve
      Satan et son monde font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher cet esclave d’assumer ses responsabilités, à tel point que, sans l’aide de Dieu, il n’y arriverait pas. Toutefois, malgré deux guerres mondiales, des persécutions incessantes, des crises économiques mondiales et des traitements injustes, il continue de fournir de la nourriture spirituelle aux disciples du Christ sur la terre. Pense à toute la nourriture spirituelle qui est aujourd’hui disponible gratuitement dans plus de 900 langues ! C’est une preuve incontestable du soutien de Dieu. Et voici une autre preuve encore : la prédication. La bonne nouvelle est prêchée « sur toute la terre » ! (Mat. 24:14). Il n’y a pas de doute, Jéhovah guide et bénit abondamment son organisation.
      Demandons-nous : « Suis-je reconnaissant à Dieu de pouvoir collaborer avec la partie terrestre de son organisation ? » Jéhovah nous donne des preuves qu’il la soutient, des preuves aussi convaincantes que le feu qui est descendu du ciel à l’époque de Moïse et d’Aaron. Nous avons de nombreuses raisons d’être reconnaissants à notre Dieu (1 Thess. 5:18, 19). Comment pouvons-nous soutenir l’organisation qu’il utilise ? En suivant les conseils basés sur la Bible qui nous sont donnés dans nos publications, aux réunions et aux assemblées, ainsi qu’en participant le plus possible à l’activité de prédication et d’enseignement (1 Cor. 15:58).
      Soyons déterminés à appliquer les leçons que nous avons tirées du livre du Lévitique. Cherchons à obtenir l’approbation de Jéhovah pour qu’il accepte nos sacrifices. Servons-le par reconnaissance. Continuons de lui donner par amour ce que nous avons de meilleur. Et soutenons de tout notre cœur l’organisation qu’il bénit. Nous lui montrerons alors que nous chérissons l’honneur de le servir et d’être ses Témoins !
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Soyons remplis de gratitude envers autrui 
       
      AVEZ-VOUS déjà reçu un petit mot de reconnaissance auquel vous ne vous attendiez pas ? Si c’est le cas, cela vous a certainement fait chaud au cœur. Après tout, il est naturel de vouloir être apprécié. — Matthieu 25:19-23.
      Toute expression de gratitude tend à renforcer les liens entre celui qui en est l’auteur et celui qui en est le destinataire. En outre, quiconque manifeste de la gratitude suit les traces de Jésus Christ, qui n’a jamais manqué de remarquer les belles œuvres des autres. — Marc 14:3-9 ; Luc 21:1-4.
      Malheureusement, exprimer sa gratitude, de vive voix ou par écrit, semble se faire de plus en plus rare. La Bible avait annoncé que, durant “ les derniers jours ”, les hommes seraient “ ingrats ”. (2 Timothée 3:1, 2.) Si nous n’y prenons pas garde, cette tendance si répandue aujourd’hui risque d’étouffer en nous tout sentiment de reconnaissance.
      Quelles mesures concrètes les parents peuvent-ils adopter pour enseigner à leurs enfants à manifester de la reconnaissance ? À qui devrions-nous exprimer notre gratitude ? Et pourquoi devrions-nous être reconnaissants, même si ceux qui nous entourent se révèlent ingrats ?
      Dans le cercle familial
      Les parents ne ménagent pas leurs efforts pour subvenir aux besoins de leurs enfants. Mais il leur arrive d’avoir le sentiment que ces efforts ne sont pas appréciés à leur juste valeur. Que faire pour remédier à cette situation ? Trois paramètres sont à prendre en compte.
      1) L’exemple. Comme cela se vérifie souvent en matière d’éducation, la réussite passe par l’exemple. La Bible disait jadis d’une Israélite travailleuse : “ Ses fils ont voulu la féliciter. ” Où ces enfants avaient-ils appris à exprimer leur reconnaissance ? La suite du verset nous éclaire : “ Son mari est le premier à la louer. ” (Proverbes 31:28, Bible des Peuples). Les parents qui s’expriment de la reconnaissance montrent à leurs enfants que ce genre de témoignage procure du plaisir à celui qui en est l’objet, améliore les relations familiales et constitue un signe de maturité.
      Stephen, un père de famille, déclare : “ Je me suis efforcé de donner l’exemple à mes enfants en remerciant ma femme pour le dîner. ” Qu’en est-il résulté ? “ Mes deux filles l’ont remarqué, et cela leur a fait prendre conscience de l’importance de se montrer reconnaissant ”, dit-il. Si vous êtes marié, remerciez-vous régulièrement votre conjoint pour les tâches quotidiennes qu’il accomplit et qui auraient vite fait de passer inaperçues ? Dites-vous merci à vos enfants, même lorsqu’ils font ce qu’on attend d’eux ?
      2) L’éducation. Le sentiment de reconnaissance est comme une fleur. Il a besoin d’être cultivé pour produire les meilleurs résultats possibles. Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à cultiver et à exprimer de la reconnaissance ? Le sage roi Salomon a mis en évidence un principe clé lorsqu’il a écrit : “ Le cœur du juste médite pour répondre. ” — Proverbes 15:28.
      Pouvez-vous apprendre à vos enfants à songer aux efforts et à la générosité qui ont précédé chaque cadeau qu’ils reçoivent ? Ce genre de réflexion constitue le sol dans lequel la gratitude s’enracine. Maria, qui a élevé trois enfants, constate : “ Cela prend du temps d’expliquer à ses enfants tout ce que signifie recevoir un cadeau : qu’une personne a pensé à eux en particulier et qu’elle a souhaité leur montrer à quel point elle s’intéresse à eux. Mais je suis convaincue que ça en vaut la peine. ” Grâce à de tels échanges, les enfants apprennent non seulement quoi dire pour exprimer leur reconnaissance, mais aussi pourquoi ils doivent le faire.
      Il est sage, pour des parents, de faire en sorte que leurs enfants n’aient pas le sentiment que tout ce qu’ils reçoivent de bon leur revient, finalement, de droit. L’avertissement figurant en Proverbes 29:21 à propos de la manière de traiter son serviteur s’applique tout autant aux enfants : “ Si l’on gâte son serviteur dès sa jeunesse, par la suite dans sa vie il deviendra un ingrat. ”
      Comment aider de très jeunes enfants à témoigner de la reconnaissance ? Linda, mère de trois enfants, explique : “ Mon mari et moi avons encouragé nos enfants à s’associer à nous quand nous écrivions des cartes de remerciement, en y joignant un dessin ou en les signant. ” Naturellement, le dessin sera peut-être simple, et l’écriture approximative, mais la leçon que les enfants tireront de ce geste restera gravée en eux.
      3) La persévérance. Nous avons tous une tendance innée à l’égoïsme, qui risque d’étouffer en nous tout élan de gratitude (Genèse 8:21 ; Matthieu 15:19). Mais la Bible adresse aux serviteurs de Dieu cette exhortation : “ Vous devez être renouvelés dans la force qui anime votre intelligence et revêtir la personnalité nouvelle qui a été créée selon la volonté de Dieu. ” — Éphésiens 4:23, 24.
      Les parents expérimentés savent, toutefois, qu’aider les enfants à “ revêtir la personnalité nouvelle ” est plus facile à dire qu’à faire. Stephen, cité plus haut, déclare : “ Il nous semblait que nos filles mettaient du temps à dire spontanément merci, sans qu’on ait besoin de le leur rappeler. ” Mais lui et sa femme n’ont pas abandonné. “ Notre persévérance a payé, poursuit Stephen : nos filles ont retenu la leçon. Aujourd’hui, nous sommes fiers de la manière dont elles manifestent leur gratitude aux autres. ”
      Envers les amis et le prochain
      Lorsque nous oublions de dire merci, ce n’est pas forcément par manque de reconnaissance, mais parfois simplement par négligence. En définitive, du moment que nous éprouvons de la gratitude, est-il si important que cela de l’exprimer ? Pour répondre à cette question, considérons ce qui s’est passé un jour où Jésus a guéri des lépreux.
      Alors qu’il se rendait à Jérusalem, Jésus a rencontré dix hommes atteints de lèpre. La Bible relate : “ Ils élevèrent la voix et dirent : ‘ Jésus, Instructeur, aie pitié de nous ! ’ Et lorsqu’il les vit, il leur dit : ‘ Allez vous montrer aux prêtres. ’ Or, comme ils s’en allaient, leur purification eut lieu. L’un d’eux, quand il vit qu’il était guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu d’une voix forte. Et il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, en le remerciant ; or, c’était un Samaritain. ” — Luc 17:11-16.
      Jésus n’a-t-il accordé aucune importance au fait que les autres n’aient pas exprimé de gratitude ? Le récit poursuit : “ En réponse Jésus dit : ‘ Les dix ont été purifiés, n’est-ce pas ? Où sont donc les neuf autres ? Ne s’est-il trouvé personne pour revenir rendre gloire à Dieu, que cet homme d’une autre nation ? ’ ” — Luc 17:17, 18.
      Les neuf autres lépreux n’étaient pas des hommes méchants. Auparavant, ils avaient ouvertement exprimé leur foi en Jésus et avaient suivi de bon gré ses instructions, qui exigeaient qu’ils se rendent à Jérusalem pour se montrer aux prêtres. Or, même s’ils ont indéniablement éprouvé une profonde gratitude pour ce que Jésus avait fait, ils ne la lui ont pas exprimée. Leur comportement a déçu Christ. Et nous ? Quand quelqu’un se montre bon à notre égard, sommes-nous prompts à dire merci et, si cela s’y prête, à lui montrer notre reconnaissance en lui envoyant une petite carte ?
      La Bible dit que l’amour “ ne fait rien d’inconvenant. Il ne cherche pas son propre intérêt ”. (1 Corinthiens 13:5, Bible du Semeur.) Par conséquent, un témoignage de reconnaissance donné avec sincérité non seulement traduit un respect des convenances, mais aussi est une preuve d’amour. Comme nous l’apprend l’exemple des lépreux, ceux qui souhaitent plaire à Christ doivent exprimer un tel amour et une telle reconnaissance à tous, indépendamment de leur nationalité, de leur race ou de leur religion.
      Posez-vous la question : ‘ Quand ai-je pour la dernière fois remercié un voisin, un collègue de travail, un camarade de classe, un membre du personnel hospitalier, un commerçant ou qui que ce soit d’autre qui me soit venu en aide ? ’ Pourquoi ne pas noter pendant un jour ou deux le nombre de fois où vous dites effectivement merci ou exprimez votre reconnaissance d’une façon ou d’une autre  ? Peut-être verrez-vous la nécessité de vous améliorer dans certains domaines.
      Bien entendu, celui qui mérite le plus de remerciements de notre part, c’est Jéhovah Dieu. De lui vient “ tout beau don et tout présent parfait ”. (Jacques 1:17.) À quand remonte la dernière fois où vous avez sincèrement remercié Dieu pour avoir fait quelque chose de particulier en votre faveur ? — 1 Thessaloniciens 5:17, 18.
      Pourquoi se montrer reconnaissant même quand les autres sont ingrats ?
      Nos témoignages de reconnaissance ne seront pas forcément payés de retour. Par conséquent, pourquoi manifester notre gratitude si nous sommes les seuls à le faire ? Arrêtons-nous simplement sur une bonne raison d’agir ainsi.
      Faire du bien à ceux qui ne sont pas enclins à la gratitude, c’est imiter notre Créateur bienveillant, Jéhovah Dieu. Que beaucoup ne soient pas sensibles à l’amour que Jéhovah leur témoigne ne l’empêche pas de leur faire du bien (Romains 5:8 ; 1 Jean 4:9, 10). Il fait “ lever son soleil sur les méchants et sur les bons et [...] fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes ”. Si, bien que vivant dans un monde ingrat, nous nous efforçons d’éprouver et d’exprimer de la gratitude, nous nous montrerons “ fils de [notre] Père qui est dans les cieux ”. — Matthieu 5:45.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Enracinons nous dans la foi comme un arbre luxuriant.
      EN ISRAËL pousse un arbre presque indestructible. Même lorsqu’on l’abat, sa souche ne tarde pas à produire de nouvelles pousses. Par ailleurs, ses fruits fournissent une grande quantité d’huile utile tant pour la cuisine et l’éclairage que pour l’hygiène et les soins de beauté.
      Selon une parabole des temps bibliques consignée dans le livre des Juges, “ un jour les arbres s’en allèrent pour oindre un roi sur eux ”. Quel arbre choisirent-ils ? Le résistant et fertile olivier. — Juges 9:8.
      Il y a plus de 3 500 ans, le prophète Moïse décrivait Israël comme “ un bon pays, [...] un pays d’olives ”. (Deutéronome 8:7, 8.) Aujourd’hui encore, du pied du mont Hermôn à la campagne de Béershéba en passant par la plaine côtière du Sharôn, les pentes rocailleuses de la Samarie et les vallées fertiles de la Galilée, le paysage est parsemé d’oliveraies du nord au sud.
      Les rédacteurs de la Bible ont souvent parlé de l’olivier dans un sens figuré pour illustrer, par exemple, la miséricorde de Dieu, la promesse de la résurrection ou encore le bonheur familial. L’examen de quelques-unes de ses caractéristiques nous aidera à mieux comprendre ces références et à apprécier cet arbre exceptionnel qui fait honneur au Créateur. — Psaume 148:7, 9.
      Un arbre robuste
      L’olivier n’est pas spécialement impressionnant à première vue. Il n’a pas la majesté des vertigineux cèdres du Liban, son bois n’a pas la qualité du genévrier ni ses fleurs la beauté de celles de l’amandier (Chant de Salomon 1:17 ; Amos 2:9). En fait, sa partie la plus importante demeure invisible, puisque le secret de sa résistance et de sa grande prolificité réside dans ses longues racines, qui peuvent s’enfoncer jusqu’à six mètres sous terre et rayonner plus loin encore.
      Ses racines permettent à l’olivier poussant sur des versants rocailleux de survivre à la sécheresse quand d’autres arbres situés au fond de la vallée sont déjà morts de soif. Elles lui permettent également de produire des olives des siècles durant, même lorsque son tronc noueux ne semble plus bon qu’à servir de bois de chauffage. Tout ce dont cet arbre rustique a besoin, c’est de place pour pousser et d’un sol aéré pour respirer, loin des mauvaises herbes et autres plantes qui peuvent abriter des parasites. Si ces conditions simples sont réunies, un seul arbre peut fournir jusqu’à 60 litres d’huile par an.
      Cette huile était manifestement appréciée des Israélites. Ils s’en servaient pour éclairer leur intérieur à l’aide de lampes à mèches, pour cuisiner, pour protéger leur peau du soleil et pour fabriquer du savon (Lévitique 24:2). Étant donné que le blé, le vin et l’olive constituaient les principales productions de la région, une mauvaise récolte d’olives était une catastrophe pour une famille israélite. — Deutéronome 7:13 ; Habaqouq 3:17.
      Cependant, en général, l’huile d’olive ne manquait pas. Sans doute Moïse a-t-il décrit la Terre promise comme “ un pays d’olives ” parce que l’olivier y était l’arbre le plus cultivé. Au XIXe siècle, le naturaliste Henry Tristram a d’ailleurs qualifié l’olivier d’arbre emblématique de la région ”. En raison de sa valeur et de sa profusion, l’huile d’olive servait même de moyen de paiement dans tout le bassin méditerranéen. De là, l’allusion de Jésus Christ à une dette de “ cent baths d’huile d’olive ”. — Luc 16:5, 6.
      “ Comme des plants d’olivier ”
      L’olivier illustre de façon appropriée les bénédictions divines. Comment l’homme qui craint Dieu serait-il récompensé ? “ Ta femme sera comme une vigne qui porte du fruit tout au fond de ta maison, a chanté un psalmiste. Tes fils seront comme des plants d’olivier autour de ta table. ” (Psaume 128:3). Que sont ces “ plants d’olivier ”, et pourquoi le psalmiste les comparait-il à des fils ?
      L’olivier a ceci de particulier que de nouvelles pousses sortent continuellement de la base de son tronc. Lorsque, en raison de son âge, le tronc principal ne produit plus autant qu’auparavant, les cultivateurs peuvent laisser plusieurs plants, ou nouvelles pousses, se développer jusqu’à devenir partie intégrante de l’arbre. Au bout d’un certain temps, trois ou quatre nouveaux troncs vigoureux entoureront celui d’origine, comme des fils autour d’une table. Ces plants issus de la même souche produisent ensemble une grande quantité d’olives.
      Cette caractéristique de l’olivier illustre bien la façon dont les fils et les filles peuvent devenir fermes dans la foi, grâce aux robustes racines spirituelles de leurs parents. En grandissant, eux aussi portent du fruit et épaulent leurs parents, qui se réjouissent de les voir servir Jéhovah à leurs côtés. — Proverbes 15:20.
      “ Il existe un espoir même pour un arbre ”
      Un père âgé qui sert Jéhovah se réjouit que ses enfants adorent Dieu. Mais quelle tristesse quand ce père finit par ‘ s’en aller par le chemin de toute la terre ’ ! (1 Rois 2:2.) La Bible nous aide à surmonter pareille douleur en nous donnant l’assurance qu’il y aura une résurrection. — Jean 5:28, 29 ; 11:25.
      Job, père de nombreux enfants, était très conscient de la brièveté de la vie, qu’il a comparée à une fleur qui se flétrit rapidement (Job 1:2 ; 14:1, 2). Job désirait la mort pour se soustraire à ses souffrances, considérant la tombe comme une cachette d’où il pourrait revenir. “ Si un homme robuste meurt, peut-il revivre ? ” a-t-il demandé. Et d’exprimer sa confiance : “ Tous les jours de ma corvée, j’attendrai, jusqu’à ce que vienne ma relève. Tu [Jéhovah] appelleras, et moi je te répondrai. Tu languiras après l’œuvre de tes mains. ” — Job 14:13-15.
      Comment Job a-t-il illustré sa conviction que Dieu le rappellerait de la tombe ? Au moyen d’un arbre, dont la description correspond apparemment à celle de l’olivier. “ Il existe un espoir même pour un arbre. Si on le coupe, il bourgeonnera encore. ” (Job 14:7). Pour peu qu’il ne soit pas déraciné, l’olivier peut effectivement être coupé sans que cela le fasse mourir. Si ses racines demeurent intactes, il repoussera avec une vigueur renouvelée.
      Même si une sécheresse prolongée dessèche profondément un vieil olivier, la souche ratatinée peut repartir. “ Si sa racine vieillit dans la terre et si sa souche meurt dans la poussière, à l’odeur de l’eau, il bourgeonnera, oui il produira une branche comme une plante nouvelle. ” (Job 14:8, 9). Job vivait dans une région aride et poussiéreuse où il avait probablement dû observer beaucoup de vieux oliviers complètement desséchés qui semblaient morts. Cependant, dès qu’arrivaient les pluies, ils revenaient à la vie, et un nouveau tronc émergeait de leurs racines “ comme une plante nouvelle ”. Cette résistance hors du commun a conduit un horticulteur tunisien à déclarer : “ Il n’est pas exagéré de dire que les oliviers sont immortels. ”
      Tout comme un cultivateur espère voir renaître ses oliviers desséchés, Jéhovah languit de ressusciter ses serviteurs. Il attend avec patience l’époque où des fidèles comme Abraham et Sara, Isaac et Rébecca, et de nombreux autres seront ramenés à la vie (Matthieu 22:31, 32). Comme il sera merveilleux d’accueillir les ressuscités et de les voir mener de nouveau une vie productive !
      L’olivier symbolique
      La miséricorde de Dieu est manifeste dans son impartialité ainsi que dans la disposition qu’est la résurrection. L’apôtre Paul s’est servi de l’olivier pour illustrer comment la miséricorde de Jéhovah s’étend aux humains indifféremment de leur race ou de leur origine. Pendant des siècles, les Juifs se sont enorgueillis d’être le peuple choisi de Dieu, “ la descendance d’Abraham ”. — Jean 8:33 ; Luc 3:8.
      Il n’était pas nécessaire d’être né au sein de la nation juive pour obtenir la faveur divine. Les premiers disciples de Jésus, cependant, étaient tous Juifs et ils ont eu le privilège de figurer parmi les premiers humains choisis par Dieu pour constituer la semence promise d’Abraham (Genèse 22:18 ; Galates 3:29). Paul les a comparés aux branches d’un olivier.
      La majorité des Juifs de naissance ont rejeté Jésus, se privant ainsi de la possibilité de faire partie du “ petit troupeau ”, ou “ Israël de Dieu ”. (Luc 12:32 ; Galates 6:16.) Ils sont devenus comme des branches d’olivier qui auraient été coupées. Qui allait prendre leur place ? En 36 de notre ère, des Gentils ont été choisis pour faire partie de la semence d’Abraham, comme si Jéhovah avait greffé des branches d’olivier sauvage sur un olivier domestique. La semence promise d’Abraham inclurait donc des gens des nations qui pouvaient désormais devenir ‘ participants de la racine de graisse de l’olivier ’. — Romains 11:17.
      Pour un cultivateur, greffer une branche d’olivier sauvage sur un olivier domestique serait impensable et “ contre nature ”. (Romains 11:24.) On lit dans La terre et le Livre (angl.) : “ Greffe le bon sur le sauvage, ont coutume de dire les Arabes, et il dominera le sauvage, mais tu ne pourras pas revenir en arrière. ” Les chrétiens d’origine juive ont été surpris lorsque Jéhovah, “ pour la première fois, s’est occupé des nations pour tirer d’entre elles un peuple pour son nom ”. (Actes 10:44-48 ; 15:14.) C’était la preuve évidente, toutefois, que la réalisation du dessein de Dieu ne dépendait pas d’une nation particulière. En effet, “ en toute nation l’homme qui le craint et pratique la justice est agréé de lui ”. — Actes 10:35.
      Paul a souligné que puisque les “ branches ” juives infidèles de l’olivier avaient été coupées la même chose pourrait arriver à toute personne qui, par orgueil ou désobéissance, perdrait la faveur de Jéhovah (Romains 11:19, 20). Cela montre sans l’ombre d’un doute que la faveur imméritée de Dieu ne devrait jamais être considérée comme définitivement acquise. — 2 Corinthiens 6:1.
      Enduire d’huile
      Les Écritures mentionnent l’utilisation de l’huile d’olive non seulement au sens littéral, mais également au sens figuré. Dans les temps anciens, les blessures et les contusions étaient “ adoucies avec de l’huile ” pour accélérer la cicatrisation (Isaïe 1:6). D’après un exemple de Jésus, le bon Samaritain a versé de l’huile et du vin sur les blessures de l’homme qu’il avait trouvé sur la route de Jéricho. — Luc 10:34.
      L’application d’huile sur la tête est rafraîchissante et relaxante (Psaume 141:5). Lorsqu’ils ont à traiter un cas de faiblesse spirituelle, les anciens peuvent ‘ enduire d’huile un membre de la congrégation, au nom de Jéhovah ’. (Jacques 5:14.) Leurs conseils bibliques pleins d’amour et leurs prières sincères en faveur de leur compagnon sont comparables à de l’huile versée sur des plaies. Détail révélateur, en hébreu, “ huile d’olive pure ” est une expression imagée qui sert à désigner un homme bon.
      “ Un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”
      Compte tenu de ce qui précède, il n’est pas surprenant que les serviteurs de Dieu puissent être comparés à des oliviers. David désirait ressembler à “ un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”. (Psaume 52:8.) Tout comme les familles israélites avaient souvent des oliviers autour de leur maison, David souhaitait être proche de Jéhovah pour produire du fruit à sa louange. — Psaume 52:9.
      Tant qu’il est resté fidèle à Jéhovah, le royaume de Juda était comme un “ olivier luxuriant, beau par le fruit et par la forme ”. (Jérémie 11:15, 16.) Mais ses habitants ont perdu leur position privilégiée lorsqu’ils ‘ ont refusé d’obéir aux paroles de Jéhovah et ont marché à la suite d’autres dieux ’. — Jérémie 11:10.
      Pour devenir comme des oliviers luxuriants dans la maison de Dieu, nous devons obéir à Jéhovah et accepter de bon gré la discipline par laquelle il nous “ taille ”, afin que nous puissions porter davantage de fruit en œuvres chrétiennes (Hébreux 12:5, 6). En outre, tout comme un olivier doit avoir de longues racines pour survivre à une période de sécheresse, nous devons fortifier nos racines spirituelles pour endurer les épreuves et la persécution. — Matthieu 13:21 ; Colossiens 2:6, 7.
      L’olivier symbolise bien le chrétien fidèle, inconnu du monde mais connu de Dieu. S’il vient à mourir dans ce système, il reviendra à la vie dans le monde nouveau à venir. — 2 Corinthiens 6:9 ; 2 Pierre 3:13.
      L’olivier, presque indestructible, qui continue de donner du fruit année après année nous rappelle la promesse de Dieu : “ Les jours de mon peuple seront comme les jours d’un arbre ; et ceux que j’ai choisis profiteront pleinement de l’œuvre de leurs mains. ” (Isaïe 65:22). Cette promesse prophétique s’accomplira dans le monde nouveau de Dieu. — 2 Pierre 3:13.


      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric merci pour ces bons sujets. Bonne journée Michel

      JAH pas un collectionneur.docx
      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      “ Jéhovah bénit les actions d'un roi fidèle au Seul vrai Dieu”
      À LA tête de ses troupes, le roi Asa descend à vive allure la vallée qui mène des hauteurs de Juda à la plaine côtière. À l’endroit où la vallée s’élargit, il s’immobilise et retient son souffle. En contrebas s’étend le camp éthiopien, et il est gigantesque ! L’armée ennemie doit avoisiner le million de soldats. Celle d’Asa n’en compte qu’un peu plus de la moitié.
      Alors qu’il s’apprête à livrer bataille, qu’est-ce qui retient le plus l’attention du roi ? Les ordres à donner à ses généraux ? Les encouragements à adresser à ses soldats ? Les lettres à écrire à sa famille ? Non. En ce moment crucial, Asa prie.
      Avant de nous pencher sur sa prière et de découvrir ce qui s’est passé ce jour-là, intéressons-nous au genre d’homme qu’il était. Qu’est-ce qui l’a conduit à agir comme il l’a fait ? Avait-il de bonnes raisons de croire que Dieu l’aiderait ? Que nous apprend sa vie sur la manière dont Jéhovah bénit les actions de ses serviteurs ?
      UN ROI ATTACHÉ AU CULTE PUR
      Au cours des 20 années qui ont suivi la scission d’Israël en deux royaumes, Juda s’est laissé totalement corrompre par des pratiques païennes. Lorsqu’Asa est devenu roi en 977 av. n. è., même la cour s’était souillée en adorant les divinités cananéennes de la fertilité. Mais la Bible rapporte au sujet de son règne : “ Asa se mit à faire ce qui est bien et droit aux yeux de Jéhovah son Dieu. Il enleva [...] les autels étrangers et les hauts lieux, il brisa les colonnes sacrées et abattit les poteaux sacrés. ” (2 Chron. 14:2, 3). Il a chassé du royaume de Juda “ les prostitués sacrés ”, qui pratiquaient la sodomie comme rituel religieux. Il ne s’en est cependant pas tenu là. Il a exhorté ses sujets à “ rechercher Jéhovah le Dieu de leurs ancêtres ” et à observer “ la loi et le commandement ” de Dieu. — 1 Rois 15:12, 13 ; 2 Chron. 14:4.
      Le zèle d’Asa pour le vrai culte a plu à Jéhovah, qui l’a récompensé en lui accordant plusieurs années de paix. Le roi a donc pu dire : “ Nous avons recherché Jéhovah notre Dieu. Nous avons recherché, et il nous procure le repos de tous côtés. ” Les habitants de Juda ont mis à profit cette période favorable pour fortifier les villes du royaume. “ Ils bâtissaient [...] et avaient du succès ”, précise le récit. — 2 Chron. 14:1, 6, 7.
      SUR LE CHAMP DE BATAILLE
      Étant donné son attachement au culte pur, il n’est pas surprenant qu’Asa ait prié lorsqu’il a eu à affronter la plus grande armée mentionnée dans les Écritures. Il savait que Dieu récompense les actes de foi. Dans sa prière, il a sollicité l’aide de Jéhovah, convaincu que, s’il s’appuyait sur lui et obtenait son soutien, peu importait l’effectif ou la puissance de l’armée ennemie. Asa a fait valoir que le nom de Dieu était en jeu dans ce conflit. “ Secours-nous, ô Jéhovah notre Dieu, a-t-il supplié, car sur toi nous nous appuyons et c’est en ton nom que nous sommes venus contre cette foule. Ô Jéhovah, tu es notre Dieu. Que le mortel ne conserve pas de vigueur contre toi. ” (2 Chron. 14:11). C’était comme s’il avait dit : ‘ L’invasion éthiopienne est une attaque contre toi, Jéhovah. Ne permets pas que ton nom soit déshonoré en laissant de faibles humains balayer ceux qui portent ton nom. ’ Sa prière a-t-elle été entendue ? Oui. “ Jéhovah battit les Éthiopiens devant Asa et devant Juda, et les Éthiopiens s’enfuirent. ” — 2 Chron. 14:12.
      De nos jours, nous nous heurtons à des adversaires nombreux et puissants. Nous ne les affrontons pas sur un champ de bataille. Mais nous pouvons être certains que Jéhovah récompensera les fidèles qui mènent un combat spirituel en son nom : il leur accordera la victoire. Au nombre des batailles que nous avons à livrer personnellement figurent peut-être la résistance au relâchement des mœurs, la lutte contre nos propres faiblesses ou la protection de notre famille contre de mauvaises influences. Quelle que soit la menace, nous pouvons puiser des encouragements dans la prière d’Asa. Sa victoire a été celle de Jéhovah. Elle illustre ce à quoi peuvent s’attendre tous ceux qui s’appuient sur Dieu. Rien ni personne ne peut tenir contre lui.
      ENCOURAGEMENTS ET AVERTISSEMENT
      Tandis qu’Asa revenait de la bataille, le prophète Azaria est allé à sa rencontre, porteur d’encouragements, mais aussi d’un avertissement : “ Entendez-moi, ô Asa ainsi que tout Juda et Benjamin ! Jéhovah est avec vous aussi longtemps que vous êtes avec lui ; si vous le recherchez, il se laissera trouver par vous, mais si vous le quittez, il vous quittera. [...] soyez courageux et que vos mains ne retombent pas, car il existe une récompense pour votre action. ” — 2 Chron. 15:1, 2, 7.
      Voilà des paroles qui renforcent notre foi. Elles attestent que Jéhovah sera avec nous aussi longtemps que nous le servirons fidèlement. Quand nous implorons son aide, soyons assurés qu’il nous entend. “ Soyez courageux ”, a dit Azaria. Il faut souvent beaucoup de courage pour faire ce qui est juste, mais nous savons qu’avec le soutien de Jéhovah nous pouvons y arriver.
      Parce que sa grand-mère Maaka avait érigé “ une idole horrible pour le poteau sacré ”, Asa a dû se résoudre à lui enlever la dignité de “ grande dame ”. Il a eu le courage de prendre cette décision ainsi que de brûler l’idole en question (1 Rois 15:13). Cette action résolue lui a valu d’être béni. Nous devons nous aussi rester indéfectiblement attachés à Jéhovah et à ses principes justes, que les membres de notre famille lui soient fidèles ou non. Alors, il récompensera notre intégrité.
      Au nombre des bénédictions qu’il a reçues, Asa a vu de nombreux Israélites quitter le royaume du Nord apostat et affluer en Juda. Ils avaient constaté que Jéhovah était avec Asa, et ils accordaient un tel prix au culte pur qu’ils ont décidé d’abandonner leur foyer pour vivre aux côtés des serviteurs de Jéhovah. Asa et les habitants de Juda ont alors conclu dans la joie ‘ une alliance, pour rechercher Jéhovah de tout leur cœur et de toute leur âme ’. Dieu “ se laissa trouver par eux ; et [il] continua de leur procurer le repos de tous côtés ”. (2 Chron. 15:9-15.) Quand des humains qui aiment la justice se mettent à pratiquer le culte pur, nous nous réjouissons tout autant.
      Rappelons toutefois que les paroles du prophète Azaria comportaient un avertissement : “ Si vous le quittez, [Jéhovah] vous quittera. ” Faisons tout pour éviter d’en arriver là, car qui ne tient pas compte de cette mise en garde s’expose à des conséquences désastreuses (2 Pierre 2:20-22). Les Écritures ne précisent pas pourquoi Jéhovah a adressé cet avertissement à Asa. Mais le fait est que le roi n’y a pas prêté suffisamment attention.
      “ TU AS AGI SOTTEMENT ”
      Dans la 36e année du règne d’Asa, Baasha, roi d’Israël, a manifesté de l’hostilité à l’égard de Juda. Peut-être dans le but d’empêcher ses sujets de se rallier à Asa et au culte pur, il s’est mis à fortifier la ville frontière de Rama, située à 8 kilomètres au nord de Jérusalem. Au lieu de se tourner vers Dieu comme lors de l’invasion éthiopienne, Asa a envoyé un présent au roi de Syrie et lui a demandé d’attaquer le royaume du Nord. Après quelques incursions des Syriens dans son territoire, Baasha s’est retiré de Rama. — 2 Chron. 16:1-5.
      L’initiative d’Asa a déplu à Jéhovah, qui le lui a fait savoir par l’intermédiaire du prophète Hanani. Compte tenu de la victoire que le roi avait remportée sur les Éthiopiens, il aurait dû se souvenir que les “ yeux [de Jéhovah] rôdent par toute la terre, afin de montrer sa force en faveur de ceux dont le cœur est complet à son égard ”. A-t-il été mal conseillé, ou bien a-t-il considéré que Baasha et ses troupes constituaient une menace dont il pouvait se débarrasser par ses propres moyens ? Quoi qu’il en soit, il a raisonné d’un point de vue humain et ne s’est pas appuyé sur Jéhovah. “ Tu as agi sottement dans cette circonstance, a déclaré Hanani, car dès maintenant il existera contre toi des guerres. ” — 2 Chron. 16:7-9.
      Asa n’a pas supporté cette réprimande. Dans un accès de fureur, il a fait mettre Hanani aux ceps (2 Chron. 16:10). A-t-il jugé qu’après tant d’années de fidélité il ne méritait pas un tel blâme ? L’âge avait-il altéré son jugement ? La Bible ne fournit pas d’éléments de réponse.
      Dans la 39e année de son règne, Asa a été atteint d’une grave maladie des pieds. “ Même dans sa maladie, souligne le récit, il ne rechercha pas Jéhovah, mais les guérisseurs. ” Il semble qu’à cette époque Asa négligeait sa spiritualité. C’est manifestement dans ce piètre état et dans cette disposition d’esprit qu’il est mort, au cours de la 41e année de son règne. — 2 Chron. 16:12-14.
      Les qualités d’Asa et son zèle pour le culte pur semblent toutefois l’emporter largement sur ses erreurs. Jamais il n’a cessé de servir Jéhovah (1 Rois 15:14). Que pouvons-nous donc retenir de sa vie ? Qu’il nous faut méditer sur la façon dont Jéhovah nous est venu en aide par le passé, car ces souvenirs peuvent nous inciter à rechercher de nouveau son soutien lorsque nous traversons des épreuves. Par ailleurs, ne partons pas du principe que nous n’avons pas besoin de conseils tirés des Écritures sous prétexte que nous servons Dieu fidèlement depuis des années. Si nous commettons une faute, Jéhovah nous réprimandera. Pour tirer profit de la correction, acceptons-la sans nous offusquer. Mais ce qu’il nous faut surtout retenir, c’est que notre Père céleste sera avec nous aussi longtemps que nous resterons avec lui. Ses yeux parcourent la terre entière et remarquent ceux qui lui sont fidèles. Il les récompense en intervenant puissamment en leur faveur. Il l’a fait pour Asa. Il le fera aussi pour nous.


      · 1 reply
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,262
    • Total Posts
      125,939
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,777
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    taleawelch
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.