Jump to content
The World News Media

The Bail-In: How You and Your Money Will Be Parted During the Next Banking Crisis


Guest Nicole

Recommended Posts

  • Guest
Guest Nicole

There will be no more taxpayer bailouts for the Big Wall Street banks. That much has been established by the lobbied to death Dodd-Frank banking reform (yeah, right) bill.

However, instead of taking money from the government (taxpayers), the principal has been established that the next source of money for profligate banks will be your deposit accounts. Yeah, that’s right, the money to stabilize the banking sector during the next crisis will come out of your savings and checking accounts.

To add insult to injury – since the banks pay you zero percent on your savings account in the first place – the banks have the right to confiscate your funds if they crash the economy again as they did in 2008. Remember the Great Recession? It’s coming again to a bank near you.

How can they do this, you ask?

Simple. When you deposit money in a checking or savings account, that money no longer belongs to you. Technically and legally, it becomes the property of the bank, and the bank just issues you what amounts to an IOU. As far as the bank is concerned, it’s an unsecured debt.

The way Dodd-Frank has managed to screw things around, derivatives (bets banks have made in the Wall Street casino) have priority over your checking and savings accounts when it comes to paying off their debts. And don’t think that the FDIC (Federal Deposit Insurance Corporation) will save your money. The assets of the FDIC are minuscule (in the billions) compared to the valuation of outstanding derivatives (in the trillions). Your deposits are protected only up to the $250,000 insurance limit, and also only to the extent that the FDIC has the money to cover deposit claims or can come up with it.

Ellen Brown asks, “What happens when Bank of America or JPMorganChase, which have commingled their massive derivatives casinos with their depositary arms, is propelled into bankruptcy by a major derivatives fiasco?  These two banks both have deposits exceeding $1 trillion, and they both have derivatives books with notional values exceeding the GDP of the world.”

The answer is a Cypress style bail-in.

You might recall that money was taken out of depositor’s accounts during the last banking crisis in Cypress. These depositors were mainly Russian oligarchs so what the heck. Now this principle has been extended to depositors in the big Wall Street banks and actually to depositors all over the world. Now is a good time to take your money out of banks such as Bank of America, JPMorgan Chase and Citibank and deposit it in smaller banks or credit unions. Otherwise, $1 trillion of depositors’ funds could go bye-bye, and that’s not small change.

Ellen Brown elucidates:

According to an International Monetary Fund paper titled “From Bail-out to Bail-in: Mandatory Debt Restructuring of Systemic Financial Institutions”:

ail-in . . . is a statutory power of a resolution authority (as opposed to contractual arrangements, such as contingent capital requirements) to restructure the liabilities of a distressed financial institution by writing down its unsecured debt and/or converting it to equity. The statutory bail-in power is intended to achieve a prompt recapitalization and restructuring of the distressed institution.

The language is a bit obscure, but here are some points to note:

  • What was formerly called a “bankruptcy” is now a “resolution proceeding.” The bank’s insolvency is “resolved” by the neat trick of turning its liabilities into capital. Insolvent TBTF banks are to be “promptly recapitalized” with their “unsecured debt” so that they can go on with business as usual.
“Unsecured debt” includes deposits, the largest class of unsecured debt of any bank. The insolvent bank is to be made solvent by turning our money into their equity – bank stock that could become worthless on the market or be tied up for years in resolution proceedings. The power is statutory. Cyprus-style confiscations are to become the law. Rather than having their assets sold off and closing their doors, as happens to lesser bankrupt businesses in a capitalist economy, “zombie” banks are to be kept alive and open for business at all costs – and the costs are again to be borne by us.

So as far as you, the depositor, are concerned, your money in checking and savings accounts is the bank’s “unsecured debt.” You will have to stand in line behind trillions of dollars of derivative payouts before your checking and savings accounts will be made whole. Both the Bankruptcy Reform Act of 2005 and the Dodd Frank Act provide special protections for derivative counterparties, giving them the legal right to demand collateral to cover losses in the event of insolvency.

They get first dibs, even before the secured deposits of state and local governments. Your chances of recovering your money are about as great as the chances of a snowball in hell.

Since most poor and middle class people have a major portion of their assets in checking and savings accounts while rich people have the major portion in real estate, stocks and bonds, who do you think will be most affected by bail-ins?

You guessed it: the poor and middle class will be hit the hardest. And don’t think your money will be safe in a bank’s safe deposit box. The banks have the right to go into your safe deposit box and take your money out of it.

Pension funds, which were the biggest suckers for Wall Street during the last banking crisis, will also be drained by Wall Street during the next one. Their funds will be subject to confiscation as bail-ins as well since many of the bonds they purchase are subject to being converted to bail-inable deposits if the banks really need the money which they no doubt will sooner or later when the derivatives bubble goes bust.

So taxpayers you can sleep soundly as taxpayer bail-outs have been taken off the table in the next banking crisis. Whew, that’s a relief.

But if your savings get taken over by the bank, ouch, that’ll hurt even more than a widely distributed taxpayer bail-out which might add a couple of dollars to your income tax. Be careful of what you wish for. It could be even worse than what you already had.

There is a better way. Let the zombie banks go bankrupt instead of confiscating depositor funds. A better way is to create public banks and transfer funds from Wall Street. Then the gambling casino with all the attendant risks for bail-outs and bail-ins comes to an abrupt halt. Profits go to the local community or to the state in the case ofNorth Dakota, the nations’s first and oldest public bank..

On a personal note, a representative of my bank, Union Bank, called me a few weeks ago to inform me that I was only allowed five debits per month out of my savings account and that I had used up my five debits for December.

So I would have to wait until January before I was allowed to take any more money out of my savings account. I was furious. “It’s my money isn’t it, and besides you call it a savings account. It gets zero interest.” He kept repeating that I was only allowed five debits per month and said it was a Federal law.

Well, this means nothing because it’s well known that all Federal banking regulations are written by lobbyists for the banking industry in the interests of the banking industry. I asked him what was the rationale for this regulation. He said, “The government doesn’t want you to spend your money too fast.” Hmmm. Since when does Big Brother have an interest in making sure I don’t spend my money? I don’t think so.

It probably has more to do with keeping your money in the bank so that the bank can meet its currency reserve requirements or possibly slow down the exodus of money from worthless savings accounts which pay no interest or even perhaps to confiscate your money for bail-ins during the next banking crisis at which time there will be undoubtedly a run on the banks 1930s style.

Whoops, if you’ve already had your five debits, you won’t be able to get your hands on your money before it’s “bailed-in.”

Source: 

    Hello guest!

bank-of-america.jpg

bail-in-image.jpg

Wall-Street-1024x682.jpg

Link to post
Share on other sites

  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Popular Days

Posted Images

  • Similar Content

    • Guest
      By Guest
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. The recklessness of the “too big to fail” banks almost doomed them the last time around, but apparently they still haven’t learned from their past mistakes.  Today, the top 25 U.S. banks have 222 trillion dollars of exposure to derivatives.  In other words, the exposure that these banks have to derivatives contracts is approximately equivalent to the gross domestic product of the United States times twelve.  As long as stock prices continue to rise and the U.S. economy stays fairly stable, these extremely risky financial weapons of mass destruction will probably not take down our entire financial system.  But someday another major crisis will inevitably happen, and when that day arrives the devastation that these financial instruments will cause will be absolutely unprecedented.
      During the great financial crisis of 2008, derivatives played a starring role, and U.S. taxpayers were forced to step in and bail out companies such as AIG that were on the verge of collapse because the risks that they took were just too great.
      But now it is happening again, and nobody is really talking very much about it.  In a desperate search for higher profits, all of the “too big to fail” banks are gambling like crazy, and at some point a lot of these bets are going to go really bad.  The following numbers regarding exposure to derivatives contracts come directly from 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , and as you can see the level of recklessness that we are currently witnessing is more than just a little bit alarming… Citigroup
      Total Assets: $1,792,077,000,000 (slightly less than 1.8 trillion dollars)
      Total Exposure To Derivatives: $47,092,584,000,000 (more than 47 trillion dollars)
      JPMorgan Chase
      Total Assets: $2,490,972,000,000 (just under 2.5 trillion dollars)
      Total Exposure To Derivatives: $46,992,293,000,000 (nearly 47 trillion dollars)
      Goldman Sachs
      Total Assets: $860,185,000,000 (less than a trillion dollars)
      Total Exposure To Derivatives: $41,227,878,000,000 (more than 41 trillion dollars)
      Bank Of America
      Total Assets: $2,189,266,000,000 (a little bit more than 2.1 trillion dollars)
      Total Exposure To Derivatives: $33,132,582,000,000 (more than 33 trillion dollars)
      Morgan Stanley
      Total Assets: $814,949,000,000 (less than a trillion dollars)
      Total Exposure To Derivatives: $28,569,553,000,000 (more than 28 trillion dollars)
      Wells Fargo
      Total Assets: $1,930,115,000,000 (more than 1.9 trillion dollars)
      Total Exposure To Derivatives: $7,098,952,000,000 (more than 7 trillion dollars)
      Collectively, the top 25 banks have a total of 222 trillion dollars of exposure to derivatives.

      If you are new to all of this, you might be wondering what a “derivative” actually is.
      When you buy a stock you are purchasing an ownership interest in a company, and when you buy a bond you are purchasing the debt of a company.  But when you buy a derivative, you are not actually getting anything tangible.  Instead, you are simply making a side bet about whether something will or will not happen in the future.  These side bets can be extraordinarily complex, but at their core they are basically just wagers.  The following is a pretty good definition of derivatives that comes 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. … A derivative is a 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  with a price that is dependent upon or derived from one or more underlying Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . The derivative itself is a contract between two or more parties based upon the asset or assets. Its value is determined by fluctuations in the underlying asset. The most common underlying assets include Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  and Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . Those that trade derivatives are essentially engaged in a form of legalized gambling, and some of the brightest names in the financial world have been warning about the potentially destructive nature of these financial instruments for a very long time.
      In a letter that he wrote to shareholders of Berkshire Hathaway 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , Warren Buffett actually referred to derivatives as “financial weapons of mass destruction” The derivatives genie is now well out of the bottle, and these instruments will almost certainly multiply in variety and number until some event makes their toxicity clear. Central banks and governments have so far found no effective way to control, or even monitor, the risks posed by these contracts. In my view, derivatives are financial weapons of mass destruction, carrying dangers that, while now latent, are potentially lethal. Warren Buffett was right on the money when he made that statement, and of course the derivatives bubble is far larger today than it was back then.
      In fact, the total notional value of derivatives contracts globally is in excess of 500 trillion dollars.
      This is a disaster that is just waiting to happen, and investors such as Buffett are quietly positioning themselves to take advantage of the giant crash that is inevitably coming.
      According to 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , Buffett’s Berkshire Hathaway Inc. is hoarding 86 billion dollars in cash because he is likely anticipating a major stock market downturn… Far from a bullish sign, Buffett’s cash hoard could mean he’s preparing for a market crash. When the crash comes, Buffett can walk through the wreckage with his checkbook open and buy great companies for a fraction of their current value.
      That’s the real Buffett style, but you won’t hear that from your broker or wealth manager. If Buffett has a huge cash allocation, shouldn’t you?
      He knows what’s coming. Now you do too.
      Warren Buffett didn’t become one of the wealthiest men in the entire world by being stupid.  He knows that stocks are 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  at this point, and he is poised to make his move after the pendulum swings in the other direction. And he might not have too long to wait.  In recent weeks I have been writing about many of the signs 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , and today we received Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. … Despite high levels of economic confidence expressed by business owners and consumers, one key indicator shows that it has not translated into much action yet.
      Loan issuance declined in the first quarter from the previous three-month period, the first time that has happened in four years, according to an SNL Financial analysis of bank earnings reports filed for the period. The total of recorded loans and leases fell to $9.297 trillion from $9.305 trillion in the fourth quarter of 2016.
      This is precisely what we would expect to see if a new economic downturn was beginning.  Our economy is very highly dependent on the flow of credit, and when that flow begins to diminish that is a very bad sign.
      For the moment, financial markets continue to remain completely disconnected from the hard economic data, but as we saw in 2008 the markets can plunge very rapidly once they start catching up with the real economy.

      Warren Buffett is clearly getting prepared for the crisis that is ahead.
      Are you?
       
    • Guest
      By Guest
      Catalonia’s quest for independence from Spain is putting the region’s biggest banks in a sticky situation. So some are getting out. 
      Banco Sabadell, Catalonia’s second-largest lender, will move its HQ out of Barcelona in search of greater stability. A departure from Spain would create uncertainty about Sabadell and other players’ positions within the EU regulatory system. That’s a scary thought for depositors, and even worse for compliance departments.
      900 miles to the north, London is feeling the pinch from Brexit. Goldman Sachs is following other global banks on a one-way flight to Frankfurt (but not on Monarch Airlines). It just leased 10,000 m2 in Germany’s financial capital…a city poised to win big from the U.K.’s big breakup. 
      GS’ new neighbor? Morgan Stanley.
    • Guest
      By Guest
      “Ten years on from the global financial crisis (and nine years into a U.S. expansion), economies remain at risk.”
      No, not our favorite quote…but an important one from the World Economic Forum (WEF). Every year, WEF gathers for its Global Competitiveness Report. Think of it as a stat sheet, ranking 137 economies around the world on 12 factors including quality of institutions, education, infrastructure, and innovation. This year, Switzerland, the U.S., and Singapore took the podium (in that order). But there was a darker underlying message. 
      Put simply, global financial infrastructure is “ill prepared for the next wave of innovation and automation.” Economies like China and India have propped up their balance sheetswith bad business loans, doing their best impressions of the 2007 mortgage bubble. 
      The thing is, if banks were “too big to fail” back then, what about now? The world’s 30 largest banks now hold $43 trillion in assets versus the $30 trillion they held in 2006.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Italy may witness a bank run.
      https://www.armstrongeconomics.com/world-news/sovereign-debt-crisis/banking-panic-in-italy/



  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Qu’est-ce que le Jour du Jugement ?

      La Bible dit que Dieu “ a fixé un jour où il va juger la terre habitée ”. (Actes 17:31.) Pour beaucoup, l’idée d’être soumis à un jugement, quel qu’il soit, est désagréable. Voyez-vous les choses ainsi ?
      SI C’EST le cas, rassurez-vous : le Jour du Jugement est une disposition pleine d’amour qui apportera de grands bienfaits à la famille humaine, y compris aux morts (Matthieu 20:28 ; Jean 3:16). Mais pourquoi est-il nécessaire ? Et que se passera-t-il réellement pendant ce “ jour ” ?
      Pourquoi le Jour du Jugement est nécessaire
      Lorsque Dieu a placé les humains sur la terre, il ne la destinait pas à n’être qu’un lieu d’épreuve en vue d’une existence dans un autre monde. Il a créé les humains pour qu’ils y vivent éternellement. Bien que parfaits physiquement et mentalement, Adam et Ève, le premier couple, se sont rebellés contre Dieu. Ils ont alors perdu la perspective de la vie éternelle pour eux-mêmes, et ont transmis le péché et la mort à tous leurs descendants. — Genèse 2:15-17 ; Romains 5:12.
      Le Jour du Jugement sera une période de mille ans durant laquelle les hommes auront la possibilité de retrouver ce qu’Adam et Ève ont perdu*. Remarquez que, selon Actes 17:31, cité plus haut, ce “ jour ” concerne les personnes qui vivent sur “ la terre habitée ”. Celles qui recevront un jugement favorable vivront sur la terre, éternellement et dans des conditions parfaites (Révélation 21:3, 4). Le Jour du Jugement contribue donc à l’accomplissement du dessein originel de Dieu pour l’homme et pour la planète.
      Le Juge que Dieu a établi est Christ Jésus. La Bible révèle qu’il va “ juger les vivants et les morts ”. (2 Timothée 4:1.) Qui sont “ les vivants ” qui seront jugés ? Comment les morts vont-ils revenir à la vie sur “ la terre habitée ” ?
      Jésus juge “ les vivants ”
      Nous sommes maintenant proches de la fin annoncée du présent système de choses, où Dieu va détruire tous les éléments de la société humaine corrompue et supprimer les méchants. Les personnes qui réchapperont seront “ les vivants ” qui seront jugés. — Révélation 7:9-14 ; 19:11-16.
      Durant la période de jugement qui durera mille ans, Christ Jésus ainsi que 144 000 hommes et femmes ressuscités pour vivre dans les cieux dirigeront la terre. Exerçant les fonctions de rois et de prêtres, ils dispenseront les bienfaits du sacrifice rédempteur de Jésus et amèneront progressivement les humains fidèles à la perfection physique et mentale. — Révélation 5:10 ; 14:1-4 ; 20:4-6.
      Pendant le Jour du Jugement, Satan et ses démons ne seront plus libres d’influencer l’activité humaine (Révélation 20:1-3). Toutefois, à la fin de ce “ jour ”, Satan sera autorisé à éprouver la fidélité de tous les humains alors en vie. Ceux qui resteront fidèles à Dieu passeront avec succès l’épreuve à laquelle Adam et Ève ont échoué. Ils seront jugés dignes de recevoir la vie éternelle sur la terre redevenue un paradis. Ceux qui décideront de se rebeller contre Dieu seront détruits pour toujours, de même que Satan et ses démons. — Révélation 20:7-9.
      Le jugement des “ morts ”
      On lit dans la Bible qu’au Jour du Jugement les morts “ se lèveront ”. (Matthieu 12:41.) Jésus a dit : “ L’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie, ceux qui ont pratiqué des choses viles, pour une résurrection de jugement. ” (Jean 5:28, 29). Il n’est pas question ici des âmes désincarnées des défunts. Ces derniers sont totalement inconscients et n’ont pas d’âme qui survive à la mort (Ecclésiaste 9:5 ; Jean 11:11-14, 23, 24). Jésus relèvera sur la terre tous ceux qui se sont endormis dans la mort.
      Seront-ils jugés sur la base de ce qu’ils ont fait avant leur mort ? Non. Les Écritures enseignent que “ celui qui est mort a été acquitté de son péché ”. (Romains 6:7.) Ainsi, tout comme les survivants de la fin du système actuel, les ressuscités pour la vie sur la terre seront jugés “ selon leurs actions ” au cours du Jour du Jugement (Révélation 20:12, 13). En fonction de l’issue de leurs actions, leur résurrection se révélera aboutir soit à l’éternité, soit à la destruction. Nombre de ces ressuscités découvriront Jéhovah Dieu et ses exigences pour obtenir la vie. Ils auront la possibilité de se conformer à la volonté de Dieu et de recevoir la vie éternelle sur la terre.
      Aucune raison d’avoir peur
      Le Jour du Jugement ne sera pas seulement un temps d’instruction divine, mais aussi un temps où tous les vivants appliqueront ce qu’ils apprendront et en verront les bienfaits. Imaginez la joie que vous ressentirez quand vous retrouverez vos chers disparus et progresserez à leurs côtés vers la perfection !
      Imaginez la joie que vous ressentirez quand vous retrouverez vos chers disparus.
      Au terme du Jour du Jugement, Dieu permettra à Satan d’éprouver la fidélité des êtres humains. Il n’y a cependant pas lieu d’être inquiet ou d’avoir peur. Tous seront alors solidement armés pour faire face à cette dernière épreuve. Ainsi, le Jour du Jugement est une étape dans l’accomplissement du dessein divin qui effacera toutes les conséquences de la rébellion originelle contre Dieu dans le jardin d’Éden.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Chantons avec coeur et allégresse 
      Psaumes
      146 Louez Jah!
      Que tout mon être loue Jéhovah !
       2 Je veux louer Jéhovah toute ma vie.
      Je veux chanter des louanges à mon Dieu aussi longtemps que je vivrai.
       3 Ne mettez pas votre confiance dans les princes,
      ni dans un fils d’homme, qui est incapable de sauver.
       4 L’esprit de l’homme sort, l’homme retourne au sol ;
      ce jour-là, ses pensées périssent.
       5 Heureux celui qui a pour secours le Dieu de Jacob
      et dont l’espoir est en Jéhovah son Dieu,
       6 Celui qui a fait le ciel et la terre,
      la mer, et tout ce qui s’y trouve,
      celui qui reste fidèle pour toujours,
       7 celui qui garantit la justice aux spoliés,
      celui qui donne du pain aux affamés.
      Jéhovah libère les prisonniers ;
       8 Jéhovah ouvre les yeux des aveugles ;
      Jéhovah relève ceux qui sont courbés ;
      Jéhovah aime les justes.
       9 Jéhovah protège les résidents étrangers ;
      il soutient l’orphelin de père et la veuve,
      mais il contrecarre les projets des méchants
      10 Jéhovah sera Roi pour toujours,
      ton Dieu, ô Sion, de génération en génération.
      Louez Jah !

      · 0 replies
    • REDROCHA  »  T.B. (Twyla)

      Thank you Sister !!!!
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      LES QUALITÉS D'UN BERGER ET LES ASSISTANTS DE L'ASSEMBLÉE 

      PREMIÈRE LETTRE DE TIMOTHÉE

      3 La parole suivante est digne de foi : Si un homme aspire à être un responsable, il désire une belle œuvre. 2 Il faut donc qu’un responsable soit irréprochable, mari d’une seule femme, modéré dans ses habitudes, réfléchi, ordonné, hospitalier, capable d’enseigner, 3 que ce ne soit pas un ivrogne ni un homme violent, mais un homme raisonnable, non querelleur, non ami de l’argent, 4 un homme qui dirige d’une belle façon sa propre famille, qui tienne ses enfants dans la soumission en toute dignité 5 (car si un homme ne sait pas diriger sa propre famille, comment prendra-t-il soin de l’assemblée de Dieu ?), 6 que ce ne soit pas un homme récemment converti, de peur qu’il se gonfle d’orgueil et tombe sous le coup de la condamnation portée contre le Diable. 7 D’autre part, il faut aussi qu’il reçoive un beau témoignage des gens extérieurs à l’assemblée, afin de ne pas tomber dans le déshonneur et dans un piège du Diable.
      8 De même, il faut que les assistants soient des hommes dignes, qu’ils n’aient pas un langage double, qu’ils soient modérés dans la consommation de vin, non avides d’un gain malhonnête, 9 attachés au saint secret de la foi avec une conscience pure.
      10 De plus, qu’ils soient d’abord mis à l’épreuve quant à leurs aptitudes ; puis, s’ils sont exempts d’accusation, qu’ils servent comme ministres.
      11 De même, il faut que les femmes soient dignes, non calomniatrices, modérées dans leurs habitudes, fidèles en toutes choses.
      12 Les assistants doivent être maris d’une seule femme et diriger d’une belle façon leurs enfants et leur propre famille. 13 Car les hommes qui servent d’une belle façon acquièrent une belle réputation et une grande confiancepour parler de la foi en Christ Jésus.
      14 Je t’écris ces choses, bien que j’espère venir bientôt chez toi, 15 pour que, au cas où je serais retardé, tu saches comment tu dois te conduire dans la maison de Dieu, qui est l’assemblée du Dieu vivant, colonne et soutien de la vérité. 16 Oui, il faut avouer qu’il est grand, le saint secret de l’attachement à Dieu : « Il a été manifesté dans la chair, a été déclaré juste dans l’esprit, est apparu aux anges, a été prêché parmi les nations, a été cru dans le monde, a été enlevé dans la gloire. »





      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Bergers, imitez les Grands Bergers
       
      Christ [...] a souffert pour vous, vous laissant un modèle pour que vous suiviez fidèlement ses traces » (1 PIERRE 2:21)

      QUAND un berger s’intéresse de près au bien-être de son troupeau, les moutons se portent bien. Selon un manuel sur l’élevage ovin, « l’homme qui se contente de mener le troupeau au pré puis n’y prête plus attention risque fort, en quelques années, d’avoir de nombreuses bêtes malades qui ne rapportent rien ». Par contre, quand les moutons reçoivent l’attention voulue, le troupeau prospère.
      La qualité des soins et de l’attention que les bergers du troupeau de Dieu prodiguent à chaque brebis dont ils sont responsables influera sur la santé spirituelle de toute la congrégation. Tu te souviens peut-être que Jésus a eu pitié des foules parce qu’« elles étaient dépouillées et éparpillées comme des brebis sans berger » (Mat. 9:36). Pourquoi se trouvaient-elles en si piteuse condition ? Parce que les hommes chargés d’enseigner la Loi de Dieu au peuple étaient durs, exigeants et hypocrites. Au lieu de soutenir et de nourrir les membres de leur troupeau, les guides spirituels d’Israël posaient sur leurs épaules de « lourdes charges » (Mat. 23:4).
      Les bergers chrétiens d’aujourd’hui, les anciens, ont donc une lourde responsabilité. Les brebis du troupeau sous leur garde appartiennent à Jéhovah ainsi qu’à Jésus, qui s’est présenté comme « l’excellent berger » (Jean 10:11). Les brebis ont été « acheté[e]s à un prix », que Jésus a payé avec son propre « sang précieux » (1 Cor. 6:20 ; 1 Pierre 1:18, 19). Jésus aime tellement les brebis qu’il a bien voulu sacrifier sa vie pour elles. Les anciens ne devraient jamais oublier qu’ils sont des sous-bergers sous la surveillance du Fils bienveillant de Dieu, Jésus Christ, « le grand berger des brebis » (Héb. 13:20).
      Comment les bergers chrétiens devraient-ils traiter les brebis ? Les membres de la congrégation sont exhortés à « obéi[r] à ceux qui [les] dirigent ». De leur côté, les anciens ne doivent pas « commande[r] en maîtres ceux qui sont l’héritage de Dieu » (Héb. 13:17 ; lire 1 Pierre 5:2, 3). Alors comment peuvent-ils diriger le troupeau sans le commander en maîtres ? Autrement dit, comment peuvent-ils répondre aux besoins des brebis sans abuser de l’autorité dont Dieu les a investis ?
      « IL LES PORTERA SUR SON SEIN »
      Parlant de Jéhovah, le prophète Isaïe a déclaré : « Comme un berger il fera paître son troupeau. De son bras il rassemblera les agneaux ; et sur son sein il les portera. Il conduira doucement celles qui allaitent » (Is. 40:11). Cette comparaison montre que Jéhovah se soucie des besoins des membres de la congrégation faibles et vulnérables. De même qu’un berger connaît les besoins particuliers de chaque brebis de son troupeau et se tient prêt à les combler, Jéhovah connaît les besoins des membres de la congrégation et est heureux de leur apporter le soutien voulu. À l’image d’un berger qui, si nécessaire, porte un agneau nouveau-né dans le pli de son vêtement, « le Père des tendres miséricordes » nous portera, ou nous consolera, quand nous serons durement éprouvés ou rencontrerons un besoin particulier (2 Cor. 1:3, 4).

      Quel exemple admirable pour un berger chrétien ! Comme son Père céleste, il lui faut être attentif aux besoins des brebis. S’il est au courant des difficultés qu’elles rencontrent et des besoins qui méritent une attention immédiate, il sera en mesure d’offrir l’encouragement et le soutien nécessaires (Prov. 27:23). Il doit donc bien communiquer avec ses compagnons chrétiens. Tout en respectant la vie privée de chacun, il s’intéresse à ce qu’il voit et entend dans la congrégation, avec amour, il se rend disponible pour « venir en aide aux faibles » (Actes 20:35 ; 1 Thess. 4:11).
      Parlons de la mentalité de bergers que Jéhovah a désapprouvés. Aux jours d’Ézékiel et de Jérémie, Jéhovah a dénoncé ceux qui auraient dû s’occuper de ses brebis, mais ne le faisaient pas. Quand personne ne surveillait les brebis, le troupeau devenait la proie de bêtes sauvages et se dispersait. Ces bergers exploitaient les brebis et, plutôt que de les faire paître, « ils se paissaient eux-mêmes » (Ézék. 34:7-10 ; Jér. 23:1). Le reproche que Dieu leur a fait est tout aussi valable pour les chefs de la chrétienté. Mais il souligne également combien il est important qu’un ancien s’occupe avec sérieux et amour du troupeau de Jéhovah.
      « JE VOUS AI DONNÉ L’EXEMPLE »
      En raison de l’imperfection humaine, certaines brebis peuvent être lentes à comprendre ce que le Berger suprême attend d’elles. Elles ne se conforment pas toujours à un conseil biblique ou ont un comportement trahissant un manque de maturité spirituelle. Comment les anciens doivent-ils réagir ? Ils devraient imiter la patience qu’a eue Jésus envers ses disciples quand ils cherchaient à savoir qui parmi eux serait le plus grand dans le Royaume. Au lieu de perdre patience, Jésus a continué à les enseigner et à leur donner des conseils bienveillants sur la pratique de l’humilité (Luc 9:46-48 ; 22:24-27). En leur lavant les pieds, il leur a fait une démonstration d’humilité, qualité que les surveillants chrétiens sont tenus de manifester (lire Jean 13:12-15 ; 1 Pierre 2:21).
      Le point de vue de Jésus sur le rôle du berger n’était pas le même que celui que Jacques et Jean ont un jour manifesté. Ces deux apôtres cherchaient à s’assurer une place en vue dans le Royaume. Mais Jésus a rectifié cet état d’esprit ainsi : « Vous savez que les chefs des nations dominent sur elles, et que les grands usent d’autorité sur elles. Il n’en sera pas ainsi parmi vous ; mais quiconque voudra devenir grand parmi vous sera votre serviteur » (Mat. 20:25, 26, Bible de Darby). Les apôtres devaient résister à l’envie de « commander en maîtres » leurs compagnons ou de « dominer sur » eux.
      Jésus tient à ce que les bergers chrétiens traitent le troupeau comme lui le traitait. Ils doivent être disposés à servir leurs compagnons, pas les dominer. Paul a manifesté une telle humilité. Il a dit en effet aux anciens de la congrégation d’Éphèse : « Vous savez bien comment, depuis le premier jour où j’ai mis le pied dans le district d’Asie, j’ai été avec vous tout le temps, travaillant comme un esclave pour le Seigneur, avec la plus grande humilité. » L’apôtre souhaitait que ces anciens soutiennent les brebis avec dévouement et humilité. Il a ajouté : « Je vous ai montré en toutes choses que c’est en peinant ainsi que vous devez venir en aide aux faibles » (Actes 20:18, 19, 35). Il a par ailleurs dit aux Corinthiens qu’il ne dominait pas sur leur foi. Il était plutôt leur humble compagnon de travail, pour leur joie (2 Cor. 1:24). C’est un bel exemple d’humilité et de courage pour les anciens de notre époque.
      « FERMEMENT ATTACHÉ À LA PAROLE FIDÈLE »
      Un ancien doit être « fermement attaché à la parole fidèle pour ce qui est de son art d’enseigner » (Tite 1:9). Mais il le sera « dans un esprit de douceur » (Gal. 6:1). Un bon berger chrétien ne force pas une brebis à agir de telle ou telle façon. Non, il réfléchit à la manière dont il stimulera son cœur. Il attirera peut-être son attention sur les principes bibliques à considérer avant de prendre une décision importante. Il reverra avec elle ce que les publications ont dit sur la question. Il l’exhortera à réfléchir aux conséquences de tel ou tel choix sur ses relations avec Jéhovah. Il pourra aussi insister sur l’importance de demander à Dieu sa direction avant de prendre une décision (Prov. 3:5, 6). Ensuite, il la laissera prendre elle-même sa décision (Rom. 14:1-4).
      La seule autorité que les surveillants chrétiens détiennent leur vient des Écritures. Alors ils doivent absolument se servir de la Bible avec habileté et adhérer à son contenu. Ils se garderont ainsi d’un éventuel abus de pouvoir. Car ils ne sont que sous-bergers ; chaque membre de la congrégation est responsable devant Jéhovah et Jésus de ses propres décisions (Gal. 6:5, 7, 8).
      « DES EXEMPLES POUR LE TROUPEAU »
      Après avoir déconseillé aux anciens ( prêtres )« commander en maîtres ceux qui [leur] sont échus en partage », l’apôtre Pierre les exhorte à « devenir des exemples pour le troupeau » (1 Pierre 5:3, note). De quelle façon sont-ils des exemples pour le troupeau ? Prenons deux des choses requises d’un frère qui « aspire à une fonction de surveillant ». Il lui faut être « sain d’esprit » et « présider de belle façon, sa propre maisonnée ». S’il a une famille, il doit la présider de manière exemplaire, car « si quelqu’un [...] ne sait pas présider sa propre maisonnée, comment prendra-t-il soin de la congrégation ( assemblée) de Dieu ? » (1 Tim. 3:1, 2, 4, 5). Il doit également être sain d’esprit, c’est-à-dire comprendre clairement les principes divins et savoir comment les appliquer dans sa propre vie. Il est calme et équilibré et se garde de porter des jugements hâtifs. Autant de qualités qui inspirent confiance aux membres de la congrégation.
      Les surveillants donnent également l’exemple en prenant la tête dans l’œuvre de prédication. Jésus lui-même leur a donné l’exemple à cet égard. La prédication de la bonne nouvelle du Royaume a occupé une grande partie de son activité terrestre. Il a montré à ses disciples comment il fallait l’accomplir (Marc 1:38 ; Luc 8:1). Qu’il est encourageant, de nos jours, de prêcher aux côtés des anciens, de constater leur zèle pour cette œuvre salvatrice et d’apprendre de leurs méthodes d’enseignement ! Leur détermination à consacrer du temps et de l’énergie à la prédication malgré un emploi du temps chargé insuffle du zèle à toute la congrégation. Enfin, les anciens donnent l’exemple en préparant les réunions de la congrégation et en y participant, mais aussi en prenant part à des activités comme le nettoyage et la maintenance de la Salle du Royaume (Éph. 5:15, 16 ; lire (Hébreux 13:7) 
      « SOUTENEZ LES FAIBLES »
      Quand une brebis se blesse ou tombe malade, un bon berger vole à son secours. Pareillement, quand un membre de la congrégation souffre ou a besoin d’une aide spirituelle, les anciens doivent réagir rapidement. Un chrétien âgé ou malade a sans doute besoin d’une aide pratique, mais il a surtout besoin d’un soutien spirituel et d’encouragements (1 Thess. 5:14). Les jeunes rencontrent peut-être des difficultés. Résister aux « désirs de la jeunesse » en est une (2 Tim. 2:22). Le berger doit donc rendre régulièrement visite aux membres de la congrégation dans le but de comprendre les épreuves qu’ils traversent et de les encourager par des conseils bibliques bien choisis. Quand ces visites pastorales sont faites au bon moment, beaucoup de problèmes peuvent être résolus avant qu’ils ne s’aggravent.
      Et si les difficultés d’un chrétien s’aggravent au point de menacer sa santé spirituelle ? « Quelqu’un parmi vous est-il malade ?, a demandé le rédacteur biblique Jacques. Qu’il appelle à lui les anciens de la congrégation, et qu’ils prient sur lui, l’enduisant d’huile au nom de Jéhovah. Et la prière de la foi rétablira celui qui est souffrant, et Jéhovah le relèvera. De plus, s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné » (Jacq. 5:14, 15). Même quand un chrétien « souffrant » « appelle à lui les anciens », ces derniers doivent lui venir en aide dès qu’ils sont au courant de son état. Les anciens qui prient avec sont là pour le fortifier et aussi tout frères en difficulté, et ils les soutiennent, se révèlent une source de réconfort et d’encouragement (lire Isaïe 32:1, 2).
      Dans tout ce qu’ils font au sein de l’organisation de Jéhovah, les bergers s’efforcent d’imiter « le grand berger », Jésus Christ. Grâce à l’aide de ces hommes dignes de confiance, le troupeau se fortifie et prospère. Tout cela nous réjouit profondément et nous pousse à louer le plus Grand Berger sans pareil,  notre Dieu Jéhovah



      · 1 reply
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,066
    • Total Posts
      124,348
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,715
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Ben Chasten Echols Jr.
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.