Jump to content
The World News Media

Recommended Posts

  • Member

Special Notice: This is a controversial page. The views expressed by Raymond Franz are his alone and do not represent the views of this website or it's readers. It is included here for historical and archival reasons in holding with the truth of the events of the early 1980's - The Librarian


Raymond Victor Franz (May 8, 1922 – June 2, 2010) was a member of the Governing Body of 

    Hello guest!
 from 20 October 1971 until 22 May 1980,[1][2] and served at the organization's world headquarters for fifteen years, from 1965 until 1980. Franz claimed the request for his resignation and his subsequent disfellowshipping resulted from allegations of his apostasy from the faith.[3] Franz wrote two books that related his personal experiences with the Watch Tower Bible and Tract Society and his views on 
    Hello guest!
 teachings.
He was the principal author of the book 
    Hello guest!
 which was replaced in 1988 by the Insight on the Scriptures

CaptureRaymondFranzb.PNG

Watch Tower career

Franz was born in 1922. His uncle, Frederick Franz, was influential in the religion's development, practices and doctrines.[4] His father associated with the Bible Student movement (from which 

    Hello guest!
 developed) and was baptized in 1913. Raymond joined the 
    Hello guest!
 in 1938, and became a baptized member in 1939.[5]

In 1944 Franz graduated from 
    Hello guest!
, the religion's school for training missionaries,[6] and temporarily served the organization as a traveling representative in the continental U.S. until receiving a missionary assignment to Puerto Rico in 1946. Franz became a representative of 
    Hello guest!
 throughout the Caribbean, traveling to the Virgin Islands and the Dominican Republic, at least until 1957 when 
    Hello guest!
 were banned in the Dominican Republic by dictator Rafael Trujillo.[7] At the age of 37 Franz married his wife, Cynthia, who joined him on missionary work. Both returned to the Dominican Republic in 1961 to evangelize for four more years before taking up work at 
    Hello guest!
.[8]

Franz began working in the organization's writing department and was assigned to collaboratively write Aid to Bible Understanding, the first religious encyclopedia published by 
    Hello guest!
. On 20 October 1971 he was appointed as a member of the Governing Body.[9] In his personal memoir Franz said that at the end of 1979 he reached a personal crossroad:
 

CaptureRaymondFranz.PNG


Frustrated by what he viewed as the Governing Body's dogmatism and overemphasis on traditional views rather than reliance on the Bible in reaching doctrinal decisions, Franz and his wife decided in late 1979 they would leave the international headquarters.[11]
 

unnamed.jpg

TIME magazine February 22, 1982

Expulsion

In March 1980 Franz and his wife took leave of absence from the world headquarters for health reasons and moved to Alabama, where he took up laboring work on a property owned by a fellow Witness. The following month a committee of the Governing Body raised concerns over the spreading of "wrong teachings" emanating from headquarters staff and began questioning headquarters staff on their beliefs. Staff were also questioned about comments Franz had made that may have contradicted Watch Tower doctrine.[12][13] The 15 March 1980 issue of 

    Hello guest!
 issued a statement of regret that its assertions of probability of Armageddon arriving before 1975 had "apparently overshadowed the cautionary ones and contributed to a buildup of expectation already initiated."[14] It told disappointed 
    Hello guest!
, "including persons having to do with the publication of the information that contributed to the buildup of hopes centred on that date" to "concentrate on adjusting his viewpoint".[15] This statement, which placed blame for the disappointment about 1975 on Raymond Franz and his writing committee, precipitated a purge of that committee and eventual disfellowshipping of its sometime Chairman.[16] On May 8 1980 Franz was told that he had been implicated as an apostate.[17] He was called back to 
    Hello guest!
 on May 20 for two days of questioning[18] by the Chairman's Committee. Franz claimed the discussion concerned allegations that some Witnesses were meeting privately to discuss various teachings of the Watch Tower Society that may have constituted apostasy.

On 21 May 1980 Franz was called to a Governing Body session, questioned for three hours about his Bible viewpoints and commitment to Watch Tower doctrines[2][19] and agreed to a request to resign from the Governing Body and headquarters staff. Franz refused the Watch Tower Society's offer of a monthly stipend as a member of the "Infirm Special Pioneers".[20] The Governing Body investigation resulted in the disfellowshipping of several other headquarters staff.[21][22][23]

On 1 September 1980 the Governing Body distributed a letter to all Circuit and District overseers stating that apostates need not be promoting doctrines to be disfellowshipped. The letter stated that individuals who persisted in "believing other doctrine despite scriptural reproof" were also apostatizing and therefore warranted "appropriate judicial action".[18][24]

On 18 March 1981 Franz's employer in Alabama submitted a letter of disassociation from 
    Hello guest!
. A 
    Hello guest!
 article on 15 September 1981 announced a change of policy on disassociation, directing that those who formally withdrew from the religion were to be treated by Witnesses as a disfellowshipped wrongdoer.[25] Franz, who continued to socialize with his employer, was summoned to a judicial hearing on 25 November and disfellowshiped for disobeying the edict.[2][26][27] Determined to set the record straight, not only with respect to his having been disfellowshiped, but with respect to larger doctrinal issues, in 1982 he sent Heather and Gary Botting proofs of his upcoming book Crisis of Conscience so that they could chronicle the more widespread discord within the Watch Tower Society.[28] They wrote regarding Franz's contribution to their expose on the Witnesses that his recommendations "undoubtedly strengthened the veracity of the text; we were impressed by his insistence on both fairness and frankness with respect to representing the view of the Watch Tower Society."[29] Following his disfellowshiping, Franz published two books—Crisis of Conscience (1983) and In Search of Christian Freedom (1991)—presenting detailed accounts of his experiences as a 
    Hello guest!
, a Governing Body member, and his experiences throughout various levels of the organization.

Franz was ultimately disfellowshipped for having dinner with his employer, a disassociated brother. See also 
    Hello guest!

    Hello guest!

Death

On 30 May 2010, at age 88, Franz fell and suffered a brain hemorrhage.[30] He died on 2 June 2010.[30]
1ede28e9fa7ed9d32b92a51b6017415e.jpg

References

  1. "Announcements", Our Kingdom Ministry, August 1980, page 2, "This is a notification that Raymond Victor Franz is no longer a member of the Governing Body and of the 
      Hello guest!
     family as of May 22, 1980."
  2. "Witness Under Prosecution", Richard H. Ostling, Anne Constable, Time Magazine, February 22, 1982.
  3. "Church Told to Break Privacy, Report 'Sinner'", by John Dart, Los Angeles Times, August 27, 1987. Part 1."Church Told to Break Privacy, Report 'Sinner'", part 2.
  4. Rogerson 1969, p. 66
  5. Franz 2002, p. 11
  6. "Gilead’s 61st Graduation a Spiritual Treat", The 
      Hello guest!
    , November 1, 1976, page 671.
  7. Franz 2002, p. 16
  8. Franz 2002, pp. 19, 20
  9. Franz 2002, p. 31
  10. Franz 2002, p. 273
  11. Franz 2002, p. 274,275
  12. Penton 1997, pp. 119–121
  13. Franz 2002, p. 298,299
  14. p. 17
  15. pp. 17-18
  16. The Orwellian World of Jehovah's Witnesses, pp. 48-49, 158-163
  17. Franz 2002, pp. 312, 313
  18. Beverley 1986, p. 71
  19. Franz 2002, p. 331
  20. Franz 2002, p. 332
  21. Penton 1997, p. 121
  22. Botting & Botting 1984, p. 161
  23. "Branch Letter", Our Kingdom Ministry, August 1980, "We are saddened to report at this time that five members of the Bethel family, and a few others in the New York city area have recently been disfellowshiped. There has been some apostasy against the organization and the promoting of sectarian divisions in some of the congregations of God’s people. (Titus 3:9-11) Living as we are in times difficult to deal with, it should not be surprising that such things occur. The first-century congregation also experienced deviations as we well know from our reading of the Holy Scriptures.—1 Tim. 1:20; 4:1; 2 Tim. 2:17, 18; 1 Cor. 15:12, 13; Acts 20:29, 30."
  24. Protecting the Flock, Watch Tower Society letter to district and circuit overseers, September 1, 1980, part 1. Protecting the Flock, Part 2.
  25. "Disfellowshiping — How to View It", The 
      Hello guest!
    , September 15, 1981, page 23, "One who has been a true Christian might renounce the way of the truth, stating that he no longer considers himself to be one of 
      Hello guest!
     or wants to be known as one. When this rare event occurs, the person is renouncing his standing as a Christian, deliberately disassociating himself from the congregation ... Persons who make themselves 'not of our sort' by deliberately rejecting the faith and beliefs of
      Hello guest!
     should appropriately be viewed and treated as are those who have been disfellowshiped for wrongdoing."
  26. Franz 2002, pp. 357–369
  27. "Expelled Witnesses Claim Group is Ingrown", Miami News, March 19, 1983.
  28. the Orwellian World of Jehovah's Witnesses, pp. 161-63
  29. The Orwellian World of Jehovah's Witnesses,p. xxiii
  30. "Obituary". Legacy.com.

Bibliography

  • Beverley, James A. (1986). Crisis of Allegiance. Burlington, Ontario: Welch Publishing Company. ISBN 0-920413-37-4.
  • Botting, Heather; Botting, Gary (1984). The Orwellian World of Jehovah's Witnesses. University of Toronto Press. ISBN 0-8020-6545-7.
  • Franz, Raymond (2002). Crisis of Conscience. Commentary Press. ISBN 0-914675-23-0.
  • Penton, M. J. (1997). Apocalypse Delayed (2nd ed.). University of Toronto Press. ISBN 0-8020-7973-3.
  • Rogerson, Alan (1969). Millions Now Living Will Never Die: A Study of Jehovah's Witnesses. Constable & Co, London. ISBN 0-0945-5940-6.

External Links

  • Richard N. Ostling (February 22, 1982), 
      Hello guest!
    Time magazine
    .
    • Hello guest!
     at 
      Hello guest!

 

Link to post
Share on other sites

  • Views 6.8k
  • Replies 15
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Interesting quote from his book Crisis of Conscience: "Herein lies a paradox. Despite their intense activity in door-to-door witnessing, most people actually know little about Jehovah’s Witnesses aside from their position on certain issues of conscience. They have heard of their uncompromising stand in refusing to accept blood transfusions, their refusal to salute any flag or similar emblem, their firm objection to performance of military service, their opposition to participation in any po

Posted Images

  • Member

John May (Derek's brother) and Martin Merriman were elders in Jehovah's Witnesses in Ireland. When they heard of the expulsion of Raymond Franz, high-level member of their elite Governing Body, in 1979, they flew out to ask the Governing Body, "Why?" Governing Body member Lyman Swingle sarcastically snubs them.
 

 

Link to post
Share on other sites
  • 3 months later...
  • 9 months later...
  • 1 month later...
  • 4 months later...
  • Member
On 12/6/2017 at 5:21 PM, Anna said:

Do you have any concrete evidence for that?

No. [on the topic of never wanting to admit fault]

That comes from R.Franz in CoC. But nothing in CoC has ever been rebutted, and I have spoken to one member of the Governing Body who said that just because everything he said in the book was true, it's still poison, because the intent is to expose weakness, while love covers a multitude of sins. Two members of the Writing Department, not Governing Body, have said approximately the same thing. One said he never should have written the book, even though everything in it was true. Based on these words of people who worked with him, I find the book to be very credible from a factual standpoint. Also a "Public Relations" office person at Bethel, and personal friend of mine, has talked to me about things he said to outsiders (related to slight admissions of guilt on the part of the WTS in the past) that resulted in problems for himself among "higher-ups" at Bethel.

Also, the person supposedly behind this idea in R.Franz' book is the same person behind the exact same sentiment on never admitting a mistake in the area of child abuse, and I do know for a fact that he, this same GB member (Jaracz),  pulled an article from a magazine on the subject after it had gone to the presses, resulting in a delay for the final publication of that same issue with the article replaced.

Also, I was a "special request" tour guide for Bethel tours requested by outsiders who were not JWs, and who therefore might have included reporters unbeknownst to us. Therefore, I was personally given instructions by D.Sydlik and D.Songer and G.Couch about how to respond to questions that might seem like they are coming from someone who has no right to the answer. These included questions about an expensive press that had lost us millions of dollars and which we had finally decided to scrap, a similar situation with the early computer expenditures, and some bad press that the local Brooklyn Heights civic associations were evidently spreading about pollution fines we had to pay. When such questions came up, I was to say I didn't really know anything about these, even if I did, and if they came up more than once, I was to ask the appropriate persons mentioned above if there was a better answer. On the topic of paying fines for pollution from factory smokestacks, I was to say according to one of the brothers mentioned, that all factories, no matter how careful, will go over the limits now and then, but that the Watch Tower Society was scrutinized much more closely because there are those who are looking for bad press to pin on us. (I had no personal knowledge of any pollution, but I had heard the rumors, and the question was actually being asked.) But another person who was on the GB (Sydlik), when he heard about the suggested answer, was livid that it admitted error of any kind.

And, of course, I have previously mentioned an experience, in a rehearsal for Bethel's "Family Night," while sitting approximately between Bert Schroeder and Merton Campbell, when they decided to make an old brother change the quote in his experience from many years earlier when he said that Bethel factories were once given an award for having the second cleanest factories in Brooklyn, with only Squibb Pharmaceuticals coming in first place. For the actual Family Night production, Schroeder had it changed to: "Both factories received a rating of 100%."

The last two or three paragraphs just go to the credibility, in my opinion, of the tendency not to want to admit even the slightest error. This also fits the sometimes comical ways in which we "adjust" and "clarify" past doctrines so that they are more correct, even if they were ridiculously false in prior explanations. In an article about why we were completely dropping over one-hundred former doctrines, the Watchtower described it in typical fashion:

*** w15 3/15 pp. 8-10 pars. 6-10 “This Is the Way You Approved” ***

  • Third, consider some of our recent refinements in understanding. For example, our clarified understanding of “the faithful and discreet slave,”. . . . As we might expect, over the years Jehovah has helped “the faithful and discreet slave” to become steadily more discreet.

 

Link to post
Share on other sites
  • 6 months later...
  • Member

Interesting quote from his book Crisis of Conscience:

"Herein lies a paradox. Despite their intense activity in door-to-door witnessing, most people actually know little about Jehovah’s Witnesses aside from their position on certain issues of conscience. They have heard of their uncompromising stand in refusing to accept blood transfusions, their refusal to salute any flag or similar emblem, their firm objection to performance of military service, their opposition to participation in any political activity or function. Those familiar with legal cases know that they have taken some fifty cases to the Supreme Court of the United States in defense of their freedom of conscience, including their right to carry their message to people of other beliefs even in the face of considerable opposition and objections. In lands where constitutional liberties protect them, they are free to exercise such rights without hindrance. In other countries they have experienced severe persecution, arrests, jailing, mobbing, beatings, and official bans prohibiting their literature and preaching. How, then, is it the case that today any person among their members who voices a personal difference of viewpoint as to the teachings of the organization is almost certain to face judicial proceedings and, unless willing to retract, is liable for disfellowshipment?"

Link to post
Share on other sites
  • 3 months later...
  • 3 months later...
  • Member
On 8/28/2016 at 7:37 AM, Jack Ryan said:

PDF's of Ray Franz' two books he authored: (These links were shared on another forum)

gg9jh294z9821.jpg

    Hello guest!

    Hello guest!

@Jack Ryan Thank you. I think hopefully I've saved the pdf of C of C.  That is going to be some reading..... 

Link to post
Share on other sites
  • Similar Content

    • By JOHN BUTLER
      People always seem to harp back to 2000 years ago, to try to make a defence for the GB. 
      Different times, different situations.
      Judas allowed himself to be misled by the devil, but it also seems it was necessary that the betrayer came from within. 
      Maybe you should have quoted this bit as well. "Yet he gets kicked out by the other members of the GB for being an apostate."
      Because it seems Raymond Franz didn't betray God or Jesus Christ.
      Knowledge of such things is way over my head of course, so I don't know who was right in God's viewpoint.
      But it does give a person reason to distrust the GB if RF wasn't found guilty of any real wrongdoing. 
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Tras pasar 11 años dentro de los testigos de Jehová, un exmiembro de la secta religiosa decidió huir de la organización y emprender un viaje de cinco años a través de toda Rusia y el espacio postsoviético.
      Iván Shiriáyev, que es oriundo de la ciudad de Kamyshin (Volgogrado, Rusia), se ganó el prestigio y reconocimiento de los testigos de Jehová durante sus 11 años como miembro de la organización religiosa. No obstante, un día decidió abandonar la secta y dejar atrás tanto la doctrina que predicaba, como a su esposa, devota a las creencias de aquella.
      "Siempre dudaba de si estaba siguiendo el camino correcto", reveló Shiriáyev en una entrevista concedida al portal The Village. Durante su membresía en la secta el hombre apenas tuvo tiempo para analizar sus dudas en profundidad, ya que dedicaba casi todo el tiempo libre –lo cual no era poco teniendo en cuenta que trabajaba unas pocas horas al día, justo lo necesario "para ganarse el pan y la leche"– a oraciones, predicación y actividades de la organización. La salida de la secta empezó a fraguarse con el libro 'Crisis de conciencia' del exmiembro del cuerpo gobernante de los testigos de Jehová Raymond Franz.
      Shiriáyev llevaba más de un año considerando la idea de salir de la secta. Las obras de Franz, "probablemente la persona más temible en el universo después de satán [para los testigos de Jehová]", le ayudaron a entender cómo funciona la organización.
      Un día cotidiano en el seno de la secta
      Un día típico de un testigo de Jehová empieza con la lectura del folleto 'Examinando las Escrituras diariamente' y con oraciones, explica el exmiembro de la organización. El trabajo de la vida mundana no adquiere mucha importancia para los testigos, que tratan de dedicarle el menor tiempo posible. La ocupación principal es predicar. "Sirves varias horas, vuelves a casa, te preparas para una reunión y te vas a la cama", señala Shiriáyev.
      Cuando estaba en las filas de la secta, las reuniones tenían lugar dos o tres veces a la semana y contaban con la participación de unas 30 personas. "Entre los testigos siempre te sientes culpable, por eso muchos padecen depresión", indica. Los miembros de la secta constantemente se enfrentan a la pregunta de si podrían hacer más y 'robar' tiempo de asuntos menos importantes para dedicarse aún más a su misión.
      Convencidos de que el Armagedón se acerca y solo 144.000 personas se dirigirán al cielo después de la muerte mientras el resto se queda en la Tierra, los testigos de Jehová tienen como objetivo principal divulgar este acontecimiento a todo el mundo. Y la predicación es la forma principal de lograr este fin.
      Cada mes los miembros de la secta presentan un informe donde indican cuántas horas han servido y cuántos materiales religiosos han difundido. "Existen miembros experimentados que, por ejemplo, predican no menos de 70 horas al mes", comenta Shiriáyev, quien ejerció a lo largo de ocho años. También existe un sistema de incentivos y castigos que pueden estimular tanto el crecimiento en la jerarquía de la secta, como la privación de los privilegios. El castigo más duro es la expulsión.
      En cuanto al perfil de los miembros, la mayoría de los testigos de Jehová son personas sin estudios superiores (la educación superior no es bienvenida en la organización). En las reuniones solo el 20% son hombres. El resto son mujeres jóvenes, mujeres con niños y ancianas, menciona Shiriáyev. El matrimonio civil está prohibido y los matrimonios con personas ajenas a la organización no están bien vistos.
      La fuga
      La escapada de este ciudadano ruso fue radical: simuló su muerte. Dejó una nota de despedida señalando que había seguido el camino de su padre (que se suicidó tres años atrás) y se esfumó. Se fue a su casa de campo con un magnetófono, una manta y una lancha neumática. Tras encontrar la embarcación en un sótano entre basura, sus familiares se dieron cuenta de que Shiriáyev estaba vivo e iniciaron su búsqueda a nivel federal.
      El hombre pasó nueve meses de vida ordinaria, utilizando su pasaporte en los nuevos puestos de trabajo que desempeñó y no fue consciente de que lo buscaran. Lo encontraron por casualidad en un puesto de control en la región de Amur, cuando fue detenido probablemente al sospecharse de que había participado en saqueos en unas aldeas que sufrieron inundaciones.
      Desde entonces dejó de ser objeto de búsquedas. "Nadie –ni mi mujer, ni los decanos– se esforzó en encontrarme", señaló Shiriáyev. Solo un amigo suyo, extestigo también, trató de avanzar en su búsqueda. "Así me di cuenta de que no tenía amigos", explicó el prófugo.
      La expulsión
      Shiriáyev constató de manera escrita que ya no quería seguir siendo testigo de Jehová y se presentó a la reunión de la secta donde la noticia fue anunciada oficialmente con un traje de boda para celebrarlo. Paralelamente, su matrimonio fracasaba.
      Una vez al año acude a la celebración anual de los testigos, la Conmemoración de la muerte de Jesús o Cena del Señor, con una cazadora que lleva la inscripción 'apóstata abyecto'. "Los que me conocen se apartan de mí de un salto: ¿cómo puede salvarse un renegado? Pero para mí es una actuación anual", explica Shiriáyev. Entre las ventajas de su membresía en los testigos de Jehová señala las destrezas adquiridas en en el terreno de la comunicación y los discursos públicos y que ha aprendido a vivir con modestia.
      El viaje
      El 27 de octubre de 2012 Shiriáyev abandonó su casa y empezó a viajar haciendo autostop.
      Tras su viaje por Rusia, Ucrania y Bielorrusia ha visitado numerosas ciudades. De las 1.122 localidades rusas que planea visitar ya ha estado en 360 de ellas. Se ha hecho agnóstico, viaja con una mochila que pesa 20 kilos y no cuenta con patrocinadores influyentes: utiliza sus propios medios para cubrir los gastos. Trabaja de obrero, de vez en cuando recibe alimentos, ropa y otras donaciones de desconocidos y pasa las noches básicamente en sitios donde no tiene que pagar la estancia: en casas de otros viajeros, monasterios o paradas de transporte. Su viaje de cinco años todavía no ha terminado y no tiene claro qué le deparará el futuro.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Jack Ryan
      Crisis of Conscience is a book written by a former member of the Governing Body, Raymond Franz
       
       
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole



  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Que vos prières soit préparées comme une encens apaisante pour Jéhovah

      Chez les Israélites, l’offrande d’encens était un symbole approprié pour désigner les prières que Dieu entend. C’est pourquoi le psalmiste David a chanté à Jéhovah : 

      “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi. ”
      — Psaume 141 : 2
      JÉHOVAH DIEU a chargé son prophète Moïse de préparer un encens sacré à l’usage du culte qui lui était rendu dans le tabernacle d’Israël. Il a donné lui-même la formule de ce mélange composé de quatre ingrédients aromatiques qui dégageaient une bonne odeur. — Exode 30:34-38.
      L’alliance de la Loi dans laquelle la nation d’Israël avait été admise prévoyait de faire brûler quotidiennement de l’encens (Exode 30:7, 8). Ce geste avait-il une signification particulière ? Oui. En témoignent ces paroles du psalmiste : “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi [Jéhovah Dieu], l’élévation de mes paumes comme l’offrande de grain du soir. ” (Psaume 141:2). De plus, dans le livre de la Révélation, l’apôtre Jean dit de ceux qui se tiennent autour du trône céleste de Dieu qu’ils ont des bols d’or pleins d’encens. “ Et, précise le récit inspiré, l’encens représente les prières des saints. ” (Révélation 5:8). Il apparaît donc que la combustion d’encens odorant symbolise les prières agréées que les serviteurs de Jéhovah offrent jour et nuit. — 1 Thessaloniciens 3:10 ; Hébreux 5:7
      Pour que Dieu agrée nos prières, nous devons le prier au nom de Jésus Christ (Jean 16:23, 24). Au demeurant, comment pouvons-nous améliorer la qualité de nos prières ? L’examen de quelques exemples pris dans les Écritures devrait nous aider à préparer nos prières comme l’encens devant Jéhovah. — Proverbes 15:8.
      Prions avec foi
      Si nous voulons que nos prières montent vers Dieu comme un encens de bonne odeur, il nous faut les lui offrir avec foi (Hébreux 11:6). Lorsque des anciens ont affaire à une personne spirituellement malade qui réagit bien à leurs conseils bibliques, ‘ leur prière de foi rétablit celui qui est souffrant ’. (Jacques 5:15.) Notre Père céleste prend plaisir à voir quelqu’un le prier avec foi et étudier consciencieusement sa Parole. Un psalmiste qui manifestait cet excellent état d’esprit a écrit : “ Je lèverai mes paumes vers tes commandements que j’ai aimés, et je veux m’intéresser à tes prescriptions. Enseigne-moi la bonté, le bon sens et la connaissance, car j’ai exercé la foi en tes commandements. ” (Psaume 119:48, 66). ‘ Étendons nos paumes ’ en priant avec humilité et exerçons la foi en observant les commandements de Dieu.
      La prière un lien véritable à la sagesse divine
      Supposons que nous manquions de sagesse pour surmonter une épreuve ; par exemple, nous pourrions ne pas être convaincus qu’une certaine prophétie soit déjà en train de se réaliser. Plutôt que de laisser cette incertitude nous déstabiliser spirituellement, prions pour recevoir de la sagesse (Galates 5:7, 8 ; Jacques 1:5-8). N’escomptons pas cependant que Dieu nous réponde d’une manière spectaculaire, mais démontrons la sincérité de nos prières en faisant ce qu’il attend de tous ses serviteurs : qu’ils bâtissent leur foi en étudiant les Écritures à l’aide des publications fournies par l’intermédiaire de “ l’esclave fidèle et avisé ”. (Matthieu 24:45-47 ; Josué 1:7, 8.) Nous avons besoin également d’augmenter notre connaissance en prenant part régulièrement aux réunions du peuple de Dieu. — Hébreux 10:24, 25.
      Certains chrétiens semblent avoir perdu de vue que nous sommes à un stade avancé du “ temps de la fin ”. (Daniel 12:4.) C’est ce que révèlent l’orientation qu’ils donnent à leur vie et leurs centres d’intérêt. Il convient de prier pour que ces chrétiens ravivent ou affermissent leur foi dans les preuves que fournit la Bible que la présence du Christ a commencé en 1914 et que, ayant été intronisé au ciel par Jéhovah cette année-là, il règne depuis lors au milieu de ses ennemis (Psaume 110:1, 2 ; Matthieu 24:3). Nous devrions tous être bien conscients du fait que des événements annoncés, tels que la destruction de la fausse religion (“ Babylone la Grande ”), l’attaque satanique de Gog de Magog contre les serviteurs de Jéhovah et l’intervention salvatrice de Dieu le Tout-Puissant lors de la guerre d’Har-Maguédôn, peuvent survenir avec une rapidité saisissante et s’enchaîner sur une période relativement courte (Révélation 16:14, 16 ; 18:1-5 ; Ézékiel 38:18-23). Aussi, prions Dieu de nous aider à rester spirituellement éveillés. Puissions-nous tous prier avec conviction pour que le nom de Jéhovah soit sanctifié, pour que son Royaume vienne et pour que sa volonté se fasse sur la terre comme elle est faite au ciel ! Puissions-nous aussi continuer à exercer la foi et à démontrer par des actes la sincérité de nos prières (Matthieu 6:9, 10) ! Que tous ceux qui aiment Jéhovah puissent vraiment chercher d’abord le Royaume et Sa justice, et participer le plus possible à la prédication de la bonne nouvelle avant que vienne la fin ! — Matthieu 6:33 ; 24:14.
      Louons et remercions Jéhovah
      Une manière importante de ‘ préparer nos prières comme l’encens ’ consiste à louer et à remercier Dieu du fond de notre cœur. Le roi David a prononcé une prière de ce genre quand lui et le peuple d’Israël ont fait des contributions pour la construction du temple de Jéhovah. Il s’est exprimé ainsi : “ Béni sois-tu, ô Jéhovah le Dieu d’Israël notre père, depuis des temps indéfinis et pour des temps indéfinis. À toi, ô Jéhovah, sont la grandeur, la puissance, la beauté, la supériorité et la dignité ; car tout, dans les cieux et sur la terre, est à toi. À toi est le royaume, ô Jéhovah, Celui qui t’élève aussi en chef au-dessus de tout. La richesse et la gloire sont grâce à toi, et tu domines tout ; dans ta main il y a force et puissance, et dans ta main est le pouvoir de rendre grand et de donner de la vigueur à tous. Et maintenant, ô notre Dieu, nous te remercions et nous louons ton nom magnifique. ” — 1 Chroniques 29:10-13.
      Quelles splendides expressions de louange et de reconnaissance ! Même si nos prières ne sont pas aussi éloquentes, elles peuvent témoigner de la même sincérité. Les actions de grâces et les louanges abondent dans le livre des Psaumes. Les Psaumes 148, 149 et 150, en particulier, louent Dieu en des termes particulièrement choisis. La gratitude envers Dieu imprègne également de nombreux psaumes. “ J’ai demandé une chose à Jéhovah, a chanté David, — c’est ce que je chercherai : Que j’habite dans la maison de Jéhovah tous les jours de ma vie, pour contempler le charme de Jéhovah et pour regarder avec admiration son temple. ” (Psaume 27:4). Agissons en harmonie avec de telles prières en participant avec zèle à toutes les activités des “ foules rassemblées ” par Jéhovah (Psaume 26:12). Ajoutons à cela la méditation quotidienne de sa Parole, et nous aurons quantité de raisons de louer et de remercier sincèrement Jéhovah.
      Recherchons humblement l’aide de Jéhovah
      Nous avons l’assurance que Jéhovah entend les appels à l’aide de ses Témoins qui le servent d’un cœur entier (Isaïe 43:10-12). C’est ce qu’illustre un épisode de la vie d’Asa, qui a été roi de Juda pendant 41 ans (977-937 av. n. è.). Après dix premières années de règne marquées par la paix, le pays a été envahi par une armée de un million d’hommes conduite par Zérah l’Éthiopien. Bien qu’infiniment moins nombreux, Asa et ses hommes sont sortis à la rencontre de l’ennemi. Cependant, avant de livrer bataille, Asa a prononcé une prière fervente, dans laquelle il a exprimé sa confiance dans le pouvoir salvateur de Jéhovah. Implorant son aide, il a dit : “ Sur toi nous nous appuyons et c’est en ton nom que nous sommes venus contre cette foule. Ô Jéhovah, tu es notre Dieu. Que le mortel ne conserve pas de vigueur contre toi. ” En conséquence, Jéhovah a sauvé Juda à cause de son grand nom ; il a donné aux Israélites une victoire totale (2 Chroniques 14:1-15). Qu’il nous délivre de l’épreuve ou qu’il nous donne la force de l’endurer, il est hors de doute que Dieu entend nos appels à l’aide.
      Soyons certains que Jéhovah entend tout autant nos requêtes lorsque nous ne savons pas comment agir dans une certaine situation critique. C’est ce qu’a pu vérifier le roi de Juda Yehoshaphat, dont les 25 ans de règne ont commencé en 936 avant notre ère. Quand Juda s’est trouvé menacé par les armées coalisées de Moab, d’Ammôn et de la région montagneuse de Séïr, Yehoshaphat a fait cette supplication : “ Ô notre Dieu, n’exécuteras-tu pas le jugement sur eux ? Car en nous il n’y a pas de force devant cette foule nombreuse qui vient contre nous ; et nous, nous ne savons que faire, mais nos yeux sont tournés vers toi. ” Jéhovah a répondu à cette prière humble : il a combattu en faveur de Juda en semant la confusion dans les rangs des ennemis de sorte que ceux-ci se sont entretués. À la suite de cela, la crainte a saisi les nations d’alentour, et Juda a connu la paix (2 Chroniques 20:1-30). Lorsque nous manquons de la sagesse nécessaire pour résoudre une grave difficulté, reconnaissons, comme Yehoshaphat : ‘ Nous ne savons que faire, mais nos yeux sont tournés vers toi, Jéhovah. ’ L’esprit saint peut nous rappeler alors à la mémoire des pensées bibliques qui nous donneront la solution, à moins que l’aide divine ne revête une forme qui dépasse l’entendement humain. — Romains 8:26, 27.
       Avant de recevoir l’aide de Dieu, peut-être nous faudra-t-il persévérer dans la prière. Nehémia a mené deuil, a pleuré, jeûné et prié pendant des jours à propos de la muraille en ruine de Jérusalem et de la situation pitoyable des habitants de Juda (Nehémia 1:1-11). Ses prières sont manifestement montées vers Dieu comme un encens de bonne odeur. Devant la mine abattue de Nehémia, le roi perse Artaxerxès lui a un jour demandé : “ Que cherches-tu donc à obtenir ? ” “ Aussitôt, raconte Nehémia, je priai le Dieu des cieux. ” Cette requête courte et silencieuse a été exaucée : Nehémia a reçu l’autorisation d’accomplir ce qui lui tenait à cœur : se rendre à Jérusalem pour y rebâtir la muraille. — Nehémia 2:1-8.
      Jésus nous apprend à prier
      De toutes les prières qui ont été conservées dans les Écritures, il en est une particulièrement instructive ; c’est la prière modèle, que Jésus Christ a présentée comme un encens de bonne odeur. Voici ce que nous lisons dans l’Évangile de Luc : “ Un [des] disciples [de Jésus] lui dit : ‘ Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean aussi l’a appris à ses disciples. ’ Alors il leur dit : ‘ Quand vous priez, dites : “ Père, que ton nom soit sanctifié. Que ton royaume vienne. Donne-nous notre pain pour le jour selon les besoins du jour. Et pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent ; et ne nous fais pas entrer en tentation. ” ’ ” (Luc 11:1-4 ; Matthieu 6:9-13). Cette prière n’était pas destinée à être récitée, mais plutôt à donner une indication de ce pour quoi il faut prier. 
       “ Père, que ton nom soit sanctifié. ” Jéhovah accorde à ceux qui le servent et lui sont voués le privilège spécial de l’appeler Père. Comme des enfants qui confient tout à un père qu’ils savent miséricordieux, nous devrions prendre régulièrement le temps d’adresser à Dieu des prières empreintes de dignité et de vénération (Psaume 103:13, 14). Nos prières devraient traduire l’intérêt que nous portons à la sanctification de son nom, que nous aspirons à voir lavé de tout l’opprobre dont il a été couvert. Oui, nous voulons que le nom de Jéhovah soit mis à part et tenu pour saint, ou sacré. — Psaumes 5:11 ; 63:3, 4 ; 148:12, 13 ; Ézékiel 38:23.
      “ Que ton royaume vienne. ”
      “ Que ton royaume vienne. ” Le Royaume représente la domination que Jéhovah exerce par l’intermédiaire du gouvernement céleste messianique qu’il a confié à son Fils, Jésus, et aux “ saints ” qui lui sont associés (Daniel 7:13, 14, 18, 27 ; Révélation 20:6). Bientôt, ce Royaume ‘ viendra ’ contre tous ceux sur la terre qui s’opposent à la souveraineté divine et il les fera disparaître (Daniel 2:44). Après cela, la volonté de Jéhovah sera faite sur la terre, comme elle l’est au ciel (Matthieu 6:10). Quelle joie ce sera pour toutes les créatures qui servent fidèlement le Souverain de l’univers !
       “ Donne-nous notre pain pour le jour selon les besoins du jour. ” En demandant à Jéhovah la nourriture “ pour le jour ”, nous montrons que nous ne cherchons pas à avoir abondance de biens, mais seulement de quoi satisfaire nos besoins quotidiens. Tout en comptant sur Dieu, nous travaillons et mettons à profit les moyens à notre disposition pour nous procurer la nourriture et les autres choses nécessaires à la vie (2 Thessaloniciens 3:7-10). Nous devrions évidemment remercier notre Bienfaiteur céleste, car c’est grâce à son amour, à sa sagesse et à sa puissance que nous avons tout cela. — Actes 14:15-17
       “ Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent. ” Étant donné que nous sommes imparfaits et pécheurs, il nous est impossible de nous conformer absolument aux normes parfaites de Jéhovah. Nous avons donc besoin de le prier de nous accorder son pardon en vertu du sacrifice rédempteur de Jésus. Mais pour que ‘ Celui qui entend la prière ’ applique le mérite de ce sacrifice à nos péchés, il nous faut également nous repentir et accepter toute discipline qu’il juge bon de nous administrer (Psaume 65:2 ; Romains 5:8 ; 6:23 ; Hébreux 12:4-11). Enfin, nous ne pouvons nous attendre à ce que Dieu nous pardonne que si nous “ avons remis à nos débiteurs ”, c’est-à-dire à ceux qui ont péché contre nous. — Matthieu 6:12, 14, 15.
       “ Ne nous fais pas entrer en tentation. ” Quand la Bible dit que Jéhovah fait telle ou telle chose, c’est parfois simplement pour dire qu’il permet qu’elle se produise (Ruth 1:20, 21). Ce n’est pas lui qui nous tente pour nous faire pécher (Jacques 1:13). Les tentations de commettre le mal viennent du Diable, de notre chair imparfaite et du monde. Satan est le Tentateur qui essaie par ses manœuvres de nous faire pécher contre Dieu (Matthieu 4:3 ; 1 Thessaloniciens 3:5). Lorsque nous prions Dieu de ‘ ne pas nous faire entrer en tentation ’, nous lui demandons en fait de ne pas permettre que nous cédions si nous sommes tentés de lui désobéir. Il peut nous indiquer la voie à suivre pour ne pas succomber ni nous laisser vaincre par Satan, le “ méchant ”. — Matthieu 6:13 ; 1 Corinthiens 10:13.
      Agissons en harmonie avec nos prières
      Comment pouvons-nous agir en harmonie avec les prières dans lesquelles nous demandons à être heureux en mariage et dans notre vie de famille?
      La prière modèle de Jésus aborde les points principaux, mais il y a toutes sortes de choses qui peuvent faire l’objet de nos prières. Ce peut être, par exemple, le désir d’être heureux en mariage ; ou bien celui de rester pur jusqu’au jour des noces. Dans ce cas, prions pour avoir de la maîtrise de soi. Mais soyons également conséquents avec nos prières en rejetant les lectures et les divertissements impurs. Soyons déterminés aussi à ‘ nous marier seulement dans le Seigneur ’. (1 Corinthiens 7:39 ; Deutéronome 7:3, 4.) Une fois mariés, ne nous contentons pas de prier pour être heureux : appliquons les conseils venant de Dieu. Si nous avons des enfants, aspirons-nous à les voir devenir de fidèles serviteurs de Jéhovah ? Alors, tout en priant dans ce sens, faisons tout notre possible pour leur inculquer les vérités divines en étudiant la Bible avec eux et en les emmenant régulièrement aux réunions chrétiennes. — Deutéronome 6:5-9 ; 31:12 ; Proverbes 22:6.
      Prions-nous pour que Dieu bénisse notre ministère ? Agissons en harmonie avec ces prières en participant de façon significative à la prédication du Royaume. Si nous prions pour avoir des occasions d’aider les autres à emprunter le chemin de la vie éternelle, ayons soin de bien prendre note des personnes qui manifestent de l’intérêt et soyons prêts à adapter notre programme pour y inclure des études bibliques. Enfin, si nous poursuivons l’objectif de devenir pionniers afin de prendre part à l’œuvre d’évangélisation à plein temps, allons dans le sens de nos prières en augmentant notre participation au ministère et en prêchant avec des pionniers. Nous montrerons ainsi que nous agissons en harmonie avec nos prières.
      Si nous servons Jéhovah fidèlement, nous pouvons être certains qu’il répondra aux prières conformes à sa volonté que nous lui adresserons (1 Jean 5:14, 15).. Faisant une comparaison avec l’odeur agréable de l’encens que les prêtres offraient dans le temple, la Parole de Dieu nous donne cette assurance : “ La prière des hommes droits est pour lui un plaisir. ” — Proverbes 15:8.
       

      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric, as tu déjà préparé le sujet des joyaux du 10 novembre concernant le but des sacrifices et offrandes, sachant que nous devons d'abord présenter le livre du Lévitique. Comment être concis?
      Le but des sacrifices et des offrandes.dot la Mer Morte.pps
      · 1 reply
    • Emma Rose

      Would a kind soul please help me with how to reply using the quote more than once.
      · 5 replies
    • Dee Gordon  »  T.B. (Twyla)

      HI TWYLA...DEE GORDON HERE.  WOULD LIKE  TO CHANGE MY EMAIL ADDRESS YOU SEND MY MEETING WORKBOOK TO.  I DON'T USE FACEBOOK BUT WOULD LIKE TO CONTINUE TO RECEIVE THE WORKBOOK INFO AND WATCHTOWER NOTES PLEASE . THIS ONE STILL RUNNING YOU HAVE ME SIGNED UP FOR...JUST THAT IT WOULD BE MORE CONVENIENT AT THIS TIME.
      · 2 replies
    • Eric Ouellet

      Apprenons à craindre Jéhovah
      “ La crainte de Jéhovah est le début de la sagesse. ” — PROVERBES 9:10.

      IL FUT un temps où dire de quelqu’un craignait Dieu était un compliment. Beaucoup jugent aujourd’hui désuète et illogique l’idée de craindre Dieu. " Pourquoi craindre Dieu s’il est amour?" s’étonnent-ils. C’est que la crainte est à leurs yeux un sentiment forcément négatif, voire paralysant. Or, la crainte de Dieu, la vraie, est bien autre chose que de la peur et, comme nous allons le voir, elle ne se résume pas à un sentiment.
       La Bible présente la crainte de Dieu sous un jour positif (Isaïe 11:3). Craindre Dieu, c’est éprouver envers lui un profond respect et désirer vivement ne pas lui déplaire (Psaume 115:11). C’est aussi accepter ses normes morales et s’y conformer strictement, appliquer dans notre vie ses critères du bien et du mal. Un ouvrage de référence indique que cette crainte salutaire exprime “ un rapport à Dieu, une disposition d’esprit dominante, qui incite à se conduire avec sagesse et à rejeter le mal sous toutes ses formes ”. La Bible dit d’ailleurs que “ la crainte de Jéhovah est le début de la sagesse ”. — Proverbes 9:10.
      La crainte de Dieu influe sur de nombreux domaines de l’existence. Outre la sagesse, elle favorise la joie, la paix, la prospérité, la longévité, l’espoir, la confiance (Psaume 2:11 ; Proverbes 1:7 ; 10:27 ; 14:26 ; 22:4 ; 23:17, 18 ; Actes 9:31). Elle est étroitement liée à la foi et à l’amour. Pour tout dire, elle touche tous les aspects de nos relations avec Dieu et avec les humains (Deutéronome 10:12 ; Job 6:14 ; Hébreux 11:7). Craindre Dieu, enfin, c’est avoir la ferme conviction que notre Père céleste se soucie de nous personnellement et qu’il est disposé à pardonner nos transgressions (Psaume 130:4). Il n’y a donc qu’aux pécheurs non repentants que Dieu devrait inspirer de la terreur. — Hébreux 10:26-31.
      APPRENONS À CRAINDRE DIEU
      Puisqu’il est indispensable de le craindre pour prendre de sages décisions et recevoir ses bénédictions, comment "apprendre à craindre Jéhovah"
      dans le bon sens du terme (Deutéronome 17:19) ? De nombreux exemples d’hommes et de femmes qui craignaient Dieu ont été consignés dans les Écritures “ pour notre instruction ”. (Romains 15:4.) Intéressons-nous à la vie de l’un de ces personnages, le roi David.
      Saül, le premier roi d’Israël, avait la crainte du peuple, mais pas la crainte de Dieu. Cela lui a valu d’être rejeté par Jéhovah (1 Samuel 15:24-26). David, lui, était un homme qui craignait vraiment Dieu ; sa vie et son intimité avec Jéhovah en témoignent. Les nombreuses nuits à la belle étoile qu’il avait passées dans sa jeunesse à faire paître les moutons de son père l’avaient certainement aidé à comprendre ce qu’est la crainte de Jéhovah (1 Samuel 16:11). De l’immense univers, il n’avait contemplé qu’une infime partie, mais cela lui avait suffi pour saisir l’essentiel : Dieu mérite respect et adoration. “ Quand je vois tes cieux, les œuvres de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as préparées, écrira-t-il plus tard, qu’est-ce que le mortel pour que tu penses à lui, et le fils de l’homme tiré du sol pour que tu t’occupes de lui ? ” — Psaume 8:3, 4.
      Il était normal que David soit impressionné quand il comparait sa petitesse à l’immensité des cieux étoilés. Mais, loin de l’effrayer, cette connaissance le portait à louer Jéhovah. “ Les cieux proclament la gloire de Dieu, a-t-il écrit ; et l’œuvre de ses mains, l’étendue l’annonce. ” (Psaume 19:1). Ce profond respect le rapprochait de Jéhovah ; il lui donnait envie d’apprendre ses voies parfaites et de les suivre. Percevez-vous les sentiments qui l’habitaient quand il chantait ce psaume : “ Tu es grand et tu fais des choses prodigieuses ; tu es Dieu, toi seul. Instruis-moi de ta voie, ô Jéhovah ! Je marcherai dans ta vérité. Unifie mon cœur pour craindre ton nom. ” — Psaume 86:10, 11.
      Quand les Philistins ont envahi le pays d’Israël, leur champion, Goliath, a provoqué les Israélites du haut de ses trois mètres. " Envoyez donc quelqu’un m’affronter en combat singulier ! les narguait-il. S’il me bat, nous serons vos serviteurs. " (1 Samuel 17:4-10). Saül et toute son armée étaient terrifiés. Mais pas David. S’il devait craindre quelqu’un, c’était Jéhovah, et non un homme, si fort soit-il. “ Je viens vers toi avec le nom de Jéhovah des armées, a-t-il lancé à Goliath. [...] Et toute cette assemblée saura que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que Jéhovah sauve réellement, car à Jéhovah appartient la bataille. ” Grâce à Jéhovah, une fronde et une pierre ont suffi à David pour abattre le géant. — 1 Samuel 17:45-47.
      Il peut arriver que nous nous trouvions devant des obstacles ou des ennemis aussi intimidants que ceux qu’a dû affronter David. Que faire alors ? Imiter David et d’autres fidèles du passé en s’armant de la crainte de Dieu. La crainte de Dieu l’emporte sur la crainte de l’homme. À ses compatriotes en butte à l’opposition, le fidèle Nehémia a adressé cette exhortation : “ N’ayez pas peur à cause d’eux. Souvenez-vous de Jéhovah le Grand et le Redoutable. ” (Nehémia 4:14). C’est parce qu’ils avaient son soutien que David, Nehémia et d’autres ont réussi à faire ce que Jéhovah attendait d’eux. Nous le pourrons également si nous craignons Dieu.
      Après celle sur Goliath, Jéhovah a accordé d’autres victoires à David. Jaloux, Saül a tenté de tuer le jeune homme, d’abord dans un geste de colère, puis par des moyens détournés, enfin en mobilisant toute une armée contre lui. Même si David avait reçu l’assurance qu’il serait roi, pendant des années il a dû fuir, se battre, et attendre le moment fixé par Jéhovah. Dans toutes ces situations, il ne s’est jamais départi de sa crainte du vrai Dieu. — 1 Samuel 18:9, 11, 17 ; 24:2.
      À un moment donné, David s’est réfugié auprès d’Akish, le roi de Gath, ville philistine d’où était originaire Goliath (1 Samuel 21:10-15). Les serviteurs d’Akish l’ont dénoncé comme ennemi. Comment a-t-il réagi à cette situation périlleuse ? Il s’est confié à Jéhovah de tout son cœur (Psaume 56:1-4, 11-13). Il s’est finalement sorti du guêpier en simulant la démence, mais il était bien conscient de devoir son salut à Jéhovah, qui avait béni son stratagème. David a prouvé qu’il craignait vraiment Dieu en plaçant toute sa confiance en lui. — Psaume 34:4-6, 9-11.
      À l’exemple de David, nous montrerons que nous craignons Dieu en ayant confiance en sa promesse de nous aider dans les épreuves. “ Roule ta voie sur Jéhovah, compte sur lui, et c’est lui qui agira ”, a affirmé David (Psaume 37:5). Cela ne veut pas dire qu’il faut mettre nos problèmes entre les mains de Jéhovah sans rien faire d’autre qu’attendre son intervention. David ne s’est pas contenté de prier et de voir venir. Il a cherché une solution à son problème en utilisant les capacités physiques et intellectuelles dont Jéhovah l’avait doté. Pour autant, il ne pensait pas que ses efforts d’humain suffiraient. Cette façon de voir devrait aussi être la nôtre. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir, puis laissons Jéhovah se charger du reste. Cela étant, il est fréquent que nous ne puissions rien faire d’autre que compter sur Jéhovah. C’est là que la crainte de Dieu revêt un caractère très personnel. Combien est réconfortante cette réflexion de David : “ L’intimité avec Jéhovah appartient à ceux qui le craignent. ” — Psaume 25:14.
      Il s’agit donc de ne pas banaliser nos prières et nos relations avec Dieu. Lorsque nous nous ‘ avançons ’ vers Jéhovah, nous devons “ croire qu’il est, et qu’il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent réellement ”. (Hébreux 11:6 ; Jacques 1:5-8.) Et quand il vient à notre aide, il nous faut, conformément au conseil de l’apôtre Paul, ‘ nous montrer reconnaissants ’. (Colossiens 3:15, 17.) Ne ressemblons jamais à ceux dont un chrétien oint expérimenté a dit : “ Ils prennent Dieu pour une sorte de garçon de café. Ils aimeraient qu’il réponde à un claquement de doigts dès qu’ils ont besoin de quelque chose, et qu’il disparaisse dès qu’ils ont eu ce qu’ils voulaient. ” Où est leur crainte de Dieu ?
      Le fait que Jéhovah l’ait secouru a augmenté la confiance et la crainte que David éprouvait envers lui (Psaume 31:22-24). Trois fois, cependant, David a mis notablement sa crainte de Dieu entre parenthèses, ce qui a eu des conséquences tragiques. La première fois, c’est quand il a décidé de faire transporter l’arche de l’alliance à Jérusalem sur un chariot, et non sur les épaules des Lévites comme le prescrivait la Loi. Ouzza, qui conduisait le chariot, a saisi l’Arche pour l’empêcher de tomber. Dieu l’a fait mourir sur le champ pour cet “ acte d’irrévérence ”. Certes, Ouzza avait commis un péché grave, mais c’est bien David qui, pour n’avoir pas respecté la Loi divine, était responsable de ce drame. Craindre Dieu suppose que l’on fasse les choses comme lui l’entend. — 2 Samuel 6:2-9 ; Nombres 4:15 ; 7:9.
      Une autre fois, sous l’impulsion de Satan, David a procédé au dénombrement des hommes de guerre en Israël (1 Chroniques 21:1). Là encore, il a cessé momentanément de craindre Dieu, ce qui a coûté la vie à 70 000 de ses compatriotes. Bien qu’il se soit repenti devant Jéhovah, lui et le peuple ont beaucoup souffert en la circonstance. — 2 Samuel 24:1-16
      C’est aussi parce qu’il avait oublié sa crainte de Dieu que David a couché avec Bath-Shéba, la femme d’Ouriya. David savait qu’il était mal, non seulement de commettre l’adultère, mais aussi de désirer la femme d’un autre (Exode 20:14, 17). Tout a commencé quand il a aperçu Bath-Shéba qui se baignait. La crainte de Dieu lui commandait de détourner son regard immédiatement et de maîtriser ses pensées. Mais il a manifestement ‘ continué à regarder ’, si bien que la passion l’a emporté sur sa crainte de Dieu (Matthieu 5:28 ; 2 Samuel 11:1-4). David a oublié que Jéhovah devait être présent dans tous les domaines de sa vie. — Psaume 139:1-7.
      De son adultère avec Bath-Shéba est né un fils. Peu après, Jéhovah a envoyé le prophète Nathân dénoncer le péché de David. Retrouvant la crainte de Dieu en même temps que la raison, celui-ci s’est repenti. Il a supplié Jéhovah de ne pas le rejeter et de ne pas lui retirer son esprit saint (Psaume 51:7, 11). Jéhovah lui a pardonné et a atténué le châtiment, mais il ne lui a pas épargné toutes les conséquences de ses actes. Le fils de David est mort ; les malheurs se sont succédé dans sa famille. Quel prix à payer pour avoir momentanément fait abstraction de la crainte de Dieu ! — 2 Samuel 12:10-14 ; 13:10-14 ; 15:14.
      Aujourd’hui de même, ne pas craindre Dieu dans le domaine de la moralité peut avoir des conséquences graves et durables. Imaginez la douleur de cette jeune femme qui découvre que son mari chrétien l’a trompée lors d’un déplacement professionnel à l’étranger. Choquée, anéantie par le chagrin, elle enfouit son visage dans ses mains et pleure toutes les larmes de son corps. Combien de temps faudra-t-il au mari infidèle pour regagner la confiance et le respect de sa femme ? Des situations aussi pénibles peuvent être évitées grâce à la crainte de Dieu. — 1 Corinthiens 6:18.
      Satan détruit les valeurs morales de la société humaine les unes après les autres, et il cherche particulièrement à corrompre les vrais chrétiens. Pour ce faire, il exploite le chemin le plus direct vers le cœur et l’esprit : nos sens, avec une prédilection pour l’ouïe et la vue (Éphésiens 4:17-19). Comment réagissez-vous quand, involontairement, vous vous trouvez exposé à des images ou à des paroles obscènes, ou encore en présence d’individus immoraux ?
      Voyez le cas d’André. Cet ancien et père de famille est médecin dans un pays d’Europe. Quand il était de garde de nuit à l’hôpital, des collègues féminines avaient pris l’habitude d’épingler sur son oreiller des mots doux ornés de petits cœurs pour l’inviter à coucher avec elles. André s’interdisait résolument d’accorder la moindre pensée à ces avances. Mieux, pour se soustraire à cet environnement malsain, il a changé d’établissement. Sa crainte de Dieu s’est révélée sage et lui a valu des bénédictions, puisqu’il effectue aujourd’hui une partie de ses activités au siège des Témoins de Jéhovah de son pays.
      Troquer nos précieuses relations avec Jéhovah contre quelque chose auquel nous n’avons pas droit : voilà où nous risquons d’en arriver en cultivant de mauvaises pensées (Jacques 1:14, 15). Si nous craignons Jéhovah, en revanche, nous nous tiendrons éloignés — et même nous nous écarterons délibérément — des gens, des lieux, des activités ou des divertissements qui pourraient nous faire baisser notre garde (Proverbes 22:3). Quel que soit l’inconvénient ou le sacrifice que cela implique, il n’est rien à côté de la perte de la faveur divine (Matthieu 5:29, 30). La crainte de Dieu nous commande de ne jamais nous exposer intentionnellement à quoi que ce soit d’immoral — à commencer par la pornographie sous toutes ses formes —, mais aussi de faire en sorte que nos yeux “ passent sans s’arrêter à la vue de ce qui n’est que néant ”. Soyons convaincus que Jéhovah, alors, nous ‘ gardera en vie ’ et nous donnera tout ce dont nous avons réellement besoin. — Psaume 84:11 ; 119:37.
       Assurément, c’est toujours faire preuve de sagesse que de laisser la crainte de Dieu dicter nos actions. C’est aussi la source du vrai bonheur (Psaume 34:9)

      · 3 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,168
    • Total Posts
      124,987
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,745
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    tamariusroach
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.