Jump to content
The World News Media

NPR Exposes Plastic Recycling ‘Scam’—Almost None of it is Reused


Recommended Posts

  • Member

I have just one word of advice for you: “Plastics,” said the parent’s comfortable friend to Benjamin Braddock. Plastics—the new growth field in 1967, the year The Graduate movie came out—just as computers and then the internet would be to succeeding generations. Plastics—a graduate could make a killing in it.

But Ben didn’t want any career advice just then. Just out of college, with no goals at all, the only thing he knew is that he wanted no part of the phony monied world that had been his upbringing. He lolled around aimless at his folks’ upper crust home that year and ended up in an affair with his mom’s socialite friend—her idea, not his. “Mrs. Robinson, are you trying to seduce me?” is a line from the movie that has endured.

It is the same Mrs. Robinson that Simon and Garfunkel sung about. Mike Nichols, film director had been after Paul Simon to write news songs for the movie and he didn’t want to do it—he was busy. Finally he said that he did have this song kicking around about times past and Joe DiMaggio and Mrs. Roosevelt, and the director said he’d take it! Just change Roosevelt to Robinson and he had a deal.

This explains why baseball great Joe DiMaggio blew a gasket when he heard his name in the song—so says the Ken Burns documentary Baseball. Who are those hippy long-hairs to drag him into their immoral movie that had nothing to do with him?! Joe was a traditional type of guy. Others in baseball just barely calmed him down with the plea that, while the mention may not have had any context, it was a compliment.

That line about going into plastics is another line that endures. At what point did ‘plastic’ come to stand for an entire world of materialism devoid of deeper values? It couldn’t have been just then in 1967. The plastic revolution of consumption was just getting underway. 

Yet if fits so well with 

    Hello guest!
—of September 2020. There has never been any meaningful recycling of plastic! Ten percent is all that has ever been reused—tops. And the industry knew it all along! Recycled plastic doesn’t hold up well, is expensive to make, whereas new plastic is cheap. But with environmentalism sweeping the globe, that is the last thing people wanted to hear, so they weren’t told that. They were told that those recycling numbers within triangles on every plastic item meant something, and earth-friendly people the world over—I do it myself—sort out all their plastic for recycling bins. Waste Management sends the truck by a second time to pick it up.

It doesn’t mean a thing. It all gets buried—all but 10%. For me personally this would have been fine ammo—better than the ammo that I did use—when I was 

    Hello guest!
 for preaching about God’s kingdom whereas they could be rolling up their sleeves to help with saving the planet! Look, we’ve nothing against saving the planet, I told him, and when there are recycling laws on the books Jehovah’s Witnesses no doubt obey  them more closely than most because they are good at obeying laws—they don’t figure that each new law is a line drawn in the sand that they have to cross in order to prove their courage. Yeah—they love cooperating in this regard, but it’s a little stupid to think they are saving the planet when, in one gigantic industry blunder, millions of gallons of oil can destroy the entire seashore. The BP gulf oil spill had just occurred and President Obama spouted tough talk about “kicking asses” over it. 

It was a great retort to the anti-religion humanist, but the worldwide plastic recycling scam would have been even better. Can someone look this fellow up for me? I’ll run this new one by him. “Look, I'm all for local clean-up-the-park days. Same with clean-up-the-roadside days,” I said. No one of Jehovah’s Witnesses will ever speak against them. In fact, in Russia, Witnesses do clean up the public parks—or at least they did before the ban. I didn’t know that at the time, but when I found out I included that tidbit in 

    Hello guest!

“In Russia, congregations do it all the time,” Anton Chivchalov told me—the one who keeps an eye on the current persecution in that land. “Most congregations do it. It has become a custom for them. Parks are more or less okay, other people clean them too, but still there is garbage to clean, and sometimes the authorities just lack enough workers, so there may be tons of garbage at times. We clean not only parks, but any public areas. We usually ask the city administration to assign some areas for us to clean.”

I speculated within Dear Mr. Putin on how it must make a great backdrop for informal conversations on God’s purpose to make the earth a paradise. Do Witnesses still do it, with police guarding them to make sure no one talks about God? I’ll have to ask Chivchalov. Still, even as they did it, they did not imagine that they were negating the verse of how humans will be “ruining the earth” when God intervenes—ruining it, not saving it, and the NPR story that the emperor wore no clothes despite his loud voice—he recycles hardly any plastic at all despite telling people he does so they will not feel bad about buying plastic and will buy more—was an perfect case in point.

And young Benjamin Braddock, the aimless college grad of the movie, knew it instinctively—that the world his parents’s generation wanted to thrust him into was plastic—promising 100% and delivering 10%. ‘He probably went into plastics after all and did very well for himself,’ said some cynical commentator on the movie—so many of that generation sold out, as they do in all generations. Be that as it may, the author of the book The Graduate did not sell out—he died penniless in 2020, after a lifetime of giving away assets. More on him later.

 

Link to post
Share on other sites

  • Views 100
  • Replies 2
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

I have just one word of advice for you: “Plastics,” said the parent’s comfortable friend to Benjamin Braddock. Plastics—the new growth field in 1967, the year The Graduate movie came out—just as computers and then the internet would be to succeeding generations. Plastics—a graduate could make a killing in it. But Ben didn’t want any career advice just then. Just out of college, with no goals at all, the only thing he knew is that he wanted no part of the phony monied world that had been his

The guy who wrote The Graduate—the book, not the movie—gave away all the money he made from writing it. He bought a house with his one-time movie rights. He gave it away within weeks—he would give three away during his lifetime—a lifetime that ended July 2020, He was 81. The movie ‘The Graduate’ was a sensation—the highest grossing film of 1967, with seven academy award nominations. It is fussed over to this day for capturing the “alienation of modern youth”—though they are not so modern an

  • Member
On 9/28/2020 at 8:32 AM, TrueTomHarley said:

the author of the book The Graduate did not sell out—he died penniless in 2020, after a lifetime of giving away assets. More on him later.

The guy who wrote The Graduate—the book, not the movie—gave away all the money he made from writing it. He bought a house with his one-time movie rights. He gave it away within weeks—he would give three away during his lifetime—a lifetime that ended July 2020, He was 81.

The movie ‘The Graduate’ was a sensation—the highest grossing film of 1967, with seven academy award nominations. It is fussed over to this day for capturing the “alienation of modern youth”—though they are not so modern anymore, have long since put their alienation behind them, and many have done quite well for themselves, thank you very much. Many ultimately chose the 

    Hello guest!
.

But not author Charles Webb and his wife. Several times they came into money, and each time they would give it away. The Graduate movie is ranked the 17th greatest American film of all time by the American Film Institute; the “coming of age story is indeed one for the ages,” gushes Rotten Tomatoes. Webb didn’t make a dime off it and didn’t want to. He wouldn’t even do book signings—they were “a sin against decency.”

What kind of a guy does this? Many times he received windfalls. Each time he gave it away. “Mercifully I wasn’t written into [the Graduate movie] deal,” he told the AP. “Nobody understands why I felt so relieved, but I count my longevity to not being swept into that. My wife and I have done a lot of things we wouldn’t have done if we were rich people. ... I would have been counting my money instead of educating my children.”

He’s not kidding about educating his children. He and his wife Fred—she took that name so as to identify with a group of men named Fred afflicted with low self-esteem (you’re guess is as good as mine)—pulled their two children from school. They homeschooled. This resonates with me because I did the same, only mine were not pulled out—they never saw the inside of a school other than an experimental 6th grade, after which both chose to homeschool again. 

Homeschooling wasn’t legal when Webbs did it. It was when we did, even if a little dicey—there were always unpredictable hoops to jump through. Once, the school district turned down my curriculum plan on the basis of, of all things, a weak music curriculum. The kids were enrolled in Suzuki violin, for crying out loud! I went to the library, copied and submitted some gobbledygook from a music textbook, and they were as happy as pigs in mud.

A set of older friends in another jurisdiction were constantly harassed over their homeschooling—much more so than us. Yet my pal later reflected on his younger kids that were homeschooled vs his older ones that were not, and observed that the those of the first batch were far better at interacting with all factions of the community. Pretty much the same experience here—not that we had the contrast but we did have the experience of kids who readily mixed with all ages—whereas when I was in grade school, those kids in even one grade up might have been on another planet, to say nothing of adults. “I had no idea that there were so many stupid people,” said my son in complete innocence after he enrolled in the community college at age 16 and began his second experience in the classroom. 

The Webbs moved around a lot, sometimes camping, sometimes living out of a Volkswagen bus. Oldest son John called that part of his education “unschooling.” I know what unschooling is, too. We did it at times. It is simply a less rigid homeschooling, with more forbearance for letting youngsters pursue their own interests. I’d love to speak with these two kids—now adults. How did they turn out? “Not a lot of people picked up on it, but the title of ‘The Graduate’ was supposed to convey it was about education,” Webb told some reporter in 2006. He wasn’t keen on the mainstream model.

Meanwhile, he and/or his artist wife did stints at KMart, picked fruit, cleaned houses. “When you run out of money, it’s a purifying experience,” he said. Besides the VW bus, they lived in motels, trailer parks, even a nudist colony—they managed that place during their tenure. They named their dog ‘Mrs. Robinson.’

Now, these two were not Jehovah’s Witnesses. I don’t want to imply that they were. (Have JWs ever preached in a nudist colony?) Yet we have so many people who have renounced financial comfort so as to “have a greater share in the ministry” that when I see it elsewhere, it resonates no less than the homeschooling. I count as a friend today someone whose pursuit of a full-time ministry within Jehovah’s Witnesses triggered estrangement from his unbelieving oil baron family. “Look, Eric! Texas tea!” I call his attention to any gas station that we pass. 

The book that became the movie is not autobiographical. “I got interested in the wife of a good friend of my parents and ... [realized] it might be better to write about it than to do it,” he told the online publication Thoughtcat in 2006. Yet much of it was his life—his remoteness from his wealthy connected parents, for example, along with their world that he found so superficial. His relationship with his heart specialist dad was “reasonably bad,” he said, and with his socialite mom, he “was always looking for crumbs of approval.” He had figured he might get a considerable number of those crumbs with the publication of his book, for she was an avid reader who might boast “My son is an author!” but he didn’t—probably the skewering of her lifestyle had something to do with it. 

Still, whether you give up every dime or not—you don’t have to do it just for the sake of doing it. The ministry of the apostle Paul caused him to know both “how to have an abundance and how to do without.” (Philippians 4:12) He knew and was comfortable in both places. This fellow was good at doing without, but he seems to have panicked at having an abundance. Sometimes you have to renounce your past. Sometimes in doing so, you swing too far the other way. 

Maybe it was a starving artist kind of thing. He even made a cliche over it: “The penniless author has always been the stereotype that works for me. . . . When in doubt, be down and out.” But not for any romantic reason—he pushed back at that notion. “We hope to make the point that the creative process is really a defense mechanism on the part of artists — that creativity is not a romantic notion.” It’s not like he would recommend it to others, or maybe even to himself. It is more like he felt driven to it, half against his will. I think of how so many comedians developed and honed their comedy as a means of defendIng themselves from school-age bullies. There is 

    Hello guest!

A character from one of his other books—he wrote eight—an alcoholic painter, says: “What’s important for me is that I keep doing it, keep painting, and hold on to that feeling which goes along with putting the paint of the canvas,” he wrote. “It’s all I have and all I need.” This, too, resonates with me, a fellow who imagines himself a writer—and inherits the pluses along with the minuses.

“Lots of people momentarily embrace the idea of leaving the rat race, like the characters in The Graduate,” said one obit writer. “Mr. Webb [and his wife] did it, with all the consequences it entailed. If they regretted the choice, they did not say so.” And, “Webb has such an easygoing charm about him, such a friendly and sincere presence,” another wrote years prior. This also resonates with me, who—no, that is going too far. In the dog park I constantly have to apologize for my dog, who gets grouchy in his old age, “just like me.”

As though to get in the final word, the condensed obituary in TheWeek Magazine read: “The Graduate author who ran from success” Did he? Or is it that they can only imagine their own definition of success there at TheWeek?

Link to post
Share on other sites




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

    • 4Jah2me

      4Jah2me 667

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Ne dormons pas comme les autres, demeurons éveiller et restons confiant en Jéhovah, le Dieu de Toutes Bénédictions. 
      Voici une petite histoire qui va nous faire réfléchir, sur nos qualités, que nous devons manifester en notre être, nous les serviteurs de Dieu. Comment et qu'elles sont les qualitées que nous devons manifester en actions, envers notre prochain, envers nos ennemis, envers Dieu, envers Jésus, pour Être porté, par le Maître du temps, Au jour de Dieu?
      Quelle est la priorité principale d'un serviteur de Dieu et que devons nous principalement mettre en pratique dans notre vie, pour Être sauvé par celui qui a préparé le chemin de nos pas, pour notre Salut?
      Le titre de cette courte histoire, nous dévoile ce qui adviendra aux serviteurs de Dieu remplis d'amour, Au Grand, jour de Dieu.
      Le Titre est:
      QUI VEUT BIEN DE L’AMOUR ?
      Voici cette petite histoire:
      Un jour, plusieurs différents sentiments cohabitaient tous ensemble sûr une Ile: le Bonheur, la Tristesse, le Savoir ; ainsi que tous les autres, Amour y compris. Un jour, on annonça aux sentiments de la région , que l’île où tous vivaient, allait couler. Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent. Seul Amour resta. Amour voulait rester jusqu’au dernier moment. Quand l’île fut près à sombrer, Amour décida d’appeler à l’aide à ces concitoyens. Le premier fut "La Richesse" qui passa à côté de Amour, dans un luxueux bateau. Amour lui dit : « Richesse, peux-tu m’emmener ? »Alors la Richesse lui dit : Non! mon ami Amour, " je ne peux t'aider, car il y a beaucoup d’argent et d’or sur mon bateau et je n’ai pas assez de place pour toi." Bonne chance Amour.
      La richesse laissa Amour dans les eaux profondes qui l'entourait et continua son chemin. Amour décida alors de demander à l’Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique bateau. Alors Amour s'exclama « Orgueil, aide-moi, je t’en prie ! » l'Orgueil répondit à Amour« je ne puis t’aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bâteau. L'Orgueil, n'aida en aucune manière Amour et continua a vogué sur les eaux immense. Plus tard »La Tristesse passa à côté, de Amour. Amour lui demanda :«"Tristesse, laisses-moi venir avec toi. » la tristesse le regarda et dit: « Ooh… Amour, je suis tellement triste que j’ai besoin d’être seule ! Bonne chance Amour". Amour ne se découragea pas et se laissa porter sur les eaux. Quelle minutes plus tard » Le Bonheur passa aussi à côté de Amour , mais il était si heureux, qu’il n’entendit même pas Amour l’appeler! Soudain, une voix dit sur un bateau de lumière immaculée comme ressemblant à des nuages matérialisés " Viens Amour," je te prends avec moi." Amour distingua que celui qui le prit sur son bateau blanc immaculé, était un vieillard, de lui venait les paroles de son sauveur des eaux tulmultueuses. Amour se senti si reconnaissant et plein de joie, qu’il en oublia de demander le nom au vieillard. Lorsqu’ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s’en alla. Amour réalisa combien, il lui devait pour l'avoir sauvé, et aussitôt un Être apparut à Amour, Cette personne qui apparut devant lui était "Le Savoir" de toutes choses, alors Amour qui était devant Lui, demanda au Savoir :« Qui m’a aidé ? »Le Savoir Dit« C’était "le Temps" » répondit le Savoir.« Le Temps ? » s’interrogea Amour.« Mais pourquoi le Temps m’a –t-il aidé ? » Le Savoir sourit, plein de sagesse, et répondit :« C’est parce que seul le Temps est capable de comprendre combien l’Amour est important dans la vie. »
      Que veux dire cette histoire que je vous aie raconté?
      Je vais laisser votre pensée réfléchir en cette histoire et je vais donner l'explication de cette histoire à la fin de ce discours.
      Restons vivifiant d'un Amour sincère.
      DANS de nombreux pays, nous avons recourt de plus en plus aux caméras de surveillance pour observer la circulation routière et filmer les accidents. En cas de délit de fuite, ces enregistrements peuvent permettre à la police de retrouver et d’arrêter le chauffard. À vrai dire, avec ces yeux électroniques un peu partout, il est de plus en plus difficile d’échapper aux conséquences de ses actes.
      Cet abondant recours à la vidéosurveillance, devrait-il, nous rappeler un tant soit peu notre Père bienveillant, Jéhovah ? La Bible dit en effet que ses yeux « sont en tout lieu » (Prov. 15:3). Mais cela veut-il dire qu’il examine constamment à la loupe nos faits et gestes ? Nous observe-t-il avec la seule intention de faire respecter ses lois et de nous punir ? (Jér. 16:17 ; Héb. 4:13). Pas du tout ! Il nous observe en premier lieu parce qu’il nous aime et se soucie de notre bonheur (1 Pierre 3:12).
      Jéhovah nous surveille par amour.
      Qu’est-ce qui nous aidera à comprendre que Jéhovah nous surveille parce qu’il nous aime ? Nous examinerons ensemble cinq façons dont cet intérêt se manifeste : 1) Il nous met en garde lorsque nous montrons de mauvaises inclinations, 2) il nous corrige lorsque nous faisons un faux pas, 3) il nous guide grâce aux principes que renferme sa Parole, 4) il nous soutient lorsque nous traversons diverses épreuves et 5) il nous récompense lorsqu’il remarque le bon qui est en nous.
      LE DIEU ATTENTIF NOUS MET EN GARDE
      Premièrement, examinons comment Dieu nous met en garde lorsque nous montrons de mauvaises inclinations (1 Chron. 28:9). Pour bien saisir cet aspect de son observation attentive, voyons comment il a traité Caïn, qui « s’enflamma d’une grande colère » parce qu’il n’avait pas obtenu l’approbation divine (lire Genèse 4:3-7). Nous voyons ici que Jéhovah lui a vivement conseillé de « [se mettre] à bien agir ». Il l’a prévenu que s'il ne changeait de comportement, le péché était « tapis à l’entrée ». Puis il lui a demandé : « Te rendras-tu maître de lui ? » Dieu voulait que Caïn tienne compte de l’avertissement et qu’« [il y ait] élévation », que Caïn retrouve sa faveur. Il conserverait alors une bonne relation avec Dieu.
      Les yeux de Jéhovah voient clair dans notre cœur ; nous ne pouvons pas lui cacher nos inclinations et nos motivations. Notre Père bienveillant veut que nous marchions dans les voies de la justice ; pourtant, il ne nous force pas à changer de route. Lorsque nous allons dans la mauvaise direction, il nous met en garde par sa Parole, la Bible. Comment ? Dans notre lecture biblique quotidienne, nous tombons souvent sur des passages qui nous aident à surmonter de mauvaises tendances ou des inclinations malsaines. De plus, nos publications chrétiennes traitent parfois d’une difficulté contre laquelle nous luttons et nous montrent comment la surmonter. Enfin, aux réunions de la congrégation, chacun de nous reçoit au bon moment les conseils dont nous avons besoin !
      Toutes ces mises en garde, écrite dans la parole, la bible, qu'elles sont vraiment la preuve que Jéhovah surveille chacun de nous individuellement et cela avec amour. Il est vrai que les paroles consignées dans la Bible existent depuis des siècles, que les publications préparées par l’organisation de Jéhovah sont écrites pour des millions de personnes et que les conseils donnés lors des réunions s’adressent à toute la congrégation. Mais dans tous ces cas, Jéhovah dirige l’attention de chacun, individuellement, vers sa Parole, afin que chacun puisse modifier ses inclinations. Ainsi, on peut dire que toutes ces dispositions sont la preuve que Jéhovah te surveille personnellement avec amour.
      Pour tirer profit des avertissements de Dieu, nous devons d’abord comprendre en profondeur sa parole? Quelle aide notre Père aimant nous fournit-il ?
      Lorsque que nous méditons sur la Parole et nous faisons des recherches profondes sur ces principes biblique, nous apprenons à nous corriger intérieurement et ainsi nous nous rendons particulièrement compte que Jéhovah veille sur nous.
      Bien sûr, il n’est pas spécialement agréable de se faire conseiller ou corriger, mais Jéhovah demande à chaque serviteur, de suivre la discipline enseigné dans sa paroles, de part nos yeux, par la méditation, la lecture attentive et en manifester les rappels constant (Héb. 12:11). Réfléchissons à ce que Jéhovah examine en nous. Nous devons être conscient que chaques actions de notre part pourraient nuire à notre relation avec Dieu. Nous devons se soucier de nos sentiments que nous véhiculons envers les autres. Enfin, nous devons être prêt à donner de son temps et de son énergie pour manifester les changements primordiales, à l’aide de la Bible, manifester les actions requises qui mène à plaire à Jéhovah .
      En psaumes 73:24 Le psalmiste a chanté à Jéhovah : « Par ton conseil tu me conduiras »  Quand nous avons besoin d’une direction, nous pouvons « [tenir] compte de » Jéhovah en cherchant dans sa Parole la vrai direction de penser.
      Oui, par sa Parole, Jéhovah nous guide pour nous aider à surmonter les difficultés de la vie si nous demandons à Jehovah de nous guider personnellement.
      Psaume chapitre 37 est un chapitre qui forgé notre espérance en la promesse de Dieu.
      Pour quel genre de raisons Jéhovah n’intervient-il pas toujour dans nos difficultés personnelles ?
      Jéhovah à peut-être de bonnes raisons de ne pas intervenir dans certaines situations. Imaginons qu’à nos yeux, notre être intérieur fut blessé mais que Jéhovah ait un autre point de vue, que, selon lui, tu as plus de torts, que tu ne le penses. La remarque que tu as trouvée si vexante peut, en fait, être un conseil justifié, auquel tu ferais bien de réfléchir. Dans sa biographie, frère Karl Klein, qui a été membre du Collège central, a raconté qu’un jour, que frère Rutherford l’avait repris avec franchise. Par la suite, frère Rutherford lui a adressé un joyeux « Bonjour, Karl ! » Mais, vexé par la réprimande, frère Klein lui a répondu du bout des lèvres. Comprenant qu’il lui en voulait, frère Rutherford l’a prévenu qu’il risquait de devenir la proie du Diable. Frère Klein écrira : « Quand nous avons de la rancœur contre un de nos frères, surtout si c’est parce qu’il nous a dit quelque chose qu’il était en droit de nous dire dans l’exercice de ses fonctions, alors nous prêtons le flanc aux attaques du Diable. »
      Quand une épreuve semble s’éterniser, nous pourrions nous impatienter. Que faire alors ? Supposons, que nous roulons sur une autoroute et que nous nous trouvons pris dans un embouteillage. Nous ne savons pas combien de temps cette situation va durer. Si nous nous irritons et que nous essayons de prendre un autre chemin, nous risquons de se perdre et, au bout du compte, d’arriver à destination plus tard que si nous avions patiemment suivi le premier itinéraire. Pareillement, si nous restons sur les voies tracées par la Parole de Dieu, en temps voulu, nous arriverons, à la destination prévu.
      Il se peut également que, lorsque nous sommes éprouvés, Jéhovah n’intervienne pas tout de suite parce qu’il veut que nous recevions une précieuse formation (lire 1 Pierre 5:6-10). Dieu n’inflige aucune épreuve (Jacq. 1:13). La plupart des malheurs viennent de « [notre] adversaire, le Diable ». Par contre, Dieu peut se servir d’une situation éprouvante pour nous aider à croître spirituellement. Il voit notre souffrance et, « parce qu’il se soucie » de nous, il veillera à ce qu’elle ne dure qu’« un peu de temps ». Quand nous sommes éprouvé, sommes-nous heureux que Jéhovah nous surveille, convaincu qu’il nous ménagera une issue ? (2 Cor. 4:7-9).
      LA JOIE D’ÊTRE APPROUVÉ PAR DIEU
      En fait, Jéhovah examine notre vie pour une raison des plus rassurantes. Par l’intermédiaire de Hanani le voyant, il a dit au roi Asa : « Car, en ce qui concerne Jéhovah, ses yeux rôdent par toute la terre, afin de montrer sa force en faveur de ceux dont le cœur est complet à son égard » (2 Chron. 16:9). Chez Asa, Dieu n’a pas trouvé un cœur complet. Mais si nous, nous continuons à faire ce qui est droit, Jéhovah « montrer[a] sa force » en notre faveur.
      Dieu veut que nous « recherch[ions] ce qui est bon », que nous « aim[ions] ce qui est bon » et que nous « fass[ions] ce qui est bon » afin qu’il puisse nous « témoign[er] de la faveur » (Amos 5:14, 15 ; 1 Pierre 3:11, 12). Il remarque les justes et il les bénit (Ps. 34:15). Songeons, par exemple, aux accoucheuses hébreues, Shiphra et Poua. Alors qu’Israël était en esclavage en Égypte, ces femmes ont craint Dieu plus que Pharaon, qui leur avait ordonné de tuer à la naissance tous les garçons hébreux. Manifestement, leur conscience les a poussées à garder les bébés en vie. Par la suite, Jéhovah « leur fit don de familles » (Ex. 1:15-17, 20, 21). Leurs belles actions n’avaient pas échappé à Jéhovah, dont les yeux « rôdent». Parfois, nous avons peut-être l’impression que personne ne remarque nos belles actions. Mais notre Père céleste y est attentif. Il remarque toutes bonne actions et il nous récompensera en temps voulu(Mat. 6:4, 6 ; 1 Tim. 5:25 ; Héb 6:10.
      Jéhovah voit tout ce que nous faisons, tôt ou tard, il nous récompensera. En prenant conscience qu’il a l’œil sur nous alors n’ayons pas l’impression d’être sous le regard froid et scrutateur d’une caméra de surveillance. Au contraire, sentons-nous encore plus proche du Dieu bienveillant qui se soucie réellement de nous!
      Revenons à la petite histoire du personnage Amour.
      Avant de vous expliquer le rappels de cette histoire allons lire les paroles de notre Guide JÉSUS CHRIST.
      Allons en Mathieu 22 :37 à 39
      Alors Jésus lui dit : “ Tu dois aimer Jéhovah ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée. 38 C’est là le plus grand et le premier commandement. 39 Le deuxième, qui lui est semblable, est celui-ci : Tu dois aimer ton prochain comme toi-même
      Mathieu 5:44 à 45a
      Continuez d’aimer vos ennemis et de prier pour ceux qui vous persécutent ; 45 afin de vous montrer fils de votre Père qui est dans les cieux.
      Alors revenons à cette histoire que je transmis au début de ce discours.
      Nous avions plusieurs personnages, il eut Amour , Richesse, l'orgueil, la tristesse, le bonheur, Le Temps et Le Savoir. Chacun étaient différents en manière de penser, en comportement, pourtant ils parraissent tous ensembles qu'ils ont réussit leur monde, ils ont ammasé des richesses, leur valeurs étaient différentes en leur coeur, certains étaient très heureux de leur réussites. Les personnages de cette histoire, aucun personnages ne se montrèrent d'aucune arrogance envers Amour mais Richesse, orgueil, tristesse et bonheur ont tous ignoré Amour.
      Amour paraissait être le seul à n'avoir pris aucune précaution au chaos qui venait. Amour avait passé sa vie à comprendre l'Amour de cette vie.
      Il n'avait pas de bateau., il n'avait rien ammassé de cette vie.
      Amour se souvenait que Dieu viendrait le chercher par les nuages matérialisés pour rencontrer le Savoir dans un lieu unique où tout les juste vont. (Psaumes 37:10, 11, 29)
      Le temps dans cette histoire, qui est le vieillard, est Jésus, Jésus à attendu le signal du Savoir avant de sauver sa brebis, Amour.
      Amour avait transmis à chaque personnages son attention de l'amour, son amour pour son prochain était réel, tous le connaissaient par son Nom "Amour".
      Le temps qui est(Jésus, le viellard) même lui l'a appelé Amour par son Nom.
      Qu'à fait Amour pour rencontrer "Le Savoir" qui est Jéhovah, comme Jésus il a pardonné les actions de tout ses ennemis, comme l'action que Jésus à fait dans sa vie relaté en luc 23:34 "Père pardonne leurs, car ils ne savent ce qu 'ils font" par sa maîtrise de soi Amour, il a conservé ses 7 qualités, ( Galates 5:22 -23 ) les plus importantes qualités de sa vie. Amour a enduré jusqu'à presque perde sa vie dans les eaux tumulteuses qui l'envahissaient et il reçu du Savoir, le fruit de L'amour que Jéhovah le Dieu de toutes connaissances, de toutes sagesses et des bénédictions, donne à tout ces vainqueur de la foi.
      Amour a reçu la Récompense de la promesse qu'il avait attendu toute sa vie.
      Pour finir ce discours je vous laisse sur une belle citation de Paul sur le thème de l'Amour.
      L’amour est patient et bon. L’amour n’est pas jaloux, il ne se vante pas, ne se gonfle pas [d’orgueil], 5 n’agit pas de façon inconvenante, ne cherche pas ses propres intérêts, ne s’irrite pas. Il ne tient pas compte du mal subi. 6 Il ne se réjouit pas de l’injustice, mais se réjouit avec la vérité. 7 Il supporte tout, croit tout, espère tout, endure tout. 8 L’amour ne disparaît Jamais, car c'est celui qui aura enduré jusqu'à la fin et les yeux fixer sur L'ESPÉRANCE DE LA PROMESSE DE JÉHOVAH LE DIEU DE TOUTES BÉNÉDICTIONS, celui là recevra le plus beau cadeau inestimable de la vie humaine.
      Comme notre petit personnage Amour Notre persévérance nous donnera la chance de recevoir le Prix des juste et des humbles de la terre.
      Cher Serviteurs de Jéhovah, annoncons La GLOIRE EN NOTRE DIEU Jéhovah le Dieu de L'Amour, de toutes connaissances et de toutes sagesses profondes comme ce petit personnage que fut Amour.
      YHWH ELÉON. Jéhovah le Dieu de toutes bénédictions 


      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      L’année du Jubilé et notre liberté à venir
      QUAND vous êtes dans un tunnel ou sur une route dangereuse au milieu d’une forêt très sombre, n’éprouvez-vous pas un réel soulagement lorsque apparaît enfin au loin la lumière du jour ! C’est tout juste si vous ne poussez pas un cri de joie.
      Mais Dieu va bientôt apporter à l’humanité un soulagement qui sera accueilli avec une joie beaucoup plus grande encore. De plus, pour tous ceux qui désirent sincèrement la paix, la justice et la droiture pour eux-mêmes et pour leurs semblables, ce soulagement est déjà en vue. Actuellement, l’humanité se trouve dans une situation si dangereuse que ceux qui discernent la proximité de ce soulagement poussent des cris de joie. Mais encore faut-il avoir la foi pour discerner cela. Pourtant, vous en’aurez pas de mal à l’acquérir si vous considérez ce que Dieu a fait et a déclaré.
      Pour augmenter notre foi et nous encourager, Dieu a veillé à ce que soit écrit tout ce qu’il a fait en faveur de la nation qui, jadis, avait reçu sa loi (Rom. 15:4). En réalité, avec cette nation il a établi un modèle, un modèle, qui a révélé quel genre de Dieu il est et de quelle manière il gouvernera toute la terre sous le règne de son Royaume messianique (I Cor. 10:11). La loi qu’il a donnée à ce peuple n’était qu’“une ombre des bonnes choses à venir”. (Héb. 10:1.) “La réalité [ce que représentaient ces ombres] appartient au Christ.” Autrement dit, sous son règne, ces ombres deviendront des réalités permanentes pour tous les habitants de la terre. — Col. 2:17.
      LE JUBILÉ
      Quand Dieu établit la nation d’Israël en Terre promise, il lui fit prendre un excellent départ. Elle avait tout ce qu’il fallait pour être prospère et pour que l’économie du pays soit parfaitement équilibrée. Toutefois, l’égoïsme et d’autres défauts des Israélites imparfaits ne tardèrent pas à leur créer des difficultés. La nation avait tendance à se diriger vers une situation qui est très courante aujourd’hui : une minorité de gens riches et une énorme majorité de pauvres. Comme de nos jours, les hommes eux-mêmes furent à l’origine de conditions pénibles.
      Comment Dieu s’est-il opposé à cette mauvaise tendance en Israël ? Quelle aide a-t-il offerte aux Israélites, établissant ainsi un modèle pour nous ? A-t-il forcé les riches à partager leurs richesses avec les pauvres ? Non. Cela n’aurait pas été équitable. Il établit ce qu’on appelle le Jubilé ou l’année jubilaire.
      Dans notre langage moderne, un jubilé est une fête joyeuse que l’on célèbre généralement au bout d’un certain nombre d’années. Le terme hébreu traduit par Jubilé était utilisé dans le même sens. Il signifie littéralement “un son prolongé”. Effectivement, le commencement de l’année jubilaire était annoncé par une sonnerie de cor retentissante. Le Jubilé suscitait aussi des cris de joie, car c’était un année de liberté. — Lév. 25:9, 10.
      Pour quelles raisons le Jubilé était-il une source de joie ? À la suite d’un revers financier, un homme s’était peut-être vu dans l’obligation de vendre sa propriété reçue en héritage, afin de pouvoir payer ses dettes. Ou bien, s’étant endettés, les membres d’une famille, ou l’un d’eux seulement, avaient dû se vendre comme esclaves à un voisin plus riche. Bien qu’en Israël un “esclave” hébreu fût en réalité traité comme un ouvrier à gages, celui-ci préférait néanmoins la liberté. Eh bien, le Jubilé était vraiment une époque de joie, car chaque Israélite retournait dans la possession de ses ancêtres. Ses terres lui étaient rendues gratuitement, et tous les esclaves hébreux étaient libérés et retournaient dans la possession que Dieu leur avait donnée. — Lév. 25:28, 39-41.
      Cette loi, qui prévoyait le retour de chacun dans sa possession héréditaire, était-elle injuste pour ceux qui s’étaient enrichis par leur ardeur au travail ? Dieu se montrait-il partial en favorisant le pauvre ? Pas du tout. La valeur des terres était établie d’après le nombre d’années qui précédaient le prochain Jubilé. Aucune terre reçue en héritage ne devait se vendre à perpétuité (Lév. 25:23). La ‘vente’ d’une terre correspondait en réalité au paiement d’un bail à notre époque. L’‘acheteur’ payait en fait la jouissance de la terre et la valeur des récoltes jusqu’au Jubilé suivant (Lév. 25:15, 16). Quand arrivait le Jubilé, le “bail” expirait, et la terre retournait à son propriétaire. Quant à l’‘acheteur’, il ne perdait rien.
      Pensez à tous les bienfaits que la nation d’Israël a pu recevoir aussi longtemps qu’elle a observé cette loi. Au cours des cinquante années qui séparaient deux Jubilés, la situation économique de la nation pouvait être un peu déséquilibrée. Mais au cours du Jubilé la situation originelle était rétablie puisque chaque Israélite reprenait possession de sa terre. De plus, la valeur des propriétés restait stable. Il n’y avait pas d’inflation. Il n’y avait pas non plus une classe de gens très riches et une classe de gens très pauvres. La dignité humaine de chaque individu (et de chaque famille) était respectée. Le Jubilé, chaque cinquantième année, ressemblait vraiment à la lumière du jour au bout du tunnel. Mais en quoi le Jubilé constitue-t-il aujourd’hui une raison solide d’espérer ? De quoi était-il une ombre ?
      UN “JUBILÉ” PLUS GRAND
      Quand Dieu créa l’homme sur la terre, il lui donna un excellent départ. L’homme avait tout ce qu’il fallait pour vivre éternellement dans un bonheur parfait. Mais en se rebellant contre Dieu, Adam attira le malheur sur toute sa famille. Pour prix de son indépendance, il vendit égoïstement ses descendants, les vouant à l’esclavage du péché et de la mort (Rom. 7:14 ; 5:12). Mais Dieu a montré qu’il allait rétablir l’humanité dans sa liberté originelle grâce à un grand “Jubilé”.
      Depuis des siècles, l’humanité est soumise à de terribles difficultés. L’économie de nombreuses villes et nations est ruinée, et les hommes n’ont aucune solution à proposer. L’humanité connaît l’oppression sans parler de la maladie et de la mort qui sont des fardeaux insupportables. Mais Dieu a décidé de se montrer bon envers l’humanité. C’est ce qu’a montré Paul quand, parlant de la soumission au péché, il écrivit : “La création a été soumise à la futilité, non de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a soumise, en raison de l’espérance que la création elle aussi sera libérée de l’esclavage de la corruption pour jouir de la liberté glorieuse des enfants de Dieu.” — Rom. 8:20, 21.
      Dieu prévoit donc un “Jubilé” beaucoup plus grand et plus merveilleux pour l’humanité. Ce “Jubilé” symbolique est le règne millénaire qu’exercera le Royaume du Christ. Le présent système tyrannique, caractérisé par l’alliance de la religion, de la politique et du commerce, aura disparu. Pourquoi ? Parce que Dieu dominera alors toute la terre. Concernant cette époque, il dit : “Voici, la tente de Dieu est avec les humains, et il résidera avec eux, et ils seront ses peuples. Et Dieu lui-même sera avec eux. Et il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes ont disparu.” — Rév. 21:3, 4.
      Par ce “Jubilé”, Dieu n’offrira pas seulement une liberté éphémère. Il ne permettra pas que les hommes retombent ensuite dans les mêmes difficultés et qu’ils aient besoin périodiquement d’un Jubilé comme c’était le cas pour les Hébreux. Non, car Jésus Christ ne sera pas seulement Roi, mais aussi Grand Prêtre pour les humains. Son sacrifice propitiatoire permettra d’élever les hommes et les femmes à la perfection du corps et de l’esprit. Ils seront sauvés ‘à la perfection’. À propos de Jésus Christ, le Grand Prêtre, il est écrit : “Il peut aussi sauver d’une manière complète ceux qui, par lui, s’approchent de Dieu, parce qu’il est toujours vivant pour solliciter en leur faveur.” (Héb. 7:25 ; I Cor. 15:26). Chacun pourra entretenir et cultiver une terre. Personne ne craindra alors une crise économique.
      Ce “Jubilé” symbolique apportera vraiment le repos à l’humanité. En effet, l’ancien Jubilé était une année sabbatique. Or le mot “sabbat” signifie “repos”. (Lév. 25:11, 12.) Les humains seront soulagés et guéris de leurs maux. Même les morts seront ressuscités. C’est ce qu’a montré Jésus sur une petite échelle quand, alors qu’il était sur la terre, il a guéri toutes sortes de maladies et ressuscité des morts (Mat. 15:30, 31 ; Luc 5:12-16 ; 7:12-15 ; Jean 11:38-44). Décrivant cet aspect du futur “Jubilé”, la Bible dit : “Et j’ai vu les morts, les grands et les petits, debout devant le trône, et des rouleaux ont été ouverts. Mais un autre rouleau a été ouvert ; c’est le rouleau de vie. Et les morts ont été jugés d’après les choses qui étaient écrites dans les rouleaux, selon leurs actions [actions accomplies durant ce ‘Jubilé’].” — Rév. 20:12, 13.
      Les faits démontrent que ce “Jubilé” ou jour de repos glorieux est maintenant très proche. Jésus Christ a décrit prophétiquement les conditions qui permettraient de discerner la proximité de ce grand jour et du soulagement qu’il apportera. Il parla d’une époque où, dans le monde entier, il y aurait l’“angoisse des nations, désemparées (...), tandis que les hommes défailliront de peur et à cause de l’attente des choses venant sur la terre habitée”. Il ajouta que durant cette période la “bonne nouvelle du royaume” serait prêchée par toute la terre en témoignage à toutes les nations. Cette bonne nouvelle inclurait l’annonce du soulagement qu’apportera le “Jubilé” symbolique, c’est-à-dire la domination de la terre par le Royaume millénaire du Christ. Or, ces choses, nous les voyons aujourd’hui. — Luc 21:25, 26 ; Mat. 24:14.
      Heureusement, le soulagement est en vue ! Jésus ajouta encore que les humains qui entendraient cette bonne nouvelle verraient ce “Jubilé”. À ceux qui l’écoutaient il déclara : “Quand vous verrez arriver ces choses, sachez que le royaume de Dieu est proche. En vérité je vous le dis : Non, cette génération ne passera pas que tout n’arrive.” — Luc 21:31, 32.
      Mais les humains doivent-ils faire quelque chose, ou leur suffit-il d’attendre ? Notez le puissant avertissement par lequel Jésus termina sa prophétie. Il parlait du “jour” ou de la période de temps qui précéderait immédiatement le “Jubilé” durant lequel l’humanité passera de la domination de l’actuelle société décadente à celle du Royaume du Christ. Il déclara : “Mais prenez garde à vous-mêmes, de peur que vos cœurs ne s’alourdissent dans les excès de table, les excès de boisson et les inquiétudes de la vie, et que soudain ce jour-là ne soit tout de suite sur vous, comme un piège. Car il viendra sur tous ceux qui habitent sur la face de toute la terre. Tenez-vous donc éveillés et suppliez en tout temps, pour que vous parveniez à échapper à toutes ces choses qui sont destinées à arriver, et à vous tenir debout devant le Fils de l’homme.” — Luc 21:34-36.
      En accordant trop d’importance aux inquiétudes de la vie et aux choses matérielles, vous risqueriez de vous ‘endormir’ spirituellement. Au contraire, vous pouvez rester ‘éveillé’ en vous efforçant de nouer des relations étroites avec Dieu. Cela est possible en apprenant à connaître la Bible et en opérant les changements qu’elle suggère en ces termes : “Ne vous modelez plus sur ce système de choses-ci, mais transformez-vous en renouvelant votre esprit, afin de constater par vous-mêmes quelle est la bonne, l’agréable et la parfaite volonté de Dieu.” — Rom. 12:2.


      · 0 replies
    • Israeli Bar Avaddhon  »  Isabella

      Hi Isabella. Are you ok Kentucky?
      · 0 replies
    • 4Jah2me  »  Srecko Sostar

      Srecko, I have just read on the MSN news that there has been an earthquake in Croatia. Are you and your family all safe ?   I hope you are not injured in this.  Best regards, John.
      · 2 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,438
    • Total Posts
      128,779
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,835
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    kike
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.