Jump to content
The World News Media

Indigenas de Mexico Expulsados de sus Hogares y Terrenos por Cambiar de Religion


Recommended Posts


  • Views 400
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

  • Similar Content

    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      Ciudad de México.- Tan solo en México hay 68 lenguas indígenas y más de 300 variantes lingüísticas, lo que sitúa al país dentro de la lista de las ocho naciones que concentran la mitad de las lenguas que se hablan en el mundo. Debido a que las lenguas en el mundo están desapareciendo a un ritmo alarmante, muchas organizaciones buscan crear conciencia sobre la importancia de la diversidad lingüística, y desarrollan medidas a nivel local y mundial para rescatarlas. Así, pretenden evitar que se pierdan la historia y tradiciones de los pueblos que las hablan.
      Actualmente, los testigos de Jehová producen publicaciones (tanto en formato impreso como digital) en unos 48 idiomas nativos de México. Tan solo en el año 2018, se imprimieron 529 diferentes publicaciones, que también están disponibles en audio, para beneficio de quienes no saben leer su idioma. Además, en muchos de estos idiomas se producen videos educativos de alta calidad para jóvenes y mayores.
      Josué Zañudo, vocero de los Testigos de Jehová, señaló: “Cuando las personas leen y oyen nuestras publicaciones en su lengua materna, las entienden con facilidad y su mensaje les llega al corazón. Por tal razón, fomentamos la lectura de textos con valores morales y espirituales al distribuirlos de forma gratuita”.
      Con este propósito, los testigos de Jehová están presentes en la Primera Muestra Lingüística Indígena en el Zócalo de la Ciudad de México. Solo el primer día distribuyeron más de 100 publicaciones en diferentes lenguas indígenas.
      “Puesto que esta es una de las ciudades más grandes del mundo, reconocida además como una ciudad plurilingüe y pluricultural, buscamos mostrar a la ciudad y al mundo esta presencia indígena, que los hablantes de las lenguas maternas promuevan sus propias lenguas”, precisó la Maestra Larisa Ortiz Quintero, titular de la Secretaría de los Pueblos Indígenas de la Ciudad de México y organizadora de esta primera muestra lingüística.
      Hablando del trabajo que realizan los Testigos de Jehová mencionó: “Estamos a favor de todo el que fomente el uso de la lengua materna, y es importante aprovechar la publicación de este tipo de materiales en lenguas indígenas; hay que leerlos, ya que esto ayuda a mantener vivas las lenguas”.
      “Nuestra cultura se está extinguiendo y queremos que no se pierda nuestra lengua, queremos conocer a Dios pero en nuestra lengua. Creo que Dios existe y es muy bonito que nos ayuden a aprender de Dios en nuestra propia lengua. Estoy a favor de la labor de los Testigos de Jehová, porque nos ayudan a conocer de Dios y nos ayudan a que nuestra lengua se siga usando”, aseveró Alicia Esquivel, mazahua y activista de San Felipe del Progreso, Estado de México.
      Los testigos de Jehová tienen 10 Oficinas de Traducción ubicadas cerca de donde se habla el idioma al que traducen, así están más cerca de los hablantes y producen publicaciones fáciles de entender.
      Más de 300 Testigos de Jehová colaboran voluntariamente en la traducción de estas publicaciones. Lo hacen con el único objetivo de dar ayuda espiritual y moral a quienes hablan un idioma indígena. Estas publicaciones también promueven la esperanza que da la Biblia de que pronto habrá un mundo sin barreras raciales ni lingüísticas, gracias a un gobierno dirigido por Dios.
      Leer más: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By El Bibliotecario
      El Coatante, Jalisco, Mexico Hoy fuimos a territorio aislado, me sorprendió el pequeño salón de 3 metros x 8 metros pero era el lugar más hermoso del Pueblo de Nombre El Coatante porque allí se enseña la palabra de Jehová. A pesar del mal tiempo fue un excelente día para predicar. es el superintendente y estamos en la reunión para salir a predicar
    • By El Bibliotecario
      Los desastres naturales bombardean México
      El 23 de octubre, México fue golpeado con dos desastres naturales, la tormenta tropical Vicente y el huracán Willa. Vicente causó fuertes inundaciones y deslizamientos de lodo en el sur de México que mataron a 11 personas. Willa maltrataba la costa pacífica de México con fuertes lluvias y velocidades de viento medidas a 193 kilómetros por hora (120 mph), obligando a 4.250 personas a evacuar de las áreas impactadas por el huracán.
      La sucursal Centroamericana, que coordina el trabajo en México, informa que ningún hermano o hermana perdió la vida o resultó herido en cualquiera de estas tormentas. Sin embargo, en el estado de Nayarit, 118 publicadores fueron evacuados de sus hogares a terrenos más altos. En Sinaloa, un salón del Reino y los hogares de varios hermanos fueron inundados. También se inundaron las casas de cinco familias de testigos en Michoacán. Los hermanos y hermanas locales ya han limpiado las casas inundadas y el salón del Reino y han hecho las reparaciones necesarias.
      Oramos para que nuestros hermanos y hermanas en México afectados por estas tormentas sigan resistiendo, recordando la esperanza que todos compartimos de un futuro en el que los desastres naturales ya no se producirán. — 2 Corintios 6:4.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Dos iglesia lideradas por pastores evangélicos fueron desmontadas por atentar contra la cultura de una tribu ancestral asentada en Magdalena, Cesar y La Guajira.

      Los Wiwas se cansaron de las prédicas encendidas que contribuían al exterminio físico, cultural y espiritual de su etnia, de ser llamados paganos, infieles y adoradores de Satanás. Por eso están decididos decididos a sacar de sus tierras a los pastores que han construido recientemente una iglesia para testigos de Jehová y otra para pentecostales en la cuenca del río Ranchería en el pueblo de La Laguna. No era la primera vez que un pueblo indígena se atrevía a echar de su territorio sagrado a religiosos que no comparten sus creencias.
      En 1998 los arhuacos, sus primos, expulsaron a un grupo de evangélicos que habían llegado en la década del cincuenta con una mujer de su propia etnia, María Eugenia Solis acompañada por su esposo, un pastor protestante. Los dejaron montar su iglesia y allí, poco a poco, la comunidad dejó de escuchar a los Mamos, sacerdotes supremos arhuacos, para dejarse llevar por la predica incendiaria de los predicadores. Unos diez años después llegó al territorio la Iglesia Pentecostal Unida de Colombia y las alarmas se encendieron: en menos de un lustro ya habían más de 300 indígenas dispuestos a abandonar sus dioses paganos para adorar a un hombre crucificado. Los Mamos fueron tajantes con la decisión de expulsarlos por poner en peligro su cultura, sus creencias. Hoy en Nabusimake, centro del universo arhuaco, nadie discute la supremacía de Kakü Serankua, Dios creador de todo lo que existe.
      El territorio Wiwa es basto y comprende dos departamentos: El Cesar y la Guajira. Desde 1985 se reporta la presencia también de wiwas en Magdalena gracias a la lucha del Mamo Ramón Gil Barros quien logró recuperar esa parte del territorio perdido a comienzos del siglo XX. Lo líderes espirituales de la etnia, como sucede con los arhuacos son los Mamos, expresión que alude al viejo más sabio de cada poblado. Ellos fueron los que decidieron tomar la iniciativa de sacar de sus tierras a los evangelizadores. Ellos pertenecen
      Líderes como Yeismith Armenta empezó a notar que los jóvenes Wiwas ya no respetaban su cosmovisión ni a los mismos Mamos. No siguen tradiciones como la de poporear, que es revolver, en un pequeño calabazo llamado jayo, la hoja de coca para así mambearla. Los Mamos aconsejan ésta práctica porque purifica la sangre y da la energía suficiente para un extenuante día de trabajo además de que sirve como vaso comunicante con los dioses Wiwas. Para los evangelizadores esta práctica es aberrante y, en los últimos años, incluso le han dado el apelativo de satánica.
      Hubo una época en la que las autoridades Wiwas no les importó que construyeran iglesias en la cuenca del río Ranchería en la comunidad La laguna y agitaran sus biblias al viento. Se les permitió ser incluidos en los censos de las comunidades y han salido beneficiados con los programas que protegen a la etnia. Ahora todo eso terminó y los Mamos ya ponen en el mismo lugar a los evangelizadores al mismo nivel de males que han atentado contra su cultura como la colonización, la bonanza marimbera, la violencia guerrillera y paramilitar.
      A los pastores no les quedará de otra que acatar las leyes ancestrales de los Mamos Wiwas y después de este precedente otras iglesias, ubicadas en territorios indígenas, deberán replantear su estadía en esos lugares.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Iglesia Pentecostal, Testigos de Jehová y evangélicos contribuyen con el exterminio espiritual, cultural y físico, dicen autoridades indígenas.
      Los wiwas asentados en el departamento de La Guajira han tomado la determinación de expulsar de sus territorios a los evangelizadores de varias religiones porque afirman que  están contribuyendo con el “exterminio físico, cultural y espiritual de la etnia”.
      La decisión fue dada a conocer a través de la Resolución 04 del 2016, en la cual se definen las normas para regular las prácticas religiosas dentro del territorio indígena y se protegen los derechos a la diversidad étnica, cultural y la autonomía del pueblo wiwa.
      Respeto a cosmovisión
      Yeismith Armenta, líder y miembro de la Organización Wiwa Golkushe Tayrona del Resguardo Kogui, Malayo y Arhuaco, aseguró que esto lo hacen en defensa de sus principios y con el objetivo de proteger la identidad étnica, sus valores culturales, los cuales los diferencian de las mayorías.
      “Nuestras costumbres están quedando en el pasado y necesitamos que se respete nuestra cosmovisión y que las autoridades sigan siendo nuestros guías y consejeros espirituales”, manifestó.
      Explicó que esto está afectando a los más jóvenes, quienes no quieren asistir a los rituales en las casas ceremoniales, no desean recibir consejos de los mamos, no quieren poporear, ni participan de las prácticas comunitarias.
      “Es lamentable que existan iglesias  en el territorio que quieran imponernos un modelo del cual nunca hemos conocido nada y que va en contra de nuestras costumbres, sobre todo teniendo en cuenta que la Constitución garantiza que los pueblos indígenas puedan seguir existiendo”, manifestó Armenta.
      Construyen iglesias
      Agregó que al principio se les permitió entrar en los territorios e incluso muchos están incluidos en los censos de las comunidades y son beneficiarios de los programas dirigidos a miembros de la etnia, pero que sus costumbres se están distorsionando.
      “Ellos han construido dos iglesias, una de los testigos de Jehová y una Pentecostal en la cuenca del río Ranchería en la comunidad La Laguna”, indicó.
      Mientras tanto José Gregorio Rodríguez, asesor administrativo de la organización afirmó que son muchos los factores que han incidido en los profundos cambios que ha tenido el pueblo wiwa. “Desde hace mucho tiempo con la colonización, la bonanza marimbera, la violencia de la guerrilla y los paramilitares, han incidido en la aculturización de nuestro pueblo”, manifestó.
      Indicó que por una parte el Estado invierte recursos para el tema de fortalecimiento cultural, para la salud propia, el gobierno propio y una educación propia, pero por otro lado, estas costumbres se han ido acabando, en gran parte por los evangelizadores de estas religiones.
      El líder dijo que es necesario que se respete su cosmovisión, su interpretación del mundo, esa que deben conocer sus hijos y nietos. “Es inaudito que por ejemplo los capuchinos hayan construido por allá en los años 80 un orfelinato en el que se prohibió nuestra lengua y se enseñaron otras costumbres”, explicó.
      Estos fueron los argumentos para que las autoridades wiwa tomaran la decisión que incluye la expulsión del territorio a cualquier miembro de la comunidad que no acate la decisión.
      La secretaria de Asuntos Indígenas de Riohacha, Kety Pushaina, afirmó que hoy esto lo están haciendo los wiwa pero que en el futuro es posible que otras etnias también tomen esta determinación para preservar sus costumbres.
      “Estamos trabajando de manera conjunta en nuestros territorios, porque nuestras creencias y cosmovisión deben ser respetadas”, manifestó.
      Salud y educación
      Dijo que se está empezando con el tema de la religión, pero más adelante se podrá seguir con la salud y la educación.
      Al conocer la decisión del pueblo wiwa, varios pastores dijeron que respetan la decisión pero no la comparten.
      Luijose Pinto Cotes, pastor de Jóvenes del Movimiento Juvenil más que vencedores, aseguró que respetan la decisión porque aquí en Colombia hay libertad de culto y “si ellos no quieren aceptar otro tipo de mensaje porque consideran que atenta contra su cultura, no podemos forzarlos a que lo escuchen”.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Agregó que ellos donde van solo quieren llevar un mensaje de reconciliación, de salvación y de paz. EL HERALDO intentó comunicarse con voceros de la Iglesia Pentecostal y de Testigos de Jehová pero no fue posible conocer sus reacciones sobre la decisión de los wiwas.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Cristianos que reprueban rituales indígenas, atacaron al santuario otomí que tiene una antigüedad de 7 mil años en la Sierra Madre Oriental en Hidalgo
      Cristianos que reprueban rituales indígenas, atacaron al santuario otomí Mayonikha, sitio arqueológico que se ubica en San Bartolo Tutotepec, Hidalgo.
      El académico Luis Pérez Lugo, quien funge como secretario de territorialidad de la organización Nación Otomí, denunció los hechos y explicó que dicho templo de ceremonias existe en la Sierra Madre Oriental desde hace 7 mil años.
      El investigador de la Universidad de Chapingo, denunció que por lo menos diez estructuras arquitectónicas de piedra usadas como altares, fueron desbaratadas por Testigos de Jehová de la localidad de El Piñal, quienes además reconocieron las acciones.
      Pese a que aceptaron su responsabilidad no reconocieron haber perforado un basamento piramidal, que tiene un hoyo de por lo menos un metro.
      “Vamos a visitar más a la Madre Tierra; es lo que quiere ella. La tradición no se va a perder”, reiteraron otomíes al ver los destrozos en Mayonikha.
      En ese sitio, los indígenas veneran a la tierra, el agua y al fuego con diversas ofrendas, que también destruyeron los agresores pese a que ésta es propiedad privada.
      Los otomíes de la Sierra Norte de Puebla, de la huasteca sur de Veracruz y de Hidalgo, respetan tanto a Mayonikha como los católicos a El Vaticano.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      En Canadá se hablan más de 60 lenguas indígenas, y unos 213.000 canadienses consideran una de ellas su lengua materna.
      Muchos testigos de Jehová han aprendido una de estas lenguas a fin de llegar al corazón de estas personas. A finales de 2015, más de 250 habían hecho un curso de idiomas aborígenes organizado por los Testigos.
      Además, los testigos de Jehová han traducido publicaciones bíblicas y algunos videos cortos a ocho idiomas indígenas de Canadá: algonquino, cree de las llanuras, cree de los pantanos occidental, inuktitut, mohaqués, odawa, oyibua septentrional (norteño) y piesnegros. 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Los que aprenden un idioma aborigen reconocen que es muy difícil. Carma dice: “Cuando empecé a colaborar con el equipo de traducción al piesnegros, me sentí como si trabajara con los ojos vendados. No conocía bien el idioma, y no sabía leerlo ni identificar algunos sonidos”.
      “Muchas palabras son largas y difíciles de pronunciar”, dice Terence, que colabora con el equipo de traducción al cree de los pantanos occidental. Daniel, 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  de la isla de Manitoulin (Ontario), comenta: “No tenemos muchos libros de consulta. El mejor modo de aprender odawa es pedirle a un anciano de la comunidad que te lo enseñe”. ¿Merece la pena todo ese trabajo? Una mujer oyibua destacó que estos esfuerzos hacen a los testigos de Jehová diferentes de otras religiones. Dijo que las personas conversan más relajadas sobre la Biblia cuando los Testigos que las visitan les leen los textos bíblicos en oyibua.
      Bert, un traductor que creció en la reserva de la tribu blood (Alberta), comenta: “He visto a varios piesnegros abrazar una publicación y decir: ‘¡Este es mi idioma, esto es para mí!’. Muchas veces se les llenan los ojos de lágrimas cuando ven un video en su idioma”.
      Una mujer de habla cree agradeció mucho el video ¿Por qué estudiar la Biblia? en su lengua. Dijo que se sentía como si le hablara su madre.
      Dispuestos a llegar hasta el último rincón
      Muchos Testigos han hecho esfuerzos excepcionales a fin de llevar a las comunidades indígenas el consuelo que da la Biblia. Terence y su esposa, Orlean, recuerdan una de las expediciones. Relatan: “Formamos parte de un convoy que viajó cerca de doce horas por carreteras heladas para dar testimonio en la reserva Little Grand Rapids. La respuesta fue fascinante”.
      Otros han dejado un hogar cómodo para ir a vivir más cerca de estas comunidades. Daniel y su esposa, LeeAnn, decidieron mudarse después de disfrutar de una campaña de predicación de tres meses. Él explica que les parece muy importante disponer de más tiempo para ganarse la confianza de las personas y cultivar su interés.
      “Porque los quiero de verdad”
      ¿Por qué hacen todo lo posible los testigos de Jehová por predicar a los indígenas? La esposa de Bert, Rose, explica: “Quiero ayudar a estas personas porque yo también soy indígena y sé por experiencia lo mucho que 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. ”. “Deseo que el pueblo cree tenga la oportunidad de recibir la guía de nuestro Creador. Es un placer ayudar a estas personas a llegar a ser amigas de Jehová y a superar los problemas que tienen actualmente”, dice Orlean.
      Marc trabaja en el equipo de traducción al piesnegros. ¿Por qué se esfuerza tanto por llevar el mensaje de la Biblia a los miembros de su comunidad? Él contesta: “Porque los quiero de verdad”.
      Fuente: 

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

    • LookingForTruth95

      LookingForTruth95 0

      Member
      Joined:
      Last active:
    • mabbub

      mabbub 0

      Member
      Joined:
      Last active:
    • BONEDRY

      BONEDRY 198

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Nous ne pouvons rien cacher à Dieu, Droite est la vision de Justice de Jéhovah 
      Louez Yah !
      Remerciez Jéhovah, car il est bon ;
      son amour fidèle est éternel.
      Qui peut proclamer tous les actes puissants de Jéhovah
      ou annoncer toutes ses actions dignes de louanges ?
      Heureux ceux qui agissent avec droiture,
      qui se comportent toujours avec justice.
      Souviens-toi de moi, ô Jéhovah, quand tu accordes ta faveur à ton peuple.
      Occupe-toi de moi par tes actes sauveurs,
      pour que je savoure le bien que tu fais à ceux que tu as choisi ;
      Pour que je me réjouisse aux côtés de ta nation,
      pour que je te loue fièrement aux côtés de ton héritage.
      Nous avons péché, comme nos ancêtres;
      nous avons mal agi, nous nous sommes conduits méchamment.
      Nos ancêtres, en Égypte, ne comprirent pas le sens de tes œuvres prodigieuses.
      Ils ne se souvinrent pas de ton immense amour fidèle,
      et ils se rebellèrent près de la mer, la mer Rouge.
      Mais par égard pour son nom, il les sauva,
      afin de faire connaître sa puissance.
      Il réprimanda la mer Rouge, et elle s’assécha ;
      il les conduisit à travers ses profondeurs comme à travers un désert;
      il les sauva de la main de leur adversaire,
      il les racheta de la main de l’ennemi.
      Les eaux recouvrirent leurs adversaires ;
      aucun d’eux ne survécut.
      Alors ils eurent foi en sa promesse ;
      ils se mirent à chanter sa louange.
      Mais ils oublièrent vite ce qu’il avait fait ;
      ils n’attendirent pas son conseil.
      Ils cédèrent à leurs désirs égoïstes dans le désert;
      ils mirent Dieu à l’épreuve dans les solitudes.
      Il leur accorda ce qu’ils demandaient,
      mais il les frappa ensuite d’un mal qui les fit dépérir.
      Dans le camp, ils devinrent jaloux de Moïse
      et d’Aaron, le saint de Jéhovah.
      Alors la terre s’ouvrit et engloutit Dathan,
      et elle recouvrit ceux qui s’étaient rassemblés avec Abiram.
      Un feu flamba parmi leur groupe,
      une flamme consuma les méchants.
      Ils firent un veau en Horeb
      et se prosternèrent devant une statue en métal;
      ils échangèrent ma gloire
      contre la représentation d’un taureau, d’un mangeur d’herbe.
      Ils oublièrent Dieu, leur Sauveur,
      qui avait fait de grandes choses en Égypte,
      des œuvres prodigieuses au pays de Cham,
      des actes redoutables à la mer Rouge.
      Il allait ordonner leur anéantissement,
      mais Moïse, celui qu’il avait choisi, intercéda auprès de lui
      pour détourner sa colère destructrice.
      Puis ils méprisèrent le pays désirable ;
      ils n’eurent pas foi dans sa promesse.
      Ils n’arrêtèrent pas de grogner dans leurs tentes ;
      ils n’écoutèrent pas la voix de Jéhovah.
      Alors, levant la main, il jura
      de les faire tomber dans le désert,
      de faire tomber leurs descendants parmi les nations
      et de les disperser dans tous les pays.
      Puis ils prirent part au culte du Baal de Péor
      et mangèrent des sacrifices offerts aux morts.
      Ils provoquèrent sa colère par leurs actions,
      et un fléau éclata parmi eux.
      Mais Phinéas se leva pour intervenir,
      et le fléau s’arrêta.
      Et cela fut porté à son compte comme justice,
      de génération en génération, pour toujours.
      Ils provoquèrent sa colère aux eaux de Meriba,
      et, à cause d’eux, les choses tournèrent mal pour Moïse.
      Ils aigrirent son esprit,
      si bien qu’il parla avec ses lèvres sans réfléchir.
      Ils n’anéantirent pas les peuples,
      contrairement à l’ordre de Jéhovah.
      Mais ils se mêlèrent aux nations
      et adoptèrent leurs manières d’agir.
      Ils servirent leurs idoles,
      et celles-ci devinrent un piège pour eux.
      Ils sacrifièrent leurs fils
      et leurs filles aux démons.
      Ils firent couler le sang d’innocents,
      le sang de leurs propres fils et de leurs propres filles
      qu’ils sacrifiaient aux idoles de Canaan;
      et le pays fut profané par le sang versé.
      Par leurs œuvres, ils se rendirent impurs ;
      par leurs actes, ils pratiquèrent la prostitution spirituelle.
      Alors la colère de Jéhovah éclata contre son peuple,
      et il en vint à détester son héritage.
      Maintes fois il les livra aux nations,
      pour que ceux qui les haïssaient dominent sur eux.
      Leurs ennemis les opprimèrent,
      et ils furent soumis à leur pouvoir.
      Bien des fois il les secourut,
      mais ils se rebellaient et désobéissaient,
      et ils étaient abaissés à cause de leur faute.
      Cependant il voyait leur détresse
      et entendait leur appel à l’aide.
      Pour eux, il se souvenait de son alliance ;
      dans son grand amour fidèle, il avait pitié.
      Il éveillait envers eux la pitié
      de tous ceux qui les tenaient captifs.
      Sauve-nous, ô Jéhovah notre Dieu,
      et rassemble-nous du milieu des nations
      pour que nous puissions glorifier ton saint nom
      et te louer dans la joie.
      Que Jéhovah, le Dieu d’Israël, soit loué
      pour toute l’éternité.
      Et que tout le peuple dise : « Amen ! »
      Louez Yah !

      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric merci pour tes sujets et partages. Bonne journée Michel
      12 SECRETS POUR MAINTENIR LA JOIE DANS l organisation de Jéhovah.pdf memoire_vivante56.pdf Un athée.pdf
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Que nos sacrifices de paix venant du coeur soit pur aux services de Dieu
      Le Lévitique a été écrit il y a 3 500 ans, mais Jéhovah l’a préservé pour nous instruire  (Rom. 15:4). Ce livre nous aide à comprendre ce que Jéhovah pense et ressent. Nous devrions donc nous y intéresser de près. En fait, nous pouvons tirer beaucoup de leçons de ce livre inspiré de Dieu. Examinons-en quatre.
      COMMENT OBTENIR L’APPROBATION DE JÉHOVAH
      Première leçon : nous devons avoir l’approbation de Jéhovah si nous voulons qu’il accepte nos sacrifices. Chaque année, le jour de la Réconciliation, la nation d’Israël se rassemblait et des sacrifices d’animaux étaient offerts. Ces sacrifices rappelaient aux Israélites qu’ils avaient besoin d’être purifiés de leurs péchés. Mais avant d’entrer dans le Très-Saint avec du sang provenant des sacrifices, le grand prêtre devait d’abord accomplir une autre tâche, une tâche dont l’objectif était bien plus important que le pardon des péchés de la nation.
      (Lire Lévitique 16:12, 13.) Imagine la scène : Nous sommes le jour de la Réconciliation. Le grand prêtre entre dans le tabernacle. C’est la première des trois fois où il va entrer dans le Très-Saint ce jour-là. Dans une main, il tient un récipient contenant de l’encens parfumé, et dans l’autre un récipient à feu en or rempli de braises. Il s’arrête un instant devant le rideau du Très-Saint. Puis, avec un profond respect, il entre et va se placer devant l’arche de l’Alliance. De façon figurée, il se trouve en présence de Jéhovah lui-même ! Puis il verse avec soin l’encens sacré sur les braises, et la pièce se remplit d’un parfum délicat. Plus tard, il va de nouveau entrer dans le Très-Saint avec du sang provenant des sacrifices pour le péché. Remarque qu’il brûle l’encens avant de présenter le sang des sacrifices pour le péché
      Qu’apprenons-nous de ce que le grand prêtre devait faire avec l’encens le jour de la Réconciliation ? La Bible montre que, pour Jéhovah, les prières de ses fidèles adorateurs sont comparables à de l’encens (Ps. 141:2 ; Rév. 5:8). Comme nous venons de le voir, c’était avec un profond respect que le grand prêtre apportait l’encens jusque devant l’arche de l’Alliance, qui symbolisait la présence de Jéhovah. De la même façon, quand nous nous approchons de Jéhovah par la prière, nous le faisons avec beaucoup de respect. Nous sommes très reconnaissants au Créateur de l’univers de nous permettre de nous approcher de lui comme un enfant le fait avec son père (Jacq. 4:8). Il accepte que nous soyons ses amis ! (Ps. 25:14). Nous apprécions tellement cet honneur que nous ne voudrions jamais le décevoir.
      Souviens-toi que le grand prêtre devait brûler l’encens avant de pouvoir offrir les sacrifices. Ainsi, il faisait le nécessaire pour avoir l’approbation de Dieu au moment où il les offrirait. Qu’est-ce que cela nous apprend au sujet de Jésus ? Avant de pouvoir offrir sa vie en sacrifice, il a fallu qu’il fasse quelque chose d’essentiel, dont l’objectif était bien plus important que le salut des humains. Qu’a-t-il dû faire ? Il a dû rester fidèle à Dieu et obéir à ses commandements durant toute sa vie sur terre, ce qui permettrait à Jéhovah d’accepter son sacrifice. En restant intègre, Jésus prouverait qu’accomplir la volonté de Jéhovah est la meilleure façon de vivre. Et il justifierait la souveraineté de son Père : il apporterait la preuve que sa façon de gouverner est bonne et juste.
      Durant sa vie sur la terre, Jésus a toujours obéi parfaitement aux normes de Jéhovah. Aucune tentation ni aucune épreuve, ni même la mort atroce qui l’attendait, n’a pu affaiblir son désir de défendre la façon de gouverner de son Père (Phil. 2:8). Dans l’épreuve, Jésus priait « avec des cris puissants et des larmes » (Héb. 5:7). Ses prières intenses venaient d’un cœur fidèle à Dieu, et elles renforçaient son désir de lui rester obéissant. Pour Jéhovah, les prières de Jésus étaient comme le parfum délicat de l’encens. Par sa façon de vivre, Jésus a grandement réjoui le cœur de son Père et a justifié sa souveraineté.
      Nous imiterons Jésus en faisant le maximum pour rester fidèles à Jéhovah et obéir à ses lois. Et dans l’épreuve, comme nous voulons lui plaire, nous le supplierons de nous aider. Nous montrerons alors que nous soutenons sa souveraineté. Nous savons qu’il ne répondra pas à nos prières si nous avons une conduite qu’il n’approuve pas. Cependant, si nous respectons ses normes, nous pouvons être sûrs que nos prières sincères seront pour lui comme de l’encens au parfum délicat. Nous pouvons également être certains que notre fidélité et notre obéissance réjouiront notre Père céleste (Prov. 27:11).
      NOUS SERVONS DIEU PAR RECONNAISSANCE ET PAR AMOUR
      Deuxième leçon : nous servons Jéhovah parce que nous éprouvons pour lui de la reconnaissance. Pour développer cette idée, parlons des sacrifices de paix, un autre aspect important du vrai culte dans l’ancien Israël. Dans le livre du Lévitique, nous apprenons qu’un Israélite pouvait offrir un sacrifice de paix « pour exprimer sa reconnaissance » à Dieu (Lév. 7:11-13, 16-18). Il offrait ce sacrifice, non pas parce qu’il était obligé de le faire, mais parce qu’il le voulait. Il s’agissait donc d’un sacrifice qu’une personne faisait volontairement parce qu’elle aimait son Dieu, Jéhovah. Cette personne ainsi que sa famille et les prêtres mangeaient ensuite la viande de l’animal sacrifié. Mais certaines parties de l’animal étaient réservées exclusivement à Jéhovah. Lesquelles ?
      Troisième leçon : par amour pour Jéhovah, nous lui donnons ce que nous avons de meilleur. Jéhovah considérait la graisse comme la meilleure partie de l’animal. Il a aussi fait savoir que d’autres parties de l’animal, comme les rognons, étaient particulièrement précieuses pour lui (lire Lévitique 3:6, 12, 14-16). Cela lui faisait donc très plaisir quand un Israélite lui offrait volontairement ces parties de l’animal et la graisse. Cet Israélite montrait qu’il désirait vraiment lui offrir le meilleur. De la même façon, Jésus a offert à Jéhovah ce qu’il avait de meilleur en le servant de toute son âme et par amour (Jean 14:31). Pour Jésus, faire la volonté de son Père était un plaisir ; il avait un amour profond pour la loi de Dieu (Ps. 40:8). Comme cela a dû réjouir Jéhovah de voir son Fils le servir avec autant d’enthousiasme !
      Comme ces sacrifices de paix, notre service pour Jéhovah est une façon de lui montrer ce que nous ressentons pour lui. Nous lui donnons ce que nous avons de meilleur, et nous le faisons parce que nous l’aimons de tout notre cœur. Comme cela doit le réjouir de voir des millions de personnes le servir avec plaisir parce qu’elles ont un profond amour pour lui et pour ses normes ! Cela nous réconforte de savoir que Jéhovah voit non seulement nos actions, mais aussi nos mobiles, et qu’il y accorde de la valeur. Par exemple, si tu es âgé et que tu ne peux plus en faire autant qu’avant, sois certain que Jéhovah comprend tes limites. Tu penses peut-être que tu n’as pas grand-chose à lui offrir. Mais lui, il voit que ton profond amour pour lui te pousse à faire ce que tu peux. Il accepte avec plaisir ce que tu as de mieux à lui donner.
      Que nous apprennent les sacrifices de paix ? Alors que le feu consumait les meilleures parties de l’animal, la fumée s’élevait vers le ciel et cela faisait très plaisir à Jéhovah. Tu peux donc être sûr que Jéhovah est vraiment content de toi quand tu fais tout ce que tu peux pour le servir (Col. 3:23). Imagine son sourire d’approbation. Il considère comme très précieux les efforts que tu fournis à son service, qu’ils soient grands ou petits, et il ne les oubliera jamais (Mat. 6:20 ; Héb. 6:10).
      JÉHOVAH BÉNIT SON ORGANISATION
      Quatrième leçon : Jéhovah bénit la partie terrestre de son organisation. Rappelle-toi ce qui est arrivé en 1512 avant notre ère, quand le tabernacle a été dressé au pied du mont Sinaï (Ex. 40:17). Moïse a présidé une cérémonie durant laquelle Aaron et ses fils ont été établis prêtres. La nation d’Israël s’était rassemblée pour voir les prêtres présenter leurs premiers sacrifices (Lév. 9:1-5). Comment Jéhovah a-t-il montré qu’il approuvait cette nouvelle prêtrise ? Alors qu’Aaron et Moïse bénissaient le peuple, Jéhovah a fait descendre du ciel un feu qui a complètement consumé le sacrifice sur l’autel (Lévitique 9:23,24)
      Dans quel objectif Jéhovah a-t-il provoqué ce spectacle impressionnant à la fin de la cérémonie durant laquelle Aaron a été établi grand prêtre ? Il voulait montrer par là qu’il soutenait pleinement la prêtrise aaronique. Et les Israélites ont clairement vu qu’elle avait son approbation. Ils avaient donc toutes les raisons de la soutenir eux aussi. Est-ce important pour nous de savoir cela ? Oui ! La prêtrise en Israël n’était qu’une « ombre » d’une prêtrise bien meilleure. Le Christ est le Grand Prêtre par excellence et 144 000 humains seront prêtres et rois à ses côtés au ciel (Héb. 4:14 ; 8:3-5 ; 10:1).
      En 1919, Jésus a choisi un petit groupe de frères oints pour former l’« esclave fidèle et avisé ». Cet esclave dirige la prédication et donne aux disciples du Christ « leur nourriture au bon moment » (Mat. 24:45). Avons-nous des preuves que Dieu l’approuve
      Satan et son monde font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher cet esclave d’assumer ses responsabilités, à tel point que, sans l’aide de Dieu, il n’y arriverait pas. Toutefois, malgré deux guerres mondiales, des persécutions incessantes, des crises économiques mondiales et des traitements injustes, il continue de fournir de la nourriture spirituelle aux disciples du Christ sur la terre. Pense à toute la nourriture spirituelle qui est aujourd’hui disponible gratuitement dans plus de 900 langues ! C’est une preuve incontestable du soutien de Dieu. Et voici une autre preuve encore : la prédication. La bonne nouvelle est prêchée « sur toute la terre » ! (Mat. 24:14). Il n’y a pas de doute, Jéhovah guide et bénit abondamment son organisation.
      Demandons-nous : « Suis-je reconnaissant à Dieu de pouvoir collaborer avec la partie terrestre de son organisation ? » Jéhovah nous donne des preuves qu’il la soutient, des preuves aussi convaincantes que le feu qui est descendu du ciel à l’époque de Moïse et d’Aaron. Nous avons de nombreuses raisons d’être reconnaissants à notre Dieu (1 Thess. 5:18, 19). Comment pouvons-nous soutenir l’organisation qu’il utilise ? En suivant les conseils basés sur la Bible qui nous sont donnés dans nos publications, aux réunions et aux assemblées, ainsi qu’en participant le plus possible à l’activité de prédication et d’enseignement (1 Cor. 15:58).
      Soyons déterminés à appliquer les leçons que nous avons tirées du livre du Lévitique. Cherchons à obtenir l’approbation de Jéhovah pour qu’il accepte nos sacrifices. Servons-le par reconnaissance. Continuons de lui donner par amour ce que nous avons de meilleur. Et soutenons de tout notre cœur l’organisation qu’il bénit. Nous lui montrerons alors que nous chérissons l’honneur de le servir et d’être ses Témoins !
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Soyons remplis de gratitude envers autrui 
       
      AVEZ-VOUS déjà reçu un petit mot de reconnaissance auquel vous ne vous attendiez pas ? Si c’est le cas, cela vous a certainement fait chaud au cœur. Après tout, il est naturel de vouloir être apprécié. — Matthieu 25:19-23.
      Toute expression de gratitude tend à renforcer les liens entre celui qui en est l’auteur et celui qui en est le destinataire. En outre, quiconque manifeste de la gratitude suit les traces de Jésus Christ, qui n’a jamais manqué de remarquer les belles œuvres des autres. — Marc 14:3-9 ; Luc 21:1-4.
      Malheureusement, exprimer sa gratitude, de vive voix ou par écrit, semble se faire de plus en plus rare. La Bible avait annoncé que, durant “ les derniers jours ”, les hommes seraient “ ingrats ”. (2 Timothée 3:1, 2.) Si nous n’y prenons pas garde, cette tendance si répandue aujourd’hui risque d’étouffer en nous tout sentiment de reconnaissance.
      Quelles mesures concrètes les parents peuvent-ils adopter pour enseigner à leurs enfants à manifester de la reconnaissance ? À qui devrions-nous exprimer notre gratitude ? Et pourquoi devrions-nous être reconnaissants, même si ceux qui nous entourent se révèlent ingrats ?
      Dans le cercle familial
      Les parents ne ménagent pas leurs efforts pour subvenir aux besoins de leurs enfants. Mais il leur arrive d’avoir le sentiment que ces efforts ne sont pas appréciés à leur juste valeur. Que faire pour remédier à cette situation ? Trois paramètres sont à prendre en compte.
      1) L’exemple. Comme cela se vérifie souvent en matière d’éducation, la réussite passe par l’exemple. La Bible disait jadis d’une Israélite travailleuse : “ Ses fils ont voulu la féliciter. ” Où ces enfants avaient-ils appris à exprimer leur reconnaissance ? La suite du verset nous éclaire : “ Son mari est le premier à la louer. ” (Proverbes 31:28, Bible des Peuples). Les parents qui s’expriment de la reconnaissance montrent à leurs enfants que ce genre de témoignage procure du plaisir à celui qui en est l’objet, améliore les relations familiales et constitue un signe de maturité.
      Stephen, un père de famille, déclare : “ Je me suis efforcé de donner l’exemple à mes enfants en remerciant ma femme pour le dîner. ” Qu’en est-il résulté ? “ Mes deux filles l’ont remarqué, et cela leur a fait prendre conscience de l’importance de se montrer reconnaissant ”, dit-il. Si vous êtes marié, remerciez-vous régulièrement votre conjoint pour les tâches quotidiennes qu’il accomplit et qui auraient vite fait de passer inaperçues ? Dites-vous merci à vos enfants, même lorsqu’ils font ce qu’on attend d’eux ?
      2) L’éducation. Le sentiment de reconnaissance est comme une fleur. Il a besoin d’être cultivé pour produire les meilleurs résultats possibles. Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à cultiver et à exprimer de la reconnaissance ? Le sage roi Salomon a mis en évidence un principe clé lorsqu’il a écrit : “ Le cœur du juste médite pour répondre. ” — Proverbes 15:28.
      Pouvez-vous apprendre à vos enfants à songer aux efforts et à la générosité qui ont précédé chaque cadeau qu’ils reçoivent ? Ce genre de réflexion constitue le sol dans lequel la gratitude s’enracine. Maria, qui a élevé trois enfants, constate : “ Cela prend du temps d’expliquer à ses enfants tout ce que signifie recevoir un cadeau : qu’une personne a pensé à eux en particulier et qu’elle a souhaité leur montrer à quel point elle s’intéresse à eux. Mais je suis convaincue que ça en vaut la peine. ” Grâce à de tels échanges, les enfants apprennent non seulement quoi dire pour exprimer leur reconnaissance, mais aussi pourquoi ils doivent le faire.
      Il est sage, pour des parents, de faire en sorte que leurs enfants n’aient pas le sentiment que tout ce qu’ils reçoivent de bon leur revient, finalement, de droit. L’avertissement figurant en Proverbes 29:21 à propos de la manière de traiter son serviteur s’applique tout autant aux enfants : “ Si l’on gâte son serviteur dès sa jeunesse, par la suite dans sa vie il deviendra un ingrat. ”
      Comment aider de très jeunes enfants à témoigner de la reconnaissance ? Linda, mère de trois enfants, explique : “ Mon mari et moi avons encouragé nos enfants à s’associer à nous quand nous écrivions des cartes de remerciement, en y joignant un dessin ou en les signant. ” Naturellement, le dessin sera peut-être simple, et l’écriture approximative, mais la leçon que les enfants tireront de ce geste restera gravée en eux.
      3) La persévérance. Nous avons tous une tendance innée à l’égoïsme, qui risque d’étouffer en nous tout élan de gratitude (Genèse 8:21 ; Matthieu 15:19). Mais la Bible adresse aux serviteurs de Dieu cette exhortation : “ Vous devez être renouvelés dans la force qui anime votre intelligence et revêtir la personnalité nouvelle qui a été créée selon la volonté de Dieu. ” — Éphésiens 4:23, 24.
      Les parents expérimentés savent, toutefois, qu’aider les enfants à “ revêtir la personnalité nouvelle ” est plus facile à dire qu’à faire. Stephen, cité plus haut, déclare : “ Il nous semblait que nos filles mettaient du temps à dire spontanément merci, sans qu’on ait besoin de le leur rappeler. ” Mais lui et sa femme n’ont pas abandonné. “ Notre persévérance a payé, poursuit Stephen : nos filles ont retenu la leçon. Aujourd’hui, nous sommes fiers de la manière dont elles manifestent leur gratitude aux autres. ”
      Envers les amis et le prochain
      Lorsque nous oublions de dire merci, ce n’est pas forcément par manque de reconnaissance, mais parfois simplement par négligence. En définitive, du moment que nous éprouvons de la gratitude, est-il si important que cela de l’exprimer ? Pour répondre à cette question, considérons ce qui s’est passé un jour où Jésus a guéri des lépreux.
      Alors qu’il se rendait à Jérusalem, Jésus a rencontré dix hommes atteints de lèpre. La Bible relate : “ Ils élevèrent la voix et dirent : ‘ Jésus, Instructeur, aie pitié de nous ! ’ Et lorsqu’il les vit, il leur dit : ‘ Allez vous montrer aux prêtres. ’ Or, comme ils s’en allaient, leur purification eut lieu. L’un d’eux, quand il vit qu’il était guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu d’une voix forte. Et il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, en le remerciant ; or, c’était un Samaritain. ” — Luc 17:11-16.
      Jésus n’a-t-il accordé aucune importance au fait que les autres n’aient pas exprimé de gratitude ? Le récit poursuit : “ En réponse Jésus dit : ‘ Les dix ont été purifiés, n’est-ce pas ? Où sont donc les neuf autres ? Ne s’est-il trouvé personne pour revenir rendre gloire à Dieu, que cet homme d’une autre nation ? ’ ” — Luc 17:17, 18.
      Les neuf autres lépreux n’étaient pas des hommes méchants. Auparavant, ils avaient ouvertement exprimé leur foi en Jésus et avaient suivi de bon gré ses instructions, qui exigeaient qu’ils se rendent à Jérusalem pour se montrer aux prêtres. Or, même s’ils ont indéniablement éprouvé une profonde gratitude pour ce que Jésus avait fait, ils ne la lui ont pas exprimée. Leur comportement a déçu Christ. Et nous ? Quand quelqu’un se montre bon à notre égard, sommes-nous prompts à dire merci et, si cela s’y prête, à lui montrer notre reconnaissance en lui envoyant une petite carte ?
      La Bible dit que l’amour “ ne fait rien d’inconvenant. Il ne cherche pas son propre intérêt ”. (1 Corinthiens 13:5, Bible du Semeur.) Par conséquent, un témoignage de reconnaissance donné avec sincérité non seulement traduit un respect des convenances, mais aussi est une preuve d’amour. Comme nous l’apprend l’exemple des lépreux, ceux qui souhaitent plaire à Christ doivent exprimer un tel amour et une telle reconnaissance à tous, indépendamment de leur nationalité, de leur race ou de leur religion.
      Posez-vous la question : ‘ Quand ai-je pour la dernière fois remercié un voisin, un collègue de travail, un camarade de classe, un membre du personnel hospitalier, un commerçant ou qui que ce soit d’autre qui me soit venu en aide ? ’ Pourquoi ne pas noter pendant un jour ou deux le nombre de fois où vous dites effectivement merci ou exprimez votre reconnaissance d’une façon ou d’une autre  ? Peut-être verrez-vous la nécessité de vous améliorer dans certains domaines.
      Bien entendu, celui qui mérite le plus de remerciements de notre part, c’est Jéhovah Dieu. De lui vient “ tout beau don et tout présent parfait ”. (Jacques 1:17.) À quand remonte la dernière fois où vous avez sincèrement remercié Dieu pour avoir fait quelque chose de particulier en votre faveur ? — 1 Thessaloniciens 5:17, 18.
      Pourquoi se montrer reconnaissant même quand les autres sont ingrats ?
      Nos témoignages de reconnaissance ne seront pas forcément payés de retour. Par conséquent, pourquoi manifester notre gratitude si nous sommes les seuls à le faire ? Arrêtons-nous simplement sur une bonne raison d’agir ainsi.
      Faire du bien à ceux qui ne sont pas enclins à la gratitude, c’est imiter notre Créateur bienveillant, Jéhovah Dieu. Que beaucoup ne soient pas sensibles à l’amour que Jéhovah leur témoigne ne l’empêche pas de leur faire du bien (Romains 5:8 ; 1 Jean 4:9, 10). Il fait “ lever son soleil sur les méchants et sur les bons et [...] fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes ”. Si, bien que vivant dans un monde ingrat, nous nous efforçons d’éprouver et d’exprimer de la gratitude, nous nous montrerons “ fils de [notre] Père qui est dans les cieux ”. — Matthieu 5:45.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Enracinons nous dans la foi comme un arbre luxuriant.
      EN ISRAËL pousse un arbre presque indestructible. Même lorsqu’on l’abat, sa souche ne tarde pas à produire de nouvelles pousses. Par ailleurs, ses fruits fournissent une grande quantité d’huile utile tant pour la cuisine et l’éclairage que pour l’hygiène et les soins de beauté.
      Selon une parabole des temps bibliques consignée dans le livre des Juges, “ un jour les arbres s’en allèrent pour oindre un roi sur eux ”. Quel arbre choisirent-ils ? Le résistant et fertile olivier. — Juges 9:8.
      Il y a plus de 3 500 ans, le prophète Moïse décrivait Israël comme “ un bon pays, [...] un pays d’olives ”. (Deutéronome 8:7, 8.) Aujourd’hui encore, du pied du mont Hermôn à la campagne de Béershéba en passant par la plaine côtière du Sharôn, les pentes rocailleuses de la Samarie et les vallées fertiles de la Galilée, le paysage est parsemé d’oliveraies du nord au sud.
      Les rédacteurs de la Bible ont souvent parlé de l’olivier dans un sens figuré pour illustrer, par exemple, la miséricorde de Dieu, la promesse de la résurrection ou encore le bonheur familial. L’examen de quelques-unes de ses caractéristiques nous aidera à mieux comprendre ces références et à apprécier cet arbre exceptionnel qui fait honneur au Créateur. — Psaume 148:7, 9.
      Un arbre robuste
      L’olivier n’est pas spécialement impressionnant à première vue. Il n’a pas la majesté des vertigineux cèdres du Liban, son bois n’a pas la qualité du genévrier ni ses fleurs la beauté de celles de l’amandier (Chant de Salomon 1:17 ; Amos 2:9). En fait, sa partie la plus importante demeure invisible, puisque le secret de sa résistance et de sa grande prolificité réside dans ses longues racines, qui peuvent s’enfoncer jusqu’à six mètres sous terre et rayonner plus loin encore.
      Ses racines permettent à l’olivier poussant sur des versants rocailleux de survivre à la sécheresse quand d’autres arbres situés au fond de la vallée sont déjà morts de soif. Elles lui permettent également de produire des olives des siècles durant, même lorsque son tronc noueux ne semble plus bon qu’à servir de bois de chauffage. Tout ce dont cet arbre rustique a besoin, c’est de place pour pousser et d’un sol aéré pour respirer, loin des mauvaises herbes et autres plantes qui peuvent abriter des parasites. Si ces conditions simples sont réunies, un seul arbre peut fournir jusqu’à 60 litres d’huile par an.
      Cette huile était manifestement appréciée des Israélites. Ils s’en servaient pour éclairer leur intérieur à l’aide de lampes à mèches, pour cuisiner, pour protéger leur peau du soleil et pour fabriquer du savon (Lévitique 24:2). Étant donné que le blé, le vin et l’olive constituaient les principales productions de la région, une mauvaise récolte d’olives était une catastrophe pour une famille israélite. — Deutéronome 7:13 ; Habaqouq 3:17.
      Cependant, en général, l’huile d’olive ne manquait pas. Sans doute Moïse a-t-il décrit la Terre promise comme “ un pays d’olives ” parce que l’olivier y était l’arbre le plus cultivé. Au XIXe siècle, le naturaliste Henry Tristram a d’ailleurs qualifié l’olivier d’arbre emblématique de la région ”. En raison de sa valeur et de sa profusion, l’huile d’olive servait même de moyen de paiement dans tout le bassin méditerranéen. De là, l’allusion de Jésus Christ à une dette de “ cent baths d’huile d’olive ”. — Luc 16:5, 6.
      “ Comme des plants d’olivier ”
      L’olivier illustre de façon appropriée les bénédictions divines. Comment l’homme qui craint Dieu serait-il récompensé ? “ Ta femme sera comme une vigne qui porte du fruit tout au fond de ta maison, a chanté un psalmiste. Tes fils seront comme des plants d’olivier autour de ta table. ” (Psaume 128:3). Que sont ces “ plants d’olivier ”, et pourquoi le psalmiste les comparait-il à des fils ?
      L’olivier a ceci de particulier que de nouvelles pousses sortent continuellement de la base de son tronc. Lorsque, en raison de son âge, le tronc principal ne produit plus autant qu’auparavant, les cultivateurs peuvent laisser plusieurs plants, ou nouvelles pousses, se développer jusqu’à devenir partie intégrante de l’arbre. Au bout d’un certain temps, trois ou quatre nouveaux troncs vigoureux entoureront celui d’origine, comme des fils autour d’une table. Ces plants issus de la même souche produisent ensemble une grande quantité d’olives.
      Cette caractéristique de l’olivier illustre bien la façon dont les fils et les filles peuvent devenir fermes dans la foi, grâce aux robustes racines spirituelles de leurs parents. En grandissant, eux aussi portent du fruit et épaulent leurs parents, qui se réjouissent de les voir servir Jéhovah à leurs côtés. — Proverbes 15:20.
      “ Il existe un espoir même pour un arbre ”
      Un père âgé qui sert Jéhovah se réjouit que ses enfants adorent Dieu. Mais quelle tristesse quand ce père finit par ‘ s’en aller par le chemin de toute la terre ’ ! (1 Rois 2:2.) La Bible nous aide à surmonter pareille douleur en nous donnant l’assurance qu’il y aura une résurrection. — Jean 5:28, 29 ; 11:25.
      Job, père de nombreux enfants, était très conscient de la brièveté de la vie, qu’il a comparée à une fleur qui se flétrit rapidement (Job 1:2 ; 14:1, 2). Job désirait la mort pour se soustraire à ses souffrances, considérant la tombe comme une cachette d’où il pourrait revenir. “ Si un homme robuste meurt, peut-il revivre ? ” a-t-il demandé. Et d’exprimer sa confiance : “ Tous les jours de ma corvée, j’attendrai, jusqu’à ce que vienne ma relève. Tu [Jéhovah] appelleras, et moi je te répondrai. Tu languiras après l’œuvre de tes mains. ” — Job 14:13-15.
      Comment Job a-t-il illustré sa conviction que Dieu le rappellerait de la tombe ? Au moyen d’un arbre, dont la description correspond apparemment à celle de l’olivier. “ Il existe un espoir même pour un arbre. Si on le coupe, il bourgeonnera encore. ” (Job 14:7). Pour peu qu’il ne soit pas déraciné, l’olivier peut effectivement être coupé sans que cela le fasse mourir. Si ses racines demeurent intactes, il repoussera avec une vigueur renouvelée.
      Même si une sécheresse prolongée dessèche profondément un vieil olivier, la souche ratatinée peut repartir. “ Si sa racine vieillit dans la terre et si sa souche meurt dans la poussière, à l’odeur de l’eau, il bourgeonnera, oui il produira une branche comme une plante nouvelle. ” (Job 14:8, 9). Job vivait dans une région aride et poussiéreuse où il avait probablement dû observer beaucoup de vieux oliviers complètement desséchés qui semblaient morts. Cependant, dès qu’arrivaient les pluies, ils revenaient à la vie, et un nouveau tronc émergeait de leurs racines “ comme une plante nouvelle ”. Cette résistance hors du commun a conduit un horticulteur tunisien à déclarer : “ Il n’est pas exagéré de dire que les oliviers sont immortels. ”
      Tout comme un cultivateur espère voir renaître ses oliviers desséchés, Jéhovah languit de ressusciter ses serviteurs. Il attend avec patience l’époque où des fidèles comme Abraham et Sara, Isaac et Rébecca, et de nombreux autres seront ramenés à la vie (Matthieu 22:31, 32). Comme il sera merveilleux d’accueillir les ressuscités et de les voir mener de nouveau une vie productive !
      L’olivier symbolique
      La miséricorde de Dieu est manifeste dans son impartialité ainsi que dans la disposition qu’est la résurrection. L’apôtre Paul s’est servi de l’olivier pour illustrer comment la miséricorde de Jéhovah s’étend aux humains indifféremment de leur race ou de leur origine. Pendant des siècles, les Juifs se sont enorgueillis d’être le peuple choisi de Dieu, “ la descendance d’Abraham ”. — Jean 8:33 ; Luc 3:8.
      Il n’était pas nécessaire d’être né au sein de la nation juive pour obtenir la faveur divine. Les premiers disciples de Jésus, cependant, étaient tous Juifs et ils ont eu le privilège de figurer parmi les premiers humains choisis par Dieu pour constituer la semence promise d’Abraham (Genèse 22:18 ; Galates 3:29). Paul les a comparés aux branches d’un olivier.
      La majorité des Juifs de naissance ont rejeté Jésus, se privant ainsi de la possibilité de faire partie du “ petit troupeau ”, ou “ Israël de Dieu ”. (Luc 12:32 ; Galates 6:16.) Ils sont devenus comme des branches d’olivier qui auraient été coupées. Qui allait prendre leur place ? En 36 de notre ère, des Gentils ont été choisis pour faire partie de la semence d’Abraham, comme si Jéhovah avait greffé des branches d’olivier sauvage sur un olivier domestique. La semence promise d’Abraham inclurait donc des gens des nations qui pouvaient désormais devenir ‘ participants de la racine de graisse de l’olivier ’. — Romains 11:17.
      Pour un cultivateur, greffer une branche d’olivier sauvage sur un olivier domestique serait impensable et “ contre nature ”. (Romains 11:24.) On lit dans La terre et le Livre (angl.) : “ Greffe le bon sur le sauvage, ont coutume de dire les Arabes, et il dominera le sauvage, mais tu ne pourras pas revenir en arrière. ” Les chrétiens d’origine juive ont été surpris lorsque Jéhovah, “ pour la première fois, s’est occupé des nations pour tirer d’entre elles un peuple pour son nom ”. (Actes 10:44-48 ; 15:14.) C’était la preuve évidente, toutefois, que la réalisation du dessein de Dieu ne dépendait pas d’une nation particulière. En effet, “ en toute nation l’homme qui le craint et pratique la justice est agréé de lui ”. — Actes 10:35.
      Paul a souligné que puisque les “ branches ” juives infidèles de l’olivier avaient été coupées la même chose pourrait arriver à toute personne qui, par orgueil ou désobéissance, perdrait la faveur de Jéhovah (Romains 11:19, 20). Cela montre sans l’ombre d’un doute que la faveur imméritée de Dieu ne devrait jamais être considérée comme définitivement acquise. — 2 Corinthiens 6:1.
      Enduire d’huile
      Les Écritures mentionnent l’utilisation de l’huile d’olive non seulement au sens littéral, mais également au sens figuré. Dans les temps anciens, les blessures et les contusions étaient “ adoucies avec de l’huile ” pour accélérer la cicatrisation (Isaïe 1:6). D’après un exemple de Jésus, le bon Samaritain a versé de l’huile et du vin sur les blessures de l’homme qu’il avait trouvé sur la route de Jéricho. — Luc 10:34.
      L’application d’huile sur la tête est rafraîchissante et relaxante (Psaume 141:5). Lorsqu’ils ont à traiter un cas de faiblesse spirituelle, les anciens peuvent ‘ enduire d’huile un membre de la congrégation, au nom de Jéhovah ’. (Jacques 5:14.) Leurs conseils bibliques pleins d’amour et leurs prières sincères en faveur de leur compagnon sont comparables à de l’huile versée sur des plaies. Détail révélateur, en hébreu, “ huile d’olive pure ” est une expression imagée qui sert à désigner un homme bon.
      “ Un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”
      Compte tenu de ce qui précède, il n’est pas surprenant que les serviteurs de Dieu puissent être comparés à des oliviers. David désirait ressembler à “ un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”. (Psaume 52:8.) Tout comme les familles israélites avaient souvent des oliviers autour de leur maison, David souhaitait être proche de Jéhovah pour produire du fruit à sa louange. — Psaume 52:9.
      Tant qu’il est resté fidèle à Jéhovah, le royaume de Juda était comme un “ olivier luxuriant, beau par le fruit et par la forme ”. (Jérémie 11:15, 16.) Mais ses habitants ont perdu leur position privilégiée lorsqu’ils ‘ ont refusé d’obéir aux paroles de Jéhovah et ont marché à la suite d’autres dieux ’. — Jérémie 11:10.
      Pour devenir comme des oliviers luxuriants dans la maison de Dieu, nous devons obéir à Jéhovah et accepter de bon gré la discipline par laquelle il nous “ taille ”, afin que nous puissions porter davantage de fruit en œuvres chrétiennes (Hébreux 12:5, 6). En outre, tout comme un olivier doit avoir de longues racines pour survivre à une période de sécheresse, nous devons fortifier nos racines spirituelles pour endurer les épreuves et la persécution. — Matthieu 13:21 ; Colossiens 2:6, 7.
      L’olivier symbolise bien le chrétien fidèle, inconnu du monde mais connu de Dieu. S’il vient à mourir dans ce système, il reviendra à la vie dans le monde nouveau à venir. — 2 Corinthiens 6:9 ; 2 Pierre 3:13.
      L’olivier, presque indestructible, qui continue de donner du fruit année après année nous rappelle la promesse de Dieu : “ Les jours de mon peuple seront comme les jours d’un arbre ; et ceux que j’ai choisis profiteront pleinement de l’œuvre de leurs mains. ” (Isaïe 65:22). Cette promesse prophétique s’accomplira dans le monde nouveau de Dieu. — 2 Pierre 3:13.


      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,289
    • Total Posts
      126,094
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,786
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Washington
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.