Jump to content
The World News Media

Jehovah's Witnesses in Togo West Africa


Guest Kurt

Recommended Posts


  • Views 866
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Popular Days

  • Similar Content

    • By TheWorldNewsOrg
      Protesters in Togo demand President Gnassingbé give up power
       
       
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      The Catholic University of America in Washington, D.C., is now home to some of Ethiopia’s most important religious manuscripts after they were recently donated to the university by Chicago-based collectors Gerald and Barbara Weiner. The couple gave out the handmade leather manuscripts with the hope of allowing Ethiopians in the U.S. to use them for prayers and study, according to Catholic News Agency.
      Dr. Aaron M. Butts, a professor of Semitic and Egyptian Languages and Literature at the university, put up a statement saying the collection “provides unparalleled primary sources for the study of Eastern Christianity.”
      What’s In the Collection?
      In total, the collection is comprised of 125 Christian manuscripts, including liturgical books, hagiographies, psalters, and 215 Islamic manuscripts, including the Quran and commentaries on Quran.

      According to the Catholic News Agency, it’s the largest collection of Ethiopian Islamic manuscripts outside of Ethiopia.
      More than 600 manuscripts were handmade using hides from calves, sheep, and goats, and are estimated to date back to the 18th and 19th century.
      In the collection, there are over 350 “magic” scrolls, which are traditional Christian prayer talismans, and each was handwritten by a “debtera,” or a cleric in the Ethiopian church, and includes the name of the person it was written for.
      Pieces of the manuscripts were worn around the neck for purposes of helping people with different kinds of ailments, including headaches, painful menstruation, and complicated childbirth.
      Butts suggests that some of these scrolls, which were predominantly worn by women, may have been passed down through many generations, mainly from mother to daughter.
      He added that the prayer jewels haven’t been studied much due to the personal nature of their use.
      Washington, D.C., hosts one of the largest Ethiopian communities outside Ethiopia, and has several Ethiopian Orthodox and Catholic churches and cultural centers, making it the best location to donate the manuscripts.
      Ethiopian Religion
      Ethiopia is predominantly a Christian country, with the majority of Christians belonging to the Ethiopian Orthodox Tewahedo Church.
      However, there are other small religious communities in the country, including Muslims, Judaists, and Pagans. There is also a minority section of Christians who are Roman Catholics or Protestants.
      Many Ethiopians still use the prayer scrolls for protection and healing. They are often inscribed with prayers, spells, and charms to offer protection to their specific owner.
      The text on these “magic” scrolls is often derived from the bible, which is why the majority of churches in the country tolerate despite their connection to magic.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Kurt
      By Guest Kurt
      2017-05-02
       
      FULL-TIME devotees of the Jehovah's Witnesses Christian congregation in Namibia are entitled to the same social security protection as other employees in the country, a Windhoek Labour Court judgement confirmed last week.
      The judgement was delivered in a case in which the legal employment status of members of the Worldwide Order of Special Full-Time Servants of Jehovah's Witnesses was in dispute.

      In the judgement, acting judge Petrus Unengu ruled that members of that religious order fall within the definition of an “employee” in the Labour Act and the Social Security Act, and as a result the Congregation of Jehovah's Witnesses of Namibia should be regarded as an employer in terms of the Social Security Act.

      The congregation lodged an appeal to the Labour Court after the Social Security Commission decided in March last year that the congregation, which wanted to be de-registered as an employer, was an employer in terms of the Social Security Act.

      De-registration would mean that members of the Worldwide Order of Special Full-Time Servants of Jehovah's Witnesses working for the Namibian congregation would not have to be registered with the Social Security Commission and would then also not be entitled to social security benefits like maternity and sick leave payments.

      The congregation's argument was that members of the order, who perform religious work in furtherance of their faith, had chosen a lifestyle rather than assumed work or a job when they joined the order.

      Acting judge Unengu noted in his judgement that although the congregation and members of the order did not sign written employment contracts with each other, members of the order completed application forms to become a member in order to serve the church in a full-time capacity.

      Once accepted as a member, they are also required to take a vow of obedience and poverty, which is taken to be an indication that they are prepared to live a modest lifestyle and to perform any tasks assigned to them by the order. Members of the order are also required to abstain from outside employment.

      Acting judge Unengu further noted that members of the order had fixed hours of service from Mondays to Fridays and received a monthly allowance of about N$940.

      The congregation previously registered itself with the SSC as an employer and failed to show to the court why it now no longer considered itself an employer as per the Social Security Act, acting judge Unengu said.

      He added that he agreed with the SSC's argument that the congregation was trying to evade its obligations under the law. The court could not allow the congregation's employees to be unprotected in the event that they, for instance, fell ill or became pregnant, he stated.

      The congregation “cannot pick and choose which laws should apply to them and which not”, he remarked.

      Senior counsel Theo Frank, assisted by Adolf Denk, represented the congregation when the matter was argued in February. The SSC was represented by Norman Tjombe.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  
    • By Queen Esther
      Johannesburg, South-Africa  -  special  preaching  in the  underground....
      Brothers  from  committee,  a  link  to  the  hospitals,  by  a  Congress  and  for  Anästhesiologie.     CLINICAL  STRATEGIES !
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      From Ugandan camp to Lowell, a Congolese family starts again

      HARDSHIP, AND HOPE: Sendegeya Bayavuge joins his family, newly arrived from Africa, on the porch of their apartment in Lowell. With him, from left, are Dusenge Tuyishime, 14, Maria Uwimana, 16, Nyirakabanza Muhawenimana, 20, Sarah Nyiramana Bayavuge, 6, their mother, Vanisi Uzamukunda, 43, and Lea Nyiramahoro, 11. See a slide show at lowellsun.com. (SUN / JOHN LOVE)
      LOWELL -- The Congolese family's home in Lowell is sparsely decorated, a sign of their recent arrival.
      There's no art on the walls, no photos of smiling faces, no toys cluttering the floors. However, there is furniture and food and the basic necessities for a fresh start in the United States.
      The family of seven -- father Sendegeya Bayavuge, 52, mother Vanisi Uzamukunda, 43, and five children ages 6-20 -- arrived in early February with help from a resettlement agency. The family had spent the past two decades at a Ugandan refugee camp after fleeing violent unrest in their native Democratic Republic of Congo, a country located in Central Africa.
      "I see America as good and I can live in America," said Sendegeya through an
      interpreter on a recent Monday afternoon, his hands clasped together as he sat in the corner of the living room. "I see here they have security. The way I was (living in Uganda), I was always in fear ... with security, I find everything good."
      Maria Uwimana, 16, sat on a carpet beside her father in the family's second-floor apartment. Three of her siblings, sisters Nyirakabanza Muhawenimana, 20, and Lea Nyiramahoro, 11, and brother Dusenge Tuyishime, 14, sat across the room on a worn, cream-colored couch. The family's "princess," 6-year-old Sarah Nyiramana Bayavuge, nestled onto her mother's lap.
      The family was spared in late January from President Donald Trump's executive order on immigration, which in part suspended the refugee admissions program for 120 days. Vanisi recalled hearing about the order as she waited with her family in a hotel for their flight to the United States.
      "He said he don't want the guests. We lost the hope to come," Vanisi said through the interpreter. "After the situation changed and we came here, we were happy.
      "I'm really grateful that they were not immediately impacted by the proposed suspension of the resettlement program," said Cheryl Hamilton, director of the Lowell site of the International Institute of New England, the agency assigned to resettle the family in partnership with the State Department.
      A refugee is someone who has fled from his or her country and cannot return due to fears of persecution based on religion, race, nationality, political opinion or membership in a particular group and, according to the State Department. Since 1975 the U.S. has welcomed over 3 million refugees from all over the world. The city of Lowell has received 508 Iraqis, 220 Somalis, 31 Syrians, and 7 Sudanese during the 10-year period from 2007 through January 2017, according to federal data analyzed by the Associated Press.
      Hamilton said about half of her staff's cases are refugees from the Congo since the U.S. government committed to accepting 25,000 of them across the country. According to 2009-2013 data on Massachusetts refugee arrivals from the Massachusetts Office for Refugees and Immigrants, 25 percent of 11,155 refugees admitted in the state hailed from the Congo.
      Journey to a new life
      It took over 24 hours for Sendegeya, Vanisi and their family to arrive in Lowell. They first stopped in Manchester, N.H. before being brought by resettlement workers to the light yellow multi-family house they now call home.
      "In the beginning, we had a fear to fly because it was our first time to go on the airplane," Sendegeya said.
      daughters, Maria Uwimana, 16. (SUN / JOHN LOVE)
      "After that, we realized we are with other people."
      He and Vanisi are bracing for the long road ahead. The children are still waiting to be enrolled in school, and the family as a whole is still struggling with having left their eldest child behind in Uganda. They don't have immediate family here and don't speak English. The language barrier, both parents admit, is a big obstacle they hope to overcome so they can have a better chance at finding jobs to support their family. Back in Uganda, Sendegeya worked as a farmer.
      "I think that anybody moving into a new community, you're having to rebuild your entire social network and, with that, obviously being less familiar with employment opportunities or navigating transportation," Hamilton said. "Essentially, you are rebuilding every area of your life."
      The United States allocates $925 per individual for the first three months in the country, according to Hamilton. Like with other refugee families the International Institute of New England helps resettle, Sendegeya and Vanisi's family will have access to integration services for the first year and be eligible to come back to the organization for employment services for up to a year and benefit from citizenship services for five years. Hamilton said her staff also offers other programs, such as after-school homework help.
      "Obviously, the federal financial assistance is lean and it's remarkable the resiliency and the ability of families to navigate and overcome these challenges," Hamilton said.
      Vanisi said her greatest fear involves protecting her children. Recently, while the children played outside, the mother said a neighbor warned them to be quiet and threatened to call the police.
      "We saw our neighbor just coming to give us a warning without saying 'Good morning' or 'Welcome,'" Vanisi recalled. "It was just a warning -- 'Kids, shut up!'"
      The incident was traumatic for Vanisi, who said her family now spends most of their time inside their home.
      "In Uganda, it's different because in Uganda you can play and dance," she said. "Not that kind of warning."
      There have been tiny victories through the murkiness. The family found a market with familiar foods and established a friendship with fellow Jehovah's Witnesses in nearby Chelmsford. Twice a week, members of the Kingdom Hall of Jehovah's Witnesses pick up the family for meetings.
      The four daughters later walked up a flight of stairs to proudly show off their rooms -- Nyirakabanza and Maria in one, and Lea and Sarah in the other. Both rooms are bare except for neatly made twin-sized beds. In Lea and Sarah's closet, there are clothes and several pairs of shoes. The family's only son, Dusenge, has his own room. He remained quiet for the duration of the family's interview and smiled shyly when asked about his thoughts on his new home.
      "Right now, what I like and what I have desired, I have found it," he said through the interpreter, his hands fiddling with a pale pink throw. "Everything is OK for me."
      Ask the eldest, Nyirakabanza and Maria, what they dream of becoming someday and their eyes light up. Both said they hope to become nurses to help others.
      "I'm happy here, but not yet," Nyirakabanza said, later clarifying that she is still sorting out her feelings about the family's new life in America. "I will be happy and confirm the happiness when I see my achievement. My goal is to go to school to continue my education -- to become someone self-sufficient. If I achieve that, I will be very very happy."

      SWEET HOME: Sarah Nyiramana Bayavuge, 6, and her sister Lea Nyiramahoro, 11, in their new bedroom. The family was spared in late January from President Donald Trump's executive order on immigration. (SUN / JOHN LOVE)
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Kurt
      By Guest Kurt
      Paynesville — The Jehovah Witnesses Congregation in Liberia has denied reports in the public that they have condemned the voters registration exercise.
      In an interview with FrontPage Africa on Wednesday, March 1, 2017, Thomas Nyain, communications officer, of the Jehovah Witnesses Congregation in Liberia said at no time did the organization condemn the exercise since it began.
      "We teach the Bible and we encourage people to apply Bible principles to better their lives," he said.
      "We don't get involved in political activities so anybody that who say that witnesses in Liberia condemned the voters registration exercise, then I don't know where do they get their information from, because I speak for Jehovah witnesses in Liberia and since I don't utter these words, it means that I am not aware of such information. The witnesses in Liberia have a central media outlet, and I am the one that speak for them.
          According to Thomas Nyain the information is misleading and far from the truth, something he described as fabrication to mark the image of his noble institution.
      He said one of the major challenges being faced by the organization is reaching the gospel out to Liberians in the remotest part of the country.
      "One of our major challenges is to get to the deeper part of Liberia, where people haven't heard anything about the Bible, not sitting and worrying about fabrication from people who are not aware of activities. We will be happy if everyone in Liberia accepts the truth about the Bible through our teaching.
      He called on every Liberian to take interest in reading their biblical materials that have been translated in the various dialects.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  
               
    • By The Librarian
      Jehovah’s Witnesses in Nairobi, Kenya at a recent convention
      I’m pretty sure the white guys use these clothes in daily life as well. It’s not just to play dress up at a convention.
      At our next convention in New England I plan to go dressed up as a Pilgrim who literally just walked off the Mayflower. ;-)
      Why is it we only play dress up in other countries?  Shouldn’t someone in New York show up dressed like George Washington?
      It’s only fair to all of us in the USA.
      just sayin’ ;-)
      Update: I just found some photos of other actual Kenyans attending the assembly in their normal suits.
      I think that the 1958 Yankee stadium convention was different because people came to NY dressed in their normal public attire from around the world.
      Now New Yorkers go around the world dressing up in folkloric attire.
      So… the morale of the story is…..
      Wear whatever clothing you want nowadays. ;-)


      Via
    • By The Librarian
      Nigeria, Africa. Greetings. 

    • By The Librarian
      meeting for field service in Ghana Africameeting for field service in Ghana Africa
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Robert Fleming comes from a long line of Sault Jehovah's Witnesses

      Robert Fleming travels the deserts, jungles, savannahs, and waters of West Africa hoping people will see what he sees in the Bible.
      Fleming is a Sault born-and-raised fourth generation Jehovah’s Witness who left the area when he was 24 and came back for the first time in 20 years last week to visit family and attend a regional annual conference of Jehovah’s Witnesses.
      In an interview with SooToday Fleming talked a bit about his family’s history and about his life preaching in West Africa.
      Fleming’s great grandfather John Fleming came from Scotland to the Sault in the early 1900s and when the Spanish flu hit the area he got a job at the cemetery on Fourth Line.
      One day he was literally standing body-deep in a grave he’d just dug out when a Jehovah’s Witness approached him and commented, “you know, that’s hell you’re standing in."
      John Fleming was puzzled and, after through conversation learned about how Jehovah’s Witnesses don’t believe in an afterlife in the same way other Christians might imagine it and other interpretations the group has of the Bible. 
      This meeting led to a full-blown conversion and three generations later John Fleming’s descendants are still practicing Jehovah’s Witnesses.
      “My earliest memories are me going door to door as a kingdom preacher,” said Robert Fleming who after his father, grandfather, and great grandfather is continuing the tradition.
      “Third Line, Carpin Beach Road, Leighs Bay Road. I don’t know if the old-timers are still there or if I’d even remember them. I was very young,” said Robert Fleming.
      Fleming left the Sault in 1985 to preach in Quebec and in 1995 he went to the Jehovah’s Witnesses Missionary School in Paterson, NY.
      After five months of training there Fleming flew to West Africa where for the last 20 years he’s been preaching for Jehovah out of Douala, Cameroon, which at 3 million people is the country’s largest city.
      “I was nervous to go, boy oh boy. I was there one week and I was checking out the price of airplane tickets to go back. Is that too honest?”
      Fleming said that Cameroon is not only immensely diverse geographically — it's often called “Africa in miniature” — but also culturally as the country has roughly 200 tribes and dialects and a range of religions that include indigenous beliefs and assorted versions of Christianity and Islam.
      “There’s a hundred times more religions than Canada. Every neighbourhood has its own church because they want to worship God how they think God should be worshipped,” he said.
      Fleming said Cameroonians are incredibly religious people and that the Christians among them will often carry a Bible around on their phones and regularly consult it.
      Fleming said the more traditional African religions that he’s encountered don’t talk about “God” or “gods” so much as they talk about “forces of nature” but that these forces seem to be roughly equivalent to the idea of “gods”.
      Most Africans, regardless of their professed religion he said, continue to follow a tradition of ancestry worship, where they believe that their dead relatives are still influencing the world and helping or harming their living descendants based on how pleased they feel.
      “They’ll put out salt or palm oil, things like that, to appease, say, their dead grandfather and if something bad happens in the family they might say it’s their grandfather that has done it to them. The Bamelike Tribe in the west of Cameroon, after the grandfather has been dead for a year, will actually dig up the skull and they’ll have a small alter in the home and when they have to make big decisions they’ll consulate with him.”
      In his time there, Fleming has travelled by canoe and bush-bike to get to remote tribes in the jungle, like a tribe of pygmies living in grass huts, or to secluded islands off the coast of the continent, but he never goes more than a days journey.
      Fleming said Jehovah’s Witnesses have been in Cameroon since the late 1930s and even though they were banned from 1970 until 1993, largely for not participating in local government because it is against their faith, even tribes like the pygmies are quite familiar with his group when they arrive.
      As a preacher, Fleming said he follows the standard Jehovah’s witness preaching technique of basically asking people what they think about a topic, then introducing what the Bible teaches about that topic, and then hopefully getting a person out to a bible study group where they can learn more and potentially feel compelled to join the faith.
      But unlike other Christian religions, he said, to be a Jehovah’s Witness a person cannot partially follow their old faith, and in the case of Cameroon, that means locals have to leave their ancestry worship behind — something which can be difficult for many when, like Christmas here, it's not just a religious practice but also a social one.
      “When we do preach to them and they read the Bible and realize ‘Hey my grandfather is just sleeping’ that means they have to leave these traditions that obviously contradict what the scriptures say, to serve Jehovah.”
      Fleming said that when he arrived in 1996 there were about 20,000 Jehovah’s Witnesses in the country and that now there are about 40,000.
      He said many people in Cameroon see the positives of the faith, the health benefits it tends to lead to like stopping smoking or reducing AIDS, and actually approach his group to set up Jehovah’s Witnesses centres, or ‘kingdom halls’, in their community.
      “Many people in Cameroon make the change. I wouldn’t have stayed there for 20 years if we weren’t having wonderful success,” he said.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Bible Speaks
      REGIONAL CONVENTION IN CAMEROON, AFRICA   ASAMBLEA REGIONAL EN CAMERUN, AFRICA
    • By The Librarian
      Madagascar Branch Dedication  




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Topics

  • Posts

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Que vos prières soit préparées comme une encens apaisante pour Jéhovah

      Chez les Israélites, l’offrande d’encens était un symbole approprié pour désigner les prières que Dieu entend. C’est pourquoi le psalmiste David a chanté à Jéhovah : 

      “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi. ”
      — Psaume 141 : 2
      JÉHOVAH DIEU a chargé son prophète Moïse de préparer un encens sacré à l’usage du culte qui lui était rendu dans le tabernacle d’Israël. Il a donné lui-même la formule de ce mélange composé de quatre ingrédients aromatiques qui dégageaient une bonne odeur. — Exode 30:34-38.
      L’alliance de la Loi dans laquelle la nation d’Israël avait été admise prévoyait de faire brûler quotidiennement de l’encens (Exode 30:7, 8). Ce geste avait-il une signification particulière ? Oui. En témoignent ces paroles du psalmiste : “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi [Jéhovah Dieu], l’élévation de mes paumes comme l’offrande de grain du soir. ” (Psaume 141:2). De plus, dans le livre de la Révélation, l’apôtre Jean dit de ceux qui se tiennent autour du trône céleste de Dieu qu’ils ont des bols d’or pleins d’encens. “ Et, précise le récit inspiré, l’encens représente les prières des saints. ” (Révélation 5:8). Il apparaît donc que la combustion d’encens odorant symbolise les prières agréées que les serviteurs de Jéhovah offrent jour et nuit. — 1 Thessaloniciens 3:10 ; Hébreux 5:7
      Pour que Dieu agrée nos prières, nous devons le prier au nom de Jésus Christ (Jean 16:23, 24). Au demeurant, comment pouvons-nous améliorer la qualité de nos prières ? L’examen de quelques exemples pris dans les Écritures devrait nous aider à préparer nos prières comme l’encens devant Jéhovah. — Proverbes 15:8.
      Prions avec foi
      Si nous voulons que nos prières montent vers Dieu comme un encens de bonne odeur, il nous faut les lui offrir avec foi (Hébreux 11:6). Lorsque des anciens ont affaire à une personne spirituellement malade qui réagit bien à leurs conseils bibliques, ‘ leur prière de foi rétablit celui qui est souffrant ’. (Jacques 5:15.) Notre Père céleste prend plaisir à voir quelqu’un le prier avec foi et étudier consciencieusement sa Parole. Un psalmiste qui manifestait cet excellent état d’esprit a écrit : “ Je lèverai mes paumes vers tes commandements que j’ai aimés, et je veux m’intéresser à tes prescriptions. Enseigne-moi la bonté, le bon sens et la connaissance, car j’ai exercé la foi en tes commandements. ” (Psaume 119:48, 66). ‘ Étendons nos paumes ’ en priant avec humilité et exerçons la foi en observant les commandements de Dieu.
      La prière un lien véritable à la sagesse divine
      Supposons que nous manquions de sagesse pour surmonter une épreuve ; par exemple, nous pourrions ne pas être convaincus qu’une certaine prophétie soit déjà en train de se réaliser. Plutôt que de laisser cette incertitude nous déstabiliser spirituellement, prions pour recevoir de la sagesse (Galates 5:7, 8 ; Jacques 1:5-8). N’escomptons pas cependant que Dieu nous réponde d’une manière spectaculaire, mais démontrons la sincérité de nos prières en faisant ce qu’il attend de tous ses serviteurs : qu’ils bâtissent leur foi en étudiant les Écritures à l’aide des publications fournies par l’intermédiaire de “ l’esclave fidèle et avisé ”. (Matthieu 24:45-47 ; Josué 1:7, 8.) Nous avons besoin également d’augmenter notre connaissance en prenant part régulièrement aux réunions du peuple de Dieu. — Hébreux 10:24, 25.
      Certains chrétiens semblent avoir perdu de vue que nous sommes à un stade avancé du “ temps de la fin ”. (Daniel 12:4.) C’est ce que révèlent l’orientation qu’ils donnent à leur vie et leurs centres d’intérêt. Il convient de prier pour que ces chrétiens ravivent ou affermissent leur foi dans les preuves que fournit la Bible que la présence du Christ a commencé en 1914 et que, ayant été intronisé au ciel par Jéhovah cette année-là, il règne depuis lors au milieu de ses ennemis (Psaume 110:1, 2 ; Matthieu 24:3). Nous devrions tous être bien conscients du fait que des événements annoncés, tels que la destruction de la fausse religion (“ Babylone la Grande ”), l’attaque satanique de Gog de Magog contre les serviteurs de Jéhovah et l’intervention salvatrice de Dieu le Tout-Puissant lors de la guerre d’Har-Maguédôn, peuvent survenir avec une rapidité saisissante et s’enchaîner sur une période relativement courte (Révélation 16:14, 16 ; 18:1-5 ; Ézékiel 38:18-23). Aussi, prions Dieu de nous aider à rester spirituellement éveillés. Puissions-nous tous prier avec conviction pour que le nom de Jéhovah soit sanctifié, pour que son Royaume vienne et pour que sa volonté se fasse sur la terre comme elle est faite au ciel ! Puissions-nous aussi continuer à exercer la foi et à démontrer par des actes la sincérité de nos prières (Matthieu 6:9, 10) ! Que tous ceux qui aiment Jéhovah puissent vraiment chercher d’abord le Royaume et Sa justice, et participer le plus possible à la prédication de la bonne nouvelle avant que vienne la fin ! — Matthieu 6:33 ; 24:14.
      Louons et remercions Jéhovah
      Une manière importante de ‘ préparer nos prières comme l’encens ’ consiste à louer et à remercier Dieu du fond de notre cœur. Le roi David a prononcé une prière de ce genre quand lui et le peuple d’Israël ont fait des contributions pour la construction du temple de Jéhovah. Il s’est exprimé ainsi : “ Béni sois-tu, ô Jéhovah le Dieu d’Israël notre père, depuis des temps indéfinis et pour des temps indéfinis. À toi, ô Jéhovah, sont la grandeur, la puissance, la beauté, la supériorité et la dignité ; car tout, dans les cieux et sur la terre, est à toi. À toi est le royaume, ô Jéhovah, Celui qui t’élève aussi en chef au-dessus de tout. La richesse et la gloire sont grâce à toi, et tu domines tout ; dans ta main il y a force et puissance, et dans ta main est le pouvoir de rendre grand et de donner de la vigueur à tous. Et maintenant, ô notre Dieu, nous te remercions et nous louons ton nom magnifique. ” — 1 Chroniques 29:10-13.
      Quelles splendides expressions de louange et de reconnaissance ! Même si nos prières ne sont pas aussi éloquentes, elles peuvent témoigner de la même sincérité. Les actions de grâces et les louanges abondent dans le livre des Psaumes. Les Psaumes 148, 149 et 150, en particulier, louent Dieu en des termes particulièrement choisis. La gratitude envers Dieu imprègne également de nombreux psaumes. “ J’ai demandé une chose à Jéhovah, a chanté David, — c’est ce que je chercherai : Que j’habite dans la maison de Jéhovah tous les jours de ma vie, pour contempler le charme de Jéhovah et pour regarder avec admiration son temple. ” (Psaume 27:4). Agissons en harmonie avec de telles prières en participant avec zèle à toutes les activités des “ foules rassemblées ” par Jéhovah (Psaume 26:12). Ajoutons à cela la méditation quotidienne de sa Parole, et nous aurons quantité de raisons de louer et de remercier sincèrement Jéhovah.
      Recherchons humblement l’aide de Jéhovah
      Nous avons l’assurance que Jéhovah entend les appels à l’aide de ses Témoins qui le servent d’un cœur entier (Isaïe 43:10-12). C’est ce qu’illustre un épisode de la vie d’Asa, qui a été roi de Juda pendant 41 ans (977-937 av. n. è.). Après dix premières années de règne marquées par la paix, le pays a été envahi par une armée de un million d’hommes conduite par Zérah l’Éthiopien. Bien qu’infiniment moins nombreux, Asa et ses hommes sont sortis à la rencontre de l’ennemi. Cependant, avant de livrer bataille, Asa a prononcé une prière fervente, dans laquelle il a exprimé sa confiance dans le pouvoir salvateur de Jéhovah. Implorant son aide, il a dit : “ Sur toi nous nous appuyons et c’est en ton nom que nous sommes venus contre cette foule. Ô Jéhovah, tu es notre Dieu. Que le mortel ne conserve pas de vigueur contre toi. ” En conséquence, Jéhovah a sauvé Juda à cause de son grand nom ; il a donné aux Israélites une victoire totale (2 Chroniques 14:1-15). Qu’il nous délivre de l’épreuve ou qu’il nous donne la force de l’endurer, il est hors de doute que Dieu entend nos appels à l’aide.
      Soyons certains que Jéhovah entend tout autant nos requêtes lorsque nous ne savons pas comment agir dans une certaine situation critique. C’est ce qu’a pu vérifier le roi de Juda Yehoshaphat, dont les 25 ans de règne ont commencé en 936 avant notre ère. Quand Juda s’est trouvé menacé par les armées coalisées de Moab, d’Ammôn et de la région montagneuse de Séïr, Yehoshaphat a fait cette supplication : “ Ô notre Dieu, n’exécuteras-tu pas le jugement sur eux ? Car en nous il n’y a pas de force devant cette foule nombreuse qui vient contre nous ; et nous, nous ne savons que faire, mais nos yeux sont tournés vers toi. ” Jéhovah a répondu à cette prière humble : il a combattu en faveur de Juda en semant la confusion dans les rangs des ennemis de sorte que ceux-ci se sont entretués. À la suite de cela, la crainte a saisi les nations d’alentour, et Juda a connu la paix (2 Chroniques 20:1-30). Lorsque nous manquons de la sagesse nécessaire pour résoudre une grave difficulté, reconnaissons, comme Yehoshaphat : ‘ Nous ne savons que faire, mais nos yeux sont tournés vers toi, Jéhovah. ’ L’esprit saint peut nous rappeler alors à la mémoire des pensées bibliques qui nous donneront la solution, à moins que l’aide divine ne revête une forme qui dépasse l’entendement humain. — Romains 8:26, 27.
       Avant de recevoir l’aide de Dieu, peut-être nous faudra-t-il persévérer dans la prière. Nehémia a mené deuil, a pleuré, jeûné et prié pendant des jours à propos de la muraille en ruine de Jérusalem et de la situation pitoyable des habitants de Juda (Nehémia 1:1-11). Ses prières sont manifestement montées vers Dieu comme un encens de bonne odeur. Devant la mine abattue de Nehémia, le roi perse Artaxerxès lui a un jour demandé : “ Que cherches-tu donc à obtenir ? ” “ Aussitôt, raconte Nehémia, je priai le Dieu des cieux. ” Cette requête courte et silencieuse a été exaucée : Nehémia a reçu l’autorisation d’accomplir ce qui lui tenait à cœur : se rendre à Jérusalem pour y rebâtir la muraille. — Nehémia 2:1-8.
      Jésus nous apprend à prier
      De toutes les prières qui ont été conservées dans les Écritures, il en est une particulièrement instructive ; c’est la prière modèle, que Jésus Christ a présentée comme un encens de bonne odeur. Voici ce que nous lisons dans l’Évangile de Luc : “ Un [des] disciples [de Jésus] lui dit : ‘ Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean aussi l’a appris à ses disciples. ’ Alors il leur dit : ‘ Quand vous priez, dites : “ Père, que ton nom soit sanctifié. Que ton royaume vienne. Donne-nous notre pain pour le jour selon les besoins du jour. Et pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent ; et ne nous fais pas entrer en tentation. ” ’ ” (Luc 11:1-4 ; Matthieu 6:9-13). Cette prière n’était pas destinée à être récitée, mais plutôt à donner une indication de ce pour quoi il faut prier. 
       “ Père, que ton nom soit sanctifié. ” Jéhovah accorde à ceux qui le servent et lui sont voués le privilège spécial de l’appeler Père. Comme des enfants qui confient tout à un père qu’ils savent miséricordieux, nous devrions prendre régulièrement le temps d’adresser à Dieu des prières empreintes de dignité et de vénération (Psaume 103:13, 14). Nos prières devraient traduire l’intérêt que nous portons à la sanctification de son nom, que nous aspirons à voir lavé de tout l’opprobre dont il a été couvert. Oui, nous voulons que le nom de Jéhovah soit mis à part et tenu pour saint, ou sacré. — Psaumes 5:11 ; 63:3, 4 ; 148:12, 13 ; Ézékiel 38:23.
      “ Que ton royaume vienne. ”
      “ Que ton royaume vienne. ” Le Royaume représente la domination que Jéhovah exerce par l’intermédiaire du gouvernement céleste messianique qu’il a confié à son Fils, Jésus, et aux “ saints ” qui lui sont associés (Daniel 7:13, 14, 18, 27 ; Révélation 20:6). Bientôt, ce Royaume ‘ viendra ’ contre tous ceux sur la terre qui s’opposent à la souveraineté divine et il les fera disparaître (Daniel 2:44). Après cela, la volonté de Jéhovah sera faite sur la terre, comme elle l’est au ciel (Matthieu 6:10). Quelle joie ce sera pour toutes les créatures qui servent fidèlement le Souverain de l’univers !
       “ Donne-nous notre pain pour le jour selon les besoins du jour. ” En demandant à Jéhovah la nourriture “ pour le jour ”, nous montrons que nous ne cherchons pas à avoir abondance de biens, mais seulement de quoi satisfaire nos besoins quotidiens. Tout en comptant sur Dieu, nous travaillons et mettons à profit les moyens à notre disposition pour nous procurer la nourriture et les autres choses nécessaires à la vie (2 Thessaloniciens 3:7-10). Nous devrions évidemment remercier notre Bienfaiteur céleste, car c’est grâce à son amour, à sa sagesse et à sa puissance que nous avons tout cela. — Actes 14:15-17
       “ Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent. ” Étant donné que nous sommes imparfaits et pécheurs, il nous est impossible de nous conformer absolument aux normes parfaites de Jéhovah. Nous avons donc besoin de le prier de nous accorder son pardon en vertu du sacrifice rédempteur de Jésus. Mais pour que ‘ Celui qui entend la prière ’ applique le mérite de ce sacrifice à nos péchés, il nous faut également nous repentir et accepter toute discipline qu’il juge bon de nous administrer (Psaume 65:2 ; Romains 5:8 ; 6:23 ; Hébreux 12:4-11). Enfin, nous ne pouvons nous attendre à ce que Dieu nous pardonne que si nous “ avons remis à nos débiteurs ”, c’est-à-dire à ceux qui ont péché contre nous. — Matthieu 6:12, 14, 15.
       “ Ne nous fais pas entrer en tentation. ” Quand la Bible dit que Jéhovah fait telle ou telle chose, c’est parfois simplement pour dire qu’il permet qu’elle se produise (Ruth 1:20, 21). Ce n’est pas lui qui nous tente pour nous faire pécher (Jacques 1:13). Les tentations de commettre le mal viennent du Diable, de notre chair imparfaite et du monde. Satan est le Tentateur qui essaie par ses manœuvres de nous faire pécher contre Dieu (Matthieu 4:3 ; 1 Thessaloniciens 3:5). Lorsque nous prions Dieu de ‘ ne pas nous faire entrer en tentation ’, nous lui demandons en fait de ne pas permettre que nous cédions si nous sommes tentés de lui désobéir. Il peut nous indiquer la voie à suivre pour ne pas succomber ni nous laisser vaincre par Satan, le “ méchant ”. — Matthieu 6:13 ; 1 Corinthiens 10:13.
      Agissons en harmonie avec nos prières
      Comment pouvons-nous agir en harmonie avec les prières dans lesquelles nous demandons à être heureux en mariage et dans notre vie de famille?
      La prière modèle de Jésus aborde les points principaux, mais il y a toutes sortes de choses qui peuvent faire l’objet de nos prières. Ce peut être, par exemple, le désir d’être heureux en mariage ; ou bien celui de rester pur jusqu’au jour des noces. Dans ce cas, prions pour avoir de la maîtrise de soi. Mais soyons également conséquents avec nos prières en rejetant les lectures et les divertissements impurs. Soyons déterminés aussi à ‘ nous marier seulement dans le Seigneur ’. (1 Corinthiens 7:39 ; Deutéronome 7:3, 4.) Une fois mariés, ne nous contentons pas de prier pour être heureux : appliquons les conseils venant de Dieu. Si nous avons des enfants, aspirons-nous à les voir devenir de fidèles serviteurs de Jéhovah ? Alors, tout en priant dans ce sens, faisons tout notre possible pour leur inculquer les vérités divines en étudiant la Bible avec eux et en les emmenant régulièrement aux réunions chrétiennes. — Deutéronome 6:5-9 ; 31:12 ; Proverbes 22:6.
      Prions-nous pour que Dieu bénisse notre ministère ? Agissons en harmonie avec ces prières en participant de façon significative à la prédication du Royaume. Si nous prions pour avoir des occasions d’aider les autres à emprunter le chemin de la vie éternelle, ayons soin de bien prendre note des personnes qui manifestent de l’intérêt et soyons prêts à adapter notre programme pour y inclure des études bibliques. Enfin, si nous poursuivons l’objectif de devenir pionniers afin de prendre part à l’œuvre d’évangélisation à plein temps, allons dans le sens de nos prières en augmentant notre participation au ministère et en prêchant avec des pionniers. Nous montrerons ainsi que nous agissons en harmonie avec nos prières.
      Si nous servons Jéhovah fidèlement, nous pouvons être certains qu’il répondra aux prières conformes à sa volonté que nous lui adresserons (1 Jean 5:14, 15).. Faisant une comparaison avec l’odeur agréable de l’encens que les prêtres offraient dans le temple, la Parole de Dieu nous donne cette assurance : “ La prière des hommes droits est pour lui un plaisir. ” — Proverbes 15:8.
       

      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric, as tu déjà préparé le sujet des joyaux du 10 novembre concernant le but des sacrifices et offrandes, sachant que nous devons d'abord présenter le livre du Lévitique. Comment être concis?
      Le but des sacrifices et des offrandes.dot la Mer Morte.pps
      · 1 reply
    • Emma Rose

      Would a kind soul please help me with how to reply using the quote more than once.
      · 5 replies
    • Dee Gordon  »  T.B. (Twyla)

      HI TWYLA...DEE GORDON HERE.  WOULD LIKE  TO CHANGE MY EMAIL ADDRESS YOU SEND MY MEETING WORKBOOK TO.  I DON'T USE FACEBOOK BUT WOULD LIKE TO CONTINUE TO RECEIVE THE WORKBOOK INFO AND WATCHTOWER NOTES PLEASE . THIS ONE STILL RUNNING YOU HAVE ME SIGNED UP FOR...JUST THAT IT WOULD BE MORE CONVENIENT AT THIS TIME.
      · 3 replies
    • Eric Ouellet

      Apprenons à craindre Jéhovah
      “ La crainte de Jéhovah est le début de la sagesse. ” — PROVERBES 9:10.

      IL FUT un temps où dire de quelqu’un craignait Dieu était un compliment. Beaucoup jugent aujourd’hui désuète et illogique l’idée de craindre Dieu. " Pourquoi craindre Dieu s’il est amour?" s’étonnent-ils. C’est que la crainte est à leurs yeux un sentiment forcément négatif, voire paralysant. Or, la crainte de Dieu, la vraie, est bien autre chose que de la peur et, comme nous allons le voir, elle ne se résume pas à un sentiment.
       La Bible présente la crainte de Dieu sous un jour positif (Isaïe 11:3). Craindre Dieu, c’est éprouver envers lui un profond respect et désirer vivement ne pas lui déplaire (Psaume 115:11). C’est aussi accepter ses normes morales et s’y conformer strictement, appliquer dans notre vie ses critères du bien et du mal. Un ouvrage de référence indique que cette crainte salutaire exprime “ un rapport à Dieu, une disposition d’esprit dominante, qui incite à se conduire avec sagesse et à rejeter le mal sous toutes ses formes ”. La Bible dit d’ailleurs que “ la crainte de Jéhovah est le début de la sagesse ”. — Proverbes 9:10.
      La crainte de Dieu influe sur de nombreux domaines de l’existence. Outre la sagesse, elle favorise la joie, la paix, la prospérité, la longévité, l’espoir, la confiance (Psaume 2:11 ; Proverbes 1:7 ; 10:27 ; 14:26 ; 22:4 ; 23:17, 18 ; Actes 9:31). Elle est étroitement liée à la foi et à l’amour. Pour tout dire, elle touche tous les aspects de nos relations avec Dieu et avec les humains (Deutéronome 10:12 ; Job 6:14 ; Hébreux 11:7). Craindre Dieu, enfin, c’est avoir la ferme conviction que notre Père céleste se soucie de nous personnellement et qu’il est disposé à pardonner nos transgressions (Psaume 130:4). Il n’y a donc qu’aux pécheurs non repentants que Dieu devrait inspirer de la terreur. — Hébreux 10:26-31.
      APPRENONS À CRAINDRE DIEU
      Puisqu’il est indispensable de le craindre pour prendre de sages décisions et recevoir ses bénédictions, comment "apprendre à craindre Jéhovah"
      dans le bon sens du terme (Deutéronome 17:19) ? De nombreux exemples d’hommes et de femmes qui craignaient Dieu ont été consignés dans les Écritures “ pour notre instruction ”. (Romains 15:4.) Intéressons-nous à la vie de l’un de ces personnages, le roi David.
      Saül, le premier roi d’Israël, avait la crainte du peuple, mais pas la crainte de Dieu. Cela lui a valu d’être rejeté par Jéhovah (1 Samuel 15:24-26). David, lui, était un homme qui craignait vraiment Dieu ; sa vie et son intimité avec Jéhovah en témoignent. Les nombreuses nuits à la belle étoile qu’il avait passées dans sa jeunesse à faire paître les moutons de son père l’avaient certainement aidé à comprendre ce qu’est la crainte de Jéhovah (1 Samuel 16:11). De l’immense univers, il n’avait contemplé qu’une infime partie, mais cela lui avait suffi pour saisir l’essentiel : Dieu mérite respect et adoration. “ Quand je vois tes cieux, les œuvres de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as préparées, écrira-t-il plus tard, qu’est-ce que le mortel pour que tu penses à lui, et le fils de l’homme tiré du sol pour que tu t’occupes de lui ? ” — Psaume 8:3, 4.
      Il était normal que David soit impressionné quand il comparait sa petitesse à l’immensité des cieux étoilés. Mais, loin de l’effrayer, cette connaissance le portait à louer Jéhovah. “ Les cieux proclament la gloire de Dieu, a-t-il écrit ; et l’œuvre de ses mains, l’étendue l’annonce. ” (Psaume 19:1). Ce profond respect le rapprochait de Jéhovah ; il lui donnait envie d’apprendre ses voies parfaites et de les suivre. Percevez-vous les sentiments qui l’habitaient quand il chantait ce psaume : “ Tu es grand et tu fais des choses prodigieuses ; tu es Dieu, toi seul. Instruis-moi de ta voie, ô Jéhovah ! Je marcherai dans ta vérité. Unifie mon cœur pour craindre ton nom. ” — Psaume 86:10, 11.
      Quand les Philistins ont envahi le pays d’Israël, leur champion, Goliath, a provoqué les Israélites du haut de ses trois mètres. " Envoyez donc quelqu’un m’affronter en combat singulier ! les narguait-il. S’il me bat, nous serons vos serviteurs. " (1 Samuel 17:4-10). Saül et toute son armée étaient terrifiés. Mais pas David. S’il devait craindre quelqu’un, c’était Jéhovah, et non un homme, si fort soit-il. “ Je viens vers toi avec le nom de Jéhovah des armées, a-t-il lancé à Goliath. [...] Et toute cette assemblée saura que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que Jéhovah sauve réellement, car à Jéhovah appartient la bataille. ” Grâce à Jéhovah, une fronde et une pierre ont suffi à David pour abattre le géant. — 1 Samuel 17:45-47.
      Il peut arriver que nous nous trouvions devant des obstacles ou des ennemis aussi intimidants que ceux qu’a dû affronter David. Que faire alors ? Imiter David et d’autres fidèles du passé en s’armant de la crainte de Dieu. La crainte de Dieu l’emporte sur la crainte de l’homme. À ses compatriotes en butte à l’opposition, le fidèle Nehémia a adressé cette exhortation : “ N’ayez pas peur à cause d’eux. Souvenez-vous de Jéhovah le Grand et le Redoutable. ” (Nehémia 4:14). C’est parce qu’ils avaient son soutien que David, Nehémia et d’autres ont réussi à faire ce que Jéhovah attendait d’eux. Nous le pourrons également si nous craignons Dieu.
      Après celle sur Goliath, Jéhovah a accordé d’autres victoires à David. Jaloux, Saül a tenté de tuer le jeune homme, d’abord dans un geste de colère, puis par des moyens détournés, enfin en mobilisant toute une armée contre lui. Même si David avait reçu l’assurance qu’il serait roi, pendant des années il a dû fuir, se battre, et attendre le moment fixé par Jéhovah. Dans toutes ces situations, il ne s’est jamais départi de sa crainte du vrai Dieu. — 1 Samuel 18:9, 11, 17 ; 24:2.
      À un moment donné, David s’est réfugié auprès d’Akish, le roi de Gath, ville philistine d’où était originaire Goliath (1 Samuel 21:10-15). Les serviteurs d’Akish l’ont dénoncé comme ennemi. Comment a-t-il réagi à cette situation périlleuse ? Il s’est confié à Jéhovah de tout son cœur (Psaume 56:1-4, 11-13). Il s’est finalement sorti du guêpier en simulant la démence, mais il était bien conscient de devoir son salut à Jéhovah, qui avait béni son stratagème. David a prouvé qu’il craignait vraiment Dieu en plaçant toute sa confiance en lui. — Psaume 34:4-6, 9-11.
      À l’exemple de David, nous montrerons que nous craignons Dieu en ayant confiance en sa promesse de nous aider dans les épreuves. “ Roule ta voie sur Jéhovah, compte sur lui, et c’est lui qui agira ”, a affirmé David (Psaume 37:5). Cela ne veut pas dire qu’il faut mettre nos problèmes entre les mains de Jéhovah sans rien faire d’autre qu’attendre son intervention. David ne s’est pas contenté de prier et de voir venir. Il a cherché une solution à son problème en utilisant les capacités physiques et intellectuelles dont Jéhovah l’avait doté. Pour autant, il ne pensait pas que ses efforts d’humain suffiraient. Cette façon de voir devrait aussi être la nôtre. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir, puis laissons Jéhovah se charger du reste. Cela étant, il est fréquent que nous ne puissions rien faire d’autre que compter sur Jéhovah. C’est là que la crainte de Dieu revêt un caractère très personnel. Combien est réconfortante cette réflexion de David : “ L’intimité avec Jéhovah appartient à ceux qui le craignent. ” — Psaume 25:14.
      Il s’agit donc de ne pas banaliser nos prières et nos relations avec Dieu. Lorsque nous nous ‘ avançons ’ vers Jéhovah, nous devons “ croire qu’il est, et qu’il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent réellement ”. (Hébreux 11:6 ; Jacques 1:5-8.) Et quand il vient à notre aide, il nous faut, conformément au conseil de l’apôtre Paul, ‘ nous montrer reconnaissants ’. (Colossiens 3:15, 17.) Ne ressemblons jamais à ceux dont un chrétien oint expérimenté a dit : “ Ils prennent Dieu pour une sorte de garçon de café. Ils aimeraient qu’il réponde à un claquement de doigts dès qu’ils ont besoin de quelque chose, et qu’il disparaisse dès qu’ils ont eu ce qu’ils voulaient. ” Où est leur crainte de Dieu ?
      Le fait que Jéhovah l’ait secouru a augmenté la confiance et la crainte que David éprouvait envers lui (Psaume 31:22-24). Trois fois, cependant, David a mis notablement sa crainte de Dieu entre parenthèses, ce qui a eu des conséquences tragiques. La première fois, c’est quand il a décidé de faire transporter l’arche de l’alliance à Jérusalem sur un chariot, et non sur les épaules des Lévites comme le prescrivait la Loi. Ouzza, qui conduisait le chariot, a saisi l’Arche pour l’empêcher de tomber. Dieu l’a fait mourir sur le champ pour cet “ acte d’irrévérence ”. Certes, Ouzza avait commis un péché grave, mais c’est bien David qui, pour n’avoir pas respecté la Loi divine, était responsable de ce drame. Craindre Dieu suppose que l’on fasse les choses comme lui l’entend. — 2 Samuel 6:2-9 ; Nombres 4:15 ; 7:9.
      Une autre fois, sous l’impulsion de Satan, David a procédé au dénombrement des hommes de guerre en Israël (1 Chroniques 21:1). Là encore, il a cessé momentanément de craindre Dieu, ce qui a coûté la vie à 70 000 de ses compatriotes. Bien qu’il se soit repenti devant Jéhovah, lui et le peuple ont beaucoup souffert en la circonstance. — 2 Samuel 24:1-16
      C’est aussi parce qu’il avait oublié sa crainte de Dieu que David a couché avec Bath-Shéba, la femme d’Ouriya. David savait qu’il était mal, non seulement de commettre l’adultère, mais aussi de désirer la femme d’un autre (Exode 20:14, 17). Tout a commencé quand il a aperçu Bath-Shéba qui se baignait. La crainte de Dieu lui commandait de détourner son regard immédiatement et de maîtriser ses pensées. Mais il a manifestement ‘ continué à regarder ’, si bien que la passion l’a emporté sur sa crainte de Dieu (Matthieu 5:28 ; 2 Samuel 11:1-4). David a oublié que Jéhovah devait être présent dans tous les domaines de sa vie. — Psaume 139:1-7.
      De son adultère avec Bath-Shéba est né un fils. Peu après, Jéhovah a envoyé le prophète Nathân dénoncer le péché de David. Retrouvant la crainte de Dieu en même temps que la raison, celui-ci s’est repenti. Il a supplié Jéhovah de ne pas le rejeter et de ne pas lui retirer son esprit saint (Psaume 51:7, 11). Jéhovah lui a pardonné et a atténué le châtiment, mais il ne lui a pas épargné toutes les conséquences de ses actes. Le fils de David est mort ; les malheurs se sont succédé dans sa famille. Quel prix à payer pour avoir momentanément fait abstraction de la crainte de Dieu ! — 2 Samuel 12:10-14 ; 13:10-14 ; 15:14.
      Aujourd’hui de même, ne pas craindre Dieu dans le domaine de la moralité peut avoir des conséquences graves et durables. Imaginez la douleur de cette jeune femme qui découvre que son mari chrétien l’a trompée lors d’un déplacement professionnel à l’étranger. Choquée, anéantie par le chagrin, elle enfouit son visage dans ses mains et pleure toutes les larmes de son corps. Combien de temps faudra-t-il au mari infidèle pour regagner la confiance et le respect de sa femme ? Des situations aussi pénibles peuvent être évitées grâce à la crainte de Dieu. — 1 Corinthiens 6:18.
      Satan détruit les valeurs morales de la société humaine les unes après les autres, et il cherche particulièrement à corrompre les vrais chrétiens. Pour ce faire, il exploite le chemin le plus direct vers le cœur et l’esprit : nos sens, avec une prédilection pour l’ouïe et la vue (Éphésiens 4:17-19). Comment réagissez-vous quand, involontairement, vous vous trouvez exposé à des images ou à des paroles obscènes, ou encore en présence d’individus immoraux ?
      Voyez le cas d’André. Cet ancien et père de famille est médecin dans un pays d’Europe. Quand il était de garde de nuit à l’hôpital, des collègues féminines avaient pris l’habitude d’épingler sur son oreiller des mots doux ornés de petits cœurs pour l’inviter à coucher avec elles. André s’interdisait résolument d’accorder la moindre pensée à ces avances. Mieux, pour se soustraire à cet environnement malsain, il a changé d’établissement. Sa crainte de Dieu s’est révélée sage et lui a valu des bénédictions, puisqu’il effectue aujourd’hui une partie de ses activités au siège des Témoins de Jéhovah de son pays.
      Troquer nos précieuses relations avec Jéhovah contre quelque chose auquel nous n’avons pas droit : voilà où nous risquons d’en arriver en cultivant de mauvaises pensées (Jacques 1:14, 15). Si nous craignons Jéhovah, en revanche, nous nous tiendrons éloignés — et même nous nous écarterons délibérément — des gens, des lieux, des activités ou des divertissements qui pourraient nous faire baisser notre garde (Proverbes 22:3). Quel que soit l’inconvénient ou le sacrifice que cela implique, il n’est rien à côté de la perte de la faveur divine (Matthieu 5:29, 30). La crainte de Dieu nous commande de ne jamais nous exposer intentionnellement à quoi que ce soit d’immoral — à commencer par la pornographie sous toutes ses formes —, mais aussi de faire en sorte que nos yeux “ passent sans s’arrêter à la vue de ce qui n’est que néant ”. Soyons convaincus que Jéhovah, alors, nous ‘ gardera en vie ’ et nous donnera tout ce dont nous avons réellement besoin. — Psaume 84:11 ; 119:37.
       Assurément, c’est toujours faire preuve de sagesse que de laisser la crainte de Dieu dicter nos actions. C’est aussi la source du vrai bonheur (Psaume 34:9)

      · 3 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,173
    • Total Posts
      125,058
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,747
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    julio cesar
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.