Jump to content
The World News Media

Think about this video next time you hand change to a homeless person


Recommended Posts


  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
  • Similar Content

    • Guest
      By Guest
      What are some ways to combat homelessness?
      Declining wages have put housing out of reach for many workers: in every state, more than the minimum wage is required to afford a one or two-bedroom apartment at fair market rent. In fact, a minimum wage worker would have to work 87 hours each week to afford a two-bedroom apartment at 30% of his or her income, which is the federal definition of affordable housing.
       
    • By TheWorldNewsOrg
      Mon Jul 31st, 2017 7:00pm
      By Paige Cornwell
      The Seattle Times
       
      Washington has one of the highest levels of homeless students in the nation. And in a three-year span, when the number of homeless students in Washington grew by 30 percent, the amount of federal funding provided to help those students only increased by 8 percent.
      Those findings are part of an annual report by the Institute for Children, Poverty and Homelessness (ICPH), which analyzed each state’s homeless-student population. Though the data is from the 2014-15 school year, it provides a snapshot into where homeless students live and how they perform compared with their classmates.
      Data from Washington show that this state’s homeless-student population continues to grow. In the 2015-16 school year, nearly 40,000 students were homeless, according to the Office of the Superintendent of Public Instruction. In 2014-15, it was about 35,500.
      “We cannot afford to ignore the complex challenges faced by homeless children and their families,” said Dr. Ralph da Costa Nunez, president of ICPH, in a news release. “Unless we enact common-sense public policies that address the educational and economic needs of homeless families, today’s homeless children may become tomorrow’s homeless parents.”
      Among the report’s findings:
      Washington had the eighth-highest number of homeless students and the ninth-highest rate of homeless students among the 50 states and the District of Columbia. Four school districts — Seattle, Tacoma, Spokane and Highline — had more than 1,000 homeless students. In 10 school districts, more than 20 percent of the students were homeless. The average rate for homeless students identified as having a disability was 20 percent, nearly double the rate of their classmates. In three school districts — Nine Mile Falls in Eastern Washington, and Camas and Trout Lake in Southern Washington — almost half of all homeless students were identified as having a disability. Students were spread proportionately among cities, suburbs, towns and rural areas. About 43 percent lived in urban school districts. Under the federal McKinney-Vento Act, a student is considered homeless if he or she lacks a fixed, regular and adequate place to sleep at night. The state receives about $950,000 per year from the U.S. Department of Education to help homeless students by paying for things like transportation, tutoring and school supplies.
    • By JAMMY
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      The Refettorio Gastromotiva, a dining hall for homeless people that the Italian chef Massimo Bottura helped open in the downtrodden Lapa neighborhood of Rio de Janeiro.Credit Dado Galdieri for The New York Times
       
      RIO DE JANEIRO — Consider what it takes to keep all those Olympian machines nourished and hydrated for one meal at the Rio Games: 250 tons of raw ingredients to fill the bellies of 18,000 athletes, coaches and officials in the Olympic Village.
      Now multiply that figure by three — for breakfast, lunch and dinner — and again for each day of the Games.
      On the other side of the Atlantic Ocean, the Italian chef Massimo Bottura also did the math and was inspired, not by the tantalizing dimensions of herculean consumption but by the prospect of colossal waste.
      “I thought, this is an opportunity to do something that can make a difference,” said Mr. Bottura, 53, a fast-talking blur of a man whose restaurant in Modena, Osteria Francescana, recently earned the top award from the World’s 50 Best Restaurants.
      On Thursday night, that something looked like this: In a fraying section of downtown Rio, a pack of the world’s most venerated chefs were rushing around a slapdash kitchen amid a crush of volunteers as they improvised a dinner for 70 homeless people.
      All of the ingredients, most of which might have otherwise been thrown away, had been donated, as had the labor of the chefs and orange-aproned servers, some of whom had traveled to Rio from California, Germany and Japan.
      The creators of this place, Refettorio Gastromotiva — refettorio means dining hall in Italian — hope it will change the way Brazilians, and the world, think about hunger, food waste and the nourishing of human dignity.
       
      “This is not just a charity; it’s not just about feeding people,” said Mr. Bottura, pausing to pick up trash from the forlorn playground outside his new venture. “This is about social inclusion, teaching people about food waste and giving hope to people who have lost all hope.”
      In the days since it began operating on Wednesday out of a hastily erected translucent box in the downtrodden neighborhood of Lapa, Refettorio Gastromotiva has become something of a sensation: a feel-good counterpoint to the commercialization of the Games, and to the gluttony that unfolds each night in the pop-up pavilions that many countries have set up throughout the city.
      Prime Minister Matteo Renzi of Italy and the Brazilian actress and television host Regina Casé have stopped by, and culinary luminaries like Alain Ducasse, Virgilio Martínez Véliz and Joan Roca are among the 50 chefs who have signed up for kitchen shifts.

      Mr. Bottura sprinkling spices on couscous before it was served to diners at Refettorio Gastromotiva, where ingredients are donated and other well-known chefs have volunteered.CreditDado Galdieri for The New York Times
      On Thursday night, Alex Atala, who runs D.O.M., one of Brazil’s top-rated restaurants, and is the former host of a popular cooking show, helped prepare the evening’s menu: Italian-style couscous with sautéed beef and panzanella, a Tuscan bread-and-tomato dish that was produced with ingredients donated by the catering companies that supply the Olympic Village.
      Mr. Atala said the astounding deluge of international support was born of seemingly unrelated global movements: the growing awareness of food waste, the rise of the celebrity chef and widespread frustration over the persistence of hunger in even the most developed countries.
      “We are a generation of young chefs who are not competing with each other, but who want to share,” Mr. Atala, 48, said.
      The project is not Mr. Bottura’s first venture into culinary philanthropy. During the World Expo in Milan last year, he turned an abandoned theater into Refettorio Ambrosiano, and the center continues to operate.
      His latest refettorio is a collaboration with David Hertz, a Brazilian chef who has spent the past decade training disadvantaged men and women to work as kitchen assistants and spreading the gospel of slow food, a movement that emphasizes local culinary traditions and high-quality, locally sourced ingredients.
      His nonprofit, Gastromotiva, runs four schools in Brazil that have graduated 2,500 people, most of whom have been snapped up quickly by restaurants across the country. A branch in Mexico City produced its first class last month, and another is set to open in South Africa in September.
      Those successes have earned Mr. Hertz speaking engagements at TED Talks and at the World Economic Forum, but he said he had grown frustrated by what he described as the “empty talk” of the moneyed elite.
      Nine months before the start of the Games, and with little time to waste, Mr. Hertz persuaded the city’s mayor to provide an empty lot, and Mr. Bottura began the difficult task of raising $250,000.
      They found a chilly reception, an outgrowth of the political polarization that has roiled Brazil amid efforts to force President Dilma Rousseff from office, said Cristina Reni, the refettorio’s project manager.
      “People right now just don’t trust each other, and most of these companies didn’t want to get involved in a project they thought could get messy,” she said.
      Last-minute appeals yielded a bevy of commercial-grade freezers, ovens and an ice cream maker. The structure, a gleaming industrial shed outfitted with art and crisp plywood furniture, was built in 55 days. Despite the generosity, the project ran over budget and created a nearly $190,000 hole that the organizers are trying to fill with donations.

      A chef using a cooking torch on a dessert at Refettorio Gastromotiva. CreditDado Galdieri for The New York Times
       
      With a 10-year lease to its sliver of land, Food for Soul, Mr. Bottura’s organization, plans to keep the venture going after the Olympics are over. To make it sustainable, Refettorio Gastromotiva will serve lunch to paying customers and use the proceeds to fund 108 free dinners each night for those in need.
      “This is not some pop-up project,” Mr. Bottura said.
      On Thursday, the second night of operation, the refettorio was the site of controlled chaos. Workers struggled to churn out three successive seatings while coping with a shortage of natural gas and an inadequate electricity supply that made it impossible to use the deep fryer, ovens and freezers at the same time.
      Mr. Bottura scurried about, fussing over dishes, barking orders and trying to figure out how to make do with the ingredients at hand: slightly bruised tomatoes, day-old bread and an assortment of other produce, fresh but visually imperfect, that Olympic caterers had deemed unsuitable for their customers.
      Asked what was bubbling in a huge caldron of ragù, Mr. Bottura threw up his hands and shouted, “Everything.” The idea, he later explained, was to emulate the grandmothers of the world. “They knew how to take the food that would otherwise be wasted and turned it into amazingly delicious meals,” he said.
      It is a philosophy that has captured the attention of other cities, including Montreal and Los Angeles, where iterations of his upscale soup kitchen are scheduled to open next year. He has also set his sights on New York.
      At 6 p.m., the door flung open and the diners shuffled in, eyes wide with anticipation. The chef explained each course, which emerged from the open kitchen on simple white china. Cheers and applause filled the room.
      One diner, Rene da Conceição, said the food was the best he’d had in his 40 years, the past nine of which he has spent living with his wife on the streets of Rio.
      “Oh my God, he takes banana peels and makes incredible ice cream,” he gushed afterward. “And you know, we ate food from Italy!”
      A thin, bedraggled man with a wide, infectious smile, Mr. Conceição explained that his meals were usually scavenged from garbage bins and that he went to bed hungry many nights. Since the Olympics began, he said, the police have barred him from Copacabana, a neighborhood that provides a cornucopia of discarded food and items like cardboard that can be sold to recyclers.
      More than filling his stomach, Refettorio Gastromotiva, he said, had provided much-needed dollops of kindness and respect.
      “These guys, they shake your hand and they treat you like you’re a boss,” he said. “I thought I was dreaming and told my wife to pinch me. But it wasn’t a dream.”
       
      http://www.nytimes.com/2016/08/15/world/americas/rio-olympics-chef-food-homeless.html?smprod=nytcore-iphone&smid=nytcore-iphone-share
       
       



  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Qu’est-ce que le Jour du Jugement ?

      La Bible dit que Dieu “ a fixé un jour où il va juger la terre habitée ”. (Actes 17:31.) Pour beaucoup, l’idée d’être soumis à un jugement, quel qu’il soit, est désagréable. Voyez-vous les choses ainsi ?
      SI C’EST le cas, rassurez-vous : le Jour du Jugement est une disposition pleine d’amour qui apportera de grands bienfaits à la famille humaine, y compris aux morts (Matthieu 20:28 ; Jean 3:16). Mais pourquoi est-il nécessaire ? Et que se passera-t-il réellement pendant ce “ jour ” ?
      Pourquoi le Jour du Jugement est nécessaire
      Lorsque Dieu a placé les humains sur la terre, il ne la destinait pas à n’être qu’un lieu d’épreuve en vue d’une existence dans un autre monde. Il a créé les humains pour qu’ils y vivent éternellement. Bien que parfaits physiquement et mentalement, Adam et Ève, le premier couple, se sont rebellés contre Dieu. Ils ont alors perdu la perspective de la vie éternelle pour eux-mêmes, et ont transmis le péché et la mort à tous leurs descendants. — Genèse 2:15-17 ; Romains 5:12.
      Le Jour du Jugement sera une période de mille ans durant laquelle les hommes auront la possibilité de retrouver ce qu’Adam et Ève ont perdu*. Remarquez que, selon Actes 17:31, cité plus haut, ce “ jour ” concerne les personnes qui vivent sur “ la terre habitée ”. Celles qui recevront un jugement favorable vivront sur la terre, éternellement et dans des conditions parfaites (Révélation 21:3, 4). Le Jour du Jugement contribue donc à l’accomplissement du dessein originel de Dieu pour l’homme et pour la planète.
      Le Juge que Dieu a établi est Christ Jésus. La Bible révèle qu’il va “ juger les vivants et les morts ”. (2 Timothée 4:1.) Qui sont “ les vivants ” qui seront jugés ? Comment les morts vont-ils revenir à la vie sur “ la terre habitée ” ?
      Jésus juge “ les vivants ”
      Nous sommes maintenant proches de la fin annoncée du présent système de choses, où Dieu va détruire tous les éléments de la société humaine corrompue et supprimer les méchants. Les personnes qui réchapperont seront “ les vivants ” qui seront jugés. — Révélation 7:9-14 ; 19:11-16.
      Durant la période de jugement qui durera mille ans, Christ Jésus ainsi que 144 000 hommes et femmes ressuscités pour vivre dans les cieux dirigeront la terre. Exerçant les fonctions de rois et de prêtres, ils dispenseront les bienfaits du sacrifice rédempteur de Jésus et amèneront progressivement les humains fidèles à la perfection physique et mentale. — Révélation 5:10 ; 14:1-4 ; 20:4-6.
      Pendant le Jour du Jugement, Satan et ses démons ne seront plus libres d’influencer l’activité humaine (Révélation 20:1-3). Toutefois, à la fin de ce “ jour ”, Satan sera autorisé à éprouver la fidélité de tous les humains alors en vie. Ceux qui resteront fidèles à Dieu passeront avec succès l’épreuve à laquelle Adam et Ève ont échoué. Ils seront jugés dignes de recevoir la vie éternelle sur la terre redevenue un paradis. Ceux qui décideront de se rebeller contre Dieu seront détruits pour toujours, de même que Satan et ses démons. — Révélation 20:7-9.
      Le jugement des “ morts ”
      On lit dans la Bible qu’au Jour du Jugement les morts “ se lèveront ”. (Matthieu 12:41.) Jésus a dit : “ L’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie, ceux qui ont pratiqué des choses viles, pour une résurrection de jugement. ” (Jean 5:28, 29). Il n’est pas question ici des âmes désincarnées des défunts. Ces derniers sont totalement inconscients et n’ont pas d’âme qui survive à la mort (Ecclésiaste 9:5 ; Jean 11:11-14, 23, 24). Jésus relèvera sur la terre tous ceux qui se sont endormis dans la mort.
      Seront-ils jugés sur la base de ce qu’ils ont fait avant leur mort ? Non. Les Écritures enseignent que “ celui qui est mort a été acquitté de son péché ”. (Romains 6:7.) Ainsi, tout comme les survivants de la fin du système actuel, les ressuscités pour la vie sur la terre seront jugés “ selon leurs actions ” au cours du Jour du Jugement (Révélation 20:12, 13). En fonction de l’issue de leurs actions, leur résurrection se révélera aboutir soit à l’éternité, soit à la destruction. Nombre de ces ressuscités découvriront Jéhovah Dieu et ses exigences pour obtenir la vie. Ils auront la possibilité de se conformer à la volonté de Dieu et de recevoir la vie éternelle sur la terre.
      Aucune raison d’avoir peur
      Le Jour du Jugement ne sera pas seulement un temps d’instruction divine, mais aussi un temps où tous les vivants appliqueront ce qu’ils apprendront et en verront les bienfaits. Imaginez la joie que vous ressentirez quand vous retrouverez vos chers disparus et progresserez à leurs côtés vers la perfection !
      Imaginez la joie que vous ressentirez quand vous retrouverez vos chers disparus.
      Au terme du Jour du Jugement, Dieu permettra à Satan d’éprouver la fidélité des êtres humains. Il n’y a cependant pas lieu d’être inquiet ou d’avoir peur. Tous seront alors solidement armés pour faire face à cette dernière épreuve. Ainsi, le Jour du Jugement est une étape dans l’accomplissement du dessein divin qui effacera toutes les conséquences de la rébellion originelle contre Dieu dans le jardin d’Éden.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Chantons avec coeur et allégresse 
      Psaumes
      146 Louez Jah!
      Que tout mon être loue Jéhovah !
       2 Je veux louer Jéhovah toute ma vie.
      Je veux chanter des louanges à mon Dieu aussi longtemps que je vivrai.
       3 Ne mettez pas votre confiance dans les princes,
      ni dans un fils d’homme, qui est incapable de sauver.
       4 L’esprit de l’homme sort, l’homme retourne au sol ;
      ce jour-là, ses pensées périssent.
       5 Heureux celui qui a pour secours le Dieu de Jacob
      et dont l’espoir est en Jéhovah son Dieu,
       6 Celui qui a fait le ciel et la terre,
      la mer, et tout ce qui s’y trouve,
      celui qui reste fidèle pour toujours,
       7 celui qui garantit la justice aux spoliés,
      celui qui donne du pain aux affamés.
      Jéhovah libère les prisonniers ;
       8 Jéhovah ouvre les yeux des aveugles ;
      Jéhovah relève ceux qui sont courbés ;
      Jéhovah aime les justes.
       9 Jéhovah protège les résidents étrangers ;
      il soutient l’orphelin de père et la veuve,
      mais il contrecarre les projets des méchants
      10 Jéhovah sera Roi pour toujours,
      ton Dieu, ô Sion, de génération en génération.
      Louez Jah !

      · 0 replies
    • REDROCHA  »  T.B. (Twyla)

      Thank you Sister !!!!
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      LES QUALITÉS D'UN BERGER ET LES ASSISTANTS DE L'ASSEMBLÉE 

      PREMIÈRE LETTRE DE TIMOTHÉE

      3 La parole suivante est digne de foi : Si un homme aspire à être un responsable, il désire une belle œuvre. 2 Il faut donc qu’un responsable soit irréprochable, mari d’une seule femme, modéré dans ses habitudes, réfléchi, ordonné, hospitalier, capable d’enseigner, 3 que ce ne soit pas un ivrogne ni un homme violent, mais un homme raisonnable, non querelleur, non ami de l’argent, 4 un homme qui dirige d’une belle façon sa propre famille, qui tienne ses enfants dans la soumission en toute dignité 5 (car si un homme ne sait pas diriger sa propre famille, comment prendra-t-il soin de l’assemblée de Dieu ?), 6 que ce ne soit pas un homme récemment converti, de peur qu’il se gonfle d’orgueil et tombe sous le coup de la condamnation portée contre le Diable. 7 D’autre part, il faut aussi qu’il reçoive un beau témoignage des gens extérieurs à l’assemblée, afin de ne pas tomber dans le déshonneur et dans un piège du Diable.
      8 De même, il faut que les assistants soient des hommes dignes, qu’ils n’aient pas un langage double, qu’ils soient modérés dans la consommation de vin, non avides d’un gain malhonnête, 9 attachés au saint secret de la foi avec une conscience pure.
      10 De plus, qu’ils soient d’abord mis à l’épreuve quant à leurs aptitudes ; puis, s’ils sont exempts d’accusation, qu’ils servent comme ministres.
      11 De même, il faut que les femmes soient dignes, non calomniatrices, modérées dans leurs habitudes, fidèles en toutes choses.
      12 Les assistants doivent être maris d’une seule femme et diriger d’une belle façon leurs enfants et leur propre famille. 13 Car les hommes qui servent d’une belle façon acquièrent une belle réputation et une grande confiancepour parler de la foi en Christ Jésus.
      14 Je t’écris ces choses, bien que j’espère venir bientôt chez toi, 15 pour que, au cas où je serais retardé, tu saches comment tu dois te conduire dans la maison de Dieu, qui est l’assemblée du Dieu vivant, colonne et soutien de la vérité. 16 Oui, il faut avouer qu’il est grand, le saint secret de l’attachement à Dieu : « Il a été manifesté dans la chair, a été déclaré juste dans l’esprit, est apparu aux anges, a été prêché parmi les nations, a été cru dans le monde, a été enlevé dans la gloire. »





      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Bergers, imitez les Grands Bergers
       
      Christ [...] a souffert pour vous, vous laissant un modèle pour que vous suiviez fidèlement ses traces » (1 PIERRE 2:21)

      QUAND un berger s’intéresse de près au bien-être de son troupeau, les moutons se portent bien. Selon un manuel sur l’élevage ovin, « l’homme qui se contente de mener le troupeau au pré puis n’y prête plus attention risque fort, en quelques années, d’avoir de nombreuses bêtes malades qui ne rapportent rien ». Par contre, quand les moutons reçoivent l’attention voulue, le troupeau prospère.
      La qualité des soins et de l’attention que les bergers du troupeau de Dieu prodiguent à chaque brebis dont ils sont responsables influera sur la santé spirituelle de toute la congrégation. Tu te souviens peut-être que Jésus a eu pitié des foules parce qu’« elles étaient dépouillées et éparpillées comme des brebis sans berger » (Mat. 9:36). Pourquoi se trouvaient-elles en si piteuse condition ? Parce que les hommes chargés d’enseigner la Loi de Dieu au peuple étaient durs, exigeants et hypocrites. Au lieu de soutenir et de nourrir les membres de leur troupeau, les guides spirituels d’Israël posaient sur leurs épaules de « lourdes charges » (Mat. 23:4).
      Les bergers chrétiens d’aujourd’hui, les anciens, ont donc une lourde responsabilité. Les brebis du troupeau sous leur garde appartiennent à Jéhovah ainsi qu’à Jésus, qui s’est présenté comme « l’excellent berger » (Jean 10:11). Les brebis ont été « acheté[e]s à un prix », que Jésus a payé avec son propre « sang précieux » (1 Cor. 6:20 ; 1 Pierre 1:18, 19). Jésus aime tellement les brebis qu’il a bien voulu sacrifier sa vie pour elles. Les anciens ne devraient jamais oublier qu’ils sont des sous-bergers sous la surveillance du Fils bienveillant de Dieu, Jésus Christ, « le grand berger des brebis » (Héb. 13:20).
      Comment les bergers chrétiens devraient-ils traiter les brebis ? Les membres de la congrégation sont exhortés à « obéi[r] à ceux qui [les] dirigent ». De leur côté, les anciens ne doivent pas « commande[r] en maîtres ceux qui sont l’héritage de Dieu » (Héb. 13:17 ; lire 1 Pierre 5:2, 3). Alors comment peuvent-ils diriger le troupeau sans le commander en maîtres ? Autrement dit, comment peuvent-ils répondre aux besoins des brebis sans abuser de l’autorité dont Dieu les a investis ?
      « IL LES PORTERA SUR SON SEIN »
      Parlant de Jéhovah, le prophète Isaïe a déclaré : « Comme un berger il fera paître son troupeau. De son bras il rassemblera les agneaux ; et sur son sein il les portera. Il conduira doucement celles qui allaitent » (Is. 40:11). Cette comparaison montre que Jéhovah se soucie des besoins des membres de la congrégation faibles et vulnérables. De même qu’un berger connaît les besoins particuliers de chaque brebis de son troupeau et se tient prêt à les combler, Jéhovah connaît les besoins des membres de la congrégation et est heureux de leur apporter le soutien voulu. À l’image d’un berger qui, si nécessaire, porte un agneau nouveau-né dans le pli de son vêtement, « le Père des tendres miséricordes » nous portera, ou nous consolera, quand nous serons durement éprouvés ou rencontrerons un besoin particulier (2 Cor. 1:3, 4).

      Quel exemple admirable pour un berger chrétien ! Comme son Père céleste, il lui faut être attentif aux besoins des brebis. S’il est au courant des difficultés qu’elles rencontrent et des besoins qui méritent une attention immédiate, il sera en mesure d’offrir l’encouragement et le soutien nécessaires (Prov. 27:23). Il doit donc bien communiquer avec ses compagnons chrétiens. Tout en respectant la vie privée de chacun, il s’intéresse à ce qu’il voit et entend dans la congrégation, avec amour, il se rend disponible pour « venir en aide aux faibles » (Actes 20:35 ; 1 Thess. 4:11).
      Parlons de la mentalité de bergers que Jéhovah a désapprouvés. Aux jours d’Ézékiel et de Jérémie, Jéhovah a dénoncé ceux qui auraient dû s’occuper de ses brebis, mais ne le faisaient pas. Quand personne ne surveillait les brebis, le troupeau devenait la proie de bêtes sauvages et se dispersait. Ces bergers exploitaient les brebis et, plutôt que de les faire paître, « ils se paissaient eux-mêmes » (Ézék. 34:7-10 ; Jér. 23:1). Le reproche que Dieu leur a fait est tout aussi valable pour les chefs de la chrétienté. Mais il souligne également combien il est important qu’un ancien s’occupe avec sérieux et amour du troupeau de Jéhovah.
      « JE VOUS AI DONNÉ L’EXEMPLE »
      En raison de l’imperfection humaine, certaines brebis peuvent être lentes à comprendre ce que le Berger suprême attend d’elles. Elles ne se conforment pas toujours à un conseil biblique ou ont un comportement trahissant un manque de maturité spirituelle. Comment les anciens doivent-ils réagir ? Ils devraient imiter la patience qu’a eue Jésus envers ses disciples quand ils cherchaient à savoir qui parmi eux serait le plus grand dans le Royaume. Au lieu de perdre patience, Jésus a continué à les enseigner et à leur donner des conseils bienveillants sur la pratique de l’humilité (Luc 9:46-48 ; 22:24-27). En leur lavant les pieds, il leur a fait une démonstration d’humilité, qualité que les surveillants chrétiens sont tenus de manifester (lire Jean 13:12-15 ; 1 Pierre 2:21).
      Le point de vue de Jésus sur le rôle du berger n’était pas le même que celui que Jacques et Jean ont un jour manifesté. Ces deux apôtres cherchaient à s’assurer une place en vue dans le Royaume. Mais Jésus a rectifié cet état d’esprit ainsi : « Vous savez que les chefs des nations dominent sur elles, et que les grands usent d’autorité sur elles. Il n’en sera pas ainsi parmi vous ; mais quiconque voudra devenir grand parmi vous sera votre serviteur » (Mat. 20:25, 26, Bible de Darby). Les apôtres devaient résister à l’envie de « commander en maîtres » leurs compagnons ou de « dominer sur » eux.
      Jésus tient à ce que les bergers chrétiens traitent le troupeau comme lui le traitait. Ils doivent être disposés à servir leurs compagnons, pas les dominer. Paul a manifesté une telle humilité. Il a dit en effet aux anciens de la congrégation d’Éphèse : « Vous savez bien comment, depuis le premier jour où j’ai mis le pied dans le district d’Asie, j’ai été avec vous tout le temps, travaillant comme un esclave pour le Seigneur, avec la plus grande humilité. » L’apôtre souhaitait que ces anciens soutiennent les brebis avec dévouement et humilité. Il a ajouté : « Je vous ai montré en toutes choses que c’est en peinant ainsi que vous devez venir en aide aux faibles » (Actes 20:18, 19, 35). Il a par ailleurs dit aux Corinthiens qu’il ne dominait pas sur leur foi. Il était plutôt leur humble compagnon de travail, pour leur joie (2 Cor. 1:24). C’est un bel exemple d’humilité et de courage pour les anciens de notre époque.
      « FERMEMENT ATTACHÉ À LA PAROLE FIDÈLE »
      Un ancien doit être « fermement attaché à la parole fidèle pour ce qui est de son art d’enseigner » (Tite 1:9). Mais il le sera « dans un esprit de douceur » (Gal. 6:1). Un bon berger chrétien ne force pas une brebis à agir de telle ou telle façon. Non, il réfléchit à la manière dont il stimulera son cœur. Il attirera peut-être son attention sur les principes bibliques à considérer avant de prendre une décision importante. Il reverra avec elle ce que les publications ont dit sur la question. Il l’exhortera à réfléchir aux conséquences de tel ou tel choix sur ses relations avec Jéhovah. Il pourra aussi insister sur l’importance de demander à Dieu sa direction avant de prendre une décision (Prov. 3:5, 6). Ensuite, il la laissera prendre elle-même sa décision (Rom. 14:1-4).
      La seule autorité que les surveillants chrétiens détiennent leur vient des Écritures. Alors ils doivent absolument se servir de la Bible avec habileté et adhérer à son contenu. Ils se garderont ainsi d’un éventuel abus de pouvoir. Car ils ne sont que sous-bergers ; chaque membre de la congrégation est responsable devant Jéhovah et Jésus de ses propres décisions (Gal. 6:5, 7, 8).
      « DES EXEMPLES POUR LE TROUPEAU »
      Après avoir déconseillé aux anciens ( prêtres )« commander en maîtres ceux qui [leur] sont échus en partage », l’apôtre Pierre les exhorte à « devenir des exemples pour le troupeau » (1 Pierre 5:3, note). De quelle façon sont-ils des exemples pour le troupeau ? Prenons deux des choses requises d’un frère qui « aspire à une fonction de surveillant ». Il lui faut être « sain d’esprit » et « présider de belle façon, sa propre maisonnée ». S’il a une famille, il doit la présider de manière exemplaire, car « si quelqu’un [...] ne sait pas présider sa propre maisonnée, comment prendra-t-il soin de la congrégation ( assemblée) de Dieu ? » (1 Tim. 3:1, 2, 4, 5). Il doit également être sain d’esprit, c’est-à-dire comprendre clairement les principes divins et savoir comment les appliquer dans sa propre vie. Il est calme et équilibré et se garde de porter des jugements hâtifs. Autant de qualités qui inspirent confiance aux membres de la congrégation.
      Les surveillants donnent également l’exemple en prenant la tête dans l’œuvre de prédication. Jésus lui-même leur a donné l’exemple à cet égard. La prédication de la bonne nouvelle du Royaume a occupé une grande partie de son activité terrestre. Il a montré à ses disciples comment il fallait l’accomplir (Marc 1:38 ; Luc 8:1). Qu’il est encourageant, de nos jours, de prêcher aux côtés des anciens, de constater leur zèle pour cette œuvre salvatrice et d’apprendre de leurs méthodes d’enseignement ! Leur détermination à consacrer du temps et de l’énergie à la prédication malgré un emploi du temps chargé insuffle du zèle à toute la congrégation. Enfin, les anciens donnent l’exemple en préparant les réunions de la congrégation et en y participant, mais aussi en prenant part à des activités comme le nettoyage et la maintenance de la Salle du Royaume (Éph. 5:15, 16 ; lire (Hébreux 13:7) 
      « SOUTENEZ LES FAIBLES »
      Quand une brebis se blesse ou tombe malade, un bon berger vole à son secours. Pareillement, quand un membre de la congrégation souffre ou a besoin d’une aide spirituelle, les anciens doivent réagir rapidement. Un chrétien âgé ou malade a sans doute besoin d’une aide pratique, mais il a surtout besoin d’un soutien spirituel et d’encouragements (1 Thess. 5:14). Les jeunes rencontrent peut-être des difficultés. Résister aux « désirs de la jeunesse » en est une (2 Tim. 2:22). Le berger doit donc rendre régulièrement visite aux membres de la congrégation dans le but de comprendre les épreuves qu’ils traversent et de les encourager par des conseils bibliques bien choisis. Quand ces visites pastorales sont faites au bon moment, beaucoup de problèmes peuvent être résolus avant qu’ils ne s’aggravent.
      Et si les difficultés d’un chrétien s’aggravent au point de menacer sa santé spirituelle ? « Quelqu’un parmi vous est-il malade ?, a demandé le rédacteur biblique Jacques. Qu’il appelle à lui les anciens de la congrégation, et qu’ils prient sur lui, l’enduisant d’huile au nom de Jéhovah. Et la prière de la foi rétablira celui qui est souffrant, et Jéhovah le relèvera. De plus, s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné » (Jacq. 5:14, 15). Même quand un chrétien « souffrant » « appelle à lui les anciens », ces derniers doivent lui venir en aide dès qu’ils sont au courant de son état. Les anciens qui prient avec sont là pour le fortifier et aussi tout frères en difficulté, et ils les soutiennent, se révèlent une source de réconfort et d’encouragement (lire Isaïe 32:1, 2).
      Dans tout ce qu’ils font au sein de l’organisation de Jéhovah, les bergers s’efforcent d’imiter « le grand berger », Jésus Christ. Grâce à l’aide de ces hommes dignes de confiance, le troupeau se fortifie et prospère. Tout cela nous réjouit profondément et nous pousse à louer le plus Grand Berger sans pareil,  notre Dieu Jéhovah



      · 1 reply
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,039
    • Total Posts
      124,085
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,705
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    LookingForTruth95
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.