Jump to content
The World News Media

JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU- Recherchons des perles spirituelles TITE 1–PHILÉMON semaine du 12-18 août 2019


Guest

Recommended Posts

  • Guest

                                                                                                                                        JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU 

                                                                                                                       semaine du 12-18 août 2019

                                                                                                                   Recherchons des perles spirituelles

                                                                                                                                 TITE 1–PHILÉMON

 

                              perles.jpg

 Explique pourquoi ce verset ne justifie pas les préjugés ethniques (w89 15/5 31 § 5).


Abordant les difficultés des congrégations dans une lettre à Tite, Paul cita les paroles d’un prophète de l’endroit selon lequel “ les Crétois sont toujours menteurs, ce sont des bêtes sauvages néfastes, des goinfres désœuvrés ”. (Tt 1:10-12.) On pense que ces paroles sont d’Épiménide, poète crétois du VIe siècle av. n. è. Les Grecs partageaient cette vision des Crétois de l’Antiquité, car le nom Crétois devint chez eux synonyme de menteur.    it-1 567


En Crète, certains hommes qui fréquentaient la congrégation étaient restés “attachés à la circoncision”. Ils n’étaient pas d’accord avec le collège central de Jérusalem. Au lieu de garder leur opinion pour eux, ces “insoumis” enseignaient que la circoncision était indispensable au salut. Pis encore, ces “vains discoureurs” portaient aux nues des “fables juives” et des commandements qui n’émanaient même pas de la Loi mosaïque. Ces gens habiles à ‘leurrer’ leurs semblables ruinaient la foi de “maisonnées entières”. Les congrégations de Crète menaçaient de se disloquer. — Tite 1:10, 11, 14.w83 1/5 13 


Un prophète crétois a même dit de son propre peuple: “Les Crétois sont toujours menteurs, ce sont des bêtes sauvages néfastes, des gloutons désœuvrés.” L’apôtre Paul s’est souvenu de ces paroles lorsqu’il a dû réduire au silence de faux enseignants qui se trouvaient parmi les chrétiens de l’île de Crète. Toutefois, Paul ne disait pas que tous les chrétiens de Crète étaient menteurs, néfastes, paresseux et gloutons (Tite 1:5-12). Non, car les chrétiens ne parlent pas d’autrui avec mépris. Qui plus est, la majorité de ces chrétiens avaient revêtu la “personnalité nouvelle”, et certains d’entre eux possédaient les qualités spirituelles requises pour être nommés anciens. Nous devrions réfléchir à cet exemple, si jamais nous étions tentés d’émettre des remarques défavorables à l’encontre de nos frères et sœurs spirituels d’autre race ou nationalité.


                                                                                                                       Considérons les autres comme supérieurs à nous


11 D’un autre côté, si un chrétien avait une préférence pour une race ou pour une nation, cela transparaîtrait probablement dans ses paroles ou dans ses actes; et certains pourraient être froissés de cette partialité, surtout dans les congrégations où se mêlent diverses races. À n’en pas douter, aucun chrétien ne voudrait ainsi porter atteinte à l’unité du peuple de Dieu (Psaume 133:1-3). Par conséquent, si une tendance à la partialité demeurait dans le cœur d’un chrétien, il pourrait prier de cette manière: “Scrute-moi, ô Dieu, et connais mon cœur. Examine-moi, et connais mes pensées troublantes, et vois s’il y a en moi quelque voie douloureuse, et conduis-moi dans la voie des temps indéfinis.” — Psaume 139:23, 24.


12 Montrons-nous réalistes et n’oublions pas que nous sommes tous des humains imparfaits, qui ne seraient rien devant Dieu si Jésus Christ n’avait pas offert sa vie en sacrifice (1 Jean 1:8 à 2:2). Par conséquent, qu’est-ce qui fait que nous sommes différents des autres? Puisque nous n’avons rien que nous n’ayons reçu, pourquoi nous glorifierions-nous ou glorifierions-nous d’autres personnes, qui sont de la même origine ethnique que nous? — Voir 1 Corinthiens 4:6, 7.w88 15/5 18


“ PAUL, esclave de Dieu et apôtre de Jésus Christ [...] à Tite, mon véritable enfant selon une foi qui nous est commune. ” (Tite 1:1, 4). Ainsi commence la lettre de Paul à Tite, son collaborateur et associé de longue date, qu’il a laissé sur l’île de Crète pour mieux organiser les congrégations. Tite se voyait confier là une tâche considérable. Cette île, dont on a dit qu’elle avait été le lieu de résidence “ du père des dieux et des hommes ”, était à l’origine du dicton : “ crétiser un Crétois ”, c’est-à-dire “ à menteur, menteur et demi ”. La fausseté de ses habitants était proverbiale, au point que Paul a même cité leur propre prophète, qui a dit : “ Les Crétois sont toujours menteurs, ce sont des bêtes sauvages néfastes, des goinfres désœuvrés. ” (1:12). Au temps de Paul, les Crétois ont également été décrits comme suit : “ Les Crétois sont des gens instables, de mauvaise foi et querelleurs. Leur avarice, leur licence, leur fausseté et leur ivrognerie étaient plus qu’ordinaires ; les Juifs qui s’étaient installés parmi les insulaires semblent avoir été plus loin qu’eux dans l’immoralité. ” C’est dans un tel climat que les congrégations de Crète ont pris naissance ; il était donc vraiment indispensable pour les croyants de ‘ rejeter l’impiété et les désirs de ce monde, et de vivre avec bon sens et justice et attachement à Dieu ’, comme les y exhortait Paul. — 2:12.si 239


 

 Pourquoi Paul n’a-t-il pas demandé à Philémon de rendre à Onésime sa liberté ? (w08 15/10 31 § 4).


La position des chrétiens du Ier siècle. Il y avait une multitude d’esclaves dans l’Empire romain, et certains maîtres en possédaient des centaines, voire des milliers. L’esclavage était une institution protégée par le gouvernement impérial. Les chrétiens du Ier siècle ne s’opposaient pas à l’autorité gouvernementale dans ce domaine ni n’encourageaient les esclaves à se révolter. Ils reconnaissaient aux autres, y compris à leurs frères chrétiens, le droit, légal, de posséder des esclaves. C’est pourquoi l’apôtre Paul renvoya Onésime, un esclave fugitif. Parce qu’il était devenu chrétien, Onésime retourna de son plein gré chez son maître, se soumettant ainsi à un frère chrétien en tant qu’esclave (Phm 10-17).it-1 794


Quand il rencontra Onésime, un esclave qui s’était enfui de chez son maître, qu’il l’eut converti au christianisme, Paul ne le déclara pas affranchi. Il le renvoya plutôt vers son maître, Philémon, vers l’esclavage, mais sous un maître chrétien (Philém. 10-16). w61 239


Mieux qu’un esclave: À propos du retour d’Onésime, l’esclave de Philémon qui s’était enfui, Paul déclara: “[Peut-être s’est-il] échappé pour une heure, afin de t’être rendu pour toujours, non plus comme un esclave, mais mieux qu’un esclave, comme un frère bien-aimé, — ce qu’il est particulièrement pour moi, mais combien plus pour toi, aussi bien dans les rapports selon la chair que dans le Seigneur.” (Philémon 15, 16). Dans l’Empire romain, l’esclavage était autorisé par le gouvernement impérial, que Paul reconnaissait comme faisant partie des “autorités supérieures”. (Romains 13:1-7.) Il n’a pas préconisé une révolte d’esclaves, mais a aidé les hommes qui étaient dans cette situation à trouver la liberté spirituelle en devenant chrétiens. En accord avec les instructions qu’il avait lui-même données pour que les esclaves soient soumis à leurs maîtres, Paul renvoya à Philémon son esclave Onésime (Colossiens 3:22-24; Tite 2:9, 10). Onésime était maintenant plus qu’un esclave au sens où on l’entend généralement. Il était devenu un compagnon chrétien bien-aimé qui, acceptant le principe de la soumission relative, serait un meilleur esclave, un esclave qui se laisserait diriger par les lois divines et manifesterait un amour fraternel.w91 15/2 23


Pourquoi Paul n’a-t-il pas demandé à Philémon d’accorder à Onésime la liberté ? Paul voulait s’en tenir strictement à sa mission, savoir : “ prêch[er] le royaume de Dieu et enseign[er] les choses concernant le Seigneur Jésus Christ. ” Il a donc décidé de rester en dehors des problèmes de société, tel celui de l’esclavage. — Actes 28:31.w08 15/10 31  
 

Link to comment
Share on other sites


  • Views 195
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Popular Days

Popular Days

Posted Images





×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.