Jump to content
The World News Media

Perched high on the ledge of a 100m cliff, the 170-year-old Aescher Guesthouse is a restaurant where you can dine with panoramic views of the Alps with the back wall of the restaurant made up of the rock itself - Appenzellerland, Switzerland


Recommended Posts

  • Member

  • Views 430
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

Popular Days

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
  • Similar Content

    • By admin
      This rollercoaster has the MOST SPECTACULAR views in the world! ??
       
    • Guest
      By Guest
      A right-wing Swiss party has started a campaign for a referendum to scrap a deal allowing border-free travel of EU citizens to Switzerland, potentially adding to bilateral tensions.
    • By Queen Esther
      A hospital in Bern refused to operate a Jehovah's Witness. The patient would not have accepted blood transfusion in an emergency. The man filed a complaint for racial discrimination, but he flashed in court.   ( pay  attention  Brother's & Sister's... )
      "Be thou determined not to eat the blood, for the blood is the soul, and thou shalt not eat the soul with the flesh."
      There are such and similar passages in the Bible which prompted members of Jehovah's Witnesses, often referred to as a sect, to renounce blood transfusions in medical treatments.
      For doctors, however, this wish is a dilemma for complications during surgery: on the one hand, the salvation of life is a simple measure, on the other the patient's self-determination right.
      A list hospital in the canton of Berne recently completely avoided this problem. It refused to allow Jehovah's Witnesses to carry out surgery on a herniated disc.
      The patient was then treated in another clinic, but filed a complaint with the prosecutor's office. The accusations are, among other things, attempted coercion against the hospital supply law and racial discrimination.
      The prosecutor, however, did not take the case. On the other hand, the Jehovah's Witnesses filed a complaint. Now the Supreme Court also concluded, in a leading judgment, that the hospital had not violated any law.
      Emergency situation for patient?
      The story began in September 2015. At that time, an attending physician registered Jehovah's Witnesses in a first hospital for the operation of discus hernia.
      After an interview with the anesthetist, the patient refused to sign a declaration of consent specially created for members of the religious community. It should be noted that blood transfusions may be carried out in an emergency.
      Because the patient did not want this, the anesthetist informed the doctor that the operation could not be performed. For the hospital was not ready to "let a patient bleed to death".
      However, the Jehovah's Witness believed that "there was no reason to consider a blood transfusion." It was a "small, routine operation."
      If he had not mentioned that he was a Jehovah's Witness, blood transfusion would never have been an issue, he believes. With the declaration of consent, the hospital had brought him into an emergency situation in which he had to decide between his conviction of faith and his "acute endangering" state of health.
      No racial discrimination
      On the other hand, the first-treatment hospital argued that non-discrimination of a particular religious community was the aim of the consent declaration.
      The point is that treatment can also be carried out in the event of an emergency according to the rules of medical art - so-called lege artis. In addition, the risk of a stronger hemorrhage "is not simply negligible".
      Both the public prosecutor's office and the judges appear to be on the side of the hospital. In particular, the facts of racial discrimination are not applicable.
      Although a list hospital is in principle subject to treatment. Moreover, the Jehovah's Witnesses would fulfill the prerequisites for being protected as a religious group by the Racism Discrimination Act.
      The decisive factor is not the size of the group, but it is regarded as such by its members and externally.
      Bleeding always possible
      Racial discrimination would, however, be present only if a clinic refused to provide services to individuals on account of their race, ethnicity or religion on the same terms as those offered to the public. In the current case, this is not true.
      For the Jehovah's Witnesses demanded a restriction in the form of a renunciation of blood transfusions. He also accepted his death in complications. However, professional ethics requires a doctor to do everything in his power to save a human life.
      For this reason, the health care law provides that no medical doctor can be compelled to seek treatment that does not correspond to his "ethical or religious convictions". It is also not relevant, as is probably a strong bleeding during an operation. This is always always possible and must be taken into account.
      Operation was not an emergency
      The judges also regard the accusation of the attempted coercion as untenable. It was not an emergency or an urgent operation. In the case of planned interventions, a hospital has the freedom to decide whether a treatment is acceptable under the desired conditions or not.
      In addition, the clinic did not want the Jehovah's Witnesses to be removed from his confession. She wanted to prevent the medical staff from being "forced to leave a possible sensible measure in a treatable emergency situation."
      Finally, the judges also conclude that the case is purely theoretical. After the cancellation, the physician could find another hospital in which the operation could be performed under the conditions desired by the patient and even on the originally scheduled date. The disputable service had thus been provided in its entirety. (Bernese newspaper)
      Created: 29.06.2017, 22:09 clock
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

    • Mickelle

      Mickelle 1

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Nous ne pouvons rien cacher à Dieu, Droite est la vision de Justice de Jéhovah 
      Louez Yah !
      Remerciez JĂ©hovah, car il est bon ;
      son amour fidĂšle est Ă©ternel.
      Qui peut proclamer tous les actes puissants de JĂ©hovah
      ou annoncer toutes ses actions dignes de louanges ?
      Heureux ceux qui agissent avec droiture,
      qui se comportent toujours avec justice.
      Souviens-toi de moi, ĂŽ JĂ©hovah, quand tu accordes ta faveur Ă  ton peuple.
      Occupe-toi de moi par tes actes sauveurs,
      pour que je savoure le bien que tu fais Ă  ceux que tu as choisi ;
      Pour que je me réjouisse aux cÎtés de ta nation,
      pour que je te loue fiÚrement aux cÎtés de ton héritage.
      Nous avons pĂ©chĂ©, comme nos ancĂȘtres;
      nous avons mal agi, nous nous sommes conduits méchamment.
      Nos ancĂȘtres, en Égypte, ne comprirent pas le sens de tes Ɠuvres prodigieuses.
      Ils ne se souvinrent pas de ton immense amour fidĂšle,
      et ils se rebellĂšrent prĂšs de la mer, la mer Rouge.
      Mais par Ă©gard pour son nom, il les sauva,
      afin de faire connaĂźtre sa puissance.
      Il rĂ©primanda la mer Rouge, et elle s’assĂ©cha ;
      il les conduisit à travers ses profondeurs comme à travers un désert;
      il les sauva de la main de leur adversaire,
      il les racheta de la main de l’ennemi.
      Les eaux recouvrirent leurs adversaires ;
      aucun d’eux ne survĂ©cut.
      Alors ils eurent foi en sa promesse ;
      ils se mirent Ă  chanter sa louange.
      Mais ils oubliùrent vite ce qu’il avait fait ;
      ils n’attendirent pas son conseil.
      Ils cédÚrent à leurs désirs égoïstes dans le désert;
      ils mirent Dieu Ă  l’épreuve dans les solitudes.
      Il leur accorda ce qu’ils demandaient,
      mais il les frappa ensuite d’un mal qui les fit dĂ©pĂ©rir.
      Dans le camp, ils devinrent jaloux de MoĂŻse
      et d’Aaron, le saint de JĂ©hovah.
      Alors la terre s’ouvrit et engloutit Dathan,
      et elle recouvrit ceux qui s’étaient rassemblĂ©s avec Abiram.
      Un feu flamba parmi leur groupe,
      une flamme consuma les méchants.
      Ils firent un veau en Horeb
      et se prosternÚrent devant une statue en métal;
      ils Ă©changĂšrent ma gloire
      contre la reprĂ©sentation d’un taureau, d’un mangeur d’herbe.
      Ils oubliĂšrent Dieu, leur Sauveur,
      qui avait fait de grandes choses en Égypte,
      des Ɠuvres prodigieuses au pays de Cham,
      des actes redoutables Ă  la mer Rouge.
      Il allait ordonner leur anéantissement,
      mais MoĂŻse, celui qu’il avait choisi, intercĂ©da auprĂšs de lui
      pour détourner sa colÚre destructrice.
      Puis ils méprisÚrent le pays désirable ;
      ils n’eurent pas foi dans sa promesse.
      Ils n’arrĂȘtĂšrent pas de grogner dans leurs tentes ;
      ils n’écoutĂšrent pas la voix de JĂ©hovah.
      Alors, levant la main, il jura
      de les faire tomber dans le désert,
      de faire tomber leurs descendants parmi les nations
      et de les disperser dans tous les pays.
      Puis ils prirent part au culte du Baal de PĂ©or
      et mangĂšrent des sacrifices offerts aux morts.
      Ils provoquĂšrent sa colĂšre par leurs actions,
      et un fléau éclata parmi eux.
      Mais Phinéas se leva pour intervenir,
      et le flĂ©au s’arrĂȘta.
      Et cela fut porté à son compte comme justice,
      de génération en génération, pour toujours.
      Ils provoquĂšrent sa colĂšre aux eaux de Meriba,
      et, à cause d’eux, les choses tournùrent mal pour Moïse.
      Ils aigrirent son esprit,
      si bien qu’il parla avec ses lĂšvres sans rĂ©flĂ©chir.
      Ils n’anĂ©antirent pas les peuples,
      contrairement Ă  l’ordre de JĂ©hovah.
      Mais ils se mĂȘlĂšrent aux nations
      et adoptùrent leurs maniùres d’agir.
      Ils servirent leurs idoles,
      et celles-ci devinrent un piĂšge pour eux.
      Ils sacrifiĂšrent leurs fils
      et leurs filles aux démons.
      Ils firent couler le sang d’innocents,
      le sang de leurs propres fils et de leurs propres filles
      qu’ils sacrifiaient aux idoles de Canaan;
      et le pays fut profané par le sang versé.
      Par leurs Ɠuvres, ils se rendirent impurs ;
      par leurs actes, ils pratiquĂšrent la prostitution spirituelle.
      Alors la colĂšre de JĂ©hovah Ă©clata contre son peuple,
      et il en vint à détester son héritage.
      Maintes fois il les livra aux nations,
      pour que ceux qui les haĂŻssaient dominent sur eux.
      Leurs ennemis les opprimĂšrent,
      et ils furent soumis Ă  leur pouvoir.
      Bien des fois il les secourut,
      mais ils se rebellaient et désobéissaient,
      et ils étaient abaissés à cause de leur faute.
      Cependant il voyait leur détresse
      et entendait leur appel à l’aide.
      Pour eux, il se souvenait de son alliance ;
      dans son grand amour fidÚle, il avait pitié.
      Il éveillait envers eux la pitié
      de tous ceux qui les tenaient captifs.
      Sauve-nous, ĂŽ JĂ©hovah notre Dieu,
      et rassemble-nous du milieu des nations
      pour que nous puissions glorifier ton saint nom
      et te louer dans la joie.
      Que JĂ©hovah, le Dieu d’IsraĂ«l, soit louĂ©
      pour toute l’éternitĂ©.
      Et que tout le peuple dise : « Amen ! »
      Louez Yah !

      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric merci pour tes sujets et partages. Bonne journée Michel
      12 SECRETS POUR MAINTENIR LA JOIE DANS l organisation de Jéhovah.pdf memoire_vivante56.pdf Un athée.pdf
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Que nos sacrifices de paix venant du coeur soit pur aux services de Dieu
      Le LĂ©vitique a Ă©tĂ© Ă©crit il y a 3 500 ans, mais JĂ©hovah l’a prĂ©servĂ© pour nous instruire  (Rom. 15:4). Ce livre nous aide Ă  comprendre ce que JĂ©hovah pense et ressent. Nous devrions donc nous y intĂ©resser de prĂšs. En fait, nous pouvons tirer beaucoup de leçons de ce livre inspirĂ© de Dieu. Examinons-en quatre.
      COMMENT OBTENIR L’APPROBATION DE JÉHOVAH
      PremiĂšre leçon : nous devons avoir l’approbation de JĂ©hovah si nous voulons qu’il accepte nos sacrifices. Chaque annĂ©e, le jour de la RĂ©conciliation, la nation d’IsraĂ«l se rassemblait et des sacrifices d’animaux Ă©taient offerts. Ces sacrifices rappelaient aux IsraĂ©lites qu’ils avaient besoin d’ĂȘtre purifiĂ©s de leurs pĂ©chĂ©s. Mais avant d’entrer dans le TrĂšs-Saint avec du sang provenant des sacrifices, le grand prĂȘtre devait d’abord accomplir une autre tĂąche, une tĂąche dont l’objectif Ă©tait bien plus important que le pardon des pĂ©chĂ©s de la nation.
      (Lire LĂ©vitique 16:12, 13.) Imagine la scĂšne : Nous sommes le jour de la RĂ©conciliation. Le grand prĂȘtre entre dans le tabernacle. C’est la premiĂšre des trois fois oĂč il va entrer dans le TrĂšs-Saint ce jour-lĂ . Dans une main, il tient un rĂ©cipient contenant de l’encens parfumĂ©, et dans l’autre un rĂ©cipient Ă  feu en or rempli de braises. Il s’arrĂȘte un instant devant le rideau du TrĂšs-Saint. Puis, avec un profond respect, il entre et va se placer devant l’arche de l’Alliance. De façon figurĂ©e, il se trouve en prĂ©sence de JĂ©hovah lui-mĂȘme ! Puis il verse avec soin l’encens sacrĂ© sur les braises, et la piĂšce se remplit d’un parfum dĂ©licat. Plus tard, il va de nouveau entrer dans le TrĂšs-Saint avec du sang provenant des sacrifices pour le pĂ©chĂ©. Remarque qu’il brĂ»le l’encens avant de prĂ©senter le sang des sacrifices pour le pĂ©chĂ©
      Qu’apprenons-nous de ce que le grand prĂȘtre devait faire avec l’encens le jour de la RĂ©conciliation ? La Bible montre que, pour JĂ©hovah, les priĂšres de ses fidĂšles adorateurs sont comparables Ă  de l’encens (Ps. 141:2 ; RĂ©v. 5:8). Comme nous venons de le voir, c’était avec un profond respect que le grand prĂȘtre apportait l’encens jusque devant l’arche de l’Alliance, qui symbolisait la prĂ©sence de JĂ©hovah. De la mĂȘme façon, quand nous nous approchons de JĂ©hovah par la priĂšre, nous le faisons avec beaucoup de respect. Nous sommes trĂšs reconnaissants au CrĂ©ateur de l’univers de nous permettre de nous approcher de lui comme un enfant le fait avec son pĂšre (Jacq. 4:8). Il accepte que nous soyons ses amis ! (Ps. 25:14). Nous apprĂ©cions tellement cet honneur que nous ne voudrions jamais le dĂ©cevoir.
      Souviens-toi que le grand prĂȘtre devait brĂ»ler l’encens avant de pouvoir offrir les sacrifices. Ainsi, il faisait le nĂ©cessaire pour avoir l’approbation de Dieu au moment oĂč il les offrirait. Qu’est-ce que cela nous apprend au sujet de JĂ©sus ? Avant de pouvoir offrir sa vie en sacrifice, il a fallu qu’il fasse quelque chose d’essentiel, dont l’objectif Ă©tait bien plus important que le salut des humains. Qu’a-t-il dĂ» faire ? Il a dĂ» rester fidĂšle Ă  Dieu et obĂ©ir Ă  ses commandements durant toute sa vie sur terre, ce qui permettrait Ă  JĂ©hovah d’accepter son sacrifice. En restant intĂšgre, JĂ©sus prouverait qu’accomplir la volontĂ© de JĂ©hovah est la meilleure façon de vivre. Et il justifierait la souverainetĂ© de son PĂšre : il apporterait la preuve que sa façon de gouverner est bonne et juste.
      Durant sa vie sur la terre, JĂ©sus a toujours obĂ©i parfaitement aux normes de JĂ©hovah. Aucune tentation ni aucune Ă©preuve, ni mĂȘme la mort atroce qui l’attendait, n’a pu affaiblir son dĂ©sir de dĂ©fendre la façon de gouverner de son PĂšre (Phil. 2:8). Dans l’épreuve, JĂ©sus priait « avec des cris puissants et des larmes » (HĂ©b. 5:7). Ses priĂšres intenses venaient d’un cƓur fidĂšle Ă  Dieu, et elles renforçaient son dĂ©sir de lui rester obĂ©issant. Pour JĂ©hovah, les priĂšres de JĂ©sus Ă©taient comme le parfum dĂ©licat de l’encens. Par sa façon de vivre, JĂ©sus a grandement rĂ©joui le cƓur de son PĂšre et a justifiĂ© sa souverainetĂ©.
      Nous imiterons JĂ©sus en faisant le maximum pour rester fidĂšles Ă  JĂ©hovah et obĂ©ir Ă  ses lois. Et dans l’épreuve, comme nous voulons lui plaire, nous le supplierons de nous aider. Nous montrerons alors que nous soutenons sa souverainetĂ©. Nous savons qu’il ne rĂ©pondra pas Ă  nos priĂšres si nous avons une conduite qu’il n’approuve pas. Cependant, si nous respectons ses normes, nous pouvons ĂȘtre sĂ»rs que nos priĂšres sincĂšres seront pour lui comme de l’encens au parfum dĂ©licat. Nous pouvons Ă©galement ĂȘtre certains que notre fidĂ©litĂ© et notre obĂ©issance rĂ©jouiront notre PĂšre cĂ©leste (Prov. 27:11).
      NOUS SERVONS DIEU PAR RECONNAISSANCE ET PAR AMOUR
      DeuxiĂšme leçon : nous servons JĂ©hovah parce que nous Ă©prouvons pour lui de la reconnaissance. Pour dĂ©velopper cette idĂ©e, parlons des sacrifices de paix, un autre aspect important du vrai culte dans l’ancien IsraĂ«l. Dans le livre du LĂ©vitique, nous apprenons qu’un IsraĂ©lite pouvait offrir un sacrifice de paix « pour exprimer sa reconnaissance » Ă  Dieu (LĂ©v. 7:11-13, 16-18). Il offrait ce sacrifice, non pas parce qu’il Ă©tait obligĂ© de le faire, mais parce qu’il le voulait. Il s’agissait donc d’un sacrifice qu’une personne faisait volontairement parce qu’elle aimait son Dieu, JĂ©hovah. Cette personne ainsi que sa famille et les prĂȘtres mangeaient ensuite la viande de l’animal sacrifiĂ©. Mais certaines parties de l’animal Ă©taient rĂ©servĂ©es exclusivement Ă  JĂ©hovah. Lesquelles ?
      TroisiĂšme leçon : par amour pour JĂ©hovah, nous lui donnons ce que nous avons de meilleur. JĂ©hovah considĂ©rait la graisse comme la meilleure partie de l’animal. Il a aussi fait savoir que d’autres parties de l’animal, comme les rognons, Ă©taient particuliĂšrement prĂ©cieuses pour lui (lire LĂ©vitique 3:6, 12, 14-16). Cela lui faisait donc trĂšs plaisir quand un IsraĂ©lite lui offrait volontairement ces parties de l’animal et la graisse. Cet IsraĂ©lite montrait qu’il dĂ©sirait vraiment lui offrir le meilleur. De la mĂȘme façon, JĂ©sus a offert Ă  JĂ©hovah ce qu’il avait de meilleur en le servant de toute son Ăąme et par amour (Jean 14:31). Pour JĂ©sus, faire la volontĂ© de son PĂšre Ă©tait un plaisir ; il avait un amour profond pour la loi de Dieu (Ps. 40:8). Comme cela a dĂ» rĂ©jouir JĂ©hovah de voir son Fils le servir avec autant d’enthousiasme !
      Comme ces sacrifices de paix, notre service pour JĂ©hovah est une façon de lui montrer ce que nous ressentons pour lui. Nous lui donnons ce que nous avons de meilleur, et nous le faisons parce que nous l’aimons de tout notre cƓur. Comme cela doit le rĂ©jouir de voir des millions de personnes le servir avec plaisir parce qu’elles ont un profond amour pour lui et pour ses normes ! Cela nous rĂ©conforte de savoir que JĂ©hovah voit non seulement nos actions, mais aussi nos mobiles, et qu’il y accorde de la valeur. Par exemple, si tu es ĂągĂ© et que tu ne peux plus en faire autant qu’avant, sois certain que JĂ©hovah comprend tes limites. Tu penses peut-ĂȘtre que tu n’as pas grand-chose Ă  lui offrir. Mais lui, il voit que ton profond amour pour lui te pousse Ă  faire ce que tu peux. Il accepte avec plaisir ce que tu as de mieux Ă  lui donner.
      Que nous apprennent les sacrifices de paix ? Alors que le feu consumait les meilleures parties de l’animal, la fumĂ©e s’élevait vers le ciel et cela faisait trĂšs plaisir Ă  JĂ©hovah. Tu peux donc ĂȘtre sĂ»r que JĂ©hovah est vraiment content de toi quand tu fais tout ce que tu peux pour le servir (Col. 3:23). Imagine son sourire d’approbation. Il considĂšre comme trĂšs prĂ©cieux les efforts que tu fournis Ă  son service, qu’ils soient grands ou petits, et il ne les oubliera jamais (Mat. 6:20 ; HĂ©b. 6:10).
      JÉHOVAH BÉNIT SON ORGANISATION
      QuatriĂšme leçon : JĂ©hovah bĂ©nit la partie terrestre de son organisation. Rappelle-toi ce qui est arrivĂ© en 1512 avant notre Ăšre, quand le tabernacle a Ă©tĂ© dressĂ© au pied du mont SinaĂŻ (Ex. 40:17). MoĂŻse a prĂ©sidĂ© une cĂ©rĂ©monie durant laquelle Aaron et ses fils ont Ă©tĂ© Ă©tablis prĂȘtres. La nation d’IsraĂ«l s’était rassemblĂ©e pour voir les prĂȘtres prĂ©senter leurs premiers sacrifices (LĂ©v. 9:1-5). Comment JĂ©hovah a-t-il montrĂ© qu’il approuvait cette nouvelle prĂȘtrise ? Alors qu’Aaron et MoĂŻse bĂ©nissaient le peuple, JĂ©hovah a fait descendre du ciel un feu qui a complĂštement consumĂ© le sacrifice sur l’autel (LĂ©vitique 9:23,24)
      Dans quel objectif JĂ©hovah a-t-il provoquĂ© ce spectacle impressionnant Ă  la fin de la cĂ©rĂ©monie durant laquelle Aaron a Ă©tĂ© Ă©tabli grand prĂȘtre ? Il voulait montrer par lĂ  qu’il soutenait pleinement la prĂȘtrise aaronique. Et les IsraĂ©lites ont clairement vu qu’elle avait son approbation. Ils avaient donc toutes les raisons de la soutenir eux aussi. Est-ce important pour nous de savoir cela ? Oui ! La prĂȘtrise en IsraĂ«l n’était qu’une « ombre » d’une prĂȘtrise bien meilleure. Le Christ est le Grand PrĂȘtre par excellence et 144 000 humains seront prĂȘtres et rois Ă  ses cĂŽtĂ©s au ciel (HĂ©b. 4:14 ; 8:3-5 ; 10:1).
      En 1919, JĂ©sus a choisi un petit groupe de frĂšres oints pour former l’« esclave fidĂšle et avisĂ© ». Cet esclave dirige la prĂ©dication et donne aux disciples du Christ « leur nourriture au bon moment » (Mat. 24:45). Avons-nous des preuves que Dieu l’approuve
      Satan et son monde font tout ce qu’ils peuvent pour empĂȘcher cet esclave d’assumer ses responsabilitĂ©s, Ă  tel point que, sans l’aide de Dieu, il n’y arriverait pas. Toutefois, malgrĂ© deux guerres mondiales, des persĂ©cutions incessantes, des crises Ă©conomiques mondiales et des traitements injustes, il continue de fournir de la nourriture spirituelle aux disciples du Christ sur la terre. Pense Ă  toute la nourriture spirituelle qui est aujourd’hui disponible gratuitement dans plus de 900 langues ! C’est une preuve incontestable du soutien de Dieu. Et voici une autre preuve encore : la prĂ©dication. La bonne nouvelle est prĂȘchĂ©e « sur toute la terre » ! (Mat. 24:14). Il n’y a pas de doute, JĂ©hovah guide et bĂ©nit abondamment son organisation.
      Demandons-nous : « Suis-je reconnaissant Ă  Dieu de pouvoir collaborer avec la partie terrestre de son organisation ? » JĂ©hovah nous donne des preuves qu’il la soutient, des preuves aussi convaincantes que le feu qui est descendu du ciel Ă  l’époque de MoĂŻse et d’Aaron. Nous avons de nombreuses raisons d’ĂȘtre reconnaissants Ă  notre Dieu (1 Thess. 5:18, 19). Comment pouvons-nous soutenir l’organisation qu’il utilise ? En suivant les conseils basĂ©s sur la Bible qui nous sont donnĂ©s dans nos publications, aux rĂ©unions et aux assemblĂ©es, ainsi qu’en participant le plus possible Ă  l’activitĂ© de prĂ©dication et d’enseignement (1 Cor. 15:58).
      Soyons dĂ©terminĂ©s Ă  appliquer les leçons que nous avons tirĂ©es du livre du LĂ©vitique. Cherchons Ă  obtenir l’approbation de JĂ©hovah pour qu’il accepte nos sacrifices. Servons-le par reconnaissance. Continuons de lui donner par amour ce que nous avons de meilleur. Et soutenons de tout notre cƓur l’organisation qu’il bĂ©nit. Nous lui montrerons alors que nous chĂ©rissons l’honneur de le servir et d’ĂȘtre ses TĂ©moins !
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Soyons remplis de gratitude envers autrui 
       
      AVEZ-VOUS dĂ©jĂ  reçu un petit mot de reconnaissance auquel vous ne vous attendiez pas ? Si c’est le cas, cela vous a certainement fait chaud au cƓur. AprĂšs tout, il est naturel de vouloir ĂȘtre apprĂ©ciĂ©. — Matthieu 25:19-23.
      Toute expression de gratitude tend Ă  renforcer les liens entre celui qui en est l’auteur et celui qui en est le destinataire. En outre, quiconque manifeste de la gratitude suit les traces de JĂ©sus Christ, qui n’a jamais manquĂ© de remarquer les belles Ɠuvres des autres. — Marc 14:3-9 ; Luc 21:1-4.
      Malheureusement, exprimer sa gratitude, de vive voix ou par Ă©crit, semble se faire de plus en plus rare. La Bible avait annoncĂ© que, durant “ les derniers jours ”, les hommes seraient “ ingrats ”. (2 TimothĂ©e 3:1, 2.) Si nous n’y prenons pas garde, cette tendance si rĂ©pandue aujourd’hui risque d’étouffer en nous tout sentiment de reconnaissance.
      Quelles mesures concrĂštes les parents peuvent-ils adopter pour enseigner Ă  leurs enfants Ă  manifester de la reconnaissance ? À qui devrions-nous exprimer notre gratitude ? Et pourquoi devrions-nous ĂȘtre reconnaissants, mĂȘme si ceux qui nous entourent se rĂ©vĂšlent ingrats ?
      Dans le cercle familial
      Les parents ne mĂ©nagent pas leurs efforts pour subvenir aux besoins de leurs enfants. Mais il leur arrive d’avoir le sentiment que ces efforts ne sont pas apprĂ©ciĂ©s Ă  leur juste valeur. Que faire pour remĂ©dier Ă  cette situation ? Trois paramĂštres sont Ă  prendre en compte.
      1) L’exemple. Comme cela se vĂ©rifie souvent en matiĂšre d’éducation, la rĂ©ussite passe par l’exemple. La Bible disait jadis d’une IsraĂ©lite travailleuse : “ Ses fils ont voulu la fĂ©liciter. ” OĂč ces enfants avaient-ils appris Ă  exprimer leur reconnaissance ? La suite du verset nous Ă©claire : “ Son mari est le premier Ă  la louer. ” (Proverbes 31:28, Bible des Peuples). Les parents qui s’expriment de la reconnaissance montrent Ă  leurs enfants que ce genre de tĂ©moignage procure du plaisir Ă  celui qui en est l’objet, amĂ©liore les relations familiales et constitue un signe de maturitĂ©.
      Stephen, un pĂšre de famille, dĂ©clare : “ Je me suis efforcĂ© de donner l’exemple Ă  mes enfants en remerciant ma femme pour le dĂźner. ” Qu’en est-il rĂ©sultĂ© ? “ Mes deux filles l’ont remarquĂ©, et cela leur a fait prendre conscience de l’importance de se montrer reconnaissant ”, dit-il. Si vous ĂȘtes mariĂ©, remerciez-vous rĂ©guliĂšrement votre conjoint pour les tĂąches quotidiennes qu’il accomplit et qui auraient vite fait de passer inaperçues ? Dites-vous merci Ă  vos enfants, mĂȘme lorsqu’ils font ce qu’on attend d’eux ?
      2) L’éducation. Le sentiment de reconnaissance est comme une fleur. Il a besoin d’ĂȘtre cultivĂ© pour produire les meilleurs rĂ©sultats possibles. Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants Ă  cultiver et Ă  exprimer de la reconnaissance ? Le sage roi Salomon a mis en Ă©vidence un principe clĂ© lorsqu’il a Ă©crit : “ Le cƓur du juste mĂ©dite pour rĂ©pondre. ” — Proverbes 15:28.
      Pouvez-vous apprendre Ă  vos enfants Ă  songer aux efforts et Ă  la gĂ©nĂ©rositĂ© qui ont prĂ©cĂ©dĂ© chaque cadeau qu’ils reçoivent ? Ce genre de rĂ©flexion constitue le sol dans lequel la gratitude s’enracine. Maria, qui a Ă©levĂ© trois enfants, constate : “ Cela prend du temps d’expliquer Ă  ses enfants tout ce que signifie recevoir un cadeau : qu’une personne a pensĂ© Ă  eux en particulier et qu’elle a souhaitĂ© leur montrer Ă  quel point elle s’intĂ©resse Ă  eux. Mais je suis convaincue que ça en vaut la peine. ” GrĂące Ă  de tels Ă©changes, les enfants apprennent non seulement quoi dire pour exprimer leur reconnaissance, mais aussi pourquoi ils doivent le faire.
      Il est sage, pour des parents, de faire en sorte que leurs enfants n’aient pas le sentiment que tout ce qu’ils reçoivent de bon leur revient, finalement, de droit. L’avertissement figurant en Proverbes 29:21 à propos de la maniùre de traiter son serviteur s’applique tout autant aux enfants : “ Si l’on gñte son serviteur dùs sa jeunesse, par la suite dans sa vie il deviendra un ingrat. ”
      Comment aider de trĂšs jeunes enfants Ă  tĂ©moigner de la reconnaissance ? Linda, mĂšre de trois enfants, explique : “ Mon mari et moi avons encouragĂ© nos enfants Ă  s’associer Ă  nous quand nous Ă©crivions des cartes de remerciement, en y joignant un dessin ou en les signant. ” Naturellement, le dessin sera peut-ĂȘtre simple, et l’écriture approximative, mais la leçon que les enfants tireront de ce geste restera gravĂ©e en eux.
      3) La persĂ©vĂ©rance. Nous avons tous une tendance innĂ©e Ă  l’égoĂŻsme, qui risque d’étouffer en nous tout Ă©lan de gratitude (GenĂšse 8:21 ; Matthieu 15:19). Mais la Bible adresse aux serviteurs de Dieu cette exhortation : “ Vous devez ĂȘtre renouvelĂ©s dans la force qui anime votre intelligence et revĂȘtir la personnalitĂ© nouvelle qui a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e selon la volontĂ© de Dieu. ” — ÉphĂ©siens 4:23, 24.
      Les parents expĂ©rimentĂ©s savent, toutefois, qu’aider les enfants Ă  “ revĂȘtir la personnalitĂ© nouvelle ” est plus facile Ă  dire qu’à faire. Stephen, citĂ© plus haut, dĂ©clare : “ Il nous semblait que nos filles mettaient du temps Ă  dire spontanĂ©ment merci, sans qu’on ait besoin de le leur rappeler. ” Mais lui et sa femme n’ont pas abandonnĂ©. “ Notre persĂ©vĂ©rance a payĂ©, poursuit Stephen : nos filles ont retenu la leçon. Aujourd’hui, nous sommes fiers de la maniĂšre dont elles manifestent leur gratitude aux autres. ”
      Envers les amis et le prochain
      Lorsque nous oublions de dire merci, ce n’est pas forcĂ©ment par manque de reconnaissance, mais parfois simplement par nĂ©gligence. En dĂ©finitive, du moment que nous Ă©prouvons de la gratitude, est-il si important que cela de l’exprimer ? Pour rĂ©pondre Ă  cette question, considĂ©rons ce qui s’est passĂ© un jour oĂč JĂ©sus a guĂ©ri des lĂ©preux.
      Alors qu’il se rendait Ă  JĂ©rusalem, JĂ©sus a rencontrĂ© dix hommes atteints de lĂšpre. La Bible relate : “ Ils Ă©levĂšrent la voix et dirent : ‘ JĂ©sus, Instructeur, aie pitiĂ© de nous ! ’ Et lorsqu’il les vit, il leur dit : ‘ Allez vous montrer aux prĂȘtres. ’ Or, comme ils s’en allaient, leur purification eut lieu. L’un d’eux, quand il vit qu’il Ă©tait guĂ©ri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu d’une voix forte. Et il tomba sur sa face aux pieds de JĂ©sus, en le remerciant ; or, c’était un Samaritain. ” — Luc 17:11-16.
      JĂ©sus n’a-t-il accordĂ© aucune importance au fait que les autres n’aient pas exprimĂ© de gratitude ? Le rĂ©cit poursuit : “ En rĂ©ponse JĂ©sus dit : ‘ Les dix ont Ă©tĂ© purifiĂ©s, n’est-ce pas ? OĂč sont donc les neuf autres ? Ne s’est-il trouvĂ© personne pour revenir rendre gloire Ă  Dieu, que cet homme d’une autre nation ? ’ ” — Luc 17:17, 18.
      Les neuf autres lĂ©preux n’étaient pas des hommes mĂ©chants. Auparavant, ils avaient ouvertement exprimĂ© leur foi en JĂ©sus et avaient suivi de bon grĂ© ses instructions, qui exigeaient qu’ils se rendent Ă  JĂ©rusalem pour se montrer aux prĂȘtres. Or, mĂȘme s’ils ont indĂ©niablement Ă©prouvĂ© une profonde gratitude pour ce que JĂ©sus avait fait, ils ne la lui ont pas exprimĂ©e. Leur comportement a déçu Christ. Et nous ? Quand quelqu’un se montre bon Ă  notre Ă©gard, sommes-nous prompts Ă  dire merci et, si cela s’y prĂȘte, Ă  lui montrer notre reconnaissance en lui envoyant une petite carte ?
      La Bible dit que l’amour “ ne fait rien d’inconvenant. Il ne cherche pas son propre intĂ©rĂȘt ”. (1 Corinthiens 13:5, Bible du Semeur.) Par consĂ©quent, un tĂ©moignage de reconnaissance donnĂ© avec sincĂ©ritĂ© non seulement traduit un respect des convenances, mais aussi est une preuve d’amour. Comme nous l’apprend l’exemple des lĂ©preux, ceux qui souhaitent plaire Ă  Christ doivent exprimer un tel amour et une telle reconnaissance Ă  tous, indĂ©pendamment de leur nationalitĂ©, de leur race ou de leur religion.
      Posez-vous la question : ‘ Quand ai-je pour la derniĂšre fois remerciĂ© un voisin, un collĂšgue de travail, un camarade de classe, un membre du personnel hospitalier, un commerçant ou qui que ce soit d’autre qui me soit venu en aide ? ’ Pourquoi ne pas noter pendant un jour ou deux le nombre de fois oĂč vous dites effectivement merci ou exprimez votre reconnaissance d’une façon ou d’une autre  ? Peut-ĂȘtre verrez-vous la nĂ©cessitĂ© de vous amĂ©liorer dans certains domaines.
      Bien entendu, celui qui mĂ©rite le plus de remerciements de notre part, c’est JĂ©hovah Dieu. De lui vient “ tout beau don et tout prĂ©sent parfait ”. (Jacques 1:17.) À quand remonte la derniĂšre fois oĂč vous avez sincĂšrement remerciĂ© Dieu pour avoir fait quelque chose de particulier en votre faveur ? — 1 Thessaloniciens 5:17, 18.
      Pourquoi se montrer reconnaissant mĂȘme quand les autres sont ingrats ?
      Nos tĂ©moignages de reconnaissance ne seront pas forcĂ©ment payĂ©s de retour. Par consĂ©quent, pourquoi manifester notre gratitude si nous sommes les seuls Ă  le faire ? ArrĂȘtons-nous simplement sur une bonne raison d’agir ainsi.
      Faire du bien Ă  ceux qui ne sont pas enclins Ă  la gratitude, c’est imiter notre CrĂ©ateur bienveillant, JĂ©hovah Dieu. Que beaucoup ne soient pas sensibles Ă  l’amour que JĂ©hovah leur tĂ©moigne ne l’empĂȘche pas de leur faire du bien (Romains 5:8 ; 1 Jean 4:9, 10). Il fait “ lever son soleil sur les mĂ©chants et sur les bons et [...] fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes ”. Si, bien que vivant dans un monde ingrat, nous nous efforçons d’éprouver et d’exprimer de la gratitude, nous nous montrerons “ fils de [notre] PĂšre qui est dans les cieux ”. — Matthieu 5:45.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Enracinons nous dans la foi comme un arbre luxuriant.
      EN ISRAËL pousse un arbre presque indestructible. MĂȘme lorsqu’on l’abat, sa souche ne tarde pas Ă  produire de nouvelles pousses. Par ailleurs, ses fruits fournissent une grande quantitĂ© d’huile utile tant pour la cuisine et l’éclairage que pour l’hygiĂšne et les soins de beautĂ©.
      Selon une parabole des temps bibliques consignĂ©e dans le livre des Juges, “ un jour les arbres s’en allĂšrent pour oindre un roi sur eux ”. Quel arbre choisirent-ils ? Le rĂ©sistant et fertile olivier. — Juges 9:8.
      Il y a plus de 3 500 ans, le prophĂšte MoĂŻse dĂ©crivait IsraĂ«l comme “ un bon pays, [...] un pays d’olives ”. (DeutĂ©ronome 8:7, 8.) Aujourd’hui encore, du pied du mont HermĂŽn Ă  la campagne de BĂ©ershĂ©ba en passant par la plaine cĂŽtiĂšre du SharĂŽn, les pentes rocailleuses de la Samarie et les vallĂ©es fertiles de la GalilĂ©e, le paysage est parsemĂ© d’oliveraies du nord au sud.
      Les rĂ©dacteurs de la Bible ont souvent parlĂ© de l’olivier dans un sens figurĂ© pour illustrer, par exemple, la misĂ©ricorde de Dieu, la promesse de la rĂ©surrection ou encore le bonheur familial. L’examen de quelques-unes de ses caractĂ©ristiques nous aidera Ă  mieux comprendre ces rĂ©fĂ©rences et Ă  apprĂ©cier cet arbre exceptionnel qui fait honneur au CrĂ©ateur. — Psaume 148:7, 9.
      Un arbre robuste
      L’olivier n’est pas spĂ©cialement impressionnant Ă  premiĂšre vue. Il n’a pas la majestĂ© des vertigineux cĂšdres du Liban, son bois n’a pas la qualitĂ© du genĂ©vrier ni ses fleurs la beautĂ© de celles de l’amandier (Chant de Salomon 1:17 ; Amos 2:9). En fait, sa partie la plus importante demeure invisible, puisque le secret de sa rĂ©sistance et de sa grande prolificitĂ© rĂ©side dans ses longues racines, qui peuvent s’enfoncer jusqu’à six mĂštres sous terre et rayonner plus loin encore.
      Ses racines permettent Ă  l’olivier poussant sur des versants rocailleux de survivre Ă  la sĂ©cheresse quand d’autres arbres situĂ©s au fond de la vallĂ©e sont dĂ©jĂ  morts de soif. Elles lui permettent Ă©galement de produire des olives des siĂšcles durant, mĂȘme lorsque son tronc noueux ne semble plus bon qu’à servir de bois de chauffage. Tout ce dont cet arbre rustique a besoin, c’est de place pour pousser et d’un sol aĂ©rĂ© pour respirer, loin des mauvaises herbes et autres plantes qui peuvent abriter des parasites. Si ces conditions simples sont rĂ©unies, un seul arbre peut fournir jusqu’à 60 litres d’huile par an.
      Cette huile Ă©tait manifestement apprĂ©ciĂ©e des IsraĂ©lites. Ils s’en servaient pour Ă©clairer leur intĂ©rieur Ă  l’aide de lampes Ă  mĂšches, pour cuisiner, pour protĂ©ger leur peau du soleil et pour fabriquer du savon (LĂ©vitique 24:2). Étant donnĂ© que le blĂ©, le vin et l’olive constituaient les principales productions de la rĂ©gion, une mauvaise rĂ©colte d’olives Ă©tait une catastrophe pour une famille israĂ©lite. — DeutĂ©ronome 7:13 ; Habaqouq 3:17.
      Cependant, en gĂ©nĂ©ral, l’huile d’olive ne manquait pas. Sans doute MoĂŻse a-t-il dĂ©crit la Terre promise comme “ un pays d’olives ” parce que l’olivier y Ă©tait l’arbre le plus cultivĂ©. Au XIXe siĂšcle, le naturaliste Henry Tristram a d’ailleurs qualifiĂ© l’olivier d’arbre emblĂ©matique de la rĂ©gion ”. En raison de sa valeur et de sa profusion, l’huile d’olive servait mĂȘme de moyen de paiement dans tout le bassin mĂ©diterranĂ©en. De lĂ , l’allusion de JĂ©sus Christ Ă  une dette de “ cent baths d’huile d’olive ”. — Luc 16:5, 6.
      “ Comme des plants d’olivier ”
      L’olivier illustre de façon appropriĂ©e les bĂ©nĂ©dictions divines. Comment l’homme qui craint Dieu serait-il rĂ©compensĂ© ? “ Ta femme sera comme une vigne qui porte du fruit tout au fond de ta maison, a chantĂ© un psalmiste. Tes fils seront comme des plants d’olivier autour de ta table. ” (Psaume 128:3). Que sont ces “ plants d’olivier ”, et pourquoi le psalmiste les comparait-il Ă  des fils ?
      L’olivier a ceci de particulier que de nouvelles pousses sortent continuellement de la base de son tronc. Lorsque, en raison de son Ăąge, le tronc principal ne produit plus autant qu’auparavant, les cultivateurs peuvent laisser plusieurs plants, ou nouvelles pousses, se dĂ©velopper jusqu’à devenir partie intĂ©grante de l’arbre. Au bout d’un certain temps, trois ou quatre nouveaux troncs vigoureux entoureront celui d’origine, comme des fils autour d’une table. Ces plants issus de la mĂȘme souche produisent ensemble une grande quantitĂ© d’olives.
      Cette caractĂ©ristique de l’olivier illustre bien la façon dont les fils et les filles peuvent devenir fermes dans la foi, grĂące aux robustes racines spirituelles de leurs parents. En grandissant, eux aussi portent du fruit et Ă©paulent leurs parents, qui se rĂ©jouissent de les voir servir JĂ©hovah Ă  leurs cĂŽtĂ©s. — Proverbes 15:20.
      “ Il existe un espoir mĂȘme pour un arbre ”
      Un pĂšre ĂągĂ© qui sert JĂ©hovah se rĂ©jouit que ses enfants adorent Dieu. Mais quelle tristesse quand ce pĂšre finit par ‘ s’en aller par le chemin de toute la terre ’ ! (1 Rois 2:2.) La Bible nous aide Ă  surmonter pareille douleur en nous donnant l’assurance qu’il y aura une rĂ©surrection. — Jean 5:28, 29 ; 11:25.
      Job, pĂšre de nombreux enfants, Ă©tait trĂšs conscient de la briĂšvetĂ© de la vie, qu’il a comparĂ©e Ă  une fleur qui se flĂ©trit rapidement (Job 1:2 ; 14:1, 2). Job dĂ©sirait la mort pour se soustraire Ă  ses souffrances, considĂ©rant la tombe comme une cachette d’oĂč il pourrait revenir. “ Si un homme robuste meurt, peut-il revivre ? ” a-t-il demandĂ©. Et d’exprimer sa confiance : “ Tous les jours de ma corvĂ©e, j’attendrai, jusqu’à ce que vienne ma relĂšve. Tu [JĂ©hovah] appelleras, et moi je te rĂ©pondrai. Tu languiras aprĂšs l’Ɠuvre de tes mains. ” — Job 14:13-15.
      Comment Job a-t-il illustrĂ© sa conviction que Dieu le rappellerait de la tombe ? Au moyen d’un arbre, dont la description correspond apparemment Ă  celle de l’olivier. “ Il existe un espoir mĂȘme pour un arbre. Si on le coupe, il bourgeonnera encore. ” (Job 14:7). Pour peu qu’il ne soit pas dĂ©racinĂ©, l’olivier peut effectivement ĂȘtre coupĂ© sans que cela le fasse mourir. Si ses racines demeurent intactes, il repoussera avec une vigueur renouvelĂ©e.
      MĂȘme si une sĂ©cheresse prolongĂ©e dessĂšche profondĂ©ment un vieil olivier, la souche ratatinĂ©e peut repartir. “ Si sa racine vieillit dans la terre et si sa souche meurt dans la poussiĂšre, Ă  l’odeur de l’eau, il bourgeonnera, oui il produira une branche comme une plante nouvelle. ” (Job 14:8, 9). Job vivait dans une rĂ©gion aride et poussiĂ©reuse oĂč il avait probablement dĂ» observer beaucoup de vieux oliviers complĂštement dessĂ©chĂ©s qui semblaient morts. Cependant, dĂšs qu’arrivaient les pluies, ils revenaient Ă  la vie, et un nouveau tronc Ă©mergeait de leurs racines “ comme une plante nouvelle ”. Cette rĂ©sistance hors du commun a conduit un horticulteur tunisien Ă  dĂ©clarer : “ Il n’est pas exagĂ©rĂ© de dire que les oliviers sont immortels. ”
      Tout comme un cultivateur espĂšre voir renaĂźtre ses oliviers dessĂ©chĂ©s, JĂ©hovah languit de ressusciter ses serviteurs. Il attend avec patience l’époque oĂč des fidĂšles comme Abraham et Sara, Isaac et RĂ©becca, et de nombreux autres seront ramenĂ©s Ă  la vie (Matthieu 22:31, 32). Comme il sera merveilleux d’accueillir les ressuscitĂ©s et de les voir mener de nouveau une vie productive !
      L’olivier symbolique
      La misĂ©ricorde de Dieu est manifeste dans son impartialitĂ© ainsi que dans la disposition qu’est la rĂ©surrection. L’apĂŽtre Paul s’est servi de l’olivier pour illustrer comment la misĂ©ricorde de JĂ©hovah s’étend aux humains indiffĂ©remment de leur race ou de leur origine. Pendant des siĂšcles, les Juifs se sont enorgueillis d’ĂȘtre le peuple choisi de Dieu, “ la descendance d’Abraham ”. — Jean 8:33 ; Luc 3:8.
      Il n’était pas nĂ©cessaire d’ĂȘtre nĂ© au sein de la nation juive pour obtenir la faveur divine. Les premiers disciples de JĂ©sus, cependant, Ă©taient tous Juifs et ils ont eu le privilĂšge de figurer parmi les premiers humains choisis par Dieu pour constituer la semence promise d’Abraham (GenĂšse 22:18 ; Galates 3:29). Paul les a comparĂ©s aux branches d’un olivier.
      La majoritĂ© des Juifs de naissance ont rejetĂ© JĂ©sus, se privant ainsi de la possibilitĂ© de faire partie du “ petit troupeau ”, ou “ IsraĂ«l de Dieu ”. (Luc 12:32 ; Galates 6:16.) Ils sont devenus comme des branches d’olivier qui auraient Ă©tĂ© coupĂ©es. Qui allait prendre leur place ? En 36 de notre Ăšre, des Gentils ont Ă©tĂ© choisis pour faire partie de la semence d’Abraham, comme si JĂ©hovah avait greffĂ© des branches d’olivier sauvage sur un olivier domestique. La semence promise d’Abraham inclurait donc des gens des nations qui pouvaient dĂ©sormais devenir ‘ participants de la racine de graisse de l’olivier ’. — Romains 11:17.
      Pour un cultivateur, greffer une branche d’olivier sauvage sur un olivier domestique serait impensable et “ contre nature ”. (Romains 11:24.) On lit dans La terre et le Livre (angl.) : “ Greffe le bon sur le sauvage, ont coutume de dire les Arabes, et il dominera le sauvage, mais tu ne pourras pas revenir en arriĂšre. ” Les chrĂ©tiens d’origine juive ont Ă©tĂ© surpris lorsque JĂ©hovah, “ pour la premiĂšre fois, s’est occupĂ© des nations pour tirer d’entre elles un peuple pour son nom ”. (Actes 10:44-48 ; 15:14.) C’était la preuve Ă©vidente, toutefois, que la rĂ©alisation du dessein de Dieu ne dĂ©pendait pas d’une nation particuliĂšre. En effet, “ en toute nation l’homme qui le craint et pratique la justice est agrĂ©Ă© de lui ”. — Actes 10:35.
      Paul a soulignĂ© que puisque les “ branches ” juives infidĂšles de l’olivier avaient Ă©tĂ© coupĂ©es la mĂȘme chose pourrait arriver Ă  toute personne qui, par orgueil ou dĂ©sobĂ©issance, perdrait la faveur de JĂ©hovah (Romains 11:19, 20). Cela montre sans l’ombre d’un doute que la faveur immĂ©ritĂ©e de Dieu ne devrait jamais ĂȘtre considĂ©rĂ©e comme dĂ©finitivement acquise. — 2 Corinthiens 6:1.
      Enduire d’huile
      Les Écritures mentionnent l’utilisation de l’huile d’olive non seulement au sens littĂ©ral, mais Ă©galement au sens figurĂ©. Dans les temps anciens, les blessures et les contusions Ă©taient “ adoucies avec de l’huile ” pour accĂ©lĂ©rer la cicatrisation (IsaĂŻe 1:6). D’aprĂšs un exemple de JĂ©sus, le bon Samaritain a versĂ© de l’huile et du vin sur les blessures de l’homme qu’il avait trouvĂ© sur la route de JĂ©richo. — Luc 10:34.
      L’application d’huile sur la tĂȘte est rafraĂźchissante et relaxante (Psaume 141:5). Lorsqu’ils ont Ă  traiter un cas de faiblesse spirituelle, les anciens peuvent ‘ enduire d’huile un membre de la congrĂ©gation, au nom de JĂ©hovah ’. (Jacques 5:14.) Leurs conseils bibliques pleins d’amour et leurs priĂšres sincĂšres en faveur de leur compagnon sont comparables Ă  de l’huile versĂ©e sur des plaies. DĂ©tail rĂ©vĂ©lateur, en hĂ©breu, “ huile d’olive pure ” est une expression imagĂ©e qui sert Ă  dĂ©signer un homme bon.
      “ Un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”
      Compte tenu de ce qui prĂ©cĂšde, il n’est pas surprenant que les serviteurs de Dieu puissent ĂȘtre comparĂ©s Ă  des oliviers. David dĂ©sirait ressembler Ă  “ un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”. (Psaume 52:8.) Tout comme les familles israĂ©lites avaient souvent des oliviers autour de leur maison, David souhaitait ĂȘtre proche de JĂ©hovah pour produire du fruit Ă  sa louange. — Psaume 52:9.
      Tant qu’il est restĂ© fidĂšle Ă  JĂ©hovah, le royaume de Juda Ă©tait comme un “ olivier luxuriant, beau par le fruit et par la forme ”. (JĂ©rĂ©mie 11:15, 16.) Mais ses habitants ont perdu leur position privilĂ©giĂ©e lorsqu’ils ‘ ont refusĂ© d’obĂ©ir aux paroles de JĂ©hovah et ont marchĂ© Ă  la suite d’autres dieux ’. — JĂ©rĂ©mie 11:10.
      Pour devenir comme des oliviers luxuriants dans la maison de Dieu, nous devons obĂ©ir Ă  JĂ©hovah et accepter de bon grĂ© la discipline par laquelle il nous “ taille ”, afin que nous puissions porter davantage de fruit en Ɠuvres chrĂ©tiennes (HĂ©breux 12:5, 6). En outre, tout comme un olivier doit avoir de longues racines pour survivre Ă  une pĂ©riode de sĂ©cheresse, nous devons fortifier nos racines spirituelles pour endurer les Ă©preuves et la persĂ©cution. — Matthieu 13:21 ; Colossiens 2:6, 7.
      L’olivier symbolise bien le chrĂ©tien fidĂšle, inconnu du monde mais connu de Dieu. S’il vient Ă  mourir dans ce systĂšme, il reviendra Ă  la vie dans le monde nouveau Ă  venir. — 2 Corinthiens 6:9 ; 2 Pierre 3:13.
      L’olivier, presque indestructible, qui continue de donner du fruit annĂ©e aprĂšs annĂ©e nous rappelle la promesse de Dieu : “ Les jours de mon peuple seront comme les jours d’un arbre ; et ceux que j’ai choisis profiteront pleinement de l’Ɠuvre de leurs mains. ” (IsaĂŻe 65:22). Cette promesse prophĂ©tique s’accomplira dans le monde nouveau de Dieu. — 2 Pierre 3:13.


      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,288
    • Total Posts
      126,082
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,784
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Csanchez21
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.