Jump to content
The World News Media

Excavation at Gezer - Ancient Calendar Discovery


Recommended Posts

  • Member

A Year in “the Good Land”
In 1908 an exciting discovery was made at the site of the Biblical city of Gezer, which lies toward the coastal plain west of Jerusalem: a small limestone plaque, or tablet, believed to be from the tenth century B.C.E. On it, in ancient Hebrew script, was found what is thought to be a simplified version of an agricultural year, or cycle, with its various operations. This tablet has come to be known as the Gezer Calendar.
The tablet bears a signature: Abijah. Though not all archaeologists agree, many consider it to be a schoolboy’s exercise set in verse.*(see footnote below) Would you like to see the passing of seasons through the eyes of a boy who lived back then? Doing so might help you to recall some Bible events. 

Screen Shot 2019-10-03 at 9.07.05 PM.png

 

Screen Shot 2019-10-03 at 9.07.14 PM.png

Two Months of Ingathering
The writer of this ancient calendar began with the general ingathering. While it was listed first in this calendar, you can understand why the Israelites considered this ingathering to be the climax, or the end, of the major part of the agricultural year. The month of Ethanim (later called Tishri) corresponds to September/October on our present calendar. With the bulk of the harvesting finished, this was a particularly festive time that would have involved young Abijah. Imagine his excitement while helping his father make the booth that would become their home for a week as they joyfully thanked Jehovah for the fruitage of their fields!—Deuteronomy 16:13-15.
About this time, the olives were nearly ready for Abijah’s family to harvest them by beating the tree branches, a job that may have been too hard for young Abijah but fun to watch. (Deuteronomy 24:20) They would then pick up the olives and take them to the nearest stone press to make oil. Or a family might obtain some oil by a simpler method—that of placing beaten or cracked olives in water and scooping up any oil that floated to the surface. In any case, this precious liquid provided more than food. It was also used as fuel for lamps and to treat bruises and wounds, such as a lad like Abijah might get while playing.

Two Months of Sowing
When the early rains began, Abijah might have been happy to feel the cool shower on his skin. His father probably told him how important rain is for the land. (Deuteronomy 11:14) The soil, baked hard for months by the sun, would soften and become ready for plowing. The ancient plowman skillfully guided a wooden plow, perhaps one having a metal tip, as an animal pulled it along. The goal was to make straight furrows in the soil. The land was precious, so Israelite farmers even made use of small plots, including slopes. But there they might have to use handheld implements. Once the softened soil was plowed, wheat and barley could be sown. Interestingly, the next entry in the Gezer Calendar refers to two months of such planting. The sower might carry the grain in a fold in his clothes and spread the seed with a wide sweeping movement of his arm.

Two Months of Late Sowing
“The good land” never ceased producing food. (Deuteronomy 3:25) During December, the rainfall reached its peak and the land became green. It was the time for a late sowing of legumes, such as peas and chickpeas, as well as other vegetables. (Amos 7:1, 2) On the tablet, Abijah called this the “spring pasture” or, according to another rendering, the “late planting,” a time of delicious dishes made with many vegetables from this period. As the somewhat cold season warmed up, the almond tree, a harbinger of spring, blossomed with white and pink flowers. This could start at the slightest warming, as early as January.—Jeremiah 1:11, 12.

One Month of Cutting Flax
Abijah next mentioned flax. That might call to your mind an episode that happened centuries before Abijah’s time on the east side of the Judean hills. In the city of Jericho, Rahab hid two spies “among stalks of flax laid in rows” that had been put out to dry on her roof. (Joshua 2:6) Flax played an important part in the Israelites’ lives. To release the flax fibers, the plant material first had to rot. This would take place slowly with the dew or more rapidly by placing the flax in a pond or a stream. Once separated, the flax fibers were used to produce linen, which was then made into sails, tents, and clothes. Flax was also used for lamp wicks.
Some object to the idea that flax was grown in the Gezer area, where water was somewhat scarce. Others maintain that flax was grown only later in the year. That is why some hold that in the Gezer Calendar, the word “flax” was a synonym for fodder “grass.”

One Month of Barley Harvest
Each year, close to the spring equinox, Abijah observed the green ears of barley, the crop he mentioned next on his calendar. The corresponding month in Hebrew is Abib, meaning “Green Ears,” possibly referring to the stage when the ears are ripe but still soft. Jehovah commanded: “Let there be an observing of the month of Abib, and you must celebrate the passover to Jehovah.” (Deuteronomy 16:1) Abib (later called Nisan) corresponds to parts of today’s March and April. The time of the ripening of barley may have played a role in determining the start of this month. Even today, Karaite Jews observe this ripening to establish their new year. In any case, barley firstfruits had to be waved before Jehovah on the 16th of Abib.—Leviticus 23:10, 11. Barley had a very important place in the everyday life of most Israelites. Cheaper than wheat, barley was often preferred for making bread, particularly by the poor.—Ezekiel 4:12.

One Month of Harvest and Measure
If you think back to Abijah’s time, you can imagine that early one morning he might have noticed the heavy clouds dissipating—no more rain for a while. The plants of the good land were now dependent on the dew. (Genesis 27:28; Zechariah 8:12) Israelite farmers were aware that many crops harvested during the sunniest months of the year needed a subtle balance of winds until Pentecost. The cold, wet wind coming from the north might have benefited developing cereals, but such were damaging to fruit trees once they blossomed. The hot, dry wind from the south helped the blossoms to open and pollinate.—Proverbs 25:23; Song of Solomon 4:16.
Jehovah, the Master of the elements, had set in motion a finely tuned ecological system. In Abijah’s day, Israel was really “a land of wheat and barley and vines and figs and pomegranates, a land of oil olives and honey.” (Deuteronomy 8:8) Abijah’s grandfather may have told him about the extraordinary period of abundance under wise King Solomon’s rule—clear evidence of Jehovah’s blessing.—1 Kings 4:20.
After mentioning harvesting, the calendar contained a word that some take to mean “measuring.” That might refer to measuring the harvest to give portions to the owners of the field and to the workers or even to pay as a tax. However, other scholars understand the Hebrew word to be “feasting” and see in this an allusion to the Festival of Weeks, which fell in the month of Sivan (May/June).—Exodus 34:22.

Two Months of Leaf Plucking
Abijah next wrote about two months of tending vines. Might he have helped to pluck the abundant foliage off the vines to allow the sun to reach the grapes? (Isaiah 18:5) Then came the time to gather the grapes, an exciting period for a youth back then. How delicious the first ripe grapes were! Abijah had likely heard about the 12 spies sent into the Promised Land by Moses. They went in the days of the first ripe fruits of the grapes to see how good the land was. On that occasion, one bunch of grapes was so large that it took two men to carry it!—Numbers 13:20, 23.


One Month of Summer Fruit
The last entry on Abijah’s calendar referred to summer fruit. In the ancient Middle East, summer was the part of the agricultural year that focused on fruit. After Abijah’s time, Jehovah used the expression “a basket of summer fruit” to illustrate that ‘the end had come to his people Israel,’ using a wordplay with “summer fruit” and “end” in Hebrew. (Amos 8:2) This should have reminded unfaithful Israel that it had reached its end and that Jehovah’s judgment was due. Figs were no doubt among the summer fruits that Abijah was referring to. Summer figs might be pressed into cakes to eat or used as a poultice for boils.—2 Kings 20:7.

The Gezer Calendar and You
Young Abijah was likely in direct contact with the agricultural life of the country. Farm activities were widespread among the Israelites in those days. Even if you are not in close contact with agricultural activities, the references in this tablet from Gezer can help to bring your Bible reading to life, making it more understandable and meaningful.

*[Footnote]
There is not full agreement about the correspondency between the list on the Gezer Calendar and the months generally followed in the Bible. Furthermore, some agricultural operations could take place at slightly different times in the various areas of the Promised Land.

photos & info are from pgs 8-12 of the 06/15/07 Watchtower.

Link to post
Share on other sites

  • Views 110
  • Replies 1
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Some other pictures make this clearer: The language is "Hebrew" and the writing is still using the"Paleo-Hebrew" letters that are associated with Phoenician and "pre-Hebrew" Mycenaean alphabets. Hebrew could have been much older as a spoken language, but in written form, Hebrew characters developed from earlier Mycenaean/Phoenician alphabets. In 10th century (BC) documents this is the alphabet still used, and over time the Hebrew characters began dropping some of these c

A Year in “the Good Land” In 1908 an exciting discovery was made at the site of the Biblical city of Gezer, which lies toward the coastal plain west of Jerusalem: a small limestone plaque, or tablet, believed to be from the tenth century B.C.E. On it, in ancient Hebrew script, was found what is thought to be a simplified version of an agricultural year, or cycle, with its various operations. This tablet has come to be known as the Gezer Calendar. The tablet bears a signature: Abijah. Thoug

Posted Images

  • Member
14 hours ago, The Librarian said:

at the site of the Biblical city of Gezer, which lies toward the coastal plain west of Jerusalem: a small limestone plaque, or tablet, believed to be from the tenth century B.C.E. On it, in ancient Hebrew script, was found what is thought to be a simplified version of an agricultural year

Some other pictures make this clearer:

image.png

image.png

image.png

image.png

The language is "Hebrew" and the writing is still using the"Paleo-Hebrew" letters that are associated with Phoenician and "pre-Hebrew" Mycenaean alphabets. Hebrew could have been much older as a spoken language, but in written form, Hebrew characters developed from earlier Mycenaean/Phoenician alphabets. In 10th century (BC) documents this is the alphabet still used, and over time the Hebrew characters began dropping some of these close association with Mycenaean. It might make one wonder what the alphabet on the stones of the 10 commandments looked like, perhaps half-a-millennium earlier. 

Also note that many of the actual items harvested (grapes, wheat, olives) are never actually mentioned, only assumed. The way this actually shortens the verses makes me think (maybe) that this might have been lyrics to a song.

It's also interesting that the plural word for month is apparently used as a "dual." You get 12 months total, only if the word "months" must always mean TWO months. [Although consider the Hebrew leap year, of 13 months] Also of interest is that the Bible usually uses the word CHODESH for month, and the word used here is YERAHH (YERACH). An interesting development in the different uses is found

    Hello guest!
. But the Biblical plural for YERACH is YERACHIM. The plural (likley limited to dual) in the calendar is YRCHW (unknown pronunciation).

 

Link to post
Share on other sites




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • renzo  »  misette

      Bonjour Misette , je cherche les retranscriptions des cultes matinaux mais sur chaque document en ligne il est noté que le fichier n'est pas disponible. Peux tu stp me dire comment il est possible de recevoir ces retranscriptions ?  Merci d'avance
      Bien fraternellement
       
      · 3 replies
    • Eric Ouellet

      Remerciez Jéhovah, louez son nom 
       
      Remerciez Jéhovah, louez son nom ;
      parmi les peuples, faites connaître ses actions grandioses !
      Chantez pour lui, chantez-lui des louanges,
      méditez sur tous ses actes prodigieux.
      Soyez fiers de son saint nom.
      Que le cœur de ceux qui recherchent Jéhovah se réjouisse.
      Recherchez Jéhovah et sa force.
      Cherchez constamment son visage.
      Souvenez-vous des actes prodigieux qu’il a accomplis,
      de ses miracles et des jugements qu’il a prononcés,
      vous, descendants de son serviteur Abraham,
      vous, fils de Jacob, ceux qu’il a choisis !
      Il est Jéhovah notre Dieu.
      Ses jugements s’appliquent sur toute la terre.
      Pour toujours, il se souvient de son alliance,
      pendant mille générations, de la promesse qu’il a faite,
      de l’alliance qu’il a conclue avec Abraham
      et du serment qu’il a fait à Isaac,
      serment qu’il a établi comme décret pour Jacob
      et comme alliance permanente pour Israël,
      en disant : « Je te donnerai le pays de Canaan ;
      ce sera ta part d’héritage. »
      C’était lorsqu’ils étaient en petit nombre,
      oui, peu nombreux, et qu’ils étaient étrangers dans le pays.
      Ils circulaient d’une nation à l’autre,
      d’un royaume vers un autre peuple.
      Il ne laissa aucun homme les opprimer;
      pour eux, il réprimanda des rois,
      en disant : « Ne touchez pas à mes oints
      et ne faites aucun mal à mes prophètes. »
      Il appela une famine sur le pays ;
      il les priva de pain.
      Il envoya en avant d’eux un homme,
      Joseph, qui fut vendu comme esclave.
      On lui lia les pieds par des entraves,
      on lui mit le cou dans les fers ;
      la déclaration de Jéhovah, c’est ce qui l’affina,
      jusqu’au moment où la parole de Dieu s’accomplit.
      Le roi ordonna de le libérer,
      le chef des peuples le relâcha.
      Il l’établit maître de son palais,
      chef sur tous ses biens,
      pour qu’il ait autorité sur ses princes comme il lui semblait bon
      et qu’il enseigne la sagesse aux aînés.
      Alors Israël vint en Égypte,
      et Jacob résida comme étranger au pays de Cham.
      Dieu rendit son peuple très fécond ;
      il le rendit plus fort que ses adversaires,
      dont il laissa le cœur changer pour qu’ils haïssent son peuple,
      pour qu’ils conspirent contre ses serviteurs.
      Il envoya son serviteur Moïse,
      et Aaron, qu’il avait choisi.
      Ils accomplirent ses signes parmi eux,
      ses miracles au pays de Cham.
      Il envoya l’obscurité, et le pays s’enténébra;
      ils ne se rebellèrent pas contre ses paroles.
      Il changea leurs eaux en sang
      et tua leurs poissons.
      Leur pays fut envahi de grenouilles,
      jusque dans les chambres royales.
      Il ordonna aux taons de les envahir
      et aux moustiques d’infester leurs territoires.
      Il changea leur pluie en grêle
      et envoya la foudre sur leur pays.
      Il frappa leurs vignes et leurs figuiers
      et brisa les arbres de leur territoire.
      Il ordonna que les criquets les envahissent,
      de jeunes criquets sans nombre.
      Ils dévorèrent toute la végétation du pays,
      et ils dévorèrent les produits du sol.
      Puis il abattit tout premier-né dans leur pays,
      le début de leur puissance procréatrice.
      Il fit sortir son peuple chargé d’argent et d’or;
      et parmi ses tribus, personne ne trébucha.
      Quand ils partirent, les Égyptiens se réjouirent,
      car la terreur qu’Israël inspirait s’était emparée d’eux.
      Il déploya un nuage pour dissimuler son peuple,
      et un feu pour l’éclairer la nuit.
      Ils demandèrent, et il fit venir des cailles ;
      il les rassasiait du pain du ciel.
      Il ouvrit un rocher, et les eaux coulèrent ;
      elles coulèrent dans le désert comme un fleuve.
      Car il se souvenait de la promesse sainte qu’il avait faite à son serviteur Abraham.
      Il fit donc sortir son peuple dans l’allégresse,
      ceux qu’il avait choisis, dans un cri de joie.
      Il leur donna les terres des nations ;
      ils héritèrent de ce que d’autres peuples avaient produit en peinant,
      afin qu’ils respectent ses décrets
      et obéissent à ses lois.
      Louez Yah !

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Nous ne pouvons rien cacher à Dieu, Droite est la vision de Justice de Jéhovah 
      Louez Yah !
      Remerciez Jéhovah, car il est bon ;
      son amour fidèle est éternel.
      Qui peut proclamer tous les actes puissants de Jéhovah
      ou annoncer toutes ses actions dignes de louanges ?
      Heureux ceux qui agissent avec droiture,
      qui se comportent toujours avec justice.
      Souviens-toi de moi, ô Jéhovah, quand tu accordes ta faveur à ton peuple.
      Occupe-toi de moi par tes actes sauveurs,
      pour que je savoure le bien que tu fais à ceux que tu as choisi ;
      Pour que je me réjouisse aux côtés de ta nation,
      pour que je te loue fièrement aux côtés de ton héritage.
      Nous avons péché, comme nos ancêtres;
      nous avons mal agi, nous nous sommes conduits méchamment.
      Nos ancêtres, en Égypte, ne comprirent pas le sens de tes œuvres prodigieuses.
      Ils ne se souvinrent pas de ton immense amour fidèle,
      et ils se rebellèrent près de la mer, la mer Rouge.
      Mais par égard pour son nom, il les sauva,
      afin de faire connaître sa puissance.
      Il réprimanda la mer Rouge, et elle s’assécha ;
      il les conduisit à travers ses profondeurs comme à travers un désert;
      il les sauva de la main de leur adversaire,
      il les racheta de la main de l’ennemi.
      Les eaux recouvrirent leurs adversaires ;
      aucun d’eux ne survécut.
      Alors ils eurent foi en sa promesse ;
      ils se mirent à chanter sa louange.
      Mais ils oublièrent vite ce qu’il avait fait ;
      ils n’attendirent pas son conseil.
      Ils cédèrent à leurs désirs égoïstes dans le désert;
      ils mirent Dieu à l’épreuve dans les solitudes.
      Il leur accorda ce qu’ils demandaient,
      mais il les frappa ensuite d’un mal qui les fit dépérir.
      Dans le camp, ils devinrent jaloux de Moïse
      et d’Aaron, le saint de Jéhovah.
      Alors la terre s’ouvrit et engloutit Dathan,
      et elle recouvrit ceux qui s’étaient rassemblés avec Abiram.
      Un feu flamba parmi leur groupe,
      une flamme consuma les méchants.
      Ils firent un veau en Horeb
      et se prosternèrent devant une statue en métal;
      ils échangèrent ma gloire
      contre la représentation d’un taureau, d’un mangeur d’herbe.
      Ils oublièrent Dieu, leur Sauveur,
      qui avait fait de grandes choses en Égypte,
      des œuvres prodigieuses au pays de Cham,
      des actes redoutables à la mer Rouge.
      Il allait ordonner leur anéantissement,
      mais Moïse, celui qu’il avait choisi, intercéda auprès de lui
      pour détourner sa colère destructrice.
      Puis ils méprisèrent le pays désirable ;
      ils n’eurent pas foi dans sa promesse.
      Ils n’arrêtèrent pas de grogner dans leurs tentes ;
      ils n’écoutèrent pas la voix de Jéhovah.
      Alors, levant la main, il jura
      de les faire tomber dans le désert,
      de faire tomber leurs descendants parmi les nations
      et de les disperser dans tous les pays.
      Puis ils prirent part au culte du Baal de Péor
      et mangèrent des sacrifices offerts aux morts.
      Ils provoquèrent sa colère par leurs actions,
      et un fléau éclata parmi eux.
      Mais Phinéas se leva pour intervenir,
      et le fléau s’arrêta.
      Et cela fut porté à son compte comme justice,
      de génération en génération, pour toujours.
      Ils provoquèrent sa colère aux eaux de Meriba,
      et, à cause d’eux, les choses tournèrent mal pour Moïse.
      Ils aigrirent son esprit,
      si bien qu’il parla avec ses lèvres sans réfléchir.
      Ils n’anéantirent pas les peuples,
      contrairement à l’ordre de Jéhovah.
      Mais ils se mêlèrent aux nations
      et adoptèrent leurs manières d’agir.
      Ils servirent leurs idoles,
      et celles-ci devinrent un piège pour eux.
      Ils sacrifièrent leurs fils
      et leurs filles aux démons.
      Ils firent couler le sang d’innocents,
      le sang de leurs propres fils et de leurs propres filles
      qu’ils sacrifiaient aux idoles de Canaan;
      et le pays fut profané par le sang versé.
      Par leurs œuvres, ils se rendirent impurs ;
      par leurs actes, ils pratiquèrent la prostitution spirituelle.
      Alors la colère de Jéhovah éclata contre son peuple,
      et il en vint à détester son héritage.
      Maintes fois il les livra aux nations,
      pour que ceux qui les haïssaient dominent sur eux.
      Leurs ennemis les opprimèrent,
      et ils furent soumis à leur pouvoir.
      Bien des fois il les secourut,
      mais ils se rebellaient et désobéissaient,
      et ils étaient abaissés à cause de leur faute.
      Cependant il voyait leur détresse
      et entendait leur appel à l’aide.
      Pour eux, il se souvenait de son alliance ;
      dans son grand amour fidèle, il avait pitié.
      Il éveillait envers eux la pitié
      de tous ceux qui les tenaient captifs.
      Sauve-nous, ô Jéhovah notre Dieu,
      et rassemble-nous du milieu des nations
      pour que nous puissions glorifier ton saint nom
      et te louer dans la joie.
      Que Jéhovah, le Dieu d’Israël, soit loué
      pour toute l’éternité.
      Et que tout le peuple dise : « Amen ! »
      Louez Yah !

      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric merci pour tes sujets et partages. Bonne journée Michel
      12 SECRETS POUR MAINTENIR LA JOIE DANS l organisation de Jéhovah.pdf memoire_vivante56.pdf Un athée.pdf
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Que nos sacrifices de paix venant du coeur soit pur aux services de Dieu
      Le Lévitique a été écrit il y a 3 500 ans, mais Jéhovah l’a préservé pour nous instruire  (Rom. 15:4). Ce livre nous aide à comprendre ce que Jéhovah pense et ressent. Nous devrions donc nous y intéresser de près. En fait, nous pouvons tirer beaucoup de leçons de ce livre inspiré de Dieu. Examinons-en quatre.
      COMMENT OBTENIR L’APPROBATION DE JÉHOVAH
      Première leçon : nous devons avoir l’approbation de Jéhovah si nous voulons qu’il accepte nos sacrifices. Chaque année, le jour de la Réconciliation, la nation d’Israël se rassemblait et des sacrifices d’animaux étaient offerts. Ces sacrifices rappelaient aux Israélites qu’ils avaient besoin d’être purifiés de leurs péchés. Mais avant d’entrer dans le Très-Saint avec du sang provenant des sacrifices, le grand prêtre devait d’abord accomplir une autre tâche, une tâche dont l’objectif était bien plus important que le pardon des péchés de la nation.
      (Lire Lévitique 16:12, 13.) Imagine la scène : Nous sommes le jour de la Réconciliation. Le grand prêtre entre dans le tabernacle. C’est la première des trois fois où il va entrer dans le Très-Saint ce jour-là. Dans une main, il tient un récipient contenant de l’encens parfumé, et dans l’autre un récipient à feu en or rempli de braises. Il s’arrête un instant devant le rideau du Très-Saint. Puis, avec un profond respect, il entre et va se placer devant l’arche de l’Alliance. De façon figurée, il se trouve en présence de Jéhovah lui-même ! Puis il verse avec soin l’encens sacré sur les braises, et la pièce se remplit d’un parfum délicat. Plus tard, il va de nouveau entrer dans le Très-Saint avec du sang provenant des sacrifices pour le péché. Remarque qu’il brûle l’encens avant de présenter le sang des sacrifices pour le péché
      Qu’apprenons-nous de ce que le grand prêtre devait faire avec l’encens le jour de la Réconciliation ? La Bible montre que, pour Jéhovah, les prières de ses fidèles adorateurs sont comparables à de l’encens (Ps. 141:2 ; Rév. 5:8). Comme nous venons de le voir, c’était avec un profond respect que le grand prêtre apportait l’encens jusque devant l’arche de l’Alliance, qui symbolisait la présence de Jéhovah. De la même façon, quand nous nous approchons de Jéhovah par la prière, nous le faisons avec beaucoup de respect. Nous sommes très reconnaissants au Créateur de l’univers de nous permettre de nous approcher de lui comme un enfant le fait avec son père (Jacq. 4:8). Il accepte que nous soyons ses amis ! (Ps. 25:14). Nous apprécions tellement cet honneur que nous ne voudrions jamais le décevoir.
      Souviens-toi que le grand prêtre devait brûler l’encens avant de pouvoir offrir les sacrifices. Ainsi, il faisait le nécessaire pour avoir l’approbation de Dieu au moment où il les offrirait. Qu’est-ce que cela nous apprend au sujet de Jésus ? Avant de pouvoir offrir sa vie en sacrifice, il a fallu qu’il fasse quelque chose d’essentiel, dont l’objectif était bien plus important que le salut des humains. Qu’a-t-il dû faire ? Il a dû rester fidèle à Dieu et obéir à ses commandements durant toute sa vie sur terre, ce qui permettrait à Jéhovah d’accepter son sacrifice. En restant intègre, Jésus prouverait qu’accomplir la volonté de Jéhovah est la meilleure façon de vivre. Et il justifierait la souveraineté de son Père : il apporterait la preuve que sa façon de gouverner est bonne et juste.
      Durant sa vie sur la terre, Jésus a toujours obéi parfaitement aux normes de Jéhovah. Aucune tentation ni aucune épreuve, ni même la mort atroce qui l’attendait, n’a pu affaiblir son désir de défendre la façon de gouverner de son Père (Phil. 2:8). Dans l’épreuve, Jésus priait « avec des cris puissants et des larmes » (Héb. 5:7). Ses prières intenses venaient d’un cœur fidèle à Dieu, et elles renforçaient son désir de lui rester obéissant. Pour Jéhovah, les prières de Jésus étaient comme le parfum délicat de l’encens. Par sa façon de vivre, Jésus a grandement réjoui le cœur de son Père et a justifié sa souveraineté.
      Nous imiterons Jésus en faisant le maximum pour rester fidèles à Jéhovah et obéir à ses lois. Et dans l’épreuve, comme nous voulons lui plaire, nous le supplierons de nous aider. Nous montrerons alors que nous soutenons sa souveraineté. Nous savons qu’il ne répondra pas à nos prières si nous avons une conduite qu’il n’approuve pas. Cependant, si nous respectons ses normes, nous pouvons être sûrs que nos prières sincères seront pour lui comme de l’encens au parfum délicat. Nous pouvons également être certains que notre fidélité et notre obéissance réjouiront notre Père céleste (Prov. 27:11).
      NOUS SERVONS DIEU PAR RECONNAISSANCE ET PAR AMOUR
      Deuxième leçon : nous servons Jéhovah parce que nous éprouvons pour lui de la reconnaissance. Pour développer cette idée, parlons des sacrifices de paix, un autre aspect important du vrai culte dans l’ancien Israël. Dans le livre du Lévitique, nous apprenons qu’un Israélite pouvait offrir un sacrifice de paix « pour exprimer sa reconnaissance » à Dieu (Lév. 7:11-13, 16-18). Il offrait ce sacrifice, non pas parce qu’il était obligé de le faire, mais parce qu’il le voulait. Il s’agissait donc d’un sacrifice qu’une personne faisait volontairement parce qu’elle aimait son Dieu, Jéhovah. Cette personne ainsi que sa famille et les prêtres mangeaient ensuite la viande de l’animal sacrifié. Mais certaines parties de l’animal étaient réservées exclusivement à Jéhovah. Lesquelles ?
      Troisième leçon : par amour pour Jéhovah, nous lui donnons ce que nous avons de meilleur. Jéhovah considérait la graisse comme la meilleure partie de l’animal. Il a aussi fait savoir que d’autres parties de l’animal, comme les rognons, étaient particulièrement précieuses pour lui (lire Lévitique 3:6, 12, 14-16). Cela lui faisait donc très plaisir quand un Israélite lui offrait volontairement ces parties de l’animal et la graisse. Cet Israélite montrait qu’il désirait vraiment lui offrir le meilleur. De la même façon, Jésus a offert à Jéhovah ce qu’il avait de meilleur en le servant de toute son âme et par amour (Jean 14:31). Pour Jésus, faire la volonté de son Père était un plaisir ; il avait un amour profond pour la loi de Dieu (Ps. 40:8). Comme cela a dû réjouir Jéhovah de voir son Fils le servir avec autant d’enthousiasme !
      Comme ces sacrifices de paix, notre service pour Jéhovah est une façon de lui montrer ce que nous ressentons pour lui. Nous lui donnons ce que nous avons de meilleur, et nous le faisons parce que nous l’aimons de tout notre cœur. Comme cela doit le réjouir de voir des millions de personnes le servir avec plaisir parce qu’elles ont un profond amour pour lui et pour ses normes ! Cela nous réconforte de savoir que Jéhovah voit non seulement nos actions, mais aussi nos mobiles, et qu’il y accorde de la valeur. Par exemple, si tu es âgé et que tu ne peux plus en faire autant qu’avant, sois certain que Jéhovah comprend tes limites. Tu penses peut-être que tu n’as pas grand-chose à lui offrir. Mais lui, il voit que ton profond amour pour lui te pousse à faire ce que tu peux. Il accepte avec plaisir ce que tu as de mieux à lui donner.
      Que nous apprennent les sacrifices de paix ? Alors que le feu consumait les meilleures parties de l’animal, la fumée s’élevait vers le ciel et cela faisait très plaisir à Jéhovah. Tu peux donc être sûr que Jéhovah est vraiment content de toi quand tu fais tout ce que tu peux pour le servir (Col. 3:23). Imagine son sourire d’approbation. Il considère comme très précieux les efforts que tu fournis à son service, qu’ils soient grands ou petits, et il ne les oubliera jamais (Mat. 6:20 ; Héb. 6:10).
      JÉHOVAH BÉNIT SON ORGANISATION
      Quatrième leçon : Jéhovah bénit la partie terrestre de son organisation. Rappelle-toi ce qui est arrivé en 1512 avant notre ère, quand le tabernacle a été dressé au pied du mont Sinaï (Ex. 40:17). Moïse a présidé une cérémonie durant laquelle Aaron et ses fils ont été établis prêtres. La nation d’Israël s’était rassemblée pour voir les prêtres présenter leurs premiers sacrifices (Lév. 9:1-5). Comment Jéhovah a-t-il montré qu’il approuvait cette nouvelle prêtrise ? Alors qu’Aaron et Moïse bénissaient le peuple, Jéhovah a fait descendre du ciel un feu qui a complètement consumé le sacrifice sur l’autel (Lévitique 9:23,24)
      Dans quel objectif Jéhovah a-t-il provoqué ce spectacle impressionnant à la fin de la cérémonie durant laquelle Aaron a été établi grand prêtre ? Il voulait montrer par là qu’il soutenait pleinement la prêtrise aaronique. Et les Israélites ont clairement vu qu’elle avait son approbation. Ils avaient donc toutes les raisons de la soutenir eux aussi. Est-ce important pour nous de savoir cela ? Oui ! La prêtrise en Israël n’était qu’une « ombre » d’une prêtrise bien meilleure. Le Christ est le Grand Prêtre par excellence et 144 000 humains seront prêtres et rois à ses côtés au ciel (Héb. 4:14 ; 8:3-5 ; 10:1).
      En 1919, Jésus a choisi un petit groupe de frères oints pour former l’« esclave fidèle et avisé ». Cet esclave dirige la prédication et donne aux disciples du Christ « leur nourriture au bon moment » (Mat. 24:45). Avons-nous des preuves que Dieu l’approuve
      Satan et son monde font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher cet esclave d’assumer ses responsabilités, à tel point que, sans l’aide de Dieu, il n’y arriverait pas. Toutefois, malgré deux guerres mondiales, des persécutions incessantes, des crises économiques mondiales et des traitements injustes, il continue de fournir de la nourriture spirituelle aux disciples du Christ sur la terre. Pense à toute la nourriture spirituelle qui est aujourd’hui disponible gratuitement dans plus de 900 langues ! C’est une preuve incontestable du soutien de Dieu. Et voici une autre preuve encore : la prédication. La bonne nouvelle est prêchée « sur toute la terre » ! (Mat. 24:14). Il n’y a pas de doute, Jéhovah guide et bénit abondamment son organisation.
      Demandons-nous : « Suis-je reconnaissant à Dieu de pouvoir collaborer avec la partie terrestre de son organisation ? » Jéhovah nous donne des preuves qu’il la soutient, des preuves aussi convaincantes que le feu qui est descendu du ciel à l’époque de Moïse et d’Aaron. Nous avons de nombreuses raisons d’être reconnaissants à notre Dieu (1 Thess. 5:18, 19). Comment pouvons-nous soutenir l’organisation qu’il utilise ? En suivant les conseils basés sur la Bible qui nous sont donnés dans nos publications, aux réunions et aux assemblées, ainsi qu’en participant le plus possible à l’activité de prédication et d’enseignement (1 Cor. 15:58).
      Soyons déterminés à appliquer les leçons que nous avons tirées du livre du Lévitique. Cherchons à obtenir l’approbation de Jéhovah pour qu’il accepte nos sacrifices. Servons-le par reconnaissance. Continuons de lui donner par amour ce que nous avons de meilleur. Et soutenons de tout notre cœur l’organisation qu’il bénit. Nous lui montrerons alors que nous chérissons l’honneur de le servir et d’être ses Témoins !
      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,290
    • Total Posts
      126,118
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,786
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Washington
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.