Jump to content
The World News Media

Issue with sound, tones and rhythm as songs are sung


Srecko Sostar
 Share

Recommended Posts

  • Member

Just seen on YT. Here is a JW committee where a woman can also participate in decisions led by men.

But that triggered another story i have heard. Imagine married couple. Wife is talented for music and singing. And she is looking forward to being able to be part of a choir to sing “theocratic” songs. The husband is looking forward to the same and they apply as volunteers. But one needs to pass a rehearsal in order to be a part of the choir. Unfortunately, the husband has no hearing at all and he drops out of the election. That means, neither wife has the opportunity to join the choir. ....... But there is a solution. The husband is talented at laying gypsum boards and smoothing boards. And here’s a wonderful opportunity for both of them to volunteer. Now it is only up to the wife to be happy as she helps with the installation of the drywall and their treatment, .... and she can hum while working on the construction site. This is what unity, hierarchy and submission to the husband mean. What a wonderful spiritual paradise.

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

  • Views 247
  • Replies 4
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Just seen on YT. Here is a JW committee where a woman can also participate in decisions led by men. But that triggered another story i have heard. Imagine married couple. Wife is talented for music and singing. And she is looking forward to being able to be part of a choir to sing “theocratic” songs. The husband is looking forward to the same and they apply as volunteers. But one needs to pass a rehearsal in order to be a part of the choir. Unfortunately, the husband has no hearing at all a

Well, there wasn't a lot that she was allowed to comment on - "poor posture" inhibits good singing.  Seemed like such an important meeting, all the while stuff like this is happening: exjwReddit:  "Just informed of a child sexual predator in the hall." "So my wife and I were informed by the elders that we are to review chapter 32 of the learn from the great teacher book. Which I was like ok what's this about?.. The next thing out of their mouths shocked me. Don't let your children

  • Member
On 9/24/2021 at 8:03 AM, Srecko Sostar said:

Here is a JW committee where a woman can also participate in decisions led by men.

Well, there wasn't a lot that she was allowed to comment on - "poor posture" inhibits good singing.  Seemed like such an important meeting, all the while stuff like this is happening:

exjwReddit:  "Just informed of a child sexual predator in the hall."

"So my wife and I were informed by the elders that we are to review chapter 32 of the learn from the great teacher book. Which I was like ok what's this about?..

The next thing out of their mouths shocked me. Don't let your children be around or alone with Brother so-and-so....ever. Zoom breakout rooms or when we return to in person services.

Me being a paranoid father goes into our states very easy to use sex offender registry. All the nearby territory zip codes and our territory zip codes and he's not registered...

So is he a predator that has only been caught and disciplined in the congregation? And to be so hush hush about it that you had to have a special meeting to tell us as parents. Shouldn't everyone know there is a sexual predator in their presence?

Is this just more evidence that they cover this shit up and even in my own congregation?

As if I didn't have enough reason not to return to the hall in person. This just cements my determination to never return. They put all the responsibility of the predator on us and we have to be on alert at all times, especially the meetings?

I thought the meetings were a spiritual paradise a place to be protected from the world. Seems we are more in danger in what's supposed to be a safe place."

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
  • Member

Why would the wife who has talent with music, not be able to join the choir if she indeed could hold a note? She does not need her husband's permission. Yes, the both can volunteer, she with music, he at laying gypsum boards. That would be the paradise. Not having the female attached at the hip of the male. That concept is misinformation about what scripture teaches. And if that is what you think JW want from their women, then you are very wrong. Yes, their submissive, my wife is too. But you can't tell her that. She goes when and where she wants. So do I. She's a college grad, with degrees, so am I. So this broad brush of  ineptitude of all of us is truly incorrect and demeaning. I have over the 50+ years seen what you are speaking of, but that does not make it Gospel or the way that is right for each and every family. Definitely not mine, I would not hear of it.

Link to comment
Share on other sites

  • Member
4 hours ago, John Houston said:

Why would the wife who has talent with music, not be able to join the choir if she indeed could hold a note? She does not need her husband's permission. Yes, the both can volunteer, she with music, he at laying gypsum boards. That would be the paradise. Not having the female attached at the hip of the male. That concept is misinformation about what scripture teaches. And if that is what you think JW want from their women, then you are very wrong. Yes, their submissive, my wife is too. But you can't tell her that. She goes when and where she wants. So do I. She's a college grad, with degrees, so am I. So this broad brush of  ineptitude of all of us is truly incorrect and demeaning. I have over the 50+ years seen what you are speaking of, but that does not make it Gospel or the way that is right for each and every family. Definitely not mine, I would not hear of it.

Thanks for comment.

I am not able to verify the information. But I have no reason to doubt the source, nor the content itself. Bethel has strict rules of conduct and I would not be surprised if this ending happened. I guess the point is that a married couple doesn’t separate, because maybe each of them would be working on different projects that are in different locations. Maybe they would have different schedules when it came to time, so they couldn't go to preaching, meetings and the like together. So Bethel may be thinking about their "spiritual well-being" and "theocratic routine."
But, I think that it is primarily in these and other things that the wife must follow the husband, and not that the husband follows the wife. This is what we could call as the modern version of patriarchy which is a feature of the Bible and “theocracy,” both those of the past and those of today in WTJWorg. 

After all, few have a talent for singing. And teaching someone to install drywall is easier and more candidates can be found. People will admire more and feel more pleasure when they listen to beautiful songs sung by a talented person. And who will pay special attention to the masonry work as he passes by the walls? Will it really mean anything to him to know the name and face of the workers who did it?

Link to comment
Share on other sites

  • Member

If a married couple volunteered together for work at a construction site then I see this happening, but it the both of them came to Bethel and a need false for a voice and she could fill that void the husband who can not hold a note is not brought in or the wife is not withheld because of the fact the husband has no musical talent. Even if they both came to sing,he would allow his wife to sing. Not pull a rank card for his lack of experience.

Link to comment
Share on other sites

 Share

  • Similar Content

    • By Jack Ryan
      Watchtower 1964 January 15 pp.63-4 Questions from Readers
      According to the Bible at Deuteronomy 22:23-27, an Israelite engaged girl threatened with rape was required to scream. What is the position of a Christian woman today if faced with a similar situation? Is she to scream even if an attacker threatens her life with a weapon?-M. U., United States.

      According to God's law an Israelite girl was under obligation to scream: "In case there happened to be a virgin girl engaged to a man, and a man actually found her in the city and lay down with her, you must also bring them both out to the gate of that city and pelt them with stones, and they must die, the girl for the reason that she did not scream in the city, and the man for the reason that he humiliated the wife of his fellow man." If, however, the attack took place in a field and the woman screamed and thus tried to get away from the attacker, she was not to be stoned, since she was overpowered and there was no one to rescue her.-Deut. 22:23-27.

      But suppose the man had a weapon and threatened to kill the girl if she failed to lie down with him? These scriptures do not weaken the argument or alter the situation by citing any circumstance that would justify her in not screaming. It plainly says she should scream; hence, oppose the attack regardless of the circumstances. If she was overpowered and perhaps knocked unconscious and violated before help came in answer to her screams, she could not be held accountable. The thought of the scriptures apparently is that the girl's screaming, by attracting neighborhood attention, would frighten off her assailant and would save her, even though he threatened her life for not quietly complying with his wishes and passionate desires.

      Such Scriptural precedents are applicable to Christians, who are under command, "Flee from fornication." (1 Cor. 6:18) Thus if a Christian woman does not cry out and does not put forth every effort to flee, she would be viewed as consenting to the violation. The Christian woman who wants to keep clean and obey God's commandments, then, if faced with this situation today, needs to be courageous and to act on the suggestion made by the Scriptures and scream. Actually this counsel is for her welfare; for, if she should submit to the man's passionate wishes, she would not only be consenting to fornication or adultery, but be plagued by the shame. There would be shame, not only from the repulsiveness of the experience, but of having been coerced into breaking God's law by having sex connections with one other than a legal marriage mate. Not only that, but she might become an unwed mother, or she may contract a terrible disease from her morally debased attacker.

      It is true that a woman faces the possibility her assailant will carry out his threat; but, then, what guarantee does she have that such a desperate criminal would not kill her after satisfying his passion? In fact, such a one, perhaps already hunted by the law, may be more likely to kill her after the attack, since she would then have had a greater opportunity to identify him and would therefore be in a better position to supply a description of him to the authorities. In such case, following the Scriptural counsel of screaming could well save one's life by attracting attention and driving the attacker away at the outset, instead of causing him to feel that he must get rid of his victim for fear of being identified later.

      In most instances it is doubtless a matter of calling the assailant's bluff, since the girl's screams could result in his arrest for attempted rape. Also, if he carried out his threat and committed murder, he would face the likelihood of apprehension and conviction for this even more serious offense. Of course, there is the possibility that instead of fleeing immediately, the attacker may strike his victim or inflict a superficial wound to silence the screams, yet would not the endurance of such physical punishment be insignificant compared to the disgrace and shame of submitting to an immoral man?

      A Christian woman is entitled to fight for her virginity or marital fidelity to the death. Just how best she can defend herself against anyone who wants to defile her depends upon her courage and quick wits. At least, as has been mentioned, she should first try to frighten off the would-be rapist by screaming and making as loud and noisy a spectacle of the matter as she possibly can, in order to summon any convenient aid. This being unavailing, then she has a right to defend her virtue by whatever means she can.

      The morals of this generation have indeed sunk to an unprecedented low, just as Bible prophecy foretold for these last days. The fact that over 15,000 women a year, about one every half hour, are raped in the United States alone emphasizes this fact. It also serves as a warning to women that they should exercise care so as to avoid dangerous situations. Since women are almost always attacked when they are alone, they should arrange to have a companion along, especially when they are out after dark. And in localities where it is considered dangerous for women even during daylight hours, women should not go out alone but should take along a companion. God's Word says: "If somebody could overpower one alone, two together could make a stand against him. And a threefold cord cannot quickly be torn in two." (Eccl. 4:12) For a Christian woman to persist in going out alone in a city or locality where women are frequently attacked is to invite trouble and needlessly endanger life. It is the part of wisdom to give thought to what could happen in a given situation and then take the necessary precautions. The wise person foresees danger and takes steps to avoid it. "The shrewd one considers his steps."-Prov. 14:15.
      Watchtower 1968 June 1 pp.345-50 The Christian's View of Self-Defense
      If you are a Christian woman, what should you do if, in spite of all precautions, you are set upon by a rapist? If you cannot deter him by reasoning, or by calling upon the name of Jehovah, then what? As a Christian you are under obligation to resist. This resistance includes screaming and creating as much disturbance as possible to try to frighten off the attacker and attract help. If the attack continues and you cannot break free to flee, then you would be justified even to inflict damage on your assailant if necessary. Resistance is imperative, because the rapist is after, not just money, but your virtue. An issue of integrity to Jehovah's laws is involved here. So by no means would it be proper quietly to submit to rape, as that would be consenting to fornication. -1 Thess. 4:3.

      The principle is like that set out at Deuteronomy chapter 22. There it states: "In case there happened to be a virgin girl engaged to a man, and a man actually found her in the city and lay down with her, you must also bring them both out to the gate of that city and pelt them with stones, and they must die." Why would the girl have died under that Law covenant? The scripture continues: "The girl for the reason that she did not scream in the city." If she did not make the effort to scream, she was viewed as consenting to fornication. But if the woman screamed and resisted and nonetheless was overpowered, then she was not guilty of complicity: "The girl . . . screamed, but there was no one to rescue her."-Deut. 22:23-27.

      Would it be different if the man had a weapon and threatened to kill you if you did not submit? No, the Scriptures plainly state that Christians are under obligation to "flee from fornication." (1 Cor. 6:18) It is true that you face the possibility of death in this case. But you have no guarantee that if you meekly submit, your assailant will not kill you anyhow to avoid identification.

      Christian women are wise if they do all they can to avoid making themselves targets for rapists. Knowing that the morals of this generation are sinking to new lows, take every precaution. In unsafe areas avoid traveling alone after dark. As Ecclesiastes 4:12 states: "If somebody could overpower one alone, two together could make a stand against him. And a threefold cord cannot quickly be torn in two." Also consider how you dress. If a woman adopts the provocative, suggestive styles of dress now so prevalent, she indicates that she is a woman of loose morals, and in so doing she may invite trouble.
      Awake! 1974 March 8 pp.13-16 Faced with the Threat of Rape
      Scream! Scream! Scream! Is that good advice? It certainly is. Just how good this advice is can be seen from what happened on November 12, 1973, in one of Brooklyn's largest hotels.

      Threatened with Rape

      The rapist was a well-dressed man. He had the physique of a football player, being well over six feet tall and weighing about 250 pounds. He took the elevator to the tenth floor of the hotel and there began to molest a middle-aged woman tenant, who managed to escape his clutches by screaming. She at once called the police, who came but were unable to locate him in the building, he having fled to lower floors.

      On the second floor he saw two fine young women housekeepers who asked him if they could help him. "Yes, you can," he said, and, pulling out a gun, ordered them into one of the rooms, upon which he double-locked the door. He assured them that they would not get hurt so long as they did not make any noise. He said that he needed a place to hide until things cooled off downstairs and that he would keep them there for an hour.

      These two young women happened to be Christian ministers and they began to make conversation so as to release the tension. One of them asked him if they could read while they were waiting. He said Yes, and so she took a Bible study aid that was in reach, handed another to the other woman and started a Bible discussion on the subject of how long Noah had preached before the flood came, it being a subject that had come up the day before in her Christian field ministry. She noted that it must have been about forty years, but the man thought it had been about 200 years. From that discussion they went on to such subjects as the name of God, Jehovah, and the kingdom for which Jesus taught his followers to pray. They also told him that they were Christian witnesses of Jehovah and about the high standards of conduct the Witnesses have. The two women were not particularly frightened, for it seemed much like a typical Bible discussion that these girls often had, especially as the man kept expressing his own opinions on these subjects.

      But after about forty-five minutes things suddenly took a disquieting turn. He looked at his watch and said that he would have to tie them up so as to give him time to get away. Although they assured him that it was not necessary, he ordered one of them to sit on the floor in a closet, upon which he tied her feet with a necktie, and her hands behind her back. He then turned off the light in the closet and closed the door. He ordered the other into the bathroom but then changed his mind and, warning her not to scream or yell, he reached for the zipper on her blouse. She exclaimed: "No! No! Not that!" and told him that if he touched her she would scream as he had never heard anyone scream before and that if he was going to shoot he might as well go ahead and shoot because if she did not scream she would be as good as dead anyhow.

      She told him that marriage was honorable before God and that she was married, but that what he wanted to do was not honorable. Also, that if she did not scream she would ruin her relationship with Jehovah God and the Christian congregation; that then she would be disfellowshiped or excommunicated from it and that this would be worse than being killed as far as she was concerned. He looked puzzled. He did not understand and so asked her to repeat what she had said, which she did, scared and shaking though she was. As she later explained: "The situation sickened me and the mere thought of it all was so disgusting that I knew what I had to do." After all of this he again tried to put his arms around her, upon which she moved away, saying, "Don't you touch me or come near me."

      This calls to mind a statement made by the Dallas, Texas, police department, namely, that "a woman's best defenses" are, among other things, "her wits" and "a scream."

      Yes, this young woman in the Brooklyn hotel used her wits by courageously using her knowledge of the Bible, thereby diverting the would-be rapist from his evil intent. As a result, he pursued the matter no further with these two women but left after first ordering them not to leave the room for fifteen minutes.

      Frustrated a second time, this rapist was not giving up. Coming out into the hallway, he saw another fine young woman and began engaging her in conversation, asking where the elevators were, the nature of the rooms on the floor, and so forth. Suddenly he moved close to her and tried to push her into one of the rooms the door of which was open.

      What could she do? He was every bit a foot taller than she was and weighed at least twice as much. She did what the Bible indicates a young woman should do: she screamed, louder than she had ever screamed before. (Deut. 22:23-27) This was wholly unexpected by the rapist. Startled, he ran down the steps at the end of the hallway.

      As the three young women told their story at the police station, their hearers, increasing from three to eight men and two policewomen, marveled at what they heard. They could not get over it that two of these young women had talked about the Bible to a would-be rapist. One of the women officers asked for more information about the beliefs of Jehovah's witnesses and stated that if more women took such a determined and firm stand there would be fewer such crimes.

      Why the Increase?

      The foregoing experience in a Brooklyn hotel last November is but one instance of this social crime that is increasing on every hand. And that increase is very real. As the editor of America's Campus Law Enforcement Journal said about this increase: "It's not just a question of more women reporting it. It has happened."

      No doubt one of the main reasons for rapes has ever been the extreme selfishness of men who refuse to control their mating instinct. As Dr. Ralph Garofalo, of Massachusetts' Center for Diagnosis and Treatment of Sexually Dangerous Persons, put it: 'Normal men find a socially acceptable outlet for their desires, while the rapist loses sight of all moral or legal considerations.' But why the great increase of rape in modern times and in recent years?

      Discussing the reasons, a Seattle, Washington, police official in charge of the city's sex-crime investigation department stated: "Our whole moral climate, our attitudes toward sex and the dress of the women have to be causes." He also stated that the 'increased exposure to pornography has contributed to the rise in reported rapes.'

      Womankind must share the blame. To begin with, until the age of five or six years, the most vital period, little boys have their personalities molded largely by women, their mothers. And as they grow up, it is usually the mother that has the most opportunities to inculcate in her son respect for womankind, both by word and by example. But far too many mothers have come short in this regard. Especially and specifically blameworthy are those female relatives, such as an aunt or even a mother, who have used boys as sexual playthings, thereby starting them on a road that leads to their having aggressive feelings toward women.

      A new American motion picture star who aims to occupy the place once held by America's previous sex symbol brags about her charms and about her ability to arouse men by displaying herself in motion pictures. Such actresses must also share in the blame for the increase in rapes, for after men have seen them on the screen they frequently go out and attack a woman who may be a paragon of virtue. ...

      The New York Times, November 26, 1973, told of two fifteen-year-old girls being forced, shortly after midnight, into a store by an employee of the store who kept them for four hours and repeatedly raped one of them until the police came and rescued the girls and arrested the kidnapper and rapist. But what business did two teen-age girls have on the streets around midnight?

      And never should a single woman, or even two, for that matter, take a chance on hitchhiking with a strange man. Many have done so, to be not only raped, but even murdered.

      Further, in view of the way that many men think, each virtuous woman should be careful to dress modestly. According to the Seattle, Washington, police lieutenant in charge of the department dealing with such crimes, women who "reveal everything" in the way they dress make themselves more vulnerable to rape. "You can't advertise a commodity and expect no buyers . . . A little modesty," he holds, would prevent some rapes.
      Watchtower 1980 October 15 p.7 Avoiding the Tragedy of Rape
      Back in March 1974, Awake! magazine described how a man with a gun had held two of Jehovah's Witnesses prisoner in a hotel room. As he reached for the zipper on one girl's blouse, she exclaimed: "No! No! Not that!" She told him that if he touched her she would scream as he had never heard anyone scream before. She explained that if she did not she would ruin her relationship with Jehovah God and the Christian congregation. (Compare Deuteronomy 22:22-29.) Her firm demand: "Don't you touch me or come near me" kept the rapist at bay.

      This woman did the Scripturally proper thing, which actually is the best thing to do. A Christian woman is under obligation to resist, for the issue of obedience to God's law to "flee from fornication" is involved. (1 Cor. 6:18) By no means would it be proper for her willingly to submit to being raped.
      Awake! 1984 February 22 pp.24-7 They Resisted Rapists
      GENERALLY rapists try to get a woman in some isolated place where people are not around. At times they have a weapon and threaten to use it if the victim does not cooperate. Should a Christian quietly submit?

      No, the situation is not the same as when a man simply is asking for money or other material possessions. A woman wisely would give him these. But the rapist is asking a person to break God's law by committing fornication. Under such circumstances a Christian is obligated to resist. -1 Corinthians 6:18.

      'But could not resistance be dangerous?' someone may ask. Yes, it could be. Yet it may well be more dangerous not to resist, as a teacher of rape self-defense notes: "He just may kill you when he's done so you can't identify him later."

      The comments of a leading spokeswoman on rape are noteworthy. She said: "Despite the popular myths of male violence and the alleged safety in submission, it has never been demonstrated that resistance on the part of a rape victim in an attempt to escape 'provokes' an assailant to commit an act of murder." The following experience illustrates this.

      Two young women were in a Laundromat when a man came in and at gunpoint herded them into a room in the rear of the building. He ordered them to undress. They refused, praying aloud to Jehovah God for help. Finally, they told the now-confused gunman that they were Jehovah's Witnesses and that it was against their religious belief to do what he was demanding; they would not do it even if he shot them. Result? The frustrated gunman fled.

      Treat Him Respectfully

      The intended victim should remember that the rapist is a human. No doubt there are circumstances in his life that have precipitated his behavior. So although a woman should not cower in fear and permit a rapist to intimidate her, at the same time she should treat him understandingly, as a fellow human. A woman who lived in a housing project in New York City writes:

      "I usually am careful when going into elevators. As usual, I checked this one out before entering, and all was OK. However, just before the door closed completely, a big man grabbed the door and opened it to come into the elevator with me. As he entered he threw a six-pack of beer at me, and I caught it. It took me by surprise.

      "As the door closed he turned his back to me to do something with his pants. Then he turned around and faced me. I didn't look down at his pants but looked him in the eyes. I threw his six-pack of beer back to him, and said, 'Here is your beer.'

      "At this moment, before he could do anything, I started to talk. I said I was one of Jehovah's Witnesses and was going up to the 13th floor to have a Bible study with a family who was waiting for me. I just kept talking and told him about our Bible educational work. We were half way up to the 13th floor by now, and as I kept right on talking I showed no fear, looking him straight in the eyes. Then a funny thing happened. He began to say that he loved the Bible and that he was from the South and his family loved God too.

      "Meanwhile, we had reached the 13th floor, and he opened the door to let me out. He asked me if I would do him the honor of shaking his hand. I did, and he practically shook it off. Then he said he wanted to thank me because I was the first white woman that hadn't looked at him with scorn in her eyes, and that I was sincere in talking with him. He then said good-bye and wished me good luck on my Bible study."

      Resisting in One's Home

      Rapes that occur in one's own home can be particularly traumatic, since the surroundings are a constant reminder of the event. How much better, therefore, for one to resist! A mother who was able to avoid being raped in her home in Detroit, Michigan, tells how she did it.

      "It was 5:30 a.m. when I was awakened by the sound of footsteps. At first I was unsure from which direction they were coming. I looked at my watch and saw that it was too early for my oldest daughter to be getting ready for school. My husband is a traveling musician and was away. I had been asleep downstairs. Since I knew no one was upstairs, I decided the sounds were coming from the front porch. So I turned on the porch light. Immediately I heard footsteps run down the stairs, and when I turned, there stood a strange man.

      "Because the man had his hand inside his coat, as if he had a gun, I said, 'If you are going to kill me, do it.' He said he had a gun and would shoot me if I did not do everything he commanded. He told me to turn off all the lights and sit on the couch. I turned off the lights but refused to sit on the couch. He said he would kill me if I did not let him rape me. Then he started pushing me to the couch, so I quoted Matthew 16:26, which says: 'For what benefit will it be to a man if he gains the whole world but forfeits his soul? or what will a man give in exchange for his soul?'

      "The man stopped pushing me and asked what the scripture meant. So I explained that if I resisted him and remained faithful to my God and my husband, and was killed for this faithfulness, I would have a hope of being resurrected to a Paradise earth and everlasting life. But if I gave in and he raped me, I would eventually die and have no hope of a resurrection.

      "The intruder knew he was not going to talk me into letting him rape me, so he started pulling at my clothing. I remembered the scripture at Deuteronomy chapter 22 that says if you are attacked in the city and do not scream it is considered the same as consenting. I then said very loudly, 'Stop! Please! No! Don't do that! Mister, please leave my house!'
      Awake! 1984 June 8 p.28 From Our Readers
      I was deeply disturbed by the article "They Resisted Rapists." I am very upset that anyone would even consider a victim of rape guilty of fornication. The scripture at Deuteronomy that you quote only requires that the woman scream, not fight to the death! C. W., Indiana
      [ ]
      Your article "They Resisted Rapists" disturbed me very much. I was raped by a man who attacked me with a knife. I could only scream once because of being choked and having a large hand pressed against my mouth. I fought until I was unconscious. Because I survived, it disturbs me that it is fornication on my part. You say to show a rapist respect. These men show no respect for their victim. They don't care that they are shattering a woman, leaving in her memory horror for the rest of her life. Unless you have personally experienced the horror of this crime, you can never truly understand. A. G., Massachusetts

      For the victim to be considered guilty of fornication there would need to be proof of willing consent. Apparently the requirement of Deuteronomy 22:25-27 for the woman to resist by screaming would clear her from any suspicion of such consent on her part.
      Awake! 1986 May 22 p.23 "Now You Are Going to Die!"
      Why you should resist an attacker from the first moment:
      1. Attacker may be startled and leave you
      2. You may incapacitate attacker and be able to flee
      3. Attacker may lose sexual urge or tire out and retreat
      4. You can attract others to assist you
      5. Your conscience will be clear. (Even if you are raped, you will not sacrifice your self-respect or cleanness before God)
      6. Injuries you inflict on an attacker will help police identify him later (for example, bits of his skin under your fingernails)
      Awake! 1989 August 22 p.24 RapeProtected by What She Read
      WHAT should you do if confronted by a rapist? There is conflicting advice. Some claim that resistance only goads on an attacker, yet the Bible indicates a woman should resist. (Deuteronomy 22:23-27) What is the best advice?

      A new study published in the January issue of The American Journal of Public Health suggests resistance. The article says: "The empirical research converges to support one important conclusion: resistance reduces the probability of an assault being completed." What happened last September to a woman in Japan illustrates this. She had just returned late at night to her home, where she lives alone. She explains:

      "A rapist came into my house and locked the door. Because of being taken by surprise and being so terrified, I completely froze. The man tried to pull me into the bedroom, but I grabbed a pillar and resisted him.

      "It was then that I remembered the scripture in Deuteronomy chapter 22. It says that if a woman does not cry out when attacked, it indicates she is submitting to the man and is committing a sin against Jehovah. Also, I remembered what I read in the Awake! article 'RapeHow Can You Protect Yourself?'October 8, 1980, Japanese edition; July 8, 1980, English edition.

      "Anyway, I thought: 'I have got to scream and resist him for all I'm worth.' So I shouted: 'Jehovah, help me!' over and over again and kept it up. When the rapist pulled my hands to the right, I pulled to the left. When he pulled me forward, I pulled back, and when he covered my mouth to try to stop me from screaming, I bit him. At any rate, I kept on resisting him.

      "Gradually I got tired. It was getting difficult for me to breathe, and I thought my heart was going to stop, but I continued to do all I could to resist him and kept on calling out to Jehovah to help me. As a result, the rapist gave up, walked hurriedly to the door, and went out.

      "I believe that I was able to avoid being raped because of Jehovah's help and because of applying what I had read in Awake! Had I not read the Awake! article, I think that out of fear I would have kept quiet and most likely done just as the criminal said. Thank you very, very much."
      Awake! 1980 July 8 pp.5-6 The Growing Terror of Rape

      How Most Victims React

      Understandably, a woman faced with the threat of rape may be terrified. In fact, two Boston College professors, after interviews with 80 rape victims, noted: "The primary reaction of almost all women to the rape was fear." And the problem is that such fear can be paralyzing.

      The illustration was given by a rape victim: "Did you ever see a rabbit stuck in the glare of your headlights when you were going down a road at night? Transfixed-like it knew it was going to get it-that's what happened."

      Often coupled with the fear is confusion and uncertainty. For example, a 19-year-old explained: "I never physically fought him off in any way, partly because I was frightened, mostly because in my navet I thought a girl has to do what she's told. . . . I was overwhelmingly confused and defenseless against the whole suddenness."

      She reacted as many others have under similar circumstances. She submitted. Few are prepared to resist-to resist for all they are worth. Elizabeth R. Dobell, writing in the magazine Seventeen, made the surprising revelation: "In only one of the 4,057 rape cases reported in New York City in 1974 was there an act of resistance. . . . Profound terror in the face of physical threats simply renders most women helpless."
      Watchtower 1983 March 15 pp.30-1 Honor Godly Marriage!
      What do we understand here by "fornication"? The Greek word in this text is porneia. ... A male or a female who is forcibly raped would not be guilty of porneia.
      Awake! 1986 September 22 p.28 From Our Readers
      Resisting Rape

      Thank you for your article "Now You Are Going to Die!" (May 22, 1986) I might note some concerns about the advice given, however. Some rapists are very angry and sadistic in their approach and come armed with weapons and the intent to use them if there is the least provocation. Our Metropolitan Organization to Counter Sexual Assault suggests resistance, but if the woman is paralyzed by fear or her instincts tell her not to resist, we recognize that as appropriate . We would rather have someone live through the experience than be killed or seriously mutilated. P. R., United States

      The Bible does support the thought that a woman attacked by a rapist should scream and resist. True, the woman has to respond according to her assessment of the danger to her life, and we believe that is covered in the advice given in the box on page 23 (May 22, 1986). It should be kept in mind that submitting to rape gives no guarantee that the victim will not be beaten or killed afterward. See the article "They Resisted Rapists" in our issue of February 22, 1984.-ED.
      Awake! 1993 March 8 pp.4-5 The Reality of Rape
      Rape myths create a false sense of security. In other words, if you can find some fault in the victim's behavior-she dressed in tight clothing or she went out alone at night or she really wanted to have sexual relations-you or your loved ones will be safe if that conduct is avoided; therefore you will never be raped. The alternative, that rape is a senseless act of violence that can happen to anybody, regardless of how she is dressed, is too terrifying to accept.

      One woman, raped by someone she thought of as "nice, respectable," pleads: "The worst possible thing you can do is believe it won't happen to you."

      Rape Myths and Realities

      The following are some of the long-held misconceptions about rape that serve to blame the victim and to perpetuate attitudes that encourage the perpetrators:

      Myth: Rape happens only when a woman is attacked by a stranger.

      Fact: The majority of women who are raped are assaulted by someone they know and had trusted. One study found that 84 percent of victims knew their attackers and that 57 percent of the rapes happened on dates. One out of 7 married women will be raped by her own husband. Rapes are violent and emotionally traumatic whether the attacker is a stranger, a spouse, or a date.

      Myth: It's rape only if a woman afterward shows evidence of resistance, such as bruises.

      Fact: Whether they physically resisted or not, few women show visible evidence, such as bruises or cuts.

      Myth: A rape victim bears part of the blame unless she actively resists.

      Fact: Rape by definition takes place when force or the threat of force is used to gain sexual penetration, of any kind whatsoever, against a person's will. It is the rapist's use of force against an unwilling victim that makes him a rapist. Thus, a rape victim is not guilty of fornication. Like an incest victim, she may be forced to submit to an act she doesn't want because of the perceived power held over her by another person. When a woman is forced to submit to a rapist out of terror or disorientation, it does not mean that she consents to the act. Consent is based on choice without threat and is active, not passive.

      Myth: Rape is an act of passion.

      Fact: Rape is an act of violence. Men rape, not solely for sex, but to feel power over another person.

      Myth: A woman can tease or lead a man on to the point that he can no longer control his sexual urges.

      Fact: Men who rape do not have a stronger sex drive than other men have. Rather, one third of all rapists were unable to complete the sex act. In most cases rapes are planned acts, not spontaneous urges. Both stranger and acquaintance rapists usually set up their victims-the stranger by stalking the victim until she is alone, the acquaintance by arranging a situation where she is isolated.

      Myth: Women lie about rape to get revenge on a man or because they feel guilty about having sex.

      Fact: False reports of rape occur at the same rate as for any other violent crime: 2 percent. On the other hand, researchers agree that rape is grossly underreported.

      Myth: A woman can "ask" to be raped by wearing provocative clothing, drinking alcohol, letting a man pay her way, or going to his home.

      Fact: Using bad judgment, being naive or ignorant, does not mean that a woman deserves to be raped. Rapists bear sole responsibility for the rape.
      Watchtower 2003 February 1 pp.30-31 Questions From Readers
      Why does the Bible say that a person should scream if threatened with rape?

      Anyone who has not personally experienced the horror of being brutally assaulted by a rapist can never truly understand how it can shatter one's life. The experience is so terrifying for the victim that it may trouble her for the rest of her life.* A young Christian woman who was attacked by a rapist some years ago relates: "Words cannot express the sheer terror I felt that night or the trauma I've had to overcome since." Understandably, many prefer not even to think about this frightening subject. Yet, the threat of rape is a reality in this wicked world.

      The Bible does not shy from recounting some cases of rape and attempted rape that occurred in the past. (Genesis 19:4-11; 34:1-7; 2 Samuel 13:1-14) But it also offers counsel on what one should do when threatened with rape. What the Law says on the matter is found at Deuteronomy 22:23-27. This covers two situations. In the first case, a man found a young woman in a city and lay down with her. Even so, the woman did not scream or cry for help. Consequently, it was determined that she was guilty "for the reason that she did not scream in the city." If she had cried out, people nearby might have been able to come to her rescue. In the second instance, a man found a young woman in the countryside, where he "grabbed hold of her and lay down with her." In defense, the woman "screamed, but there was no one to rescue her." Unlike the woman in the first instance, this woman clearly did not give in to the actions of the attacker. She actively resisted him, crying for help, but she was overpowered. Her screaming proved that she was an unwilling victim; she was not guilty of wrongdoing.

      Although Christians today are not under the Mosaic Law, the principles mentioned therein provide them with guidance. The above account underscores the importance of resisting and screaming for help. Screaming when threatened with rape is still viewed as a practical course. One expert on crime prevention stated: "If a woman is attacked, her best weapon is still her lungs." A woman's screaming may attract others, who can then assist her, or it may startle an attacker and make him leave. A young Christian woman who was attacked by a rapist stated: "I screamed with all my might, and he backed off. When he came toward me again, I screamed and ran. In the past I had often thought, 'How can screaming help me when some big man grabs me with only one thing on his mind?' But I've learned that it works!"

      Even in the sad case where a woman is overpowered and raped, her struggle and screaming for help is not in vain. On the contrary, it establishes that she did all she possibly could to resist her attacker. (Deuteronomy 22:26) Despite going through this ordeal, she can still have an undefiled conscience, self-respect, and the assurance that she is clean in God's eyes. The horrifying experience might leave her with emotional wounds, but knowing that she did all she could to resist the attack will greatly contribute to her gradual healing.

      In understanding the application of Deuteronomy 22:23-27, we must realize that this brief account does not cover all possible situations. For example, it does not comment on the situation where the attacked woman cannot scream because she is mute, unconscious, or paralyzed with fear or is forcibly prevented from screaming by a hand or tape over her mouth. However, since Jehovah is able to weigh all factors, including motives, he deals with understanding and justice in such cases, for "all his ways are justice." (Deuteronomy 32:4) He is aware of what actually took place and of the efforts the victim put forth to fight off her attacker. Therefore, a victim who was unable to scream but otherwise did all she could under the circumstances can leave matters in Jehovah's hands. Psalm 55:22; 1 Peter 5:7.

      Even so, some Christian women who have been attacked and violated are incessantly pained by feelings of guilt. In hindsight, they feel that they should have done more to prevent the incident from happening. However, instead of blaming themselves, such victims can pray to Jehovah, ask for his help, and have confidence in his abundant loving-kindness.Exodus 34:6; Psalm 86:5.

      Hence, Christian women who are presently coping with emotional wounds resulting from an encounter with a rapist can be confident that Jehovah fully understands the painful feelings they are dealing with. God's Word assures them: "Jehovah is near to those that are broken at heart; and those who are crushed in spirit he saves." (Psalm 34:18) Further help to cope with their trauma can come from accepting the sincere understanding and gentle support of fellow believers in the Christian congregation. (Job 29:12; 1 Thessalonians 5:14) Moreover, the victims' own efforts to concentrate on positive thoughts will help them to experience "the peace of God that excels all thought."Philippians 4:6-9.

      [*Footnote] Although this article speaks about female victims, the principles discussed also apply to males who are threatened with rape.
    • By Jack Ryan
      Groundbreaking occurrence at this weeks CLAM! Did you catch it??
        This video segment on social media safety was, are you ready for this...
      ... NARRATED BY A WOMAN!!!!! *gasp*
      correct me if I'm wrong but this may be the first time in WT history that information was disseminated by the voice of a lowly female. Can anyone think of this happening before...?
      Apparently a women can teach digitally now but not from a platform?
    • By Jack Ryan
      Sisters: Please start having more children.
      Notice this quote from 2017 Watchtower Study page 4-8:
      "The Bible does mention a Christian woman’s being “kept safe through childbearing.” (
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) But this does not mean that giving birth or having children results in gaining everlasting life. Rather, it refers to the fact that a woman’s having children to tend to, along with the other aspects of caring for a household, may keep her from falling into a pattern of gossiping and meddling in others’ affairs. (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) However, she may still face tribulations linked to marriage and family life."




  • Recently Browsing

    • No registered users viewing this page.
  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Suivons la lumière de la paroles de Dieu
      Psaumes 119:33 "Instruis-moi, ô Jéhovah, dans la voie de tes prescriptions, pour que je l’observe jusqu’au bout."
       
      AU MILIEU du Ier siècle de notre ère, l’apôtre Paul écrivit à la congrégation chrétienne de Rome. Dans sa lettre, il insista sur le fait que les vrais chrétiens avaient des changements à opérer. Il leur dit: “Ne vous modelez plus sur ce système de choses-ci, mais transformez-vous en renouvelant votre esprit, afin de constater par vous-mêmes quelle est la bonne, l’agréable et la parfaite volonté de Dieu.” (Romains 12:2). Qu’est-ce qui transforme les disciples de Jésus, modifie même leur façon de penser? Fondamentalement, c’est le pouvoir de la Parole de Dieu, la Bible.
      Paul montra à quel point la Bible peut exercer une influence sur nous en écrivant: “La parole de Dieu est vivante et fait sentir son action, et elle est plus acérée qu’aucune épée à deux tranchants et pénètre jusqu’à diviser l’âme et l’esprit, et les jointures et leur moelle, et elle peut discerner les pensées et les intentions du cœur.” (Hébreux 4:12). Effectivement, le pouvoir extraordinaire qu’a la Bible d’opérer de tels changements chez quelqu’un est une preuve convaincante qu’elle n’est pas simplement la parole des hommes.
      Le verbe grec traduit par “transformez-vous” en Romains 12:2 dérive du terme métamorphoô, qui indique un changement total, comme la métamorphose d’une chenille en papillon. Ce changement est si total que la Bible en parle comme d’un changement de personnalité. Dans un autre verset biblique, nous lisons: “Dépouillez-vous de la vieille personnalité avec ses pratiques, et revêtez la personnalité nouvelle qui, par la connaissance exacte, se renouvelle à l’image de Celui qui l’a créée.” — Colossiens 3:9, 10.
       
      Dans sa lettre à la congrégation de Corinthe, Paul montra l’importance des changements de personnalité qui se produisirent au Ier siècle. Il écrivit: “Ni fornicateurs, ni idolâtres, ni adultères, ni hommes qu’on entretient à des fins contre nature, ni hommes qui couchent avec des hommes, ni voleurs, ni gens avides, ni ivrognes, ni insulteurs, ni extorqueurs n’hériteront du royaume de Dieu. Et pourtant c’est là ce qu’étaient certains d’entre vous. Mais vous avez été lavés.” (1 Corinthiens 6:9-11). En effet, des gens immoraux et querelleurs, des voleurs et des ivrognes avaient été transformés en chrétiens exemplaires.
      Changements de personnalité à notre époque
      Des changements de personnalité semblables s’opèrent à notre époque. Par exemple, en Amérique du Sud, un garçon s’est retrouvé orphelin à l’âge de neuf ans. Privé de la direction de ses parents, il a pris en grandissant des habitudes déplorables. Il raconte: “À 18 ans, j’étais devenu complètement dépendant de la drogue, et comme je volais pour satisfaire mon vice, j’avais déjà fait de la prison.” Ce jeune homme avait cependant une tante Témoin de Jéhovah qui a eu la possibilité de lui venir en aide.
      Le jeune homme explique: “J’ai commencé à étudier la Bible avec ma tante. Sept mois plus tard, j’ai arrêté de me droguer.” Il a également cessé de fréquenter ses anciennes connaissances et s’est fait de nouveaux amis parmi les Témoins de Jéhovah. Il ajoute: “Grâce à mes nouveaux amis et à l’étude régulière de la Bible, j’ai fait des progrès qui m’ont ensuite permis de me vouer à Dieu pour le servir.” Ce jeune homme autrefois toxicomane et voleur est devenu un chrétien zélé qui mène à présent une vie pure. Qu’est-ce qui a été à l’origine d’un changement aussi radical? 
      Le pouvoir de la Bible sur le corps et l'esprit.
      Voici un autre exemple provenant du sud de l’Europe. Un jeune homme avait développé en grandissant un mauvais trait de personnalité: il était d’un tempérament violent et se battait sans cesse. Lors d’une dispute familiale, il a même frappé son père, le laissant étendu pour le compte! Par la suite, toutefois, il s’est mis à étudier la Bible en compagnie des Témoins de Jéhovah. Il a ainsi pris connaissance de ce commandement divin contenu dans la lettre aux Romains: “Ne rendez à personne le mal pour le mal. (...) Si possible, — pour autant que cela dépend de vous, — vivez en paix avec tous les hommes. Ne vous vengez pas vous-mêmes, bien-aimés, mais donnez du champ au courroux.” — Romains 12:17-19.
      Ces paroles l’ont aidé à comprendre à quel point ses penchants étaient mauvais. Une plus ample connaissance de la Bible a affiné sa conscience, ce qui, en retour, lui a permis de contenir son caractère impulsif. Alors qu’il était déjà avancé dans l’étude de la Bible, un jour un homme l’a accablé d’insultes. Le jeune homme a senti comme à l’accoutumée un élan de fureur monter en lui. Mais très vite il a ressenti autre chose: un sentiment de honte, qui l’a retenu de céder à la colère. Il avait acquis la maîtrise de soi, un fruit de l’esprit important (Galates 5:22, 23). Grâce au pouvoir de la Parole de Dieu, cet homme a renouvelé sa personnalité.
      Mais comment la Bible exerce-t-elle une action aussi puissante? 
      En Colossiens 3:10, Paul dit que notre personnalité se transforme au moyen de la connaissance exacte, connaissance que l’on trouve dans la Bible. Mais de quelle façon la connaissance transforme-t-elle quelqu’un?
      Le rôle de la connaissance exacte venant de la source de vie
      Premièrement, la Bible indique de quels traits de personnalité indésirables il faut se défaire. Citons “des yeux altiers, une langue mensongère, et des mains qui versent le sang innocent, un cœur qui forge des projets nuisibles, des pieds qui ont hâte de courir au mal, un faux témoin qui exhale des mensonges, et quiconque sème des disputes entre frères”. (Proverbes 6:16-19.) Deuxièmement, la Bible énumère les qualités que nous devons cultiver, entre autres “l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la foi, la douceur, la maîtrise de soi”. — Galates 5:22, 23.
      Cette connaissance exacte aide la personne sincère à s’examiner et à déterminer quels traits de personnalité elle a besoin de cultiver et lesquels elle doit s’efforcer d’éliminer (Jacques 1:25). Mais ce n’est là qu’un début. En plus de la connaissance, elle a besoin d’une motivation, de quelque chose qui la pousse à vouloir changer. Là encore, elle a besoin de la connaissance exacte qu’apporte la Bible.
      Soyons motivés pour faire le bien 
      Paul dit que la personnalité nouvelle, désirable, est modelée “à l’image de Celui qui l’a créée”. (Colossiens 3:10.) La personnalité chrétienne doit donc ressembler à la personnalité de Dieu lui-même (Éphésiens 5:1). La personnalité de Dieu nous est révélée au moyen de la Bible, qui nous fait connaître Ses manières d’agir envers les humains et Ses qualités: son amour, sa bienveillance, sa bonté, sa miséricorde et sa justice, par exemple. Cette connaissance incite celui qui est droit à aimer Dieu et à désirer être le genre de personne qu’Il approuve (Matthieu 22:37). Comme des enfants pleins d’amour, nous voulons plaire à notre Père céleste, si bien que nous cherchons à imiter du mieux que nous pouvons sa personnalité malgré nos faiblesses et notre imperfection. — Éphésiens 5:1
      Notre motivation est renforcée par la connaissance que donne la Bible des fruits produits par les bons et les mauvais traits de personnalité (Psaumes 14:1-5; 15:1-5; 18:20, 24). Nous apprenons que David fut béni pour sa piété et pour son amour de la justice, mais qu’il a souffert quand il a perdu sa maîtrise de soi. Nous voyons les malheurs qui arrivèrent lorsque Salomon se départit de ses qualités dans sa vieillesse. Les bienfaits qui résultèrent de la droiture de Josias et d’Ézéchias sont mis en contraste avec les effets désastreux de la faiblesse d’Achab et de l’apostasie obstinée de Manassé (Galates 6:7). Nous apprenons donc à "aimer la justice" et à "haïr le mépris de la loi". — Hébreux 1:9; Psaumes 45:7; 97:10.
      Cette motivation est affermie davantage encore par une connaissance exacte des desseins de Dieu. Cette connaissance nous aide à changer jusqu’à la "force qui incline notre esprit", la force qui motive nos pensées et nos actions (Éphésiens 4:23, 24). Quand nous étudions la Bible, nous apprenons que Jéhovah ne tolérera pas indéfiniment la méchanceté. Il va bientôt détruire le monde injuste et instaurer “de nouveaux cieux et une nouvelle terre dans lesquels la justice doit habiter”. (2 Pierre 3:8-10, 13.) Qui vivra dans ce monde nouveau? “Les hommes droits sont ceux qui résideront sur la terre, et les irréprochables, ceux qui resteront sur elle. Pour ce qui est des méchants, ils seront retranchés de la terre; et quant aux traîtres, ils en seront arrachés.” — Proverbes 2:21, 22.
      Si nous croyons vraiment en cette promesse, toute notre façon de penser s’en ressentira. Après avoir prophétisé l’élimination de la méchanceté, l’apôtre Pierre a dit: “Puisque toutes ces choses doivent ainsi se dissoudre, quel genre d’hommes devez-vous être en actes de sainte conduite et en actes de piété, attendant et n’oubliant jamais la présence du jour de Jéhovah.” (2 Pierre 3:11, 12). Notre personnalité doit être modelée par notre ardent désir de faire partie des hommes droits qui seront épargnés lors de la destruction des méchants.
      Le livre de la Révélation promet aux hommes droits qu’après la fin du monde actuel “[Dieu] essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes auront disparu”. Mais ce livre nous prévient ensuite que ‘les lâches, les gens sans foi, ceux qui sont immondes dans leur malpropreté et meurtriers et fornicateurs, et ceux qui pratiquent le spiritisme, les idolâtres et tous les menteurs’ seront éliminés (Révélation 21:4, 8). Qu’il est sage de rejeter les défauts que Dieu ne tolérera pas dans le monde nouveau!
      Toutefois, les humains sont faibles, et il leur faut généralement plus que la connaissance et une motivation pour changer. Ils ont besoin d’une aide personnelle. Or, la Bible nous montre où la trouver. Elle dit par exemple: “Celui qui marche avec les sages deviendra sage, mais il arrivera malheur à celui qui a des rapports avec les stupides.” (Proverbes 13:20). De même, si nous fréquentons ceux qui manifestent les qualités que nous désirons cultiver, cela nous aidera grandement à leur ressembler davantage. — Genèse 6:9; Proverbes 2:20; 1 Corinthiens 15:33.
      De surcroît, Jéhovah lui-même fournit de l’aide sous la forme de l’esprit saint — le même esprit qu’il a utilisé pour accomplir des miracles dans le passé. D’ailleurs, les qualités hautement désirables que sont “l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la foi, la douceur, la maîtrise de soi” sont appelées “le fruit de l’esprit”. (Galates 5:22, 23.) Comment obtient-on l’aide de l’esprit saint? Puisque la Bible a été inspirée par l’esprit saint, quand nous la lisons ou parlons d’elle à autrui, nous exposons notre esprit et notre cœur à l’action convaincante de cet esprit (2 Timothée 3:16). En fait, Jésus a promis que lorsque nous parlons à autrui de notre espérance, nous pouvons ressentir l’action directe de cet esprit. — Matthieu 10:18-20.
      De plus, la Bible donne cet ordre: “Persévérez dans la prière.” (Romains 12:12). Au moyen de la prière, nous nous adressons à Jéhovah, le louons, le remercions et sollicitons son aide. Si nous demandons de l’aide pour vaincre des traits de personnalité indésirables comme un tempérament coléreux, l’obstination, l’impatience ou l’orgueil, l’esprit de Dieu appuiera tous les efforts que nous ferons en harmonie avec cette prière. — Jean 14:13, 14; Jacques 1:5; 1 Jean 5:14.
      C’est à une congrégation de chrétiens baptisés et oints de l’esprit que Paul a écrit: “Transformez-vous en renouvelant votre esprit.” (Romains 1:7; 12:2). Dans le texte grec original, il a utilisé une forme du verbe qui sous-entend une action prolongée. Cela suggère que la transformation qu’opère en nous la connaissance exacte provenant de la Bible se fait de manière progressive. Comme les chrétiens du temps de Paul, nous vivons dans un monde qui regorge d’influences corruptrices. Et, comme eux, nous sommes imparfaits, enclins au mal (Genèse 8:21). Nous devons donc faire des efforts soutenus pour vaincre notre vieille personnalité égoïste, et revêtir la nouvelle, tout comme ils l’ont fait. Les premiers chrétiens y sont si bien parvenus qu’ils se démarquaient totalement du monde dans lequel ils vivaient. Les chrétiens d’aujourd’hui font de même.
      Un peuple qui se laisse diriger par le Très Haut
      À notre époque, l’esprit de Dieu n’agit pas sur des individus seulement, mais sur toute une organisation de chrétiens, qui se comptent par millions. C’est sur cette organisation que s’accomplissent ces paroles prophétiques d’Ésaïe: “Et assurément de nombreux peuples iront et diront: ‘Venez et montons à la montagne de Jéhovah, à la maison du Dieu de Jacob; et il nous instruira de ses voies, et nous marcherons dans ses sentiers.’” (Ésaïe 2:3). Cette autre prophétie d’Ésaïe se réalise aussi sur eux: “Tous tes fils seront des personnes enseignées par Jéhovah, et la paix de tes fils sera abondante.” (Ésaïe 54:13). Qui sont ces humains qui connaissent la paix parce qu’ils sont enseignés par Jéhovah?
      Notez les propos suivants qui sont extraits d’une lettre adressée à un journal américain (New Haven Register): “Même si l’on a comme moi été exaspéré ou irrité par leur prosélytisme, on ne peut qu’admirer le dévouement, la propreté, la conduite exemplaire et le mode de vie sain de ces gens.” De qui l’auteur de cette lettre parlait-il? Du même groupe dont le Herald de Buenos Aires, en Argentine, a dit: ‘Les Témoins de Jéhovah ont prouvé au fil des ans qu’ils sont des citoyens travailleurs, sobres, économes et craignant Dieu.’ C’est encore à leur sujet que La Stampa, journal italien, a écrit: “Ils ne fraudent pas sur les impôts et ne cherchent pas à se soustraire aux lois qui ne les avantagent pas. Leur vie ‘de tous les jours’ a pour idéal l’amour du prochain, le refus de prendre le pouvoir, la non-violence et l’honnêteté.”
      Pourquoi les Témoins de Jéhovah dans leur ensemble se distinguent-ils si nettement de leurs contemporains, à l’exemple des premiers chrétiens? À bien des égards, ils ne diffèrent pas des autres humains. Ils ont hérité des mêmes imperfections humaines, rencontrent les mêmes difficultés économiques et éprouvent les mêmes besoins fondamentaux. Toutefois, en tant que congrégation mondiale, ils laissent la Parole de Dieu exercer une action dans leur vie. L’existence de cette famille internationale de vrais chrétiens atteste avec force que la Bible est la Parole inspirée de Dieu. — Psaume 133:1.
      La Bible est inspirée de Dieu
       “Oh! vois que j’ai aimé tes ordres! Ô Jéhovah, conserve-moi en vie selon ta bonté de cœur. La substance de ta parole est la vérité, et toute décision judiciaire à toi est pour des temps indéfinis.” — Psaume 119:159, 160.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Comment fortifier notre foi par les épreuves que nous subissons en ce monde.
       
      DANS la vie, il y a parfois des moments où nous avons désespérément besoin d’aide pour résoudre nos problèmes. S’il nous arrivait d’être frappés par une série de malheurs, nous pourrions facilement sombrer dans le désespoir le plus complet et nous sentir écrasés par l’adversité. C’est dans ces moments-là que nous apprécions l’aide qui nous est offerte.
      Le fait que nous sommes disciples du Fils de Dieu ne signifie pas que nous n’avons jamais besoin d’aide. Nous ne sommes pas à l’abri des épreuves. La maladie, les accidents, les inondations, les tremblements de terre, les tempêtes, la criminalité, l’injustice et l’oppression sont le lot de tous les humains. Nous ne devrions pas nous attendre que le Souverain suprême utilise son pouvoir pour influer sur notre hérédité ou sur notre environnement afin de nous épargner, à nous seulement qui sommes ses serviteurs, les souffrances consécutives aux conditions actuelles. Dieu a prévu d’annuler un jour les effets néfastes du péché de l’homme, mais ce jour est encore à venir. S’il accordait dès à présent une protection miraculeuse à son peuple, une foule d’hommes viendraient sans aucun doute en grossir les rangs, mais uniquement par intérêt, et non pas par amour et par foi. — Comparez avec Jean 6:10-15, 26, 27.
       
      Non seulement nous ne pourrons pas éviter les souffrances que causent des événements pénibles, mais pour la raison même que nous sommes serviteurs de Dieu, nous devrons peut-être endurer la persécution, qu’elle vienne de notre famille, de nos voisins, de nos connaissances ou des autorités gouvernementales. Jésus alla même jusqu’à dire: “On vous livrera à la tribulation et l’on vous tuera, et vous serez les objets de la haine de toutes les nations à cause de mon nom.” (Matthieu 24:9). L’Histoire démontre que c’est ce qui s’est passé précisément dans notre vingtième siècle.
      Pourquoi le Dieu Tout-Puissant permet-il que ses serviteurs subissent des épreuves? Puisque leur mode de vie ne les protège pas des maux courants et qu’il peut même faire d’eux des ‘objets de haine’, on peut se demander s’il est vraiment le meilleur qui soit. Apporte-t-il des bienfaits qui compensent, qui excèdent même les peines subies? Se pourrait-il qu’il y ait plus de bonheur à endurer certaines épreuves qu’à les éviter? Qu’est-ce qui nous permettra de supporter victorieusement les difficultés les plus grandes? La réponse à ces questions nous aidera et nous affermira beaucoup.
      QUI EST LE VRAI RESPONSABLE?
      Il ne faut jamais oublier que notre Père céleste n’est pas responsable de la souffrance. Ce n’est pas lui qui a introduit le péché dans le monde, mais un de ses fils spirituels qui s’est rebellé délibérément contre son Créateur, se faisant ainsi Satan, c’est-à-dire opposant au Très-Haut. Influencé par lui, le premier couple humain, Adam et Ève, a violé volontairement la loi divine et s’est attiré la condamnation de Dieu et la mort (Genèse 3:1-19; Jean 8:44). Adam ayant perdu sa perfection, tous ses descendants sont nés dans le péché et sont sujets à la maladie, aux infirmités, à la vieillesse et à la mort (Romains 5:12). Pécheurs dès la naissance, nous sommes bien loin d’être le genre de personnes que nous voudrions et que nous devrions être. Il nous arrive de blesser les autres involontairement par nos paroles ou nos actes, et d’ajouter ainsi à leurs peines. Il faut donc nous rappeler que Dieu n’est pas responsable des difficultés causées par notre imperfection ou par celle de nos semblables. Si sa loi avait été respectée, la maladie, les infirmités, la vieillesse et toutes les autres causes de souffrances n’auraient jamais existé.
      Notre Père céleste n’approuve pas non plus l’extrême cruauté de l’homme envers son semblable. La Bible déclare: “Écraser sous les pieds tous les prisonniers du pays, priver un homme de ses droits au mépris du Très-Haut, égarer la justice dans les tribunaux, — le Seigneur n’a jamais approuvé ces choses.” (Lamentations 3:34-36, The New English Bible). Ceux qui violent la loi de Dieu en maltraitant leurs semblables devront lui rendre des comptes. “La vengeance est à moi; c’est moi qui paierai de retour, dit Jéhovah.” (Romains 12:19). Par conséquent, nous devons veiller à ne pas nous irriter contre notre Père céleste à cause des souffrances provoquées par des hommes qui enfreignent délibérément et effrontément sa loi.
      Évidemment, Jéhovah Dieu pourrait empêcher Satan, les démons, les hommes méchants et l’imperfection humaine de provoquer toutes sortes de situations pénibles. Toutefois, puisqu’il permet que même ses serviteurs connaissent l’adversité, il doit avoir de bonnes raisons d’agir ainsi.
      POUR LE BIEN DES “VASES DE MISÉRICORDE”
      Les Écritures expliquent que si Dieu n’est pas intervenu contre les responsables des grandes souffrances qui affligent les humains, c’est dans le but de procurer finalement le plus grand bonheur aux amis de la droiture. Dans sa lettre aux Romains, l’apôtre chrétien Paul écrivit:
      “Que dirons-nous donc? Y a-t-il de l’injustice chez Dieu? Que ce ne soit jamais le cas! Car il dit à Moïse: ‘J’aurai pitié de qui j’ai pitié, et je témoignerai de la compassion à qui je témoigne de la compassion.’ Ainsi donc, cela dépend, non pas de celui qui souhaite ni de celui qui court, mais de Dieu qui a pitié. Car l’Écriture dit à Pharaon: ‘C’est pour cela même que je t’ai laissé subsister, pour faire voir à ton sujet ma puissance, et pour que mon nom soit proclamé par toute la terre.’ Ainsi donc, il a pitié de qui il veut, mais il laisse s’obstiner qui il veut.
      “Tu vas donc me dire: ‘Qu’a-t-il encore à faire des reproches? Qui a résisté en effet à sa volonté formelle?’ Ô homme, vraiment, qui es-tu donc pour répliquer à Dieu? Est-ce que l’objet façonné va dire à celui qui l’a façonné: ‘Pourquoi m’as-tu fait ainsi?’ — Plaît-il? Est-ce que le potier n’a pas pouvoir sur l’argile pour faire, de la même masse, tel vase pour un usage honorable et tel autre pour un usage vulgaire? Si donc Dieu, bien que voulant montrer son courroux et faire connaître sa puissance, a supporté avec beaucoup de longanimité des vases de courroux rendus bons pour la destruction, afin de faire connaître la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu’il a par avance préparés pour la gloire, savoir nous qu’il a appelés non seulement d’entre les Juifs, mais encore d’entre les nations, eh bien quoi?” — Romains 9:14-24.
      Les circonstances que Jéhovah peut provoquer ou tolérer dans la vie des hommes permettent de révéler quelle sorte de “vases” ils sont. Le pharaon à qui Jéhovah ordonna, par l’entremise de Moïse et d’Aaron, de libérer les Israélites qu’il tenait en esclavage, continua à s’endurcir contre le Très-Haut. Plus les plaies s’abattaient sur les Égyptiens, plus ce pharaon s’obstinait dans son refus de laisser les Israélites quitter l’Égypte comme un peuple libre. Il se révéla donc un ‘vase de courroux’ qui méritait la destruction pour avoir défié l’autorité du Souverain suprême, Jéhovah Dieu. Par la même occasion le traitement cruel et injuste qu’il infligea aux Israélites prouvait amplement que ceux-ci avaient bien besoin de la miséricorde et de la compassion de Dieu.
      Notez également que, selon l’apôtre Paul, si Jéhovah a laissé le pharaon s’obstiner dans son défi, c’est parce que son nom était impliqué. S’il avait détruit immédiatement cet orgueilleux monarque, Jéhovah Dieu n’aurait pas eu l’occasion de faire connaître l’ampleur et la diversité de son pouvoir, comme il l’a fait en humiliant les nombreuses divinités égyptiennes ainsi que les prêtres magiciens. Les dix plaies et la destruction du pharaon et de son armée dans la mer Rouge, point culminant de l’action de Dieu, furent une démonstration tellement grandiose de la puissance divine que les nations d’alentour en parlaient encore des années plus tard. Ainsi le nom de Jéhovah fut proclamé par toute la terre, ce qui contribua à sa gloire et à son honneur et incita les humains sincères à reconnaître sa suprématie. — Josué 2:10, 11; I Samuel 4:8.
      Les Israélites, tels des “vases de miséricorde”, profitèrent assurément de cette action du Très-Haut. En tolérant l’oppression des Israélites puis en y mettant fin par une splendide démonstration de puissance, Dieu leur permit de mieux le connaître. Il leur donna un aperçu de sa grandeur comme cela n’aurait jamais été possible autrement. Bien que pénibles, les événements que les Israélites vécurent en Égypte auraient certainement dû les aider à comprendre à quel point il était important d’exercer la foi dans le pouvoir salvateur de Dieu et d’éprouver pour lui une crainte salutaire. C’était indispensable s’ils voulaient continuer à mener une vie qui leur apporterait le bonheur, la sécurité, la paix et la santé. — Deutéronome 6:1-24; 28:1-68.
      Tout comme l’inclination du cœur des hommes a été rendue manifeste à cette époque-là, de même les épreuves que Dieu permet que nous subissions aujourd’hui révèlent si nous le servons avec de bons mobiles. Satan, l’adversaire de Dieu, prétend en effet que ceux qui font la volonté divine agissent surtout par égoïsme. Voici ce qu’il déclara au sujet du fidèle Job: “Tout ce qu’un homme a, il le donnera pour son âme. Pour changer, avance ta main, s’il te plaît, et touche jusqu’à son os et à sa chair, et vois s’il ne te maudit pas à ta face.” (Job 2:4, 5). En endurant fidèlement les souffrances, nous réfutons l’accusation de Satan et nous participons à la justification du beau nom de notre Père céleste qui, lui, a confiance en ses fidèles serviteurs. Mais que dire si Jéhovah permet à Satan d’utiliser ses instruments pour infliger aux vrais chrétiens des traitements qui les rendent infirmes ou provoquent leur mort? Si des chrétiennes sont violées ou subissent d’autres agressions tout aussi abominables? Évidemment, ce sont là des choses révoltantes, mais rappelons-nous qu’il n’est rien que notre Père céleste ne puisse entièrement réparer en temps voulu. C’est pourquoi il peut parfois juger bon de permettre que l’épreuve aille jusqu’à de telles extrémités. Grâce à leur fidélité, même jusqu’à la mort, les serviteurs de Dieu ont ainsi la possibilité de démontrer de façon incontestable qu’ils lui vouent un attachement sincère.
      Aussi surprenant que cela puisse paraître à certains, les épreuves que nous subissons, qu’elles aient des causes naturelles ou qu’elles soient dues à la persécution peuvent malgré tout nous faire progresser sur le plan individuel. C’est ce que fait remarquer l’apôtre Pierre. Après avoir dit que les chrétiens sont “sauvegardés par la puissance de Dieu” pour que leur salut définitif soit assuré, il ajoute:
      “En cette chose vous vous réjouissez grandement, bien que vous soyez actuellement affligés, s’il le faut, pour un peu de temps, par diverses épreuves, afin que la valeur éprouvée de votre foi, beaucoup plus précieuse que l’or qui est périssable quoique éprouvé par le feu, soit trouvée sujet de louange, de gloire et d’honneur lors de la révélation de Jésus Christ.” — I Pierre 1:5-7.
      Comme Pierre l’admet lui-même, il n’est nullement agréable de souffrir. Nous sommes certainement “affligés” lorsque nous subissons des épreuves, et pourtant il est possible, en même temps, de nous réjouir. Pourquoi? Cette joie vient en partie de ce que nous sommes conscients des bienfaits spirituels qui découlent de l’endurance victorieuse des souffrances. Quels sont ces bienfaits spirituels?
      LES SOUFFRANCES AFFINENT LA FOI
      L’apôtre Pierre compare l’effet des épreuves sur la foi d’un chrétien à l’affinage de l’or par le feu. Dans cette opération, on obtient de l’or fin par l’élimination des scories. La valeur bien supérieure de cet or affiné justifie certainement l’utilisation de ce procédé. Pourtant, comme le fait remarquer Pierre, même l’or éprouvé par le feu est périssable. Il peut s’user ou être détruit d’une façon ou d’une autre. Il n’en va pas de même de la foi éprouvée. La vraie foi ne peut être détruite.
      Pour obtenir l’approbation divine, nous devons absolument posséder une telle foi. La Bible déclare: “Sans la foi il est impossible de lui plaire [à Dieu].” (Hébreux 11:6). La foi dont la sincérité est démontrée dans l’épreuve a vraiment beaucoup plus de valeur que l’or fin, car notre avenir éternel en fait partie.
      Mais comment les épreuves affinent-elles la foi au point qu’elle “soit trouvée sujet de louange, de gloire et d’honneur lors de la révélation de Jésus Christ”? 
      En voici plusieurs façons.

      Si notre foi est solide, elle nous réconfortera et nous soutiendra quand nous subirons une épreuve. Ayant passé victorieusement cette épreuve, nous serons plus forts pour faire face à d’autres difficultés éventuelles. L’expérience nous aura montré ce que notre foi peut faire pour nous.
      D’autre part, une certaine épreuve peut révéler un défaut particulier de la personnalité du chrétien, par exemple l’orgueil, l’entêtement, l’impatience ou encore l’amour du monde, du luxe ou des plaisirs. Ces traits viennent en fait d’un manque de foi. En effet, ils montrent que ce chrétien ne se soumet pas totalement à la direction de Dieu et à sa volonté à son égard. Il n’est pas convaincu que son Père céleste sait mieux que quiconque ce qui lui procurera le bonheur ni qu’on est toujours béni quand on suit la direction divine (Hébreux 3:12, 13). Quand les épreuves révèlent au chrétien ses faiblesses, il se rend compte qu’il doit affermir sa foi s’il veut rester un serviteur approuvé du Très-Haut.
      Par conséquent, si un événement particulier révèle que notre foi présente une faille, nous pouvons nous examiner et décider quelle correction apporter. Il serait bien que nous nous posions ces questions: “Pourquoi ma foi est-elle faible? Est-ce que je néglige l’étude et la méditation de la Parole de Dieu? Est-ce que je saisis toutes les occasions qui me sont offertes de me réunir avec mes frères chrétiens afin de m’affermir grâce à la déclaration de leur foi? Ai-je tendance à trop compter sur moi-même au lieu de me décharger sur Jéhovah Dieu de tous mes soucis et de toutes mes ‘inquiétudes’? Est-ce que je prie Jéhovah du fond du cœur chaque jour?” Une fois que nous aurons déterminé dans quels domaines il nous faut progresser, faisons de grands efforts pour effectuer les changements nécessaires dans notre vie quotidienne, afin de fortifier notre foi.
      Si nous recherchons la direction de Dieu et attendons patiemment et avec foi qu’il nous indique le moyen d’être soulagés de nos épreuves, nous ferons en sorte que ces circonstances pénibles nous aident à devenir de meilleurs serviteurs du Très-Haut. Alors, notre foi sera vraiment “trouvée sujet de louange, de gloire et d’honneur lors de la révélation de Jésus Christ”. Le Fils de Dieu ‘louera’ ou fera l’éloge de notre foi. Il nous récompensera largement à cause de celle-ci, nous accordant ainsi la “gloire”. Il nous fera l’“honneur” de nous reconnaître comme ses disciples devant Jéhovah Dieu et devant les anges (comparez avec Matthieu 10:32; Luc 12:8; 18:8). Cela signifiera que nous aurons devant nous la perspective de vivre éternellement et heureux. Mais que pouvons-nous faire pour ne pas faiblir dans la foi quand nous passons par de dures épreuves?
      COMMENT RÉAGIR FACE À L’ÉPREUVE
      Il nous sera plus facile d’endurer avec succès de pénibles épreuves si nous reconnaissons qu’elles sont temporaires. L’affinage de l’or a un commencement et une fin. De même, aucune peine ne durera indéfiniment. Si nous gardons présente dans notre cœur la promesse divine de la vie éternelle sans maladie, ni cri, ni douleur, alors même la pire de toutes les souffrances dans le présent système sera à nos yeux “momentanée et légère”. (II Corinthiens 4:17.) Pensez à l’époque où “l’on ne se remémorera pas les choses précédentes, et [où] elles ne monteront pas au cœur”. (Ésaïe 65:17.) Qu’il est merveilleux de savoir qu’il ne restera même pas un mauvais souvenir de ces moments difficiles!Et puis, il est rare d’avoir à subir quotidiennement de grandes souffrances de la part des hommes. D’ailleurs, notre bonne conduite ne donne guère de raisons aux gens de nous faire du mal. Comme les autorités gouvernementales ont la responsabilité de faire respecter la loi et l’ordre, elles peuvent même louer les serviteurs de Jéhovah pour leur obéissance aux lois. De nos jours, même des gens hostiles aux chrétiens ont dû faire la même constatation que les ennemis de Daniel, fidèle prophète de Dieu; ceux-ci déclarèrent: “Nous ne trouverons dans ce Daniel aucun prétexte, à moins qu’il ne nous faille en trouver contre lui dans la loi de son Dieu.” Oui Daniel était “digne de confiance et (...) aucune négligence ni chose malhonnête ne fut trouvée en lui”. (Daniel 6:4, 5.) En général, il n’y a aucune raison pour qu’à elle seule la bonne conduite du chrétien lui vaille l’hostilité de ses semblables. C’est peut-être pourquoi l’apôtre Pierre soulève la question suivante: “Et en effet qui vous fera du mal si vous devenez zélés pour le bien?” — I Pierre 3:13.
      Mais, par cette question, il se peut que l’apôtre ait plutôt voulu dire: “Qui peut vraiment faire du mal à un chrétien dont la voie est droite?” Personne ne peut nous infliger de mauvais traitements indéfiniment. Jésus Christ déclara en effet à ses disciples: “Ne craignez pas ceux qui tuent le corps mais qui ne peuvent tuer l’âme; mais craignez plutôt celui qui peut détruire et l’âme et le corps dans la Géhenne.” (Matthieu 10:28). Oui, les hommes peuvent aller jusqu’à nous tuer, mais ils sont incapables de nous priver du droit de vivre en tant qu’âmes. Le Dieu Très-Haut, par l’entremise de son Fils, a le pouvoir de rendre la vie à ses fidèles serviteurs et c’est ce qu’il fera. Seul Jéhovah peut nous ôter pour toujours le droit à la vie en nous livrant à la mort éternelle, sans espoir de résurrection.
       L’apôtre Pierre pouvait donc dire à ses frères chrétiens: “Et même si vous souffrez pour la justice, heureux êtes-vous. Cependant ne craignez pas l’objet de leur crainte, et ne vous laissez pas émouvoir.” — I Pierre 3:14.
      Nous pouvons être heureux si nous souffrons “pour la justice, car nous avons alors une conscience pure vis-à-vis de Dieu et des hommes. Nous souffrons pour une juste cause. Nous retirons une satisfaction et une paix profondes de savoir que nous sommes agréables au Très-Haut. Toutefois, comme le fait remarquer l’apôtre, cela n’est possible que si nous ne cédons pas à la peur. Pierre parle peut-être ici de la peur que peuvent nous inspirer nos persécuteurs, à moins qu’il ne s’agisse de la peur qu’éprouvent les persécuteurs eux-mêmes. Par exemple, comme ils ne croient pas que Jéhovah Dieu ressuscitera les morts par l’entremise du Christ, les ennemis des vrais chrétiens redoutent une mort prématurée (Hébreux 2:14, 15). Mais nous, qui sommes serviteurs de Dieu, nous ne partageons pas la crainte des non-croyants, car nous avons été affranchis de la peur d’une telle mort et nous savons que notre Père céleste ne nous abandonnera jamais. Par conséquent, nous ne devrions pas nous laisser “émouvoir” au point, par exemple, de nous élever avec colère contre nos persécuteurs.
      Que faire s’il nous arrivait d’être convoqués devant les autorités gouvernementales et interrogés sur un ton dur et méprisant? Nous ne voudrons jamais rendre la pareille. Sachant que Dieu nous soutient, nous aurons de la hardiesse, sans pour autant nous croire autorisés à adopter une attitude agressive ou arrogante (comparez avec Actes 4:5-20). L’apôtre nous donne ce conseil: “Dans vos cœurs, sanctifiez comme Seigneur le Christ, étant toujours prêts à la défense devant quiconque vous demande la raison de l’espérance qui est en vous, tout en le faisant avec douceur et un profond respect.” (I Pierre 3:15). Si, au lieu de tenir compte de cette exhortation, nous nous montrions au contraire méprisants et irrespectueux, ce ne serait plus pour la justice que nous souffririons. Les autorités s’estimeraient alors en droit de prendre des mesures contre nous pour insoumission et manque de respect. Dans le monde, les gens laissent éclater leur irritation, leur colère et leur rancune quand ils estiment que leurs droits sont lésés, mais le chrétien, lui, n’agit pas ainsi.
      Dans de telles circonstances, nous devons, comme nous le conseille l’apôtre, penser à notre Seigneur et Maître et nous souvenir de l’exemple qu’il nous a donné. Nous veillerons à accorder à Jésus Christ le plus grand respect et à lui réserver une place sacrée dans nos cœurs. Étant ses disciples, nous voudrons répondre à n’importe quelle autorité qui nous interroge comme si nous nous trouvions en la présence même de notre Seigneur. Nous devrions présenter les raisons de notre attitude chrétienne respectueusement et calmement.
      UNE HEUREUSE INFLUENCE SUR NOS ADVERSAIRES
       En endurant fidèlement les souffrances, nous pouvons aussi réduire au silence nos adversaires. C’est là une pensée qui, selon l’apôtre Pierre, nous encouragera à garder une conscience pure. Il déclare: “Gardez une bonne conscience, afin que, sur le point même où l’on parle contre vous, soient pris de honte ceux qui décrient votre bonne conduite pour ce qui est de Christ.” (I Pierre 3:16). En observant la patience des serviteurs de Dieu qui ne se plaignent pas, des gens hostiles peuvent se sentir honteux de les avoir calomniés. Cela est particulièrement vrai lorsque nous traitons nos ennemis avec bonté. — Romains 12:19-21.
      Le fait que l’endurance fidèle dans les épreuves pour la justice produit de tels bienfaits, vient appuyer les paroles suivantes de Pierre: “Car mieux vaut souffrir parce qu’on fait le bien, si le veut la volonté de Dieu, que parce qu’on fait le mal.” (I Pierre 3:17). Quel mérite y aurait-il, en effet, à souffrir parce qu’on a volé, escroqué, fraudé le fisc ou défié l’autorité à cause d’un sentiment de piété mal compris ou d’un zèle intempestif? Celui qui serait puni pour de telles actions ne pourrait que jeter l’opprobre sur lui-même et sur ses compagnons dans la foi. Mais si un chrétien supporte avec patience les mauvais traitements qui lui sont infligés injustement, certains seront impressionnés en se rendant compte qu’une force soutient les vrais adorateurs, tandis que ceux qui portent de faux témoignages sur les vérités divines et sur leurs défenseurs pourront être réduits au silence. Puisque Dieu permet que le chrétien subisse des épreuves, c’est à juste titre que Pierre pouvait dire: “Si le veut la volonté de Dieu.”
      COMME JÉSUS, NOUS SERONS RÉCOMPENSÉS
      Le cas de Jésus illustre bien comment on peut recevoir de grandes bénédictions en restant fidèle dans les souffrances. Étant sans péché, il ne fit rien qui justifiât les mauvais traitements dont il fut victime. Cependant, parce qu’il supporta les épreuves jusqu’à mourir d’une mort ignominieuse sur un poteau, il en résulta pour nous de merveilleux bienfaits, et pour lui, une grande récompense. L’apôtre Pierre écrivit:
      “En effet, le Christ lui-même est mort une fois pour toutes en ce qui concerne les péchés, un juste pour des injustes, afin de vous mener à Dieu, ayant été mis à mort dans la chair, mais ayant été rendu à la vie dans l’esprit. C’est dans cet état qu’il est même allé prêcher aux esprits en prison, qui jadis avaient été désobéissants quand la patience de Dieu attendait, aux jours de Noé, pendant que se construisait l’arche, dans laquelle peu de gens, c’est-à-dire huit âmes, furent transportés sains et saufs à travers l’eau.” — I Pierre 3:18-20.
      Comme Jésus resta absolument intègre dans l’épreuve, il put donner sa vie en sacrifice humain parfait. Ainsi, sa mort prépara la voie pour “mener à Dieu” des humains, pour les réconcilier avec le Très-Haut et pour leur offrir la perspective de la vie éternelle. Étant donné que nous retirons de si grands bienfaits du sacrifice du Christ, ne devrions-nous pas être disposés à suivre son exemple et à souffrir pour la justice?
      En outre, comme dans le cas de Jésus, nous pouvons être certains que notre endurance fidèle sera bénie. Le fait que Jésus a été “rendu à la vie dans l’esprit”, c’est-à-dire qu’il a été ressuscité pour une vie spirituelle, constitue une garantie absolue que ses disciples aussi retrouveront la vie. — I Corinthiens 15:12-22.
       Étant sorti victorieux grâce à son endurance fidèle, le Fils de Dieu, désormais créature spirituelle, pouvait proclamer un message de condamnation aux “esprits en prison”. Puisque ces esprits désobéirent à l’époque de Noé, il doit s’agir des fils angéliques de Dieu qui quittèrent leur résidence originelle dans les cieux pour se marier avec des femmes (Genèse 6:1-4). Ils sont appelés des “esprits en prison” parce que leur châtiment inclut certaines restrictions qui leur interdisent définitivement de reprendre leur place parmi les anges fidèles. Jude confirme que ces anges déchus ne pouvaient recevoir qu’une sentence de condamnation; il dit: “Les anges qui n’ont pas gardé leur position originelle, mais ont abandonné leur propre demeure. [Dieu] les a réservés dans des liens éternels, sous l’obscurité épaisse, pour le jugement du grand jour.” (Jude 6). C’est son endurance fidèle jusqu’à la mort qui valut à Jésus d’être ressuscité et de pouvoir ainsi prêcher ou proclamer une sentence de condamnation contre les anges déchus.
       
       Ce message de destruction adressé aux esprits méchants devrait nous encourager à endurer fidèlement quand nous rencontrons des épreuves. Pourquoi? Parce que ce sont ces forces spirituelles méchantes qui contribuent dans une grande mesure à attiser l’hostilité des humains éloignés de Dieu envers les disciples de Jésus Christ. La Bible déclare: “Le dieu de ce système de choses a aveuglé l’esprit des incrédules, de peur que ne les éclaire l’éclatante lumière de la glorieuse bonne nouvelle au sujet du Christ, qui est l’image de Dieu.” (II Corinthiens 4:4). “Pour nous [les chrétiens] la lutte n’est pas contre le sang et la chair, mais contre les gouvernements, contre les autorités, contre les chefs mondiaux de ces ténèbres, contre les forces spirituelles méchantes qui sont dans les lieux célestes.” (Éphésiens 6:12; voir aussi Révélation 16:13, 14). Si donc Jésus Christ ressuscité a pu prêcher un message de condamnation aux esprits mauvais, nous pouvons être sûrs qu’un jour leur influence haineuse sera réduite à néant (comparez avec Marc 1:23, 24). Quel merveilleux soulagement ce sera alors!
      Non seulement Jésus Christ a été relevé d’entre les morts comme un serviteur approuvé de Dieu, ce qui lui a permis de condamner les anges rebelles, mais il a aussi été élevé à une haute position. L’apôtre Pierre nous dit: “Il est à la droite de Dieu, car il est allé au ciel; et anges, et autorités, et puissances lui ont été soumis.” (I Pierre 3:22). Ces paroles sont tout à fait conformes à celles de Jésus lui-même qui, après sa résurrection d’entre les morts, déclara: “Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre.” (Matthieu 28:18). Bien des hommes ont accepté de souffrir et de mourir au service de chefs humains infiniment moins puissants que Jésus. Ils considéraient comme un grand honneur de servir ainsi un roi ou une reine. À combien plus forte raison devrions-nous nous sentir honorés de pouvoir endurer des épreuves à cause de notre fidélité à notre Roi céleste, Jésus Christ!
      IMITEZ JÉSUS CHRIST
      Quand vous êtes affligé, prenez toujours pour modèle le Fils de Dieu. L’apôtre écrit: “Puisque Christ a souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même disposition d’esprit, parce que celui qui a souffert dans la chair a rompu avec les péchés, afin de vivre le reste de son temps dans la chair, non plus pour les désirs des hommes, mais pour la volonté de Dieu.” — I Pierre 4:1, 2.
      Quelle était la disposition d’esprit de Jésus? Il supporta humblement toutes les attaques verbales et physiques et subit finalement une mort douloureuse sur un poteau. En refusant de rendre la pareille, le Fils de Dieu accomplit ces paroles prophétiques: “Comme une brebis il a été mené à l’abattage, et, comme un agneau qui est sans voix devant celui qui le tond, ainsi il n’ouvre pas la bouche.” — Actes 8:32; Ésaïe 53:7.
      Étant serviteurs du Très-Haut, nous voudrons endurer de la même façon les souffrances, sans céder à un esprit de rébellion ou de vengeance. Si nous menacions ceux qui nous persécutent ou cherchions des occasions de leur faire du mal, nous montrerions que nous sommes encore esclaves des passions de la chair imparfaite. Si nous endurons des souffrances de la part des hommes, ce devrait être uniquement parce que nous refusons de suivre les voies égoïstes du monde (Jean 15:19, 25). C’est ainsi que nous pouvons démontrer par notre attitude d’esprit, nos paroles et nos actions que nous vivons "non plus pour les désirs des hommes, mais pour la volonté de Dieu".
      UNE RAISON D’ÊTRE HEUREUX
       
      Au premier siècle de notre ère, la foule idolâtre ne subissait pas de persécutions religieuses. Par contre, quiconque embrassait le christianisme devenait un objet de haine. Ce devait être une expérience étrange, déconcertante même. Voilà qui était bien loin des bénédictions promises à ceux qui acceptaient la “bonne nouvelle”. Ces chrétiens avaient grand besoin d’acquérir le bon point de vue sur cette question. Aussi les paroles suivantes de l’apôtre Pierre leur furent-elles certainement d’un grand secours:
      “Bien-aimés, ne vous laissez pas déconcerter par l’incendie qui est au milieu de vous et qui vous advient pour servir d’épreuve, comme s’il vous arrivait quelque chose d’étrange. Bien au contraire, continuez à vous réjouir puisque vous avez part aux souffrances du Christ, pour que vous vous réjouissiez et frémissiez aussi de joie durant la révélation de sa gloire. Si l’on vous outrage pour le nom de Christ, heureux êtes-vous, car l’esprit de gloire, oui, l’esprit de Dieu repose sur vous.” — I Pierre 4:12-14
       Ne soyons pas déconcertés si le malheur nous frappe, mais considérons plutôt que cela nous prépare à recevoir les bénédictions qui accompagneront la révélation de noootre Maître. Pierre compare les souffrances à un “incendie”. En effet, de même que les métaux sont affinés par le feu, de même Dieu permet que ses serviteurs soient affinés ou purifiés par les tribulations. Évidemment, Dieu ne nous a pas faits pécheurs, mais comme nous le sommes, il peut permettre que nous endurions des souffrances dans le but de nous purifier. Elles peuvent nous rendre meilleurs, plus humbles et plus compréhensifs à l’égard de nos semblables. En outre, quand nous avons nous-mêmes subi de cruelles épreuves, nos paroles de réconfort et d’encouragement ont beaucoup plus de poids. Ceux que nous consolons savent que nous comprenons ce par quoi ils sont en train de passer.
       Puisque le Fils de Dieu a souffert, les tourments que nous subissons confirment que nous sommes bien ses disciples et que nous demeurons en union avec lui. Jésus dit à ses apôtres: “Rappelez-vous la parole que je vous ai dite: Un esclave n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi.” (Jean 15:20). Lorsque nous sommes persécutés pour les mêmes raisons que notre Maître et que nous souffrons comme lui pour la justice, nous ‘avons part aux souffrances du Christ’. Tout comme sa fidélité lui valut d’être récompensé par son Père céleste, de même notre endurance fidèle dans les épreuves nous donne l’assurance que nous serons approuvés lors de la révélation du Fils de Dieu. Nous déborderons certainement de joie quand Dieu nous accordera la vie éternelle dans un nouvel ordre de choses où toutes les causes actuelles de chagrin auront disparu.
      Comme le déclare également Pierre, être outragé pour le nom de Christ, c’est-à-dire parce que l’on est son disciple, devrait être une source de joie. Cela prouve que ceux que l’on diffame ainsi possèdent l’esprit de Dieu, oui, le bel “esprit de gloire” qui émane de Dieu. Puisque cet esprit est saint, il ne peut reposer que sur des personnes qui sont pures du point de vue de Dieu.
      C’est pourquoi il est très important de faire en sorte qu’aucune mauvaise action de notre part ne soit la cause des souffrances que nous subissons. L’apôtre Pierre fait cette exhortation: “Mais qu’aucun de vous ne souffre comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme quelqu’un qui se mêle des affaires d’autrui.” — Celui qui prétend être chrétien et qui commet une mauvaise action contre son semblable ne doit pas s’attendre à échapper à la punition (comparez avec Actes 25:11). Ce châtiment jettera l’opprobre non seulement sur ce chrétien, mais aussi sur toute la famille spirituelle et sur le nom de Christ. Il n’en retirera pas de la joie, mais de la honte.
      Celui qui se mêle des affaires d’autrui peut se rendre haïssable. Le mot grec utilisé par Pierre montre bien comment on peut en arriver à agir ainsi, car il signifie littéralement “surveillant de ce qui appartient à un autre”. Ayant acquis une certaine connaissance des Écritures, un chrétien pourrait se croire capable de dire aux gens du monde comment gérer leurs affaires. Il avancera peut-être son point de vue personnel sur la tenue vestimentaire, les distractions, la façon de se nourrir, de discipliner les enfants, de régler les problèmes conjugaux et sexuels, etc. Quand il s’immisce dans la vie privée des autres, sans y être invité, leur disant ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire, il cherche à devenir le “surveillant” de leurs affaires, ce qui les irrite généralement. Quelqu’un dira peut-être carrément à cet importun de se mêler de ses affaires. Il se peut aussi qu’il essuie des coups de la part de personnes qui sont furieuses de le voir s’ingérer dans leur vie privée. Cet homme, qui se mêle d’affaires qui ne le regardent pas, s’attire des ennuis et dénature le christianisme et son message auprès des gens du dehors. Évidemment, même au sein de la congrégation, il n’y a pas de place pour ce genre d’individus. — Comparez avec 1Timothée 5:13.
      Celui qui est dénoncé publiquement comme un délinquant ou comme quelqu’un qui se mêle des affaires d’autrui, celui-là est un objet de honte. En revanche, celui qui souffre parce qu’il est chrétien en est honoré. Pierre écrit: “S’il souffre comme chrétien, qu’il n’ait pas de honte, mais qu’il continue à glorifier Dieu en ce nom.” (I Pierre 4:16). Quand nous sommes persécutés à cause de notre mode de vie chrétien et que nous supportons l’épreuve patiemment, sans nous plaindre, le Très-Haut est glorifié. Cela prouve que ce que nous possédons en tant que chrétiens, — de précieuses relations avec Dieu et avec le Christ, une conscience pure, le bonheur spirituel et une ferme espérance pour l’avenir, — tout cela est un trésor de grande valeur. Nous démontrons que nous sommes disposés à souffrir et, s’il le faut, à mourir pour ce trésor, et le Dieu que nous servons de tout cœur en est glorifié. Par contre, si nous cédions aux pressions et reniions notre foi, nous déshonorerions son nom. Ceux qui nous observent pourraient alors douter sérieusement qu’être disciple de Jésus Christ est vraiment un grand trésor. — Comparez avec Éphésiens 3:13; II Corinthiens 6:3-10.
      UNE FORME DE DISCIPLINE
      Nous avons vu que Jéhovah Dieu, qui est tout-puissant, pourrait épargner aux chrétiens des souffrances injustifiées, mais qu’il les tolère pour de bonnes raisons. Cependant, le Très-Haut n’abandonne jamais ses serviteurs. L’apôtre Pierre développe cette pensée en disant:
      “C’est en effet le temps fixé où le jugement commence par la maison de Dieu. Or, s’il commence par nous, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à la bonne nouvelle de Dieu? ‘Et si le juste est sauvé avec difficulté, où paraîtront l’impie et le pécheur?’ Ainsi donc, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu continuent à confier leur âme à un Créateur fidèle, tout en faisant le bien.” — I Pierre 4:17-19.
      En tant que “maison de Dieu”, la congrégation chrétienne a été fondée en l’an 33. Depuis lors, ses membres sont en train d’être jugés par Dieu. La façon dont ils se plient à sa volonté, leur attitude d’esprit, leurs paroles et leurs actions face à tout ce que Jéhovah Dieu permet qu’il leur arrive, sont autant de choses qui influeront beaucoup sur le verdict final de Jéhovah. Parfois, Dieu tolère qu’ils soient éprouvés très sévèrement. Mais il peut faire en sorte que la persécution constitue une forme de discipline pour le bien de son peuple. — Hébreux 12:4-11; voyez aussi Hébreux 4:15, 16, où il est montré que les souffrances qu’endura Jésus Christ le préparèrent à devenir un grand prêtre compatissant.
       Des hommes dirigés par Satan peuvent essayer de détruire notre foi en nous brutalisant. Mais Jéhovah est capable de faire échouer leurs funestes projets. Oui, tout en haïssant lui-même ce qui est mauvais, notre Père céleste peut faire en sorte que ce qui était destiné à nous faire du mal s’avère en définitive très utile. Prenez l’exemple de Joseph, le jeune fils de Jacob. Ses demi-frères, qui le haïssaient, le vendirent comme esclave. Pendant des années, Joseph connut bien des malheurs; il fut même emprisonné injustement. Pourtant, par la suite, Jéhovah Dieu tira avantage de cette situation pour préserver la famille de Jacob. Joseph déclara à ses demi-frères:
      “À présent, ne soyez pas peinés et ne soyez pas irrités contre vous-mêmes, de m’avoir vendu pour ici; car c’est pour la préservation de la vie que Dieu m’a envoyé en avant de vous. Car ceci est la deuxième année de la famine au milieu de la terre, et il y aura encore cinq ans sans labour ni moisson. Aussi Dieu m’a-t-il envoyé en avant de vous afin de mettre, pour vous, sur la terre, un reste et vous garder en vie par une grande évasion. Ainsi donc, ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici, mais c’est le vrai Dieu, pour m’établir comme père pour Pharaon et comme seigneur pour toute sa maison et comme quelqu’un qui domine sur tout le pays d’Égypte.” — Genèse 45:5-8.
      "Or je désire que vous le sachiez, frères: mes affaires ont plutôt tourné au progrès de la bonne nouvelle, si bien que parmi toute la garde prétorienne et parmi tous les autres il est devenu notoire que mes liens ont un rapport avec Christ; et la plupart des frères dans le Seigneur, rendus confiants par mes liens, se montrent d’autant plus courageux à parler sans crainte de la parole de Dieu.” — Philippiens 1:12-14.
       Puisque Jéhovah Dieu tolère que ses fidèles serviteurs subissent de cruels traitements pour qu’ils soient affinés et pour qu’ils lui prouvent leur attachement, comment imaginer qu’au dehors de la congrégation chrétienne, ou “maison de Dieu”, “l’impie et le pécheur” puissent “paraître” devant lui en compagnie du “juste”? Le psalmiste déclare: “Les méchants ne se mettront pas debout devant le jugement, ni les pécheurs dans l’assemblée des justes.” (Psaume 1:5). Non, les méchants ne seront pas approuvés mais condamnés. Ils n’auront jamais la faveur de Dieu. Eu égard à tout ce qu’il leur faut affronter dans ce monde, les croyants doivent faire beaucoup d’efforts et manifester une foi et un amour profonds dans la voie de la droiture pour parvenir au salut et à la vie éternelle. C’est donc “avec difficulté” qu’ils acquièrent le salut. Par conséquent, il incombe à chaque membre de la congrégation chrétienne (“la maison de Dieu”) de veiller à ne pas devenir “impie” et “pécheur” en ce “temps fixé” de “jugement”. — I Pierre 4:17, 18; Proverbes 11:31.
       Nous pouvons subir des épreuves qu’il nous serait impossible de supporter avec nos propres forces. Mais aussi dramatique que puisse être notre situation, Jéhovah Dieu a le pouvoir de nous soutenir et d’annuler complètement tout le mal qui nous est infligé. Quand nous nous en remettons entièrement à lui, il peut nous donner assez de force, au moyen de son esprit, pour supporter les souffrances. Il est, comme le dit Pierre, un “Créateur fidèle”, un Dieu en qui nous pouvons avoir confiance et qui n’oubliera jamais sa promesse de venir en aide à ses serviteurs (I Pierre 4:19). Cette connaissance nous aidera à ne pas réagir envers nos persécuteurs d’une façon qui déshonorerait Dieu. Plutôt que de lutter contre eux et de leur rendre la pareille, nous voudrons continuer à faire le bien. — Luc 6:27, 28.
      Si nous acceptons humblement toutes les choses qui peuvent nous survenir dans notre vie, tout en gardant la même disposition d’esprit que le Christ, nous pouvons être sûrs que Jéhovah nous élèvera. Aucune épreuve ne durera indéfiniment. Toutes prendront fin. Tant que sous les mauvais traitements nous nous conduisons en harmonie avec la volonté divine, nous demeurerons sous la main de Jéhovah. Or, sa main peut nous élever au rang de serviteurs éprouvés et approuvés. Aussi Pierre nous fait-il cette recommandation: “Humiliez-vous donc sous la main puissante de Dieu pour qu’il vous élève en temps voulu, tout en vous déchargeant sur lui de toute votre inquiétude, car il prend soin de vous.” — I Pierre 5:6, 7.
      Qu’il est réconfortant de savoir que Jéhovah se soucie vraiment de nous! Son amour nous réchauffe le cœur, son esprit nous fortifie et nous soutient. Lorsqu’une épreuve est passée et que nous nous rappelons la sollicitude de Jéhovah à notre égard, nous nous sentons plus proches de lui. Notre situation est alors comparable à celle d’un enfant reconnaissant qui a pu constater l’amour et la sollicitude affectueuse de ses parents pendant qu’il était gravement malade. Sa confiance et son amour pour eux s’en trouvent grandis. Certes, lorsque des circonstances très éprouvantes se présentent, nous ne pouvons pas tout simplement nous y soustraire, mais nous pouvons nous décharger sur Jéhovah Dieu de nos inquiétudes. À quoi bon nous tourmenter en nous demandant pendant combien de temps nous serions capables de supporter les mauvais traitements d’une foule déchaînée et impitoyable, des viols répétés ou d’autres atrocités? Avec l’aide de notre Père céleste aimant, nous pouvons, si nous lui restons fidèles, endurer les épreuves et remporter une victoire morale sur ceux qui nous persécutent. Cette assurance nous libère de l’anxiété qui pourrait nous priver de la paix de l’esprit et du cœur si nécessaire pour rester fermes dans les épreuves.
      Toutefois, ce n’est pas parce que nous nous sommes déchargés de nos inquiétudes sur Jéhovah que nous devrions maintenant être trop sûrs de nous ou insouciants. Nous avons un ennemi. “Gardez votre équilibre, soyez vigilants, écrit Pierre. Votre adversaire, le Diable, comme un lion rugissant, circule cherchant à dévorer quelqu’un.” — I Pierre 5:8.
      Selon ce conseil de l’apôtre, nous ne pouvons pas nous permettre d’être insouciants face à l’épreuve. L’adversaire guette la moindre occasion de nous faire tomber. Si Satan peut nous amener à douter de la fidélité de nos frères ou nous affaiblir spirituellement par tout autre moyen, il ne manquera pas de le faire. Cesser de fréquenter la congrégation chrétienne ou de faire la déclaration publique de sa foi équivaudrait à se laisser dévorer par Satan, le “lion rugissant” toujours à l’affût de proies imprudentes.
      Pour rester vigilants il nous faut, entre autres choses, nous rappeler constamment que nous ne sommes pas les seuls à endurer des souffrances. Sur la terre entière, nos frères chrétiens subissent toutes sortes d’épreuves et, avec l’aide de l’esprit de Dieu, ils parviennent à les surmonter victorieusement. Cette pensée nous aidera à ne pas tomber dans les pièges de Satan, car elle nous donnera l’assurance que nous pourrons endurer l’épreuve nous aussi, grâce à la puissance de Jéhovah. Alors, “tenez-lui tête, solides dans la foi, sachant qu’en fait de souffrances les mêmes choses s’accomplissent dans la famille entière de vos frères dans le monde”. — I Pierre 5:9.
      Puisque Jéhovah Dieu veut que nous surmontions les obstacles pour parvenir au salut, nous pouvons lui demander son aide en toute confiance, tout en considérant les épreuves qui nous adviennent avec sa permission comme une discipline utile qui fera de nous des chrétiens complets et forts dans la foi. L’apôtre Pierre exprime très bien cette pensée lorsqu’il déclare:
      "Après que vous aurez souffert un peu de temps, le Dieu de toute faveur imméritée, qui vous a appelés à sa gloire éternelle en union avec Christ, parachèvera lui-même votre formation, il vous affermira, il vous rendra forts. À lui la puissance pour toujours! Amen.” — I Pierre 5:10, 11.
      Tout comme Jésus a souffert un peu de temps sur la terre et a été élevé à une haute position, de même les disciples du Fils de Dieu attendent une récompense glorieuse. Si les souffrances que nous pouvons être amenés à endurer de par la permission de Dieu affermissent notre attachement aux principes bibliques et font de nous des disciples plus humbles, plus compréhensifs et plus compatissants, cette formation aura alors atteint son but. Pour qu’il en soit ainsi, nous devons compter entièrement sur notre Père céleste en étant confiants que tout ce qui peut nous arriver avec sa permission contribuera finalement à notre bonheur éternel, si toutefois nous nous y soumettons humblement (Romains 8:28). Dans le même esprit que l’apôtre Pierre, nous pouvons élever nos voix et dire: “Grâce soit rendue à Dieu de nous avoir permis d’être formés par les épreuves et de nous aider à devenir des serviteurs fermes et forts, approuvés par lui, ayant l’espérance de la vie éternelle!”

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Suivons les traces de celui qui est la source de vie
       
      Avec amour, Jéhovah invite des personnes “ de toutes nations et tribus et peuples et langues ” à l’adorer (Rév. 7:9, 10 ; 15:3, 4). Celles qui acceptent cette invitation peuvent “ contempler le charme de Jéhovah ”. (Ps. 27:4 ; 90:17.) À l’instar du psalmiste, elles élèvent la voix pour louer Dieu par ces termes : “ Adorons et courbons-nous ! Agenouillons-nous devant Jéhovah notre Auteur. ” — Ps. 95:6.
      Un culte d’une grande valeur
      Étant le Fils unique-engendré de Dieu, Jésus avait eu largement la possibilité de découvrir la pensée, les principes et les normes de son Père. Par conséquent, il pouvait avec assurance enseigner aux autres la bonne façon d’adorer Jéhovah. Il a déclaré : “ Je suis le chemin, et la vérité, et la vie. Personne ne vient vers le Père sinon par moi. ” — Jean 1:14 ; 14:6.
      Jésus nous a laissé un exemple parfait en restant humblement soumis à son Père. Il a indiqué : “ Je ne fais rien de ma propre initiative, mais [...] comme le Père m’a enseigné, moi je dis ces choses. ” Il a ensuite ajouté : “ Je fais toujours les choses qui lui plaisent. ” (Jean 8:28, 29). De quelles manières Jésus a-t-il plu à Jéhovah ?
      En premier lieu, le Fils était entièrement dévoué à son Père. C’est d’ailleurs ce qu’implique fondamentalement adorer Dieu. Jésus montrait qu’il était personnellement attaché à son Créateur en lui étant obéissant, en accomplissant sa volonté, même si cela lui demandait de grands sacrifices (Phil. 2:7, 8). Il consacrait beaucoup de temps à enseigner et à former ses disciples. C’était là un aspect important du culte qu’il rendait à Dieu, à tel point qu’il était appelé Enseignant tant par les croyants que par les non-croyants (Mat. 22:23, 24 ; Jean 3:2). De plus, Jésus se dépensait pour autrui. Son esprit de sacrifice lui laissait peu de temps pour lui-même, mais il était heureux de servir les autres (Mat. 14:13, 14 ; 20:28). Bien que très occupé, il prenait toujours le temps de parler à son Père céleste dans la prière (Luc 6:12). Sans nul doute, Dieu accordait une valeur inestimable au culte que Jésus lui vouait !
      Des efforts soutenus pour plaire à Dieu
      Jéhovah a remarqué la conduite de son Fils et a exprimé son approbation (Mat. 17:5). Mais Satan le Diable également a observé la fidélité de Jésus. Jésus est donc devenu sa cible privilégiée. Pourquoi ? Parce qu’aucun humain n’avait jamais réussi à rester totalement obéissant à Dieu et, de ce fait, à l’adorer de la manière qui lui convient vraiment. Aussi le Diable voulait-il empêcher Jésus de rendre à Dieu le culte qui Lui revenait de droit. — Rév. 4:11.
      Satan a essayé de corrompre Jésus en lui faisant une offre tentante. Il l’emmena sur “ une montagne extraordinairement haute et lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire ”. Puis il lui dit : “ Toutes ces choses, je te les donnerai si tu tombes et fais un acte d’adoration pour moi. ” Quelle fut la réaction de Jésus ? Il répondit : “ Va-t’en, Satan, car il est écrit : ‘ C’est Jéhovah ton Dieu que tu dois adorer, et c’est à lui seul que tu dois offrir un service sacré. ’ ” (Mat. 4:8-10). Quels que soient les avantages qu’il aurait pu en retirer, Jésus comprenait bien que se prosterner devant Satan, c’était commettre un acte d’idolâtrie. Il refusait d’accomplir ne serait-ce qu’un acte d’adoration devant quelqu’un d’autre que Jéhovah.
      En ce qui nous concerne, Satan ne nous proposera pas tous les royaumes du monde et leur gloire en échange de notre adoration. Néanmoins, il essaie encore d’empêcher les chrétiens sincères de rendre un culte à Dieu. Le Diable veut que nous adorions quelqu’un ou quelque chose d’autre. — 2 Cor. 4:4.
      Jésus Christ s’est montré fidèle jusqu’à la mort. En restant intègre, il a glorifié Jéhovah comme aucun humain ne l’avait jamais fait. Aujourd’hui, nous qui sommes de vrais chrétiens, nous nous efforçons d’imiter la fidélité de Jésus en mettant le culte de notre Créateur à la première place dans notre vie. Sans conteste, nos bonnes relations avec Dieu sont ce que nous avons de plus précieux.
      Les bénédictions que procure le culte que Dieu agrée
      Favoriser “ le culte qui est pur et sans souillure ” du point de vue de Dieu apporte de nombreuses bénédictions (Jacq. 1:27). Par exemple, nous vivons à une époque où de plus en plus de gens sont “ amis d’eux-mêmes, amis de l’argent, arrogants ” et “ sans amour du bien ”. (2 Tim. 3:1-5.) Par contraste, au sein du peuple de Dieu, nous avons le privilège de côtoyer des personnes pures et de saine compagnie qui s’efforcent de respecter les normes de Dieu en matière de culte. N’est-ce pas là une source de réconfort ?
      En outre, nous tenir à l’écart des souillures de ce monde nous procure une conscience pure. Nous voulons qu’elle reste pure, et c’est pour cela que nous nous soumettons aux principes justes de Dieu et que nous obéissons aux lois de César qui ne sont pas en désaccord avec les lois divines. — Marc 12:17 ; Actes 5:27-29.
      Un culte rendu à Dieu de toute son âme apporte d’autres bénédictions. Quand nous nous soucions d’accomplir la volonté de Dieu plutôt que la nôtre, notre vie a un sens véritable et elle est plus gratifiante. Au lieu de dire : “ Mangeons et buvons, car demain il nous faudra mourir ”, nous entretenons l’espoir certain de la vie éternelle sur une terre transformée en paradis. — 1 Cor. 15:32.
      Le livre de la Révélation attire notre attention sur le moment où ceux qui seront demeurés purs devant Jéhovah “ vien[dront] de la grande tribulation ”. Le récit précise que “ Celui qui est assis sur le trône étendra sur eux sa tente ”. (Rév. 7:13-15.) Celui qui est assis sur le trône n’est autre que Jéhovah Dieu, le Personnage le plus glorieux de l’univers. Imaginez quelle joie ce sera quand il vous accueillera comme l’hôte de sa tente et vous protégera pour qu’aucun mal ne vous soit fait ! Et dans une certaine mesure, nous bénéficions dès à présent de cette protection.
      De plus, tous ceux qui rendent à Dieu le culte qu’il agrée sont décrits comme étant guidés vers “ des sources d’eaux de la vie ”. Ces sources revivifiantes représentent toutes les dispositions prises par Jéhovah pour que nous puissions obtenir la vie éternelle. Assurément, grâce à la rançon du Christ, “ Dieu essuiera toute larme de leurs yeux ”. (Rév. 7:17.) Tandis que les humains seront élevés à la perfection, tous connaîtront une joie indicible à la perspective de vivre éternellement sur la terre. Dès maintenant, les adorateurs heureux de Dieu poussent des cris de joie, exprimant leur profonde reconnaissance envers Jéhovah et lui vouant un culte en compagnie de ses serviteurs au ciel qui chantent : “ Grandes et prodigieuses sont tes œuvres, Jéhovah Dieu, le Tout-Puissant. Justes et vraies sont tes manières d'agir, Roi d’éternité. Qui ne peut te craindre et ne pas glorifier ton nom? Car toi seul tu es fidèle! Car toutes les nations viendront et adoreront devant toi, parce que tes décrets justes ont été manifestés. ” — Rév. 15:3, 4.



      · 0 replies
    • Patiently waiting for Truth

      I am seriously looking for TRUTH. Yes I do feel lost in the wilderness. 
      But, when Jerusalem was about to be destroyed (70C.E) didn't some return 'home' there, only to perish when the Romans slaughtered them. They returned to Jerusalem because they lost their faith in Almighty God and in the words of Jesus. And therefore they died through lack of faith.
      I do not lack faith in Almighty God or in Jesus Christ. But I do lack immediate direction. However, at this moment in time, I would not return to the Jehovah's Witnesses Org.  In my opinion that Org will be either made clean or destroyed. Either way, right now I would not want to be part of it. 
      I also do not pay any attention to those on here that condemn me to death or tell me that I have no hope left.  
      My faith is not in earthling man. My faith in Almighty God through Jesus Christ. 
      · 0 replies
    • Esther  »  Eric Ouellet

      Bonjour Éric
      Je recherche un discours pour une étudiante. Le thème c'était "Dieu approuve-t-il une religion en particulier ? " 
      Si tu l'as en audio ou écrit, c'est assez urgent car je la vois cet après-midi. 
      Merci beaucoup mon frère
      Esther😉
      · 1 reply
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      64.2k
    • Total Posts
      134.4k
  • Member Statistics

    • Total Members
      17,121
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    CandyBoy1
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.