Jump to content
The World News Media

Catholics Complain: The proselytism of Jehovah's Witnesses: they even learn Chinese in Ecuador to recruit


Recommended Posts

  • Member

The proselytism of Jehovah's Witnesses: they even learn Chinese in Ecuador to recruit

RIES Secretariat, 4.06.18

**"What's the secret to having a family that's always close?"**reads Eduardo Cueva on a poster at the head of a mobile bookseller.

He translates it from a phrase written in Mandarin that attracts the attention of those who pass by the boulevard of the Quebrada, located at Av. de Los Shyris and Portugal (Quito, Ecuador). For the past two months, he and a colleague have been setting up the stand every Tuesday and talking to people who ask what it means. We read it in the newspaper La Hora.

All the book covers have colorful pictures and pictograms, and everyone talks about Jehovah's word. Cueva is from Guayaquil, is 28 years old and started learning the language when he was 20. "Some brothers came to teach Mandarin and I was included," says the young man, who speaks fluently.

No matter the language

Every day, groups of Jehovah's Witnesses are placed in different parts of the city to share their faith as part of the commands of their sect. "Messages must reach everyone, no matter what language they speak." For this reason, the sector was chosen to implement the Mandarin texts, as there is an important presence of Chinese and Mandarin speaking companies.

Although the Asian nation still does not officially allow Jehovah's Witnesses to open their offices, and in countries such as South Korea and Russia, members of this creed have been imprisoned, Cueva says that this is not an impediment to citizens' knowledge of his doctrine. From 8 a.m. onwards, install the bookcase and it is available until 12 a.m. so that people can take one of the texts for free. During the time that the initiative has been underway, not only Chinese people have come together, but also people of all nationalities says the Guayaquil native.

In other parts of the city, however, English is also preached once a week and those who are with the mobile booksellers attend to people who are interested in the explanatory materials. Books written in different languages are printed for Latin America in Brazil and Colombia and distributed from there to Ecuador.

To reach any person

Another special feature of the sect is that during all the meetings there are sign language interpreters who interpret for the hearing impaired. On the official website of the sect, there are explanatory videos for information.

Also included is a guide with phrases for people who need to preach in another language around the world. There are videos, songs, activities to practice and a manual to learn "What can you do if you meet someone who speaks another language?”.

Street proselytizing is one of the most recognized characteristics of Jehovah's Witnesses and one of their obligations. In fact, in sect jargon, they call themselves "publishers". It is common to see them in public spaces or visiting homes to preach their manipulated version of the word of God.

As we reported in 2014, at that time the sect began to test a new method of attracting followers, which is what you can now see in Quito and around the world: to be on the street, in busy places, not talking to anyone, but waiting for a passer-by to come and show interest in the books and brochures on display in these "booksellers" or small portable stands.

According to the official website of the sect, their role as preachers is explained from the biblical word, one of the quotes that are constantly repeated is the command of Jesus that is read in the Gospel according to Matthew: "Go, therefore, and make disciples of people of all nations, [...] teaching them to observe all the things that I have commanded you.

Source:

    Hello guest!

Link to post
Share on other sites

  • Views 600
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

Popular Days

Popular Posts

The proselytism of Jehovah's Witnesses: they even learn Chinese in Ecuador to recruit RIES Secretariat, 4.06.18 **"What's the secret to having a family that's always close?"**reads Eduardo Cueva on a poster at the head of a mobile bookseller. He translates it from a phrase written in Mandarin that attracts the attention of those who pass by the boulevard of the Quebrada, located at Av. de Los Shyris and Portugal (Quito, Ecuador). For the past two months, he and a colleague have be

  • Similar Content

    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      Ecuador's President Lenín Moreno has said he will "not negotiate with criminals" after a second day of protests over cuts to fuel subsidies.
      Mr Moreno said he would not reverse his decision to scrap fuel subsides, which have been in place for four decades.
      Chairing a cabinet meeting, the president said he would not bow to the demands of "criminals".
      Angered by the rising cost of fuel, protesters have taken to the streets across the country.
      Data on almost every Ecuadorean citizen leaked
      Ecuador's parliament rejects easing law in rape cases
      Ecuador 'allows US military to use Galapagos island airfield'
      On Thursday, when the cuts came into effect, protesters blocked roads across the county, bringing transport to a standstill.
      In response, a 60-day state of emergency was declared by Mr Moreno, who said he would not allow protesters to "impose chaos".
      More protests were held on Friday in Quito, the capital, and the city of Guayaquil, where roads were strewn with makeshift barricades and burning tyres.
      https://www.bbc.com/news/world-latin-america-49942390

    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      ‘Fritada con MadurosÂ’ is a favorite dish here in Ecuador. Traditionally cooked in large bronze or copper pots and stirred with big wooden spoons. Cubes of pork meat including the fat are fried for several hours in bubbling pork lard until itÂ’s crispy on the outside. Not approved by any Healthy Heart Group but nonetheless an amazingly tasty dish. ‘MadurosÂ’ are ripe plantain/green bananas. They are often fried in butter and are wonderfully sweet and tasty. Along the side of the road or in front of homes in residential neighborhoods you can often find women cooking and serving plates of Fritada y Maduros. Something to sample on a visit here?
      By ecua_gringo

    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Era un convencido de que las personas con su condición (no puede caminar) estaban destinadas a permanecer encerradas en un cuarto, a expensas de la misericordia de los vecinos, amigos y, obviamente, de los familiares.
      Su desgracia inició cuando tenía siete años. A esa edad se cayó del balcón de una casa vecina. Con los días empezó a cojear; y con los años perdió la movilidad en sus piernas. 
      A los 13 años se movilizaba en silla de ruedas. Una situación muy dura para un niño de esa edad, comenta.
      De los 7 a los 13 años Fabián pasó por todos los hospitales del país. “Casi todos”, recalca riendo.
      Siempre junto a su madre recorrió cada centro hospitalario con la esperanza de encontrar una solución a su problema. 
      Lo trataron de la columna, de las piernas, de casi todo, comenta; sin embargo, ningún tratamiento mejoraba su salud, añade. 
      Agrega que así pasó todos esos años, cuando en un hospital de Quito le detectaron un tumor en el tórax. 
       
      >LO INTERVIENEN. Según comenta Fabián, el doctor le explicó que el tumor había afectado la médula espinal, ocasionando la pérdida de la movilidad de sus piernas.   
      Fabián cuenta que fue intervenido para eliminar el tumor. El ganglio estaba tan arraigado que hubo que sacar también dos de sus costillas.
      “Fue duro, pero fue bueno porque después de varios años ya sabía la causa del problema que había ocasionado mi discapacidad”, dice.
      “Me recuperé de la cirugía, pero igual ya había perdido mis piernas”, menciona.
      Tras recuperarse en Quito volvió a Rocafuerte, donde vive junto a su familia. 
      El karaoke y la guitarra le ayudaron a pasar los días que pasaba encerrado en el cuarto de su casa. 
      Su madre se encargaba de asearlo y de cuidarlo. Con los años los Testigos de Jehová empezaron a visitarlo. 
      “Ellos han influenciado positivamente en mi actitud hacia la vida. Me enseñaron a valorarme, a aceptarme con mi condición. Me han apoyado mucho en este tiempo”, comenta.
       
      >RECUPERÓ LA ACTITUD. Actualmente Fabián tiene 30 años y dice que tiene muchos motivos para ser feliz. 
      Ya no se martiriza por su discapacidad. Mira la vida diferente. La razón, conoció el amor y está felizmente casado.
      En octubre del año pasado se casó con Ana María Reyes, a quien conoció por una amiga en común.
      No esconde su alegría al recordar cómo la conoció y cómo la conquistó. “Todo fue por mensajes en WhatsApp”, dice sonriendo,  mientras mira a su esposa, oriunda de Portoviejo.
      Fabián revela que al principio nunca le mencionó su condición de discapacidad. “Tenía miedo al rechazo”, confiesa. 
      Así pasó el tiempo, hasta que ella le preguntó si él tenía algo que contarle. “Es que ella sabía de mi problema, pero quería que yo se lo dijera, y así pasó”, manifiesta Montes. 
       
      >MATRIMONIO. Tras sicerarse le propuso matrimonio, a lo que ella accedió. Para costear los anillos de matrimonio tuvo que vender la guitarra que lo acompañó en los años cuando su vida no tenía sentido, comenta.  
      “La guitarra no importa, porque casarme con ella ha sido la mejor inversión que he hecho en mi vida”, asegura.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      “Sea Valiente” se denomina el evento regional que realiza la organización de los Testigos de Jehová, desde el 8 al 10 de junio, en la ciudad de Cuenca, como parte de las asambleas anuales que se celebran en 180 países.
      Juan Avilés y Marco Guevara, representantes del departamento de noticias de la organización, visitaron la ciudad de Azogues para invitar a las familias a participar en este evento gratuito, en el salón de asambleas de los Testigos de Jehová, ubicado frente a las bodegas de Racar Plaza.
      Esta asamblea que inició ayer, es la primera de una serie de nueve que se realizarán en la ciudad de Cuenca. Las sesiones comienzan desde las 9h20 y concluyen a las 16h50. Las personas tienen la opción de asistir cualquier día.
      El programa incluye 54 intervenciones en varios formatos, habrá discursos muy expresivos, entrevistas, videos cortos, audiogramas y experiencias de la vida real. Se mostrará cómo podemos ser valientes y muy fuertes tomando en consideración el ejemplo de un personaje bíblico llamado Jonás.
      Se darán consejos para los jóvenes. Además, habrá sugerencias para los esposos para que puedan enfrentar los diversos problemas conyugales.
      El domingo se presentará una conferencia pública que tiene como tema “La esperanza de la resurrección nos da valor”. También se proyectará una película titulada “La historia de Jonás, una lección de valentía y compasión”.
      Los interesados pueden llegar haciendo uso de las líneas de buses número 16 y 20, desde la terminal terrestre, que los deja frente al Mall de Racar. (JM) (I)

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Voceros del departamento de comunicación de la organización invitan a la ciudadanía a asistir al evento, que este año se promueve bajo el lema ‘Sea ValienteÂ’ y que arranca desde hoy hasta el viernes. Los tres días de asamblea se replicarán hasta agosto.
      Marco Guevara, vocero de la organización, indicó que, durante el encuentro que se llevará a cabo los tres días, de 09:20 a 16:00, en la vía a Racar, frente a las bodegas de Racar Plaza, se prevén discursos, entrevistas, videos, audiogramas y experiencias de la vida real. También, para mañana, se harán bautizos; es decir, gente nueva que formará parte de la organización.  
      Entre las temáticas de los discursos, constan ‘La esperanza de la resurrección nos da valor’ y se darán consejos para las parejas y familias.

      También se proyectará el filme ‘La historia de Jonás, una lección de valentía y compasión’. Todos los discursos se proyectarán en pantalla gigante.
      Asistir a la asamblea no tiene costo, pero sí es necesario llevar alimentación. (F)

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Bible Speaks
      Swing High! ~ ????????????
      #Repost @ecua_gringo
      ???
      Baños, Ecuador.  The swings at the ‘Casa del ArbolÂ’ have been made famous thanks to the internet.  One of our favorite places to visit when there.  We were in Baños celebrating Jhon and Rocios second wedding anniversary!  They are need-greaters from Guayaquil serving in our Quichua Congregation.

    • By Bible Speaks
      SIGN LANGUAGE CONGREGATION OF Sur, Machala, Ecuador
      The sister who appears on the screen has a degenerative physical disability and participates in the video conference meeting and even comments.
      To not be just a listener but also participate.
      Guayaquil Ecuador

    • Guest Nicole
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Tras tres días de encuentro, la Asamblea regional No te rindas, de los Testigos de Jehová, culminó ayer con la asistencia de miles de personas en el estadio Monumental, en Guayaquil. Similares citas se dieron a nivel mundial y otras urbes del país como Quito y Cuenca.
       Como se lo había realizado en los dos días anteriores del encuentro anual, los participantes, niños y adultos, compartieron una serie discursos con la temática: ‘Tenemos que correr con aguante’, en la que se habló sobre soltar las cargas innecesarias, imitar buenos ejemplos, seguir las reglas del juego, tener una buena alimentación, entre otros.
      Por la tarde se proyectó la tercera parte de la película Acuérdense de la esposa de Lot, que trata sobre como una familia descubre que deben proteger a su familia de los peligros sobre los que Jesús advirtió.
      En las reuniones que duraron desde la mañana hasta la tarde se dictaron episodios de la Biblia para superar todo tipo de lecciones y dificultades.
      El programa continúa en el Salón de Asambleas de los Testigos de Jehová de Guayaquil, ubicado en el km 23,5 de la vía a la costa, de viernes a domingo, desde el mes pasado y durará hasta septiembre. (I)

      La tarde de ayer, los participantes observaron la tercera parte de la película Acuérdense de la esposa de Lot. José Beltrán
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Miles de personas asistirán hoy, mañana y el domingo a la asamblea regional de este año de los Testigos de Jehová, que se efectuará en el estadio Monumental Banco del Pichincha.
      Este año, según los organizadores, la asamblea de los Testigos de Jehová llega con el tema “¡No se rinda!”, en el que mostrará cómo podemos ser felices ahora y disfrutar de un futuro mucho mejor.
      El programa se presenta en el salón de Asambleas de los Testigos de Jehová de Guayaquil, ubicado en el km 23,5 de la vía a la costa, de viernes a domingo, desde el mes pasado y durará hasta septiembre, pero la asamblea que reúne a miles de cristianos se hará durante este feriado.
      El programa incluye discursos y entrevistas.  Se mostrará cómo Dios ha suministrado aguante a todo tipo de personas, en el pasado y en el presente. También se presentarán lecciones que la Biblia y la naturaleza dan sobre el aguante.
      Asimismo, se proyectará una película  cada tarde para conocer la historia de una familia que llega a entender por qué Jesús dijo: “Acuérdense de la esposa de Lot” (Lucas 17:32).
      El discurso público y motivador será el domingo por la mañana con el lema “Nunca pierda la esperanza”.
      Igualmente, se celebrarán las asambleas, con el mismo programa, en Quito, Cuenca y todas las principales ciudades del país. Los días sábados, se realizarán bautismos.
      Los organizadores invitan al público en general a participar de la asamblea que no tiene costo su entrada y tampoco se realizan colectas.
      Más información en página www.jw.org/es/testigos-de-jehová. (I)

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Del el 11 y 13 de agosto próximo se realizarán las Asambleas Regionales de los Testigos de Jehová, en el estadio Monumental y en el resto del país. La comunidad invita a participar del evento. (I)

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Personal de los medios públicos recibieron un taller básico acerca del aprendizaje de la lengua de señas ecuatoriana. La capacitación se dio en junio. Foto: Marcos Salgado / El Telégrafo
      Son las 06:00, los periodistas llegan al set de televisión y en  pocos minutos saldrán al aire con un reporte de diversas noticias para los miles de televidentes. Sin embargo, como  parte de la diversidad de receptores, existe una comunidad distinta cuyos miembros también desean saber qué sucede en el mundo. Ellos no pueden escuchar de manera convencional, pero sí lo hacen a  través de los intérpretes que usan la lengua de señas mientras se transmiten las noticias.  El trabajo de ellos es un puente  que conecta la comunidad sorda con el acontecer de la realidad local e internacional. Una de ellas, Diana Tirado, de Ecuador TV,  aprendió la lengua  de señas ecuatoriana hace 14 años en una pasantía por su profesión de psicóloga educativa. “Fue en una escuela para niños sordos de Quito, ahí me involucré con la comunidad”.   En Ecuador TV,  Diana es la intérprete de noticias, pero enfatiza que no es traductora porque “no es algo textual, es una interpretación de los  eventos”.    Su trabajo en la televisión lo define como una experiencia maravillosa por el aporte para las personas con discapacidad auditiva. “Las noticias llegan casi al momento. Un accidente, una ley, el anuncio de un funcionario público”.  Por ello considera que es una amplia ventaja para la  comunidad que reciba las noticias con lengua de señas en tiempo real.  “Ya no esperan a sus familiares para que les cuenten, ellos se reúnen y ven las noticias”. Y ahora es diferente, pues  hace varios años, cuando  veían los noticieros solo eran imágenes, cuenta Diana. “Pero al salir se encontraban con sorpresas. Desde una huelga, una revuelta, calles cerradas, pero ahora ya saben lo que está sucediendo, por eso tenemos una gran responsabilidad”. Otro intérprete es el joven periodista quiteño, de 25 años, Esteban Arias, de GamaTV.  Aprendió este lenguaje como voluntario en la comunidad religiosa de los testigos de Jehová, donde pertenece, pues allí impartían enseñanzas bíblicas a las personas sordas. “Eso fue en Manabí, tenía 16 años”. Al graduarse volvió a Quito y estableció contacto con la Federación Nacional de Personas Sordas, hasta que le llegó la oportunidad de ir al canal legislativo y ahora en GamaTV, donde ya tiene 2 años. Arias explica que su rutina es sencilla, pero requiere concentración. Todos los días asiste una hora antes del noticiero para leer el libreto antes de la emisión y así saber cómo lo va a comunicar.   “Es importante que el interprete esté enterado de todo. Lo que la persona sorda espera del otro lado de la pantalla son novedades que le sirvan”. Su destreza ya lo está llevando a otros países. Arias viajará a Panamá este año para un evento internacional de la comunidad  con discapacidad auditiva.  El periodista estima  que la labor de un intérprete debería profesionalizarse como carrera  en el país, para ir a un campo más allá de los noticieros. “Podría haber más programas con intérpretes, porque la comunidad sorda necesita ver otras cosas, además de noticias, puede ser farándula, deportes o variedades”. Una de las experiencias más impactantes que recuerda fue la del terremoto en Manabí en abril de 2016. “Tuvimos que cubrir todos los detalles en la información  y estar en constante contacto con la comunidad sorda”. Con él concuerda el matrimonio de Mauricio Valencia y Diana Moreno, que son intérpretes en Televicentro. “Después del temblor tuvimos 18 horas de transmisión ininterrumpida”. Diana Moreno aprendió la lengua de señas cuando tenía apenas 9 años gracias a su hermana mayor, que hacía labores en una comunidad religiosa. A partir de ese momento, la actividad  se convirtió en su vocación, la que ahora comparte con su esposo para ayudar a la gente con discapacidad auditiva. En la televisión desarrollan  su  rutina. “No usamos el teleprompter. Solo  el libreto. Lo estudiamos y revisamos la nota. Y escuchamos con el apuntador”. Mauricio admite que dependiendo de la noticia se concentra en transmitirla con toda la emoción, algo que incluso le llega a afectar.  “Aún no soy muy fuerte con algunas notas, si son muy humanas, me conmueven en vivo”. Diana y Mauricio tienen 20 años de casados y 3 hijos, de 19, 15 y 11 años. Todos ellos saben el lenguaje de señas, e incluso lo usan en la casa. “Usamos las señas a la hora de comer.  Mis hijos hablan mucho con mi esposa Diana, especialmente cuando no quieren que me entere de algo. Cuando todo está muy silencioso en la casa, me doy cuenta de que algo pasa, entonces me asomo y veo a todos usando las señas”, recordó entre risas Mauricio.  Estos cambios en la televisión nacional se dieron gracias a la Ley de Comunicación (LOC), vigente desde 2013, que garantiza los derechos de la comunicación para las personas con discapacidad.  De ese modo, los  intérpretes consideran que su labor en la televisión aporta de manera significativa a un colectivo que ahora puede recibir información sin contratiempos.  Como Soledad Paladines, de 40 años, que nació sorda y que siente que ahora la TV es incluyente. “Antes no sabía lo que pasaba, ahora con los intérpretes conocemos de todo”.  A Soledad le gustaría que además de las noticias, también pueda ver programas de deportes porque le gustan.  “Es importante lo que ha pasado en la televisión. Se ha logrado avances en la inclusión.  Estoy orgullosa de lo que estamos haciendo, pero hay que seguir”, concluyó utilizando las señas, que son su medio de expresión. Datos La Ley de Comunicación (LOC), vigente desde 2013, garantiza los derechos de comunicación a personas con discapacidad. Los intérpretes de televisión aprendieron la lengua de signos ecuatoriana en cursos y talleres.   En total, 53.565 personas están registradas con discapacidad auditiva en el país, según cifras del Conadis, actualizadas a febrero de 2017. (I)
      Esta noticia ha sido publicada originalmente por Diario EL TELÉGRAFO bajo la siguiente dirección: http://www.eltelegrafo.com.ec/noticias/espectaculos/22/la-lengua-de-senas-es-inclusion-en-la-televisionSi va a hacer uso de la misma, por favor, cite nuestra fuente y coloque un enlace hacia la nota original. www.eltelegrafo.com.ec
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Carmen llevaba la Biblia en su cartera. Iba a la iglesia de los Testigos de Jehová cuando se dio el accidente que le quitó la vida.
      Cuando salió de su casa cogió unos audífonos que le permitían escuchar mejor -tenía una discapacidad auditiva-. Esa es la última imagen que tienen de Carmen Alcívar sus familiares.
      La mujer de 66 años de edad se despidió, pues iba al templo.
      Alfredo Roldán, hijo de la víctima, detalló que su progenitora todos los lunes tenía reunión en el  Salón del Reino de los Testigo de Jehová, religión a la que ella y sus familiares pertenecen.
      Ella siempre iba sola, pero la noche del lunes en la avenida Jorge Washington, entre la Av. América y 15 de Abril, frente al parque de El Paseo Shopping, un carro la atropelló.
      Quedó herida en el piso y el chofer causante del hecho la dejó abandonada, huyó, aseguró Roldán.
      Elementos de la Policía manifestaron que una llamada al ECU-911 los alertó del suceso y acudieron al lugar.
      La víctima fue llevada en una ambulancia al hospital Verdi Cevallos de Portoviejo, donde los médicos informaron que la paciente sufrió lesiones graves en varios órganos de su cuerpo, lo cual le causó la muerte.
      Agentes del Servicio de Investigación de Accidentes de Tránsito (SIAT) y el fiscal de turno realizaron el levantamiento del cadáver, que fue trasladado al Centro Forense de Manta.
      Los uniformados manifestaron que un testigo del hecho siguió el carro que atropelló a Carmen, el cual era presuntamente manejado por una mujer.
      El vehículo fue ingresado supuestamente a una vivienda ubicada en la ciudadela La California.
      Los familiares de la fallecida indicaron que pondrán la denuncia para que se haga justicia y se detenga a la supuesta culpable.
      El cadáver de Carmen Alcívar es velado en el callejón Roldán -La Apolo-, de la parroquia Andrés de Vera. Los familiares indicaron que el cuerpo será sepultado hoy.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Los Testigos de Jehová de Machala inician hoy su serie de Asambleas Regionales con el tema: "NO SE RINDA", informó ayer el Ing. Juan Valarezo al visitor OPINION del Departamento de Noticias de la Asamblea de los Testigos de Jehová (TJ).
      Expresó que miembros de esta organización religiosa asistirán a las diversas sesiones que se han programado hasta el dia domingo 25 del presente mes.
      Durante las semanas anteriores muchos testigos han estado ofreciendo invitaciones a la ciudadanía de Machala, en las mismas se indica que el lugar de reunión es en su propio "Salón de Asambleas" situado en el barrio Rayito de Luz, el horario para las sesiones en los diferentes días es desde las 9.30 am hasta las 12 del día y desde la 1.20 pm hasta las 5 pm.
      Dijo que fieles a su tradición, la entrada a estos eventos es gratuita, no se hacen colectas y todas las personas de diversos credos religiosos son bienvenidos, manifestó.
      Respecto a la temática de las conferencias que se presentarán durante el programa de los tres días de esta asamblea regional, el Departamento de Noticias de la Asamblea informa que se abordarán los múltiples problemas que afectan a niños, jóvenes y adultos en la sociedad actual, como enfrentarlos con éxito y así vivir felices ahora y con la perspectiva de un futuro mejor

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Queen Esther
      What  a  tiny,  but  nice  congregation in  ECUADOR...  ( seems, its very cold )
      So  very  small,  like  one  family    But  all  love  Jehovah ❤
      <3 ♫ <3 ♫ <3 .•*¨`*•..¸♥☼♥¸.•*¨`*•.♫ <3 ♫ <3 ♫ <3
    • By El Bibliotecario
      El presidente del Ecuador, Rafael Correa, recibiendo una publicación de parte de nuestra hermana.

      Lee mas

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By The Librarian
      Rafael Correa, President of Ecuador receives a JW Brochure from a sister
      Read more
      Via
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Petrona and José baptized 1.5 yrs ago, the 'youngest at heart' in our Quichua Alausi Congregation. Their walk to get to our meetings is 3.5 hours! Photo taken at a combined Spanish/Quichua congregation picnic last week. By @ecua_gringo. 

    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      We ran into the Williams family this summer at the regional convention in Guayaquil. Now we will read their story at our congregations around the world. I do know that they love it here in Cuenca, Ecuador 
      By @tpmoshos

    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Ecuador 

    • Guest Nicole
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
    • Guest Nicole
    • Guest Nicole
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Be king and queen on the visit of the drama department at the branch in Guayaquil, Ecuador was a great moment for us.
       

    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Ser rey y la reina en la visita del departamento de drama en la sucursal en Guayaquil, Ecuador fue un gran momento para nosotros.
       

    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Two of our best students, Manuel and Narcisa along with daughters Delfina and Noemí came to CO's talk in Quichua on Sunday. The 4 of them travel an hour on a small motorcycle and then :45 on bus to attend a meeting! The little boy Jorge is son of an RV that comes with us to meetings to a) learn Quichua and b) to practice English with us!- @ecua_gringo




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Que vos prières soit préparées comme une encens apaisante pour Jéhovah

      Chez les Israélites, l’offrande d’encens était un symbole approprié pour désigner les prières que Dieu entend. C’est pourquoi le psalmiste David a chanté à Jéhovah : 

      “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi. ”
      — Psaume 141 : 2
      JÉHOVAH DIEU a chargé son prophète Moïse de préparer un encens sacré à l’usage du culte qui lui était rendu dans le tabernacle d’Israël. Il a donné lui-même la formule de ce mélange composé de quatre ingrédients aromatiques qui dégageaient une bonne odeur. — Exode 30:34-38.
      L’alliance de la Loi dans laquelle la nation d’Israël avait été admise prévoyait de faire brûler quotidiennement de l’encens (Exode 30:7, 8). Ce geste avait-il une signification particulière ? Oui. En témoignent ces paroles du psalmiste : “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi [Jéhovah Dieu], l’élévation de mes paumes comme l’offrande de grain du soir. ” (Psaume 141:2). De plus, dans le livre de la Révélation, l’apôtre Jean dit de ceux qui se tiennent autour du trône céleste de Dieu qu’ils ont des bols d’or pleins d’encens. “ Et, précise le récit inspiré, l’encens représente les prières des saints. ” (Révélation 5:8). Il apparaît donc que la combustion d’encens odorant symbolise les prières agréées que les serviteurs de Jéhovah offrent jour et nuit. — 1 Thessaloniciens 3:10 ; Hébreux 5:7
      Pour que Dieu agrée nos prières, nous devons le prier au nom de Jésus Christ (Jean 16:23, 24). Au demeurant, comment pouvons-nous améliorer la qualité de nos prières ? L’examen de quelques exemples pris dans les Écritures devrait nous aider à préparer nos prières comme l’encens devant Jéhovah. — Proverbes 15:8.
      Prions avec foi
      Si nous voulons que nos prières montent vers Dieu comme un encens de bonne odeur, il nous faut les lui offrir avec foi (Hébreux 11:6). Lorsque des anciens ont affaire à une personne spirituellement malade qui réagit bien à leurs conseils bibliques, ‘ leur prière de foi rétablit celui qui est souffrant ’. (Jacques 5:15.) Notre Père céleste prend plaisir à voir quelqu’un le prier avec foi et étudier consciencieusement sa Parole. Un psalmiste qui manifestait cet excellent état d’esprit a écrit : “ Je lèverai mes paumes vers tes commandements que j’ai aimés, et je veux m’intéresser à tes prescriptions. Enseigne-moi la bonté, le bon sens et la connaissance, car j’ai exercé la foi en tes commandements. ” (Psaume 119:48, 66). ‘ Étendons nos paumes ’ en priant avec humilité et exerçons la foi en observant les commandements de Dieu.
      La prière un lien véritable à la sagesse divine
      Supposons que nous manquions de sagesse pour surmonter une épreuve ; par exemple, nous pourrions ne pas être convaincus qu’une certaine prophétie soit déjà en train de se réaliser. Plutôt que de laisser cette incertitude nous déstabiliser spirituellement, prions pour recevoir de la sagesse (Galates 5:7, 8 ; Jacques 1:5-8). N’escomptons pas cependant que Dieu nous réponde d’une manière spectaculaire, mais démontrons la sincérité de nos prières en faisant ce qu’il attend de tous ses serviteurs : qu’ils bâtissent leur foi en étudiant les Écritures à l’aide des publications fournies par l’intermédiaire de “ l’esclave fidèle et avisé ”. (Matthieu 24:45-47 ; Josué 1:7, 8.) Nous avons besoin également d’augmenter notre connaissance en prenant part régulièrement aux réunions du peuple de Dieu. — Hébreux 10:24, 25.
      Certains chrétiens semblent avoir perdu de vue que nous sommes à un stade avancé du “ temps de la fin ”. (Daniel 12:4.) C’est ce que révèlent l’orientation qu’ils donnent à leur vie et leurs centres d’intérêt. Il convient de prier pour que ces chrétiens ravivent ou affermissent leur foi dans les preuves que fournit la Bible que la présence du Christ a commencé en 1914 et que, ayant été intronisé au ciel par Jéhovah cette année-là, il règne depuis lors au milieu de ses ennemis (Psaume 110:1, 2 ; Matthieu 24:3). Nous devrions tous être bien conscients du fait que des événements annoncés, tels que la destruction de la fausse religion (“ Babylone la Grande ”), l’attaque satanique de Gog de Magog contre les serviteurs de Jéhovah et l’intervention salvatrice de Dieu le Tout-Puissant lors de la guerre d’Har-Maguédôn, peuvent survenir avec une rapidité saisissante et s’enchaîner sur une période relativement courte (Révélation 16:14, 16 ; 18:1-5 ; Ézékiel 38:18-23). Aussi, prions Dieu de nous aider à rester spirituellement éveillés. Puissions-nous tous prier avec conviction pour que le nom de Jéhovah soit sanctifié, pour que son Royaume vienne et pour que sa volonté se fasse sur la terre comme elle est faite au ciel ! Puissions-nous aussi continuer à exercer la foi et à démontrer par des actes la sincérité de nos prières (Matthieu 6:9, 10) ! Que tous ceux qui aiment Jéhovah puissent vraiment chercher d’abord le Royaume et Sa justice, et participer le plus possible à la prédication de la bonne nouvelle avant que vienne la fin ! — Matthieu 6:33 ; 24:14.
      Louons et remercions Jéhovah
      Une manière importante de ‘ préparer nos prières comme l’encens ’ consiste à louer et à remercier Dieu du fond de notre cœur. Le roi David a prononcé une prière de ce genre quand lui et le peuple d’Israël ont fait des contributions pour la construction du temple de Jéhovah. Il s’est exprimé ainsi : “ Béni sois-tu, ô Jéhovah le Dieu d’Israël notre père, depuis des temps indéfinis et pour des temps indéfinis. À toi, ô Jéhovah, sont la grandeur, la puissance, la beauté, la supériorité et la dignité ; car tout, dans les cieux et sur la terre, est à toi. À toi est le royaume, ô Jéhovah, Celui qui t’élève aussi en chef au-dessus de tout. La richesse et la gloire sont grâce à toi, et tu domines tout ; dans ta main il y a force et puissance, et dans ta main est le pouvoir de rendre grand et de donner de la vigueur à tous. Et maintenant, ô notre Dieu, nous te remercions et nous louons ton nom magnifique. ” — 1 Chroniques 29:10-13.
      Quelles splendides expressions de louange et de reconnaissance ! Même si nos prières ne sont pas aussi éloquentes, elles peuvent témoigner de la même sincérité. Les actions de grâces et les louanges abondent dans le livre des Psaumes. Les Psaumes 148, 149 et 150, en particulier, louent Dieu en des termes particulièrement choisis. La gratitude envers Dieu imprègne également de nombreux psaumes. “ J’ai demandé une chose à Jéhovah, a chanté David, — c’est ce que je chercherai : Que j’habite dans la maison de Jéhovah tous les jours de ma vie, pour contempler le charme de Jéhovah et pour regarder avec admiration son temple. ” (Psaume 27:4). Agissons en harmonie avec de telles prières en participant avec zèle à toutes les activités des “ foules rassemblées ” par Jéhovah (Psaume 26:12). Ajoutons à cela la méditation quotidienne de sa Parole, et nous aurons quantité de raisons de louer et de remercier sincèrement Jéhovah.
      Recherchons humblement l’aide de Jéhovah
      Nous avons l’assurance que Jéhovah entend les appels à l’aide de ses Témoins qui le servent d’un cœur entier (Isaïe 43:10-12). C’est ce qu’illustre un épisode de la vie d’Asa, qui a été roi de Juda pendant 41 ans (977-937 av. n. è.). Après dix premières années de règne marquées par la paix, le pays a été envahi par une armée de un million d’hommes conduite par Zérah l’Éthiopien. Bien qu’infiniment moins nombreux, Asa et ses hommes sont sortis à la rencontre de l’ennemi. Cependant, avant de livrer bataille, Asa a prononcé une prière fervente, dans laquelle il a exprimé sa confiance dans le pouvoir salvateur de Jéhovah. Implorant son aide, il a dit : “ Sur toi nous nous appuyons et c’est en ton nom que nous sommes venus contre cette foule. Ô Jéhovah, tu es notre Dieu. Que le mortel ne conserve pas de vigueur contre toi. ” En conséquence, Jéhovah a sauvé Juda à cause de son grand nom ; il a donné aux Israélites une victoire totale (2 Chroniques 14:1-15). Qu’il nous délivre de l’épreuve ou qu’il nous donne la force de l’endurer, il est hors de doute que Dieu entend nos appels à l’aide.
      Soyons certains que Jéhovah entend tout autant nos requêtes lorsque nous ne savons pas comment agir dans une certaine situation critique. C’est ce qu’a pu vérifier le roi de Juda Yehoshaphat, dont les 25 ans de règne ont commencé en 936 avant notre ère. Quand Juda s’est trouvé menacé par les armées coalisées de Moab, d’Ammôn et de la région montagneuse de Séïr, Yehoshaphat a fait cette supplication : “ Ô notre Dieu, n’exécuteras-tu pas le jugement sur eux ? Car en nous il n’y a pas de force devant cette foule nombreuse qui vient contre nous ; et nous, nous ne savons que faire, mais nos yeux sont tournés vers toi. ” Jéhovah a répondu à cette prière humble : il a combattu en faveur de Juda en semant la confusion dans les rangs des ennemis de sorte que ceux-ci se sont entretués. À la suite de cela, la crainte a saisi les nations d’alentour, et Juda a connu la paix (2 Chroniques 20:1-30). Lorsque nous manquons de la sagesse nécessaire pour résoudre une grave difficulté, reconnaissons, comme Yehoshaphat : ‘ Nous ne savons que faire, mais nos yeux sont tournés vers toi, Jéhovah. ’ L’esprit saint peut nous rappeler alors à la mémoire des pensées bibliques qui nous donneront la solution, à moins que l’aide divine ne revête une forme qui dépasse l’entendement humain. — Romains 8:26, 27.
       Avant de recevoir l’aide de Dieu, peut-être nous faudra-t-il persévérer dans la prière. Nehémia a mené deuil, a pleuré, jeûné et prié pendant des jours à propos de la muraille en ruine de Jérusalem et de la situation pitoyable des habitants de Juda (Nehémia 1:1-11). Ses prières sont manifestement montées vers Dieu comme un encens de bonne odeur. Devant la mine abattue de Nehémia, le roi perse Artaxerxès lui a un jour demandé : “ Que cherches-tu donc à obtenir ? ” “ Aussitôt, raconte Nehémia, je priai le Dieu des cieux. ” Cette requête courte et silencieuse a été exaucée : Nehémia a reçu l’autorisation d’accomplir ce qui lui tenait à cœur : se rendre à Jérusalem pour y rebâtir la muraille. — Nehémia 2:1-8.
      Jésus nous apprend à prier
      De toutes les prières qui ont été conservées dans les Écritures, il en est une particulièrement instructive ; c’est la prière modèle, que Jésus Christ a présentée comme un encens de bonne odeur. Voici ce que nous lisons dans l’Évangile de Luc : “ Un [des] disciples [de Jésus] lui dit : ‘ Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean aussi l’a appris à ses disciples. ’ Alors il leur dit : ‘ Quand vous priez, dites : “ Père, que ton nom soit sanctifié. Que ton royaume vienne. Donne-nous notre pain pour le jour selon les besoins du jour. Et pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent ; et ne nous fais pas entrer en tentation. ” ’ ” (Luc 11:1-4 ; Matthieu 6:9-13). Cette prière n’était pas destinée à être récitée, mais plutôt à donner une indication de ce pour quoi il faut prier. 
       “ Père, que ton nom soit sanctifié. ” Jéhovah accorde à ceux qui le servent et lui sont voués le privilège spécial de l’appeler Père. Comme des enfants qui confient tout à un père qu’ils savent miséricordieux, nous devrions prendre régulièrement le temps d’adresser à Dieu des prières empreintes de dignité et de vénération (Psaume 103:13, 14). Nos prières devraient traduire l’intérêt que nous portons à la sanctification de son nom, que nous aspirons à voir lavé de tout l’opprobre dont il a été couvert. Oui, nous voulons que le nom de Jéhovah soit mis à part et tenu pour saint, ou sacré. — Psaumes 5:11 ; 63:3, 4 ; 148:12, 13 ; Ézékiel 38:23.
      “ Que ton royaume vienne. ”
      “ Que ton royaume vienne. ” Le Royaume représente la domination que Jéhovah exerce par l’intermédiaire du gouvernement céleste messianique qu’il a confié à son Fils, Jésus, et aux “ saints ” qui lui sont associés (Daniel 7:13, 14, 18, 27 ; Révélation 20:6). Bientôt, ce Royaume ‘ viendra ’ contre tous ceux sur la terre qui s’opposent à la souveraineté divine et il les fera disparaître (Daniel 2:44). Après cela, la volonté de Jéhovah sera faite sur la terre, comme elle l’est au ciel (Matthieu 6:10). Quelle joie ce sera pour toutes les créatures qui servent fidèlement le Souverain de l’univers !
       “ Donne-nous notre pain pour le jour selon les besoins du jour. ” En demandant à Jéhovah la nourriture “ pour le jour ”, nous montrons que nous ne cherchons pas à avoir abondance de biens, mais seulement de quoi satisfaire nos besoins quotidiens. Tout en comptant sur Dieu, nous travaillons et mettons à profit les moyens à notre disposition pour nous procurer la nourriture et les autres choses nécessaires à la vie (2 Thessaloniciens 3:7-10). Nous devrions évidemment remercier notre Bienfaiteur céleste, car c’est grâce à son amour, à sa sagesse et à sa puissance que nous avons tout cela. — Actes 14:15-17
       “ Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent. ” Étant donné que nous sommes imparfaits et pécheurs, il nous est impossible de nous conformer absolument aux normes parfaites de Jéhovah. Nous avons donc besoin de le prier de nous accorder son pardon en vertu du sacrifice rédempteur de Jésus. Mais pour que ‘ Celui qui entend la prière ’ applique le mérite de ce sacrifice à nos péchés, il nous faut également nous repentir et accepter toute discipline qu’il juge bon de nous administrer (Psaume 65:2 ; Romains 5:8 ; 6:23 ; Hébreux 12:4-11). Enfin, nous ne pouvons nous attendre à ce que Dieu nous pardonne que si nous “ avons remis à nos débiteurs ”, c’est-à-dire à ceux qui ont péché contre nous. — Matthieu 6:12, 14, 15.
       “ Ne nous fais pas entrer en tentation. ” Quand la Bible dit que Jéhovah fait telle ou telle chose, c’est parfois simplement pour dire qu’il permet qu’elle se produise (Ruth 1:20, 21). Ce n’est pas lui qui nous tente pour nous faire pécher (Jacques 1:13). Les tentations de commettre le mal viennent du Diable, de notre chair imparfaite et du monde. Satan est le Tentateur qui essaie par ses manœuvres de nous faire pécher contre Dieu (Matthieu 4:3 ; 1 Thessaloniciens 3:5). Lorsque nous prions Dieu de ‘ ne pas nous faire entrer en tentation ’, nous lui demandons en fait de ne pas permettre que nous cédions si nous sommes tentés de lui désobéir. Il peut nous indiquer la voie à suivre pour ne pas succomber ni nous laisser vaincre par Satan, le “ méchant ”. — Matthieu 6:13 ; 1 Corinthiens 10:13.
      Agissons en harmonie avec nos prières
      Comment pouvons-nous agir en harmonie avec les prières dans lesquelles nous demandons à être heureux en mariage et dans notre vie de famille?
      La prière modèle de Jésus aborde les points principaux, mais il y a toutes sortes de choses qui peuvent faire l’objet de nos prières. Ce peut être, par exemple, le désir d’être heureux en mariage ; ou bien celui de rester pur jusqu’au jour des noces. Dans ce cas, prions pour avoir de la maîtrise de soi. Mais soyons également conséquents avec nos prières en rejetant les lectures et les divertissements impurs. Soyons déterminés aussi à ‘ nous marier seulement dans le Seigneur ’. (1 Corinthiens 7:39 ; Deutéronome 7:3, 4.) Une fois mariés, ne nous contentons pas de prier pour être heureux : appliquons les conseils venant de Dieu. Si nous avons des enfants, aspirons-nous à les voir devenir de fidèles serviteurs de Jéhovah ? Alors, tout en priant dans ce sens, faisons tout notre possible pour leur inculquer les vérités divines en étudiant la Bible avec eux et en les emmenant régulièrement aux réunions chrétiennes. — Deutéronome 6:5-9 ; 31:12 ; Proverbes 22:6.
      Prions-nous pour que Dieu bénisse notre ministère ? Agissons en harmonie avec ces prières en participant de façon significative à la prédication du Royaume. Si nous prions pour avoir des occasions d’aider les autres à emprunter le chemin de la vie éternelle, ayons soin de bien prendre note des personnes qui manifestent de l’intérêt et soyons prêts à adapter notre programme pour y inclure des études bibliques. Enfin, si nous poursuivons l’objectif de devenir pionniers afin de prendre part à l’œuvre d’évangélisation à plein temps, allons dans le sens de nos prières en augmentant notre participation au ministère et en prêchant avec des pionniers. Nous montrerons ainsi que nous agissons en harmonie avec nos prières.
      Si nous servons Jéhovah fidèlement, nous pouvons être certains qu’il répondra aux prières conformes à sa volonté que nous lui adresserons (1 Jean 5:14, 15).. Faisant une comparaison avec l’odeur agréable de l’encens que les prêtres offraient dans le temple, la Parole de Dieu nous donne cette assurance : “ La prière des hommes droits est pour lui un plaisir. ” — Proverbes 15:8.
       

      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric, as tu déjà préparé le sujet des joyaux du 10 novembre concernant le but des sacrifices et offrandes, sachant que nous devons d'abord présenter le livre du Lévitique. Comment être concis?
      Le but des sacrifices et des offrandes.dot la Mer Morte.pps
      · 1 reply
    • Emma Rose

      Would a kind soul please help me with how to reply using the quote more than once.
      · 5 replies
    • Dee Gordon  »  T.B. (Twyla)

      HI TWYLA...DEE GORDON HERE.  WOULD LIKE  TO CHANGE MY EMAIL ADDRESS YOU SEND MY MEETING WORKBOOK TO.  I DON'T USE FACEBOOK BUT WOULD LIKE TO CONTINUE TO RECEIVE THE WORKBOOK INFO AND WATCHTOWER NOTES PLEASE . THIS ONE STILL RUNNING YOU HAVE ME SIGNED UP FOR...JUST THAT IT WOULD BE MORE CONVENIENT AT THIS TIME.
      · 3 replies
    • Eric Ouellet

      Apprenons à craindre Jéhovah
      “ La crainte de Jéhovah est le début de la sagesse. ” — PROVERBES 9:10.

      IL FUT un temps où dire de quelqu’un craignait Dieu était un compliment. Beaucoup jugent aujourd’hui désuète et illogique l’idée de craindre Dieu. " Pourquoi craindre Dieu s’il est amour?" s’étonnent-ils. C’est que la crainte est à leurs yeux un sentiment forcément négatif, voire paralysant. Or, la crainte de Dieu, la vraie, est bien autre chose que de la peur et, comme nous allons le voir, elle ne se résume pas à un sentiment.
       La Bible présente la crainte de Dieu sous un jour positif (Isaïe 11:3). Craindre Dieu, c’est éprouver envers lui un profond respect et désirer vivement ne pas lui déplaire (Psaume 115:11). C’est aussi accepter ses normes morales et s’y conformer strictement, appliquer dans notre vie ses critères du bien et du mal. Un ouvrage de référence indique que cette crainte salutaire exprime “ un rapport à Dieu, une disposition d’esprit dominante, qui incite à se conduire avec sagesse et à rejeter le mal sous toutes ses formes ”. La Bible dit d’ailleurs que “ la crainte de Jéhovah est le début de la sagesse ”. — Proverbes 9:10.
      La crainte de Dieu influe sur de nombreux domaines de l’existence. Outre la sagesse, elle favorise la joie, la paix, la prospérité, la longévité, l’espoir, la confiance (Psaume 2:11 ; Proverbes 1:7 ; 10:27 ; 14:26 ; 22:4 ; 23:17, 18 ; Actes 9:31). Elle est étroitement liée à la foi et à l’amour. Pour tout dire, elle touche tous les aspects de nos relations avec Dieu et avec les humains (Deutéronome 10:12 ; Job 6:14 ; Hébreux 11:7). Craindre Dieu, enfin, c’est avoir la ferme conviction que notre Père céleste se soucie de nous personnellement et qu’il est disposé à pardonner nos transgressions (Psaume 130:4). Il n’y a donc qu’aux pécheurs non repentants que Dieu devrait inspirer de la terreur. — Hébreux 10:26-31.
      APPRENONS À CRAINDRE DIEU
      Puisqu’il est indispensable de le craindre pour prendre de sages décisions et recevoir ses bénédictions, comment "apprendre à craindre Jéhovah"
      dans le bon sens du terme (Deutéronome 17:19) ? De nombreux exemples d’hommes et de femmes qui craignaient Dieu ont été consignés dans les Écritures “ pour notre instruction ”. (Romains 15:4.) Intéressons-nous à la vie de l’un de ces personnages, le roi David.
      Saül, le premier roi d’Israël, avait la crainte du peuple, mais pas la crainte de Dieu. Cela lui a valu d’être rejeté par Jéhovah (1 Samuel 15:24-26). David, lui, était un homme qui craignait vraiment Dieu ; sa vie et son intimité avec Jéhovah en témoignent. Les nombreuses nuits à la belle étoile qu’il avait passées dans sa jeunesse à faire paître les moutons de son père l’avaient certainement aidé à comprendre ce qu’est la crainte de Jéhovah (1 Samuel 16:11). De l’immense univers, il n’avait contemplé qu’une infime partie, mais cela lui avait suffi pour saisir l’essentiel : Dieu mérite respect et adoration. “ Quand je vois tes cieux, les œuvres de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as préparées, écrira-t-il plus tard, qu’est-ce que le mortel pour que tu penses à lui, et le fils de l’homme tiré du sol pour que tu t’occupes de lui ? ” — Psaume 8:3, 4.
      Il était normal que David soit impressionné quand il comparait sa petitesse à l’immensité des cieux étoilés. Mais, loin de l’effrayer, cette connaissance le portait à louer Jéhovah. “ Les cieux proclament la gloire de Dieu, a-t-il écrit ; et l’œuvre de ses mains, l’étendue l’annonce. ” (Psaume 19:1). Ce profond respect le rapprochait de Jéhovah ; il lui donnait envie d’apprendre ses voies parfaites et de les suivre. Percevez-vous les sentiments qui l’habitaient quand il chantait ce psaume : “ Tu es grand et tu fais des choses prodigieuses ; tu es Dieu, toi seul. Instruis-moi de ta voie, ô Jéhovah ! Je marcherai dans ta vérité. Unifie mon cœur pour craindre ton nom. ” — Psaume 86:10, 11.
      Quand les Philistins ont envahi le pays d’Israël, leur champion, Goliath, a provoqué les Israélites du haut de ses trois mètres. " Envoyez donc quelqu’un m’affronter en combat singulier ! les narguait-il. S’il me bat, nous serons vos serviteurs. " (1 Samuel 17:4-10). Saül et toute son armée étaient terrifiés. Mais pas David. S’il devait craindre quelqu’un, c’était Jéhovah, et non un homme, si fort soit-il. “ Je viens vers toi avec le nom de Jéhovah des armées, a-t-il lancé à Goliath. [...] Et toute cette assemblée saura que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que Jéhovah sauve réellement, car à Jéhovah appartient la bataille. ” Grâce à Jéhovah, une fronde et une pierre ont suffi à David pour abattre le géant. — 1 Samuel 17:45-47.
      Il peut arriver que nous nous trouvions devant des obstacles ou des ennemis aussi intimidants que ceux qu’a dû affronter David. Que faire alors ? Imiter David et d’autres fidèles du passé en s’armant de la crainte de Dieu. La crainte de Dieu l’emporte sur la crainte de l’homme. À ses compatriotes en butte à l’opposition, le fidèle Nehémia a adressé cette exhortation : “ N’ayez pas peur à cause d’eux. Souvenez-vous de Jéhovah le Grand et le Redoutable. ” (Nehémia 4:14). C’est parce qu’ils avaient son soutien que David, Nehémia et d’autres ont réussi à faire ce que Jéhovah attendait d’eux. Nous le pourrons également si nous craignons Dieu.
      Après celle sur Goliath, Jéhovah a accordé d’autres victoires à David. Jaloux, Saül a tenté de tuer le jeune homme, d’abord dans un geste de colère, puis par des moyens détournés, enfin en mobilisant toute une armée contre lui. Même si David avait reçu l’assurance qu’il serait roi, pendant des années il a dû fuir, se battre, et attendre le moment fixé par Jéhovah. Dans toutes ces situations, il ne s’est jamais départi de sa crainte du vrai Dieu. — 1 Samuel 18:9, 11, 17 ; 24:2.
      À un moment donné, David s’est réfugié auprès d’Akish, le roi de Gath, ville philistine d’où était originaire Goliath (1 Samuel 21:10-15). Les serviteurs d’Akish l’ont dénoncé comme ennemi. Comment a-t-il réagi à cette situation périlleuse ? Il s’est confié à Jéhovah de tout son cœur (Psaume 56:1-4, 11-13). Il s’est finalement sorti du guêpier en simulant la démence, mais il était bien conscient de devoir son salut à Jéhovah, qui avait béni son stratagème. David a prouvé qu’il craignait vraiment Dieu en plaçant toute sa confiance en lui. — Psaume 34:4-6, 9-11.
      À l’exemple de David, nous montrerons que nous craignons Dieu en ayant confiance en sa promesse de nous aider dans les épreuves. “ Roule ta voie sur Jéhovah, compte sur lui, et c’est lui qui agira ”, a affirmé David (Psaume 37:5). Cela ne veut pas dire qu’il faut mettre nos problèmes entre les mains de Jéhovah sans rien faire d’autre qu’attendre son intervention. David ne s’est pas contenté de prier et de voir venir. Il a cherché une solution à son problème en utilisant les capacités physiques et intellectuelles dont Jéhovah l’avait doté. Pour autant, il ne pensait pas que ses efforts d’humain suffiraient. Cette façon de voir devrait aussi être la nôtre. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir, puis laissons Jéhovah se charger du reste. Cela étant, il est fréquent que nous ne puissions rien faire d’autre que compter sur Jéhovah. C’est là que la crainte de Dieu revêt un caractère très personnel. Combien est réconfortante cette réflexion de David : “ L’intimité avec Jéhovah appartient à ceux qui le craignent. ” — Psaume 25:14.
      Il s’agit donc de ne pas banaliser nos prières et nos relations avec Dieu. Lorsque nous nous ‘ avançons ’ vers Jéhovah, nous devons “ croire qu’il est, et qu’il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent réellement ”. (Hébreux 11:6 ; Jacques 1:5-8.) Et quand il vient à notre aide, il nous faut, conformément au conseil de l’apôtre Paul, ‘ nous montrer reconnaissants ’. (Colossiens 3:15, 17.) Ne ressemblons jamais à ceux dont un chrétien oint expérimenté a dit : “ Ils prennent Dieu pour une sorte de garçon de café. Ils aimeraient qu’il réponde à un claquement de doigts dès qu’ils ont besoin de quelque chose, et qu’il disparaisse dès qu’ils ont eu ce qu’ils voulaient. ” Où est leur crainte de Dieu ?
      Le fait que Jéhovah l’ait secouru a augmenté la confiance et la crainte que David éprouvait envers lui (Psaume 31:22-24). Trois fois, cependant, David a mis notablement sa crainte de Dieu entre parenthèses, ce qui a eu des conséquences tragiques. La première fois, c’est quand il a décidé de faire transporter l’arche de l’alliance à Jérusalem sur un chariot, et non sur les épaules des Lévites comme le prescrivait la Loi. Ouzza, qui conduisait le chariot, a saisi l’Arche pour l’empêcher de tomber. Dieu l’a fait mourir sur le champ pour cet “ acte d’irrévérence ”. Certes, Ouzza avait commis un péché grave, mais c’est bien David qui, pour n’avoir pas respecté la Loi divine, était responsable de ce drame. Craindre Dieu suppose que l’on fasse les choses comme lui l’entend. — 2 Samuel 6:2-9 ; Nombres 4:15 ; 7:9.
      Une autre fois, sous l’impulsion de Satan, David a procédé au dénombrement des hommes de guerre en Israël (1 Chroniques 21:1). Là encore, il a cessé momentanément de craindre Dieu, ce qui a coûté la vie à 70 000 de ses compatriotes. Bien qu’il se soit repenti devant Jéhovah, lui et le peuple ont beaucoup souffert en la circonstance. — 2 Samuel 24:1-16
      C’est aussi parce qu’il avait oublié sa crainte de Dieu que David a couché avec Bath-Shéba, la femme d’Ouriya. David savait qu’il était mal, non seulement de commettre l’adultère, mais aussi de désirer la femme d’un autre (Exode 20:14, 17). Tout a commencé quand il a aperçu Bath-Shéba qui se baignait. La crainte de Dieu lui commandait de détourner son regard immédiatement et de maîtriser ses pensées. Mais il a manifestement ‘ continué à regarder ’, si bien que la passion l’a emporté sur sa crainte de Dieu (Matthieu 5:28 ; 2 Samuel 11:1-4). David a oublié que Jéhovah devait être présent dans tous les domaines de sa vie. — Psaume 139:1-7.
      De son adultère avec Bath-Shéba est né un fils. Peu après, Jéhovah a envoyé le prophète Nathân dénoncer le péché de David. Retrouvant la crainte de Dieu en même temps que la raison, celui-ci s’est repenti. Il a supplié Jéhovah de ne pas le rejeter et de ne pas lui retirer son esprit saint (Psaume 51:7, 11). Jéhovah lui a pardonné et a atténué le châtiment, mais il ne lui a pas épargné toutes les conséquences de ses actes. Le fils de David est mort ; les malheurs se sont succédé dans sa famille. Quel prix à payer pour avoir momentanément fait abstraction de la crainte de Dieu ! — 2 Samuel 12:10-14 ; 13:10-14 ; 15:14.
      Aujourd’hui de même, ne pas craindre Dieu dans le domaine de la moralité peut avoir des conséquences graves et durables. Imaginez la douleur de cette jeune femme qui découvre que son mari chrétien l’a trompée lors d’un déplacement professionnel à l’étranger. Choquée, anéantie par le chagrin, elle enfouit son visage dans ses mains et pleure toutes les larmes de son corps. Combien de temps faudra-t-il au mari infidèle pour regagner la confiance et le respect de sa femme ? Des situations aussi pénibles peuvent être évitées grâce à la crainte de Dieu. — 1 Corinthiens 6:18.
      Satan détruit les valeurs morales de la société humaine les unes après les autres, et il cherche particulièrement à corrompre les vrais chrétiens. Pour ce faire, il exploite le chemin le plus direct vers le cœur et l’esprit : nos sens, avec une prédilection pour l’ouïe et la vue (Éphésiens 4:17-19). Comment réagissez-vous quand, involontairement, vous vous trouvez exposé à des images ou à des paroles obscènes, ou encore en présence d’individus immoraux ?
      Voyez le cas d’André. Cet ancien et père de famille est médecin dans un pays d’Europe. Quand il était de garde de nuit à l’hôpital, des collègues féminines avaient pris l’habitude d’épingler sur son oreiller des mots doux ornés de petits cœurs pour l’inviter à coucher avec elles. André s’interdisait résolument d’accorder la moindre pensée à ces avances. Mieux, pour se soustraire à cet environnement malsain, il a changé d’établissement. Sa crainte de Dieu s’est révélée sage et lui a valu des bénédictions, puisqu’il effectue aujourd’hui une partie de ses activités au siège des Témoins de Jéhovah de son pays.
      Troquer nos précieuses relations avec Jéhovah contre quelque chose auquel nous n’avons pas droit : voilà où nous risquons d’en arriver en cultivant de mauvaises pensées (Jacques 1:14, 15). Si nous craignons Jéhovah, en revanche, nous nous tiendrons éloignés — et même nous nous écarterons délibérément — des gens, des lieux, des activités ou des divertissements qui pourraient nous faire baisser notre garde (Proverbes 22:3). Quel que soit l’inconvénient ou le sacrifice que cela implique, il n’est rien à côté de la perte de la faveur divine (Matthieu 5:29, 30). La crainte de Dieu nous commande de ne jamais nous exposer intentionnellement à quoi que ce soit d’immoral — à commencer par la pornographie sous toutes ses formes —, mais aussi de faire en sorte que nos yeux “ passent sans s’arrêter à la vue de ce qui n’est que néant ”. Soyons convaincus que Jéhovah, alors, nous ‘ gardera en vie ’ et nous donnera tout ce dont nous avons réellement besoin. — Psaume 84:11 ; 119:37.
       Assurément, c’est toujours faire preuve de sagesse que de laisser la crainte de Dieu dicter nos actions. C’est aussi la source du vrai bonheur (Psaume 34:9)

      · 3 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,169
    • Total Posts
      125,012
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,746
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    tamariusroach
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.