Jump to content
The World News Media

Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Exode 33-34 - Semaine du 12 Octobre 2020


misette
 Share

Recommended Posts

  • Member

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 12 Octobre 2020 - Exode 33-34.docx

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 12 Octobre 2020 - Exode 33-34.pdf

 

Recherchons des perles spirituelles (10 min) : Exode 33-34

Exode 33:11, 20 : En quel sens Dieu parlait-il à Moïse « face à face » ? (w04 15/3 27 § 5).

Verset 11 « Jéhovah parlait à Moïse face à face, comme un homme parle à un autre homme. Quand il retournait au camp, son assistant, Josué, fils de Noun, ne quittait pas la tente »

Verset 20 « Mais il ajouta : « Tu ne peux pas voir mon visage, car aucun homme ne peut me voir et rester en vie. »

Comment Dieu parlait-il à Moïse “ face à face  ? Cette expression désigne une conversation intime. Moïse parlait avec le représentant de Dieu et recevait, grâce à lui, des instructions orales de la part de Jéhovah. Cependant, Moïse n’a pas vu Jéhovah, puisque ‘ nul homme ne peut le voir et pourtant demeurer en vie ’. En réalité, ce n’est pas Jéhovah en personne qui parlait à Moïse. La Loi “ a été transmise par l’intermédiaire d’anges, par la main d’un médiateur ”, lit-on en Galates 3:19. – w04 15/3 27 § 5

Jéhovah et Moïse “ face à face  - Même si Moïse ne pouvait pas voir Dieu au sens propre du terme, une intimité “ face à face ” existait entre Jéhovah et son serviteur. Moïse jouissait assurément de relations précieuses et personnelles avec son Dieu qui, bien qu’invisible, n’en est pas moins une personne. Cette expression désigne la manière dont Moïse communiquait avec Dieu et non ce qu’il voyait effectivement. L’expression parler avec Dieu “face à face” montre qu’il s’agissait d’un véritable dialogue. Il est possible, de la même façon, d’entretenir une conversation au téléphone sans pour autant voir son interlocuteur. Seuls les anges, créatures spirituelles, sont doués d’une vision telle qu’ils peuvent voir sa face au sens littéral. Toutefois, il ne fait pas courir ce risque aux hommes. Dans sa bonté de cœur, il leur permet de voir ses belles qualités par le moyen de sa Parole, qui contient la révélation qu’il donna de Lui-même par l’intermédiaire de son Fils, Christ Jésus. Si un humain de chair et de sang devait se tenir en sa présence immédiate, il n’y survivrait pas. Moïse n’a vu qu’un aperçu de la gloire de Jéhovah, de toute évidence par l’intermédiaire d’un ange, mais cela a suffi pour que son visage ‘ jette des rayons ’ pendant un certain temps. Les Israélites avaient même peur de regarder son visage – TG1997 1/10 p4-5

Jéhovah a dit : « Aucun homme ne peut me voir et rester en vie » (Ex. 33:20). Alors comment ceux qui ont le cœur pur peuvent-ils voir Dieu ? Le verbe grec traduit par « voir » peut signifier « voir par l’esprit, percevoir, connaître ». Ceux qui voient Dieu avec les « yeux du cœur » sont ceux qui le connaissent vraiment et qui apprécient ses qualités. Ce n’est pas en voyant une forme physique qu’on apprend à mieux connaître le Créateur, mais en acquérant une idée plus précise de ce qu’il est, de sa personnalité et de ses traits distinctifs. De plus, nous « voyons » Dieu quand nous constatons comment il agit en notre faveur. Nous pouvons aussi « voir » nos bénédictions futures en nous concentrant sur les choses merveilleuses que Dieu promet à ceux qui s’efforcent de rester purs et de le servir fidèlement. Et bien sûr, les oints verront Jéhovah au sens littéral quand ils seront ressuscités au ciel – TG2018/9 p17

En une certaine occasion, Moïse a vu une “ressemblance” de Jéhovah. A-t-il réellement vu la forme de Dieu ? Étant donné que lorsqu’on dit de deux personnes qu’elles parlent “bouche à bouche”, cela sous-entend qu’elles sont face à face, Moïse a-t-il réellement contemplé le visage de Dieu lorsqu’il était sur le mont Sinaï ? Le Dieu invisible n’allait pas se matérialiser sous une forme humaine, apparence que les dieux de la mythologie grecque étaient supposés prendre pour se montrer aux hommes. Il s’agissait d’une manifestation de la gloire divine à un degré qui ne serait pas trop élevé pour qu’un homme puisse la voir sans devenir aveugle, être tué ou désintégré. Dans sa miséricorde, Jéhovah promit de prendre certaines précautions particulières envers Moïse.

Moïse ne nous dit pas qu’il a discerné réellement la forme de Dieu. Tout ce qu’il a vu, ce sont les derniers reflets de sa manifestation éphémère. Néanmoins, après que Moïse fut descendu de la montagne et qu’il eut apparu au peuple, son visage diffusait des rayons de lumière (Ex. 34:29, 30). Moïse avait donc appris à mieux connaître Jéhovah Dieu. Ce fut une manifestation merveilleuse de la personnalité de son Dieu. Quel prétendu dieu peut être comparé à Jéhovah ? TG1970 15/2 p107

 

Exode 34:23, 24 : Pourquoi fallait-il de la foi aux hommes d’Israël pour assister aux trois fêtes annuelles ? (w98 1/9 20 § 5).

« Trois fois par an, tous tes hommes paraîtront devant le vrai Seigneur, Jéhovah, le Dieu d’Israël. 24 Car je chasserai les nations de devant toi et j’agrandirai ton territoire ; et personne ne convoitera ton pays pendant que tu monteras vers Jéhovah ton Dieu trois fois par an. »

Trois fois par an, tous les Israélites et prosélytes mâles qui vivaient dans le pays devaient paraître devant Jéhovah. Conscients que toute la famille pouvait retirer un profit spirituel de cette disposition, de nombreux chefs de famille emmenaient leur femme et leurs enfants. Mais, en leur absence, qui protégerait leur maison et leurs champs des attaques ennemies ? Jéhovah avait promis : “ Nul ne convoitera ton pays pendant que tu monteras pour voir la face de Jéhovah ton Dieu, trois fois dans l’année. ” (Exode 34:24). Il fallait de la foi aux Israélites pour croire que s’ils donnaient la priorité aux questions spirituelles ils ne seraient pas perdants sur le plan matériel. Jéhovah a-t-il tenu parole ? Certainement ! - w98 1/9 20 § 5

Le fait de devoir monter à Jérusalem trois fois par an pour assister aux trois fêtes annuelles, seuls ou avec toute leur famille, mettait à l’épreuve la foi des Israélites en la protection de Jéhovah. Pourquoi ? Le récit historique des Écritures hébraïques nous indique que les Juifs étaient entourés d’ennemis et qu’ils devaient combattre sans cesse pour préserver leur indépendance. Quelle belle occasion pour ces ennemis d’envahir le pays alors que tous les hommes se trouvaient à Jérusalem pour les fêtes ! Seuls quelques femmes et quelques enfants restaient au foyer. La nation entière aurait-elle foi en Jéhovah pour ce qui était de la protection du pays, des villes et des maisons privées de leurs habitants, conformément à la promesse que Dieu avait faite en ces termes : “Personne ne convoitera ton pays pendant que tu monteras pour te présenter devant Jéhovah, ton Dieu, trois fois par an.” (Ex. 34:24, AC). Bien qu’aucun homme ne restât pour garder les villes et le pays, il s’avéra effectivement qu’aucune nation étrangère ne tenta jamais de s’emparer du pays des Juifs pendant leurs fêtes. Conformément aux commandements divins, les fêtes aidaient tous ceux qui y assistaient à concentrer leur pensée sur la parole de Dieu et à ne pas s’absorber dans leurs affaires personnelles au point d’oublier l’aspect spirituel, le plus important, de leur vie quotidienne. Ces fêtes leur rappelaient également qu’ils étaient un peuple pour le nom de Jéhovah. Les voyages aller et retour pour ces rassemblements de fête étaient naturellement prétextes à parler de la bonté de leur Dieu, ainsi que des bénédictions quotidiennes et saisonnières qu’ils recevaient. Les fêtes leur donnaient le temps et la possibilité de méditer, de se fréquenter et de s’entretenir de la loi de Jéhovah. Elles enrichissaient aussi leur connaissance du pays que Dieu leur avait donné, développaient chez eux la compréhension et l’amour du prochain, tout en favorisant l’unité et le culte pur. Ces fêtes étaient des occasions de se réjouir ; les participants avaient l’esprit rempli des pensées et des voies de Dieu, et tous ceux qui y prenaient part avec sincérité en retiraient de grands bienfaits spirituels. Pour les Juifs, les fêtes étaient synonymes de bonheur. Jéhovah voulut que les Israélites se réunissent régulièrement au temple de Jérusalem, à l’occasion des trois grandes fêtes annuelles. TG1967 p660

Quelles perles spirituelles as-tu tirées de la lecture de la Bible de cette semaine en rapport avec Jéhovah, la prédication ou un autre sujet ?

Comment pouvons-nous être sûrs que le gouvernement du Messie sera incorruptible ? Dieu a annoncé et préparé sa domination depuis des siècles. Même avant que son Fils ne vînt sur la terre, Dieu l’a employé comme gardien invisible de la nation d’Israël (Ex. 33:1, 2). Dans cette fonction, le Fils de Dieu a acquis beaucoup d’expérience en appliquant les lois de Dieu et en observant comment son Père traitait avec les hommes. De plus, longtemps avant cela, ce Fils, qui devint Jésus Christ, a été un ‘habile ouvrier’ durant la création de toutes choses sous la surveillance de Jéhovah. Il s’est donc vivement intéressé au genre humain.

Aujourd’hui, la situation des gouvernements ne cesse de se détériorer et annonce la fin de la domination humaine sous l’influence de Satan. Cette fin étant proche, il est urgent pour chacun de se tourner vers le gouvernement de Dieu juste et non corrompu. Tous ceux qui désirent vivre doivent soutenir ce gouvernement en apprenant à le connaître et en témoignant en sa faveur auprès de leurs semblables. – TG1974  15/5 p291

“ Jéhovah parlait à Moïse face à face, comme un homme parle à son compagnon ”. (Exode 33:11) Moïse a donc eu avec Jéhovah des relations plus intimes que n’importe quel prophète avant Jésus Christ.

Jéhovah se montre également fidèle envers l’humanité en général en procurant à tous les hommes ce qui est nécessaire à la vie, qu’ils soient justes ou injustes. Il a consenti au sacrifice rédempteur de son Fils afin que tous les humains aient la possibilité d’être libérés du péché et de la mort, qu’ils aient la perspective glorieuse de vivre éternellement et parfaits dans le Monde nouveau. – TG2001  1/10 p20

Les Israélites, pas plus que les Égyptiens, n’avaient jamais rien vu de pareil. Alors qu’ils fuyaient l’Égypte, une colonne de nuage se tenait auprès d’eux jour après jour. La nuit, elle se transformait en une colonne de feu. Phénomène impressionnant, s’il en est ! Mais d’où venait-elle ? Quel dessein servait-elle ? Quelque 3 500 ans plus tard, que retenir de la façon dont les Israélites ont considéré cette “ colonne de feu et de nuage ” ? — Ex. 14:24.

Aux deux premières questions, la Parole de Dieu apporte cette réponse : “ Jéhovah marchait en avant d’eux, le jour dans une colonne de nuage pour les conduire par le chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, pour qu’ils puissent marcher le jour et la nuit. ” (Ex. 13:21, 22). Jéhovah a utilisé la colonne de feu et de nuage pour conduire ses serviteurs hors d’Égypte et les guider dans le désert. Ces derniers devaient se tenir prêts à la suivre. Lorsqu’ils ont été sur le point d’être rattrapés par les forces égyptiennes, la colonne les a protégés en se plaçant entre les deux camps. Elle n’indiquait pas la voie la plus directe vers la Terre promise, mais le seul moyen d’arriver à destination était de se fier à sa direction.

La présence de cette colonne garantissait aux Israélites que Dieu était avec eux. Elle représentait Jéhovah, qui a parfois parlé du milieu d’elle. En outre, elle rappelait que Moïse était le guide que Dieu avait choisi pour la nation (Ex. 33:9). La dernière apparition du nuage rapportée dans les Écritures a confirmé que Jéhovah avait fait de Josué le successeur de Moïse (Deut. 31:14, 15). De toute évidence, l’Exode ne pouvait avoir de fin heureuse qu’à condition que les Israélites voient en la colonne le signe de la direction divine et la suivent.

Aujourd’hui, Jéhovah ne laisse pas non plus son peuple sans direction claire. De même qu’il n’a pas demandé aux Israélites de trouver tout seuls leur chemin, de même il ne nous demande pas de trouver tout seuls la voie qui mène au monde nouveau promis. Il a nommé Jésus Christ “ Conducteur ” de la congrégation. Jésus, quant à lui, a délégué une partie de son autorité à un esclave fidèle, constitué de chrétiens oints de l’esprit. Cet esclave, pour sa part, établit des anciens dans la congrégation – TG2011  15/4 p3

Dieu est miséricordieux et bénit ceux qui cherchent à le connaître -  Le Tout-Puissant a donné au prophète Moïse le pouvoir de faire de grands miracles. Pourtant, Moïse lui a demandé : « Fais-moi connaître tes manières d’agir, pour que je te connaisse et que je continue d’avoir ta faveur » (Exode 33:13). La requête de Moïse a plu à Dieu, et il l’a béni en lui accordant une plus grande connaissance et une meilleure compréhension de ses façons d’agir et de ses qualités. Dieu l’a exaucé en lui permettant de mieux comprendre ses voies pour qu’il puisse diriger la nation d’Israël. Par exemple, Moïse a appris que le Créateur est un « Dieu miséricordieux et compatissant » (Exode 34:6, 7). Quand il a fait cette demande particulière, Moïse avait plus de 80 ans. Mais il savait qu’il avait encore beaucoup de choses à apprendre sur son Père céleste aimant

Qu’apprenons-nous ? Que Dieu veut bénir toute personne qui cherche à mieux le connaître. Dans les Écritures saintes, il explique comment l’adorer et montre qu’il désire vivement nous accorder sa faveur et sa bénédiction. Que nous le servions depuis longtemps ou pas, nous devrions toujours accorder une très grande valeur à notre amitié avec Jéhovah. Nous montrerons que c’est le cas en lui parlant au moyen de la prière.– TG publique 2020/3

Pense à ce que Moïse a dû ressentir quand, blotti dans le creux d’un rocher, il a eu en vision un aperçu de la gloire de Jéhovah. Le livre Étude perspicace fait remarquer : « Moïse eut le privilège de vivre l’événement probablement le plus impressionnant qu’un homme ait jamais vécu avant la venue de Jésus Christ. » En cette occasion, Moïse a entendu ces paroles, sans doute prononcées par un ange : « Jéhovah, Jéhovah, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à se mettre en colère et abondant en amour fidèle et en vérité ; il témoigne de l’amour fidèle à des milliers et pardonne la faute, la transgression et le péché » (Ex. 33:17-23 ; 34:5-7). Cette vision lui revenait peut-être à l’esprit quand il utilisait le nom « Jéhovah ». Il n’est donc pas étonnant qu’il ait plus tard conseillé aux Israélites de ‘craindre ce nom glorieux et redoutable

Le nom de Dieu devrait nous faire penser au genre de personne qu’il est. Nous devrions méditer sur ses qualités, comme sa puissance, sa sagesse, sa justice et son amour. Cela nous remplira d’admiration pour lui – TG2020/6 §4

Qu’implique le fait de connaître le nom de Dieu ? Connaître le nom divin implique beaucoup plus que de savoir quel est ce nom. En fait, cela signifie connaître la Personne qu’est Dieu : ses desseins, ses actions et ses qualités, que révèle sa Parole. C’est ce que montre le cas de Moïse, un homme que Jéhovah ‘ connaissait de nom ’, autrement dit qu’il connaissait intimement (Ex 33:12). Moïse eut l’honneur de voir une manifestation de la gloire de Dieu et d’entendre ‘ proclamer le nom de Jéhovah ’. (Ex 34:5.) Par proclamation il ne s’agissait pas simplement de la répétition du nom “ Jéhovah ”, mais de l’énoncé des attributs et des actions de Dieu. “ Jéhovah, Jéhovah, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère et abondant en bonté de cœur et en vérité, conservant la bonté de cœur à des milliers, pardonnant la faute et la transgression et le péché, mais en aucun cas il n’accordera l’exemption de punition, faisant venir la punition pour la faute des pères sur les fils et sur les petits-fils, sur la troisième génération et sur la quatrième génération. ” (Ex 34:6, 7). De même, le chant de Moïse, qui contient ces paroles : “ Car je proclamerai le nom de Jéhovah ”, parle des relations que Dieu entretenait avec Israël et décrit sa personnalité. - it-2 p412

Les Israélites ne devaient en aucun cas fraterniser avec les étrangers, particulièrement dans le domaine religieux. Ils ne devaient contracter aucune alliance avec eux ou avec leurs dieux. À maintes reprises, Jéhovah leur rappela la nécessité absolue de ne pas se prosterner devant les dieux des étrangers et de ne pas même se renseigner sur leurs pratiques religieuses ou s’y intéresser. Ex 34:12-15. Il était interdit de s’allier par mariage avec des étrangers, surtout parce qu’ils risquaient de corrompre le culte pur Ex 34:16. – it-1 p821 Etranger

Rechercher la compagnie des méchants, c’est le moyen le plus sûr de perdre l’amitié divine. Cette mise en garde, Israël l’entendit à maintes reprises mais il n’en tint aucun compte et finit par perdre l’amitié de Dieu. C’est là un exemple classique des conséquences des mauvaises compagnies. Quand Israël se trouva au mont Sinaï, Dieu lui donna cet ordre : “ Garde-toi de faire alliance avec les habitants du pays. ” Faire de telles alliances, c’était nouer des relations étroites avec ces hommes dégénérés et se placer sous une mauvaise influence. Il est écrit : “ (...) de peur que, se prostituant à leurs dieux et leur offrant des sacrifices, ils ne t’invitent (...) ” (Ex. 34:15). Mais les Israélites passèrent outre et se corrompirent dans leur culte. “ Mais ils n’écoutèrent pas même leurs juges, car ils se prostituèrent à d’autres dieux, se prosternèrent devant eux. Ils se détournèrent promptement de la voie qu’avaient suivie leurs pères, et ils n’obéirent point comme eux aux commandements de l’Éternel (Jéhovah). ” — Juges 2:17.

Celui qui jouit de l’amitié de Dieu puis qui recherche l’amitié de ce monde et prend part à ses actes injustes, celui-là perdra l’amitié divine tout comme les Israélites. Comme le présent monde appartient au grand adversaire de Dieu, celui qui en est ami se fait ennemi de Dieu. Il est écrit : “ Qui veut donc être ami du monde, se rend ennemi de Dieu. ” (Jacq. 4:4, ). Un ami de Dieu se tiendra séparé de ce monde corrompu comme Noé et Lot se gardèrent séparés du monde corrompu de leur temps. – TG1961  15/10 p308

Les Dix Paroles (Ex 34:28), ou Dix Commandements, constituaient la partie fondamentale de la Loi, mais elles se combinaient avec environ 600 autres lois qui avaient toutes la même force et la même valeur obligatoire pour les Israélites. Par le dixième commandement, la Loi se distingue des lois de toutes les autres nations. En effet, il interdit le désir égoïste, commandement que concrètement seul Dieu peut faire respecter. De fait, le dixième commandement s’attaquait à la cause de la violation de tous les autres commandements. – it-2 p150 Loi

Lorsque le prophète Moïse est descendu du mont Sinaï avec les tablettes portant les Dix Commandements, “ son visage jetait des rayons ” parce que Jéhovah s’était entretenu avec lui (Ex. 34:29, 30). Bien que cela ne nous soit jamais arrivé et que nos visages n’émettent pas de rayons, nous rayonnons de joie quand nous parlons à autrui de Jéhovah, de ses qualités et de son merveilleux dessein pour l’humanité. Comme les miroirs de métal polis des temps antiques, les chrétiens oints et les membres de la grande foule reflètent la gloire de Jéhovah dans leur vie et dans leur ministère. – TG2012  15/6 p23 §3

Sur le mont Sinaï, Moïse a imploré Jéhovah : “ S’il te plaît, fais-moi voir ta gloire. ” (Exode 33:18). Le lendemain, le prophète a eu l’honneur d’avoir un aperçu de la gloire de Dieu. Mais au lieu de rapporter en détail ce qu’il a vu dans cette vision grandiose, il a consigné quelque chose de bien plus important, à savoir ce que Dieu a dit.

Jéhovah déclare qu’il est un “ Dieu miséricordieux et compatissant ”. (Verset 6.) Selon un bibliste, le terme hébreu traduit par “ miséricordieux ” indique chez Dieu “ une tendre compassion, semblable à celle d’un père envers ses enfants ”. Le mot rendu par “ compatissant ” est apparenté à un verbe qui exprime “ la réaction, venant du cœur, de quelqu’un qui a quelque chose à donner à une personne ayant un besoin ”. Manifestement, Jéhovah veut que nous sachions qu’il prend soin de ses adorateurs comme des parents prennent soin de leurs enfants : avec tendresse et un réel souci de leurs besoins.

Jéhovah dit ensuite qu’il est “ lent à la colère ”. (Verset 6.) Il ne se met pas facilement en colère contre ses serviteurs terrestres. Au contraire, il est patient avec eux. Il tolère leurs manquements tout en leur laissant le temps de changer leur conduite pécheresse.

Dieu poursuit en affirmant qu’il est “ abondant en bonté de cœur et en vérité ”. (Verset 6.) La bonté de cœur, ou amour fidèle, est une qualité précieuse grâce à laquelle il tisse avec ses serviteurs un lien solide, indéfectible. Jéhovah est également une source intarissable de vérité. Il ne peut ni tromper ni être trompé. Puisqu’il est “ le Dieu de vérité ”, nous pouvons avoir une confiance totale en tout ce qu’il dit, notamment en ses promesses pour l’avenir.

Jéhovah nous fait connaître une autre vérité remarquable à son sujet : il pardonne “ la faute et la transgression et le péché ”. (Verset 7.) Il est “ prêt à pardonner ” aux pécheurs repentants. Toutefois, il ne ferme jamais les yeux sur la méchanceté. “ En aucun cas il n’accordera l’exemption de punition ”, explique-t-il (verset 7). Le Dieu saint et juste ne laissera pas impunis les pécheurs volontaires. Tôt ou tard, ils subiront les conséquences de leur mauvaise conduite.

En décrivant ses qualités, Jéhovah montre clairement qu’il souhaite que nous apprenions à le connaître et que nous nous familiarisions avec sa personnalité et ses manières d’agir. – TG2009  1/5

Link to comment
Share on other sites


  • Views 1.4k
  • Replies 1
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

 Share





×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.