Jump to content

Sign in to follow this  
Guest Nicole

To Reduce the Risk of Alzheimer’s, Eat Fish

Recommended Posts

Guest Nicole

Eating seafood is linked to a reduced risk of dementia-associated brain changes in people who carry the ApoE4 gene variation, which increases the risk for Alzheimer’s disease. Eating seafood was not linked to similar changes in those who carried other forms of the ApoE gene.

The study, 

    Hello guest!
, looked at 286 autopsied brains and also found that eating seafood was linked to increased mercury in the brain, but that mercury levels were not linked to brain abnormalities.

After controlling for age, sex, education and other factors, the researchers found that compared with those who ate less seafood, ApoE4 carriers who had one seafood meal or more a week had lower densities of the amyloid plaques and neurofibrillary tangles typical of Alzheimer’s disease. Over all, they had a 47 percent lower likelihood of having a post-mortem diagnosis of Alzheimer’s.

Consumption of fish oil supplements was not correlated with pathological brain changes.

The lead author, Martha Clare Morris, a professor of epidemiology at Rush University, said that mercury from fish appears to pose little risk for aging people. But, she said, there are studies that show that mercury consumption in pregnancy can cause cognitive problems in babies.

“Most studies in dementia have found that one seafood meal a week is beneficial,” she said, though “they haven’t found that the more you eat, the lower the risk.”

Source: 

    Hello guest!

wellfish-tmagArticle.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Also  I  read  and  informed  by  TV...   training  our  mind / brain,  seems  very  useful  too,  to  delay  the  terrible  Alzheimer’s disease.

But  the  fish - pic  is  looking  very  fresh  and  tasty.  I'm  sure,  tmw.  I  will  buy  fish !  ;-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Date:
      April 13, 2018
      Source:
      NIH/National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism
      Summary:
      Losing just one night of sleep led to an immediate increase in beta-amyloid, a protein in the brain associated with Alzheimer's disease, according to a small, new study.
      Losing just one night of sleep led to an immediate increase in beta-amyloid, a protein in the brain associated with Alzheimer's disease, according to a small, new study by researchers at the National Institutes of Health. In Alzheimer's disease, beta-amyloid proteins clump together to form amyloid plaques, a hallmark of the disease.
      While acute sleep deprivation is known to elevate brain beta-amyloid levels in mice, less is known about the impact of sleep deprivation on beta-amyloid accumulation in the human brain. The study is among the first to demonstrate that sleep may play an important role in human beta-amyloid clearance.
      "This research provides new insight about the potentially harmful effects of a lack of sleep on the brain and has implications for better characterizing the pathology of Alzheimer's disease," said George F. Koob, Ph.D., director of the National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA), part of the National Institutes of Health, which funded the study.
      Beta-amyloid is a metabolic waste product present in the fluid between brain cells. In Alzheimer's disease, beta-amyloid clumps together to form amyloid plaques, negatively impacting communication between neurons.
      Led by Drs. Ehsan Shokri-Kojori and Nora D. Volkow of the NIAAA Laboratory of Neuroimaging, the study is now online in the Proceedings of the National Academy of Sciences. Dr. Volkow is also the director of the National Institute on Drug Abuse at NIH.
      To understand the possible link between beta-amyloid accumulation and sleep, the researchers used positron emission tomography (PET) to scan the brains of 20 healthy subjects, ranging in age from 22 to 72, after a night of rested sleep and after sleep deprivation (being awake for about 31 hours). They found beta-amyloid increases of about 5 percent after losing a night of sleep in brain regions including the thalamus and hippocampus, regions especially vulnerable to damage in the early stages of Alzheimer's disease.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Children who eat fish tend to sleep better and score higher on IQ tests, a new study has found.
      Using self-administered questionnaires, researchers collected information on fish consumption among 541 Chinese boys and girls ages 9 to 11. Parents reported their children’s sleep duration, how often they awoke at night, daytime sleepiness and other sleep patterns. At age 12, the children took IQ tests.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      In the brains of Alzheimer’s patients, many of the genes required to form new memories are shut down by a genetic blockade, contributing to the cognitive decline seen in those patients.
      MIT researchers have now shown that they can reverse that memory loss in mice by interfering with the enzyme that forms the blockade. The enzyme, known as HDAC2, turns genes off by condensing them so tightly that they can’t be expressed.
      For several years, scientists and pharmaceutical companies have been trying to develop drugs that block this enzyme, but most of these drugs also block other members of the HDAC family, which can lead to toxic side effects. The MIT team has now found a way to precisely target HDAC2, by blocking its interaction with a binding partner called Sp3.
      “This is exciting because for the first time we have found a specific mechanism by which HDAC2 regulates synaptic gene expression,” says Li-Huei Tsai, director of MIT’s Picower Institute for Learning and Memory and the study’s senior author.
      Blocking that mechanism could offer a new way to treat memory loss in Alzheimer’s patients. In this study, the researchers used a large protein fragment to interfere with HDAC-2, but they plan to seek smaller molecules that would be easier to deploy as drugs.
      Picower Institute postdocs Hidekuni Yamakawa, Jemmie Cheng, and Jay Penney are the lead authors of the study, which appears in the Aug. 8 edition of Cell Reports.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Eating fish may help reduce the joint pain and swelling of rheumatoid arthritis, a new study has found.
      Researchers studied 176 people in a larger health study who had had physical exams and blood tests and filled out food frequency questionnaires that indicated their consumption of various types of non-fried fish.
      The study, in Arthritis Care & Research, categorized the participants into groups by fish consumption: less than one serving a month, one a month, one to two a week, and more than two a week. To rate the severity of symptoms they used a “disease activity score” that assigns a number based on the degree of swelling and pain.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Your morning cup of joe may have effects that reach beyond getting you alert and ready for the day. Researchers at Indiana University identified 24compounds that can increase the brain’s production of an enzyme that could help protect it against diseases like Alzheimer’s and other forms of dementia. One of the strongest impacts on the enzyme came from caffeine, which was additionally shown to improve memory function in mice.
      The enzyme, called NMNAT2, has a protective effect on the brain. Researchers previously found that the enzyme has two important functions - it can guard neurons from stress and work as a “chaperone” when it fights against misfolded proteins called tau which form age-related “plaques.”  
      The misfolded tau proteins are related to a host of neurogenerative diseases like Parkinson’s, Alzheimer’s and Huntington’s as well as Lou Gehrig’s disease or ALS.
      "This work could help advance efforts to develop drugs that increase levels of this enzyme in the brain, creating a chemical 'blockade' against the debilitating effects of neurodegenerative disorders," said Professor Hui-Chen Lu, who led the study.

      Researchers went through 1,280 compounds, which included current drugs, in an effort to figure out what can influence the production of the NMNAT2 enzyme. Besides caffeine, the world's most popular drug, scientists found that a discontinued anti-depressant drug rolipram also gives a strong boost to the helpful enzyme’s production. Other compounds that have a weaker effect on increasing the amount of NMNAT2 include ziprasidone, canthardin, wortmannin and retonoic acid (found in vitamin A).  
      The scientists are excited about identifying the compounds, hoping they will lead to an increase in our overall understanding of what happens in the brain due to the brain disorders. They also found 13 compounds that lower the protective enzyme.
      "Increasing our knowledge about the pathways in the brain that appear to naturally cause the decline of this necessary protein is equally as important as identifying compounds that could play a role in future treatment of these debilitating mental disorders," said Lu.
      The study was published in the journal Scientific Reports.
      Cover photo: A young woman samples freshly-brewed cappuccino at Bonanza Coffee Roasters on January 24, 2011 in Berlin, Germany. (Photo by Sean Gallup/Getty Images)

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Using a sauna may be more than just relaxing and refreshing. It may also reduce the risk for Alzheimer’s disease and other forms of dementia, a new study suggests.
      Researchers in Finland analyzed medical records of 2,315 healthy men ages 42 to 60, tracking their health over an average of about 20 years. During that time, they diagnosed 204 cases of dementia and 123 cases of Alzheimer’s disease.
      The study, in Age and Ageing, controlled for alcohol intake, smoking, blood pressure, diabetes and other health and behavioral factors. It found that compared with men who used a sauna once a week, those who used a sauna four to seven times a week had a 66 percent lower risk for dementia and a 65 percent lower risk for Alzheimer’s disease.
       
      The senior author, Jari Antero Laukkanen, a professor of clinical medicine at the University of Eastern Finland, said that various physiological mechanisms may be involved. Sauna bathing may, for example, lead to reduced inflammation, better vascular function or lowered blood pressure.
      “Overall relaxation and well-being can be another reason,” he added, though the findings were only an association. “We need more studies to clarify mechanisms and confirm our findings.”

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      WASHINGTON — The death rate in the United States rose last year for the first time in a decade, preliminary federal data show, a rare increase that was driven in part by more people dying from drug overdoses, suicide and Alzheimer’s disease. The death rate from heart disease, long in decline, edged up slightly.
      Death rates — measured as the number of deaths per 100,000 people — have been declining for years, an effect of improvements in health, disease management and medical technology.
      While recent research has documented sharp rises in death rates among certain groups — in particular less educated whites, who have been hardest hit by the prescription drug epidemic — increases for the entire population are relatively rare.
      Federal researchers cautioned that it was too early to tell whether the rising mortality among whites had pushed up the overall national death rate. (Preliminary data is not broken down by race, and final data will not be out until later this year.) But they said the rise was real, and while it is premature to ring an alarm now, if it continues, it could be a signal of distress in the health of the nation.
      “It’s an uptick in mortality and that doesn’t usually happen, so it’s significant,” said Robert Anderson, the chief of mortality statistics at the National Center for Health Statistics, part of the Centers for Disease Control and Prevention. “But the question is, what does it mean? We really need more data to know. If we start looking at 2016 and we see another rise, we’ll be a lot more concerned.”
      The death rate rose to 729.5 deaths per 100,000 people in 2015, up from 723.2 in 2014, according to the National Center for Health Statistics. It was one of the few times in the past 25 years that the rate has increased. A bad flu season pushed it up in 2005, and AIDS and the flu contributed to a sharp increase in 1993. In 1999, there was a tiny increase.
      Experts said the current rise was surprising.
      “We are not accustomed to seeing death rates increase on a national scale,” said Andrew Fenelon, a researcher at the C.D.C. who did not work on the paper. “We’ve seen increases in mortality for some groups, but it is quite rare to see it for the whole population.”
      He added that it would drag the United States further behind its European peers: “Many countries in Europe are witnessing declines in mortality, so the gap between the U.S. and other countries is growing.”
      Others said the finding seemed to fit the broader pattern of rising mortality among working-class whites, a trend that has drawn significant attention recently. Last year, a paper by Anne Case and Angus Deaton documented rising death rates among middle-age white Americans, particularly those with no more than a high school education. Other research has found rising rates among younger whites.
      “This is probably heavily influenced by whites,” said Sam Harper, an epidemiologist at McGill University in Montreal. “It does sort of fit together.”
      Chronic diseases like cancer and heart disease take by far the most American lives, far more, for example, than suicide or homicide, so any change in such causes can have a big effect on the final numbers. Dr. Anderson pointed out that the death rate from heart disease, which had been declining for decades — and offsetting the rises in drug deaths, for example — flattened. That gives other causes of death more of an influence, Dr. Anderson said, as they are no longer being offset by declines from heart disease.
      The death rate from heart disease stood at 167.1 in 2015, up from 166.7 in 2014, though the rise was not statistically significant. It was the first time since 1993 that the rate did not decline, Dr. Anderson said.
      The death rate from suicides rose to 13.1 in the third quarter of 2015, from 12.7 in the same quarter of 2014. (The last quarter of 2015 data was not yet available for suicides.)
      The same was true for drug overdoses, whose data the report had for only the first two quarters of 2015. The death rate for overdoses rose to 15.2 in the second quarter of 2015, compared with 14.1 in the same quarter of 2014. The rate for so-called unintentional injuries, which include drug overdoses and car accidents, rose to 42 in the third quarter of 2015, up from 39.9 in the same quarter of 2014.
      The rate for Alzheimer’s disease was also up, rising to 29.2 in 2015, compared with 25.4 in 2014, the continuation of some years of increases. Dr. Anderson said that part of the rise was more precise reporting of Alzheimer’s on death certificates, but that overalldementia-related deaths had increased over time.
      Source: http://www.nytimes.com/2016/06/01/health/american-death-rate-rises-for-first-time-in-a-decade.html






  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Members

    • CBell

      CBell 3

      Member
      Joined:
      Last active:
    • Arauna

      Arauna 1,285

      Member
      Joined:
      Last active:
    • Mararm

      Mararm 0

      Member
      Joined:
      Last active:
    • TrueTomHarley

      TrueTomHarley 3,505

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Gardons notre coeur fort dans la foi jusqu'aux jour de Dieu
       
      Imaginez un avion de petite taille pris dans le mauvais temps. Le pilote perd ses repères au sol. Des nuages épais l'environnent, et l'empêchent de voir plus loin que son pare-brise. Pourtant, il est certain arriver à bon port. Pourquoi est-il si confiant?
      Grâce à la précision de ses instruments de bord, il est en mesure de naviguer au travers des nuages ou d'atterrir dans l'obscurité. Sur sa route, et surtout à l'approche de l'aérodrome, des balises électroniques le guident, et il reste en contact radio avec la tour de contrôle.
      De façon assez similaire, nous pouvons regarder l'avenir avec confiance, quand bien même les conditions mondiales s'assombrissent de jour en jour. Notre vol à travers le système corrompu de ce monde est plus long que prévu, mais nous pouvons être sûr de nous trouver sur la bonne voie et d'arriver en temps et en heure qui nous aie prévu. Si nous en sommes persuadés, c'est par ce que les conseils que nous recevons nous donnent une vue ensemble plus perçante que l'oeil humain.
      La paroles de Dieu est une lumière pour notre sentier, et elle est digne de foi, rendant sage l'inexpérimenté. (Psaumes 19:17 ; 119:105)
      Telle une balise qui indique au pilote la bonne trajectoire, la bible nous expose ce que l'avenir nous réserve et nous fournit des instructions claires pour nous mener à la bonne destination. Mais cette direction divine ne nous sera profitable que si nous nous montrons confiants.
      Dans sa lettre aux hébreux, Paul a exhorté les chrétiens d'origine juive à retenir ferme jusqu'à la fin la confiance qu'ils avaient eu au commencement de leur apprentissage . (Hébreux 3:14) Si elle n'est pas maintenue ferme, notre confiance peut être ébranlée. Comment garder confiance en Jéhovah jusqu'à la fin?
      Cultivons notre foi
      Si un pilote est capable de naviguer sans visibilité, avec seulement les recours de ses instruments de bord et en contact radio, c'est parce qu'il a derrière lui une formation adapté à toutes situations et sa formation spéciale de départ qui fut sur de longue période d'heure de vol de pratique et former par des hommes expériences à ses côtés. De même un serviteur de Dieu à constamment besoin d'exercer sa foi de manière à garder confiance dans les direction de Jéhovah, surtout si les circonstances deviennent difficiles. L'apôtres Paul a écrit: " Parce que nous avons ce même esprit de foi que celui dont il est écrit:" J'ai exercé la foi, c'est pourquoi j'ai parlé; donc, nous exerçons la foi, c'est pourquoi nous parlons. (2Corinthiens 4:13). Ainsi en parlant autour de nous de la bonne nouvelles que Dieu nous a donné, nous exerçons notre foi véritable et nous l'affermissons.
      Voici une belle expérience de foi au temps de la seconde guerre mondiale.
      Magdalena, qui a passé quatre ans dans un camp concentration pendant la seconde guerre mondiale, sait l'importance de la prédication. " Maman m'a appris que pour garder une foi forte , dit-elle, il faut absolument s'intéresser au bien être spirituel des gens. Pour vous donner une idée, je me souviens de notre sortie du camp de Ravensbrück. Nous sommes arrivées chez nous un vendredi, physiquement exténuées. Eh bien, figurez vous que deux jour plus tard, le dimanche, nous sommes allées prêcher de maison en maison avec nos frères et soeurs. Je suis sûr d'une chose: quand on s'efforce d'aider les autres à voir confiance dans les promesse de Dieu, ces promesses deviennent plus réelles pour nous." (Actes 5:42) 
      Pour garder une confiance ferme et inébranlable jusqu'à la fin, il faut s'investir dans d'autres activités spirituelles. L'étude individuelle est une source de force car elle nous aide à puiser en profondeur l'essence de notre foi et Jéhovah nous transmet cette foi quand nous le faisons avec joie véritable venant d'un coeur entier. Imitons l'exemple de Béreens en examinant minutieusement les Écritures chaque jour. Cela nous aidera à "avoir la pleine certitude de l'espérance dans les moments difficiles et nous guidera vers une santé pour passer les tribulations avenir jusqu'à la fin."( Hébreux 6:11 ; Actes 17:11) L'étude individuelle, il est vrai que cela demande du temps et de la volonté.
      En gardant un rythme soutenu à cette volonté, nous seront des imitateurs de ceux qui, grâce à la foi et à la patience, hériteront de la promesse de notre Créateur Jéhovah.
      Confiant et bâtissons notre expérience 
      Évidemment, la confiance d'un pilote en ses intruments ne tient pas uniquement à la formation reçue. Elle est dictée par l'expérience. De même, notre confiance en Jéhovah grandit quand nous constatons dans notre vie qu'il se soucie de nous avec amour. C'est parce qu'il en avait fait l'expérience que Josué a pu rapeller ceci aux Israélites: Vous savez bien de tout votre coeur et de tout âme que pas une parole n'a faillit de toutes les bonnes paroles que vous a dites Jéhovah votre Dieu. Toutes se sont réalisées pour vous.-(Josué23:14). Jéhovah nous guide toujours dans le bonne direction.
      Les mauvaises compagnies peuvent nous faire dévier du droit chemin
      Sous l'effet du vent, un avion de petite taille peut facilement dévier si sa trajectoire n'est pas corrigée. De même, les chrétiens d'aujourd'hui subissent constamment des influences extérieures. Nous vivons dans un monde aux pensées charnelles, où les valeurs spirituelles sont facilement tournées en ridicule, et où l'argent et les plaisirs sont largement mis en avant scène. Paul à fait savoir à Timothé que les derniers jours seraient "difficiles à supporter"(2Timothé 3:1-5) Le monde actuel souhaitent être acceptés et bien en vus, les adolescents se laissent particulièrement influencer par les mauvaises compagnies. (2Timothé 2:22)
      Quel que soit notre âge, nous côtoyons forcément des gens qui critiquent nos croyances. D'aucun trouveront à leur réflexion une certaine finesse, mais aux yeux de Dieu elles sont physique et non spirituelles (1 Corinthiens 2:14) Aux jours de Paul, les sceptiques, des philosophes imprégnés de la sagesse propre au monde, propageaient des enseignements qui ont peut être amené certains serviteurs de Corinthe à perdre la foi en la résurrection. (1 Corinthiens 15:12) "Ne vous laissez pas tromper. Les mauvaises fréquentation font perdre les bonne habitudes." ( 1 Corinthiens 15:33) 
      À l'inverse, les bonnes compagnies nous affermissent sur le plan spirituel. Dans l'assemblée chrétienne, nous sommes à même de côtoyer des personnes qui vivent leur foi. Cela est essentiel à notre cheminement et garde notre relation avec Dieu de manière ordonnée et privilégie une relation d'amitié avec Dieu constante et forte.
      Foi et condition de coeur qui approuve nos valeurs chrétienne 
      Pour que la confiance en Jéhovah s’installe en nous, il est important que notre cœur soit touché. Certes, “ la foi est l’attente assurée de choses qu’on espère, la démonstration évidente [ou “ preuve convaincante ”, note] de réalités que pourtant on ne voit pas ”. (Hébreux 11:1.) Toutefois, nous ne serons convaincus qu’à condition d’y mettre notre cœur (Proverbes 18:15 ; Matthieu 5:6). C’est la raison pour laquelle l’apôtre Paul a dit que “ la foi n’est pas le bien de tous ”. — 2 Thessaloniciens 3:2.
      Comment rester réceptifs à toutes les preuves convaincantes dont nous disposons ? En cultivant les qualités spirituelles, qualités qui enrichissent et stimulent la foi. Pierre nous exhorte à ‘ fournir à notre foi la vertu, la connaissance, la maîtrise de soi, l’endurance, l’attachement à Dieu, l’affection fraternelle et l’amour ’. (2 Pierre 1:5-7 ; Galates 5:22, 23.) En revanche, si nous sommes égocentriques ou si notre service pour Jéhovah n’est que symbolique, est-il bien raisonnable de croire que notre foi grandira ?
      Avant de lire la Parole de Jéhovah et afin de la mettre en pratique, Ezra “ avait préparé son cœur ”. (Ezra 7:10.) Mika, lui aussi, a montré que son cœur était touché : “ Mais pour moi, c’est Jéhovah que je guetterai. Je veux rester dans l’attente du Dieu de mon salut. Mon Dieu m’entendra. ” — Mika 7:7.
      C’est avec la même patience que Magdalena, déjà citée, attend Jéhovah (Habaqouq 2:3). “ Nous avons déjà le paradis spirituel, dit-elle. La prochaine étape, le Paradis terrestre, viendra en son temps. En attendant, des centaines de milliers de personnes s’ajoutent à la grande foule. C’est merveilleux de voir tant de gens rejoindre l’organisation de Dieu. ”
      Regardons vers le Dieu de notre salut
      Pour garder fermement confiance jusqu’à la fin, il faut exercer notre foi et écouter attentivement les conseils que Jéhovah et son organisation nous donnent. Cela en vaut vraiment la peine. Quelle satisfaction pour un pilote, au terme d’un vol long et pénible, de redescendre et de sortir enfin de la masse nuageuse ! Devant nous se déroule une campagne verte et hospitalière. La piste de l’aérodrome est là, au-dessous, prête à l’accueillir.
      Des moments exaltants nous attendent, nous aussi. Notre monde sinistre, mauvais, fera place à une nouvelle terre de justice. Un magnifique accueil nous sera réservé. Nous pourrons arriver à bon port si nous suivons les paroles du psalmiste : “ Tu es mon espoir, ô Souverain Seigneur Jéhovah, ma confiance depuis ma jeunesse. (...) En toi est ma louange, constamment. ” — Psaume 71:5, 6.
      Cultivons la foi qui surpasse toutes pensées.

       
       

      · 1 reply
    • Mararm

      Buenos días desde México!
      · 2 replies
    • Eric Ouellet

      LA DOUCEUR UN PRÉMICE EN NOTRE ÊTRE POUR RÉSISTER CONTRE TOUTES ÉPREUVES
       
      DEVONS-NOUS faire face à des changements en ce moment ? AVONS-NOUS du mal à les accepter ? La plupart d’entre nous ont vécu ou vivront des changements. Des exemples de serviteurs du passé peuvent nous aider à identifier des qualités qui nous seront utiles.

      Prenons l'exemple de David, qui a dû faire face à de nombreux changements. Il était un jeune berger quand Samuel l’a oint comme futur roi. Alors qu’il n’était qu’un garçon, il s’est porté volontaire pour combattre le géant philistin Goliath (1 Sam. 17:26-32, 42). Le jeune David a été invité à vivre à la cour du roi Saül et a été nommé chef de l’armée. David n’aurait jamais pu imaginer tous ces changements, ni ce qui allait se produire après.
      Les relations entre David et Saül sont devenues extrêmement tendues (1 Sam. 18:8, 9 ; 19:9, 10). Pour échapper à la mort, David a été obligé de vivre plusieurs années en fugitif. Même durant son règne sur Israël, sa situation a radicalement changé, surtout après qu’il a commis l’adultère et, pour tenter de couvrir son péché, il commit un meurtre par sa décision de mettre son grand guerrier en avant de l'affront, pour avoir sa femme et camouflé son action grave. À cause de ses fautes, il a subi des malheurs dans sa famille, tels que la rébellion de son fils Absalom (2 Sam. 12:10-12 ; 15:1-14). Néanmoins, après s’être repenti, il a été pardonné par Jéhovah et a retrouvé sa faveur auprès de Dieu.
      Notre situation aussi peut changer. Des problèmes de santé, financiers ou familiaux — ou même nos propres actions — entraînent des changements dans notre vie. Quelles qualités nous aideront à être mieux préparés à les affronter ?
      Le rôle de l’humilité
      L’humilité implique d’être disposé à se soumettre. La vraie humilité nous permet de nous voir comme nous sommes réellement et de voir les autres comme ils sont. En ne minimisant pas les qualités et les réussites des autres, nous apprécierons davantage leur personnalité et leurs actions. En outre, l’humilité nous aide à comprendre pourquoi une situation survient et à y faire face.
      Jonathân, le fils de Saül, est un bon exemple sous ce rapport. Des événements dont il n’était pas maître ont changé sa vie. Lorsque Samuel a annoncé à Saül que Jéhovah lui enlèverait le royaume, il n’a pas dit que Jonathân le remplacerait (1 Sam. 15:28 ; 16:1, 12, 13). Le choix de Dieu de faire de David le prochain roi d’Israël écartait Jonathân DE CETTE FONCTION ROYAL. La désobéissance de Saül a eu, d’une certaine manière, un effet négatif sur son fils. Même s’il ne portait aucune responsabilité, Jonathân ne succéderait pas à son père (1 Sam. 20:30, 31). Comment a-t-il réagi ? A-t-il gardé du ressentiment en raison de cette occasion manquée, devenant jaloux de David ? Non. Même s’il était bien plus âgé et plus expérimenté, il a fidèlement soutenu David (1 Sam. 23:16-18). L’humilité l’a aidé à voir qu'il avait la bénédiction divine ; il ne pensait pas de lui-même plus qu’il ne fallait penser ’. (Rom. 12:3.) Il a compris ce que Jéhovah attendait de lui et a accepté, La décision de Jéhovah.
      Évidemment, nombre de changements engendrent des difficultés. À un certain point, Jonathân était en relation avec deux hommes proches de lui. L’un était son ami David, le futur roi désigné par Jéhovah. L’autre était son père Saül, qui avait été rejeté par Jéhovah mais qui régnait encore sur Israël. S’efforcer de garder la faveur divine dans ces conditions a dû occasionner à Yonathân une tension émotionnelle. Les changements que nous vivons peuvent nous causer de l’inquiétude et de la crainte intérieure. Mais si nous essayons de comprendre le point de vue de Jéhovah, nous serons en mesure de continuer à le servir fidèlement tout en affrontant ces changements.
      L’importance de la modestie
      La modestie implique d’être conscient de ses limites. Il ne faut pas confondre modestie et humilité. Une personne humble n’a pas forcément une pleine conscience de ses limites.
      David était modeste. Même si Jéhovah l’avait choisi pour être roi, il a dû attendre des années avant de monter sur le trône. La Bible ne dit pas qu’il a reçu une explication de la part de Jéhovah pour ce retard apparent. Cependant, la situation, qui aurait pu le contrarier, ne l’a pas perturbé. Il était conscient de ses limites et comprenait que Jéhovah, qui permettait cela, maîtriserait les choses en temps et lieux. Ainsi, même pour sauver sa propre vie, il n’a pas voulu tuer Saül, et il a empêché son compagnon Abishaï de le faire. — 1 Sam. 26:6-9.
      Il peut se produire dans notre assemblée  une situation que nous ne comprenons pas ou qui, à notre avis, n’est pas gérée de la manière la plus conforme ou la plus organisée. Reconnaîtrons-nous modestement que Jésus est le Chef de l'assemblée et qu’il agit par le moyen du collège des anciens établi à notre tête ? Serons-nous modestes, sachant que, pour conserver sa faveur, nous devons attendre que Jéhovah dirige les choses par Jésus Christ ? Attendrons-nous avec modestie, même si c’est difficile ? — Prov. 11:2.
      La douceur de caractère aide à être positif
      La douceur est liée à l’humilité et à la modestie, mais elle englobe également la bonté de coeur. Bien qu’elle soit difficile à acquérir, nous devrions nous efforcer de la cultiver. La Bible déclare en effet que les doux de caractère hériteront de la terre . (Mat. 5:5.) Une personne douce de caractère peut croître spirituellement, car elle se laisse enseigner, modeler et guider par Jéhovah en suivant les pas de Jésus Christ notre modèle par excellence.
      Comment la douceur de caractère peut-elle nous aider à nous adapter à de nouvelles étapes de notre vie ? Nous avons probablement constaté que beaucoup ont tendance à voir les changements de manière négative. En réalité, ceux-ci peuvent se révéler des occasions d’être davantage formés par Jéhovah. C’est ce qui ressort de la vie de Moïse.
      À 40 ans, Moïse possédait déjà d’excellentes qualités. Il s’était montré sensible aux besoins du peuple de Dieu et avait manifesté l’esprit de sacrifice (Héb. 11:24-26). Toutefois, avant que Jéhovah lui demande de faire sortir Israël d’Égypte, il a dû passer par des changements qui ont affiné sa douceur de caractère. Il a fallu qu’il s’enfuie d’Égypte, et qu’il vive en Madiân pendant 40 ans, travaillant dans l’ombre comme simple berger. Quel a été le résultat ? Ce changement l’a rendu meilleur (Nomb. 12:3). Il a appris à faire passer les intérêts spirituels avant les siens.
      Pour illustrer la douceur de caractère de Moïse, examinons ce qui est arrivé lorsque Jéhovah a déclaré qu’il voulait rejeter le peuple désobéissant et faire des descendants du prophète une nation puissante (Nomb. 14:11-20). Moïse a intercédé en faveur du peuple. Ses paroles montrent que ce qui lui tenait à cœur, c’était la réputation de Dieu et le bien de ses frères, non ses propres intérêts. Il fallait quelqu’un de doux pour assumer son rôle de chef et de médiateur. Miriam et Aaron ont murmuré contre lui ; pourtant, Moïse était “ de beaucoup le plus doux de caractère de tous les hommes ”, précise la Bible (Nomb. 12:1-3, note, 9-15). Il semble qu’il a supporté leurs critiques avec douceur. Comment les choses auraient-elles tourné s’il n’avait pas été doux de caractère ?
      Une autre fois, l’esprit de Jéhovah s’est posé sur certains hommes, les faisant prophétiser. Josué, l’assistant de Moïse, a eu le sentiment que ces Israélites agissaient mal. Étant doux de caractère, Moïse, lui, a vu les choses comme Jéhovah les voyait, et n’a pas eu peur de perdre son autorité (Nomb. 11:26-29). S’il n’avait pas été doux de caractère, aurait-il accepté cette nouvelle disposition de Jéhovah ?
      La douceur de caractère a permis à Moïse d’exercer correctement la grande autorité et le rôle que Dieu lui avait confiés. En effet, Jéhovah l’avait invité à monter sur le mont Horeb et à représenter le peuple. Il lui avait parlé par un ange et l’avait nommé médiateur de l’alliance. La douceur de caractère de Moïse l’a aidé à accepter ce changement important et à demeurer dans la faveur immérité de Dieu.
      Et nous ? La douceur de caractère est indispensable à notre croissance spirituelle. Tous ceux qui ont reçu des responsabilités et une certaine autorité au sein du peuple de Dieu doivent la manifester. Une telle douceur nous empêche d’agir avec orgueil face aux changements et nous permet de les gérer avec le bon état d’esprit. Notre réaction est importante. Accepterons-nous le changement ? Le considérerons-nous comme une occasion de nous améliorer ? Ce pourrait être une occasion unique de cultiver la douceur !
      Nous devrons toujours faire face à des changements dans notre vie. Parfois, il n’est pas facile de comprendre pourquoi un événement se produit. À cause de nos limites et du stress, nous pouvons avoir du mal à garder une vision spirituelle des choses. Cependant, des qualités comme l’humilité, la modestie et la douceur de caractère nous aideront à accepter les changements et à demeurer dans la faveur immérité de Dieu. La douceur triomphe devant toutes épreuves.

      · 0 replies
    • misette  »  Prisca

      RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 25 Mai 2020 - Genèse 42-43.docx
      RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 25 Mai 2020 - Genèse 42-43.pdf
      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      Je te louerai de tout mon cœur.
      À la face d’autres dieux,
      je te chanterai des louanges.
      Je me prosternerai vers ton saint temple
      et je louerai ton nom
      en raison de ta bonté et de ta fidélité.
      Car tu as élevé ta parole et ton nom au-dessus de toute autre chose.
      Le jour où j’ai appelé, tu m’as répondu;
      tu m’as rendu courageux et fort.
      Tous les rois de la terre te loueront, ô Jéhovah,
      car ils auront entendu les promesses que tu as faites.
      Ils chanteront au sujet des manières d’agir de Jéhovah,
      car la gloire de Jéhovah est grande.
      Bien qu’il soit élevé, Jéhovah remarque les humbles;
      mais les orgueilleux, il les connaît seulement de loin.
      Même quand je marche au milieu du danger, tu me gardes en vie.
      Tu tends la main contre la colère de mes ennemis ;
      ta main droite me sauve.
      Jéhovah réalisera toutes ses intentions en ma faveur.
      Ô Jéhovah, ton amour fidèle est éternel;
      n’abandonne pas les œuvres de tes mains.
      Ô Jéhovah, tu me scrutes et tu me connais.
      Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève.
      De loin, tu discernes mes pensées.
      Tu m’observes quand je voyage et quand je m’allonge ;
      tous mes chemins te sont familiers.
      Avant même qu’une parole soit sur ma langue,
      vois, ô Jéhovah, tu la connais déjà entièrement.
      Derrière moi et devant moi, tu m’entoures ;
      et tu poses ta main sur moi.
      Une telle connaissance dépasse ma compréhension.
      Elle est trop élevée pour que je l’atteigne.
      Où puis-je échapper à ton esprit,
      et où puis-je fuir loin de ta face?
      Si je montais au ciel, tu serais là,
      et si je faisais mon lit dans la Tombe, vois, tu serais là.
      Si je m’envolais avec les ailes de l’aurore
      pour résider près de la mer la plus lointaine,
      même là, ta main me conduirait,
      ta main droite me saisirait.
      Si je disais : « À coup sûr, les ténèbres me dissimuleront ! »,
      alors, autour de moi, la nuit deviendrait lumière.
      Même les ténèbres ne seraient pas trop ténébreuses pour toi,
      mais la nuit serait aussi lumineuse que le jour.
      Pour toi, les ténèbres sont pareilles à la lumière.
      C’est toi qui as produit mes reins,
      qui m’as abrité dans le ventre de ma mère.
      Je te loue en voyant de quelle
      manière redoutable et merveilleuse
      je suis fait.
      Tes œuvres sont prodigieuses,
      je le sais parfaitement.
      Mes os ne t’ont pas été cachés
      lorsque j’ai été fait dans le secret,
      lorsque j’ai été tissé dans les profondeurs de la terre.
      Tes yeux m’ont vu alors que je n’étais qu’un embryon ;
      toutes ses parties étaient inscrites dans ton livre
      en rapport avec les jours de leur formation,
      avant qu’une seule d’entre elles existe.
      Combien donc tes pensées me sont précieuses !
      Ô Dieu, comme la somme en est immense !
      Comment pourrais-je les compter ? 
      Elles sont plus nombreuses que les grains de sable!
      À mon réveil, je suis toujours avec toi.
      Ô Dieu, si seulement tu tuais les méchants !
      Alors les hommes violents s’écarteraient de moi,
      ceux qui disent des choses contre toi dans une intention mauvaise ;
      ils sont tes adversaires, qui utilisent ton nom de manière indigne.
      N’ai-je pas de la haine pour ceux qui te haïssent, ô Jéhovah,
      et du dégoût pour ceux qui se révoltent contre toi?
      Je n’ai que de la haine pour eux ;
      ils sont devenus pour moi de véritables ennemis.
      Scrute-moi, ô Dieu, et connais mon cœur.
      Examine-moi, et connais mes préoccupations.
      Vois s’il y a en moi quelque tendance nuisible,
      et conduis-moi sur le chemin de l’éternité.

      · 1 reply
  • Topics

  • Posts

  • Forum Statistics

    • Total Topics
      62,691
    • Total Posts
      120,854
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,635
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Chris111
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.