Jump to content
The World News Media

Perles spirituelles - Semaine du 1er Février 2021 - Lévitique 26-27


Recommended Posts

  • Member

PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 1er Février 2021 - Lévitique 26-27.docx

PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 1er Février 2021 - Lévitique 26-27.pdf

 

Perles spirituelles (10 min) : Lévitique 26-27

Lévitique 26:16 : En quel sens Jéhovah a-t-il puni Israël par des maladies ? (it-2 564).

« alors moi, je vous ferai ceci : je vous punirai par la détresse, la tuberculose et la fièvre brûlante, ce qui épuisera vos yeux et vous fera dépérir. Vous sèmerez tout simplement pour rien, car vos ennemis mangeront vos récoltes.»

Conséquence de l’abandon de la Loi de Jéhovah. Dieu avait averti les Israélites que, s’ils ne gardaient pas son alliance avec eux, il ‘ enverrait la peste au milieu d’eux ’. Dans toutes les Écritures, la santé, physique ou spirituelle, est associée à la bénédiction de Dieu et, à l’inverse, la maladie est associée au péché et à l’imperfection. Par conséquent, s’il est vrai que dans certains cas Jéhovah Dieu frappa des humains de maladie directement et instantanément, par exemple quand il rendit lépreux Miriam, Ouzziya et Guéhazi, il apparaît que dans la plupart des cas les maladies et les pestes qui affligèrent des individus ou des nations furent la conséquence naturelle et inéluctable de péchés commis. Ces humains ne firent que moissonner ce qu’ils avaient semé ; leur corps de chair subit les effets de leur mauvaise conduite. Au sujet de ceux qui s’adonnèrent à l’immoralité sexuelle la plus obscène, l’apôtre dit que Dieu “ les a livrés [...] à l’impureté, pour que leurs corps soient déshonorés chez eux, [...] recevant en eux-mêmes le plein salaire que méritait leur égarement ”. — Rm 1:24-27. – it-2 p564

Quand les Israélites obéissaient à la Loi, ils prolongeaient leur vie et étaient préservés des maladies et des afflictions qui frappaient les nations voisines. En revanche, s’ils désobéissaient ou péchaient contre cette Loi, ils s’attiraient inutilement des maladies. Il y a donc un rapport entre la transgression de la Loi de Dieu (le péché) et les maladies. Lorsque les Israélites revenaient à Dieu et lui obéissaient, ils recouvraient la ‘santé spirituelle’ et recevaient, sur le plan physique, les bienfaits promis par Jéhovah.

De nos jours, ceux qui observent les lois divines interdisant l’impureté sexuelle, par exemple, ne souffrent pas de maladies vénériennes. Les personnes qui veillent à ne pas souiller volontairement leur corps par l’usage du tabac, se protègent du cancer. L’obéissance à Dieu procure dès à présent de réels bienfaits pour la santé. – TG1974  15/6 p355

Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ?

Les Israélites devaient aussi redouter le sanctuaire de Jéhovah (Lv 26:2). Cela signifiait qu’ils devaient manifester du respect vis-à-vis du sanctuaire, rendant leur culte de la manière que Jéhovah indiquait et se conduisant en harmonie avec tous ses commandements. – it-2 p753

Par l’alliance de la Loi, les habitants tant d’Israël que de Juda sont voués à Jéhovah. En recherchant l’aide de l’Égypte, Israël trahit son manque de foi en Jéhovah et son mépris des lois inhérentes à cette sainte alliance. Pourquoi ? Parce que, selon les termes de cette alliance, Jéhovah promet de protéger ses serviteurs s’ils lui vouent un attachement exclusif (Lévitique 26:3-8). Jéhovah a tenu sa promesse : à maintes reprises il s’est révélé être une “ forteresse au temps de la détresse ”. Il y a ici une leçon pour les chrétiens d’aujourd’hui. Israël regarda vers le soutien visible de l’Égypte plutôt que vers le soutien tellement plus puissant que Jéhovah accorde. Pareillement de nos jours, les chrétiens peuvent être tentés de placer leur confiance dans ce qui, d’un point de vue charnel, assure la sécurité (des comptes en banque, une position sociale, des relations dans le monde) plutôt qu’en Jéhovah. Naturellement, les chefs de famille chrétiens prennent au sérieux leur responsabilité de pourvoir aux besoins matériels des leurs. Mais ils ne mettent pas leur confiance dans les biens matériels. Et ils se gardent de “ toute espèce de convoitise ”. L’unique “ hauteur sûre dans les temps de détresse ” est Jéhovah Dieu – ip-1 chap24 §6

Il fut encore dit aux Israélites de ne pas se faire d’images taillées de bois et de pierre et de ne pas se prosterner devant elles : ce serait pratiquer une adoration comme celle qui avait cours dans les nations d’alentour. Notez combien était appropriée cette instruction donnée au

    Hello guest!
 : “ Si vous suivez mes lois, si vous gardez mes commandements et les mettez en pratique, je vous enverrai des pluies en leur saison, la terre donnera ses produits, et les arbres des champs donneront leurs fruits. À peine aurez-vous battu le blé que vous toucherez à la vendange. ” (
    Hello guest!
)
. Dans ce chapitre Dieu montre encore comment il pourvoira à tous leurs besoins, qu’il les aidera et sera à leurs côtés pour chasser les étrangers du pays. Il les mit aussi en garde contre ce qui arriverait en cas de désobéissance, comme le montrent
    Hello guest!
 : “ 
Mais si vous ne m’écoutez point et ne mettez point en pratique tous ces commandements, si vous méprisez mes lois (...) et que vous rompiez mon alliance, voici alors ce que je ferai. J’enverrai sur vous la terreur. ” Ce langage était très clair ; cependant les Israélites méprisèrent ces décrets. C’était la voie de la rébellion. Cela a peut-être commencé d’une façon à peine perceptible mais, comme on y persistait, ces choses ont conduit à la désobéissance totale et ont valu la défaveur de Jéhovah. Cette leçon nous montre qu’il faut obéir et non se rebeller. – TG1958  15/8 page 244 §10

L’avenir de notre planète ne dépend ni des efforts ni des traités humains. Celui qui a le pouvoir de réguler le climat a autrefois promis à son peuple : “ À coup sûr, je vous donnerai vos averses en leur temps, et la terre donnera vraiment sa production, et l’arbre des champs donnera son fruit. ” (Lévitique 26:4). Bientôt, toute la terre connaîtra de telles conditions. Plus jamais les humains obéissants n’auront à craindre des tempêtes destructrices, des raz-de-marée, des inondations, des sécheresses ou d’autres catastrophes naturelles. –RV1998  22/12

La paix entre l’homme et les animaux. Jéhovah Dieu fit cette promesse aux Israélites, à condition qu’ils soient obéissants : “ Je mettrai la paix dans le pays et vous vous coucherez sans que personne vous fasse trembler ; et je ferai réellement disparaître du pays la bête sauvage néfaste. ” (Lv 26:6). Cela signifiait que les animaux sauvages resteraient dans les limites de leur habitat et ne causeraient aucun dommage aux Israélites ni à leurs animaux domestiques. En revanche, si les Israélites se montraient désobéissants, Jéhovah permettrait que leur pays soit envahi et dévasté par des armées étrangères. Comme cela entraînerait une réduction de la population, les animaux sauvages se multiplieraient, pénétreraient dans des régions précédemment habitées et feraient du mal aux survivants et à leurs animaux domestiques.

La paix avec les animaux sauvages promise aux Israélites était différente de celle que connurent le premier homme et la première femme dans le jardin d’Éden, car Adam et Ève avaient reçu pleine domination sur la création animale. Sous le règne de Jésus Christ, il y aura de nouveau la paix entre les hommes et les animaux comme c’était manifestement le cas en Éden. it-2 p475.

Étant donné qu’ils étaient coupables d’immoralité sexuelle et de perversion, d’idolâtrie et de pratiques spirites, le Très-Haut avait les Cananéens en aversion, si bien qu’il décréta leur destruction. Les Israélites furent prévenus que, s’ils désobéissaient, Jéhovah les aurait aussi en aversion et leur retirerait sa protection et sa bénédiction. Toutefois, par fidélité à l’alliance qu’il avait contractée avec Israël, il ne les aurait pas en aversion au point de les exterminer complètement (

    Hello guest!
).

Dans le cas de ceux qui se révéleront méchants, la résurrection sera finalement une résurrection pour l’“ aversion ” éternelle. Ce sera une résurrection de jugement, de condamnation, avec pour conséquence le retranchement éternel. – it-1 p612

Quand Jéhovah conclut l’alliance de la Loi avec Israël, qui venait d’être constitué en nation, il fit cette promesse : “ Et à coup sûr je mettrai mon tabernacle au milieu de vous, et mon âme ne vous aura pas en aversion. Oui, je marcherai au milieu de vous et je me montrerai votre Dieu, et vous, vous vous montrerez mon peuple. ” (Lévitique 26:11, 12). Maintenant, Jéhovah fait une promesse semblable aux hommes fidèles. Pendant le Jour du Jugement de mille ans, ils deviendront son peuple particulier - re chap42 §4

Le joug des tyrans égyptiens ne fut pas brisé par l’habileté des Israélites, mais par le Dieu Tout-Puissant lui-même. C’est ce qu’il leur rappela en ces termes : “Je suis Jéhovah, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d’Égypte, pour que vous n’y fussiez plus esclaves ; j’ai brisé les barres de votre joug et je vous ai fait marcher tête levée.” (

    Hello guest!
, AC). Jéhovah désirait rappeler aux Israélites que c’était lui qui avait brisé le joug de leurs oppresseurs ; il est bien que nous nous en souvenions aussi. – TG1971  1/ 2 p73 §5

L’obéissance à Dieu signifiait la liberté. Lui désobéir revenait à se placer sous le joug de l’esclavage. Jéhovah avertit les Israélites en ces termes :Si vous ne m’écoutez point et ne mettez point en pratique tous ces commandements, si vous méprisez mes lois, et si votre âme a en horreur mes ordonnances, en sorte que vous ne pratiquiez point tous mes commandements et que vous rompiez mon alliance, voici alors ce que je vous ferai. (...) Je tournerai ma face contre vous.” (

    Hello guest!
). S’ils n’écoutaient pas leur Dieu, marchaient délibérément en opposition avec sa volonté et refusaient de se laisser corriger par lui, leur conduite désobéissante les conduirait finalement à la destruction.Tu serviras (...) tes ennemis (...). Il [Dieu] mettra un joug de fer sur ton cou, jusqu’à ce qu’il t’ait détruit.”  
    Hello guest!
    Hello guest!
    Hello guest!
.
C’est pourquoi, lorsque Jéhovah déclara qu’il ‘mettrait un joug de fer’ sur leur nuque s’ils refusaient de l’écouter, les Israélites comprirent que cela signifiait l’esclavage et la destruction.

La leçon : Il n’y a pas de liberté indépendamment de Dieu. Lui seul peut affranchir l’humanité de la domination satanique. Ceux qui contestent les déclarations de la Parole de Dieu à ce sujet sont aveuglés par le dieu du présent système de choses. Ils s’aperçoivent bientôt que leurs efforts pour briser leur joug sont faibles et voués à l’échec, quand cela ne leur attire pas des ennuis. Tout au plus sont-ils arrivés à remplacer un système tyrannique par un autre. - TG1971  1/ 2 p73 §10

Jéhovah fut patient avec les Israélites, mais il les avertit que s’ils le méprisaient malgré sa discipline il les châtierait “ sept fois ”, c’est-à-dire complètement, pour leurs péchés. La patience de Jéhovah a des limites, et quand elles sont atteintes il ‘ se fatigue d’avoir du regret ’ ; sa décision d’infliger la punition est alors irrévocable, mais désormais sa décision est irréversible — Lv 26:18, 21, 28.

Dans les parties historiques des Écritures, on trouve souvent le chiffre sept pour évoquer l’état de ce qui est complet ou le fait de mener une action à terme. - it-2 p416

Lv 26:19 — En quel sens Dieu pourrait-il rendre ‘ les cieux comme du fer et la terre comme du cuivre  ? Le manque de pluie donnerait aux cieux au-dessus du pays de Canaan l’apparence du fer, dur et non poreux. Faute de pluie, la terre prendrait la teinte et l’éclat du cuivre. – TG2004  15/5 p24

Jéhovah utilisa un langage imagé pour avertir les Israélites qu’en cas de désobéissance de leur part les cieux au-dessus de leurs têtes deviendraient du cuivre, la terre sous eux, du fer, et que de la poudre et de la poussière seraient la pluie de leur pays. Ainsi, il arriva parfois, lorsque Dieu retirait sa bénédiction, que les cieux au-dessus du pays de Canaan furent ‘ fermés ’. Dépourvus de nuages et de pluie, ils prirent une couleur métallique, brillante et rouge comme le cuivre, parce que les particules de poussière beaucoup plus nombreuses dans l’atmosphère diffusaient la lumière bleue au point que les ondes rouges l’emportaient sur les autres, tout comme le soleil couchant paraît rouge du fait que ses rayons doivent traverser une plus grande profondeur ou épaisseur d’atmosphère. Selon une autre expression, le ciel devint comme du fer, aussi dur et aussi peu poreux. — Lv 26:19 - it-1 p478

En Lévitique 26:26, il est question du four dans une expression qui évoque la disette. On y lit : “ Quand je [Jéhovah] vous aurai brisé les bâtons sur lesquels sont enfilés les pains en forme de couronne, alors dix femmes cuiront vraiment votre pain dans un seul four et vous rendront votre pain au poids ; oui, vous mangerez, mais vous ne serez pas rassasiés. ” Dans des conditions normales, chaque femme avait besoin d’un four pour cuire le pain de la journée. Mais Lévitique 26:26 annonçait une époque où il y aurait si peu de nourriture qu’un seul four suffirait à cuire le pain préparé par dix femmes. La famine frapperait la nation d’Israël si elle désobéissait à Jéhovah et rompait son alliance. C’était là l’un des malheurs que connaîtraient ceux qui ne resteraient pas saints. -   it-1 p877

Moïse avait annoncé que ceux qui ignoreraient Jéhovah et s’opposeraient à lui en viendraient même à “ manger la chair de leurs fils et la chair de leurs filles ”. (Lév. 26:29.) Certains Israélites ont peut-être douté qu’une chose aussi horrible puisse arriver. Le fait qu’ils en seraient réduits à manger leurs enfants serait l’une de ces terribles conséquences. Pourtant, lorsqu’au cours du siège babylonien la nourriture a fini par manquer, c’est bien ce qui s’est passé. “ Les mains de femmes compatissantes ont fait cuire leurs enfants, a rapporté Jérémie. Ils sont devenus [...] comme du pain de consolation lors de l’effondrement de la fille de mon peuple. ” (Lam. 4:10). Quelle abomination ! - jr p155

Ce n’est pas d’aujourd’hui que Jéhovah demande à ses serviteurs de se réunir pour l’adorer. Ainsi, la Loi qu’il a donnée à la nation d’Israël en 1513 av. n. è. prévoyait un sabbat hebdomadaire pour que chaque famille l’adore et soit instruite dans la Loi Quand les Israélites suivaient ce commandement, les familles étaient fortes, et la nation dans son ensemble restait pure et solide. Quand ils n’appliquaient pas la Loi et négligeaient des obligations comme celles de se rassembler pour adorer Jéhovah, ils perdaient sa faveur. Lév. 26:31-35 - De même, en assistant à nos réunions hebdomadaires et à nos assemblées annuelles, nous soutenons le Royaume de Dieu, recevons la force de l’esprit saint et encourageons nos compagnons par nos déclarations de foi. Mais, surtout, nous offrons un culte à Jéhovah par nos prières, nos commentaires et nos chants. Nos rassemblements ne se déroulent peut-être pas exactement comme ceux des Israélites ou des premiers chrétiens, mais ils sont tout aussi importants. – kr chap16 §5

Quand nos ennemis interdisent notre culte, ils veulent que la peur nous décourage de servir Jéhovah. Nous ne voulons pas ressembler aux personnes décrites en Lévitique 26:36, 37. Nous ne permettrons pas à la peur de nous amener à réduire ou à cesser nos activités. Nous faisons entièrement confiance à Jéhovah et nous refusons de paniquer (Is. 28:16). Nous recherchons sa direction par la prière. Nous savons que, grâce à son soutien, même le plus puissant des gouvernements ne peut pas nous empêcher de le servir fidèlement – TG2019/7 §7

Si un Juif ne voulait pas venir en aide à ses parents qui se trouvaient dans le dénuement, il lui suffisait de déclarer ses biens “corban”, c’est-à-dire un don mis de côté pour l’usage du temple (

    Hello guest!
). Toutefois, il n’était pas, semble-t-il, obligé de remettre immédiatement son prétendu don au temple; ainsi, il lui était possible de le garder (et probablement aussi d’en jouir) indéfiniment. Si, là-dessus, ses parents avaient besoin d’une aide financière, il pouvait se soustraire à son devoir en déclarant hypocritement que tout ce qu’il possédait était “corban”. Jésus a condamné cette tromperie.

Un chrétien qui invoquerait de mauvaises excuses pour échapper à son devoir ne tromperait pas Dieu (

    Hello guest!
). Les difficultés financières, les ennuis de santé et autres soucis, il est vrai, limitent grandement ce que nous pouvons faire pour nos parents. Et certains considèrent peut-être les biens matériels, le temps et leur intimité comme quelque chose de plus précieux que le bien-être de leurs parents. Cependant, qu’il serait hypocrite de prêcher la Parole de Dieu et de la rendre “inopérante” en ne faisant rien pour nos parents – TG1987 1/6 p13 §6

Vouer à la destruction ; vouer par un interdit - Ces expressions correspondent à des mots hébreux qui désignaient ce qui était frappé par un interdit sacré, c’est-à-dire « voué sans condition » (de manière irrévocable) à Dieu. Lorsque cet interdit sacré concernait des humains, ils devaient être mis à mort ; ils étaient « voués à la destruction ». Toutefois, l’interdit sacré ne signifiait pas forcément la destruction de la chose vouée. Lorsque des objets, des animaux ou des champs étaient déclarés « voués par un interdit », ils devenaient des biens saints réservés à un usage sacré par la prêtrise ou pour le service effectué au sanctuaire (

    Hello guest!
) – nwtstg

Pourquoi les chrétiens ne sont-ils pas tenus de payer la dîme ? Sous la Loi donnée à l’Israël antique, la dîme était un moyen de soutenir la tribu de Lévi pour son travail au tabernacle (plus tard au temple) et de porter secours aux nécessiteux (Lévitique 27:30). Les Israélites étant un peuple agricole, on ne leur demandait pas de payer la dîme en espèces, mais plutôt en produits de la terre et du troupeau. Quand un Israélite voulait verser de l’argent à la place d’une partie de la dîme, alors il devait payer 20 pour cent de plus que la valeur du produit.

La mort sacrificielle de Jésus a aboli la Loi ainsi que l’obligation de payer la dîme. Dans la congrégation primitive, chaque chrétien était censé donner selon ses moyens et comme il l’avait résolu dans son cœur. – TG2002  15/12

En refusant ou en oubliant de payer toutes les dîmes, on fraudait Jéhovah, car on retenait ce qui lui était dû conformément aux clauses de l’alliance (Lév. 27:30). On manquait de soutenir ses prêtres et Lévites dans leur service du temple ; il en résultait un ralentissement des activités du personnel du temple. On faisait peu de cas de sa maison sacrée et de leurs intérêts spirituels. Cela affectait les serviteurs du temple. Cette fraude à propos des dîmes imposées par Dieu eut pour conséquence une réduction des bienfaits et des services spirituels pour Israël. – TG1956  1/3

Dans l’ancien Israël, le berger utilisait un long bâton recourbé, une houlette, pour guider et aider son troupeau. Quand les brebis entraient ou sortaient de l’enclos, elles “ passaient sous la houlette ” du berger, qui pouvait ainsi les compter (Lév. 27:32). Pour sa part, le berger chrétien doit connaître le troupeau que Dieu lui a confié et s’intéresser à son devenir. Voilà pourquoi le collège des anciens fait figurer l’œuvre pastorale parmi les sujets importants dont il traite lors de ses réunions, et prend des dispositions concrètes en faveur des brebis égarées. Jéhovah lui-même a affirmé qu’il irait à la recherche de ses brebis et leur prodiguerait les soins nécessaires (Ézéchiel. 34:11). Il éprouve donc du plaisir à voir les anciens s’appliquer, comme lui, à ramener les brebis égarées – TG2008  15/11

Link to post
Share on other sites

  • Views 301
  • Replies 1
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic





×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.