Jump to content
The World News Media

What is the traditional Protestant view on prayer?


Guest Kurt
 Share

Recommended Posts

  • Guest

Question
What is the traditional Protestant view on prayer? I mean, I know all Christians pray for God to intervene in the affairs of men by, for instance, healing a sick relative, or bringing a loved one safely home from a trip, but what is the traditional Protestant view on the subject of whether God speaks to us directly? Pentecostals are always saying that God told them this or that. When they need guidance on a question, they'll pray about it and say that God told them the answer, either directly through words or through some sort of feeling. So, does this belief have any basis in traditional Protestant theology? 

Answer
"WHAT IS THE TRADITIONAL PROTESTANT VIEW ON PRAYER? GOD SPEAKS TO US DIRECTLY?"

No, like most religions, Protestants believe that God listens to their prayers and sometimes he answers them, but they don’t believe God speaks “directly” They believe that God answers prayers by having the minister say just what you want to hear.

PENTECOSTALS ARE ALWAYS SAYING THAT GOD TOLD THEM THIS OR THAT, EITHER DIRECTLY THROUGH  WORDS OR THROUGH SOME SORT OF FEELING. 

Mmm this notion is unscriptural, God does not answer through “feelings” I enclose a true story which will explain many things regarding the Pentecostal religion—


I Escaped Religious Deception- As told by Ireta Clemons  (g88 3/22 9-12 Life Stories of Jehovah´s Witnesses)


I remember the first “miracle” I saw. I was six and a half years old. My mother and I were at this Pentecostal meeting held in a house. The preacher was singing, and he got the spirit, the way Pentecostals do when they sing. It was winter, and there was a big round stove in the middle of the room. I saw him reach into the stove, still singing and giving little shouts, and he took out this big chunk of coal that had burned down to a red-hot cinder. He held it up with both hands, carrying it around the room and giving those little triumphant shouts and singing too. All this time the others were singing and shouting and dancing around him. After the meeting, everybody kept looking at his hands to see if they were burned. There wasn’t a mark on them!

And this was only one of the signs of this Pentecostal church in Kentucky that my mother went to. They believed in the 16th chapter of Mark, beginning with the 17th verse, where it talked about speaking in tongues, healing the sick, taking up serpents, and drinking poison. (These verses are spurious, that is, they are not in the oldest manuscripts of the Bible.) Not all Pentecostal churches believe in these things. But when you see them happen, it makes you feel like, well, God has to be in a church that can perform these signs and people not be hurt.

We then moved to Indiana. I was baptized when I was 12, in 1953. I learned to play the guitar and accompany groups singing at the meetings. I felt that it was part of my serving God—it is by this singing that Pentecostals get the spirit. When I got the spirit and spoke in tongues, I didn’t know what I was saying, but it was a good feeling.

I never handled snakes myself, but I remember one weekend I visited the church in Kentucky where I used to attend. A visiting preacher got the spirit and pulled a big rattlesnake out of the snake box he had brought with him. He twirled it around his hand and was crying out. I was on the stage behind him with the singers, and I remember seeing blood start oozing out from between his fingers.

Then the preacher that I had seen handling fire years earlier got the spirit, and he came up and took the snake out of the other preacher’s hand and put it back in the box. But the man who got bit never got sick. I do remember, however, three people I knew that were bitten by snakes and died. My father-in-law was one of them.

When I was 19, I married a young man who was supposed to have been saved. But he was not a strong Pentecostal. I saw him handle snakes once, yet he didn’t have a spirit that corresponded with mine. He would do good as a Pentecostal for a while, then he’d quit, start smoking, do other things we didn’t believe in. This matter of spirits, however, was one thing that troubled me. When Pentecostals got the spirit, the spirits were not always the same. Some were stronger, some were not compatible, and some even clashed with others.

I never could understand this. It caused me to wonder why there were so many different spirits. I remember praying all through the time that I was a Pentecostal: “This is the only religion that I know of, God, that can be right. But if I’m not serving you in a way that’s pleasing you, God, I want to know it. If this isn’t the right religion, please show me the one that is.” I prayed that prayer many times.

My husband became involved with other women, and after seven years of marriage, we were divorced. My two sons and I went to live with Olene, a longtime friend who had married my uncle. She was an excellent singer, and we went to Pentecostal meetings together and sang in different churches. Olene was also the daughter of the preacher who had handled the fire.

Twice I was “healed.” First was when I had had a miscarriage and was hemorrhaging. In spite of this, I went to the Pentecostal meeting. I was so weak I was afraid I was going to have to leave. Then I heard Olene and her father start to sing. They got the spirit. They got ahold of each other’s shoulders. They came and laid their hands on me. I immediately became unconscious. When I came to, I felt fine! No more hemorrhaging!

The second time was when I had a gum disease. I’d worn false teeth since I was 15. Now, years later, my mouth started swelling under my upper plate. I went about three months without my teeth and was on liquid food. I became desperate and went to a medical doctor. He looked at my mouth. “You don’t need me; you need an oral surgeon.” He named the disease, papillomatosis, and recommended a dentist.

I never went. Olene and I were on our way to the church in Kentucky. Later that night I was singing, getting very deep into the spirit. Olene laid her hands on me, I blacked out, and I sank to the floor. After I came to, I spit out pieces of what seemed like dry, chewed-up meat. By the time I got home, I could put my false teeth in. I’ve never had any trouble since.

Second husband--He lived in Kentucky, near the same Pentecostal church that I went to as a child. When I married him, I told him that I would never go back to the Pentecostals, that if I ever got involved with any religion again, it would be with Jehovah’s Witnesses. He agreed to this. But we had been married only a few months when he wanted me to go to his Pentecostal meeting. I went once. I couldn’t sit through it. The demons’ presence was overwhelming!

By this time I had learned that Satan, his demons, and his ministers here on earth could perform signs and wonders and that the Christian’s warfare was against such demonic forces in heavenly places. (Exodus 7:11, 22; 8:7, 18, 19; 2 Corinthians 11:13-15; Ephesians 6:11, 12) Also, I had learned that the miraculous gifts of the early Christian church were for the establishing of it in its infancy and that later, with the passing of the apostles, such gifts would pass away. Concerning the gift of speaking in tongues, for example, it is written: “Whether there are tongues, they will cease.” Love, faith, and hope are now the mainstays of the mature Christian church.—1 Corinthians 13:8-13.

All the best
Brenda  
Link to comment
Share on other sites


  • Views 404
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Popular Days

Popular Days

 Share





  • Recently Browsing

    • No registered users viewing this page.
  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • folens  »  misette

      Hello Misette Merci pour ton bon travail de recherches. A+ Michel
      1 Isaïe 30 v 15c.mp4
      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric merci pour ce document. Bonne soirée Michel
      Louis.mp4
      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      Efforçons nous d’être humble pour plaire à Jéhovah le Dieu unique.
       
      « Recherchez Jéhovah, vous tous, humbles de la terre [...]. Recherchez l’humilité » (SOPH. 2:3).

      LA Bible dit que Moïse « était de beaucoup le plus humble de tous les hommes vivant sur terre » (Nomb. 12:3). Cela signifie-t-il qu’il était faible, hésitant et craintif face à l’opposition ? C’est ainsi que certains décriraient une personne humble. Mais c’est loin d’être exact. Moïse était fort, résolu et courageux. Avec l’aide de Jéhovah, il a affronté le puissant dirigeant de l’Égypte, a mené peut-être des milliers de personnes à travers un désert et a aidé la nation d’Israël à vaincre ses ennemis.
      Même si nous n’avons pas à surmonter les mêmes défis que Moïse, s'est peut être difficile de rester humbles face à certaines personnes ou dans des situations du quotidien. Cependant, nous avons une excellente raison de développer cette qualité : Jéhovah promet que « les humbles posséderont la terre » (Ps. 37:11). Dirais-tu que tu es une personne humble ? Et les autres, diraient-ils cela de nous même  ? Avant de pouvoir répondre à ces questions importantes, il nous faut savoir ce que signifie être humble.
      QU’EST-CE QUE L’HUMILITÉ ?
      On peut comparer l’humilité à un beau tableau. En quel sens ? Pour peindre un tableau, un artiste associe plusieurs belles couleurs. Pareillement, pour être humbles, nous devons associer plusieurs belles qualités. Citons en particulier l’obéissance, la douceur et le courage. Pourquoi avons-nous besoin de ces qualités pour plaire à Jéhovah ?
       Seuls ceux qui sont humbles acceptent d’obéir à Dieu. Et Dieu veut entre autres que nous soyons doux (Mat. 5:5 ; Gal. 5:23). Quand nous lui obéissons, nous rendons Satan furieux. C’est pourquoi même si nous sommes humbles et doux, beaucoup de gens appartenant au monde de Satan nous haïssent (Jean 15:18, 19). Nous avons donc besoin de courage pour résister à Satan.
      À l’opposé d’un individu humble, il y a celui qui est hautain, qui ne maîtrise pas sa colère et qui n’obéit pas à Jéhovah. Voilà qui décrit parfaitement Satan ! Pas étonnant qu’il déteste les humbles... En effet, par leur belle personnalité, ceux-ci montrent à quel point il est méchant. Et, pire encore pour lui, ils prouvent que c’est un menteur. Pourquoi ? Parce que peu importe ce qu’il fait ou dit, il ne peut pas les décourager de servir Jéhovah ! (Job 2:3-5).
      Quand peut-il être particulièrement difficile de rester humble ? Et pourquoi continuer à développer l’humilité ? Pour répondre à ces questions, nous examinerons les exemples de Moïse, des trois Hébreux captifs à Babylone et de Jésus.
      COMMENT RESTER HUMBLE...
      Quand on a une certaine autorité sur les autres. Quelqu’un qui a une certaine autorité peut avoir du mal à rester humble, surtout si on lui manque de respect ou que l’on conteste ses décisions. Cela t’est-il déjà arrivé ? Comment réagirais-tu si un membre de ta famille te manquait de respect ? Voyons comment Moïse a géré une situation de ce genre.
      Jéhovah avait choisi Moïse pour guider Israël et lui avait accordé l’honneur de mettre par écrit les lois de la nation. Cela ne faisait aucun doute que Jéhovah le soutenait. Pourtant, la sœur et le frère de Moïse, Miriam et Aaron, se sont mis à parler en mal de lui à cause de la femme qu’il avait épousée. À la place de Moïse, certains se seraient mis en colère et auraient cherché à se venger. Moïse, lui, ne s’est pas vexé. Il a même supplié Jéhovah de guérir Miriam quand celle-ci a été frappée de la lèpre (Nomb. 12:1-13). Pourquoi a-t-il réagi ainsi ?
      Moïse supplia Jéhovah de guérir Miriam, qui était atteinte de la lèpre ; Aaron observa la scène au moment où Moïse supplia Jéhovah de guérir Miriam, car il voulait que Miriam soit pardonné des paroles qui fut adressé contre lui même.
      Moïse s’était laissé former par Jéhovah. Une quarantaine d’années plus tôt, quand il était membre de la famille royale égyptienne, il n’était pas humble. Il manquait tellement de maîtrise qu’il a même tué un homme qui, d’après lui, agissait injustement. Il s’était dit que Jéhovah serait d’accord avec cette initiative. Jéhovah a alors passé 40 ans à l’aider à comprendre qu’il ne devait pas seulement être courageux pour guider les Israélites ; il devait aussi être humble. Et pour être humble, il devait également être obéissant et doux. Il a su accepter cette discipline et il est devenu un excellent guide (Ex. 2:11, 12 ; Actes 7:21-30, 36).
      Chefs de famille et anciens, imitez Moïse. Quand on vous manque de respect, ne vous vexez pas trop facilement. Reconnaissez humblement vos erreurs (Eccl. 7:9, 20). Avec obéissance, suivez les instructions de Jéhovah sur la façon de régler les problèmes. Et parlez toujours avec douceur (Prov. 15:1). Ainsi, vous plairez à Jéhovah, vous favoriserez la paix et vous donnerez un bel exemple d’humilité.
      Quand on est persécuté. De tout temps, des dirigeants humains ont persécuté les serviteurs de Jéhovah. Ils peuvent nous accuser de différentes choses, mais la vraie raison de leur colère, c’est que nous choisissons d’« obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Actes 5:29). Il arrivera peut-être qu’on se moque de nous, qu’on nous envoie en prison ou même qu’on nous maltraite physiquement. Mais avec l’aide de Jéhovah, plutôt que de nous venger, nous garderons notre douceur.
      Considérons l’exemple des trois Hébreux exilés à Babylone, Hanania, Mishael et Azarias. Le roi de Babylone leur a ordonné de se prosterner devant une immense statue en or. Avec douceur, ils lui ont expliqué qu’ils n’adoreraient pas la statue. Ils sont restés obéissants à Dieu même quand le roi les a menacés de les jeter dans un four de feu ardent. Jéhovah a choisi de les sauver. Cela dit, les trois Hébreux ne s’attendaient pas à ce qu’il le fasse à coup sûr ; ils étaient prêts à accepter tout ce que Jéhovah permettrait (Dan. 3:1, 8-28). Ils ont ainsi démontré que les personnes humbles sont vraiment courageuses. Aucun roi, aucune menace ni aucune punition ne peut les décourager d’offrir à Jéhovah « un attachement sans partage » (Ex. 20:4, 5).
      Lorsque notre fidélité à Dieu est mise à l’épreuve, comment imiter les trois Hébreux ? En faisant humblement confiance à Jéhovah, certains qu’il prendra soin de nous (Ps. 118:6, 7) ; en répondant à nos accusateurs de façon douce et respectueuse (1 Pierre 3:15) ; et en refusant de faire quoi que ce soit qui mettrait en danger notre amitié avec notre Père aimant.
      Quand on est stressé. Il nous arrive à tous de ressentir du stress. Ce peut être avant de passer un examen scolaire ou d’accomplir une certaine tâche au travail. Ou alors avant de subir une intervention médicale. Quand on est stressé, c’est difficile d’être humble. De petites choses qui d’habitude ne nous dérangent pas peuvent soudain nous irriter. Nos paroles peuvent alors devenir dures, et notre ton aussi. Si cela t’est déjà arrivé, considère l’exemple de Jésus.
      Pendant les derniers mois de sa vie sur terre, Jésus a subi un stress énorme. Il savait qu’il serait exécuté et qu’il souffrirait terriblement (Jean 3:14, 15 ; Gal. 3:13). Quelques mois avant sa mort, il a confié à ses disciples qu’il était très angoissé (Luc 12:50). Et quelques jours seulement avant de mourir, il a dit : « Je suis troublé. » Il a alors exprimé des sentiments qui prouvent son humilité et son obéissance à Dieu. Il a dit : « Père, sauve-moi de cette heure. Toutefois, c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure. Père, glorifie ton nom » (Jean 12:27, 28). Le moment venu, Jésus s’est courageusement livré lui-même à ses ennemis, qui lui ont fait subir une exécution extrêmement douloureuse et humiliante. Malgré le stress et la souffrance, Jésus a humblement fait la volonté de Dieu. C’est certain, pour ce qui est de rester humble en situation de stress, il est le plus bel exemple qui soit ! (lire Isaïe 53:7, 10).
      Alors que ses disciples viennent de se disputer pour savoir lequel d’entre eux était le plus grand, Jésus reste doux et corrige calmement leur point de vue
      Jésus est le plus bel exemple d’humilité qui soit.
        Le dernier soir de sa vie sur terre, les plus proches amis de Jésus, les apôtres, ont mis à l’épreuve son humilité. Imagine le stress que Jésus ressentait ce soir-là. Il se demandait sans doute s’il resterait parfaitement fidèle jusqu’à la mort. La vie de millions de personnes en dépendait (Rom. 5:18, 19). Plus important encore, la réputation de son Père était impliquée (Job 2:4). Et là, au cours du dernier repas qu’il passait avec ses amis, ces derniers se sont mis à « se disputer vivement pour savoir lequel d’entre eux était considéré comme le plus grand ». Jésus avait déjà corrigé leur point de vue sur ce sujet de nombreuses fois, y compris un peu plus tôt dans la soirée ! Malgré cela, il ne s’est pas irrité. Il a plutôt réagi avec douceur. Gentiment mais fermement, il leur a de nouveau expliqué quelle attitude ils devaient avoir. Puis il les a félicités pour leur soutien fidèle (Luc 22:24-28 ; Jean 13:1-5, 12-15).
      Comment aurais-tu réagi dans une situation de ce genre ? Nous pouvons imiter Jésus et rester doux même quand nous sommes stressés. Pour cela, obéissons de bon cœur à ce commandement de Jéhovah : « Continuez à vous supporter les uns les autres » (Col. 3:13). Nous y arriverons si nous nous rappelons que nous disons et faisons tous des choses qui irritent les autres (Prov. 12:18 ; Jacq. 3:2, 5). De plus, félicitons toujours nos compagnons pour leurs belles qualités (Éph. 4:29).
        Nous prendrons de meilleures décisions. Quand nous avons des choix difficiles à faire, Jéhovah peut nous aider à prendre de bonnes décisions, à condition que nous soyons humbles. Il promet qu’il écoute « la requête des humbles » (Ps. 10:17). Il fait même plus qu’écouter nos requêtes. La Bible affirme : « Il guidera les humbles dans ce qui est juste et il enseignera son chemin aux humbles » (Ps. 25:9). Jéhovah nous guide au moyen de la Bible, de nos réunions, ainsi que des publications et des vidéos produites par « l’esclave fidèle et avisé » (Mat. 24:45-47). Mais pour en tirer profit, nous devons reconnaître humblement que nous avons besoin d’aide, étudier les matières que Jéhovah nous fournit et appliquer de tout cœur ce que nous apprenons.
      Nous éviterons de faire des erreurs. Repense à Moïse. Pendant des dizaines d’années, il est resté humble et a plu à Jéhovah. Puis, vers la fin des 40 années difficiles que les Israélites ont passées dans le désert, il ne s’est pas montré humble. Sa sœur, probablement celle qui avait contribué à lui sauver la vie en Égypte, venait de mourir et d’être enterrée à Kadèsh. C’est alors que les Israélites ont de nouveau critiqué la façon dont ils étaient dirigés. Cette fois, ils « s’en prirent à Moïse » au sujet d’un manque d’eau. Malgré tous les miracles que Jéhovah avait accomplis par le moyen de Moïse et malgré toutes les années où celui-ci avait guidé le peuple de façon désintéressée, les Israélites se sont plaints. Ils se sont plaints non seulement du manque d’eau, mais aussi de Moïse, comme si c’était à cause de lui qu’ils avaient soif (Nomb. 20:1-5, 9-11).
      Très en colère, Moïse a manqué de douceur et de foi. Plutôt que de parler au rocher, comme Jéhovah l’avait demandé, il s’est adressé au peuple avec colère et a laissé entendre qu’il allait lui-même faire un miracle. Puis il a frappé le rocher deux fois et de l’eau en a jailli en abondance. Poussé par l’orgueil et la colère, il a commis une grave erreur (Ps. 106:32, 33). À cause de son manque de douceur temporaire, il n’a pas été autorisé à entrer en Terre promise (Nomb. 20:12).
      Nous pouvons tirer de précieuses leçons de ce récit. Premièrement, nous devons lutter en permanence pour rester humbles. Sinon, l’orgueil pourrait vite réapparaître en nous, et nous faire parler et agir sans réfléchir. Deuxièmement, comme le stress peut nous rendre plus vulnérables, nous devons particulièrement nous efforcer de rester humbles quand on fait pression sur nous.
       Nous serons protégés. Bientôt, Jéhovah supprimera tous les méchants de la terre, et seuls les humbles continueront d’y vivre. Les conditions de vie seront alors vraiment paisibles (Ps. 37:10, 11). Feras-tu partie de ces personnes humbles ? Tu le peux si tu acceptes l’invitation chaleureuse de Jéhovah transmise par le prophète Sophonie (lire Sophonie 2:3).
      Pourquoi lit-on en Sophonie 2:3 que nous serons « probablement » cachés ? Cela signifie-t-il que Jéhovah n’est pas forcément capable de protéger ceux qu’il aime et qui cherchent à lui plaire ? Non, cela indique plutôt que nous avons quelque chose à faire pour être protégés. Si nous nous efforçons dès maintenant d’être humbles pour plaire à Jéhovah, nous pourrons survivre "au jour de sa colère" et vivre pour toujours !

      · 2 replies
    • folens  »  misette

      Hello Misette, merci.

      Le travail en équipe.BMP
      · 0 replies
    • folens  »  misette

      Hello Misette merci à toi  pour ce bon travail de recherches. Bonne journée et bonne semaine.
      1 Isaïe 30 v 15c.mp4
      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      64.4k
    • Total Posts
      136.8k
  • Member Statistics

    • Total Members
      17,218
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Lina Ribeiro
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.