Jump to content
The World News Media

Perles spirituelles - Semaine du 11 Janvier 2021 - Lévitique 20-21


misette
 Share

Recommended Posts

  • Member

PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 11 Janvier 2021 - Lévitique 20-21.docx

PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 11 Janvier 2021 - Lévitique 20-21.pdf

 

Perles spirituelles (10 min) : Lévitique 20-21

Lévitique 21:5 : Pourquoi la Loi de Dieu interdisait-elle l’automutilation ? (it-1 1180).

« Les prêtres ne devront pas se raser la tête, ni se raser la barbe sur les côtés, ni se faire d’entailles sur le corps »

La loi de Dieu interdisait expressément aux Israélites de se faire des incisions dans la chair à cause d’un mort (Lv 19:28 ; 21:5 ; Dt 14:1). Pourquoi ? Parce qu’Israël était un peuple saint pour Jéhovah, son bien particulier. Aussi devait-il se garder de toute pratique idolâtrique. De plus, ces démonstrations d’affliction excessives, notamment l’auto lacération, étaient totalement déplacées chez un peuple parfaitement informé sur la condition véritable des morts et sur l’espérance de la résurrection. En outre, l’interdiction de telles mutilations inculquait aux Israélites le respect qu’il convient d’accorder au corps humain, une création de Dieu. – it-1 p1180

L’automutilation consiste à se faire du mal, que ce soit en se coupant, en se brûlant, en se frappant ou par un autre moyen, parce qu’on en ressent le besoin irrésistible. L’automutilation est rarement fatale, mais elle est dangereuse. Elle est souvent le symptôme d’une dépression ou d’un autre trouble. Elle n’est pas un simple tic nerveux. C’est plutôt une façon de gérer une certaine forme de tension. L’auto mutilateur se sert de la douleur physique comme d’un dérivatif à sa souffrance affective. Si c’est le cas, une aide médicale sera peut-être nécessaire – RV2013/8

INCISIONS - Dans l’Antiquité, il était apparemment très courant de s’inciser la chair ou de s’entailler les bras, les mains et le visage en période de deuil. Peut-être agissait-on ainsi pour apaiser ou se rendre propices les dieux censés régner sur les morts. Décrivant ce que faisaient les Scythes à la mort de leur roi, l’historien grec Hérodote (IV, 71) raconte : “ Ils se coupent un morceau de l’oreille, se tondent les cheveux tout autour de la tête, se font des incisions aux bras, se déchirent le front et le nez, s’enfoncent des flèches à travers la main gauche. ” Ces lacérations dans la chair ne se pratiquaient pas uniquement comme rites de deuil. Dans l’espoir que leur dieu exauce leurs requêtes, les prophètes de Baal se firent des incisions, “ selon leur coutume, avec des poignards et avec des lances, jusqu’à faire couler le sang sur eux ”. – it-1 INCISIONS

Les Israélites reçurent de Dieu l’instruction de respecter leur corps et de ne pas se mutiler. Les chrétiens, bien qu’ils ne soient plus sous la Loi mosaïque, sont toujours encouragés à traiter leur corps avec respect. N’est-il pas raisonnable, par conséquent, d’éviter les risques sanitaires inutiles ? - RV2000  22/3

Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ?

Lv 20:9. Pour Jéhovah, la haine, la méchanceté et le meurtre sont à mettre sur le même plan. Aussi avait-il prévu la même peine pour l’individu qui insultait ses parents que pour celui qui les tuait effectivement. Se rebeller contre ses parents revenait à se rebeller contre Dieu lui-même. – TG2004 15/5 p24

Lv 20:9. Pourquoi le fait d’‘appeler le mal’ sur ses parents entraînait-il la peine capitale ? Celui qui maudissait son père ou sa mère et souhaitait qu’un grave malheur leur advienne trahissait ainsi sa haine et sa propension au meurtre. S’il ne prenait pas une arme pour assassiner lui-même ses parents, il n’en désirait pas moins leur mort au fond de son cœur. Étant donné que, du point de vue de Jéhovah, pareille méchanceté équivaut à un homicide, la Loi prévoyait la même peine pour l’individu qui insultait ses parents que pour celui qui les tuait effectivement. Voilà qui devrait inciter le chrétien à bannir la haine – TG1984 15/5 p27

Une personne adultère était mise à mort (Lévitique 20:10). Quand cela arrivait, les autres Israélites, et même les parents du coupable, ne pouvaient plus parler au transgresseur puisqu’il était mort. Cette fermeté dans la défense des principes justes et raisonnables de Dieu servait les intérêts de tous les Israélites en préservant la pureté de la congrégation. Elle décourageait aussi toute tentative pour répandre la corruption au sein du peuple qui portait le nom de Dieu. Celui qui commet l’adultère fait souffrir ses proches dans le simple but d’assouvir ses désirs sexuels. S’il ne se repent pas, il ne demeure pas dans l’amour de Dieu et il est excommunié. C’est à juste titre que l’apôtre Paul avertit, en Hébreux 13:4, que Jéhovah Dieu jugera les adultères et les fornicateurs. - TG2006  15/11 §14

Dans son amour, Jéhovah établit des lois détaillées définissant les mauvaises actions afin que les Israélites évitent de les commettre. Sous la Loi, certains péchés exigeaient plus que le pardon d’une personne offensée. Les cas de blasphème, d’apostasie, d’idolâtrie, ainsi que les péchés sexuels comme la fornication, l’adultère et l’homosexualité devaient être révélés aux anciens ou aux prêtres pour qu’ils les examinent. Quiconque se rendait coupable d’actes aussi dégradants était retranché de la nation d’Israël. Il en va de même dans la congrégation chrétienne (Lévitique 20:10-13)  - TG1999 15/10

La Loi prescrivait que les auteurs des crimes les plus détestables soient brûlés ou pendus (Lv 20:14). Ces sentences n’étaient exécutées qu’après la mise à mort. - it-1 p569

Jéhovah donna aux Israélites cet avertissement sans ambiguïté: “Et vous devrez garder toutes mes ordonnances et toutes mes décisions judiciaires et les pratiquer, pour que ne vous vomisse pas le pays où je vous mène pour y habiter.” — Lévitique 20:22. Le message est clair. Les Cananéens ont été anéantis parce qu’ils souillaient le pays en se livrant à des actes d’une rebutante immoralité: l’adultère, l’homosexualité et le meurtre d’enfants. Si les Israélites copiaient la religion cananéenne et se mettaient à adorer Baal, ils subiraient le même sort. C’est pourtant ce qu’ils firent. - RV1989  22/1 p5

Il y a quelque chose que nous ne devons pas oublier. Dieu a dit aux Israélites : “ Vous devez garder tout le commandement que je te commande aujourd’hui, afin que vous deveniez forts et que vraiment vous entriez prendre possession du pays. ” (Deutéronome 11:8). En Lévitique 20:22, 24, le même pays est mentionné : “ Vous devez garder toutes mes ordonnances et toutes mes décisions judiciaires et les pratiquer, afin que le pays où je vous mène pour y habiter ne vous vomisse pas. Aussi vous ai-je dit : ‘ Vous prendrez, vous, possession de leur sol, et moi je vous le donnerai pour que vous en preniez possession, pays ruisselant de lait et de miel. ’ ” Ainsi, la possession de la Terre promise dépendait de bonnes relations avec Jéhovah Dieu. C’est parce que les Israélites lui ont désobéi que Dieu a laissé les Babyloniens les vaincre et les déporter.

Nous sommes sans doute satisfaits de la plupart des aspects de notre paradis spirituel. L’environnement est agréable à regarder et apaisant. Nous sommes en paix avec les chrétiens qui se sont débarrassés de leurs traits de caractère bestiaux. Ils s’efforcent d’être bons et serviables. Toutefois, pour demeurer dans le paradis spirituel, il ne suffit pas d’être en bons termes avec eux. Il faut entretenir des relations d’amitié avec Jéhovah et accomplir sa volonté. Nous sommes entrés de notre plein gré dans ce paradis spirituel, mais nous pourrions en être chassés si nous ne préservions pas nos relations avec Dieu. TG2004  15/10 §12,13

Jéhovah est “puissant en sainteté”. Par l’alliance de la Loi, Dieu ‘ sépara Israël ’ en tant que peuple choisi pendant 1 545 ans (Lv 20:26), mais par la mort sacrificielle de son Fils il détruisit le “ mur intermédiaire ” symbolique qui séparait les peuples gentils des Juifs, abolissant la Loi des commandements. En Éphésiens 2:12-16, Paul fit allusion à la barrière, ou mur, qui se trouvait dans l’enceinte du temple. Il était interdit aux Gentils, sous peine de mort, de franchir cette limite : l’apôtre se servit de ce mur comme d’un exemple approprié de la séparation que créait l’alliance de la Loi. Sous la nouvelle alliance dont Christ Jésus fut le Médiateur, une démarcation spirituelle, de loin plus imposante que n’importe quelle frontière géographique, fut établie pour séparer du reste du monde des humains la nation spirituelle que forme la congrégation chrétienne - it-1 p934

Un peuple saint - Jéhovah a conclu avec Israël une alliance. Ce lien conférait à cette nation nouvellement constituée un statut spécial. Elle était sanctifiée, ou mise à part. Jéhovah a dit aux Israélites : “ Vous devez vous montrer saints pour moi, car moi, Jéhovah, je suis saint ; et j’entreprends de vous séparer des peuples pour que vous m’apparteniez. ” — Lévitique  20:26.

Dès la fondation de cette nation, Jéhovah a bien fait percevoir aux Israélites le principe du sacré. Ils n’avaient à ce moment-là même pas le droit de toucher la montagne où les Dix Commandements avaient été donnés, sous peine de mort. Le mont Sinaï était dans un certain sens considéré comme sacré. La prêtrise ainsi que le tabernacle et son mobilier devaient également être tenus pour sacrés.

Mais qu’en est-il de la congrégation chrétienne ? La congrégation chrétienne composée des oints est sacrée aux yeux de Jéhovah. Bien qu’ils ne constituent pas le grand temple spirituel de Jéhovah, de fait, pris collectivement, le groupe des chrétiens oints vivant sur terre à un moment donné est comparé à un saint temple. Jéhovah habite ce saint temple par le moyen de son esprit saint. Par le moyen de son esprit, Jéhovah ‘ réside ’ parmi les oints et ‘ marche parmi eux ’. Il guide continuellement son “ esclave ” fidèle. Les “ autres brebis ” chérissent le privilège d’être associées à la classe du temple – TG2006  1/11

Si nous croyons vraiment à la Parole de Dieu, nous ne nous laisserons pas aller à une curiosité malsaine pour les choses occultes, et cela nous sauvegardera. Jéhovah Dieu ne prend pas ces questions à la légère. Afin de protéger les Israélites des esprits méchants qui trompent les hommes et leur font du mal, il jugea la pratique de la divination passible de la peine de mort. Sa Parole déclare : “Tu ne devras pas garder en vie la sorcière.” (Ex. 22:18). “Quant à l’homme ou à la femme en qui se trouve un esprit de médium ou un esprit de prédiction, ils devront être mis à mort sans faute.” — Lév. 20:27.

Jéhovah a-t-il changé d’avis au sujet des médiums, des sorciers et de ceux qui pratiquent la divination ? Absolument pas ! Tous ceux qui persistent à pratiquer le spiritisme sont toujours frappés par un décret divin. Dans Révélation 21:8, ces choses sont classées parmi les pratiques qui méritent le jugement de la “seconde mort”. Il s’agit d’une mort éternelle d’où aucune résurrection n’est possible. Par conséquent, si ceux qui ont touché à ces pratiques veulent accomplir la volonté de Dieu, il est grand temps qu’ils éliminent de leur vie toute activité de ce genre. – TG1975 1/5 §15,16

La prêtrise aaronique. Un descendant d’Aaron qui était boiteux ne pouvait pas servir dans la prêtrise, mais il lui était permis de manger de ce qui était fourni aux prêtres pour leur subsistance (Lv 21:16-23). Jéhovah énonça des conditions rigoureuses concernant l’état physique des prêtres, car ils le représentaient dans son sanctuaire. Pareillement, Christ, le Grand Prêtre souverain, fut “ fidèle, sans malice, sans souillure, séparé des pécheurs ” -  it-1 p356

En Lévitique 21:16-23, on trouve une liste des défauts physiques qui rendaient quelqu’un inapte à la prêtrise en général. Le grand prêtre était soumis à des restrictions supplémentaires : il ne pouvait épouser qu’une vierge d’Israël ; il ne devait pas se marier avec une veuve (Lv 21:13-15). En outre, il n’avait pas le droit de se souiller pour un mort, c’est-à-dire qu’il ne devait toucher aucun cadavre humain, pas même celui de son père ou de sa mère, car cela l’aurait rendu impur. Il ne devait pas non plus laisser s’écheveler sa tête ni déchirer ses vêtements pour un mort. — Lv 21:10-12. – it-1 p1005

La virginité spirituelle. Tout comme le grand prêtre en Israël ne pouvait épouser qu’une vierge (Lv 21:10, 13, 14), de même le Grand Prêtre souverain, Jésus Christ, ne peut avoir au ciel qu’une “ vierge ” pour “ épouse ” spirituelle. L’épouse de Christ se compose de 144 000 personnes ointes de l’esprit, qui, individuellement, préservent leur ‘ virginité ’ en se tenant séparées du monde et en se gardant pures sur les plans moral et doctrinal – it-2 p1152

Link to comment
Share on other sites


  • Views 879
  • Replies 1
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Posted Images

 Share





×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.