Jump to content
The World News Media

Perles spirituelles - Semaine du 21 Juin 2021 - Deutéronome 7-8


misette
 Share

Recommended Posts

  • Member

PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 21 Juin 2021 - Deutéronome 7-8.docx

PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 21 Juin 2021 - Deutéronome 7-8.pdf

 

Perles spirituelles (10 min) : Deutéronome 7-8

Deutéronome 8:3 : Que pouvons-nous apprendre concernant le don de la manne ? (w04 1/2 13 § 4).

«  Il t’a donc humilié, il t’a laissé avoir faim et il t’a nourri de la manne, que tu n’avais pas connue et que tes pères n’avaient pas connue, afin de te faire savoir que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute déclaration de la bouche de Jéhovah. »

4 La prière que nous formulons pour obtenir notre pain quotidien devrait également nous rappeler que nous avons besoin de nous nourrir chaque jour sur le plan spirituel. Bien qu’affamé après un long jeûne, Jésus a résisté à la tentation suscitée par Satan de changer des pierres en pains, et il lui a dit : “ Il est écrit : ‘ L’homme doit vivre, non pas de pain seul, mais de toute parole qui sort par la bouche de Jéhovah. ’ ” (Matthieu 4:4). Jésus citait là le prophète Moïse, qui avait dit au peuple d’Israël : “ [Jéhovah] t’a [...] humilié, il t’a fait avoir faim et il t’a nourri de la manne, que tu n’avais pas connue et que n’avaient pas connue tes pères ; afin de te faire savoir que l’homme ne vit pas de pain seul, mais que l’homme vit de toute déclaration de la bouche de Jéhovah. ” (Deutéronome 8:3). En fournissant la manne aux Israélites, Jéhovah leur donnait non seulement la nourriture physique, mais aussi des leçons spirituelles. Ils devaient “ en ramasser chacun sa quantité jour pour jour ”. S’ils en ramassaient plus que ce qui était nécessaire à leurs besoins quotidiens, l’excédent commençait à sentir et des vers s’y développaient (Exode 16:4, 20). Curieusement, cela n’arrivait pas le sixième jour, où il fallait recueillir le double de la portion quotidienne en raison du Sabbat (Exode 16:5, 23, 24). Le don de la manne enseignait donc aux Israélites qu’ils devaient obéir et que leur vie dépendait, non du pain seul, mais de “ toute déclaration de la bouche de Jéhovah ”. - w04 1/2 13 § 4

De la même façon, nous avons besoin d’absorber chaque jour la nourriture spirituelle que Jéhovah nous fournit par l’intermédiaire de son Fils. À cette fin, Jésus a établi un “ esclave fidèle et avisé ” pour donner la “ nourriture en temps voulu ” à la maisonnée de la foi. Cette classe de l’esclave fidèle ne se contente pas de nous ravitailler abondamment en nourriture spirituelle sous la forme de publications bibliques ; elle nous encourage aussi à lire la Bible quotidiennement Comme Jésus, nous renouvellerons nos forces spirituelles si, chaque jour, nous faisons l’effort d’apprendre et de faire la volonté de Jéhovah w04 1/2 13 §5

Jéhovah permit que les Israélites aient faim dans le désert, puis il les nourrit de la manne pour leur enseigner “ que l’homme ne vit pas de pain seul, mais que l’homme vit de toute déclaration de la bouche de Jéhovah ”. Dieu agit ainsi ‘ afin de les humilier et de les mettre à l’épreuve, de manière à leur faire du bien dans leur avenir ’. (Dt 8:3, 16.) Quand les Israélites se lassèrent de la manne et en parlèrent comme d’un “ pain méprisable ”, Jéhovah punit leur rébellion en envoyant parmi eux des serpents venimeux qui firent de nombreux morts. — it-2 Manne

Pour qu’elle soit le plus bénéfique possible, l’instruction doit être régulière, conformément à la leçon que Jéhovah a enseignée à Israël dans le désert, à savoir : “ L’homme ne vit pas de pain seul, mais [...] l’homme vit de toute déclaration de la bouche de Jéhovah. ” (Deutéronome 8:3). En fonction de leur situation, certaines familles tiennent leur étude chaque semaine ; d’autres étudient peu de temps, mais chaque jour. Quel que soit votre choix, n’étudiez pas au gré du hasard. ‘ Rachetez le moment propice. ’ Mettez-y le prix : l’investissement en vaut la peine. C’est en effet la vie des membres de votre famille qui est en jeu. TG1999 1/7

Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ?

L’apostasie en Israël. Les deux premiers commandements de la Loi condamnaient toute forme d’apostasie (Ex 20:3-6). Avant que les Israélites n’entrent en Terre promise, Dieu les avertit qu’ils risquaient fortement de tomber dans l’apostasie s’ils se mariaient avec les habitants du pays (Dt 7:3, 4). Quiconque incitait les autres à apostasier devait être mis à mort pour avoir ‘ parlé de révolte contre Jéhovah leur Dieu ’, même s’il s’agissait d’un proche parent ou de son conjoint – it-1 Apostasie

Comment les Israélites ont-ils échappé à “toutes les affections malignes d’Égypte”, qui étaient fréquentes à leur époque (Deutéronome 7:15) ?

Apparemment, ils ont échappé à ces maladies surtout parce qu’ils se sont conformés aux préceptes d’hygiène éclairés qui leur étaient imposés par l’alliance de la Loi.

On est affermi quand on sait que Jéhovah Dieu est capable de faire disparaître les maladies.  Mais en attendant, que peut faire un chrétien malade ? Tout en suivant un traitement approprié, il peut prier Jéhovah de lui accorder le courage d’endurer sa maladie et la force spirituelle de lui rester fidèle malgré ces difficultés. Il peut être certain que “Jéhovah lui-même le soutiendra sur le divan de douleur”. — Ps. 41:1-3. — TG2004 15/6, p4.

Que devrait faire un serviteur voué à Jéhovah Dieu s’il est présent au moment où une prière est prononcée à haute voix par une personne qui ne reconnaît pas Jéhovah ou qui ne lui est pas vouée, lors de funérailles, de mariages, de promotions où officient des membres du clergé ?

Les Écritures montrent qu’en aucun moment les serviteurs de Dieu ne doivent se joindre au culte de ceux qui servent d’autres dieux (Deut. 7:1-6, 16, 25, 26). Les serviteurs de Jéhovah ne devraient pas se joindre aux prières de ceux qui ne servent pas Jéhovah Dieu, car la prière est une forme d’adoration. Que devrait alors faire un serviteur de Jéhovah s’il assiste à un mariage, à des funérailles ou aux promotions de son fils ou de sa fille et qu’une prière vienne à être prononcée ? Si tout le monde se lève, c’est à l’individu de décider s’il veut se lever aussi ou non. Ce n’est pas en cela que réside l’acte d’adoration. Il en est de même pour ce qui est de courber la tête. Bien que demeurant tranquille, le chrétien peut préférer ne pas courber la tête avec les autres, faisant ainsi savoir à chacun qu’il ne participe pas à la prière qui est offerte et qu’elle ne représente rien pour lui. Le serviteur de Jéhovah peut encore incliner sa tête et offrir une prière silencieuse en cette occasion. S’il choisissait cette seconde attitude, il ne prononcera toutefois pas un “ Amen ” audible à la fin de la prière publique, car il exprimerait alors qu’il est d’accord avec ses termes. C’est à chacun de déterminer le comportement le meilleur dans chaque circonstance particulière, et personne ne devrait critiquer un tel choix.

Le même principe devrait être appliqué si un serviteur de Jéhovah était invité à un repas. Si, par respect pour la sincérité de son invité, le maître de maison lui demandait de prononcer la prière, le serviteur de Jéhovah pourrait le faire, et ceci en harmonie avec les instructions de la Bible. Toutefois, si le chef de famille n’est pas un adorateur de Jéhovah et qu’il offre la prière en ayant un serviteur de Jéhovah à sa table, ce dernier ne peut se joindre à cette prière, bien qu’il puisse silencieusement offrir sa propre prière d’actions de grâces. Dans certains foyers où c’est la coutume de se tenir les mains autour de la table pendant que l’on dit la prière, participer à cette coutume voudrait dire que l’on participe à la prière. Le chrétien ne devrait pas s’y plier si la prière n’est pas prononcée par un serviteur de Jéhovah. Pour qu’une prière soit acceptée par Jéhovah, elle doit être offerte de la manière prescrite par lui. – TG1963 p191

8:3, 4 — Comment se fait-il que les vêtements des Israélites ne se soient pas usés et que leurs pieds n’aient pas enflé durant leur périple dans le désert ? Il s’agissait d’une intervention miraculeuse, tout comme l’approvisionnement régulier en manne. Les Israélites ont utilisé les mêmes vêtements et les mêmes chaussures qu’au moment de leur entrée dans le désert. Il est probable qu’ils se les soient passés les uns aux autres, à mesure que les enfants grandissaient et que les adultes mouraient. D’après les deux recensements effectués au début et à la fin de la marche dans le désert, le nombre des Israélites n’avait pas augmenté. Par conséquent, la quantité initiale de vêtements et de chaussures a dû être suffisante - w04 15/9 p26 § 1

LE MATÉRIALISME A ÉTÉ DE TOUT TEMPS UNE MENACE - En 1473 av. J.-C., Moïse mit Israël en garde contre ce danger constant : “ Prends garde à toi, de peur que tu n’oublies l’Éternel, ton Dieu, pour ne pas garder ses commandements, et ses ordonnances, et ses statuts, que je te commande aujourd’hui ; de peur que, quand tu mangeras, et que tu seras rassasié, et que tu bâtiras de bonnes maisons, et y habiteras, et que ton gros et ton menu bétail se multipliera, et que l’argent et l’or te seront multipliés, et que tout ce qui est à toi se multipliera, alors ton cœur ne s’élève, et que tu n’oublies l’Éternel, ton Dieu. ” “ Et que tu ne dises dans ton cœur : Ma puissance et la force de ma main m’ont acquis ces richesses. ” Dt 8 :1-20. Quand Israël prospérait, il se vantait de sa force et de sa puissance et dit en substance : “ Nos mains nous ont acquis ces richesses. ” Les Israélites se glorifiaient eux-mêmes et non le Dieu qui créa la main, qui donne la force et la puissance et qui a rendu toutes choses possibles.

Lorsqu’on laisse le matérialisme pénétrer une maison chrétienne, l’esprit chrétien en est vite expulsé. Là où on attache plus d’importance aux choses qu’aux personnes, les sentiments et les familles sont vite partagés – TG1955 1/10 p301

En procurant la manne, Jéhovah ne cherchait pas uniquement à satisfaire les besoins physiques des quelque trois millions d’Israélites. Il voulait aussi ‘ les humilier et les mettre à l’épreuve ’, afin de les affiner et de les discipliner pour leur profit (Deutéronome 8:16). S’ils réagissaient docilement à cet affinage et à cette discipline, Jéhovah prendrait plaisir à ‘ leur faire du bien dans leur avenir ’ en leur accordant paix, prospérité et bonheur en Terre promise.

L’une des leçons fondamentales qu’ils avaient besoin d’apprendre était que “ l’homme ne vit pas de pain seul, mais que l’homme vit de toute déclaration de la bouche de Jéhovah ”. (Deutéronome 8:3.) Si Dieu ne leur avait pas fourni la manne, ils seraient morts de faim, ce qu’ils admettaient bien volontiers. Ceux d’entre eux qui en éprouvaient de la reconnaissance se voyaient rappeler quotidiennement qu’ils dépendaient totalement de Jéhovah, et ils étaient ainsi humiliés. Ceux-là seraient moins susceptibles d’oublier Jéhovah et leur dépendance vis-à-vis de lui une fois qu’ils jouiraient de l’abondance matérielle en Terre promise.

Comme les Israélites, les chrétiens doivent rester conscients qu’ils dépendent de Dieu pour obtenir ce qui est nécessaire à leur vie, que ce soit sur le plan physique ou sur le plan spirituel. De fait, quand ils lisent les déclarations de Jéhovah dans sa Parole écrite, les vrais adorateurs de Dieu sont nourris.

Les humains imparfaits peuvent perdre leur reconnaissance pour des choses qui se banalisent, même si ces choses sont une marque de l’intérêt bienveillant que Jéhovah leur porte. C’est ce qui est arrivé avec la manne. Alors que la première réaction des Israélites devant cette nourriture surnaturelle avait été l’étonnement et la gratitude, par la suite beaucoup se sont mis à se plaindre. “ Notre âme a pris en aversion ce pain méprisable ”, maugréaient-ils irrespectueusement, montrant par là qu’ils commençaient à ‘ s’éloigner du Dieu vivant ’. Leur exemple “ nous avertit, nous sur qui les fins des systèmes de choses sont arrivées ”. — 1 Corinthiens 10:11.

Comment pouvons-nous tenir compte de cet avertissement ? En n’en venant jamais à considérer les enseignements bibliques ou la “ nourriture ” que nous recevons par l’intermédiaire de l’esclave fidèle et avisé comme ordinaires, insipides. À partir du moment où nous prenons les dons de Jéhovah comme allant de soi ou que nous les trouvons rébarbatifs, nos relations avec lui se refroidissent. w1999 15/8 p25-26

Deutéronome 8:3 - En fournissant la manne aux Israélites, Jéhovah leur donnait non seulement la nourriture physique, mais aussi des leçons spirituelles. Ils devaient “ en ramasser chacun sa quantité jour pour jour ”. S’ils en ramassaient plus que ce qui était nécessaire à leurs besoins quotidiens, l’excédent commençait à sentir et des vers s’y développaient. Curieusement, cela n’arrivait pas le sixième jour, où il fallait recueillir le double de la portion quotidienne en raison du Sabbat. Le don de la manne enseignait donc aux Israélites qu’ils devaient obéir et que leur vie dépendait, non du pain seul, mais de “ toute déclaration de la bouche de Jéhovah ”.

De la même façon, nous avons besoin d’absorber chaque jour la nourriture spirituelle que Jéhovah nous fournit par l’intermédiaire de son Fils. À cette fin, Jésus a établi un “ esclave fidèle et avisé ” pour donner la “ nourriture en temps voulu ” à la maisonnée de la foi. Cette classe de l’esclave fidèle ne se contente pas de nous ravitailler abondamment en nourriture spirituelle sous la forme de publications bibliques ; elle nous encourage aussi à lire la Bible quotidiennement. Comme Jésus, nous renouvellerons nos forces spirituelles si, chaque jour, nous faisons l’effort d’apprendre et de faire la volonté de Jéhovah. — TG2004  ½

La Bible présente le pays d’Israël comme une contrée de collines et de vallées, de plaines côtières et de plateaux, de fleuves, de rivières et de sources. Cette variété de sols et de microclimats, du désert aride du sud aux cimes enneigées du nord, offre au pays une extraordinaire richesse agricole. Quand Moïse a décrit aux Israélites le “ bon pays ” dont ils allaient prendre possession, il a évoqué “ un pays de blé, d’orge et de vignes, de figues et de grenades, un pays d’olives riches en huile et un pays de miel ”, citant expressément sept produits agricoles. — Deutéronome 8:7, 8.

Aujourd’hui encore, ces sept denrées sont emblématiques de la région ; on les appelle d’ailleurs souvent “ les sept espèces ”. À diverses époques, elles ont figuré sur des pièces de monnaie de la région, et plus récemment sur des timbres-poste, pour symboliser la fertilité du pays.  – TG2011  9/1 p11-13

Peu de temps avant qu’ils entrent en Terre promise, Jéhovah a mis en garde les Israélites contre un danger : celui de l’oublier. “ Prends garde à toi, a-t-il dit au peuple, de peur que tu n’oublies Jéhovah ton Dieu, de façon à ne pas garder ses commandements, ses décisions judiciaires et ses ordonnances, que je t’ordonne aujourd’hui ; de peur que tu ne manges et ne te rassasies, oui ; de peur que tu ne bâtisses de bonnes maisons et n’y habites, oui ; de peur que ne s’accroissent ton gros bétail et ton petit bétail, et que l’argent et l’or ne s’accroissent pour toi, et que ne s’accroisse tout ce qui est à toi ; de peur que ton cœur ne s’élève vraiment et que tu n’oublies bel et bien Jéhovah ton Dieu. ” — Deutéronome 8:11-14.

Pourrait-il nous arriver quelque chose de semblable aujourd’hui ? Oui, si nous nous trompions de priorités. Si nous cherchons d’abord la justice de Dieu, le culte pur passera en premier dans notre vie. Le chrétien sincère s’analyse régulièrement pour s’assurer qu’il n’est pas gagné par cet état d’esprit. — TG2006  1/1 p26

Link to comment
Share on other sites


  • Views 510
  • Replies 1
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Posted Images

 Share





×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.