Jump to content
The World News Media

Serena Williams’ near-deadly birth experience


Recommended Posts


  • Views 724
  • Replies 1
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

  • Member

Shortly after delivering, the tennis star suddenly felt out of breath and assumed she was having a pulmonary embolism, given her history of blood clots. According to Vogue, “She walked out of the hospital room so her mother wouldn’t worry and told the nearest nurse, between gasps, that she needed a CT scan with contrast and IV heparin (a blood thinner) right away. The nurse thought her pain medicine might be making her confused. But Serena insisted, and soon enough a doctor was performing an ultrasound of her legs. 'I was like, a Doppler? I told you, I need a CT scan and a heparin drip,' she remembers telling the team. The ultrasound revealed nothing, so they sent her for the CT, and sure enough, several small blood clots had settled in her lungs. Minutes later she was on the drip. 'I was like, listen to Dr. Williams!'” 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
  • Similar Content

    • By Jack Ryan
      If the co-founder of reddit is a JW, is he obligated upon pain of excommunication to share with the Watchtower any and all information they ask for about his company?
       
       
    • By Jack Ryan
      Serena Williams praised her daughter as her “greatest accomplishment” as she rang in her second birthday with a touching tribute on social media. i She wrote alongside a picture taken on the day of Olympia’s birth: “The last 2 years have been my greatest accomplishment (sic)”

      Williams and Alexis Ohanian are Jehova’s Witnesses and so they don’t celebrate birthdays, but the Reddit co-founder still took to Instagram to ring in Olympia’s second “cake day”.
      He wrote: “How has it already been two years? Happy cake day @olympiaohanian. Thank you for being the greatest thing we’ve ever done. (sic)”
      Last year, the 37-year-old sports star honored Olympia’s birthday with a video that was taken while she was still pregnant, on the day she went to the hospital, where she was given an emergency C-section after her heart rate dropped dangerously low during her contractions.
      Just days previous, she had insisted she wouldn’t be celebrating Olympia’s first birthday for religious reasons.
      She had said: “Olympia doesn’t celebrate birthdays. We’re Jehovah’s Witnesses, so we don’t do that.”
      The brunette beauty, who on Sunday, Sept. 1, Williams defeated Petra Martic at the
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. to advance to the quarter-finals on Monday, has been a Jehovah Witness since her mother Oracene converted to the religion in the ’80s but she’s only just got more “into it.” She said last year: “Being a Jehovah’s Witness is important to me, but I’ve never really practiced it and have been wanting to get into it.
      “Alexis didn’t grow up going to any church, but he’s really receptive and even takes the lead. He puts my needs first.”
      Williams regularly attends church and is convinced she wouldn’t have to success she does today in her sporting career if she didn’t believe in God.
      She explained: “I am Jehovah’s Witness. If you don’t believe in God — I think if you don’t believe in God, it’s going to be tough to live life because pretty much that’s the basis of life, it comes from God.
      “And so being a Jehovah’s Witness, obviously we believe in God and the bible. And without Him, I wouldn’t be here right now. I really thank him for everything.”

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  

    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      Serena Williams’s daughter Alexis Olympia turns 1 this week – but we shouldn’t expect any extravagant party pictures on the ‘gram.
      The tennis legend has confirmed that she will not be celebrating her baby girl’s first birthday, due to her beliefs as a Jehovah’s Witness.
      Serena was speaking at a press conference at the when she was asked whether she has thought about she’d be celebrating Olympia’s first birthday.
      Responding to a reporter asking: ‘Is there a birthday party planned?’, the 36-year-old said: ‘Olympia doesn’t celebrate birthdays. We’re Jehovah’s Witnesses, so we don’t do that.’
      It is believed Serena’s husband, Reddit co-founder Alexis Ohanian, is now practicing with his wife, despite not growing up in a religious household.
      Advertisement Advertisement
      Speaking to Vogue last year, Serena said: ‘Being a Jehovah’s Witness is important to me, but I’ve never really practiced it and have been wanting to get into it.
      ‘Alexis didn’t grow up going to any church, but he’s really receptive and even takes the lead. He puts my needs first.’
      Jehovah’s Witnesses believe God is the Creator and Supreme Being, and reject the Trinity doctrine.
      They do not celebrate religious holidays like Christmas and Easter, and do not observe birthdays or national holidays, feeling that many of these customs have pagan origins and do not celebrate God.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Serena también habló sobre su fe: "Soy testigo de Jehová. Si no crees en Dios, creo que si no crees en Dios, va a ser difícil vivir la vida porque esa es la base de la vida, proviene de Dios.
      Y así, siendo testigos de Jehová, obviamente creemos en Dios y en la Biblia. Y sin Él, no estaría aquí ahora. Realmente le agradezco por todo. Realmente he sido bendecida. La gente está enferma, acaba de nacer con trastornos, y he tenido la suerte de nacer, ya sabes, bastante saludable.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Jack Ryan
      So she won’t celebrate her daughters birthday, but will bang drake and then conceive her baby out of wedlock?? Ok Serena.

       
    • By Jack Ryan
      Posted by Michael David Smith on September 1, 2018, 7:31 AM EDT AP Colin Kaepernick and 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  were cheered by the crowd at the U.S. Open on Friday night, and afterwards they were applauded by the winner of the night’s match, Serena Williams. Williams, who defeated her older sister Venus Williams, said after the match that she admires the stance Kaepernick and Reid have taken on racial justice.
      “I think every athlete, every human, and definitely every African American should be completely grateful and honored how Colin and Eric are doing so much more for the greater good, so to say,” Williams said. “They really use their platform in ways that is really unfathomable. I feel like they obviously have great respect from a lot of their peers, especially other athletes, people that really are looking for social change.”
      Kaepernick was the first NFL player to kneel during the national anthem, and Reid was the first teammate to join him. Neither player has been able to find another NFL team since leaving the 49ers, and both are bringing a collusion case against the NFL.
      Williams has faced her own criticism over the national anthem, from a different direction: She does stand for the anthem despite her JehovahÂ’s Witness faith. SheÂ’s been criticized by other JehovahÂ’s Witnesses, who say she is violating their religionÂ’s teachings by standing for the anthem. JehovahÂ’s Witnesses believe that standing for patriotic rituals is a form of idolatry, and they have sued for the right not to stand for the anthem.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Serena Williams says her mother encouraged her with Scripture when the tennis star suffered from physical and emotional struggles following her pregnancy.
      In an interview with Vogue magazine that appeared online Wednesday, the 36-year-old tennis champion revealed that she had to undergo multiple surgeries after her C-section last September. After giving birth to Alexis Olympia, who she shares with her husband, Alexis Ohanian, the co-founder of Reddit, Williams suffered from blood clots in her lungs and abdomen.
      Williams has had a history of dealing with blood clots, but stopped taking her blood thinning medication to heal from her C-section wounds. Soon after giving birth she discovered blood clots in her lungs which required a procedure.
      Shortly after, doctors found blood clots in her abdomen that also required surgery. As if the health complications were not enough to deal with, Williams admitted to struggling with the emotional toll of new motherhood when she returned home to her new baby and soon-to-be husband who she married last November.
      "Sometimes I get really down and feel like, man, I can't do this. It's that same negative attitude I have on the court sometimes," she told Vogue in a transparent interview. "I guess that's just who I am. No one talks about the low moments—the pressure you feel, the incredible letdown every time you hear the baby cry."
      Williams went on to detail the rollercoaster of emotions that she has experienced as a mother.
      "I've broken down I don't know how many times," she said. "Or I'll get angry about the crying, then sad about being angry, and then guilty, like, Why do I feel so sad when I have a beautiful baby? The emotions are insane."
      However, Williams' tennis coach mother, Oracene Price, comforted her daughter with the Bible.
      "Obedience brings protection; that's what my mom told me. That's straight from the Bible, and she wrote it down on paper and gave it to me," she said. "I was always obedient: Whatever my parents told me to do, I did. There was no discussion."
      Williams was raised as a Jehovah's Witness, which her mother converted to in the early 80s. In a previous interview with ASAP sports, Williams spoke about the importance of keeping God first in her life.
      "I am Jehovah's Witness. If you don't believe in God — I think if you don't believe in God, it's going to be tough to live life because pretty much that's the basis of life, it comes from God. And so being a Jehovah's Witness, obviously we believe in God and the Bible. And without Him, I wouldn't be here right now. I really thank Him for everything."
      Jehovah's Witnesses recognize the Bible as "God's inspired message," according to their website, but they do not believe Jesus is Almighty God and they also reject the Trinity.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Bible Speaks
      'We had a lot of complications': Serena Williams shares first photos of baby girl Alexis Olympia Ohanian Jr. as tennis star reveals they spent six days in hospital 
      The tennis star appeared to be teasing the upcoming video on Tuesday night when she posted a photo of herself and her fiance, writing: '... but are you ready?'
      Williams and Ohanian announced their engagement just a few weeks before the big pregnancy news. 
      He did this by whisking her off to Rome, where the two had met after a chance encounter at their hotel two years prior. 

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  

    • By Srecko Sostar
      Personally, I believe that what Serena stands for in her social projects is truly worthwhile. One of the video I've put out shows that she is socially active in many areas of American community life.
      She stands for high school education and university higher education. Includes self in health programs. In charitable actions. She is UNICEF ambassador. Have Philanthropic projects. Helping on Community violence. She is Partnership with Equal Justice Initiative. One have said: "She's talking when others are being quite." She started Annual charity run. She is Ambassador for the Allstate Foundation, a purple plus project for domestic abuse victims.
      Basically, first please take look at the links for Serena, and then read the controversial WT articles that actually say how Serena is "meddling in the things of this world". 2. Tim 2: 4 - 4 "No one serving as a soldier gets entangled in civil affairs but tries to please his commanding officer."
      Not want talking about her motives, because we must look first at person in positive way without prejudice. So, Serena is fine role model in helping people, all people, not only to people of "her flock". :))
      It is to long with copy/paste WT articles, but some people wants to see black on white.
      1) „What is the theme of the message of Jehovah’s Witnesses? When Jesus gave his preaching commission, he did not instruct his followers to preach social or political reforms, union of Church and State, or any other secular ideology. Instead, he foretold: “This good news of the kingdom will be preached in all the inhabited earth for a witness to all the nations.” (Matthew 24:14) Thus, in obedience to Jesus’ instructions, true Christians today continue to speak to their neighbors about God’s Kingdom—the only government capable of bringing an end to Satan’s wicked system and ushering in a righteous new world.“  - source:
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. TRUE Christians today do not participate in politics. Why not? Because they follow Jesus’ example. He said about himself: “I am no part of the world.” Regarding his followers, he stated: “You are no part of the world.” (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Consider some reasons why Christians should not become involved in politics.
      2) 1. Human ability is limited. The Bible states that humans have neither the ability nor the right to govern themselves. “It does not belong to man who is walking,” wrote the prophet Jeremiah, “even to direct his step.”—Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. .
      Just as humans were not created to fly successfully on their own strength, so they were not created to rule successfully by themselves. Speaking about the limits of government, historian David Fromkin noted: “Governments are composed of human beings; therefore they are fallible and their prospects are uncertain. They exercise a certain power, but only a limited one.” (The Question of Government) No wonder the Bible warns us not to put our trust in man!—Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . source: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. 3) We do not lobby, vote in political elections, run for government office, or try to change governments. …Otherwise, how could we have a clean conscience when we preach the good news that only God’s Kingdom can solve mankind’s problems?  source: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. 4) Reformers are found in almost every society, where they encourage change in an orderly, constitutional manner. Generally, they are not anarchists or revolutionaries, since most reformers stay within the law and refrain from violence. A few reformers occupy influential positions in society and take the initiative in introducing change. Others lobby and prod those in power into taking some action.
      Reformers try to get society to rethink its approach on issues. They do not just protest; they have ideas about how to improve things. To draw attention to their concerns, reformers may petition the public, demonstrate in the streets, or seek publicity in the media. Among the worst things that can happen to a reformer is for society to ignore him…..There can be no doubt that Jesus had the ability to bring about reform. As a perfect man, he could have blazed a trail with sweeping changes and innovations. Yet, Christ did not initiate a campaign to rid the world of corrupt officials or dishonest businessmen. He did not lead street protests against injustice, although he himself was to become the innocent victim of an outrageous miscarriage of justice….What Christ had in mind was, not a simple reform, but a complete change in the way mankind’s affairs are governed. This change will be put into effect by the heavenly Kingdom introduced by the Creator of mankind, Jehovah God, and administered by Jesus Christ as King. source: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  
      5) Special appendix on domestic violence with brand new "instructions"
      17 Admittedly, there have been instances where an “unbelieving husband” seems to prove that he is not “agreeable to staying with her.” He might be extremely physically abusive, even to the point that she feels that her health or life is in danger. He might refuse to support her and the family or severely endanger her spirituality. In such cases, some Christians have personally decided that, despite what he might say, the mate is not “agreeable to staying” together and that a separation is necessary. But other Christians in comparably difficult situations have not; they have endured and tried to work at improving matters. Why?
      18 In such a separation, the two are still marriage mates. If they lived apart, each one would face challenges, as mentioned earlier. The apostle Paul gave another reason for staying united. He wrote: “The unbelieving husband is sanctified in relation to his wife, and the unbelieving wife is sanctified in relation to the brother; otherwise, your children would be unclean, but now they are holy.” (Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ) Many loyal Christians have remained with an unbelieving mate under very trying circumstances. They can testify that doing so was worthwhile in a special sense when their mate became a true worshipper.—Read Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. . source: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. What would Serena say about this? Here are 2 links.
       
       
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Queen Esther
      Just  now,  Serena  Williams  was  playing  the  Finale  in  Wimbledon  vs  our  No. 1  the  German  Tennis - player  Angelique  Kerber...
      The  winner  is...  our  German  Angelique  Kerber  with  6 : 3  &  6 : 3  WOW !!   to  1. time !
      Congrats,  Angelique
    • Guest Kurt
      By Guest Kurt
      February 1, 2017
      On Saturday, January 27, there was no maddening rush at the White House to reach Serena Williams, like in 1999, when she won the first of her 23 Grand Slam titles in Flushing Meadows. Or as it was when she won her third Wimbledon, a few months into 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ’s first term. The din of Serena’s feat, now officially the most decorated player in the Open era, died out in the bustle of America’s latest, and loudest, president’s “extreme vetting” immigration diktat. Yet, the symbolism of Serena’s triumph couldn’t be more relevant. At a time when “America First” rings louder than ever, the greatest of its sporting icons, across genders, is an African-American woman, a Jehovah’s Witness from the wrong side of Los Angeles, where she had lost her eldest sister in a gang shootout, and the daughter of a father who was shooed off a tennis court by affluent whites. Even after she broke into the circuit, Williams has had to confront racism and racist stereotypes — from officials, commentators and even her adversaries.
      While it’s overreaching to imagine that her storied success would trigger a revolution in race relations in the US, it’s fair to assume that America’s greatest sporting specimen of the 21st century is an antithesis to its president’s vision for his country. She may not allay the sudden cynicism or the morbid fear of the discriminated and marginalised in the US — sport as a cure to societal dysfunction is grossly hyperbolic — but she stands as an indelible symbol of hope, or an escape. In a metaphorical way, with the mighty swings of her racquet, she’s penning as scathing a verse as Maya Angelou. It won’t seem out of place, if Serena were to recite Angelou’s Still I Rise (in fact, there’s Serena’s rendition of the poem on YouTube).
      Concurrently, any interpretation of Serena’s greatness shouldn’t be constricted to her context. These are mere embellishments in her grand narrative. Serena, as a player in isolation, is a worthy premise for weaving enough eulogies. Maybe she is not celebrated as much outside her country because her feats have come to a stage where her winning spree is taken for granted.
      Such has been the nature of her hegemony that often the rare opponent who beats her ends up being more glorified, ranging from one-season wonders like Samantha Stosur, to more recent peers like Angelique Kerber. There hasn’t been much of a rivalry to speak of, expect the brief but fiery rancour with Maria Sharapova or the more passionless exchanges with her sister Venus.
      Or, as some would say, there were no two equally gifted players playing at the same time. Earlier, it was a case of several similarly endowed players, outstripped by a force superior in craft, more athletic in build, more ruthless in execution of plans. Think of Sharapova, Justine Henin-Hardenne, Kim Clijsters, Dinara Safina or Amelie Mauresmo — the draw was far more competitive. And Serena, despite hitting the wrong side of her 30s, isn’t showing signs of fatigue or adieu.
      Or as some would nitpick, her game is graceless (sometimes with racist undertones). But there is a brutal beauty to her game — those booming serves and guillotine groundstrokes are a vindication — like in boxing. There’s a powerful symmetry to her movements. Then there is the spontaneous thrill of her athleticism.
      To put it simply, there has been no better player than Serena in the 21st century, or arguably ever in the history of tennis. That she happens to be the greatest American sporting icon in the Trump era is a mere coincidence, or perhaps, a bit of satire by the fates.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Venus y Serena Williams, en una imagen de 1998. REUTERS
       
      30/01/2017 12:28
      Los macarras de las bandas de Compton, un barrio marginal de Los Angeles, se acercaban asombrados por el sonido de los golpes. Cristales rotos sembraban el fondo de la pista. De pronto, un periodista asomó la nariz entre la alambrada. Venus, con 10 años, estaba machacando sin piedad a Serena, 15 meses más joven. Pero necesitaba ir al baño. Richard, el padre, aceptó de mala gana y la hermana mayor, entre carcajadas, abandonó acrobáticamente el rectángulo, con las manos sobre el cemento y las piernas en alto. El reportero se acercó a la oreja de Richard entre susurros.
      -- Creo que tienes a la próxima Michael Jordan.
      -- No, aquí juegan las dos próximas Michael Jordan.
      Richard Williams, por entonces, era un ex jardinero que sabía de tenis lo que le habían enseñado algunos cursos adquiridos por correspondencia. A su modo, pasional y contradictorio, manejaba a dos hijas prodigio. Le gustaba alardear ante los ejecutivos de Reebok y Wilson y los hacía esperar al teléfono. Su esposa Oracene, en cambio, actuaba de un modo más afectuoso. Llevaba a las niñas al cine y a la playa, aunque también les exigía buenas notas en el colegio. «Durante las pausas de los entrenamientos sólo se escuchaba "Mamá esto o mamá lo otro"». Así lo recuerda Dave Rineberg en My seven years as hitting coach for the Williams sisters (Frederick Fell Publishers, 2003) un libro donde desgrana con todo detalle la evolución de las campeonas. Entre 1992 y 1999, el técnico lidió con los delirios de grandeza de Richard. También con sus prejuicios raciales, con sus continuas provocaciones a los blancos, fueran rivales, amigos o periodistas. «Acercaos, no os haremos daño», exclamaba entre bambalinas. Las niñas, ajenas a tantas excentricidades, cumplían uno a uno los plazos hacia la cima.
      En octubre de 1994, Venus debutó como profesional en el torneo de Oakland. Arantxa Sánchez-Vicario, vigente campeona de Roland Garros y US Open, aguardaba en segunda ronda. Aquella niña, con sus desmesuradas zapatillas y sus trenzas de plástico al viento, masacró a la española desde el inicio (6-3, 3-1). Sin embargo, de repente, simplemente desapareció, hasta entregar los 11 juegos siguientes. Rineberg ofrece en el libro su explicación de los hechos. «Una semana antes de viajar a Oakland, Richard y Oracene liberaron de todo trabajo a las chicas. Las llevaron a una reunión de los testigos de Jehová y a dos parques de atracciones». ¿Quién dice ahora que esa brutal exigencia y ese peculiar paternalismo no dieron resultado? ¿Qué padres no repetirían su método?
      El sábado, la final entre hermanas en Melbourne decantó el 23º título de Grand Slam para Serena, récord histórico en la Era Open. Esa bestia insaciable, ahora que me acuerdo, se estrenó en el Open de Australia, con una derrota ante Venus (7-6, 6-1) y otra en dobles mixtos (7-6, 6-2). Formaba pareja con el ídolo local, un chaval rubio de 17 años, llamado Lleyton Hewitt. Tras caer en primer ronda, Serena fue clara en su veredicto: «Podría ganar a este tipo. Su tenis es espantoso. Será la última vez que juegue con él. Ni siquiera podía mantener su servicio».

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Kurt
      By Guest Kurt
      The Guardian November 29, 2016 
      To all incredible women who strive for excellence,
      When I was growing up, I had a dream. I’m sure you did, too. My dream wasn’t like that of an average kid, my dream was to be the best tennis player in the world. Not the best “female” tennis player in the world.
      I was fortunate to have a family that supported my dream and encouraged me to follow it. I learned not to be afraid. I learned how important it is to fight for a dream and, most importantly, to dream big. My fight began when I was three and I haven’t taken a break since.
      But as we know, too often women are not supported enough or are discouraged from choosing their path. I hope together we can change that. For me, it was a question of resilience. What others marked as flaws or disadvantages about myself – my race, my gender – I embraced as fuel for my success. I never let anything or anyone define me or my potential. I controlled my future.
      So when the subject of equal pay comes up, it frustrates me because I know firsthand that I, like you, have done the same work and made the same sacrifices as our male counterparts. I would never want my daughter to be paid less than my son for the same work. Nor would you.
      As we know, women have to break down many barriers on the road to success. One of those barriers is the way we are constantly reminded we are not men, as if it is a flaw. People call me one of the “world’s greatest female athletes”. Do they say LeBron is one of the world’s best male athletes? Is Tiger? Federer? Why not? They are certainly not female. We should never let this go unchallenged. We should always be judged by our achievements, not by our gender.
      For everything I’ve achieved in my life, I am profoundly grateful to have experienced the highs and lows that come with success. It is my hope that my story, and yours, will inspire all young women out there to push for greatness and follow their dreams with steadfast resilience. We must continue to dream big, and in doing so, we empower the next generation of women to be just as bold in their pursuits.
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
       
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. .(from an ex-witness)
    • By Jack Ryan
      Learning how to twerk with Serena Williams
       
       
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Serena Williams may know Donald Trump, but that doesn’t mean she’ll be voting for him.
      In fact, she doesn’t intend to vote at all in the November presidential election.
      “I don’t vote,” Williams told reporters who inquired about the presumptive Republican nominee after she advanced to the French Open quarterfinals with a 6-1, 6-1 victory over Elina Svitolina at the French Open. “It goes back to my religion.”
      Williams, who is a Jehovah’s Witness, said she is “not involved at all” in politics. It may come as little surprise that she chooses to sit out this election, but she and Trump do have places in the same community, Palm Beach, Fla.
      “Everyone in Palm Beach kind of knows each other,” Williams said.
      Jehovah’s Witnesses believe the Bible instructs them to remain politically neutral and that neutrality includes refraining from military service, seeking public office and pledging allegiance to a flag. “Although we do not take part in politics,” JW.org states, “we respect the authority of the governments under which we live.”
      Here’s how sports figures line up so far:
      Team Trump boasts Lou Holtz, Bob Knight, Hulk Hogan, Jack Nicklaus, Mike Tyson, Brian France, Digger Phelps, Gene Keady, John Rocker, Dennis Rodman, Shawn Merriman, John Daly and Dana White.
      Team Hillary Clinton has Kato June, Jason Collins, Kareem Abdul-Jabbar, Michelle Kwan, Abby Wambach and Billie Jean King.
      Team Bernie Sanders has Ronda Rousey and Michael Bennett.
      Source: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Que vos prières soit préparées comme une encens apaisante pour Jéhovah

      Chez les Israélites, l’offrande d’encens était un symbole approprié pour désigner les prières que Dieu entend. C’est pourquoi le psalmiste David a chanté à Jéhovah : 

      “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi. ”
      — Psaume 141 : 2
      JÉHOVAH DIEU a chargé son prophète Moïse de préparer un encens sacré à l’usage du culte qui lui était rendu dans le tabernacle d’Israël. Il a donné lui-même la formule de ce mélange composé de quatre ingrédients aromatiques qui dégageaient une bonne odeur. — Exode 30:34-38.
      L’alliance de la Loi dans laquelle la nation d’Israël avait été admise prévoyait de faire brûler quotidiennement de l’encens (Exode 30:7, 8). Ce geste avait-il une signification particulière ? Oui. En témoignent ces paroles du psalmiste : “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi [Jéhovah Dieu], l’élévation de mes paumes comme l’offrande de grain du soir. ” (Psaume 141:2). De plus, dans le livre de la Révélation, l’apôtre Jean dit de ceux qui se tiennent autour du trône céleste de Dieu qu’ils ont des bols d’or pleins d’encens. “ Et, précise le récit inspiré, l’encens représente les prières des saints. ” (Révélation 5:8). Il apparaît donc que la combustion d’encens odorant symbolise les prières agréées que les serviteurs de Jéhovah offrent jour et nuit. — 1 Thessaloniciens 3:10 ; Hébreux 5:7
      Pour que Dieu agrée nos prières, nous devons le prier au nom de Jésus Christ (Jean 16:23, 24). Au demeurant, comment pouvons-nous améliorer la qualité de nos prières ? L’examen de quelques exemples pris dans les Écritures devrait nous aider à préparer nos prières comme l’encens devant Jéhovah. — Proverbes 15:8.
      Prions avec foi
      Si nous voulons que nos prières montent vers Dieu comme un encens de bonne odeur, il nous faut les lui offrir avec foi (Hébreux 11:6). Lorsque des anciens ont affaire à une personne spirituellement malade qui réagit bien à leurs conseils bibliques, ‘ leur prière de foi rétablit celui qui est souffrant ’. (Jacques 5:15.) Notre Père céleste prend plaisir à voir quelqu’un le prier avec foi et étudier consciencieusement sa Parole. Un psalmiste qui manifestait cet excellent état d’esprit a écrit : “ Je lèverai mes paumes vers tes commandements que j’ai aimés, et je veux m’intéresser à tes prescriptions. Enseigne-moi la bonté, le bon sens et la connaissance, car j’ai exercé la foi en tes commandements. ” (Psaume 119:48, 66). ‘ Étendons nos paumes ’ en priant avec humilité et exerçons la foi en observant les commandements de Dieu.
      La prière un lien véritable à la sagesse divine
      Supposons que nous manquions de sagesse pour surmonter une épreuve ; par exemple, nous pourrions ne pas être convaincus qu’une certaine prophétie soit déjà en train de se réaliser. Plutôt que de laisser cette incertitude nous déstabiliser spirituellement, prions pour recevoir de la sagesse (Galates 5:7, 8 ; Jacques 1:5-8). N’escomptons pas cependant que Dieu nous réponde d’une manière spectaculaire, mais démontrons la sincérité de nos prières en faisant ce qu’il attend de tous ses serviteurs : qu’ils bâtissent leur foi en étudiant les Écritures à l’aide des publications fournies par l’intermédiaire de “ l’esclave fidèle et avisé ”. (Matthieu 24:45-47 ; Josué 1:7, 8.) Nous avons besoin également d’augmenter notre connaissance en prenant part régulièrement aux réunions du peuple de Dieu. — Hébreux 10:24, 25.
      Certains chrétiens semblent avoir perdu de vue que nous sommes à un stade avancé du “ temps de la fin ”. (Daniel 12:4.) C’est ce que révèlent l’orientation qu’ils donnent à leur vie et leurs centres d’intérêt. Il convient de prier pour que ces chrétiens ravivent ou affermissent leur foi dans les preuves que fournit la Bible que la présence du Christ a commencé en 1914 et que, ayant été intronisé au ciel par Jéhovah cette année-là, il règne depuis lors au milieu de ses ennemis (Psaume 110:1, 2 ; Matthieu 24:3). Nous devrions tous être bien conscients du fait que des événements annoncés, tels que la destruction de la fausse religion (“ Babylone la Grande ”), l’attaque satanique de Gog de Magog contre les serviteurs de Jéhovah et l’intervention salvatrice de Dieu le Tout-Puissant lors de la guerre d’Har-Maguédôn, peuvent survenir avec une rapidité saisissante et s’enchaîner sur une période relativement courte (Révélation 16:14, 16 ; 18:1-5 ; Ézékiel 38:18-23). Aussi, prions Dieu de nous aider à rester spirituellement éveillés. Puissions-nous tous prier avec conviction pour que le nom de Jéhovah soit sanctifié, pour que son Royaume vienne et pour que sa volonté se fasse sur la terre comme elle est faite au ciel ! Puissions-nous aussi continuer à exercer la foi et à démontrer par des actes la sincérité de nos prières (Matthieu 6:9, 10) ! Que tous ceux qui aiment Jéhovah puissent vraiment chercher d’abord le Royaume et Sa justice, et participer le plus possible à la prédication de la bonne nouvelle avant que vienne la fin ! — Matthieu 6:33 ; 24:14.
      Louons et remercions Jéhovah
      Une manière importante de ‘ préparer nos prières comme l’encens ’ consiste à louer et à remercier Dieu du fond de notre cœur. Le roi David a prononcé une prière de ce genre quand lui et le peuple d’Israël ont fait des contributions pour la construction du temple de Jéhovah. Il s’est exprimé ainsi : “ Béni sois-tu, ô Jéhovah le Dieu d’Israël notre père, depuis des temps indéfinis et pour des temps indéfinis. À toi, ô Jéhovah, sont la grandeur, la puissance, la beauté, la supériorité et la dignité ; car tout, dans les cieux et sur la terre, est à toi. À toi est le royaume, ô Jéhovah, Celui qui t’élève aussi en chef au-dessus de tout. La richesse et la gloire sont grâce à toi, et tu domines tout ; dans ta main il y a force et puissance, et dans ta main est le pouvoir de rendre grand et de donner de la vigueur à tous. Et maintenant, ô notre Dieu, nous te remercions et nous louons ton nom magnifique. ” — 1 Chroniques 29:10-13.
      Quelles splendides expressions de louange et de reconnaissance ! Même si nos prières ne sont pas aussi éloquentes, elles peuvent témoigner de la même sincérité. Les actions de grâces et les louanges abondent dans le livre des Psaumes. Les Psaumes 148, 149 et 150, en particulier, louent Dieu en des termes particulièrement choisis. La gratitude envers Dieu imprègne également de nombreux psaumes. “ J’ai demandé une chose à Jéhovah, a chanté David, — c’est ce que je chercherai : Que j’habite dans la maison de Jéhovah tous les jours de ma vie, pour contempler le charme de Jéhovah et pour regarder avec admiration son temple. ” (Psaume 27:4). Agissons en harmonie avec de telles prières en participant avec zèle à toutes les activités des “ foules rassemblées ” par Jéhovah (Psaume 26:12). Ajoutons à cela la méditation quotidienne de sa Parole, et nous aurons quantité de raisons de louer et de remercier sincèrement Jéhovah.
      Recherchons humblement l’aide de Jéhovah
      Nous avons l’assurance que Jéhovah entend les appels à l’aide de ses Témoins qui le servent d’un cœur entier (Isaïe 43:10-12). C’est ce qu’illustre un épisode de la vie d’Asa, qui a été roi de Juda pendant 41 ans (977-937 av. n. è.). Après dix premières années de règne marquées par la paix, le pays a été envahi par une armée de un million d’hommes conduite par Zérah l’Éthiopien. Bien qu’infiniment moins nombreux, Asa et ses hommes sont sortis à la rencontre de l’ennemi. Cependant, avant de livrer bataille, Asa a prononcé une prière fervente, dans laquelle il a exprimé sa confiance dans le pouvoir salvateur de Jéhovah. Implorant son aide, il a dit : “ Sur toi nous nous appuyons et c’est en ton nom que nous sommes venus contre cette foule. Ô Jéhovah, tu es notre Dieu. Que le mortel ne conserve pas de vigueur contre toi. ” En conséquence, Jéhovah a sauvé Juda à cause de son grand nom ; il a donné aux Israélites une victoire totale (2 Chroniques 14:1-15). Qu’il nous délivre de l’épreuve ou qu’il nous donne la force de l’endurer, il est hors de doute que Dieu entend nos appels à l’aide.
      Soyons certains que Jéhovah entend tout autant nos requêtes lorsque nous ne savons pas comment agir dans une certaine situation critique. C’est ce qu’a pu vérifier le roi de Juda Yehoshaphat, dont les 25 ans de règne ont commencé en 936 avant notre ère. Quand Juda s’est trouvé menacé par les armées coalisées de Moab, d’Ammôn et de la région montagneuse de Séïr, Yehoshaphat a fait cette supplication : “ Ô notre Dieu, n’exécuteras-tu pas le jugement sur eux ? Car en nous il n’y a pas de force devant cette foule nombreuse qui vient contre nous ; et nous, nous ne savons que faire, mais nos yeux sont tournés vers toi. ” Jéhovah a répondu à cette prière humble : il a combattu en faveur de Juda en semant la confusion dans les rangs des ennemis de sorte que ceux-ci se sont entretués. À la suite de cela, la crainte a saisi les nations d’alentour, et Juda a connu la paix (2 Chroniques 20:1-30). Lorsque nous manquons de la sagesse nécessaire pour résoudre une grave difficulté, reconnaissons, comme Yehoshaphat : ‘ Nous ne savons que faire, mais nos yeux sont tournés vers toi, Jéhovah. ’ L’esprit saint peut nous rappeler alors à la mémoire des pensées bibliques qui nous donneront la solution, à moins que l’aide divine ne revête une forme qui dépasse l’entendement humain. — Romains 8:26, 27.
       Avant de recevoir l’aide de Dieu, peut-être nous faudra-t-il persévérer dans la prière. Nehémia a mené deuil, a pleuré, jeûné et prié pendant des jours à propos de la muraille en ruine de Jérusalem et de la situation pitoyable des habitants de Juda (Nehémia 1:1-11). Ses prières sont manifestement montées vers Dieu comme un encens de bonne odeur. Devant la mine abattue de Nehémia, le roi perse Artaxerxès lui a un jour demandé : “ Que cherches-tu donc à obtenir ? ” “ Aussitôt, raconte Nehémia, je priai le Dieu des cieux. ” Cette requête courte et silencieuse a été exaucée : Nehémia a reçu l’autorisation d’accomplir ce qui lui tenait à cœur : se rendre à Jérusalem pour y rebâtir la muraille. — Nehémia 2:1-8.
      Jésus nous apprend à prier
      De toutes les prières qui ont été conservées dans les Écritures, il en est une particulièrement instructive ; c’est la prière modèle, que Jésus Christ a présentée comme un encens de bonne odeur. Voici ce que nous lisons dans l’Évangile de Luc : “ Un [des] disciples [de Jésus] lui dit : ‘ Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean aussi l’a appris à ses disciples. ’ Alors il leur dit : ‘ Quand vous priez, dites : “ Père, que ton nom soit sanctifié. Que ton royaume vienne. Donne-nous notre pain pour le jour selon les besoins du jour. Et pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent ; et ne nous fais pas entrer en tentation. ” ’ ” (Luc 11:1-4 ; Matthieu 6:9-13). Cette prière n’était pas destinée à être récitée, mais plutôt à donner une indication de ce pour quoi il faut prier. 
       “ Père, que ton nom soit sanctifié. ” Jéhovah accorde à ceux qui le servent et lui sont voués le privilège spécial de l’appeler Père. Comme des enfants qui confient tout à un père qu’ils savent miséricordieux, nous devrions prendre régulièrement le temps d’adresser à Dieu des prières empreintes de dignité et de vénération (Psaume 103:13, 14). Nos prières devraient traduire l’intérêt que nous portons à la sanctification de son nom, que nous aspirons à voir lavé de tout l’opprobre dont il a été couvert. Oui, nous voulons que le nom de Jéhovah soit mis à part et tenu pour saint, ou sacré. — Psaumes 5:11 ; 63:3, 4 ; 148:12, 13 ; Ézékiel 38:23.
      “ Que ton royaume vienne. ”
      “ Que ton royaume vienne. ” Le Royaume représente la domination que Jéhovah exerce par l’intermédiaire du gouvernement céleste messianique qu’il a confié à son Fils, Jésus, et aux “ saints ” qui lui sont associés (Daniel 7:13, 14, 18, 27 ; Révélation 20:6). Bientôt, ce Royaume ‘ viendra ’ contre tous ceux sur la terre qui s’opposent à la souveraineté divine et il les fera disparaître (Daniel 2:44). Après cela, la volonté de Jéhovah sera faite sur la terre, comme elle l’est au ciel (Matthieu 6:10). Quelle joie ce sera pour toutes les créatures qui servent fidèlement le Souverain de l’univers !
       “ Donne-nous notre pain pour le jour selon les besoins du jour. ” En demandant à Jéhovah la nourriture “ pour le jour ”, nous montrons que nous ne cherchons pas à avoir abondance de biens, mais seulement de quoi satisfaire nos besoins quotidiens. Tout en comptant sur Dieu, nous travaillons et mettons à profit les moyens à notre disposition pour nous procurer la nourriture et les autres choses nécessaires à la vie (2 Thessaloniciens 3:7-10). Nous devrions évidemment remercier notre Bienfaiteur céleste, car c’est grâce à son amour, à sa sagesse et à sa puissance que nous avons tout cela. — Actes 14:15-17
       “ Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent. ” Étant donné que nous sommes imparfaits et pécheurs, il nous est impossible de nous conformer absolument aux normes parfaites de Jéhovah. Nous avons donc besoin de le prier de nous accorder son pardon en vertu du sacrifice rédempteur de Jésus. Mais pour que ‘ Celui qui entend la prière ’ applique le mérite de ce sacrifice à nos péchés, il nous faut également nous repentir et accepter toute discipline qu’il juge bon de nous administrer (Psaume 65:2 ; Romains 5:8 ; 6:23 ; Hébreux 12:4-11). Enfin, nous ne pouvons nous attendre à ce que Dieu nous pardonne que si nous “ avons remis à nos débiteurs ”, c’est-à-dire à ceux qui ont péché contre nous. — Matthieu 6:12, 14, 15.
       “ Ne nous fais pas entrer en tentation. ” Quand la Bible dit que Jéhovah fait telle ou telle chose, c’est parfois simplement pour dire qu’il permet qu’elle se produise (Ruth 1:20, 21). Ce n’est pas lui qui nous tente pour nous faire pécher (Jacques 1:13). Les tentations de commettre le mal viennent du Diable, de notre chair imparfaite et du monde. Satan est le Tentateur qui essaie par ses manœuvres de nous faire pécher contre Dieu (Matthieu 4:3 ; 1 Thessaloniciens 3:5). Lorsque nous prions Dieu de ‘ ne pas nous faire entrer en tentation ’, nous lui demandons en fait de ne pas permettre que nous cédions si nous sommes tentés de lui désobéir. Il peut nous indiquer la voie à suivre pour ne pas succomber ni nous laisser vaincre par Satan, le “ méchant ”. — Matthieu 6:13 ; 1 Corinthiens 10:13.
      Agissons en harmonie avec nos prières
      Comment pouvons-nous agir en harmonie avec les prières dans lesquelles nous demandons à être heureux en mariage et dans notre vie de famille?
      La prière modèle de Jésus aborde les points principaux, mais il y a toutes sortes de choses qui peuvent faire l’objet de nos prières. Ce peut être, par exemple, le désir d’être heureux en mariage ; ou bien celui de rester pur jusqu’au jour des noces. Dans ce cas, prions pour avoir de la maîtrise de soi. Mais soyons également conséquents avec nos prières en rejetant les lectures et les divertissements impurs. Soyons déterminés aussi à ‘ nous marier seulement dans le Seigneur ’. (1 Corinthiens 7:39 ; Deutéronome 7:3, 4.) Une fois mariés, ne nous contentons pas de prier pour être heureux : appliquons les conseils venant de Dieu. Si nous avons des enfants, aspirons-nous à les voir devenir de fidèles serviteurs de Jéhovah ? Alors, tout en priant dans ce sens, faisons tout notre possible pour leur inculquer les vérités divines en étudiant la Bible avec eux et en les emmenant régulièrement aux réunions chrétiennes. — Deutéronome 6:5-9 ; 31:12 ; Proverbes 22:6.
      Prions-nous pour que Dieu bénisse notre ministère ? Agissons en harmonie avec ces prières en participant de façon significative à la prédication du Royaume. Si nous prions pour avoir des occasions d’aider les autres à emprunter le chemin de la vie éternelle, ayons soin de bien prendre note des personnes qui manifestent de l’intérêt et soyons prêts à adapter notre programme pour y inclure des études bibliques. Enfin, si nous poursuivons l’objectif de devenir pionniers afin de prendre part à l’œuvre d’évangélisation à plein temps, allons dans le sens de nos prières en augmentant notre participation au ministère et en prêchant avec des pionniers. Nous montrerons ainsi que nous agissons en harmonie avec nos prières.
      Si nous servons Jéhovah fidèlement, nous pouvons être certains qu’il répondra aux prières conformes à sa volonté que nous lui adresserons (1 Jean 5:14, 15).. Faisant une comparaison avec l’odeur agréable de l’encens que les prêtres offraient dans le temple, la Parole de Dieu nous donne cette assurance : “ La prière des hommes droits est pour lui un plaisir. ” — Proverbes 15:8.
       

      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric, as tu déjà préparé le sujet des joyaux du 10 novembre concernant le but des sacrifices et offrandes, sachant que nous devons d'abord présenter le livre du Lévitique. Comment être concis?
      Le but des sacrifices et des offrandes.dot la Mer Morte.pps
      · 1 reply
    • Emma Rose

      Would a kind soul please help me with how to reply using the quote more than once.
      · 5 replies
    • Dee Gordon  »  T.B. (Twyla)

      HI TWYLA...DEE GORDON HERE.  WOULD LIKE  TO CHANGE MY EMAIL ADDRESS YOU SEND MY MEETING WORKBOOK TO.  I DON'T USE FACEBOOK BUT WOULD LIKE TO CONTINUE TO RECEIVE THE WORKBOOK INFO AND WATCHTOWER NOTES PLEASE . THIS ONE STILL RUNNING YOU HAVE ME SIGNED UP FOR...JUST THAT IT WOULD BE MORE CONVENIENT AT THIS TIME.
      · 3 replies
    • Eric Ouellet

      Apprenons à craindre Jéhovah
      “ La crainte de Jéhovah est le début de la sagesse. ” — PROVERBES 9:10.

      IL FUT un temps où dire de quelqu’un craignait Dieu était un compliment. Beaucoup jugent aujourd’hui désuète et illogique l’idée de craindre Dieu. " Pourquoi craindre Dieu s’il est amour?" s’étonnent-ils. C’est que la crainte est à leurs yeux un sentiment forcément négatif, voire paralysant. Or, la crainte de Dieu, la vraie, est bien autre chose que de la peur et, comme nous allons le voir, elle ne se résume pas à un sentiment.
       La Bible présente la crainte de Dieu sous un jour positif (Isaïe 11:3). Craindre Dieu, c’est éprouver envers lui un profond respect et désirer vivement ne pas lui déplaire (Psaume 115:11). C’est aussi accepter ses normes morales et s’y conformer strictement, appliquer dans notre vie ses critères du bien et du mal. Un ouvrage de référence indique que cette crainte salutaire exprime “ un rapport à Dieu, une disposition d’esprit dominante, qui incite à se conduire avec sagesse et à rejeter le mal sous toutes ses formes ”. La Bible dit d’ailleurs que “ la crainte de Jéhovah est le début de la sagesse ”. — Proverbes 9:10.
      La crainte de Dieu influe sur de nombreux domaines de l’existence. Outre la sagesse, elle favorise la joie, la paix, la prospérité, la longévité, l’espoir, la confiance (Psaume 2:11 ; Proverbes 1:7 ; 10:27 ; 14:26 ; 22:4 ; 23:17, 18 ; Actes 9:31). Elle est étroitement liée à la foi et à l’amour. Pour tout dire, elle touche tous les aspects de nos relations avec Dieu et avec les humains (Deutéronome 10:12 ; Job 6:14 ; Hébreux 11:7). Craindre Dieu, enfin, c’est avoir la ferme conviction que notre Père céleste se soucie de nous personnellement et qu’il est disposé à pardonner nos transgressions (Psaume 130:4). Il n’y a donc qu’aux pécheurs non repentants que Dieu devrait inspirer de la terreur. — Hébreux 10:26-31.
      APPRENONS À CRAINDRE DIEU
      Puisqu’il est indispensable de le craindre pour prendre de sages décisions et recevoir ses bénédictions, comment "apprendre à craindre Jéhovah"
      dans le bon sens du terme (Deutéronome 17:19) ? De nombreux exemples d’hommes et de femmes qui craignaient Dieu ont été consignés dans les Écritures “ pour notre instruction ”. (Romains 15:4.) Intéressons-nous à la vie de l’un de ces personnages, le roi David.
      Saül, le premier roi d’Israël, avait la crainte du peuple, mais pas la crainte de Dieu. Cela lui a valu d’être rejeté par Jéhovah (1 Samuel 15:24-26). David, lui, était un homme qui craignait vraiment Dieu ; sa vie et son intimité avec Jéhovah en témoignent. Les nombreuses nuits à la belle étoile qu’il avait passées dans sa jeunesse à faire paître les moutons de son père l’avaient certainement aidé à comprendre ce qu’est la crainte de Jéhovah (1 Samuel 16:11). De l’immense univers, il n’avait contemplé qu’une infime partie, mais cela lui avait suffi pour saisir l’essentiel : Dieu mérite respect et adoration. “ Quand je vois tes cieux, les œuvres de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as préparées, écrira-t-il plus tard, qu’est-ce que le mortel pour que tu penses à lui, et le fils de l’homme tiré du sol pour que tu t’occupes de lui ? ” — Psaume 8:3, 4.
      Il était normal que David soit impressionné quand il comparait sa petitesse à l’immensité des cieux étoilés. Mais, loin de l’effrayer, cette connaissance le portait à louer Jéhovah. “ Les cieux proclament la gloire de Dieu, a-t-il écrit ; et l’œuvre de ses mains, l’étendue l’annonce. ” (Psaume 19:1). Ce profond respect le rapprochait de Jéhovah ; il lui donnait envie d’apprendre ses voies parfaites et de les suivre. Percevez-vous les sentiments qui l’habitaient quand il chantait ce psaume : “ Tu es grand et tu fais des choses prodigieuses ; tu es Dieu, toi seul. Instruis-moi de ta voie, ô Jéhovah ! Je marcherai dans ta vérité. Unifie mon cœur pour craindre ton nom. ” — Psaume 86:10, 11.
      Quand les Philistins ont envahi le pays d’Israël, leur champion, Goliath, a provoqué les Israélites du haut de ses trois mètres. " Envoyez donc quelqu’un m’affronter en combat singulier ! les narguait-il. S’il me bat, nous serons vos serviteurs. " (1 Samuel 17:4-10). Saül et toute son armée étaient terrifiés. Mais pas David. S’il devait craindre quelqu’un, c’était Jéhovah, et non un homme, si fort soit-il. “ Je viens vers toi avec le nom de Jéhovah des armées, a-t-il lancé à Goliath. [...] Et toute cette assemblée saura que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que Jéhovah sauve réellement, car à Jéhovah appartient la bataille. ” Grâce à Jéhovah, une fronde et une pierre ont suffi à David pour abattre le géant. — 1 Samuel 17:45-47.
      Il peut arriver que nous nous trouvions devant des obstacles ou des ennemis aussi intimidants que ceux qu’a dû affronter David. Que faire alors ? Imiter David et d’autres fidèles du passé en s’armant de la crainte de Dieu. La crainte de Dieu l’emporte sur la crainte de l’homme. À ses compatriotes en butte à l’opposition, le fidèle Nehémia a adressé cette exhortation : “ N’ayez pas peur à cause d’eux. Souvenez-vous de Jéhovah le Grand et le Redoutable. ” (Nehémia 4:14). C’est parce qu’ils avaient son soutien que David, Nehémia et d’autres ont réussi à faire ce que Jéhovah attendait d’eux. Nous le pourrons également si nous craignons Dieu.
      Après celle sur Goliath, Jéhovah a accordé d’autres victoires à David. Jaloux, Saül a tenté de tuer le jeune homme, d’abord dans un geste de colère, puis par des moyens détournés, enfin en mobilisant toute une armée contre lui. Même si David avait reçu l’assurance qu’il serait roi, pendant des années il a dû fuir, se battre, et attendre le moment fixé par Jéhovah. Dans toutes ces situations, il ne s’est jamais départi de sa crainte du vrai Dieu. — 1 Samuel 18:9, 11, 17 ; 24:2.
      À un moment donné, David s’est réfugié auprès d’Akish, le roi de Gath, ville philistine d’où était originaire Goliath (1 Samuel 21:10-15). Les serviteurs d’Akish l’ont dénoncé comme ennemi. Comment a-t-il réagi à cette situation périlleuse ? Il s’est confié à Jéhovah de tout son cœur (Psaume 56:1-4, 11-13). Il s’est finalement sorti du guêpier en simulant la démence, mais il était bien conscient de devoir son salut à Jéhovah, qui avait béni son stratagème. David a prouvé qu’il craignait vraiment Dieu en plaçant toute sa confiance en lui. — Psaume 34:4-6, 9-11.
      À l’exemple de David, nous montrerons que nous craignons Dieu en ayant confiance en sa promesse de nous aider dans les épreuves. “ Roule ta voie sur Jéhovah, compte sur lui, et c’est lui qui agira ”, a affirmé David (Psaume 37:5). Cela ne veut pas dire qu’il faut mettre nos problèmes entre les mains de Jéhovah sans rien faire d’autre qu’attendre son intervention. David ne s’est pas contenté de prier et de voir venir. Il a cherché une solution à son problème en utilisant les capacités physiques et intellectuelles dont Jéhovah l’avait doté. Pour autant, il ne pensait pas que ses efforts d’humain suffiraient. Cette façon de voir devrait aussi être la nôtre. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir, puis laissons Jéhovah se charger du reste. Cela étant, il est fréquent que nous ne puissions rien faire d’autre que compter sur Jéhovah. C’est là que la crainte de Dieu revêt un caractère très personnel. Combien est réconfortante cette réflexion de David : “ L’intimité avec Jéhovah appartient à ceux qui le craignent. ” — Psaume 25:14.
      Il s’agit donc de ne pas banaliser nos prières et nos relations avec Dieu. Lorsque nous nous ‘ avançons ’ vers Jéhovah, nous devons “ croire qu’il est, et qu’il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent réellement ”. (Hébreux 11:6 ; Jacques 1:5-8.) Et quand il vient à notre aide, il nous faut, conformément au conseil de l’apôtre Paul, ‘ nous montrer reconnaissants ’. (Colossiens 3:15, 17.) Ne ressemblons jamais à ceux dont un chrétien oint expérimenté a dit : “ Ils prennent Dieu pour une sorte de garçon de café. Ils aimeraient qu’il réponde à un claquement de doigts dès qu’ils ont besoin de quelque chose, et qu’il disparaisse dès qu’ils ont eu ce qu’ils voulaient. ” Où est leur crainte de Dieu ?
      Le fait que Jéhovah l’ait secouru a augmenté la confiance et la crainte que David éprouvait envers lui (Psaume 31:22-24). Trois fois, cependant, David a mis notablement sa crainte de Dieu entre parenthèses, ce qui a eu des conséquences tragiques. La première fois, c’est quand il a décidé de faire transporter l’arche de l’alliance à Jérusalem sur un chariot, et non sur les épaules des Lévites comme le prescrivait la Loi. Ouzza, qui conduisait le chariot, a saisi l’Arche pour l’empêcher de tomber. Dieu l’a fait mourir sur le champ pour cet “ acte d’irrévérence ”. Certes, Ouzza avait commis un péché grave, mais c’est bien David qui, pour n’avoir pas respecté la Loi divine, était responsable de ce drame. Craindre Dieu suppose que l’on fasse les choses comme lui l’entend. — 2 Samuel 6:2-9 ; Nombres 4:15 ; 7:9.
      Une autre fois, sous l’impulsion de Satan, David a procédé au dénombrement des hommes de guerre en Israël (1 Chroniques 21:1). Là encore, il a cessé momentanément de craindre Dieu, ce qui a coûté la vie à 70 000 de ses compatriotes. Bien qu’il se soit repenti devant Jéhovah, lui et le peuple ont beaucoup souffert en la circonstance. — 2 Samuel 24:1-16
      C’est aussi parce qu’il avait oublié sa crainte de Dieu que David a couché avec Bath-Shéba, la femme d’Ouriya. David savait qu’il était mal, non seulement de commettre l’adultère, mais aussi de désirer la femme d’un autre (Exode 20:14, 17). Tout a commencé quand il a aperçu Bath-Shéba qui se baignait. La crainte de Dieu lui commandait de détourner son regard immédiatement et de maîtriser ses pensées. Mais il a manifestement ‘ continué à regarder ’, si bien que la passion l’a emporté sur sa crainte de Dieu (Matthieu 5:28 ; 2 Samuel 11:1-4). David a oublié que Jéhovah devait être présent dans tous les domaines de sa vie. — Psaume 139:1-7.
      De son adultère avec Bath-Shéba est né un fils. Peu après, Jéhovah a envoyé le prophète Nathân dénoncer le péché de David. Retrouvant la crainte de Dieu en même temps que la raison, celui-ci s’est repenti. Il a supplié Jéhovah de ne pas le rejeter et de ne pas lui retirer son esprit saint (Psaume 51:7, 11). Jéhovah lui a pardonné et a atténué le châtiment, mais il ne lui a pas épargné toutes les conséquences de ses actes. Le fils de David est mort ; les malheurs se sont succédé dans sa famille. Quel prix à payer pour avoir momentanément fait abstraction de la crainte de Dieu ! — 2 Samuel 12:10-14 ; 13:10-14 ; 15:14.
      Aujourd’hui de même, ne pas craindre Dieu dans le domaine de la moralité peut avoir des conséquences graves et durables. Imaginez la douleur de cette jeune femme qui découvre que son mari chrétien l’a trompée lors d’un déplacement professionnel à l’étranger. Choquée, anéantie par le chagrin, elle enfouit son visage dans ses mains et pleure toutes les larmes de son corps. Combien de temps faudra-t-il au mari infidèle pour regagner la confiance et le respect de sa femme ? Des situations aussi pénibles peuvent être évitées grâce à la crainte de Dieu. — 1 Corinthiens 6:18.
      Satan détruit les valeurs morales de la société humaine les unes après les autres, et il cherche particulièrement à corrompre les vrais chrétiens. Pour ce faire, il exploite le chemin le plus direct vers le cœur et l’esprit : nos sens, avec une prédilection pour l’ouïe et la vue (Éphésiens 4:17-19). Comment réagissez-vous quand, involontairement, vous vous trouvez exposé à des images ou à des paroles obscènes, ou encore en présence d’individus immoraux ?
      Voyez le cas d’André. Cet ancien et père de famille est médecin dans un pays d’Europe. Quand il était de garde de nuit à l’hôpital, des collègues féminines avaient pris l’habitude d’épingler sur son oreiller des mots doux ornés de petits cœurs pour l’inviter à coucher avec elles. André s’interdisait résolument d’accorder la moindre pensée à ces avances. Mieux, pour se soustraire à cet environnement malsain, il a changé d’établissement. Sa crainte de Dieu s’est révélée sage et lui a valu des bénédictions, puisqu’il effectue aujourd’hui une partie de ses activités au siège des Témoins de Jéhovah de son pays.
      Troquer nos précieuses relations avec Jéhovah contre quelque chose auquel nous n’avons pas droit : voilà où nous risquons d’en arriver en cultivant de mauvaises pensées (Jacques 1:14, 15). Si nous craignons Jéhovah, en revanche, nous nous tiendrons éloignés — et même nous nous écarterons délibérément — des gens, des lieux, des activités ou des divertissements qui pourraient nous faire baisser notre garde (Proverbes 22:3). Quel que soit l’inconvénient ou le sacrifice que cela implique, il n’est rien à côté de la perte de la faveur divine (Matthieu 5:29, 30). La crainte de Dieu nous commande de ne jamais nous exposer intentionnellement à quoi que ce soit d’immoral — à commencer par la pornographie sous toutes ses formes —, mais aussi de faire en sorte que nos yeux “ passent sans s’arrêter à la vue de ce qui n’est que néant ”. Soyons convaincus que Jéhovah, alors, nous ‘ gardera en vie ’ et nous donnera tout ce dont nous avons réellement besoin. — Psaume 84:11 ; 119:37.
       Assurément, c’est toujours faire preuve de sagesse que de laisser la crainte de Dieu dicter nos actions. C’est aussi la source du vrai bonheur (Psaume 34:9)

      · 3 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,173
    • Total Posts
      125,049
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,747
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    julio cesar
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.