Jump to content
The World News Media

Communism and Socialism


Recommended Posts

  • Member

Some of the recent topics here have touched upon the political systems of communism and socialism. I found a good write-up on those topics here. Later we can discuss its source, accuracy, any critiques, etc.:

----------------------------------

  • Socialism: a social system advocating State ownership and control of the means of production that communists view as an intermediate stage between capitalism and communism; Communism: a social system advocating the absence of classes, the common ownership of the means of production and subsistence, and the equitable distribution of economic goods.

GREEK mythology tells of a Greek deity named Cronus, during whose reign Greece enjoyed a golden age. “All shared equally in the common lot, private property was unknown, and peace and harmony reigned undisturbed,” explains the Dictionary of the History of Ideas. The same source adds: “The first traces of socialism appear in the lament for a lost ‘Golden Age.’”

Not until the early and middle decades of the 19th century, however, did socialism make its appearance as a modern political movement. It found ready acceptance, especially in France, where the French Revolution had severely shaken conventional ideas. There, as in other European countries, the Industrial Revolution created harsh social problems. People were ripe for the idea that public rather than private ownership of resources would better enable the masses to share equally in the fruits of combined labor.

Socialism is not a new idea. Greek philosophers Aristotle and Plato wrote about it. Later, during the 16th-century Protestant Reformation, Thomas Müntzer, a radical German Catholic priest, demanded a classless society. But his views were controversial, especially his call for revolution, if necessary, in order to achieve this goal. In the 19th century, Welshman Robert Owen, Frenchmen Étienne Cabet and Pierre-Joseph Proudhon, and a number of other social reformers, among them prominent clergymen, taught that socialism was simply Christianity by another name.

The Utopias of Marx and More

But “none of these spokesmen for socialism,” says the above-mentioned reference work, “had an impact comparable to that exerted by Karl Marx, whose writings became the touchstone of socialist thinking and action.” Marx taught that by means of class struggle, history progresses step-by-step; once the ideal political system has been found, history in that sense will end. This ideal system will resolve the problems of previous societies. Everyone will live in peace, freedom, and prosperity, with no need for governments or military forces.

This sounds remarkably similar to what British statesman Sir Thomas More in 1516 described in his book Utopia. The word, a Greek name of More’s coining, means “no place” (ou-topos), and was possibly meant as a pun on the similar expression eu-topos, meaning “good place.” The Utopia about which More wrote was an imaginary country (no place) that was, nonetheless, an ideal country (good place). Thus, “Utopia” has come to mean “a place of ideal perfection especially in laws, government, and social conditions.” More’s book was a clear indictment of the less than ideal economic and social conditions that prevailed during his time in Europe, especially in England, and that contributed later to the development of socialism.

Marx’s theories also mirrored the views of German philosopher Georg Wilhelm Friedrich Hegel. According to the Dictionary of the History of Ideas, “the apocalyptic, quasi-religious character of Marxian socialism was shaped by Hegel’s philosophical restatement of radical Christian theology.” Against this backdrop of “radical Christian theology,” explains author Georg Sabine, Marx developed “an exceedingly powerful moral appeal, backed by a quasi-religious conviction. It was nothing less than an appeal to join the march of civilization and right.” Socialism was the wave of the future; perhaps, some thought, it really was Christianity marching to victory under a new name!

The Road From Capitalism to Utopia

Marx lived to publish only the first volume of his work Das Kapital. The last two were edited and published in 1885 and 1894 respectively by his closest collaborator, Friedrich Engels, a German socialist philosopher. Das Kapital undertook to explain the historical background of capitalism, the economic system characteristic of Western-style representative democracy. Based on unregulated trade and competition without State control, capitalism as explained by Marx concentrates ownership of the means of production and distribution in private and corporate hands. According to Marx, capitalism produces a middle class and a working class, provoking antagonism between the two and leading to oppression of the latter. Using the works of orthodox economists to back up his views, Marx argued that capitalism is in reality undemocratic, and that socialism is the ultimate in democracy, benefiting the people by promoting human equality and freedom.

Utopia would be reached once the proletariat rose up in revolution and threw off the oppression of the bourgeoisie, setting up what Marx called a “dictatorship of the proletariat.” (See box, page 21.) His views, however, mellowed with time. He began allowing for two different concepts of revolution, one of a violent kind and the other of a more permanent, gradual kind. This raised an interesting question.

Utopia by Way of Revolution or Evolution?

“Communism” is derived from the Latin word communis, which means “common, belonging to all.” Like socialism, communism claims that free enterprise leads to unemployment, poverty, business cycles, and labor-management conflicts. The solution to these problems is to distribute the nation’s wealth more equally and justly.

But by the end of the last century, Marxists were already at odds about how to achieve these agreed-upon ends. In the early 1900’s, that part of the socialist movement that rejected violent revolution and advocated working within the parliamentary democratic system gained in strength, developing into what is now called democratic socialism. This is the socialism found today in democracies like the Federal Republic of Germany, France, and Britain. For all intents and purposes, these parties have rejected genuine Marxist thinking and are simply interested in creating a welfare state for their citizens.

One dedicated Marxist, however, who strongly believed that a communist Utopia could be achieved only by violent revolution was Lenin. His teachings, along with Marxism, serve as the basis for contemporary orthodox communism. Lenin, a pseudonym of Vladimir Ilich Ulyanov, was born in 1870 in what is now the Soviet Union. In 1889 he converted to Marxism. After 1900, following a term of Siberian exile, he lived mostly in Western Europe. When the czarist regime was overthrown, he returned to Russia, founded the Russian Communist Party, and led the 1917 Bolshevik Revolution. Thereafter he served as the first head of the Soviet Union until his death in 1924. He saw the Communist Party as a highly disciplined, centralized group of revolutionists serving as the vanguard of the proletariat. The Mensheviks disagreed.—See box, page 21.

The line of demarcation between revolution and evolution is no longer so well-defined. In 1978 the book Comparing Political Systems: Power and Policy in Three Worlds observed: “Communism has become more ambivalent about how to achieve Socialist goals. . . . Differences between Communism and Democratic Socialism have been considerably lessened.” Now, in 1990, these words take on added meaning as communism undergoes drastic changes in Eastern Europe.

Communism Reintroduces Religion

“We need spiritual values . . . The moral values that religion generated and embodied for centuries can help in the work of renewal in our country, too.” Few people thought they would ever hear these words from the mouth of a general secretary of the Communist Party of the Soviet Union. But on November 30, 1989, Mikhail Gorbachev announced this dramatic about-face toward religion during his visit to Italy.

. . .

“Glasnost” and “Perestroika”

Since the waning months of 1989, the Soviet Union and its fellow Communist governments in Eastern Europe have been experiencing mind-boggling political shakeups. Thanks to the policy of glasnost, or openness, these changes have been seen by all. East Europeans have demanded far-reaching reforms that, to a degree, have been granted. Communist leaders have admitted the need for a more humane and compassionate system and have called for a “rebirth of socialism in a different, more enlightened and efficient form,” as one Polish economist put it.

Chief among these leaders has been Gorbachev, who, shortly after coming to power in 1985, introduced the idea of perestroika (restructuring). During a visit to Italy, he defended perestroika as being necessary to meet the challenges of the 1990’s. He said: “Having embarked upon the road of radical reform, the socialist countries are crossing the line beyond which there is no return to the past. Nevertheless, it is wrong to insist, as many in the West do, that this is the collapse of socialism. On the contrary, it means that the socialist process in the world will pursue its further development in a multiplicity of forms.”

Communist leaders are therefore not ready to agree with the assessment made last year by columnist Charles Krauthammer, who wrote: “The perennial question that has preoccupied every political philosopher since Plato—what is the best form of governance?—has been answered. After a few millennia of trying every form of political system, we close this millennium with the sure knowledge that in liberal, pluralist capitalist democracy we have found what we have been looking for.”

However, the German newspaper Die Zeit candidly admits the sad picture Western-style democracy presents, calling attention to its “unemployment, alcohol and drug abuse, prostitution, curtailment of social programs, tax reduction and budget deficits,” and then asks: “Is this really the perfect society that has forever triumphed over socialism?”

A familiar proverb says that people who live in glass houses should not throw stones. What form of imperfect human government can afford to criticize the weaknesses of another? The facts show that the perfect human government—a Utopia—does not exist. Politicians are still looking for the “good place.” It is still “no place” to be found.

[Some notes and definitions]

Marx, born of Jewish parents in 1818 in what was then Prussia, was educated in Germany and worked there as a journalist; after 1849 he spent most of his life in London, where he died in 1883.

SOCIALIST AND COMMUNIST TERMINOLOGY

BOLSHEVIKS/MENSHEVIKS: The Russian Social Democratic Labor Party founded in 1898 split into two groups in 1903; Bolsheviks, literally “members of the majority,” under Lenin, favored keeping the party small, with a limited number of disciplined revolutionaries; Mensheviks, meaning “members of the minority,” favored a larger party membership employing democratic methods.

BOURGEOISIE/PROLETARIAT: Marx taught that the proletariat (the working class) would overthrow the bourgeoisie (the middle class, including factory owners), establishing a “dictatorship of the proletariat,” thereby producing a classless society.

COMINTERN: Short for Communist International (or, Third International), an organization set up by Lenin in 1919 to promote communism; dissolved in 1943, it was preceded by the First International (1864-76), which gave birth to many European socialist groups, and the Second International (1889-1919), an international parliament of socialist parties.

COMMUNIST MANIFESTO: An 1848 statement by Marx and Engels of the principal tenets of scientific socialism that long served as a basis for European Socialist and Communist parties.

EUROCOMMUNISM: The communism of Western European Communist parties; independent of Soviet leadership and willing to serve in coalition governments, it argues that a “dictatorship of the proletariat” is no longer necessary.

SCIENTIFIC/UTOPIAN SOCIALISM: Terms used by Marx to distinguish between his teachings, supposedly based on a scientific examination of history and the workings of capitalism and the purely Utopian socialist teachings of his forerunners.

Link to post
Share on other sites

  • Replies 2
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Some of the recent topics here have touched upon the political systems of communism and socialism. I found a good write-up on those topics here. Later we can discuss its source, accuracy, any critiques, etc.: ---------------------------------- Socialism: a social system advocating State ownership and control of the means of production that communists view as an intermediate stage between capitalism and communism; Communism: a social system advocating the absence of classes, the common

Alright, you’d better not be planning a putsch here. The word was new to me just a few years ago, and I liked the sound of it, so I coined the college student Ted Putsch, who is majoring in government,  and who comes into the truth, in some ways has more common sense than his teacher (me).

I added this here because we all need a primer or refresher now and then. At least I do. It's so easy to be pushed into topics like Trotskyism vs Leninsm, Hegelian Dialectic, Frankfurt School of Marxism, or to hear claims that BLM is Maoist, etc., without having first had a chance to understant even the basics.  I once even heard a person say: Well, Hitler was socialist, right? Hitler used the term National Socialist because he was trying for popular appeal, even though he never planne

  • Member
22 minutes ago, JW Insider said:

. I found a good write-up on those topics here. Later we can discuss its source, accuracy, any critiques, etc.:

Alright, you’d better not be planning a putsch here.

The word was new to me just a few years ago, and I liked the sound of it, so I coined the college student Ted Putsch, who is majoring in government,  and who comes into the truth, in some ways has more common sense than his teacher (me).

Link to post
Share on other sites
  • Member
22 minutes ago, TrueTomHarley said:

Alright, you’d better not be planning a putsch here.

I added this here because we all need a primer or refresher now and then. At least I do. It's so easy to be pushed into topics like Trotskyism vs Leninsm, Hegelian Dialectic, Frankfurt School of Marxism, or to hear claims that BLM is Maoist, etc., without having first had a chance to understant even the basics. 

I once even heard a person say: Well, Hitler was socialist, right?

Hitler used the term National Socialist because he was trying for popular appeal, even though he never planned to allow even a bit of socialism into his plans. They were nearly the opposite. A very fascist, totalitarian, dictatorial regime that hated socialist policies.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...



  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Topics

  • Posts

    • Not the usual Hebrew word for "law" but a late word borrowed from Persian, which is why they say it only shows up in Daniel and Esther (meaning law or custom). It did not come to mean ceremony/ritual until even later. In MODERN Hebrew, not Biblical Hebrew, is it also used to describe someone who is religious. From what I can tell, this is not the same word "dat" which is related to data/datum. That word "dat" is from the word "give" implying "thing" as it to "give a thing" or "any gi
    • Well the GB and Elders act as judges that's for sure, but they will suffer for it later.   
    • Interesting. In both Arabic and Hebrew the words for religion are “din” and “dat”, which both mean “law”. Religious leaders are basically judges. By the way, the word “dat” is the origin of the word “data”.
    • Any collective belief in some approach as "the way" to solve problems is, literally, a bringing together of individuals (re = again, ligio = bond, reverence, and religare = to bind).
    • Bitcoin adoption took another boost in South America yesterday after the Argentinian central bank announced measures to tighten controls on the movement of foreign currency. The announcement came shortly after the Argentine peso plunged over 10%, setting the long-suffering Argentinian people back further. Only 20 years ago, the Argentine peso was 1:1 with the USD, but corruption and mismanagement has seen its economy collapse and the national currency is now artificially pegged at 72:1
  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Qu’est-ce que le Jour du Jugement ?

      La Bible dit que Dieu “ a fixé un jour où il va juger la terre habitée ”. (Actes 17:31.) Pour beaucoup, l’idée d’être soumis à un jugement, quel qu’il soit, est désagréable. Voyez-vous les choses ainsi ?
      SI C’EST le cas, rassurez-vous : le Jour du Jugement est une disposition pleine d’amour qui apportera de grands bienfaits à la famille humaine, y compris aux morts (Matthieu 20:28 ; Jean 3:16). Mais pourquoi est-il nécessaire ? Et que se passera-t-il réellement pendant ce “ jour ” ?
      Pourquoi le Jour du Jugement est nécessaire
      Lorsque Dieu a placé les humains sur la terre, il ne la destinait pas à n’être qu’un lieu d’épreuve en vue d’une existence dans un autre monde. Il a créé les humains pour qu’ils y vivent éternellement. Bien que parfaits physiquement et mentalement, Adam et Ève, le premier couple, se sont rebellés contre Dieu. Ils ont alors perdu la perspective de la vie éternelle pour eux-mêmes, et ont transmis le péché et la mort à tous leurs descendants. — Genèse 2:15-17 ; Romains 5:12.
      Le Jour du Jugement sera une période de mille ans durant laquelle les hommes auront la possibilité de retrouver ce qu’Adam et Ève ont perdu*. Remarquez que, selon Actes 17:31, cité plus haut, ce “ jour ” concerne les personnes qui vivent sur “ la terre habitée ”. Celles qui recevront un jugement favorable vivront sur la terre, éternellement et dans des conditions parfaites (Révélation 21:3, 4). Le Jour du Jugement contribue donc à l’accomplissement du dessein originel de Dieu pour l’homme et pour la planète.
      Le Juge que Dieu a établi est Christ Jésus. La Bible révèle qu’il va “ juger les vivants et les morts ”. (2 Timothée 4:1.) Qui sont “ les vivants ” qui seront jugés ? Comment les morts vont-ils revenir à la vie sur “ la terre habitée ” ?
      Jésus juge “ les vivants ”
      Nous sommes maintenant proches de la fin annoncée du présent système de choses, où Dieu va détruire tous les éléments de la société humaine corrompue et supprimer les méchants. Les personnes qui réchapperont seront “ les vivants ” qui seront jugés. — Révélation 7:9-14 ; 19:11-16.
      Durant la période de jugement qui durera mille ans, Christ Jésus ainsi que 144 000 hommes et femmes ressuscités pour vivre dans les cieux dirigeront la terre. Exerçant les fonctions de rois et de prêtres, ils dispenseront les bienfaits du sacrifice rédempteur de Jésus et amèneront progressivement les humains fidèles à la perfection physique et mentale. — Révélation 5:10 ; 14:1-4 ; 20:4-6.
      Pendant le Jour du Jugement, Satan et ses démons ne seront plus libres d’influencer l’activité humaine (Révélation 20:1-3). Toutefois, à la fin de ce “ jour ”, Satan sera autorisé à éprouver la fidélité de tous les humains alors en vie. Ceux qui resteront fidèles à Dieu passeront avec succès l’épreuve à laquelle Adam et Ève ont échoué. Ils seront jugés dignes de recevoir la vie éternelle sur la terre redevenue un paradis. Ceux qui décideront de se rebeller contre Dieu seront détruits pour toujours, de même que Satan et ses démons. — Révélation 20:7-9.
      Le jugement des “ morts ”
      On lit dans la Bible qu’au Jour du Jugement les morts “ se lèveront ”. (Matthieu 12:41.) Jésus a dit : “ L’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie, ceux qui ont pratiqué des choses viles, pour une résurrection de jugement. ” (Jean 5:28, 29). Il n’est pas question ici des âmes désincarnées des défunts. Ces derniers sont totalement inconscients et n’ont pas d’âme qui survive à la mort (Ecclésiaste 9:5 ; Jean 11:11-14, 23, 24). Jésus relèvera sur la terre tous ceux qui se sont endormis dans la mort.
      Seront-ils jugés sur la base de ce qu’ils ont fait avant leur mort ? Non. Les Écritures enseignent que “ celui qui est mort a été acquitté de son péché ”. (Romains 6:7.) Ainsi, tout comme les survivants de la fin du système actuel, les ressuscités pour la vie sur la terre seront jugés “ selon leurs actions ” au cours du Jour du Jugement (Révélation 20:12, 13). En fonction de l’issue de leurs actions, leur résurrection se révélera aboutir soit à l’éternité, soit à la destruction. Nombre de ces ressuscités découvriront Jéhovah Dieu et ses exigences pour obtenir la vie. Ils auront la possibilité de se conformer à la volonté de Dieu et de recevoir la vie éternelle sur la terre.
      Aucune raison d’avoir peur
      Le Jour du Jugement ne sera pas seulement un temps d’instruction divine, mais aussi un temps où tous les vivants appliqueront ce qu’ils apprendront et en verront les bienfaits. Imaginez la joie que vous ressentirez quand vous retrouverez vos chers disparus et progresserez à leurs côtés vers la perfection !
      Imaginez la joie que vous ressentirez quand vous retrouverez vos chers disparus.
      Au terme du Jour du Jugement, Dieu permettra à Satan d’éprouver la fidélité des êtres humains. Il n’y a cependant pas lieu d’être inquiet ou d’avoir peur. Tous seront alors solidement armés pour faire face à cette dernière épreuve. Ainsi, le Jour du Jugement est une étape dans l’accomplissement du dessein divin qui effacera toutes les conséquences de la rébellion originelle contre Dieu dans le jardin d’Éden.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Chantons avec coeur et allégresse 
      Psaumes
      146 Louez Jah!
      Que tout mon être loue Jéhovah !
       2 Je veux louer Jéhovah toute ma vie.
      Je veux chanter des louanges à mon Dieu aussi longtemps que je vivrai.
       3 Ne mettez pas votre confiance dans les princes,
      ni dans un fils d’homme, qui est incapable de sauver.
       4 L’esprit de l’homme sort, l’homme retourne au sol ;
      ce jour-là, ses pensées périssent.
       5 Heureux celui qui a pour secours le Dieu de Jacob
      et dont l’espoir est en Jéhovah son Dieu,
       6 Celui qui a fait le ciel et la terre,
      la mer, et tout ce qui s’y trouve,
      celui qui reste fidèle pour toujours,
       7 celui qui garantit la justice aux spoliés,
      celui qui donne du pain aux affamés.
      Jéhovah libère les prisonniers ;
       8 Jéhovah ouvre les yeux des aveugles ;
      Jéhovah relève ceux qui sont courbés ;
      Jéhovah aime les justes.
       9 Jéhovah protège les résidents étrangers ;
      il soutient l’orphelin de père et la veuve,
      mais il contrecarre les projets des méchants
      10 Jéhovah sera Roi pour toujours,
      ton Dieu, ô Sion, de génération en génération.
      Louez Jah !

      · 0 replies
    • REDROCHA  »  T.B. (Twyla)

      Thank you Sister !!!!
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      LES QUALITÉS D'UN BERGER ET LES ASSISTANTS DE L'ASSEMBLÉE 

      PREMIÈRE LETTRE DE TIMOTHÉE

      3 La parole suivante est digne de foi : Si un homme aspire à être un responsable, il désire une belle œuvre. 2 Il faut donc qu’un responsable soit irréprochable, mari d’une seule femme, modéré dans ses habitudes, réfléchi, ordonné, hospitalier, capable d’enseigner, 3 que ce ne soit pas un ivrogne ni un homme violent, mais un homme raisonnable, non querelleur, non ami de l’argent, 4 un homme qui dirige d’une belle façon sa propre famille, qui tienne ses enfants dans la soumission en toute dignité 5 (car si un homme ne sait pas diriger sa propre famille, comment prendra-t-il soin de l’assemblée de Dieu ?), 6 que ce ne soit pas un homme récemment converti, de peur qu’il se gonfle d’orgueil et tombe sous le coup de la condamnation portée contre le Diable. 7 D’autre part, il faut aussi qu’il reçoive un beau témoignage des gens extérieurs à l’assemblée, afin de ne pas tomber dans le déshonneur et dans un piège du Diable.
      8 De même, il faut que les assistants soient des hommes dignes, qu’ils n’aient pas un langage double, qu’ils soient modérés dans la consommation de vin, non avides d’un gain malhonnête, 9 attachés au saint secret de la foi avec une conscience pure.
      10 De plus, qu’ils soient d’abord mis à l’épreuve quant à leurs aptitudes ; puis, s’ils sont exempts d’accusation, qu’ils servent comme ministres.
      11 De même, il faut que les femmes soient dignes, non calomniatrices, modérées dans leurs habitudes, fidèles en toutes choses.
      12 Les assistants doivent être maris d’une seule femme et diriger d’une belle façon leurs enfants et leur propre famille. 13 Car les hommes qui servent d’une belle façon acquièrent une belle réputation et une grande confiancepour parler de la foi en Christ Jésus.
      14 Je t’écris ces choses, bien que j’espère venir bientôt chez toi, 15 pour que, au cas où je serais retardé, tu saches comment tu dois te conduire dans la maison de Dieu, qui est l’assemblée du Dieu vivant, colonne et soutien de la vérité. 16 Oui, il faut avouer qu’il est grand, le saint secret de l’attachement à Dieu : « Il a été manifesté dans la chair, a été déclaré juste dans l’esprit, est apparu aux anges, a été prêché parmi les nations, a été cru dans le monde, a été enlevé dans la gloire. »





      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Bergers, imitez les Grands Bergers
       
      Christ [...] a souffert pour vous, vous laissant un modèle pour que vous suiviez fidèlement ses traces » (1 PIERRE 2:21)

      QUAND un berger s’intéresse de près au bien-être de son troupeau, les moutons se portent bien. Selon un manuel sur l’élevage ovin, « l’homme qui se contente de mener le troupeau au pré puis n’y prête plus attention risque fort, en quelques années, d’avoir de nombreuses bêtes malades qui ne rapportent rien ». Par contre, quand les moutons reçoivent l’attention voulue, le troupeau prospère.
      La qualité des soins et de l’attention que les bergers du troupeau de Dieu prodiguent à chaque brebis dont ils sont responsables influera sur la santé spirituelle de toute la congrégation. Tu te souviens peut-être que Jésus a eu pitié des foules parce qu’« elles étaient dépouillées et éparpillées comme des brebis sans berger » (Mat. 9:36). Pourquoi se trouvaient-elles en si piteuse condition ? Parce que les hommes chargés d’enseigner la Loi de Dieu au peuple étaient durs, exigeants et hypocrites. Au lieu de soutenir et de nourrir les membres de leur troupeau, les guides spirituels d’Israël posaient sur leurs épaules de « lourdes charges » (Mat. 23:4).
      Les bergers chrétiens d’aujourd’hui, les anciens, ont donc une lourde responsabilité. Les brebis du troupeau sous leur garde appartiennent à Jéhovah ainsi qu’à Jésus, qui s’est présenté comme « l’excellent berger » (Jean 10:11). Les brebis ont été « acheté[e]s à un prix », que Jésus a payé avec son propre « sang précieux » (1 Cor. 6:20 ; 1 Pierre 1:18, 19). Jésus aime tellement les brebis qu’il a bien voulu sacrifier sa vie pour elles. Les anciens ne devraient jamais oublier qu’ils sont des sous-bergers sous la surveillance du Fils bienveillant de Dieu, Jésus Christ, « le grand berger des brebis » (Héb. 13:20).
      Comment les bergers chrétiens devraient-ils traiter les brebis ? Les membres de la congrégation sont exhortés à « obéi[r] à ceux qui [les] dirigent ». De leur côté, les anciens ne doivent pas « commande[r] en maîtres ceux qui sont l’héritage de Dieu » (Héb. 13:17 ; lire 1 Pierre 5:2, 3). Alors comment peuvent-ils diriger le troupeau sans le commander en maîtres ? Autrement dit, comment peuvent-ils répondre aux besoins des brebis sans abuser de l’autorité dont Dieu les a investis ?
      « IL LES PORTERA SUR SON SEIN »
      Parlant de Jéhovah, le prophète Isaïe a déclaré : « Comme un berger il fera paître son troupeau. De son bras il rassemblera les agneaux ; et sur son sein il les portera. Il conduira doucement celles qui allaitent » (Is. 40:11). Cette comparaison montre que Jéhovah se soucie des besoins des membres de la congrégation faibles et vulnérables. De même qu’un berger connaît les besoins particuliers de chaque brebis de son troupeau et se tient prêt à les combler, Jéhovah connaît les besoins des membres de la congrégation et est heureux de leur apporter le soutien voulu. À l’image d’un berger qui, si nécessaire, porte un agneau nouveau-né dans le pli de son vêtement, « le Père des tendres miséricordes » nous portera, ou nous consolera, quand nous serons durement éprouvés ou rencontrerons un besoin particulier (2 Cor. 1:3, 4).

      Quel exemple admirable pour un berger chrétien ! Comme son Père céleste, il lui faut être attentif aux besoins des brebis. S’il est au courant des difficultés qu’elles rencontrent et des besoins qui méritent une attention immédiate, il sera en mesure d’offrir l’encouragement et le soutien nécessaires (Prov. 27:23). Il doit donc bien communiquer avec ses compagnons chrétiens. Tout en respectant la vie privée de chacun, il s’intéresse à ce qu’il voit et entend dans la congrégation, avec amour, il se rend disponible pour « venir en aide aux faibles » (Actes 20:35 ; 1 Thess. 4:11).
      Parlons de la mentalité de bergers que Jéhovah a désapprouvés. Aux jours d’Ézékiel et de Jérémie, Jéhovah a dénoncé ceux qui auraient dû s’occuper de ses brebis, mais ne le faisaient pas. Quand personne ne surveillait les brebis, le troupeau devenait la proie de bêtes sauvages et se dispersait. Ces bergers exploitaient les brebis et, plutôt que de les faire paître, « ils se paissaient eux-mêmes » (Ézék. 34:7-10 ; Jér. 23:1). Le reproche que Dieu leur a fait est tout aussi valable pour les chefs de la chrétienté. Mais il souligne également combien il est important qu’un ancien s’occupe avec sérieux et amour du troupeau de Jéhovah.
      « JE VOUS AI DONNÉ L’EXEMPLE »
      En raison de l’imperfection humaine, certaines brebis peuvent être lentes à comprendre ce que le Berger suprême attend d’elles. Elles ne se conforment pas toujours à un conseil biblique ou ont un comportement trahissant un manque de maturité spirituelle. Comment les anciens doivent-ils réagir ? Ils devraient imiter la patience qu’a eue Jésus envers ses disciples quand ils cherchaient à savoir qui parmi eux serait le plus grand dans le Royaume. Au lieu de perdre patience, Jésus a continué à les enseigner et à leur donner des conseils bienveillants sur la pratique de l’humilité (Luc 9:46-48 ; 22:24-27). En leur lavant les pieds, il leur a fait une démonstration d’humilité, qualité que les surveillants chrétiens sont tenus de manifester (lire Jean 13:12-15 ; 1 Pierre 2:21).
      Le point de vue de Jésus sur le rôle du berger n’était pas le même que celui que Jacques et Jean ont un jour manifesté. Ces deux apôtres cherchaient à s’assurer une place en vue dans le Royaume. Mais Jésus a rectifié cet état d’esprit ainsi : « Vous savez que les chefs des nations dominent sur elles, et que les grands usent d’autorité sur elles. Il n’en sera pas ainsi parmi vous ; mais quiconque voudra devenir grand parmi vous sera votre serviteur » (Mat. 20:25, 26, Bible de Darby). Les apôtres devaient résister à l’envie de « commander en maîtres » leurs compagnons ou de « dominer sur » eux.
      Jésus tient à ce que les bergers chrétiens traitent le troupeau comme lui le traitait. Ils doivent être disposés à servir leurs compagnons, pas les dominer. Paul a manifesté une telle humilité. Il a dit en effet aux anciens de la congrégation d’Éphèse : « Vous savez bien comment, depuis le premier jour où j’ai mis le pied dans le district d’Asie, j’ai été avec vous tout le temps, travaillant comme un esclave pour le Seigneur, avec la plus grande humilité. » L’apôtre souhaitait que ces anciens soutiennent les brebis avec dévouement et humilité. Il a ajouté : « Je vous ai montré en toutes choses que c’est en peinant ainsi que vous devez venir en aide aux faibles » (Actes 20:18, 19, 35). Il a par ailleurs dit aux Corinthiens qu’il ne dominait pas sur leur foi. Il était plutôt leur humble compagnon de travail, pour leur joie (2 Cor. 1:24). C’est un bel exemple d’humilité et de courage pour les anciens de notre époque.
      « FERMEMENT ATTACHÉ À LA PAROLE FIDÈLE »
      Un ancien doit être « fermement attaché à la parole fidèle pour ce qui est de son art d’enseigner » (Tite 1:9). Mais il le sera « dans un esprit de douceur » (Gal. 6:1). Un bon berger chrétien ne force pas une brebis à agir de telle ou telle façon. Non, il réfléchit à la manière dont il stimulera son cœur. Il attirera peut-être son attention sur les principes bibliques à considérer avant de prendre une décision importante. Il reverra avec elle ce que les publications ont dit sur la question. Il l’exhortera à réfléchir aux conséquences de tel ou tel choix sur ses relations avec Jéhovah. Il pourra aussi insister sur l’importance de demander à Dieu sa direction avant de prendre une décision (Prov. 3:5, 6). Ensuite, il la laissera prendre elle-même sa décision (Rom. 14:1-4).
      La seule autorité que les surveillants chrétiens détiennent leur vient des Écritures. Alors ils doivent absolument se servir de la Bible avec habileté et adhérer à son contenu. Ils se garderont ainsi d’un éventuel abus de pouvoir. Car ils ne sont que sous-bergers ; chaque membre de la congrégation est responsable devant Jéhovah et Jésus de ses propres décisions (Gal. 6:5, 7, 8).
      « DES EXEMPLES POUR LE TROUPEAU »
      Après avoir déconseillé aux anciens ( prêtres )« commander en maîtres ceux qui [leur] sont échus en partage », l’apôtre Pierre les exhorte à « devenir des exemples pour le troupeau » (1 Pierre 5:3, note). De quelle façon sont-ils des exemples pour le troupeau ? Prenons deux des choses requises d’un frère qui « aspire à une fonction de surveillant ». Il lui faut être « sain d’esprit » et « présider de belle façon, sa propre maisonnée ». S’il a une famille, il doit la présider de manière exemplaire, car « si quelqu’un [...] ne sait pas présider sa propre maisonnée, comment prendra-t-il soin de la congrégation ( assemblée) de Dieu ? » (1 Tim. 3:1, 2, 4, 5). Il doit également être sain d’esprit, c’est-à-dire comprendre clairement les principes divins et savoir comment les appliquer dans sa propre vie. Il est calme et équilibré et se garde de porter des jugements hâtifs. Autant de qualités qui inspirent confiance aux membres de la congrégation.
      Les surveillants donnent également l’exemple en prenant la tête dans l’œuvre de prédication. Jésus lui-même leur a donné l’exemple à cet égard. La prédication de la bonne nouvelle du Royaume a occupé une grande partie de son activité terrestre. Il a montré à ses disciples comment il fallait l’accomplir (Marc 1:38 ; Luc 8:1). Qu’il est encourageant, de nos jours, de prêcher aux côtés des anciens, de constater leur zèle pour cette œuvre salvatrice et d’apprendre de leurs méthodes d’enseignement ! Leur détermination à consacrer du temps et de l’énergie à la prédication malgré un emploi du temps chargé insuffle du zèle à toute la congrégation. Enfin, les anciens donnent l’exemple en préparant les réunions de la congrégation et en y participant, mais aussi en prenant part à des activités comme le nettoyage et la maintenance de la Salle du Royaume (Éph. 5:15, 16 ; lire (Hébreux 13:7) 
      « SOUTENEZ LES FAIBLES »
      Quand une brebis se blesse ou tombe malade, un bon berger vole à son secours. Pareillement, quand un membre de la congrégation souffre ou a besoin d’une aide spirituelle, les anciens doivent réagir rapidement. Un chrétien âgé ou malade a sans doute besoin d’une aide pratique, mais il a surtout besoin d’un soutien spirituel et d’encouragements (1 Thess. 5:14). Les jeunes rencontrent peut-être des difficultés. Résister aux « désirs de la jeunesse » en est une (2 Tim. 2:22). Le berger doit donc rendre régulièrement visite aux membres de la congrégation dans le but de comprendre les épreuves qu’ils traversent et de les encourager par des conseils bibliques bien choisis. Quand ces visites pastorales sont faites au bon moment, beaucoup de problèmes peuvent être résolus avant qu’ils ne s’aggravent.
      Et si les difficultés d’un chrétien s’aggravent au point de menacer sa santé spirituelle ? « Quelqu’un parmi vous est-il malade ?, a demandé le rédacteur biblique Jacques. Qu’il appelle à lui les anciens de la congrégation, et qu’ils prient sur lui, l’enduisant d’huile au nom de Jéhovah. Et la prière de la foi rétablira celui qui est souffrant, et Jéhovah le relèvera. De plus, s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné » (Jacq. 5:14, 15). Même quand un chrétien « souffrant » « appelle à lui les anciens », ces derniers doivent lui venir en aide dès qu’ils sont au courant de son état. Les anciens qui prient avec sont là pour le fortifier et aussi tout frères en difficulté, et ils les soutiennent, se révèlent une source de réconfort et d’encouragement (lire Isaïe 32:1, 2).
      Dans tout ce qu’ils font au sein de l’organisation de Jéhovah, les bergers s’efforcent d’imiter « le grand berger », Jésus Christ. Grâce à l’aide de ces hommes dignes de confiance, le troupeau se fortifie et prospère. Tout cela nous réjouit profondément et nous pousse à louer le plus Grand Berger sans pareil,  notre Dieu Jéhovah



      · 1 reply
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,059
    • Total Posts
      124,233
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,713
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    concernedpublisher
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.