Jump to content
The World News Media

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 29 JULLET 2019 - 1Timothée 4-6


misette
 Share

Recommended Posts

  • Member

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 29 Juillet 2019 - 1 Timothée 4-6.docx

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 29 Juillet 2019 - 1 Timothée 4-6.pdf

Recherchons des perles spirituelles (8 min) : 1 Timothée 4-6

1 Timothée 4:2 : Comment une personne peut-elle ‘marquer sa conscience au fer rouge’ et pourquoi est-ce dangereux ? lvs 23-24 § 17

« entraînés par l’hypocrisie d’hommes qui disent des mensonges, dont la conscience est comme marquée au fer rouge. »

17 L’apôtre Pierre a écrit : « Gardez une bonne conscience » (1 Pierre 3:16). Que se passera-t-il si quelqu’un continue de ne pas tenir compte des principes de Jéhovah ? Malheureusement, sa conscience finira par ne plus l’avertir. Elle sera « comme marquée au fer rouge », pour reprendre l’expression de Paul (1 Timothée 4:2). Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de te brûler gravement ? À l’endroit où tu t’es brûlé, la peau devient tellement dure que tu ne sens plus rien. Si quelqu’un continue de faire des choses mauvaises, sa conscience va devenir insensible, et finalement, elle arrêtera de fonctionner. - lvs 23-24 § 17

Quand Paul parle d’une conscience comme marquée au fer rouge, il veut dire qu’elle est comme de la chair brûlée, couverte de tissu cicatriciel et dépourvue de terminaisons nerveuses, qui ne ressent plus rien. Ceux qui ont une telle conscience ne peuvent avoir le sens du bien et du mal. Ils ne respectent pas la liberté que Dieu leur accorde, et, en se rebellant, ils deviennent esclaves d’une conscience corrompue. Il est facile de pervertir sa conscience. Elle ne nous mettrait plus en garde contre les apostats et contre d’autres situations qui nous feraient abandonner la foi. – it-1 p515

Paul a parlé d’hommes qui sont “ marqués au fer rouge dans leur conscience ”. Un fer rouge brûle la chair, qui reste marquée et insensible. Beaucoup ont une conscience qui est en quelque sorte morte. Elle est tellement marquée et est devenue si insensible qu’elle a cessé de mettre en garde, de protester, de susciter de la honte ou de la culpabilité. Bon nombre de nos contemporains ont définitivement tiré un trait sur le sentiment de culpabilité. Le sentiment de culpabilité peut justement être le moyen qu’utilise notre conscience pour nous dire que nous avons fait quelque chose de mal. – lv 22

1 Timothée 4:13 : Pourquoi Paul a-t-il encouragé Timothée à continuer de s’appliquer à la lecture publique ? (it-2 122 § 1-2).

« En attendant que je vienne, continue à t’appliquer à la lecture publique, à l’exhortation, à l’enseignement. »

Dans la congrégation chrétienne. Au 1er siècle, peu de gens possédaient des copies des nombreux rouleaux de la Bible, ce qui rendait la lecture publique indispensable. L’apôtre Paul ordonna qu’on lise publiquement ses lettres lors des réunions des congrégations chrétiennes et qu’on les échange avec celles qu’il avait adressées à d’autres congrégations, afin qu’elles soient lues également. Paul conseilla au jeune surveillant chrétien Timothée de s’appliquer “ à la lecture publique, à l’exhortation, à l’enseignement ”.

Celui qui fait une lecture publique doit lire couramment (Hab 2:2). Cette lecture étant destinée à fournir un enseignement, il faut qu’il comprenne bien ce qu’il lit, qu’il ait une bonne intelligence de l’intention du rédacteur et qu’il veille soigneusement à ne pas donner une idée ou une impression fausse aux auditeurs. Selon Révélation 1:3, ceux qui lisent à haute voix cette prophétie, ainsi que ceux qui en entendent les paroles et les observent, ceux-là seront heureux - it-2 122 § 1-2

Une partie des réunions chrétiennes était consacrée à la lecture publique, dont le peuple de Dieu avait l’habitude depuis Moïse. Timothée, qui était ancien, devait s’appliquer à lire à haute voix, pour le bien de ceux qui n’avaient pas de copies des Écritures. Il est fort probable que, durant la lecture publique de la Parole de Dieu, tous écoutaient attentivement afin de ne rien en perdre, et que, de retour à la maison, parents et enfants discutaient de ce qui avait été lu. – TG2011  15/6 §19

Quand l’apôtre Paul a conseillé à Timothée de continuer à s’appliquer à la lecture, il parlait précisément d’une lecture faite au profit d’auditeurs. Pour faire une lecture publique efficace, il ne suffit pas de prononcer des mots inscrits sur une feuille. Le lecteur doit comprendre le sens des mots et saisir les idées qu’ils expriment. Ce n’est qu’à cette condition qu’il pourra transmettre correctement les idées et reproduire exactement les sentiments. Cela demande, il va sans dire, une préparation soigneuse et des répétitions. – be 26

Étant donné que la Bible est le fondement de notre enseignement, il est utile de pouvoir la lire correctement. Les Lévites avaient le privilège de lire la Loi mosaïque au peuple de Dieu. Trébuchaient-ils sur les mots ou lisaient-ils d’une manière monotone ? Non. La Bible dit en Néhémie 8:8 : “ Ils lisaient à haute voix dans le livre, dans la loi du vrai Dieu ; elle était expliquée, et on en donnait le sens ; et ils faisaient comprendre la lecture. ”

Il arrive que des orateurs à la parole facile se révèlent de piètres lecteurs. Comment peuvent-ils s’améliorer ? En s’exerçant. En lisant et en relisant à voix haute jusqu’à le faire d’une manière fluide. Si la Bible est disponible sur cassettes audio dans votre langue, notez l’accent oratoire et la modulation du lecteur, ainsi que la prononciation des noms propres et autres mots peu courants. En outre, dans certaines langues, la Traduction du monde nouveau possède une aide à la prononciation. Moyennant de la pratique, même des noms comme Maher-Shalal-Hash-Baz peuvent être lus sans accrocher TG1999 15/3 p20

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine t’a appris sur Jéhovah ?

Si nous voulons servir Jéhovah éternellement, nous ne devons pas être motivés uniquement par le sens du devoir. À Timothée, qui servait Jéhovah depuis de nombreuses années, l’apôtre Paul fit cette exhortation : “ Exerce-toi en ayant pour but l’attachement à Dieu. ” (1 Timothée 4:7). L’attachement naît dans un cœur rempli de reconnaissance envers quelqu’un. “ L’attachement à Dieu ” est l’expression d’une profonde déférence pour Jéhovah, d’une grande affection inspirée par une estime illimitée pour sa personne et ses voies. Ce sentiment nous fait désirer que tous tiennent son nom en haute estime. Tel est l’attachement que nous devons cultiver si nous voulons marcher à toujours au nom de Jéhovah, le seul vrai Dieu – wt chap2

Si nous remarquons que le désir de devenir plus riche grandit dans notre cœur, agissons rapidement pour corriger notre façon de penser (1 Tim. 6:7, 8). Si nous ne le faisons pas, notre cœur sera partagé, et Jéhovah n’acceptera pas notre culte. En effet, il « exige un attachement sans partage » - TG2019/10 §6

Jéhovah récompense ses serviteurs fidèles en leur accordant la vie ; mais quelle sorte de vie ? Voyons... Ce que vous vivez actuellement, est-ce cela, la vraie vie ? La plupart d’entre nous répondrions que la réponse est évidente. Il est certain que nous respirons, mangeons et buvons. Par conséquent, nous vivons. Et dans les moments les plus heureux de notre existence, il nous arrive peut-être de dire : “ Ça, c’est la vraie vie ! ” Toutefois, la Bible indique que, dans un sens important, aucun humain ne vit vraiment aujourd’hui.

La Parole de Dieu nous encourage à ‘ saisir fermement la vie véritable ’. (1 Timothée 6:19.) Ces paroles montrent que “ la vie véritable ” est quelque chose que nous espérons connaître dans l’avenir. Quand nous serons parfaits, nous serons vivants au plein sens du terme, car nous vivrons comme Dieu voulait à l’origine que nous vivions. Lorsque nous vivrons sur la terre transformée en paradis, et que nous serons en parfaite santé, dans la paix et le bonheur, enfin nous connaîtrons “ la vie véritable ”, la vie éternelle (1 Timothée 6:12). Comment pouvons-nous ‘ saisir fermement la vie véritable ’ ?

Dans le même contexte, Paul a invité les chrétiens à “ travailler au bien ” et à “ être riches en belles œuvres ”. (1 Timothée 6:18.) Il est donc capital que nous appliquions les vérités que nous avons apprises dans la Bible - Qu’enseigne la Bible ? p192-193

Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

Il y a quelque 2 000 ans, l’apôtre Paul a écrit sous inspiration divine : “ L’exercice corporel est utile à peu de chose, mais l’attachement à Dieu est utile à toutes choses puisqu’il a la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir. ” (1 Timothée 4:8). Les propos de Paul montrent que l’utilité de l’exercice, quoique réelle, est loin d’être aussi grande que l’utilité à long terme de bonnes relations avec Dieu. Par conséquent, les vrais chrétiens s’efforcent d’être équilibrés dans leur désir de rester en bonne santé, en ne permettant jamais à “ l’exercice corporel ” de prendre le pas sur le culte qu’ils rendent à Dieu.

Les chrétiens ont conscience que plus ils sont en bonne santé, plus ils peuvent manifester avec zèle leur amour pour Dieu et pour leur prochain. L’exercice, associé à une alimentation équilibrée et à suffisamment de repos, est essentiel pour jouir d’une bonne santé. Étant donné qu’ils considèrent leur corps comme un don de Dieu, les vrais chrétiens en prennent soin et s’efforcent de conserver de bonnes habitudes dans ces domaines. – RV2005 22/5 p11

Paul encouragea Timothée à ‘ ne laisser personne mépriser sa jeunesse ’. Cela peut indiquer que Timothée était quelque peu timide et qu’il hésitait à affirmer son autorité (1 Timothée 4:12). Néanmoins il était capable d’être autonome, et c’est en toute confiance que Paul a pu l’envoyer accomplir des missions lourdes de responsabilités. Quand Paul reconnut la nécessité d’une surveillance théocratique ferme dans la congrégation d’Éphèse, il recommanda vivement à Timothée d’y rester pour qu’il ‘ ordonne à certains de ne pas enseigner une autre doctrine ’. Bien qu’il se soit vu confier de nombreuses responsabilités, Timothée était modeste. Et en dépit de la timidité qui l’habitait, il était courageux. Par exemple, il se rendit à Rome pour aider Paul qui passait devant les tribunaux à cause de sa foi. De fait, Timothée subit lui-même une période d’emprisonnement, de toute évidence pour la même raison – TG1999 15/9 p31

L’apôtre Paul a exhorté Timothée à devenir un exemple en parole et en conduite (1 Tim. 4:12). Nous aussi, nous devrions avoir des paroles et une conduite exemplaires, particulièrement lorsque nous accomplissons notre ministère, car elles peuvent déterminer si nous toucherons ou non le cœur des personnes que nous rencontrons - km 9/1996 p1

Timothée, jeune homme, avait reçu une lourde responsabilité : il était surveillant de la congrégation d’Éphèse. Paul lui fit cette exhortation : “ Ne néglige pas le [ou : ne sois pas insouciant du] don en toi qui t’a été donné par suite d’une prédiction et lorsque le collège des anciens a posé les mains sur toi. ” Timothée devait faire de vigoureux efforts pour ne pas être négligent. Il lui fallait s’absorber dans la lecture, l’enseignement correct, la conduite convenable, l’exhortation, en donnant l’exemple et en manifestant de l’intérêt par une attention constante. Sinon, il risquait de tout perdre par négligence, par manque d’intérêt véritable envers la faveur que Dieu lui accordait. Paul dit à Timothée de réfléchir à sa conduite, à son ministère et à son enseignement, autrement dit de méditer dessus. Étant surveillant, Timothée devait particulièrement veiller à enseigner une doctrine exacte et à avoir un mode de vie exemplaire— 1Tm 4:11-16 – it-2 p387

À peu près à l’époque où Paul a écrit aux Philippiens, il a également envoyé une lettre à Timothée, à qui il avait confié une lourde responsabilité, celle de nommer des anciens et des assistants ministériels. À l’évidence, Timothée était devenu un surveillant digne de confiance. Pourtant, dans sa lettre, Paul lui a rappelé comment il pouvait rendre ‘ ses progrès manifestes pour tous ’. (1 Tim. 4:15.) Or, Timothée avait déjà fait des progrès remarquables ! Que voulait donc dire Paul ? Et comment appliquer aujourd’hui son conseil ?

Paul s’était rendu en Macédoine, mais il avait demandé à Timothée de rester à Éphèse. Pour quelle raison ? Certains chrétiens étaient devenus des ferments de discorde ; ils introduisaient dans la congrégation des enseignements mensongers. Timothée avait pour mission de préserver la congrégation de la corruption spirituelle. Comment y parviendrait-il ? Notamment en donnant l’exemple. 6 “ Deviens un exemple pour les fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté, lui a conseillé Paul. Réfléchis à ces choses ; absorbe-toi en elles, pour que tes progrès soient manifestes pour tous. ” (1 Tim. 4:12, 15). Les progrès dont parlait Paul portaient donc sur des qualités spirituelles. En réalité, chaque chrétien devrait avoir le souci de progresser dans ces cinq domaines. Nos progrès spirituels ne constituent pas une montée en grade, mais traduisent notre détermination à faire la volonté de Dieu avec abnégation. Prendre cette orientation montre que nous laissons Dieu guider nos pas dans tous les domaines de la vie, ce qu’il fait infiniment mieux que nous– TG2009  15/12 p12

Le conseil de l’apôtre Paul à Timothée de ‘ faire constamment attention à lui et à son enseignement ’ vaut pour chaque chrétien (1 Timothée 4:16). Difficile, en effet, d’aider les autres à obtenir le salut si l’on ne fait pas d’abord attention à soi. Pour cela, il s’agit avant tout de ne pas perdre de vue l’époque à laquelle nous vivons. Les anciens doivent eux aussi chérir leurs attributions de service. Comme le fait remarquer Paul, une des façons de le montrer consiste pour eux à ‘ faire attention à leur enseignement ’. À la différence des dirigeants charismatiques de ce monde, ils attirent l’attention sur Dieu, et non sur leur personne – TG1999  15/3 p10

Aujourd’hui, les chrétiens ne sont plus soumis aux décrets de la loi mosaïque (Romains 7:6). Toutefois, ils ne sont pas pour autant dispensés de montrer des égards aux personnes âgées. Cela ressort des instructions que l’apôtre Paul a données au surveillant chrétien Timothée: “Ne critique pas un aîné avec dureté. Au contraire, supplie-le comme un père, (...) les femmes âgées comme des mères.” (I Timothée 5:1, 2). Le jeune Timothée, Paul le lui avait certifié, avait autorité pour donner des ordres (I Timothée 1:3). Néanmoins, si quelqu’un de plus âgé que lui, et en particulier un surveillant chrétien, commettait une erreur de jugement ou prononçait une déclaration inexacte, Timothée ne devait pas le ‘critiquer avec dureté’, comme un inférieur. Il devait plutôt le ‘supplier comme un père’, avec respect. Timothée était tenu d’avoir les mêmes égards envers les femmes âgées de la congrégation. Oui, il devait toujours, en quelque sorte, ‘se lever devant les cheveux gris’. – TG1987 1/6 p5

Ceux qui mettent en pratique ces principes bibliques ‘ honorent vraiment les veuves ’. (1 Timothée 5:3) Honorer quelqu’un, c’est lui témoigner du respect. Les personnes que l’on honore se sentent appréciées, aimées et respectées. Elles n’ont pas l’impression que les autres les aident simplement par sens du devoir. Les veuves âgées étaient particulièrement l’objet de l’honneur qui consistait à recevoir une aide pécuniaire régulière. Ces femmes ne disposaient d’aucunes ressources et ne pouvaient que ‘mettre leur espoir en Dieu et persévérer nuit et jour dans les supplications et les prières’. (Verset 5.) Comment leurs prières étaient-elles exaucées? Par l’intermédiaire de la congrégation. Les choses étant ainsi organisées, les veuves qui en étaient dignes recevaient de quoi vivre modestement. Bien sûr, si une veuve avait des moyens financiers ou des parents susceptibles de la prendre en charge, ces dispositions n’étaient pas nécessaires– TG2001 1/5 p6

Mais celle [la veuve] qui recherche les plaisirs des sens, avertit Paul, est [spirituellement] morte, quoique vivante.” (Verset 6). Paul n’explique pas en quel sens certaines veuves, selon l’expression littérale utilisée dans la Traduction interlinéaire du Royaume (angl.), ‘se comportaient voluptueusement’. Peut-être certaines devaient-elles lutter contre leurs “impulsions sexuelles”. (Verset 11.) Toutefois, d’après le Lexique grec-anglais de Liddell et Scott, ‘se comporter voluptueusement’ pouvait également signifier ‘vivre dans la mollesse, dans un confort ou une facilité excessive’. Il se peut donc que certaines de ces veuves aient voulu s’enrichir grâce à la congrégation, qui aurait alors financé leur vie extravagante et immodérée. Quoi qu’il en soit, Paul indique que ces personnes-là ne méritaient pas de recevoir le soutien de la congrégation. - TG2001 1/5 p6

Paul dit ensuite: “Qu’on inscrive sur la liste [de celles qui recevront un soutien financier] une veuve qui n’ait pas moins de soixante ans.” Il semble bien qu’à l’époque de Paul une femme âgée de plus de soixante ans ait été considérée comme incapable de subvenir à ses besoins et peu susceptible de se remarier. “Par contre, déclare Paul, les jeunes veuves, refuse-les [sur la liste], car lorsque leurs impulsions sexuelles viennent se mettre entre elles et le Christ, elles veulent se marier, encourant un jugement pour avoir fait peu de cas de leur première déclaration de foi.” — Versets 9, 11, 12.

Si les jeunes veuves avaient pu être inscrites sur “la liste”, certaines auraient peut-être hâtivement annoncé leur intention de demeurer célibataires. Toutefois, avec le temps, elles auraient eu du mal à maîtriser leurs “impulsions sexuelles” et auraient désiré se remarier, ‘encourant un jugement parce qu’elles auraient fait peu de cas de leur première déclaration de foi’ par laquelle elles se seraient engagées à rester célibataires. Paul pare à cette éventualité en déclarant: “Je veux donc que les jeunes veuves se marient, qu’elles aient des enfants.” — Verset 14. - TG2001 1/5 p6

Que faire maintenant si un membre âgé de la congrégation se trouve dans une situation difficile, qu’il ait besoin d’argent, par exemple ? En premier lieu, il faudrait savoir si des enfants ou des proches pourraient intervenir. Cette démarche serait conforme au principe énoncé en 1 Timothée 5:4 : “ Si une veuve a des enfants ou des petits-enfants, que ceux-ci apprennent d’abord à pratiquer l’attachement à Dieu dans leur propre maisonnée et à s’acquitter fidèlement envers leurs parents et grands-parents de ce qu’ils leur doivent en compensation, car cela est agréable aux yeux de Dieu. ” Dans nombre de cas, il n’est pas nécessaire d’apporter un soutien financier, une “ compensation ” matérielle. Certaines veuves ont assez d’argent pour vivre ; d’autres bénéficient des prestations sociales qui sont versées dans leur pays. Cependant, quand une veuve est dans le besoin, les membres de sa famille se doivent d’intervenir. Et si elle n’a pas de parents proches ou si ceux-ci sont dans l’impossibilité de l’aider, les Écritures encouragent les autres chrétiens à lui porter secours 

De la patience, des visites et plusieurs discussions peuvent leur être nécessaires pour définir précisément les besoins d’un compagnon âgé : ménage, courses, transport aux réunions, lecture de la Bible ou des publications chrétiennes, etc. Les anciens s’efforcent ensuite de prendre des mesures pratiques et de faire en sorte qu’elles soient efficaces – TG2006  1/6 p6

Paul a demandé à Timothée de rappeler à ses compagnons chrétiens “ de travailler au bien, d’être riches en belles œuvres, d’être généreux, prêts à partager, amassant en lieu sûr pour eux-mêmes un beau fondement pour l’avenir, afin qu’ils saisissent fermement la vie véritable ”. (1 Tim. 6:17-19.) L’apôtre recommandait ainsi à ses frères de cultiver la générosité. Même en période de difficultés économiques, nous pouvons favoriser un esprit généreux. Comment ? Par exemple, en proposant à ceux qui n’ont pas de moyen de locomotion de les emmener prêcher, de les conduire aux réunions ou de les reconduire chez eux. Quant à ceux qui bénéficient de ces actes de bonté, ils contribueront au bel esprit de leur assemblée en se montrant reconnaissants. Ils pourront peut-être participer aux frais de carburant, qui ne cessent d’augmenter. En outre, si nous nous organisons pour passer davantage de temps avec nos frères et sœurs, ne se sentiront-ils pas appréciés et utiles ? Quand nous sommes riches de bonnes actions “ envers ceux qui nous sont apparentés dans la foi ” et que nous sommes disposés à leur offrir de notre temps et de nos ressources, non seulement nous renforçons l’amour que nous éprouvons pour eux, mais nous créons dans l’assemblée un esprit chaleureux – TG2012 15/2 p19-20 §6

6:15, 16 — Ces paroles s’appliquent-elles à Jéhovah Dieu ou à Jésus Christ ? Ces paroles s’appliquent à celui dont elles décrivent la manifestation, à savoir Jésus Christ (1 Tim. 6:14). En comparaison des humains qui règnent ou de ceux qui dominent, Jésus est l’“ unique Souverain ”, et lui seul a l’immortalité. Depuis son ascension vers les cieux invisibles, personne sur la terre “ ne peut voir ” Jésus avec ses yeux physiques. – TG2008  15/9 p31

En quel sens Jésus est-il “ celui qui seul a l’immortalité  ?

Le premier dont la Bible dit qu’il a reçu le don de l’immortalité est Jésus Christ. Les paroles inspirées de l’apôtre Paul en Romains 6:9 révèlent que Jésus ne possédait pas l’immortalité avant d’être ressuscité par Dieu. On lit : “ Christ, maintenant qu’il a été relevé d’entre les morts, ne meurt plus ; la mort ne domine plus sur lui. ”. C’est pourquoi, lorsque 1 Timothée 6:15, 16 présente Jésus comme “ le Roi de ceux qui règnent et le Seigneur de ceux qui dominent ”, cela signifie qu’il se distingue de tous les autres rois et seigneurs en ce qu’il est “ celui qui seul a l’immortalité ”. En effet, les autres rois et seigneurs meurent puisqu’ils sont mortels, comme moururent aussi les grands prêtres d’Israël. En revanche, Jésus glorifié, établi par Dieu Grand Prêtre a “ une vie indestructible ”.

Ici, le mot “ indestructible ” traduit le terme grec akatalutos, qui signifie littéralement “ indissoluble ”. Il est formé du préfixe privatif a suivi d’autres mots évoquant une “ dissolution » Ainsi donc, la vie immortelle que Jésus reçut à sa résurrection n’est pas seulement une vie sans fin : elle est à l’abri de toute détérioration ou dissolution, à l’abri de toute destruction. – it-1 p1175

 

Link to comment
Share on other sites


  • Views 393
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

Popular Posts

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 29 Juillet 2019 - 1 Timothée 4-6.docx RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 29 Juillet 2019 - 1 Timothée 4-6.pdf Recherchons des perles spirituelles (8 min) : 1 Timothée 4-6 1 Timothée 4:2 : Comment une personne peut-elle ‘marquer sa conscience au fer rouge’ et pourquoi est-ce dangereux ? lvs 23-24 § 17 « entraînés par l’hypocrisie d’hommes qui disent des mensonges, dont la conscience est comme marquée au fer

 Share





×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.