Jump to content
The World News Media

A Sensitive Cuban Woman who Loves the Earth


Guest Kurt

Recommended Posts

  • Guest

3.FOTOREPORTAGE.jpg

February 15, 2017

HAVANA TIMES  Organoponicos or urban organic farms in Cuba are a style of farming that can be used to produce vegetables, condiments, various crops and fruits. Tania Reyes Ferro, a 45 year old Cuban lady, is one of the few women who is in charge of an organoponico in the municipality of Candelaria. Her dedication and passion for her work give her the strength to continue on as a farmer.

HT: Having an organoponico is good for your financial and food situation. What disadvantages are there to working the land?

Tania Reyes: I studied agriculture but I never practiced it. I never thought that after all these years I would have a piece of land to cultivate. Working the land is hard. I’ve had problems with my cervix, backbone, waist, lower abdomen. I’ve been diagnosed with generalized osteoarthritis; when I suffer an attack and I can’t go to the fields, my children help me cook and do other chores. Whatever I collect is enough for us to eat at home. We use the money we get from selling extras to buy rakes, hoes, we don’t have the farm implements we need to do more work.

HT: How much do you have to give to the State for farming?

TR: We don’t produce very much on my plot, it’s just a hectare which I’ve divided into the garden and fruit trees.  As the plot is very small, the only thing I have to do is give fresh condiments, vegetables and fruit to the maternity center and the Jose Luis Tacende primary school for disabled children. I pay a social contribution to the cooperative I belong to.

9.FOTOREPORTAGE.jpg

HT: Do you use any chemicals on your crops?

TR: No, there are many alternatives to getting rid of pests. For example, we collect seeds and leaves from the Neem Tree, which is a pesticide, we mash them up and let it set so we can fumigate the next day. We also use ashes of a fire, none of these products are harmful to our health, plants grow better and pests are kept under control using natural products.  I have planted Mexican Marigolds because of their different colors and its unpleasant smell which keeps bad insects away so they don’t attack the plants; sunflowers, basil, millet and rosemary are all natural repellents, I also use blue, yellow and white traps.

HT: I imagine it’s hard to get a hold of seeds.

TR: There is a store that sells them here but they don’t have them a lot of the time or they are bad quality. I’m trying to leave some of my plants which give me seeds like lettuce and runner beans for example. I have 17 crops, six which are currently in production: moringa, tomatoes, lettuce, parsley, oregano, leeks. Sweet potato, corn, cassava, caimito and citrus fruits are growing at the moment.

8.FOTOREPORTAGE.jpg

HT: How long do you work in the fields?

TR: I work from very early in the morning until 9 AM; and then from 5 PM until it gets dark. My father, brother and children all help me out regularly although I’m the one who does most of the work. I have a lot of love for the earth, plants are living beings and we need to water and care for them. It’s a habit and necessity for me.

HT: Does the cooperative help you create optimum working conditions?

TR: There aren’t decent conditions for working the land. When my husband left for the United States, I had to face the cruel and hard reality of my situation: I was alone. Everything went downhill from there. My brother spoke to me and told me that we couldn’t lose this piece of land, marabu plants were beginning to take over it. I fell into a severe depression which lasted several months; I wasn’t interested in what had been planted or the future of this land. Between all of us, we began to fix the fence because this was at the time that Hurricanes Gustav and Ike hit and we were left with nothing. We fixed the planting beds, we weeded. Two of my children decided to work with me but they didn’t see any short-term results, you need a lot of patience to harvest. It doesn’t give us enough to get by, just to eat. If you don’t work this land they can take it away from you, it’s in usufruct, it used to be idle land before.

HT: You had studied agricuture, but there are some things which you forget, where do you get your information from?

TR: I like talking to old people a lot, they haven’t studied very much but they have a lot of experience in farming. They plant using the moon phases, they know when to cut sweet potatoes, how far you need to sow one plant from another. I am also looking for courses, I like to know why you have to sow chicory 90 cm away from the other plant and am not satisfied with a: that’s how all of them are planted.

10.FOTOREPORTAGE.jpg

HT: There is an agro-market not far from your house which sells the same products you harvest. Does it harm your business?

TR: I try to sell for a little less than agro-market prices. Customers like organic crops, what comes directly out of the earth and doesn’t have chemicals. People know me and know that I am very helpful and that I’m not expensive. Everything I sow has grown under the sun. The organoponico used to have a semi-protected cover* which used to regulate the sun’s rays, but when we were hit by the hurricanes, we lost everything. Our crops all grow directly under the sun and that’s why they need a lot of watering.

HT: What do you do in your spare time?

TR: I go to the church twice a week; I’m a Jehovah’s Witness. This faith and trust I have in God is what has helped me to persevere. I go to the fields a lot of the time and ask him to give me strength to finish off this work because it doesn’t only depend on me, there’s a lot of work to do and when I get home I have to keep on doing chores here and there. Thank god for my children who help me out a lot. My sons are 27, 23 and 19 years old and my daughter is 16. But I do everything; I don’t believe there is anything that a woman can’t do.

    Hello guest!

 

Link to post
Share on other sites

  • Views 1.1k
  • Replies 0
  • Created
  • Last Reply

Popular Days

Popular Days





  • Recently Browsing

    No registered users viewing this page.

  • Popular Contributors

  • Topics

  • Posts

    • Just keep in mind, in the end! None of it matters. God is the "only" game in town that people should be playing.
    • Actually, NOT! What is said about China in mostly true. However, they do have a good system for hiding the truth, and human atrocities. Now, the assumption is misplaced with SpaceX. The only debris that is uncontrollable, are from mishaps or China's deliberate actions. There's enough space junk, from all the nations that want to step up their space dominance. However, that debris has  certain a certain amount of programmed reentry. Now telecommunication in the other hand, expect thy're obsolete
    • Some metallic debris crashed through the ceiling of my house, grazed the edge of my bed, bolting me upright, and set fire to the clothes locker. Furious, I got XI on the phone and was prepared to give him a piece of my mind when I saw USA on the crumpled wing. ”Anything for the homeland,” I said, and went back to sleep. Few things are funnier than seeing the SNL libs go into conniptions at the thought of working with him.
    • I should also mention that some of the problem could be the "cult of Elon Musk." Mr. Musk can say the stupidest things and it doesn't matter because of the personality cult around him and the technocrats who love him.
    • I love a few things about China, but I hate other things, and there are plenty of good reasons to criticize it. I have found that when people decide to attack a person or people they don't like or speak against a country they don't like, that facts don't always matter. For example, you said that SpaceX debris is usually controlled while Chinese debris is not. This misses the point completely about the Google query. It's about uncontrolled debris that might fall out of orbit. Reading some
  • Members

    • xero

      xero 371

      Member
      Joined:
      Last active:
    • CBell

      CBell 3

      Member
      Joined:
      Last active:
    • runtifus

      runtifus 16

      Member
      Joined:
      Last active:
  • Recent Status Updates

    • folens  »  Eric Ouellet

      Bonjour Eric merci pour cet exposé.
      Bonne journée Michel
      1LE BATEAU.pdf
      · 0 replies
    • Eric Ouellet

      La sagesse est plus précieuse que l’or et la crainte envers Jéhovah est notre salut.
       
      La vraie sagesse de Dieu est un cadeau inestimable, car seul ceux qui obéissent et suivent ces préceptes en recoivent les bienfaits. En Psaume 111:10 déclare ceci: “La crainte de Jéhovah est le commencement de la sagesse.”
      Qu’est-ce que cela veut dire? La sagesse est la capacité d’utiliser efficacement sa connaissance et son intelligence pour résoudre un problème, éviter un danger, atteindre un objectif. Elle sous-entend un bon jugement. Le commencement, la première partie, le fondement de cette sagesse, c’est la crainte de Jéhovah. Pourquoi cela? Bien que toute création est l’œuvre de ses mains et dépend de lui. Il a accordé aux humains le libre arbitre, mais pas la faculté de diriger leurs pas avec succès sans tenir compte de sa direction (Josué 24:15; Jérémie 10:23). Nous ne connaîtrons le succès durable qu’à la condition de bien saisir ces idées fondamentales sur la vie, et de nous y conformer. Si notre connaissance de Jéhovah nous donne la ferme conviction que la volonté divine est promise au succès, et qu’il tiendra sa promesse de récompenser ses fidèles, alors la crainte pieuse nous poussera à agir sagement. — Proverbes 3:21-26; Hébreux 11:6.
      Prenons un exemple: Il y a quelques dizaines d’années, un jeune homme fréquentait l’université de Saskatchewan, au Canada. Au programme de sa formation figurait la biologie, et on lui a enseigné l’évolution. Après avoir été diplômé, il s’est spécialisé dans la physique nucléaire, profitant d’une bourse pour continuer ses études à l’université de Toronto. Au cours de ses études, il a constaté dans la structure des atomes révélaient des témoignages stupéfiants d’un ordre et d’une finalité extraordinaire . Mais personnes ne répondait pas à ces questions: Qui a conçu tout cela? Quand? Et pourquoi? Sans ces réponses, pouvait-il utiliser sagement ses connaissances dans un monde remplis interrogations ? Qu’est-ce qui le guiderait? Le nationalisme? Le désir de gratifications matérielles? Avait-il acquis la vraie sagesse?
      Peu après avoir été diplômé, cet homme ainsi que sa femme se sont mis à étudier la Bible avec les Témoins de Jéhovah. Dans la Parole de Dieu, ils ont peu à peu trouvé les réponses qui leur manquaient. Ils ont appris à connaître le Créateur, Jéhovah Dieu. En étudiant ce qui est arrivé à Moïse à la mer Rouge, à Daniel et à ses compagnons à Babylone, ils ont appris l’importance de craindre Dieu, et non les hommes (Exode 14:10-31; Daniel 3:8-30). Cette crainte pieuse mêlée d’un amour sincère pour Jéhovah a commencé à les animer. Rapidement, leur vie a changé. Enfin cet homme connaissait Celui dont il avait étudié l’œuvre en biologie. Il a progressivement compris le dessein de Celui dont il avait constaté la sagesse dans ses cours de physique. Au lieu d’employer sa connaissance à élaborer des instruments de destruction, il a choisi, avec sa femme, d’aider autrui à aimer Dieu et son prochain. Ils ont entrepris le service de prédicateurs du Royaume de Dieu à plein temps. Par la suite, ils ont suivi les cours de Galaad, l’École biblique de la Société Watchtower, et ont été nommés missionnaires.
      Bien entendu, tout le monde ne peut pas être missionnaire. Mais tous nous pouvons bénéficier de la sagesse fondée sur la crainte de Jéhovah. Si nous cultivons cette sagesse, nous ne consacrerons pas le meilleur de notre vie à étudier les philosophies humaines, qui n’échafaudent que des suppositions sur le but de la vie. Nous nous appliquerons à l’étude de la Bible, livre inspiré de Jéhovah Dieu, la Source de la vie, celui qui peut nous donner la vie éternelle (Psaume 36:9; Colossiens 2:8). Au lieu de nous rendre esclaves d’un système commercial chancelant, au bord de la ruine, nous écouterons Jéhovah, qui nous conseille de nous contenter de la nourriture et du vêtement, et d’accorder à nos relations avec lui la priorité dans notre existence (1 Timothée 6:8-12). Au lieu de nous comporter comme si notre avenir dépendait d’une belle situation dans le monde actuel, nous croirons la Parole de Jéhovah, qui nous affirme que le monde est en train de passer, de même que le désir du monde, alors que celui qui fait la volonté divine demeure pour toujours. — 1 Jean 2:17.
      Dans le livre de Proverbes 16:16, Salomon nous encourage par cette déclaration certaine: “Acquérir la sagesse [la sagesse qui commence par la crainte de Jéhovah], oh! combien cela vaut mieux que l’or! Et acquérir l’intelligence est préférable à l’argent.” Poussés par cette sagesse et cette intelligence, nous considérerons l’accomplissement de la volonté de Dieu comme le premier centre d’intérêt de notre vie. Et quelle activité Dieu a-t-il confiée à ses Témoins en cette période de l’histoire humaine? Faire connaître son Royaume par la prédication et aider les personnes sincères à devenir de vrais disciples de Jésus Christ (Matthieu 24:14; 28:19, 20). Il s’agit d’une activité dont on retire une satisfaction véritable et un grand bonheur. C’est donc à propos que la Bible dit: “Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, et l’homme qui acquiert le discernement.” — Proverbes 3:13.
      Elle nous retient de commettre le mal
      Un deuxième bienfait que nous procure la crainte de Dieu est qu’elle nous retient de commettre le mal. Celui qui respecte profondément Dieu ne détermine pas par lui-même ce qui est bien et mal. Il ne tient pas pour mauvais ce que Dieu déclare bon, ni ne considère comme bon ce que Dieu déclare mauvais (Psaume 37:1, 27; Ésaïe 5:20, 21). De plus, celui que motive la crainte pieuse ne se contente pas de savoir ce que Jéhovah déclare bon ou mauvais. Une telle personne aime ce que Jéhovah aime et elle hait ce que Jéhovah hait. En conséquence, elle agit en harmonie avec les préceptes divins. Ainsi, comme le dit Proverbes 16:6, “par la crainte de Jéhovah, on se détourne du mal”. Cette crainte pieuse devient une motivation puissante qui permet d’atteindre des résultats qu’on n’obtiendrait pas même si une personne commence tout juste à l’éprouver, la crainte pieuse peut lui donner le courage de ne pas faire quelque chose qu’elle regretterait le restant de ses jours. Au Mexique, par exemple, une femme enceinte a demandé à une chrétienne Témoin de Jéhovah ce qu’elle pensait de l’avortement. La chrétienne lui a lu plusieurs versets bibliques, puis lui a tenu ce raisonnement: “Pour le Créateur, la vie est très importante, même la vie de ceux qui ne sont pas encore nés.” (Exode 21:22, 23; Psaume 139:13-16). Des examens laissaient entendre que le bébé serait anormal. Néanmoins, après ce qu’elle avait vu dans la Parole de Dieu, cette femme a décidé de garder son enfant. Son médecin a refusé de la revoir, et son mari l’a menacée de la quitter, mais elle a tenu bon. Elle a finalement donné naissance à une magnifique petite fille, normale et en bonne santé. Par gratitude, elle a recherché les Témoins et s’est mise à étudier la Parole de Dieu avec eux. Moins d’un an après, son mari et elle se faisaient baptiser. Quelques années plus tard, à une assemblée de district, tous deux ont été enchantés de rencontrer la chrétienne qui avait parlé à la femme la première fois. Ils lui ont présenté leur jolie fillette de quatre ans. Incontestablement, le respect de Dieu et le désir puissant de ne pas lui déplaire exercent une grande influence.
      La crainte pieuse peut nous garder d’un grand nombre de mauvaises actions (2 Corinthiens 7:1). Cultivée avec soin, elle est capable d’aider quelqu’un à mettre un terme à des péchés cachés, connus de lui seul et de Jéhovah. Elle peut l’aider à se libérer de la dépendance de l’alcool ou de la drogue. Un ancien drogué d’Afrique du Sud a raconté: “Au fur et à mesure que j’apprenais à connaître Dieu, la crainte de le décevoir ou de lui déplaire grandissait en moi. Je savais qu’il m’observait, et je désirais ardemment son approbation. Cela m’a incité à me débarrasser de la drogue qui était en ma possession en la jetant dans les toilettes.” La crainte pieuse a aidé des milliers de personnes de la même manière. — Proverbes 5:21; 15:3.
      La crainte salutaire de Dieu nous préserve également de la crainte de l’homme. La plupart des humains connaissent, à des degrés divers, la crainte de l’homme. Les apôtres de Jésus Christ l’ont abandonné et se sont enfuis lorsque les soldats se sont emparés de lui dans le jardin de Gethsémané. Plus tard, dans la cour du grand prêtre, désarçonné et en proie à la crainte, Pierre a nié faire partie des disciples de Jésus et même le connaître (Marc 14:48-50, 66-72; Jean 18:15-27). Mais grâce à l’aide qu’ils ont reçue, les apôtres ont retrouvé leur équilibre spirituel. Par contre, aux jours du roi Jéhoïakim, Urie, fils de Schémaïah, fut terrassé par la crainte au point d’abandonner son service de prophète de Jéhovah et de fuir le pays, ce qui ne l’empêcha pas d’être capturé et tué. — Jérémie 26:20-23.
      Comment vaincre la crainte de l’homme? 
      Après nous avoir prévenus que “trembler devant les hommes, voilà ce qui tend un piège”, Proverbes 29:25 ajoute: “Mais celui qui se confie en Jéhovah sera protégé.” La réponse tient donc dans la confiance en Jéhovah. Cette confiance s’appuie sur la connaissance et l’expérience. L’étude de sa Parole nous démontre que les voies de Jéhovah sont droites. Nous découvrons des événements attestant qu’il est digne de confiance, que ses promesses sont sûres (y compris celle de la résurrection), qu’il est amour et qu’il est tout-puissant. Lorsqu’ensuite nous agissons conformément à cette connaissance, accomplissant ce que Jéhovah demande et rejetant fermement ce qu’il condamne, nous commençons à constater dans notre propre cas qu’il prend soin de ses serviteurs avec amour et que l’on peut compter sur lui. Nous acquérons personnellement la certitude que sa puissance est à l’œuvre pour que s’accomplisse sa volonté. Notre confiance en lui s’accroît, de même que notre amour pour lui et notre désir sincère de ne pas lui déplaire. Cette confiance est bâtie sur un fondement solide. Elle est un rempart contre la crainte de l’homme.
      Notre confiance en Jéhovah, alliée à la crainte pieuse, nous rendra fermes en faveur du bien dans le cas où un employeur menacerait de nous renvoyer si nous refusions de participer à des pratiques commerciales malhonnêtes (voir Michée 6:11, 12). Grâce à cette crainte pieuse, des milliers de chrétiens persévèrent dans le vrai culte malgré l’opposition de membres de leur famille. Elle donne aussi aux jeunes le courage de se faire connaître comme Témoins de Jéhovah à l’école, et elle les affermit face aux moqueries de leurs camarades de classe qui méprisent les principes bibliques. Ainsi, une adolescente Témoin de Jéhovah a dit: “Ce qu’ils pensent m’est bien égal. L’important, c’est ce que pense Jéhovah.”
      La même conviction donne aux vrais chrétiens la force de rester attachés aux voies de Jéhovah lorsque leur vie est en jeu. Ils savent qu’ils risquent d’être persécutés par le monde. Ils sont conscients que les apôtres ont été fouettés et que même Jésus Christ a été frappé et tué par des hommes méchants (Marc 14:65; 15:15-39; Actes 5:40; voir aussi Daniel 3:16-18). Mais les serviteurs de Jéhovah sont assurés qu’il peut leur donner la force d’endurer, qu’avec son aide ils peuvent remporter la victoire, que Jéhovah récompensera sans faute ses fidèles, si besoin en les ressuscitant dans son monde nouveau. Leur amour pour Dieu ajouté à la crainte pieuse les pousse puissamment à éviter toute action qui pourrait lui déplaire.
      C’est parce qu’ils étaient animés d’une telle motivation que les Témoins de Jéhovah ont supporté les horreurs des camps de concentration nazis dans les années 30 et 40. Ils ont pris à cœur le conseil de Jésus consigné en Luc 12:4, 5: “D’autre part, je vous le dis à vous, mes amis: Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et qui après cela ne peuvent rien faire de plus. Mais je vais vous indiquer qui vous devez craindre: craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la Géhenne. Oui, je vous le dis, Celui-là, craignez-le.” Par exemple, Gustav Auschner, un Témoin qui avait été interné dans le camp de concentration de Sachsenhausen, a écrit plus tard: ‘Les SS ont exécuté August Dickmann et ont menacé de nous passer tous par les armes si nous refusions de signer un document par lequel nous abjurions notre foi. Pas un seul n’a signé. Notre crainte de déplaire à Jéhovah était plus forte que la crainte de leurs balles.’ La crainte de l’homme mène aux compromis, mais la crainte de Dieu nous affermit pour faire le bien.
      La préservation de la vie
      Noé a connu les derniers jours du monde antédiluvien. Jéhovah avait décidé de détruire le monde d’alors en raison de la méchanceté des humains. Toutefois, en attendant, Noé a vécu dans un monde où régnaient la violence, l’immoralité sexuelle choquante et le mépris de la volonté divine. Noé a prêché la justice, et pourtant “ils ne s’aperçurent de rien jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous”. (Matthieu 24:39.) Noé n’a cependant pas renoncé à l’activité que Dieu lui avait confiée. Il fit “selon tout ce que Dieu lui avait ordonné. Ainsi fit-il”. (Genèse 6:22.) Qu’est-ce qui a permis à Noé, année après année et jusqu’au déluge, de toujours agir comme il convenait? Hébreux 11:7 répond: “Par la foi, Noé, divinement averti de choses qu’on ne voyait pas encore, fit montre d’une crainte pieuse.” Pour cette raison, sa femme, ses fils, leurs femmes et lui ont été sauvés du déluge.
       Notre époque ressemble de bien des manières à celle de Noé (Luc 17:26, 27). De nouveau un avertissement est lancé. Révélation 14:6, 7 parle d’un ange qui vole au milieu du ciel et invite les gens de toute nation et tribu et langue à ‘craindre Dieu et à lui donner gloire’. Quel que puisse être le comportement du monde autour de vous, obéissez à ces paroles, puis transmettez l’invitation à autrui. À l’instar de Noé, agissons avec foi et manifestons une crainte pieuse. Par cela, des vies peuvent être sauvées: la vôtre et celle de nombre de vos semblables. Lorsque nous considérons les bienfaits dont profitent ceux qui craignent le vrai Dieu, nous ne pouvons que souscrire aux paroles du psalmiste divinement inspiré qui chanta: 
      “Heureux est l’homme qui craint Jéhovah, dans les commandements de qui il prend grand plaisir!” — Psaume 112:1.

      · 0 replies
    • Darlene  »  T.B. (Twyla)

      I can not open study material 
      · 0 replies
    • Darlene  »  T.B. (Twyla)

      Can not open weekly study material 
      · 3 replies
    • Deborah T. Calloway  »  T.B. (Twyla)

      Thank you so much for the meeting work book. I really appreciate your hard work 
      · 0 replies
  • Forum Statistics

    • Total Topics
      63,683
    • Total Posts
      131,885
  • Member Statistics

    • Total Members
      16,943
    • Most Online
      1,592

    Newest Member
    Jess
    Joined
×
×
  • Create New...

Important Information

Terms of Service Confirmation Terms of Use Privacy Policy Guidelines We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.