Jump to content

Sign in to follow this  
Guest Nicole

Woman sues construction company after electrician working at skyscraper jumped 53 stories to his death and landed on her car

Recommended Posts

Guest Nicole

The driver of an SUV whose car was left covered in body parts when a suicidal construction worker landed on it after jumping from 53 stories is suing his employers.

Donna Crockett has filed a suit against Turner Construction accusing them of negligence, strict liability for an ultra-hazardous activity and loss of consortium between spouses.

She was kept in hospital for 10 hours after electrician Joseph Sabbatino fell 800ft from the $1billion Wilshire Grand Center in Los Angeles onto her vehicle - and says she cannot get over the horrific scene.

Ms Crockett is now seeking unspecified damages alleging that Turner Construction should have been aware of Sabbatino's condition and were negligent in hiring him.

Turner Construction have not yet commented on the case.

Coroner's lieutenant David Smith earlier confirmed that the 36-year-old's death - on only his second day on the job - was suicide.

Sabbatino's father Vance revealed that his son had a long battle with depression and had been taking medication before his death.

His devastated wife Melken Sabbatino wrote on Facebook after his tragic death that she was 'thinking about my husband. Missing you.' 

Authorities found that the married Jehovah's Witness had removed his helmet and had not been wearing a harness before the fall.

Turner Construction released a statement to say there had been a safety barrier on the 53rd floor to prevents falls, and that the incident had not been work related.

Around 1,000 employees were given the day off following Sabbatino's death.

Horrified witnesses described the moment they saw Sabbatino fall to his death and land on a car below.

James Armstrong III, who had been walking to a nearby bank moments after the fall, said Ms Crockett had been 'hysterical' and waving her hands in the air.

'It's really taken a toll on me, because right now, I'm not strong and right now I am hurting,' Ms Crockett told KTLA.

'It was traumatic, it something that I never thought I would have to see.'

She was taken to hospital after the incident in shock.

Mel Melcon, an LA Times photographer, was on assignment at the building when he noticed the man's body lying 'off the driver's side of the car.'

'It sounded like a bag of cement fell off the edge of the building,' he said.

'No one thought it was a body,' Mr Melcon told his paper. 'We heard no screams.' 

The vehicle escaped major damage but the rear side panel was splattered with blood, officials said.  

After Sabbatino's body hit Donna Crockett's car, she got out and saw 'brain and other internal bodily matter splattered across her vehicle and the surrounding scene', CBS reported.

The suit says Crockett had never before seen a dead body and the experience left her 'shocked, overwhelmed, panicked, distressed and completely distraught.'  

For confidential support in the U.S., call the National Suicide Prevention Line on 1-800-273-8255. 


    Hello guest!

324F0A1000000578-0-image-a-3_1458264362098.jpg

362F426100000578-3685865-Donna_Crockett_has_filed_a_suit_against_Turner_Construction_accu-m-2_1468324024892.jpg

32571C6500000578-0-Deadly_fall_Joseph_Sabbatino_36_of_Palmdale_was_working_on_the_u-m-5_1458845193244.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • Guest Indiana
    • By TheWorldNewsOrg
      via .ORG
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      As more and more people discuss mental health issues in public forums, it seems to be lifting some of the stigma surrounding the topic. New research reveals that the number of students seeking help for mental health problems has risen considerably between 2009 and 2015.
      Anxiety, depression, and panic attacks are on the rise among U.S. college students, suggests a new study.
      Sara Oswalt, from the University of Texas at San Antonio, is the lead author of the new study, which was published in the Journal of American College Health.
      According to estimates that the scientists cite, around 26 percent of people aged 18 and above in the United States live with a mental health condition in any given year.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Nearly 80 genes that could be linked to depression have been discovered by scientists.
      The findings could help explain why some people may be at a higher risk of developing the condition, researchers say.
      The study could also help researchers develop drugs to tackle mental ill-health, experts say.
      Depression affects one in five people in the UK every year and is the leading cause of disability worldwide. Life events - such as trauma or stress - can contribute to its onset, but it is not clear why some people are more likely to develop the condition than others.
      Scientists led by the University of Edinburgh analysed data from UK Biobank - a research resource containing health and genetic information for half a million people.
      They scanned the genetic code of 300,000 people to identify areas of DNA that could be linked to depression.
      Some of the pinpointed genes are known to be involved in the function of synapses, tiny connectors that allow brain cells to communicate with each other through electrical and chemical signals.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By TheWorldNewsOrg
      via Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      The number of American teens with depressed thoughts has been increasing since 2012. Looking at the data, it's possible to rule out some factors that might be causing it, like economic inequality and academic pressure. Jean Twenge, author of "iGen," believes all signs point to increased smartphone use as the likely cause. Twenge says it's not necessarily the screen time but the time that's lost to smartphones that could be spent on more meaningful activities, like face-to-face interaction. Around 2012, something started going wrong in the lives of teens.
      In just the five years between 2010 and 2015, the number of U.S. teens who felt useless and joyless – classic symptoms of depression – surged 33 percent in large national surveys. Teen suicide attempts increased 23 percent. Even more troubling, the number of 13- to 18-year-olds who committed suicide jumped 31 percent.
      In a new paper published in Clinical Psychological Science, my colleagues and I found that the increases in depression, suicide attempts and suicide appeared among teens from every background – more privileged and less privileged, across all races and ethnicities and in every region of the country.
      All told, our analysis found that the generation of teens I call "iGen" – those born after 1995 – is much more likely to experience mental health issues than their millennial predecessors.
      What happened so that so many more teens, in such a short period of time, would feel depressed, attempt suicide and commit suicide?
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      At an office for Healthy Minds in High Wycombe, England, psychological well-being practitioners perform hourlong evaluations over the phone to decide what type of therapy is most appropriate for people who call asking for help. CreditAndrew Testa for The New York Times
       
      LONDON — England is in the midst of a unique national experiment, the world’s most ambitious effort to treat depression, anxiety and other common mental illnesses.
      The rapidly growing initiative, which has gotten little publicity outside the country, offers virtually open-ended talk therapy free of charge at clinics throughout the country: in remote farming villages, industrial suburbs, isolated immigrant communities and high-end enclaves. The goal is to eventually create a system of primary care for mental health not just for England but for all of Britain.
      At a time when many nations are debating large-scale reforms to mental health care, researchers and policy makers are looking hard at England’s experience, sizing up both its popularity and its limitations. Mental health care systems vary widely across the Western world, but none have gone nearly so far to provide open-ended access to talk therapies backed by hard evidence. Experts say the English program is the first broad real-world test of treatments that have been studied mostly in carefully controlled lab conditions.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.    
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      It’s common for people who suffer from irritable bowel syndrome (IBS) to also struggle with depression. Now, a small study published in the journal Gastroenterology suggests that taking a probiotic supplement may provide relief from both conditions.
      The randomized, placebo-controlled trial shows a connection between probiotics and mood improvement in people with IBS and depression or anxiety, as well as changes in brain regions related to emotional processing. Most previous research on this topic has been on healthy people without mood disorders.
      For the new research, scientists from McMaster University in Canada recruited 44 adults with IBS as well as mild to moderate anxiety or depression. They were followed for 10 weeks; half took a daily dose of the probiotic Bifidobacteriumlongum, and half took a placebo. The probiotics were manufactured and provided by Nestle, which also funded the study. (Nestle was not involved in collection, analysis or interpretation of study data.)

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By The Librarian
      These coping strategies can help you take the necessary steps toward healing.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Bible Speaks
      ANXIETY AND DEPRESSION  DON'T JUDGE! Help them, you will never truly understand something till it happens to you. 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. "Every saying of God is refined.He           is a shield to those taking refuge in him." (Proverbs 30:5) NWT

    • By Bible Speaks
      Anxiety and Depression Don't Judge...Help Them....
      You will never truly understand something until it actually happens to YOU!

      5 "Every saying of God is refined.
      He is a shield to those taking refuge in him."
       ( Proverbs 30:5) NWT 
                jw.org
       



    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Date:
      December 20, 2016
      Source:
      University of Pittsburgh Schools of the Health Sciences
      Summary:
      Compared with the total time spent on social media, use of multiple platforms is more strongly associated with depression and anxiety among young adults, researchers have found in a national survey. People who report using seven to 11 social media platforms had more than three times the risk of depression and anxiety than their peers who use zero to two platforms, even after adjusting for the total time spent on social media overall.

       
      Compared with the total time spent on social media, use of multiple platforms is more strongly associated with depression and anxiety among young adults.
      Credit: Tim Betler/UPMC
      Compared with the total time spent on social media, use of multiple platforms is more strongly associated with depression and anxiety among young adults, the University of Pittsburgh Center for Research on Media, Technology and Health (CRMTH) found in a national survey.
      The analysis, published online and scheduled for the April print issue of the journal Computers in Human Behavior, showed that people who report using seven to 11 social media platforms had more than three times the risk of depression and anxiety than their peers who use zero to two platforms, even after adjusting for the total time spent on social media overall.
      "This association is strong enough that clinicians could consider asking their patients with depression and anxiety about multiple platform use and counseling them that this use may be related to their symptoms," said lead author and physician Brian A. Primack, M.D., Ph.D., director of CRMTH and assistant vice chancellor for health and society in Pitt's Schools of the Health Sciences. "While we can't tell from this study whether depressed and anxious people seek out multiple platforms or whether something about using multiple platforms can lead to depression and anxiety, in either case the results are potentially valuable."
      In 2014, Primack and his colleagues sampled 1,787 U.S. adults ages 19 through 32, using an established depression assessment tool and questionnaires to determine social media use.
      The questionnaires asked about the 11 most popular social media platforms at the time: Facebook, YouTube, Twitter, Google Plus, Instagram, Snapchat, Reddit, Tumblr, Pinterest, Vine and LinkedIn.
      Participants who used seven to 11 platforms had 3.1 times the odds of reporting higher levels of depressive symptoms than their counterparts who used zero to two platforms. Those who used the most platforms had 3.3 times the odds of high levels of anxiety symptoms than their peers who used the least number of platforms. The researchers controlled for other factors that may contribute to depression and anxiety, including race, gender, relationship status, household income, education and total time spent on social media.
      Primack, who also is a professor of medicine at Pitt, emphasized that the directionality of the association is unclear.
      "It may be that people who suffer from symptoms of depression or anxiety, or both, tend to subsequently use a broader range of social media outlets. For example, they may be searching out multiple avenues for a setting that feels comfortable and accepting," said Primack. "However, it could also be that trying to maintain a presence on multiple platforms may actually lead to depression and anxiety. More research will be needed to tease that apart."
      Primack and his team propose several hypotheses as to why multi-platform social media use may drive depression and anxiety:
      Multitasking, as would happen when switching between platforms, is known to be related to poor cognitive and mental health outcomes. The distinct set of unwritten rules, cultural assumptions and idiosyncrasies of each platform are increasingly difficult to navigate when the number of platforms used rises, which could lead to negative mood and emotions. There is more opportunity to commit a social media faux pas when using multiple platforms, which can lead to repeated embarrassments. "Understanding the way people are using multiple social media platforms and their experiences within those platforms -- as well as the specific type of depression and anxiety that social media users experience -- are critical next steps," said co-author and psychiatrist César G. Escobar-Viera, M.D., Ph.D., a postdoctoral research associate at Pitt's Health Policy Institute and at CRMTH. "Ultimately, we want this research to help in designing and implementing educational public health interventions that are as personalized as possible."

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Exercise may be an effective treatment for depression and might even help prevent us from becoming depressed in the first place, according to three timely new studies. The studies pool outcomes from past research involving more than a million men and women and, taken together, strongly suggest that regular exercise alters our bodies and brains in ways that make us resistant to despair.
      Scientists have long questioned whether and how physical activity affects mental health. While we know that exercise alters the body, how physical activity affects moods and emotions is less well understood.
      Past studies have sometimes muddied rather than clarified the body and mind connections. Some randomized controlled trials have found that exercise programs, often involving walking, ease symptoms in people with major depression.
      But many of these studies have been relatively small in scale or had other scientific deficiencies. A major 2013 review of studies related to exercise and depression concluded that, based on the evidence then available, it was impossible to say whether exercise improved the condition. Other past reviews similarly have questioned whether the evidence was strong enough to say that exercise could stave off depression.
      A group of global public-health researchers, however, suspected that newer studies and a more rigorous review of the statistical evidence might bolster the case for exercise as a treatment of and block against depression.
      So for the new analyses, they first gathered all of the most recent and best-designed studies about depression and exercise.
      Then, for perhaps the most innovative of the new studies, which was published last month in Preventive Medicine, they focused on whether exercise could help to prevent someone from developing depression.
      The scientists knew that many past studies of that topic had relied on people providing reports about how much they had exercised. We human beings tend to be notoriously unreliable in our memories of past workouts, though.
      So the researchers decided to use only past studies that had objectively measured participants’ aerobic fitness, which will rise or fall depending on whether and how much someone exercises. Participants’ mental health also had to have been determined with standard testing at the start and finish of the studies, and the follow-up time needed to have been at least a year and preferably longer.
      Ultimately, the researchers found several large-scale past studies that met their criteria. Together, they contained data on more than 1,140,000 adult men and women.
      Among these million-plus people, the links between fitness and mental health turned out to be considerable. When the researchers divided the group into thirds, based on how aerobically fit they were, those men and women with the lowest fitness were about 75 percent more likely to have been given diagnoses of depression than the people with the greatest fitness. The men and women in the middle third were almost 25 percent more likely to develop depression than those who were the most fit.
      In a separate study (some of the scientists were involved in each of the reviews), researchers looked at whether exercise might be useful as a treatment for depression. In that analysis, which was published in June in the Journal of Psychiatric Research, they pooled data from 25 past studies in which people with clinically diagnosed depression began some type of exercise program. Each study had to include a control group that did not exercise and be otherwise methodologically sophisticated.
      The pooled results persuasively showed that exercise, especially if it is moderately strenuous, such as brisk walking or jogging, and supervised, so that people complete the entire program, has a “large and significant effect” against depression, the authors wrote. People’s mental health tended to demonstrably improve if they were physically active.
      The final review offers some hints about why. Published in February in Neuroscience and Biobehavioral Reviews, it took on the difficult issue of what happens within our bodies during and after exercise that might affect and improve our moods. The researchers analyzed 20 past studies in which scientists had obtained blood samples from people with major depression before and after they had exercised. The samples on the whole indicated that exercise significantly reduced various markers of inflammation and increased levels of a number of different hormones and other biochemicals that are thought to contribute to brain health.
      But the researchers also caution that most of the physiological studies they reviewed were too small and short-term to allow for firm conclusions about how exercise might change the brain to help fight off gloom.
      Still, the three reviews together make a sturdy case for exercise as a means to bolster mental as well as physical health, said Felipe Barreto Schuch, an exercise scientist at the Centro Universitário La Salle in Canoas, Brazil, who, with Brendon Stubbs, a professor at King’s College in London, was a primary author on all of the reviews.
       
      Many more experiments are still needed to determine the ideal amounts and types of exercise that might help both to prevent and treat depression, Dr. Schuch said.
      But he encouraged anyone feeling overwhelmed by recent events, or just by life, to go for a run or a bike ride. “The main message” of his and his colleagues’ reviews, he said, “is that people need to be active to improve their mental health.”

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By io.porog
      Depression is more than just a fleeting downer. We all have downers but they usually short lived. However, when a downer lasts several weeks, it is likely that a person has clinical depression. One's perception of themselves, others and their environment becomes noticeably negative and it can be very hard for a person to lift themselves out of the mire. Telling them to snap out of it, or that it is temporary often has the reverse effect desired. Often just a very patient listening ear is the best treatment that I've found with friends who suffer from depression. What do you think depression is? How do think it should be viewed? What do you think can help a person recover?
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Joseph Sabbatino leaped to his death from the 53rd story of L.A.'s Wilshire Grand Center on Friday The married 36-year-old, who was taking medication for depression, landed on the hood of a passing car below  Sabbatino was also found to have removed his helmet and had not been wearing a safety harness A Los Angeles County Coroner has now ruled that Sabbatino's tragic death was a suicide; no note has been discovered  Motorist Donna Crockett was hysterical after he landed on her car and said it had 'really taken a toll' on her  A statement from Turner Construction says the death was not a work related incident, indication it may have been a suicide  
       
      An electrician who plunged 53 floors to his death after leaping from the West Coast's highest skyscraper committed suicide, a coroner has ruled.
      Joseph Sabbatino was only on his second day on the job at the construction site of the unfinished, $1billion Wilshire Grand Center when he plummeted 800 feet onto the trunk of a car that was passing below.
      Coroner's Lt. David Smith confirmed today that the 36-year-old's death was a suicide.
      Sabbatino's father Vance revealed that his son had a long battle with depression and had been taking medication before his death.
      His devastated wife Melken Sabbatino wrote on Facebook after his tragic death that she was 'thinking about my husband. Missing you.' 
      Authorities found that the married Jehovah's Witness had removed his helmet and had not been wearing a harness before the fall on Friday- as he was only contracted to work on the lower levels
      Turner Construction has since released a statement to say there had been a safety barrier on the 53rd floor to prevents falls, and that the incident had not been work related. Around 1,000 employees were given the day off following Sabbatino's death.
      Horrified witnesses described the moment they saw Sabbatino fall to his death and land on a car below.
      James Armstrong III had been walking to a nearby bank moments after the fall said motorist Donna Crockett had been 'hysterical' and waving her hands in the air.
      'It's really taken a toll on me, because right now, I'm not strong and right now I am hurting,' Crockett told KTLA. 'It was traumatic, it something that I never thought I would have to see.'
      She was taken to hospital after the incident in shock.
      Mel Melcon, an LA Times photographer, was on assignment at the building when he noticed the man's body lying 'off the driver's side of the car.'
      'It sounded like a bag of cement fell off the edge of the building,' he said.
      'No one thought it was a body,' Melcon told his paper. 'We heard no screams.' 
      The vehicle escaped major damage but the rear side panel was splattered with blood, officials said.  
      'We have confirmed with (California's Division of Occupational Safety and Health and Los Angeles police) that the incident which occurred at the Wilshire Grand project site on March 17 was not work-related,' a statement issued by Turner Construction read.
      Work was shut down Friday and counselors would be on hand for employees, the statement said.
      Ed Winter, assistant chief Los Angeles County Coroner, said as far as he knew, there was no suicide note.
      Winter said the man, a new employee on his second day on the job, died instantly. The investigation will continue. 
      Chris Martin, CEO of Martin Project Management, which is supervising the construction, said there were barricades around the edge of the building and other safety measures in place.
      All of the building's 891 workers had undergone training, Martin said.
      'There's safety training for every worker on the job, and certain locations there's very specialized training. So these are all smart people,' Martin said. 'We had no injuries up to this date.' 
      When asked whether there might have been any electrical work that needed doing near the edge of the building, Martin said there wasn't.
      The paper also reported that there was an eight-foot-high 'integrity fence' in place to keep workers and equipment from falling off the tower.
      No tethering harness was seen on the man's body, although employees are required to wear one when working.
      A construction worker who spoke to the Times on condition of anonymity said that he saw the man's body, and initially thought the woman had run him over. 
      'We asked the driver: 'Did you run this man over?' She said no,' the worker said. 'That's when I knew he had fallen off the building.'
      He added that when he returned to the building he found a hard hat with the dead man's employee number on the 53rd floor.
      Maurice Lopez, who works at the neighboring Bonaventure said he was saddened to hear that someone working on the building he watched go up for years had died.
      That's crazy. Usually when you walk by here, you see the guys up there attached to something,' Lopez, 50, of Los Angeles told the LA Times. 'Now I'm gonna feel sick walking by here.'
      This is the first accident to happen at the location, the Times reported. There were around 850 workers on the site as of last week.  
      The Wilshire Grand Center is located on South Figueroa Street, at one of the busiest intersections in the city. The man's fall resulted in disruption to traffic flow.
      Upon completion, the $1billion skycraper, which has been under construction for two years, will be the tallest building west of the Mississippi. It will reach a height of 73 stories and will be 1,100 feet tall, including a 100-foot spire.
      It is expected to open early 2017. 
      Family and friends paid tribute to the 'sweet' man with a 'good heart' that was always so full of life.
      Susanne Dean wrote on Facebook: 'Joseph was very sweet and made us laugh and we had some good times with him...my boys thought he was so cool to invite them over to play video games and just hang out.
      'He was full of hope and life. That is the Joseph that we will remember.'
      Eric Mutuc added: 'Joseph was a friend of mine when we were children. He had a good heart, and although he may not have ever known it, I loved him like a brother. 
      Jerron Ragan said: 'Rest in peace Joseph Sabbatino. You were always a good friend. I'll miss you.'

      Source: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  












  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Posts

    • Apartheid means segregation. We mingled in the day and worked together but each night we went home to our own towns. There were many terrorist incidents and demonstrations in 1976 which ended in a shooting of rioters. Steve Biko was held in custody and then died - similar to events now in USA. There was police brutality against an ethnic majority (they were the majority) because they were feared....by the whites. The whites did not want to relinquish to the majority vote because they feared what
    • And to think that Utopia, the Thomas More book of the 1500s that coined the word, describes a society in which religion is integral, with the Christian (Catholic) faith preferred as the most reasonable. I didn’t know that about S Africa. Any thoughts on ‘Cry the Beloved Country’—a favorite of mine? I was surprised many years later to discover that the author opposed the ending of apartheid. To a friend from Europe years ago, a more naive me mentioned how now that China has come int
    • While I agree with you - the CIA atrocities and mingling in affairs of other countries is beyond our imagination - crooked and evil.  BUT China are spinning the above tale to their own people.  The propaganda inside china is now in top gear.  Everything in the west is bad.... just like the propaganda in the mosques. USA is the source of all problems in the world. (while I am sure they are - their exploitive behavior was also the source of China's wealth until now - especially when making Ap
    • They were actually very open about it. Western countries could share in the Chinese market, and make use of Chinese labor and factories and supply chains only if they agreed to turn over their technology and/or give up much of their long term profits. Capitalists often think in the short term. As you say they aren't good with long term plans. The financial services company I worked for for 20-some years wanted to open up offices in China and we had to consider their offers. (I had to work on sta
    • I have not read the 2005 version nor the 2016 version of this book (Confessions of an Economic Hitman, by John Perkins), but I have heard people for years corroborate and document exactly what he claims has been done. I have no idea if he himself was personally involved in so much of it, of course, but this has been documented for years. I once listened to many hours of the "secret recordings" from the White House phone of Lyndon Johnson. These were once aired on a Cable C-Span channel ma
    • I would say the press is more sympathetic to cultural communist ideas.  I see too much evidence of it. While our prisons are every inch as bad as any other due to privatization, so far the constitution still protects our right to freedom of religion - I guess not for long - because the constitution has been eroded over the past 25 years by congress with many laws which have taken away our personal liberties. Patriot Act is one of them.  They can put JWs in jail under this law without due pr
  • Topics

  • Members

    • Isabella

      Isabella 176

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Apprenons à connaître et accomplissons les voies de Jéhovah 
      “ Fais-moi connaître tes manières agir, [...] pour que je te connaisse. ” — EXODE 33:13.

      MOÏSE avait été élevé dans la maisonnée de Pharaon et instruit dans la sagesse prisée par la noblesse égyptienne. Cependant, il savait qu’il n’était pas égyptien : ses parents étaient hébreux. Alors qu’il était dans sa quarantième année, il alla rendre visite à ses frères, les fils d’Israël. La vue d’un Égyptien en train de maltraiter un Hébreu lui fut insupportable : il tua l’Égyptien. Moïse choisit d’épouser la cause du peuple de Jéhovah, persuadé que Dieu se servait de lui pour délivrer ses frères (Actes 7:21-25 ; Hébreux 11:24, 25). Lorsque l’incident vint à se savoir, la maison royale d’Égypte considéra Moïse comme un hors-la-loi, et il ne dut son salut qu’à la fuite : pour être utilisé par Jéhovah, il lui faudrait d’abord apprendre à mieux connaître Ses voies (Exode 2:11-15). Mais se laisserait-il enseigner ? — Psaume 25:9.
      Au cours des 40 années suivantes, Moïse vécut en exil et fut berger. Au lieu de s’aigrir du fait que ses frères hébreux ne l’avaient apparemment pas reconnu à sa juste valeur, il accepta cette situation permise par Dieu. De nombreuses années passèrent sans que personne ne semble prêter attention à lui, mais Jéhovah le façonnait. Plus tard Moïse écrirait, non de son propre chef, mais sous l’influence de l’esprit saint de Dieu : “ Or, Moïse était de beaucoup le plus humble de tous les hommes vivant sur la terre. ” (Nombres 12:3). Jéhovah l’a effectivement utilisé en lui confiant des responsabilités extraordinaires. Si, nous aussi, nous cherchons l’humilité, Jéhovah nous bénira. — Sophonie 2:3.
      Chargé d’une mission
      Un jour, près du mont Horeb, dans la péninsule du Sinaï, un ange parla à Moïse au nom de Jéhovah. “ Vraiment, j’ai vu là détresse  de mon peuple qui est en Égypte, lui dit-il, et j’ai entendu leur cri de plainte de ceux qui les poussent aux travaux forcés. Je connais bien les douleurs "qu’ils subissent". Aussi je descends pour les délivrer de la main des Égyptiens et pour les faire monter de ce pays vers un pays bon et vaste, vers un pays ruisselant de lait et de miel. ” (Exode 3:2, 7, 8). Dans cette perspective, Jéhovah avait une mission à confier à Moïse, mission à remplir, cette fois, selon Ses instructions.
      L’ange de Jéhovah ajouta : “ Maintenant viens ; que je t’envoie vers Pharaon, et fais sortir d’Égypte mon peuple les fils d’Israël. ” Moïse hésita. Il ne se sentait pas à la hauteur, et en cela il n’avait pas tort. Toutefois, Jéhovah lui fit cette promesse : “ Je serai avec toi. ” (Exode 3:10-12). Jéhovah allait lui accorder le pouvoir d’accomplir des signes miraculeux attestant qu’il était bien son messager. Aaron, le frère de Moïse, l’accompagnerait et lui servirait de porte-parole. Et puis Jéhovah leur enseignerait quoi dire et quoi faire (Exode 4:1-17). Moïse s’acquitterait-il fidèlement de cette mission ?
      Au début, les anciens d’Israël crurent Moïse et Aaron (Exode 4:29-31). Mais, peu après, “ les préposés des fils d’Israël ” les accusèrent de les avoir fait “ sentir mauvais ” devant Pharaon et devant ses serviteurs (Exode 5:19-21 ; 6:9). Tandis qu’ils sortaient d’Égypte, les Israélites frissonnèrent en voyant les chars égyptiens à leur poursuite. Avec devant eux la mer Rouge et derrière eux les chars de guerre ils se crurent pris au piège, et le reprochèrent encore à Moïse. Quelle aurait été votre réaction ? Les Israélites ne possédaient aucun bateau, et pourtant, conformément aux instructions de Jéhovah, Moïse leur ordonna de lever le camp. Dieu fit alors reculer les eaux de la mer Rouge. Le fond de la mer s’étant asséché, Israël put traverser. — Exode 14:1-22.
      Une préoccupation plus importante que la délivrance
      Lorsqu’il avait exposé sa mission à Moïse, Jéhovah avait souligné l’importance de Son nom. Il était capital de respecter ce nom et Celui qu’il représente. Moïse lui ayant demandé Son nom, Jéhovah avait répondu : “ Je deviendrai, ce que je décide. ” Moïse devait aussi dire aux fils d’Israël : “ Jéhovah le Dieu de vos ancêtres, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’a envoyé vers vous. ” Jéhovah avait ajouté : “ C’est là mon nom pour des temps indéfinis et c’est là mon mémorial de génération en génération. ” (Exode 3:13-15). Aujourd’hui encore, Jéhovah est le nom par lequel Dieu est connu de ses serviteurs sur toute la terre. — Isaïe 12:4, 5 ; 43:10-12.
      Face à Pharaon, Moïse et Aaron transmirent leur message au nom de Jéhovah. Mais Pharaon leur répondit avec arrogance : “ Qui est Jéhovah pour que j’obéisse à sa voix en renvoyant Israël ? Je ne connais pas du tout Jéhovah ; d’ailleurs je ne renverrai pas Israël. ” (Exode 5:1, 2). Pharaon avait beau se révéler impitoyable et fourbe, Jéhovah ordonna à Moïse de lui délivrer message après message (Exode 7:14-16, 20-23 ; 8:1, 2, 20). Moïse voyait bien que Pharaon était irrité. Était-il vraiment judicieux de retourner le voir encore et encore ? Israël rêvait de liberté ; Pharaon s’obstinait à la lui refuser. Qu’auriez-vous fait à la place de Moïse ?
      Moïse délivra de nouveau un message, par ces mots : “ Voici ce qu’a dit Jéhovah le Dieu des Hébreux : ‘ Renvoie mon peuple pour qu’il me serve. ’ ” Dieu dit également : “ J’aurais déjà pu avancer ma main pour te frapper, toi et ton peuple, par la peste, afin que tu sois effacé de la terre. Mais, en fait, c’est pour cela que je t’ai laissé exister : c’est pour te faire voir ma force et afin qu’on proclame mon nom dans toute la terre. ” (Exode 9:13-16). Compte tenu de ce qu’il réservait à l’impitoyable pharaon, Jéhovah se proposa de faire la démonstration de sa puissance d’une manière telle qu’elle servirait d’avertissement à tous ceux qui le défient ; à Satan le Diable, entre autres, celui que Jésus Christ surnomma plus tard “ le chef du monde ”. (Jean 14:30 ; Romains 9:17-24.) Comme prédit, le nom de Jéhovah fut proclamé sur toute la terre. Grâce à sa patience, les Israélites furent préservés, et une foule immense et bigarrée se joignit à eux pour l’adorer (Exode 9:20, 21 ; 12:37, 38). Depuis lors, la proclamation du nom de Jéhovah a permis à des millions d’autres personnes d’embrasser le vrai culte.
      En relation avec un peuple difficile
      Les Hébreux connaissaient le nom divin. En effet, lorsqu’il s’adressait à eux, Moïse employait ce nom. Mais ils ne firent pas toujours preuve du respect qui convient envers Celui qui le porte. Peu après que Jéhovah les eut délivrés miraculeusement d’Égypte, que se passa-t-il quand les Israélites ne trouvèrent pas rapidement d’eau potable ? Ils murmurèrent contre Moïse. Ensuite, ils se plaignirent de la nourriture. Moïse les avertit que ce n’était pas seulement contre Aaron et lui qu’ils murmuraient, mais contre Jéhovah lui-même (Exode 15:22-24 ; 16:2-12). Au mont Sinaï, Jéhovah donna au peuple la Loi dans un déploiement de manifestations surnaturelles. Pourtant, les Israélites désobéirent en adorant un veau d’or qu’ils avaient fabriqué, tout en prétendant donner “ une fête pour Jéhovah ”. — Exode 32:1-9.
      Quelle ligne de conduite Moïse devait-il adopter face à un peuple que Jéhovah lui-même qualifiait de peuple au cou raide ? Moïse adressa à Jéhovah cette requête : “ S’il te plaît, si j’ai trouvé faveur à tes yeux, fais-moi connaître tes voies, s’il te plaît, pour que je te connaisse, afin que je trouve faveur à tes yeux. ” (Exode 33:13). Aujourd’hui, les surveillants chrétiens qui prennent soin des Témoins de Jéhovah font paître un troupeau bien plus humble. Ce qui ne les empêche pas de faire cette même prière : “ Fais-moi connaître tes voies, ô Jéhovah ! Enseigne-moi tes sentiers. ” (Psaume 25:4). La connaissance des voies de Jéhovah leur permet de traiter des situations d’une manière conforme à sa Parole et à sa personnalité.
      Ce que Jéhovah attend de son peuple
      Ce que Jéhovah attendait de son peuple, il le révéla d’abord oralement au mont Sinaï. Moïse reçut plus tard deux tablettes de pierre sur lesquelles étaient écrits les Dix Commandements. Tandis qu’il descendait de la montagne, il vit les Israélites en train d’adorer le veau en métal fondu. Sous le coup de la colère, il brisa les tablettes en les jetant par terre. Jéhovah écrivit de nouveau les Dix Commandements, sur des tablettes que Moïse avait cette fois-ci taillées lui-même (Exode 32:19 ; 34:1). Ces commandements n’avaient pas changé par rapport à la première fois. Moïse devait en tenir compte dans ses manières d’agir. Dieu a aussi bien fait comprendre à Moïse quel genre de personne Il est, pour lui montrer comment devait se conduire son représentant. Les chrétiens ne sont pas sous la Loi mosaïque, mais dans ce que Jéhovah a dit à Moïse on trouve de nombreux principes fondamentaux qui n’ont pas changé et qui demeurent valables pour tous Ses adorateurs (Romains 6:14 ; 13:8-10). Examinons-en quelques-uns.
      Accorder à Jéhovah un attachement exclusif. La nation d’Israël était présente lorsque Jéhovah déclara qu’il exigeait un attachement exclusif (Exode 20:2-5). Pour en avoir eu de nombreuses preuves, les Israélites savaient que Jéhovah est le vrai Dieu (Deutéronome 4:33-35). Jéhovah établit clairement qu’il ne tolérerait aucune forme d’idolâtrie ou de spiritisme de la part de ses serviteurs. Peu importaient les pratiques des autres nations. L’attachement à Dieu n’était pas une simple formalité : tous devaient aimer Jéhovah de tout leur cœur, de toute leur âme et de toute leur force vitale (Deutéronome 6:5, 6). Cela devrait se remarquer dans leurs paroles, dans leur conduite, à vrai dire dans chaque aspect de leur vie (Lévitique 20:27 ; 24:15, 16 ; 26:1). Jésus Christ fit, lui aussi, clairement comprendre que Jéhovah exige un attachement exclusif. — Marc 12:28-30 ; Luc 4:8.
      Obéir strictement aux commandements de Jéhovah. Les Israélites avaient besoin qu’on leur rappelle qu’en concluant une alliance avec Jéhovah ils avaient fait le vœu de lui obéir strictement. Ils bénéficiaient d’une grande liberté individuelle, mais, dans les domaines où Jéhovah leur avait donné des commandements, ils étaient tenus d’y obéir pleinement. Ce faisant, ils montreraient leur amour pour Dieu et en retireraient des bienfaits, eux et leurs descendants, car toutes les exigences de Jéhovah étaient pour leur bien. — Exode 19:5-8 ; Deutéronome 5:27-33 ; 11:22, 
      Accorder la priorité aux choses spirituelles. Les Israélites ne devaient pas laisser la satisfaction de leurs besoins physiques détourner leur attention des activités spirituelles. Ils ne devaient pas axer leur vie uniquement sur des objectifs profanes. Jéhovah délimita une période hebdomadaire qu’il déclara sacrée, période destinée exclusivement aux activités liées au vrai culte (Exode 35:1-3 ; Nombres 15:32-36). Il fallait également prendre le temps d’assister, chaque année, à de saintes assemblées décrétées par Jéhovah (Lévitique 23:4-44). C’était là l’occasion de se remémorer les actes de puissance de Jéhovah, de se rappeler ses voies et de lui exprimer sa gratitude pour toute sa bonté. En exprimant son attachement à Jéhovah, le peuple augmenterait sa crainte et son amour pour lui, et cela l’aiderait à marcher dans ses voies (Deutéronome 10:12, 13). Les principes salutaires contenus dans ces instructions sont bénéfiques aux serviteurs de Jéhovah encore aujourd’hui. — Hébreux 10:24, 25.
      Une juste appréciation des qualités de Jéhovah
      Autre chose allait aider Moïse à traiter correctement le peuple : une bonne connaissance des qualités de Jéhovah. En Exode 34:5-7 on lit que Dieu passa devant la face de Moïse en proclamant : “ Jéhovah, Jéhovah, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère et abondant en bonté de cœur et en vérité, conservant la bonté de cœur à des milliers, pardonnant la faute et la transgression et le péché, mais en aucun cas il n’accordera l’exemption de punition, faisant venir la punition pour la faute des pères sur les fils et sur les petits-fils, sur la troisième génération et sur la quatrième génération. ” Prenez le temps de méditer sur ces paroles. Demandez-vous : ‘ Quel sens revêt chacune de ces qualités ? Comment Jéhovah les a-t-il manifestées ? Comment les surveillants chrétiens peuvent-ils les mettre en œuvre ? Comment chacune d’elles devrait-elle influencer notre manière d’être ? Arrêtons-nous simplement sur quelques exemples.
       
      Jéhovah est un “ Dieu miséricordieux et compatissant ”. Si vous possédez l’ouvrage de référence Étude perspicace des Écritures, pourquoi ne pas lire ce qui est dit sous l’entrée “ Miséricorde ” ? Où bien, faites des recherches à ce sujet à l’aide de la bibliothèque Jw.org. Servez-vous des outils de recherche pour trouver des versets qui traitent de la miséricorde. Vous constaterez que la miséricorde de Jéhovah non seulement permet parfois un allégement de la punition, mais s’accompagne d’une tendre compassion. Elle pousse Dieu à prendre des mesures pour apporter le soulagement à son peuple. La preuve en est que Dieu combla les besoins physiques et spirituels des Israélites durant leur périple vers la Terre promise (Deutéronome 1:30-33 ; 8:4). Jéhovah fit preuve de miséricorde à l’égard de ses serviteurs d’autrefois : il leur accorda son pardon lorsqu’ils commirent des fautes. À combien plus forte raison devrions-nous nous témoigner de la compassion aujourd’hui ! — Matthieu 9:13 ; 18:21-35.
      La miséricorde de Jéhovah est associée à la compassion. Si vous possédez un dictionnaire, lisez la définition de “ compatissant ”. Puis rapprochez-la de versets qui montrent que Jéhovah est compatissant. Dans la Bible, la compassion manifestée par Jéhovah est teintée d’un intérêt plein d’amour pour les défavorisés au sein de son peuple (Exode 22:26, 27). Quel que soit le pays, les étrangers, mais aussi d’autres personnes, se trouvent parfois désavantagés. En enseignant à ses serviteurs d’autrefois l’impartialité et la bonté à l’égard des étrangers, Jéhovah leur rappela expressément qu’eux aussi avaient été étrangers, en Égypte (Deutéronome 24:17-22). Qu’en est-il de nous, qui forme le peuple de Dieu aujourd’hui ? En faisant preuve de compassion nous contribuons à nous unir et à attirer d’autres personnes vers le culte de Jéhovah. — Actes 10:34, 35 ; Révélation 7:9, 10.
      Cependant, l’empathie à l’égard des gens d’autres nations ne devait pas passer avant l’amour pour Jéhovah et pour ses normes morales. Les Israélites avaient d’ailleurs reçu la consigne de ne pas adopter les coutumes des nations voisines, ni leurs traditions religieuses, ni leur conduite immorale (Exode 34:11-16 ; Deutéronome 7:1-4). Cela s’applique à nous aujourd’hui encore. Nous sommes censés être un peuple saint, comme notre Dieu, Jéhovah, est saint. — 1 Pierre 1:15, 16.
      Afin que Moïse ait une juste appréciation de Ses voies, Jéhovah lui a fait clairement comprendre que, s’il n’approuve pas le péché, il est néanmoins lent à la colère. Il laisse aux gens le temps d’apprendre ses exigences et de s’y conformer. Dès lors qu’il y a repentance, Jéhovah pardonne le péché, même s’il n’exempte pas de la punition pour les fautes graves. Il a prévenu Moïse que la conduite des Israélites aurait une incidence, bonne ou mauvaise, sur les générations à venir. S’ils comprennent bien les voies de Jéhovah, ses serviteurs seront moins tentés de lui attribuer la responsabilité de situations dans lesquelles ils se sont placés eux-mêmes, ni de conclure qu’il tarde à agir.
      Si vous souhaitez approfondir votre connaissance de Jéhovah et de ses voies, continuez à faire des recherches et à méditer lorsque vous lisez la Bible. Examinez attentivement les aspects fascinants de la personnalité de Jéhovah. Réfléchissez dans la prière à la façon de l’imiter et de mieux conformer votre vie à son dessein. Il vous sera ainsi plus facile d’éviter les pièges, d’entretenir de bonnes relations avec vos frères et sœurs qui suivent la Parole de Dieu comme guide d'action, de pensée, de sagesse et d’aider d’autres personnes à connaître et à aimer notre Dieu majestueux.
      Le peuple de la terre que Dieu uni ensemble à son amour véritable sont tous ceux qui chaque jour, lisent la Parole de Dieu et inclus dans leur coeur la sagesse essentielle venant de Jéhovah le Très Haut. Chaque serviteur de Dieu se purifie intérieurement d'une eau purifiante que garde chaque serviteur à l'affût des danger de ce monde et qu'il modèle ses pas vers la voie que Dieu lui à donner pour préserver l'espoir de la promesse de notre Dieu.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Mettez votre confiance en Jéhovah
       
      Ouvrons nos bibles en Psaumes 37:3,4 regardons un conseil de notre Dieu Jéhovah:
      “Aie confiance en Jéhovah et fais le bien; (...) délecte-toi en Jéhovah.” — PSAUME 37:3, 4.
      AU PREMIER siècle de notre ère, les chefs religieux juifs prétendaient adorer Dieu, mais ils n’avaient pas confiance en lui: ils violaient ses commandements et persécutaient ses représentants (Matthieu 15:3; Jean 15:20). En conséquence, "leur maison fut abandonnée" par Jéhovah (Matthieu 23:38). En l’an 66, les armées romaines détruisirent Jérusalem et son temple, ce qui entraîna la mort d’un grand nombre de chefs religieux et de leurs disciples. Cependant, les personnes qui avaient confiance en Jéhovah furent protégées, car elles avaient suivi l’avertissement de ses porte-parole et elles étaient allées se réfugier dans un lieu sûr. — Matthieu 24:15-22; Luc 21:20-24.
      En ces derniers jours du système de choses,  mettons-nous notre confiance en Jéhovah, le vrai Dieu? Obéissons-nous à ses commandements et fesons-nous sa volonté, ou bien imiton-nous les chefs religieux du Ier siècle que Dieu abandonna? Quelle mode de vie avons-nous de besoin à notre époque, pour espérer bénéficier de la protection divine parce que nous avons confiance en Jéhovah et que nous agissons pour le bien’? — Psaume 37:3.
      Il y a plusieurs années, le pape Jean-Paul II a déclaré que “la survie de l’humanité tout entière était gravement menacée”. Il a mis l’accent sur “les résultats qu’obtiennent divers groupements religieux lorsqu’ils s’unissent pour tenter de conjurer cette menace”. C’est la volonté de Dieu, a-t-il dit, que les responsables religieux “travaillent ensemble” à “la paix et [à] la réconciliation”. Toutefois, si telle est sa volonté, pourquoi Dieu n’a-t-il pas béni les efforts qui sont accomplis en ce sens depuis des siècles? Parce que ces religions ne mettent pas véritablement leur confiance dans le moyen que Dieu a prévu pour instaurer la paix: son Royaume céleste (Matthieu 6:9, 10). Au lieu de cela, elles accordent leur soutien à la politique et aux guerres des nations. En conséquence, au cours des guerres, les croyants d’une nation ont tué les croyants d’une autre nation, et ils ont même tué certains de leurs coreligionnaires. Ainsi, des catholiques ont tué des catholiques, des protestants ont tué des protestants, et il en fut de même dans bien d’autres religions. Cependant, de véritables frères spirituels peuvent-ils s’entre-tuer, tout en prétendant servir Dieu?
      Jésus a établi le critère d'un mode vie qui apporte l'Amour et la protection de son Père,  lorsqu'ils a dit à ses disciples: “Je vous donne un commandement nouveau: que vous vous aimiez les uns les autres, et que, comme je vous ai aimés, vous aussi aimez les uns les autres. Par là tous saurons que vous êtes mes disciples: si vous avez de l’amour entre vous.” (Jean 13:34, 35). Par conséquent, ceux qui pratiquent le vrai mode de vie spirituel doivent s’aimer les uns les autres. Il s’agissait "d’un commandement nouveau”, car Jésus a déclaré: “Que, comme je vous ai aimés, vous aussi vous vous aimiez les uns les autres.” Jésus était disposé à se dessaisir de sa vie pour ses disciples; et ceux-ci doivent être prêts à faire de même: non pas ôter la vie à leurs compagnons dans la foi, mais sacrifier si nécessaire leur vie. C’est en ce sens que ce commandement était nouveau, car la Loi mosaïque n’allait pas si loin.
      Voici ce qu’on peut lire dans la Parole de Dieu: “Si quelqu’un déclare: ‘J’aime Dieu’, mais qu’il haïsse son frère, c’est un menteur. En effet, celui qui n’aime pas son frère, qu’il a vu, ne peut pas aimer Dieu, qu’il n’a pas vu. Et voici le commandement que nous tenons de lui: que celui qui aime Dieu aime aussi son frère.” (1 Jean 4:20, 21). Grâce à cet amour, ceux qui placent leur confiance en Jéhovah connaissent une véritable unité internationale. Paul déclare, en effet, en 1 Corinthiens 1:10: “Je vous exhorte, frères, (...) à parler tous en parfait accord, et à ce qu’il n’y ait pas de divisions parmi vous, mais que vous soyez étroitement unis dans le même esprit et dans la même pensée.” — Voir 1 Jean 3:10-12.
      Selon une encyclopédie (The World Book Encyclopedia), 55 millions de personnes ont été tuées lors de la Seconde Guerre mondiale, exceptés les Témoins de Jéhovah, des membres de toutes les grandes religions ont pris part à ce massacre. Aucune de ces vies humaines n’a été ôtée par un témoin de Jéhovah, car les témoins ont obéi au commandement de s’aimer les uns les autres et ils ont refusé de prendre part aux guerres des nations. Nombre d’entre eux ont été livrés au martyre en raison de leur neutralité, mais ils avaient pu dire, reprenant les paroles de l’apôtre Paul: ‘Nous sommes purs du sang de tous les hommes.’ — Actes 20:26.
      L’aumônier catholique appartenant à l’unité qui a lâché la bombe atomique sur le Japon en 1945 a récemment déclaré: “Depuis 17 siècles, l’Église présente la guerre sous un jour respectable. Elle fait croire aux gens qu’il s’agit là d’une honorable profession chrétienne. Ce n’est pas vrai. On nous a endoctrinés. (...) Jésus n’a jamais enseigné le dogme de la guerre juste. (...) Rien dans la vie ou l’enseignement du Christ ne laisse supposer que s’il est condamnable d’utiliser la bombe atomique pour réduire en cendres les humains, il n’est pas condamnable de le faire au moyen du napalm ou d’un lance-flammes.”
      Voici ce qu’on pouvait lire dans un quotidien londonien (Catholic Herald): "Les premiers chrétiens (...) respectaient scrupuleusement les paroles de Jésus et refusaient, même au prix de leur vie, de se laisser enrôler dans l’armée romaine. L’Histoire du monde aurait-elle été différente si l’Église était restée attachée à ce principe? (...) Si, aujourd’hui, les Églises toutes ensemble condamnaient la guerre (...), et qu’ainsi tous leurs membres se sentent tenus d’être, comme les premiers chrétiens, des objecteurs de conscience, la paix régnerait sur la terre. Toutefois, nous savons que cela n’arrivera."
      Les multiples religions du monde ont donc gravement transigé avec les lois de Dieu. Elles n’ont pas montré plus de confiance que les Pharisiens. “Publiquement ils déclarent connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres, car ce sont des gens détestables, désobéissants et non approuvés pour quelque œuvre bonne que ce soit.” (Tite 1:16). En conséquence, comme il avait abandonné le judaïsme hypocrite du Ier siècle, de même, à notre époque, Dieu a abandonné ces religions qui agissent contre les lois morales de Dieu. — Matthieu 15:9, 14.
      Ceux qui ont confiance en Jéhovah survivront
      Ne mettez pas votre confiance dans les solutions humaines aux problèmes du monde. Bien plutôt, confiez-vous en Celui qui peut tenir ses promesses (Josué 23:14). Voyez, par exemple, les événements qui se sont produits au VIIIe siècle avant notre ère, aux jours du roi Ézéchias de Juda. À son sujet, la Bible déclare: “Il faisait ce qui est droit aux yeux de Jéhovah.” (2 Rois 18:3). À l’époque d’Ézéchias, l’imposante Puissance mondiale assyrienne se dressa contre Jérusalem. Le porte-parole de Sennachérib, roi d’Assyrie, vint exiger la reddition de Jérusalem. Il déclara: “Voici ce qu’a dit le roi: ‘Qu’Ézéchias ne vous trompe pas, car il ne peut vous délivrer de ma main! Et qu’Ézéchias ne vous fasse pas vous confier en Jéhovah.’” — 2 Rois 18:29, 30.
      Que fit Ézéchias? La Bible nous dit: “Ézéchias se mit à prier devant Jéhovah et dit: ‘Ô Jéhovah, Dieu d’Israël, qui es assis sur les chérubins, toi seul tu es le vrai Dieu de tous les royaumes de la terre. Tu as fait, toi, les cieux et la terre. Incline ton oreille, ô Jéhovah, et entends. Ouvre tes yeux, ô Jéhovah, et vois, et entends les paroles de Sennachérib, qu’il a envoyées pour provoquer le Dieu vivant. (...) ô Jéhovah, notre Dieu, s’il te plaît, sauve-nous de sa main, pour que tous les royaumes de la terre sachent que toi, ô Jéhovah, tu es Dieu, toi seul.’” — 2 Rois 19:15-19.
      Jéhovah a entendu cette prière et a envoyé le prophète Ésaïe auprès d’Ézéchias pour lui dire: “Voici ce qu’a dit Jéhovah au sujet du roi d’Assyrie: ‘Il n’entrera pas dans cette ville, et il n’y lancera pas de flèche, et il ne se présentera pas devant elle avec un bouclier, et il n’élèvera pas contre elle un rempart de siège.’” Ézéchias devait-il rassembler une armée pour affronter l’Assyrie? Non, il devait placer sa confiance en Jéhovah; et c’est ce qu’il fit. Que se passa-t-il? “L’ange de Jéhovah sortit et abattit dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt-cinq mille hommes.” En outre, Sennachérib fut châtié pour avoir défié Jéhovah et ses serviteurs; en effet, il fut plus tard assassiné par ses propres fils. Ainsi, conformément à la parole de Jéhovah, pas une flèche ne fut lancée contre Jérusalem. — 2 Rois 19:32-37.
      Alors que doivent faire les gens de toutes les nations pour survivre à la fin de l’actuel système de choses?
      Des événements semblables vont se produire à notre époque. Ceux qui se confient en Jéhovah survivront aux attaques et à la destruction du monde. “Ceux qui connaissent ton nom se confieront en toi, car tu ne quitteras assurément pas ceux qui te cherchent, ô Jéhovah!” (Psaume 9:10). Néanmoins, avant de détruire ce monde cruel, Jéhovah invite tous les humains sincères à s’approcher de lui pour trouver la sécurité. Ceux qui acceptent son invitation constituent une “grande foule” de personnes qui “viennent de la grande tribulation” et qui sont issues de toutes les nations. Ces personnes survivront à la fin du système de choses actuel parce qu’elles ont confiance en Jéhovah et le servent “jour et nuit”. — Révélation 7:9-15.
      La “grande foule” répond à l’appel qui retentit de plus en plus puissamment dans le monde entier, conformément à la prophétie consignée en Ésaïe 2:2, 3: “Et il adviendra sans faute, dans la période finale des jours, que la montagne de la maison de Jéhovah [son véritable culte] se trouvera solidement établie (...). Et assurément de nombreux peuples iront et diront: ‘Venez et montons à la montagne de Jéhovah (...) et il nous instruira de ses voies, et nous marcherons dans ses sentiers.’”  verset 4 dit: “Et ils devront forger leurs épées en socs de charrue et leurs lances en cisailles à émonder. Une nation ne lèvera pas l’épée contre une nation, et ils n’apprendront plus la guerre.”
      Un bel avenir
      Jéhovah offre le plus bel avenir qu’on puisse imaginer à ceux qui mettent leur confiance en lui. Lorsqu’il remplacera les vieilles structures de la société par de nouvelles, les humains qui vivront sur la terre ne connaîtront ni la crainte, ni la méfiance, ni la misère, ni l’injustice, ni le crime. Il n’y aura plus de guerres ou d’avortements pour priver les humains de la vie. Révélation 21:4 promet même que “la mort ne sera plus; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus”, cela pour toujours.
      Comme Jésus l’a promis, avec le temps la terre deviendra un paradis (Luc 23:43). Ceux qui mettent leur confiance en Jéhovah pourront vivre éternellement dans ce Paradis, car la mort disparaîtra. Les paroles de Michée 4:4 se réaliseront: “Ils seront assis chacun sous sa vigne et sous son figuier, et il n’y aura personne qui les fasse trembler.” Vous imaginez-vous vivre dans une société où vous pourriez avoir confiance en tout le monde? Pourquoi en sera-t-il ainsi? Parce que, comme le dit Ésaïe 54:13, “tous tes fils seront des personnes enseignées par Jéhovah, et la paix de tes fils sera abondante”.
      Toutefois, la confiance que les millions de Témoins de Jéhovah portent à Dieu leur procure dès aujourd’hui des bienfaits. Par exemple, les serviteurs de Jéhovah ont moins de risques de contracter le cancer du poumon parce qu’ils obéissent à ses lois et à ses principes relatifs au tabac. Vivant dans un milieu moralement pur, ils sont moins menacés par l’épidémie mondiale des maladies sexuellement transmissibles, telles que le SIDA. Parce qu’ils ne se droguent pas, ils sont à l’abri de maladies que de nombreux toxicomanes par voie intraveineuse ont contractées, maladies qui peuvent altérer les facultés mentales et entraîner la mort. Étant donné qu’ils n’acceptent pas de transfusions sanguines, les serviteurs de Jéhovah sont bien mieux protégés contre les maladies véhiculées par le sang. Chaque année, aux États-Unis, l’une de ces maladies, l’hépatite virale, tue ou lèse de façon permanente plus de dix mille personnes ayant reçu du sang.
      Même si certains de ceux qui se confient en Jéhovah meurent à cause de leur âge, de la maladie ou bien des suites d’un accident, Jéhovah viendra à leur secours. Il les ramènera à la vie par le moyen de la résurrection. C’est pourquoi l’apôtre Paul nous encourage à ‘avoir confiance, non pas en nous-mêmes, mais dans le Dieu qui relève les morts’. — 2 Corinthiens 1:9.
      Jéhovah soutiendra toujours ses serviteurs fidèles
      Souvenez-vous que “le monde entier gît au pouvoir du méchant”, Satan le Diable (1 Jean 5:19). Par conséquent, si vous vous confiez en Dieu, Satan et le monde qu’il domine s’opposeront à vous; ils essaieront de saper votre foi en vous ridiculisant ou en vous persécutant, comme ils l’ont fait à Jésus. Après qu’il eut été cloué sur le poteau de supplice, “les passants parlaient de lui en mal, hochant la tête et disant: ‘(...) Si tu es fils de Dieu, descends du poteau de supplice!’ Pareillement les prêtres en chef aussi se moquaient de lui, ainsi que les scribes et les anciens, et disaient: ‘Il en a sauvé d’autres; il ne peut pas se sauver lui-même! (...) Il a mis sa confiance en Dieu; qu’Il le délivre maintenant, s’Il veut de lui.’” — Matthieu 27:39-43.
      Trois jours après ces événements, Dieu a délivré Jésus en le ressuscitant d’entre les morts. Les moqueurs de la génération d’alors ont été quant à eux massacrés ou emmenés en esclavage par les armées romaines. Puisque le Christ, en sa qualité de Roi du Royaume céleste de Dieu, présidera à la résurrection, si ces individus sont ressuscités, il leur faudra se soumettre à celui-là même dont ils se seront moqués 2 000 ans auparavant! Oui, Jéhovah défend ses serviteurs, qui diront: “En Dieu j’ai mis ma confiance. Je n’aurai pas peur. Que peut me faire l’homme tiré du sol?” — Psaume 56:11.
      Voici ce que Jéhovah déclare à propos de ses serviteurs: “Béni l’homme valide qui met sa confiance en Jéhovah, et dont Jéhovah est devenu l’assurance! Et certes il deviendra comme un arbre planté près des eaux, qui envoie ses racines près du cours d’eau; et il ne verra pas quand la chaleur arrivera, mais son feuillage restera touffu. Et dans l’année de la sécheresse il ne s’inquiétera pas, et il ne cessera pas de produire du fruit.” Il dit également: “Maudit l’homme valide qui met sa confiance dans l’homme tiré du sol et qui fait de la chair son bras, et dont le cœur se détourne de Jéhovah! Et assurément il deviendra comme un arbre solitaire dans la plaine déserte et il ne verra pas quand le bien arrivera.” — Jérémie 17:5-8.
      En ces temps décisifs, donc, "ayons confiance en Jéhovah et faisons le bien; résidons sur la terre et agissons avec fidélité. De plus, délectons-nous en Jéhovah, et il nous donnera les demandes de notre cœur". (Psaume 37:3, 4.) Que soient exaucées les demandes que vous ferez, entre autres celle de goûter le don de la vie éternelle dans le monde nouveau et juste promis par Dieu, Celui en qui nous pouvons avoir confiance!

      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Bonjour Eric, merci pour cet exposé sur Hanna, Bonne journée. Michel
      ENTRETIEN AVEC DIEU.pptx
      · 3 replies
    • Eric Ouellet

      LA FOI D'HANNA ENVERS DIEU APPORTE SA RÉCOMPENSE
      UNE femme de foi adresse une prière à Jéhovah. Convaincue que c’est Dieu qui l’a relevée de la poussière, transformant son abattement en exultation, elle le loue à haute voix.
      Cette femme, c’est Hanna. Qu’est-ce qui explique son spectaculaire changement d’état d’âme ? Pourquoi est-elle à présent si joyeuse ? En quoi ce qu’elle a vécu peut-il nous être utile ? Intéressons-nous à son histoire.
      Une famille sous pression
      Hanna est l’une des deux femmes d’Elqana, un Lévite de la région d’Éphraïm (1 Samuel 1:1, 2a ; 1 Chroniques 6:33, 34). Bien que n’entrant pas dans le dessein originel de Dieu pour l’humanité, la polygamie est autorisée et réglementée sous la Loi mosaïque. Elle est néanmoins une source fréquente de discorde. La vie de cette famille, qui pourtant adore Jéhovah, en témoigne.
      Hanna est stérile, tandis que Peninna, l’autre femme d’Elqana, a plusieurs enfants. Peninna se comporte en rivale. — 1 Samuel 1:2b.
      Pour une Israélite, la stérilité est un déshonneur, et même un signe de la défaveur divine. Mais, dans le cas de Hanna, rien n’indique que son incapacité de procréer soit liée à la désapprobation de Dieu. Peninna ne la console pas pour autant ; elle se prévaut au contraire de son statut de mère pour l’humilier.
      Au sanctuaire de Jéhovah
      Malgré ces tensions, la famille entreprend le voyage annuel en direction du sanctuaire de Jéhovah, à Shilo, pour y offrir des sacrifices. L’aller-retour de quelque 60 kilomètres se fait vraisemblablement à pied. Cet événement doit être particulièrement pénible pour Hanna. En effet, Peninna et ses enfants reçoivent plusieurs portions du sacrifice de communion, alors que Hanna, elle, n’en reçoit qu’une seule. Peninna trouve là une opportunité supplémentaire de la blesser et de la mettre dans l’embarras ; il semble que Jéhovah ait “ fermé sa matrice ”, et elle ne manque pas de le lui rappeler. Tous les ans, c’est le même calvaire. Tous les ans, Hanna pleure et cesse de manger. Ces voyages qui normalement devraient la mettre en joie la plongent dans une profonde détresse. Hanna se rend néanmoins chaque année au sanctuaire de Jéhovah. — 1 Samuel 1:3-7.
      Voyez-vous en quoi Hanna est un bel exemple ? Comment réagissez-vous lorsque vous êtes déprimé ? Vous isolez-vous et évitez-vous les contacts avec vos compagnons chrétiens ? Ce n’est pas ce qu’a fait Hanna. Les rassemblements avec les adorateurs de Jéhovah étaient pour elle une habitude de vie. Même face à des circonstances éprouvantes, il devrait en être de même pour nous. — Psaume 26:12 ; 122:1 ; Proverbes 18:1 ; Hébreux 10:24, 25.
      Elqana tente de réconforter Hanna et il l’amène à exprimer ses sentiments profonds. “ Hanna, pourquoi pleures-tu et pourquoi ne manges-tu pas ? Pourquoi ton cœur a-t-il mal ? lui demande-t-il. Est-ce que je ne vaux pas mieux pour toi que dix fils ? ” (1 Samuel 1:8). Peut-être n’a-t-il pas conscience de la malveillance de Peninna. Et peut-être Hanna préfère-t-elle se taire plutôt que de se plaindre. Quoi qu’il en soit, cette femme spirituelle se tourne vers Jéhovah dans la prière pour retrouver la paix intérieure.
      Le vœu de Hanna
      Les sacrifices de communion étaient consommés dans le sanctuaire. Après avoir quitté la salle à manger, Hanna prie Dieu (1 Samuel 1:9, 10). “ Ô Jéhovah des armées, implore-t-elle, si tu ne manques pas de regarder l’affliction de ton esclave et si vraiment tu te souviens de moi, si tu n’oublies pas ton esclave et si vraiment tu donnes à ton esclave un descendant mâle, oui je le donnerai à Jéhovah pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne viendra pas sur sa tête. ” — 1 Samuel 1:11.
      La prière de Hanna est précise. Elle demande un fils, et elle fait le vœu que cet enfant sera toute sa vie un naziréen de Dieu (Nombres 6:1-5). Ce vœu nécessite l’approbation de son mari, et certaines actions ultérieures d’Elqana montrent qu’il approuve l’engagement pris par sa chère femme. — Nombres 30:6-8.
      À cause de la manière dont Hanna prie, le grand prêtre Éli la croit ivre. Il voit effectivement ses lèvres frémir, mais il ne l’entend pas parler. C’est qu’en fait Hanna prie dans son cœur, avec ferveur (1 Samuel 1:12-14). Imaginez ce qu’elle ressent lorsque le grand prêtre l’accuse d’être ivre ! Pourtant, elle lui répond respectueusement. Comprenant alors que Hanna était en train de prier “ dans l’abondance de [son] inquiétude et de [son] dépit ”, il lui dit : “ Que le Dieu d’Israël accorde ta requête. ” (1 Samuel 1:15-17). Sur ces paroles, Hanna s’en va ; elle mange et “ son visage ne par[aît] plus soucieux ”. — 1 Samuel 1:18.
      Que nous enseigne tout cela ? Lorsque nous prions Jéhovah à propos de nos inquiétudes, nous pouvons lui exprimer ce que nous ressentons et lui adresser des requêtes sincères. Si nous avons fait tout notre possible pour résoudre le problème, alors nous devrions laisser les choses entre ses mains. C’est ce qu’il y a de mieux à faire. — Proverbes 3:5, 6.
      Après une prière fervente, il est fréquent que des serviteurs de Jéhovah ressentent une sérénité comparable à celle que Hanna a éprouvée. Voici ce qu’a écrit l’apôtre Paul au sujet de la prière : “ Ne vous inquiétez de rien, mais en tout, par la prière et la supplication avec action de grâces, faites connaître vos requêtes à Dieu ; et la paix de Dieu, qui surpasse toute pensée, gardera vos cœurs et vos facultés mentales par le moyen de Christ Jésus. ” (Philippiens 4:6, 7). Après nous être déchargés de notre fardeau sur Jéhovah, nous devons le laisser s’en occuper. Puis, comme dans le cas de Hanna, il n’y a plus lieu de s’inquiéter. — Psaume 55:22.
      Un fils “ prêté ” à Jéhovah
      Dieu se tourne alors vers Hanna. Peu après, elle porte un enfant. Elle met au monde un garçon (1 Samuel 1:19, 20). C’est l’une des rares fois où la Bible fait état de la responsabilité de Dieu dans la naissance de l’un de ses serviteurs. L’enfant d’Elqana et de Hanna, Samuel, deviendra effectivement le prophète de Jéhovah, un prophète qui jouera un rôle important dans la mise en place de la monarchie d’Israël.
      Il est certain que Hanna parle de Jéhovah à Samuel dès sa petite enfance. Mais oublie-t-elle le vœu qu’elle a fait ? Absolument pas ! “ Dès que le garçon sera sevré, je devrai l’amener ; il devra paraître devant Jéhovah et habiter là pour des temps indéfinis ”, déclare-t-elle. Et en effet, une fois l’enfant sevré — peut-être à l’âge de trois ans ou un peu plus —, elle l’amène au sanctuaire, comme elle l’avait promis. — 1 Samuel 1:21-24 ; 2 Chroniques 31:16.
      Après avoir offert un sacrifice à Jéhovah, Hanna et son mari présentent Samuel à Éli. Hanna tient certainement la main de son petit garçon lorsqu’elle dit à Éli : “ Pardon, mon seigneur ! Par la vie de ton âme, mon seigneur, je suis la femme qui se tenait près de toi, en ce lieu, pour prier Jéhovah. C’est à propos de ce garçon que je priais, pour que Jéhovah m’accorde ma requête, ce que je lui demandais. Et moi, à mon tour, je l’ai prêté à Jéhovah. Oui, tous les jours qu’il sera, c’est quelqu’un de demandé pour Jéhovah. ” Ainsi commence, pour Samuel, une vie au service de Dieu. — 1 Samuel 1:25-28 ; 2:11.
      Le temps passe ; bien sûr Hanna n’oublie pas son fils. Les Écritures relatent : “ Sa mère avait coutume de lui faire un petit manteau sans manches, et elle le lui montait, d’année en année, quand elle montait avec son mari pour sacrifier le sacrifice annuel. ” (1 Samuel 2:19). Hanna prie sans aucun doute pour Samuel. Tous les ans, lorsqu’elle lui rend visite, elle l’encourage à coup sûr à demeurer fidèle dans son service pour Dieu.
      Pendant l’une de ces visites, Éli bénit les parents du garçon. Il déclare à Elqana : “ Que Jéhovah t’assigne une descendance de cette femme, à la place du prêt qui a été prêté à Jéhovah. ” C’est ainsi que le couple est récompensé par la naissance de trois autres fils et de deux filles. — 1 Samuel 2:20, 21.
      Quel formidable exemple pour les parents chrétiens ! Beaucoup de mères et de pères se montrent, eux aussi, disposés à prêter, figurément parlant, leurs enfants à Jéhovah ; en effet, ils les encouragent à entreprendre une forme de service à plein temps, même si cela implique que leur fils, ou leur fille, vive loin d’eux. De tels parents aimants méritent des louanges pour les sacrifices qu’ils font. Jéhovah les récompensera.
      Une prière qui déborde de joie
      Comme Hanna est heureuse, elle que la stérilité affectait tant autrefois ! Les Écritures ne contiennent que peu de prières faites par des femmes. Mais, en ce qui concerne Hanna, elles en rapportent deux. La première expose ses sentiments alors qu’elle est humiliée et affligée. La seconde exprime son exultation et son action de grâces ; elle commence par ces mots : “ Oui, mon cœur exulte en Jéhovah. ” Hanna se réjouit ensuite que ‘ même la stérile ait mis au monde ’. Et elle loue Jéhovah, celui “ qui élève [...], qui relève le petit de la poussière ”. Vraiment, il est celui qui “ de la fosse aux cendres [...] fait remonter le pauvre ”. — 1 Samuel 2:1-10.
      Cet épisode de la vie de Hanna, dont le récit a été inspiré par Dieu, montre que les imperfections, voire la malveillance, des autres peuvent nous blesser. Toutefois, nous ne devons pas permettre à ce genre d’épreuves de nous priver de notre joie de servir Dieu. Jéhovah est, par excellence, Celui qui entend la prière, qui répond aux appels à l’aide de ses fidèles et qui les délivre de l’affliction. Il leur accorde une paix profonde et de nombreuses autres bénédictions. — Psaume 22:23-26 ; 34:6-8 ; 65:2.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      1 Samuel 2 : 1-10
      Hannah pria Dieu en ces mots:
      Mon cœur se réjouit au sujet de Jéhovah
      ma force grandit grâce à Jéhovah.
      Ma bouche s’ouvre toute grande contre mes ennemis,
      car je me réjouis de tes actes sauveurs.
      Il n’y a personne qui soit saint comme Jéhovah,
      il n’y a personne qui soit comme toi,
      il n’y a pas de rocher comme notre Dieu.
      Arrêtez de parler avec orgueil ;
      que rien d’arrogant ne sorte de votre bouche,
      car Jéhovah est un Dieu qui sait tout
      et il juge les actions avec justice.
      Les arcs des hommes forts sont brisés,
      mais les hommes faibles reçoivent de la force
      Ceux qui mangeaient bien doivent trouver du travail pour avoir du pain,
      mais les affamés ne souffrent plus de la faim.
      La femme stérile a donné naissance à sept fils,
      mais celle qui avait beaucoup de fils est devenue stérile.
      Jéhovah tue et il garde en vie,
      il fait descendre dans la Tombe et il en fait remonter.
      Jéhovah fait devenir pauvre et il fait devenir riche,
      il abaisse et il élève.
      Il relève le petit de la poussière
      et fait remonter le pauvre du tas de cendres
      pour les faire asseoir avec les princes
      et leur offrir une place d’honneur.
      À Jéhovah appartiennent les fondations de la terre ;
      sur elles, il pose le monde
      Il veille sur les pas de ses fidèles,
      mais les méchants seront tués dans l’obscurité,
      car ce n’est pas par la force que l’homme triomphe. 
      Jéhovah anéantira ceux qui combattent contre lui ;
      pour exprimer sa colère, il fera gronder le tonnerre dans le ciel.
      Jéhovah jugera jusqu’aux extrémités de la terre,
      il donnera du pouvoir à son roi et il fera grandir la force de son oint.
       
       
       


      · 1 reply
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      62,927
    • Total Posts
      123,290
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,679
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Pa Som
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.