Jump to content
The World News Media

Chivo Wallet has more users than all banks in El Salvador combined in less than 3 weeks.


TheWorldNewsOrg
 Share

Recommended Posts

  • 3 weeks later...

  • Views 75
  • Replies 2
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Posted Images

  • Member
En 26/9/2021 a las 16:17, TheWorldNewsOrg dijo:

wonder if people outside of El Salvador in Mexico or Nicaragua would also benefit from downloading and using the Chivo wallet?

You must have and ID from El Salvador 😕

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

  • Similar Content

    • By TheWorldNewsOrg
      All of the payment processor companies will lose significant income if serious adoption of crypto takes place in developed countries.
      It is about time there is some real competition for instant payments.
    • By TheWorldNewsOrg
      "Blockstream’s Liquid Network is a sidechain-based settlement network that enables “more confidential Bitcoin transactions”. The company’s website claims that the transfers with this product can be settled within two minutes and it’s open to all companies.
      According to Blockstream Chief Strategy Officer Samson Mow, representatives from the company and El Salvador’s government met to discuss the proposal. The government expressed interest in the project but is yet to decide.
      Mow highlighted those tokenized securities based on the Liquid Network have greater liquidity than traditional securities. This sidechain operates every day without restrictions and, Mow said, it’s more cost-efficient for the users."

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.




  • Recently Browsing

    • No registered users viewing this page.
  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

    • Henry

      Henry 0

      Member
      Joined:
      Last active:
    • derek1956

      derek1956 101

      Member
      Joined:
      Last active:
    • TrueTomHarley

      TrueTomHarley 5,224

      Member
      Joined:
      Last active:
    • larryjohnson

      larryjohnson 3

      Member
      Joined:
      Last active:
    • SuzA

      SuzA 25

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Henry

      Hello friends. My name is Henry attend a congregation in Brooklyn, NY. Professionally I am associated with a non-profit. You can visit us at https://www.2getherwiican.org
      Member since 2015. Reactivated my account today. Looking forward to meeting friends for all over. Any questions feel free to ask.
      Need some time to work my way around forum. May need some help.
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      La maĂźtrise de soi: pourquoi est-elle si importante?

      Voici une petite pensée que j'avais écrite, il y a plus de 10 ans.
      En voici quelques lignes:
      Titre : Dieu partage la sagesse à celui qui veut vivre heureux.
      La sagesse, est le filtre incommensurable de l'intelligence 
      Elle est la clairvoyance de la pensée, la faculté 
      de l'esprit à juger avec clarté.
      Elle pénÚtre au plus profond de nous comme
      l'essence pure de nos actions.
      La sagesse aide notre intelligence à comprendre 
      avec perspicacité, les actions de notre vie.
      Elle développe la finesse de notre coeur intellectuel
      comme l'acuité d'une odorat affinée.
      La sagesse nous aide à ressentir nos pensées se 
      concrétiser à sa pleine excellence.
      La sagesse développe la sagacité, une faculté de l'esprit à
      comprendre les actions complexes de notre vie,
      Ă  sa pleine profondeur.
      La sagesse est la qualité du contrÎle de nos émotions,
      de nos sentiments, Ă  la clarification d'une opinion.
      Elle fait passer nos actions en images
      à travers une ensemble d'épreuves comme 
      entrer dans l'univers de notre esprit
      pour les immerger, ContrĂŽler et Deviner...les profondeurs de nos mobiles...pour le bien de chaques actions.
       
      Elle fait découvrir les sentiments qui nous habitent.
      La sagesse veille au bien ĂȘtre de nos Ă©motions et de nos 
      sentiments qui engendre les actions de notre quotidien.
       "LE COEUR" est le siÚge des nos mobiles.
      “(Fournissons de notre cĂŽtĂ© tout effort soutenu, ajoutons Ă  notre foi la vertu, Ă  notre vertu la connaissance, Ă  notre connaissance la maĂźtrise de soi).” — 2 PIERRE 1:5, 6.

      DANS la deuxiĂšme moitiĂ© du XIXe siĂšcle, Charles Blondin a sans doute donnĂ© l’une des plus extraordinaires dĂ©monstrations de maĂźtrise physique. On raconte qu’il a traversĂ© Ă  plusieurs reprises les chutes du Niagara; d’abord en 1859, sur une corde de 340 mĂštres de long suspendue Ă  50 mĂštres au-dessus de l’eau; puis, montrant Ă  chaque fois un aspect diffĂ©rent de son habiletĂ©: les yeux bandĂ©s, dans un sac, en poussant une brouette, sur des Ă©chasses, ou encore en portant un homme sur son dos. Dans un autre site, il a rĂ©ussi, avec des Ă©chasses aux pieds, des sauts pĂ©rilleux sur une corde tendue Ă  52 mĂštres au-dessus du sol. Afin de garder l’équilibre, il a dĂ» faire preuve d’une maĂźtrise physique hors du commun. Pour sa peine, Charles Blondin a reçu Ă  la fois gloire et argent.
      Quoique bien peu d’entre nous soient capables d’exploits seulement comparables Ă  ceux-lĂ , l’importance de la maĂźtrise physique dans l’exercice de certaines professions ou dans le sport ne nous Ă©chappe pas. Ainsi, parlant de la virtuositĂ© du cĂ©lĂšbre pianiste Vladimir Horowitz, aujourd’hui disparu, un musicien a dit: “Ce qui me fascinait, c’était l’impression de maĂźtrise absolue (...), d’une incroyable Ă©nergie tenue en bride.” Quelqu’un d’autre a parlĂ© des “quatre-vingts annĂ©es oĂč ses doigts ont voltigĂ© sur le clavier avec une maĂźtrise parfaite”.
      Il faut faire de grands efforts pour acquĂ©rir une pareille habiletĂ©. Pourtant, la maĂźtrise de soi est encore plus importante et exigeante. On l’a dĂ©finie comme Ă©tant une “autoritĂ© exercĂ©e sur ses impulsions, Ă©motions ou dĂ©sirs”. Dans les Écritures grecques chrĂ©tiennes, le mot traduit par “maĂźtrise de soi” en 2 Pierre 1:6 et dans d’autres passages a Ă©tĂ© dĂ©fini comme “la vertu de celui qui domine ses dĂ©sirs et ses passions, surtout ses appĂ©tits sensuels”. La maĂźtrise de soi a Ă©tĂ© appelĂ©e “le summum de la rĂ©alisation humaine”.

      Pourquoi la maĂźtrise de soi est tellement importante

      Quels ravages le manque de maĂźtrise de soi a causĂ©s! Il est Ă  l’origine de nombre des difficultĂ©s que connaĂźt aujourd’hui le monde. En ces “derniers jours”, nous vivons vĂ©ritablement des “temps dĂ©cisifs et durs”. Les hommes sont “sans maĂźtrise de soi”; la raison en est souvent l’aviditĂ©, caractĂ©risĂ©e entre autres par le fait qu’ils sont “amis des plaisirs plutĂŽt qu’amis de Dieu”. (2 TimothĂ©e 3:1-5.) 
      Le fonctionnement d’une automobile peut illustrer l’importance de la maĂźtrise de soi. Ce vĂ©hicule est pourvu de quatre roues qui lui permettent de se mouvoir, d’un moteur puissant qui peut faire tourner ces roues Ă  toute allure, et de freins qui peuvent les faire s’arrĂȘter. Cependant, il arrivera un malheur s’il n’y a pas de conducteur pour dĂ©cider oĂč les roues doivent aller, Ă  quelle vitesse elles doivent tourner et quand elles doivent s’arrĂȘter, la maĂźtrise de ces opĂ©rations Ă©tant assurĂ©e par un usage appropriĂ© du volant, de l’accĂ©lĂ©rateur et du frein.
      On ne saurait exagĂ©rer le rĂŽle de la maĂźtrise de soi. Ce que l’apĂŽtre Paul dit en 1 Corinthiens 13:1-3 sur l’importance de l’amour vaut Ă©galement pour cette qualitĂ©. Quelle que soit notre Ă©loquence dans les discours publics, quelles que soient la connaissance et la foi que nous ayons acquises grĂące Ă  de bonnes habitudes d’étude, quelles que soient les Ɠuvres que nous accomplissons pour le bien d’autrui, si nous n’exerçons pas la maĂźtrise de soi, tout cela est en vain. Ne perdons pas de vue les paroles de Paul: “Ne savons-nous pas que les coureurs, dans une course, courent tous, mais qu’un seul reçoit le prix? Courons de maniĂšre Ă  l’obtenir. Or tout participant Ă  une compĂ©tition se domine en tout.” (1 Corinthiens 9:24, 25). Le conseil que Paul donne en 1 Corinthiens 10:12 ne peut que nous aider Ă  nous dominer en tout: “Que celui qui pense ĂȘtre debout prenne garde de tomber.”
      Des exemples qui servent d’avertissement
      Adam a manquĂ© de maĂźtrise de soi, lors de son erreur avec sa femme, car il a laissĂ© l’émotion qui ne connaissait d'aucune maniĂšre l'envahir, au lieu de la raison de se poser la question et demander Ă  sa femme, ; pourquoi as tu pris du fruit de l'arbre que notre Dieu nous avait interdit de regarder et aussi de manger? Adam n'a pas gouvernĂ© ses actions et notre mĂšre Ă  tous, non plus. En consĂ©quence, “le pĂ©chĂ© est entrĂ© dans le monde, et par le pĂ©chĂ© la mort”. (Romains 5:12.) Le premier meurtre est Ă©galement dĂ» Ă  un manque de maĂźtrise de soi. En effet, JĂ©hovah Dieu a dit Ă  CaĂŻn: ‘Pourquoi brĂ»les-tu de colĂšre et pourquoi ton visage s’est-il allongĂ©? Il y a le pĂ©chĂ© tapi Ă  l’entrĂ©e, et toi, te rendras-tu maĂźtre de lui?’ Parce qu’il ne s’est pas rendu maĂźtre du pĂ©chĂ©, CaĂŻn a tuĂ© son frĂšre Abel (GenĂšse 4:6-12). La femme de Lot a, elle aussi, manquĂ© de maĂźtrise de soi. Elle n’a pas pu rĂ©sister Ă  la tentation de regarder en arriĂšre. Que lui a coĂ»tĂ© son manque de maĂźtrise de soi? La vie! — GenĂšse 19:17, 26.
      Le premier-nĂ© de Jacob, Ruben, a perdu son droit d’aĂźnesse parce qu’il a manquĂ© de maĂźtrise de soi. Il a souillĂ© la couche de son pĂšre en ayant des rapports sexuels avec l’une des concubines de Jacob (GenĂšse 35:22; 49:3, 4; 1 Chroniques 5:1). Mis Ă  l’épreuve par les plaintes et les murmures des IsraĂ©lites rebelles, MoĂŻse s’est mis en colĂšre et il a Ă©tĂ© privĂ© du privilĂšge auquel il aspirait profondĂ©ment, celui d’entrer en Terre promise (Nombres 20:1-13; DeutĂ©ronome 32:50-52). MĂȘme le fidĂšle roi David, ‘homme selon le cƓur de Dieu’, a connu de graves difficultĂ©s parce qu’il a un jour manquĂ© de maĂźtrise de soi (1 Samuel 13:14; 2 Samuel 12:7-14). Ces exemples sont pour nous autant de sains avertissements qui nous montrent la nĂ©cessitĂ© d’exercer la maĂźtrise de soi.
      Ce que nous devons maĂźtriser, est au dessus de nos yeux, car le coeur des actions est notre cerveau.
      En premier lieu, il nous faut maĂźtriser nos pensĂ©es et nos Ă©motions. Dans les Écritures, ces deux Ă©lĂ©ments sont souvent figurĂ©s par des mots tels que “cƓur”(CERVEAU) et “reins”( LES YEUX ). Ce sur quoi nous arrĂȘtons notre esprit peut soit favoriser, soit freiner les efforts que nous faisons en vue de plaire Ă  JĂ©hovah. Nous avons besoin de maĂźtrise pour suivre le conseil biblique contenu en Philippiens 4:8; dans ce passage, il nous est demandĂ© de faire de ce qui est vrai, chaste et vertueux, l’objet continuel de nos pensĂ©es. Le psalmiste David exprime la mĂȘme idĂ©e lorsqu’il dit, dans une priĂšre: ‘Que la mĂ©ditation de mon cƓur devienne agrĂ©able devant toi, ĂŽ JĂ©hovah, mon Rocher et mon RĂ©dempteur!’ (Psaume 19:14). Le dixiĂšme commandement — de ne rien dĂ©sirer de ce qui apparte
      Ient Ă  notre prochain —  cela exigeait des IsraĂ©lites qu’ils maĂźtrisent leurs pensĂ©es (Exode 20:17). JĂ©sus a montrĂ© combien il est important que nous maĂźtrisons nos pensĂ©es et nos Ă©motions lorsqu’il a dit: “Quiconque continue Ă  regarder une femme au point de la dĂ©sirer, a dĂ©jĂ  commis, dans son cƓur, l’adultĂšre avec elle.” — Matthieu 5:28.
      Un autre aspect de notre corps qui doit ĂȘtre tenu en bride
      Il nous faut Ă©galement maĂźtriser nos paroles. Nombreux sont les textes bibliques qui nous conseillent d’avoir autoritĂ© sur notre langue. Ainsi: “Le vrai Dieu est dans les cieux, mais nous nous sommes sur la terre. C’est pourquoi nos paroles doivent ĂȘtre peu nombreuses.” (EcclĂ©siaste 5:2). “Dans l’abondance des paroles la transgression ne manque pas, mais celui qui retient ses lĂšvres se montre avisĂ©.” (Proverbes 10:19). “Qu’aucune parole orduriĂšre ne sorte de votre bouche, mais plutĂŽt toutes paroles qui est bonne pour Ă©difier quand il en est besoin (...). Que (...) tout cri, tout propos outrageant, soient enlevĂ©s de chez vous, et aussi toute malice.” Ensuite, Paul nous conseille de ne pas nous laisser aller aux propos stupides ni aux plaisanteries obscĂšnes. — ÉphĂ©siens 4:29, 31; 5:3, 4.
      Jacques, le demi-frĂšre de JĂ©sus, condamna les excĂšs de langage et montra pourquoi, il est difficile de maĂźtriser sa langue. Il dit: “La langue (...) est un petit membre et qui se vante de beaucoup de choses. Il ne faut qu'une petite flamme de feu pour incendier une forĂȘt entiĂšre. Eh bien, la langue est un feu. La langue est constituĂ©e d'une libre expression d’injustice parmi nos membres, car elle peut salir tout le corps et embraser la roue de la vie sur terre, et elle peut embrasĂ©e une multitude de personnes, Ă  la GĂ©henne. La langue peut favoriser l'amour comme la haine et le mĂ©pris. En effet, toute espĂšce de bĂȘtes sauvages et d’oiseaux, de bĂȘtes rampantes et d’animaux marins, doit se faire dompter et ils furent domptĂ©es, par l’espĂšce humaine. Mais la langue, il n'y a personne d’entre les humains qui puisse la dompter Ă  sa pleine maĂźtrise. 
      Elle peut devenir un objet mauvais et sans frein, elle est pleine d’un poison mortel, Ă  celui qui ne sait pas la mettre en bride. Avec elle nous bĂ©nissons JĂ©hovah, oui, le PĂšre, et avec elle nous maudissons les hommes qui sont venus Ă  l’existence ‘à la ressemblance de Dieu’. De la mĂȘme bouche sortent la bĂ©nĂ©diction et la malĂ©diction. Il ne faut pas, cher frĂšre, que cela continue Ă  se passer ainsi.” — Jacques 3:5-10.
      Bien sĂ»r, nous devons exercer la maĂźtrise de soi dans nos actions. S’il est un domaine dans lequel il nous faut nous dominer, c’est bien celui de nos rapports avec les personnes de l’autre sexe. Les chrĂ©tiens ont reçu ce commandement: “Fuyez la dĂ©bauche.” (1 Corinthiens 6:18, TOB). Le mari ne doit pas rechercher les faveurs d’autres femmes que la sienne. Il lui est dit, notamment: “Bois l’eau de ta propre citerne, et celles qui ruissellent du milieu de ton propre puits.” (Proverbes 5:15-20). Nous sommes avertis que “Dieu jugera les fornicateurs et les adultĂšres”. (HĂ©breux 13:4.) Ceux qui cultivent le don du cĂ©libat doivent particuliĂšrement faire preuve de maĂźtrise de soi. — Matthieu 19:11, 12; 1 Corinthiens 7:37.
      JĂ©sus a rĂ©sumĂ© tout ce qui peut ĂȘtre dit sur notre façon d’agir envers nos semblables par la formule qu’on appelle la “rĂšgle d’or”: “Donc, tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour nous, nous devons, nous aussi, le faire de mĂȘme pour eux; c’est lĂ , en effet, ce que signifient la Loi et les ProphĂštes.” (Matthieu 7:12). Étant donnĂ© nos inclinations Ă©goĂŻstes et les diverses Ă©preuves ou tentations que nous subissons, il nous faut vĂ©ritablement nous maĂźtriser pour traiter les autres comme nous voudrions qu’ils nous traitent.
      La maĂźtrise de soi s’exerce Ă©galement dans le manger et le boire. La Parole de Dieu donne ce sage conseil: “Ne te trouve pas parmi les buveurs de vin, parmi ceux qui se gorgent de chair.” (Proverbes 23:20). Relativement Ă  notre Ă©poque en particulier, JĂ©sus a dit: “Prenez garde Ă  vous-mĂȘmes, de peur que vos cƓurs ne s’alourdissent dans les excĂšs de table, les excĂšs de boisson et les inquiĂ©tudes de la vie, et que soudain ce jour-lĂ  ne soit tout de suite sur vous, comme un piĂšge.” (Luc 21:34, 35). Oui, nous devons maĂźtriser nos pensĂ©es, nos sentiments, ainsi que nos paroles et nos actions.
      Pourquoi il est si difficile d’ĂȘtre maĂźtre de soi
      Il ne nous est pas aisĂ© d’exercer la maĂźtrise de soi parce que, comme tous les chrĂ©tiens le savent, nos efforts se heurtent Ă  l’action de trois puissants Ă©lĂ©ments. Le premier est constituĂ© de Satan et de ses dĂ©mons. La Bible ne laisse planer aucun doute sur leur rĂ©alitĂ©. Ainsi lisons-nous que “Satan entra” dans Judas juste avant qu’il ne livre JĂ©sus (Jean 13:27). L’apĂŽtre Pierre a demandĂ© Ă  Ananias: “Pourquoi Satan t’a-t-il donnĂ© la hardiesse d’user de tromperie envers l’esprit saint?” (Actes 5:3). VoilĂ  pourquoi Pierre a donnĂ© cet avertissement appropriĂ©: “Gardez votre Ă©quilibre, soyez vigilants. Votre adversaire, le Diable, comme un lion rugissant, circule cherchant Ă  dĂ©vorer quelqu’un.” — 1 Pierre 5:8.
      Dans leurs efforts pour exercer la maĂźtrise de soi, les chrĂ©tiens doivent Ă©galement lutter contre le monde, qui “gĂźt au pouvoir du mĂ©chant”, Satan le Diable. À ce propos, l’apĂŽtre Jean a Ă©crit: “N’aimez pas le monde ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du PĂšre n’est pas en lui; car tout ce qui est dans le monde, — le dĂ©sir de la chair, le dĂ©sir des yeux et l’exhibition de ses ressources, — ne provient pas du PĂšre, mais provient du monde. Et le monde passe et son dĂ©sir aussi, mais celui qui fait la volontĂ© de Dieu demeure pour toujours.” Si nous ne nous maĂźtrisons pas et ne rĂ©sistons pas vigoureusement Ă  toute tendance Ă  aimer le monde, nous risquons de succomber Ă  son influence, comme cela est arrivĂ© Ă  DĂ©mas, qui fut un temps le compagnon de Paul. — 1 Jean 2:15-17; 5:19; 2 TimothĂ©e 4:10.
      Les chrĂ©tiens doivent Ă©galement faire preuve de maĂźtrise de soi pour pouvoir lutter efficacement contre leurs faiblesses charnelles et leurs dĂ©fauts hĂ©rĂ©ditaires. Il nous faut nous rendre Ă  l’évidence, “l’inclination du cƓur de l’homme est mauvaise dĂšs sa jeunesse”. (GenĂšse 8:21.) Comme le roi David, ‘avec douleur nous avons Ă©tĂ© enfantĂ©s dans la faute, et dans le pĂ©chĂ© notre mĂšre nous a conçus’. (Psaume 51:5.) 
      Oui, les tendances Ă©goĂŻstes hĂ©rĂ©ditaires rendent particuliĂšrement difficile la tĂąche de celui qui veut exercer la maĂźtrise de soi. Ces tendances rĂ©sident dans le cƓur symbolique, Ă  propos duquel JĂ©sus a dit: “Du cƓur viennent les raisonnements mĂ©chants, les meurtres, les adultĂšres, les fornications, les vols, les faux tĂ©moignages, les blasphĂšmes.” (Matthieu 15:19). VoilĂ  pourquoi Paul a Ă©crit: “Le bien que je souhaite je ne le fais pas, mais le mal que je ne souhaite pas, voilĂ  ce que je pratique. Si donc c’est ce que je ne souhaite pas que je fais, ce n’est plus moi qui le fais, mais le pĂ©chĂ© qui habite en moi.” (Romains 7:19, 20). Toutefois, la bataille n’est pas perdue d’avance, car l’apĂŽtre a Ă©galement Ă©crit: “Mon corps, je le bourre de coups et je l’emmĂšne comme esclave, de peur qu’aprĂšs avoir prĂȘchĂ© aux autres, je ne devienne moi-mĂȘme, d’une façon ou d’une autre, un homme dĂ©sapprouvĂ©.” Bourrer son corps de coups nĂ©cessitait d’exercer la maĂźtrise de soi. — 1 Corinthiens 9:27
      . QUI VEUT DIRE MAÎTRISER NOS PENSÉES ET ACTIONS EN TOUT TEMPS
      Paul avait bien des raisons de dire qu’il bourrait son corps de coups, car celui qui exerce la maĂźtrise de soi doit peut-ĂȘtre dĂ©jĂ  lutter contre de nombreuses affections, telles que l’hypertension, la nervositĂ©, le manque de sommeil, les maux de tĂȘte, l’indigestion. 
      Soyons maßtre de nos actions, tournons 7 fois notre langues avant de parler et méditant sur nos faiblesses, ainsi notre corps deviendra une source de bénédictions envers notre prochains et une joie profondeur pour le TRÈS HAUT.
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Suivons la lumiĂšre de la paroles de Dieu
      Psaumes 119:33 "Instruis-moi, ĂŽ JĂ©hovah, dans la voie de tes prescriptions, pour que je l’observe jusqu’au bout."
       
      AU MILIEU du Ier siĂšcle de notre Ăšre, l’apĂŽtre Paul Ă©crivit Ă  la congrĂ©gation chrĂ©tienne de Rome. Dans sa lettre, il insista sur le fait que les vrais chrĂ©tiens avaient des changements Ă  opĂ©rer. Il leur dit: “Ne vous modelez plus sur ce systĂšme de choses-ci, mais transformez-vous en renouvelant votre esprit, afin de constater par vous-mĂȘmes quelle est la bonne, l’agrĂ©able et la parfaite volontĂ© de Dieu.” (Romains 12:2). Qu’est-ce qui transforme les disciples de JĂ©sus, modifie mĂȘme leur façon de penser? Fondamentalement, c’est le pouvoir de la Parole de Dieu, la Bible.
      Paul montra Ă  quel point la Bible peut exercer une influence sur nous en Ă©crivant: “La parole de Dieu est vivante et fait sentir son action, et elle est plus acĂ©rĂ©e qu’aucune Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants et pĂ©nĂštre jusqu’à diviser l’ñme et l’esprit, et les jointures et leur moelle, et elle peut discerner les pensĂ©es et les intentions du cƓur.” (HĂ©breux 4:12). Effectivement, le pouvoir extraordinaire qu’a la Bible d’opĂ©rer de tels changements chez quelqu’un est une preuve convaincante qu’elle n’est pas simplement la parole des hommes.
      Le verbe grec traduit par “transformez-vous” en Romains 12:2 dĂ©rive du terme mĂ©tamorphoĂŽ, qui indique un changement total, comme la mĂ©tamorphose d’une chenille en papillon. Ce changement est si total que la Bible en parle comme d’un changement de personnalitĂ©. Dans un autre verset biblique, nous lisons: “DĂ©pouillez-vous de la vieille personnalitĂ© avec ses pratiques, et revĂȘtez la personnalitĂ© nouvelle qui, par la connaissance exacte, se renouvelle Ă  l’image de Celui qui l’a crĂ©Ă©e.” — Colossiens 3:9, 10.
       
      Dans sa lettre Ă  la congrĂ©gation de Corinthe, Paul montra l’importance des changements de personnalitĂ© qui se produisirent au Ier siĂšcle. Il Ă©crivit: “Ni fornicateurs, ni idolĂątres, ni adultĂšres, ni hommes qu’on entretient Ă  des fins contre nature, ni hommes qui couchent avec des hommes, ni voleurs, ni gens avides, ni ivrognes, ni insulteurs, ni extorqueurs n’hĂ©riteront du royaume de Dieu. Et pourtant c’est lĂ  ce qu’étaient certains d’entre vous. Mais vous avez Ă©tĂ© lavĂ©s.” (1 Corinthiens 6:9-11). En effet, des gens immoraux et querelleurs, des voleurs et des ivrognes avaient Ă©tĂ© transformĂ©s en chrĂ©tiens exemplaires.
      Changements de personnalité à notre époque
      Des changements de personnalitĂ© semblables s’opĂšrent Ă  notre Ă©poque. Par exemple, en AmĂ©rique du Sud, un garçon s’est retrouvĂ© orphelin Ă  l’ñge de neuf ans. PrivĂ© de la direction de ses parents, il a pris en grandissant des habitudes dĂ©plorables. Il raconte: “À 18 ans, j’étais devenu complĂštement dĂ©pendant de la drogue, et comme je volais pour satisfaire mon vice, j’avais dĂ©jĂ  fait de la prison.” Ce jeune homme avait cependant une tante TĂ©moin de JĂ©hovah qui a eu la possibilitĂ© de lui venir en aide.
      Le jeune homme explique: “J’ai commencĂ© Ă  Ă©tudier la Bible avec ma tante. Sept mois plus tard, j’ai arrĂȘtĂ© de me droguer.” Il a Ă©galement cessĂ© de frĂ©quenter ses anciennes connaissances et s’est fait de nouveaux amis parmi les TĂ©moins de JĂ©hovah. Il ajoute: “GrĂące Ă  mes nouveaux amis et Ă  l’étude rĂ©guliĂšre de la Bible, j’ai fait des progrĂšs qui m’ont ensuite permis de me vouer Ă  Dieu pour le servir.” Ce jeune homme autrefois toxicomane et voleur est devenu un chrĂ©tien zĂ©lĂ© qui mĂšne Ă  prĂ©sent une vie pure. Qu’est-ce qui a Ă©tĂ© Ă  l’origine d’un changement aussi radical? 
      Le pouvoir de la Bible sur le corps et l'esprit.
      Voici un autre exemple provenant du sud de l’Europe. Un jeune homme avait dĂ©veloppĂ© en grandissant un mauvais trait de personnalitĂ©: il Ă©tait d’un tempĂ©rament violent et se battait sans cesse. Lors d’une dispute familiale, il a mĂȘme frappĂ© son pĂšre, le laissant Ă©tendu pour le compte! Par la suite, toutefois, il s’est mis Ă  Ă©tudier la Bible en compagnie des TĂ©moins de JĂ©hovah. Il a ainsi pris connaissance de ce commandement divin contenu dans la lettre aux Romains: “Ne rendez Ă  personne le mal pour le mal. (...) Si possible, — pour autant que cela dĂ©pend de vous, — vivez en paix avec tous les hommes. Ne vous vengez pas vous-mĂȘmes, bien-aimĂ©s, mais donnez du champ au courroux.” — Romains 12:17-19.
      Ces paroles l’ont aidĂ© Ă  comprendre Ă  quel point ses penchants Ă©taient mauvais. Une plus ample connaissance de la Bible a affinĂ© sa conscience, ce qui, en retour, lui a permis de contenir son caractĂšre impulsif. Alors qu’il Ă©tait dĂ©jĂ  avancĂ© dans l’étude de la Bible, un jour un homme l’a accablĂ© d’insultes. Le jeune homme a senti comme Ă  l’accoutumĂ©e un Ă©lan de fureur monter en lui. Mais trĂšs vite il a ressenti autre chose: un sentiment de honte, qui l’a retenu de cĂ©der Ă  la colĂšre. Il avait acquis la maĂźtrise de soi, un fruit de l’esprit important (Galates 5:22, 23). GrĂące au pouvoir de la Parole de Dieu, cet homme a renouvelĂ© sa personnalitĂ©.
      Mais comment la Bible exerce-t-elle une action aussi puissante? 
      En Colossiens 3:10, Paul dit que notre personnalitĂ© se transforme au moyen de la connaissance exacte, connaissance que l’on trouve dans la Bible. Mais de quelle façon la connaissance transforme-t-elle quelqu’un?
      Le rĂŽle de la connaissance exacte venant de la source de vie
      PremiĂšrement, la Bible indique de quels traits de personnalitĂ© indĂ©sirables il faut se dĂ©faire. Citons “des yeux altiers, une langue mensongĂšre, et des mains qui versent le sang innocent, un cƓur qui forge des projets nuisibles, des pieds qui ont hĂąte de courir au mal, un faux tĂ©moin qui exhale des mensonges, et quiconque sĂšme des disputes entre frĂšres”. (Proverbes 6:16-19.) DeuxiĂšmement, la Bible Ă©numĂšre les qualitĂ©s que nous devons cultiver, entre autres “l’amour, la joie, la paix, la longanimitĂ©, la bienveillance, la bontĂ©, la foi, la douceur, la maĂźtrise de soi”. — Galates 5:22, 23.
      Cette connaissance exacte aide la personne sincĂšre Ă  s’examiner et Ă  dĂ©terminer quels traits de personnalitĂ© elle a besoin de cultiver et lesquels elle doit s’efforcer d’éliminer (Jacques 1:25). Mais ce n’est lĂ  qu’un dĂ©but. En plus de la connaissance, elle a besoin d’une motivation, de quelque chose qui la pousse Ă  vouloir changer. LĂ  encore, elle a besoin de la connaissance exacte qu’apporte la Bible.
      Soyons motivés pour faire le bien 
      Paul dit que la personnalitĂ© nouvelle, dĂ©sirable, est modelĂ©e “à l’image de Celui qui l’a crĂ©Ă©e”. (Colossiens 3:10.) La personnalitĂ© chrĂ©tienne doit donc ressembler Ă  la personnalitĂ© de Dieu lui-mĂȘme (ÉphĂ©siens 5:1). La personnalitĂ© de Dieu nous est rĂ©vĂ©lĂ©e au moyen de la Bible, qui nous fait connaĂźtre Ses maniĂšres d’agir envers les humains et Ses qualitĂ©s: son amour, sa bienveillance, sa bontĂ©, sa misĂ©ricorde et sa justice, par exemple. Cette connaissance incite celui qui est droit Ă  aimer Dieu et Ă  dĂ©sirer ĂȘtre le genre de personne qu’Il approuve (Matthieu 22:37). Comme des enfants pleins d’amour, nous voulons plaire Ă  notre PĂšre cĂ©leste, si bien que nous cherchons Ă  imiter du mieux que nous pouvons sa personnalitĂ© malgrĂ© nos faiblesses et notre imperfection. — ÉphĂ©siens 5:1
      Notre motivation est renforcĂ©e par la connaissance que donne la Bible des fruits produits par les bons et les mauvais traits de personnalitĂ© (Psaumes 14:1-5; 15:1-5; 18:20, 24). Nous apprenons que David fut bĂ©ni pour sa piĂ©tĂ© et pour son amour de la justice, mais qu’il a souffert quand il a perdu sa maĂźtrise de soi. Nous voyons les malheurs qui arrivĂšrent lorsque Salomon se dĂ©partit de ses qualitĂ©s dans sa vieillesse. Les bienfaits qui rĂ©sultĂšrent de la droiture de Josias et d’ÉzĂ©chias sont mis en contraste avec les effets dĂ©sastreux de la faiblesse d’Achab et de l’apostasie obstinĂ©e de ManassĂ© (Galates 6:7). Nous apprenons donc Ă  "aimer la justice" et Ă  "haĂŻr le mĂ©pris de la loi". — HĂ©breux 1:9; Psaumes 45:7; 97:10.
      Cette motivation est affermie davantage encore par une connaissance exacte des desseins de Dieu. Cette connaissance nous aide Ă  changer jusqu’à la "force qui incline notre esprit", la force qui motive nos pensĂ©es et nos actions (ÉphĂ©siens 4:23, 24). Quand nous Ă©tudions la Bible, nous apprenons que JĂ©hovah ne tolĂ©rera pas indĂ©finiment la mĂ©chancetĂ©. Il va bientĂŽt dĂ©truire le monde injuste et instaurer “de nouveaux cieux et une nouvelle terre dans lesquels la justice doit habiter”. (2 Pierre 3:8-10, 13.) Qui vivra dans ce monde nouveau? “Les hommes droits sont ceux qui rĂ©sideront sur la terre, et les irrĂ©prochables, ceux qui resteront sur elle. Pour ce qui est des mĂ©chants, ils seront retranchĂ©s de la terre; et quant aux traĂźtres, ils en seront arrachĂ©s.” — Proverbes 2:21, 22.
      Si nous croyons vraiment en cette promesse, toute notre façon de penser s’en ressentira. AprĂšs avoir prophĂ©tisĂ© l’élimination de la mĂ©chancetĂ©, l’apĂŽtre Pierre a dit: “Puisque toutes ces choses doivent ainsi se dissoudre, quel genre d’hommes devez-vous ĂȘtre en actes de sainte conduite et en actes de piĂ©tĂ©, attendant et n’oubliant jamais la prĂ©sence du jour de JĂ©hovah.” (2 Pierre 3:11, 12). Notre personnalitĂ© doit ĂȘtre modelĂ©e par notre ardent dĂ©sir de faire partie des hommes droits qui seront Ă©pargnĂ©s lors de la destruction des mĂ©chants.
      Le livre de la RĂ©vĂ©lation promet aux hommes droits qu’aprĂšs la fin du monde actuel “[Dieu] essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes auront disparu”. Mais ce livre nous prĂ©vient ensuite que ‘les lĂąches, les gens sans foi, ceux qui sont immondes dans leur malpropretĂ© et meurtriers et fornicateurs, et ceux qui pratiquent le spiritisme, les idolĂątres et tous les menteurs’ seront Ă©liminĂ©s (RĂ©vĂ©lation 21:4, 8). Qu’il est sage de rejeter les dĂ©fauts que Dieu ne tolĂ©rera pas dans le monde nouveau!
      Toutefois, les humains sont faibles, et il leur faut gĂ©nĂ©ralement plus que la connaissance et une motivation pour changer. Ils ont besoin d’une aide personnelle. Or, la Bible nous montre oĂč la trouver. Elle dit par exemple: “Celui qui marche avec les sages deviendra sage, mais il arrivera malheur Ă  celui qui a des rapports avec les stupides.” (Proverbes 13:20). De mĂȘme, si nous frĂ©quentons ceux qui manifestent les qualitĂ©s que nous dĂ©sirons cultiver, cela nous aidera grandement Ă  leur ressembler davantage. — GenĂšse 6:9; Proverbes 2:20; 1 Corinthiens 15:33.
      De surcroĂźt, JĂ©hovah lui-mĂȘme fournit de l’aide sous la forme de l’esprit saint — le mĂȘme esprit qu’il a utilisĂ© pour accomplir des miracles dans le passĂ©. D’ailleurs, les qualitĂ©s hautement dĂ©sirables que sont “l’amour, la joie, la paix, la longanimitĂ©, la bienveillance, la bontĂ©, la foi, la douceur, la maĂźtrise de soi” sont appelĂ©es “le fruit de l’esprit”. (Galates 5:22, 23.) Comment obtient-on l’aide de l’esprit saint? Puisque la Bible a Ă©tĂ© inspirĂ©e par l’esprit saint, quand nous la lisons ou parlons d’elle Ă  autrui, nous exposons notre esprit et notre cƓur Ă  l’action convaincante de cet esprit (2 TimothĂ©e 3:16). En fait, JĂ©sus a promis que lorsque nous parlons Ă  autrui de notre espĂ©rance, nous pouvons ressentir l’action directe de cet esprit. — Matthieu 10:18-20.
      De plus, la Bible donne cet ordre: “PersĂ©vĂ©rez dans la priĂšre.” (Romains 12:12). Au moyen de la priĂšre, nous nous adressons Ă  JĂ©hovah, le louons, le remercions et sollicitons son aide. Si nous demandons de l’aide pour vaincre des traits de personnalitĂ© indĂ©sirables comme un tempĂ©rament colĂ©reux, l’obstination, l’impatience ou l’orgueil, l’esprit de Dieu appuiera tous les efforts que nous ferons en harmonie avec cette priĂšre. — Jean 14:13, 14; Jacques 1:5; 1 Jean 5:14.
      C’est Ă  une congrĂ©gation de chrĂ©tiens baptisĂ©s et oints de l’esprit que Paul a Ă©crit: “Transformez-vous en renouvelant votre esprit.” (Romains 1:7; 12:2). Dans le texte grec original, il a utilisĂ© une forme du verbe qui sous-entend une action prolongĂ©e. Cela suggĂšre que la transformation qu’opĂšre en nous la connaissance exacte provenant de la Bible se fait de maniĂšre progressive. Comme les chrĂ©tiens du temps de Paul, nous vivons dans un monde qui regorge d’influences corruptrices. Et, comme eux, nous sommes imparfaits, enclins au mal (GenĂšse 8:21). Nous devons donc faire des efforts soutenus pour vaincre notre vieille personnalitĂ© Ă©goĂŻste, et revĂȘtir la nouvelle, tout comme ils l’ont fait. Les premiers chrĂ©tiens y sont si bien parvenus qu’ils se dĂ©marquaient totalement du monde dans lequel ils vivaient. Les chrĂ©tiens d’aujourd’hui font de mĂȘme.
      Un peuple qui se laisse diriger par le TrĂšs Haut
      À notre Ă©poque, l’esprit de Dieu n’agit pas sur des individus seulement, mais sur toute une organisation de chrĂ©tiens, qui se comptent par millions. C’est sur cette organisation que s’accomplissent ces paroles prophĂ©tiques d’ÉsaĂŻe: “Et assurĂ©ment de nombreux peuples iront et diront: ‘Venez et montons Ă  la montagne de JĂ©hovah, Ă  la maison du Dieu de Jacob; et il nous instruira de ses voies, et nous marcherons dans ses sentiers.’” (ÉsaĂŻe 2:3). Cette autre prophĂ©tie d’ÉsaĂŻe se rĂ©alise aussi sur eux: “Tous tes fils seront des personnes enseignĂ©es par JĂ©hovah, et la paix de tes fils sera abondante.” (ÉsaĂŻe 54:13). Qui sont ces humains qui connaissent la paix parce qu’ils sont enseignĂ©s par JĂ©hovah?
      Notez les propos suivants qui sont extraits d’une lettre adressĂ©e Ă  un journal amĂ©ricain (New Haven Register): “MĂȘme si l’on a comme moi Ă©tĂ© exaspĂ©rĂ© ou irritĂ© par leur prosĂ©lytisme, on ne peut qu’admirer le dĂ©vouement, la propretĂ©, la conduite exemplaire et le mode de vie sain de ces gens.” De qui l’auteur de cette lettre parlait-il? Du mĂȘme groupe dont le Herald de Buenos Aires, en Argentine, a dit: ‘Les TĂ©moins de JĂ©hovah ont prouvĂ© au fil des ans qu’ils sont des citoyens travailleurs, sobres, Ă©conomes et craignant Dieu.’ C’est encore Ă  leur sujet que La Stampa, journal italien, a Ă©crit: “Ils ne fraudent pas sur les impĂŽts et ne cherchent pas Ă  se soustraire aux lois qui ne les avantagent pas. Leur vie ‘de tous les jours’ a pour idĂ©al l’amour du prochain, le refus de prendre le pouvoir, la non-violence et l’honnĂȘtetĂ©.”
      Pourquoi les TĂ©moins de JĂ©hovah dans leur ensemble se distinguent-ils si nettement de leurs contemporains, Ă  l’exemple des premiers chrĂ©tiens? À bien des Ă©gards, ils ne diffĂšrent pas des autres humains. Ils ont hĂ©ritĂ© des mĂȘmes imperfections humaines, rencontrent les mĂȘmes difficultĂ©s Ă©conomiques et Ă©prouvent les mĂȘmes besoins fondamentaux. Toutefois, en tant que congrĂ©gation mondiale, ils laissent la Parole de Dieu exercer une action dans leur vie. L’existence de cette famille internationale de vrais chrĂ©tiens atteste avec force que la Bible est la Parole inspirĂ©e de Dieu. — Psaume 133:1.
      La Bible est inspirée de Dieu
       “Oh! vois que j’ai aimĂ© tes ordres! Ô JĂ©hovah, conserve-moi en vie selon ta bontĂ© de cƓur. La substance de ta parole est la vĂ©ritĂ©, et toute dĂ©cision judiciaire Ă  toi est pour des temps indĂ©finis.” — Psaume 119:159, 160.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Comment fortifier notre foi par les Ă©preuves que nous subissons en ce monde.
       
      DANS la vie, il y a parfois des moments oĂč nous avons dĂ©sespĂ©rĂ©ment besoin d’aide pour rĂ©soudre nos problĂšmes. S’il nous arrivait d’ĂȘtre frappĂ©s par une sĂ©rie de malheurs, nous pourrions facilement sombrer dans le dĂ©sespoir le plus complet et nous sentir Ă©crasĂ©s par l’adversitĂ©. C’est dans ces moments-lĂ  que nous apprĂ©cions l’aide qui nous est offerte.
      Le fait que nous sommes disciples du Fils de Dieu ne signifie pas que nous n’avons jamais besoin d’aide. Nous ne sommes pas Ă  l’abri des Ă©preuves. La maladie, les accidents, les inondations, les tremblements de terre, les tempĂȘtes, la criminalitĂ©, l’injustice et l’oppression sont le lot de tous les humains. Nous ne devrions pas nous attendre que le Souverain suprĂȘme utilise son pouvoir pour influer sur notre hĂ©rĂ©ditĂ© ou sur notre environnement afin de nous Ă©pargner, Ă  nous seulement qui sommes ses serviteurs, les souffrances consĂ©cutives aux conditions actuelles. Dieu a prĂ©vu d’annuler un jour les effets nĂ©fastes du pĂ©chĂ© de l’homme, mais ce jour est encore Ă  venir. S’il accordait dĂšs Ă  prĂ©sent une protection miraculeuse Ă  son peuple, une foule d’hommes viendraient sans aucun doute en grossir les rangs, mais uniquement par intĂ©rĂȘt, et non pas par amour et par foi. — Comparez avec Jean 6:10-15, 26, 27.
       
      Non seulement nous ne pourrons pas Ă©viter les souffrances que causent des Ă©vĂ©nements pĂ©nibles, mais pour la raison mĂȘme que nous sommes serviteurs de Dieu, nous devrons peut-ĂȘtre endurer la persĂ©cution, qu’elle vienne de notre famille, de nos voisins, de nos connaissances ou des autoritĂ©s gouvernementales. JĂ©sus alla mĂȘme jusqu’à dire: “On vous livrera Ă  la tribulation et l’on vous tuera, et vous serez les objets de la haine de toutes les nations Ă  cause de mon nom.” (Matthieu 24:9). L’Histoire dĂ©montre que c’est ce qui s’est passĂ© prĂ©cisĂ©ment dans notre vingtiĂšme siĂšcle.
      Pourquoi le Dieu Tout-Puissant permet-il que ses serviteurs subissent des Ă©preuves? Puisque leur mode de vie ne les protĂšge pas des maux courants et qu’il peut mĂȘme faire d’eux des ‘objets de haine’, on peut se demander s’il est vraiment le meilleur qui soit. Apporte-t-il des bienfaits qui compensent, qui excĂšdent mĂȘme les peines subies? Se pourrait-il qu’il y ait plus de bonheur Ă  endurer certaines Ă©preuves qu’à les Ă©viter? Qu’est-ce qui nous permettra de supporter victorieusement les difficultĂ©s les plus grandes? La rĂ©ponse Ă  ces questions nous aidera et nous affermira beaucoup.
      QUI EST LE VRAI RESPONSABLE?
      Il ne faut jamais oublier que notre PĂšre cĂ©leste n’est pas responsable de la souffrance. Ce n’est pas lui qui a introduit le pĂ©chĂ© dans le monde, mais un de ses fils spirituels qui s’est rebellĂ© dĂ©libĂ©rĂ©ment contre son CrĂ©ateur, se faisant ainsi Satan, c’est-Ă -dire opposant au TrĂšs-Haut. InfluencĂ© par lui, le premier couple humain, Adam et Ève, a violĂ© volontairement la loi divine et s’est attirĂ© la condamnation de Dieu et la mort (GenĂšse 3:1-19; Jean 8:44). Adam ayant perdu sa perfection, tous ses descendants sont nĂ©s dans le pĂ©chĂ© et sont sujets Ă  la maladie, aux infirmitĂ©s, Ă  la vieillesse et Ă  la mort (Romains 5:12). PĂ©cheurs dĂšs la naissance, nous sommes bien loin d’ĂȘtre le genre de personnes que nous voudrions et que nous devrions ĂȘtre. Il nous arrive de blesser les autres involontairement par nos paroles ou nos actes, et d’ajouter ainsi Ă  leurs peines. Il faut donc nous rappeler que Dieu n’est pas responsable des difficultĂ©s causĂ©es par notre imperfection ou par celle de nos semblables. Si sa loi avait Ă©tĂ© respectĂ©e, la maladie, les infirmitĂ©s, la vieillesse et toutes les autres causes de souffrances n’auraient jamais existĂ©.
      Notre PĂšre cĂ©leste n’approuve pas non plus l’extrĂȘme cruautĂ© de l’homme envers son semblable. La Bible dĂ©clare: “Écraser sous les pieds tous les prisonniers du pays, priver un homme de ses droits au mĂ©pris du TrĂšs-Haut, Ă©garer la justice dans les tribunaux, — le Seigneur n’a jamais approuvĂ© ces choses.” (Lamentations 3:34-36, The New English Bible). Ceux qui violent la loi de Dieu en maltraitant leurs semblables devront lui rendre des comptes. “La vengeance est Ă  moi; c’est moi qui paierai de retour, dit JĂ©hovah.” (Romains 12:19). Par consĂ©quent, nous devons veiller Ă  ne pas nous irriter contre notre PĂšre cĂ©leste Ă  cause des souffrances provoquĂ©es par des hommes qui enfreignent dĂ©libĂ©rĂ©ment et effrontĂ©ment sa loi.
      Évidemment, JĂ©hovah Dieu pourrait empĂȘcher Satan, les dĂ©mons, les hommes mĂ©chants et l’imperfection humaine de provoquer toutes sortes de situations pĂ©nibles. Toutefois, puisqu’il permet que mĂȘme ses serviteurs connaissent l’adversitĂ©, il doit avoir de bonnes raisons d’agir ainsi.
      POUR LE BIEN DES “VASES DE MISÉRICORDE”
      Les Écritures expliquent que si Dieu n’est pas intervenu contre les responsables des grandes souffrances qui affligent les humains, c’est dans le but de procurer finalement le plus grand bonheur aux amis de la droiture. Dans sa lettre aux Romains, l’apĂŽtre chrĂ©tien Paul Ă©crivit:
      “Que dirons-nous donc? Y a-t-il de l’injustice chez Dieu? Que ce ne soit jamais le cas! Car il dit Ă  MoĂŻse: ‘J’aurai pitiĂ© de qui j’ai pitiĂ©, et je tĂ©moignerai de la compassion Ă  qui je tĂ©moigne de la compassion.’ Ainsi donc, cela dĂ©pend, non pas de celui qui souhaite ni de celui qui court, mais de Dieu qui a pitiĂ©. Car l’Écriture dit Ă  Pharaon: ‘C’est pour cela mĂȘme que je t’ai laissĂ© subsister, pour faire voir Ă  ton sujet ma puissance, et pour que mon nom soit proclamĂ© par toute la terre.’ Ainsi donc, il a pitiĂ© de qui il veut, mais il laisse s’obstiner qui il veut.
      “Tu vas donc me dire: ‘Qu’a-t-il encore Ă  faire des reproches? Qui a rĂ©sistĂ© en effet Ă  sa volontĂ© formelle?’ Ô homme, vraiment, qui es-tu donc pour rĂ©pliquer Ă  Dieu? Est-ce que l’objet façonnĂ© va dire Ă  celui qui l’a façonnĂ©: ‘Pourquoi m’as-tu fait ainsi?’ — PlaĂźt-il? Est-ce que le potier n’a pas pouvoir sur l’argile pour faire, de la mĂȘme masse, tel vase pour un usage honorable et tel autre pour un usage vulgaire? Si donc Dieu, bien que voulant montrer son courroux et faire connaĂźtre sa puissance, a supportĂ© avec beaucoup de longanimitĂ© des vases de courroux rendus bons pour la destruction, afin de faire connaĂźtre la richesse de sa gloire envers des vases de misĂ©ricorde qu’il a par avance prĂ©parĂ©s pour la gloire, savoir nous qu’il a appelĂ©s non seulement d’entre les Juifs, mais encore d’entre les nations, eh bien quoi?” — Romains 9:14-24.
      Les circonstances que JĂ©hovah peut provoquer ou tolĂ©rer dans la vie des hommes permettent de rĂ©vĂ©ler quelle sorte de “vases” ils sont. Le pharaon Ă  qui JĂ©hovah ordonna, par l’entremise de MoĂŻse et d’Aaron, de libĂ©rer les IsraĂ©lites qu’il tenait en esclavage, continua Ă  s’endurcir contre le TrĂšs-Haut. Plus les plaies s’abattaient sur les Égyptiens, plus ce pharaon s’obstinait dans son refus de laisser les IsraĂ©lites quitter l’Égypte comme un peuple libre. Il se rĂ©vĂ©la donc un ‘vase de courroux’ qui mĂ©ritait la destruction pour avoir dĂ©fiĂ© l’autoritĂ© du Souverain suprĂȘme, JĂ©hovah Dieu. Par la mĂȘme occasion le traitement cruel et injuste qu’il infligea aux IsraĂ©lites prouvait amplement que ceux-ci avaient bien besoin de la misĂ©ricorde et de la compassion de Dieu.
      Notez Ă©galement que, selon l’apĂŽtre Paul, si JĂ©hovah a laissĂ© le pharaon s’obstiner dans son dĂ©fi, c’est parce que son nom Ă©tait impliquĂ©. S’il avait dĂ©truit immĂ©diatement cet orgueilleux monarque, JĂ©hovah Dieu n’aurait pas eu l’occasion de faire connaĂźtre l’ampleur et la diversitĂ© de son pouvoir, comme il l’a fait en humiliant les nombreuses divinitĂ©s Ă©gyptiennes ainsi que les prĂȘtres magiciens. Les dix plaies et la destruction du pharaon et de son armĂ©e dans la mer Rouge, point culminant de l’action de Dieu, furent une dĂ©monstration tellement grandiose de la puissance divine que les nations d’alentour en parlaient encore des annĂ©es plus tard. Ainsi le nom de JĂ©hovah fut proclamĂ© par toute la terre, ce qui contribua Ă  sa gloire et Ă  son honneur et incita les humains sincĂšres Ă  reconnaĂźtre sa suprĂ©matie. — JosuĂ© 2:10, 11; I Samuel 4:8.
      Les IsraĂ©lites, tels des “vases de misĂ©ricorde”, profitĂšrent assurĂ©ment de cette action du TrĂšs-Haut. En tolĂ©rant l’oppression des IsraĂ©lites puis en y mettant fin par une splendide dĂ©monstration de puissance, Dieu leur permit de mieux le connaĂźtre. Il leur donna un aperçu de sa grandeur comme cela n’aurait jamais Ă©tĂ© possible autrement. Bien que pĂ©nibles, les Ă©vĂ©nements que les IsraĂ©lites vĂ©curent en Égypte auraient certainement dĂ» les aider Ă  comprendre Ă  quel point il Ă©tait important d’exercer la foi dans le pouvoir salvateur de Dieu et d’éprouver pour lui une crainte salutaire. C’était indispensable s’ils voulaient continuer Ă  mener une vie qui leur apporterait le bonheur, la sĂ©curitĂ©, la paix et la santĂ©. — DeutĂ©ronome 6:1-24; 28:1-68.
      Tout comme l’inclination du cƓur des hommes a Ă©tĂ© rendue manifeste Ă  cette Ă©poque-lĂ , de mĂȘme les Ă©preuves que Dieu permet que nous subissions aujourd’hui rĂ©vĂšlent si nous le servons avec de bons mobiles. Satan, l’adversaire de Dieu, prĂ©tend en effet que ceux qui font la volontĂ© divine agissent surtout par Ă©goĂŻsme. Voici ce qu’il dĂ©clara au sujet du fidĂšle Job: “Tout ce qu’un homme a, il le donnera pour son Ăąme. Pour changer, avance ta main, s’il te plaĂźt, et touche jusqu’à son os et Ă  sa chair, et vois s’il ne te maudit pas Ă  ta face.” (Job 2:4, 5). En endurant fidĂšlement les souffrances, nous rĂ©futons l’accusation de Satan et nous participons Ă  la justification du beau nom de notre PĂšre cĂ©leste qui, lui, a confiance en ses fidĂšles serviteurs. Mais que dire si JĂ©hovah permet Ă  Satan d’utiliser ses instruments pour infliger aux vrais chrĂ©tiens des traitements qui les rendent infirmes ou provoquent leur mort? Si des chrĂ©tiennes sont violĂ©es ou subissent d’autres agressions tout aussi abominables? Évidemment, ce sont lĂ  des choses rĂ©voltantes, mais rappelons-nous qu’il n’est rien que notre PĂšre cĂ©leste ne puisse entiĂšrement rĂ©parer en temps voulu. C’est pourquoi il peut parfois juger bon de permettre que l’épreuve aille jusqu’à de telles extrĂ©mitĂ©s. GrĂące Ă  leur fidĂ©litĂ©, mĂȘme jusqu’à la mort, les serviteurs de Dieu ont ainsi la possibilitĂ© de dĂ©montrer de façon incontestable qu’ils lui vouent un attachement sincĂšre.
      Aussi surprenant que cela puisse paraĂźtre Ă  certains, les Ă©preuves que nous subissons, qu’elles aient des causes naturelles ou qu’elles soient dues Ă  la persĂ©cution peuvent malgrĂ© tout nous faire progresser sur le plan individuel. C’est ce que fait remarquer l’apĂŽtre Pierre. AprĂšs avoir dit que les chrĂ©tiens sont “sauvegardĂ©s par la puissance de Dieu” pour que leur salut dĂ©finitif soit assurĂ©, il ajoute:
      “En cette chose vous vous rĂ©jouissez grandement, bien que vous soyez actuellement affligĂ©s, s’il le faut, pour un peu de temps, par diverses Ă©preuves, afin que la valeur Ă©prouvĂ©e de votre foi, beaucoup plus prĂ©cieuse que l’or qui est pĂ©rissable quoique Ă©prouvĂ© par le feu, soit trouvĂ©e sujet de louange, de gloire et d’honneur lors de la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus Christ.” — I Pierre 1:5-7.
      Comme Pierre l’admet lui-mĂȘme, il n’est nullement agrĂ©able de souffrir. Nous sommes certainement “affligĂ©s” lorsque nous subissons des Ă©preuves, et pourtant il est possible, en mĂȘme temps, de nous rĂ©jouir. Pourquoi? Cette joie vient en partie de ce que nous sommes conscients des bienfaits spirituels qui dĂ©coulent de l’endurance victorieuse des souffrances. Quels sont ces bienfaits spirituels?
      LES SOUFFRANCES AFFINENT LA FOI
      L’apĂŽtre Pierre compare l’effet des Ă©preuves sur la foi d’un chrĂ©tien Ă  l’affinage de l’or par le feu. Dans cette opĂ©ration, on obtient de l’or fin par l’élimination des scories. La valeur bien supĂ©rieure de cet or affinĂ© justifie certainement l’utilisation de ce procĂ©dĂ©. Pourtant, comme le fait remarquer Pierre, mĂȘme l’or Ă©prouvĂ© par le feu est pĂ©rissable. Il peut s’user ou ĂȘtre dĂ©truit d’une façon ou d’une autre. Il n’en va pas de mĂȘme de la foi Ă©prouvĂ©e. La vraie foi ne peut ĂȘtre dĂ©truite.
      Pour obtenir l’approbation divine, nous devons absolument possĂ©der une telle foi. La Bible dĂ©clare: “Sans la foi il est impossible de lui plaire [Ă  Dieu].” (HĂ©breux 11:6). La foi dont la sincĂ©ritĂ© est dĂ©montrĂ©e dans l’épreuve a vraiment beaucoup plus de valeur que l’or fin, car notre avenir Ă©ternel en fait partie.
      Mais comment les Ă©preuves affinent-elles la foi au point qu’elle “soit trouvĂ©e sujet de louange, de gloire et d’honneur lors de la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus Christ”? 
      En voici plusieurs façons.

      Si notre foi est solide, elle nous rĂ©confortera et nous soutiendra quand nous subirons une Ă©preuve. Ayant passĂ© victorieusement cette Ă©preuve, nous serons plus forts pour faire face Ă  d’autres difficultĂ©s Ă©ventuelles. L’expĂ©rience nous aura montrĂ© ce que notre foi peut faire pour nous.
      D’autre part, une certaine Ă©preuve peut rĂ©vĂ©ler un dĂ©faut particulier de la personnalitĂ© du chrĂ©tien, par exemple l’orgueil, l’entĂȘtement, l’impatience ou encore l’amour du monde, du luxe ou des plaisirs. Ces traits viennent en fait d’un manque de foi. En effet, ils montrent que ce chrĂ©tien ne se soumet pas totalement Ă  la direction de Dieu et Ă  sa volontĂ© Ă  son Ă©gard. Il n’est pas convaincu que son PĂšre cĂ©leste sait mieux que quiconque ce qui lui procurera le bonheur ni qu’on est toujours bĂ©ni quand on suit la direction divine (HĂ©breux 3:12, 13). Quand les Ă©preuves rĂ©vĂšlent au chrĂ©tien ses faiblesses, il se rend compte qu’il doit affermir sa foi s’il veut rester un serviteur approuvĂ© du TrĂšs-Haut.
      Par consĂ©quent, si un Ă©vĂ©nement particulier rĂ©vĂšle que notre foi prĂ©sente une faille, nous pouvons nous examiner et dĂ©cider quelle correction apporter. Il serait bien que nous nous posions ces questions: “Pourquoi ma foi est-elle faible? Est-ce que je nĂ©glige l’étude et la mĂ©ditation de la Parole de Dieu? Est-ce que je saisis toutes les occasions qui me sont offertes de me rĂ©unir avec mes frĂšres chrĂ©tiens afin de m’affermir grĂące Ă  la dĂ©claration de leur foi? Ai-je tendance Ă  trop compter sur moi-mĂȘme au lieu de me dĂ©charger sur JĂ©hovah Dieu de tous mes soucis et de toutes mes ‘inquiĂ©tudes’? Est-ce que je prie JĂ©hovah du fond du cƓur chaque jour?” Une fois que nous aurons dĂ©terminĂ© dans quels domaines il nous faut progresser, faisons de grands efforts pour effectuer les changements nĂ©cessaires dans notre vie quotidienne, afin de fortifier notre foi.
      Si nous recherchons la direction de Dieu et attendons patiemment et avec foi qu’il nous indique le moyen d’ĂȘtre soulagĂ©s de nos Ă©preuves, nous ferons en sorte que ces circonstances pĂ©nibles nous aident Ă  devenir de meilleurs serviteurs du TrĂšs-Haut. Alors, notre foi sera vraiment “trouvĂ©e sujet de louange, de gloire et d’honneur lors de la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus Christ”. Le Fils de Dieu ‘louera’ ou fera l’éloge de notre foi. Il nous rĂ©compensera largement Ă  cause de celle-ci, nous accordant ainsi la “gloire”. Il nous fera l’“honneur” de nous reconnaĂźtre comme ses disciples devant JĂ©hovah Dieu et devant les anges (comparez avec Matthieu 10:32; Luc 12:8; 18:8). Cela signifiera que nous aurons devant nous la perspective de vivre Ă©ternellement et heureux. Mais que pouvons-nous faire pour ne pas faiblir dans la foi quand nous passons par de dures Ă©preuves?
      COMMENT RÉAGIR FACE À L’ÉPREUVE
      Il nous sera plus facile d’endurer avec succĂšs de pĂ©nibles Ă©preuves si nous reconnaissons qu’elles sont temporaires. L’affinage de l’or a un commencement et une fin. De mĂȘme, aucune peine ne durera indĂ©finiment. Si nous gardons prĂ©sente dans notre cƓur la promesse divine de la vie Ă©ternelle sans maladie, ni cri, ni douleur, alors mĂȘme la pire de toutes les souffrances dans le prĂ©sent systĂšme sera Ă  nos yeux “momentanĂ©e et lĂ©gĂšre”. (II Corinthiens 4:17.) Pensez Ă  l’époque oĂč “l’on ne se remĂ©morera pas les choses prĂ©cĂ©dentes, et [oĂč] elles ne monteront pas au cƓur”. (ÉsaĂŻe 65:17.) Qu’il est merveilleux de savoir qu’il ne restera mĂȘme pas un mauvais souvenir de ces moments difficiles!Et puis, il est rare d’avoir Ă  subir quotidiennement de grandes souffrances de la part des hommes. D’ailleurs, notre bonne conduite ne donne guĂšre de raisons aux gens de nous faire du mal. Comme les autoritĂ©s gouvernementales ont la responsabilitĂ© de faire respecter la loi et l’ordre, elles peuvent mĂȘme louer les serviteurs de JĂ©hovah pour leur obĂ©issance aux lois. De nos jours, mĂȘme des gens hostiles aux chrĂ©tiens ont dĂ» faire la mĂȘme constatation que les ennemis de Daniel, fidĂšle prophĂšte de Dieu; ceux-ci dĂ©clarĂšrent: “Nous ne trouverons dans ce Daniel aucun prĂ©texte, Ă  moins qu’il ne nous faille en trouver contre lui dans la loi de son Dieu.” Oui Daniel Ă©tait “digne de confiance et (...) aucune nĂ©gligence ni chose malhonnĂȘte ne fut trouvĂ©e en lui”. (Daniel 6:4, 5.) En gĂ©nĂ©ral, il n’y a aucune raison pour qu’à elle seule la bonne conduite du chrĂ©tien lui vaille l’hostilitĂ© de ses semblables. C’est peut-ĂȘtre pourquoi l’apĂŽtre Pierre soulĂšve la question suivante: “Et en effet qui vous fera du mal si vous devenez zĂ©lĂ©s pour le bien?” — I Pierre 3:13.
      Mais, par cette question, il se peut que l’apĂŽtre ait plutĂŽt voulu dire: “Qui peut vraiment faire du mal Ă  un chrĂ©tien dont la voie est droite?” Personne ne peut nous infliger de mauvais traitements indĂ©finiment. JĂ©sus Christ dĂ©clara en effet Ă  ses disciples: “Ne craignez pas ceux qui tuent le corps mais qui ne peuvent tuer l’ñme; mais craignez plutĂŽt celui qui peut dĂ©truire et l’ñme et le corps dans la GĂ©henne.” (Matthieu 10:28). Oui, les hommes peuvent aller jusqu’à nous tuer, mais ils sont incapables de nous priver du droit de vivre en tant qu’ñmes. Le Dieu TrĂšs-Haut, par l’entremise de son Fils, a le pouvoir de rendre la vie Ă  ses fidĂšles serviteurs et c’est ce qu’il fera. Seul JĂ©hovah peut nous ĂŽter pour toujours le droit Ă  la vie en nous livrant Ă  la mort Ă©ternelle, sans espoir de rĂ©surrection.
       L’apĂŽtre Pierre pouvait donc dire Ă  ses frĂšres chrĂ©tiens: “Et mĂȘme si vous souffrez pour la justice, heureux ĂȘtes-vous. Cependant ne craignez pas l’objet de leur crainte, et ne vous laissez pas Ă©mouvoir.” — I Pierre 3:14.
      Nous pouvons ĂȘtre heureux si nous souffrons “pour la justice, car nous avons alors une conscience pure vis-Ă -vis de Dieu et des hommes. Nous souffrons pour une juste cause. Nous retirons une satisfaction et une paix profondes de savoir que nous sommes agrĂ©ables au TrĂšs-Haut. Toutefois, comme le fait remarquer l’apĂŽtre, cela n’est possible que si nous ne cĂ©dons pas Ă  la peur. Pierre parle peut-ĂȘtre ici de la peur que peuvent nous inspirer nos persĂ©cuteurs, Ă  moins qu’il ne s’agisse de la peur qu’éprouvent les persĂ©cuteurs eux-mĂȘmes. Par exemple, comme ils ne croient pas que JĂ©hovah Dieu ressuscitera les morts par l’entremise du Christ, les ennemis des vrais chrĂ©tiens redoutent une mort prĂ©maturĂ©e (HĂ©breux 2:14, 15). Mais nous, qui sommes serviteurs de Dieu, nous ne partageons pas la crainte des non-croyants, car nous avons Ă©tĂ© affranchis de la peur d’une telle mort et nous savons que notre PĂšre cĂ©leste ne nous abandonnera jamais. Par consĂ©quent, nous ne devrions pas nous laisser â€œĂ©mouvoir” au point, par exemple, de nous Ă©lever avec colĂšre contre nos persĂ©cuteurs.
      Que faire s’il nous arrivait d’ĂȘtre convoquĂ©s devant les autoritĂ©s gouvernementales et interrogĂ©s sur un ton dur et mĂ©prisant? Nous ne voudrons jamais rendre la pareille. Sachant que Dieu nous soutient, nous aurons de la hardiesse, sans pour autant nous croire autorisĂ©s Ă  adopter une attitude agressive ou arrogante (comparez avec Actes 4:5-20). L’apĂŽtre nous donne ce conseil: “Dans vos cƓurs, sanctifiez comme Seigneur le Christ, Ă©tant toujours prĂȘts Ă  la dĂ©fense devant quiconque vous demande la raison de l’espĂ©rance qui est en vous, tout en le faisant avec douceur et un profond respect.” (I Pierre 3:15). Si, au lieu de tenir compte de cette exhortation, nous nous montrions au contraire mĂ©prisants et irrespectueux, ce ne serait plus pour la justice que nous souffririons. Les autoritĂ©s s’estimeraient alors en droit de prendre des mesures contre nous pour insoumission et manque de respect. Dans le monde, les gens laissent Ă©clater leur irritation, leur colĂšre et leur rancune quand ils estiment que leurs droits sont lĂ©sĂ©s, mais le chrĂ©tien, lui, n’agit pas ainsi.
      Dans de telles circonstances, nous devons, comme nous le conseille l’apĂŽtre, penser Ă  notre Seigneur et MaĂźtre et nous souvenir de l’exemple qu’il nous a donnĂ©. Nous veillerons Ă  accorder Ă  JĂ©sus Christ le plus grand respect et Ă  lui rĂ©server une place sacrĂ©e dans nos cƓurs. Étant ses disciples, nous voudrons rĂ©pondre Ă  n’importe quelle autoritĂ© qui nous interroge comme si nous nous trouvions en la prĂ©sence mĂȘme de notre Seigneur. Nous devrions prĂ©senter les raisons de notre attitude chrĂ©tienne respectueusement et calmement.
      UNE HEUREUSE INFLUENCE SUR NOS ADVERSAIRES
       En endurant fidĂšlement les souffrances, nous pouvons aussi rĂ©duire au silence nos adversaires. C’est lĂ  une pensĂ©e qui, selon l’apĂŽtre Pierre, nous encouragera Ă  garder une conscience pure. Il dĂ©clare: “Gardez une bonne conscience, afin que, sur le point mĂȘme oĂč l’on parle contre vous, soient pris de honte ceux qui dĂ©crient votre bonne conduite pour ce qui est de Christ.” (I Pierre 3:16). En observant la patience des serviteurs de Dieu qui ne se plaignent pas, des gens hostiles peuvent se sentir honteux de les avoir calomniĂ©s. Cela est particuliĂšrement vrai lorsque nous traitons nos ennemis avec bontĂ©. — Romains 12:19-21.
      Le fait que l’endurance fidĂšle dans les Ă©preuves pour la justice produit de tels bienfaits, vient appuyer les paroles suivantes de Pierre: “Car mieux vaut souffrir parce qu’on fait le bien, si le veut la volontĂ© de Dieu, que parce qu’on fait le mal.” (I Pierre 3:17). Quel mĂ©rite y aurait-il, en effet, Ă  souffrir parce qu’on a volĂ©, escroquĂ©, fraudĂ© le fisc ou dĂ©fiĂ© l’autoritĂ© Ă  cause d’un sentiment de piĂ©tĂ© mal compris ou d’un zĂšle intempestif? Celui qui serait puni pour de telles actions ne pourrait que jeter l’opprobre sur lui-mĂȘme et sur ses compagnons dans la foi. Mais si un chrĂ©tien supporte avec patience les mauvais traitements qui lui sont infligĂ©s injustement, certains seront impressionnĂ©s en se rendant compte qu’une force soutient les vrais adorateurs, tandis que ceux qui portent de faux tĂ©moignages sur les vĂ©ritĂ©s divines et sur leurs dĂ©fenseurs pourront ĂȘtre rĂ©duits au silence. Puisque Dieu permet que le chrĂ©tien subisse des Ă©preuves, c’est Ă  juste titre que Pierre pouvait dire: “Si le veut la volontĂ© de Dieu.”
      COMME JÉSUS, NOUS SERONS RÉCOMPENSÉS
      Le cas de JĂ©sus illustre bien comment on peut recevoir de grandes bĂ©nĂ©dictions en restant fidĂšle dans les souffrances. Étant sans pĂ©chĂ©, il ne fit rien qui justifiĂąt les mauvais traitements dont il fut victime. Cependant, parce qu’il supporta les Ă©preuves jusqu’à mourir d’une mort ignominieuse sur un poteau, il en rĂ©sulta pour nous de merveilleux bienfaits, et pour lui, une grande rĂ©compense. L’apĂŽtre Pierre Ă©crivit:
      “En effet, le Christ lui-mĂȘme est mort une fois pour toutes en ce qui concerne les pĂ©chĂ©s, un juste pour des injustes, afin de vous mener Ă  Dieu, ayant Ă©tĂ© mis Ă  mort dans la chair, mais ayant Ă©tĂ© rendu Ă  la vie dans l’esprit. C’est dans cet Ă©tat qu’il est mĂȘme allĂ© prĂȘcher aux esprits en prison, qui jadis avaient Ă©tĂ© dĂ©sobĂ©issants quand la patience de Dieu attendait, aux jours de NoĂ©, pendant que se construisait l’arche, dans laquelle peu de gens, c’est-Ă -dire huit Ăąmes, furent transportĂ©s sains et saufs Ă  travers l’eau.” — I Pierre 3:18-20.
      Comme JĂ©sus resta absolument intĂšgre dans l’épreuve, il put donner sa vie en sacrifice humain parfait. Ainsi, sa mort prĂ©para la voie pour “mener Ă  Dieu” des humains, pour les rĂ©concilier avec le TrĂšs-Haut et pour leur offrir la perspective de la vie Ă©ternelle. Étant donnĂ© que nous retirons de si grands bienfaits du sacrifice du Christ, ne devrions-nous pas ĂȘtre disposĂ©s Ă  suivre son exemple et Ă  souffrir pour la justice?
      En outre, comme dans le cas de JĂ©sus, nous pouvons ĂȘtre certains que notre endurance fidĂšle sera bĂ©nie. Le fait que JĂ©sus a Ă©tĂ© “rendu Ă  la vie dans l’esprit”, c’est-Ă -dire qu’il a Ă©tĂ© ressuscitĂ© pour une vie spirituelle, constitue une garantie absolue que ses disciples aussi retrouveront la vie. — I Corinthiens 15:12-22.
       Étant sorti victorieux grĂące Ă  son endurance fidĂšle, le Fils de Dieu, dĂ©sormais crĂ©ature spirituelle, pouvait proclamer un message de condamnation aux “esprits en prison”. Puisque ces esprits dĂ©sobĂ©irent Ă  l’époque de NoĂ©, il doit s’agir des fils angĂ©liques de Dieu qui quittĂšrent leur rĂ©sidence originelle dans les cieux pour se marier avec des femmes (GenĂšse 6:1-4). Ils sont appelĂ©s des “esprits en prison” parce que leur chĂątiment inclut certaines restrictions qui leur interdisent dĂ©finitivement de reprendre leur place parmi les anges fidĂšles. Jude confirme que ces anges dĂ©chus ne pouvaient recevoir qu’une sentence de condamnation; il dit: “Les anges qui n’ont pas gardĂ© leur position originelle, mais ont abandonnĂ© leur propre demeure. [Dieu] les a rĂ©servĂ©s dans des liens Ă©ternels, sous l’obscuritĂ© Ă©paisse, pour le jugement du grand jour.” (Jude 6). C’est son endurance fidĂšle jusqu’à la mort qui valut Ă  JĂ©sus d’ĂȘtre ressuscitĂ© et de pouvoir ainsi prĂȘcher ou proclamer une sentence de condamnation contre les anges dĂ©chus.
       
       Ce message de destruction adressĂ© aux esprits mĂ©chants devrait nous encourager Ă  endurer fidĂšlement quand nous rencontrons des Ă©preuves. Pourquoi? Parce que ce sont ces forces spirituelles mĂ©chantes qui contribuent dans une grande mesure Ă  attiser l’hostilitĂ© des humains Ă©loignĂ©s de Dieu envers les disciples de JĂ©sus Christ. La Bible dĂ©clare: “Le dieu de ce systĂšme de choses a aveuglĂ© l’esprit des incrĂ©dules, de peur que ne les Ă©claire l’éclatante lumiĂšre de la glorieuse bonne nouvelle au sujet du Christ, qui est l’image de Dieu.” (II Corinthiens 4:4). “Pour nous [les chrĂ©tiens] la lutte n’est pas contre le sang et la chair, mais contre les gouvernements, contre les autoritĂ©s, contre les chefs mondiaux de ces tĂ©nĂšbres, contre les forces spirituelles mĂ©chantes qui sont dans les lieux cĂ©lestes.” (ÉphĂ©siens 6:12; voir aussi RĂ©vĂ©lation 16:13, 14). Si donc JĂ©sus Christ ressuscitĂ© a pu prĂȘcher un message de condamnation aux esprits mauvais, nous pouvons ĂȘtre sĂ»rs qu’un jour leur influence haineuse sera rĂ©duite Ă  nĂ©ant (comparez avec Marc 1:23, 24). Quel merveilleux soulagement ce sera alors!
      Non seulement JĂ©sus Christ a Ă©tĂ© relevĂ© d’entre les morts comme un serviteur approuvĂ© de Dieu, ce qui lui a permis de condamner les anges rebelles, mais il a aussi Ă©tĂ© Ă©levĂ© Ă  une haute position. L’apĂŽtre Pierre nous dit: “Il est Ă  la droite de Dieu, car il est allĂ© au ciel; et anges, et autoritĂ©s, et puissances lui ont Ă©tĂ© soumis.” (I Pierre 3:22). Ces paroles sont tout Ă  fait conformes Ă  celles de JĂ©sus lui-mĂȘme qui, aprĂšs sa rĂ©surrection d’entre les morts, dĂ©clara: “Tout pouvoir m’a Ă©tĂ© donnĂ© dans le ciel et sur la terre.” (Matthieu 28:18). Bien des hommes ont acceptĂ© de souffrir et de mourir au service de chefs humains infiniment moins puissants que JĂ©sus. Ils considĂ©raient comme un grand honneur de servir ainsi un roi ou une reine. À combien plus forte raison devrions-nous nous sentir honorĂ©s de pouvoir endurer des Ă©preuves Ă  cause de notre fidĂ©litĂ© Ă  notre Roi cĂ©leste, JĂ©sus Christ!
      IMITEZ JÉSUS CHRIST
      Quand vous ĂȘtes affligĂ©, prenez toujours pour modĂšle le Fils de Dieu. L’apĂŽtre Ă©crit: “Puisque Christ a souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la mĂȘme disposition d’esprit, parce que celui qui a souffert dans la chair a rompu avec les pĂ©chĂ©s, afin de vivre le reste de son temps dans la chair, non plus pour les dĂ©sirs des hommes, mais pour la volontĂ© de Dieu.” — I Pierre 4:1, 2.
      Quelle Ă©tait la disposition d’esprit de JĂ©sus? Il supporta humblement toutes les attaques verbales et physiques et subit finalement une mort douloureuse sur un poteau. En refusant de rendre la pareille, le Fils de Dieu accomplit ces paroles prophĂ©tiques: “Comme une brebis il a Ă©tĂ© menĂ© Ă  l’abattage, et, comme un agneau qui est sans voix devant celui qui le tond, ainsi il n’ouvre pas la bouche.” — Actes 8:32; ÉsaĂŻe 53:7.
      Étant serviteurs du TrĂšs-Haut, nous voudrons endurer de la mĂȘme façon les souffrances, sans cĂ©der Ă  un esprit de rĂ©bellion ou de vengeance. Si nous menacions ceux qui nous persĂ©cutent ou cherchions des occasions de leur faire du mal, nous montrerions que nous sommes encore esclaves des passions de la chair imparfaite. Si nous endurons des souffrances de la part des hommes, ce devrait ĂȘtre uniquement parce que nous refusons de suivre les voies Ă©goĂŻstes du monde (Jean 15:19, 25). C’est ainsi que nous pouvons dĂ©montrer par notre attitude d’esprit, nos paroles et nos actions que nous vivons "non plus pour les dĂ©sirs des hommes, mais pour la volontĂ© de Dieu".
      UNE RAISON D’ÊTRE HEUREUX
       
      Au premier siĂšcle de notre Ăšre, la foule idolĂątre ne subissait pas de persĂ©cutions religieuses. Par contre, quiconque embrassait le christianisme devenait un objet de haine. Ce devait ĂȘtre une expĂ©rience Ă©trange, dĂ©concertante mĂȘme. VoilĂ  qui Ă©tait bien loin des bĂ©nĂ©dictions promises Ă  ceux qui acceptaient la “bonne nouvelle”. Ces chrĂ©tiens avaient grand besoin d’acquĂ©rir le bon point de vue sur cette question. Aussi les paroles suivantes de l’apĂŽtre Pierre leur furent-elles certainement d’un grand secours:
      “Bien-aimĂ©s, ne vous laissez pas dĂ©concerter par l’incendie qui est au milieu de vous et qui vous advient pour servir d’épreuve, comme s’il vous arrivait quelque chose d’étrange. Bien au contraire, continuez Ă  vous rĂ©jouir puisque vous avez part aux souffrances du Christ, pour que vous vous rĂ©jouissiez et frĂ©missiez aussi de joie durant la rĂ©vĂ©lation de sa gloire. Si l’on vous outrage pour le nom de Christ, heureux ĂȘtes-vous, car l’esprit de gloire, oui, l’esprit de Dieu repose sur vous.” — I Pierre 4:12-14
       Ne soyons pas dĂ©concertĂ©s si le malheur nous frappe, mais considĂ©rons plutĂŽt que cela nous prĂ©pare Ă  recevoir les bĂ©nĂ©dictions qui accompagneront la rĂ©vĂ©lation de noootre MaĂźtre. Pierre compare les souffrances Ă  un “incendie”. En effet, de mĂȘme que les mĂ©taux sont affinĂ©s par le feu, de mĂȘme Dieu permet que ses serviteurs soient affinĂ©s ou purifiĂ©s par les tribulations. Évidemment, Dieu ne nous a pas faits pĂ©cheurs, mais comme nous le sommes, il peut permettre que nous endurions des souffrances dans le but de nous purifier. Elles peuvent nous rendre meilleurs, plus humbles et plus comprĂ©hensifs Ă  l’égard de nos semblables. En outre, quand nous avons nous-mĂȘmes subi de cruelles Ă©preuves, nos paroles de rĂ©confort et d’encouragement ont beaucoup plus de poids. Ceux que nous consolons savent que nous comprenons ce par quoi ils sont en train de passer.
       Puisque le Fils de Dieu a souffert, les tourments que nous subissons confirment que nous sommes bien ses disciples et que nous demeurons en union avec lui. JĂ©sus dit Ă  ses apĂŽtres: “Rappelez-vous la parole que je vous ai dite: Un esclave n’est pas plus grand que son maĂźtre. S’ils m’ont persĂ©cutĂ©, ils vous persĂ©cuteront aussi.” (Jean 15:20). Lorsque nous sommes persĂ©cutĂ©s pour les mĂȘmes raisons que notre MaĂźtre et que nous souffrons comme lui pour la justice, nous ‘avons part aux souffrances du Christ’. Tout comme sa fidĂ©litĂ© lui valut d’ĂȘtre rĂ©compensĂ© par son PĂšre cĂ©leste, de mĂȘme notre endurance fidĂšle dans les Ă©preuves nous donne l’assurance que nous serons approuvĂ©s lors de la rĂ©vĂ©lation du Fils de Dieu. Nous dĂ©borderons certainement de joie quand Dieu nous accordera la vie Ă©ternelle dans un nouvel ordre de choses oĂč toutes les causes actuelles de chagrin auront disparu.
      Comme le dĂ©clare Ă©galement Pierre, ĂȘtre outragĂ© pour le nom de Christ, c’est-Ă -dire parce que l’on est son disciple, devrait ĂȘtre une source de joie. Cela prouve que ceux que l’on diffame ainsi possĂšdent l’esprit de Dieu, oui, le bel “esprit de gloire” qui Ă©mane de Dieu. Puisque cet esprit est saint, il ne peut reposer que sur des personnes qui sont pures du point de vue de Dieu.
      C’est pourquoi il est trĂšs important de faire en sorte qu’aucune mauvaise action de notre part ne soit la cause des souffrances que nous subissons. L’apĂŽtre Pierre fait cette exhortation: “Mais qu’aucun de vous ne souffre comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme quelqu’un qui se mĂȘle des affaires d’autrui.” — Celui qui prĂ©tend ĂȘtre chrĂ©tien et qui commet une mauvaise action contre son semblable ne doit pas s’attendre Ă  Ă©chapper Ă  la punition (comparez avec Actes 25:11). Ce chĂątiment jettera l’opprobre non seulement sur ce chrĂ©tien, mais aussi sur toute la famille spirituelle et sur le nom de Christ. Il n’en retirera pas de la joie, mais de la honte.
      Celui qui se mĂȘle des affaires d’autrui peut se rendre haĂŻssable. Le mot grec utilisĂ© par Pierre montre bien comment on peut en arriver Ă  agir ainsi, car il signifie littĂ©ralement “surveillant de ce qui appartient Ă  un autre”. Ayant acquis une certaine connaissance des Écritures, un chrĂ©tien pourrait se croire capable de dire aux gens du monde comment gĂ©rer leurs affaires. Il avancera peut-ĂȘtre son point de vue personnel sur la tenue vestimentaire, les distractions, la façon de se nourrir, de discipliner les enfants, de rĂ©gler les problĂšmes conjugaux et sexuels, etc. Quand il s’immisce dans la vie privĂ©e des autres, sans y ĂȘtre invitĂ©, leur disant ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire, il cherche Ă  devenir le “surveillant” de leurs affaires, ce qui les irrite gĂ©nĂ©ralement. Quelqu’un dira peut-ĂȘtre carrĂ©ment Ă  cet importun de se mĂȘler de ses affaires. Il se peut aussi qu’il essuie des coups de la part de personnes qui sont furieuses de le voir s’ingĂ©rer dans leur vie privĂ©e. Cet homme, qui se mĂȘle d’affaires qui ne le regardent pas, s’attire des ennuis et dĂ©nature le christianisme et son message auprĂšs des gens du dehors. Évidemment, mĂȘme au sein de la congrĂ©gation, il n’y a pas de place pour ce genre d’individus. — Comparez avec 1TimothĂ©e 5:13.
      Celui qui est dĂ©noncĂ© publiquement comme un dĂ©linquant ou comme quelqu’un qui se mĂȘle des affaires d’autrui, celui-lĂ  est un objet de honte. En revanche, celui qui souffre parce qu’il est chrĂ©tien en est honorĂ©. Pierre Ă©crit: “S’il souffre comme chrĂ©tien, qu’il n’ait pas de honte, mais qu’il continue Ă  glorifier Dieu en ce nom.” (I Pierre 4:16). Quand nous sommes persĂ©cutĂ©s Ă  cause de notre mode de vie chrĂ©tien et que nous supportons l’épreuve patiemment, sans nous plaindre, le TrĂšs-Haut est glorifiĂ©. Cela prouve que ce que nous possĂ©dons en tant que chrĂ©tiens, — de prĂ©cieuses relations avec Dieu et avec le Christ, une conscience pure, le bonheur spirituel et une ferme espĂ©rance pour l’avenir, — tout cela est un trĂ©sor de grande valeur. Nous dĂ©montrons que nous sommes disposĂ©s Ă  souffrir et, s’il le faut, Ă  mourir pour ce trĂ©sor, et le Dieu que nous servons de tout cƓur en est glorifiĂ©. Par contre, si nous cĂ©dions aux pressions et reniions notre foi, nous dĂ©shonorerions son nom. Ceux qui nous observent pourraient alors douter sĂ©rieusement qu’ĂȘtre disciple de JĂ©sus Christ est vraiment un grand trĂ©sor. — Comparez avec ÉphĂ©siens 3:13; II Corinthiens 6:3-10.
      UNE FORME DE DISCIPLINE
      Nous avons vu que JĂ©hovah Dieu, qui est tout-puissant, pourrait Ă©pargner aux chrĂ©tiens des souffrances injustifiĂ©es, mais qu’il les tolĂšre pour de bonnes raisons. Cependant, le TrĂšs-Haut n’abandonne jamais ses serviteurs. L’apĂŽtre Pierre dĂ©veloppe cette pensĂ©e en disant:
      “C’est en effet le temps fixĂ© oĂč le jugement commence par la maison de Dieu. Or, s’il commence par nous, quelle sera la fin de ceux qui n’obĂ©issent pas Ă  la bonne nouvelle de Dieu? ‘Et si le juste est sauvĂ© avec difficultĂ©, oĂč paraĂźtront l’impie et le pĂ©cheur?’ Ainsi donc, que ceux qui souffrent selon la volontĂ© de Dieu continuent Ă  confier leur Ăąme Ă  un CrĂ©ateur fidĂšle, tout en faisant le bien.” — I Pierre 4:17-19.
      En tant que “maison de Dieu”, la congrĂ©gation chrĂ©tienne a Ă©tĂ© fondĂ©e en l’an 33. Depuis lors, ses membres sont en train d’ĂȘtre jugĂ©s par Dieu. La façon dont ils se plient Ă  sa volontĂ©, leur attitude d’esprit, leurs paroles et leurs actions face Ă  tout ce que JĂ©hovah Dieu permet qu’il leur arrive, sont autant de choses qui influeront beaucoup sur le verdict final de JĂ©hovah. Parfois, Dieu tolĂšre qu’ils soient Ă©prouvĂ©s trĂšs sĂ©vĂšrement. Mais il peut faire en sorte que la persĂ©cution constitue une forme de discipline pour le bien de son peuple. — HĂ©breux 12:4-11; voyez aussi HĂ©breux 4:15, 16, oĂč il est montrĂ© que les souffrances qu’endura JĂ©sus Christ le prĂ©parĂšrent Ă  devenir un grand prĂȘtre compatissant.
       Des hommes dirigĂ©s par Satan peuvent essayer de dĂ©truire notre foi en nous brutalisant. Mais JĂ©hovah est capable de faire Ă©chouer leurs funestes projets. Oui, tout en haĂŻssant lui-mĂȘme ce qui est mauvais, notre PĂšre cĂ©leste peut faire en sorte que ce qui Ă©tait destinĂ© Ă  nous faire du mal s’avĂšre en dĂ©finitive trĂšs utile. Prenez l’exemple de Joseph, le jeune fils de Jacob. Ses demi-frĂšres, qui le haĂŻssaient, le vendirent comme esclave. Pendant des annĂ©es, Joseph connut bien des malheurs; il fut mĂȘme emprisonnĂ© injustement. Pourtant, par la suite, JĂ©hovah Dieu tira avantage de cette situation pour prĂ©server la famille de Jacob. Joseph dĂ©clara Ă  ses demi-frĂšres:
      “À prĂ©sent, ne soyez pas peinĂ©s et ne soyez pas irritĂ©s contre vous-mĂȘmes, de m’avoir vendu pour ici; car c’est pour la prĂ©servation de la vie que Dieu m’a envoyĂ© en avant de vous. Car ceci est la deuxiĂšme annĂ©e de la famine au milieu de la terre, et il y aura encore cinq ans sans labour ni moisson. Aussi Dieu m’a-t-il envoyĂ© en avant de vous afin de mettre, pour vous, sur la terre, un reste et vous garder en vie par une grande Ă©vasion. Ainsi donc, ce n’est pas vous qui m’avez envoyĂ© ici, mais c’est le vrai Dieu, pour m’établir comme pĂšre pour Pharaon et comme seigneur pour toute sa maison et comme quelqu’un qui domine sur tout le pays d’Égypte.” — GenĂšse 45:5-8.
      "Or je dĂ©sire que vous le sachiez, frĂšres: mes affaires ont plutĂŽt tournĂ© au progrĂšs de la bonne nouvelle, si bien que parmi toute la garde prĂ©torienne et parmi tous les autres il est devenu notoire que mes liens ont un rapport avec Christ; et la plupart des frĂšres dans le Seigneur, rendus confiants par mes liens, se montrent d’autant plus courageux Ă  parler sans crainte de la parole de Dieu.” — Philippiens 1:12-14.
       Puisque JĂ©hovah Dieu tolĂšre que ses fidĂšles serviteurs subissent de cruels traitements pour qu’ils soient affinĂ©s et pour qu’ils lui prouvent leur attachement, comment imaginer qu’au dehors de la congrĂ©gation chrĂ©tienne, ou “maison de Dieu”, “l’impie et le pĂ©cheur” puissent “paraĂźtre” devant lui en compagnie du “juste”? Le psalmiste dĂ©clare: “Les mĂ©chants ne se mettront pas debout devant le jugement, ni les pĂ©cheurs dans l’assemblĂ©e des justes.” (Psaume 1:5). Non, les mĂ©chants ne seront pas approuvĂ©s mais condamnĂ©s. Ils n’auront jamais la faveur de Dieu. Eu Ă©gard Ă  tout ce qu’il leur faut affronter dans ce monde, les croyants doivent faire beaucoup d’efforts et manifester une foi et un amour profonds dans la voie de la droiture pour parvenir au salut et Ă  la vie Ă©ternelle. C’est donc “avec difficultĂ©â€ qu’ils acquiĂšrent le salut. Par consĂ©quent, il incombe Ă  chaque membre de la congrĂ©gation chrĂ©tienne (“la maison de Dieu”) de veiller Ă  ne pas devenir “impie” et “pĂ©cheur” en ce “temps fixĂ©â€ de “jugement”. — I Pierre 4:17, 18; Proverbes 11:31.
       Nous pouvons subir des Ă©preuves qu’il nous serait impossible de supporter avec nos propres forces. Mais aussi dramatique que puisse ĂȘtre notre situation, JĂ©hovah Dieu a le pouvoir de nous soutenir et d’annuler complĂštement tout le mal qui nous est infligĂ©. Quand nous nous en remettons entiĂšrement Ă  lui, il peut nous donner assez de force, au moyen de son esprit, pour supporter les souffrances. Il est, comme le dit Pierre, un “CrĂ©ateur fidĂšle”, un Dieu en qui nous pouvons avoir confiance et qui n’oubliera jamais sa promesse de venir en aide Ă  ses serviteurs (I Pierre 4:19). Cette connaissance nous aidera Ă  ne pas rĂ©agir envers nos persĂ©cuteurs d’une façon qui dĂ©shonorerait Dieu. PlutĂŽt que de lutter contre eux et de leur rendre la pareille, nous voudrons continuer Ă  faire le bien. — Luc 6:27, 28.
      Si nous acceptons humblement toutes les choses qui peuvent nous survenir dans notre vie, tout en gardant la mĂȘme disposition d’esprit que le Christ, nous pouvons ĂȘtre sĂ»rs que JĂ©hovah nous Ă©lĂšvera. Aucune Ă©preuve ne durera indĂ©finiment. Toutes prendront fin. Tant que sous les mauvais traitements nous nous conduisons en harmonie avec la volontĂ© divine, nous demeurerons sous la main de JĂ©hovah. Or, sa main peut nous Ă©lever au rang de serviteurs Ă©prouvĂ©s et approuvĂ©s. Aussi Pierre nous fait-il cette recommandation: “Humiliez-vous donc sous la main puissante de Dieu pour qu’il vous Ă©lĂšve en temps voulu, tout en vous dĂ©chargeant sur lui de toute votre inquiĂ©tude, car il prend soin de vous.” — I Pierre 5:6, 7.
      Qu’il est rĂ©confortant de savoir que JĂ©hovah se soucie vraiment de nous! Son amour nous rĂ©chauffe le cƓur, son esprit nous fortifie et nous soutient. Lorsqu’une Ă©preuve est passĂ©e et que nous nous rappelons la sollicitude de JĂ©hovah Ă  notre Ă©gard, nous nous sentons plus proches de lui. Notre situation est alors comparable Ă  celle d’un enfant reconnaissant qui a pu constater l’amour et la sollicitude affectueuse de ses parents pendant qu’il Ă©tait gravement malade. Sa confiance et son amour pour eux s’en trouvent grandis. Certes, lorsque des circonstances trĂšs Ă©prouvantes se prĂ©sentent, nous ne pouvons pas tout simplement nous y soustraire, mais nous pouvons nous dĂ©charger sur JĂ©hovah Dieu de nos inquiĂ©tudes. À quoi bon nous tourmenter en nous demandant pendant combien de temps nous serions capables de supporter les mauvais traitements d’une foule dĂ©chaĂźnĂ©e et impitoyable, des viols rĂ©pĂ©tĂ©s ou d’autres atrocitĂ©s? Avec l’aide de notre PĂšre cĂ©leste aimant, nous pouvons, si nous lui restons fidĂšles, endurer les Ă©preuves et remporter une victoire morale sur ceux qui nous persĂ©cutent. Cette assurance nous libĂšre de l’anxiĂ©tĂ© qui pourrait nous priver de la paix de l’esprit et du cƓur si nĂ©cessaire pour rester fermes dans les Ă©preuves.
      Toutefois, ce n’est pas parce que nous nous sommes dĂ©chargĂ©s de nos inquiĂ©tudes sur JĂ©hovah que nous devrions maintenant ĂȘtre trop sĂ»rs de nous ou insouciants. Nous avons un ennemi. “Gardez votre Ă©quilibre, soyez vigilants, Ă©crit Pierre. Votre adversaire, le Diable, comme un lion rugissant, circule cherchant Ă  dĂ©vorer quelqu’un.” — I Pierre 5:8.
      Selon ce conseil de l’apĂŽtre, nous ne pouvons pas nous permettre d’ĂȘtre insouciants face Ă  l’épreuve. L’adversaire guette la moindre occasion de nous faire tomber. Si Satan peut nous amener Ă  douter de la fidĂ©litĂ© de nos frĂšres ou nous affaiblir spirituellement par tout autre moyen, il ne manquera pas de le faire. Cesser de frĂ©quenter la congrĂ©gation chrĂ©tienne ou de faire la dĂ©claration publique de sa foi Ă©quivaudrait Ă  se laisser dĂ©vorer par Satan, le “lion rugissant” toujours Ă  l’affĂ»t de proies imprudentes.
      Pour rester vigilants il nous faut, entre autres choses, nous rappeler constamment que nous ne sommes pas les seuls Ă  endurer des souffrances. Sur la terre entiĂšre, nos frĂšres chrĂ©tiens subissent toutes sortes d’épreuves et, avec l’aide de l’esprit de Dieu, ils parviennent Ă  les surmonter victorieusement. Cette pensĂ©e nous aidera Ă  ne pas tomber dans les piĂšges de Satan, car elle nous donnera l’assurance que nous pourrons endurer l’épreuve nous aussi, grĂące Ă  la puissance de JĂ©hovah. Alors, “tenez-lui tĂȘte, solides dans la foi, sachant qu’en fait de souffrances les mĂȘmes choses s’accomplissent dans la famille entiĂšre de vos frĂšres dans le monde”. — I Pierre 5:9.
      Puisque JĂ©hovah Dieu veut que nous surmontions les obstacles pour parvenir au salut, nous pouvons lui demander son aide en toute confiance, tout en considĂ©rant les Ă©preuves qui nous adviennent avec sa permission comme une discipline utile qui fera de nous des chrĂ©tiens complets et forts dans la foi. L’apĂŽtre Pierre exprime trĂšs bien cette pensĂ©e lorsqu’il dĂ©clare:
      "AprĂšs que vous aurez souffert un peu de temps, le Dieu de toute faveur immĂ©ritĂ©e, qui vous a appelĂ©s Ă  sa gloire Ă©ternelle en union avec Christ, parachĂšvera lui-mĂȘme votre formation, il vous affermira, il vous rendra forts. À lui la puissance pour toujours! Amen.” — I Pierre 5:10, 11.
      Tout comme JĂ©sus a souffert un peu de temps sur la terre et a Ă©tĂ© Ă©levĂ© Ă  une haute position, de mĂȘme les disciples du Fils de Dieu attendent une rĂ©compense glorieuse. Si les souffrances que nous pouvons ĂȘtre amenĂ©s Ă  endurer de par la permission de Dieu affermissent notre attachement aux principes bibliques et font de nous des disciples plus humbles, plus comprĂ©hensifs et plus compatissants, cette formation aura alors atteint son but. Pour qu’il en soit ainsi, nous devons compter entiĂšrement sur notre PĂšre cĂ©leste en Ă©tant confiants que tout ce qui peut nous arriver avec sa permission contribuera finalement Ă  notre bonheur Ă©ternel, si toutefois nous nous y soumettons humblement (Romains 8:28). Dans le mĂȘme esprit que l’apĂŽtre Pierre, nous pouvons Ă©lever nos voix et dire: “GrĂące soit rendue Ă  Dieu de nous avoir permis d’ĂȘtre formĂ©s par les Ă©preuves et de nous aider Ă  devenir des serviteurs fermes et forts, approuvĂ©s par lui, ayant l’espĂ©rance de la vie Ă©ternelle!”

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Suivons les traces de celui qui est la source de vie
       
      Avec amour, JĂ©hovah invite des personnes “ de toutes nations et tribus et peuples et langues ” Ă  l’adorer (RĂ©v. 7:9, 10 ; 15:3, 4). Celles qui acceptent cette invitation peuvent “ contempler le charme de JĂ©hovah ”. (Ps. 27:4 ; 90:17.) À l’instar du psalmiste, elles Ă©lĂšvent la voix pour louer Dieu par ces termes : “ Adorons et courbons-nous ! Agenouillons-nous devant JĂ©hovah notre Auteur. ” — Ps. 95:6.
      Un culte d’une grande valeur
      Étant le Fils unique-engendrĂ© de Dieu, JĂ©sus avait eu largement la possibilitĂ© de dĂ©couvrir la pensĂ©e, les principes et les normes de son PĂšre. Par consĂ©quent, il pouvait avec assurance enseigner aux autres la bonne façon d’adorer JĂ©hovah. Il a dĂ©clarĂ© : “ Je suis le chemin, et la vĂ©ritĂ©, et la vie. Personne ne vient vers le PĂšre sinon par moi. ” — Jean 1:14 ; 14:6.
      JĂ©sus nous a laissĂ© un exemple parfait en restant humblement soumis Ă  son PĂšre. Il a indiquĂ© : “ Je ne fais rien de ma propre initiative, mais [...] comme le PĂšre m’a enseignĂ©, moi je dis ces choses. ” Il a ensuite ajoutĂ© : “ Je fais toujours les choses qui lui plaisent. ” (Jean 8:28, 29). De quelles maniĂšres JĂ©sus a-t-il plu Ă  JĂ©hovah ?
      En premier lieu, le Fils Ă©tait entiĂšrement dĂ©vouĂ© Ă  son PĂšre. C’est d’ailleurs ce qu’implique fondamentalement adorer Dieu. JĂ©sus montrait qu’il Ă©tait personnellement attachĂ© Ă  son CrĂ©ateur en lui Ă©tant obĂ©issant, en accomplissant sa volontĂ©, mĂȘme si cela lui demandait de grands sacrifices (Phil. 2:7, 8). Il consacrait beaucoup de temps Ă  enseigner et Ă  former ses disciples. C’était lĂ  un aspect important du culte qu’il rendait Ă  Dieu, Ă  tel point qu’il Ă©tait appelĂ© Enseignant tant par les croyants que par les non-croyants (Mat. 22:23, 24 ; Jean 3:2). De plus, JĂ©sus se dĂ©pensait pour autrui. Son esprit de sacrifice lui laissait peu de temps pour lui-mĂȘme, mais il Ă©tait heureux de servir les autres (Mat. 14:13, 14 ; 20:28). Bien que trĂšs occupĂ©, il prenait toujours le temps de parler Ă  son PĂšre cĂ©leste dans la priĂšre (Luc 6:12). Sans nul doute, Dieu accordait une valeur inestimable au culte que JĂ©sus lui vouait !
      Des efforts soutenus pour plaire Ă  Dieu
      JĂ©hovah a remarquĂ© la conduite de son Fils et a exprimĂ© son approbation (Mat. 17:5). Mais Satan le Diable Ă©galement a observĂ© la fidĂ©litĂ© de JĂ©sus. JĂ©sus est donc devenu sa cible privilĂ©giĂ©e. Pourquoi ? Parce qu’aucun humain n’avait jamais rĂ©ussi Ă  rester totalement obĂ©issant Ă  Dieu et, de ce fait, Ă  l’adorer de la maniĂšre qui lui convient vraiment. Aussi le Diable voulait-il empĂȘcher JĂ©sus de rendre Ă  Dieu le culte qui Lui revenait de droit. — RĂ©v. 4:11.
      Satan a essayĂ© de corrompre JĂ©sus en lui faisant une offre tentante. Il l’emmena sur “ une montagne extraordinairement haute et lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire ”. Puis il lui dit : “ Toutes ces choses, je te les donnerai si tu tombes et fais un acte d’adoration pour moi. ” Quelle fut la rĂ©action de JĂ©sus ? Il rĂ©pondit : “ Va-t’en, Satan, car il est Ă©crit : ‘ C’est JĂ©hovah ton Dieu que tu dois adorer, et c’est Ă  lui seul que tu dois offrir un service sacrĂ©. ’ ” (Mat. 4:8-10). Quels que soient les avantages qu’il aurait pu en retirer, JĂ©sus comprenait bien que se prosterner devant Satan, c’était commettre un acte d’idolĂątrie. Il refusait d’accomplir ne serait-ce qu’un acte d’adoration devant quelqu’un d’autre que JĂ©hovah.
      En ce qui nous concerne, Satan ne nous proposera pas tous les royaumes du monde et leur gloire en Ă©change de notre adoration. NĂ©anmoins, il essaie encore d’empĂȘcher les chrĂ©tiens sincĂšres de rendre un culte Ă  Dieu. Le Diable veut que nous adorions quelqu’un ou quelque chose d’autre. — 2 Cor. 4:4.
      JĂ©sus Christ s’est montrĂ© fidĂšle jusqu’à la mort. En restant intĂšgre, il a glorifiĂ© JĂ©hovah comme aucun humain ne l’avait jamais fait. Aujourd’hui, nous qui sommes de vrais chrĂ©tiens, nous nous efforçons d’imiter la fidĂ©litĂ© de JĂ©sus en mettant le culte de notre CrĂ©ateur Ă  la premiĂšre place dans notre vie. Sans conteste, nos bonnes relations avec Dieu sont ce que nous avons de plus prĂ©cieux.
      Les bénédictions que procure le culte que Dieu agrée
      Favoriser “ le culte qui est pur et sans souillure ” du point de vue de Dieu apporte de nombreuses bĂ©nĂ©dictions (Jacq. 1:27). Par exemple, nous vivons Ă  une Ă©poque oĂč de plus en plus de gens sont “ amis d’eux-mĂȘmes, amis de l’argent, arrogants ” et “ sans amour du bien ”. (2 Tim. 3:1-5.) Par contraste, au sein du peuple de Dieu, nous avons le privilĂšge de cĂŽtoyer des personnes pures et de saine compagnie qui s’efforcent de respecter les normes de Dieu en matiĂšre de culte. N’est-ce pas lĂ  une source de rĂ©confort ?
      En outre, nous tenir Ă  l’écart des souillures de ce monde nous procure une conscience pure. Nous voulons qu’elle reste pure, et c’est pour cela que nous nous soumettons aux principes justes de Dieu et que nous obĂ©issons aux lois de CĂ©sar qui ne sont pas en dĂ©saccord avec les lois divines. — Marc 12:17 ; Actes 5:27-29.
      Un culte rendu Ă  Dieu de toute son Ăąme apporte d’autres bĂ©nĂ©dictions. Quand nous nous soucions d’accomplir la volontĂ© de Dieu plutĂŽt que la nĂŽtre, notre vie a un sens vĂ©ritable et elle est plus gratifiante. Au lieu de dire : “ Mangeons et buvons, car demain il nous faudra mourir ”, nous entretenons l’espoir certain de la vie Ă©ternelle sur une terre transformĂ©e en paradis. — 1 Cor. 15:32.
      Le livre de la RĂ©vĂ©lation attire notre attention sur le moment oĂč ceux qui seront demeurĂ©s purs devant JĂ©hovah “ vien[dront] de la grande tribulation ”. Le rĂ©cit prĂ©cise que “ Celui qui est assis sur le trĂŽne Ă©tendra sur eux sa tente ”. (RĂ©v. 7:13-15.) Celui qui est assis sur le trĂŽne n’est autre que JĂ©hovah Dieu, le Personnage le plus glorieux de l’univers. Imaginez quelle joie ce sera quand il vous accueillera comme l’hĂŽte de sa tente et vous protĂ©gera pour qu’aucun mal ne vous soit fait ! Et dans une certaine mesure, nous bĂ©nĂ©ficions dĂšs Ă  prĂ©sent de cette protection.
      De plus, tous ceux qui rendent Ă  Dieu le culte qu’il agrĂ©e sont dĂ©crits comme Ă©tant guidĂ©s vers “ des sources d’eaux de la vie ”. Ces sources revivifiantes reprĂ©sentent toutes les dispositions prises par JĂ©hovah pour que nous puissions obtenir la vie Ă©ternelle. AssurĂ©ment, grĂące Ă  la rançon du Christ, “ Dieu essuiera toute larme de leurs yeux ”. (RĂ©v. 7:17.) Tandis que les humains seront Ă©levĂ©s Ă  la perfection, tous connaĂźtront une joie indicible Ă  la perspective de vivre Ă©ternellement sur la terre. DĂšs maintenant, les adorateurs heureux de Dieu poussent des cris de joie, exprimant leur profonde reconnaissance envers JĂ©hovah et lui vouant un culte en compagnie de ses serviteurs au ciel qui chantent : “ Grandes et prodigieuses sont tes Ɠuvres, JĂ©hovah Dieu, le Tout-Puissant. Justes et vraies sont tes maniĂšres d'agir, Roi d’éternitĂ©. Qui ne peut te craindre et ne pas glorifier ton nom? Car toi seul tu es fidĂšle! Car toutes les nations viendront et adoreront devant toi, parce que tes dĂ©crets justes ont Ă©tĂ© manifestĂ©s. ” — RĂ©v. 15:3, 4.



      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      64.2k
    • Total Posts
      134.4k
  • Member Statistics

    • Total Members
      17,121
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    CandyBoy1
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.