Jump to content
The World News Media

Eddie Van Halen and the FEAR of JEHOVAH’s Witnesses


Recommended Posts

  • Member

Check out this excerpt from his book cited below:

“I liked their mother, Eugenia, but she was a complicated and unhappy woman, and my affection was born largely of compassion. You see, she suffered from what I can only assume was a type of mental illness, represented most glaringly by an irrational and sometimes paralyzing fear of Jehovah’s Witnesses. Now, I understand that Jehovah’s Witnesses confuse nearly all of us who are not of their particular Christian faith and interpretation, but Eugenia’s feelings about them went well beyond annoyance; she was inordinately terrified of them. I don’t know the origin of this phobia.

During World War II, Dutch Jews and Jehovah’s Witnesses (among others) were rounded up and hoarded away in concentration camps. I know only that it was excessive and irrational. Eugenia firmly believed that Jehovah’s Witnesses had followed her from Amsterdam and were trying to destroy her. She would pull you aside as if she had a secret to tell you; then she would reveal her fears and suspicions, and eventually get around to asking whether you were “one of them” and intended to do her harm. The first time this happened to me, I mistakenly presumed that she was joking. She wasn’t. Instead, once assured that I wasn’t a member of the Jehovah’s Witnesses dispatched to hurt her, she would ask if I had seen any of “them” on my way to her house. Were they lurking nearby? Hiding in the trees, perhaps? I didn’t know how to respond; I simply felt sorry for her. It was clear from the look of abject terror on her face that this nightmarish scenario was entirely real to her. And it was crippling.

Irrational and unfounded though it might have been, this fear resulted in Eugenia’s becoming largely a prisoner in her own home. While the boys played music often in front of Jan, their mother was an infrequent presence at concerts. As the wealth of the Van Halen brothers grew, I couldn’t help but wonder whether they had done everything they could to help their mother. Then again, maybe they did. Perhaps there had been private consultations and medication and interventions of one sort or another. I can only assume that they did try, and that their efforts were unsuccessful.”

Excerpt from: "Runnin' with the Devil: A Backstage Pass to the Wild Times, Loud Rock, and the Down and Dirty Truth Behind the Making of Van Halen" by Noel Monk.

might as well jump van halen GIF

Link to post
Share on other sites

  • Views 339
  • Replies 5
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

Popular Posts

The key here is to take one of Jack’s petulant posts and refashion it into something worthwhile.

  • Member
29 minutes ago, Jack Ryan said:

As the wealth of the Van Halen brothers grew, I couldn’t help but wonder whether they had done everything they could to help their mother. 

All Junior would have had to have done was to become A Witness himself—like Prince did. Then she would meet many, see for herself how nice they were, and see that her own fears were nonsense.

How hard could it have been? He didn’t even have a beard to shave off.

Link to post
Share on other sites
  • Member

Recently met a lady from Africa here in Georgia. She was highly religious but feared JWs.  Managed to speak to her twice.  She was in trouble with the law and she was convinced in was JWs who were the source of her problems. She was at the point of paranoia.

Link to post
Share on other sites
  • Member
4 hours ago, Arauna said:

She was highly religious but feared JWs.

We do make uncomfortable people who don’t really care about spiritual things but somewhere in the back of their head is a nagging thought that they should.

And we make uncomfortable those who assume that we are there to change their religion—and yet their religion has not put them on equal footing to discuss intelligently the Bible—they know almost nothing about it. (Very strange, when you think about it, since most simply assume that the Book provides their faith’s underpinnings) With some, judging from their quick response, this discomfort is nearly to the point of panic—just like an ordinary joe might panic at the thought of an encounter with the time-share salesperson.

”I have my own religion, and I am very happy with it,” they hastily say.

”Well, I’m not going to ask you to change it, and if I do you can say ‘no’” is my reply. “It’s just conversation.” 

I mean, they may not want to converse—more don’t than do— and if they don’t, that is fine, but I hate it to be for that reason.

One conversation with a college student was interesting enough that I proposed coming back. “To what end?” he said. Nobody had ever replied to me that way before. So I told him my ideal scenario—that over the course of 100 weeks, I would call back 100 times for 100 conversations—during which he would learn the Bible from front to back, and I would learn some things, too—and on visit #100 I would ask him if he wanted to become a Jehovah’s Witness and then he could say “no.” Once again, it’s just conversation.

I even asked him to play along on a practice session. I would ask him to become a Jehovah’s Witness, and he was to say “no.” He agreed to this.

”Would you like to become a Jehovah’s Witness like me?” I said. “No,” he replied. “See?” I said. “It’s easy. In the meantime you will learn the Bible and then you can better decide what you think about it”

This is called the Dickens approach and it is suggested by the ending of “Tale of Two Cities.” In that ending Sidney Carton visits Charles Darney, a prisoner in the Bastille being held for execution during the French Revolution. He has determined to smuggle him out. Of course, he can only do this if he takes his place and tricks the guards—it has already been noted in the novel that he remarkably resembles the man in physical appearance. One by one he suggests to Darnay exchanging articles of clothing. Each time Darnay protests—he has no idea what Carton is up to. “What do you think you’re doing?” he objects. “Do you think you can break me out? It’s not possible to escape from here.”

Each time Carton answers: “Did I say anything about escape? Wait until I mention escape and then say “no.” In this way he persuades the man to swap clothes, as though to humor him, though he knows not why.

A strict application of the Dickens method in field service necessitates saying: “Did I say anything about you changing your religion? Wait until I ask that and then say “no.” I have done this, but it’s a little easier to phrase it as I did initially: “Well, I’m not going to ask you to change your religion, and if I do you can say ‘no.’” It comes across as less of a rebuke.

It is important that your householder has not actually read “Tale of Two Cities,” for if he has, he may recall that after the clothing exchange is completed,  Carton chloroform’s Darnay, calls the guard to say that his visiting friend was overcome by emotion and has fainted, and requests that he be carried out to the waiting carriage. If the householder points that out, tell him that you do not intend to copy that part of the ending—strictly speaking, that would require you to take his place and become a Catholic, Muslim, or Hindu, and to assume his car and house payment, which may be substantial.

It is a favorite book of mine. Ruse completed, Carton later takes his place in the guillotine lineup. He is giving his life in behalf of his friend, and several times Jesus’ words are quoted as inspiration: “No man has love greater than this, that someone should surrender his life in behalf of his friends.” (John 15:13) Just before him in line is a scared 12-year old girl. She is willing to “die for her country” if it has been decreed that she must, but she cannot understand just how she could actually have been deemed to be such a threat to it. Her eyes widen as she discovers that her companion is not actually Darnay, but is someone giving his life for that man. Carton offers to take her hand, and thereby she finds the courage to face the terrible blade.

 

 

Link to post
Share on other sites




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Israeli Bar Avaddhon  »  Isabella

      Hi Isabella. Are you ok Kentucky?
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Ne dormons pas comme les autres, demeurons éveiller et restons confiant en Jéhovah, le Dieu de Toutes Bénédictions. 
      Voici une petite histoire qui va nous faire réfléchir, sur nos qualités, que nous devons manifester en notre être, nous serviteurs de Dieu. Comment et qu'elles sont les qualitées que nous devons manifester en actions, envers notre prochain, envers nos ennemis, envers Dieu, envers Jésus, pour Être porté, par le Maître du temps, Au jour de Dieu?
      Quelle est la priorité principale d'un serviteur de Dieu et que devons nous principalement mettre en pratique dans notre vie, pour Être sauvé par celui qui a préparé le chemin de nos pas, pour notre Salut?
      Le titre de cette courte histoire, nous dévoile ce qui adviendra aux serviteurs de Dieu remplis d'amour, Au Grand, jour de Dieu.
      Le Titre est:
      QUI VEUT BIEN DE L’AMOUR ?
      Voici cette petite histoire:
      Un jour, plusieurs différents sentiments cohabitaient tous ensemble sûr une Ile: le Bonheur, la Tristesse, le Savoir ; ainsi que tous les autres, Amour y compris. Un jour, on annonça aux sentiments de la région , que l’île où tous vivaient, allait couler. Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent. Seul Amour resta. Amour voulait rester jusqu’au dernier moment. Quand l’île fut près à sombrer, Amour décida d’appeler à l’aide à ces concitoyens. Le premier fut "La Richesse" qui passa à côté de Amour, dans un luxueux bateau. Amour lui dit : « Richesse, peux-tu m’emmener ? »Alors la Richesse lui dit : Non! mon ami Amour, " je ne peux t'aider, car il y a beaucoup d’argent et d’or sur mon bateau et je n’ai pas assez de place pour toi." Bonne chance Amour.
      La richesse laissa Amour dans les eaux profondes qui l'entourait et continua son chemin. Amour décida alors de demander à l’Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique bateau. Alors Amour s'exclama « Orgueil, aide-moi, je t’en prie ! » l'Orgueil répondit à Amour« je ne puis t’aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bâteau. L'Orgueil, n'aida en aucune manière Amour et continua à voguer sur les eaux immense. Plus tard »La Tristesse passa à côté, de Amour. Amour lui demanda :«"Tristesse, laisses-moi venir avec toi. » la tristesse le regarda et dit: « Ooh… Amour, je suis tellement triste que j’ai besoin d’être seule ! Bonne chance Amour". Amour ne se découragea pas et se laissa porter sur les eaux. Quelle minutes plus tard » Le Bonheur passa aussi à côté de Amour , mais il était si heureux, qu’il n’entendit même pas Amour l’appeler! Soudain, une voix dit sur un bateau de lumière immaculée comme ressemblant à des nuages matérialisés " Viens Amour," je te prends avec moi." Amour distingua que celui qui le prit sur son bateau blanc immaculé, était un vieillard, de lui venait les paroles de son sauveur des eaux tulmultueuses. Amour se senti si reconnaissant et plein de joie, qu’il en oublia de demander le nom au vieillard. Lorsqu’ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s’en alla. Amour réalisa combien, il lui devait pour l'avoir sauvé, et aussitôt un Être apparut à Amour, Cette personne qui apparut devant lui était "Le Savoir" de toutes choses, alors Amour qui était devant Lui, demanda au Savoir :« Qui m’a aidé ? »Le Savoir Dit« C’était "le Temps" » répondit le Savoir.« Le Temps ? » s’interrogea Amour.« Mais pourquoi le Temps m’a –t-il aidé ? » Le Savoir sourit, plein de sagesse, et répondit :« C’est parce que seul le Temps est capable de comprendre combien l’Amour est important dans la vie. »
      Que veux dire cette histoire que je vous aie raconté?
      Je vais laisser votre pensée réfléchir en cette histoire et je vais donner l'explication de cette histoire à la fin de ce discours.
      Restons vivifiant d'un Amour sincère.
      DANS de nombreux pays, nous avons recourt de plus en plus aux caméras de surveillance pour observer la circulation routière et filmer les accidents. En cas de délit de fuite, ces enregistrements peuvent permettre à la police de retrouver et d’arrêter le chauffard. À vrai dire, avec ces yeux électroniques un peu partout, il est de plus en plus difficile d’échapper aux conséquences de ses actes.
      Cet abondant recours à la vidéosurveillance, devrait-il, nous rappeler un tant soit peu notre Père bienveillant, Jéhovah ? La Bible dit en effet que ses yeux « sont en tout lieu » (Prov. 15:3). Mais cela veut-il dire qu’il examine constamment à la loupe nos faits et gestes ? Nous observe-t-il avec la seule intention de faire respecter ses lois et de nous punir ? (Jér. 16:17 ; Héb. 4:13). Pas du tout ! Il nous observe en premier lieu parce qu’il nous aime et se soucie de notre bonheur (1 Pierre 3:12).
      Jéhovah nous surveille par amour.
      Qu’est-ce qui nous aidera à comprendre que Jéhovah nous surveille parce qu’il nous aime ? Nous examinerons ensemble cinq façons dont cet intérêt se manifeste : 1) Il nous met en garde lorsque nous montrons de mauvaises inclinations, 2) il nous corrige lorsque nous faisons un faux pas, 3) il nous guide grâce aux principes que renferme sa Parole, 4) il nous soutient lorsque nous traversons diverses épreuves et 5) il nous récompense lorsqu’il remarque le bon qui est en nous.
      LE DIEU ATTENTIF NOUS MET EN GARDE
      Premièrement, examinons comment Dieu nous met en garde lorsque nous montrons de mauvaises inclinations (1 Chron. 28:9). Pour bien saisir cet aspect de son observation attentive, voyons comment il a traité Caïn, qui « s’enflamma d’une grande colère » parce qu’il n’avait pas obtenu l’approbation divine (lire Genèse 4:3-7). Nous voyons ici que Jéhovah lui a vivement conseillé de « [se mettre] à bien agir ». Il l’a prévenu que s'il ne changeait de comportement, le péché était « tapis à l’entrée ». Puis il lui a demandé : « Te rendras-tu maître de lui ? » Dieu voulait que Caïn tienne compte de l’avertissement et qu’« [il y ait] élévation », que Caïn retrouve sa faveur. Il conserverait alors une bonne relation avec Dieu.
      Les yeux de Jéhovah voient clair dans notre cœur ; nous ne pouvons pas lui cacher nos inclinations et nos motivations. Notre Père bienveillant veut que nous marchions dans les voies de la justice ; pourtant, il ne nous force pas à changer de route. Lorsque nous allons dans la mauvaise direction, il nous met en garde par sa Parole, la Bible. Comment ? Dans notre lecture biblique quotidienne, nous tombons souvent sur des passages qui nous aident à surmonter de mauvaises tendances ou des inclinations malsaines. De plus, nos publications chrétiennes traitent parfois d’une difficulté contre laquelle nous luttons et nous montrent comment la surmonter. Enfin, aux réunions de la congrégation, chacun de nous reçoit au bon moment les conseils dont nous avons besoin !
      Toutes ces mises en garde, écrite dans la parole, la bible, qu'elles sont vraiment la preuve que Jéhovah surveille chacun de nous individuellement et cela avec amour. Il est vrai que les paroles consignées dans la Bible existent depuis des siècles, que les publications préparées par l’organisation de Jéhovah sont écrites pour des millions de personnes et que les conseils donnés lors des réunions s’adressent à toute la congrégation. Mais dans tous ces cas, Jéhovah dirige l’attention de chacun, individuellement, vers sa Parole, afin que chacun puisse modifier ses inclinations. Ainsi, on peut dire que toutes ces dispositions sont la preuve que Jéhovah te surveille personnellement avec amour.
      Pour tirer profit des avertissements de Dieu, nous devons d’abord comprendre en profondeur sa parole? Quelle aide notre Père aimant nous fournit-il ?
      Lorsque que nous méditons sur la Parole et nous faisons des recherches profondes sur ces principes biblique, nous apprenons à nous corriger intérieurement et ainsi nous nous rendons particulièrement compte que Jéhovah veille sur nous.
      Bien sûr, il n’est pas spécialement agréable de se faire conseiller ou corriger, mais Jéhovah demande à chaque serviteur, de suivre la discipline enseigné dans sa paroles, de part nos yeux, par la méditation, la lecture attentive et en manifester les rappels constant (Héb. 12:11). Réfléchissons à ce que Jéhovah examine en nous. Nous devons être conscient que chaques actions de notre part pourraient nuire à notre relation avec Dieu. Nous devons se soucier de nos sentiments que nous véhiculons envers les autres. Enfin, nous devons être prêt à donner de son temps et de son énergie pour manifester les changements primordiales, à l’aide de la Bible, manifester les actions requises qui mène à plaire à Jéhovah .
      En psaumes 73:24 Le psalmiste a chanté à Jéhovah : « Par ton conseil tu me conduiras » (Ps. 73:24). Quand nous avons besoin d’une direction, nous pouvons « [tenir] compte de » Jéhovah en cherchant dans sa Parole la vrai direction de penser.
      Oui, par sa Parole, Jéhovah nous guide pour nous aider à surmonter les difficultés de la vie si nous demondons à Jehovah de nous guider personnellement.
      Psaume chapitre 37 à lire en entier.
      Pour quel genre de raisons Jéhovah n’intervient-il pas toujour dans nos difficultés personnelles ?
      Jéhovah a peut-être de bonnes raisons de ne pas intervenir dans certaines situations. Imaginons qu’à nos yeux, notre être intérieur fut blessé mais que Jéhovah ait un autre point de vue, que, selon lui, tu as plus de torts, que tu ne le penses. La remarque que tu as trouvée si vexante peut, en fait, être un conseil justifié, auquel tu ferais bien de réfléchir. Dans sa biographie, frère Karl Klein, qui a été membre du Collège central, a raconté qu’un jour, que frère Rutherford l’avait repris avec franchise. Par la suite, frère Rutherford lui a adressé un joyeux « Bonjour, Karl ! » Mais, vexé par la réprimande, frère Klein lui a répondu du bout des lèvres. Comprenant qu’il lui en voulait, frère Rutherford l’a prévenu qu’il risquait de devenir la proie du Diable. Frère Klein écrira : « Quand nous avons de la rancœur contre un de nos frères, surtout si c’est parce qu’il nous a dit quelque chose qu’il était en droit de nous dire dans l’exercice de ses fonctions, alors nous prêtons le flanc aux attaques du Diable. »
      Quand une épreuve semble s’éterniser, nous pourrions nous impatienter. Que faire alors ? Supposons, que nous roulons sur une autoroute et que nous nous trouvons pris dans un embouteillage. Nous ne savons pas combien de temps cette situation va durer. Si nous nous irritons et que nous essayons de prendre un autre chemin, nous risquons de se perdre et, au bout du compte, d’arriver à destination plus tard que si nous avions patiemment suivi le premier itinéraire. Pareillement, si nous restons sur les voies tracées par la Parole de Dieu, en temps voulu, nous arriverons, à la destination prévu.
      Il se peut également que, lorsque nous sommes éprouvés, Jéhovah n’intervienne pas tout de suite parce qu’il veut que nous recevions une précieuse formation (lire 1 Pierre 5:6-10). Dieu n’inflige aucune épreuve (Jacq. 1:13). La plupart des malheurs viennent de « [notre] adversaire, le Diable ». Par contre, Dieu peut se servir d’une situation éprouvante pour nous aider à croître spirituellement. Il voit notre souffrance et, « parce qu’il se soucie » de nous, il veillera à ce qu’elle ne dure qu’« un peu de temps ». Quand nous sommes
      éprouvé, sommes-nous heureux que Jéhovah nous surveille, convaincu qu’il nous ménagera une issue ? (2 Cor. 4:7-9).
      LA JOIE D’ÊTRE APPROUVÉ PAR DIEU
      En fait, Jéhovah examine notre vie pour une raison des plus rassurantes. Par l’intermédiaire de Hanani le voyant, il a dit au roi Asa : « Car, en ce qui concerne Jéhovah, ses yeux rôdent par toute la terre, afin de montrer sa force en faveur de ceux dont le cœur est complet à son égard » (2 Chron. 16:9). Chez Asa, Dieu n’a pas trouvé un cœur complet. Mais si nous, nous continuons à faire ce qui est droit, Jéhovah « montrer[a] sa force » en notre faveur.
      Dieu veut que nous « recherch[ions] ce qui est bon », que nous « aim[ions] ce qui est bon » et que nous « fass[ions] ce qui est bon » afin qu’il puisse nous « témoign[er] de la faveur » (Amos 5:14, 15 ; 1 Pierre 3:11, 12). Il remarque les justes et il les bénit (Ps. 34:15). Songeons, par exemple, aux accoucheuses hébreues, Shiphra et Poua. Alors qu’Israël était en esclavage en Égypte, ces femmes ont craint Dieu plus que Pharaon, qui leur avait ordonné de tuer à la naissance tous les garçons hébreux. Manifestement, leur conscience les a poussées à garder les bébés en vie. Par la suite, Jéhovah « leur fit don de familles » (Ex. 1:15-17, 20, 21). Leurs belles actions n’avaient pas échappé à Jéhovah, dont les yeux « rôdent». Parfois, nous avons peut-être l’impression que personne ne remarque nos belles actions. Mais notre Père céleste y est attentif. Il remarque toute bonne action et il nous récompensera en temps voulu(Mat. 6:4, 6 ; 1 Tim. 5:25 ; Héb 6:10.
      Jéhovah voit tout ce que nous faisons, tôt ou tard, il nous récompensera. En prenant conscience qu’il a l’œil sur nous alors n’ayons pas l’impression d’être sous le regard froid et scrutateur d’une caméra de surveillance. Au contraire, sentons-nous encore plus proche du Dieu bienveillant qui se soucie réellement de nous!
      Revenons à la petite histoire du personnage Amour.
      Avant de vous expliquer le rappels de cette histoire allons lire les paroles de notre Guide JÉSUS CHRIST.
      Allons en Mathieu 22 :37 à 39
      Alors Jésus lui dit : “ Tu dois aimer Jéhovah ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée. 38 C’est là le plus grand et le premier commandement. 39 Le deuxième, qui lui est semblable, est celui-ci : Tu dois aimer ton prochain comme toi-même
      Mathieu 5:44 à 45a
      Continuez d’aimer vos ennemis et de prier pour ceux qui vous persécutent ; 45 afin de vous montrer fils de votre Père qui est dans les cieux.
      Alors revenons à cette histoire que je transmis au début de ce discours.
      Nous avions plusieurs personnages, il eut Amour , Richesse, l'orgueil, la tristesse, le bonheur, Le Temps et Le Savoir. Chacun étaient différents en manière de penser, en comportement, pourtant ils parraissent tous ensembles, qu'ils ont réussit leur monde, ils ont ammasé des richesses, leur valeurs étaient differentes en leurs coeur, certains étaient très heureux de leur réussites. Les personnages de cette histoire, aucun personnages ne se montrèrent d'aucune arrogance envers Amour. Richesse, orgueil, tristesse et bonheur ont tous ignoré Amour.
      Amour paraissait être le seul à n'avoir pris aucune précaution au chaos qui venait. Amour avait passé sa vie à comprendre l'Amour de cette vie.
      Il n'avait pas de bateau., il n'avait rien ammassé de cette vie.
      Amour se souvenait que Dieu viendrait le chercher par les nuages matérialisés pour rencontrer le Savoir dans un lieu unique où tout les juste vont.Psaumes37: 10,11,29
      Le temps dans cette histoire, qui est le vieillard, est Jésus, Jésus à attendu le signal du Savoir avant de sauver sa brebis, Amour.
      Amour avait transmis à chaque personnages son attention de l'amour, son amour pour son prochain était réel, tous le connaissaient par son Nom "Amour".
      Le temps qui est(Jésus, le viellard) même lui l'a appelé Amour par son Nom.
      Qu'à fait Amour pour rencontrer Le Savoir qui est Jéhovah, comme Jésus il a pardonné les actions de tout ses ennemis, comme l'action que Jésus à fait dans sa vie relaté en luc 23:34 "Père pardonne leurs, car ils ne savent ce qu 'ils font" par sa maîtrise de soi Amour, il a conservé ses 7 qualités, les plus importantes de sa vie et cela jusqu'à presque perde sa vie dans les eaux tumulteuses et il reçu du Savoir, le fruit de L'amour de Jéhovah le Dieu de toutes connaissances, de toutes sagesses et des bénédictions, Amour à reçu  la Récompense  de la promesse qu'il avait attendu toute sa vie.
      Pour finir ce petit discours je vous laisse sur une belle citation de Paul sur le thème de l'Amour.
      L’amour est patient et bon. L’amour n’est pas jaloux, il ne se vante pas, ne se gonfle pas [d’orgueil], 5 n’agit pas de façon inconvenante, ne cherche pas ses propres intérêts, ne s’irrite pas. Il ne tient pas compte du mal subi. 6 Il ne se réjouit pas de l’injustice, mais se réjouit avec la vérité. 7 Il supporte tout, croit tout, espère tout, endure tout. 8 L’amour ne disparaît Jamais, car c'est celui qui aura enduré jusqu'à la fin et les yeux fixer sur L'ESPÉRANCE DE LA PROMESSE DE JÉHOVAH LE DIEU DE TOUTES BÉNÉDICTIONS.
      Comme notre petit personnage Amour Notre persévérance nous donnera la chance de recevoir le Prix des juste et des humbles de la terre.
      Cher Serviteurs de Jehovah, annoncons La GLOIRE EN NOTRE DIEU Jéhovah le Dieu de L'Amour, de toutes connaissances et de toutes sagesses profondes.
      YHWH ELÉON. Jéhovah le Dieu de toutes bénédictions 



      · 0 replies
    • 4Jah2me  »  Srecko Sostar

      Srecko, I have just read on the MSN news that there has been an earthquake in Croatia. Are you and your family all safe ?   I hope you are not injured in this.  Best regards, John.
      · 2 replies
    • CRISTOBAL

      CRISTOBAL ☠️ CEO
      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,436
    • Total Posts
      128,771
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,833
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Gustarov
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.