Jump to content
The World News Media

Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Exode 37-38 - Semaine du 26 Octobre 2020


misette
 Share

Recommended Posts

  • Member

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 26 Octobre 2020 - Exode 37-38.docx

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 26 Octobre 2020 - Exode 37-38.pdf

 

Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Exode 37-38

Exode 37:1, 10, 25 : Pourquoi le bois d’acacia était-il un matériau idéal pour la construction du tabernacle ? (it-1 34).

VERSET 1 - « Bezalel fit ensuite l’Arche en bois d’acacia. Elle mesurait deux coudées et demie de long, une coudée et demie de large, et une coudée et demie de haut. »

VERSET 10 – « Il fit ensuite la table en bois d’acacia. Elle mesurait deux coudées de long, une coudée de large, et une coudée et demie de haut. »

VERSET 25 – « Il fit alors l’autel de l’encens en bois d’acacia. Il était carré : une coudée de long sur une coudée de large ; et il mesurait deux coudées de haut. Avec ses cornes, il formait une seule pièce. »

Les branches de l’acacia, qui se déploient largement, sont couvertes de longues épines. Elles sont généralement enchevêtrées avec celles des acacias voisins, si bien que ceux-ci forment d’épais bosquets, d’où sans aucun doute l’utilisation dans presque tous les cas du pluriel shittim dans le récit biblique. L’acacia peut atteindre 6 à 8 m de haut, mais on ne le trouve bien souvent qu’à l’état d’arbrisseau. Son feuillage plumeux est doux au toucher. Il porte des fleurs jaunes et odorantes, et ses fruits sont enfermés dans des gousses incurvées et effilées. Son écorce noire et rugueuse entoure un bois très dur et compact, à la texture serrée, qui ne craint pas les ravages des insectes. Ces caractéristiques ajoutées à sa présence dans le désert faisaient de l’acacia un matériau idéal pour la construction du tabernacle et la fabrication de son mobilier. Il servit à la fabrication de l’arche de l’alliance, de la table des pains de proposition, des autels, des barres servant à porter ce mobilier, des colonnes pour le rideau et le voile, ainsi que des cadres et de leurs traverses - it-1 34

Le bois d’acacia est aujourd’hui encore très prisé en ébénisterie en raison de sa texture serrée, de sa couleur brun-orange et de sa durabilité. Les Égyptiens de l’Antiquité utilisaient l’acacia pour fermer leurs sarcophages et pour construire leurs bateaux. Certaines variétés fournissent au commerce la gomme arabique.

Arbre qui poussait sans peine dans le désert, où séjournèrent les Israélites. Il pouvait fournir d’assez grandes planches (d’environ 4,50 m de long, les Israélites en utilisèrent pour construire le tabernacle portable.

L’autel de l’encens (également appelé “ l’autel d’or ” [Ex 39:38]) était lui aussi en acacia. La partie supérieure, recouverte d’or comme les côtés, était entourée d’une bordure d’or. Cet autel, qui mesurait 44,50 cm de côté et 89 cm de hauteur, comportait également des “ cornes ” faisant saillie aux quatre coins. Quatre anneaux d’or, deux de chaque côté, étaient fixés au-dessous de la bordure. On y introduisait les barres d’acacia recouvertes d’or qui servaient à porter l’autel - it-1 p230

Exode 38 :8 : Quelle différence y a-t-il entre les miroirs des temps bibliques et ceux d’aujourd’hui ? (w15 ¼ 15 § 4).

« Puis il fit le bassin en cuivre et son support en cuivre, en utilisant les miroirs des femmes qui étaient organisées pour effectuer un service à l’entrée de la tente de la rencontre »

Contrairement aux miroirs actuels, ceux des temps bibliques étaient en général fabriqués en métal finement poli — bronze, mais aussi parfois cuivre, argent, or ou électrum. La première fois que la Bible parle de miroirs, c’est en rapport avec la construction du tabernacle, premier lieu de culte de la nation d’Israël. Des miroirs ont été offerts par des femmes pour la fabrication d’un bassin sacré en cuivre et de son support. À cette fin, il a probablement fallu les fondre. w15 ¼ 15 § 4

Des bassins furent utilisés à des fins religieuses dans le cadre du culte rendu à Jéhovah au tabernacle et, plus tard, dans les temples. Conformément aux instructions que Jéhovah transmit à Moïse, le matériel du tabernacle comprenait un grand bassin qu’on devait remplir d’eau. Il était en cuivre, reposait sur un support en cuivre et était placé entre la tente de réunion et l’autel, de façon que le grand prêtre et les autres prêtres disposent d’eau pour se laver les mains et les pieds avant d’entrer dans la tente de réunion ou d’accomplir leur service à l’autel. Ce bassin, appelé cuve dans certaines traductions fut fabriqué à partir des “ miroirs des femmes de service qui faisaient un service organisé à l’entrée de la tente de réunion ”. — Ex 38:8. – it1- p274

Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ?

L’or, utilisé au tabernacle et au temple. La malléabilité de l’or permet de le marteler en une infinité de formes. Lors de la construction du tabernacle, on battit de l’or en plaques pour faire du placage et en feuilles minces qu’on découpa en fils pour tisser certains vêtements du grand prêtre (Ex 37:1, 2). On l’employa de la même manière dans le temple construit par Salomon  En alliant l’or à un autre métal pour le rendre plus dur, on étend ses utilisations. Ce procédé était aussi employé dans l’ancien Israël. Lors de la construction du tabernacle, on utilisa une grande quantité d’or dont la valeur est estimée à environ 11 269 000 $ (Ex 38:24). Toutefois, ce tabernacle dans le désert n’était qu’un modèle réduit du glorieux temple de Salomon si on compare la quantité d’or qui fut consacrée à ce dernier. David avait mis de côté pas moins de 100 000 talents d’or pour ce temple, estimés aujourd’hui à plus de 38 535 000 000 $ (1Ch 22:14). Les porte-lampes et les ustensiles du temple — fourchettes, bols, cruches, bassins, coupes, etc. — étaient en or et en argent ; certains ustensiles étaient en cuivre ; les chérubins dans le Très-Saint, l’autel de l’encens et même tout l’intérieur de la maison étaient recouverts d’or. – it-2 Or

DES OUVRAGES D’UNE GRANDE FINESSE QUE PEU ONT VUS - Certains éléments du mobilier du tabernacle étaient de véritables chefs-d’œuvre. Parlons des chérubins d’or, qui surmontaient l’arche de l’alliance. L’apôtre Paul les a qualifiés de « glorieux » (Héb. 9:5). Imagine la beauté saisissante de ces ouvrages en or martelé ! (Ex. 37:7-9).

Si elles étaient découvertes de nos jours, ces réalisations de Betsalel et Oholiab auraient leur place dans les musées les plus prestigieux. Pourtant, à l’époque où elles ont été fabriquées, combien ont réellement vu leur splendeur ? Les chérubins se trouvaient dans le Très-Saint. Ils n’étaient donc vus que par le grand prêtre, au seul moment de l’année où il entrait dans le Très-Saint, c’est-à-dire le jour des Propitiations. Par conséquent, très peu d’humains ont eu l’occasion de les voir. TG2015  15/7

Jéhovah a désiré prendre les belles fleurs d’amandier comme modèles pour orner le porte-lampes en or à sept branches qui illuminait le Lieu Saint du tabernacle. D’après la description de Moïse, “ trois coupes en forme de fleurs d’amandier étaient sur l’une des séries de branches, avec boutons et fleurs alternés, et trois coupes en forme de fleurs d’amandier étaient sur l’autre série de branches, avec boutons et fleurs alternés. Ainsi en était-il pour les six branches partant du porte-lampes. Sur le porte-lampes lui-même étaient quatre coupes en forme de fleurs d’amandier, avec ses boutons et ses fleurs alternés ”.  Exode 37:19, 20.

Si la Bible parle peu de l’amandier, elle n’en attire pas moins notre attention sur ses magnifiques fleurs blanches et sur son réveil précoce. Cet arbre attrayant nous rappelle surtout que Jéhovah ne se reposera pas avant d’avoir accompli son dessein. — Isaïe 55:11. – RV2001  8/10 p31

Dans le tabernacle. Dans une vision, Jéhovah ordonna à Moïse de faire un porte-lampes ‘ d’or pur, en ouvrage martelé ’, à l’usage du tabernacle. Avec ses lampes et ses ustensiles, celui-ci devait peser un talent (Ex 37:17, 24). Cela correspondait à 34 kg environ et à une valeur, en termes modernes, de 385 350 $. – it-2 Porte-lampe

Les récipients à feu avaient plusieurs usages dans le cadre du service au sanctuaire. Certains, en or, servaient apparemment recueillir les bouts de mèches brûlées enlevés des lampes du porte-lampes d’or (Ex 25:38 ; 37:23). Ceux, en cuivre, de l’autel de l’holocauste servaient sans doute de ramasse-cendres ou d’ustensiles à enlever les charbons du feu (Ex 27:3 ; 38:3). Il y avait aussi des récipients à feu pour brûler de l’encens (Lv 10:1). Tous les matins et entre les deux soirs, le grand prêtre faisait fumer de l’encens parfumé sur l’autel de l’encens en or. – it-2 p731

Il y a plus de trente-quatre siècles, une magnifique tente fut dressée dans le désert inhospitalier de la péninsule du Sinaï. Elle n’avait que cinq mètres de large, cinq mètres de haut et quinze mètres de long ; cependant, avec son parvis et son mobilier, elle avait une valeur de plus de deux millions de dollars (Ex. 38:29-31). Il s’agit du merveilleux tabernacle que les Israélites, qui venaient d’être libérés de l’esclavage égyptien, construisirent en 1512 avant notre ère selon l’ordre de Jéhovah (Ex. 36:2 à 38:20). Cette magnifique tente fut pendant 485 ans le centre du vrai culte en Israël. – TG1969  15/8 p494

Le maître ouvrier Bézalel était rempli de l’esprit de Dieu. La force issue de la Source de toute énergie animait les travailleurs; il était donc certain que la construction du tabernacle et de son mobilier serait menée à son terme. À la fin de l’année lunaire, tous les matériaux étaient prêts pour l’assemblage, et le tabernacle pouvait être dressé. Exode 38:22, 23 rapporte cet événement émouvant en ces termes: “Et Bézalel, fils d’Uri, fils de Hur, de la tribu de Juda, fit tout ce que Jéhovah avait ordonné à Moïse. Et avec lui était Oholiab, fils d’Ahisamach, de la tribu de Dan, artisan, et brodeur, et tisseur dans le fil bleu, et dans la laine teinte avec de la pourpre d’un violet rougeâtre, et dans l’écarlate de cochenille, et dans le fin lin.” Le premier jour de la nouvelle année lunaire (1er Nisan de l’an 1512 avant notre ère) a dû réjouir le cœur de Bézalel et de Oholiab. Ce jour-là, le “tabernacle de la tente de réunion” fut dressé sur l’ordre de Jéhovah. C’est alors que Bézalel et Oholiab assistèrent à un miracle: “La nuée se mit à couvrir la tente de réunion, et la gloire de Jéhovah remplit le tabernacle.” Cette manifestation divine prouvait que Bézalel et Oholiab s’étaient bien acquittés de leur tâche et que Jéhovah l’agréait. Son esprit avait agi par leur entremise  hs p67

Qu’est-ce que l’“ écarlate de cochenille ” dont il est souvent question dans le livre de l’Exode ? Selon le récit de la Bible, les toiles de tente qui formaient les parois et la porte du tabernacle étaient “ en fil bleu et en laine teinte de pourpre rougeâtre, en tissu teint en écarlate de cochenille et en fin lin retors ”. (Exode 38:18.) Les “ vêtements sacrés ” des prêtres étaient eux aussi en “ tissu teint en écarlate de cochenille.

L’écarlate de cochenille, aussi connue sous le nom de kermès, était une teinture d’un rouge éclatant. Elle était extraite de la femelle d’un insecte de la famille des coccidés. Ces insectes aptères vivent sur le chêne kermès, espèce endémique du Moyen-Orient et du pourtour méditerranéen. Ce sont les œufs que porte en elle la femelle qui donnent cette couleur. Lorsqu’elle est pleine, elle ressemble à une baie de la taille d’un pois accroché aux branches ou aux feuilles de l’arbre. Les insectes sont ramassés à la main et écrasés. Le pigment obtenu est soluble dans l’eau ; il est idéal pour la teinture des tissus. TG2011  1/12 p22

Link to comment
Share on other sites


  • Views 732
  • Replies 3
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

 Share





×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.