Jump to content
The World News Media

Recommended Posts


  • Views 205
  • Replies 1
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

Popular Posts

PROFESSOR ROBERT R. NEWTON AND "THE CRIME OF CLAUDIUS PTOLEMY" © Carl Olof Jonsson, Göteborg, Sweden, 2000 The following material is adapted from the discussion on pages 44-48 of the first and second editions of my book, The Gentile Times Reconsidered (published in 1983 and 1986), with some updates. PROFESSOR ROBERT R. NEWTON (who died in 1991) was a noted physicist who has published a series of outstanding works on the secular accelerations of the moon and the earth. He examined

  • Member

PROFESSOR ROBERT R. NEWTON AND "THE CRIME OF CLAUDIUS PTOLEMY"

© Carl Olof Jonsson, Göteborg, Sweden, 2000

The following material is adapted from the discussion on pages 44-48 of the first and second editions of my book, The Gentile Times Reconsidered (published in 1983 and 1986), with some updates.

PROFESSOR ROBERT R. NEWTON (who died in 1991) was a noted physicist who has published a series of outstanding works on the secular accelerations of the moon and the earth. He examined in detail hundreds of astronomical observations dating all the way from the present back to about 700 BC, in order to determine the rate of the slowly changing of the length of the day during this period. The best information on his research in this area is found in his book, The Moon’s Acceleration and Its Physical Origins, vol. 1, published in 1979. His results have more recently been further refined by other scholars, especially by F. Richard Stephenson. (Historical Eclipses and Earth’s Rotation, Cambridge: Cambridge University Press, 1997) 

The research of Newton, Stephenson, and all the other scholars who have examined this matter totally and irrevocably demolishes the idea of ”Gary” (alias ”Joshua/92”), who in his posts on the H2O site claims that the longitude of Babylon in 568 BC was located at the longitude of Honolulu (a desperate idea resulting from his attempts to overcome the evidence of VAT 4956)! This idea presupposes a change of the length of the day since that time of a magnitude that is in the most glaring conflict with the research of Robert R. Newton, whom ”Gary” likes to quote (although very selectively and completely out of context). 

Accusations against Claudius Ptolemy not new

The claim that Claudius Ptolemy ”deliberately fabricated” many of his observations is not new. Astronomers have questioned Ptolemy’s observations for centuries. As early as 1008 AD, ibn Yunis concluded that they contained serious errors, and by about 1800, astronomers had recognized that almost all of Ptolemy’s observations were in error. In 1817, Delambre asked: ”Did Ptolemy do any observing? Are not the observations that he claims to have made merely computations from his tables, and examples to help in explaining his theories?” (J.B.J. Delambre, Histoire de l’Astronomie Ancienne, Paris 1817, Vol. II, p. XXV. Quoted by Robert R. Newton in The Moon’s Acceleration and Its Physical Origins [MAPO], Vol. I, Baltimore and London: The Johns Hopkins University Press, 1979, p. 43.) 

Two years later (1819) Delambre also concluded that Ptolemy fabricated some of his solar observations and demonstrated how the fabrication was made. (Newton, MAPO I, p. 44) More recently, other astronomers have re-examined Ptolemy’s observations and arrived at similar results. One of them is Professor Robert R. Newton. In his book, The Crime of Claudius Ptolemy (Baltimore and London: The Johns Hopkins University Press, 1977), Newton claims that Ptolemy fudged, not only a large body of the observations he says he had made himself, but also a number of the observations Ptolemy attributes to other astronomers, including some he quotes from Babylonian sources. These include the three oldest observations recorded in Ptolemy’s Almagest dating from the first and second years of the Babylonian king Merodach-baladan (called Mardokempados in Almagest), corresponding to 721 and 720 BC. 

Scholars disagreeing with R.R. Newton

In the ensuing debate a number of scholars have repudiated Newton’s conclusions. They have argued that Newton’s arguments ”are marred by all manner of distortions” (Bernard R. Goldstein of the University of Pittsburgh in Science, February 24, 1978, p. 872), and that his case collapses because ”it is based on faulty statistical analysis and a disregard for the methods of early astronomy” (scholars Noel M. Swerdlow of the University of Chicago, Victor E. Thoren of Indiana University, and Owen J. Gingerich of Harvard University, in Scientific American, March 1979, p. 93, American edition). Similar comments are made by Noel M. Swerdlow, ”Ptolemy on Trial, ” in The American Scholar, Autumn 1979, pp. 523-531, and by Julia Neuffer, ”´Ptolemy’s Canon´ Debunked?” in Andrews University Seminary Studies, Vol. XVII, No. 1, 1979, pp. 39-46. An article by Owen J. Gingerich with a rebuttal by R.R. Newton is found in the Quarterly Journal of the Royal Astronomical Society, Vol. 21, 1980, pp. 253-266, 388-399, with a final response by Gingerich in Vol. 22, 1981, pp. 40-44.

Scholarly support for R.R. Newton 

Most of these critics, though, are historians without particular expertise in the field of Greek astronomy. Some reviews written by well-informed astronomers have been favorable to Newton’s conclusions. One historian who is also well acquainted with Greek astronomy, K.P. Moesgaard, agrees that Ptolemy fabricated his astronomical data, though he feels it was done for some honest reason. (K.P. Moesgaard, ”Ptolemy’s Failings,” Journal for the History of Astronomy, Vol. XI, 1980, pp. 133-135) Rolf Brahde, too, wrote a favorable review of Newton’s book in Astronomisk Tidskrift, 1979, No. 1, pp. 42,43. 

B.L. van der Waerden, Professor of Mathematics and an expert on Greek astronomy, discusses Newton’s claims in his book, Die Astronomie der Griechen(Darmstadt: Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1988). Although he would not go as far as Newton in his attack on Ptolemy, he agrees that Ptolemy falsified his observations, stating: ”That Ptolemy systematically and intentionally has falsified his observations in order to bring his observational results in agreement with his theory have been convincingly demonstrated by Delambre and Newton.” (p. 253) 

Recent criticism of R.R. Newton

G.J. Toomer, the well-known translator of Ptolemy’s Almagest (London: Gerald Duckworth & Co., 1984), discusses Newton’s claim in an article published in 1988 (”Hipparchus and Babylonian Astronomy,” in A Scientific Humanist. Studies in Memory of Abraham Sachs, eds. E. Leichty, M. DeJ. Ellis, & P. Gerardi, Philadelphia, 1988, pp. 353-362), in which he convincingly argues that all the observations from earlier periods recorded by Ptolemy were taken over from the Greek mathematician Hipparchus (2nd century BC). 

In 1990, Dr. Gerd Grasshoff included a lengthy section on the accusations against Claudius Ptolemy in his work, The History of Ptolemy’s Star Catalogue(London, Paris, Tokyo, Hong Kong: Springer-Verlag, 1990, pp. 79-91). He concludes that Newton’s arguments against Ptolemy are ”superficial” and ”unjustified”. 

More recently, Oscar Sheynin has discussed Newton’s accusations at some length, arguing that the reason why Ptolemy’s observations so well agree with his theory is, not that he fabricated them, but that he selected the observations that best fitted his theory. Although such selectivity is not allowed in science today, it was quite common in ancient times. For this reason Sheynin states that Ptolemy cannot be regarded a fraud. (O. Sheynin, ”The Treatment of Observations in Early Astronomy,” in C. Truesdell (ed.), Archive for History of Exact Sciences, Vol. 46:2, 1993, pp. 153-192.) 

In summary, there seems to be at least some evidence in support of the claims that Claudius Ptolemy was ”fraudulent” in the way he handled his observations, either by ”trimming” the values or by selecting those who best fitted his theory. However, few scholars would go as far as Newton, who dismisses Ptolemy altogether as a fraud. As Dr. James Evans notes, ”very few historians of astronomy have accepted Newton’s conclusions in their entirety.” (Journal for the History of Astronomy, Vol. 24, Parts ½, February/May, 1993, pp. 145-146.)

R.R. Newton and ”Ptolemy’s Canon”

In a review of Newton’s book, The Crime of Claudius Ptolemy, published in Scientific American of October 1977, pp. 79-81, it was stated that ”Ptolemy’s forgery may have extended to inventing the length of reigns of Babylonian kings.” This was a reference to the so-called ”Ptolemy’s Canon”, which Newton at that time erroneously believed had been composed by Claudius Ptolemy himself and thus may have been affected by his ”forgery”. The statement was quickly picked up and published in The Watchtower (December 15, 1977, p. 747). On page 375 of his The Crime of Claudius Ptolemy, Newton also wrote: ”It follows that Ptolemy’s king list is useless in the study of chronology, and that it must be ignored. What is worse, much Babylonian chronology is based upon Ptolemy’s king list. All relevant chronology must now be reviewed and all dependence upon Ptolemy’s list must be removed.” 

Newton was unaware of the fact that ”Ptolemy’s Canon” was not composed by Claudius Ptolemy. He was not an historian and he was not an expert on Babylonian chronology. He also admits in his work that he has not studied sources other than Ptolemy for the years prior to Nebuchadnezzar. (The Crime of Claudius Ptolemy, p. 375) He explains that his thoughts on the relations between chronology and the work of Ptolemy were influenced by a Mr. Philip G. Couture of Santee, California! In the Preface of his book he states: ”I thank Mr. Philip G. Couture of Santee, California for correspondence which led me to understand some of the relations between chronology and the work of Ptolemy.” . (The Crime of Claudius Ptolemy, p. XIV) The same Mr. Couture also induced Dr. Newton to reject the Assyrian eponym canon in his work, The Moon’s Acceleration and Its Physical Origins. (See Vol. 1, 1979, p. 189) 

What Newton evidently did not know was that Mr. Couture was and still is one of Jehovah’s Witnesses, and that some of the chronological arguments he passed on to Newton were taken from the Watch Tower Society’s Bible dictionary, Aid to Bible Understanding. These arguments were not only aimed at supporting the chronology of the Watch Tower Society, but they are also demonstrably untenable!

Correspondence with R.R. Newton

In 1978, the year after The Crime of Claudius Ptolemy had been published, I had some correspondence with Professor Newton. In a letter dated June 27, 1978, I sent him a shorter study I had prepared in which the so-called ”Ptolemy’s Canon” was compared with earlier cuneiform sources. The study briefly demostrated that all the reigns of the Babylonian kings given in the Canon, from Nabonassar (747-734 BC) to Nabonidus (555-539 BC), were in complete agreement with these older sources. (This study was later expanded and published in a British scholarly journal for interdisciplinarty studies, Chronology & Catastrophism Review, Vol. IX, 1987, pp. 14-23.) I then asked: ”How is it possible that Ptolemy’s astronomical data are wrong, and yet the king list, to which they are attached, is correct?”

In his answer, dated August 11, 1978, Newton said: ”I am not ready to be convinced that Ptolemy’s king list is accurate before Nabopolassar [= before 625 BC], although I have high confidence that it is rather accurate for Nabopolassar and later kings.” He also pointed out: ”The basic point is that Ptolemy calculated the circumstances of the eclipses in the Syntaxis from his theories, and he then pretended that his calculated values were values that had been observed in Babylon. His theories are accurate enough to give the correct day of an eclipse, but he missed the hour and the magnitude.” 

Thus Ptolemy’s ”adjustments” of the eclipse observations were too small to affect the year, the month, and the day of an eclipse. Only the hour and the magnitude were affected. Ptolemy’s supposed ”adjustments” of the records of the ancient Babylonian eclipses, then, didn’t change the BCE dates that had been established for these observations. They did not change the chronology! Further, Newton was convinced that the king list was accurate from Nabopolassar and onwards. In other words, he was convinced that the whole Neo-Babylonian chronology from Nabopolassar through Nabonidus (625-539 BC) was accurate! Why? 

Because he had made a very thorough study of some of the ancient Babylonian astronomical records that were independent of ”Ptolemy’s Canon”, including VAT 4956 and Strm. Kambys. 400. From his examination of these two records, he had established that the first text referred to the year 568/67 BC and the second one to 523 BC. He concluded: ”Thus we have quite strong confirmation that Ptolemy’s list is correct for Nebuchadrezzar, and reasonable confirmation for Kambyses.” (The Crime of Claudius Ptolemy, 1977, p. 375) These findings were further emphasized in his next work, The Moon’s Acceleration and Its Physical Origins, vol. 1 (1979), where he concludes on page 49: ”Nebuchadrezzar’s first year therefore began in –603 [= 604 BC], and this agrees with Ptolemy’s list.” 

Therefore, to quote some statements by R.R. Newton in an attempt to undermine the chronology established for the Neo-Babylonian era would be to quote him out of context. It would be to misrepresent his views and conceal his conclusions. It would be fraudulent. Yet, this has been repeatedly done by the Watch Tower Society and by ”Gary/Joshua92”. Newton’s findings refute both of their chronologies and prove them to be false.

Summary

Whether Ptolemy falsified his observations, perhaps also some of those of earlier astronomers, is irrelevant for the study of the Neo-Babylonian chronology. Today, this chronology is not based upon the observations recorded by Ptolemy in his Almagest. Further, the claim that Ptolemy may have ”invented” the lengths of reign in ”Ptolemy’s Canon” is based upon the mistake that this king list was composed by Claudius Ptolemy. As is demonstrated on pages 94-96 of the third edition of The Gentile Times Reconsidered (and also briefly in the second edition), the designation ”Ptolemy’s Canon” is a misnomer, as this king list had been in use among Alexandrian astronomers for centuries before the time of Claudius Ptolemy. Finally, the claim that the king list is the basis of or a principal source for the Neo-Babylonian chronology, is false.Those who make such a claim are either totally ignorant or dishonest. The plain truth is that the king list is not needed for the fixing of the chronology for this era, although its figures for the reigns of the Neo-Babylonian kings are upheld by at least 14 lines of independent evidence based on cuneiform documents, as is demonstrated in The Gentile Times Reconsided. 

An excellent discussion of Ptolemy’s Canon, or, more correctly, the Royal Canon, and its relation to the Neo-Babylonian chronology, is found in the article by Leo Depuydt, ”’More Valuable than all Gold’: Ptolemy’s Royal Canon and Babylonian Chronology,” published in the Journal of Cuneiform Studies, Vol. 47, 1995, pp. 97-117.

    Hello guest!

Link to post
Share on other sites
  • Similar Content

    • By César Chávez
      Well at least Theologians are beginning to see how CORRECT the Watchtower is by them demonstrating in their new Bible Studies the 3 Babylonian deportations of the Judeans.
      However, they still have to conjoin the fall of Jerusalem from 586 BC to an earlier date written in human history and scripture.
      An honest assessment, that can’t be found here by questionable people.
      NIV, Bible Study has been introduced here, not to show the publishing house but the actions that are now being considered and printed that agrees in similar fashion with the Watchtower. If they are willing to reconsider that stance, then it shouldn’t be a problem about 1914.
      The NIV Study Bible
      Copyright © 1985, 1995, 2002, 2008, 2011, 2020 by Zondervan


      Therefore, 1914 is not problematic to those that, understand.
    • By The Librarian
      You can type in the search bar above "539"  to see more discussion regarding this date.



  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Topics

  • Posts

  • Members

    • TrueTomHarley

      TrueTomHarley 3,990

      Member
      Joined:
      Last active:
    • Lester

      Lester 5

      Member
      Joined:
      Last active:
    • Emma Rose

      Emma Rose 73

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Que vos prières soit préparées comme une encens apaisante pour Jéhovah

      Chez les Israélites, l’offrande d’encens était un symbole approprié pour désigner les prières que Dieu entend. C’est pourquoi le psalmiste David a chanté à Jéhovah : 

      “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi. ”
      — Psaume 141 : 2
      JÉHOVAH DIEU a chargé son prophète Moïse de préparer un encens sacré à l’usage du culte qui lui était rendu dans le tabernacle d’Israël. Il a donné lui-même la formule de ce mélange composé de quatre ingrédients aromatiques qui dégageaient une bonne odeur. — Exode 30:34-38.
      L’alliance de la Loi dans laquelle la nation d’Israël avait été admise prévoyait de faire brûler quotidiennement de l’encens (Exode 30:7, 8). Ce geste avait-il une signification particulière ? Oui. En témoignent ces paroles du psalmiste : “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi [Jéhovah Dieu], l’élévation de mes paumes comme l’offrande de grain du soir. ” (Psaume 141:2). De plus, dans le livre de la Révélation, l’apôtre Jean dit de ceux qui se tiennent autour du trône céleste de Dieu qu’ils ont des bols d’or pleins d’encens. “ Et, précise le récit inspiré, l’encens représente les prières des saints. ” (Révélation 5:8). Il apparaît donc que la combustion d’encens odorant symbolise les prières agréées que les serviteurs de Jéhovah offrent jour et nuit. — 1 Thessaloniciens 3:10 ; Hébreux 5:7
      Pour que Dieu agrée nos prières, nous devons le prier au nom de Jésus Christ (Jean 16:23, 24). Au demeurant, comment pouvons-nous améliorer la qualité de nos prières ? L’examen de quelques exemples pris dans les Écritures devrait nous aider à préparer nos prières comme l’encens devant Jéhovah. — Proverbes 15:8.
      Prions avec foi
      Si nous voulons que nos prières montent vers Dieu comme un encens de bonne odeur, il nous faut les lui offrir avec foi (Hébreux 11:6). Lorsque des anciens ont affaire à une personne spirituellement malade qui réagit bien à leurs conseils bibliques, ‘ leur prière de foi rétablit celui qui est souffrant ’. (Jacques 5:15.) Notre Père céleste prend plaisir à voir quelqu’un le prier avec foi et étudier consciencieusement sa Parole. Un psalmiste qui manifestait cet excellent état d’esprit a écrit : “ Je lèverai mes paumes vers tes commandements que j’ai aimés, et je veux m’intéresser à tes prescriptions. Enseigne-moi la bonté, le bon sens et la connaissance, car j’ai exercé la foi en tes commandements. ” (Psaume 119:48, 66). ‘ Étendons nos paumes ’ en priant avec humilité et exerçons la foi en observant les commandements de Dieu.
      La prière un lien véritable à la sagesse divine
      Supposons que nous manquions de sagesse pour surmonter une épreuve ; par exemple, nous pourrions ne pas être convaincus qu’une certaine prophétie soit déjà en train de se réaliser. Plutôt que de laisser cette incertitude nous déstabiliser spirituellement, prions pour recevoir de la sagesse (Galates 5:7, 8 ; Jacques 1:5-8). N’escomptons pas cependant que Dieu nous réponde d’une manière spectaculaire, mais démontrons la sincérité de nos prières en faisant ce qu’il attend de tous ses serviteurs : qu’ils bâtissent leur foi en étudiant les Écritures à l’aide des publications fournies par l’intermédiaire de “ l’esclave fidèle et avisé ”. (Matthieu 24:45-47 ; Josué 1:7, 8.) Nous avons besoin également d’augmenter notre connaissance en prenant part régulièrement aux réunions du peuple de Dieu. — Hébreux 10:24, 25.
      Certains chrétiens semblent avoir perdu de vue que nous sommes à un stade avancé du “ temps de la fin ”. (Daniel 12:4.) C’est ce que révèlent l’orientation qu’ils donnent à leur vie et leurs centres d’intérêt. Il convient de prier pour que ces chrétiens ravivent ou affermissent leur foi dans les preuves que fournit la Bible que la présence du Christ a commencé en 1914 et que, ayant été intronisé au ciel par Jéhovah cette année-là, il règne depuis lors au milieu de ses ennemis (Psaume 110:1, 2 ; Matthieu 24:3). Nous devrions tous être bien conscients du fait que des événements annoncés, tels que la destruction de la fausse religion (“ Babylone la Grande ”), l’attaque satanique de Gog de Magog contre les serviteurs de Jéhovah et l’intervention salvatrice de Dieu le Tout-Puissant lors de la guerre d’Har-Maguédôn, peuvent survenir avec une rapidité saisissante et s’enchaîner sur une période relativement courte (Révélation 16:14, 16 ; 18:1-5 ; Ézékiel 38:18-23). Aussi, prions Dieu de nous aider à rester spirituellement éveillés. Puissions-nous tous prier avec conviction pour que le nom de Jéhovah soit sanctifié, pour que son Royaume vienne et pour que sa volonté se fasse sur la terre comme elle est faite au ciel ! Puissions-nous aussi continuer à exercer la foi et à démontrer par des actes la sincérité de nos prières (Matthieu 6:9, 10) ! Que tous ceux qui aiment Jéhovah puissent vraiment chercher d’abord le Royaume et Sa justice, et participer le plus possible à la prédication de la bonne nouvelle avant que vienne la fin ! — Matthieu 6:33 ; 24:14.
      Louons et remercions Jéhovah
      Une manière importante de ‘ préparer nos prières comme l’encens ’ consiste à louer et à remercier Dieu du fond de notre cœur. Le roi David a prononcé une prière de ce genre quand lui et le peuple d’Israël ont fait des contributions pour la construction du temple de Jéhovah. Il s’est exprimé ainsi : “ Béni sois-tu, ô Jéhovah le Dieu d’Israël notre père, depuis des temps indéfinis et pour des temps indéfinis. À toi, ô Jéhovah, sont la grandeur, la puissance, la beauté, la supériorité et la dignité ; car tout, dans les cieux et sur la terre, est à toi. À toi est le royaume, ô Jéhovah, Celui qui t’élève aussi en chef au-dessus de tout. La richesse et la gloire sont grâce à toi, et tu domines tout ; dans ta main il y a force et puissance, et dans ta main est le pouvoir de rendre grand et de donner de la vigueur à tous. Et maintenant, ô notre Dieu, nous te remercions et nous louons ton nom magnifique. ” — 1 Chroniques 29:10-13.
      Quelles splendides expressions de louange et de reconnaissance ! Même si nos prières ne sont pas aussi éloquentes, elles peuvent témoigner de la même sincérité. Les actions de grâces et les louanges abondent dans le livre des Psaumes. Les Psaumes 148, 149 et 150, en particulier, louent Dieu en des termes particulièrement choisis. La gratitude envers Dieu imprègne également de nombreux psaumes. “ J’ai demandé une chose à Jéhovah, a chanté David, — c’est ce que je chercherai : Que j’habite dans la maison de Jéhovah tous les jours de ma vie, pour contempler le charme de Jéhovah et pour regarder avec admiration son temple. ” (Psaume 27:4). Agissons en harmonie avec de telles prières en participant avec zèle à toutes les activités des “ foules rassemblées ” par Jéhovah (Psaume 26:12). Ajoutons à cela la méditation quotidienne de sa Parole, et nous aurons quantité de raisons de louer et de remercier sincèrement Jéhovah.
      Recherchons humblement l’aide de Jéhovah
      Nous avons l’assurance que Jéhovah entend les appels à l’aide de ses Témoins qui le servent d’un cœur entier (Isaïe 43:10-12). C’est ce qu’illustre un épisode de la vie d’Asa, qui a été roi de Juda pendant 41 ans (977-937 av. n. è.). Après dix premières années de règne marquées par la paix, le pays a été envahi par une armée de un million d’hommes conduite par Zérah l’Éthiopien. Bien qu’infiniment moins nombreux, Asa et ses hommes sont sortis à la rencontre de l’ennemi. Cependant, avant de livrer bataille, Asa a prononcé une prière fervente, dans laquelle il a exprimé sa confiance dans le pouvoir salvateur de Jéhovah. Implorant son aide, il a dit : “ Sur toi nous nous appuyons et c’est en ton nom que nous sommes venus contre cette foule. Ô Jéhovah, tu es notre Dieu. Que le mortel ne conserve pas de vigueur contre toi. ” En conséquence, Jéhovah a sauvé Juda à cause de son grand nom ; il a donné aux Israélites une victoire totale (2 Chroniques 14:1-15). Qu’il nous délivre de l’épreuve ou qu’il nous donne la force de l’endurer, il est hors de doute que Dieu entend nos appels à l’aide.
      Soyons certains que Jéhovah entend tout autant nos requêtes lorsque nous ne savons pas comment agir dans une certaine situation critique. C’est ce qu’a pu vérifier le roi de Juda Yehoshaphat, dont les 25 ans de règne ont commencé en 936 avant notre ère. Quand Juda s’est trouvé menacé par les armées coalisées de Moab, d’Ammôn et de la région montagneuse de Séïr, Yehoshaphat a fait cette supplication : “ Ô notre Dieu, n’exécuteras-tu pas le jugement sur eux ? Car en nous il n’y a pas de force devant cette foule nombreuse qui vient contre nous ; et nous, nous ne savons que faire, mais nos yeux sont tournés vers toi. ” Jéhovah a répondu à cette prière humble : il a combattu en faveur de Juda en semant la confusion dans les rangs des ennemis de sorte que ceux-ci se sont entretués. À la suite de cela, la crainte a saisi les nations d’alentour, et Juda a connu la paix (2 Chroniques 20:1-30). Lorsque nous manquons de la sagesse nécessaire pour résoudre une grave difficulté, reconnaissons, comme Yehoshaphat : ‘ Nous ne savons que faire, mais nos yeux sont tournés vers toi, Jéhovah. ’ L’esprit saint peut nous rappeler alors à la mémoire des pensées bibliques qui nous donneront la solution, à moins que l’aide divine ne revête une forme qui dépasse l’entendement humain. — Romains 8:26, 27.
       Avant de recevoir l’aide de Dieu, peut-être nous faudra-t-il persévérer dans la prière. Nehémia a mené deuil, a pleuré, jeûné et prié pendant des jours à propos de la muraille en ruine de Jérusalem et de la situation pitoyable des habitants de Juda (Nehémia 1:1-11). Ses prières sont manifestement montées vers Dieu comme un encens de bonne odeur. Devant la mine abattue de Nehémia, le roi perse Artaxerxès lui a un jour demandé : “ Que cherches-tu donc à obtenir ? ” “ Aussitôt, raconte Nehémia, je priai le Dieu des cieux. ” Cette requête courte et silencieuse a été exaucée : Nehémia a reçu l’autorisation d’accomplir ce qui lui tenait à cœur : se rendre à Jérusalem pour y rebâtir la muraille. — Nehémia 2:1-8.
      Jésus nous apprend à prier
      De toutes les prières qui ont été conservées dans les Écritures, il en est une particulièrement instructive ; c’est la prière modèle, que Jésus Christ a présentée comme un encens de bonne odeur. Voici ce que nous lisons dans l’Évangile de Luc : “ Un [des] disciples [de Jésus] lui dit : ‘ Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean aussi l’a appris à ses disciples. ’ Alors il leur dit : ‘ Quand vous priez, dites : “ Père, que ton nom soit sanctifié. Que ton royaume vienne. Donne-nous notre pain pour le jour selon les besoins du jour. Et pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent ; et ne nous fais pas entrer en tentation. ” ’ ” (Luc 11:1-4 ; Matthieu 6:9-13). Cette prière n’était pas destinée à être récitée, mais plutôt à donner une indication de ce pour quoi il faut prier. 
       “ Père, que ton nom soit sanctifié. ” Jéhovah accorde à ceux qui le servent et lui sont voués le privilège spécial de l’appeler Père. Comme des enfants qui confient tout à un père qu’ils savent miséricordieux, nous devrions prendre régulièrement le temps d’adresser à Dieu des prières empreintes de dignité et de vénération (Psaume 103:13, 14). Nos prières devraient traduire l’intérêt que nous portons à la sanctification de son nom, que nous aspirons à voir lavé de tout l’opprobre dont il a été couvert. Oui, nous voulons que le nom de Jéhovah soit mis à part et tenu pour saint, ou sacré. — Psaumes 5:11 ; 63:3, 4 ; 148:12, 13 ; Ézékiel 38:23.
      “ Que ton royaume vienne. ”
      “ Que ton royaume vienne. ” Le Royaume représente la domination que Jéhovah exerce par l’intermédiaire du gouvernement céleste messianique qu’il a confié à son Fils, Jésus, et aux “ saints ” qui lui sont associés (Daniel 7:13, 14, 18, 27 ; Révélation 20:6). Bientôt, ce Royaume ‘ viendra ’ contre tous ceux sur la terre qui s’opposent à la souveraineté divine et il les fera disparaître (Daniel 2:44). Après cela, la volonté de Jéhovah sera faite sur la terre, comme elle l’est au ciel (Matthieu 6:10). Quelle joie ce sera pour toutes les créatures qui servent fidèlement le Souverain de l’univers !
       “ Donne-nous notre pain pour le jour selon les besoins du jour. ” En demandant à Jéhovah la nourriture “ pour le jour ”, nous montrons que nous ne cherchons pas à avoir abondance de biens, mais seulement de quoi satisfaire nos besoins quotidiens. Tout en comptant sur Dieu, nous travaillons et mettons à profit les moyens à notre disposition pour nous procurer la nourriture et les autres choses nécessaires à la vie (2 Thessaloniciens 3:7-10). Nous devrions évidemment remercier notre Bienfaiteur céleste, car c’est grâce à son amour, à sa sagesse et à sa puissance que nous avons tout cela. — Actes 14:15-17
       “ Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent. ” Étant donné que nous sommes imparfaits et pécheurs, il nous est impossible de nous conformer absolument aux normes parfaites de Jéhovah. Nous avons donc besoin de le prier de nous accorder son pardon en vertu du sacrifice rédempteur de Jésus. Mais pour que ‘ Celui qui entend la prière ’ applique le mérite de ce sacrifice à nos péchés, il nous faut également nous repentir et accepter toute discipline qu’il juge bon de nous administrer (Psaume 65:2 ; Romains 5:8 ; 6:23 ; Hébreux 12:4-11). Enfin, nous ne pouvons nous attendre à ce que Dieu nous pardonne que si nous “ avons remis à nos débiteurs ”, c’est-à-dire à ceux qui ont péché contre nous. — Matthieu 6:12, 14, 15.
       “ Ne nous fais pas entrer en tentation. ” Quand la Bible dit que Jéhovah fait telle ou telle chose, c’est parfois simplement pour dire qu’il permet qu’elle se produise (Ruth 1:20, 21). Ce n’est pas lui qui nous tente pour nous faire pécher (Jacques 1:13). Les tentations de commettre le mal viennent du Diable, de notre chair imparfaite et du monde. Satan est le Tentateur qui essaie par ses manœuvres de nous faire pécher contre Dieu (Matthieu 4:3 ; 1 Thessaloniciens 3:5). Lorsque nous prions Dieu de ‘ ne pas nous faire entrer en tentation ’, nous lui demandons en fait de ne pas permettre que nous cédions si nous sommes tentés de lui désobéir. Il peut nous indiquer la voie à suivre pour ne pas succomber ni nous laisser vaincre par Satan, le “ méchant ”. — Matthieu 6:13 ; 1 Corinthiens 10:13.
      Agissons en harmonie avec nos prières
      Comment pouvons-nous agir en harmonie avec les prières dans lesquelles nous demandons à être heureux en mariage et dans notre vie de famille?
      La prière modèle de Jésus aborde les points principaux, mais il y a toutes sortes de choses qui peuvent faire l’objet de nos prières. Ce peut être, par exemple, le désir d’être heureux en mariage ; ou bien celui de rester pur jusqu’au jour des noces. Dans ce cas, prions pour avoir de la maîtrise de soi. Mais soyons également conséquents avec nos prières en rejetant les lectures et les divertissements impurs. Soyons déterminés aussi à ‘ nous marier seulement dans le Seigneur ’. (1 Corinthiens 7:39 ; Deutéronome 7:3, 4.) Une fois mariés, ne nous contentons pas de prier pour être heureux : appliquons les conseils venant de Dieu. Si nous avons des enfants, aspirons-nous à les voir devenir de fidèles serviteurs de Jéhovah ? Alors, tout en priant dans ce sens, faisons tout notre possible pour leur inculquer les vérités divines en étudiant la Bible avec eux et en les emmenant régulièrement aux réunions chrétiennes. — Deutéronome 6:5-9 ; 31:12 ; Proverbes 22:6.
      Prions-nous pour que Dieu bénisse notre ministère ? Agissons en harmonie avec ces prières en participant de façon significative à la prédication du Royaume. Si nous prions pour avoir des occasions d’aider les autres à emprunter le chemin de la vie éternelle, ayons soin de bien prendre note des personnes qui manifestent de l’intérêt et soyons prêts à adapter notre programme pour y inclure des études bibliques. Enfin, si nous poursuivons l’objectif de devenir pionniers afin de prendre part à l’œuvre d’évangélisation à plein temps, allons dans le sens de nos prières en augmentant notre participation au ministère et en prêchant avec des pionniers. Nous montrerons ainsi que nous agissons en harmonie avec nos prières.
      Si nous servons Jéhovah fidèlement, nous pouvons être certains qu’il répondra aux prières conformes à sa volonté que nous lui adresserons (1 Jean 5:14, 15).. Faisant une comparaison avec l’odeur agréable de l’encens que les prêtres offraient dans le temple, la Parole de Dieu nous donne cette assurance : “ La prière des hommes droits est pour lui un plaisir. ” — Proverbes 15:8.
       

      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric, as tu déjà préparé le sujet des joyaux du 10 novembre concernant le but des sacrifices et offrandes, sachant que nous devons d'abord présenter le livre du Lévitique. Comment être concis?
      Le but des sacrifices et des offrandes.dot la Mer Morte.pps
      · 1 reply
    • Emma Rose

      Would a kind soul please help me with how to reply using the quote more than once.
      · 5 replies
    • Dee Gordon  »  T.B. (Twyla)

      HI TWYLA...DEE GORDON HERE.  WOULD LIKE  TO CHANGE MY EMAIL ADDRESS YOU SEND MY MEETING WORKBOOK TO.  I DON'T USE FACEBOOK BUT WOULD LIKE TO CONTINUE TO RECEIVE THE WORKBOOK INFO AND WATCHTOWER NOTES PLEASE . THIS ONE STILL RUNNING YOU HAVE ME SIGNED UP FOR...JUST THAT IT WOULD BE MORE CONVENIENT AT THIS TIME.
      · 3 replies
    • Eric Ouellet

      Apprenons à craindre Jéhovah
      “ La crainte de Jéhovah est le début de la sagesse. ” — PROVERBES 9:10.

      IL FUT un temps où dire de quelqu’un craignait Dieu était un compliment. Beaucoup jugent aujourd’hui désuète et illogique l’idée de craindre Dieu. " Pourquoi craindre Dieu s’il est amour?" s’étonnent-ils. C’est que la crainte est à leurs yeux un sentiment forcément négatif, voire paralysant. Or, la crainte de Dieu, la vraie, est bien autre chose que de la peur et, comme nous allons le voir, elle ne se résume pas à un sentiment.
       La Bible présente la crainte de Dieu sous un jour positif (Isaïe 11:3). Craindre Dieu, c’est éprouver envers lui un profond respect et désirer vivement ne pas lui déplaire (Psaume 115:11). C’est aussi accepter ses normes morales et s’y conformer strictement, appliquer dans notre vie ses critères du bien et du mal. Un ouvrage de référence indique que cette crainte salutaire exprime “ un rapport à Dieu, une disposition d’esprit dominante, qui incite à se conduire avec sagesse et à rejeter le mal sous toutes ses formes ”. La Bible dit d’ailleurs que “ la crainte de Jéhovah est le début de la sagesse ”. — Proverbes 9:10.
      La crainte de Dieu influe sur de nombreux domaines de l’existence. Outre la sagesse, elle favorise la joie, la paix, la prospérité, la longévité, l’espoir, la confiance (Psaume 2:11 ; Proverbes 1:7 ; 10:27 ; 14:26 ; 22:4 ; 23:17, 18 ; Actes 9:31). Elle est étroitement liée à la foi et à l’amour. Pour tout dire, elle touche tous les aspects de nos relations avec Dieu et avec les humains (Deutéronome 10:12 ; Job 6:14 ; Hébreux 11:7). Craindre Dieu, enfin, c’est avoir la ferme conviction que notre Père céleste se soucie de nous personnellement et qu’il est disposé à pardonner nos transgressions (Psaume 130:4). Il n’y a donc qu’aux pécheurs non repentants que Dieu devrait inspirer de la terreur. — Hébreux 10:26-31.
      APPRENONS À CRAINDRE DIEU
      Puisqu’il est indispensable de le craindre pour prendre de sages décisions et recevoir ses bénédictions, comment "apprendre à craindre Jéhovah"
      dans le bon sens du terme (Deutéronome 17:19) ? De nombreux exemples d’hommes et de femmes qui craignaient Dieu ont été consignés dans les Écritures “ pour notre instruction ”. (Romains 15:4.) Intéressons-nous à la vie de l’un de ces personnages, le roi David.
      Saül, le premier roi d’Israël, avait la crainte du peuple, mais pas la crainte de Dieu. Cela lui a valu d’être rejeté par Jéhovah (1 Samuel 15:24-26). David, lui, était un homme qui craignait vraiment Dieu ; sa vie et son intimité avec Jéhovah en témoignent. Les nombreuses nuits à la belle étoile qu’il avait passées dans sa jeunesse à faire paître les moutons de son père l’avaient certainement aidé à comprendre ce qu’est la crainte de Jéhovah (1 Samuel 16:11). De l’immense univers, il n’avait contemplé qu’une infime partie, mais cela lui avait suffi pour saisir l’essentiel : Dieu mérite respect et adoration. “ Quand je vois tes cieux, les œuvres de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as préparées, écrira-t-il plus tard, qu’est-ce que le mortel pour que tu penses à lui, et le fils de l’homme tiré du sol pour que tu t’occupes de lui ? ” — Psaume 8:3, 4.
      Il était normal que David soit impressionné quand il comparait sa petitesse à l’immensité des cieux étoilés. Mais, loin de l’effrayer, cette connaissance le portait à louer Jéhovah. “ Les cieux proclament la gloire de Dieu, a-t-il écrit ; et l’œuvre de ses mains, l’étendue l’annonce. ” (Psaume 19:1). Ce profond respect le rapprochait de Jéhovah ; il lui donnait envie d’apprendre ses voies parfaites et de les suivre. Percevez-vous les sentiments qui l’habitaient quand il chantait ce psaume : “ Tu es grand et tu fais des choses prodigieuses ; tu es Dieu, toi seul. Instruis-moi de ta voie, ô Jéhovah ! Je marcherai dans ta vérité. Unifie mon cœur pour craindre ton nom. ” — Psaume 86:10, 11.
      Quand les Philistins ont envahi le pays d’Israël, leur champion, Goliath, a provoqué les Israélites du haut de ses trois mètres. " Envoyez donc quelqu’un m’affronter en combat singulier ! les narguait-il. S’il me bat, nous serons vos serviteurs. " (1 Samuel 17:4-10). Saül et toute son armée étaient terrifiés. Mais pas David. S’il devait craindre quelqu’un, c’était Jéhovah, et non un homme, si fort soit-il. “ Je viens vers toi avec le nom de Jéhovah des armées, a-t-il lancé à Goliath. [...] Et toute cette assemblée saura que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que Jéhovah sauve réellement, car à Jéhovah appartient la bataille. ” Grâce à Jéhovah, une fronde et une pierre ont suffi à David pour abattre le géant. — 1 Samuel 17:45-47.
      Il peut arriver que nous nous trouvions devant des obstacles ou des ennemis aussi intimidants que ceux qu’a dû affronter David. Que faire alors ? Imiter David et d’autres fidèles du passé en s’armant de la crainte de Dieu. La crainte de Dieu l’emporte sur la crainte de l’homme. À ses compatriotes en butte à l’opposition, le fidèle Nehémia a adressé cette exhortation : “ N’ayez pas peur à cause d’eux. Souvenez-vous de Jéhovah le Grand et le Redoutable. ” (Nehémia 4:14). C’est parce qu’ils avaient son soutien que David, Nehémia et d’autres ont réussi à faire ce que Jéhovah attendait d’eux. Nous le pourrons également si nous craignons Dieu.
      Après celle sur Goliath, Jéhovah a accordé d’autres victoires à David. Jaloux, Saül a tenté de tuer le jeune homme, d’abord dans un geste de colère, puis par des moyens détournés, enfin en mobilisant toute une armée contre lui. Même si David avait reçu l’assurance qu’il serait roi, pendant des années il a dû fuir, se battre, et attendre le moment fixé par Jéhovah. Dans toutes ces situations, il ne s’est jamais départi de sa crainte du vrai Dieu. — 1 Samuel 18:9, 11, 17 ; 24:2.
      À un moment donné, David s’est réfugié auprès d’Akish, le roi de Gath, ville philistine d’où était originaire Goliath (1 Samuel 21:10-15). Les serviteurs d’Akish l’ont dénoncé comme ennemi. Comment a-t-il réagi à cette situation périlleuse ? Il s’est confié à Jéhovah de tout son cœur (Psaume 56:1-4, 11-13). Il s’est finalement sorti du guêpier en simulant la démence, mais il était bien conscient de devoir son salut à Jéhovah, qui avait béni son stratagème. David a prouvé qu’il craignait vraiment Dieu en plaçant toute sa confiance en lui. — Psaume 34:4-6, 9-11.
      À l’exemple de David, nous montrerons que nous craignons Dieu en ayant confiance en sa promesse de nous aider dans les épreuves. “ Roule ta voie sur Jéhovah, compte sur lui, et c’est lui qui agira ”, a affirmé David (Psaume 37:5). Cela ne veut pas dire qu’il faut mettre nos problèmes entre les mains de Jéhovah sans rien faire d’autre qu’attendre son intervention. David ne s’est pas contenté de prier et de voir venir. Il a cherché une solution à son problème en utilisant les capacités physiques et intellectuelles dont Jéhovah l’avait doté. Pour autant, il ne pensait pas que ses efforts d’humain suffiraient. Cette façon de voir devrait aussi être la nôtre. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir, puis laissons Jéhovah se charger du reste. Cela étant, il est fréquent que nous ne puissions rien faire d’autre que compter sur Jéhovah. C’est là que la crainte de Dieu revêt un caractère très personnel. Combien est réconfortante cette réflexion de David : “ L’intimité avec Jéhovah appartient à ceux qui le craignent. ” — Psaume 25:14.
      Il s’agit donc de ne pas banaliser nos prières et nos relations avec Dieu. Lorsque nous nous ‘ avançons ’ vers Jéhovah, nous devons “ croire qu’il est, et qu’il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent réellement ”. (Hébreux 11:6 ; Jacques 1:5-8.) Et quand il vient à notre aide, il nous faut, conformément au conseil de l’apôtre Paul, ‘ nous montrer reconnaissants ’. (Colossiens 3:15, 17.) Ne ressemblons jamais à ceux dont un chrétien oint expérimenté a dit : “ Ils prennent Dieu pour une sorte de garçon de café. Ils aimeraient qu’il réponde à un claquement de doigts dès qu’ils ont besoin de quelque chose, et qu’il disparaisse dès qu’ils ont eu ce qu’ils voulaient. ” Où est leur crainte de Dieu ?
      Le fait que Jéhovah l’ait secouru a augmenté la confiance et la crainte que David éprouvait envers lui (Psaume 31:22-24). Trois fois, cependant, David a mis notablement sa crainte de Dieu entre parenthèses, ce qui a eu des conséquences tragiques. La première fois, c’est quand il a décidé de faire transporter l’arche de l’alliance à Jérusalem sur un chariot, et non sur les épaules des Lévites comme le prescrivait la Loi. Ouzza, qui conduisait le chariot, a saisi l’Arche pour l’empêcher de tomber. Dieu l’a fait mourir sur le champ pour cet “ acte d’irrévérence ”. Certes, Ouzza avait commis un péché grave, mais c’est bien David qui, pour n’avoir pas respecté la Loi divine, était responsable de ce drame. Craindre Dieu suppose que l’on fasse les choses comme lui l’entend. — 2 Samuel 6:2-9 ; Nombres 4:15 ; 7:9.
      Une autre fois, sous l’impulsion de Satan, David a procédé au dénombrement des hommes de guerre en Israël (1 Chroniques 21:1). Là encore, il a cessé momentanément de craindre Dieu, ce qui a coûté la vie à 70 000 de ses compatriotes. Bien qu’il se soit repenti devant Jéhovah, lui et le peuple ont beaucoup souffert en la circonstance. — 2 Samuel 24:1-16
      C’est aussi parce qu’il avait oublié sa crainte de Dieu que David a couché avec Bath-Shéba, la femme d’Ouriya. David savait qu’il était mal, non seulement de commettre l’adultère, mais aussi de désirer la femme d’un autre (Exode 20:14, 17). Tout a commencé quand il a aperçu Bath-Shéba qui se baignait. La crainte de Dieu lui commandait de détourner son regard immédiatement et de maîtriser ses pensées. Mais il a manifestement ‘ continué à regarder ’, si bien que la passion l’a emporté sur sa crainte de Dieu (Matthieu 5:28 ; 2 Samuel 11:1-4). David a oublié que Jéhovah devait être présent dans tous les domaines de sa vie. — Psaume 139:1-7.
      De son adultère avec Bath-Shéba est né un fils. Peu après, Jéhovah a envoyé le prophète Nathân dénoncer le péché de David. Retrouvant la crainte de Dieu en même temps que la raison, celui-ci s’est repenti. Il a supplié Jéhovah de ne pas le rejeter et de ne pas lui retirer son esprit saint (Psaume 51:7, 11). Jéhovah lui a pardonné et a atténué le châtiment, mais il ne lui a pas épargné toutes les conséquences de ses actes. Le fils de David est mort ; les malheurs se sont succédé dans sa famille. Quel prix à payer pour avoir momentanément fait abstraction de la crainte de Dieu ! — 2 Samuel 12:10-14 ; 13:10-14 ; 15:14.
      Aujourd’hui de même, ne pas craindre Dieu dans le domaine de la moralité peut avoir des conséquences graves et durables. Imaginez la douleur de cette jeune femme qui découvre que son mari chrétien l’a trompée lors d’un déplacement professionnel à l’étranger. Choquée, anéantie par le chagrin, elle enfouit son visage dans ses mains et pleure toutes les larmes de son corps. Combien de temps faudra-t-il au mari infidèle pour regagner la confiance et le respect de sa femme ? Des situations aussi pénibles peuvent être évitées grâce à la crainte de Dieu. — 1 Corinthiens 6:18.
      Satan détruit les valeurs morales de la société humaine les unes après les autres, et il cherche particulièrement à corrompre les vrais chrétiens. Pour ce faire, il exploite le chemin le plus direct vers le cœur et l’esprit : nos sens, avec une prédilection pour l’ouïe et la vue (Éphésiens 4:17-19). Comment réagissez-vous quand, involontairement, vous vous trouvez exposé à des images ou à des paroles obscènes, ou encore en présence d’individus immoraux ?
      Voyez le cas d’André. Cet ancien et père de famille est médecin dans un pays d’Europe. Quand il était de garde de nuit à l’hôpital, des collègues féminines avaient pris l’habitude d’épingler sur son oreiller des mots doux ornés de petits cœurs pour l’inviter à coucher avec elles. André s’interdisait résolument d’accorder la moindre pensée à ces avances. Mieux, pour se soustraire à cet environnement malsain, il a changé d’établissement. Sa crainte de Dieu s’est révélée sage et lui a valu des bénédictions, puisqu’il effectue aujourd’hui une partie de ses activités au siège des Témoins de Jéhovah de son pays.
      Troquer nos précieuses relations avec Jéhovah contre quelque chose auquel nous n’avons pas droit : voilà où nous risquons d’en arriver en cultivant de mauvaises pensées (Jacques 1:14, 15). Si nous craignons Jéhovah, en revanche, nous nous tiendrons éloignés — et même nous nous écarterons délibérément — des gens, des lieux, des activités ou des divertissements qui pourraient nous faire baisser notre garde (Proverbes 22:3). Quel que soit l’inconvénient ou le sacrifice que cela implique, il n’est rien à côté de la perte de la faveur divine (Matthieu 5:29, 30). La crainte de Dieu nous commande de ne jamais nous exposer intentionnellement à quoi que ce soit d’immoral — à commencer par la pornographie sous toutes ses formes —, mais aussi de faire en sorte que nos yeux “ passent sans s’arrêter à la vue de ce qui n’est que néant ”. Soyons convaincus que Jéhovah, alors, nous ‘ gardera en vie ’ et nous donnera tout ce dont nous avons réellement besoin. — Psaume 84:11 ; 119:37.
       Assurément, c’est toujours faire preuve de sagesse que de laisser la crainte de Dieu dicter nos actions. C’est aussi la source du vrai bonheur (Psaume 34:9)

      · 3 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,171
    • Total Posts
      125,031
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,748
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    julio cesar
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.