Jump to content

Sign in to follow this  
Guest Nicole

The largest collection of Ethiopian Islamic manuscripts outside of Ethiopia.

Recommended Posts

Guest Nicole

The Catholic University of America in Washington, D.C., is now home to some of Ethiopia’s most important religious manuscripts after they were recently donated to the university by Chicago-based collectors Gerald and Barbara Weiner. The couple gave out the handmade leather manuscripts with the hope of allowing Ethiopians in the U.S. to use them for prayers and study, according to Catholic News Agency.

Dr. Aaron M. Butts, a professor of Semitic and Egyptian Languages and Literature at the university, put up a statement saying the collection “provides unparalleled primary sources for the study of Eastern Christianity.”

What’s In the Collection?

In total, the collection is comprised of 125 Christian manuscripts, including liturgical books, hagiographies, psalters, and 215 Islamic manuscripts, including the Quran and commentaries on Quran.

Ethiopian-religious-manuscripts-774x540.jpg

According to the Catholic News Agency, it’s the largest collection of Ethiopian Islamic manuscripts outside of Ethiopia.

More than 600 manuscripts were handmade using hides from calves, sheep, and goats, and are estimated to date back to the 18th and 19th century.

In the collection, there are over 350 “magic” scrolls, which are traditional Christian prayer talismans, and each was handwritten by a “debtera,” or a cleric in the Ethiopian church, and includes the name of the person it was written for.

Pieces of the manuscripts were worn around the neck for purposes of helping people with different kinds of ailments, including headaches, painful menstruation, and complicated childbirth.

Butts suggests that some of these scrolls, which were predominantly worn by women, may have been passed down through many generations, mainly from mother to daughter.

He added that the prayer jewels haven’t been studied much due to the personal nature of their use.

Washington, D.C., hosts one of the largest Ethiopian communities outside Ethiopia, and has several Ethiopian Orthodox and Catholic churches and cultural centers, making it the best location to donate the manuscripts.

Ethiopian Religion

Ethiopia is predominantly a Christian country, with the majority of Christians belonging to the Ethiopian Orthodox Tewahedo Church.

However, there are other small religious communities in the country, including Muslims, Judaists, and Pagans. There is also a minority section of Christians who are Roman Catholics or Protestants.

Many Ethiopians still use the prayer scrolls for protection and healing. They are often inscribed with prayers, spells, and charms to offer protection to their specific owner.

The text on these “magic” scrolls is often derived from the bible, which is why the majority of churches in the country tolerate despite their connection to magic.

    Hello guest!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By ntr
      More Free images and Videos at bibliaprints.com
    • By ntr
      More Free images and Videos at bibliaprints.com
    • By ntr
      More Free images and Videos at bibliaprints.com
    • By ntr
      More Free images and Videos at bibliaprints.com
    • By ntr
      More Free images and Videos at bibliaprints.com
    • By ntr
      More Free images and Videos at bibliaprints.com
    • By TheWorldNewsOrg
      via .ORG
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By admin
      Ethiopia agrees to "fully accept" the outcome of the Algiers Agreement of 2000, which ruled that disputed areas, including the border town of Badme which Ethiopia currently occupies, are Eritrean territory.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      WASHINGTON (AP) — El subdirector del FBI Andrew McCabe, quien fuera un blanco frecuente de críticas por parte del presidente Donald Trump, renunció abruptamente el lunes antes de su jubilación ya cercana.
       
      McCabe, veterano de 22 años en el FBI, fue criticado públicamente repetidas veces el año pasado por Trump, quien lo ha acusado de parcialidad por las conexiones políticas de su esposa y por una investigación del FBI de la cual no surgió ningún cargo penal contra Hillary Clinton.
      McCabe, que desempeñó varios puestos de liderazgo y estuvo muy involucrado en investigaciones de crímenes importantes _incluido el atentado en el Maratón de Boston de 2013_, cumpliría en cuestión de semanas los requisitos para jubilarse. El personal del FBI se enteró el lunes que McCabe dejaba el segundo cargo más importante de la agencia de forma inmediata, según personas familiarizadas con la situación que pidieron permanecer anónimas debido a que no podían hablar públicamente sobre una decisión interna relativa al personal.
      El tercer funcionario en rango del FBI, David Bowdich, fue nombrado subdirector interino.
      Se tiene previsto que McCabe se retire con todos los beneficios de la jubilación.
      Su salida se da en el marco de los cambios implementados por el director del FBI Christopher Wray en su equipo de liderazgo. Otros dos funcionarios importantes fueron remplazados la semana pasada. Tales cambios no son inusuales cuando un nuevo director toma las riendas de la agencia, pero son notorios debido a la presión de Trump sobre Wray para que despidiera a los funcionarios que eran cercanos al ex director James Comey.
      En un mensaje el lunes a los empleados de la agencia, Wray les dijo que McCabe se retirará el 18 de marzo y rechazó que la medida se deba a presión política.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  

    • By TheWorldNewsOrg
      Lawmaker To Remove $26 Million Dollars From Evergreen College After Racist Students Takeover Campus

      World News
    • By admin
      USAID announces the Trump administration is dedicating $169 million to feed people facing starvation in Ethiopia and Kenya, adding to earlier assistance for those suffering from drought and conflict in the region. 
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      President Barack Obama holds a robotic arm being controlled by the mind of the man in the wheel chair at right as he makes a stop at the exhibition hall of the White House Frontiers Conference on Thursday, Oct. 13, 2016, in Pittsburgh. (Michael Henninger/Pittsburgh Post-Gazette via AP) (Associated Press)
       
      WASHINGTON — A paralyzed man shared a handshake with President Barack Obama on Thursday by using a mind-controlled robotic arm that, in a first for medical research, is helping to restore his sense of touch.
      Obama fist-bumped Nathan Copeland’s robotic hand, and tiny chips implanted in Copeland’s brain let him use his thoughts to move the Star Trek-looking metal arm attached to his wheelchair — and also let him feel subtle pressure in his own fingers when the artificial ones were touched.
      He had “pretty impressive precision,” Obama said. “When I’m moving the hand, it is also sending signals to Nathan so he is feeling me touching or moving his arm.”
      The president congratulated the University of Pittsburgh researchers who are developing the technology, saying, “what a story.”
      The research is part of a quest to make artificial limbs that can feel. On Thursday, the Pittsburgh team reported important early findings: When they blindfolded Copeland, he could correctly identify which robotic finger they touched 84 percent of the time.
      “The majority of them, it felt like a pressure or a tingling” in his own corresponding finger, said Copeland, 30, of Dunbar, Pennsylvania, who was left paralyzed after a car accident. When a researcher touched two fingers at the same time, “I just laughed and I said, ‘Are you trying to be tricky or something?”
      Preparing to show the president how the cutting-edge research worked, Copeland said he was “circling between excited and nervous every half-hour.”
      Harnessing brain waves to power prosthetics is a hot field, with a goal of giving the disabled more independence and improving artificial limbs for amputees as well. Headlines in recent years have reported experiments that let paralyzed people move a robotic arm to touch a loved one or take a drink simply by imagining the motion. Their thoughts activate brain implants that relay electrical signals needed to command movement. The signals are transmitted through a computer to the robotic limb.
      What’s new is recreating sensation using this brain-controlled technology. After all, proper motion depends on more than muscle movement. Reach for something and that sense of touch helps you naturally grasp with just enough force to hang on while not either dropping something or crushing it.
      “It’s not only that emotional connection we get,” said Robert Gaunt, a Pittsburgh assistant professor of rehabilitation who led the new study. “People have an incredibly difficult time interacting with objects, picking objects up, manipulating them, doing fairly basic things with the hand if they don’t have a very basic sense of touch.”
      Step one is placing sensors in prosthetics. The next hurdle is how to allow feedback to and from those sensors. For amputees, some scientists are attempting to wire nerves left in the remaining part of the person’s natural limb directly to the robotic arm.
      That’s not possible if a spinal cord injury has interrupted the messages that normally flash between the hand and the brain. But previous monkey research had suggested brain implants could bridge that gap. So surgeons at the University of Pittsburgh Medical Center implanted electrodes in the part of Copeland’s brain that controls what his hands feel.
      Electrically stimulating those cells worked even though the car wreck that left Copeland mostly paralyzed happened over a decade ago, Gaunt noted.
      “This shows you can get natural sensation” through the brain implant, added Pittsburgh neurobiologist Andrew Schwartz.
      Thursday’s report in Science Translational Medicine details the first six months of experiments after Copeland received the brain implants in March 2015. The ongoing research is becoming more sophisticated, as he picks up objects while the electrodes stimulate different amounts of force, Copeland said in a phone interview.
      While the work is in just one patient, it’s a step toward creating touch capability, said Richard Andersen, a neuroscientist at the California Institute of Technology whose team also studies mind-controlled prosthetics and is about to begin a similar experiment.
      “It still needs to be determined if this tactile feedback will improve performance” in using the robotic arm, Andersen cautioned.
      Copeland doesn’t get to take the robotic arm home but is proud of helping to advance the science.
      “Technically when it’s over, I will have netted nothing except having done some cool stuff with some cool people,” Copeland said. “It’s cheesy, but Luke Skywalker loses his hand and then basically the next day he’s got a robot one and it’s working fine. We have to get to that point, and to do that, someone has to start it.”
      https://www.washingtonpost.com/national/health-science/paralyzed-man-feels-touch-through-mind-controlled-robot-hand/2016/10/13/b3b1d150-915e-11e6-bc00-1a9756d4111b_story.html
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      AN UNHOLY row has broken out after the Protestant owner of a Christian bookshop refused to sell a bible to a woman - because she is CATHOLIC.
      Muriel Swan, 61, was told she should “get the Pope to open a few bookshops for her” after she was turned away from The Mustard Seed Christian Bookshop.
      She went to the shop to look for a gift for her eight-year-old grandson Cameron for his first Holy Communion.
      But she was left cross when, she claims, staff told her they didn't stock Catholic literature and goods - despite advertising themselves as a Christian bookshop.
      Mrs Swan blasted the owner of shop in Gedling, Nottingham, for being "anti-Catholic".
      The gran-of-six, a carer from Redhill, Nottingham, said: "We asked the lady in the shop if she had anything for first communion and the reaction we received left us reeling.
      "In this day and age I was left speechless when she said the shop was anti-Catholic.
      "She went almost into a rage, my grandson and daughter in law were upset by this, it was truly awful.
      "I bought two bibles previously from there but when I mentioned buying one for Holy Communion she said we don't stock Catholic items.
      "But a bible is a bible surely.
      "That's not what really upset me though. It was the fact she said the words 'we are anti-Catholic.'
      "It is like saying she is anti-Christ. It was verging on racism.
      "I said 'well you do Confirmation gifts' and she said 'they are Church of England not Catholic.'
      "I couldn't believe my ears, we just left the shop empty-handed and feeling dumbfounded.
      "I've since found out although they are a Protestant shop but they also stock Jewish things too.
      "I have come up against discrimination before but all the time I have lived in England this is the first time anti-Catholicism has reared its ugly head.
      "There were other people in the shop and that made it worse.
      "We just wanted to buy a special Bible."
      The Mustard Seed, which has been running for more than 30 years, describes itself as "Nottingham's only Christian bookshop".
      Defiant owner Chris Stala defended her store and said Muriel should "get the Pope to open a few bookshops for her".
      She added: "We are Protestant, not Catholic.
      "The bottom line is that if you want Catholic things go to a Catholic shop.
      "The complaint is ridiculous and its just logical you won't get Catholic things here.
      "If you want Catholic goods you go to a Catholic store.
      "We are not anti-Catholic anyway. I am a Christian and she is too but we are part of different sects.
      "You would not get Jehovah's Witnesses coming here either.
      "We don't advertise as a Protestant shop but people who come here just know.
      "She should get the Pope to open a few bookshops for her because he has plenty of money."
      The Equality and Human Rights Commission refused to comment on the case as it is a private matter and said it was up to the shop what they sell.
      Source: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.



    • By Jesus.defender
      Does the book of mormon compliment the Bible, or contradict it?

      The Bible says that Jesus was born in Bethlehem (Matthew 2:1). However, the Book of Mormon reads: “And behold, he shall be born of Mary at Jerusalem” (Alma 7:10). The writer of the Book of Mormon simply did not have his facts straight. The common Mormon explanation for this is that since Jerusalem was so close to Bethlehem, it could be said he was born there. However, in the Bible,
      prophets of God did not make it a practice of just being “close” in their predictions. God would not have made such a mistake.
      The Bible relates that at the crucifixion there were three hours of darkness (Luke 23:44). However, the Book of Mormon states there was darkness “for the space of three days” (Helaman 14:20,27). Of course, this is a big difference. Which one is true? Can God be responsible for conflicting statements such as these?
      The Book of Mormon relates that at the tower of Babel the Jaredites had their separate language (Esther 1:34-35). The Bible, however, plainly states that “the whole earth was of one language” (Genesis 11:1). Apparently, the writer of the Book of Mormon mistakenly thought there were many different languages and that God confounded them while sparing the language of the Jaredites. The
      fact is, there was only one language and God confounded the people by creating different languages.
      3 Nephi 11:8-10 claims that after Jesus ascended to heaven, He appeared in America to the Lamanites and Nephites in A.D. 34. However, this clearly contradicts the Bible. Of the ascension of Christ to heaven God said, “Sit thou on my right hand until I make thy foes thy footstools” (Acts 2:34-35).
      How long was He to be in heaven at God’s right hand? “For he must reign, until he hath put all enemies under his feet. The last enemy that shall be destroyed is death” (1 Corinthians 15:25-26). Furthermore, in referring to the ascension, the Bible speaks of Christ as He “whom the heavens must receive until the restitution of all things” (Acts 3:21). Christ did not come to America—because He has been in heaven since His ascension.
      In the Bible, the name “Jesus” was announced first by an angel (to Mary; Luke 1:31). This was in 1 B.C. However, Alma 19:29, dated in the Book of Mormon at 90 B.C., has a woman speaking to the Lord and calling him “Jesus.” Which account is accurate?
      The Bible teaches that the church was established on the Day of Pentecost following the resurrection of Christ (Acts 2), which would have been approximately A.D. 33. However, Mosiah 18:17, dated at 145 B.C., has the church already in existence. This represents quite a discrepancy, to say the least. Obviously, both cannot be correct. [NOTE: This same reference from Mosiah also mentions “baptism” as the means of being added to the church. However, according to the Bible the baptism taught by Christ did not begin until New Testament times (Matthew 28: 19).]
      The Bible clearly reveals that the disciples of Christ “were called Christians first in Antioch” (Acts 11:26). This was approximately A.D. 40. However, Alma 46:13,15, dated at 73 B.C., has people already wearing the name “Christian”—which represents a difference of over 100 years. Which account are people to believe?
      The Book of Mormon teaches that “Melchizedek...did reign under his father” (Alma 13:18). Yet the Bible reveals that Melchizedek was a priest under no one. His priesthood typified the priesthood of Christ, and therefore was unique. In contrast to the Book of Mormon, the Bible states that Melchizedek
      was “without father, without mother, without descent”—emphasizing that he did not inherit his priesthood (Hebrews 7:3). The writer of the Book of Mormon did not know his Bible very well.
      Ether 3:8-9 speaks of God having “flesh and blood.” Yet the Bible states clearly that God is a “spirit,” and thus does not possess a material body (John 4:24). In Doctrine and Covenants, another allegedly inspired writing of the Mormon church, Joseph Smith wrote: “The Father has a body of flesh and bones as tangible as man’s” (section 130:22). The Bible and the Book of Mormon both
      cannot be correct on this point.
      Mosiah 2:3 states: “And they also took of the firstlings of their flocks, that they might offer sacrifice and burnt offerings, according to the law of Moses.” This represents a blatant contradiction with the Bible, because the firstlings of the flocks were to be reserved for the Lord and given to the priests. They were never used for sacrifice (see Exodus 13:2,12; 22:29-30; Numbers 3:13; 18:15-18; 2 Samuel
      24:24).
      3 Nephi 18:28-29 speaks of those who are “unworthy” to partake of the communion, and suggests that such people should be forbidden to partake. This is an obvious reference to Paul’s discussion in 1 Corinthians 11:27-29 (in fact, the Book of Mormon has a footnote to that effect). The application made here, however, shows that the writer of the Book of Mormon did not understand what Paul was saying, and as a result ended up with a serious misinterpretation. Paul was not discussing man’s personal worthiness, or lack thereof. Rather, he was discussing the manner in which the communion was being partaken. The context makes this clear. The word “unworthily” is an adverb of manner, and points to the way or manner in which a thing is done. The church at Corinth was abusing the
      communion in the manner they were observing it by turning it into a common meal. The American Standard Version evokes the correct idea by employing the phrase, “in an unworthy manner.” By misinterpreting the word “unworthy,” the writer unknowingly demonstrated that his work was manmade.
      It makes sense that if the translator of the Book of Mormon was guided by God, the volume would not contain such conspicuous contradictions with the Bible. Modern Mormon leaders claim that in the translation process, all mistakes were corrected as they were detected. This implies, then, that God somehow
      must have failed to detect these mistakes—a position that impugns the nature and integrity of God.
    • By admin
      Great resource for suspended License restoration.

      https://www.clark.wa.gov/district-court/driver-license-restoration-program


       
    • Guest Kurt
      By Guest Kurt
      Derided by critics as everything from unconstitutional to sacrilegious, a proposal to designate the Holy Bible as the state’s official book has nevertheless been approved by lawmakers. Sponsors argue the bill seeks to honor the historical significance of the Bible in Tennessee’s history rather than serving as a government endorsement of religion. But opponents say the measure trivializes the Bible by placing it alongside other Tennessee symbols like the smallmouth bass, the state sport fish; the cave salamander, the state amphibian; and the honeybee, the state agricultural insect. The State Senate approved the bill, 19 to 8, on Monday night, sending it to Gov. Bill Haslam, a Republican, who opposes it but has not said whether he will veto it. The bill’s sponsor, Senator Steve Southerland, a Republican and ordained minister, said a legal organization had offered to defend pro bono any lawsuits challenging it. “So I ask you, what do we have to lose?” he said.
      THE ASSOCIATED PRESS

      Reuters
      YAHOO NEWS

      Bible Could Become An Official State Symbol, As Tennessee Approves Bill

      Bill to make Bible official state book goes to Tenn. governor
    • By admin
      Head Start / Early Head Start / ECEAP / Childcare
      No Cost to eligible families
      EOCF - Give Your Child A Great Start.pdf
      Español.pdf




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      “ APPROCHEZ-VOUS DE DIEU, ET IL S'APPROCHERA DE VOUS”,
       
      “ APPROCHEZ-VOUS de Dieu, et il s’approchera de vous ”, a écrit le disciple Jacques (Jacques 4:8). “ L’intimité avec Jéhovah appartient à ceux qui le craignent ”, a chanté le psalmiste David (Psaume 25:14). Manifestement, Jéhovah Dieu veut que nous entrions dans son intimité. Cela dit, tous ceux qui adorent Dieu et obéissent à ses lois ne se sentent pas forcément proches de lui.
      Et vous ? Avez-vous des liens personnels étroits avec Dieu ? Sans aucun doute souhaitez-vous être encore plus proche de lui. Comment donc cultiver l’intimité avec Dieu ? Comment cela se traduit-il ? Nous trouvons des réponses à ces questions dans le troisième chapitre du livre des Proverbes.
      Manifestons la bonté de cœur et la fidélité
      Salomon, roi de l’Israël antique, commence le troisième chapitre des Proverbes par ces mots : “ Mon fils, n’oublie pas ma loi, et que ton cœur observe mes commandements, car longueur de jours, années de vie et paix te seront ajoutées. ” (Proverbes 3:1, 2). Rédigés sous l’inspiration divine, ces conseils paternels viennent donc en réalité de Jéhovah Dieu et s’adressent à nous. Nous sommes exhortés ici à nous conformer aux rappels de Dieu (sa loi, ou enseignement, et ses commandements) consignés dans la Bible. Si nous le faisons, “ longueur de jours, années de vie et paix [nous] seront ajoutées ”. Effectivement, il est possible dès maintenant de connaître une vie paisible et de nous garder des activités qui nous exposeraient au danger d’une mort prématurée, laquelle est souvent le sort des malfaiteurs. De plus, nous pouvons entretenir l’espérance de vivre éternellement dans un monde nouveau de paix. — Proverbes 1:24-31 ; 2:21, 22.
      Salomon poursuit : “ Que bonté de cœur et fidélité ne te quittent pas. Attache-les à ta gorge. Écris-les sur la tablette de ton cœur, et ainsi trouve faveur et bonne perspicacité aux yeux de Dieu et de l’homme tiré du sol. ” — Proverbes 3:3, 4.
      Le mot original traduit par “ bonté de cœur ” peut aussi être rendu par “ amour fidèle ” et contient les notions de fidélité, de solidarité et de loyauté. Sommes-nous déterminés à rester attachés à Jéhovah quoi qu’il advienne ? Avons-nous de la bonté de cœur dans nos relations avec nos compagnons chrétiens ? Faisons-nous ce qu’il faut pour rester proches d’eux ? Quand nous les côtoyons quotidiennement, gardons-nous ‘ la loi de la bonté de cœur sur notre langue ’ même dans des situations tendues ? — Proverbes 31:26.
      Abondant en bonté de cœur, Jéhovah est “ prêt à pardonner ”. (Psaume 86:5.) Si nous nous sommes repentis de nos péchés passés et que désormais nous fassions des sentiers droits pour nos pieds, nous sommes assurés que “ des époques de rafraîchissement ” viendront d’auprès de Jéhovah (Actes 3:19). Ne devrions-nous pas imiter notre Dieu en pardonnant à d’autres leurs fautes ? — Matthieu 6:14, 15.
      Étant “ le Dieu de vérité ”, Jéhovah exige la “ fidélité ” de la part de ceux qui recherchent son intimité (Psaume 31:5). Pouvons-nous vraiment espérer que Jéhovah soit notre Ami si nous menons une double vie, en ayant un certain comportement en présence de nos compagnons chrétiens et un autre hors de leur présence, comme les “ hommes faux ” qui cachent qui ils sont (Psaume 26:4) ? Quelle aberration ce serait, puisque “ toutes choses sont nues et mises à découvert aux yeux ” de Jéhovah ! — Hébreux 4:13.
      Comme à un collier inestimable ‘ attaché à notre gorge ’, il nous faut accorder de la valeur à la bonté de cœur et à la fidélité, car elles nous aident à ‘ trouver faveur aux yeux de Dieu et de l’homme tiré du sol ’. Nous devons non seulement manifester ces qualités extérieurement, mais aussi les graver ‘ sur la tablette de notre cœur ’, c’est-à-dire les intégrer à notre personnalité.
      Cultivons une confiance absolue en Jéhovah
      Le roi sage poursuit : “ Mets ta confiance en Jéhovah de tout ton cœur et ne t’appuie pas sur ton intelligence. Dans toutes tes voies tiens compte de lui, et lui, il rendra droits tes sentiers. ” — Proverbes 3:5, 6.
      Jéhovah mérite assurément que nous lui fassions totalement confiance. Il est le Créateur, “ vigoureux en force ” et Source de “ l’énergie vive ”. (Isaïe 40:26, 29.) Il est capable de mener à bien tout ce qu’il a décidé. D’ailleurs, son nom même, qui signifie littéralement “ Il fait devenir ”, nous inspire confiance en sa capacité de réaliser ce qu’il a promis. “ Il est impossible que Dieu mente ” : il est donc le modèle suprême en matière de vérité (Hébreux 6:18). Sa qualité dominante est l’amour (1 Jean 4:8). Il est “ juste dans toutes ses voies et fidèle dans toutes ses œuvres ”. (Psaume 145:17.) Si nous ne pouvons pas faire confiance à Dieu, à qui nous fier ? Bien sûr, pour cultiver la confiance en lui, nous devons ‘ goûter et voir que Jéhovah est bon ’ en mettant en pratique ce que nous apprenons dans la Bible et en réfléchissant au bien que cela apporte. — Psaume 34:8.
      Comment ‘ tenir compte de Jéhovah dans toutes nos voies ’ ? Le psalmiste inspiré dit : “ Je méditerai sur toute ton action, et je veux m’intéresser à tes manières d’agir. ” (Psaume 77:12). Dieu étant invisible, pour cultiver l’intimité avec lui il est indispensable de méditer sur ses actions grandioses et sur ses manières d’agir envers ses serviteurs.
      La prière est également un moyen essentiel de tenir compte de Jéhovah. Le roi David appelait Jéhovah “ tout au long du jour ”. (Psaume 86:3.) Il priait souvent la nuit, comme lorsqu’il était un fugitif dans le désert (Psaume 63:6, 7). “ Priez en toutes circonstances, en esprit ”, a exhorté l’apôtre Paul (Éphésiens 6:18). Quelle est la fréquence de nos prières ? Aimons-nous entretenir avec Dieu une communication personnelle et fervente ? Face à des situations éprouvantes, lui demandons-nous son aide ? Avant de prendre des décisions importantes, recherchons-nous sa direction en le priant ? Nos prières sincères à Jéhovah nous font aimer de lui. En outre, nous avons l’assurance qu’il écoutera notre prière et ‘ rendra droits nos sentiers ’.
      Quelle absurdité ce serait de ‘ nous appuyer sur notre intelligence ’ ou sur celle de personnes en vue dans ce monde alors que nous pouvons avoir une entière confiance en Jéhovah ! “ Ne deviens pas sage à tes propres yeux, dit Salomon. Au contraire, crains Jéhovah et détourne-toi du mal. Que cela devienne guérison pour ton nombril et rafraîchissement pour tes os. ” (Proverbes 3:7, 8). Nos actions, nos pensées et nos sentiments devraient toujours être gouvernés par la crainte salutaire de déplaire à Dieu. Cette crainte révérencielle nous empêche de faire ce qui est mauvais et, spirituellement, elle guérit et revigore.
      Donnons le meilleur de nous-mêmes à Jéhovah
      De quelle autre manière nous approcherons-nous de Dieu ? “ Honore Jéhovah de tes choses de valeur et des prémices de tous tes produits ”, recommande le roi (Proverbes 3:9). Honorer Jéhovah signifie le tenir en haute estime et l’exalter publiquement par notre participation et notre soutien matériel à la proclamation de son nom. Les choses de valeur dont nous honorons Jéhovah sont notre temps, nos talents, nos forces et nos biens. Elles doivent être nos prémices, ce que nous avons de meilleur. La façon dont nous utilisons nos ressources personnelles ne devrait-elle pas refléter notre détermination à ‘ continuer à chercher d’abord le royaume et la justice de Dieu ’ ? — Matthieu 6:33.
      Celui qui honore Jéhovah de ses choses de valeur ne reste pas sans récompense. “ Alors tes dépôts de vivres seront remplis d’abondance, assure Salomon, et tes cuves déborderont de vin nouveau. ” (Proverbes 3:10). Même si en soi la prospérité spirituelle n’entraîne pas la prospérité matérielle, l’emploi généreux de nos ressources pour honorer Jéhovah nous vaut de grandes bénédictions. Pour Jésus, faire la volonté de Dieu était une “ nourriture ” qui lui donnait de la vigueur (Jean 4:34). De la même façon, nous sommes ‘ nourris ’ en prêchant le Royaume et en faisant des disciples à la gloire de Jéhovah. Si nous persévérons dans cette œuvre, nos dépôts de vivres spirituels seront remplis d’abondance. Notre joie, figurée par le vin nouveau, débordera.
      Nous comptons aussi sur Jéhovah et le prions pour avoir suffisamment de nourriture chaque jour, n’est-ce pas (Matthieu 6:11) ? En réalité, tout ce que nous possédons nous vient de notre Père céleste plein d’amour. Jéhovah nous ajoutera des bénédictions dans la mesure où nous employons nos choses de valeur à sa louange. — 1 Corinthiens 4:7.
      Acceptons la discipline de Jéhovah
      Signalant l’importance de la discipline pour atteindre à l’intimité avec Jéhovah, le roi d’Israël nous donne ce conseil : “ Ne rejette pas, ô mon fils, la discipline de Jéhovah, et n’aie pas son blâme en aversion, car celui que Jéhovah aime, il le reprend, comme un père reprend le fils en qui il prend plaisir. ” — Proverbes 3:11, 12.
      Cela dit, la discipline n’est pas forcément facile à accepter. “ Toute discipline [...] ne semble pas, pour le présent, être une joie, mais une peine, a écrit l’apôtre Paul ; plus tard cependant elle rapporte à ceux qu’elle a formés un fruit de paix, c’est-à-dire la justice. ” (Hébreux 12:11). Le blâme et la discipline sont des aspects nécessaires de la formation qui nous rapproche de Dieu. La correction que Jéhovah nous administre, que ce soit par l’intermédiaire de nos parents, de la congrégation chrétienne ou de notre méditation sur les Écritures lors de notre étude individuelle, est une expression de l’amour qu’il nous porte. Ayons la sagesse de bien la prendre.
      Saisissons la sagesse et le discernement
      Le roi Salomon insiste ensuite sur l’importance de la sagesse et du discernement pour cultiver des relations étroites avec Dieu. Il déclare : “ Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, et l’homme qui obtient le discernement, car mieux vaut l’avoir comme gain que d’avoir comme gain de l’argent, et mieux vaut l’avoir comme produit que d’avoir de l’or. [...] Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent, et ceux qui la tiennent ferme, il faut les proclamer heureux. ” — Proverbes 3:13-18.
      Puis il ajoute quelque chose qui nous sensibilise à la manifestation de sagesse et de discernement dont la magnifique création de Jéhovah porte l’empreinte : “ Jéhovah lui-même avec sagesse a fondé la terre. Il a solidement fixé les cieux avec discernement. [...] Mon fils, qu’elles ne s’éloignent pas de tes yeux. Préserve la sagesse pratique et la capacité de réflexion, et elles seront vie pour ton âme et charme pour ta gorge. ” — Proverbes 3:19-22.
      La sagesse et le discernement sont des qualités qui viennent de Dieu. Non contents de les cultiver, gardons-les en ne nous relâchant jamais dans notre étude assidue des Écritures ni dans la mise en pratique de ce que nous apprenons. “ Alors tu marcheras en sécurité sur ton chemin, dit Salomon, et ton pied ne heurtera rien. Quand tu te coucheras, tu ne ressentiras aucun effroi ; oui, tu te coucheras et ton sommeil sera vraiment agréable. ” — Proverbes 3:23, 24.
      Nous pouvons bel et bien marcher en sécurité et dormir l’esprit en paix tout en attendant l’arrivée, comparable à celle d’un voleur, du jour de la “ destruction subite ” qui fondra sur le monde méchant de Satan (1 Thessaloniciens 5:2, 3 ; 1 Jean 5:19). Soyons sûrs que, même durant la grande tribulation imminente, ‘ nous n’aurons pas à craindre une chose redoutable, soudaine, ni la tempête sur les méchants, parce qu’elle vient. Car Jéhovah lui-même sera vraiment notre confiance et, à coup sûr, il gardera notre pied de la capture ’. — Proverbes 3:25, 26 ; Matthieu 24:21.
      Faisons le bien
      “ Ne refuse pas le bien à ceux à qui il est dû, recommande Salomon, chaque fois qu’il est au pouvoir de ta main de le faire. ” (Proverbes 3:27). Faire le bien à d’autres, c’est notamment puiser généreusement dans nos ressources en leur faveur, ce qui revêt de nombreux aspects. Toutefois, en ce “ temps de la fin ”, la meilleure chose que nous puissions faire pour notre prochain n’est-elle pas de l’aider à nouer une relation étroite avec le vrai Dieu (Daniel 12:4) ? C’est donc le moment, maintenant, d’avoir du zèle pour prêcher le Royaume et faire des disciples. — Matthieu 28:19, 20.
      Le roi sage énumère également des pratiques à bannir : “ Ne dis pas à ton semblable : ‘ Va, et reviens, et demain je donnerai ’, alors que tu as quelque chose chez toi. Ne trame rien de mal contre ton semblable, alors qu’il habite près de toi avec un sentiment de sécurité. Ne te querelle pas sans raison avec un homme, s’il ne t’a pas fait de mal. Ne porte pas envie à l’homme de violence et ne choisis aucune de ses voies. ” — Proverbes 3:28-31.
      Résumant la raison de ces conseils, Salomon dit : “ Car l’homme plein de détours est chose détestable pour Jéhovah, mais Son intimité est avec les hommes droits. La malédiction de Jéhovah est sur la maison du méchant, mais il bénit la demeure des justes. S’il s’agit de moqueurs, il s’en moquera, mais il témoignera de la faveur aux humbles. L’honneur, voilà ce que posséderont les sages, mais les stupides exaltent le déshonneur. ” — Proverbes 3:32-35.
      Si nous voulons entrer dans l’intimité de Jéhovah, ne tramons pas de projets tortueux ou malfaisants (Proverbes 6:16-19). Nous n’aurons la faveur et la bénédiction de Jéhovah que si nous faisons ce qui est droit à ses yeux. Il pourra même nous arriver alors de recevoir des honneurs inattendus lorsque d’autres remarqueront que nous agissons en accord avec la sagesse divine. Bannissons donc les voies pleines de détours du monde méchant et violent où nous vivons. Ayons une conduite droite et cultivons l’intimité avec Jéhovah !


      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      PERLES SPIRITUELLES  GENÈSE CHAPITRES  42 - 43
       
      Restons unis dans l'amour en tout temps
      Vous estimez être assez grand pour rentrer tard les soirs du week-end, mais vos parents exigent que vous soyez là de bonne heure.
      Vous voulez aller voir le nouveau film dont tous vos camarades parlent, mais vos parents vous l’interdisent.
      Vous avez rencontré des jeunes sympathiques et vous aimeriez sortir avec eux, mais vos parents veulent d’abord faire leur connaissance.
      EN TANT qu’adolescent, vous avez parfois l’impression d’étouffer sous la coupe de vos parents. À chaque fois que vous exprimez un désir, il semble que la réponse qui s’ensuit inévitablement soit: “Non, ce n’est pas possible.” Une jeune fille apporte son témoignage: “Lorsque je suis devenue adolescente, mes parents se sont mis à m’imposer des tas de restrictions, comme le fait de ne pas rentrer après minuit. J’avais horreur de ça.”
      Aucun de vos mouvements ne semble échapper au regard inquisiteur de vos parents. Billy, 18 ans, se plaint de l’attitude de son père: “Il me demande d’où vient mon argent et où je le dépense. Puisque je le gagne moi-même, je crois que c’est à moi de décider de son usage.” Déborah, 15 ans, a le même sujet de plainte: “Mon père veut toujours savoir où je suis et à quelle heure je vais rentrer. La plupart des parents agissent ainsi. Faut-il qu’ils soient au courant de tout? Ils devraient me laisser plus libre.”
      Mais soyons honnêtes. La plupart des jeunes parviennent à agir à leur guise, au moins une bonne partie du temps, et vous ne faites sans doute pas exception à la règle. Mais, à certains moments peut-être, vos parents semblent oublier que vous avez grandi, et au lieu de vous traiter comme un adolescent, ils agissent avec vous comme avec un petit enfant. D’où vient ce besoin irrésistible qu’ils ont de vous protéger?
      Vous avez sans doute compris depuis longtemps que cette tendance protectrice allait en général de pair avec le rôle de parents. Quand papa et maman ne sont pas occupés à pourvoir à vos besoins matériels, ils se démènent souvent pour vous instruire, vous former et vous protéger. De plus, si vos parents sont chrétiens, ils prennent au sérieux le commandement biblique qui leur enjoint de vous “élever dans la discipline et l’éducation mentale de Jéhovah”. (Éphésiens 6:4.) L’intérêt qu’ils vous portent est donc loin d’être occasionnel. Ils sont responsables devant Dieu de la manière dont ils vous élèvent, et lorsqu’une chose semble menacer votre bien-être, ils s’inquiètent.
      Considérez l’exemple des parents de Jésus Christ. Après un séjour à Jérusalem, ils rentrèrent chez eux sans être suivis par Jésus. Quand ils s’aperçurent de son absence, ils se mirent à le chercher avec empressement, et même avec affolement, pendant trois jours! Lorsque enfin “ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des enseignants, les écoutant et les interrogeant”, sa mère s’exclama: “Mon enfant, pourquoi as-tu agi ainsi avec nous? Vois! ton père et moi, nous te cherchons tout angoissés.” (Luc 2:41-48). Si les parents de Jésus étaient tout angoissés, songez au nombre de fois où vos parents doivent s’inquiéter à votre sujet.
      D’autre part, si vos parents sont si enclins à vous protéger, c’est aussi parce que la vision qu’ils ont de vous, de vos amis et du monde qui nous entoure est probablement très différente de la vôtre. Comme l’a souligné un jour Salomon, les jeunes sont pleins de force et d’énergie (Proverbes 20:29). Ils voient dans le monde maintes occasions d’utiliser et de développer leurs capacités. Mais ce faisant, ils ne font pas toujours preuve d’un très bon jugement, car ils sont “inexpérimentés” et manquent de “sagacité”. (Proverbes 1:4.) Les adultes ont peut-être moins de vigueur, mais bien souvent ils voient le monde avec les yeux de l’expérience. Ils connaissent bien les pièges et les dangers de la vie et veulent vous aider à ‘écarter le malheur’. — Ecclésiaste 11:10.
      Prenez par exemple cet éternel conflit au sujet de l’heure à laquelle vous devez rentrer. Vous ne voyez peut-être aucune raison d’être soumis à des restrictions dans ce domaine. Mais avez-vous déjà essayé de voir les choses du point de vue de vos parents? C’est ce qu’a tenté de faire les livres ( Les jeunes s'interrogent volumes 1 et 2), un ouvrage écrit pour les jeunes d’âge scolaire. Les jeunes gens de nos jours reconnaissent: “Nous savons que les parents s’inquiètent et se fâchent quand leurs enfants ne rentrent pas à l’heure fixée.”
      Ces jeunes ont établi une liste de tout ce que “les parents peuvent imaginer quand leurs enfants ne sont pas rentrés à l’heure”. On y trouve toutes sortes de choses. Ils pensent que ‘leur enfant se drogue, qu’il a eu un accident de voiture, qu’il traîne dans un jardin public, qu’il s’est fait arrêter, qu’il est allé voir un film pornographique, qu’il vend de la drogue, qu’il s’est fait agresser ou violer, qu’il a été emprisonné ou encore qu’il est en train de déshonorer le nom de la famille’.
      De prime abord, cela paraît presque amusant que des parents tirent des conclusions aussi hâtives. “Jamais je ne ferais ce genre de choses”, affirmerez-vous avec fierté. Mais n’est-il pas vrai que beaucoup de jeunes, peut-être même parmi vos camarades de classe, commettent certaines de ces actions? Devriez-vous donc rejeter le point de vue de vos parents qui estiment que rentrer tard et avoir de mauvaises compagnies vous seraient nuisibles? D’ailleurs, même les parents de Jésus tenaient à être informés de ses allées et venues.
      Comprenez le point de vue de vos parents
      Certes, toutes les restrictions que vous imposent vos parents ne sont peut-être pas aussi raisonnables. Certains jeunes vont jusqu’à dire que l’inquiétude qu’ont leurs parents à leur égard frôle la paranoïa. Mais cela s’explique. La Bible nous relate le cas d’un jeune homme du nom de Benjamin qui devait se rendre en Égypte avec ses frères. Quelle fut la réaction de son père? La Bible précise: “Mais Jacob n’envoya pas Benjamin, frère de Joseph, avec ses autres frères, car il disait: ‘Sans cela, il pourrait lui arriver un accident mortel.”’ — Genèse 42:4.
      Or Benjamin était adulte; il avait plus de 30 ans. Il aurait pu facilement s’irriter d’être traité ainsi. Après tout, pourquoi un “accident mortel” le menacerait-il davantage que ses dix autres frères? Cependant, il semble qu’il comprit les sentiments de son père. Benjamin était le second fils de Rachel, la femme préférée de Jacob. Elle était morte en le mettant au monde (Genèse 35:17, 18). On peut donc imaginer à quel point Jacob devait être attaché à son fils. De plus, Jacob croyait à tort que Joseph, l’autre fils qu’il avait eu de Rachel, avait disparu dans un “accident mortel”. Bien qu’elle ne fût pas entièrement rationnelle, la réaction de Jacob était cependant compréhensible.
      De même, il peut arriver par moments que vos parents semblent trop en faire pour vous protéger. Mais n’oubliez pas qu’ils ont “investi” en vous beaucoup de temps, d’énergie et d’affection. À l’idée que vous grandissez et que vous finirez par les quitter, ils se sentent peut-être mal à l’aise ou très inquiets*. Le commentaire suivant le prouve: “Mon enfant unique, mon fils, a 19 ans aujourd’hui et je supporte difficilement l’idée de le voir s’en aller.”
      En effet, quand ils vous voient grandir, vos parents se rendent compte douloureusement qu’ils commencent à vieillir et que leur rôle de parents semble toucher à sa fin (bien que ce ne soit pas vraiment le cas). Une autre personne a déclaré: “Au début, on pense qu’on a vécu sa vie et qu’on est bon à mettre au rebut.”
      Voilà pourquoi certains parents ont tendance à se montrer extrêmement possessifs ou à protéger à l’excès leurs enfants. Mais vous commettriez une grave erreur si vous réagissiez avec violence devant une telle situation. Une jeune femme se souvient: “Jusqu’à l’âge de 18 ans, j’étais très proche de ma mère. (...) Mais après, nous avons commencé à avoir des problèmes. Au fur et à mesure que je grandissais, je voulais être plus indépendante et ma mère pensait que cela nuisait à nos relations. De son côté, elle resserrait son emprise sur moi et j’ai réagi en m’éloignant encore davantage. Je comprends maintenant que j’avais ma part de torts.” Il est bien préférable d’essayer de ‘se mettre à la place d’autrui’ et de comprendre nos parents (I Pierre 3:8). Une jeune fille du nom de Catherine explique qu’en agissant ainsi elle a ‘appris à manifester plus de considération envers ses parents’.
      Vous aussi, vous agirez bien si vous manifestez davantage de considération envers vos parents et essayez de cultiver une compréhension mutuelle. N’oubliez pas que tous les parents ne s’inquiètent pas de leurs enfants au point de veiller à leur bien-être. Soyez donc heureux d’avoir des parents qui se soucient de vous. C’est la preuve qu’ils vous aiment.
      La vraie repentance rend possible la miséricorde
      Joseph occupait donc une position enviable. La vie des habitants de l’Égypte, dont celle de Potiphar et de sa femme, était entre ses mains. Mais elle n’était pas menacée. Joseph avait déjà démontré qu’il était un homme miséricordieux et clément et qu’il n’était pas rancunier et ne cherchait pas à se venger. Cependant, sa miséricorde allait être sérieusement mise à l’épreuve. Cela arriva quand la famine s’étendit sur toute la terre et que toutes sortes de peuples vinrent en Égypte pour chercher du grain. Un jour, alors que Joseph s’acquittait de ses responsabilités et pourvoyait avec compassion à la nourriture des peuples affamés et des Égyptiens, ses dix demi-frères se présentèrent à lui et se prosternèrent la face contre terre. Joseph se rappela immédiatement les rêves qu’il avait faits à ce sujet, mais, bien qu’il les eût reconnus, il ne se fit pas connaître d’eux et leur parla uniquement par l’entremise d’un interprète. Comment allait-il agir envers eux ? Après plus de vingt ans, l’heure de leur jugement était arrivée. Étant donné qu’ils n’avaient pas manifesté la moindre pitié, ils méritaient un jugement impitoyable. Agissant en tant que représentant de Jéhovah, Joseph ne pouvait pas transgresser les lois divines de justice. Cependant, il n’était pas rancunier et il allait devoir rendre compte à Dieu de la façon dont il les traiterait. C’est pourquoi, influencé par la sagesse d’en haut, il les mit à l’épreuve. — Gen. 41:53 à 42:8.
      Leur parlant durement, Joseph accusa ses demi-frères d’être des espions. Quand ils protestèrent de leur innocence et lui dirent qu’ils étaient tous fils d’un seul homme et qu’un de leurs frères était resté avec leur père, il lia Siméon devant eux et leur dit qu’il resterait emprisonné jusqu’à ce qu’ils reviennent avec leur autre frère. Bouleversés, les demi-frères de Joseph manifestèrent une attitude tout à fait repentante ; ils acceptèrent ce malheur comme un châtiment venant de Dieu, “car, se dirent-ils, nous avons vu, la détresse de son âme [de Joseph], quand il nous suppliait d’avoir compassion, mais nous n’avons pas écouté”. Joseph, qui les entendait, bien qu’ils n’en soient pas conscients, fut très ému ; il s’éloigna d’eux et se mit à pleurer. Toutefois, leur épreuve n’était pas terminée. Il ne devait subsister aucun doute quant à la sincérité de leur repentir. Ayant fait remplir leurs réceptacles de grain, Joseph fit remettre secrètement leur argent dans leurs sacs et les renvoya chez eux, alors qu’il gardait Siméon. — Gen. 42:9-28.
      Finalement, quand ils n’eurent plus de céréales, ils durent redescendre en Égypte. Mais ils avaient été avertis de ne pas se présenter devant le préposé à la nourriture en Égypte à moins d’amener leur frère avec eux. Craignant de perdre le seul fils qui lui restait de sa femme bien-aimée Rachel depuis qu’il avait perdu Joseph, Jacob refusait toujours de le laisser aller. Finalement, il n’y eut plus d’autre solution. Juda se porta garant pour lui. Quand ils se présentèrent devant Joseph et que celui-ci vit Benjamin, son propre frère, il ne put se contenir. Ses émotions intimes s’étant ravivées pour son frère, il alla dans une chambre intérieure où il donna libre cours à ses larmes. Ensuite, il soumit ses demi-frères à une dernière épreuve. Par ruse, il fit croire que Benjamin avait volé sa coupe d’argent très précieuse. Il ordonna donc que Benjamin reste pour être son esclave et que les autres retournent dans la maison de leur père. Affligés et le cœur brisé parce qu’ils savaient que la perte de Benjamin, le fils bien-aimé de Jacob, ferait descendre les cheveux gris de leur père dans la tombe, ils supplièrent Joseph de leur rendre Benjamin. Finalement, quand Juda s’offrit volontairement à prendre la place de Benjamin, Joseph n’arriva plus à se dominer. Alors, en pleurant, il se fit connaître à ses frères, en disant : “Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour l’Égypte. Mais à présent, ne soyez pas peinés et ne soyez pas irrités contre vous-mêmes, de m’avoir vendu pour ici ; car c’est pour la préservation de la vie que Dieu m’a envoyé en avant de vous.” Sur l’ordre de Pharaon, Joseph fit en sorte que Jacob, son père, et toute sa maisonnée, viennent en Égypte où ils reçurent la meilleure partie du pays. — Gen. 42:29 à 47:31.
      Debout lors du jugement avec une vie de miséricorde derrière soi
       L’étendue et la qualité de la miséricorde de Joseph sont mises en évidence par les circonstances dans lesquelles elle a été exercée. Il a été cruellement traité, voire menacé de mort, par ses demi-frères, il a été accusé faussement et avec ruse par la femme de Potiphar, celui-ci a agi durement envers lui en le faisant injustement emprisonné, et le chef des échansons, qu’il avait encouragé avec compassion, l’oublia avec ingratitude. Malgré cela, Joseph ne songea nullement à se venger quand il en eut le pouvoir. Bien au contraire, avec amour et une considération profonde et sincère, il veilla à satisfaire leurs besoins, étendant sa compassion jusqu’à la maison de son père et à tous les membres de la nation égyptienne. Joseph n’a certainement pas cultivé cette qualité seulement après qu’il eut été élevé à une position qui lui conférait honneur et puissance. Au contraire, la miséricorde que Jéhovah témoigna à Joseph durant ses épreuves en le protégeant, en le soutenant et en le rassurant, est un témoignage de l’attitude clémente et miséricordieuse qu’il a dû garder pendant tout ce temps. Cela paraît tout à fait certain à en juger par la règle suivante énoncée par Jésus : “Heureux les miséricordieux, puisqu’il leur sera fait miséricorde.” (Mat. 5:7). Cette attitude de Joseph ressemble beaucoup à celle de Jésus qui, sur le poteau de supplice où il allait mourir, déclara : “Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font”, ou à celle d’Étienne qui, alors qu’il était lapidé à mort, s’écria : “Jéhovah, ne leur compte pas ce péché.” (Luc 23:34 ; Actes 7:60). La miséricorde dont chacun de ces hommes témoigna dans ces différents cas fut récompensée.
      Cela n’indique-t-il pas clairement que nous avons tout intérêt à nous montrer miséricordieux ? Paul nous certifie que “chacun de nous rendra compte à Dieu pour soi-même”. (Rom. 14:12.) Qu’il est réconfortant de savoir que “la miséricorde, triomphante, se glorifie aux dépens du jugement” ! Que ce soit aujourd’hui, dans un moment critique, ou lors du Jour du Jugement, qui approche rapidement (II Pierre 3:7), quand il s’agira de rendre compte pour nous-mêmes à Dieu et à Jésus Christ, le Juge qu’il a établi, notre situation dépendra entre autres choses de la miséricorde que nous aurons témoignée au cours de notre vie passée. C’est par conséquent l’obéissance au commandement de Jésus nous ordonnant d’aimer en toutes circonstances qui nous aidera à mener une vie riche en miséricorde, contribuant ainsi à la louange de Jéhovah et à la paix dans l'assemblées.
      À leur arrivée dans le pays, ils furent réunis à Siméon et, à leur grande surprise, ils furent tous invités à manger avec l’administrateur des vivres. Quand Joseph arriva, ils lui offrirent un cadeau, se prosternèrent devant lui et, après avoir répondu à ses questions au sujet de leur père, s’inclinèrent de nouveau. Quand Joseph vit Benjamin, son frère, une émotion si vive s’empara de lui qu’il s’éloigna et se laissa aller aux larmes. Après cela il fut capable de maîtriser ses sentiments et il ordonna qu’on serve le repas du midi. Les 11 frères furent placés à une table pour eux selon leur âge, et Benjamin reçut des portions cinq fois plus grosses que les autres. Probablement Joseph éprouvait-il ainsi ses frères pour voir s’ils n’étaient pas encore animés de quelque jalousie cachée. Mais ils ne donnèrent aucun signe d’un tel état d’esprit. — Gn 43:15-34.
      Comme la fois précédente, Joseph ordonna qu’on remette l’argent de chacun dans son sac (Gn 42:25) et, en plus, il commanda qu’on place sa coupe d’argent dans celui de Benjamin. Après qu’ils se furent mis en route, Joseph les fit rattraper et accuser d’avoir volé sa coupe d’argent. Peut-être pour leur faire prendre conscience de toute la valeur que revêtait cet objet à ses yeux et de la gravité du délit qu’ils étaient censés avoir commis, l’homme qui était au-dessus de la maison de Joseph avait pour consigne de leur dire : “ N’est-ce pas là l’objet dans lequel boit mon maître et au moyen duquel il lit habilement les présages ? ” (Gn 44:1-5). Toute cette mise en scène faisant partie d’une ruse, il n’y a évidemment pas lieu de penser que Joseph se servait vraiment de cette coupe d’argent pour lire les présages. Apparemment, Joseph souhaitait se faire passer pour l’administrateur d’un pays dans lequel le vrai culte n’était pas pratiqué.
      Grande dut être la consternation des frères de Joseph lorsque la coupe fut trouvée dans le sac de Benjamin. Les vêtements déchirés, ils retournèrent chez Joseph et se prosternèrent devant lui. Joseph déclara qu’à l’exception de Benjamin ils étaient tous libres de partir. Mais ils ne voulurent pas, ce qui montra qu’ils n’avaient plus cette envie qui les avait poussés, quelque 22 ans auparavant, à vendre leur frère. Avec éloquence, Juda supplia en leur faveur et proposa de prendre la place de Benjamin pour que leur père ne meure pas de chagrin en ne le voyant pas revenir. — Gn 44:6-34.
      Joseph révèle son identité. Profondément touché par la supplication de Juda, Joseph ne put se dominer plus longtemps. Il ordonna à tous les étrangers de sortir, puis il révéla son identité à ses frères. Il ne nourrissait pas d’animosité à leur égard, même s’ils l’avaient grandement maltraité auparavant. Il leur dit : “ Maintenant, ne soyez pas peinés et ne soyez pas en colère contre vous-mêmes, de m’avoir vendu pour ici ; car c’est pour la préservation de la vie que Dieu m’a envoyé en avant de vous. Car ceci est la deuxième année de la famine au milieu de la terre, et il y a encore cinq ans durant lesquels il n’y aura ni période de labour ni moisson. Dieu m’a donc envoyé en avant de vous afin de mettre, pour vous, sur la terre, un reste et vous garder en vie en vous faisant échapper d’une grande manière. Ainsi donc, ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici, mais c’est le vrai Dieu. ” (Gn 45:1-8). Le pardon de Joseph était sincère, car il pleura contre ses frères et les embrassa tous.
      Soyons ferme et unie avec notre famille charnelle et spirituelle car l'unité et l'amour est basé sur un pardon mutuelle et constant. Elle garde nos relations avec les autres dans une joie constante et épanouie.
      Soyons heureux de vivre tous unie même dans les épreuves de la vie, car Jéhovah est notre bouclier et notre force pour toujours.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Gardons notre coeur fort dans la foi jusqu'aux jour de Dieu
       
      Imaginez un avion de petite taille pris dans le mauvais temps. Le pilote perd ses repères au sol. Des nuages épais l'environnent, et l'empêchent de voir plus loin que son pare-brise. Pourtant, il est certain arriver à bon port. Pourquoi est-il si confiant?
      Grâce à la précision de ses instruments de bord, il est en mesure de naviguer au travers des nuages ou d'atterrir dans l'obscurité. Sur sa route, et surtout à l'approche de l'aérodrome, des balises électroniques le guident, et il reste en contact radio avec la tour de contrôle.
      De façon assez similaire, nous pouvons regarder l'avenir avec confiance, quand bien même les conditions mondiales s'assombrissent de jour en jour. Notre vol à travers le système corrompu de ce monde est plus long que prévu, mais nous pouvons être sûr de nous trouver sur la bonne voie et d'arriver en temps et en heure qui nous aie prévu. Si nous en sommes persuadés, c'est par ce que les conseils que nous recevons nous donnent une vue ensemble plus perçante que l'oeil humain.
      La paroles de Dieu est une lumière pour notre sentier, et elle est digne de foi, rendant sage l'inexpérimenté. (Psaumes 19:17 ; 119:105)
      Telle une balise qui indique au pilote la bonne trajectoire, la bible nous expose ce que l'avenir nous réserve et nous fournit des instructions claires pour nous mener à la bonne destination. Mais cette direction divine ne nous sera profitable que si nous nous montrons confiants.
      Dans sa lettre aux hébreux, Paul a exhorté les chrétiens d'origine juive à retenir ferme jusqu'à la fin la confiance qu'ils avaient eu au commencement de leur apprentissage . (Hébreux 3:14) Si elle n'est pas maintenue ferme, notre confiance peut être ébranlée. Comment garder confiance en Jéhovah jusqu'à la fin?
      Cultivons notre foi
      Si un pilote est capable de naviguer sans visibilité, avec seulement les recours de ses instruments de bord et en contact radio, c'est parce qu'il a derrière lui une formation adapté à toutes situations et sa formation spéciale de départ qui fut sur de longue période d'heure de vol de pratique et former par des hommes expériences à ses côtés. De même un serviteur de Dieu à constamment besoin d'exercer sa foi de manière à garder confiance dans les direction de Jéhovah, surtout si les circonstances deviennent difficiles. L'apôtres Paul a écrit: " Parce que nous avons ce même esprit de foi que celui dont il est écrit:" J'ai exercé la foi, c'est pourquoi j'ai parlé; donc, nous exerçons la foi, c'est pourquoi nous parlons. (2Corinthiens 4:13). Ainsi en parlant autour de nous de la bonne nouvelles que Dieu nous a donné, nous exerçons notre foi véritable et nous l'affermissons.
      Voici une belle expérience de foi au temps de la seconde guerre mondiale.
      Magdalena, qui a passé quatre ans dans un camp concentration pendant la seconde guerre mondiale, sait l'importance de la prédication. " Maman m'a appris que pour garder une foi forte , dit-elle, il faut absolument s'intéresser au bien être spirituel des gens. Pour vous donner une idée, je me souviens de notre sortie du camp de Ravensbrück. Nous sommes arrivées chez nous un vendredi, physiquement exténuées. Eh bien, figurez vous que deux jour plus tard, le dimanche, nous sommes allées prêcher de maison en maison avec nos frères et soeurs. Je suis sûr d'une chose: quand on s'efforce d'aider les autres à voir confiance dans les promesse de Dieu, ces promesses deviennent plus réelles pour nous." (Actes 5:42) 
      Pour garder une confiance ferme et inébranlable jusqu'à la fin, il faut s'investir dans d'autres activités spirituelles. L'étude individuelle est une source de force car elle nous aide à puiser en profondeur l'essence de notre foi et Jéhovah nous transmet cette foi quand nous le faisons avec joie véritable venant d'un coeur entier. Imitons l'exemple de Béreens en examinant minutieusement les Écritures chaque jour. Cela nous aidera à "avoir la pleine certitude de l'espérance dans les moments difficiles et nous guidera vers une santé pour passer les tribulations avenir jusqu'à la fin."( Hébreux 6:11 ; Actes 17:11) L'étude individuelle, il est vrai que cela demande du temps et de la volonté.
      En gardant un rythme soutenu à cette volonté, nous seront des imitateurs de ceux qui, grâce à la foi et à la patience, hériteront de la promesse de notre Créateur Jéhovah.
      Confiant et bâtissons notre expérience 
      Évidemment, la confiance d'un pilote en ses intruments ne tient pas uniquement à la formation reçue. Elle est dictée par l'expérience. De même, notre confiance en Jéhovah grandit quand nous constatons dans notre vie qu'il se soucie de nous avec amour. C'est parce qu'il en avait fait l'expérience que Josué a pu rapeller ceci aux Israélites: Vous savez bien de tout votre coeur et de tout âme que pas une parole n'a faillit de toutes les bonnes paroles que vous a dites Jéhovah votre Dieu. Toutes se sont réalisées pour vous.-(Josué23:14). Jéhovah nous guide toujours dans le bonne direction.
      Les mauvaises compagnies peuvent nous faire dévier du droit chemin
      Sous l'effet du vent, un avion de petite taille peut facilement dévier si sa trajectoire n'est pas corrigée. De même, les chrétiens d'aujourd'hui subissent constamment des influences extérieures. Nous vivons dans un monde aux pensées charnelles, où les valeurs spirituelles sont facilement tournées en ridicule, et où l'argent et les plaisirs sont largement mis en avant scène. Paul à fait savoir à Timothé que les derniers jours seraient "difficiles à supporter"(2Timothé 3:1-5) Le monde actuel souhaitent être acceptés et bien en vus, les adolescents se laissent particulièrement influencer par les mauvaises compagnies. (2Timothé 2:22)
      Quel que soit notre âge, nous côtoyons forcément des gens qui critiquent nos croyances. D'aucun trouveront à leur réflexion une certaine finesse, mais aux yeux de Dieu elles sont physique et non spirituelles (1 Corinthiens 2:14) Aux jours de Paul, les sceptiques, des philosophes imprégnés de la sagesse propre au monde, propageaient des enseignements qui ont peut être amené certains serviteurs de Corinthe à perdre la foi en la résurrection. (1 Corinthiens 15:12) "Ne vous laissez pas tromper. Les mauvaises fréquentation font perdre les bonne habitudes." ( 1 Corinthiens 15:33) 
      À l'inverse, les bonnes compagnies nous affermissent sur le plan spirituel. Dans l'assemblée chrétienne, nous sommes à même de côtoyer des personnes qui vivent leur foi. Cela est essentiel à notre cheminement et garde notre relation avec Dieu de manière ordonnée et privilégie une relation d'amitié avec Dieu constante et forte.
      Foi et condition de coeur qui approuve nos valeurs chrétienne 
      Pour que la confiance en Jéhovah s’installe en nous, il est important que notre cœur soit touché. Certes, “ la foi est l’attente assurée de choses qu’on espère, la démonstration évidente [ou “ preuve convaincante ”, note] de réalités que pourtant on ne voit pas ”. (Hébreux 11:1.) Toutefois, nous ne serons convaincus qu’à condition d’y mettre notre cœur (Proverbes 18:15 ; Matthieu 5:6). C’est la raison pour laquelle l’apôtre Paul a dit que “ la foi n’est pas le bien de tous ”. — 2 Thessaloniciens 3:2.
      Comment rester réceptifs à toutes les preuves convaincantes dont nous disposons ? En cultivant les qualités spirituelles, qualités qui enrichissent et stimulent la foi. Pierre nous exhorte à ‘ fournir à notre foi la vertu, la connaissance, la maîtrise de soi, l’endurance, l’attachement à Dieu, l’affection fraternelle et l’amour ’. (2 Pierre 1:5-7 ; Galates 5:22, 23.) En revanche, si nous sommes égocentriques ou si notre service pour Jéhovah n’est que symbolique, est-il bien raisonnable de croire que notre foi grandira ?
      Avant de lire la Parole de Jéhovah et afin de la mettre en pratique, Ezra “ avait préparé son cœur ”. (Ezra 7:10.) Mika, lui aussi, a montré que son cœur était touché : “ Mais pour moi, c’est Jéhovah que je guetterai. Je veux rester dans l’attente du Dieu de mon salut. Mon Dieu m’entendra. ” — Mika 7:7.
      C’est avec la même patience que Magdalena, déjà citée, attend Jéhovah (Habaqouq 2:3). “ Nous avons déjà le paradis spirituel, dit-elle. La prochaine étape, le Paradis terrestre, viendra en son temps. En attendant, des centaines de milliers de personnes s’ajoutent à la grande foule. C’est merveilleux de voir tant de gens rejoindre l’organisation de Dieu. ”
      Regardons vers le Dieu de notre salut
      Pour garder fermement confiance jusqu’à la fin, il faut exercer notre foi et écouter attentivement les conseils que Jéhovah et son organisation nous donnent. Cela en vaut vraiment la peine. Quelle satisfaction pour un pilote, au terme d’un vol long et pénible, de redescendre et de sortir enfin de la masse nuageuse ! Devant nous se déroule une campagne verte et hospitalière. La piste de l’aérodrome est là, au-dessous, prête à l’accueillir.
      Des moments exaltants nous attendent, nous aussi. Notre monde sinistre, mauvais, fera place à une nouvelle terre de justice. Un magnifique accueil nous sera réservé. Nous pourrons arriver à bon port si nous suivons les paroles du psalmiste : “ Tu es mon espoir, ô Souverain Seigneur Jéhovah, ma confiance depuis ma jeunesse. (...) En toi est ma louange, constamment. ” — Psaume 71:5, 6.
      Cultivons la foi qui surpasse toutes pensées.

       
       

      · 1 reply
    • Mararm

      Buenos días desde México!
      · 2 replies
    • Eric Ouellet

      LA DOUCEUR UN PRÉMICE EN NOTRE ÊTRE POUR RÉSISTER CONTRE TOUTES ÉPREUVES
       
      DEVONS-NOUS faire face à des changements en ce moment ? AVONS-NOUS du mal à les accepter ? La plupart d’entre nous ont vécu ou vivront des changements. Des exemples de serviteurs du passé peuvent nous aider à identifier des qualités qui nous seront utiles.

      Prenons l'exemple de David, qui a dû faire face à de nombreux changements. Il était un jeune berger quand Samuel l’a oint comme futur roi. Alors qu’il n’était qu’un garçon, il s’est porté volontaire pour combattre le géant philistin Goliath (1 Sam. 17:26-32, 42). Le jeune David a été invité à vivre à la cour du roi Saül et a été nommé chef de l’armée. David n’aurait jamais pu imaginer tous ces changements, ni ce qui allait se produire après.
      Les relations entre David et Saül sont devenues extrêmement tendues (1 Sam. 18:8, 9 ; 19:9, 10). Pour échapper à la mort, David a été obligé de vivre plusieurs années en fugitif. Même durant son règne sur Israël, sa situation a radicalement changé, surtout après qu’il a commis l’adultère et, pour tenter de couvrir son péché, il commit un meurtre par sa décision de mettre son grand guerrier en avant de l'affront, pour avoir sa femme et camouflé son action grave. À cause de ses fautes, il a subi des malheurs dans sa famille, tels que la rébellion de son fils Absalom (2 Sam. 12:10-12 ; 15:1-14). Néanmoins, après s’être repenti, il a été pardonné par Jéhovah et a retrouvé sa faveur auprès de Dieu.
      Notre situation aussi peut changer. Des problèmes de santé, financiers ou familiaux — ou même nos propres actions — entraînent des changements dans notre vie. Quelles qualités nous aideront à être mieux préparés à les affronter ?
      Le rôle de l’humilité
      L’humilité implique d’être disposé à se soumettre. La vraie humilité nous permet de nous voir comme nous sommes réellement et de voir les autres comme ils sont. En ne minimisant pas les qualités et les réussites des autres, nous apprécierons davantage leur personnalité et leurs actions. En outre, l’humilité nous aide à comprendre pourquoi une situation survient et à y faire face.
      Jonathân, le fils de Saül, est un bon exemple sous ce rapport. Des événements dont il n’était pas maître ont changé sa vie. Lorsque Samuel a annoncé à Saül que Jéhovah lui enlèverait le royaume, il n’a pas dit que Jonathân le remplacerait (1 Sam. 15:28 ; 16:1, 12, 13). Le choix de Dieu de faire de David le prochain roi d’Israël écartait Jonathân DE CETTE FONCTION ROYAL. La désobéissance de Saül a eu, d’une certaine manière, un effet négatif sur son fils. Même s’il ne portait aucune responsabilité, Jonathân ne succéderait pas à son père (1 Sam. 20:30, 31). Comment a-t-il réagi ? A-t-il gardé du ressentiment en raison de cette occasion manquée, devenant jaloux de David ? Non. Même s’il était bien plus âgé et plus expérimenté, il a fidèlement soutenu David (1 Sam. 23:16-18). L’humilité l’a aidé à voir qu'il avait la bénédiction divine ; il ne pensait pas de lui-même plus qu’il ne fallait penser ’. (Rom. 12:3.) Il a compris ce que Jéhovah attendait de lui et a accepté, La décision de Jéhovah.
      Évidemment, nombre de changements engendrent des difficultés. À un certain point, Jonathân était en relation avec deux hommes proches de lui. L’un était son ami David, le futur roi désigné par Jéhovah. L’autre était son père Saül, qui avait été rejeté par Jéhovah mais qui régnait encore sur Israël. S’efforcer de garder la faveur divine dans ces conditions a dû occasionner à Yonathân une tension émotionnelle. Les changements que nous vivons peuvent nous causer de l’inquiétude et de la crainte intérieure. Mais si nous essayons de comprendre le point de vue de Jéhovah, nous serons en mesure de continuer à le servir fidèlement tout en affrontant ces changements.
      L’importance de la modestie
      La modestie implique d’être conscient de ses limites. Il ne faut pas confondre modestie et humilité. Une personne humble n’a pas forcément une pleine conscience de ses limites.
      David était modeste. Même si Jéhovah l’avait choisi pour être roi, il a dû attendre des années avant de monter sur le trône. La Bible ne dit pas qu’il a reçu une explication de la part de Jéhovah pour ce retard apparent. Cependant, la situation, qui aurait pu le contrarier, ne l’a pas perturbé. Il était conscient de ses limites et comprenait que Jéhovah, qui permettait cela, maîtriserait les choses en temps et lieux. Ainsi, même pour sauver sa propre vie, il n’a pas voulu tuer Saül, et il a empêché son compagnon Abishaï de le faire. — 1 Sam. 26:6-9.
      Il peut se produire dans notre assemblée  une situation que nous ne comprenons pas ou qui, à notre avis, n’est pas gérée de la manière la plus conforme ou la plus organisée. Reconnaîtrons-nous modestement que Jésus est le Chef de l'assemblée et qu’il agit par le moyen du collège des anciens établi à notre tête ? Serons-nous modestes, sachant que, pour conserver sa faveur, nous devons attendre que Jéhovah dirige les choses par Jésus Christ ? Attendrons-nous avec modestie, même si c’est difficile ? — Prov. 11:2.
      La douceur de caractère aide à être positif
      La douceur est liée à l’humilité et à la modestie, mais elle englobe également la bonté de coeur. Bien qu’elle soit difficile à acquérir, nous devrions nous efforcer de la cultiver. La Bible déclare en effet que les doux de caractère hériteront de la terre . (Mat. 5:5.) Une personne douce de caractère peut croître spirituellement, car elle se laisse enseigner, modeler et guider par Jéhovah en suivant les pas de Jésus Christ notre modèle par excellence.
      Comment la douceur de caractère peut-elle nous aider à nous adapter à de nouvelles étapes de notre vie ? Nous avons probablement constaté que beaucoup ont tendance à voir les changements de manière négative. En réalité, ceux-ci peuvent se révéler des occasions d’être davantage formés par Jéhovah. C’est ce qui ressort de la vie de Moïse.
      À 40 ans, Moïse possédait déjà d’excellentes qualités. Il s’était montré sensible aux besoins du peuple de Dieu et avait manifesté l’esprit de sacrifice (Héb. 11:24-26). Toutefois, avant que Jéhovah lui demande de faire sortir Israël d’Égypte, il a dû passer par des changements qui ont affiné sa douceur de caractère. Il a fallu qu’il s’enfuie d’Égypte, et qu’il vive en Madiân pendant 40 ans, travaillant dans l’ombre comme simple berger. Quel a été le résultat ? Ce changement l’a rendu meilleur (Nomb. 12:3). Il a appris à faire passer les intérêts spirituels avant les siens.
      Pour illustrer la douceur de caractère de Moïse, examinons ce qui est arrivé lorsque Jéhovah a déclaré qu’il voulait rejeter le peuple désobéissant et faire des descendants du prophète une nation puissante (Nomb. 14:11-20). Moïse a intercédé en faveur du peuple. Ses paroles montrent que ce qui lui tenait à cœur, c’était la réputation de Dieu et le bien de ses frères, non ses propres intérêts. Il fallait quelqu’un de doux pour assumer son rôle de chef et de médiateur. Miriam et Aaron ont murmuré contre lui ; pourtant, Moïse était “ de beaucoup le plus doux de caractère de tous les hommes ”, précise la Bible (Nomb. 12:1-3, note, 9-15). Il semble qu’il a supporté leurs critiques avec douceur. Comment les choses auraient-elles tourné s’il n’avait pas été doux de caractère ?
      Une autre fois, l’esprit de Jéhovah s’est posé sur certains hommes, les faisant prophétiser. Josué, l’assistant de Moïse, a eu le sentiment que ces Israélites agissaient mal. Étant doux de caractère, Moïse, lui, a vu les choses comme Jéhovah les voyait, et n’a pas eu peur de perdre son autorité (Nomb. 11:26-29). S’il n’avait pas été doux de caractère, aurait-il accepté cette nouvelle disposition de Jéhovah ?
      La douceur de caractère a permis à Moïse d’exercer correctement la grande autorité et le rôle que Dieu lui avait confiés. En effet, Jéhovah l’avait invité à monter sur le mont Horeb et à représenter le peuple. Il lui avait parlé par un ange et l’avait nommé médiateur de l’alliance. La douceur de caractère de Moïse l’a aidé à accepter ce changement important et à demeurer dans la faveur immérité de Dieu.
      Et nous ? La douceur de caractère est indispensable à notre croissance spirituelle. Tous ceux qui ont reçu des responsabilités et une certaine autorité au sein du peuple de Dieu doivent la manifester. Une telle douceur nous empêche d’agir avec orgueil face aux changements et nous permet de les gérer avec le bon état d’esprit. Notre réaction est importante. Accepterons-nous le changement ? Le considérerons-nous comme une occasion de nous améliorer ? Ce pourrait être une occasion unique de cultiver la douceur !
      Nous devrons toujours faire face à des changements dans notre vie. Parfois, il n’est pas facile de comprendre pourquoi un événement se produit. À cause de nos limites et du stress, nous pouvons avoir du mal à garder une vision spirituelle des choses. Cependant, des qualités comme l’humilité, la modestie et la douceur de caractère nous aideront à accepter les changements et à demeurer dans la faveur immérité de Dieu. La douceur triomphe devant toutes épreuves.

      · 0 replies
  • Topics

  • Posts

  • Forum Statistics

    • Total Topics
      62,703
    • Total Posts
      121,058
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,636
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Chris111
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.