Jump to content
The World News Media

La vida de Marilín, una cubana Testigo de Jehová que ha hecho de todo para sobrevivir


Guest Nicole

Recommended Posts

  • Guest
Guest Nicole

Si algo conoce Marilín Jiménez Bouchereau, y de cerca, es dejar el pellejo para salir adelante: es mujer, negra, oriental, no tiene una carrera universitaria y tampoco suficiente dinero como para guardar en el banco. Por si fuera poco, ha sufrido el rechazo y la discriminación por ser Testigo de Jehová, una combinación no apta para personas que teman meterle el pecho a la vida.

Ella es una verdadera «Mariana». En Cuba se le dice así a esa mujer heredera del espíritu de Mariana Grajales, esposa de Marcos Maceo, progenitora de una estirpe gloriosa de la historia nacional y patriota cuyo valor y fuerza de carácter le hizo ganar el epíteto de «Madre de todos los cubanos».

Generalmente se les llama así a las féminas obrera, campesina, Heroína del Trabajo, investigadora, científica, dirigente, todas vinculadas de alguna manera al sector estatal… y aunque Marilín nunca saldrá en la televisión o en el periódico, y su conmovedora historia jamás será convertida en ondas radiofónicas, ella tiene de sobra para considerarse una verdadera Mariana.

Leer más: 

    Hello guest!

Screen Shot 2018-08-19 at 9.22.41 PM.png

Link to post
Share on other sites

  • Views 512
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Popular Days

Posted Images

  • Similar Content

    • Guest Indiana
      By Guest Indiana
      Manuel era carpintero en una empresa estatal; lo despidieron por ser Testigo de Jehová y hoy vende escobas caminando por las calles de la ciudad de Santiago de Cuba.
      En una ocasión Héctor y otros tres hermanos estuvieron predicando por las lomas de Juan González cuando fueron detenidos por la policía y tuvieron que pasar un día entero encerrados en un calabozo…
      A los Testigos de Jehová les ha perseguido el estigma de “contrarrevolucionarios”, se les han dicho oprobios por no entender su decisión de no someterse a transfusiones de sangre, y pocos han sido tolerantes con su convicción de no cantar el himno nacional o saludar enseñas.
      A la pequeña Claudia le obligaron a cantar una canción dedicada a Fidel Castro, y nadie entendía por qué ella no debía hacerlo. Con ocho años de edad, solo atinó a correr tan rápido como sus delgadas piernas le permitieron. Su madre luego tuvo que ir a la escuela a explicar, y no faltaron las miradas despectivas de los profesores. Al final, todos estuvieron de acuerdo con dejar pasar esa “falta”.  
      La vida de los Testigos de Jehová en Cuba es un largo camino de incomprensiones y maltratos, algunos dicen que de tozudez en tiempo de discriminación. Poca tolerancia encuentran, para no hablar de aceptación, en un mundo donde casi todo se define en escala de grises y un país en que las etiquetas abundan.
      Marilín Jiménez Bouchereau es una santiaguera de las que conoció la verdad, como dicen ellos, pero bien caro le costó ese momento por el que siente tanto orgullo. Ella y su esposo residen en la zona de Juan González, en el municipio de Guamá, un lugar donde vivir mella la cordura por estar a la merced de las irregularidades del transporte y el abasto de agua.
      La historia familiar de esta mujer ha estado marcada, en diferentes momentos, por el rechazo, particularmente cuando en 2012 el huracán Sandy arrancó el techo de su vivienda y no encontró el apoyo estatal que merecía por ser, ante todo, una cubana.
      Según estadísticas del sitio web Testigos de Jehová por todo el mundo, en Cuba existen 95 031 miembros de esta denominación cristiana, agrupados en 1503 congregaciones.
      El dato revela que para una población de 11 480 000 cubanos, la proporción de Testigos de Jehová es de 1 por cada 121 habitantes.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Desde que está al aire hace dos años JW Broadcasting, es visitada mensualmente por 10 millones de personas.
       
      Los testigos de Jehová tienen dos récords mundiales: La página web más traducida del mundo, Jw.org en 750 idiomas, y La Atalaya, la revista de mayor tiraje mundial (42 millones de ejemplares mensuales), seguida de la Despertad (41 millones/mes).
      Desde aquel lejano 1879 cuando nació revista La Torre del Vigía, conocida después como La Atalaya, hasta la sorprendente Broadcasting o la página web en 750 idiomas, los testigos de Jehová obedeciendo el mandato bíblico de “predicar las buenas nuevas del Reino…”, han utilizado todos los medios tecnológicos disponibles.
      En esta nota no nos ocuparemos de temas doctrinales. Simplemente relataremos cómo esta organización ha adaptado la tecnología del siglo XXI a su propósito.
      Su interés se centra en quienes asistentes a las reuniones de congregación, asambleas regionales o internacionales o participan de la “Noche de adoración en familia”, pero principalmente a la predicación de casa en casa o en corredores comerciales, como agentes de publicidad del Reino, columna vertebral de su mensaje.
      El 24 de febrero de 1924, cuando empezaban las primeras transmisiones radiales, la sociedad Watch Tower inauguró su propia emisora.
      A principios de los 80, testigos ingenieros electrónicos japoneses, crearon en Brooklin el Sistema Electrónico de Edición Plurilingue, (MEPS), por sus siglas en ingles, para traducir las publicaciones simultáneamente en 186 idiomas.
      Fue de gran ayuda al recomponerse el mapa geopolítico europeo con la caída del Muro de Berlín, seguida de “la cortina de hierro” con sus países asociados y abrirse una puerta inmensa de predicación donde su obra estaba proscrita.
      Con el avance de la ciencia y la tecnología del siglo XXI, se hizo una reingeniería a la forma de llegar a una creciente población mundial, de 8.000 millones de personas, cada vez más ávidas y sedientas de explicaciones, y perpleja por los acontecimientos mundiales que enmudecen al planeta diariamente.
      En 2014 los testigos presentaron JW Language, una aplicación gratuita que ayuda a explicar en diversos idiomas lo que enseña la Biblia.
      El 6 de octubre de 2014 se lanzó experimentalmente el canal de televisión por internet JW Broadcastin, inicialmente en ingles. Desde agosto de 2015 está disponible en 70 idiomas.
      En condiciones normales, montar un estudio de televisión climatizado, con equipos de audio y video, estudios, sets, producción, grabación, redactar guiones, escenificaciones, producir videos y aprender manejo de cámaras, tarda dos años. Los testigos lo lograron en dos meses.
      Los TJ son un ejercito de más de 8 millones de personas reconocidas mundialmente por predicar en más de 230 países. Con ese contingente cubren palmo a palmo todos los rincones de la tierra.
      Ahora, además de hacer visitas en las casas, desde hace más de un año emplean exhibidores portátiles, mesas y kioskos.
      Solo se entra en contacto con los transeúntes si estos plantean una pregunta o inquietud.
      También, parte de lo publicado en 137 años esta sistematizado, comprimido y disponible en el sitio web JW Library y JW Biblioteca Virtual.
      En las reuniones de congregación y en la predicación se agiliza la búsqueda de textos bíblicos o videos, en tablets y equipos móviles.
      Las Asambleas son amenas reuniones instructivas donde se enseña con representaciones video grabadas, proyectadas en gigantescos video Beams, como en los dos auditorios del Salón de Asambleas de Galapa donde pueden acomodarse 4.000 personas.
      La Atalaya redujo su paginaje y tiene dos ediciones mensuales, una que se coloca públicamente y otra exclusivamente de estudio semanal en las congregaciones.
      Despertad ahora se edita mensualmente y se distribuyen 12 revistas anuales.
      Con 137 años de circulacion global, la Atalaya ha tenido tal acogida que hace algunos años una multinacional de refrescos, sodas o gaseosas como decimos en Colombia, propuso financiar un aviso que copara la contraportada.
      Por supuesto, la oferta fue desestimada.
       
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Dos años y tres meses de cárcel y el pago de una multa que asciende a 900 euros. Ésta es la condena que solicita la Fiscalía para un hombre acusado de agredir e increpar a dos testigos de Jehová con los que se cruzó en una céntrica calle de Vigo, hechos que ocurrieron hace casi un año. El Ministerio Público atribuye a J.R.R. la presunta autoría de un delito de lesiones y otro leve de maltrato de obra y considera que concurre la circunstancia agravante de haber cometido los hechos por motivo de la religión o las creencias de las víctimas. El juicio estaba señalado para ayer en el Juzgado de lo Penal número 1 de Vigo, pero se suspendió.
      Los hechos ocurrieron el 8 de noviembre de 2017, en torno a las once de la mañana. El acusado se cruzó con los testigos de Jehová por la calle Urzáiz. Según refiere el fiscal en su escrito de calificación provisional, actuó contra ellos "por motivos de su religión". Así, en primer lugar se dirigió presuntamente a ellos increpándoles y proferiendo expresiones tales como "sois una secta, por vuestra culpa se murió mi tía". A continuación, añade la acusación pública, comenzó a agredirles mediante "cabezazos, puñetazos y codazos".
      Como consecuencia de los golpes, una de las víctimas sufrió heridas en un párpado y en el labio, restándole como secuelas dos cicatrices que suponen un perjuicio estético ligera. En relación con el otro perjudicado, no consta que hubiese sufrido lesiones. Junto a la pena de cárcel y multa, el Ministerio Fiscal solicita que el encausado indemnice al herido con 2.960 euros. J.R.R. carece de antecedentes penales computables a efectos de reincidencia.
      La agravante de actuar por motivos de la religión de las víctimas se recoge en el artículo 22.4 del Código Penal, que también castiga hacerlo, entre otros supuestos, por motivos racistas o por orientación o identidad sexual.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest
    • Guest
    • Guest
    • Guest
    • Guest
      By Guest
      En la antigua Grecia, Sócrates fue famoso por su sabiduría y por el gran respeto que profesaba a todos.
      Un día un conocido se encontró con el gran filósofo y le dijo:

      - ¿Sabes lo que escuché acerca de tu amigo?

      - Espera un minuto - replicó Sócrates. Antes de decirme nada quisiera que pasaras un pequeño examen. Yo lo llamo el examen del triple filtro.

      - ¿Triple filtro?

      Correcto continuó Sócrates. Antes de que me hables sobre mi amigo,
      puede ser una buena idea filtrar tres veces lo que vas a decir. Es por eso que lo llamo el examen del triple filtro.

      El primer filtro es la verdad. ¿Estás absolutamente seguro de que lo que vas a decirme es cierto?

      No dijo el hombre, realmente solo escuché sobre eso y...
      Bien dijo Sócrates. Entonces realmente no sabes si es cierto o no.

      Ahora permíteme aplicar el segundo filtro, el filtro de la bondad. ¿Es algo bueno lo que vas a decirme de mi amigo?

      - No, por el contrario...
      - Entonces, deseas decirme algo malo sobre él, pero no estás seguro de que sea cierto.

      Pero podría querer escucharlo porque queda un filtro:

      El filtro de la utilidad. ¿Me servirá de algo saber lo que vas a decirme de mi amigo?
      - No, la verdad que no.

      - Bien concluyó Sócrates, si lo que deseas decirme no es cierto, ni bueno, e incluso no es útil ¿para qué querría saberlo?

    • Guest
      By Guest
    • Guest
      By Guest
      ¿Hay buenas nuevas para la humanidad hoy en día? ¡Sí, las hay! Son "buenas nuevas de un gran gozo que todo el pueblo tendrá"...por toda la tierra. Afectan la vida de cada uno de nosotros ahora, y hablan de un futuro glorioso del cual usted y sus amados pueden participar. Son buenas nuevas que le harán feliz.
      Haga clic
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. para descargar el archivo en PDF
    • Guest
      By Guest
      Jw.org: Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
       
       
       
       
       
      Haga clic
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. para descargar el archivo en PDF
    • Guest
      By Guest
      Un esclarecedor examen del propósito especial del Creador del hombre, desde su formación hace 6000 años hasta su logro para honra de Dios con bendiciones ilimitadas para toda la humanidad.
      Haga clic
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. para descargar el archivo en PDF
    • Guest
      By Guest
      A muchas personas sinceras les gustaría hallar un modo de vivir que traiga paz y contentamiento ahora y asegure el goce de un futuro seguro. Se publica este libro con la esperanza de que ayude a las personas de corazón honrado a identificar el proceder de vida que es verdaderamente superior y entonces a seguir ese proceder.  Los publicadores
       
      Haga clic
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content. para descargar el archivo en PDF
    • Guest Nicole
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      3. Jehovah's Witness  in Cuba, for decades, were stigmatized, persecuted, criticized and taboo, even Catholic. But in recent years there has been some other flexibilization. However, Jehovah's Witnesses, for example, continue to suffer discrimination. Pedro and María Isabel are a couple from Las Tunas. Both are Jehovah's Witnesses. On one occasion, Pedro applied for a vacant post in a company. Among the inquiries that are normally made in the CDR that detail was known, that even though it did not officially prevent him from opting for the position, he knew from comments from a friend that it was what tipped the scale unfavorably. But María Isabel has also suffered discrimination because she is a Jehovah's Witness. The first was when, after being affected by a cyclone, she was denied the temporary facilities she required when she lost the roof of her house. Officially she was told that it was because of being a Jehovah's Witness. The second one "happened to me in a hospital. I said I was a Jehovah's Witness when I required blood and I requested to them to  use a blood substitute. The doctors disrespected me and did what they pleased. I felt bad, more than religious they treated me like an insane person, "she says.
      https://www.cibercuba.com/noticias/2018-07-09-u1-e42839-s27061-siete-historias-reales-discriminacion-cuba
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      3. Testigo de Jehová
      La práctica religiosa en Cuba, por décadas, fue estigmatizada, perseguida, criticada y tabú, incluso, la católica. Pero en los últimos años ha habido alguna que otra flexibilización. No obstante, los testigos de Jehová, por ejemplo, siguen sufriendo discriminaciones.
      Pedro y María Isabel son una pareja de Las Tunas. Ambos son testigos de Jehová. En una ocasión Pedro optó por una plaza en una empresa. Entre las averiguaciones que normalmente se hacen en el CDR se supo ese detalle, que si bien oficialmente no le impidió optar por el puesto, supo por comentarios de un amigo que fue lo que inclinó la balanza de forma desfavorable.
      Pero María Isabel también ha sufrido las discriminaciones por ser testigo de Jehová. La primera fue cuando, tras resultar afectada de un ciclón, le negaron las facilidades temporales que requería al perder el techo de su casa. Oficialmente se le dijo que era por ser eso, una testigo de Jehová.
      La segunda “me pasó en un hospital. Dije que era testigo de Jehová cuando requería sangre y solicité que usaran un sustituto de sangre. Los médicos me irrespetaron e hicieron lo que le dio la gana. Me sentí mal, más que religiosa me trataron como una demente”, señala.
      https://www.cibercuba.com/noticias/2018-07-09-u1-e42839-s27061-siete-historias-reales-discriminacion-cuba
    • Guest Nicole
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      guascalientes.- Nadie se escapa de la delincuencia, ahora tocó su turno a los Testigos de Jehová en los llamados Salones del Reino, pero para sorpresa de los rateros no había nada de valor.
       

      En lo que va del presente año se han registrado al menos 2 invasiones por parte de delincuentes que de manera decidida ingresaron a los salones donde los testigos realizan sus celebraciones, dispuestos a llevarse lo que encontraran.
       

      Al no encontrar ninguna clase de objeto de valor, ni las esperadas alcancías con donativos como las que tienen las parroquias y templos católicos, tuvieron que irse como llegaron: con las manos vacías.
       

      Sin embargo este tipo de invasiones han generado importantes gastos en las reparaciones de los daños ocasionados al ingresar por la fuerza a los recintos.
       
      Rafael Campos, superintendente de los Testigos de Jehová, señaló que los Salones del Reino siempre se encuentran abiertos, pues en su interior no hay nada que pueda ser atractivo para la delincuencia, pero de cualquier manera se ha optado por fortalecer las medidas de seguridad y vigilancia.
       

      Lamentablemente la inseguridad le está pegando a los distintos sectores de la sociedad, por lo que ante ello es necesario autoprotegerse.
       

      Derivado de los ataques que se han presentado en los Salones del Reino han tenido que realizar algunos gastos en la reparación de chapas, en la colocación de nuevos candados y en la reposición de cristales.
       

      En cuanto a las alcancías, Rafael Campos aclaró que no se cuenta con ninguna en el interior de los salones; por seguridad y comodidad de los propios asistentes, los donativos o las colectas que se realizan son directamente a través de terminales bancarias.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Pero más en el presente, existen casos donde la libertad religiosa sigue siendo nula, para Berta Núñez, practicante testigo de Jehová, la vida en Cuba se le hace difícil, ella me da su nombre completo, pues “estoy acostumbrada a las represalias, como de costumbre fui abucheada por no usar pañoleta cuando niña, no se me permitió entrada a la universidad y ahora a mis hijos, que decidieron abrazar este camino, les pasa lo mismo. Las relaciones con el Estado son pésimas, puesto que nos tratan como una secta malévola”. La prohibición de hacer templos pesa sobre los Testigos de Jehová, grupo que casualmente ha sido igual de perseguido por otros regímenes totalitarios como la Alemania Nazi o la Rusia de Stalin.
      Leer más: 
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      HAVANA -- A Cuban-operated airliner with at least 110 people on board crashed into a cassava field just after takeoff from Havana's international airport on Friday. There appeared to be mass casualties as Cuban officials said three people had survived, but had yet to give an official toll.
      Authorities said there were 104 passengers and nine foreign crew members on the flight that was headed to the eastern city of Holguin. Witnesses said they saw a thick column of smoke near the airport.
      Witnesses said they saw a thick column of smoke near the airport.
      "A column of black smoke rose up in the sky," resident Ana Gonzalez told the Reuters news agency.
      The screams of high school kids could be heard inside a nearby school as they ran to safety, CBS News' Manuel Bojorquez reports.   
      The plane lay in a field of yuca-root plants and appeared heavily damaged and burnt. Firefighters were trying to extinguish its smoldering remains. Government officials including President Miguel Diaz-Canel rushed to the site, along with a large number of emergency medical workers. Residents of the rural area said they had seen some survivors being taken away in ambulances.
      Read more: https://www.cbsnews.com/news/plane-crash-havana-cuba-today-2018-05-18/
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Singapur, tiene una fama muy peculiar esto debido es un país famoso por sus prohibiciones extremas, además de que si se visita este pis se debe tomar en cuenta en mucho las cosas que no puedes hacer.
      Además de que estas prohibiciones pueden generar una multa o inclusive la sentencia de muerte, por lo que en Singapur está prohibido:
      1. Vender o importar chicles a este país asiático está prohibido, y tan solo puedes llevar un máximo de dos paquetes, pero como excedas dicha cantidad te puedes enfrentar a multas de varios miles de dólares o incluso a un año de prisión.
      2. Tirar cualquier tipo de desperdicio en la vía pública, que puede ocasionar una multa o condena para realizar trabajos sociales.
      3. Cruzar calles y carreteras debe ser estrictamente en los lineamientos, ya que puede llevar a ocasionar multa o incluso varios meses de cárcel.
      4. No tirar de la cadena en los baños públicos, te puede llegar a costar hasta 500 dólares de multa, e incluso hay guardias que vigilan los baños por si alguien infringe la ley.
      5. Escupir, puede llevar a un castigado con una multa de hasta 1000 dólares.
      6. Comer o beber en el transporte público sea camiones o metro puede generar una multa de 500 dólares.
      7. Si estás en un parque y ves algún pajarillo alrededor, está estrictamente prohibido alimentarlos y si lo haces puede generar una multa hasta de 1000 dólares.
      8. Estar desnudo en tu propia casa puede ser considerado pornográfico, y aunque  no es una acción de la cual se tengan denuncias o detenidos, si fuera el caso los acusados  tendrían que pagar hasta 1000 dólares ó incluso acabar en prisión.
      9. Está prohibido cualquier escrito publicado por los Testigos de Jehová en Singapur ya que dicha doctrina religiosa se encuentra perseguida en este país.
      10. Una de las prohibiciones más intolerables en Singapur, es la homosexualidad ya que se considera un delito. No solo mantener relaciones está penado, también está prohibido ver o distribuir pornografía (homosexual y de cualquier otro tipo).
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Procuradores federales de Estados Unidos vinculan al 'Chapo' con la muerte del agente de la DEA 'Kiki' Camarena

      La matanza, que involucró a Guzmán, comenzó el 2 de diciembre de 1984, cuando el capo ayudó a asesinar a cuatro estadunidenses que cometieron el error de llamar a la puerta de un capo de la droga, dijo Godoy.    Los estadunidenses eran Benjamín Mascareñas, de 29 años, su esposa Pat (27), Dennis Carlson (32) y su esposa Rose (36 años), eran testigos de Jehová que realizaban un viaje misionero en Guadalajara. Los cuerpos de los cuatro estadunidenses nunca han sido recuperados.

      Leer mas: http://www.notimerica.com/sociedad/noticia-procuradores-federales-estados-unidos-vinculan-chapo-muerte-agente-dea-kiki-camarena-20180428120932.html
       

    • Guest Nicole
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Macabro descubrimiento hicieron las autoridades en Colombia al percatarse que un joven asesinó a su madre, esto en el estado de Monagas. 

      Se trata de Yerricson Caviares de 20 años, quien luego de una fuerte discusión con su madre, Rosalinda Mirabal de 55 años, terminó p¿or arrebatarle la vida. 

      De acuerdo al periódico El Ángel Informativo, el joven discutía mucho con su progenitora debido a que este no tenía trabajo y había abandonado los estudios pocos meses atrás. 

      Según reportes, el joven abandono las escuelas en las que estudió debido al comportamiento agresivo hacia sus compañeras a quienes les faltaba el respeto constantemente, al igual que a sus profesores. Caviares habría comenzado a consumir marihuana desde los 15 años, incluso con el consentimiento de su madre. 

      Según vecinos y personas cercanas a la hoy occisa, la definen como una mujer religiosa perteneciente a los Testigos de Jehová y que en constantes ocasiones había dicho que "Dios lo haría cambiar" refiriéndose a su hijo. 

      La discusión habría comenzado luego de que Rosalinda le hubiera increpado el por qué no estuvo presente en la iglesia a la que ella acude. 
      Luego de algunos gritos e insultos, el joven decidió atacarla y terminó estrangulándola. 

      Poco después entró en shock al ver el cuerpo de su madre ya sin vida por lo que optó por usar la motosierra para deshacerse del cuerpo. 

      Comenzó a desmembrar el cuerpo por las extremidades y luego por la cabeza. Posteriormente metió el cuerpo en una bolsa de basura y lo llevó a la zona del caño Orinoco, lugar que utilizan como depósito de basura y donde llegan todos los líquidos de la ciudad. 

      Familiares dieron parte a las autoridades al no encontrar a Rosalinda y a su hijo, por lo que comenzó la investigación dando así con el joven, quien confesó el hecho y procedieron a la zona que este mencionó con el escuadrón canino para levantar los restos de a madre. 


      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.  

    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Uniforme con triángulos color púrpura que identificaban a los Testigos de Jehová

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      Helene Gotthold, un testigo de Jehová, fue decapitada por sus creencias religiosas el 8 de diciembre de 1944 en Berlín. Está fotografiada con sus hijos. Alemania, 25 de junio de 1936.

      Hello guest! Please register or sign in (it's free) to view the hidden content.




  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

  • Members

    • Anna

      Anna 2,397

      Member
      Joined:
      Last active:
    • Thinking

      Thinking 157

      Member
      Joined:
      Last active:
    • Dwight Howard

      Dwight Howard 0

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      Soyons remplis de gratitude envers autrui 
       
      AVEZ-VOUS déjà reçu un petit mot de reconnaissance auquel vous ne vous attendiez pas ? Si c’est le cas, cela vous a certainement fait chaud au cœur. Après tout, il est naturel de vouloir être apprécié. — Matthieu 25:19-23.
      Toute expression de gratitude tend à renforcer les liens entre celui qui en est l’auteur et celui qui en est le destinataire. En outre, quiconque manifeste de la gratitude suit les traces de Jésus Christ, qui n’a jamais manqué de remarquer les belles œuvres des autres. — Marc 14:3-9 ; Luc 21:1-4.
      Malheureusement, exprimer sa gratitude, de vive voix ou par écrit, semble se faire de plus en plus rare. La Bible avait annoncé que, durant “ les derniers jours ”, les hommes seraient “ ingrats ”. (2 Timothée 3:1, 2.) Si nous n’y prenons pas garde, cette tendance si répandue aujourd’hui risque d’étouffer en nous tout sentiment de reconnaissance.
      Quelles mesures concrètes les parents peuvent-ils adopter pour enseigner à leurs enfants à manifester de la reconnaissance ? À qui devrions-nous exprimer notre gratitude ? Et pourquoi devrions-nous être reconnaissants, même si ceux qui nous entourent se révèlent ingrats ?
      Dans le cercle familial
      Les parents ne ménagent pas leurs efforts pour subvenir aux besoins de leurs enfants. Mais il leur arrive d’avoir le sentiment que ces efforts ne sont pas appréciés à leur juste valeur. Que faire pour remédier à cette situation ? Trois paramètres sont à prendre en compte.
      1) L’exemple. Comme cela se vérifie souvent en matière d’éducation, la réussite passe par l’exemple. La Bible disait jadis d’une Israélite travailleuse : “ Ses fils ont voulu la féliciter. ” Où ces enfants avaient-ils appris à exprimer leur reconnaissance ? La suite du verset nous éclaire : “ Son mari est le premier à la louer. ” (Proverbes 31:28, Bible des Peuples). Les parents qui s’expriment de la reconnaissance montrent à leurs enfants que ce genre de témoignage procure du plaisir à celui qui en est l’objet, améliore les relations familiales et constitue un signe de maturité.
      Stephen, un père de famille, déclare : “ Je me suis efforcé de donner l’exemple à mes enfants en remerciant ma femme pour le dîner. ” Qu’en est-il résulté ? “ Mes deux filles l’ont remarqué, et cela leur a fait prendre conscience de l’importance de se montrer reconnaissant ”, dit-il. Si vous êtes marié, remerciez-vous régulièrement votre conjoint pour les tâches quotidiennes qu’il accomplit et qui auraient vite fait de passer inaperçues ? Dites-vous merci à vos enfants, même lorsqu’ils font ce qu’on attend d’eux ?
      2) L’éducation. Le sentiment de reconnaissance est comme une fleur. Il a besoin d’être cultivé pour produire les meilleurs résultats possibles. Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à cultiver et à exprimer de la reconnaissance ? Le sage roi Salomon a mis en évidence un principe clé lorsqu’il a écrit : “ Le cœur du juste médite pour répondre. ” — Proverbes 15:28.
      Pouvez-vous apprendre à vos enfants à songer aux efforts et à la générosité qui ont précédé chaque cadeau qu’ils reçoivent ? Ce genre de réflexion constitue le sol dans lequel la gratitude s’enracine. Maria, qui a élevé trois enfants, constate : “ Cela prend du temps d’expliquer à ses enfants tout ce que signifie recevoir un cadeau : qu’une personne a pensé à eux en particulier et qu’elle a souhaité leur montrer à quel point elle s’intéresse à eux. Mais je suis convaincue que ça en vaut la peine. ” Grâce à de tels échanges, les enfants apprennent non seulement quoi dire pour exprimer leur reconnaissance, mais aussi pourquoi ils doivent le faire.
      Il est sage, pour des parents, de faire en sorte que leurs enfants n’aient pas le sentiment que tout ce qu’ils reçoivent de bon leur revient, finalement, de droit. L’avertissement figurant en Proverbes 29:21 à propos de la manière de traiter son serviteur s’applique tout autant aux enfants : “ Si l’on gâte son serviteur dès sa jeunesse, par la suite dans sa vie il deviendra un ingrat. ”
      Comment aider de très jeunes enfants à témoigner de la reconnaissance ? Linda, mère de trois enfants, explique : “ Mon mari et moi avons encouragé nos enfants à s’associer à nous quand nous écrivions des cartes de remerciement, en y joignant un dessin ou en les signant. ” Naturellement, le dessin sera peut-être simple, et l’écriture approximative, mais la leçon que les enfants tireront de ce geste restera gravée en eux.
      3) La persévérance. Nous avons tous une tendance innée à l’égoïsme, qui risque d’étouffer en nous tout élan de gratitude (Genèse 8:21 ; Matthieu 15:19). Mais la Bible adresse aux serviteurs de Dieu cette exhortation : “ Vous devez être renouvelés dans la force qui anime votre intelligence et revêtir la personnalité nouvelle qui a été créée selon la volonté de Dieu. ” — Éphésiens 4:23, 24.
      Les parents expérimentés savent, toutefois, qu’aider les enfants à “ revêtir la personnalité nouvelle ” est plus facile à dire qu’à faire. Stephen, cité plus haut, déclare : “ Il nous semblait que nos filles mettaient du temps à dire spontanément merci, sans qu’on ait besoin de le leur rappeler. ” Mais lui et sa femme n’ont pas abandonné. “ Notre persévérance a payé, poursuit Stephen : nos filles ont retenu la leçon. Aujourd’hui, nous sommes fiers de la manière dont elles manifestent leur gratitude aux autres. ”
      Envers les amis et le prochain
      Lorsque nous oublions de dire merci, ce n’est pas forcément par manque de reconnaissance, mais parfois simplement par négligence. En définitive, du moment que nous éprouvons de la gratitude, est-il si important que cela de l’exprimer ? Pour répondre à cette question, considérons ce qui s’est passé un jour où Jésus a guéri des lépreux.
      Alors qu’il se rendait à Jérusalem, Jésus a rencontré dix hommes atteints de lèpre. La Bible relate : “ Ils élevèrent la voix et dirent : ‘ Jésus, Instructeur, aie pitié de nous ! ’ Et lorsqu’il les vit, il leur dit : ‘ Allez vous montrer aux prêtres. ’ Or, comme ils s’en allaient, leur purification eut lieu. L’un d’eux, quand il vit qu’il était guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu d’une voix forte. Et il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, en le remerciant ; or, c’était un Samaritain. ” — Luc 17:11-16.
      Jésus n’a-t-il accordé aucune importance au fait que les autres n’aient pas exprimé de gratitude ? Le récit poursuit : “ En réponse Jésus dit : ‘ Les dix ont été purifiés, n’est-ce pas ? Où sont donc les neuf autres ? Ne s’est-il trouvé personne pour revenir rendre gloire à Dieu, que cet homme d’une autre nation ? ’ ” — Luc 17:17, 18.
      Les neuf autres lépreux n’étaient pas des hommes méchants. Auparavant, ils avaient ouvertement exprimé leur foi en Jésus et avaient suivi de bon gré ses instructions, qui exigeaient qu’ils se rendent à Jérusalem pour se montrer aux prêtres. Or, même s’ils ont indéniablement éprouvé une profonde gratitude pour ce que Jésus avait fait, ils ne la lui ont pas exprimée. Leur comportement a déçu Christ. Et nous ? Quand quelqu’un se montre bon à notre égard, sommes-nous prompts à dire merci et, si cela s’y prête, à lui montrer notre reconnaissance en lui envoyant une petite carte ?
      La Bible dit que l’amour “ ne fait rien d’inconvenant. Il ne cherche pas son propre intérêt ”. (1 Corinthiens 13:5, Bible du Semeur.) Par conséquent, un témoignage de reconnaissance donné avec sincérité non seulement traduit un respect des convenances, mais aussi est une preuve d’amour. Comme nous l’apprend l’exemple des lépreux, ceux qui souhaitent plaire à Christ doivent exprimer un tel amour et une telle reconnaissance à tous, indépendamment de leur nationalité, de leur race ou de leur religion.
      Posez-vous la question : ‘ Quand ai-je pour la dernière fois remercié un voisin, un collègue de travail, un camarade de classe, un membre du personnel hospitalier, un commerçant ou qui que ce soit d’autre qui me soit venu en aide ? ’ Pourquoi ne pas noter pendant un jour ou deux le nombre de fois où vous dites effectivement merci ou exprimez votre reconnaissance d’une façon ou d’une autre  ? Peut-être verrez-vous la nécessité de vous améliorer dans certains domaines.
      Bien entendu, celui qui mérite le plus de remerciements de notre part, c’est Jéhovah Dieu. De lui vient “ tout beau don et tout présent parfait ”. (Jacques 1:17.) À quand remonte la dernière fois où vous avez sincèrement remercié Dieu pour avoir fait quelque chose de particulier en votre faveur ? — 1 Thessaloniciens 5:17, 18.
      Pourquoi se montrer reconnaissant même quand les autres sont ingrats ?
      Nos témoignages de reconnaissance ne seront pas forcément payés de retour. Par conséquent, pourquoi manifester notre gratitude si nous sommes les seuls à le faire ? Arrêtons-nous simplement sur une bonne raison d’agir ainsi.
      Faire du bien à ceux qui ne sont pas enclins à la gratitude, c’est imiter notre Créateur bienveillant, Jéhovah Dieu. Que beaucoup ne soient pas sensibles à l’amour que Jéhovah leur témoigne ne l’empêche pas de leur faire du bien (Romains 5:8 ; 1 Jean 4:9, 10). Il fait “ lever son soleil sur les méchants et sur les bons et [...] fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes ”. Si, bien que vivant dans un monde ingrat, nous nous efforçons d’éprouver et d’exprimer de la gratitude, nous nous montrerons “ fils de [notre] Père qui est dans les cieux ”. — Matthieu 5:45.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Enracinons nous dans la foi comme un arbre luxuriant.
      EN ISRAËL pousse un arbre presque indestructible. Même lorsqu’on l’abat, sa souche ne tarde pas à produire de nouvelles pousses. Par ailleurs, ses fruits fournissent une grande quantité d’huile utile tant pour la cuisine et l’éclairage que pour l’hygiène et les soins de beauté.
      Selon une parabole des temps bibliques consignée dans le livre des Juges, “ un jour les arbres s’en allèrent pour oindre un roi sur eux ”. Quel arbre choisirent-ils ? Le résistant et fertile olivier. — Juges 9:8.
      Il y a plus de 3 500 ans, le prophète Moïse décrivait Israël comme “ un bon pays, [...] un pays d’olives ”. (Deutéronome 8:7, 8.) Aujourd’hui encore, du pied du mont Hermôn à la campagne de Béershéba en passant par la plaine côtière du Sharôn, les pentes rocailleuses de la Samarie et les vallées fertiles de la Galilée, le paysage est parsemé d’oliveraies du nord au sud.
      Les rédacteurs de la Bible ont souvent parlé de l’olivier dans un sens figuré pour illustrer, par exemple, la miséricorde de Dieu, la promesse de la résurrection ou encore le bonheur familial. L’examen de quelques-unes de ses caractéristiques nous aidera à mieux comprendre ces références et à apprécier cet arbre exceptionnel qui fait honneur au Créateur. — Psaume 148:7, 9.
      Un arbre robuste
      L’olivier n’est pas spécialement impressionnant à première vue. Il n’a pas la majesté des vertigineux cèdres du Liban, son bois n’a pas la qualité du genévrier ni ses fleurs la beauté de celles de l’amandier (Chant de Salomon 1:17 ; Amos 2:9). En fait, sa partie la plus importante demeure invisible, puisque le secret de sa résistance et de sa grande prolificité réside dans ses longues racines, qui peuvent s’enfoncer jusqu’à six mètres sous terre et rayonner plus loin encore.
      Ses racines permettent à l’olivier poussant sur des versants rocailleux de survivre à la sécheresse quand d’autres arbres situés au fond de la vallée sont déjà morts de soif. Elles lui permettent également de produire des olives des siècles durant, même lorsque son tronc noueux ne semble plus bon qu’à servir de bois de chauffage. Tout ce dont cet arbre rustique a besoin, c’est de place pour pousser et d’un sol aéré pour respirer, loin des mauvaises herbes et autres plantes qui peuvent abriter des parasites. Si ces conditions simples sont réunies, un seul arbre peut fournir jusqu’à 60 litres d’huile par an.
      Cette huile était manifestement appréciée des Israélites. Ils s’en servaient pour éclairer leur intérieur à l’aide de lampes à mèches, pour cuisiner, pour protéger leur peau du soleil et pour fabriquer du savon (Lévitique 24:2). Étant donné que le blé, le vin et l’olive constituaient les principales productions de la région, une mauvaise récolte d’olives était une catastrophe pour une famille israélite. — Deutéronome 7:13 ; Habaqouq 3:17.
      Cependant, en général, l’huile d’olive ne manquait pas. Sans doute Moïse a-t-il décrit la Terre promise comme “ un pays d’olives ” parce que l’olivier y était l’arbre le plus cultivé. Au XIXe siècle, le naturaliste Henry Tristram a d’ailleurs qualifié l’olivier d’arbre emblématique de la région ”. En raison de sa valeur et de sa profusion, l’huile d’olive servait même de moyen de paiement dans tout le bassin méditerranéen. De là, l’allusion de Jésus Christ à une dette de “ cent baths d’huile d’olive ”. — Luc 16:5, 6.
      “ Comme des plants d’olivier ”
      L’olivier illustre de façon appropriée les bénédictions divines. Comment l’homme qui craint Dieu serait-il récompensé ? “ Ta femme sera comme une vigne qui porte du fruit tout au fond de ta maison, a chanté un psalmiste. Tes fils seront comme des plants d’olivier autour de ta table. ” (Psaume 128:3). Que sont ces “ plants d’olivier ”, et pourquoi le psalmiste les comparait-il à des fils ?
      L’olivier a ceci de particulier que de nouvelles pousses sortent continuellement de la base de son tronc. Lorsque, en raison de son âge, le tronc principal ne produit plus autant qu’auparavant, les cultivateurs peuvent laisser plusieurs plants, ou nouvelles pousses, se développer jusqu’à devenir partie intégrante de l’arbre. Au bout d’un certain temps, trois ou quatre nouveaux troncs vigoureux entoureront celui d’origine, comme des fils autour d’une table. Ces plants issus de la même souche produisent ensemble une grande quantité d’olives.
      Cette caractéristique de l’olivier illustre bien la façon dont les fils et les filles peuvent devenir fermes dans la foi, grâce aux robustes racines spirituelles de leurs parents. En grandissant, eux aussi portent du fruit et épaulent leurs parents, qui se réjouissent de les voir servir Jéhovah à leurs côtés. — Proverbes 15:20.
      “ Il existe un espoir même pour un arbre ”
      Un père âgé qui sert Jéhovah se réjouit que ses enfants adorent Dieu. Mais quelle tristesse quand ce père finit par ‘ s’en aller par le chemin de toute la terre ’ ! (1 Rois 2:2.) La Bible nous aide à surmonter pareille douleur en nous donnant l’assurance qu’il y aura une résurrection. — Jean 5:28, 29 ; 11:25.
      Job, père de nombreux enfants, était très conscient de la brièveté de la vie, qu’il a comparée à une fleur qui se flétrit rapidement (Job 1:2 ; 14:1, 2). Job désirait la mort pour se soustraire à ses souffrances, considérant la tombe comme une cachette d’où il pourrait revenir. “ Si un homme robuste meurt, peut-il revivre ? ” a-t-il demandé. Et d’exprimer sa confiance : “ Tous les jours de ma corvée, j’attendrai, jusqu’à ce que vienne ma relève. Tu [Jéhovah] appelleras, et moi je te répondrai. Tu languiras après l’œuvre de tes mains. ” — Job 14:13-15.
      Comment Job a-t-il illustré sa conviction que Dieu le rappellerait de la tombe ? Au moyen d’un arbre, dont la description correspond apparemment à celle de l’olivier. “ Il existe un espoir même pour un arbre. Si on le coupe, il bourgeonnera encore. ” (Job 14:7). Pour peu qu’il ne soit pas déraciné, l’olivier peut effectivement être coupé sans que cela le fasse mourir. Si ses racines demeurent intactes, il repoussera avec une vigueur renouvelée.
      Même si une sécheresse prolongée dessèche profondément un vieil olivier, la souche ratatinée peut repartir. “ Si sa racine vieillit dans la terre et si sa souche meurt dans la poussière, à l’odeur de l’eau, il bourgeonnera, oui il produira une branche comme une plante nouvelle. ” (Job 14:8, 9). Job vivait dans une région aride et poussiéreuse où il avait probablement dû observer beaucoup de vieux oliviers complètement desséchés qui semblaient morts. Cependant, dès qu’arrivaient les pluies, ils revenaient à la vie, et un nouveau tronc émergeait de leurs racines “ comme une plante nouvelle ”. Cette résistance hors du commun a conduit un horticulteur tunisien à déclarer : “ Il n’est pas exagéré de dire que les oliviers sont immortels. ”
      Tout comme un cultivateur espère voir renaître ses oliviers desséchés, Jéhovah languit de ressusciter ses serviteurs. Il attend avec patience l’époque où des fidèles comme Abraham et Sara, Isaac et Rébecca, et de nombreux autres seront ramenés à la vie (Matthieu 22:31, 32). Comme il sera merveilleux d’accueillir les ressuscités et de les voir mener de nouveau une vie productive !
      L’olivier symbolique
      La miséricorde de Dieu est manifeste dans son impartialité ainsi que dans la disposition qu’est la résurrection. L’apôtre Paul s’est servi de l’olivier pour illustrer comment la miséricorde de Jéhovah s’étend aux humains indifféremment de leur race ou de leur origine. Pendant des siècles, les Juifs se sont enorgueillis d’être le peuple choisi de Dieu, “ la descendance d’Abraham ”. — Jean 8:33 ; Luc 3:8.
      Il n’était pas nécessaire d’être né au sein de la nation juive pour obtenir la faveur divine. Les premiers disciples de Jésus, cependant, étaient tous Juifs et ils ont eu le privilège de figurer parmi les premiers humains choisis par Dieu pour constituer la semence promise d’Abraham (Genèse 22:18 ; Galates 3:29). Paul les a comparés aux branches d’un olivier.
      La majorité des Juifs de naissance ont rejeté Jésus, se privant ainsi de la possibilité de faire partie du “ petit troupeau ”, ou “ Israël de Dieu ”. (Luc 12:32 ; Galates 6:16.) Ils sont devenus comme des branches d’olivier qui auraient été coupées. Qui allait prendre leur place ? En 36 de notre ère, des Gentils ont été choisis pour faire partie de la semence d’Abraham, comme si Jéhovah avait greffé des branches d’olivier sauvage sur un olivier domestique. La semence promise d’Abraham inclurait donc des gens des nations qui pouvaient désormais devenir ‘ participants de la racine de graisse de l’olivier ’. — Romains 11:17.
      Pour un cultivateur, greffer une branche d’olivier sauvage sur un olivier domestique serait impensable et “ contre nature ”. (Romains 11:24.) On lit dans La terre et le Livre (angl.) : “ Greffe le bon sur le sauvage, ont coutume de dire les Arabes, et il dominera le sauvage, mais tu ne pourras pas revenir en arrière. ” Les chrétiens d’origine juive ont été surpris lorsque Jéhovah, “ pour la première fois, s’est occupé des nations pour tirer d’entre elles un peuple pour son nom ”. (Actes 10:44-48 ; 15:14.) C’était la preuve évidente, toutefois, que la réalisation du dessein de Dieu ne dépendait pas d’une nation particulière. En effet, “ en toute nation l’homme qui le craint et pratique la justice est agréé de lui ”. — Actes 10:35.
      Paul a souligné que puisque les “ branches ” juives infidèles de l’olivier avaient été coupées la même chose pourrait arriver à toute personne qui, par orgueil ou désobéissance, perdrait la faveur de Jéhovah (Romains 11:19, 20). Cela montre sans l’ombre d’un doute que la faveur imméritée de Dieu ne devrait jamais être considérée comme définitivement acquise. — 2 Corinthiens 6:1.
      Enduire d’huile
      Les Écritures mentionnent l’utilisation de l’huile d’olive non seulement au sens littéral, mais également au sens figuré. Dans les temps anciens, les blessures et les contusions étaient “ adoucies avec de l’huile ” pour accélérer la cicatrisation (Isaïe 1:6). D’après un exemple de Jésus, le bon Samaritain a versé de l’huile et du vin sur les blessures de l’homme qu’il avait trouvé sur la route de Jéricho. — Luc 10:34.
      L’application d’huile sur la tête est rafraîchissante et relaxante (Psaume 141:5). Lorsqu’ils ont à traiter un cas de faiblesse spirituelle, les anciens peuvent ‘ enduire d’huile un membre de la congrégation, au nom de Jéhovah ’. (Jacques 5:14.) Leurs conseils bibliques pleins d’amour et leurs prières sincères en faveur de leur compagnon sont comparables à de l’huile versée sur des plaies. Détail révélateur, en hébreu, “ huile d’olive pure ” est une expression imagée qui sert à désigner un homme bon.
      “ Un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”
      Compte tenu de ce qui précède, il n’est pas surprenant que les serviteurs de Dieu puissent être comparés à des oliviers. David désirait ressembler à “ un olivier luxuriant dans la maison de Dieu ”. (Psaume 52:8.) Tout comme les familles israélites avaient souvent des oliviers autour de leur maison, David souhaitait être proche de Jéhovah pour produire du fruit à sa louange. — Psaume 52:9.
      Tant qu’il est resté fidèle à Jéhovah, le royaume de Juda était comme un “ olivier luxuriant, beau par le fruit et par la forme ”. (Jérémie 11:15, 16.) Mais ses habitants ont perdu leur position privilégiée lorsqu’ils ‘ ont refusé d’obéir aux paroles de Jéhovah et ont marché à la suite d’autres dieux ’. — Jérémie 11:10.
      Pour devenir comme des oliviers luxuriants dans la maison de Dieu, nous devons obéir à Jéhovah et accepter de bon gré la discipline par laquelle il nous “ taille ”, afin que nous puissions porter davantage de fruit en œuvres chrétiennes (Hébreux 12:5, 6). En outre, tout comme un olivier doit avoir de longues racines pour survivre à une période de sécheresse, nous devons fortifier nos racines spirituelles pour endurer les épreuves et la persécution. — Matthieu 13:21 ; Colossiens 2:6, 7.
      L’olivier symbolise bien le chrétien fidèle, inconnu du monde mais connu de Dieu. S’il vient à mourir dans ce système, il reviendra à la vie dans le monde nouveau à venir. — 2 Corinthiens 6:9 ; 2 Pierre 3:13.
      L’olivier, presque indestructible, qui continue de donner du fruit année après année nous rappelle la promesse de Dieu : “ Les jours de mon peuple seront comme les jours d’un arbre ; et ceux que j’ai choisis profiteront pleinement de l’œuvre de leurs mains. ” (Isaïe 65:22). Cette promesse prophétique s’accomplira dans le monde nouveau de Dieu. — 2 Pierre 3:13.


      · 0 replies
    • folens  »  Eric Ouellet

      Hello Eric merci pour ces bons sujets. Bonne journée Michel

      JAH pas un collectionneur.docx
      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      “ Jéhovah bénit les actions d'un roi fidèle au Seul vrai Dieu”
      À LA tête de ses troupes, le roi Asa descend à vive allure la vallée qui mène des hauteurs de Juda à la plaine côtière. À l’endroit où la vallée s’élargit, il s’immobilise et retient son souffle. En contrebas s’étend le camp éthiopien, et il est gigantesque ! L’armée ennemie doit avoisiner le million de soldats. Celle d’Asa n’en compte qu’un peu plus de la moitié.
      Alors qu’il s’apprête à livrer bataille, qu’est-ce qui retient le plus l’attention du roi ? Les ordres à donner à ses généraux ? Les encouragements à adresser à ses soldats ? Les lettres à écrire à sa famille ? Non. En ce moment crucial, Asa prie.
      Avant de nous pencher sur sa prière et de découvrir ce qui s’est passé ce jour-là, intéressons-nous au genre d’homme qu’il était. Qu’est-ce qui l’a conduit à agir comme il l’a fait ? Avait-il de bonnes raisons de croire que Dieu l’aiderait ? Que nous apprend sa vie sur la manière dont Jéhovah bénit les actions de ses serviteurs ?
      UN ROI ATTACHÉ AU CULTE PUR
      Au cours des 20 années qui ont suivi la scission d’Israël en deux royaumes, Juda s’est laissé totalement corrompre par des pratiques païennes. Lorsqu’Asa est devenu roi en 977 av. n. è., même la cour s’était souillée en adorant les divinités cananéennes de la fertilité. Mais la Bible rapporte au sujet de son règne : “ Asa se mit à faire ce qui est bien et droit aux yeux de Jéhovah son Dieu. Il enleva [...] les autels étrangers et les hauts lieux, il brisa les colonnes sacrées et abattit les poteaux sacrés. ” (2 Chron. 14:2, 3). Il a chassé du royaume de Juda “ les prostitués sacrés ”, qui pratiquaient la sodomie comme rituel religieux. Il ne s’en est cependant pas tenu là. Il a exhorté ses sujets à “ rechercher Jéhovah le Dieu de leurs ancêtres ” et à observer “ la loi et le commandement ” de Dieu. — 1 Rois 15:12, 13 ; 2 Chron. 14:4.
      Le zèle d’Asa pour le vrai culte a plu à Jéhovah, qui l’a récompensé en lui accordant plusieurs années de paix. Le roi a donc pu dire : “ Nous avons recherché Jéhovah notre Dieu. Nous avons recherché, et il nous procure le repos de tous côtés. ” Les habitants de Juda ont mis à profit cette période favorable pour fortifier les villes du royaume. “ Ils bâtissaient [...] et avaient du succès ”, précise le récit. — 2 Chron. 14:1, 6, 7.
      SUR LE CHAMP DE BATAILLE
      Étant donné son attachement au culte pur, il n’est pas surprenant qu’Asa ait prié lorsqu’il a eu à affronter la plus grande armée mentionnée dans les Écritures. Il savait que Dieu récompense les actes de foi. Dans sa prière, il a sollicité l’aide de Jéhovah, convaincu que, s’il s’appuyait sur lui et obtenait son soutien, peu importait l’effectif ou la puissance de l’armée ennemie. Asa a fait valoir que le nom de Dieu était en jeu dans ce conflit. “ Secours-nous, ô Jéhovah notre Dieu, a-t-il supplié, car sur toi nous nous appuyons et c’est en ton nom que nous sommes venus contre cette foule. Ô Jéhovah, tu es notre Dieu. Que le mortel ne conserve pas de vigueur contre toi. ” (2 Chron. 14:11). C’était comme s’il avait dit : ‘ L’invasion éthiopienne est une attaque contre toi, Jéhovah. Ne permets pas que ton nom soit déshonoré en laissant de faibles humains balayer ceux qui portent ton nom. ’ Sa prière a-t-elle été entendue ? Oui. “ Jéhovah battit les Éthiopiens devant Asa et devant Juda, et les Éthiopiens s’enfuirent. ” — 2 Chron. 14:12.
      De nos jours, nous nous heurtons à des adversaires nombreux et puissants. Nous ne les affrontons pas sur un champ de bataille. Mais nous pouvons être certains que Jéhovah récompensera les fidèles qui mènent un combat spirituel en son nom : il leur accordera la victoire. Au nombre des batailles que nous avons à livrer personnellement figurent peut-être la résistance au relâchement des mœurs, la lutte contre nos propres faiblesses ou la protection de notre famille contre de mauvaises influences. Quelle que soit la menace, nous pouvons puiser des encouragements dans la prière d’Asa. Sa victoire a été celle de Jéhovah. Elle illustre ce à quoi peuvent s’attendre tous ceux qui s’appuient sur Dieu. Rien ni personne ne peut tenir contre lui.
      ENCOURAGEMENTS ET AVERTISSEMENT
      Tandis qu’Asa revenait de la bataille, le prophète Azaria est allé à sa rencontre, porteur d’encouragements, mais aussi d’un avertissement : “ Entendez-moi, ô Asa ainsi que tout Juda et Benjamin ! Jéhovah est avec vous aussi longtemps que vous êtes avec lui ; si vous le recherchez, il se laissera trouver par vous, mais si vous le quittez, il vous quittera. [...] soyez courageux et que vos mains ne retombent pas, car il existe une récompense pour votre action. ” — 2 Chron. 15:1, 2, 7.
      Voilà des paroles qui renforcent notre foi. Elles attestent que Jéhovah sera avec nous aussi longtemps que nous le servirons fidèlement. Quand nous implorons son aide, soyons assurés qu’il nous entend. “ Soyez courageux ”, a dit Azaria. Il faut souvent beaucoup de courage pour faire ce qui est juste, mais nous savons qu’avec le soutien de Jéhovah nous pouvons y arriver.
      Parce que sa grand-mère Maaka avait érigé “ une idole horrible pour le poteau sacré ”, Asa a dû se résoudre à lui enlever la dignité de “ grande dame ”. Il a eu le courage de prendre cette décision ainsi que de brûler l’idole en question (1 Rois 15:13). Cette action résolue lui a valu d’être béni. Nous devons nous aussi rester indéfectiblement attachés à Jéhovah et à ses principes justes, que les membres de notre famille lui soient fidèles ou non. Alors, il récompensera notre intégrité.
      Au nombre des bénédictions qu’il a reçues, Asa a vu de nombreux Israélites quitter le royaume du Nord apostat et affluer en Juda. Ils avaient constaté que Jéhovah était avec Asa, et ils accordaient un tel prix au culte pur qu’ils ont décidé d’abandonner leur foyer pour vivre aux côtés des serviteurs de Jéhovah. Asa et les habitants de Juda ont alors conclu dans la joie ‘ une alliance, pour rechercher Jéhovah de tout leur cœur et de toute leur âme ’. Dieu “ se laissa trouver par eux ; et [il] continua de leur procurer le repos de tous côtés ”. (2 Chron. 15:9-15.) Quand des humains qui aiment la justice se mettent à pratiquer le culte pur, nous nous réjouissons tout autant.
      Rappelons toutefois que les paroles du prophète Azaria comportaient un avertissement : “ Si vous le quittez, [Jéhovah] vous quittera. ” Faisons tout pour éviter d’en arriver là, car qui ne tient pas compte de cette mise en garde s’expose à des conséquences désastreuses (2 Pierre 2:20-22). Les Écritures ne précisent pas pourquoi Jéhovah a adressé cet avertissement à Asa. Mais le fait est que le roi n’y a pas prêté suffisamment attention.
      “ TU AS AGI SOTTEMENT ”
      Dans la 36e année du règne d’Asa, Baasha, roi d’Israël, a manifesté de l’hostilité à l’égard de Juda. Peut-être dans le but d’empêcher ses sujets de se rallier à Asa et au culte pur, il s’est mis à fortifier la ville frontière de Rama, située à 8 kilomètres au nord de Jérusalem. Au lieu de se tourner vers Dieu comme lors de l’invasion éthiopienne, Asa a envoyé un présent au roi de Syrie et lui a demandé d’attaquer le royaume du Nord. Après quelques incursions des Syriens dans son territoire, Baasha s’est retiré de Rama. — 2 Chron. 16:1-5.
      L’initiative d’Asa a déplu à Jéhovah, qui le lui a fait savoir par l’intermédiaire du prophète Hanani. Compte tenu de la victoire que le roi avait remportée sur les Éthiopiens, il aurait dû se souvenir que les “ yeux [de Jéhovah] rôdent par toute la terre, afin de montrer sa force en faveur de ceux dont le cœur est complet à son égard ”. A-t-il été mal conseillé, ou bien a-t-il considéré que Baasha et ses troupes constituaient une menace dont il pouvait se débarrasser par ses propres moyens ? Quoi qu’il en soit, il a raisonné d’un point de vue humain et ne s’est pas appuyé sur Jéhovah. “ Tu as agi sottement dans cette circonstance, a déclaré Hanani, car dès maintenant il existera contre toi des guerres. ” — 2 Chron. 16:7-9.
      Asa n’a pas supporté cette réprimande. Dans un accès de fureur, il a fait mettre Hanani aux ceps (2 Chron. 16:10). A-t-il jugé qu’après tant d’années de fidélité il ne méritait pas un tel blâme ? L’âge avait-il altéré son jugement ? La Bible ne fournit pas d’éléments de réponse.
      Dans la 39e année de son règne, Asa a été atteint d’une grave maladie des pieds. “ Même dans sa maladie, souligne le récit, il ne rechercha pas Jéhovah, mais les guérisseurs. ” Il semble qu’à cette époque Asa négligeait sa spiritualité. C’est manifestement dans ce piètre état et dans cette disposition d’esprit qu’il est mort, au cours de la 41e année de son règne. — 2 Chron. 16:12-14.
      Les qualités d’Asa et son zèle pour le culte pur semblent toutefois l’emporter largement sur ses erreurs. Jamais il n’a cessé de servir Jéhovah (1 Rois 15:14). Que pouvons-nous donc retenir de sa vie ? Qu’il nous faut méditer sur la façon dont Jéhovah nous est venu en aide par le passé, car ces souvenirs peuvent nous inciter à rechercher de nouveau son soutien lorsque nous traversons des épreuves. Par ailleurs, ne partons pas du principe que nous n’avons pas besoin de conseils tirés des Écritures sous prétexte que nous servons Dieu fidèlement depuis des années. Si nous commettons une faute, Jéhovah nous réprimandera. Pour tirer profit de la correction, acceptons-la sans nous offusquer. Mais ce qu’il nous faut surtout retenir, c’est que notre Père céleste sera avec nous aussi longtemps que nous resterons avec lui. Ses yeux parcourent la terre entière et remarquent ceux qui lui sont fidèles. Il les récompense en intervenant puissamment en leur faveur. Il l’a fait pour Asa. Il le fera aussi pour nous.


      · 1 reply
    • Eric Ouellet

      Le sel, un précieux condiment
      “ VOUS êtes le sel de la terre ”, a déclaré Jésus à ses disciples (Matthieu 5:13). Les Arabes utilisent l’expression “ il y a du sel entre nous ”, et les Iraniens parlent d’une personne “ infidèle au sel ” (déloyale ou ingrate). En raison des propriétés conservatrices de ce condiment, le terme “ sel ” en est venu à évoquer ce qui est tenu en haute estime, ce qui a une place d’honneur, aussi bien dans les langues anciennes que dans les modernes.
      Le sel est aussi devenu un symbole de stabilité et de permanence. Voilà pourquoi dans la Bible un engagement sérieux était appelé “ une alliance de sel ”. Souvent, les parties contractantes partageaient un repas, avec du sel, pour sceller leur accord (Nombres 18:19). Sous la Loi mosaïque, il fallait ajouter du sel aux sacrifices offerts sur l’autel, sans doute parce qu’il représentait le fait de ne pas être corrompu ni décomposé.
      Un historique digne d’intérêt
      Tout au long de l’Histoire, le sel (chlorure de sodium) a été un produit si précieux qu’il a même provoqué des guerres. Ainsi, l’un des facteurs déclenchants de la Révolution française a été le lourd impôt sur le sel exigé par Louis XVI. Le sel a également été une monnaie d’échange de grande valeur. Les marchands maures le troquaient contre de l’or, gramme contre gramme, et certaines tribus d’Afrique centrale utilisaient des blocs de sel gemme comme moyen de paiement. Le mot français “ salaire ” vient du latin salarium (de sal, sel), par allusion à la solde des soldats romains qui incluait une allocation de sel. Les Grecs payaient leurs esclaves avec du sel, ce qui a donné l’expression “ il ne vaut pas son sel ”.
      Au Moyen Âge, le sel a été l’objet de superstitions. Renverser du sel était un mauvais présage. À titre d’illustration, sur le tableau de Léonard de Vinci intitulé la Cène, Judas Iscariote est représenté avec une salière renversée devant lui. Jusqu’au XVIIIe siècle, par contre, la place qu’occupait une personne par rapport à la position du sel à une table de banquet (avant ou après le sel) indiquait son rang social ; la position d’honneur était celle d’avant la salière, en bout de table.
      Dès les temps anciens, l’homme a appris à extraire le sel des saumures naturelles, de l’eau de mer et de la roche. Un vieux traité de pharmacologie chinois décrit plus de 40 sortes de sel et deux techniques d’extraction qui ressemblent étrangement à celles que l’on emploie de nos jours. Par exemple, dans les plus vastes marais salants du monde, situés sur les côtes de Bahía Sebastián Vizcaíno, dans l’État de Baja California Sur, au Mexique, on utilise l’énergie solaire pour extraire le sel de l’eau de mer.
      Précision intéressante, on estime que si tous les océans de la planète étaient asséchés, “ ils fourniraient au moins 19 millions de kilomètres cubes de sel, soit près de 14,5 fois le volume du continent européen émergé ”. (Encyclopædia Britannica.) Et la mer Morte est environ neuf fois plus salée que les océans !
      Les usages du sel aujourd’hui
      À notre époque, le sel est toujours un produit précieux, qui sert notamment à assaisonner les aliments, à conserver la viande et à fabriquer du savon et du verre. Toutefois, on l’utilise de façon particulièrement salutaire dans le domaine de la santé publique. Par exemple, dans de nombreux pays, on l’enrichit d’iode pour combattre une carence endémique en iode, qui se manifeste par un goitre (une augmentation de volume de la glande thyroïde) et, dans les cas graves, par la débilité mentale. Dans certains pays, on ajoute aussi du fluor au sel pour la prévention des caries.
      Même si le sel, parce qu’il régule le volume sanguin et la tension artérielle, est essentiel pour rester en bonne santé, que dire du lien controversé entre consommation de sel et hypertension ? Les médecins préconisent habituellement aux patients qui souffrent d’hypertension de limiter leur consommation de sel et de sodium. Entre 30 et 50 % des personnes hypertendues sont sensibles au sel. Dans ce cas, il a été démontré qu’une consommation moins importante de sel diminuait la pression artérielle.
      Le sel ajoute de la saveur aux aliments, comme l’a indiqué Job dans cette question : “ Ce qui est fade se mangera-t-il sans sel ? ” (Job 6:6). Nous pouvons à coup sûr être reconnaissants envers notre Créateur, “ qui nous procure richement toutes choses pour que nous en jouissions ”, y compris ce précieux condiment qu’est le sel. — 1 Timothée 6:17.
      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,260
    • Total Posts
      125,903
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,774
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Hygin
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.