Jump to content

Sign in to follow this  
Guest Nicole

UNESCO 'fails' to recognize Israel’s historic connection to Temple Mount & Western Wall

Recommended Posts

Guest Nicole

UNESCO has intervened in the long-running Israeli-Arab conflict over Jerusalem's holy sites of the Temple Mount and the Western Wall. It passed a resolution for the sites to be referred to only by their Arabic names - Haram al-Sharif and the Buraq Wall - thereby ignoring any Jewish connection.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • Guest Nicole
    • By TheWorldNewsOrg
      'Mismanagement' keeps UN from reaching full potential, Trump says in debut speech
       
       
    • Guest
      By Guest
      A day of rage? Shouldn't calling for that alone be a criminal act and cause for imprisonment?
    • By The Librarian
      Our Brother Bill Underwood wrote an interesting article in the newspaper:

       

      If you had to choose between Freedom of Religion and Freedom of Speech, which would you choose?Now, you’re thinking, ‘I don’t have to choose, I already have both.’ Are you sure?Last August, the central district court of Tver – the oblast or ‘state’ in which Moscow resides, banned a religious website, jw.org. They did this secretly, not notifying the owners of the website until the day before the ban was to go into effect – January 22, 2014. Had they prevailed, their rationale would have been to claim, as they have in the past, that the ‘free speech’ on jw.org defames other religions. Jw.org won that battle in the court of appeals, but the foundation on which the attack was based still exists.In 1999, Pakistan brought a resolution to the UN calling for a ban on “Defamation of Islam.” Cooler heads prevailed and, after much discussion, the Commission on Human Rights passed instead a resolution banning “Defamation of Religion.”Over the years from 2000 to 2009 the resolution was added to, revised, strengthened, and re-worded, but it was consistently approved. Aside from the lack of elections, U.N. politicians are no different from any other type. It would have been politically incorrect to be seen as anti-Muslim, especially after 9/11, so passing a bill to protect them from defamation seemed like a good idea. Typical was the vote of the UN General Assembly in December, 2007: 108 for, 51 against, and 25 abstaining.In 2009, however, Pakistan pushed again. Their resolution that year stated that they were concerned that defamation of religion led to “the creation of a kind of Islamophobia in which Muslims were typecast as terrorists." They weren't opposed to freedom of expression, oh no. They merely wanted to ban "expression that led to incitement.”They said the hatred of Muslims was just like the hatred of Jews that Hitler had whipped up in pre-WWII Germany, and look what that led to. Has there been a Muslim “krystallnacht” that I didn’t hear about...the night of August 9, 1938 when Germans destroyed over 7,000 Jewish businesses and over 1,000 synagogues? Even in the days after 9/11 when there was enormous outrage against Muslims, the level of hatred never approached that.Pakistan’s proposed resolution said basically that freedom of speech sometimes has to yield in order to maintain peace. Governments such as Russia, Pakistan, and most of the middle east are quick to use this argument: some opinion or expression of yours is causing distress to others; therefore, instead of telling the ‘others’ to grow up and get over it, they tell you to stop expressing your opinion.In any case, this was a step too far, and the pendulum began to swing back. Pakistan’s argument was recognized for what it was, and over 200 civic groups, some Muslim, some Christian, some atheist, demanded that the UN push back.Over the preceding 10 years, the UN had assigned a “special rapporteur” to analyze the subject of defamation of religion and report back. The rapporteur’s report in 2009 included this telling statement:
      “[We] encourage a shift away from the sociological concept of the defamation of religions towards the legal norm of non-incitement to national, racial or religious hatred." Three months later when the United States and Egypt introduced a resolution which condemned "racial and religious stereotyping," EU representative Jean-Baptiste Mattei said the European Union "rejected and would continue to reject the concept of defamation of religions." Significantly, he said:
      "Human rights laws did not and should not protect belief systems." And the representative from Chile pointed out that,
      "The concept of the defamation of religion took them in an area that could lead to the actual prohibition of opinions." A month later, at a human rights meeting in Geneva, the United States representative admitted that defamation of religion is “a fundamentally flawed concept.” The rep from Sweden repeated what the Frenchman had said earlier: international human rights law protects individuals, not institutions or religions.By 2011 the backlash was complete. The UNHRC declared that "Prohibitions of displays of lack of respect for a religion or other belief system, including blasphemy laws, are incompatible with” the charter of the Human Rights Committee.In the years since then, any proposal in the UN attempting to ban ‘defamation of religion’ has been shot down. Freedom of speech has trumped freedom of religion.Last week, far from worrying about ‘defamation,’ the UN came out loudly and publicly chastising the Vatican.
      This has never happened before. Their purported justification for doing so went like this: The Vatican is a signatory of the Convention on the Rights of the Child, article 34 of which reads in part:
      “Parties undertake to protect the child from all forms of sexual exploitation and sexual abuse.” The UN accused the Vatican not merely of failing to protect children, but of actively endangering children by their policy of moving pederasts to new parishes where they could continue their predations, and of obfuscating all attempts by law enforcement agencies to find and prosecute the offenders.Now, here’s where it gets really interesting: The UN went further. They also condemned the Church’s doctrines regarding homosexuality, abortion, and ‘reproductive rights.’Chastising a signatory of a contract for failing to abide by the contract is one thing; Attempting to dictate to a church what their doctrines should be is something else. Where is the UN’s authority to do that? Yet they did it anyway.If, as the UN says, religions and belief systems are not protected by human rights - and I agree, they clearly are not – what prevents them from taking the next step: deciding that religions and belief systems are nothing more than ancient superstitions that are doing more harm than good, and that it’s time to ban them?It’s too bad the UN doesn’t have any teeth. Do they? We'll Investigate that next.
      Bill.underwood@mail.com
      Source
    • By TheWorldNewsOrg
      via TheWorldNewsOrg
      World News
    • By admin
      The UN should create a set of international rules to help stop the pandemic of fake news and Cold war-style disinformation, Russia’s Foreign Ministry spokeswoman Maria Zakharova has said during a session of the UN Committee on Information in New York.
       
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      The Clean Seas campaign was launched last week, aimed at eliminating major sources of marine plastic and changing shopping habits.
      The United Nations has declared war on plastic. In an unexpected announcement that emerged from the Economist World Ocean Summit in Bali last week, the UN officially launched its ‘Clean Seas’ campaign. The goal is to eliminate major sources of pollution, including microplastics in cosmetics and single-use disposable plastics, by pressuring governments and individuals to rethink the way goods are packaged and their own shopping habits.
      Erik Solheim, head of UN Environment, stated:
      “It is past time that we tackle the plastic problem that blights our oceans. Plastic pollution is surfing onto Indonesian beaches, settling onto the ocean floor at the North Pole, and rising through the food chain onto our dinner tables. We’ve stood by too long as the problem has gotten worse. It must stop.”
      It’s a problem that must be dealt with as aggressively as possible. Scientists say that the equivalent of a dump truck load of plastic is deposited in the world’s oceans every minute, and this quantity will only increase as consumption and population grow, too. By 2050, it’s said there will be more plastic than fish in the seas. The UN writes, “As many as 51 trillion microplastic particles – 500 times more than stars in our galaxy – litter our seas, seriously threatening marine wildlife.”
      On the campaign website, people can commit to certain actions to combat their personal plastic pollution, such as not using disposable grocery bags, bringing their own coffee cup, avoiding cosmetics with microbeads, and pressuring firms to reduce excess packaging. The campaign’s press release says it will make announcements throughout the year, highlighting advances made by countries and companies to reduce disposable plastics.

      Some countries have taken noteworthy steps, with ten already signing onto the #CleanSeas campaign. Indonesia, for example, has pledged to reduce marine litter by 70 percent by 2025, and Costa Rica says it will “take measures to dramatically reduce single-use plastic through better waste management and education.” Other nations are turning to taxes on plastic bags.
      The UN Clean Seas campaign is a good place to start, as it will spread the awareness of a little-known problem much further afield. Awareness, however, is just the first small step. It must translate into real lifestyle changes in order to make any sort of difference. It requires people to think ahead – request no straw with a drink, pack containers and bags when going to the store, trade in the diaper wipes for a washcloth, kick the bottled water habit – and it requires municipal governments to take a strong, often unpopular, stance.

      Just as microbeads are being eliminated in many places, plastic shopping bags should be, too; or at least the tax should be high enough to deter anyone, say $5 a bag, instead of 5 cents. Every town should have a bulk food store where the use of reusable containers is incentivized. Styrofoam and plastic takeout containers should be made illegal. Places to return packaging directly to manufacturers should be built alongside recycling facilities, based on the successful model of returning wine and beer bottles for refund in the province of Ontario. Schools need to start teaching children to care proactively for the Earth and to live with a reduced footprint, much like the strong anti-littering messages taught in Japan.
      Patagonia founder Yvon Chouinard quotes Wang Yang Ming in his book, Let My People Go Surfing: “To know and not to do is not to know.” Hopefully the Clean Seas campaign will be that crucial first step toward informing greater swaths of the world’s population and inspiring them to further action.
      http://www.treehugger.com/environmental-policy/un-says-its-time-tackle-plastic-pollution-aggressively.html
    • By The Librarian
      United Nations Building, New York City
      Photo Credit: Flash 90
       
      For years, critics of the United Nations have been calling on the U.S. to defund and even quit the world body. Some have urged that a rival or successor organization be established. Now, the empty sheet of bitter discontent with the UN has been filled in with a new name and a new movement calling to “defund and replace” the troubled organization with the Covenant of Democratic Nations. This writer has been a participating witness to the birth of this movement.
      Just days after the passage of UN Resolution 2334, which declared, among other things, that Israel’s Jewish connection to the Western Wall was effectively illegal, concrete replacement action began. It has started with a conversation of ideas proposing an official international conference that would carefully propound a multilaterally-signed diplomatic convention to be ratified by countries as a binding treaty that would juridically forge the covenant into operational reality.
      The entire process would be limited to nations governed by democratic principles. Each member would or could defund the United Nations while it labored to construct a successor entity dedicated to world peace along democratic principles with equal respect for all people regardless of religion, gender, race, identity, or national origin, as well as formulating a mechanism to resolve disputes.
      A prime mission of the new world body would be to re-ratify, amend, or nullify all acts and resolutions of the United Nations and its agencies such as UNESCO. Thus, the Covenant would create a new body of long-overdue, reformed, clarified, and updated international law. Sensibly, most CDN nations would remain as vestigial members of the UN overseeing its collapse from economic and bureaucratic processes as was done when the League of Nations was dissolved after World War II and replaced with the present UN.
      Clearly, the history of world bodies, fluttering high-minded banners of peace on earth following wars that scorched the world and scarred all humankind, is not a good one. The League of Nations was born after World War I out of a quest for revenge by the victors, laced with a visionary desire to end colonialism and empower self-determination among nationally awakened peoples, so long as the whole business conquered the oil fields of the Mideast, lubricating the machinery of the post-Second Industrial Revolution West—and the multinational corporate palms that controlled it.
      Countries were invented that had never existed, carved and chipped off the toppled Turkish and German empires, with handpicked kings and sovereigns put into place who could legally sign lucrative petroleum contracts. Backstage, oil companies got the oil. But the flaccid League of Nations – which never included the United States –proved its utter uselessness during the Hitler regime.
      After World War II, the League was replaced by the United Nations. Although enshrined as a democratic enterprise, profoundly undemocratic and scheming governments penetrated the organization from its inception. Civil war-torn China and a tyrannical and hegemonic Soviet Union joined France, Great Britain, and the United States to create the Security Council. Expansion, inclusion, and extension eventually enrolled 193 nations, including such egalitarian democracies as North Korea, Cuba, Venezuela, Iran, Afghanistan, Somalia, and Saudi Arabia. The world body began as a sick organ and deteriorated from there.
      The Covenant conversation launched in earnest on January 23 when a panel of like-minded voices assembled in a crowded Gold Room of the Rayburn House Office Building. Representative Trent Franks (R-AZ,) who currently supports a bill to defund the UN, opened the Covenant Launch proceedings by declaring, “This is a critically important issue. The United Nations started out with a noble charter…but the United Nations has not only failed their charter, they have distinctly moved in the opposite direction and done actual harm…. They have become an anti-American, anti-Semitic, anti-democratic, anti-freedom mob…. We need some type of alternative – a Covenant of Democratic Nations…. We need to repeal and replace.”
      Sarah Stern, founder of the Endowment for Middle East Truth (EMET), pinpointed America’s 22 percent share of the overall UN budget. Stern said America was not getting what it pays for when “despotic, ruthless, tyrannical regimes” such as Syria “could pass judgment on the one democracy in the Middle East.” The UN has, she said, proven to be “abysmal” and added, “It is now time to begin having this conversation about dissolving the United Nations and replacing with a Covenant of Democratic Nations that share our common values…of tolerance, human rights, and the rule of law.”
      Famed constitutional attorney Nathan Lewin, who has worked on 28 Supreme Court cases, proclaimed to the room, “The United Nations deserves an obituary…because the United Nations committed suicide when it adopted Resolution 2334. It wrote its own death warrant…. Today I am happy to join a group that would spell the end of the United Nations, the end of its funding, it presence and significance in the world order.”
      The Covenant launch in Washington was only the beginning. Additional panels and town hall meetings will convene in several locales in the coming weeks. The conversation has begun.
      Edwin Black
      About the Author: Edwin Black is the author of several books including “ IBM and the Holocaust” and the initiator of the Covenant of the Democratic Nations effort. For his prior efforts, he has been awarded the Moral Courage Award, the Moral Compass Award, and the Justice for All Award.
      http://www.jewishpress.com/indepth/opinions/replacing-the-un-with-the-covenant-of-democratic-nations/2017/02/02/
    • By The Librarian
      Over the past year we have been celebrating 70 years of the United Nations and indeed, there is much to be proud of and grateful for. Over the past year alone, Member States adopted an ambitious development agenda – Agenda 2030 – as well as the landmark Paris Agreement on climate change, a process in which I was honoured to play a role. These agreements demonstrate, once again, the power and the value of the UN when its Member States are united in purpose.
      At the same time, the world is facing complex challenges that the UN’s founders could have scarcely imagined 70 years ago. As our societies have grown more interconnected, so have our problems. The global migration and refugee crisis has demonstrated that armed conflict, environmental degradation and human rights violations in one part of the world can have repercussions across the world. We are already witnessing the effects of climate change, the impacts of which are being felt most acutely by the poorest societies that are least able to cope. We have also been made painfully aware that terrorism knows no borders and that violent extremists are increasingly adept at exploiting power vacuums, instability and discontent to spread hatred and destruction.
      Image: United Nations Working together to tackle the biggest challenges
      It is evident that we can no longer afford to deal with such challenges in an isolated manner or ignore the full range of their impacts – social, political, environmental and economic. Doing so risks inflaming vicious cycles of conflict. The only way to take on these challenges is by working collectively; either we figure out ways of winning together, or we will all lose together.
      In these complicated times, and in a fraught and shifting geopolitical environment, the United Nations remains the indispensable organization that can bring the world around the table to formulate collective responses to shared challenges. Even as these challenges grow increasingly complex, Member States continue to turn to the UN as the universal forum to build consensus and unity in the face of daunting obstacles. But in order to deliver on its crucial responsibilities in a fast-moving world, the UN as an institution has to evolve. This requires visionary leadership and creativity to adapt the way we think, the way we engage, and the way we work.
      Four priorities for peace and security
      For the UN to take on the global challenges of the 21st century, I believe the next secretary-general should focus on four broad priorities in the field of peace and security.
      First, conflict prevention and strengthened political engagement must be brought to the forefront of the UN’s agenda. This is not a new idea –three major reviews of the UN’s peace and security architecture over the past year have reiterated this point. The UN secretariat needs to be more creative in presenting to the Security Council the full spectrum of instruments we have at our disposal to prevent and de-escalate conflicts, from special envoys, regional political offices and political missions, to peacebuilding support efforts and specialized, interdisciplinary teams that can provide host governments with focused support. The UN should also use its greatest assets – its convening power and legitimacy – to be more active at bringing together stakeholders to negotiate political settlements and resolve conflicts before violence erupts.
      Additionally, we must remember that conflict prevention requires sowing the seeds of long-term peace through development and prosperity. Agenda 2030 highlights the old truth that there is no peace without sustainable development – and no sustainable development without peace.
      A second priority should be promoting full integration of UN system-wide efforts. Too often the UN’s political, developmental and human rights efforts are functioning at cross-purposes. This must stop. The multi-dimensional challenges we face require multi-dimensional thinking and action. We must overcome institutional inertia and instil a culture of systemic collaboration and inter-disciplinary thinking appropriate for the interconnected world we live in. The new secretary-general and their team should find innovative ways of harnessing the full capacities of the UN system, including the agencies, funds and programmes to be able to tackle issues on all fronts. This also requires undertaking renewed efforts to promote better internal governance, transparency and accountability. And we must heed the call from both Member States and UN staff to adapt our bureaucratic processes to be more agile and effective, and better respond to evolving realities in the field.
      Third, the UN must become a better partner. Regional and sub-regional organizations such as the African Union, European Union, Arab League, the Association of Southeast Asian Nations and others play a critical role in conflict resolution and prevention. We must recognize that other actors are sometimes better placed to react more rapidly and effectively. In such cases, we should work together with these organizations to identify the ways the UN can best support and enable regional efforts. And our approach should be grounded in a spirit of mutual respect and recognition of comparative advantages.
      Finally, the next secretary-general should redouble diplomatic engagement with Member States, particularly the Security Council, through closer and more regular interaction aimed at finding and expanding points of consensus. While the Council has been criticized for its handling of the Syrian crisis, we must recognize that it found common ground on the destruction of Syria’s chemical weapons and on authorizing cross-border humanitarian access. Even in the most seemingly intractable conflicts, there is room for agreement on issues of common interest, and the secretary-general should use their diplomatic arsenal and creativity to facilitate consensus among Member States, even when consensus seems impossible.
      Making the impossible a reality
      Indeed, a universal agreement to combat climate change seemed impossible only a few years ago. But through persistent, hopeful leadership and old-fashioned multilateral diplomacy –the UN’s raison d’être and greatest strength – we were able to make the impossible possible. I am confident that together we can do the same for the multitude of challenges we face today. Billions of people around the world affected by conflict, poverty and hardship are counting on us. We cannot fail them.
      https://www.weforum.org/agenda/2016/08/these-are-the-big-challenges-awaiting-the-new-un-secretary-general
    • By g@gmail.com
      But academia only held the fervent Catholic's interest for a couple of years. . .......
      http://www.bbc.com/news/world-europe-37565570
    • By g@gmail.com
      https://www.sipri.org/news/2016/sipri-presents-latest-military-expenditure-data-un-headquarters
       
       

    • By admin
      A bus has exploded in Jerusalem, leaving around 16 injured, Israeli media report, citing emergency medical services
    • Guest Nicole
      By Guest Nicole
      By Jillian Sequeira | March 28, 2016
      In the United States last month, the Fundamentalist Church of Jesus Christ of Latter Day Saints made headlines for committing food stamp fraud. The infamous cult, which the Southern Poverty Law Center referred to as “white supremacist, homophobic, antigovernment, [and] totalitarian,” has practiced polygamy and sexual abuse for years but the evidence of the food stamp case may be the key to shutting the organization down for good. Without lucky breaks like this food stamp case, law enforcement often has difficulty effectively disbanding cults.
      Identifying a cult in the first place is often a difficult task, as the line between freedom to practice religion and illegal activity shifts depending on different cultural traditions. Members of cults rarely want to share information with the authorities which makes building a criminal case incredibly difficult.
      However, eliminating cults should not be considered an impossible task. Consider the case of Israel. The Israeli parliament, the Knesset, has recently introduced an anti-cult law designed to dismantle New Age sects of Judaism that are considered explosive forces within the country by the lawmakers trying to regulate them. Take a look at that situation in Israel and how other countries have handled cults in the past in comparison with the proposed Israeli law.
      SPOTLIGHT ON ISRAEL: THE KNESSET’S DECISION
      Israel’s proposed bill was put forward by Orly Levy-Abecassis, a Member of the Knesset from the Yisrael Beytenu party. Levy-Abecassis has been committed to dismantling cults for some time now, as evidenced by her 2014 protest of homeschooling. She argued that homeschooling could shelter cults, allowing them to corrupt younger generations and evade the gaze of Social Services ministries that monitor children’s health.
      The proposed law defines a cult as any group that:
      Rallies around a person or an idea, in a way that there is exploitation, dependency, authority, or emotional distress experienced by one or more members, uses methods of mind control or controlling patterns of behavior, and operates in an organized, systematic, and sustained fashion, while committing crimes under Israeli law that are felonies or sexual offenses or serious violence.
      The bill also labels the act of leading a cult as an offense punishable by up to ten years in prison. The Ministry of Welfare would be tasked with compiling a database of information about members, leaders, and practices of cults. The final segment of the bill asks for the establishment of a department dedicated to helping victims of cult abuse. If this bill is passed into law, it will be the first Israeli statute to distinguish cults from other religious groups that enjoy protection under freedom of religion clauses.
      There have been a series of high profile court cases involving cults in Israel over the past several years. In 2014, accused cult leader Goel Ratzon was sentenced to 30 years in prison in October 2014 for a slew of sex crimes but escaped persecution for a count of slavery. One of his former “wives” was interviewed immediately after the court’s decision and said:
      It seems that in the State of Israel, pimps, people who pimp other peoples’ body and soul, can continue to do so…they have the right – because there is no law and there is no justice.
      There have also been allegations against a man named Rabbi Aharon Ramati for cult behavior. Ramati was arrested and then moved to house arrest but his sentence was relatively short. Parents of the young women who have joined Ramati’s cult argue that the girls are being brainwashed and kept against their will in squalid living conditionsbut because the cult members are all adults, the Israeli state has virtually no power to intervene. Unless they can compile sufficient proof of crimes on Ramati’s part, joining the cult is legally considered to be a choice that anyone is entitled to make.
      International Impact
      While the bill is designed to target groups within the borders of Israel, it could potentially be used to condemn Jewish cults throughout the world. One such alleged cult would be the Lev Tahor sect, an anti-Zionist cult that opposes homosexuality, birth control and evolution, and has expanded from Canada into Guatemala. Canadian officials have connected Lev Tahor to dozens of cases of child abuse, human trafficking and forgery and there are no signs that the cult has planned to shut down those practices within their new operation in Guatemala. There are fears that Lev Tahor may become increasingly violent in future years, becoming a threat to both the Israeli community and the greater population. Lev Tahor does not currently exist within Israel and Israel’s bill only applies within national borders, but the rise of the cult hasconcerned Jewish leaders, no doubt contributing to the impetus to pass a formal anti-cult law.
      HOW DO DIFFERENT NATIONS DEAL WITH CULTS?
      Israel is not the only country that is host to a variety of cults.  Different legal systems and law enforcement agencies deal with cults in a variety of ways across the globe.
      The United States
      U.S. law enforcement has historically struggled with regulating cults because of a hesitancy to violate First Amendment rights. Authorities have to wait until they have sufficient evidence to file criminal charges, which sometimes results in cults being designated criminal organizations. During the latter half of the twentieth century, a host of cults dominated American headlines–the Branch Davidians, Heaven’s Gate, the People’s Temple–but just because many of these high profile cults were destroyed does not mean that cult worship is not alive and well in America. The Children of God (now known as Family International) is an active cult that continues to operate in the United States today. Individual leaders and members have been charged with criminal offenses, but never enough to permanently shut down the organizations.
      France
      In contrast, the French government has actively sought to disband cults and has even created a “cult-fighting” unit within its law enforcement branch of government. While France runs across the same difficulty defining cults that the U.S. has, the French government did take the time to create a list of ten cult characteristics in 1995 which has proved important for legal cases against cults. The same commission that published that list also put together a set of 173 organizations that it considers to be cults–including Jehovah’s Witnesses and the Church of Scientology.
      Indonesia
      In Indonesia, new religious groups are emerging that Indonesian authorities are tentatively labeling cults or “deviant sects.” Movements such as Gafatar isolate their members from mainstream society, asking them to follow a charismatic leader and subject themselves a religious hierarchy that controls their lives. Indonesian law allows the government to control religion in the public sphere but does not extend into the private lives of Indonesian citizens. Sects such as Gafatar have come under attack from religious majorities, inspiring outcry from the international human rights community. At this point, it is difficult to identify whether Gafatar is a cult with the same violent potential as those that existed in America several decades ago or if it is simply an emergent religion. Gafatar subscribes to some of the characteristics included on the French commission’s 1995 list but is not as clearly cult-like as an organization like the Branch Davidians. The Indonesian government should be able to monitor the group but cannot take direct action to disband it unless there is evidence of criminal activity.
      CONCLUSION
      In the twenty-first century, cults are an uncomfortable reminder of the most archaic and brutal aspects of major religions. As mainstream religious institutions adapt with time and become more open to equality and change, these organizations remain in the past, controlling their members through mental and physical abuse. Bringing the leadership of cults to justice is a priority for law enforcement but it is difficult to disband cults without causing an uproar over the violation of the right to freedom of religion. Israel’s proposed legislation could have lasting effects not only within Israeli borders but beyond, setting a standard for condemning hate speech and brainwashing around the world. However, persecuting cults is a difficult task as the very act of defining them is controversial. Organizations such as the Church of Scientology and the Hare Krishnamovement have been labeled cults in some countries and acceptable religions in others. Bills like the one the Knesset is considering take on the blurred lines between religious freedom and criminal activity in a public forum that world governments have historically skirted around.
      Source: http://lawstreetmedia.com/issues/world/israels-battle-dismantle-cults-inspiration-rest-world/





  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Members

  • Recent Status Updates

    • Eric Ouellet

      PERLES SPIRITUELLES  GENÈSE CHAPITRES  42 - 43
       
      Restons unis dans l'amour en tout temps
      Vous estimez être assez grand pour rentrer tard les soirs du week-end, mais vos parents exigent que vous soyez là de bonne heure.
      Vous voulez aller voir le nouveau film dont tous vos camarades parlent, mais vos parents vous l’interdisent.
      Vous avez rencontré des jeunes sympathiques et vous aimeriez sortir avec eux, mais vos parents veulent d’abord faire leur connaissance.
      EN TANT qu’adolescent, vous avez parfois l’impression d’étouffer sous la coupe de vos parents. À chaque fois que vous exprimez un désir, il semble que la réponse qui s’ensuit inévitablement soit: “Non, ce n’est pas possible.” Une jeune fille apporte son témoignage: “Lorsque je suis devenue adolescente, mes parents se sont mis à m’imposer des tas de restrictions, comme le fait de ne pas rentrer après minuit. J’avais horreur de ça.”
      Aucun de vos mouvements ne semble échapper au regard inquisiteur de vos parents. Billy, 18 ans, se plaint de l’attitude de son père: “Il me demande d’où vient mon argent et où je le dépense. Puisque je le gagne moi-même, je crois que c’est à moi de décider de son usage.” Déborah, 15 ans, a le même sujet de plainte: “Mon père veut toujours savoir où je suis et à quelle heure je vais rentrer. La plupart des parents agissent ainsi. Faut-il qu’ils soient au courant de tout? Ils devraient me laisser plus libre.”
      Mais soyons honnêtes. La plupart des jeunes parviennent à agir à leur guise, au moins une bonne partie du temps, et vous ne faites sans doute pas exception à la règle. Mais, à certains moments peut-être, vos parents semblent oublier que vous avez grandi, et au lieu de vous traiter comme un adolescent, ils agissent avec vous comme avec un petit enfant. D’où vient ce besoin irrésistible qu’ils ont de vous protéger?
      Vous avez sans doute compris depuis longtemps que cette tendance protectrice allait en général de pair avec le rôle de parents. Quand papa et maman ne sont pas occupés à pourvoir à vos besoins matériels, ils se démènent souvent pour vous instruire, vous former et vous protéger. De plus, si vos parents sont chrétiens, ils prennent au sérieux le commandement biblique qui leur enjoint de vous “élever dans la discipline et l’éducation mentale de Jéhovah”. (Éphésiens 6:4.) L’intérêt qu’ils vous portent est donc loin d’être occasionnel. Ils sont responsables devant Dieu de la manière dont ils vous élèvent, et lorsqu’une chose semble menacer votre bien-être, ils s’inquiètent.
      Considérez l’exemple des parents de Jésus Christ. Après un séjour à Jérusalem, ils rentrèrent chez eux sans être suivis par Jésus. Quand ils s’aperçurent de son absence, ils se mirent à le chercher avec empressement, et même avec affolement, pendant trois jours! Lorsque enfin “ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des enseignants, les écoutant et les interrogeant”, sa mère s’exclama: “Mon enfant, pourquoi as-tu agi ainsi avec nous? Vois! ton père et moi, nous te cherchons tout angoissés.” (Luc 2:41-48). Si les parents de Jésus étaient tout angoissés, songez au nombre de fois où vos parents doivent s’inquiéter à votre sujet.
      D’autre part, si vos parents sont si enclins à vous protéger, c’est aussi parce que la vision qu’ils ont de vous, de vos amis et du monde qui nous entoure est probablement très différente de la vôtre. Comme l’a souligné un jour Salomon, les jeunes sont pleins de force et d’énergie (Proverbes 20:29). Ils voient dans le monde maintes occasions d’utiliser et de développer leurs capacités. Mais ce faisant, ils ne font pas toujours preuve d’un très bon jugement, car ils sont “inexpérimentés” et manquent de “sagacité”. (Proverbes 1:4.) Les adultes ont peut-être moins de vigueur, mais bien souvent ils voient le monde avec les yeux de l’expérience. Ils connaissent bien les pièges et les dangers de la vie et veulent vous aider à ‘écarter le malheur’. — Ecclésiaste 11:10.
      Prenez par exemple cet éternel conflit au sujet de l’heure à laquelle vous devez rentrer. Vous ne voyez peut-être aucune raison d’être soumis à des restrictions dans ce domaine. Mais avez-vous déjà essayé de voir les choses du point de vue de vos parents? C’est ce qu’a tenté de faire les livres ( Les jeunes s'interrogent volumes 1 et 2), un ouvrage écrit pour les jeunes d’âge scolaire. Les jeunes gens de nos jours reconnaissent: “Nous savons que les parents s’inquiètent et se fâchent quand leurs enfants ne rentrent pas à l’heure fixée.”
      Ces jeunes ont établi une liste de tout ce que “les parents peuvent imaginer quand leurs enfants ne sont pas rentrés à l’heure”. On y trouve toutes sortes de choses. Ils pensent que ‘leur enfant se drogue, qu’il a eu un accident de voiture, qu’il traîne dans un jardin public, qu’il s’est fait arrêter, qu’il est allé voir un film pornographique, qu’il vend de la drogue, qu’il s’est fait agresser ou violer, qu’il a été emprisonné ou encore qu’il est en train de déshonorer le nom de la famille’.
      De prime abord, cela paraît presque amusant que des parents tirent des conclusions aussi hâtives. “Jamais je ne ferais ce genre de choses”, affirmerez-vous avec fierté. Mais n’est-il pas vrai que beaucoup de jeunes, peut-être même parmi vos camarades de classe, commettent certaines de ces actions? Devriez-vous donc rejeter le point de vue de vos parents qui estiment que rentrer tard et avoir de mauvaises compagnies vous seraient nuisibles? D’ailleurs, même les parents de Jésus tenaient à être informés de ses allées et venues.
      Comprenez le point de vue de vos parents
      Certes, toutes les restrictions que vous imposent vos parents ne sont peut-être pas aussi raisonnables. Certains jeunes vont jusqu’à dire que l’inquiétude qu’ont leurs parents à leur égard frôle la paranoïa. Mais cela s’explique. La Bible nous relate le cas d’un jeune homme du nom de Benjamin qui devait se rendre en Égypte avec ses frères. Quelle fut la réaction de son père? La Bible précise: “Mais Jacob n’envoya pas Benjamin, frère de Joseph, avec ses autres frères, car il disait: ‘Sans cela, il pourrait lui arriver un accident mortel.”’ — Genèse 42:4.
      Or Benjamin était adulte; il avait plus de 30 ans. Il aurait pu facilement s’irriter d’être traité ainsi. Après tout, pourquoi un “accident mortel” le menacerait-il davantage que ses dix autres frères? Cependant, il semble qu’il comprit les sentiments de son père. Benjamin était le second fils de Rachel, la femme préférée de Jacob. Elle était morte en le mettant au monde (Genèse 35:17, 18). On peut donc imaginer à quel point Jacob devait être attaché à son fils. De plus, Jacob croyait à tort que Joseph, l’autre fils qu’il avait eu de Rachel, avait disparu dans un “accident mortel”. Bien qu’elle ne fût pas entièrement rationnelle, la réaction de Jacob était cependant compréhensible.
      De même, il peut arriver par moments que vos parents semblent trop en faire pour vous protéger. Mais n’oubliez pas qu’ils ont “investi” en vous beaucoup de temps, d’énergie et d’affection. À l’idée que vous grandissez et que vous finirez par les quitter, ils se sentent peut-être mal à l’aise ou très inquiets*. Le commentaire suivant le prouve: “Mon enfant unique, mon fils, a 19 ans aujourd’hui et je supporte difficilement l’idée de le voir s’en aller.”
      En effet, quand ils vous voient grandir, vos parents se rendent compte douloureusement qu’ils commencent à vieillir et que leur rôle de parents semble toucher à sa fin (bien que ce ne soit pas vraiment le cas). Une autre personne a déclaré: “Au début, on pense qu’on a vécu sa vie et qu’on est bon à mettre au rebut.”
      Voilà pourquoi certains parents ont tendance à se montrer extrêmement possessifs ou à protéger à l’excès leurs enfants. Mais vous commettriez une grave erreur si vous réagissiez avec violence devant une telle situation. Une jeune femme se souvient: “Jusqu’à l’âge de 18 ans, j’étais très proche de ma mère. (...) Mais après, nous avons commencé à avoir des problèmes. Au fur et à mesure que je grandissais, je voulais être plus indépendante et ma mère pensait que cela nuisait à nos relations. De son côté, elle resserrait son emprise sur moi et j’ai réagi en m’éloignant encore davantage. Je comprends maintenant que j’avais ma part de torts.” Il est bien préférable d’essayer de ‘se mettre à la place d’autrui’ et de comprendre nos parents (I Pierre 3:8). Une jeune fille du nom de Catherine explique qu’en agissant ainsi elle a ‘appris à manifester plus de considération envers ses parents’.
      Vous aussi, vous agirez bien si vous manifestez davantage de considération envers vos parents et essayez de cultiver une compréhension mutuelle. N’oubliez pas que tous les parents ne s’inquiètent pas de leurs enfants au point de veiller à leur bien-être. Soyez donc heureux d’avoir des parents qui se soucient de vous. C’est la preuve qu’ils vous aiment.
      La vraie repentance rend possible la miséricorde
      Joseph occupait donc une position enviable. La vie des habitants de l’Égypte, dont celle de Potiphar et de sa femme, était entre ses mains. Mais elle n’était pas menacée. Joseph avait déjà démontré qu’il était un homme miséricordieux et clément et qu’il n’était pas rancunier et ne cherchait pas à se venger. Cependant, sa miséricorde allait être sérieusement mise à l’épreuve. Cela arriva quand la famine s’étendit sur toute la terre et que toutes sortes de peuples vinrent en Égypte pour chercher du grain. Un jour, alors que Joseph s’acquittait de ses responsabilités et pourvoyait avec compassion à la nourriture des peuples affamés et des Égyptiens, ses dix demi-frères se présentèrent à lui et se prosternèrent la face contre terre. Joseph se rappela immédiatement les rêves qu’il avait faits à ce sujet, mais, bien qu’il les eût reconnus, il ne se fit pas connaître d’eux et leur parla uniquement par l’entremise d’un interprète. Comment allait-il agir envers eux ? Après plus de vingt ans, l’heure de leur jugement était arrivée. Étant donné qu’ils n’avaient pas manifesté la moindre pitié, ils méritaient un jugement impitoyable. Agissant en tant que représentant de Jéhovah, Joseph ne pouvait pas transgresser les lois divines de justice. Cependant, il n’était pas rancunier et il allait devoir rendre compte à Dieu de la façon dont il les traiterait. C’est pourquoi, influencé par la sagesse d’en haut, il les mit à l’épreuve. — Gen. 41:53 à 42:8.
      Leur parlant durement, Joseph accusa ses demi-frères d’être des espions. Quand ils protestèrent de leur innocence et lui dirent qu’ils étaient tous fils d’un seul homme et qu’un de leurs frères était resté avec leur père, il lia Siméon devant eux et leur dit qu’il resterait emprisonné jusqu’à ce qu’ils reviennent avec leur autre frère. Bouleversés, les demi-frères de Joseph manifestèrent une attitude tout à fait repentante ; ils acceptèrent ce malheur comme un châtiment venant de Dieu, “car, se dirent-ils, nous avons vu, la détresse de son âme [de Joseph], quand il nous suppliait d’avoir compassion, mais nous n’avons pas écouté”. Joseph, qui les entendait, bien qu’ils n’en soient pas conscients, fut très ému ; il s’éloigna d’eux et se mit à pleurer. Toutefois, leur épreuve n’était pas terminée. Il ne devait subsister aucun doute quant à la sincérité de leur repentir. Ayant fait remplir leurs réceptacles de grain, Joseph fit remettre secrètement leur argent dans leurs sacs et les renvoya chez eux, alors qu’il gardait Siméon. — Gen. 42:9-28.
      Finalement, quand ils n’eurent plus de céréales, ils durent redescendre en Égypte. Mais ils avaient été avertis de ne pas se présenter devant le préposé à la nourriture en Égypte à moins d’amener leur frère avec eux. Craignant de perdre le seul fils qui lui restait de sa femme bien-aimée Rachel depuis qu’il avait perdu Joseph, Jacob refusait toujours de le laisser aller. Finalement, il n’y eut plus d’autre solution. Juda se porta garant pour lui. Quand ils se présentèrent devant Joseph et que celui-ci vit Benjamin, son propre frère, il ne put se contenir. Ses émotions intimes s’étant ravivées pour son frère, il alla dans une chambre intérieure où il donna libre cours à ses larmes. Ensuite, il soumit ses demi-frères à une dernière épreuve. Par ruse, il fit croire que Benjamin avait volé sa coupe d’argent très précieuse. Il ordonna donc que Benjamin reste pour être son esclave et que les autres retournent dans la maison de leur père. Affligés et le cœur brisé parce qu’ils savaient que la perte de Benjamin, le fils bien-aimé de Jacob, ferait descendre les cheveux gris de leur père dans la tombe, ils supplièrent Joseph de leur rendre Benjamin. Finalement, quand Juda s’offrit volontairement à prendre la place de Benjamin, Joseph n’arriva plus à se dominer. Alors, en pleurant, il se fit connaître à ses frères, en disant : “Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour l’Égypte. Mais à présent, ne soyez pas peinés et ne soyez pas irrités contre vous-mêmes, de m’avoir vendu pour ici ; car c’est pour la préservation de la vie que Dieu m’a envoyé en avant de vous.” Sur l’ordre de Pharaon, Joseph fit en sorte que Jacob, son père, et toute sa maisonnée, viennent en Égypte où ils reçurent la meilleure partie du pays. — Gen. 42:29 à 47:31.
      Debout lors du jugement avec une vie de miséricorde derrière soi
       L’étendue et la qualité de la miséricorde de Joseph sont mises en évidence par les circonstances dans lesquelles elle a été exercée. Il a été cruellement traité, voire menacé de mort, par ses demi-frères, il a été accusé faussement et avec ruse par la femme de Potiphar, celui-ci a agi durement envers lui en le faisant injustement emprisonné, et le chef des échansons, qu’il avait encouragé avec compassion, l’oublia avec ingratitude. Malgré cela, Joseph ne songea nullement à se venger quand il en eut le pouvoir. Bien au contraire, avec amour et une considération profonde et sincère, il veilla à satisfaire leurs besoins, étendant sa compassion jusqu’à la maison de son père et à tous les membres de la nation égyptienne. Joseph n’a certainement pas cultivé cette qualité seulement après qu’il eut été élevé à une position qui lui conférait honneur et puissance. Au contraire, la miséricorde que Jéhovah témoigna à Joseph durant ses épreuves en le protégeant, en le soutenant et en le rassurant, est un témoignage de l’attitude clémente et miséricordieuse qu’il a dû garder pendant tout ce temps. Cela paraît tout à fait certain à en juger par la règle suivante énoncée par Jésus : “Heureux les miséricordieux, puisqu’il leur sera fait miséricorde.” (Mat. 5:7). Cette attitude de Joseph ressemble beaucoup à celle de Jésus qui, sur le poteau de supplice où il allait mourir, déclara : “Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font”, ou à celle d’Étienne qui, alors qu’il était lapidé à mort, s’écria : “Jéhovah, ne leur compte pas ce péché.” (Luc 23:34 ; Actes 7:60). La miséricorde dont chacun de ces hommes témoigna dans ces différents cas fut récompensée.
      Cela n’indique-t-il pas clairement que nous avons tout intérêt à nous montrer miséricordieux ? Paul nous certifie que “chacun de nous rendra compte à Dieu pour soi-même”. (Rom. 14:12.) Qu’il est réconfortant de savoir que “la miséricorde, triomphante, se glorifie aux dépens du jugement” ! Que ce soit aujourd’hui, dans un moment critique, ou lors du Jour du Jugement, qui approche rapidement (II Pierre 3:7), quand il s’agira de rendre compte pour nous-mêmes à Dieu et à Jésus Christ, le Juge qu’il a établi, notre situation dépendra entre autres choses de la miséricorde que nous aurons témoignée au cours de notre vie passée. C’est par conséquent l’obéissance au commandement de Jésus nous ordonnant d’aimer en toutes circonstances qui nous aidera à mener une vie riche en miséricorde, contribuant ainsi à la louange de Jéhovah et à la paix dans l'assemblées.
      À leur arrivée dans le pays, ils furent réunis à Siméon et, à leur grande surprise, ils furent tous invités à manger avec l’administrateur des vivres. Quand Joseph arriva, ils lui offrirent un cadeau, se prosternèrent devant lui et, après avoir répondu à ses questions au sujet de leur père, s’inclinèrent de nouveau. Quand Joseph vit Benjamin, son frère, une émotion si vive s’empara de lui qu’il s’éloigna et se laissa aller aux larmes. Après cela il fut capable de maîtriser ses sentiments et il ordonna qu’on serve le repas du midi. Les 11 frères furent placés à une table pour eux selon leur âge, et Benjamin reçut des portions cinq fois plus grosses que les autres. Probablement Joseph éprouvait-il ainsi ses frères pour voir s’ils n’étaient pas encore animés de quelque jalousie cachée. Mais ils ne donnèrent aucun signe d’un tel état d’esprit. — Gn 43:15-34.
      Comme la fois précédente, Joseph ordonna qu’on remette l’argent de chacun dans son sac (Gn 42:25) et, en plus, il commanda qu’on place sa coupe d’argent dans celui de Benjamin. Après qu’ils se furent mis en route, Joseph les fit rattraper et accuser d’avoir volé sa coupe d’argent. Peut-être pour leur faire prendre conscience de toute la valeur que revêtait cet objet à ses yeux et de la gravité du délit qu’ils étaient censés avoir commis, l’homme qui était au-dessus de la maison de Joseph avait pour consigne de leur dire : “ N’est-ce pas là l’objet dans lequel boit mon maître et au moyen duquel il lit habilement les présages ? ” (Gn 44:1-5). Toute cette mise en scène faisant partie d’une ruse, il n’y a évidemment pas lieu de penser que Joseph se servait vraiment de cette coupe d’argent pour lire les présages. Apparemment, Joseph souhaitait se faire passer pour l’administrateur d’un pays dans lequel le vrai culte n’était pas pratiqué.
      Grande dut être la consternation des frères de Joseph lorsque la coupe fut trouvée dans le sac de Benjamin. Les vêtements déchirés, ils retournèrent chez Joseph et se prosternèrent devant lui. Joseph déclara qu’à l’exception de Benjamin ils étaient tous libres de partir. Mais ils ne voulurent pas, ce qui montra qu’ils n’avaient plus cette envie qui les avait poussés, quelque 22 ans auparavant, à vendre leur frère. Avec éloquence, Juda supplia en leur faveur et proposa de prendre la place de Benjamin pour que leur père ne meure pas de chagrin en ne le voyant pas revenir. — Gn 44:6-34.
      Joseph révèle son identité. Profondément touché par la supplication de Juda, Joseph ne put se dominer plus longtemps. Il ordonna à tous les étrangers de sortir, puis il révéla son identité à ses frères. Il ne nourrissait pas d’animosité à leur égard, même s’ils l’avaient grandement maltraité auparavant. Il leur dit : “ Maintenant, ne soyez pas peinés et ne soyez pas en colère contre vous-mêmes, de m’avoir vendu pour ici ; car c’est pour la préservation de la vie que Dieu m’a envoyé en avant de vous. Car ceci est la deuxième année de la famine au milieu de la terre, et il y a encore cinq ans durant lesquels il n’y aura ni période de labour ni moisson. Dieu m’a donc envoyé en avant de vous afin de mettre, pour vous, sur la terre, un reste et vous garder en vie en vous faisant échapper d’une grande manière. Ainsi donc, ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici, mais c’est le vrai Dieu. ” (Gn 45:1-8). Le pardon de Joseph était sincère, car il pleura contre ses frères et les embrassa tous.
      Soyons ferme et unie avec notre famille charnelle et spirituelle car l'unité et l'amour est basé sur un pardon mutuelle et constant. Elle garde nos relations avec les autres dans une joie constante et épanouie.
      Soyons heureux de vivre tous unie même dans les épreuves de la vie, car Jéhovah est notre bouclier et notre force pour toujours.

      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      Gardons notre coeur fort dans la foi jusqu'aux jour de Dieu
       
      Imaginez un avion de petite taille pris dans le mauvais temps. Le pilote perd ses repères au sol. Des nuages épais l'environnent, et l'empêchent de voir plus loin que son pare-brise. Pourtant, il est certain arriver à bon port. Pourquoi est-il si confiant?
      Grâce à la précision de ses instruments de bord, il est en mesure de naviguer au travers des nuages ou d'atterrir dans l'obscurité. Sur sa route, et surtout à l'approche de l'aérodrome, des balises électroniques le guident, et il reste en contact radio avec la tour de contrôle.
      De façon assez similaire, nous pouvons regarder l'avenir avec confiance, quand bien même les conditions mondiales s'assombrissent de jour en jour. Notre vol à travers le système corrompu de ce monde est plus long que prévu, mais nous pouvons être sûr de nous trouver sur la bonne voie et d'arriver en temps et en heure qui nous aie prévu. Si nous en sommes persuadés, c'est par ce que les conseils que nous recevons nous donnent une vue ensemble plus perçante que l'oeil humain.
      La paroles de Dieu est une lumière pour notre sentier, et elle est digne de foi, rendant sage l'inexpérimenté. (Psaumes 19:17 ; 119:105)
      Telle une balise qui indique au pilote la bonne trajectoire, la bible nous expose ce que l'avenir nous réserve et nous fournit des instructions claires pour nous mener à la bonne destination. Mais cette direction divine ne nous sera profitable que si nous nous montrons confiants.
      Dans sa lettre aux hébreux, Paul a exhorté les chrétiens d'origine juive à retenir ferme jusqu'à la fin la confiance qu'ils avaient eu au commencement de leur apprentissage . (Hébreux 3:14) Si elle n'est pas maintenue ferme, notre confiance peut être ébranlée. Comment garder confiance en Jéhovah jusqu'à la fin?
      Cultivons notre foi
      Si un pilote est capable de naviguer sans visibilité, avec seulement les recours de ses instruments de bord et en contact radio, c'est parce qu'il a derrière lui une formation adapté à toutes situations et sa formation spéciale de départ qui fut sur de longue période d'heure de vol de pratique et former par des hommes expériences à ses côtés. De même un serviteur de Dieu à constamment besoin d'exercer sa foi de manière à garder confiance dans les direction de Jéhovah, surtout si les circonstances deviennent difficiles. L'apôtres Paul a écrit: " Parce que nous avons ce même esprit de foi que celui dont il est écrit:" J'ai exercé la foi, c'est pourquoi j'ai parlé; donc, nous exerçons la foi, c'est pourquoi nous parlons. (2Corinthiens 4:13). Ainsi en parlant autour de nous de la bonne nouvelles que Dieu nous a donné, nous exerçons notre foi véritable et nous l'affermissons.
      Voici une belle expérience de foi au temps de la seconde guerre mondiale.
      Magdalena, qui a passé quatre ans dans un camp concentration pendant la seconde guerre mondiale, sait l'importance de la prédication. " Maman m'a appris que pour garder une foi forte , dit-elle, il faut absolument s'intéresser au bien être spirituel des gens. Pour vous donner une idée, je me souviens de notre sortie du camp de Ravensbrück. Nous sommes arrivées chez nous un vendredi, physiquement exténuées. Eh bien, figurez vous que deux jour plus tard, le dimanche, nous sommes allées prêcher de maison en maison avec nos frères et soeurs. Je suis sûr d'une chose: quand on s'efforce d'aider les autres à voir confiance dans les promesse de Dieu, ces promesses deviennent plus réelles pour nous." (Actes 5:42) 
      Pour garder une confiance ferme et inébranlable jusqu'à la fin, il faut s'investir dans d'autres activités spirituelles. L'étude individuelle est une source de force car elle nous aide à puiser en profondeur l'essence de notre foi et Jéhovah nous transmet cette foi quand nous le faisons avec joie véritable venant d'un coeur entier. Imitons l'exemple de Béreens en examinant minutieusement les Écritures chaque jour. Cela nous aidera à "avoir la pleine certitude de l'espérance dans les moments difficiles et nous guidera vers une santé pour passer les tribulations avenir jusqu'à la fin."( Hébreux 6:11 ; Actes 17:11) L'étude individuelle, il est vrai que cela demande du temps et de la volonté.
      En gardant un rythme soutenu à cette volonté, nous seront des imitateurs de ceux qui, grâce à la foi et à la patience, hériteront de la promesse de notre Créateur Jéhovah.
      Confiant et bâtissons notre expérience 
      Évidemment, la confiance d'un pilote en ses intruments ne tient pas uniquement à la formation reçue. Elle est dictée par l'expérience. De même, notre confiance en Jéhovah grandit quand nous constatons dans notre vie qu'il se soucie de nous avec amour. C'est parce qu'il en avait fait l'expérience que Josué a pu rapeller ceci aux Israélites: Vous savez bien de tout votre coeur et de tout âme que pas une parole n'a faillit de toutes les bonnes paroles que vous a dites Jéhovah votre Dieu. Toutes se sont réalisées pour vous.-(Josué23:14). Jéhovah nous guide toujours dans le bonne direction.
      Les mauvaises compagnies peuvent nous faire dévier du droit chemin
      Sous l'effet du vent, un avion de petite taille peut facilement dévier si sa trajectoire n'est pas corrigée. De même, les chrétiens d'aujourd'hui subissent constamment des influences extérieures. Nous vivons dans un monde aux pensées charnelles, où les valeurs spirituelles sont facilement tournées en ridicule, et où l'argent et les plaisirs sont largement mis en avant scène. Paul à fait savoir à Timothé que les derniers jours seraient "difficiles à supporter"(2Timothé 3:1-5) Le monde actuel souhaitent être acceptés et bien en vus, les adolescents se laissent particulièrement influencer par les mauvaises compagnies. (2Timothé 2:22)
      Quel que soit notre âge, nous côtoyons forcément des gens qui critiquent nos croyances. D'aucun trouveront à leur réflexion une certaine finesse, mais aux yeux de Dieu elles sont physique et non spirituelles (1 Corinthiens 2:14) Aux jours de Paul, les sceptiques, des philosophes imprégnés de la sagesse propre au monde, propageaient des enseignements qui ont peut être amené certains serviteurs de Corinthe à perdre la foi en la résurrection. (1 Corinthiens 15:12) "Ne vous laissez pas tromper. Les mauvaises fréquentation font perdre les bonne habitudes." ( 1 Corinthiens 15:33) 
      À l'inverse, les bonnes compagnies nous affermissent sur le plan spirituel. Dans l'assemblée chrétienne, nous sommes à même de côtoyer des personnes qui vivent leur foi. Cela est essentiel à notre cheminement et garde notre relation avec Dieu de manière ordonnée et privilégie une relation d'amitié avec Dieu constante et forte.
      Foi et condition de coeur qui approuve nos valeurs chrétienne 
      Pour que la confiance en Jéhovah s’installe en nous, il est important que notre cœur soit touché. Certes, “ la foi est l’attente assurée de choses qu’on espère, la démonstration évidente [ou “ preuve convaincante ”, note] de réalités que pourtant on ne voit pas ”. (Hébreux 11:1.) Toutefois, nous ne serons convaincus qu’à condition d’y mettre notre cœur (Proverbes 18:15 ; Matthieu 5:6). C’est la raison pour laquelle l’apôtre Paul a dit que “ la foi n’est pas le bien de tous ”. — 2 Thessaloniciens 3:2.
      Comment rester réceptifs à toutes les preuves convaincantes dont nous disposons ? En cultivant les qualités spirituelles, qualités qui enrichissent et stimulent la foi. Pierre nous exhorte à ‘ fournir à notre foi la vertu, la connaissance, la maîtrise de soi, l’endurance, l’attachement à Dieu, l’affection fraternelle et l’amour ’. (2 Pierre 1:5-7 ; Galates 5:22, 23.) En revanche, si nous sommes égocentriques ou si notre service pour Jéhovah n’est que symbolique, est-il bien raisonnable de croire que notre foi grandira ?
      Avant de lire la Parole de Jéhovah et afin de la mettre en pratique, Ezra “ avait préparé son cœur ”. (Ezra 7:10.) Mika, lui aussi, a montré que son cœur était touché : “ Mais pour moi, c’est Jéhovah que je guetterai. Je veux rester dans l’attente du Dieu de mon salut. Mon Dieu m’entendra. ” — Mika 7:7.
      C’est avec la même patience que Magdalena, déjà citée, attend Jéhovah (Habaqouq 2:3). “ Nous avons déjà le paradis spirituel, dit-elle. La prochaine étape, le Paradis terrestre, viendra en son temps. En attendant, des centaines de milliers de personnes s’ajoutent à la grande foule. C’est merveilleux de voir tant de gens rejoindre l’organisation de Dieu. ”
      Regardons vers le Dieu de notre salut
      Pour garder fermement confiance jusqu’à la fin, il faut exercer notre foi et écouter attentivement les conseils que Jéhovah et son organisation nous donnent. Cela en vaut vraiment la peine. Quelle satisfaction pour un pilote, au terme d’un vol long et pénible, de redescendre et de sortir enfin de la masse nuageuse ! Devant nous se déroule une campagne verte et hospitalière. La piste de l’aérodrome est là, au-dessous, prête à l’accueillir.
      Des moments exaltants nous attendent, nous aussi. Notre monde sinistre, mauvais, fera place à une nouvelle terre de justice. Un magnifique accueil nous sera réservé. Nous pourrons arriver à bon port si nous suivons les paroles du psalmiste : “ Tu es mon espoir, ô Souverain Seigneur Jéhovah, ma confiance depuis ma jeunesse. (...) En toi est ma louange, constamment. ” — Psaume 71:5, 6.
      Cultivons la foi qui surpasse toutes pensées.

       
       

      · 1 reply
    • Mararm

      Buenos días desde México!
      · 2 replies
    • Eric Ouellet

      LA DOUCEUR UN PRÉMICE EN NOTRE ÊTRE POUR RÉSISTER CONTRE TOUTES ÉPREUVES
       
      DEVONS-NOUS faire face à des changements en ce moment ? AVONS-NOUS du mal à les accepter ? La plupart d’entre nous ont vécu ou vivront des changements. Des exemples de serviteurs du passé peuvent nous aider à identifier des qualités qui nous seront utiles.

      Prenons l'exemple de David, qui a dû faire face à de nombreux changements. Il était un jeune berger quand Samuel l’a oint comme futur roi. Alors qu’il n’était qu’un garçon, il s’est porté volontaire pour combattre le géant philistin Goliath (1 Sam. 17:26-32, 42). Le jeune David a été invité à vivre à la cour du roi Saül et a été nommé chef de l’armée. David n’aurait jamais pu imaginer tous ces changements, ni ce qui allait se produire après.
      Les relations entre David et Saül sont devenues extrêmement tendues (1 Sam. 18:8, 9 ; 19:9, 10). Pour échapper à la mort, David a été obligé de vivre plusieurs années en fugitif. Même durant son règne sur Israël, sa situation a radicalement changé, surtout après qu’il a commis l’adultère et, pour tenter de couvrir son péché, il commit un meurtre par sa décision de mettre son grand guerrier en avant de l'affront, pour avoir sa femme et camouflé son action grave. À cause de ses fautes, il a subi des malheurs dans sa famille, tels que la rébellion de son fils Absalom (2 Sam. 12:10-12 ; 15:1-14). Néanmoins, après s’être repenti, il a été pardonné par Jéhovah et a retrouvé sa faveur auprès de Dieu.
      Notre situation aussi peut changer. Des problèmes de santé, financiers ou familiaux — ou même nos propres actions — entraînent des changements dans notre vie. Quelles qualités nous aideront à être mieux préparés à les affronter ?
      Le rôle de l’humilité
      L’humilité implique d’être disposé à se soumettre. La vraie humilité nous permet de nous voir comme nous sommes réellement et de voir les autres comme ils sont. En ne minimisant pas les qualités et les réussites des autres, nous apprécierons davantage leur personnalité et leurs actions. En outre, l’humilité nous aide à comprendre pourquoi une situation survient et à y faire face.
      Jonathân, le fils de Saül, est un bon exemple sous ce rapport. Des événements dont il n’était pas maître ont changé sa vie. Lorsque Samuel a annoncé à Saül que Jéhovah lui enlèverait le royaume, il n’a pas dit que Jonathân le remplacerait (1 Sam. 15:28 ; 16:1, 12, 13). Le choix de Dieu de faire de David le prochain roi d’Israël écartait Jonathân DE CETTE FONCTION ROYAL. La désobéissance de Saül a eu, d’une certaine manière, un effet négatif sur son fils. Même s’il ne portait aucune responsabilité, Jonathân ne succéderait pas à son père (1 Sam. 20:30, 31). Comment a-t-il réagi ? A-t-il gardé du ressentiment en raison de cette occasion manquée, devenant jaloux de David ? Non. Même s’il était bien plus âgé et plus expérimenté, il a fidèlement soutenu David (1 Sam. 23:16-18). L’humilité l’a aidé à voir qu'il avait la bénédiction divine ; il ne pensait pas de lui-même plus qu’il ne fallait penser ’. (Rom. 12:3.) Il a compris ce que Jéhovah attendait de lui et a accepté, La décision de Jéhovah.
      Évidemment, nombre de changements engendrent des difficultés. À un certain point, Jonathân était en relation avec deux hommes proches de lui. L’un était son ami David, le futur roi désigné par Jéhovah. L’autre était son père Saül, qui avait été rejeté par Jéhovah mais qui régnait encore sur Israël. S’efforcer de garder la faveur divine dans ces conditions a dû occasionner à Yonathân une tension émotionnelle. Les changements que nous vivons peuvent nous causer de l’inquiétude et de la crainte intérieure. Mais si nous essayons de comprendre le point de vue de Jéhovah, nous serons en mesure de continuer à le servir fidèlement tout en affrontant ces changements.
      L’importance de la modestie
      La modestie implique d’être conscient de ses limites. Il ne faut pas confondre modestie et humilité. Une personne humble n’a pas forcément une pleine conscience de ses limites.
      David était modeste. Même si Jéhovah l’avait choisi pour être roi, il a dû attendre des années avant de monter sur le trône. La Bible ne dit pas qu’il a reçu une explication de la part de Jéhovah pour ce retard apparent. Cependant, la situation, qui aurait pu le contrarier, ne l’a pas perturbé. Il était conscient de ses limites et comprenait que Jéhovah, qui permettait cela, maîtriserait les choses en temps et lieux. Ainsi, même pour sauver sa propre vie, il n’a pas voulu tuer Saül, et il a empêché son compagnon Abishaï de le faire. — 1 Sam. 26:6-9.
      Il peut se produire dans notre assemblée  une situation que nous ne comprenons pas ou qui, à notre avis, n’est pas gérée de la manière la plus conforme ou la plus organisée. Reconnaîtrons-nous modestement que Jésus est le Chef de l'assemblée et qu’il agit par le moyen du collège des anciens établi à notre tête ? Serons-nous modestes, sachant que, pour conserver sa faveur, nous devons attendre que Jéhovah dirige les choses par Jésus Christ ? Attendrons-nous avec modestie, même si c’est difficile ? — Prov. 11:2.
      La douceur de caractère aide à être positif
      La douceur est liée à l’humilité et à la modestie, mais elle englobe également la bonté de coeur. Bien qu’elle soit difficile à acquérir, nous devrions nous efforcer de la cultiver. La Bible déclare en effet que les doux de caractère hériteront de la terre . (Mat. 5:5.) Une personne douce de caractère peut croître spirituellement, car elle se laisse enseigner, modeler et guider par Jéhovah en suivant les pas de Jésus Christ notre modèle par excellence.
      Comment la douceur de caractère peut-elle nous aider à nous adapter à de nouvelles étapes de notre vie ? Nous avons probablement constaté que beaucoup ont tendance à voir les changements de manière négative. En réalité, ceux-ci peuvent se révéler des occasions d’être davantage formés par Jéhovah. C’est ce qui ressort de la vie de Moïse.
      À 40 ans, Moïse possédait déjà d’excellentes qualités. Il s’était montré sensible aux besoins du peuple de Dieu et avait manifesté l’esprit de sacrifice (Héb. 11:24-26). Toutefois, avant que Jéhovah lui demande de faire sortir Israël d’Égypte, il a dû passer par des changements qui ont affiné sa douceur de caractère. Il a fallu qu’il s’enfuie d’Égypte, et qu’il vive en Madiân pendant 40 ans, travaillant dans l’ombre comme simple berger. Quel a été le résultat ? Ce changement l’a rendu meilleur (Nomb. 12:3). Il a appris à faire passer les intérêts spirituels avant les siens.
      Pour illustrer la douceur de caractère de Moïse, examinons ce qui est arrivé lorsque Jéhovah a déclaré qu’il voulait rejeter le peuple désobéissant et faire des descendants du prophète une nation puissante (Nomb. 14:11-20). Moïse a intercédé en faveur du peuple. Ses paroles montrent que ce qui lui tenait à cœur, c’était la réputation de Dieu et le bien de ses frères, non ses propres intérêts. Il fallait quelqu’un de doux pour assumer son rôle de chef et de médiateur. Miriam et Aaron ont murmuré contre lui ; pourtant, Moïse était “ de beaucoup le plus doux de caractère de tous les hommes ”, précise la Bible (Nomb. 12:1-3, note, 9-15). Il semble qu’il a supporté leurs critiques avec douceur. Comment les choses auraient-elles tourné s’il n’avait pas été doux de caractère ?
      Une autre fois, l’esprit de Jéhovah s’est posé sur certains hommes, les faisant prophétiser. Josué, l’assistant de Moïse, a eu le sentiment que ces Israélites agissaient mal. Étant doux de caractère, Moïse, lui, a vu les choses comme Jéhovah les voyait, et n’a pas eu peur de perdre son autorité (Nomb. 11:26-29). S’il n’avait pas été doux de caractère, aurait-il accepté cette nouvelle disposition de Jéhovah ?
      La douceur de caractère a permis à Moïse d’exercer correctement la grande autorité et le rôle que Dieu lui avait confiés. En effet, Jéhovah l’avait invité à monter sur le mont Horeb et à représenter le peuple. Il lui avait parlé par un ange et l’avait nommé médiateur de l’alliance. La douceur de caractère de Moïse l’a aidé à accepter ce changement important et à demeurer dans la faveur immérité de Dieu.
      Et nous ? La douceur de caractère est indispensable à notre croissance spirituelle. Tous ceux qui ont reçu des responsabilités et une certaine autorité au sein du peuple de Dieu doivent la manifester. Une telle douceur nous empêche d’agir avec orgueil face aux changements et nous permet de les gérer avec le bon état d’esprit. Notre réaction est importante. Accepterons-nous le changement ? Le considérerons-nous comme une occasion de nous améliorer ? Ce pourrait être une occasion unique de cultiver la douceur !
      Nous devrons toujours faire face à des changements dans notre vie. Parfois, il n’est pas facile de comprendre pourquoi un événement se produit. À cause de nos limites et du stress, nous pouvons avoir du mal à garder une vision spirituelle des choses. Cependant, des qualités comme l’humilité, la modestie et la douceur de caractère nous aideront à accepter les changements et à demeurer dans la faveur immérité de Dieu. La douceur triomphe devant toutes épreuves.

      · 0 replies
    • misette  »  Prisca

      RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 25 Mai 2020 - Genèse 42-43.docx
      RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 25 Mai 2020 - Genèse 42-43.pdf
      · 1 reply
  • Topics

  • Posts

  • Forum Statistics

    • Total Topics
      62,694
    • Total Posts
      120,971
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,634
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Chris111
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.