Jump to content

Sign in to follow this  
Guest Nicole

Hearts Get 'Younger,' Even At Middle Age, With Exercise

Recommended Posts

Guest Nicole

Eventually it happens to everyone. As we age, even if we're healthy, the heart becomes less flexible, more stiff and just isn't as efficient in processing oxygen as it used to be. In most people the first signs show up in the 50s or early 60s. And among people who don't exercise, the underlying changes can start even sooner.

"The heart gets smaller — stiffer," says Dr. Ben Levine, a sports cardiologist at University of Texas Southwestern Medical Center and director of the Institute for Exercise and Environmental Medicine at Texas Health Presbyterian Hospital, in Dallas.

Think of the heart muscle as a rubber band, Levine says. In the beginning, the rubber band is flexible and pliable. But put it in a drawer for 20 years and it will emerge dry and brittle.

"That's what happens to the heart and blood vessels," he says. And down the road, that sort of stiffness can get worse, he notes, leading to the breathlessness and other symptoms of heart failure, an inability of the heart to effectively pump blood to the lungs or throughout the body.

Fortunately for those in midlife, Levine is finding that even if you haven't been an avid exerciser, getting in shape now may head off that decline and help restore your aging heart. He and his colleagues published their recent findings in the American Heart Association's journal, Circulation.

The research team recruited individuals between the ages of 45 and 64 who were mostly sedentary but otherwise healthy.

    Hello guest!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Guest Nicole
On 19/3/2018 at 7:39 PM, Nicole said:

"The heart gets smaller — stiffer," says Dr. Ben Levine, a sports cardiologist at University of Texas Southwestern Medical Center and director of the Institute for Exercise and Environmental Medicine at Texas Health Presbyterian Hospital, in Dallas.

I didn't know this 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      I've found that in my case it is better to work out early morning.  It improves my mood, my attitude to face the day... 
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      WHEN A WHALE dies, it becomes a rotting feast for birds and sharks. If it ever happens to reach shore, it’ll likely be in terrible shape. Lucky for mammalogy technicians at the Royal Ontario Museum in Toronto, a blue whale that washed up in Newfoundland in 2014 was in good enough condition that they were able to preserve its 440-pound ticker. “Its sheer size alone accelerates decomposition, so it’s remarkable we got to salvage a heart,” says Jacqueline Miller, who led the first-of-its-kind preservation effort. It recently went on display, and Miller gave us a deep dive into how to plastinate a leviathan organ.

      https://www.wired.com/story/how-scientists-preserved-a-440-pound-blue-whale-heart/
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Being widowed, divorced or never married increases the risk of heart disease.
      Being married may reduce the risk of heart disease and cardiovascular death, a review of studies has found.
      Researchers pooled data on more than two million participants in 34 studies carried out in the United States, Britain, Japan, Russia, Sweden, Spain, Greece and eight other countries.
      They found that compared with married people, those who were unmarried — whether never married, widowed or divorced — were 42 percent more likely to have some form of cardiovascular disease and 16 percent more likely to have coronary heart disease. The unmarried also had a 43 percent increased likelihood of coronary heart disease death and a 55 percent increased risk for death from stroke. Stroke risk was increased for the unmarried and divorced, but not for the widowed.
      Read more: https://www.nytimes.com/2018/06/29/well/marriage-heart-married-divorced-single.html?rref=collection/sectioncollection/well
    • By admin
      As you grow older, arthritis may cause your knees to stiffen up. To loosen them up, simply do this excercise every morning for about ten minutes. Give it a try ?
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Exercise changes the brains and sperm of male animals in ways that later affect the brains and thinking skills of their offspring, according to a fascinating new study involving mice.
      The findings indicate that some of the brain benefits of physical activity may be passed along to children, even if a father does not begin to exercise until adulthood.
      We already have plenty of scientific evidence showing that exercise is good for our brains, whether we are mice or people. Among other effects, physical activity can strengthen the connections between neurons in the hippocampus, a crucial part of the brain involved in memory and learning. Stronger neuronal connections there generally mean sharper thinking.
      Studies also indicate that exercise, like other aspects of lifestyle, can alter how genes work — whether and when they get turned on or off, for instance — and those changes can get passed on to children. This process is known as epigenetics.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Falls are a leading cause of injury and death among older adults. In 2014, about 1 in 3 adults aged 65 and older reported falling, and falls were linked to 33,000 deaths.
      If you want to reduce the risk of falling, regular exercise may be your best bet, according to the latest recommendations from the U.S. Preventive Services Task Force.
      The influential group came to that conclusion after reviewing evidence from about 20 studies that included adults 65 and older. Half of the studies recruited people who were at a high risk of falling. When the USPSTF experts combined data from several studies, they found exercise reduced the likelihood of falls and injury related to falls.
      "There were a range of exercise interventions studied, all of which seemed to be effective," Dr. Alex Krist, vice chairperson of the USPSTF, said in an email.
      The exercise programs focused on strength and resistance training, as well as balance and gait. "They included individual and group exercises, as well as referrals to a physical therapist or participation in a class like tai chi," said Krist, who is also a professor of family medicine and population health at Virginia Commonwealth University in Richmond.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Unsurprisingly, Freeletics recommends exercise as one of the easiest and most efficient ways to bounce back from a bad day. "We know that a 20-minute bodyweight workout done at home can be just as effective as spending an evening in the gym, so there really are no more excuses not to work on a healthy body and a healthy mind," Freeletics CEO, Daniel Sobhani told Southern Living. But endorphins are a thing, so it's solid advice.
      Read the full article: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      For people with coronary heart disease, losing weight will not prolong life, a new study reports, but increasing physical activity will.
      To their surprise, Norwegian researchers found that in some coronary heart disease patients — those of normal weight — weight loss actually increased the risk for death.
      The study, in the Journal of the American College of Cardiology, included 3,307 patients followed for an average of 16 years. There were 1,493 deaths.
      Lowering body mass index by more than 0.10 in a year was associated with a 30 percent increase in the risk for death, but only in those of normal weight at the start. Weight gain was not associated with mortality.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Exercise could help to make your fat tissue healthier, which, hear me out, is a good thing.
      According to a timely new study, a single session of exercise may change the molecular workings of fat tissue in ways that, over time, should improve metabolic health.
      This finding has particular relevance during the holidays, when, despite our best intentions, so many of us add to our fat stores. Exercise might make these annual bacchanals less metabolically damaging than otherwise.
      Most of probably think of our fat tissue as inert and undesirable. But our fat is, in fact, a busy and necessary tissue, producing and sending out multiple biochemical signals that affect biological operations throughout the body.
      Fat tissue’s most important responsibility, however, is to securely store fat, and we should hope that it performs this function well. Provocative recent research in both animals and people has found that, if a person’s or animal’s fat tissue is relatively leaky, allowing fatty acids to ooze into the bloodstream, those roving fat blobs can accumulate in other tissues, particularly the muscles and liver. Once there, they contribute to the development of insulin resistance, a serious metabolic condition that often leads to diabetes.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Diners at Hearth, the newly health-conscious, 13-year-old restaurant from James Beard award-winning chef Marco Canora, may have noticed a new addition to their place settings in recent weeks. Next to plates, napkins, and utensils there are now boxes. Some are old cigar boxes, others kitschy Etsy finds — but all of them are big enough to contain a few cell phones, because the boxes are Canora’s solution to what he views as harmful cell phone addiction.
      “If there’s one time in the 24 hours in your day that’s a time to engage with the person you’re with, it makes sense to me that it’s around the dinner table,” Canora says.
      Canora isn’t personally bothered by people using their phones in his restaurant’s dining room. But, after downloading an app that tracks iPhone and iPad use, he was astonished to learn how many hours he spent connected, and began to notice how much time everyone else spends on their phones, too. And so, just as he revamped the Hearth menu to add nutrient-rich foods, Canora decided to do something to take care of his customers’ digital health.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      CNN)You've likely heard that regular exercise can reduce the risk of chronic conditions such as heart disease, diabetes or osteoporosis.
      But a growing body of research shows it may have another, more surprising effect: improving your sex life.
      In men, regular exercise appears to be a natural Viagra: It's associated with a lower risk of erectile problems.
      Read more: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      New research shows a major advantage for those who are highly active
      Date:
      May 10, 2017
      Source:
      Brigham Young University
      Summary:
      Despite their best efforts, no scientist has ever come close to stopping humans from aging. Even anti-aging creams can't stop Old Father Time. But new research reveals you may be able to slow one type of aging -- the kind that happens inside your cells. As long as you're willing to sweat.
      Despite their best efforts, no scientist has ever come close to stopping humans from aging. Even anti-aging creams can't stop Old Father Time.
      But new research from Brigham Young University reveals you may be able to slow one type of aging -- the kind that happens inside your cells. As long as you're willing to sweat.
      "Just because you're 40, doesn't mean you're 40 years old biologically," Tucker said. "We all know people that seem younger than their actual age. The more physically active we are, the less biological aging takes place in our bodies."
      The study, published in the medical journal Preventive Medicine, finds that people who have consistently high levels of physical activity have significantly longer telomeres than those who have sedentary lifestyles, as well as those who are moderately active.
      Telomeres are the protein endcaps of our chromosomes. They're like our biological clock and they're extremely correlated with age; each time a cell replicates, we lose a tiny bit of the endcaps. Therefore, the older we get, the shorter our telomeres.
      Exercise science professor Larry Tucker found adults with high physical activity levels have telomeres with a biological aging advantage of nine years over those who are sedentary, and a seven-year advantage compared to those who are moderately active. To be highly active, women had to engage in 30 minutes of jogging per day (40 minutes for men), five days a week.
      "If you want to see a real difference in slowing your biological aging, it appears that a little exercise won't cut it," Tucker said. "You have to work out regularly at high levels."
      Tucker analyzed data from 5,823 adults who participated in the CDC's National Health and Nutrition Examination Survey, one of the few indexes that includes telomere length values for study subjects. The index also includes data for 62 activities participants might have engaged in over a 30-day window, which Tucker analyzed to calculate levels of physical activity.
      His study found the shortest telomeres came from sedentary people -- they had 140 base pairs of DNA less at the end of their telomeres than highly active folks. Surprisingly, he also found there was no significant difference in telomere length between those with low or moderate physical activity and the sedentary people.
      Although the exact mechanism for how exercise preserves telomeres is unknown, Tucker said it may be tied to inflammation and oxidative stress. Previous studies have shown telomere length is closely related to those two factors and it is known that exercise can suppress inflammation and oxidative stress over time.
      "We know that regular physical activity helps to reduce mortality and prolong life, and now we know part of that advantage may be due to the preservation of telomeres," Tucker said.
      Story Source:
      Materials provided by Brigham Young University. Note: Content may be edited for style and length.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Being mistreated at work can make people take out their frustrations on loved ones at home. But a new study suggests that getting more exercise and sleep may help people better cope with those negative emotions by leaving them at work, where they belong.
      People who burned more calories on a daily basis—by doing the equivalent of a long walk or swim—were less likely to take out their anger about work issues on people they lived with, the researchers found in the new study, which was published in the Journal of Applied Psychology.
      The researchers used activity trackers to record sleep patterns and physical activity of 118 graduate students with full-time jobs. Each participant, and one person he or she lived with, also completed surveys about sleep, exercise and feelings of mistreatment at home or work.
      Previous research shows that employees who are belittled or insulted by colleagues are likely to vent their frustrations and behave angrily toward people outside of work, says study co-author Shannon Taylor, a management professor at the University of Central Florida's College of Business.
      The new study backs up this idea, but offers a bit of good news, as well: Employees who averaged more than 10,500 steps a day or burned at least 2,100 calories were less likely to mistreat their cohabitants than those who averaged fewer steps or burned fewer calories.
      The researchers even calculated the exact energy expenditure needed to protect against work-to-home emotional spillover. Burning an additional 587 calories, the equivalent of a 90-minute brisk walk or an hour-long swim for a 195-pound male, can “substantially reduce the harmful effects of workplace undermining,” they wrote.
      The findings also revealed that when employees felt they had a bad night’s sleep because of work issues, they were more likely to be grouchy at home. “When you’re tired, you’re either less able or less motivated to regulate yourself,” says co-author Larissa Barber, professor of psychology at Northern Illinois University.
      Physical activity seems to counterbalance poor sleep, Barber says, because it promotes healthy brain functions needed to properly regulate emotions and behavior. “This study suggests that high amounts of exercise can be at least one way to compensate for sleep troubles that lead to negative behaviors at home,” she says.
      Barber acknowledges that finding time to work out and get a full night’s sleep can be difficult when work pressures are mounting—and that often, job stress can directly relate to sleep quality. (Her previous research suggests that not only can a bad day at the office keep us up at night, but that poor sleep can also affect how we interpret events at work.)
      But, she says, making the effort to burn some extra calories—and blow off some steam—can be worth it. It’s not only good for you, says Taylor, but it can benefit the people you live with as well.
      “I would advise people to think of sleep and exercise from an investment perspective rather than another task on the to-do list,” Barber says. “It may seem like more work upfront, but the boost in motivation and energy can help you avoid sinking deeper into workplace stress and productivity problems.”

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • By Sammy Burke
      Losing body fat fast is a great accomplishment, and doing so without spending excessive time exercising is even better. Dr. Jade Teta, an integrative physician and fitness trainer, created a program called Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. that is designed to burn fat faster while spending much less time exercising.
      According to studies and experts, any type of exercise that helps a person burn more calories than they need in a day will cause weight loss. So what makes an exercise program like Metabolic Prime a better choice than any other regular program?
      Metabolic Prime introduces you to “Metabolic Micro-Bursts” a new exercise strategy that is short, fun, thrilling, and can be done anywhere without weights or gym equipment. These are 45-second movements that take only 15 minutes per workout session to get results.
      Metabolic Micro-Bursts moves, or Micro-Bursts for short, has been promoted by Dr. Teta as one of the most effective training methods ever to come down the pike, both for burning fat and for improving health. One of the most popular claims for Micro-Bursts is that it burns a lot more calories than conventional cardio.
      Whether you’re looking to shed a few pounds or achieve a drastic body transformation, optimizing the way your body burns calories may be beneficial. You can change your
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. to work faster just by exercising in a certain way. Most people think exercising to burn fat is simply about working out hard or long as they can. This approach may work for some people, but according to Dr. Teta, if you understand the relationship between metabolism and exercise you would know that exercise is not just about quantity, longer is not always better. Intelligent exercise provides just the right type of stimulus, in just the right amounts, to get the body to respond.
      "The Micro-bursts strategy in Metabolic Prime time warps your metabolism back to the days when you could eat and move more freely said Dr. Teta. "The special workouts reawakens the “youth genes” currently dormant inside your body and returns you to your metabolic prime".
      The first step towards getting a faster metabolism is to know what your metabolism is, how it works, and the important steps to get your metabolism burning. With the right information and guidance, it is easy to ignite your metabolism so you can get the fat loss results you want. With the Metabolic Prime System, Dr. Teta promises it’s possible to do this.
      References
      Dr. Jade Teta
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. Adrian Kellogg 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Exercise may be an effective treatment for depression and might even help prevent us from becoming depressed in the first place, according to three timely new studies. The studies pool outcomes from past research involving more than a million men and women and, taken together, strongly suggest that regular exercise alters our bodies and brains in ways that make us resistant to despair.
      Scientists have long questioned whether and how physical activity affects mental health. While we know that exercise alters the body, how physical activity affects moods and emotions is less well understood.
      Past studies have sometimes muddied rather than clarified the body and mind connections. Some randomized controlled trials have found that exercise programs, often involving walking, ease symptoms in people with major depression.
      But many of these studies have been relatively small in scale or had other scientific deficiencies. A major 2013 review of studies related to exercise and depression concluded that, based on the evidence then available, it was impossible to say whether exercise improved the condition. Other past reviews similarly have questioned whether the evidence was strong enough to say that exercise could stave off depression.
      A group of global public-health researchers, however, suspected that newer studies and a more rigorous review of the statistical evidence might bolster the case for exercise as a treatment of and block against depression.
      So for the new analyses, they first gathered all of the most recent and best-designed studies about depression and exercise.
      Then, for perhaps the most innovative of the new studies, which was published last month in Preventive Medicine, they focused on whether exercise could help to prevent someone from developing depression.
      The scientists knew that many past studies of that topic had relied on people providing reports about how much they had exercised. We human beings tend to be notoriously unreliable in our memories of past workouts, though.
      So the researchers decided to use only past studies that had objectively measured participants’ aerobic fitness, which will rise or fall depending on whether and how much someone exercises. Participants’ mental health also had to have been determined with standard testing at the start and finish of the studies, and the follow-up time needed to have been at least a year and preferably longer.
      Ultimately, the researchers found several large-scale past studies that met their criteria. Together, they contained data on more than 1,140,000 adult men and women.
      Among these million-plus people, the links between fitness and mental health turned out to be considerable. When the researchers divided the group into thirds, based on how aerobically fit they were, those men and women with the lowest fitness were about 75 percent more likely to have been given diagnoses of depression than the people with the greatest fitness. The men and women in the middle third were almost 25 percent more likely to develop depression than those who were the most fit.
      In a separate study (some of the scientists were involved in each of the reviews), researchers looked at whether exercise might be useful as a treatment for depression. In that analysis, which was published in June in the Journal of Psychiatric Research, they pooled data from 25 past studies in which people with clinically diagnosed depression began some type of exercise program. Each study had to include a control group that did not exercise and be otherwise methodologically sophisticated.
      The pooled results persuasively showed that exercise, especially if it is moderately strenuous, such as brisk walking or jogging, and supervised, so that people complete the entire program, has a “large and significant effect” against depression, the authors wrote. People’s mental health tended to demonstrably improve if they were physically active.
      The final review offers some hints about why. Published in February in Neuroscience and Biobehavioral Reviews, it took on the difficult issue of what happens within our bodies during and after exercise that might affect and improve our moods. The researchers analyzed 20 past studies in which scientists had obtained blood samples from people with major depression before and after they had exercised. The samples on the whole indicated that exercise significantly reduced various markers of inflammation and increased levels of a number of different hormones and other biochemicals that are thought to contribute to brain health.
      But the researchers also caution that most of the physiological studies they reviewed were too small and short-term to allow for firm conclusions about how exercise might change the brain to help fight off gloom.
      Still, the three reviews together make a sturdy case for exercise as a means to bolster mental as well as physical health, said Felipe Barreto Schuch, an exercise scientist at the Centro Universitário La Salle in Canoas, Brazil, who, with Brendon Stubbs, a professor at King’s College in London, was a primary author on all of the reviews.
       
      Many more experiments are still needed to determine the ideal amounts and types of exercise that might help both to prevent and treat depression, Dr. Schuch said.
      But he encouraged anyone feeling overwhelmed by recent events, or just by life, to go for a run or a bike ride. “The main message” of his and his colleagues’ reviews, he said, “is that people need to be active to improve their mental health.”

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      It’s long been thought that certain over-the-counter and prescription anti-inflammatory drugs, such as ibuprofen and naproxen, are safer than other pain-relievers. However, a new study found that these drugs actually might not be that great for your kidneys and heart when used long-term.
      Non-steroidal anti-inflammatory drugs (NSAIDS), such as Advil and Motrin, are commonly used to relieve joint pain and headaches, and are also used in higher doses for people with chronic pain. A certain type of NSAID — COX-2 inhibitors — were originally found to increase the risk of heart attack and stroke, while also being easier on the stomach, Timereports. As a result, two COX-2 inhibitors were removed from the market, with only celecoxib (or Celebrex) remaining.
      Yet, a new study in the New England Journal of Medicine found that celecoxib doesn’t cause more heart events than ibuprofen and naproxen. In fact, celecoxib may actually lead to fewer kidney problems, according to the study’s lead author Dr. Steven Nissen, of the Cleveland Clinic:
      “I would have never guessed these results. The whole world has been saying for a decade now that if you must take an NSAID, you probably ought to take naproxen because it’s the safest. We just don’t see that in these results. In almost every measure, ibuprofen looks worse, naproxen is intermediate and celecoxib is the best.”
      The heart risks associated with ibuprofen and naproxen don’t necessarily apply to those who just use them as short-term fixes, according to the study. So at this time, there’s no need to toss your ibuprofen or naproxen if you only use them every once in a while.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Exercise may aid in weight control and help to fend off diabetes by improving the ability of fat cells to burn calories, a new study reports. It may do this in part by boosting levels of a hormone called irisin, which is produced during exercise and which may help to turn ordinary white fat into much more metabolically active brown fat, the findings suggest.
      Irisin (named for the Greek goddess Iris) entered the scientific literature in 2012 after researchers from Harvard and other universities published a study in Nature that showed the previously unknown hormone was created in working muscles in mice. From there, it would enter the bloodstream and migrate to other tissues, particularly to fat, where it would jump-start a series of biochemical processes that caused some of the fat cells, normally white, to turn brown.
      Brown fat, which is actually brown in color, burns calories. It also is known to contribute to improved insulin and blood sugar control, lessening the risk for Type 2 diabetes. Most babies, including human infants, are plump with brown fat, but we humans lose most of our brown fat as we grow up. By the time we are adults, we usually retain very little brown fat.
      In the 2012 study, the researchers reported that if they injected irisin into living mice, it not only turned some white fat into brown fat, it apparently also prevented the rodents from becoming obese, even on a high-fat, high-calorie diet.
      But in the years since, some scientists have questioned whether irisin affects fat cells in people to the same extent as it seems to in mice — and even whether the hormone exists in people at all.
      A study published last year in Cell Metabolism by the same group of researchers who had conducted the first irisin study, however, does seem to have established that irisin is produced in humans. They found some irisin in sedentary people, but the levels were much higher in those who exercise often.
      But whether irisin acted beneficially in human fat cells the same way as it did in the bodies and cells of mice was still an open and disputed question.
      So for the new study, which was published in August in the American Journal of Physiology — Endocrinology and Metabolism, researchers at the University of Florida turned to white fat tissue from women who had undergone breast reduction surgery at the university hospital (with permission) and also to a very small amount of brown fat from people who had had surgery to treat kidney cancer. Most of our meager stores of brown fat cluster around our kidneys.
      The researchers, who had previously studied irisin’s effects in mice, had a form of the human hormone available and now set out to marinate the fat cells with it, using three different dosages.
      Some of the white fat cells that they treated were mature, while others were baby cells, essentially stem cells that could grow into fat or other types of tissue. They also bathed the brown fat with irisin.
      All of the cells were soaked with the hormone for four days.
      Throughout, the scientists checked the levels of a protein called UCP1 that is known to contribute to the browning of white fat, as well as for other biochemical markers that would indicate that the white cells were browning.
      They found such markers, particularly in the cells that were exposed to moderate or high doses of irisin. Those cells soon began to produce significantly more UCP1 than other cells and also were more metabolically active, meaning that, in the body, they would burn calories.
      At the same time, many of the stem cells in the fat tissue exposed to irisin ceased being fat cells and instead became a type of cell that matures into bone. The tissue treated with irisin, in fact, wound up with about 40 percent fewer mature fat cells than tissue untouched by the hormone.
      Irisin had no effects on brown fat.
      The results strongly indicate that irisin nudges human white fat to become brown and also suppresses the formation of new white fat, says Li-Jun Yang, a professor of hematopathology at the University of Florida and senior author of the study (which was funded by the scientists themselves). It also seems to promote the formation of bone.
      “I think this study helps us to understand how, at a cellular level, exercise makes us healthier,” Dr. Yang says.
      But these were living cells, not living bodies, and the effects of irisin in actual people still need to be established, she says, especially since many studies have shown that exercise rarely results in significant weight loss. Scientists also do not know what types of exercise lead to the greatest production of irisin or what amount of irisin might be ideal for health purposes.
      Dr. Yang hopes to conduct studies of the hormone in people.
      But even now, the science related to irisin is compelling enough, she says, that “my advice is, exercise as much as you can. We know it’s healthy and now we’re beginning to understand better why.”

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      FRIDAY, Aug. 26, 2016 (HealthDay News) -- Couch potatoes have a higher risk of developing dementia in old age, a new study reports.
      Seniors who get little to no exercise have a 50 percent greater risk of dementia compared with those who regularly take part in moderate or heavy amounts of physical activity, the researchers found.
      Moderate physical activity can include walking briskly, bicycling slower than 10 miles an hour, ballroom dancing or gardening, according to the U.S. Centers for Disease Control and Prevention.
      "It doesn't require intensive physical activity to decrease risk of dementia," said senior researcher Dr. Zaldy Tan. He is medical director of the Alzheimer's and Dementia Care Program at University of California, Los Angeles. "Even moderate amounts are fine."
      Study participants aged 75 or older gained the most protective benefit from exercise against the onset of dementia, the findings showed.
      "The message here is that you're never too old to exercise and gain benefit from it," Tan said. "These patients derive the most benefit from exercise because they are the ones who are at the age of greatest risk for dementia."
      Brain scans of participants showed those who exercise are better able to withstand the effects of aging on the brain, the study authors said.
      With age, the brain tends to shrink. But people who regularly exercised tended to have larger brain volumes than those who were sedentary, Tan and his colleagues found.
      The new study involved about 3,700 participants in the Framingham Heart Study, a federally funded health research project begun in 1948. All were 60 and older.
      Researchers measured how often the participants exercised, and tracked them over a decade. During the study, 236 people developed dementia.
      To see how physical activity might have affected dementia risk, the researchers broke the study population down into fifths that ranged from sedentary to highly active.
      The one-fifth containing the most sedentary people were 50 percent more likely to develop dementia than the other four-fifths, the investigators found. In other words, even a little exercise helped.
      The research team also compared physical activity to brain scans taken of about 2,000 study participants, and found a direct connection between exercise and brain size as people aged. Those who worked out had more total brain volume.
      There are several theories why exercise might help brain health. Increased blood flow caused by physical activity might "beef up" the brain, increasing its volume and promoting the growth of additional neurons, said Dr. Malaz Boustani. He is research director of the Healthy Aging Brain Center at the Indiana University Center for Aging Research and a spokesman for the American Federation for Aging Research.
      "Physical exercise might end up leading to increased density of the connections between the neurons and create alternative pathways for signals" that might otherwise be impeded due to age-related brain shrinkage, he added.
      Boustani likened this process to a street system in a city. The more alternative routes are available to drivers, the less likely it is that a blockage on one street will lead to a city-wide traffic jam.
      Exercise also promotes secretion of helpful brain chemicals such as brain-derived neurotrophic factor (BDNF). Tan explained that "BDNF actually encourages the growth of new neurons, and the preservation of those we already have."
      Heather Snyder, senior director of medical and scientific operations for the Alzheimer's Association, said that the true answer is likely a combination of factors related to exercise.
      "It's likely there are multiple benefits, and they all funnel together," Snyder said.
      According to Boustani, these results support other studies that have shown an association between exercise and protection against dementia, but clinical trials aimed at proving a definite link have so far been disappointing.
      "When we take it to the next step and start doing experiments, randomizing patients to physical exercise versus no physical exercise and see if that will protect their brain, the story becomes a little bit muddy and unclear," he said.
      Regardless, Boustani said he prescribes moderate intensity physical exercise to his patients as one way to preserve their brain health -- 5,000 steps a day for about a month, increasing to 10,000 steps over time.
      "Given that there's no harm, and there's a possible benefit to the brain that hasn't been fully explained, I work with my patients and their families to help improve their physical activity," he said.
      The findings were published online recently in Journals of Gerontology: Medical Sciences.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      MONDAY, April 18, 2016 (HealthDay News) -- Sticking to a moderate or intense exercise regimen may improve a man's odds of surviving prostate cancer, a new study suggests.
      The American Cancer Society study included more than 10,000 men, aged 50 to 93, who were diagnosed between 1992 and 2011 with localized prostate cancer -- meaning it had not spread beyond the gland. The men provided researchers with information about their physical activity before and after their diagnosis.
      Men with the highest levels of exercise before their diagnosis were 30 percent less likely to die of their prostate cancer than those who exercised the least, according to a team led by Ying Wang, senior epidemiologist at the cancer society's epidemiology research program.
      More exercise seemed to confer an even bigger benefit: Men with the highest levels of exercise after diagnosis were 34 percent less likely to die of prostate cancer than those who did the least exercise, the study found.
      The findings were to be presented Monday at the annual meeting of the American Association for Cancer Research, in New Orleans.
      While the study couldn't prove cause-and-effect, "our results support evidence that prostate cancer survivors should adhere to physical activity guidelines, and suggest that physicians should consider promoting a physically active lifestyle to their prostate cancer patients," Wang said in an AACR news release.
      The researchers also examined the effects of walking as the only form of exercise. They found that walking for four to six hours a week before diagnosis was also associated with a one-third lower risk of death from prostate cancer. But timing was key, since walking aftera diagnosis was not associated with a statistically significant lower risk of death, the study authors said.
      "The American Cancer Society recommends adults engage in a minimum of 150 minutes of moderate or 75 minutes of vigorous physical activity per week," Wang said, and "these results indicate that following these guidelines might be associated with better prognosis."
      Two experts in prostate cancer care said the findings shouldn't come as a big surprise.
      "Physical activity helps all aspects of health," said Dr. Elizabeth Kavaler, a urology specialist at Lenox Hill Hospital in New York City. "This study reinforces that a healthy lifestyle, including exercise, is one of the few aspects of post-cancer outcome that a patient can control."
      Dr. Manish Vira, of Northwell Health's Smith Institute for Urology, in New Hyde Park, N.Y., agreed.
      The study "adds to the growing body of evidence that regular exercise is associated with better prostate cancer outcomes," he said. "Multiple studies have shown improvements in other cancers as well, including breast, colon and lung cancer."
      "Regular exercise improves patients' cardiovascular health, quality of life, and likely, their overall ability to fight disease," Vira added.
      Wang stressed that further research is needed to see if the findings might differ by patient age at diagnosis, weight or smoking.
      More information
      The U.S. National Cancer Institute has more about prostate cancer.
      SOURCES: Elizabeth Kavaler, M.D., urology specialist, Lenox Hill Hospital, New York City; Manish Vira, M.D., vice chair, urologic research, Northwell Health's The Arthur Smith Institute for Urology, New Hyde Park, N.Y.; American Association for Cancer Research, news release, April 18, 2016
       
      Source: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      “ APPROCHEZ-VOUS DE DIEU, ET IL S'APPROCHERA DE VOUS”,
       
      “ APPROCHEZ-VOUS de Dieu, et il s’approchera de vous ”, a écrit le disciple Jacques (Jacques 4:8). “ L’intimité avec Jéhovah appartient à ceux qui le craignent ”, a chanté le psalmiste David (Psaume 25:14). Manifestement, Jéhovah Dieu veut que nous entrions dans son intimité. Cela dit, tous ceux qui adorent Dieu et obéissent à ses lois ne se sentent pas forcément proches de lui.
      Et vous ? Avez-vous des liens personnels étroits avec Dieu ? Sans aucun doute souhaitez-vous être encore plus proche de lui. Comment donc cultiver l’intimité avec Dieu ? Comment cela se traduit-il ? Nous trouvons des réponses à ces questions dans le troisième chapitre du livre des Proverbes.
      Manifestons la bonté de cœur et la fidélité
      Salomon, roi de l’Israël antique, commence le troisième chapitre des Proverbes par ces mots : “ Mon fils, n’oublie pas ma loi, et que ton cœur observe mes commandements, car longueur de jours, années de vie et paix te seront ajoutées. ” (Proverbes 3:1, 2). Rédigés sous l’inspiration divine, ces conseils paternels viennent donc en réalité de Jéhovah Dieu et s’adressent à nous. Nous sommes exhortés ici à nous conformer aux rappels de Dieu (sa loi, ou enseignement, et ses commandements) consignés dans la Bible. Si nous le faisons, “ longueur de jours, années de vie et paix [nous] seront ajoutées ”. Effectivement, il est possible dès maintenant de connaître une vie paisible et de nous garder des activités qui nous exposeraient au danger d’une mort prématurée, laquelle est souvent le sort des malfaiteurs. De plus, nous pouvons entretenir l’espérance de vivre éternellement dans un monde nouveau de paix. — Proverbes 1:24-31 ; 2:21, 22.
      Salomon poursuit : “ Que bonté de cœur et fidélité ne te quittent pas. Attache-les à ta gorge. Écris-les sur la tablette de ton cœur, et ainsi trouve faveur et bonne perspicacité aux yeux de Dieu et de l’homme tiré du sol. ” — Proverbes 3:3, 4.
      Le mot original traduit par “ bonté de cœur ” peut aussi être rendu par “ amour fidèle ” et contient les notions de fidélité, de solidarité et de loyauté. Sommes-nous déterminés à rester attachés à Jéhovah quoi qu’il advienne ? Avons-nous de la bonté de cœur dans nos relations avec nos compagnons chrétiens ? Faisons-nous ce qu’il faut pour rester proches d’eux ? Quand nous les côtoyons quotidiennement, gardons-nous ‘ la loi de la bonté de cœur sur notre langue ’ même dans des situations tendues ? — Proverbes 31:26.
      Abondant en bonté de cœur, Jéhovah est “ prêt à pardonner ”. (Psaume 86:5.) Si nous nous sommes repentis de nos péchés passés et que désormais nous fassions des sentiers droits pour nos pieds, nous sommes assurés que “ des époques de rafraîchissement ” viendront d’auprès de Jéhovah (Actes 3:19). Ne devrions-nous pas imiter notre Dieu en pardonnant à d’autres leurs fautes ? — Matthieu 6:14, 15.
      Étant “ le Dieu de vérité ”, Jéhovah exige la “ fidélité ” de la part de ceux qui recherchent son intimité (Psaume 31:5). Pouvons-nous vraiment espérer que Jéhovah soit notre Ami si nous menons une double vie, en ayant un certain comportement en présence de nos compagnons chrétiens et un autre hors de leur présence, comme les “ hommes faux ” qui cachent qui ils sont (Psaume 26:4) ? Quelle aberration ce serait, puisque “ toutes choses sont nues et mises à découvert aux yeux ” de Jéhovah ! — Hébreux 4:13.
      Comme à un collier inestimable ‘ attaché à notre gorge ’, il nous faut accorder de la valeur à la bonté de cœur et à la fidélité, car elles nous aident à ‘ trouver faveur aux yeux de Dieu et de l’homme tiré du sol ’. Nous devons non seulement manifester ces qualités extérieurement, mais aussi les graver ‘ sur la tablette de notre cœur ’, c’est-à-dire les intégrer à notre personnalité.
      Cultivons une confiance absolue en Jéhovah
      Le roi sage poursuit : “ Mets ta confiance en Jéhovah de tout ton cœur et ne t’appuie pas sur ton intelligence. Dans toutes tes voies tiens compte de lui, et lui, il rendra droits tes sentiers. ” — Proverbes 3:5, 6.
      Jéhovah mérite assurément que nous lui fassions totalement confiance. Il est le Créateur, “ vigoureux en force ” et Source de “ l’énergie vive ”. (Isaïe 40:26, 29.) Il est capable de mener à bien tout ce qu’il a décidé. D’ailleurs, son nom même, qui signifie littéralement “ Il fait devenir ”, nous inspire confiance en sa capacité de réaliser ce qu’il a promis. “ Il est impossible que Dieu mente ” : il est donc le modèle suprême en matière de vérité (Hébreux 6:18). Sa qualité dominante est l’amour (1 Jean 4:8). Il est “ juste dans toutes ses voies et fidèle dans toutes ses œuvres ”. (Psaume 145:17.) Si nous ne pouvons pas faire confiance à Dieu, à qui nous fier ? Bien sûr, pour cultiver la confiance en lui, nous devons ‘ goûter et voir que Jéhovah est bon ’ en mettant en pratique ce que nous apprenons dans la Bible et en réfléchissant au bien que cela apporte. — Psaume 34:8.
      Comment ‘ tenir compte de Jéhovah dans toutes nos voies ’ ? Le psalmiste inspiré dit : “ Je méditerai sur toute ton action, et je veux m’intéresser à tes manières d’agir. ” (Psaume 77:12). Dieu étant invisible, pour cultiver l’intimité avec lui il est indispensable de méditer sur ses actions grandioses et sur ses manières d’agir envers ses serviteurs.
      La prière est également un moyen essentiel de tenir compte de Jéhovah. Le roi David appelait Jéhovah “ tout au long du jour ”. (Psaume 86:3.) Il priait souvent la nuit, comme lorsqu’il était un fugitif dans le désert (Psaume 63:6, 7). “ Priez en toutes circonstances, en esprit ”, a exhorté l’apôtre Paul (Éphésiens 6:18). Quelle est la fréquence de nos prières ? Aimons-nous entretenir avec Dieu une communication personnelle et fervente ? Face à des situations éprouvantes, lui demandons-nous son aide ? Avant de prendre des décisions importantes, recherchons-nous sa direction en le priant ? Nos prières sincères à Jéhovah nous font aimer de lui. En outre, nous avons l’assurance qu’il écoutera notre prière et ‘ rendra droits nos sentiers ’.
      Quelle absurdité ce serait de ‘ nous appuyer sur notre intelligence ’ ou sur celle de personnes en vue dans ce monde alors que nous pouvons avoir une entière confiance en Jéhovah ! “ Ne deviens pas sage à tes propres yeux, dit Salomon. Au contraire, crains Jéhovah et détourne-toi du mal. Que cela devienne guérison pour ton nombril et rafraîchissement pour tes os. ” (Proverbes 3:7, 8). Nos actions, nos pensées et nos sentiments devraient toujours être gouvernés par la crainte salutaire de déplaire à Dieu. Cette crainte révérencielle nous empêche de faire ce qui est mauvais et, spirituellement, elle guérit et revigore.
      Donnons le meilleur de nous-mêmes à Jéhovah
      De quelle autre manière nous approcherons-nous de Dieu ? “ Honore Jéhovah de tes choses de valeur et des prémices de tous tes produits ”, recommande le roi (Proverbes 3:9). Honorer Jéhovah signifie le tenir en haute estime et l’exalter publiquement par notre participation et notre soutien matériel à la proclamation de son nom. Les choses de valeur dont nous honorons Jéhovah sont notre temps, nos talents, nos forces et nos biens. Elles doivent être nos prémices, ce que nous avons de meilleur. La façon dont nous utilisons nos ressources personnelles ne devrait-elle pas refléter notre détermination à ‘ continuer à chercher d’abord le royaume et la justice de Dieu ’ ? — Matthieu 6:33.
      Celui qui honore Jéhovah de ses choses de valeur ne reste pas sans récompense. “ Alors tes dépôts de vivres seront remplis d’abondance, assure Salomon, et tes cuves déborderont de vin nouveau. ” (Proverbes 3:10). Même si en soi la prospérité spirituelle n’entraîne pas la prospérité matérielle, l’emploi généreux de nos ressources pour honorer Jéhovah nous vaut de grandes bénédictions. Pour Jésus, faire la volonté de Dieu était une “ nourriture ” qui lui donnait de la vigueur (Jean 4:34). De la même façon, nous sommes ‘ nourris ’ en prêchant le Royaume et en faisant des disciples à la gloire de Jéhovah. Si nous persévérons dans cette œuvre, nos dépôts de vivres spirituels seront remplis d’abondance. Notre joie, figurée par le vin nouveau, débordera.
      Nous comptons aussi sur Jéhovah et le prions pour avoir suffisamment de nourriture chaque jour, n’est-ce pas (Matthieu 6:11) ? En réalité, tout ce que nous possédons nous vient de notre Père céleste plein d’amour. Jéhovah nous ajoutera des bénédictions dans la mesure où nous employons nos choses de valeur à sa louange. — 1 Corinthiens 4:7.
      Acceptons la discipline de Jéhovah
      Signalant l’importance de la discipline pour atteindre à l’intimité avec Jéhovah, le roi d’Israël nous donne ce conseil : “ Ne rejette pas, ô mon fils, la discipline de Jéhovah, et n’aie pas son blâme en aversion, car celui que Jéhovah aime, il le reprend, comme un père reprend le fils en qui il prend plaisir. ” — Proverbes 3:11, 12.
      Cela dit, la discipline n’est pas forcément facile à accepter. “ Toute discipline [...] ne semble pas, pour le présent, être une joie, mais une peine, a écrit l’apôtre Paul ; plus tard cependant elle rapporte à ceux qu’elle a formés un fruit de paix, c’est-à-dire la justice. ” (Hébreux 12:11). Le blâme et la discipline sont des aspects nécessaires de la formation qui nous rapproche de Dieu. La correction que Jéhovah nous administre, que ce soit par l’intermédiaire de nos parents, de la congrégation chrétienne ou de notre méditation sur les Écritures lors de notre étude individuelle, est une expression de l’amour qu’il nous porte. Ayons la sagesse de bien la prendre.
      Saisissons la sagesse et le discernement
      Le roi Salomon insiste ensuite sur l’importance de la sagesse et du discernement pour cultiver des relations étroites avec Dieu. Il déclare : “ Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, et l’homme qui obtient le discernement, car mieux vaut l’avoir comme gain que d’avoir comme gain de l’argent, et mieux vaut l’avoir comme produit que d’avoir de l’or. [...] Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent, et ceux qui la tiennent ferme, il faut les proclamer heureux. ” — Proverbes 3:13-18.
      Puis il ajoute quelque chose qui nous sensibilise à la manifestation de sagesse et de discernement dont la magnifique création de Jéhovah porte l’empreinte : “ Jéhovah lui-même avec sagesse a fondé la terre. Il a solidement fixé les cieux avec discernement. [...] Mon fils, qu’elles ne s’éloignent pas de tes yeux. Préserve la sagesse pratique et la capacité de réflexion, et elles seront vie pour ton âme et charme pour ta gorge. ” — Proverbes 3:19-22.
      La sagesse et le discernement sont des qualités qui viennent de Dieu. Non contents de les cultiver, gardons-les en ne nous relâchant jamais dans notre étude assidue des Écritures ni dans la mise en pratique de ce que nous apprenons. “ Alors tu marcheras en sécurité sur ton chemin, dit Salomon, et ton pied ne heurtera rien. Quand tu te coucheras, tu ne ressentiras aucun effroi ; oui, tu te coucheras et ton sommeil sera vraiment agréable. ” — Proverbes 3:23, 24.
      Nous pouvons bel et bien marcher en sécurité et dormir l’esprit en paix tout en attendant l’arrivée, comparable à celle d’un voleur, du jour de la “ destruction subite ” qui fondra sur le monde méchant de Satan (1 Thessaloniciens 5:2, 3 ; 1 Jean 5:19). Soyons sûrs que, même durant la grande tribulation imminente, ‘ nous n’aurons pas à craindre une chose redoutable, soudaine, ni la tempête sur les méchants, parce qu’elle vient. Car Jéhovah lui-même sera vraiment notre confiance et, à coup sûr, il gardera notre pied de la capture ’. — Proverbes 3:25, 26 ; Matthieu 24:21.
      Faisons le bien
      “ Ne refuse pas le bien à ceux à qui il est dû, recommande Salomon, chaque fois qu’il est au pouvoir de ta main de le faire. ” (Proverbes 3:27). Faire le bien à d’autres, c’est notamment puiser généreusement dans nos ressources en leur faveur, ce qui revêt de nombreux aspects. Toutefois, en ce “ temps de la fin ”, la meilleure chose que nous puissions faire pour notre prochain n’est-elle pas de l’aider à nouer une relation étroite avec le vrai Dieu (Daniel 12:4) ? C’est donc le moment, maintenant, d’avoir du zèle pour prêcher le Royaume et faire des disciples. — Matthieu 28:19, 20.
      Le roi sage énumère également des pratiques à bannir : “ Ne dis pas à ton semblable : ‘ Va, et reviens, et demain je donnerai ’, alors que tu as quelque chose chez toi. Ne trame rien de mal contre ton semblable, alors qu’il habite près de toi avec un sentiment de sécurité. Ne te querelle pas sans raison avec un homme, s’il ne t’a pas fait de mal. Ne porte pas envie à l’homme de violence et ne choisis aucune de ses voies. ” — Proverbes 3:28-31.
      Résumant la raison de ces conseils, Salomon dit : “ Car l’homme plein de détours est chose détestable pour Jéhovah, mais Son intimité est avec les hommes droits. La malédiction de Jéhovah est sur la maison du méchant, mais il bénit la demeure des justes. S’il s’agit de moqueurs, il s’en moquera, mais il témoignera de la faveur aux humbles. L’honneur, voilà ce que posséderont les sages, mais les stupides exaltent le déshonneur. ” — Proverbes 3:32-35.
      Si nous voulons entrer dans l’intimité de Jéhovah, ne tramons pas de projets tortueux ou malfaisants (Proverbes 6:16-19). Nous n’aurons la faveur et la bénédiction de Jéhovah que si nous faisons ce qui est droit à ses yeux. Il pourra même nous arriver alors de recevoir des honneurs inattendus lorsque d’autres remarqueront que nous agissons en accord avec la sagesse divine. Bannissons donc les voies pleines de détours du monde méchant et violent où nous vivons. Ayons une conduite droite et cultivons l’intimité avec Jéhovah !


      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      PERLES SPIRITUELLES  GENÈSE CHAPITRES  42 - 43
       
      Restons unis dans l'amour en tout temps
      Vous estimez être assez grand pour rentrer tard les soirs du week-end, mais vos parents exigent que vous soyez là de bonne heure.
      Vous voulez aller voir le nouveau film dont tous vos camarades parlent, mais vos parents vous l’interdisent.
      Vous avez rencontré des jeunes sympathiques et vous aimeriez sortir avec eux, mais vos parents veulent d’abord faire leur connaissance.
      EN TANT qu’adolescent, vous avez parfois l’impression d’étouffer sous la coupe de vos parents. À chaque fois que vous exprimez un désir, il semble que la réponse qui s’ensuit inévitablement soit: “Non, ce n’est pas possible.” Une jeune fille apporte son témoignage: “Lorsque je suis devenue adolescente, mes parents se sont mis à m’imposer des tas de restrictions, comme le fait de ne pas rentrer après minuit. J’avais horreur de ça.”
      Aucun de vos mouvements ne semble échapper au regard inquisiteur de vos parents. Billy, 18 ans, se plaint de l’attitude de son père: “Il me demande d’où vient mon argent et où je le dépense. Puisque je le gagne moi-même, je crois que c’est à moi de décider de son usage.” Déborah, 15 ans, a le même sujet de plainte: “Mon père veut toujours savoir où je suis et à quelle heure je vais rentrer. La plupart des parents agissent ainsi. Faut-il qu’ils soient au courant de tout? Ils devraient me laisser plus libre.”
      Mais soyons honnêtes. La plupart des jeunes parviennent à agir à leur guise, au moins une bonne partie du temps, et vous ne faites sans doute pas exception à la règle. Mais, à certains moments peut-être, vos parents semblent oublier que vous avez grandi, et au lieu de vous traiter comme un adolescent, ils agissent avec vous comme avec un petit enfant. D’où vient ce besoin irrésistible qu’ils ont de vous protéger?
      Vous avez sans doute compris depuis longtemps que cette tendance protectrice allait en général de pair avec le rôle de parents. Quand papa et maman ne sont pas occupés à pourvoir à vos besoins matériels, ils se démènent souvent pour vous instruire, vous former et vous protéger. De plus, si vos parents sont chrétiens, ils prennent au sérieux le commandement biblique qui leur enjoint de vous “élever dans la discipline et l’éducation mentale de Jéhovah”. (Éphésiens 6:4.) L’intérêt qu’ils vous portent est donc loin d’être occasionnel. Ils sont responsables devant Dieu de la manière dont ils vous élèvent, et lorsqu’une chose semble menacer votre bien-être, ils s’inquiètent.
      Considérez l’exemple des parents de Jésus Christ. Après un séjour à Jérusalem, ils rentrèrent chez eux sans être suivis par Jésus. Quand ils s’aperçurent de son absence, ils se mirent à le chercher avec empressement, et même avec affolement, pendant trois jours! Lorsque enfin “ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des enseignants, les écoutant et les interrogeant”, sa mère s’exclama: “Mon enfant, pourquoi as-tu agi ainsi avec nous? Vois! ton père et moi, nous te cherchons tout angoissés.” (Luc 2:41-48). Si les parents de Jésus étaient tout angoissés, songez au nombre de fois où vos parents doivent s’inquiéter à votre sujet.
      D’autre part, si vos parents sont si enclins à vous protéger, c’est aussi parce que la vision qu’ils ont de vous, de vos amis et du monde qui nous entoure est probablement très différente de la vôtre. Comme l’a souligné un jour Salomon, les jeunes sont pleins de force et d’énergie (Proverbes 20:29). Ils voient dans le monde maintes occasions d’utiliser et de développer leurs capacités. Mais ce faisant, ils ne font pas toujours preuve d’un très bon jugement, car ils sont “inexpérimentés” et manquent de “sagacité”. (Proverbes 1:4.) Les adultes ont peut-être moins de vigueur, mais bien souvent ils voient le monde avec les yeux de l’expérience. Ils connaissent bien les pièges et les dangers de la vie et veulent vous aider à ‘écarter le malheur’. — Ecclésiaste 11:10.
      Prenez par exemple cet éternel conflit au sujet de l’heure à laquelle vous devez rentrer. Vous ne voyez peut-être aucune raison d’être soumis à des restrictions dans ce domaine. Mais avez-vous déjà essayé de voir les choses du point de vue de vos parents? C’est ce qu’a tenté de faire les livres ( Les jeunes s'interrogent volumes 1 et 2), un ouvrage écrit pour les jeunes d’âge scolaire. Les jeunes gens de nos jours reconnaissent: “Nous savons que les parents s’inquiètent et se fâchent quand leurs enfants ne rentrent pas à l’heure fixée.”
      Ces jeunes ont établi une liste de tout ce que “les parents peuvent imaginer quand leurs enfants ne sont pas rentrés à l’heure”. On y trouve toutes sortes de choses. Ils pensent que ‘leur enfant se drogue, qu’il a eu un accident de voiture, qu’il traîne dans un jardin public, qu’il s’est fait arrêter, qu’il est allé voir un film pornographique, qu’il vend de la drogue, qu’il s’est fait agresser ou violer, qu’il a été emprisonné ou encore qu’il est en train de déshonorer le nom de la famille’.
      De prime abord, cela paraît presque amusant que des parents tirent des conclusions aussi hâtives. “Jamais je ne ferais ce genre de choses”, affirmerez-vous avec fierté. Mais n’est-il pas vrai que beaucoup de jeunes, peut-être même parmi vos camarades de classe, commettent certaines de ces actions? Devriez-vous donc rejeter le point de vue de vos parents qui estiment que rentrer tard et avoir de mauvaises compagnies vous seraient nuisibles? D’ailleurs, même les parents de Jésus tenaient à être informés de ses allées et venues.
      Comprenez le point de vue de vos parents
      Certes, toutes les restrictions que vous imposent vos parents ne sont peut-être pas aussi raisonnables. Certains jeunes vont jusqu’à dire que l’inquiétude qu’ont leurs parents à leur égard frôle la paranoïa. Mais cela s’explique. La Bible nous relate le cas d’un jeune homme du nom de Benjamin qui devait se rendre en Égypte avec ses frères. Quelle fut la réaction de son père? La Bible précise: “Mais Jacob n’envoya pas Benjamin, frère de Joseph, avec ses autres frères, car il disait: ‘Sans cela, il pourrait lui arriver un accident mortel.”’ — Genèse 42:4.
      Or Benjamin était adulte; il avait plus de 30 ans. Il aurait pu facilement s’irriter d’être traité ainsi. Après tout, pourquoi un “accident mortel” le menacerait-il davantage que ses dix autres frères? Cependant, il semble qu’il comprit les sentiments de son père. Benjamin était le second fils de Rachel, la femme préférée de Jacob. Elle était morte en le mettant au monde (Genèse 35:17, 18). On peut donc imaginer à quel point Jacob devait être attaché à son fils. De plus, Jacob croyait à tort que Joseph, l’autre fils qu’il avait eu de Rachel, avait disparu dans un “accident mortel”. Bien qu’elle ne fût pas entièrement rationnelle, la réaction de Jacob était cependant compréhensible.
      De même, il peut arriver par moments que vos parents semblent trop en faire pour vous protéger. Mais n’oubliez pas qu’ils ont “investi” en vous beaucoup de temps, d’énergie et d’affection. À l’idée que vous grandissez et que vous finirez par les quitter, ils se sentent peut-être mal à l’aise ou très inquiets*. Le commentaire suivant le prouve: “Mon enfant unique, mon fils, a 19 ans aujourd’hui et je supporte difficilement l’idée de le voir s’en aller.”
      En effet, quand ils vous voient grandir, vos parents se rendent compte douloureusement qu’ils commencent à vieillir et que leur rôle de parents semble toucher à sa fin (bien que ce ne soit pas vraiment le cas). Une autre personne a déclaré: “Au début, on pense qu’on a vécu sa vie et qu’on est bon à mettre au rebut.”
      Voilà pourquoi certains parents ont tendance à se montrer extrêmement possessifs ou à protéger à l’excès leurs enfants. Mais vous commettriez une grave erreur si vous réagissiez avec violence devant une telle situation. Une jeune femme se souvient: “Jusqu’à l’âge de 18 ans, j’étais très proche de ma mère. (...) Mais après, nous avons commencé à avoir des problèmes. Au fur et à mesure que je grandissais, je voulais être plus indépendante et ma mère pensait que cela nuisait à nos relations. De son côté, elle resserrait son emprise sur moi et j’ai réagi en m’éloignant encore davantage. Je comprends maintenant que j’avais ma part de torts.” Il est bien préférable d’essayer de ‘se mettre à la place d’autrui’ et de comprendre nos parents (I Pierre 3:8). Une jeune fille du nom de Catherine explique qu’en agissant ainsi elle a ‘appris à manifester plus de considération envers ses parents’.
      Vous aussi, vous agirez bien si vous manifestez davantage de considération envers vos parents et essayez de cultiver une compréhension mutuelle. N’oubliez pas que tous les parents ne s’inquiètent pas de leurs enfants au point de veiller à leur bien-être. Soyez donc heureux d’avoir des parents qui se soucient de vous. C’est la preuve qu’ils vous aiment.
      La vraie repentance rend possible la miséricorde
      Joseph occupait donc une position enviable. La vie des habitants de l’Égypte, dont celle de Potiphar et de sa femme, était entre ses mains. Mais elle n’était pas menacée. Joseph avait déjà démontré qu’il était un homme miséricordieux et clément et qu’il n’était pas rancunier et ne cherchait pas à se venger. Cependant, sa miséricorde allait être sérieusement mise à l’épreuve. Cela arriva quand la famine s’étendit sur toute la terre et que toutes sortes de peuples vinrent en Égypte pour chercher du grain. Un jour, alors que Joseph s’acquittait de ses responsabilités et pourvoyait avec compassion à la nourriture des peuples affamés et des Égyptiens, ses dix demi-frères se présentèrent à lui et se prosternèrent la face contre terre. Joseph se rappela immédiatement les rêves qu’il avait faits à ce sujet, mais, bien qu’il les eût reconnus, il ne se fit pas connaître d’eux et leur parla uniquement par l’entremise d’un interprète. Comment allait-il agir envers eux ? Après plus de vingt ans, l’heure de leur jugement était arrivée. Étant donné qu’ils n’avaient pas manifesté la moindre pitié, ils méritaient un jugement impitoyable. Agissant en tant que représentant de Jéhovah, Joseph ne pouvait pas transgresser les lois divines de justice. Cependant, il n’était pas rancunier et il allait devoir rendre compte à Dieu de la façon dont il les traiterait. C’est pourquoi, influencé par la sagesse d’en haut, il les mit à l’épreuve. — Gen. 41:53 à 42:8.
      Leur parlant durement, Joseph accusa ses demi-frères d’être des espions. Quand ils protestèrent de leur innocence et lui dirent qu’ils étaient tous fils d’un seul homme et qu’un de leurs frères était resté avec leur père, il lia Siméon devant eux et leur dit qu’il resterait emprisonné jusqu’à ce qu’ils reviennent avec leur autre frère. Bouleversés, les demi-frères de Joseph manifestèrent une attitude tout à fait repentante ; ils acceptèrent ce malheur comme un châtiment venant de Dieu, “car, se dirent-ils, nous avons vu, la détresse de son âme [de Joseph], quand il nous suppliait d’avoir compassion, mais nous n’avons pas écouté”. Joseph, qui les entendait, bien qu’ils n’en soient pas conscients, fut très ému ; il s’éloigna d’eux et se mit à pleurer. Toutefois, leur épreuve n’était pas terminée. Il ne devait subsister aucun doute quant à la sincérité de leur repentir. Ayant fait remplir leurs réceptacles de grain, Joseph fit remettre secrètement leur argent dans leurs sacs et les renvoya chez eux, alors qu’il gardait Siméon. — Gen. 42:9-28.
      Finalement, quand ils n’eurent plus de céréales, ils durent redescendre en Égypte. Mais ils avaient été avertis de ne pas se présenter devant le préposé à la nourriture en Égypte à moins d’amener leur frère avec eux. Craignant de perdre le seul fils qui lui restait de sa femme bien-aimée Rachel depuis qu’il avait perdu Joseph, Jacob refusait toujours de le laisser aller. Finalement, il n’y eut plus d’autre solution. Juda se porta garant pour lui. Quand ils se présentèrent devant Joseph et que celui-ci vit Benjamin, son propre frère, il ne put se contenir. Ses émotions intimes s’étant ravivées pour son frère, il alla dans une chambre intérieure où il donna libre cours à ses larmes. Ensuite, il soumit ses demi-frères à une dernière épreuve. Par ruse, il fit croire que Benjamin avait volé sa coupe d’argent très précieuse. Il ordonna donc que Benjamin reste pour être son esclave et que les autres retournent dans la maison de leur père. Affligés et le cœur brisé parce qu’ils savaient que la perte de Benjamin, le fils bien-aimé de Jacob, ferait descendre les cheveux gris de leur père dans la tombe, ils supplièrent Joseph de leur rendre Benjamin. Finalement, quand Juda s’offrit volontairement à prendre la place de Benjamin, Joseph n’arriva plus à se dominer. Alors, en pleurant, il se fit connaître à ses frères, en disant : “Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour l’Égypte. Mais à présent, ne soyez pas peinés et ne soyez pas irrités contre vous-mêmes, de m’avoir vendu pour ici ; car c’est pour la préservation de la vie que Dieu m’a envoyé en avant de vous.” Sur l’ordre de Pharaon, Joseph fit en sorte que Jacob, son père, et toute sa maisonnée, viennent en Égypte où ils reçurent la meilleure partie du pays. — Gen. 42:29 à 47:31.
      Debout lors du jugement avec une vie de miséricorde derrière soi
       L’étendue et la qualité de la miséricorde de Joseph sont mises en évidence par les circonstances dans lesquelles elle a été exercée. Il a été cruellement traité, voire menacé de mort, par ses demi-frères, il a été accusé faussement et avec ruse par la femme de Potiphar, celui-ci a agi durement envers lui en le faisant injustement emprisonné, et le chef des échansons, qu’il avait encouragé avec compassion, l’oublia avec ingratitude. Malgré cela, Joseph ne songea nullement à se venger quand il en eut le pouvoir. Bien au contraire, avec amour et une considération profonde et sincère, il veilla à satisfaire leurs besoins, étendant sa compassion jusqu’à la maison de son père et à tous les membres de la nation égyptienne. Joseph n’a certainement pas cultivé cette qualité seulement après qu’il eut été élevé à une position qui lui conférait honneur et puissance. Au contraire, la miséricorde que Jéhovah témoigna à Joseph durant ses épreuves en le protégeant, en le soutenant et en le rassurant, est un témoignage de l’attitude clémente et miséricordieuse qu’il a dû garder pendant tout ce temps. Cela paraît tout à fait certain à en juger par la règle suivante énoncée par Jésus : “Heureux les miséricordieux, puisqu’il leur sera fait miséricorde.” (Mat. 5:7). Cette attitude de Joseph ressemble beaucoup à celle de Jésus qui, sur le poteau de supplice où il allait mourir, déclara : “Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font”, ou à celle d’Étienne qui, alors qu’il était lapidé à mort, s’écria : “Jéhovah, ne leur compte pas ce péché.” (Luc 23:34 ; Actes 7:60). La miséricorde dont chacun de ces hommes témoigna dans ces différents cas fut récompensée.
      Cela n’indique-t-il pas clairement que nous avons tout intérêt à nous montrer miséricordieux ? Paul nous certifie que “chacun de nous rendra compte à Dieu pour soi-même”. (Rom. 14:12.) Qu’il est réconfortant de savoir que “la miséricorde, triomphante, se glorifie aux dépens du jugement” ! Que ce soit aujourd’hui, dans un moment critique, ou lors du Jour du Jugement, qui approche rapidement (II Pierre 3:7), quand il s’agira de rendre compte pour nous-mêmes à Dieu et à Jésus Christ, le Juge qu’il a établi, notre situation dépendra entre autres choses de la miséricorde que nous aurons témoignée au cours de notre vie passée. C’est par conséquent l’obéissance au commandement de Jésus nous ordonnant d’aimer en toutes circonstances qui nous aidera à mener une vie riche en miséricorde, contribuant ainsi à la louange de Jéhovah et à la paix dans l'assemblées.
      À leur arrivée dans le pays, ils furent réunis à Siméon et, à leur grande surprise, ils furent tous invités à manger avec l’administrateur des vivres. Quand Joseph arriva, ils lui offrirent un cadeau, se prosternèrent devant lui et, après avoir répondu à ses questions au sujet de leur père, s’inclinèrent de nouveau. Quand Joseph vit Benjamin, son frère, une émotion si vive s’empara de lui qu’il s’éloigna et se laissa aller aux larmes. Après cela il fut capable de maîtriser ses sentiments et il ordonna qu’on serve le repas du midi. Les 11 frères furent placés à une table pour eux selon leur âge, et Benjamin reçut des portions cinq fois plus grosses que les autres. Probablement Joseph éprouvait-il ainsi ses frères pour voir s’ils n’étaient pas encore animés de quelque jalousie cachée. Mais ils ne donnèrent aucun signe d’un tel état d’esprit. — Gn 43:15-34.
      Comme la fois précédente, Joseph ordonna qu’on remette l’argent de chacun dans son sac (Gn 42:25) et, en plus, il commanda qu’on place sa coupe d’argent dans celui de Benjamin. Après qu’ils se furent mis en route, Joseph les fit rattraper et accuser d’avoir volé sa coupe d’argent. Peut-être pour leur faire prendre conscience de toute la valeur que revêtait cet objet à ses yeux et de la gravité du délit qu’ils étaient censés avoir commis, l’homme qui était au-dessus de la maison de Joseph avait pour consigne de leur dire : “ N’est-ce pas là l’objet dans lequel boit mon maître et au moyen duquel il lit habilement les présages ? ” (Gn 44:1-5). Toute cette mise en scène faisant partie d’une ruse, il n’y a évidemment pas lieu de penser que Joseph se servait vraiment de cette coupe d’argent pour lire les présages. Apparemment, Joseph souhaitait se faire passer pour l’administrateur d’un pays dans lequel le vrai culte n’était pas pratiqué.
      Grande dut être la consternation des frères de Joseph lorsque la coupe fut trouvée dans le sac de Benjamin. Les vêtements déchirés, ils retournèrent chez Joseph et se prosternèrent devant lui. Joseph déclara qu’à l’exception de Benjamin ils étaient tous libres de partir. Mais ils ne voulurent pas, ce qui montra qu’ils n’avaient plus cette envie qui les avait poussés, quelque 22 ans auparavant, à vendre leur frère. Avec éloquence, Juda supplia en leur faveur et proposa de prendre la place de Benjamin pour que leur père ne meure pas de chagrin en ne le voyant pas revenir. — Gn 44:6-34.
      Joseph révèle son identité. Profondément touché par la supplication de Juda, Joseph ne put se dominer plus longtemps. Il ordonna à tous les étrangers de sortir, puis il révéla son identité à ses frères. Il ne nourrissait pas d’animosité à leur égard, même s’ils l’avaient grandement maltraité auparavant. Il leur dit : “ Maintenant, ne soyez pas peinés et ne soyez pas en colère contre vous-mêmes, de m’avoir vendu pour ici ; car c’est pour la préservation de la vie que Dieu m’a envoyé en avant de vous. Car ceci est la deuxième année de la famine au milieu de la terre, et il y a encore cinq ans durant lesquels il n’y aura ni période de labour ni moisson. Dieu m’a donc envoyé en avant de vous afin de mettre, pour vous, sur la terre, un reste et vous garder en vie en vous faisant échapper d’une grande manière. Ainsi donc, ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici, mais c’est le vrai Dieu. ” (Gn 45:1-8). Le pardon de Joseph était sincère, car il pleura contre ses frères et les embrassa tous.
      Soyons ferme et unie avec notre famille charnelle et spirituelle car l'unité et l'amour est basé sur un pardon mutuelle et constant. Elle garde nos relations avec les autres dans une joie constante et épanouie.
      Soyons heureux de vivre tous unie même dans les épreuves de la vie, car Jéhovah est notre bouclier et notre force pour toujours.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Gardons notre coeur fort dans la foi jusqu'aux jour de Dieu
       
      Imaginez un avion de petite taille pris dans le mauvais temps. Le pilote perd ses repères au sol. Des nuages épais l'environnent, et l'empêchent de voir plus loin que son pare-brise. Pourtant, il est certain arriver à bon port. Pourquoi est-il si confiant?
      Grâce à la précision de ses instruments de bord, il est en mesure de naviguer au travers des nuages ou d'atterrir dans l'obscurité. Sur sa route, et surtout à l'approche de l'aérodrome, des balises électroniques le guident, et il reste en contact radio avec la tour de contrôle.
      De façon assez similaire, nous pouvons regarder l'avenir avec confiance, quand bien même les conditions mondiales s'assombrissent de jour en jour. Notre vol à travers le système corrompu de ce monde est plus long que prévu, mais nous pouvons être sûr de nous trouver sur la bonne voie et d'arriver en temps et en heure qui nous aie prévu. Si nous en sommes persuadés, c'est par ce que les conseils que nous recevons nous donnent une vue ensemble plus perçante que l'oeil humain.
      La paroles de Dieu est une lumière pour notre sentier, et elle est digne de foi, rendant sage l'inexpérimenté. (Psaumes 19:17 ; 119:105)
      Telle une balise qui indique au pilote la bonne trajectoire, la bible nous expose ce que l'avenir nous réserve et nous fournit des instructions claires pour nous mener à la bonne destination. Mais cette direction divine ne nous sera profitable que si nous nous montrons confiants.
      Dans sa lettre aux hébreux, Paul a exhorté les chrétiens d'origine juive à retenir ferme jusqu'à la fin la confiance qu'ils avaient eu au commencement de leur apprentissage . (Hébreux 3:14) Si elle n'est pas maintenue ferme, notre confiance peut être ébranlée. Comment garder confiance en Jéhovah jusqu'à la fin?
      Cultivons notre foi
      Si un pilote est capable de naviguer sans visibilité, avec seulement les recours de ses instruments de bord et en contact radio, c'est parce qu'il a derrière lui une formation adapté à toutes situations et sa formation spéciale de départ qui fut sur de longue période d'heure de vol de pratique et former par des hommes expériences à ses côtés. De même un serviteur de Dieu à constamment besoin d'exercer sa foi de manière à garder confiance dans les direction de Jéhovah, surtout si les circonstances deviennent difficiles. L'apôtres Paul a écrit: " Parce que nous avons ce même esprit de foi que celui dont il est écrit:" J'ai exercé la foi, c'est pourquoi j'ai parlé; donc, nous exerçons la foi, c'est pourquoi nous parlons. (2Corinthiens 4:13). Ainsi en parlant autour de nous de la bonne nouvelles que Dieu nous a donné, nous exerçons notre foi véritable et nous l'affermissons.
      Voici une belle expérience de foi au temps de la seconde guerre mondiale.
      Magdalena, qui a passé quatre ans dans un camp concentration pendant la seconde guerre mondiale, sait l'importance de la prédication. " Maman m'a appris que pour garder une foi forte , dit-elle, il faut absolument s'intéresser au bien être spirituel des gens. Pour vous donner une idée, je me souviens de notre sortie du camp de Ravensbrück. Nous sommes arrivées chez nous un vendredi, physiquement exténuées. Eh bien, figurez vous que deux jour plus tard, le dimanche, nous sommes allées prêcher de maison en maison avec nos frères et soeurs. Je suis sûr d'une chose: quand on s'efforce d'aider les autres à voir confiance dans les promesse de Dieu, ces promesses deviennent plus réelles pour nous." (Actes 5:42) 
      Pour garder une confiance ferme et inébranlable jusqu'à la fin, il faut s'investir dans d'autres activités spirituelles. L'étude individuelle est une source de force car elle nous aide à puiser en profondeur l'essence de notre foi et Jéhovah nous transmet cette foi quand nous le faisons avec joie véritable venant d'un coeur entier. Imitons l'exemple de Béreens en examinant minutieusement les Écritures chaque jour. Cela nous aidera à "avoir la pleine certitude de l'espérance dans les moments difficiles et nous guidera vers une santé pour passer les tribulations avenir jusqu'à la fin."( Hébreux 6:11 ; Actes 17:11) L'étude individuelle, il est vrai que cela demande du temps et de la volonté.
      En gardant un rythme soutenu à cette volonté, nous seront des imitateurs de ceux qui, grâce à la foi et à la patience, hériteront de la promesse de notre Créateur Jéhovah.
      Confiant et bâtissons notre expérience 
      Évidemment, la confiance d'un pilote en ses intruments ne tient pas uniquement à la formation reçue. Elle est dictée par l'expérience. De même, notre confiance en Jéhovah grandit quand nous constatons dans notre vie qu'il se soucie de nous avec amour. C'est parce qu'il en avait fait l'expérience que Josué a pu rapeller ceci aux Israélites: Vous savez bien de tout votre coeur et de tout âme que pas une parole n'a faillit de toutes les bonnes paroles que vous a dites Jéhovah votre Dieu. Toutes se sont réalisées pour vous.-(Josué23:14). Jéhovah nous guide toujours dans le bonne direction.
      Les mauvaises compagnies peuvent nous faire dévier du droit chemin
      Sous l'effet du vent, un avion de petite taille peut facilement dévier si sa trajectoire n'est pas corrigée. De même, les chrétiens d'aujourd'hui subissent constamment des influences extérieures. Nous vivons dans un monde aux pensées charnelles, où les valeurs spirituelles sont facilement tournées en ridicule, et où l'argent et les plaisirs sont largement mis en avant scène. Paul à fait savoir à Timothé que les derniers jours seraient "difficiles à supporter"(2Timothé 3:1-5) Le monde actuel souhaitent être acceptés et bien en vus, les adolescents se laissent particulièrement influencer par les mauvaises compagnies. (2Timothé 2:22)
      Quel que soit notre âge, nous côtoyons forcément des gens qui critiquent nos croyances. D'aucun trouveront à leur réflexion une certaine finesse, mais aux yeux de Dieu elles sont physique et non spirituelles (1 Corinthiens 2:14) Aux jours de Paul, les sceptiques, des philosophes imprégnés de la sagesse propre au monde, propageaient des enseignements qui ont peut être amené certains serviteurs de Corinthe à perdre la foi en la résurrection. (1 Corinthiens 15:12) "Ne vous laissez pas tromper. Les mauvaises fréquentation font perdre les bonne habitudes." ( 1 Corinthiens 15:33) 
      À l'inverse, les bonnes compagnies nous affermissent sur le plan spirituel. Dans l'assemblée chrétienne, nous sommes à même de côtoyer des personnes qui vivent leur foi. Cela est essentiel à notre cheminement et garde notre relation avec Dieu de manière ordonnée et privilégie une relation d'amitié avec Dieu constante et forte.
      Foi et condition de coeur qui approuve nos valeurs chrétienne 
      Pour que la confiance en Jéhovah s’installe en nous, il est important que notre cœur soit touché. Certes, “ la foi est l’attente assurée de choses qu’on espère, la démonstration évidente [ou “ preuve convaincante ”, note] de réalités que pourtant on ne voit pas ”. (Hébreux 11:1.) Toutefois, nous ne serons convaincus qu’à condition d’y mettre notre cœur (Proverbes 18:15 ; Matthieu 5:6). C’est la raison pour laquelle l’apôtre Paul a dit que “ la foi n’est pas le bien de tous ”. — 2 Thessaloniciens 3:2.
      Comment rester réceptifs à toutes les preuves convaincantes dont nous disposons ? En cultivant les qualités spirituelles, qualités qui enrichissent et stimulent la foi. Pierre nous exhorte à ‘ fournir à notre foi la vertu, la connaissance, la maîtrise de soi, l’endurance, l’attachement à Dieu, l’affection fraternelle et l’amour ’. (2 Pierre 1:5-7 ; Galates 5:22, 23.) En revanche, si nous sommes égocentriques ou si notre service pour Jéhovah n’est que symbolique, est-il bien raisonnable de croire que notre foi grandira ?
      Avant de lire la Parole de Jéhovah et afin de la mettre en pratique, Ezra “ avait préparé son cœur ”. (Ezra 7:10.) Mika, lui aussi, a montré que son cœur était touché : “ Mais pour moi, c’est Jéhovah que je guetterai. Je veux rester dans l’attente du Dieu de mon salut. Mon Dieu m’entendra. ” — Mika 7:7.
      C’est avec la même patience que Magdalena, déjà citée, attend Jéhovah (Habaqouq 2:3). “ Nous avons déjà le paradis spirituel, dit-elle. La prochaine étape, le Paradis terrestre, viendra en son temps. En attendant, des centaines de milliers de personnes s’ajoutent à la grande foule. C’est merveilleux de voir tant de gens rejoindre l’organisation de Dieu. ”
      Regardons vers le Dieu de notre salut
      Pour garder fermement confiance jusqu’à la fin, il faut exercer notre foi et écouter attentivement les conseils que Jéhovah et son organisation nous donnent. Cela en vaut vraiment la peine. Quelle satisfaction pour un pilote, au terme d’un vol long et pénible, de redescendre et de sortir enfin de la masse nuageuse ! Devant nous se déroule une campagne verte et hospitalière. La piste de l’aérodrome est là, au-dessous, prête à l’accueillir.
      Des moments exaltants nous attendent, nous aussi. Notre monde sinistre, mauvais, fera place à une nouvelle terre de justice. Un magnifique accueil nous sera réservé. Nous pourrons arriver à bon port si nous suivons les paroles du psalmiste : “ Tu es mon espoir, ô Souverain Seigneur Jéhovah, ma confiance depuis ma jeunesse. (...) En toi est ma louange, constamment. ” — Psaume 71:5, 6.
      Cultivons la foi qui surpasse toutes pensées.

       
       

      · 1 reply
    • Mararm

      Buenos días desde México!
      · 2 replies
    • Eric Ouellet

      LA DOUCEUR UN PRÉMICE EN NOTRE ÊTRE POUR RÉSISTER CONTRE TOUTES ÉPREUVES
       
      DEVONS-NOUS faire face à des changements en ce moment ? AVONS-NOUS du mal à les accepter ? La plupart d’entre nous ont vécu ou vivront des changements. Des exemples de serviteurs du passé peuvent nous aider à identifier des qualités qui nous seront utiles.

      Prenons l'exemple de David, qui a dû faire face à de nombreux changements. Il était un jeune berger quand Samuel l’a oint comme futur roi. Alors qu’il n’était qu’un garçon, il s’est porté volontaire pour combattre le géant philistin Goliath (1 Sam. 17:26-32, 42). Le jeune David a été invité à vivre à la cour du roi Saül et a été nommé chef de l’armée. David n’aurait jamais pu imaginer tous ces changements, ni ce qui allait se produire après.
      Les relations entre David et Saül sont devenues extrêmement tendues (1 Sam. 18:8, 9 ; 19:9, 10). Pour échapper à la mort, David a été obligé de vivre plusieurs années en fugitif. Même durant son règne sur Israël, sa situation a radicalement changé, surtout après qu’il a commis l’adultère et, pour tenter de couvrir son péché, il commit un meurtre par sa décision de mettre son grand guerrier en avant de l'affront, pour avoir sa femme et camouflé son action grave. À cause de ses fautes, il a subi des malheurs dans sa famille, tels que la rébellion de son fils Absalom (2 Sam. 12:10-12 ; 15:1-14). Néanmoins, après s’être repenti, il a été pardonné par Jéhovah et a retrouvé sa faveur auprès de Dieu.
      Notre situation aussi peut changer. Des problèmes de santé, financiers ou familiaux — ou même nos propres actions — entraînent des changements dans notre vie. Quelles qualités nous aideront à être mieux préparés à les affronter ?
      Le rôle de l’humilité
      L’humilité implique d’être disposé à se soumettre. La vraie humilité nous permet de nous voir comme nous sommes réellement et de voir les autres comme ils sont. En ne minimisant pas les qualités et les réussites des autres, nous apprécierons davantage leur personnalité et leurs actions. En outre, l’humilité nous aide à comprendre pourquoi une situation survient et à y faire face.
      Jonathân, le fils de Saül, est un bon exemple sous ce rapport. Des événements dont il n’était pas maître ont changé sa vie. Lorsque Samuel a annoncé à Saül que Jéhovah lui enlèverait le royaume, il n’a pas dit que Jonathân le remplacerait (1 Sam. 15:28 ; 16:1, 12, 13). Le choix de Dieu de faire de David le prochain roi d’Israël écartait Jonathân DE CETTE FONCTION ROYAL. La désobéissance de Saül a eu, d’une certaine manière, un effet négatif sur son fils. Même s’il ne portait aucune responsabilité, Jonathân ne succéderait pas à son père (1 Sam. 20:30, 31). Comment a-t-il réagi ? A-t-il gardé du ressentiment en raison de cette occasion manquée, devenant jaloux de David ? Non. Même s’il était bien plus âgé et plus expérimenté, il a fidèlement soutenu David (1 Sam. 23:16-18). L’humilité l’a aidé à voir qu'il avait la bénédiction divine ; il ne pensait pas de lui-même plus qu’il ne fallait penser ’. (Rom. 12:3.) Il a compris ce que Jéhovah attendait de lui et a accepté, La décision de Jéhovah.
      Évidemment, nombre de changements engendrent des difficultés. À un certain point, Jonathân était en relation avec deux hommes proches de lui. L’un était son ami David, le futur roi désigné par Jéhovah. L’autre était son père Saül, qui avait été rejeté par Jéhovah mais qui régnait encore sur Israël. S’efforcer de garder la faveur divine dans ces conditions a dû occasionner à Yonathân une tension émotionnelle. Les changements que nous vivons peuvent nous causer de l’inquiétude et de la crainte intérieure. Mais si nous essayons de comprendre le point de vue de Jéhovah, nous serons en mesure de continuer à le servir fidèlement tout en affrontant ces changements.
      L’importance de la modestie
      La modestie implique d’être conscient de ses limites. Il ne faut pas confondre modestie et humilité. Une personne humble n’a pas forcément une pleine conscience de ses limites.
      David était modeste. Même si Jéhovah l’avait choisi pour être roi, il a dû attendre des années avant de monter sur le trône. La Bible ne dit pas qu’il a reçu une explication de la part de Jéhovah pour ce retard apparent. Cependant, la situation, qui aurait pu le contrarier, ne l’a pas perturbé. Il était conscient de ses limites et comprenait que Jéhovah, qui permettait cela, maîtriserait les choses en temps et lieux. Ainsi, même pour sauver sa propre vie, il n’a pas voulu tuer Saül, et il a empêché son compagnon Abishaï de le faire. — 1 Sam. 26:6-9.
      Il peut se produire dans notre assemblée  une situation que nous ne comprenons pas ou qui, à notre avis, n’est pas gérée de la manière la plus conforme ou la plus organisée. Reconnaîtrons-nous modestement que Jésus est le Chef de l'assemblée et qu’il agit par le moyen du collège des anciens établi à notre tête ? Serons-nous modestes, sachant que, pour conserver sa faveur, nous devons attendre que Jéhovah dirige les choses par Jésus Christ ? Attendrons-nous avec modestie, même si c’est difficile ? — Prov. 11:2.
      La douceur de caractère aide à être positif
      La douceur est liée à l’humilité et à la modestie, mais elle englobe également la bonté de coeur. Bien qu’elle soit difficile à acquérir, nous devrions nous efforcer de la cultiver. La Bible déclare en effet que les doux de caractère hériteront de la terre . (Mat. 5:5.) Une personne douce de caractère peut croître spirituellement, car elle se laisse enseigner, modeler et guider par Jéhovah en suivant les pas de Jésus Christ notre modèle par excellence.
      Comment la douceur de caractère peut-elle nous aider à nous adapter à de nouvelles étapes de notre vie ? Nous avons probablement constaté que beaucoup ont tendance à voir les changements de manière négative. En réalité, ceux-ci peuvent se révéler des occasions d’être davantage formés par Jéhovah. C’est ce qui ressort de la vie de Moïse.
      À 40 ans, Moïse possédait déjà d’excellentes qualités. Il s’était montré sensible aux besoins du peuple de Dieu et avait manifesté l’esprit de sacrifice (Héb. 11:24-26). Toutefois, avant que Jéhovah lui demande de faire sortir Israël d’Égypte, il a dû passer par des changements qui ont affiné sa douceur de caractère. Il a fallu qu’il s’enfuie d’Égypte, et qu’il vive en Madiân pendant 40 ans, travaillant dans l’ombre comme simple berger. Quel a été le résultat ? Ce changement l’a rendu meilleur (Nomb. 12:3). Il a appris à faire passer les intérêts spirituels avant les siens.
      Pour illustrer la douceur de caractère de Moïse, examinons ce qui est arrivé lorsque Jéhovah a déclaré qu’il voulait rejeter le peuple désobéissant et faire des descendants du prophète une nation puissante (Nomb. 14:11-20). Moïse a intercédé en faveur du peuple. Ses paroles montrent que ce qui lui tenait à cœur, c’était la réputation de Dieu et le bien de ses frères, non ses propres intérêts. Il fallait quelqu’un de doux pour assumer son rôle de chef et de médiateur. Miriam et Aaron ont murmuré contre lui ; pourtant, Moïse était “ de beaucoup le plus doux de caractère de tous les hommes ”, précise la Bible (Nomb. 12:1-3, note, 9-15). Il semble qu’il a supporté leurs critiques avec douceur. Comment les choses auraient-elles tourné s’il n’avait pas été doux de caractère ?
      Une autre fois, l’esprit de Jéhovah s’est posé sur certains hommes, les faisant prophétiser. Josué, l’assistant de Moïse, a eu le sentiment que ces Israélites agissaient mal. Étant doux de caractère, Moïse, lui, a vu les choses comme Jéhovah les voyait, et n’a pas eu peur de perdre son autorité (Nomb. 11:26-29). S’il n’avait pas été doux de caractère, aurait-il accepté cette nouvelle disposition de Jéhovah ?
      La douceur de caractère a permis à Moïse d’exercer correctement la grande autorité et le rôle que Dieu lui avait confiés. En effet, Jéhovah l’avait invité à monter sur le mont Horeb et à représenter le peuple. Il lui avait parlé par un ange et l’avait nommé médiateur de l’alliance. La douceur de caractère de Moïse l’a aidé à accepter ce changement important et à demeurer dans la faveur immérité de Dieu.
      Et nous ? La douceur de caractère est indispensable à notre croissance spirituelle. Tous ceux qui ont reçu des responsabilités et une certaine autorité au sein du peuple de Dieu doivent la manifester. Une telle douceur nous empêche d’agir avec orgueil face aux changements et nous permet de les gérer avec le bon état d’esprit. Notre réaction est importante. Accepterons-nous le changement ? Le considérerons-nous comme une occasion de nous améliorer ? Ce pourrait être une occasion unique de cultiver la douceur !
      Nous devrons toujours faire face à des changements dans notre vie. Parfois, il n’est pas facile de comprendre pourquoi un événement se produit. À cause de nos limites et du stress, nous pouvons avoir du mal à garder une vision spirituelle des choses. Cependant, des qualités comme l’humilité, la modestie et la douceur de caractère nous aideront à accepter les changements et à demeurer dans la faveur immérité de Dieu. La douceur triomphe devant toutes épreuves.

      · 0 replies
  • Topics

  • Posts

  • Forum Statistics

    • Total Topics
      62,703
    • Total Posts
      121,060
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,636
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Chris111
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.