Jump to content
The World News Media

Pennsylvania Allentown 1967 Allentown Fairgrounds JW Assembly


Recommended Posts


  • Views 178
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

  • Similar Content

    • By Witness
      I hope every JW here reads this article.  Please!

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Pennsylvania Opens Grand Jury Criminal Investigation Into Jehovah’s Witnesses; JW Survey Editor Subpoenaed
      In 1884, the 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  was incorporated in the Court of Common Pleas in the Commonwealth of Pennsylvania. The movement of Charles Taze Russell became an established religious business, a tax-exempt corporation that would go on to control the lives of more than 8 million devoted followers, One hundred years later and four hours southeast of Allegheny, I was baptized as one of Jehovah’s Witnesses in a tiled, heated baptismal pool in Crownsville Maryland. I was 16.
      Thirty-five years after that, the 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  served me with a subpoena to testify in a Grand Jury investigation into alleged criminal activity by the very same religious organization to which I devoted the formative and working years of my life. Let me explain why this happened. Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. I grew up in Baltimore, Maryland, the only child of devoted Jehovah’s Witness parents who had embraced the religion following the assassination of President John F. Kennedy, the Cuban Missile Crisis, and the escalation of the Vietnam war. Jehovah’s Witnesses pounded the pavements of Baltimore, preaching the imminence of Armageddon.
      Watchtower vice-president and oracle 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  famously came to Baltimore in 1966, delivering multiple conventions speeches, including the epic book-release of Life Everlasting in Freedom of the Sons of God. This 400+ page publication unveiled a shocking timetable of world events, including the revelation that 1975 would mark the most significant modern date in history. From that moment forward, everything changed. Urgency over the date 1975 drove Witnesses into a subtle frenzy, with Organization overseers using these new revelations as spiritual cattle prods, driving many to sell their homes and preach the news of the end of the world.
      When I was 8 years old, 1975 came and went, but new predictions emerged, and the old ones were revised. As a child, I could not accept that I was being lied to, so I trusted Jehovah’s Witnesses and their appointed elders.
      Among the most trusted elders was a man named Charles Brineshults. Charlie, as he was known, was a long-time appointed elder, a widower, and held the distinction of being one of the elite few remaining “anointed” Jehovah’s Witnesses on Earth. He was also a serial pedophile, but I didn’t know that.
      Charles “Charlie” Brineshults Even as a child my instincts told me something was not right. Brineshults shuffled from family to family, latching on to the generosity of anyone who would take him in. Of course, the homes he selected and the families he embraced all had children. Vulnerable children.
      It was not until about 10 years ago during a group vacation that a close friend and longstanding elder heard the name Brineshults in conversation, and he piped in “Oh yeah, he diddled kids, you didn’t know?”

      “What?” I exclaimed as I shot a piercing gaze across the South Carolina beach resort, expecting to hear this was some kind of joke. But it wasn’t. As it turns out, it was an open secret among dozens of families and nearly all of the elders in the congregation circuits I grew up in.
      I was horrified. At that moment I could instantly recall sitting in the rear of a Kingdom Hall after a meeting, watching Charlie approach me with my father nearby. “Mark is so polite when he answers the phone, I am very impressed He speaks to clearly and with such maturity.”
      I was barely 10 years old. Like so many others, I was unaware I was being groomed, and were it not for the screen of my extra-protective mother, I would most certainly have been one of his many victims.
      And then there was Ongsingco.
      Louis Ongsingco was a charismatic Watchtower-appointed pioneer minister and self-declared pied piper of the local Jehovah’s Witness children. He was engaging, well-traveled, and he liked girls. Young girls.
      Louis Ongsingco Louis was a jet-setting flight attendant who frequently returned from Paris or London with expensive chocolates and other gifts for the kids he liked the most. He was also a massage therapist.
      He had a smooth-talking way of conversing with teen girls, advancing his hands further and further from their shoulders to their backs, then finally blurring the lines between friendly conduct and full-on sexual assault. I saw this myself.
      I was barely a teenager when I approached local elder Robert “Bob” Manke about Ongsingco’s behavior with girls. Where else would I go? My parents couldn’t control Louis, and I didn’t know that this was a matter for the police. How could I? So I trusted that Manke and the other elders would handle the situation.
      They didn’t. Instead, they told Ongsingco that I had outed him, which led to severe chastisement from Louis himself. It was frightening. Meanwhile, Louis kept up his behavior, and decades passed. After leaving the Witness religion in 2013, I wanted to see what happened to this man.
      After a brief investigation, I discovered that Louis Ongsingco went on to sexually assault multiple women, both Jehovah’s Witnesses, and non-Witnesses. By 2001 at least seven different women filed two lawsuits against Ongsingco.
      These lawsuits are independent of additional allegations against Ongsingco, including those of two women who claim that Ongsingco placed his hands down the front of their shirts when they were teenagers.
      One of those women came forward to the Atlantic in 2019 and was interviewed by journalist Doug Quenqua, who investigated Jehovah’s Witnesses in his article 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. The Atlantic Article
      In 2018 I was introduced to journalist Douglas Quenqua, a respected writer whose work has appeared in the New York Times, CNBC, Buzzfeed, and other periodicals. Doug had learned that I had received hundreds of pages of child abuse case documents from several Jehovah’s Witness congregations, and he wanted to learn more.
      Over the course of 2018, we spent a number of days discussing these documents, and why Jehovah’s Witnesses had not reported these cases to the police. The incidents were horrifying, and worse yet, they revealed that most of the perpetrators were still at large, and were in contact with children.
      On March 22nd, 2019, the Atlantic released Doug’s article. 24 Hours later, two elders rang our doorbell before 10 AM. We did not answer. When we checked our security camera later, it was apparent who these men were. They were church elders from the Perry Hall Congregation of Jehovah’s Witnesses in Maryland.
      One of the two elders is the father of a woman who was sexually assaulted by not one, but two Jehovah’s Witness men. The men were Brineshults and Ongsingco.
       
      Two Church Elders at my door, seeking to disfellowship I remember thinking how pathetic it was to be chased down by the very men who have been covering up child abuse for years, and whose children were among the victims.
      On April 14th, 2019, Watchtower representative and local church elder Joel Raniolo mailed two certified letters to my home, demanding that we attend a judicial hearing at the Perry Hall church. When reached, Raniolo refused to divulge why he had sent the letters, and how he had obtained our personal information.
      On May 14th, 2019, another Church elder announced to the Perry Hall congregation that Mark and Kimberly O’Donnell are no longer Jehovah’s Witnesses. It had been 35 years since my indoctrination and baptism back in February 1984.
      The Pennsylvania Grand Jury
      In the weeks following the release of the Atlantic article, national and global attention became focused on the Jehovah’s Witness religion. In particular, the Pennsylvania Office of the Attorney General took notice of the allegations of corruption within the Witness Organization.
      The State of Pennsylvania is no stranger to the cover-up of abuse within religious organizations. In 2018, the Attorney General’s office released the 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , following multiple substantiated reports of child sexual abuse and corresponding cover-ups. On July 2nd, 2019 I was interviewed in my home by the Deputy Assistant Attorney General of Pennsylvania, along with a Special Investigator for the State. For more than three hours I provided documentation and details concerning the policies and practices of Jehovah’s Witnesses, especially in connection with child abuse.
      On July 29th a Special Investigator arrived at my Baltimore home and served a subpoena for me to appear before the 45th Investigative Grand Jury of the State of Pennsylvania.
      Finally, on August 22nd, 2019, I arrived at the State Capitol before 7.30 AM and was sworn in by 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  in his chambers. Moments later I entered the large Grand Jury room, where 23 grand jurors and approximately 12-15 alternates were stationed at their desks, positioned to take notes and record their questions on paper. A Grand Jury is a special tool used by state and federal governments to investigate criminal allegations against persons or institutions. The powers of grand juries are wide-ranging and potent. They include the ability to subpoena and compel witnesses to testify, and those witnesses are encouraged to speak freely and without fear of reprisal.
      Any form of retaliation is taken seriously by the office of the Attorney General and the presiding judge. Of course, Jehovah’s Witnesses had already executed retaliation on my wife and me in response to our efforts to shed light on the epidemic child abuse problem within the religion.
      My testimony lasted more than two straight hours as I sat facing the Grand Jury and the Deputy Attorney General, together with several State Attorneys and Special Investigators.

      Grand Juries can be cathartic experiences for cooperative witnesses who testify on the side of civil justice. That was my experience.
      For the first half of my initial testimony, I recounted my personal history within the Jehovah’s Witness religion, beginning with my religiously isolated childhood. It was an opportunity to share my experiences with a large group of citizens who will ultimately make important decisions when they vote on the choices presented to them.
      There were moments of levity amidst the proceedings, including a curious exchange in which I discussed the history of the Witnesses’ custom Bible, the New World Translation. I explained how the translation was largely the brainchild of Frederick W. Franz, whose linguistic education was limited to a maximum of two years study of Greek, and no training in Hebrew.
      The irony of this information was not lost upon the investigating members of the Grand Jury.
      The Grand Jury and the JW Organization
      As the morning progressed, my testimony turned North to the driving force behind the reason these people were assembled in this room- to comprehend whether the religious hierarchy which drives this religion is responsible for the failure to report the crime of child abuse.
      A large whiteboard was placed to my left, facing the grand jurors. At the very top, the letters “GB” were written in large letters, then circled. It was clear that the Deputy Attorney General of Pennsylvania understood that the decisions and power of this religion lay at the top of a complicated network of corporations, congregations, Circuit Overseers, and churchgoers.
      I spent some time attempting to explain the spider web of mechanisms used by Jehovah’s Witnesses, describing the difference between their view of the spiritual and the legal.
      Branch Committees, Corporations, Circuit Overseers, Congregations, Elders, Ministerial Servants, Pioneers, Publishers- all of these found their way to the diagram of the Witness organization. Lines were drawn connecting all of the organizational machinery which comprises the Jehovah’s Witness religion. In the end, all roads terminated at the Governing Body.
      After testifying for more than two hours, I was excused and held in a waiting area while the Grand Jurors scribbled their questions on paper and handed them to the Deputy Assistant Attorney General, after which I was brought back into the room, and given the opportunity to respond to the questions.
      The process was dignified, thorough, but clearly an incremental process. Four months later, I found myself escorted once again into the halls of Pennsylvania justice, this time in a brand new government complex even more secure than the prior Strawberry Square location.
      Grand juries are most often 18 months in length, with citizen jurors obliged to comply with the civic duty once per month for several days at a stretch. In some cases, grand juries are extended another 6 months. So it was no surprise that I returned 4 months after my initial testimony, this time to discuss documents.
      Documents
      The smoking gun of certain crimes lies in the creation of a paper trail of evidence that substantiates repetitive negligent or criminal behavior. If there’s one thing the Jehovah’s Witnesses are not lacking, it’s documents.
      From the inception of Watch Tower Pennsylvania in 1884, Jehovah’s Witnesses have been in the document business. As the religion branched from printing Bibles and books to buying and selling real estate, the global corporations expanded, and so did the need to maintain centralized control over a growing member base.
      By the 1970s, the Witnesses had tightened controls over congregation elders, formed Governing Body Committees, and published letters to all Elders on various corporation letterheads. They even began publishing a 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  with strict instructions that it be concealed from anyone not an elder. The expansion of congregation elder bodies meant that members trusted local elders to handle certain matters which would otherwise be best handled by law enforcement. Elder bodies became the police department for Jehovah’s Witnesses.
      As the organization became further centralized, policy letters became the norm. While many documents dealt with routine activities for the church, other letters started to emerge which seemed to border on matters best left for law enforcement.
      On July 1st, 1989, Watchtower New York issued a now-famous 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , labeled “confidential.” This letter warned elders not to divulge confidential information to “unauthorized” persons, including the police. It was clear that the rising number of child abuse cases in the Organization needed to be addressed, but Watchtower insisted that their New York Legal department act as first point of contact for any elders who learn of abuse.
      This letter served as the opening salvo in a policy of obstruction of justice for victims of child abuse and the law enforcement agents who could have helped them.
      On December 18th, 2019, I sat before the Pennsylvania Grand Jury, listening to the reading of the entire six-page letter from 1989.
      It began to hit me how serious these letters were, and how vital they are to the investigation into Jehovah’s Witnesses. Every line, every paragraph was dissected and scrutinized. And then more letters were introduced.
      On March 14, 1997, Watchtower released 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. , and this time they asked for documentation of known child abusers serving in any congregation. It was, in effect, an official announcement of Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. On Page two, the letter stated:
      This single sentence has formed the basis for a series of civil lawsuits in California in which 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  and his team have worked many years to expose, knowing that Watchtower is harboring the names of thousands of child abusers in its database. Many of the abusers are still at large and serving in positions of authority among Jehovah’s Witnesses. These were just a few of the many letters I reviewed and certified as authentic for the Pennsylvania Grand Jury.
      What Effect Will the Grand Jury Have?
      I cannot speculate on the full nature of this investigation, as these proceedings are sealed off from the public and the press. The Office of the Attorney General cannot confirm or deny that there is an investigation. They cannot confirm or deny that they will seek to investigate and subpoena specific individuals, such as victims, attorneys, experts, active elders, or members of the organization who serve at the highest level.
      Subpoena for the 45th Investigative Grand Jury Only those who testify, and who have not been placed under a gag order from the presiding judge may discuss their testimony, if they choose to do so. Otherwise, until their investigation is complete, they will not comment.
      There are a number of possible consequences of this Grand Jury investigation, and it may take some time before we see the results. One outcome is a presentment- a recommendation that charges be filed against a person or organization. Another outcome is a formal report, like the Catholic Church report released in 2018.

      Whatever the case, the Office of the Attorney General has the power to issue search warrants and subpoenas, to compel testimony, and may even cross state lines to accomplish their work.
      After a lifetime in the Jehovah’s Witness organization, having seen the damaging effects of child abuse and the cover-up of these crimes, I am thankful that the Government of Pennsylvania has finally turned its attention to the organization which silenced the voices of survivors and those who champion their rights.
       
    • By Jack Ryan
      For proof, you can view the newspaper clipping about it directly
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. (May 3, 1909). ============
      PASTOR RUSSELL'S TROUBLES
      A telegram from Pittsburg states that an attachment for the arrest of Pastor Charles T. Russell has been issued in that city for failure to pay alimony to his wife. Pastor Russell recently moved to Brooklyn, taking over the old Plymouth Bethel in Hicks street as a place of worship.
      He also moved to this city [Brooklyn] the headquarters of the Millennial Dawn and Watch Tower Society of which he is the head.
      Pastor Russell -- he does not want to be called doctor or reverend -- was divorced by his wife on a charge of cruelty. She was at first awarded $40 a month alimony, but this was later raised to $100.
      The pastor refused to pay more than $40 and proceedings were started to have him arrested for contempt of court. The telegram from Pittsburg indicates that the wife was victorious in this action.
      Pastor Russell cannot be arrested here on the Pittsburg court's order, it is said, but will be taken into custody if he returns to Pittsburg.
    • By The Librarian
      Can you find more photos or videos related to this particular convention year?
      or even better... were you there? 
    • By The Librarian
      Can you find more photos or videos related to this particular convention year?
      or even better... were you there? 
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      The lawsuit was settled on Monday in the Philadelphia County Court of Common Pleas.
      A woman has settled a lawsuit against the Spring Grove Congregation of Jehovah’s Witnesses and two of its supporting organizations, which alleged that elders failed to report instances of sexual abuse to law enforcement to protect their own reputation.
      In the lawsuit, the woman said she’s suffered physical and emotional injuries after being abused between ages 14 and 16 by Terry Monheim, whom she met through the church.The Jehovah’s Witnesses became aware of it and “did nothing” to protect her, according to court documents.
      The lawsuit was settled on Monday in the Philadelphia County Court of Common Pleas. The terms of the agreement are confidential.
      “A matter with the Jehovah’s Witnesses has been resolved,” said Jeffrey Fritz, an attorney who represented the woman, now 28, of Lancaster County. The York Daily Record/Sunday News is not identifying her because she’s the survivor of a sexual crime.
      The abuse took place between 2003 and 2005, according to the lawsuit. The woman later went to the Southwestern Regional Police Department, which filed charges against Monheim.
      Monheim, now 64, of Hanover, pleaded guilty in 2012 to indecent assault and corruption of minors. She was sentenced to serve three to 23 months in York County Prison, as well as five years on probation.
      The Jehovah’s Witnesses “exercise control in all aspects of congregants’ lives,” according to the lawsuit. If someone is accused of child molestation and denies wrongdoing, the complaint states, the congregation will not act unless there’s at least two eyewitnesses.
      “It is outrageous conduct in this or any other society to have knowledge of past instances of abuse of children and fail to report same to law enforcement authorities or put into place any protective measures to protect children against abuse,” the lawsuit states.
      Louis Lombardi II, an attorney who represented the Watchtower Bible and Tract Society of New York Inc. and Christian Congregation of Jehovah’s Witnesses Inc., which provide support to local congregations, could not be reached.
      Neither could Jud Aaron, an attorney who represented the Spring Grove Congregation of Jehovah’s Witnesses, nor Monheim.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Todos sonrientes durante la predicación en el mercado de pulgas en Philadelphia, Pennsylvania, Estados Unidos.

    • By Jack Ryan
      This is B-I-G
      With a readership of almost one million people for the Sunday edition, The Philadelphia Inquirer has published a major FRONT PAGE article spread out over four pages in it's Sunday, April 29, 2018 edition
      SILENT WITNESSES
    • By JOHN BUTLER
      I thought I'd just share this. Please read the whole article before judging it. 
      'Punished' for being sexually abused in York County: Jehovah's Witnesses' culture of cover-up
      THE CHURCH ISOLATES ITS MEMBERS, SHAMES AND SHUNS VICTIMS WHO COME FORTH AND INSTRUCTS ELDERS TO KEEP REPORTS SECRET. AND CHILDREN ARE BEING ABUSED.
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By The Librarian
      Three years after Erik Miranda was shot and killed early on a Sunday morning, the crime that remains unsolved, denying his family what they want most: closure.
      Family members held a lantern vigil Thursday, Sept. 20 — the anniversary of the 24-year-old's death — at Kiwanis Lake.
      York City Police officers responding to reports of shots fired just before 6 a.m. on Sept. 20, 2015, found Miranda's body in an alleyway in the 200 block of Jefferson Avenue, where he lived with his mother. 
      Family members described him as a kind, caring man who was a devoted Jehovah's Witness. They said he had no enemies, which makes the homicide even more difficult to understand.
      On Thursday, the family prayed together and released a handful of biodegradable lanterns into the sky above the lake to show they won't forget Miranda — or the unknown killer who remains free.
      Olga Davis, Miranda's cousin, said his mother, Maria Miranda, moved to Florida shortly after his death because she "couldn't stand it to live here anymore" after the pain of losing her son.
      She hasn't returned since, and she wasn't present at the vigil Thursday night.
      "I'm a mother, and if something happened to one of my babies like that, I don't know how I'd push on," Davis said. "It's a kick in the stomach; I can't breathe. I can't rest at night knowing his killers are still out there, breathing and walking around, not paying for the injustice that's been done to us."
      Jack Padro, Miranda's brother, said he wishes he could thank him for all that he did for him. He said he still struggles to suppress anger and negative frustration.
      "I was always with him," Padro said. "He was a good person and helped me through the hard times. But now I can't even say thank you to him anymore."
      The family still lives around the corner from where the shooting happened. Every year, the they meet at the scene to celebrate Miranda's life.
      Davis praised York City Police for making arrests in recent shootings, but notes the status of her cousin's case.
      "The police have been doing a great job tracking the current shooters doing all these terrible things in York, but Erik's case is still cold," she said.
      Davis also praised local community organizations for their efforts to stop gun violence, but added the community is doing less to help grieving families such as hers.
      Raul Miranda, left, and Olga Davis watch lanterns float over Kiwanis Lake in memory of Erick Miranda, Thursday, Sept. 20, 2018. Miranda was murdered Sept. 20, 2015 in a drive-by shooting. His case is one of only a few cold cases in York City. John A. Pavoncello photo (Photo: The York Dispatch)
      "I don't know what can be done to stop it, and I don't know how they're going to stop it," Davis said. "York is just tired. We're sick of shootings; we're afraid to walk to the store."
      Although Davis said knowing who the killer is won't take all of the pain away, it is the closest thing to closure the family can hope for.
      York City Police Chief Troy Bankert explained in an email the process of handling unsolved homicide case.
      "Homicides do not have statute of limitations, therefore they remain open," the chief said. "When a homicide is unsolved, we review the case as needed. However, typically, new evidence is presented which is then immediately followed up on. We do the initial investigation until all evidence is reviewed and all witnesses are questioned."
      Anyone with information is asked to call police at 717-846-1234 or text "yorktips" and then the message to 847411.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Jack Ryan
      Whelp, it “only” took two years, but they finally had closing on the Halifax, PA KH that they stole from the folks that paid for it Because of expansion in the area, it was built in 1985, had a mortgage of about 80k, and then a renovation / pavement mortgage of about 50k. Also the land was purchased outright by a widow, and donated, which was about $26,400. Shuttered the place in 2016. Closed on it last week.
      Started with approx 100 pubs.
      Closed with approx 70 pubs.
      And now that money goes to those sons of bitches.
      Awesome.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. - Flair Me




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

    • Chocotronco

      Chocotronco 0

      Member
      Joined:
      Last active:
    • Ann Fie

      Ann Fie 0

      Member
      Joined:
      Last active:
    • Isabella

      Isabella 235

      Member
      Joined:
      Last active:
    • Jean Luc DESSONS

      Jean Luc DESSONS 2

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric merci pour tes sujets et partages. Bonne journée Michel
      12 SECRETS POUR MAINTENIR LA JOIE DANS l organisation de Jéhovah.pdf memoire_vivante56.pdf Un athée.pdf
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Que nos sacrifices de paix venant du coeur soit pur aux services de Dieu
      Le Lévitique a été écrit il y a 3 500 ans, mais Jéhovah l’a préservé pour nous instruire  (Rom. 15:4). Ce livre nous aide à comprendre ce que Jéhovah pense et ressent. Nous devrions donc nous y intéresser de près. En fait, nous pouvons tirer beaucoup de leçons de ce livre inspiré de Dieu. Examinons-en quatre.
      COMMENT OBTENIR L’APPROBATION DE JÉHOVAH
      Première leçon : nous devons avoir l’approbation de Jéhovah si nous voulons qu’il accepte nos sacrifices. Chaque année, le jour de la Réconciliation, la nation d’Israël se rassemblait et des sacrifices d’animaux étaient offerts. Ces sacrifices rappelaient aux Israélites qu’ils avaient besoin d’être purifiés de leurs péchés. Mais avant d’entrer dans le Très-Saint avec du sang provenant des sacrifices, le grand prêtre devait d’abord accomplir une autre tâche, une tâche dont l’objectif était bien plus important que le pardon des péchés de la nation.
      (Lire Lévitique 16:12, 13.) Imagine la scène : Nous sommes le jour de la Réconciliation. Le grand prêtre entre dans le tabernacle. C’est la première des trois fois où il va entrer dans le Très-Saint ce jour-là. Dans une main, il tient un récipient contenant de l’encens parfumé, et dans l’autre un récipient à feu en or rempli de braises. Il s’arrête un instant devant le rideau du Très-Saint. Puis, avec un profond respect, il entre et va se placer devant l’arche de l’Alliance. De façon figurée, il se trouve en présence de Jéhovah lui-même ! Puis il verse avec soin l’encens sacré sur les braises, et la pièce se remplit d’un parfum délicat. Plus tard, il va de nouveau entrer dans le Très-Saint avec du sang provenant des sacrifices pour le péché. Remarque qu’il brûle l’encens avant de présenter le sang des sacrifices pour le péché
      Qu’apprenons-nous de ce que le grand prêtre devait faire avec l’encens le jour de la Réconciliation ? La Bible montre que, pour Jéhovah, les prières de ses fidèles adorateurs sont comparables à de l’encens (Ps. 141:2 ; Rév. 5:8). Comme nous venons de le voir, c’était avec un profond respect que le grand prêtre apportait l’encens jusque devant l’arche de l’Alliance, qui symbolisait la présence de Jéhovah. De la même façon, quand nous nous approchons de Jéhovah par la prière, nous le faisons avec beaucoup de respect. Nous sommes très reconnaissants au Créateur de l’univers de nous permettre de nous approcher de lui comme un enfant le fait avec son père (Jacq. 4:8). Il accepte que nous soyons ses amis ! (Ps. 25:14). Nous apprécions tellement cet honneur que nous ne voudrions jamais le décevoir.
      Souviens-toi que le grand prêtre devait brûler l’encens avant de pouvoir offrir les sacrifices. Ainsi, il faisait le nécessaire pour avoir l’approbation de Dieu au moment où il les offrirait. Qu’est-ce que cela nous apprend au sujet de Jésus ? Avant de pouvoir offrir sa vie en sacrifice, il a fallu qu’il fasse quelque chose d’essentiel, dont l’objectif était bien plus important que le salut des humains. Qu’a-t-il dû faire ? Il a dû rester fidèle à Dieu et obéir à ses commandements durant toute sa vie sur terre, ce qui permettrait à Jéhovah d’accepter son sacrifice. En restant intègre, Jésus prouverait qu’accomplir la volonté de Jéhovah est la meilleure façon de vivre. Et il justifierait la souveraineté de son Père : il apporterait la preuve que sa façon de gouverner est bonne et juste.
      Durant sa vie sur la terre, Jésus a toujours obéi parfaitement aux normes de Jéhovah. Aucune tentation ni aucune épreuve, ni même la mort atroce qui l’attendait, n’a pu affaiblir son désir de défendre la façon de gouverner de son Père (Phil. 2:8). Dans l’épreuve, Jésus priait « avec des cris puissants et des larmes » (Héb. 5:7). Ses prières intenses venaient d’un cœur fidèle à Dieu, et elles renforçaient son désir de lui rester obéissant. Pour Jéhovah, les prières de Jésus étaient comme le parfum délicat de l’encens. Par sa façon de vivre, Jésus a grandement réjoui le cœur de son Père et a justifié sa souveraineté.
      Nous imiterons Jésus en faisant le maximum pour rester fidèles à Jéhovah et obéir à ses lois. Et dans l’épreuve, comme nous voulons lui plaire, nous le supplierons de nous aider. Nous montrerons alors que nous soutenons sa souveraineté. Nous savons qu’il ne répondra pas à nos prières si nous avons une conduite qu’il n’approuve pas. Cependant, si nous respectons ses normes, nous pouvons être sûrs que nos prières sincères seront pour lui comme de l’encens au parfum délicat. Nous pouvons également être certains que notre fidélité et notre obéissance réjouiront notre Père céleste (Prov. 27:11).
      NOUS SERVONS DIEU PAR RECONNAISSANCE ET PAR AMOUR
      Deuxième leçon : nous servons Jéhovah parce que nous éprouvons pour lui de la reconnaissance. Pour développer cette idée, parlons des sacrifices de paix, un autre aspect important du vrai culte dans l’ancien Israël. Dans le livre du Lévitique, nous apprenons qu’un Israélite pouvait offrir un sacrifice de paix « pour exprimer sa reconnaissance » à Dieu (Lév. 7:11-13, 16-18). Il offrait ce sacrifice, non pas parce qu’il était obligé de le faire, mais parce qu’il le voulait. Il s’agissait donc d’un sacrifice qu’une personne faisait volontairement parce qu’elle aimait son Dieu, Jéhovah. Cette personne ainsi que sa famille et les prêtres mangeaient ensuite la viande de l’animal sacrifié. Mais certaines parties de l’animal étaient réservées exclusivement à Jéhovah. Lesquelles ?
      Troisième leçon : par amour pour Jéhovah, nous lui donnons ce que nous avons de meilleur. Jéhovah considérait la graisse comme la meilleure partie de l’animal. Il a aussi fait savoir que d’autres parties de l’animal, comme les rognons, étaient particulièrement précieuses pour lui (lire Lévitique 3:6, 12, 14-16). Cela lui faisait donc très plaisir quand un Israélite lui offrait volontairement ces parties de l’animal et la graisse. Cet Israélite montrait qu’il désirait vraiment lui offrir le meilleur. De la même façon, Jésus a offert à Jéhovah ce qu’il avait de meilleur en le servant de toute son âme et par amour (Jean 14:31). Pour Jésus, faire la volonté de son Père était un plaisir ; il avait un amour profond pour la loi de Dieu (Ps. 40:8). Comme cela a dû réjouir Jéhovah de voir son Fils le servir avec autant d’enthousiasme !
      Comme ces sacrifices de paix, notre service pour Jéhovah est une façon de lui montrer ce que nous ressentons pour lui. Nous lui donnons ce que nous avons de meilleur, et nous le faisons parce que nous l’aimons de tout notre cœur. Comme cela doit le réjouir de voir des millions de personnes le servir avec plaisir parce qu’elles ont un profond amour pour lui et pour ses normes ! Cela nous réconforte de savoir que Jéhovah voit non seulement nos actions, mais aussi nos mobiles, et qu’il y accorde de la valeur. Par exemple, si tu es âgé et que tu ne peux plus en faire autant qu’avant, sois certain que Jéhovah comprend tes limites. Tu penses peut-être que tu n’as pas grand-chose à lui offrir. Mais lui, il voit que ton profond amour pour lui te pousse à faire ce que tu peux. Il accepte avec plaisir ce que tu as de mieux à lui donner.
      Que nous apprennent les sacrifices de paix ? Alors que le feu consumait les meilleures parties de l’animal, la fumée s’élevait vers le ciel et cela faisait très plaisir à Jéhovah. Tu peux donc être sûr que Jéhovah est vraiment content de toi quand tu fais tout ce que tu peux pour le servir (Col. 3:23). Imagine son sourire d’approbation. Il considère comme très précieux les efforts que tu fournis à son service, qu’ils soient grands ou petits, et il ne les oubliera jamais (Mat. 6:20 ; Héb. 6:10).
      JÉHOVAH BÉNIT SON ORGANISATION
      Quatrième leçon : Jéhovah bénit la partie terrestre de son organisation. Rappelle-toi ce qui est arrivé en 1512 avant notre ère, quand le tabernacle a été dressé au pied du mont Sinaï (Ex. 40:17). Moïse a présidé une cérémonie durant laquelle Aaron et ses fils ont été établis prêtres. La nation d’Israël s’était rassemblée pour voir les prêtres présenter leurs premiers sacrifices (Lév. 9:1-5). Comment Jéhovah a-t-il montré qu’il approuvait cette nouvelle prêtrise ? Alors qu’Aaron et Moïse bénissaient le peuple, Jéhovah a fait descendre du ciel un feu qui a complètement consumé le sacrifice sur l’autel (Lévitique 9:23,24)
      Dans quel objectif Jéhovah a-t-il provoqué ce spectacle impressionnant à la fin de la cérémonie durant laquelle Aaron a été établi grand prêtre ? Il voulait montrer par là qu’il soutenait pleinement la prêtrise aaronique. Et les Israélites ont clairement vu qu’elle avait son approbation. Ils avaient donc toutes les raisons de la soutenir eux aussi. Est-ce important pour nous de savoir cela ? Oui ! La prêtrise en Israël n’était qu’une « ombre » d’une prêtrise bien meilleure. Le Christ est le Grand Prêtre par excellence et 144 000 humains seront prêtres et rois à ses côtés au ciel (Héb. 4:14 ; 8:3-5 ; 10:1).
      En 1919, Jésus a choisi un petit groupe de frères oints pour former l’« esclave fidèle et avisé ». Cet esclave dirige la prédication et donne aux disciples du Christ « leur nourriture au bon moment » (Mat. 24:45). Avons-nous des preuves que Dieu l’approuve
      Satan et son monde font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher cet esclave d’assumer ses responsabilités, à tel point que, sans l’aide de Dieu, il n’y arriverait pas. Toutefois, malgré deux guerres mondiales, des persécutions incessantes, des crises économiques mondiales et des traitements injustes, il continue de fournir de la nourriture spirituelle aux disciples du Christ sur la terre. Pense à toute la nourriture spirituelle qui est aujourd’hui disponible gratuitement dans plus de 900 langues ! C’est une preuve incontestable du soutien de Dieu. Et voici une autre preuve encore : la prédication. La bonne nouvelle est prêchée « sur toute la terre » ! (Mat. 24:14). Il n’y a pas de doute, Jéhovah guide et bénit abondamment son organisation.
      Demandons-nous : « Suis-je reconnaissant à Dieu de pouvoir collaborer avec la partie terrestre de son organisation ? » Jéhovah nous donne des preuves qu’il la soutient, des preuves aussi convaincantes que le feu qui est descendu du ciel à l’époque de Moïse et d’Aaron. Nous avons de nombreuses raisons d’être reconnaissants à notre Dieu (1 Thess. 5:18, 19). Comment pouvons-nous soutenir l’organisation qu’il utilise ? En suivant les conseils basés sur la Bible qui nous sont donnés dans nos publications, aux réunions et aux assemblées, ainsi qu’en participant le plus possible à l’activité de prédication et d’enseignement (1 Cor. 15:58).
      Soyons déterminés à appliquer les leçons que nous avons tirées du livre du Lévitique. Cherchons à obtenir l’approbation de Jéhovah pour qu’il accepte nos sacrifices. Servons-le par reconnaissance. Continuons de lui donner par amour ce que nous avons de meilleur. Et soutenons de tout notre cœur l’organisation qu’il bénit. Nous lui montrerons alors que nous chérissons l’honneur de le servir et d’être ses Témoins !
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Soyons remplis de gratitude envers autrui 
       
      AVEZ-VOUS déjà reçu un petit mot de reconnaissance auquel vous ne vous attendiez pas ? Si c’est le cas, cela vous a certainement fait chaud au cœur. Après tout, il est naturel de vouloir être apprécié. — Matthieu 25:19-23.
      Toute expression de gratitude tend à renforcer les liens entre celui qui en est l’auteur et celui qui en est le destinataire. En outre, quiconque manifeste de la gratitude suit les traces de Jésus Christ, qui n’a jamais manqué de remarquer les belles œuvres des autres. — Marc 14:3-9 ; Luc 21:1-4.
      Malheureusement, exprimer sa gratitude, de vive voix ou par écrit, semble se faire de plus en plus rare. La Bible avait annoncé que, durant “ les derniers jours ”, les hommes seraient “ ingrats ”. (2 Timothée 3:1, 2.) Si nous n’y prenons pas garde, cette tendance si répandue aujourd’hui risque d’étouffer en nous tout sentiment de reconnaissance.
      Quelles mesures concrètes les parents peuvent-ils adopter pour enseigner à leurs enfants à manifester de la reconnaissance ? À qui devrions-nous exprimer notre gratitude ? Et pourquoi devrions-nous être reconnaissants, même si ceux qui nous entourent se révèlent ingrats ?
      Dans le cercle familial
      Les parents ne ménagent pas leurs efforts pour subvenir aux besoins de leurs enfants. Mais il leur arrive d’avoir le sentiment que ces efforts ne sont pas appréciés à leur juste valeur. Que faire pour remédier à cette situation ? Trois paramètres sont à prendre en compte.
      1) L’exemple. Comme cela se vérifie souvent en matière d’éducation, la réussite passe par l’exemple. La Bible disait jadis d’une Israélite travailleuse : “ Ses fils ont voulu la féliciter. ” Où ces enfants avaient-ils appris à exprimer leur reconnaissance ? La suite du verset nous éclaire : “ Son mari est le premier à la louer. ” (Proverbes 31:28, Bible des Peuples). Les parents qui s’expriment de la reconnaissance montrent à leurs enfants que ce genre de témoignage procure du plaisir à celui qui en est l’objet, améliore les relations familiales et constitue un signe de maturité.
      Stephen, un père de famille, déclare : “ Je me suis efforcé de donner l’exemple à mes enfants en remerciant ma femme pour le dîner. ” Qu’en est-il résulté ? “ Mes deux filles l’ont remarqué, et cela leur a fait prendre conscience de l’importance de se montrer reconnaissant ”, dit-il. Si vous êtes marié, remerciez-vous régulièrement votre conjoint pour les tâches quotidiennes qu’il accomplit et qui auraient vite fait de passer inaperçues ? Dites-vous merci à vos enfants, même lorsqu’ils font ce qu’on attend d’eux ?
      2) L’éducation. Le sentiment de reconnaissance est comme une fleur. Il a besoin d’être cultivé pour produire les meilleurs résultats possibles. Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à cultiver et à exprimer de la reconnaissance ? Le sage roi Salomon a mis en évidence un principe clé lorsqu’il a écrit : “ Le cœur du juste médite pour répondre. ” — Proverbes 15:28.
      Pouvez-vous apprendre à vos enfants à songer aux efforts et à la générosité qui ont précédé chaque cadeau qu’ils reçoivent ? Ce genre de réflexion constitue le sol dans lequel la gratitude s’enracine. Maria, qui a élevé trois enfants, constate : “ Cela prend du temps d’expliquer à ses enfants tout ce que signifie recevoir un cadeau : qu’une personne a pensé à eux en particulier et qu’elle a souhaité leur montrer à quel point elle s’intéresse à eux. Mais je suis convaincue que ça en vaut la peine. ” Grâce à de tels échanges, les enfants apprennent non seulement quoi dire pour exprimer leur reconnaissance, mais aussi pourquoi ils doivent le faire.
      Il est sage, pour des parents, de faire en sorte que leurs enfants n’aient pas le sentiment que tout ce qu’ils reçoivent de bon leur revient, finalement, de droit. L’avertissement figurant en Proverbes 29:21 à propos de la manière de traiter son serviteur s’applique tout autant aux enfants : “ Si l’on gâte son serviteur dès sa jeunesse, par la suite dans sa vie il deviendra un ingrat. ”
      Comment aider de très jeunes enfants à témoigner de la reconnaissance ? Linda, mère de trois enfants, explique : “ Mon mari et moi avons encouragé nos enfants à s’associer à nous quand nous écrivions des cartes de remerciement, en y joignant un dessin ou en les signant. ” Naturellement, le dessin sera peut-être simple, et l’écriture approximative, mais la leçon que les enfants tireront de ce geste restera gravée en eux.
      3) La persévérance. Nous avons tous une tendance innée à l’égoïsme, qui risque d’étouffer en nous tout élan de gratitude (Genèse 8:21 ; Matthieu 15:19). Mais la Bible adresse aux serviteurs de Dieu cette exhortation : “ Vous devez être renouvelés dans la force qui anime votre intelligence et revêtir la personnalité nouvelle qui a été créée selon la volonté de Dieu. ” — Éphésiens 4:23, 24.
      Les parents expérimentés savent, toutefois, qu’aider les enfants à “ revêtir la personnalité nouvelle ” est plus facile à dire qu’à faire. Stephen, cité plus haut, déclare : “ Il nous semblait que nos filles mettaient du temps à dire spontanément merci, sans qu’on ait besoin de le leur rappeler. ” Mais lui et sa femme n’ont pas abandonné. “ Notre persévérance a payé, poursuit Stephen : nos filles ont retenu la leçon. Aujourd’hui, nous sommes fiers de la manière dont elles manifestent leur gratitude aux autres. ”
      Envers les amis et le prochain
      Lorsque nous oublions de dire merci, ce n’est pas forcément par manque de reconnaissance, mais parfois simplement par négligence. En définitive, du moment que nous éprouvons de la gratitude, est-il si important que cela de l’exprimer ? Pour répondre à cette question, considérons ce qui s’est passé un jour où Jésus a guéri des lépreux.
      Alors qu’il se rendait à Jérusalem, Jésus a rencontré dix hommes atteints de lèpre. La Bible relate : “ Ils élevèrent la voix et dirent : ‘ Jésus, Instructeur, aie pitié de nous ! ’ Et lorsqu’il les vit, il leur dit : ‘ Allez vous montrer aux prêtres. ’ Or, comme ils s’en allaient, leur purification eut lieu. L’un d’eux, quand il vit qu’il était guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu d’une voix forte. Et il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, en le remerciant ; or, c’était un Samaritain. ” — Luc 17:11-16.
      Jésus n’a-t-il accordé aucune importance au fait que les autres n’aient pas exprimé de gratitude ? Le récit poursuit : “ En réponse Jésus dit : ‘ Les dix ont été purifiés, n’est-ce pas ? Où sont donc les neuf autres ? Ne s’est-il trouvé personne pour revenir rendre gloire à Dieu, que cet homme d’une autre nation ? ’ ” — Luc 17:17, 18.
      Les neuf autres lépreux n’étaient pas des hommes méchants. Auparavant, ils avaient ouvertement exprimé leur foi en Jésus et avaient suivi de bon gré ses instructions, qui exigeaient qu’ils se rendent à Jérusalem pour se montrer aux prêtres. Or, même s’ils ont indéniablement éprouvé une profonde gratitude pour ce que Jésus avait fait, ils ne la lui ont pas exprimée. Leur comportement a déçu Christ. Et nous ? Quand quelqu’un se montre bon à notre égard, sommes-nous prompts à dire merci et, si cela s’y prête, à lui montrer notre reconnaissance en lui envoyant une petite carte ?
      La Bible dit que l’amour “ ne fait rien d’inconvenant. Il ne cherche pas son propre intérêt ”. (1 Corinthiens 13:5, Bible du Semeur.) Par conséquent, un témoignage de reconnaissance donné avec sincérité non seulement traduit un respect des convenances, mais aussi est une preuve d’amour. Comme nous l’apprend l’exemple des lépreux, ceux qui souhaitent plaire à Christ doivent exprimer un tel amour et une telle reconnaissance à tous, indépendamment de leur nationalité, de leur race ou de leur religion.
      Posez-vous la question : ‘ Quand ai-je pour la dernière fois remercié un voisin, un collègue de travail, un camarade de classe, un membre du personnel hospitalier, un commerçant ou qui que ce soit d’autre qui me soit venu en aide ? ’ Pourquoi ne pas noter pendant un jour ou deux le nombre de fois où vous dites effectivement merci ou exprimez votre reconnaissance d’une façon ou d’une autre  ? Peut-être verrez-vous la nécessité de vous améliorer dans certains domaines.
      Bien entendu, celui qui mérite le plus de remerciements de notre part, c’est Jéhovah Dieu. De lui vient “ tout beau don et tout présent parfait ”. (Jacques 1:17.) À quand remonte la dernière fois où vous avez sincèrement remercié Dieu pour avoir fait quelque chose de particulier en votre faveur ? — 1 Thessaloniciens 5:17, 18.
      Pourquoi se montrer reconnaissant même quand les autres sont ingrats ?
      Nos témoignages de reconnaissance ne seront pas forcément payés de retour. Par conséquent, pourquoi manifester notre gratitude si nous sommes les seuls à le faire ? Arrêtons-nous simplement sur une bonne raison d’agir ainsi.
      Faire du bien à ceux qui ne sont pas enclins à la gratitude, c’est imiter notre Créateur bienveillant, Jéhovah Dieu. Que beaucoup ne soient pas sensibles à l’amour que Jéhovah leur témoigne ne l’empêche pas de leur faire du bien (Romains 5:8 ; 1 Jean 4:9, 10). Il fait “ lever son soleil sur les méchants et sur les bons et [...] fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes ”. Si, bien que vivant dans un monde ingrat, nous nous efforçons d’éprouver et d’exprimer de la gratitude, nous nous montrerons “ fils de [notre] Père qui est dans les cieux ”. — Matthieu 5:45.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Enracinons nous dans la foi comme un arbre luxuriant.
      EN ISRAËL pousse un arbre presque indestructible. Même lorsqu’on l’abat, sa souche ne tarde pas à produire de nouvelles pousses. Par ailleurs, ses fruits fournissent une grande quantité d’huile utile tant pour la cuisine et l’éclairage que pour l’hygiène et les soins de beauté.
      Selon une parabole des temps bibliques consignée dans le livre des Juges, “ un jour les arbres s’en allèrent pour oindre un roi sur eux ”. Quel arbre choisirent-ils ? Le résistant et fertile olivier. — Juges 9:8.
      Il y a plus de 3 500 ans, le prophète Moïse décrivait Israël comme “ un bon pays, [...] un pays d’olives ”. (Deutéronome 8:7, 8.) Aujourd’hui encore, du pied du mont Hermôn à la campagne de Béershéba en passant par la plaine côtière du Sharôn, les pentes rocailleuses de la Samarie et les vallées fertiles de la Galilée, le paysage est parsemé d’oliveraies du nord au sud.
      Les rédacteurs de la Bible ont souvent parlé de l’olivier dans un sens figuré pour illustrer, par exemple, la miséricorde de Dieu, la promesse de la résurrection ou encore le bonheur familial. L’examen de quelques-unes de ses caractéristiques nous aidera à mieux comprendre ces références et à apprécier cet arbre exceptionnel qui fait honneur au Créateur. — Psaume 148:7, 9.
      Un arbre robuste
      L’olivier n’est pas spécialement impressionnant à première vue. Il n’a pas la majesté des vertigineux cèdres du Liban, son bois n’a pas la qualité du genévrier ni ses fleurs la beauté de celles de l’amandier (Chant de Salomon 1:17 ; Amos 2:9). En fait, sa partie la plus importante demeure invisible, puisque le secret de sa résistance et de sa grande prolificité réside dans ses longues racines, qui peuvent s’enfoncer jusqu’à six mètres sous terre et rayonner plus loin encore.
      Ses racines permettent à l’olivier poussant sur des versants rocailleux de survivre à la sécheresse quand d’autres arbres situés au fond de la vallée sont déjà morts de soif. Elles lui permettent également de produire des olives des siècles durant, même lorsque son tronc noueux ne semble plus bon qu’à servir de bois de chauffage. Tout ce dont cet arbre rustique a besoin, c’est de place pour pousser et d’un sol aéré pour respirer, loin des mauvaises herbes et autres plantes qui peuvent abriter des parasites. Si ces conditions simples sont réunies, un seul arbre peut fournir jusqu’à 60 litres d’huile par an.
      Cette huile était manifestement appréciée des Israélites. Ils s’en servaient pour éclairer leur intérieur à l’aide de lampes à mèches, pour cuisiner, pour protéger leur peau du soleil et pour fabriquer du savon (Lévitique 24:2). Étant donné que le blé, le vin et l’olive constituaient les principales productions de la région, une mauvaise récolte d’olives était une catastrophe pour une famille israélite. — Deutéronome 7:13 ; Habaqouq 3:17.
      Cependant, en général, l’huile d’olive ne manquait pas. Sans doute Moïse a-t-il décrit la Terre promise comme “ un pays d’olives ” parce que l’olivier y était l’arbre le plus cultivé. Au XIXe siècle, le naturaliste Henry Tristram a d’ailleurs qualifié l’olivier d’arbre emblématique de la région ”. En raison de sa valeur et de sa profusion, l’huile d’olive servait même de moyen de paiement dans tout le bassin méditerranéen. De là, l’allusion de Jésus Christ à une dette de “ cent baths d’huile d’olive ”. — Luc 16:5, 6.
      “ Comme des plants d’olivier ”
      L’olivier illustre de façon appropriée les bénédictions divines. Comment l’homme qui craint Dieu serait-il récompensé ? “ Ta femme sera comme une vigne qui porte du fruit tout au fond de ta maison, a chanté un psalmiste. Tes fils seront comme des plants d’olivier autour de ta table. ” (Psaume 128:3). Que sont ces “ plants d’olivier ”, et pourquoi le psalmiste les comparait-il à des fils ?
      L’olivier a ceci de particulier que de nouvelles pousses sortent continuellement de la base de son tronc. Lorsque, en raison de son âge, le tronc principal ne produit plus autant qu’auparavant, les cultivateurs peuvent laisser plusieurs plants, ou nouvelles pousses, se développer jusqu’à devenir partie intégrante de l’arbre. Au bout d’un certain temps, trois ou quatre nouveaux troncs vigoureux entoureront celui d’origine, comme des fils autour d’une table. Ces plants issus de la même souche produisent ensemble une grande quantité d’olives.
      Cette caractéristique de l’olivier illustre bien la façon dont les fils et les filles peuvent devenir fermes dans la foi, grâce aux robustes racines spirituelles de leurs parents. En grandissant, eux aussi portent du fruit et épaulent leurs parents, qui se réjouissent de les voir servir Jéhovah à leurs côtés. — Proverbes 15:20.
      “ Il existe un espoir même pour un arbre ”
      Un père âgé qui sert Jéhovah se réjouit que ses enfants adorent Dieu. Mais quelle tristesse quand ce père finit par ‘ s’en aller par le chemin de toute la terre ’ ! (1 Rois 2:2.) La Bible nous aide à surmonter pareille douleur en nous donnant l’assurance qu’il y aura une résurrection. — Jean 5:28, 29 ; 11:25.
      Job, père de nombreux enfants, était très conscient de la brièveté de la vie, qu’il a comparée à une fleur qui se flétrit rapidement (Job 1:2 ; 14:1, 2). Job désirait la mort pour se soustraire à ses souffrances, considérant la tombe comme une cachette d’où il pourrait revenir. “ Si un homme robuste meurt, peut-il revivre ? ” a-t-il demandé. Et d’exprimer sa confiance : “ Tous les jours de ma corvée, j’attendrai, jusqu’à ce que vienne ma relève. Tu [Jéhovah] appelleras, et moi je te répondrai. Tu languiras après l’œuvre de tes mains. ” — Job 14:13-15.
      Comment Job a-t-il illustré sa conviction que Dieu le rappellerait de la tombe ? Au moyen d’un arbre, dont la description correspond apparemment à celle de l’olivier. “ Il existe un espoir même pour un arbre. Si on le coupe, il bourgeonnera encore. ” (Job 14:7). Pour peu qu’il ne soit pas déraciné, l’olivier peut effectivement être coupé sans que cela le fasse mourir. Si ses racines demeurent intactes, il repoussera avec une vigueur renouvelée.
      Même si une sécheresse prolongée dessèche profondément un vieil olivier, la souche ratatinée peut repartir. “ Si sa racine vieillit dans la terre et si sa souche meurt dans la poussière, à l’odeur de l’eau, il bourgeonnera, oui il produira une branche comme une plante nouvelle. ” (Job 14:8, 9). Job vivait dans une région aride et poussiéreuse où il avait probablement dû observer beaucoup de vieux oliviers complètement desséchés qui semblaient morts. Cependant, dès qu’arrivaient les pluies, ils revenaient à la vie, et un nouveau tronc émergeait de leurs racines “ comme une plante nouvelle ”. Cette résistance hors du commun a conduit un horticulteur tunisien à déclarer : “ Il n’est pas exagéré de dire que les oliviers sont immortels. ”
      Tout comme un cultivateur espère voir renaître ses oliviers desséchés, Jéhovah languit de ressusciter ses serviteurs. Il attend avec patience l’époque où des fidèles comme Abraham et Sara, Isaac et Rébecca, et de nombreux autres seront ramenés à la vie (Matthieu 22:31, 32). Comme il sera merveilleux d’accueillir les ressuscités et de les voir mener de nouveau une vie productive !
      L’olivier symbolique
      La miséricorde de Dieu est manifeste dans son impartialité ainsi que dans la disposition qu’est la résurrection. L’apôtre Paul s’est servi de l’olivier pour illustrer comment la miséricorde de Jéhovah s’étend aux humains indifféremment de leur race ou de leur origine. Pendant des siècles, les Juifs se sont enorgueillis d’être le peuple choisi de Dieu, “ la descendance d’Abraham ”. — Jean 8:33 ; Luc 3:8.
      Il n’était pas nécessaire d’être né au sein de la nation juive pour obtenir la faveur divine. Les premiers disciples de Jésus, cependant, étaient tous Juifs et ils ont eu le privilège de figurer parmi les premiers humains choisis par Dieu pour constituer la semence promise d’Abraham (Genèse 22:18 ; Galates 3:29). Paul les a comparés aux branches d’un olivier.
      La majorité des Juifs de naissance ont rejeté Jésus, se privant ainsi de la possibilité de faire partie du “ petit troupeau ”, ou “ Israël de Dieu ”. (Luc 12:32 ; Galates 6:16.) Ils sont devenus comme des branches d’olivier qui auraient été coupées. Qui allait prendre leur place ? En 36 de notre ère, des Gentils ont été choisis pour faire partie de la semence d’Abraham, comme si Jéhovah avait greffé des branches d’olivier sauvage sur un olivier domestique. La semence promise d’Abraham inclurait donc des gens des nations qui pouvaient désormais devenir ‘ participants de la racine de graisse de l’olivier ’. — Romains 11:17.
      Pour un cultivateur, greffer une branche d’olivier sauvage sur un olivier domestique serait impensable et “ contre nature ”. (Romains 11:24.) On lit dans La terre et le Livre (angl.) : “ Greffe le bon sur le sauvage, ont coutume de dire les Arabes, et il dominera le sauvage, mais tu ne pourras pas revenir en arrière. ” Les chrétiens d’origine juive ont été surpris lorsque Jéhovah, “ pour la première fois, s’est occupé des nations pour tirer d’entre elles un peuple pour son nom ”. (Actes 10:44-48 ; 15:14.) C’était la preuve évidente, toutefois, que la réalisation du dessein de Dieu ne dépendait pas d’une nation particulière. En effet, “ en toute nation l’homme qui le craint et pratique la justice est agréé de lui ”. — Actes 10:35.
      Paul a souligné que puisque les “ branches ” juives infidèles de l’olivier avaient été coupées la même chose pourrait arriver à toute personne qui, par orgueil ou désobéissance, perdrait la faveur de Jéhovah (Romains 11:19, 20). Cela montre sans l’ombre d’un doute que la faveur imméritée de Dieu ne devrait jamais être considérée comme définitivement acquise. — 2 Corinthiens 6:1.
      Enduire d’huile
      Les Écritures mentionnent l’utilisation de l’huile d’olive non seulement au sens littéral, mais également au sens figuré. Dans les temps anciens, les blessures et les contusions étaient “ adoucies avec de l’huile ” pour accélérer la cicatrisation (Isaïe 1:6). D’après un exemple de Jésus, le bon Samaritain a versé de l’huile et du vin sur les blessures de l’homme qu’il avait trouvé sur la route de Jéricho. — Luc 10:34.
      L’application d’huile sur la tête est rafraîchissante et relaxante (Psaume 141:5). Lorsqu’ils ont à traiter un cas de faiblesse spirituelle, les anciens peuvent ‘ enduire d’huile un membre de la congrégation, au nom de Jéhovah ’. (Jacques 5:14.) Leurs conseils bibliques pleins d’amour et leurs prières sincères en faveur de leur compagnon sont comparables à de l’huile versée sur des plaies. Détail révélateur, en hébreu, “ huile d’olive pure ” est une expression imagée qui sert à désigner un homme bon.
      “ Un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”
      Compte tenu de ce qui précède, il n’est pas surprenant que les serviteurs de Dieu puissent être comparés à des oliviers. David désirait ressembler à “ un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”. (Psaume 52:8.) Tout comme les familles israélites avaient souvent des oliviers autour de leur maison, David souhaitait être proche de Jéhovah pour produire du fruit à sa louange. — Psaume 52:9.
      Tant qu’il est resté fidèle à Jéhovah, le royaume de Juda était comme un “ olivier luxuriant, beau par le fruit et par la forme ”. (Jérémie 11:15, 16.) Mais ses habitants ont perdu leur position privilégiée lorsqu’ils ‘ ont refusé d’obéir aux paroles de Jéhovah et ont marché à la suite d’autres dieux ’. — Jérémie 11:10.
      Pour devenir comme des oliviers luxuriants dans la maison de Dieu, nous devons obéir à Jéhovah et accepter de bon gré la discipline par laquelle il nous “ taille ”, afin que nous puissions porter davantage de fruit en œuvres chrétiennes (Hébreux 12:5, 6). En outre, tout comme un olivier doit avoir de longues racines pour survivre à une période de sécheresse, nous devons fortifier nos racines spirituelles pour endurer les épreuves et la persécution. — Matthieu 13:21 ; Colossiens 2:6, 7.
      L’olivier symbolise bien le chrétien fidèle, inconnu du monde mais connu de Dieu. S’il vient à mourir dans ce système, il reviendra à la vie dans le monde nouveau à venir. — 2 Corinthiens 6:9 ; 2 Pierre 3:13.
      L’olivier, presque indestructible, qui continue de donner du fruit année après année nous rappelle la promesse de Dieu : “ Les jours de mon peuple seront comme les jours d’un arbre ; et ceux que j’ai choisis profiteront pleinement de l’œuvre de leurs mains. ” (Isaïe 65:22). Cette promesse prophétique s’accomplira dans le monde nouveau de Dieu. — 2 Pierre 3:13.


      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric merci pour ces bons sujets. Bonne journée Michel

      JAH pas un collectionneur.docx
      · 1 reply
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,283
    • Total Posts
      126,006
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,777
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Mary Rhodes
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.