Jump to content
The World News Media

Perles spirituelles - Semaine du 31 Mai 2021 - Deutéronome 1-2


misette
 Share

Recommended Posts

  • Member

PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 31 Mai 2021 - Deutéronome 1-2.docx

PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 31 Mai 2021 - Deutéronome 1-2.pdf

 

Perles spirituelles (10 min) : Deutéronome 1-2

Deutéronome 1:19 ; 2:7 : Comment Jéhovah a-t-il pris soin des Israélites pendant leurs 40 années de marche dans un « grand et redoutable désert » ? (w13 15/9 9 § 9).

VERSET 1:19 « Puis nous sommes partis de Horeb et nous avons traversé tout ce grand et redoutable désert que vous avez vu en allant vers la région montagneuse des Amorites, comme Jéhovah notre Dieu nous l’avait ordonné. Nous sommes finalement arrivés à Kadèsh-Barnéa »

VERSET 2 :7 « Car Jéhovah votre Dieu vous a bénis dans tout ce que vous avez fait. Il a été attentif à votre marche à travers ce grand désert. Pendant ces 40 ans, Jéhovah votre Dieu a été avec vous et vous n’avez manqué de rien »

9 Quand les Israélites ont entamé ce qui se révélerait une marche de 40 ans dans un « redoutable désert », Jéhovah ne leur a pas détaillé à l’avance comment il comptait les diriger, les protéger et prendre soin d’eux. Par contre, il leur a prouvé à maintes reprises qu’ils pouvaient avoir confiance en lui et en ses ordres. Alors qu’il les menait à travers cette région hostile, il leur rappelait, par une colonne de nuage le jour et de feu la nuit, qu’il était avec eux (Deut. 1:19 ; Ex. 40:36-38). Il subvenait également à leurs besoins élémentaires. « Leurs vêtements ne se sont pas usés et même leurs pieds ne se sont pas enflés. » Non, « ils n’ont manqué de rien » (Neh. 9:19-21).

Les serviteurs de Dieu d’aujourd’hui sont aux portes d’un monde nouveau et juste. Sommes-nous convaincus que Jéhovah nous fournira le nécessaire pour survivre à la « grande tribulation » imminente ? Bien sûr, Jéhovah ne nous guide pas vers le monde nouveau par une colonne de nuage ou de feu. Il se sert plutôt de son organisation pour entretenir notre vigilance. En plus de nous maintenir spirituellement éveillés, les instructions que nous recevons nous guident dans notre vie quotidienne. Nous sommes notamment encouragés à conserver un point de vue équilibré sur les choses matérielles et à garder l’œil simple afin de réduire les sources d’inquiétude.  - w13 15/9 9 § 9

Pendant 40 ans, ils n’avaient eu que de la manne à manger dans le désert. Ils ne s’étaient pas régalés de viande de taureau engraissé à la crèche ni ne s’étaient vautrés mollement sur des lits d’ivoire. Pourtant, Moïse leur avait dit avec juste raison : “ Jéhovah ton Dieu t’a béni dans toute action de ta main. [...] Pendant ces quarante ans, Jéhovah ton Dieu a été avec toi. Tu n’as manqué de rien. ” (Deutéronome 2:7). Dans le désert, les Israélites avaient toujours eu le nécessaire. Et surtout, ils avaient l’amour, la protection et la bénédiction de Dieu. – TG2004  15/4

Dieu approvisionna en eau les Israélites, miraculeusement quand ce fut nécessaire. Il leur donna un pays où l’eau était abondante et il promit de bénir leur réserve d’eau aussi longtemps qu’ils lui obéiraient. C’est Jéhovah qui assura l’arrosement initial du sol au moyen d’une brume qui montait de la terre, et il institua les lois gouvernant l’évaporation de l’eau et sa chute sous forme de pluie

Combler les besoins matériels de sa famille. Jéhovah a fourni aux Israélites ce qu’il leur fallait sur le plan matériel, même après les avoir punis pour leur désobéissance (Deut. 2:7). Et aujourd’hui encore, il comble les besoins fondamentaux de ses serviteurs. Pour plaire à Jéhovah, un chef de famille doit subvenir aux besoins matériels des siens. Mais il doit rester équilibré : il ne devrait pas consacrer trop de temps à son travail et en venir ainsi à négliger les besoins spirituels et affectifs de sa famille. – TG2021/2 p2

Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ?

Contrairement à la signification de son nom, le Deutéronome n’est ni une deuxième loi ni une répétition de la Loi tout entière ; il s’agit plutôt d’une explication de la Loi, comme l’indique Deutéronome 1:5. Ce livre exhorte Israël à la fidélité envers Jéhovah et présente la génération qui erra pendant 40 ans dans le désert comme un exemple à ne pas suivre. Moïse explique et développe quelques-uns des points essentiels de la Loi ainsi que des principes qu’elle renferme, en prévision de la situation nouvelle dans laquelle les Israélites se trouveront lorsqu’ils se seront fixés dans le pays. En conséquence, il adapte certaines lois et donne d’autres prescriptions relatives à la façon dont ils seront administrés une fois installés en Terre promise.it-1 p633

Lorsqu’il a établi des juges sur Israël, Moïse s’est efforcé de trouver “ des hommes sages, avisés et expérimentés ”. (Deutéronome 1:13.) L’expérience, liée à l’âge, ne constituait pas le seul critère de sélection ; il était également important que ces hommes soient sages et avisés.

Une personne avisée fait preuve de bon jugement tant dans ses paroles que dans sa conduite. Elle est notamment capable de garder prudemment le silence, car elle sait qu’il y a “ un temps pour parler ” et “ un temps pour se taire ”. (Ecclésiaste 3:7.) Garder le silence est souvent approprié ; la Bible déclare en effet : “ Dans l’abondance des paroles la transgression ne manque pas, mais celui qui retient ses lèvres se montre avisé. ” — TG2000 1/10 p32

Jéhovah voulait protéger son peuple contre l’influence des nations voisines corrompues. C’est pourquoi il demandait aux anciens d’appliquer la Loi en traitant tout le monde de façon égale. Cela dit, ils ne devaient pas l’appliquer de manière dure ou brutale. Ils devaient aimer la justice (Deut. 1:13-17). – TG2019/2 p20

Jéhovah se sert des anciens, des frères qui ont de l’expérience, pour prendre soin de l’assemblée (Deutéronome 1:13). Ces hommes nous aident à garder une relation solide avec Jéhovah et à l’adorer dans la paix et de façon organisée. Pour qu’un frère soit nommé ancien par l’esprit saint, il doit remplir des conditions précises qu’on trouve dans la Bible (1 Timothée 3:1-7 ;. Comme nous faisons confiance à l’organisation de Dieu et que nous la soutenons, nous sommes heureux de coopérer avec les anciens – lvs chap4 §12

Les hommes choisis pour être juges devaient être capables, dignes de confiance, ils devaient craindre Jéhovah et haïr le gain injuste. Il s’agissait en général de chefs de famille ou de chefs de tribu, d’anciens de la ville où ils étaient juges. Les Lévites, que Jéhovah avait mis à part pour être des enseignants spéciaux de la Loi, jouaient aussi un rôle important en tant que juges. — Dt 1:15. De nombreuses mises en garde furent formulées, qui défendaient de faire dévier le jugement, d’accepter des pots-de-vin, ou d’avoir de la partialité. Dt 1 :16,17. On ne devait pas favoriser un homme pauvre pour la simple raison qu’il était pauvre, pas plus qu’on ne devait donner à l’homme riche l’avantage sur le pauvre. Puisque les juges devaient être des hommes droits, jugeant selon la loi de Jéhovah, ils représentaient Jéhovah. En conséquence, se tenir devant les juges équivalait à se tenir devant Jéhovah. – it-2 p1104

Les paroles que Moïse a adressées aux juges d’Israël sont toujours valables: “Quand vous écouterez ce qu’il y a entre vos frères, vous devrez juger avec justice (...). Vous ne devrez pas être partiaux dans le jugement.” (Deutéronome 1:16, 17). L’impartialité est une caractéristique de “la sagesse d’en haut”, la sagesse qui est fondamentale pour les anciens qui font partie d’un comité judiciaire. Cette sagesse leur permettra de discerner la différence entre faiblesse et méchanceté. Les anciens ‘doivent juger avec justice’, en accord avec les critères du bien et du mal établis par Jéhovah. – TG1992 1/7 p17

1:16, 17. Les normes divines en matière de jugement sont les mêmes aujourd’hui. Ceux à qui on a confié la responsabilité de servir dans un comité judiciaire ne doivent pas permettre au favoritisme ou à la crainte de l’homme de fausser leur jugement.    TG2004 15/9 p25

Pour avoir plus de courage, nous ne devons pas compter sur notre force et nos capacités. Nous devons plutôt être convaincus que Jéhovah est avec nous et qu’il combat pour nous Deut. 1:29, 30. C’est le secret du vrai courage – TG2019/7 p2

Juste avant de pénétrer en Canaan, les Israélites ont reçu cette assurance de la bouche de Moïse : “ C’est Jéhovah votre Dieu qui marche devant vous. Il combattra pour vous, selon tout ce qu’il a fait avec vous en Égypte. ” (Deutéronome 1:30). De fait, sous Josué, le successeur de Moïse, puis pendant la période des juges, et jusque sous les rois fidèles de Juda, Jéhovah a combattu pour ses serviteurs, leur donnant de nombreuses victoires retentissantes. Jéhovah n’a pas changé ni n’a renoncé à faire de la terre un paradis paisible. Sa haine de la méchanceté est intacte, et il aime infiniment ses serviteurs, en faveur de qui il interviendra sous peu. Attendons-nous en effet à ce que l’inimitié annoncée en Genèse 3:15 atteigne prochainement son paroxysme de façon spectaculaire et violente. Pour sanctifier son nom et protéger son peuple, Jéhovah se fera alors une nouvelle fois “ guerrier ”. — Zekaria 14:3 – cf chap6 §17

Des paroles négatives - Deutéronome 1:26-28. Les Israélites venaient tout juste d’être délivrés miraculeusement de l’esclavage. Jéhovah avait envoyé dix plaies sur l’Égypte, avant de noyer Pharaon et son armée dans la mer Rouge. Les Israélites étaient sur le point d’entrer en Terre promise. Pourtant, à ce moment-là, ils se sont plaints de Jéhovah. Pourquoi un tel manque de foi ? Ils s’étaient découragés à cause du rapport négatif de dix espions.

Bilan : toute une génération n’a pas pu entrer dans le « bon pays » (Deut. 1:34, 35). Ne laissons pas les propos négatifs des autres affaiblir notre foi et nous pousser à « grogner » au sujet des manières d’agir de Jéhovah. – TG2013 15/8 p11

Pourquoi les Israélites n’ont-ils anéanti que certains peuples qui vivaient à l’est du Jourdain ? Jéhovah avait ordonné à Israël de ne pas entrer en conflit avec les fils d’Ésaü. Pourquoi ? Parce qu’ils étaient la descendance du frère de Jacob. Les Israélites ne devaient pas molester les Moabites et les Ammonites ni leur faire la guerre, car ils étaient les descendants de Lot, neveu d’Abraham. En revanche, les rois amorites Sihôn et Og n’avaient aucun droit de cette nature sur le pays qu’ils dominaient. Aussi, lorsque Sihôn a refusé de laisser les Israélites traverser et qu’Og est venu à leur rencontre pour leur livrer bataille, Jéhovah a ordonné aux Israélites de démolir leurs villes sans laisser de survivants.

Leçon : 1:16, 17. Les normes divines en matière de jugement sont les mêmes aujourd’hui. Ceux à qui on a confié la responsabilité de servir dans un comité de discipline religieuse  ne doivent pas permettre au favoritisme ou à la crainte de l’homme de fausser leur jugement – TG2004  9/15 p25

“Quand vous écouterez ce qu’il y a entre vos frères, vous devrez juger avec justice entre un homme et son frère, ou son résident étranger.” — Deut. 1:16.

Prononcer un jugement sur des questions qui touchent la vie des gens ainsi que leurs relations n’est pas une mince responsabilité. Les anciens doivent tout particulièrement réfléchir à la manière dont ils s’acquittent de cette responsabilité. Quand il s’agit de donner des conseils ou de prendre une décision, émettre une opinion est une chose, juger avec justice en est une autre. Pour juger conformément à la règle divine, les anciens doivent garder présent à l’esprit ce que Moïse ordonna aux juges de son temps, savoir : “Quand vous écouterez ce qu’il y a entre vos frères, vous devrez juger avec justice entre un homme et son frère, ou son résident étranger. Vous ne devrez pas être partiaux dans le jugement. Il faudra que vous entendiez le petit comme le grand. Vous ne devrez pas avoir peur à cause d’un homme, car le jugement appartient à Dieu.” (Deut. 1:16, 17). Que l’affaire mette en cause quelqu’un d’apparemment important du fait de ses richesses, de son instruction ou des grandes choses qu’il a pu réaliser, ou qu’elle concerne un “petit” sous ces divers rapports, les anciens doivent se montrer impartiaux. Leur but doit être de faire ce qui est juste non pas à leurs yeux, mais selon le point de vue de Dieu. Ainsi le jugement appartiendra vraiment à Jéhovah, en ce sens qu’il sera rendu selon sa Parole et par l’intermédiaire de son instrument terrestre.

Les anciens ne peuvent prendre une bonne décision à partir d’une connaissance imparfaite des faits ; ils doivent être en possession de tous les éléments de l’affaire. Ils poseront des questions pertinentes et judicieuses pour faire ressortir les points essentiels et pour comprendre comment le problème a pu naître ou pourquoi telle chose a pu être faite. Les personnes impliquées dans une affaire devraient coopérer avec les anciens en leur présentant tous les faits au lieu de ne leur révéler qu’une partie de ce qu’elles savent. De cette façon, les anciens pourront appliquer la loi biblique à l’affaire qui leur a été présentée ou aux accusations portées contre quelqu’un. Salomon demanda à Dieu la sagesse nécessaire pour assumer la responsabilité qui lui avait été confiée. Les anciens ont eux aussi besoin de la sagesse céleste pour faire une bonne application de la Parole de Dieu quand ils sont appelés à régler certains problèmes. Une telle manière d’agir produira des fruits de justice au sein de l’assemblée – km1992/8

Leur désobéissance et leur cou raide valurent souvent aux Israélites de se retrouver dans des situations désespérées. Jéhovah cessa-t-il pour autant de leur manifester de la bonté de cœur ? Au contraire, Isaïe raconte que, “ durant toute leur détresse, cela a été pour lui une détresse ”. Quelle compassion de la part de Jéhovah ! Comme n’importe quel père qui aime ses enfants, Dieu était peiné de voir les siens souffrir, même si leurs souffrances étaient dues à leur sottise. Ainsi qu’il l’avait prédit et pour preuve de son amour, il envoya son “ messager personnel ”, probablement Jésus avant qu’il ne devienne homme, les mener en Terre promise (Exode 23:20). De cette manière, Jéhovah releva la nation et la porta, “ comme un homme porte son fils ”. (Deutéronome 1:31) De nos jours, nous pouvons être sûrs que Jéhovah est tout autant conscient de nos souffrances et qu’il est touché quand nous sommes dans les difficultés. Nous pouvons avec confiance ‘ rejeter sur lui toute notre inquiétude, parce qu’il se soucie de nous ’. — 1 Pierre 5:7. – ip-2 chap24 §17

La férocité avec laquelle un essaim d’abeilles attaque qui le dérange est citée pour décrire la façon dont les Amorites chassèrent les Israélites de leur territoire montagneux (Dt 1:44). De même, comparant les nations ennemies à un essaim d’abeilles à l’attaque, un psalmiste dit que seule la foi dans le nom de Jéhovah permettait de les tenir à distance. — Ps 118:10-12. – it-1 p14

Comment Dieu considère les nationsEn qualité de Créateur et de Souverain de l’univers, Dieu a le droit absolu de fixer les limites territoriales des nations (s’il le désire) ; c’est ce qu’il fit avec Ammôn, Édom et Israël (Dt 2:17-22). Le Très-Haut ne peut être comparé aux nations quant à la grandeur. En fait, les nations ne sont à ses yeux qu’une goutte d’un seau. Par conséquent, lorsque les nations entrent en fureur et marmonnent contre Jéhovah, ce qu’elles firent en mettant Jésus à mort sur un poteau de supplice, Il se contente de rire d’elles et réduit à néant leur conseil présomptueux contre Lui. —it-2 p375

Ammon, Moab et Édom étaient de la même famille qu’Israël. Pourtant, malgré les liens qui les unissaient et leur histoire commune, ces nations ont tout au long des siècles manifesté leur hostilité contre le peuple de Dieu et l’ont traité avec « le plus grand mépris ». Prenons l’exemple des Ammonites. Ils descendaient de Loth, le neveu d’Abraham, par sa fille cadette. Ils parlaient une langue qui ressemblait beaucoup à l’hébreu ; il est donc probable que les Israélites les comprenaient. En raison des liens de famille qui existaient entre ces deux peuples, Jéhovah avait interdit aux Israélites d’attaquer les Ammonites (Deut. 2:19). Pourtant, à l’époque des Juges, les Ammonites se sont alliés à Églôn, le roi de Moab, pour oppresser Israël.

Les Moabites étaient eux aussi des descendants de Loth, mais cette fois-ci par sa fille aînée (Gen. 19:36, 37). Jéhovah avait demandé aux Israélites de ne pas engager de guerre avec les Moabites (Deut. 2:9). Mais les Moabites n’ont pas eu cette même loyauté envers les Israélites, qui étaient en quelque sorte leurs « cousins ». Quand les Israélites se sont enfuis d’Égypte pour échapper à l’esclavage, les Moabites ont voulu les empêcher d’entrer en Terre promise. Balak, le roi de Moab, a loué les services de Balaam pour qu’il maudisse les Israélites ; Balaam a ensuite proposé au roi une tactique pour inciter les hommes d’Israël à commettre des actes sexuels immoraux et à tomber dans l’idolâtrie. . Pendant des siècles, les Moabites ont continué d’oppresser leurs « cousins » israélites, et cela jusqu’à l’époque d’Ézéchiel.

Les Édomites étaient des descendants d’Ésaü, le frère jumeau de Jacob. Le lien entre les Édomites et les Israélites était si étroit que Jéhovah a dit qu’ils étaient « frères » (Deut. 2:1-5). Pourtant, les Édomites se sont opposés aux Israélites, depuis la période de l’Exode jusqu’à la destruction de Jérusalem en 607 avant notre ère. En 607, les Édomites se sont réjouis des souffrances d’Israël. Pire encore, ils ont encouragé les Babyloniens à démolir Jérusalem ; ils ont même barré la route aux Israélites qui s’enfuyaient et les ont remis à leurs ennemis.

Quelles leçons pouvons-nous tirer des relations entre Israël et ces nations ? Dès que les Israélites relâchaient leur vigilance, ils finissaient par adopter les pratiques païennes de ces peuples qui étaient pour ainsi dire leurs « cousins » ; c’est ainsi que se sont introduits en Israël le culte du Baal de Péor, adoré par les Moabites, et celui de Molek, un dieu ammonite. Il pourrait nous arriver la même chose. Sous la pression de proches qui ne partagent pas nos croyances, nous pourrions relâcher notre vigilance. – rr chap7

Que penser des guerres menées par la nation d’Israël ? Selon la Bible, cette nation n’avait jamais connu la guerre avant d’être libérée d’Égypte (Exode 13:17, 18). Au temps prévu, les Israélites furent dirigés par Dieu. Cependant, Jéhovah leur recommanda expressément de ne conquérir que le pays qu’il avait juré à leurs ancêtres de leur donner. Deutéronome 2:5, 9, 19. Si les chrétiens ne prennent part à aucune guerre physique, contre la chair et le sang, ils sont néanmoins engagés dans une guerre, une guerre spirituelle. L’apôtre Paul l’explique très clairement: “Car ce n’est pas contre des adversaires de sang et de chair que nous avons à lutter, mais contre (...) les Esprits du Mal qui habitent les espaces célestes.” — Éphésiens 6:12 – RV1987  8/11

Obstination - Dans ses relations avec l’humanité, Jéhovah Dieu a eu la patience de permettre à des individus et à des nations de continuer à exister alors qu’ils méritaient la mort. Certains réagirent de la bonne manière en faisant le nécessaire pour bénéficier de sa miséricorde, tandis que d’autres s’endurcirent davantage encore dans leur opposition à Jéhovah et à son peuple (Dt 2:30-33). Puisque Jéhovah n’empêche pas les individus de s’obstiner dans leur conduite, il est dit de lui qu’il ‘les laisse s’obstiner’ ou qu’il ‘endurcit leur cœur’. Quand finalement il exécute la vengeance sur les obstinés, cela a comme conséquences de manifester son grand pouvoir et de faire proclamer son nom – it-2 p421 Obstination

Link to comment
Share on other sites


  • Views 1.2k
  • Replies 1
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Posted Images

 Share





×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.