Jump to content
The World News Media

NPR Exposes Plastic Recycling ‘Scam’—Almost None of it is Reused


Recommended Posts

  • Member

I have just one word of advice for you: “Plastics,” said the parent’s comfortable friend to Benjamin Braddock. Plastics—the new growth field in 1967, the year The Graduate movie came out—just as computers and then the internet would be to succeeding generations. Plastics—a graduate could make a killing in it.

But Ben didn’t want any career advice just then. Just out of college, with no goals at all, the only thing he knew is that he wanted no part of the phony monied world that had been his upbringing. He lolled around aimless at his folks’ upper crust home that year and ended up in an affair with his mom’s socialite friend—her idea, not his. “Mrs. Robinson, are you trying to seduce me?” is a line from the movie that has endured.

It is the same Mrs. Robinson that Simon and Garfunkel sung about. Mike Nichols, film director had been after Paul Simon to write news songs for the movie and he didn’t want to do it—he was busy. Finally he said that he did have this song kicking around about times past and Joe DiMaggio and Mrs. Roosevelt, and the director said he’d take it! Just change Roosevelt to Robinson and he had a deal.

This explains why baseball great Joe DiMaggio blew a gasket when he heard his name in the song—so says the Ken Burns documentary Baseball. Who are those hippy long-hairs to drag him into their immoral movie that had nothing to do with him?! Joe was a traditional type of guy. Others in baseball just barely calmed him down with the plea that, while the mention may not have had any context, it was a compliment.

That line about going into plastics is another line that endures. At what point did ‘plastic’ come to stand for an entire world of materialism devoid of deeper values? It couldn’t have been just then in 1967. The plastic revolution of consumption was just getting underway. 

Yet if fits so well with 

    Hello guest!
—of September 2020. There has never been any meaningful recycling of plastic! Ten percent is all that has ever been reused—tops. And the industry knew it all along! Recycled plastic doesn’t hold up well, is expensive to make, whereas new plastic is cheap. But with environmentalism sweeping the globe, that is the last thing people wanted to hear, so they weren’t told that. They were told that those recycling numbers within triangles on every plastic item meant something, and earth-friendly people the world over—I do it myself—sort out all their plastic for recycling bins. Waste Management sends the truck by a second time to pick it up.

It doesn’t mean a thing. It all gets buried—all but 10%. For me personally this would have been fine ammo—better than the ammo that I did use—when I was 

    Hello guest!
 for preaching about God’s kingdom whereas they could be rolling up their sleeves to help with saving the planet! Look, we’ve nothing against saving the planet, I told him, and when there are recycling laws on the books Jehovah’s Witnesses no doubt obey  them more closely than most because they are good at obeying laws—they don’t figure that each new law is a line drawn in the sand that they have to cross in order to prove their courage. Yeah—they love cooperating in this regard, but it’s a little stupid to think they are saving the planet when, in one gigantic industry blunder, millions of gallons of oil can destroy the entire seashore. The BP gulf oil spill had just occurred and President Obama spouted tough talk about “kicking asses” over it. 

It was a great retort to the anti-religion humanist, but the worldwide plastic recycling scam would have been even better. Can someone look this fellow up for me? I’ll run this new one by him. “Look, I'm all for local clean-up-the-park days. Same with clean-up-the-roadside days,” I said. No one of Jehovah’s Witnesses will ever speak against them. In fact, in Russia, Witnesses do clean up the public parks—or at least they did before the ban. I didn’t know that at the time, but when I found out I included that tidbit in 

    Hello guest!

“In Russia, congregations do it all the time,” Anton Chivchalov told me—the one who keeps an eye on the current persecution in that land. “Most congregations do it. It has become a custom for them. Parks are more or less okay, other people clean them too, but still there is garbage to clean, and sometimes the authorities just lack enough workers, so there may be tons of garbage at times. We clean not only parks, but any public areas. We usually ask the city administration to assign some areas for us to clean.”

I speculated within Dear Mr. Putin on how it must make a great backdrop for informal conversations on God’s purpose to make the earth a paradise. Do Witnesses still do it, with police guarding them to make sure no one talks about God? I’ll have to ask Chivchalov. Still, even as they did it, they did not imagine that they were negating the verse of how humans will be “ruining the earth” when God intervenes—ruining it, not saving it, and the NPR story that the emperor wore no clothes despite his loud voice—he recycles hardly any plastic at all despite telling people he does so they will not feel bad about buying plastic and will buy more—was an perfect case in point.

And young Benjamin Braddock, the aimless college grad of the movie, knew it instinctively—that the world his parents’s generation wanted to thrust him into was plastic—promising 100% and delivering 10%. ‘He probably went into plastics after all and did very well for himself,’ said some cynical commentator on the movie—so many of that generation sold out, as they do in all generations. Be that as it may, the author of the book The Graduate did not sell out—he died penniless in 2020, after a lifetime of giving away assets. More on him later.

 

Link to post
Share on other sites

  • Views 60
  • Replies 2
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

I have just one word of advice for you: “Plastics,” said the parent’s comfortable friend to Benjamin Braddock. Plastics—the new growth field in 1967, the year The Graduate movie came out—just as computers and then the internet would be to succeeding generations. Plastics—a graduate could make a killing in it. But Ben didn’t want any career advice just then. Just out of college, with no goals at all, the only thing he knew is that he wanted no part of the phony monied world that had been his

The guy who wrote The Graduate—the book, not the movie—gave away all the money he made from writing it. He bought a house with his one-time movie rights. He gave it away within weeks—he would give three away during his lifetime—a lifetime that ended July 2020, He was 81. The movie ‘The Graduate’ was a sensation—the highest grossing film of 1967, with seven academy award nominations. It is fussed over to this day for capturing the “alienation of modern youth”—though they are not so modern an

  • Member
On 9/28/2020 at 8:32 AM, TrueTomHarley said:

the author of the book The Graduate did not sell out—he died penniless in 2020, after a lifetime of giving away assets. More on him later.

The guy who wrote The Graduate—the book, not the movie—gave away all the money he made from writing it. He bought a house with his one-time movie rights. He gave it away within weeks—he would give three away during his lifetime—a lifetime that ended July 2020, He was 81.

The movie ‘The Graduate’ was a sensation—the highest grossing film of 1967, with seven academy award nominations. It is fussed over to this day for capturing the “alienation of modern youth”—though they are not so modern anymore, have long since put their alienation behind them, and many have done quite well for themselves, thank you very much. Many ultimately chose the 

    Hello guest!
.

But not author Charles Webb and his wife. Several times they came into money, and each time they would give it away. The Graduate movie is ranked the 17th greatest American film of all time by the American Film Institute; the “coming of age story is indeed one for the ages,” gushes Rotten Tomatoes. Webb didn’t make a dime off it and didn’t want to. He wouldn’t even do book signings—they were “a sin against decency.”

What kind of a guy does this? Many times he received windfalls. Each time he gave it away. “Mercifully I wasn’t written into [the Graduate movie] deal,” he told the AP. “Nobody understands why I felt so relieved, but I count my longevity to not being swept into that. My wife and I have done a lot of things we wouldn’t have done if we were rich people. ... I would have been counting my money instead of educating my children.”

He’s not kidding about educating his children. He and his wife Fred—she took that name so as to identify with a group of men named Fred afflicted with low self-esteem (you’re guess is as good as mine)—pulled their two children from school. They homeschooled. This resonates with me because I did the same, only mine were not pulled out—they never saw the inside of a school other than an experimental 6th grade, after which both chose to homeschool again. 

Homeschooling wasn’t legal when Webbs did it. It was when we did, even if a little dicey—there were always unpredictable hoops to jump through. Once, the school district turned down my curriculum plan on the basis of, of all things, a weak music curriculum. The kids were enrolled in Suzuki violin, for crying out loud! I went to the library, copied and submitted some gobbledygook from a music textbook, and they were as happy as pigs in mud.

A set of older friends in another jurisdiction were constantly harassed over their homeschooling—much more so than us. Yet my pal later reflected on his younger kids that were homeschooled vs his older ones that were not, and observed that the those of the first batch were far better at interacting with all factions of the community. Pretty much the same experience here—not that we had the contrast but we did have the experience of kids who readily mixed with all ages—whereas when I was in grade school, those kids in even one grade up might have been on another planet, to say nothing of adults. “I had no idea that there were so many stupid people,” said my son in complete innocence after he enrolled in the community college at age 16 and began his second experience in the classroom. 

The Webbs moved around a lot, sometimes camping, sometimes living out of a Volkswagen bus. Oldest son John called that part of his education “unschooling.” I know what unschooling is, too. We did it at times. It is simply a less rigid homeschooling, with more forbearance for letting youngsters pursue their own interests. I’d love to speak with these two kids—now adults. How did they turn out? “Not a lot of people picked up on it, but the title of ‘The Graduate’ was supposed to convey it was about education,” Webb told some reporter in 2006. He wasn’t keen on the mainstream model.

Meanwhile, he and/or his artist wife did stints at KMart, picked fruit, cleaned houses. “When you run out of money, it’s a purifying experience,” he said. Besides the VW bus, they lived in motels, trailer parks, even a nudist colony—they managed that place during their tenure. They named their dog ‘Mrs. Robinson.’

Now, these two were not Jehovah’s Witnesses. I don’t want to imply that they were. (Have JWs ever preached in a nudist colony?) Yet we have so many people who have renounced financial comfort so as to “have a greater share in the ministry” that when I see it elsewhere, it resonates no less than the homeschooling. I count as a friend today someone whose pursuit of a full-time ministry within Jehovah’s Witnesses triggered estrangement from his unbelieving oil baron family. “Look, Eric! Texas tea!” I call his attention to any gas station that we pass. 

The book that became the movie is not autobiographical. “I got interested in the wife of a good friend of my parents and ... [realized] it might be better to write about it than to do it,” he told the online publication Thoughtcat in 2006. Yet much of it was his life—his remoteness from his wealthy connected parents, for example, along with their world that he found so superficial. His relationship with his heart specialist dad was “reasonably bad,” he said, and with his socialite mom, he “was always looking for crumbs of approval.” He had figured he might get a considerable number of those crumbs with the publication of his book, for she was an avid reader who might boast “My son is an author!” but he didn’t—probably the skewering of her lifestyle had something to do with it. 

Still, whether you give up every dime or not—you don’t have to do it just for the sake of doing it. The ministry of the apostle Paul caused him to know both “how to have an abundance and how to do without.” (Philippians 4:12) He knew and was comfortable in both places. This fellow was good at doing without, but he seems to have panicked at having an abundance. Sometimes you have to renounce your past. Sometimes in doing so, you swing too far the other way. 

Maybe it was a starving artist kind of thing. He even made a cliche over it: “The penniless author has always been the stereotype that works for me. . . . When in doubt, be down and out.” But not for any romantic reason—he pushed back at that notion. “We hope to make the point that the creative process is really a defense mechanism on the part of artists — that creativity is not a romantic notion.” It’s not like he would recommend it to others, or maybe even to himself. It is more like he felt driven to it, half against his will. I think of how so many comedians developed and honed their comedy as a means of defendIng themselves from school-age bullies. There is 

    Hello guest!

A character from one of his other books—he wrote eight—an alcoholic painter, says: “What’s important for me is that I keep doing it, keep painting, and hold on to that feeling which goes along with putting the paint of the canvas,” he wrote. “It’s all I have and all I need.” This, too, resonates with me, a fellow who imagines himself a writer—and inherits the pluses along with the minuses.

“Lots of people momentarily embrace the idea of leaving the rat race, like the characters in The Graduate,” said one obit writer. “Mr. Webb [and his wife] did it, with all the consequences it entailed. If they regretted the choice, they did not say so.” And, “Webb has such an easygoing charm about him, such a friendly and sincere presence,” another wrote years prior. This also resonates with me, who—no, that is going too far. In the dog park I constantly have to apologize for my dog, who gets grouchy in his old age, “just like me.”

As though to get in the final word, the condensed obituary in TheWeek Magazine read: “The Graduate author who ran from success” Did he? Or is it that they can only imagine their own definition of success there at TheWeek?

Link to post
Share on other sites



  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      RAPPEL DE JEHOVAH
       
      Aleph
      Parfait est mon chemin 
      Marche dans la voix de Dieu
      Cherche moi de tout ton coeur
      Garde mon témoignage, tu seras heureux.
      Oppose toi au mal
      Marche dans la voix de Dieu
      Observe ma volonté
      L'abîme de la honte tu ne connaîtras
      Mes justes lois 
      Instruit ton coeur en ma droiture.
      Aime moi de tout ton coeur,
      de toute ton esprit, de toute ton âme et de toute ta force vitale. (Souffle de vie)
      Je te rendrai grâce
      Laisse toi entièrement
      à ce que je te dis 
      D'OBSERVER
      TELLE DOIT ÊTRE TA VOLONTÉ
      Beth
      Écoute ma parole
      Garde pur ton chemin
      telle un enfant de Dieu.
      Ne t'écarte point de mes commandements
      Cherche moi de tout ton coeur
      Ne point faillir en toi
      La promesse que je t'ai dis 
      D'OBSERVER
      De tout ton coeur 
      Apprend ma volonté
      Béni seras -tu.
      Le jugement de ta bouche 
      Soit toute énuméré de mes lèvres.
      Que toutes richesses
      Jubiles
      Dans les témoignages de ma parole
      Regarde mon chemin que je t'ai donné 
      Médite sur mes préceptes
      N'oublie pas ma lois
      tes délices
      Tu les trouveras en fesant ma volonté
      Gimel
      Observe ma parole
      tu vivras
      Sois bon envers autrui
      Merveille est ma voie
      Regarde
      Ouvre tes yeux
      Ne cache point mes commandements
      Car un étranger de la terre tu seras
      En tout temps suit mon jugement
      Si tu le désires
      Que mes yeux se tourne vers toi.
      Reste et guide ta vie sur mes normes divine.
      Car t'en égarer tu seras maudit.
      Les suivres te rendront parfait
      Garde mon témoignage
      ainsi
      Tu ne connaîtras le mépris
      Médite sur ma volonté
      Ne parle jamais contre moi
      Tu deviendras un homme parfait.
      Mes conseilles met les dans ton coeur
      De tout mon témoignage
      Tu vivras tout les trésors de la vie.
      Dalèt
      Vivifie toi en moi 
      Car ton âme est collé à la poussière
      Apprend mon adage
      Énumère ma loi
      Je te répondrai
      Médite sur mes desseins
      Tu comprendras mes préceptes
      Relève toi en ma droiture
      Ton âme ne connaîtra le chagrin
      Grâce à ma loi 
      Tu te détourneras de la voie du mensonge
      Conforme est ma loi 
      choisi la voie de JEHOVAH. (YHWH)
      Guide tes actions vers ma justice
      Immerge toi dans ma connaissance 
      Élargi ton coeur et marche dans la voie 
      De mes commandements

      Heureux ceux qui garde le chemin,
      la voie de mon salut.
      Enseigne toi, La voie de l'univers celle de ma sainte Parole.
      Observe de tout ton coeur
      Garde en toi 
      Tu comprendras, là ton cheminement
      Guide toi au chemin de ma parole
      Ne guide ton coeur vers le gain de ce système de choses.
      Fléchis ton coeur et vivifie toi en mon royaume.
      De ma parole
      Libère tes yeux de l'illusion
      Craint le Dieu Très Haut
      Tiens tes promesses telle un fidèle serviteur
      Que mes lois soit le bienvenu en toi 
      ainsi
      Tu seras libéré de toutes insultes
      Vivifie toi! Dans ma justice
      Béni seras tu!
      Désirs mes préceptes
      Telle doit être ta volonté
      zayin
      Garde les promesses qui viennent de ton coeur
      Ton salut est en mon dessin
      Amour du Dieu Très Haut
      Garde ma parole
      Aucune riposte et insulte est ma Parole.
      Espère en ma promesse et en mon royaume
      Guide ta bouche vers la parole de la vérité.
      Toujour et à jamais
      Sans relâche
      Médite sur ma parole que Je t'ai donné
      Cherche mes préceptes
      Engage ta démarche dans ton coeur
      J'élargirai ta vie
      Ne sois acerbe en ma parole
      Quelle devienne un délice à ton palais.
      Médite en ma volonté
      Aime mon commandement
      Ouvre les mains, Je te bénirai
      TAV
      Fonde ton espoir en ma volonté
      Deviens mon serviteur
      Rappelle toi de ma parole
      Vivifie toi !En ma Sagesse
      Je te délivrerai de ceux qui ton outragé
      Reste sur la voie de ma loi
      Console toi par la prière et la méditation venant de tout ton être.
      Ma parole te soutiendra dans les moments difficiles de ta vie.
      Reste dans le chemin que je t'ai donné.
      Que ta colère garde l'amour en ma volonté
      Je te délivrerai de ton impureté.
      Préserve le coeur d'enfant que je t'ai donné
      Sois ferme dans ton coeur
      Louange mon Nom pour toujour.
      Observe ma loi dans tout l'univers de ton être
      De cette volonté, ton âme s'illumineras
      Dans la nuit
      Je me souviendrai de ton nom.
      Garde en toi mes préceptes et souviens toi de mon Nom.
      Elle sera ta délivrance éternelle.
      AINSI TU CONNAÎTRAS MA PROMESSE DE VIVRE POUR TOUJOUR, AU PARADIS.
      Amen
      YHWH (JEHOVAH)
      Erico

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Apprenons à craindre Jéhovah
      “ La crainte de Jéhovah est le début de la sagesse. ” — PROVERBES 9:10.

      IL FUT un temps où dire de quelqu’un craignait Dieu était un compliment. Beaucoup jugent aujourd’hui désuète et illogique l’idée de craindre Dieu. " Pourquoi craindre Dieu s’il est amour?" s’étonnent-ils. C’est que la crainte est à leurs yeux un sentiment forcément négatif, voire paralysant. Or, la crainte de Dieu, la vraie, est bien autre chose que de la peur et, comme nous allons le voir, elle ne se résume pas à un sentiment.
       La Bible présente la crainte de Dieu sous un jour positif (Isaïe 11:3). Craindre Dieu, c’est éprouver envers lui un profond respect et désirer vivement ne pas lui déplaire (Psaume 115:11). C’est aussi accepter ses normes morales et s’y conformer strictement, appliquer dans notre vie ses critères du bien et du mal. Un ouvrage de référence indique que cette crainte salutaire exprime “ un rapport à Dieu, une disposition d’esprit dominante, qui incite à se conduire avec sagesse et à rejeter le mal sous toutes ses formes ”. La Bible dit d’ailleurs que “ la crainte de Jéhovah est le début de la sagesse ”. — Proverbes 9:10.
      La crainte de Dieu influe sur de nombreux domaines de l’existence. Outre la sagesse, elle favorise la joie, la paix, la prospérité, la longévité, l’espoir, la confiance (Psaume 2:11 ; Proverbes 1:7 ; 10:27 ; 14:26 ; 22:4 ; 23:17, 18 ; Actes 9:31). Elle est étroitement liée à la foi et à l’amour. Pour tout dire, elle touche tous les aspects de nos relations avec Dieu et avec les humains (Deutéronome 10:12 ; Job 6:14 ; Hébreux 11:7). Craindre Dieu, enfin, c’est avoir la ferme conviction que notre Père céleste se soucie de nous personnellement et qu’il est disposé à pardonner nos transgressions (Psaume 130:4). Il n’y a donc qu’aux pécheurs non repentants que Dieu devrait inspirer de la terreur. — Hébreux 10:26-31.
      APPRENONS À CRAINDRE DIEU
      Puisqu’il est indispensable de le craindre pour prendre de sages décisions et recevoir ses bénédictions, comment "apprendre à craindre Jéhovah"
      dans le bon sens du terme (Deutéronome 17:19) ? De nombreux exemples d’hommes et de femmes qui craignaient Dieu ont été consignés dans les Écritures “ pour notre instruction ”. (Romains 15:4.) Intéressons-nous à la vie de l’un de ces personnages, le roi David.
      Saül, le premier roi d’Israël, avait la crainte du peuple, mais pas la crainte de Dieu. Cela lui a valu d’être rejeté par Jéhovah (1 Samuel 15:24-26). David, lui, était un homme qui craignait vraiment Dieu ; sa vie et son intimité avec Jéhovah en témoignent. Les nombreuses nuits à la belle étoile qu’il avait passées dans sa jeunesse à faire paître les moutons de son père l’avaient certainement aidé à comprendre ce qu’est la crainte de Jéhovah (1 Samuel 16:11). De l’immense univers, il n’avait contemplé qu’une infime partie, mais cela lui avait suffi pour saisir l’essentiel : Dieu mérite respect et adoration. “ Quand je vois tes cieux, les œuvres de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as préparées, écrira-t-il plus tard, qu’est-ce que le mortel pour que tu penses à lui, et le fils de l’homme tiré du sol pour que tu t’occupes de lui ? ” — Psaume 8:3, 4.
      Il était normal que David soit impressionné quand il comparait sa petitesse à l’immensité des cieux étoilés. Mais, loin de l’effrayer, cette connaissance le portait à louer Jéhovah. “ Les cieux proclament la gloire de Dieu, a-t-il écrit ; et l’œuvre de ses mains, l’étendue l’annonce. ” (Psaume 19:1). Ce profond respect le rapprochait de Jéhovah ; il lui donnait envie d’apprendre ses voies parfaites et de les suivre. Percevez-vous les sentiments qui l’habitaient quand il chantait ce psaume : “ Tu es grand et tu fais des choses prodigieuses ; tu es Dieu, toi seul. Instruis-moi de ta voie, ô Jéhovah ! Je marcherai dans ta vérité. Unifie mon cœur pour craindre ton nom. ” — Psaume 86:10, 11.
      Quand les Philistins ont envahi le pays d’Israël, leur champion, Goliath, a provoqué les Israélites du haut de ses trois mètres. " Envoyez donc quelqu’un m’affronter en combat singulier ! les narguait-il. S’il me bat, nous serons vos serviteurs. " (1 Samuel 17:4-10). Saül et toute son armée étaient terrifiés. Mais pas David. S’il devait craindre quelqu’un, c’était Jéhovah, et non un homme, si fort soit-il. “ Je viens vers toi avec le nom de Jéhovah des armées, a-t-il lancé à Goliath. [...] Et toute cette assemblée saura que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que Jéhovah sauve réellement, car à Jéhovah appartient la bataille. ” Grâce à Jéhovah, une fronde et une pierre ont suffi à David pour abattre le géant. — 1 Samuel 17:45-47.
      Il peut arriver que nous nous trouvions devant des obstacles ou des ennemis aussi intimidants que ceux qu’a dû affronter David. Que faire alors ? Imiter David et d’autres fidèles du passé en s’armant de la crainte de Dieu. La crainte de Dieu l’emporte sur la crainte de l’homme. À ses compatriotes en butte à l’opposition, le fidèle Nehémia a adressé cette exhortation : “ N’ayez pas peur à cause d’eux. Souvenez-vous de Jéhovah le Grand et le Redoutable. ” (Nehémia 4:14). C’est parce qu’ils avaient son soutien que David, Nehémia et d’autres ont réussi à faire ce que Jéhovah attendait d’eux. Nous le pourrons également si nous craignons Dieu.
      Après celle sur Goliath, Jéhovah a accordé d’autres victoires à David. Jaloux, Saül a tenté de tuer le jeune homme, d’abord dans un geste de colère, puis par des moyens détournés, enfin en mobilisant toute une armée contre lui. Même si David avait reçu l’assurance qu’il serait roi, pendant des années il a dû fuir, se battre, et attendre le moment fixé par Jéhovah. Dans toutes ces situations, il ne s’est jamais départi de sa crainte du vrai Dieu. — 1 Samuel 18:9, 11, 17 ; 24:2.
      À un moment donné, David s’est réfugié auprès d’Akish, le roi de Gath, ville philistine d’où était originaire Goliath (1 Samuel 21:10-15). Les serviteurs d’Akish l’ont dénoncé comme ennemi. Comment a-t-il réagi à cette situation périlleuse ? Il s’est confié à Jéhovah de tout son cœur (Psaume 56:1-4, 11-13). Il s’est finalement sorti du guêpier en simulant la démence, mais il était bien conscient de devoir son salut à Jéhovah, qui avait béni son stratagème. David a prouvé qu’il craignait vraiment Dieu en plaçant toute sa confiance en lui. — Psaume 34:4-6, 9-11.
      À l’exemple de David, nous montrerons que nous craignons Dieu en ayant confiance en sa promesse de nous aider dans les épreuves. “ Roule ta voie sur Jéhovah, compte sur lui, et c’est lui qui agira ”, a affirmé David (Psaume 37:5). Cela ne veut pas dire qu’il faut mettre nos problèmes entre les mains de Jéhovah sans rien faire d’autre qu’attendre son intervention. David ne s’est pas contenté de prier et de voir venir. Il a cherché une solution à son problème en utilisant les capacités physiques et intellectuelles dont Jéhovah l’avait doté. Pour autant, il ne pensait pas que ses efforts d’humain suffiraient. Cette façon de voir devrait aussi être la nôtre. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir, puis laissons Jéhovah se charger du reste. Cela étant, il est fréquent que nous ne puissions rien faire d’autre que compter sur Jéhovah. C’est là que la crainte de Dieu revêt un caractère très personnel. Combien est réconfortante cette réflexion de David : “ L’intimité avec Jéhovah appartient à ceux qui le craignent. ” — Psaume 25:14.
      Il s’agit donc de ne pas banaliser nos prières et nos relations avec Dieu. Lorsque nous nous ‘ avançons ’ vers Jéhovah, nous devons “ croire qu’il est, et qu’il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent réellement ”. (Hébreux 11:6 ; Jacques 1:5-8.) Et quand il vient à notre aide, il nous faut, conformément au conseil de l’apôtre Paul, ‘ nous montrer reconnaissants ’. (Colossiens 3:15, 17.) Ne ressemblons jamais à ceux dont un chrétien oint expérimenté a dit : “ Ils prennent Dieu pour une sorte de garçon de café. Ils aimeraient qu’il réponde à un claquement de doigts dès qu’ils ont besoin de quelque chose, et qu’il disparaisse dès qu’ils ont eu ce qu’ils voulaient. ” Où est leur crainte de Dieu ?
      Le fait que Jéhovah l’ait secouru a augmenté la confiance et la crainte que David éprouvait envers lui (Psaume 31:22-24). Trois fois, cependant, David a mis notablement sa crainte de Dieu entre parenthèses, ce qui a eu des conséquences tragiques. La première fois, c’est quand il a décidé de faire transporter l’arche de l’alliance à Jérusalem sur un chariot, et non sur les épaules des Lévites comme le prescrivait la Loi. Ouzza, qui conduisait le chariot, a saisi l’Arche pour l’empêcher de tomber. Dieu l’a fait mourir sur le champ pour cet “ acte d’irrévérence ”. Certes, Ouzza avait commis un péché grave, mais c’est bien David qui, pour n’avoir pas respecté la Loi divine, était responsable de ce drame. Craindre Dieu suppose que l’on fasse les choses comme lui l’entend. — 2 Samuel 6:2-9 ; Nombres 4:15 ; 7:9.
      Une autre fois, sous l’impulsion de Satan, David a procédé au dénombrement des hommes de guerre en Israël (1 Chroniques 21:1). Là encore, il a cessé momentanément de craindre Dieu, ce qui a coûté la vie à 70 000 de ses compatriotes. Bien qu’il se soit repenti devant Jéhovah, lui et le peuple ont beaucoup souffert en la circonstance. — 2 Samuel 24:1-16
      C’est aussi parce qu’il avait oublié sa crainte de Dieu que David a couché avec Bath-Shéba, la femme d’Ouriya. David savait qu’il était mal, non seulement de commettre l’adultère, mais aussi de désirer la femme d’un autre (Exode 20:14, 17). Tout a commencé quand il a aperçu Bath-Shéba qui se baignait. La crainte de Dieu lui commandait de détourner son regard immédiatement et de maîtriser ses pensées. Mais il a manifestement ‘ continué à regarder ’, si bien que la passion l’a emporté sur sa crainte de Dieu (Matthieu 5:28 ; 2 Samuel 11:1-4). David a oublié que Jéhovah devait être présent dans tous les domaines de sa vie. — Psaume 139:1-7.
      De son adultère avec Bath-Shéba est né un fils. Peu après, Jéhovah a envoyé le prophète Nathân dénoncer le péché de David. Retrouvant la crainte de Dieu en même temps que la raison, celui-ci s’est repenti. Il a supplié Jéhovah de ne pas le rejeter et de ne pas lui retirer son esprit saint (Psaume 51:7, 11). Jéhovah lui a pardonné et a atténué le châtiment, mais il ne lui a pas épargné toutes les conséquences de ses actes. Le fils de David est mort ; les malheurs se sont succédé dans sa famille. Quel prix à payer pour avoir momentanément fait abstraction de la crainte de Dieu ! — 2 Samuel 12:10-14 ; 13:10-14 ; 15:14.
      Aujourd’hui de même, ne pas craindre Dieu dans le domaine de la moralité peut avoir des conséquences graves et durables. Imaginez la douleur de cette jeune femme qui découvre que son mari chrétien l’a trompée lors d’un déplacement professionnel à l’étranger. Choquée, anéantie par le chagrin, elle enfouit son visage dans ses mains et pleure toutes les larmes de son corps. Combien de temps faudra-t-il au mari infidèle pour regagner la confiance et le respect de sa femme ? Des situations aussi pénibles peuvent être évitées grâce à la crainte de Dieu. — 1 Corinthiens 6:18.
      Satan détruit les valeurs morales de la société humaine les unes après les autres, et il cherche particulièrement à corrompre les vrais chrétiens. Pour ce faire, il exploite le chemin le plus direct vers le cœur et l’esprit : nos sens, avec une prédilection pour l’ouïe et la vue (Éphésiens 4:17-19). Comment réagissez-vous quand, involontairement, vous vous trouvez exposé à des images ou à des paroles obscènes, ou encore en présence d’individus immoraux ?
      Voyez le cas d’André. Cet ancien et père de famille est médecin dans un pays d’Europe. Quand il était de garde de nuit à l’hôpital, des collègues féminines avaient pris l’habitude d’épingler sur son oreiller des mots doux ornés de petits cœurs pour l’inviter à coucher avec elles. André s’interdisait résolument d’accorder la moindre pensée à ces avances. Mieux, pour se soustraire à cet environnement malsain, il a changé d’établissement. Sa crainte de Dieu s’est révélée sage et lui a valu des bénédictions, puisqu’il effectue aujourd’hui une partie de ses activités au siège des Témoins de Jéhovah de son pays.
      Troquer nos précieuses relations avec Jéhovah contre quelque chose auquel nous n’avons pas droit : voilà où nous risquons d’en arriver en cultivant de mauvaises pensées (Jacques 1:14, 15). Si nous craignons Jéhovah, en revanche, nous nous tiendrons éloignés — et même nous nous écarterons délibérément — des gens, des lieux, des activités ou des divertissements qui pourraient nous faire baisser notre garde (Proverbes 22:3). Quel que soit l’inconvénient ou le sacrifice que cela implique, il n’est rien à côté de la perte de la faveur divine (Matthieu 5:29, 30). La crainte de Dieu nous commande de ne jamais nous exposer intentionnellement à quoi que ce soit d’immoral — à commencer par la pornographie sous toutes ses formes —, mais aussi de faire en sorte que nos yeux “ passent sans s’arrêter à la vue de ce qui n’est que néant ”. Soyons convaincus que Jéhovah, alors, nous ‘ gardera en vie ’ et nous donnera tout ce dont nous avons réellement besoin. — Psaume 84:11 ; 119:37.
       Assurément, c’est toujours faire preuve de sagesse que de laisser la crainte de Dieu dicter nos actions. C’est aussi la source du vrai bonheur (Psaume 34:9)

      · 1 reply
    • T Naidoo  »  T.B. (Twyla)

      Please email me the  Pure worship scripture via email tennyson@capemedia.co.za please I still have a problemdownloading the info. 
      Thank you
      Tennyson Naidoo
      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      Prière de Moïse qui nous apprend un message important pour les enfants de Dieu de nos jours.
       
      Ô Jéhovah, tu as été notre demeure de génération en génération.
      Avant que les montagnes soient nées
      ou que tu aies donné naissance à la terre et au sol productif,
      depuis toujours et pour toujours, tu es Dieu.
      Tu fais retourner le mortel à la poussière ;
      tu dis : « Vous, fils des hommes, retournez à la poussière. »
      Car, à tes yeux, mille ans sont comme le jour d’hier quand il est passé,
      comme une veille pendant la nuit.
      Tu emportes les humain ; ils deviennent comme un instant de sommeil.
      Au matin, ils sont comme l’herbe qui germe.
      Le matin, elle fleurit et se renouvelle,
      mais le soir, elle se flétrit et se dessèche.
      Oui, nous sommes consumés par ta colère
      et terrifiés par ta fureur.
      Tu mets nos fautes devant toi ;
      à la lumière de ton visage, nos secrets sont dévoilés.
      Nos jours déclinent à cause de ta fureur ;
      nos années s’achèvent tel un murmure.
      La durée de notre vie est de 70 ans,
      ou de 80 ans si l’on est particulièrement robuste.
      Mais elle est remplie de malheur et de chagrin ;
      elle passe vite, et nous nous envolons.
      Qui peut sonder la puissance de ta colère ?
      Ta fureur est aussi grande que la crainte qui t’est due.
      Apprends-nous à compter nos jours
      pour que nous puissions acquérir un cœur sage.
      Reviens, ô Jéhovah ! Jusqu’à quand cela va-t-il durer ?
      Aie pitié de tes serviteurs.
       
      "Au matin, rassasie-nous de ton amour fidèle,
      pour que nous puissions crier de joie et nous réjouir tous les jours de notre vie.
      Réjouis-nous pendant autant de jours que ceux où tu nous as affligés,
      pendant autant d’années que celles où nous avons connu le malheur.
      Que tes serviteurs voient ton action
      et que leurs fils voient ta splendeur.
      Que la faveur de Jéhovah notre Dieu soit sur nous !
      Puisses-tu faire réussir l’œuvre de nos mains,
      oui, fais réussir l’œuvre de nos mains. "
       
      Celui qui habite dans le lieu secret du Très-Haut
      logera à l’ombre du Tout-Puissant.
      Je veux dire à Jéhovah : « Tu es mon refuge et ma forteresse,
      mon Dieu en qui j’ai confiance. »
      Car il te délivrera du piège de l’oiseleur
      et de l’épidémie destructrice.
      Avec ses plumes il te couvrira,
      et sous ses ailes tu te réfugieras
      Sa fidélité sera un grand bouclier et un mur protecteur.
      Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit,
      ni la flèche qui vole pendant le jour,
      ni l’épidémie qui rôde dans l’obscurité,
      ni la destruction qui ravage en plein midi.
      Mille tomberont à tes côtés
      et dix mille à ta droite,
      mais rien de cela ne s’approchera de toi.
      Toi, tu ne feras que voir cela de tes yeux
      quand tu assisteras à la punition des méchants.
      Puisque tu as dit : « Jéhovah est mon refuge »,
      tu as fait du Très-Haut ta demeure ;aucun désastre ne t’arrivera
      et aucun fléau ne s’approchera de ta tente.
      Car il donnera à ses anges un ordre à ton sujet,
      pour te protéger où que tu ailles.
      Ils te porteront sur leurs mains,
      pour que ton pied ne heurte pas de pierre. 
      Sur le jeune lion et le cobra tu marcheras ;
      tu piétineras le lion à crinière et le gros serpent.
      Dieu a dit : « Parce qu’il a de l’affection pour moi, je vais le délivrer.
      Je vais le protéger parce qu’il connaît mon nom.
      Il m’appellera à l’aide, et je lui répondrai.
      Je serai avec lui en temps de détresse.
      Je le délivrerai et le glorifierai.
      Je le rassasierai d’une longue vie
      et je lui ferai voir mes actes sauveurs. »
       
      "Au matin, rassasie-nous de ton amour fidèle,
      pour que nous puissions crier de joie et nous réjouir tous les jours de notre vie.
      Réjouis-nous pendant autant de jours que ceux où tu nous as affligés,
      pendant autant d’années que celles où nous avons connu le malheur.
      Que tes serviteurs voient ton action
      et que leurs fils voient ta splendeur.
      Que la faveur de Jéhovah notre Dieu soit sur nous !
      Puisses-tu faire réussir l’œuvre de nos mains,
      oui, fais réussir l’œuvre de nos mains." 


      · 1 reply
    • Bernice Krovocheck  »  T.B. (Twyla)

      Twyla, I need Weekly meeting workbook week of October 5-11
      · 2 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,150
    • Total Posts
      124,788
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,739
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Gpie8
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.