Jump to content
The World News Media

Perles spirituelles - Semaine du 13 Décembre 2022 - 2 Rois 16-17


misette
 Share

Recommended Posts

  • Member

Perles spirituelles - Semaine du 12 Décembre 2022 - 2 Rois 16-17.docx

Perles spirituelles - Semaine du 12 Décembre 2022 - 2 Rois 16-17.pdf

 

Perles spirituelles (10 min) : 2 Rois 16-17

2 Rois 17:29 : Qui sont les « Samaritains » mentionnés dans ce verset, et qui ce terme en est-il venu à désigner ? (it-2 878-879).

« Mais chacune des nations qui s’étaient installées en Samarie se fit son propre dieu, et elles placèrent ces dieux dans les sanctuaires qui étaient sur les hauts lieux construits par les Samaritains. Chaque nation fit ainsi dans les villes où elle habitait»

Le terme “ Samaritains ” apparaît pour la première fois dans l’Écriture après la conquête du royaume des dix tribus de Samarie, en 740 av. n. è. ; il était appliqué à ceux qui vivaient dans le royaume du Nord avant cette conquête, afin de les distinguer des étrangers qu’on y avait amenés par la suite d’autres parties de l’Empire assyrien (2R 17:29). Il semble que les Assyriens n’aient pas déporté tous les habitants israélites, car le récit de 2 Chroniques 34:6-9 laisse entendre que, durant le règne du roi Josias, il y en avait encore dans le pays. Avec le temps, le terme “ Samaritains ” désigna les descendants de ceux qui étaient restés en Samarie et de ceux que les Assyriens avaient amenés. Par conséquent, certains étaient sans aucun doute le produit de mariages mixtes. Plus tard encore, le nom prit une connotation plus religieuse que raciale ou politique. Un “ Samaritain ” était un membre de la secte religieuse qui prospérait dans le voisinage de la Shekèm et de la Samarie antiques, et qui adhérait à certaines doctrines tout à fait différentes de celles du judaïsme. — it-2 878-879

En 740 avant notre ère, Jéhovah a permis aux Assyriens de conquérir cette région, la Samarie. Les envahisseurs ont déporté une grande partie de la population et ont fait venir à la place d’autres habitants de l’Empire assyrien. Les Samaritains, ces adorateurs de dieux étrangers se sont mariés avec des Israélites restés dans le territoire. Avec le temps, les habitants de cette région ont adopté une forme de culte intégrant certaines croyances et pratiques dictées par la Loi de Dieu, comme la circoncision. Mais ils ne pratiquaient pas pour autant le vrai culte. – jy chap19

Les Samaritains - Ce mot désignait à l’origine les Israélites qui faisaient partie du royaume du Nord, celui des dix tribus ; mais après l’invasion de la Samarie par les Assyriens en 740 av. n. è., ce nom a aussi désigné les étrangers que les Assyriens ont installés dans ce territoire. À l’époque de Jésus, le mot « Samaritains » avait perdu sa connotation raciale et politique ; il désignait habituellement les personnes appartenant à un mouvement religieux qui était en activité dans les environs des villes antiques de Sichem et de Samarie. Certaines croyances des membres de ce mouvement n’avaient aucun lien avec la religion juive - Lexique

Qu’étaient les « hauts lieux » fréquemment mentionnés dans les Écritures hébraïques ?

Alors que les Israélites s’apprêtaient à entrer en Terre promise, Jéhovah leur demanda de faire disparaître tous les lieux de culte des Cananéens qui y vivaient. Il leur ordonna : « Vous devrez [...] détruire toutes leurs figures en pierre ; toutes leurs images en métal fondu, vous les détruirez ; et tous leurs hauts lieux sacrés, vous les anéantirez » (Nombres 33:52). Ces centres du faux culte étaient probablement des endroits en plein air au sommet d’une colline ou des plateformes construites ailleurs, par exemple sous des arbres ou dans des villes. Ils pouvaient comporter des autels, des colonnes ou des poteaux sacrés, des images, des autels à encens et d’autres objets pour le culte

Avant la construction du temple à Jérusalem, les Israélites adoraient Jéhovah dans des endroits agréés par lui, que les Écritures appellent hauts lieux. Samuel, un prophète de Dieu, offrit des sacrifices sur “ le haut lieu ” d’une ville non nommée du pays de Tsouph (1 Samuel 9:11-14). Cependant, une fois le temple construit, plusieurs rois fidèles à Jéhovah entreprirent de débarrasser le pays de ses “ hauts lieux ”. — TG2010  1/8 p23

Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ?

Contrairement à Ruth, Ezéchias est né dans une nation vouée à Jéhovah. Mais tous les Israélites ne respectaient pas ce vœu. Citons le propre père de Ezéchias le roi Ahaz. Cet homme méchant a entraîné le royaume de Juda dans l’idolâtrie, allant jusqu’à profaner le temple de Jéhovah à Jérusalem. Difficile d’imaginer à quel point l’enfance de Ezéchias a été douloureuse. En effet, certains de ses frères ont connu une mort atroce. Ils ont été brûlés vifs, offerts en sacrifice à un faux dieu ! (2 Rois 16:2-4, 10-17). Puisque nous vivons dans un monde cruel et sans amour, de nombreux enfants grandissent en étant privés de la direction protectrice et pleine d’amour de leurs parents. Beaucoup de chrétiens ont grandi dans un contexte familial difficile. Ils ont malgré tout réussi à bâtir une étroite amitié avec Jéhovah. Comme Ezéchias, ils montrent que le passé d’une personne ne doit pas décider de son avenir. Dieu nous a honorés en nous faisant don du libre arbitre. Comme Ezéchias, nous pouvons utiliser ce don pour rester attachés à Jéhovah et pour lui rendre honneur et gloire. – TG2016/2 p14 §8 

Les Écritures relatent de nombreux exemples de vertu. Ezéchias était un homme vertueux. Son père, le roi Ahaz de Juda, était apparemment un adorateur de Molek. “ Ahaz était âgé de vingt ans lorsqu’il commença à régner, et pendant seize ans il régna à Jérusalem ; il ne fit pas ce qui est droit aux yeux de Jéhovah son Dieu, comme David son ancêtre. Mais il se mit à marcher dans la voie des rois d’Israël, et même son fils, il le fit passer par le feu, selon les choses détestables des nations que Jéhovah avait chassées à cause des fils d’Israël. Il sacrifiait et faisait de la fumée sacrificielle sur les hauts lieux et sur les collines, ainsi que sous tout arbre luxuriant. ” (2 Rois 16:2-4). Certains affirment que l’expression ‘ faire passer par le feu ’ désignait une sorte de purification rituelle, et non un sacrifice humain. Toutefois, un ouvrage sur le sujet déclare : “ L’existence des sacrifices humains [...] dans le monde cananéen est attestée tant par les sources classiques et puniques [carthaginoises] que par l’archéologie, de sorte qu’il n’y a pas lieu de douter des allusions de l’Ancien Testament [aux sacrifices humains].  D’ailleurs, 2 Chroniques 28:3 dit très clairement qu’Ahaz “ se mit à brûler ses fils dans le feu ”. Il fallait être vraiment méchant ! - TG1997 15/7 p14 §3

Confiants dans leurs alliances politiques, les chefs de Jérusalem étaient persuadés qu’aucun “flot subit qui déborde”, c’est-à-dire aucune armée d’envahisseurs, ne viendrait troubler leur paix et leur sécurité. Devant la menace d’une alliance conclue entre Israël et la Syrie, Juda a demandé son aide à l’Assyrie (2 Rois 16:5-9). Inquiété, plus tard, par les forces militaires de Babylone, il a sollicité de l’Égypte un soutien que Pharaon lui a accordé en envoyant une armée à son secours.

Mais les armées babyloniennes étaient trop puissantes, si bien que les troupes égyptiennes ont dû battre en retraite. Il s’avérait donc que Jérusalem avait eu tort de mettre sa confiance dans l’Égypte, et, en 607 avant notre ère, Jéhovah l’a abandonnée à la destruction qu’il avait annoncée. Par conséquent, les chefs et les prêtres de Jérusalem s’étaient trompés. La confiance qu’ils plaçaient dans les alliances avec le monde en vue de la paix et de la sécurité était un “mensonge” qui a été balayé par le flot subit des armées de Babylone.

Existe-t-il une situation parallèle aujourd’hui? Certainement! Le clergé de la chrétienté pense aussi qu’aucun malheur ne l’atteindra. À l’exemple de la Jérusalem antique, la chrétienté recherche la sécurité au moyen d’alliances avec le monde, et son clergé refuse de se réfugier en Jéhovah. Il n’emploie même pas son nom ! Sans compter qu’il ridiculise et persécute ceux qui honorent ce nom. Le clergé de la chrétienté se conduit exactement comme les prêtres en chef des Juifs du Ier siècle, qui ont rejeté le Christ. Ceux-ci ont en effet déclaré: “Nous n’avons de roi que César.” – TG1991  1/6 p15

Pendant qu’Israël et la Syrie se concentraient sur Juda, une autre nation, militariste, convoitait la même région. C’était la puissance mondiale montante : l’Assyrie. Avant d’attaquer Juda, le royaume du Sud, selon Isaïe 8:3, 4 cette puissance emporterait « les ressources de Damas » et « le butin de Samarie ». Au lieu de croire la parole de Dieu transmise par Isaïe, Achaz, qui manquait de foi, a conclu un pacte catastrophique avec les Assyriens, qui en définitive sont devenus les oppresseurs de Juda (2 Rois 16:7-10). Quel berger décevant Achaz a été pour ses sujets !

Demandons-nous : « Quand je dois prendre des décisions importantes, est-ce que je fais confiance à Dieu ou aux hommes ? »

TG2015/10 §5

Dieu exécute la vengeance et la rétribution avec une totale maîtrise de soi, en plein accord avec sa justice et jamais sans raison flagrante. Par exemple, il punit Israël pour sa désobéissance, utilisant parfois comme instrument des nations païennes, telles l’Assyrie et Babylone (2R 17:7-23). Babylone la Grande, ville symbolique, doit subir une rétribution semblable, être démolie pour ‘ ne jamais plus être trouvée ’. — it-2 p790 Rétribution

À l’époque, le peuple de Dieu prétendait l’adorer comme Il le demandait. Cependant, beaucoup servaient des dieux païens, tels que le Baal des Cananéens ou les images de veau, ou bien offraient des sacrifices sur les hauts lieux. Ils se prosternaient devant l’armée des cieux tout en faisant des serments à Jéhovah. C’est pourquoi le vrai Dieu a envoyé des prophètes exhorter son peuple à revenir à lui en pratiquant le culte pur (2 Rois 17:7-17). Ainsi, il est clair que même des serviteurs de Dieu peuvent avoir besoin de se remettre en question dans certains domaines, de vérifier que leurs actions ou leur état d’esprit correspondent au culte que Jéhovah approuve. – jd chap5 p56 §3

Malgré les avertissements réitérés des prophètes de Jéhovah, les habitants des deux royaumes suivirent l’abominable exemple de leurs nombreux et méchants rois. “ Ils servirent les idoles dont (Jéhovah) leur avait dit : Vous ne ferez pas cela. (Jéhovah) fit avertir Israël et Juda par tous ses prophètes, par tous les voyants, et leur dit : Revenez de vos mauvaises voies, et observez mes commandements et mes ordonnances, en suivant entièrement la loi que j’ai prescrite à vos pères et que je vous ai envoyée par mes serviteurs les prophètes. ” — II Rois 17:12, 13.

La grave erreur que firent les Israélites en rejetant Dieu comme Roi et en n’obéissant pas à ses commandements aboutit au désastre national. Leur expérience illustre bien l’idée que, pour prospérer, l’humanité doit écouter Dieu et se soumettre à ses dispositions. – TG1962 p430

Ces non-Juifs, qui étaient venus repeupler le pays sur l’ordre du roi d’Assyrie, n’étaient pas de véritables adorateurs de Dieu (II Rois 17:33, 41). Accepter leur aide aurait mis en danger le vrai culte. En effet, Jéhovah avait précisément mis son peuple en garde contre tout rapprochement religieux de cette sorte. En outre, le récit présente ces non-Juifs comme des “adversaires”.

Leçon pour nous: Quand nous sommes en butte à l’opposition alors que nous servons Dieu, nous devons imiter les Juifs rapatriés: ils se sont immédiatement rassemblés “comme un seul homme” pour adorer Jéhovah. Ils se sont confiés en lui et ont mis son culte à la première place. Cela les a affermis et ils ont pu accomplir le travail qui leur avait été confié. TG1986 15/1

ILS ONT ÉTÉ PRÉVENUS PAR DIEU - On pourrait comparer l’exécution des jugements de Dieu à une tempête. Dans les temps bibliques, Jéhovah a fait venir plusieurs « tempêtes » sur ceux qui désobéissaient volontairement à ses commandements. Mais à chaque fois, il les a prévenus. À chaque fois, il a averti les personnes concernées à l’avance, et il leur a clairement dit quels changements elles devaient faire pour vivre en accord avec sa volonté (2 Rois 17:12-15). Pour les encourager à réagir de la bonne façon, il a souvent demandé à des humains qui le servaient fidèlement de leur annoncer ses jugements et de leur faire comprendre qu’il était urgent d’agir. Aujourd’hui encore, tous les humains doivent répondre à un appel urgent qui est lancé dans le monde entier. En effet, quand Jésus était sur la terre, il a annoncé que le monde serait détruit durant une « grande tribulation ». Au sujet de ce jugement à venir, il nous a fourni une prophétie détaillée. Cette prophétie annonçait ce que ses disciples pouvaient s’attendre à voir et à vivre alors que la grande tribulation approcherait. Jésus a parlé de grands évènements mondiaux que nous voyons se produire aujourd’hui. En accord avec cette prophétie, Jéhovah encourage tous les humains à se soumettre à sa domination pleine d’amour. Il veut que ceux qui lui obéissent aient dès maintenant une vie meilleure et qu’ils profitent dans l’avenir des bénédictions de son monde nouveau juste – TG2019/10

Nous avons particulièrement besoin aujourd’hui de puiser un encouragement dans les exemples de patience que nous ont laissés les serviteurs de Dieu du passé. Jacques écrit : “Pour ce qui est d’endurer le mal et de patienter, frères, prenez pour exemple les prophètes qui ont parlé au nom de Jéhovah.” (Jacq. 5:10). Mais à quelles difficultés au juste ces prophètes se sont-ils heurtés et pourquoi ?

Ces prophètes ont souvent constaté que leurs frères israélites refusaient de les écouter, s’obstinant à mépriser la loi. La Bible résume ainsi la situation qui existait alors en Israël et en Juda : “Jéhovah avertissait Israël et Juda par l’entremise de tous ses prophètes et de tous les visionnaires, en disant : ‘Revenez de vos mauvaises voies et gardez mes commandements, mes ordonnances, selon toute la loi que j’ai commandée à vos ancêtres et que je vous ai envoyée par l’entremise de mes serviteurs les prophètes’ ; et ils n’écoutaient pas.” (II Rois 17:13, 14). En dépit de cette insensibilité, des prophètes comme Ésaïe, Jérémie et Michée ont servi fidèlement comme tels pendant des dizaines d’années. Ils se souciaient des intérêts de leurs frères, conscients que s’ils écoutaient leurs avertissements prophétiques cela leur vaudrait la vie. – TG1977 p306

L’obstination et l’indocilité ne sont pas des qualités chrétiennes ni ne sont pratiquées au sein de l’organisation divine. Les vrais serviteurs de Jéhovah agissent en parfaite harmonie avec la Parole divine. Ils sont encouragés à continuer de cette façon et à ne cesser d’améliorer leur conduite chrétienne. Quand quelqu’un se montre obstiné et indocile, il est évident que la Parole divine n’est pas suffisamment présente dans ses pensées. Jéhovah donna des conseils à ce sujet dans II Rois 17:14, 15 : “ Mais ils n’écoutèrent point, et ils roidirent leur cou, comme leurs pères, qui n’avaient pas cru en (Jéhovah) (...) Ils rejetèrent ses lois, l’alliance qu’il avait faite avec leurs pères et les avertissements qu’il leur avait adressés. Ils allèrent après (...) les nations qui les entouraient. ”Quand un individu refuse les conseils de Dieu et n’écoute pas la réprimande, qu’elle vienne de la Parole divine ou de l’organisation, il rejette les conseils du Dieu tout-puissant – TG1958  15/8 p244 §28,29

Outre des prêtres, Jéhovah a suscité des prophètes pour instruire le peuple. Nous lisons: “Jéhovah avertissait Israël et Juda par l’entremise de tous ses prophètes et de tous les visionnaires, en disant: ‘Revenez de vos mauvaises voies et gardez mes commandements, mes ordonnances, selon toute la loi que j’ai commandée à vos ancêtres et que je vous ai envoyée par l’entremise de mes serviteurs les prophètes.’” (2 Rois 17:13).

Parce qu’ils n’étaient pas instruits comme ils auraient dû l’être par les prêtres et les Lévites, et parce qu’ils n’écoutaient pas les prophètes de Jéhovah, les Israélites ont abandonné les voies de Jéhovah. Samarie a été prise par les Assyriens en 740 avant notre ère, et Jérusalem ainsi que son temple ont été détruits par les Babyloniens en 607 avant notre ère.

Quelle que soit leur éducation, les chrétiens gardent présent à l’esprit que ce sont les qualifications spirituelles qui sont essentielles. Ce sont les “choses les plus importantes”, car elles peuvent nous conduire à la vie éternelle. TG1992  1/11 p10

Après que l’Assyrie eut vaincu le royaume septentrional des dix tribus d’Israël au VIIIe siècle avant notre ère, des habitants de différentes régions de l’Empire assyrien furent transplantés en Samarie. Ces nouveaux venus continuèrent à agir “selon leurs anciennes religions”. Mais ces religions constituaient-elles différents chemins qui menaient au vrai Dieu Jéhovah? Non, car la Bible explique sans détour: “Personne ne craignait Jéhovah et personne n’agissait selon ses ordonnances et ses décisions judiciaires.” — 2 Rois 17:34.

Logiquement, les religions qui ne tiennent pas compte des lois divines ne peuvent plaire à Dieu. Au nombre de ces principes figure celui-ci défini par Jésus: “À ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples: si vous avez de l’amour entre vous.” Comment une religion peut-elle représenter “Dieu [qui] est amour” si ses membres ne produisent pas ce fruit caractéristique de la vraie religion? — Une religion qui représente réellement le seul vrai Dieu doit inciter ses fidèles à l’imiter en étant pleins d’amour, joyeux, pacifiques, longanimes, bienveillants, bons, doux et maîtres d’eux-mêmes. Ses membres doivent avoir une foi solide et respecter scrupuleusement les principes moraux fixés par Dieu. “À leurs fruits vous les reconnaîtrez”, a dit Jésus  RV1988  8/3 p18

Des non-Juifs, qui étaient venus repeupler le pays sur l’ordre du roi d’Assyrie, n’étaient pas de véritables adorateurs de Dieu (II Rois 17:33, 41). Accepter leur aide aurait mis en danger le vrai culte. En effet, Jéhovah avait précisément mis son peuple en garde contre tout rapprochement religieux de cette sorte. En outre, le récit présente ces non-Juifs comme des “adversaires”.

Leçon pour nous: Quand nous sommes en butte à l’opposition alors que nous servons Dieu, nous devons imiter les Juifs rapatriés: ils se sont immédiatement rassemblés “comme un seul homme” pour adorer Jéhovah. Ils se sont confiés en lui et ont mis son culte à la première place. Cela les a affermis et ils ont pu accomplir le travail qui leur avait été confié. TG1986 15/1 p8

Par le passé, ces Samaritains avaient vénéré des dieux païens, mais maintenant ils faisaient des efforts pour apprendre à connaître Jéhovah, le Dieu d’Israël. Ont-ils abandonné par la suite leur ancienne religion? Nullement. La Bible déclare: “Ils agissaient selon leur ancienne religion. Et ces nations devinrent des nations qui craignaient Jéhovah, mais elles servaient leurs images taillées à elles.” (2 Rois 17:40, 41). Ainsi, les Samaritains qui prétendaient reconnaître Jéhovah pour Dieu servaient encore leurs anciens dieux, pratiquant une sorte de syncrétisme religieux, la fusion de plusieurs doctrines différentes. – TG1990  1/12 p3-4

Nous suffirait-il de remplir notre esprit de la connaissance sans jamais utiliser cette dernière ? Non, il faut mettre en pratique les choses apprises concernant la volonté de Dieu. “Et les statuts, et les ordonnances [les décisions judiciaires, NW], et la loi, et le commandement, qu’il a écrits pour vous, vous prendrez garde à les pratiquer tous les jours.” (II Rois 17:37). Ne pas le faire attirerait sur nous le courroux de Dieu. – TG1964  15/8 p485

Link to comment
Share on other sites


  • Views 790
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

 Share





×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.