Jump to content
The World News Media

misette

Member
  • Posts

    402
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

Reputation Activity

  1. Thanks
    misette got a reaction from Eric Ouellet in RECHERCHONS DESPERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 15 OCTOBRE 2018 - JEAN 13-14   
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 15 OCTOBRE 2018 - JEAN 13-14.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 15 OCTOBRE 2018 - JEAN 13-14.pdf
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU

    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : JEAN 13-14

    Jean 14:6 : En quel sens Jésus est-il « le chemin, la vérité et la vie » ? (nwtsty).

    « Jésus lui répondit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne peut aller vers le Père si ce n’est par moi »

    Je suis le chemin, la vérité et la vie : Jésus est le chemin parce que c’est uniquement par lui qu’on doit passer pour prier Dieu. Mais aussi parce qu’il permet aux humains d’accéder à la réconciliation avec Dieu (Jean 16:23 ; Rm 5:8). Jésus est la vérité parce qu’il parlait et vivait en accord avec la vérité.

    Il a aussi réalisé de nombreuses prophéties qui mettent en évidence le rôle central qu’il joue dans l’accomplissement du projet de Dieu. Ces prophéties « sont devenues “oui” ont été réalisées par son moyen » (2Co 1:20). Jésus est la vie parce qu’en offrant sa vie en rançon, il permet à l’humanité d’obtenir « la vraie vie », c’est-à-dire « la vie éternelle »

    Il sera aussi « la vie » pour des millions de personnes qui seront ressuscitées avec la possibilité de vivre pour toujours dans le paradis. - nwtsty

    Son rôle essentiel dans le dessein de Dieu. Jéhovah Dieu jugea bon de faire de son Fils premier-né l’élément principal ou central de la réalisation de tous Ses desseins, l’élément vers lequel la lumière de toutes les prophéties convergerait et de qui cette lumière rayonnerait, la solution à tous les problèmes causés par la rébellion de Satan et le fondement sur lequel Dieu bâtirait toutes ses réalisations futures pour le bien éternel de sa famille universelle, au ciel et sur la terre. it-2 p24

    Pour remplir son ministère, qui consistait à rendre témoignage à la vérité, Jésus ne devait pas simplement parler, prêcher et enseigner. En plus de s’être dépouillé de sa gloire céleste pour naître en tant qu’homme, il lui fallait accomplir toutes les prophéties le concernant, dont les ombres, ou modèles, contenues dans l’alliance de la Loi. Pour confirmer la véracité de la parole et des promesses prophétiques de son Père, Jésus était tenu de vivre de façon à faire que cette vérité devienne réalité, l’accomplissant par ses paroles et par ses actions, par son mode de vie et par la manière dont il mourrait. En un mot, il devait être la vérité, en quelque sorte l’incarnation de la vérité, comme lui-même affirma l’être. - it-2 p26

    Que signifie l’affirmation selon laquelle Jésus Christ est lui-même “ la vérité ” ? De même que son Père Jéhovah, Jésus Christ est “ plein de faveur imméritée et de vérité ”. Pendant qu’il était sur la terre, il disait toujours la vérité telle qu’il l’avait reçue de son Père ; “ Il n’a pas commis de péché, et on n’a pas trouvé de tromperie dans sa bouche. ” Jésus exposait les choses telles qu’elles étaient réellement. En plus d’être ‘ plein de vérité ’, Jésus fut lui-même “ la vérité ”, et la vérité vint par lui. - it-2 p1136

    Jésus Christ est “ le chemin ”. En quel sens ? En ce sens que nous ne pouvons nous approcher de Dieu que par Jésus. Ainsi, dans le domaine de la prière, nous avons l’assurance que le Père nous accordera tout ce que nous demandons, selon sa volonté, si nous prions par Jésus (Jean 15:16). Mais Jésus est aussi “ le chemin ” dans un autre domaine. Il se trouve que l’humanité a été séparée de Dieu à cause du péché (Is. 59:2). C’est pour cette raison que Jésus a donné “ son âme comme rançon en échange de beaucoup ”. Comme l’explique la Bible, “ le sang de Jésus [...] nous purifie de tout péché ”. (1 Jean 1:7.) De ce fait, le Fils nous donne accès à la réconciliation avec Dieu ; C’est donc en exerçant la foi en Jésus et en lui obéissant que nous pouvons obtenir l’approbation de Dieu

    Jésus est également “ la vérité ”. En effet, il enseignait toujours la vérité et vivait en accord avec elle. De plus, toutes les prophéties relatives au Messie — et elles sont nombreuses — se sont réalisées en sa personne. “ Quel que soit le nombre des promesses de Dieu, a écrit l’apôtre Paul, elles sont devenues Oui par son moyen. ” (2 Cor. 1:20). Ce qui, dans la Loi mosaïque, n’était qu’“ une ombre des bonnes choses à venir ” est devenu réalité en Christ Jésus. Toutes les prophéties convergeaient vers Jésus, et toutes ont apporté des éclaircissements sur le rôle essentiel qu’il joue dans l’accomplissement du dessein de Jéhovah. Par conséquent, si nous voulons recevoir les bénédictions qui découlent de la réalisation de ce dessein, nous devons suivre le Messie.

    Jésus est “ la vie ”. Effectivement, il a racheté l’humanité avec son sang ; la vie éternelle est un don de Dieu “ par Christ Jésus notre Seigneur ”. (Rom. 6:23.) Jésus représente aussi “ la vie ” pour ceux qui sont morts. . Songez à ce qu’il accomplira en sa qualité de Grand Prêtre : durant le règne millénaire, il obtiendra pour les humains obéissants la délivrance éternelle du péché et de la mort.

    Ainsi, ce que Jésus a dit à Thomas nous concerne au plus haut point. Pour nous aussi, Jésus est le chemin, et la vérité, et la vie. Il est celui que Dieu a envoyé dans le monde pour que, par son intermédiaire, le monde soit sauvé. En outre, personne ne peut venir vers le Père sinon par lui. À ce propos, la Bible dit clairement : “ Il n’y a de salut en aucun autre, car il n’y a pas d’autre nom sous le ciel qui ait été donné parmi les hommes par lequel nous devons être sauvés. ” (Actes 4:12). En conséquence, quelles qu’aient été nos croyances par le passé, la sagesse consiste à croire en Jésus et à le suivre de manière à obtenir la vie. – TG2009  15/5 p31-32

    Jean 14:12 En quel sens ceux qui exercent la foi en Jésus font-ils « des oeuvres plus grandes » que lui ? (nwtsty).

    « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : celui qui exerce la foi en moi fera aussi les œuvres que je fais ; et il fera des œuvres plus grandes que celles-ci, parce que je m’en vais vers le Père ».

    Oeuvres plus grandes que celles-ci : Ici, Jésus n’est pas en train de parler de miracles, il ne dit pas que ses disciples accompliraient des miracles plus grands que les siens.

    Il reconnaissait plutôt humblement qu’ils effectueraient une oeuvre de prédication et d’enseignement sur une plus grande échelle que lui : ses disciples parcourraient un territoire plus large, ils toucheraient plus de personnes et prêcheraient sur une plus longue période. Les paroles de Jésus montrent clairement qu’il souhaitait que ses disciples poursuivent son oeuvre. - nwtsty

    Christ ne voulait pas dire que ses disciples accompliraient des œuvres d’un caractère plus miraculeux que les siennes. Selon le récit biblique, aucun d’entre eux ne fit de miracle plus extraordinaire que celui de Jésus qui avait ressuscité Lazare mort depuis quatre jours (Jn 11:38-44). Mais puisque Jésus s’en allait vers le Père et que ses disciples recevraient l’esprit saint pour être ses témoins “ non seulement à Jérusalem, mais aussi dans toute la Judée et la Samarie, et jusque dans la région la plus lointaine de la terre ” (Ac 1:8), ses disciples, donc, auraient un territoire plus étendu et travailleraient plus longtemps que Jésus. C’est en ce sens qu’ils feraient des œuvres plus grandes que lui. - it-2 p1096

    Aujourd’hui, les serviteurs de Dieu accomplissent des œuvres chrétiennes dans une mesure encore jamais atteinte. Plus de 8 500 000 personnes espèrent bientôt passer vivantes la grande tribulation. Jamais autant de fidèles adorateurs de Dieu n’ont prêché dans autant de pays ! Jéhovah a veillé à ce que les paroles prophétiques de Jésus relatives à “ des œuvres plus grandes ” deviennent réalité. – TG2011  15/1 p32

    Jésus n’a pas caché qu’il resterait beaucoup à faire après sa mort. . Puisqu’il retournait au ciel, il appartiendrait aux apôtres — mais aussi à tout futur disciple — de poursuivre l’œuvre de prédication et d’enseignement. Avec humilité, il a annoncé que leurs œuvres seraient “ plus grandes ” que les siennes. En quel sens ? Considérons trois aspects.

    Premièrement, ses disciples allaient couvrir un territoire plus grand. Aujourd’hui, leur témoignage a atteint les extrémités de la terre ; leur message est proclamé largement au-delà des frontières à l’intérieur desquelles Jésus prêchait.

    Deuxièmement, ses disciples allaient toucher plus de personnes. D’une poignée qu’ils étaient, ils n’ont pas tardé à se compter par milliers. Aujourd’hui, ils sont des millions, auxquels se joignent chaque année des milliers et des milliers de nouveaux baptisés.

    Troisièmement, ses disciples allaient prêcher sur une période plus longue — en fait jusqu’à nos jours, soit près de 2 000 ans, alors que le ministère de Jésus n’a duré que trois ans et demi.

    En déclarant que ses disciples feraient “ des œuvres plus grandes ” que les siennes, Jésus leur exprimait sa confiance. Il remettait entre leurs mains une œuvre capitale à ses yeux, celle de prêcher et d’enseigner “ la bonne nouvelle du royaume de Dieu ”. Il ne doutait pas qu’ils l’accompliraient fidèlement. Qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Quand nous nous dépensons avec zèle et sincérité dans le ministère, nous confirmons que la confiance de Jésus était fondée. N’est-ce pas un remarquable privilège ? – cf p88-89

    Nous pouvons faire des œuvres plus grandes -  

    En parcourant davantage de territoire : La sphère d’activité de Jésus s’était limitée à la Palestine ; pourtant, il a dit à ses premiers disciples d’être ses témoins “ jusque dans la région la plus lointaine de la terre ”, c’est-à-dire beaucoup plus loin que la région où lui-même avait prêché (Actes 1:8). L’œuvre de prédication qu’il a commencée est actuellement accomplie dans le monde entier, soit dans 240 pays. Y participons-nous pleinement en parcourant le territoire de notre assemblée ?

    En touchant davantage de gens : Les disciples à qui Jésus a confié l’œuvre de prédication étaient assez peu nombreux. Toutefois, en 33 de notre ère, le jour de la Pentecôte, grâce à leur prédication zélée, quelque trois mille âmes ont accepté la vérité et se sont fait baptiser. Le rassemblement de ceux qui sont “ dans la disposition qu’il faut pour la vie éternelle ” se poursuit à notre époque où, en moyenne, 1 000 personnes se font baptiser chaque jour. Faisons-nous tout notre possible pour toucher des personnes sincères partout où elles se trouvent et pour cultiver leur intérêt aussi vite que possible ?

    En prêchant plus longtemps : Le ministère terrestre de Jésus n’a duré que trois ans et demi. La plupart d’entre nous prêchons depuis plus de temps que cela. Qu’il nous soit donné de continuer encore longtemps ou non, nous sommes reconnaissants d’aider chaque nouveau disciple à s’engager sur la route qui mène à la vie. Avons-nous chaque mois beaucoup à faire dans l’œuvre du Seigneur ?

    En véritables disciples de Jésus, nous pouvons être confiants qu’avec son aide nous continuerons à faire des œuvres plus grandes – km1998/9 p1

    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ?

    En 33 de n. ère, Jésus a clairement annoncé que ceux qui régneraient avec lui dans le Royaume de Dieu seraient pris de la terre pour vivre au ciel en tant qu’esprits. Sur le coup, ses disciples n’ont pas compris cette révélation Jésus Christ promit à ses disciples qu’il s’en allait leur préparer une place dans la ‘ maison de son Père ’ ; il parlait ici de la demeure céleste de Jéhovah. Ce n’est qu’après la Pentecôte 33, quand ils ont été oints de l’esprit de Dieu, que ces futurs rois ont vraiment compris que leurs trônes seraient dans les cieux — Jean 14:2-5  - kr p35 - it2 p190

    Nous avons tendance à imiter les gens dont nous admirons la personnalité et le comportement. De tous les humains que la terre ait portés, personne n’est plus digne d’être imité que Jésus Christ. Pourquoi ? Lui-même a dit : « Qui m’a vu a vu le Père aussi » (Jean 14:9). Effectivement, Jésus imite si parfaitement son Père qu’observer le Fils revient à voir le Père. Ainsi donc, si nous imitons Jésus — ses qualités et son comportement —, nous nous rapprochons de Jéhovah, le plus grand Personnage de l’univers. Quelle récompense ! – TG2015  15/2 p5

    Rien ne saurait être plus précieux à nos yeux que d’être aimés par Jéhovah et par son Fils, Christ Jésus. Cependant, pour connaître et sentir cet amour, il nous faut faire quelque chose. Jésus a déclaré en effet la dernière nuit qu’il a passée avec ses disciples : “ Qui a mes commandements et les observe, c’est celui-là qui m’aime. Et qui m’aime sera aimé de mon Père, et moi je l’aimerai et me montrerai clairement à lui. ” (Jean 14:21). Puisque nous attachons du prix à nos relations avec Dieu et avec son Fils, nous obéissons joyeusement à leurs commandements. Au nombre de ces commandements figurent le nouveau, celui de montrer un amour empreint d’abnégation, ainsi que l’ordre donné par Jésus après sa résurrection, “ de prêcher au peuple et d’attester pleinement ”, en s’efforçant de ‘ faire des disciples ’ des gens qui acceptent la bonne nouvelle – TG2002  2/1 p16§9

    À condition que nous soyons humbles et disposés à nous fier à lui, Jéhovah nous fournit un guide sûr, son esprit saint. Jésus a expliqué à ses disciples : “ L’assistant, l’esprit saint, que le Père enverra en mon nom, celui-là vous enseignera toutes choses et vous rappellera toutes les choses que je vous ai dites. ” (Jean 14:26). Si nous prions et étudions régulièrement la Parole de Dieu, notamment les enseignements de Christ, l’esprit saint augmentera notre compréhension de la sagesse de Jéhovah, afin que nous puissions aller dans le sens de sa volonté. En outre, à supposer que nous nous trouvions subitement à la croisée des chemins, l’esprit nous montrera la direction à prendre. Il nous rappellera des principes bibliques que nous connaissons et nous permettra de discerner quelle voie ces principes nous invitent à emprunter – TG2011  15/12 p14-15

    Jean 14:26 . L’esprit saint de Jéhovah agit comme un enseignant et stimule la mémoire. Il intervient aussi pour révéler des vérités. Il peut donc nous aider à croître en connaissance, en sagesse, en perspicacité, en jugement et en capacité de réflexion. Nous devrions par conséquent persévérer dans la prière, notamment pour solliciter cet esprit – TG2008  15/4 p32

    Pour s’élever et planer sur de longues distances, l’aigle n’utilise pas ses seules forces. Il se laisse porter par des colonnes d’air chaud qui l’entraînent vers le haut, ce qui lui permet de conserver son énergie. Alors face à un problème qui te semble insurmontable, pense à l’aigle. Supplie Jéhovah de te « porter » au moyen de « l’assistant, l’esprit saint » (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Nous pouvons lui demander son esprit saint à chaque fois que nous en avons besoin – TG2018 Janvier p7§11

    Jésus a fait savoir à ses apôtres que l’esprit agirait de deux façons. Peu de temps avant sa mort, il leur a dit : “ L’assistant, l’esprit saint, que le Père enverra en mon nom, celui-là vous enseignera toutes choses et vous rappellera toutes les choses que je vous ai dites. ” (Jean 14:26).

    D’une part, l’esprit saint allait enseigner les chrétiens, leur permettre de comprendre des choses jusque-là obscures. En leur faisant comprendre des choses qu’ils avaient précédemment entendues de la bouche de Jésus sans bien en saisir le sens. Et d’autre part, il allait les aider à se rappeler ce qui leur avait été expliqué pour qu’ils puissent bien l’appliquer. L’esprit allait-il continuer d’enseigner les chrétiens et de leur rappeler ce qu’ils avaient appris ? Allait-il continuer de les aider à comprendre les “ choses profondes de Dieu ” ? Oui. Aujourd’hui, quand arrive le moment de faire la lumière sur une question biblique, l’esprit saint aide les représentants de “ l’esclave fidèle et avisé ” demeurant au siège mondial à discerner des vérités profondes qui n’ont pas encore été comprises. Les membres du Collège central déterminent alors ensemble si certaines explications méritent d’être réexaminées. Ils arrêtent une décision et, au besoin, publient pour le plus grand bien de tous l’explication revue et corrigée. Si, avec le temps, des éclaircissements supplémentaires s’avèrent nécessaires, ils sont exposés en toute franchise.- TG2010  15/7 p20-21 

    De même, la paix que Jésus Christ donna à ses disciples, paix fondée sur la foi qu’ils exerçaient en lui, le Fils de Dieu, calma leurs cœurs et leurs esprits. Bien que Jésus leur ait expliqué que le moment approchait où il ne serait plus avec eux en personne, ils n’avaient aucune raison de s’inquiéter ou de céder à la peur. Il ne les laisserait pas sans aide, mais il leur promit de leur envoyer l’esprit saint. — Jean 14:26, 27. “ La paix de Dieu ”, c’est-à-dire le calme et la tranquillité qui résultent des relations précieuses que le chrétien entretient avec Jéhovah Dieu, protège son cœur et ses facultés mentales de l’inquiétude au sujet de ses besoins. Il a l’assurance que Jéhovah pourvoit aux besoins de ses serviteurs et qu’il répond à leurs prières, ce qui apaise son cœur et son esprit - it-2 p474

    Ce soir-là, Jésus a parlé clairement de l’imminence de sa mort. Il a également expliqué pourquoi il allait se soumettre à cette fin atroce, raison que Jean est le seul à avoir rapportée : “ Afin que le monde sache que j’aime le Père, oui comme le Père m’a donné ordre de faire, ainsi je fais. Levez-vous, partons d’ici. ” — Jean 14:31.

    “ J’aime le Père. ” Rien ne lui importait davantage. Non qu’il ait répété ces mots à tout propos ; en fait, Jean 14:31 est le seul verset où Jésus formule aussi explicitement son amour pour son Père. Jésus ne se contentait pas d’éprouver de l’amour pour son Père ni de dire : “ J’aime le Père. ” Mais il vivait ces paroles. Son amour pour le Père transparaissait dans chacun de ses actes. Son courage, son obéissance, son endurance en étaient autant de manifestations. Cet amour motivait son ministère tout entier. Aucun humain n’a aimé Jéhovah autant que Jésus. Aucun ne l’a égalé dans l’obéissance à ce qu’il a lui-même appelé le plus grand des commandements divins, à savoir : “ Tu dois aimer Jéhovah ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée, et de toute ta force. ” - cf p129

    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

    Il faut encore que les apôtres se défassent d’une certaine jalousie et d’un certain orgueil mêlés d’ambition. Aussi Jésus se ceint-il d’un linge et se met-il à leur laver les pieds. Ce n’est pas là un geste de fausse humilité, comme celui que le pape de la chrétienté renouvelle chaque année à Rome. Certainement pas! La véritable humilité est un don de soi venant d’une ‘humilité d’esprit qui amène à considérer les autres comme supérieurs’. Au début, Pierre, ne comprenant pas la leçon, refuse que Jésus lui lave les pieds. Étant corrigé, il demande à Jésus de lui laver tout le corps (Jean 13:1-10). Cependant, Pierre a dû tirer profit de cet enseignement. En effet, des années après, nous le trouvons conseillant les autres d’une bonne manière (1 Pierre 3:8, 9; 5:5). Combien il est important que tous, aujourd’hui, nous nous comportions en humbles esclaves du Christ – TG1992 1/3 p17 §4

    Il semble donc manifeste qu’à l’époque où Judas fut choisi comme apôtre son cœur ne présentait aucun signe d’inclination à la traîtrise. Judas permit à une ‘ racine vénéneuse de pousser ’ et de le souiller, ce qui l’amena à faire défection et à accepter, non pas la direction de Dieu, mais celle du Diable qui le conduisit au vol et à la traîtrise (Jean 13:2). Lorsque cette défection atteignit un certain degré, Jésus put lui-même la déceler dans le cœur de Judas et prédire qu’il le livrerait. -Jean 13:10, 11.     - it-2 646

    Jésus “ se leva du repas et déposa ses vêtements de dessus, écrit Jean. Et, prenant une serviette, il s’en ceignit. Après quoi, il versa de l’eau dans un bassin et commença à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec la serviette dont il était ceint ”. — Jean 13:4, 5. Sous le climat chaud du Proche-Orient de l’époque, on chemine généralement sur des routes poussiéreuses chaussé de sandales ouvertes. Chez les gens du commun, l’hôte vous accueille en vous fournissant des bassins et de l’eau pour que vous vous laviez les pieds. Chez les plus aisés, c’est un esclave qui effectue le lavement des pieds. Dans la chambre haute, personne n’a invité Jésus et ses apôtres. Il n’y a donc pas d’hôte pour fournir les bassins ni d’esclave pour effectuer le lavement des pieds. Lorsque Jésus se met à leur laver les pieds, les apôtres se sentent gênés. Il y a de quoi, c’est le plus grand d’entre eux qui accomplit la plus humble tâche. Jésus n’institue pas ici un rite. Il aide ses apôtres à changer de mentalité, c’est-à-dire cultiver l’humilité et être disposés à effectuer les tâches les plus humbles pour le bien de leurs frères. Manifestement, ils ont compris la leçon.

    Une leçon pour nous - En lavant les pieds de ses disciples, Jésus a donné une puissante leçon d’humilité. En effet, les chrétiens ne devraient pas se croire si importants qu’ils doivent toujours être servis ; ils ne devraient pas non plus rechercher l’honneur et le prestige, mais plutôt suivre l’exemple de Jésus qui “ est venu, non pas pour être servi, mais pour servir et donner son âme comme rançon en échange de beaucoup ”. (Matthieu 20:28.) Ils devraient donc se servir mutuellement en étant prêts à effectuer les tâches les plus humbles. – TG1999 1/3 p30-31

    Pourquoi Jésus a-t-il lavé les pieds de ses apôtres ?

    Jadis, en Israël, beaucoup de gens du peuple vaquaient à leurs occupations pieds nus. Les chaussures, pour ceux qui en portaient, étaient des sandales, qui n’étaient guère plus que des semelles attachées aux pieds et aux chevilles. En raison de la poussière et de la boue des routes et des champs, il était difficile de ne pas se salir les pieds.

    Il était par conséquent d’usage d’enlever ses sandales avant d’entrer chez quelqu’un. L’hospitalité voulait qu’on lave les pieds d’un invité. C’était soit le maître de maison, soit un serviteur qui s’en chargeait. La Bible contient de nombreuses mentions de cette coutume répandue. Par exemple, Abraham a dit à des hommes qui s’étaient présentés devant sa tente : “ Qu’on prenne un peu d’eau, s’il vous plaît, et vous devrez vous faire laver les pieds. Puis étendez-vous sous l’arbre. Que j’aille chercher un morceau de pain, et ranimez votre cœur. ” — Genèse 18:4, 5.

    Ces divers renseignements permettent de comprendre pourquoi Jésus a lavé les pieds de ses disciples au cours de sa dernière Pâque avec eux. Ce soir-là, il n’y avait ni maître de maison ni serviteur pour effectuer cette tâche, et manifestement aucun des disciples ne s’était porté volontaire. Aussi, quand Jésus a pris un bassin d’eau et une serviette, puis a lavé et séché les pieds de ses apôtres, il leur a donné une leçon d’amour et d’humilité. — Jean 13:5-17. – TG2009 1/1 p19 

    Christ lave les pieds de ses disciples. Lorsqu’il leur lava les pieds, lui, leur Maître, Jésus Christ donna à ses disciples une leçon d’humilité et de dévouement à l’égard les uns des autres (Jean 13:5-14). Ce jour-là, il dit : “ Celui qui s’est baigné n’a besoin que de se faire laver les pieds, mais il est entièrement pur. ” Il songeait sans aucun doute au fait qu’il suffisait de marcher, ne serait-ce qu’un peu, pour avoir les pieds poussiéreux, ce qui obligeait à se les laver fréquemment, même si on s’était baigné auparavant. Aux jours du ministère de Jésus sur la terre, les prêtres et les Lévites en service de garde au temple, après s’être plongés dans l’eau tôt le matin, n’avaient pas besoin de se relaver dans la journée, sauf les mains et les. Apparemment, en disant : “ Vous, vous êtes purs, mais pas tous allusion à Judas ”, Jésus donna à ses actions à ce moment précis une signification spirituelle supplémentaire (Jean 13:10, 11). Selon Éphésiens 5:25, 26, Jésus purifia la congrégation chrétienne avec “ le bain d’eau par le moyen de la parole ” de vérité. Logiquement, les disciples fidèles de Jésus devaient comme lui se préoccuper humblement non seulement des besoins physiques de leurs frères, mais aussi et surtout de leurs besoins spirituels. Ainsi, les chrétiens s’aideraient mutuellement à rester purs vis-à-vis des tentations et des pièges susceptibles de les contaminer quotidiennement, puisqu’ils marchaient dans le monde. - it-2 p581

    Lorsque Jésus Christ était sur la terre, ses disciples ne furent pas les seuls à l’appeler “ Seigneur ”, ou “ Monsieur ”. (Mt 8:2 ; Jn 4:11.) Dans ces cas, ces expressions étaient principalement un titre respectueux ou marquant la civilité. Cependant, à ses apôtres Jésus montra que l’appeler “ Seigneur ” impliquait plus que cela. Il dit : “ Vous m’appelez, vous, ‘ Enseignant ’ et ‘ Seigneur ’, et vous avez raison, car je le suis. ” (Jean 13:13). Étant ses disciples, les apôtres étaient ses élèves. C’est pourquoi il était leur Seigneur, ou Maître. - it-2 p917

    Le Messie devait être trahi par l’un de ses intimes. David a déclaré prophétiquement : “ L’homme en paix avec moi, en qui j’avais confiance, et qui mangeait mon pain, a grandi son talon contre moi. ” (Ps. 41:9). À l’époque, manger du pain avec quelqu’un était un signe d’amitié (Gen. 31:54). Judas Iscariote s’est donc révélé un traître de la pire espèce. Jésus a signalé à ses apôtres que les paroles de David se réalisaient quand, faisant allusion à celui qui le trahissait, il leur a dit : “ Je ne parle pas de vous tous ; je connais ceux que j’ai choisis. Mais c’est afin que l’Écriture s’accomplisse : ‘ Celui qui se nourrissait de mon pain a levé son talon contre moi. ’ ” — Jean 13:18. – TG2011  15/8 p13 §5

    “ Petits enfants. ” (Jean 13:33). C’est en ces termes tendres et bienveillants que Jésus s’est adressé à ses apôtres la veille de sa mort. Rien n’indique, dans les Évangiles, qu’il les ait appelés ainsi auparavant. Mais, en cette soirée particulière, il a eu envie d’employer cette expression affectueuse pour leur dire l’amour qu’il éprouvait à leur égard. D’ailleurs, ce soir-là, il a parlé une trentaine de fois de l’amour. Pourquoi a-t-il insisté autant sur cette qualité ? Jésus a expliqué pourquoi l’amour est si important. “ Par là, a-t-il annoncé, tous sauront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour entre vous. ” - (Jean 13:35).  Il est impossible d’être un disciple du Christ sans manifester l’amour fraternel. Les vrais chrétiens se reconnaissent, non à un vêtement distinctif ni à des coutumes insolites, mais à l’amour chaleureux et tendre qu’ils se témoignent mutuellement. Cet amour qui sort de l’ordinaire constitue la deuxième des trois conditions principales à remplir pour être un disciple du Christ – TG2003 1/2 p13

    Jésus put dire à ses disciples : “ Encore un peu de temps et le monde ne m’apercevra plus. ” Il est vrai que ses disciples l’apercevraient, le verraient, déjà parce qu’il leur apparaîtrait après sa résurrection, mais aussi parce qu’en temps voulu, ressuscités, ils le rejoindraient dans les cieux où ils ‘ verraient la gloire que son Père lui aurait donnée ’. (Jean 14:19) Mais le monde en général ne l’aperçut plus, car après avoir été ressuscité créature spirituelle (1P 3:18) Jésus n’apparut qu’à ses disciples. Eux seuls également, et pas le monde, virent son ascension, et les anges présents leur assurèrent que le retour de Jésus se ferait de “ la même manière ”  c’est-à-dire sans exhibition publique, mais discernée uniquement par ses disciples fidèles - it-2 p650

    En Jean 14:27, nous lisons ces paroles de Jésus à ses disciples : “ Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne se trouble ni ne faiblisse de peur. ” En quoi la paix de Jésus est-elle différente de celle du monde ? En premier lieu, la paix de Jésus avait un lien étroit avec le message du Royaume qu’il proclamait. Il savait que le gouvernement céleste juste qu’il composerait avec 144 000 rois adjoints saurait éliminer et la guerre et les fauteurs de guerre. Il savait aussi que ce gouvernement établirait les conditions paradisiaques paisibles qu’il promit plus tard au malfaiteur qui mourut à ses côtés. Jésus savait également que son Royaume apporterait la consolation à toutes les personnes frappées par le deuil qui exercent la foi en lui. La paix de Jésus a trait en effet à l’espérance merveilleuse et réconfortante de la résurrection. Attendez-vous un tel moment ? – TG1997 15/4 p12

  2. Like
    misette got a reaction from Eric Ouellet in RECHERCHONS DESPERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 15 OCTOBRE 2018 - JEAN 13-14   
    Je m'excuse ça concerne la semaine du 22 octobre
    COMMENT AUGMENTER SA JOIE - Un chrétien déjà joyeux peut-il ressentir encore plus de joie ? Jésus a dit : « Ces choses, je vous les ai dites pour que ma joie soit en vous et que votre joie devienne complète » (Jean 15:11). Ces paroles indiquent que notre joie peut grandir. On peut comparer la joie à un feu : pour être plus fort, un feu a besoin de bois. Pareillement, pour être plus joyeux, nous avons besoin d’esprit saint. En effet, c’est l’esprit saint qui produit en nous la joie. Prions donc régulièrement pour recevoir de l’esprit saint et méditons sur la Bible, qui est inspirée par cet esprit – TG2018/2
     
     
    Les réponses à nos prières. Jésus a déclaré : « Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera » (Jean 15:16). Cette promesse a dû beaucoup fortifier les apôtres ! Même s’ils ne le comprenaient pas clairement, Jésus, leur Chef serait bientôt tué. Mais cela ne voulait pas dire qu’ils se retrouveraient sans soutien. Jéhovah était prêt à répondre à leurs prières et à les aider dans la prédication. Et c’est ce qu’il a fait. Peu après la mort de Jésus, les apôtres ont supplié Jéhovah de leur donner du courage, et il a répondu à leur prière – TG2018/5
     
     
     
     
    La première demande mentionnée par Jésus dans la prière modèle concerne la sanctification du nom de Jéhovah. Son nom représente toute l’étendue de son excellence, de sa majesté et de sa sainteté. Dans une autre prière, Jésus a appelé Jéhovah « Père saint » (Jean 17:11). Jéhovah étant saint, tous les principes et les lois qui proviennent de lui sont saints. Pourtant, dans le jardin d’Éden, Satan a sournoisement mis en question le droit de Dieu d’établir des normes pour les humains. En mentant à propos de Jéhovah, il a diffamé son nom sacré – TG2017/2
     
  3. Haha
    misette got a reaction from Eric Ouellet in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 8 OCTOBRE 2018 - JEAN 11-12   
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 8 OCTOBRE 2018 - JEAN 11-12.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 8 OCTOBRE 2018 - JEAN 11-12.pdf
     
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU

    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : JEAN 11-12

    Jean 11:49 : Par qui Caïphe a-t-il été nommé grand prêtre, et combien de temps a-t-il occupé cette fonction ? (nwtsty).

    « Mais l’un d’entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit : « Vous n’y connaissez rien »

    Grand prêtre : Quand Israël était une nation indépendante, le grand prêtre occupait sa fonction toute sa vie (Nb 35:25). Mais, pendant l’occupation romaine, les dirigeants désignés par Rome avaient l’autorité pour nommer le grand prêtre ou le destituer de sa fonction (voir lexique (Grand prêtre) (Nom que la Loi de Moïse donnait au prêtre qui avait la fonction la plus élevée, celui qui représentait le peuple devant Dieu et supervisait l’activité des autres prêtres. Il était aussi appelé « prêtre  en chef » Lui seul avait le droit d’entrer dans le Très-Saint, la salle qui se trouvait au fond du tabernacle et plus tard du Temple. Il ne le faisait qu’une fois par an, le jour de la Réconciliation. Jésus lui aussi est appelé « grand prêtre ».

    Caïphe, qui a été nommé par les Romains, était un diplomate habile qui a gardé sa fonction plus longtemps que ses derniers prédécesseurs. Il a été nommé vers 18 de n. è. et a gardé sa fonction jusqu’en 36 environ. Quand Jean dit que Caïphe était grand prêtre cette année-là, il faisait référence à l’an 33 et il voulait probablement dire que Caïphe était encore grand prêtre l’année marquante où Jésus a été exécuté (voir app. B12 pour savoir où se situait peut-être la maison de Caïphe) Elle se situait à Jérusalem au sud du côté de la Vallée Hinnom, une maison imposante.  Dans la maison de Caïphe siégea un tribunal - nwtsty

    Le retour à la vie de Lazare porte un coup sévère aux sadducéens, qui ne croient pas à la résurrection. Caïphe, lui-même sadducéen, prend maintenant la parole : « Vous n’y connaissez rien, et vous n’avez pas compris qu’il est dans votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple plutôt que la nation entière soit détruite » (Jean 11:49, 50 ; Actes 5:17 ; 23:8).

    Caïphe ne dit pas cela « de lui-même » : c’est Dieu qui l’a poussé à prononcer ces paroles en raison de sa fonction de grand prêtre. D’après lui, il faudrait tuer Jésus pour l’empêcher de saper davantage l’autorité et l’influence des chefs religieux juifs. Mais sa prophétie indique qu’en mourant, Jésus fournira une rançon, non seulement pour les Juifs, mais aussi pour tous « les enfants de Dieu qui [sont] dispersés » (Jean 11:51, 52). – jy chap91

    Jean 12:42 : Pourquoi certains Juifs avaient-ils peur de reconnaître que Jésus était le Christ ? (nwtsty).

    « Cependant, même parmi les chefs, beaucoup eurent vraiment foi en lui ; mais ils ne l’avouaient pas à cause des pharisiens, pour ne pas être expulsés de la synagogue « 

    Les chefs : Ici, le mot grec traduit par « chefs » désigne apparemment les membres de la cour suprême des Juifs,

    le sanhédrin. Ce mot est aussi utilisé en Jean 3:1 pour parler de Nicodème, un membre de cette cour. - nwtsty

    Expulsés de la synagogue : ou « excommuniés », « interdits de synagogue ». L’adjectif grec aposunagôgos n’est employé qu’en Jean 9:22 ; 12:42 ; et 16:2. Quand une personne était expulsée de la synagogue, elle était méprisée et mise à l’écart de la société.

    Être ainsi coupé de la communauté juive avait de graves conséquences économiques sur la famille. Les synagogues étaient principalement utilisées pour donner l’enseignement, mais il arrivait également qu’elles servent de tribunaux locaux qui avaient l’autorité pour prononcer la peine du supplice du fouet et l’excommunication. - nwtsty

    Des chefs (sans doute membres du Sanhédrin, la Cour suprême juive) étaient nombreux à avoir foi en Jésus, entre autres Nicodème et Joseph d’Arimathée, ils dissimulaient leur foi par crainte  . Mais des chefs ne déclaraient pas leur foi, de crainte d’être expulsés de la synagogue et de perdre la position qu’ils y occupaient. Ils se privaient vraiment de beaucoup. La peur de l’homme en a retenu plus d’un de devenir chrétien.– TG1989 1/12 p8-9

    Quand Jésus était sur la terre, l’influence des Pharisiens était si forte que des hommes éminents craignaient de reconnaître ouvertement qu’il était bien le Christ.

    Les Pharisiens voulaient faire croire au peuple qu’il était plus important de s’attirer l’approbation des hommes que celle de Dieu. Les Pharisiens s’étaient érigés en directeurs de conscience qui édictaient leurs propres règles et jugeaient ensuite autrui selon qu’il s’y conformait ou non. Ceux qui suivaient les Pharisiens perdaient l’usage de leur conscience éduquée par les Écritures, devenant en réalité esclaves des hommes. – TG1995  15/6 §13

    L’orgueil les empêchait d’accepter Jésus. Pourtant, la Bible dit que “même parmi les chefs, beaucoup eurent vraiment foi en lui; mais, à cause des Pharisiens, ils ne le confessaient pas, pour ne pas être expulsés de la synagogue; car ils aimaient la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu”. Ces hommes avaient l’intime conviction que Jésus détenait la vérité, mais ils refusaient de devenir ses disciples par crainte des hommes. Ces chefs estimaient tout à fait inconvenant de sacrifier leur position sociale, politique et religieuse pour suivre le Christ. Ces personnes étaient trop fières pour pratiquer une religion qui exigeait d’elles qu’elles ‘prennent leur poteau de supplice et suivent Jésus’ avec humilité. Contrairement aux intellectuels de l’époque, ceux qui étaient comparables à des tout-petits se montrèrent réceptifs à la vérité. – TG1988  1/7

    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ?

    La Bible compare souvent la mort à un sommeil (Jean 11:11-14). Dieu est capable de « réveiller » les morts, tout comme nous pouvons réveiller quelqu’un qui dort. La Bible rapporte plusieurs résurrections, nous fournissant ainsi de solides raisons de croire que les morts seront ressuscités. Jean 11:39-44 – wp16 n°1 p16

    QUI JÉSUS NOUS A-T-IL ENSEIGNÉ À PRIER ? Jésus nous a ainsi enseigné à prier celui qui est à la fois son Père et notre Père, Jéhovah Dieu. Conformément à ce qu’il a enseigné, Jésus a lui-même prié  “Père, je te remercie de ce que tu m’as entendu” » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). En priant son Père céleste, le « Seigneur du ciel et de la terre », Jésus nous a laissé à tous un exemple concret à suivre. TG2015  1/1 p14
    Les chrétiens devraient-ils prier Jésus ? Non. Jésus nous a enseigné à prier Jéhovah, et c’est ce que lui-même faisait - Jean 11:41. Par conséquent, les premiers disciples priaient Dieu ; ils ne priaient pas Jésus – TG2015  15/6 p32

     

    Tout au long de sa vie terrestre, même lorsqu’il a été exécuté d’une façon humiliante, Jésus a montré ce que voulait dire se consacrer au service du vrai Dieu avec ardeur et lui être totalement fidèle. Ses prières attestaient de la révérence qu’il avait pour son Père céleste plein d’amour ( Jean 12:27, 28). C’est pourquoi, par son esprit, Jéhovah a incité Paul à parler d’“ attachement à Dieu ” lorsqu’il a évoqué la vie exemplaire que Jésus a menée. Notre nature pécheresse nous empêche de manifester un parfait attachement à Dieu. Nous pouvons toutefois poursuivre cet attachement. Cela exige que nous suivions le plus fidèlement possible le modèle que Christ nous a laissé. Poursuivre l’attachement à Dieu exige que nous tenions compte, au quotidien, des normes justes de Dieu. – TG2008  15/6 p11 §8,9

    L’esprit de Dieu a stimulé la mémoire des disciples en leur rappelant ce que Jésus leur avait enseigné. Ainsi, les prophéties qui annonçaient la mort et la résurrection du Christ ont pris soudain tout leur sens (Jean 12:16). Avec les paroles de Jésus bien présentes à l’esprit, les apôtres ont pu défendre hardiment leur position devant des rois, des magistrats et autres chefs religieux. Aujourd’hui, Les Témoins de Jéhovah se laissent guider par l’esprit saint de Dieu. Conscients que Jéhovah se sert de son esprit pour affiner progressivement leur vision spirituelle, ils sont prêts à opérer tous les changements qu’impose chaque nouvelle compréhension – TG2000  1/ 4 p8

    Parmi les foules se trouvant à Jérusalem figuraient quelques Grecs prosélytes qui, manifestement très impressionnés par Jésus, ont demandé à l’apôtre Philippe de les introduire auprès de lui. Mais Jésus n’a pas voulu se laisser distraire des questions plus importantes dont il devait s’occuper. Il ne voulait certainement pas tenter de se rendre populaire pour échapper à une mort sacrificielle entre les mains des ennemis de Dieu. Après avoir expliqué qu’il allait bientôt mourir, il a donc dit à André et à Philippe : « Qui est attaché à son âme la détruit, mais qui a de la haine pour son âme dans ce monde la préservera pour la vie éternelle. » Au lieu de satisfaire la curiosité de ces prosélytes, il a recommandé à ses disciples d’imiter son esprit de sacrifice et leur a promis : « Si quelqu’un veut me servir, le Père l’honorera. » Philippe a sûrement rapporté ce message positif aux concernés (Jean 12:20-26). – TG201515/10 p21 §13

    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

    Quand nous perdons un être cher, il est naturel de pleurer parce qu’il va nous manquer. Jésus avait de l’affection pour Lazare. Toutefois, il s’est laissé aller aux larmes non à cause de la mort de son ami, mais par compassion pour les endeuillés, comme le montre le contexte (Jean 11:36).

    Pourquoi Jésus s’est-il laissé aller aux larmes ? Là encore, la réponse se trouve dans le contexte. Quand Jésus et Marie, la sœur de Lazare, se retrouvèrent, et qu’il la vit pleurer, elle, ainsi que ceux qui l’accompagnaient, Jésus « gémit dans l’esprit et se troubla ». Il fut si ému par leur chagrin qu’il « gémit dans l’esprit ». Voilà pourquoi « Jésus se laissa aller aux larmes. Ses amis accablés de douleur l’a profondément attristé (Jean 11:33, 35).

    Jésus savait qu’il allait ressusciter Lazare. Il s’est pourtant laissé aller aux larmes parce qu’il éprouvait un profond amour et une grande compassion pour ses amis. De même, l’empathie nous poussera certainement à « pleure[r] avec ceux qui pleurent » (Rom. 12:15). Manifester ainsi sa douleur ne signifie pas manquer de foi dans l’espérance de la résurrection. Assurément, en pleurant spontanément alors même qu’il était sur le point de ressusciter Lazare, Jésus nous a laissé un bel exemple de compassion envers les endeuillés – TG2013  15/9 p32

    Quand des religions se mêlent de politique, cela mène souvent à la violence. Jésus a enseigné à ses disciples qu’ils devaient rester complètement neutres dans les affaires politiques. C’est une des raisons pour lesquelles les prêtres en chef et les pharisiens voulaient le tuer. Ils avaient peur que les gens l’écoutent et arrêtent de les suivre, ce qui les priverait de leur pouvoir religieux et politique. Ils se sont dit entre eux : « Si nous le laissons ainsi, ils auront tous foi en lui, et les Romains viendront enlever et notre lieu et notre nation » (Jean 11:48). Le grand prêtre Caïphe a donc organisé un complot pour tuer Jésus (Jean 11:49-53). Les questions politiques entraînent des réactions vives, divisent les gens et mènent à la violence. Mais pour notre part, nous restons unis et en paix. Quand Jéhovah voit à quel point ce monde est divisé, il doit être très heureux de constater que ses adorateurs, eux, sont unis. Nous pouvons contribuer à notre unité de trois façons : 1) en comptant sur le Royaume de Dieu pour réparer toutes les injustices, 2) en refusant de prendre parti dans les affaires politiques et 3) en rejetant la violence – TG2018 Juin p3 §13,16,17

    Pourquoi l’huile parfumée que Marie a utilisée était-elle si chère ? Quelques jours avant la mort de Jésus, Marie, la sœur de Lazare, “ vint avec un récipient d’albâtre rempli d’huile parfumée, un nard authentique, très cher  ”, et versa l’huile sur Jésus  Jean 12:3-5. Selon les récits de Marc et de Jean, ce parfum valait trois cents deniers, ce qui représentait environ le salaire annuel de l’ouvrier moyen. Marie avait incontestablement fait un cadeau très coûteux, mais approprié. Pour quelle raison ? Cette femme, qui peu de temps auparavant avait vu Jésus ressusciter son frère Lazare qu’elle aimait tant, voulait manifester sa reconnaissance. — Jean 11:32-45. – TG2008  1/5 p31

    Durant leurs campagnes de prédication, ni Jésus ni ses apôtres ne se livraient à une activité professionnelle. Ils n’avaient donc probablement pas les moyens d’acheter toute la nourriture et les autres nécessités pour leur groupe, qui devait compter une vingtaine de personnes. Bien qu’ils aient sans doute été reçus avec hospitalité, ils possédaient une « caisse », ce qui suggère qu’ils ne dépendaient pas en permanence de l’hospitalité des gens (Jean 12:6). Jeanne et les autres femmes faisaient sans doute des offrandes pour couvrir des dépenses.

    Les Écritures ne disent pas expressément que Jeanne a fait des offrandes financières. Mais cette femme a fait ce qu’elle a pu, ce qui nous enseigne ceci : c’est à nous de voir ce que nous donnerons, ou même si nous donnerons quelque chose, pour soutenir les intérêts du Royaume. Ce qui compte aux yeux de Dieu, c’est que nous fassions ce que nous pouvons, avec joie – TG2015  15/8 p29

    La pauvreté disparaîtra-t-elle un jour ? Jésus Christ a déclaré à ses disciples : “ Les pauvres, [...] vous les avez toujours avec vous. ” (Jean 12:8). Est-ce à dire que la pauvreté et ses tristes conséquences existeront indéfiniment ? Non, car, si Jésus n’a pas promis à ses disciples qu’ils deviendraient tous riches, nous ne devons pas pour autant en conclure que les pauvres n’ont aucun espoir.

    Même si les efforts humains ont rarement abouti et si les promesses de mettre fin à la pauvreté ont souvent été vaines, la Parole de Dieu, la Bible, affirme qu’il n’y aura bientôt plus de nécessiteux. Jésus a en effet annoncé “ de bonnes nouvelles aux pauvres ”. (Luc 4:18.) Parmi ces bonnes nouvelles, figure la promesse que la pauvreté aura une fin. Cette fin surviendra lorsque le Royaume de Dieu aura établi la justice sur la terre. – TG2003  15/3 p32

    Les chefs religieux juifs étaient eux aussi au courant des nombreux miracles opérés par Jésus. Après la résurrection de Lazare, ils ont même reconnu : “ Cet homme accomplit beaucoup de signes. ” Mais voir Lazare de nouveau vivant a-t-il adouci leur cœur ? Cela leur a-t-il donné la foi ? Pas le moins du monde ! Ils ont au contraire comploté et la mort de Jésus et celle de Lazare. Jean 12:10. Même l’intervention directe de Dieu n’a pas implanté la foi chez ces hommes méchants. Alors qu’en une certaine occasion Jésus se trouvait dans l’enceinte du temple, il a prié ainsi à voix haute : “ Père, glorifie ton nom. ” En réponse, la voix de Jéhovah s’est fait entendre du ciel : “ Et je l’ai glorifié, et je le glorifierai de nouveau. ” Cet événement miraculeux n’a cependant pas fait naître la foi dans le cœur de la foule présente. La Bible dit en effet : “ Bien qu’il eût accompli tant de signes devant eux, ils n’avaient pas foi en lui. ” — Jean 12:28-30, 37. Aveuglés par leurs idées préconçues et leur égoïsme, ils n’ont pas saisi la portée des miracles de Jésus. Ce sont bien souvent l’ambition, l’orgueil et l’avidité qui ferment le cœur. – TG1997  15/3 p4

    Satan le Diable trompe les humains. Il est « le chef de ce monde ». Jésus a rappelé cela 3 fois à ses disciples peu de temps avant de mourir (Jean 12:31). Le Diable a toujours utilisé la fausse religion pour tromper les humains. C’est pourquoi beaucoup aujourd’hui ne font pas attention aux prophéties bibliques qui montrent clairement que la fin de ce monde est très proche. En effet, Satan a « aveuglé l’intelligence des incrédules ». En conséquence, quand nous expliquons aux gens que la fin de ce monde est proche et que Jésus règne en ce moment, beaucoup ne veulent pas écouter. Souvent, ils disent : « Ça ne m’intéresse pas. » Même si beaucoup d’humains ne s’intéressent pas aux prophéties bibliques, ne laissons pas leur état d’esprit nous décourager. Nous savons pourquoi c’est important de veiller. Bientôt, Satan trompera les humains en leur faisant croire qu’il y a « la paix et la sécurité » dans le monde. Puis le jour de Jéhovah viendra d’un coup, et ils auront un choc. Et nous ? Pour être prêts pour ce jour et ne pas nous laisser tromper comme tout le monde, nous devons rester « éveillés » et garder notre « bon sens ». C’est pourquoi nous devons lire la Bible chaque jour et méditer sur ce que Jéhovah nous dit. – TG2016 Juillet p10 §11,12

    Les signes prouvant que Jésus était le Messie ne manquaient pas. Bien qu’il eût réalisé autant de signes devant les foules, elles n’avaient pas foi en lui. Ceux qui avaient sous les yeux la preuve que Jésus était le Messie, mais ne le reconnaissaient pas comme tel, étaient spirituellement aveugles. Leurs cœurs étaient endurcis et insensibles à la vérité. — Jean 12:37-41. Qu’en est-il aujourd’hui ? Certains disent : “ Je ne crois que ce que je vois. ” Mais cette façon de penser est-elle vraiment sage ? Les prophéties bibliques indiquent que Jésus a déjà été intronisé dans les cieux à la tête du Royaume messianique. Puisqu’il est invisible, nous avons besoin d’un signe qui nous aide à prendre conscience de cette entrée en fonctions qui a marqué le début des derniers jours du système de choses méchant. Reconnaissez-vous le signe ? Matthieu 24:3. – TG1996  15/11 p28

    Grâce à l’exemple et à l’enseignement de Jésus, les apôtres ont appris à aimer « des hommes de toutes sortes » Jean 12:32 Même s’il leur a fallu du temps, ils ont changé leur façon de voir les autres. Ils en sont venus à avoir la réputation de s’aimer les uns les autres. En revêtant « la personnalité nouvelle », ces chrétiens ont appris à voir tous les humains comme Jéhovah les voit, c’est-à-dire comme égaux. Nous aussi, nous aurons peut-être besoin de temps pour nous débarrasser de préjugés. À mesure que nous approcherons de la fin de ce monde méchant, les divisions, la haine et les préjugés seront de plus en plus courants. Mais nous qui servons Jéhovah, nous recherchons « la sagesse d’en haut », qui nous aide à être impartiaux et pacifiques. Nous sommes heureux de nouer des amitiés avec des personnes d’autres pays, d’accepter leurs façons de faire et peut-être même d’apprendre leur langue – TG2018 juin p8 §16, 17,19
    A bien se nourrir - Bon appétit      



  4. Like
    misette got a reaction from The Librarian in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 24 SEPTEMBRE 2018 - JEAN 7-8   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU

    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : JEAN 7-8

    Jean 7:8-10 : Jésus a-t-il menti à ses frères non croyants ? (w07 1/2 6 § 4). (nwtsty, note d’étude).

    « Vous, montez à la fête ; moi, je ne monte pas encore à cette fête, parce que mon temps n’est pas encore pleinement venu. » 9 Et après leur avoir dit ces choses, il resta en Galilée. 10 Mais quand ses frères furent montés à la fête, alors il monta lui aussi, non pas ouvertement, mais en secret »

    Pourquoi toujours dire la vérité ? Quel modèle Jésus Christ nous a-t-il laissé à cet égard ? Un jour, il conversait avec des personnes qui n’exerçaient pas la foi en lui mais voulaient savoir où il avait l’intention de se rendre. « Passe d’ici pour aller en Judée », lui ont-ils suggéré. Qu’a répondu Jésus ? « Vous, montez à la fête [à Jérusalem] ; moi, je ne monte pas encore à cette fête, parce que mon temps n’est pas encore pleinement venu. » Peu après, Jésus s’est rendu là-bas pour la fête. Pourquoi leur a-t-il donc donné cette réponse ? Parce qu’ils n’étaient pas en droit de connaître les détails précis sur l’endroit où il irait. On le voit, Jésus n’a rien dit de faux. Il a néanmoins fourni une réponse incomplète pour limiter au maximum le mal que ces personnes auraient pu leur faire, à lui ou à ses disciples. Le Christ n’a pas menti, car l’apôtre Pierre a écrit à son sujet  « Il n’a pas commis de péché, et on n’a pas trouvé de tromperie dans sa bouche » (Jean 7:1-13 ; 1 Pierre 2:22).– nwtsty TG2007 1/2

    Un témoin fidèle ne fait pas de faux serment. Son témoignage n’est pas sali par des mensonges. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’il est obligé de fournir des renseignements complets à des individus qui voudraient d’une manière ou d’une autre nuire au peuple de Jéhovah. Jésus Christ lui-même s’est abstenu de divulguer des informations dans leur totalité pour ne pas causer de préjudice inutile. – TG2004  15/11

    Nous sommes en automne 32. Ce n’est pas encore l’“ heure ” de Jésus. À l’approche de la fête des Tabernacles, ses demi-frères le pressent : “ Passe d’ici pour aller en Judée. ” Ils voudraient que Jésus montre ses pouvoirs miraculeux à tous ceux qui seront à Jérusalem pour la fête. Mais lui est conscient du danger. Aussi leur dit-il : “ Je ne monte pas encore à cette fête, parce que mon temps n’est pas encore pleinement venu. ” — Jean 7:1-8. – TG2000 15/9 §13

    Jésus n’a pas toujours révélé toute la vérité, en particulier lorsque lui ou ses disciples auraient pu en souffrir inutilement. Pourtant, même dans ce cas il n’a jamais menti. Il a choisi soit de ne rien dire, soit de changer de sujet. La Bible nous encourage à être francs et honnêtes. Le mensonge est condamnable, et les chrétiens sont tenus d’appliquer le conseil biblique suivant : “ Dites la vérité chacun à son prochain. ” (Éphésiens 4:25). En agissant ainsi, nous garderons une conscience pure, nous favoriserons la paix et l’amour dans l’assemblée, et nous continuerons à honorer “ le Dieu de vérité ” RV2000  8/2

    Si la Bible condamne expressément le mensonge malveillant, cela ne signifie pas qu’on est obligé de divulguer une information véridique à des gens qui ne sont pas en droit de la connaître. Jésus Christ conseilla : “ Ne donnez pas ce qui est saint aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les porcs, de peur qu’ils ne les piétinent avec leurs pieds et que, se retournant, ils ne vous déchirent. ” (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Voilà pourquoi, en certaines occasions, Jésus s’abstint de donner des renseignements complets ou de répondre directement à des questions quand cela pouvait causer inutilement du tort – it2 p252
    Jean 8:58 : Pourquoi la dernière expression de ce verset a-t-elle été rendue par « j’ai été » au lieu de « je suis », et pourquoi est-ce important ? (nwtsty, note d’étude).

    « Jésus leur dit : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : avant qu’Abraham vienne à l’existence, j’ai été. »

    j’ai été : Les Juifs qui s’opposaient à Jésus voulaient le lapider parce qu’il avait déclaré avoir « vu Abraham » alors que, pour reprendre leurs paroles, il n’avait « pas encore 50 ans » (Jean 8:57). Dans sa réponse, Jésus parlait en fait de son existence préhumaine en tant qu’esprit puissant au ciel avant la naissance d’Abraham.

    Certains prétendent que ce verset prouve que Jésus est Dieu. Ils soutiennent que l’expression grecque égô éïmi employée ici (traduite par « je suis » dans certaines Bibles) est une allusion à la traduction d’Ex 3:14 dans la Septante et que ces deux versets devraient être traduits de la même façon. Toutefois, dans ce contexte, l’action exprimée par le verbe grec éïmi était toujours en cours et avait commencé « avant qu’Abraham vienne à l’existence ». C’est donc à juste titre que l’expression grecque égô éïmi est traduite ici par « j’ai été », et non par « je suis ».

    D’ailleurs, beaucoup de traductions, aussi bien anciennes que modernes, utilisent des tournures semblables à « j’ai été ». En effet, en Jean 14:9, la même forme du verbe grec éïmi est utilisée pour rendre ces paroles de Jésus : « Philippe, malgré tout le temps que j’ai passé [ou « où j’ai été »] avec vous, tu ne me connais toujours pas ? » La plupart des traductions, dont certaines en français, utilisent une tournure semblable en Jean 14:9, ce qui montre que, selon le contexte, il n’y a pas d’objection grammaticale à traduire éïmi par « j’ai été ». (Voici des versets où un verbe grec au présent est traduit par un verbe au passé : Lc 2:48 ; 13:7 ; Jean 5:6.) De plus, le raisonnement de Jésus rapporté en Jean 8:54, 55 montre qu’il ne se présentait pas comme étant la même personne que son Père.

    L’expression que l’on trouve en Jean 8:58 est totalement différente de celle qui figure en Exode 3:14. Jésus ne l’emploie pas comme un nom ou un titre, mais afin d’expliquer sa préexistence

    le contexte atteste que c’est ainsi qu’il faut comprendre ce passage. Les Juifs veulent lapider Jésus parce qu’il affirme avoir “vu Abraham” alors que, d’après eux, il n’a pas encore 50 ans (verset 57). Il est donc naturel que Jésus les renseigne sur son âge. Aussi leur dit-il: “Avant qu’Abraham soit venu à l’existence, j’étais.” – ti p26

    La Traduction du monde nouveau rend plus correctement Jean 8:58 en disant: “Avant qu’Abraham soit venu à l’existence, j’étais.”

    Faisant allusion à son existence préhumaine, Jésus déclara aux Juifs incrédules : “Avant qu’Abraham fût, Je Suis.” (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , Bible Jérusalem). Par ces paroles, Jésus s’identifiait’il à Jéhovah ? Dieu n’a-t-il pas dit à Moïse : “‘Je suis celui qui suis.’ Et il ajouta : ‘Voici en quels termes tu t’adresseras aux enfants d’Israël : “Je suis” m’a envoyé vers vous.’” (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , Jé). De nombreuses traductions utilisent l’expression “Je Suis” tant dans Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. que dans Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . Mais ces deux textes expriment-ils la même pensée ?
    Non. En effet, dans la version grecque des Septante (souvent citée par les apôtres au premier siècle),
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. est rendu par égô éïmi ho ôn, c’est-à-dire “Je suis l’Être”. Cela est tout à fait différent des mots égô éïmi (je suis) dans Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . Dans ce verset, le verbe éïmi est de toute évidence au présent historique, car Jésus parlait de lui-même par rapport au passé d’Abraham. C’est ce qu’indiquent de nombreuses versions, dont l’American Translation qui rend ainsi le texte : “J’existais avant qu’Abraham soit né.” – TG1974  15/12 p749
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?

    LA DEMEURE DE DIEU : La Bible enseigne qu’il existe deux « mondes » : un monde spirituel, où vivent des créatures spirituelles possédant un corps spirituel, et un monde physique, c’est-à-dire notre terre et l’univers (Jean 8:23). Dans la Bible, le mot « ciel » fait souvent référence au monde spirituel. La « demeure où le Créateur habite » est dans le « ciel » - TG2015  1/10 p12

    Jéhovah est-il réel pour vous ? Jésus a dit : « Celui qui m’a envoyé existe réellement » et « je le connais ». (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Comment pouvons-nous connaître Jéhovah ? En laissant Jéhovah nous parler par sa Parole, la Bible. Nous savons que la Bible est le message de Dieu pour tous les humains. Jéhovah deviendra un Ami proche et notre relation avec Lui deviendra de plus en plus forte, cela nous aidera à tenir bon dans les épreuves. – TG2015 15/4 p15 §16
    Nous retirons de grands bienfaits à mettre notre confiance en Jéhovah. La confiance absolue que Jésus avait en son Père lui a été profitable. “ Je ne suis pas seul, a-t-il dit à ses disciples, mais le Père qui m’a envoyé est avec moi. ” (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Il a toujours eu la certitude que Jéhovah le soutenait. Sa confiance en son Père était restée inébranlable. Nous pouvons avoir cette même confiance. Si Jéhovah est avec nous, qu’avons-nous à craindre. L’amour que nous ressentons pour notre Père céleste nous poussera à agir avec sagesse et à le ‘ louer publiquement ’. – TG2010  15/2 p3
    Jésus n’a jamais parlé de Dieu comme d’une force abstraite. Il a au contraire communiqué avec lui et l’a prié. Il l’a souvent appelé son Père céleste, ce qui révèle les liens profonds qui les unissaient. — Jean 8:19, 38, 54. Il est vrai qu’“ aucun homme n’a jamais vu Dieu ” et que “ Dieu est un Esprit ”. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’a pas de corps, d’aucune sorte. La Bible enseigne : “ S’il y a un corps physique, il y a aussi un corps spirituel. ” De ce fait, Dieu a un corps spirituel  - TG2009  1/ 2 p5

    Jésus a dit : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous libérera » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). En acquérant une connaissance exacte des vérités bibliques, nous sommes libérés des enseignements et des pratiques que tant de religions soutiennent et qui déshonorent Dieu. De plus, les vérités de la Parole de Dieu nous libèrent des traditions et des superstitions relatives à la mort. Notre Créateur n’avait pas prévu que les humains vivent seulement 70 ou 80 ans sur terre pour ensuite aller vivre éternellement dans un autre monde. Son dessein originel était que ses créatures humaines, qu’il considère comme ses enfants, vivent pour toujours sur terre en lui restant obéissants. Ce projet grandiose est une expression de l’amour que Dieu a pour l’humanité, et rien ne l’empêchera de le mener à bien. – TG2017 n°4 p4
    Quel est le plus beau des cadeaux ? Le Fils unique de Dieu : c’est certainement le plus beau des cadeaux que l’on puisse recevoir. Par ce moyen, nous pouvons en effet être libérés de l’esclavage du péché, de la vieillesse et de la mort - Jean 8:34. Nous avons beau essayer, nous ne pouvons rien faire pour nous affranchir de cet esclavage. Mais, dans son grand amour, Dieu a pris des dispositions pour nous en libérer. En donnant son Fils unique, Jésus Christ, comme rançon, Jéhovah a permis à l’humanité obéissante d’avoir l’espérance de la vie éternelle. – TG2017  n°6 p6

    À propos de Satan, Jésus a expliqué en Jean 8:44 : « Il n’a pas tenu bon dans la vérité, parce que la vérité n’est pas en lui. » Et aujourd’hui encore, Satan « égare le monde entier » avec ses mensonges. Nous ne voulons surtout pas être égarés, ou trompés, par le Diable et perdre ainsi notre amitié avec Jéhovah, comme Adam et Ève. – TG2018  Octobre p6  §4

    Hébreux 11:13 dit de certains fidèles de l’époque préchrétienne : « Dans la foi, tous ceux-là sont morts sans avoir obtenu l’accomplissement des promesses, mais ils les ont vues de loin et les ont saluées. » Abraham était l’un d’eux. A-t-il gardé présente à l’esprit l’heureuse espérance de vivre sous le règne de la « semence » promise ? Jésus a répondu clairement à cette question quand il a dit à ses opposants : « Abraham votre père s’est beaucoup réjoui dans l’espoir de voir mon jour, et il l’a vu et s’est réjoui » (Jean 8:56). Il en fut de même de Sara, d’Isaac, de Jacob et de bien d’autres qui plaçaient leur espérance dans le futur Royaume, « dont Dieu est le bâtisseur et l’auteur » (Héb. 11:8-11).

    Comment Abraham et sa famille ont-ils gardé une foi forte ? Ils ont probablement continué d’apprendre à connaître Dieu en écoutant des hommes et des femmes de foi plus âgés, en recevant des révélations divines et en lisant des écrits anciens dignes de confiance. Mais surtout, ils n’ont pas oublié ce qu’ils avaient appris ; ils chérissaient les promesses et les exigences de Dieu, et les méditaient. Leur espérance était si certaine qu’ils étaient prêts à affronter n’importe quelle épreuve pour rester fidèles à Dieu.

    Pour que nous gardions une foi forte, Jéhovah nous a fourni avec bonté sa Parole complète, la Bible. Nous serons « heureux » et « réussirons » si nous la lisons régulièrement, chaque jour si possible. De plus, comme les adorateurs de Jéhovah de l’époque préchrétienne, nous devons méditer constamment les promesses de Dieu et obéir à ses exigences. Jéhovah nous donne aussi une nourriture spirituelle abondante par le moyen de « l’esclave fidèle et avisé ». En chérissant ce que nous apprenons grâce aux moyens spirituels fournis par Jéhovah, nous ressemblerons aux modèles de foi du passé qui étaient dans « l’attente assurée » de l’espérance du Royaume. – TG2016 Octobre p23 §5-7

    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

    Jésus, lui, se mêlait à la foule, passant parfois inaperçu (Jean 7:10, 11). Même parmi ses 11 apôtres fidèles, il ne se démarquait pas physiquement. D’ailleurs, le traître Judas a dû recourir à un baiser, « un signe convenu », pour faire savoir à la foule qui était Jésus (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Même si beaucoup de renseignements sur le physique de Jésus sont inconnus, une chose est sûre : Jésus ne ressemblait pas à la plupart des portraits qui ont été faits de lui. Cependant, plus que son apparence physique, c’est la vision que nous avons de lui aujourd’hui qui importe. Comment devrions-nous nous imaginer Jésus aujourd’hui ? Plus de 60 ans après la mort de Jésus, l’apôtre bien-aimé Jean l’a vu en visions. Il n’a pas vu un mourant sur une croix. Au contraire, il a vu le « Roi des rois et Seigneur des seigneurs », le Roi du Royaume de Dieu ; ce Roi vaincra bientôt les ennemis de Dieu, démons et humains, et apportera des bienfaits éternels à l’humanité – TG2017 n°6 p8
    Quand Jésus était sur la terre, il a montré son humilité par ses paroles et par ses actions. Jésus ne se faisait pas remarquer si ce n’était pas nécessaire. Au contraire, il voulait que son Père ait toute la gloire. (Jean 7:16) Jésus n’était pas comme les orgueilleux qui détestent obéir. Avec humilité, il faisait tout ce que Jéhovah lui demandait. Il a même accepté de mourir. C’est évident : Jésus était « humble de cœur ». Si nous réfléchissons à l’humilité et à la tendresse de Jésus, cela nous donnera envie de l’imiter. – TG2015  15/2 p3 §7

    Chaque jour, nous nous faisons des opinions sur les autres. Mais contrairement à Jésus, nous sommes imparfaits, et donc nos opinions le sont aussi. Nous sommes facilement influencés par ce que nous voyons. C’est pourquoi Jésus a ordonné : « Arrêtez de juger d’après l’apparence, mais jugez d’un jugement juste » (Jean 7:24). Manifestement, Jésus veut que nous l’imitions en ne jugeant pas les autres sur les apparences. Malgré notre imperfection, nous pouvons apprendre à voir les autres comme Jéhovah les voit, c’est-à-dire avec impartialité. Pour cela, il nous faut garder constamment à l’esprit les rappels bibliques. En les appliquant, nous obéirons à cet ordre de Jésus : « Arrêtez de juger d’après l’apparence » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ).  TG2018  Aout p8 §18
    Jésus aussi nous a appris la compassion. Il avait pitié des foules qu’il rencontrait, « parce qu’elles étaient dépouillées et éparpillées comme des brebis sans berger ». Comment réagissait-il en voyant leur triste état ? Il « leur enseignait beaucoup de choses ». Sa réaction était bien différente de celle des Pharisiens, qui n’avaient pas envie d’aider les gens ordinaires  Jean 7:49. Avons-nous comme Jésus le grand désir de « nourrir » les personnes qui ont « faim » de connaître Jéhovah ? – TG2017 Septembre p8 §9

    Jésus ne s’est jamais considéré comme égal à Dieu. Il appelait Jéhovah “ mon Dieu ” et “ le seul vrai Dieu ”Il a montré que lui et Dieu sont deux personnes différentes. Quelqu’un qui utilise ces expressions s’estime forcément inférieur à Dieu. Un employé qui désigne son employeur par les mots “ mon patron ” ou “ le responsable ” reconnaît clairement sa place inférieure. Jésus a un jour dit à des adversaires qui discutaient son autorité : “ Dans votre propre Loi il est écrit : ‘ Le témoignage de deux hommes est vrai. ’ C’est moi qui témoigne à mon propre sujet, et le Père qui m’a envoyé témoigne à mon sujet. ” (Jean 8:17, 18). Jésus est une autre personne que Dieu, son Père. Sinon, comment pourrait-on parler de deux témoignages ? -

    Jésus est le meilleur exemple à imiter. Il avait compris la valeur de son héritage spirituel. Il aimait vraiment ce que son Père lui avait appris. Il a dit : « Comme le Père m’a enseigné, moi je dis ces choses. » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Jésus aimait parler aux gens de ce qu’il avait appris. Il voulait qu’eux aussi en profitent. Le monde ne comprend pas la valeur de la vérité qui vient de Dieu. Voilà pourquoi il a dit à ses disciples de ne pas faire partie du monde. – TG2014  15/12 p21 §11
    DES PRÉJUGÉS CONTRE JÉSUS ET SES DISCIPLES - Jésus lui-même a été victime de préjugés. Les chefs religieux judéens méprisaient Jésus parce qu’il venait de Galilée (Jean 7:52). Beaucoup de Judéens considéraient les Galiléens comme inférieurs. D’autres Juifs encore ont voulu insulter Jésus en le traitant de Samaritain (Jean 8:48). Les Samaritains étaient d’une origine différente des Juifs, et ils avaient une autre religion. Aussi bien les Judéens que les Galiléens avaient peu de respect pour les Samaritains et les évitaient.

    Les chefs religieux juifs méprisaient aussi les disciples de Jésus. Les pharisiens disaient que c’étaient des « maudits » (Jean 7:47-49). Ils considéraient tous ceux qui n’avaient pas fait d’études dans les écoles religieuses juives ou qui ne respectaient pas leurs traditions comme des gens sans valeur et ordinaires. Les préjugés dont Jésus et ses disciples ont été victimes montrent qu’à l’époque, les gens étaient fiers de leur religion, de leur statut social et de leur race. Les disciples eux-mêmes avaient des préjugés. Pour rester unis, ils allaient devoir changer leur façon de penser.

    À mesure que nous approcherons de la fin de ce monde méchant, les divisions, la haine et les préjugés seront de plus en plus courants. Mais nous qui servons Jéhovah, nous recherchons « la sagesse d’en haut », qui nous aide à être impartiaux et pacifiques. Nous sommes heureux de nouer des amitiés avec des personnes d’autres pays, d’accepter leurs façons de faire et peut-être même d’apprendre leur langue. – TG2018  Juin p8 §4, 5,18

    Jésus Christ a indiqué un moyen simple d’obtenir la vraie liberté. Il a dit : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous libérera » (Jean 8:31, 32). Pour obtenir la vraie liberté, nous devons donc faire deux choses : accepter la vérité qu’il a enseignée et devenir ses disciples. Mais de quoi serons-nous libérés ? Jésus poursuit : « Tout homme qui pratique le péché est un esclave du péché. Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres » (Jean 8:34, 36). La liberté que Jésus a promise à ses disciples est largement supérieure à la liberté que beaucoup recherchent aujourd’hui. C’est seulement quand nous serons libérés de l’imperfection que nous obtiendrons la vraie liberté, celle que nos premiers parents avaient au départ. – TG2018  Avril p3 §14,15

    Si de simples humains peuvent nous manipuler avec leur propagande, on imagine de quoi Satan est capable ! Il étudie le comportement humain depuis que l’homme a été créé. De plus, « le monde entier » se trouve en son pouvoir. Il peut utiliser n’importe quel élément du monde pour répandre ses mensonges ( Jean 8:44). Satan est tellement doué pour aveugler l’esprit des gens qu’à présent, il « égare la terre habitée tout entière »  Pour combattre la propagande, Jésus a donné une méthode simple : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous libérera » (Jean 8:31, 32). Un soldat engagé dans une guerre a besoin de savoir où trouver des informations fiables ; en effet, l’ennemi essaie de le piéger par des mensonges. Alors, où peux-tu trouver des informations fiables ? Dans la Parole de Dieu, la Bible. Par conséquent, fermons l’oreille à la propagande de Satan. Écoutons Jéhovah et aie confiance en sa direction dans tout ce que tu fais. Acceptons  son invitation pleine d’amour : « Sois sage, mon fils, et réjouis mon cœur » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Alors, nous gagnerons la bataille menée contre notre esprit – TG2017 Juillet p27
    Nous avons de nombreux exemples d’humains qui ont gardé leur joie malgré des circonstances difficiles. C’est le cas d’Abraham. Sa vie a parfois été menacée et d’autres lui ont causé des difficultés. Comment a-t-il fait pour rester joyeux ? Il se concentrait sur son espérance de vivre dans le monde nouveau gouverné par le Messie. Jésus a dit : « Abraham votre père s’est beaucoup réjoui dans l’espoir de voir mon jour » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Nous pouvons imiter Abraham en réfléchissant aux joies qui nous attendent – TG2018  Février p28
    Abraham nourrissait l’espérance d’être ressuscité sous la domination du Messie, la Semence promise. Jésus Christ qui, lors de son existence préhumaine, avait constaté la foi d’Abraham a pu dire aux Juifs : “ Abraham votre père s’est beaucoup réjoui dans l’espoir de voir mon jour. ” (Jean 8:56-58). Pour l’instant, Abraham dort dans la mort, attendant d’être ressuscité sur terre pour vivre sous le Royaume messianique de Dieu – TG2000  15/7 p13 §16

    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 1er OCTOBRE 2018 - JEAN 9-10.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 1er OCTOBRE 2018 - JEAN 9-10.pdf
  5. Like
    misette got a reaction from jmix in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 septembre 2018 - JEAN 5-6   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : JEAN 5-6
    Jean 6:44 : Comment le Père attire-t-il les personnes à lui ? (nwtsty, note d’étude).
    « Personne ne peut venir vers moi, si le Père, qui m’a envoyé, ne l’attire ; et je le ressusciterai au dernier jour ».
    l’attire : Bien que le verbe grec pour « attirer » soit employé pour parler de l’action de tirer un filet à poissons (Jean 21:6, 11), il n’indique pas que Dieu « tire » les gens à lui contre leur gré. La déclaration de Jésus fait peut-être allusion à Jr 31:3, où Jéhovah dit à la nation d’Israël : « Je t’ai attirée avec bonté de coeur » (la Septante utilise ici le même verbe grec que celui qui figure en Jean 6:44). Jean 12:32 montre que, pareillement, Jésus attire des hommes de toutes sortes. La Bible indique que Jéhovah a donné aux humains le libre arbitre.
    Tout le monde peut choisir de le servir ou non (Dt 30:19, 20). Dieu attire avec douceur ceux qui ont un coeur bien disposé (Ps 11:5 ; Pr 21:2 ; Ac 13:48). Il le fait grâce au message de la Bible et à son esprit saint. La prophétie d’Is 54:13, citée en Jean 6:45, s’applique à ceux qui sont attirés par le Père.
    (Comparer avec Jean 6:65 « Il dit encore : « Voilà pourquoi je vous ai dit : “Personne ne peut venir vers moi si cela ne lui est pas accordé par le Père.” » Jéhovah lit dans les cœurs et dans les pensées, et il sait qui est susceptible de se montrer sensible à son amour, même si pour l’instant ces personnes ne le connaissent pas encore. Jéhovah lit dans les cœurs et dans les pensées, et il sait qui est susceptible de se montrer sensible à son amour, même si pour l’instant ces personnes ne le connaissent pas encore. Il se sert aussi de ses anges pour diriger ce ministère unique en son genre- nwtsty, notes d’étude
    Jéhovah nous attire individuellement à son Fils et à l’espérance de la vie éternelle. Comment ? Par l’œuvre de prédication, qui touche chacun personnellement, et par son esprit saint, qui nous aide à comprendre et à mettre en pratique les vérités spirituelles malgré nos limites et nos imperfections. Il peut donc nous dire, comme autrefois à la nation d’Israël : “ Je t’ai aimée d’un amour pour des temps indéfinis. C’est pourquoi je t’ai attirée avec bonté de cœur. ” Jérémie 31:3. – cl p247
    Jéhovah nous « tire-t-il » à lui contre notre gré, nous forçant à le servir ? Non. Il nous a donné le libre arbitre, ou liberté de choix. Il ne nous force pas à lui ouvrir notre cœur. Un bibliste explique : « La porte de notre cœur n’a pas de poignée à l’extérieur. Elle ne s’ouvre que de l’intérieur. » Jéhovah examine les milliards de cœurs qui existent dans le monde pour trouver les personnes qui le recherchent (1 Chroniques 28:9). Quand il en trouve une, il agit envers elle de façon touchante. Comment cela ? Jéhovah attire en douceur le cœur d’une personne qui est « dans la disposition qu’il faut » . Il le fait de deux manières : au moyen de la prédication de la bonne nouvelle, qui touche chacun personnellement, et au moyen de son esprit saint. Quand il voit un cœur réceptif aux vérités bibliques, il utilise son esprit pour aider la personne à les comprendre et à les appliquer dans sa vie. Sans cette aide, nous ne pourrions pas devenir de véritables disciples de Jésus ni de fidèles adorateurs de Jéhovah. il nous attire parce qu’il voit quelque chose de bon dans notre cœur et s’intéresse à nous individuellement. ? Le fait de savoir que Jéhovah s’intéresse individuellement à ses adorateurs vous pousse-t-il à lui ouvrir la porte de votre cœur ? La porte de notre cœur n’a pas de poignée à l’extérieur. Elle ne s’ouvre que de l’intérieur.- TG2013  1/5 p14
    Jean 6:64 : En quel sens Jésus savait-il « dès le commencement » que Judas le trahirait ? (nwtsty, note d’étude).
    « Mais il y en a quelques-uns parmi vous qui ne croient pas. » En effet, Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas et qui était celui qui le trahirait »
    Jésus savait [...] qui était celui qui le trahirait : Jésus parlait de Judas Iscariote. Avant de choisir ses 12 apôtres, Jésus a passé la nuit entière à prier son Père (Lc 6:12-16). Donc, au départ, Judas était fidèle à Dieu. Cependant, grâce aux prophéties des Écritures hébraïques, Jésus savait qu’il serait trahi par un intime (Ps 41:9 ; 109:8 ; Jean 13:18, 19).
    Quand Judas a commencé à mal tourner, Jésus, qui pouvait lire dans les cœurs et les pensées, a remarqué ce changement (Mt 9:4). En utilisant sa capacité à connaître l’avenir, Dieu a su qu’un compagnon de confiance de Jésus deviendrait un traître. Mais penser que c’est Judas qui devait devenir infidèle, comme si sa trahison était prédestinée, n’est pas compatible avec les qualités et les manières d’agir de Dieu. - nwtsty, notes d’étude
    dès le commencement : ou « dès le début ». Cette expression ne se rapporte pas à la naissance de Judas ni au moment où il a été choisi comme apôtre, choix que Jésus a fait après avoir prié toute une nuit (Lc 6:12-16). Elle se rapporte plutôt au moment où Judas a commencé à agir en traître, attitude que Jésus a immédiatement discernée (Jean 2:24, 25 ; Ré 1:1 ; 2:23). Elle montre aussi que les actions de Judas étaient préméditées, qu’elles n’étaient pas le résultat d’un changement soudain d’état d’esprit. Dans les Écritures grecques chrétiennes, le sens du terme grec arkhê rendu par « commencement » ou « début » est relatif : il dépend du contexte.
    Par exemple, en 2P 3:4, où il est rendu par « commencement », il se rapporte au début de la création. Mais dans la plupart des cas, il est utilisé dans un sens plus restreint. Par exemple, Pierre a dit que l’esprit saint était venu sur les Gentils « tout comme il était venu sur nous au début » (Ac 11:15). Pierre ne parlait pas du moment de sa naissance ou de celui où il était devenu apôtre. Il parlait en fait du jour de la Pentecôte 33 de n. ère, c’est-à-dire le « début » de l’effusion de l’esprit saint dans un but précis (Ac 2:1-4). D’autres exemples qui montrent que le sens des termes « commencement » ou « début » dépend du contexte se trouvent en Lc 1:2 ; Jean 15:27 ; et 1J 2:7. - nwtsty, notes d’étude
    Grâce aux prophéties des Écritures hébraïques, Christ savait qu’il serait livré par un intime. Dieu aussi, en usant de sa prescience, avait vu que cet homme deviendrait un traître ; en revanche, penser que Judas devait inévitablement faillir, comme s’il avait été prédestiné, est inconciliable avec les qualités de Dieu et avec ses manières d’agir du passé. Au contraire, comme on l’a déjà dit, au début de son apostolat Judas était fidèle à Dieu et à Jésus. Par conséquent, ce que Jean dut vouloir dire, c’est que “ dès le commencement ” du moment où Judas commença à mal tourner, à succomber à l’imperfection et à des inclinations pécheresses, Jésus s’en aperçut. Judas se sentit certainement visé quand Jésus parla d’un “ calomniateur ”, mais il continua de voyager avec Jésus et les apôtres fidèles et, manifestement, il ne changea pas – it2 p76
    Jéhovah Dieu prophétisa que Jésus serait trahi par un de ses apôtres, mais le traître n’est pas mentionné par son nom. Ps. 41:9. Rien ne prouve que Jésus savait, lorsqu’il choisit Judas Iscariot, que celui-ci serait le traître. Cependant la puissance que Jésus reçut de Jéhovah le rendit capable de percevoir les pensées et les intentions de l’esprit et du cœur de l’homme, et sitôt que Judas se laissa entraîner dans cette direction-là Jésus s’en aperçut.
     
    Afin de montrer qu’il était le Messie il annonça cette trahison d’avance : “ Dès à présent je vous le dis, avant que la chose arrive, afin que, lorsqu’elle arrivera, vous croyiez à ce que je suis. ”” (Jean 2:24, 25 ; 6:64, 70, 71) Les prédictions qui identifiaient personnellement Judas comme étant le traître vinrent après qu’il avait grandi spirituellement, après qu’il fut devenu un apôtre. – TG1953 p294 §9
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    De retour à Jérusalem, Jésus a guéri un homme près de la piscine de Bethzatha. Aux Juifs qui trouvaient à redire à cette guérison, Jésus a expliqué : “ Le Fils ne peut rien faire de sa propre initiative, mais seulement ce qu’il voit faire au Père. ” Puis il a précisé que le Père “ a remis tout le jugement au Fils ”, avant d’ajouter : “ Celui qui entend ma parole et croit celui qui m’a envoyé a la vie éternelle. ” En outre, il a annoncé : “ L’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront [la voix du Fils de l’homme] et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie, ceux qui ont pratiqué des choses viles, pour une résurrection de jugement. ” (Jean 5:1-9, 19, 22, 24-29). Par ces mots, Jésus a montré aux Juifs qui le harcelaient que c’était lui que Dieu avait désigné pour concrétiser l’espérance juive de la vie éternelle sur la terre, et qu’il le ferait en relevant les morts. On comprend dès lors que, quand Jésus a parlé à ses détracteurs de la vie éternelle, il pensait aussi bien à l’espérance de la vie céleste proposée au “ petit troupeau ” qu’à l’espérance de la vie terrestre réservée à des millions d’“ autres brebis  - TG2009  15/8 p11 §10
    De grandes foules de malades et d’infirmes se rassemblaient à Bethzatha. Qu’est-ce qui les y attirait ? Pour une raison inexpliquée, ils croyaient que, si un malade entrait dans la piscine lorsque l’eau était agitée, il serait miraculeusement guéri. On imagine ce que chacun devait éprouver ! La tension, l’inquiétude et le désespoir étaient sans nul doute palpables. Mais qu’est-ce qui a attiré en ce lieu un homme comme Jésus, parfait, sans défaut physique ? L’amour. Ému de pitié, Jésus y a parlé à un homme malade depuis plus longtemps que lui-même ne vivait sur terre (Jean 5:5-9).
    Peux-tu imaginer la détresse dans le regard de cet homme quand Jésus lui demande s’il veut retrouver la santé ? Sa réponse est immédiate. Il veut être guéri, mais comment pourrait-il l’être ? Il n’a personne pour l’aider à entrer dans la piscine ! C’est alors que Jésus lui ordonne de faire l’impossible : prendre sa couchette et marcher. Et c’est ce que l’homme fait : il prend sa couchette et se met à marcher. Quel aperçu réconfortant de ce que Jésus fera dans le monde nouveau ! Ce miracle nous montre également sa compassion. Il cherchait les gens en détresse. Son exemple devrait nous pousser à continuer à chercher dans notre territoire les personnes déprimées par les choses terribles qui se produisent dans le monde. – TG2015  15/6 p10 §9,10
    Une autre raison pour laquelle les larmes de chagrin sécheront est que les humains ne seront plus malades. Lorsque Jésus était sur la terre, il a guéri beaucoup de gens : il a rendu la vue à des aveugles, l’ouïe à des sourds, la vigueur à des infirmes. Jean 5:5-9 raconte qu’il a guéri un homme boiteux depuis 38 ans. Ceux qui ont assisté à la scène ont trouvé que c’était une œuvre étonnante, une œuvre prodigieuse. C’en était une, en effet ! Mais Jésus a parlé de quelque chose d’encore plus merveilleux : de la résurrection des morts. “ Ne vous étonnez pas de cela, déclara-t-il, parce que l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie. ” — Jean 5:28, 29.
    Cela se produira immanquablement, car celui qui le promet est Jéhovah. Vous pouvez avoir la certitude que, lorsqu’il emploiera et dirigera avec précision sa grande puissance, les résultats seront prodigieux. De toute évidence, nous avons bien des raisons de prêter attention à toutes les œuvres prodigieuses de Jéhovah, à ce qu’il a fait dans le passé, à ce qu’il fait aujourd’hui et à ce qu’il fera dans l’avenir proche – TG2001  15/4 p13 §21
    Preuve qui nous amènent à la conclusion que le septième jour se poursuivait au 1er siècle se trouve dans les propos que Jésus a tenus à ses ennemis lorsque ces derniers lui ont reproché d’avoir opéré une guérison le jour du sabbat, ce qu’ils assimilaient à un travail. “ Mon Père n’a cessé de travailler jusqu’à maintenant, et moi je ne cesse de travailler ”, leur a objecté le Seigneur (Jean 5:16, 17). C’est comme s’il avait dit à ses détracteurs : ‘ Mon Père et moi participons à la même œuvre. Étant donné que mon Père n’a cessé de travailler pendant son sabbat long de plusieurs milliers d’années, il m’est permis de travailler, même le sabbat. ’ Jésus montrait ainsi que le septième jour était toujours en cours à son époque. Durant celui-ci, Dieu se reposait de son activité créatrice en rapport avec la terre. Néanmoins, il continuait à travailler à l’accomplissement de son dessein. Le jour de repos de Dieu se poursuivra jusqu’à ce que son dessein relatif à la terre et aux humains connaisse son plein accomplissement à la fin du Règne de mille ans de Christ. – TG2011  15/7 p24 §3
    Jésus Christ était incontestablement ‘ capable, qualifié et compétent ’. Et cela n’avait rien d’étonnant. Il avait été formé par Jéhovah Dieu en personne ! Quels facteurs ont rendu sa formation efficace ? Jésus en a mentionné trois, qu’on retrouve en Jean 5:20 : “ Le Père a de l’affection pour le Fils et lui montre toutes les choses qu’il fait lui-même, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci. ”Quand ils forment les assistants ministériels, les anciens doivent penser aux besoins futurs. Même si les anciens et les assistants ministériels semblent assez nombreux pour répondre aux besoins actuels, qu’en sera-t-il si une nouvelle congrégation est formée ? si plusieurs congrégations sont formées ? Anciens, suivez-vous l’exemple de Jéhovah en entretenant des relations chaleureuses avec les hommes que vous formez ? Leur montrez-vous comment s’acquitter de leurs tâches ? Pensez-vous aux besoins futurs ? Si vous suivez l’exemple que Jéhovah a donné en formant Jésus, beaucoup en retireront de grands bienfaits. – TG2002 1/1 p29-31
    D’après
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. « Car le Père ne juge personne, mais il a confié tout le jugement au Fils, 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé » Jéhovah a fait de Jésus le juge de tous les humains. C’est surtout pour cette raison que nous devrions honorer Jésus. En l’honorant, nous honorons aussi Jéhovah. Si nous n’honorons pas Jésus et son Père, nous ne pourrons pas avoir la vie éternelle – TG2017/3 p3 §4 La Bible montre qu’en un sens Jéhovah est un Père pour nous tous (Isaïe 64:8). Quelle que soit leur espérance — aller au ciel ou vivre sur une terre paradisiaque — les chrétiens fidèles ont le droit de s’adresser à Dieu en l’appelant “ Père ”. (Matthieu 6:9.) Nous devrions avoir le désir de nous rapprocher toujours plus de notre Père et, ainsi, de nous imprégner de ses façons de voir et de ses normes (Jacques 4:8). Beaucoup n’en ont aucune envie. Ils ressemblent aux Juifs à qui Jésus a dit : “ Vous n’avez jamais entendu sa voix et vous n’avez pas non plus vu sa forme ; et sa parole, vous ne l’avez pas qui demeure en vous. ” (Jean 5:37, 38). Nous n’avons pas entendu au sens propre la voix de Dieu ; en revanche, nous pouvons avoir sa parole en nous et, de ce fait, devenir comme lui et éprouver les mêmes sentiments que lui. – TG2007  15/10 p22§15
     
    Pourquoi Jéhovah nous demande-t-il d’être neutres ?
    1) Parce que nous imitons Jésus, qui ne faisait « pas partie du monde ». Il n’a jamais pris parti dans la politique ou dans les guerres (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). 2) Parce que nous soutenons le Royaume de Dieu. Si on soutenait les gouvernements humains, on ne pourrait pas avoir bonne conscience quand on prêche que le Royaume est le seul gouvernement qui réglera tous les problèmes !
    3) Parce que cela nous permet de rester unis avec nos frères et sœurs du monde entier. Les fausses religions, elles, prennent parti dans la politique, et en faisant cela, elles divisent les gens – TG2016 Avril p21 §3
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    5:14 — La maladie est-elle la conséquence d’un péché commis ? Pas nécessairement. L’homme que Jésus avait guéri avait été malade pendant 38 ans à cause de l’imperfection héréditaire (Jean 5:1-9). Ce que Jésus voulait dire, c’est que, maintenant que l’homme avait obtenu miséricorde, il devait suivre la voie du salut et ne plus pécher volontairement, sinon il risquerait de subir quelque chose de pire que la maladie. Cet homme pourrait se rendre coupable d’un péché impardonnable et alors mériter la mort, sans aucun espoir d’être ressuscité – TG2008 15/4 p30
    Durant son ministère, Jésus a fait preuve de courage de différentes façons. Il a hardiment révélé que les chefs religieux égaraient le peuple par de faux enseignements. Il a fermement résisté à l’influence du monde. Il n’a pas laissé les pressions de ses adversaires l’empêcher de prêcher (Jean 5:15-18 ; 7:14). Par deux fois, pour purifier le temple, il n’a pas eu peur de jeter dehors ceux qui le profanaient. Réfléchir au courage de Jésus face aux souffrances fortifiera notre foi.  - TG2015  15/2 p11 §5
    Jésus n’est pas égal à Dieu - Que signifie le texte de Jean 5:18 ? « Voilà pourquoi les Juifs cherchèrent d’autant plus à le tuer : parce que non seulement il ne respectait pas le sabbat, mais en plus il appelait Dieu son propre Père, se faisant égal à Dieu » C’étaient les Juifs incrédules qui pensaient que Jésus cherchait à se faire l’égal de Dieu en le désignant comme son Père. Bien qu’il parlât à juste titre de Dieu comme de son Père, Jésus n’a jamais prétendu qu’il en était l’égal. Il a répondu sans détour aux Juifs: “Alors Jésus leur dit : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : le Fils ne peut rien faire de sa propre initiative, mais il fait seulement ce qu’il voit le Père faire. Car toutes les choses que celui-là fait, le Fils aussi les fait de la même manière” (Jean 5:19). Par ces paroles, Jésus montre aux Juifs qu’il n’est pas égal à Dieu et qu’il ne peut donc agir de sa propre initiative. Peut-on imaginer quelqu’un d’égal au Dieu Tout-Puissant disant qu’il “ne peut rien faire de lui-même”? - rs p208
    Ce que son Père lui disait, Jésus ne l’a pas simplement dit ou enseigné. Il est allé beaucoup plus loin. Il l’a dit ou l’a enseigné de la façon dont le Père l’aurait fait. Qui plus est, dans toutes ses activités et dans ses rapports avec chacun, il s’est conduit exactement comme son Père se serait conduit dans les mêmes circonstances. “Le Fils ne peut rien faire de sa propre initiative, a-t-il précisé, mais il ne fait que ce qu’il voit faire au Père. Car tout ce que fait Celui-ci, cela le Fils aussi le fait pareillement.” (Jean 5:19). Jésus a, en tout, été le reflet parfait de son Père, Jéhovah Dieu. Il n’est donc pas étonnant qu’il soit le plus grand homme de tous les temps – TG1992 15/2  p12 §19
    5:24, 25 — Qui ‘ passe de la mort à la vie ’ ? Jésus parle ici de ceux qui étaient auparavant morts sur le plan spirituel, mais qui, ayant entendu ses paroles, ont foi en lui et abandonnent leur conduite pécheresse. Ils ‘ passent de la mort à la vie ’ en ce sens que leur condamnation à mort est levée et qu’ils se voient offrir l’espérance de la vie éternelle en raison de leur foi en Dieu. - TG2008 15/4 p30
    Jésus décrit la plus précieuse des unions: les liens qui existent entre son Père et lui. Il dit aux Juifs: “Car le Père a de l’affection pour le Fils et lui montre toutes les choses qu’il fait lui-même, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez étonnés.” Il précise alors que le Père lui a confié des pouvoirs extraordinaires, puis il déclare: “Celui qui entend ma parole et qui croit celui qui m’a envoyé a la vie éternelle, et il ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.” — Jean 5:20, 24. Oui, même ceux qui sont “morts” aux yeux de Dieu à cause du péché héréditaire peuvent ‘entendre la voix du Fils de Dieu’ et venir à la vie. Comment cela ? Jésus explique: “De même, en effet, que le Père a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné aussi au Fils d’avoir la vie en lui-même.” L’expression “la vie en lui-même” peut également être rendue par “en lui-même le don de la vie”. (Jean 5:25, 26) Ainsi, Jésus est capable de permettre aux hommes d’avoir un beau rang devant Dieu. En outre, il peut ressusciter ceux qui dorment dans la mort et leur communiquer la vie – TG1986 15/2 p11
    La vision spirituelle de beaucoup est obscurcie du fait qu’ils ne se laissent pas enseigner et qu’ils ont des opinions arrêtées. De nombreux Juifs ont rejeté Jésus et ses enseignements parce qu’ils s’accrochaient obstinément à la Loi mosaïque. Évidemment, il y a eu des exceptions. Par exemple, après la résurrection de Jésus, “ une grande foule de prêtres obéissaient à la foi ”. (Actes 6:7.) Néanmoins, Paul a écrit à propos de la majorité des Juifs : “ Jusqu’à ce jour, chaque fois qu’on lit Moïse, un voile se trouve sur leur cœur. ” (2 Corinthiens 3:15). Paul savait probablement ce que Jésus avait dit aux chefs religieux juifs : “ Vous scrutez les Écritures, parce que vous pensez, vous, que par leur moyen vous aurez la vie éternelle ; et ce sont elles justement qui témoignent à mon sujet. ” (Jean 5:39). Les Écritures, celles-là même qu’ils scrutaient méthodiquement, auraient dû les aider à discerner que Jésus était le Messie. Or, ils avaient des idées bien arrêtées, et pas même le Fils de Dieu, en accomplissant des miracles, ne les a convaincus d’y renoncer.
    Il en va de même de nombreux membres de la chrétienté de nos jours. Comme les Juifs du Ier siècle, “ ils ont du zèle pour Dieu ; mais non selon la connaissance exacte ”. Quelques-uns étudient bien la Bible, mais ils ne veulent pas croire en son contenu. Ils refusent d’admettre que Jéhovah enseigne son peuple par l’intermédiaire de la classe de l’esclave fidèle et avisé, composée des chrétiens oints. Nous, pour notre part, nous comprenons que Jéhovah enseigne ses serviteurs et qu’il a toujours révélé la vérité progressivement. Nous nous laissons enseigner par lui, et il nous accorde de connaître sa volonté et son dessein. – TG2005  15/8 p21 §9,10
    Au 1er siècle, certains qui avaient accepté les enseignements de Jésus ont cessé de marcher dans la vérité. Par exemple, Jésus a un jour nourri miraculeusement une foule très nombreuse, qui l’a ensuite suivi de l’autre côté de la mer de Galilée. Là, Jésus leur a dit quelque chose qui les a choqués : « Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et ne buvez pas son sang, vous n’avez pas de vie en vous-mêmes. » Au lieu de lui demander ce qu’il voulait dire par là, ils se sont exclamés : « Ces paroles sont choquantes ! Qui peut les écouter ? » Résultat, « beaucoup de ses disciples s’en allèrent vers les choses qui étaient derrière et ne voulurent plus l’accompagner » (Jean 6:53-66). Quand certains ont été troublés par les paroles de Jésus, qu’ils avaient mal compris certains enseignements de Jésus, celui-ci a demandé aux apôtres s’ils voulaient s’en aller eux aussi. Mais Pierre a répondu avec foi : « Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as des paroles de vie éternelle » (Jean 6:67-69).
    A notre époque aussi, certains chrétiens se sont éloignés volontairement de la vérité. Ils se sont peut-être laissé troubler par une nouvelle compréhension d’un passage biblique ou par quelque chose qu’un frère connu a dit ou fait. D’autres n’ont pas apprécié de recevoir un conseil biblique – TG2018 Novembre p8 §4
    À l’époque de Jésus, de nombreux Juifs souhaitaient vivement être libérés de la domination romaine. La plupart des Juifs attendaient avec impatience la venue du Messie. Ils pensaient que celui-ci les libérerait des Romains et referait d’Israël une grande nation. Beaucoup croyaient qu’il établirait un royaume sur terre en Israël. C’est sans doute en raison d’un tel espoir que les Galiléens ont voulu que Jésus devienne leur roi. On imagine facilement pourquoi ils le considéraient comme un dirigeant idéal : c’était un excellent orateur ; il pouvait guérir les malades ; il pouvait même nourrir ceux qui avaient faim. Un jour qu’il venait de nourrir 5 000 hommes, il a senti que ce miracle avait provoqué l’admiration de la foule. La Bible dit : « Jésus donc, sachant qu’ils allaient venir s’emparer de lui pour le faire roi, se retira de nouveau dans la montagne, tout seul » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Le lendemain, l’enthousiasme des gens avait peut-être un peu faibli. Jésus leur a alors expliqué qu’il n’était pas venu pour combler leurs besoins matériels mais spirituels. Il leur a dit : « Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour la nourriture qui demeure pour la vie éternelle » (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Jésus comprenait quelle était sa mission. Si nous comprenons quelle est la nôtre, nous ne voudrons soutenir aucun parti politique, ni en actions ni en pensées. TG2018/6 p3 Alimente ta foi au moyen de la nourriture spirituelle. Sur l’Everest, le plus haut sommet du monde, un alpiniste brûle 6 000 calories par jour, bien plus que la normale. Pour endurer et atteindre le sommet, il doit absorber un maximum de calories. De même, pour endurer dans notre course chrétienne et atteindre notre objectif, nous devons absorber régulièrement le plus de nourriture spirituelle possible. Nous devons nous discipliner pour consacrer du temps à la lecture, à l’étude et aux réunions chrétiennes. Ces activités alimentent notre foi au moyen de « la nourriture qui demeure pour la vie éternelle » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). – TG2016 Avril p13 §7 Le “ dernier jour ”. La Bible parle d’un “ dernier jour ” durant lequel aura lieu la résurrection des morts (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) . Il concerne une époque beaucoup plus éloignée dans le futur que la fin de la période apostolique. Au premier siècle, certains auditeurs de Jésus manifestaient une attitude qui ne convenait pas. Un jour, Jésus a exprimé une pensée difficile à comprendre. “ Beaucoup de ses disciples donc, quand ils entendirent cela, dirent : ‘ Ce langage est choquant ! Qui peut l’écouter ? ’ ” Ceux qui s’exprimaient de la sorte avaient de toute évidence une mauvaise attitude d’esprit. Et cette mauvaise attitude les a empêchés d’écouter Jésus plus avant. Le récit se poursuit ainsi : “ À cause de cela, beaucoup de ses disciples s’en allèrent vers les choses qui étaient derrière et ne voulurent plus marcher avec lui. ” Mais tous avaient-ils une mauvaise attitude ? Non, car le récit ajoute : “ Jésus donc dit aux douze : ‘ Vous ne voulez pas vous en aller, vous aussi, n’est-ce pas ? ’ Simon Pierre lui répondit : ‘ Seigneur, vers qui irions-nous ? ’ ” Et de préciser : “ Tu as des paroles de vie éternelle. ” (Jean 6:60, 66-68). Quelle belle attitude ! Quand des explications ou une compréhension affinée des Écritures nous semblent de prime abord difficiles à accepter, n’est-il pas plus sage de manifester la même attitude d’esprit que Pierre ? Il serait insensé de cesser de servir Jéhovah ou de parler à l’encontre du “ modèle des paroles salutaires ” simplement parce que certaines pensées nous ont au départ semblé difficiles à comprendre – TG2000  1/9 p11 §15
    L’apôtre Pierre, qui a affirmé sa fidélité à Jésus, constitue pour nous un autre modèle à suivre. Un jour, pour illustrer l’importance d’exercer la foi dans sa chair et dans son sang qui allaient bientôt être sacrifiés, Christ a employé un langage imagé. Cependant, beaucoup de ses disciples en ont été choqués et l’ont abandonné (Jean 6:53-60, 66). Jésus s’est alors tourné vers ses 12 apôtres et leur a demandé : “ Vous ne voulez pas vous en aller, vous aussi, n’est-ce pas ? ” Pierre lui a répondu : “ Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as des paroles de vie éternelle ; et nous avons cru et nous avons su que tu es le Saint de Dieu. ” (Jean 6:67-69). L’apôtre comprenait-il pleinement ce que Jésus venait d’expliquer au sujet de son sacrifice ? Probablement pas. Il n’en était pas moins résolu à demeurer fidèle à l’Oint de Dieu.
    Pierre ne s’est pas dit que son Maître devait se tromper et que, si on lui en laissait le temps, celui-ci reviendrait sur sa déclaration. Non, l’apôtre a humblement reconnu qu’il avait des “ paroles de vie éternelle ”. Et nous, comment réagissons-nous quand nous lisons dans les publications éditées par “ l’intendant fidèle ” une idée difficile à comprendre ou qui ne s’accorde pas avec notre vision des choses ? Au lieu d’espérer un éventuel rectificatif qui corresponde davantage à notre façon de voir, efforçons-nous de saisir l’explication fournie – TG2012  15/4 p10 §10,11
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 SEPTEMBRE 2018 - JEAN 5-6.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 SEPTEMBRE 2018 - JEAN 5-6.pdf
  6. Thanks
    misette got a reaction from Eric Ouellet in SEMAINE DU 17 SEPTEMBRE 2018 - Vidéo par écrit "Une construction respectueuse de l’environnement honore Jéhovah" (extrait) + COMMENT ÉVITER DE GASPILLER...   
    Vidéo par écrit
    Une construction respectueuse de l’environnement honore Jéhovah (extrait).
    Cette conception permet à l’Organisation de faire un meilleur usage des offrandes.
    Bien que les experts ne s’accordent pas tous sur les pourcentages, on sait tout de même que durant le cycle de vie d’un bâtiment classique, les frais de fonctionnement et de maintenance représentent 4 à 6 fois son coût de construction.
    Par conséquent, plus la conception et la construction sont de qualité, plus l’Organisation fait des économies dans le temps.
    Par exemple, un consultant indépendant a récemment calculé que nous devrions économiser plus d’un million de dollars par an grâce aux dispositifs d’économie d’énergie mis en place en comparaison à une installation similaire classique.
    Vous aimeriez sans doute savoir quels dispositifs énergétiques et environnementaux ont été mis en œuvre à Warwick pour mériter ces récompenses et faire des économies.
    Des mesures ont été prises à différents niveaux.
    En gros, il y a 5 domaines :
    1 –Les aménagements paysagers
    2 – Le traitement des eaux pluviales
    3 – La maîtrise de l’éclairage
    4 – L’efficacité énergétique
    5 – L’utilisation de l’eau
    Pour le 1er domaine, les aménagements paysagers, un système de contrôle des précipitations et des conditions météorologiques, permettent de gérer la quantité d’eau nécessaire à chaque zone d’arrosage. L’implantation d’arbres et de plantes locales qui résistent à la sécheresse réduit également le besoin en eau.
    Le 2ème domaine concerne le traitement des eaux pluviales. Toutes les eaux collectées à partir des toits et des surfaces construites sont traitées au moyen de toitures et de bassins de rétention végétalisés, d’un pavage de béton drainant, de lits filtrants souterrains et de bassins d’orages paysagers.
    Le 3ème domaine concerne l’éclairage. Les fenêtres sont équipées de capteurs reliés à un système qui ajuste l’éclairage artificiel en fonction de l’éclairage naturel tout en permettant aux utilisateurs d’effectuer des réglages personnalisés.
    Le 4ème domaine est lié à l’efficacité énergétique. Il implique l’usage d’équipements hautement performants pour le chauffage, la ventilation et la climatisation. De plus, grâce au forage de 120 puits géothermiques, on tire profit de cette énergie renouvelable pour contribuer tant au chauffage qu’à la climatisation des bâtiments.
    Pour ce qui est du 5ème domaine, l’utilisation de l’eau, tous les éléments de plomberie sont à faible consommation. Comme on l’a dit précédemment, le prix de revient d’un bâtiment est fortement lié à ces coûts de fonctionnement et de maintenance. Donc chez soi ou au travail, chacun peut faire sa part pour économiser l’eau et l’électricité et contribuer à l’efficacité des dispositifs mis en œuvre à Wallkill et Warwick.
     
    COMMENT ÉVITER DE GASPILLER...
    ˙ Quand nous assistons aux réunions ?
    Ne pas gaspiller l’éclairage de l’électricité dans des salles annexes ou pièces, hall, toilettes, etc…..
    Se rendre disponible pour effectuer des réparations - Il faut parfois procéder à des réparations importantes pour assurer une meilleure sécurité ou pour maintenir la salle en bon état. Des frères compétents en plomberie, maçonnerie, chauffage, électricité, etc.,  peuvent se rendre disponibles pour accomplir de tels travaux. – km1991/12 p 3
    ˙ Quand nous demandons des publications pour notre usage personnel ? (km 5/09 3 § 4).
    4 Pour ce qui est des publications personnelles, ne demandez que ce qu’il vous faut réellement. En écrivant votre nom à l’intérieur, vous risquerez moins de les égarer. Si vous vous servez du CD-ROM Watchtower Library et si vous gardez vos exemplaires personnels des périodiques, les volumes reliés ne vous seront pas nécessairement utiles - km 5/09 3 § 4
    Utilisons nos publications bibliques avec sagesse - Ne les gaspillons pas : Nous pourrions en venir à accumuler plus de publications que nécessaire. Puisqu’elles sont précieuses, comment ne pas les gaspiller ? Il nous faut faire preuve de discernement quand nous allons chercher des publications en vue de notre ministère. Plutôt que de demander de nombreux exemplaires de la publication que nous présenterons, pourquoi ne pas se contenter d’un ou deux exemplaires, quitte à revenir en chercher quand nous les aurons remis à des personnes ? Cela empêcherait que des publications s’entassent chez nous en grande quantité. Pareillement, s’il nous reste beaucoup de périodiques, pensons à en demander moins –
    km 12/05 p8
    Les publications pour notre usage personnel : Nous ne devrions commander que les publications dont nous avons réellement besoin. Soyons particulièrement raisonnables lorsque nous demandons des bibles de luxe, des bibles de référence et d’autres publications grand format, telles que la Concordance, l’Index, Étude perspicace et le livre Prédicateurs, car leur production coûte cher.
    Prenons-nous soin de noter notre nom et notre adresse dans les publications pour notre usage ? Cela permet de réduire les commandes destinées à remplacer les publications égarées. Si nous avons perdu un recueil de cantiques, une bible ou un manuel d’étude, peut-être figureront-ils parmi les objets trouvés à la Salle du Royaume ou sur le lieu de l’assemblée. 6 Efforçons-nous d’utiliser sagement nos publications. Nous démontrerons ainsi notre fidélité dans la gestion des outils que Jéhovah met à notre disposition - km 9/02 p1
     
     ˙ Quand nous prenons des publications pour la prédication ? (mwb17.02 4 § 1).
    Jésus a enseigné : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Mt 10:8). Nous appliquons cette instruction claire en ne faisant pas payer les bibles et les publications que nous laissons (2Co 2:17). Pour autant, ces publications contiennent les précieuses vérités de la Parole de Dieu. Elles sont imprimées puis envoyées aux congrégations du monde entier au prix de gros efforts et d’importantes dépenses. C’est pourquoi nous ne devrions prendre que les publications dont nous avons besoin. - mwb17.02 4 § 1
    Évitons le gaspillage: Pour procurer de réels bienfaits, nos publications doivent être remises à des personnes qui recherchent la vérité, c’est-à-dire qui s’intéressent sincèrement à notre message et à notre œuvre (Mat. 10:11). Ne les laissons donc pas sans distinction à des gens qui ne manifestent pas un intérêt véritable pour le message de la Bible. Ce serait aussi gaspiller des périodiques, des livres ou d’autres publications que de les laisser s’accumuler chez nous.
    Puisque les périodiques sont datés, nous disposons d’un temps limité pour présenter chaque édition. Il nous faut donc faire un effort particulier pour participer au ministère et proposer ces périodiques aux personnes qui manifestent de l’intérêt. Si nos périodiques ont néanmoins tendance à s’accumuler, peut-être devrions-nous modifier notre programme pour consacrer davantage de temps à leur diffusion. Si cela ne nous est pas possible, il nous faut réduire notre demande. En suivant ces suggestions, nous nous montrerons de fidèles intendants de la faveur imméritée de Dieu - km 10/91 8
    ˙ Quand nous prêchons ? (mwb17.02 4 § 2, encadré).
    Fais un bon usage des publications bibliques - Fais preuve de discernement quand tu donnes une publication à quelqu’un, même dans le cadre du témoignage public. Au lieu de simplement distribuer les publications aux passants, essaie de discuter avec eux pour savoir s’ils sont intéressés. Peux-tu répondre par l’affirmative à au moins une des questions de l’encadré de l’article ? Si tu n’arrives pas à savoir si une personne est intéressée, il vaut mieux lui laisser un tract. Bien entendu, si elle demande une revue ou une autre publication, nous la lui donnerons avec plaisir. - mwb17.02 4 § 2
    Encadré
    EST-CE QUE LA PERSONNE...
    • écoute attentivement quand nous parlons ?
    • participe à la conversation ?
    • est d’accord pour lire la publication ?
    • propose, sans avoir été sollicitée, de faire un don ?
    • réagit favorablement quand nous lui lisons la Bible ?
    En prédication : Nous accordons une grande valeur à nos publications, conscients du message capital qu’elles transmettent et du coût de leur production. Nous ne devrions pas laisser nos publications aux gens qui n’apprécient pas vraiment le message de la Bible. Si une personne manifeste peu d’intérêt pour la bonne nouvelle, proposons-lui un dépliant au lieu d’une publication.
    Lorsque nous distribuons des publications, n’en déprécions pas la valeur. Ne les laissons pas dans les lieux publics de peur qu’elles ne se retrouvent par terre. Pour éviter tout gaspillage, faisons l’inventaire de nos publications avant d’en redemander. S’il nous reste régulièrement un surplus de périodiques, pensons à réduire notre commande. – km 9/02 p1
    vidéo par écrit Une construction respectueuse de l’environnement -Rien n’a été gaspillé.docx
  7. Thanks
    misette got a reaction from Eric Ouellet in VIDEO PAR ECRIT L’ORGANISATION DE DIEU A L’ŒUVRE – Comité de rédaction 2018   
    L’ORGANISATION DE DIEU A L’ŒUVRE – Comité de rédaction 2018
    Le comité de rédaction, un comité du Collège central, supervise la production de publications basées sur la Bible
    La production de ces publications comprend la traduction de la Bible dans encore plus de langues, le travail en cours sur l’étude de la Bible en ligne, et l’amélioration des revues de la Tour de Garde publique et d’étude.
    Ces changements nous aident à mieux nous acquitter de notre mission de prêcher mais aussi à faire un meilleur usage des tons.
    Traduction
    En 2016 et en 2017, la Traduction du Monde Nouveau a été publiée dans 30 langues supplémentaires. Elle est aussi en cours de traduction et ou de révision dans plus de 100 langues.
    Dans beaucoup de langues, il n’y a pas de Bibles ou elles sont très chères ou difficile à obtenir.
    Si la Traduction du Monde Nouveau est révisée, c’est pour qu’elle soit dans un langage moderne, plus facile à comprendre, qui encourage sa lecture.
    Dans certaines langues, les Bibles emploient des mots qu’on ne trouve dans la littérature ancienne ou religieuse et que personne n’utilise dans la vie de tous les jours.
    Par exemple, les Bibles en thaï et en birman, fournies par la Chrétienté, emploient un langage soutenu et honorifique.
    Dans ces Bibles, les expressions utilisées pour s’adresse à Dieu sont les mêmes que celles qui seraient utilisées pour s’adresser à un roi.
    Mais comme plus personne ne parle de cette façon, la plupart des gens ont du mal à comprendre ce genre d’expressions.
    En plus c’est difficile pour eux de voir Jéhovah comme un père aimant parce que personne ne parlerait à son père de cette façon.
    Mais maintenant que les frères thaïs et birmans ont la Traduction du Monde Nouveau dans un langage de tous les jours, beaucoup disent qu’ils se sentent plus proches de Jéhovah.
    Bible d’étude
    Citons un autre beau cadeau que nous avons reçu récemment. La Bible d'étude en ligne.
    Elle n’est pas encore disponible dans beaucoup de langues mais c’est l’ouvrage le plus documenté que notre Organisation n’ait jamais produit.
    A la différence de l’édition standard que nous utilisons en prédication, l’édition d’étude est conçue pour notre étude individuelle.
    Elle contient entre autre : une galerie Multimédia avec de nouvelles illustrations, des images 3D, des vidéos ainsi que des photos.
    Tout cela représente énormément de travail. Beaucoup de photos et de vidéos ont été réalisées dans les pays bibliques. Certains sites archéologiques présentent plusieurs strass (des exemples de phrases traduites) correspondants à des époques différentes. Les chercheurs doivent donc déterminer quels vestiges à la période qu’ils étudient. Et il y a d’autres difficultés. Beaucoup de sites historiques sont situés dans des régions où les autorités imposent des restrictions strictes de déplacement ; comme l’interdiction den survoler certaines zones et donc pour prendre des vues aériennes avec un drone, les frères doivent demander une autorisation spéciale.
    Revues publiques
    Depuis janvier 2018, les éditions publiques de la Tour de Garde et de Réveillez-vous ont été modifiées. Chaque numéro n’aborde maintenant qu’un seul thème. Ainsi quand on prêche, on peut orienter nos conversations sur des sujets précis qui sont particulièrement adaptés, profitables aux personnes.
    De plus, nos revues sont conçues pour être proposées pendant plusieurs mois et pas seulement quelques semaines après leur date de parution.
    Édition d'étude
    Pour ce qui est de l’édition de la Tour de Garde, il va y avoir plusieurs améliorations qui vont beaucoup nous plaire.
    À partir de 2019, sa présentation générale va changer. Les articles d’étude seront numérotés de 1à 52 pour correspondre aux semaines de l’année civile. De plus la taille des caractères sera un peu plus grande. En fait parmi les frères et sœurs qui utilisent la version papier, beaucoup vivent dans des régions où les conditions d’éclairage sont mauvaises. Du coup, une taille de caractère plus grande leur facilitera la lecture.
    Par ailleurs, il y aura une description des illustrations pour expliquer le contenu de certaines d’entre elles. Cette nouveauté sera très utile pour ceux qui utilisent l’édition en braille.
    Autre nouveauté. Pour chaque article d’étude, il y aura non seulement le numéro mais aussi le titre des cantiques prévus. Le premier cantique de l’étude, figurera au début de l’article et le dernier cantique à la fin. De même, les questions de révision ne seront plus au début mais à la fin de l’article.
    Enfin, l’édition facile de la Tour de Garde en anglais ne paraîtra plus à partir de 2019. A la place, l’édition d’étude standard utilisera un langage plus simple. Cela diminuera de moitié le travail de création des maquettes et de composition du texte.
    Il est clair que Jéhovah accélère son œuvre et cela nous permet de nous concentrer sur ce qui compte vraiment en ce temps de la fin et d’aider les gens à apprendre la vérité sur notre Père céleste plein d’amour.
     
     
    L'ORGANISATION DE DIEU EN OEUVRE.docx
  8. Thanks
    misette got a reaction from jpl in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 septembre 2018 - JEAN 5-6   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : JEAN 5-6
    Jean 6:44 : Comment le Père attire-t-il les personnes à lui ? (nwtsty, note d’étude).
    « Personne ne peut venir vers moi, si le Père, qui m’a envoyé, ne l’attire ; et je le ressusciterai au dernier jour ».
    l’attire : Bien que le verbe grec pour « attirer » soit employé pour parler de l’action de tirer un filet à poissons (Jean 21:6, 11), il n’indique pas que Dieu « tire » les gens à lui contre leur gré. La déclaration de Jésus fait peut-être allusion à Jr 31:3, où Jéhovah dit à la nation d’Israël : « Je t’ai attirée avec bonté de coeur » (la Septante utilise ici le même verbe grec que celui qui figure en Jean 6:44). Jean 12:32 montre que, pareillement, Jésus attire des hommes de toutes sortes. La Bible indique que Jéhovah a donné aux humains le libre arbitre.
    Tout le monde peut choisir de le servir ou non (Dt 30:19, 20). Dieu attire avec douceur ceux qui ont un coeur bien disposé (Ps 11:5 ; Pr 21:2 ; Ac 13:48). Il le fait grâce au message de la Bible et à son esprit saint. La prophétie d’Is 54:13, citée en Jean 6:45, s’applique à ceux qui sont attirés par le Père.
    (Comparer avec Jean 6:65 « Il dit encore : « Voilà pourquoi je vous ai dit : “Personne ne peut venir vers moi si cela ne lui est pas accordé par le Père.” » Jéhovah lit dans les cœurs et dans les pensées, et il sait qui est susceptible de se montrer sensible à son amour, même si pour l’instant ces personnes ne le connaissent pas encore. Jéhovah lit dans les cœurs et dans les pensées, et il sait qui est susceptible de se montrer sensible à son amour, même si pour l’instant ces personnes ne le connaissent pas encore. Il se sert aussi de ses anges pour diriger ce ministère unique en son genre- nwtsty, notes d’étude
    Jéhovah nous attire individuellement à son Fils et à l’espérance de la vie éternelle. Comment ? Par l’œuvre de prédication, qui touche chacun personnellement, et par son esprit saint, qui nous aide à comprendre et à mettre en pratique les vérités spirituelles malgré nos limites et nos imperfections. Il peut donc nous dire, comme autrefois à la nation d’Israël : “ Je t’ai aimée d’un amour pour des temps indéfinis. C’est pourquoi je t’ai attirée avec bonté de cœur. ” Jérémie 31:3. – cl p247
    Jéhovah nous « tire-t-il » à lui contre notre gré, nous forçant à le servir ? Non. Il nous a donné le libre arbitre, ou liberté de choix. Il ne nous force pas à lui ouvrir notre cœur. Un bibliste explique : « La porte de notre cœur n’a pas de poignée à l’extérieur. Elle ne s’ouvre que de l’intérieur. » Jéhovah examine les milliards de cœurs qui existent dans le monde pour trouver les personnes qui le recherchent (1 Chroniques 28:9). Quand il en trouve une, il agit envers elle de façon touchante. Comment cela ? Jéhovah attire en douceur le cœur d’une personne qui est « dans la disposition qu’il faut » . Il le fait de deux manières : au moyen de la prédication de la bonne nouvelle, qui touche chacun personnellement, et au moyen de son esprit saint. Quand il voit un cœur réceptif aux vérités bibliques, il utilise son esprit pour aider la personne à les comprendre et à les appliquer dans sa vie. Sans cette aide, nous ne pourrions pas devenir de véritables disciples de Jésus ni de fidèles adorateurs de Jéhovah. il nous attire parce qu’il voit quelque chose de bon dans notre cœur et s’intéresse à nous individuellement. ? Le fait de savoir que Jéhovah s’intéresse individuellement à ses adorateurs vous pousse-t-il à lui ouvrir la porte de votre cœur ? La porte de notre cœur n’a pas de poignée à l’extérieur. Elle ne s’ouvre que de l’intérieur.- TG2013  1/5 p14
    Jean 6:64 : En quel sens Jésus savait-il « dès le commencement » que Judas le trahirait ? (nwtsty, note d’étude).
    « Mais il y en a quelques-uns parmi vous qui ne croient pas. » En effet, Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas et qui était celui qui le trahirait »
    Jésus savait [...] qui était celui qui le trahirait : Jésus parlait de Judas Iscariote. Avant de choisir ses 12 apôtres, Jésus a passé la nuit entière à prier son Père (Lc 6:12-16). Donc, au départ, Judas était fidèle à Dieu. Cependant, grâce aux prophéties des Écritures hébraïques, Jésus savait qu’il serait trahi par un intime (Ps 41:9 ; 109:8 ; Jean 13:18, 19).
    Quand Judas a commencé à mal tourner, Jésus, qui pouvait lire dans les cœurs et les pensées, a remarqué ce changement (Mt 9:4). En utilisant sa capacité à connaître l’avenir, Dieu a su qu’un compagnon de confiance de Jésus deviendrait un traître. Mais penser que c’est Judas qui devait devenir infidèle, comme si sa trahison était prédestinée, n’est pas compatible avec les qualités et les manières d’agir de Dieu. - nwtsty, notes d’étude
    dès le commencement : ou « dès le début ». Cette expression ne se rapporte pas à la naissance de Judas ni au moment où il a été choisi comme apôtre, choix que Jésus a fait après avoir prié toute une nuit (Lc 6:12-16). Elle se rapporte plutôt au moment où Judas a commencé à agir en traître, attitude que Jésus a immédiatement discernée (Jean 2:24, 25 ; Ré 1:1 ; 2:23). Elle montre aussi que les actions de Judas étaient préméditées, qu’elles n’étaient pas le résultat d’un changement soudain d’état d’esprit. Dans les Écritures grecques chrétiennes, le sens du terme grec arkhê rendu par « commencement » ou « début » est relatif : il dépend du contexte.
    Par exemple, en 2P 3:4, où il est rendu par « commencement », il se rapporte au début de la création. Mais dans la plupart des cas, il est utilisé dans un sens plus restreint. Par exemple, Pierre a dit que l’esprit saint était venu sur les Gentils « tout comme il était venu sur nous au début » (Ac 11:15). Pierre ne parlait pas du moment de sa naissance ou de celui où il était devenu apôtre. Il parlait en fait du jour de la Pentecôte 33 de n. ère, c’est-à-dire le « début » de l’effusion de l’esprit saint dans un but précis (Ac 2:1-4). D’autres exemples qui montrent que le sens des termes « commencement » ou « début » dépend du contexte se trouvent en Lc 1:2 ; Jean 15:27 ; et 1J 2:7. - nwtsty, notes d’étude
    Grâce aux prophéties des Écritures hébraïques, Christ savait qu’il serait livré par un intime. Dieu aussi, en usant de sa prescience, avait vu que cet homme deviendrait un traître ; en revanche, penser que Judas devait inévitablement faillir, comme s’il avait été prédestiné, est inconciliable avec les qualités de Dieu et avec ses manières d’agir du passé. Au contraire, comme on l’a déjà dit, au début de son apostolat Judas était fidèle à Dieu et à Jésus. Par conséquent, ce que Jean dut vouloir dire, c’est que “ dès le commencement ” du moment où Judas commença à mal tourner, à succomber à l’imperfection et à des inclinations pécheresses, Jésus s’en aperçut. Judas se sentit certainement visé quand Jésus parla d’un “ calomniateur ”, mais il continua de voyager avec Jésus et les apôtres fidèles et, manifestement, il ne changea pas – it2 p76
    Jéhovah Dieu prophétisa que Jésus serait trahi par un de ses apôtres, mais le traître n’est pas mentionné par son nom. Ps. 41:9. Rien ne prouve que Jésus savait, lorsqu’il choisit Judas Iscariot, que celui-ci serait le traître. Cependant la puissance que Jésus reçut de Jéhovah le rendit capable de percevoir les pensées et les intentions de l’esprit et du cœur de l’homme, et sitôt que Judas se laissa entraîner dans cette direction-là Jésus s’en aperçut.
     
    Afin de montrer qu’il était le Messie il annonça cette trahison d’avance : “ Dès à présent je vous le dis, avant que la chose arrive, afin que, lorsqu’elle arrivera, vous croyiez à ce que je suis. ”” (Jean 2:24, 25 ; 6:64, 70, 71) Les prédictions qui identifiaient personnellement Judas comme étant le traître vinrent après qu’il avait grandi spirituellement, après qu’il fut devenu un apôtre. – TG1953 p294 §9
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    De retour à Jérusalem, Jésus a guéri un homme près de la piscine de Bethzatha. Aux Juifs qui trouvaient à redire à cette guérison, Jésus a expliqué : “ Le Fils ne peut rien faire de sa propre initiative, mais seulement ce qu’il voit faire au Père. ” Puis il a précisé que le Père “ a remis tout le jugement au Fils ”, avant d’ajouter : “ Celui qui entend ma parole et croit celui qui m’a envoyé a la vie éternelle. ” En outre, il a annoncé : “ L’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront [la voix du Fils de l’homme] et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie, ceux qui ont pratiqué des choses viles, pour une résurrection de jugement. ” (Jean 5:1-9, 19, 22, 24-29). Par ces mots, Jésus a montré aux Juifs qui le harcelaient que c’était lui que Dieu avait désigné pour concrétiser l’espérance juive de la vie éternelle sur la terre, et qu’il le ferait en relevant les morts. On comprend dès lors que, quand Jésus a parlé à ses détracteurs de la vie éternelle, il pensait aussi bien à l’espérance de la vie céleste proposée au “ petit troupeau ” qu’à l’espérance de la vie terrestre réservée à des millions d’“ autres brebis  - TG2009  15/8 p11 §10
    De grandes foules de malades et d’infirmes se rassemblaient à Bethzatha. Qu’est-ce qui les y attirait ? Pour une raison inexpliquée, ils croyaient que, si un malade entrait dans la piscine lorsque l’eau était agitée, il serait miraculeusement guéri. On imagine ce que chacun devait éprouver ! La tension, l’inquiétude et le désespoir étaient sans nul doute palpables. Mais qu’est-ce qui a attiré en ce lieu un homme comme Jésus, parfait, sans défaut physique ? L’amour. Ému de pitié, Jésus y a parlé à un homme malade depuis plus longtemps que lui-même ne vivait sur terre (Jean 5:5-9).
    Peux-tu imaginer la détresse dans le regard de cet homme quand Jésus lui demande s’il veut retrouver la santé ? Sa réponse est immédiate. Il veut être guéri, mais comment pourrait-il l’être ? Il n’a personne pour l’aider à entrer dans la piscine ! C’est alors que Jésus lui ordonne de faire l’impossible : prendre sa couchette et marcher. Et c’est ce que l’homme fait : il prend sa couchette et se met à marcher. Quel aperçu réconfortant de ce que Jésus fera dans le monde nouveau ! Ce miracle nous montre également sa compassion. Il cherchait les gens en détresse. Son exemple devrait nous pousser à continuer à chercher dans notre territoire les personnes déprimées par les choses terribles qui se produisent dans le monde. – TG2015  15/6 p10 §9,10
    Une autre raison pour laquelle les larmes de chagrin sécheront est que les humains ne seront plus malades. Lorsque Jésus était sur la terre, il a guéri beaucoup de gens : il a rendu la vue à des aveugles, l’ouïe à des sourds, la vigueur à des infirmes. Jean 5:5-9 raconte qu’il a guéri un homme boiteux depuis 38 ans. Ceux qui ont assisté à la scène ont trouvé que c’était une œuvre étonnante, une œuvre prodigieuse. C’en était une, en effet ! Mais Jésus a parlé de quelque chose d’encore plus merveilleux : de la résurrection des morts. “ Ne vous étonnez pas de cela, déclara-t-il, parce que l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie. ” — Jean 5:28, 29.
    Cela se produira immanquablement, car celui qui le promet est Jéhovah. Vous pouvez avoir la certitude que, lorsqu’il emploiera et dirigera avec précision sa grande puissance, les résultats seront prodigieux. De toute évidence, nous avons bien des raisons de prêter attention à toutes les œuvres prodigieuses de Jéhovah, à ce qu’il a fait dans le passé, à ce qu’il fait aujourd’hui et à ce qu’il fera dans l’avenir proche – TG2001  15/4 p13 §21
    Preuve qui nous amènent à la conclusion que le septième jour se poursuivait au 1er siècle se trouve dans les propos que Jésus a tenus à ses ennemis lorsque ces derniers lui ont reproché d’avoir opéré une guérison le jour du sabbat, ce qu’ils assimilaient à un travail. “ Mon Père n’a cessé de travailler jusqu’à maintenant, et moi je ne cesse de travailler ”, leur a objecté le Seigneur (Jean 5:16, 17). C’est comme s’il avait dit à ses détracteurs : ‘ Mon Père et moi participons à la même œuvre. Étant donné que mon Père n’a cessé de travailler pendant son sabbat long de plusieurs milliers d’années, il m’est permis de travailler, même le sabbat. ’ Jésus montrait ainsi que le septième jour était toujours en cours à son époque. Durant celui-ci, Dieu se reposait de son activité créatrice en rapport avec la terre. Néanmoins, il continuait à travailler à l’accomplissement de son dessein. Le jour de repos de Dieu se poursuivra jusqu’à ce que son dessein relatif à la terre et aux humains connaisse son plein accomplissement à la fin du Règne de mille ans de Christ. – TG2011  15/7 p24 §3
    Jésus Christ était incontestablement ‘ capable, qualifié et compétent ’. Et cela n’avait rien d’étonnant. Il avait été formé par Jéhovah Dieu en personne ! Quels facteurs ont rendu sa formation efficace ? Jésus en a mentionné trois, qu’on retrouve en Jean 5:20 : “ Le Père a de l’affection pour le Fils et lui montre toutes les choses qu’il fait lui-même, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci. ”Quand ils forment les assistants ministériels, les anciens doivent penser aux besoins futurs. Même si les anciens et les assistants ministériels semblent assez nombreux pour répondre aux besoins actuels, qu’en sera-t-il si une nouvelle congrégation est formée ? si plusieurs congrégations sont formées ? Anciens, suivez-vous l’exemple de Jéhovah en entretenant des relations chaleureuses avec les hommes que vous formez ? Leur montrez-vous comment s’acquitter de leurs tâches ? Pensez-vous aux besoins futurs ? Si vous suivez l’exemple que Jéhovah a donné en formant Jésus, beaucoup en retireront de grands bienfaits. – TG2002 1/1 p29-31
    D’après
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. « Car le Père ne juge personne, mais il a confié tout le jugement au Fils, 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé » Jéhovah a fait de Jésus le juge de tous les humains. C’est surtout pour cette raison que nous devrions honorer Jésus. En l’honorant, nous honorons aussi Jéhovah. Si nous n’honorons pas Jésus et son Père, nous ne pourrons pas avoir la vie éternelle – TG2017/3 p3 §4 La Bible montre qu’en un sens Jéhovah est un Père pour nous tous (Isaïe 64:8). Quelle que soit leur espérance — aller au ciel ou vivre sur une terre paradisiaque — les chrétiens fidèles ont le droit de s’adresser à Dieu en l’appelant “ Père ”. (Matthieu 6:9.) Nous devrions avoir le désir de nous rapprocher toujours plus de notre Père et, ainsi, de nous imprégner de ses façons de voir et de ses normes (Jacques 4:8). Beaucoup n’en ont aucune envie. Ils ressemblent aux Juifs à qui Jésus a dit : “ Vous n’avez jamais entendu sa voix et vous n’avez pas non plus vu sa forme ; et sa parole, vous ne l’avez pas qui demeure en vous. ” (Jean 5:37, 38). Nous n’avons pas entendu au sens propre la voix de Dieu ; en revanche, nous pouvons avoir sa parole en nous et, de ce fait, devenir comme lui et éprouver les mêmes sentiments que lui. – TG2007  15/10 p22§15
     
    Pourquoi Jéhovah nous demande-t-il d’être neutres ?
    1) Parce que nous imitons Jésus, qui ne faisait « pas partie du monde ». Il n’a jamais pris parti dans la politique ou dans les guerres (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). 2) Parce que nous soutenons le Royaume de Dieu. Si on soutenait les gouvernements humains, on ne pourrait pas avoir bonne conscience quand on prêche que le Royaume est le seul gouvernement qui réglera tous les problèmes !
    3) Parce que cela nous permet de rester unis avec nos frères et sœurs du monde entier. Les fausses religions, elles, prennent parti dans la politique, et en faisant cela, elles divisent les gens – TG2016 Avril p21 §3
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    5:14 — La maladie est-elle la conséquence d’un péché commis ? Pas nécessairement. L’homme que Jésus avait guéri avait été malade pendant 38 ans à cause de l’imperfection héréditaire (Jean 5:1-9). Ce que Jésus voulait dire, c’est que, maintenant que l’homme avait obtenu miséricorde, il devait suivre la voie du salut et ne plus pécher volontairement, sinon il risquerait de subir quelque chose de pire que la maladie. Cet homme pourrait se rendre coupable d’un péché impardonnable et alors mériter la mort, sans aucun espoir d’être ressuscité – TG2008 15/4 p30
    Durant son ministère, Jésus a fait preuve de courage de différentes façons. Il a hardiment révélé que les chefs religieux égaraient le peuple par de faux enseignements. Il a fermement résisté à l’influence du monde. Il n’a pas laissé les pressions de ses adversaires l’empêcher de prêcher (Jean 5:15-18 ; 7:14). Par deux fois, pour purifier le temple, il n’a pas eu peur de jeter dehors ceux qui le profanaient. Réfléchir au courage de Jésus face aux souffrances fortifiera notre foi.  - TG2015  15/2 p11 §5
    Jésus n’est pas égal à Dieu - Que signifie le texte de Jean 5:18 ? « Voilà pourquoi les Juifs cherchèrent d’autant plus à le tuer : parce que non seulement il ne respectait pas le sabbat, mais en plus il appelait Dieu son propre Père, se faisant égal à Dieu » C’étaient les Juifs incrédules qui pensaient que Jésus cherchait à se faire l’égal de Dieu en le désignant comme son Père. Bien qu’il parlât à juste titre de Dieu comme de son Père, Jésus n’a jamais prétendu qu’il en était l’égal. Il a répondu sans détour aux Juifs: “Alors Jésus leur dit : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : le Fils ne peut rien faire de sa propre initiative, mais il fait seulement ce qu’il voit le Père faire. Car toutes les choses que celui-là fait, le Fils aussi les fait de la même manière” (Jean 5:19). Par ces paroles, Jésus montre aux Juifs qu’il n’est pas égal à Dieu et qu’il ne peut donc agir de sa propre initiative. Peut-on imaginer quelqu’un d’égal au Dieu Tout-Puissant disant qu’il “ne peut rien faire de lui-même”? - rs p208
    Ce que son Père lui disait, Jésus ne l’a pas simplement dit ou enseigné. Il est allé beaucoup plus loin. Il l’a dit ou l’a enseigné de la façon dont le Père l’aurait fait. Qui plus est, dans toutes ses activités et dans ses rapports avec chacun, il s’est conduit exactement comme son Père se serait conduit dans les mêmes circonstances. “Le Fils ne peut rien faire de sa propre initiative, a-t-il précisé, mais il ne fait que ce qu’il voit faire au Père. Car tout ce que fait Celui-ci, cela le Fils aussi le fait pareillement.” (Jean 5:19). Jésus a, en tout, été le reflet parfait de son Père, Jéhovah Dieu. Il n’est donc pas étonnant qu’il soit le plus grand homme de tous les temps – TG1992 15/2  p12 §19
    5:24, 25 — Qui ‘ passe de la mort à la vie ’ ? Jésus parle ici de ceux qui étaient auparavant morts sur le plan spirituel, mais qui, ayant entendu ses paroles, ont foi en lui et abandonnent leur conduite pécheresse. Ils ‘ passent de la mort à la vie ’ en ce sens que leur condamnation à mort est levée et qu’ils se voient offrir l’espérance de la vie éternelle en raison de leur foi en Dieu. - TG2008 15/4 p30
    Jésus décrit la plus précieuse des unions: les liens qui existent entre son Père et lui. Il dit aux Juifs: “Car le Père a de l’affection pour le Fils et lui montre toutes les choses qu’il fait lui-même, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez étonnés.” Il précise alors que le Père lui a confié des pouvoirs extraordinaires, puis il déclare: “Celui qui entend ma parole et qui croit celui qui m’a envoyé a la vie éternelle, et il ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.” — Jean 5:20, 24. Oui, même ceux qui sont “morts” aux yeux de Dieu à cause du péché héréditaire peuvent ‘entendre la voix du Fils de Dieu’ et venir à la vie. Comment cela ? Jésus explique: “De même, en effet, que le Père a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné aussi au Fils d’avoir la vie en lui-même.” L’expression “la vie en lui-même” peut également être rendue par “en lui-même le don de la vie”. (Jean 5:25, 26) Ainsi, Jésus est capable de permettre aux hommes d’avoir un beau rang devant Dieu. En outre, il peut ressusciter ceux qui dorment dans la mort et leur communiquer la vie – TG1986 15/2 p11
    La vision spirituelle de beaucoup est obscurcie du fait qu’ils ne se laissent pas enseigner et qu’ils ont des opinions arrêtées. De nombreux Juifs ont rejeté Jésus et ses enseignements parce qu’ils s’accrochaient obstinément à la Loi mosaïque. Évidemment, il y a eu des exceptions. Par exemple, après la résurrection de Jésus, “ une grande foule de prêtres obéissaient à la foi ”. (Actes 6:7.) Néanmoins, Paul a écrit à propos de la majorité des Juifs : “ Jusqu’à ce jour, chaque fois qu’on lit Moïse, un voile se trouve sur leur cœur. ” (2 Corinthiens 3:15). Paul savait probablement ce que Jésus avait dit aux chefs religieux juifs : “ Vous scrutez les Écritures, parce que vous pensez, vous, que par leur moyen vous aurez la vie éternelle ; et ce sont elles justement qui témoignent à mon sujet. ” (Jean 5:39). Les Écritures, celles-là même qu’ils scrutaient méthodiquement, auraient dû les aider à discerner que Jésus était le Messie. Or, ils avaient des idées bien arrêtées, et pas même le Fils de Dieu, en accomplissant des miracles, ne les a convaincus d’y renoncer.
    Il en va de même de nombreux membres de la chrétienté de nos jours. Comme les Juifs du Ier siècle, “ ils ont du zèle pour Dieu ; mais non selon la connaissance exacte ”. Quelques-uns étudient bien la Bible, mais ils ne veulent pas croire en son contenu. Ils refusent d’admettre que Jéhovah enseigne son peuple par l’intermédiaire de la classe de l’esclave fidèle et avisé, composée des chrétiens oints. Nous, pour notre part, nous comprenons que Jéhovah enseigne ses serviteurs et qu’il a toujours révélé la vérité progressivement. Nous nous laissons enseigner par lui, et il nous accorde de connaître sa volonté et son dessein. – TG2005  15/8 p21 §9,10
    Au 1er siècle, certains qui avaient accepté les enseignements de Jésus ont cessé de marcher dans la vérité. Par exemple, Jésus a un jour nourri miraculeusement une foule très nombreuse, qui l’a ensuite suivi de l’autre côté de la mer de Galilée. Là, Jésus leur a dit quelque chose qui les a choqués : « Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et ne buvez pas son sang, vous n’avez pas de vie en vous-mêmes. » Au lieu de lui demander ce qu’il voulait dire par là, ils se sont exclamés : « Ces paroles sont choquantes ! Qui peut les écouter ? » Résultat, « beaucoup de ses disciples s’en allèrent vers les choses qui étaient derrière et ne voulurent plus l’accompagner » (Jean 6:53-66). Quand certains ont été troublés par les paroles de Jésus, qu’ils avaient mal compris certains enseignements de Jésus, celui-ci a demandé aux apôtres s’ils voulaient s’en aller eux aussi. Mais Pierre a répondu avec foi : « Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as des paroles de vie éternelle » (Jean 6:67-69).
    A notre époque aussi, certains chrétiens se sont éloignés volontairement de la vérité. Ils se sont peut-être laissé troubler par une nouvelle compréhension d’un passage biblique ou par quelque chose qu’un frère connu a dit ou fait. D’autres n’ont pas apprécié de recevoir un conseil biblique – TG2018 Novembre p8 §4
    À l’époque de Jésus, de nombreux Juifs souhaitaient vivement être libérés de la domination romaine. La plupart des Juifs attendaient avec impatience la venue du Messie. Ils pensaient que celui-ci les libérerait des Romains et referait d’Israël une grande nation. Beaucoup croyaient qu’il établirait un royaume sur terre en Israël. C’est sans doute en raison d’un tel espoir que les Galiléens ont voulu que Jésus devienne leur roi. On imagine facilement pourquoi ils le considéraient comme un dirigeant idéal : c’était un excellent orateur ; il pouvait guérir les malades ; il pouvait même nourrir ceux qui avaient faim. Un jour qu’il venait de nourrir 5 000 hommes, il a senti que ce miracle avait provoqué l’admiration de la foule. La Bible dit : « Jésus donc, sachant qu’ils allaient venir s’emparer de lui pour le faire roi, se retira de nouveau dans la montagne, tout seul » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Le lendemain, l’enthousiasme des gens avait peut-être un peu faibli. Jésus leur a alors expliqué qu’il n’était pas venu pour combler leurs besoins matériels mais spirituels. Il leur a dit : « Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour la nourriture qui demeure pour la vie éternelle » (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Jésus comprenait quelle était sa mission. Si nous comprenons quelle est la nôtre, nous ne voudrons soutenir aucun parti politique, ni en actions ni en pensées. TG2018/6 p3 Alimente ta foi au moyen de la nourriture spirituelle. Sur l’Everest, le plus haut sommet du monde, un alpiniste brûle 6 000 calories par jour, bien plus que la normale. Pour endurer et atteindre le sommet, il doit absorber un maximum de calories. De même, pour endurer dans notre course chrétienne et atteindre notre objectif, nous devons absorber régulièrement le plus de nourriture spirituelle possible. Nous devons nous discipliner pour consacrer du temps à la lecture, à l’étude et aux réunions chrétiennes. Ces activités alimentent notre foi au moyen de « la nourriture qui demeure pour la vie éternelle » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). – TG2016 Avril p13 §7 Le “ dernier jour ”. La Bible parle d’un “ dernier jour ” durant lequel aura lieu la résurrection des morts (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) . Il concerne une époque beaucoup plus éloignée dans le futur que la fin de la période apostolique. Au premier siècle, certains auditeurs de Jésus manifestaient une attitude qui ne convenait pas. Un jour, Jésus a exprimé une pensée difficile à comprendre. “ Beaucoup de ses disciples donc, quand ils entendirent cela, dirent : ‘ Ce langage est choquant ! Qui peut l’écouter ? ’ ” Ceux qui s’exprimaient de la sorte avaient de toute évidence une mauvaise attitude d’esprit. Et cette mauvaise attitude les a empêchés d’écouter Jésus plus avant. Le récit se poursuit ainsi : “ À cause de cela, beaucoup de ses disciples s’en allèrent vers les choses qui étaient derrière et ne voulurent plus marcher avec lui. ” Mais tous avaient-ils une mauvaise attitude ? Non, car le récit ajoute : “ Jésus donc dit aux douze : ‘ Vous ne voulez pas vous en aller, vous aussi, n’est-ce pas ? ’ Simon Pierre lui répondit : ‘ Seigneur, vers qui irions-nous ? ’ ” Et de préciser : “ Tu as des paroles de vie éternelle. ” (Jean 6:60, 66-68). Quelle belle attitude ! Quand des explications ou une compréhension affinée des Écritures nous semblent de prime abord difficiles à accepter, n’est-il pas plus sage de manifester la même attitude d’esprit que Pierre ? Il serait insensé de cesser de servir Jéhovah ou de parler à l’encontre du “ modèle des paroles salutaires ” simplement parce que certaines pensées nous ont au départ semblé difficiles à comprendre – TG2000  1/9 p11 §15
    L’apôtre Pierre, qui a affirmé sa fidélité à Jésus, constitue pour nous un autre modèle à suivre. Un jour, pour illustrer l’importance d’exercer la foi dans sa chair et dans son sang qui allaient bientôt être sacrifiés, Christ a employé un langage imagé. Cependant, beaucoup de ses disciples en ont été choqués et l’ont abandonné (Jean 6:53-60, 66). Jésus s’est alors tourné vers ses 12 apôtres et leur a demandé : “ Vous ne voulez pas vous en aller, vous aussi, n’est-ce pas ? ” Pierre lui a répondu : “ Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as des paroles de vie éternelle ; et nous avons cru et nous avons su que tu es le Saint de Dieu. ” (Jean 6:67-69). L’apôtre comprenait-il pleinement ce que Jésus venait d’expliquer au sujet de son sacrifice ? Probablement pas. Il n’en était pas moins résolu à demeurer fidèle à l’Oint de Dieu.
    Pierre ne s’est pas dit que son Maître devait se tromper et que, si on lui en laissait le temps, celui-ci reviendrait sur sa déclaration. Non, l’apôtre a humblement reconnu qu’il avait des “ paroles de vie éternelle ”. Et nous, comment réagissons-nous quand nous lisons dans les publications éditées par “ l’intendant fidèle ” une idée difficile à comprendre ou qui ne s’accorde pas avec notre vision des choses ? Au lieu d’espérer un éventuel rectificatif qui corresponde davantage à notre façon de voir, efforçons-nous de saisir l’explication fournie – TG2012  15/4 p10 §10,11
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 SEPTEMBRE 2018 - JEAN 5-6.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 SEPTEMBRE 2018 - JEAN 5-6.pdf
  9. Thanks
    misette got a reaction from jpl in SEMAINE DU 17 SEPTEMBRE 2018 - Vidéo par écrit "Une construction respectueuse de l’environnement honore Jéhovah" (extrait) + COMMENT ÉVITER DE GASPILLER...   
    Vidéo par écrit
    Une construction respectueuse de l’environnement honore Jéhovah (extrait).
    Cette conception permet à l’Organisation de faire un meilleur usage des offrandes.
    Bien que les experts ne s’accordent pas tous sur les pourcentages, on sait tout de même que durant le cycle de vie d’un bâtiment classique, les frais de fonctionnement et de maintenance représentent 4 à 6 fois son coût de construction.
    Par conséquent, plus la conception et la construction sont de qualité, plus l’Organisation fait des économies dans le temps.
    Par exemple, un consultant indépendant a récemment calculé que nous devrions économiser plus d’un million de dollars par an grâce aux dispositifs d’économie d’énergie mis en place en comparaison à une installation similaire classique.
    Vous aimeriez sans doute savoir quels dispositifs énergétiques et environnementaux ont été mis en œuvre à Warwick pour mériter ces récompenses et faire des économies.
    Des mesures ont été prises à différents niveaux.
    En gros, il y a 5 domaines :
    1 –Les aménagements paysagers
    2 – Le traitement des eaux pluviales
    3 – La maîtrise de l’éclairage
    4 – L’efficacité énergétique
    5 – L’utilisation de l’eau
    Pour le 1er domaine, les aménagements paysagers, un système de contrôle des précipitations et des conditions météorologiques, permettent de gérer la quantité d’eau nécessaire à chaque zone d’arrosage. L’implantation d’arbres et de plantes locales qui résistent à la sécheresse réduit également le besoin en eau.
    Le 2ème domaine concerne le traitement des eaux pluviales. Toutes les eaux collectées à partir des toits et des surfaces construites sont traitées au moyen de toitures et de bassins de rétention végétalisés, d’un pavage de béton drainant, de lits filtrants souterrains et de bassins d’orages paysagers.
    Le 3ème domaine concerne l’éclairage. Les fenêtres sont équipées de capteurs reliés à un système qui ajuste l’éclairage artificiel en fonction de l’éclairage naturel tout en permettant aux utilisateurs d’effectuer des réglages personnalisés.
    Le 4ème domaine est lié à l’efficacité énergétique. Il implique l’usage d’équipements hautement performants pour le chauffage, la ventilation et la climatisation. De plus, grâce au forage de 120 puits géothermiques, on tire profit de cette énergie renouvelable pour contribuer tant au chauffage qu’à la climatisation des bâtiments.
    Pour ce qui est du 5ème domaine, l’utilisation de l’eau, tous les éléments de plomberie sont à faible consommation. Comme on l’a dit précédemment, le prix de revient d’un bâtiment est fortement lié à ces coûts de fonctionnement et de maintenance. Donc chez soi ou au travail, chacun peut faire sa part pour économiser l’eau et l’électricité et contribuer à l’efficacité des dispositifs mis en œuvre à Wallkill et Warwick.
     
    COMMENT ÉVITER DE GASPILLER...
    ˙ Quand nous assistons aux réunions ?
    Ne pas gaspiller l’éclairage de l’électricité dans des salles annexes ou pièces, hall, toilettes, etc…..
    Se rendre disponible pour effectuer des réparations - Il faut parfois procéder à des réparations importantes pour assurer une meilleure sécurité ou pour maintenir la salle en bon état. Des frères compétents en plomberie, maçonnerie, chauffage, électricité, etc.,  peuvent se rendre disponibles pour accomplir de tels travaux. – km1991/12 p 3
    ˙ Quand nous demandons des publications pour notre usage personnel ? (km 5/09 3 § 4).
    4 Pour ce qui est des publications personnelles, ne demandez que ce qu’il vous faut réellement. En écrivant votre nom à l’intérieur, vous risquerez moins de les égarer. Si vous vous servez du CD-ROM Watchtower Library et si vous gardez vos exemplaires personnels des périodiques, les volumes reliés ne vous seront pas nécessairement utiles - km 5/09 3 § 4
    Utilisons nos publications bibliques avec sagesse - Ne les gaspillons pas : Nous pourrions en venir à accumuler plus de publications que nécessaire. Puisqu’elles sont précieuses, comment ne pas les gaspiller ? Il nous faut faire preuve de discernement quand nous allons chercher des publications en vue de notre ministère. Plutôt que de demander de nombreux exemplaires de la publication que nous présenterons, pourquoi ne pas se contenter d’un ou deux exemplaires, quitte à revenir en chercher quand nous les aurons remis à des personnes ? Cela empêcherait que des publications s’entassent chez nous en grande quantité. Pareillement, s’il nous reste beaucoup de périodiques, pensons à en demander moins –
    km 12/05 p8
    Les publications pour notre usage personnel : Nous ne devrions commander que les publications dont nous avons réellement besoin. Soyons particulièrement raisonnables lorsque nous demandons des bibles de luxe, des bibles de référence et d’autres publications grand format, telles que la Concordance, l’Index, Étude perspicace et le livre Prédicateurs, car leur production coûte cher.
    Prenons-nous soin de noter notre nom et notre adresse dans les publications pour notre usage ? Cela permet de réduire les commandes destinées à remplacer les publications égarées. Si nous avons perdu un recueil de cantiques, une bible ou un manuel d’étude, peut-être figureront-ils parmi les objets trouvés à la Salle du Royaume ou sur le lieu de l’assemblée. 6 Efforçons-nous d’utiliser sagement nos publications. Nous démontrerons ainsi notre fidélité dans la gestion des outils que Jéhovah met à notre disposition - km 9/02 p1
     
     ˙ Quand nous prenons des publications pour la prédication ? (mwb17.02 4 § 1).
    Jésus a enseigné : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Mt 10:8). Nous appliquons cette instruction claire en ne faisant pas payer les bibles et les publications que nous laissons (2Co 2:17). Pour autant, ces publications contiennent les précieuses vérités de la Parole de Dieu. Elles sont imprimées puis envoyées aux congrégations du monde entier au prix de gros efforts et d’importantes dépenses. C’est pourquoi nous ne devrions prendre que les publications dont nous avons besoin. - mwb17.02 4 § 1
    Évitons le gaspillage: Pour procurer de réels bienfaits, nos publications doivent être remises à des personnes qui recherchent la vérité, c’est-à-dire qui s’intéressent sincèrement à notre message et à notre œuvre (Mat. 10:11). Ne les laissons donc pas sans distinction à des gens qui ne manifestent pas un intérêt véritable pour le message de la Bible. Ce serait aussi gaspiller des périodiques, des livres ou d’autres publications que de les laisser s’accumuler chez nous.
    Puisque les périodiques sont datés, nous disposons d’un temps limité pour présenter chaque édition. Il nous faut donc faire un effort particulier pour participer au ministère et proposer ces périodiques aux personnes qui manifestent de l’intérêt. Si nos périodiques ont néanmoins tendance à s’accumuler, peut-être devrions-nous modifier notre programme pour consacrer davantage de temps à leur diffusion. Si cela ne nous est pas possible, il nous faut réduire notre demande. En suivant ces suggestions, nous nous montrerons de fidèles intendants de la faveur imméritée de Dieu - km 10/91 8
    ˙ Quand nous prêchons ? (mwb17.02 4 § 2, encadré).
    Fais un bon usage des publications bibliques - Fais preuve de discernement quand tu donnes une publication à quelqu’un, même dans le cadre du témoignage public. Au lieu de simplement distribuer les publications aux passants, essaie de discuter avec eux pour savoir s’ils sont intéressés. Peux-tu répondre par l’affirmative à au moins une des questions de l’encadré de l’article ? Si tu n’arrives pas à savoir si une personne est intéressée, il vaut mieux lui laisser un tract. Bien entendu, si elle demande une revue ou une autre publication, nous la lui donnerons avec plaisir. - mwb17.02 4 § 2
    Encadré
    EST-CE QUE LA PERSONNE...
    • écoute attentivement quand nous parlons ?
    • participe à la conversation ?
    • est d’accord pour lire la publication ?
    • propose, sans avoir été sollicitée, de faire un don ?
    • réagit favorablement quand nous lui lisons la Bible ?
    En prédication : Nous accordons une grande valeur à nos publications, conscients du message capital qu’elles transmettent et du coût de leur production. Nous ne devrions pas laisser nos publications aux gens qui n’apprécient pas vraiment le message de la Bible. Si une personne manifeste peu d’intérêt pour la bonne nouvelle, proposons-lui un dépliant au lieu d’une publication.
    Lorsque nous distribuons des publications, n’en déprécions pas la valeur. Ne les laissons pas dans les lieux publics de peur qu’elles ne se retrouvent par terre. Pour éviter tout gaspillage, faisons l’inventaire de nos publications avant d’en redemander. S’il nous reste régulièrement un surplus de périodiques, pensons à réduire notre commande. – km 9/02 p1
    vidéo par écrit Une construction respectueuse de l’environnement -Rien n’a été gaspillé.docx
  10. Thanks
    misette got a reaction from Elisabeth Dolewka in VIDEO PAR ECRIT L’ORGANISATION DE DIEU A L’ŒUVRE – Comité de rédaction 2018   
    L’ORGANISATION DE DIEU A L’ŒUVRE – Comité de rédaction 2018
    Le comité de rédaction, un comité du Collège central, supervise la production de publications basées sur la Bible
    La production de ces publications comprend la traduction de la Bible dans encore plus de langues, le travail en cours sur l’étude de la Bible en ligne, et l’amélioration des revues de la Tour de Garde publique et d’étude.
    Ces changements nous aident à mieux nous acquitter de notre mission de prêcher mais aussi à faire un meilleur usage des tons.
    Traduction
    En 2016 et en 2017, la Traduction du Monde Nouveau a été publiée dans 30 langues supplémentaires. Elle est aussi en cours de traduction et ou de révision dans plus de 100 langues.
    Dans beaucoup de langues, il n’y a pas de Bibles ou elles sont très chères ou difficile à obtenir.
    Si la Traduction du Monde Nouveau est révisée, c’est pour qu’elle soit dans un langage moderne, plus facile à comprendre, qui encourage sa lecture.
    Dans certaines langues, les Bibles emploient des mots qu’on ne trouve dans la littérature ancienne ou religieuse et que personne n’utilise dans la vie de tous les jours.
    Par exemple, les Bibles en thaï et en birman, fournies par la Chrétienté, emploient un langage soutenu et honorifique.
    Dans ces Bibles, les expressions utilisées pour s’adresse à Dieu sont les mêmes que celles qui seraient utilisées pour s’adresser à un roi.
    Mais comme plus personne ne parle de cette façon, la plupart des gens ont du mal à comprendre ce genre d’expressions.
    En plus c’est difficile pour eux de voir Jéhovah comme un père aimant parce que personne ne parlerait à son père de cette façon.
    Mais maintenant que les frères thaïs et birmans ont la Traduction du Monde Nouveau dans un langage de tous les jours, beaucoup disent qu’ils se sentent plus proches de Jéhovah.
    Bible d’étude
    Citons un autre beau cadeau que nous avons reçu récemment. La Bible d'étude en ligne.
    Elle n’est pas encore disponible dans beaucoup de langues mais c’est l’ouvrage le plus documenté que notre Organisation n’ait jamais produit.
    A la différence de l’édition standard que nous utilisons en prédication, l’édition d’étude est conçue pour notre étude individuelle.
    Elle contient entre autre : une galerie Multimédia avec de nouvelles illustrations, des images 3D, des vidéos ainsi que des photos.
    Tout cela représente énormément de travail. Beaucoup de photos et de vidéos ont été réalisées dans les pays bibliques. Certains sites archéologiques présentent plusieurs strass (des exemples de phrases traduites) correspondants à des époques différentes. Les chercheurs doivent donc déterminer quels vestiges à la période qu’ils étudient. Et il y a d’autres difficultés. Beaucoup de sites historiques sont situés dans des régions où les autorités imposent des restrictions strictes de déplacement ; comme l’interdiction den survoler certaines zones et donc pour prendre des vues aériennes avec un drone, les frères doivent demander une autorisation spéciale.
    Revues publiques
    Depuis janvier 2018, les éditions publiques de la Tour de Garde et de Réveillez-vous ont été modifiées. Chaque numéro n’aborde maintenant qu’un seul thème. Ainsi quand on prêche, on peut orienter nos conversations sur des sujets précis qui sont particulièrement adaptés, profitables aux personnes.
    De plus, nos revues sont conçues pour être proposées pendant plusieurs mois et pas seulement quelques semaines après leur date de parution.
    Édition d'étude
    Pour ce qui est de l’édition de la Tour de Garde, il va y avoir plusieurs améliorations qui vont beaucoup nous plaire.
    À partir de 2019, sa présentation générale va changer. Les articles d’étude seront numérotés de 1à 52 pour correspondre aux semaines de l’année civile. De plus la taille des caractères sera un peu plus grande. En fait parmi les frères et sœurs qui utilisent la version papier, beaucoup vivent dans des régions où les conditions d’éclairage sont mauvaises. Du coup, une taille de caractère plus grande leur facilitera la lecture.
    Par ailleurs, il y aura une description des illustrations pour expliquer le contenu de certaines d’entre elles. Cette nouveauté sera très utile pour ceux qui utilisent l’édition en braille.
    Autre nouveauté. Pour chaque article d’étude, il y aura non seulement le numéro mais aussi le titre des cantiques prévus. Le premier cantique de l’étude, figurera au début de l’article et le dernier cantique à la fin. De même, les questions de révision ne seront plus au début mais à la fin de l’article.
    Enfin, l’édition facile de la Tour de Garde en anglais ne paraîtra plus à partir de 2019. A la place, l’édition d’étude standard utilisera un langage plus simple. Cela diminuera de moitié le travail de création des maquettes et de composition du texte.
    Il est clair que Jéhovah accélère son œuvre et cela nous permet de nous concentrer sur ce qui compte vraiment en ce temps de la fin et d’aider les gens à apprendre la vérité sur notre Père céleste plein d’amour.
     
     
    L'ORGANISATION DE DIEU EN OEUVRE.docx
  11. Like
    misette got a reaction from Eric Ouellet in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 20 AOUT 2018 - LUC 21-22   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : LUC 21-22
    Luc 21:33 : Comment peut-on comprendre les paroles de Jésus rapportées dans ce verset ? (nwtsty, notes d’étude).
    « Le ciel et la terre disparaîtront, mais mes paroles ne disparaîtront absolument pas »
    Le ciel et la terre disparaîtront : D’autres versets montrent que le ciel et la terre existeront toujours (Gn 9:16 ; Ps 104:5 ;Ec 1:4). On pourrait donc voir dans cette expression de Jésus une hyperbole signifiant que même s’il arrivait l’impossible et que le ciel et la terre disparaissaient bel et bien, ses paroles à lui s’accompliraient de toute façon (comparer avec Mt 5:18). Toutefois, ici, le ciel et la terre désignent probablement le ciel et la terre au sens figuré, qui sont appelés « l’ancien ciel et l’ancienne terre » en Révélation 21:1. - nwtsty, notes d’étude
    Mes paroles ne disparaîtront absolument pas : Ou « mes paroles ne disparaîtront assurément pas ». En grec, l’emploi de deux négations avec le verbe marque fortement le rejet d’une idée. Ce procédé employé ici montre de façon frappante que les paroles de Jésus durent toujours. - nwtsty, notes d’étude
    Jésus a mis en opposition le caractère permanent et la vérité éternelle de ses paroles avec la nature destructible de la terre et des cieux matériels. Dieu n’a pas l’intention de les détruire, mais ils sont destructibles. – TG1972 p287
    Ce sont les ennemis de Dieu, dans le ciel et sur la terre, qui passeront lorsque Dieu exécutera son jugement contre le présent système de choses. Ces ennemis composent “les cieux et la terre” à propos desquels l’apôtre Pierre dit qu’ils “sont mis de côté pour le feu et réservés pour le jour du jugement et de la destruction des hommes impies”. Mais bien que les cieux et la terre d’à présent qui sont remplis de méchanceté passeront pour céder la place aux ‘nouveaux cieux et à la nouvelle terre’ promis, les paroles de Jésus ne passeront pas sans s’accomplir. Nous pouvons avoir pleine confiance que la génération actuelle verra la plus grande démonstration de la puissance de Dieu qui ait jamais eu lieu contre la méchanceté depuis le déluge de Noé. – TG1966 p167
    Luc 22:28-30 : Quelle alliance Jésus a-t-il conclue ? Avec qui l’a-t-il conclue ? Et à quoi sert-elle ? w14 15/10 16-17 § 15-16
    « Cependant, vous, vous êtes ceux qui sont constamment restés avec moi dans mes épreuves. Et moi je fais avec vous une alliance pour un royaume, tout comme mon Père a fait une alliance avec moi, pour que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume, et que vous siégiez sur des trônes pour juger les 12 tribus d’Israël »
    Vous deviendrez « un royaume de prêtres » - w14 15/10 p16-17 § 15-16
    15 Après avoir institué le Repas du Seigneur, Jésus a conclu avec ses disciples fidèles une alliance, souvent appelée l’alliance pour un Royaume. À la différence des autres alliances, où Jéhovah est une des parties contractantes, il s’agit d’une alliance que Jésus conclut directement avec ses disciples oints. Quand il a dit « Tout comme mon Père a fait une alliance avec moi », Jésus faisait apparemment allusion à l’alliance pour qu’il soit « prêtre pour toujours à la manière de Melkisédec », que Jéhovah avait conclue avec lui (Héb.5:5, 6).
    16 Les 11 apôtres fidèles étaient « demeurés constamment avec Jésus dans ses épreuves ». L’alliance pour un Royaume leur garantissait qu’ils seraient avec lui dans le ciel et qu’ils s’assiéraient sur des trônes pour exercer les fonctions de rois et de prêtres. Toutefois, ces 11 ne seraient pas les seuls à jouir de cet honneur. Dans une vision, Jésus glorifié est apparu à l’apôtre Jean et lui a dit : « Au vainqueur j’accorderai de s’asseoir avec moi sur mon trône, tout comme j’ai été vainqueur et me suis assis avec mon Père sur son trône » (Rév. 3:21). Par conséquent, l’alliance pour un Royaume est contractée avec les 144000 chrétiens oints (Rév. 5:9, 10 ; 7:4). Telle est l’alliance qui constitue le fondement légal leur permettant de régner avec Jésus, au ciel. C’est comme si une jeune fille d’ascendance noble épousait un roi en fonction, ce qui la rendrait à même de partager son pouvoir royal. En fait, les Écritures parlent des chrétiens oints comme de l’« épouse » de Christ, « une vierge pure » promise en mariage à Christ (Rév. 19:7, 8 ; 21:9 ; 2 Cor. 11:2).
    Jésus parlait ici d’une alliance spéciale qu’il contractait avec ses 144 000 frères engendrés de l’esprit, ceux qui resteraient ‘ fidèles jusqu’à la mort ’ et seraient ‘ vainqueurs Les membres de ce groupe limité renoncent à toute espérance de vivre éternellement sur la terre en tant qu’humains de chair et de sang. Ils régneront avec Christ au ciel, assis sur des trônes pour juger l’humanité – TG2006 15/2 p22
    Ceux qui devaient manger le pain et le vin, emblèmes symbolisant le corps et le sang de Jésus, étaient les disciples admis dans la “nouvelle alliance”. Ceux-ci allaient entrer dans une autre alliance que Jésus conclurait avec eux afin qu’ils puissent gouverner ‘dans son royaume’. Il est clair que Jésus parlait ici de ceux qui allaient constituer ‘un royaume et des prêtres pour Dieu, pour qu’il Aujourd’hui ne demeure sur la terre qu’un petit reste d’humains parmi ceux que Dieu a choisis pour vivre au ciel. Étant dans la “nouvelle alliance”, seuls ces chrétiens peuvent avoir part au pain et au vin emblématique lors de la commémoration annuelle. s règnent sur la terre. Au 1er siècle, Dieu commença à choisir les 144 000 qui allaient participer au Royaume céleste. – TG1988 1/ 2 p31
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    La veuve indigente de l’époque de Jésus ne pouvait rien faire contre les pratiques corrompues qui avaient cours au temple. (Luc 21:1-4)Elle ne pouvait sans doute pas non plus faire grand-chose pour améliorer sa situation financière. Pourtant, elle a volontairement donné « deux petites pièces de monnaie », « tout ce qu’elle avait pour vivre ». Elle a manifesté une entière confiance en Jéhovah, sachant que, si elle accordait la priorité aux choses spirituelles, il pourvoirait à ses besoins matériels. Sa confiance l’a incitée à soutenir les dispositions de l’époque pour le vrai culte. Pareillement, nous sommes certains que, si nous cherchons d’abord le Royaume, Jéhovah veillera à ce que nous ayons le nécessaire – TG2017 Janvier §17
    Nous livrons une bataille incessante. Nos ennemis sont Satan, son monde et nos propres imperfections. Certains d’entre nous luttent depuis des décennies. Avec l’aide de Jéhovah, nous avons remporté des victoires. Mais nous pourrions nous lasser de combattre nos ennemis et d’attendre la fin de ce système de choses. En effet, notre victoire n’est pas encore totale. Jésus a averti que ceux qui vivraient durant les derniers jours subiraient de dures épreuves et des traitements cruels, et il a ajouté que la victoire dépendrait de notre endurance (Luc 21:19). – TG2016 Avril §2
     
    Comment gagner le combat contre Satan ? Jésus a dit à ses disciples : « Par votre endurance, vous acquerrez vos âmes » (Luc 21:19). Aucune action humaine ne peut nous causer un tort durable. Personne ne peut nous priver de notre précieuse amitié avec Dieu, à moins que nous le permettions. Même si un serviteur de Jéhovah meurt, Satan ne remporte aucune victoire. En effet, Jéhovah veillera à ce que ce serviteur soit ressuscité. Par contre, l’avenir de Satan est ce qu’il y a de plus sombre. Après la destruction de son système irréligieux, il sera emprisonné 1 000 ans dans un abîme. Au terme du règne millénaire de Jésus, il sera « délié de sa prison » et, pendant une courte période, essaiera une dernière fois de tromper l’humanité alors parfaite. Ensuite, il sera détruit. Si une destruction certaine l’attend, ce n’est pas ton cas. Oppose-toi à lui, solide dans la foi ! Tu es parfaitement capable de gagner le combat contre Satan ! – TG2015  15/5 §18
    « Redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance approche » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Même lorsque Gog, un groupe de nations bien plus puissantes que les armées de Pharaon, les attaquera, les serviteurs de Dieu resteront convaincus que Jéhovah les protégera. Pourquoi ? Parce qu’ils savent que Jéhovah ne change pas. Il prouvera une nouvelle fois qu’il est un Sauveur aimant et plein d’égards – TG2018 Septembre p23-27 §16 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    Du temps de Jésus, comment se faisaient les offrandes au temple ? Le trésor du temple était dans la Cour des femmes. « Une rangée de colonnes en faisait le tour, et dans l’allée, contre le mur, se trouvaient les treize troncs, ou “trompettes”, dans lesquels on déposait les offrandes », lit-on dans Le temple, son ministère et ses services (angl.).
    Les troncs étaient appelés « trompettes » parce qu’ils étaient étroits au sommet et larges à la base. L’argent mis dans un tronc était réservé à un usage spécifique. Un jour, dans la Cour des femmes, Jésus a observé des fidèles, dont une veuve très pauvre, déposer leurs offrandes (Luc 21:1, 2).
    Deux troncs étaient réservés à l’impôt du temple : un pour l’année en cours et un pour la précédente. Les troncs 3 à 7 recueillaient les sommes fixées pour, respectivement, les tourterelles, les pigeons, le bois, l’encens et les récipients d’or. Si quelqu’un avait mis de côté plus d’argent que ce qui était exigé pour un sacrifice, il déposait le surplus dans un des autres troncs. Ainsi, les troncs 8 à 12 collectaient l’argent restant des sacrifices pour le péché, des sacrifices de culpabilité, des sacrifices d’oiseaux, des sacrifices des naziréens et des sacrifices des lépreux purifiés. Le tronc 13 recevait les offrandes volontaires. – TG2014  1/1
    Pourquoi nous tenir éveillés? Parce que notre époque est la plus périlleuse de l’histoire humaine. Les chrétiens qui s’abandonneraient à la somnolence spirituelle en ce moment iraient au désastre. Si nous tombons dans l’autosatisfaction ou que nous laissions notre cœur s’alourdir dans les inquiétudes de la vie, nous serons en danger. En Luc 21:34, 35, Jésus Christ nous a avertis: “Prenez garde à vous-mêmes, de peur que vos cœurs ne s’alourdissent dans les excès de table, les excès de boisson et les inquiétudes de la vie, et que soudain ce jour-là ne soit tout de suite sur vous, comme un piège. Car il viendra sur tous ceux qui habitent sur la face de toute la terre.” Jésus a dit à juste titre que le jour de Jéhovah sera ‘tout de suite sur nous, comme un piège’. Un piège est souvent pourvu d’un collet, et il est utilisé pour capturer oiseaux et mammifères. Le piège possède un mécanisme qui se déclenche lorsqu’on marche dessus. Le piège se referme alors, et la victime est prise. Tout se passe avec soudaineté. De la même manière, a dit Jésus, ceux qui sont spirituellement inactifs seront surpris “au jour de la fureur” de Dieu. – TG1992 1/5 p19-20 §2,3
    POURQUOI CONTINUER D’ATTENDRE ? - La Bible ne laisse aucun doute sur la conduite à adopter compte tenu de l’imminence de la fin de ce système de choses. Jésus a dit à ses disciples de veiller ou encore de se tenir éveillés (Luc 21:34-36). Voilà en soi une excellente raison de continuer d’attendre : Jésus nous le demande ! Sous ce rapport, l’organisation de Jéhovah donne l’exemple. Ses publications nous exhortent en permanence à « attendre », à « garder constamment à l’esprit la présence du jour de Jéhovah » et à mettre notre espoir dans le monde nouveau promis par Dieu. Si les chrétiens des siècles passés ont eu de bonnes raisons de continuer d’attendre, les chrétiens d’aujourd’hui en ont d’autant plus. Pourquoi ? Parce que nous vivons durant la présence de Christ. Le signe de sa présence est visible depuis 1914. Et ce signe à aspects multiples, parmi lesquels l’aggravation des conditions mondiales et la prédication du Royaume sur toute la terre, indique que « l’achèvement du système de choses » est en cours. Mais Jésus n’a pas révélé combien de temps durerait cette période avant que la fin n’arrive. Il nous faut donc être particulièrement vigilant. Soyons résolus à servir Jéhovah avec un sentiment d’urgence, convaincus qu’il « agit pour celui qui continue de l’attendre » – TG2015  15/8 §4,5
    La nouvelle alliance - C’est le soir précédant sa mort que Jésus a peut-être fait la révélation la plus frappante de toutes : à ses disciples fidèles, il a parlé de “ la nouvelle alliance ”. (Luc 22:20.) Comme l’alliance de la Loi mosaïque, qu’elle allait remplacer, cette alliance visait à produire “ un royaume de prêtres ”. La différence, c’est qu’il s’agirait cette fois-ci d’une nation spirituelle : “ l’Israël de Dieu ”, composé exclusivement de fidèles disciples oints du Christ (Galates 6:16). Ces contractants de la nouvelle alliance aideraient Jésus à bénir la race humaine. Mais comment se fait-il que la nouvelle alliance réussisse à produire “ un royaume de prêtres ” pour bénir l’humanité ? C’est qu’au lieu de condamner les disciples du Christ comme pécheurs, elle permet le pardon de leurs péchés grâce au sacrifice de Jésus. Les bénédictions promises à Abraham seraient-elles réservées aux oints ? Non, car le sacrifice de Jésus concernait le monde entier. Jéhovah a révélé qu’une “ grande foule ” au nombre indéterminé survivrait à la fin du système de choses de Satan. Une multitude d’autres humains seraient ressuscités avec la perspective de vivre éternellement dans le Paradis – cf chap19 §20
    Qui étaient les Bienfaiteurs dont Jésus a parlé le dernier soir avant sa mort, et pourquoi leur donnait-on ce titre ?
    Le dernier soir avant sa mort, Jésus a conseillé aux apôtres de ne pas chercher de position en vue parmi leurs compagnons. Il leur a dit : « Les rois des nations les dominent, et ceux qui exercent le pouvoir sur elles sont appelés Bienfaiteurs. Mais vous, vous ne devez pas être comme eux » (Luc 22:25, 26). Qui étaient ces Bienfaiteurs dont Jésus parlait ? Des inscriptions, des pièces de monnaie et des écrits révèlent qu’il était courant dans les sociétés grecque et romaine d’honorer des hommes en leur donnant le titre de Bienfaiteur. Ce titre était donné à des dirigeants ou à d’autres hommes importants qui avaient rendu de grands services à leurs contemporains. Que signifiaient ces paroles de Jésus : « Mais vous, vous ne devez pas être comme eux » ? Est-ce qu’il indiquait par-là que les disciples ne devaient pas se soucier du bien-être de leurs contemporains ? Pas du tout. Il semblait plutôt faire allusion aux mobiles qui doivent pousser quelqu’un à se montrer généreux. À l’époque de Jésus, de riches individus finançaient des spectacles et des jeux d’arène, construisaient des parcs et des temples, et soutenaient d’autres activités de ce genre.
    Cependant, ils le faisaient dans l’objectif de recevoir des louanges, d’augmenter leur popularité ou de convaincre les gens de voter pour eux. Un ouvrage biblique explique : « Certains donateurs étaient motivés par une réelle générosité, mais beaucoup pensaient surtout à leurs intérêts politiques. » C’est contre ce genre d’attitude poussée par l’ambition et la recherche d’intérêts égoïstes que Jésus mettait ses disciples en garde. Quelques années plus tard, l’apôtre Paul a lui aussi montré l’importance d’avoir de bons mobiles quand on donne. Il a écrit aux chrétiens de Corinthe : « Que chacun fasse comme il l’a décidé dans son cœur, mais pas à contrecœur ou sous la contrainte, car Dieu aime celui qui donne avec joie » (2 Cor. 9:7). – TG2018 Novembre
    Les paroles que Jésus adresse à un petit groupe peuvent s’adresser à un groupe plus important. Par exemple, Jésus a conclu une alliance pour un Royaume avec seulement 11 disciples, mais l’ensemble des 144 000 sont membres de cette alliance (Luc 22:29, 30). De façon similaire, c’est à un nombre relativement restreint de disciples, ceux auxquels il est apparu après sa résurrection, que Jésus a ordonné de prêcher. Mais tous ses fidèles disciples du 1er siècle ont compris que cet ordre leur était également adressé, même s’ils ne l’avaient pas entendu de la bouche de Jésus. De même aujourd’hui, Jésus ne s’est adressé personnellement à aucun des plus de huit millions de prédicateurs actifs du Royaume. Mais tous acceptent leur obligation d’exercer la foi en Christ et de l’exprimer par l’œuvre de témoignage – TG2015  15/3 §15
    Il est clair que pour espérer vivre éternellement dans le monde nouveau de Dieu, il nous faut avoir la foi, et la garder forte. Tout comme une plante a besoin d’eau, notre foi a besoin d’être nourrie. Contrairement à une plante artificielle, une vraie plante ne cesse de changer. Si elle manque d’eau, elle se flétrit, mais si elle est régulièrement arrosée, elle prospère. Privée d’eau, une plante jusque-là robuste finira par mourir. Il en va de même pour notre foi. Si nous la négligeons, elle se flétrira et mourra (Luc 22:32). Par contre, si nous l’entretenons, elle restera vivante et continuera d’augmenter». Nous serons « robustes dans la foi » - TG2016 Octobre §5
    Quand il envoya ses 70 disciples prêcher, vraisemblablement en Judée, Jésus leur dit de ne pas emporter de bourse, montrant par-là que Jéhovah pourvoirait à leurs besoins par le moyen de leurs compatriotes israélites, chez qui l’hospitalité était une coutume (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). En revanche, peu avant sa mort, il conseilla cette fois aux apôtres de porter une bourse, car il savait que ses disciples ne tarderaient pas à être dispersés et persécutés. À cause de l’opposition déclarée, même ceux qui seraient favorables à leur message auraient peut-être peur de les aider. En outre, il leur faudrait bientôt porter le message du Royaume aux nations gentiles. Par conséquent, les disciples de Jésus devaient se préparer à pourvoir eux-mêmes à leurs besoins matériels. — Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . – it1 p368 Dans le jardin de Gethsémané, Jésus était ‘ profondément attristé ’ et a été “ pris d’angoisse ”. Il était en proie à une émotion si forte que, tandis qu’il priait, “ sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient à terre ”. Luc 22:44. Pourquoi Jésus était-il angoissé ? Certainement pas parce qu’il ne pensait qu’à lui ni parce qu’il rechignait à faire la volonté de Dieu. Il s’attendait à mourir. Ce qui souciait Jésus, c’était l’incidence que sa mort en criminel méprisé aurait sur Jéhovah et son saint nom. Jésus savait que son Père serait profondément peiné de voir son Fils bien-aimé traité de façon aussi barbare.
    Jésus comprenait également qu’il arrivait à un moment décisif dans l’accomplissement du dessein de Jéhovah. S’il suivait fidèlement les lois de Dieu, il démontrerait sans conteste qu’Adam aurait pu prendre le même parti. Sa fidélité réfuterait complètement Satan, qui a prétendu que dans l’épreuve les humains ne serviraient pas Dieu de bon gré et fidèlement. Grâce à Jésus, Jéhovah écraserait finalement Satan et effacerait les conséquences de sa rébellion – TG2000 15/11 p23 §1
    Quand, au cours de sa dernière nuit sur terre, Jésus a dit à ses disciples de prendre avec eux une épée, il ne pensait pas à leur protection (Luc 22:36, 38). Il voulait plutôt leur enseigner une leçon : ses disciples ne doivent pas utiliser la violence, même face à une foule armée (Luc 22:52). Après que Pierre s’est servi d’une épée contre l’esclave du grand prêtre, Jésus lui a ordonné : « Remets ton épée à sa place. » Puis il a enseigné une vérité fondamentale, qui guide encore ses disciples aujourd’hui : « Tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée » Pour Jéhovah, la vie est sacrée. Nous devons forger nos épées en socs. La vie est bien plus précieuse que les biens matériels- TG2017 Juillet
     
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 20 AOUT 2018 - LUC 21-22.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 20 AOUT 2018 - LUC 21-22.pdf
  12. Like
    misette got a reaction from Eric Ouellet in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 9 JUILLET 2018 - LUC 8-9   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : LUC 8-9
    Luc 8:3 : Comment ces chrétiennes servaient-elles Jésus et les apôtres ? (nwtsty, note d’étude).
    « et Jeanne la femme de Chouza le préposé d’Hérode, et Suzanne et beaucoup d’autres femmes, qui les servaient de leurs biens »
    Les servir : ou « pourvoir à leurs besoins ». Le mot grec diakonéô peut signifier combler les besoins physiques de quelqu’un, entre autres, en se procurant des aliments, en les cuisinant et en les servant. Il a un sens similaire en Luc 10:40 (« accomplir le travail »), en Luc 12:37 (« servir ») et en Actes 6:2 (« distribuer la nourriture »), mais il peut aussi se rapporter à tout autre service de même nature rendu à quelqu’un. Ici, il est employé pour parler de la façon dont les femmes mentionnées aux versets 2 et 3 pourvoyaient aux besoins de Jésus et de ses disciples, ce qui les aidait à s’acquitter de leur mission divine. En agissant ainsi, ces femmes glorifiaient Dieu qui, en retour, a montré qu’il accordait du prix à leurs actions en conservant dans la Bible un récit de leur belle générosité afin que les générations futures en prennent connaissance (Pr 19:17 ; Hébreux 6:10). Le même terme grec est utilisé concernant des femmes en Mt 27:55 ; Marc 15:41.- nwtsty, note d’étude
    Jeanne était « la femme de Chouza le préposé d’Hérode ». Chouza a probablement été l’intendant d’Hérode Antipas. Jeanne faisait partie des quelques femmes que Jésus avait guéries. Comme d’autres femmes, elle suivait Jésus et ses apôtres dans leurs déplacements
    En se joignant à Jésus et à ses apôtres, Jeanne s’exposait aux critiques de son entourage. En réalité, tous ceux qui suivaient le Christ devaient être disposés à opérer des changements dans leur vie quotidienne. Jésus a cependant dit à leur sujet : « Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui entendent la parole de Dieu et la mettent en pratique » (Luc 8:19-21)
    Jeanne et beaucoup d’autres femmes servaient « de leurs biens » Jésus et les douze (Luc 8:3). Un auteur observe : « Luc n’est pas en train de dire à ses lecteurs que les femmes faisaient la cuisine, la vaisselle et le raccommodage. Peut-être qu’elles effectuaient ce genre de tâches [...], mais Luc ne parle pas de cela. » Apparemment, ces femmes se servaient de leur argent ou de leurs biens pour subvenir aux besoins de leurs compagnons.
    Durant leurs campagnes de prédication, ni Jésus ni ses apôtres ne se livraient à une activité professionnelle. Ils n’avaient donc probablement pas les moyens d’acheter toute la nourriture et les autres nécessités pour leur groupe, qui devait compter une vingtaine de personnes. Bien qu’ils aient sans doute été reçus avec hospitalité, ils possédaient une « caisse », ce qui suggère qu’ils ne dépendaient pas en permanence de l’hospitalité des gens – TG2015 15/8 p29-30
    Marie la Magdalène, Jeanne, Suzanne et d’autres utilisaient “ leurs biens ” pour servir modestement Jésus et ses apôtres. Sans être indigents, ces hommes avaient abandonné leurs moyens de subsistance pour se consacrer exclusivement à leur ministère. En les aidant à accomplir la mission que Dieu leur avait confiée, ces femmes ont glorifié Dieu qui, en retour, a montré son approbation en conservant dans la Bible un témoignage de leur générosité miséricordieuse, afin que les générations futures en prennent connaissance – TG2003 1/6 p4-5
    Les rabbins enseignaient que les femmes ne devaient pas fréquenter les hommes ne faisant pas partie de leur famille, et encore moins voyager avec eux. Les hommes juifs n’adressaient donc la parole aux femmes que rarement. Rejetant ces traditions, Jésus a permis à des croyantes d’accompagner son groupe.
    Luc 9:49, 50 : Pourquoi Jésus n’a-t-il pas empêché un homme d’expulser des démons, alors que cet homme ne le suivait pas ?                      (w08 15/3 31 § 2).
    « Alors Jean dit : “ Instructeur, nous avons vu un certain homme expulser des démons en se servant de ton nom et nous avons essayé de l’en empêcher, parce qu’il ne [te] suit pas avec nous. ” 50 Mais Jésus lui dit : “ N’essayez pas de [l’]en empêcher, car qui n’est pas contre vous est pour vous. ”
    Jésus n’a pas empêché cet homme d’agir ainsi, car la congrégation chrétienne n’avait pas encore été établie. Par conséquent, cet homme n’avait pas besoin de suivre, au sens littéral, Jésus pour exercer la foi en son nom et expulser des démons. TG2008
    Il n’était pas nécessaire, pour être aux côtés de Jésus, que cet homme le suive en personne. La congrégation chrétienne n’étant pas encore fondée, ce n’était pas parce que l’homme ne faisait pas partie de leur groupe qu’il appartenait à une autre congrégation. Il avait vraiment foi dans le nom de Jésus, d’où son succès à expulser des démons. Son action était assimilable à celles qui, selon Jésus, étaient dignes d’une récompense. Comme le montre Jésus, pour ce geste il ne perdra pas sa récompense – TG1988 15/2 p8
    Jésus conféra le pouvoir sur les démons à ses 12 apôtres et par la suite aux 70 disciples qu’il envoya, afin qu’en son nom ils arrivent, eux aussi, à guérir les possédés. Même quelqu’un qui n’était pas un proche compagnon de Jésus ou de ses apôtres fut capable d’exorciser un démon en se servant du nom de Jésus – it1 Démon
    Certains qui n’accompagnaient pas Jésus Christ lorsqu’il était sur la terre montrèrent par leurs actions qu’ils étaient ‘ de son côté ’ et qu’ils ne s’empresseraient pas de se joindre à ses adversaires pour l’injurier. Tel était le cas d’un homme qui expulsait les démons à cause du nom de Jésus. Il avait sans doute reçu ce pouvoir de Dieu. Jean et d’autres estimaient qu’il fallait l’empêcher de continuer puisqu’il ne les accompagnait pas. Mais Jésus dit : “ N’essayez pas de l’en empêcher, car il n’y a personne qui fasse une œuvre de puissance à cause de mon nom et puisse vite m’injurier [littéralement : “ parler en mal de moi ”]. . Quand Jésus prononça ces paroles, la congrégation juive était toujours reconnue par Dieu et la fondation de la congrégation chrétienne était encore à venir. De plus, Jésus n’exigeait pas que tous les croyants le suivent en personne. Par conséquent, les œuvres de puissance qu’accomplissait un Juif, appartenant au peuple de l’alliance de Dieu, à cause du nom de Jésus, étaient une preuve qu’il avait la faveur divine. Cependant, dès que la congrégation chrétienne fut fondée, quiconque désirait obtenir la faveur de Dieu devait se joindre à elle en devenant un disciple fidèle de Jésus Christ - it-1 p1193
    Pourquoi empêcher cet homme de continuer à expulser les démons en faisant usage du nom de Jésus ? Cherchait-il à insulter Jésus en agissant ainsi ? Avait-il traîné le nom du Messie dans la boue, le rendant méprisable et l’associant à des choses mauvaises ? Il n’utilisait pas le nom de Jésus comme une formule d’exorcisme, tel un nom magique, comme le firent plus tard les sept fils de Scéva, un grand prêtre juif (Actes 19:13-16). Le démon n’a pas dit à cet homme : ‘Jésus, je le connais ; mais toi, qui es-tu ?’ tout en refusant de quitter sa victime. Non, cet homme avait réellement foi dans le nom de Jésus et il réussissait à expulser les démons. Il glorifiait vraiment le nom de Jésus, dont il démontrait la puissance.
    Par conséquent, bien qu’il n’accompagnât pas Jésus et ses apôtres, l’homme en question n’était pas contre eux et il ne détournait pas l’attention des gens de leur œuvre de témoignage. S’il n’était pas contre eux, il est logique de penser qu’il devait être pour eux, même s’il ne les accompagnait pas. On ne pouvait guère s’attendre qu’après avoir accompli des miracles qui glorifiaient et louaient le nom de Jésus, il allait l’insulter l’instant d’après. Il serait illogique, voir déraisonnable, de penser que cet homme pouvait témoigner de l’honneur et du respect pour le nom de Jésus en opérant de grands miracles puis, aussitôt après, en privé, parler en mal du nom et de l’œuvre de la même personne et de ses apôtres. Ceux-ci ne devaient donc rien faire pour empêcher cet homme d’agir ainsi.
    L’homme en question n’allait pas perdre sa récompense. Il était probablement en passe de devenir disciple de Jésus Christ. Ce qu’il faisait était comparable à une autre action que Jésus jugea favorablement et qui, selon lui, méritait une récompense : donner à boire une coupe d’eau à quelqu’un qui a soif, pour ce motif qu’il est son disciple, donc qu’il lui appartient. Un tel geste pouvait paraître bien peu de chose pour réconforter quelqu’un, mais cela révélait que son auteur était bien disposé envers le Messie et qu’il faisait tout ce qu’il pouvait pour soutenir sa cause, ce qui avait beaucoup d’importance aux yeux de Jésus Christ. Ici s’applique la règle que Jésus énonça plus tard, savoir : “Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un des plus petits d’entre mes frères que voici, c’est à moi que vous l’avez fait.” (Mat. 25:40). Jésus Christ, le Roi, ne manquerait pas de récompenser un tel geste. – TG1977 1/12
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Les chrétiens désireux d’être fidèles à Dieu s’interdisent, par conséquent, les péchés cachés qui corrompent l’esprit et le cœur, comme le fait de regarder de la pornographie ou des spectacles violents. Si certains péchés peuvent rester cachés aux humains, nous n’ignorons pas que “ toutes choses sont nues et mises à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte ”. (Luc 8:17.) En nous appliquant à rejeter tout ce qui déplaît à Jéhovah, nous conservons une conscience pure et avons la satisfaction de savoir que nous sommes agréables à Dieu. Il est absolument certain que Jéhovah accorde du prix à la personne “ qui marche de façon intègre et qui pratique la justice, et qui exprime la vérité dans son cœur ”.  Psaume 15:1, 2.
    Mais comment, au juste, pouvons-nous préserver notre esprit et notre cœur dans un monde où règne le mal ? En premier lieu, il nous faut tirer profit de tout ce que Jéhovah nous donne pour affermir notre foi. Puis nous devons fournir tous les efforts possibles pour rejeter le mal et faire le bien, et agir vite avant que les désirs mauvais ne soient fécondés et n’enfantent le péché. Songez comme vous seriez heureux si Jésus disait de vous ce qu’il a dit de Nathanaël : “ Voyez : un homme en qui il n’y a pas de tromperie. ” (Jean 1:47). Nathanaël, également appelé Barthélemy, a plus tard eu le privilège d’être l’un des 12 apôtres de Jésus – TG2007  1/ 2 p20 §12,13
    Bien que ses conseils soient faciles à trouver, Jéhovah ne force personne à les suivre. Il faut lui demander son esprit saint, qu’il nous donnera généreusement. Mais il est indispensable, comme le dit Jésus, de faire attention à la manière dont nous écoutons (Luc 8:18). Par exemple, il serait hypocrite de demander à Jéhovah de nous aider à surmonter un penchant pour l’immoralité sexuelle tout en continuant à regarder de la pornographie ou des films comprenant des scènes érotiques. Nous devons plutôt nous placer dans des lieux et des situations où se trouve l’esprit de Jéhovah. Comme nous le savons, c’est le cas aux réunions de la congrégation. Bien des chrétiens ont échappé au désastre en écoutant la voix de Jéhovah aux réunions. C’est ainsi qu’ils ont pris conscience que de mauvais désirs germaient en eux et qu’ils se sont ressaisis – TG2014  15/8 p25 §16
    Ce que dit la Bible sur la prière est une preuve supplémentaire que Jéhovah remarque et estime les manifestations de notre attachement à sa personne. “ La prière des hommes droits est pour [Dieu] un plaisir ”, a fait observer le roi Salomon (Proverbes 15:8). Du temps de Jésus, de nombreux chefs religieux priaient en public, non parce qu’ils étaient sincèrement attachés à Dieu, mais parce qu’ils voulaient impressionner les hommes. Il va de soi que Jésus ne condamnait pas les prières publiques ; lui-même en a d’ailleurs prononcé en certaines circonstances (Luc 9:16). Le fait est que Jéhovah prend vraiment plaisir aux prières qui viennent de cœurs sincères, sans la moindre volonté d’impressionner autrui. À vrai dire, les prières que nous lui adressons en privé sont assez révélatrices de la profondeur de notre amour pour lui et de la confiance que nous lui accordons. Rien d’étonnant, donc, que Jésus ait souvent recherché des endroits retirés pour prier. – TG2007  1/ 2 p19 §8,9
    Jésus a mis en évidence que, pour pratiquer le vrai culte, il est nécessaire de faire preuve d’abnégation, ce qui exige de la foi (Luc 9:23, 24). Parce qu’ils avaient la foi, certains chrétiens ont consenti des sacrifices considérables, ont supporté la pauvreté, les préjugés, l’oppression, voire la persécution. Seule une foi forte leur a permis d’y parvenir tout en conservant leur joie. Une telle foi nous rend absolument convaincus que suivre la direction de Jéhovah est toujours ce qu’il y a de mieux à faire. C’est toujours pour notre bien à long terme. Nous n’avons pas le moindre doute que la récompense offerte à ceux qui endurent fidèlement surpassera largement toute souffrance qu’ils auront pu connaître à un moment ou à un autre - TG2008  15/4 p10§12,13
    Au ciel, le Fils unique-engendré de Dieu était un être spirituel puissant. Sur la terre, il fut “ le représentant du Père ”. Lors de la transfiguration, Jéhovah confirma la qualité de Messie de Jésus et formula cet ordre : “ Écoutez-le. ” (Luc 9:35). Il fallait écouter celui que Dieu avait choisi, autrement dit lui obéir. Cela exigeait de la foi et de belles œuvres, deux éléments absolument indispensables pour plaire à Dieu et obtenir la vie éternelle – TG2009 15/12 p22 §10
    Qu’apprenons-nous de la façon dont Jésus a traité ses disciples ? Ces derniers ne cessaient de se disputer pour savoir lequel était le plus grand (Luc 9:46). Pour avoir longtemps vécu à ses côtés, Jésus savait ce que Jéhovah pensait de la tendance à l’orgueil. Qui plus est, il avait observé cette tendance chez Satan le Diable. Cet égoïste se souciait plus que tout d’occuper la première place. On imagine donc à quel point Jésus a dû s’attrister de remarquer de sérieux restes d’ambition chez les disciples qu’il avait formés, et même chez ceux qu’il s’était choisis pour apôtres ! Leur soif d’honneurs s’est fait sentir jusqu’au dernier jour de la vie de leur Maître. Jésus a néanmoins continué de les reprendre avec bonté, sans jamais désespérer de les voir cultiver l’humilité et manifester la même attitude mentale que lui.
    Discernez-vous l’empreinte du Père dans la patience de Jésus ? À travers les paroles et les actions du Fils, reconnaissez-vous le Père, qui ne se désintéresse pas de ses serviteurs malgré leurs manquements répétés ? Cette connaissance des qualités de Dieu nous pousse à nous approcher de lui et à lui exprimer notre repentir quand nous commettons des fautes. – TG2012 15/4 p6 §12,13
     
    Même si nous participons activement à la vie de la congrégation, nous ne devons pas oublier que notre cœur court un danger, danger contre lequel Jésus a mis en garde le dernier de ses interlocuteurs : “ Aucun homme qui a mis la main à la charrue et regarde les choses qui sont derrière n’est fait pour le royaume de Dieu. ” (Luc 9:62). Quelle leçon pouvons-nous tirer de cet exemple ? Pour bien faire ressortir la leçon qui se dégage de l’exemple de Jésus, étoffons-le de quelques détails. Un cultivateur est en train de labourer un champ. Mais il ne cesse de penser à sa maison où, à l’ombre, il pourrait manger, écouter de la musique et s’amuser avec sa famille et ses amis. Il rêve de tout cela. Après avoir labouré une longue bande de terre, il finit par éprouver un tel désir de profiter des plaisirs de la vie qu’il se retourne pour regarder “ les choses qui sont derrière ”. Bien qu’il reste encore beaucoup à faire avant les semailles, le cultivateur est distrait et son travail en pâtit. Naturellement, son maître est déçu de son manque de persévérance.
    On pourrait établir un parallèle entre ce cultivateur et tout chrétien qui semble robuste sur le plan spirituel, mais dont le cœur est en réalité en danger. Imaginons un frère qui assiste aux réunions et prend part à la prédication, mais qui n’arrête pas de penser à des choses qui l’attirent dans le monde actuel. Au fond de son cœur, il y aspire. Après s’être acquitté de son ministère pendant plusieurs années, il finit par être tellement obnubilé par ses désirs qu’il se retourne pour regarder “ les choses qui sont derrière ”. Alors qu’il reste beaucoup à accomplir dans l’œuvre de prédication, ce chrétien cesse de ‘ tenir fermement la parole de vie ’, et ses activités théocratiques en pâtissent. La leçon est claire. Il est louable que nous prenions régulièrement part à de saines activités, qu’il s’agisse d’assister aux réunions chrétiennes ou de prêcher. Mais cela ne signifie pas forcément que nous servons Jéhovah d’un cœur complet. Si, dans le secret de notre cœur, nous continuons d’aimer “ les choses qui sont derrière ”, c’est-à-dire des choses que propose  le monde, nous risquons de perdre nos bonnes relations avec Jéhovah – TG2012 15/4 p15-16 §11-13
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    ‘ Entendons la parole ’ - Le récit de Luc 8:12-15 spécifie que, dans les quatre cas, les gens ‘ entendent la parole ’. Toutefois, ceux qui ont “ un cœur beau et bon ” ne se contentent pas de l’‘ entendre ’. Ils “ la retiennent et portent du fruit avec endurance ”. La terre belle et bonne étant meuble et profonde, les racines de la semence peuvent s’enfoncer, ce qui permet au grain de germer et de produire du fruit (Luc 8:8). De la même manière, ceux qui ont un cœur beau comprennent, apprécient et absorbent la parole de Dieu. Celle-ci demeure en eux. En conséquence, ils portent du fruit avec endurance. Ainsi, il est nécessaire d’apprécier profondément et sincèrement la Parole de Dieu pour être un disciple du Christ endurant – TG2003 1/2 p8 §6
    “ Le long de la route ” : ceux qui sont trop occupés - La première sorte de terre sur laquelle le grain tombe se trouve “ le long de la route ”, où il est ‘ piétiné ’. (Luc 8:5.) Le long d’une route passagère qui traverse un champ de céréales, la terre est forcément tassée (Marc 2:23). Pareillement, ceux qui permettent aux activités incessantes du monde d’engloutir leur temps et leur énergie peuvent être trop occupés pour parvenir à attacher du prix à la parole de Dieu. Ils l’entendent, mais comme ils ne méditent pas sur elle, leur cœur reste insensible. Avant qu’ils ne parviennent à l’aimer, “ le Diable vient et enlève la parole de leur cœur, afin qu’ils ne croient pas et ne soient pas sauvés ”. (Luc 8:12.) Peut-on éviter ce piège ?
    Il existe bien des moyens d’empêcher un cœur de ressembler à la terre stérile qui borde une route. Une terre piétinée et dure devient meuble et productive si on la laboure et si on fait circuler les gens ailleurs. Pareillement, en prenant le temps d’étudier et de méditer la Parole de Dieu, nous rendons notre cœur semblable à une terre belle et fertile. Le tout est de ne pas nous occuper outre mesure des questions profanes (Luc 12:13-15). Réservons-nous au contraire du temps pour réfléchir aux “ choses les plus importantes ”- TG2003 1/ 2 p10 §10,11
    “ Sur le roc ” : ceux qui ont peur - Lorsqu’elle tombe sur la deuxième sorte de terre, la semence ne reste pas à la surface, comme dans le premier cas. Elle prend racine et germe. Seulement, quand le soleil se lève, la pousse est brûlée par la chaleur et se dessèche. Toutefois, considérez un détail significatif. La raison véritable pour laquelle la pousse se dessèche n’est pas la chaleur. En effet, la plante qui grandit dans la bonne terre est également exposée au soleil, et pourtant elle prospère. D’où vient la différence ? La pousse se dessèche, explique Jésus, ‘ parce qu’elle n’a pas de profondeur de terre ’ et ‘ parce qu’elle n’a pas d’humidité ’. (Luc 8:6.) Un “ roc ” juste au-dessous de la couche de terre empêche les grains de plonger leurs racines suffisamment loin pour trouver humidité et stabilité. La pousse se dessèche parce que le sol n’est pas profond.
    Cette partie de l’exemple se rapporte à ceux qui “ reçoivent la parole avec joie ” et qui suivent Jésus avec zèle “ pour un moment ”. (Luc 8:13.) Il suffit qu’ils subissent le feu ‘ d’une tribulation ou d’une persécution ’ pour qu’ils prennent peur au point de perdre leur joie, leur force, et de ne plus suivre le Christ (Matthieu 13:21). Mais la cause réelle de leur peur n’est pas l’opposition. Des millions de disciples du Christ ne subissent-ils pas diverses tribulations et pourtant demeurent fidèles  ? La raison véritable pour laquelle certains ont peur et chutent est que leur cœur ressemble à un roc et les empêche de méditer suffisamment en profondeur sur les choses constructives et spirituelles. En conséquence, leur reconnaissance envers Jéhovah et envers sa parole est trop superficielle et trop faible pour qu’ils résistent à l’opposition. Comment éviter d’en arriver là ?
    Individuellement, il est important de vérifier qu’aucun obstacle comparable à un roc ne se cache dans notre cœur : une amertume ancrée, un égoïsme sous-jacent, ou d’autres sentiments durs mais dissimulés. Si une telle barrière existe chez quelqu’un, la puissance de la parole de Dieu peut la briser. Ensuite, la méditation dans la prière provoquera “ l’implantation de la parole ” au fond de son cœur. Il aura alors la force de traverser les périodes de découragement ainsi que le courage de demeurer fidèle malgré les épreuves - TG2003 1/ 2 p10 §12-14
    Portons du fruit en répandant la semence du Royaume - L’exemple du semeur et des différentes sortes de terre relaté par Jésus fournit la réponse, une réponse réconfortante pour ceux qui prêchent dans des territoires peu productifs. Jésus a expliqué que la semence est le message du Royaume contenu dans la Parole de Dieu, et que la terre représente le cœur symbolique de l’homme. Une partie de la semence “ est tombée sur la bonne terre et, après avoir germé, elle a produit du fruit ”. (Luc 8:8.) Quel fruit ? Réfléchissons : une fois que le grain a germé et mûri, la tige de blé produit, non pas de petites tiges, mais de nouveaux grains. Pareillement, un chrétien produit, non pas nécessairement de nouveaux disciples, mais de nouvelles graines du Royaume. Ainsi, en l’occurrence, le fruit ne consiste ni en nouveaux disciples ni en qualités chrétiennes. Puisque la semence qui est semée est la parole du Royaume, le fruit doit être la multiplication de cette semence. Porter du fruit, dans ce cas, c’est parler du Royaume. Nous est-il possible de porter le fruit du Royaume, de proclamer la bonne nouvelle du Royaume, quelle que soit notre situation ? Absolument ! – TG2003 1/2 p20-21 §10,11
    “ Parmi les épines ” : ceux qui sont partagés- La troisième sorte de terre, celle que les épines envahissent, mérite particulièrement notre attention, car sous certains aspects elle ressemble à la belle terre : les grains y prennent racine et germent ; au départ, les jeunes plantes s’y développent aussi bien. Celles-ci finissent pourtant par y être étouffées à cause ‘ des épines qui poussent avec elles ’ et avec qui elles doivent rivaliser. Pendant un temps, les unes et les autres se disputent nourriture, lumière et espace, mais les épines finissent par recouvrir les jeunes pousses et par les ‘ étouffer ’. — Luc 8:7.
    Quelles personnes ressemblent à la terre couverte d’épines ? Jésus explique : “ Ce sont ceux qui ont entendu, mais, en se laissant entraîner par les inquiétudes, la richesse et les plaisirs de cette vie, ils sont complètement étouffés et ne portent rien à la perfection. ” (Luc 8:14). De même que la semence du semeur et les épines poussent dans la terre simultanément, de même certains essaient de concilier la parole de Dieu et “ les plaisirs de cette vie ”. La vérité de la parole de Dieu est semée dans leur cœur, mais elle rivalise avec d’autres objectifs qui réclament leur attention. Leur cœur symbolique est partagé (Luc 9:57-62). Cela les empêche de consacrer suffisamment de temps à une réflexion profonde, et dans la prière, sur la parole de Dieu. Ils n’absorbent pas cette parole complètement, et donc n’y attachent pas assez de prix pour se montrer endurants. Petit à petit, leur intérêt pour les choses spirituelles est dépassé par des activités charnelles au point qu’ils sont “ complètement étouffés ”. Une triste fin pour les personnes qui n’aiment pas Jéhovah de tout leur cœur !
    En plaçant les questions spirituelles avant les considérations d’ordre matériel, nous évitons d’être étouffés par les soucis et les plaisirs du monde. Ne négligeons jamais de lire la Bible et de réfléchir à ce que nous lisons. Nous trouverons le temps de méditer sérieusement et dans la prière si nous simplifions notre vie au maximum. Les serviteurs de Dieu qui le font (qui en somme arrachent les épines de la terre afin de laisser nourriture, lumière et espace à la plante fructifère) sont bénis par Jéhovah. Ainsi, que nous soyons jeunes ou âgés, tous nous demeurerons dans la parole de Dieu et serons des disciples du Christ endurants aussi longtemps que la parole de Dieu demeurera en nous. Veillons donc à ce que la terre qu’est notre cœur figuré ne devienne jamais dure, peu profonde ou couverte d’épines, mais à ce qu’elle reste meuble et profonde. De cette façon, nous absorberons pleinement la parole de Dieu et nous ‘ porterons du fruit avec endurance  - TG2003 1/ 2 p10 §15-18
    L’inquiétude nuit au bien-être. Elle peut conduire quelqu’un à la dépression, le priver de ses forces et de toute initiative. Beaucoup plus grave est le danger que peut représenter pour la spiritualité une inquiétude excessive. Jésus Christ montra que la reconnaissance pour “ la parole de Dieu ” peut être complètement étouffée par l’inquiétude excessive à propos des difficultés qui accompagnent souvent la vie dans le système de choses actuel. Tout comme les épines peuvent empêcher les jeunes plants d’atteindre la maturité et de porter du fruit, de même ce genre d’inquiétude peut empêcher quelqu’un de grandir spirituellement et de porter du fruit à la louange de Dieu (Luc 8:7, 11, 14). Pour avoir permis à ces soucis de dominer leur vie et de prendre le pas sur les intérêts spirituels, beaucoup encourront la désapprobation du Fils de Dieu lors de son retour glorieux, pour leur perte éternelle - it-1 p1182-1183
    À l’inverse, nous courons un réel danger si nous perdons de vue le but réel de notre existence et si nous desserrons notre prise sur “ la vie véritable ”. Nous risquons de nous “ laisser entraîner par les inquiétudes, la richesse et les plaisirs de cette vie ”. (Luc 8:14.) Les désirs non maîtrisés et les “ inquiétudes à propos des moyens d’existence ” peuvent nous amener à trop nous investir dans le système de choses. Hélas, certains ont été gagnés par la frénésie de l’enrichissement, et ainsi se sont “ égarés loin de la foi et se sont transpercés partout de bien des douleurs ”, perdant même leur belle amitié avec Jéhovah. Comme ils paient cher de n’avoir pas tenu “ fermement la vie éternelle  - TG2007 1/10 p19 §14
    Les personnes qui acceptent rapidement “ la parole de Dieu ”, mais seulement à un niveau superficiel, manquent d’endurance. Soumises à la tribulation ou à la persécution, elles renoncent rapidement, perdant ainsi l’approbation et la bénédiction de Dieu. Mais celles qui cultivent un profond intérêt pour “ la parole de Dieu ” endurent et demeurent fermes. Elles “ portent du fruit avec endurance ”, continuant fidèlement à proclamer le message divin malgré les difficultés, la souffrance et le découragement. — Luc 8:11, 13,15. Jésus a comparé le sol rocailleux aux personnes qui “ reçoivent la parole de Dieu avec joie ” mais font défection lorsque leur foi rencontre des épreuves. Toutefois, il a comparé ses fidèles disciples à la belle terre en ce qu’ils “ retiennent ” la parole de Dieu et “ portent du fruit avec endurance ”- it-1 p759
    Jésus Christ, le grand Enseignant et le Modèle dans l’œuvre qui consiste à faire des disciples, a exhorté ses auditeurs en ces termes : “ Faites [...] attention à la manière dont vous écoutez. ” (Luc 8:16-18). Ce principe est valable pour le ministère chrétien. Si vous prêtez attention à l’instruction spirituelle et que vous l’appliquiez, vous deviendrez un proclamateur du Royaume efficace. Évidemment, vous ne pouvez entendre la voix de Jésus aujourd’hui, mais en lisant les Écritures vous pouvez savoir ce qu’il a dit et fait. Que révèle la Bible quant à la manière dont Jésus traitait ceux qu’il rencontrait dans son ministère ?
    Jésus était un excellent prédicateur de la bonne nouvelle et un remarquable enseignant de la vérité biblique (Luc 8:1). Pour faire des disciples, il faut à la fois prêcher et enseigner ; or, il arrive que de bons prédicateurs trouvent difficile d’enseigner efficacement. Si prêcher signifie proclamer un message, enseigner la vérité sur Jéhovah et sur ses desseins signifie en général bâtir une relation avec le futur disciple. Nous y parviendrons en imitant Jésus Christ, le grand Enseignant et le Modèle par excellence dans l’œuvre qui consiste à faire des disciples – TG2007  15/11 p27 §1,2
    Grâce à Jésus, les humains obéissants seront délivrés de l’esclavage du péché. Et cette délivrance est une “ délivrance éternelle ”. Le nom Jésus signifie “ Jéhovah est salut ”. En tant que Libérateur ou Sauveur, Jésus nous sauve de nos péchés passés. De surcroît, il nous ouvre la perspective d’un avenir meilleur. En effet, en délivrant les humains de l’esclavage du péché, Jésus épargne à ses disciples la colère divine et il les introduit dans des relations d’amour avec Jéhovah.
    En temps voulu, cette délivrance nous soulagera aussi des tristes conséquences du péché : la maladie et même la mort. Pour nous représenter mentalement ce que cela signifiera, réfléchissons à ce qui s’est passé quand Jésus est entré dans la maison de Jaïrus, un homme dont la fille de 12 ans venait de mourir. Juste avant, Jésus avait rassuré Jaïrus, en disant : “ N’aie pas peur, fais montre de foi seulement, et elle sera sauvée. ” (Luc 8:41, 42, 49, 50). Conformément aux paroles du Christ, la fillette s’est relevée, vivante ! Vous imaginez-vous le bonheur des parents ? Dans ce cas, vous avez une idée de la joie extraordinaire que nous ressentirons quand, à la résurrection, tous “ ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix [celle du Christ] et sortiront ”. (Jean 5:28, 29.) Oui, Jésus est un Sauveur ; il est notre Libérateur – TG2009  15/4 p28 §17,18
    Dès le début de son ministère sur la terre, Jésus a apporté la preuve qu’il était bien “ Messie le Guide ”. En quelques jours seulement, il rassemblait des disciples et accomplissait son premier miracle (Jean 1:35–2:11). Par la suite, accompagné de ses disciples, il a prêché la bonne nouvelle du Royaume dans tout le pays (Luc 8:1). Il les a formés et a pris la tête de l’œuvre de prédication et d’enseignement, laissant ainsi un bel exemple (Luc 9:1-6) – TG2010 15/9 p22 §5
    Jésus ne s’est pas contenté de trouver une foule et d’encourager ses apôtres à se mettre à prêcher. Il a commencé par leur montrer l’importance de cette œuvre, puis il les a exhortés à faire de celle-ci l’objet de leurs prières. Enfin, il leur a fourni trois éléments de base : un compagnon de service, un territoire à parcourir et un message (Luc 9:2, 6). Inspirons-nous de son exemple. Que nous nous occupions de notre enfant, d’un nouveau ou d’un chrétien qui n’a pas prêché depuis un moment, efforçons-nous de le former de cette manière. – TG2005  1/12 p31 §17
    “ Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il [...] me suive continuellement. ” (Luc 9:23). En d’autres termes, n’importe qui peut suivre le Christ s’il le “ veut ” vraiment, d’autant que Dieu attire les personnes sincères vers son Fils. En disant : “ quelqu’un ”, Jésus laissait entendre que tous ceux qui le veulent vraiment peuvent le suivre. Les paroles de Jésus : “ Viens, suis-moi ” ne s’adressent donc pas uniquement aux riches, ou uniquement aux pauvres, ou aux gens d’une certaine race ou d’une certaine nation, ou aux humains de cette époque-là, mais à tous. – cf p7 §7
    Nous avons reçu l’ordre d’écouter le Christ - Pierre, Jean et Jacques ont été témoins de la transfiguration. Au cours de cet événement, ils ont entendu une voix venant du ciel, qui a dit : “ Celui-ci est mon Fils, celui qui a été choisi. Écoutez-le. ” (Luc 9:28, 29, 35). Il est capital que nous obéissions à l’ordre d’écouter le Messie.
    Écouter Jésus signifie avoir “ les yeux fixés sur ” lui, c’est-à-dire “ considérer attentivement ” son exemple. Voilà pourquoi il nous faut “ prêter une attention plus qu’ordinaire aux choses ” que nous lisons à son sujet dans la Bible et dans les publications de “ l’esclave fidèle et avisé ”, et à ce que nous entendons sur lui lors des réunions. Soyons donc prompts à écouter la voix de notre berger Jésus et à le suivre. – TG2009 15/5 p32 §17,18
    Que les priorités d’un homme reflètent sa condition de cœur, on en trouve la confirmation dans ce qui s’est passé quelque temps après que Jésus a exhorté ses disciples à ‘ continuer à chercher d’abord le royaume ’. L’évangéliste Luc rapporte que Jésus “ tourna résolument sa face pour se rendre à Jérusalem ”, tout en sachant ce qui l’attendait. En chemin, il a rencontré des hommes, qu’il a invités à le suivre. Ceux-ci y étaient disposés, mais à certaines conditions. L’un d’eux lui a répondu : “ Permets-moi d’abord de m’en aller et d’enterrer mon père. ” Un autre lui a promis : “ Je te suivrai, Seigneur ; mais permets-moi d’abord de faire mes adieux à ceux de ma maisonnée. ” (Luc 9:51, 57-61). Quel contraste avec Jésus, qui était résolu dans son cœur à accomplir la volonté de Dieu sans réserve ! Les préoccupations de ces hommes passaient avant les intérêts du Royaume. Leur cœur n’était pas complet à l’égard de Dieu.
    À la différence de ces hommes irrésolus, nous avons jugé sage d’accepter l’invitation de Jésus et nous servons désormais Jéhovah jour après jour. Nous montrons de cette manière quels sentiments nous éprouvons pour Dieu. Cela étant, même si nous participons activement à la vie de la congrégation, nous ne devons pas oublier que notre cœur court un danger, danger contre lequel Jésus a mis en garde le dernier de ses interlocuteurs : “ Aucun homme qui a mis la main à la charrue et regarde les choses qui sont derrière n’est fait pour le royaume de Dieu. ” (Luc 9:62). Nous devons tous veiller à ce qu’aucune chose du monde de Satan, aussi utile ou agréable qu’elle puisse paraître, ne nous retienne de soutenir de tout cœur les intérêts du Royaume – TG2012 15/4 p15 §9,10
    Jésus a encouragé la tolérance ethnique - Du temps où Jésus était sur la terre, les Juifs et les Samaritains avaient tendance à se mépriser. Une fois, les habitants d’un village samaritain ont éconduit Jésus parce qu’il était Juif et qu’il se rendait à Jérusalem. Comment auriez-vous réagi à un tel rejet ? Peut-être imprégnés des préjugés de l’époque, des disciples de Jésus lui ont demandé : “ Seigneur, veux-tu que nous disions au feu de descendre du ciel et de les anéantir ? ” (Luc 9:51-56). Jésus s’est-il laissé influencer par l’état d’esprit de ses disciples ? Au contraire, il les a repris et a cherché la paix en logeant dans un autre village. Peu après, dans la parabole du bon Samaritain, il a illustré de façon percutante que les origines ethniques d’une personne ne font pas d’elle une ennemie. À vrai dire, elle peut se révéler un très bon prochain. Les chrétiens font bien de résister à la tendance à juger les autres en raison de leur origine ethnique. La justice et l’amour leur dictent de les considérer en tant qu’individus, comme Jéhovah le fait, et non en tant que groupe. N’est-ce pas ainsi que vous aimeriez qu’on vous traite ? Sans haine ethnique, la vie est plus agréable ; on est en paix avec soi-même et avec les autres. Plus important encore, on est en harmonie avec Jéhovah Dieu, le Créateur impartial. Voilà une raison impérieuse de rejeter toute haine ethnique – RV2003 8/8 p27
    L’expression “ groupe ethnique ” désigne les personnes ayant des origines raciales, nationales, tribales ou culturelles communes
    Les oiseaux ont des abris. ’ Certaines traductions rendent le mot grec kataskênôsis par “ nid ” ; il désigne en réalité un ‘ lieu de repos ou abri ’ où les oiseaux passent la nuit, et non un nid où ils couvent des œufs et élèvent des petits. Quand un certain scribe dit à Jésus : “ Enseignant, je te suivrai partout où tu iras ”, Jésus répondit : “ Les renards ont des tanières et les oiseaux du ciel ont des abris, mais le Fils de l’homme n’a pas où poser la tête. ” (Luc 9:57, 58). Prévenant un homme qui désirait le suivre, Jésus Christ fit remarquer que les renards avaient des tanières alors que le Fils de l’homme n’avait pas d’endroit où poser la tête. À moins de se servir d’une cavité naturelle, ou bien de récupérer ou d’occuper le terrier d’un autre animal, souvent le renard se fait une tanière en creusant un trou dans le sol. Jésus faisait remarquer ici que, pour être son disciple, cet homme devait renoncer à l’idée d’avoir le confort et les commodités dont on jouit généralement, et mettre entièrement sa confiance en Jéhovah. Jésus montre ainsi à ce scribe les difficultés qui l’attendent s’il devient son disciple. Il semble donc que cet homme soit trop orgueilleux pour accepter ce mode de vie - it-2 p399-400
    Jésus a indiqué que dans certains cas le service pour Dieu pouvait passer avant les questions familiales. Par exemple, quand Jésus invita un homme à le suivre et que celui-ci refusa, disant: “Permets-moi de m’en aller d’abord enterrer mon père”, il répondit: “Laisse les morts [au sens spirituel] enterrer leurs morts, mais toi, va-t’en proclamer le royaume de Dieu.” (Luc 9:59, 60). Étant donné que les Juifs enterraient leurs morts le jour même, il est peu probable que le père de cet homme ait été mort; il devait être âgé, et son fils voulait rester avec lui jusqu’à la fin de sa vie. Toutefois, cet homme âgé avait probablement une famille pour s’occuper de lui, aussi Jésus a-t-il encouragé son interlocuteur à “proclamer le royaume de Dieu TG1987 1/6 p16§11
    Jésus Christ parla du labour pour souligner l’importance d’être disciple d’un cœur entier. À un homme qui exprima le désir de devenir disciple en posant la condition de pouvoir d’abord faire ses adieux à sa maisonnée, Jésus répondit : “ Aucun homme qui a mis la main à la charrue et regarde les choses qui sont derrière n’est fait pour le royaume de Dieu. ” (Luc 9:61, 62). Un laboureur qui se laisserait distraire de son travail ne ferait pas des sillons droits. Pareillement, celui qui est invité à être un disciple chrétien, mais qui se laisse détourner des responsabilités qui en découlent, n’est plus fait pour le Royaume de Dieu. Comme le Fils de Dieu le démontra dans son propre cas, même les liens familiaux les plus étroits passent après l’accomplissement fidèle de la volonté divine - it-2 p101
    À notre époque, il est capital de ne pas regarder en arrière, figurément parlant. Jésus a souligné cette idée quand il a répondu à un homme qui voulait retourner chez lui pour faire ses adieux à sa famille avant de devenir son disciple : “ Aucun homme qui a mis la main à la charrue et regarde les choses qui sont derrière n’est fait pour le royaume de Dieu. ” (Luc 9:62). Jésus était-il dur, déraisonnable ? Pas du tout. Il était conscient que la requête de son interlocuteur n’était qu’une excuse pour se soustraire à sa responsabilité. Et il a associé le fait de remettre une décision à plus tard à celui de “ regarder les choses qui sont derrière ”. Que le laboureur regarde momentanément derrière lui ou qu’il abandonne carrément sa charrue et fasse demi-tour, cela change-t-il quelque chose ? Non. Dans un cas comme dans l’autre, il détourne son attention de sa tâche, qui en pâtit.
    Plutôt que d’être tournés vers le passé, nous devons diriger résolument notre regard vers l’avenir. Cette pensée est clairement exprimée en Proverbes 4:25 : “ Quant à tes yeux, ils doivent regarder en face, oui tes yeux rayonnants doivent porter leurs regards droit devant toi. ” Nous avons une bonne raison de ne pas regarder les choses qui sont derrière : nous vivons “ les derniers jours ”. – TG2012  15/3 p27 §3
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 9 JUILLET 2018 - LUC 8-9.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 9 JUILLET 2018 - LUC 8-9.pdf
  13. Like
    misette got a reaction from Elisabeth Dolewka in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 25 JUIN 2018 -LUC 4-5   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : LUC 4-5
    Luc 4:17 : Qu’est-ce qui montre que Jésus connaissait très bien la Parole de Dieu ? (nwtsty, note d’étude).
    « On lui remit alors le rouleau du prophète Isaïe, et il ouvrit le rouleau et trouva l’endroit où il était écrit »
    Le rouleau du prophète Isaïe : Le Rouleau d’Isaïe de la mer Morte est constitué de 17 bandes de parchemin fixées les unes aux autres. Le tout forme un rouleau de 7,3 m de long contenant 54 colonnes. Le rouleau utilisé dans la synagogue de Nazareth avait peut-être une longueur semblable. Comme au Ier siècle le texte biblique n’était pas découpé en chapitres et en versets, Jésus devait retrouver où se situait le passage qu’il voulait lire. Mais le fait qu’il trouva l’endroit où les paroles prophétiques étaient écrites prouve qu’il avait une excellente connaissance de la Parole de Dieu. - nwtsty, note d’étude
    Le rouleau qui a été remis à Jésus lors de cette réunion n’était pas un livre divisé en chapitres et en versets, comme le sont nos bibles aujourd’hui. On peut s’imaginer Jésus dérouler le rouleau de la main gauche tout en l’enroulant de la droite jusqu’à ce qu’il trouve le passage qu’il cherchait. Une fois la lecture terminée, le rouleau était ré-enroulé jusqu’au début - TG2010 1/ 4
    À l’époque, le livre d’Isaïe n’était pas divisé en chapitres et en versets, comme il l’est aujourd’hui. Lorsque Jésus s’est vu remettre le rouleau d’Isaïe dans la synagogue de Nazareth, il lui a fallu repérer le passage qui correspond à Isaïe 61:1, 2 dans nos bibles. Il “ trouva l’endroit ” facilement, ce qui montre qu’il connaissait bien la Parole de Dieu. – TG2008 1/ 4 p30
    Comment les rouleaux étaient-ils fabriqués ? On collait ensemble des morceaux de cuir, de parchemin ou de papyrus pour former une longue bande. On enroulait cette bande autour d’un bâtonnet, la face écrite vers l’intérieur. Le texte était rédigé en colonnes étroites sur toute la largeur du rouleau. Quand le rouleau était long, il y avait des bâtonnets aux deux extrémités pour que le lecteur puisse dérouler le texte d’une main et l’enrouler de l’autre jusqu’à ce qu’il trouve le passage recherché. TG2016/1
    Luc 4:25 : Combien de temps la sécheresse a-t-elle duré aux jours d’Élie ? (nwtsty, note d’étude).
    « Par exemple, je vous le dis en vérité : Il y avait beaucoup de veuves en Israël, aux jours d’Éliya, quand le ciel a été fermé trois ans et six mois, de sorte qu’est survenue une grande famine sur tout le pays »
    Pendant trois ans et six mois : Selon 1Rois 18:1, Élie a annoncé la fin de la sécheresse « dans la troisième année ». C’est pourquoi certains prétendent que Jésus contredit le récit de 1 Rois. Cependant, le récit des Écritures hébraïques ne laisse pas entendre que la sécheresse a duré moins de trois ans. La phrase « dans la troisième année » s’applique de toute évidence à la période qui commence au moment où Élie a, pour la première fois, annoncé la sécheresse à Achab (1Rois 17:1). Cette annonce a vraisemblablement été faite alors que la saison sèche était déjà en cours ; cette saison dure généralement jusqu’à six mois, mais cette fois-ci elle a peut-être duré plus longtemps que d’habitude. De plus, la sécheresse ne s’est pas arrêtée immédiatement après qu’Élie s’est de nouveau présenté devant Achab, « dans la troisième année », mais seulement après l’épreuve par le feu au mont Carmel, épreuve qui s’est déroulée plus tard (1Rois 18:18-45). C’est pourquoi les paroles de Jésus rapportées ici, tout comme celles du demi-frère de Christ, rapportées en Jacques 5:17, sont en accord avec la chronologie des évènements de 1Rois 18:1. - nwtsty, note d’étude
    C’est probablement parce que Baal, censément le propriétaire du ciel, était considéré par ses adorateurs comme celui qui donnait les pluies et la fertilité qu’Élie ordonna une sécheresse au nom de Jéhovah (1R 17:1). Après trois années et six mois, Baal s’étant révélé incapable de mettre un terme à la sécheresse en réponse aux nombreuses suppliques que ne manquèrent pas de lui adresser ses prêtres et ses adorateurs, Élie  convoqua tout le peuple au mont Carmel afin qu’il soit témoin d’une grande épreuve qui déterminerait qui est le vrai Dieu. À l’issue de cette épreuve, les adorateurs de Baal furent humiliés et 450 prophètes de Baal tués. Jéhovah, et non Baal, fit ensuite pleuvoir pour mettre fin à la sécheresse 1R 18:18-46 – it1 p246
    Une sécheresse
    L’avertissement. Avant que Jéhovah ne frappe Israël d’une grave sécheresse, son prophète Éliya a annoncé : “ Il n’y aura durant ces années-ci ni rosée ni pluie, sauf sur l’ordre de [la] parole [de Dieu] ! ”  1 Rois 17:1.
    La raison. C’est le culte qu’Israël vouait au faux dieu Baal qui a motivé l’action de Jéhovah. “ Vous avez abandonné les commandements de Jéhovah, a déclaré Éliya, et [...] tu es allé à la suite des Baals. ”  1 Rois 18:18.
    La protection des adorateurs obéissants. Durant la sécheresse, Jéhovah a procuré de la nourriture à ses adorateurs obéissants. — 1 Rois 17:6, 14 ; 18:4 ; 19:18. – RV2012/12 p10
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Les paroles de Jéhovah se sont réalisées. L’évangéliste Luc rapporte ce qui s’est produit aussitôt après le baptême de Jésus : “ Jésus, plein d’esprit saint, revint du Jourdain, et il fut conduit par l’esprit çà et là dans le désert. ” (Luc 4:1). Là, tandis que son Fils jeûnait, priait et méditait, Jéhovah lui a vraisemblablement fourni des instructions et des éclaircissements sur la mission qui lui était confiée. La force agissante de Dieu s’est exercée sur l’esprit et le cœur de Jésus pour guider ses pensées et ses décisions. Par conséquent, Jésus a su comment agir en toutes circonstances, et il a fait exactement ce que son Père attendait de lui. Ayant constaté le puissant effet que l’esprit saint avait sur lui, Jésus a inculqué à ses disciples l’importance de demander cet esprit et de se laisser guider par lui. C’est également pour nous une nécessité, car l’esprit saint est en mesure de transformer notre façon de penser, de sorte qu’elle s’harmonise avec celle de Christ. En permettant à l’esprit de Dieu de nous guider, nous réussirons à penser comme Christ et à imiter son exemple. – TG2011 15/12 p15 §11
    Quand Satan l’a tenté dans le désert, Jésus l’a contré en citant la Parole de Dieu avec exactitude (Luc 4:1-13). En fondant sa défense sur les Écritures, Jésus parlait avec son cœur, et c’est pour cette raison que la stratégie du Diable a échoué, alors qu’elle avait si bien fonctionné en Éden. Les manœuvres de Satan seront tout aussi inopérantes sur nous si nous remplissons notre cœur des paroles de Jéhovah. Rien ne saurait être plus important, car “ du cœur viennent les sources de la vie ”. — Proverbes 4:23. Cela étant, il nous faut continuer à garder notre cœur, sans jamais nous relâcher. Malgré son échec dans le désert, Satan n’a pas renoncé à éprouver Jésus (Luc 4:13). Il agira de même avec nous : il essaiera toutes sortes de stratégies pour briser notre intégrité. Aussi, imitons Jésus en cultivant un amour profond pour la Parole de Dieu tout en priant constamment pour recevoir de l’esprit saint et de la sagesse. Pour sa part, Jéhovah promet à tous ceux qui se réfugient en lui qu’ils ne subiront aucun dommage spirituel. – TG2005  1/9 p28
     
    Nous accroîtrons notre courage en méditant sur l’exemple de Jésus qui a agi courageusement. Quand on examine le ministère de Jésus, on peut être impressionné par sa hardiesse devant les tentations de Satan et devant l’opposition acharnée des chefs juifs (Luc 4:1-13). Grâce à la force de Jéhovah, Jésus était inébranlable ; peu avant sa mort, il a dit à ses disciples : “ Dans le monde, vous avez de la tribulation, mais prenez courage ! J’ai vaincu le monde. ” (Jean 16:33 ; 17:16). En suivant son exemple, ils vaincraient à leur tour. Mais il leur faudrait pour cela ‘ prendre courage ’. Si quelqu’un tient ferme pour la vérité et pour la justice, c’est courageux. Si quelqu’un tient ferme alors qu’il a peur, c’est encore plus courageux. En réalité, n’importe quel chrétien peut se montrer courageux du moment qu’il veut sincèrement accomplir la volonté de Jéhovah, qu’il est déterminé à rester fidèle, qu’il compte constamment sur Dieu et qu’il se rappelle que Jéhovah a déjà fortifié un nombre incalculable d’hommes et de femmes. En outre, la pensée que notre courage plaît à Jéhovah et l’honore renforce notre détermination à ne pas faiblir. Nous sommes prêts à supporter des moqueries, ou pire encore, parce que nous l’aimons profondément. – TG2003  1/3 p11 §12,16
    CONSIDÈREZ LES GOUVERNEMENTS HUMAINS COMME JÉHOVAH LES CONSIDÈRE - Dieu laisse subsister la structure politique du monde parce qu’elle offre une certaine stabilité, qui nous permet de prêcher la bonne nouvelle du Royaume. Dieu nous demande même de prier pour ceux qui gouvernent, surtout quand leurs décisions pourraient avoir une incidence sur notre culte. En cas d’injustice, nous en appelons aux autorités gouvernementales, comme l’apôtre Paul l’a fait (Actes 25:11). Bien que la Bible enseigne que l’adversaire de Dieu, Satan, a pouvoir sur les systèmes politiques, elle ne dit pas qu’il tient chaque dirigeant ou responsable dans sa main (Luc 4:5, 6). Gardons-nous donc de laisser entendre qu’un dirigeant en particulier est manipulé par le Diable. Quand nous avons affaire « aux gouvernements et aux autorités », nous « ne parlons en mal de personne » (Tite 3:1, 2). Nous obéissons à Dieu en n’ayant pas de préférence pour un candidat, un parti ou une idéologie, qu’ils semblent soutenir nos intérêts ou pas. Comment notre neutralité pourrait-elle être éprouvée sous ce rapport ? Imagine qu’un soulèvement populaire tente de renverser un régime oppressif, qui fait souffrir aussi les serviteurs de Dieu. Même sans défiler avec les contestataires, se pourrait-il que nous soyons avec eux en pensée ? Nous devons rester neutres non seulement en paroles et en actions, mais aussi dans notre cœur. – TG2016  Avril p28 §6
    De nombreux anges ont rejoint Satan dans sa rébellion. Lorsque ces anges ont abandonné la famille de Dieu, ils se sont placés sous l’autorité de Satan. Mais ces rebelles ne sont pas une simple bande de perturbateurs ! Dans le monde invisible des esprits, Satan a mis en place une imitation du Royaume de Dieu. Lui-même en est le roi, et il a organisé les démons en « gouvernements », leur a donné une certaine autorité et a fait d’eux des « maîtres mondiaux »
    Au moyen de son organisation, Satan contrôle tous les gouvernements humains. Nous le savons parce que, lorsqu’il a montré à Jésus « tous les royaumes de la terre », il lui a dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, parce qu’il m’a été livré, et je le donne à qui je veux » (Luc 4:5, 6). Cela dit, de nombreux gouvernements accomplissent de bonnes choses pour leurs citoyens, et certains dirigeants ont de bonnes intentions. Mais aucun dirigeant humain n’est capable d’apporter les changements dont nous avons le plus besoin – TG2018 Mai p23 §5,6
    Satan a calomnié Jéhovah tout au long de l’Histoire. Il a influencé une bonne partie de l’humanité. “ Le monde entier se trouve au pouvoir du méchant ”, lit-on en 1 Jean 5:19. Voilà pourquoi le Diable a pu tenter Jésus en lui proposant le pouvoir et la gloire de “ tous les royaumes de la terre habitée ”. (Luc 4:5-7.) Au sujet de Satan, l’apôtre Paul déclare : “ Si donc la bonne nouvelle que nous annonçons est vraiment voilée, elle est voilée chez ceux qui périssent, chez qui le dieu de ce système de choses a aveuglé l’intelligence des incrédules, pour que la lumière de la glorieuse bonne nouvelle concernant le Christ, qui est l’image de Dieu, ne puisse percer. ” (2 Corinthiens 4:3, 4). Satan est “ un menteur et le père du mensonge ”, mais il se présente comme “ un ange de lumière ”. Il possède à la fois le pouvoir et les méthodes nécessaires pour aveugler l’esprit des dirigeants et celui de leurs peuples. Propagande, mythes et mensonges religieux lui ont permis d’égarer les humains. Aujourd’hui encore, des forces démoniaques sous la direction de Satan le Diable agissent en coulisse pour exercer une influence sur des dirigeants humains et sur les humains en général, les incitant à commettre d’inqualifiables actes de barbarie tels que le génocide, le terrorisme et le meurtre. Notre protection contre l’influence de Satan et de ses démons, c’est la parole, ou message, de Dieu contenue dans la Bible – TG2007 15/3 p27 § 7,9,17
    La Parole de Dieu permet d’identifier des formes insidieuses d’idolâtrie. Elle qualifie par exemple la convoitise d’“ idolâtrie ”. Convoiter, c’est désirer ce qui est interdit ; c’est par exemple vouloir posséder ce qui appartient à autrui. Satan le Diable a laissé croître en lui un désir empreint de convoitise : il voulait être comme le Très-Haut et être adoré (Luc 4:5-7). Il en est donc venu à se rebeller contre Jéhovah et à amener Ève à convoiter une chose que Dieu avait interdite. En un sens, Adam a aussi commis un acte d’idolâtrie en laissant son désir égoïste pour la compagnie de sa femme l’emporter sur l’obéissance à son Père céleste bienveillant. À l’opposé, quiconque veut fuir le jour de la colère de Dieu doit vouer à ce dernier un attachement exclusif et rejeter toute forme de convoitise. – TG2008  15/10 p9 §10
    Le récit de la pêche extraordinaire montre aussi l’importance d’avoir la bonne motivation pour obéir au Christ : l’amour. Quand Pierre lui a dit : “ Éloigne-toi de moi, Seigneur, parce que je suis un homme pécheur ”, Jésus ne s’est pas éloigné ni ne l’a condamné pour un péché quelconque (Luc 5:8). Jésus ne l’a pas non plus critiqué parce qu’il lui demandait de partir. Au lieu de tout cela, il a répondu gentiment : “ Cesse d’avoir peur. ” Si quelqu’un avait obéi au Christ parce qu’il aurait ressenti une crainte morbide à son égard, sa motivation n’aurait pas été bonne. Jésus a dit à Pierre que ses compagnons et lui se rendraient utiles en devenant pêcheurs d’hommes. De la même façon aujourd’hui, nous ne faisons pas appel à la peur ni à d’autres sentiments négatifs, comme la culpabilité et la honte, pour obliger autrui à obéir au Christ. Seule l’obéissance, consentie de toute son âme et fondée sur l’amour pour Dieu et pour Christ, réjouit le cœur de Jéhovah – TG2004  1/7 p10 §9
    Le profond amour de Jésus pour les gens transparaissait toujours dans son enseignement. Celui-ci ne rabaissait jamais personne, contrairement à l’enseignement des humains vaniteux. Après avoir assisté à un de ses miracles, de stupéfaction, Pierre est tombé aux genoux de Jésus. Mais Jésus ne voulait pas que ses disciples éprouvent une crainte morbide de lui. Il a dit à Pierre avec gentillesse : “ Cesse d’avoir peur ”, puis lui a parlé de l’œuvre passionnante consistant à faire des disciples à laquelle il prendrait part (Luc 5:8-10). Jésus voulait que ses disciples soient motivés par leur amour des vérités précieuses concernant Dieu, et non par la crainte de leur instructeur. Pour aimer les vérités que nous enseignons, nous devons d’abord aimer les apprendre. Si nous voulons suivre l’exemple de Jésus, nous fondons notre prédication et notre enseignement essentiellement sur la Bible. Quand on nous pose des questions sur nos croyances, nous avons une occasion idéale de montrer que nous aimons la Parole de Dieu. À l’exemple de Jésus, nous ne répondons pas en nous appuyant sur nos idées personnelles. Nous préférons répondre avec la Bible. – TG2002  15/8 p12 §3,9,12,
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    Pour se préparer à la tâche qui l’attendait, “ Jésus, plein d’esprit saint, revint du Jourdain, et il fut conduit par l’esprit çà et là dans le désert ”. (Luc 4:1) Pendant les 40 jours qu’il a passés dans le désert, Jésus a eu le temps de méditer profondément sur la question de la souveraineté soulevée par Satan et sur ce que lui, Jésus, devait faire pour défendre la souveraineté de Jéhovah. Cette question concerne toutes les créatures intelligentes, au ciel et sur la terre. Nous devrions donc nous intéresser à la fidélité de Jésus et voir ce qu’il nous faut faire pour montrer à notre tour que nous souhaitons défendre la souveraineté de Jéhovah. – TG2007 1/12 p26 §3
    Jésus s’est laissé guider par l’esprit de Dieu - Dieu a guidé son propre Fils au moyen de l’esprit saint. Jésus désirait sans doute ardemment recevoir l’aide de l’esprit de Dieu pour affronter la vie sur la terre. Luc rapporte ce qui s’est produit aussitôt après le baptême de Jésus : “ Jésus, plein d’esprit saint, revint du Jourdain, et il fut conduit par l’esprit çà et là dans le désert. ” (Luc 4:1). Là, tandis que son Fils jeûnait, priait et méditait, Jéhovah lui a vraisemblablement fourni des instructions et des éclaircissements sur la mission qui lui était confiée. La force agissante de Dieu s’est exercée sur l’esprit et le cœur de Jésus pour guider ses pensées et ses décisions. Par conséquent, Jésus a su comment agir en toutes circonstances, et il a fait exactement ce que son Père attendait de lui. Ayant constaté le puissant effet que l’esprit saint avait sur lui, Jésus a inculqué à ses disciples l’importance de demander cet esprit et de se laisser guider par lui. C’est également pour nous une nécessité, car l’esprit saint est en mesure de transformer notre façon de penser, de sorte qu’elle s’harmonise avec celle de Christ. En permettant à l’esprit de Dieu de nous guider, nous réussirons à penser comme Christ et à imiter son exemple. – TG2011  15/12 p15 §10-12
    Jésus a résisté à la tentation non seulement parce qu’il connaissait les Écritures, mais aussi parce qu’il était “ plein d’esprit saint ”. (Luc 4:1.) Afin d’avoir comme lui la force de résister, nous devons nous approcher de Jéhovah et tirer pleinement profit de toutes les dispositions qu’il a prises dans le but de nous remplir de son esprit. Citons l’étude de la Bible, la prière et la fréquentation de nos compagnons chrétiens. Bon nombre d’entre nous ont d’ailleurs pris conscience qu’il est bénéfique d’avoir une vie remplie d’activités chrétiennes, car cela leur permet de rester concentrés sur des pensées constructives et spirituelles TG2011 15/1 p23 §8
    Alors que Jésus jeûnait depuis 40 jours et 40 nuits, Satan a fait appel à son désir de manger en ces termes : « Si tu es un fils de Dieu, dis à cette pierre qu’elle devienne un pain » (Luc 4:1-3). Deux possibilités s’offraient à Jésus : soit se servir de ses pouvoirs pour satisfaire son besoin de nourriture, soit ne pas s’en servir. Il savait qu’il ne devait pas s’en servir à des fins égoïstes. Bien qu’ayant faim, il n’a pas laissé ce besoin primer sur ses relations avec Jéhovah et a répondu : « Il est écrit : “L’homme ne doit pas vivre de pain seul mais de tout ce qui sort de la bouche de Jéhovah” » (Luc 4:4) – TG2013  15/8 p23
    N’oublions jamais que le Diable exploitera la moindre de nos épreuves pour essayer de nous éloigner de Jéhovah. Quand Jésus a-t-il été tenté par Satan ? À l’issue d’un jeûne de plusieurs semaines, alors qu’il avait faim (Luc 4:1-3). Cependant, Jésus a eu suffisamment de force spirituelle pour rejeter fermement ces tentations. Il est donc de la plus haute importance de compenser notre faiblesse physique, qu’elle soit due à la maladie, à l’âge ou à toute autre cause, en étant fort spirituellement. “ Même si l’homme que nous sommes extérieurement dépérit ”, nous ne baissons pas les bras parce que “ l’homme que nous sommes intérieurement se renouvelle de jour en jour ”. — 2 Corinthiens 4:16. N’oublions pas non plus que les pensées négatives rongent notre spiritualité. Une des meilleures parades contre les attaques de Satan est d’adopter le “ même état d’esprit ” que Jésus. Ne considérons jamais nos difficultés comme une preuve indéniable de la défaveur divine. Bien au contraire, Jéhovah nous promet de nous aider à porter tous nos fardeaux et de ménager une issue à toute tentation pouvant survenir. En nous approchant de Dieu lorsque nous sommes dans la détresse, nous pouvons relativiser notre situation et nous opposer au Diable avec succès – TG2006  15/8 p25 §7-9
    Tout comme le fait parfois un grand criminel, le Diable s’est vanté avec orgueil de son pouvoir lorsqu’il a tenté Jésus, le Fils de Dieu. Après lui avoir montré “ tous les royaumes ” du monde, Satan lui a fait cette proposition : “ Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, parce qu’il m’a été livré, et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu fais un acte d’adoration devant moi, cela sera tout à toi. ” — Luc 4:5-7. Si le Diable n’était qu’un principe du mal, comme certains l’ont suggéré, comment expliquer cette tentation ? Jésus était-il tenté par une pensée mauvaise ou en proie à un conflit intérieur à la suite de son baptême ? Si c’est le cas, comment a-t-on pu dire : “ Il n’y a pas de péché en lui ” ? (1 Jean 3:5.) Au lieu de nier le pouvoir du Diable sur les humains, Jésus l’a plutôt confirmé. Il l’a appelé “ le chef du monde ”, le décrivant comme “ un meurtrier ” et “ un menteur ”. – TG2011  1/9 p7
    Satan « lui montra en un instant tous les royaumes de la terre habitée ; et [...] lui dit : “Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes” » (Luc 4:5, 6). Jésus n’a sans doute pas vu littéralement tous les royaumes en un instant, mais Satan a dû penser qu’une vision de leur gloire exercerait une certaine séduction sur lui. Sans le moindre scrupule, il lui a dit : « Si tu fais un acte d’adoration devant moi, cela sera tout à toi » (Luc 4:7). En aucun cas Jésus ne voulait devenir le genre de personne que Satan espérait. Sa réponse ne s’est pas fait attendre : « Il est écrit : “C’est Jéhovah ton Dieu que tu dois adorer, et c’est à lui seul que tu dois offrir un service sacré” » (Luc 4:8). - TG2013  15/8 p23
    Jésus se montrait vigilant parce qu’il savait aussi que Satan était résolu à le tenter, à le persécuter et à briser son intégrité. Cet ennemi implacable était en permanence à l’affût d’un “ moment opportun ” pour le mettre à l’épreuve (Luc 4:13). Jésus n’a jamais baissé sa garde. Il voulait être prêt à parer toute attaque, qu’elle revête la forme d’une tentation, de l’opposition ou de la persécution. Pour notre part, pouvons-nous céder à l’insouciance ? Nous savons que le Diable se comporte toujours “ comme un lion rugissant, cherchant à dévorer quelqu’un ”. Voilà pourquoi la Parole de Dieu nous invite à rester dans notre bon sens et à être vigilants – TG2012  15/2p3 §6
    Souvenons-nous d’un détail important concernant les tentations du Diable : il est venu vers Jésus alors que celui-ci avait jeûné 40 jours dans le désert. À l’évidence, il a estimé que c’était vraiment un “ moment opportun ” pour éprouver l’intégrité du Fils de Dieu (Luc 4:13). Le Diable est à l’affût de moments opportuns pour éprouver la nôtre également. Voilà pourquoi il est vital que nous restions spirituellement forts. Satan attaque souvent au moment où sa proie lui semble très affaiblie. Par conséquent, lorsque nous nous sentons fatigués ou découragés, nous devrions être plus résolus que jamais à supplier Jéhovah qu’il nous accorde sa protection et son esprit saint. – TG2011  15/1 p24 §10
    Jésus a été un modèle pour ses disciples dans sa façon d’accomplir sa mission en libérant les Juifs opprimés, mais fidèles, des fardeaux que constituaient les pratiques de la fausse religion (Luc 4:18). Obéissant à l’ordre de Jésus leur enjoignant de faire des disciples et de les baptiser, les premiers chrétiens ont proclamé hardiment la volonté de Dieu en rapport avec leur Seigneur ressuscité. Jéhovah se réjouissait de les voir tenir son culte pour une priorité. Rappelons-nous que si nous accordons la priorité au culte de Jéhovah, nous sommes assurés qu’il veillera sur nous. Nous n’avons pas à nous inquiéter de savoir comment nous seront assurés nos moyens de subsistance. Ne devrions-nous donc pas nous poser certaines questions pertinentes? Quelle place le culte de Jéhovah tient-il dans ma vie ? Est-ce que je m’acquitte du vœu que j’ai fait d’accomplir la volonté de Dieu au mieux de mes possibilités ? – TG1994  1/12 p8 §12-20
    Jésus avait coutume d’aller à la synagogue chaque semaine. Il y entendait la lecture et le commentaire des Écritures. Il lui arrivait même de lire en public des extraits de la Parole de Dieu et d’en indiquer l’application (Luc 4:16-21). Il est facile de se rendre compte à quel point il connaissait les Écritures. Il suffit de lire les Évangiles et de compter le nombre de fois où Jésus a dit “ il est écrit ” ou bien s’est référé d’autres manières à des passages précis de l’Écriture. Par exemple, dans le Sermon sur la montagne rapporté par Matthieu, Jésus a cité les Écritures hébraïques 21 fois. Nous n’insisterons jamais assez sur l’idée que tout vrai chrétien doit examiner la Bible personnellement. Ceux qui prennent le temps d’approfondir la Bible en retirent un immense profit. Ils y trouvent des joyaux spirituels. Leurs relations avec Dieu s’affermissent, se renforcent. – TG2002  15/6 p12
    Imaginez à quel point il a dû être exaltant d’entendre Jésus enseigner ! La Bible révèle l’impression qu’il a laissée à ceux qui l’ont rencontré. Luc rapporte que les habitants de la ville où Jésus avait grandi “ s’étonnaient des paroles pleines de charme qui sortaient de sa bouche ”. Luc 4:22. Jésus aimait ce qu’il enseignait. Il était convaincu d’avoir quelque chose de précieux à transmettre — la vérité concernant son Père céleste. Telle une vive lumière, les vérités qu’il enseignait révélaient ce qui était mauvais et permettaient de distinguer ce qui était bon. Elles apportaient espérance et réconfort aux humbles qui étaient abusés par des chefs religieux mal intentionnés ou qui étaient “ opprimés par le Diable ”. L’amour de Jésus pour la vérité se voyait non seulement dans ce qu’il enseignait, mais également dans tout ce qu’il faisait.
    Qu’en est-il de nous ? Nous devons aimer ce que nous enseignons. On reconnaît un bon enseignant au fait qu’il aime ce qu’il enseigne. Il est convaincu que ce qu’il enseigne est vrai, important et utile. Si ce qu’il enseigne a pour lui de la valeur, son enthousiasme sera manifeste et communicatif. À l’inverse, s’il n’a que peu d’estime pour ce qu’il enseigne, il ne peut guère attendre de ses élèves qu’ils se passionnent pour le sujet. Ne sous-estimez jamais l’impact que votre exemple peut avoir sur ceux qui vous écoutent. Jésus a d’ailleurs déclaré : “ Tout élève complètement instruit sera comme son maître. ” — Luc 6:40 – TG2009  15/7 p15 §1,10,11
    Avant de monter au ciel, Jésus a dit à ses disciples de prêcher dans « toute la Judée et la Samarie, et jusque dans la région la plus lointaine de la terre » Ils allaient devoir surmonter leur orgueil et leurs préjugés pour accomplir cette mission. Jésus les y a préparés en parlant souvent en bien des étrangers. Jésus a dit toute l’admiration qu’il avait pour un officier étranger qui avait une foi extraordinaire (Mat. 8:5-10). Et à Nazareth, la ville où il avait grandi, il a rappelé comment Jéhovah avait aidé des étrangers, comme la veuve de Sarepta, une Phénicienne, et Naamân le lépreux, un Syrien (Luc 4:25-27). Nous aussi, nous aurons peut-être besoin de temps pour nous débarrasser de préjugés. À mesure que nous approcherons de la fin de ce monde méchant, les divisions, la haine et les préjugés seront de plus en plus courants. – TG2018 Juin p8
    “ Écoute ! dit le Christ. Je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai dans sa maison et je prendrai le repas du soir avec lui et lui avec moi. ” Jésus a souvent dispensé un enseignement spirituel à l’occasion de repas (Luc 5:29-39 ; 7:36-50 ; 14:1-24). Les “ autres brebis ” de notre époque laissent figurément Jésus entrer, ce qui les mène à la vie éternelle. Nous vivons les derniers jours. Ce n’est pas le moment d’être insouciants, matérialistes ou quoi que ce soit d’autre qui nous amènerait à n’offrir à Dieu qu’un service symbolique. Que toutes les congrégations continuent donc de briller avec éclat comme autant de porte-lampes que Jésus garde à leur place ! Soyons des chrétiens fidèles, toujours déterminés à prêter attention quand le Christ parle et à écouter ce que l’esprit dit. Nous connaîtrons alors la joie sans fin d’être des porteurs de lumière à la gloire de Jéhovah. – TG2003  15/5 p15
    « Luc le médecin bien-aimé », rédacteur du livre des Actes, a lui aussi voyagé aux côtés de Paul. Il est logique de supposer que Luc a donné des avis et des soins médicaux à Paul et à ses compagnons missionnaires. Pourquoi ? Par exemple, parce qu’au cours d’un voyage, Paul est tombé malade (Gal. 4:13). Luc a pu lui apporter une aide médicale, conformément à ces paroles de Jésus : « Ce ne sont pas ceux qui sont en bonne santé qui ont besoin de médecin, mais ceux qui vont mal » (Luc 5:31).
    La Bible n’indique pas où et quand Luc a reçu sa formation médicale. Mais elle indique que Paul a transmis les salutations de Luc aux chrétiens de Colosses. Luc était donc visiblement connu dans cette ville. Et comme il existait une école de médecine à Laodicée, ville voisine, il est possible que ce soit l’endroit où il a été formé. Quoi qu’il en soit, Luc n’était pas un apprenti docteur, qui se plaisait à offrir des conseils médicaux sans être qualifié pour le faire. Il était médecin. C’est ce que prouvent les termes médicaux précis qu’il a employés dans son Évangile et dans le livre des Actes, ainsi que la place qu’il a accordée aux guérisons opérées par Jésus. – TG2015  15/12 p25 §11,12
    “Le vieux est bon” - Un jour, on demanda à Jésus Christ pourquoi ses disciples ne jeûnaient pas comme les disciples de Jean le Baptiste et ceux des Pharisiens. Il leur répondit entre autres choses : “Personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, le vin nouveau fera éclater les outres, et il se répandra, et les outres seront abîmées. Mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves. Et personne, après avoir bu du vin vieux, ne veut du nouveau ; car il dit : ‘Le vieux est bon.’” — Luc 5:37-39. Par cette réponse, Jésus soulignait que son enseignement était trop puissant et trop énergique pour se confiner dans le vieux système juif qui, comme les vieilles outres, avait perdu ses propriétés et sa souplesse. Ceux qui aimaient le vin de la tradition, l’enseignement du judaïsme, trouvaient à redire à l’enseignement de Jésus Christ. Ils le rejetaient comme le vin nouveau, car ils préféraient leurs traditions. À leur avis, ‘le vieux était bon’. – RV1977 8/6 p26
    L’opposition de Jésus-Christ à une fusion de différentes croyances est clairement montrée par l’illustration dont il se servit un jour. Certains avaient dit : “ Les disciples de Jean, comme ceux des pharisiens, jeûnent fréquemment et font des prières, tandis que les tiens mangent et boivent. Il leur répondit : Pouvez-vous faire jeûner les amis de l’époux pendant que l’époux est avec eux ? Les jours viendront où l’époux leur sera enlevé, alors ils jeûneront en ces jours-là. Il leur dit aussi une parabole : Personne ne déchire d’un habit neuf un morceau pour le mettre à un vieil habit ; autrement, il déchire l’habit neuf, et le morceau qu’il en a pris n’assortit au vieux. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, le vin nouveau fait rompre les outres, il se répand, et les outres sont perdues ; mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves. Et personne, après avoir bu du vin vieux, ne veut du nouveau, car il dit : Le vieux est bon. ” —
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . Par cette illustration, Jésus attirait l’attention sur le fait qu’il était en train d’introduire un système de choses entièrement nouveau et que celui-ci ne devait pas être lié au groupe des disciples de Jean-Baptiste ou à ceux des pharisiens. Les disciples de Jésus ne devaient pas s’associer à de tels groupes ou se conformer à leurs coutumes ou cérémonies. Jésus n’introduisait pas ce nouveau système de choses pour rapiécer et perpétuer d’anciens systèmes d’adoration sur le point d’être rejetés. Les systèmes religieux précédents étaient incapables de contenir le nouveau, ne lui convenaient pas et ne pouvaient exister à ses côtés, au contraire c’est le nouveau qui mettrait un terme à leur existence. Même la loi de Moïse devait être clouée au bois de torture comme étant accomplie et annulée. De même qu’un nouvel habit n’est pas découpé pour raccommoder des vêtements irréparables tellement qu’ils sont vieux, mais demeure intact et entièrement neuf, et de même qu’un vin nouveau n’est pas mis dans de vieilles outres desséchées, sans élasticité et susceptibles d’éclater, mais reçoit sa propre outre, ainsi en était-il de la nouvelle organisation chrétienne. Elle devait être un système de choses entièrement nouveau, séparée définitivement des anciens systèmes religieux qui avaient soit échoué soit dépassé la période de leur utilité. Néanmoins les partisans de ces vieux systèmes leur restaient attachés. Ils disaient qu’ils étaient accoutumés à l’âge respectable de ces vieux systèmes. Pour eux le vieux était bon ; ils étaient satisfaits de leur religion, elle avait été dans la famille depuis longtemps, et ils ne voulaient pas changer pour adopter quelque chose de nouveau. Il existe donc une séparation qui interdit l’inclusion de la vraie foi dans un mouvement interconfessionnel quelconque. –
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 25 JUIN 2018 - LUC 4-5.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 25 JUIN 2018 - LUC 4-5.pdf
  14. Like
    misette got a reaction from Elisabeth Dolewka in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 18 JUIN 2018 - LUC 2-3   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : LUC 2-3
    Luc 2:14 : Que signifie ce verset ? (nwtsty, notes d’étude).
    “ Gloire à Dieu là-haut dans les hauteurs, et sur terre paix parmi les hommes de bienveillance ! ”
    Et sur la terre, paix parmi les hommes de bienveillance : Certains manuscrits ont un texte qui pourrait être rendu par « et paix sur la terre, bienveillance envers les hommes » ; on retrouve d’ailleurs cette tournure dans certaines traductions de la Bible. Mais le choix fait par la Traduction du monde nouveau s’appuie sur des manuscrits plus anciens et plus fiables. Cette déclaration angélique ne se rapporte pas à une manifestation de la bienveillance de Dieu envers tous les humains, quels que soient leurs comportements et leurs actions. Elle se rapporte plutôt à ceux qui seront l’objet de sa bienveillance parce qu’ils manifestent une foi authentique en lui et qu’ils deviennent disciples de son Fils (voir note d’étude hommes de bienveillance de ce verset). nwtsty, notes d’étude
    Hommes de bienveillance : La « bienveillance » dont parle la déclaration angélique est de toute évidence celle manifestée par Dieu, non par les humains. Le mot grec eudokia peut aussi être rendu par « faveur », « bon plaisir », « approbation ». Le verbe qui lui est apparenté, eudokéô, est utilisé en Mc 1:11, où Dieu s’adresse à son Fils juste après son baptême. Il signifie fondamentalement « approuver », « être content de », « juger bon », « prendre plaisir ». Conformément à cet emploi, l’expression « hommes de bienveillance » (anthrôpoïs eudokias) désigne les personnes qui bénéficient de l’approbation et de la bienveillance de Dieu, et elle peut aussi être rendue par « personnes qu’il approuve », « personnes en qui il prend plaisir ». Donc, cette déclaration angélique se rapportait à la bienveillance de Dieu, non envers les humains en général, mais envers ceux qui lui plairaient en manifestant une foi authentique en lui et en devenant disciples de son Fils. Même si le mot grec eudokia peut, dans certains contextes, désigner la bienveillance des humains, il est souvent employé pour parler de la bienveillance de Dieu, ou de son bon plaisir, ou de la façon d’agir qu’il trouve bonne. Dans la Septante, en Ps 51:18, le mot désigne la bienveillance  de Dieu. nwtsty, notes d’étude
    “ Les hommes de bienveillance. ” Quand un ange annonça la naissance de Jésus, il n’apparut pas devant les chefs religieux juifs, mais devant d’humbles bergers. Après qu’il leur eut appris la naissance du Messie, une armée d’anges proclamèrent : “ Gloire à Dieu là-haut dans les hauteurs, et sur terre paix parmi les hommes de bienveillance ! ” (Lc 2:14). Les anges ne proclamaient pas la paix pour les ennemis de Dieu, qui n’étaient pas en paix avec lui. “ Il n’y a pas de paix, a dit mon Dieu, pour les méchants. ” (Is 57:21). La Bible Synodale, par exemple, rend ainsi Luc 2:14 : “ Gloire à Dieu au plus haut des cieux, paix sur la terre, bienveillance envers les hommes ! ” Mais Dieu ne manifestait pas ici sa bienveillance à l’égard des hommes en général ; il ne voulait pas dire non plus qu’il accordait sa paix à ceux qui étaient bien disposés envers lui simplement par sentimentalité, par complaisance. Non, Dieu parlait de ceux qui lui plairaient en raison de leur foi sincère en lui et qui deviendraient disciples de son Fils – it1 p346
    Quand Jésus est né, des anges sont apparus à des bergers près de Bethléhem. Ils ont loué Dieu en ces termes : “ Gloire à Dieu là-haut dans les hauteurs, et sur terre paix parmi les hommes de bienveillance ! ” (Luc 2:8, 13, 14). Autrement dit, il y aurait la paix pour ceux à qui Dieu témoignerait de la bienveillance parce qu’ils exerceraient la foi dans les dispositions qu’il prenait par l’intermédiaire de son Fils. Cela signifiait que des humains, bien que nés dans le péché, pourraient devenir purs aux yeux de Dieu et être approuvés par lui. Ils connaîtraient ainsi le calme intérieur, la paix, qu’il est impossible d’avoir autrement. Au temps fixé par Dieu, ces humains seraient libérés de tous les effets du péché adamique, en particulier de la maladie et de la mort. Il n’y aurait plus alors d’aveugles, de sourds ni d’estropiés. Plus jamais on ne serait démoralisé à cause de sa faiblesse ou accablé du fait de troubles mentaux, car tout cela aurait définitivement disparu. Il serait possible de vivre éternellement dans la perfection. À qui cette paix divine est-elle offerte ? À tous ceux qui exercent la foi en Jésus Christ
    Cette paix avec Dieu est essentielle. Sans elle, en effet, il ne peut y avoir de paix durable ou réelle dans aucune autre relation. La paix avec Jéhovah est le fondement de la paix véritable sur la terre. Logiquement, Jésus Christ est le Prince de paix TG1997 15/1
    La bienveillance de Dieu. Dans la Bible, les termes ci-dessus sont employés à propos du plaisir, de l’approbation ou de la bienveillance de Dieu. Dieu énonce clairement ce qui est requis pour lui plaire et il décide qui il acceptera parmi ses amis, qui sera l’objet de sa bienveillance. Ceux qui rejettent sa Parole ou se rebellent contre lui ne bénéficieront pas de sa bienveillance, mais subiront son courroux – it1 p346
    Luc 3:23 : Qui était le père de Joseph ? (wp16.3 9 § 1-3).
    « D’autre part, Jésus lui-même, lorsqu’il commença [son œuvre], avait environ trente ans, étant, à ce qu’on croyait, le fils de Joseph, [fils] de Héli »
    Qui était le père de Joseph ? Joseph, un charpentier de Nazareth, était le père adoptif de Jésus. Mais qui était le père de Joseph ? La généalogie de Jésus dans l’Évangile de Matthieu parle d’un certain Jacob, alors que celle dans Luc dit que Joseph était le « fils de Héli ». Comment expliquer cette différence ? (Luc 3:23 ; Matthieu 1:16).
    On lit dans l’Évangile de Matthieu : « Jacob devint père de Joseph. » Le terme grec employé ici indique clairement que Jacob était le père de Joseph. Matthieu établit donc la généalogie de Joseph, la lignée royale de David, par laquelle Jésus a hérité du droit légal au trône. Mais l’Évangile de Luc dit que Joseph était le « fils de Héli ». Cette expression, « fils de », peut aussi vouloir dire « gendre de ».
    On trouve un cas identique en Luc 3:27, où Shéaltiel, dont le père était Yekonia, est présenté comme le « fils de Néri » Shéaltiel était probablement marié avec une fille de Néri ; il était donc son gendre. De la même manière, Joseph était le « fils » de Héli, puisqu’il était marié avec sa fille, Marie. Luc établit donc la généalogie de Jésus en passant par sa mère biologique, sa généalogie « selon la chair » (Romains 1:3). Ainsi, la Bible contient deux généalogies de Jésus, toutes deux utiles.
    Emploi du nom du père dans les généalogies. Habituellement, on remontait l’ascendance d’un homme par son père, et non par sa mère. C’est pourquoi, même s’il y a, semble-t-il, de bonnes raisons de penser que Luc (faisant exception à la règle générale) présente la généalogie de Jésus en passant par sa mère, il ne mentionne pas celle-ci. Apparemment, il qualifie son mari, Joseph, de fils de Héli, alors que Héli était manifestement le père de Marie. Cela n’était pas du tout abusif, puisque Joseph était le gendre de Héli – it2 père
    Pourquoi Luc ne présente-t-il pas Marie comme la fille de Héli, qui était pourtant son père ? Parce qu’en général, les généalogies officielles ne donnaient que les noms des hommes. En voyant Joseph présenté comme le fils de Héli dans la généalogie faite par Luc, à l’époque on comprenait qu’il était en fait le gendre de Héli – TG2017/8
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    L’ange de Jéhovah, radieux, apparut à des bergers qui, en cette nuit, gardaient leurs troupeaux dans les champs en dehors de Bethléhem, et “la gloire de Jéhovah rayonna autour d’eux”. Il annonça alors la naissance qui accomplissait la prophétie divine: “Aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est Christ le Seigneur.” Comme pour donner plus d’éclat encore à l’événement, une multitude d’anges se montra dans le ciel, louant le Père du nouveau-né et disant d’une seule voix: “Gloire à Dieu là-haut dans les hauteurs, et sur terre paix parmi les hommes de la bienveillance!” Ne convenait-il pas, en effet, qu’à la naissance du futur “Prince de paix” les anges annoncent la paix divine pour tous les hommes faisant l’objet de la bienveillance de Dieu? — Luc 2:8-14. Bien avant la naissance du futur “Prince de paix”, les anges avaient loué Dieu en une certaine occasion. C’était au temps de la création, lorsqu’il avait fondé la terre (Job 38:4). En conséquence, n’est-il pas normal que les fils de Dieu aient uni leurs voix mélodieuses en un chant de louange lors de la plus illustre naissance devant jamais honorer la terre? De même qu’un père humain est félicité à la naissance de son fils premier-né, pareillement le Père céleste et Auteur de cette naissance illustre entre toutes est digne d’être exalté par les membres de sa famille dans les cieux. Comme ce chœur extrêmement harmonieux a dû réjouir l’Être divin qui, pour la première fois, devenait père dans des circonstances tout à fait nouvelles! Jamais auparavant dans toute l’histoire universelle, il n’y avait eu de naissance comparable à celle du futur “Prince de paix”. – TG1987 1/4 p13-14 §13-15
    Les hommes de bienveillance. ” Quand un ange annonça la naissance de Jésus, il n’apparut pas devant les chefs religieux juifs, mais devant d’humbles bergers. Après qu’il leur eut appris la naissance du Messie, une armée d’anges proclamèrent : “ Gloire à Dieu là-haut dans les hauteurs, et sur terre paix parmi les hommes de bienveillance ! ” (Lc 2:14). Les anges ne proclamaient pas la paix pour les ennemis de Dieu, qui n’étaient pas en paix avec lui. Mais Dieu ne manifestait pas ici sa bienveillance à l’égard des hommes en général ; il ne voulait pas dire non plus qu’il accordait sa paix à ceux qui étaient bien disposés envers lui simplement par sentimentalité, par complaisance. Non, Dieu parlait de ceux qui lui plairaient en raison de leur foi sincère en lui et qui deviendraient disciples de son Fils. - it-1 p346-347
    Quand Jésus est né, des anges sont apparus à des bergers près de Bethléhem. Ils ont loué Dieu en ces termes : “ Gloire à Dieu là-haut dans les hauteurs, et sur terre paix parmi les hommes de bienveillance ! ” (Luc 2:8, 13, 14). Autrement dit, il y aurait la paix pour ceux à qui Dieu témoignerait de la bienveillance parce qu’ils exerceraient la foi dans les dispositions qu’il prenait par l’intermédiaire de son Fils. Cela signifiait que des humains, bien que nés dans le péché, pourraient devenir purs aux yeux de Dieu et être approuvés par lui. Ils connaîtraient ainsi le calme intérieur, la paix, qu’il est impossible d’avoir autrement. Au temps fixé par Dieu, ces humains seraient libérés de tous les effets du péché adamique, en particulier de la maladie et de la mort. Il n’y aurait plus alors d’aveugles, de sourds ni d’estropiés. Plus jamais on ne serait démoralisé à cause de sa faiblesse ou accablé du fait de troubles mentaux, car tout cela aurait définitivement disparu. Il serait possible de vivre éternellement dans la perfection – TG1997 15/1 p11 §7
    Marie est certainement épuisée par l’accouchement. Pourtant, elle écoute attentivement. Mieux encore, elle « conserve toutes ces paroles, tirant des conclusions dans son cœur » (Luc 2:19). C’est vraiment une jeune femme réfléchie. Elle sait que le message transmis par les anges est très important. Son Dieu, Jéhovah, veut qu’elle comprenne bien qui est le fils qu’elle vient d’avoir et le grand rôle qu’il aura à jouer. Or, effectivement, elle ne fait pas qu’écouter. Elle essaie de retenir ce qu’elle a entendu pour méditer sur ces pensées encore et encore au fil des mois et des années à venir. Cela explique pourquoi Marie sera une femme de foi tout au long de sa vie.
    Imiteras-tu Marie ? Jéhovah a rempli les pages de sa Parole de précieuses vérités. Mais celles-ci te seront profitables seulement si tu y prêtes attention. Alors, lis la Bible régulièrement, pas simplement comme une œuvre littéraire, mais comme la Parole inspirée de Dieu. Puis, à l’exemple de Marie, conserve ses vérités dans ton cœur et tires-en des conclusions. Si tu médites sur ce que tu lis dans la Bible et si tu réfléchis à la façon dont tu peux appliquer encore mieux les conseils de Jéhovah, tu donneras à ta foi les éléments dont elle a besoin pour grandir. – ia p158 §16,17
    Marie est certainement épuisée par l’accouchement. Pourtant, elle écoute attentivement. Mieux encore, elle « conserv[e] toutes ces paroles, tirant des conclusions dans son cœur » (Luc 2:19). C’est vraiment une jeune femme réfléchie. Elle sait que le message transmis par les anges est très important. Son Dieu, Jéhovah, veut qu’elle comprenne bien qui est le fils qu’elle vient d’avoir et le grand rôle qu’il aura à jouer. Or, effectivement, elle ne fait pas qu’écouter. Elle essaie de retenir ce qu’elle a entendu pour méditer sur ces pensées encore et encore au fil des mois et des années à venir. Cela explique pourquoi Marie sera une femme de foi tout au long de sa vie.
    Imiterons-nous Marie ? Jéhovah a rempli les pages de sa Parole de précieuses vérités. Mais celles-ci nous seront profitables seulement si nous y prêtons attention. Alors, lisons la Bible régulièrement, pas simplement comme une œuvre littéraire, mais comme la Parole inspirée de Dieu. Puis, à l’exemple de Marie, conservons ses vérités dans notre cœur et tirons-en des conclusions. Si nous méditons sur ce que nous lisons dans la Bible et si nous réfléchissons à la façon dont nous pouvons appliquer encore mieux les conseils de Jéhovah, nous donnerons à notre foi les éléments dont elle a besoin pour grandir.  –
    ia chap18 §16,17
    Des bergers se présentent, impatients de voir le nouveau-né. Ils racontent que des anges en ont parlé comme d’“ un Sauveur, qui est Christ le Seigneur ”. Le récit ajoute : “ Marie conservait toutes ces paroles, tirant des conclusions dans son cœur. ” Elle méditait sur ces paroles et y puisait de la force. — Luc 2:11, 16-19.
    Et nous ? Chacun est tôt ou tard amené à souffrir. La Bible montre par ailleurs que “ temps et événement imprévu ” peuvent nous arriver à tous, et nous valoir diverses épreuves et difficultés. Quand c’est le cas, nous aigrissons-nous, au point d’accuser Dieu ? N’est-il pas préférable d’imiter Marie et de nous approcher davantage de Jéhovah en nous instruisant de sa Parole, la Bible, puis en méditant sur ce que nous avons appris ? Une telle réaction nous aidera à coup sûr à endurer l’adversité. – TG2009 1/1 p4-5
     
     
    Au fur et à mesure que Jésus a grandi, Marie s’est efforcée de retenir mentalement ce qui lui arrivait, “ tirant des conclusions dans son cœur ”. (Luc 2:19, 51.) Elle était, comme Joseph, une personne spirituelle, et elle gardait précieusement en mémoire les événements et les paroles qui accomplissaient des prophéties. Les propos de l’ange Gabriel ont dû rester gravés dans son esprit, à savoir : “ Celui-ci sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut ; et Jéhovah Dieu lui donnera le trône de David son père, et il régnera sur la maison de Jacob pour toujours, et il n’y aura pas de fin à son royaume. ” (Luc 1:32, 33). Elle a, sans conteste, pris au sérieux le privilège de devenir la mère du Messie.
    Que peut vous apporter cet aperçu de la vie de Marie ? Acceptez-vous le privilège de servir Dieu, quels que soient les sacrifices exigés ? Êtes-vous conscient de l’importance de ce privilège aujourd’hui ? Gardez-vous présent à l’esprit ce que Jésus a annoncé et le mettez-vous en parallèle avec ce qui se produit aujourd’hui, ‘ tirant des conclusions dans votre cœur ’ ? Garderez-vous foi en Jésus même si vous devez vivre des moments pénibles parce que vous êtes son disciple ? TG03 15/12 7
    Même un chrétien qui ressent un grand vide dans sa vie (parce qu’il n’a pas d’enfants ou qu’il a perdu son conjoint) peut être consolé. La prophétesse Anne, qui vivait à l’époque de Jésus, avait perdu son mari après seulement sept ans de mariage. Dans la Bible, rien n’indique que cette veuve avait des enfants. Or que continuait-elle de faire à l’âge de 84 ans ? Luc 2:37 répond : « Elle n’était jamais absente du temple, offrant un service sacré nuit et jour, avec jeûnes et supplications. » C’est en adorant Jéhovah qu’Anne trouvait de la consolation et de la joie – TG2017 Juin p6 §12
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    L’annonce de la naissance d’“ un Sauveur, qui est Christ le Seigneur ” constituait sans conteste une “ bonne nouvelle d’une grande joie ” pour l’humanité (Luc 2:10, 11). Cet enfant serait le Messie, le grand Prophète et le Chef que le peuple de Dieu attendait depuis si longtemps. Sa vie et sa mort sur la terre joueraient un rôle essentiel dans la justification de la souveraineté universelle de Jéhovah. Voilà pourquoi les anges se sont exclamés : “ Gloire à Dieu là-haut dans les hauteurs. ” — Luc 2:14.
    Jésus, que la Bible appelle “ le dernier Adam ”, a prouvé que même soumis à la plus cruelle des épreuves il est possible à un humain de rester fidèle à Jéhovah. Il a ainsi démontré que Satan est un ignoble menteur. Cela a constitué un sujet de joie parmi les anges fidèles dans les cieux. – TG2006 15/12 p6
    Les promesses qui consolaient le peuple de Dieu comportaient souvent des renseignements sur le Messie (Isaïe 53:1-12). De génération en génération, ces renseignements ont soutenu les fidèles accablés d’épreuves en leur donnant une espérance. On lit en Luc 2:25 : “ Voyez, il y avait à Jérusalem un homme nommé Siméon ; cet homme était juste et il craignait Dieu ; il attendait la consolation [c’est-à-dire la venue du Messie] d’Israël, et de l’esprit saint était sur lui. ” Siméon connaissait l’espérance messianique exposée dans les Écritures, et l’attente de son accomplissement était au centre de sa vie. Il ne comprenait pas exactement comment cet accomplissement se produirait, et il n’a pas vécu assez longtemps pour voir le salut annoncé devenir réalité, mais il s’est réjoui le jour où il a vu Celui qui serait le “ moyen de salut ” de Dieu. — Luc 2:30.  – TG2003  1/5p14 § 7
    Le 40e jour, la petite famille va à Jérusalem, à une dizaine de kilomètres de Bethléhem. Ils apportent au temple les offrandes de purification prévues par la Loi. Comme ils sont pauvres, ils viennent avec deux tourterelles ou deux pigeons. Ont-ils honte de ne pouvoir offrir, comme les autres parents, un bélier avec une tourterelle ? Si oui, ils mettent ces sentiments de côté. En tout cas, sur place, ils reçoivent beaucoup d’encouragements (Luc 2:21-24).
    Un homme âgé, du nom de Siméon, s’approche d’eux et adresse à Marie des paroles qu’elle va, de nouveau, conserver précieusement dans son cœur. Il a reçu la promesse qu’il verrait le Messie avant de mourir, et l’esprit saint de Jéhovah lui a indiqué que Jésus était le Sauveur annoncé. De plus, Siméon prévient Marie de la douleur qu’elle subira un jour. Ce sera comme si une longue épée la traversait (Luc 2:25-35). Bien que peu rassurantes, ces paroles aideront Marie à tenir ferme quand ce terrible moment arrivera, une trentaine d’années plus tard. Après Siméon, Anne, une prophétesse, voit le petit enfant et se met à parler de lui à tous ceux qui attendent la délivrance de Jérusalem (Luc 2:36-38).
    Joseph et Marie ont vraiment pris une bonne décision en emmenant leur fils au temple ! Ils lui ont ainsi donné une excellente habitude : celle d’aller régulièrement au temple de Jéhovah. En ce lieu, ils ont offert à Dieu le meilleur de ce qu’ils avaient et ils ont reçu des instructions et des encouragements. Marie a dû repartir avec une foi plus forte, le cœur rempli de pensées à méditer et à transmettre à d’autres.
    Aujourd’hui, il est beau de voir des parents suivre cet exemple. Avec fidélité, ils emmènent leurs enfants aux réunions chrétiennes. Ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, notamment en encourageant leurs compagnons. Et ils repartent plus forts, plus heureux et remplis de bonnes choses à communiquer à d’autres – ia p161 §18-21
    Le service sacré concerne des actes d’adoration. Ainsi est-il dit de la prophétesse Anne, une veuve de 84 ans, qu’elle “ n’était jamais absente du temple, offrant un service sacré [d’un mot grec apparenté à latréïa] nuit et jour, avec jeûnes et supplications ”. (Luc 2:36, 37.) Elle adorait Jéhovah avec constance. Bel exemple pour chacun de nous, quel que soit notre âge ! Ses prières ferventes à Jéhovah et sa présence régulière au temple pour l’adorer nous rappellent que la prière et l’assistance aux réunions font partie de notre service sacré. – TG2000 15/11 p12 §11
    Marie était attachée aux valeurs spirituelles. Alors que la Loi ne l’exigeait pas des femmes, elle avait l’habitude d’accompagner Joseph à Jérusalem pour la célébration annuelle de la Pâque (Luc 2:41). Cela signifiait effectuer un aller-retour de 300 kilomètres avec une famille qui s’agrandissait au fil des années ! Mais ces déplacements étaient sans aucun doute de joyeuses expéditions.
    Beaucoup de femmes de notre époque imitent ce bel exemple. Elles s’acquittent de leurs obligations bibliques avec zèle et abnégation. Que de fois ces femmes dévouées font-elles preuve de patience, d’endurance et d’humilité ! Songer à l’attitude de Marie les aidera à continuer de placer les questions spirituelles avant leur plaisir et leur confort. Comme Marie, elles savent qu’adorer Dieu aux côtés de leur conjoint et de leurs enfants fortifie la famille et resserre les liens. – TG2009 1/1 p6
    Quand Jésus était plus jeune, il restait sans aucun doute près de ses parents pendant ces voyages annuels à la grande ville de Jérusalem. Cependant, il est possible que ses parents lui aient accordé plus de liberté à mesure qu’il grandissait. À douze ans, il atteignait l’âge que les Juifs considèrent comme une étape importante dans la marche vers l’état adulte. Peut-être à cause de ce changement naturel, un oubli fut commis quand le temps vint pour la famille de Joseph de quitter Jérusalem et de rentrer chez elle. Le récit rapporte: “Mais lorsqu’ils s’en retournèrent, le garçon Jésus resta à Jérusalem, sans que ses parents s’en fussent aperçus. Pensant qu’il était dans le groupe des voyageurs, ils firent une journée de chemin et se mirent à le chercher parmi les parents et les connaissances.” — Luc 2:43, 44.
    Les parents et les jeunes se reconnaîtront dans certains aspects de cet incident. Celui-ci, néanmoins, comporte une différence: Jésus était parfait. Puisqu’il était soumis à Joseph et à Marie, il est inconcevable qu’il ait manqué d’obéir à quelque disposition dont ils seraient convenus avec lui (Luc 2:52). Il est bien plus probable qu’il y ait eu un manque de communication. Le père et la mère de Jésus présumaient qu’il était dans le groupe des parents et des connaissances (Luc 2:44). On imagine facilement que, dans l’affairement du départ de Jérusalem, ils surveillèrent avant tout leurs plus jeunes enfants et supposèrent que leur fils aîné, Jésus, les suivait.
    À l’évidence, Jésus pensait que ses parents sauraient où il se trouvait. C’est ce que laisse entendre la réponse qu’il leur fit par la suite: “Pourquoi aviez-vous à me chercher? Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père?” Ses paroles n’étaient pas irrespectueuses; elles révèlent simplement qu’il était surpris que ses parents n’aient pas su où le trouver. C’est un cas typique de malentendu que bien des parents d’adolescents peuvent comprendre. — Luc 2:49.
    Pensez à l’inquiétude de Joseph et de Marie à la fin du premier jour, quand ils se rendirent compte que Jésus n’était pas là. Et imaginez le souci croissant qui les accabla durant les deux jours où ils parcoururent Jérusalem à sa recherche. Il s’avéra que leur éducation payait de retour en cette circonstance difficile. Jésus n’était pas en mauvaise compagnie. Il ne faisait pas honte à ses parents. Quand ceux-ci trouvèrent Jésus, il était “dans le temple, assis au milieu des enseignants, les écoutant et les interrogeant. Et tous ceux qui l’écoutaient restaient stupéfaits de son intelligence et de ses réponses”. Luc 2:46, 47.
    Les leçons : Les adolescents ont tendance à présumer que leurs parents savent ce qu’ils pensent. On les entend souvent dire: “Mais je croyais que tu savais.” Si votre enfant vous a déjà dit cela lorsqu’un malentendu a surgi, vous n’êtes pas les premiers à rencontrer ce problème
    Quand les enfants approchent de l’adolescence, ils deviennent moins dépendants de leurs parents. Ce changement est naturel, et les parents doivent procéder à des mises au point pour lui permettre de se produire. Mais, même avec la meilleure éducation, des malentendus surgiront et les parents auront leur lot de soucis. Cependant, s’ils suivent l’excellent exemple de Joseph et de Marie, l’éducation qu’ils auront donnée à leurs enfants rendra grand service à ceux-ci dans les moments difficiles. Les parents qui imitent Joseph et Marie, qui aident leurs enfants à grandir en sagesse divine, qui font en sorte qu’ils se sentent bien à la maison et qui les soumettent à la saine influence de fréquentations pieuses, augmentent les probabilités de voir leur descendance suivre la même voie que Jésus. Ces enfants ont plus de chances de mener une vie heureuse quand ils deviendront des adultes chrétiens dignes de confiance – TG1987 15/2 p6
    À 12 ans déjà, Jésus défendait courageusement ce qui est droit. Intéressons-nous à ce qui s’est passé lorsqu’il était « dans le temple, assis au milieu des enseignants » (Luc 2:41-47). Ces hommes étaient des spécialistes tant de la Loi mosaïque que des traditions humaines qui l’étouffaient. Pour autant, Jésus n’était pas intimidé au point de ne rien dire : il les interrogeait. Il ne leur posait certainement pas les questions d’un petit garçon curieux, mais des questions qui demandaient de la réflexion et qui ont incité les enseignants à redoubler d’attention. Et s’ils ont essayé de piéger Jésus par des questions qui faisaient débat, ils ont échoué. Pas étonnant que tous ceux qui l’écoutaient, y compris les enseignants, aient été « stupéfaits de son intelligence et de ses réponses », des réponses qui mettaient sans aucun doute en valeur la vérité de la Parole de Dieu ! Jésus a fait preuve de courage. Soyons déterminés à marcher dans ses pas. – TG2015 15/2 p11 §4
    Le baptême de feu. Quand il vit de nombreux Pharisiens et Sadducéens venir à lui, Jean le baptiseur les appela “ progéniture de vipères ”. Il ajouta à propos de Celui qui venait : “ Celui-là vous baptisera avec de l’esprit saint et avec du feu. ” (Luc 3:16). Le baptême de feu est différent du baptême d’esprit saint. Contrairement à ce que disent certains, le baptême de feu ne peut pas correspondre aux langues de feu de la Pentecôte, car les disciples ne furent pas immergés dans le feu (Ac 2:3). Jean expliqua à ses auditeurs qu’il y aurait une sélection : le blé serait ramassé, après quoi la bale serait brûlée par un feu qu’il serait impossible d’éteindre (Mt 3:12). Il montra que le feu ne serait pas une bénédiction ni une récompense, mais serait dû à ce que ‘ l’arbre n’aurait pas produit de beau fruit ’. Luc 3:9.
    Se servant du feu comme d’un symbole de destruction, Jésus annonça que l’exécution des méchants aurait lieu durant sa présence ; il dit : “ Le jour où Lot est sorti de Sodome, il est tombé du ciel une pluie de feu et de soufre et elle les a tous détruits. De même en sera-t-il le jour où le Fils de l’homme doit être révélé. ” (Luc 17:29, 30). On trouve d’autres exemples où le feu représente une force non pas salvatrice, mais destructrice, en 2 Th. 1:8, en Jude 7 et en 2 Pierre 3:7, 10. – it1 p268
    La repentance et le baptême étaient des pas que devaient absolument franchir ceux qui entreraient dans le Royaume. C’est la raison pour laquelle Jean rétorqua: ‘Les pécheurs repentants, je les baptise d’eau, mais après moi, quelqu’un de plus fort vous baptisera d’esprit saint et de feu. Non, je ne mérite même pas de défaire les lanières de ses sandales. Mais attention! Il tient une pelle à vanner et il ramassera le blé dans son magasin, mais la bale, il la brûlera et il la détruira.’ (Luc 3:15-17). En effet, l’esprit saint serait accordé aux disciples du Messie, mais ses ennemis subiraient le feu de la destruction. - TG1995 15/5 p30
    Souvent on rassemblait la bale inutile et on la brûlait, afin d’éviter que le vent la ramène et qu’elle souille les tas de grain. Dans cet ordre d’idées, Jean le baptiseur prophétisa qu’une destruction brûlante s’abattrait sur les pratiquants méchants de la fausse religion : le Vanneur, Jésus Christ, recueillera le blé, “ mais la bale, il la brûlera par un feu qu’il est impossible d’éteindre ”. Luc 3:17  - it1 p261
    3:16 — En quel sens ‘ les cieux se sont-ils ouverts ’ lors du baptême de Jésus ? Cette expression semble indiquer que les souvenirs de l’existence préhumaine et céleste de Jésus lui sont revenus. – TG2008 15/1 p29
    Le premier proclamateur du Royaume mentionné dans les Évangiles est Jean le baptiseur (Luc 3:18). Son but principal était de “ témoigner ”, ce qu’il a fait avec une foi totale et avec l’espoir que “ des gens de toutes sortes croient ”. Effectivement, des personnes à qui il a parlé sont devenues des disciples du Christ. Jean a donc à la fois prêché et fait des disciples. Jésus aussi était un prédicateur et un enseignant. Il n’est pas surprenant qu’il ait ordonné à ses disciples non seulement de prêcher, mais encore d’aider les gens qui acceptaient le message du Royaume à devenir ses disciples. Notre œuvre aujourd’hui est dès lors une combinaison de prédication et d’enseignement. – TG2003 1/ 2 p22 §14
    Environ 30 ans après sa naissance en tant qu’humain, lorsque Jésus fut baptisé par Jean le baptiseur, l’esprit de Dieu vint sur lui et Dieu lui dit : “ Tu es mon Fils, le bien-aimé ; je t’ai agréé. ” (Luc 3:21-23). C’est sans doute à ce moment-là que l’homme Jésus ‘ naquit de nouveau ’ pour être un Fils spirituel ayant l’espérance de retourner vivre au ciel, et il fut oint par l’esprit afin d’être le roi et le grand prêtre établi par Dieu. Jéhovah s’est exprimé de façon semblable lors de la transfiguration sur la montagne, vision dans laquelle Jésus apparut dans une gloire royale – it1 p903
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 18 JUIN 2018 - LUC 2-3.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 18 JUIN 2018 - LUC 2-3.pdf
  15. Like
    misette got a reaction from Eric Ouellet in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MARC 15-16
    MARC 15:25 : Comment peut-on expliquer la contradiction apparente concernant le moment où Jésus a été cloué au poteau ?
    (nwtsty, note d’étude).
    « C’était la troisième heure, et ils l’attachèrent sur un poteau »
    Environ neuf heures du matin : Litt. « la troisième heure ». Certains attirent l’attention sur ce qui paraît être une contradiction entre ce récit et Jean 19:14-16, qui dit qu’« il était environ midi » (litt. « il était environ la sixième heure ») quand Pilate a livré Jésus pour qu’il soit exécuté. Même si la Bible ne fournit pas une explication complète de cette différence, voici quelques éléments à prendre en compte : Les Évangiles s’accordent généralement sur la chronologie des évènements du dernier jour de la vie terrestre de Jésus. Les quatre récits disent que les prêtres et les anciens se sont réunis après l’aube et qu’ils ont ensuite conduit Jésus au gouverneur romain Ponce Pilate. Matthieu, Marc et Luc signalent tous trois qu’à partir de « midi », alors que Jésus était déjà sur le poteau, des ténèbres ont couvert le pays « jusqu’à trois heures de l’après-midi environ ».
    Un facteur qui a pu avoir une incidence sur le moment retenu pour l’exécution de Jésus est celui-ci : la flagellation était considérée par certains comme faisant partie intégrante du processus d’exécution. Parfois, elle était d’une telle violence que la victime mourait. - nwtsty
    Dans le cas de Jésus, la flagellation a été si violente qu’après qu’il a commencé à porter seul son poteau de supplice, il a fallu réquisitionner un homme pour le porter à sa place. Si on considère que la flagellation est le début du processus d’exécution, du temps a dû s’écouler avant que Jésus ne soit effectivement cloué au poteau. Appuyant cette idée, Mt 27:26 et Mc 15:15 mentionnent la mise au poteau après la flagellation. Par conséquent, différentes personnes ont pu situer l’exécution à des moments différents, en fonction de ce qui constituait pour elles le début du processus d’exécution. Cela peut expliquer l’étonnement de Pilate quand il a appris que Jésus était mort si rapidement après avoir été cloué au poteau (Marc 15:44). De plus, les écrits bibliques reflètent souvent la pratique de l’époque qui consistait à diviser la journée en quatre périodes de trois heures chacune (la nuit était divisée de la même façon). Cette division de la journée explique pourquoi les rédacteurs de la Bible mentionnent fréquemment neuf heures du matin, midi et trois heures de l’après-midi, heures comptées à partir du lever du soleil, vers six heures du matin. D’autre part, comme les gens n’avaient généralement pas d’instruments précis de mesure du temps, la mention de l’heure était souvent accompagnée de termes signifiant « vers » ou « environ », ce qui est le cas en Jean 19:14. En résumé : Marc parle peut-être à la fois de la flagellation et de la mise au poteau, alors que Jean fait uniquement référence à la mise au poteau. Les deux rédacteurs ont peut-être arrondi l’heure à la période de trois heures la plus proche, et Jean utilise le mot « environ » quand il parle de l’heure dite. Ces éléments peuvent expliquer la différence des heures mentionnées dans les récits. Au final, le fait que Jean, qui a rédigé son Évangile des dizaines d’années plus tard, mentionne une heure qui diffère de celle de Marc montre qu’il ne s’est pas contenté de copier le récit de Marc. - nwtsty
    Pourquoi cette contradiction apparente ? Diverses hypothèses ont été émises. Aucune ne satisfait à toutes les objections. On ne dispose tout simplement pas d’informations suffisantes pour expliquer avec certitude la raison de la différence entre les récits. Peut-être l’heure indiquée par Marc ou par Jean n’était-elle qu’une parenthèse, non chronologique. Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : les deux écrivains étaient inspirés par l’esprit saint – it1 heure
    Les Évangiles montrent clairement qu’à la sixième heure, ou à midi, Jésus était déjà pendu au poteau depuis assez longtemps pour que les soldats aient jeté les sorts pour ses vêtements et pour que les prêtres en chef, les scribes, les soldats et les passants aient parlé de lui en mal. Ils précisent également que Jésus expira vers 15 heures - it1 heure
    Comme le lever et le coucher du soleil varient en fonction de l’époque de l’année, on se contentait généralement de donner une heure approximative pour situer un événement. Ainsi, il est fréquent de lire que les événements se déroulaient à la troisième, à la sixième ou à la neuvième heure — ce qui veut souvent dire qu’ils avaient lieu approximativement à ces heures-là (Marc 15:25, 33, 34; Jean 19:14) – TG1991  1/8
    MARC 16:8 : Pourquoi, dans La Bible. Traduction du monde nouveau, le texte principal de l’Évangile de Marc ne contient-il pas les conclusions longue et courte ? (nwtsty, note d’étude).
    « Et quand elles sortirent, elles s’enfuirent de la tombe de souvenir, car un tremblement et une forte émotion les saisissaient. Et elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur. Mais toutes les choses qui [leur] avaient été ordonnées, elles les racontèrent brièvement à ceux qui étaient dans l’entourage de Pierre. D’autre part, après ces choses, Jésus lui-même envoya par leur intermédiaire de l’est à l’ouest la proclamation sacrée et incorruptible du salut éternel »
    Car elles avaient peur : D’après les plus anciens manuscrits disponibles de la dernière partie du livre de Marc, l’Évangile se termine par les mots que l’on trouve au verset 8. Certains affirment qu’une telle conclusion est trop abrupte pour être la conclusion d’origine. Toutefois, si on considère le style habituellement concis de Marc, cette affirmation n’est pas forcément valable. De plus, Jérôme et Eusèbe, biblistes du IVe siècle de notre ère indiquent que le récit d’origine se conclut par les mots
    « car elles avaient peur ». - nwtsty
    Un certain nombre de manuscrits grecs et de traductions dans d’autres langues ajoutent une conclusion longue ou courte après le verset 8. La conclusion longue (composée de 12 versets supplémentaires) figure dans le Codex Alexandrinus, le Codex Ephræmi Syri rescriptus et le Codex Bezae Cantabrigiensis, tous datant du Ve siècle. On la trouve également dans la Vulgate latine, dans la version syriaque Cureton et dans la Peshitta syriaque. Toutefois, elle est absente de deux manuscrits grecs plus anciens datant du IVe siècle, le Codex Sinaiticus et le Codex Vaticanus, ainsi que du Codex Sinaiticus Syriacus datant du IVe ou Ve siècle et du plus ancien manuscrit copte sahidique de Marc datant du Ve siècle. De même, les plus anciens manuscrits de Marc en arménien et en géorgien se terminent avec le verset 8. - nwtsty
    Quelques manuscrits grecs et traductions dans d’autres langues, plus récents, contiennent une conclusion courte (composée de seulement deux phrases). Le Codex Regius du VIIIe siècle contient les deux conclusions et cite d’abord la plus courte. Il fait précéder chaque conclusion d’une note indiquant que ces passages sont couramment acceptés par certains spécialistes, mais il n’en reconnaît manifestement aucune comme faisant autorité. - nwtsty
    CONCLUSION COURTE
    La conclusion courte après Mc 16:8 ne fait pas partie des Écritures inspirées. Voici ce qu’elle dit : Mais toutes les choses qui [leur] avaient été ordonnées, elles les racontèrent brièvement à ceux qui étaient dans l’entourage de Pierre. D’autre part, après ces choses, Jésus lui-même envoya par leur intermédiaire de l’est à l’ouest la proclamation sacrée et incorruptible du salut éternel. nwtsty
    CONCLUSION LONGUE
    La conclusion longue après Mc 16:8 ne fait pas partie des Écritures inspirées. Voici ce qu’elle dit : verset 9 Après qu’il fut ressuscité tôt le premier jour de la semaine, il apparut d’abord à Marie la Magdaléenne, de qui il avait expulsé sept démons. 10 Elle alla porter la nouvelle à ceux qui avaient été avec lui, car ils étaient dans le deuil et pleuraient. 11 Mais eux, lorsqu’ils entendirent qu’il avait pris vie et qu’il avait été vu par elle, ne crurent pas. 12 De plus, après ces choses, il apparut sous une autre forme à deux d’entre eux qui marchaient : ils se rendaient à la campagne ; 13 et ils revinrent et portèrent la nouvelle aux autres. On ne crut pas non plus ceux-ci. 14 Mais plus tard il apparut aux onze eux-mêmes pendant qu’ils étaient étendus à table, et il leur reprocha leur manque de foi et leur dureté de coeur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu relevé d’entre les morts. 15 Et il leur dit : « Allez dans le monde entier et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16 Celui qui croit et est baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croit pas sera condamné. 17 De plus, les signes que voici accompagneront ceux qui croiront : En se servant de mon nom, ils expulseront des démons, ils parleront en langues, 18 et avec leurs mains ils prendront des serpents, et s’ils boivent quelque chose de mortel, cela ne leur fera aucun mal. Ils poseront les mains sur les malades, et ceux-ci se rétabliront. » 19 Ainsi donc, le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. 20 Eux donc sortirent et prêchèrent partout, tandis que le Seigneur travaillait avec eux et confirmait le message par les signes qui l’accompagnaient.- nwtsty
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Pour rester intègre devant Jéhovah, Jésus a subi l’exécution la plus déshonorante qui soit. “ Il a enduré un poteau de supplice, méprisant la honte. ” (Héb. 12:2). Ses ennemis l’ont giflé, lui ont craché dessus, l’ont dévêtu, flagellé, attaché sur un poteau et insulté (Marc 15:29-32). Mais il a méprisé la honte dont ils essayaient de l’accabler. Comment ? En ne se dérobant pas à leurs brimades. Il savait qu’il ne perdait pas sa dignité aux yeux de Jéhovah, et il ne recherchait absolument pas la gloire venant des hommes. Même s’il est mort comme un esclave, Jéhovah l’a glorifié en le ressuscitant et en lui donnant la place la plus honorable qui soit, auprès de lui. Et nous aujourd’hui ? Les choses que le monde juge sottes, faibles et sans distinction, Dieu les juge sages, puissantes et honorables. Quiconque cherche les honneurs doit accorder de l’importance à ce que le monde pense de lui. Mais nous, comme Jésus et ses disciples au Ier siècle, c’est l’amitié de Jéhovah que nous cherchons TG201015/8
    Alors que Jésus était pendu au poteau de supplice, les passants “parlaient de lui en mal, hochant la tête et disant: ‘Peuh! Toi qui voulais renverser le temple et le bâtir en trois jours, sauve-toi toi-même en descendant du poteau de supplice!’ Pareillement les prêtres en chef aussi se moquaient de lui entre eux, ainsi que les scribes, et disaient: ‘Il en a sauvé d’autres; il ne peut pas se sauver lui-même! Que le Christ, le roi d’Israël, descende maintenant du poteau de supplice, pour que nous voyions et que nous croyions!’” (Marc 15:29-32). Pour quelle raison le peuple avait-il cette attitude hostile? Les gens avaient laissé les chefs religieux influencer l’opinion qu’ils se faisaient de Jésus; or ceux-ci détestaient Jésus, car il avait révélé qu’ils étaient de faux enseignants et que leurs actions n’étaient pas en harmonie avec leur prétention de représenter le vrai Dieu. Les chefs religieux haïssaient si profondément Jésus et les vérités qu’il enseignait qu’ils conspirèrent sa mort et firent tout ce qu’ils purent pour dresser le peuple contre lui. De nos jours, de nombreux chefs religieux s’opposent aux Témoins de Jéhovah avec un acharnement identique. Et tout comme c’est arrivé aux premiers chrétiens, partout “on parle contre” les Témoins. Mais est-il sage de vous laisser influencer par cette opposition répandue ?
    Les Témoins de Jéhovah proclament aujourd’hui les mêmes vérités bibliques sur le Royaume de Dieu que celles que Jésus et ses apôtres prêchaient. Dans le monde entier, des centaines de milliers de gens acceptent cette bonne nouvelle malgré l’opposition très vive d’amis, de parents et de chefs religieux. Ceux qui acceptent le message du Royaume ont acquis la conviction qu’il est véridique, et ils sont résolus à s’y cramponner. – TG1987  15/3 p29
    15:34 — Les paroles de Jésus “ mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ” sont-elles l’indice d’un manque de foi de sa part ? Non. Bien que nous ne puissions pas nous prononcer de façon catégorique sur ce qui a poussé Jésus à dire cela, ces paroles peuvent indiquer qu’il reconnaissait que Jéhovah lui avait retiré sa protection pour que son intégrité soit pleinement mise à l’épreuve. Il se peut aussi que Jésus ait dit cela parce qu’il voulait accomplir ce que Psaume 22:1 annonçait à son sujet TG2008 15/2
    LA MANIPULATION DE SERPENTS DANS LE CULTE - Les manipulateurs de serpents se basent sur Marc 16: 18, qui contient cette phrase : “ Avec leurs mains ils prendront des serpents. ”Des Églises charismatiques pratiquent la manipulation de serpents venimeux. Les enseignements de la Bible n’appuient pas l’idée selon laquelle l’utilisation de serpents est une facette acceptable du vrai culte. La Bible dit : “ Dieu est amour. ”Notre Créateur aimant ne demanderait pas à ses véritables adorateurs d’accomplir des rituels dangereux pour lui plaire. Assurément, Jéhovah ne souhaite pas que ses serviteurs manipulent des serpents, risquant ainsi de souffrir, d’être malades et même de mourir  - RV 3/2010 p23
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    À cause de la jalousie - Beaucoup se sont opposés à Jésus par jalousie. Le gouverneur romain Ponce Pilate s’est bien rendu compte que “ c’était par envie que les prêtres en chef ” avaient livré Jésus pour qu’il soit mis à mort (Marc 15:9, 10). Pourquoi les chefs religieux juifs jalousaient-ils le Christ ? Notamment en raison de sa popularité auprès du peuple, qu’ils méprisaient. “ Le monde s’en est allé derrière lui ”, se sont plaint les Pharisiens. De même, des opposants religieux “ remplis de jalousie ” par le succès de l’évangélisation s’en sont pris violemment aux disciples du Christ. — Actes 13:45, 50. Egalement aujourd’hui dans certains pays opposés à la vérité – RV2011/5
    Par jalousie, les chefs religieux juifs conspirèrent avec succès pour faire mettre à mort Jésus, pensant ainsi s’en débarrasser pour toujours. Marc 15:10. Parallèlement, au sein de la chrétienté, de nombreuses personnes sont jalouses de la faveur que Jéhovah accorde à ses serviteurs oints et fidèles, et elles se concertent pour faire disparaître ces derniers. Quand, en 1918, ces ennemis religieux remportèrent une victoire en faisant mettre en prison les vrais disciples du Christ les plus en vue et en faisant cesser leur activité, ils pensaient être pour toujours débarrassés des vrais serviteurs de Jéhovah et ne plus jamais en entendre parler. – TG1971  1/8 p457
    Ce qui s’est passé au 1er siècle, à la mort de Jésus Christ, montre bien qu’en suivant la foule on peut être amené à commettre le mal. Les chefs religieux avaient persuadé nombre de Juifs d’exiger, eux aussi, l’exécution de Jésus (Marc 15:11). Aussi, à la Pentecôte, après la résurrection et l’ascension de Jésus, quand Pierre a mis en évidence cette grave erreur, beaucoup “eurent le coeur transpercé”; ils se sont rendu compte de ce qu’ils avaient fait en se laissant influencer. Actes 2:36, 37. - TG1993 1/10
     
    Avant de clouer Jésus au poteau, les Romains “lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel [vraisemblablement aussi avec de la myrrhe]; mais, l’ayant goûté, il refusa de boire”. (Marc 15:23.) Pourquoi Jésus refusa-t-il cette liqueur? Parce que le breuvage était drogué. Jésus voulait conserver toutes ses facultés mentales pour accomplir jusqu’au bout la volonté de son Père.” Par contre, le vin qu’il accepta juste avant de mourir n’était pas drogué (Jean 19:28-30). Si Jésus refusa le vin drogué, c’est bien qu’il désirait être en pleine possession de tous ses moyens à l’heure de l’épreuve suprême de sa foi. À l’instar de Jésus, le chrétien s’efforcera de rester maître de ses facultés intellectuelles, afin de ne pas se laisser entraîner dans la débauche ou dans d’autres actes qui réduiraient à néant ses bonnes relations avec Jéhovah Dieu. Le chrétien doit également aimer Dieu de tout son esprit, ce qui exclut l’usage d’hallucinogènes ou d’autres stupéfiants qui provoquent des aberrations mentales que l’on rechercherait pour le seul plaisir de connaître une certaine euphorie. – RV1979 8/5
    La promesse de Jésus à un malfaiteur - Deux malfaiteurs avaient été mis au poteau à côté de Jésus. L’un d’eux avait cessé de lui parler injurieusement, tandis que celui qui était pendu à un poteau de l’autre côté de Jésus continuait à l’outrager. Se tournant vers Jésus, le malfaiteur compatissant lui dit: “Jésus, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton royaume.” Par ces paroles, il montra qu’il avait foi que Jésus, bien qu’attaché sur un poteau à côté de lui, aurait plus tard un royaume (Luc 23:42; Marc 15:32). Ces paroles durent profondément toucher le Seigneur Jésus. Ce criminel compatissant était convaincu que Jésus Christ était innocent et qu’il ne méritait pas une peine aussi sévère que la mise au poteau dans le déshonneur public. Sa requête montrait qu’il croyait que Jésus serait ressuscité d’entre les morts et entrerait en possession d’un royaume. Elle indiquait aussi qu’il croyait que lui-même pourrait être ressuscité et que c’est Jésus qui le relèverait d’entre les morts et lui rendrait la vie sur la terre. – TG1989 15/8 §3
    Marc 15:33 déclare : “ Quand vint la sixième heure, il y eut des ténèbres sur tout le pays jusqu’à la neuvième heure. ” Ces ténèbres de trois heures, survenues à peu près entre midi et 15 heures, relevaient du miracle. Il ne pouvait s’agir d’une éclipse. D’une part, quel que soit l’endroit du globe où l’on se place, l’éclipse solaire la plus longue est d’environ sept minutes et demie – RV2008/3
    La Loi donnée à Moïse interdisait aux Juifs d’organiser des funérailles le jour du sabbat. Étant donné que Jésus est mort trois heures avant le début du sabbat, Joseph d’Arimathée, accompagné d’autres personnes, l’a enterré sans avoir pu achever la préparation du corps. C’est pourquoi quelques amis de Jésus sont retournés à sa tombe après le sabbat, espérant pouvoir finir la préparation (Marc 16:1) – TG2013  1/3 p8
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16.pdf
  16. Like
    misette got a reaction from TONG Manh Chinh Baptiste in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MARC 15-16
    MARC 15:25 : Comment peut-on expliquer la contradiction apparente concernant le moment où Jésus a été cloué au poteau ?
    (nwtsty, note d’étude).
    « C’était la troisième heure, et ils l’attachèrent sur un poteau »
    Environ neuf heures du matin : Litt. « la troisième heure ». Certains attirent l’attention sur ce qui paraît être une contradiction entre ce récit et Jean 19:14-16, qui dit qu’« il était environ midi » (litt. « il était environ la sixième heure ») quand Pilate a livré Jésus pour qu’il soit exécuté. Même si la Bible ne fournit pas une explication complète de cette différence, voici quelques éléments à prendre en compte : Les Évangiles s’accordent généralement sur la chronologie des évènements du dernier jour de la vie terrestre de Jésus. Les quatre récits disent que les prêtres et les anciens se sont réunis après l’aube et qu’ils ont ensuite conduit Jésus au gouverneur romain Ponce Pilate. Matthieu, Marc et Luc signalent tous trois qu’à partir de « midi », alors que Jésus était déjà sur le poteau, des ténèbres ont couvert le pays « jusqu’à trois heures de l’après-midi environ ».
    Un facteur qui a pu avoir une incidence sur le moment retenu pour l’exécution de Jésus est celui-ci : la flagellation était considérée par certains comme faisant partie intégrante du processus d’exécution. Parfois, elle était d’une telle violence que la victime mourait. - nwtsty
    Dans le cas de Jésus, la flagellation a été si violente qu’après qu’il a commencé à porter seul son poteau de supplice, il a fallu réquisitionner un homme pour le porter à sa place. Si on considère que la flagellation est le début du processus d’exécution, du temps a dû s’écouler avant que Jésus ne soit effectivement cloué au poteau. Appuyant cette idée, Mt 27:26 et Mc 15:15 mentionnent la mise au poteau après la flagellation. Par conséquent, différentes personnes ont pu situer l’exécution à des moments différents, en fonction de ce qui constituait pour elles le début du processus d’exécution. Cela peut expliquer l’étonnement de Pilate quand il a appris que Jésus était mort si rapidement après avoir été cloué au poteau (Marc 15:44). De plus, les écrits bibliques reflètent souvent la pratique de l’époque qui consistait à diviser la journée en quatre périodes de trois heures chacune (la nuit était divisée de la même façon). Cette division de la journée explique pourquoi les rédacteurs de la Bible mentionnent fréquemment neuf heures du matin, midi et trois heures de l’après-midi, heures comptées à partir du lever du soleil, vers six heures du matin. D’autre part, comme les gens n’avaient généralement pas d’instruments précis de mesure du temps, la mention de l’heure était souvent accompagnée de termes signifiant « vers » ou « environ », ce qui est le cas en Jean 19:14. En résumé : Marc parle peut-être à la fois de la flagellation et de la mise au poteau, alors que Jean fait uniquement référence à la mise au poteau. Les deux rédacteurs ont peut-être arrondi l’heure à la période de trois heures la plus proche, et Jean utilise le mot « environ » quand il parle de l’heure dite. Ces éléments peuvent expliquer la différence des heures mentionnées dans les récits. Au final, le fait que Jean, qui a rédigé son Évangile des dizaines d’années plus tard, mentionne une heure qui diffère de celle de Marc montre qu’il ne s’est pas contenté de copier le récit de Marc. - nwtsty
    Pourquoi cette contradiction apparente ? Diverses hypothèses ont été émises. Aucune ne satisfait à toutes les objections. On ne dispose tout simplement pas d’informations suffisantes pour expliquer avec certitude la raison de la différence entre les récits. Peut-être l’heure indiquée par Marc ou par Jean n’était-elle qu’une parenthèse, non chronologique. Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : les deux écrivains étaient inspirés par l’esprit saint – it1 heure
    Les Évangiles montrent clairement qu’à la sixième heure, ou à midi, Jésus était déjà pendu au poteau depuis assez longtemps pour que les soldats aient jeté les sorts pour ses vêtements et pour que les prêtres en chef, les scribes, les soldats et les passants aient parlé de lui en mal. Ils précisent également que Jésus expira vers 15 heures - it1 heure
    Comme le lever et le coucher du soleil varient en fonction de l’époque de l’année, on se contentait généralement de donner une heure approximative pour situer un événement. Ainsi, il est fréquent de lire que les événements se déroulaient à la troisième, à la sixième ou à la neuvième heure — ce qui veut souvent dire qu’ils avaient lieu approximativement à ces heures-là (Marc 15:25, 33, 34; Jean 19:14) – TG1991  1/8
    MARC 16:8 : Pourquoi, dans La Bible. Traduction du monde nouveau, le texte principal de l’Évangile de Marc ne contient-il pas les conclusions longue et courte ? (nwtsty, note d’étude).
    « Et quand elles sortirent, elles s’enfuirent de la tombe de souvenir, car un tremblement et une forte émotion les saisissaient. Et elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur. Mais toutes les choses qui [leur] avaient été ordonnées, elles les racontèrent brièvement à ceux qui étaient dans l’entourage de Pierre. D’autre part, après ces choses, Jésus lui-même envoya par leur intermédiaire de l’est à l’ouest la proclamation sacrée et incorruptible du salut éternel »
    Car elles avaient peur : D’après les plus anciens manuscrits disponibles de la dernière partie du livre de Marc, l’Évangile se termine par les mots que l’on trouve au verset 8. Certains affirment qu’une telle conclusion est trop abrupte pour être la conclusion d’origine. Toutefois, si on considère le style habituellement concis de Marc, cette affirmation n’est pas forcément valable. De plus, Jérôme et Eusèbe, biblistes du IVe siècle de notre ère indiquent que le récit d’origine se conclut par les mots
    « car elles avaient peur ». - nwtsty
    Un certain nombre de manuscrits grecs et de traductions dans d’autres langues ajoutent une conclusion longue ou courte après le verset 8. La conclusion longue (composée de 12 versets supplémentaires) figure dans le Codex Alexandrinus, le Codex Ephræmi Syri rescriptus et le Codex Bezae Cantabrigiensis, tous datant du Ve siècle. On la trouve également dans la Vulgate latine, dans la version syriaque Cureton et dans la Peshitta syriaque. Toutefois, elle est absente de deux manuscrits grecs plus anciens datant du IVe siècle, le Codex Sinaiticus et le Codex Vaticanus, ainsi que du Codex Sinaiticus Syriacus datant du IVe ou Ve siècle et du plus ancien manuscrit copte sahidique de Marc datant du Ve siècle. De même, les plus anciens manuscrits de Marc en arménien et en géorgien se terminent avec le verset 8. - nwtsty
    Quelques manuscrits grecs et traductions dans d’autres langues, plus récents, contiennent une conclusion courte (composée de seulement deux phrases). Le Codex Regius du VIIIe siècle contient les deux conclusions et cite d’abord la plus courte. Il fait précéder chaque conclusion d’une note indiquant que ces passages sont couramment acceptés par certains spécialistes, mais il n’en reconnaît manifestement aucune comme faisant autorité. - nwtsty
    CONCLUSION COURTE
    La conclusion courte après Mc 16:8 ne fait pas partie des Écritures inspirées. Voici ce qu’elle dit : Mais toutes les choses qui [leur] avaient été ordonnées, elles les racontèrent brièvement à ceux qui étaient dans l’entourage de Pierre. D’autre part, après ces choses, Jésus lui-même envoya par leur intermédiaire de l’est à l’ouest la proclamation sacrée et incorruptible du salut éternel. nwtsty
    CONCLUSION LONGUE
    La conclusion longue après Mc 16:8 ne fait pas partie des Écritures inspirées. Voici ce qu’elle dit : verset 9 Après qu’il fut ressuscité tôt le premier jour de la semaine, il apparut d’abord à Marie la Magdaléenne, de qui il avait expulsé sept démons. 10 Elle alla porter la nouvelle à ceux qui avaient été avec lui, car ils étaient dans le deuil et pleuraient. 11 Mais eux, lorsqu’ils entendirent qu’il avait pris vie et qu’il avait été vu par elle, ne crurent pas. 12 De plus, après ces choses, il apparut sous une autre forme à deux d’entre eux qui marchaient : ils se rendaient à la campagne ; 13 et ils revinrent et portèrent la nouvelle aux autres. On ne crut pas non plus ceux-ci. 14 Mais plus tard il apparut aux onze eux-mêmes pendant qu’ils étaient étendus à table, et il leur reprocha leur manque de foi et leur dureté de coeur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu relevé d’entre les morts. 15 Et il leur dit : « Allez dans le monde entier et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16 Celui qui croit et est baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croit pas sera condamné. 17 De plus, les signes que voici accompagneront ceux qui croiront : En se servant de mon nom, ils expulseront des démons, ils parleront en langues, 18 et avec leurs mains ils prendront des serpents, et s’ils boivent quelque chose de mortel, cela ne leur fera aucun mal. Ils poseront les mains sur les malades, et ceux-ci se rétabliront. » 19 Ainsi donc, le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. 20 Eux donc sortirent et prêchèrent partout, tandis que le Seigneur travaillait avec eux et confirmait le message par les signes qui l’accompagnaient.- nwtsty
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Pour rester intègre devant Jéhovah, Jésus a subi l’exécution la plus déshonorante qui soit. “ Il a enduré un poteau de supplice, méprisant la honte. ” (Héb. 12:2). Ses ennemis l’ont giflé, lui ont craché dessus, l’ont dévêtu, flagellé, attaché sur un poteau et insulté (Marc 15:29-32). Mais il a méprisé la honte dont ils essayaient de l’accabler. Comment ? En ne se dérobant pas à leurs brimades. Il savait qu’il ne perdait pas sa dignité aux yeux de Jéhovah, et il ne recherchait absolument pas la gloire venant des hommes. Même s’il est mort comme un esclave, Jéhovah l’a glorifié en le ressuscitant et en lui donnant la place la plus honorable qui soit, auprès de lui. Et nous aujourd’hui ? Les choses que le monde juge sottes, faibles et sans distinction, Dieu les juge sages, puissantes et honorables. Quiconque cherche les honneurs doit accorder de l’importance à ce que le monde pense de lui. Mais nous, comme Jésus et ses disciples au Ier siècle, c’est l’amitié de Jéhovah que nous cherchons TG201015/8
    Alors que Jésus était pendu au poteau de supplice, les passants “parlaient de lui en mal, hochant la tête et disant: ‘Peuh! Toi qui voulais renverser le temple et le bâtir en trois jours, sauve-toi toi-même en descendant du poteau de supplice!’ Pareillement les prêtres en chef aussi se moquaient de lui entre eux, ainsi que les scribes, et disaient: ‘Il en a sauvé d’autres; il ne peut pas se sauver lui-même! Que le Christ, le roi d’Israël, descende maintenant du poteau de supplice, pour que nous voyions et que nous croyions!’” (Marc 15:29-32). Pour quelle raison le peuple avait-il cette attitude hostile? Les gens avaient laissé les chefs religieux influencer l’opinion qu’ils se faisaient de Jésus; or ceux-ci détestaient Jésus, car il avait révélé qu’ils étaient de faux enseignants et que leurs actions n’étaient pas en harmonie avec leur prétention de représenter le vrai Dieu. Les chefs religieux haïssaient si profondément Jésus et les vérités qu’il enseignait qu’ils conspirèrent sa mort et firent tout ce qu’ils purent pour dresser le peuple contre lui. De nos jours, de nombreux chefs religieux s’opposent aux Témoins de Jéhovah avec un acharnement identique. Et tout comme c’est arrivé aux premiers chrétiens, partout “on parle contre” les Témoins. Mais est-il sage de vous laisser influencer par cette opposition répandue ?
    Les Témoins de Jéhovah proclament aujourd’hui les mêmes vérités bibliques sur le Royaume de Dieu que celles que Jésus et ses apôtres prêchaient. Dans le monde entier, des centaines de milliers de gens acceptent cette bonne nouvelle malgré l’opposition très vive d’amis, de parents et de chefs religieux. Ceux qui acceptent le message du Royaume ont acquis la conviction qu’il est véridique, et ils sont résolus à s’y cramponner. – TG1987  15/3 p29
    15:34 — Les paroles de Jésus “ mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ” sont-elles l’indice d’un manque de foi de sa part ? Non. Bien que nous ne puissions pas nous prononcer de façon catégorique sur ce qui a poussé Jésus à dire cela, ces paroles peuvent indiquer qu’il reconnaissait que Jéhovah lui avait retiré sa protection pour que son intégrité soit pleinement mise à l’épreuve. Il se peut aussi que Jésus ait dit cela parce qu’il voulait accomplir ce que Psaume 22:1 annonçait à son sujet TG2008 15/2
    LA MANIPULATION DE SERPENTS DANS LE CULTE - Les manipulateurs de serpents se basent sur Marc 16: 18, qui contient cette phrase : “ Avec leurs mains ils prendront des serpents. ”Des Églises charismatiques pratiquent la manipulation de serpents venimeux. Les enseignements de la Bible n’appuient pas l’idée selon laquelle l’utilisation de serpents est une facette acceptable du vrai culte. La Bible dit : “ Dieu est amour. ”Notre Créateur aimant ne demanderait pas à ses véritables adorateurs d’accomplir des rituels dangereux pour lui plaire. Assurément, Jéhovah ne souhaite pas que ses serviteurs manipulent des serpents, risquant ainsi de souffrir, d’être malades et même de mourir  - RV 3/2010 p23
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    À cause de la jalousie - Beaucoup se sont opposés à Jésus par jalousie. Le gouverneur romain Ponce Pilate s’est bien rendu compte que “ c’était par envie que les prêtres en chef ” avaient livré Jésus pour qu’il soit mis à mort (Marc 15:9, 10). Pourquoi les chefs religieux juifs jalousaient-ils le Christ ? Notamment en raison de sa popularité auprès du peuple, qu’ils méprisaient. “ Le monde s’en est allé derrière lui ”, se sont plaint les Pharisiens. De même, des opposants religieux “ remplis de jalousie ” par le succès de l’évangélisation s’en sont pris violemment aux disciples du Christ. — Actes 13:45, 50. Egalement aujourd’hui dans certains pays opposés à la vérité – RV2011/5
    Par jalousie, les chefs religieux juifs conspirèrent avec succès pour faire mettre à mort Jésus, pensant ainsi s’en débarrasser pour toujours. Marc 15:10. Parallèlement, au sein de la chrétienté, de nombreuses personnes sont jalouses de la faveur que Jéhovah accorde à ses serviteurs oints et fidèles, et elles se concertent pour faire disparaître ces derniers. Quand, en 1918, ces ennemis religieux remportèrent une victoire en faisant mettre en prison les vrais disciples du Christ les plus en vue et en faisant cesser leur activité, ils pensaient être pour toujours débarrassés des vrais serviteurs de Jéhovah et ne plus jamais en entendre parler. – TG1971  1/8 p457
    Ce qui s’est passé au 1er siècle, à la mort de Jésus Christ, montre bien qu’en suivant la foule on peut être amené à commettre le mal. Les chefs religieux avaient persuadé nombre de Juifs d’exiger, eux aussi, l’exécution de Jésus (Marc 15:11). Aussi, à la Pentecôte, après la résurrection et l’ascension de Jésus, quand Pierre a mis en évidence cette grave erreur, beaucoup “eurent le coeur transpercé”; ils se sont rendu compte de ce qu’ils avaient fait en se laissant influencer. Actes 2:36, 37. - TG1993 1/10
     
    Avant de clouer Jésus au poteau, les Romains “lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel [vraisemblablement aussi avec de la myrrhe]; mais, l’ayant goûté, il refusa de boire”. (Marc 15:23.) Pourquoi Jésus refusa-t-il cette liqueur? Parce que le breuvage était drogué. Jésus voulait conserver toutes ses facultés mentales pour accomplir jusqu’au bout la volonté de son Père.” Par contre, le vin qu’il accepta juste avant de mourir n’était pas drogué (Jean 19:28-30). Si Jésus refusa le vin drogué, c’est bien qu’il désirait être en pleine possession de tous ses moyens à l’heure de l’épreuve suprême de sa foi. À l’instar de Jésus, le chrétien s’efforcera de rester maître de ses facultés intellectuelles, afin de ne pas se laisser entraîner dans la débauche ou dans d’autres actes qui réduiraient à néant ses bonnes relations avec Jéhovah Dieu. Le chrétien doit également aimer Dieu de tout son esprit, ce qui exclut l’usage d’hallucinogènes ou d’autres stupéfiants qui provoquent des aberrations mentales que l’on rechercherait pour le seul plaisir de connaître une certaine euphorie. – RV1979 8/5
    La promesse de Jésus à un malfaiteur - Deux malfaiteurs avaient été mis au poteau à côté de Jésus. L’un d’eux avait cessé de lui parler injurieusement, tandis que celui qui était pendu à un poteau de l’autre côté de Jésus continuait à l’outrager. Se tournant vers Jésus, le malfaiteur compatissant lui dit: “Jésus, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton royaume.” Par ces paroles, il montra qu’il avait foi que Jésus, bien qu’attaché sur un poteau à côté de lui, aurait plus tard un royaume (Luc 23:42; Marc 15:32). Ces paroles durent profondément toucher le Seigneur Jésus. Ce criminel compatissant était convaincu que Jésus Christ était innocent et qu’il ne méritait pas une peine aussi sévère que la mise au poteau dans le déshonneur public. Sa requête montrait qu’il croyait que Jésus serait ressuscité d’entre les morts et entrerait en possession d’un royaume. Elle indiquait aussi qu’il croyait que lui-même pourrait être ressuscité et que c’est Jésus qui le relèverait d’entre les morts et lui rendrait la vie sur la terre. – TG1989 15/8 §3
    Marc 15:33 déclare : “ Quand vint la sixième heure, il y eut des ténèbres sur tout le pays jusqu’à la neuvième heure. ” Ces ténèbres de trois heures, survenues à peu près entre midi et 15 heures, relevaient du miracle. Il ne pouvait s’agir d’une éclipse. D’une part, quel que soit l’endroit du globe où l’on se place, l’éclipse solaire la plus longue est d’environ sept minutes et demie – RV2008/3
    La Loi donnée à Moïse interdisait aux Juifs d’organiser des funérailles le jour du sabbat. Étant donné que Jésus est mort trois heures avant le début du sabbat, Joseph d’Arimathée, accompagné d’autres personnes, l’a enterré sans avoir pu achever la préparation du corps. C’est pourquoi quelques amis de Jésus sont retournés à sa tombe après le sabbat, espérant pouvoir finir la préparation (Marc 16:1) – TG2013  1/3 p8
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16.pdf
  17. Like
    misette got a reaction from Elisabeth Dolewka in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MARC 15-16
    MARC 15:25 : Comment peut-on expliquer la contradiction apparente concernant le moment où Jésus a été cloué au poteau ?
    (nwtsty, note d’étude).
    « C’était la troisième heure, et ils l’attachèrent sur un poteau »
    Environ neuf heures du matin : Litt. « la troisième heure ». Certains attirent l’attention sur ce qui paraît être une contradiction entre ce récit et Jean 19:14-16, qui dit qu’« il était environ midi » (litt. « il était environ la sixième heure ») quand Pilate a livré Jésus pour qu’il soit exécuté. Même si la Bible ne fournit pas une explication complète de cette différence, voici quelques éléments à prendre en compte : Les Évangiles s’accordent généralement sur la chronologie des évènements du dernier jour de la vie terrestre de Jésus. Les quatre récits disent que les prêtres et les anciens se sont réunis après l’aube et qu’ils ont ensuite conduit Jésus au gouverneur romain Ponce Pilate. Matthieu, Marc et Luc signalent tous trois qu’à partir de « midi », alors que Jésus était déjà sur le poteau, des ténèbres ont couvert le pays « jusqu’à trois heures de l’après-midi environ ».
    Un facteur qui a pu avoir une incidence sur le moment retenu pour l’exécution de Jésus est celui-ci : la flagellation était considérée par certains comme faisant partie intégrante du processus d’exécution. Parfois, elle était d’une telle violence que la victime mourait. - nwtsty
    Dans le cas de Jésus, la flagellation a été si violente qu’après qu’il a commencé à porter seul son poteau de supplice, il a fallu réquisitionner un homme pour le porter à sa place. Si on considère que la flagellation est le début du processus d’exécution, du temps a dû s’écouler avant que Jésus ne soit effectivement cloué au poteau. Appuyant cette idée, Mt 27:26 et Mc 15:15 mentionnent la mise au poteau après la flagellation. Par conséquent, différentes personnes ont pu situer l’exécution à des moments différents, en fonction de ce qui constituait pour elles le début du processus d’exécution. Cela peut expliquer l’étonnement de Pilate quand il a appris que Jésus était mort si rapidement après avoir été cloué au poteau (Marc 15:44). De plus, les écrits bibliques reflètent souvent la pratique de l’époque qui consistait à diviser la journée en quatre périodes de trois heures chacune (la nuit était divisée de la même façon). Cette division de la journée explique pourquoi les rédacteurs de la Bible mentionnent fréquemment neuf heures du matin, midi et trois heures de l’après-midi, heures comptées à partir du lever du soleil, vers six heures du matin. D’autre part, comme les gens n’avaient généralement pas d’instruments précis de mesure du temps, la mention de l’heure était souvent accompagnée de termes signifiant « vers » ou « environ », ce qui est le cas en Jean 19:14. En résumé : Marc parle peut-être à la fois de la flagellation et de la mise au poteau, alors que Jean fait uniquement référence à la mise au poteau. Les deux rédacteurs ont peut-être arrondi l’heure à la période de trois heures la plus proche, et Jean utilise le mot « environ » quand il parle de l’heure dite. Ces éléments peuvent expliquer la différence des heures mentionnées dans les récits. Au final, le fait que Jean, qui a rédigé son Évangile des dizaines d’années plus tard, mentionne une heure qui diffère de celle de Marc montre qu’il ne s’est pas contenté de copier le récit de Marc. - nwtsty
    Pourquoi cette contradiction apparente ? Diverses hypothèses ont été émises. Aucune ne satisfait à toutes les objections. On ne dispose tout simplement pas d’informations suffisantes pour expliquer avec certitude la raison de la différence entre les récits. Peut-être l’heure indiquée par Marc ou par Jean n’était-elle qu’une parenthèse, non chronologique. Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : les deux écrivains étaient inspirés par l’esprit saint – it1 heure
    Les Évangiles montrent clairement qu’à la sixième heure, ou à midi, Jésus était déjà pendu au poteau depuis assez longtemps pour que les soldats aient jeté les sorts pour ses vêtements et pour que les prêtres en chef, les scribes, les soldats et les passants aient parlé de lui en mal. Ils précisent également que Jésus expira vers 15 heures - it1 heure
    Comme le lever et le coucher du soleil varient en fonction de l’époque de l’année, on se contentait généralement de donner une heure approximative pour situer un événement. Ainsi, il est fréquent de lire que les événements se déroulaient à la troisième, à la sixième ou à la neuvième heure — ce qui veut souvent dire qu’ils avaient lieu approximativement à ces heures-là (Marc 15:25, 33, 34; Jean 19:14) – TG1991  1/8
    MARC 16:8 : Pourquoi, dans La Bible. Traduction du monde nouveau, le texte principal de l’Évangile de Marc ne contient-il pas les conclusions longue et courte ? (nwtsty, note d’étude).
    « Et quand elles sortirent, elles s’enfuirent de la tombe de souvenir, car un tremblement et une forte émotion les saisissaient. Et elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur. Mais toutes les choses qui [leur] avaient été ordonnées, elles les racontèrent brièvement à ceux qui étaient dans l’entourage de Pierre. D’autre part, après ces choses, Jésus lui-même envoya par leur intermédiaire de l’est à l’ouest la proclamation sacrée et incorruptible du salut éternel »
    Car elles avaient peur : D’après les plus anciens manuscrits disponibles de la dernière partie du livre de Marc, l’Évangile se termine par les mots que l’on trouve au verset 8. Certains affirment qu’une telle conclusion est trop abrupte pour être la conclusion d’origine. Toutefois, si on considère le style habituellement concis de Marc, cette affirmation n’est pas forcément valable. De plus, Jérôme et Eusèbe, biblistes du IVe siècle de notre ère indiquent que le récit d’origine se conclut par les mots
    « car elles avaient peur ». - nwtsty
    Un certain nombre de manuscrits grecs et de traductions dans d’autres langues ajoutent une conclusion longue ou courte après le verset 8. La conclusion longue (composée de 12 versets supplémentaires) figure dans le Codex Alexandrinus, le Codex Ephræmi Syri rescriptus et le Codex Bezae Cantabrigiensis, tous datant du Ve siècle. On la trouve également dans la Vulgate latine, dans la version syriaque Cureton et dans la Peshitta syriaque. Toutefois, elle est absente de deux manuscrits grecs plus anciens datant du IVe siècle, le Codex Sinaiticus et le Codex Vaticanus, ainsi que du Codex Sinaiticus Syriacus datant du IVe ou Ve siècle et du plus ancien manuscrit copte sahidique de Marc datant du Ve siècle. De même, les plus anciens manuscrits de Marc en arménien et en géorgien se terminent avec le verset 8. - nwtsty
    Quelques manuscrits grecs et traductions dans d’autres langues, plus récents, contiennent une conclusion courte (composée de seulement deux phrases). Le Codex Regius du VIIIe siècle contient les deux conclusions et cite d’abord la plus courte. Il fait précéder chaque conclusion d’une note indiquant que ces passages sont couramment acceptés par certains spécialistes, mais il n’en reconnaît manifestement aucune comme faisant autorité. - nwtsty
    CONCLUSION COURTE
    La conclusion courte après Mc 16:8 ne fait pas partie des Écritures inspirées. Voici ce qu’elle dit : Mais toutes les choses qui [leur] avaient été ordonnées, elles les racontèrent brièvement à ceux qui étaient dans l’entourage de Pierre. D’autre part, après ces choses, Jésus lui-même envoya par leur intermédiaire de l’est à l’ouest la proclamation sacrée et incorruptible du salut éternel. nwtsty
    CONCLUSION LONGUE
    La conclusion longue après Mc 16:8 ne fait pas partie des Écritures inspirées. Voici ce qu’elle dit : verset 9 Après qu’il fut ressuscité tôt le premier jour de la semaine, il apparut d’abord à Marie la Magdaléenne, de qui il avait expulsé sept démons. 10 Elle alla porter la nouvelle à ceux qui avaient été avec lui, car ils étaient dans le deuil et pleuraient. 11 Mais eux, lorsqu’ils entendirent qu’il avait pris vie et qu’il avait été vu par elle, ne crurent pas. 12 De plus, après ces choses, il apparut sous une autre forme à deux d’entre eux qui marchaient : ils se rendaient à la campagne ; 13 et ils revinrent et portèrent la nouvelle aux autres. On ne crut pas non plus ceux-ci. 14 Mais plus tard il apparut aux onze eux-mêmes pendant qu’ils étaient étendus à table, et il leur reprocha leur manque de foi et leur dureté de coeur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu relevé d’entre les morts. 15 Et il leur dit : « Allez dans le monde entier et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16 Celui qui croit et est baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croit pas sera condamné. 17 De plus, les signes que voici accompagneront ceux qui croiront : En se servant de mon nom, ils expulseront des démons, ils parleront en langues, 18 et avec leurs mains ils prendront des serpents, et s’ils boivent quelque chose de mortel, cela ne leur fera aucun mal. Ils poseront les mains sur les malades, et ceux-ci se rétabliront. » 19 Ainsi donc, le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. 20 Eux donc sortirent et prêchèrent partout, tandis que le Seigneur travaillait avec eux et confirmait le message par les signes qui l’accompagnaient.- nwtsty
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Pour rester intègre devant Jéhovah, Jésus a subi l’exécution la plus déshonorante qui soit. “ Il a enduré un poteau de supplice, méprisant la honte. ” (Héb. 12:2). Ses ennemis l’ont giflé, lui ont craché dessus, l’ont dévêtu, flagellé, attaché sur un poteau et insulté (Marc 15:29-32). Mais il a méprisé la honte dont ils essayaient de l’accabler. Comment ? En ne se dérobant pas à leurs brimades. Il savait qu’il ne perdait pas sa dignité aux yeux de Jéhovah, et il ne recherchait absolument pas la gloire venant des hommes. Même s’il est mort comme un esclave, Jéhovah l’a glorifié en le ressuscitant et en lui donnant la place la plus honorable qui soit, auprès de lui. Et nous aujourd’hui ? Les choses que le monde juge sottes, faibles et sans distinction, Dieu les juge sages, puissantes et honorables. Quiconque cherche les honneurs doit accorder de l’importance à ce que le monde pense de lui. Mais nous, comme Jésus et ses disciples au Ier siècle, c’est l’amitié de Jéhovah que nous cherchons TG201015/8
    Alors que Jésus était pendu au poteau de supplice, les passants “parlaient de lui en mal, hochant la tête et disant: ‘Peuh! Toi qui voulais renverser le temple et le bâtir en trois jours, sauve-toi toi-même en descendant du poteau de supplice!’ Pareillement les prêtres en chef aussi se moquaient de lui entre eux, ainsi que les scribes, et disaient: ‘Il en a sauvé d’autres; il ne peut pas se sauver lui-même! Que le Christ, le roi d’Israël, descende maintenant du poteau de supplice, pour que nous voyions et que nous croyions!’” (Marc 15:29-32). Pour quelle raison le peuple avait-il cette attitude hostile? Les gens avaient laissé les chefs religieux influencer l’opinion qu’ils se faisaient de Jésus; or ceux-ci détestaient Jésus, car il avait révélé qu’ils étaient de faux enseignants et que leurs actions n’étaient pas en harmonie avec leur prétention de représenter le vrai Dieu. Les chefs religieux haïssaient si profondément Jésus et les vérités qu’il enseignait qu’ils conspirèrent sa mort et firent tout ce qu’ils purent pour dresser le peuple contre lui. De nos jours, de nombreux chefs religieux s’opposent aux Témoins de Jéhovah avec un acharnement identique. Et tout comme c’est arrivé aux premiers chrétiens, partout “on parle contre” les Témoins. Mais est-il sage de vous laisser influencer par cette opposition répandue ?
    Les Témoins de Jéhovah proclament aujourd’hui les mêmes vérités bibliques sur le Royaume de Dieu que celles que Jésus et ses apôtres prêchaient. Dans le monde entier, des centaines de milliers de gens acceptent cette bonne nouvelle malgré l’opposition très vive d’amis, de parents et de chefs religieux. Ceux qui acceptent le message du Royaume ont acquis la conviction qu’il est véridique, et ils sont résolus à s’y cramponner. – TG1987  15/3 p29
    15:34 — Les paroles de Jésus “ mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ” sont-elles l’indice d’un manque de foi de sa part ? Non. Bien que nous ne puissions pas nous prononcer de façon catégorique sur ce qui a poussé Jésus à dire cela, ces paroles peuvent indiquer qu’il reconnaissait que Jéhovah lui avait retiré sa protection pour que son intégrité soit pleinement mise à l’épreuve. Il se peut aussi que Jésus ait dit cela parce qu’il voulait accomplir ce que Psaume 22:1 annonçait à son sujet TG2008 15/2
    LA MANIPULATION DE SERPENTS DANS LE CULTE - Les manipulateurs de serpents se basent sur Marc 16: 18, qui contient cette phrase : “ Avec leurs mains ils prendront des serpents. ”Des Églises charismatiques pratiquent la manipulation de serpents venimeux. Les enseignements de la Bible n’appuient pas l’idée selon laquelle l’utilisation de serpents est une facette acceptable du vrai culte. La Bible dit : “ Dieu est amour. ”Notre Créateur aimant ne demanderait pas à ses véritables adorateurs d’accomplir des rituels dangereux pour lui plaire. Assurément, Jéhovah ne souhaite pas que ses serviteurs manipulent des serpents, risquant ainsi de souffrir, d’être malades et même de mourir  - RV 3/2010 p23
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    À cause de la jalousie - Beaucoup se sont opposés à Jésus par jalousie. Le gouverneur romain Ponce Pilate s’est bien rendu compte que “ c’était par envie que les prêtres en chef ” avaient livré Jésus pour qu’il soit mis à mort (Marc 15:9, 10). Pourquoi les chefs religieux juifs jalousaient-ils le Christ ? Notamment en raison de sa popularité auprès du peuple, qu’ils méprisaient. “ Le monde s’en est allé derrière lui ”, se sont plaint les Pharisiens. De même, des opposants religieux “ remplis de jalousie ” par le succès de l’évangélisation s’en sont pris violemment aux disciples du Christ. — Actes 13:45, 50. Egalement aujourd’hui dans certains pays opposés à la vérité – RV2011/5
    Par jalousie, les chefs religieux juifs conspirèrent avec succès pour faire mettre à mort Jésus, pensant ainsi s’en débarrasser pour toujours. Marc 15:10. Parallèlement, au sein de la chrétienté, de nombreuses personnes sont jalouses de la faveur que Jéhovah accorde à ses serviteurs oints et fidèles, et elles se concertent pour faire disparaître ces derniers. Quand, en 1918, ces ennemis religieux remportèrent une victoire en faisant mettre en prison les vrais disciples du Christ les plus en vue et en faisant cesser leur activité, ils pensaient être pour toujours débarrassés des vrais serviteurs de Jéhovah et ne plus jamais en entendre parler. – TG1971  1/8 p457
    Ce qui s’est passé au 1er siècle, à la mort de Jésus Christ, montre bien qu’en suivant la foule on peut être amené à commettre le mal. Les chefs religieux avaient persuadé nombre de Juifs d’exiger, eux aussi, l’exécution de Jésus (Marc 15:11). Aussi, à la Pentecôte, après la résurrection et l’ascension de Jésus, quand Pierre a mis en évidence cette grave erreur, beaucoup “eurent le coeur transpercé”; ils se sont rendu compte de ce qu’ils avaient fait en se laissant influencer. Actes 2:36, 37. - TG1993 1/10
     
    Avant de clouer Jésus au poteau, les Romains “lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel [vraisemblablement aussi avec de la myrrhe]; mais, l’ayant goûté, il refusa de boire”. (Marc 15:23.) Pourquoi Jésus refusa-t-il cette liqueur? Parce que le breuvage était drogué. Jésus voulait conserver toutes ses facultés mentales pour accomplir jusqu’au bout la volonté de son Père.” Par contre, le vin qu’il accepta juste avant de mourir n’était pas drogué (Jean 19:28-30). Si Jésus refusa le vin drogué, c’est bien qu’il désirait être en pleine possession de tous ses moyens à l’heure de l’épreuve suprême de sa foi. À l’instar de Jésus, le chrétien s’efforcera de rester maître de ses facultés intellectuelles, afin de ne pas se laisser entraîner dans la débauche ou dans d’autres actes qui réduiraient à néant ses bonnes relations avec Jéhovah Dieu. Le chrétien doit également aimer Dieu de tout son esprit, ce qui exclut l’usage d’hallucinogènes ou d’autres stupéfiants qui provoquent des aberrations mentales que l’on rechercherait pour le seul plaisir de connaître une certaine euphorie. – RV1979 8/5
    La promesse de Jésus à un malfaiteur - Deux malfaiteurs avaient été mis au poteau à côté de Jésus. L’un d’eux avait cessé de lui parler injurieusement, tandis que celui qui était pendu à un poteau de l’autre côté de Jésus continuait à l’outrager. Se tournant vers Jésus, le malfaiteur compatissant lui dit: “Jésus, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton royaume.” Par ces paroles, il montra qu’il avait foi que Jésus, bien qu’attaché sur un poteau à côté de lui, aurait plus tard un royaume (Luc 23:42; Marc 15:32). Ces paroles durent profondément toucher le Seigneur Jésus. Ce criminel compatissant était convaincu que Jésus Christ était innocent et qu’il ne méritait pas une peine aussi sévère que la mise au poteau dans le déshonneur public. Sa requête montrait qu’il croyait que Jésus serait ressuscité d’entre les morts et entrerait en possession d’un royaume. Elle indiquait aussi qu’il croyait que lui-même pourrait être ressuscité et que c’est Jésus qui le relèverait d’entre les morts et lui rendrait la vie sur la terre. – TG1989 15/8 §3
    Marc 15:33 déclare : “ Quand vint la sixième heure, il y eut des ténèbres sur tout le pays jusqu’à la neuvième heure. ” Ces ténèbres de trois heures, survenues à peu près entre midi et 15 heures, relevaient du miracle. Il ne pouvait s’agir d’une éclipse. D’une part, quel que soit l’endroit du globe où l’on se place, l’éclipse solaire la plus longue est d’environ sept minutes et demie – RV2008/3
    La Loi donnée à Moïse interdisait aux Juifs d’organiser des funérailles le jour du sabbat. Étant donné que Jésus est mort trois heures avant le début du sabbat, Joseph d’Arimathée, accompagné d’autres personnes, l’a enterré sans avoir pu achever la préparation du corps. C’est pourquoi quelques amis de Jésus sont retournés à sa tombe après le sabbat, espérant pouvoir finir la préparation (Marc 16:1) – TG2013  1/3 p8
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16.pdf
  18. Like
    misette got a reaction from Elisabeth Dolewka in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 28 MAI 2018 - MARC 13-14   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MARC 13-14
    MARC 14:51, 52 : Qui était probablement le jeune homme qui s’est enfui, nu ? (w08 15/2 30 § 6).
    « Mais un certain jeune homme, portant un vêtement de fin lin sur son [corps] nu, le suivait de près ; et on essaya de le saisir, 52 mais il abandonna son vêtement de lin et s’enfuit, nu »
    Marc est le seul à rapporter cet incident ; nous pouvons raisonnablement en conclure qu’il parlait de lui-même. TG2008
    Un jeune homme, il est probable que ce soit le disciple Marc, reste avec la foule. Peut-être était-il dans la maison où Jésus a célébré la Pâque et a-t-il ensuite suivi la foule quand elle en est partie. Voilà qu’on le reconnaît, et certains tentent de se saisir de lui. Abandonnant ses vêtements de lin, il s’enfuit, à peine vêtu – TG1990 15/10 p9
    MARC 14:60-62 : Pourquoi Jésus a-t-il sûrement choisi de répondre à la question du grand prêtre ? ( jy 287 § 5).
    « Finalement le grand prêtre se leva au milieu d’eux et interrogea Jésus, en disant : “ Tu ne réponds rien ? Qu’est-ce que ceux-ci déposent contre toi ? ” 61 Mais il se taisait et ne répondit rien. De nouveau le grand prêtre se mit à l’interroger et lui dit : “ Es-tu le Christ le Fils du Béni ? ” 62 Alors Jésus dit : “ Je le suis ; et vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance et venant avec les nuages du ciel. ”
    Jésus est emmené chez Anne, puis chez Caïphe - Il sait que les Juifs ont tendance à réagir vivement quand quelqu’un prétend être le Fils de Dieu. Auparavant, quand Jésus a parlé de Dieu comme de son Père, les Juifs ont voulu le tuer sous prétexte qu’il se faisait « égal à Dieu ». Avec ruse, Caïphe ordonne donc à Jésus : « Jure-nous par le Dieu vivant de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu ! » (Matthieu 26:63). Bien sûr, Jésus a déjà dit qu’il est le Fils de Dieu. S’il ne le fait pas maintenant, on pourrait penser qu’il nie être le Fils de Dieu et le Christ. Il répond donc : « Je le suis. Vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite du Puissant et venant avec les nuages du ciel » (Marc 14:62) – jy p287
    Le grand prêtre a donc tenté de pousser Jésus à se compromettre. “ Tu ne réponds rien ? a-t-il demandé. Qu’est-ce que ceux-ci déposent contre toi ? ” (Marc 14:60). Cette tactique était parfaitement incorrecte. “ Poser la question à l’accusé et baser une condamnation sur sa réponse était [une] violation de la justice. L’assemblée a fini par s’emparer d’une déclaration de Jésus. En réponse à la question : “ Es-tu le Christ le Fils du Béni ? ” il a dit : “ Je le suis ; et vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance et venant avec les nuages du ciel. ” Les prêtres ont conclu à un blasphème et “ tous le condamnèrent : il était passible de mort ”. — Marc 14:61-64.
    D’après la Loi mosaïque, un procès devait se tenir en public (Deutéronome 16:18 ; Ruth 4:1). Mais celui-ci était secret. Nul n’a cherché à parler en faveur de Jésus, ni n’a été autorisé à le faire. La validité de sa déclaration selon laquelle il était le Messie n’a pas été examinée. Jésus n’a pas eu la possibilité d’appeler des témoins pour sa défense. Les juges n’ont pas procédé à un vote en règle pour le déclarer coupable ou innocent. – TG2011 1/4 p21
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Si nous cherchons toujours à plaire à Jéhovah en premier, nous aurons envie de parler de lui. D’ailleurs, la prédication est urgente et devrait être une de nos priorités. En effet, Jésus a dit qu’« il faut d’abord que la bonne nouvelle soit prêchée » (Marc 13:10). – TG2018 Avril p27 §10
    La Bible contient de nombreux passages qui encouragent, corrigent ou fortifient ses lecteurs. Mais nous nous demandons peut-être : « Comment penser au bon verset au bon moment ? » Lisons la Bible et méditons sur les pensées de Dieu chaque jour. Nous nous constituerons ainsi une réserve d’expressions divines que l’esprit de Jéhovah pourra nous aider à nous rappeler en temps utile (Marc 13:11) – TG2013 15/4 p10 §14
    Nous imitons la patience de Jéhovah en prêchant “ sans arrêt ” dans des territoires où nous n’avons pas encore rencontré d’intérêt (Actes 5:42). Nous endurons patiemment l’indifférence, les moqueries et l’opposition (Marc 13:12, 13). Il faut aussi de la patience pour continuer à arroser les graines de vérité, même lorsqu’il est difficile de retrouver les gens chez eux. km2011/6
    Pourquoi faut-il accepter volontiers de devoir attendre que Jéhovah agisse ? La réponse nous est donnée dans la comparaison de Jacques : Un agriculteur sème, mais il ne maîtrise pas le climat ni la croissance des plantes. Il ne peut pas faire que le temps passe plus vite. Il accepte de devoir attendre patiemment « le précieux fruit de la terre ». De même, tandis que nous attendons la réalisation des promesses de Jéhovah, il y a beaucoup de circonstances que nous ne pouvons pas maîtriser (Marc 13:32, 33). Comme l’agriculteur, nous devons patienter. Nous attendons volontiers Jéhovah parce que nous savons qu’il réalisera sa promesse de nous donner la vie éternelle au bon moment, au meilleur moment. Si au contraire nous attendions en maugréant et en nous plaignant que Jéhovah n’agisse pas assez vite, cela ne lui plairait pas - TG2017 Aout p3 §5,7
    Les Écritures indiquent clairement que la “génération” qui a vu le signe de la présence du Christ verra aussi le “grand jour de Jéhovah”, celui où il exécutera son jugement contre tous ceux qui pratiquent l’injustice. Toutefois, la Bible ne révèle pas la date à laquelle Jésus Christ anéantira au nom de Jéhovah le système de choses terrestre de Satan. “Quant à ce jour-là, ou à l’heure, déclara Jésus, personne ne les connaît, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, personne que le Père.” (Marc 13:32). Le silence des Écritures sur ce point s’est d’ailleurs avéré très utile. Pourquoi? Parce qu’il a contribué à faire ressortir ce que les gens avaient dans le cœur. En effet, ceux qui n’aiment pas vraiment Jéhovah ont tendance à remettre mentalement son “jour” à plus tard pour se consacrer sans entraves aux activités profanes qu’ils affectionnent. Or, Jéhovah n’agrée pour serviteurs que ceux qui l’aiment sincèrement et qui le montrent en le servant de toute leur âme, sans se soucier de la date à laquelle le présent système méchant prendra fin. Jéhovah et son Fils ne sauraient approuver les tièdes ni ceux qui jouent double jeu. – uw chap23 p176 §2
    La Bible dit et redit la nécessité de rester éveillé et de demeurer dans son bon sens. Les Évangiles rappellent par exemple : “ Veillez ” (Matthieu 24:42 ; 25:13 ; Marc 13:35, 37) ; “ montrez-vous prêts ” (Matthieu 24:44) ; “ Faites attention, tenez-vous éveillés ” (Marc 13:33) ; “ tenez-vous prêts ”. (Luc 12:40.) L’apôtre Paul, après avoir prédit que le jour de Jéhovah s’abattra subitement sur le monde, lance cette exhortation : “ Ne dormons pas comme les autres, mais demeurons éveillés et restons dans notre bon sens. ” (1 Thessaloniciens 5:6). Le Christ glorifié souligne, dans le dernier livre de la Bible, la soudaineté de sa venue en disant : “ Je viens vite. ” (Révélation 3:11 ; 22:7, 12, 20). Par ailleurs, beaucoup de prophètes hébreux ont annoncé le grand jour du jugement de Jéhovah (Isaïe 2:12, 17 ; Jérémie 30:7 ; Yoël 2:11 ; Tsephania 3:8). Lire et méditer la Parole de Dieu chaque jour est donc un excellent moyen de rester vigilant – TG2003  15/12 p21 §10
    À notre époque, par amour, Jéhovah a suscité un groupe de chrétiens oints qui, tels des guetteurs, avertissent les humains de son jugement contre le monde. Voilà des dizaines d’années que ces chrétiens exhortent leurs contemporains à prêter attention aux événements dont ils sont témoins. La Bible dit clairement que Jéhovah, le Maître du temps, n’est pas lent. Son jour viendra au temps fixé, à un moment où les humains ne l’attendront pas. Marc 13:33. Sachant que Jéhovah est éveillé et qu’il établira un monde de justice au moment prévu, tous les chrétiens, qu’ils soient oints de l’esprit ou non, doivent se tenir éveillés et ne pas perdre de vue le caractère toujours plus urgent de leur message. – TG2011  15/3 p29 §5,6
    “ Faites attention, tenez-vous éveillés, car vous ne savez pas quand ce sera le temps fixé. ” (Marc 13:33). Jésus a émis cet avertissement tandis qu’il expliquait à ses disciples quel serait le signe de l’achèvement du présent système de choses. Voyez en quels termes il conclut sa remarquable prophétie selon ce que rapporte Marc : “ Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison vient : ou tard dans la journée, ou à minuit, ou au chant du coq, ou tôt le matin ; afin que, lorsqu’il arrivera soudain, il ne vous trouve pas endormis. Mais ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez. ” — Marc 13:35-37.
    Cette exhortation mérite qu’on s’y arrête. Jésus mentionne les quatre veilles de la nuit. La dernière était la plus difficile, car elle courait de trois heures du matin au lever du soleil. Les stratèges estiment que c’est le moment le plus propice pour attaquer, celui où l’on a le plus de chances de surprendre l’ennemi ‘ endormi ’.
    De manière similaire, c’est peut-être maintenant, alors que le monde dort profondément sur le plan spirituel, qu’il nous est le plus difficile de rester éveillés. Avons-nous le moindre doute sur la nécessité de ‘ nous tenir éveillés ’ et de ‘ faire attention ’ en attendant la fin et notre délivrance ? TG2011  15/3 p27 §16,17
    Du temps de Jésus, il y avait aussi beaucoup de pauvres et de défavorisés, et peut-être pensaient-ils qu’ils seraient plus heureux et plus en sécurité s’ils avaient davantage d’argent (Marc 14:7). Mais Jésus voulait que les gens placent leur espérance ailleurs, dans la Source de richesses durables, c’est-à-dire Jéhovah. Dans le Sermon sur la montagne, il a expliqué que le bonheur et la sécurité véritables dépendent, non pas de biens matériels ni de nos propres efforts, mais de notre amitié avec notre Père céleste.
    Dans le Notre Père, Jésus ne nous invite pas à prier pour obtenir la sécurité financière, mais pour nos besoins quotidiens, « notre pain pour ce jour ». À ceux qui l’écoutaient, il a dit expressément : « Cessez de vous amasser des trésors sur la terre [...]. Amassez-vous plutôt des trésors dans le ciel » (Mat. 6:9, 11, 19, 20). Soyons certains que Jéhovah nous bénira, conformément à sa promesse. Or, quand Dieu nous bénit, il ne se contente pas de hocher la tête en signe d’approbation ; il agit pour nous fournir ce dont nous avons vraiment besoin. Ainsi, la seule façon de connaître le bonheur et la sécurité véritables, ce n’est pas de mettre tous nos espoirs dans l’argent, mais de placer notre confiance en notre Père aimant – TG2014 15/4 p18 §5,6
    Voulons-nous maîtriser notre langue, être patients et garder une foi solide en Dieu ? Il faut alors faire une place importante à la prière dans notre vie (Jacques 5:13-20). C’est surtout quand nous traversons des épreuves que nous devons prier. Si nous sommes joyeux, ‘ chantons des psaumes ’, comme Jésus l’a fait avec ses apôtres quand il a institué le Mémorial de sa mort (Marc 14:26). Il arrive que nous débordions tellement de reconnaissance envers Dieu que nous chantons des louanges dans notre cœur (1 Corinthiens 14:15 ; Éphésiens 5:19). Et quelle joie de louer Jéhovah par des chants lors des réunions chrétiennes ! – TG1997  15/11 p22 §18
    Les vrais chrétiens doivent rester attachés aux voies de Jéhovah lorsque leur vie est en jeu. Ils savent qu’ils risquent d’être persécutés par le monde. Ils sont conscients que les apôtres ont été fouettés et que même Jésus Christ a été frappé et tué par des hommes méchants (Marc 14:65). Mais les serviteurs de Jéhovah sont assurés qu’il peut leur donner la force d’endurer, qu’avec son aide ils peuvent remporter la victoire, que Jéhovah récompensera sans faute ses fidèles, si besoin en les ressuscitant dans son monde nouveau. Leur amour pour Dieu ajouté à la crainte pieuse les pousse puissamment à éviter toute action qui pourrait lui déplaire. – TG1995  15/3 p19 §14
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    Jésus a prédit : « On vous livrera à des tribunaux locaux, et vous serez battus dans des synagogues, et vous serez traduits devant des gouverneurs et des rois » (Marc 13:9). Sa déclaration indique que certaines tribulations seraient des persécutions physiques, peut-être infligées sous l’influence de dirigeants religieux ou politiques. Quelle est la différence avec les attaques frontales de la persécution physique ? Les attaques frontales sont comparables à une tornade qui s’engouffrerait dans ta ville et détruirait ta maison instantanément. Les attaques sournoises sont plutôt comparables à une colonie de termites qui envahiraient discrètement ta maison et la rongeraient jusqu’à ce qu’elle s’effondre. Dans ce deuxième cas, le risque serait de ne se rendre compte du danger que lorsqu’il est trop tard. Satan aimerait détruire nos relations avec Jéhovah, que ce soit en nous attaquant frontalement par la persécution ou sournoisement en rongeant lentement ta foi. Le découragement est une de ses tactiques sournoises les plus efficaces. Comment résister au découragement ? Un des moyens les plus puissants consiste à méditer sur la rançon. Considérer la rançon ainsi : comme un don que Jéhovah nous fait à nous, personnellement — peut nous procurer un immense réconfort. Le découragement ne disparaîtra pas forcément aussitôt. Certains d’entre nous auront peut-être à résister à cette attaque sournoise jusqu’au monde nouveau. Mais souvenons-nous : une récompense attend ceux qui ne renoncent pas. Soyons résolu à ne pas abandonner le combat. Concentrons-nous sur la récompense – TG2014 15/9 §7
    Une belle conduite va généralement de pair avec une bonne mentalité. Quel état d’esprit Jésus manifestait-il ? Il était humble. L’humilité le poussait à faire preuve d’abnégation dans le ministère. Dans son esprit, prêcher la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu était la chose la plus importante (Marc 13:10). Jésus considérait la Parole de Dieu comme l’autorité suprême. Il étudiait assidûment les Saintes Écritures afin de pouvoir les citer, les défendre et les expliquer. Si nous sommes humbles et assidus dans le ministère et dans notre étude biblique individuelle, notre mentalité ressemblera davantage à celle de Christ. – TG2014  15/10 §17
    Jésus a déclaré à ses disciples: “Vous serez les objets de la haine de tous à cause de mon nom.” (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Le “nom” de Jésus représente ici sa position officielle de Roi-Messie. Si les Témoins de Jéhovah sont persécutés, c’est parce qu’ils font passer les ordres du Christ avant ceux de n’importe quel dirigeant terrestre. – rs p393  
    Qu’est-ce qui marquera le début de la Grande Tribulation ? Jésus a prédit : « “ Cependant, quand vous apercevrez la chose immonde qui cause la désolation se tenir là où elle ne doit pas être (que le lecteur exerce son discernement), alors, que ceux qui sont en Judée se mettent à fuir vers les montagnes – Marc 13:14). Dans le premier accomplissement, la fameuse présence « dans un lieu saint » s’est produite en 66, quand l’armée romaine (« la chose immonde ») a attaqué Jérusalem et son temple (un lieu saint aux yeux des Juifs). Dans le deuxième accomplissement, cette présence se produira quand les Nations unies (« la chose immonde » moderne) attaqueront la Chrétienté (sainte aux yeux des chrétiens de nom) et le reste de Babylone la Grande. L’attaque en question est décrite en Révélation 17:16-18. C’est cet évènement qui marquera le début de la Grande Tribulation -  TG2013 15/7 p4-5
    La raison principale pour laquelle nous devons manifester l’amour fraternel, c’est que Jéhovah nous le demande. Nous ne pouvons pas prétendre aimer Dieu et, en même temps, refuser d’aimer nos frères. De plus, nous avons besoin les uns des autres. C’est particulièrement vrai en période de difficultés. Paul savait que certains des chrétiens hébreux à qui il écrivait devraient sous peu abandonner leur maison et leurs biens matériels. Et Jésus avait annoncé que ce serait une période très difficile (Marc 13:14-18). C’est pourquoi ces chrétiens avaient plus que jamais besoin de renforcer leur affection les uns pour les autres. Bientôt, les vents destructeurs de la plus grande tribulation de tous les temps seront lâchés (Marc 13:19). Nous devons développer notre amour fraternel dès maintenant, car nous en aurons besoin durant les épreuves que nous rencontrerons, quelles qu’elles soient. Même si « l’amour du grand nombre se refroidi[t] », démontrons que notre amour fraternel demeure ! (Mat. 24:12). – TG2016 janvier p8
    Bien que nous ne connaissions pas dans le détail tout ce qui se produira durant cette période d’épreuve, attendons-nous à devoir faire des sacrifices. Pour rester en vie, les chrétiens du 1er siècle ont dû abandonner leurs biens et endurer des privations, ils ont dû quitter leurs maisons et supporter des difficultés pour survivre. (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Demandons-nous : « Si c’était nécessaire, est-ce que j’accepterais d’abandonner des choses matérielles ? Est-ce que j’accepterais de faire tout ce qu’il faut pour rester fidèle à Jéhovah ? » Imagine ! À ce moment-là, comme le prophète Daniel, nous serons les seuls à adorer notre Dieu peu importe les difficultés. (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) – TG2015  15/7 p9 §8 En Marc chapitre 13, on trouve un récit dans lequel Jésus a exhorté ses disciples à rester éveillés. Dans ce chapitre, Jésus compare leur situation à celle d’un portier qui attendait que son maître rentre d’un voyage à l’étranger. Ce portier ne savait pas à quelle heure son maître reviendrait. Il devait simplement veiller. Jésus a mentionné quatre veilles au cours desquelles le maître pouvait arriver. La quatrième durait d’environ trois heures du matin jusqu’au lever du soleil. Pendant cette dernière veille, la somnolence risquait fort de gagner le portier. D’ailleurs, il semble que les militaires considèrent l’heure qui précède l’aurore comme la plus propice pour surprendre un ennemi. Pareillement aujourd’hui, nous sommes à une heure avancée ; au sens spirituel, le monde dort profondément autour de nous ; peut-être est-ce maintenant plus que jamais qu’il nous faut lutter pour rester éveillés. On comprend que, dans son exemple, Jésus répète à plusieurs reprises : ‘ Faites attention, tenez-vous éveillés... Veillez donc... Ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez. ’ — Marc 13:32-37. – TG2003 1/1 p19
    Comme Moïse, nous n’avons pas encore tous les détails sur les promesses divines. Par exemple, nous « ne savons pas quand [...] sera le temps fixé » de la grande tribulation (Marc 13:32, 33). Pourtant, nous en savons beaucoup plus que Moïse sur le Paradis à venir. Même si nous n’avons pas tous les détails, nous disposons de suffisamment de promesses relatives à la vie sous le Royaume de Dieu pour avoir les yeux « fixés sur » cette espérance. Une image mentale claire du monde nouveau nous poussera à chercher d’abord ce Royaume. Comment ? Réfléchissez à ceci : achèterions-nous une maison sur laquelle nous ne savons presque rien ? Non, bien sûr ! Pareillement, nous n’allons pas consacrer nos vies à poursuivre des choses en lesquelles nous n’espérons que vaguement. Par la foi, nous devons nous représenter très nettement la vie sous la domination du Royaume – TG2014 15/4 p6 §15
    Beaucoup d’entre nous « veillent » depuis des dizaines d’années. Cependant, ne permettons pas au temps qui passe d’affaiblir notre détermination à attendre. Il nous faut être prêts pour le jour où, dans son rôle d’Exécuteur des jugements de Dieu, Jésus viendra mettre fin à ce système de choses. Souvenons-nous de cette exhortation, qu’il a adressée à ses disciples : « Faites attention, tenez-vous éveillés, car vous ne savez pas quand ce sera le temps fixé. C’est comme un homme partant en voyage à l’étranger, qui a quitté sa maison et a donné le pouvoir à ses esclaves, à chacun son ouvrage, et a ordonné au portier de veiller. Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison vient : ou tard dans la journée, ou à minuit, ou au chant du coq, ou tôt le matin ; afin que, lorsqu’il arrivera soudain, il ne vous trouve pas endormis. Mais ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez » (Marc 13:33-37).
    Quand ils ont compris que sa présence avait commencé en 1914, les disciples de Christ se sont à juste titre préparés à l’éventualité d’une fin imminente. Comment ? En intensifiant leur prédication du Royaume. Mais Jésus a indiqué qu’il pourrait venir plus tard, c’est-à-dire « au chant du coq, ou tôt le matin ». Si c’était le cas, comment ses disciples devraient-ils réagir ? « Veillez », a-t-il insisté. Par conséquent, même si l’attente s’avérait longue, les disciples n’auraient aucune raison de remettre mentalement la fin à plus tard, voire de renoncer à leurs attentes. – TG201515/8 p16 §10,11
    14:25 — Qu’a voulu dire Jésus quand il a dit à ses apôtres fidèles : “ Non, je ne boirai plus du produit de la vigne jusqu’à ce jour-là où je le boirai, nouveau, dans le royaume de Dieu. ” Jésus ne laissait pas entendre qu’il y a réellement du vin au ciel. La notion de réjouissance étant parfois symbolisée par le vin, Jésus faisait allusion à la joie d’être en compagnie de ses disciples oints ressuscités, dans le Royaume. – TG2018  15/2
    Le point de vue équilibré de Jésus sur les choses matérielles - Jésus était reconnaissant pour les bonnes choses qu’on faisait à son intention. Lorsque Judas s’indigna de ce que Marie, sœur de Lazare, utilisait une livre d’huile parfumée (d’une valeur de plus de 180 euros, soit environ l’année de salaire d’un ouvrier) pour oindre les pieds de Jésus et qu’il prétendit se préoccuper des pauvres qui auraient pu bénéficier de la vente de l’huile, Jésus déclara : “ Laisse-la, pour qu’elle garde cette observance en vue du jour de mon enterrement. Les pauvres, en effet, vous les avez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. ” (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Le vêtement intérieur “ sans couture, tissé depuis le haut dans toute sa longueur ”, qu’il portait lors de son arrestation était vraisemblablement un habit de qualité (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Néanmoins, conformément aux conseils qu’il donna, Jésus accorda toujours la première place aux choses spirituelles et il ne se soucia jamais outre mesure des choses matérielles –it2 Jésus Christ  
    Tous les chrétiens, qu’ils espèrent vivre au ciel ou sur la terre, doivent ‘ se renier eux-mêmes, prendre leur poteau de supplice et suivre Christ continuellement ’. (Mat. 16:24.) C’est la voie qu’ont choisie des millions d’adorateurs de Dieu dont l’espérance est de vivre sur une terre paradisiaque. Ils ne se contentent pas d’en faire peu alors qu’ils savent qu’ils pourraient en faire plus. Beaucoup se sentent poussés à simplifier leur vie et deviennent pionniers. D’autres parviennent à l’être quelques mois tous les ans. D’autres encore, dont la situation ne leur permet pas d’être pionniers, prêchent au maximum de leurs possibilités. En somme, ils ressemblent à Marie, qui a versé de l’huile parfumée sur Jésus. “ Elle a fait une belle action à mon égard ”, a commenté Jésus, avant d’ajouter : “ Elle a fait ce qu’elle a pu. ” (Marc 14:6-8). Étant donné que nous vivons dans un monde dominé par Satan, faire tout ce que nous pouvons ne va pas toujours sans difficulté. Cela exige de vigoureux efforts et une grande confiance en Jéhovah. – TG2011 15/9 p12 §5
    Nous vivons les derniers jours, et la fin de ce système de choses est imminente. En conséquence, encouragez les frères et sœurs inactifs à assister aux réunions. Exhortez-les à le faire sans tarder. Montrez-leur que Satan cherche à rompre leur relation avec Dieu et à les amener à croire que les fardeaux de la vie s’allégeront s’ils délaissent le vrai culte. Raffermissez-les plutôt dans l’idée qu’ils ne trouveront de véritable réconfort qu’en étant de fidèles disciples de Jésus .
    Rappelez aux proclamateurs inactifs que Dieu ne nous demande pas l’impossible. Quand Marie, la sœur de Lazare, a été critiquée pour avoir oint Jésus, peu avant sa mort, avec une huile parfumée coûteuse, celui-ci a répliqué : “ Laissez-la. [...] Elle a fait ce qu’elle a pu. ” (Marc 14:6-8). La plupart d’entre nous peuvent assister aux réunions et participer à la proclamation du Royaume. En s’appuyant sur Jéhovah, nombre de ceux qui sont actuellement inactifs seront à même d’en faire autant.
    Si une brebis égarée redoute d’affronter la réaction des autres membres du troupeau, évoquez avec elle la joie qui a accompagné le retour du fils prodigue. Ceux qui regagnent la congrégation sont une source de joie similaire. Invitez-les à agir sans délai : qu’ils s’opposent au Diable et s’approchent de Dieu – TG2008 15/11 p16 §19-21
    Habituellement, on consommait les boissons dans des coupes individuelles, mais la nourriture était souvent disposée dans un plat commun. On prenait les aliments avec ses doigts ou, pour certains plats, à l’aide d’un morceau de pain qui servait en quelque sorte de cuillère. —
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. – it2 Repas Lorsqu’il a institué le Mémorial, Jésus ‘ prit un pain, dit une bénédiction, le rompit et le donna aux apôtres ’. (Marc 14:22.) Le pain dont ils disposaient était celui de la Pâque qu’ils venaient de célébrer (Exode 13:6-10). Puisqu’il était sans levain, il était plat et cassant, et il fallait le rompre avant de le distribuer. C’était cette sorte de pain que Jésus avait un jour multiplié miraculeusement pour des milliers de personnes, puisqu’il l’avait rompu afin de le distribuer (Matthieu 14:19 ; 15:36). Il semble donc que le fait de rompre le pain du Mémorial n’avait pas de signification spirituelle. – TG2003  15/2 p14 §13
    Au sujet du pain dont il s’est servi quand il a institué le Mémorial, Jésus a précisé : “ Ceci représente mon corps qui est pour vous. ” (1 Corinthiens 11:24 ; Marc 14:22). Il était approprié que ce pain soit sans levain. En effet, le levain peut figurer la méchanceté, la perversité ou le péché. Le pain représentait le corps humain parfait et sans péché de Jésus, qui allait être offert en sacrifice rédempteur. Les Témoins de Jéhovah ont donc soin de suivre le précédent établi par Jésus en prenant du pain sans levain lorsqu’ils observent le Mémorial. Dans certains cas, ils utilisent du pain azyme juif qui ne contient pas d’autres ingrédients, des oignons ou de l’œuf par exemple. Sinon, le pain sans levain peut être préparé avec une petite quantité de farine complète (de blé de préférence) mélangée à un peu d’eau. La pâte doit être étalée finement et peut être cuite sur une poêle légèrement huilée jusqu’à ce que le pain soit sec et cassant. – TG2003  15/2 p14 §14
    Après avoir fait passer le pain sans levain, Jésus prit une coupe, ‘ rendit grâces et la donna aux apôtres, et ils en burent tous ’. Jésus expliqua : “ Ceci représente mon ‘ sang de l’alliance ’, qui va être répandu en faveur de beaucoup. ” (Marc 14:23, 24). Que contenait la coupe ? Du vin, et non du jus de raisin non fermenté. Quand elles parlent de vin, les Écritures n’évoquent pas du simple jus de raisin. Par exemple, pour reprendre les termes de Jésus, du vin, et non du jus de raisin, ferait éclater de “ vieilles outres ”. Et les ennemis du Christ l’ont accusé d’être un “ buveur de vin ”. Leur accusation n’aurait eu aucun sens s’il avait été question de jus de raisin (Matthieu 9:17 ; 11:19). On buvait du vin lorsqu’on observait la Pâque, et le Christ s’en est servi quand il a institué le Mémorial de sa mort. – TG2003  15/2 p15 §15
    Pierre avait été choisi par Jésus pour être l’un des apôtres ; pourtant, il a parfois dit ou fait des choses qu’il a ensuite regrettées. Par exemple, à un moment critique, les apôtres ont abandonné Jésus. Un peu plus tôt, Pierre avait affirmé que même si les autres le laissaient, lui ne le ferait pas (Marc 14:27-31, 50). Mais quand Jésus a été arrêté, tous les apôtres l’ont abandonné, y compris Pierre. Celui-ci a même nié le connaître à plusieurs reprises (Marc 14:53, 54, 66-72). Cependant, il a manifesté du remords et Jéhovah a continué de l’utiliser. Si tu avais été un disciple à cette époque, les actions de Pierre auraient-elles entamé ta fidélité à Jéhovah ?
    Ce ne sont là que quelques exemples de personnes qui en ont blessé d’autres. Nous pourrions citer bien d’autres cas de serviteurs de Jéhovah du passé ou d’aujourd’hui dont les mauvaises actions ont blessé autrui. La question importante est celle-ci : comment réagiras-tu aux erreurs des autres ? Les laisseras-tu te faire trébucher et abandonner Jéhovah et son peuple, notamment ta congrégation ? Ou garderas-tu à l’esprit que Jéhovah peut laisser aux pécheurs le temps de se repentir, et qu’il redressera finalement les choses d’une manière juste ? D’un autre côté, ceux qui ont commis des péchés graves rejettent parfois la miséricorde de Jéhovah et ne sont pas repentants. Dans une telle situation, seras-tu persuadé qu’en temps voulu Jéhovah jugera les pécheurs, peut-être en les ôtant de la congrégation ? – TG2016 Juin p25 §8,9
    Jésus savait (ce que ses disciples ignoraient alors) qu’il allait être arrêté et condamné à mort. Ses épreuves atteindraient leur paroxysme lorsqu’il agoniserait sur le poteau de supplice. Jésus avait annoncé tout cela à ses apôtres, mais ils ne l’avaient pas compris. C’est pourquoi ils se sont endormis pendant que lui restait éveillé et priait
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . Il en va de nous comme des apôtres : notre chair est faible et nous ignorons certaines choses à venir. Cependant, si nous perdons de vue la gravité de notre époque, nous risquons de nous endormir au sens spirituel. Ce n’est qu’en étant vigilants que nous resterons éveillés. – TG2003  1/1 p17 §11  
     
     
    Voyons ce que nous pouvons apprendre de l’exemple de Pilate et de Pierre. Pilate ne savait pas grand-chose sur Christ, mais il avait conscience d’avoir affaire à un homme innocent et peu ordinaire. Malheureusement, il manquait d’humilité et n’éprouvait pas d’amour pour le vrai Dieu. Le Diable n’a eu aucun mal à le prendre vivant. De son côté, Pierre possédait la connaissance exacte et aimait Dieu. Cela ne l’a pas empêché, de temps à autre, de manquer de modestie, de paniquer et de céder aux pressions. Avant que Jésus ne soit arrêté, il a eu la présomption de dire : “ Même si tous les autres trébuchent, moi pourtant je ne trébucherai pas. ” (Marc 14:29). Il aurait été mieux à même d’affronter les épreuves qui l’attendaient s’il avait adopté la même attitude que le psalmiste qui mettait sa confiance en Dieu et chantait : “ Jéhovah est avec moi ; je ne craindrai pas. Que peut me faire l’homme tiré du sol ? ” (Ps. 118:6). Lors de sa dernière nuit sur la terre, Jésus a emmené Pierre et deux autres apôtres à l’écart dans le jardin de Gethsémané. Mais au lieu de rester vigilants, les trois hommes se sont assoupis. Jésus les a réveillés et leur a dit : “ Veillez et priez sans cesse pour ne pas venir en tentation. ” (Marc 14:38). Pourtant, Pierre s’est de nouveau endormi et, plus tard, il a succombé à la crainte et aux pressions.
    Les exemples de Pilate et de Pierre nous enseignent donc une leçon essentielle : pour résister efficacement aux pressions, il faut tout à la fois posséder la connaissance exacte, être humble et modeste, aimer Jéhovah et le craindre lui plutôt que les hommes. Si notre foi repose sur la connaissance exacte, nous parlerons de nos croyances avec courage et conviction. Cela nous aidera à résister aux pressions et à vaincre la crainte. Ne nous surestimons jamais. Au contraire, reconnaissons avec humilité que nous avons besoin de la force que Dieu donne, et demandons-lui son esprit. Cultivons pour lui un amour qui nous poussera à défendre son nom et ses normes de justice. En outre, c’est avant d’être soumis à des pressions qu’il faut nous préparer à y résister. En nous livrant à des séances d’exercices avec nos enfants et en priant avec eux, nous les aiderons à avoir la bonne réaction lorsque leurs camarades les inciteront à faire quelque chose de mal – TG2012  15/8 p22 §12
    Quand il priait, Jésus employait parfois l’expression “ Abba, Père ”. (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Terme affectueux utilisé dans le cercle familial pour “ père ”, “ Abba ” était parmi les premiers mots qu’un enfant prononçait. Mais c’était aussi un terme respectueux. Cela dénote donc à la fois la façon intime que Jésus avait de s’adresser à son Père bien-aimé et le profond respect que lui inspirait l’autorité paternelle de Jéhovah. Toutes ses prières présentaient ce mélange d’intimité et de respect. - cf chap13 §15 C’est dans des moments de rudes épreuves que Jésus a invité le plus instamment ses disciples à rester vigilants. (Marc 14:37.) Son exemple est précieux lorsque nous sommes en proie à des difficultés. Quand ils sont éprouvés, beaucoup ont tendance à oublier une vérité capitale, une vérité si importante que le livre des Proverbes l’énonce à deux reprises : “ Il existe une voie qui est droite devant un homme, mais les voies de la mort en sont la fin par la suite. ” (Prov. 14:12 ; 16:25). Si nous nous fions à nos propres raisonnements, notamment pour résoudre des problèmes épineux, nous risquons de nous mettre en danger nous-mêmes et ceux que nous aimons. – TG2012 15/2 p6 § 14
    Les apôtres n’étaient pas des lâches ; il n’empêche qu’ils étaient tous sujets à la crainte de l’homme (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Comment Jésus les a-t-il aidés à progresser ? Il les a préparés à l’opposition à venir. “ Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent, leur a-t-il dit, et quand ils vous excluent et qu’ils vous outragent et rejettent votre nom comme mauvais, à cause du Fils de l’homme. ” (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Jésus a prévenu ses disciples qu’ils devaient s’attendre à des outrages, à de l’opposition. Cette opposition viendrait “ à cause du Fils de l’homme ”. Jésus leur a aussi assuré que, tant qu’ils s’appuieraient sur Jéhovah, celui-ci les soutiendrait (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). En outre, il a invité les nouveaux à fréquenter ses disciples et à se lier d’amitié avec eux – TG2011 15/11 p24 §11 Des réunions qui visent à ‘ bâtir, à encourager et à consoler - Selon Paul, les réunions de la congrégation visent notamment à ‘ bâtir, à encourager et à consoler ’ ceux qui y assistent. (1 Cor. 14:3) Arrêtons-nous sur une réunion que Jésus a dirigée peu après sa résurrection. Notez d’abord ce qui s’est passé avant cette réunion. Alors que Jésus vivait ses dernières heures, ses apôtres “ l’abandonnèrent et s’enfuirent ” et, comme cela avait été prédit, ils furent “ dispersés chacun dans sa propre maison ”. (Marc 14:50) Ce sont donc des apôtres démoralisés que Jésus, après sa résurrection, convia à une réunion spéciale. “ Les onze disciples [...] se rendirent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait donné rendez-vous. ” À leur arrivée, “ Jésus s’avança et leur parla ”. (Mat. 28:10, 16, 18.) Quel soulagement pour les apôtres ! Mais de quoi Jésus voulait-il les entretenir ? Jésus a commencé par leur annoncer ceci : “ Tout pouvoir m’a été donné. ” Puis il les a chargés d’une mission : “ Allez donc et faites des disciples. ” Il a chaleureusement conclu par ces mots : “ Je suis avec vous tous les jours. ” (Mat. 28:18-20). Mais avez-vous remarqué ce que Jésus n’a pas fait ? Il n’a pas réprimandé ses apôtres. Il n’a pas non plus profité de cette réunion pour mettre en doute leurs mobiles, ou pour attiser leur sentiment de culpabilité en leur rappelant leur manque de foi passager. Au contraire, Jésus les a assurés de son amour et de celui de son Père en leur confiant une responsabilité importante. Quel effet l’attitude de Jésus a-t-elle eu sur eux ? Ils ont été ‘ bâtis, encouragés et consolés ’, tant et si bien que, quelque temps après cette fameuse réunion, on les voyait de nouveau “ enseigner et [...] annoncer la bonne nouvelle ”. — Actes 5:42. À l’exemple de Jésus, les anciens voient dans les réunions une occasion d’assurer leurs compagnons de l’amour indéfectible de Jéhovah. Dès lors, quand ils s’expriment devant la congrégation, ils s’attardent sur les points forts de leurs frères, et non sur leurs points faibles. Ils ne mettent pas en doute leurs mobiles. Ce qu’ils disent révèle qu’ils sont convaincus que leurs compagnons aiment Jéhovah et désirent faire ce qui est juste. Bien entendu, les anciens doivent parfois adresser à la congrégation des rappels à l’ordre, mais si quelques personnes seulement méritent d’être conseillées, il est généralement préférable qu’elles le soient en privé. . Lorsqu’ils parlent à la congrégation tout entière, ils cherchent à féliciter chaque fois que c’est possible (Is. 32:2). Ils font de leur mieux pour qu’à la fin de la réunion, tous les assistants soient revigorés - TG2010 15/10 p24 §14-16
    Les disciples avaient maintenant grand besoin de s’organiser, et l’apôtre Pierre a pris l’initiative de s’en occuper. N’est-ce pas réconfortant de voir comme il avait progressé au fil des semaines depuis qu’il avait renié son Seigneur par trois fois (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) ? Juste après que Pierre l’eut renié vigoureusement pour la troisième fois, Jésus “ se tourna et regarda Pierre ” Pouvez-vous imaginer ce que Pierre a ressenti quand le regard de Jésus s’est posé sur lui ? Mesurant la gravité de son péché, il “ s’effondra et se mit à pleurer ”. L’apôtre repentant a dû se demander si ses trois reniements ne l’avaient pas placé hors de la portée du pardon divin. Jésus était prêt à pardonner à Pierre. Il le savait accablé par son péché. Nous sommes tous enclins au péché, nous sommes imparfaits. et il est utile qu’on nous rappelle que Jéhovah est “ bon et prêt à pardonner ” à qui se repent sincèrement – bt chap2 § 19 Jésus était très proche de Pierre, homme chaleureux et parfois impulsif. Connaissant ses qualités, il lui a accordé des privilèges. Par exemple, Jacques, Jean et Pierre ont été les seuls apôtres à assister à certains miracles. Pierre est aussi l’un des trois à avoir accompagné Jésus à l’intérieur du jardin de Gethsémané la nuit de son arrestation. Or, cette même nuit, quand Jésus a été trahi et fait prisonnier, Pierre l’a abandonné et s’est enfui comme les autres apôtres. Plus tard, alors qu’il avait eu le courage de s’approcher de l’endroit où l’on jugeait son Maître illégalement, la peur l’a saisi de nouveau et il a nié trois fois connaître Jésus. Comment Jésus a-t-il réagi à cette grave défaillance ? Que feriez-vous si un ami vous décevait de la sorte ? Jésus était prêt à pardonner à Pierre. Il le savait accablé par son péché. Le récit précise en effet que l’apôtre repentant “ s’effondra et se mit à pleurer ”. (Marc 14:72.) Le jour même de sa résurrection, Jésus lui est apparu, probablement pour le consoler et le rassurer. Moins de deux mois plus tard, à la Pentecôte, il l’honorait en lui permettant d’être le premier à donner un témoignage aux foules présentes à Jérusalem. Rappelons également que Jésus n’a gardé rancune à aucun des apôtres de l’avoir abandonné. Une fois ressuscité, il a continué de les appeler “ mes frères ”.
    En qualité de disciples du Christ, nous devons apprendre à pardonner. Pourquoi ? Contrairement à Jésus, nous sommes imparfaits. Ceux qui pèchent contre nous le sont aussi. Il nous arrive donc à tous de trébucher en paroles ou en actes. En pardonnant aux autres quand la miséricorde est possible, nous nous mettons en position d’être à notre tour pardonnés par Dieu. Comment manifester notre bonne volonté à pardonner ? Dans bien des cas, l’amour permet de passer sur les péchés ou les manquements mineurs. Si, à l’image de Pierre, celui qui nous a fait du tort est sincèrement repentant, nous voudrons assurément imiter Jésus en lui pardonnant volontiers. Il est de notre intérêt de ne pas garder de ressentiment. Ce faisant, nous contribuons à la paix de la congrégation et préservons notre propre sérénité – cf chap16 p167 §12-14
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 28 MAI 2018 - MARC 13-14.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 28 MAI 2018 - MARC 13-14.pdf
  19. Like
    misette got a reaction from Elisabeth Dolewka in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 21 MAI 2018 - MARC 11-12   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MARC 11-12
    MARC 11:17 : Pourquoi Jésus a-t-il dit que le Temple était « une maison de prière pour toutes les nations » ? (nwtsty, note d’étude).
    « mais il enseignait et disait : “ N’est-il pas écrit : ‘ Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations ’ ? Mais vous en avez fait une grotte de bandits. ”
    Une maison de prière pour toutes les nations : Sur les trois évangélistes qui citent Esaïe 56:7, Marc est le seul à mentionner l’expression « pour toutes les nations tous les peuples » (Mt 21:13 ; Lc 19:46). Le temple de Jérusalem devait être un lieu où aussi bien les Israélites que les étrangers craignant Dieu pouvaient adorer Jéhovah et le prier. Jésus a condamné à juste titre les Juifs qui utilisaient le Temple pour faire du commerce et qui en faisaient ainsi une caverne de voleurs. Leurs actions décourageaient des gens de toutes nations d’aller prier et adorer Jéhovah dans sa maison de prière, et les privaient ainsi de la possibilité d’apprendre à le connaître. nwtsty, note d’étude
    Quand ses disciples se réunissaient pour le culte, ils priaient ensemble. Ils perpétuaient une pratique qui avait cours depuis des siècles dans les synagogues et au temple de Jérusalem. Dieu voulait que le temple soit “ une maison de prière pour toutes les nations ” – TG2010 1/10
    C’est au temple qu’en deux occasions Jésus Christ renversa les tables des changeurs et les condamna pour avoir fait de ce lieu de culte “ une maison de commerce ” ou “ une grotte de bandits ”. Peut-être Jésus jugeait-il exorbitants les agios prélevés par les changeurs. À ce sujet, il est intéressant de noter qu’à certaines époques ceux-ci réalisaient de grands profits sur la vente d’animaux destinés aux sacrifices - it-1 p425
    A un certain moment deux colombes coûtaient un denier or, soit vingt-cinq deniers en argent. Ce prix exorbitant fut cause que Siméon, fils de Gamaliel, jura par le temple, en ces termes : “Je ne laisserai pas passer la nuit qu’elles ne coûtent un denier en argent.” Il faut sans doute entendre par là que les colombes étaient vendues vingt-cinq fois plus cher qu’elles ne valaient en réalité. Ces marchands étaient vraiment des “brigands”. Jésus considérait manifestement ce genre de commerce comme une forme d’extorsion ou de “vol”. – TG1977 p430
    MARC 11:27, 28 : À quelles « choses » les ennemis de Jésus faisaient-ils référence ? (jy 244 § 7).
    « Et ils vinrent de nouveau à Jérusalem. Et comme il marchait dans le temple, les prêtres en chef, les scribes et les anciens vinrent à lui 28 et se mirent à lui dire : “ Par quel pouvoir fais-tu ces choses ? ou qui t’a donné ce pouvoir pour les faire ? 
    Une leçon sur la foi inspirée d’un figuier - Peu après, Jésus et ses disciples arrivent à Jérusalem. Comme il en a l’habitude, Jésus se rend au Temple pour enseigner. Ayant sans doute à l’esprit ce qu’il a fait la veille avec les changeurs de monnaies, les prêtres en chef et les anciens du peuple lui lancent : « De quel droit fais-tu ces choses ? Qui t’a donné le droit de faire cela ? » (Marc 11:28). Jésus savait qu’il avait affaire à des hommes corrompus et impies ; dès lors, il ne s’est pas senti tenu de répondre à leur question – jy244
    Jésus n’avait rien innové, n’avait inventé aucune doctrine. Il se contentait d’appliquer la Parole de son Père. Ces prêtres et ces scribes faisaient donc vraiment preuve d’un profond mépris envers Jéhovah et sa Parole inspirée. Ils méritaient amplement que Jésus les reprenne comme il l’a fait, en dénonçant la méchanceté de leurs mobiles –
    À l’imitation de Jésus, les vrais chrétiens s’appuient sur la Parole de Dieu dans leur ministère. Les Témoins de Jéhovah sont connus dans le monde entier pour leur empressement à communiquer le message de la Bible. Nos publications citent la Bible ou s’y réfèrent abondamment. Nous en faisons autant dans notre ministère en nous efforçant de mettre systématiquement l’accent sur les Écritures. Quelle satisfaction quand nous pouvons lire un passage biblique à quelqu’un ou que nous pouvons parler de la valeur et de la signification de la Parole de Dieu ! Nous n’avons pas la mémoire parfaite de Jésus, mais nous disposons de nombreux outils inconnus à son époque. En plus de la Bible complète éditée dans de plus en plus de langues, nous possédons quantité d’auxiliaires bibliques pratiques pour retrouver les versets dont nous avons besoin. – cf chap10§11,12
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Conformément à la prophétie, Dieu a attesté que Jésus était son Fils (Psaume 2:7 ; Matthieu 3:17) Tout comme la foule a acclamé Jésus et le Royaume à venir, nous éprouvons beaucoup de joie à parler de lui et des bénédictions liées à son règne (Marc 11:7-10). Christ, qui ‘ avance dans la cause de la vérité, de l’humilité et de la justice ’, éliminera bientôt ses. Son règne apportera une paix et une prospérité universelles. Quel honneur pour nous de proclamer ces vérités et de témoigner en faveur de Jéhovah, dont le Fils bien-aimé exerce d’ores et déjà au ciel ses fonctions de Roi messianique ! – TG2011  15/8 p16 §20
    Selon la Bible, qui a foi dans le Tout-Puissant et prie pour recevoir son esprit, tout en faisant de son mieux pour lui plaire, peut affronter des obstacles apparemment insurmontables. Les paroles de Jésus sont rassurantes : “ Vraiment, je vous dis que quiconque dit à cette montagne : ‘ Sois soulevée et jetée dans la mer ’, et qui ne doute pas dans son cœur, mais a foi que ce qu’il dit va arriver, cela se fera pour lui. ” (Marc 11:23). Aucune situation n’est impossible à supporter si nous laissons la Parole et l’esprit de Dieu influencer notre vie – TG2012  1/6
    Celui ‘ qui entend la prière ’. L’ensemble du récit des Écritures confirme que Jéhovah est Celui à qui les prières doivent être adressées, qu’il est Celui ‘ qui entend la prière  et qu’il a le pouvoir d’agir en faveur de ceux qui lui font requête (Marc 11:24) Prier des faux dieux ou leurs images, des idoles, est taxé d’absurdité, car les idoles n’ont pas la faculté d’entendre ni d’agir, et les dieux qu’elles représentent sont indignes d’être comparés au vrai Dieu. . La confrontation relative à la divinité qui eut lieu entre Baal et Jéhovah sur le mont Carmel démontra que c’est une sottise de prier de faux dieux – it2 p661 Prière
    Si nous voulons que Jéhovah écoute nos prières, nous devons avoir foi en lui (Marc 11:24 « C’est pourquoi je vous le dis : Tout ce que vous demandez en priant, ayez foi que vous l’avez pour ainsi dire reçu, et vous l’aurez »). L’apôtre Paul explique : « Sans la foi il est impossible de lui plaire, car celui qui s’avance vers Dieu doit croire qu’il est, et qu’il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent réellement » (Hébreux 11:6). Mais il ne suffit pas de dire que nous avons foi en Dieu. Nous devons le prouver en lui obéissant chaque jour – BHS chap17 §6
    Devons-nous avoir une position particulière pour prier ? Non. Jéhovah ne nous demande pas d’être à genoux, assis ou debout quand nous prions. La Bible nous enseigne que nous pouvons prier dans n’importe quelle position respectueuse (Marc 11:25 « Et lorsque vous êtes debout en prière, pardonnez ce que vous pouvez avoir contre quelqu’un, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos fautes »). Ce qui est important pour Jéhovah, ce n’est pas notre position, mais notre état d’esprit. Nous pouvons prier à voix haute ou en silence, quel que soit l’endroit où nous sommes et à n’importe quel moment du jour ou de la nuit. Nous pouvons être sûrs que Jéhovah nous écoutera, même si personne d’autre ne nous entend - BHS chap17 §10
    Aujourd’hui, nous adorons Jéhovah en le priant, en prêchant, et en allant aux réunions. Mais il n’appréciera pas nos efforts si nous ne faisons pas la paix avec nos frères (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Pour être les amis de Jéhovah, nous devons pardonner aux autres quand ils font des fautes. Chaque chrétien doit s’examiner honnêtement pour voir s’il est disposé à pardonner et s’il a des relations pacifiques avec autrui. Pardonnes-tu volontiers à tes compagnons ? Aimes-tu les côtoyer ? Jéhovah attend de ses serviteurs qu’ils soient prêts à pardonner. Si ta conscience te dit que tu dois t’améliorer dans ce domaine, prie-le de t’aider ! Notre Père céleste entend de telles prières humbles et y répond – ws2016 mai p3 §6,7 Que signifie servir Jéhovah de toute son âme ? L’expression grecque rendue par ‘ de toute son âme ’ signifie littéralement “ de l’âme ”. L’“ âme ” désigne la personne tout entière, avec ses capacités physiques et mentales. Servir de toute son âme, c’est donc donner de soi, mettre en œuvre toutes ses facultés et employer ses forces au maximum dans le service de Dieu. En d’autres termes, c’est faire tout ce que notre âme est capable de faire. — Marc 12:29, 30. – km2013 avril
    Nous nous efforçons de suivre de près les enseignements et les manières d’agir de Jésus Christ. Néanmoins, sous plusieurs rapports, nous sommes différents des autres dénominations et religions chrétiennes. Par exemple, nous avons compris que, d’après la Bible, Jésus est le Fils de Dieu ; il ne fait pas partie d’une trinité (Marc 12:29 « Jésus répondit : “ Le premier, c’est : ‘ Entends, ô Israël, Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah » - RV2016/1 p7.
    L’amour étant l’attribut dominant de Jéhovah, on comprend pourquoi Jésus a défini le premier commandement divin comme suit : « Tu dois aimer Jéhovah ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée, et de toute ta force » (Marc 12:30). Ces paroles nous enseignent que l’amour pour Dieu fait tout d’abord appel à notre cœur. Jéhovah n’aime pas la tiédeur, les cœurs partagés. On note par ailleurs que l’amour pour Dieu fait appel à toute notre âme, à tout notre esprit et à toute notre force. Cela signifie que l’authentique amour pour Dieu est plus qu’un sentiment ou une émotion. Non seulement il doit venir du fond du cœur, mais il doit mettre en œuvre toutes nos facultés spirituelles et physiques. Selon le prophète Mika, c’est ce que Jéhovah veut que nous fassions Mika 6:8. En nous aimant le premier, Jéhovah nous a montré comment nous devons l’aimer. Gardons constamment à l’esprit son exemple incomparable – TG2015  15/9 §3
    Une deuxième raison que nous avons de prêcher est que nous aimons profondément Jéhovah et Jésus (Marc 12:30) Jésus n’a pas simplement dit à ses disciples d’être dans son amour, mais de demeurer dans son amour. Pourquoi ? Parce qu’il faut de l’endurance pour vivre en vrai chrétien année après année. En fait, en Jean 15:4-10, il a utilisé de nombreuses fois le verbe « demeurer » pour aider ses disciples à comprendre qu’ils auraient besoin d’endurer. Comment montrer que nous voulons rester dans l’amour de Christ et continuer à lui plaire ? En lui obéissant. En fait, ce que Jésus nous demande de faire, ce n’est rien de plus que ce que lui-même a fait. Jésus nous donne l’exemple à suivre. Jésus a clairement montré qu’il y a un lien entre l’obéissance et l’amour quand il a dit : « Qui a mes commandements et les observe, c’est celui-là qui m’aime » (Jean 14:21). Rappelons que les commandements de Jésus viennent de son Père. Alors, quand nous obéissons à l’ordre de prêcher, nous montrons aussi notre amour pour Jéhovah. Et quand nous montrons à Jéhovah et à Jésus que nous les aimons, ils nous gardent dans leur amour. – TG2018 Mai p17 §5
    Il peut nous arriver de penser que nous faisons peu dans le service sacré ou de nous demander si Jéhovah est satisfait de nos efforts. Nous pouvons même douter de mériter la moindre récompense. Toutefois, n’oublions jamais que « Dieu est plus grand que notre cœur et qu’il connaît toutes choses ». Il récompense chaque sacrifice motivé par la foi et l’amour, même si celui-ci semble insignifiant aux yeux de celui qui l’offre (Marc 12:41-44 « Une pauvre veuve arriva alors et mit deux petites pièces de monnaie….. »).
    Même en ces derniers jours sombres du système de choses mauvais de Satan, Jéhovah bénit son peuple. Il veille à ce que les vrais adorateurs prospèrent dans le paradis spirituel, qui connaît une abondance sans précédent. Comme Jésus l’a promis, Jéhovah nous récompense dès aujourd’hui en nous permettant d’appartenir à une famille internationale de frères et sœurs aimants. De plus, ceux qui cherchent réellement Dieu jouissent des bienfaits incomparables que sont la paix intérieure, le contentement et le bonheur  - TG2016 Décembre p21 §16,17
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    Jésus s’est servi du figuier pour illustrer la mauvaise condition spirituelle de la nation. Sur le trajet de Béthanie à Jérusalem, quatre jours avant sa mort, il a vu un figuier dont le feuillage était abondant, mais dépourvu de fruits. Étant donné que les figues précoces apparaissent normalement en même temps que les feuilles, parfois même avant, l’absence de fruits indiquait que l’arbre était sans valeur. — Marc 11:13, 14.
    Tout comme le figuier avait l’air sain, la nation juive avait des apparences trompeuses. Mais elle n’avait pas produit de fruit qui plaisait à Dieu et elle a finalement rejeté Son propre Fils. Jésus a maudit le figuier stérile, si bien que le lendemain les disciples ont remarqué qu’il s’était déjà desséché. Cet arbre mort a symbolisé à juste titre le rejet imminent des Juifs par Dieu en tant que peuple choisi. — Marc 11:20, 21. -
    Puisque nous vivons une époque cruciale de l’Histoire, nous voulons certainement tirer leçon du figuier. Si nous le faisons en restant éveillés spirituellement, nous avons l’espoir de connaître l’accomplissement de cette merveilleuse promesse : “ Vraiment, ils seront assis chacun sous sa vigne et sous son figuier, et il n’y aura personne qui les fasse trembler ; car la bouche même de Jéhovah des armées l’a dit. ” — Mika 4:4. – TG2003 15/5 p26
    À propos de la deuxième purification du temple, Marc raconte que Jésus ne “ laissait personne transporter un ustensile à travers le temple ”. (Marc 11:16.) Cela veut dire que Jésus ne permettait à personne de porter atteinte à la sainteté de la cour du temple en l’empruntant comme un simple raccourci pour transporter des objets d’une partie de Jérusalem à une autre. - it-2 p1127
    La foi permet aux chrétiens d’affronter n’importe quelle difficulté. Jésus a dit à ses disciples que s’ils avaient “de la foi gros comme un grain de moutarde”, rien ne leur serait impossible (Matthieu 17:20). Il soulignait ainsi le pouvoir de la foi, ce fruit de l’esprit saint. Ce qu’il faisait ressortir, ce n’est pas le pouvoir des humains, mais celui de l’esprit, ou force active, de Dieu. Les personnes qui se laissent guider par cet esprit ne se font pas une montagne des moindres obstacles. Elles mettent en pratique la sagesse que communique l’esprit de Dieu, ce qui les aide à ne pas accorder aux choses plus d’importance qu’elles n’en méritent. Même de graves difficultés peuvent être ramenées à de moindres proportions par la puissance de la foi. —Marc 11:22-24. Jésus a montré que si nous cultivons la foi dans notre cœur, si nous l’entretenons et l’encourageons à se développer, elle grandira jusqu’à maturité et nous rendra capables de surmonter des obstacles et des difficultés semblables à des montagnes – TG1991 15/9 p15
    Selon la Bible, qui a foi dans le Tout-Puissant et prie pour recevoir son esprit, tout en faisant de son mieux pour lui plaire, peut affronter des obstacles apparemment insurmontables. Les paroles de Jésus sont rassurantes : “ Vraiment, je vous dis que quiconque dit à cette montagne : ‘ Sois soulevée et jetée dans la mer ’, et qui ne doute pas dans son cœur, mais a foi que ce qu’il dit va arriver, cela se fera pour lui. ” (Marc 11:23). Aucune situation n’est impossible à supporter si nous laissons la Parole et l’esprit de Dieu influencer notre vie – TG2012 1/6 p27
    Des questions habiles. Jésus se servait de questions pour amener ses interlocuteurs à tirer des conclusions, à considérer leurs mobiles ou à prendre des décisions. Aux chefs religieux qui contestent l’origine divine de son pouvoir, il pose celle-ci : “ Le baptême de Jean était-il du ciel ou des hommes ? ” Interloqués, ils raisonnent entre eux : “ Si nous disons : ‘ Du ciel ’, il nous dira : ‘ Pourquoi donc ne l’avez-vous pas cru ? ’ Et si nous disons : ‘ Des hommes ’, nous avons à craindre la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète. ” Finalement, ils répondent : “ Nous ne savons pas. ” (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Une simple question a suffi à Jésus pour les réduire au silence et révéler la traîtrise de leurs cœurs. – cl chap21 p209 §12 Quand des chefs religieux hypocrites lui ont demandé d’où lui venait le pouvoir d’accomplir des signes et des miracles ? Jésus leur a répondu  : “ Je vais vous poser une seule question. Vous me répondez, et je vous dirai, moi aussi, par quel pouvoir je fais ces choses. ” Comme les scribes et les anciens refusaient de lui répondre, Jésus a conclu : “ Moi non plus je ne vous dis pas par quel pouvoir je fais ces choses. ” Marc 11:27-33. Jésus savait qu’il avait affaire à des hommes corrompus et impies ; dès lors, il ne s’est pas senti tenu de répondre à leur question. Il en va de même pour nous aujourd’hui : nous devons nous méfier des apostats et d’autres individus malfaisants qui recourent à la fourberie et à la ruse à des fins purement égoïstes TG2009 15/6 p16 6
    De simples tours étaient érigées dans les vignes pour servir de postes d’observation aux gardiens chargés de protéger le raisin contre les voleurs et les bêtes. — Marc 12:1. – it1 p1088 Tour
    Psaume 118:22 révèle que la pierre rejetée par les bâtisseurs deviendrait “ la tête de l’angle ”. Jésus cita cette prophétie et se l’appliqua, s’appelant “ la principale pierre angulaire ” Marc 12:10, 11. La pierre la plus élevée d’un édifice est bien en vue, tout comme l’est Jésus Christ, la pierre de couronnement de la congrégation chrétienne composée des oints, laquelle est comparée à un temple spirituel.  – it2 p590 Pierre angulaire
    La plupart du temps, les scribes sont présentés comme des adversaires religieux de Jésus. Cependant, tous ne se sont pas opposés à lui. Par exemple, un scribe a un jour déclaré à Jésus : “ Je te suivrai partout où tu iras. ” De son côté, Jésus a dit à l’un d’eux : “ Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. ” —Marc 12:28-34. – TG2009 1/8 p31
    Jésus était l’enseignant par excellence. Même parmi ses contemporains, il était reconnu comme un enseignant à l’influence et à la popularité exceptionnelle. Ses disciples l’appelaient “ Rabbi ”, ce qui signifie “ Enseignant ” ou “ Instructeur ”. Quelquefois, ses adversaires admiraient eux aussi qu’il parlait merveilleusement. Un jour, des agents que les Pharisiens avaient envoyés arrêter Jésus et qui revinrent bredouilles expliquèrent pourquoi en ces termes : “ Jamais un autre homme n’a parlé de cette façon. ” — Marc 12:32, 34. D’abord, comme il l’expliqua lui-même, Jésus ne parlait pas de sa propre initiative, mais venait au nom de son Père et disait les choses qu’il avait apprises de lui. Il était un intime de Jéhovah Dieu, puisqu’il était son Fils unique-engendré venu des cieux, et, en tant que tel, il était le mieux placé pour enseigner au sujet des qualités, des œuvres et des desseins de son Père  Second élément très important qui faisait de lui un bon enseignant, c’est qu’il aimait ceux qu’il instruisait. Peu d’enseignants ont aimé leurs disciples au point d’être disposés à donner leur vie pour eux, chose que Jésus a faite. Il avait une grande pénétration des pensées de ses auditeurs. Il avait un profond discernement. Il n’enseignait pas avec les mots philosophiques des scribes, mais il utilisait des exemples tirés de la vie quotidienne. C’est pour cette raison que ses enseignements sont toujours compréhensibles aujourd’hui. Son instruction était émaillée d’exemples – it1 p697 Education
    Les chefs religieux de l’époque de Jésus s’arrangeaient pour attirer l’attention sur eux et faire valoir leur position. À l’opposé, Jésus a ordonné à ses apôtres de ne pas « commande[r] en maîtres » les autres (Luc 22:25, 26). D’ailleurs, il a lancé cet avertissement : « Prenez garde aux scribes qui veulent circuler en longues robes, et recevoir des salutations sur les places de marché » (Marc 12:38). Jésus, lui, se mêlait à la foule, passant parfois inaperçu. Même parmi ses 11 apôtres fidèles, il ne se démarquait pas physiquement. D’ailleurs, le traître Judas a dû recourir à un baiser, « un signe convenu », pour faire savoir à la foule qui était Jésus. Même si beaucoup de renseignements sur le physique de Jésus sont inconnus, une chose est sûre : Jésus ne ressemblait pas à la plupart des portraits qui ont été faits de lui. Cependant, plus que son apparence physique, c’est la vision que nous avons de lui aujourd’hui qui importe. – TG2017/6 p8
    Quand Jésus était sur la terre, une partie du temple de Jérusalem était appelée “ le trésor ”. (Jean 8:20.) Celui-ci était apparemment situé dans le secteur appelé la Cour des femmes. Selon des sources rabbiniques, dans ce temple rebâti par Hérode, 13 troncs du trésor étaient disposés autour du mur dans cette cour. Ils étaient en forme de trompettes avec de petites ouvertures sur le dessus, et le peuple y déposait les diverses contributions et offrandes (Marc 12:41). Les prêtres refusèrent de mettre dans ce trésor sacré les pièces d’argent que Judas jeta dans le temple “ parce qu’elles sont, dirent-ils, le prix du sang ”. (Mt 27:6.) On pense que ce temple comportait aussi un grand trésor où on apportait l’argent des troncs. – it21099 Trésor
    Jésus Christ a accordé plus de valeur au don de la veuve qu’aux contributions de tous ceux qui avaient donné “ de leur superflu ”, même s’ils avaient mis davantage. Pourquoi ? Le récit rapporte qu’elle avait “ deux petites pièces de monnaie ” ; elle aurait donc pu en donner une et garder l’autre. Pourtant, elle a mis “ tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre ”. — Marc 12:41-44. Chacune de ses pièces était un leptôn, la plus petite des pièces juives en circulation à l’époque. Deux lepta représentaient 1/64e du salaire d’une journée. Ce n’était même pas la valeur d’un moineau, le moins cher des oiseaux consommés par les pauvres – TG2008 1/3 p12
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 21 MAI 2018 - MARC 11-12.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 21 MAI 2018 - MARC 11-12.pdf
  20. Like
    misette got a reaction from Elisabeth Dolewka in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 14 MAI 2018 - MARC 9-10   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MARC 9-10
    MARC 10:6-9 : Sur quel principe concernant le mariage Jésus a-t-il mis l’accent ? (w08 15/2 30 § 8).
    « Cependant, dès [le] commencement de [la] création ‘ Il les fit mâle et femelle. 7 À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, 8 et les deux seront une seule chair ’ ; si bien qu’ils ne sont plus deux, mais une seule chair. 9 Donc, ce que Dieu a attelé au même joug, que l’homme ne le sépare pas ». 
    Dieu veut que les conjoints restent ensemble. Par conséquent, au lieu de chercher hâtivement à divorcer, maris et femmes doivent s’évertuer à appliquer les principes de la Bible afin de surmonter toute difficulté que pourrait connaître leur union. TG2008
    Jésus Christ montra qu’il approuvait le mariage en assistant au festin de mariage à Cana de Galilée. C’est la monogamie que Dieu institua à l’origine et que Jésus Christ rétablit au sein de la congrégation chrétienne. Puisque l’homme et la femme furent dotés de la faculté d’exprimer amour et affection, cette union devait être heureuse, bénie et paisible. it2 mariage
    Deux chrétiens qui s’unissent par le mariage font un vœu devant Dieu, et cet engagement n’est pas à prendre à la légère. Étant donné que Jéhovah est l’Auteur du mariage, la Bible dit de lui qu’il ‘ attelle au même joug ’ ceux qui se marient. Quand la législation d’un pays en la matière diffère des lois de la Bible, c’est à celles-ci que les serviteurs de Jéhovah obéissent. Ils doivent considérer le mariage comme un lien indissoluble, même s’ils n’étaient pas Témoins de Jéhovah lorsqu’ils se sont mariés. Un homme et une femme qui se marient ne doivent pas se dire que, si leur union ne marche pas, ils pourront toujours divorcer.
    Dieu hait le divorce quand il constitue un acte de trahison. Il demandera personnellement des comptes à celui qui quitte son conjoint pour un motif futile, en particulier s’il le fait dans l’intention de refaire sa vie avec quelqu’un d’autre – TG2011 1/11
    Lorsque Jéhovah unit Adam et Ève par les liens du mariage, le divorce n’était pas censé apparaître. Jésus Christ l’indiqua clairement quand il répondit à cette question des Pharisiens : “ Est-il permis à un homme de divorcer d’avec sa femme pour n’importe quel motif ? ” Christ montra que la volonté de Dieu était que l’homme quitte son père et sa mère, qu’il s’attache à sa femme et que les deux deviennent une seule chair. Puis il ajouta : “ Si bien qu’ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a attelé au même joug, que l’homme ne le sépare pas. ” (Mt 19:3-6 ; voir aussi Gn 2:22-24). Les Pharisiens lui demandèrent ensuite : “ Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit de donner un acte de renvoi et de divorcer d’avec elle ? ” En réponse, Jésus leur dit : “ Moïse, à cause de votre dureté de cœur, vous a concédé le droit de divorcer d’avec vos femmes, mais dès le commencement il n’en a pas été ainsi. ”
    En général, au début de leur union, les conjoints chrétiens éprouvent un profond amour mutuel. Étant donné que Jéhovah a institué le mariage dans l’intention qu’il dure, il est capital que maris et femmes veillent à attiser la flamme de leur amour, à entretenir un climat favorisant la croissance de cet amour (Marc 10:6-9). Si tu cherches un conjoint, choisis une personne que tu es capable d’aimer vraiment, puis rends cet amour fort et inextinguible, comme celui que décrit le Chant de Salomon. Que tu cherches un conjoint ou que tu sois marié, puisses-tu connaître le véritable amour, « la flamme de Yah » (Chant de S. 8:6). TG2015  15/1 p32 §17,18
    MARC 10:17, 18 : Pourquoi Jésus a-t-il repris un certain homme pour l’avoir appelé « Bon Enseignant » ? (nwtsty, notes d’étude).
    « Et comme il sortait [pour se mettre] en route, un certain homme accourut et tomba à genoux devant lui et lui posa la question : “ Bon Enseignant, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ? ” 18 Jésus lui dit : “ Pourquoi m’appelles-tu bon ? Personne n’est bon, si ce n’est un seul : Dieu ».
    Bon Enseignant : L’homme employait de toute évidence l’expression « Bon Enseignant » comme un titre officiel et flatteur, puisqu’un tel honneur était en général exigé par les chefs religieux. Jésus ne voyait aucun inconvénient à être appelé «enseignant » ou « Seigneur », car c’est ce qu’il était (Jean 13:13), mais il attribuait tout l’honneur à son Père. - nwtsty
    Personne n’est bon, sinon un seul : Dieu : Jésus reconnaît ici que Jéhovah est le modèle absolu de ce qui est bon, Celui qui détient le droit souverain de déterminer ce qui est bon et ce qui est mauvais, autrement dit le bien et le mal. En mangeant du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, Adam et Ève ont cherché à s’arroger ce droit. Contrairement à ces rebelles, Jésus laisse humblement à son Père le soin de fixer les normes. Dieu a énoncé et défini ce qui est bien en faisant consigner des commandements dans sa Parole (Mc 10:19). – nwtsty
    En repoussant de la sorte ce titre flatteur, Jésus a rendu gloire à Jéhovah et a indiqué que c’est le vrai Dieu la source de toute bonne chose. De plus, Jésus a attiré l’attention sur une vérité fondamentale : le Créateur de toutes choses, Jéhovah Dieu, est le seul à avoir le droit de fixer les normes du bon et du mauvais – TG2008 15/2
    Du début à la fin, le ministère terrestre de Jésus a été marqué par l’humilité. Jésus dirigeait systématiquement la louange et la gloire vers son Père. Chaque fois qu’on s’extasiait devant la sagesse de ses paroles, la puissance de ses miracles, sa belle personnalité, il refusait cette gloire pour lui-même et faisait en sorte qu’elle revienne à Jéhovah – cf chap3 §12
    Par sa personne même, par ses manières d’agir et par ses déclarations, Jéhovah était et demeure la Norme suprême pour tout l’univers, la définition et la plénitude de la bonté. Son Fils, alors qu’il était sur la terre, put donc dire à un homme : “ Pourquoi m’appelles-tu bon ? Personne n’est bon, si ce n’est un seul : Dieu. ” — Mc 10:17, 18 
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Que voulait dire Jésus quand il déclara à propos d’un démon: “Cette espèce-là ne peut sortir que par la prière.”
    Un homme dont le fils était possédé par un “esprit muet” avait demandé à Jésus de chasser cet esprit mauvais, car les disciples en étaient incapables. Grâce au soutien puissant de Dieu, Jésus expulsa le démon. Par la suite, ses disciples lui demandèrent: “Pourquoi n’avons-nous pas pu l’expulser?” Selon le récit de Marc, Jésus répondit: “Cette espèce-là ne peut sortir que par la prière.” (Marc 9:14-29). Le récit parallèle de Matthieu présente la réponse de Jésus en ces termes: “À cause de votre peu de foi.” Matthieu 17:14-20.Pourquoi Jésus a-t-il insisté sur la foi et la prière? L’expérience nous apprend que tous les démons n’ont pas nécessairement les mêmes objectifs ni les mêmes facultés. Par exemple, certains semblent se préoccuper de hanter des maisons, tandis que d’autres s’emploient à harceler ou à posséder des humains. La réponse de Jésus nous amène aussi à la conclusion que certains démons sont particulièrement puissants
    Pendant que Jésus était sur la terre, Dieu donna à certains de ses serviteurs la possibilité de chasser les esprits méchants dont certaines personnes avaient le malheur d’être possédées.
    Les douze apôtres et les soixante-dix disciples avaient notamment reçu ce pouvoir (Matthieu 10:8). Cependant, les apôtres dont il est question en Matthieu 17:14-20 et en Marc 9:14-29 s’étaient montrés incapables d’expulser un certain démon. Quelle en était la raison? Que leur manquait-il? Ils ne s’étaient sans doute pas préparés comme il l’aurait fallu pour affronter la sorte de démon dont il s’agissait. Cela requérait une foi solide et il aurait fallu prier à l’avance pour demander l’aide puissante de Dieu. Bien qu’aucun des deux récits ne dise que Jésus prononça une prière particulière en cette circonstance, on peut penser qu’il le fit. Le résultat fut qu’il réussit à chasser le démon qui était pourtant puissant. – TG1982 1/9 p31
    « Aide-moi là où j’ai besoin de foi ! » (Marc 9:24). La nécessité d’acquérir davantage de foi soulève plusieurs questions : Comment renforcer la nôtre ? La foi pourrait être comparée à un feu de bois. Au début, ce peut être une belle flambée. Mais si personne ne s’en occupe, il se transformera en braises qui, à leur tour, deviendront des cendres. Par contre, régulièrement alimenté, il peut durer indéfiniment. De même, notre foi peut rester vivante si nous l’alimentons régulièrement de la Parole de Dieu. En étudiant continuellement la Bible, nous pouvons développer un amour intense pour ce livre et pour son Auteur. Cet amour nous permettra d’acquérir davantage de foi.
    Comment la manifester ? La prédication est un excellent moyen de démontrer sa foi. Pourquoi ? Parce que pour accomplir cette œuvre, il faut avoir foi dans le calendrier de Jéhovah. Il faut être convaincu que la fin de ce système est proche, qu’« elle ne sera pas en retard » (Hab. 2:3). Nous pouvons évaluer notre foi en nous demandant dans quelle mesure nous sommes disposés à nous dépenser dans la prédication. Faisons-nous tout ce que nous pouvons, peut-être même en cherchant des moyens d’élargir notre ministère ?. Oui, faire « la déclaration publique pour le salut » est une excellente manière de montrer que nous avons la foi dans le cœur
    Pourquoi pouvons-nous être sûrs que, si nous lui réclamons davantage de foi, Jéhovah nous exaucera ? Quand nous réclamons à Dieu davantage de foi, pouvons-nous espérer être exaucés ? Oui, nous assure la Bible, à condition de le lui « demander selon sa volonté » Nul doute que Jéhovah est content de ceux qui placent leur entière confiance en lui. Si nous lui demandons davantage de foi, il nous exaucera. Alors, notre foi « augmentera beaucoup » - TG2015  15/10 p9
    Jéhovah a établi le mariage pour qu’il soit un lien permanent (Marc 10:6-12). Du reste, “ il a haï le divorce ”, ne l’autorisant que pour motif de “ fornication ”. (Malachie 2:13-16 ; Matthieu 19:9.) Autant dire que le choix d’un conjoint est l’une des décisions les plus graves, les plus lourdes de conséquences qui soit. Peu de décisions dans l’existence peuvent à ce point rendre heureux ou malheureux. Un choix judicieux ouvre la porte à une vie riche et pleine de satisfaction, un mauvais choix à beaucoup de chagrin. Pour que le bonheur dure, il est fondamental de faire un choix sage et d’être prêt à s’engager pour la vie, car Dieu a voulu le mariage comme une union de partenaires, dont le succès repose sur l’harmonie et la coopération. S’il est vrai qu’un attrait mutuel contribue à la solidité d’un mariage, des valeurs communes en assurent encore mieux la pérennité et le bonheur. L’attachement de chacun des conjoints à Jéhovah Dieu tresse un lien résistant et favorise l’unité comme aucun autre facteur. Les couples chrétiens qui axent leur vie sur le vrai culte sont unis sur les plans spirituel, mental et moral. Ils étudient la Parole de Dieu ensemble, prient ensemble — ce qui unifie leurs cœurs —, assistent aux réunions chrétiennes ensemble, prêchent ensemble. Tout cela tisse entre eux un lien spirituel qui les rapproche l’un de l’autre et, surtout, leur vaut la bénédiction de Jéhovah – TG2001  15/5 p16 §5,7,8
    Comment Adam a-t-il pu pécher, alors qu’il était parfait ? Adam a pu pécher parce que Dieu lui a fait don du libre arbitre, c’est-à-dire de la faculté de faire des choix. Ce don n’était nullement incompatible avec la perfection d’Adam. En réalité, seul Dieu est parfait au sens absolu – Marc 10:18 « Jésus lui dit : “ Pourquoi m’appelles-tu bon ? Personne n’est bon, si ce n’est un seul : Dieu ». La perfection de n’importe quelle personne ou chose est limitée. Prenons l’exemple d’un couteau. Bien que l’instrument soit parfait pour couper de la viande, l’utiliseriez-vous pour manger de la soupe ? Une chose n’est parfaite que par rapport au but pour lequel elle est conçue. Comme Adam, Jésus était parfait lorsqu’il était sur terre. Mais, à la différence des descendants d’Adam, il avait été conçu grâce à l’esprit saint et n’avait donc hérité d’aucune faiblesse l’empêchant de résister à la tentation. Jésus, de son plein gré, est resté fidèle à son Père, et ce malgré les pires épreuves. En revanche, Adam, dans l’exercice de son libre arbitre, n’a pas obéi au commandement de Jéhovah. Il en a porté toute la responsabilité. Mais pourquoi Adam a-t-il choisi de désobéir à Dieu ? Pensait-il que sa situation s’en trouverait améliorée d’une façon ou d’une autre ? La réponse est non, Adam a pris la décision d’accéder aux souhaits de sa femme, qui avait déjà choisi de manger du fruit de l’arbre défendu. Son désir de plaire à Ève s’est révélé plus fort que son désir de plaire au Créateur. Alors que le fruit défendu lui était offert, Adam aurait assurément dû prendre le temps de réfléchir aux conséquences de sa désobéissance sur sa relation avec Dieu. N’ayant pas cultivé un amour profond pour Dieu, Adam courait le risque de céder à la tentation, quand bien même elle viendrait de sa femme.
    Adam a péché avant d’engendrer des enfants. Tous ses descendants sont donc nés imparfaits. Cela étant, comme lui, nous bénéficions du libre arbitre. Puissions-nous choisir de méditer avec reconnaissance sur la bonté de Jéhovah et cultiver un amour solide envers lui, qui est digne de notre obéissance et de notre adoration – TG2008 1/10 p27
    Jésus a déclaré ceci: “Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu.” (Marc 10:25). Il ne voulait bien sûr pas dire que jamais aucun riche ne deviendrait un de ses disciples; certains riches du Ier siècle figuraient d’ailleurs parmi les chrétiens oints. En usant d’une exagération, Jésus voulait montrer à quel point il serait difficile pour un homme riche de faire passer Dieu avant sa richesse et son bien-être personnel. – TG1988 1/6
    LE ROYAUME DE DIEU, UNE PERLE DE GRANDE VALEUR - Matthieu 13:45, 46 Dans un exemple raconté par Jésus, un marchand recherche des perles. Au cours des années, il en a acheté et vendu des centaines. Mais voilà qu’il vient de trouver la plus belle, si magnifique qu’il a le cœur battant rien qu’en la regardant ! Pour l’acheter, il vend volontiers tout ce qu’il possède. Imagine la valeur de cette perle pour lui ! Quelle est la leçon pour nous ? La vérité sur le Royaume de Dieu est comparable à cette perle de grande valeur. Si nous aimons le Royaume autant que le marchand aime la perle, nous accepterons volontiers de renoncer à tout pour devenir et rester des sujets du Royaume (Marc 10:28-30) Beaucoup d’entre nous ont profondément changé pour devenir des sujets du Royaume de Dieu. Mais nos efforts ne doivent pas s’arrêter là. Nous devons continuer de nous méfier des choses qui s’opposent à notre amour pour le Royaume. Parmi ces choses, il y a les désirs matériels et les désirs sexuels immoraux. Pour nous aider à garder un amour entier pour son Royaume, Jéhovah nous a donné un autre trésor de grande valeur : un ministère qui sauve des vies, prêcher et enseigner la bonne nouvelle du Royaume de Dieu – TG2017 Juin p9 §3,4,8
    Jésus a montré que l’opposition familiale faisait partie des souffrances que ses disciples devaient être prêts à subir (Mat. 10:38). Pour être dignes de lui, c’est-à-dire pour lui plaire, ses disciples ont supporté que leurs proches se moquent d’eux ou même les rejettent. Mais ils ont gagné beaucoup plus qu’ils n’ont perdu (Marc 10:29, 30).
    Si des proches s’opposent à notre choix d’adorer Jéhovah, nous les aimons quand même. Mais nous devons rester conscients que notre amour pour Jéhovah et Jésus passe avant tout (Mat. 10:37). Nous devons aussi rester conscients que Satan pourrait utiliser notre affection pour notre famille pour briser notre fidélité à Jéhovah. – TG2017 Octobre p12 §5,6
    Même en ces derniers jours sombres du système de choses mauvais de Satan, Jéhovah bénit son peuple. Il veille à ce que les vrais adorateurs prospèrent dans le paradis spirituel, qui connaît une abondance sans précédent. Comme Jésus l’a promis, Jéhovah nous récompense dès aujourd’hui en nous permettant d’appartenir à une famille internationale de frères et sœurs aimants (Marc 10:29, 30). De plus, ceux qui cherchent réellement Dieu jouissent des bienfaits incomparables que sont la paix intérieure, le contentement et le bonheur – TG2016 Décembre p28 §17
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    Quelle signification revêt pour nous la transfiguration de Jésus (Marc 9:2-4) ? La transfiguration peut renforcer notre foi dans la parole prophétique de Jéhovah et nous donner la conviction que Jésus Christ est le Fils de Dieu et le Messie promis. Elle peut aussi conforter notre croyance en la résurrection de Jésus à la vie spirituelle et accroître notre foi dans le gouvernement de Dieu – TG1991 15/12
    Ce qui attirait les gens vers Jésus et exerçait sur eux une bonne influence, c’est surtout que sa vie était parfaitement conforme à son enseignement. Il mettait en pratique ce qu’il prêchait. Il supportait patiemment les manquements des autres. Quand ses disciples se disputaient pour savoir lequel d’entre eux était le plus grand, il les corrigeait avec bonté au lieu de les rabrouer. Il subvenait humblement à leurs besoins, et leur a même lavé les pieds (Marc 9:30-37; 10:35-45). Enfin, il a été disposé à subir une mort douloureuse, non seulement en leur faveur à eux, mais encore en faveur de toute l’humanité! Sans aucun doute, Jésus est le plus grand homme de tous les temps – TG199215/2 p13 §24
    Lorsque les disciples posent cette question: “Qui est vraiment le plus grand dans le royaume des cieux ?” Marc 9 :34 Jésus sait ce qui les préoccupe en réalité, puisqu’il n’ignore pas la conversation qu’ils ont eue quand ils marchaient derrière lui en revenant de Césarée de Philippe. Il leur demande donc: “De quoi discutiez-vous en chemin?” Les disciples se taisent, embarrassés, car ils ont discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand. Ne semble-t-il pas inconcevable qu’une telle dispute ait éclaté entre les disciples, eux que Jésus enseigne depuis près de trois ans? Comme quoi l’imperfection humaine et les origines religieuses ont une forte influence sur l’homme. Les disciples ont été élevés dans la religion juive, qui mettait en avant la position ou le rang dans toutes les relations. En outre, peut-être Pierre a-t-il un sentiment de supériorité depuis que Jésus lui a promis de lui donner les “clés” du Royaume. Jacques et Jean ont peut-être des idées semblables parce qu’ils ont eu l’honneur d’assister à la transfiguration de Jésus. Quoi qu’il en soit, Jésus fait une démonstration émouvante dans le but de redresser leur point de vue. Il appelle un enfant, qu’il place au milieu d’eux; puis il l’entoure de ses bras et dit: “Si vous ne vous retournez pas et ne devenez pas comme des petits enfants, vous n’entrerez absolument pas dans le royaume des cieux. Celui donc qui s’abaissera comme ce petit enfant, c’est lui qui est le plus grand dans le royaume des cieux; et qui reçoit par égard pour mon nom un petit enfant comme celui-ci, me reçoit, moi aussi.”
    Quelle façon magistrale de reprendre ses disciples! Jésus ne s’irrite pas contre eux et ne les accuse pas d’être arrogants, avides ou ambitieux. Non, mais il leur donne une leçon qu’il illustre en se servant de petits enfants, qui sont naturellement modestes, sans ambition et n’établissent généralement pas de hiérarchie entre eux. Jésus montre ainsi que ses disciples ont besoin de cultiver les qualités propres à d’humbles enfants. Il conclut sur ces mots: “Celui qui parmi vous tous se comporte comme un petit, c’est lui qui est grand.” Marc 9:30-37 – TG1988 1/2 p8-9
    Ne vous contentez pas de présenter à l’étudiant des faits à apprendre par cœur, mais aidez-le à comprendre en tenant compte de son niveau d’instruction, de son expérience de la vie et de son degré de connaissance de la Bible. Demandez-vous s’il saisit le sens des versets cités dans les matières de l’étude. Posez-lui des questions qui n’appellent pas un simple oui ou non, mais une explication. S’il est du genre à ne rien oser dire quand un point lui échappe, encouragez-le à demander des précisions et à vous interrompre s’il ne comprend pas bien quelque chose. — Marc 9:32, 33.
    L’étude biblique a également pour but de former un nouvel enseignant. En guise de révision, vous pourriez donc demander à l’étudiant d’expliquer un point en termes simples, comme s’il devait le faire pour quelqu’un qui n’en a jamais entendu parler. Lorsqu’il remplira les conditions requises pour participer au ministère, invitez-le à vous accompagner. Sans doute tranquillisé d’être avec vous, il prendra peu à peu de l’assurance jusqu’à être capable de prêcher de façon autonome – TG2000 1/6 p17 §12
    Jésus savait que des questions bien choisies permettent non seulement de mieux connaître un étudiant, mais aussi de le faire entrer dans la conversation. Par exemple, pour donner à ses disciples une leçon d’humilité, il a commencé par leur poser une question qui les a fait réfléchir (Marc 9:33). Pour apprendre à Pierre à raisonner à partir de principes, il lui a posé une question à choix multiple (Mat. 17:24-26). Pour rendre manifeste ce que ses disciples avaient dans le cœur, il leur a posé une série de questions d’opinion (Matthieu 16:13-17). Par ses questions et ses affirmations, il faisait plus que transmettre des informations. Il touchait le cœur de ses auditeurs, ce qui les poussait à se conformer à la bonne nouvelle.
    Quand, à l’exemple de Jésus, nous faisons un bon usage des questions, nous atteignons au moins trois buts : découvrir la meilleure façon d’aider les gens, surmonter d’éventuelles objections et enseigner aux humbles comment connaître une vie meilleure – TG2013  15/5 p5 §10,11
    Durant son dernier repas avec les apôtres, Jésus a beaucoup parlé d’unité. Lorsqu’il a prié avec eux, il a demandé à ce que ses disciples soient un, c’est-à-dire unis, tout comme lui et son Père sont unis. L’unité entre les disciples prouverait clairement que Jésus avait bien été envoyé sur terre par Jéhovah. On reconnaîtrait ses vrais disciples à l’amour qu’ils auraient entre eux, et cet amour renforcerait leur unité. On comprend que Jésus ait beaucoup parlé d’unité. En effet, il avait remarqué que ses apôtres n’étaient pas complètement unis. Ce soir-là, ils s’étaient disputés pour savoir « lequel d’entre eux semblait être le plus grand », ce qui leur était déjà arrivé avant (Marc 9:33, 34). Une autre fois, Jacques et Jean avaient demandé à Jésus de leur donner des places en vue dans son Royaume, juste à côté de lui. (Marc 10:35-40). Il n’y avait pas que le désir d’être en vue qui pouvait empêcher les disciples de Christ d’être unis. Les gens autour d’eux étaient divisés par la haine et les préjugés. Les disciples de Jésus allaient donc devoir surmonter ces sentiments négatifs. Aujourd’hui, le monde est rempli de préjugés. Comme aux jours de Jésus, beaucoup de préjugés de notre époque sont forts et difficiles à surmonter.
    Comment Jésus a-t-il réagi face aux préjugés ? Premièrement, il ne s’est jamais autorisé à en avoir. Il est toujours resté impartial. Il prêchait aux riches et aux pauvres, aux pharisiens et aux Samaritains, et même aux collecteurs d’impôts et aux pécheurs. Deuxièmement, par son exemple et son enseignement, il a montré à ses disciples qu’ils ne devaient pas se méfier des autres ou avoir des préjugés contre eux– TG2018 Juin p8 §1,2
    “ Qui n’est pas contre nous est pour nous. ” Un jour, l’apôtre Jean dit à Jésus : “ Enseignant, nous avons vu un certain homme expulser des démons en se servant de ton nom et nous avons essayé de l’en empêcher, parce qu’il ne nous accompagnait pas. ” Cet homme réussissait sans doute à expulser les démons, car Jésus dit : “ Il n’y a personne qui fasse une œuvre de puissance à cause de mon nom et puisse vite m’injurier. ” C’est pourquoi Jésus leur ordonna de ne pas essayer de l’en empêcher, “ car qui n’est pas contre nous est pour nous ”. (Mc 9:38-40.) Tous ceux qui croyaient en Jésus ne les accompagnèrent pas personnellement, lui et ses apôtres, dans leur ministère. À cette époque, l’alliance de la Loi était en vigueur par la volonté de Dieu, et Dieu n’avait pas encore inauguré, par le moyen de Jésus Christ, la nouvelle alliance et le début de la congrégation chrétienne des appelés. C’est seulement à compter de la Pentecôte 33 de n. è., après que Jésus eut amené la suppression de la Loi par son sacrifice, qu’il fut nécessaire pour servir au nom de Christ de faire partie de cette congrégation, dont les membres étaient baptisés en Christ. Alors, au lieu de traiter avec la nation de l’Israël selon la chair comme jusqu’alors, Dieu considéra comme sa “ nation sainte ” la congrégation chrétienne - it-2 p1016
    Veillez à ne faire trébucher personne - Ceux qui disent aimer Dieu et le Christ doivent veiller sur leurs paroles et sur leurs actions, faute de quoi ils peuvent se rendre coupables d’avoir fait trébucher l’un des disciples de Jésus, l’un de ceux qu’il appelle ses “petits”. Jésus lui-même aborda cette question de façon frappante, en disant : “Quiconque fait trébucher un de ces petits qui croient, ce serait beau pour lui qu’on lui mît plutôt autour du cou une de ces meules de moulin que tournent les ânes et qu’on le jetât dans la mer.” Marc 9:42. Les meules de moulin telles que celle de notre image ont de quoi faire réfléchir à la déclaration de Jésus. En effet, vu le diamètre de ces meules (120 à 150 centimètres), seul un animal pouvait les faire tourner. Il est donc évident qu’il n’y avait plus aucun espoir pour celui que l’on jetait à la mer avec une pierre de cette taille attachée au cou. Voilà un puissant encouragement à veiller sur nos actions et sur nos paroles – TG1980  15/4
    Durant les auditions judiciaires comme en toute autre circonstance, les anciens seront bienveillants et ne feront trébucher personne. Bien sûr, tous les chrétiens doivent se montrer vigilants à cet égard, car Jésus a dit: “Quiconque fait trébucher un de ces petits qui croient, ce serait beau pour lui qu’on lui mît plutôt autour du cou une de ces meules de moulin que tournent les ânes et qu’on le jetât dans la mer.” (Marc 9:42). Certaines meules étaient si grosses qu’il fallait habituellement une bête de somme pour les faire tourner. Nul n’aurait pu survivre s’il avait été jeté à la mer avec un tel poids pendu au cou. Sans conteste, un ancien doit donc veiller à ne pas être une cause d’achoppement, ce qui pourrait lui causer un tort durable sur le plan spirituel, à lui ainsi qu’à celui qu’il ferait trébucher – TG1989 15/9 p19-20
    Aux temps bibliques, le moyen de destruction le plus radical était le feu (Jos 6:24 ; Dt 13:16). C’est pourquoi Jésus utilisa parfois le terme “ feu ” pour évoquer de façon imagée la destruction complète des. Un jour, Jésus exhorta ses disciples à ne pas laisser leur main, leur pied ou leur œil les faire trébucher, afin de ne pas être jetés dans la géhenne. Puis il ajouta : “ Tout homme doit être salé par le feu. ” Il voulait sans doute dire que “ tout homme ” qui faisait ce contre quoi il venait juste de les mettre en garde serait salé par le “ feu ” de la géhenne, la destruction éternelle. — Marc 9:43-49 - it-1 p890
    ‘ Coupe-toi le pied. ’ Jésus conseilla de ‘ se couper le pied ’, au sens non littéral, mais figuré, en ces termes : “ Si donc ta main ou ton pied te fait trébucher, coupe-le et jette-le loin de toi. ” Il voulait dire qu’au lieu de laisser un membre de son corps, comme une main ou un pied, l’amener à commettre un péché impardonnable, le disciple devait le faire mourir de façon aussi radicale que s’il s’en amputait. — Marc 9:45 -  it-2 p582
    Jésus donna à ses apôtres ce conseil: “Vivez en paix entre vous.” (Marc 9:50). Jéhovah n’est-il pas le “Dieu de paix” et son Fils le “Prince de paix”? Jésus n’a-t-il pas également prononcé heureux les pacifiques, c’est-à-dire ceux qui procurent la paix ? Tout cela signifie que nous devrions nous soucier activement d’être en paix entre nous. – TG1979  1/ 2
    Lorsque des divergences surviennent aujourd’hui, ne devrions-nous pas les régler en douceur, en recherchant humblement quels principes bibliques s’appliquent et en les mettant en pratique ? En cas de controverse, chacun devra certainement revoir son point de vue, comme les chrétiens de Rome au Ier siècle, afin d’obéir à ces paroles de Jésus : “ Soyez en paix entre vous. ” — Marc 9:50. – TG2011  15/8 p29 §10
    “ Quiconque divorce d’avec sa femme et se marie avec une autre commet l’adultère contre elle. ” (Marc 10:11, 12). Jésus a contredit l’enseignement rabbinique qui autorisait les hommes à divorcer “ pour n’importe quel motif ”. (Matthieu 19:3, 9.) L’idée de commettre l’adultère contre sa femme était inconnue de la plupart des Juifs. Les rabbins leur avaient enseigné qu’un mari ne risque jamais de commettre l’adultère contre sa femme — seule la femme peut être infidèle ! Un commentaire biblique déclare : “ En plaçant le mari sous la même obligation morale que sa femme, Jésus a élevé le statut et la dignité de la femme. ”- TG2012  1/9 p9 
    Quelle note l’Évangile de Marc apporte-t-il dans la description de la vie et du personnage de Jésus? Le récit de Marc donne une impression de rapidité et d’urgence dans l’activité du Christ. Non seulement il nous fait une description très mouvementée de la prédication et de l’œuvre de guérison de Jésus, mais il présente celui-ci comme un homme plein de compassion (Marc 10:13-16) – TG1982  1/8
    Jésus posait des questions pertinentes - Intéressez-vous au point de vue des autres sans les mettre dans l’embarras. Appliquez la méthode de Jésus. Il ne posait pas de questions indiscrètes, mais des questions qui suscitaient la réflexion. C’était également un auditeur bienveillant qui réconfortait les personnes sincères et les mettait à l’aise. Des gens de toutes sortes n’hésitaient pas à lui parler de leurs soucis (Marc 10:13, 17, 46, 47). Si vous souhaitez que vos interlocuteurs vous disent volontiers ce qu’ils pensent de la Bible et de ses enseignements, évitez les interrogatoires. Pour amorcer une conversation, vous pouvez aussi aborder un sujet intéressant et observer la réaction de votre interlocuteur. Cette méthode vous permettra vraisemblablement d’inciter autrui à participer à la conversation – TG2007  15/11 p29 §14,15
    Contrairement aux Pharisiens, qui avaient le cœur dur, le Christ n’abusait jamais de son autorité en alourdissant le fardeau de ses contemporains (Mat. 23:4). Bien plutôt, il leur enseignait avec bonté et patience les voies de Jéhovah. Jésus avait de l’affection pour ses disciples ; il leur témoignait constamment de l’attention et de la bonté. C’était un ami véritable . Même les enfants se sentaient à l’aise avec lui et, à l’évidence, l’inverse était tout aussi vrai.
    Jésus n’était jamais trop occupé pour consacrer du temps aux petits. Un jour, ses disciples, encore influencés par la notion de hiérarchie religieuse, se sont interposés entre Jésus et des parents qui voulaient lui amener leurs enfants pour qu’il les touche. Leur intervention a déplu à Jésus. “ Laissez les petits enfants venir vers moi, leur a-t-il demandé ; n’essayez pas de les en empêcher, car c’est à leurs pareils qu’appartient le royaume de Dieu. ” Puis, il a proposé en exemple l’attitude des enfants : “ Vraiment, je vous le dis : Quiconque ne reçoit pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera en aucune manière. ” — Marc 10:13-15.
    On imagine sans peine le souvenir attendri que certains de ces enfants, devenus adultes, ont gardé de leur rencontre avec Jésus quand il ‘ les a pris dans ses bras et les a bénis ’. (Marc 10:16.) De même, dans quelques années, nos enfants se souviendront avec émotion de l’intérêt sincère que des anciens et d’autres membres de la congrégation leur auront témoigné. Et plus précieux encore, ils auront découvert dès leur plus jeune âge que l’esprit de Jéhovah agit sur son peuple. TG2009  15/9 p9 §13
    Jésus exerçait un attrait sur les gens. À plusieurs reprises, des personnes d’âges et de milieux différents l’ont abordé sans hésitation. Voyez l’incident relaté en Marc 10:13-16. Il s’est produit vers la fin de son ministère, alors qu’il se rendait pour la dernière fois à Jérusalem, où une mort atroce l’attendait. — Marc 10:32-34.
    Représentez-vous la scène. Des gens commencent à amener leurs enfants à Jésus pour qu’il les bénisse ; il y a même des nourrissons. Les disciples essaient alors de s’interposer. Peut-être pensent-ils que Jésus n’a sûrement pas envie d’être ennuyé par des enfants en ces semaines cruciales. Mais ils se trompent. Quand Jésus se rend compte de ce qu’ils font, il n’est pas content. Il appelle les enfants. “ Laissez les petits enfants venir vers moi, dit-il ; n’essayez pas de les en empêcher. ” (Marc 10:14). Puis il fait quelque chose qui révèle toute sa tendresse et sa bienveillance. Le récit dit : “ Il prit les enfants dans ses bras et se mit à les bénir. ” (Marc 10:16). De toute évidence, les enfants ne ressentent aucune appréhension quand Jésus les prend dans ses bras protecteurs.
    Ce bref récit nous en dit long sur le genre de personne qu’était Jésus. Tout d’abord, il était abordable. Bien qu’il ait occupé une position élevée dans les cieux, il n’intimidait pas les humains imparfaits ni ne les rabaissait. N’est-il pas significatif, également, que même les enfants se soient sentis à l’aise en sa présence ? On les imagine mal aller spontanément vers un homme froid, triste, qui ne sourirait ou ne rirait jamais. Des gens de tout âge s’approchaient de Jésus parce qu’ils sentaient bien qu’ils avaient affaire à quelqu’un de chaleureux et d’attentionné qui ne les rejetterait pas. En réfléchissant à ce récit, posons-nous la question : ‘ Ai-je la pensée de Christ ? Suis-je abordable ?  - TG2000  15/2 p15 §3-6
    Voyons l’exemple de Jésus, qui a aimé les humains dès leur création (Proverbes 8:31). Lorsqu’il était sur la terre, il a tissé des liens étroits avec ses disciples. Une fois, même, il “ éprouva de l’amour ” envers une personne dont les conceptions religieuses étaient erronées (Marc 10:17-22). Cependant, Jésus a aussi fixé des limites précises pour ce qui est du choix de ses amis proches. Il ne se liait pas avec ceux qui ne souhaitaient pas véritablement faire la volonté de son Père. Il a déclaré un jour : “ Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. ” (Jean 15:14). Certes, vous pouvez être en bons termes avec un de vos collègues. Mais demandez-vous : ‘ Est-il disposé à obéir aux commandements de Jésus ? Veut-il apprendre à connaître Jéhovah, celui que Jésus nous a demandé d’adorer ? A-t-il les mêmes normes morales que moi qui suis chrétien ? ’. Si vous discutez avec vos collègues de l’importance d’appliquer les principes bibliques, vous aurez la réponse à ces questions. – TG2007  1/5 p16 §10
    Vers la fin de son ministère, Jésus prêche en Pérée, une région au nord-est de la Judée, de l’autre côté du Jourdain. Un jeune homme vient lui demander ce qu’il doit faire pour hériter de la vie éternelle. Jésus, ayant compris que le jeune homme respecte fidèlement la Loi mosaïque, lui adresse une invitation exceptionnelle : “ Va, vends tout ce que tu as, et donne aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel, puis viens, suis-moi. ” (Marc 10:21). Rendez-vous compte : suivre Jésus, le Fils unique-engendré du Dieu Très-Haut !
    Ce jeune homme a décliné l’invitation, mais d’autres l’ont acceptée. Précédemment déjà, Jésus avait dit à Philippe : “ Suis-moi. ” (Jean 1:43). Philippe a accepté et il est devenu plus tard un des apôtres. Jésus a également fait cette invitation à Matthieu, qui lui aussi l’a acceptée. En réalité, Jésus a adressé cette même invitation à tous ceux qui aiment la justice, car il a dit : “ Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même et prenne son poteau de supplice jour après jour et me suive continuellement. ” (Luc 9:23). En disant : “ quelqu’un ”, Jésus laissait entendre que tous ceux qui le veulent vraiment peuvent le suivre. Et vous, le voulez-vous vraiment ? La plupart d’entre nous avons déjà accepté l’invitation de Jésus et, par notre prédication, nous transmettons cette invitation à d’autres. – TG2009 15/1 p3 §1,2
    Parents, votre exemple est essentiel pour mettre vos enfants sur la voie de la vie éternelle. En vous voyant « chercher d’abord le royaume », ils apprennent à compter sur Jéhovah pour leurs besoins quotidiens. Alors, vivez modestement. Sacrifiez des choses matérielles pour les choses spirituelles, et non l’inverse. Évitez de vous endetter. Cherchez à avoir « un trésor dans le ciel » — l’approbation de Jéhovah —, et non la richesse ou « la gloire des hommes » Marc 10:21, 22.
    Ne soyez jamais occupés au point de manquer de temps pour vos enfants. Faites-leur savoir que vous êtes fiers d’eux quand ils donnent la priorité à Jéhovah au lieu de rechercher le prestige ou la richesse — pour eux-mêmes ou pour vous. Rejetez l’opinion non chrétienne selon laquelle les enfants devraient offrir à leurs parents une vie confortable. Rappelez-vous, « ce ne sont pas les enfants qui doivent amasser pour leurs parents, mais les parents pour leurs enfants » (2 Cor. 12:14). TG2017 Mai p8 §3,4
    Jésus est venu pour “donner son âme comme rançon en échange de beaucoup”. (Marc 10:45) Mais quels humains sont désignés par le terme “beaucoup”? Avec un prix correspondant, Jésus Christ annule la condamnation héréditaire qui pèse sur la famille d’Adam. Jésus utilise la valeur du prix rédempteur qu’il a payé en faveur de “beaucoup”, en l’occurrence des croyants. Parmi les croyants rachetés, il y a et des Juifs et des Gentils, c’est-à-dire des gens des nations. C’est la conduite de chacun qui détermine s’il bénéficiera ou non du sacrifice de Jésus. Comme Adam, ceux qui pratiquent le mal volontairement ne se voient pas imposer la valeur de la rançon ni la vie éternelle. La rançon rend également possible une résurrection des morts dont Dieu conserve le souvenir. S’ils se montrent obéissants et reconnaissants, l’utilisation de la valeur de la rançon en leur faveur leur vaudra la vie éternelle. Quant à ceux qui vivent à notre époque, les “derniers jours”, ils ont la possibilité d’obtenir la vie éternelle sans avoir à mourir – TG1990 15/3
     
    Jésus a montré, par la parole et par l’exemple, que certains des membres de la congrégation dirigeraient celle-ci, et qu’ils le feraient en servant les autres. Christ a dit : “ Vous savez que ceux qui paraissent gouverner les nations les commandent en maîtres et que leurs grands exercent le pouvoir sur elles. Cela ne se passe pas ainsi parmi vous ; mais quiconque veut devenir grand parmi vous doit être votre serviteur, et quiconque veut être premier parmi vous doit être l’esclave de tous. ” (Marc 10:42-44). À l’évidence, “ la congrégation de Dieu ” ne consisterait pas en quelques individus isolés et dispersés, dépourvus de toute organisation. Il devait y avoir une structure, au sein de laquelle les chrétiens collaboreraient les uns avec les autres.
    Celui qui allait être le Chef de la “ congrégation de Dieu ” indiqua clairement que ses apôtres et ceux qu’il avait enseignés auraient des responsabilités particulières à l’égard du reste de la congrégation. Que devraient-ils faire ? Une de leurs principales responsabilités serait d’assurer l’instruction spirituelle des membres de la congrégation. Une fois “ la congrégation de Dieu ” établie, ceux qui la composaient se rassemblèrent régulièrement afin d’être instruits et de s’encourager mutuellement. Jésus avait laissé entendre qu’une telle structure existerait. Aujourd’hui encore, la congrégation chrétienne mondiale est la maisonnée de Dieu, “ colonne et soutien de la vérité  qui est un des moyens les plus sûrs pour nous bâtir, pour renforcer nos relations avec Dieu et nous préparer à faire sa volonté – TG2007 15/4 p25 §3
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 14 MAI 2018 - MARC 9-10.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 14 MAI 2018 - MARC 9-10.pdf
  21. Thanks
    misette got a reaction from Glouglou in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 2 AVRIL 2018 - MATTHIEU 26   
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 2 AVRIL 2018 - MATTHIEU 26.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 2 AVRIL 2018 - MATTHIEU 26.pdf
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MATTHIEU 26
    Matthieu 26:17 : Pourquoi le 13 nisan est-il appelé le « premier jour de la fête des Pains sans levain » ? (nwtsty, note d’étude).
    « Le premier jour des Gâteaux sans levain, les disciples s’avancèrent vers Jésus, en disant : “ Où veux-tu que nous fassions les préparatifs pour que tu manges la Pâque ? ” »
    Le premier jour de la fête des Pains sans levain : La fête des Pains sans levain commençait le 15 nisan, le lendemain de la Pâque (14 nisan), et durait sept jours (voir sgd, partie 19). Toutefois, à l’époque de Jésus, la Pâque avait fini par être étroitement liée à cette fête, si bien que les huit jours de fête, 14 nisan inclus, étaient parfois appelés « la fête des Pains sans levain » (Lc 22:1).
    Dans ce contexte, l’expression « le premier jour de » pourrait être rendue par « le jour avant ». (Comparer avec Jean 1:15, 30, où le mot grec pour « premier » [prôtos] est traduit par « avant » dans une construction semblable, à savoir « il existait avant [prôtos] moi ».) Donc, le grec original, tout comme la coutume juive, laisse penser que les disciples ont posé leur question à Jésus le 13 nisan. Durant la journée du 13 nisan, les disciples ont fait les préparatifs de la Pâque, qui a été célébrée plus tard « après que le soir fut tombé » au début du 14 nisan (Mc 14:16, 17). - nwtsty, note d’étude
    La première fête avait lieu durant le premier mois de l’ancien calendrier biblique, du 15 au 21 Nisan, ce qui correspond aujourd’hui à la fin mars ou au début avril. Elle était appelée fête des Gâteaux sans levain, et parce qu’elle faisait immédiatement suite à la Pâque du 14 Nisan, elle était aussi appelée “ fête de la Pâque ”. Cette fête rappelait aux Israélites qu’ils avaient été délivrés de l’affliction subie en Égypte, et les gâteaux sans levain étaient d’ailleurs appelés “ le pain d’affliction ”. Elle leur rappelait aussi que la fuite d’Égypte avait été si précipitée qu’elle ne leur avait pas laissé le temps d’ajouter du levain à la pâte et d’attendre que celle-ci ait levé. Pendant cette fête, on ne devait trouver de pain au levain dans aucun foyer israélite. Tout participant à la fête, même un résident étranger, qui mangeait du pain levé était mis à mort – TG1998  1/3
    Matthieu 26:39 : Qu’est-ce qui a peut-être incité Jésus à prier : « Que cette coupe passe loin de moi » ? (nwtsty, note d’étude).
    « Et s’avançant un peu, il tomba sur sa face, priant et disant : “ Mon Père, si c’est possible, que cette coupe passe loin de moi. Toutefois, non pas comme je veux, mais comme tu veux. ” »
    Fais que cette coupe passe loin : Dans la Bible, le mot « coupe » est souvent utilisé dans un sens figuré pour parler de la part que Dieu a accordée à une personne, c’est-à-dire sa volonté la concernant. Il ne fait aucun doute que Jésus s’inquiétait vivement à l’idée que son exécution pour blasphème et sédition ne jette le discrédit sur Dieu, ce qui l’a poussé à prier pour que cette « coupe » passe loin de lui. - nwtsty, note d’étude
    La “ coupe ” symbolique que Jéhovah versa à Jésus Christ était Sa volonté le concernant. Quant à Jésus, s’il pria pour que, si possible, cette “ coupe ” passe loin de lui, ce fut sans aucun doute parce qu’il s’inquiétait vivement à l’idée que son Père serait couvert d’opprobre par sa mort en criminel accusé de blasphème et de sédition. Toutefois, il était disposé à se soumettre à la volonté de Jéhovah et à la boire - La part, la “ coupe ”, assignée par Jéhovah à Jésus signifiait non seulement des souffrances, mais aussi le baptême dans la mort dont l’issue serait la résurrection pour la vie immortelle au ciel. Cette coupe était donc également “ la coupe du salut grandiose ” pour le Christ. Cette “ coupe ” que Jésus Christ reçut à boire, il la partage aussi, conformément à la volonté divine, avec le “ petit troupeau ” de ses cohéritiers du Royaume. – it2 p733
    Vers la fin de sa vie terrestre, Jésus s’est trouvé face à une situation des plus délicates. Tout au long de son ministère, il s’était déclaré prêt à donner sa vie en sacrifice. Cependant, il savait qu’il allait être accusé mensongèrement, reconnu coupable par la loi juive et mis à mort comme blasphémateur. Cet aspect des choses l’angoissait terriblement. Aussi a-t-il prié en ces termes : “ Mon Père, si c’est possible, que cette coupe passe loin de moi. ” Mais il a ajouté : “ Toutefois, non pas comme je veux, mais comme tu veux. ” (Mat. 26:39). En restant fidèle jusqu’à la mort, Jésus a révélé sans l’ombre d’un doute que Jéhovah était la personne la plus importante dans sa vie – TG2011  15/5 p18-19 §12
    Jésus avait beau prendre plaisir à faire la volonté de Jéhovah, ce n’était pas toujours facile. Songez à ce qui est arrivé juste avant son arrestation, son procès et son exécution. Dans le jardin de Gethsémané, il était ‘ profondément attristé ’ et a été “ pris d’angoisse ”. Il était en proie à une émotion si forte que, tandis qu’il priait, “ sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient à terre ”. — Matthieu 26:38.
    Pourquoi Jésus était-il angoissé ? Certainement pas parce qu’il ne pensait qu’à lui ni parce qu’il rechignait à faire la volonté de Dieu. Il s’attendait à mourir ; témoin sa réaction vive à ces paroles de Pierre : “ Sois bon avec toi, Seigneur ; non, tu n’auras pas un tel sort. ” (Matthieu 16:21-23). Ce qui souciait Jésus, c’était l’incidence que sa mort en criminel méprisé aurait sur Jéhovah et son saint nom. Jésus savait que son Père serait profondément peiné de voir son Fils bien-aimé traité de façon aussi barbare.
    Jésus comprenait également qu’il arrivait à un moment décisif dans l’accomplissement du dessein de Jéhovah. S’il suivait fidèlement les lois de Dieu, il démontrerait sans conteste qu’Adam aurait pu prendre le même parti. Sa fidélité réfuterait complètement Satan, qui a prétendu que dans l’épreuve les humains ne serviraient pas Dieu de bon gré et fidèlement. Grâce à Jésus, Jéhovah écraserait finalement Satan et effacerait les conséquences de sa rébellion.
    Une lourde responsabilité pesait sur les épaules de Jésus. Le nom de son Père, la paix de l’univers et le salut de la famille humaine dépendaient de sa fidélité. Il en était conscient. C’est pourquoi il a prononcé cette prière : “ Mon Père, si c’est possible, que cette coupe passe loin de moi. Toutefois, non pas comme je veux, mais comme tu veux. ” (Mat.26:39). Même sous les tensions les plus fortes, Jésus n’a jamais cessé de se soumettre de bon gré à la volonté de son Père. TG2000 15/11p22
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Dieu ne pardonne pas tout - Il y a des péchés que Dieu ne pardonne pas. Judas Iscariote a laissé son cœur devenir ainsi. “ Il aurait mieux valu pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ”, a déclaré Jésus (Matthieu 26:24, 25). Et, à certains chefs religieux de son époque, il a lancé : “ Vous venez, vous, de votre père le Diable. Comme Satan, ces hommes étaient corrompus jusqu’à la moelle. Ils ne regrettaient pas ce qu’ils avaient fait, mais ils s’endurcissaient dans leurs voies mauvaises. Bien sûr, à cause de leur imperfection et de leur faiblesse, même les vrais chrétiens pèchent, parfois gravement. Cependant, leurs défaillances ne reflètent pas une inclination invétérée au mal. – RV2008 Février
    Pierre n’oubliera pas l’épisode du jardin de Gethsémané. Il va comprendre dans la douleur ce que peut coûter un manque de vigilance. Un peu plus tôt, Jésus avait affirmé : « Vous tous, vous trébucherez à mon sujet cette nuit-ci. » Pierre s’était alors exclamé : « Même si tous les autres trébuchent à ton sujet, moi, jamais je ne trébucherai. » Mais, avait répondu Jésus, Pierre le renierait trois fois. Imperturbable, l’apôtre avait déclaré : « Même si je devais mourir avec toi, non je ne te renierai pas » (Mat. 26:31-35). Pourtant, comme prédit, il a trébuché. Anéanti à la suite de son dernier reniement, il « pleura amèrement » Tirant certainement leçon de cet évènement, Pierre a surmonté sa tendance à être trop sûr de lui. La prière l’y a de toute évidence aidé. D’ailleurs, l’exhortation à être « vigilants en vue des prières » vient de lui. Suivons-nous ce conseil divinement inspiré ? De plus, prions-nous Jéhovah « sans cesse », reconnaissant que nous dépendons de lui ?. Retenons également cet avertissement de Paul : « Que celui qui pense être debout prenne garde de ne pas tomber » (1 Cor. 10:12). TG2013 15/11§10,11
    Devons-nous prier souvent ? Oui. Jéhovah nous encourage à lui parler régulièrement. La Bible dit que nous devons « prier sans cesse », « persévérer dans la prière » et « prier constamment » (Matthieu 26:41). Jéhovah est toujours prêt à nous écouter. Nous pouvons le remercier chaque jour pour son amour et pour tout ce qu’il fait pour nous. Nous pouvons aussi lui demander de nous guider, de nous consoler et de nous donner de la force. Si nous considérons la prière comme un honneur, nous prierons Jéhovah à chaque fois que nous en avons l’occasion. – bhs chap17 §14
    Alors qu’il était sur le point de subir une terrible épreuve, Jésus a clairement indiqué que ses disciples ne devaient pas transiger avec leur conscience. Il déclara : “ Tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée. ” (Matthieu 26:52). Pareillement, à notre époque, durant le Jour de Jéhovah, les serviteurs de Dieu doivent rester fermement attachés aux principes bibliques. Il n’y aura pas de salut pour les personnes non repentantes qui adorent la bête sauvage. Il faudra une foi inébranlable, de l’endurance, pour survivre aux persécutions et aux épreuves à venir – re chap28 §24
    Jéhovah enseigne à ceux qui l’adorent à être paisibles Matthieu 26:52. Donc, ils ne prendront pas les armes pour se défendre quand viendra cette attaque. Si Dieu n’intervenait pas pour sauver son peuple, il disparaîtrait. C’est pourquoi le nom de Jéhovah, c’est-à-dire sa réputation, sera en jeu. Si les attaquants parvenaient à éliminer son peuple, Jéhovah passerait pour un Dieu sans amour, injuste et impuissant. Un tel dénouement est impossible. Puisque Dieu ne souhaite la destruction de personne, il avertit avant d’agir. La Bible nous prévient que dans l’avenir, quand Satan et ses alliés humains attaqueront son peuple, Jéhovah interviendra de nouveau et répondra par la force. Elle prédit depuis longtemps que Jéhovah détruira les méchants. À ce moment-là, les attaquants comprendront sans l’ombre d’un doute qu’ils ont provoqué le Tout-Puissant. – TG2012 1/ 2
    Bien qu’il fût le Fils de Dieu, Jésus n’a pas présumé de sa force ni de sa perfection pour endurer. Il s’est tourné vers le ciel, afin de solliciter le soutien de son Père céleste. Jésus n’a pas fait monter vers Dieu seulement des requêtes, mais aussi des supplications. Le mot “ supplication ” désigne une prière particulièrement fervente, un appel au secours. L’utilisation du pluriel indique par ailleurs que Jésus a imploré Jéhovah plusieurs fois, à Gethsémané, par exemple. — Matthieu 26:36-44. Jéhovah étant le Dieu ‘ qui entend la prière ’, Jésus était sûr qu’il ne serait pas insensible à ses supplications (Psaume 65:2). Au ciel, il l’avait vu répondre aux prières de ses adorateurs fidèles, comme lorsqu’un ange s’était présenté devant le prophète Daniel avant même qu’il ait fini de prier (Daniel 9:20, 21). Dès lors, comment le Père aurait-il pu faire la sourde oreille quand son Fils unique-engendré lui ouvrait son cœur avec “ des cris puissants et des larmes ” ? De fait, il a envoyé un ange le fortifier en vue des terribles épreuves qui l’attendaient – cf chap7 §15,16
    Sur le poteau de supplice, Jésus s’est écrié : “ Père, entre tes mains je remets mon esprit. ” (Luc 23:46). Puis il est mort. Quelques heures auparavant, il avait été arrêté et ses amis les plus proches l’avaient abandonné et s’étaient enfuis, parce qu’ils avaient eu peur (Matthieu 26:56). Jésus s’était retrouvé seul. Il n’avait plus qu’une personne auprès de qui puiser de la force : son Père céleste. Et cette confiance n’était pas vaine. Jéhovah a récompensé sa fidélité en le soutenant lui-même avec fidélité. Pour nous également, Jéhovah tient à être Celui de qui nous vient principalement la force. La guerre, la pauvreté, la maladie, la mort ou nos imperfections nous mettent quelquefois à rude épreuve. Quand les tourments de la vie paraissent aussi redoutables qu’un “ puissant ennemi ”, Jéhovah peut être notre force et notre puissance. . Il possède une force extraordinaire qu’il nous propose : son esprit saint. Par le moyen de son esprit, il peut donner “ de la force à celui qui est épuisé ”, au point que celui-ci soit capable de ‘ s’élever avec des ailes, comme les aigles ’.Isaïe 40:29, 31 – TG2004 1/5 p22 §17
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    La pauvreté ne date pas d’hier. Jéhovah avait prévenu les Israélites que les pauvres ne disparaîtraient jamais du pays. Des siècles plus tard, Jésus a affirmé : « Toujours, [...] vous avez les pauvres avec vous » (Mat. 26:11). Qu’entendait-il par-là ? Qu’il y aurait toujours des pauvres sur la terre ? Non, il voulait dire qu’il y aurait des pauvres tant que ce système corrompu existerait. Il savait qu’aucun humain ne serait en mesure de débarrasser le monde de la pauvreté et de l’injustice. Il savait également que ce serait lui qui se chargerait de le faire. Bientôt, il établira un système de choses totalement différent — “ de nouveaux cieux ” et “ une nouvelle terre ” dans laquelle la douleur, la maladie, la pauvreté et la mort auront cessé d’exister. Heureusement, les miracles de Jésus annoncent des jours meilleurs sous la domination du Royaume, quand tous mangeront à satiété – TG2015  15/6 p5 §7
    Le prix de la trahison. Judas fut sans aucun doute piqué au vif par la réprimande de Jésus concernant l’emploi de l’argent. À cet instant, “ Satan entra dans Judas ”, vraisemblablement en ce sens que l’apôtre devenu traître choisit d’exécuter la volonté du Diable, se faisant de son plein gré l’instrument de Satan dont le dessein était de faire obstacle à Christ. Quelques jours plus tard, le 12 Nisan, Judas alla trouver les prêtres en chef ainsi que les capitaines du temple pour savoir combien ils le paieraient s’il livrait Jésus ; ici encore, sa rapacité était flagrante (Mt 26:14-16) - it-2 76-77
    Pourquoi les chefs religieux juifs offrirent-ils seulement 30 pièces d’argent à Judas pour qu’il leur livre Jésus ?
    Trente pièces d’argent, tel fut le prix offert (Mt 26:14, 15). Il semble qu’en fixant cette somme les chefs religieux tinrent à marquer leur mépris à l’égard de Jésus, qu’ils jugeaient de peu de valeur. D’après Exode 21:32, le prix d’un esclave était de 30 sicles. Dans le même esprit, pour son travail de berger du peuple, Zacharie fut payé “ trente pièces d’argent ”. Jéhovah jugea cette somme dédaignable : le salaire de misère versé à Zacharie était proportionnel à l’intérêt que le peuple infidèle portait à Dieu lui-même (Zacharie 11:12, 13). Par conséquent, en offrant seulement 30 pièces d’argent pour Jésus, les chefs religieux le firent passer pour quelqu’un de peu de valeur.
     
    En même temps, toutefois, ils réalisaient Zacharie 11:12, puisqu’en agissant ainsi envers le représentant que Dieu avait envoyé faire œuvre de berger pour Israël, c’est Jéhovah qu’ils traitaient comme quelqu’un de peu de valeur. L’homme corrompu que Judas était devenu “ fut d’accord sur le prix ; et il se mit à chercher une occasion favorable pour le leur livrer Jésus, sans qu’il y ait une foule alentour  - it-2 p77
    Pourquoi, dans la Bible, certains personnages n’ont-ils pas de nom ? Devons-nous en conclure que, dans la Bible, tous ceux dont le nom n’est pas précisé sont méchants ou sans importance ? Non. Prenons un autre exemple : Pour sa dernière Pâque, Jésus a demandé à ses disciples d’« aller à la ville vers un tel » et de faire les préparatifs du repas chez lui (Matthieu 26:18). Si l’homme est appelé « un tel », est-ce parce qu’il était méchant ou sans importance ? Pas du tout. Ce « un tel » était sans doute un disciple de Jésus. Mais comme son nom n’était pas indispensable au récit, il n’a pas été précisé. La Bible n’explique pas à chaque fois pourquoi elle donne le nom de certains et pas d’autres. Mais nous pouvons apprendre beaucoup de ceux qui ont servi fidèlement Jéhovah sans espérer devenir célèbres. – TG2013  1/8
    Dans le récit de Matthieu, Jésus a dit au sujet de la coupe : “ Ceci représente mon ‘ sang de l’alliance ’, qui va être répandu en faveur de beaucoup pour le pardon des péchés. ” (Matthieu 26:28). Jésus se servait du vin dans la coupe comme représentation, ou symbole, de son propre sang. Son sang versé poserait le fondement d’“ une alliance nouvelle ” pour ses disciples oints de l’esprit, qui régneraient en tant que rois et prêtres avec lui dans les cieux. Le vin rappelle également que le sang versé de Jésus serait le fondement nécessaire pour offrir “ le pardon des péchés ” et permettre ainsi aux participants d’être appelés à la vie céleste comme cohéritiers de Christ. On comprend donc que ceux qui reçoivent cet appel céleste, et dont le nombre est limité, sont les seuls à avoir part au pain et au vin lors du Mémorial. Mais qu’en est-il de tous ces disciples de Jésus qui ne font pas partie de la nouvelle alliance ? Ils constituent les “ autres brebis ” du Seigneur qui espèrent, non pas régner avec Christ dans les cieux, mais vivre éternellement sur une terre paradisiaque . – TG2003  1/ 4 p5
    Jésus fit savoir aux disciples que le vin qu’il avait bu (lors de cette Pâque précédant le Mémorial) était le dernier produit de la vigne qu’il boirait ‘ jusqu’à ce jour-là où il le boirait, nouveau, avec eux dans le royaume de son Père ’. (Mt 26:29.) Puisqu’il ne boirait pas au ciel de vin à proprement parler, il faisait de toute évidence allusion à ce que le vin symbolisait parfois dans les Écritures, à savoir la joie. Être ensemble dans le Royaume, c’est ce qu’ils attendaient avec la plus grande impatience. it-2 p762
    Les apôtres se sont une nouvelle fois disputés pour savoir lequel d’entre eux semblait être le plus grand. Sans se départir de sa patience, Jésus, plutôt que de les réprimander, les a fait raisonner. Et c’est alors qu’il leur a parlé de ce qui allait arriver : “ Vous tous, vous trébucherez à mon sujet cette nuit-ci, car il est écrit : ‘ Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées. ’ ” (Matthieu 26:31 ; Zacharie 13:7). Il savait en effet que ses compagnons les plus proches l’abandonneraient au moment où il aurait besoin d’eux. Il ne les a pourtant pas condamnés.
    Tout au contraire, il leur a dit : “ Mais après que j’aurai été relevé, je vous précéderai en Galilée. ” (Matthieu 26:32). Par ces paroles, il leur donnait l’assurance que, bien qu’ils l’aient abandonné, lui ne les abandonnerait pas. Une fois cette terrible épreuve passée, il irait de nouveau vers eux. Jésus a tenu parole. Ayant été ressuscité, il est effectivement apparu aux 11 apôtres fidèles, qui s’étaient, semble-t-il, réunis avec de nombreux autres disciples en Galilée – TG2000  15/2 p19
    Il est moins facile de maîtriser sa langue quand on est tendu. Revenons à cet égard sur la nuit qui a précédé la mort de Jésus, un moment où il était “ extrêmement troublé ”. (Matthieu 26:37, 38.) Cela se conçoit aisément, quand on songe que de sa fidélité à Dieu dépendait l’avenir éternel de l’humanité –  TG1996 15/5 p21
    Jésus avait beau prendre plaisir à faire la volonté de Jéhovah, ce n’était pas toujours facile. Songez à ce qui est arrivé juste avant son arrestation, son procès et son exécution. Dans le jardin de Gethsémané, il était ‘ profondément attristé ’ et a été “ pris d’angoisse ”. Il était en proie à une émotion si forte que, tandis qu’il priait, “ sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient à terre ”. — Matthieu 26:38 - Pourquoi Jésus était-il angoissé ? Il s’attendait à mourir. Ce qui souciait Jésus, c’était l’incidence que sa mort en criminel méprisé aurait sur Jéhovah et son saint nom. Jésus savait que son Père serait profondément peiné de voir son Fils bien-aimé traité de façon aussi barbare. – TG2000 15/11 p22-23
    Dans le jardin de Gethsémané, la dernière nuit de la vie terrestre de Jésus, Pierre eut avec Jacques et Jean le privilège d’accompagner Jésus jusqu’à l’endroit où celui-ci se mit à prier avec ferveur. Comme les autres apôtres, Pierre s’assoupit, sous l’effet de la fatigue et du chagrin. Sans doute parce que cet apôtre avait clamé si haut et si fort sa détermination de demeurer avec lui, c’est à Pierre surtout que Jésus s’adressa quand il déclara : “ Ainsi, vous n’avez pas pu veiller une heure avec moi ? ” (Mt 26:36-45). Pierre omit de ‘ prier sans cesse ’ et il en subit les conséquences. - it-2 p585
    Trois fois Jésus a prié son Père céleste avec ferveur, et trois fois il est revenu auprès de ses amis, mais les a trouvés en train de dormir. — Matthieu 26:40, 43, 45. Pourquoi ces hommes fidèles ont-ils déçu Jésus cette nuit-là ? En partie parce qu’ils étaient fatigués. Il était tard, probablement après minuit, et “ leurs yeux étaient lourds ” de sommeil (Matthieu 26:43). Néanmoins, Jésus a déclaré : “ Veillez et priez sans cesse, pour que vous n’entriez pas en tentation. L’esprit, en effet, est ardent, mais la chair est faible. ” — Matthieu 26:41. Il ne fait aucun doute que Jésus aussi était fatigué en cette nuit historique. Toutefois, au lieu de s’endormir, il a consacré ses derniers moments de liberté à prier avec ferveur. Si nous écoutons le conseil de Jésus et suivons son excellent exemple dans le domaine de la prière, nos supplications sincères nous aideront à demeurer spirituellement éveillés. Évidemment, Jésus savait (ce que ses disciples ignoraient alors) qu’il allait être arrêté et condamné à mort. Ses épreuves atteindraient leur paroxysme lorsqu’il agoniserait sur le poteau de supplice. Jésus avait annoncé tout cela à ses apôtres, mais ils ne l’avaient pas compris. C’est pourquoi ils se sont endormis pendant que lui restait éveillé et priait. Il en va de nous comme des apôtres : notre chair est faible et nous ignorons certaines choses à venir. Cependant, si nous perdons de vue la gravité de notre époque, nous risquons de nous endormir au sens spirituel. Ce n’est qu’en étant vigilants que nous resterons éveillés – TG2003 1/1 p20
    Puisque Jésus a subi de rudes pressions dans son service pour Jéhovah, nous pouvons nous attendre à ce que Satan s’acharne contre nous. Et comme nous sommes imparfaits, même si nous servons Dieu avec plaisir, ce ne sera pas facile. Jésus a vu le combat que menaient ses apôtres pour faire tout ce qu’il leur demandait. C’est la raison pour laquelle il a déclaré : “ L’esprit, en effet, est ardent, mais la chair est faible. ” (Matthieu 26:41). Dans sa chair humaine parfaite, rien n’était faible par nature. Toutefois, il restait conscient de la faiblesse de la chair de ses disciples, l’imperfection qu’ils avaient héritée d’Adam devenu imparfait. Il savait qu’à cause de cette imperfection et des limites qu’elle leur imposait ils devraient se battre pour faire tout ce qu’ils voudraient au service de Jéhovah. – TG2000 15/11 p23
    Chez les humains qui s’efforcent de servir Dieu, ‘ l’esprit [la force d’impulsion émanant du cœur symbolique] est ardent, mais la chair est faible ’. (Mt 26:41.) Un combat incessant se livre donc au-dedans des serviteurs de Dieu ; l’esprit saint de Dieu constitue une force poussant à la justice, mais la chair pécheresse combat sans relâche l’influence de l’esprit et fait pression sur la personne pour l’inciter à accomplir les œuvres de la chair. - it-1 p419
    Peu après avoir été ainsi affermi, Jésus dit à ses apôtres :  Levez-vous, allons-nous-en ou selon d’autres versions : ‘Allons-y . ” (Matthieu 26:46). Quel courage dans ces paroles ! Il dit cela tout en sachant qu’il va demander à la foule d’épargner ses amis, que ceux-ci vont l’abandonner et s’enfuir, qu’il va se retrouver seul pour affronter la pire épreuve de sa vie. Et c’est seul, effectivement, qu’il va subir un procès illégal et injuste, les moqueries, le supplice et une mort atroce. Mais à aucun moment son courage n’a faibli. Jésus était-il téméraire ? Non. La témérité n’a rien à voir avec le vrai courage. Du reste, il a recommandé à ses disciples d’être prudents, de partir en cas de danger pour être en mesure de continuer à faire la volonté de Dieu (Matthieu 4:12 ; 10:16). Mais, en la circonstance, il savait qu’il n’y avait pas d’échappatoire possible. La volonté de Dieu était en cause. Déterminé à rester intègre, Jésus ne pouvait faire autrement que d’affronter l’épreuve. - cf p43-45
    Un peu plus tard, Judas trouva Jésus et les apôtres fidèles dans le jardin de Gethsémané, lieu que le traître connaissait bien, car ils s’y étaient retrouvés plus d’une fois. Judas précédait une grande foule, qui comptait des soldats romains et un commandant. Ces gens portaient des bâtons et des épées, ainsi que des torches et des lampes, qui leur seraient utiles si des nuages cachaient la pleine lune ou si Jésus était dans l’ombre. Les Romains ne reconnaîtraient probablement pas Jésus ; c’est pourquoi, selon un signe convenu, Judas salua Christ et poussa l’hypocrisie jusqu’à ‘ l’embrasser très tendrement ’, afin qu’on sache que c’était lui (Mt 26:47-49) Après coup, Judas saisit la gravité de sa culpabilité. Au matin, il essaya de rendre les 30 pièces d’argent, mais les prêtres en chef les refusèrent. Finalement, il jeta l’argent dans le temple. it-2 p77
    Les apôtres ont pu constater la haine intense du monde quand Jésus a été arrêté et exécuté ; ils ont vu aussi comment il s’est comporté face à cette haine. Lorsque les ennemis religieux de Jésus sont venus l’arrêter dans le jardin de Gethsémané, Pierre a tenté de s’interposer en se servant d’une épée. Mais Jésus lui a dit : “ Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée. ” (Matthieu 26:52). Les Israélites d’autrefois combattaient leurs ennemis avec des épées. Mais les circonstances n’étaient plus les mêmes. Ne faisant “ pas partie du monde ”, le Royaume de Dieu n’avait pas de frontières à défendre. Pierre ferait bientôt partie d’une nation spirituelle, dont les membres auraient leur droit de cité dans les cieux. Désormais, les disciples de Jésus affronteraient donc la haine et la persécution de la même façon que leur Maître : avec courage, mais dans la paix. Ils placeraient leur confiance en Jéhovah, lui laissant le soin de régler la question et comptant sur lui pour leur donner la force d’endurer. Sur le plan personnel, soyons déterminés à agir de même quand les circonstances l’exigent – TG2005 1/1 p11
    Tandis que Jésus est conduit ailleurs, ils le suivent, mais « à bonne distance » (Mat. 26:58). Pierre n’est pas un lâche. Il lui faut du courage pour suivre Jésus. Surtout que la foule est armée et que parmi elle se trouve un homme qu’il a blessé. Enfin, Pierre est quand même loin du modèle d’amour fidèle qu’il a prétendu être, lui qui s’est déclaré prêt à mourir avec le Seigneur  Aujourd’hui aussi, beaucoup veulent suivre le Christ « à bonne distance », c’est-à-dire sans que personne ne le remarque. Toutefois, comme Pierre lui-même l’écrira, la seule bonne façon de suivre le Christ, c’est de rester proche de lui, de l’imiter fidèlement, quoi qu’il en coûte - ia p199-200
    En optant parfois pour le silence, Jésus a manifesté une prudence et un discernement admirables. Comprenant que s’exprimer dans le climat hostile suscité par ses ennemis ne servirait à rien, il ‘ s’est tu ’. (Mat. 26:63.) Plus tard, lors de son procès devant Pilate, il “ ne répondit rien ”. Avec prudence, il décida de laisser parler les faits. Nous aurons, nous aussi, la sagesse de retenir nos lèvres, en particulier lorsqu’on nous provoque. Dans une situation éprouvante, répondre hâtivement pourrait nous amener à lâcher des paroles que nous regretterions ensuite. Nos propos risqueraient de sembler stupides, ce qui troublerait notre sérénité – TG2009 15/5 p4
    Si un chrétien est appelé à témoigner devant un tribunal, peut-il jurer de dire toute la vérité en posant la main sur la Bible ?
    Il n’y a aucune objection à cela, bien qu’il appartienne à chacun de décider de faire ce serment ou de demander à en être dispensé. La coutume qui consiste à faire un serment en mettant la main sur un objet considéré comme sacré s’est largement répandue. Par exemple, les Grecs de l’Antiquité prenaient un engagement solennel en levant la main ou en la posant sur un autel. Chez les Romains, le jureur tenait une pierre dans la main et jurait, disant que s’il mentait Jupiter devait le rejeter tout comme lui jetait la pierre. De tels actes révèlent la tendance humaine à reconnaître l’existence d’une divinité puissante à qui les hommes doivent rendre compte de leurs paroles et de leurs actes. Sans aucun doute, les adorateurs du vrai Dieu, Jéhovah, sont de cet avis. D’ailleurs, la Bible montre qu’ils ont fait des serments comme si Jéhovah était présent ou en le prenant à témoin. Les vrais adorateurs de Dieu ont également accepté que d’autres leur imposent un serment. Mat. 26:63.
    Il est évident qu’un chrétien n’est pas tenu de faire un serment pour appuyer chacune de ses déclarations. Son Oui devrait signifier Oui et son Non, Non. Par conséquent, s’il se présente devant un tribunal et qu’on lui demande de jurer de dire la vérité, le chrétien peut décider de faire un tel serment. Il se peut aussi qu’on lui permette simplement de certifier qu’il ne ment pas. Si la coutume veut que celui qui comparaît devant un tribunal lève la main ou la pose sur la Bible en jurant de dire la vérité, un chrétien est libre de se soumettre à cette règle compte tenu des exemples bibliques de serments appuyés par un geste. Mais ce n’est pas tellement le serment accompagné d’un geste qui compte, c’est plutôt le fait que le jureur jure devant Dieu de dire la vérité. Un tel serment est donc une chose grave. Par conséquent, si un chrétien pense qu’il peut et doit répondre à une question dans ces conditions, il est alors tenu de dire la vérité. – TG1976  1/11
    Quel est le sens des paroles de Jésus : “ C’est toi qui l’as dit ” ? Quand Caïphe, le grand prêtre juif, a ordonné à Jésus de déclarer publiquement s’il était le Christ, le Fils de Dieu, Jésus a répondu : “ C’est toi qui l’as dit. ” (Matthieu 26:63, 64). Qu’entendait-il par-là ? Jésus n’essayait pas d’esquiver la question de Caïphe. L’expression “ c’est toi qui l’as dit ” était apparemment une tournure juive courante pour affirmer qu’une déclaration était exacte. Garder le silence aurait pu laisser entendre qu’il niait être le Christ. La réplique de Jésus “ c’est toi qui l’as dit ” était donc une réponse affirmative au grand prêtre km2013/2
    Jésus annonça qu’il serait condamné par les prêtres en chef et attaché sur un poteau par les Gentils, mais que le troisième jour il serait relevé (Mat. 20:17-19). Lorsqu’il affirma devant le Sanhédrin qu’il était “ le Christ le Fils de Dieu ”, on jugea qu’il avait blasphémé (Mat. 26:63-66). Pilate ne trouva en lui ‘ rien qui mérite la mort ’, mais parce que les Juifs l’accusaient aussi de sédition, Pilate “ livra Jésus à leur volonté ”. (Luc 23:13-15, 25.)
    Ainsi, ils ‘ renièrent ’ “ l’Agent principal de la vie ” et tramèrent sa mort, bien qu’il fût incontestable qu’il avait été envoyé par Dieu. Attaché à un poteau le jour de la Pâque de l’an 33 de notre ère, le Messie fut “ retranché ”, comme cela avait été prédit (Dan. 9:26, 27). Par cette mort cruelle, il subit la blessure “ au talon ” prophétisée en Genèse 3:15. Quand vous parlez de la vérité, attirez-vous l’attention des gens sur le rôle que Jésus exerce en tant que Messie ? Ce faisant, vous ressentirez davantage de reconnaissance pour ce que Jésus a fait pour vous par le passé, pour ce qu’il fait actuellement et pour ce qu’il ne manquera pas de faire dans l’avenir. – TG2009 15/12 p22 §13,21
    Le roi Salomon a écrit : “ L’homme a dominé l’homme à son détriment. ” (Ecclésiaste 8:9). Jésus savait que ces paroles étaient vraies. Du ciel, en effet, il avait vu les injustices criantes que des humains infligeaient à d’autres. Sur la terre, il a lui-même essuyé la plus grande injustice imaginable, puisque, sans avoir commis aucun péché, il a été accusé de blasphème et mis à mort comme un criminel (Matthieu 26:63-66). Aujourd’hui, l’injustice est toujours répandue, et les vrais chrétiens en ont souffert plus que leur compte, étant “ les objets de la haine de toutes les nations ”. Pourtant, bien qu’ils aient vécu des horreurs dans les camps de la mort nazis et dans les goulags soviétiques, bien que des foules les aient pris à partie, bien qu’ils aient été victimes de fausses accusations et d’attaques mensongères, la paix du Christ leur a permis de rester fermes. Ils ont imité Jésus, à propos de qui on lit : “ Quand on l’insultait, il ne rendait pas l’insulte. Quand il souffrait, il ne menaçait pas, mais il s’en remettait toujours à celui qui juge avec justice. ” — 1 Pierre 2:23. – TG2001 1/9 p14 §4
    Matthieu 26:74 veut-il  dire que, sous la pression des circonstances, l’apôtre Pierre prononça des jurons ? Non; ce verset décrit la façon dont Pierre réagit quand, après l’arrestation de Jésus, on l’accusa d’être un des disciples du Nazaréen. En Matthieu 26:74, Pierre va renier son Maître pour la troisième fois. Nous lisons: “Alors il commença à faire des imprécations et à jurer: ‘Je ne connais pas cet homme !’”Dans certaines langues, les expressions “faire des imprécations” et “jurer” peuvent faire penser à des jurons. Mais quand Pierre a fait des ‘imprécations’ et a ‘juré’, il ne s’est pas répandu en jurons comme font beaucoup de gens lorsqu’ils sont en colère.
    Dans la Bible, aussi bien dans le texte hébreu que dans le texte grec, “faire une imprécation”, c’était appeler le mal sur quelqu’un ou sur quelque chose. Ce n’était pas blasphémer, et parfois cela n’avait aucun rapport avec la colère. Pour attester la vérité de sa déclaration, il arrivait qu’un homme prononce une imprécation. Il disait en fait: ‘Que je sois maudit si ce que je dis n’est pas vrai; que le mal vienne sur moi !’ Pareillement, quelqu’un pouvait “jurer” pour une chose, affirmant sous serment qu’il disait la vérité et appelant sur lui tel ou tel malheur s’il mentait.
    Ainsi, Pierre n’a pas blasphémé, mais, pris de peur, il a essayé de convaincre ceux qui l’entouraient qu’il leur disait la vérité en niant être un disciple du Christ. Évidemment, il s’agissait là d’un mensonge dont il dut se repentir par la suite. La Bible montre clairement que le chrétien ne doit pas prononcer de juron lorsqu’elle dit: “Qu’aucune parole ordurière ne sorte de votre bouche.” — Éph. 4:29. – TG1982  1/3
     
     
  22. Like
    misette got a reaction from Elisabeth Dolewka in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 2 AVRIL 2018 - MATTHIEU 26   
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 2 AVRIL 2018 - MATTHIEU 26.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 2 AVRIL 2018 - MATTHIEU 26.pdf
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MATTHIEU 26
    Matthieu 26:17 : Pourquoi le 13 nisan est-il appelé le « premier jour de la fête des Pains sans levain » ? (nwtsty, note d’étude).
    « Le premier jour des Gâteaux sans levain, les disciples s’avancèrent vers Jésus, en disant : “ Où veux-tu que nous fassions les préparatifs pour que tu manges la Pâque ? ” »
    Le premier jour de la fête des Pains sans levain : La fête des Pains sans levain commençait le 15 nisan, le lendemain de la Pâque (14 nisan), et durait sept jours (voir sgd, partie 19). Toutefois, à l’époque de Jésus, la Pâque avait fini par être étroitement liée à cette fête, si bien que les huit jours de fête, 14 nisan inclus, étaient parfois appelés « la fête des Pains sans levain » (Lc 22:1).
    Dans ce contexte, l’expression « le premier jour de » pourrait être rendue par « le jour avant ». (Comparer avec Jean 1:15, 30, où le mot grec pour « premier » [prôtos] est traduit par « avant » dans une construction semblable, à savoir « il existait avant [prôtos] moi ».) Donc, le grec original, tout comme la coutume juive, laisse penser que les disciples ont posé leur question à Jésus le 13 nisan. Durant la journée du 13 nisan, les disciples ont fait les préparatifs de la Pâque, qui a été célébrée plus tard « après que le soir fut tombé » au début du 14 nisan (Mc 14:16, 17). - nwtsty, note d’étude
    La première fête avait lieu durant le premier mois de l’ancien calendrier biblique, du 15 au 21 Nisan, ce qui correspond aujourd’hui à la fin mars ou au début avril. Elle était appelée fête des Gâteaux sans levain, et parce qu’elle faisait immédiatement suite à la Pâque du 14 Nisan, elle était aussi appelée “ fête de la Pâque ”. Cette fête rappelait aux Israélites qu’ils avaient été délivrés de l’affliction subie en Égypte, et les gâteaux sans levain étaient d’ailleurs appelés “ le pain d’affliction ”. Elle leur rappelait aussi que la fuite d’Égypte avait été si précipitée qu’elle ne leur avait pas laissé le temps d’ajouter du levain à la pâte et d’attendre que celle-ci ait levé. Pendant cette fête, on ne devait trouver de pain au levain dans aucun foyer israélite. Tout participant à la fête, même un résident étranger, qui mangeait du pain levé était mis à mort – TG1998  1/3
    Matthieu 26:39 : Qu’est-ce qui a peut-être incité Jésus à prier : « Que cette coupe passe loin de moi » ? (nwtsty, note d’étude).
    « Et s’avançant un peu, il tomba sur sa face, priant et disant : “ Mon Père, si c’est possible, que cette coupe passe loin de moi. Toutefois, non pas comme je veux, mais comme tu veux. ” »
    Fais que cette coupe passe loin : Dans la Bible, le mot « coupe » est souvent utilisé dans un sens figuré pour parler de la part que Dieu a accordée à une personne, c’est-à-dire sa volonté la concernant. Il ne fait aucun doute que Jésus s’inquiétait vivement à l’idée que son exécution pour blasphème et sédition ne jette le discrédit sur Dieu, ce qui l’a poussé à prier pour que cette « coupe » passe loin de lui. - nwtsty, note d’étude
    La “ coupe ” symbolique que Jéhovah versa à Jésus Christ était Sa volonté le concernant. Quant à Jésus, s’il pria pour que, si possible, cette “ coupe ” passe loin de lui, ce fut sans aucun doute parce qu’il s’inquiétait vivement à l’idée que son Père serait couvert d’opprobre par sa mort en criminel accusé de blasphème et de sédition. Toutefois, il était disposé à se soumettre à la volonté de Jéhovah et à la boire - La part, la “ coupe ”, assignée par Jéhovah à Jésus signifiait non seulement des souffrances, mais aussi le baptême dans la mort dont l’issue serait la résurrection pour la vie immortelle au ciel. Cette coupe était donc également “ la coupe du salut grandiose ” pour le Christ. Cette “ coupe ” que Jésus Christ reçut à boire, il la partage aussi, conformément à la volonté divine, avec le “ petit troupeau ” de ses cohéritiers du Royaume. – it2 p733
    Vers la fin de sa vie terrestre, Jésus s’est trouvé face à une situation des plus délicates. Tout au long de son ministère, il s’était déclaré prêt à donner sa vie en sacrifice. Cependant, il savait qu’il allait être accusé mensongèrement, reconnu coupable par la loi juive et mis à mort comme blasphémateur. Cet aspect des choses l’angoissait terriblement. Aussi a-t-il prié en ces termes : “ Mon Père, si c’est possible, que cette coupe passe loin de moi. ” Mais il a ajouté : “ Toutefois, non pas comme je veux, mais comme tu veux. ” (Mat. 26:39). En restant fidèle jusqu’à la mort, Jésus a révélé sans l’ombre d’un doute que Jéhovah était la personne la plus importante dans sa vie – TG2011  15/5 p18-19 §12
    Jésus avait beau prendre plaisir à faire la volonté de Jéhovah, ce n’était pas toujours facile. Songez à ce qui est arrivé juste avant son arrestation, son procès et son exécution. Dans le jardin de Gethsémané, il était ‘ profondément attristé ’ et a été “ pris d’angoisse ”. Il était en proie à une émotion si forte que, tandis qu’il priait, “ sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient à terre ”. — Matthieu 26:38.
    Pourquoi Jésus était-il angoissé ? Certainement pas parce qu’il ne pensait qu’à lui ni parce qu’il rechignait à faire la volonté de Dieu. Il s’attendait à mourir ; témoin sa réaction vive à ces paroles de Pierre : “ Sois bon avec toi, Seigneur ; non, tu n’auras pas un tel sort. ” (Matthieu 16:21-23). Ce qui souciait Jésus, c’était l’incidence que sa mort en criminel méprisé aurait sur Jéhovah et son saint nom. Jésus savait que son Père serait profondément peiné de voir son Fils bien-aimé traité de façon aussi barbare.
    Jésus comprenait également qu’il arrivait à un moment décisif dans l’accomplissement du dessein de Jéhovah. S’il suivait fidèlement les lois de Dieu, il démontrerait sans conteste qu’Adam aurait pu prendre le même parti. Sa fidélité réfuterait complètement Satan, qui a prétendu que dans l’épreuve les humains ne serviraient pas Dieu de bon gré et fidèlement. Grâce à Jésus, Jéhovah écraserait finalement Satan et effacerait les conséquences de sa rébellion.
    Une lourde responsabilité pesait sur les épaules de Jésus. Le nom de son Père, la paix de l’univers et le salut de la famille humaine dépendaient de sa fidélité. Il en était conscient. C’est pourquoi il a prononcé cette prière : “ Mon Père, si c’est possible, que cette coupe passe loin de moi. Toutefois, non pas comme je veux, mais comme tu veux. ” (Mat.26:39). Même sous les tensions les plus fortes, Jésus n’a jamais cessé de se soumettre de bon gré à la volonté de son Père. TG2000 15/11p22
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Dieu ne pardonne pas tout - Il y a des péchés que Dieu ne pardonne pas. Judas Iscariote a laissé son cœur devenir ainsi. “ Il aurait mieux valu pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ”, a déclaré Jésus (Matthieu 26:24, 25). Et, à certains chefs religieux de son époque, il a lancé : “ Vous venez, vous, de votre père le Diable. Comme Satan, ces hommes étaient corrompus jusqu’à la moelle. Ils ne regrettaient pas ce qu’ils avaient fait, mais ils s’endurcissaient dans leurs voies mauvaises. Bien sûr, à cause de leur imperfection et de leur faiblesse, même les vrais chrétiens pèchent, parfois gravement. Cependant, leurs défaillances ne reflètent pas une inclination invétérée au mal. – RV2008 Février
    Pierre n’oubliera pas l’épisode du jardin de Gethsémané. Il va comprendre dans la douleur ce que peut coûter un manque de vigilance. Un peu plus tôt, Jésus avait affirmé : « Vous tous, vous trébucherez à mon sujet cette nuit-ci. » Pierre s’était alors exclamé : « Même si tous les autres trébuchent à ton sujet, moi, jamais je ne trébucherai. » Mais, avait répondu Jésus, Pierre le renierait trois fois. Imperturbable, l’apôtre avait déclaré : « Même si je devais mourir avec toi, non je ne te renierai pas » (Mat. 26:31-35). Pourtant, comme prédit, il a trébuché. Anéanti à la suite de son dernier reniement, il « pleura amèrement » Tirant certainement leçon de cet évènement, Pierre a surmonté sa tendance à être trop sûr de lui. La prière l’y a de toute évidence aidé. D’ailleurs, l’exhortation à être « vigilants en vue des prières » vient de lui. Suivons-nous ce conseil divinement inspiré ? De plus, prions-nous Jéhovah « sans cesse », reconnaissant que nous dépendons de lui ?. Retenons également cet avertissement de Paul : « Que celui qui pense être debout prenne garde de ne pas tomber » (1 Cor. 10:12). TG2013 15/11§10,11
    Devons-nous prier souvent ? Oui. Jéhovah nous encourage à lui parler régulièrement. La Bible dit que nous devons « prier sans cesse », « persévérer dans la prière » et « prier constamment » (Matthieu 26:41). Jéhovah est toujours prêt à nous écouter. Nous pouvons le remercier chaque jour pour son amour et pour tout ce qu’il fait pour nous. Nous pouvons aussi lui demander de nous guider, de nous consoler et de nous donner de la force. Si nous considérons la prière comme un honneur, nous prierons Jéhovah à chaque fois que nous en avons l’occasion. – bhs chap17 §14
    Alors qu’il était sur le point de subir une terrible épreuve, Jésus a clairement indiqué que ses disciples ne devaient pas transiger avec leur conscience. Il déclara : “ Tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée. ” (Matthieu 26:52). Pareillement, à notre époque, durant le Jour de Jéhovah, les serviteurs de Dieu doivent rester fermement attachés aux principes bibliques. Il n’y aura pas de salut pour les personnes non repentantes qui adorent la bête sauvage. Il faudra une foi inébranlable, de l’endurance, pour survivre aux persécutions et aux épreuves à venir – re chap28 §24
    Jéhovah enseigne à ceux qui l’adorent à être paisibles Matthieu 26:52. Donc, ils ne prendront pas les armes pour se défendre quand viendra cette attaque. Si Dieu n’intervenait pas pour sauver son peuple, il disparaîtrait. C’est pourquoi le nom de Jéhovah, c’est-à-dire sa réputation, sera en jeu. Si les attaquants parvenaient à éliminer son peuple, Jéhovah passerait pour un Dieu sans amour, injuste et impuissant. Un tel dénouement est impossible. Puisque Dieu ne souhaite la destruction de personne, il avertit avant d’agir. La Bible nous prévient que dans l’avenir, quand Satan et ses alliés humains attaqueront son peuple, Jéhovah interviendra de nouveau et répondra par la force. Elle prédit depuis longtemps que Jéhovah détruira les méchants. À ce moment-là, les attaquants comprendront sans l’ombre d’un doute qu’ils ont provoqué le Tout-Puissant. – TG2012 1/ 2
    Bien qu’il fût le Fils de Dieu, Jésus n’a pas présumé de sa force ni de sa perfection pour endurer. Il s’est tourné vers le ciel, afin de solliciter le soutien de son Père céleste. Jésus n’a pas fait monter vers Dieu seulement des requêtes, mais aussi des supplications. Le mot “ supplication ” désigne une prière particulièrement fervente, un appel au secours. L’utilisation du pluriel indique par ailleurs que Jésus a imploré Jéhovah plusieurs fois, à Gethsémané, par exemple. — Matthieu 26:36-44. Jéhovah étant le Dieu ‘ qui entend la prière ’, Jésus était sûr qu’il ne serait pas insensible à ses supplications (Psaume 65:2). Au ciel, il l’avait vu répondre aux prières de ses adorateurs fidèles, comme lorsqu’un ange s’était présenté devant le prophète Daniel avant même qu’il ait fini de prier (Daniel 9:20, 21). Dès lors, comment le Père aurait-il pu faire la sourde oreille quand son Fils unique-engendré lui ouvrait son cœur avec “ des cris puissants et des larmes ” ? De fait, il a envoyé un ange le fortifier en vue des terribles épreuves qui l’attendaient – cf chap7 §15,16
    Sur le poteau de supplice, Jésus s’est écrié : “ Père, entre tes mains je remets mon esprit. ” (Luc 23:46). Puis il est mort. Quelques heures auparavant, il avait été arrêté et ses amis les plus proches l’avaient abandonné et s’étaient enfuis, parce qu’ils avaient eu peur (Matthieu 26:56). Jésus s’était retrouvé seul. Il n’avait plus qu’une personne auprès de qui puiser de la force : son Père céleste. Et cette confiance n’était pas vaine. Jéhovah a récompensé sa fidélité en le soutenant lui-même avec fidélité. Pour nous également, Jéhovah tient à être Celui de qui nous vient principalement la force. La guerre, la pauvreté, la maladie, la mort ou nos imperfections nous mettent quelquefois à rude épreuve. Quand les tourments de la vie paraissent aussi redoutables qu’un “ puissant ennemi ”, Jéhovah peut être notre force et notre puissance. . Il possède une force extraordinaire qu’il nous propose : son esprit saint. Par le moyen de son esprit, il peut donner “ de la force à celui qui est épuisé ”, au point que celui-ci soit capable de ‘ s’élever avec des ailes, comme les aigles ’.Isaïe 40:29, 31 – TG2004 1/5 p22 §17
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    La pauvreté ne date pas d’hier. Jéhovah avait prévenu les Israélites que les pauvres ne disparaîtraient jamais du pays. Des siècles plus tard, Jésus a affirmé : « Toujours, [...] vous avez les pauvres avec vous » (Mat. 26:11). Qu’entendait-il par-là ? Qu’il y aurait toujours des pauvres sur la terre ? Non, il voulait dire qu’il y aurait des pauvres tant que ce système corrompu existerait. Il savait qu’aucun humain ne serait en mesure de débarrasser le monde de la pauvreté et de l’injustice. Il savait également que ce serait lui qui se chargerait de le faire. Bientôt, il établira un système de choses totalement différent — “ de nouveaux cieux ” et “ une nouvelle terre ” dans laquelle la douleur, la maladie, la pauvreté et la mort auront cessé d’exister. Heureusement, les miracles de Jésus annoncent des jours meilleurs sous la domination du Royaume, quand tous mangeront à satiété – TG2015  15/6 p5 §7
    Le prix de la trahison. Judas fut sans aucun doute piqué au vif par la réprimande de Jésus concernant l’emploi de l’argent. À cet instant, “ Satan entra dans Judas ”, vraisemblablement en ce sens que l’apôtre devenu traître choisit d’exécuter la volonté du Diable, se faisant de son plein gré l’instrument de Satan dont le dessein était de faire obstacle à Christ. Quelques jours plus tard, le 12 Nisan, Judas alla trouver les prêtres en chef ainsi que les capitaines du temple pour savoir combien ils le paieraient s’il livrait Jésus ; ici encore, sa rapacité était flagrante (Mt 26:14-16) - it-2 76-77
    Pourquoi les chefs religieux juifs offrirent-ils seulement 30 pièces d’argent à Judas pour qu’il leur livre Jésus ?
    Trente pièces d’argent, tel fut le prix offert (Mt 26:14, 15). Il semble qu’en fixant cette somme les chefs religieux tinrent à marquer leur mépris à l’égard de Jésus, qu’ils jugeaient de peu de valeur. D’après Exode 21:32, le prix d’un esclave était de 30 sicles. Dans le même esprit, pour son travail de berger du peuple, Zacharie fut payé “ trente pièces d’argent ”. Jéhovah jugea cette somme dédaignable : le salaire de misère versé à Zacharie était proportionnel à l’intérêt que le peuple infidèle portait à Dieu lui-même (Zacharie 11:12, 13). Par conséquent, en offrant seulement 30 pièces d’argent pour Jésus, les chefs religieux le firent passer pour quelqu’un de peu de valeur.
     
    En même temps, toutefois, ils réalisaient Zacharie 11:12, puisqu’en agissant ainsi envers le représentant que Dieu avait envoyé faire œuvre de berger pour Israël, c’est Jéhovah qu’ils traitaient comme quelqu’un de peu de valeur. L’homme corrompu que Judas était devenu “ fut d’accord sur le prix ; et il se mit à chercher une occasion favorable pour le leur livrer Jésus, sans qu’il y ait une foule alentour  - it-2 p77
    Pourquoi, dans la Bible, certains personnages n’ont-ils pas de nom ? Devons-nous en conclure que, dans la Bible, tous ceux dont le nom n’est pas précisé sont méchants ou sans importance ? Non. Prenons un autre exemple : Pour sa dernière Pâque, Jésus a demandé à ses disciples d’« aller à la ville vers un tel » et de faire les préparatifs du repas chez lui (Matthieu 26:18). Si l’homme est appelé « un tel », est-ce parce qu’il était méchant ou sans importance ? Pas du tout. Ce « un tel » était sans doute un disciple de Jésus. Mais comme son nom n’était pas indispensable au récit, il n’a pas été précisé. La Bible n’explique pas à chaque fois pourquoi elle donne le nom de certains et pas d’autres. Mais nous pouvons apprendre beaucoup de ceux qui ont servi fidèlement Jéhovah sans espérer devenir célèbres. – TG2013  1/8
    Dans le récit de Matthieu, Jésus a dit au sujet de la coupe : “ Ceci représente mon ‘ sang de l’alliance ’, qui va être répandu en faveur de beaucoup pour le pardon des péchés. ” (Matthieu 26:28). Jésus se servait du vin dans la coupe comme représentation, ou symbole, de son propre sang. Son sang versé poserait le fondement d’“ une alliance nouvelle ” pour ses disciples oints de l’esprit, qui régneraient en tant que rois et prêtres avec lui dans les cieux. Le vin rappelle également que le sang versé de Jésus serait le fondement nécessaire pour offrir “ le pardon des péchés ” et permettre ainsi aux participants d’être appelés à la vie céleste comme cohéritiers de Christ. On comprend donc que ceux qui reçoivent cet appel céleste, et dont le nombre est limité, sont les seuls à avoir part au pain et au vin lors du Mémorial. Mais qu’en est-il de tous ces disciples de Jésus qui ne font pas partie de la nouvelle alliance ? Ils constituent les “ autres brebis ” du Seigneur qui espèrent, non pas régner avec Christ dans les cieux, mais vivre éternellement sur une terre paradisiaque . – TG2003  1/ 4 p5
    Jésus fit savoir aux disciples que le vin qu’il avait bu (lors de cette Pâque précédant le Mémorial) était le dernier produit de la vigne qu’il boirait ‘ jusqu’à ce jour-là où il le boirait, nouveau, avec eux dans le royaume de son Père ’. (Mt 26:29.) Puisqu’il ne boirait pas au ciel de vin à proprement parler, il faisait de toute évidence allusion à ce que le vin symbolisait parfois dans les Écritures, à savoir la joie. Être ensemble dans le Royaume, c’est ce qu’ils attendaient avec la plus grande impatience. it-2 p762
    Les apôtres se sont une nouvelle fois disputés pour savoir lequel d’entre eux semblait être le plus grand. Sans se départir de sa patience, Jésus, plutôt que de les réprimander, les a fait raisonner. Et c’est alors qu’il leur a parlé de ce qui allait arriver : “ Vous tous, vous trébucherez à mon sujet cette nuit-ci, car il est écrit : ‘ Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées. ’ ” (Matthieu 26:31 ; Zacharie 13:7). Il savait en effet que ses compagnons les plus proches l’abandonneraient au moment où il aurait besoin d’eux. Il ne les a pourtant pas condamnés.
    Tout au contraire, il leur a dit : “ Mais après que j’aurai été relevé, je vous précéderai en Galilée. ” (Matthieu 26:32). Par ces paroles, il leur donnait l’assurance que, bien qu’ils l’aient abandonné, lui ne les abandonnerait pas. Une fois cette terrible épreuve passée, il irait de nouveau vers eux. Jésus a tenu parole. Ayant été ressuscité, il est effectivement apparu aux 11 apôtres fidèles, qui s’étaient, semble-t-il, réunis avec de nombreux autres disciples en Galilée – TG2000  15/2 p19
    Il est moins facile de maîtriser sa langue quand on est tendu. Revenons à cet égard sur la nuit qui a précédé la mort de Jésus, un moment où il était “ extrêmement troublé ”. (Matthieu 26:37, 38.) Cela se conçoit aisément, quand on songe que de sa fidélité à Dieu dépendait l’avenir éternel de l’humanité –  TG1996 15/5 p21
    Jésus avait beau prendre plaisir à faire la volonté de Jéhovah, ce n’était pas toujours facile. Songez à ce qui est arrivé juste avant son arrestation, son procès et son exécution. Dans le jardin de Gethsémané, il était ‘ profondément attristé ’ et a été “ pris d’angoisse ”. Il était en proie à une émotion si forte que, tandis qu’il priait, “ sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient à terre ”. — Matthieu 26:38 - Pourquoi Jésus était-il angoissé ? Il s’attendait à mourir. Ce qui souciait Jésus, c’était l’incidence que sa mort en criminel méprisé aurait sur Jéhovah et son saint nom. Jésus savait que son Père serait profondément peiné de voir son Fils bien-aimé traité de façon aussi barbare. – TG2000 15/11 p22-23
    Dans le jardin de Gethsémané, la dernière nuit de la vie terrestre de Jésus, Pierre eut avec Jacques et Jean le privilège d’accompagner Jésus jusqu’à l’endroit où celui-ci se mit à prier avec ferveur. Comme les autres apôtres, Pierre s’assoupit, sous l’effet de la fatigue et du chagrin. Sans doute parce que cet apôtre avait clamé si haut et si fort sa détermination de demeurer avec lui, c’est à Pierre surtout que Jésus s’adressa quand il déclara : “ Ainsi, vous n’avez pas pu veiller une heure avec moi ? ” (Mt 26:36-45). Pierre omit de ‘ prier sans cesse ’ et il en subit les conséquences. - it-2 p585
    Trois fois Jésus a prié son Père céleste avec ferveur, et trois fois il est revenu auprès de ses amis, mais les a trouvés en train de dormir. — Matthieu 26:40, 43, 45. Pourquoi ces hommes fidèles ont-ils déçu Jésus cette nuit-là ? En partie parce qu’ils étaient fatigués. Il était tard, probablement après minuit, et “ leurs yeux étaient lourds ” de sommeil (Matthieu 26:43). Néanmoins, Jésus a déclaré : “ Veillez et priez sans cesse, pour que vous n’entriez pas en tentation. L’esprit, en effet, est ardent, mais la chair est faible. ” — Matthieu 26:41. Il ne fait aucun doute que Jésus aussi était fatigué en cette nuit historique. Toutefois, au lieu de s’endormir, il a consacré ses derniers moments de liberté à prier avec ferveur. Si nous écoutons le conseil de Jésus et suivons son excellent exemple dans le domaine de la prière, nos supplications sincères nous aideront à demeurer spirituellement éveillés. Évidemment, Jésus savait (ce que ses disciples ignoraient alors) qu’il allait être arrêté et condamné à mort. Ses épreuves atteindraient leur paroxysme lorsqu’il agoniserait sur le poteau de supplice. Jésus avait annoncé tout cela à ses apôtres, mais ils ne l’avaient pas compris. C’est pourquoi ils se sont endormis pendant que lui restait éveillé et priait. Il en va de nous comme des apôtres : notre chair est faible et nous ignorons certaines choses à venir. Cependant, si nous perdons de vue la gravité de notre époque, nous risquons de nous endormir au sens spirituel. Ce n’est qu’en étant vigilants que nous resterons éveillés – TG2003 1/1 p20
    Puisque Jésus a subi de rudes pressions dans son service pour Jéhovah, nous pouvons nous attendre à ce que Satan s’acharne contre nous. Et comme nous sommes imparfaits, même si nous servons Dieu avec plaisir, ce ne sera pas facile. Jésus a vu le combat que menaient ses apôtres pour faire tout ce qu’il leur demandait. C’est la raison pour laquelle il a déclaré : “ L’esprit, en effet, est ardent, mais la chair est faible. ” (Matthieu 26:41). Dans sa chair humaine parfaite, rien n’était faible par nature. Toutefois, il restait conscient de la faiblesse de la chair de ses disciples, l’imperfection qu’ils avaient héritée d’Adam devenu imparfait. Il savait qu’à cause de cette imperfection et des limites qu’elle leur imposait ils devraient se battre pour faire tout ce qu’ils voudraient au service de Jéhovah. – TG2000 15/11 p23
    Chez les humains qui s’efforcent de servir Dieu, ‘ l’esprit [la force d’impulsion émanant du cœur symbolique] est ardent, mais la chair est faible ’. (Mt 26:41.) Un combat incessant se livre donc au-dedans des serviteurs de Dieu ; l’esprit saint de Dieu constitue une force poussant à la justice, mais la chair pécheresse combat sans relâche l’influence de l’esprit et fait pression sur la personne pour l’inciter à accomplir les œuvres de la chair. - it-1 p419
    Peu après avoir été ainsi affermi, Jésus dit à ses apôtres :  Levez-vous, allons-nous-en ou selon d’autres versions : ‘Allons-y . ” (Matthieu 26:46). Quel courage dans ces paroles ! Il dit cela tout en sachant qu’il va demander à la foule d’épargner ses amis, que ceux-ci vont l’abandonner et s’enfuir, qu’il va se retrouver seul pour affronter la pire épreuve de sa vie. Et c’est seul, effectivement, qu’il va subir un procès illégal et injuste, les moqueries, le supplice et une mort atroce. Mais à aucun moment son courage n’a faibli. Jésus était-il téméraire ? Non. La témérité n’a rien à voir avec le vrai courage. Du reste, il a recommandé à ses disciples d’être prudents, de partir en cas de danger pour être en mesure de continuer à faire la volonté de Dieu (Matthieu 4:12 ; 10:16). Mais, en la circonstance, il savait qu’il n’y avait pas d’échappatoire possible. La volonté de Dieu était en cause. Déterminé à rester intègre, Jésus ne pouvait faire autrement que d’affronter l’épreuve. - cf p43-45
    Un peu plus tard, Judas trouva Jésus et les apôtres fidèles dans le jardin de Gethsémané, lieu que le traître connaissait bien, car ils s’y étaient retrouvés plus d’une fois. Judas précédait une grande foule, qui comptait des soldats romains et un commandant. Ces gens portaient des bâtons et des épées, ainsi que des torches et des lampes, qui leur seraient utiles si des nuages cachaient la pleine lune ou si Jésus était dans l’ombre. Les Romains ne reconnaîtraient probablement pas Jésus ; c’est pourquoi, selon un signe convenu, Judas salua Christ et poussa l’hypocrisie jusqu’à ‘ l’embrasser très tendrement ’, afin qu’on sache que c’était lui (Mt 26:47-49) Après coup, Judas saisit la gravité de sa culpabilité. Au matin, il essaya de rendre les 30 pièces d’argent, mais les prêtres en chef les refusèrent. Finalement, il jeta l’argent dans le temple. it-2 p77
    Les apôtres ont pu constater la haine intense du monde quand Jésus a été arrêté et exécuté ; ils ont vu aussi comment il s’est comporté face à cette haine. Lorsque les ennemis religieux de Jésus sont venus l’arrêter dans le jardin de Gethsémané, Pierre a tenté de s’interposer en se servant d’une épée. Mais Jésus lui a dit : “ Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée. ” (Matthieu 26:52). Les Israélites d’autrefois combattaient leurs ennemis avec des épées. Mais les circonstances n’étaient plus les mêmes. Ne faisant “ pas partie du monde ”, le Royaume de Dieu n’avait pas de frontières à défendre. Pierre ferait bientôt partie d’une nation spirituelle, dont les membres auraient leur droit de cité dans les cieux. Désormais, les disciples de Jésus affronteraient donc la haine et la persécution de la même façon que leur Maître : avec courage, mais dans la paix. Ils placeraient leur confiance en Jéhovah, lui laissant le soin de régler la question et comptant sur lui pour leur donner la force d’endurer. Sur le plan personnel, soyons déterminés à agir de même quand les circonstances l’exigent – TG2005 1/1 p11
    Tandis que Jésus est conduit ailleurs, ils le suivent, mais « à bonne distance » (Mat. 26:58). Pierre n’est pas un lâche. Il lui faut du courage pour suivre Jésus. Surtout que la foule est armée et que parmi elle se trouve un homme qu’il a blessé. Enfin, Pierre est quand même loin du modèle d’amour fidèle qu’il a prétendu être, lui qui s’est déclaré prêt à mourir avec le Seigneur  Aujourd’hui aussi, beaucoup veulent suivre le Christ « à bonne distance », c’est-à-dire sans que personne ne le remarque. Toutefois, comme Pierre lui-même l’écrira, la seule bonne façon de suivre le Christ, c’est de rester proche de lui, de l’imiter fidèlement, quoi qu’il en coûte - ia p199-200
    En optant parfois pour le silence, Jésus a manifesté une prudence et un discernement admirables. Comprenant que s’exprimer dans le climat hostile suscité par ses ennemis ne servirait à rien, il ‘ s’est tu ’. (Mat. 26:63.) Plus tard, lors de son procès devant Pilate, il “ ne répondit rien ”. Avec prudence, il décida de laisser parler les faits. Nous aurons, nous aussi, la sagesse de retenir nos lèvres, en particulier lorsqu’on nous provoque. Dans une situation éprouvante, répondre hâtivement pourrait nous amener à lâcher des paroles que nous regretterions ensuite. Nos propos risqueraient de sembler stupides, ce qui troublerait notre sérénité – TG2009 15/5 p4
    Si un chrétien est appelé à témoigner devant un tribunal, peut-il jurer de dire toute la vérité en posant la main sur la Bible ?
    Il n’y a aucune objection à cela, bien qu’il appartienne à chacun de décider de faire ce serment ou de demander à en être dispensé. La coutume qui consiste à faire un serment en mettant la main sur un objet considéré comme sacré s’est largement répandue. Par exemple, les Grecs de l’Antiquité prenaient un engagement solennel en levant la main ou en la posant sur un autel. Chez les Romains, le jureur tenait une pierre dans la main et jurait, disant que s’il mentait Jupiter devait le rejeter tout comme lui jetait la pierre. De tels actes révèlent la tendance humaine à reconnaître l’existence d’une divinité puissante à qui les hommes doivent rendre compte de leurs paroles et de leurs actes. Sans aucun doute, les adorateurs du vrai Dieu, Jéhovah, sont de cet avis. D’ailleurs, la Bible montre qu’ils ont fait des serments comme si Jéhovah était présent ou en le prenant à témoin. Les vrais adorateurs de Dieu ont également accepté que d’autres leur imposent un serment. Mat. 26:63.
    Il est évident qu’un chrétien n’est pas tenu de faire un serment pour appuyer chacune de ses déclarations. Son Oui devrait signifier Oui et son Non, Non. Par conséquent, s’il se présente devant un tribunal et qu’on lui demande de jurer de dire la vérité, le chrétien peut décider de faire un tel serment. Il se peut aussi qu’on lui permette simplement de certifier qu’il ne ment pas. Si la coutume veut que celui qui comparaît devant un tribunal lève la main ou la pose sur la Bible en jurant de dire la vérité, un chrétien est libre de se soumettre à cette règle compte tenu des exemples bibliques de serments appuyés par un geste. Mais ce n’est pas tellement le serment accompagné d’un geste qui compte, c’est plutôt le fait que le jureur jure devant Dieu de dire la vérité. Un tel serment est donc une chose grave. Par conséquent, si un chrétien pense qu’il peut et doit répondre à une question dans ces conditions, il est alors tenu de dire la vérité. – TG1976  1/11
    Quel est le sens des paroles de Jésus : “ C’est toi qui l’as dit ” ? Quand Caïphe, le grand prêtre juif, a ordonné à Jésus de déclarer publiquement s’il était le Christ, le Fils de Dieu, Jésus a répondu : “ C’est toi qui l’as dit. ” (Matthieu 26:63, 64). Qu’entendait-il par-là ? Jésus n’essayait pas d’esquiver la question de Caïphe. L’expression “ c’est toi qui l’as dit ” était apparemment une tournure juive courante pour affirmer qu’une déclaration était exacte. Garder le silence aurait pu laisser entendre qu’il niait être le Christ. La réplique de Jésus “ c’est toi qui l’as dit ” était donc une réponse affirmative au grand prêtre km2013/2
    Jésus annonça qu’il serait condamné par les prêtres en chef et attaché sur un poteau par les Gentils, mais que le troisième jour il serait relevé (Mat. 20:17-19). Lorsqu’il affirma devant le Sanhédrin qu’il était “ le Christ le Fils de Dieu ”, on jugea qu’il avait blasphémé (Mat. 26:63-66). Pilate ne trouva en lui ‘ rien qui mérite la mort ’, mais parce que les Juifs l’accusaient aussi de sédition, Pilate “ livra Jésus à leur volonté ”. (Luc 23:13-15, 25.)
    Ainsi, ils ‘ renièrent ’ “ l’Agent principal de la vie ” et tramèrent sa mort, bien qu’il fût incontestable qu’il avait été envoyé par Dieu. Attaché à un poteau le jour de la Pâque de l’an 33 de notre ère, le Messie fut “ retranché ”, comme cela avait été prédit (Dan. 9:26, 27). Par cette mort cruelle, il subit la blessure “ au talon ” prophétisée en Genèse 3:15. Quand vous parlez de la vérité, attirez-vous l’attention des gens sur le rôle que Jésus exerce en tant que Messie ? Ce faisant, vous ressentirez davantage de reconnaissance pour ce que Jésus a fait pour vous par le passé, pour ce qu’il fait actuellement et pour ce qu’il ne manquera pas de faire dans l’avenir. – TG2009 15/12 p22 §13,21
    Le roi Salomon a écrit : “ L’homme a dominé l’homme à son détriment. ” (Ecclésiaste 8:9). Jésus savait que ces paroles étaient vraies. Du ciel, en effet, il avait vu les injustices criantes que des humains infligeaient à d’autres. Sur la terre, il a lui-même essuyé la plus grande injustice imaginable, puisque, sans avoir commis aucun péché, il a été accusé de blasphème et mis à mort comme un criminel (Matthieu 26:63-66). Aujourd’hui, l’injustice est toujours répandue, et les vrais chrétiens en ont souffert plus que leur compte, étant “ les objets de la haine de toutes les nations ”. Pourtant, bien qu’ils aient vécu des horreurs dans les camps de la mort nazis et dans les goulags soviétiques, bien que des foules les aient pris à partie, bien qu’ils aient été victimes de fausses accusations et d’attaques mensongères, la paix du Christ leur a permis de rester fermes. Ils ont imité Jésus, à propos de qui on lit : “ Quand on l’insultait, il ne rendait pas l’insulte. Quand il souffrait, il ne menaçait pas, mais il s’en remettait toujours à celui qui juge avec justice. ” — 1 Pierre 2:23. – TG2001 1/9 p14 §4
    Matthieu 26:74 veut-il  dire que, sous la pression des circonstances, l’apôtre Pierre prononça des jurons ? Non; ce verset décrit la façon dont Pierre réagit quand, après l’arrestation de Jésus, on l’accusa d’être un des disciples du Nazaréen. En Matthieu 26:74, Pierre va renier son Maître pour la troisième fois. Nous lisons: “Alors il commença à faire des imprécations et à jurer: ‘Je ne connais pas cet homme !’”Dans certaines langues, les expressions “faire des imprécations” et “jurer” peuvent faire penser à des jurons. Mais quand Pierre a fait des ‘imprécations’ et a ‘juré’, il ne s’est pas répandu en jurons comme font beaucoup de gens lorsqu’ils sont en colère.
    Dans la Bible, aussi bien dans le texte hébreu que dans le texte grec, “faire une imprécation”, c’était appeler le mal sur quelqu’un ou sur quelque chose. Ce n’était pas blasphémer, et parfois cela n’avait aucun rapport avec la colère. Pour attester la vérité de sa déclaration, il arrivait qu’un homme prononce une imprécation. Il disait en fait: ‘Que je sois maudit si ce que je dis n’est pas vrai; que le mal vienne sur moi !’ Pareillement, quelqu’un pouvait “jurer” pour une chose, affirmant sous serment qu’il disait la vérité et appelant sur lui tel ou tel malheur s’il mentait.
    Ainsi, Pierre n’a pas blasphémé, mais, pris de peur, il a essayé de convaincre ceux qui l’entouraient qu’il leur disait la vérité en niant être un disciple du Christ. Évidemment, il s’agissait là d’un mensonge dont il dut se repentir par la suite. La Bible montre clairement que le chrétien ne doit pas prononcer de juron lorsqu’elle dit: “Qu’aucune parole ordurière ne sorte de votre bouche.” — Éph. 4:29. – TG1982  1/3
     
     
  23. Like
    misette got a reaction from Elisabeth Dolewka in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 26 MARS 2018 - MATTHIEU 25   
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MATTHIEU 25
    Matthieu 25:31-33 : Explique l’exemple des brebis et des chèvres (w15 15/3 27 § 7).
    “ Quand le Fils de l’homme arrivera dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il s’assiéra sur son trône glorieux. 32 Et toutes les nations seront rassemblées devant lui, et il séparera les gens les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres. 33 Et il mettra les brebis à sa droite, mais les chèvres à sa gauche »
    7 Aujourd’hui, nous comprenons clairement l’exemple des brebis et des chèvres. Voici l’identité des personnages : « le Fils de l’homme », le Roi, est Jésus. Ceux que le Roi appelle « mes frères » sont les hommes et les femmes oints de l’esprit, qui régneront avec lui depuis le ciel (Rom. 8:16, 17). « Les brebis » et « les chèvres » représentent les humains issus de toutes les nations qui, quant à eux, ne sont pas oints de l’esprit saint. Et le moment du jugement ? Ce jugement aura lieu vers la fin de la grande tribulation maintenant proche. Que dire de la raison pour laquelle une personne est déclarée soit brebis soit chèvre ? Son sort dépendra de la façon dont elle aura agi envers les frères oints de Christ encore sur terre. La fin de l’actuel système de choses étant extrêmement proche, nous sommes vivement reconnaissants à Jéhovah d’avoir peu à peu fait la lumière sur cet exemple et les trois autres, consignés en Matthieu chapitres 24 et 25, qui lui sont étroitement liés. TG2015 15/3
    Au milieu des années 1990, La Tour de Garde a réexaminé
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , qui déclare : « Quand le Fils de l’homme arrivera dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il s’assiéra sur son trône glorieux. » Il est apparu que si, en 1914, Jésus est devenu Roi du Royaume de Dieu, ce n’est pas à ce moment-là qu’il s’est « assis sur son trône glorieux » en qualité de Juge de « toutes les nations » (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Or dans la parabole des brebis et des chèvres, Jésus est surtout présenté comme Juge. Étant donné que Jésus n’était pas encore Juge sur toutes les nations en 1914, le jugement des brebis et des chèvres n’a pas pu débuter cette année-là. Alors quand ce jugement commencera-t-il ? Jésus jugera les nations pour la toute première fois après la destruction de la fausse religion. C’est quand il viendra, durant la grande tribulation, que Jésus déterminera qui parmi les gens de toutes les nations est une brebis ou une chèvre. Puis, à HarMaguédon, point culminant de la grande tribulation, les humains comparables à des chèvres seront définitivement « retranchés ». Avant la Grande Tribulation, les humains ont encore le temps de changer et de se mettre à marcher sur la route resserrée « qui mène à la vie » Il est vrai qu’aujourd’hui, certains se comportent soit en brebis, soit en chèvres. Mais souvenons-nous que les humains ne seront définitivement rangés parmi les brebis ou les chèvres que durant la Grande Tribulation. C’est pourquoi nous avons de bonnes raisons de continuer à offrir au plus grand nombre de personnes possible l’occasion d’écouter et d’accepter le message du Royaume.  – TG2013  15/7
    Aux temps bibliques, pourquoi les bergers séparaient-ils les brebis des chèvres ? Dans sa description d’une époque future de jugement, Jésus a dit : « Quand le Fils de l’homme arrivera dans sa gloire, [...] il séparera les gens les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres » (Matthieu 25:31, 32). Quelles raisons les bergers pouvaient-ils avoir de séparer ces animaux ? Généralement, les moutons et les chèvres se déplaçaient et broutaient ensemble durant la journée. La nuit, on les rassemblait dans des enclos pour les protéger des animaux sauvages, des voleurs et du froid. Les deux types d’animaux étaient placés dans des enclos séparés pour protéger les moutons, en particulier les brebis et les agneaux. Les chèvres, plus agressives, risquaient en effet de les blesser. Le berger séparait aussi les moutons des chèvres durant « la traite, la tonte et la période de reproduction ». L’exemple de Jésus s’inspirait de pratiques et d’images bien connues de ses auditeurs de l’antique Israël, où l’élevage était une activité courante.
    Matthieu 25:40 : Comment pouvons-nous montrer notre amitié à l’égard des frères de Christ ? (w09 15/10 16 § 16-18).
    « Et en réponse le roi leur dira : ‘ Vraiment, je vous le dis : Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait »
    « Vous êtes mes amis »
    16 Si vous espérez vivre sur terre sous la domination du Royaume de Dieu, comment pouvez-vous montrer votre amitié à l’égard des frères de Christ ? Citons trois façons de le faire. Premièrement, en participant de tout coeur à la prédication. Christ a ordonné à ses frères de prêcher la bonne nouvelle sur toute la terre (Mat. 24:14). Cependant, le reste des frères de Christ encore sur terre aurait bien du mal à assumer cette responsabilité sans le soutien des autres brebis. Autrement dit, chaque fois que les membres de la classe des autres brebis participent à la prédication, ils aident les frères de Christ à s’acquitter de leur mission sacrée. La classe de l’esclave est profondément reconnaissante pour cette marque d’amitié, tout comme l’est Christ.
    17 Une seconde façon d’aider les frères de Christ est de soutenir financièrement l’œuvre de prédication. Jésus a encouragé ses disciples à se faire des amis au moyen « des richesses injustes » (Luc 16:9). Cela ne signifie nullement que nous pouvons acheter l’amitié de Jésus ou de Jéhovah, mais plutôt que, en utilisant nos ressources en faveur des intérêts du Royaume, notre amitié et notre amour s’expriment « en action et vérité », et pas seulement en paroles (1 Jean 3:16-18). Ce soutien financier, nous l’apportons lorsque nous prêchons, que nous faisons des offrandes pour la construction et l’entretien de nos lieux de réunion ou pour l’oeuvre mondiale de prédication. Que notre participation soit petite ou grande, notre disposition à donner avec joie réjouit sans aucun doute Jéhovah et Jésus (2 Cor. 9:7).
    18 Enfin, nous pouvons prouver que nous sommes amis de Christ en coopérant avec les anciens de la congrégation. Ces hommes sont nommés par l’esprit saint, sous la direction de Christ (Éph. 5:23). « Obéissez à ceux qui vous dirigent et soyez soumis », a écrit l’apôtre Paul (Héb. 13:17). Il peut nous arriver d’avoir du mal à obéir aux instructions basées sur la Bible que nous donnent les anciens. Sans doute connaissons-nous leurs défauts, ce qui pourrait fausser la perception que nous avons de leurs conseils. Toujours est-il que Christ, le Chef de la congrégation, prend plaisir à utiliser ces hommes, bien qu’ils soient imparfaits. La manière dont nous réagissons à leur autorité a donc une incidence directe sur notre amitié avec Christ. Lorsque nous passons sur leurs erreurs et que nous suivons de bon gré leurs conseils, nous prouvons notre amour pour Christ TG2009
    En raison du soutien désintéressé qu’ils apportent aux frères oints du Christ, les membres de la grande foule sont considérés comme ayant fait du bien à Jésus lui-même. Cela leur permet d’être en bonnes relations avec Jésus Christ et Jéhovah Dieu. Ils se voient accorder le privilège de se joindre au reste des chrétiens oints en devenant des Témoins de Dieu et en portant son nom – TG1995  15/2
    Ceux qui se montreraient hospitaliers et bons à l’égard des “ frères ” du Christ le feraient justement parce qu’ils les reconnaîtraient comme tels et comme des fils de Dieu. it1 Hospitalité
    Les autres brebis ne devraient jamais oublier que leur salut dépend du soutien actif qu’elles apportent aux “ frères ” du Christ encore sur la terre – TG2012  15/3 p20 §2
    Il est bon de nous demander comment nous réagissons aux conseils opportuns qui nous sont adressés dans les publications chrétiennes. Nous manifestons notre profonde reconnaissance pour la nourriture spirituelle qui nous est fournie en l’absorbant régulièrement. Quelle devrait être notre réaction si certains conseils nous sont rappelés de temps à autre ? Coopérer avec les “ frères du Christ ” consiste à bien accueillir toute nouvelle compréhension des vérités bibliques publiée par “ l’esclave fidèle et avisé ”. – TG2011  15/5 p26
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Depuis que Jéhovah a révélé, en Éden, qu’il avait l’intention d’ôter les conséquences néfastes de la rébellion de Satan, ses serviteurs fidèles sont toujours très curieux de savoir comment se réalisera le dessein divin. De fait, même les anges s’y intéressent. À l’époque de Jésus, beaucoup avaient le vif désir de connaître le moment exact où viendrait le Royaume. Toutefois, Jésus le leur a répété, ce n’était pas la volonté de Jéhovah qu’ils le sachent (Matthieu 25 :13 « Veillez donc, parce que vous ne savez ni le jour ni l’heure ») Toute tentative pour fixer une date particulière aurait été vaine. Au lieu de cela, il les a exhortés à s’occuper de leurs responsabilités chrétiennes, et à être constamment aux aguets. Aujourd’hui, les événements mondiaux prouvent de façon écrasante que la fin est proche, de sorte que l’on est de plus en plus curieux de savoir à quelle date elle va se produire. Il se peut que certains événements aient convaincu quelques-uns d’avoir découvert le jour et l’heure. Cependant, lorsqu’ils ont vu que leurs prévisions ne s’étaient pas réalisées, ils ont connu une profonde angoisse, au point, peut-être, d’abandonner le service de Dieu. Ainsi, il est grandement préférable de s’en remettre à Jéhovah sur cette question, confiant qu’il fera venir la fin exactement au moment voulu. Tout ce dont nous avons besoin pour être prêts nous a été donné. TG1987  1/ 2
    La raison la plus importante pour laquelle nous prêchons est que nous voulons glorifier Jéhovah et sanctifier son nom. Dans l’exemple de la vigne, Jésus a comparé Jéhovah à un cultivateur qui fait pousser du raisin. Puis, il a dit qu’il était lui-même la vigne (ou le pied de vigne) et que ses disciples étaient les branches. Le raisin représente le fruit du Royaume que les disciples de Christ produisent, c’est-à-dire leur prédication. Jésus a dit à ses apôtres : « Mon Père est glorifié en ceci : que vous continuiez à porter beaucoup de fruit. » Quand une vigne produit un bon raisin, cela honore le cultivateur. Pareillement, quand nous faisons le maximum pour prêcher la bonne nouvelle du Royaume, nous honorons, ou glorifions, Jéhovah (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . – TG2018 Mai p17 §3 Pourquoi la Bonne Nouvelle au sujet du Royaume de Dieu est-elle si importante ? Parce que c’est le Royaume messianique qui défendra avec succès la souveraineté universelle de Jéhovah. Au moyen de ce Royaume, Jéhovah exécutera son jugement sur le système de choses de Satan et réalisera sa promesse de bénir toutes les familles de la terre. En faisant en sorte qu’un témoignage soit donné au sujet de son Royaume, Jéhovah a trouvé ceux qu’il a ensuite oints pour devenir cohéritiers avec son Fils. Également grâce à la prédication du Royaume, une œuvre de séparation s’effectue aujourd’hui (Matthieu 25:31-33). Jéhovah veut que des gens de toutes nations soient avertis de son dessein. Il veut leur donner la possibilité de choisir la vie en devenant des sujets de son Royaume. Participons-nous de notre mieux à la proclamation de ce Royaume ? TG1994  1/5
    Notre prédication est une expression de la miséricorde de Dieu : elle offre aux humains la possibilité de changer et d’obtenir “ la vie éternelle ”. (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Si nous ne prêchons pas, comment les gens entendront-ils le message qui apporte le salut ? TG2012 15/3 p10 §8 Jéhovah a condamné le monde actuel, mais il n’a pas encore jugé individuellement chaque personne qui le compose. Il le fera par l’intermédiaire de Jésus au moment qu’il a fixé (Matthieu 25:31-46). En attendant, il montre un amour immense à l’égard des humains. Il est allé jusqu’à donner son Fils unique-engendré afin que chacun ait la possibilité d’obtenir la vie éternelle. Quant à nous, chrétiens, nous imitons l’amour de Dieu en parlant des dispositions qu’il a prises pour le salut, même si nos efforts sont souvent mal récompensés. – TG2002  1/11  § 12
    En
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , Jésus donne l’assurance que Dieu répondra aux besoins de ses serviteurs fidèles qui mettent les intérêts du Royaume à la première place dans leur vie. Cependant, il a aussi indiqué qu’en raison de la persécution, ses « frères » pourraient souffrir de la faim (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) C’est arrivé à l’apôtre Paul. Il a parfois souffert de la faim et de la soif (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Jéhovah nous dit que nous serons persécutés de diverses manières. Il peut permettre que nous subissions des privations afin que nous contribuions à réfuter les accusations portées par le Diable. Mais Jéhovah promet d’être avec ses serviteurs. – TG2014 15/9 p22 Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    Une chose grâce à laquelle les vierges avisées sont prêtes, c’est la vigilance. Serait-il possible que, pris individuellement, certains chrétiens oints s’assoupissent pendant la longue veille ? Oui. Jésus dit bien des dix vierges que, durant l’apparent retard de l’époux, « elles se sont toutes assoupies et se sont endormies ». Jésus savait que même un esprit ardent et plein de bonne volonté peut être entravé par la faiblesse de la chair. Tenant compte de cet avertissement implicite, les oints fidèles ont redoublé d’efforts pour rester vigilants. Toutes les vierges de la parabole ont réagi au cri « Voici l’époux ! » Mais seules les vigilantes ont enduré jusqu’à la fin (Mat. 25:5, 6 ; 26:41). Que dire des oints fidèles d’aujourd’hui ? Depuis le début des derniers jours, ils réagissent aux preuves évidentes qui, en quelque sorte, crient : « Voici l’époux ! », autrement dit, aux preuves annonçant que Jésus s’apprête à venir. De plus, ils endurent, ils se tiennent indéfectiblement prêts pour l’arrivée de l’Époux. – TG2015  15/3 p14 §9
    Quand il a chargé ses disciples de faire à leur tour des disciples, Jésus leur confiait en quelque sorte « ses biens », ses talents (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). En termes simples, les talents représentent la responsabilité de prêcher et de faire des disciples. -TG2015  15/3 p24 §7 Au temps de Jésus, un talent équivalait à environ 6 000 deniers. L’ouvrier moyen, qui gagnait un denier par jour, devait travailler 20 ans pour gagner un seul talent.
    À partir du Ier siècle, les disciples oints ont reçu les talents et ils ont des comptes à rendre sur la façon dont ils remplissent leur mission consistant à prêcher. Ceux qui meurent fidèles avant le début de la grande tribulation sont déjà définitivement scellés au moment de leur mort. Toutefois, dans l’exemple des talents, Jésus parle du règlement de comptes final, avec les oints qui seront encore sur terre lors de la Grande Tribulation - TG2015  15/3 p24

    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. - L’homme, ou le maître, est Jésus et que son voyage à l’étranger représente son ascension au ciel, en 33 de n. è. Dans une parabole énoncée plus tôt, Jésus révèle le but de ce voyage : « se faire investir du pouvoir royal » (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Mais à son retour au ciel, il ne s’est pas immédiatement fait investir du plein pouvoir royalHello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . En réalité, il « s’est assis à la droite de Dieu, attendant désormais jusqu’à ce que ses ennemis soient placés comme un escabeau pour ses pieds » (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ).- TG2015  15/3 p24 Le maître, précise la parabole, a donné à un esclave cinq talents, à un autre deux, à un autre encore un seul (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Bien que tous n’aient pas reçu le même nombre de talents, le maître s’attendait à ce que tous les fassent fructifier avec ardeur, c’est-à-dire qu’ils fassent le maximum dans le ministère. Au Ier siècle, à partir de la Pentecôte 33 de n. è., les disciples de Christ ont commencé à faire des affaires avec les talents, Au temps de la fin, et particulièrement depuis 1919, les fidèles esclaves oints de Christ sur terre font des affaires avec les talents du Maître. Comme les deux premiers esclaves, les frères et sœurs oints font le meilleur usage possible de ce qu’ils possèdent. Il n’est pas utile d’émettre des suppositions sur l’identité prophétique de celui qui a reçu cinq talents et de celui qui en a reçu deux. Les deux ont doublé la valeur de ce que le maître leur avait donné ; ils ont donc fait preuve d’une ardeur égale - TG2015  15/3 p24 La parabole des talents contient deux enseignements. Lesquels ? Premièrement, le Maître, Christ, a confié à ses esclaves oints quelque chose de très précieux à ses yeux : la mission de prêcher et de faire des disciples. Deuxièmement, Christ s’attend à ce que chacun de nous prêche avec ardeur. Si nous manifestons une telle ardeur, soyons sûrs que le Maître récompensera notre foi, notre vigilance et notre fidélité (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). - TG2015  15/3 p24   L’époux : C’est Jésus.
      Les vierges avisées : Ce sont les chrétiens oints qui veillent.
      Les vierges sottes : Ce sont les chrétiens oints qui ne sont pas fidèles et qui ne veillent pas. À cause de cela, ils perdent leur récompense, la vie au ciel.
    Jésus a dit : « Longtemps après, le maître de ces esclaves est venu et a réglé ses comptes avec eux. » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Jésus, le Maître, fera cela vers la fin de la Grande Tribulation. Comment le savons-nous ? Jésus a parlé plusieurs fois de sa venue, ou de son arrivée. Il a dit que les gens « verront le Fils de l’homme venir sur les nuages du ciel ». Ces paroles se réaliseront au moment où Jésus jugera les gens pendant la Grande Tribulation. – ws 2015  15/3 p17 §11 Quand le maître est revenu de son voyage, il a vu que l’esclave qui avait 5 talents en avait gagné 5 de plus. L’esclave qui avait 2 talents en avait gagné 2 de plus. Le maître a dit à chacun d’eux : « C’est bien, esclave bon et fidèle ! Tu as été fidèle sur peu de choses. Je t’établirai sur beaucoup de choses. » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Que fera le Maître, Jésus, quand il viendra ? Juste avant la Grande Tribulation, Dieu acceptera d’une façon définitive les oints courageux qui seront encore sur la terre. Cela veut dire qu’ils recevront leur sceau final. (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Puis, avant HarMaguédon, Jésus les récompensera en les faisant monter au ciel. Mais que se passera-t-il pour les humains qui ont l’espoir de vivre sur la terre et qui ont aidé les oints à prêcher ? Ils seront jugés comme étant des brebis. En récompense, ils auront la vie sur la terre sous la direction du Royaume de Dieu. (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) - ws 2015  15/3 p17 §12,13 En Matthieu 25:34, que signifient ces paroles de Jésus aux “brebis”: “Héritez du Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde.” Jésus ne voulait pas dire que ces “brebis” régneraient avec lui dans les cieux, mais qu’elles hériteraient du domaine terrestre du Royaume préparé pour elles “depuis la fondation du monde” des humains rachetables. De cette façon, elles deviendraient les enfants terrestres de leur “Père éternel”, le Roi Christ Jésus –
    Quand Jésus parle du Royaume préparé “depuis la fondation du monde” (Matthieu 25:34), il se réfère sans aucun doute à un moment qui se situe après le premier péché. Luc 11:50, 51 rattache “la fondation du monde” (ou la fondation d’une humanité susceptible d’être rachetée au moyen d’une rançon) aux jours d’Abel. – TG1995 15/2
    La parabole parle aussi de l’esclave qui avait un seul talent. Il ne s’en est pas servi pour gagner plus d’argent pour son maître. Il ne l’a pas non plus mis dans une banque. Au contraire, il l’a enterré. Le maître a dit que cet esclave était méchant et paresseux. Il lui a repris le talent et l’a donné au premier esclave. Puis il a jeté l’esclave méchant « dans les ténèbres ». Et là, l’esclave a pleuré de colère. (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Quand Jésus disait qu’un des 3 esclaves était méchant et paresseux, il ne voulait pas dire qu’un tiers des oints serait comme cet esclave. Nous comprenons cela en comparant cette parabole avec 2 autres. Dans la parabole de l’esclave fidèle et avisé, Jésus a parlé d’un esclave méchant qui maltraitait les autres esclaves. Jésus ne voulait pas dire que ceux qui font partie de l’esclave fidèle et avisé deviendraient méchants. Non, il les avertissait plutôt pour qu’ils ne deviennent pas comme l’esclave méchant. Jésus ne voulait pas dire que beaucoup d’oints deviendraient méchants et paresseux pendant les derniers jours. En fait, il avertissait ses disciples pour qu’ils ne deviennent pas comme l’esclave méchant. Il leur rappelait qu’ils devaient continuer à faire beaucoup d’efforts pour prêcher. (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) ws 2015  15/3 p17 §14,15
    Quelles sont les 2 leçons que nous apprenons de la parabole des talents ? La première : Jésus a donné à ses disciples oints un trésor précieux, la responsabilité importante de prêcher et de faire des disciples. La deuxième : Jésus veut que nous fassions tous beaucoup d’efforts pour prêcher. Si nous continuons fidèlement à prêcher, et si nous restons obéissants et fidèles à Jésus, nous pouvons être sûrs qu’il nous récompensera. (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) - ws 2015  15/3 p17 §16 Quand nous proclamons le message d’avertissement, pouvons-nous aider les gens en les considérant comme des brebis en puissance plutôt qu’en les regardant d’un œil négatif ? — Matthieu 25:32-34. – jd chap13 § 10
    Ceux qui traitent les oints de la manière qui convient se protègent d’un danger insidieux. Les Écritures nous disent que de « faux frères » peuvent se glisser dans la congrégation (Gal. 2:4, 5 ; 1 Jean 2:19). Ces imposteurs peuvent même se prétendre oints. D’autre part, certains chrétiens oints peuvent abandonner la foi (Mat. 25:10-12).
    Ne commettons donc pas l’erreur d’« admirer les personnes ». Ainsi, dans le cas où un chrétien en vue ou de longue date devient infidèle, notre foi n’en sera pas ébranlée, ou encore, ce chrétien ne nous éloignera pas de la vérité (Jude 16). TG2016 Janvier
    Si nous ne traitons pas les oints comme des personnes plus importantes que les autres, nous nous protégeons aussi nous-mêmes. Qu’est-ce que cela veut dire ? La Bible explique que, dans la congrégation, il y a parfois des « faux frères » qui osent même dire qu’ils sont oints. Quelquefois, il y a aussi des oints qui ne restent pas fidèles. Mat. 25:10-12. Si nous refusons d’« admirer les personnes », nous ne suivrons jamais des humains, même ceux qui sont oints ou très connus, ou qui servent Jéhovah depuis longtemps. Alors, s’ils deviennent infidèles ou quittent la congrégation, nous ne perdrons pas notre foi en Jéhovah et nous n’arrêterons pas de le servir (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). - TG2016 Janvier facile §11 La considération: un besoin fondamental - Il est approprié et juste d’accorder de l’honneur à qui le mérite. Jésus a montré ce qu’il fallait faire dans l’illustration des esclaves à qui le maître confie son avoir. Reconnaissant que celui-ci avait bien été géré, il dit à chacun d’eux: “C’est bien, esclave bon et fidèle!” (Matthieu 25:19-23). Pourtant, on néglige souvent de manifester de tels égards à ceux qui le méritent. Le manque de considération étouffe l’enthousiasme et l’esprit d’initiative. Les marques de considération vous donnent le sentiment d’être utile, recherché et apprécié. Si on est négligé, on se sent abattu et abandonné. En fait, nous avons tous besoin de nous savoir appréciés; cela nous sécurise. C’est un besoin fondamental. TG1994  1/12
    Dans la parabole des brebis et des chèvres, Jésus dit que les chèvres iraient “ dans le feu éternel préparé pour le Diable et ses anges ”. (Matthieu 25:41.) L’expression “ feu éternel ” doit désigner le lac de feu et de soufre où Satan va être jeté. Les anges du Diable ont été expulsés du ciel avec lui. Manifestement, ils seront jetés dans l’abîme avec lui au début du Règne millénaire. En toute logique, ils seront également détruits avec lui dans le lac de feu et de soufre. – re p295
    Qu’étaient “ les banquiers ” dont Jésus a parlé dans un exemple, et comment opéraient-ils ? Jésus a parlé d’un maître qui a blâmé un esclave improductif en ces termes : “ Tu aurais donc dû déposer mon argent chez les banquiers, et à mon arrivée je recevais ce qui est à moi avec un intérêt. ” — Matthieu 25:27.
    En ce temps-là, les établissements financiers de grande envergure que nous connaissons n’existaient pas. Depuis longtemps, toutefois, des prêteurs sur gages versaient des intérêts sur les fonds déposés chez eux et prêtaient de l’argent à un taux supérieur. Selon le Dictionnaire de la Bible par F. Vigouroux, les emprunts à intérêt étaient habituels dans la Grèce du IVe siècle avant notre ère. Et durant la période de paix instaurée par les Romains, le taux d’intérêt annuel des crédits variait dans tout l’empire entre 4 et 6 %.
    La Loi mosaïque interdisait de prêter à intérêt aux Israélites indigents (Exode 22:25). Cette règle semble s’être essentiellement appliquée aux prêts accordés aux pauvres. Cependant, il ressort de l’exemple de Jésus qu’il était normal de toucher des intérêts sur des fonds mis en dépôt chez un prêteur sur gages, ou ‘ banquier ’. Ainsi, comme toujours, Jésus faisait allusion à une situation familière à ses auditeurs. – TG2008  1/12
     
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 26 MARS 2018 - MATTHIEU 25.docx
     
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 26 MARS 2018 - MATTHIEU 25.pdf
     
  24. Like
    misette got a reaction from Elisabeth Dolewka in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 19 MARS 2018 - MATTHIEU 24   
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES -SEMAINE DU 19 MARS 2017 -MATTHIEU 24.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES -SEMAINE DU 19 MARS 2017 -MATTHIEU 24.pdf
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MATTHIEU 24
    Matthieu 24:8 : Que sous-entendent peut-être les paroles de Jésus ? (nwtsty, note d’étude).
    « Toutes ces choses sont un commencement de douleurs »
    Grandes souffrances : Le mot grec désigne littéralement la douleur intense que ressent une femme lors de l’accouchement. Même s’il se rapporte ici aux souffrances, à la douleur et à la détresse en général, il évoque peut-être le fait que les problèmes et les douleurs prédits, comme les douleurs de l’accouchement, augmenteront en fréquence, en intensité et en durée au cours de la période précédant la grande tribulation mentionnée en Mt 24:21. - nwtsty, note d’étude
    Comme les douleurs de l’enfantement, ces “ douleurs ” iront assurément en s’intensifiant jusqu’à ce que Christ ‘ mène à terme sa victoire ’ en détruisant tout vestige de l’organisation visible de Satan.  Dans le grec original, le mot rendu par “ douleurs ” signifie littéralement “ douleurs de l’enfantement ” On en déduit que, comme les douleurs de l’enfantement, les problèmes mondiaux augmenteront en fréquence, en intensité et en durée, pour aboutir à la grande tribulation. – TG2005  15/1 p15-20 §10
    Les « douleurs » du monde méchant vont empirer à mesure qu’il approchera de sa fin. Et elles empireront à coup sûr durant la grande tribulation. Les infrastructures vont s’effondrer, et les humains craindront pour leur vie même. En plein désarroi, ils chercheront refuge en quelque sorte « dans les grottes et dans les rochers des montagnes » (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Mais ni des grottes littérales ni les « montagnes » que sont les organisations politiques et commerciales n’offriront de protection.
    TG2013 15/3 p19-23 §15
    Avant la fin de ce monde mauvais, la vie deviendra certainement de plus en plus difficile. Et pendant la grande tribulation, ce sera encore pire. Sur toute la terre, ce sera le désordre. Les gens qui n’adorent pas Jéhovah auront très peur . La Bible dit qu’ils auront si peur qu’ils chercheront à se cacher « dans les grottes et dans les rochers des montagnes » Mais aucune grotte ne pourra les protéger, ni aucune grande entreprise, ni aucune organisation politique. TG2013 facile 15/3 p19-23 §15
    Pendant la grande tribulation, Jéhovah nous protégera. Comment Jéhovah nous protégera-t-il durant cette période difficile ? Nous ne le savons pas encore. Mais nous pouvons être sûrs que nous resterons organisés et que Jéhovah nous dira quoi faire. C’est ce qu’il a fait pour les Israélites qui ont fui l’Égypte pendant l’Exode. Jéhovah se servira sans doute de la congrégation pour nous dire quoi faire.
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. parle de « chambres intérieures » où les adorateurs de Dieu pourront se mettre à l’abri. Peut-être que ces chambres seront les congrégations du monde entier -  TG2013 15/3 p26 Puisque le présent système de choses approche de sa fin, les “ douleurs ” prédites continueront. Il se peut que le prix de la nourriture augmente considérablement à cause de la demande croissante, des conditions météorologiques ou de l’instabilité économique. Il est possible qu’il devienne de plus en plus difficile de trouver un travail et que les employés soient soumis à une pression grandissante pour travailler davantage. Quoi qu’il arrive, ceux qui maintiennent les intérêts spirituels à la première place et qui gardent un ‘ œil simple ’ n’ont pas à s’inquiéter outre mesure. Ils savent que Dieu les aime et prendra soin d’eux – TG2008  15/10 p7 §17
    Matthieu 24:20 : Pourquoi Jésus a-t-il dit cela ? (nwtsty, note d’étude).
    « Priez sans cesse pour que votre fuite n’arrive pas en hiver ni le jour du sabbat « 
    En hiver : À cause des pluies torrentielles, des inondations et du froid de l’hiver, il était difficile de voyager et de se procurer de la nourriture et un abri (Esd 10:9, 13). - nwtsty, note d’étude
    Un jour de sabbat : Dans les territoires comme la Judée, en raison des restrictions relatives au sabbat, il était difficile de voyager sur de longues distances et de porter de lourdes charges ; de plus, les portes des villes étaient fermées le jour du sabbat (voir Ac 1:12 et sgd, partie 16). - nwtsty, note d’étude
    Si quelqu’un devait fuir une catastrophe en hiver, alors que le mauvais temps rend les déplacements très difficiles, et même dangereux, que risquerait-il de lui arriver ? — Même s’il parvenait à s’enfuir, ce serait avec beaucoup de mal. Mais il pourrait aussi mourir dans une tempête. Imagine que ça lui arrive simplement parce qu’il était trop occupé pour partir plus tôt. Ce serait triste, n’est-ce pas ? — Qu’a voulu enseigner Jésus en parlant de la fuite en hiver ? Il voulait nous faire comprendre que, si nous savons qu’HarMaguédon est proche, nous ne devons pas perdre de temps : nous devons faire le nécessaire pour servir Dieu tout de suite afin de montrer que nous l’aimons. Si nous attendons, il sera peut-être trop tard. Nous serons alors comme les gens d’avant le déluge : ils ont entendu Noé, mais ils ne sont pas entrés dans l’arche. – lr chap47 p249
    Quelle heure est-il donc du point de vue de Dieu? Pour le présent monde c’est l’heure où tout s’achève. Le soleil se couche. La nuit approche rapidement. L’hiver est aux portes. La réalisation des prophéties bibliques et la chronologie établie par Jéhovah indiquent que nous vivons “les derniers jours”, “la conclusion du système de choses” Nous devons donc prendre à cœur cet avertissement donné par Jésus: “Priez sans cesse pour que votre fuite n’arrive pas en hiver.” Quand la nuit, ou l’hiver, arrivera pour ce monde, il sera trop tard pour rechercher la faveur de Jéhovah. – TG1986 15/4 p19
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Jésus a prédit : « L’amour du grand nombre se refroidira » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Ces paroles se sont appliquées d’abord aux Juifs du 1er siècle, qui disaient être le peuple de Dieu, mais qui avaient laissé leur amour pour lui se refroidir. Ce que Jésus a dit sur l’amour qui se refroidit concerne aussi notre époque. Les gens ont de moins en moins d’amour pour Dieu. Ne voulant pas compter sur lui pour régler les problèmes du monde, des millions d’entre eux comptent sur des organisations humaines. Ainsi, leur amour continue de se refroidir. Mais l’amour pourrait se refroidir aussi chez les serviteurs de Jéhovah en perdant leur enthousiasme pour la vérité, en étant influencés par le monde et en laissant d’autres choses devenir plus importantes pour eux que leurs relations avec Jéhovah. – ws2017 mai p20 Ce que Noé ne pouvait pas faire : Même s’il prêchait fidèlement le message d’avertissement de Jéhovah, il ne pouvait pas obliger les impies autour de lui à accepter ce message, ni faire venir le Déluge plus tôt. Il lui fallait être convaincu que Jéhovah tiendrait sa promesse de mettre fin à la méchanceté et qu’il le ferait au bon moment. Nous aussi, nous vivons dans un monde rempli de méchanceté, que Jéhovah a promis de détruire (1 Jean 2:17). En attendant, nous ne pouvons pas obliger les gens à accepter la « bonne nouvelle du royaume ».
    Nous ne pouvons pas non plus faire quoi que ce soit pour accélérer le déclenchement de la « grande tribulation » (Mat. 24:14, 21). Comme Noé, nous devons avoir une foi forte, être certains que Jéhovah interviendra bientôt. Nous sommes convaincus qu’il ne permettra pas que ce monde méchant subsiste un jour de plus que ne l’exige son dessein. – TG2017 Janvier §6,7
    Bientôt, le monde connaîtra la plus grande tribulation de tous les temps (Mat. 24:21, 22). Nous ne savons pas exactement ce qui arrivera à chacun de nous. Mais c’est inutile de nous inquiéter à l’excès. Même si nous ne connaissons pas la façon dont Jéhovah va agir, nous le connaissons Lui. Nous avons vu que, dans toute situation, il réalise toujours ce qu’il a décidé, parfois d’une façon surprenante. Chaque fois qu’il agit pour nous, nous ressentons d’une façon nouvelle sa « paix », « qui surpasse toute pensée ». – TG2017 Août §17
    Comment développer la même foi que Noé. Nous devons étudier soigneusement la Bible, aimer ce que nous apprenons et utiliser cette connaissance pour nous améliorer et faire de bons choix. La foi et la sagesse venant de Dieu nous protégeront alors des pièges de Satan et de l’influence de ce monde. À cause de cette influence, beaucoup aiment la violence et l’immoralité sexuelle, et ils sont esclaves de leurs mauvais désirs. Ils refusent de voir que le jour de Dieu approche. Si notre foi n’est pas forte, nous risquons de commencer à penser comme eux. Quand Jésus a comparé notre époque à celle de Noé, remarquons qu’il n’a pas parlé de la violence ou de l’immoralité sexuelle, mais du danger de ne « pas être attentifs » au message de Dieu (Matthieu 24:36-39). Demandons-nous : « Ma façon de vivre montre-t-elle que je connais bien Jéhovah ? Ma foi me pousse-t-elle à appliquer les principes de Dieu et à les faire connaître ? » Tu sauras ainsi si toi aussi tu « marches avec le vrai Dieu ». – TG2018 Février §9,10
    Jéhovah a amené le Déluge sur un monde impie. Mais cette destruction établit un modèle pour une destruction plus grande qui est encore à venir (Matthieu 24:38, 39). Aujourd’hui, comme à l’époque, Jéhovah se tient prêt avec ses saintes myriades pour exécuter un jugement juste contre un monde impie. Chacun de nous doit prendre à cœur l’avertissement de Hénok et l’annoncer à d’autres. Notre famille et nos amis s’éloigneront peut-être de nous. Par moments, nous nous sentirons peut-être seuls. Mais Jéhovah n’abandonnera pas ses fidèles serviteurs  - TG2017 n°1
    Nous prêchons parce que nous voulons avertir les gens que le jour de Jéhovah est proche. La Bible parle de Noé comme d’un « prédicateur » Le message qu’il prêchait contenait un avertissement concernant la destruction à venir. Qu’est-ce qui nous permet de le dire ? Jésus a déclaré : « De même qu’ils étaient en ces jours d’avant le déluge : ils mangeaient et buvaient, les hommes se mariaient et les femmes étaient données en mariage, jusqu’au jour où Noé est entré dans l’arche ; et ils n’ont pas été attentifs jusqu’à ce que le déluge vienne et les emporte tous, ainsi sera la présence du Fils de l’homme » (Mat. 24:38, 39). Même si les gens n’écoutaient pas Noé, il a fidèlement annoncé le message d’avertissement qu’il avait reçu de Jéhovah.
    Aujourd’hui, nous prêchons la Bonne Nouvelle du Royaume parce que nous voulons faire connaître le projet de Jéhovah pour les humains. Comme lui, nous souhaitons vraiment que les gens écoutent et « restent bel et bien en vie » (Ézéch. 18:23). Quand nous prêchons de maison en maison ou dans les lieux publics, nous avertissons le plus de personnes possible que le Royaume de Dieu va détruire ce monde méchant – TG2018 n°5 §8,9
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    Matthieu 24 :3 « Tandis qu’il était assis sur le mont des Oliviers, les disciples s’avancèrent vers lui en particulier et dirent : “ Dis-nous : Quand ces choses auront-elles lieu, et quel sera le signe de ta présence et de l’achèvement du système de choses ? » indique que « l’achèvement du système de choses » est en cours. Mais Jésus n’a pas révélé combien de temps durerait cette période avant que la fin n’arrive. Il nous faut donc être particulièrement vigilants. Nous nous demandons peut-être : Se pourrait-il que l’expression « achèvement du système de choses » désigne une période à venir, durant laquelle les conditions mondiales empireront encore ? Il est vrai que, selon la Bible, « dans les derniers jours », la méchanceté s’accentuera considérablement. L’expression “ l’achèvement du système de choses ” (sa conclusion) désigne la période qui mène à la fin et qui inclut cette fin. Nous pouvons donc nous attendre à ce que les conditions mondiales, aussi mauvaises soient-elles, continuent de se dégrader. Jésus a dit que la plupart des gens ne seraient « pas attentifs » à sa présence et qu’ils continueraient de vaquer à leurs occupations jusqu’à ce qu’il soit trop tard  -  TG2015 15/8 p15-16
    Les véritables disciples de Christ seraient les objets de la haine de toutes les nations à cause de son nom’ (Mat. 24:9)
    Les disciples ne sont pas persécutés parce qu’ils s’ingèrent dans les affaires politiques, mais ‘à cause du nom de Jésus Christ’, parce qu’ils s’attachent à Jésus en qui ils reconnaissent le Roi messianique de Jéhovah, qu’ils lui obéissent comme à un chef plutôt qu’aux leaders politiques de la terre, et qu’ils soutiennent fidèlement son Royaume au lieu de prendre parti dans les affaires des gouvernements humains. L’histoire moderne est là pour prouver que les Témoins de Jéhovah ont subi ce genre de persécution dans toutes les parties de la terre –rs p93 Derniers jours
    Matthieu 24:17 « Que l’homme qui est sur le toit en terrasse ne descende pas pour emporter les biens qu’il y a dans sa maison »  Que se passera-t-il après la destruction des fausses religions ? Ce sera le moment de révéler ce que nous avons vraiment dans le cœur. La majorité des humains cherchera refuge dans des organisations humaines comparées aux « rochers des montagnes » (Rév. 6:15-17). Pour leur part, les serviteurs de Dieu fuiront, figurément parlant, vers le refuge fourni par Jéhovah. Au 1er siècle, l’intervalle qui a suivi le retrait de l’armée romaine n’a pas été une période de conversion massive des juifs au christianisme. C’était plutôt, pour ceux qui étaient déjà chrétiens, le moment d’agir et d’obéir. Pareillement, il ne faut pas s’attendre à ce que l’interruption, le répit, qui se produira durant la grande tribulation donne lieu à un afflux de nouveaux croyants. Par contre, elle offrira à tous les vrais croyants la possibilité de prouver leur amour pour Jéhovah et de soutenir les frères du Christ. Bien que nous ne connaissions pas dans le détail tout ce qui se produira durant cette période d’épreuve, attendons-nous à devoir faire des sacrifices. Pour rester en vie, les chrétiens du 1er siècle ont dû abandonner leurs biens et endurer des privations. Serons-nous disposés à subir des pertes matérielles pour rester fidèles ? Serons-nous prêts à faire tout ce qu’il faudra pour prouver notre fidélité à Jéhovah ? – TG2015  15/7 §7,8
    Le signe des derniers jours est d’une portée internationale : il concerne “ toute la terre habitée ”. (Mat. 24:7, 14.) Des millions de gens vivent dans des endroits frappés par des épidémies, des famines, des tremblements de terre ou d’autres malheurs annoncés. À l’opposé, beaucoup d’autres connaissent une tranquillité relative. Si vous n’avez jamais été personnellement touché par certains éléments du signe, devriez-vous en conclure que la grande tribulation est encore loin ? Ce serait manquer de sagesse. Souvenez-vous que Jéhovah a déjà fixé le jour et l’heure du début de la Grande Tribulation (Mat. 24:36). Le cours des événements n’y changera rien. “ Montrez-vous prêts. ” (Mat. 24:44).
    Cette exhortation de Jésus s’adresse à tous les chrétiens, où qu’ils soient. Nous devons être prêts en permanence. De plus, aucun de nous ne sait ce qu’il sera en train de faire au moment où la grande tribulation commencera. Certains seront peut-être au travail ou occupés à des tâches ménagères chez eux (Mat. 24:40, 41) – TG2011  15/10
    Les jours sont écourtés. Jésus a révélé ce qui se passera à ce stade de la Grande tribulation : « À cause de ceux qui ont été choisis ces jours-là seront écourtés » Matthieu 24:22. Ces paroles ont eu un accomplissement limité en 66 de n. è., quand Jéhovah a écourté l’attaque de l’armée romaine contre Jérusalem (Marc 13:20). Cette intervention a permis aux chrétiens de Jérusalem et de Judée d’être sauvés. Que se passera-t-il à l’échelle mondiale lors de la Grande Tribulation ? Par l’intermédiaire de notre Roi, Jéhovah écourtera l’attaque de l’ONU, afin que la vraie religion ne soit pas détruite avec la fausse. Les organisations de la fausse religion seront donc toutes éliminées, mais la vraie religion survivra - kr p223, 226
    Est-il nécessaire que les autres brebis connaissent le nom de tous les oints actuellement sur terre ? En un mot, non. Pourquoi ? Parce que quand bien même un chrétien reçoit l’appel céleste, il ne reçoit qu’une invitation, pas une confirmation définitive de sa récompense. C’est la raison pour laquelle Satan suscite de « faux prophètes » pour « égarer, si possible, même ceux qui ont été choisis » (Mat. 24:24). Personne ne peut savoir si un chrétien oint recevra sa récompense céleste tant que Jéhovah n’a pas jugé que ce chrétien en est digne. Jéhovah décide qu’il en est digne et lui donne le sceau final, soit avant qu’il meure fidèle, soit avant le déclenchement de « la Grande Tribulation » (Rév. 2:10 ; 7:3, 14). Il serait donc inutile qu’un humain, quel qu’il soit, cherche à savoir quels serviteurs de Dieu feront à terme partie des 144 000 – TG2016 Janvier  § 3
    Les oints seront présents dans de nombreux endroits de la terre quand Jésus viendra pour les rassembler au ciel. Parlant de cette époque, la Bible dit au sujet de Jésus : « Il enverra ses anges au son d’une grande trompette, et ils rassembleront ceux qu’il a choisis, depuis les quatre vents, depuis l’une des extrémités des cieux jusqu’à leur autre extrémité » (Mat. 24:31). Les Écritures ont clairement annoncé que seul un reste d’oints serait présent sur terre durant les derniers jours (Rév. 12:17). Mais elles ne disent pas combien il en restera quand la grande tribulation commencera - TG2016 Janvier  § 14
    LE DERNIER MÉMORIAL : QUAND ? - Un jour, le Mémorial sera célébré pour la dernière fois. Comment le savons-nous ? L’apôtre Paul a expliqué qu’en célébrant le Mémorial, les chrétiens oints « continuent] à proclamer la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il arrive » (1 Cor. 11:26). Ici, le mot « arrive » fait référence au même évènement que la « venue » dont Jésus a parlé dans sa prophétie sur le temps de la fin. À propos de la grande tribulation maintenant toute proche, il a déclaré : « Le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel, et alors toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine en se lamentant, et elles verront le Fils de l’homme venir sur les nuages du ciel avec puissance et grande gloire. Et [Jésus] enverra ses anges au son d’une grande trompette, et ils rassembleront ceux qu’il a choisis, depuis les quatre vents, depuis l’une des extrémités des cieux jusqu’à leur autre extrémité » (Mat. 24:29-31). Le rassemblement de « ceux qu’il a choisis » se fera quand les chrétiens oints encore sur terre recevront leur récompense au ciel. Cela se produira entre le début de la grande tribulation et la guerre d’Armaguédon. De cette façon, l’ensemble des 144 000 sera aux côtés de Jésus pour vaincre les rois de la terre (Rév. 17:12-14). Le Mémorial qui sera célébré avant que Jésus rassemble les oints dans le ciel sera donc le dernier de tous, puisque Jésus sera « arrivé ». Soyons déterminés à être présents au Mémorial, le 31 mars 2018. Et demandons à Jéhovah de nous aider à contribuer à l’unité de son peuple ! . Souvenons-nous qu’un jour, nous célébrerons le Mémorial pour la dernière fois. D’ici là, faisons le maximum pour y assister et chérissons l’unité agréable qui y règne. – TG2018  Janvier §15,16
    « Cette génération ne passera pas que toutes ces choses n’arrivent » Matthieu 24:34. Nous comprenons que cette génération se compose de deux groupes de chrétiens oints. Le premier a connu 1914 et a facilement discerné le signe de la présence du Christ cette année-là. Ceux qui constituaient ce groupe n’étaient pas seulement vivants en 1914, ils avaient été oints de l’esprit en tant que fils de Dieu cette année-là ou avant.
    Le second groupe est formé des chrétiens oints qui ont été contemporains de ceux du premier groupe. Ils ont non seulement vécu en même temps que des membres du premier groupe, mais ils ont aussi été oints d’esprit saint quand les premiers étaient encore sur la terre. Donc, « cette génération » dont a parlé Jésus ne comprend pas tous les oints actuellement sur la terre. Aujourd’hui, ceux qui composent le second groupe prennent de l’âge. Les paroles de Jésus rapportées en Matthieu 24:34 nous donnent néanmoins l’assurance qu’au moins quelques membres de « cette génération ne passeront pas » avant d’avoir vu le début de la grande tribulation. Cela devrait renforcer notre conviction qu’il reste peu de temps avant que le Roi du Royaume de Dieu élimine les méchants et instaure un monde nouveau juste – TG2014 15/1 p31
    Jésus souhaite que nous restions vigilants en raison et de ce que nous savons et de ce que nous ignorons. Lorsqu’il était sur la terre, Jésus avait-il une connaissance pleine et entière de l’avenir ? Non, car il a humblement reconnu : “ Quant à ce jour-là et à cette heure-là, personne ne les connaît, ni les anges des cieux ni le Fils, mais seulement le Père. ” (Mat. 24:36). À l’époque, lui, “ le Fils ”, ne savait pas précisément quand viendrait la fin de ce système de choses. Et nous, notre connaissance de l’avenir est-elle complète ? À l’évidence, non. Nous ignorons le moment où Jéhovah enverra son Fils anéantir ce monde mauvais. Autrement, quel besoin aurions-nous de veiller ? En outre, comme l’a expliqué Jésus, la fin viendra soudainement. Il est donc impératif que nous restions vigilants – TG2012  15/2 p4 §4
    Malgré leurs facultés mentales et spirituelles élevées, les anges ont des limites ; il y a notamment des choses qu’ils ne connaissent pas Matthieu 24:36 « Quant à ce jour-là et à cette heure-là, personne ne les connaît, ni les anges des cieux ni le Fils, mais seulement le Père » - TG2017 n°5
    Nous ne pouvons pas déterminer l’année, et encore moins le jour et l’heure, où débutera la grande tribulation. Lorsqu’il était sur terre, Jésus a dit : « Quant à ce jour-là et à cette heure-là, personne ne les connaît, ni les anges des cieux ni le Fils, mais seulement le Père » (Mat. 24:36). Toutefois, Christ a reçu au ciel les pleins pouvoirs pour faire la guerre au monde de Satan (Rév. 19:11-16). Il est donc raisonnable d’en conclure qu’il sait à présent quand aura lieu Harmaguédon. Mais nous, nous l’ignorons. Il est impératif de rester vigilants jusqu’à cette tribulation. Jéhovah, lui, a toujours su quand elle arrivera. Il a fixé le moment précis où la fin viendra. Il compte le temps qui reste avant le début de la grande tribulation. Soyons sûrs que la promesse de Jéhovah de nous délivrer lors de la grande tribulation ne faillira pas. Si nous voulons survivre à la destruction de ce système, nous devons veiller pour survivre. En étant spirituellement vigilants, nous serons prêts pour ce jour de jugement, quel que soit le moment où il viendra – TG2016 Juillet p14 §4
     
    Pourquoi devons-nous « veiller » ? - En ces derniers jours, les chrétiens doivent prendre au sérieux l’avertissement de Jésus de « veiller » (Matt. 24:42). Il nous faut pour cela nous protéger des influences négatives qui pourraient nous empêcher d’être vigilants en vue de sa venue. Cet article explique comment ne pas nous laisser distraire. Trois influences négatives qui pourraient affaiblir notre vigilance si nous ne faisions pas attention :
    Le Diable plonge les humains dans l’indifférence spirituelle des personnes en prédication,
    L’esprit du monde provoque le sommeil spirituel (Accaparés par les affaires courantes de la vie, beaucoup ne sont pas « conscients de leur pauvreté spirituelle », Ils se laissent séduire par les attraits matériels du monde, qui flattent « le désir de la chair et le désir des yeux ». À l’approche de la fin de ce système, ce n’est pas le moment d’accumuler pour nous-mêmes des choses matérielles. Nous ne devrions pas nous attendre à ce que nos biens, quelle que soit leur valeur affective ou marchande, survivent avec nous à la grande tribulation
    Notre chair imparfaite peut affaiblir notre détermination à rester vigilants (Jésus savait que les humains imparfaits ont tendance à succomber aux faiblesses de la chair) – TG2016 Juillet
    Jésus a montré l’importance de demeurer éveillé en prenant un exemple où il était question d’un voleur. Après avoir décrit les événements qui l’amèneraient à venir en tant que Juge, il a fait cette mise en garde : “ Veillez donc, parce que vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Mais sachez ceci : si le maître de maison avait su à quelle veille venait le voleur, il se serait tenu éveillé et n’aurait pas laissé forcer sa maison. Voilà pourquoi, vous aussi, montrez-vous prêts, car c’est à une heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme vient. ” (Matthieu 24:42-44). Jésus a donc comparé sa venue à celle, inattendue, d’un voleur. Un voleur n’annonce pas à quelle heure il viendra. Il espère au contraire arriver à un moment où personne ne l’attend. Pareillement, expliquait Jésus, la fin du système actuel aura lieu ‘ à une heure que nous ne pensons pas ’. L’exemple était bien choisi, car la date exacte de la venue de Jésus ne serait pas connue. Dans la même prophétie, il avait précisé en effet : “ Quant à ce jour-là et à cette heure-là, personne ne les connaît, ni les anges des cieux ni le Fils, mais seulement le Père. ” (Matthieu 24:36). D’où sa recommandation : “ Montrez-vous prêts. ” (Matthieu 24:44). Quel que soit le moment où Jésus viendrait pour exécuter le jugement de Jéhovah, ceux qui tiendraient compte de son avertissement seraient prêts ; leur conduite en témoignerait. – TG2003 1/1 p17-18
    Tous ceux qui ont l’espérance céleste ne font pas partie de « l’esclave fidèle et avisé » (Mat. 24:45-47). Comme au 1er siècle, Jéhovah et Jésus nourrissent aujourd’hui beaucoup de monde par l’intermédiaire d’une poignée d’hommes. Au 1er siècle, Jéhovah ne s’est en effet servi que de quelques chrétiens oints pour rédiger les Écritures grecques chrétiennes. De même aujourd’hui, seuls quelques chrétiens oints sont désignés pour fournir la « nourriture [spirituelle] en temps voulu ». - TG2016 Janvier  § 16
    Que voulait dire Jésus quand il a déclaré que son esclave fidèle serait “ avisé ” ? Matthieu 24:45 – Jésus indiquait que les personnes représentées par cet esclave feraient preuve de discernement, de prévoyance et de bon jugement parce qu’elles fonderaient leur foi, leurs actes et leur enseignement sur la Parole de Dieu, la Parole de vérité. - Le mot “ avisé ” désigne la plupart du temps la sagesse pratique et la prudence – TG2007 1/9 p31
    « L’esclave fidèle et avisé » : C’est un petit groupe de frères oints qui s’occupent de préparer et de distribuer la nourriture spirituelle depuis 1919. Aujourd’hui, ce groupe de frères oints s’appelle le Collège central.
    Les frères oints qui composent l’esclave fidèle savent que leur Maître exige qu’ils s’occupent bien de ses domestiques. Ces frères oints veulent sincèrement accomplir leur responsabilité en étant fidèles. Ainsi, quand le Maître arrivera, il leur dira sûrement : « C’est bien. »
    « Ses domestiques » : Ce sont tous ceux qui reçoivent la nourriture spirituelle, les chrétiens oints et les autres brebis.
    « Établi sur ses domestiques » : En 1919, Jésus a choisi des frères oints qui avaient de l’expérience pour être son esclave fidèle et avisé.
    « Il l’établira sur tous ses biens » : Ceux qui font partie de l’esclave fidèle recevront cette mission quand ils auront leur récompense dans le ciel. Avec les autres chrétiens oints qui font partie des 144 000, ils recevront la mission de s’occuper de tous les biens de Jésus. – ws2013  15/7 p25
    Le Collège central prend les décisions importantes de manière collective. Comment ? Il se réunit chaque semaine, ce qui favorise une bonne communication et l’unité entre ses membres. Chaque année, c’est un membre différent qui préside les réunions, car aucun n’est considéré comme supérieur aux autres. De même, les six comités du Collège central changent de président chaque année. Et chaque membre de ce collège se considère, non pas comme le chef de ses frères, mais comme un des « domestiques » nourris par l’esclave fidèle et soumis à sa direction.
    Le Collège central n’est ni inspiré ni infaillible. Il peut donc se tromper sur des questions doctrinales ou d’organisation. D’ailleurs, l’Index des publications des Témoins de Jéhovah contient l’entrée « Compréhensions affinées », qui liste les modifications apportées à notre compréhension biblique depuis 1870. Bien sûr, Jésus ne nous a pas dit que son esclave fidèle produirait une nourriture spirituelle parfaite. Alors comment pouvons-nous répondre à sa question : « Quel est donc l’esclave fidèle et avisé ? » (Mat. 24:45). Quelles preuves avons-nous que c’est le Collège central qui remplit ce rôle ?
    Examinons les mêmes éléments, au nombre de trois, que ceux qui ont guidé le collège central du Ier siècle.
    L’action de l’esprit saint. L’esprit saint permet au Collège central de saisir des vérités bibliques jusque-là incomprises
    L’aide des anges. Le Collège central assume la tâche colossale de diriger une œuvre mondiale de prédication impliquant plus de huit millions d’évangélisateurs. Pourquoi cette œuvre est-elle si fructueuse ? Notamment parce que les anges y participent. Très souvent, des proclamateurs ont rendu visite à des personnes qui venaient de prier Dieu de les aider ! Les progrès de l’œuvre de prédication et d’enseignement malgré une opposition acharnée dans certains pays ne sont possibles que grâce à une aide suprahumaine
    La direction de la Parole de Dieu - le Collège central fonde ses décisions sur la Parole de Dieu, et non sur l’opinion populaire
    Chacun de nous démontre son respect pour notre Conducteur, Jésus, en étant obéissant et soumis aux hommes par lesquels il nous dirige. Quand Jésus est retourné au ciel, il n’a pas abandonné ses disciples. Il savait combien l’esprit saint, les anges et la Parole de Dieu l’avaient aidé dans son rôle de conducteur quand il était sur terre. C’est pourquoi il fournit aujourd’hui la même aide à l’esclave fidèle. Les chrétiens oints qui composent cet esclave « continuent à suivre l’Agneau où qu’il aille » dirigeant humain ne peut faire une telle promesse  - TG2017 Février p23-28 §11-17
    L’amour hypocrite est particulièrement détestable parce que c’est une contrefaçon utilisée pour tromper. Une telle hypocrisie peut tromper des humains, mais pas Jéhovah. D’ailleurs, Jésus a dit que ceux qui agissent comme des hypocrites seront punis « avec la plus grande sévérité » (Mat. 24:51). Bien sûr, un serviteur de Jéhovah ne voudrait jamais manifester un amour hypocrite. Mais demandons-nous : « Mon amour est-il constamment véritable, sans égoïsme ni tromperie ? » Voyons donc neuf façons de manifester un amour « sans hypocrisie ». – TG2017 Octobre §8
     
  25. Like
    misette got a reaction from Claud's Lst in RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 19 MARS 2018 - MATTHIEU 24   
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES -SEMAINE DU 19 MARS 2017 -MATTHIEU 24.docx
    RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES -SEMAINE DU 19 MARS 2017 -MATTHIEU 24.pdf
    JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
    Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MATTHIEU 24
    Matthieu 24:8 : Que sous-entendent peut-être les paroles de Jésus ? (nwtsty, note d’étude).
    « Toutes ces choses sont un commencement de douleurs »
    Grandes souffrances : Le mot grec désigne littéralement la douleur intense que ressent une femme lors de l’accouchement. Même s’il se rapporte ici aux souffrances, à la douleur et à la détresse en général, il évoque peut-être le fait que les problèmes et les douleurs prédits, comme les douleurs de l’accouchement, augmenteront en fréquence, en intensité et en durée au cours de la période précédant la grande tribulation mentionnée en Mt 24:21. - nwtsty, note d’étude
    Comme les douleurs de l’enfantement, ces “ douleurs ” iront assurément en s’intensifiant jusqu’à ce que Christ ‘ mène à terme sa victoire ’ en détruisant tout vestige de l’organisation visible de Satan.  Dans le grec original, le mot rendu par “ douleurs ” signifie littéralement “ douleurs de l’enfantement ” On en déduit que, comme les douleurs de l’enfantement, les problèmes mondiaux augmenteront en fréquence, en intensité et en durée, pour aboutir à la grande tribulation. – TG2005  15/1 p15-20 §10
    Les « douleurs » du monde méchant vont empirer à mesure qu’il approchera de sa fin. Et elles empireront à coup sûr durant la grande tribulation. Les infrastructures vont s’effondrer, et les humains craindront pour leur vie même. En plein désarroi, ils chercheront refuge en quelque sorte « dans les grottes et dans les rochers des montagnes » (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Mais ni des grottes littérales ni les « montagnes » que sont les organisations politiques et commerciales n’offriront de protection.
    TG2013 15/3 p19-23 §15
    Avant la fin de ce monde mauvais, la vie deviendra certainement de plus en plus difficile. Et pendant la grande tribulation, ce sera encore pire. Sur toute la terre, ce sera le désordre. Les gens qui n’adorent pas Jéhovah auront très peur . La Bible dit qu’ils auront si peur qu’ils chercheront à se cacher « dans les grottes et dans les rochers des montagnes » Mais aucune grotte ne pourra les protéger, ni aucune grande entreprise, ni aucune organisation politique. TG2013 facile 15/3 p19-23 §15
    Pendant la grande tribulation, Jéhovah nous protégera. Comment Jéhovah nous protégera-t-il durant cette période difficile ? Nous ne le savons pas encore. Mais nous pouvons être sûrs que nous resterons organisés et que Jéhovah nous dira quoi faire. C’est ce qu’il a fait pour les Israélites qui ont fui l’Égypte pendant l’Exode. Jéhovah se servira sans doute de la congrégation pour nous dire quoi faire.
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. parle de « chambres intérieures » où les adorateurs de Dieu pourront se mettre à l’abri. Peut-être que ces chambres seront les congrégations du monde entier -  TG2013 15/3 p26 Puisque le présent système de choses approche de sa fin, les “ douleurs ” prédites continueront. Il se peut que le prix de la nourriture augmente considérablement à cause de la demande croissante, des conditions météorologiques ou de l’instabilité économique. Il est possible qu’il devienne de plus en plus difficile de trouver un travail et que les employés soient soumis à une pression grandissante pour travailler davantage. Quoi qu’il arrive, ceux qui maintiennent les intérêts spirituels à la première place et qui gardent un ‘ œil simple ’ n’ont pas à s’inquiéter outre mesure. Ils savent que Dieu les aime et prendra soin d’eux – TG2008  15/10 p7 §17
    Matthieu 24:20 : Pourquoi Jésus a-t-il dit cela ? (nwtsty, note d’étude).
    « Priez sans cesse pour que votre fuite n’arrive pas en hiver ni le jour du sabbat « 
    En hiver : À cause des pluies torrentielles, des inondations et du froid de l’hiver, il était difficile de voyager et de se procurer de la nourriture et un abri (Esd 10:9, 13). - nwtsty, note d’étude
    Un jour de sabbat : Dans les territoires comme la Judée, en raison des restrictions relatives au sabbat, il était difficile de voyager sur de longues distances et de porter de lourdes charges ; de plus, les portes des villes étaient fermées le jour du sabbat (voir Ac 1:12 et sgd, partie 16). - nwtsty, note d’étude
    Si quelqu’un devait fuir une catastrophe en hiver, alors que le mauvais temps rend les déplacements très difficiles, et même dangereux, que risquerait-il de lui arriver ? — Même s’il parvenait à s’enfuir, ce serait avec beaucoup de mal. Mais il pourrait aussi mourir dans une tempête. Imagine que ça lui arrive simplement parce qu’il était trop occupé pour partir plus tôt. Ce serait triste, n’est-ce pas ? — Qu’a voulu enseigner Jésus en parlant de la fuite en hiver ? Il voulait nous faire comprendre que, si nous savons qu’HarMaguédon est proche, nous ne devons pas perdre de temps : nous devons faire le nécessaire pour servir Dieu tout de suite afin de montrer que nous l’aimons. Si nous attendons, il sera peut-être trop tard. Nous serons alors comme les gens d’avant le déluge : ils ont entendu Noé, mais ils ne sont pas entrés dans l’arche. – lr chap47 p249
    Quelle heure est-il donc du point de vue de Dieu? Pour le présent monde c’est l’heure où tout s’achève. Le soleil se couche. La nuit approche rapidement. L’hiver est aux portes. La réalisation des prophéties bibliques et la chronologie établie par Jéhovah indiquent que nous vivons “les derniers jours”, “la conclusion du système de choses” Nous devons donc prendre à cœur cet avertissement donné par Jésus: “Priez sans cesse pour que votre fuite n’arrive pas en hiver.” Quand la nuit, ou l’hiver, arrivera pour ce monde, il sera trop tard pour rechercher la faveur de Jéhovah. – TG1986 15/4 p19
    Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?
    Jésus a prédit : « L’amour du grand nombre se refroidira » (
    Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ). Ces paroles se sont appliquées d’abord aux Juifs du 1er siècle, qui disaient être le peuple de Dieu, mais qui avaient laissé leur amour pour lui se refroidir. Ce que Jésus a dit sur l’amour qui se refroidit concerne aussi notre époque. Les gens ont de moins en moins d’amour pour Dieu. Ne voulant pas compter sur lui pour régler les problèmes du monde, des millions d’entre eux comptent sur des organisations humaines. Ainsi, leur amour continue de se refroidir. Mais l’amour pourrait se refroidir aussi chez les serviteurs de Jéhovah en perdant leur enthousiasme pour la vérité, en étant influencés par le monde et en laissant d’autres choses devenir plus importantes pour eux que leurs relations avec Jéhovah. – ws2017 mai p20 Ce que Noé ne pouvait pas faire : Même s’il prêchait fidèlement le message d’avertissement de Jéhovah, il ne pouvait pas obliger les impies autour de lui à accepter ce message, ni faire venir le Déluge plus tôt. Il lui fallait être convaincu que Jéhovah tiendrait sa promesse de mettre fin à la méchanceté et qu’il le ferait au bon moment. Nous aussi, nous vivons dans un monde rempli de méchanceté, que Jéhovah a promis de détruire (1 Jean 2:17). En attendant, nous ne pouvons pas obliger les gens à accepter la « bonne nouvelle du royaume ».
    Nous ne pouvons pas non plus faire quoi que ce soit pour accélérer le déclenchement de la « grande tribulation » (Mat. 24:14, 21). Comme Noé, nous devons avoir une foi forte, être certains que Jéhovah interviendra bientôt. Nous sommes convaincus qu’il ne permettra pas que ce monde méchant subsiste un jour de plus que ne l’exige son dessein. – TG2017 Janvier §6,7
    Bientôt, le monde connaîtra la plus grande tribulation de tous les temps (Mat. 24:21, 22). Nous ne savons pas exactement ce qui arrivera à chacun de nous. Mais c’est inutile de nous inquiéter à l’excès. Même si nous ne connaissons pas la façon dont Jéhovah va agir, nous le connaissons Lui. Nous avons vu que, dans toute situation, il réalise toujours ce qu’il a décidé, parfois d’une façon surprenante. Chaque fois qu’il agit pour nous, nous ressentons d’une façon nouvelle sa « paix », « qui surpasse toute pensée ». – TG2017 Août §17
    Comment développer la même foi que Noé. Nous devons étudier soigneusement la Bible, aimer ce que nous apprenons et utiliser cette connaissance pour nous améliorer et faire de bons choix. La foi et la sagesse venant de Dieu nous protégeront alors des pièges de Satan et de l’influence de ce monde. À cause de cette influence, beaucoup aiment la violence et l’immoralité sexuelle, et ils sont esclaves de leurs mauvais désirs. Ils refusent de voir que le jour de Dieu approche. Si notre foi n’est pas forte, nous risquons de commencer à penser comme eux. Quand Jésus a comparé notre époque à celle de Noé, remarquons qu’il n’a pas parlé de la violence ou de l’immoralité sexuelle, mais du danger de ne « pas être attentifs » au message de Dieu (Matthieu 24:36-39). Demandons-nous : « Ma façon de vivre montre-t-elle que je connais bien Jéhovah ? Ma foi me pousse-t-elle à appliquer les principes de Dieu et à les faire connaître ? » Tu sauras ainsi si toi aussi tu « marches avec le vrai Dieu ». – TG2018 Février §9,10
    Jéhovah a amené le Déluge sur un monde impie. Mais cette destruction établit un modèle pour une destruction plus grande qui est encore à venir (Matthieu 24:38, 39). Aujourd’hui, comme à l’époque, Jéhovah se tient prêt avec ses saintes myriades pour exécuter un jugement juste contre un monde impie. Chacun de nous doit prendre à cœur l’avertissement de Hénok et l’annoncer à d’autres. Notre famille et nos amis s’éloigneront peut-être de nous. Par moments, nous nous sentirons peut-être seuls. Mais Jéhovah n’abandonnera pas ses fidèles serviteurs  - TG2017 n°1
    Nous prêchons parce que nous voulons avertir les gens que le jour de Jéhovah est proche. La Bible parle de Noé comme d’un « prédicateur » Le message qu’il prêchait contenait un avertissement concernant la destruction à venir. Qu’est-ce qui nous permet de le dire ? Jésus a déclaré : « De même qu’ils étaient en ces jours d’avant le déluge : ils mangeaient et buvaient, les hommes se mariaient et les femmes étaient données en mariage, jusqu’au jour où Noé est entré dans l’arche ; et ils n’ont pas été attentifs jusqu’à ce que le déluge vienne et les emporte tous, ainsi sera la présence du Fils de l’homme » (Mat. 24:38, 39). Même si les gens n’écoutaient pas Noé, il a fidèlement annoncé le message d’avertissement qu’il avait reçu de Jéhovah.
    Aujourd’hui, nous prêchons la Bonne Nouvelle du Royaume parce que nous voulons faire connaître le projet de Jéhovah pour les humains. Comme lui, nous souhaitons vraiment que les gens écoutent et « restent bel et bien en vie » (Ézéch. 18:23). Quand nous prêchons de maison en maison ou dans les lieux publics, nous avertissons le plus de personnes possible que le Royaume de Dieu va détruire ce monde méchant – TG2018 n°5 §8,9
    Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?
    Matthieu 24 :3 « Tandis qu’il était assis sur le mont des Oliviers, les disciples s’avancèrent vers lui en particulier et dirent : “ Dis-nous : Quand ces choses auront-elles lieu, et quel sera le signe de ta présence et de l’achèvement du système de choses ? » indique que « l’achèvement du système de choses » est en cours. Mais Jésus n’a pas révélé combien de temps durerait cette période avant que la fin n’arrive. Il nous faut donc être particulièrement vigilants. Nous nous demandons peut-être : Se pourrait-il que l’expression « achèvement du système de choses » désigne une période à venir, durant laquelle les conditions mondiales empireront encore ? Il est vrai que, selon la Bible, « dans les derniers jours », la méchanceté s’accentuera considérablement. L’expression “ l’achèvement du système de choses ” (sa conclusion) désigne la période qui mène à la fin et qui inclut cette fin. Nous pouvons donc nous attendre à ce que les conditions mondiales, aussi mauvaises soient-elles, continuent de se dégrader. Jésus a dit que la plupart des gens ne seraient « pas attentifs » à sa présence et qu’ils continueraient de vaquer à leurs occupations jusqu’à ce qu’il soit trop tard  -  TG2015 15/8 p15-16
    Les véritables disciples de Christ seraient les objets de la haine de toutes les nations à cause de son nom’ (Mat. 24:9)
    Les disciples ne sont pas persécutés parce qu’ils s’ingèrent dans les affaires politiques, mais ‘à cause du nom de Jésus Christ’, parce qu’ils s’attachent à Jésus en qui ils reconnaissent le Roi messianique de Jéhovah, qu’ils lui obéissent comme à un chef plutôt qu’aux leaders politiques de la terre, et qu’ils soutiennent fidèlement son Royaume au lieu de prendre parti dans les affaires des gouvernements humains. L’histoire moderne est là pour prouver que les Témoins de Jéhovah ont subi ce genre de persécution dans toutes les parties de la terre –rs p93 Derniers jours
    Matthieu 24:17 « Que l’homme qui est sur le toit en terrasse ne descende pas pour emporter les biens qu’il y a dans sa maison »  Que se passera-t-il après la destruction des fausses religions ? Ce sera le moment de révéler ce que nous avons vraiment dans le cœur. La majorité des humains cherchera refuge dans des organisations humaines comparées aux « rochers des montagnes » (Rév. 6:15-17). Pour leur part, les serviteurs de Dieu fuiront, figurément parlant, vers le refuge fourni par Jéhovah. Au 1er siècle, l’intervalle qui a suivi le retrait de l’armée romaine n’a pas été une période de conversion massive des juifs au christianisme. C’était plutôt, pour ceux qui étaient déjà chrétiens, le moment d’agir et d’obéir. Pareillement, il ne faut pas s’attendre à ce que l’interruption, le répit, qui se produira durant la grande tribulation donne lieu à un afflux de nouveaux croyants. Par contre, elle offrira à tous les vrais croyants la possibilité de prouver leur amour pour Jéhovah et de soutenir les frères du Christ. Bien que nous ne connaissions pas dans le détail tout ce qui se produira durant cette période d’épreuve, attendons-nous à devoir faire des sacrifices. Pour rester en vie, les chrétiens du 1er siècle ont dû abandonner leurs biens et endurer des privations. Serons-nous disposés à subir des pertes matérielles pour rester fidèles ? Serons-nous prêts à faire tout ce qu’il faudra pour prouver notre fidélité à Jéhovah ? – TG2015  15/7 §7,8
    Le signe des derniers jours est d’une portée internationale : il concerne “ toute la terre habitée ”. (Mat. 24:7, 14.) Des millions de gens vivent dans des endroits frappés par des épidémies, des famines, des tremblements de terre ou d’autres malheurs annoncés. À l’opposé, beaucoup d’autres connaissent une tranquillité relative. Si vous n’avez jamais été personnellement touché par certains éléments du signe, devriez-vous en conclure que la grande tribulation est encore loin ? Ce serait manquer de sagesse. Souvenez-vous que Jéhovah a déjà fixé le jour et l’heure du début de la Grande Tribulation (Mat. 24:36). Le cours des événements n’y changera rien. “ Montrez-vous prêts. ” (Mat. 24:44).
    Cette exhortation de Jésus s’adresse à tous les chrétiens, où qu’ils soient. Nous devons être prêts en permanence. De plus, aucun de nous ne sait ce qu’il sera en train de faire au moment où la grande tribulation commencera. Certains seront peut-être au travail ou occupés à des tâches ménagères chez eux (Mat. 24:40, 41) – TG2011  15/10
    Les jours sont écourtés. Jésus a révélé ce qui se passera à ce stade de la Grande tribulation : « À cause de ceux qui ont été choisis ces jours-là seront écourtés » Matthieu 24:22. Ces paroles ont eu un accomplissement limité en 66 de n. è., quand Jéhovah a écourté l’attaque de l’armée romaine contre Jérusalem (Marc 13:20). Cette intervention a permis aux chrétiens de Jérusalem et de Judée d’être sauvés. Que se passera-t-il à l’échelle mondiale lors de la Grande Tribulation ? Par l’intermédiaire de notre Roi, Jéhovah écourtera l’attaque de l’ONU, afin que la vraie religion ne soit pas détruite avec la fausse. Les organisations de la fausse religion seront donc toutes éliminées, mais la vraie religion survivra - kr p223, 226
    Est-il nécessaire que les autres brebis connaissent le nom de tous les oints actuellement sur terre ? En un mot, non. Pourquoi ? Parce que quand bien même un chrétien reçoit l’appel céleste, il ne reçoit qu’une invitation, pas une confirmation définitive de sa récompense. C’est la raison pour laquelle Satan suscite de « faux prophètes » pour « égarer, si possible, même ceux qui ont été choisis » (Mat. 24:24). Personne ne peut savoir si un chrétien oint recevra sa récompense céleste tant que Jéhovah n’a pas jugé que ce chrétien en est digne. Jéhovah décide qu’il en est digne et lui donne le sceau final, soit avant qu’il meure fidèle, soit avant le déclenchement de « la Grande Tribulation » (Rév. 2:10 ; 7:3, 14). Il serait donc inutile qu’un humain, quel qu’il soit, cherche à savoir quels serviteurs de Dieu feront à terme partie des 144 000 – TG2016 Janvier  § 3
    Les oints seront présents dans de nombreux endroits de la terre quand Jésus viendra pour les rassembler au ciel. Parlant de cette époque, la Bible dit au sujet de Jésus : « Il enverra ses anges au son d’une grande trompette, et ils rassembleront ceux qu’il a choisis, depuis les quatre vents, depuis l’une des extrémités des cieux jusqu’à leur autre extrémité » (Mat. 24:31). Les Écritures ont clairement annoncé que seul un reste d’oints serait présent sur terre durant les derniers jours (Rév. 12:17). Mais elles ne disent pas combien il en restera quand la grande tribulation commencera - TG2016 Janvier  § 14
    LE DERNIER MÉMORIAL : QUAND ? - Un jour, le Mémorial sera célébré pour la dernière fois. Comment le savons-nous ? L’apôtre Paul a expliqué qu’en célébrant le Mémorial, les chrétiens oints « continuent] à proclamer la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il arrive » (1 Cor. 11:26). Ici, le mot « arrive » fait référence au même évènement que la « venue » dont Jésus a parlé dans sa prophétie sur le temps de la fin. À propos de la grande tribulation maintenant toute proche, il a déclaré : « Le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel, et alors toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine en se lamentant, et elles verront le Fils de l’homme venir sur les nuages du ciel avec puissance et grande gloire. Et [Jésus] enverra ses anges au son d’une grande trompette, et ils rassembleront ceux qu’il a choisis, depuis les quatre vents, depuis l’une des extrémités des cieux jusqu’à leur autre extrémité » (Mat. 24:29-31). Le rassemblement de « ceux qu’il a choisis » se fera quand les chrétiens oints encore sur terre recevront leur récompense au ciel. Cela se produira entre le début de la grande tribulation et la guerre d’Armaguédon. De cette façon, l’ensemble des 144 000 sera aux côtés de Jésus pour vaincre les rois de la terre (Rév. 17:12-14). Le Mémorial qui sera célébré avant que Jésus rassemble les oints dans le ciel sera donc le dernier de tous, puisque Jésus sera « arrivé ». Soyons déterminés à être présents au Mémorial, le 31 mars 2018. Et demandons à Jéhovah de nous aider à contribuer à l’unité de son peuple ! . Souvenons-nous qu’un jour, nous célébrerons le Mémorial pour la dernière fois. D’ici là, faisons le maximum pour y assister et chérissons l’unité agréable qui y règne. – TG2018  Janvier §15,16
    « Cette génération ne passera pas que toutes ces choses n’arrivent » Matthieu 24:34. Nous comprenons que cette génération se compose de deux groupes de chrétiens oints. Le premier a connu 1914 et a facilement discerné le signe de la présence du Christ cette année-là. Ceux qui constituaient ce groupe n’étaient pas seulement vivants en 1914, ils avaient été oints de l’esprit en tant que fils de Dieu cette année-là ou avant.
    Le second groupe est formé des chrétiens oints qui ont été contemporains de ceux du premier groupe. Ils ont non seulement vécu en même temps que des membres du premier groupe, mais ils ont aussi été oints d’esprit saint quand les premiers étaient encore sur la terre. Donc, « cette génération » dont a parlé Jésus ne comprend pas tous les oints actuellement sur la terre. Aujourd’hui, ceux qui composent le second groupe prennent de l’âge. Les paroles de Jésus rapportées en Matthieu 24:34 nous donnent néanmoins l’assurance qu’au moins quelques membres de « cette génération ne passeront pas » avant d’avoir vu le début de la grande tribulation. Cela devrait renforcer notre conviction qu’il reste peu de temps avant que le Roi du Royaume de Dieu élimine les méchants et instaure un monde nouveau juste – TG2014 15/1 p31
    Jésus souhaite que nous restions vigilants en raison et de ce que nous savons et de ce que nous ignorons. Lorsqu’il était sur la terre, Jésus avait-il une connaissance pleine et entière de l’avenir ? Non, car il a humblement reconnu : “ Quant à ce jour-là et à cette heure-là, personne ne les connaît, ni les anges des cieux ni le Fils, mais seulement le Père. ” (Mat. 24:36). À l’époque, lui, “ le Fils ”, ne savait pas précisément quand viendrait la fin de ce système de choses. Et nous, notre connaissance de l’avenir est-elle complète ? À l’évidence, non. Nous ignorons le moment où Jéhovah enverra son Fils anéantir ce monde mauvais. Autrement, quel besoin aurions-nous de veiller ? En outre, comme l’a expliqué Jésus, la fin viendra soudainement. Il est donc impératif que nous restions vigilants – TG2012  15/2 p4 §4
    Malgré leurs facultés mentales et spirituelles élevées, les anges ont des limites ; il y a notamment des choses qu’ils ne connaissent pas Matthieu 24:36 « Quant à ce jour-là et à cette heure-là, personne ne les connaît, ni les anges des cieux ni le Fils, mais seulement le Père » - TG2017 n°5
    Nous ne pouvons pas déterminer l’année, et encore moins le jour et l’heure, où débutera la grande tribulation. Lorsqu’il était sur terre, Jésus a dit : « Quant à ce jour-là et à cette heure-là, personne ne les connaît, ni les anges des cieux ni le Fils, mais seulement le Père » (Mat. 24:36). Toutefois, Christ a reçu au ciel les pleins pouvoirs pour faire la guerre au monde de Satan (Rév. 19:11-16). Il est donc raisonnable d’en conclure qu’il sait à présent quand aura lieu Harmaguédon. Mais nous, nous l’ignorons. Il est impératif de rester vigilants jusqu’à cette tribulation. Jéhovah, lui, a toujours su quand elle arrivera. Il a fixé le moment précis où la fin viendra. Il compte le temps qui reste avant le début de la grande tribulation. Soyons sûrs que la promesse de Jéhovah de nous délivrer lors de la grande tribulation ne faillira pas. Si nous voulons survivre à la destruction de ce système, nous devons veiller pour survivre. En étant spirituellement vigilants, nous serons prêts pour ce jour de jugement, quel que soit le moment où il viendra – TG2016 Juillet p14 §4
     
    Pourquoi devons-nous « veiller » ? - En ces derniers jours, les chrétiens doivent prendre au sérieux l’avertissement de Jésus de « veiller » (Matt. 24:42). Il nous faut pour cela nous protéger des influences négatives qui pourraient nous empêcher d’être vigilants en vue de sa venue. Cet article explique comment ne pas nous laisser distraire. Trois influences négatives qui pourraient affaiblir notre vigilance si nous ne faisions pas attention :
    Le Diable plonge les humains dans l’indifférence spirituelle des personnes en prédication,
    L’esprit du monde provoque le sommeil spirituel (Accaparés par les affaires courantes de la vie, beaucoup ne sont pas « conscients de leur pauvreté spirituelle », Ils se laissent séduire par les attraits matériels du monde, qui flattent « le désir de la chair et le désir des yeux ». À l’approche de la fin de ce système, ce n’est pas le moment d’accumuler pour nous-mêmes des choses matérielles. Nous ne devrions pas nous attendre à ce que nos biens, quelle que soit leur valeur affective ou marchande, survivent avec nous à la grande tribulation
    Notre chair imparfaite peut affaiblir notre détermination à rester vigilants (Jésus savait que les humains imparfaits ont tendance à succomber aux faiblesses de la chair) – TG2016 Juillet
    Jésus a montré l’importance de demeurer éveillé en prenant un exemple où il était question d’un voleur. Après avoir décrit les événements qui l’amèneraient à venir en tant que Juge, il a fait cette mise en garde : “ Veillez donc, parce que vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Mais sachez ceci : si le maître de maison avait su à quelle veille venait le voleur, il se serait tenu éveillé et n’aurait pas laissé forcer sa maison. Voilà pourquoi, vous aussi, montrez-vous prêts, car c’est à une heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme vient. ” (Matthieu 24:42-44). Jésus a donc comparé sa venue à celle, inattendue, d’un voleur. Un voleur n’annonce pas à quelle heure il viendra. Il espère au contraire arriver à un moment où personne ne l’attend. Pareillement, expliquait Jésus, la fin du système actuel aura lieu ‘ à une heure que nous ne pensons pas ’. L’exemple était bien choisi, car la date exacte de la venue de Jésus ne serait pas connue. Dans la même prophétie, il avait précisé en effet : “ Quant à ce jour-là et à cette heure-là, personne ne les connaît, ni les anges des cieux ni le Fils, mais seulement le Père. ” (Matthieu 24:36). D’où sa recommandation : “ Montrez-vous prêts. ” (Matthieu 24:44). Quel que soit le moment où Jésus viendrait pour exécuter le jugement de Jéhovah, ceux qui tiendraient compte de son avertissement seraient prêts ; leur conduite en témoignerait. – TG2003 1/1 p17-18
    Tous ceux qui ont l’espérance céleste ne font pas partie de « l’esclave fidèle et avisé » (Mat. 24:45-47). Comme au 1er siècle, Jéhovah et Jésus nourrissent aujourd’hui beaucoup de monde par l’intermédiaire d’une poignée d’hommes. Au 1er siècle, Jéhovah ne s’est en effet servi que de quelques chrétiens oints pour rédiger les Écritures grecques chrétiennes. De même aujourd’hui, seuls quelques chrétiens oints sont désignés pour fournir la « nourriture [spirituelle] en temps voulu ». - TG2016 Janvier  § 16
    Que voulait dire Jésus quand il a déclaré que son esclave fidèle serait “ avisé ” ? Matthieu 24:45 – Jésus indiquait que les personnes représentées par cet esclave feraient preuve de discernement, de prévoyance et de bon jugement parce qu’elles fonderaient leur foi, leurs actes et leur enseignement sur la Parole de Dieu, la Parole de vérité. - Le mot “ avisé ” désigne la plupart du temps la sagesse pratique et la prudence – TG2007 1/9 p31
    « L’esclave fidèle et avisé » : C’est un petit groupe de frères oints qui s’occupent de préparer et de distribuer la nourriture spirituelle depuis 1919. Aujourd’hui, ce groupe de frères oints s’appelle le Collège central.
    Les frères oints qui composent l’esclave fidèle savent que leur Maître exige qu’ils s’occupent bien de ses domestiques. Ces frères oints veulent sincèrement accomplir leur responsabilité en étant fidèles. Ainsi, quand le Maître arrivera, il leur dira sûrement : « C’est bien. »
    « Ses domestiques » : Ce sont tous ceux qui reçoivent la nourriture spirituelle, les chrétiens oints et les autres brebis.
    « Établi sur ses domestiques » : En 1919, Jésus a choisi des frères oints qui avaient de l’expérience pour être son esclave fidèle et avisé.
    « Il l’établira sur tous ses biens » : Ceux qui font partie de l’esclave fidèle recevront cette mission quand ils auront leur récompense dans le ciel. Avec les autres chrétiens oints qui font partie des 144 000, ils recevront la mission de s’occuper de tous les biens de Jésus. – ws2013  15/7 p25
    Le Collège central prend les décisions importantes de manière collective. Comment ? Il se réunit chaque semaine, ce qui favorise une bonne communication et l’unité entre ses membres. Chaque année, c’est un membre différent qui préside les réunions, car aucun n’est considéré comme supérieur aux autres. De même, les six comités du Collège central changent de président chaque année. Et chaque membre de ce collège se considère, non pas comme le chef de ses frères, mais comme un des « domestiques » nourris par l’esclave fidèle et soumis à sa direction.
    Le Collège central n’est ni inspiré ni infaillible. Il peut donc se tromper sur des questions doctrinales ou d’organisation. D’ailleurs, l’Index des publications des Témoins de Jéhovah contient l’entrée « Compréhensions affinées », qui liste les modifications apportées à notre compréhension biblique depuis 1870. Bien sûr, Jésus ne nous a pas dit que son esclave fidèle produirait une nourriture spirituelle parfaite. Alors comment pouvons-nous répondre à sa question : « Quel est donc l’esclave fidèle et avisé ? » (Mat. 24:45). Quelles preuves avons-nous que c’est le Collège central qui remplit ce rôle ?
    Examinons les mêmes éléments, au nombre de trois, que ceux qui ont guidé le collège central du Ier siècle.
    L’action de l’esprit saint. L’esprit saint permet au Collège central de saisir des vérités bibliques jusque-là incomprises
    L’aide des anges. Le Collège central assume la tâche colossale de diriger une œuvre mondiale de prédication impliquant plus de huit millions d’évangélisateurs. Pourquoi cette œuvre est-elle si fructueuse ? Notamment parce que les anges y participent. Très souvent, des proclamateurs ont rendu visite à des personnes qui venaient de prier Dieu de les aider ! Les progrès de l’œuvre de prédication et d’enseignement malgré une opposition acharnée dans certains pays ne sont possibles que grâce à une aide suprahumaine
    La direction de la Parole de Dieu - le Collège central fonde ses décisions sur la Parole de Dieu, et non sur l’opinion populaire
    Chacun de nous démontre son respect pour notre Conducteur, Jésus, en étant obéissant et soumis aux hommes par lesquels il nous dirige. Quand Jésus est retourné au ciel, il n’a pas abandonné ses disciples. Il savait combien l’esprit saint, les anges et la Parole de Dieu l’avaient aidé dans son rôle de conducteur quand il était sur terre. C’est pourquoi il fournit aujourd’hui la même aide à l’esclave fidèle. Les chrétiens oints qui composent cet esclave « continuent à suivre l’Agneau où qu’il aille » dirigeant humain ne peut faire une telle promesse  - TG2017 Février p23-28 §11-17
    L’amour hypocrite est particulièrement détestable parce que c’est une contrefaçon utilisée pour tromper. Une telle hypocrisie peut tromper des humains, mais pas Jéhovah. D’ailleurs, Jésus a dit que ceux qui agissent comme des hypocrites seront punis « avec la plus grande sévérité » (Mat. 24:51). Bien sûr, un serviteur de Jéhovah ne voudrait jamais manifester un amour hypocrite. Mais demandons-nous : « Mon amour est-il constamment véritable, sans égoïsme ni tromperie ? » Voyons donc neuf façons de manifester un amour « sans hypocrisie ». – TG2017 Octobre §8
     
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.