Jump to content
The World News Media

Recommended Posts

  • Member
Maybe we finally have this City of Refuge thing down pat after yesterday's study article. The way the Law had it, the accidental manslayer had to flee to one of the six cities of refuge, where his case would be heard. If the 'avenger of blood' (closest relative of the deceased) killed him before he got there, he was guiltless. He might simply have lost it. Or he might figure there wouldn't have been an accident if the fellow had been more careful or not neglected safety. (aspects of safety on the job were also considered, as in 'What can we learn from this?')
 
BUT some have said that he could not do otherwise. He MUST put the killer to death. It is not his prerogative to overlook or forgive, because principles greater than just a matter between two humans come into play. Still, it is hard to believe that a man, bereaved himself, would HAVE TO put to death someone, maybe a close friend or even a relative, who had accidentally taken a life.
 
How does the following work as a compromise? The killer MUST flee to one of the cities of refuge - that much is clear. Why couldn't the avenger of blood take his sweet time in his 'pursuit' - or even walk there with him, if he was really a close chum? Our minds are skewed by the picture in the Watchtower decades ago of the manslayer running for all he is worth with the avenger hot on his heals. Who is to say it was always (or even usually) like that?
 
The death was an accident. The city of refuge was a place where one might live a normal, productive and rewarding life. It was not a prison. But suppose the manslayer refused to go there, insisting he didn't have to, insisting he was 'guiltless' because he didn't mean to do what he did?
 
THEN he would be put to death, not just for the accidental killing itself, or even primarily, but for the greater crime of thumbing his nose at God, for it is his arrangement. Put to death BY WHO becomes secondary. Maybe the avenger of blood. But if the avenger simply couldn't find it within himself to do it, it is hard to believe there would not be a posse or something to help him out or even take it off his hands.
 
Of course, if the real sin is thumbing one's nose at God, the avenger would probably be incensed over THAT and would possibly 'rise to the occasion' on that count, whereas the death itself he would be willing to forgive.
 
Does it work?
Link to post
Share on other sites

  • Views 682
  • Replies 26
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Maybe we finally have this City of Refuge thing down pat after yesterday's study article. The way the Law had it, the accidental manslayer had to flee to one of the six cities of refuge, where his case would be heard. If the 'avenger of blood' (closest relative of the deceased) killed him before he got there, he was guiltless. He might simply have lost it. Or he might figure there wouldn't have been an accident if the fellow had been more careful or not neglected safety. (aspects of safety on th

I agree with the comment by JWI on the speculative nature of scenarios in connection with the cities of refuge. I haven't investigated cities of refuge in a historical context simply because reliable information seems rather scant. Apart from the setting out the provision in Exodus, Numbers, Deuteronomy, and Joshua,, there doesn't appear to be any reference to the use of the provision in the Hebrew Scriptures, like for example, the cameo appearance of Ruth with reference to the provision of

Hey, does anyone remember that Twilight Zone episode where the driver strikes and kills the kid? -obviously and accident. His wife remarks over dinner how horrible it is that the unknown driver did not turn himself in, and is puzzled by her husband's agitation. His car begins to haunt him. It wakes him up out of a sound sleep with blaring horn. (as a child, it was spooky as all get-out!) He tells his wife the next morning that he will walk to work, since the car has been acting funny. She is ama

Posted Images

  • Member

Hey, does anyone remember that Twilight Zone episode where the driver strikes and kills the kid? -obviously and accident. His wife remarks over dinner how horrible it is that the unknown driver did not turn himself in, and is puzzled by her husband's agitation. His car begins to haunt him. It wakes him up out of a sound sleep with blaring horn. (as a child, it was spooky as all get-out!) He tells his wife the next morning that he will walk to work, since the car has been acting funny. She is amazed to see the garage door open, and the car follows him - he panics and falls. The car stops inches from crushing his head. The passenger door opens. He gets in and it drives him presumably to the police station to confess. The car is the avenger of blood!!

Link to post
Share on other sites
  • Member
On 1/15/2018 at 7:16 AM, TrueTomHarley said:

The death was an accident. The city of refuge was a place where one might live a normal, productive and rewarding life. It was not a prison. But suppose the manslayer refused to go there, insisting he didn't have to, insisting he was 'guiltless' because he didn't mean to do what he did?

My father was in one of the assembly dramas back in 1967. Brother Glass had worked out this "play" with the Gilead students and produced the one-hour skit that was recorded by him and the Gilead students and a couple of other Bethelites with good voices (especially from the other primary instructors: Maxwell Friend, Harold Jackson, Karl Adams, Bert Schroeder). I remember that we attended two assemblies that year because of the drama. I was baptized at the first one.

Those dramas had just started in '66 (Aachan and the theft of contra-"ban" at Ai) and that year they had learned that subtle gestures don't show up well in large stadium audiences, so they taught everyone to over-gesture (and gesticulate) so hard that everyone was karate-chopping the air with every syllable so you knew who was speaking.

But the only thing I remember from the content was that it was used to show that everyone should stay in the protection of Jehovah's arrangement for security (the organization) or they would die. That we are all blood-guilty even if just "accidentally" so, through the sin of Adam, and that we must remain until the "high priest dies" but that he already died in 33 CE, so we are no longer bloodguilty, but we need to stay put anyway.

Of course, that wasn't the whole story, but it definitely was NOT mined for treasures or gems the way that more recent discussions have done (including yesterday's WT study).

I was also thinking that it highlighted safety issues, and it also did something else that isn't mentioned anywhere as far as I know. It's not just to provide a cooling-off period for the avenger who would be tempted to avenge potentially innocent manslaughter ("innocent" in the sense of unintentional). It's also a loving provision for the families who would have to continue to live and work next to the person responsible for such trauma and pain. Defending honor has developed into some terrible practices around the world, including Hatfield and McCoy style feuds that can go on for a century or more. I saw the play Hamilton last year which means I know even less about U.S. History now than I did before, but it showed a facet of dueling that I wasn't aware of, wherein, persons could use it for personal revenge, or purposely arrange to "miss" so as to forgive.

Last year, I spent several days over the course of a week at the British Museum and asked if I could find information on other nations that were known to have sanctuary cities or cities of refuge. The answer was surprising, and got to read one of the recent books they had from David P. Wright and a couple articles in the JBL, including Jeffrey Stackert. 

  • Why Does Deuteronomy Legislate Cities of Refuge? Asylum in the Covenant Collection (Exodus 21:12-14) and Deuteronomy (19:1-13) Author(s): Jeffrey Stackert Source: Journal of Biblical Literature, Vol. 125, No. 1 (Spring, 2006), pp. 23-49

The book by Wright would be very controversial for most of us.

Link to post
Share on other sites
  • Member

Something similar happens when you put out a contract to have someone killed, when you are too old or disinclined to do it yourself.

Your "hit man" does your bidding, but it can be traced back to you.

So you get a second "hit man" to bump off the first one.

Then you get a third one to off the second one, etc., etc.

..... but ultimately, it's free !

By the way, with the Hatfields and McCoys, the reason that stopped their feuding is the Hatfields, most of them I am told, became Jehovah's Witnesses. It may or may not be true, as I have forgotten where I got that info ... so just consider it an old man's fairy tale.

However, I had the distinct pleasure of dancing with Libby Hatfield, of Chattaroy, West Virginia, at a "gathering" in Roanoke, Virginia., circa 1976.

THAT ... I remember.

 

Link to post
Share on other sites
  • Member

Someone also made a point that if the accidental manslayer was a son, still living at home, who killed his brother, then the next of kin to be the blood avenger would have been the father of the two boys. However, the whole family of the "guilty" son could go with him to the city of refuge, including the father of course. This shows that it wasn't about the avenging of blood as such, but more about respecting Jehovah's institution of the "refuge", on both the part of the manslayer, and the avenger of blood. In this case, one can imagine the whole family, including the manslayer and the avenger of blood walking together to the city of refuge.

Link to post
Share on other sites
  • Member
33 minutes ago, Anna said:

Someone also made a point that if the accidental manslayer was a son, still living at home, who killed his brother, then the next of kin to be the blood avenger would have been the father of the two boys. However, the whole family of the "guilty" son could go with him to the city of refuge, including the father of course.

Sounds interesting, but isn't it all just speculation?

Link to post
Share on other sites
  • Member
On 1/15/2018 at 12:16 PM, TrueTomHarley said:

But suppose the manslayer refused to go there, insisting he didn't have to, insisting he was 'guiltless' because he didn't mean to do what he did?

I agree with the comment by JWI on the speculative nature of scenarios in connection with the cities of refuge. I haven't investigated cities of refuge in a historical context simply because reliable information seems rather scant.

Apart from the setting out the provision in Exodus, Numbers, Deuteronomy, and Joshua,, there doesn't appear to be any reference to the use of the provision in the Hebrew Scriptures, like for example, the cameo appearance of Ruth with reference to the provision of "levirate" marriage.

There is a lot of what I term as higher-critical gobbledegook on the matter, but really only of some academic interest (to me). Perhaps, rather like the Sabbath Year and Jubilee provisions, there was little adherence to the legislated procedure over the years. (Compare Jer.2:34 "Even your skirts are stained with the blood of the innocent poor ones, though I did not find them in the act of breaking in")

Anyway, with regard to TTH's comment, this manslayer, self assessesed as "guiltless", has rather missed the point. Where human blood has been shed there is no "guiltlessness" as the basis for the Mosaic provision makes clear at Genesis 9:5-6. Anyone of that opinion was not thinking in harmony with Jehovah God's view of the matter of shedding human blood in any circumstance, and would be putting themselves greatly at risk of an execution of judgement without mercy.

Link to post
Share on other sites
  • Member
On 1/15/2018 at 12:11 PM, JW Insider said:

The book by Wright would be very controversial for most of us.

Why?

On 1/15/2018 at 12:11 PM, JW Insider said:

asked if I could find information on other nations that were known to have sanctuary cities or cities of refuge.

Not exactly the same, but in The Hunchback of Notre Dame by Dumas ('dumb ass', per Shawshank Redemption) almost an entire chapter is devoted to 'ayslum'' Anybody, no matter how vile their deed, could flee to a section of the huge church and, as long as they stayed there, they were untouchable. They would not be turned over.

 

On 1/15/2018 at 12:11 PM, JW Insider said:

good voices (especially from the other primary instructors: Maxwell Friend

I always thought - dare I say it? - that Friend's voice distracted in that it was so Shakesperian. 

I met him in our Kingdom Hall because he was friends with someone in the sister congregation. I was not happy to see him unexpectedly, because I had a part that night and I was insufficiently prepared. I needn't have worried. I had done these Q and A's before, and this part went smoothe. He sat in the audience like everyone else. He raised his hand for a question. I called on him and he answered like everyone else - not some uber profound answer from a Gilead instructor. Just a plain vanilla answer that any reasonably spiritual person might give.

Link to post
Share on other sites
  • Member
1 hour ago, TrueTomHarley said:

I always thought - dare I say it? - that Friend's voice distracted in that it was so Shakesperian. 

I was IN his congregation for 3 years. I had originally been assigned to the Bronx which I loved, but when I had extra assignments at work, I was ultimately transferred to the BH congregation where he also attended. I once interviewed him (taped) for about an hour with a list of questions that he mostly wrote himself. I liked him, but I agree that his voice was over-the-top. I mentioned Harold Jackson in my list of drama voices. He actually was rarely used due to a "country" accent. Sydlik had the kind of voice for dramas and he was often used alongside Maxwell Friend. People thought Sydlik was too much "Brooklyn" for doing the voice of God. I heard someone make fun of his drama voice once saying: "Hey youz gize down thayer!"

1 hour ago, TrueTomHarley said:
On 1/15/2018 at 12:11 PM, JW Insider said:

The book by Wright would be very controversial for most of us.

Why?

Wright and Stackert, too, saw the same thing that G.Fishing mentioned. There is very little actual information about how this was put into practice. Because of this, in large part, they considered it to be an idealized legal concept that had solely a literary source, but may not have been practiced. I don't buy this completely because the ideal city locations were designated for an obvious practical purpose, along with the reminder to keep roads clear for the practical purpose of getting there. I also think it was practical in the sense that it didn't waste tax dollars for jails. The taxes were given to the priests, and the priests were given walled cities and farmland. The six cities of refuge were also chosen from the priestly cities, 5 Levitic, and 1 Aaronic, if I remember correctly. Instead of a local judge who had a higher likelihood of being related to one of the families involved in the manslaughter dispute, a priest was also educated, knew the law, had extra room, for a "jail," and could always use extra help. To me, all this goes to practicality, and therefore I suspect, something that was at least sometimes put into practice.

Of course, this isn't proof. It's hardly evidence for that matter. Also, there is nothing wrong with a law that was included because it showed the best way to handle justice for accidental manslaughter, even if the Jewish nation themselves didn't take advantage of it.

Wright was the one who found some additional material that I can't explain within our current perspective about the Mosaic Law. I'll go on if someone asks.

Link to post
Share on other sites
  • Member
6 hours ago, JW Insider said:

Sounds interesting, but isn't it all just speculation?

Ya, you know I love speculation :D But apparently (according to the WT) some Jewish sources say the fugitive could bring his family with him/her. So if that is true, and I don't see why it shouldn't be as why would Jehovah want to separate a husband from his wife and children for example, then it stands to reason a young man who had to flee because he accidentally killed his brother living under the same roof with the parents would not necessarily have to be severed from his family. So if that was the case, then why make a "show" of fleeing, if your family was going to join you anyway? And if one member of that family was to be the avenger of blood, would he make a "show" of staying behind just till you made it to the city, and then join you later?

The law was that the avenger of blood was not allowed to touch the fugitive in the city of refuge, it says nothing about the avenger of blood not being able to live in the same city does it?

Link to post
Share on other sites
  • Member
1 minute ago, Anna said:

But apparently (according to the WT) some Jewish sources say the fugitive could bring his family with him/her.

There are many Jewish sources which are merely additional types of speculation. The speculation is perhaps a bit more likely to be of interest because Jewish sources have often been speculating on such things for a much longer period of written history than any so-called Christian sources. Many, historically, have had the advantage of speculating in the same language the Bible was written in and therefore have noticed nuances of language that most of us would miss. Often the same so-called advantages have led them astray, too. Looking through the Babylonian Talmud for early commentary on various subjects, for example, one might find answers relying on numerology and/or gematria. One also finds pure contradiction in some of the ancient Jewish traditions. For example, paraphrasing (but not by much):

  • Rabbi so-and-so said this means one thing, and Rabbi thus-and-such said this means the opposite.

 

Link to post
Share on other sites
  • Member
2 hours ago, JW Insider said:

There are many Jewish sources which are merely additional types of speculation. The speculation is perhaps a bit more likely to be of interest because Jewish sources have often been speculating on such things for a much longer period of written history than any so-called Christian sources. Many, historically, have had the advantage of speculating in the same language the Bible was written in and therefore have noticed nuances of language that most of us would miss. Often the same so-called advantages have led them astray, too. Looking through the Babylonian Talmud for early commentary on various subjects, for example, one might find answers relying on numerology and/or gematria. One also finds pure contradiction in some of the ancient Jewish traditions. For example, paraphrasing (but not by much):

  • Rabbi so-and-so said this means one thing, and Rabbi thus-and-such said this means the opposite.

 

True of course. But I didn't want to focus so much on whether Jewish sources were always reliable, but in this case it would make sense because the point of the cities of refuge was not punishment, but rather a merciful provision for those who otherwise would have to be executed, because that was the law, regardless whether it was accidental or not. It would make no sense for example  if the accidental manslayer was a wife, and  her husband and dependent children would have to abandon her. I don't think the point of this law was to break up families.There are so many other  scenarios one could think of, that obviously could not all be covered by the law in detail, so the law must have been applied in principle. This wasn't even my observation but a friend of TTH suggested that the father of a fugitive son who had accidentally killed his brother would be allowed to go with him. It made sense to me....

Link to post
Share on other sites
  • Similar Content

    • By The Librarian
      103-113-Safety.mp3
      Safety by Judge Rutherford
      Convention Columbus OH 9/18/1937
       
    • By James Thomas Rook Jr.
      WHY would Jehovah's Witnesses reject Government  calls for Independent Inquiry into sexual abuse?


    • By JOHN DAVIS
      WHAT DO THE INNER ROOMS REPRESENT? AND WHY IS IT IMPORTANT WE REMAIN OBEDIENT RIGHT NOW AT THIS TIME?
    • By Outta Here
      De.19:15 is pretty explicit:
      “No single witness may convict another for any error or any sin that he may commit. On the testimony of two witnesses or on the testimony of three witnesses the matter should be established."
      However, increasingly, De.22:25-27 is set against this requirement as a justification for relaxing the 2 witness requirement in modern cases of abuse.
      "“If, however, the man happened to meet the engaged girl in the field and the man overpowered her and lay down with her, the man who lay down with her is to die by himself, and you must do nothing to the girl. The girl has not committed a sin deserving of death. This case is the same as when a man attacks his fellow man and murders him. For he happened to meet her in the field, and the engaged girl screamed, but there was no one to rescue her."
      The witness absence factor is compared to a case of murder. We know there were provisions in Israel for this in the form of the cities of refuge procedures (Nu.35:10-32, where the single witness prohibition is stated at v30), and the bloodguilt removal procedure in the complete absence of a perpetrator as outlined at De.21:9.
      With regard to the sexual crime, further procedures were in place in which Jehovah's participation as a witness was invited. These are outlined at Nu.5:11-31. Obviously, Jehovah can serve as a witness in the case of secret sin of this nature (2Sam.11:27) without invoking a ritual,  because he is aware of these things. 
      Does anyone know of instances in Jewish history or commentaries where the matter outlined in De.22:25 was handled appropriately?
    • Guest Nicole
    • By James Thomas Rook Jr.
      Has the Society ever ruled on what happens if a man or woman abandons their spouse forever ... is the one abandoned stuck forever ?
    • By Bible Speaks
      A New World of Justice
      The Bible tells us what kind of rulership we can expect, rulership that all righthearted individuals now long for. Psalm 145:16 will then find fulfillment in its completest sense: “You [Jehovah God] are opening your hand and satisfying the desire of every living thing.”
      Moreover, Isaiah 32:1 says: “Look! A king [Christ Jesus in heaven] will reign for righteousness itself; and as respects princes [Christ’s earthly representatives], they will rule as princes for justice itself.” 
      Regarding the King Jesus Christ, Isaiah 9:7 foretells: “To the abundance of the princely rule and to peace there will be no end, upon the throne of David and upon his kingdom in order to establish it firmly and to sustain it by means of justice and by means of righteousness, from now on and to time indefinite. The very zeal of Jehovah of armies will do this.” 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
       
      IMG_1281.mov
      Two pictures each moving and a GIF 

    • By Bible Speaks
      "With humility consider others superior to you."—Phil. 2:3.
      Imitate Jesus’ Humility and Tenderness
      “Christ suffered for you, leaving a model for you to follow his steps closely.”—1 PET. 2:21.
      WE TEND to imitate those whose personality and ways we admire. Of all the humans who have walked the earth, no one is more worthy of imitation than Jesus Christ. Why is that? Jesus himself once said: “Whoever has seen me has seen the Father also.” (John 14:9) 
      Jesus reflects his Father’s personality so perfectly that observing the Son is like seeing the Father. Therefore, as we imitate Jesus, we draw closer to Jehovah, the greatest Personage in the universe. What a reward for imitating the qualities and ways of his Son!
      How, though, can we know what Jesus is like? Thankfully, we have an inspired written portrait of Jesus. Jehovah provided that record, as found in the Christian Greek Scriptures, because he wants us to become acquainted with his Son so that we can imitate him. (Read 1 Peter 2:21.) 
      In the Bible, the example Jesus left is compared to “steps,” or footprints. In effect, Jehovah is telling us to walk behind Jesus and match our steps to his. 
      Of course, Jesus left a perfect example for us, and we are far from perfect. But Jehovah does not expect us to follow Jesus’ steps perfectly. 
      Rather, the Father expects us to imitate his Son to the best of our ability as imperfect humans.



    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      ST. LOUIS, Feb. 28, 2017 /PRNewswire-USNewswire/ -- A few years ago, Julie Jones witnessed the respect Mercy employees have for the different backgrounds of others after the unexpected death of a co-worker.
      This co-worker was from India and of the Hindu faith. Since his family had few financial resources, co-workers raised money to transport his body back to India for a proper burial. They also held a prayer service with his team members, which included a chant for peace performed by other co-workers of the Hindu faith.
      "It was one of those moments where I felt so proud to be part of Mercy because we helped him have a proper burial and our interfaith prayer offered comfort," said Jones, vice president of mission and ministry at Mercy.
      As the fifth largest Catholic health care system in the nation serving multiple states, Mercy treats patients and hires employees from diverse backgrounds and religious beliefs. At many of Mercy's facilities, religious texts are available for different religions.
      Here are several examples of how Mercy has embraced people from different faith traditions and cultures:
      Culturally and religiously sensitive care:
      During Ramadan — a month-long period of strict fasting from sunrise to sunset for Muslims — Mercy dietitians have worked with patients to ensure they respect their traditions while receiving the necessary nutrients.
      Mercy provides advance directives and declination of blood product forms as requested since many Jehovah's Witnesses do not believe in accepting blood products.
      Prayer requests:
      A non-denominational Christian woman loved to go to church on Sundays, but was unable to since she was hospitalized and was dying from cancer. Mercy co-workers arranged for her church to come to the hospital and perform a church service.
      Practicing Muslims are required to pray several times per day. Some Mercy facilities have found designated spaces for patients, families and Mercy co-workers to have a private place to pray.
      Many of Mercy's facilities offer battery-operated Shabbat candles, which are lit on Fridays before sunset to welcome in the Jewish Sabbath.
      End-of-life traditions:
      In one Mercy community, a man of American Indian descent was in the intensive care unit and was dying. The Mercy team arranged to have a medicine man come to the hospital and lead a ceremony with family.
      Mercy has assisted Buddhist families in the ritual cleaning of a patient's body prior to death.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
    • By Jack Ryan
      If we should "get out of Babylon the Great" then why is it ok to go into hospitals that have been set up, and have funding from Churches? Such as Mercy hospitals or Catholic Healthcare West or Methodist hospitals etc....
      Isnt that a little contradictory or hypocritical?




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Que nos sacrifices de paix venant du coeur soit pur aux services de Dieu
      Le Lévitique a été écrit il y a 3 500 ans, mais Jéhovah l’a préservé pour nous instruire  (Rom. 15:4). Ce livre nous aide à comprendre ce que Jéhovah pense et ressent. Nous devrions donc nous y intéresser de près. En fait, nous pouvons tirer beaucoup de leçons de ce livre inspiré de Dieu. Examinons-en quatre.
      COMMENT OBTENIR L’APPROBATION DE JÉHOVAH
      Première leçon : nous devons avoir l’approbation de Jéhovah si nous voulons qu’il accepte nos sacrifices. Chaque année, le jour de la Réconciliation, la nation d’Israël se rassemblait et des sacrifices d’animaux étaient offerts. Ces sacrifices rappelaient aux Israélites qu’ils avaient besoin d’être purifiés de leurs péchés. Mais avant d’entrer dans le Très-Saint avec du sang provenant des sacrifices, le grand prêtre devait d’abord accomplir une autre tâche, une tâche dont l’objectif était bien plus important que le pardon des péchés de la nation.
      (Lire Lévitique 16:12, 13.) Imagine la scène : Nous sommes le jour de la Réconciliation. Le grand prêtre entre dans le tabernacle. C’est la première des trois fois où il va entrer dans le Très-Saint ce jour-là. Dans une main, il tient un récipient contenant de l’encens parfumé, et dans l’autre un récipient à feu en or rempli de braises. Il s’arrête un instant devant le rideau du Très-Saint. Puis, avec un profond respect, il entre et va se placer devant l’arche de l’Alliance. De façon figurée, il se trouve en présence de Jéhovah lui-même ! Puis il verse avec soin l’encens sacré sur les braises, et la pièce se remplit d’un parfum délicat. Plus tard, il va de nouveau entrer dans le Très-Saint avec du sang provenant des sacrifices pour le péché. Remarque qu’il brûle l’encens avant de présenter le sang des sacrifices pour le péché
      Qu’apprenons-nous de ce que le grand prêtre devait faire avec l’encens le jour de la Réconciliation ? La Bible montre que, pour Jéhovah, les prières de ses fidèles adorateurs sont comparables à de l’encens (Ps. 141:2 ; Rév. 5:8). Comme nous venons de le voir, c’était avec un profond respect que le grand prêtre apportait l’encens jusque devant l’arche de l’Alliance, qui symbolisait la présence de Jéhovah. De la même façon, quand nous nous approchons de Jéhovah par la prière, nous le faisons avec beaucoup de respect. Nous sommes très reconnaissants au Créateur de l’univers de nous permettre de nous approcher de lui comme un enfant le fait avec son père (Jacq. 4:8). Il accepte que nous soyons ses amis ! (Ps. 25:14). Nous apprécions tellement cet honneur que nous ne voudrions jamais le décevoir.
      Souviens-toi que le grand prêtre devait brûler l’encens avant de pouvoir offrir les sacrifices. Ainsi, il faisait le nécessaire pour avoir l’approbation de Dieu au moment où il les offrirait. Qu’est-ce que cela nous apprend au sujet de Jésus ? Avant de pouvoir offrir sa vie en sacrifice, il a fallu qu’il fasse quelque chose d’essentiel, dont l’objectif était bien plus important que le salut des humains. Qu’a-t-il dû faire ? Il a dû rester fidèle à Dieu et obéir à ses commandements durant toute sa vie sur terre, ce qui permettrait à Jéhovah d’accepter son sacrifice. En restant intègre, Jésus prouverait qu’accomplir la volonté de Jéhovah est la meilleure façon de vivre. Et il justifierait la souveraineté de son Père : il apporterait la preuve que sa façon de gouverner est bonne et juste.
      Durant sa vie sur la terre, Jésus a toujours obéi parfaitement aux normes de Jéhovah. Aucune tentation ni aucune épreuve, ni même la mort atroce qui l’attendait, n’a pu affaiblir son désir de défendre la façon de gouverner de son Père (Phil. 2:8). Dans l’épreuve, Jésus priait « avec des cris puissants et des larmes » (Héb. 5:7). Ses prières intenses venaient d’un cœur fidèle à Dieu, et elles renforçaient son désir de lui rester obéissant. Pour Jéhovah, les prières de Jésus étaient comme le parfum délicat de l’encens. Par sa façon de vivre, Jésus a grandement réjoui le cœur de son Père et a justifié sa souveraineté.
      Nous imiterons Jésus en faisant le maximum pour rester fidèles à Jéhovah et obéir à ses lois. Et dans l’épreuve, comme nous voulons lui plaire, nous le supplierons de nous aider. Nous montrerons alors que nous soutenons sa souveraineté. Nous savons qu’il ne répondra pas à nos prières si nous avons une conduite qu’il n’approuve pas. Cependant, si nous respectons ses normes, nous pouvons être sûrs que nos prières sincères seront pour lui comme de l’encens au parfum délicat. Nous pouvons également être certains que notre fidélité et notre obéissance réjouiront notre Père céleste (Prov. 27:11).
      NOUS SERVONS DIEU PAR RECONNAISSANCE ET PAR AMOUR
      Deuxième leçon : nous servons Jéhovah parce que nous éprouvons pour lui de la reconnaissance. Pour développer cette idée, parlons des sacrifices de paix, un autre aspect important du vrai culte dans l’ancien Israël. Dans le livre du Lévitique, nous apprenons qu’un Israélite pouvait offrir un sacrifice de paix « pour exprimer sa reconnaissance » à Dieu (Lév. 7:11-13, 16-18). Il offrait ce sacrifice, non pas parce qu’il était obligé de le faire, mais parce qu’il le voulait. Il s’agissait donc d’un sacrifice qu’une personne faisait volontairement parce qu’elle aimait son Dieu, Jéhovah. Cette personne ainsi que sa famille et les prêtres mangeaient ensuite la viande de l’animal sacrifié. Mais certaines parties de l’animal étaient réservées exclusivement à Jéhovah. Lesquelles ?
      Troisième leçon : par amour pour Jéhovah, nous lui donnons ce que nous avons de meilleur. Jéhovah considérait la graisse comme la meilleure partie de l’animal. Il a aussi fait savoir que d’autres parties de l’animal, comme les rognons, étaient particulièrement précieuses pour lui (lire Lévitique 3:6, 12, 14-16). Cela lui faisait donc très plaisir quand un Israélite lui offrait volontairement ces parties de l’animal et la graisse. Cet Israélite montrait qu’il désirait vraiment lui offrir le meilleur. De la même façon, Jésus a offert à Jéhovah ce qu’il avait de meilleur en le servant de toute son âme et par amour (Jean 14:31). Pour Jésus, faire la volonté de son Père était un plaisir ; il avait un amour profond pour la loi de Dieu (Ps. 40:8). Comme cela a dû réjouir Jéhovah de voir son Fils le servir avec autant d’enthousiasme !
      Comme ces sacrifices de paix, notre service pour Jéhovah est une façon de lui montrer ce que nous ressentons pour lui. Nous lui donnons ce que nous avons de meilleur, et nous le faisons parce que nous l’aimons de tout notre cœur. Comme cela doit le réjouir de voir des millions de personnes le servir avec plaisir parce qu’elles ont un profond amour pour lui et pour ses normes ! Cela nous réconforte de savoir que Jéhovah voit non seulement nos actions, mais aussi nos mobiles, et qu’il y accorde de la valeur. Par exemple, si tu es âgé et que tu ne peux plus en faire autant qu’avant, sois certain que Jéhovah comprend tes limites. Tu penses peut-être que tu n’as pas grand-chose à lui offrir. Mais lui, il voit que ton profond amour pour lui te pousse à faire ce que tu peux. Il accepte avec plaisir ce que tu as de mieux à lui donner.
      Que nous apprennent les sacrifices de paix ? Alors que le feu consumait les meilleures parties de l’animal, la fumée s’élevait vers le ciel et cela faisait très plaisir à Jéhovah. Tu peux donc être sûr que Jéhovah est vraiment content de toi quand tu fais tout ce que tu peux pour le servir (Col. 3:23). Imagine son sourire d’approbation. Il considère comme très précieux les efforts que tu fournis à son service, qu’ils soient grands ou petits, et il ne les oubliera jamais (Mat. 6:20 ; Héb. 6:10).
      JÉHOVAH BÉNIT SON ORGANISATION
      Quatrième leçon : Jéhovah bénit la partie terrestre de son organisation. Rappelle-toi ce qui est arrivé en 1512 avant notre ère, quand le tabernacle a été dressé au pied du mont Sinaï (Ex. 40:17). Moïse a présidé une cérémonie durant laquelle Aaron et ses fils ont été établis prêtres. La nation d’Israël s’était rassemblée pour voir les prêtres présenter leurs premiers sacrifices (Lév. 9:1-5). Comment Jéhovah a-t-il montré qu’il approuvait cette nouvelle prêtrise ? Alors qu’Aaron et Moïse bénissaient le peuple, Jéhovah a fait descendre du ciel un feu qui a complètement consumé le sacrifice sur l’autel (Lévitique 9:23,24)
      Dans quel objectif Jéhovah a-t-il provoqué ce spectacle impressionnant à la fin de la cérémonie durant laquelle Aaron a été établi grand prêtre ? Il voulait montrer par là qu’il soutenait pleinement la prêtrise aaronique. Et les Israélites ont clairement vu qu’elle avait son approbation. Ils avaient donc toutes les raisons de la soutenir eux aussi. Est-ce important pour nous de savoir cela ? Oui ! La prêtrise en Israël n’était qu’une « ombre » d’une prêtrise bien meilleure. Le Christ est le Grand Prêtre par excellence et 144 000 humains seront prêtres et rois à ses côtés au ciel (Héb. 4:14 ; 8:3-5 ; 10:1).
      En 1919, Jésus a choisi un petit groupe de frères oints pour former l’« esclave fidèle et avisé ». Cet esclave dirige la prédication et donne aux disciples du Christ « leur nourriture au bon moment » (Mat. 24:45). Avons-nous des preuves que Dieu l’approuve
      Satan et son monde font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher cet esclave d’assumer ses responsabilités, à tel point que, sans l’aide de Dieu, il n’y arriverait pas. Toutefois, malgré deux guerres mondiales, des persécutions incessantes, des crises économiques mondiales et des traitements injustes, il continue de fournir de la nourriture spirituelle aux disciples du Christ sur la terre. Pense à toute la nourriture spirituelle qui est aujourd’hui disponible gratuitement dans plus de 900 langues ! C’est une preuve incontestable du soutien de Dieu. Et voici une autre preuve encore : la prédication. La bonne nouvelle est prêchée « sur toute la terre » ! (Mat. 24:14). Il n’y a pas de doute, Jéhovah guide et bénit abondamment son organisation.
      Demandons-nous : « Suis-je reconnaissant à Dieu de pouvoir collaborer avec la partie terrestre de son organisation ? » Jéhovah nous donne des preuves qu’il la soutient, des preuves aussi convaincantes que le feu qui est descendu du ciel à l’époque de Moïse et d’Aaron. Nous avons de nombreuses raisons d’être reconnaissants à notre Dieu (1 Thess. 5:18, 19). Comment pouvons-nous soutenir l’organisation qu’il utilise ? En suivant les conseils basés sur la Bible qui nous sont donnés dans nos publications, aux réunions et aux assemblées, ainsi qu’en participant le plus possible à l’activité de prédication et d’enseignement (1 Cor. 15:58).
      Soyons déterminés à appliquer les leçons que nous avons tirées du livre du Lévitique. Cherchons à obtenir l’approbation de Jéhovah pour qu’il accepte nos sacrifices. Servons-le par reconnaissance. Continuons de lui donner par amour ce que nous avons de meilleur. Et soutenons de tout notre cœur l’organisation qu’il bénit. Nous lui montrerons alors que nous chérissons l’honneur de le servir et d’être ses Témoins !
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Soyons remplis de gratitude envers autrui 
       
      AVEZ-VOUS déjà reçu un petit mot de reconnaissance auquel vous ne vous attendiez pas ? Si c’est le cas, cela vous a certainement fait chaud au cœur. Après tout, il est naturel de vouloir être apprécié. — Matthieu 25:19-23.
      Toute expression de gratitude tend à renforcer les liens entre celui qui en est l’auteur et celui qui en est le destinataire. En outre, quiconque manifeste de la gratitude suit les traces de Jésus Christ, qui n’a jamais manqué de remarquer les belles œuvres des autres. — Marc 14:3-9 ; Luc 21:1-4.
      Malheureusement, exprimer sa gratitude, de vive voix ou par écrit, semble se faire de plus en plus rare. La Bible avait annoncé que, durant “ les derniers jours ”, les hommes seraient “ ingrats ”. (2 Timothée 3:1, 2.) Si nous n’y prenons pas garde, cette tendance si répandue aujourd’hui risque d’étouffer en nous tout sentiment de reconnaissance.
      Quelles mesures concrètes les parents peuvent-ils adopter pour enseigner à leurs enfants à manifester de la reconnaissance ? À qui devrions-nous exprimer notre gratitude ? Et pourquoi devrions-nous être reconnaissants, même si ceux qui nous entourent se révèlent ingrats ?
      Dans le cercle familial
      Les parents ne ménagent pas leurs efforts pour subvenir aux besoins de leurs enfants. Mais il leur arrive d’avoir le sentiment que ces efforts ne sont pas appréciés à leur juste valeur. Que faire pour remédier à cette situation ? Trois paramètres sont à prendre en compte.
      1) L’exemple. Comme cela se vérifie souvent en matière d’éducation, la réussite passe par l’exemple. La Bible disait jadis d’une Israélite travailleuse : “ Ses fils ont voulu la féliciter. ” Où ces enfants avaient-ils appris à exprimer leur reconnaissance ? La suite du verset nous éclaire : “ Son mari est le premier à la louer. ” (Proverbes 31:28, Bible des Peuples). Les parents qui s’expriment de la reconnaissance montrent à leurs enfants que ce genre de témoignage procure du plaisir à celui qui en est l’objet, améliore les relations familiales et constitue un signe de maturité.
      Stephen, un père de famille, déclare : “ Je me suis efforcé de donner l’exemple à mes enfants en remerciant ma femme pour le dîner. ” Qu’en est-il résulté ? “ Mes deux filles l’ont remarqué, et cela leur a fait prendre conscience de l’importance de se montrer reconnaissant ”, dit-il. Si vous êtes marié, remerciez-vous régulièrement votre conjoint pour les tâches quotidiennes qu’il accomplit et qui auraient vite fait de passer inaperçues ? Dites-vous merci à vos enfants, même lorsqu’ils font ce qu’on attend d’eux ?
      2) L’éducation. Le sentiment de reconnaissance est comme une fleur. Il a besoin d’être cultivé pour produire les meilleurs résultats possibles. Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à cultiver et à exprimer de la reconnaissance ? Le sage roi Salomon a mis en évidence un principe clé lorsqu’il a écrit : “ Le cœur du juste médite pour répondre. ” — Proverbes 15:28.
      Pouvez-vous apprendre à vos enfants à songer aux efforts et à la générosité qui ont précédé chaque cadeau qu’ils reçoivent ? Ce genre de réflexion constitue le sol dans lequel la gratitude s’enracine. Maria, qui a élevé trois enfants, constate : “ Cela prend du temps d’expliquer à ses enfants tout ce que signifie recevoir un cadeau : qu’une personne a pensé à eux en particulier et qu’elle a souhaité leur montrer à quel point elle s’intéresse à eux. Mais je suis convaincue que ça en vaut la peine. ” Grâce à de tels échanges, les enfants apprennent non seulement quoi dire pour exprimer leur reconnaissance, mais aussi pourquoi ils doivent le faire.
      Il est sage, pour des parents, de faire en sorte que leurs enfants n’aient pas le sentiment que tout ce qu’ils reçoivent de bon leur revient, finalement, de droit. L’avertissement figurant en Proverbes 29:21 à propos de la manière de traiter son serviteur s’applique tout autant aux enfants : “ Si l’on gâte son serviteur dès sa jeunesse, par la suite dans sa vie il deviendra un ingrat. ”
      Comment aider de très jeunes enfants à témoigner de la reconnaissance ? Linda, mère de trois enfants, explique : “ Mon mari et moi avons encouragé nos enfants à s’associer à nous quand nous écrivions des cartes de remerciement, en y joignant un dessin ou en les signant. ” Naturellement, le dessin sera peut-être simple, et l’écriture approximative, mais la leçon que les enfants tireront de ce geste restera gravée en eux.
      3) La persévérance. Nous avons tous une tendance innée à l’égoïsme, qui risque d’étouffer en nous tout élan de gratitude (Genèse 8:21 ; Matthieu 15:19). Mais la Bible adresse aux serviteurs de Dieu cette exhortation : “ Vous devez être renouvelés dans la force qui anime votre intelligence et revêtir la personnalité nouvelle qui a été créée selon la volonté de Dieu. ” — Éphésiens 4:23, 24.
      Les parents expérimentés savent, toutefois, qu’aider les enfants à “ revêtir la personnalité nouvelle ” est plus facile à dire qu’à faire. Stephen, cité plus haut, déclare : “ Il nous semblait que nos filles mettaient du temps à dire spontanément merci, sans qu’on ait besoin de le leur rappeler. ” Mais lui et sa femme n’ont pas abandonné. “ Notre persévérance a payé, poursuit Stephen : nos filles ont retenu la leçon. Aujourd’hui, nous sommes fiers de la manière dont elles manifestent leur gratitude aux autres. ”
      Envers les amis et le prochain
      Lorsque nous oublions de dire merci, ce n’est pas forcément par manque de reconnaissance, mais parfois simplement par négligence. En définitive, du moment que nous éprouvons de la gratitude, est-il si important que cela de l’exprimer ? Pour répondre à cette question, considérons ce qui s’est passé un jour où Jésus a guéri des lépreux.
      Alors qu’il se rendait à Jérusalem, Jésus a rencontré dix hommes atteints de lèpre. La Bible relate : “ Ils élevèrent la voix et dirent : ‘ Jésus, Instructeur, aie pitié de nous ! ’ Et lorsqu’il les vit, il leur dit : ‘ Allez vous montrer aux prêtres. ’ Or, comme ils s’en allaient, leur purification eut lieu. L’un d’eux, quand il vit qu’il était guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu d’une voix forte. Et il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, en le remerciant ; or, c’était un Samaritain. ” — Luc 17:11-16.
      Jésus n’a-t-il accordé aucune importance au fait que les autres n’aient pas exprimé de gratitude ? Le récit poursuit : “ En réponse Jésus dit : ‘ Les dix ont été purifiés, n’est-ce pas ? Où sont donc les neuf autres ? Ne s’est-il trouvé personne pour revenir rendre gloire à Dieu, que cet homme d’une autre nation ? ’ ” — Luc 17:17, 18.
      Les neuf autres lépreux n’étaient pas des hommes méchants. Auparavant, ils avaient ouvertement exprimé leur foi en Jésus et avaient suivi de bon gré ses instructions, qui exigeaient qu’ils se rendent à Jérusalem pour se montrer aux prêtres. Or, même s’ils ont indéniablement éprouvé une profonde gratitude pour ce que Jésus avait fait, ils ne la lui ont pas exprimée. Leur comportement a déçu Christ. Et nous ? Quand quelqu’un se montre bon à notre égard, sommes-nous prompts à dire merci et, si cela s’y prête, à lui montrer notre reconnaissance en lui envoyant une petite carte ?
      La Bible dit que l’amour “ ne fait rien d’inconvenant. Il ne cherche pas son propre intérêt ”. (1 Corinthiens 13:5, Bible du Semeur.) Par conséquent, un témoignage de reconnaissance donné avec sincérité non seulement traduit un respect des convenances, mais aussi est une preuve d’amour. Comme nous l’apprend l’exemple des lépreux, ceux qui souhaitent plaire à Christ doivent exprimer un tel amour et une telle reconnaissance à tous, indépendamment de leur nationalité, de leur race ou de leur religion.
      Posez-vous la question : ‘ Quand ai-je pour la dernière fois remercié un voisin, un collègue de travail, un camarade de classe, un membre du personnel hospitalier, un commerçant ou qui que ce soit d’autre qui me soit venu en aide ? ’ Pourquoi ne pas noter pendant un jour ou deux le nombre de fois où vous dites effectivement merci ou exprimez votre reconnaissance d’une façon ou d’une autre  ? Peut-être verrez-vous la nécessité de vous améliorer dans certains domaines.
      Bien entendu, celui qui mérite le plus de remerciements de notre part, c’est Jéhovah Dieu. De lui vient “ tout beau don et tout présent parfait ”. (Jacques 1:17.) À quand remonte la dernière fois où vous avez sincèrement remercié Dieu pour avoir fait quelque chose de particulier en votre faveur ? — 1 Thessaloniciens 5:17, 18.
      Pourquoi se montrer reconnaissant même quand les autres sont ingrats ?
      Nos témoignages de reconnaissance ne seront pas forcément payés de retour. Par conséquent, pourquoi manifester notre gratitude si nous sommes les seuls à le faire ? Arrêtons-nous simplement sur une bonne raison d’agir ainsi.
      Faire du bien à ceux qui ne sont pas enclins à la gratitude, c’est imiter notre Créateur bienveillant, Jéhovah Dieu. Que beaucoup ne soient pas sensibles à l’amour que Jéhovah leur témoigne ne l’empêche pas de leur faire du bien (Romains 5:8 ; 1 Jean 4:9, 10). Il fait “ lever son soleil sur les méchants et sur les bons et [...] fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes ”. Si, bien que vivant dans un monde ingrat, nous nous efforçons d’éprouver et d’exprimer de la gratitude, nous nous montrerons “ fils de [notre] Père qui est dans les cieux ”. — Matthieu 5:45.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Enracinons nous dans la foi comme un arbre luxuriant.
      EN ISRAËL pousse un arbre presque indestructible. Même lorsqu’on l’abat, sa souche ne tarde pas à produire de nouvelles pousses. Par ailleurs, ses fruits fournissent une grande quantité d’huile utile tant pour la cuisine et l’éclairage que pour l’hygiène et les soins de beauté.
      Selon une parabole des temps bibliques consignée dans le livre des Juges, “ un jour les arbres s’en allèrent pour oindre un roi sur eux ”. Quel arbre choisirent-ils ? Le résistant et fertile olivier. — Juges 9:8.
      Il y a plus de 3 500 ans, le prophète Moïse décrivait Israël comme “ un bon pays, [...] un pays d’olives ”. (Deutéronome 8:7, 8.) Aujourd’hui encore, du pied du mont Hermôn à la campagne de Béershéba en passant par la plaine côtière du Sharôn, les pentes rocailleuses de la Samarie et les vallées fertiles de la Galilée, le paysage est parsemé d’oliveraies du nord au sud.
      Les rédacteurs de la Bible ont souvent parlé de l’olivier dans un sens figuré pour illustrer, par exemple, la miséricorde de Dieu, la promesse de la résurrection ou encore le bonheur familial. L’examen de quelques-unes de ses caractéristiques nous aidera à mieux comprendre ces références et à apprécier cet arbre exceptionnel qui fait honneur au Créateur. — Psaume 148:7, 9.
      Un arbre robuste
      L’olivier n’est pas spécialement impressionnant à première vue. Il n’a pas la majesté des vertigineux cèdres du Liban, son bois n’a pas la qualité du genévrier ni ses fleurs la beauté de celles de l’amandier (Chant de Salomon 1:17 ; Amos 2:9). En fait, sa partie la plus importante demeure invisible, puisque le secret de sa résistance et de sa grande prolificité réside dans ses longues racines, qui peuvent s’enfoncer jusqu’à six mètres sous terre et rayonner plus loin encore.
      Ses racines permettent à l’olivier poussant sur des versants rocailleux de survivre à la sécheresse quand d’autres arbres situés au fond de la vallée sont déjà morts de soif. Elles lui permettent également de produire des olives des siècles durant, même lorsque son tronc noueux ne semble plus bon qu’à servir de bois de chauffage. Tout ce dont cet arbre rustique a besoin, c’est de place pour pousser et d’un sol aéré pour respirer, loin des mauvaises herbes et autres plantes qui peuvent abriter des parasites. Si ces conditions simples sont réunies, un seul arbre peut fournir jusqu’à 60 litres d’huile par an.
      Cette huile était manifestement appréciée des Israélites. Ils s’en servaient pour éclairer leur intérieur à l’aide de lampes à mèches, pour cuisiner, pour protéger leur peau du soleil et pour fabriquer du savon (Lévitique 24:2). Étant donné que le blé, le vin et l’olive constituaient les principales productions de la région, une mauvaise récolte d’olives était une catastrophe pour une famille israélite. — Deutéronome 7:13 ; Habaqouq 3:17.
      Cependant, en général, l’huile d’olive ne manquait pas. Sans doute Moïse a-t-il décrit la Terre promise comme “ un pays d’olives ” parce que l’olivier y était l’arbre le plus cultivé. Au XIXe siècle, le naturaliste Henry Tristram a d’ailleurs qualifié l’olivier d’arbre emblématique de la région ”. En raison de sa valeur et de sa profusion, l’huile d’olive servait même de moyen de paiement dans tout le bassin méditerranéen. De là, l’allusion de Jésus Christ à une dette de “ cent baths d’huile d’olive ”. — Luc 16:5, 6.
      “ Comme des plants d’olivier ”
      L’olivier illustre de façon appropriée les bénédictions divines. Comment l’homme qui craint Dieu serait-il récompensé ? “ Ta femme sera comme une vigne qui porte du fruit tout au fond de ta maison, a chanté un psalmiste. Tes fils seront comme des plants d’olivier autour de ta table. ” (Psaume 128:3). Que sont ces “ plants d’olivier ”, et pourquoi le psalmiste les comparait-il à des fils ?
      L’olivier a ceci de particulier que de nouvelles pousses sortent continuellement de la base de son tronc. Lorsque, en raison de son âge, le tronc principal ne produit plus autant qu’auparavant, les cultivateurs peuvent laisser plusieurs plants, ou nouvelles pousses, se développer jusqu’à devenir partie intégrante de l’arbre. Au bout d’un certain temps, trois ou quatre nouveaux troncs vigoureux entoureront celui d’origine, comme des fils autour d’une table. Ces plants issus de la même souche produisent ensemble une grande quantité d’olives.
      Cette caractéristique de l’olivier illustre bien la façon dont les fils et les filles peuvent devenir fermes dans la foi, grâce aux robustes racines spirituelles de leurs parents. En grandissant, eux aussi portent du fruit et épaulent leurs parents, qui se réjouissent de les voir servir Jéhovah à leurs côtés. — Proverbes 15:20.
      “ Il existe un espoir même pour un arbre ”
      Un père âgé qui sert Jéhovah se réjouit que ses enfants adorent Dieu. Mais quelle tristesse quand ce père finit par ‘ s’en aller par le chemin de toute la terre ’ ! (1 Rois 2:2.) La Bible nous aide à surmonter pareille douleur en nous donnant l’assurance qu’il y aura une résurrection. — Jean 5:28, 29 ; 11:25.
      Job, père de nombreux enfants, était très conscient de la brièveté de la vie, qu’il a comparée à une fleur qui se flétrit rapidement (Job 1:2 ; 14:1, 2). Job désirait la mort pour se soustraire à ses souffrances, considérant la tombe comme une cachette d’où il pourrait revenir. “ Si un homme robuste meurt, peut-il revivre ? ” a-t-il demandé. Et d’exprimer sa confiance : “ Tous les jours de ma corvée, j’attendrai, jusqu’à ce que vienne ma relève. Tu [Jéhovah] appelleras, et moi je te répondrai. Tu languiras après l’œuvre de tes mains. ” — Job 14:13-15.
      Comment Job a-t-il illustré sa conviction que Dieu le rappellerait de la tombe ? Au moyen d’un arbre, dont la description correspond apparemment à celle de l’olivier. “ Il existe un espoir même pour un arbre. Si on le coupe, il bourgeonnera encore. ” (Job 14:7). Pour peu qu’il ne soit pas déraciné, l’olivier peut effectivement être coupé sans que cela le fasse mourir. Si ses racines demeurent intactes, il repoussera avec une vigueur renouvelée.
      Même si une sécheresse prolongée dessèche profondément un vieil olivier, la souche ratatinée peut repartir. “ Si sa racine vieillit dans la terre et si sa souche meurt dans la poussière, à l’odeur de l’eau, il bourgeonnera, oui il produira une branche comme une plante nouvelle. ” (Job 14:8, 9). Job vivait dans une région aride et poussiéreuse où il avait probablement dû observer beaucoup de vieux oliviers complètement desséchés qui semblaient morts. Cependant, dès qu’arrivaient les pluies, ils revenaient à la vie, et un nouveau tronc émergeait de leurs racines “ comme une plante nouvelle ”. Cette résistance hors du commun a conduit un horticulteur tunisien à déclarer : “ Il n’est pas exagéré de dire que les oliviers sont immortels. ”
      Tout comme un cultivateur espère voir renaître ses oliviers desséchés, Jéhovah languit de ressusciter ses serviteurs. Il attend avec patience l’époque où des fidèles comme Abraham et Sara, Isaac et Rébecca, et de nombreux autres seront ramenés à la vie (Matthieu 22:31, 32). Comme il sera merveilleux d’accueillir les ressuscités et de les voir mener de nouveau une vie productive !
      L’olivier symbolique
      La miséricorde de Dieu est manifeste dans son impartialité ainsi que dans la disposition qu’est la résurrection. L’apôtre Paul s’est servi de l’olivier pour illustrer comment la miséricorde de Jéhovah s’étend aux humains indifféremment de leur race ou de leur origine. Pendant des siècles, les Juifs se sont enorgueillis d’être le peuple choisi de Dieu, “ la descendance d’Abraham ”. — Jean 8:33 ; Luc 3:8.
      Il n’était pas nécessaire d’être né au sein de la nation juive pour obtenir la faveur divine. Les premiers disciples de Jésus, cependant, étaient tous Juifs et ils ont eu le privilège de figurer parmi les premiers humains choisis par Dieu pour constituer la semence promise d’Abraham (Genèse 22:18 ; Galates 3:29). Paul les a comparés aux branches d’un olivier.
      La majorité des Juifs de naissance ont rejeté Jésus, se privant ainsi de la possibilité de faire partie du “ petit troupeau ”, ou “ Israël de Dieu ”. (Luc 12:32 ; Galates 6:16.) Ils sont devenus comme des branches d’olivier qui auraient été coupées. Qui allait prendre leur place ? En 36 de notre ère, des Gentils ont été choisis pour faire partie de la semence d’Abraham, comme si Jéhovah avait greffé des branches d’olivier sauvage sur un olivier domestique. La semence promise d’Abraham inclurait donc des gens des nations qui pouvaient désormais devenir ‘ participants de la racine de graisse de l’olivier ’. — Romains 11:17.
      Pour un cultivateur, greffer une branche d’olivier sauvage sur un olivier domestique serait impensable et “ contre nature ”. (Romains 11:24.) On lit dans La terre et le Livre (angl.) : “ Greffe le bon sur le sauvage, ont coutume de dire les Arabes, et il dominera le sauvage, mais tu ne pourras pas revenir en arrière. ” Les chrétiens d’origine juive ont été surpris lorsque Jéhovah, “ pour la première fois, s’est occupé des nations pour tirer d’entre elles un peuple pour son nom ”. (Actes 10:44-48 ; 15:14.) C’était la preuve évidente, toutefois, que la réalisation du dessein de Dieu ne dépendait pas d’une nation particulière. En effet, “ en toute nation l’homme qui le craint et pratique la justice est agréé de lui ”. — Actes 10:35.
      Paul a souligné que puisque les “ branches ” juives infidèles de l’olivier avaient été coupées la même chose pourrait arriver à toute personne qui, par orgueil ou désobéissance, perdrait la faveur de Jéhovah (Romains 11:19, 20). Cela montre sans l’ombre d’un doute que la faveur imméritée de Dieu ne devrait jamais être considérée comme définitivement acquise. — 2 Corinthiens 6:1.
      Enduire d’huile
      Les Écritures mentionnent l’utilisation de l’huile d’olive non seulement au sens littéral, mais également au sens figuré. Dans les temps anciens, les blessures et les contusions étaient “ adoucies avec de l’huile ” pour accélérer la cicatrisation (Isaïe 1:6). D’après un exemple de Jésus, le bon Samaritain a versé de l’huile et du vin sur les blessures de l’homme qu’il avait trouvé sur la route de Jéricho. — Luc 10:34.
      L’application d’huile sur la tête est rafraîchissante et relaxante (Psaume 141:5). Lorsqu’ils ont à traiter un cas de faiblesse spirituelle, les anciens peuvent ‘ enduire d’huile un membre de la congrégation, au nom de Jéhovah ’. (Jacques 5:14.) Leurs conseils bibliques pleins d’amour et leurs prières sincères en faveur de leur compagnon sont comparables à de l’huile versée sur des plaies. Détail révélateur, en hébreu, “ huile d’olive pure ” est une expression imagée qui sert à désigner un homme bon.
      “ Un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”
      Compte tenu de ce qui précède, il n’est pas surprenant que les serviteurs de Dieu puissent être comparés à des oliviers. David désirait ressembler à “ un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”. (Psaume 52:8.) Tout comme les familles israélites avaient souvent des oliviers autour de leur maison, David souhaitait être proche de Jéhovah pour produire du fruit à sa louange. — Psaume 52:9.
      Tant qu’il est resté fidèle à Jéhovah, le royaume de Juda était comme un “ olivier luxuriant, beau par le fruit et par la forme ”. (Jérémie 11:15, 16.) Mais ses habitants ont perdu leur position privilégiée lorsqu’ils ‘ ont refusé d’obéir aux paroles de Jéhovah et ont marché à la suite d’autres dieux ’. — Jérémie 11:10.
      Pour devenir comme des oliviers luxuriants dans la maison de Dieu, nous devons obéir à Jéhovah et accepter de bon gré la discipline par laquelle il nous “ taille ”, afin que nous puissions porter davantage de fruit en œuvres chrétiennes (Hébreux 12:5, 6). En outre, tout comme un olivier doit avoir de longues racines pour survivre à une période de sécheresse, nous devons fortifier nos racines spirituelles pour endurer les épreuves et la persécution. — Matthieu 13:21 ; Colossiens 2:6, 7.
      L’olivier symbolise bien le chrétien fidèle, inconnu du monde mais connu de Dieu. S’il vient à mourir dans ce système, il reviendra à la vie dans le monde nouveau à venir. — 2 Corinthiens 6:9 ; 2 Pierre 3:13.
      L’olivier, presque indestructible, qui continue de donner du fruit année après année nous rappelle la promesse de Dieu : “ Les jours de mon peuple seront comme les jours d’un arbre ; et ceux que j’ai choisis profiteront pleinement de l’œuvre de leurs mains. ” (Isaïe 65:22). Cette promesse prophétique s’accomplira dans le monde nouveau de Dieu. — 2 Pierre 3:13.


      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric merci pour ces bons sujets. Bonne journée Michel

      JAH pas un collectionneur.docx
      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      “ Jéhovah bénit les actions d'un roi fidèle au Seul vrai Dieu”
      À LA tête de ses troupes, le roi Asa descend à vive allure la vallée qui mène des hauteurs de Juda à la plaine côtière. À l’endroit où la vallée s’élargit, il s’immobilise et retient son souffle. En contrebas s’étend le camp éthiopien, et il est gigantesque ! L’armée ennemie doit avoisiner le million de soldats. Celle d’Asa n’en compte qu’un peu plus de la moitié.
      Alors qu’il s’apprête à livrer bataille, qu’est-ce qui retient le plus l’attention du roi ? Les ordres à donner à ses généraux ? Les encouragements à adresser à ses soldats ? Les lettres à écrire à sa famille ? Non. En ce moment crucial, Asa prie.
      Avant de nous pencher sur sa prière et de découvrir ce qui s’est passé ce jour-là, intéressons-nous au genre d’homme qu’il était. Qu’est-ce qui l’a conduit à agir comme il l’a fait ? Avait-il de bonnes raisons de croire que Dieu l’aiderait ? Que nous apprend sa vie sur la manière dont Jéhovah bénit les actions de ses serviteurs ?
      UN ROI ATTACHÉ AU CULTE PUR
      Au cours des 20 années qui ont suivi la scission d’Israël en deux royaumes, Juda s’est laissé totalement corrompre par des pratiques païennes. Lorsqu’Asa est devenu roi en 977 av. n. è., même la cour s’était souillée en adorant les divinités cananéennes de la fertilité. Mais la Bible rapporte au sujet de son règne : “ Asa se mit à faire ce qui est bien et droit aux yeux de Jéhovah son Dieu. Il enleva [...] les autels étrangers et les hauts lieux, il brisa les colonnes sacrées et abattit les poteaux sacrés. ” (2 Chron. 14:2, 3). Il a chassé du royaume de Juda “ les prostitués sacrés ”, qui pratiquaient la sodomie comme rituel religieux. Il ne s’en est cependant pas tenu là. Il a exhorté ses sujets à “ rechercher Jéhovah le Dieu de leurs ancêtres ” et à observer “ la loi et le commandement ” de Dieu. — 1 Rois 15:12, 13 ; 2 Chron. 14:4.
      Le zèle d’Asa pour le vrai culte a plu à Jéhovah, qui l’a récompensé en lui accordant plusieurs années de paix. Le roi a donc pu dire : “ Nous avons recherché Jéhovah notre Dieu. Nous avons recherché, et il nous procure le repos de tous côtés. ” Les habitants de Juda ont mis à profit cette période favorable pour fortifier les villes du royaume. “ Ils bâtissaient [...] et avaient du succès ”, précise le récit. — 2 Chron. 14:1, 6, 7.
      SUR LE CHAMP DE BATAILLE
      Étant donné son attachement au culte pur, il n’est pas surprenant qu’Asa ait prié lorsqu’il a eu à affronter la plus grande armée mentionnée dans les Écritures. Il savait que Dieu récompense les actes de foi. Dans sa prière, il a sollicité l’aide de Jéhovah, convaincu que, s’il s’appuyait sur lui et obtenait son soutien, peu importait l’effectif ou la puissance de l’armée ennemie. Asa a fait valoir que le nom de Dieu était en jeu dans ce conflit. “ Secours-nous, ô Jéhovah notre Dieu, a-t-il supplié, car sur toi nous nous appuyons et c’est en ton nom que nous sommes venus contre cette foule. Ô Jéhovah, tu es notre Dieu. Que le mortel ne conserve pas de vigueur contre toi. ” (2 Chron. 14:11). C’était comme s’il avait dit : ‘ L’invasion éthiopienne est une attaque contre toi, Jéhovah. Ne permets pas que ton nom soit déshonoré en laissant de faibles humains balayer ceux qui portent ton nom. ’ Sa prière a-t-elle été entendue ? Oui. “ Jéhovah battit les Éthiopiens devant Asa et devant Juda, et les Éthiopiens s’enfuirent. ” — 2 Chron. 14:12.
      De nos jours, nous nous heurtons à des adversaires nombreux et puissants. Nous ne les affrontons pas sur un champ de bataille. Mais nous pouvons être certains que Jéhovah récompensera les fidèles qui mènent un combat spirituel en son nom : il leur accordera la victoire. Au nombre des batailles que nous avons à livrer personnellement figurent peut-être la résistance au relâchement des mœurs, la lutte contre nos propres faiblesses ou la protection de notre famille contre de mauvaises influences. Quelle que soit la menace, nous pouvons puiser des encouragements dans la prière d’Asa. Sa victoire a été celle de Jéhovah. Elle illustre ce à quoi peuvent s’attendre tous ceux qui s’appuient sur Dieu. Rien ni personne ne peut tenir contre lui.
      ENCOURAGEMENTS ET AVERTISSEMENT
      Tandis qu’Asa revenait de la bataille, le prophète Azaria est allé à sa rencontre, porteur d’encouragements, mais aussi d’un avertissement : “ Entendez-moi, ô Asa ainsi que tout Juda et Benjamin ! Jéhovah est avec vous aussi longtemps que vous êtes avec lui ; si vous le recherchez, il se laissera trouver par vous, mais si vous le quittez, il vous quittera. [...] soyez courageux et que vos mains ne retombent pas, car il existe une récompense pour votre action. ” — 2 Chron. 15:1, 2, 7.
      Voilà des paroles qui renforcent notre foi. Elles attestent que Jéhovah sera avec nous aussi longtemps que nous le servirons fidèlement. Quand nous implorons son aide, soyons assurés qu’il nous entend. “ Soyez courageux ”, a dit Azaria. Il faut souvent beaucoup de courage pour faire ce qui est juste, mais nous savons qu’avec le soutien de Jéhovah nous pouvons y arriver.
      Parce que sa grand-mère Maaka avait érigé “ une idole horrible pour le poteau sacré ”, Asa a dû se résoudre à lui enlever la dignité de “ grande dame ”. Il a eu le courage de prendre cette décision ainsi que de brûler l’idole en question (1 Rois 15:13). Cette action résolue lui a valu d’être béni. Nous devons nous aussi rester indéfectiblement attachés à Jéhovah et à ses principes justes, que les membres de notre famille lui soient fidèles ou non. Alors, il récompensera notre intégrité.
      Au nombre des bénédictions qu’il a reçues, Asa a vu de nombreux Israélites quitter le royaume du Nord apostat et affluer en Juda. Ils avaient constaté que Jéhovah était avec Asa, et ils accordaient un tel prix au culte pur qu’ils ont décidé d’abandonner leur foyer pour vivre aux côtés des serviteurs de Jéhovah. Asa et les habitants de Juda ont alors conclu dans la joie ‘ une alliance, pour rechercher Jéhovah de tout leur cœur et de toute leur âme ’. Dieu “ se laissa trouver par eux ; et [il] continua de leur procurer le repos de tous côtés ”. (2 Chron. 15:9-15.) Quand des humains qui aiment la justice se mettent à pratiquer le culte pur, nous nous réjouissons tout autant.
      Rappelons toutefois que les paroles du prophète Azaria comportaient un avertissement : “ Si vous le quittez, [Jéhovah] vous quittera. ” Faisons tout pour éviter d’en arriver là, car qui ne tient pas compte de cette mise en garde s’expose à des conséquences désastreuses (2 Pierre 2:20-22). Les Écritures ne précisent pas pourquoi Jéhovah a adressé cet avertissement à Asa. Mais le fait est que le roi n’y a pas prêté suffisamment attention.
      “ TU AS AGI SOTTEMENT ”
      Dans la 36e année du règne d’Asa, Baasha, roi d’Israël, a manifesté de l’hostilité à l’égard de Juda. Peut-être dans le but d’empêcher ses sujets de se rallier à Asa et au culte pur, il s’est mis à fortifier la ville frontière de Rama, située à 8 kilomètres au nord de Jérusalem. Au lieu de se tourner vers Dieu comme lors de l’invasion éthiopienne, Asa a envoyé un présent au roi de Syrie et lui a demandé d’attaquer le royaume du Nord. Après quelques incursions des Syriens dans son territoire, Baasha s’est retiré de Rama. — 2 Chron. 16:1-5.
      L’initiative d’Asa a déplu à Jéhovah, qui le lui a fait savoir par l’intermédiaire du prophète Hanani. Compte tenu de la victoire que le roi avait remportée sur les Éthiopiens, il aurait dû se souvenir que les “ yeux [de Jéhovah] rôdent par toute la terre, afin de montrer sa force en faveur de ceux dont le cœur est complet à son égard ”. A-t-il été mal conseillé, ou bien a-t-il considéré que Baasha et ses troupes constituaient une menace dont il pouvait se débarrasser par ses propres moyens ? Quoi qu’il en soit, il a raisonné d’un point de vue humain et ne s’est pas appuyé sur Jéhovah. “ Tu as agi sottement dans cette circonstance, a déclaré Hanani, car dès maintenant il existera contre toi des guerres. ” — 2 Chron. 16:7-9.
      Asa n’a pas supporté cette réprimande. Dans un accès de fureur, il a fait mettre Hanani aux ceps (2 Chron. 16:10). A-t-il jugé qu’après tant d’années de fidélité il ne méritait pas un tel blâme ? L’âge avait-il altéré son jugement ? La Bible ne fournit pas d’éléments de réponse.
      Dans la 39e année de son règne, Asa a été atteint d’une grave maladie des pieds. “ Même dans sa maladie, souligne le récit, il ne rechercha pas Jéhovah, mais les guérisseurs. ” Il semble qu’à cette époque Asa négligeait sa spiritualité. C’est manifestement dans ce piètre état et dans cette disposition d’esprit qu’il est mort, au cours de la 41e année de son règne. — 2 Chron. 16:12-14.
      Les qualités d’Asa et son zèle pour le culte pur semblent toutefois l’emporter largement sur ses erreurs. Jamais il n’a cessé de servir Jéhovah (1 Rois 15:14). Que pouvons-nous donc retenir de sa vie ? Qu’il nous faut méditer sur la façon dont Jéhovah nous est venu en aide par le passé, car ces souvenirs peuvent nous inciter à rechercher de nouveau son soutien lorsque nous traversons des épreuves. Par ailleurs, ne partons pas du principe que nous n’avons pas besoin de conseils tirés des Écritures sous prétexte que nous servons Dieu fidèlement depuis des années. Si nous commettons une faute, Jéhovah nous réprimandera. Pour tirer profit de la correction, acceptons-la sans nous offusquer. Mais ce qu’il nous faut surtout retenir, c’est que notre Père céleste sera avec nous aussi longtemps que nous resterons avec lui. Ses yeux parcourent la terre entière et remarquent ceux qui lui sont fidèles. Il les récompense en intervenant puissamment en leur faveur. Il l’a fait pour Asa. Il le fera aussi pour nous.


      · 1 reply
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,270
    • Total Posts
      125,972
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,777
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    taleawelch
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.