Jump to content
The World News Media

JW India: Karnataka doctors operate Congolese woman, respect religious sentiments


Guest Indiana
 Share

Recommended Posts

  • Guest
Guest Indiana

The Congolese woman, Bibiche Tshibola Makola, who is a Jehovah’s Witness by faith, was hesitant to have her own blood taken in advance, frozen and re-transfused into her.

BENGALURU: A 39-year-old woman, who was diagnosed with a cardiac ailment, approached a city hospital, stating that she was ready to undergo any treatment, provided there was no blood transfusion involved in it. The Congolese woman, Bibiche Tshibola Makola, who is a Jehovah’s Witness by faith, was hesitant to have her own blood taken in advance, frozen and re-transfused into her. For Jehovah’s witnesses, transfusion of blood is against their religious belief.

After a lot of analysis, surgeons at Fortis Hospital on Bannerghatta Road managed to perform a bloodless open-heart surgery and valve repair. According to doctors, the woman suffered from restrictive cardiomyopathy, where a chamber of the heart is unable to stretch and results in bleeding. The patient came to India for treatment, as many countries and centres refused to carry out the surgery.

Dr Vivek Jawali, Chief Cardiothoracic and Vascular Surgeon at Fortis Hospitals said, “Makolo had severe restrictive cardiomyopathy, in which there is restrictive filling of the ventricles. With due respect to her religious beliefs, we recommended her to undergo a bloodless surgery.” 

The doctors then sat together and had a peri-operative plan. “We put the patient on a series of medications, including blood conservatives that helped increase her haemoglobin level to 14.8 g/dL. The surgery was conducted using all the blood conservation techniques practised at our unit for all patients , It was successful and no blood transfusion was required during the entire procedure.”

Dr Murali Chakravarthy, Department of Anaesthesia, explained that bloodless surgery is a risky situation and can lead to hemorrhagic shock in the patient. Bibiche’s husband Roger Muamba said, “We were very worried about her treatment. We were very happy with the doctors.”

Jehovah’s Witnesses against blood transfusion
They believe, according to the Bible, that one must not ingest blood, even through transfusion. Under Quebec’s civil code, an adult who is conscious and of sound mind, has the right to either accept or refuse medical treatment.

    Hello guest!

Link to comment
Share on other sites


  • Views 208
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Popular Days

Popular Days

 Share

  • Similar Content

    • By Isabella
      LUXEMBOURG (CN) — A Latvian child who needed open-heart surgery prevailed Thursday in a religious discrimination case against the country’s Ministry of Health, which refused to sign on off on letting him undergo the procedure in another country where he wouldn’t require a blood transfusion.
      Names are withheld from the ruling released this morning by the European Court of Justice. It says only that the child was a Jehovah’s Witness who needed surgery because of a congenital heart defect, and that in Latvia the procedure is not possible without a blood transfusion.
      The boy’s parent requested a form called an S2 that would authorize treatment in Poland — presumably where the surgery can be performed without a transfusion — but Latvia’s National Health Service refused to comply. The family began fighting in court, losing every step of the way before the case reached Europe’s high court in Luxembourg, but ultimately the boy underwent heart surgery in Poland on April 22, 2017 — over a year after he was first denied an S2 form.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Isabella
      The father of a severely jaundiced 14-day-old premature baby who denied the baby life-saving blood transfusion on medical and religious grounds, on Saturday explained his side of the story.
      Mr Emmanuel Onokpise claimed he and his wife were never informed their child was in any danger of death to the baby due to the weight.
      The Lagos State Government evacuated the baby via a court order following information from a concerned member of the public informed its Office of the Public Defender that Mr and Mrs Emmanuel Onokpise had, contrary to medical advice, discharged their severely ill baby from hospital after refusing her blood transfusion on religious and medical grounds.
      Baby Onokpise, who was born on December 18, 2019, is now in an orphanage home.
      According to the government, the baby’s parents, who were on Medical Insurance with a Health Maintenance Organisation (HMO), “vehemently opposed the blood transfusion” for the baby and took her home, where her condition deteriorated and death was imminent.
      Onokpise, who responded to enquiries from The Nation via a statement, said he and his wife loved their child and believed in medical intervention to cure ailments.
      He added that being Jehovah’s witnesses, they also had an obligation to obey Jehovah’s commandment to abstain from blood consumption.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      BILLINGS, Mont. (AP) — A state agency has determined that the Montana Women's Prison discriminated against an inmate on the basis of religion.
      The Billings Gazette reports that the Montana Human Rights Bureau found in February there was "reasonable cause" to believe there was discrimination against Mayson Simmons.
      Simmons' complaint filed in August says the Department of Corrections and the prison in Billings violated the law by allowing inmates of other religious faiths to use a prison chapel for services while denying access to Jehovah's Witnesses.
      The bureau says it did not find sufficient evidence to back up Simmons' claims she was denied a Jehovah's Witness bible or that she was discriminated against based on her gender and a disability.
      Prison officials deny any discrimination occurred.
      The case will proceed to a formal hearing.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      HELSINKI, April 17. /TASS/. Finland’s migration service has turned down the vast majority of asylum requests filed by Russian members of Jehovah’s Witnesses (outlawed in Russia), because it sees no real threat for the group’s members in their home country, the Helsingin Sanomat newspaper reported on Wednesday.
      According to the paper’s sources, in 2017-2019 the Finnish authorities have received about 250 asylum requests from members of the religious organization, which Russia outlawed in 2017. To date, 90 of those requests have already been considered and only 10% received a positive response.
      The requests were rejected, because the Finnish authorities “believe that Russia is a safe country” for Jehovah’s Witnesses, Helsingin Sanomat said.
      Jehovah’s Witnesses is an international religious organization that supports offbeat views on the essence of the Christian faith and provides special interpretations of many commonly accepted notions.
      In August 2017, the Russian Justice Ministry included the Jehovah’s Witnesses organization and its 395 local religious branches to the list of organizations that are outlawed nationwide. The Russian Supreme Court satisfied the claim of the Justice Ministry to shut down the organization on April 20, 2017.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      In a very sad case, a seven-year-old boy from Bulawayo is reported to have lost his leg because his parents are refusing to allow him to have a blood transfusion because of their religious beliefs.
      According to the Sunday News, the 7-year-old (name withheld for ethical reasons) suffered a cancerous tumour on his left leg which saw him being admitted at United Bulawayo Hospitals. Doctors initially prescribed a blood transfusion as part of his treatment but his parents who are staunch Jehovah’s Witnesses refused the transfusion arguing that it was against their religious beliefs.
      Sources from the hospital who spoke to Sunday News said,
      The boy is not producing blood and the wound is not healing. A few weeks ago his leg fell off on its own, as it was rotting and was dry. Right now he is only receiving medicine to assist him to generate blood but it appears to be futile. His parents refused him to undergo a blood transfusion, saying it was against their church doctrine.
      We are not God and neither do we have the ability to see into the future but the boy doesn’t have much time to live.
      The minor’s mother is reported to have mounted guard at his bedside to ensure that the hospital does not go against their wishes.  UBH clinical director Dr Narcisius Dzvanga confirmed the issue telling the Sunday News,
      It is their religion and as a hospital, we respect their wishes. The boy is getting injections to help generate blood but his parents are adamant about getting a blood transfusion. As doctors, we cannot determine much on the boy’s life.
      Update
      An earlier version of this article erroneously said that the parents are staunch Seventh Day Adventists.  We apologise sincerely for this error because the parents are actually members of Jehovah’s Witness.  Again, we would like to unreservedly apologise for the earlier error.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      The FC Cincinnati stadium site in the West End is growing to the north, increasing its footprint to approximately 16 acres, new plans show.
      The team is in the process of working with the Port Authority, who will own the stadium, to acquire John Street land where the Jehovah's Witnesses Kingdom Hall now sits. The new area also includes two properties on the south side of Wade Street, all of which is just north of the currently-approved stadium site.
      The Wade Street properties were thrust into the spotlight last week when residents in one of the buildings complained about being pushed out, including 99-year-old Mary Page. The team has agreed to help Page relocate. 
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. /applications/core/interface/js/spacer.png"> Jehovah's Witnesses Kingdom Hall in the West End on Monday, April 15, 2019. FC Cincinnati is in the process of buying it, which will allow them to expand the stadium site to the north. (Photo: Albert Cesare / The Enquirer)
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      Estonia has banned two “Russia 1” journalists, Elena Erofeeva and Pavel Kostrikov, from entering the Schengen zone for the next five years because of a film about the religious organization of Jehovah’s Witnesses, reported the Estonian Public Broadcasting Corporation, referencing the annual report of the country's security police.
      The report states that the journalists had obtained their visas at the Italian and French embassies. They first went to Finland and then took a ferry to Estonia to begin preparing an item for the program “Vesti” that “mocks and incites hostility towards the activities of this religious organization”.
      According to the Estonian special services division, the journalists had used hidden cameras to videotape the Jehovah's Witnesses community in Kesklinn, Tallinn. The clip was used in a report that included shots of “a similar nature” taken in Finland.
      The Estonian police claimed that Erofeeva and Kostrikov’s activities could be interpreted as discrimination on the basis of religion and could lead to the incitement of hostilities
       

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      More than 70 victims of sexual abuse within the Jehovah's Witnesses have come forward with their stories since the public network aired a documentory about it last week, reports the nonprofit organisation Reclaimed Voices Belgium.
      The documentary brought to light that the organisation had been covering up sexual abuse of minors via an internal 'disciplinary' system for years, concluded Pano. That way, none of the claims were reported to the police. One of the witnesses in the documentary was very straightforward in calling it "a paradise for paedophiles".

      According to CIAOSN, an independent centre set up by Belgium's Department of Justice to study sectarian organisations, there are similar findings in 12 other countries. The report concludes that the issues in all other countries are the same. Due to the strict hierarchy of the organisation, it's very difficult to come forward, reports CIAOSN.

      The elders of the organisation usually don't listen to the victims, or don't help them. They usually tell them to keep their mouths shut, said one of the witnesses. "I was told to keep the abuse to myself. 'We don't want to slander God's name.' I had to trust them to take care of it. They told me to pray some more and everything would be fine."

      Jehovah's Witnesses disapprove of sexual abuse, but they don't have any policies to prevent it or report it to the police. Victims that quit the organisation are ignored completely and lose all social contact. Another issue that returns frequently in CIAOSN's report is that victims have to give their statements about the abuse in the presence of their abusers. If the accused denies involvement, they'll only further the investigation after two other witness statements. In all these 13 countries, there is not one woman involved in the internal disciplinary system.

      "Noteworthy is the number of people that talk about the severe psychological damage that the exclusion by the community brings with it," the statement of Reclaimed Voices Belgium said. "In conversations we've had with victims so far, it seems that the trauma caused by the exclusion that follows when a victim speaks up about the abuse has an even bigger impact than the abuse itself."

      Maïthé Chini
      The Brussels Times

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      On March 26, 2019, FSB investigator Sergey Bosiev charged Artem Gerasimov, who had been previously detained for interrogation during a search of eight houses in Alupka, Gurzuf and Yalta (Crimea), with organizing extremist activities (Part 1 of Article 282.2 of the Russian Criminal Code). Another one of Jehovah’s Witnesses, Taras Kuzyo, is also a suspect in this case. Both men were released after being interrogated.
      Read full text in Russian
      Case of Gerasimov and Others in Yalta
      Region: 
      Crimea
      Locality: Yalta
      Case number: 11907350001000041
      Current stage: preliminary investigation (pre-trial proceedings)
      Suspected of: according to the investigation, together with others he conducted religious services, which is interpreted as organising the activity of an extremist organisation (with reference to the decision of the Russian Supreme Court on the liquidation of all 396 registered organisations of Jehovah’s Witnesses)
      Article of the Russian Criminal Code: 282.2(1)
      Case initiated: 23 May 2017
      Investigating: Investigative Department of the Directorate of the Federal Security Service (FSB) of Russia for the Republic of Crimea

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      In February, a Russian court sentenced a Danish citizen who was a legal resident of Russia to six years in prison for such an extremist offence as organizing other Witnesses to shovel snow from their church’s property.
      A month later, Sergei Skrynnikov, a Russian and allegedly a Jehovah’s Witness, was charged with “participating in an extremist organization,” an offence under Russian law that could earn him up to six years in prison. Jehovah’s Witnesses have been fleeing Russia and seeking asylum in Germany and Finland to escape such harsh sentences.
      In China, state authorities harass Jehovah’s Witnesses and raid their meetings. Authorities also deport foreign Witness missionaries from countries such as South Korea.
      South Korea has only recently dropped a 2003 law prohibiting conscientious objection to fighting in its armed forces, a law that confined young Witness men — as well as other men — to jail.
      All these states violate international laws that protect religious freedom, including the freedoms of unpopular minorities. Article 18, 1 of the 1976 United Nations International Covenant on Civil and Political Rights protects everyone’s freedom to “have or to adopt a religion or belief of his choice” and “to manifest his religion or belief in worship, observance, practice and teaching.”
      A long history of persecution
      Jehovah’s Witnesses were among the first groups the Nazis persecuted. There were about 25,000 to 30,000 Witnesses in Germany in 1933. About half of those who did not flee were convicted of various crimes and between 2,000 and 2,500 were sent to concentration camps, where about 1,000 died. About 250 were also executed.
      Some years ago I met a Jehovah’s Witness in the city where I live who told me the Nazis had beheaded his grandfather. Germany’s Jehovah’s Witnesses were not merely passive religious group that refused to adopt the Nazi ideology: they also actively tried to expose Nazi atrocities.
      In the 1960s and ‘70s in Malawi, entire villages of Jehovah’s Witnesses were burned, and many villagers were raped, tortured or murdered as they tried to flee. Their crime was refusal to participate in rituals of loyalty to the newly independent Malawian state and its president, Hastings Banda.
      The Malawi government denied me a visa in the early 1980s when I told its High Commission in Ottawa that I wanted to know what had happened to these Witnesses for research for my book, Human Rights in Commonwealth Africa.
      Many Witnesses in Rwanda, both Tutsi and Hutu, lost their lives during the 1994 genocide, many trying to hide people at risk of being murdered.Even now, Rwandan authorities expel some Witness children from school and have fired some Witness teachers because they refuse to sing the national anthem or participate in religious training.
      Persecution of Jehovah’s Witnesses in Canada
      Here in Canada, Jehovah’s Witnesses have not always enjoyed their rights to freedom of religion and expression.
      During the Second World War, Witness children were banned from schools in several locations because they would not salute the flag, sing the national anthem or repeat the pledge of allegiance. A Witness father sued the Hamilton Board of Education on behalf of his two sons, who had been expelled from school in 1940. In 1945, the Ontario Court of Appeal ruled in favour of the Jehovah’s Witnesses, saying the Board was required to excuse students from participating in religious exercises to which their parents objected.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      Local and federal authorities are investigating a string of acts of violence against Jehovah’s Witness houses of worship in Washington state ― including multiple suspected arsons.
      The latest attack gutted a Jehovah’s Witness building in the city of Lacey, near Olympia. The fire reportedly broke out . No injuries were reported, but the building was deemed a total loss, .
      The Seattle division of the Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives has . 
      BREAKING: A fire has destroyed the Kingdom Hall of Jehovah’s Witnesses in Lacey. This is the SIXTH attack on Kingdom Hall’s in Thurston County since March. Five fires, one shooting.
      — Alex Rozier ()
      The fire in Lacey brings the total number of attacks in Thurston County against Jehovah’s Witness centers, called kingdom halls, to six this year, . In March, arson caused minor damage at kingdom halls in Tumwater and Olympia. Four months later, a blaze worship space. In August investigators discovered a fake bomb at a kingdom hall in Yelm, . The incident was determined to be an attempted arson.
      In May someone shot about 35 rifle rounds into the Yelm center, causing more than $10,000 in property damage, .
      Jason Chudy, a spokesperson for the ATF’s Seattle field division, told HuffPost that the organization believes all the incidents could be related. The attacks were probably “meant to send a message,” he said. 
      “We believe that the suspect or suspects has or have a grievance related to the Jehovah’s Witness community, or about another issue they think is important,” he wrote in an email. “Before these fires, the person or persons involved are likely to have shared these strong feelings with others through comments and conversation.”
      Chudy said the ATF also believes that the suspect or suspects may have exhibited changes in behavior in the hours, days, weeks or months since the fires, including unexplained injuries, changes in normal routines and dramatic and unexplained altering of physical appearance.
      The ATF is investigating the incidents, along with Thurston County police. Investigators are offering $36,000 in combined rewards for information that leads to a suspect’s capture. 
      During a press conference on Friday, Thurston County Sheriff John Snaza urged the public to call in with tips.
      “It makes you feel really ill,” . “How frustrating is it that people who find a solemn place of worship, and now it’s being destroyed?”
      Dan Woollett, a member of the kingdom hall in Lacey,  that the important thing is that congregants are safe.
      “It’s just a building ― buildings can be replaced,” he said. “Things can be redone. So we just move ahead with the ministry that we have that we’re involved with.” 

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      A young Jehovah's Witness in her twenties remains in critical condition in the Intensive Care Unit (ICU) of San Jorge Hospital in Huesca, without the specialists being able to carry out a blood transfusion to try to save her life due to the instructions that the patient left before being intervened. The facts, released by the Heraldo de Aragón, were put this week in the knowledge of the court of guard of the capital of Aragon by one of the doctors of the UCI hospital HOSPITAL before the impossibility of consulting directly with the patient.
      After being operated on a few days ago, the girl suffered acute peritonitis that led doctors to induce a coma and to consider the need to carry out a blood transfusion. However, the patient left written in her living will and, according to her beliefs, her position of absolute rejection of blood transfusions, which Jehovah's Witnesses do not accept for religious reasons.
      Sources of the Superior Court of Justice of Aragon (TSJA) reported on Thursday that the holder of the Court of Instruction No. 1 of Huesca received the medical report while he was on duty and was warned of the refusal of the young woman to a transfusion, under of the Patient Autonomy Law. According to these sources, the magistrate, in view of the documentation provided, resolved to dismiss the claim on the understanding that there was no legal problem in relation to the patient's situation.
      These sources, in addition, do not make any reference to the position of the family of the young woman regarding the situation in which her daughter is currently. On the other hand, the Prosecutor's Office of Huesca, after receiving the report from the specialists of the ICU, decided not to intervene after assessing that the patient is of legal age and is entitled to make a decision regarding the medical treatments to be received.
      According to other judicial sources informed to Efe, the court of guard today in Huesca would not have received any other written referred to the case, reason why the specialists lack of options to be able to carry out the advised transfusion. These sources have pointed out that this case is not the only one that has been registered in the Aragonese Community over the last few years in relation to Jehovah's Witness patients, whose beliefs lead them to reject the mixture or intake of blood.
      This case occurs 25 years after the death of 13-year-old Marcos Alegre, deceased after his parents, residents in the Huesca town of Ballobar, did not accept that his son received a transfusion that specialists considered necessary to save his life. In the context of a debate that leaped into the media, the parents were acquitted of the crime of imprudent homicide that the prosecution charged them with, but were sentenced two years later, at the request of the public prosecutor's office, with a penalty of 2 years and 6 months. prison for these facts.
      Finally, the parents accepted a government pardon, before being definitively acquitted by the Constitutional Court, which based its decision on the right to religious freedom. This situation, previously assessed by the Board of Prosecutors before filing their appeal before the Supreme Court, motivated Circular 1/2012 of the State Attorney General's Office, referring only to the cases of minor Jehovah's Witnesses who reject blood transfusions. This circular urges prosecutors to explore all legal avenues at their disposal to try to save the lives of these minors whenever there is a medical possibility that allows it.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Grupo de Lenguaje de Señas en Latur, Maharashtra, India.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Bible Speaks
      Pastor Charles Taze Russell visiting India. Is this the only picture in existence of him smiling?
    • By The Librarian
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Intolerance has a chilling effect on freedom of thought and discussion. It places democracy under siege.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. An unmistakable feature of any nation which professes to be democratic is the prevalence of tolerance therein. Tolerance is not merely a goody-goody virtue. It is vital because it promotes the receiving or acknowledging of new ideas and this helps to break the status quo mentality. Tolerance is particularly needed in large and complex societies comprising people with varied beliefs, as in India. This is because readiness to tolerate views other than one’s own facilitates harmonious coexistence.
      A liberal democracy accepts the fact that in a free country, one can have different opinions and should have equal rights in voicing them. This is pluralism, and tolerance is its ultimate rationale.
      Tolerance accords high respect for human rights, especially freedom of conscience and freedom of thought. Disagreement with the belief and ideology of others is no reason for their suppression, because there can be more than one path for the attainment of truth and salvation. Even if there is only one truth, it may have a hundred facets.
      Intolerance stems from an invincible assumption of the infallibility and truth of one’s beliefs, the dogmatic conviction about the rightness of one’s tenets and their superiority over others, and with the passage of time, this leads to forcible imposition of one’s ideology on others, often resulting in violence. At present, the virus of intolerance has acquired global dimensions. Religious and political persecution has become rampant and curiously that too sometimes in the name of God Almighty or some Divine Power.
      An intolerant society does not brook dissent. Suppression of dissent by censorship is an indispensable instrument for an intolerant authoritarian regime. Censorship, indeed, is its natural ally.
      The necessity for tolerance has been internationally recognised. It is noteworthy that the Preamble to the Charter of the United Nations proclaims that to achieve the goals of the Charter we need to “practice tolerance and live together in peace with one another as good neighbours”. Another significant UN instrument is the Declaration of November 25, 1981 on the Elimination of All Forms of Intolerance and of Discrimination Based on Religion or Belief which emphasises that it is essential to promote tolerance and requires states to adopt all necessary measures for the speedy elimination of intolerance in all its forms and manifestations. It is evident that there is an essential linkage between tolerance, human rights, democracy and peace.
      Intolerance does not always emanate from official or state action but also from certain groups or sections in society. A not too recent instance was the determined effort to ban the exhibition of the film Ore Oru Gramathiley by a group of persons who regarded its theme and presentation as hostile to the policy of reservation of jobs in public employment and seats in educational institutions in favour of Scheduled Castes and backward classes. There were threats of attacking cinema houses where the film would be shown.
      The Madras High Court in an incredible judgment revoked the certificate granted by the Board of Censors to the film and restrained its exhibition. The Supreme Court promptly reversed the judgment in a landmark decision, S. Rangarajan vs P. Jagjivan Ram, where Justice K. Jagannatha Shetty, speaking for the court, laid down an extremely important principle: “Freedom of expression protects not merely ideas that are accepted but those that offend, shock or disturb the state or any sector of the
      population. Such are the demands of the pluralism, tolerance and broadmindedness without which there is no democratic society”.
      Intolerance has a chilling, inhibiting effect on freedom of thought and discussion. Remember how Galileo suffered for his theory that the sun was the centre of the solar system and not the earth. Darwin was a victim of intolerance and was lampooned and considered an enemy of religion for his seminal work, The Origin of Species. Nearer home we have the example of Raja Ram Mohan Roy, whose efforts for reform, especially for the abolition of Sati, evoked fierce opposition because of intolerance. We must not revert to those dark days because when that happens democracy is under siege.
      We must combat intolerance and its manifestations resulting in human rights violations by appropriate legal remedies. However, the crucial point is that tolerance cannot be legislated. No law can compel a person to be tolerant. Therefore, we must develop the capacity for tolerance by fostering an environment of tolerance, a culture of tolerance. Stereotypes and prejudices about certain classes and communities must be eschewed. Educational institutions have a vital role to play in this connection. The immense value of tolerance must be ingrained in the hearts and minds of the students.
      Our Supreme Court’s judgment in Bijoe Emmanuel vs. State of Kerala is significant. Students belonging to the faith, Jehovah’s Witnesses, stood up when the national anthem was sung to show their respect but declined to sing along. The students were expelled by the school authorities. Their expulsion was upheld by the high court.
      The Supreme Court reversed the high court judgment. Justice Chinnappa Reddy, who headed the bench, in the course of the judgment, observed that the students did not hold their beliefs idly or out of any unpatriotic sentiment but because they truly and conscientiously believed that their religion forbade singing the national anthem of any country. After a careful consideration of the issues, the Supreme Court concluded: “Our tradition teaches tolerance; our philosophy preaches tolerance; our Constitution practices tolerance. Let none dilute it”.
      This is a classic judicial affirmation of tolerance. Let us resolve to promote tolerance in our multi-religious, multi-cultural nation and thereby strengthen and enrich our pluralist democracy which is the pride of our nation.
      Certain fundamental duties have been prescribed by Article 51 A of the Constitution. To my mind, the practice of tolerance is the most fundamental duty of every citizen to curb the growing menace of intolerance.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Udupi, Dec 12: Two women were caught by pro-Hindu outfits at Herga in Parkala here on Monday December 12 for allegedly trying to convert people to a Christian denomination.
      The women have been identified as Seneta of Perampalli and Soumya from Mission Compound, Udupi.
      It is said that the women had been going door-to-door handing out religious pamphlets to people in the area for the past one week. The women were also collecting addresses, mobile numbers and other personal details from the people, it is alleged.
      On receiving information, pro-Hindu outfits along with some locals confronted the women on Monday and handed them over to Manipal police.
      The women reportedly belong to a committee propogating beliefs of 'Jehovah's Witnesses'.
      The women were arrested and a case was registered in Manipal police station.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By The Librarian
      The latest move by the Jehovah’s Witnesses will seek to overturn the apex court’s order on November 30, 2016, that all cinema halls in India would play the national anthem before the feature film starts.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. OVER 30 years ago, a college professor in Kerala, who belonged to the Jehovah’s Witnesses sect, knocked at the doors of the highest court in India on behalf of his children, citing religion as the reason to safeguard their right to not sing the national anthem at school.
      Next month, when a Supreme Court bench headed by Justice Dipak Misra restarts hearing petitions on its order last year on national anthems in cinema halls, the Jehovah’s Witnesses may again be at the forefront in challenging that decision.
      On August 11, 1986, the Supreme Court had allowed Emmanuel’s plea and held that forcing the children to sing the national anthem at school violated their fundamental right to religion.
      The latest move by the Jehovah’s Witnesses will seek to overturn the apex court’s order on November 30, 2016, that all cinema halls in India would play the national anthem before the feature film starts. This order also made it mandatory for all present in the hall “to stand up to show respect to the national anthem” as part of their “sacred obligation”.
      This time, it’s learnt that representatives of Jehovah’s Witnesses, including a US-based general counsel, are in the process of finalising a detailed application to be filed shortly in Supreme Court, which will restart hearings on February 14.
      Among other things, the sect plans to seek the court’s intervention in ordering that its followers won’t have to stand up for the anthem in movie theatres. The sect hopes to convince the court that while it respects the national anthem and the flag, its religious beliefs prevent members from standing up for or singing the anthem.
      The organisation has already secured relief on behalf of the sect on various issues in several countries, including saluting the flag and/or singing a country’s national anthem.
      ”Our patriotism can never be in doubt. But even standing for the national anthem is not allowed in our religion. Courts in several other countries have accepted our pleas on this count. The fact that we are looking to contest the court’s order doesn’t mean that we don’t respect our flag or our anthem. We hope to convince the court about that, like we have done in other countries, including the US and Canada,” said sources linked to the sect’s move.
      When contacted, former Union law minister and senior advocate Kapil Sibal confirmed that he has been approached by representatives of the sect in this regard.
      ”They informed me that their religious views don’t allow them to even stand up when the anthem is played. Their stand is that this doesn’t mean they will ever do anything to disrespect any country’s flag or anthem. These are issues of significant Constitutional importance,” Sibal told The Indian Express.
      Jehovah’s Witnesses is a Christianity-based evangelical sect, which bases its beliefs solely on the text of the Bible. The group does not celebrate Easter or Christmas and believes that traditional Churches have deviated from the text of the Bible. However, the sect is not considered a part of mainstream Christianity because it also rejects the doctrine of the Holy Trinity.
      In the 1986 case, the Supreme Court bench had ruled in favour of the Jehovah’s Witnesses family. “Our tradition teaches tolerance, our philosophy teaches tolerance, our Constitution practices tolerance, let us not dilute it,” the bench had said.
      It had also noted that there was “no provision of law”, which “obliges” anyone to sing the national anthem.
      However, the bench of Justice Misra, in its order last year, had said that “a time has come” when “citizens of the country must realise that they live in a nation and are duty bound to show respect to the National Anthem, which is the symbol of Constitutional patriotism and inherent national quality”.
      On December 9, the bench clarified its order to state that “if a physically challenged person or physically handicapped person goes to the cinema hall to watch a film, he need not stand up, if he is incapable to stand, but must show such conduct which is commensurate with respect for the national anthem”.
      The order has drawn widespread criticism, with renowned jurist Soli Sorabjee terming it as an example of “judicial overreach”.
      In 1986, armed with the Supreme Court order, Emmanuel got his and other children from Jehovah’s Witnesses re-admitted in the NSS High School at Kidangoor in Kottayam district, 4 km from their village Kadaplamattom near Pala. The school run by the Hindu organisation, Nair Service Society, had 11 students from the sect, at the time.
      After sitting in the classes for a day, the Emmanuel children left school. Some of the other children from the sect moved to other schools.
      Emmanuel decided not to have formal education for his other four children, either. None of his eight grandchildren, who study in various schools, sings the national anthem.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
      Via
    • By The Librarian
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Mumbai, India.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      BENGALURU: A 50-year-old Nigerian national underwent an awake craniotomy, a surgery performed while keeping the patient awake, allowing doctors to test the patient’s functions throughout the operation. The surgery was performed on April 14 at Columbia Asia Hospital in Hebbal.
      Doctors performed cortical mapping that helps identify important regions of the brain that can be avoided and protected during the surgery.
      “Stimulating various areas of the brain to have different effects on the body, like touching the motor region results in twitching and touching the speech areas would prevent the patient from speaking briefly. This helped the surgeons navigate through the main affected areas and perform the surgery accordingly,” said Dr Arjun Srivatsa, senior consultant, neurosurgery, Columbia Asia Hospital. During the procedure, doctors engaged Samuel in a conversation.
      Samuel was operated upon to remove a brain tumour that affected areas of speech. Over the past three months, he had been finding it difficult to communicate, often forgetting words or losing his train of thought while talking. His condition worsened with persistent headaches and speech impairment. He was diagnosed with seizure activity in the brain and an MRI confirmed a brain tumour.
      Since he is a Jehovah’s Witness (accepting blood transfusion is prohibited), it complicated the surgery further.
      The three-hour surgery had no post-operative complications. Samuel is now able to communicate without any difficulty, said Srivatsa.  

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Samuel with Dr Arjun Srivatsa

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Two far-right Hindu groups filed a complaint against the Witnesses. Leaflets encouraging conversions to their beliefs were found in a car. For Christian leader, "India is a secular nation” and “the Constitution guarantees freedom of religion."
       
      Speaking to AsiaNews, Sajan K George, president of the Global Council of Indian Christians (GCIC), condemned the arrests. He said that the Jehovah’s Witnesses "were stopped as they handed out religious tracts house to house,” noting that “the distribution of Christian religious material is neither illegal nor criminal."
      The incident occurred in Manikallu, Udupi district, scene in recent years of several attacks by Hindu radicals against Christians.
      Members of two nationalist groups, the Bhramari Yuvaka Mandal and Hindu Jagran Vedike, alerted police in Kota of the presence of Jehovah’s Witnesses, saying they were converting people by force.
      The police rushed to the village and took six Witnesses into custody, on charges of religious propaganda. Leaflets inciting people to convert were found inside a car.
      Sajan K George rejects the charges against the Christians, and slams the police, "which leans towards the local extreme right-wing groups and charges Christians and others on false charges."
      "India is a secular nation,” he reiterated, “and Article 25 of the Constitution guarantees the free profession, practice and propagation of religion." (NC)

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Kurt
      By Guest Kurt
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  in Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  are looking to overturn a recent Supreme Court ruling requiring movie theatres to play the country’s national anthem before every film, and audience members to stand for the anthem, Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. The sect’s members believe the singing of national anthems constitutes an act of unfaithfulness towards god, according to the official Jehovah’s Witnesses website.
      The Indian Express reports that a U.S.-based lawyer is working to help file an application seeking to overturn the apex court’s ruling.
      On Nov. 30, 2016, the Supreme Court of India 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  that audience members in movie theatres must stand for a rendition of the national anthem accompanied by images of the Indian flag, “to show respect for the national anthem and the national flag.” The ruling was made after a petition by a 78-year-old citizen who said he was rebuked by moviegoers sitting behind him in a theatre 16 years ago, after he decided to stand when the national anthem was played as part of a scene in a 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. movie. It comes just over three months after a disabled man was allegedly harassed in a movie theatre in the Indian state of Goa because he didn’t stand up while the national anthem was being played, as 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. The order appears to overturn a 1986 decision in which the Supreme Court ruled in favour of Jehovah’s Witnesses’ freedom to not partake in anthem singing.
      “Jehovah’s Witnesses are happy to have had a part in contributing to the constitutional freedoms of all citizens in India,” reads 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  on the evangelical group’s website detailing the 1986 ruling. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
       
       
    • Guest Nicole
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      PANAJI: The build up to the elections, the hullabaloo on polling day and the much-awaited results on counting day mean nothing for the 600-odd members of the Christian sect Jehovah's Witnesses in Goa. Just like their counterparts in other countries and "like the first century- Christians", JW members choose to maintain political neutrality for religious reasons."There are no restrictions on us and our individual decisions," one member said, adding, "The Bible says we must obey God rather than man. Whether to obey God or not is our own decision."
       
      A 62-year-old member from Margao, on the condition of anonymity, said he was introduced to the sect as a child when his entire family joined. He told TOI that he has never voted for any political party or candidate in any election. "If one's conscience allows then they may vote but this is generally not done. We have voting cards and follow all the rules and regulations of the government, no matter which government is in power, but we don't take active part in the political process," he said, adding that the sect doesn't raise any slogans against the government either.Explaining the belief, he said, "We're citizens of God's kingdom and although we are in this world we are not part of this world. The world is full of corruption but we're not involved in it. This kingdom belongs to Satan. We're purely looking for God's kingdom to come when peace and security will be there."
      Members also consider bowing to a flag or saluting it in conjunction with an anthem to be non-scriptural as they do accepting blood transfusion.According to the Christian breakaway group, there are 44,000-odd members (witnesses) divided into 600-odd congregations in the country. In Goa, the group has its presence in Margao, Vasco, Panaji, Mapusa and Siolim where regular meetings are held in English, Konkani and Hindi at premises known as Kingdom Halls of JW and at rented premises.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Jack Ryan
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. The OP letter would appear to be a re-hash from one sent out in March 2016:
      Letter - March 21, 2016: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Which itself appears to be a re-hash from one sent out in December 2013:
      Letter - December 2, 2013: Re: To all Congregations who have Indian citizens as members (
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Why has this been needed?
      Because over the last couple of years there must have been a phenomenal growth of thousands-upon-thousands of Indian ex-pats from around the world becoming JWs - so the GB was re-issued these letters to show all these new JWs how they are uniquely positioned to be able to help spread the 'good news' back home in India 
       
      Another reason for this- In 2001, the Bombay High Court prohibited the Indian Branch Office to receive foreign contributions. This happened when the Indian Branch Office was about to complete the construction of its mega branch complex in Bangalore where most of the funds in disposal was invested for the construction. With almost no funds with them, Indian office pulled the plug on the special pioneer work and layed off many bethelites. 
      The Indian branch office was about to plug off the construction work, however the GB asked them to go ahead with the work and complete the relocation. The branch was constructed and relocated and the branch office was left with practically zero funds. Local individuals chipped in whatever they could and the work continued. Since foreign contributions are still prohibited, indian citizens who moved and settled abroad send in their contributions through the website mentioned. Same applies to expats who convert to JW's and want to send in their money to India. 
      Enjoy!
       
    • By The Librarian
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  
      Nun travels 3 hours to the regional assembly in India and when over declared “This is the truth!”
       
       
      Via
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Triste noticia acerca de nuestra asamblea en Delhi: "Tuvimos nuestro primer día de la asamblea hindi hoy, el ambiente estuvo  pacífico.Sin embargo, la asamblea de dos días en Delhi ha sido cancelada por la Sucursal ya que hay un disturbio comunal que estalló en Delhi. Casi 30 personas han sido asesinadas por una turba violenta, unos 1,000 hermanos están atrapados en la ciudad de Delhi pues vinieron de otros estados para asistir a la asamblea ... por favor téngannos en sus oraciones ... "
      Así que mantengamos estos queridos Hermanos en nuestras oraciones!   
       

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.




  • Recently Browsing

    • No registered users viewing this page.
  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

    • gjharris2

      gjharris2 0

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Comment fortifier notre foi par les épreuves que nous subissons en ce monde.
       
      DANS la vie, il y a parfois des moments où nous avons désespérément besoin d’aide pour résoudre nos problèmes. S’il nous arrivait d’être frappés par une série de malheurs, nous pourrions facilement sombrer dans le désespoir le plus complet et nous sentir écrasés par l’adversité. C’est dans ces moments-là que nous apprécions l’aide qui nous est offerte.
      Le fait que nous sommes disciples du Fils de Dieu ne signifie pas que nous n’avons jamais besoin d’aide. Nous ne sommes pas à l’abri des épreuves. La maladie, les accidents, les inondations, les tremblements de terre, les tempêtes, la criminalité, l’injustice et l’oppression sont le lot de tous les humains. Nous ne devrions pas nous attendre que le Souverain suprême utilise son pouvoir pour influer sur notre hérédité ou sur notre environnement afin de nous épargner, à nous seulement qui sommes ses serviteurs, les souffrances consécutives aux conditions actuelles. Dieu a prévu d’annuler un jour les effets néfastes du péché de l’homme, mais ce jour est encore à venir. S’il accordait dès à présent une protection miraculeuse à son peuple, une foule d’hommes viendraient sans aucun doute en grossir les rangs, mais uniquement par intérêt, et non pas par amour et par foi. — Comparez avec Jean 6:10-15, 26, 27.
       
      Non seulement nous ne pourrons pas éviter les souffrances que causent des événements pénibles, mais pour la raison même que nous sommes serviteurs de Dieu, nous devrons peut-être endurer la persécution, qu’elle vienne de notre famille, de nos voisins, de nos connaissances ou des autorités gouvernementales. Jésus alla même jusqu’à dire: “On vous livrera à la tribulation et l’on vous tuera, et vous serez les objets de la haine de toutes les nations à cause de mon nom.” (Matthieu 24:9). L’Histoire démontre que c’est ce qui s’est passé précisément dans notre vingtième siècle.
      Pourquoi le Dieu Tout-Puissant permet-il que ses serviteurs subissent des épreuves? Puisque leur mode de vie ne les protège pas des maux courants et qu’il peut même faire d’eux des ‘objets de haine’, on peut se demander s’il est vraiment le meilleur qui soit. Apporte-t-il des bienfaits qui compensent, qui excèdent même les peines subies? Se pourrait-il qu’il y ait plus de bonheur à endurer certaines épreuves qu’à les éviter? Qu’est-ce qui nous permettra de supporter victorieusement les difficultés les plus grandes? La réponse à ces questions nous aidera et nous affermira beaucoup.
      QUI EST LE VRAI RESPONSABLE?
      Il ne faut jamais oublier que notre Père céleste n’est pas responsable de la souffrance. Ce n’est pas lui qui a introduit le péché dans le monde, mais un de ses fils spirituels qui s’est rebellé délibérément contre son Créateur, se faisant ainsi Satan, c’est-à-dire opposant au Très-Haut. Influencé par lui, le premier couple humain, Adam et Ève, a violé volontairement la loi divine et s’est attiré la condamnation de Dieu et la mort (Genèse 3:1-19; Jean 8:44). Adam ayant perdu sa perfection, tous ses descendants sont nés dans le péché et sont sujets à la maladie, aux infirmités, à la vieillesse et à la mort (Romains 5:12). Pécheurs dès la naissance, nous sommes bien loin d’être le genre de personnes que nous voudrions et que nous devrions être. Il nous arrive de blesser les autres involontairement par nos paroles ou nos actes, et d’ajouter ainsi à leurs peines. Il faut donc nous rappeler que Dieu n’est pas responsable des difficultés causées par notre imperfection ou par celle de nos semblables. Si sa loi avait été respectée, la maladie, les infirmités, la vieillesse et toutes les autres causes de souffrances n’auraient jamais existé.
      Notre Père céleste n’approuve pas non plus l’extrême cruauté de l’homme envers son semblable. La Bible déclare: “Écraser sous les pieds tous les prisonniers du pays, priver un homme de ses droits au mépris du Très-Haut, égarer la justice dans les tribunaux, — le Seigneur n’a jamais approuvé ces choses.” (Lamentations 3:34-36, The New English Bible). Ceux qui violent la loi de Dieu en maltraitant leurs semblables devront lui rendre des comptes. “La vengeance est à moi; c’est moi qui paierai de retour, dit Jéhovah.” (Romains 12:19). Par conséquent, nous devons veiller à ne pas nous irriter contre notre Père céleste à cause des souffrances provoquées par des hommes qui enfreignent délibérément et effrontément sa loi.
      Évidemment, Jéhovah Dieu pourrait empêcher Satan, les démons, les hommes méchants et l’imperfection humaine de provoquer toutes sortes de situations pénibles. Toutefois, puisqu’il permet que même ses serviteurs connaissent l’adversité, il doit avoir de bonnes raisons d’agir ainsi.
      POUR LE BIEN DES “VASES DE MISÉRICORDE”
      Les Écritures expliquent que si Dieu n’est pas intervenu contre les responsables des grandes souffrances qui affligent les humains, c’est dans le but de procurer finalement le plus grand bonheur aux amis de la droiture. Dans sa lettre aux Romains, l’apôtre chrétien Paul écrivit:
      “Que dirons-nous donc? Y a-t-il de l’injustice chez Dieu? Que ce ne soit jamais le cas! Car il dit à Moïse: ‘J’aurai pitié de qui j’ai pitié, et je témoignerai de la compassion à qui je témoigne de la compassion.’ Ainsi donc, cela dépend, non pas de celui qui souhaite ni de celui qui court, mais de Dieu qui a pitié. Car l’Écriture dit à Pharaon: ‘C’est pour cela même que je t’ai laissé subsister, pour faire voir à ton sujet ma puissance, et pour que mon nom soit proclamé par toute la terre.’ Ainsi donc, il a pitié de qui il veut, mais il laisse s’obstiner qui il veut.
      “Tu vas donc me dire: ‘Qu’a-t-il encore à faire des reproches? Qui a résisté en effet à sa volonté formelle?’ Ô homme, vraiment, qui es-tu donc pour répliquer à Dieu? Est-ce que l’objet façonné va dire à celui qui l’a façonné: ‘Pourquoi m’as-tu fait ainsi?’ — Plaît-il? Est-ce que le potier n’a pas pouvoir sur l’argile pour faire, de la même masse, tel vase pour un usage honorable et tel autre pour un usage vulgaire? Si donc Dieu, bien que voulant montrer son courroux et faire connaître sa puissance, a supporté avec beaucoup de longanimité des vases de courroux rendus bons pour la destruction, afin de faire connaître la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu’il a par avance préparés pour la gloire, savoir nous qu’il a appelés non seulement d’entre les Juifs, mais encore d’entre les nations, eh bien quoi?” — Romains 9:14-24.
      Les circonstances que Jéhovah peut provoquer ou tolérer dans la vie des hommes permettent de révéler quelle sorte de “vases” ils sont. Le pharaon à qui Jéhovah ordonna, par l’entremise de Moïse et d’Aaron, de libérer les Israélites qu’il tenait en esclavage, continua à s’endurcir contre le Très-Haut. Plus les plaies s’abattaient sur les Égyptiens, plus ce pharaon s’obstinait dans son refus de laisser les Israélites quitter l’Égypte comme un peuple libre. Il se révéla donc un ‘vase de courroux’ qui méritait la destruction pour avoir défié l’autorité du Souverain suprême, Jéhovah Dieu. Par la même occasion le traitement cruel et injuste qu’il infligea aux Israélites prouvait amplement que ceux-ci avaient bien besoin de la miséricorde et de la compassion de Dieu.
      Notez également que, selon l’apôtre Paul, si Jéhovah a laissé le pharaon s’obstiner dans son défi, c’est parce que son nom était impliqué. S’il avait détruit immédiatement cet orgueilleux monarque, Jéhovah Dieu n’aurait pas eu l’occasion de faire connaître l’ampleur et la diversité de son pouvoir, comme il l’a fait en humiliant les nombreuses divinités égyptiennes ainsi que les prêtres magiciens. Les dix plaies et la destruction du pharaon et de son armée dans la mer Rouge, point culminant de l’action de Dieu, furent une démonstration tellement grandiose de la puissance divine que les nations d’alentour en parlaient encore des années plus tard. Ainsi le nom de Jéhovah fut proclamé par toute la terre, ce qui contribua à sa gloire et à son honneur et incita les humains sincères à reconnaître sa suprématie. — Josué 2:10, 11; I Samuel 4:8.
      Les Israélites, tels des “vases de miséricorde”, profitèrent assurément de cette action du Très-Haut. En tolérant l’oppression des Israélites puis en y mettant fin par une splendide démonstration de puissance, Dieu leur permit de mieux le connaître. Il leur donna un aperçu de sa grandeur comme cela n’aurait jamais été possible autrement. Bien que pénibles, les événements que les Israélites vécurent en Égypte auraient certainement dû les aider à comprendre à quel point il était important d’exercer la foi dans le pouvoir salvateur de Dieu et d’éprouver pour lui une crainte salutaire. C’était indispensable s’ils voulaient continuer à mener une vie qui leur apporterait le bonheur, la sécurité, la paix et la santé. — Deutéronome 6:1-24; 28:1-68.
      Tout comme l’inclination du cœur des hommes a été rendue manifeste à cette époque-là, de même les épreuves que Dieu permet que nous subissions aujourd’hui révèlent si nous le servons avec de bons mobiles. Satan, l’adversaire de Dieu, prétend en effet que ceux qui font la volonté divine agissent surtout par égoïsme. Voici ce qu’il déclara au sujet du fidèle Job: “Tout ce qu’un homme a, il le donnera pour son âme. Pour changer, avance ta main, s’il te plaît, et touche jusqu’à son os et à sa chair, et vois s’il ne te maudit pas à ta face.” (Job 2:4, 5). En endurant fidèlement les souffrances, nous réfutons l’accusation de Satan et nous participons à la justification du beau nom de notre Père céleste qui, lui, a confiance en ses fidèles serviteurs. Mais que dire si Jéhovah permet à Satan d’utiliser ses instruments pour infliger aux vrais chrétiens des traitements qui les rendent infirmes ou provoquent leur mort? Si des chrétiennes sont violées ou subissent d’autres agressions tout aussi abominables? Évidemment, ce sont là des choses révoltantes, mais rappelons-nous qu’il n’est rien que notre Père céleste ne puisse entièrement réparer en temps voulu. C’est pourquoi il peut parfois juger bon de permettre que l’épreuve aille jusqu’à de telles extrémités. Grâce à leur fidélité, même jusqu’à la mort, les serviteurs de Dieu ont ainsi la possibilité de démontrer de façon incontestable qu’ils lui vouent un attachement sincère.
      Aussi surprenant que cela puisse paraître à certains, les épreuves que nous subissons, qu’elles aient des causes naturelles ou qu’elles soient dues à la persécution peuvent malgré tout nous faire progresser sur le plan individuel. C’est ce que fait remarquer l’apôtre Pierre. Après avoir dit que les chrétiens sont “sauvegardés par la puissance de Dieu” pour que leur salut définitif soit assuré, il ajoute:
      “En cette chose vous vous réjouissez grandement, bien que vous soyez actuellement affligés, s’il le faut, pour un peu de temps, par diverses épreuves, afin que la valeur éprouvée de votre foi, beaucoup plus précieuse que l’or qui est périssable quoique éprouvé par le feu, soit trouvée sujet de louange, de gloire et d’honneur lors de la révélation de Jésus Christ.” — I Pierre 1:5-7.
      Comme Pierre l’admet lui-même, il n’est nullement agréable de souffrir. Nous sommes certainement “affligés” lorsque nous subissons des épreuves, et pourtant il est possible, en même temps, de nous réjouir. Pourquoi? Cette joie vient en partie de ce que nous sommes conscients des bienfaits spirituels qui découlent de l’endurance victorieuse des souffrances. Quels sont ces bienfaits spirituels?
      LES SOUFFRANCES AFFINENT LA FOI
      L’apôtre Pierre compare l’effet des épreuves sur la foi d’un chrétien à l’affinage de l’or par le feu. Dans cette opération, on obtient de l’or fin par l’élimination des scories. La valeur bien supérieure de cet or affiné justifie certainement l’utilisation de ce procédé. Pourtant, comme le fait remarquer Pierre, même l’or éprouvé par le feu est périssable. Il peut s’user ou être détruit d’une façon ou d’une autre. Il n’en va pas de même de la foi éprouvée. La vraie foi ne peut être détruite.
      Pour obtenir l’approbation divine, nous devons absolument posséder une telle foi. La Bible déclare: “Sans la foi il est impossible de lui plaire [à Dieu].” (Hébreux 11:6). La foi dont la sincérité est démontrée dans l’épreuve a vraiment beaucoup plus de valeur que l’or fin, car notre avenir éternel en fait partie.
      Mais comment les épreuves affinent-elles la foi au point qu’elle “soit trouvée sujet de louange, de gloire et d’honneur lors de la révélation de Jésus Christ”? 
      En voici plusieurs façons.

      Si notre foi est solide, elle nous réconfortera et nous soutiendra quand nous subirons une épreuve. Ayant passé victorieusement cette épreuve, nous serons plus forts pour faire face à d’autres difficultés éventuelles. L’expérience nous aura montré ce que notre foi peut faire pour nous.
      D’autre part, une certaine épreuve peut révéler un défaut particulier de la personnalité du chrétien, par exemple l’orgueil, l’entêtement, l’impatience ou encore l’amour du monde, du luxe ou des plaisirs. Ces traits viennent en fait d’un manque de foi. En effet, ils montrent que ce chrétien ne se soumet pas totalement à la direction de Dieu et à sa volonté à son égard. Il n’est pas convaincu que son Père céleste sait mieux que quiconque ce qui lui procurera le bonheur ni qu’on est toujours béni quand on suit la direction divine (Hébreux 3:12, 13). Quand les épreuves révèlent au chrétien ses faiblesses, il se rend compte qu’il doit affermir sa foi s’il veut rester un serviteur approuvé du Très-Haut.
      Par conséquent, si un événement particulier révèle que notre foi présente une faille, nous pouvons nous examiner et décider quelle correction apporter. Il serait bien que nous nous posions ces questions: “Pourquoi ma foi est-elle faible? Est-ce que je néglige l’étude et la méditation de la Parole de Dieu? Est-ce que je saisis toutes les occasions qui me sont offertes de me réunir avec mes frères chrétiens afin de m’affermir grâce à la déclaration de leur foi? Ai-je tendance à trop compter sur moi-même au lieu de me décharger sur Jéhovah Dieu de tous mes soucis et de toutes mes ‘inquiétudes’? Est-ce que je prie Jéhovah du fond du cœur chaque jour?” Une fois que nous aurons déterminé dans quels domaines il nous faut progresser, faisons de grands efforts pour effectuer les changements nécessaires dans notre vie quotidienne, afin de fortifier notre foi.
      Si nous recherchons la direction de Dieu et attendons patiemment et avec foi qu’il nous indique le moyen d’être soulagés de nos épreuves, nous ferons en sorte que ces circonstances pénibles nous aident à devenir de meilleurs serviteurs du Très-Haut. Alors, notre foi sera vraiment “trouvée sujet de louange, de gloire et d’honneur lors de la révélation de Jésus Christ”. Le Fils de Dieu ‘louera’ ou fera l’éloge de notre foi. Il nous récompensera largement à cause de celle-ci, nous accordant ainsi la “gloire”. Il nous fera l’“honneur” de nous reconnaître comme ses disciples devant Jéhovah Dieu et devant les anges (comparez avec Matthieu 10:32; Luc 12:8; 18:8). Cela signifiera que nous aurons devant nous la perspective de vivre éternellement et heureux. Mais que pouvons-nous faire pour ne pas faiblir dans la foi quand nous passons par de dures épreuves?
      COMMENT RÉAGIR FACE À L’ÉPREUVE
      Il nous sera plus facile d’endurer avec succès de pénibles épreuves si nous reconnaissons qu’elles sont temporaires. L’affinage de l’or a un commencement et une fin. De même, aucune peine ne durera indéfiniment. Si nous gardons présente dans notre cœur la promesse divine de la vie éternelle sans maladie, ni cri, ni douleur, alors même la pire de toutes les souffrances dans le présent système sera à nos yeux “momentanée et légère”. (II Corinthiens 4:17.) Pensez à l’époque où “l’on ne se remémorera pas les choses précédentes, et [où] elles ne monteront pas au cœur”. (Ésaïe 65:17.) Qu’il est merveilleux de savoir qu’il ne restera même pas un mauvais souvenir de ces moments difficiles!Et puis, il est rare d’avoir à subir quotidiennement de grandes souffrances de la part des hommes. D’ailleurs, notre bonne conduite ne donne guère de raisons aux gens de nous faire du mal. Comme les autorités gouvernementales ont la responsabilité de faire respecter la loi et l’ordre, elles peuvent même louer les serviteurs de Jéhovah pour leur obéissance aux lois. De nos jours, même des gens hostiles aux chrétiens ont dû faire la même constatation que les ennemis de Daniel, fidèle prophète de Dieu; ceux-ci déclarèrent: “Nous ne trouverons dans ce Daniel aucun prétexte, à moins qu’il ne nous faille en trouver contre lui dans la loi de son Dieu.” Oui Daniel était “digne de confiance et (...) aucune négligence ni chose malhonnête ne fut trouvée en lui”. (Daniel 6:4, 5.) En général, il n’y a aucune raison pour qu’à elle seule la bonne conduite du chrétien lui vaille l’hostilité de ses semblables. C’est peut-être pourquoi l’apôtre Pierre soulève la question suivante: “Et en effet qui vous fera du mal si vous devenez zélés pour le bien?” — I Pierre 3:13.
      Mais, par cette question, il se peut que l’apôtre ait plutôt voulu dire: “Qui peut vraiment faire du mal à un chrétien dont la voie est droite?” Personne ne peut nous infliger de mauvais traitements indéfiniment. Jésus Christ déclara en effet à ses disciples: “Ne craignez pas ceux qui tuent le corps mais qui ne peuvent tuer l’âme; mais craignez plutôt celui qui peut détruire et l’âme et le corps dans la Géhenne.” (Matthieu 10:28). Oui, les hommes peuvent aller jusqu’à nous tuer, mais ils sont incapables de nous priver du droit de vivre en tant qu’âmes. Le Dieu Très-Haut, par l’entremise de son Fils, a le pouvoir de rendre la vie à ses fidèles serviteurs et c’est ce qu’il fera. Seul Jéhovah peut nous ôter pour toujours le droit à la vie en nous livrant à la mort éternelle, sans espoir de résurrection.
       L’apôtre Pierre pouvait donc dire à ses frères chrétiens: “Et même si vous souffrez pour la justice, heureux êtes-vous. Cependant ne craignez pas l’objet de leur crainte, et ne vous laissez pas émouvoir.” — I Pierre 3:14.
      Nous pouvons être heureux si nous souffrons “pour la justice, car nous avons alors une conscience pure vis-à-vis de Dieu et des hommes. Nous souffrons pour une juste cause. Nous retirons une satisfaction et une paix profondes de savoir que nous sommes agréables au Très-Haut. Toutefois, comme le fait remarquer l’apôtre, cela n’est possible que si nous ne cédons pas à la peur. Pierre parle peut-être ici de la peur que peuvent nous inspirer nos persécuteurs, à moins qu’il ne s’agisse de la peur qu’éprouvent les persécuteurs eux-mêmes. Par exemple, comme ils ne croient pas que Jéhovah Dieu ressuscitera les morts par l’entremise du Christ, les ennemis des vrais chrétiens redoutent une mort prématurée (Hébreux 2:14, 15). Mais nous, qui sommes serviteurs de Dieu, nous ne partageons pas la crainte des non-croyants, car nous avons été affranchis de la peur d’une telle mort et nous savons que notre Père céleste ne nous abandonnera jamais. Par conséquent, nous ne devrions pas nous laisser “émouvoir” au point, par exemple, de nous élever avec colère contre nos persécuteurs.
      Que faire s’il nous arrivait d’être convoqués devant les autorités gouvernementales et interrogés sur un ton dur et méprisant? Nous ne voudrons jamais rendre la pareille. Sachant que Dieu nous soutient, nous aurons de la hardiesse, sans pour autant nous croire autorisés à adopter une attitude agressive ou arrogante (comparez avec Actes 4:5-20). L’apôtre nous donne ce conseil: “Dans vos cœurs, sanctifiez comme Seigneur le Christ, étant toujours prêts à la défense devant quiconque vous demande la raison de l’espérance qui est en vous, tout en le faisant avec douceur et un profond respect.” (I Pierre 3:15). Si, au lieu de tenir compte de cette exhortation, nous nous montrions au contraire méprisants et irrespectueux, ce ne serait plus pour la justice que nous souffririons. Les autorités s’estimeraient alors en droit de prendre des mesures contre nous pour insoumission et manque de respect. Dans le monde, les gens laissent éclater leur irritation, leur colère et leur rancune quand ils estiment que leurs droits sont lésés, mais le chrétien, lui, n’agit pas ainsi.
      Dans de telles circonstances, nous devons, comme nous le conseille l’apôtre, penser à notre Seigneur et Maître et nous souvenir de l’exemple qu’il nous a donné. Nous veillerons à accorder à Jésus Christ le plus grand respect et à lui réserver une place sacrée dans nos cœurs. Étant ses disciples, nous voudrons répondre à n’importe quelle autorité qui nous interroge comme si nous nous trouvions en la présence même de notre Seigneur. Nous devrions présenter les raisons de notre attitude chrétienne respectueusement et calmement.
      UNE HEUREUSE INFLUENCE SUR NOS ADVERSAIRES
       En endurant fidèlement les souffrances, nous pouvons aussi réduire au silence nos adversaires. C’est là une pensée qui, selon l’apôtre Pierre, nous encouragera à garder une conscience pure. Il déclare: “Gardez une bonne conscience, afin que, sur le point même où l’on parle contre vous, soient pris de honte ceux qui décrient votre bonne conduite pour ce qui est de Christ.” (I Pierre 3:16). En observant la patience des serviteurs de Dieu qui ne se plaignent pas, des gens hostiles peuvent se sentir honteux de les avoir calomniés. Cela est particulièrement vrai lorsque nous traitons nos ennemis avec bonté. — Romains 12:19-21.
      Le fait que l’endurance fidèle dans les épreuves pour la justice produit de tels bienfaits, vient appuyer les paroles suivantes de Pierre: “Car mieux vaut souffrir parce qu’on fait le bien, si le veut la volonté de Dieu, que parce qu’on fait le mal.” (I Pierre 3:17). Quel mérite y aurait-il, en effet, à souffrir parce qu’on a volé, escroqué, fraudé le fisc ou défié l’autorité à cause d’un sentiment de piété mal compris ou d’un zèle intempestif? Celui qui serait puni pour de telles actions ne pourrait que jeter l’opprobre sur lui-même et sur ses compagnons dans la foi. Mais si un chrétien supporte avec patience les mauvais traitements qui lui sont infligés injustement, certains seront impressionnés en se rendant compte qu’une force soutient les vrais adorateurs, tandis que ceux qui portent de faux témoignages sur les vérités divines et sur leurs défenseurs pourront être réduits au silence. Puisque Dieu permet que le chrétien subisse des épreuves, c’est à juste titre que Pierre pouvait dire: “Si le veut la volonté de Dieu.”
      COMME JÉSUS, NOUS SERONS RÉCOMPENSÉS
      Le cas de Jésus illustre bien comment on peut recevoir de grandes bénédictions en restant fidèle dans les souffrances. Étant sans péché, il ne fit rien qui justifiât les mauvais traitements dont il fut victime. Cependant, parce qu’il supporta les épreuves jusqu’à mourir d’une mort ignominieuse sur un poteau, il en résulta pour nous de merveilleux bienfaits, et pour lui, une grande récompense. L’apôtre Pierre écrivit:
      “En effet, le Christ lui-même est mort une fois pour toutes en ce qui concerne les péchés, un juste pour des injustes, afin de vous mener à Dieu, ayant été mis à mort dans la chair, mais ayant été rendu à la vie dans l’esprit. C’est dans cet état qu’il est même allé prêcher aux esprits en prison, qui jadis avaient été désobéissants quand la patience de Dieu attendait, aux jours de Noé, pendant que se construisait l’arche, dans laquelle peu de gens, c’est-à-dire huit âmes, furent transportés sains et saufs à travers l’eau.” — I Pierre 3:18-20.
      Comme Jésus resta absolument intègre dans l’épreuve, il put donner sa vie en sacrifice humain parfait. Ainsi, sa mort prépara la voie pour “mener à Dieu” des humains, pour les réconcilier avec le Très-Haut et pour leur offrir la perspective de la vie éternelle. Étant donné que nous retirons de si grands bienfaits du sacrifice du Christ, ne devrions-nous pas être disposés à suivre son exemple et à souffrir pour la justice?
      En outre, comme dans le cas de Jésus, nous pouvons être certains que notre endurance fidèle sera bénie. Le fait que Jésus a été “rendu à la vie dans l’esprit”, c’est-à-dire qu’il a été ressuscité pour une vie spirituelle, constitue une garantie absolue que ses disciples aussi retrouveront la vie. — I Corinthiens 15:12-22.
       Étant sorti victorieux grâce à son endurance fidèle, le Fils de Dieu, désormais créature spirituelle, pouvait proclamer un message de condamnation aux “esprits en prison”. Puisque ces esprits désobéirent à l’époque de Noé, il doit s’agir des fils angéliques de Dieu qui quittèrent leur résidence originelle dans les cieux pour se marier avec des femmes (Genèse 6:1-4). Ils sont appelés des “esprits en prison” parce que leur châtiment inclut certaines restrictions qui leur interdisent définitivement de reprendre leur place parmi les anges fidèles. Jude confirme que ces anges déchus ne pouvaient recevoir qu’une sentence de condamnation; il dit: “Les anges qui n’ont pas gardé leur position originelle, mais ont abandonné leur propre demeure. [Dieu] les a réservés dans des liens éternels, sous l’obscurité épaisse, pour le jugement du grand jour.” (Jude 6). C’est son endurance fidèle jusqu’à la mort qui valut à Jésus d’être ressuscité et de pouvoir ainsi prêcher ou proclamer une sentence de condamnation contre les anges déchus.
       
       Ce message de destruction adressé aux esprits méchants devrait nous encourager à endurer fidèlement quand nous rencontrons des épreuves. Pourquoi? Parce que ce sont ces forces spirituelles méchantes qui contribuent dans une grande mesure à attiser l’hostilité des humains éloignés de Dieu envers les disciples de Jésus Christ. La Bible déclare: “Le dieu de ce système de choses a aveuglé l’esprit des incrédules, de peur que ne les éclaire l’éclatante lumière de la glorieuse bonne nouvelle au sujet du Christ, qui est l’image de Dieu.” (II Corinthiens 4:4). “Pour nous [les chrétiens] la lutte n’est pas contre le sang et la chair, mais contre les gouvernements, contre les autorités, contre les chefs mondiaux de ces ténèbres, contre les forces spirituelles méchantes qui sont dans les lieux célestes.” (Éphésiens 6:12; voir aussi Révélation 16:13, 14). Si donc Jésus Christ ressuscité a pu prêcher un message de condamnation aux esprits mauvais, nous pouvons être sûrs qu’un jour leur influence haineuse sera réduite à néant (comparez avec Marc 1:23, 24). Quel merveilleux soulagement ce sera alors!
      Non seulement Jésus Christ a été relevé d’entre les morts comme un serviteur approuvé de Dieu, ce qui lui a permis de condamner les anges rebelles, mais il a aussi été élevé à une haute position. L’apôtre Pierre nous dit: “Il est à la droite de Dieu, car il est allé au ciel; et anges, et autorités, et puissances lui ont été soumis.” (I Pierre 3:22). Ces paroles sont tout à fait conformes à celles de Jésus lui-même qui, après sa résurrection d’entre les morts, déclara: “Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre.” (Matthieu 28:18). Bien des hommes ont accepté de souffrir et de mourir au service de chefs humains infiniment moins puissants que Jésus. Ils considéraient comme un grand honneur de servir ainsi un roi ou une reine. À combien plus forte raison devrions-nous nous sentir honorés de pouvoir endurer des épreuves à cause de notre fidélité à notre Roi céleste, Jésus Christ!
      IMITEZ JÉSUS CHRIST
      Quand vous êtes affligé, prenez toujours pour modèle le Fils de Dieu. L’apôtre écrit: “Puisque Christ a souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même disposition d’esprit, parce que celui qui a souffert dans la chair a rompu avec les péchés, afin de vivre le reste de son temps dans la chair, non plus pour les désirs des hommes, mais pour la volonté de Dieu.” — I Pierre 4:1, 2.
      Quelle était la disposition d’esprit de Jésus? Il supporta humblement toutes les attaques verbales et physiques et subit finalement une mort douloureuse sur un poteau. En refusant de rendre la pareille, le Fils de Dieu accomplit ces paroles prophétiques: “Comme une brebis il a été mené à l’abattage, et, comme un agneau qui est sans voix devant celui qui le tond, ainsi il n’ouvre pas la bouche.” — Actes 8:32; Ésaïe 53:7.
      Étant serviteurs du Très-Haut, nous voudrons endurer de la même façon les souffrances, sans céder à un esprit de rébellion ou de vengeance. Si nous menacions ceux qui nous persécutent ou cherchions des occasions de leur faire du mal, nous montrerions que nous sommes encore esclaves des passions de la chair imparfaite. Si nous endurons des souffrances de la part des hommes, ce devrait être uniquement parce que nous refusons de suivre les voies égoïstes du monde (Jean 15:19, 25). C’est ainsi que nous pouvons démontrer par notre attitude d’esprit, nos paroles et nos actions que nous vivons "non plus pour les désirs des hommes, mais pour la volonté de Dieu".
      UNE RAISON D’ÊTRE HEUREUX
       
      Au premier siècle de notre ère, la foule idolâtre ne subissait pas de persécutions religieuses. Par contre, quiconque embrassait le christianisme devenait un objet de haine. Ce devait être une expérience étrange, déconcertante même. Voilà qui était bien loin des bénédictions promises à ceux qui acceptaient la “bonne nouvelle”. Ces chrétiens avaient grand besoin d’acquérir le bon point de vue sur cette question. Aussi les paroles suivantes de l’apôtre Pierre leur furent-elles certainement d’un grand secours:
      “Bien-aimés, ne vous laissez pas déconcerter par l’incendie qui est au milieu de vous et qui vous advient pour servir d’épreuve, comme s’il vous arrivait quelque chose d’étrange. Bien au contraire, continuez à vous réjouir puisque vous avez part aux souffrances du Christ, pour que vous vous réjouissiez et frémissiez aussi de joie durant la révélation de sa gloire. Si l’on vous outrage pour le nom de Christ, heureux êtes-vous, car l’esprit de gloire, oui, l’esprit de Dieu repose sur vous.” — I Pierre 4:12-14
       Ne soyons pas déconcertés si le malheur nous frappe, mais considérons plutôt que cela nous prépare à recevoir les bénédictions qui accompagneront la révélation de noootre Maître. Pierre compare les souffrances à un “incendie”. En effet, de même que les métaux sont affinés par le feu, de même Dieu permet que ses serviteurs soient affinés ou purifiés par les tribulations. Évidemment, Dieu ne nous a pas faits pécheurs, mais comme nous le sommes, il peut permettre que nous endurions des souffrances dans le but de nous purifier. Elles peuvent nous rendre meilleurs, plus humbles et plus compréhensifs à l’égard de nos semblables. En outre, quand nous avons nous-mêmes subi de cruelles épreuves, nos paroles de réconfort et d’encouragement ont beaucoup plus de poids. Ceux que nous consolons savent que nous comprenons ce par quoi ils sont en train de passer.
       Puisque le Fils de Dieu a souffert, les tourments que nous subissons confirment que nous sommes bien ses disciples et que nous demeurons en union avec lui. Jésus dit à ses apôtres: “Rappelez-vous la parole que je vous ai dite: Un esclave n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi.” (Jean 15:20). Lorsque nous sommes persécutés pour les mêmes raisons que notre Maître et que nous souffrons comme lui pour la justice, nous ‘avons part aux souffrances du Christ’. Tout comme sa fidélité lui valut d’être récompensé par son Père céleste, de même notre endurance fidèle dans les épreuves nous donne l’assurance que nous serons approuvés lors de la révélation du Fils de Dieu. Nous déborderons certainement de joie quand Dieu nous accordera la vie éternelle dans un nouvel ordre de choses où toutes les causes actuelles de chagrin auront disparu.
      Comme le déclare également Pierre, être outragé pour le nom de Christ, c’est-à-dire parce que l’on est son disciple, devrait être une source de joie. Cela prouve que ceux que l’on diffame ainsi possèdent l’esprit de Dieu, oui, le bel “esprit de gloire” qui émane de Dieu. Puisque cet esprit est saint, il ne peut reposer que sur des personnes qui sont pures du point de vue de Dieu.
      C’est pourquoi il est très important de faire en sorte qu’aucune mauvaise action de notre part ne soit la cause des souffrances que nous subissons. L’apôtre Pierre fait cette exhortation: “Mais qu’aucun de vous ne souffre comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme quelqu’un qui se mêle des affaires d’autrui.” — Celui qui prétend être chrétien et qui commet une mauvaise action contre son semblable ne doit pas s’attendre à échapper à la punition (comparez avec Actes 25:11). Ce châtiment jettera l’opprobre non seulement sur ce chrétien, mais aussi sur toute la famille spirituelle et sur le nom de Christ. Il n’en retirera pas de la joie, mais de la honte.
      Celui qui se mêle des affaires d’autrui peut se rendre haïssable. Le mot grec utilisé par Pierre montre bien comment on peut en arriver à agir ainsi, car il signifie littéralement “surveillant de ce qui appartient à un autre”. Ayant acquis une certaine connaissance des Écritures, un chrétien pourrait se croire capable de dire aux gens du monde comment gérer leurs affaires. Il avancera peut-être son point de vue personnel sur la tenue vestimentaire, les distractions, la façon de se nourrir, de discipliner les enfants, de régler les problèmes conjugaux et sexuels, etc. Quand il s’immisce dans la vie privée des autres, sans y être invité, leur disant ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire, il cherche à devenir le “surveillant” de leurs affaires, ce qui les irrite généralement. Quelqu’un dira peut-être carrément à cet importun de se mêler de ses affaires. Il se peut aussi qu’il essuie des coups de la part de personnes qui sont furieuses de le voir s’ingérer dans leur vie privée. Cet homme, qui se mêle d’affaires qui ne le regardent pas, s’attire des ennuis et dénature le christianisme et son message auprès des gens du dehors. Évidemment, même au sein de la congrégation, il n’y a pas de place pour ce genre d’individus. — Comparez avec 1Timothée 5:13.
      Celui qui est dénoncé publiquement comme un délinquant ou comme quelqu’un qui se mêle des affaires d’autrui, celui-là est un objet de honte. En revanche, celui qui souffre parce qu’il est chrétien en est honoré. Pierre écrit: “S’il souffre comme chrétien, qu’il n’ait pas de honte, mais qu’il continue à glorifier Dieu en ce nom.” (I Pierre 4:16). Quand nous sommes persécutés à cause de notre mode de vie chrétien et que nous supportons l’épreuve patiemment, sans nous plaindre, le Très-Haut est glorifié. Cela prouve que ce que nous possédons en tant que chrétiens, — de précieuses relations avec Dieu et avec le Christ, une conscience pure, le bonheur spirituel et une ferme espérance pour l’avenir, — tout cela est un trésor de grande valeur. Nous démontrons que nous sommes disposés à souffrir et, s’il le faut, à mourir pour ce trésor, et le Dieu que nous servons de tout cœur en est glorifié. Par contre, si nous cédions aux pressions et reniions notre foi, nous déshonorerions son nom. Ceux qui nous observent pourraient alors douter sérieusement qu’être disciple de Jésus Christ est vraiment un grand trésor. — Comparez avec Éphésiens 3:13; II Corinthiens 6:3-10.
      UNE FORME DE DISCIPLINE
      Nous avons vu que Jéhovah Dieu, qui est tout-puissant, pourrait épargner aux chrétiens des souffrances injustifiées, mais qu’il les tolère pour de bonnes raisons. Cependant, le Très-Haut n’abandonne jamais ses serviteurs. L’apôtre Pierre développe cette pensée en disant:
      “C’est en effet le temps fixé où le jugement commence par la maison de Dieu. Or, s’il commence par nous, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à la bonne nouvelle de Dieu? ‘Et si le juste est sauvé avec difficulté, où paraîtront l’impie et le pécheur?’ Ainsi donc, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu continuent à confier leur âme à un Créateur fidèle, tout en faisant le bien.” — I Pierre 4:17-19.
      En tant que “maison de Dieu”, la congrégation chrétienne a été fondée en l’an 33. Depuis lors, ses membres sont en train d’être jugés par Dieu. La façon dont ils se plient à sa volonté, leur attitude d’esprit, leurs paroles et leurs actions face à tout ce que Jéhovah Dieu permet qu’il leur arrive, sont autant de choses qui influeront beaucoup sur le verdict final de Jéhovah. Parfois, Dieu tolère qu’ils soient éprouvés très sévèrement. Mais il peut faire en sorte que la persécution constitue une forme de discipline pour le bien de son peuple. — Hébreux 12:4-11; voyez aussi Hébreux 4:15, 16, où il est montré que les souffrances qu’endura Jésus Christ le préparèrent à devenir un grand prêtre compatissant.
       Des hommes dirigés par Satan peuvent essayer de détruire notre foi en nous brutalisant. Mais Jéhovah est capable de faire échouer leurs funestes projets. Oui, tout en haïssant lui-même ce qui est mauvais, notre Père céleste peut faire en sorte que ce qui était destiné à nous faire du mal s’avère en définitive très utile. Prenez l’exemple de Joseph, le jeune fils de Jacob. Ses demi-frères, qui le haïssaient, le vendirent comme esclave. Pendant des années, Joseph connut bien des malheurs; il fut même emprisonné injustement. Pourtant, par la suite, Jéhovah Dieu tira avantage de cette situation pour préserver la famille de Jacob. Joseph déclara à ses demi-frères:
      “À présent, ne soyez pas peinés et ne soyez pas irrités contre vous-mêmes, de m’avoir vendu pour ici; car c’est pour la préservation de la vie que Dieu m’a envoyé en avant de vous. Car ceci est la deuxième année de la famine au milieu de la terre, et il y aura encore cinq ans sans labour ni moisson. Aussi Dieu m’a-t-il envoyé en avant de vous afin de mettre, pour vous, sur la terre, un reste et vous garder en vie par une grande évasion. Ainsi donc, ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici, mais c’est le vrai Dieu, pour m’établir comme père pour Pharaon et comme seigneur pour toute sa maison et comme quelqu’un qui domine sur tout le pays d’Égypte.” — Genèse 45:5-8.
      "Or je désire que vous le sachiez, frères: mes affaires ont plutôt tourné au progrès de la bonne nouvelle, si bien que parmi toute la garde prétorienne et parmi tous les autres il est devenu notoire que mes liens ont un rapport avec Christ; et la plupart des frères dans le Seigneur, rendus confiants par mes liens, se montrent d’autant plus courageux à parler sans crainte de la parole de Dieu.” — Philippiens 1:12-14.
       Puisque Jéhovah Dieu tolère que ses fidèles serviteurs subissent de cruels traitements pour qu’ils soient affinés et pour qu’ils lui prouvent leur attachement, comment imaginer qu’au dehors de la congrégation chrétienne, ou “maison de Dieu”, “l’impie et le pécheur” puissent “paraître” devant lui en compagnie du “juste”? Le psalmiste déclare: “Les méchants ne se mettront pas debout devant le jugement, ni les pécheurs dans l’assemblée des justes.” (Psaume 1:5). Non, les méchants ne seront pas approuvés mais condamnés. Ils n’auront jamais la faveur de Dieu. Eu égard à tout ce qu’il leur faut affronter dans ce monde, les croyants doivent faire beaucoup d’efforts et manifester une foi et un amour profonds dans la voie de la droiture pour parvenir au salut et à la vie éternelle. C’est donc “avec difficulté” qu’ils acquièrent le salut. Par conséquent, il incombe à chaque membre de la congrégation chrétienne (“la maison de Dieu”) de veiller à ne pas devenir “impie” et “pécheur” en ce “temps fixé” de “jugement”. — I Pierre 4:17, 18; Proverbes 11:31.
       Nous pouvons subir des épreuves qu’il nous serait impossible de supporter avec nos propres forces. Mais aussi dramatique que puisse être notre situation, Jéhovah Dieu a le pouvoir de nous soutenir et d’annuler complètement tout le mal qui nous est infligé. Quand nous nous en remettons entièrement à lui, il peut nous donner assez de force, au moyen de son esprit, pour supporter les souffrances. Il est, comme le dit Pierre, un “Créateur fidèle”, un Dieu en qui nous pouvons avoir confiance et qui n’oubliera jamais sa promesse de venir en aide à ses serviteurs (I Pierre 4:19). Cette connaissance nous aidera à ne pas réagir envers nos persécuteurs d’une façon qui déshonorerait Dieu. Plutôt que de lutter contre eux et de leur rendre la pareille, nous voudrons continuer à faire le bien. — Luc 6:27, 28.
      Si nous acceptons humblement toutes les choses qui peuvent nous survenir dans notre vie, tout en gardant la même disposition d’esprit que le Christ, nous pouvons être sûrs que Jéhovah nous élèvera. Aucune épreuve ne durera indéfiniment. Toutes prendront fin. Tant que sous les mauvais traitements nous nous conduisons en harmonie avec la volonté divine, nous demeurerons sous la main de Jéhovah. Or, sa main peut nous élever au rang de serviteurs éprouvés et approuvés. Aussi Pierre nous fait-il cette recommandation: “Humiliez-vous donc sous la main puissante de Dieu pour qu’il vous élève en temps voulu, tout en vous déchargeant sur lui de toute votre inquiétude, car il prend soin de vous.” — I Pierre 5:6, 7.
      Qu’il est réconfortant de savoir que Jéhovah se soucie vraiment de nous! Son amour nous réchauffe le cœur, son esprit nous fortifie et nous soutient. Lorsqu’une épreuve est passée et que nous nous rappelons la sollicitude de Jéhovah à notre égard, nous nous sentons plus proches de lui. Notre situation est alors comparable à celle d’un enfant reconnaissant qui a pu constater l’amour et la sollicitude affectueuse de ses parents pendant qu’il était gravement malade. Sa confiance et son amour pour eux s’en trouvent grandis. Certes, lorsque des circonstances très éprouvantes se présentent, nous ne pouvons pas tout simplement nous y soustraire, mais nous pouvons nous décharger sur Jéhovah Dieu de nos inquiétudes. À quoi bon nous tourmenter en nous demandant pendant combien de temps nous serions capables de supporter les mauvais traitements d’une foule déchaînée et impitoyable, des viols répétés ou d’autres atrocités? Avec l’aide de notre Père céleste aimant, nous pouvons, si nous lui restons fidèles, endurer les épreuves et remporter une victoire morale sur ceux qui nous persécutent. Cette assurance nous libère de l’anxiété qui pourrait nous priver de la paix de l’esprit et du cœur si nécessaire pour rester fermes dans les épreuves.
      Toutefois, ce n’est pas parce que nous nous sommes déchargés de nos inquiétudes sur Jéhovah que nous devrions maintenant être trop sûrs de nous ou insouciants. Nous avons un ennemi. “Gardez votre équilibre, soyez vigilants, écrit Pierre. Votre adversaire, le Diable, comme un lion rugissant, circule cherchant à dévorer quelqu’un.” — I Pierre 5:8.
      Selon ce conseil de l’apôtre, nous ne pouvons pas nous permettre d’être insouciants face à l’épreuve. L’adversaire guette la moindre occasion de nous faire tomber. Si Satan peut nous amener à douter de la fidélité de nos frères ou nous affaiblir spirituellement par tout autre moyen, il ne manquera pas de le faire. Cesser de fréquenter la congrégation chrétienne ou de faire la déclaration publique de sa foi équivaudrait à se laisser dévorer par Satan, le “lion rugissant” toujours à l’affût de proies imprudentes.
      Pour rester vigilants il nous faut, entre autres choses, nous rappeler constamment que nous ne sommes pas les seuls à endurer des souffrances. Sur la terre entière, nos frères chrétiens subissent toutes sortes d’épreuves et, avec l’aide de l’esprit de Dieu, ils parviennent à les surmonter victorieusement. Cette pensée nous aidera à ne pas tomber dans les pièges de Satan, car elle nous donnera l’assurance que nous pourrons endurer l’épreuve nous aussi, grâce à la puissance de Jéhovah. Alors, “tenez-lui tête, solides dans la foi, sachant qu’en fait de souffrances les mêmes choses s’accomplissent dans la famille entière de vos frères dans le monde”. — I Pierre 5:9.
      Puisque Jéhovah Dieu veut que nous surmontions les obstacles pour parvenir au salut, nous pouvons lui demander son aide en toute confiance, tout en considérant les épreuves qui nous adviennent avec sa permission comme une discipline utile qui fera de nous des chrétiens complets et forts dans la foi. L’apôtre Pierre exprime très bien cette pensée lorsqu’il déclare:
      "Après que vous aurez souffert un peu de temps, le Dieu de toute faveur imméritée, qui vous a appelés à sa gloire éternelle en union avec Christ, parachèvera lui-même votre formation, il vous affermira, il vous rendra forts. À lui la puissance pour toujours! Amen.” — I Pierre 5:10, 11.
      Tout comme Jésus a souffert un peu de temps sur la terre et a été élevé à une haute position, de même les disciples du Fils de Dieu attendent une récompense glorieuse. Si les souffrances que nous pouvons être amenés à endurer de par la permission de Dieu affermissent notre attachement aux principes bibliques et font de nous des disciples plus humbles, plus compréhensifs et plus compatissants, cette formation aura alors atteint son but. Pour qu’il en soit ainsi, nous devons compter entièrement sur notre Père céleste en étant confiants que tout ce qui peut nous arriver avec sa permission contribuera finalement à notre bonheur éternel, si toutefois nous nous y soumettons humblement (Romains 8:28). Dans le même esprit que l’apôtre Pierre, nous pouvons élever nos voix et dire: “Grâce soit rendue à Dieu de nous avoir permis d’être formés par les épreuves et de nous aider à devenir des serviteurs fermes et forts, approuvés par lui, ayant l’espérance de la vie éternelle!”

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Suivons les traces de celui qui est la source de vie
       
      Avec amour, Jéhovah invite des personnes “ de toutes nations et tribus et peuples et langues ” à l’adorer (Rév. 7:9, 10 ; 15:3, 4). Celles qui acceptent cette invitation peuvent “ contempler le charme de Jéhovah ”. (Ps. 27:4 ; 90:17.) À l’instar du psalmiste, elles élèvent la voix pour louer Dieu par ces termes : “ Adorons et courbons-nous ! Agenouillons-nous devant Jéhovah notre Auteur. ” — Ps. 95:6.
      Un culte d’une grande valeur
      Étant le Fils unique-engendré de Dieu, Jésus avait eu largement la possibilité de découvrir la pensée, les principes et les normes de son Père. Par conséquent, il pouvait avec assurance enseigner aux autres la bonne façon d’adorer Jéhovah. Il a déclaré : “ Je suis le chemin, et la vérité, et la vie. Personne ne vient vers le Père sinon par moi. ” — Jean 1:14 ; 14:6.
      Jésus nous a laissé un exemple parfait en restant humblement soumis à son Père. Il a indiqué : “ Je ne fais rien de ma propre initiative, mais [...] comme le Père m’a enseigné, moi je dis ces choses. ” Il a ensuite ajouté : “ Je fais toujours les choses qui lui plaisent. ” (Jean 8:28, 29). De quelles manières Jésus a-t-il plu à Jéhovah ?
      En premier lieu, le Fils était entièrement dévoué à son Père. C’est d’ailleurs ce qu’implique fondamentalement adorer Dieu. Jésus montrait qu’il était personnellement attaché à son Créateur en lui étant obéissant, en accomplissant sa volonté, même si cela lui demandait de grands sacrifices (Phil. 2:7, 8). Il consacrait beaucoup de temps à enseigner et à former ses disciples. C’était là un aspect important du culte qu’il rendait à Dieu, à tel point qu’il était appelé Enseignant tant par les croyants que par les non-croyants (Mat. 22:23, 24 ; Jean 3:2). De plus, Jésus se dépensait pour autrui. Son esprit de sacrifice lui laissait peu de temps pour lui-même, mais il était heureux de servir les autres (Mat. 14:13, 14 ; 20:28). Bien que très occupé, il prenait toujours le temps de parler à son Père céleste dans la prière (Luc 6:12). Sans nul doute, Dieu accordait une valeur inestimable au culte que Jésus lui vouait !
      Des efforts soutenus pour plaire à Dieu
      Jéhovah a remarqué la conduite de son Fils et a exprimé son approbation (Mat. 17:5). Mais Satan le Diable également a observé la fidélité de Jésus. Jésus est donc devenu sa cible privilégiée. Pourquoi ? Parce qu’aucun humain n’avait jamais réussi à rester totalement obéissant à Dieu et, de ce fait, à l’adorer de la manière qui lui convient vraiment. Aussi le Diable voulait-il empêcher Jésus de rendre à Dieu le culte qui Lui revenait de droit. — Rév. 4:11.
      Satan a essayé de corrompre Jésus en lui faisant une offre tentante. Il l’emmena sur “ une montagne extraordinairement haute et lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire ”. Puis il lui dit : “ Toutes ces choses, je te les donnerai si tu tombes et fais un acte d’adoration pour moi. ” Quelle fut la réaction de Jésus ? Il répondit : “ Va-t’en, Satan, car il est écrit : ‘ C’est Jéhovah ton Dieu que tu dois adorer, et c’est à lui seul que tu dois offrir un service sacré. ’ ” (Mat. 4:8-10). Quels que soient les avantages qu’il aurait pu en retirer, Jésus comprenait bien que se prosterner devant Satan, c’était commettre un acte d’idolâtrie. Il refusait d’accomplir ne serait-ce qu’un acte d’adoration devant quelqu’un d’autre que Jéhovah.
      En ce qui nous concerne, Satan ne nous proposera pas tous les royaumes du monde et leur gloire en échange de notre adoration. Néanmoins, il essaie encore d’empêcher les chrétiens sincères de rendre un culte à Dieu. Le Diable veut que nous adorions quelqu’un ou quelque chose d’autre. — 2 Cor. 4:4.
      Jésus Christ s’est montré fidèle jusqu’à la mort. En restant intègre, il a glorifié Jéhovah comme aucun humain ne l’avait jamais fait. Aujourd’hui, nous qui sommes de vrais chrétiens, nous nous efforçons d’imiter la fidélité de Jésus en mettant le culte de notre Créateur à la première place dans notre vie. Sans conteste, nos bonnes relations avec Dieu sont ce que nous avons de plus précieux.
      Les bénédictions que procure le culte que Dieu agrée
      Favoriser “ le culte qui est pur et sans souillure ” du point de vue de Dieu apporte de nombreuses bénédictions (Jacq. 1:27). Par exemple, nous vivons à une époque où de plus en plus de gens sont “ amis d’eux-mêmes, amis de l’argent, arrogants ” et “ sans amour du bien ”. (2 Tim. 3:1-5.) Par contraste, au sein du peuple de Dieu, nous avons le privilège de côtoyer des personnes pures et de saine compagnie qui s’efforcent de respecter les normes de Dieu en matière de culte. N’est-ce pas là une source de réconfort ?
      En outre, nous tenir à l’écart des souillures de ce monde nous procure une conscience pure. Nous voulons qu’elle reste pure, et c’est pour cela que nous nous soumettons aux principes justes de Dieu et que nous obéissons aux lois de César qui ne sont pas en désaccord avec les lois divines. — Marc 12:17 ; Actes 5:27-29.
      Un culte rendu à Dieu de toute son âme apporte d’autres bénédictions. Quand nous nous soucions d’accomplir la volonté de Dieu plutôt que la nôtre, notre vie a un sens véritable et elle est plus gratifiante. Au lieu de dire : “ Mangeons et buvons, car demain il nous faudra mourir ”, nous entretenons l’espoir certain de la vie éternelle sur une terre transformée en paradis. — 1 Cor. 15:32.
      Le livre de la Révélation attire notre attention sur le moment où ceux qui seront demeurés purs devant Jéhovah “ vien[dront] de la grande tribulation ”. Le récit précise que “ Celui qui est assis sur le trône étendra sur eux sa tente ”. (Rév. 7:13-15.) Celui qui est assis sur le trône n’est autre que Jéhovah Dieu, le Personnage le plus glorieux de l’univers. Imaginez quelle joie ce sera quand il vous accueillera comme l’hôte de sa tente et vous protégera pour qu’aucun mal ne vous soit fait ! Et dans une certaine mesure, nous bénéficions dès à présent de cette protection.
      De plus, tous ceux qui rendent à Dieu le culte qu’il agrée sont décrits comme étant guidés vers “ des sources d’eaux de la vie ”. Ces sources revivifiantes représentent toutes les dispositions prises par Jéhovah pour que nous puissions obtenir la vie éternelle. Assurément, grâce à la rançon du Christ, “ Dieu essuiera toute larme de leurs yeux ”. (Rév. 7:17.) Tandis que les humains seront élevés à la perfection, tous connaîtront une joie indicible à la perspective de vivre éternellement sur la terre. Dès maintenant, les adorateurs heureux de Dieu poussent des cris de joie, exprimant leur profonde reconnaissance envers Jéhovah et lui vouant un culte en compagnie de ses serviteurs au ciel qui chantent : “ Grandes et prodigieuses sont tes œuvres, Jéhovah Dieu, le Tout-Puissant. Justes et vraies sont tes manières d'agir, Roi d’éternité. Qui ne peut te craindre et ne pas glorifier ton nom? Car toi seul tu es fidèle! Car toutes les nations viendront et adoreront devant toi, parce que tes décrets justes ont été manifestés. ” — Rév. 15:3, 4.



      · 0 replies
    • Patiently waiting for Truth

      I am seriously looking for TRUTH. Yes I do feel lost in the wilderness. 
      But, when Jerusalem was about to be destroyed (70C.E) didn't some return 'home' there, only to perish when the Romans slaughtered them. They returned to Jerusalem because they lost their faith in Almighty God and in the words of Jesus. And therefore they died through lack of faith.
      I do not lack faith in Almighty God or in Jesus Christ. But I do lack immediate direction. However, at this moment in time, I would not return to the Jehovah's Witnesses Org.  In my opinion that Org will be either made clean or destroyed. Either way, right now I would not want to be part of it. 
      I also do not pay any attention to those on here that condemn me to death or tell me that I have no hope left.  
      My faith is not in earthling man. My faith in Almighty God through Jesus Christ. 
      · 0 replies
    • Esther  »  Eric Ouellet

      Bonjour Éric
      Je recherche un discours pour une étudiante. Le thème c'était "Dieu approuve-t-il une religion en particulier ? " 
      Si tu l'as en audio ou écrit, c'est assez urgent car je la vois cet après-midi. 
      Merci beaucoup mon frère
      Esther😉
      · 1 reply
    • folens  »  Esther

      Bonsoir Esther et-ce celui-ci?

      Dieu accepte-_t-_il toutes les religions.docx
      · 1 reply
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      64.2k
    • Total Posts
      134.4k
  • Member Statistics

    • Total Members
      17,121
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    CandyBoy1
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.